Version classiqueVersion mobile

Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1989

 | 
Jean-Clément Martin

2e partie. Enjeux et notions

Approches du Fédéralisme dans la Révolution française. Entre coïncidence, cristallisation, lecture téléologique1

Texte intégral

  • 1 Publié « Approches du fédéralisme pendant la Révolution française », Les Fédéralismes, réalités et (...)
  • 2 Existe-t-il un fédéralisme jacobin, op. cit..
  • 3 Forrest (A.), « Le Fédéralisme », in Lucas (C.), The Political culture… op.cit., p. 309-328.

1Dans le cours de la Révolution française, le « fédéralisme » est tout à la fois un monstre de papier et un des tournants essentiels de la période. La tentation est grande d’insister, selon l’envie, sur les dangers que les insurrections fédéralistes firent peser sur Paris, en soulevant des départements dans le temps de la guerre contre l’étranger et la Vendée, ou sur l’inefficacité de ces insurrections, en montrant les palinodies des administrateurs et les rodomontades de généraux conduisant de maigres troupes peu décidées à se battre. Les historiens ont souvent estimé que la menace avait été grave, tout en n’accordant pas souvent d’attention à la situation locale ; aujourd’hui la tendance semble s’inverser. Les études précises qui se multiplient depuis le colloque Girondins-Montagnards ont redonné une épaisseur aux événements et aux hommes, au point de proposer l’idée d’un fédéralisme jacobin2. Les mouvements locaux sont de plus en plus étudiés, tandis que les leaders nationaux ne se distinguent plus que faiblement de leurs rivaux montagnards et que les différences idéologiques deviennent plus difficiles à appréhender3.

2Dans ce débat aux multiples facettes, notre but n’est pas de chercher une vérité du fédéralisme – une vérité de plus ? –, mais de comprendre ce qui a légitimé l’identification d’un moment historique appelé « fédéralisme ». Comme il est nécessaire de comprendre la transformation de faits en événements, il faut comprendre comment un ensemble d’événements s’est organisé en un système interprétatif, saisi ensuite et transmis par l’historiographie. Il ne s’agit pas d’une histoire du fédéralisme, mais au travers de quelques exemples, d’une exposition des logiques explicatives, sous réserve d’inventaires et dans l’attente de nouvelles confrontations.

  • 4 Furet (F.), Ozouf (M.), dir., La Gironde et les Girondins, Payot, 1991, la section consacrée à l’h (...)

3Cette démarche ne comporte aucune volonté de dévoilement d’une vérité cachée, mais le souci d’articuler différents niveaux de réalité, d’insister sur les conditions de naissance du mot, qui fige des positions et crée un nouveau paysage politique. L’historiographie, toujours dépendante de ses propres conditions de productions, a largement contribué à fossiliser les oppositions4. Dans la lignée de la Vendée qui a déjà montré que le « mythe » était au cœur de la « réalité », il est possible d’explorer les conditions objectives, liées à des tensions antérieures, à des concommittances, par lesquelles s’est configuré un des idéal-types de notre vie politique. Cette nouvelle dimension du fédéralisme est alors capable d’interprêter l’ensemble de l’histoire de la Révolution française.

La logique d’une lutte

4La question du « fédéralisme » n’est pas une innovation dans le cours de la Révolution, mais prolonge des conflits nés avec les débuts de la Révolution, et exprime, d’une certaine façon, le moment d’un affrontement inévitable entre des conceptions qui n’avaient pu se rejoindre qu’au prix du malentendu révolutionnaire initial.

  • 5 Le Cour Grandmaison (O.), « Fédération, nation et conscience nationale », in Paris et la Révolutio (...)

5Se retrouve au premier plan le problème de la légitimité qui se pose depuis 1788­1789, lorsque les patriotes remplacent les municipalités existantes et se regroupent en fédérations pour incarner la nouvelle légitimité populaire et nationale. Le débat juridique et politique est complexe, mettant en cause la représentation nationale et la forme du régime. La fédération « nationale » instaure une nouvelle parole politique, tout en refusant, d’emblée, le « fédéralisme » et la démocratie directe – qui revendique la participation immédiate de chacun aux affaires politiques et qui est décrétée impossible dans un grand pays, comme la France. Or dès le début de la Révolution les risques de concurrence sont réels entre la légitimité des représentants de l’Assemblée et celle des forces vives du pays dans les fédérations ; ainsi lorsque Angers propose le 18 août 1789 une fraternisation ou lorsque dans l’été 1789, les fédérations pyrénéennes ou dauphinoise se réunissent pour défendre l’Assemblée, ou encore lorsque les Bretons assemblés le 26 octobre 1789, à Lannion puis en décembre à Pontivy, affirment que la Révolution menacée trouvera toujours des défenseurs hors du siège central de l’État, et que les initiatives locales et régionales resteront possibles pour garantir la légitimité. C’est aussi contre les royalistes de Montauban, et contre les paysans mal-intentionnés, qu’en 1790, les Bordelais et les Toulousains célèbrent leur fédération défensive : la fédération réaffirme la légitimité révolutionnaire contre tout ce qui peut la détruire et participe de ce « roman de la communauté5 », qui masque la violence latente née de la disparition de l’autorité royale disparue et refuse les réclamations d’un « quatrième état » dangereux.

  • 6 Exemple notamment en Anjou.
  • 7 Voir les officiers municipaux de St-Lumine de Coutais, in « Les massacres de Machecoul » supra.
  • 8 Di Padova (T. A.), «The Girondins and the question of revolutionnary government », French historic (...)

6Si les fédérations – et la fête qui en est l’écho – sont moins marquées par un provincialisme, dont il convient de ne pas être dupe que par la volonté d’union et de simultanéité, dénuée de toute prétention séparatiste (les Bretons abjurent leurs privilèges, les Angevins appellent à être Français), la difficulté naît lorsque le mot est détourné. Dans les camps de Jalès, les fédérations revendiquent elles aussi la légitimité populaire, contre la représentation politique nationale. Pendant trois ans, de 1790 à 1792, ces rassemblements ne sont réduits que par la force, tandis que certaines gardes nationales – et certaines municipalités – plus contre-révolutionnaires que révolutionnaires6 doivent être également soumises par les autorités des districts ou des départements. La légitimité populaire ne suffit plus à justifier tous les organismes élus ou collectifs, qui peuvent de fait vouloir le retour à l’Ancien Régime et à la religion concordataire au nom de la Déclaration des Droits de l’Homme7. Les fédérations demeurent ainsi au cœur de la défense de la Révolution, lorsque les fédérés sont levés en 1792 pour défendre Paris contre les ennemis de l’extérieur et éventuellement contre les acteurs des massacres de Septembre. Cette revendication d’une légitimité populaire se retrouve au printemps 1793 lorsque les protestations se font nombreuses contre l’emprise des sans-culottes parisiens et contre les manœuvres des Montagnards. Ce mouvement rencontre celui des Girondins contre les pouvoirs importants des représentants en mission, du Comité de Salut public et du tribunal révolutionnaire. Ceux-ci voient là, les marches qui conduisent au despotisme, et récusent les lois du printemps 17938.

  • 9 Wartelle (F.), « Fédérations montagnardes dans le Nord », Ibidem, p. 66.
  • 10 Article fédéralisme, Dictionnaire Soboul, PUF, 1989.
  • 11 Dupuy (R.), « Le “pseudo-fédéralisme”… » in Colloque Montagnards-Girondins, Paris Sté Études Rob., (...)

7Ce qui se produit en juin-juillet 1793 n’est donc pas fortuit, mais le résultat, inéluctable d’une certaine façon, des questions posées depuis cinq ans. On comprend que le débat se prolonge dans la réclamation plus diffuse d’un « fédéralisme jacobin » lui aussi en marge, si ce n’est en hostilité, à la Convention9, ceci annonçant les affrontements parisiens de l’automne suivant. Entre les assemblées départementales élues, qui perdent peu à peu leur pouvoir, les assemblées primaires qui deviennent une instance capitale, les sociétés populaires devenues arbitres par les luttes et par leur entrée dans des réseaux nationaux, s’ouvre une remise en cause de la Convention porteuse de l’unité et de la légitimité politique. On comprend dès lors que le fédéralisme se confonde avec l’itinéraire des Girondins10. L’exemple de l’Ouest breton11qui réagit dans le droit fil des orientations prises l’année précédente, montre que ce qui se passe en juin 1793 n’est pas de l’ordre d’un hasard mais le résultat de choix politiques. Même si les appartenances peuvent demeurer imprécises, ceux qui peuvent être rassemblés sous le mot « fédéralisme » sont d’abord sensibles au maintien de l’ordre social, à la liberté commerciale, à la représentation parlementaire, et hostiles au pouvoir accru des sans-culottes, ils incarnent, même imparfaitement, même involontairement, une tendance politique qui est l’une des identités fondatrices du pays.

La fausse unité des concommitances

8Cette lecture doit être articulée avec une autre non moins pertinente, qui fait éclater la réalité en multiples facettes. Car le débat autour de la légitimité ne s’est pas tenu clairement et il ne convient pas de l’amalgamer avec des velléités, des provocations, fruits de la coïncidence.

  • 12 Delaporte (Y.), « Un montagnard fédéraliste… » IIIe Congrès des Sociétés savantes, op. cit., p. 13 (...)
  • 13 Slavin (M.), Making an insurrection, p. 17.

9D’une part, les vraies revendications fédéralistes restent minoritaires. Buzot aurait souhaité un fédéralisme, Barbaroux aurait rêvé d’une République du Midi, mais ces souhaits sont hors de la réaction de défense provinciale contre l’emprise parisienne qui se manifeste dans le printemps 1793. D’autre part, si dès le 9 octobre 1792, Barbaroux parle de réunir à Bourges une convention de suppléants – ce que reprend le 1er mai le député Masuyer, avant que Guadet durcisse la position le 18 mai12, ce que disent aussi les administrateurs du département Jura le 24 mai13 – rien ne permet de regrouper sous une seule bannière tous ces mouvements qui semblent converger à partir de juin 1793.

  • 14 Voir Dupuy (R.), op. cit..
  • 15 Dorigny (M.), « les Girondins avant le “Fédéralisme”… », in Paris et la Révolution, op. cit., p. 2 (...)
  • 16 Soboul (A.), thèse op. cit., p. 86.

10Enfin, il est illusoire de penser que Paris est opposé à ce qui serait la province. Un débat essentiel se règle entre les « honnêtes gens » et les « anarchistes », dans le droit fil des fédérations premières qui prétendaient maintenir l’ordre ; il se traduit dans les luttes institutionnelles, puisque les administrateurs départementaux en place depuis les débuts de la Révolution se sentent menacés par les représentants en mission et les Cordeliers ; le tout se conjugue avec la crainte du « monstre » parisien14, lorsque la ville des Lumières devient la ville de la violence et des « anarchistes ». La phrase d’Isnard, prophétisant la destruction radicale de Paris, relève de ce ressentiment. Le revirement des Girondins sur l’image de Paris n’est que l’affirmation claire du refus de la « vile populace15 » sans être lié avec une recherche de légitimité provinciale. Car Paris n’échappe pas à ces querelles. Le 7 juillet la section modérée de la Fraternité envoie deux commissaires à Evreux pour « briser le joug sous lequel gémit la majorité des gens de cette grande cité16 ». Les commissaires parisiens de la section Molière et Lafontaine partent également pour Pacy le 8 juillet et apprenant que « la force armée qui avait pris Pacy avait fait le serment de maintenir la République unie et indivisible, de défendre la liberté et l’égalité… les commissaires n’ayant rien trouvé dans ce sermon qui puisse compromettre la République » proposent le baiser de paix. L’affaire en reste là, suite à un compromis passé devant le Comité de Sûreté général.

11Ceci permet de dénouer les fils d’un mythe entretenu par la mémoire, en soulignant le caractère exceptionnel de la journée du 2 juin 1793 qui rend presque irréaliste l’écriture de l’histoire. Ce jour-là les Lyonnais chassent Chalier de la municipalité tandis que les sans­culottes parisiens obligent les Montagnards au coup d’État contre les Girondins. Les luttes parisiennes trouvent ainsi leur épilogue à l’inverse des luttes lyonnaises, sans être liées les unes aux autres, même si la volonté d’imiter les Lyonnais a été perceptible chez les Girondins parisiens. Cette coïncidence incroyable ne doit pas masquer que ces événements sont de natures, de portées et de rythmes différents. Nîmes, Bordeaux et Marseille se sont déterminés contre les sociétés populaires depuis mai ; Nantes a pris des positions hostiles aux sans-culottes dès le début de l’année et le Conseil général du Jura a dénoncé le15 janvier 1793 les visées de Paris à la « domination universelle ». À Lyon, où le jeu politique est complexe, si les Rolandins investissent les assemblées de section pour s’opposer à la municipalité le 29 mai 1793, il faut attendre le 14 juin pour que Lyon proclame que la souveraineté réside dans les assemblées primaires et non dans la Convention, et c’est le 17 juillet que Chalier est guillotiné. La lutte contre Lyon se met en place lentement, après un mois de flottement, tandis que les républicains s’opposent aux sans-culottes comme aux royalistes. Le siège est d’abord un statu quo, avant l’exécution finale, elle-même variant entre l’indulgence de Couthon et la brutalité de Fouché.

  • 17 Soboul (A.), op. cit., p. 198.

12Des évolutions aussi complexes affectent les mouvements « fédéralistes » de Toulon et de Marseille, qui commencent dans les sections contre les jacobins, évoluent au début juin sous l’effet des échanges nationaux, avant d’éclater sous l’effet de l’arrivée de royalistes et des combats avec les troupes fidèles à la Convention. La répression qui touche ces villes confond devant les tribunaux les révolutionnaires locaux pourtant déjà victimes des insurrections avec les royalistes. Ces délais, ces hésitations et ces calculs se retrouvent lorsque les députés girondins sont emprisonnés, mêlant des membres de la Commission de Douze et des « appelants ». Le fédéralisme n’est désigné comme contre-révolutionnaire et les modérés accusés d’aristocratisme que le 8 juin et il faut attendre le 17 septembre pour que le fédéralisme soit inclus dans la loi des suspects ; ce n’est que le 3 octobre 1793, qu’Amar dénonce la conspiration contre l’unité et l’indivisibilité de la République. L’exécution de 22 Girondins le 31 octobre ne relève pas plus d’une ligne politique claire, mais d’une stratégie des Montagnards face aux pressions des sans-culottes17.

  • 18 Forrest (A.), « Federalism », op. cit., p. 314.
  • 19 Guin (Y.), La Bataille de Nantes, Siloé, Le Mans, 1993.
  • 20 Lyons (M.), Révolution et terreur à Toulouse, Privat, 1980, p. 58-59, 73-77.

13Ce flou est chronologique, idéologique et même politique. Si une soixantaine de départements protestent aussitôt contre le coup du 2 juin, cela reste sans effets, sauf pour une dizaine d’entre eux18, interdisant de prendre au pied de la lettre une telle démarche qui n’est confirmée ensuite par aucune mesure politique ou militaire. Chaque unité se retrouve hostile à Paris pour des raisons spécifiques, guère réductibles dans une visée commune. Les velléités d’unité bretonne contre les anarchistes font long feu. Si les Nantais19 se lancent dans des proclamations, qui les laissent isolés face à Paris et à l’armée restée fidèle à la Convention, c’est à la suite de leur victoire, un peu inespérée sur les vendéens, le 29 juin. Les rivalités locales sont plus fortes qu’aucune ligne politique collective. Lyon ne reçoit pas d’aide de Saint-Étienne, ni des fédéralistes de Clermont-Ferrand, alors que le département du Puy-de­Dôme est hostile aux anarchistes et à la Vendée. Les rivalités entre Évreux, réservée envers la Convention et Bernay, ville radicale, sont plus importantes que l’arrêté du Conseil général de l’Eure contre la Convention du 6 juin. Le « fédéralisme » toulousain est lié à la situation locale et à des traditions de xénophobie20, si bien que le jeu politique protège les individus, et limite les exécutions. Les administrateurs du Jura prennent des décisions impressionnantes, sans se donner les moyens de se joindre avec les autres insurgés, sauf à envoyer quelques matériaux à Lyon. Si les administrateurs de la Drome ne suivent pas les mots d’ordre fédéralistes, ils réclament de leur côté une liberté mais d’obédience jacobine. Les antagonismes traditionnels jouent plus fortement que la volonté commune d’intervention politique, mais la question politique de fond, celle de la légitimité, se pose de la même façon hors des départements insurgés.

14Alors si les forces de Bordeaux n’existent que sur le papier, comme celle de Toulouse, l’ennemi est moins le club de Paris que les radicaux locaux. De féroces réglements de compte bouleversent les hiérarchies politiques et administratives du Jura, provoquant, le 2 juin également, la formation du conseil général de salut public à Lons et le 14 la création d’une force départementale. Dans certains cas, l’amalgame prend plus qu’ailleurs. Bordeaux se trouve impliquée par l’origine de certains des députés « brissotins » comme on les appelait alors et par une proclamation de la ville. À Nantes, le panache des Girondins face aux Montagnards les fait accuser sans preuve de collusion avec les vendéens, qu’ils viennent de repousser. Les journées de juin 1793 rassemblent toutes les évolutions et tous les débats antérieurs en une unité, historiquement artificielle, mais efficace à court terme et créatrice d’une mémoire ; double entonnoir en quelque sorte qui rassemble en faisceaux des logiques diverses sous des ambiguïtés indissociables et génératrices, à leur tour, d’interprétations ouvertes.

La cristallisation à l’œuvre

  • 21 Colloque L’événement, Marseille 1986, Centre méridional d’histoire sociale, Lafitte (J.) éd.

15Le colloque sur l’événement21 avait insisté sur la transformation du fait en événement fusionnant des logiques antérieures et faisant apparaître de nouvelles interprétations ; le fédéralisme relève d’une configuration voisine, mais plus ample, qui cristallise en un ensemble signifiant des faits disparates et provoque des réactions en chaîne justifiant a posteriori les identifications imposées par le langage. Lier ainsi la trahison de Dumouriez à la défaite d’un général dans le département de la Vendée crée une région-témoin, la Vendée ; de la même façon, la naissance du fédéralisme dans la répression et dans l’action, légitime une menace, crée un mouvement. L’effet compte plus que la cause.

  • 22 Forrest (A.), « Federalism », op. cit., p. 310-311.
  • 23 Gerbaud (G.), « Esprit public et police générale dans le district de Clermont-Ferrand », La Révolu (...)
  • 24 Liris (E.), La symbolique de la régénération, Paris 1, Thèse p. 705, 712.
  • 25 Voir Hutt (M.), Chouannerie and Counter-revolution, Cambridge, UP, 1983.

16Le mot « fédéralisme » devient fédérateur et créateur, lorsque l’on voit comment les révolutionnaires de la Drôme, sous la conduite de Payan, refusent de se laisser entraîner dans un mouvement risquant de ne pas être compris autrement que comme un mouvement diviseur. Ceci explique la prudence des clubs de Lille, qui craignent la même étiquette22. L’image créée anticipe la chose, et explique les faits à venir, d’autant plus facilement que la répression justifie l’ensemble. Dans le Puy-de-Dôme, qui n’avait pas voulu se joindre à Lyon, le retournement se réalise par Couthon – avec peu d’exécutions23. Dans la Nièvre, Fouché s’enflamme contre le monstre du fédéralisme qui voulait « consumer la liberté par le feu de la guerre civile24 » et fait exécuter, sans jugement, 32 personnes suspectes d’avoir participé à l’insurrection de Lyon. À la suite des chocs successifs qui ont précisé les contours des groupes girondins et montagnards et qui en ont figé les contenus, le choc fédéraliste provoque des ruptures qui ne peuvent pas être vues uniquement sous l’angle de la nécessité, mais de la contingence. La carrière de Puisaye, adjoint du général Wimpfen, vaincu à Pacy, ne doit pas être expliquée par son rôle dans la chouannerie à partir de 1794, mais dans la suite des engagements révolutionnaires jusqu’en 1792, jusqu’à sa défaite électorale pour la Convention et son refus des massacres de septembre. Il se range parmi les royalistes modérés, en butte à l’hostilité des émigrés et des frères du roi25. Lorsque les royalistes modérés viennent participer à l’insurrection de Lyon, ou lorsqu’ils profitent de la situation marseillaise ou toulonnaise, ils ne font que leur tâche de contre-révolutionnaires organisés en profitant des aubaines créées par les troubles. Toute cette histoire permet moins de tirer des conclusions rapides sur le fédéralisme, qu’elle n’apprend des revirements d’individus comme Fouché, principal instigateur des exécutions de masses à Lyon, qui se refait une virginité politique en chargeant Collot d’Herbois ensuite et en faisant oublier sa propre participation aux massacres. Il ne convient pas d’être dupe des accusations postérieures portées par ce genre de « girouettes ».

  • 26 Cobb (R.), Terreur et subsistance, Clavreuil, 1964, p. 57.
  • 27 Cobb (R.), ibid., p. 5-15, 51.
  • 28 Lyons (M.), op. cit., p. 65.

17Cependant, il faut garder en mémoire que la période, précisément parce qu’elle est révolutionnaire, ne peut pas permettre d’autres modes de fonctionnement mental. Richard Cobb insiste sur ce sentiment de « vivre en Révolution », qui fait que le pouvoir est détenu par des minorités agissantes dans des circonstances dramatiques et urgentes, entraînant des jugements distordant la réalité et des propos exagérés (« tout est permis pour ceux qui agissent dans le sens de la Révolution26 »). L’homme révolutionnaire vit dans le provisoire, tandis que le souvenir de la violence insiste sur la permanence27 ce qui fausse la perspective. Cette violence se trouve dans toutes les proclamations, qui dramatisent à l’excès, même et peut-être surtout lorsqu’elles ne sont pas suivies d’effets pratiques. C’est le cas de la création d’une force départementale dans le Jura, dès le 14 juin, et de l’alignement ensuite de 56 000 hommes qui restent sur le papier ; c’est l’annonce à Toulouse, en juin 1793, que 15 000 hommes sont prêts à marcher sur Paris, alors qu’il n’y en a que 14628 ; ce sont les départs de troupes bordelaises, dispersées rapidement dans les vignobles… tout ceci entraîne des paniques, justifie des mesures de rétorsion, enfin permet de masquer sous la rhétorique des répressions injustifiables – qui enracinent elles-mêmes de nouvelles croyances. Une boucle se ferme sur les propos exagérés et mal maîtrisés, sur les peurs entretenues, créant les conditions d’une radicalisation qui ne trouve ses limites que dans la rupture brutale de ce langage et de cette surenchère.

18L’historiographie se trouve à l’aise ensuite dans un tel champ mêlant paroles, agressions véritables et luttes politiques majeures. Le fédéralisme a été transformé en symbole, le lien avec la Contre-Révolution suffisamment attesté à Toulon par exemple, pour que le raisonnement ne porte plus sur ce qui a conduit à la constitution d’un pareil champ interprétatif, mais sur la recension d’arguments justifiant des partis pris, enracinés dans les exemples donnés en 1793. Selon l’optique adoptée, il est aisé de trouver des arguments capables de justifier la valeur républicaine des uns, ou d’insister sur les menaces objectives sur l’unité du pays. La postérité du mot, sa confusion avec la Gironde, et même le département, a conduit à la tenue d’un colloque sur ce thème à Bordeaux prenant en compte toutes les acceptions du mot à part égale.

19Cet épisode mérite alors d’être compris dans son importance pour l’histoire en général et pour l’histoire de la Révolution en particulier. L’histoire est une science des effets, travaillant sur les ombres portées, l’historien trouve des paternités à des événements qui furent d’abord des moments intenses de cristallisation, transmuant dans leur violence initiale les éléments anciens qui avaient permis la rencontre improbable. La méthode historique n’est pas à répudier, l’explication des causalités est toujours nécessaire, mais elle doit inclure cette incandescence qui invente des significations nouvelles et bouleverse les modes de pensée. Le fédéralisme est sans doute, mieux que la Vendée, parce que ses conséquences sont moins dramatiques, une des illustrations exemplaires de ce jeu d’ombre, qui ne sont pourtant pas des jeux vains. Déjà Lally-Tollendal avait estimé, à propos de la Grande Peur que la réalité n’était pas ce qui s’était passé, mais ce qui s’était dit. L’invention du fédéralisme correspond à tous ces apprentissages politiques accomplis par notre pays au moment où le mot Révolution se met à changer lui-même de sens pour devenir l’une des catégories essentielles du patrimoine politique de l’humanité. Le fédéralisme participe ainsi de cette invention du politique qui est incontestablement la caractéristique de la Révolution française.

Notes

1 Publié « Approches du fédéralisme pendant la Révolution française », Les Fédéralismes, réalités et représentations, 1789-1874, Université de Provence, 1995, p. 321-329.

2 Existe-t-il un fédéralisme jacobin, op. cit..

3 Forrest (A.), « Le Fédéralisme », in Lucas (C.), The Political culture… op.cit., p. 309-328.

4 Furet (F.), Ozouf (M.), dir., La Gironde et les Girondins, Payot, 1991, la section consacrée à l’historiographie.

5 Le Cour Grandmaison (O.), « Fédération, nation et conscience nationale », in Paris et la Révolution, Vovelle (M.) dir, Publication de la Sorbonne, 1989, p. 279.

6 Exemple notamment en Anjou.

7 Voir les officiers municipaux de St-Lumine de Coutais, in « Les massacres de Machecoul » supra.

8 Di Padova (T. A.), «The Girondins and the question of revolutionnary government », French historical studies, 1976, p. 432-450.

9 Wartelle (F.), « Fédérations montagnardes dans le Nord », Ibidem, p. 66.

10 Article fédéralisme, Dictionnaire Soboul, PUF, 1989.

11 Dupuy (R.), « Le “pseudo-fédéralisme”… » in Colloque Montagnards-Girondins, Paris Sté Études Rob., 1975.

12 Delaporte (Y.), « Un montagnard fédéraliste… » IIIe Congrès des Sociétés savantes, op. cit., p. 132.

13 Slavin (M.), Making an insurrection, p. 17.

14 Voir Dupuy (R.), op. cit..

15 Dorigny (M.), « les Girondins avant le “Fédéralisme”… », in Paris et la Révolution, op. cit., p. 285- 292.

16 Soboul (A.), thèse op. cit., p. 86.

17 Soboul (A.), op. cit., p. 198.

18 Forrest (A.), « Federalism », op. cit., p. 314.

19 Guin (Y.), La Bataille de Nantes, Siloé, Le Mans, 1993.

20 Lyons (M.), Révolution et terreur à Toulouse, Privat, 1980, p. 58-59, 73-77.

21 Colloque L’événement, Marseille 1986, Centre méridional d’histoire sociale, Lafitte (J.) éd.

22 Forrest (A.), « Federalism », op. cit., p. 310-311.

23 Gerbaud (G.), « Esprit public et police générale dans le district de Clermont-Ferrand », La Révolution dans le Puy-de-Dôme, Paris, 1972, p. 13-43.

24 Liris (E.), La symbolique de la régénération, Paris 1, Thèse p. 705, 712.

25 Voir Hutt (M.), Chouannerie and Counter-revolution, Cambridge, UP, 1983.

26 Cobb (R.), Terreur et subsistance, Clavreuil, 1964, p. 57.

27 Cobb (R.), ibid., p. 5-15, 51.

28 Lyons (M.), op. cit., p. 65.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search