Version classiqueVersion mobile

Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1989

 | 
Jean-Clément Martin

2e partie. Enjeux et notions

Expliquer l'histoire de la contre­révolution française avec la parole des acteurs1

Texte intégral

  • 1 Texte présenté à la rencontre des Universités de Paris VII et A. Mickziewic, à Poznan, Pologne, se (...)
  • 2 Voir les critiques de Dosse (F.), L’Histoire en miettes, Paris, La Découverte, 1987, aussi Caillé (...)

1La science historique s’est définie et se pratique toujours dans une posture critique complexe vis-à-vis des acteurs de l’histoire. Indispensables par leurs témoignages, leurs traces et leurs mémoires, ceux-ci n’en restent pas moins toujours suspectés par l’historien professionnel. Non seulement ce dernier utilise avec précautions les signes laissés par les individus qu’il étudie, mais il a tendance à les soupçonner de complaisance, voire de duplicité, quand ce n’est pas de déformation. Pire, les traditions d’enseignement de la méthode historique en France insistent lourdement sur les obligations de « critique interne et externe » que la profession requiert expressément, recourant à l’exemplaire sagacité de Dom Mabillon établissant l’authenticité d’un document en élaborant des observations à propos du support même et des formules d’écriture. Cette méfiance apprise et entretenue envers les individus qui firent l’histoire a trouvé un écho idéologique favorable avec la condamnation sans appel portée contre tous ceux qui faisaient l’Histoire sans savoir quelle Histoire ils faisaient. La distance méthodologique envers les acteurs s’accroissait ainsi du véritable cordon sanitaire établi entre les observateurs armés en méthodes et en philosophie, et les populations observées, agitées de mouvements browniens, incapables de saisir le sens de l’Histoire. Indépendamment de toute idéologie, cette préoccupation a rencontré la vision d’une Histoire de longue durée voire « immobile », donc indépendante des hommes décidemment considérés comme des besogneux sans perspicacité. Paradoxalement, cette méthode tendit à purger l’histoire de toute implication politique, instituant les « sciences sociales » dans une sorte de no man’s land idéologique2.

2Cette approche de l’histoire a connu un succès considérable dans l’opinion, façonnant des générations entières d’étudiants, engageant ainsi l’enseignement français dans des voies qui seront encore fréquentées dans une ou deux générations. Pourtant, nombre des grands instigateurs n’inscrivirent pas tout leur savoir-faire dans ces orientations. Les événements essentiels et les grands hommes refusèrent d’entrer dans ces moules. Même si la bataille de Bouvines put être lue par Georges Duby selon des grilles de lecture venues de différents horizons historiques, l’impact de la bataille elle-même, le destin des chefs constituaient des buttes-témoins irréductibles à toute dissolution dans l’aplatissement de longue durée. Les héros avaient bien conduit la bataille, l’avaient utilisé à leur avantage, et étaient passés dans les imaginaires mémoriaux. Toutes les explications savantes ne pouvaient que s’en satisfaire, expliquer des mécanismes et proposer des analyses, mais ne pouvaient pas supprimer la part de l’acteur, dans ses aléas et dans ses prises de pouvoir.

3Les nouveaux « territoires de l’historien » ont compliqué encore la tâche. Avec la prise en compte de la mémoire, avec la reconnaissance de l’histoire orale, les rapports de l’historien avec son objet d’étude sont devenus difficiles. Il est certes possible de chercher à établir le vrai au travers des paroles enregistrées, la main-mise sur la validité du propos demeure l’apanage exclusif de l’historien, l’acteur ou le transmetteur restant dans une position subordonnée, ne pouvant pas posséder la compréhension de la situation. Cependant, l’acteur, par le poids de sa parole, par l’importance accordée à ses jugements, contraint l’historien à tenir compte de ses propos, à lui accorder une place véritable et à lui reconnaître une authentique fonction d’interprête de l’histoire vécue. Le problème est expressément posé lors de tables rondes et de colloques rassemblant à parité les spécialistes de l’histoire ultra-contemporaine avec d’anciens ministres, d’anciens combattants, ou d’anciens déportés. L’incompréhension des points de vue apparaît fréquemment, d’autant plus douloureusement lorsque le témoin peut invoquer son statut de victime, allant jusqu’à interdire le recul souhaité presque instinctivement par l’historien professionnel, soucieux de « relativiser », en se montrant parfois apparemment incrédule devant les affirmations de ceux qui ont subi des épreuves terribles.

  • 3 Voir le tome 1 des Lieux de Mémoire, op. cit., (articles sur Lavisse, Larousse).

4Enfin, les ruptures importantes dans les idéologies couplées avec la reconnaissance désormais acquise que l’historiographie est composée de créations parfois abusives, d’exégèses imprudentes, voire d’inventions caractérisées obligent à accepter les remises en cause théoriques de l’histoire, considérée comme une des formes fictionnelles appréhendant le passé. Dans cette approche, la parole de l’historien n’est plus elle-même que l’un des moments dans l’établissement d’un rapport au passé parmi d’autres, et, sur le fond, sans grande différence avec les paroles des acteurs, au regard de ce que la postérité retient et garde dans la constitution de son savoir mémoriel. Les présentations de la constitution des « Lieux de Mémoire » ont insisté sur ce sort commun fait aussi bien aux historiens, scientifiques ou amateurs, qu’aux polémistes et même aux propagandistes, dans leurs rôles mêlés dans la fabrication de la mémoire3. La position de « surplomb » de l’historien est devenue définitivement caduque ; elle peut même être mise en accusation, au motif qu’elle masque – voire refuse – la force créatrice de l’acte initial et qu’elle rend mal compte de la parole et de l’intention des acteurs, dessaisis du sens de leur acte.

5Écouter les acteurs, accepter de reconnaître l’intérêt de leurs explications, classifications et typologies peut alors ouvrir des voies neuves et stimulantes, même s’il faut rappeler d’emblée qu’il ne saurait être question de leur accorder une prééminence conceptuelle dans un retournement de situation qui ne réglerait rien. Si « la » vérité des définitions n’a pas été trouvée parmi les historiens, il serait illusoire – et certainement dangereux – de la chercher, par dépit, chez les acteurs. Reste à trouver une méthode qui permette d’utiliser leurs paroles pour expliquer l’histoire. Un seul principe pourrait être énoncé d’emblée : il ne saurait être question de refuser leur part de vérité aux mots employés par les acteurs, en admettant toutefois qu’il ne s’agit pas là de la « vérité » attendue par les historiens, et que ce sont peut-être les problématiques elles-mêmes qu’il conviendra de revoir, en attendant d’autres connaissances.

  • 4 Martin (J.-C.), « Commerce et commerçants à Niort et dans les Deux-Sèvres, aux xviiie et xxe siècl (...)
  • 5 Martin (J.-C.), La Vendée et la France, et La Vendée de la Mémoire, op. cit..
  • 6 Martin (J.-C.), « Violences sexuelles,… », AHSS, 1996, 3.
  • 7 Eley (G.), « De l'histoire sociale au “tournant linguistiques”… », Genèses, 1992, 7, p. 163-193.
  • 8 Rioux (J.-P.), La Révolution industrielle, Seuil, Point, 1971.
  • 9 Thèse de Richard (N.), et son livre, L’Invention de la Préhistoire, Presses-Pocket, 1992.
  • 10 C’est un des sens du travail collectif mené autour de la notion de « guerre civile », voir Ranzato(...)

6Dans cette optique, si les pages qui suivent veulent aborder un sujet historique particulier : celui de la Contre-Révolution française, elles rejoignent ainsi une préoccupation plus générale mise à l’œuvre dans d’autres domaines ou pour d’autres sujets : l’analyse des faillites au xixe siècle dans les Deux-Sèvres4, l’histoire de la guerre de Vendée et de son souvenir5, l’examen des procès d’assises liés aux affaires de mœurs en Vendée au xixe siècle6. Dans ces trois études, il ne s’agit ni de trouver l’unique explication d’un phénomène, ni de nier les réalités économiques et sociales dans l’un et l’autre cas, encore moins d’entrer dans une fausse querelle entre ce qui serait de l’ordre d’une histoire « culturelle » ou « linguistique7 » d’un côté, et d’une histoire plus « classique » de l’autre. Avant de rechercher les « causes » et les « conséquences » d’un objet historique, il est nécessaire de connaître les conditions de son apparition, de saisir les raisons pour lesquelles les acteurs et les historiens précédents l’ont créé, donc à quelle stratégie sa création a répondu autant à son époque que dans l’historiographie. Les exemples célèbres de l’apparition de la notion de « Révolution industrielle8 » et de « Révolution agricole » ont appris la méfiance envers des consécrations satisfaisant la corporation historique. La méfiance est requise également envers la Préhistoire, depuis que la genèse de la notion a dévoilé les arrière-plans politiques, religieux, sociaux et même chauvins, qu’elle a comportés au milieu du xixe siècle9. Il ne convient pas de s’arrêter en aussi bon chemin, mais de généraliser ces mises à plat de notions données trop simplement pour explicatives10.

  • 11 Selon la belle formule de M. de Certeau, qui est le titre d’un livre, Mame.
  • 12 Barret-Kriegel (B.), op. cit..

7Adopter cette position c’est admettre que les acteurs ne sont pas les « absents de l’histoire11 », mais que les traces qu’ils ont laissées nous contraignent encore plus parce que leurs effets ont créé des cadres de pensée qui nous forcent à lire le passé selon des grilles pré-établies, nous empêchant de penser ce qui aurait pu advenir et qui ne l’a pas été. Leurs souvenirs archivistiques, institutionnels, monumentaux,… ne sont pas seulement les restes échappés à l’oubli et à la destruction d’une activité humaine, ils sont les témoignages d’une volonté de fabriquer le réel dans lequel nous sommes, à l’exclusion de toutes les possibilités abolies par le choix même des acteurs. Étudier leurs actes ne doit donc pas se faire en cherchant les « causes » qui ont abouti à ce qui a effectivement existé, mais doit surtout comprendre ce que ces actes ont bâti comme possible et rendre compte de l’organisation générale ainsi engendrée. L’historien, faisant cela, ne pratique pas seulement une « déconstruction » de l’Histoire, renvoyant l’échafaudage historiographique à un enchevêtrement surréaliste de situations inscrites dans un passé sans qualités – où tous les actes se vaudraient –. Il ne s’agit pas non plus de réduire l’écriture de l’Histoire à une fiction supplémentaire, à une approche parmi d’autres inventions de l’esprit humain pour dominer son passé et ses angoisses. Il s’agit au contraire, en tirant les leçons du fait que l’Histoire n’existe que comme science des effets12, de reconnaître les choix politiques et moraux de ceux qui ont été impliqués dans « ce qui s’est effectivement passé » sans privilégier des causalités rationalisatrices, et de proposer une compréhension des systèmes de pensée des acteurs du passé, en les situant par rapport à notre propre système de pensée.

  • 13 Martin (J.-C.), La France en Révolution, Belin, 1990.
  • 14 Madelin (L.), La Contre-Révolution sous la Révolution, 1935 ; Godechot (J.), La Contre-Révolution, (...)
  • 15 Malgré les efforts de « réhabilitation » révolutionnaire de Griffiths (R.), Le Centre perdu, PU Ly (...)
  • 16 Le Fédéralisme, PU Marseille, 1995.

8Appliquer cette démarche à « la Contre-Révolution » est la suite d’un long travail sur la Vendée et sur la Révolution13. Si la démarche méthodologique déborde largement ce sujet, celui-ci est, nous semble-t-il, particulièrement enrichi par ce genre de préoccupations. Ce sujet lui-même se situe dans un flou historiographique impressionnant : peu de livres y ont été consacrés14 si bien que ce domaine des connaissances est demeuré pour l’essentiel mal connu et laissé à des historiens majoritairement défavorables aux mutations révolutionnaires. Or, même chez ces derniers, la Contre-Révolution est régulièrement présentée dans un rôle subalterne par rapport à la Révolution (qui, il faut le souligner, définit par elle seule la période historique), si bien que les « contre-révolutionnaires » apparaissent comme les hommes de la « réaction » dans tous les sens du mot : non seulement luttant contre les innovations, empêtrés dans l’archaïsme, mais réagissant avec retard, n’ayant pas l’initiative dans le cours de l’Histoire. En outre par habitude, la Contre-Révolution est un terme qui désigne génériquement tous les courants et les mouvements qui, à un titre ou un autre, à un moment ou un autre, se sont opposés à la marche de la Révolution. Si bien que le mot « contre-révolutionnaires » ne renvoie pas seulement à ceux qui luttèrent politiquement et militairement contre les principes essentiels de la Révolution, mais désigne aussi bien les paysans insurgés de l’Ouest en 1793, comme leurs homologues du Sud-Est de 1790-1791, tout comme les Feuillants et même les Monarchiens15, voire les « fédéralistes16 » et autres Girondins, qui, au bout du compte, apparaissent comme des empêcheurs de révolution. Les Thermidoriens apparaissent ainsi comme des « réacteurs », ayant bloqué le cours des choses et effectué un retour strict aux principes limités de 1789.

  • 17 Par Mazauric (C.), in Lebrun (F.), Dupuy (R.), Résistances à la Révolution, op. cit..

9La position de nombre d’historiens consiste donc à établir – et à justifier – leur propre grille d’évaluation. Selon les convictions personnelles plus ou moins robespierristes, malouétistes, burkéenne, etc., les groupes sociaux-politiques, acteurs de la Révolution, reçoivent des étiquettes différentes étalonnées sur une échelle plus ou moins révolutionnaire/contre-révolutionnaire (schéma 1). La récente introduction de la notion d’anti-révolution17 avec la distinction entre résistance et opposition à la Révolution accorde certes une plus grande souplesse au dispositif explicatif, puisqu’un nuancier est introduit, permettant de comprendre comment des individus et des groupes purent passer de l’une à l’autre, selon la conjoncture.

  • 18 Proposition dans la thèse de Serna (P.), Antonelle, Paris-1, dact., 1994.

10Au lieu d’une opposition sur une droite vectorielle, inscrivant contre-révolution/révolution sur une ligne, la nouvelle notion crée un plan bi-dimensionnel à l’intérieur duquel tous les mélanges sont possibles, rendant compréhensibles des situations mêlant selon des proportions variées et infinies des adhésions et des refus politiques à des comportements collectifs. Suivant la formule d’un révolutionnaire lui-même une autre possibilité aurait été d’appartenir à la « dé-révolution18 », c’est-à-dire de continuer à vivre comme si de rien n’était, hors de toute implication et de tout lien avec les événements jugés pourtant comme fondateurs et essentiels par la science historique. Cependant l’abandon de catégories relativement strictes au bénéfice de repères évolutifs ne paraît pas représenter un changement définitif dans le processus d’explication historique. En dernière analyse, le choix de l’étiquette, même nuancée, même mouvante, reste bien la propriété de l’historien, qui, au terme de comparaisons objectives, de critères externes, inscrit les différents acteurs dans un plan dont il possède seuls les clés.

  • 19 Robespierre (M.), Textes choisis, Paris, Éd sociales, 1974, T. III, p. 124-126, du 18 pluviôse an (...)
  • 20 Bazcko (B.), Sortir de la Terreur, Paris, Gallimard, 1988.
  • 21 Lazare Carnot, dans son Mémoire au roi, de 1814 déclare « Ce mot [révolution] ne doit signifier qu (...)

11Pourtant un regard rapide sur les documents d’époque montre que les mots « contre-révolution », « contre-révolutionnaire » ont reçu des usages étonnament divers, contraires à toutes les définitions un peu trop précises et qui sont, malgré tout, soigneusement écartés par les historiens. Ainsi, pour ne prendre qu’un seul exemple, il est nécessaire de rappeler que Robespierre, dans un discours célèbre et essentiel, qui envoya les Hébertistes à la mort19, dénonça à égalité les contre-révolutionnaires à bonnet blanc et les contre-révolutionnaires à bonnet rouge (dit autrement les « aristocrates » on reviendra sur le mot et les sans-culottes proches d’Hébert et de ses amis). Il n’est pas seulement possible de mettre sur le compte de manipulations politiciennes, d’une humeur chagrine, ou encore d’imprécision des termes, le recours à cette double catégorie dans un discours de l’Incorruptible, toujours si préoccupé de rigueur doctrinale ; il n’est pas possible non plus de vouloir réduire cette dénonciation à la présence d’un complot de l’étranger dans lequel les sans-culottes auraient trempé. Pire, que cela, parce qu’il fut dénoncé comme contre-révolutionnaire, Robespierre lui-même perdit le pouvoir et la vie20. Pourquoi les historiens ne firent-ils jamais – à quelque camp qu’ils appartinssent – une histoire de la période en partant de cette hypothèse, que Carnot, souvent cité comme grand témoin, aurait pu valider puisqu’il avait déclaré que la Contre-Révolution avait gouverné la France à partir d’août 179221 ?

12Plus généralement, l’état contre-révolutionnaire s’établit au travers de dénonciations. Les Girondins en sont parmi les victimes les plus connues, qui sont amalgamés avec le fédéralisme diviseur, dans la création d’un « crime de fédéralisme », l’une des condamnations de la période terroriste. La période thermidorienne trouve précisément son sens dans la réinsertion des Girondins survivants dans la Convention, attestant que l’anathème contre-révolutionnaire ne pèse plus sur eux. C’est au nom de la lutte contre la Contre-Révolution que deux des séides de Carrier sont condamnés à mort et exécutés au printemps 1794 à Nantes, renversant ainsi la perspective qui était jusque là établie par eux. Une histoire est donc à écrire qui serait celle de l’emploi sur le mode de la dénonciation du mot contre-révolutionnaire, tel que les acteurs l’ont requis. Plusieurs optiques doivent cependant être requises pour mener à bien cet historique, puisque, si l’on se place du point de vue des acteurs, il faut distinguer entre le registre de la dénonciation et celui de la revendication.

13La dénonciation des opposants à la Révolution s’est réalisée de bonne heure, dès 1789. À cette époque le rejet se manifeste avec l’emploi du terme « aristocrate », qui désigne indistinctement les représentants « réactionnaires » des deux ordres privilégiés distinguant ainsi la Cour formée des aristocrates proprement dits bientôt rejointe par les petites gens peu favorables aux changements politiques ou religieux, qui sont opposés aux nobles libéraux et « patriotes », aux curés réformateurs, aux élites urbaines « fédérées » et aux paysanneries avides de changements. Le port de la cocarde tricolore permet et rend obligatoire l’expression des convictions ; il conduit à classer la population en blocs antagonistes. Le bloc aristocrate se grossit des émigrés de la fin de 1789, dont les Monarchiens qui refusent les violences des journées d’octobre.

  • 22 Rey (A.), « Révolution », histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1988.

14Cependant, c’est à partir de 1790 que la notion de Contre-Révolution devient usuelle22 et de 1791 que la Contre-Révolution est, en tant que telle, systématiquement dénoncée. Après la fuite du roi et le massacre du 17 juillet 1791, les camps sont tranchés, et les accusations de contre-révolution portées par les Cordeliers, mais aussi par les Jacobins, contre tous les autres partis. Les distinctions entre Feuillants, Monarchiens, Noirs perdent de leurs pertinences pour les Jacobins : tous leurs opposants sont dorénavant contre-révolutionnaires. Le coup d’État du 10 août 1792 et les massacres de septembre concrétisent cette rupture. La Contre-Révolution est devenue une entité régulièrement invoquée et qu’il faut combattre, par tous les moyens, quelles que soient les formes qu’elle revête. La Terreur est en germe et avec elle fleurissent les multiples dénonciations contre tous les groupes. Dans cette logique, du printemps 1793 à l’automne 1794, les Modérés, les Girondins, les Enragés, les Hébertistes, les Indulgents et, pour finir, les amis même de Robespierre, seront à un moment donné, dénoncés comme contre-révolutionnaires, jugés et condamnés comme tels. Pour faire bref, il est possible de représenter sous forme d’un schéma insistant sur les mutations temporelles (schéma 3) l’évolution de la disposition des groupes sociaux et politiques en fonction de l’évolution même de la définition de la Contre-Révolution. Dans ce tableau à double entrée, les positions ne sont plus objectives mais liées au déplacement continu des définitions dépendant des conditions politiques. Ceci explique que tous les groupes politiques aient pu, à un moment ou à un autre, avoir été taxés de contre-révolutionnaires, et interdit de penser qu’il faille seulement incriminer des manipulations politiciennes (comme lors du 9 thermidor, lorsque sera fabriquée l’image contre-révolutionnaire de Robespierre), puisque cette situation a bien été liée à une compréhension du politique par l’ensemble des Français à un moment donné.

15Ceci permet de faire le lien avec l’autre optique qui s’est emparée de la Contre-Révolution, celle de l’affirmation et de la proclamation. La Contre-Révolution ne s’affirme pas elle-même avant la fin de 1789 et le courant de 1790. Non pas que les opposants aux réformes et aux changements n’existent pas et ne jouent pas de rôle auparavant. Ils sont, au contraire, responsables des blocages politiques et fiscaux des années 1787-1788, et à ce titre, portent une très importante responsabilité dans le développement même des revendications « patriotes », ainsi que dans la radicalisation des luttes politiques, conduisant à l’ouverture des États généraux et à la prise de la Bastille. Les privilégiés et les élites de la Cour ont été majoritairement opposés au doublement du Tiers, décidé finalement contre eux par le roi ; ils ont poussé à la dispersion brutale des États généraux indociles fin juin 1789, provoquant les conditions de l’affrontement avec Necker et les Parisiens patriotes. Enfin, quelques-uns se montrent ouvertement opposés au cours des choses en émigrant dès juillet 1789.

16Pour autant, ils n’appartiennent pas à une Contre-Révolution organisée ni même proclamée. Ce sentiment d’appartenance ne leur vient qu’au cours du mois d’octobre 1789, lorsque des mouvements d’hostilité éclatent dans l’entourage de la reine, et avec les journées des 5 et 6 octobre qui rompent pour beaucoup toute possibilité de compromis. Le coup de grâce vient des troubles d’Orange et d’Avignon, quand les communautés d’habitants réclament leur rattachement à la France du nouveau régime. La rupture est consacrée enfin par la Constitution civile du Clergé qui ne pose pas seulement problème au pays, mais à toute la catholicité, et par contre-coup à l’Europe. Là encore, l’année 1791 achève de rompre les ponts et opère les classements.

  • 23 Bertaud (J.-P.), Les Amis du Roi, op. cit. ; Coudart (L.), La Gazette de Paris, Paris, L’Harmattan (...)

17Une fraction de l’opinion est amenée à se reconnaître et à se proclamer contre-révolutionnaire. Les émigrés qui commencent à comploter, les « émigrés de l’intérieur » qui organisent des réseaux autour de leur manoir ou de leur hôtel, les prêtres « réfractaires » au serment constitutionnel, les journalistes qui dénigrent les nouvelles mesures23 se comptent et se soutiennent.

  • 24 Au coeur de Tulard (J.) dir., La Contre-Révolution, Paris, Perrin, 1990.
  • 25 Hutt (M.), op. cit..

18Mais, en même temps, ils se jaugent. Car l’opposition aux mesures nouvelles ne suffit pas pour appartenir à la Contre-Révolution. Les Monarchiens en font l’expérience les premiers. Mounier, qui abandonne Versailles après octobre 1789, ne peut pas faire oublier l’importance de son rôle jusque-là. Certains de ses amis peuvent s’intégrer aisément dans le front contre-révolutionnaire, comme Montlosier, mais d’autres, malgré leur activisme comme Mallet du Pan, devront montrer leur abnégation à la cause, pour faire oublier la tache originelle : avoir cru possible de changer l’antique constitution du royaume. Seuls les intransigeants, le comte d’Artois en tête, détiennent en effet les critères du label contre-révolutionnaire, qui n’est pas accordé à tous les opposants24. Le cas de La Fayette est suffisamment connu : fuyant la France après une tentative avortée de coup d’État dans l’été 1792, il est incarcéré dans une forteresse. Dumouriez ne connaît pas ce sort, parce qu’il a négocié son passage avec l’ennemi, mais il abandonne toute prétention politique après sa désertion de mars 1793. L’exemple sans doute le plus intéressant est celui de Puisaye, ancien colonel de la garde nationale du Calvados, candidat malheureux aux élections à la Convention, « fédéraliste » battu militairement en juillet 1793, qui se proclame chef des chouans et réussit à les fédérer sous son nom, avant d’aller réclamer – et obtenir – une expédition militaire au départ de l’Angleterre. Cette dernière activité incontestablement contre-révolutionnaire dans toutes ses dimensions, ne lui donne pas pour autant une approbation de la part des contre-révolutionnaires en titre, qui lui reprochent – et lui reprocheront sans discontinuer – son passé révolutionnaire, ne lui accordent pas les pleins pouvoirs lors de l’expédition – ce qui joue un rôle dans son échec – et, enfin, ne lui feront pas de place dans leur mouvement25.

  • 26 Voir le cas de Mgr Mercy, Lettres d’émigration, Le Mans, Siloë, 1994.

19La Contre-Révolution refuse d’être une auberge espagnole et le contrôle politique des différents courants sera très accentué, interdisant que des tendances trop libérales puissent s’exprimer, monopolisant les postes de contrôle politique, marginalisant de nombreux groupes d’émigrés26 lorsqu’ils n’associent pas les revendications politiques aux revendications religieuses.

  • 27 Chaumié (J.), Le réseau d’Antraigues, Paris, Plon, 1968.

20Dans cette perspective, les mouvements populaires d’hostilité à la Révolution ne sont pas ipso facto compris comme des manifestations favorables à la Contre-Révolution. Lorsque les mécontents ne sont pas suffisamment encadrés et organisés, ils ne sont pas reconnus automatiquement comme contre-révolutionnaires. Les émeutiers du Quercy échappent totalement à la classification en 1790. Ceux de l’Ouest l’obtiennent en 1793 lorsque la preuve est faite qu’ils luttent bien pour Dieu et pour le Roi. Cela n’empêche pas des contre-révolutionnaires d’essayer de détourner des révoltes anti-jacobines ou anti-parisiennes en mouvement contre-révolutionnaire, voire de se compromettre dans des alliances avec les radicaux pour ruiner toutes les tentatives modérées dans les années 1790 et 179127 ; mais, sauf la propagande jacobine – qui y trouve son compte en radicalisant son discours et en luttant contre les modérés –, nul ne s’y trompe (et nul ne devrait s’y tromper).

  • 28 Wagner (M.), England und die Französiche Gegenrevolution, Munich, Oldenburg, 1994.
  • 29 Gengembre (G.), La Contre-Révolution ou l’histoire désespérante, Paris, Imago, 1988.
  • 30 Notamment de Balzac (H.), Les Chouans, d’Aurévily (Barbey), Le Chevalier des Touches.
  • 31 Rials (S.), Révolution et Contre-Révolution, Paris, DUC-Albatros, 1982.
  • 32 Titre du livre de Dimier (L.), Paris, 1917.

21Paradoxalement, ce sera cette position intransigeante qui, tout en perdant politiquement dans l’immédiat, gagne symboliquement et reste ensuite la seule qualifiée de contre-révolutionnaire. Les contre-révolutionnaires modérés, qui ont essayé de négocier une prise de pouvoir en 1795 perdent toute influence après leur échec de 1795, tandis que l’aile dure, qui peut se réclamer de la diffusion des idées de Burke, tout en restant marginalisée dans les Cours européennes28, se pose en seul recours de l’Ancien Régime. Par la suite, l’échec de l’unité sous l’égide de Napoléon, puis l’échec de la réconciliation en 1814, ainsi que le maintien des exigences des ultras interdisent que les politiques puissent fonder la nation française sur un compromis. Mais la virulence de la mémoire issue de la Révolution compte infiniment moins que celle portée par les porte–parole de la Contre-Révolution vengeresse, qui condamne et exile, tente une impossible vengeance et s’enferme dans une position désespérée29. Il est temps de reconsidérer l’héritage politique léguée à notre culture par cet épisode, qui marque les mémoires par l’éclat des oppositions, comme par les ouvrages de philosophie et de fiction qui s’en emparent30. Les haines exprimées ouvertement pendant la période révolutionnaire sont alors distillées dans les veines de la société française. La présentation historique qui est donnée des événements révolutionnaires dans le cours du xixe siècle insiste sur cette continuité politique, plutôt que sur les tentatives avortées de contre-révolution modérées, désormais oubliées, donnant ainsi raison aux intransigeants et créant une tradition de rejet hautain de la novation politique31. L’écriture des Maistre, Bonald, créera une tradition des « maîtres de la Contre-Révolution32 » qui légitime a posteriori cette situation conjoncturelle.

22De ce double point de vue, les oppositions évidentes – mais qu’il était indispensable de rappeler dans leurs complexités et surtout dans leurs usages – ne doivent pas masquer les conjonctions essentielles pour l’historien, qui ne se trouve pas démuni après l’exposition de ces dénominations subjectives. Plusieurs leçons, très « objectives » peuvent ainsi être tirées des paroles de ces acteurs.

23Premièrement, ce que le langage de la dénonciation et celui de la proclamation ont de commun est cet horizon de la communauté exclusive qu’ils ne cessent l’un et l’autre de revendiquer, en se radicalisant au fil du temps. D’emblée le principe marqué qu’il est des opinions inconciliables, est commun aux deux camps qui recherchent l’un et l’autre la nouvelle forme politique et sociale de la France. Faut-il voir là l’héritage des « philosophes », la suite des débats qui forment l’opinion progressivement au xviiie siècle, les conséquences de l’apprentissage spécifique donné dans un pays intolérant aux novations religieuses (de l’exclusion des protestants au rejet des Jésuites, en passant par l’interdiction du Jansénisme…) ? Sur le fond peu importe, et sans doute toutes ces raisons sont-elles mêlées à des degrés divers. L’essentiel est bien que des groupes, inchoatifs encore dans les années 1785-1788, se composent et se reconnaissent progressivement autour d’idées politiques générales, que des individus prennent celles-ci en charge volontairement, au risque de leur fortune, de leur liberté, même de leur vie (on le voit bien avec la fronde parlementaire de 1787­1788), créant ainsi un nouvel espace public, où la/le politique est devenu affaire d’une large élite, s’affrontant sur l’espace national, par des pamphlets, des libelles et tout un appareil de propagande qui entraîne des prises de positions. Le fameux pamphlet de l’abbé Sieyès, Qu’est-ce que le Tiers-État ? relève exemplairement de ce qui est bien une nouvelle culture politique, au sens plein du terme : nouvelle démarche, nouvelle question, nouvel objectif, nouveau public. La radicalité du débat est ainsi affirmée d’emblée, donnant le ton à la période.

  • 33 Voir Wahnhich (S.), op. cit..

24On comprend mieux comment la période de la Révolution française a vécu de cette quête collective et individuelle d’une rare exigence pour l’établissement de la cité parfaite, purgée des membres impurs, capables de compromis. Dans un camp, comme dans l’autre, LE politique a été polarisé dans les propos, refusant de prendre en compte les nécessités plus triviales de LA politique, qui négocie des équilibres. Des « horizons » conceptuels, autour du droit naturel ou de la société inégalitaire des corps et des états, mobilisent les énergies et interdisent que l’on puisse envisager des régimes qui emprunteraient à différents systèmes et régiraient la réalité selon différents niveaux. Pour en arriver là, et créer ce qui fut le premier Directoire, il faudra l’échec de la Terreur et l’incapacité politique des Thermidoriens. Auparavant, l’exclusion des hommes qui refusent les principes de la Révolution peut aller jusqu’à les taxer d’êtres « inhumains » qui risquent une mise à mort au nom même du salut de l’Humanité33 ; inversement, l’exclusion n’est pas moins forte envers les malades infectés par les idées nouvelles ; seuls les moyens de trancher dans le vif manqueront – mais pas la volonté.

25Deuxièmement, les notions ont été tout à la fois totalement ductiles, malléables et totalement figées. Si l’on a bien vu à quel point les dénominations ont été appliquées avec beaucoup de variabilité et d’imprécision, il faudrait ajouter qu’elles ont été entourées par des termes flous, mais très chargés de sens. Ainsi les contre-révolutionnaires ont-ils été régulièrement appelés « brigands » ; le mot s’inscrit à la charnière de l’ancienne terminologie du régime précédant qui qualifiait ainsi les émeutiers et les opposants populaires, et de la logique de la déshumanisation des ennemis de la cité parfaite – souhaitée par les extrémistes des deux bords. Dans cette perception de la politique, pour les tenants les plus extrêmes des deux camps – qui accaparent la parole–, il n’est d’autre choix que de se situer dans l’une de leurs deux positions, tous les indécis, hésitants, « dé-révolutionnaires » n’étant que des traîtres à la Cause (l’une ou l’autre).

  • 34 Denis (M.), Les royalistes et le monde moderne, Klincksieck, 1977.

26Cette exigence imposée à tous par des minorités a entraîné des grandes masses de Français à se situer politiquement, à porter les armes ou à subir des persécutions, au point où les mémoires locales et régionales qui en resteront n’expliqueront jamais les actes commis ou les violences ressenties par les effets en quelque sorte mécaniques de ce qui a été une guerre civile – où les étendards politiques ont été déployés pour cacher des intérêts et des mobiles personnels, sordides, bestiaux – mais au contraire, rattacheront les épisodes de la période révolutionnaire à des idéaux, à des fidélités ou à des principes, évitant alors le plus souvent de rendre compte de nombreux faits dérangeants pour une compréhension politique du monde. La chouannerie avec ses débordements tardifs, mais récurrents, sera tout simplement passée sous silence au cours du premier xixe siècle, qui préférera s’intéresser à la Vendée, d’autant plus noble que victime et sans suite34. Ce que les paroles exigeantes des acteurs apprennent le mieux c’est cet héritage politique radical qui marque la France pendant deux siècles, dans une lutte entre des universalismes intolérants – mais fondateurs de Lieux de Mémoire exclusifs et mobilisateurs ! Le bloc contre-révolutionnaire se renforce et traverse la période, avant de se perpétuer en tant que tel dans le siècle suivant, tandis que le bloc des « révolutionnaires » ne cesse de se rétrécir (voir schéma 4).

27Quelques conclusions peuvent être tirées de cette approche pour comprendre le déroulement des événements :

  • le jeu de la conjoncture est essentiel. La scansion politique de la Révolution est marquée par une périodisation marquée par l’apparition de la dimension politique dans les années 1790-1791, puis par la radicalisation des définitions à partir de 1792, enfin par l’abandon fin 1794 du dualisme politique.
  • le rôle de la cristallisation est important, les historiens et historiographes de la Contre-Révolution intransigeante monopolisent les récits pendant tout le premier xixe siècle. Ils sont largement redevables de cette dénonciation du « bourgeois » profiteur de la révolution, qui sera ensuite dénoncé par la gauche radicale (et par la droite35).
  • il faut insister, paradoxalement, sur l’échec politique de la Contre-Révolution, qui ne parvient pas à garder le pouvoir après 1830 et qui perd le contrôle de l’opinion rapidement, alors que les partisans de la Révolution, divisés entre eux, traqués et isolés, se voient investis progressivement d’un imaginaire durable et resteront porteurs d’une multiplicité d’idéaux qui façonnent le xixe et le début du xxe siècle.

schéma 4

schéma 4

La durée de vie des blocs révolutionnaires et contre-révolutionnaires

28Cette approche ouvre de nouvelles possibilités pour comprendre les différents points de vue mis en œuvre par des différents historiens sur la Vendée. Un rapide survol de quelques auteurs-types de l’historiographie permet de montrer les conséquences des multiples définitions données de la Révolution et de la Contre-Révolution, qui vont jusqu’à proposer des périodisations et des orientations opposées – et complémentaires.

29Ces présentations sont liés à quelques grandes définitions de la Contre-Révolution :

30Le piège tendu aux historiens par les mots Contre-Révolution est bien réel. Si l’on n’y prend pas garde, la tentation de rechercher et d’établir les critères d’une explication en vérité des définitions se retourne contre elle-même. Au lieu de clarifier la situation en utilisant des grilles objectives pour estimer les attitudes, la classification s’obscurcit des imprécisions volontaires données aux mots par les acteurs, qui poursuivaient au travers d’eux des réglements de compte politiciens ou des traques métaphysiques complexes. Dans le cas présent, il n’importe pas plus de savoir qui a été contre-révolutionnaire à un moment donné, que de comprendre comment n’importe qui a pu l’être selon les circonstances, ce que cela a signifié pour les individus et les groupes au fil des années et surtout comment la cristallisation du sens s’est effectuée progressivement pour se figer définitivement au cours du xixe siècle. Dans cette voie, l’explication historique s’assigne autant pour mission de décrire un état précis d’une société, que de donner aux spécialistes et aux amateurs les moyens de comprendre les racines de nos propres principes explicatifs et, peut-être, des modèles d’analyses de situations immédiatement contemporaines.

Notes

1 Texte présenté à la rencontre des Universités de Paris VII et A. Mickziewic, à Poznan, Pologne, septembre 1995 ; il reprend et développe des publications précédentes : « Révolution et Contre- Révolution, propositions pour enseigner le flou et le fluctuant », Historiens-Géo graphes, 1989, n° 324, p. 121-132 ; « À propos de la Vendée et de la Contre-Révolution populaire : entre faits, interprétations et compréhension », Bull de la SHMC, 1994, n° 1-2, p. 23-28 et « Tatsachen, Interpretationen und Verstehen : Die Vendée und die konterrevolution Erhebungen des Volkes », in Middell (M.) dir., Widerstände gegen Revolution, Leipziger Universitätsverlag, 1994, p. 23-38.

2 Voir les critiques de Dosse (F.), L’Histoire en miettes, Paris, La Découverte, 1987, aussi Caillé (A.), La Démission des clercs, Paris, La Découverte, 1993.

3 Voir le tome 1 des Lieux de Mémoire, op. cit., (articles sur Lavisse, Larousse).

4 Martin (J.-C.), « Commerce et commerçants à Niort et dans les Deux-Sèvres, aux xviiie et xxe siècles », in Bulletin de la Soc. Hist. et Scient. des D.-S., 2e série, T. XIII, n° 4, 1980 (1981), p. 335- 502.

5 Martin (J.-C.), La Vendée et la France, et La Vendée de la Mémoire, op. cit..

6 Martin (J.-C.), « Violences sexuelles,… », AHSS, 1996, 3.

7 Eley (G.), « De l'histoire sociale au “tournant linguistiques”… », Genèses, 1992, 7, p. 163-193.

8 Rioux (J.-P.), La Révolution industrielle, Seuil, Point, 1971.

9 Thèse de Richard (N.), et son livre, L’Invention de la Préhistoire, Presses-Pocket, 1992.

10 C’est un des sens du travail collectif mené autour de la notion de « guerre civile », voir Ranzato (G.), dir., op. cit. et Martin (J.-C.), dir., La Guerre civile… op. cit..

11 Selon la belle formule de M. de Certeau, qui est le titre d’un livre, Mame.

12 Barret-Kriegel (B.), op. cit..

13 Martin (J.-C.), La France en Révolution, Belin, 1990.

14 Madelin (L.), La Contre-Révolution sous la Révolution, 1935 ; Godechot (J.), La Contre-Révolution, op. cit. ; Tulard (J.) dir. La Contre-Révolution, Perrin, 1990, Clénet (L.-M.), La Contre-Révolution, PUF, 1991.

15 Malgré les efforts de « réhabilitation » révolutionnaire de Griffiths (R.), Le Centre perdu, PU Lyon, 1988.

16 Le Fédéralisme, PU Marseille, 1995.

17 Par Mazauric (C.), in Lebrun (F.), Dupuy (R.), Résistances à la Révolution, op. cit..

18 Proposition dans la thèse de Serna (P.), Antonelle, Paris-1, dact., 1994.

19 Robespierre (M.), Textes choisis, Paris, Éd sociales, 1974, T. III, p. 124-126, du 18 pluviôse an II.

20 Bazcko (B.), Sortir de la Terreur, Paris, Gallimard, 1988.

21 Lazare Carnot, dans son Mémoire au roi, de 1814 déclare « Ce mot [révolution] ne doit signifier que le renversement du régime féodal, la suppression des abus et le régime de loi mis à la place de l’arbitraire. Alors on voit que la révolution de France se fit toute entière sous l’Assemblée constituante. Ainsi depuis 1792, nous avons presque toujours été en contre-révolution, et c’est là ce qu’on a l’inconséquence d’appeler la révolution. C’est une erreur grave qui sert si bien les vues des partisans du pouvoir absolu ».

22 Rey (A.), « Révolution », histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1988.

23 Bertaud (J.-P.), Les Amis du Roi, op. cit. ; Coudart (L.), La Gazette de Paris, Paris, L’Harmattan, 1995.

24 Au coeur de Tulard (J.) dir., La Contre-Révolution, Paris, Perrin, 1990.

25 Hutt (M.), op. cit..

26 Voir le cas de Mgr Mercy, Lettres d’émigration, Le Mans, Siloë, 1994.

27 Chaumié (J.), Le réseau d’Antraigues, Paris, Plon, 1968.

28 Wagner (M.), England und die Französiche Gegenrevolution, Munich, Oldenburg, 1994.

29 Gengembre (G.), La Contre-Révolution ou l’histoire désespérante, Paris, Imago, 1988.

30 Notamment de Balzac (H.), Les Chouans, d’Aurévily (Barbey), Le Chevalier des Touches.

31 Rials (S.), Révolution et Contre-Révolution, Paris, DUC-Albatros, 1982.

32 Titre du livre de Dimier (L.), Paris, 1917.

33 Voir Wahnhich (S.), op. cit..

34 Denis (M.), Les royalistes et le monde moderne, Klincksieck, 1977.

35 Furet (F.), Le passé d’une illusion, op. cit..

Table des illustrations

Titre Schéma 1
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17404/img-1.png
Fichier image/png, 43k
Titre Schéma 2
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17404/img-2.png
Fichier image/png, 132k
Titre Schéma 3
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17404/img-3.png
Fichier image/png, 422k
Titre schéma 4
Légende La durée de vie des blocs révolutionnaires et contre-révolutionnaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17404/img-4.png
Fichier image/png, 463k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17404/img-5.png
Fichier image/png, 252k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17404/img-6.png
Fichier image/png, 202k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search