Version classiqueVersion mobile

Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1989

 | 
Jean-Clément Martin

3e partie. Mémoires et militants

14 Juillet 1880, 14 Juillet 18891. L’instauration de la fête nationale dans l’Ouest

Texte intégral

  • 1 Première version : « Quatorze Juillet 1880, quatorze Juillet 1889 » ABPO, 1984, n° 3, p. 201-247.

1Dans l’ensemble des novations qui marque l’établissement de la IIIe République après 1877, la fête du 14 Juillet est instituée avec la volonté d’ancrer le pays dans une ère nouvelle. À côté de changements plus importants, la rupture provoquée par cette fête ne revêt sans doute qu’une importance limitée ; pourtant son étude n’est pas dénuée d’intérêt. Le 14 Juillet, fête nationale, se devait d’être célébré dans l’ensemble du pays et a donc entraîné des réactions dans les communes les plus reculées. Au-delà des opinions des élites politiques, la fête du 14 Juillet nous entraîne à la découverte des attitudes des Français « moyens » des années 1880.

2Fête octroyée par le gouvernement, surveillée par l’administration, elle entraîne l’obligation de se joindre aux réjouissances publiques, et occasionne la rédaction de rapports sur les festivités, ou sur leur absence. Par un détournement de sens habituel aux historiens, le 14 Juillet permet de disposer d’un indicateur des sentiments politiques tels qu’ils s’expriment dans la France profonde, en prenant avec précautions les renseignements ainsi obtenus. Les adhésions, ou les refus de la fête, donnent lieu à des attendus révélateurs de l’état de l’opinion, mais le plus souvent, ils ne comportent aucune nuance, et ne rendent compte que de ces tendances générales qui acceptent ou refusent la République. Les réponses sont trop simples pour porter sens individuellement ; leur addition est indispensable pour estimer l’état d’esprit d’une petite région, voire d’un département. Si le 14 Juillet, malgré les apparences, ne permet pas de faire une histoire communale, il est cependant un bon test estimatif des opinions nationales.

  • 2 Sanson (R.), Les 14 Juillet fête et conscience nationale. 1789-1973, Paris, Flammarion,1975 ; Vall (...)

3Le puzzle que l’on peut reconstituer à partir des réactions face à la fête, prend d’autant plus de valeur lorsqu’il s’applique à certaines régions du pays dans lesquelles la commémoration a immédiatement posé problème – voire continue de le faire. L’Ouest de la France, Bretagne, région-Vendée, est un de ces terrains de prédilection pour suivre les festivités républicaines. Rappeler la période révolutionnaire dans l’Ouest à la fin du xixe siècle ne peut qu’entraîner des réactions significatives à la fois de la vision qu’ont de la République les habitants de l’Ouest dans les années 1880-1889, et de la mémoire en acte qui reste des guerres civiles révolutionnaires. L’étude est donc bornée aux dix premières années de la commémoration, lorsque l’innovation de la fête était encore provocatrice, avant que des habitudes ne se prennent, ou que des changements de sens ne dénaturent progressivement la signification de la fête2.

La fête octroyée

  • 3 Ozouf (M.), « Le premier 14 Juillet », L ‘Histoire, n° 25, p. 10-19.
  • 4 Raspail (B.), député de 1876 à 1889 siège à l’extrême gauche, peintre et graveur, fils de François (...)
  • 5 H. de La Rochefoucauld, député et conseiller général de la Sarthe, légitimiste, a offert 1,2 milli (...)

4Le 14 Juillet est une fête politique née de la volonté des Républicains au pouvoir. Officiellement c’est le 22 mai 1880 que, sur la proposition du député Benjamin Raspail3, l’Assemblée nationale est saisie du projet d’établir la fête nationale à la date du 14 Juillet. La commission parlementaire composée sur ce sujet, s’exprime par la voix de son rapporteur Achard, le 9 juin suivant, et définit laconiquement le sens de la commémoration prévue : « L’organisation d’une série de fêtes nationales rappelant au peuple des souvenirs qui se lient à l’institution politique existante, est une nécessité que tous les gouvernements ont reconnue et mise en pratique ». On ne saurait être plus clair, et moins lyrique. La fête doit permettre que se joignent ainsi « les instincts populaires » et les « besoins sociaux » pour sortir la République d’ «une sorte d’anonymat timide, (d’)une simple abstraction gouvernementale ». Le choix de la date du 14 Juillet s’explique par sa double signification : « La prise de la Bastille (…) a mis fin au monde ancien.(…) La fête de la Fédération a fait la France moderne, (…) l’unité de la patrie ». La fête nationale est dotée ainsi de ses dimensions politiques, culturelles, voire pédagogiques. Elle est destinée à l’édification du peuple dans l’univers républicain ; elle marque la victoire d’un parti. La fête du 14 Juillet s’inscrit dans une suite déjà longue de fêtes nationales, qui, du 21 janvier au 22 septembre, avaient prétendu, à un moment où l’autre de notre histoire, vouloir orienter l’avenir du pays4. Est-ce pour cela, ou parce que d’autres questions plus importantes accaparent les esprits – comme l’amnistie des Communards ? – toujours est-il que l’Assemblée nationale n’entre pas dans un débat approfondi. La procédure d’urgence est déclarée, et le projet de loi adopté. La seule intervention hostile vient du député La Rochefoucault, duc de Bisaccia5, rappelant « une parole de M. Thiers qui a dit que la République tombe forcément dans l’imbécillité ou dans le sang » et ajoutant « Messieurs, cette parole vous allez la ratifier en prenant pour fête un jour de sang ».

  • 6 A. Fresneau, sénateur monarchiste du Morbihan, auteur d’une brochure intitulée simplement : Le Roi(...)
  • 7 H. Martin, sénateur républicain, auteur connu pour une Histoire de France en 19 volumes.

5Au Sénat, le projet de loi provoque une discussion le 29 juin 1880. L’attaque contre le projet gouvernemental est mené sur plusieurs fronts. Le sénateur Fresneau6 s’appuie sur l’histoire pour s’y opposer. Il souligne que la Bastille ne détenait que sept prisonniers en 1789, et qu’en outre « cette petite prison » n’était destinée qu’aux « grands, des privilégiés assez puissants pour troubler l’État ; le reste travaillait en paix et en sécurité ». L’intérêt porté par les Républicains devient cocasse. Pour Fresneau, le 14 Juillet ne fut donc que le point de départ de la déchéance de la souveraineté nationale passant « d’une institution séculaire » aux « couloirs des parlements » et de là « dans la rue ». Par respect pour ses convictions, il annonce enfin qu’il ne peut voter la loi. Le rapporteur de la commission sénatoriale, Henri Martin7, membre de l’Académie française et notabilité républicaine, contre-attaque d’abord sur le terrain historique. Le 14 Juillet doit être compris dans l’ensemble de l’année 1789, après que Necker a été congédié et que le roi a concentré autour de Paris « une armée entière, une armée (...) en très grande partie étrangère ». Si bien que le peuple de Paris se souleva contre « l’infanterie suisse, la cavalerie allemande, la cavalerie hongroise, les régiments étrangers, peu de troupes françaises et c’est contre ces régiments étrangers que les gardes françaises avaient défendu le peuple et l’Assemblée ». Alors, malgré le sang versé, « mais hélas dans tous les grands événements de l’histoire, les progrès ont été achetés par bien des douleurs, par bien du sang », le 14 Juillet fut cependant « la victoire de l’ère nouvelle sur l’ancien régime ». Après cette justification de l’insurrection nationale et patriotique, Henri Martin justifie le choix de la date par le rappel, beaucoup plus unanimiste, du 14 Juillet 1790 « consécration de l’unité de la France ». Car si « l’ancienne royauté avait fait pour ainsi dire le corps de la France, (...) la Révolution, ce jour-là, le 14 juillet 1790, a fait, je ne veux pas dire l’âme de la France – personne que Dieu n’a fait l’âme de la France – mais la Révolution a donné à la France conscience d’elle-même ». Pour cette raison, il termine en invitant l’ensemble des sénateurs à voter la loi car « si quelques-uns d’entre vous ont des scrupules contre le premier 14 Juillet, ils n’en ont certainement pas quant au second ».

  • 8 S. Halgan, conseiller général et sénateur de Vendée.
  • 9 E. Pelletan, journaliste et sénateur républicain ; père de Camille Pelletan.
  • 10 Les citations sont extraites du Journal Officiel aux dates indiquées.

6Le sénateur Halgan8, membre de la minorité de la commission sénatoriale, représentant de la Vendée, saisit au bond cette distinction pour en souligner la bizarrerie : comme si, dit-il, on voulait célébrer l’anniversaire d’un homme en disant que ce n’est pas sa naissance que l’on fête, parce qu’elle est regrettable, mais bien le rappel de sa première année obtenue (...). Cet ingénieux sophisme ne répond pas à cette question si directe et si simple : la naissance a-t-elle été criminelle ? ». Pour répondre, l’histoire de la journée du 14 juillet 1789 est à nouveau invoquée. Halgan raconte la prise de 24 000 fusils aux Invalides par les Parisiens se précipitant ensuite à la Bastille qui, mal défendue, capitule. Citant Marat et Louis Blanc, il insiste sur les massacres du gouverneur Launay, du prévôt des marchands, Flesselles, et d’officiers ; ces crimes furent permis par la trahison d’une partie de l’armée qui soutint les émeutiers. Il y voit là une attitude qui rappelle celle de régiments pendant la Commune. Pour conclure, il propose, en accord avec le sénateur Poriquet, un amendement instituant la fête nationale le 4 août. Ce dernier sénateur insiste sur la signification symbolique de ce jour qui marque bien l’unité nationale si nécessaire en ces temps de désunion. Après une brève intervention d’Eugène Pelletan9, qui justifie le choix du 14 Juillet même si « c’est le sang français qui coule versé par des mains françaises », car « cette extrémité douloureuse » est nécessaire lorsqu’un peuple est « mis en demeure de choisir entre le despotisme et la liberté », un vote rejette l’amendement Poriquet-Halgan ; et par 178 voix contre 64, le projet de loi créant la fête nationale le 14 Juillet est adopté par le Sénat10. Le 6 juillet suivant, le président Jules Grévy signe la loi ; reste à la faire appliquer.

  • 11 AD M M 4580.

7L’application n’est entreprise qu’avec une certaine prudence. Les préfets en sont chargés dans leurs circonscriptions. Ils reçoivent le 2 juillet 1880 une circulaire qui laisse aux municipalités la plus grande latitude sur la tenue de cérémonies commémoratives : « le gouvernement n’a déterminé (...) aucun programme obligatoire (...). Il laisse aux municipalités le soin de le fixer en se conformant aux usages locaux et à l’importance des ressources11 ». L’hostilité prévisible, que la commémoration ne pouvait manquer de soulever dans certaines régions, ne pourra pas s’alimenter des rigueurs d’une injonction impérative. Le gouvernement adopte une position de repli : la fête reste facultative.

  • 12 AD ML IM7/61, télégramme 21590 47/9 3510 S.R.
  • 13 AD IV 1 M 163 ; la plupart des documents cités se rapportant à cette cote, celle-ci ne sera plus r (...)
  • 14 AD ML, 1M7/64.
  • 15 AD CN 1 M Fêtes ; toutes les citations sont extraites de cette unique cote qui ne sera plus rappel (...)
  • 16 AD LA 1 M 677.

8La prudence gouvernementale n’est pas seulement politique, elle est également budgétaire. Chaque commune participe à la fête nationale selon ses propres possibilités. Pour les déterminer, le gouvernement donne la permission aux conseils municipaux de se réunir extraordinairement pour voter des crédits spéciaux. Il s’agit là encore d’une invitation, et non d’un ordre, comme le souligne ce télégramme envoyé sous chiffre spécial au préfet du Maine-et Loire : « l’invitation aux Conseils municipaux de prendre part à la fête nationale par un vote de crédit doit être interprétée et présentée par vous comme une autorisation de se réunir extraordinairement et non comme une prescription impérative afin que les refus possibles n’aient pas l’apparence d’une protestation12 ». L’intrusion de la fête nationale ne se réalise qu’avec circonspection et l’ordre républicain ne s’instaure qu’en faisant cotiser les communes. Car si les sommes engagées pour la célébration du 14 Juillet ne sont pas négligeables, autour de 300 000 F d’une année à l’autre, elles sont pourtant d’un effet limité rapportées à l’étendue du pays et au grand nombre des communes. Le versement national est seulement incitatif. Ainsi ce sont 1 430 F en 1884 comme en 1885 qui sont mis à la disposition du département de l’Ille-et-Vilaine pour couvrir les dépenses de la fête : illuminations des bâtiments administratifs, des casernes de gendarmerie et enfin aides aux communes qui le souhaitent13. Le Maine-et-Loire reçoit 1 000 F en 188114 et 1 395 F en 1883 ; les Côtes-du-Nord 1 400 F en 188915. La Loire-Atlantique est dotée de 2 800 F en 188616. Ces sommes sont le plus souvent reconduites chaque année et, dans l’ensemble, restent modestes. Sans doute doivent-elles apporter seulement un appoint aux engagements financiers des départements et des communes, mais encore faut-il que les uns et les autres veuillent participer à la fête sur leurs deniers propres. Sur ce point les conseils généraux et municipaux ne manifestent guère d’enthousiasme dans la plupart des cas. Si le Conseil général d’Ille-et-Vilaine vote régulièrement une somme d’argent (1 200 F en 1892), qui s’ajoute aux fonds versés par l’État, celui de Loire-Atlantique refuse obstinément une quelconque subvention. Dans tous les cas, le préfet est la pierre angulaire des fêtes du 14 Juillet ; il gère seul les fonds attribués à la commémoration.

  • 17 Idem.

9Ceci explique que la fête se tienne d’abord dans les lieux où s’exercent le plus fortement les liens de subordination administrative. Tous les bâtiments officiels, dépendants de l’État, sont décorés, pavoisés et surtout illuminés pour l’occasion. Dans toutes les villes de la région, préfectures, sous-préfectures, casernes de gendarmerie, prisons et tribunaux sont ornés de drapeaux ou de guirlandes – les mairies et les écoles sont laissées au soin des municipalités. Ceci entraîne des frais incompressibles qui représentent la part essentielle des sommes allouées à chaque département. En 1880, 1 032 F sont dépensés pour cette raison dans les Côtes-du-Nord ; les communes se partageant 385 F. À Nantes l’ornementation administrative atteint des sommets. En 1888, les travaux et fournitures destinés à la seule préfecture coûtent 1 176,63 F au profit de la station de Nantes de « The European Gas Company Limited ». Quinze lustres et quatre « lignes de feu », la rampe de la marquise et un motif « R.F. » ont illuminé la façade pendant deux heures dans la soirée du 13 juillet, et pendant trois heures le 14. Ce jour-là, se sont ajoutés huit autres lustres. La seule consommation de gaz est facturée 427,29 F, à raison de 5 F Ies 100 jets à l’heure17.

  • 18 AD LA 3Z 96.
  • 19 AD ML 1 M7/64.
  • 20 AD LA 3 Z 96.

10En règle générale, les dépenses de ce genre sont plus faibles ailleurs. Dix ans plus tard, les illuminations de la sous-préfecture de Paimbœuf ne coûtent que 100 F, celles du tribunal, 20 F18. Dans le Maine-et-Loire, les dépenses engagées en 1883, pour l’ensemble des édifices publics du département ne se montent qu’à 1 395 F, soit 750 F pour Angers, 275 F pour Cholet, 180 F pour Saumur, 130 F pour Segré et 120 F pour Baugé19. Les Côtes-du-Nord, en 1889, sont moins bien traitées : 450 F seulement sont destinés à la préfecture et 40 F aux sous-préfectures. Quant aux casernes de gendarmerie, elles doivent se contenter au plus de 10 à 15 F pour couvrir leurs frais, mais la plupart d’entre elles ne font guère que pavoiser. Les « instruments de la fête nationale » sont ainsi d’un prix élevé, les drapeaux les plus communs entraînent des dépenses non négligeables. Un inventaire dressé à Paimbœuf, en Loire-Atlantique, en témoigne qui évalue à 20 F deux drapeaux étaminés ; le total des drapeaux et des mâts se monte à 398,50 F20. Si les grandes villes réussissent à payer les frais provoqués par la fête, les petites communes rurales font appel au préfet pour recevoir une aide.

  • 21 AD IV 1 M 174.
  • 22 AD F 1 M 35.

11Chaque année donc, les préfectures sont assaillies de demandes de « secours » émanant des maires ou, plus rarement, de particuliers qui prennent en charge l’organisation de la fête. En règle générale, le préfet accorde des subventions sans réticence, partageant les fonds disponibles en parts égales selon le nombre de demandeurs. Les sommes allouées sont ainsi très modestes, variant entre 15 et 35 F ; elles entraînent cependant l’obligation de rendre compte de leur emploi. Par là, le rôle du préfet s’exerce au-delà de la simple distribution d’argent et s’étend à l’encadrement de l’opinion communale. Sans aucun doute, les interventions directes de la préfecture se limitent à cette répartition budgétaire et à l’envoi de circulaires. Chaque année, les différentes préfectures avertissent les maires de leurs circonscriptions de l’approche de la fête, et les invitent à se joindre à la commémoration nationale. Un effort plus important est entrepris en 1889, puisque l’anniversaire de la réunion des États généraux doit être célébré à la date du 5 mai, en plus du 14 Juillet. Les services préfectoraux résument à grands traits la circulaire ministérielle du 20 avril 1889 qui précise la signification de ce jour et insiste sur « l’abolition du régime féodal, la première ébauche d’un système d’éducation nationale, la suppression des classes (...), la proclamation des droits de l’homme et du citoyen21 ». Si le préfet du Maine-et-Loire se contente de faire recopier la circulaire ; celui du Finistère ajoute quelques lignes destinées spécifiquement aux Bretons en rappelant « la page glorieuse » écrite par la région dans « l’histoire de l’émancipation de notre pays » et souhaite que les Finistériens partagent « l’élan de patriotisme, de concorde et d’espérance qui animait leurs pères à la grande date du 5 mai 178922 ».

  • 23 Id., 1 M 331, en 1880.
  • 24 Id., circulaire du 23 avril 1889.
  • 25 AD M M 4580.
  • 26 AD ML 1 M7/64.
  • 27 AD V 1 M 527.

12Dans les grandes villes, l’intervention préfectorale est déterminante. Dans les chefs-lieux de départements et d’arrondissements, l’administration préfectorale a la haute main sur l’organisation matérielle de la fête. C’est à la préfecture que s’établissent les listes de personnalités à inviter et de fonctionnaires à convoquer. C’est à la préfecture que se règlent les détails de l’organisation de la revue militaire qui ouvre la journée et celle de la retraite aux flambeaux qui clôt la fête23. Enfin, et surtout, le préfet contrôle la participation : les fonctionnaires sont requis de participer aux commémorations. La contrainte est évidente pour les gendarmes qui pavoisent et illuminent leurs casernes. Jusqu’en 1889, les instituteurs ne semblent pas avoir reçu de notification particulière. À cette date, l’inspecteur d’Académie, sur invitation préfectorale, leur adresse une circulaire pour les inciter à donner de l’éclat aux fêtes du centenaire. Dans le Finistère, l’inspecteur souhaite qu’ « en cette circonstance, le maître pour frapper davantage l’attention des enfants, apportât un peu plus d’apprêt dans sa mise et dans son maintien24 ». Le ministre de l’Instruction publique accorde chaque année un jour de congé supplémentaire aux écoliers pour le 14 Juillet ; mais aucune requête particulière n’est adressée aux enseignants. Ceux-ci cependant, comme l’ensemble des personnels dépendants de l’État sont surveillés précisément le 14 Juillet, et leurs attitudes notées. Dans les grandes villes, les commissaires de police relèvent ainsi les noms des principaux fonctionnaires n’ayant pas pavoisé ou ayant quitté leur domicile ce jour-là. À Vannes, dix-huit (dont trois colonels) sont dans ce cas en 188025. À Angers, en 1889, est établie la liste des treize fonctionnaires et des dix-huit débitants de tabacs qui ont illuminé et pavoisé, et celle des vingt-neuf débitants et seize fonctionnaires qui ont seulement pavoisé (l’un d’entre eux avec un petit drapeau26). Dans cette dernière ville, le préfet se heurte à forte partie. En 1884, vingt-six fonctionnaires n’ont pas pavoisé, dont le premier président de la Cour d’appel, le président du Tribunal civil, en même temps qu’un député et cinq conseillers municipaux. Pour prévenir des oppositions trop ouvertes, le préfet de la Vendée, mais il semble le seul à être réduit à de telles mesures, prend un arrêté dès 1882, pour interdire « d’exposer sur la voie publique ou d’arborer sur les maisons particulières des drapeaux, des emblêmes autres que le drapeau national27 ».

13Le 14 Juillet est d’abord une fête légale, administrative. Instituée par le gouvernement en place, elle est avant tout orientée par les fonctionnaires d’autorité. Mais ce ne sont pas les maigres subventions, ou les képis des gendarmes qui peuvent la transformer en fête populaire. La réussite de la journée ne peut venir que des actions volontaires de militants qui prennent le relais des initiatives gouvernementales et popularisent cette idée nouvelle.

Les militants de la fête

14Le succès du 14 Juillet va reposer en effet sur les interventions de militants institutionnels, maires, gendarmes, voire instituteurs, ou tout a fait bénévoles : comités républicains, qui vont multiplier les petites fêtes républicaines. Ils vont organiser ainsi une poussière de fêtes, et vont rassembler sur place des populations qui découvrent ce que peut être la République au village. Dans les pires conditions parfois, ces militants ne peuvent guère que porter témoignage de leurs convictions, mais c’est aussi un moyen de faire connaître les innovations du régime.

  • 28 Voir Singer (B.), Village notables in Nineteenth Century France, New York, 1983.
  • 29 AD V 1 M 527.

15Le militantisme des édiles est incontestablement le plus efficace, et le plus facile. Le maire joue un rôle déterminant dans sa commune et donne le ton au sein du Conseil municipal28. Ses prises de position orientent indiscutablement la vie de la commune. Dès 1880, l’engagement républicain de quelques maires atteint des sommets. Dans le sud de la Vendée, à Saint-Sigismond, le maire déclare qu’« il serait honteux pour la commune qu’un jour si mémorable, une date si significative [restât] dans l’oubli ». Aussi veut-il « s’associer au cri de joie qui doit s’élever dans toute la France pour célébrer cette fête de la Concorde » et il fait voter un crédit exceptionnel de 100,45 F pour la fête dans la commune. Non loin de là, à Sérigné, son collègue invite ses administrés à manifester « leur attachement au gouvernement qui régit cette belle France29 ». On ne peut pas être plus clair dans la proclamation de ses opinions, mais on ne peut pas imputer à la pédagogie républicaine nationale l’origine de tels propos. Ils attestent de la politisation des élites rurales avant même que les luttes politiques majeures, qui vont partager le pays en cette fin de siècle, n’éclatent. Nul n’hésite sur les significations politiques de la fête. À Lannion, dans les Côtes-du-Nord, le maire rappelle en séance du conseil municipal « l’immortelle journée du 14 Juillet qui assure le triomphe de la société nouvelle (...) et la victoire sur la monarchie ».

  • 30 AD F 1 M 331.
  • 31 AD IV 1 M 174.

16Le ton employé lors de la célébration du centenaire de la réunion des États généraux est un peu moins vindicatif. La solennité du centenaire invite évidemment à la méditation, d’autant plus que depuis neuf ans, la commémoration est devenue une habitude, et que le régime paraît assuré. Le lyrisme municipal prend d’autres accents. La fête s’inscrit dans des perspectives plus amples, qui donnent sens à l’histoire entière du pays. Ainsi le maire de Brest fait-il publier une proclamation qui indique que le 5 mai 1789 vit « l’ouverture des États généraux, l’assemblée solennelle des temps nouveaux ». S’il ne retient de la journée que la lecture des cahiers de doléances ( !), rédigés par les trois ordres, il conclut sur « l’avènement d’une ère nouvelle dans la vie des peuples30 ». Les leçons tirées du passé ne pèchent pas par excès de nuances quelles que soient les années. Les raisonnements reposent sur des arguments simples, des faits qui se veulent évidents. Ainsi le discours du maire de Lanvollon, dans les Côtes-du-Nord, justifie-t-il par les attendus suivants les mesures arrêtées pour la fête : « À la fin du xviiie siècle, les hommes les plus illustres dans les lettres, les sciences et les arts et le barreau répandirent dans la Nation par leurs écrits et leurs travaux les idées de liberté, d’égalité et d’émancipation. Le gouvernement de cette époque poussé par l’opinion qui exigeait des réformes fut obligé de convoquer les États généraux ». L’histoire se résume en cette marche de l’esprit qui triomphe de l’Ancien Régime et des forces du passé au travers de luttes qui sont évoquées avec beaucoup d’imprécisions. Ainsi, dans le même département, à Bourbriac, l’importance de la Révolution qui s’ouvre le 5 mai 1789 serait d’avoir aboli « la qualité de serf, le rachat de la dîme, les privilèges et immunités pécuniaires » et d’avoir apporté les bases de ce qui est devenu le gouvernement populaire de la liberté, de la légalité et de la fraternité. Le maire de Pleurtuit, en Ille-et-Vilaine, estime, quant à lui, que cet anniversaire célèbre le jour qui nous a réellement rendu à la liberté31. L’énonciation remplace l’argumentation et vise des personnes convaincues (ou opposées) d’avance. Ces déclarations se traduisent par des preuves tangibles. En 1889, Morlaix accorde 3 000 F pour les fêtes républicaines. Dès le 14 juillet 1880, Les Sables d’Olonne, en Vendée, votent 1 500 F, tandis que des petites communes rurales du sud du département, comme Vouillé-les-Marais ou Mouzeuil, consacrent 240 et 250 F, sommes considérables eu égard à leur budget. Mais ne s’agit-il pas de « s’associer autant que possible aux vœux du pays » ?

  • 32 AD CN 1 M 1882.
  • 33 AD ML 3052.
  • 34 AD ML 1 M 7/64.

17Cette attitude est loin d’être la plus répandue dans une région où des maires et des conseillers municipaux sont pour le moins réticents face au 14 Juillet. Si bien que, pour promouvoir la fête, des individus vont, isolément ou en groupe, s’efforcer de la prendre en charge. Parfois peu nombreux dans une commune, ils sont souvent en butte à des oppositions ; ne disposant pas de beaucoup d’argent, ils font appel à l’aide préfectorale, pour être soutenus, matériellement et moralement. Lorsqu’il est nécessaire de braver l’opinion publique, les fonctionnaires, « les étrangers », peuvent l’entreprendre. C’est ce qu’écrit le maire de Lanvollon (Côtes-du-Nord) : « il n’y a que les employés du gouvernement, les retraités, le peu de républicains et les aubergistes qui ont décoré et illuminé32 ». Dans sa commune, les gendarmes participent avec vigueur à la fête, décorant la gendarmerie avec 3 drapeaux, 50 pots de fleurs placés à toutes les croisées de la façade, 10 guirlandes de fleurs et de feuillages, plusieurs branches d’arbres, 30 lanternes vénitiennes et 140 chandelles placées dans les lettres A.L.F. et V.L.R. Ce sont aussi un gendarme et deux cheminots qui mettent sur pied les fêtes des 14 Juillet 1881 et 1883 à Landevant (Morbihan) : ils ne rassemblent que 24 personnes la première année et huit la seconde. Pourtant, aux élections précédentes, 130 personnes avaient donné leur voix aux républicains, contre 170 aux adversaires du régime. La fête repose bien sur les républicains les plus dynamiques, ceux qui ont le moins à craindre pour leur propre situation33. L’idéal républicain est ainsi porté à bout de bras par un ancien militaire à Gesté, dans le Maine-et-Loire. Retraité, décoré de la médaille militaire, il demande au préfet, en 1884, la permission d’accrocher un drapeau républicain sur les édifices publics, dont l’église. Il pavoise seul la mairie depuis 188234 ! La fête nationale peut se réduire à l’affirmation farouche de l’opinion d’un individu qui affirme son appartenance à un courant national face au reste de la communauté rurale. Cela conduit un débitant de tabac à disposer quelques verres colorés aux trois couleurs nationales devant sa fenêtre, seul endroit illuminé dans l’ensemble de la commune.

  • 35 AD ML 1 M 7/61.
  • 36 AD ML 1 M 7/64.

18Dans cet effort commémoratif, les instituteurs vont, bien entendu, tenir leur place. Avec le centenaire de l’ouverture des États généraux, nombre d’entre eux deviennent conférenciers d’un soir. Dans certaines communes, l’instituteur est véritablement la cheville ouvrière de la fête. Dans le Maine-et-Loire, aux Verchers, près de Doué, la population remercie l’instituteur de ses initiatives en 188035 ; à Tilliers, au cœur des Mauges, il est seul responsable de l’organisation de la fête et réussit pour le 14 Juillet 1885 à faire décoller un ballon en l’honneur de la République36. L’instituteur, secrétaire de mairie souvent, donc doublement agent de l’État, est également mis à contribution plus sourdement lorsque se font sentir les besoins d’un renseignement confidentiel. L’exemple le plus exceptionnel des liens existant entre l’école et la préfecture est apporté par Barnier, l’instituteur de Chigné (Maine-et-Loire). Avec le facteur rural de Noyant, Mazé, il envoie au préfet la copie de la circulaire adressée par l’évêque d’Angers aux curés du diocèse à propos du 14 Juillet. Le pli aurait été trouvé par Mazé sur la route C.D.16, « entre Noyant et le lieu-dit La Croix Beauchêne en Chigné ». De sa plus belle plume, l’instituteur termine ainsi sa lettre « Daignez Monsieur le Préfet, excuser la liberté que nous prenons et agréer l’assurance du plus entier dévouement de vos serviteurs ». Il est ensuite remercié par le préfet.

  • 37 Singer (B.), op. cit., p. 108-146.
  • 38 AD ML 1 M 7/64.
  • 39 AD F 1 M 33.

19Il est difficile cependant de généraliser trop rapidement cet exemple à l’ensemble des instituteurs. Ce que pensait la majorité d’entre eux reste parfaitement inconnu. Sans doute ont-ils suivi les décisions prises – dans un sens comme dans l’autre – par les conseils municipaux, car bien peu nombreux, en fait, sont ceux qui jouent un rôle de premier plan à l’occasion de ces fêtes. Les « hussards noirs » de la République seraient-ils moins militants qu’on a voulu le croire ? La présentation qu’en fait B. Singer : de petits notables à l’écart du reste de la population incarnant une autorité morale plus que politique trouverait ici un écho37. En aucun cas, un instituteur n’a pris publiquement position contre le maire de sa commune de résidence. Quant à la liberté des agents de l’État, capables d’affirmer une opinion contraire aux vœux du gouvernement, est-elle aussi grande qu’on veut la voir : peuvent-ils avoir une autre attitude ? La liberté n’est-elle pas plus mesurée qu’elle ne paraît ? La surveillance préfectorale pèse, on l’a vu, sur les plus hauts fonctionnaires, mais elle semble vaine ; son efficacité est sans doute à plus long terme, lors des promotions... Dans les petites villes, les pressions des maires semblent beaucoup plus fortes et plus efficaces. À Saint-Rémy-la-Varenne (Maine-et-Loire), le maire souligne que « tous les employés du gouvernement ont fait dignement leurs devoirs » à l’occasion du 14 Juillet 188538. Cette conception restrictive de la liberté de pensée des agents de l’État est partagée par le maire de Rosporden, dans le Finistère, qui projette de faire célébrer un Te Deum à l’occasion du centenaire de la Révolution, pour lequel la présence des conseillers municipaux et des fonctionnaires serait obligatoire. Le préfet approuve le Te Deum, mais refuse le principe de la convocation39. Volontairement, ou involontairement, les fonctionnaires représentent le fer de lance de la République dans la France rurale.

  • 40 AD M L 1 M 7/61.
  • 41 AD CN 1 M 1889.
  • 42 AD F 1 M 33.
  • 43 AD ML 1 M 7/61.

20À côté de ces républicains obligés, militants ou non, des individus osent afficher leurs opinions républicaines, et lancer des fêtes à l’occasion du 14 Juillet. Aux Alleuds (Maine-et-Loire), alors que le Conseil municipal est opposé à toute commémoration, une initiative privée lance, en 1880, une souscription qui recueille 78,50 F. Cela permet de célébrer la prise de la Bastille le dimanche 18 juillet 1880, devant 800 à 900 personnes venues des communes environnantes40. Non loin de là, dans la commune des Ponts-de-Cé, la fête du 14 Juillet au village de Sorge est réalisée par la Société de l’Avenir, qui fait donner un bal pour les sociétaires et leurs familles, à la date, tardive, du 26 juillet. Dans les Côtes-du-Nord, à Plehedel, le 14 Juillet n’est assuré que grâce à un maître d’hôtel républicain, qui se plaint au préfet de l’opposition des légitimistes de la commune41. Ainsi, dans quelques communes, les républicains osent-ils s’associer pour braver l’opinion publique et l’avis du Conseil municipal. À Landivisiau, en 1889, le comité républicain lance une souscription, qui ne recueille qu’« une petite somme insuffisante42 ». Dans le Maine-et-Loire, le comité de Montfaucon recueille de la même façon 80 F et organise une fête qui a un retentissement « inespéré43 ». Ces initiatives sont extrêmement peu nombreuses sur l’ensemble de la région ; cependant elles permettent aux républicains, promus animateurs de fêtes locales, de jouer un rôle pédagogique profond, acclimatant l’idée de la République. Grâce « aux explications données par des hommes dévoués à la bonne cause » les campagnards de Trébeurden (Côtes-du-Nord), laissés pourtant dans l’ignorance de la fête du 5 mai 1889, peuvent montrer « leur attachement » à la République par leurs danses et leurs jeux. Et ce jusqu’à onze heures du soir, « malgré ces Messieurs de la réaction » qui souriaient ironiquement.

21L’initiative républicaine est ainsi relayée par ces actes collectifs et individuels. La création de la fête nationale n’est pas seulement l’expression de la volonté politique du parti au pouvoir, mais rencontre les convictions des élites rurales et trouve l’appui d’hommes décidés à en assumer la mise en place locale. La politisation des communes rurales est indéniable, au moins exprimée par ceux qui parlent en leur nom. La signification de la fête n’a pas en tout cas échappé aux médiateurs politiques. La tâche n’était pas simple de faire entrer dans les faits ce qui n’était qu’une idée.

Le refus des élites

  • 44 Phare de la Loire, 4, 5, 6 mai 1889.

22Dans l’Ouest, la fête du 14 Juillet a provoqué souvent des réticences, et parfois des refus définitifs auxquels on a donné fréquemment un large écho. Ces oppositions, même si elles sont demeurées moins nombreuses qu’on le croit, ont donné le ton d’une époque, d’autant plus qu’elles sont exprimées par les élites locales. En Loire-Atlantique, l’exemple vient tout simplement des conseillers généraux qui n’accordent jamais le moindre crédit spécifique. Ils ne désarment même pas pour le centenaire de la réunion des États généraux et forcent le préfet à quitter la salle des délibérations devant l’agitation qui y règne. Un conseiller républicain assure en vain que nul ne veut évoquer les souvenirs de la Terreur. Par 28 voix contre 9, la majorité refuse tout vote de crédit pour ne pas créer de troubles dans le département. Le conseiller général, Cazenove de Pradines explique les différents types de respect qu’il porte aux drapeaux blanc et tricolore. « Le drapeau blanc est celui des grands souvenirs et de la formation de la France et s’il l’aime et le respecte, il salue aujourd’hui dans le drapeau tricolore l’armée et la patrie ». Les seuls frais que concèdent le conseil général sont consacrés à l’achat du livre L’an 1789 chez Delagrave, « car il paraît impartial et rend à la monarchie ce qui lui est dû ». Mais l’absence de bibliothèque dans les locaux du conseil général fait annuler cette décision44.

  • 45 Sanson (R.), op. cit., p. 66-67 ; à Vannes trois colonels ne pavoisent pas en 1880.
  • 46 AD ML 1 M 7/61.
  • 47 AD CN 1M 1881.

23Les monarchistes ne désarment donc pas devant la République. À Angers, le commissaire central fait saisir le 16 juillet 1883, 80 affiches qui présentent la République la torche d’une main, le poignard de l’autre, marchant entre l’incendie et la guillotine et piétinant la croix et l’Évangile, la tiare et la couronne royale. À la Séguinière, c’est un drapeau blanc de 3 m. sur 1, portant 3 fleurs de lys au centre, qui est planté sur le plus haut point de la commune. À Saumur, on accuse les élèves de l’école de cavalerie d’avoir enlevé les drapeaux tricolores des édifices publics en 1880. Un an plus tard, les militaires de la ville ne répondent pas à l’invitation du sous-préfet ; et des officiers sont accusés d’avoir cassé des lanternes vénitiennes. Malgré le patriotisme ambiant, certains militaires refusent la République même ce jour-là ; ils sont cependant des exceptions à afficher ainsi leurs convictions45. Le département du Maine-et-Loire est l’un des fiefs du légitisme, comme l’admet le préfet en 1881 qui reconnaît que « les nobles et les riches ont toujours la réalité du pouvoir dont nous n’avons nous que l’apparence ». La pression exercée par « les gros », pour reprendre l’expression du préfet, est pourtant peu tangible. À Montfaucon, cependant, les républicains remarquent que « des ouvriers osaient à peine se faire voir près de la fête, car un seul signe approbatif ou seulement équivoque de leur part eut suffi à les priver de travail46 ». Dans les Côtes-du-Nord, à Plancoët, le maire signale que de la même façon « des émissaires viennent chez les chefs d’ateliers leur signifier leurs volontés anti-républicaines qu’ils sont obligés de subir s’ils ne veulent pas perdre leur clientèle47 ». Ce genre de pression reste le plus souvent implicite, et les preuves sont peu nombreuses.

  • 48 AD V 1M 527.

24Comme sont exceptionnelles, les oppositions ouvertes des maires aux fêtes du 14 Juillet. Dans les Côtes-du-Nord, à Lanvollon, le maire refuse toute décoration à la façade de l’école des garçons en 1882. À Saint-Crespin (Maine-et-Loire) en 1881, le maire exprime publiquement « son aversion pour le drapeau de la France » et met tout en œuvre pour que ne puisse se dérouler une festivité. Aucun bâtiment n’est pavoisé, ni illuminé – la commune ne possède pas de drapeau. Le bruit court que le maire se serait fait tatouer autrefois « Vive Henri V » sur le bras gauche ; mais les gendarmes chargés de l’enquête ajoutent que l’inscription serait en partie effacée. Si le préfet demande la révocation de ce maire, il obtient celle du maire de Jarzé, qui avait refusé de prendre part à la fête organisée par le comité républicain et qui n’avait pas voulu passer en revue les sapeurs-pompiers. En Vendée, les conflits sont plus feutrés, mais la détermination de quelques maires est aussi grande. À Sainte-Hermine, en 1880, le maire déclare « laisser aux partisans de cette fête le soin de son organisation et la charge des dépenses et refuse d’y prêter son concours ». À Chambretaud, dans une lettre au préfet, le maire, en place depuis 1846, explique simplement que depuis cette date, aucun drapeau n’a été arboré sur la mairie et qu’il n’entend pas changer cette habitude48. C’est également l’attitude du maire de Brétignolles qui justifie l’absence de drapeau sur la mairie le 14 Juillet 1885 en ces termes : « Jamais sous aucune forme de gouvernement et à n’importe quelle fête, un drapeau n’a été arboré dans la commune. J’ai cru devoir cette année, comme la précédente, me conformer à l’usage établi ». Il ajoute que, prêchant la paix et l’union des Français, « pas un habitant de Brétignolles n’est capable de faire la moindre réclamation à ce sujet ». Le pouvoir local, appuyé sur une population fidèle ou acquise, peut fronder ouvertement l’autorité de l’État. Les arguments invoqués ne sont pas seulement l’expression personnelle des sentiments des maires. En Loire-Atlantique, à Saint-Mars-de-Coutais, le maire se retranche derrière « l’état de gêne » et « le sentiment de la population » pour éviter toute manifestation qui « ressemblerait à de la politique et à la célébration de jeux ou de fêtes ». Il ajoute, suite au rappel à l’ordre républicain par le préfet, que « ce n’est pas par esprit d’opposition (qu’il n’a pas pavoisé) mais c’est aussi dans le but de suivre les précédents ». En définitive les conflits ouverts sont rares. Peu de conseils municipaux refusent ouvertement les circulaires préfectorales, mais ces refus voilés rendent compte du climat qui prévaut, car autour de ces pôles de résistance gravitent nombre de maires et de conseils municipaux qui s’abstiennent d’une façon ou d’une autre.

  • 49 AD M M 4580.
  • 50 Id., M 5032.
  • 51 AD ML 1 M 7/61.

25C’est en restant dans le cadre légal que le maire de Vertou (Loire-Atlantique) annonce au préfet qu’il n’entreprend rien pour fêter le centenaire de la Révolution : « Votre circulaire du 13 avril laissant facultative la convocation des Conseils municipaux, je n’ai pas cru devoir réunir le Conseil ». Cette attitude est de loin la plus répandue chez les maires de la région qui, d’une année à l’autre, ne trouvent aucune raison pour réunir leurs conseillers, et faire voter des crédits. L’un d’eux à Ploufragan (Côtes du-Nord) peut bien regretter que les fêtes publiques ne soient jamais célébrées dans sa commune ; son collègue de Saint-Jean Kerdaniel, près de Plouagat, estime « ne pas être autorisé à manifester des sentiments politiques » et n’avoir pour mission que de protéger les intérêts de la commune ce qui lui interdit « toute dépense inutile ». Pour cette même raison, le maire de Monterrein (Morbihan) en 1880, réserve les fonds communaux à l’entretien des chemins49. Dans de nombreuses communes, aucune convocation n’est ainsi lancée, ou lorsqu’elle l’est, les conseillers ne viennent pas en nombre suffisant. Dans les deux cas, aucun vote ne peut avoir lieu et le 14 Juillet reste un jour anonyme. À Merillac (Côtes-du-Nord), le maire vient au bourg vers 3 à 4 heures, le soir du 14 juillet 1886 pour faire ferrer son cheval. Dans le Morbihan, à Landaul, en 1883, il n’y a personne dans le bourg le jour du 14 juillet, même pas le maire et ses fils et toutes les manifestations de la fête se résument en quatre lanternes50. À Longeville, en Vendée, le maire part en voyage précisément le 14 Juillet. Les commémorations peuvent alors passer tout-à-fait inaperçues des habitants des campagnes et des bourgs. « Les habitants des communes voisines, venus au marché de Segré le matin de la fête ignoraient que c’était la fête nationale en 188051 ».

  • 52 AD V 1M 527.

26La palette des hésitations et des palinodies s’accroît de toutes les demi-teintes possibles lorsque certains maires n’osent ni accepter, ni refuser la fête. En Vendée, la municipalité de Saint Maixent-sur-Vie « assistera mentalement » à la fête du 11 juillet 1880, tandis que celle de la Jonchère « s’associe moralement52 ». En Loire-Atlantique, en 1886, dans deux communes proches de Nantes des affaires courtelinesques opposent les maires et les gendarmes. À Thouaré, le drapeau national n’est apposé sur la mairie, le jour du 14 juillet qu’après trois heures du soir. Les rapports de gendarmerie n’arrivent pas à éclaircir un concours de circonstances qui fait rater son train au secrétaire de mairie, embrouiller une serrure par un garde-champêtre maladroit et cacher le drapeau dans une chambre. À Orvault, le maire accusé, comme d’autres, de ne pas avoir pavoisé la mairie, invoque un excès de zèle républicain. La commune possède « un superbe drapeau en soie frangé d’or et (…le maire) n’a pas cru devoir (...l’) exposer aux accas (sic) d’eau qui n’ont cessé de tomber le 14 Juillet ».

27Quelques maires enfin, rusent avec la signification de la fête. Près de Paimbœuf (Loire-Atlantique) le maire de Sainte-Marie propose au conseil municipal de fêter la date anniversaire du 5 mai 1789 qui « n’est pas une date révolutionnaire » et que l’on peut honorer « tout en ayant pour les abominables excès qui ont suivi les réformes l’horreur la plus profonde ». Son collègue des Moûtiers, dans le même canton, adopte un point de vue semblable en soulignant que le 5 Mai n’est pas la fête « d’une partie » mais celle « de tous les Français ». Les souvenirs de ce jour sont autant en « l’honneur du Roi que de ses ministres qu’en faveur des trois ordres de la noblesse, du clergé et du Tiers État animés alors pour le bien public des mêmes sentiments de patriotique émulation ». Autant de mesure dans des propos à l’orientation implicite évidente laisse indifférents cinq conseillers qui « n’entendent pas approuver par leurs votes les événements qui suivirent de trop près 1789 ».

28La résistance, passive le plus souvent, des élites politiques locales limite l’instauration de la République. La mairie est pavoisée, quand elle possède un drapeau, dans un bourg vide. Simple concession à un régime subi plutôt qu’accepté et qui n’engage pas les convictions. Face à l’action déterminée des militants qui promeuvent une idée ou un symbole, les élites opposées évitent le combat dans la plupart des cas. En Loire-Atlantique, à Corsept, à l’occasion du centenaire de la Révolution, le conseil municipal décide d’effectuer une distribution de pain ; décision rapide, prise sans discussion car « le Conseil municipal est retenu pour une affaire importante au conseil de fabrique » ! Pareille conduite est suivie dans beaucoup de communes, qui consacrent quelques dizaines de Francs à une distribution de vivres – pain le plus souvent, pain et viande parfois – aux nécessiteux de la commune. À Puybelliard (Vendée) les pauvres se partagent 10 F de pain en 1880. En 1889, à Gurunhuel, près de Guingamp, la subvention préfectorale est répartie entre 45 pauvres à la suite de l’annonce faite au prône ; le maire avait demandé de prévenir que le dimanche il y aurait aumône ! Et c’est le maire et le curé, vendéens, des Épesses qui, conjointement, distribuent le pain le 14 juillet 1880. Ailleurs, des communes vont fêter le 14 Juillet avec quelques jours de décalage : pour qu’il coïncide avec un dimanche, ou avec la fin de la moisson, ou encore avec le jour de la fête locale... La fête est détournée de son but, assimilée par un groupe humain hostile. Le 14 Juillet n’est au mieux qu’une fête mineure pour toutes ces populations qui se réfèrent à des fêtes et à des systèmes de pensée beaucoup plus déterminants.

L’Église et l’État

  • 53 Même constat, BOIS (J.-P.), op. cit..

29La fête du 14 Juillet n’a pas donné lieu au déferlement de conflits auxquels on aurait pu s’attendre53. Les éclats sont restés rares. Un compte rendu établi par le capitaine de gendarmerie commandant l’ensemble des compagnies de la Vendée, ne mentionne que huit incidents survenus dans ce département en 1880. Dans quatre communes le drapeau n’a pas été arboré. À La Bruffière, une serviette blanche a été fixée au bout d’un mât par « un marchand de volailles sans moralité », à Sainte-Florence-de-l’Oie, un autel composé de fleurs blanches a été édifié face à la mairie tandis que des drapeaux noirs flottaient, l’un aux Lucs, l’autre à Croix-de-Vie. Mais dans l’ensemble de la région, pareils incidents demeurent peu nombreux et sans gravité.

30La violence des affrontements n’est pourtant pas niable. Mais elle s’exprime indirectement, sur les terrains symboliques offerts par la presse, ou au travers des rapports ritualisés entre l’Église et l’État. Elle est ainsi latente et attendue, comme en témoigne cette curieuse affaire de drapeau troué à Lamballe (Côtes-du-Nord) en 1882. La ville s’émeut le 15 juillet en constatant que le drapeau national est percé par des petits trous que l’on dit être causés par des balles de petit calibre. L’enquête de la gendarmerie conclut dans un premier temps que plusieurs coups de feu ont été tirés le 14, entre 8 et 9 heures du soir. ll faut un examen plus minutieux pour comprendre que les neuf trous relevés sur le drapeau avaient été tout simplement percés par les neuf clous qui attachent le drapeau à la hampe. « Le fait d’avoir tiré dans le drapeau n’existait pas » telle est la conclusion définitive de la gendarmerie ! Ce fait sans consistance, vivant cependant de toute la passion politique, rend compte du climat entretenu autour de la fête. Le moindre incident est prétexte à la révélation de tensions préexistantes et prend des proportions considérables.

  • 54 Sanson (R.), op. cit., p. 54-55.

31La plupart des heurts importants que la fête du 14 Juillet entraîne sont liés à l’Église – institution et bâtiment – et au clergé dans ses rapports avec l’administration. Du seul fait de sa situation et de son importance monumentale, l’église et le presbytère qui la jouxte souvent, représentent un enjeu communal immédiat. L’église domine les autres bâtiments, y accrocher un drapeau proclame la victoire républicaine et force le clergé à reconnaître la République comme le régime légal de la France. L’église étant traditionnellement un des pôles – voire le seul dans l’Ouest – de la vie collective, cette annexion par la République est essentielle. Or, précisément, les préférences monarchistes – voire légitimistes – au moins antimodernistes du clergé de l’Ouest sont bien connues, si bien que l’Église apparaît comme la rivale de la République, et finalement une « Bastille » à investir54. L’occasion des heurts entre clercs et administrations républicaines est donnée par les règles administratives issues du Concordat de 1801 qui mettent les bâtiments du culte sous le contrôle des maires. Les maires républicains peuvent apposer le drapeau tricolore sur la façade de l’église et demander que les cloches sonnent en l’honneur du 14 Juillet ; si ces principes sont rappelés dès 1880 par une circulaire ministérielle, l’application est difficile. Des curés, encouragés par certains évêques, n’hésitent pas à refuser ces obligations qui passent pour une subordination à un ordre qu’ils réprouvent.

  • 55 AD F 1 M 331.

32Dans le Finistère pourtant, l’évêque est invité à la revue du 14 Juillet en 1880, sans que cela pose des problèmes ; dans un échange de courrier avec le préfet en 1881, il précise que les curés ne peuvent pas refuser la pose d’un drapeau sur l’église mais que la sonnerie des cloches est « peu convenable55 ». À l’opposé, dans le Maine et-Loire, les Côtes-du-Nord et la Vendée, le clergé mène la lutte. Pendant les deux premières années de la commémoration, curés et maires ignorent les uns et les autres leurs droits et leurs devoirs. Ceux-ci hésitent à faire appliquer dans toute leur étendue les avantages de la loi, ceux-là réagissent selon leur humeur. En Vendée, en 1881, le maire des Essarts écrit au préfet pour lui annoncer son intention d’installer un drapeau sur le clocher de l’église. Il clôt sa lettre en s’inquiétant « dans le cas où le curé s’opposerait à l’exécution de mon projet que devrais-je faire ? »

  • 56 AD ML 1 M 7/64.

33Cette année là, à Paimpol, le curé s’oppose tout à fait à l’illumination et à la décoration d’une des tours de l’église. Dans les Côtes-du-Nord des scènes analogues ont lieu à Lanargal, Quintin, Lézardrieu, La Rochederrien, et dans le Maine-et-Loire à Soulanges, Saint-Clément des Levées, Nérou, Distré dans l’arrondissement de Saumur, où les curés arrachent les drapeaux apposés sur leur église et leur presbytère56. Un degré supplémentaire dans les escarmouches est atteint par le curé de Tréguier qui refuse de donner les clefs au maire, engage les paroissiens à résister, et fait « une sortie inconvenante » au maire qui porte plainte. Le préfet des Côtes-du-Nord réagit avec prudence, car le bulletin municipal qui paraît le 24 juillet 1881 rappelle que le curé n’a pas le droit de s’opposer au maire, mais mentionne aussi que le maire doit formuler sa demande avec ménagement.

34Dans le Maine-et-Loire, les rébellions cléricales sont plus vigoureuses et ont des conséquences plus graves. Le curé de Distré non seulement retire le drapeau de la façade du presbytère, mais le jette à terre. Il adresse ensuite une lettre au maire en ces termes : « Que diriez-vous si j’allais apposer des emblèmes religieux sur votre habitation en prétendant vous forcer à participer à nos actes de la Religion catholique ? » Avant de décrocher le drapeau, il avait pris la précaution de faire établir par le juge de paix, comme le fit également son confrère de Brissac, son droit d’usufruit sur l’église et le presbytère. Les tribunaux correctionnels de Saumur et d’Angers, saisis de ces oppositions, acceptent la valeur de ce droit d’usufruit, confirmé en appel sur plainte déposée par le ministère public. Mais le curé de Montjean, sans doute moins précautionneux, accusé des mêmes faits, voit son traitement suspendu par le ministère des Cultes en 1882.

  • 57 AD CN Lettre du maire au ministre, 9 juin 1882.
  • 58 AD LA 1 M 677.

35Au-delà des questions de procédure, la nature du régime est en cause. La municipalité de Paimpol rappelle que sous le Second Empire le clergé apportait « une brillante participation » aux fêtes nationales57. Si les débats poli- exceptionnels, c’est le cas pourtant en Loire-Atlantique à Cheméré, lorsque le vicaire en chaire prêche ouvertement contre le 14 Juillet 1881, qui devait être fêté le 17. Il informe les fermiers qu’ils seront renvoyés de leurs fermes par leurs maîtres s’ils prennent part à la fête nationale et menace les enfants de les empêcher de faire leur communion. Parce qu’il craint « qu’il y eut des orgies », il demande enfin que les portes des maisons restent fermées toute la journée. Cette objurgation entraîne « presque tous » les fermiers à s’abstenir de la fête, mais s’il faut en croire la maréchaussée locale lui aliène des sympathies devant la violence de son discours. Le dimanche suivant, le recteur, pour rendre compte de la fête passée, déplore avoir appris que des femmes y avaient participé. ll rappelle, en un raccourci saisissant, que « nous étions comme en 1793 où 600 femmes armées avaient pris la Bastille et massacré les personnes qui s’y trouvaient ». Non loin de là, à Saint-Michel-Chef-Chef, le vicaire raconte en chaire l’histoire du 14 juillet 1789 en mettant en scène « la lie du peuple, c’est-à-dire des voyous et des femmes ivres » coupant des têtes et les promenant dans les rues pour dissiper leur ivresse58. Pourtant quelles que soient les opinions des curés, il est rare qu’elles s’expriment aussi ouvertement et aussi radicalement, même si, sans aucun doute, les clercs sont pour la plupart opposés au 14 Juillet, et à la République. L’un d’eux se signale en 1882, à Guingamp, en arborant trois petits drapeaux blancs devant le presbytère, que le commissaire de police fait enlever.

36En définitive, la guerre du 14 Juillet n’a pas lieu. À côté de ces combats « clochemerlesques » où maire et curé s’affrontent à propos de clefs et de drapeau, il n’y a que l’évêque d’Angers qui prenne une attitude nettement opposée à la fête. Il souligne dans une circulaire adressée aux curés que le 14 Juillet est la date « d’un des massacres les plus odieux dont l’histoire de notre pays ait conservé le souvenir ». Si une messe doit être célébrée, ce ne peut être qu’« une messe de requiem ». Il invite donc les curés à ne pas permettre l’évocation des événements de 1789 dans un diocèse « où les souvenirs réveillés par la fête du 14 Juillet pourraient n’être pas sans danger pour la paix publique ».

  • 59 AD M M 3055.
  • 60 AD M M4447.

37Les paroissiens sont absents de tout ce débat. Tout au plus, n’a-t-on rencontré qu’à Belz (Morbihan) une dame Le Bail qui, en 1888, enlève le drapeau tricolore apposé sur le presbytère. Au gendarme qui verbalise, elle déclare avoir agi « par plaisanterie59 ». Il est difficile d’appréhender l’importance de ces affrontements pour la masse des habitants de l’Ouest. Quelques indices révèlent le pouvoir de mobilisation dont disposent les clercs, lorsqu’ils organisent des manifestations religieuses, dont certaines en réaction contre la fête du 14 Juillet. L’intention est évidente par exemple à Chavagnes-en-Paillers (Vendée), quand le 14 juillet 1883 est béni un oratoire. De la même façon, les fêtes qui se tiennent du 25 au 8 juillet 1890, à Auray, en l’honneur de Sainte-Anne donnent la réplique au 14 Juillet. Dans la ville, toutes les maisons sont illuminées a giorno le 25, sauf précisément celles occupées par les fonctionnaires. L’évêque de Beauvais, qui officie, stigmatise « les anniversaires célébrés pour des faits qui ont laissé dans l’histoire des traces de sang ». Plus de 50 000 pèlerins, de tout l’Ouest il est vrai, participent à ces cérémonies60. La foule présente est sans comparaison avec les médiocres effectifs que rassemblent les comités républicains de l’endroit.

  • 61 Le Phare de la Loire, 19 juillet 1889.
  • 62 Le Publicateur, 15 janvier 1893.
  • 63 AD ML 1 M 7/64.

38À Pont-Aven, la population rurale, absente à la fête du 14 Juillet 1889, se retrouve autour d’une fontaine de Saint-Léger, pour une cérémonie religieuse61. En Vendée, le pélerinage du 21 décembre 1892 rassemble 2 500 hommes auprès du tombeau de Louis-Marie Grignion de Montfort, en Saint-Laurent-sur-Sèvre. Trois semaines plus tard les curés de Mouilleron-en-Pareds et de Fontenay-le-Comte célèbrent une messe à la mémoire de Louis XVI62. Mobilisation cléricale contre mobilisation républicaine, les luttes sont décalées dans le temps et l’espace. Chacun pourfend, sur son champ de bataille, un adversaire absent. Pourquoi ce refus d’affrontements ? Parmi les nombreuses réponses possibles (acceptation par les uns et les autres des règles de la politique, préférence accordée à la pédagogie dans les deux camps...) il est nécessaire de tenir compte d’une certaine passivité des masses, ou dit autrement, il convient de faire la part des gesticulations des militants en direction de « clientèles » aux effectifs jamais très assurés. Ainsi, à Rochefort-sur-Loire (Maine-et-Loire) qui, selon le maire, « ne compte pas un grand nombre de républicains », la population ne suit pas plus les fêtes du 14 juillet 1884, qu’elle ne participe à l’office célébré le même jour pour le repos de l’âme du Comte de Chambord63.

  • 64 Le Publicateur de la Vendée, 5 mai 1889, 27 janvier 1893.

39Cette interrogation sur les rapports réels noués entre les militants de tous bords et les populations est renforcée à la lecture des journaux. Reflètent-ils bien la réalité de l’opinion ? Sans doute, mais dans l’immédiat, les journaux jouent les boutefeux. Le Publicateur de la Vendée du 5 mai 1889 consacre sa première page à l’anniversaire de la délivrance d’Orléans par Jeanne d’Arc, ainsi qu’à la relation du banquet royaliste qui s’est tenu à Paris, salle Wagram. En 1893, il apprend à ses lecteurs que les républicains de La Roche-sur-Yon ont participé à un repas dans le XVIe arrondissement de Paris, le 31 janvier 1893, au cours duquel ils ont pu manger une tête de porc Louis XVI et de la truie Marie-Antoinette64. Cette année là, la première page à la date du 14 juillet est occupée entièrement par le portrait de S.A.R. la princesse Marie d’Orléans. Le 17 suivant, un article évoque la fête « des têtes coupées ». Le Journal du Maine-et-Loire n’est pas en reste, qui, le 14 juillet 1880, raconte la prise de la Bastille, décrivant la capitale livrée « à la dernière plèbe et aux bandits (...) aux vagabonds déguenillés, plusieurs « presque nus » la plupart armés comme des sauvages, d’une physionomie effrayante ». Le Courrier d’Angers, du 16 suivant, insiste, pour relater les faits de la journée au chef-lieu, sur le grand nombre de rues « qui n’étaient pas pavoisées du tout », et sur « les gens avinés » qui ont fêté Marianne « en hurlant la Marseillaise et le Chant du Départ, le tout entremêlé de couplets obscènes et ce cri de Vive la République ». Les journaux républicains, qui ne dédaignent pas la polémique, ne peuvent, en l’occurence, répliquer qu’en rappelant à longueur de colonnes la parfaite dignité des personnes présentes lors des fêtes, leur grand nombre et qu’en récitant des litanies de conférences, revues, jeux… Ces journaux rendent compte plus des divergences d’opinions entre les élites de tous bords qu’ils ne reflètent les sentiments de l’ensemble des Français, et ne présentent la réalité de la fête. Entre les décisions ministérielles relayées par les préfets, les refus feutrés des élites, les adhésions des militants, les oppositions des clercs, la réalité du 14 Juillet, et la participation des masses sont difficiles à apprécier.

La Fête politique et patriotique

  • 65 Lacave (M.), « Une approche du “quartier vécu”, les fêtes du 14 Juillet à Montpellier dans les déb (...)

40Pourtant le 14 Juillet est quand même une fête. Au-delà de toutes les interventions des notables, des clercs et des militants, la journée est un temps de réjouissances. L’organisation varie énormément d’une commune à l’autre. Inexistante ici, la fête dure 48 heures là. Les obligations imposées par les préfets, l’ardeur des républicains locaux sont responsables de cet état de fait. Dès le 20 juin 1880, la ville des Sables-d’Olonne (Vendée) nomme une commission chargée spécialement de l’élaboration du programme de la fête, doté d’un crédit de 1 500 F. Sur l’ensemble de la région, et sans doute du pays65, se met en place un programme commun. Les villes les plus démunies, ou les plus réticentes, n’en appliquent qu’une partie, celles qui veulent démontrer leur attachement au régime le compliquent.

  • 66 AD ML 1 M 7/64.

41La célébration commence ainsi dès le 13 juillet à Lannion (Côtes-du-Nord) à 4 heures de l’après-midi. La municipalité distribue du pain aux indigents de la commune. L’artillerie tonne à 6 heures, et à 9, se déroule la retraite aux flambeaux. La fête, proprement dite, débute le lendemain au son du canon qui réveille la ville à 6 heures du matin, en même temps que retentit le clairon et que résonne le tambour. Après une nouvelle salve d’artillerie qui marque midi, un défilé parcourt les rues de la ville. L’après-midi est consacré aux jeux ouverts au public. 6 heures du soir est marqué par le canon, à 8 heures et demie, les illuminations sont mises en place et le bal public commence à 9 jusqu’à 11 heures et demie moment de la retraite aux flambeaux qui clôt la journée. Tel est à peu près le programme de la majorité des villes de l’Ouest en ces années 1880-1889. Dans les bourgs, il est réduit à la seule journée du 14 juillet, voire se tient pendant l’après-midi. En Maine-et-Loire, à La Ménitré, le matin du 14 juillet 1883 est consacré à la distribution du pain. Les festivités véritables sont ouvertes avec l’arrivée, à 1 heure de l’après-midi, d’une fanfare qui effectue une promenade militaire dans le bourg. Les habitants sont invités à participer à un concours de tir, avant le banquet qui réunit à 4 heures 30 les musiciens de la fanfare. Une nouvelle promenade a lieu à 9 heures, pendant laquelle éclatent des feux de bengale et brûlent des lanternes vénitiennes. À 10 heures trente la fête est finie. Elle dure moins longtemps, non loin de là, à Saint-Rémy-la-Varenne, le même jour. La population a eu, elle aussi, l’occasion de défiler dans le bourg à l’occasion de l’inauguration du buste de la République, mais par la suite, les activités festives sont réduites à une série de jeux avant le punch offert à 9 heures. Des « vers de circonstance », des chants patriotiques sont entendus à ce moment, avant que des feux de bengale ne marquent, là aussi, la fin de la fête66.

42La majorité des bourgs favorables à la République ne va pas au-delà de ces réjouissances déjà très dispendieuses. D’autres font des efforts méritoires pour participer à la fête nationale. Dès 4 heures du matin, le canon réveille les habitants de Feins (Ille-et-Vilaine) le 5 mai 1889 et les festivités durent tout le jour jusqu’à 10 heures du soir. D’une manière générale, l’objectif des organisateurs est de proposer une animation continue aux habitants des villes et des bourgs. Le temps est morcelé au rythme d’activités soigneusement prévues. À cet égard, les fêtes données à l’occasion du centenaire de la Révolution témoignent de la perfection du genre. Voici, les programmes de festivités offertes dans quelques grandes villes de la région qui attestent de ce souci d’encadrement et de pédagogie :

  • 67 Avenir de Rennes, 3 mai 1889.

43Notes :67

  • 68 AD F 1 M 33.

44Notes :68

  • 69 AD M M 3055.

45Notes :69

  • 70 Phare de la Loire, 7 mai 1889.

46Notes :70

  • 71 Exemple in Sanson (R.), op. cit.
  • 72 AD ML I M 7/64.
  • 73 Phare de la Loire, loc. cit..
  • 74 Id., 4-5 mai 1889.
  • 75 Id., 21 juillet 1889.

47La place faite à l’armée est essentielle, mais plus limitée qu’on ne le dit souvent71, le soldat est plus ornement que pivot de la journée. Dans toutes les grandes villes se déroulent des revues militaires et l’armée scande le temps de la fête : la diane ou le canon au début de la journée, la fanfare pour le concert de l’après-midi, enfin les troupes ouvrent la retraite aux flambeaux – par exemple le 135e de ligne à Cholet en 188172. Mais seuls les centre urbains de quelque importance possèdent une garnison. Dans les autre communes, de loin les plus nombreuses, le défilé du matin est assuré par le pompiers, éventuellement les douaniers, le bataillon scolaire parfois, les différente associations. Le grand défilé qui se tient à Nantes le 5 mai 1889 fait une large place aux groupements républicains et professionnels : cercle pédagogique, sociétés des tanneurs, des fileurs, des raffineurs, de la métallurgie, caisse de retraite73… À Couëron, dans les environs de Nantes, la société d secours mutuels et le bataillon scolaire défilent aux côtés des pompiers e des douaniers. À Saint-Nazaire, le 5 mai 1889, les artilleurs subissent l concurrence sonore du paquebot France qui s’embosse au milieu du fleuve et tire une salve de 21 coups de canon à 10 heures 3074. Si à Paris, la revu de Longchamp est le clou de la journée, elle ne peut prétendre dans l’Ouest à être le temps fort de la communion républicaine. Dans la petite commun de La Montagne, proche de Nantes, le défilé qui marque le 14 juillet 1889 est composé par les tambours et les clairons, le bataillon scolaire, u petit navire porté par quatre garçons, le drapeau de 1848, trois petites fille vêtues aux trois couleurs, trois jeunes filles représentant la France, l’Alsace et la Lorraine, et il se clôt par la présentation du buste de la République75.

48L’armée peut ainsi être absente des commémorations, elle donne cependant le ton des festivités, sauf dans le Finistère, en 1880, où la revue militaire, et la remise des décorations qui lui est liée, est dissociée du 14 Juillet et doit avoir lieu le 25 juillet. À Quimper, ville ardemment républicaine, qui vote 3 200 F pour la fête, le conseil municipal décide de reporter purement et simplement le 14 Juillet au 25, l’antimilitarisme des militants d gauche semble jouer un rôle. Ailleurs, le prestige de l’uniforme est apport par les pompiers, les douaniers, le bataillon scolaire.

49La défaite de 1870 avait suscité le besoin de former les enfants à la défens du pays et a fait naître ces bataillons scolaires, par le décret du 6 juin 1882.

  • 76 Merlier (G.), « Les bataillons scolaires en Haute-Normandie et Loire-Inférieure » in 97e Congrès d (...)
  • 77 AD M M 3055 ; L’Avenir de Rennes, 3 mai 1889.
  • 78 La Vendée républicaine, 6 juillet 1887.
  • 79 Le Phare de la Loire, 16 juillet 1889.
  • 80 AD M M 3052.

50Dans tout établissement public ayant au moins 300 élèves de 12 ans et plus, les garçons sont dotés de fusils et doivent faire l’exercice militaire, dont cinq séries de six tirs chaque année. La réalité des faits ne correspond pas toujours à la décision gouvernementale : à Paimbœuf la bonne volonté l’emporterait sur l’habileté, rien n’est mis en place à Saint-Nazaire. Après 1884, l’enthousiasme populaire qui avait accompagné les débuts de ces bataillons s’émousse ; l’expérience est arrêtée en 1891, les sociétés de gymnastique se substituant aux bataillons76. Mais durant leur courte existence, ceux-ci participent aux premiers 14 Juillet. Ils défilent à Saint-Pol-de-Léon en 1887, à Lorient, à Feins (Ille-et-Vilaine) en 188977, à Challans (Vendée)78. Le journaliste qui les voit parader à La Montagne rend compte de l’exaltation patriotique qu’ils provoquent : « on aurait dit de vrais soldats, le costume frais, le fusil bien porté, le pas régulier, et nous nous disions tout bas : Voilà l’espérance79 ». À Lorient, les enfants se rangent sous leur fanion, fabriqué spécialement par la maison Marion de Paris, pour 50 F80.

  • 81 Le Phare de la Loire, 7 mai 1889.
  • 82 AD M M 3055.

51La mobilisation des enfants se manifeste aussi par la pratique de la gymnastique. Le 5 mai 1889, à Savenay (Loire-Atlantique) l’École normale participe à la fête en exécutant des assouplissements, des marches, des manœuvres au fusil, ainsi que des exercices à la barre fixe et aux barres parallèles. Les enfants de l’école annexe démontrent également leur valeur militaire en manœuvrant « comme de vieux troupiers81 ». Ce sont par des combats de cannes, de bâtons et de boxe que le bataillon scolaire et la société de gymnastique de Saint-Nazaire interviennent dans la fête nationale. Aux démonstrations classiques aux agrès et aux barres, la société de gymnastique de Lorient joint dès 1884 l’escrime à la baïonnette dont elle fait aussi la démonstration82.

  • 83 AD IV 1 M 163.
  • 84 AD ML 1 M 7/64.
  • 85 Le Phare de la Loire, 20 juillet 1889.

52L’inculcation des habitudes militaires passe par l’apprentissage de la discipline. Le bataillon qui défile à Rennes, en 1891, est composé par 251 enfants répartis en 4 compagnies de 2 sections chacune. La troupe de 182 soldats est encadrée par 10 sergents – dont un sergent-major – 18 caporaux, dont un fourrier et un clairon, et conduite par 41 musiciens, dont 13 clairons et tambours83. La revue finie, les enfants du bataillon de Saumur vont, naturellement, déposer en bon ordre leurs bérets, leurs fusils et leur drapeau avant de profiter du rafraîchissement qui leur est offert84. On comprend qu’à Fougères, le 14 juillet 1889, ces enfants prennent « l’engagement formel de ne combattre qu’à l’ombre du drapeau national et de ne servir que le gouvemement de la République85 ». Le patriotisme et le militantisme liés au 14 Juillet sont indéniables ; cependant ces défilés d’enfants costumés et armés ressortissent aussi du goût pour le spectacle.

  • 86 AD M M 3055.
  • 87 AD ML I M 7/64.

53Cette alliance, ancienne, qui associe le goût des armes au sens du spectacle se retrouve dans le recours au canon, aux carabines, au langage de la poudre. Même dans les petites villes et les bourgs, démunis de garnison, le 14 Juillet ne peut se concevoir sans que retentissent l’artillerie ou la mousquetterie, et que ne se répande l’odeur de la poudre. À Belle-Ile-en-Mer, Le Palais fait tonner 3 salves de 21 coups de canon en 189086. Un an plus tôt, La Montagne (Loire-Atlantique) avait scandé la fête de la même façon. Dans le Maine-et-Loire, à La Fontaine-Milon le canon tonne aussi en 1884, grâce à l’habileté d’un ouvrier qui l’a fabriqué lui-même87 ; à Morlaix, en 1880 les bateaux de commerce utilisent leur mousquetterie et leur artillerie. Dans les Côtes-du-Nord, à Bourbriac, en 1881, la municipalité fait acheter pour 10 F de poudre destinée aux perriers mis à feu le 14 Juillet.

  • 88 Idem. Lettre au sous-préfet de Cholet, 3 juillet 1883.
  • 89 AD ML 1 M 7/61.
  • 90 AD M M 3053.
  • 91 AD ML 1 M 7/64.
  • 92 Idem, 1882.

54Les localités qui ne disposent ni de bricoleurs, ni de ports font appel aux pompiers, puisque, selon le préfet du Maine-et-Loire88 « presque toutes les compagnies de sapeurs ont reçu des armes de l’État ». Dans ce département, les pompiers reçoivent l’autorisation de participer en armes aux revues et défilés. À Jarzé, faute de pompiers sans doute, ce sont les hommes de la commune qui désirent défiler sous les armes, et à Cour champ on se contente simplement de faire exploser de la poudre à canon en 188089. Même méthode artisanale à Riantec (Morbihan) où le 14 juillet de l’année 1888 est célébré dès 8 heures du matin par 28 coups de fusils90. Le crépitement des fusils et des carabines ne s’arrête pas à la matinée de la fête. Dans de nombreuses communes sont organisés des concours de tir – seule manifestation festive de la ville d’Auray (Morbihan). Dans le Maine-et-Loire, ce sont encore les pompiers qui prêtent leurs carabines Remington aux habitants de Martigné-Briand, et qui reçoivent 100 cartouches pour la tenue du concours ; le village de La Ménitré utilise quant à lui des carabines Flobert91. Cette ardeur guerrière détermine les prix attribués aux vainqueurs qui reçoivent, dans l’ordre, un fusil Le faucheux, une carabine et une paire de guêtres à Bécherel (Ille-et-Vilaine). Le bruit est donc festif, comme l’écrivent les républicains de Montrevault (Maine-et-Loire) : « les salves annoncent à nos populations que nous fêtons la République et forcent, au moins à entendre, ceux-là qui ne veulent même pas nous voir92 ». Dans le bruit des armes s’imbriquent la fête politique, la démonstration guerrière et l’animation populaire.

  • 93 Agulhon (M.), Marianne au Combat, Paris, l979.
  • 94 Le Journal de Paimpol, 10 juillet 1884.
  • 95 AD ML 1 M 7/64.

55Pour le reste des activités proposées pendant les 14 Juillet, les objectifs sont plus différenciés. La fête politique qui atteste l’attachement à un régime se marque par des gestes rituels, accomplis dans les premières heures de la journée le plus souvent. La victoire républicaine s’incarne dans la personnification de la République et par ses représentants93. Le 14 Juillet est l’occasion de l’inauguration des bustes de la République : à Paimpol en 188494, ou à Saint-Donan (Côtes-du-Nord) en 1882, où une photographie présentant le président de la République Jules Grévy est déposée à côté du buste. En 1180, en Vendée des souscripteurs offrent un buste à la mairie de Saint-Médard-des-Prés. De la même façon, dans le Maine-et-Loire, à Saint-Melaine, la Société de la Gaieté achète un buste présenté pour la première fois à la population le 14 juillet 1883 puis installé au Cercle des Amis réunis, tandis que « le parti clérical fait le mort95 ». Un véritable marché des bustes se développe. Celui de Saint-Donan ne vaut que 5 F (la photographie 2 F), mais ce sont 516 F que débourse en 1881 la préfecture des Côtes-du-Nord pour possèder un buste de la République modèle n° 1, valeur 126 F et un modèle n° 2, de 78 F, et quatre modèles n° 2 dans les sous-préfectures. À Saint-Rémy-la-Varenne, l’inauguration du buste, le 14 juillet 1883, s’effectue par une promenade dans l’ensemble du bourg ; à Morlaix le 14 juillet 1880 « la statue de la république est exposée (devant l’Hôtel de ville) garnie de guirlandes et éclairée par intervalles au moyen d’une lumière électrique partant des premières arcades du viaduc ».

56Significativement, Rennes décide d’honorer un héros local, le l4 Juillet 1880, en inaugurant, ce jour-là, une statue représentant Leperdit. Membre de la municipalité depuis 1793 jusque sous l’Empire, ce dernier fut maire de Rennes de ventôse an II à l’an IV et s’est illustré surtout en s’opposant à Carrier. Dans la galerie de portraits des personnalités républicaines de cette époque, le choix de Leperdit, modéré, est tout un programme. De son côté, la ville de Saint-Brieuc honore elle aussi la mémoire d’un républicain des temps héroïques : le procureur syndic – en fait commissaire du Directoire exécutif – tué dans la nuit du 4 au 5 brumaire de l’an VIII, lors de l’attaque des chouans contre la ville. Ces deux exemples demeurent isolés. Les événements dramatiques, qui marquèrent la région pendant la période révolutionnaire, même si nombre de personnes s’y réfèrent, sont rarement rappelés.

  • 96 Le Phare de la Loire, 7 mai 1889.
  • 97 La Vendée républicaine, 20 juillet 1889.

57Du rituel révolutionnaire il ne reste que bien peu de choses. Quelques arbres de la liberté sont enracinés à l’occasion du 14 Juillet : à Concarneau (Finistère), ou à Rezé, à Doulon, dans l’agglomération nantaise en 1889, à Collinée (Côtes-du-Nord), où cette plantation coûte 2,50 F. Le centenaire provoque ces résurgences explicites des pratiques révolutionnaires. Cette année-là, dans de nombreuses villes, sont données des conférences qui rappellent les événements de 1789. En Loire-Atlantique, le 5 mai le directeur de l’école de Blain compare « la situation du paysan en 1789 et aujourd’hui » devant 400 personnes. À Doulon, le sujet traité est proche, s’agissant de présenter le paysan affamé en 1789. Des causeries se tiennent aussi à Bouguenais,à Saint-Jean-de-Boiseau. À Nantes, le rédacteur du journal républicain, Le Phare de la Loire, expose la signification et la portée du 5 mai, devant la Société de la Libre Pensée. À Saint-Nazaire, Aristide Briand, lors d’un punch, insiste sur les changements provoqués par les États généraux dans la situation politique de la France et de l’Europe, il y voit « un admirable réveil de l’esprit humain ». À Rezé, deux conférences établissent une présentation pédagogique de l’essor révolutionnaire : le 5 mai est expliquée « la situation intenable de la monarchie », le 14 juillet. Brunschvicg, journaliste au Phare de la Loire, expose la prise de la Bastille96. En Vendée, à Olonne 60 personnes viennent écouter une conférence97 ; dans le Finistère, les bienfaits de la Révolution sont expliqués à Saint-Pol-de-Léon ; à Brest, deux professeurs de lycée, Calvet et Langeron, présentent l’Ancien Régime et Brest en 1789,devant la Société républicaine d’Éducation populaire et la ville met en place un Musée de la Révolution.

  • 98 AD IV 1 M 174.

58Si dans le rituel républicain le recours aux nourritures spirituelles est finalement limité, l’habitude est plus ancrée de servir des nourritures plus substantielles : punch à Saint-Pol de Léon en 1889, dès 9 heures du matin le 5 mai, aux Herbiers (Vendée) ou à Olonne qui donne « un punch patriotique », à Saint-Rémy-la-Varenne (Maine-et-Loire), à Saint-Nazaire où la participation est fixée à 1 F. Le punch est plus démocratique que le banquet « patriotique » qui tient sur souscription ; il coûte 3,50 F à Nantes en 1889,pour 500 personnes autour du préfet qui préside. À Saint-Nazaire, une centaine de personnes banquettent le 12 juillet ; seulement 20 à Bouée. D’autres communes, Couëron, Saint-Étienne-de-Montluc (Loire-Atlantique) ou Bazouges-la-Pérouse (Ille-et-Vilaine) organisent des banquets. Dans ce dernier cas, les républicains se réunissent dans l’école des garçons98. Dès 1881, le banquet du 14 Juillet avait duré toute la nuit dans l’île d’Yeu. Repas symbolique, le banquet est d’abord un temps fort d’une vie politique dirigée par une petite bourgeoisie soucieuse de bonne cuisine. Les toasts qui sont portés assurent les orientations prises par les républicains locaux. Lorsqu’ils sont présents, préfets ou sous-préfets profitent de ces occasions pour resserrer les liens entre les divers groupes et tendances républicains. Faut-il, en outre, suivre le Phare de la Loire qui ajoute une dimension symbolique au banquet des républicains de Sainte-Hermine (Vendée) qui auraient dégusté au 14 Juillet 1889 :

Coquillage de la Bastille
Grenouilles d Marais
Tête sauce Robespierre
Homards la Danton
..
Canards royalistes

Salade Boulangiste

  • 99 Le Phare de la Loire, 20 juillet 1889.
  • 100 AD IV 1 M 163.

59Le repas s’achève avec du vin de 1789 et le café des Bourbons99. Le banquet républicain atteint l’apothéose le 14 juillet 1888 lorsque sont invités les maires de toute la France autour du président de la République, mais malgré la réduction de 50 % accordée sur le prix des billets de chemins de fer, seule une poignée de maires de l’Ouest se rend à Paris100.

60Ainsi se déroulent les festivités politiques et patriotiques qui occupent essentiellement le matin et les premières heures de l’après-midi des fêtes nationales. En l’absence de renseignements, il est impossible de savoir combien de personnes assistent à ces manifestations. Hormis la revue et le défilé, celles-ci demeurent rituelles et s’adressent surtout aux militants républicains. Les fêtes populaires se tiennent dans le reste de la journée attirent la foule et retiennent plus l’attention.

La fête populaire

61L’après-midi du 14 Juillet est traditionnellement consacré aux jeux et aux danses. Les habitudes populaires ont été reconduites par le nouveau régime associant les divertissements coutumiers aux intentions républicaines. L’alliance est réussie puisque les plus petits bourgs organisent jeux et danses. Seules les communes qui veulent marquer leur hostilité envers la République s’abstiennent de ce genre d’activités. Il est vrai toutefois qu’un très large éventail permet de nuancer l’intérêt porté par chaque commune à sa population lors des 14 Juillet : la fête populaire commence avec les distributions de vivres et culmine avec les réjouissances.

  • 101 AD ML 1 M 7/61.
  • 102 AD M M 3052.

62Traces d’une époque où les nécessiteux manquent des nourritures les plus élémentaires, les distributions de pain, rarement de viande, sont fréquentes. Peu de communes mettent sur pied un ensemble de festivités sans avoir, au préalable, accompli ce geste charitable. Ainsi, entre tant d’exemples, Laniscat (Côtes-du-Nord) consacre 11 F au pain distribué, sur les 15 F accordés par le préfet pour l’ensemble de la journée – les 4 F restant paient les illuminations. Sur les 124,70 F prévus à Trébeurden, 79 paient la dépense en pain. Tréverec donne 120 kg de pain à ses pauvres ; Yffiniac, 40 kg qui coûtent 12 F en 1889. Dans ce département des Côtes-du-Nord, le pain distribué représente la quasi totalité des dépenses engagées par les communes rurales. Saint-Ganton (Ille-et-Vilaine) convertit également en 1891 les 30 F de crédit, en 30 pains de 3 kg chacun ; Port-Saint-Père (Loire-Atlantique) fait boulanger 75 kg de pain ordinaire, à 0,30 F le kg et 6 kg de pain blanc, à 0,40 F le kg, soit un total de 25 F. Dans le Maine-et-Loire, à Soulanges, les nécessiteux reçoivent, en 1880, entre 6 et 12 kg de pain chacun101. De telles dépenses peuvent n’être que des alibis pour certaines communes, qui se gardent bien d’autres démonstrations. Cela semble particulièrement vrai pour beaucoup de communes vendéennes. En 1889, aux Brouzils, 13 familles reçoivent 20 kg de pain. À Saint-Fulgent, où la mairie pavoise, 40 personnes bénéficient de cette distribution. À Landaul (Morbihan), lors du 14 juillet 1883, le maire est absent, 4 lanternes sont allumées et on donne 13 pains de 6 livres pour toute fête102.

  • 103 AD V 1 M 531.
  • 104 AD ML 1 M 7/61.

63Il est vrai que ces distributions de vivres peuvent être politiques. À Challans (Vendée), 300 kg de pain sont répartis, en même temps que se déroule une fête rassemblant, le 14 juillet 1881, 1 500 personnes selon les organisateurs. Le maire de Croix-de-Vie, dans ce département, explique, le 26 avril 1889, dans une lettre au préfet, la portée politique de son intention de donner du pain aux pauvres. Il veut pouvoir dire aux communes « hostiles à la propagation du centenaire que la République n’a pas oublié les pauvres103 », si bien qu’outre le pain, le vin est aussi offert. À La Ménitré (Maine-et-Loire) en 1883, les secours aux indigents sont effectués le matin à 11 heures, mais le vin d’honneur est servi à 1 heure de l’après-midi, pour saluer l’arrivée de la fanfare. Aux Ulmes, près de Saumur, outre le pain des nécessiteux, sont offerts de petits pains blancs en même temps que le vin, en 1880. Au May, le pain blanc et le vin sont également présentés aux habitants, sous la surveillance sage du garde-champêtre, Joseph Suard. Le maire s’en félicite dans une lettre au préfet : « J’ai été enthousiasmé de voir depuis le plus petit de nos enfants jusqu’aux vieillards s’approcher pour boire le vin de la fête nationale104 ». Toute une sociabilité s’exprime dans ce partage du pain et du vin, avec une force que n’atteignent pas les démonstrations plus rituelles liées aux statues ou aux arbres de la liberté.

  • 105 Journal de Paimpol, 20 juillet 1884.
  • 106 AD M M 3053.
  • 107 AD M M 3054.

64C’est également pour satisfaire la sociabilité populaire que sont organisés les danses, les bals publics et les fêtes de nuit. Il est inutile de dresser la liste de toutes les communes qui recrutent des musiciens le jour du 14 Juillet. Dans les villes et les gros bourgs, la clique municipale (ou la fanfare militaire) participe au concert de l’après-midi, ainsi en 1889, à Pornic, à Paimbœuf (Loire-Atlantique), ou à Rennes et Feins (Ille-et-Vilaine). Les bals publics s’ouvrent le soir le plus souvent. À Paimpol, le 14 juillet 1884, les danses suivantes sont annoncées pour le bal qui débute à 8 heures du soir : « 2 quadrilles, 1 polka, 2 quadrilles, 1 Scottish, 2 quadrilles, 1 Mazurka, 2 quadrilles, 1 Dérobée105 ». Ce programme donne une idée des danses à la mode dans la majorité des localités de l’Ouest, mais pas dans toutes, car dans la Basse-Bretagne, le bal nocturne n’est pas usuel, les danses traditionnelles attirant la jeunesse. Les danses bretonnes au biniou débutent par exemple dès 10 heures du matin le 14 juillet 1888 à Riantec (Morbihan) ; elles reprennent à 4 heures l’après-midi – comme à Hennebont106. À Saint-Pierre-de-Quiberon, ces danses durent de 12 heures 30 à 9 heures du soir, à Bubry, elles commencent à 8 heures du matin107 ! La République s’accomode donc sur ce chapitre des habitudes régionales (on n’en dirait pas autant à propos de la langue). Cette acceptation des danses pourrait bien avoir une signification politique essentielle puisque l’Église se met à les condamner de plus en plus fermement. La danse ne devient-elle pas alors un des terrains de combat entre l’Église et l’État ?

65Les jeux qui sont organisés les 14 Juillet n’échappent pas non plus à cette « récupération ». Attraction essentielle, ils ont pour but de populariser la fête, et de faire passer le message républicain. Ce qui frappe dans les programmes des activités proposées aux foules en liesse, ce n’est pas tant le grand nombre de communes, que l’uniformité des divertissements, et la passivité attendue des badauds. L’éventail des jeux paraît grand, et leur attrait accru par leurs noms exotiques, mais les valeurs sûres sont représentées par le traditionnel mât de cocagne et les courses burlesques. Le mât est dressé à Rennes en 1889, à Plomeur, à Morlaix en 1880, à Rezé, Saint-Étienne-de-Montluc et à Doulon en Loire-Atlantique en 1889, à Saint-Pierre-de-Quiberon, dans le Morbihan, aux Sables-d’Olonne, ou à La Fontaine-Milon dans le Maine-et-Loire. Localement des variantes sont présentées : à Lorient, il s’agit d’un mât de beaupré en 1881, il est horizontal à l’île d’Yeu. Les courses burlesques sont aussi très fréquentes : course en sacs à Nantes, à Doulon en 1889, à Plomeur en 1880, à Saint–Pierre-de-Quiberon, à Lorient en 1882, à Brain-sur-Authion (Maine-et-Loire) en 1884, et à Trébeurden (Côtes-du-Nord). Il faut y joindre la course à quatre pattes de Nantes en 1889, à pieds joints de Kerrien en 1881, où se pratique aussi celle dite du mélange des souliers. Brain-sur-Authion organise une course en sabots, Riantec une course des porteurs d’eau en 1888. À Trébeurden se déroule une série de courses : des jeunes gens, des vieillards, des gamins, des femmes, avec pots remplis d’eau portés sur la tête. Une fête burlesque se tient à Nantes avec lâcher de ballons grotesques, concours de grimaces et « la marche triomphale des grenouilles », outre le jeu des tonneaux, des brouettes, le théâtre bizarre. De la même veine ressortissent manifestement le bassin californien, les baquets russes, le baptême des tropiques, le jeu de la poële (ou de la poële argentée) que Nantes, Doulon et Brain-sur-Authion mettent en place.

66Dans des localités favorisées par leur proximité avec un plan d’eau, la fête se déroule pour partie autour de concours nautiques. À Couëron, sur la Loire, à Lorient, dans les bassins du port, se tiennent des courses en baquets, des courses aux canards, comme à Saint-Pierre-de-Quiberon, où l’on pêche des saucisses, on joue à « la chandelle flottante ». Enfin, se déroulent des jeux sportifs : courses de natation entre les jeunes gens à Lorient, à Hennebont, à Rennes. Le sport est à l’honneur un peu partout, sous toutes formes possibles. À Kerrien (Côtes-du-Nord), à Nantes, des courses à pied opposent des jeunes gens, parfois classés en plus et moins de 16 ans. Kerrien encore, Plomeur, organisent des courses hippiques ; Doulon des courses de tricycles, de vélocipèdes, comme Brain-sur-Authion, Lorient. Enfin, à Nantes, Angers, Hennebont se disputent des régates. Il y a même un « carrousel aérien » à Lorient, mais il s’agit sans doute d’un manège ; il est vrai que l’on procède aussi aux lâchers de quelques montgolfières.

  • 108 Nouvelliste du Morbihan, 19 juillet 1889.
  • 109 AD IV 1 M 163.
  • 110 AD ML 1 M 7/64 1883.
  • 111 Le Phare de la Loire, 17 juillet 1889.

67La plupart de ces jeux sont plus des spectacles que des occasions données à l’ensemble des badauds de s’amuser. Toutes les courses, et même ce jeu au titre énigmatique : le jeu du lapin, sont dotés de prix. Le « baiser de la tuile » ( ?) qui se pratique par exemple à Châteauneuf, en Ille-et-Vilaine, rapporte 6 F au vainqueur. À Vannes, le gagnant au tourniquet emporte un pantalon, celui qui réussit au mât de cocagne reçoit une montre, une redingote s’il triomphe au bain russe, une théière dans le carrousel aérien. Toute une hiérarchie de prix récompense les participants, de la montre au sac de voyage, du gigot au couvert en ruolz, du carton d’écolier au chapeau108. La foule est donc conviée à un spectacle étalé dans le temps. À Nantes, le 5 mai 1889, la course en sac a lieu à 2 heures de l’après-midi, le jeu de la poële à3, et celui de la pomme enchantée à 5. À Bécherel (Ille-et-Vilaine), le 14 Juillet 1892, la course aux œufs est prévue à 4 heures, les bains russes à 4 heures 30, les jeux de pots à 5 heures 10109. À Saint-Rémy-la-Varenne (Maine-et-Loire), le combat du sabre est fixé à 3 heures, la course en sac à 4, les courses de vélocipèdes à 6 en même temps que les courses à pieds110. Il est à noter qu’aucun jeu traditionnel régional, lutte bretonne ou jeu de boules de fort, par exemple n’est rencontré au fil des programmes. D’un bout à l’autre de la région, de la France, le 14 Juillet offre au bon peuple du pain et des jeux. À Nantes, le 14 juillet 1889, la Société de Bienfaisance des écoles communales laïques organise les jeux, les répartit à l’intérieur d’un parc dont l’entrée coûte 25 centimes (au-dessus de 10 ans). Des bazars, des boutiques champêtres et des buvettes « très hygiéniques » sont tenues par les jeunes filles des écoles communales sous la surveillance de leurs directrices. On y vend notamment des insignes et des décorations pour la fête nationale111.

  • 112 AD ML 1 M7/64.
  • 113 Nouvelliste du Morbihan, 14 juillet 1883.
  • 114 AD ML in Dossier du Service éducatif.

68La fête est populaire dans la mesure où elle attire la foule. Les divertissements ne sont pourtant pas des amusements collectifs, mais des attractions aux débordements surveillés ; les défoulements collectifs ne sont à craindre que pendant la fête nocturne. Le 14 Juillet se clôt sur la vision irréelle de la localité illuminée, donnant aux choses de la vie une apparence nouvelle et théâtrale. Les communes les plus modestes se contentent de lanternes vénitiennes, comme Cancale en 1886 avec 150 lanternes et 13 livres de bougies ; Locmaria (Morbihan) dépense 15 F en ballons et lanternes vénitiennes. La Ménitré installe 200 lanternes pour la retraite aux flambeaux en 1883 ; Martigné-Briand place une lanterne tous les dix mètres sur la grand-rue du bourg en 1884112. Saint-Cast (Côtes-du-Nord), Landivisiau (Finistère) n’ont que des feux de joie. En revanche, à Saint-Rémy-la-Varenne les illuminations se terminent sur un feu de bengale, plus des pétards à Yffiniac. Le degré supplémentaire est atteint avec le feu d’artifice : aux Sables-d’Olonne, à Rennes, à Tréguier, à Brest, à Paimbœuf en 1880, à Cholet en 1881. En Ill et-Vilaine, Aubigné paie 5,5 F une petite pièce d’artifice, tandis que Châteauneuf investit 25 F. Mais Lorient en 1883 éclaire ses bassins à la lumière électrique113 et en 1889, la journée se termine par une fête vénitienne sur les bassins à flot du port, éclairés par le feu d’artifice. Ce genre de spectacle est donné également par Angers en 1880, qui organise un « navousel » sur la Maine, faisant évoluer un bateau chinois, des gondoles vénitiennes, des galères, des trirèmes... décorés et illuminés. Un feu d’artifice, une cascade lumineuse couronnent le tout114. Il s’agit bien d’un spectacle : des chaises sont installées dans les cales du port pour le public, et louées un franc.

  • 115 Journal du Maine-et-Loire, 14 juillet 1880.
  • 116 Avenir de Rennes, 6 mai 1889.
  • 117 AD ML 1 M7/64.
  • 118 AD ML 1 M7/61.

69Reste enfin le défilé final qui parcourt la ville, sans ordre rigide. Les opposants au 14 Juillet insistent ainsi sur les « bandes de braillards » qui ont parcouru les rues d’Angers en chantant des airs patriotiques, dont la Marseillaise115. Des groupes de jeunes gens défilent dans les rues de Rennes, portant des lanternes au bout de bâtons et chantant la Marseillaise116. À Brest, selon le préfet, la retraite est bruyante chaque année ; la foule pousse des cris incohérents en 1887, elle circule massivement dans les rues jusqu’à une heure avancée de la nuit le 5 mai 1889. La sociabilité festive se donne libre cours en ces heures tardives. Elle s’exprime dans les auberges, les cabarets et autres débits de boissons, puisqu’en règle générale les préfets accordent l’autorisation exceptionnelle de fermer tardivement à minuit ou une heure du matin. Les auberges de Brain-sur-Authion retentissent de chants patriotiques jusqu’à minuit117. Alors que l’Église va condamner de plus en plus fermement l’alcoolisme des ruraux, le recours aux cabarets lors des 14 Juillet marque une distance décisive entre la société profane et la hiérarchie catholique, même si les autorités républicaines veillent elles-mêmes aux excès. Le maire de Champtoceaux (Maine-et-Loire) signale que le 14 Juillet 1880 s’est achevé par des chants patriotiques entonnés par 12 à 15 jeunes gens. Ceux-ci prirent ensuite « des rafraîchissements en souvenir des défenseurs de 1789 » puis se rendirent « à leur demeure avec une sagesse qui mérite d’être signalée118 ».

  • 119 AD ML 1 M7/64.

70L’efficacité de l’encadrement républicain n’est plus à démontrer. Des objectifs précis sont poursuivis pour éduquer les masses. Cette visée proprement pédagogique s’affirme avec évidence en certaines occasions autour des théâtres et des écoles. Dans les grandes villes, les théâtres s’ouvrent au public pour des spectacles gratuits et édifiants. À Rennes, La porteuse de pain est donnée le 14 juillet 1889, à 2 heures de l’après-midi ; le 5 mai La fille du tambour-major avait été jouée devant une salle bondée. Ce même jour, Nantes présentait le drame : Le vieux caporal. Les fêtes nationales sont l’occasion de faire une large place à l’école et à la jeunesse scolaire. Les écoles laïques obtiennent un jour de congé supplémentaire – que ne respectent évidemment pas les écoles religieuses. Les enfants sont alors directement associés à la fête. À la Poëze (Maine-et-Loire) en 1881, ils reçoivent des dragées, au cri de Vive la République. Aux garçons sont données (goût exquis en notre siècle post-freudien) 150 petites fusées qu’ils font partir aux cris renouvelés de Vive la République119. À Villemoisan (même département) la distribution des prix a lieu le jour de la fête nationale, repoussée il est vrai au 20 juillet 1884. Cette année-là, les enfants de Mazé sont réunis devant l’autel de la patrie. Dans les Côtes-du-Nord, à Plestin, ils entonnent des chants patriotiques le 14 juillet 1882. Ce genre de « fête scolaire » se produit dans plusieurs communes, comme enfin à La Menitré, où elle est organisée par les groupes républicains de la commune.

  • 120 AD ML 1 M7/68.
  • 121 AD LA 1 M 677.

711889 est l’occasion de multiplier les manifestations républicaines. Dans le Maine-et-Loire, selon le vœu du Conseil géneral, la municipalité de Cholet fait distribuer aux élèves des écoles communales une gravure et un exemplaire de la Déclaration des Droits de l’Homme120. Sur l’école des garçons de Baugé est apposé le drapeau tricolore, et une médaille fixée sur celle des filles. À Angers, le maire tient un discours patriotique aux enfants qui défilent le 5 mai, et chaque école reçoit un drapeau frappé des deux dates 1789-1889. Sur un mode plus convivial, 300 enfants sont réunis pour un banquet à Trélazé, aux portes d’Angers. La volonté de marquer les consciences et les mémoires est délibérée ; elle s’exprime clairement à Bouée, en Loire-Atlantique, où le Conseil municipal propose de « donner quelque chose » aux garçons « afin que ces enfants se souviennent plus efficacement de l’abolition du régime féodal121 ». Ils reçoivent aussi la Déclaration des Droits de l’Homme à Nantes.

72La fête républicaine entre dans les habitudes : le volontarisme rencontre une demande réelle du pays, puisqu’au delà des gestes rituels, quel que soit le contrôle social exercé par les militants, des spectateurs se pressent aux jeux, participent aux revues, aux retraites et chantent la Marseillaise. La greffe de la fête sur le corps social a réussi ; même s’il faut se demander jusqu’à quelle profondeur les sentiments républicains se sont diffusés.

L’enracinement

  • 122 Le Phare de la Loire, 17 juillet 1889.
  • 123 Le Patriote de l’Ouest, 14 -15 juillet 1880.

73Quelle emprise ont eu ces fêtes sur l’opinion publique, et en quoi l’expriment- elles ? La question n’est pas souvent posée. La présentation des attitudes des élites, d’un bord ou de l’autre, exclut la recherche des sentiments des individus, « objet » et « enjeu » de la fête. Il est vrai que leurs réactions ne sont pas aisément discernables et les archives muettes dans la plupart des cas. Les succès sont, toujours complets et les échecs inavoués, ou expliqués par les manœuvres des opposants, ainsi que par l’arriération de la population ! Les journaux insistent sur les événements exceptionnels et ne facilent pas la compréhension de la fête. Manifestement le 14 Juillet n’a donné lieu ni à des débordements ni à des excès, contrairement aux craintes et aux avertissements des « réactionnaires ». Malgré l’acharnement des journalistes opposés à la fête, peu d’incidents pertubent les célébrations. Des accidents se produisent parfois ici et là. Dans le Morbihan, lors des 14 Juillet 1885, 1886, 1887 meurent un aérostier, un ouvrier qui installait des illuminations et un couvreur qui les retirait. À Morlaix, une sourde-muette est écrasée par une voiture en 1889. Mais aucune altercation, aucun contre-défilé ne vient ternir les manifestations nationales. Le quadrillage établi par les commissaires de police des grandes villes y est sans doute pour quelque chose, mais il fut compter aussi avec une réelle acceptation de la fête. Les journalistes se rabattent sur un jeune homme, aliéné, qui s’est promené nu sur les quais de Douarnenez122, ou sur cet autre « qu’on dit être étudiant à la Faculté catholique » d’Angers, qui aurait craché sur un drapeau national acheté préalablement123.

  • 124 Le Phare de la Loire, 7 mai 1889.
  • 125 Delumeau (J.), dir. Histoire de la Bretagne, Privat, Toulouse, 1969, p. 433-435.
  • 126 AD ML 1 M7/64.

74Les discordances existent pourtant ; mais rapportées à l’ensemble régional elles pèsent d’un faible poids. Elles ne sont pas causées par la « réaction » qui en règle genérale se mure dans l’abstention et le silence – sauf les clercs bataillant autour du presbytère. La crainte la plus vive des organisateurs vient des partisans du général Boulanger. À Brest, en 1887, le brouhaha fréquent qui se produit lors de la retraite aux flambeaux permet qu’éclatent des cris « Vive Boulanger » assez nourris, notamment devant le sous-préfet. Ces vociférations ne donnent cependant naissance à « aucune manifestation » ni à « aucun désordre scandaleux » selon le rapport administratif. À Nantes, en mai 1889, le banquet, qui rassemble à peu près 500 convives, est perturbé par un interrupteur qui lance un « Vive Boulanger » avant de sortir124. Mais les partisans du général Boulanger, qui recueille pourtant une grande audience en Bretagne, Morbihan et Ille-et-Vilaine surtout125, ne se manifestent pas plus. Régulièrement souhaitée à l’heure des toasts, l’unité républicaine prime, même si elle n’est pas souhaitée par les socialistes et les anarchistes. Juste avant 1914, les 14 Juillet de Brest sont l’occasion de scènes assez cocasses lorsque les socialistes opposés à la revue militaire, mais élus à la mairie, doivent concilicier convictions et obligations. À Angers en 1883, un étudiant en droit expose d’abord un drapeau noir remplacé ensuite par un polichinelle au bout d’une corde, et un avocat arbore à sa fenêtre deux drapeaux noirs frappés d’une tête de mort blanche126.

  • 127 Vallin (P.), op. cit., p. 952-953.
  • 128 Thème du livre de Singer (B.), op. cit..

75Hors des prises de position des élites, les refus populaires apparaissent peu. À Bourbriac (Côtes-du-Nord), en 1889, les frais sont couverts par une souscription effectuée auprès des fonctionnaires, des commerçants et des agriculteurs, mais ils ne contribuent que pour : 27,55 F sur 203,95 F. À Challans, dans cette Vendée qui envoie des députés monarchistes à l’Assemblée nationale, 1 500 personnes acclament la République au soir du 14 juillet 1881. De la même façon, l’initiative privée qui organise une fête nationale contre l’avis du conseil municipal des Alleuds (Maine-et Loire) en 1880, draine 8 à 900 personnes venues des communes environnantes. Pour une partie de la population, la fête est attendue et possède une signification indéniable. C’est un charpentier de Saint-Michel-le-Clouc (Vendée) qui se plaint en 1880 auprès du préfet de ce que « le jour de la fête de la France, ni maire, ni curé, ni capucin nous l’on fait savoir ». Dans l’Ouest comme dans le Limousin127, le 14 Juillet est en accord avec des sentiments populaires collectifs et individuels. La politisation des masses pressentie bien avant l’avènement de la République128, qui dans l’Ouest peut s’alimenter aux souvenirs de l’époque révolutionnaire, est indéniable. À Brest, les jeunes gens alternent en 1880, les cris de « Vive la République, vive le sous-préfet », et « À bas les jésuistes ». À Saint-Donan (Finistère), deux ans plus tard, les habitants souhaitant une fête contre la décision du maire, manifestent aux cris de « À bas le maire clérical et vive la République ».

  • 129 AD M M 4447.
  • 130 AD ML 1 M 7/68.

76L’initiative nationale qui se situe sur le plan des principes fait jouer des clivages locaux auxquels elle donne une signification politique. C’est ce que regrette le maire de Paimpol, qui en 1882, écrit à propos des querelles autour des clochers et des presbytères : « ces conflits locaux passionnent les populations dans un sens ou dans l’autre et sont ainsi une cause de trouble moral et de division regrettables ». La fête républicaine n’est pas une fête nationale comme les autres : elle est porteuse d’un sens universel, d’une orientation philosophique qui sont suffisamment vagues pour trouver des échos divers chez des populations désireuses de marquer des préférences et des sentiments. La signification de la fête peut être ainsi gauchie par les orientations collectives portées par les groupes qui honorent le 14 Juillet. À Lorient, le sous-préfet relève que ses partisans les plus acharnés se recrutent parmi les ouvriers du port, qui sont pratiquement les seuls à défiler le 14 juillet 1889. Lors du centenaire de la prise des Tuileries, le 10 août 1892, le commissaire central note soigneusement que le secrétaire du comité socialiste, Holzmann et le menuisier Gentier ont placé le drapeau tricolore à leurs fenêtres129. Le 14 Juillet qui échappe ici, sur la gauche, aux intentions gouvernementales trouve d’autres résonances sur sa droite. En Vendée, toutes les communes du Sud suivent régulièrement la fête nationale, dont celles qui accordent leurs suffrages aux candidats bonapartistes. Les cantons de l’Hermenault, de Chaillé-les-Marais, de Maillezais, fiefs de cette tendance apportent ainsi une contribution réelle à la fête nationale, tout comme le canton de Vallet (Loire-Atlantique), qui partage les mêmes orientations. Le bonapartisme, critique de droite de la République, s’y rallie contre le monarchisme. Mais tous les alliances sont possibles : le conseil municipal du Vaudelnay (Maine et-Loire) refuse le 14 Juillet, étant selon le sous-préfet « bonaparto-clérical130 ».

77Il est illusoire de vouloir trouver dans le respect de la fête la preuve simple de l’adhésion à un régime, tout comme celle de son refus définitif. Entre les intentions gouvernementales, les volontés militantes, les proclamations des élites et l’expression de sentiments collectifs, il n’y a pas coïncidence. Entre la fête du 14 Juillet, le signifiant, et les opinions locales d’une communauté, qui pourrait être le signifié, il n’y a pas les relations précises d’une linguistique sociale, mais plutôt les résultantes complexes des intérêts collectifs, des envies profondes et des sympathies traditionnelles. Dans le 14 Juillet, les participants peuvent trouver un spectacle, une provocation contre les notables, une proclamation patriotique ou politique, une manifestation de la sociabilité commune, un moyen de s’opposer à l’Église... Cette multiplicité des significations est d’autant plus grande que les gestes rituels, précisément définis sont peu nombreux et engagent un programme imprécis. Se prépare ainsi ce détournement progressif de la fête qui devient une fête parmi d’autres.

  • 131 AD ML 1 M 7/64, lettre du 26 juillet 1883.
  • 132 AD ML 1 M7/68.
  • 133 Le Phare de la Loire, 16 juillet 1889.
  • 134 AD ML 1 M 7/64.
  • 135 Les cartes ont été établies en prenant en considération les fêtes attestées par les services admin (...)

78Dès 1883, le préfet du Maine-et-Loire annonce au ministre que « beaucoup de communes (sont) sorties cette année de leur indifférence et (ont) inscrit pour la première fois des crédits à leur budget131 ». Le progrès est effectivement général. La contagion se remarque dans l’ensemble de la région. Saint-Rémy-en-Mauges célèbre son premier 14 Juillet en 1884, comme d’autres communes. Dans le Segréen, la fête est admise par les conseils municipaux réactionnaires ; même si l’entente régnant entre maire et curé fait qu’« aucune solennité [n’est donnée] à la célébration de la fête nationale ».À Saumur, le 14 Juillet rentre dans les mœurs, sans grand enthousiasme132. Saint-Pol-de-Léon fête aussi sans entrain le 5 mai 1889, comme les 14 Juillet d’ailleurs ; l’état d’esprit de la ville est considéré comme mauvais par les autorités républicaines. Même à Nantes, le journal républicain, Le Phare de la Loire regrette que « la population républicaine ne se soit pas assez souvenue que cette journée était le centenaire d’un des plus grands événements de l’histoire et aurait mérité un enthousiasme plus expansif133 ». L’enracinement de la fête se réalise d’autant plus facilement que la dilution de ses objectifs particuliers est grande. Le sous-préfet de Cholet l’exprime, sans le vouloir, en constatant que la fête est admise de mieux en mieux dans la ville et ajoutant que « sa célébration contribue puissamment à rattacher la population autour des représentants du pouvoir et à entretenir au sein des masses l’amour de la République134 ». La fête est devenue un objectif en soi ; sa tenue est une réussite même si l’équilibre profond des forces politiques reste sans changement, même si l’acceptation de la République n’est pas autre chose que cette faculté des masses à s’adapter aux différentes contraintes des régimes politiques, en les subvertissant peu à peu, au point de continuer à mener, à quelque chose près, les habitudes immémorables de la vie collective. L’enracinement du 14 Juillet aussi réel qu’il soit s’effectue par cette assimilation dans les pesanteurs locales, par cette traduction dans les comportements habituels. Les cartes que l’on peut dresser des lieux de commémoration135 illustrent ce processus.

Finistère 1880-1889

Finistère 1880-1889

Ille et-Vilaine 1880-1889

Ille et-Vilaine 1880-1889

Côtes-du-Nord 1880-1889

Côtes-du-Nord 1880-1889

Vendée 1880-1889

Vendée 1880-1889

Maine-et-Loire 1880-1889

Maine-et-Loire 1880-1889

Morbihan 1880-1889

Morbihan 1880-1889

Loire-Atlantique 1880-1889

Loire-Atlantique 1880-1889
  • 136 Siegfried (A.), op.cit., p. 35, 71-81.

79Globalement la progression des fêtes est indéniable entre 1880 et 1889. Même si les sources varient considérablement d’une année sur l’autre (notamment dans le cas de la Vendée) le nombre des communes fêtant le 14 Juillet augmente. Mais ce sont des attitudes instinctives si l’on peut dire, qu’il faut invoquer pour comprendre refus et acceptations de la fête tels que l’expriment les cartes de Loire-Atlantique, de Vendée et de Maine-et-Loire. En Vendée, une ligne qui va des Sables-d’Olonne à La Chataigneraie sépare une zone où la fête est unaniment acceptée, d’une autre où les refus se multiplient. Le bloc Nord-Est du département, l’un des foyers de l’insurrection blanche de 1793, de Saint-Fulgent à Mortagne s’oppose fermement au 14 Juillet. Le Sud qui accepte la fête regroupe des localités qui se rangèrent aux côtés de la République à cette époque. Blancs et Bleus se retrouvent à l’occasion du 14 Juillet selon une répartition qui rappelle 1793. En Maine-et-Loire, le Segréen et les Mauges s’obstinent au xixe siècle comme au xviiie dans le refus de la République, qu’acceptent les communes de la vallée de la Loire, du Baugeois et du Saumurois. En Loire-Atlantique enfin, les zones « bleues » en 1793 (vallée de la Loire et côte atlantique) suivent les vœux du gouvernement, à l’opposé des communes rurales – exceptions faites des zones devenues entre temps bonapartistes ralliées au 14 Juillet. Ainsi corrigées, ces cartes coïncident avec celles qui furent dressées par A. Siegfried136.

80Elles les complètent car elles révèlent la présence dans les bourgs et les petites villes de groupes républicains, dont les voix ne sont pas comptabilisées lors des élections – sauf dans le canton de La Roche-sur-Yon, où leur nombre fait fluctuer les élections. Le 14 Juillet permet de voir les manifestations républicaines dans les bourgs et les petites villes qui comptaient aussi en 1793 des groupes actifs de Bleus, à Montaigu, aux Herbiers, à Challans, à Palluau. Le 14 Juillet donne un sens à ces permanences, fait jouer des comportements transmis sur près d’un siècle. Il enrégimente même des groupes bonapartistes dans ce débat dualiste Bleu/Blanc, les sommant d’effectuer un choix simple, car enthousiasme républicain ou pas, les alternatives sont réduites. Le 14 Juillet s’interprète dans cette région selon les normes héritées de 1793. Si des structures anciennes trouvent ainsi une nouvelle jeunesse, elles sont aussi entraînées dans des directions nouvelles. Il n’est pas négligeable que le 14 Juillet soit ainsi fêté dans le Marais vendéen qui va se rallier à la République au début du xxe siècle. Le 14 Juillet est ici l’indice d’une évolution, le signe de changements possibles.

  • 137 Idem, p. 100.
  • 138 Idem, p. 105.
  • 139 Idem, p. 109.
  • 140 Idem, p. 119.

81Il n’est pourtant pas possible d’appliquer à l’ensemble de l’Ouest cette grille de lecture. Sans doute le département du Morbihan pourrait-il encore y correspondre. La fête est attestée dans la zone qui a été fidèle à la République, mais on n’en trouve pas trace dans les zones chouannées. Auray, la légitimiste, boude le 14 Juillet. Lorient soutient la République, comme en 1793-1795. Mais l’imprécision des sources interdit trop d’assurance. Semblable prudence est requise pour le Finistère. Dans ce département, l’opposition Blanc/Bleu paraît perdre de sa valeur. Si le Sud, autour de Quimper, manifeste un attachement au régime qui correspond à des attitudes plus anciennes, le Nord n’est pas aussi hostile qu’on pourrait s’y attendre. Les cartes des départements d’Ille-et-Vilaine et des Côtes-du-Nord confirment elles que cette division n’est pas déterminante pour comprendre la localisation des fêtes. Si les régions les plus marquées par la chouannerie, autour de Fougères, de Redon, ne s’associent que faiblement à la fête, la région de Montfort, elle aussi fief royaliste, apporte un soutien remarqué à la fête. L’explication serait-elle apportée par Siegfried qui signale que cette zone vote pour un républicain modéré, extrêmement populaire, Pinault137 ? Cette partie de l’Ille-et-Vilaine hésiterait entre la gauche et la droite. Or, le sud du département, entre Guichen et Retiers, qui se signale également par une hésitation politique, prônant un républicanisme « décoloré138 », ne manifeste pas plus d’enthousiasme vis-à-vis du 14 Juillet. La querelle Blanc/Bleu n’est pas déterminante même si elle possède encore un sens partiel. Dans les Côtes-du-Nord, il est impossible de distinguer les zones républicaines et « réactionnaires » en suivant les localisations du 14 Juillet. Sans doute les communes les plus rurales s’abstiennent-elles plus que celles de la côte, mais, si l’on croit Siegfried, les communes les plus à droite se trouvent autour de Lamballe et de Plélan139 sans pourtant que s’établisse une nette différence avec celles qui sont situées à l’extrémité orientale du département et qui affichent les sentiments les « plus avancés ». Les commémorations sont fréquentes autour de Saint-Brieuc dans cette région fortement chouannée dans les années 1795-1796, et qui était en liaison avec l’Angleterre. Siegfried avait classé la majeure partie du département hors des luttes entre Blancs et Bleus140 ; ceci donnerait la clé de l’acceptation de la fête nationale. De toute évidence, ni le passé révolutionnaire, ni les enjeux immédiats de la vie politique ne sont directement concernés par le 14 Juillet, qui se situe sur un plan secondaire.

82Le 14 Juillet ne revêt donc pas la même valeur selon les lieux dans l’ensemble de l’Ouest de la France. Il est interprété par ce que l’on peut appeler, sous réserve d’inventaire, l’effet de lieu, c’est-à-dire la combinaison locale des traditions familiales et collectives, de la sociabilité habituelle qui traduit en langage vernaculaire les initiatives et les interventions de l’extérieur. Selon les départements, la fête nationale ne joue pas le même rôle, n’entraîne pas les mêmes réactions – ne serait-ce qu’épiscopales – même si l’orientation globale reste identique partout. De telles disparités expliquent que les réserves les plus grandes et les plus durables vis-à-vis de la fête soient limitées en étendue. Hors de la région-Vendée, l’acclimatation de la fête pourra se réaliser, lorsque les activités festives prendront le pas sur les démonstrations militantes. Ces dix premières années de célébrations cumulent ainsi les paradoxes. Le 14 Juillet, fête politique par excellence, se marque plus par des activités spectaculaires qui réservent aux minorités militantes les déclarations et les gesticulations. La pédagogie politique se dilue dans des activités rituelles et des spectacles uniformes. Pourtant, la répétition annuelle habitue à l’idée républicaine et constitue une référence collective pour une histoire devenue mythique, qui parle des origines. La participation de l’armée, l’expression de sentiments militaristes ou guerriers entraînent le 14 Juillet dans une exaltation patriotique qui va jusqu’à satisfaire des milieux peu républicains et fausse l’orientation initiale. Pourtant, cette déviation favorise l’unité de la nation, et annonce d’une part le changement de signification de la fête et d’autre part la force du patriotisme du pays. La fête militante, comme le refus militant, aussi réels qu’ils soient, ne concernent que des minorités engagées dans des débats qui ne correspondent pas toujours aux questions essentielles pour les masses dès cette époque – avant que ne surgissent d’autres enjeux. Pourtant, ces discussions provoquent les villages et les bourgs, et amènent la République dans les campagnes, obligent à se situer dans un camp ou dans l’autre – sauf à les refuser tous les deux, ce qui ne se pratique guère encore. C’est donc à l’imprégnation d’une idée, d’une volonté politique dans le corps social que l’on assiste en suivant ces dix années de commémoration. De l’octroi de la fête nationale à son assimilation, bien des prétentions sont rabattues, mais ce pseudo-événement qu’est cette fête crée un mythe collectif que les passions des différentes époques suivantes se chargeront de faire vivre.

Notes

1 Première version : « Quatorze Juillet 1880, quatorze Juillet 1889 » ABPO, 1984, n° 3, p. 201-247.

2 Sanson (R.), Les 14 Juillet fête et conscience nationale. 1789-1973, Paris, Flammarion,1975 ; Vallin (P.), « Fête, mémoire et politique, les 14 Juillet en Limousin, 1880-1914 », Revue Francaise des Sciences Politiques, décembre 1982, p. 949-972 ; Amalvi (C.), « Les 14 Juillet », in Nora (P.) dir., Les Lieux de Mémoire, op. cit., p. 421-472 ; Bois (J.-P.), Histoire des 14 Juillet, 1789-1919, Rennes, Ouest-France, 1991.

3 Ozouf (M.), « Le premier 14 Juillet », L ‘Histoire, n° 25, p. 10-19.

4 Raspail (B.), député de 1876 à 1889 siège à l’extrême gauche, peintre et graveur, fils de François Raspail.

5 H. de La Rochefoucauld, député et conseiller général de la Sarthe, légitimiste, a offert 1,2 millions de francs à l’université catholique d’Angers.

6 A. Fresneau, sénateur monarchiste du Morbihan, auteur d’une brochure intitulée simplement : Le Roi.

7 H. Martin, sénateur républicain, auteur connu pour une Histoire de France en 19 volumes.

8 S. Halgan, conseiller général et sénateur de Vendée.

9 E. Pelletan, journaliste et sénateur républicain ; père de Camille Pelletan.

10 Les citations sont extraites du Journal Officiel aux dates indiquées.

11 AD M M 4580.

12 AD ML IM7/61, télégramme 21590 47/9 3510 S.R.

13 AD IV 1 M 163 ; la plupart des documents cités se rapportant à cette cote, celle-ci ne sera plus rappelée.

14 AD ML, 1M7/64.

15 AD CN 1 M Fêtes ; toutes les citations sont extraites de cette unique cote qui ne sera plus rappelée par la suite.

16 AD LA 1 M 677.

17 Idem.

18 AD LA 3Z 96.

19 AD ML 1 M7/64.

20 AD LA 3 Z 96.

21 AD IV 1 M 174.

22 AD F 1 M 35.

23 Id., 1 M 331, en 1880.

24 Id., circulaire du 23 avril 1889.

25 AD M M 4580.

26 AD ML 1 M7/64.

27 AD V 1 M 527.

28 Voir Singer (B.), Village notables in Nineteenth Century France, New York, 1983.

29 AD V 1 M 527.

30 AD F 1 M 331.

31 AD IV 1 M 174.

32 AD CN 1 M 1882.

33 AD ML 3052.

34 AD ML 1 M 7/64.

35 AD ML 1 M 7/61.

36 AD ML 1 M 7/64.

37 Singer (B.), op. cit., p. 108-146.

38 AD ML 1 M 7/64.

39 AD F 1 M 33.

40 AD M L 1 M 7/61.

41 AD CN 1 M 1889.

42 AD F 1 M 33.

43 AD ML 1 M 7/61.

44 Phare de la Loire, 4, 5, 6 mai 1889.

45 Sanson (R.), op. cit., p. 66-67 ; à Vannes trois colonels ne pavoisent pas en 1880.

46 AD ML 1 M 7/61.

47 AD CN 1M 1881.

48 AD V 1M 527.

49 AD M M 4580.

50 Id., M 5032.

51 AD ML 1 M 7/61.

52 AD V 1M 527.

53 Même constat, BOIS (J.-P.), op. cit..

54 Sanson (R.), op. cit., p. 54-55.

55 AD F 1 M 331.

56 AD ML 1 M 7/64.

57 AD CN Lettre du maire au ministre, 9 juin 1882.

58 AD LA 1 M 677.

59 AD M M 3055.

60 AD M M4447.

61 Le Phare de la Loire, 19 juillet 1889.

62 Le Publicateur, 15 janvier 1893.

63 AD ML 1 M 7/64.

64 Le Publicateur de la Vendée, 5 mai 1889, 27 janvier 1893.

65 Lacave (M.), « Une approche du “quartier vécu”, les fêtes du 14 Juillet à Montpellier dans les débuts de la IIIe République », in Bull. Sté. Languedocienne de Géographie, T. 16, 3-4,1982, p. 355- 370.

66 AD ML 1 M 7/64.

67 Avenir de Rennes, 3 mai 1889.

68 AD F 1 M 33.

69 AD M M 3055.

70 Phare de la Loire, 7 mai 1889.

71 Exemple in Sanson (R.), op. cit.

72 AD ML I M 7/64.

73 Phare de la Loire, loc. cit..

74 Id., 4-5 mai 1889.

75 Id., 21 juillet 1889.

76 Merlier (G.), « Les bataillons scolaires en Haute-Normandie et Loire-Inférieure » in 97e Congrès des Soc. Sav., 1972, 11, p. 242-253.

77 AD M M 3055 ; L’Avenir de Rennes, 3 mai 1889.

78 La Vendée républicaine, 6 juillet 1887.

79 Le Phare de la Loire, 16 juillet 1889.

80 AD M M 3052.

81 Le Phare de la Loire, 7 mai 1889.

82 AD M M 3055.

83 AD IV 1 M 163.

84 AD ML 1 M 7/64.

85 Le Phare de la Loire, 20 juillet 1889.

86 AD M M 3055.

87 AD ML I M 7/64.

88 Idem. Lettre au sous-préfet de Cholet, 3 juillet 1883.

89 AD ML 1 M 7/61.

90 AD M M 3053.

91 AD ML 1 M 7/64.

92 Idem, 1882.

93 Agulhon (M.), Marianne au Combat, Paris, l979.

94 Le Journal de Paimpol, 10 juillet 1884.

95 AD ML 1 M 7/64.

96 Le Phare de la Loire, 7 mai 1889.

97 La Vendée républicaine, 20 juillet 1889.

98 AD IV 1 M 174.

99 Le Phare de la Loire, 20 juillet 1889.

100 AD IV 1 M 163.

101 AD ML 1 M 7/61.

102 AD M M 3052.

103 AD V 1 M 531.

104 AD ML 1 M 7/61.

105 Journal de Paimpol, 20 juillet 1884.

106 AD M M 3053.

107 AD M M 3054.

108 Nouvelliste du Morbihan, 19 juillet 1889.

109 AD IV 1 M 163.

110 AD ML 1 M 7/64 1883.

111 Le Phare de la Loire, 17 juillet 1889.

112 AD ML 1 M7/64.

113 Nouvelliste du Morbihan, 14 juillet 1883.

114 AD ML in Dossier du Service éducatif.

115 Journal du Maine-et-Loire, 14 juillet 1880.

116 Avenir de Rennes, 6 mai 1889.

117 AD ML 1 M7/64.

118 AD ML 1 M7/61.

119 AD ML 1 M7/64.

120 AD ML 1 M7/68.

121 AD LA 1 M 677.

122 Le Phare de la Loire, 17 juillet 1889.

123 Le Patriote de l’Ouest, 14 -15 juillet 1880.

124 Le Phare de la Loire, 7 mai 1889.

125 Delumeau (J.), dir. Histoire de la Bretagne, Privat, Toulouse, 1969, p. 433-435.

126 AD ML 1 M7/64.

127 Vallin (P.), op. cit., p. 952-953.

128 Thème du livre de Singer (B.), op. cit..

129 AD M M 4447.

130 AD ML 1 M 7/68.

131 AD ML 1 M 7/64, lettre du 26 juillet 1883.

132 AD ML 1 M7/68.

133 Le Phare de la Loire, 16 juillet 1889.

134 AD ML 1 M 7/64.

135 Les cartes ont été établies en prenant en considération les fêtes attestées par les services administratifs, les commissariats, les brigades de gendarmerie, telles que les archives départementales en ont gardé la trace. Dans un certain nombre de cas, l’appréciation que l’on en a est vraisemblablement proche de la réalité. Dans le cas du Finistère et du Morbihan, il est difficile de se prononcer dans le cadre de cette enquête qui ne pouvait pas prendre en compte des archives communales. Il faut relever que les informations apportées par les journaux ne sont pas satisfaisantes.

136 Siegfried (A.), op.cit., p. 35, 71-81.

137 Idem, p. 100.

138 Idem, p. 105.

139 Idem, p. 109.

140 Idem, p. 119.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-1.png
Fichier image/png, 532k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-2.png
Fichier image/png, 1,0M
Titre Finistère 1880-1889
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-3.png
Fichier image/png, 370k
Titre Ille et-Vilaine 1880-1889
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-4.png
Fichier image/png, 342k
Titre Côtes-du-Nord 1880-1889
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-5.png
Fichier image/png, 431k
Titre Vendée 1880-1889
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-6.png
Fichier image/png, 486k
Titre Maine-et-Loire 1880-1889
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-7.png
Fichier image/png, 418k
Titre Morbihan 1880-1889
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-8.png
Fichier image/png, 513k
Titre Loire-Atlantique 1880-1889
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17407/img-9.png
Fichier image/png, 467k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search