Version classiqueVersion mobile

Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1989

 | 
Jean-Clément Martin

3e partie. Mémoires et militants

Bi-centenaire et porteurs de mémoire(s)1

Texte intégral

  • 1 Communication au colloque « La France au miroir du Bi-centenaire de la Révolution », Institut d’Hi (...)
  • 2 Voir les remarques d’A. Corbin, Le Temps, le Désir et l’Horreur, Aubier, 1991, p. 238-239.

1Le bi-centenaire de la Révolution aura certainement été une aubaine pour les historiens et professionnels de l’Histoire qui ont pu voir, in situ, comment l’Histoire était vécue, ce qui en restait dans les consciences et comment elle était transmise. Dans cette optique, au-delà des enjeux politiques et idéologiques liés à la Révolution elle-même, l’étude locale s’avère irremplaçable, complétant les enquêtes globales portant sur les opinions, puisqu’elle permet de voir la genèse des actes commémoratifs. Surtout cette approche fait accéder aux intentions des commémorateurs, petits et grands, et permet d’évaluer ce qui reste de non-dit, mais de pensé dans les décisions prises– façon de rappeler aux historiens qu’ils se contentent de documents confondant souvent le non-dit avec le non-existant2. Alors que la question de la permanence de la mémoire, en général ou à propos de la Révolution française, est posée de façon particulièrement forte par Pierre Nora ou par François Furet, la possibilité est donnée de suivre directement, les rapports entretenus entre passé et présent par ceux qui, d’une façon ou d’une autre, jouent volontairement un rôle à l’occasion du bi-centenaire de la Révolution et ce qu’ils taisent, alors même qu’ils s’engagent dans des opérations publiques.

  • 3 Enquête réalisée au cours de l’année 1992-1993, dans le cadre de l’Université Inter-Âges de Nantes (...)
  • 4 Nantes dépasse 250 000 hab., Saint-Herblain : 30 000 hab., Orvault : 24 000 hab.

2Ces pages s’appuient sur une enquête collective3 qui s’est déroulée sur trois communes4 de Loire-Atlantique : une ville importante, Nantes, et deux communes voisines, Saint-Herblain au passé rural, devenue une banlieue ouvrière et de classe moyenne, Orvault au passé rural encore visible et en partie actif, convertie en banlieue résidentielle pour l’essentiel, à l’exception d’un quartier limitrophe de Nantes demeuré populaire. En 1989, Nantes est reconquise par la gauche (maire J.-M. Ayrault) avec une faible avance et sur fond d’une histoire locale marquée par les compromis et les alternances ; Saint-Herblain confirme son ancrage à gauche, l’ancien premier adjoint C. Gauthier succède à M. Ayrault qui avait effectué deux mandats dans la ville ; Orvault revient à droite (avec le maire A. Louisy) après une éphémère gestion socialiste.

  • 5 Martin (J.-C.), La Vendée de la Mémoire… op. cit., ch. 7.
  • 6 Martin (J.-C.), Une guerre interminable, op. cit., 1er chapitre.

3Cette disparité politique est fondée cependant sur une unité historique réelle. Le passé commun de ces trois communes a été marqué profondément par la période révolutionnaire. L’histoire de Nantes en témoigne abondamment (depuis sa participation immédiate au mouvement révolutionnaire en 1788, jusqu’à sa prise passagère par les chouans en 1799, avec la guerre de Vendée et les noyades de Carrier, les deux sièges de 1793, les exécutions sur la place du Bouffay…), Orvault et Saint-Herblain étaient peuplées de ruraux qui participèrent au premier siège de la ville en mars 1793 et Orvault garde encore sur son territoire une chapelle qui servit de lieu de culte aux réfractaires. Au xixe siècle, les luttes politiques furent très fortes. Les deux communes rurales donnèrent leurs voix aux « marquis », députés royalistes, alors que la population ouvrière ne cessait de grandir à Saint-Herblain et de renforcer le bastion de gauche que Nantes entretenait depuis les années révolutionnaires. Les maires républicains de cette ville commémorèrent le centenaire de la Révolution en baptisant de nombreuses rues (situées dans la périphérie de l’époque et qui sont aujourd’hui des boulevards intérieurs). Les « lieux de mémoire » nantais furent parfois l’occasion de querelles clochemerlesques5 (plaque d’égoût à l’endroit de l’exécution de Charette par exemple), mais ils furent régulièrement honorés par des plaques, des cérémonies (parfois annuelles), et bien entendu cités par d’innombrables articles et publications. Le souvenir a été ravivé, encore une fois, lorsque la construction d’un immeuble a fait resurgir un charnier hérité de la Révolution6, au début des années 1980. Par ailleurs, le musée d’histoire de la ville, Dobrée, a exposé pendant des décennies des objets témoins de ce temps.

4Dans cette région, dont on peut penser qu’elle n’a pas oublié le passé révolutionnaire et contre-révolutionnaire, le bi-centenaire est envisagé officiellement dès 1988 par les trois municipalités. Nantes (sénateur-maire Chauty) et Saint-Herblain (député-maire Ayrault) créent des commissions extra-municipales, dirigées par des conseillers municipaux, pour rassembler les projets de personnalités et d’associations. Le budget de 800 000 F attribué à Nantes est dévolu pour l’essentiel à un feu d’artifice le 13 juillet, à un envol de montgolfières en début d’année, à une représentation de cirque et à des conférences et des expositions scientifiques, loin de toutes polémiques. Les associations qui portent le souvenir révolutionnaire de façon militante (Fédération des Amicales Laïques – FAL – ou l’association Nantes-Histoire) ne reçoivent pas d’aide pour des initiatives publiques. Saint-Herblain collecte, en revanche, les projets militants (venus de la bibliothèque Paul Éluard, de l’Association sportive Preux, de l’Amicale laïque ou du Troisième âge) et leur attribue un budget de 460 000 F. (Il faut noter que cette commune s’était déjà signalée, grâce à quelques personnes, dans la commémoration réalisée à propos de la Commune de Paris).

  • 7 Intervention de F. Saudrais, président de l’association du bicentenaire, programme.

5À Orvault, un débat s’engage tardivement sur l’opportunité d’une commémoration. Une association ad hoc est constituée avec l’aide de l’Office municipal de la Culture pour rassembler les bonnes volontés venues d’une vingtaine d’associations différentes (dont l’entraide Sainte-Bernadette, la CSF, l’Amicale laïque, l’association des commerçants…), et recevoir une aide financière de la municipalité. Le budget total s’établit à 60 000 F. Un bulletin spécial présente la fête programmée les 23 et 24 juin, donne des extraits de cahiers de doléances, un rapide historique des événements locaux établi par un universitaire. Les attendus de la fête, appuyés par une citation d’Alain Decaux, établissent un équilibre entre l’idéal de 1789 et les regrets que les hommes se soient par la suite « séparés et même entretués7 ». Dans une brève intervention, le maire insiste sur l’espoir né en 1789, tandis qu’un représentant du centre culturel des Bretons d’Orvault (groupe qui, avec l’Accordéon du Val d’Orvault, a refusé de participer à la fête collective) renvoie dos à dos la monarchie et la Révolution, estimant que la province bretonne a perdu de toute façon et que son combat se prolonge. Si bien que les partisans de la fête n’avancent vraiment que la possibilité de créer une ambiance conviviale, capable de fédérer autour du passé les habitants d’une commune qui est éclatée entre différents quartiers. L’originalité de la commémoration est de faire se costumer des milliers d’Orvaltais dans les rues – objectif qui a reçu le label de la Mission nationale.

  • 8 Sur leur activité nationale, Kaplan (S.), Adieu 89, Paris, Fayard, 1993. À Nantes, ils sont animés (...)
  • 9 Presse-Océan, 9 août 1989.
  • 10 Ouest-France, 13-14 juillet 1989, p. 11.

6Pour situer ces entreprises dans un contexte plus large, rappelons que le département voisin, la Vendée, prend fait et cause dans le débat national par les prises de position de son président du Conseil général, Ph. de Villiers, tandis que le Conseil général de Loire-Atlantique décide que le bicentenaire sera célébré par l’édition de 6 ouvrages, d’érudition et de vulgarisation. Par ailleurs, les CLEF (Comités Liberté-Égalité-Fraternité8), en liaison avec la FAL, lancent la collecte et la publication en fascicule des cahiers de doléances de la Loire-Atlantique, augmentés de commentaires d’historiens. La presse régionale joue un rôle certainement important dans la région. Les deux quotidiens Presse-Océan (groupe Hersant) édité à Nantes et Ouest-France, édité à Rennes, accordent une large place aux événements de la Révolution dès le début de 1989, et lient la guerre de Vendée aux années 1789-1790, annonçant les conséquences, jugées inéluctables, des faits de 1789. Le premier adopte une attitude critique en général, qui peut être illustrée ainsi : parlant des menaces de destruction qui avaient flotté un temps sur la cathédrale de Nantes, dans les années 1791-1793, le journaliste ajoute : « il faut savoir qu’à cette époque, pillage et destruction systématique des objets du culte étaient classés au rang des valeurs sûres9 ». Ces deux journaux permettent, cependant, aux Nantais de se documenter abondamment sur les faits passés et de retrouver traces des événements en liaison avec les principaux monuments de la ville. Un itinéraire de Nantes révolutionnaire est ainsi publié, rappelant les principaux lieux de la ville où s’enracine le souvenir de la période10.

7Sans entrer dans une lecture trop critique des textes publiés par les journaux, il convient cependant de relever que d’une façon générale, les journalistes des deux quotidiens expriment fréquemment des réserves et des commentaires acides sur les commémorations ou accordent une place importante à des acteurs critiques – sans laisser s’exprimer toutefois l’extrême-droite qui reste dans des circuits parallèles. Pour ne prendre qu’un seul exemple, Ouest-France consacre une page entière aux 13 et 14 juillet, mais un long communiqué de la CGT refusant de participer à la commémoration et un long poème d’un prisonnier nantais contestant la révolution et ses commémorateurs, occupent l’essentiel de la page, dont le ton global insiste sur le « ras-le-bol », le détachement et le « côté soixante-huitard » de la journée. Le même journal soulignera que les commémorations ne sont attachées qu’au centre de Nantes, laissant de côté les quartiers périphériques, pourtant meilleurs soutiens électoraux de la municipalité venant d’être élue.

8Sur ce fond décrit : intervention décalée d’Orvault, compromis nantais et militantisme herblinois, les réalisations sont, sans grande surprise, très disparates. Tout est résumé à Orvault dans une fête unique, les 23-24 juin ( !), pour des raisons de calendrier municipal. Plusieurs milliers d’habitants d’Orvault costumés en sans-culottes, en chouans, en marquis ( !) composent quatre défilés qui traversent les différents quartiers de la commune avant de se retrouver sur la place centrale, où se trouve la mairie principale. À pieds, en char à bœuf ou en célérifère et draisienne, ils utilisent le passé pour une fête collective, pendant laquelle les enfants, déguisés inévitablement en sans-culottes, chantent la Marseillaise suivie par des « tubes » de 1989 ! Enfin tout le peuple orvaltais mange un plat unique, en regardant des animations de rue, avant de se retrouver, le soir autour d’un étang communal, devant un spectacle à prétentions historiques, clôturé par un feu d’artifice, illuminant des acteurs divisés en républicains et en chouans. Un seul discours, lu par l’ancien maire socialiste battu aux élections, fait écho aux Droits de l’Homme.

9Saint-Herblain se lance, à l’inverse, dans de nombreux actes commémoratifs, qui peuvent être regroupés en cinq catégories selon les destinataires et les intervenants et qui sont réalisés entre janvier et juillet 1989 :

  • des manifestations officielles, le 14 juillet, dirigées par la mairie et à charge symbolique forte : baptême de rues en souvenir de la Révolution dans un quartier nouveau, où se trouve un centre social déjà appelé Condorcet, et où un monument original en fonte est érigé en illustration du Serment du Jeu de Paume, plantations d’arbres de la liberté sur un boulevard et dans des collèges,
  • des actions avec les enfants scolarisés : représentation théâtrale dans un collège, choix de poèmes d’élèves d’un autre collège pour composer une cantate à la Liberté, mise en musique et interprêtée par un professeur de musique d’une ville galloise jumelée avec Saint-Herblain – ce qui donne lieu à une manifestation publique importante –, achat du jeu de la Bastille (en liaison avec deux autres communes), mise en circulation d’une valise pédagogique sur la Révolution,
  • des initiatives militantes : un colloque sur les droits des enfants dès janvier 1989, un forum sur « pauvreté et exclusion » organisé par des associations (Jeunesse Ouvrière Chrétienne, Confédération Syndicale du Cadre de Vie, Confédération Syndicale des Familles, Fédération Nationale des Myopathes Infirmes Paralysés), un cycle de conférences et exposition « Carmagnole et Libertinage » dans la bibliothèque Paul Éluard (association régie par la loi de 1901 et proche du PCF), ainsi que le lancement d’une équipe de jeu de Paume par une association sportive de quartier (Association Sportive de Preux), des défilés, le 1er mai autour du thème des droits de la femme,
  • des fêtes publiques : l’une d’entre elle est organisée par le club du troisième âge, un spectacle théâtral par la Compagnie des « Sans-Jupons », une fête costumée par les écoles dans le parc communal, une représentation théâtrale avec deux pièces, la projection de trois films (Danton, La Nuit de Varennes et la Marseillaise), une fête populaire dans un quartier (La Bégraisière) mise en œuvre par quatre centres socio-culturels, autour du Droit des femmes dans la Révolution, un spectacle Métro-Bastille avec la FAL.
  • À quoi s’ajoute, la journée départementale des CLEF, la semaine de la musique, la fête interculturelle, un tournoi de jeu de paume, le départ de coureurs à pieds en direction d’une ville jumelée de la Mer Noire, sans compter des expositions dans le Centre hospitalier et dans la bibliothèque P. Éluard.

10Nantes enfin associe des initiatives évocatrices et militantes :

  • de l’ancienne municipalité : un lancement de montgolfières en janvier, l’inauguration de « l’orme de la Liberté11 » dans le quartier de Chantenay, des expositions historiques (sur la monnaie, sur les courants de pensée et la Franc-Maçonnerie, sur la science), des conférences sur des aspects de la vie de Nantes, une soirée du cirque Gruss sur un thème historique, et le feu d’artifice,
  • avec la nouvelle : le parcours de la liberté conduit par des membres de la municipalité Ayrault le 13 juillet, les défilés et spectacles de musique les 13 et 14 juillet, la fête de la fraternité avec les représentants des villes jumelées. (Le tout pour un budget initial de 800 000 F dont 200 000 pour le feu d’artifice et 475 000 pour les fêtes des 13-14 juillet),
  • la nouvelle municipalité soutient en outre : la plantation d’un arbre de la Liberté, des conférences sur la Révolution pendant toute l’année par Nantes-Histoire, une fête du GASPROM, le 10 juin, en faveur des droits des émigrés, la fête de la citoyenneté de la FAL et des CLEF le 17 juin, une pièce de théâtre : Un Corse la finira par la Maison des Jeunes et de la Culture du quartier La Bouvardière. De leur côté les Francs-camarades avaient aidé au lancement d’un disque du chanteur nantais Serge Kerval, dès novembre 1988 ;
  • et elle lance : l’opération Messager de Nantes, envoi d’enfants de différentes nationalités sur un bateau qui suit la route atlantique de la traite, en liaison avec Médecins du Monde et l’opération des Droits de l’Enfant. Cette opération se déroule exactement pendant le bi-centenaire et accompagne des colloques et des manifestations réalisées autour des droits de l’Enfant dans toute l’agglomération,
  • à quoi s’ajoutent les Floralies de Nantes consacrées à la Révolution, une exposition historique du musée Dobrée, une pièce de théâtre originale commandée par la Maison de la Culture de Loire-Atlantique autour d’Haudaudine, qui fut un personnage nantais de la guerre de Vendée, connu pour sa volonté pacificatrice, une pièce de théâtre dans la prison, montée par les détenus sur le thème de la Liberté, sans compter le passage du train de la Révolution en gare le 3 juillet. Enfin, il faut noter que les élèves d’un lycée catholique du centre-ville, Saint-Stanislas (dont le directeur avait été adjoint de la municipalité Chauty) donnent un concert de musique de l’époque révolutionnaire à la mi-juin12, seul exemple dans une ville qui compte de nombreux établissements privés catholiques. Une goélette, issue du spectacle de Trans-sur-Erdre, vient mouiller au centre de la ville, où elle est accueillie par une canonnade. Enfin, deux quartiers à l’Est de Nantes ont organisé avec leurs Amicales laïques des commémorations : trois jours à Saint-Joseph-de-Porterie, une journée à Port-Boyer.
  • 13 Bulletin municipal de Nantes, juillet 1989, p. 28-29.
  • 14 Allocution du 7 juillet 1989.
  • 15 Ouest-France, 13-14 juillet 1989, p. 11.
  • 16 Voir « Quatorze Juillet 1880, Quatorze Juillet 1889 », infra.
  • 17 Belser (C.), La Réaction des droites radicales face au bicentenaire de la Révolution française dan (...)

11Dans ces inventaires disparates, s’il est aisé d’opposer les activités et les acteurs qui revendiquent le lien avec la Révolution française de ceux qui l’atténuent, le critère pertinent semble se situer dans la qualité précise du rappel historique. Les maires de Nantes et de Saint-Herblain se situent explicitement dans l’histoire de la Révolution et de sa commémoration, ainsi que leurs adjoints à la culture, comme Y. Guin, à Nantes, professeur de Droit, qui inscrit clairement la commémoration de 1989 dans la suite de celle de 1889, celle-là confirmant celle-ci13. Mais comme le fait l’adjoint de Saint-Herblain, ou l’ancien maire d’Orvault, M. Poujade, les interventions n’entonnent vraiment que l’antienne des Droits de l’Homme et évitent le reste de la Révolution, sauf à mentionner, globalement, les épisodes sanglants qui ont touché l’Ouest. Le maire de Saint-Herblain estime qu’il convient d’avoir « un esprit critique » sur les événements14, les organisateurs de la FAL évoquent les martyrs blancs et bleus et le maire de Nantes insiste sur la nécessité de la vigilance pour conserver la liberté, « fruit d’une lutte incessante15 ». Adhésion et réserve se mêlent donc, dans les allocutions publiques, chez tous les responsables municipaux ; l’équilibre du mélange varie subtilement selon les appartenances politiques, sans pourtant que le message ne change vraiment de sens. Les Droits de l’Homme sont à défendre, les excès à proscrire. Les conséquences néfastes de la Révolution sont ainsi présentes dans les discours ou dans les intentions, et les commémorateurs en ont tenu compte, ce qui n’avait pas été du tout le cas cent ans auparavant16. La volonté de J.-N. Jeanneney retrouve sur le plan local un certain apaisement des tensions, qui est illustré aussi par la présence symbolique sur la liste électorale de J.-M. Ayrault d’un militant de la Nouvelle Action Royaliste de B. Renouvin en 198917.

  • 18 Presse-Océan, 14 juin 1989.
  • 19 Presse-Océan, 19 juin 1989, p. 14.
  • 20 Collège Le Hérault à Saint-Herblain, sur l’initiative d’un professeur de français.
  • 21 Presse-Océan, 28 juin 1989.
  • 22 Presse-Océan, 12 juillet 1989.

12Le message donné par les associations initiatrices de manifestations est nettement différent. La fête de la citoyenneté de la FAL et des CLEF à Nantes a sa guillotine (à couper le saucisson) et ses inévitables enfants-sans-culottes ;elle entend appréhender « l’histoire de 178918 », mais la vente des cahiers de doléances des CLEF, le débat organisé autour des « doléances d’hier et d’aujourd’hui » se mêlent avec « le repas républicain » et surtout avec la fête des jeunes sportifs de l’Union Sportive de l’Enseignement Public le matin, des spectacles de rock et de variétés (dont quelques chants révolutionnaires),ainsi qu’une exhibition d’une école de cirque, répondant sans doute à « tous les goûts », selon une formule d’un journaliste19. Au travers de la commémoration, le but est bien d’enraciner des idées et des messages liés à l’actualité immédiate et aux débats des années 1980, la référence historique n’offrant qu’une occasion, n’étant qu’un prétexte. Ainsi lorsque des jeunes élèves de collège20 rédigent des poèmes sur le thème de la liberté, pratiquement aucun n’évoque l’histoire, et encore moins l’histoire régionale. De la même façon, lorsque 15 jeunes d’un collège de Nantes, envoient, sous la conduite de la professeur d’Histoire-Géographie, un message au président de la République, à propos des droits de l’Homme, il s’agit de demander la paix et la fin duracisme. Ces jeunes obtiennent pour cela le 1er prix régional du concours de l’association laïque d’éducation populaire, l’Ardeven21. Il est notable de signaler que, dans les manifestations rendues publiques par la presse, la part des enseignants d’Histoire-Géographie est pratiquement nulle – conférences exceptées. Est-ce ce décalage qui est sensible lorsque l’adjoint au maire Y.Guin, dans une intervention lors de l’inauguration d’une exposition d’archives, souligne qu’« à côté des discours que l’on entend et qui n’ont qu’un lointain rapport avec la Révolution, les documents sont là pour indiquer quelle était la vraie réalité22 » ?

  • 23 Presse-Océan, 5 juillet 1989.
  • 24 Presse-Océan, 6 juin 1989.
  • 25 Presse-Océan, 17 janvier 1989.
  • 26 Intervention du maire dans le programme.
  • 27 Presse-Océan, 12 juin 1989.

13La remarque paraît justifée par les libertés prises avec l’histoire dans nombre de manifestations. Comme le titre (perfidement ?) un journaliste, « bicentenaire oblige23 », les spectacles des enfants des écoles suivent la mode plus qu’ils n’y participent en connaissance de cause. Ainsi le rassemblement des parents d’enfants handicapés se traduit-il par un rallye qui, « révolution oblige » passe par la recherche des châteaux dans la périphérie nantaise, et leur prise « dans un déluge de feu et de hallebardes24 » (sic). La fée Clio a manifestement mélangé l’Ancien Régime avec un Moyen-Âge de pacotille. À Saint-Herblain, un spectacle d’école met en scène des marquises empoudrées et des viennoiseries. À Orvault, la fête est jugée historique parce que se produisent « cracheurs de feu, racoleurs, cascadeurs25 » (sic), et autres « saltimbanques », que le public peut défiler entre des « tavernes et des échoppes26 » (sic). Dans le meilleur des cas, la Révolution conduit à ce que 2 360 élèves du département réalisent des cahiers de doléances remis solennellement à J.-M. Ayrault et qui insistent sur les contraintes scolaires, la lutte contre le racisme, la préservation de l’environnement ou la défense juridique des enfants27. Écho militant à cette initiative, le GASPROM organise une fête illustrant les difficultés des travailleurs émigrés en les rattachant au bi-centenaire.

  • 28 Belser (C.), op. cit., p. 50.

14Enfin, les représentations théâtrales présentent le plus souvent des critiques envers les souvenirs de la Révolution. Classiquement, le cabaret utilisant l’histoire, une revue nantaise propose un spectacle du 7 février au 12 mars intitulé « Ça rira, ça rira, ça rira ! » dans la salle Bonne-Garde28. Plus sérieusement, les Sans-Jupons dénoncent les atteintes aux droits de la femme et les espoirs déçus de la Révolution ; un bonimenteur ventriloque sur la scène de la Gournerie, à Saint-Herblain, s’en prend directement à la langue de bois utilisée fréquemment, selon lui, pour traiter de l’histoire révolutionnaire, tandis qu’une pièce est articulée sur les ressorts de la trahison lors d’une mission de révolutionnaires en Jamaïque ; faut-il ajouter la pièce intitulée Un Corse la finira donnant le ton d’un ensemble passablement désabusé et critique, qui recourt parfois au délire et à la dérision ? La pièce consacrée à Haudaudine n’est pas d’un esprit très éloigné, soulignant les difficultés de mettre en jeu la sagesse dans un temps de luttes fratricides et fanatiques.

  • 29 Cette intervention réelle n’a pas la portée donnée par O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallim (...)

15Peut-on alors se demander, de façon provocatrice, si la mention la plus explicite de l’adhésion à la Révolution française ne vient pas d’un groupe seulement identifié par son nom évocateur : « les Amis de Varlet » (du nom du révolutionnaire Enragé, réduit au silence dans l’automne 1793), qui proteste contre les plantations symboliques d’arbres de la Liberté et publie aussi un poème dédié à la révolution – mais d’inspiration peu révolutionnaire – écrit par un prisonnier nantais qui avait pris des otages dans le Palais de Justice quelques années plus tôt29 ? Plus étonnant est alors la profession de foi des organisateurs de la manifestation régulière des Floralies. Celle-ci est consacrée à la Révolution indiscutablement en fonction du calendrier, cependant ses organisateurs affirment avec force et fierté, dans une interview, leur volonté de commémorer non loin du « pays chouan ». De la même façon, mais discrètement, l’exposition du musée départemental Dobrée a été revue pour donner une vision « républicaine » et locale de la Révolution, renvoyant dans les réserves les objets ayant appartenu à la duchesse de Berry, qui étaient exposés auparavant. Dans ces manifestations sacrifice au calendrier, engagement personnel, récupération se conjuguent avec des examens plus critiques.

  • 30 Belser (C.), op. cit., p. 175, 178.

16Le bilan n’est pas aisé à tirer. Plusieurs plans doivent être distingués. La mémoire du passé a été tout à la fois réelle et marginale. Elle est forte dans la mesure où il est évident que si les manifestations commémoratives ne font que le moins d’allusions possible aux événements régionaux, les souvenirs des guerres de Vendée sont présents en arrière-plan dans les discours et les articles de presse – ce qui constitue certainement une nouveauté absolue dans l’histoire régionale. Mais en revanche, la précision des rappels historiques est demeurée faible dans tous les cas. Les événements nationaux et régionaux disparaissent dans des amalgames dotés de significations politiques et sociales actuelles et il est rare de les voir commémorer en tant que tel. Le relatif échec du Parcours des Libertés à Nantes illustre certainement ce décalage très grand entre les élites, capables de se référer à des faits passés, et la masse des individus sensibles à des évocations qui leur permettent des asociations d’idées. Sous ce rapport, les analyses de F. Furet et de P. Nora trouvent des échos indéniables. La mémoire est là pour remplacer un passé déficient, la Révolution n’est plus à l’ordre du jour pour elle-même. La page est tournée avec la IIIe République dans laquelle on pouvait voir des militantismes en prise avec le passé révolutionnaire. En 1993, un défilé ne rassemblera que 300 personnes dans le souvenir de la mort du roi à Nantes – il y en avait 2 000 en 189330.

  • 31 Par exemple, entre 300 et 450 personnes ont suivi chaque semaine un cours public sur la Révolution (...)
  • 32 Aux éditions Horvat, 1989.
  • 33 Entre autres, les compte-rendus de P. Touraut dans Presse-Océan, 25 mai 1989.
  • 34 Presse-Océan, 27 septembre 1989.

17Cependant il convient d’apporter des nuances importantes à cette conclusion – même si elle n’est pas à remettre en cause en totalité. Il y eut donc des militants de la mémoire, qui surent à différents niveaux intervenir dans le jeu commémoratif et politique pour infléchir les consciences au nom du passé. Quelle part faut-il faire aux conférences31 qui ont drainé des centaines, voire un ou deux milliers, de personnes au cours de l’année et aux livres publiés à Nantes sur le sujet ? De nombreux acteurs – maires et adjoints, universitaires engagés dans des conférences et des cours publics – mais aussi chez les membres les plus actifs des partis politiques de gauche, comme de droite – sont intervenus sur cette scène. Ainsi Y. Guin, adjoint à Nantes, publie-t-il une histoire de la Loire-Atlantique32. Pour tous ces intervenants, les allusions historiques sont claires, ainsi lorsque, le maire de Nantes signe des actes de citoyenneté au pied de la colonne Louis XVI, les différentes strates de l’histoire nationale et locale sont-elles présentes dans le geste. La droite, en revanche, n’a pas eu une activité publique très importante. Les actes « contre-révolutionnaires » en tant que tels ont été très discrets, alors que les différents militants de la nébuleuse de la droite et de la droite-extrême locale sont nombreux. Ils ont seulement axé leurs publications sur le bi-centenaire pour influencer des élus et des journalistes ; les résultats sont cependant visibles de façon évidente et l’orientation critique envers la Révolution et le bi-centenaire a été remarquée33. La pensée contre-révolutionnaire a été exposée, notamment illustrée par des livres de professeurs nantais, dont B. Lerat, soutenu par H. Louboutin rédacteur en chef de Presse-Océan34.

  • 35 Martin (J.-C.), La Vendée de la Mémoire, op. cit..

18Enfin, il est indéniable qu’il y a eu un écho populaire important. De piètre qualité sans doute aux yeux des historiens professionnels ; mais hors des critères universitaires, la diffusion et l’insistance sur les notions de liberté, de fraternité et d’égalité, qu’elles produisent des poèmes d’écoliers, des bricolages festifs, des amalgames étonnants, ne peuvent pas être négligés. La situation n’était pas fondamentalement si différente dans les années 1880 lorsque les républicains familiarisaient les populations à la Révolution avec des courses au canard, des « baisers de la tuile » et des bals populaires. Des habitus hérités ont été réaffirmés, d’autres ont pu être créés ; il ne s’agit certes pas d’une création de haute tenue intellectuelle, il n’y a pas à chercher une naissance idéologique inédite, ni des solutions aux problèmes de l’avenir. Mais ces initiatives auront, un temps, ajouté des repères spatio-temporels aux racines historiques régionales, continuant la prolifération et le bricolage35 de la mémoire collective. Le bi-centenaire à Nantes aura ainsi confirmé la place classique des porteurs de mémoire et contribué à maintenir vivace le monument mémoriel quasi-surréaliste hérité des années révolutionnaires. Ainsi, à côté de la présentation mécanique des rouages de l’histoire, la prolifération de l’imaginaire et la petite musique de la mémoire continuent-elles à faire vivre le passé.

Notes

1 Communication au colloque « La France au miroir du Bi-centenaire de la Révolution », Institut d’Histoire du Temps Présent, décembre 1994, Article proche : « La mémoire des lieux, le bicentenaire de la Révolution dans l’agglomération nantaise », in Brelot (C.-I.) et Mayaud (J.-L.) dir, Voyages en Histoire, Mélanges Gerbod, Annales littéraires de l’Univ. de Besançon, n° 550, 1995, p. 208-215.

2 Voir les remarques d’A. Corbin, Le Temps, le Désir et l’Horreur, Aubier, 1991, p. 238-239.

3 Enquête réalisée au cours de l’année 1992-1993, dans le cadre de l’Université Inter-Âges de Nantes sous ma direction, par Mme Garaud, MM. Kahn, Javayon, Landais, Robert.

4 Nantes dépasse 250 000 hab., Saint-Herblain : 30 000 hab., Orvault : 24 000 hab.

5 Martin (J.-C.), La Vendée de la Mémoire… op. cit., ch. 7.

6 Martin (J.-C.), Une guerre interminable, op. cit., 1er chapitre.

7 Intervention de F. Saudrais, président de l’association du bicentenaire, programme.

8 Sur leur activité nationale, Kaplan (S.), Adieu 89, Paris, Fayard, 1993. À Nantes, ils sont animés par A. Croix.

9 Presse-Océan, 9 août 1989.

10 Ouest-France, 13-14 juillet 1989, p. 11.

11 Il s’agit d’un orme mort, façonné par un sculpteur.

12 Ouest-France, 19 juin 1989.

13 Bulletin municipal de Nantes, juillet 1989, p. 28-29.

14 Allocution du 7 juillet 1989.

15 Ouest-France, 13-14 juillet 1989, p. 11.

16 Voir « Quatorze Juillet 1880, Quatorze Juillet 1889 », infra.

17 Belser (C.), La Réaction des droites radicales face au bicentenaire de la Révolution française dans la région nantaise en 1988/1989, Maîtrise Université de Nantes, dir. J.-C. Martin, 1993, p. 19.

18 Presse-Océan, 14 juin 1989.

19 Presse-Océan, 19 juin 1989, p. 14.

20 Collège Le Hérault à Saint-Herblain, sur l’initiative d’un professeur de français.

21 Presse-Océan, 28 juin 1989.

22 Presse-Océan, 12 juillet 1989.

23 Presse-Océan, 5 juillet 1989.

24 Presse-Océan, 6 juin 1989.

25 Presse-Océan, 17 janvier 1989.

26 Intervention du maire dans le programme.

27 Presse-Océan, 12 juin 1989.

28 Belser (C.), op. cit., p. 50.

29 Cette intervention réelle n’a pas la portée donnée par O. Ihl, La Fête républicaine, Paris, Gallimard, 1996.

30 Belser (C.), op. cit., p. 175, 178.

31 Par exemple, entre 300 et 450 personnes ont suivi chaque semaine un cours public sur la Révolution française, dans le cadre de Nantes-Histoire (intervenants : A. Croix, Y. Guin, J.-C. Martin).

32 Aux éditions Horvat, 1989.

33 Entre autres, les compte-rendus de P. Touraut dans Presse-Océan, 25 mai 1989.

34 Presse-Océan, 27 septembre 1989.

35 Martin (J.-C.), La Vendée de la Mémoire, op. cit..

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search