Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés occidentales du milieu du VIe à la fin du IXe siècle

 | 
Philippe Depreux

Chapitre IV. Des groupes sociaux privilégiés

Texte intégral

1La richesse est un facteur de distinction sociale – nous venons de l’évoquer à propos de la participation à l’ost, qui nous a fait pénétrer dans l’univers des vassaux de grands seigneurs laïques et ecclésiastiques, eux-mêmes assurément vassaux du roi à partir de l’époque carolingienne, dans le royaume des Francs. Définir ainsi ces « guerriers » revient à les considérer dans leur rapport à une personne précise, sous la protection de laquelle ils s’étaient placés et de laquelle ils attendaient des bienfaits (au sens technique, mais aussi plus largement). En revanche, si l’on cherche à situer ces vassaux dans l’échelle sociale, il convient de reconnaître en eux des « nobles » ou des aristocrates dont le rang est plus ou moins élevé. Ces membres de l’élite apparaissent sous divers visages : comme représentants de (grandes) familles nobiliaires ou comme ecclésiastiques et « hommes de Dieu » – les évêques et les abbés critiquent parfois les nobles laïques, le protocole aulique et les usages administratifs les en distinguent, mais ce sont bien souvent des parents et des alliés, qui servent des intérêts somme toute conjoints.

Les élites

  • 1 Présentation générale dans Aurell 1996.
  • 2 Timothy Reuter, « Introduction », dans Reuter 1979, p. 1-16, aux p. 12 sq.

2Qu’ils fondent leur prestige sur une antiquité vénérable, sur la richesse dont ils disposent ou sur leur vaillance aux combats, les nobles1 se distinguent du commun par le pouvoir qu’ils exercent ; en ce sens, ils forment une « aristocratie » dont l’histoire, dans le monde franc, est marquée par le renforcement des liens à l’égard de la famille royale et du roi qui attribue les honores, ces charges publiques dont l’exercice est un honneur. Même si l’étude de cette question est moins facile dans l’Angleterre anglo-saxonne, il semble que la noblesse, à la fin du ixe siècle, partage bien des traits de l’aristocratie franque2.

Les critères de la noblesse

  • 3 Histoires, V, 48.
  • 4 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, éd. et trad. Ernst Tremp, (...)
  • 5 Werner 1965, p. 126.

3Certains indices tendent à prouver qu’à l’époque qui nous intéresse ici, la « noblesse » peut être considérée comme un état (on est noble parce qu’on naît noble – parce que la lignée est depuis si longtemps illustre qu’on n’a plus mémoire de l’obscurité des origines) ; mais on peinerait bien s’il fallait en donner une définition juridique. Il est en tout cas indéniable que les homines novi sont en général mal vus. En témoigne la description assassine que Grégoire de Tours fait de Leudaste, ce fils d’un esclave appartenant à un vigneron du fisc, dont il retrace la carrière avec une aversion non dissimulée, des cuisines du roi au comté de Tours3. De même, Thégan s’en prend violemment à l’archevêque de Reims, Ebbon, le frère de lait de l’empereur Louis le Pieux qui, en dépit de son origine servile, fit une carrière exceptionnelle. Ebbon trahit cependant son bienfaiteur en 833, c’est pourquoi le chorévêque de Trèves lui assène cette vérité : Louis le Pieux « t’a rendu libre, mais il n’a pas fait de toi un noble, car cela est impossible4 ». Dans ses Miracles de saint Benoît rédigés vers le milieu du ixe siècle, Adrevald de Fleury attribue une origine servile à plusieurs comtes du temps de Charlemagne (Raho à Orléans, Sturmi à Bourges, Bertmund en Auvergne), mais son témoignage s’avère suspect dans la mesure où il pourrait s’agir d’un propos diffamant à l’encontre d’adversaires de l’abbaye5. Il importe peu que l’affirmation d’Adrevald soit véridique ou non, l’essentiel réside en ceci : il est certes possible qu’une personne d’origine servile accède aux fonctions comtales, mais ses ennemis se plaisent à en manier le rappel comme une arme. Somme toute, cela n’est pas sans présenter d’analogie avec l’histoire du ministérial Bertulf, devenu prévôt de Saint-Gatien de Bruges et chancelier de Flandre, dont la révélation de l’origine servile conduisit à l’assassinat de Charles le Bon, en 1127.

  • 6 Olberg 1991, p. 193 sqq.
  • 7 Gerberding 1987, p. 85.

4Le noble (nobilis) est, littéralement, quelqu’un de « connu ». Il est surtout reconnu comme une personne se distinguant du « peuple » (en francique, les termes forgés sur le radical theo-, qui veut dire « peuple », se réfèrent à l’état servile6), quelqu’un dont la valeur est plus grande que celle du commun (ce dont on trouve l’expression dans les tarifications des lois barbares, sauf dans le droit salique). L’importance de la naissance est soulignée par l’expression maiores natu, mais l’accent est mis sur la richesse lorsqu’on évoque les potentes. Ces vocables sont sans équivoque, de même que les termes d’optimates et de proceres, qui prennent le relais à l’époque carolingienne. Ce n’est en revanche pas le cas du mot « franc » ; ainsi, dans certaines sources (notamment le Liber historiae Francorum, écrit en Neustrie au début du viiie siècle) l’expression Franci peut désigner non pas tout le peuple des Francs, mais seulement les membres de l’aristocratie, ceux qui comptent réellement parmi les Francs7.

  • 8 Jane Roberts, « The Old English Vocabulary of Nobility », dans Duggan 2000, p. 69-84, aux p. 71 sq(...)
  • 9 Le Jan 1995, p. 59.

5En fait, la noblesse est essentiellement un comportement social, une manière d’être en société – qu’on soit dans l’univers héroïque de Beowulf ou à la cour du roi Æthelred de Mercie, l’apparence noble compte beaucoup : c’est à sa parure et à sa générosité qu’on reconnaît un noble ; ce sont « les traits de son visage, son comportement et sa manière de parler » qui trahirent le jeune Imma, fait prisonnier lors d’une bataille (probablement celle qui opposa les rois de Mercie et de Northumbrie sur les bords de la Trend, en 679) et qui tentait de se faire passer pour un paysan afin d’échapper à la mort réservée aux vaincus8. De même, au tournant du ixe et du xe siècle, Réginon de Prüm affirme que les membres des grandes familles aristocratiques se prévalaient de la « noblesse de leur chair » (autrement dit : leur haute naissance), du « très grand nombre de leurs parents » (comprenons : le fait qu’ils disposent de « réseaux familiaux étendus ») et de « leur immense puissance terrestre » (c’est-à-dire : l’importance de leur patrimoine foncier9).

  • 10 Joachim Wollasch, « Eine adelige Familie des frühen Mittelalters. Ihr Selbstverständnis und ihre W (...)
  • 11 Sur ce qui suit, cf. Störmer 1973, t. 1, p. 44-51.
  • 12 Jarnut 1986.
  • 13 Au sens antique du terme – il n’y a pas de patronyme au sens moderne, bien qu’en certains endroits (...)
  • 14 Wolfram 1974.

6Les traditions familiales jouent également un rôle essentiel : il y a une « culture nobiliaire », une « conscience de soi » assez forte10. Les familles aristocratiques tirent leur nom (et leur identité) soit d’un trait particulier, soit d’un ancêtre, soit d’un lieu particulièrement important pour elles11. Ainsi, en Bavière, la genealogia des Fagana est la famille des « Joyeux » alors que celle des Hahilinga descend d’un certain Hahilo, de même que la famille ducale des Agilolvinga tire son nom d’Agilolf/Agiulf. L’étymologie est moins évidente dans le cas des Feringa, qui pourraient être les descendants de Fara ; par conséquent, les Feringa pourraient être apparentés à la famille des Faronides installée à Meaux – d’ailleurs liée aux Agilolfides. Le nom des Feringa est d’autant plus intéressant qu’on considère que les genealogiae mentionnées dans le prologue de la Loi des Bavarois sont d’anciennes farae lombardes12. Quoi qu’il en soit, il semble également évident que le toponyme de Föhring est particulièrement associé à cette famille. Ce lien entre toponyme et patronyme13 est également patent dans le cas d’une famille dont le nom est un hapax dû à Cozroh, le scribe du cartulaire de Freising : il mentionne les « hommes qui s’appellent Mohingara » dans la rubrique d’une charte datant des années 806-808 – il s’agit en fait des « gens de Moching », un toponyme que l’on trouve dans la région concernée par ce document : Ampermoching et Feldmoching (au nord-ouest de Munich). De même, les frères ayant fait la donation à la « celle » Saint-Maximilien de Bischofshofen d’un bien sis in villa Albîn (identifiée comme Oberalm, à une quinzaine de km au sud de Salzbourg, à la confluence de l’Almbach et de la Salzach) sont des membres de la famille Albina14.

  • 15 Histoire des Lombards, IV, 37 in fine.
  • 16 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, éd. et trad. Ernst Tremp, (...)

7Dans son Histoire des Lombards, Paul Diacre livre un témoignage particulièrement intéressant sur la conscience familiale des membres de l’aristocratie (ce qu’il rapporte à propos d’une famille lombarde, la sienne, a – mutatis mutandis – une valeur assurément plus large). Décidant d’abandoner pour un moment « l’histoire générale », il évoque le destin « privé » de sa genealogia. Le souvenir de Paul Warnefrid remonte jusqu’à la quatrième génération, c’est-à-dire jusqu’aux temps héroïques de la conquête de l’Italie quelque deux cents ans plus tôt. L’essentiel de ce qu’il rapporte consiste en une démonstration de la bravoure de son trisaïeul et en un rappel de l’origine du patrimoine foncier de la famille15. Ce récit pour une part légendaire a toutes l’apparence d’un mythe des origines dont on imagine bien la transmission orale de père en fils, un phénomène auquel Thégan fait référence lorsqu’il évoque la généalogie de Charlemagne16.

Tradition et sang neuf

  • 17 Heinzelmann 1976.
  • 18 Ian Wood, « The Ecclesiastical Politics of Merovingian Clermont », dans Wormald et alii 1983, p. 3 (...)
  • 19 Scheibelreiter 1983, p. 170.
  • 20 Ibid., p. 29.

8Indéniablement, durant tout le vie siècle et même parfois au-delà, la noblesse sénatoriale se maintint au pouvoir, notamment par un contrôle des fonctions épiscopales qui s’apparente parfois à un monopole17. Ainsi, en Auvergne, les membres de la famille des Aviti sont attestés sur le siège épiscopal de Clermont jusqu’à l’aube du viiie siècle18. Lorsqu’elles parviennent à s’imposer, les familles d’origine germanique tentent d’établir une mainmise similaire sur les sièges épiscopaux19. Il ne faudrait cependant pas croire que tous les évêques des temps mérovingiens étaient d’origine noble ; ce n’était par exemple pas le cas d’Injuriosus de Tours (deuxième quart du vie siècle) ou de saint Éloi († 660), évêque de Noyon, dont l’auteur de la Vita affirme simplement qu’il était né de parents libres (ingenui) – la modestie inhabituelle du propos est un gage de vérité20.

  • 21 Feller 1998, p. 564 sq.

9Cet attachement des familles nobles au pouvoir épiscopal, pour ainsi dire le seul organe de gouvernement efficace aux vie et viie siècles, traduit l’essence même de leur statut : les nobles sont ceux qui dirigent. La richesse n’y suffit pas – et ce trait demeure, comme l’illustre un exemple plus tardif : dans les Abruzzes du milieu du ixe siècle, un Corbin fils de Waldemar peut certes s’avérer plus riche que bien des gastalds et rivaliser avec le niveau de vie de certains comtes, il n’accède pas à leur cercle, car il est extérieur au réseau des clientèles vassaliques21.

  • 22 David N. Dumville, « The ætheling : a study in Anglo-Saxon constitutional history », ASE 8 (1979), (...)
  • 23 Werner 1965 ; cf. également Paul Fouracre, « The Origins of the Nobility in Francia », dans Duggan(...)
  • 24 Irsigler 1969.

10Les contemporains de Corbin vivaient à une époque où il était indispensable d’entretenir des relations (familiales et/ou vassaliques) avec le roi – l’association de l’idée de noblesse à la royauté trouve aussi son expression dans l’évolution sémantique du terme ætheling qui, du sens de « fils de noble », prend celui de « fils de roi » vers la fin de l’époque anglo-saxonne22. Un tel lien entre la royauté et la noblesse n’existait pas trois siècles plus tôt. Les familles aristocratiques pouvaient alors être relativement indépendantes par rapport au pouvoir royal. Cela est tout particulièrement vrai des familles de la noblesse sénatoriale ou d’autres familles d’origine romaine, mais aussi de familles franques s’étant développées parallèlement à la dynastie mérovingienne23. Les rapports entre les Mérovingiens et les nobles ont fait l’objet d’analyses divergentes, qui sont notamment fondées sur l’interprétation de l’absence de toute référence explicite à la noblesse dans la Loi Salique. Ainsi, on a pu formuler l’hypothèse selon laquelle Clovis aurait sapé tout pouvoir rival ; une explication radicalement différente (et plus vraisemblable) veut que les nobles, au contraire, aient été assez puissants face à Clovis pour se poser en marge de la sphère d’influence du pouvoir royal – définissant par exemple seuls le montant du Wergeld les impliquant24.

  • 25 Keller 1988.

11La permanence de certaines familles nobiliaires n’excluait toutefois pas l’émergence de nouveaux lignages. Les fouilles réalisées en 1982 à Herrsching, près de l’Ammersee (Bavière) ont permis de mettre à jour une nécropole particulièrement intéressante, non seulement en raison de la richesse du mobilier de certaines sépultures, mais parce que la disposition des tombes laisse percevoir une évolution au cours du viie siècle : alors que les tombes les plus anciennes de personnages apparemment importants – l’un d’eux portait une bague sur laquelle avait été monté un sou d’or de l’empereur Héraclius (610-641), un cheval fut inhumé à proximité de la tombe d’un autre – se trouvent mêlées à d’autres sépultures, une partie du cimetière fut ensuite (à la fin du viie siècle) réservée à l’inhumation d’hommes autour de la tombe d’un personnage richement habillé, qui était protégée par une petite construction. C’est probablement aussi vers cette époque que l’église de bois fut reconstruite en pierre. On peut penser que ce changement spatial reflète une évolution sociale conduisant à la distinction d’une partie de la population – autrement dit : à l’affirmation d’une famille aristocratique. Or le fait que Herrsching, qui comptait parmi les biens allodiaux d’Isanhart, fut donné par ce dernier au monastère de Schlehdorf en 776 permet de mettre ce site en relation avec la famille des Huosi, dont le défunt de la tombe n° 9 pourrait être un parent25.

L’aristocratie « d’Empire » aux temps carolingiens

  • 26 Christina La Rocca & Luigi Provero, « The dead and their gifts. The will of Eberhard, count of Fri (...)
  • 27 La bibliographie est particulièrement abondante sur l’aristocratie aux temps carolingiens. On n’en (...)

12Les Carolingiens ne sont pas autre chose qu’une famille aristocratique qui a particulièrement réussi. Les Pippinides parvinrent à juguler les oppositions à leur ascension politique au sein des familles austrasiennes, tels les Unrochides – promis toutefois à un bel avenir, puisque le marquis Évrard de Frioul26 († 864-866), gendre de Louis le Pieux, et l’empereur Bérenger Ier († 924) en sont issus – et les Widonides (caractérisés par les noms récurrents de Gui et de Lambert), qui compteraient également parmi les grandes familles du ixe siècle. Les Pippinides s’établirent fermement au pouvoir en intégrant ces familles dans leurs réseaux d’alliances. Les mariages et la vassalité furent deux instruments de contrôle des familles aristocratiques. À partir du règne de Charlemagne, on peut considérer que tout comte est le vassal du roi. Désormais, ce qui fait qu’une famille nobiliaire tient le haut du pavé, c’est qu’elle est apparentée aux Carolingiens27.

  • 28 Störmer 1972, p. 42-49.
  • 29 Pour d’autres exemples en lien avec la Bavière, qui présente l’intérêt de constituer un territoire (...)

13Vers le milieu du viiie siècle, le comte Machelm, présenté dans les actes de la pratique comme un personnage de tout premier plan (vir illustris, vir clarissimus) est représentatif de ces membres de l’aristocratie dont les domaines fonciers et les réseaux de relations se déploient en plusieurs régions28. Plusieurs des donations qu’il fit aux monastères de Bavière (par exemple à Freising et à Niederaltaich) témoignent de ses bons rapports avec les ducs Agilolfides. Il était d’ailleurs apparenté à Swanahilde, l’épouse de Charles Martel ; de même, il était probablement parent de l’abbesse Emhilt de Milz et du comte Gérard Ier de Paris : ses réseaux familiaux s’étendent ainsi de la Thuringe à la Neustrie. Machelm favorisa certes des établissements bavarois, mais aussi le monastère de Lorsch, qui fit l’objet de la générosité d’autres membres de sa famille. De fait, il était possessionné dans la région du Rhin moyen et du Neckar. Sa famille semble avoir préservé son influence en Bavière à la génération suivante, mais elle disparaît des sources assez rapidement sous le règne de Louis le Pieux. Alors que ce destin tranche par rapport aux autres familles nobiliaires dont on peut suivre l’évolution sur plusieurs générations, le rayon d’action, fort large, du comte Machelm est en revanche tout à fait révélateur de l’échelle à laquelle vivaient les membres de l’aristocratie : celle du royaume des Francs29.

  • 30 Störmer 1972, p. 90-120.
  • 31 Langres et ses évêques, viiie-xie siècle, Langres, 1986 (cf. les contributions de Wilhelm Störmer (...)
  • 32 À ce propos, cf. Stoclet 1993, p. 252 sqq.
  • 33 Jahn 1991, p. 358-370.

14L’exemple de la Bavière, où les Fagana semblent avoir été intégrés au réseau familial des Huosi, eux-mêmes liés à la dynastie carolingienne, montre bien qu’il n’est plus possible de parler d’une aristocratie « bavaroise » au ixe siècle, si tant est qu’elle le fût jamais : il s’agit d’une « aristocratie d’Empire » ou, mieux, d’une aristocratie étroitement liée aux autres familles du monde franc, dont les intérêts ne sont plus limités à une seule région30. L’attribution du siège épiscopal de Langres31 à la famille fondatrice de Schäftlarn et le fait que Pépin le Bref confia la garde du siège épiscopal d’Auxerre à six principes bavarois restés anonymes montrent l’intensité des échanges (alors même que les relations étaient parfois tendues entre les Agilolfides et la dynastie carolingienne, qui étaient d’ailleurs apparentés en la personne de Tassilon III). Au ixe siècle, cette tradition ne fut pas démentie, puisque trois évêques d’Auxerre, entre 816 et 873, furent d’origine bavaroise. Les liens de la Sippe des Huosi avec le monde franc sont également illustrés par les dédicaces des églises : à saint Martin, patron des églises de Haushausen et de Nörting, mais aussi à saint Denis, vénéré à Schäftlarn et à Schlehdorf32. Il est d’ailleurs probable que la dédicace de l’église de Schäftlarn soit une conséquence de la visite de Tassilon III à Compiègne en 757, visite lors de laquelle il aurait reçu des reliques de saint Denis33.

  • 34 Smith 1992.
  • 35 Karl Ferdinand Werner, « Robertiner », LMA 7, col. 916-918.
  • 36 Régine Le Jan, « Continuity and Change in the Tenth-Century Nobility », dans Duggan 2000, p. 53-68 (...)

15L’aristocratie carolingienne se caractérise par sa grande mobilité, une mobilité parfois liée à l’exil (c’est le cas des partisans de Lothaire Ier vers la fin du règne de Louis le Pieux) ; mais le plus souvent, c’est le service du souverain qui motivait cette mobilité. Le roi (ou l’empereur) plaçait ses gens pour mieux contrôler certaines régions – ce fut par exemple le cas des Widonides dans les comtés de Vannes et de Nantes à la fin du viiie siècle et dans le premier tiers du ixe siècle34 et des Robertiens, qui leur sont apparentés, en Neustrie et dans la vallée de la Loire35. C’est en raison du soutien du pouvoir central que ces familles purent s’implanter localement. Dans la seconde moitié du ixe siècle, on observe désormais un « enracinement » à l’origine d’une nouvelle donne politique36.

Les maîtres du pouvoir local

  • 37 Karl Brunner, « Der fränkische Fürstentitel im neunten und zehnten Jahrhundert », dans Herwig Wolf (...)
  • 38 Feller 1998, p. 565 sqq.
  • 39 Cf. par exemple Régine Hennebicque-Le Jan, « Prosopographica neustrica : les agents du roi en Neus (...)
  • 40 La situation dans les pays ligériens est bien connue grâce aux travaux de Karl Ferdinand Werner ; (...)

16Les grandes familles nobiliaires qui forment l’aristocratie « d’Empire » ne sont pas les seules, bien évidemment. Il existe une gradation dans la noblesse, mais force est de reconnaître que nous éprouvons de grandes difficultés à cerner l’échelon le plus bas de l’élite. Cette hiérarchie se lit dans les titres : à l’évidence, le dux a plus de lustre que le comes – même si un duc est en fait un comte37. Mais il y a comte et comte ; il y a ceux qui influent sur la vie politique, et il y a les personnages de second plan, tels les comtes abruzzais Milon, Nibon et Adalbert de Teramo (dans la seconde moitié du ixe siècle), qui sont de grands propriétaires fonciers, mais des personnes de peu de poids politique et qui doivent leur position à d’autres comtes, plus importants, dont ils peuvent s’avérer les vassaux38 (c’est explicitement le cas de Nibon à l’égard du comte Ildebert de Camerino, le représentant immédiat du roi dans la région). Quant aux agents subalternes du pouvoir, les viguiers et autres centeniers, ils apparaissent parfois dans les sources, mais de manière tellement ponctuelle qu’il n’est généralement pas possible de reconstituer leur famille et d’évaluer précisément leur pouvoir – assurément à l’échelle de leur ressort39. Ce n’est qu’au sortir du haut Moyen Âge qu’on peut réellement appréhender les petites familles nobiliaires, qui descendent bien souvent des cadets de lignées plus prestigieuses, mais aussi des vassaux de ces membres de la haute noblesse établis aux viiie et ixe siècles40.

  • 41 Bougard 1995, p. 158 sqq.
  • 42 Heinrich Fichtenau, Das Urkundenwesen in Österreich vom 8. bis zum frühen 13. Jahrhundert, Vienne, (...)
  • 43 François Bougard, « Pierre de Niviano, dit le Spolétin, sculdassius, et le gouvernement du comté d (...)

17Quelques heureux hasards documentaires nous permettent toutefois d’étudier le statut social de certains agents subalternes. C’est le cas de deux écoutètes, des personnages investis de pouvoirs judiciaires et dont la fonction présente des similitudes avec celle des échevins et des centeniers41 : il s’agit d’un certain Folcuin, attesté entre 817 et 826 à Rankweil, dans le Vorarlberg (le chartrier de Saint-Gall comporte 27 actes provenant de ses « archives », ce qui est absolument exceptionnel42), et de Pierre de Niviano, attesté dans le comté de Plaisance vers les années 880 (le volume documentaire, réparti sur les deux dernières décennies du ixe siècle, est du même ordre43). Les actes de la pratique nous révèlent ces personnages sous le jour de grands propriétaires fonciers se livrant, éventuellement, à certaines spéculations. Sa situation de « notable » fit, en particulier, jouer à Pierre de Niviano le rôle de créancier à l’égard de personnes de la région qui connaissaient des difficultés financières – ce qui faisait d’eux ses obligés, mais parfois peut-être aussi ses ennemis (ce que suggère la mise sous séquestre de ses biens à la suite d’une plainte portée contre lui, en 893).

18Les agents subalternes du pouvoir royal que nous pouvons entrevoir jouissent donc d’un prestige certain à l’horizon restreint de leur circonscription. Bien que le service du roi leur confère une autorité particulière, qui leur permet de faire fructifier leurs intérêts, on peut se demander si leur aura n’est pas d’abord fondée sur leur fortune.

Résidences aristocratiques

  • 44 Philippe Guigon, « L’arx de Morvan, les lis de Salomon et la domus de Gradlon : les résidences ari (...)
  • 45 Annie Renoux, « Le vocabulaire du pouvoir à Mayenne et ses implications politiques et architectura (...)
  • 46 Jacques Le Maho, « Die erzbischöfliche Pfalz von Rouen (Frankreich) zu Beginn des 9. Jahrhunderts  (...)
  • 47 Pour l’Italie, cf. Ward-Perkins 1984, p. 157 sqq.
  • 48 Sur l’emploi du terme de palatium pour désigner la résidence d’un duc ou d’un évêque, cf. Thomas Z (...)

19Les résidences nobiliaires sont relativement mal connues ; les informations s’avèrent bien souvent ponctuelles. Les mentions dans les sources permettent parfois d’en dresser la cartographie, mais il s’avère bien difficile de savoir ce à quoi, concrètement, correspondent les termes44. Il arrive toutefois que les fouilles archéologiques mettent à jour des bâtiments qu’on peut identifier en tant que résidences aristocratiques, comme c’est le cas à Mayenne, qui dut à Charles le Chauve son essor au plan administratif (un essor maquillé en une restauration de l’antique Jublains, à quelques dizaines de km plus à l’est). Le roi y fit construire un castrum pour contrôler les confins bretons. L’aula construite en cet endroit aux environs de 900 fut probablement érigée par le comte du Maine, Hugues. Elle témoigne de la nécessité, pour celui qui exerce le pouvoir local, de disposer également d’une salle « à forte valeur représentative45 ». Les évêques, eux aussi, devaient recevoir de nombreux visiteurs. C’est ainsi qu’on a pu interpréter comme lieu de réception les vestiges d’une grande salle à l’intérieur du « cloître » de la résidence carolingienne des archevêques de Rouen46. Là où l’on disposait de palais et autres bâtiments de gouvernement antiques, les comtes et les évêques s’y installèrent souvent47 (du moins y a-t-il généralement, indépendamment de la construction éventuelle de nouveaux bâtiments, continuité d’occupation du site et continuité terminologique48).

L’entourage royal

  • 49 Richter 1996, p. 33.
  • 50 Falkenstein 1991, p. 244-245.
  • 51 Présentation synthétique de Matthias Untermann dans Stiegemann & Wemhoff 1999, t. 3, p. 152-164.
  • 52 Présentation synthétique de Holger Grewe dans Stiegemann & Wemhoff 1999, t. 3, p. 142-151.
  • 53 Présentation synthétique de Steva Gai dans Stiegemann & Wemhoff 1999, t. 3, p. 183-196.
  • 54 Didier Perrugot, « Le palais mérovingien de Malay (Yonne). Histoire et archéologie », dans Renoux (...)
  • 55 Hodges 1989, p. 58 sqq.

20L’importance des bâtiments destinés à la représentation et à l’accueil des membres de l’entourage du roi et de ses hôtes est manifeste : la force d’attraction de la cour reflète assurément la puissance du souverain. En Irlande, où les royaumes sont multiples, seule une différence de taille du logis et du nombre de personnes y vivant distinguait probablement l’habitation du roi de celles des riches propriétaires. Le texte juridique du début du viiie siècle connu sous le nom de Críth Gablach décrit le dún d’un roi (rí túaithe) en disant que dans la maison, longue de 12 m, il devait y avoir douze couches pour accueillir les nobles qui formaient la suite royale49. Il s’agit d’une taille respectable. On ignore quelle était la taille de l’habitat royal à Aix-la-Chapelle, puisque rien n’est conservé de ces habitations de bois50. En revanche, on connaît la taille de l’aula, construite en pierre : elle faisait 44 m de long et 17 m de large51. L’aula du palais d’Ingelheim faisait un peu moins de 40 m de long52 ; celle de Paderborn, environ 30 m53. Par conséquent, bien qu’il ne s’agisse pas du même type de bâtiment que l’habitat des rí túaithe irlandais, il est indéniable que, chez les Carolingiens, on change tout simplement d’échelle. L’aula du palais mérovingien de Malay54 (à quelques km à l’est de Sens) était certes moins grande que celle de Paderborn (environ 19 m de long et 8 m de large) ; elle s’avère toutefois représentative des résidences royales lambda où il était quand même possible de réunir un synode (ce fut le cas à Malay sous Thierry III, dans le dernier quart du viie siècle). N’oublions d’ailleurs pas qu’on pouvait, en particulier lors des plaids généraux dont le caractère martial est parfois évident, disposer de tentes – notons au passage que certaines tentes « de grande beauté » étaient considérées comme des cadeaux royaux de grande valeur (ce fut par exemple le cas lors de la réception par Charlemagne d’une ambassade envoyée par le roi des Asturies, Alphonse II). Quant au site northumbrien de Yeavering, on interprète certains vestiges comme ceux d’un amphithéâtre de bois d’une capacité d’accueil d’environ 300 personnes, qui a très bien pu servir à la réunion d’assemblées de nature politique55.

  • 56 Anne Nissen Jaubert, « Sites centraux et résidences princières au Danemark avant 1250 », dans Reno (...)

21C’est dans les mondes germaniques du Nord que la fonction conviviale de ces grandes salles est la mieux attestée. Il est possible de mettre en relation l’évocation de tels bâtiments dans Beowulf (pensons au Palais-au-Cerf du roi Hrothgar) avec les maisons-halls de Scandinavie56, dont la superficie atteint plusieurs centaines de m2. Le pouvoir dépend de ce qu’on peut dépenser pour recevoir ses hôtes fastueusement ; vie domestique et représentation sont alors sans cesse mêlées.

La famille royale

22Le rôle politique de la famille royale s’exprimait à la fois à la cour et en dehors : les fils du roi furent en effet parfois investis d’un royaume particulier – ainsi, vers 555, Clotaire Ier établit son fils, Chramn, en Auvergne ; Dagobert Ier reçut l’Austrasie en 623 alors que son père, Clotaire II, était maître de l’ensemble du royaume des Francs ; à partir de Charlemagne, les Carolingiens nommèrent parfois de manière systématique l’un de leurs fils dans tel ou tel royaume (citons, par exemple : Pépin d’Italie, Louis le Germanique, ou bien encore les fils de Charles le Chauve, Charles l’Enfant et Louis le Bègue). Ils disposaient alors d’un propre Palais et quittaient la cour de leur père pour le représenter dans leur royaume – ce qui ne signifie pas pour autant que leur marge de manœuvre était grande. Au contraire, ils devaient régulièrement participer aux plaids généraux en y conduisant l’ost ; ils étaient astreints à rendre des comptes à leur père, qui leur dépêchait parfois un missus pour enquêter sur eux ou bien les assister.

  • 57 Rudolf Schieffer, « Väter und Söhne im Karolingerhause », dans Schieffer 1990, p. 149-164.
  • 58 Rudolf Schieffer, Karolingische Töchter, dans Jenal 1993, p. 125-139.
  • 59 Janet L. Nelson, « La famille de Charlemagne », dans Dierkens & Sansterre 1991, p. 194-212 ; Eadem(...)

23Les enfants royaux servaient à la politique de leur père : les fils qui n’étaient pas destinés à une carrière ecclésiastique, par l’apprentissage du gouvernement57 ; les filles qui n’étaient pas placées à la tête de quelque abbaye royale, par leur mariage, à des fins diplomatiques (pensons à Judith, la fille de Charles le Chauve, qui épousa le roi de Wessex, Æthelwulf, en 856) ou pour consolider la fidélité des grandes familles aristocratiques en les associant à la dynastie royale58. À cet égard, Charlemagne constitue une exception sur laquelle on a parfois quelque peu fantasmé – projets de fiançailles prestigieuses et naissances de « bâtards » n’y firent rien : il s’opposa à tout mariage de ses filles, préférant les garder par-devers soi, comme des colombes couronnées voletant dans le palais, selon le mot d’Alcuin59. Le Charlemagne libidineux de la Visio Wettini aurait-il éprouvé un zeste de sentiments interdits, ou bien était-il tout simplement soucieux de préserver l’héritage des mâles de son sang, préférant écarter tout risque de revendication de la part de gendres indélicats ?

  • 60 Veronica Ortenberg, « Aux périphéries du monde carolingien : liens dynastiques et nouvelles fidéli (...)
  • 61 Cf. les arbres généalogiques dans Franken 1996, t. 1, p. 390-392.

24À l’exception du mariage (raté) de Charlemagne avec la fille du roi lombard Didier, les rois carolingiens épousèrent des femmes issues de la noblesse franque. Au début du xe siècle, le prestige de la maison de Wessex changea la donne60. L’abandon des mariages diplomatiques était en réalité antérieur aux temps carolingiens : dès la fin du vie siècle, les rois ne se mariaient plus avec des princesses étrangères61.

  • 62 Janet L. Nelson, « Queens as Jezebels : The careers of Brunhild and Bathild in Merovingian History (...)
  • 63 The Life of Bishop Wilfrid by Eddius Stephanus, éd. et trad. Bertram Colgrave, Cambridge, 1927, p. (...)
  • 64 Cf. par exemple Michel Parisse (éd.), La correspondance d’un évêque carolingien, Frothaire de Toul (...)

25Aux temps mérovingiens, la reine pouvait être de basse extraction (pensons à Bathilde). Ce ne fut plus le cas ensuite. Mais quelle que fût son origine, elle exerçait un pouvoir certain, notamment par le contrôle des fonctions domestiques62. Gérant les largesses royales, elle avait la haute main sur le trésor – ces rapports privilégiés avec le chambrier furent ainsi le prétexte à l’accusation d’adultère formulée à l’encontre de Judith et de Bernard de Septimanie, pour écarter des affaires l’épouse de Louis le Pieux, dont la volonté de revoir le partage de 817 en faveur de son jeune fils, Charles, faisait de nombreux mécontents. Le pouvoir de la reine n’était toutefois pas restreint à cet aspect domestique. Elle avait l’oreille du roi, ce qui lui conférait un champ d’action assez large. Une anecdote rapportée par Étienne de Ripon en témoigne63. Lorsque, vers le milieu du viie siècle, le jeune Wilfrid, qui appartenait à l’aristocratie, voulut devenir moine, il s’adressa à l’épouse du roi de Northumbrie, Oswiu : après avoir reçu de ses parents « des armes, des chevaux et des vêtements pour lui-même et pour les membres de sa suite », afin de pouvoir paraître à la cour « comme il sied », Wilfrid se rendit auprès de la reine Eanfled, à laquelle il avait été recommandé par des nobles qu’il avait auparavant servis dans la maison de son père. Eanfled lui donna l’autorisation de servir Dieu « sur son conseil et sous sa protection » et elle l’envoya à Lindisfarne, où elle le confia à un ancien compagnon du roi, Cudda, qui avait renoncé au siècle en raison d’une infirmité. Un peu plus tard, lorsqu’il voulut se rendre en pèlerinage à Rome, Wilfrid eut à nouveau recours au soutien de la reine Eanfled, qui le recommanda au roi de Kent. Comme on le voit, la reine disposait de ses propres réseaux de relations. On s’adressait à la reine comme à d’autres personnages bien en cour pour obtenir une faveur64. Au cours du ixe siècle, elle acquit toutefois un prestige nouveau.

  • 65 Geneviève Bührer-Thierry, « La reine adultère », CCM 35 (1992), p. 299-312.
  • 66 Janet l. Nelson, « Early Medieval Rites of Queen-Making and the Shaping of Medieval Queenship », d (...)
  • 67 Guichard & Cuvillier 1986, p. 318 sq.

26La multiplication des accusations d’adultère au ixe siècle (outre celle portée contre l’impératrice Judith, citons également le cas de Richarde, l’épouse de Charles le Gros, et d’Uta, l’épouse d’Arnulf de Carinthie) illustre l’importance croissante de l’épouse du souverain65, dont on a d’autres indices. Berthe, l’épouse de Pépin le Bref, fut bénie en 754. Le premier couronnement attesté est celui d’Ermengarde, la première épouse de Louis le Pieux, en 816. Le premier ordo de couronnement et de sacre d’une reine dont on conserve le texte fut composé par Hincmar de Reims quarante ans plus tard. Vers le milieu du ixe siècle, il y a une réelle volonté, de la part du roi et des évêques, de consommer par le sacre l’association au pouvoir exprimée par le titre de consors regni alors parfois donné à l’épouse du souverain66. Point n’était toutefois besoin d’attendre cette époque pour voir la reine – en l’occurrence, la veuve – jouir d’une importance certaine dans la dévolution du pouvoir. Avant que la reine, bénie ou sacrée, ne fût associée à la défense de la dynastie par un « signe » divin (c’est le sens du mot « sacrement »), elle pouvait représenter la légitimité du pouvoir royal67. Cela explique non seulement pourquoi certaines reines s’imposèrent face à l’aristocratie pour exercer elles-mêmes le gouvernement lorsque l’héritier du trône était un enfant (parmi les « régentes », citons Brunehaut, Nanthilde, ou Bathilde), mais aussi pourquoi la mainmise sur leur personne s’avérait importante, chez les Wisigoths comme chez les Lombards. Parfois, c’était même l’épouse du roi défunt qui choisissait son successeur. C’est, par exemple, explicitement le cas de la reine Théodelinde, la veuve d’Authari († 590) :

« Quant à la reine Théodelinde, comme les Lombards l’appréciaient beaucoup, ils l’autorisèrent à conserver son rang de souveraine, lui suggérant de prendre l’homme de son choix parmi eux tous, pourvu bien sûr qu’il fût capable de gérer efficacement le royaume. Après avoir tenu conseil avec les sages, elle choisit le duc de Turin Agilulf, et comme mari et comme roi pour le peuple lombard. »

  • 68 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. François Bougard, Turnhout, 1994, p. 75 sq. (III, 35).
  • 69 L’Origo gentis Langobardorum est traduite par Olivier Guyotjeannin, Le Moyen Âge (ve-xve siècle), (...)

27Cette histoire fut mise en forme par Paul Diacre à la fin du viiie siècle68, mais le lien entre mariage avec la veuve du roi et accession à la royauté est également explicite dans l’analyse que propose l’auteur de l’Origine des Lombards69, une version amplifiée de la généalogie des rois lombards accompagnant l’Edit de Rothari, qui fut rédigée probablement peu après 668 : on y lit que le duc « se mit avec la reine Théodelinde et devint roi des Lombards ». Un autre exemple, beaucoup plus macabre, du rôle joué par la reine dans la transmission du pouvoir est offert par l’histoire de Rosamonde. C’était la fille du roi des Gépides, Cunimund, qu’Alboin tua lors d’une bataille livrée alors que les Lombards se trouvaient encore en Pannonie. Pour célébrer sa victoire, Alboin fit décapiter Cunimund et transformer son crâne en coupe à boire (il s’agit d’une coutume des peuples des steppes ; cette coupe était encore en possession du roi lombard Ratchis, vers le milieu du viiie siècle) ; Alboin fit prisonnière la fille de Cunimund et l’épousa. Les Lombards entrèrent ensuite en Italie. C’est quelques années plus tard qu’eut lieu le drame qui nous intéresse ici :

« Lors d’un banquet à Vérone, où il assistait dans un état de gaîté peu convenable, il fit donner à la reine du vin dans la coupe qu’il s’était fait faire avec le crâne de Cunimund, son beau-père, puis l’invita à trinquer elle-même avec son père, et avec le sourire ! »

  • 70 Cf. Brown 1984, passim (notamment p. 10 sq.).
  • 71 Cette histoire est relatée par Paul Diacre en deux passages de l’Histoire des Lombards : I, 27 et (...)

28Rosamonde chercha dès lors à venger son père. Elle y parvint grâce à l’aide d’un compagnon du roi, Helmechis, qui lui fournit un homme de main, que la reine força de coucher avec elle grâce à un stratagème, afin de l’acculer au meurtre. Après l’assassinat d’Alboin, Helmechis épousa Rosamonde et revendiqua le trône – en vain, car les Lombards lui en voulaient de l’assassinat du roi. C’est alors que Rosamonde demanda de l’aide à Longin, le préfet d’Italie qui résidait à Ravenne70. Longin fut d’autant plus prompt à agir qu’il briguait la couronne : il persuada la reine de tuer Helmechis. Rosamonde, désirant étendre son pouvoir sur Ravenne, accepta : elle offrit une coupe de poison à son mari, qui la força cependant d’y goûter – ils moururent donc ensemble. Au-delà de l’horreur, ce qui est intéressant dans cette légende, c’est de voir la reine à la fois maîtresse du jeu politique et objet de convoitise, pour le pouvoir qu’elle incarne. Longin ne parvint pas à se rendre maître de Rosamonde – du moins avait-il en son pouvoir Alpsuinde (la fille qu’Alboin avait eue de sa première épouse, Clotsuinde, la fille du roi mérovingien Clotaire Ier) et le trésor des Lombards, qu’il envoya à Byzance71. La reine, la descendance, le trésor : il s’agit là, en dehors de la personne du roi, pour ainsi dire de la quintessence du pouvoir royal. Il y manque toutefois un élément majeur, véritable support de la royauté : l’aristocratie, qui forme l’entourage du roi.

La cour

  • 72 Thomas Zotz, « Palatium et curtis. Aspects de la terminologie palatiale au Moyen Âge », dans Renou (...)
  • 73 Présentation générale par George Beech, « Prosopography », dans James M. Powell (éd.), Medieval St (...)
  • 74 Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, éd. Georges Tessier, t. 2, Paris 1952, p (...)
  • 75 Sur ce personnage, cf. en dernier lieu François Bougard, « En marge du divorce de Lothaire II : Bo (...)

29La cour (curtis), à l’origine, est l’espace domestique. Elle prend au cours du Moyen Âge une dimension publique nouvelle qui la rapproche de la curia, la cour au sens politique (puis/et judiciaire), par un emploi concurrentiel (qui varie selon les contextes) du terme palatium72. En fait, le roi, même dans son logis, exerce une fonction publique. La cour est un concentré de ce(ux) qui compte(nt) dans le royaume, dont la connaissance repose sur des enquêtes prosopographiques73. Au ixe siècle, ces « familiers » du roi ont vocation à être associés à ses parents, à ses « proches », comme le formule Charles le Chauve dans un diplôme de 875 par lequel il fonde un service de luminaire à Saint-Denis, en faveur des membres de sa famille (son père, sa mère, ses deux épouses, ses enfants) et en faveur de Boson, de Guy « et du reste de nos familiers, qu’un très grand dévouement motivé par leur fidélité nous rend encore plus proches » (pro Bosone et Widone ac reliquis familiaribus nostris, quos maxima fidelitatis devotio nobis propinquiores efficit74). L’identité du comte Guy n’est pas assurée ; en revanche, le comte Boson de Vienne était de fait un proche du roi : il était son beau-frère75.

  • 76 Josef Fleckenstein, « Karl der Große und sein Hof », dans Karl der Große 1965, t. 1, p. 24-50 ; De (...)
  • 77 Wood 1994, p. 149 sqq. ; Scheibelreiter 1999, p. 96 sqq.

30Force est de reconnaître que, pour le monde franc, on est mieux renseigné sur la cour carolingienne76 que sur celle des rois mérovingiens77, en raison de l’abondance plus grande des sources narratives, des lettres et des actes de la pratique, qui documentent à la fois les liens d’amitié et les réseaux de relations des palatins, mais aussi la manière dont ils intervenaient dans les affaires du royaume. Une génération fait toutefois exception : celle de Dagobert Ier. La documentation est assez fournie concernant les « nourris » de Clotaire II, qui servirent à la cour de son fils avant d’être promus à l’épiscopat, qu’ils s’appellent Éloi, Dadon (alias Ouen) ou Didier. La cour était une véritable pépinière, un passage presque obligé pour qui voulait défendre les intérêts de sa famille, se faire des relations et apprendre à gouverner.

  • 78 Sur cette question à l’époque mérovingienne, cf. Georg Scheibelreiter, Der König und sein Ratgeber (...)

31Cette fonction sociale et pédagogique de la cour est soulignée par Hincmar de Reims, en 882, dans sa lettre de conseils au roi Carloman « au sujet de l’agencement du Palais » (de ordine palatii). C’est également grâce à cette lettre que nous connaissons relativement bien la cour carolingienne – c’est du moins ce qu’on incline à penser. L’interprétation du traité de l’archevêque de Reims est cependant loin d’être simple, car il s’agit d’un tableau idéal, montrant comment le roi gouverne à l’aide de ses conseillers78, les membres du Palais, et des assemblées. Ce lien entre ces deux éléments des institutions franques est essentiel pour comprendre la vie politique à cette époque : en aucun cas le roi ne gouverne seul ; les membres de l’aristocratie ont part au pouvoir central.

  • 79 Josef Fleckenstein, « Die Struktur des Hofes Karls des Großen im Spiegel von Hinkmars De ordine pa (...)
  • 80 Depreux 1997 ; le partage de certaines compétences du comte du Palais avec d’autres membres de la (...)
  • 81 Philippe Depreux, « Le comte Matfrid d’Orléans (av. 815-836) », BECh 152 (1994), p. 331-374.

32Néanmoins, Hincmar a tendance à définir les attributions de chaque « officier » d’une manière qui ne rend pas compte de la pratique. Se réclamant de l’autorité d’Adalhard de Corbie, dont le traité (perdu) était censé décrire la cour de Charlemagne à l’attention de Pépin d’Italie, Hincmar veut mettre de l’ordre dans une société aristocratique où, de plus en plus, chacun a tendance à jouer des coudes pour tirer la couverture à soi. Or, dans la pratique, à la typologie des compétences79 répond une certaine souplesse80. Du temps de Louis le Pieux, l’exemple de Matfrid offre un cas d’école : le comte d’Orléans fut l’un des personnages les plus influents à la cour dans les années 820, mais il semble n’avoir jamais porté de titre aulique81.

  • 82 Pierre Riché, « Les représentations du palais dans les textes littéraires du haut Moyen Âge », Fra (...)
  • 83 Traduction anglaise dans Peter Godman, Poetry of the Carolingian renaissance, Londres 1985, p. 151 (...)
  • 84 Rolf Köhn, « “Militia curialis”. Die Kritik am geistlichen Hofdienst bei Peter von Blois und in de (...)

33L’image de la cour que reflètent les sources littéraires est multiforme. Certes, un mélange de richesse, de protocole et de convivialité a pu faire passer le Palais pour une préfiguration du Paradis82, mais la concentration des beaux esprits y a permis le raffinement des joutes assassines auxquelles se livrent les courtisans. La description de la cour de Charlemagne par Théodulf d’Orléans est un modèle du genre83. La cour était aussi le théâtre d’âpres rivalités, et les critiques formulées à l’égard des palatins se multiplient durant le second tiers du ixe siècle – en témoignent ces gloses consignées dans des collections canoniques, faisant dériver le mot curia des « effusions de sang » (cruor) qui se produisent à la cour ou du « soin » (cura) – en l’occurrence, de la correction – des mœurs vicieuses dont les palatins auraient grand besoin84.

  • 85 Karl Bosl, « Vorstufen der deutschen Königsdienstmannschaft (Begriffsgeschichtlich – prosopographi (...)
  • 86 Fleckenstein 1959.
  • 87 Georges Tessier, Diplomatique royale française, Paris 1962, p. 2 sqq. & p. 41 sqq.

34La cour était composée des compagnons du roi, des membres de sa suite armée, et de tous ceux qui étaient à son service. À l’origine, les « officiers » du Palais étaient des membres de la domesticité du roi, chargés qui de l’approvisionnement, qui des écuries, qui de la bonne marche de l’ensemble. Le roi n’était d’ailleurs pas seul à disposer d’un « valet pour les chevaux », c’est-à-dire d’un « maréchal » : la Loi des Alamans prouve que n’importe quel maître d’un domaine en avait. De même, l’étymologie du terme « sénéchal » illustre son origine servile : c’est tout simplement un « valet âgé », un personnage sûr à qui l’on peut confier l’intendance85. Les charges auliques ont, semble-t-il, peu évolué au cours de la période franque – si ce n’est la suppression de la fonction de maire du palais une fois Pépin le Bref sacré roi (et pour cause !), ce qui eut quelque répercussion concernant le rôle du (en fait : des) comte(s) du Palais. Des clercs vivaient également à la cour ; leur influence fut d’autant plus importante à l’époque carolingienne que c’est au sein de ce qu’on appelle désormais la Chapelle86 (un terme qui tire son origine de la cappa – le manteau – de saint Martin, une relique conservée à la cour) qu’on recrutait les notaires chargés des travaux d’écriture. La disparition des référendaires (laïques) s’avère l’expression d’une évolution culturelle majeure, le renforcement du caractère clérical de la culture savante87.

Les communautés religieuses

  • 88 Josef Semmler, « Le monachisme occidental du viiie au xe siècle : formation et réformation », dans (...)
  • 89 À la fin du viie siècle, on compte environ 550 fondations monastiques en Gaule, dont environ 320 n (...)
  • 90 Prinz 1965 ; Wollasch 1973 ; Oexle 1978. Synthèse commode dans Marcel Pacaut, Les ordres monastiqu (...)
  • 91 Oexle 1993, p. 256.

35Au cours du haut Moyen Âge, les monastères – c’est-à-dire les établissements abritant une congrégation religieuses tenue à la vie commune88 – jouèrent, ne serait-ce que par leur nombre89, un rôle fondamental dans tous les domaines : économique, culturel, spirituel, politique90. Leur histoire n’est toutefois pas uniforme durant toute cette période, car un changement majeur intervient aux temps carolingiens. Il « réside dans le fait que le monachisme commence à développer des structures globales qui dépassent le monastère isolé91 ».

  • 92 Sur l’importance du facteur politique dans le développement de Saint-Sauveur de Redon dans les ann (...)
  • 93 Régine Le Jan, « Convents, violence and competition for power in the 7th century Francia », dans J (...)

36Les liens entre la royauté et l’aristocratie, d’une part, et le monachisme, d’autre part, s’institutionnalisèrent et se développèrent de telle manière que les communautés religieuses devinrent des acteurs de la vie politique92, des enjeux et des instruments de pouvoir. C’est ainsi qu’un monastère pouvait devenir la cible d’attaques de la part des rivaux de la famille fondatrice et être impliqué dans des faides. En Neustrie, par exemple, la rivalité entre les Faronides et la famille du maire du Palais Aega explique l’hostilité de ce dernier à l’égard du monastère de Faremoutiers vers la fin des années 630 ; une génération plus tard, les attaques dont firent l’objet les monastères de Nivelles ou de Saint-Jean de Laon étaient liées aux revirements politiques de cette époque93. La mainmise sur les monastères revendiquée par les Carolingiens participa de leur effort de contrôler l’aristocratie.

Le monastère, lieu de pouvoir aristocratique

  • 94 Marios Costambeys, « The transmission of tradition : Gregorian influence and innovation in eighth- (...)
  • 95 Sur la Sippe de Beata, cf. Hans Schnyder, Die Gründung des Klosters Luzern. Adel und Kirche Südala (...)

37L’influence des familles nobles sur les établissements monastiques nous est connue par les sources narratives (assez souvent, il s’agit de récits hagiographiques) et par les actes de donation, par la succession des abbés et abbesses appartenant à la même famille, mais il est rare qu’on puisse saisir la fondation d’un monastère sur le vif, car cet acte juridique ne nécessite pas la rédaction d’une charte. Il est par exemple significatif que l’aristocrate pisan du nom de Walbert qui fonda le monastère de Monteverdi fit rédiger, en 754, une charte pour consigner la donation accomplie en faveur de sa fondation, où il décida alors de se faire moine avec ses quatre fils (peut-être pour échapper à l’ordre de mobilisation du roi lombard Aistulf au moment où Pépin le Bref s’apprêtait à venir défendre les intérêts de la papauté) ; en revanche, il n’y eut pas d’acte de fondation, et c’est grâce à la Vita Walfredi que nous savons que cet aristocrate n’était en réalité pas seul à l’origine du monastère toscan94. Il n’était pas rare que des nobles se retirent dans leurs monastères ; ce fut aussi le cas de cette Beata, qui vivait dans le petit établissement de Lützelau (sur le lac de Zurich) avec sa mère et d’autres « servantes de Dieu » dans le second quart du viiie siècle et qui vendit finalement ses biens (dont le monastère en question) à Saint-Gall pour financer un pèlerinage à Rome95.

  • 96 Jahn 1987, p. 8-9.

38Le processus de fondation d’un monastère a été modélisé de la sorte pour les établissements sis dans la partie occidentale de la Bavière, entre Isar et Lech, mais son application s’avère bien plus large96 :

  • une église est construite,
  • le fondateur la dote d’une part importante de ses biens allodiaux,
  • l’accord de l’évêque du lieu, des parents et des propriétaires voisins est nécessaire,
  • les biens sont offerts au saint vénéré en ce lieu,
  • l’évêque procède à la dédicace de la nouvelle église placée sous son autorité (c’est ici que le modèle bavarois peut prêter à de multiples négociations selon l’endroit, les protagonistes et la période),
  • l’abbé est désigné,
  • d’autres membres de la parentèle du fondateur procèdent à des donations en faveur du nouvel établissement,
  • certains d’entre eux prennent même l’habit.
  • 97 Balzaretti 2000, p. 244 sqq.
  • 98 Michel Rouche, « La dotation foncière de l’abbaye de Corbie (657-661) d’après l’acte de fondation  (...)
  • 99 Sprandel 1958.
  • 100 Sur l’entrée en religion, cf. Lutterbach 1995.

39Nombreux devaient être les petits établissements associés à une famille aristocratique, qui les avait fondés et les entretenait de ses largesses. Bien souvent, ils ne nous sont connus que parce qu’ils sont passés sous la dépendance d’un monastère plus puissant, qui en a gardé les archives. C’est par exemple le cas de Saint-Zénon de Campione, sur la rive orientale du lac de Lugano, dont la fondation est antérieure à 756. Cette basilique familiale fut léguée à l’archevêque de Milan par le testament de Toto de Campione, en 777. Une soixantaine d’années plus tard (en 835), l’établissement fut donné par l’archevêque Angilbert (II) à Saint-Ambroise de Milan, dont la constitution en abbaye remontait aux débuts de l’emprise carolingienne en Italie97. En dépit des tendances générales, chaque monastère a son histoire propre, également en matière de constitution du patrimoine foncier. Certains établissements furent d’emblée grassement dotés, comme ce fut par exemple le cas de Corbie, fondée par la reine Bathilde98. D’autres accumulèrent patiemment les donations, en attirant progressivement à soi les familles aristocratiques de la région99. Certains établissements n’acceptaient pas de donations, mais seulement la dot apportée par les moines lors de leur entrée au monastère100 ; ce fut par exemple le cas de l’abbaye de Fontenelle du temps de saint Wandrille.

  • 101 Felten 2001, p. 75 sqq. (surtout p. 82).
  • 102 N. Huyghebaert, « Le comte Baudouin II de Flandre et le “custos” de Steneland. À propos d’un faux (...)

40Le monastère était réputé être un lieu d’aplanissement des différences sociales101 (d’où l’ascèse particulièrement rude à laquelle se prêtaient en théorie les nobles prenant l’habit). En fait, on continuait de suivre les intérêts des biens venant de sa famille. Un bel exemple en est fourni par Gombert, un moine de Saint-Bertin. Son père, Goibert, un riche propriétaire de la région, l’avait offert au pape Eugène II pour le service des autels et il avait reçu la tonsure à Rome ; de retour en Morinie en 828, il devint moine à Saint-Bertin, où il fut scribe. À l’article de la mort, en 838, Goibert confia à son fils le soin de la fondation qu’il avait faite à la basilique Saint-Sauveur de Steneland. Pendant trente ans, le moine Gombert géra les biens donnés par son père et s’efforça d’empêcher qu’ils ne tombent dans la mense abbatiale. Il les fit si bien fructifier que le patrimoine de cet établissement comptant une trentaine de villae permettait l’entretien de 300 pauvres. La fondation de Steneland semble avoir périclité dans le dernier tiers du ixe siècle, sans qu’il soit possible de dire si les raids Vikings lui furent véritablement plus nuisibles que la mort du scrupuleux moine Gombert102.

  • 103 Georg Jenal, « Doppelklöster und monastische Gesetzgebung im Italien des frühen und hohen Mittelal (...)
  • 104 Dagmar Beate Baltrusch-Schneider, « Die angelsächsischen Doppelklöster », dans Elm & Parisse 1992, (...)
  • 105 Jacques Le Maho, « L’abbaye mérovingienne de Logium à Caudebec-en-Caux (Seine-Maritime) », RHEF 82 (...)

41Les monastères doubles, c’est-à-dire les monastères composés d’une communauté de femmes et d’une communauté d’hommes, généralement placés sous l’autorité de l’abbesse, sont relativement répandus dans la Gaule franque, alors qu’ils semblent inexistants en Italie103. Ils sont également attestés dans l’Angleterre anglo-saxonne entre le milieu du viie siècle et le règne d’Alfred le Grand, moment où leur nombre (une soixantaine, dont un tiers formant assurément une unité géographique et juridique) tend à se restreindre104. Il pouvait cependant arriver que deux établissements soient fondés de manière presque contemporaine et à peu de distance l’un de l’autre, pour accueillir l’un, des hommes et l’autre, des femmes, comme ce fut le cas, vers le milieu du viie siècle, du monastère de Logium, fondé dans la foulée de la fondation de Fontenelle105. Dans un tel cas, les communautés sont distinctes juridiquement l’une de l’autre, et il s’agit en fait de deux monastères autonomes.

  • 106 Wemple 1981 ; Muschiol 1994 ; Michel Parisse, Les femmes au monastère dans le Nord de l’Allemagne (...)
  • 107 Dierkens 1985, p. 320.
  • 108 Barbier 2000.

42Dans les établissements doubles, les moines devaient, la plupart du temps, subvenir aux besoins matériels de l’ensemble de la communauté. Les monastères doubles et, surtout, les communautés de femmes (qui ont fait l’objet de recherches particulièrement nombreuses dans les dernières années106), servaient à l’entretien de la mémoire familiale – ce fut, par exemple, le cas du monastère royal de Whitby, fondé par le roi Oswiu. Mais cette fonction s’avérait encore plus importante quand il s’agissait de fondations dues à des membres de l’aristocratie, tels les Pippinides à Nivelles, pour qui ce monastère servit de lieu nodal de leur parentèle. À cet égard, le choix du lieu d’implantation d’un monastère pouvait se révéler stratégique ; ce fut notamment le cas des abbayes de Lobbes et de Nivelles, fondées à la limite de la Neustrie107 : il était ainsi possible d’en faire des avant-postes favorisant l’exercice d’une influence politique dans le royaume voisin. Quant au monastère de Montier-en-Der, il fut fondé en 673 par des membres de la famille des Agilolfides et du maire du Palais Wulfoald. La situation du monastère, en un lieu frontalier entre la Neustrie-Bourgogne et l’Austrasie n’en semblait que d’autant mieux destinée à fédérer les intérêts des diverses branches de cette parentèle dont les ramifications s’étendaient dans tous les royaumes108.

  • 109 Suzanne Fonay Wemple, « Female Monasticism in Italy and its Comparison with France and Germany fro (...)

43À propos des liens entre les familles nobles et les monastères de Bavière, les travaux de W. Störmer montrent à la fois le rapport étroit entre telle famille et tel établissement monastique, mais aussi en quoi les monastères pouvaient cristalliser les liens entre les familles aristocratiques. Dans le cas des abbayes de Benediktbeuren, de Scharnitz-Schlehdorf et de Tegernsee, les fondateurs et bienfaiteurs se rattachent à la Sippe des Huosi, qui constitue une parentèle très large. Cette capacité d’attraction n’est pas propre aux établissements bavarois : on l’observe, par exemple, particulièrement bien à Saint-Sauveur de Brescia, un monastère fondé en 757 par le roi Didier et son épouse Ansa, et dont la première abbesse fut leur fille, Anselberge. Saint-Sauveur attira des jeunes filles et des veuves issues des diverses familles aristocratiques lombardes et/puis franques109.

  • 110 Störmer 1972, p. 121 sqq.

44Bien qu’il ne soit pas possible de parler d’une famille noble spécifiquement attachée au monastère Saint-Zénon d’Isen (à une trentaine de km au sud-est de Freising), on observe que toutes les personnes qui font une donation à cet établissement ou bien qui font rédiger à Isen une charte de donation en faveur de Freising sont apparentées et dépassent le cadre strictement bavarois. C’est également le cas des bienfaiteurs du monastère de Schliersee, dont les relations familiales s’étendent sur toute l’Allemagne du Sud. De même, la famille de l’abbé Wolchanhard, le fondateur de Saint-Sauveur de Berg (dans le pagus appelé Donahgaoe, c’est-à-dire le « Gau du Danube »), était apparentée à plusieurs autres familles, notamment celles liées à Scharnitz-Schlehdorf et à Schäftlarn. Quant à la famille des fondateurs de Metten (sur le Danube), elle était apparentée aux Agilolfides. Par conséquent, bien que les familles fondatrices de monastères dans la Bavière du viiie siècle aient concentré leurs donations sur un ou certains établissements particuliers, il s’agissait de familles ayant des liens entre elles et exploitant ces relations au profit de leurs établissements110.

  • 111 Michaël Wyss, « Un établissement carolingien mis au jour à proximité de l’abbaye de Saint-Denis : (...)
  • 112 Hodges 1997, p. 101 sqq. ; présentation synthétique du site par Federico Marazzi, dans Bougard 199 (...)

45Quant aux monastères royaux, ils faisaient bien évidemment partie intégrante de la vie publique. Le souverain s’y rendait régulièrement ; des bâtiments lui étaient réservés, comme à Saint-Denis, où il semblerait qu’on ait retrouvé la résidence carolingienne111 (à l’intérieur de l’enceinte, au nord-ouest de la basilique). Les grandes abbayes disposaient en effet de bâtiments de représentation, destinés aux hôtes de marque. Le plus bel exemple récemment mis au jour est celui du monastère de Saint-Vincent au Voltune : à la suite des travaux réalisés au début du ixe siècle par l’abbé Josué, San Vincenzo Minore fut transformé en palais afin d’y accueillir les hôtes de haut rang112.

La règle de la vie commune

  • 113 Clarke & Brennan 1981.
  • 114 Dierkens 2000, p. 38 ; Adalbert de Vogüé, Les règles monastiques anciennes (400-700), Turnhout, 19 (...)
  • 115 Josef Semmler, « Benedictus II : una regula – una consuetudo », dans Willem Lourdaux & Daniel Verh (...)
  • 116 Rudolf Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln in Deutschland, Bonn 1976 ; Josef Semmler, « Die (...)
  • 117 Schilp 1998 ; Felten 2001, p. 40 sqq.

46La diversité des règles et des usages caractérise le très haut Moyen Âge. Dans le monde franc, l’influence de saint Colomban fut considérable durant tout le viie siècle113 ; elle ne se traduisit cependant pas par une uniformisation des coutumes, car il n’existe pas « une » règle « mixte » (c’est-à-dire empruntant certains traits à la tradition irlandaise et d’autres à la tradition bénédictine) mais de multiples règles assez disparates114. C’est au cours du viiie siècle que se dessina peu à peu le succès de la règle bénédictine. Le maire du Palais Carloman en avait recommandé la diffusion ; il se fit d’ailleurs moine au Mont-Cassin, un monastère qui peut être considéré comme un véritable centre de formation à la vie bénédictine dans la seconde moitié du viiie siècle. C’est néanmoins sous le règne impérial de Louis le Pieux que la règle de saint Benoît fut imposée comme seule norme, et qu’on s’efforça d’uniformiser les usages, après que l’expérience eut été amorcée par Benoît d’Aniane dans le royaume d’Aquitaine115. Cette uniformisation concerna non seulement les communautés de moines, mais également les communautés de clercs, qui n’eurent d’autre alternative que de se prononcer en faveur d’une conversion à la vie, jugée meilleure, des moines ou d’opter pour la règle des chanoines, qui s’inspirait des usages établis par Chrodegang de Metz un demi-siècle plus tôt116. Les communautés féminines durent également rentrer dans le moule117.

  • 118 Josef Semmler, « Iussit … princeps renovare … praecepta. Zur verfassungsrechtlichen Einordnung der (...)
  • 119 Dieter Geuenich, « Zur Stellung und Wahl des Abtes in der Karolingerzeit », dans Althoff 1988, p. (...)
  • 120 Josef Semmler, « Episcopi potestas und karolingische Klosterpolitik », dans Borst 1974, p. 305-395

47L’uniformisation du monachisme ne se traduisit pas seulement par une adoption généralisée (mais parfois bien difficile) de la règle bénédictine, elle s’opéra également par le renforcement de l’emprise royale sur les établissements : à partir du règne de Louis le Pieux, l’octroi de l’immunité fut subordonné à la soumission totale à l’autorité du souverain, qui prit les établissements sous sa « protection » (tuitio), ce qui était un moyen de saper l’autorité des familles fondatrices118 (la récurrence de l’affirmation de la liberté de l’élection abbatiale en exprime l’intention119). Les évêques avaient, au cours du viiie siècle, également contribué à cette harmonisation en revendiquant une autorité sur les monastères que les fondateurs de ces établissements leur avaient parfois refusée120. Un tel système ne pouvait toutefois durer qu’en l’existence d’un pouvoir central fort.

Réseaux de prière

  • 121 Gerchow 1988.
  • 122 Dieter Geuenich, « Die Sankt Galler Gebetsverbrüderungen », dans Vogler 1990, p. 29-38.

48Les liens de fraternisation dépassaient le cadre de la fraternité monastique. Les communautés de prière jouèrent un rôle fondamental dans le monachisme insulaire, qui en importa l’usage sur le continent121. Il s’agissait d’abord d’une conséquence des liens d’amitié noués entre des personnes, qui s’obligeaient à la prière mutuelle. Les liens entre communautés donnaient lieu à la consignation des noms de leurs membres dans un « livre de vie » (lors de pieuses donations, il arrive que les laïcs demandent l’inscription de leur nom dans le « livre de vie » ; il est parfois difficile de trancher s’il s’agit d’une référence apocalyptique ou s’il est question, concrètement, d’un livre liturgique). Le contrat conclu en 800 entre la communauté de Saint-Gall et celle de la Reichenau est considéré comme l’exemple le plus ancien d’accord liant deux institutions monastiques sur le continent. Aux termes de ce contrat, une messe doit être célébrée par l’ensemble de la communauté dès qu’elle apprend la mort d’un membre de l’abbaye voisine. Le même jour, tous les moines ayant reçu la prêtrise doivent célébrer trois messes privées, et les autres frères doivent lire le psautier et célébrer vigiles pour l’âme du défunt. Le septième jour après le décès, tous les membres de la communauté doivent chanter 30 psaumes ; le trentième jour, tous les prêtres de la communauté doivent célébrer une messe et les autres moines doivent réciter 50 psaumes (soit le tiers du psautier). Vient ensuite la commémoration des défunts récents, à la fin de chaque mois ; le 14 novembre, enfin, on célèbre la mémoire de tous les défunts de l’année122.

  • 123 Borgolte 1976, p. 86-92.
  • 124 Ibid., p. 114-118.
  • 125 Simon Keynes, « Anglo-Saxon Entries in the Liber Vitae of Brescia », dans Roberts et alii 1997, p. (...)

49Les liens spirituels et les obligations de prière pouvaient concerner des communautés fort éloignées, comme celle du Mont des Oliviers à Jérusalem. Les moines appartenant à la délégation du patriarche Thomas profitèrent de leur ambassade auprès de Charlemagne, en 807, pour se faire inscrire dans le livre de fraternité de Saint-Pierre de Salzbourg ; l’abbé du Mont des Oliviers, Georges en religion (il s’appelait originellement Egilbald), était d’ailleurs originaire de Germanie123. En 836, la délégation envoyée dans l’Empire franc noua des rapports avec la Reichenau124, dont le livre de fraternité compte plusieurs noms parmi ceux des « amis en vie ». De même, le « livre de vie » de l’abbaye de Brescia garde le souvenir du passage d’Alfred le Grand, lorsqu’il se rendit à Rome125.

  • 126 Das Verbrüderungsbuch der Abtei Reichenau, éd. Johanne Authenrieth, Dieter Geuenich & Karl Schmid, (...)
  • 127 Dieter Geuenich, « Regionale und überregionale Beziehungen in der alemannischen Memorialüberliefer (...)
  • 128 Dieter Geuenich, « Gebetsgedenken und anianische Reform – Beobachtungen zu den Verbrüderungsbezieh (...)
  • 129 Karl Schmid & Otto Gerhard Oexle, « Voraussetzungen und Wirkung des Gebetsbundes von Attigny », Fr (...)

50L’étude des relations de fraternité nouées par l’abbaye de la Reichenau126 montre une prédominance naturelle des établissements sis aux alentours (grosso modo, entre Moselle et Forêt Noire), mais ses relations s’étendaient jusqu’à la Bavière, l’Italie et la vallée de la Seine – les divisions territoriales du milieu du ixe siècle contribuèrent ensuite à restreindre son rayonnement, comme celui des autres abbayes d’Alémanie127. Si la conclusion d’un accord de prière avec des établissements comme Prüm, Lorsch ou Fulda s’explique par leur importance dans la partie orientale du royaume des Francs, qui en fait (peut-être) des partenaires presque obligés, l’union avec l’abbaye de Conques, liée à Louis le Pieux et à Benoît d’Aniane, ne prend son sens que dans le contexte réformateur sur lequel le livre de fraternité de la Reichenau apporte un témoignage de premier plan128 : une liste de « noms d’amis en vie » énumère les membres de la famille impériale, des évêques, des abbés (parmi lesquels on mentionne l’archichapelain Hilduin, abbé de Saint-Denis, mais aussi Éginhard, Elisachar et son successeur à la tête de la chancellerie, Fridugise) et des comtes (à la tête desquels figurent Hugues de Tours et Matfrid d’Orléans). Il s’agit des personnages les plus influents à la cour de Louis le Pieux avant que n’éclate la crise politique de la fin des années 820 et de ceux qui travaillèrent à l’application de la réforme monastique conçue par Benoît d’Aniane († 821). De même, l’association de prière conclue à Attigny en 762 avait rassemblé les évêques et abbés acquis à la réforme ecclésiastique inaugurée par Boniface et poursuivie par Chrodegang de Metz129.

  • 130 Oexle 1993, p. 271.
  • 131 Werner Vogler, « St. Martin in Tours und St. Gallen. Europäische Beziehungen zwischen zwei karolin (...)
  • 132 Röckelein 2002, p. 263.

51Comme l’évêque Cineheard de Winchester l’écrivit à Lull de Mayence vers le milieu du viiie siècle, « le secours spirituel des prières » devait se concrétiser par « l’assistance matérielle dans le siècle », qui se traduisait, par exemple, par les échanges de manuscrits130. C’est ainsi qu’on peut expliquer la présence à Saint-Gall, de nombreux ouvrages produits dans le scriptorium de Saint-Martin de Tours131. Les liens spirituels entre les communautés religieuses pouvaient aussi revêtir d’autres formes, tels les échanges de reliques. Les relations fondées entre les églises échangeant des reliques résistaient parfois à l’épreuve du temps, comme l’illustre l’exemple du Mans et de Paderborn : en 836, une délégation de clercs manceaux accompagna les restes de saint Liboire jusqu’en Saxe ; en retour, le clergé de Paderborn offrit à celui du Mans des reliques de saint Julien, le premier évêque du Mans – or cette translation eut lieu au xiiie siècle132 !

Autour du monastère

  • 133 Karl Schmid, « Die Mönchgemeinschaft von Fulda als sozialgeschichtliches Problem », FMSt 4 (1970), (...)
  • 134 Kuchenbuch 1978, p. 50.
  • 135 Cf. les études citées supra, p. 73 sq. notes 46 et 48.
  • 136 Leo Swan, « Monastic proto-towns in early medieval Ireland : the evidence of aerial photography, p (...)

52Vers 825, la communauté monastique de Fulda comptait 603 membres ! Environ un quart des moines vivait à l’intérieur du monastère, les autres étaient répartis dans les diverses dépendances de ce qui est présenté dans le livre de fraternité de la Reichenau comme l’« assemblée de saint Boniface (dépendant) du monastère qui est appelé Fulda » (congregatio sancti Bonifatii de monasterio, quod Fulta nominatu133). Les monastères constituaient donc de véritables agglomérations humaines. Au ixe siècle, l’abbaye de Prüm devait compter au bas mot une centaine de moines134. Aux environs de 830, les moines de Saint-Germain-des-Prés étaient au nombre de 120, et ceux de Saint-Denis, 150. Vers le milieu du siècle, il y avait 216 moniales à Notre-Dame de Soissons135. Or nous savons qu’il y avait à la même époque 40 servantes du monastère travaillant à l’intérieur de la clôture et 30 au dehors, affectées au travail dans le gynécée. Enfin, il y avait 130 homes qui travaillaient au service des moniales. Par conséquent, le monastère rassemblait en tout 416 personnes, qu’il fallait héberger dans les bâtiments conventuels et aux alentours immédiats. En Irlande, l’importance des monastères était d’autant plus grande et leur rayonnement socio-économique d’autant plus manifeste qu’il s’agissait des seuls endroits de concentration humaine136, puisque l’habitat était alors uniquement dispersé et qu’il faut attendre les raids vikings pour que les premières villes apparaissent. Les grands monastères s’avéraient par conséquents les seuls véritables lieux d’échanges et d’activités ; ils attiraient ainsi une population non négligeable.

  • 137 Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, éd. Georges Tessier, t. 2, Paris 1952, p (...)
  • 138 Sur les fêtes pascales à Saint-Riquier, cf. Rabe 1995.
  • 139 Hildebrandt 1992 ; Jong 1996.

53L’attraction exercée par les monastères revêtait diverses formes : la fonction d’accueil était importante, qu’il s’agisse de l’hébergement des nobles de passage ou des pèlerins (ainsi, en 866, Charles le Chauve attribue explicitement les revenus de certains domaines au financement de l’hospitalis des nobles et de l’hospitalis des voyageurs de Saint-Médard de Soissons137), mais aussi de l’entretien de pauvres inscrits sur la matricule. Lors des grandes fêtes religieuses, l’affluence était à son comble138. Les écoles monastiques recrutaient également au-delà du cercle restreint des oblats139.

  • 140 Carol Heitz, La France pré-romane. Archéologie et architecture religieuse du Haut Moyen Âge du ive(...)
  • 141 Wickham 1995, p. 519 sqq. ; Innes 2000, passim.

54L’influence des monastères était ressentie à plusieurs niveaux – à proximité de l’établissement, ne serait-ce que par sa présence monumentale dans le paysage (notamment celle de l’église140), mais aussi bien plus loin, comme l’illustre l’importance des biens possédés par les abbayes de Lorsch et de Fulda à Dienheim, un village viticole de la vallée du Rhin (entre Worms et Mayence). Le nombre des actes privés concernant cette localité permet l’observation d’un phénomène particulièrement intéressant : le partage qui existe entre les propriétaires fonciers qui font des donations en faveur de la puissante abbaye des environs, Lorsch, et ceux qui optent pour la non moins puissante, mais plus lointaine abbaye de Fulda, toutefois représentée sur place par des moines chargés de l’administration des biens de saint Boniface141.

  • 142 Dieter Geuenich, « Elsaßbeziehungen in den St. Galler Verbrüderungsbüchern », dans Ochsenbein & Zi (...)

55De nombreuses personnes entretenaient une relation particulière avec tel ou tel monastère : elles bénéficiaient de la protection spirituelle et temporelle de la communauté monastique. Les rois, les membres de la haute aristocratie et les évêques n’étaient pas les seuls, outre les abbés amis et leurs moines, à bénéficier de la prière de telle ou telle communauté. Ainsi, derrière les « noms de ceux de Strasbourg qui nous sont confiés » se cachent un clerc, Winidolf, et sept membres de sa famille, hommes et femmes, qui s’en étaient remis à la prière de la communauté de Saint-Gall142.

  • 143 Cf. Barbara H. Rosenwein, To be the Neighbor of Saint Peter. The Social Meaning of Cluny’s Propert (...)
  • 144 Cf. Transferts patrimoniaux 1999.

56Les donateurs bénéficiaient également de la protection des établissements auxquels ils avaient offert leurs biens : « être le voisin de tel saint » pouvait s’avérer contraignant, mais cela offrait une certaine sécurité spirituelle et temporelle143 – sinon, on comprendrait difficilement le succès de la précaire aux temps carolingiens144.

Les bénéficiaires d’une protection spéciale

  • 145 Dietmar Willoweit, « Königsschutz », HRG 2, col. 1058-1059.
  • 146 Jussen 2000, p. 173.

57Le roi était le protecteur de l’Église et, par conséquent, des églises. Par le biais de l’immunité, de nombreux établissements monastiques du ixe siècle bénéficiaient automatiquement de la protection royale. Mais le devoir de la puissance publique, a fortiori du roi chrétien, était également de défendre tous ceux qui se trouvaient démunis d’un protecteur naturel145. C’est de là que vient l’idée d’une défense particulière s’appliquant à la veuve et à l’orphelin : le mari ou le père ne peut plus exercer son mundium sur eux (le veuvage des hommes n’est guère mentionné dans les sources car son statut ne pose pas de problème particulier : dans le cadre familial, il est son propre seigneur). Par conséquent, indépendamment du désir qu’éprouvaient les évêques de contrôler les veuves (notamment, de contrôler les conditions dans lesquelles s’effectuait la prise de voile), elles étaient placées sous la protection du pouvoir public, comme on en trouve la formulation dans les actes du concile réuni en 673 à Saint-Jean-de-Losne : « Les femmes qui ont perdu leur mari et qui, ayant changé leur vêtement [c’est-à-dire : ayant pris le voile], veulent demeurer en veuvage, qu’elles soient prises sous la tuitio du prince146. »

Les « pauvres »

  • 147 Michel Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, Paris, 1978.
  • 148 Karl Bosl, « Potens et pauper. Begriffsgeschichtliche Studien zur gesellschaftlichen Differenzieru (...)
  • 149 Egon Boshof, « Untersuchungen zur Armenfürsorge im fränkischen Reich des 9. Jahrhunderts », AKG 58 (...)

58Les veuves, même riches, étaient « pauvres ». En effet, il y a pauvreté et pauvreté147. Les pauvres sont, bien évidemment, d’abord ceux qui sont dans le besoin matériel, ceux qui ne peuvent par eux-mêmes subvenir à leurs besoins, mais la conception qu’on avait alors du pauvre dépasse l’opposition entre celui qui a et celui qui n’a pas. De manière significative, le contraire de la pauvreté est moins la richesse que la puissance : aux pauperes s’opposent non pas les divites, mais les potentes, qui ont vocation à les assister en les prenant sous leur protection. Les pauperes sont tous ceux qui n’ont pas de seigneur ; un petit propriétaire de statut libre est en fait un pauper148. Au cours de l’époque carolingienne, l’entrée en dépendance d’une grande partie de la population (qu’elle se traduise par la vassalité ou par la remise de ses biens à un seigneur foncier dont on tient désormais la terre) fut une manière (originale) de « résorber » (selon le jargon actuel) la « pauvreté ». Il n’empêche que la pauvreté économique existait, que visaient à pallier les « hospices » et autres fondations pieuses – comme, par exemple, la distribution du nécessaire à tous « ceux qui surviennent » ou seulement ceux qui sont inscrits sur la matricule de telle église cathédrale ou de telle communauté religieuse149.

Étrangers et marchands

  • 150 Lebecq 2000, p. 331.
  • 151 Le leggi dei Longobardi. Storia, memoria e diritto du un popolo germanico, éd. Claudio Azzara & St (...)
  • 152 Hermann Nehlsen, « Kaufmann und Handel im Spiegel der germanischen Rechtsaufzeichnungen », dans (...)
  • 153 Lund 1984, p. 18 sqq.

59Les étrangers, marchands ou voyageurs, représentaient une menace potentielle car ils échappaient aux cadres juridiques et judiciaires habituels. C’est pourquoi, vers la fin du viie siècle, la législation anglo-saxonne leur faisait obligation de ne pas s’écarter des routes et de se signaler d’un cri ou d’un coup de corne, sous peine d’être considérés comme des voleurs et d’encourir la mort ou le rançonnement150. Ceux qui quittaient leur pays et les réseaux de relations dont ils bénéficiaient sur place se trouvaient dépourvus de protection, car les étrangers, venant d’un autre royaume, étaient sans droit, au premier sens du terme : ainsi, la protection du roi était pour eux d’abord synonyme de l’assurance de pouvoir engager une action judiciaire. C’est ce qu’exprime l’Édit de Rothari à propos des waregang (c’est-à-dire « ceux qui sont à la recherche de protection ») venus de l’étranger et qui se sont placés sous la défense du pouvoir royal en s’y soumettant (seque sub scuto potestatis nostrae subdederint) : ils doivent vivre selon la loi lombarde, à moins d’avoir obtenu le privilège de faire valoir un autre droit151. En revanche, la législation wisigothique prévoyait que les marchands d’outre-mer (c’est-à-dire : les marchands du Levant) pourraient faire appliquer leur droit lorsqu’un litige survenait entre eux152. Vers la fin du ixe siècle, le récit des voyages dans l’Europe du Nord effectués par le riche marchand scandinave Ohthere illustre les rapports de ce dernier avec le roi de Wessex : Ohthere désigne Alfred le Grand comme his hlaforde, c’est-à-dire son « seigneur ». Cette expression de déférence est due au fait que cet étranger se trouvait dans la dépendance du roi, parce qu’il bénéficiait de sa protection. Les défenses de morse dont il lui fit cadeaux, et dont il louait la qualité de l’ivoire, en étaient peut-être le prix153.

  • 154 Lex Francorum Chamavorum, éd. Rudolf Sohm, MGH Leges, t. 5, Hanovre, 1875-1889, p. 271 sq. (c. 3 : (...)
  • 155 François Louis Ganshof, « L’étranger dans la monarchie franque », dans L’étranger, Bruxelles, 1958 (...)
  • 156 Texte latin et traduction dans Jean-Pierre Brunterc’h, Le Moyen Âge (ve-xie siècle), t. 1 des Arch (...)
  • 157 Depreux 1998, p. 217 (spécialement note 26) ; la prégnance des usages vassaliques trouve par exemp (...)

60La protection accordée par le roi à celui qui la lui a demandée n’est pas un vain mot : la Loi des Chamaves, rédigée sous Charlemagne au tout début du ixe siècle, prévoit que l’assassin d’un wargengus devra payer au fisc une amende de 600 sous154, soit autant que pour le meurtre d’un Franc et trois fois plus pour celui de quelque homme libre – dans ces deux derniers cas, seul un tiers de la somme revient au fisc, au titre du fredus : on tient a contrario la preuve que le wargengus est sous la protection directe du roi, puisque personne d’autre que lui ne peut toucher son Wergeld. Mais l’octroi aux marchands d’une protection particulière prenait-elle quelque forme juridique ? Il est difficile d’y répondre. La recommandation (la prestation d’hommage) est attestée dans le cas relativement bien connu des Juifs commerçant avec (pour) le Palais – mais était-ce en tant qu’étrangers, ou en tant qu’hommes d’affaires au service du souverain qu’ils prêtaient hommage ? La seconde solution est peut-être la bonne, n’en déplaise aux partisans d’une approche privilégiant le formalisme juridique en ce qui concerne le statut des étrangers155. Si l’on rapproche les diplômes pour les marchands juifs du « précepte des marchands156 » (828), un modèle d’acte concernant tous les « marchands du Palais », on observe que ces derniers, désignés comme fideles du souverain, ont été reçus dans sa tuitio (c’est-à-dire sous sa protection). Or il semble bien qu’à l’époque carolingienne, la recommandation était le préalable à l’entrée dans la tuitio du roi157.

  • 158 Jean-Pierre Devroey, « Courants et réseaux d’échange dans l’économie franque entre Loire et Rhin » (...)
  • 159 Lebecq 1983, t. 1, p. 258 sqq. ; Otto Gerhard Oexle, « Gilde », LMA 4, col. 1452-1453.
  • 160 Lebecq 2000, p. 326.

61Certains établissements monastiques disposaient aussi de négociants spécialisés158, « qui vivaient à l’ombre du monastère sans faire partie de la familia, dans une relation de service-protection analogue à celle que les […] marchands du palais entretenaient avec l’empereur ». On en trouve près des monastères jouissant du droit de foire ou dans les cités épiscopales, à Saint-Denis au milieu du viiie siècle, puis à Paris (Saint-Germain-des-Prés), à Auxerre, à Verdun ou, encore, à Fulda en 836. Des systèmes de solidarités reposant sur la prestation d’un serment d’aide mutuelle ont-ils vu le jour dans ces groupes de marchands ? Nous ne le savons pas – la première ghilde professionnelle dûment attestée, celle des marchands de Tiel, l’est seulement au début du xie siècle159. Or il semble que le « minimum d’organisation professionnelle » nécessaire à la circulation des informations et la préparation de convois n’ait pas eu d’implication dans les structures des entreprises marchandes des viiie et ixe siècles160.

  • 161 Depreux 2000 ; cf. également l’article de R. Le Jan cité infra, note 164.
  • 162 Jean-Pierre Devroey, « Juifs et Syriens. À propos de la géographie économique de la Gaule au haut (...)
  • 163 Egon Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werk, Cologne, 1969, p. 42.
  • 164 Régine Le Jan, « Remarques sur l’étranger au haut Moyen Âge », dans Jean-Pierre Jessenne (éd.), L’ (...)
  • 165 Vita Alcuini, éd. Wilhelm Arndt, MGH SS 15/1, Stuttgart, 1887, c. 18, p. 193 ; cf. Bernard Merdrig (...)

62Quant à la perception de l’étranger, elle est chose fort subjective161. Les gens du haut Moyen Âge connaissaient-ils le racisme ? Peut-être, à l’égard des Juifs, certes pleinement intégrés du point de vue économique, mais occasionnellement exposés à des manifestations virulentes d’hostilité à la foi mosaïque162. Mis à part leur cas, forte semble alors l’idée selon laquelle il n’y a plus de distinction entre les peuples dès lors que le Christ unit tous les chrétiens, comme l’affirme saint Paul dans l’Épître aux Colossiens (3, 11) en des termes paraphrasés par l’archevêque de Lyon, Agobard, lorsque ce dernier s’élève contre la diversité des lois (c’est-à-dire le principe de la personnalité des lois) au début du règne de l’empereur Louis le Pieux163. Il n’empêche qu’on observe une « agressivité plus ou moins rentrée164 », des marques d’animosité ou d’agacement à l’égard des membres de certains peuples dont la présence et les réseaux de solidarité s’avéraient par trop voyants. C’était par exemple le cas à Saint-Martin, aux portes de Tours, du temps d’Alcuin († 804). Dans la Vie qu’il rédigea au début du ixe siècle, probablement à Ferrières, un disciple du célèbre abbé rapporte qu’un beau jour, un prêtre anglo-saxon du nom d’Aigulf vint rendre visite à Alcuin165. Alors qu’il attendait devant la porte, des moines firent cette réflexion sans se méfier, car ils pensaient qu’il ignorait leur langue :

« Voici ce Breton – ou ce Scot – qui vient auprès de cet autre Breton, qui se languit à l’intérieur. O Dieu ! Libère ce monastère de ces Bretons. En effet, de même que les abeilles reviennent de partout jusqu’à leur mère, tous ceux-là viennent à lui. »

  • 166 Störmer 2002, p. 120.

63Inversement, d’aucuns pouvaient éprouver une certaine fierté « nationale » (ou plutôt : ethnoculturelle). C’était par exemple le cas des Bavarois de Fulda, dont l’auteur du Glossaire de Kassel (début du ixe siècle) se fait l’écho lorsque, pour illustrer l’équivalence « sapiens homo = spaher man » et « stultus = toler », il affirme en version bilingue166 :

« Stulti sunt Romani, sapienti sunt Paioari ;
modica est sapientia in Romana,
plus habent stultitia quam sapientia.
Tole sint Wualha, spahe sint Peigira ;
luzic ist spahi in Uualhum,
mera hapent tolaheiti denne spahi.
Insensés sont les gens de langue romane, sages sont les Bavarois ;
faible est la sagesse des gens de langue romane,
ils font preuve de plus de sottise que d’intelligence. »

  • 167 Michael Richter, « The English link in Hiberno-Frankish relations in the seventh century », dans P (...)
  • 168 Vita sanctae Bathildis, éd. Bruno Krusch, MGH SS rer. Merov. 2, Hanovre, 1888, version A, chap. 9, (...)

64La circulation des personnes semble avoir été assez intense durant le haut Moyen Âge167 ; c’est ainsi que, vers le milieu du viie siècle, la reine Bathilde, qui était elle-même anglo-saxonne, racheta des captifs de la même origine qu’elle et les plaça dans les monastères de la région parisienne qu’elle soutint activement (sa fondation de Chelles est la plus célèbre). L’auteur de la Vie de sainte Bathilde168, qui écrivit dans les années 680, affirme que, « ayant payé le prix, elle ordonna de racheter de nombreux captifs ; elle les affranchit et en plaça certains dans des monastères – principalement les hommes de sa nation (gens) et de nombreuses jeunes filles, qu’elle avait nourries ».

  • 169 Riché 1962, p. 366-368.
  • 170 Liber Historiae Francorum, éd. Bruno Krusch, MGH SS rer. Merov. 2, Hanovre, 1888, chap. 43, p. 316 (...)
  • 171 Dierkens 1995, p. 293.
  • 172 Jean-Michel Picard, « Church and politics in the seventh century : The Irish exile of King Dagober (...)
  • 173 Elmar Seebold, « Die Iren und die Runen. Die Überlieferung fremder Schriften im 8. Jahrhundert als (...)

65On peut aisément citer le nom d’individus originaires d’un autre royaume et vivant, qui dans le monde franc, qui en Irlande, où de nombreux « étrangers » venaient étudier169 ou bien y trouvaient refuge lors d’un exil politique. Ce fut par exemple le cas de Dagobert II, le fils de Sigebert III tonsuré à la mort de son père, en 656, pour faire place libre à Childebert « l’Adopté ». Observons que l’auteur du Liber historiae Francorum, qui écrit au début du viiie siècle, présente la chose ainsi170 : le jeune Dagobert fut confié par le maire du palais, Grimoald, à l’évêque de Poitiers, Didon, pour qu’il l’envoie « en pèlerinage en Irlande » (in Scocia peregrinandum) – Dagobert était par conséquent condamné à faire en Irlande ce à quoi les Irlandais s’adonnaient sur le continent : la peregrinatio. Il semble toutefois que l’exilé, dont le départ fut rendu possible par l’existence d’un réseau irlandais impliquant Foillán, le frère de saint Fursy, et le monastère pippinide de Nivelles (ce qui ne signifie pas pour autant qu’il existait un lien institutionnel entre cet établissement et ceux de Lagny, Péronne ou Fosses171), fut accueilli en un lieu bien précis, le monastère de Slane172. Les manuscrits latins continentaux portant des mentions écrites en runes sont de rares exemples de la préservation de leurs traditions d’origine par les moines, probablement irlandais, ayant fréquenté les monastères de Saint-Amand, Fleury, Saint-Gall, Wissembourg, Echternach, Freising ou Fulda entre le milieu du viiie siècle et le milieu du siècle suivant173.

  • 174 Présentation synthétique dans Michel Sot, Jean-Patrice Boudet & Anita Guerreau-Jalabert, Le Moyen (...)

66La cour royale fut par ailleurs un lieu d’accueil des étrangers. L’attraction exercée par elle est bien connue pour l’époque carolingienne – l’affluence d’érudits anglo-saxons, lombards et, dans une moindre mesure, d’origine wisigothique fut le facteur principal de ce qu’on a appelé la « renaissance carolingienne174 ».

Voyageurs et pèlerins

  • 175 Sur les pèlerinages aux temps mérovingiens, cf. Brigitte Beaujard, Les pèlerinages vus par Grégoir (...)
  • 176 Die Briefe des heiligen Bonifatius und Lullus, éd. Michael Tangl, Berlin, 1955, n° 78, p. 169.
  • 177 La règle de saint Benoît, éd. et trad. Adalbert de Vogüé & Jean Neufville, Paris, 1972, t. 2, p. 6 (...)
  • 178 Hecht 1983, p. 175-177.
  • 179 Uwe Ludwig, « Die Gedenklisten des Klosters Novalese – Möglichkeiten einer Kritik des Chronicon No (...)
  • 180 Levison 1946, p. 40.

67Les pèlerins, également, avaient besoin d’aide et de protection175. Le départ en pèlerinage pouvait en effet s’avérer une entreprise périlleuse – notamment pour les femmes. Dans une lettre envoyée en 747 à Cuthbert, l’archevêque de Canterbury, saint Boniface propose d’interdire aux femmes mariées (mulieres) et à celles qui ont pris le voile (velatae feminae) de se rendre sans cesse à Rome, parce que nombreuses sont celles qui périssent en chemin et que peu demeurent intactes176 : « rares sont en effet les cités de Lombardie, de Francie ou de Gaule dans l[es]quelle[s] il n’y a pas de femme dévoyée (adultera) ou de prostituée (meretrix) de nation anglaise » ! Pourtant, les pèlerins pouvaient, en chemin, trouver le gîte en divers lieux d’accueil. Les monastères avaient obligation d’héberger les gens de passage : la Règle de saint Benoît consacre en effet un chapitre à la réception des hôtes177, prévoyant que « tous [ceux] qui se présentent doivent être reçus comme le Christ ». Le plan de Saint-Gall, qui date du début du ixe siècle, porte la mention – au nord de l’église abbatiale, à proximité du logis de l’abbé – d’un édifice pour l’accueil des hôtes et des moines venus d’ailleurs178. Il existait également des établissements spécialisés dans l’accueil des pèlerins : les « hospices », tel celui érigé sur l’ordre de Louis le Pieux au Mont Cenis et doté avec des biens de l’abbaye de Novalese179. Certains « hospices » étaient plus particulièrement destinés aux Anglo-Saxons180, comme celui d’Auxerre fondé vers 735 ou le monastère de Moutiers-en-Puisaye mentionné par Heiric dans les Miracles de saint Germain (troisième quart du ixe siècle). La « celle » de Saint-Josse – près de l’emporium important qu’était Quentovic, le « vic de la Canche » – fut confiée par Charlemagne à Alcuin « pour qu’il y fasse aumône aux pèlerins ». De fait, il s’agit d’un lieu d’étape obligé sur la route menant d’Angleterre en Italie.

  • 181 Ibid., p. 37-38.
  • 182 Dietrich Claude, « Spätantike und frühmittelalterliche Orientfahrten : Routen und Reisende », dans (...)

68Les pèlerins anglo-saxons étaient particulièrement nombreux à Rome au viie et au viiie siècle181. Selon le témoignage de Bède le Vénérable, cet engouement touchait tant les personnes nobles que celles qui ne l’étaient pas, tant les hommes que les femmes, tant ceux qui exerçaient une fonction dans la société que les personnes privées. Certains souhaitaient y finir leurs jours, tel Ceolfrid, l’abbé de Jarrow, mais aussi le roi de Wessex, Cædwalla, qui se fit baptiser à Rome et fut inhumé à Saint-Pierre à la fin du viie siècle, ou bien encore son successeur, Ine, qui abdiqua pour « se rendre en pèlerinage auprès des lieux saints » après 37 ans de règne. D’autres entreprirent le voyage à Rome non seulement pour y prier, mais également pour s’y procurer livres et reliques, ou bien pour solliciter un privilège du siège apostolique. C’est ainsi que Benoît Biscop se rendit à Rome à six reprises. D’aucuns ne se contentèrent pas du pèlerinage italien, mais allèrent également en Terre Sainte182, comme ce fut par exemple le cas de saint Willibald († 787), avant qu’il ne devienne évêque d’Eichstätt.

  • 183 Levison 1946, p. 40-41 ; Alain J. Stoclet, « Les établissements francs à Rome au viiie siècle : Ho (...)

69À Rome, les étrangers étaient organisés en scholae183. Les Anglo-Saxons, par exemple, étaient installés au sud-est du Vatican, près du Tibre (leur burgus se trouve à l’endroit de l’actuel Borgo Santo Spirito). Lorsqu’il revint de Paderborn où il était allé demander le soutien de Charlemagne, en 799 (cette rencontre peut être considérée comme le prélude au couronnement impérial de la Noël 800), le pape Léon III fut accueilli par les scholae des pèlerins. Il s’agissait par là de manifester le soutien des « étrangers » à une papauté malmenée par l’aristocratie romaine et les milieux pro-byzantins. Le recours aux scholae dans ce contexte troublé n’étonne pas lorsqu’on sait leur caractère assez militaire, particulièrement manifeste lors de la défense de Rome contre les Sarrasins, en 846.

Notes

1 Présentation générale dans Aurell 1996.

2 Timothy Reuter, « Introduction », dans Reuter 1979, p. 1-16, aux p. 12 sq.

3 Histoires, V, 48.

4 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, éd. et trad. Ernst Tremp, Hanovre, 1995, p. 232 (c. 44). Sur Ebbon, cf. Depreux 1997, p. 169 sqq.

5 Werner 1965, p. 126.

6 Olberg 1991, p. 193 sqq.

7 Gerberding 1987, p. 85.

8 Jane Roberts, « The Old English Vocabulary of Nobility », dans Duggan 2000, p. 69-84, aux p. 71 sq.

9 Le Jan 1995, p. 59.

10 Joachim Wollasch, « Eine adelige Familie des frühen Mittelalters. Ihr Selbstverständnis und ihre Wirklichkeit », AKG 39 (1957), p. 150-188.

11 Sur ce qui suit, cf. Störmer 1973, t. 1, p. 44-51.

12 Jarnut 1986.

13 Au sens antique du terme – il n’y a pas de patronyme au sens moderne, bien qu’en certains endroits (c’est le cas en Italie au ixe siècle), la référence au père sous la forme « Untel filius quondam Untel » (principe qu’on retrouvera dans les noms anglais « FitzUntel ») puisse faire figure de balbutiement. La formation du système patronymique est un processus plus tardif, assez long et complexe, cf. Monique Bourin & Pascal Chareille, « Le choix anthroponymique : entre hasards individuels et nécessités familiales », dans Monique Bourin & Pascal Chareille (éd.), Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, t. 3 : Enquêtes généalogiques et données prosopographiques, Tours, 1995, p. 219-241.

14 Wolfram 1974.

15 Histoire des Lombards, IV, 37 in fine.

16 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, éd. et trad. Ernst Tremp, Hanovre, 1995, p. 174-176 (chap. 1) : sicut paterno relatu didicimus.

17 Heinzelmann 1976.

18 Ian Wood, « The Ecclesiastical Politics of Merovingian Clermont », dans Wormald et alii 1983, p. 34-57.

19 Scheibelreiter 1983, p. 170.

20 Ibid., p. 29.

21 Feller 1998, p. 564 sq.

22 David N. Dumville, « The ætheling : a study in Anglo-Saxon constitutional history », ASE 8 (1979), p. 1-33.

23 Werner 1965 ; cf. également Paul Fouracre, « The Origins of the Nobility in Francia », dans Duggan 2000, p. 17-24.

24 Irsigler 1969.

25 Keller 1988.

26 Christina La Rocca & Luigi Provero, « The dead and their gifts. The will of Eberhard, count of Friuli, and his wife Gisela, daughter of Louis the Pious (863-864) », dans Theuws & Nelson 2000, p. 225-280.

27 La bibliographie est particulièrement abondante sur l’aristocratie aux temps carolingiens. On n’en retiendra ici que quelques titres. Au nombre des études fondatrices, citons : Tellenbach 1957 ; Werner 1965 ; Karl Schmid, « Über die Struktur des Adels im frühen Mittelalter », Jahrbuch für fränkische Landesforschung 19 (1959), p. 1-23 ; rééd. dans Schmid 1983, p. 245-267 (traduction anglaise dans Reuter 1979, p. 37-59). On dispose d’une synthèse par Stuart Airlie, « The aristocracy », dans Mckitterick 1995, p. 431-450. Parmi les publications majeures des dernières années, Le Jan 1995 et Le Jan 1998 offrent l’approche la plus complète et la plus novatrice.

28 Störmer 1972, p. 42-49.

29 Pour d’autres exemples en lien avec la Bavière, qui présente l’intérêt de constituer un territoire cohérent intégré en tant que tel au royaume franc, cf. Josef Semmler, « Zu den bayerisch-westfränkischen Beziehungen in karolingischer Zeit », ZBLG 29 (1966), p. 344-424.

30 Störmer 1972, p. 90-120.

31 Langres et ses évêques, viiie-xie siècle, Langres, 1986 (cf. les contributions de Wilhelm Störmer et de Jean Marilier).

32 À ce propos, cf. Stoclet 1993, p. 252 sqq.

33 Jahn 1991, p. 358-370.

34 Smith 1992.

35 Karl Ferdinand Werner, « Robertiner », LMA 7, col. 916-918.

36 Régine Le Jan, « Continuity and Change in the Tenth-Century Nobility », dans Duggan 2000, p. 53-68, aux p. 57 sq. ; traduction française dans Le Jan 2001, p. 190-203 (p. 193 sq.).

37 Karl Brunner, « Der fränkische Fürstentitel im neunten und zehnten Jahrhundert », dans Herwig Wolfram (éd.), Intitulatio, t. 2 : Lateinische Herrscher- und Fürstentitel im neunten und zehnten Jahrhundert, Vienne, 1973, p. 179-340.

38 Feller 1998, p. 565 sqq.

39 Cf. par exemple Régine Hennebicque-Le Jan, « Prosopographica neustrica : les agents du roi en Neustrie de 639 à 840 », dans Atsma 1989, t. 1, p. 231-268.

40 La situation dans les pays ligériens est bien connue grâce aux travaux de Karl Ferdinand Werner ; cf. Jacques Boussard, « L’origine des familles seigneuriales dans la région de la Loire moyenne », CCM 5 (1962), p. 303-322.

41 Bougard 1995, p. 158 sqq.

42 Heinrich Fichtenau, Das Urkundenwesen in Österreich vom 8. bis zum frühen 13. Jahrhundert, Vienne, 1971, p. 39 sqq.

43 François Bougard, « Pierre de Niviano, dit le Spolétin, sculdassius, et le gouvernement du comté de Plaisance à l’époque carolingienne », JS 1996, p. 291-337.

44 Philippe Guigon, « L’arx de Morvan, les lis de Salomon et la domus de Gradlon : les résidences aristocratiques d’époque carolingienne en Bretagne », dans Renoux 2001, p. 29-44.

45 Annie Renoux, « Le vocabulaire du pouvoir à Mayenne et ses implications politiques et architecturales (viie-xiiie siècle) », dans Renoux 2001, p. 247-271.

46 Jacques Le Maho, « Die erzbischöfliche Pfalz von Rouen (Frankreich) zu Beginn des 9. Jahrhunderts », dans Fenske et alii 2001, p. 193-210.

47 Pour l’Italie, cf. Ward-Perkins 1984, p. 157 sqq.

48 Sur l’emploi du terme de palatium pour désigner la résidence d’un duc ou d’un évêque, cf. Thomas Zotz, Palatium publicum, nostrum, regium. Bemerkungen zur Königspfalz in der Karolingerzeit, dans Staab 1990, p. 71-99, à la p. 77.

49 Richter 1996, p. 33.

50 Falkenstein 1991, p. 244-245.

51 Présentation synthétique de Matthias Untermann dans Stiegemann & Wemhoff 1999, t. 3, p. 152-164.

52 Présentation synthétique de Holger Grewe dans Stiegemann & Wemhoff 1999, t. 3, p. 142-151.

53 Présentation synthétique de Steva Gai dans Stiegemann & Wemhoff 1999, t. 3, p. 183-196.

54 Didier Perrugot, « Le palais mérovingien de Malay (Yonne). Histoire et archéologie », dans Renoux 1996, p. 147-156.

55 Hodges 1989, p. 58 sqq.

56 Anne Nissen Jaubert, « Sites centraux et résidences princières au Danemark avant 1250 », dans Renoux 1996, p. 197-210.

57 Rudolf Schieffer, « Väter und Söhne im Karolingerhause », dans Schieffer 1990, p. 149-164.

58 Rudolf Schieffer, Karolingische Töchter, dans Jenal 1993, p. 125-139.

59 Janet L. Nelson, « La famille de Charlemagne », dans Dierkens & Sansterre 1991, p. 194-212 ; Eadem, « Women at the Court of Charlemagne : A Case of Monstrous Regiment ? », dans John C. Parsons (éd.), Medieval Queenship, New York, 1993, p. 43-61 ; rééd. dans Nelson 1996, p. 223-242.

60 Veronica Ortenberg, « Aux périphéries du monde carolingien : liens dynastiques et nouvelles fidélités dans le royaume anglo-saxon », dans Le Jan 1998, p. 505-517.

61 Cf. les arbres généalogiques dans Franken 1996, t. 1, p. 390-392.

62 Janet L. Nelson, « Queens as Jezebels : The careers of Brunhild and Bathild in Merovingian History », dans Derek Baker (éd.), Medieval Women, Oxford, 1978, p. 31-77. Sur le rôle et le champ d’action des reines durant le haut Moyen Âge, cf. également Pauline Stafford, « Sons and mothers : Family politics in the early middle ages », ibid., p. 79-100 ; Stafford 1983.

63 The Life of Bishop Wilfrid by Eddius Stephanus, éd. et trad. Bertram Colgrave, Cambridge, 1927, p. 6 et 8 (chap. 2 & 3).

64 Cf. par exemple Michel Parisse (éd.), La correspondance d’un évêque carolingien, Frothaire de Toul (ca. 813-847), avec les lettres de Theuthilde, abbesse de Remiremont, Paris, 1998.

65 Geneviève Bührer-Thierry, « La reine adultère », CCM 35 (1992), p. 299-312.

66 Janet l. Nelson, « Early Medieval Rites of Queen-Making and the Shaping of Medieval Queenship », dans Anne j. Duggan (éd.), Queens and Queenship in Medieval Europe, Woodbridge, 1997, p. 301-315 ; Paolo Delogu, « Consors regni » : un problema carolingio, BISAM 76 (1964), p. 47-98 ; Franz-Reiner Erkens, « “Sicut Esther regina”. Die westfränkische Königin als consors regni », Francia 20/1 (1993), p. 15-38.

67 Guichard & Cuvillier 1986, p. 318 sq.

68 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. François Bougard, Turnhout, 1994, p. 75 sq. (III, 35).

69 L’Origo gentis Langobardorum est traduite par Olivier Guyotjeannin, Le Moyen Âge (ve-xve siècle), t. 1 des Archives de l’Occident, sous la direction de Jean Favier, Paris, 1992, p. 69 sqq.

70 Cf. Brown 1984, passim (notamment p. 10 sq.).

71 Cette histoire est relatée par Paul Diacre en deux passages de l’Histoire des Lombards : I, 27 et II, 28-30 (citation d’après la traduction de François Bougard, op. cit., p. 51).

72 Thomas Zotz, « Palatium et curtis. Aspects de la terminologie palatiale au Moyen Âge », dans Renoux 1996, p. 7-15.

73 Présentation générale par George Beech, « Prosopography », dans James M. Powell (éd.), Medieval Studies. An Introduction, 2e éd., New York, 1992, p. 185-226. Pour des exemples d’application dans le monde franc, cf. Ebling 1974 ; Depreux 1997.

74 Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, éd. Georges Tessier, t. 2, Paris 1952, p. 349 (n° 379).

75 Sur ce personnage, cf. en dernier lieu François Bougard, « En marge du divorce de Lothaire II : Boson de Vienne, le cocu qui fut fait roi ? », Francia 27/1 (2000), p. 33-51.

76 Josef Fleckenstein, « Karl der Große und sein Hof », dans Karl der Große 1965, t. 1, p. 24-50 ; Depreux 1997 ; Gibson & Nelson 1990 et Nelson 1992 ; Thomas Zotz, « Le palais et les élites dans le royaume de Germanie », dans Le Jan 1998, p. 233-247 ; François Bougard, « La cour et le gouvernement de Louis II, 840-875 », ibid., p. 249-267.

77 Wood 1994, p. 149 sqq. ; Scheibelreiter 1999, p. 96 sqq.

78 Sur cette question à l’époque mérovingienne, cf. Georg Scheibelreiter, Der König und sein Ratgeber, dans Françoise Vallet & Michel Kazanski (éd.), La noblesse romaine et les chefs barbares du iiie au viie siècle, Saint-Germain-en-Laye, 1995, p. 35-47.

79 Josef Fleckenstein, « Die Struktur des Hofes Karls des Großen im Spiegel von Hinkmars De ordine palatii », Zeitschrift des Aachener Geschichtsvereins 83 (1976), p. 5-22 ; rééd. dans Fleckenstein 1989, p. 67-83.

80 Depreux 1997 ; le partage de certaines compétences du comte du Palais avec d’autres membres de la cour est à cet égard révélateur, cf. Philippe Depreux, « Le rôle du comte du Palais à la lumière des sources relatives au règne de l’empereur Louis le Pieux (814-840) », FMSt 34 (2000), p. 94-111 (état de la question sur le De ordine palatii à la p. 94, note 3).

81 Philippe Depreux, « Le comte Matfrid d’Orléans (av. 815-836) », BECh 152 (1994), p. 331-374.

82 Pierre Riché, « Les représentations du palais dans les textes littéraires du haut Moyen Âge », Francia 4 (1976), p. 161-171.

83 Traduction anglaise dans Peter Godman, Poetry of the Carolingian renaissance, Londres 1985, p. 151 sqq. Sur la poésie aulique aux temps mérovingiens, cf. George 1992 ; à l’époque carolingienne, cf. Godman 1987.

84 Rolf Köhn, « “Militia curialis”. Die Kritik am geistlichen Hofdienst bei Peter von Blois und in der lateinischen Literatur des 9.-12. Jahrhunderts », dans Zimmermann 1979, p. 227-257, aux p. 244 sq.

85 Karl Bosl, « Vorstufen der deutschen Königsdienstmannschaft (Begriffsgeschichtlich – prosopographische Studien zur frühmittelalterlichen Sozial- und Verfassungsgeschichte) », Vierteljahrsschrift für Sozial- und Wirtschaftsgeschichte 39 (1952), p. 193-214 & p. 289-315 ; rééd. dans Bosl 1964, p. 228-276 ; Olberg 1991, p. 211 sqq.

86 Fleckenstein 1959.

87 Georges Tessier, Diplomatique royale française, Paris 1962, p. 2 sqq. & p. 41 sqq.

88 Josef Semmler, « Le monachisme occidental du viiie au xe siècle : formation et réformation », dans Dierkens et alii 1993, p. 68-89.

89 À la fin du viie siècle, on compte environ 550 fondations monastiques en Gaule, dont environ 320 n’ont pas plus de cent ans d’âge, cf. Hartmut Atsma, « Les monastères urbains du nord de la Gaule », RHEF 62 (1976), p. 163-187.

90 Prinz 1965 ; Wollasch 1973 ; Oexle 1978. Synthèse commode dans Marcel Pacaut, Les ordres monastiques et religieux au Moyen Âge, 2e éd., Paris, 1993.

91 Oexle 1993, p. 256.

92 Sur l’importance du facteur politique dans le développement de Saint-Sauveur de Redon dans les années 830, cf. Julia M. H. Smith, « Aedificatio sancti loci : the making of a ninth-century holy place », dans Jong et alii 2001, p. 361-396.

93 Régine Le Jan, « Convents, violence and competition for power in the 7th century Francia », dans Jong et alii 2001, p. 243-269 ; traduction française dans Le Jan 2001, p. 89-107. Pour d’autres exemples d’interférences entre vie politique et fondations monastiques, cf. Helvétius 1994.

94 Marios Costambeys, « The transmission of tradition : Gregorian influence and innovation in eighth-century Italian monasticism », dans Hen & Innes 2000, p. 78-101, aux p. 87 sqq.

95 Sur la Sippe de Beata, cf. Hans Schnyder, Die Gründung des Klosters Luzern. Adel und Kirche Südalamanniens im 8. Jahrhundert, Fribourg (Suisse), 1978, p. 154 sqq.

96 Jahn 1987, p. 8-9.

97 Balzaretti 2000, p. 244 sqq.

98 Michel Rouche, « La dotation foncière de l’abbaye de Corbie (657-661) d’après l’acte de fondation », RN 55 (1973), p. 219-225.

99 Sprandel 1958.

100 Sur l’entrée en religion, cf. Lutterbach 1995.

101 Felten 2001, p. 75 sqq. (surtout p. 82).

102 N. Huyghebaert, « Le comte Baudouin II de Flandre et le “custos” de Steneland. À propos d’un faux précepte de Charles le Chauve pour Saint-Bertin (866) », RB 69 (1959), p. 49-67.

103 Georg Jenal, « Doppelklöster und monastische Gesetzgebung im Italien des frühen und hohen Mittelalters », dans Elm & Parisse 1992, p. 25-55.

104 Dagmar Beate Baltrusch-Schneider, « Die angelsächsischen Doppelklöster », dans Elm & Parisse 1992, p. 57-79 (sur Whitby : p. 76 sq.).

105 Jacques Le Maho, « L’abbaye mérovingienne de Logium à Caudebec-en-Caux (Seine-Maritime) », RHEF 82 (1996), p. 5-39.

106 Wemple 1981 ; Muschiol 1994 ; Michel Parisse, Les femmes au monastère dans le Nord de l’Allemagne du ixe au xie siècle. Conditions sociales et religieuses, dans Affeldt 1990, p. 311-324 ; Michèle Gaillard, « Les monastères féminins de Reims pendant le haut Moyen Âge : histoire et historiographie », RBPH 71 (1993), p. 825-840. Le caractère essentiellement aristocratique du recrutement des établissements féminins a été récemment remis en question par Felten 2001, p. 48 sqq.

107 Dierkens 1985, p. 320.

108 Barbier 2000.

109 Suzanne Fonay Wemple, « Female Monasticism in Italy and its Comparison with France and Germany from the ninth through the eleventh Century », dans Affeldt 1990, p. 291-310, à la p. 293.

110 Störmer 1972, p. 121 sqq.

111 Michaël Wyss, « Un établissement carolingien mis au jour à proximité de l’abbaye de Saint-Denis : la question du palais de Charlemagne », dans Renoux 2001, p. 191-200.

112 Hodges 1997, p. 101 sqq. ; présentation synthétique du site par Federico Marazzi, dans Bougard 1997, p. 187 sqq.

113 Clarke & Brennan 1981.

114 Dierkens 2000, p. 38 ; Adalbert de Vogüé, Les règles monastiques anciennes (400-700), Turnhout, 1985 ; Jane Barbara Stevenson, « The monastic rules of Columbanus », dans Lapidge 1997, p. 203-216.

115 Josef Semmler, « Benedictus II : una regula – una consuetudo », dans Willem Lourdaux & Daniel Verhelst (éd.), Benedictine Culture, 750-1050, Louvain, 1983, p. 1-49 ; id., « Benediktinische Reform und kaiserliches Privileg. Zur Frage des institutionellen Zusammenschlusses der Klöster um Benedikt von Aniane », dans Gert Melville (éd.), Institutionen und Geschichte. Theoretische Aspekte und mittelalterliche Befunde, Cologne 1992, p. 259-293 ; id., « Réforme bénédictine et privilège impérial. Les monastères autour de saint Benoît d’Aniane », dans Naissance et fonctionnement des réseaux monastiques et canoniaux, Saint-Étienne, 1991, p. 21-32.

116 Rudolf Schieffer, Die Entstehung von Domkapiteln in Deutschland, Bonn 1976 ; Josef Semmler, « Die Kanoniker und ihre Regel im 9. Jahrhundert », dans Irene Crusius, Studien zum weltlichen Kollegiatstift in Deutschland, Göttingen, 1995, p. 62-109.

117 Schilp 1998 ; Felten 2001, p. 40 sqq.

118 Josef Semmler, « Iussit … princeps renovare … praecepta. Zur verfassungsrechtlichen Einordnung der Hochstifte und Abteien in die karolingische Reichskirche », dans Joachim F. Angerer & Josef Lenzenweger (éd.), Consuetudines monasticae. Eine Festgabe für Kassius Hallinger aus Anlass seines 70. Geburtstags, Rome, 1982, p. 97-124.

119 Dieter Geuenich, « Zur Stellung und Wahl des Abtes in der Karolingerzeit », dans Althoff 1988, p. 171-186.

120 Josef Semmler, « Episcopi potestas und karolingische Klosterpolitik », dans Borst 1974, p. 305-395.

121 Gerchow 1988.

122 Dieter Geuenich, « Die Sankt Galler Gebetsverbrüderungen », dans Vogler 1990, p. 29-38.

123 Borgolte 1976, p. 86-92.

124 Ibid., p. 114-118.

125 Simon Keynes, « Anglo-Saxon Entries in the Liber Vitae of Brescia », dans Roberts et alii 1997, p. 99-119. Plus largement, sur la documentation « mémoriale » italienne, cf. Ludwig 1999.

126 Das Verbrüderungsbuch der Abtei Reichenau, éd. Johanne Authenrieth, Dieter Geuenich & Karl Schmid, Hanovre, 1979, p. LX sqq.

127 Dieter Geuenich, « Regionale und überregionale Beziehungen in der alemannischen Memorialüberlieferung der Karolingerzeit », dans Eberl et alii 1988, p. 197-216.

128 Dieter Geuenich, « Gebetsgedenken und anianische Reform – Beobachtungen zu den Verbrüderungsbeziehungen der Äbte im Reich Ludwigs des Frommen », dans Raymund Kottje & Helmut Maurer (éd.), Monastische Reformen im 9. und 10. Jahrhundert, Sigmaringen, 1989, p. 79-106, aux p. 88 sqq.

129 Karl Schmid & Otto Gerhard Oexle, « Voraussetzungen und Wirkung des Gebetsbundes von Attigny », Francia 2 (1974), p. 71-122.

130 Oexle 1993, p. 271.

131 Werner Vogler, « St. Martin in Tours und St. Gallen. Europäische Beziehungen zwischen zwei karolingischen Klöstern », dans Ochsenbein & Ziegler 1995, p. 117-136.

132 Röckelein 2002, p. 263.

133 Karl Schmid, « Die Mönchgemeinschaft von Fulda als sozialgeschichtliches Problem », FMSt 4 (1970), p. 173-200 (spécialement aux p. 186 sqq. & 198). Présentation de Schmid 1978 par Michel Parisse, « La communauté monastique de Fulda », Francia 7 (1979), p. 551-565.

134 Kuchenbuch 1978, p. 50.

135 Cf. les études citées supra, p. 73 sq. notes 46 et 48.

136 Leo Swan, « Monastic proto-towns in early medieval Ireland : the evidence of aerial photography, plan analysis and survey », dans Clarke & Simms 1985, p. 77-102.

137 Recueil des actes de Charles II le Chauve, roi de France, éd. Georges Tessier, t. 2, Paris 1952, p. 253 (n° 338).

138 Sur les fêtes pascales à Saint-Riquier, cf. Rabe 1995.

139 Hildebrandt 1992 ; Jong 1996.

140 Carol Heitz, La France pré-romane. Archéologie et architecture religieuse du Haut Moyen Âge du ive siècle à l’an Mil, Paris, 1987.

141 Wickham 1995, p. 519 sqq. ; Innes 2000, passim.

142 Dieter Geuenich, « Elsaßbeziehungen in den St. Galler Verbrüderungsbüchern », dans Ochsenbein & Ziegler 1995, p. 105-116.

143 Cf. Barbara H. Rosenwein, To be the Neighbor of Saint Peter. The Social Meaning of Cluny’s Property, 909-1049, Ithaca, 1989.

144 Cf. Transferts patrimoniaux 1999.

145 Dietmar Willoweit, « Königsschutz », HRG 2, col. 1058-1059.

146 Jussen 2000, p. 173.

147 Michel Mollat, Les pauvres au Moyen Âge, Paris, 1978.

148 Karl Bosl, « Potens et pauper. Begriffsgeschichtliche Studien zur gesellschaftlichen Differenzierung im frühen Mittelalter und zum Pauperismus des Hochmittelalters », dans Alteuropa und die moderne Gesellschaft. Festschrift für Otto Brunner, Göttingen, 1963, p. 60-87 ; rééd. dans Bosl 1964, p. 106-134 ; Régine Le Jan-Hennebicque, « “Pauperes” et “paupertas” dans l’Occident carolingien aux ixe et xe siècles », RN 50 (1968), p. 169-187. Cf. également Fichtenau 1949, p. 153 sqq.

149 Egon Boshof, « Untersuchungen zur Armenfürsorge im fränkischen Reich des 9. Jahrhunderts », AKG 58 (1976), p. 265-339 ; Michel Rouche, « La matricule des pauvres. Évolution d’une institution de charité du Bas-Empire jusqu’à la fin du haut Moyen Âge », dans Michel Mollat (éd.), Études sur l’histoire de la pauvreté, t. 1, Paris, 1974, p. 83-110.

150 Lebecq 2000, p. 331.

151 Le leggi dei Longobardi. Storia, memoria e diritto du un popolo germanico, éd. Claudio Azzara & Stefano Gesparri, Milan, 1992, p. 98 (chap. 367).

152 Hermann Nehlsen, « Kaufmann und Handel im Spiegel der germanischen Rechtsaufzeichnungen », dans Düwel et alii 1985, p. 126-160, aux p. 132 sqq. ; Harald Siems, « Die Organisation der Kaufleute in der Merowingerzeit nach den Leges », dans Jankuhn & Ebel 1989, p. 62-145, aux p. 65 sqq.

153 Lund 1984, p. 18 sqq.

154 Lex Francorum Chamavorum, éd. Rudolf Sohm, MGH Leges, t. 5, Hanovre, 1875-1889, p. 271 sq. (c. 3 : Franc ; c. 4 : homme libre ; c. 9 : wargengus).

155 François Louis Ganshof, « L’étranger dans la monarchie franque », dans L’étranger, Bruxelles, 1958 (Recueils de la Société Jean Bodin, t. 10/2), p. 5-36, à la p. 29.

156 Texte latin et traduction dans Jean-Pierre Brunterc’h, Le Moyen Âge (ve-xie siècle), t. 1 des Archives de la France sous la direction de Jean Favier, Paris 1994, p. 248 sqq. Sur les « marchands du Palais », cf. Henri Laurent, « Aspects de la vie économique dans la Gaule franque. Marchands du Palais et marchands d’abbayes », RH 183 (1938), p. 281-297 ; Peter Johanek, « Der fränkische Handel der Karolingerzeit im Spiegel der Schriftquellen », dans Düwel et alii 1987, p. 7-68, aux p. 55 sqq. ; Adam 1996,. p. 174 sqq.

157 Depreux 1998, p. 217 (spécialement note 26) ; la prégnance des usages vassaliques trouve par exemple son illustration dans la manière dont les chapelains entrent au service du roi, cf. Fleckenstein 1959, p. 30 sqq.

158 Jean-Pierre Devroey, « Courants et réseaux d’échange dans l’économie franque entre Loire et Rhin », dans Mercati 1993, p. 327-389, spécialement aux p. 378 sqq.

159 Lebecq 1983, t. 1, p. 258 sqq. ; Otto Gerhard Oexle, « Gilde », LMA 4, col. 1452-1453.

160 Lebecq 2000, p. 326.

161 Depreux 2000 ; cf. également l’article de R. Le Jan cité infra, note 164.

162 Jean-Pierre Devroey, « Juifs et Syriens. À propos de la géographie économique de la Gaule au haut Moyen Âge », dans Duvosquel & Thoen 1995, p. 51-72 ; Jean-Pierre Devroey & Christian Brouwer, « La participation des Juifs au commerce dans le monde franc (vie-xe siècles) », dans Dierkens & Sansterre 2000, p. 339-374 ; Charles Verlinden, « À propos de la place des Juifs dans l’économie de l’Europe occidentale aux IXe et Xe siècles. Agobard de Lyon et l’historiographie arabe », dans Storiografia e storia. Studi in onore di Eugenio Duprè Theseider, Rome, 1974, p. 21-37 ; E. M. Rose, « Gregory of Tours and the conversion of the Jews of Clermont », dans Mitchell & Wood 2002, p. 307-320.

163 Egon Boshof, Erzbischof Agobard von Lyon. Leben und Werk, Cologne, 1969, p. 42.

164 Régine Le Jan, « Remarques sur l’étranger au haut Moyen Âge », dans Jean-Pierre Jessenne (éd.), L’image de l’autre dans l’Europe du nord-ouest à travers l’histoire, Villeneuve d’Ascq 1996, p. 23-32, à la p. 29 – dans cette étude, l’auteur invite à dépasser l’approche juridique traditionnelle pour chercher à cerner « l’étrangeté » de l’étranger.

165 Vita Alcuini, éd. Wilhelm Arndt, MGH SS 15/1, Stuttgart, 1887, c. 18, p. 193 ; cf. Bernard Merdrignac, « Bretons et Irlandais en France du Nord », vie-viiie siècles, dans Picard 1991, p. 119-142, à la p. 141.

166 Störmer 2002, p. 120.

167 Michael Richter, « The English link in Hiberno-Frankish relations in the seventh century », dans Picard 1991, p. 95-118.

168 Vita sanctae Bathildis, éd. Bruno Krusch, MGH SS rer. Merov. 2, Hanovre, 1888, version A, chap. 9, p. 494 ; traduction : Fouracre & Gerberding 1996, p. 126.

169 Riché 1962, p. 366-368.

170 Liber Historiae Francorum, éd. Bruno Krusch, MGH SS rer. Merov. 2, Hanovre, 1888, chap. 43, p. 316 ; traduction dans Fouracre & Gerberding 1996, p. 88.

171 Dierkens 1995, p. 293.

172 Jean-Michel Picard, « Church and politics in the seventh century : The Irish exile of King Dagobert II », dans Picard 1991, p. 27-52.

173 Elmar Seebold, « Die Iren und die Runen. Die Überlieferung fremder Schriften im 8. Jahrhundert als Hintergrund zum ersten Auftreten von Manuskript-Runen », dans Haubrichs et alii 2000, p. 10-37.

174 Présentation synthétique dans Michel Sot, Jean-Patrice Boudet & Anita Guerreau-Jalabert, Le Moyen Âge, t. 1 de l’Histoire culturelle de la France, sous la direction de Jean-Pierre Rioux & Jean-François Sirinelli, Paris, 1997, p. 77 sqq.

175 Sur les pèlerinages aux temps mérovingiens, cf. Brigitte Beaujard, Les pèlerinages vus par Grégoire de Tours, dans Gauthier & Galinié 1997, p. 263-270.

176 Die Briefe des heiligen Bonifatius und Lullus, éd. Michael Tangl, Berlin, 1955, n° 78, p. 169.

177 La règle de saint Benoît, éd. et trad. Adalbert de Vogüé & Jean Neufville, Paris, 1972, t. 2, p. 610-617 (chap. 53).

178 Hecht 1983, p. 175-177.

179 Uwe Ludwig, « Die Gedenklisten des Klosters Novalese – Möglichkeiten einer Kritik des Chronicon Novaliciense », dans Dieter Geuenich & Otto Gerhard Oexle (éd.), Memoria in der Gesellschaft des Mittelalters, Göttingen, 1994, p. 32-55, à la p. 37.

180 Levison 1946, p. 40.

181 Ibid., p. 37-38.

182 Dietrich Claude, « Spätantike und frühmittelalterliche Orientfahrten : Routen und Reisende », dans Dierkens & Sansterre 2000, p. 235-253 ; Michael Mccormick, Les pèlerins occidentaux à Jérusalem, viiie-ixe siècles, ibid., p. 289-306.

183 Levison 1946, p. 40-41 ; Alain J. Stoclet, « Les établissements francs à Rome au viiie siècle : Hospitale intus basilicam beati Petri, domus Nazarii, schola Francorum et palais de Charlemagne », dans Sot 1990, p. 231-247.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540