Version classiqueVersion mobile

Révolution et Contre-Révolution en France de 1789 à 1989

 | 
Jean-Clément Martin

1re partie. Violences et martyrs

Massacres : Vendée au XVIIIe siècle, pendant la deuxième Guerre mondiale, en Amérique latine au XXe1

Texte intégral

  • 1 Publié « Massacres en Vendée au xviiie siècle, pendant la Deuxième guerre mondiale, en Amérique la (...)

1L’importance des massacres de populations civiles, pendant la guerre de Vendée commis par les soldats des armées de la République ne cesse pas de faire problème. En 1794, les actions des colonnes de Turreau se signalent par leur férocité : massacres aveugles et désordonnés de villageois, indépendamment de leurs opinions réelles, viols et vols réguliers, incendies de villages et de récoltes. Cette violence jette le discrédit sur le sens de la Révolution, car les responsabilités immédiates de généraux (comme Turreau) de représentants du peuple (comme Carrier ou Francastel) sont indéniables et semblent s’accorder avec les recommandations de la Convention.

  • 2 Sécher (R.), Le génocide franco-français, PUF, 1985.
  • 3 Voir AESC, 1986, « Guerre de Vendée, nouvel épisode », Annales de Bretagne et P.O., 1986, n° 3, p. (...)
  • 4 Surtout Kershaw (I.), Qu’est ce que le nazisme, Gallimard, Folio, 1992.

2Les comparaisons n’ont pas manqué qui ont vu dans tel massacre la prémonition d’Oradour, ou qui ont qualifié l’ensemble de génocide2. Le propos n’est pas de raviver des querelles ouvertes dans l’outrance et dans l’imprécision3, mais de chercher ce qui, dans l’Histoire contemporaine, peut se rapprocher de ce qui a été vécu en Vendée. Les travaux historiques sur la guérilla et les guerres civiles, comme « l’Historikerstreit4 » qui bouleversa récemment l’Allemagne des historiens rend possible et nécessaire des comparaisons dénuées de partis pris idéologiques, pour proposer des cadres de pensée scientifiques.

3Cette perspective abandonne le principe de l’exhaustivité. Étape dans la compréhension, elle s’appuie sur des éléments directement requis pour la démonstration : massacres commis pendant la deuxième guerre mondiale sur des civils français ou grecs et massacres de ruraux perpétrés en Amérique latine dans les récentes guérillas. Ces exemples sont tirés de guerres qui n’ont pas le même arrière-plan politique, ils se situent pourtant à l’intérieur d’une réflexion en cours sur la Révolution française, amenant à confronter les faits passés à des notions susceptibles d’apporter de nouveaux éclairages et permettent de mettre en valeur, par analogie ou par antithèse, les spécificités de la guerre en Vendée. Trois pistes ont été empruntées : d’abord une comparaison avec des tueries de la IIe guerre mondiale, ensuite une réflexion sur le génocide, enfin une comparaison avec la répression des guérillas d’Amérique latine, en espérant apporter une approche dépassionnée et cohérente.

Soldats ou soudards ?

  • 5 Loverdo (C. de), La Grèce au combat, Calmann-Lévy, 1966 ; Die Zeit, n° 50, 7/12/1990 ; Loulet (J.) (...)
  • 6 Voir reportage Die Zeit, n° 10, 2/3/1990. Merci à T. Buron.
  • 7 Weingartner (J. J.), « Massacre at Biscari », The Historian, nov. 1989, 52, n° 1, p. 2439. Autre e (...)
  • 8 VLAVIANOS (H.), « The greek Communist Party : in search of a revolution », in Tony Judt, Resistanc (...)

4Il est tentant de rapprocher les dévastations des colonnes infernales des exécutions que commettent les soldats allemands dans de nombreux villages grecs5, notamment à Kalavryta le 1er décembre 1943, où ils tuent plus de 1 000 hommes de 16 ans à 70 ans (mais sans doute de 12 ans à 80), inaugurant une longue série de massacres, qui s’étend du 25 juillet 1943 au 10 juin 1944. Au cours de l’un d’eux un prêtre est décapité et des bébés mis à mort. À cela, il convient d’ajouter les exécutions à froid des soldats italiens faits prisonniers dans l’île de Céphalonie. Quelles explications retenir ? Dans un contexte militaire de plus en plus difficile, face à des opérations de résistance de plus en plus efficaces, les soldats allemands s’engagent dans une répression de plus en plus grande. Kalavryta suit, à quelques mois près, une défaite infligée aux Allemands par les résistants grecs qui ont exécuté des soldats prisonniers et se sont dissimulés non loin de la ville. La tuerie des Italiens suit un autre échec militaire et se déroule alors que la crainte de voir les anciens alliés passer à l’ennemi est grande. Domine la tension permanente dans laquelle vivent ces hommes, soumis aux ordres, entrainés à tuer, redoutant de plus en plus l’environnement dans lequel ils se trouvent6. Ainsi, les troupes américaines du général Patton exécutent-elles le 10 juillet 1943 d’une balle dans la tête entre 30 et 70 prisonniers italiens, à la suite d’une tension extrême qui a déshumanisé leurs prisonniers et qui les pousse à cet acte pour frapper les imaginations7. Sans doute ces faits peuvent-ils être rapprochés de l’exécution de 4 000 otages (sur 35 000 prisonniers) par les forces armées du parti communiste grec les 56 janvier 1945 lors de leur retraite d’Athènes8. On comprend cependant que, sortis de ces situations particulières, légitimées à leurs yeux par l’urgence éprouvée et sous la pression des supérieurs, les soldats retrouvèrent un autre contexte guerrier, se conduisirent différemment, redevenant respectueux de codes moraux.

  • 9 Farmer (S.), Oradour : arrêt sur mémoire, Paris, Calmann-Lévy, 1994.
  • 10 Théolleyre (J.M.), Procès d’après-guerre, Paris, La Découverte Le Monde, 1985, p. 134169.

5L’exemple d’Oradour, dont le bourg est incendié et la population anéantie le 10 juin 19449, permet de comprendre ce genre de situation. L’analyse est facilitée par le procès10 qui a été intenté, en 1953, à d’anciens soldats estimés responsables, parmi lesquels se trouvaient de jeunes Alsaciens, incorporés dans la troupe nazie. L’organisation méthodique du massacre par une troupe, prise dans un processus de représailles ressort avec clarté. Les soldats, entraînés depuis des mois à semer la terreur et à appliquer des ordres, ont été prévenus qu’ils auront à faire « des combats acharnés », les officiers leur donnant une fausse idée de la résistance. La distribution abondante de vin a été réalisée auparavant et l’allocution du lieutenant Barth : « aujourd’hui vous verrez couler du sang », se sont seulement ajoutées à l’apprentissage dans les Jeunesses hitlériennes, aux habitudes telles que les soldats tuent d’eux-mêmes, certains tirant au jugé, chacun ignorant la réalité globale de l’événement, manifestant une insensiblité à l’horreur des actes qu’ils exécutent ou qu’ils voient réaliser.

  • 11 Pour reprendre une formule de H. Arendt.
  • 12 Browning (C.), Des hommes ordinaires, Paris, Belles Lettres, 1994.

6Dans tous ces massacres, la question de la responsabilité individuelle est délicate. Ainsi un soldat de 18 ans se doute bien que les ordres donnés outrepassent ce qui est nécessaire, mais il les applique. Cependant à Oradour, les témoins rapportent qu’un enfant de 8 ans n’a pas été tué par des soldats cachés qui exécutent cependant un homme à ses côtés, comme à Kalavryta, où un jeune soldat laisse sortir de l’école les femmes et les jeunes enfants, leur sauvant la vie. Dans le procès lié à Oradour, les jurés, estimant que les soldats ont participé d’une façon ou d’une autre à la tuerie, condamnent les Alsaciens à des peines de prison – qu’ils ne subiront pas jusqu’à leur terme mais pour d’autres raisons. De son côté, la jurisprudence belge avait accepté, en 1950, de considérer que le soldat ne peut pas résister à un ordre sous peine d’être lui-même mis à mort. Le passage entre soldat et soudard est manifestement trop aisé, incitant l’observateur à reconnaître dans tous ces actes « cette banalité du mal11 » qui peut être appliquée par des « hommes ordinaires » dans certaines conditions12. Faut-il rappeler ce que Hubert Beuve-Méry écrivit dans Le Monde du 13 mars 1957 à propos des dénonciations de torture en Algérie :

  • 13 Cité par Rioux (J.P.), La France de la Quatrième République, Paris, Point, Seuil, 1983, n° 16, p. (...)

« Dès maintenant, les Français doivent savoir qu’ils n’ont plus tout à fait le droit de condamner dans les mêmes termes qu’il y a dix ans les destructions d’Oradour et les tortionnaires de la Gestapo13 ».

  • 14 Martin (J.C.), Lardière (X.), Le Massacre des Lucs, Geste Ed. 1992.

7On reconnaît aussi ces soldats de la Révolution, écœurés de ce qu’ils voient et qui parfois adoptent des politiques aberrantes pour échapper aux ordres, en ne les appliquant qu’à demi, comme Haxo, ou en les exagérant, comme Duquesnoy14. On reconnaît enfin la spirale éternelle de la menace et de la répression. Dans la deuxième guerre mondiale, la politique de représailles est systématique, pour chaque soldat allemand tué, 15 civils sont exécutés en Grèce. Pendant la Révolution, les soldats devaient tuer tous les « brigands » rencontrés en armes sur leur route, comme ils savaient également qu’ils seraient tués en s’écartant de leurs colonnes. La responsabilité de l’État étant à discuter ailleurs, il s’agit là de crimes de guerre, et la jurisprudence mesurée appliquée à l’égard des Alsaciens d’Oradour mérite d’être méditée.

Terreur, génocide ?

  • 15 Manwell (R.) et Fraenkel (Heinrich), Le Crime absolu, Paris, Stock, 1967.
  • 16 Katz (S. T.), « …Issues in the comparative historical analysis of the Holocaust », Holocaust and G (...)
  • 17 Chalk (F.), « Definitions of Genocide and their implications for prediction and prevention », Holo (...)

8Le rôle joué par l’État et par les officiers généraux relèvent d’une autre logique. Insister sur les lois et les mots d’ordre permet de faire la comparaison avec le génocide commis par les nazis et de poser la question du sens des mots. Cette question déborde le cas de la Vendée, car l’imprécision des termes conduit fréquemment à mettre sous le vocable « génocide » des tueries de masse qui dénaturent le sens : certains auteurs15 parlent de « génocides » à propos des Albigeois, ou des Koulaks, en passant par les atrocités commises par Colomb et par l’esclavage des Noirs. Depuis son invention et sa diffusion, le mot génocide n’est plus à comprendre seulement en fonction des critères que lui avait attribués Lemkin, mais selon des interrogations plus précises : « qui décide ? » « pourquoi ? », qui mieux que la question « comment16 », évitent tout amalgame entre crime de guerre, tueries de masse et crime contre l’humanité. Le rôle de l’État est primordial en ce qu’il promeut une idéologie identifiant clairement l’ennemi à détruire et que la consigne est suivie par les différents niveaux hiérarchiques. Sans cette intentionnalité idéologique appliquée à un groupe bien délimité, la notion de génocide n’a pas de sens17.

  • 18 On peut aussi douter de la pureté du débat sur le génocide, en se demandant si cette accusation ne (...)
  • 19 Kershaw (I.), op.cit. ; Thalmann (R.), « 20 janvier 1942, le protocole de Wannsee… » in A. Grosser (...)
  • 20 Qui insiste sur les martyrs et donne sens d’emblée.

9Le débat historiographique actuel18 met en cause l’intentionnalité d’Hitler lui-même dans le déroulement des opérations de destructions des Juifs. Sans minimiser sa responsabilité morale, les historiens allemands insistent sur les aléas de la mise en place de la « solution finale », démontrant que les subordonnés activèrent les éliminations physiques, pour trouver une solution à leur problème administratif, ou pour évincer des rivaux dans l’organisation, ou encore pour satisfaire leurs propres envies de massacre. Le génocide ne fut pas la seule suite logique de la philosophie délirante d’un homme, mais l’application durable d’une politique collective, assumée dans les tiraillements internes19. Cette révision historiographique maintient l’emploi du mot « génocide » tout en ne faisant plus du nazisme un bloc intangible, mais en insistant sur l’adhésion de nombreux individus à une même idéologie, qui est appliquée peu à peu. Elle est en outre critique envers la mémoire qui préfère « holocauste20 » à génocide. Ces exemples et ce souci de définition peuvent être adaptés à la Révolution et à la Contre-Révolution.

  • 21 Dernier en date, le livre d'A. gérard, La Vendée, Paris, Champ Vallon, 1993. Voir Kaplan (S.), Adi (...)
  • 22 On reconnaît l’évolution de R. Sécher depuis le livre de 1985 à celui consacré à Babeuf (avec J. J (...)
  • 23 Martin (J.C.), La Vendée et la France, op. cit., « Vendée contre Révolution et révolutionnaires co (...)
  • 24 Le Maine-et-Loire n’est pas reconnu comme partie de la Vendée, dans l’oubli du rôle des Mauges. Mê (...)
  • 25 Higonnet (P.), Class, idology and the right of nobles during the French Revolution, Oxford, Claren (...)

10Vouloir trouver une identité « vendéenne » préexistante à la guerre et affirmer que c’est contre une entité particulière (religieuse, sociale… raciale21 !) que la Révolution s’est acharnée permet évidemment de parler de destruction systématique, qu’il soit appelé génocide ou populicide22. C’est oublier que la « guerre » de Vendée est apparue dans un contexte de surenchère politique, qu’elle a trouvé sa véritable efficacité dans les luttes politiques partisanes entre Girondins, Montagnards et Sans-culottes, que cette situation dramatique a duré jusqu’en 179423. L’unité même de la Vendée militaire n’a jamais été réalisée, tandis que les caractéristiques sociales ou religieuses de la région ont été partagées par le centre du Morbihan, le nord du Finistère, et de nombreuses autres régions passées à la Contre-Révolution ; le simple terme « Vendée » a été réservé de fait à la Vendée départementale (notamment par Napoléon en 180824). La dénomination la plus usitée par les Révolutionnaires fut le terme « brigands » qui désignait l’ensemble de ceux qui résistaient les armes à la main. S’il y a bien logique d’exclusion dans la France révolutionnaire, elle vise d’innombrables opposants : nobles25, prêtres réfractaires, insurgés de la Vendée, fédéralistes et Girondins, puis les sans-culottes athées… L’identification précise est impossible rendant impropre l’emploi de génocide. Faut-il rappeler aussi que des décrets instituent le départ des « bons citoyens », donc que ceux qui restent sont assimilables aux « brigands », armés, dangereux, qu’ils soient femmes ou enfants ?

  • 26 Solé (J.), « Robespierre et la politique de la mort », in J.M. Bizières et E. Liris, La Révolution (...)

11Enfin si les révolutionnaires prolongent la culture de la violence héritée de l’Ancien Régime ils innovent dans le rapport qu’ils veulent établir avec la mort. Le martyre devient un objectif possible, pour lequel ils deviennent aisément des bourreaux intransigeants26. Sacrifice et répression polarisent les convictions de nombreux individus, et si certains en tirent des profits personnels, cet état d’esprit explique les mesures prises jusqu’au Directoire qui pratiquera une politique dénuée de vision métaphysique, et plus étroitement policière. Aucune autre unité de vue n’est à trouver entre les révolutionnaires qui n’ont pas un corps de doctrine organisé autour d’un projet idéologique d’exclusion.

12Dans ces conditions, le plan de Turreau contre la Vendée n’est pas l’application exacte de lois de la Convention – ou d’une idéologie « rousseauiste » – mais la volonté délibérée d’utiliser les arguments polémiques de certains Conventionnels pour imposer une logique personnelle (ou collective ?) à l’armée de l’Ouest. Le silence de la Convention sur son plan du 19 janvier, comme la liberté d’action laissée à certains Hébertistes ne peuvent pas être comprises comme l’acceptation de politiques clairement définies (Carrier, Turreau, Vacheron… pratiquent la rétention d’information sur leurs pratiques), mais bien comme un dégoût et une incompréhension sur des phénomènes insaisissables et devenus marginaux. Que la responsabilité morale du Comité de Salut public et notamment de Robespierre soit engagée est hors de doute ; cependant il est aisé de constater que la réalité de la situation régionale échappe aux analyses parisiennes.

  • 27 Brown (N.), « Brigands and the State Building : the invention of banditry in modern Egypt », Compa (...)
  • 28 Triaud (J.L.), La Légende noire de la Sanûsiyya, Une confrérie musulmane saharienne sous le regard (...)
  • 29 Paret (P.), Makers of modern strategy, Princeton UP, 1986, p. 150.
  • 30 Voir le roman de Vargas Llosa (M.), La Guerre de la fin du Monde, Gallimard.

13Il n’est donc pas besoin d’invoquer une politique « génocidaire » pour expliquer ce qui s’est passé, mais plutôt de se référer à d’autres luttes entre État et paysanneries, dans lesquels celles-ci ont été marginalisées, puis cristallisées par des appelations, alors vues comme des trahisons, donc traitées comme des rébellions. Ce fut le cas de ces bandits inventés par l’État égyptien au xixe siècle, qui étaient seulement des paysans soulevés contre tous les profiteurs de la société qui se créait27, comme des Khroumirs, dont l’existence postulée arrangea Jules Ferry, ou encore de la confrérie des Senoussides28. La Vendée s’intégre dans cet ensemble de guerres opposant des communautés contre l’État ; la répression s’apparenterait alors plus à celles qui frappèrent les guérillas, au xxe siècle, dans l’Amérique latine, exemples de zones dans lesquelles les paysans entrèrent en guerre pour protester contre la détérioration de leur vie29 et contre les atteintes portées à leur communauté30.

L’exemple de la répression des guérillas ?

  • 31 Bernard (C.), Le Chouan romanesque, Paris, PUF, 1992.

14Dans ces guerres civiles tous les moyens interdits par les règles de la guerre (violences sur la population civile, sur les combattants prisonniers, déplacements forcés) sont requis pour faire peur et pour déshumaniser les adversaires. Ceux-ci se confondent en effet dans un flou mêlant civils et militaires (comme en Vendée ou dans la chouannerie) désemparant les troupes régulières qui ne voient qu’une répression indiscriminée comme réponse à une situation qui les dépasse. Tout individu dans la zone de combat est un rebelle en puissance, les femmes peuvent être suspectées de complicité, les enfants d’espionnage, même le paysage (forêt, cavernes…) devient hostile et dangereux – on reconnaît là un des grands topiques de la littérature historique sur la Vendée31. L’armée américaine ne se comporta pas de la même façon devant les Allemands et devant les paysans viêtnamiens, et elle employa même plus facilement la terreur au Sud Viêtnam, où existait une résistance mêlée à la population, qu’au Nord, où existaient des troupes enrégimentées et reconnaissables.

  • 32 Wicham-Crowley (T. P.), « Terror and Guerilla Warfare in Latin America, 19561970 », Comparative St (...)

15Les exemples récents de guerillas apportent leur lot de répression sauvage, sur lequel il convient de réfléchir. Les campagnes militaires sont brutales (au Pérou six mois de campagne provoquent au moins 1 000 morts en 1965) et rapides, car les troupes ne peuvent pas stationner dans la zone insurgée. À Cuba, les troupes de Battista font des raids éclairs juste pour se vanter du nombre de paysans (rebelles) tués32 ! Tandis que la guérilla peut pratiquer une répression sélective (comme en Vendée en assassinant les patriotes ou leurs proches, et les traîtres), les soldats tuent tous ceux qu’ils rencontrent. La violence est devenue sauvage suivant le proverbe chinois : la mort d’un seul en terrorise 10 000 autres. Si bien qu’à Cuba, un lieutenant de Battista garde des oreilles humaines dans des boîtes pour montrer à ses visiteurs, ou Battista fait extraire des yeux, tuer les prisonniers…

  • 33 Paret (P.), op. cit., p. 821 ; Brown (N.), loc. cit..
  • 34 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 222.
  • 35 Fiehrer (T.), « Political violence in the periphery », Race and Class, vol 32, 1990, 2, p. 120.

16Dans ce type de guerre, l’invention des mots33 devient une nécessité : les révoltés sont des brigands, des rebelles (selon les circonstances des rouges, des communistes, des subversifs…) au total des hors la loi pour lesquels les règles ordinaires ne valent rien. Cependant, la répression ne peut pas s’exercer au grand jour sans précaution, dans tous les cas (y compris au Viêtnam) elle recourt aux euphémismes : les meurtres de masse deviennent élimination des « infrastructures paysannes » au Guatemala, les bombardements au Viêtnam deviennent « enlever les bases des rebelles » et un véritable langage codé s’établit avec l’emploi d’abréviations réservées aux seuls initiés34 Les mots sont des armes légitimant l’action militaire la plus folle, qui ne s’applique pas à une population intégrée à l’État, mais à des exclus, situés, physiquement et mentalement, à la périphérie du pouvoir et de l’État et souvent installés de fait dans une sorte de silence35. En même temps, le fantasme du déplacement de population est à l’œuvre – comme en Vendée en 1794 – : la guerre de Cuba pour l’indépendance en 1890 et à nouveau celle de 1958 enleva les ruraux de la Sierra Maestra ; la pratique se retrouva aussi au Venezuela.

  • 36 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 230232.
  • 37 Voir les descriptions des atrocités commises contre les Arméniens, Prince (M.), op. cit..
  • 38 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 206210.

17Dans de telles situations, dont les principaux caractères peuvent être résumés ainsi 1) la violence interpersonnelle est extrême, 2) la population adverse est dépréciée, 3) les soldats sont en contact immédiat avec la population civile, le viol des femmes des zones insurgées par les soldats est fréquent36. Il ne s’agit pas de l’expression d’une domination machiste intemporelle, encore moins de mœurs de monstres, même pas de mœurs inhérentes à tous les soldats et à toutes les troupes, mais bien d’une forme de terreur contre la résistance populaire – peut-être contre des populations estimées inférieures37. Le témoignage de Lequinio de Kerblay est le plus connu pour parler des viols en Vendée – l’étude reste à faire – les descriptions rappellent les actes des commandos guatémaltèques qui brûlent récoltes et villages, rassemblent les paysans, en tuent quelques uns pour que le reste collabore, violent et torturent les femmes, ouvrant le ventre des femmes enceintes38.

  • 39 Paret (P.), French Warfare from Indochina to Alger, Princeton UP, Princeton Studies in World Polit (...)

18En conséquence, en Amérique latine, au Viêtnam comme en Vendée, la réponse rurale est d’abord la fuite, puis quand elle n’est pas possible la résistance armée (par exemple la renaissance des bandes armées de Charrette et de Stofflet en 17941795). À Cuba, en Colombie, au Guatemala, comme en Vendée, les paysans furent d’autant plus belliqueux qu’ils avaient à venger leurs familles. Dans son ouvrage, Peter Paret39 n’avait pas inclu la Vendée dans une étude générale des guerres civiles, il est cependant nécessaire d’intégrer l’exemple vendéen dans une typologie globale, en évitant l’anachronisme réducteur. L’exemple des guérillas d’Amérique latine montre que les crimes commis en Vendée relèvent de ce schéma de répression exercée par un pouvoir central sur une population périphérique dans une stratégie de terreur visant à faire peur à tous les adversaires potentiels.

19Il n’est pas possible de penser la période révolutionnaire dans un seul cadre explicatif, aussi important soit-il. À côté des débats idéologiques, des rivalités politiques dans les assemblées, des luttes individuelles pour le pouvoir ou l’argent, il est nécessaire de comprendre aussi les pratiques de la soldatesque, les détournements des mots d’ordre tout comme les effrois des recrues plongées dans une guerre civile. Les exemples évoqués permettent d’élargir le spectre des explications à donner aux événements survenus en Vendée, dans l’hiver 17931794. Surtout il n’est pas acceptable d’utiliser dans une démonstration de philosophie politique des exemples de tueries en oubliant qu’elles doivent s’interpréter aussi dans leur propre cadre de références. Les frontières des champs explicatifs ne peuvent pas être transgressées sans intention maligne.

En conclusion, mettre l’Histoire dans l’ordre du temps

  • 40 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 228229.

20Si en Amérique latine, l’État a vu le soulèvement d’une population comme une sorte de cancer qu’il convenait d’éradiquer, d’autant plus facilement que la droite au pouvoir acceptait le recours à la violence pour elle-même et comme seul moyen de purification40, dans la France du xviiie siècle, il est possible de voir que dans le cas de régions passées à la Contre-Révolution,la rupture s’est moins portée sur la nouvelle conception de l’État que sur les rapports au sacré, à la propriété du sol et à la gestion de communautés jalouses de leurs prérogatives. Là où la société d’Ancien Régime était plus ouverte au monde urbain et à l’État centralisé, le jeu politique se cristallisa sur le contrôle des institutions ou autour de véritables luttes de classes. La Vendée paraît adresser à la Révolution une opposition qui n’est globale qu’au regard de la suite de l’Histoire ; en son temps, elle n’est que conjoncturelle, dépendante d’une situation vécue. L’illégitimité de l’État et des pouvoirs locaux naît progressivement dans les consciences, provoque l’insurrection, atteint son paroxysme pendant la répression ce qui donne, dans les mémoires, les bases d’une lecture ineffaçable et globale. Inverser cette création, voir à la base la question de l’État, c’est oublier la réalité de l’Histoire – et régler des comptes avec des pensées contemporaines mais au détriment de ce qui s’est passé.

21La part qu’aurait eu spécifiquement la Révolution française dans les tueries en Vendée serait, parce qu’elle était une révolution sociale authentique, d’avoir libéré un potentiel de violence considérable, permettant à chacun et à tous d’intervenir à sa guise. Dans ce cadre, la Révolution aurait été occasion de déchaînement de violences mais pas la source unique de la violence ; la Terreur, permise par le nouveau climat culturel n’est pas le terreau d’un génocide totalitaire, mais l’explosion des haines dans une guerre civile, réalité que le xxe siècle paraît redécouvrir.

Notes

1 Publié « Massacres en Vendée au xviiie siècle, pendant la Deuxième guerre mondiale, en Amérique latine au xxe », p. 11-20 in La Vendée et le Monde, Enquêtes et Documents n° 20, 1993, Nantes.

2 Sécher (R.), Le génocide franco-français, PUF, 1985.

3 Voir AESC, 1986, « Guerre de Vendée, nouvel épisode », Annales de Bretagne et P.O., 1986, n° 3, p. 351-355.

4 Surtout Kershaw (I.), Qu’est ce que le nazisme, Gallimard, Folio, 1992.

5 Loverdo (C. de), La Grèce au combat, Calmann-Lévy, 1966 ; Die Zeit, n° 50, 7/12/1990 ; Loulet (J.), « La Résistance en Grèce », Revue d’Histoire de la IIe Guerre mondiale, 1984, 136, p. 93.

6 Voir reportage Die Zeit, n° 10, 2/3/1990. Merci à T. Buron.

7 Weingartner (J. J.), « Massacre at Biscari », The Historian, nov. 1989, 52, n° 1, p. 2439. Autre exemple allemand à Malmédy.

8 VLAVIANOS (H.), « The greek Communist Party : in search of a revolution », in Tony Judt, Resistance and Revolution in Mediterranean Europe, 19391948, L. Routledge, 1989, p. 191. Merci à Raymond A. Jonas.

9 Farmer (S.), Oradour : arrêt sur mémoire, Paris, Calmann-Lévy, 1994.

10 Théolleyre (J.M.), Procès d’après-guerre, Paris, La Découverte Le Monde, 1985, p. 134169.

11 Pour reprendre une formule de H. Arendt.

12 Browning (C.), Des hommes ordinaires, Paris, Belles Lettres, 1994.

13 Cité par Rioux (J.P.), La France de la Quatrième République, Paris, Point, Seuil, 1983, n° 16, p. 128.

14 Martin (J.C.), Lardière (X.), Le Massacre des Lucs, Geste Ed. 1992.

15 Manwell (R.) et Fraenkel (Heinrich), Le Crime absolu, Paris, Stock, 1967.

16 Katz (S. T.), « …Issues in the comparative historical analysis of the Holocaust », Holocaust and Genocide Studies, vol 4, n° 2, 1989, p. 127148.

17 Chalk (F.), « Definitions of Genocide and their implications for prediction and prevention », Holocaust and Genocide Studies, vol 4, n° 2, 1989, p. 149160 et Birn (R. B.), « Austrian higher SS ans police leaders and their participation in the holocaust in the Balkans », Holocaust and genocide studies, 1991, n° 4, p. 351372 ; Prince (M.), Le Génocide, Assi Diffusion, 1988, 5 tomes, T. 5, p. 4048.

18 On peut aussi douter de la pureté du débat sur le génocide, en se demandant si cette accusation ne pose pas l’équation : Révolution = Goulag = Nazisme, donc si indulgence pour 1793, indulgence aussi pour les autres.

19 Kershaw (I.), op.cit. ; Thalmann (R.), « 20 janvier 1942, le protocole de Wannsee… » in A. Grosser, Dix Leçons sur le Nazisme, Bruxelles, Complexe, réed., 1984, p. 203230.

20 Qui insiste sur les martyrs et donne sens d’emblée.

21 Dernier en date, le livre d'A. gérard, La Vendée, Paris, Champ Vallon, 1993. Voir Kaplan (S.), Adieu 89, Paris, Fayard, 1993, sur la Vendée et sur les historiens.

22 On reconnaît l’évolution de R. Sécher depuis le livre de 1985 à celui consacré à Babeuf (avec J. J. Brégeon) qui méconnait totalement les conditions d’écriture du pamphlet de Babeuf.

23 Martin (J.C.), La Vendée et la France, op. cit., « Vendée contre Révolution et révolutionnaires contre révolutionnaires », ABPO, 1989, n° 4, p. 477483 ; Le Massacre des Lucs, op. cit..

24 Le Maine-et-Loire n’est pas reconnu comme partie de la Vendée, dans l’oubli du rôle des Mauges. Même dix ans après les faits, la connaissance factuelle de la région est médiocre.

25 Higonnet (P.), Class, idology and the right of nobles during the French Revolution, Oxford, Clarendon Press, 1981.

26 Solé (J.), « Robespierre et la politique de la mort », in J.M. Bizières et E. Liris, La Révolution et la Mort, Toulouse, PU du Mirail, 1991, p. 127135.

27 Brown (N.), « Brigands and the State Building : the invention of banditry in modern Egypt », Comparative Studies of Society and History, 1990, p. 258281.

28 Triaud (J.L.), La Légende noire de la Sanûsiyya, Une confrérie musulmane saharienne sous le regard français (18401930), Ed. de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris, 1995.

29 Paret (P.), Makers of modern strategy, Princeton UP, 1986, p. 150.

30 Voir le roman de Vargas Llosa (M.), La Guerre de la fin du Monde, Gallimard.

31 Bernard (C.), Le Chouan romanesque, Paris, PUF, 1992.

32 Wicham-Crowley (T. P.), « Terror and Guerilla Warfare in Latin America, 19561970 », Comparative Studies in Society and History, 1990, p. 201237 surtout p. 205, 215225.

33 Paret (P.), op. cit., p. 821 ; Brown (N.), loc. cit..

34 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 222.

35 Fiehrer (T.), « Political violence in the periphery », Race and Class, vol 32, 1990, 2, p. 120.

36 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 230232.

37 Voir les descriptions des atrocités commises contre les Arméniens, Prince (M.), op. cit..

38 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 206210.

39 Paret (P.), French Warfare from Indochina to Alger, Princeton UP, Princeton Studies in World Politics, 6, 1964, p. 126.

40 Wicham-Crowley (T. P.), op. cit., p. 228229.

© Presses universitaires de Rennes, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search