Version classiqueVersion mobile

Les sociétés occidentales du milieu du VIe à la fin du IXe siècle

 | 
Philippe Depreux

Chapitre IX. Ordre et désordre

Texte intégral

1Le roi Oswine de Deira avait fait don d’un « excellent cheval » à l’évêque Aidan de Lindisfarne († 652), dont Bède le Vénérable met en exergue l’humilité lorsqu’il affirme qu’il se déplaçait jusqu’alors à pied. Or, peu après, l’évêque donna ce cheval « avec tout son harnachement royal » à un pauvre qui lui demandait l’aumône. Ayant eu vent de ce geste, le roi est censé le lui avoir reproché en ces termes :

« Pourquoi as-tu voulu, seigneur évêque, faire don à un mendiant d’un cheval royal, qu’il te fallait garder pour ton usage propre ? Ne possédions-nous donc pas en grand nombre des chevaux de moindre valeur et d’autres objets qui auraient constitué des présents convenables pour des pauvres, sans que tu donnes au mendiant le cheval que j’avais spécialement choisi pour être le tien ? »

  • 1 Bede’s Ecclesiastical history of the English people, éd. Bertram Colgrave & R. A. B.Mynors, Oxford (...)
  • 2 Cf. par exemple la synthèse de l’apport du haut Moyen Âge (en l’occurrence, essentiellement des te (...)

2Et l’évêque de demander en retour au roi si le fils d’une jument lui était plus cher qu’un fils de Dieu1. Ce n’était pas le principe même de l’aumône, mais sa nature, que contestait Oswine. Ses motifs étaient probablement les suivants : en donnant son cheval, l’évêque pouvait laisser penser qu’il faisait peu de cas de la faveur royale dont il jouissait ; son geste pouvait être considéré comme désobligeant à l’égard du roi ; surtout, il faisait fi de la hiérarchie sociale, en donnant à quelqu’un qui n’y avait pas droit un cadeau de grande valeur. Inversement, Bède, par la voix d’Aidan, laisse entendre que Dieu ne fait pas acception des personnes, contrairement aux hommes. Il ne faudrait cependant pas croire que les clercs n’étaient pas attachés à la notion d’ordre et aux règles de préséance. Bien au contraire, ils contribuèrent grandement à la définition de la hiérarchie sociale médiévale2.

Signes et symboles

  • 3 Schmitt 1990 ; Verena EPP, « Rituale frühmittelalterlicher “amicitia” », dans Althoff 2001, p. 11- (...)
  • 4 Frans Theuws, « Rituals in transforming societies », dans Theuws & Nelson 2000, p. 1-13, à la p. 8 (...)
  • 5 Gerd Althoff, « Die Veränderbarkeit von Ritualen im Mittelalter », dans Althoff 2001, p. 157-176.

3La « raison des gestes » fait l’objet d’une attention particulière de la part des médiévistes, en raison de l’importance que revêtaient les aspects formels dans les rapports sociaux3 et les rituels dans les modes de communication au Moyen Âge4. Tout est alors langage, pas seulement les mots, mais aussi les gestes, le vêtement, l’apparence et la manière de se comporter. La trame des rituels semble évoluer peu au fil des siècles : on décline toujours à peu près la même gestique, dont le sens devait s’imposer aux esprits, ce qui ne signifie pas que tout était réglé de manière intangible5 – un peu comme dans la récitation des séquences d’une épopée, où le poète a essentiellement la liberté de choisir entre plusieurs formules stéréotypées.

  • 6 Röckelein 2002, p. 368 sq.

4Dans la conclusion des actes juridiques, la remise d’un objet peut s’avérer aussi (voire plus) contraignante qu’une parole donnée ou qu’un engagement écrit. La force des gestes et la valeur des rituels sont particulièrement évidentes dans le cadre des célébrations liturgiques ou para-liturgiques (telles les translations de reliques6), mais aussi à propos des actes politiques.

Mise en scène politique

  • 7 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, éd. et trad. Edmond Faral, Paris (...)

5Dans un poème dédié au roi Pépin Ier d’Aquitaine, Ermold le Noir décrit le déroulement d’une audience royale. Le poète aquitain, en exil à Strasbourg, envoie Thalie auprès de son maître, à la cour d’Angeac, pour lui demander de ses nouvelles ; voici les recommandations qu’il fait à la muse7 :

« En cette nombreuse cour, il se trouvera certainement quelque ami pour vouloir te présenter au roi. Dès que ta bonne fortune t’aura conduite devant lui, tu lui diras : “Roi vénérable, trois fois je te salue !” Puis, te prosternant, baise ses pieds avec respect. De son auguste main, il te relèvera sans doute ; et alors, touché de tes grands sanglots et de tes larmes, s’il a quelque souci de moi, il t’ordonnera de parler : “D’où viens-tu, et qui t’a envoyée en notre palais ?” Et toi, hâte-toi de produire ton message, de dire tout ce que tu as à dire, et, je t’en prie, en peu de mots : les grands n’aiment pas les longs discours. »

6Ce texte résume les éléments principaux d’une audience royale : on n’accède pas seul auprès du souverain, mais on est introduit auprès de lui (ce qui constitue en soi une faveur) ; les marques de respect sont non seulement verbales, mais relèvent aussi d’une gestique qu’il faut rapprocher de la proskynèse ; le comportement (en l’occurrence : la démonstration d’affliction par les pleurs) contribue à la délivrance du message ; la présentation au souverain ne vaut pas autorisation de lui parler : cette dernière est une marque supplémentaire de faveur.

  • 8 Buc 2001 ; Buc 2001a.
  • 9 Pour des études de cas, cf. Philippe BUC, « Ritual and interpretation : the early medieval case », (...)

7Il n’est pas surprenant que notre information soit particulièrement abondante en ce qui concerne la haute société, la cour du roi et le monde monastique. Que les descriptions dont on dispose s’avèrent le reflet de la réalité ou le produit d’une réflexion (cléricale) sur la portée des gestes censés avoir été accomplis8, la valeur intrinsèque de ces rituels semble difficilement contestable – dans le contexte temporel et mental des auteurs de nos sources ; leur rédaction à des fins de propagande n’en restreint pas pour autant l’intérêt9.

  • 10 McCormick 1986.
  • 11 Willmes 1976, p. 75 sqq.
  • 12 Koziol 1992.
  • 13 Gerd Althoff, « Das Privileg der “Deditio”. Formen gütlicher Konfliktbeendigung in der mittelalter (...)
  • 14 Gerd Althoff, « Demonstration und Inszenierung. Spielregeln der Kommunikation in mittelalterlicher (...)
  • 15 Stuart Airlie, « Narratives of triumph and rituals of submission : Charlemagne’s mastering of Bava (...)
  • 16 Un problème de datation se pose à propos de cette mesure. Elle fait partie d’un ensemble de quatre (...)
  • 17 Capitularia regum Francorum, éd. Alfred Boretius, Hanovre, 1883, p. 296 (n° 145, chap. 2).

8Ces rituels exaltent notamment la majesté royale en puisant dans l’héritage antique10. Les « entrées royales » (qu’il s’agisse de la description de la manière dont il convenait de recevoir le roi dans une cité épiscopale ou un monastère, au son des cantiques11, ou du faste déployé lorsque l’empereur se rendait à Rome), la demande d’une faveur12, ou encore, la soumission au roi13 faisaient l’objet d’une « mise en scène » qui participait des modes de communication entre le roi et ses fidèles, en signifiant la place et le rang de chacun dans la société14. La soumission au roi, qui s’avère une reconnaissance de son autorité (le cas de Tassilon III de Bavière en offre une magnifique illustration15) est particulièrement intéressante, en ce sens qu’elle garantit le statut des grands. C’est ce que prouve un capitulaire de Louis le Pieux relatif aux biens des grands d’Aquitaine. Seuls étaient garantis les droits de propriété de ceux16 qui s’étaient librement ralliés à Pépin le Bref et lui avaient fait remise de leur personne, à la différence de ceux qui, vaincus par les armes, étaient tombés au pouvoir du roi des Francs17 :

« Au sujet de[s] alleu[x] qui [se trouvent] dans les places fortes (castella) conquises par notre grand-père, il nous semble qu’il faut procéder en faisant la distinction suivante : qu’ils n’aient pas eux-mêmes pouvoir sur les biens [qui leur appartenaient en] propre, ceux qui résistèrent tant qu’ils le purent et passèrent au pouvoir de notre grand-père contre leur volonté ; en revanche, ceux qui se donnèrent alors que leurs alliés résistaient avec ténacité, quand bien même [leur] place forte aurait été prise par la force, ils doivent avoir ce qui, à l’intérieur, leur [appartient en] propre. »

9À l’évidence, il y avait eu, lors des campagnes des années 760, des notables d’Aquitaine qui avaient fait preuve d’un certain tact politique et s’étaient inclinés devant la force des troupes franques ; d’autres avaient refusé l’humiliation d’une deditio – il leur en coûta !

La chasse royale

  • 18 Jörg Jarnut, « Die frühmittelalterliche Jagd unter rechts- und sozialgeschichtlichen Aspekten », d (...)
  • 19 Karl Hauck, « Tiergärten im Pfalzbereich », dans HEIMPEL 1963, p. 30-74 ; Lutz Fenske, « Jagd und (...)
  • 20 Peter Godman, « The Poetic Hunt, from Saint Martin to Charlemagne’s Heir », dans Godman & Collins (...)
  • 21 À ce propos, cf. Wilhelm Henktze (éd.), De Karolo rege et Leone papa. Der Bericht über die Zusamme (...)

10Un moment privilégié de la démonstration des vertus royales était offert par la chasse à laquelle le souverain conviait les membres de l’aristocratie et ses hôtes étrangers pour s’en servir comme d’un forum (l’expression est de J. Jarnut18), dans les forêts royales ou les breuils attenants aux palais19. La description de la chasse constitue un élément presque obligé de la littérature aulique20, car c’est le lieu où le roi pouvait, en affrontant une bête « sauvage » et en la mettant à mort, faire preuve de sa maîtrise des armes et de son sang-froid, du contrôle de la violence qu’il exerçait (la chasse a pu être rapprochée d’un simulacre de la guerre). Ce n’est pas par hasard si l’auteur du poème De Karolo rege et Leone papa, qui relate la visite de Léon III à Paderborn en 799 pour demander de l’aide à Charlemagne, montre ce dernier en train de chasser avec toute la cour : il s’agit d’une démonstration de la discipline de la cour et de la vaillance du vainqueur des Saxons21. La chasse, au même titre que le festin, contribuait à faire montre du faste de la cour de Louis le Pieux et de sa puissance au Danois Harold, dont le baptême en 826 à Ingelheim est relaté avec force détails par Ermold le Noir.

L’investiture

  • 22 La règle de saint Benoît, éd. et trad. Jean Neufville & Adalbert de Vogüé, t. 2, Paris, 1972 (chap (...)

11Le rituel traduit dans les gestes une intention et la réalise, au sens premier du terme. On en a l’illustration dans la Règle de saint Benoît. Celui qui veut entrer au monastère doit, après une période probatoire, se prêter au rituel suivant22 :

« Avant d’être reçu, il promettra devant tous à l’oratoire, persévérance, bonne vie et mœurs, et obéissance, devant Dieu et ses saints. […] De cette promesse, il fera une pétition au nom des saints dont il y a là les reliques et de l’abbé en charge. Cette pétition, il l’écrira de sa propre main, ou s’il ne sait pas écrire, un autre l’écrira à sa demande, et le novice y mettra un signe et la posera de sa main sur l’autel. »

  • 23 Hieronymus Frank, « Untersuchungen zur Geschichte der benediktinischen Profeßliturgie im frühen Mi (...)

12Par le dépôt de sa demande d’admission sur l’autel, le nouveau moine exprime sans ambiguïté possible qu’il s’offre à Dieu23.

  • 24 Gerhard Köbler, « Die Herkunft der Gewere », TRG 43 (1975), p. 195-211 ; Hagen Keller, « Die Inves (...)
  • 25 Pour un exemple d’application, cf. Elisabeth Magnou-Nortier, « Remarques sur la genèse du Pactus L (...)
  • 26 Harold Steinacker, « “Traditio cartae” und “traditio per cartam” : ein Kontinuitätsproblem », AfD (...)
  • 27 Eberhard Freiherr von Künssberg, Messerbräuche. Studien zur Rechtsgeschichte und Volkskunde, Heide (...)
  • 28 Berent Schwineköper, Der Handschuh im Recht, Ämterwesen, Brauch und Volksglauben, mit einer Einfüh (...)
  • 29 Karl von Amira, Der Stab in der germanischen Rechtssymbolik, Munich, 1909.

13L’abandon d’un droit et sa remise à autrui, l’investiture24, se faisait par le jet ou la remise d’un objet. L’acte juridique de renonciation à un droit, la werpitio (à l’origine du français « déguerpir ») consistait en un rituel lors duquel on jetait (le verbe allemand werfen est issu de la même racine) quelque chose, généralement un fétu ou une baguette (festuca) qu’on pouvait éventuellement réduire en morceaux. La festuca est le symbole auquel on avait le plus généralement recours25 ; mais on pouvait aussi se servir d’autres objets, de manière conjointe ou séparée, pour procéder à une investiture : une motte de terre, la charte de donation elle-même26, un couteau27, un gant28, etc. Le bâton et sa variante plus noble, le sceptre, sont à ce point associés à l’investiture d’un pouvoir qu’ils en sont devenus les symboles29.

  • 30 Hans Rudolf Hagemann, « Fides facta und wadiatio. Vom Wesen des altdeutschen Formalvertrages », ZR (...)
  • 31 Cf. supra, p. 162.
  • 32 Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-936), éd. Jean Dufour, Paris, 197 (...)

14Ces divers objets pouvaient aussi être remis à titre de gages30, c’est-à-dire qu’ils signifiaient la reconnaissance d’une dette ou d’un devoir, et matérialisaient l’engagement qu’on prenait d’accomplir à l’avenir tel acte juridique, par exemple une restitution. Dans l’affaire des biens de Saint-Martin tenus injustement par le vassal de l’abbé Robert, Patéric, dont il a déjà été question plus haut31, le prévôt Erfred et l’avoué de Saint-Martin, Adalmar, se rendirent auprès de l’abbé et le convainquirent d’ordonner la restitution du bien en le menaçant de porter leur plainte devant le roi Eudes, son frère, qui se trouvait alors à Tours. Robert leur dit32 :

« “Qui a un gage (guadium) ?” Alors, Erfred [le prévôt !] tira un couteau du fourreau qu’il avait par-devers lui et le lui donna. Ce dernier tendit le couteau à l’avoué Adalmar et lui dit : “Tu dois le recevoir, puisque tu es leur avoué [c’est-à-dire l’avoué des frères]. Et si cela s’avère nécessaire, tu combattras pour eux” ! »

15L’abbé Robert donna donc son accord à la restitution du bien contesté, par la remise d’un couteau – à charge pour l’avoué de contraindre le vassal Patéric à se soumettre à cette décision !

16Au Moyen Âge, les actes juridiques étaient accomplis de manière très concrète : dans le cas d’une donation ou d’une restitution (suite à une décision de justice, par exemple), il était de coutume de se rendre sur les lieux pour procéder in situ à la remise formelle du bien ; il n’est pas rare que les chartes soient complétées par une notice relatant la tenue de l’assemblée lors de laquelle il fut procédé publiquement au rituel d’investiture et consignant le nom des témoins.

  • 33 Feller 1998, p. 38 sq.

17Les mentions de ces objets symboliques se multiplient et ces derniers semblent se diversifier vers la fin des temps carolingiens ; ils sont alors réputés correspondre à la revendication de telle ou telle loi (par exemple : le droit franc, le droit lombard). Mais il faut rester prudent quant à la portée de la mention de ces objets (relativement fréquente en Italie) ou de son absence dans les chartes : elle pouvait être laissée à la libre appréciation du scribe – c’est ainsi que, parmi les actes privés du cartulaire de Casauria datant du règne de Louis II, les documents rédigés par le notaire Audoald portent mention des objets remis alors qu’ils sont passés sous silence dans les actes rédigés par le notaire Arecisi, qui fait simplement état d’une investiture sans en préciser le mode33.

Un espace ordonné

  • 34 Hammer 1997.
  • 35 Sur la sacralisation de l’espace, cf. par ailleurs – et entre autres – Michel Lauwers, « Le cimeti (...)
  • 36 Cf. Carol Heitz, « Le groupe cathédral de Metz au temps de saint Chrodegang », dans Saint Chrodega (...)
  • 37 Sur Saint-Riquier, cf. Rabe 1995.
  • 38 Cf. Alain Guerreau, « Quelques caractères spécifiques de l’espace féodal européen », dans Neithard (...)

18Les lettrés du haut Moyen Âge, en particulier ceux des temps carolingiens, avaient le désir de mettre toute chose en ordre, même le temps qui passe et le cours des saisons – en témoigne la réforme du nom des mois imposée par Charlemagne, qui exprime une volonté de faire explicitement coïncider les activités des hommes et le cours des astres34. Du point de vue spatial, le développement des liturgies stationales révèle une volonté d’organiser l’espace et de le sacraliser35 en établissant une hiérarchie des lieux, par exemple à l’intérieur de la cité – en l’occurrence, au sein du groupe cathédral36 – ou dans les limites de l’enclos monastique37. De fait, l’appréhension de l’espace repose alors essentiellement sur la conscience toute concrète de l’existence de points forts autours desquels le territoire est défini, délimité, structuré38.

La délimitation de l’espace

  • 39 Smith 2001, p. 95 ; Walter Horn, « On the Origins of the Medieval Cloister », Gesta 12 (1973), p. (...)
  • 40 Harald Siems, « Flurgrenzen und Grenzmarkierungen in den Stammesrechten », dans Beck et alii 1979, (...)
  • 41 Exemples spectaculaires dans Ward-Perkins 1988. Plus largement, cf. Gérard Chouquer & François Fav (...)
  • 42 Anne Nissen Jaubert, « Systèmes agraires dans le sud de la Scandinavie entre 200 et 1200 », dans C (...)

19Dans le monde franc, c’est à partir de l’époque carolingienne que les bâtiments conventuels se regroupent autour d’un cloître, matérialisant ainsi dans l’espace la clôture39. Le premier exemple de monastère franc adoptant la forme d’un cloître carré est celui de Lorsch, dont la construction eut lieu peu après 762 (cette abbaye fut fondée par Cancor, un parent de Chrodegang de Metz, dont le nom est d’ailleurs symétrique). L’histo­riographie récente révèle l’existence d’une conception symbolique de l’espace, qui ne s’avère toutefois pas une appréhension immatérielle. En effet, la notion de limite, de clôture, est essentiellement matérielle40, à l’instar des limites de parcelles, qui gardent parfois l’empreinte de la centuriation romaine41, ou de la feganga (chemin des bêtes) de la législation lombarde qu’on trouve encore dans certaines campagnes scandinaves (sous le nom de fægang en danois) : il s’agit d’un « passage clôturé qui permet l’acheminement du bétail vers les pâtures et protège les cultures concentrées autour de l’habitat42 ».

  • 43 Codex Laureshamensis, éd. Karl GlKöckner, t. 1, Darmstadt, 1929, p. 278 sqq. (n° 6a). À ce propos, (...)
  • 44 Patrick J. Geary, « Land, language and memory in Europe, 700-1100 », TRHS, 6e série, 9 (1999), p. (...)
  • 45 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro, éd. Bruno Krusch, MGH SS. rer. Merov. 3, Hanovre, (...)
  • 46 K.-S. Kramer, « Grenzenumgang », dans HRG 1, col. 1804-1806.

20La délimitation d’un territoire ne s’établissait pas sur le parchemin ; elle était définie, concrètement, par un « tour du propriétaire » : on l’a déjà dit plus haut à propos de l’investiture, les transferts de propriété avaient lieu sur le terrain ; on se déplaçait alors d’une limite à l’autre, d’un repère à l’autre (qu’il s’agisse d’une croix, d’une pierre levée, d’un arbre marqué d’un signe spécifique, etc.). Le cartulaire de Lorsch offre un magnifique exemple d’une assemblée convoquée en pleine forêt, près d’un tumulus ( !), pour procéder à la délimitation de la marcha de Heppenheim, 22 ans ( !) après que Charlemagne l’eut donnée à l’abbaye royale toute voisine43 : le comte Warin, qui l’avait tenue en bénéfice, en établit les limites « par le jugement et le témoignage d’hommes illustres », en suivant certains finages marqués par un tumulus, en prenant comme repère une hauteur, en suivant un cours d’eau ou une voie publique (strata publica). La fréquence des termes vernaculaires dans les parties des actes où sont énumérés les biens et leurs confins s’avère probablement le reflet des déplacements effectués sur le terrain, afin de déterminer les limites d’un territoire, parfois dans le cadre d’une enquête44. Selon la légende rapportée par Hincmar de Reims dans le troisième quart du ixe siècle45, Clovis aurait promis à saint Remi de lui accorder, en Soissonais, tout ce dont il pourrait faire le tour durant sa sieste (rex sancto Remigio concessit, ut, quantum circuiret, dum ipse meridie quiesceret, totum illi donaret). C’est ainsi que « saint Remi, se dirigeant le long des finages, tels qu’ils apparaissent de manière tout à fait manifeste, laissa des marques de son passage » (sanctus autem Remigius per fines, quae manifestissime parent, pergens, signa sui itineris misit). Remi ne remit pas en question les finages (il n’en avait matériellement pas le temps !) ; l’essentiel était pour lui de placer des signes de propriété. Ce marquage du territoire par un déplacement autour du domaine devait avoir lieu de temps à autre pour rappeler à chacun les droits du propriétaire46.

  • 47 Parisse 2002, p. 65.
  • 48 Roderich Schmidt, « Umfahrt », dans HRG 5, col. 421-426, aux col. 423 sq.

21On pourrait rapprocher ces déplacements des tournées du royaume mentionnées par Grégoire de Tours : à propos de Théodebert Ier à la mort de son père Thierry Ier ; à propos de Clotaire Ier en 555 lorsqu’il revendiqua le royaume de son frère Thierry Ier, à la mort du petit-fils de ce dernier, Théodebald ; à propos de l’installation du fils de Clotaire Ier, Chramn, en Aquitaine ; à propos de l’usurpateur Gondovald, en 584 ; à propos de Childebert II l’année suivante. Le souverain ne pouvait que renforcer son autorité en se montrant dans toutes les parties de son (nouveau) territoire, mais la « chevauchée » (en allemand : Umritt) effectuée par le roi parcourant son royaume après son avènement, qui deviendrait « un rite fréquent, non nécessaire, mais souhaitable47 » sous les Ottoniens et les Saliens, n’avait manifestement aucune dimension constitutive aux temps mérovingiens : il est significatif que Grégoire de Tours ne mentionne ces tournées du royaume qu’à propos de rois dont les droits sur le territoire revendiqué s’avéraient, à un titre ou à un autre, contestables ou contestés48 ; il était donc particulièrement important d’aller glaner, sur le terrain, les serments de fidélité.

Conscience de l’espace, connaissance du territoire

  • 49 François Louis Ganshof, « Zur Entstehungsgeschichte und Bedeutung des Vertrages von Verdun 843) », (...)

22Les souverains du haut Moyen Âge pouvaient avoir une connaissance relativement précise de leurs territoires, dont ils ordonnaient, le cas échéant, des descriptions ou des inventaires. Nous sommes bien renseignés sur le contexte dans lequel fut préparé le traité de Verdun d’août 843 : la richesse des divers territoires fut évaluée au manse près, à ce que prétend un annaliste. Les difficultés que rencontrèrent les délégués chargés de négocier la constitution des lots n’étaient pas dues à une incapacité intellectuelle de concevoir un territoire, mais à l’impossibilité dans laquelle ils se trouvèrent de mener partout leur enquête49.

  • 50 Krüger 1950, p. 65 (carte 8).

23Les biens appartenant aux grandes familles comtales de Saxe étaient disséminés dans toute la région. Les Liudolfides, par exemple, étaient implantés aussi bien à l’ouest, dans les vallées de la Hase et de l’Ems, qu’à l’est, dans la région où fleuriraient plus tard le palais de Goslar et le siège métropolitain de Magdebourg. Néanmoins, on observe aussi une tendance au regroupement, pour constituer de véritables pôles de pouvoir : alors que le cours de la Weser est, aux environs de Corvey, dominé par les Egbertides, plus au nord (vers Minden), il est dominé par les descendants de Widukind, également fort présents entre Weser et Hase50. À n’en point douter, le voyageur savait qu’il quittait la zone dominée par telle famille pour entrer dans celle dominée par telle autre.

  • 51 Patrick Gautier Dalché, « De la glose à la contemplation : place et fonction de la carte dans les (...)
  • 52 Gerberding 1987, p. 26 sq.
  • 53 Poetae Latini aevi Carolini, t. 4/2, éd. Karl Strecker, Berlin, 1896, p. 555 (n° 39, § 25).

24On avait une conception empirique des espaces de pouvoir (indépendamment de la représentation érudite de l’espace cartographié51), comme le prouve l’auteur anonyme des Versus de Asia et de universi mundi rota, composés en milieu franc probablement au viiie siècle52. Amplifiant le propos d’Isidore de Séville au point de le modifier complètement, ce poète écrit53 :

« La Gaule est dite “Belgique” entre le Rhin et la Seine.
Là sont les villae royales et les princes pleins d’élégance ;
Ce sont des hommes forts à la guerre, terribles au combat. »

25La concentration des villae royales en Neustrie (que l’auteur limite aux pays de la rive gauche de la Seine, et dont il fait ensuite l’éloge) et en Austrasie était si importante qu’elle pouvait caractériser la Belgique aux yeux d’un lettré des premiers temps carolingiens ; son propos témoigne éloquemment d’une conscience politique et territoriale de l’espace.

  • 54 Röckelein 2002, p. 241 sqq.

26L’étude des translations de reliques permet également de cerner l’existence de sphères d’influence en relation avec le contexte politique. On observe ce phénomène de manière particulièrement nette à propos des translations de saints jusqu’en Saxe, au ixe siècle54 : alors que les monastères de Corvey et de Herford, sous l’emprise de la famille des Ekbertides, font venir leurs reliques de Francie occidentale, les monastères sous la domination de familles descendant de Widukind se tournent vers Rome (l’exemple le plus significatif est celui des reliques de saint Alexandre, dont le comte Walbert organise la translation depuis les catacombes romaines jusqu’au monastère de Wildeshausen, en 850, grâce au soutien de l’empereur Lothaire Ier et du pape Léon IV). Cette répartition géographique s’avère le reflet de la division politique de l’aristocratie saxonne lors des dissensions qui suivirent la mort de Louis le Pieux.

Les lieux centraux

  • 55 Müller-Wille 1999, p. 64-73.
  • 56 Lotte Hedeager, « Asgard reconstructed ? Gudme – a “central place” in the North », dans Jong et al (...)

27Les monastères que nous venons de citer peuvent être considérés comme des « lieux centraux », des lieux où le pouvoir des familles aristocratiques s’exprimait au mieux, des lieux attractifs aussi. D’un point de vue archéologique, la concentration de richesses peut également servir de critère. Dans le monde scandinave, la répartition des trésors constitués d’objets en or, en argent ou en bronze permet de déterminer l’existence de certains lieux centraux, caractérisés par un habitat aristocratique et dont l’importance était à la fois sociopolitique et religieuse55. La concentration la plus importante se trouve à Gudme56 (au Danemark, sur l’île de Fyn ou Fionie) : on a retrouvé 10 kg d’or répartis sur une aire de 2 400 ha. Il s’agit d’une zone de peuplement constituée d’une cinquantaine d’exploitations qui connut son apogée entre le iiie et le viie siècle. Le nom de Gudme est lui-même significatif, puisqu’il signifie « demeure des dieux ». Dans ces trésors, on trouve notamment des bractéates, attestées essentiellement de 450 à 550, et des feuilles d’or, utilisées comme amulettes du vie au viiie siècle. En Scandinavie, les bractéates ont été trouvées principalement dans les trésors ; celles découvertes dans les mondes anglo-saxon et franc se trouvaient exclusivement en contexte funéraire – par conséquent, l’interprétation de leur dépôt diffère selon les lieux. Ces feuilles d’or sont généralement de très petite dimension et portent une empreinte sur une seule face, où figurent le plus souvent un homme nu portant un torque (peut-être le dieu Odin), un homme vêtu tenant un bâton à la main (peut-être le dieu Thor) ou un couple représentant probablement Freir et sa sœur Freia, divinités de la fertilité. Une centaine de ces feuilles d’or ont été trouvées aux environs de la plage de Lundeborg, située à quelques kilomètres à l’est de Gudme dont elle faisait office de port. Une cinquantaine de feuilles semblables, dont la datation du contexte par dendrochronologie donne la fourchette 710-720, furent découvertes dans le remblaiement d’un trou de poteau d’une maison longue à trois nefs fouillée à Slöinge, près de Falkenberg (au sud-ouest de la Suède, dans le Halland). Jusqu’à présent, ces feuilles d’or ne sont connues que dans le monde scandinave.

  • 57 Barbier 1990.
  • 58 Campbell et alii 1982, p. 152-153.
  • 59 État des lieux de la Pfalzenforschung en Allemagne et en France dans Ehlers 2002 (contributions de (...)
  • 60 Peter Sawyer, « The Royal Tun in Pre-Conquest England », dans Wormald et alii 1983, p. 273-299.

28La recherche sur les lieux centraux dans l’Occident du haut Moyen Âge met en évidence un véritable maillage du territoire. La densité des palais en Neustrie et la manière dont les rois en ont tiré parti autorisent ainsi J. Barbier à parler de véritable « système palatial57 ». L’exemple le plus spectaculaire est toutefois offert par les burhs édifiés en Wessex à la fin du ixe siècle, qui quadrillent le territoire de façon relativement régulière – pour le moins sont-ils situés à moins d’une trentaine de kilomètres les uns des autres, ce qui permet de se rendre de l’un à l’autre en une seule journée de marche58. Les curtes et autres villae royales servaient à affirmer la présence du souverain dans la région, ne serait-ce que de façon symbolique. Leur importance politique est soulignée par la tenue en ces endroits des assemblées, des plaids généraux. La recherche sur les résidences royales est plus avancée en Allemagne et en France qu’en Angleterre59, pour laquelle on dispose toutefois d’enquêtes montrant le grand nombre de villae royales à l’époque anglo-saxonne, en dépit du caractère parfois mouvant de ces domaines. Certains changèrent de main, furent donnés à des proches du roi ; d’autres ne furent jamais aliénés : c’est par exemple le cas des quatre tunas dont le roi Cuthwulf s’était emparé en 571 lorsqu’il battit les Bretons à Bedcanford60.

  • 61 Eugen Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge », RH 230 (1963), p. 25-72 ; rééd.
  • 62 Richter 1996, p. 44.
  • 63 Gian Pietro Brogiolo, « Capitali e residenze regie nell’Italia longobarda », dans Ripoll & Gurt 20 (...)
  • 64 J. H.W. G. Liebeschuetz, « Ravenna to Aachen », dans Ripoll - Gurt 2000, p. 9-30, à la p. 25.
  • 65 Barbier 1990 ; Alain Dierkens & Patrick Périn, « Les sedes regiae mérovingiennes entre Seine et Rh (...)

29Les palais sont des lieux de pouvoir61, lieux d’où l’on gouverne parfois, lieux – surtout – où l’on fait démonstration de sa richesse, de sa puissance, de son influence. Le choix du site de Tara, en Irlande, comme siège du pouvoir de la dynastie des Uí Néill, semble particulièrement évident62 : comme son nom l’indique, il s’agit d’un endroit d’où l’on peut voir toutes les provinces d’Irlande – Tara signifie en effet « le lieu qui offre une vue au loin ». Ce lieu est donc, en soi, tout un programme politique. De même, l’établissement des rois lombards à Pavie, s’il s’inscrit en partie dans la tradition du pouvoir ostrogothique, correspond également à une volonté programmatique d’affirmation du pouvoir alors que d’autres sites, plus prestigieux, auraient pu être retenus63 (notamment Milan, capitale du temps de la Tétrarchie). Le choix de certains sites pour y établir un palais ou y fixer une « capitale » ne dépend pas de l’importance économique du lieu (comme l’illustre par exemple, chez les Wisigoths, le fait que Tolède s’imposa sur Mérida64) ; alors que les Mérovingiens résidaient dans les cités, les Carolingiens n’oublièrent pas qu’ils étaient issus du noble milieu des grands propriétaires fonciers et ils préférèrent construire leurs palais hors des villes65.

  • 66 Barbier 1982.
  • 67 Thomas Zotz, « Carolingian tradition and ottonian-salian innovation : comparative observations on (...)
  • 68 Présentation synthétique des fouilles réalisées à Paderborn par Sveva Gai, « Nouvelles données sur (...)
  • 69 Peter Schmid, « König – Herzog – Bischof. Regensburg und seine Pfalzen », dans Lutz Fenske (éd.), (...)
  • 70 Herrmann 1965, p. 186 ; Lund 1984, p. 16.

30L’étude des séjours royaux révèle que la fréquentation de tel ou tel site tenait de la propagande politique, de la volonté de renouer avec telle tradition ou d’affirmer telle revendication sur le territoire où se trouve le palais et/ou sur les régions voisines. Ainsi, la fréquentation du palais d’Attigny fut pour Charles le Simple un moyen d’exprimer ses ambitions lotharingiennes (déjà sous Charles le Chauve, on peut établir une corrélation entre son intérêt pour les affaires du royaume de Lothaire II et la fréquence de ses séjours à Attigny66). L’examen des lieux d’implantation des palais est également, en soi, révélateur de la volonté, à l’époque carolingienne, de doter chaque territoire d’un lieu où la présence du roi est exprimée – ne serait-ce que de manière symbolique67. C’est le cas de Paderborn68 (l’urbs Caroli de Saxe), mais aussi (entre autres) de Francfort ou de Ratisbonne, dont la concentration des palais69 (résidence des ducs Agilolfides, résidence de Louis le Germanique et résidence des évêques à l’intérieur des murs ; résidence d’Arnulf de Carinthie près de Saint-Emmeram) explique probablement pourquoi, chez les lettrés anglo-saxons de la fin du ixe siècle, Ratisbonne était considérée comme le seul véritable centre urbain de Germanie, ainsi qu’en témoigne le remaniement en vieil anglais de la description d’Orose70 (l’auteur tardo-antique ne mentionne que les cours des fleuves, sans faire référence aux peuples habitant cette partie d’Europe) :

« Au nord des sources du Danube et à l’est du Rhin, il y a les Francs orientaux (Eastfrancan) ; plus au sud, il y a les Souabes (Swæfas), sur l’autre rive du Danube ; au sud et à l’est de ces derniers, il y a les Bavarois (Bægware) – la partie qu’on appelle “Ratisbonne” (se dæl b/e mon Regnesburg hætt). Immédiatement à l’est, il y a les Bohémiens (Bæme) ; au nord-est, les Thuringiens (b/yringas). Au nord, il y a les Vieux-Saxons (Ealseaxan) et au nord-ouest les Frisons (Frisan)… »

  • 71 Walther Lammers, « Ein karolingisches Bildprogramm in der aula regia von Ingelheim », dans Festsch (...)
  • 72 Josiane Barbier, « Le sacré dans le palais franc », dans Kaplan 2001, p. 25-41 (citation p. 36).

31Les palais sont aussi des lieux auxquels on reconnaissait une certaine sacralité (Ingelheim, dont on connaît bien le programme iconographique décorant l’aula et l’église71, n’est-il pas considéré comme la « demeure des anges » ?). Au cours du haut Moyen Âge, on observe un renforcement de ce phénomène, exprimé par la construction de collégiales à l’intérieur du palais, comme ce fut le cas à Aix-la-Chapelle ; il s’agit de fondations allant bien au-delà de la construction d’un simple oratoire ou de la juxtaposition d’une résidence royale et d’une église. Du temps de Clotaire II et de son fils, Dagobert Ier, il existe un lien évident entre Saint-Denis et le palais de Clichy – leur poids symbolique respectif étant à l’avantage de l’établissement monastique : « Le palais de Clichy paraît être pour ainsi dire dans la dépendance de la basilique Saint-Denis, presque son annexe laïque. » En revanche, les monastères palatins des temps carolingiens se développent dans une véritable symbiose des pôles séculier et religieux72.

  • 73 Reinhold Kaiser, « Aachen und Compiègne : zwei Pfalzstädte im frühen und hohen Mittelalter », Rhei (...)
  • 74 Wilhelm Störmer, « Die Anfänge des karolingischen Pfalzstifts Altötting », dans Dieter Berg & Hans (...)

32Compiègne est l’exemple le plus célèbre d’un palais de la seconde moitié du ixe siècle pourvu d’une collégiale sur le modèle de celle d’Aix-la-Chapelle ; cet ensemble palatial offrait à Charles le Chauve un ersatz de la résidence privilégiée de son grand-père et homonyme73. Compiègne n’est cependant pas un cas unique en son genre. Carloman, le fils de Louis le Germanique, n’agit pas autrement en 877 lorsqu’il dota le « monastère nouvellement construit par nous depuis les fondations », c’est-à-dire le monastère fondé par lui à Altötting, en Bavière (sur la rive droite de l’Inn, non loin de la confluence avec la Salzach). Il s’agit d’une résidence princière attestée depuis la fin du viiie siècle, qui devint un palais d’importance majeure sous le règne de Carloman et celui d’Arnulf de Carinthie74.

Révolte et opposition

  • 75 Werner Jacobsen, « Gab es die karolingische “Renaissance” in der Baukunst ? », Zeitschrift für Kun (...)
  • 76 Cf. par exemple David Ganz, « The Epitaphium Arsenii and Opposition to Louis the Pious », dans God (...)
  • 77 Brunner 1979.
  • 78 Epperlein 1969, p. 15 sqq. (l’auteur parle de « bäuerlicher Widerstand »).
  • 79 Eric J. Goldberg, « Popular Revolt, Dynastic Politics, and Aristocratic Factionalism in the Early (...)

33L’architecture religieuse pouvait s’avérer un moyen d’exprimer son attachement à telle tradition ou, au contraire, son opposition – au gouvernement du souverain, par exemple : l’abandon du plan typique de la réforme de Benoît d’Aniane et le retour aux modèles des églises abbatiales more romano telles qu’elles étaient construites sous Charlemagne75 témoignent des tensions suscitées par la politique de Louis le Pieux au sein de l’aristocratie aussi éloquemment que les libelles, poèmes et autres traités polémiques alors composés76. Les mouvements d’opposition nobiliaire sont bien connus aux temps carolingiens77. Quant aux soulèvements « populaires », ils peuvent également s’avérer liés à la vie politique et aux rivalités qui se développèrent au sein de la famille régnante78 ; le cas de la rébellion qui eut lieu en Saxe en 841-842, la révolte des Stellinga (qui recruta ses partisans dans les classes moyennes de la population, les frilingi et lazzi), en apporte éloquemment la preuve79 – de même, les Vikings tirèrent parti des troubles internes de l’Empire carolingien. Le recours à la violence s’avère bien évidemment l’aspect le plus spectaculaire de ces révoltes. Leur fondement est, dans le cadre de ce livre, particulièrement intéressant, puisqu’il met la plupart du temps en jeu l’une des formes les plus importantes des relations sociales : l’association scellée par le serment.

La conjuration

  • 80 Scheibelreiter 1979, p. 36.

34On a interprété la révolte qui eut lieu en 589 au monastère de Sainte-Croix de Poitiers comme l’expression d’une « conscience de classe », la fille de roi qu’était Chrothilde ne supportant pas de se soumettre à une abbesse qui n’était pas du même rang social qu’elle. Qu’il s’agisse ou non d’un exemple de l’antagonisme (supposé) entre une conception de la société nobiliaire et germanique d’une part et chrétienne d’autre part, la manière dont Chrothilde prépara son coup est significative de la nécessité qu’on éprouvait alors de s’associer par serment, de se « conjurer » pour mener à bien un soulèvement : en exigeant un serment des quarante moniales qui l’appuyèrent dans sa contestation de l’abbesse Leubovera, Chrothilde leur imposait un lien similaire à celui du leudesamium et se constituait ainsi une sorte de Gefolgschaft80.

35Il existait des associations jurées de serfs particulièrement craintes par le pouvoir. En 821, Louis le Pieux recommanda à ses missi de veiller à dissoudre de telles formes de solidarité, apparemment très courantes dans les régions proches de la mer du Nord, et de contraindre à une amende sévère les maîtres tolérant cela :

  • 81 Capitularia regum Francorum, éd. Alfred Boretius, t. 1, Hanovre, 1883, p. 301 (n° 148, chap. 7).
  • 82 Le pagus Mempiscus comprenait à l’origine tout le littoral entre les bouches de l’Escaut et l’Aa. (...)

« Au sujet des associations jurées (conjurationes) de serfs (servi), qui se font 81dans les Flandres, dans le pays des Ménapes82 et dans les autres endroits maritimes, nous voulons que nos missi indiquent aux maîtres de ces serfs qu’ils doivent leur défendre, dorénavant, faire de telles associations jurées. Que ces mêmes maîtres sachent que, si leurs serfs osent faire une association jurée de quelque manière que ce soit après que notre ordre leur a été communiqué, le maître [de tels serfs] devra payer notre ban, c’est-à-dire 60 sous. »

  • 83 Capitularia regum Francorum, t. 1, p. 124 (n° 44, chap. 10).

36En 805, Charlemagne avait déjà explicitement visé les associations de serfs lorsqu’il prit des mesures contre les « conspirations ». Les personnes convaincues de s’être engagées par la main droite devaient, si elles étaient libres, jurer avec des co-jureurs qu’elles ne l’avaient pas fait à mauvais dessein ; quant aux serfs, ils devaient recevoir le fouet83.

Des meneurs exaltés ?

  • 84 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, t. 2, Paris, 1963, p. 304-306 (X, 2 (...)

37Point n’était toutefois besoin de recourir au serment pour remettre en cause l’ordre établi. Grégoire de Tours relate l’histoire d’une sorte d’illuminé contestataire (ou bien d’un dément possédé, c’est selon) originaire du Berry84, qui se rendit en Provence avant d’achever son périple en Velay, où il fut assassiné par un membre de la suite de l’évêque du Puy, qu’il avait défié en envoyant au prélat « des hommes qui dansaient et sautaient, le corps nu, pour annoncer son arrivée ». L’homme se faisait passer pour le Christ et vivait en compagnie d’une femme, « sa prétendue sœur qu’il faisait appeler Marie ». Ce Robin des Bois avant la lettre « se mit à dépouiller et à dévaliser les gens qu’il pouvait rencontrer sur son chemin ; il faisait toutefois des largesses aux indigents avec le butin ». Il combinait, apparemment avec succès, contestation sociale et mysticisme :

« Une foule de gens affluait vers lui en lui présentant des malades auxquels il rendait la santé en les touchant. Ceux qui venaient à lui lui apportaient aussi de l’or et de l’argent ainsi que des vêtements. Pour exercer plus facilement sa séduction il les distribuait aux pauvres ; il se prosternait au sol en se répandant en prières avec la femme susdite, puis se redressant de nouveau, il ordonnait à ceux qui se tenaient autour de lui de l’adorer. Il prédisait également l’avenir… »

  • 85 Folz et alii 1972, p. 53 et p. 88.
  • 86 Claude 1970, p. 67 et p. 113.

38Selon Grégoire, cet individu parvint également à attirer à lui des clercs. Il était loin d’être le seul à contester l’ordre établi, à concurrencer par exemple l’institution de la matricule des pauvres, par le biais de « sortilèges ». Dernières résurgences de la Bagaude ayant particulièrement sévi au ve siècle85 ? En Espagne, au cours du vie siècle, on observe aussi des mouvements de contestation du pouvoir wisigothique, par exemple à l’occasion de la soumission par Léovigild, en 577, de l’Orospeda, une région qui se situe vers la source du Guadalquivir : les classes inférieures de la société se soulevèrent alors86.

L’insécurité

  • 87 Pierre Bonnassie, « Le rapport de l’homme à la terre, ou les deux sens du mot “culture”. Hommage à (...)
  • 88 Guy Halsall, « Violence and society in the early medieval west : an introductory survey », dans Ha (...)

39Il a été rappelé à plusieurs reprises, au cours de cet ouvrage, que la recherche de protection constituait un élément fondamental des rapports sociaux durant le haut Moyen Âge. Est-ce à dire que l’insécurité régnait partout, que la violence sévissait en tout lieu ? Le terme de « sauvagerie » employé par certains pour décrire cette société87 s’avère-t-il vraiment approprié ? Comme l’observe G. Halsall, il est bien délicat de porter un jugement sur le degré de violence des sociétés du haut Moyen Âge et de dire si elles étaient plus ou moins violentes que d’autres périodes, ne serait-ce qu’en raison de la subjectivité des témoignages88 – la violence, comme la souffrance qu’elle engendre, relèvent en partie de l’ordre de la perception, et sont dès lors des données relatives.

  • 89 Pierre Riché, « Conséquences des invasions normandes sur la culture monastique dans l’Occident fra (...)
  • 90 Simon Coupland, « The Rod of God’s Wrath or the People of God’s Wrath ? The Carolingian Theology o (...)
  • 91 La bibliographie est énorme ; cf. par exemple Galinié 1989 ; Roesdahl 1991 ; Rüdiger FUCHS, « Die (...)
  • 92 Anne Nissen Jaubert, « Some aspects of Viking research in France », dans Steffen Stummann Hansen (...)
  • 93 Sur la piraterie en Méditerranée, cf. Christophe Picard, La mer et les Musulmans d’Occident au Moy (...)
  • 94 Kristo 2000, p. 15 sqq.
  • 95 Wolfram 1974, p. 210 sq.

40Les terreurs suscitées par les Vikings, qui constituèrent une menace à partir de la fin du viiie siècle et dont les raids s’intensifièrent dans le deuxième tiers du ixe siècle, relèvent du lieu commun historiographique – qui remonte aux témoignages contemporains, notamment à propos des « exodes » de reliques89, les Vikings étant considérés comme les instruments de la vengeance divine90. L’importance des « hommes du Nord » dans l’histoire de l’Europe carolingienne est indéniable91 ; or leur impact sur la vie des gens fut assurément très variable, selon l’endroit et le moment (en ce qui concerne la peur suscitée par leur passage ou aux environs des endroits où ils hivernaient, mais aussi en ce qui concerne leur influence sur les coutumes des populations – à cet égard, le peu de vestiges vikings trouvés en Normandie témoigne du caractère avancé de leur assimilation et de leur acculturation lorsqu’ils s’y établirent définitivement92). Les régions côtières et les vallées de la Francia occidentalis et des îles Britanniques ne furent pas seules à faire l’objet de pillages ; les Sarrasins constituèrent, par exemple, une menace en Méditerranée93. En Germanie, les Hongrois semèrent également la terreur entre la fin du ixe siècle et le milieu du siècle suivant94. Durant toute la période qui nous intéresse ici, les régions orientales du monde franc furent soumises à une insécurité latente, due aux tensions qui pouvaient exister entre les populations germaniques et les Slaves, avec qui elles coexistaient. Les rapports entre les « Francs » et les Slaves n’étaient en effet pas toujours pacifiques, comme l’illustre la plainte de l’auteur des Breves Notitiae de Salzbourg, à la fin du viiie siècle, concernant les biens de la « celle » de Saint-Maximilien à Bischofshofen, dans la vallée de la Salzach : cette « celle » fut plusieurs fois la cible des Slaves, qui la détruisaient en « très cruels païens » qu’ils étaient95.

Les divisions théoriques de la société

  • 96 Giles Constable, Three Studies in Medieval Religious and Social Thought, Cambridge, 1995, p. 267 s (...)
  • 97 Otto Gerhard Oexle, « Tria genera hominum. Zur Geschichte eines Deutungsschemas der sozialen Wirkl (...)
  • 98 Georges Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, 1978 ; Jacques Le Goff, « Les (...)

41Au désordre que générait la violence, les clercs du haut Moyen Âge opposèrent une conception sociale reposant sur la notion d’ordre(s), qui marqua profondément l’éthique de gouvernement des souverains carolingiens – en particulier Charlemagne, Louis le Pieux et Charles le Chauve96. Parmi les diverses manières d’envisager les catégories sociales, ils proposèrent successivement deux modèles essentiels, qui se chevauchèrent et demeurèrent un temps en concurrence. Le premier, dont l’origine remonte aux Pères de l’Église, consiste en une hiérarchisation des degrés de la perfection : au plus haut se trouvent les moines, puis viennent les clercs et, ensuite, les laïcs97. Au cours du ixe siècle, un nouvel ordonnancement apparaît et tend à s’imposer dans la théologie politique dès les années 860 : la division de la société entre ceux qui prient, ceux qui combattent et ceux qui travaillent la terre, qui constitue une résurgence de la tripartition indo-européenne mise en évidence par G. Dumézil98.

  • 99 À ce propos, cf. Otto Gerhard Oexle, « Die funktionale Dreiteilung als Deutungsschema der sozialen (...)

42On ne saurait trop rappeler qu’il s’agit là d’échelles morales, de visions de l’esprit, de modes de représentation99. Les distinctions, dans la pratique, se déclinaient plutôt de manière binaire : homme ou femme, clerc ou laïc, puissant ou pauvre, etc. – avec toutes sortes de subtilités juridiques et sociales quant au statut des personnes. Cette diversité n’est pas sans contribuer à l’intérêt de l’Occident médiéval.

Notes

1 Bede’s Ecclesiastical history of the English people, éd. Bertram Colgrave & R. A. B.Mynors, Oxford, 1969, p. 258 (3, 14) ; citation d’après Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, trad. Olivier Szerwiniack et alii, t. 1, Paris, 1999, p. 156 sq ; cf. Jos Bazelmans, « Beyond power. Ceremonial exchanges in Beowulf », dans Theuws & Nelson 2000, p. 311-375, à la p. 329.

2 Cf. par exemple la synthèse de l’apport du haut Moyen Âge (en l’occurrence, essentiellement des temps carolingiens) dans Dominique Iogna-Prat, Ordonner et exclure. Cluny et la société chrétienne face à l’hérésie, au judaïsme et à l’islam, 1000-1150, Paris, 1998, p. 20 sqq.

3 Schmitt 1990 ; Verena EPP, « Rituale frühmittelalterlicher “amicitia” », dans Althoff 2001, p. 11-24.

4 Frans Theuws, « Rituals in transforming societies », dans Theuws & Nelson 2000, p. 1-13, à la p. 8 (et note 18), reconnaît dans les rituels « one form of externalisation of ideas », ces dernières étant « made available to the senses and thus to interpretation and appropriation by others ».

5 Gerd Althoff, « Die Veränderbarkeit von Ritualen im Mittelalter », dans Althoff 2001, p. 157-176.

6 Röckelein 2002, p. 368 sq.

7 Ermold le Noir, Poème sur Louis le Pieux et épîtres au roi Pépin, éd. et trad. Edmond Faral, Paris, 1932, p. 207.

8 Buc 2001 ; Buc 2001a.

9 Pour des études de cas, cf. Philippe BUC, « Ritual and interpretation : the early medieval case », EME 9 (2000), p. 183-210 ; id., « Text and Ritual in Ninth-Century Political Culture. Rome, 864 », dans Gerd Althoff, Johannes Fried & Patrick J. Geary (éd.), Medieval Concepts of the Past. Ritual, Memory, Historiography, Cambridge, 2002, p. 123-138.

10 McCormick 1986.

11 Willmes 1976, p. 75 sqq.

12 Koziol 1992.

13 Gerd Althoff, « Das Privileg der “Deditio”. Formen gütlicher Konfliktbeendigung in der mittelalterlichen Adelsgesellschaft », dans Oexle & Paravicini 1997, p. 27-52 ; rééd. dans Althoff 1997, p. 99-125.

14 Gerd Althoff, « Demonstration und Inszenierung. Spielregeln der Kommunikation in mittelalterlicher Öffentlichkeit », FMSt 27 (1993), p. 27-50 ; rééd. dans Althoff 1997, p. 229-257.

15 Stuart Airlie, « Narratives of triumph and rituals of submission : Charlemagne’s mastering of Bavaria », TRHS, 6e série, 9 (1999), p. 93-119.

16 Un problème de datation se pose à propos de cette mesure. Elle fait partie d’un ensemble de quatre chapitres copiés en bloc dans deux manuscrits tourangeaux du 2e quart du IXe siècle, dont l’un (le chapitre 3) fait mention de Charlemagne en tant qu’empereur ; ce capitulaire, qu’aucune rubrique n’annonce (le titre est moderne : Responsa imperatoris de rebus fiscalibus data) est daté du début des années 820 (en raison de la relation établie par son éditeur avec l’affranchissement de Lambert évoqué ci-dessous). On observera toutefois que les personnes dont Louis le Pieux décide du devenir des alleux sont censées avoir été des acteurs de la vie politique vers la fin du règne de Pépin le Bref. Or en 823, Louis le Pieux affranchit un certain Lambert, qui avait été réduit en servitude lors de la conquête de l’Aquitaine par le roi des Francs : il avait été donné comme otage par son père (cf. Depreux 1997, p. 269, n° 168) – lorsqu’il fut affranchi, Lambert avait donc au moins 55 ans, plus probablement une soixantaine d’années ; selon toute vraisemblance, il fut livré alors qu’il était encore enfant, un procédé tout à fait classique à l’époque. En revanche, si l’on considère que les personnes concernées par la décision de Louis le Pieux, au début des années 820, étaient toutes âgées d’au moins une quinzaine d’années à la fin du règne de Pépin le Bref, force est de reconnaître que la décision de l’empereur ne concernait que des vieillards, âgés d’environ 70 ans et plus ; surtout, elle venait bien tard. Par conséquent, il faut soit considérer que l’empereur fait implicitement référence aux ancêtres des grands d’Aquitaine de son temps, soit qu’il s’agit du rappel d’une décision prise par le roi d’Aquitaine que fut Louis à partir de 781 ; il est probable que la question du statut des biens appartenant aux notables aquitains s’était posée bien avant le règne impérial de Louis le Pieux. Cette seconde explication est d’autant plus vraisemblable que, dans le chapitre 4, le souverain annonce qu’il remet sa décision à plus tard, étant donné qu’il n’a pas encore pu évoquer telle question (dont nous ignorons la teneur) avec ses fidèles ; a contrario, la décision concernant les alleux des notables d’Aquitaine était là, toute prête.

17 Capitularia regum Francorum, éd. Alfred Boretius, Hanovre, 1883, p. 296 (n° 145, chap. 2).

L’intérêt de ce texte est souligné par Buc 2001a, p. 875 sq.

18 Jörg Jarnut, « Die frühmittelalterliche Jagd unter rechts- und sozialgeschichtlichen Aspekten », dans L’uomo di fronte al mondo animale nell’alto medioevo, t. 1, Spolète, 1985, p. 765-798 ; rééd. dans Jarnut 2002, p. 375-408 (p. 774/384 : « die Jagd als Forum ») ; cf. également Nelson 1987, p. 120 sqq.

19 Karl Hauck, « Tiergärten im Pfalzbereich », dans HEIMPEL 1963, p. 30-74 ; Lutz Fenske, « Jagd und Jäger im früheren Mittelalter. Aspekte ihres Verhältnisses », dans Rösener 1997, p. 29-93, aux p. 56 sqq. ; Thomas Zotz, « Beobachtungen zu Königtum und Forst im früheren Mittelalter », ibid., p. 95-122.

20 Peter Godman, « The Poetic Hunt, from Saint Martin to Charlemagne’s Heir », dans Godman & Collins 1990, p. 565-589.

21 À ce propos, cf. Wilhelm Henktze (éd.), De Karolo rege et Leone papa. Der Bericht über die Zusammenkunft Karls des Großen mit Papst Leo III. in Paderborn 799 in einem Epos für Karl den Kaiser, Paderborn, 1999.

22 La règle de saint Benoît, éd. et trad. Jean Neufville & Adalbert de Vogüé, t. 2, Paris, 1972 (chap. 58, § 17-20).

23 Hieronymus Frank, « Untersuchungen zur Geschichte der benediktinischen Profeßliturgie im frühen Mittelalter », SMGBZ 63 (1951), p. 91-139.

24 Gerhard Köbler, « Die Herkunft der Gewere », TRG 43 (1975), p. 195-211 ; Hagen Keller, « Die Investitur. Ein Beitrag zum Problem der “Staatssymbolik” im Hochmittelalter », FMSt 27 (1993), p. 51-86.

25 Pour un exemple d’application, cf. Elisabeth Magnou-Nortier, « Remarques sur la genèse du Pactus Legis Salicae et sur le privilège d’immunité (ive-viie siècles) », dans Rouche 1997, t. 1, p. 495-538, qui propose une traduction du titre 46 du Pacte de la Loi Salique, sur l’affatomie (p. 537).

26 Harold Steinacker, « “Traditio cartae” und “traditio per cartam” : ein Kontinuitätsproblem », AfD 5/6 (1959/60), p. 1-72.

27 Eberhard Freiherr von Künssberg, Messerbräuche. Studien zur Rechtsgeschichte und Volkskunde, Heidelberg, 1941.

28 Berent Schwineköper, Der Handschuh im Recht, Ämterwesen, Brauch und Volksglauben, mit einer Einführung von Percy Ernst Schramm, Die Erforschung der mittelalterlichen Symbole, Wege und Methoden, Berlin, 1938, rééd. Sigmaringen 1981.

29 Karl von Amira, Der Stab in der germanischen Rechtssymbolik, Munich, 1909.

30 Hans Rudolf Hagemann, « Fides facta und wadiatio. Vom Wesen des altdeutschen Formalvertrages », ZRG GA 83 (1966), p. 1-34.

31 Cf. supra, p. 162.

32 Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, rois de France (922-936), éd. Jean Dufour, Paris, 1978, p. 141 (n° 37, 13 juin 892).

33 Feller 1998, p. 38 sq.

34 Hammer 1997.

35 Sur la sacralisation de l’espace, cf. par ailleurs – et entre autres – Michel Lauwers, « Le cimetière dans le Moyen Âge latin. Lieu sacré, saint et religieux », Ann. HSS, 1999, p. 1047-1072 ; Anne-Marie Helvétius, « Le saint et la sacralisation de l’espace en Gaule du nord d’après les sources hagiographiques (viie-xie siècle) », dans Kaplan 2001, p. 137-161.

36 Cf. Carol Heitz, « Le groupe cathédral de Metz au temps de saint Chrodegang », dans Saint Chrodegang. Communications présentées au colloque tenu à Metz à l’occasion du douzième centenaire de sa mort, Metz, 1967, p. 123-132 ; Michel Sot, « Organisation de l’espace et historiographie épiscopale dans quelques cités de la Gaule carolingienne », dans Bernard Guenée (éd.), Le métier d’historien au Moyen Âge. Études sur l’historiographie médiévale, Paris, 1977, p. 31-43.

37 Sur Saint-Riquier, cf. Rabe 1995.

38 Cf. Alain Guerreau, « Quelques caractères spécifiques de l’espace féodal européen », dans Neithard Bulst, Robert Descimon & Alain Guerreau (éd.), L’État ou le roi. Les fondations de la modernité monarchique en France (xive-xviie siècles), Paris, 1996, p. 85-101.

39 Smith 2001, p. 95 ; Walter Horn, « On the Origins of the Medieval Cloister », Gesta 12 (1973), p. 13-52 ; sur la disposition des bâtiments conventuels dans les monastères mérovingiens, cf. Edward James, « Archaeology and the Merovingian monastery », dans Clarke & Brennan 1981, p. 33-55.

40 Harald Siems, « Flurgrenzen und Grenzmarkierungen in den Stammesrechten », dans Beck et alii 1979, p. 267-309.

41 Exemples spectaculaires dans Ward-Perkins 1988. Plus largement, cf. Gérard Chouquer & François Favory, L’arpentage romain. Histoire des textes – Droit – Techniques, Paris, 2001.

42 Anne Nissen Jaubert, « Systèmes agraires dans le sud de la Scandinavie entre 200 et 1200 », dans Colardelle 1996, p. 76-86, à la p. 79.

43 Codex Laureshamensis, éd. Karl GlKöckner, t. 1, Darmstadt, 1929, p. 278 sqq. (n° 6a). À ce propos, cf. Matthew Innes, « People, places and power in Carolingian society », dans Jong et alii 2001, p. 397-437.

44 Patrick J. Geary, « Land, language and memory in Europe, 700-1100 », TRHS, 6e série, 9 (1999), p. 169-184.

45 Vita Remigii episcopi Remensis auctore Hincmaro, éd. Bruno Krusch, MGH SS. rer. Merov. 3, Hanovre, 1896, p. 306 sq. (chap. 17).

46 K.-S. Kramer, « Grenzenumgang », dans HRG 1, col. 1804-1806.

47 Parisse 2002, p. 65.

48 Roderich Schmidt, « Umfahrt », dans HRG 5, col. 421-426, aux col. 423 sq.

49 François Louis Ganshof, « Zur Entstehungsgeschichte und Bedeutung des Vertrages von Verdun 843) », DA 12 (1956), p. 313-330.

50 Krüger 1950, p. 65 (carte 8).

51 Patrick Gautier Dalché, « De la glose à la contemplation : place et fonction de la carte dans les manuscrits du haut Moyen Âge », dans Testo e immagine nell’alto medioevo, t. 2, Spolète, 1994, p. 693-764 ; rééd. dans Gautier Dalché 1997 (n° VIII).

52 Gerberding 1987, p. 26 sq.

53 Poetae Latini aevi Carolini, t. 4/2, éd. Karl Strecker, Berlin, 1896, p. 555 (n° 39, § 25).

54 Röckelein 2002, p. 241 sqq.

55 Müller-Wille 1999, p. 64-73.

56 Lotte Hedeager, « Asgard reconstructed ? Gudme – a “central place” in the North », dans Jong et alii 2001, p. 467-507.

57 Barbier 1990.

58 Campbell et alii 1982, p. 152-153.

59 État des lieux de la Pfalzenforschung en Allemagne et en France dans Ehlers 2002 (contributions de Caspar Ehlers et d’Annie Renoux).

60 Peter Sawyer, « The Royal Tun in Pre-Conquest England », dans Wormald et alii 1983, p. 273-299.

61 Eugen Ewig, « Résidence et capitale pendant le haut Moyen Âge », RH 230 (1963), p. 25-72 ; rééd.

dans EWIG 1976, t. 1, p. 362-408 ; Franz Staab, « Palatium in der Merowingerzeit. Tradition und Entwicklung », dans Staab 1990, p. 49-67 ; Thomas Zotz, « Pfalzen zur Karolingerzeit. Neue Aspekte aus historischer Sicht », dans Fenske et alii 2001, p. 13-23.

62 Richter 1996, p. 44.

63 Gian Pietro Brogiolo, « Capitali e residenze regie nell’Italia longobarda », dans Ripoll & Gurt 2000, p. 135-162.

64 J. H.W. G. Liebeschuetz, « Ravenna to Aachen », dans Ripoll - Gurt 2000, p. 9-30, à la p. 25.

65 Barbier 1990 ; Alain Dierkens & Patrick Périn, « Les sedes regiae mérovingiennes entre Seine et Rhin », dans Ripoll & Gurt 2000, p. 267-304.

66 Barbier 1982.

67 Thomas Zotz, « Carolingian tradition and ottonian-salian innovation : comparative observations on palatine policy in the Empire », dans Duggan 1993, p. 69-100.

68 Présentation synthétique des fouilles réalisées à Paderborn par Sveva Gai, « Nouvelles données sur le palais de Charlemagne et de ses successeurs à Paderborn (Allemagne) », dans Renoux 2001, p. 201-212.

69 Peter Schmid, « König – Herzog – Bischof. Regensburg und seine Pfalzen », dans Lutz Fenske (éd.), Deutsche Königspfalzen. Beiträge zu ihrer historischen und archäologischen Erforschung, t. 4 : Pfalzen – Reichsgut – Königshöfe, Göttingen, 1996, p. 53-83.

70 Herrmann 1965, p. 186 ; Lund 1984, p. 16.

71 Walther Lammers, « Ein karolingisches Bildprogramm in der aula regia von Ingelheim », dans Festschrift für Hermann Heimpel, t. 3, Göttingen, 1972, p. 226-289 ; rééd. dans id., Vestigia mediaevalia.

Ausgewählte Aufsätze zur mittelalterlichen Historiographie, Landes- und Kirchengeschichte, Wiesbaden, 1979, p. 219-283.

72 Josiane Barbier, « Le sacré dans le palais franc », dans Kaplan 2001, p. 25-41 (citation p. 36).

73 Reinhold Kaiser, « Aachen und Compiègne : zwei Pfalzstädte im frühen und hohen Mittelalter », Rheinische Vierteljahrsblätter 43 (1979), p. 100-119 ; Martine Petitjean, « Fouilles sur le site palatial carolingien de Compiègne dans l’Oise », dans Renoux 1996, p. 157-165.

74 Wilhelm Störmer, « Die Anfänge des karolingischen Pfalzstifts Altötting », dans Dieter Berg & Hans-Werner Goetz (éd.), Ecclesia et regnum. Beiträge zur Geschichte von Kirche, Recht und Staat im Mittelalter. Festschrift für Franz-Josef Schmale zu seinem 65. Geburtstag, Bochum, 1989, p. 61-71.

75 Werner Jacobsen, « Gab es die karolingische “Renaissance” in der Baukunst ? », Zeitschrift für Kunstgeschichte 51 (1988), p. 313-347 ; id., « Allgemeine Tendenzen im Kirchenbau unter Ludwig dem Frommen », dans Godman & Collins 1990, p. 641-654.

76 Cf. par exemple David Ganz, « The Epitaphium Arsenii and Opposition to Louis the Pious », dans Godman & Collins 1990, p. 537-550.

77 Brunner 1979.

78 Epperlein 1969, p. 15 sqq. (l’auteur parle de « bäuerlicher Widerstand »).

79 Eric J. Goldberg, « Popular Revolt, Dynastic Politics, and Aristocratic Factionalism in the Early Middle Ages : The Saxon Stellinga Reconsidered », Speculum 70 (1995), p. 467-501.

80 Scheibelreiter 1979, p. 36.

81 Capitularia regum Francorum, éd. Alfred Boretius, t. 1, Hanovre, 1883, p. 301 (n° 148, chap. 7).

82 Le pagus Mempiscus comprenait à l’origine tout le littoral entre les bouches de l’Escaut et l’Aa. Son chef-lieu était Cassel (cf. Auguste Longnon, Atlas historique de la France depuis César jusqu’à nos jours, vol. 1, Paris, 1912, p. 125), puis il fut transféré à Tournai (Lebecq 1998, p. 488).

83 Capitularia regum Francorum, t. 1, p. 124 (n° 44, chap. 10).

84 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, t. 2, Paris, 1963, p. 304-306 (X, 25).

85 Folz et alii 1972, p. 53 et p. 88.

86 Claude 1970, p. 67 et p. 113.

87 Pierre Bonnassie, « Le rapport de l’homme à la terre, ou les deux sens du mot “culture”. Hommage à Georges Duby », dans Claudie Duhamel-Amado & Guy Lobrichon (éd.), Georges Duby. L’écriture de l’histoire, Bruxelles, 1996, p. 87-102 ; rééd. dans Bonnassie 2001, p. 51-66, à la p. 53.

88 Guy Halsall, « Violence and society in the early medieval west : an introductory survey », dans Halsall 1998, p. 1-45 (il s’agit d’une excellente synthèse, en introduction à un volume présentant la diversité des formes de violence durant le haut Moyen Âge).

89 Pierre Riché, « Conséquences des invasions normandes sur la culture monastique dans l’Occident franc », dans I Normanni e la loro espansione in Europa nell’alto medioevo, Spolète, 1969, p. 705-721 ; Felice Lifshitz, « The migration of Neustrian relics in the Viking Age : the myth of voluntary exodus, the reality of coercion and theft », EME 4 (1995), p. 175-192. Certains exils furent temporaires, d’autres définitifs ; à titre d’exemples, cf. Pierre Gasnault, « Le tombeau de saint Martin et les invasions normandes dans l’histoire et dans la légende », RHEF 47 (1961), p. 51-66 ; Jacques Le Maho, « Un exode de reliques dans les pays de la Basse Seine à la fin du ixe siècle », Bulletin de la Commission départementale des Antiquités de la Seine-Maritime 46 (1998), p. 137-188.

90 Simon Coupland, « The Rod of God’s Wrath or the People of God’s Wrath ? The Carolingian Theology of the Viking Invasions », Journal of Ecclesiastical History 42 (1991), p. 535-554.

91 La bibliographie est énorme ; cf. par exemple Galinié 1989 ; Roesdahl 1991 ; Rüdiger FUCHS, « Die Landnahme von Skandinaviern auf den Britischen Inseln aus historischer Sicht », dans Müller-Wille & Schneider 1994, t. 2, p. 95-127 ; Piet Leupen, « Viking Age Raids and Urban Settlement on the Rivers Rhine and Meuse in the Ninth Century », dans Nilsson & Lilja 1996, p. 79-94 ; Sawyer 1997 ; Clarke et alii 1998.

92 Anne Nissen Jaubert, « Some aspects of Viking research in France », dans Steffen Stummann Hansen & Klavs Randsborg (éd.), Vikings in the West, Copenhague, 2000, p. 159-169.

93 Sur la piraterie en Méditerranée, cf. Christophe Picard, La mer et les Musulmans d’Occident au Moyen Âge, viiie-xiiie siècle, Paris, 1997, p. 9 sqq.

94 Kristo 2000, p. 15 sqq.

95 Wolfram 1974, p. 210 sq.

96 Giles Constable, Three Studies in Medieval Religious and Social Thought, Cambridge, 1995, p. 267 sqq. ; Dominique Iogna-Prat, « Ordre(s) », dans Le Goff & Schmitt 1999, p. 845-860.

97 Otto Gerhard Oexle, « Tria genera hominum. Zur Geschichte eines Deutungsschemas der sozialen Wirklichkeit in Antike und Mittelalter », dans Fenske et alii 1984, p. 483-500 ; Jussen 1993, p. 167 sqq.

98 Georges Duby, Les trois ordres ou l’imaginaire du féodalisme, Paris, 1978 ; Jacques Le Goff, « Les trois fonctions indo-européennes, l’historien et l’Europe féodale », Ann. ESC 34 (1979), p. 1187-1215 ; Dominique Iogna-Prat, « Le “baptême” du schéma des trois ordres fonctionnels. L’apport de l’école d’Auxerre dans la seconde moitié du ixe siècle », Ann. ESC 41 (1986), p. 101-126.

99 À ce propos, cf. Otto Gerhard Oexle, « Die funktionale Dreiteilung als Deutungsschema der sozialen Wirklichkeit in der ständischen Gesellschaft des Mittelalters », dans Winfried SCHULZE & Helmut Gabel (éd.), Ständische Gesellschaft und soziale Mobilität, Munich, 1988, p. 19-51.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search