Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés occidentales du milieu du VIe à la fin du IXe siècle

 | 
Philippe Depreux

Annexe. Accord conclu lors d’une assemblée judiciaire réunie à Rizăna (Risano) en 804, sous la présidence des missi de Charlemagne alors envoyé en Istrie1
(document traduit)

Texte intégral

  • 1 Cesare Manaresi, I placiti del « regnum Italiae », Rome, 1955, p. 48 sqq. (n° 17). Ce texte a fait (...)

1Au nom du Père, et du Fils, et du saint Esprit, amen.

2Alors que, en vertu de l’ordre du très pieux et excellentissime seigneur Charles, le grand empereur, et de son fils, le roi Pépin, nous, leurs serviteurs (servi) – c’est-à-dire : Izzo, prêtre, et Cadola et Aio, comtes – avions été envoyés en Istrie pour les causes des saintes églises de Dieu, au sujet des droits (justitia) de nos seigneurs et à propos de la violence [subie par] le peuple, les pauvres, les orphelins et les veuves, nous vînmes avant toute autre chose dans le territoire de Capodistria, au lieu-dit Rizăna. Là, le vénérable homme Fortunat, patriarche, les évêques Théodore, Léon, Stauratius, Étienne [et] Laurent, et le reste des primates ainsi que le peuple (populus) de la province d’Istrie étant assemblés, nous élûmes 172 des hommes les plus importants (homines capitanei) de chaque cité et castellum, et nous leur fîmes jurer sur les quatre saints Évangiles de Dieu et sur les reliques des saints, qu’ils diraient la vérité à propos de tout ce qu’ils savaient et de ce sur quoi nous les interrogerions, tout d’abord au sujet des affaires des saintes églises de Dieu, ensuite au sujet des droits de nos seigneurs et de la violence [subie par] le peuple de cette terre, les orphelins et les veuves et sur [leur] coutume (consuetudo) – afin qu’ils nous dissent la vérité sans craindre quiconque.

3Ils nous apportèrent des « brefs » pour chaque cité ou castellum, qu’ils avaient faits du temps des magistri militum Constantin et Basile, mentionnant qu’ils ne recevaient de la part des églises ni aide (adiutorium) ni redevance (consuetudines).

4Le patriarche Fortunat fit la réponse suivante, en disant : « J’ignore si vous voulez dire quelque chose à mon propos. Vous connaissez cependant toutes les redevances (consuetudines) que ma sainte église vous donna depuis toute antiquité jusqu’à présent ; vous me les avez abandonnées contre le fait que, partout où je le pouvais, je vous suis venu en aide – ce que je veux encore faire – et vous savez que j’ai, à votre place, envoyé de nombreux dons (dationes) et de nombreuses personnes (missi) au service du seigneur empereur. Mais qu’à présent il advienne comme il vous plaira. »

5Tout le peuple dit d’une manière unanime : « Que cela demeure ainsi à l’avenir comme autrefois et à présent, à notre avantage, car nous avons reçu de nombreux avantages de votre part et nous croyons en avoir, à l’exception de la venue des missi de nos seigneurs : que vos gens (vestra familia) se plient [en cette circonstance] à l’antique coutume (consuetudo). »

6Alors, le patriarche Fortunat dit : « Je vous demande, [mes] fils, de nous dire la vérité, [c’est-à-dire] quelle coutume (consuetudo) ma sainte église métropolitaine a eue parmi vous dans le territoire d’Istrie. »

7Le premier de tous, le primas de Pula (Pola), dit : « Quand le patriarche venait dans notre cité et si cela s’avérait opportun, en raison [de la venue] des missi de nos seigneurs ou pour quelque plaid avec le magister militum des Grecs, l’évêque sortait de notre cité avec les prêtres et le clergé vêtu d’une chasuble (planeta), avec la croix, les cierges et l’encens, en psalmodiant comme [cela convient] pour le pontife suprême ; ils venaient avec les judices et tout le peuple et, avec les enseignes [ou bien avec des cloches] (signa), ils le recevaient avec grand honneur. Dès que ce pontife arrivait, l’évêque l’accueillait dans la demeure de notre sainte église (domus sanctae ecclesiae nostrae) et déposait les clefs de sa demeure aux pieds du patriarche. Quant au patriarche, il les donnait à son maire et lui-même jugeait et disposait [tout] jusqu’au troisième jour ; le quatrième jour, il se rendait dans son palais (rectorium). »

8Ensuite, nous demandâmes aux judices des autres cités et castella si telle était la vérité. Tous dirent : « C’est la vérité et nous souhaitons agir ainsi. Nous ne pouvons pas en dire plus sur le patriarche. Quant à vos troupeaux seigneuriaux, qu’ils paissent partout où les nôtres le font, sans aucune contrepartie (datio) ; nous voulons qu’il en demeure ainsi comme auparavant.

9En revanche, au sujet des évêques, nous avons beaucoup à dire :

10Chapitre I. Pour les missi de l’empereur, ou pour quelque don (datio) ou collecte (collecta), l’église donnait la moitié et le peuple, la moitié.

11Chapitre II. Quand les missi de l’empereur venaient, ils s’établissaient dans le palais épiscopal (episcopium) et ils y résidaient jusqu’au moment où ils devaient retourner auprès de leur maître (dominatio).

12Chapitre III. Les chartes emphytéotiques, les livelli et les échanges honnêtes, [pratiqués de toute] antiquité, ne furent jamais aussi compromis (corruptae) qu’à présent.

13Chapitre IV. Au sujet du droit de pâturage et de glandée, personne n’eut recours à la force entre les villages, si ce n’est selon la coutume (consuetudo) de nos parents.

14Chapitre V. À propos des vignes, ils n’ont jamais pris le tiers, comme ils le font à présent, mais seulement le quart.

15Chapitre VI. Les gens (familia) de l’église n’osèrent jamais agir de façon scandaleuse à l’égard d’un homme libre, le frapper de verges ou siéger devant [des hommes libres]. Or ils nous frappent à présent de verges et nous poursuivent avec des épées. Quant à nous, par crainte de notre seigneur, nous n’avons pas osé résister, afin que [la situation] n’empire pas.

16[Chapitre] VII. Celui qui exploitait à cens (fenerabat) les terres de l’église, ils ne l’expulsaient jamais avant le troisième avertissement.

17[Chapitre] VIII. Sur la mer publique, là où tout le peuple pêche en commun, nous n’osons plus pêcher, car ils nous battent de verges et déchirent nos filets.

18Chapitre IX. Puisque vous nous interrogez au sujet des droits de nos seigneurs, que les Grecs tinrent en leurs mains jusqu’à ce jour où nous passâmes aux mains de nos seigneurs, nous disons la vérité, telle que nous la connaissons :

19de la cité de Pula : 66 sous mancosi ;

20de Rovinj (Rovigno) : 40 sous mancosi ;

21de Porec (Parenzo) : 66 mancosi ;

22du détachement militaire (numerus) de Trieste : 60 mancosi ;

23de Labin (Albona) : 30 mancosi ;

24de Pican (Pedena) : 20 mancosi ;

25de Motovun (Montona) : 30 mancosi ;

26de Buzet (Pinguente) : 20 mancosi ;

27le chancelier de Novigrad (Cittanova) : 12 mancosi ;

28ce qui fait au total 344 mancosi.

29Ces sous, il les portait au Palais du temps des Grecs. Après que Jean prit ses fonctions dans le duché, il eut ces sous pour son œuvre et il ne dit pas qu’il s’agissait des droits (justitia) du Palais.

30Il a le casale Orcionis avec de nombreuses oliveraies ;

31le domaine (portio) du casale Petriolo avec des vignes, des terres, des oliveraies ;

32tout le domaine (portio) de Jean Cancianico avec les terres, les vignes, les oliveraies et une maison avec ses pressoirs ;

33la grande propriété (possessio) de Arbe avec les terres, les vignes, les oliveraies et sa maison ;

34la propriété du magister militum Étienne ;

35l’Hospice des vieillards (casa Zerontiaca) avec toute[s] s[es] propriété[s] (cum omni possessione sua) ;

36la propriété de l’hypatos Maurice, du magister militum Basile et de l’hypatos Théodore ;

37la propriété qu’il tient à Priatello, avec les terres, les vignes et les oliveraies, et plusieurs autres lieux.

38À Novigrad, il a le fisc public, où il demeure ; à l’intérieur et à l’extérieur de la cité, [il a] plus de 200 colons – lorsque le temps est favorable, ils rapportent plus de 100 muids d’huile, plus de 200 amphores de vin, suffisamment de blé et de châtaignes ; il a des pêcheries qui lui rapportent chaque année plus de 50 sous mancosi indépendamment de l’approvisionnement de sa table.

39Tout cela, le duc le tient dans sa main, à l’exception de ces 344 sous, comme il est écrit ci-dessus, qu’il doit porter au Palais.

40Puisque vous nous interrogez au sujet de la force (forcia) que le duc Jean exerce sur nous, nous disons la vérité de ce que nous savons :

41Chapitre I. Il a pris nos forêts (silvae), d’où nos parents tiraient le droit de pâturage et de glandée ; de même, il nous a pris des casale de moindre rendement (casalia inferiora), d’où nos parents tiraient pareillement [profit], comme nous l’avons dit ci-dessus.

42(À l’instant, Jean nous contredit.)

43Qui plus est, il installa des Slaves (sclavi) sur nos terres ; ces derniers labourent nos terres et nos essarts (runcora), ils ensemencent nos champs, font paître dans nos prés, et pour ces terres [qui sont] les nôtres, ils versent une redevance (pensio) à Jean. Et il ne nous reste ni les bovins, ni les chevaux. Si nous protestons, ils disent qu’ils les tueront. Il a enlevé nos marques de confins (confines), que nos parents avaient disposées (ordinabant) selon l’antique coutume (consuetudo).

44Chapitre II. De toute antiquité, lorsque nous étions sous le pouvoir de l’Empire des Grecs, nos parents avaient l’habitude (consuetudo) de [jouir] des prérogatives (actus) du tribunat, d’avoir des domestici, des vicarii et des locoservatores ; et en vertu de ces honores, ils se rendaient à la communio et siégeaient en assemblée, chacun selon son honor ; et celui qui voulait un honor meilleur que celui de tribun se rendait auprès de l’empereur, qui l’ordonnait hypatos. Alors, celui qui était hypatos impérial prenait rang en tout lieu immédiatement après le magister militum.

45Tout récemment, notre duc, Jean, nous institua des centeniers (centarchi) ; il divisa le peuple entre ses fils, ses filles et son gendre ; et avec ces pauvres (pauperes), ils se construisent des palais. Il nous a pris le tribunat ; il ne nous permet pas d’avoir des hommes libres, mais il nous fait nous rendre à l’ost avec nos servi ; il nous a pris nos affranchis ; il a placé des hommes étrangers dans notre maison (casa) et notre jardin, mais nous n’avons pas pouvoir (potestas) sur eux. Du temps des Grecs, tout tribun disposait de 5 personnes exemptes d’obligation (excusati) et même plus, et il nous les a prises.

46Nous n’avons jamais fourni les réquisitions de fourrage (fodrum), nous n’avons jamais travaillé dans la curtis, nous n’avons jamais cultivé la vigne, nous n’avons jamais fait de fours à chaux, nous n’avons jamais construit de maisons, nous n’avons jamais fait de cabanes, nous n’avons jamais craint les chiens, nous n’avons jamais fait de collecte, comme nous le faisons maintenant : pour chaque bovidé, nous donnons un muid ; nous n’avons jamais fait de collecte pour les ovins, comme nous le faisons maintenant : chaque année, nous donnons des brebis et des agneaux. Nous nous rendons par bateau à Venise, à Ravenne, en Dalmatie et [nous voyageons] sur les fleuves, ce que nous ne faisions jamais auparavant. Nous faisons cela non seulement pour Jean, mais pour ses fils, ses filles et son gendre.

47Quand il vient faire une tournée au service du seigneur empereur ou bien commander à ses hommes, il prend nos chevaux et emporte de force nos fils avec lui, et il leur fait tirer pour son compte des bêtes de somme sur près de 30 milles, et même plus ; il leur prend tout ce qu’ils ont ; il les laisse à eux-mêmes pour rentrer chez eux à pied. Nos chevaux, il les envoie en Francia ou bien il les donne à ses hommes.

48Il dit au peuple : “Rassemblons des cadeaux (exenia) pour le seigneur empereur, comme nous le faisions du temps des Grecs, et qu’un envoyé (missus) issu du peuple m’accompagne, et qu’il offre ces cadeaux au seigneur empereur”. Quant à nous, nous les rassemblons avec une grande joie. [Mais] quand il vient pour se mettre en route, il dit : “Il n’y a pas lieu que vous veniez ; je serai votre intercesseur auprès du seigneur empereur.” Et ainsi, il s’en va auprès du seigneur empereur avec nos dons, il négocie un honor pour lui ou pour ses fils, et nous, nous souffrons grande oppression et douleur (et nos sumus in grandi oppressione et dolore) !

49Du temps des Grecs, nous rassemblions [une contribution] une fois chaque année, si cela s’avérait nécessaire (à cause des missi impériaux) : pour cent têtes de bétail ovin, celui qui en avait [autant en fournissait] une ; or actuellement, il prend un [mouton] à celui qui en a plus de trois – nous ne pouvons pas voir cela tout au long de l’année ! Ses agents (actores) se servent en conséquence.

50Tout cela, notre duc Jean l’a pour son œuvre, ce que le magister militum des Grecs n’eut jamais, car c’était toujours le tribun qui traitait avec les missi impériaux et les légats qui allaient et venaient. Or nous faisons ces collectes ; tout au long de l’année, nolens volens, nous faisons des collectes quotidiennement. Durant trois années, nous donnâmes les dîmes, que nous devions donner à la sainte église, aux Slaves (sclavi) païens, lorsqu’il les envoya sur nos terres, [celles] des églises et du peuple, pour ses péchés et pour notre perte.

51Toutes ces corvées de charroi et ces charges [qu’on nous impose], telles qu’elles sont exposées ci-dessus, nous les assumons sous la contrainte (violenter), ce que nos parents ne firent jamais. Il s’ensuit que nous sommes réduits à la pauvreté ; nous sommes la risée de nos parents et de tous nos voisins de Vénétie et de Dalmatie, et même des Grecs, sous le pouvoir de qui nous étions auparavant. Si le seigneur empereur Charles nous apporte secours, nous pouvons nous en sortir ; si ce n’est pas le cas, mieux vaut pour nous mourir que vivre. »

52Alors, le duc Jean dit : « Ces forêts et pâturages, que vous dites être les vôtres, je croyais qu’ils devaient être dans le domaine public, pour le compte du seigneur empereur. Mais à présent si vous le dites sous serment (si vos iurati hoc dicitis), je ne vous contredirai pas.

53Au sujet des collectes des moutons, je n’en ferai dorénavant plus, si ce n’est comme le fut autrefois votre coutume (consuetudo) ; de même en ce qui concerne le don destiné au seigneur empereur. Au sujet du travail et de la navigation ou des nombreuses corvées de charroi, si cela vous semble dur, on n’en fera plus.

54Je vous rendrai vos affranchis selon la loi de vos parents ; je vous permettrai d’avoir des hommes libres, pour qu’ils aient votre protection (commendatio) comme on le fait dans tout le territoire (potestas) de notre seigneur. Que les hommes étrangers qui résident sur vos [terres] soient en votre pouvoir.

55Quant aux Slaves (sclavi), à ce que vous dites, rendons-nous sur les terres où ils demeurent et voyons : qu’ils restent là où ils peuvent le faire sans vous nuire ; que là où ils vous nuisent en ce qui concerne les champs, les forêts, les essarts ou en quelque autre endroit, nous les expulsions. Si cela vous convient (placet), envoyons-les dans des lieux si déserts qu’ils puissent y demeurer sans vous nuire, et qu’ils œuvrent au profit de l’État (faciant utilitatem in publico), comme les autres peuples. »

56Alors nous avons fait en sorte, nous, missi du seigneur empereur, que le duc Jean donne des gages (vadia), pour que toutes les charges mentionnées soient amendées (la glandée, le pâturage, les travaux et les collectes, au sujet des Slaves [sclavi], des corvées de charroi et de la navigation) ; Damien, Honorat et Grégoire reçurent ces gages. Quant au peuple, il renonça aux poursuites à cette condition que qu’il ne commettrait plus de telles choses. Mais si lui-même, ses héritiers ou ses agents se livraient à de nouvelles oppressions, ils payeraient ce que nous avons établi (nostra statuta).

57Au sujet des autres causes, il fut établi entre Fortunat, le vénérable patriarche, les évêques susmentionnés, le duc Jean, les autres primates et le peuple, que tout ce dont ceux qui ont prêté serment (jurati) se souviendraient et [tout ce qu’ils] diraient conformément à leur serment et aux « brefs », tout cela serait accompli, et quiconque ne voudrait pas l’accomplir serait contraint de leur part de payer au sacré Palais la composition de 9 livres de mancosi d’or.

58Ceci fut jugé et cet accord (convenientia) fut conclu en présence des missi du seigneur empereur, Iz[z]o, prêtre, Cadola et Aio ; et souscrivirent de leur propre main en notre présence :

59[†] Fortunat, par la miséricorde de Dieu, patriarche, sur cette charte de promesse établie au préalable j’ai souscrit de ma main.

60† Jean, duc, sur cette charte de promesse j’ai souscrit de ma main.

61† Stauratius, évêque, sur cette charte de promesse j’ai souscrit de ma main.

62† Théodore, évêque, j’ai souscrit.

63† Étienne, évêque, j’ai souscrit.

64† Léon, évêque, j’ai souscrit.

65† Laurent, évêque, j’ai souscrit.

66Pierre, pécheur, diacre de la sainte église métropolitaine d’Aquilée, j’ai écrit cette promesse sur l’ordre de mon seigneur Fortunat, très saint patriarche, de Jean, glorieux duc, des évêques susnommés et des primates du peuple de la province d’Istrie, et après la corroboration des témoins, j’ai corroboré [cette] charte.

Notes

1 Cesare Manaresi, I placiti del « regnum Italiae », Rome, 1955, p. 48 sqq. (n° 17). Ce texte a fait l’objet d’un commentaire en forme de paraphrase par André Guillou, Régionalisme et indépendance dans l’Empire byzantin au viie siècle. L’exemple de l’Exarchat et de la Pentapole d’Italie, Rome, 1969, p. 294 sqq. On dispose également de traductions en allemand et de commentaires dans Krahwinkler 1992, p. 199 sqq. ; Stefan Esders, « Regionale Selbstbehauptung zwischen Byzanz und dem Frankenreich. Die inquisitio der Rechtsgewohnheiten Istriens durch die Sendboten Karls des Großen und Pippins von Italien », dans Stefan Esders & Thomas Scharff (éd.), Eid und Wahrheitssuche. Studien zu rechtlichen Befragungspraktiken in Mittelalter und früher Neuzeit, Francfort/Main 1999, p. 49-112. Toute traduction de ce genre de texte est périlleuse (les analyses ou traductions des uns et des autres diffèrent d’ailleurs parfois sensiblement) ; il s’agit donc forcément ici d’une interprétation. Présentation du document supra p. 221 sqq.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540