Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Les sociétés occidentales du milieu du VIe à la fin du IXe siècle

 | 
Philippe Depreux

Conclusion

Full text

  • 1 Sur ce document, cf. Richard Sharpe, « Vitae S. Brigitae : the oldest texts », Peritia 1 (1982), p (...)
  • 2 Vita II S. Brigidae virginis, auctore Cogitoso, dans Acta Sanctorum…, Februarius, tome 1, Anvers, (...)

1Dans la seconde moitié du viie siècle, un Irlandais appelé Toimtenach, qui latinisa son nom sous la forme de Cogitosus, rédigea une Vie de sainte Brigitte dans laquelle il décrit l’église de Kildare, alors siège métropolitain de Leinster1. Il évoque la diversité des personnes fréquentant l’édifice, mais aussi l’ordre qu’il y règne2 :

« Cette église comporte beaucoup de fenêtres ; il y a une porte ornée sur le côté droit, par laquelle les prêtres et les fidèles du peuple [c’est-à-dire : les laïques] de sexe masculin entrent dans l’église ; il y a une autre porte, sur le côté gauche, par laquelle les vierges et la congrégation des femmes fidèles [ont] l’habitude d’entrer. Ainsi, dans une seule et même basilique [de] grande [dimension], un peuple imposant, [composé de] divers ordre[s], degrés, sexe[s] et [venant de divers] lieux, prie le Seigneur tout-puissant d’un seul esprit [bien qu’il soit composé de] divers ordre[s] entre lesquels sont placés des chancels (paries). »

2Cogitosus évoque un peu plus loin l’affluence que connaît le lieu fondé par sainte Brigitte, notamment lors de sa fête, le 1er février :

« Quel discours peut faire apprécier l’extrême beauté de cette église et les prodiges [que recèle] cette cité ? – ainsi que nous l’appelons, si tant est que nous puissions l’appeler une cité, alors qu’elle n’est entourée d’aucun mur. Étant donné que d’innombrables populations s’y rassemblent, et puisqu’une cité tire son nom de l’assemblée d’hommes nombreux en son sein, c’est une grande cité et une métropole ! Dans ses environs (in suburbanis), que sainte Brigitte définit d’une limite certaine, aucune chair n’est adverse ; on ne craint pas l’entrée d’ennemis. Au contraire, cette cité et ses environs (cum suis omnibus deforis suburbanis) sont un refuge très sûr pour tous les fugitifs de toute la terre des Scoti. On y conserve les trésors des rois […] Qui pourrait énumérer les diverses foules et le peuple innombrable affluant de toutes les provinces d’Irlande ? Les uns [accourent] en raison de l’abondance des banquets, d’autres pour le spectacle [qu’offrent] les foules, d’autres pour [obtenir] la guérison de leurs maux ; d’autres [encore] affluent avec des dons et des cadeaux importants pour la solennité de la nativitas de sainte Brigitte qui, s’endormant le jour des calendes de février, abandonna sans crainte son vêtement charnel et suivit l’Agneau de Dieu dans les demeures célestes. »

  • 3 Charles-Edwards 2000, p. 14 sq.

3Dans ce passage, fort riche, on retrouve nombre de thèmes évoqués dans les pages qui précèdent : le souci de distinguer les individus en divers « ordres », l’attraction que pouvait exercer un monastère sur les populations, le prestige de la « cité » (et la volonté de se rattacher à l’héritage romain, ne serait-ce que par un artifice rhétorique), l’importance de la définition des limites et la paix dont on jouit à l’intérieur (qu’on appelle cela protection ou immunité), le rôle joué par les richesses et les offrandes, la dimension conviviale des grandes foires-assemblées organisées à l’occasion des fêtes religieuses3 ; l’aspiration au Salut, enfin, alors qu’on a tout lieu de penser que Brigitte est l’effigie christianisée d’une divinité païenne.

4Est-ce à dire que toute l’histoire du haut Moyen Âge se trouve condensée dans le récit de Cogitosus ? Ce serait aller un peu vite en besogne.

  • 4 Geary 1996, p. 56 sq.

5Les changements, entre le milieu du vie siècle et la fin du ixe siècle, ne sont pas négligeables : du point de vue géopolitique, les Francs se sont imposés comme le peuple qui constitue le pivot de l’Occident chrétien. Les aspects économiques, avec le déplacement du centre de gravité de la Méditerranée vers les fleuves de la mer du Nord ; les aspects diplomatiques, avec le ralliement de la papauté et la conquête de nouveaux territoires ; les aspects culturels et cultuels, pour lesquels l’impulsion donnée par certains clercs réformateurs du milieu du viiie siècle et Charlemagne s’avère décisive – tous participent de ce même mouvement. L’encadrement des populations rurales se renforce et prend des formes nouvelles ; la paroisse devient le cadre essentiel de la vie sociale, alors que l’emprise des grands propriétaires terriens s’accroît. À la faveur de ce mouvement, la notion de dépendance supplante celle de liberté dans la distinction sociale. La richesse terrienne, autant que la vigueur au combat, détermine la noblesse. Au cours du haut Moyen Âge, les élites se sont renouvelées – du moins, elles apparaissent sous un jour nouveau, qui illustre le passage d’identités différentes, voire antagonistes (ce qui n’empêche pas une fascination réciproque), à un même profil : en paraphrasant saint Paul, on pourrait dire qu’il n’y a plus ni Romains, ni Germains, mais des Francs, réputés être aimés du Christ (comme on en trouve l’affirmation dans le Prologue de la Loi Salique). On peut toutefois douter de la cohésion profonde du monde carolingien ; à cet égard, laissons à P. Geary le mot de conclusion4 :

« Les diverses régions d’Europe qui avaient été unies par la force pendant la période franque n’avaient pas les mêmes traditions culturelles, politiques, ou sociales. Leur unité venait de leur héritage commun : certains éléments de l’organisation provinciale de la fin de l’Empire romain, un système religieux et ecclésiastique imposé, et l’aristocratie mise en place par les conquérants carolingiens victorieux. C’est peut-être cette dernière, plus que toute autre chose, qui fit la cohésion de l’Europe au ixe siècle ; la désintégration de cette aristocratie et la fin de cette cohésion furent deux phénomènes indissociables aux xe et xie siècles ».

Notes

1 Sur ce document, cf. Richard Sharpe, « Vitae S. Brigitae : the oldest texts », Peritia 1 (1982), p. 81-106, aux p. 83 sqq.

2 Vita II S. Brigidae virginis, auctore Cogitoso, dans Acta Sanctorum…, Februarius, tome 1, Anvers, 1658, p. 141 ; traduction anglaise par S. Connolly et J.-M. Picard dans Journal of the Royal Society of Antiquaries of Ireland 117 (1987), p. 11-27 (ici p. 26 sq.).

3 Charles-Edwards 2000, p. 14 sq.

4 Geary 1996, p. 56 sq.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540