Version classiqueVersion mobile

Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1989

 | 
Jean-Clément Martin

2e partie. Enjeux et notions

« Le règne de la terreur » ou la Révolution française vue par les manuels scolaires allemands1

Texte intégral

  • 1 Première version publiée « Le règne de la Terreur » ou la Révolution française vue par les manuels (...)
  • 2 Nora (P.), « Lavisse, instituteur national », in Les Lieux de Mémoire, op. cit., p. 271-273, Amalv (...)
  • 3 Selon la formule d’Y. Chevallard.

1Parmi les très nombreuses études qui ont été menées autour des manuels scolaires, la plupart ont cherché à repérer les orientations idéologiques à l’œuvre dans ces livres, ou ont privilégié la compréhension de la transmission du message pédagogique2. Notre propos est autre : nous avons voulu évaluer la validité scientifique des informations transmises par les manuels. L’objectif peut paraître inapproprié. Un manuel scolaire n’est pas, par définition, un ouvrage de recherche ou de diffusion scientifique et semble devoir être jugé selon des critères pédagogiques, didactiques, plutôt que selon des analyses scientifiques. Il est impossible d’ignorer que les manuels doivent réaliser une « transposition didactique3 » nécessitant une véritable réécriture de l’histoire, au détriment parfois des complexités qui peuvent être citées dans les livres destinés aux spécialistes. Cependant lorsque des manuels d’histoire traitent d’événements et de faits précis de très grande importance symbolique, l’exactitude de leur présentation et la qualité de l’exposition jouent un très grand rôle.

  • 4 Voir l’article de Riemenschneider (R.), « Dem Belieben von Mordbuben ausgeliefert. Die französiche (...)

2Nous avons décidé de comparer entre elles les différentes versions proposées par les manuels allemands actuels parce que cette période est considérée comme un épisode majeur de l’histoire et est traitée systématiquement dans tous les manuels qui y voient l’entrée dans l’ère moderne4. Ce n’est pourtant pas la leçon symbolique ou politique tirée de cette présentation que nous voulons examiner mais, d’une façon qui peut paraître rudimentaire, la validité des arguments et des connaissances rapportées.

Le champ de l’enquête

3Sans ignorer les contraintes du genre littéraire particulier qu’est le manuel scolaire, il est difficile d’accepter que l’objectif pédagogique ou politique poursuivi par l’auteur du manuel l’amène, aussi noble que soit le motif, à ne pas respecter la connaissance établie des événements. Sans doute les connaissances historiques que nous transmettons restent-elles marquées par les impératifs d’une époque, par les luttes idéologiques et par le flou des représentations ; mais il n’est pas possible d’en conclure que tout étant relatif, seule compte l’intention qui anime l’enseignant, et que celui-ci peut, à sa guise, mobiliser les faits passés comme il l’entend au point de les déformer. Si les choix pédagogiques échappent, par principe, au champ strictement scientifique, puisqu’ils doivent répondre aux exigences sociales et politiques de la société qui les valident, ils doivent néanmoins être fondés sur une approche scientifique irréprochable, énonçant des faits assurés, sans intervertir des dates, sans omettre des événements, sans avancer des logiques explicatives, réductrices de la complexité de l’histoire.

4Les manuels utilisés sont présentés avec l’indication des seules pages correspondant à la période de la Terreur. Les numéros entre crochets identifient les citations ultérieures :

  1. [1] BSV Geschichte, 3N, R. von Bruch et alii, Bayerischer Schulbuch Verlag, Münich, 1988, p. 64-72.
  2. [2] Geschichte, 3 Neuzeit, dir. H. Brack, CC. Buchners Verlag, Bamberg, 1986, p. 81-83.
  3. [3] Lehrer und Geschichte, W. Ackermann, Baumann Ehrenwirth, Münich, 1988, p. 117.
  4. [4] Geschichte kennen und verstehen, 9, H. G. Fink et alii, Verlag Ludwig Auer Donauwörth, 1983, p. 115-118.
  5. [5] Geschichtsbuch 3, dir. H. Günther-Arndt et J. Kocka, Cornelsen-Velhagen et Klasing, Hirschgraben Verlag, 1987, p. 19-21.
  6. [6] Geschichte für Morgen, bd3, dir. H. Neumann, Hirschgraben-Verlag, Francfort/M., 1984, p. 59-62.
  7. [7] Geschichte für Realschulen, 3, W. Lehmann et alii, CC. Buchners Verlag, Bamberg, 1982, p. 130-131.
  8. [8] Geschichte heute, K. H. Beeck et alii, Schroedel Schulbuch Verlag, Verlag Ferdinand Schöningh, 1987, p. 101.
  9. [9] Geschichte und Gegenwart, bd 2, A. Baur et alii, Verlag Ferdinand Schöningh, Schroedel Schulbuch Verlag, 1986, p. 108-111.
  10. [10] Geschichte und Geschehen, 9, G. Birk et alii, Ernst Klett Verlag, 1986, p. 78-81.
  11. [11] Die Reise in die Vergangenheit, H. Ebeling et alii, Westermann, 1978, p. 150-153.
  12. [12] Unsere Geschichte, bd 2, W. Danner et alii, Verlag Moritz Diesterweg, 1986, p. 126, 130-132.
  13. [13] Zeiten und Menschen, bd 3, dir. W. Grütter, Schöningh Schroedel, 1989, p. 51-53.

5Ces manuels étaient en usage dans les classes des établissements de RFA. Nous ne les avons pas classés selon le Land dans lequel ils sont en usage, ni selon la filière (Gymnasium, Realschule, Hauptschule). Dans cet esprit nous nous sommes cantonnés à l’examen précis d’un faible nombre de pages. Il ne s’agit que d’un sondage pour poser un problème à l’ensemble des auteurs et des utilisateurs de manuels. Il ne s’agit aucunement du repérage de ce qui doit changer et nous ne prétendons pas qu’il faille imposer une version historique « véritable » ou « officielle », ni qu’il y ait une histoire définitive, nous avons voulu relever ce qui apparaissait comme des erreurs manifestes.

Anecdotes, chiffres et chronologies : des précisions aléatoires

6Premier point : la présence d’erreurs factuelles. Ainsi la levée en masse est-elle située au printemps 1794 [5] alors qu’elle eut lieu dans l’automne 1793, ou bien elle est confondue avec la levée des 300 000 hommes qui eut lieu en février 1793 et fut l’occasion de la guerre de Vendée [1] ou encore l’on parle d’un service militaire obligatoire à partir de 1793, alors qu’il fut institué tardivement sous le Directoire [5] ; la mort des Girondins est fixée au printemps 1794 [5] au lieu d’octobre 1793 ; le discours célèbre de Robespierre sur la mort du roi date du 3 décembre 1793 et non du 21 septembre1793 [9] ; le découpage des départements a été réalisé à partir de 1790 et non de 1793 [11]. La bataille de Valmy (septembre 1792) est citée après le procès du roi (janvier 1793) et la levée en masse (septembre 1793) [6]. Les massacres de septembre 1792 sont situés après la mort du roi (janvier 1793) [4].

7Est faux aussi le résultat du vote sur la mort du roi, qui n’a pas été acquis avec une seule voix de majorité (ce qui frappe mais qui correspond au vote de 1875 sur l’établissement de la République en France) [6]. La Marseillaise n’a pas été non plus connue par le passage des Marseillais allant au front, mais à Paris [6]. Le nombre des membres du Comité de Salut public est donné pour neuf [7], [10], [12], ce qui correspond au moment de sa création, mais pas à la suite, puisqu’il alla jusqu’à 18 et qu’il y eut 12 membres à partir de la fin de 1793, puis 11 dans ce qu’on peut appeler le « grand » Comité de Salut public en exercice à la fin de 1793. Point secondaire, mais inexact, l’attribution de l’invention de la guillotine à un Strasbourgeois [2], [7], lui-même victime de sa machine [6]. L’inventeur de la machine est bien le docteur Guillotin, qui mourut sous la Restauration, quant au fabriquant des premières machines, il s’agit de Tobias Schmidt, que les ouvrages français donnent comme facteur allemand de pianos ou de harpes – on notera le passage de la frontière – et dont il n’est pas dit qu’il termina ses jours sous son propre couteau !

8Le recours aux différentes traditions historiographiques explique certainement les propositions très disparates des chiffres des victimes de la Terreur. Les personnes tuées pendant cette période furent-elles : 17 000 [8], 30 000 [1], entre 35 000 et 40 000 [2], 40 000 [6], [9], [12] ? Un manuel parle d’un nombre de morts correspondant à 0,1 % de la population [2] mais un autre monte à 0,2 % [12], ce qui donnerait 56 000 à 58 000 tués ! Certains frappent les esprits en insistant sur des « milliers » de morts [6] ou donnent des chiffres limités aux périodes les plus cruciales de la Terreur : 1 251 morts en juin 1794, 1 376 entre le 10 juin 1794 et le 27 juillet 1794 [3]. Ces chiffres méritent que l’on s’y arrête. Leur précision n’est pas fortuite, même si elle semble illusoire, car tous ces chiffres sont vrais, mais dans leurs contextes précis et pris sans précautions par les auteurs de manuels. Il convient de leur redonner leur contexte.

  • 5 Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 1023.
  • 6 Voir Historical Dictionary of the French Revolution, Greenwood Press, 1985, T. 2, p. 944-945.
  • 7 Dictionnaire historique de la Révolution française, p. 1022.

9L’étude ancienne de Donald Greer avait conclu à 35 000-40 000 morts pendant la Terreur, elle est toujours citée dans les ouvrages les plus récents en France5. Si bien qu’il y aurait eu 17 000 personnes exécutées selon des procédures judiciaires révolutionnaires, le restant venant des exécutions diverses : noyades, fusillades6… Il ne saurait être question d’incriminer les auteurs de manuels sur ce sujet, reste que ces estimations n’ont pris en compte que la répression officielle, essentiellement urbaine, oubliant les massacres dans les campagnes. Par ailleurs une autre veine historiographique rapporte qu’il y aurait eu à Paris 1 251 condamnations à mort entre mars 1793 et juin 1794, et 1 376 entre le 10 juin et le 27 juillet 17947. Les chiffres se retrouvent ainsi cités, mais dans d’autres contextes, délocalisés, on comprend comment ils ont pu être repris, sans véritable vérification. Les massacres de Septembre 1792 avaient donné lieu à semblables variations, de 1 000 victimes [7] à 3 000[13], en passant par 1 400 [2], ainsi que par l’oubli complet de l’événement [8], [9].

Hommes et groupes : poncifs et idées simples

10Plus graves sont des présentations erronées de groupes ou de personnages, chargés d’incarner des idées, des symboles. Il ne s’agit pas seulement de relever des copiages superficiels, mais de dénoncer des idées présentées sans nuances, des rapprochements réalisés sans précautions, des analyses irréfléchies liées à des réflexes plus qu’aux recherches actuelles.

11Premier exemple : la mort du roi entraîne le soulèvement des paysans de l’Ouest et ceux-ci ont été manipulés par les prêtres et les nobles [1], [2], [9], [10]. Ces deux affirmations sont démenties par plusieurs décennies de travaux scientifiques en France. Dire par ailleurs que les Jacobins sont partisans de la République dès 1789 [5] n’a aucun sens puisque à cette date il n’y a pas de républicains en France ; de la même façon associer les Girondins avec l’idée de la décentralisation [6] est la reprise d’un amalgame qui a été réalisé bien plus tard, dans l’historiographie du xixe siècle, alors qu’à cette époque les Girondins, aussi centralisateurs que les Montagnards, entendaient seulement limiter le rôle des Parisiens et surtout des sans-culottes.

12Les manuels tentent ainsi de figer les attitudes des individus et des groupes dans des catégories de pensée simples, voir simplistes, oubliant tout-à-fait les évolutions. De ce point de vue les Girondins sont particulièrement mal lotis dans différents manuels. Ils sont opposés faussement aux « Jacobins » dans presque tous les ouvrages ce qui ne permet pas de comprendre qu’ils appartiennent au Club des Jacobins (sauf [2] et [13] qui mettent bien en balance Girondins et Montagnards) ceci en 1793 ou en 1794 ; si bien que la chute de Robespierre est montrée comme la revanche des Girondins sur les Jacobins, ce qui ne correspond pas à la réalité des faits, puisque tout un ensemble hétérogène d’anciens Girondins, d’anciens terroristes et de nombreux Montagnards ont ensemble provoqué la chute de Robespierre. De façon régulière, les Girondins sont présentés comme les tenants du libéralisme économique, alors que les Montagnards, au contraire, acceptent le contrôle économique des prix, ce qui leur assurerait le soutien des sans-culottes [1] par exemple. À la décharge des auteurs de manuels allemands, cette vision des Girondins est encore largement partagée par nombre d’auteurs français, alors que les recherches récentes ont définitivement rejeté ces idées simplistes sur les Girondins.

13L’épisode girondin intéresse manifestement les auteurs de manuels dans la mesure où leur nom a été donné à une révolte contre Paris, ayant risqué d’entraîner la fin de la Révolution. Ainsi les Girondins sont-ils accusés d’avoir soulevé « presque tous » les départements contre la République [10], ce que démontre une carte reprise par les manuels [1], [9], [10], sur laquelle la révolte fédéraliste touche de vastes ensembles (Lyonnais, vallée du Rhône, Bordelais…) et même la région de Bourges (dans le centre de la France). Cette dernière localisation mérite qu’on s’y arrête : nommée comme centre possible d’une Convention nouvelle, par les leaders girondins, cette ville et sa région ont toujours protesté de leur attachement à la révolution montagnarde. L’inclure dans la révolte dite « fédéraliste » est le résultat d’une historiographie incontrôlée, présentant ce qu’il faut appeler la légende des Girondins. Enfin et surtout, lorsqu’on sait la médiocrité des soulèvements « fédéralistes » dans le Bordelais ou dans la région de Caen, lorsqu’on connaît la complexité des épisodes lyonnais (où interviennent aussi des royalistes modérés) ou toulonnais (où les sans-culottes locaux se soulèvent contre les Jacobins trop brutaux et préfèrent ouvrir le port aux Anglais plutôt qu’aux troupes parisiennes), il n’est pas acceptable de proposer une carte montrant Paris assiégé par le reste de la France et de faire croire à une force fédéraliste unifiée contre les Jacobins. Un des manuels ne parle-t-il pas de 60 départements insurgés sur 83 ! [1] Ce simplisme fait figurer aussi des débarquements anglais en Normandie [9], [10], alors qu’ils n’eurent lieu qu’en Bretagne et à Toulon.

14Les manuels présentent la Révolution et la Terreur comme le résultat de l’opposition de blocs bien déterminés et clairement identifiés, et placent Robespierre au centre de la Terreur. Même s’il est souvent inclus dans le « triumvirat » Danton-Marat-Robespierre [2], [6], [11], (ce qui fait écho à une lointaine tradition historiographique française, à laquelle appartient le roman de Victor Hugo, Quatre-vingt-Treize, dont un extrait est cité dans un manuel [6]), c’est lui et lui seul qui est rendu responsable de la Terreur et systématiquement présenté comme l’homme jouissant de la plus grande influence dans la Convention depuis 1793 [5], [6], [7], [8], [9], [10]. Il est même cité dans ce rôle dès mars 1793 [2], [13]. Cette majoration du rôle déforme l’histoire de l’homme Robespierre et exagère son importance. Deux manuels le font même entrer au Comité de Salut public dès sa création [9], [12], alors que la vérification élémentaire de quelques dates permettrait d’éviter cette identification : Robespierre n’entre dans le Comité de Salut Public qu’à partir du 27 juillet 1793 et n’exerce un pouvoir sans partage que dans les quelques mois du printemps et de l’été 1794 ; son influence réelle a été souvent contrebalancée par les leaders girondins, dont aucun n’est nommé, ou par les Hébertistes et Danton, qui ne sont cités souvent qu'au moment où ils sont exécutés, rendant leur rôle incompréhensible.

15La présentation de l’homme Robespierre est souvent simpliste et s’inscrit là encore dans les poncifs historiographiques. Ainsi il est dit qu’il a été l’élève de Rousseau et qu’il hait la bourgeoisie [7], alors que, comme nombre de bourgeois de sa génération il a été influencé par Rousseau, sans en tirer des conséquences égalisatrices radicales, ce que quelques penseurs osaient de leur côté. Il n’est pas possible de soutenir qu’il a été, seul, l’incarnation d’une volonté de rénovation radicale de la société française, luttant contre la « société pourrie » de l’Ancien Régime, pour établir la Vertu comme le veut un manuel [7]. Selon un autre [11], il aurait appelé à la chute du roi en août 1792, alors qu’il est resté très à l’écart de la Commune insurrectionnelle qui a pris l’initiative de la journée. Ailleurs [10], il est rendu responsable de l’union des Conventionnels et des sans-culottes en mai-juin 1793 pour abattre les Girondins, oubliant que Marat a obligé la Convention à se rallier aux demandes des sans-culottes et qu’à l’inverse Robespierre a réussi par la suite à éviter que la majorité des Girondins emprisonnés ne soient condamnés à mort.

16D’autres noms sont rarement cités, sauf en précisant qu’ils sont ses amis (Saint-Just) ou qu’ils sont des commissaires dépendants de lui [3]. C’est oublier tous ceux qui, plus que lui, établirent la Terreur en province, de Collot d’Herbois à Fouché, pour citer des personnalités de premier plan. Autant d’allégations simplistes, qui témoignent d’une incompréhension profonde des mécanismes qui ont régi le fonctionnement, complexe il est vrai, de la politique française pendant la Convention et qui veulent unifier la Terreur à un homme, incarnant les défauts et les déviations de toute une époque.

La recherche d’une explication fonctionnelle

17La volonté – le besoin aussi – de simplification d’un épisode particulièrement complexe est sans doute ce qui donne la clé principale de ces manuels. L’enchevêtrement des partis et des mouvements, des insurrections et des lois est particulièrement touffu, mais les auteurs de manuels cherchent trop à trouver une ligne explicative pour rendre compte simplement de la réalité.

18Quelques exemples peuvent être donnés. L’enchaînement des dates dans les manuels est significatif des difficultés dans lesquelles se trouvent les auteurs lorsqu’ils veulent expliquer la montée de la Terreur. L’instauration des instruments de la Terreur de 1793 est souvent présentée avec une logique apparemment irréfutable : c’est parce que la France était attaquée de toutes parts, qu’elle s’est donnée les moyens de sa défense. Ainsi des manuels présentent-ils ensemble le soulèvement vendéen (« de droite ») et des mouvements de rue réclamant contre la famine (« de gauche »), en mars 1793 ce qui aurait amené la création du tribunal révolutionnaire, puis des comités de gouvernement, justifiés par la volonté de la Convention d’unifier le pays dans un effort organisé [2], [9], [10].

19Globalement ces processus logiques sont présentés sous deux formes, l’une simple, l’autre plus élaborée :

  1. mort du roi ➪ coalition ➪ service militaire ➪ Vendée ➪ Comité de salut public. [7]
    puis montée catastrophique de la Terreur ➪ révolutionnaires se tuent entre eux ➪ chute de Robespierre.
    Les éléments positifs qui restent sont l’accès des paysans à la petite propriété et la rédaction d’une constitution très démocratique.
  2. mort du roi ➪ {guerre extérieure + soulèvement paysan + crise de famine urbaine} ➪ montée des prix ➪ opposition des sans-culottes aux Girondins ➪ chute des Girondins ➪ révolte fédéraliste ➪ instauration de la Terreur (levée en masse, loi des suspects), unité de la nation ➪ victoire militaire ➪ {inutilité de la Terreur et chute de Robespierre} [10].

20Les racines de ces logiques pourraient se trouver dans cette suite donnée dans le manuel [6] :

21lutte Girondins/« Jacobins » ➪ guerre extérieure ➪ fuite du roi ➪ 10-Août ➪ Convention ➪ procès et mort et donc 1 ou 2.

  • 8 Furet (F.), Penser la Révolution… op. cit., reprise et continuée dans différents travaux ainsi que (...)

22Les diverses explications des manuels pourraient être ramenées à l’un ou l’autre de ces schémas, qui pour l’essentiel s’articulent autour de l’idée que les événements s’enchaînent les uns les autres et que la Terreur est dans un premier temps la réponse à la crise. C’est l’intention manifeste du manuel [10], mettant en vis-à-vis sous deux colonnes : « la crise de la Révolution » et « les mesures de la Convention et du comité de salut public ». L’apogée de la Terreur est placée lors de l’attaque européenne en été 1793 (ce qui expliquerait la Terreur de l’automne 1793) [7], or cette pseudo-explication a été combattue en France depuis plus dix ans et la coïncidence que l’on veut trouver entre ces deux ordres de fait n’explique pas la montée de la Terreur provinciale d’abord, et encore moins la Grande Terreur de juin 17948.

23Les critiques qu’il faut dresser sont de plusieurs ordres :

  1. 1— les événements ne sont pas situés à leur échelle véritable :
    • * les problèmes de ravitaillement des années 1792-1793 ne sont pas assimilables à la famine [8], [11], [13] et ne sont pas la cause de la radicalisation terroriste. Les mouvements de rue de février 1793 restent circonscrits à quelques groupes. La Convention ne peut pas être présentée comme luttant contre une pression de droite (la Vendée) et de gauche (les sans-culottes). Cette vision, qui a l’avantage d’être simple, est fausse. Les conflits sont beaucoup plus complexes et en tout état de cause la naissance de la Vendée n’est pas seulement une réaction mécanique de ruraux « de droite ».
    • * inversement si les lois agraires ont pu profiter aux paysans, ou si la nouvelle constitution (non appliquée) représente une amélioration du système politique français, ces deux modifications n’ont pas eu l’effet positif immédiat que les manuels se plaisent à souligner, voyant en cela les bases du soutien populaire à la Terreur [8], [11]. Est oublié l’élan nationaliste qui anime les armées, ainsi que les rivalités locales qui expliquent ces surenchères politiques.
  2. 2— les datatations ne sont pas exactement respectées, ce qui induit des analyses qui ne reposent sur aucun fondement.
    • * Ainsi la création du tribunal révolutionnaire est-elle présentée régulièrement à la suite de la Vendée, alors qu’elle est décidée avant le soulèvement vendéen. Un seul manuel signale la date du 10 mars 1793, mais il ajoute « soit un jour après le soulèvement vendéen » [10]. Apparemment les auteurs oublient que l’état des communications de l’époque interdit qu’en une seule journée les nouvelles de la province puissent arriver à Paris. Enfin le soulèvement prend vraiment forme à partir de la mi-mars 1793.
    • * De la même façon, les commissaires envoyés dans les provinces ont été institués avant le soulèvement ce qui n’apparaît pas non plus dans les manuels. Le tribunal révolutionnaire et les commissaires ont été mis en place au moment de la levée des 300 000 hommes lors de la rivalité politique Girondins/Montagnards à la Convention.
    • * Dans les manuels, les différents comités de gouvernements (hors celui de Salut public) ont été mis en place également après la situation périlleuse du printemps 1793. Or on sait que les assemblées nationales avaient créé des comités depuis 1789, que le Comité de Surveillance générale a précédé celui de Salut public, avec lequel il rivalisait et que si ce dernier a été réclamé par les Montagnards, il a été dans un premier temps peuplé surtout de Girondins et de représentants de la Plaine.
  3. 3— Les luttes politiques sont résumées trop schématiquement :
    • * l’équilibre des forces entre Girondins et Montagnards donne l’avantage numérique aux premiers, ce qui est faux puisque tous les comptages de députés sont en faveur des Montagnards. Les relations entre Girondins et Montagnards ne sont pas liées au nombre effectif des députés, mais au pouvoir de la parole que les Girondins, puis les Montagnards ont exercé sur les députés de la Plaine. Les discours doivent être compris pour ce qu’ils sont : des armes politiques, plus que des descriptions ou des programmes. Les présenter sans explications aux élèves, c’est induire une erreur grave d’interprétation, puisque les mots sont alors donnés pour ce qui s’est effectivement passé, ce qui est rarement le cas.
    • * l’unité Marat-Robespierre-Danton est présentée comme acquise et stable, l’évolution des opinions de Danton n’est pas expliquée, or les rivalités de pouvoir entre les hommes ont été déterminantes, le rôle de Brissot est tout à fait escamoté, et celui de Marat devrait être lié à sa situation de porte-parole des sans-culottes.
    • * Enragés, Hébertistes, sans-culottes, forment un bloc sans aucune analyse ni explication, donnant l’impression d’une force unifiée et cohérente. Il n’est pourtant pas difficile de présenter la course politique entre des petites élites radicales qui captent l’opinion de groupes sociaux.
    • * Il n’y a jamais eu d’unité révolutionnaire, notamment dans les comités, et en aucun cas il ne devrait être permis de trouver une espèce de pyramide rationnelle dans les liens entre Convention et Comités [4] ou [8] qui insiste sur le choix de comités réalisé par la Convention. Ceci ne permet pas de comprendre que le Comité de Salut public ait survécu à Robespierre, ni que la chute de celui-ci ait été due pour l’essentiel à l’action du Comité de Sûreté générale. La volonté d’insister sur l’unité se trouve aussi lorsque le manuel [13] veut démontrer qu’une « expertocratie » et une nationalisation des moyens de production, y compris des moulins, a permis la victoire militaire, ce qui n’a jamais été le cas.

La deuxième partie de la Terreur : le chaos

24L’oubli des rivalités et des divisions conduit à des aberrations pour interprêter l’ensemble de la période et surtout la deuxième partie de la Révolution jacobine à partir de l’été 1793. La logique apparemment imparable qui présidait jusque là cède la place au « chaos » [3], ce qui se traduit parfois par une succession de petits chapitres sans véritables liens entre eux, juxtaposant sans donner d’explication causale tout ce qui s’est produit dans ces années 1793-1794 [1].

25De façon anecdotique, des événements plus ou moins importants sont cités hors de toute chronologie. On laisse entendre que la guillotine apparaît en 1793 [2], [7] : c’est-à-dire que la guillotine qui avait voulu être le moyen de supprimer les supplices hérités de l’Ancien Régime pour créer un mode de mise à mort plus humain, devient purement et simplement l’exemple de la folie meurtrière de la Révolution, capable d’inventer un instrument de mort. Le tribunal révolutionnaire est cité sans aucun repère chronologique [5] : ce qui en fait un instrument de la justice arbitraire et sanguinaire de la Révolution et oublie que la phase pendant laquelle les suspects sont envoyés à la mort avec rapidité est brève et purement parisienne. Il conviendrait surtout de rappeler les multiples petits tribunaux en province et les innombrables exécutions sommaires, ce qui insisterait sur l’espèce d’improvisation dans laquelle la Révolution s’est opérée, loin de ces présentations trop rigoureuses.

26Il n’est guère possible de comprendre la succession des cultes de la Raison d’abord, soutenu par les Hébertistes, puis de l’Être suprême, défendu par Robespierre, alors que généralement l’un ou l’autre est présenté dans les manuels, sans que des distinctions de sens et de temporalités ne soient réalisés. Le culte de la Déesse Raison est accompagné d’une volonté laïque, anti-cléricale et même anti-religieuse, il se déroule à la fin de 1793. Le culte de l’Être suprême est d’inspiration déiste, et a lieu dans l’été 1794, remlaçant volontairement le culte précédent. Si l’on ne veut pas entrer dans ces précisions, il est possible de rappeler brièvement que plusieurs cultes nouveaux furent essayés, mais il n’est pas acceptable d’ajouter que Robespierre n’a pas voulu déchristianiser pour éviter que les chrétiens ne deviennent des martyrs [5], ce qui est bien loin de ses idées religieuses et politiques.

27Dans cette présentation sans organisation, les mélanges de dates sont importants puisque le plus souvent une seule période de Terreur est identifiée, confondant la Terreur de septembre-décembre 1793, (essentiellement le fait des Hébertistes et de leurs alliés et qui se déroule surtout dans les provinces) avec celle qui est lancée en juin 1794 (la Grande Terreur) qui est le fait de Robespierre et concerne surtout Paris [2], [5], [6]. Les pratiques de Terreur deviennent incompréhensibles puisque sont cités pêle-mêle les jugements envoyant soit à la guillotine, soit à la liberté (ce qui appartient à la Grande Terreur), et les prisons trop remplies (ce qui a été évoqué lors de la première terreur).

28Manifestement, le consensus entre les auteurs de manuels se réalise autour de l’idée que la Révolution française est le moment de la construction nationale au travers de luttes sociales, qui opposeraient 4 blocs : la droite royaliste et cléricale, la droite modérée des Girondins, la gauche républicaine des Jacobins et la gauche radicale des Hébertistes et des sans-culottes. Ainsi la Terreur serait un processus « normal » de défense, correspondant à un temps critique, qui aurait ensuite été dévoyé pendant quelques mois par Robespierre. Que la Terreur puisse être l’effet des luttes politiques internes, que la guerre de Vendée – pour prendre l’exemple le plus achevé de ce mécanisme – ait été provoquée autant par le rejet exprimé par les ruraux des mesures sociales et religieuses de la Révolution, que par l’incompréhension et la surenchère politique manifestées par les groupes révolutionnaires parisiens demeurent inimaginables pour les auteurs des manuels.

Fantasmes et réglements de compte

29Cette méconnaissance des rivalités profondes et complexes entre révolutionnaires conduit semble-t-il à une condamnation implicite, et involontaire ( ?) de la Révolution. Ceci s’exprime d’abord par la citation des discours, qui ne sont pas expliqués et qui peuvent, légitimement apparaître aux yeux des lecteurs comme des textes émanant de personnalités inquiétantes et dangereuses. Ainsi les textes statuant sur la destruction de Lyon [12], la loi des suspects [4], ou les déclarations de Saint-Just sur l’éducation des enfants [11] sont-ils cités sans autre explication, sans montrer qu’il ne s’agit que de discours programmatiques, mal ou pas suivis, que leur raison d’être a été essentiellement d’être prononcés à la tribune pour permettre à leurs promoteurs de garder le pouvoir politique.

30Les arrière-pensées contre-révolutionnaires, qui viennent pour une large part des traditions historiographiques du xixe siècle, sont perceptibles dans le choix des textes et des illustrations. Une unanimité des manuels se dégage à propos d’une gravure de Fragonard, présentant l’arrivée d’un jeune couple devant un comité révolutionnaire pour obtenir un certificat de civisme, qui est interprétée soit comme le tribunal révolutionnaire [2], [7], [9], ou comme le Comité de Salut public [6], [12]. Dans la même veine, un suspect devant un autre comité révolutionnaire, peint par les frères Le Sueur, devient un suspect devant le tribunal révolutionnaire [1], [10]. Ces gravures présentent les révolutionnaires, gesticulant, vociférant et buvant jusqu’à l’ivresse. Il y eut de nombreux comités révolutionnaires, dirigés souvent par des révolutionnaires moustachus, peu respectueux des usages, mais il faut rappeler que ces instances de pouvoir restaient locales. Que l’on puisse laisser croire à des élèves, toujours impressionnés par l’image, que les plus hautes instances nationales (tribunal révolutionnaire ou Comité de Salut public) soient ainsi le lieu de scènes brutales, qu’elles soient le lieu de rassemblement d’hommes avinés, dépasse l’imagination – et laisse songeur sur la qualité du travail des documentalistes et des iconographes des éditeurs.

31Relève enfin du choix des auteurs, un certain nombre de documents d’accompagnement, tirés des textes d’époque. Une plaisanterie donne le ton de ces lignes d’illustration : un journaliste aurait souligné que, par fait extraordinaire, un homme était mort dans son lit à Paris pendant la Terreur [9] ! Des extraits de procès menés par Fouquier-Tinville sont retranscrits sans explication et sont prétexte à questions posées aux élèves amenés à juger moralement des principes révolutionnaires [4]. Une description horrifique est donnée du départ des condamnés vers la guillotine, insistant sur le sadisme des spectateurs, le fanatisme des républicains [3] ceci reprenant les pires traditions contre-révolutionnaires. Aucun manuel français ne se hasarderait à ce genre de description, qui le classerait parmi les ouvrages réservés aux écoles catholiques très intégristes.

32Sur un tout autre plan, des précisions sont apportées qui n’appartiennent pas à la période révolutionnaire mais manifestement sont liées à la période nazie, si bien que la Révolution s’intègre dans une vision générale sur les dictatures modernes. Un des manuels fait explicitement de Robespierre le précurseur des dictateurs du xxe siècle [5]. Il décrit les maisons visitées par la police à la recherche de royalistes dès 1792, et parle de perquisitions menées par des commandos après 21 heures [9]. Ce dernier manuel insiste sur les dénonciations à la police, l’impossibilité de recevoir un ami chez soi ainsi que sur le secret des interrogatoires. La légende d’une gravure qui présente un sans-culotte ordinaire le transforme en membre de la milice [6]. Appartiendrait sans doute à cet amalgame, la notation fréquente de 20 000 comités de salut public répartis dans le pays et dressant un maillage de surveillance sur l’ensemble des habitants. Dans les faits, si de nombreuses villes ont été régies par des comités révolutionnaires, et si ceux-ci correspondaient entre eux et avec Paris, l’efficacité de la surveillance n’a jamais été menée à bien et la France n’a rien eu à voir avec les dictatures modernes. Cette dernière dimension semble donner le ton général de ces manuels. La mort de Robespierre est la fin du processus révolutionnaire ; le Directoire est brièvement mentionné, le sens symbolique porté par la période révolutionnaire n’est plus essentiel.

  • 9 Voir APHG, Georg-Eckert Institut, Deutschland und Frankreich Raum und Zeitgeschichte, Braunschweic (...)

33Au moment où, en France notamment, les discussions sont très vives sur la Révolution française, à la suite du bi-centenaire, il nous semblait important de rappeler que la transmission et l’enseignement de l’histoire doivent se plier aux respects des faits avérés, et que les exigences scientifiques de connaissance devaient être suivies en premier lieu. Si en outre, les communautés scientifiques peuvent s’accorder sur les leçons à tirer en commun des événements du passé, alors vraiment la communauté scolaire européenne aura accompli un grand pas9.

Notes

1 Première version publiée « Le règne de la Terreur » ou la Révolution française vue par les manuels scolaires allemands, Internationale Schulbuchforschung, Diesterweg, Francfort, 1991, 13, p. 23-28.

2 Nora (P.), « Lavisse, instituteur national », in Les Lieux de Mémoire, op. cit., p. 271-273, Amalvi (C.), « La guerre des manuels autour de l’école primaire en France (1889-1914) », RH, 1979, p. 359- 398, Gerbod (P.), « La révolution française enseignée à la jeunesse française dans la première moité du xixe siècle », Revue Historique, CCLXXX/2, 1989, p. 429-446 ; voir la revue Internationale Schulbuchforschung, et plus précisément Weinbrenner (P.), « Kategorien und Methoden für die Analyse wirtschafts – und sozialwissenschaftlicher Lehr – und Lernmitel », Internationale Schulbuchforschung, 1986, n° 3, p. 321-338, et Riemenschneider (R.), Bilder einer Revolution, Francfort-Paris, Diesterweg, L’Harmattan, 1994. Koppetsch (A.), 1789 aus zweierlei Sicht, Diesterweg Georg-Eckert Institut, Band 79, Francfort, 1993.

3 Selon la formule d’Y. Chevallard.

4 Voir l’article de Riemenschneider (R.), « Dem Belieben von Mordbuben ausgeliefert. Die französiche Revolution in deutschen Schulgeschichtsbüchern von 1871 bis 1945 », in Zeitschrift für Pädagogik, 24, p. 391-409.

5 Dictionnaire historique de la Révolution française, Paris, PUF, 1989, p. 1023.

6 Voir Historical Dictionary of the French Revolution, Greenwood Press, 1985, T. 2, p. 944-945.

7 Dictionnaire historique de la Révolution française, p. 1022.

8 Furet (F.), Penser la Révolution… op. cit., reprise et continuée dans différents travaux ainsi que par M. Ozouf.

9 Voir APHG, Georg-Eckert Institut, Deutschland und Frankreich Raum und Zeitgeschichte, Braunschweicg, 1988.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search