Version classiqueVersion mobile

Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1989

 | 
Jean-Clément Martin

2e partie. Enjeux et notions

Recherche contre-révolutionnaires, désespérément1

Texte intégral

  • 1 Publié « Recherche contre-révolutionnaire désespérément », Hérodote, n° 50-51, 1989, p. 195-200.

1La pratique étant établie de représenter à l’aide de cartes les opinions politiques, telles qu’elles s’expriment au gré des élections, peut-on utiliser cette méthode pour localiser, sur une carte de France, les zones où se trouvaient partisans et adversaires de la Révolution française, puisque, à l’évidence, au moins dans le camp du refus de la Révolution, des régions semblent maintenir depuis près de deux siècles des sentiments durables ? La question peut paraître purement technique, voire inutile, pourtant la logique introduite par ce procédé achoppe sur des difficultés liées à la complexité de l’histoire. Situer géographiquement des « contre-révolutionnaires », est-ce vraiment prendre en compte des réalités politiques régionales ; n’est-ce pas plutôt être prisonnier d’un discours et prendre un effet pour une cause ?

  • 2 Agulhon (M.), La République au village, Paris, Plon, 1970.

2Tout semble simple a priori. La Vendée a refusé la République pendant longtemps, et elle s’est inscrite à droite depuis, avec constance. D’autres exemples de pérennité politique venue des attitudes adoptées pendant la Révolution justifieraient aussi la cartographie : le Finistère sud, « bleu » en 1793, est resté à gauche ensuite, tandis que le Finistère nord, insurgé en 1793, penche régulièrement à droite. D’autres cas pourraient être cités, attestant que du refus ou de l’acceptation initiale de la Révolution découleraient grosso modo les attitudes politiques d’aujourd’hui, via les luttes du xixe siècle ; l’exception qui confirmerait la règle, seraient ces Varois étudiés par Maurice Agulhon, « blancs » en 1792-1793, passant au « rouge » en 18512.

  • 3 Siegfried (A.), op. cit..
  • 4 Enquête nationale, Blancs et Rouges, dirigée par Furet (F.), Pouvoirs, n° 42, 1987 consacré à « La (...)

3Qu’il y ait des régions « de droite », « de gauche », dont les orientations dépendent des événements de la période révolutionnaire n’est pas contestable. André Siegfried3 en avait donné une démonstration impressionnante et des enquêtes plus récentes4 montrent comment, localement, des traditions rejouent et façonnent les communautés qui réinvestissent, à chaque époque, les querelles de leurs ancêtres. La carte enregistrerait donc les résultats de l’histoire.

  • 5 Carte tirée du livre dirigé par Vovelle (M.), L’État de la France, op.cit., p. 251.

4Reste à repérer les événements qui servent de test. L’année 1793 qui vit la radicalisation des affrontements et la naissance de mouvements régionaux hostiles aux Montagnards permettrait que des zones se dessinent, isolant les contre-révolutionnaires des révolutionnaires, donnant une idée des France du refus. L’idée est bien connue. Depuis longtemps déjà, des manuels universitaires et scolaires ont popularisé cette image d’un Bassin parisien protégeant l’idéal révolutionnaire contre les provinces hostiles, et dans lesquelles sévissent le fédéralisme, la Vendée, la chouannerie. La carte jointe témoigne de cette habitude5. Précisons qu’il n’est pas question de chercher noise à son auteur, qui, entend seulement repérer les différents théâtres militaires sur lesquels la Révolution montagnarde dut vaincre pour ne pas mourir.

5Ceci posé, ces différentes insurrections étant l’expression la plus simple et la plus éclatante du refus de la Révolution, pourquoi ne pas se fonder sur elles pour chercher une régionalisation de la Contre-Révolution ? L’exemple de la Vendée (qui désigne la guerre au sud de la Loire) et de la chouannerie (au nord du fleuve) permet de comprendre. Les deux révoltes ont une même origine socio-politique : le mécontement rural face aux mesures politiques, économiques, religieuses de la Révolution rencontre la résistance des clercs et les menées souterraines des contre-révolutionnaires avérés. Mais le déroulement proprement historique des événements transforme ce qui se passe au sud de la Loire en une guerre civile, qui dure près de deux ans, créant une véritable région insurgée, détachée du reste du pays, ce qui ne se produit pas au nord du fleuve – ni en aucun cas sur le reste du territoire. Surtout, la Vendée a été promue à l’existence du fait des errements répétés des partisans de la Révolution. Leur plus grande adresse dans d’autres régions a interdit que pareille guerre ne s’y déroule, alors que ces zones ont pourtant connu des insurrections analogues à celles qui ont fait débuter la Vendée. Ainsi dans la première quinzaine de mars 1793, le Finistère nord, le Nord, l’Alsace centrale, les environs du Puy – pour prendre quatre cas d’importance – ont-ils subi une répression immédiate, interdisant aux ruraux de prolonger leur révolte. La brièveté de ces épisodes n’incite pas à leur donner une représentation cartographique qui figerait ce qui ne fut qu’un éclat. Pourtant leur absence ne permet pas de comprendre l’étendue et l’importance du refus de la Révolution par les ruraux de nombreuses régions. Peut-on cartographier des opinions qui n’ont pas pu s’exprimer ?

LA FRANCE EN GUERRE (1793-1794)

LA FRANCE EN GUERRE (1793-1794)
  • 6 Existe-t-il un fédéralisme jacobin ?, op. cit., 1986 ; Lucas (C.), The Structure of the Terror, Ox (...)

6La représentation du fédéralisme pose un autre problème. S’il y eut bien rejet de la Montagne à Lyon dès juin 1793, puis tentative fédéraliste de Saint-Étienne à la Franche-Comté, liaison entre fédéralistes et contre-révolutionnaires à Marseille et à Toulon, les événements de Bordeaux et de Normandie n’eurent pas le même degré de gravité – même si au xixe siècle, tous ces fédéralistes furent baptisés Girondins ! Dans ces deux derniers cas, il n’y eut que le regroupement de quelques centaines d’hommes, sans réel appui populaire, sans véritable programme politique. L’armée normande se dispersa aux premiers coups de fusil et la répression fut modérée. Les Bordelais furent encore plus inconsistants. Ailleurs, la situation a été plus critique, mais encore faut-il nuancer. Malgré la proximité, il n’y eut pas de lien entre révoltés lyonnais et stéphanois, et les mesures proposées par les fédéralistes de Franche-Comté ou de l’Ain demeurèrent théoriques, sans prendre consistance. Sur la côte provençale, l’amalgame avec la contre-révolution royaliste et avec les Anglais fut conjoncturel, dans un climat de luttes, en dégradation constante depuis 1790. Dans tous les cas, il n’y eut pas d’affrontement tranché. Des délais furent donnés aux Lyonnais, des tractations eurent même lieu entre représentants parisiens des sections et fédéralistes normands. La couverture zonale (seule possible pour exprimer ce qui peut passer pour un mouvement provincial) trompe sur la réalité de l’insurrection, qui n’a jamais eu (sauf à Marseille et à Toulon) l’importance des événements de l’Ouest6. Faut-il alors cartographier des opinions dont l’expression ne correspond pas à une réalité régionale ?

  • 7 Godechot (J.), La Révolution française dans le Midi toulousain, Toulouse, Privat, 1986 ; voir les (...)

7Ainsi se confondent des oppositions régionales profondes, des refus sourds transformés en guerre ouverte et des mouvements politiques affectant des élites. Leur seule unité viendrait en définitive de la dénonciation qui en a été faite par les Montagnards et les sans-culottes parisiens, les amalgamant dans la Contre-Révolution contre laquelle ils se mobilisaient. Paris étant tenu fermement, les rebellions ne pouvaient se développer que sur les marges, illustrant l’équation : la Révolution et la France du progrès sont à Paris, la Contre-Révolution et la division sont en province ! 1793, par ses conflits internes, ses événements, expliquerait en dernier ressort ces insurrections régionales. Car la Contre-Révolution militante et clandestine fut, de 1790 à 1799, beaucoup plus efficace que partout ailleurs dans la vallée du Rhône, puis dans le Languedoc et le Toulousain7. Mais la cartographie ne peut pas rendre ce qui est resté à l’état latent. L’opinion contre-révolutionnaire a pu être étouffée par la présence de troupes efficaces qui ont interdit toute manifestation.

8Ainsi, faudrait-il établir des distinctions entre les zones :

  • passées à la contre-révolution sur des revendications rurales,
  • en totalité (Vendée)
  • en partie (Bretagne)
  • incapables de déboucher dans une opposition organisée malgré des tentatives d’insurrection
  • brèves (Finistère, Alsace, Nord),
  • plus durables (Lozère)
  • orientées contre la Montagne mais pas contre la Révolution
  • réduites aussitôt (Normandie ou Bordelais)
  • ou investies ensuite par la Contre-Révolution (Lyonnais, Provence)
  • clairement hostiles à la Révolution depuis 1790
  • active (Vallée du Rhône selon un découpage compliqué)
  • ou latente (Toulousain).

9Ajouter d’autres cartes, présentant la France à des dates antérieures et postérieures ne résoudrait rien. 1793 a l’avantage de présenter une situation de guerre, dans laquelle les partis paraissent établis. On ne trouve pas cette réalité à l’identique avant ou après. Comment représenter sur une même carte, pour les années 1790-1792, les camps de Jalès, les violences paysannes du Quercy et du Lot, les séditions charentaises, les tueries entre protestants et catholiques de Montauban, ou de Nîmes, les émeutes de Vannes, de Bressuire, du Finistère et de la Mayenne, les occupations de Marseille, d’Arles, et les journées de Lyon ? Comment intégrer l’appui ouvert donné par des Lorrains aux Prussiens entrant à Verdun et à Saint-Mihiel ?

10Tous ces mouvements ne sont pas de même nature. Les uns relèvent vraiment de la Contre-Révolution politique, les autres ne sont que des jacqueries paysannes. La distinction n’est pas aisée : les premiers camps de Jalès amalgament ces deux dimensions. Les massacres entre protestants et catholiques annoncent, de fait, les choix devant la Révolution ! La présence, ou l’absence, d’adversaires déterminés semble enfin expliquer la diversité des impacts et des résonances. Là où la Révolution est portée par des partisans radicaux (le Midi, l’Ouest), les émotions populaires, réprimées aussitôt, prennent des proportions, et surtout des résonances, qu’elles n’ont pas ailleurs. Les troubles seraient d’autant plus difficiles à localiser qu’ils ne désignent pas, du seul fait de leur existence constatée, l’activité de populations clairement contre-révolutionnaires, mais qu’ils renvoient à des situations complexes, dépendant largement des conditions locales, indépendamment donc du cadre national, qui attribue d’autres valeurs.

  • 8 Tackett (T.), op. cit..
  • 9 Le livre de Plongeron (B.), Conscience religieuse et révolution, Paris, Picard, 1969 est toujours (...)

11Cette situation est illustrée de façon exemplaire par la question du serment imposé aux ecclésiastiques, qui n’offre pas de possibilité simple à la cartographie8. La complexité des prestations – délais, restrictions, reniements – ne peut pas être évacuée, rendant une systématisation nationale toujours fragile9. Lorsqu’elle a été tentée, elle ne présage pas de l’opinion des populations. Sans doute, la vallée du Rhône, l’Ouest, le sud-est du Massif central se caractérisent-ils par une faible proportion d’assermentés, mais pas moins que le Nord, l’Alsace, le sud-ouest du Bassin aquitain, qui n’ont pourtant pas été marqués par des insurrections importantes. Ce n’est pas la température politique qui est prise au travers de cette carte, mais la rencontre hasardeuse de traditions religieuses avec un impératif politique !

12Ce sont les événements même de la Révolution française qui posent problème. Certes, il est possible de les identifier par un lieu et par une date, mais il est beaucoup plus incertain de leur assigner une signification qui lierait de façon univoque leur déroulement à une cause et à une conséquence. Ce n’est pas parce qu’il y eut des mécontents de la Révolution qu’il y eut des insurrections, puisque nous savons que tous les mécontents n’ont pas pu se soulever. Ce n’est pas parce qu’elles étaient hostiles à la Révolution que des villes se sont insurgées, puisque nous savons que certaines localités ont tenté des résistances limitées aux emprises des révolutionnaires maximalistes, pour défendre une autre idée de la Révolution.

13La liaison déterminante n’a pas été :

  • cause, événement, ce qui permettrait de cartographier un fait pour renvoyer à une réalité sous-jacente, mais bien plutôt :
  • événement, lecture donnée par les révolutionnaires au pouvoir, conséquences10.

14Cartographier ce qui a été repéré comme contre-révolution, c’est alors accepter le discours des révolutionnaires parisiens de 1793-1794, avec ce que cela veut dire de rupture affichée entre des camps, alors que la réalité des faits de l’époque n’avait pas ce tranchant.

15Une telle cartographie participe, à certains égards, de cette fabrication de la France coupée en deux, telle qu’elle est sortie de la période 1789-1799. Des régions ont été marquées comme contre-révolutionnaires, punies comme telles, et de ce traumatisme, qui prit parfois la forme d’exécutions massives, est né un rejet durable de tout compromis avec la Révolution et les régimes proches de l’idéal révolutionnaire. La Vendée en est certainement le meilleur exemple, mais il faut penser aussi à une partie de la Bretagne, au Nord, au Lyonnais, à la Provence.

16Ce n’est certes pas le lot de toutes les époques d’avoir inventé des luttes politiques et sociales et d’avoir changé la signification des repères établis. De ce point de vue, la période révolutionnaire cumule les innovations, employant un langage inédit, fluctuant même selon les années, codé selon les groupes et les intérêts. Peut-être faut-il se contenter de représenter seulement les faits, identifiés par leurs coordonnées de temps et d’espace, sans vouloir leur attribuer une épaisseur sociale qu’ils recevront davantage des siècles suivants. Ce serait ainsi la confirmation par l’impossible que la Révolution française a bien été la coupure initiale – initiatique – de notre société.

Notes

1 Publié « Recherche contre-révolutionnaire désespérément », Hérodote, n° 50-51, 1989, p. 195-200.

2 Agulhon (M.), La République au village, Paris, Plon, 1970.

3 Siegfried (A.), op. cit..

4 Enquête nationale, Blancs et Rouges, dirigée par Furet (F.), Pouvoirs, n° 42, 1987 consacré à « La Tradition » ; CNRS, Université de Caen, Géographie sociale, L’Ouest politique, 75 ans après Siegfried, Caen, 1987.

5 Carte tirée du livre dirigé par Vovelle (M.), L’État de la France, op.cit., p. 251.

6 Existe-t-il un fédéralisme jacobin ?, op. cit., 1986 ; Lucas (C.), The Structure of the Terror, Oxford University Press, 1973.

7 Godechot (J.), La Révolution française dans le Midi toulousain, Toulouse, Privat, 1986 ; voir les analyses régionales in M. Vovelle, op. cit..

8 Tackett (T.), op. cit..

9 Le livre de Plongeron (B.), Conscience religieuse et révolution, Paris, Picard, 1969 est toujours essentiel.

10 Sur l’événement à comprendre par ses conséquences et non par ses causes, voir Barret-Kriegel (B.), « Histoire et politique, ou l’histoire science des effets », AESC, n° 6, 1973, p. 1437-1462.

Table des illustrations

Titre LA FRANCE EN GUERRE (1793-1794)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17402/img-1.png
Fichier image/png, 880k

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search