Version classiqueVersion mobile

Les sociétés occidentales du milieu du VIe à la fin du IXe siècle

 | 
Philippe Depreux

Chapitre II. Les conditions de vie

Texte intégral

1En dépit des progrès de la recherche historique, de la multiplication des fouilles et de l’amélioration des techniques relevant de l’archéologie – par exemple, la palynologie et la carpologie (l’étude des pollens et des graines), qui permettent de reconstituer les phases d’extension de telle ou telle culture – et d’examens serrés des sources écrites, il est bien aléatoire de proposer un tableau d’ensemble lorsqu’il s’agit d’évoquer les conditions de vie.

  • 1 Traduction en allemand dans Goetz 1986, p. 26.

2On s’accorde toutefois à penser que la fin de la période antique fut marquée par une dégradation du climat dans l’Europe du Nord-Ouest, qui connut une période plus froide et humide, la tendance s’inversant à partir du viie siècle. Les annales carolingiennes se font toutefois l’écho de mauvaises années, dues par exemple à la permanence des pluies. Ainsi, l’auteur des Annales royales note, à propos de l’année 820, que l’humidité persista si longtemps que des épidémies frappèrent les hommes et les bêtes, que la pluie réduit à néant les récoltes de légumes et de céréales, et que le vin était de mauvaise qualité car le raisin n’avait pas pu mûrir. En certaines régions, des inondations rendirent les semis impossibles1.

L’homme et le milieu

  • 2 Riché 1973, p. 40.

3On ne saurait trop souligner la dépendance de l’homme par rapport à la nature, à une époque où les conditions de vie de tout un chacun étaient rudes – sans que cette observation doive conduire à un misérabilisme de mauvais aloi. Les hommes étaient, par exemple, particulièrement dépendants des saisons, et les hivers étaient redoutés2.

Un univers hostile ?

  • 3 Citation d’après Riché 1976, p. 82.

4Il est bien difficile de savoir comment, réellement, les hommes de cette époque concevaient leur rapport à la nature, et s’ils la ressentaient comme quelque chose de menaçant ou pas. Ici encore, on peut trouver tout et son contraire, en fonction du contexte dans lequel les documents furent rédigés. Les témoignages relatifs aux phénomènes célestes (éclipses et passages de comètes) en offrent une bonne illustration. Dans une de ses homélies, Raban Maur décrit l’émotion que pouvait susciter une éclipse de lune3 :

« On entendait le mugissement des cornes comme si on partait pour la guerre, le grognement des porcs ; on voyait des gens jeter des flèches et des traits contre la lune, d’autres qui envoyaient des feux vers le ciel. Ils affirmaient que je ne sais quel monstre menaçait de dévorer la lune. D’autres brisaient des vases qu’ils avaient chez eux pour aider la lune à se libérer. »

  • 4 Dierkens 1984, p. 21.
  • 5 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, éd. et trad. Ernst Tremp, (...)

5Un siècle plus tôt, en 744, les évêques avaient condamné les pratiques ayant lieu « au sujet de l’éclipse de lune qu’on appelle vinceluna4 » (ce cri signifie : « vainc, ô lune ! »). Les éclipses ne suscitaient toutefois pas toujours la panique – sinon, nous n’en aurions pas des descriptions précises dans les récits annalistiques. Le biographe anonyme de Louis le Pieux, qu’on appelle l’Astronome en raison de l’attention toute particulière qu’il prête aux mouvements des astres dans son œuvre, décrit avec minutie – et un sentiment indéniable d’émerveillement – l’éclipse de soleil qui eut lieu le 5 mai 840. En revanche, c’est la panique qu’il met en scène à propos du passage de la comète de Halley durant le temps pascal de l’année 837 : ce fut l’occasion de prières et de distributions d’aumônes dans un contexte de crise politique, l’empereur « craignant moins pour sa personne que pour l’Eglise à lui confiée ». De fait, ces phénomènes célestes pouvaient être interprétés comme de mauvais présages. L’éclipse de mai 840 était par exemple le signe avant-coureur de la mort de l’empereur. La manière dont le narrateur évoque les phénomènes célestes ou les place dans son récit contribue à l’argumentation générale. Ainsi, une comète « impitoyable » (saevus) apparue le 1er janvier 839 est censée avoir annoncé comme une « menace » la mort de Pépin Ier d’Aquitaine, pourtant survenue le 13 décembre 838 ; une éclipse de soleil qui eut lieu en juillet 818 est mentionnée juste après l’évocation de la mort de la reine Ermengarde, l’épouse de Louis le Pieux, le 3 octobre de la même année, à Angers5.

  • 6 Stéphane Lebecq, « Les saints anglais et le milieu marin. Contribution de quelques textes hagiogra (...)
  • 7 Maximilian Diesenberger, « Wahrnehmung und Aneignung der Natur in den Gesta abbatum Fontanellensiu (...)
  • 8 Felix’s Life of saint Guthlac, éd. et trad. Bertram Colgrave, Cambridge 1956, p. 88 (c. 25).

6Le caractère redoutable de la nature est particulièrement souligné dans certains récits hagiographiques. Les auteurs insistent de façon presque systématique sur l’austérité du lieu dans lequel leur héros s’est installé, s’il a connu dans sa vie une période d’érémitisme. Il s’agit d’endroit désolés, loin des hommes, dans un milieu hostile. Certes, la description des Fens que fait le moine Félix lorsqu’il évoque l’installation de saint Guthlac († 715) dans ce marais d’East Anglie est fidèle à la réalité6 (les hagiographes peuvent être de bons observateurs de la nature7). L’endroit consiste « tant en eaux stagnantes et fangeuses, sombres étendues liquides envahies par le brouillard, qu’en îlots couverts de bois et traversés par le cours sinueux des rivières ». De fait, l’idée de vivre seul dans un tel lieu peut effrayer quiconque n’a pas l’âme en paix. D’ailleurs, Félix affirme que personne n’avait réussi à vivre en cet endroit avant Guthlac, « en raison des visions de démons (propter fantasias demonum) qui habitaient là8 ». Ce lieu est donc hanté : preuve qu’il n’est pas destiné aux hommes. Bède avait eu la même formulation en évoquant l’installation de saint Cuthbert à Lindisfarne. Ces allusions aux démons sont en fait des procédés littéraires visant à mettre en exergue la valeur du héros et sa sainteté : Isaïe lui-même n’avait-il pas annoncé que « les repaires où vivaient les dragones deviendraient des fourrés de roseaux et de papyrus » ? Et il poursuivait : « Il y aura là une route pure qu’on appellera la voie sacrée ; aucun impur n’y passera, les insensés n’y entreront pas » (Isaïe 35, 7b-8).

  • 9 Maria-Elisabeth Brunert, « Fulda als Kloster in eremo. Zentrale Quellen über die Gründung im Spieg (...)
  • 10 Hubert Mordek, « Die Hedenen als politische Kraft im austrasischen Frankenreich », dans Jarnut et (...)

7Il faut donc se montrer fort prudent lorsqu’un clerc décrit un désert. Le cas de la fondation de Fulda est à cet égard exemplaire9. Dans une lettre au pape Zacharie, saint Boniface évoque le site où se trouve l’abbaye qui lui était particulièrement chère comme un « lieu forestier dans le désert d’une vaste solitude ». Eigil, l’auteur de la Vie de Sturmi († 779), le disciple de Boniface auquel fut confiée la nouvelle fondation, écrit également que Fulda était un désert. Son récit date de la fin du viiie siècle. Sturmi aurait trouvé ce lieu après bien des hésitations – le moine au service du pouvoir franc aurait appris de la bouche de Boniface qu’un endroit propice se trouvait dans la région, mais il mit du temps à le trouver. En fait, les fouilles réalisées à Fulda ont montré qu’une résidence apparemment luxueuse (à en juger par les pavements du sol et les infrastructures de chauffage) avait été détruite par le feu. C’est sur ces ruines qu’on établit l’abbaye. Le soin avec lesquels les moines de Fulda défendaient la nature désertique de l’endroit où ils vivaient n’avait pas seulement l’avantage de rendre leur destin conforme à celui des Pères du désert à l’origine du monachisme, il falsifiait aussi le passé de ce lieu pour en faire une res nullius, un lieu n’appartenant à personne et dont ils se seraient rendus propriétaires comme n’importe quel autre responsable de défrichements ; le maire du palais, Carloman, leur en avait garanti la propriété. Reste à savoir qui était maître à Fulda avant Boniface et Sturmi. Il est probable que c’était la famille des ducs de Thuringe, assez puissants pour être à l’origine de la Loi Ripuaire, dans le troisième quart du viie siècle. Le dernier membre de cette famille, Heden le Jeune, soutint l’action missionnaire de Willibrord. Mais il était un rival pour Charles Martel, qui tira parti de sa victoire à Vinchy, en 717, pour le faire déposer par son peuple10. Le « désert » de Fulda s’avère donc avant tout l’expression d’une damnatio memoriae.

Domestiquer la nature

8Pour les hommes du haut Moyen Âge, la parole de Dieu révélée dans la Bible devait guider leur vie. Le précepte du Seigneur à la fin du récit de la Création est : « Emplissez la terre et soumettez-la » (Genèse, 1, 28). De fait, la culture de la terre visait à la faire plier aux règles imposées par les hommes. Le jardin, dont chaque monastère s’enorgueillait, en était l’expression. L’attention qu’un moine pouvait porter à la botanique est illustrée par le poème, fort célèbre, dans lequel Walahfrid Strabon décrit le « petit jardin » (Hortulus) de la Reichenau ; on y constate son intérêt pour la domestication des espèces. Ainsi, à propos de la bétoine, il écrit :

« Bien que sur les montagnes et dans les forêts, dans les prés et au fond des vallées, bien que presque en tous lieux abondent, çà et là, de précieux amas de bétoine, notre jardin en possède aussi et lui apprend à s’améliorer dans une terre cultivée. »

  • 11 Dieter Vogellehner, « Les jardins du haut Moyen Âge (viiie-xiie siècles) », dans Jardins et verger (...)

9Walahfrid emploie le verbe mansuescere, qui signifie « apprivoiser ». La bétoine comptait d’ailleurs parmi les plantes médicinales les plus souvent employées au Moyen Âge11. Mais les hommes n’étaient-ils pas généralement impuissants devant la nature ?

  • 12 Stéphane Lebecq, « L’homme au péril de l’eau dans les plaines littorales des anciens Pays-Bas au d (...)
  • 13 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, tome II, Paris, 1963, p. 41 (VI, 25 (...)
  • 14 Cette décision est connue par un capitulaire de 821 (n° 148, chap. 10).

10On a diverses mentions d’inondations dans les sources narratives12. Grégoire de Tours relate qu’en 583 « les cours d’eau débordèrent d’une manière insolite ; c’est ainsi que la Seine et la Marne provoquèrent une telle inondation autour de Paris que souvent des naufrages se produisirent entre la cité et la basilique de Saint-Laurent13 ». Ces accidents étaient certainement dus au fait qu’on ne voyait plus la berge. Dans les Annales de Saint-Bertin, Prudence de Troyes évoque les débordements de la Meuse aux environs de Liège en 858. L’auteur des Annales de Xanten signale que le Rhin inonda les environs de son abbaye en 864 et en 873. Quant à l’auteur des Annales de Fulda, il affirme qu’en 886, il y eut des inondations un peu partout et que le Rhin sortit de son lit « de sa source jusqu’à l’endroit où il se jette dans la mer ». Si ce propos est vrai, ce sont toutes les plaines depuis l’Alémanie jusqu’à la Frise qui furent sous l’eau. Comme nous l’avons vu plus haut, l’auteur des Annales royales avait dépeint une catastrophe générale similaire à propos de l’années 820. Prenait-on des mesures pour éviter de telles situations ? Un capitulaire de Louis le Pieux en offre un indice. Vers le début de son règne (probablement suite aux inondations qu’on vient d’évoquer), l’empereur donna des instructions
à ses missi concernant les digues qu’on devait élever le long de la Loire (cette affaire fut confiée au roi d’Aquitaine, Pépin14). Ce document est un témoignage isolé concernant le contrôle du cours de la Loire, mieux connu à partir du xiie siècle. Il n’en témoigne pas moins d’un souci, de la part du pouvoir central, de coordonner la lutte contre les inondations.

  • 15 Lebecq 1996, p. 182 sqq.

11Les rivages des mers du Nord étaient également soumis à des dévastations lors de tempêtes particulièrement violentes. On remet à présent en question la réalité d’une « troisième transgression dunkerquienne » au cours du ixe siècle (alors que la deuxième, qui s’achève vers 600, est bien réelle). Il semblerait plutôt que les côtes flamandes et frisonnes ont été parfois été balayées par de violents raz-de-marée. Celui qui eut lieu en 838 est mentionné dans les Annales de Xanten et dans les Annales de Saint-Bertin, alors rédigées par deux personnes proches de la cour impériale. On déplora de nombreux morts (l’un des annalistes les estime à plus de deux mille) car certains terpen avaient alors été dévastés. Les terpen sont des villages construits sur des tertres érigés le long des côtes (le singulier, terp, peut être rapproché du terme allemand Dorf, « village »). Avant la construction des digues et des polders, ils témoignent de l’adaptation des hommes au milieu depuis les temps protohistoriques15.

  • 16 Richter 1996, p. 58.

12La fondation de monastères contribuait aussi à la transformation du paysage et à la mise en valeur du sol ; c’est ce qu’illustrent les établissements irlandais dont le nom est formé à partir du substantif clúain (par exemple : Clonfert ou Clonmanois), qui désigne une prairie ou une terre qui n’est pas drainée16. Leur installation au cœur des forêts n’est cependant pas sans équivoque.

La forêt

  • 17 Wickham 1 989. Sur la couverture forestière, cf. Charles Higounet, « Les forêts de l’Europe occide (...)
  • 18 Wickham 1989, p. 183 sqq.
  • 19 Jean Verdon, « Recherches sur la chasse en Occident durant le haut Moyen Âge », RBPH 56 (1978), p. (...)

13Les espaces boisés couvraient une grande partie de l’Europe du haut Moyen Âge17 ; ils étaient essentiels à l’agriculture, notamment pour l’élevage des porcs – c’est d’ailleurs à cet égard qu’une forêt était réputée fructuosa ou non18. La forêt peut aussi sembler un espace sauvage, au sens où elle constitue le cadre de certaines chasses au gros gibier. Les souverains francs aimaient à chasser dans l’Ardenne19. Cette région constituait probablement l’un des massifs forestiers les plus vastes.

  • 20 Ewig 1963, p. 530.
  • 21 Die Urkunden der Merowinger, éd. Theo Kölzer, tome I, Hanovre 2001, p. 206 (n° 81).
  • 22 René Noël, « Moines et nature sauvage dans l’Ardenne du haut Moyen Âge (saint Remacle à Cugnon et (...)
  • 23 Barbier 2000, p. 55.

14Bien que l’implantation humaine y fût ancienne et qu’elle ait marqué le paysage de son empreinte (les routes romaines en sont la trace la plus manifeste), certaines zones de l’Ardenne étaient encore particulièrement hostiles (indépendamment de la régression de l’implantation humaine entre le ive et le vie siècle20). C’est ainsi que le roi Sigebert III put donner à saint Remacle et à la communauté qu’il avait fondée à Stavelot-Malmédy « un lieu de grande solitude où les bêtes sauvages se multiplient » dans ce qui est désigné également comme un saltus, c’est-à-dire une terre inculte21. En dépit de la rhétorique ascétique et hagiographique qu’on ne peut éliminer, l’Ardenne était en certaines parties réellement un endroit ingrat, constitué de bois denses ou de marais, dans un relief accidenté22. Or la forêt était un espace d’autant plus favorable aux fondations monastiques – qu’il s’agisse également, par exemple, des forêts où s’établirent les communautés de Fontenelle ou de Montier-en-Der – qu’elle permettait au roi de doter le nouvel établissement en puisant dans les terres publiques et de céder ce territoire inculte dans le cadre de son défrichement et de sa mise en culture23.

  • 24 Josef Semmler, « Der Forst des Königs », dans id. (éd.), Der Wald in Mittelalter und Renaissance, (...)
  • 25 Dierkens 1985, p. 319.
  • 26 Wickham 1989, p. 164.
  • 27 Gockel 1970, p. 72 sqq.
  • 28 Karl Bosl, « Pfalzen, Klöster und Forste in Bayern. Zur Organisation von Herzogs- und Königsgut in (...)

15En français, les termes silva et forestis se traduisent tous deux par « forêt », alors que les gens du Moyen Âge établissaient une distinction : il y a forêt et forêt. Une silva est un endroit plus ou moins densément boisé. La forestis, quant à elle, jouit d’un statut privilégié, celui de « forêt royale »24, comme c’était par exemple le cas de la « forêt Charbonnière » séparant la Neustrie de l’Austrasie25. De même, dans l’Italie lombarde, le terme de gualdus (où l’on reconnaît le substantif Wald, « forêt » en allemand) ne se distinguait des autres espaces boisés qu’en tant qu’il appartenait au duc26. La forêt royale était en fait une sorte de circonscription administrative à la tête de laquelle se trouvait un « forestier », dont dépendaient plusieurs villages ou exploitations27 – depuis l’époque mérovingienne, on observe un lien intime entre forêt, curtis royale et palais. En Bavière, par exemple, les palais de Ratisbonne, Osterhofen et Passau permettaient un contrôle de cette partie de la vallée du Danube sur de vastes étendues, par le biais des forêts qui dépendaient de ces lieux centraux28.

  • 29 Karl Bosl, « Pfalzen und Forste », dans Heimpel 1963, p. 1-29, aux p. 23 sqq.

16De vastes espaces boisés constituant une zone de droits réservés pouvaient toutefois appartenir à d’autres individus que le roi ou celui qui exerçait le pouvoir public. C’était par exemple le cas de la forêt Lutra, dans laquelle les Staufen construiraient plus tard le palais de Kaiserslautern, un toponyme dont l’origine est limpide : Lutra imperialis. Or le nom lui-même de Lutra, attesté pour la première fois en 828, vient de celui d’un ancien propriétaire de cette forêt, un certain Lutram29.

  • 30 Clemens Dasler, Forst und Wildbann im frühen deutschen Reich. Die königlichen Privilegien für die (...)
  • 31 Lex Salica. 100 Titel-Text, éd. Karl August Eckhardt, Weimar 1953, p. 166 (titre 52).

17À partir du ixe siècle se développe une forme particulière de privilège en faveur des églises, le souverain leur concédant l’exclusivité (du produit) de la chasse dans certaines forêts30. Un extrait de la Loi Salique relatif au vol de gibier et à la mise à mort d’animaux domestiques utilisés comme appâts montre cependant qu’à l’époque franque, il était courant qu’un dominus chasse avec ses gens. Seul le début de l’article nous intéresse ici31 :

« Si quelqu’un se livre au vol au cours des diverses chasses ou s’il dissimule (du gibier), s’il vole ou tue une biche apprivoisée pourvue d’une marque, qui a été domestiquée pour la chasse, et que son maître peut prouver, grâce à trois témoins, qu’il l’avait avec lui à la chasse et qu’il a tué avec lui deux ou trois bêtes sauvages [etc.]. »

  • 32 Cf. infra p. 250 sq.
  • 33 Claus Dobiat, « Die Jagd in merowingischer Zeit », dans Franken 1996, tome II, p. 720-722.

18Malheureusement, les sources ne mettent bien souvent en scène que le roi chassant avec les membres de son entourage ; il s’agit d’un des modes de représentation de la royauté sur lequel nous reviendrons plus tard32. Néanmoins, le témoignage des lois barbares et la présence de mobilier se rapportant à la chasse dans certaines tombes permet de penser… l’évidence : la chasse était largement pratiquée33.

Les fléaux de la vengeance divine

  • 34 Capitularia regum Francorum, éd. Alfred Boretius & Victor Krause, tome II, Hanovre, 1890, p. 4 (n° (...)

19En 828, l’empereur Louis le Pieux avait ordonné un jeûne général dans l’ensemble du royaume, pour que Dieu daigne lui révéler comment il pourrait amender sa conduite et son gouvernement. Les ravages auxquels s’étaient livrés les Sarrasins l’année précédente et les défaites subies dans la marche d’Espagne avaient fait l’effet d’un avertissement divin. Dans la lettre qu’il envoya pour annoncer la tenue de synodes réformateurs34, l’empereur énuméra les fléaux qui frappaient le royaume (famines, épizooties, épidémies, mauvaises récoltes) en faisant l’observation suivante : « Qui ne sent pas que Dieu est offensé par nos actions très mauvaises et qu’il est provoqué à la colère ? » En cette époque où le sacré et le profane ne peuvent être distingués, les maux que souffrent les hommes sont en effet réputés être envoyés par Dieu, pour les inciter à changer de vie, à se convertir. L’un de ces maux fut la peste.

La maladie

  • 35 Jean-Noël Biraben & Jacques Le Goff, « La peste dans le haut Moyen Âge », Ann. ESC 24 (1969), p. 1 (...)
  • 36 Richter 1996, p. 57.
  • 37 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, trad. Olivier Szerwiniack et alii, t (...)
  • 38 Richter 1999, p. 24 sq.

20La peste dite « justinienne » frappa l’ensemble du monde méditerranéen en diverses vagues, entre 541, lorsqu’elle apparut dans la vallée du Nil pour gagner Byzance dès l’année suivante, et 767, quand l’Italie du Sud fut frappée une dernière fois. À plusieurs reprises, l’Italie et la Gaule du Sud furent particulièrement touchées35. Mais l’épidémie est également signalée dans l’Europe du Nord-Ouest, par exemple en Irlande en 548-549 ; la peste peut expliquer la mort de plusieurs fondateurs de monastères de la première vague de fondations monastiques (les fondations de la première moitié du vie siècle36). En outre, Bède le Vénérable signale, à propos de l’année 664, « une soudaine épidémie de peste » qui, « après avoir dépeuplé les régions du sud de la Bretagne, s’attaqua aussi à la province de Northumbrie » avant de gagner l’Irlande37. Son témoignage est confirmé par les Annales d’Ulster38.

21Grégoire de Tours fournit une description pathétique de l’épidémie de peste qui décima l’Auvergne en 571 :

  • 39 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, tome I, Paris, 1963, p. 215-216 (IV (...)

« Comme les sarcophages et les cercueils faisaient défaut, on mettait en terre dix corps ou même plus que cela dans une même fosse. On dénombra un certain dimanche dans la seule basilique du bienheureux Pierre trois cents cadavres. La mort elle-même était subite, car il se produisait à l’aîne ou à l’aisselle une blessure à la manière d’une morsure de serpent et on était frappé à mort par ce poison en sorte qu’on rendait l’âme le lendemain ou le troisième jour […]. C’est alors que le prêtre Caton mourut ; tandis que beaucoup fuyaient l’épidémie, lui, au contraire, ensevelissait les populations et disait courageusement des messes, sans jamais quitter la localité39. »

  • 40 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. François Bougard, Turnhout 1994, p. 38 (II, 4).

22Paul Diacre, qui ne fut pas témoin visuel du phénomène, n’en était pas moins bien informé des symptômes40. Il relate en effet comment « les gens commencèrent à avoir des ganglions à l’aine, à peu près gros comme des noix ou des dattes ; très vite suivait une fièvre brûlante, insupportable, tant et si bien qu’on mourait en l’espace de trois jours. Qui passait ce cap avait toutefois une chance de survivre ». Et l’auteur de l’Histoire des Lombards de décrire la panique et la désolation que suscita l’épidémie de 560.

  • 41 A ce propos, cf. Mirko D. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident, tome I, Paris, (...)

23Les vagues de peste qui frappèrent l’Occident du vie au viiie siècle occasionnèrent des hécatombes plus ou moins spectaculaires, qui marquèrent d’autant plus facilement les esprits qu’un tel fléau pouvait être interprété comme une annonce de la fin des temps – ou pour le moins comme une exhortation à s’amender, comme un signe divin. De manière générale, la peur ou l’attentisme prévalurent. La lettre que l’évêque de Clermont, Gall, envoya à son collègue de Cahors, Didier, à propos des mesures à prendre concernant l’épidémie (en l’occurrence : éviter les déplacements) semble faire exception. La peste ne fut toutefois pas la seule épidémie que connut l’Europe du haut Moyen Âge ; incidemment, on trouve mention de maladies ou d’épizooties dans les sources, sans qu’on puisse savoir de quel mal exactement telle ou telle région était la proie. Il n’y a pas lieu de faire ici l’inventaire des maladies identifiées au Moyen Âge41, mais de rappeler l’incidence que put avoir la maladie sur la vie sociale à travers une pathologie bien particulière : la lèpre.

  • 42 Sur ce qui suit, cf. Touati 1998, notamment p. 86 (saint Martin) ; p. 88-89 (Romain, Radegonde et (...)

24Le statut du lépreux évolue au cours du haut Moyen Âge42. Sa figure est ambivalente : il représente le pauvre ; il est celui que saint Martin, à Paris, avait embrassé et guéri. Plusieurs saints personnages imitèrent ce geste et soignèrent des lépreux, tels saint Romain ou sainte Radegonde. Les allusions que fait Grégoire de Tours à certains lépreux montrent que cette maladie était bien connue et identifiée ; les lépreux n’étaient certes pas agréables à voir, mais ils ne suscitaient pas non plus de sentiment de rejet craintif. Or le lépreux est aussi symbole de faute, d’erreur dans la foi, d’hérésie. Isidore de Séville, Bède le Vénérable ou, encore, Raban Maur en sont apparemment persuadés. Ce sentiment n’est toutefois pas à l’origine du rejet des lépreux ; des raisons d’hygiène semblent avoir prévalu.

25Dès 583, les Pères du concile alors réuni à Lyon recommandèrent d’éviter que les lépreux ne se rendent d’un diocèse à l’autre – peut-être pour les contrôler, et les empêcher de s’inscrire sur plusieurs matricules de pauvres. Le changement d’attitude intervint toutefois au viiie siècle. En 726, le pape Grégoire II permit aux lépreux de partager la communion, mais il leur interdit de se trouver dans la même église que des personnes en bonne santé. Si le cas se présentait, ces dernières devaient s’enfuir, par crainte d’une contamination. Une soixantaine d’années plus tard, Charlemagne ordonna, dans un capitulaire, de tenir les lépreux à l’écart du reste du peuple. Il n’est pas impossible que ces mesures ait été prises dans le contexte de la crainte de la peste, dont la dernière vague sévit en Italie du Sud en 767. L’interdiction de Grégoire II fut reprise par les Pères du concile réuni à Worms en 868. Selon les textes normatifs, il convient donc désormais d’exclure les lépreux de la vie sociale. Les sources manquent toutefois pour en mesurer l’application.

La famine

  • 43 Richter 1999, p. 24.
  • 44 Pierre Bonnassie, « Consommation d’aliments immondes et cannibalisme de survie dans l’Occident du (...)

26Les épidémies et les famines allaient parfois de pair, comme ce fut le cas en Irlande en 700. Dans les Annales d’Ulster, on lit à propos de cette année43 : « Famine et épidémie durèrent trois ans en Irlande, si bien que l’homme en vint à manger l’homme ». En une phrase, tout un cycle est décrit : que les mauvaises récoltes aient rendu les hommes plus faibles ou que l’épidémie ait réduit la main d’œuvre et compromis la production, les grandes famines s’étalaient généralement sur trois ans (on puisait dans la part réservée aux semailles, ce qui réduisait d’autant les récoltes suivantes). Dans les périodes de grandes famines, on en fut parfois réduit au cannibalisme44. Cela n’était pas sans susciter un sentiment d’horreur chez les contemporains, comme le suggère cette description due à l’auteur des Annales mosellanes, un ensemble de mentions brèves couvrant les années 704-797 et devenant plus étoffées à partir des années 770. À l’année 792 (qui se rapporte en fait à l’année 793), on lit :

« La famine qui commença l’année précédente s’accrût tellement qu’elle poussa les hommes, non seulement à se nourrir de choses immondes, mais – nos péchés atteignant leur comble – à manger d’autres hommes, les frères à manger leurs frères, les mères à manger leurs fils. »

  • 45 Aucun des textes pénitentiels associés au nom de l’archevêque de Canterbury n’est de lui, cf. Thom (...)

27Il s’agit là bien sûr de la dernière extrémité, à laquelle nombreux furent probablement ceux qui refusèrent de se résoudre. En revanche, ils mangèrent certainement de ces animaux réputés impurs (tels les chiens, les chats et les rats), mais dont la consommation était tolérée en cas de nécessité. Le Pénitentiel attribué à Théodore de Canterbury45 prévoit ainsi :

« Qui mange une chair immonde ou la chair d’un animal mort lacérée par les bêtes fera quarante jours de pénitence. Mais s’il le fait pressé par la nécessité de la faim, il n’agit pas mal. De même celui qui, poussé par la nécessité, mange un animal réputé immonde ou un oiseau ou une bête de cette nature ne fait pas le mal. »

28La plupart du temps, on cherchait à tromper la faim et on recourait à des farines de misère, faites par exemple avec des pépins ou des racines. Un dénombrement des mentions de grandes famines touchant plusieurs régions à la fois montre que ces phénomènes semblent avoir été récurrents (en revanche, les variations dans le temps suggérant une raréfaction de ces grandes famines au xe siècle, interprétée comme l’expression d’un redémarrage de la croissance agricole, pourraient tout aussi bien n’être en partie qu’un reflet de la raréfaction des sources narratives).

  • 46 C’est ce que pense Michel Rouche, « La faim à l’époque carolingienne : essai sur quelques types de (...)

29Les mentions de disettes récurrentes relevaient-elles simplement d’une « psychose de la famine » de la part des auteurs de nos sources46, membres de la frange privilégiée de la société ? Citons par exemple la recommandation des évêques réunis en concile à Tours, en 813 :

« Les comtes et les judices doivent être exhortés avec le plus grand soin à ne pas permettre que des personnes viles et indignes déposent en justice, parce qu’ils sont nombreux, ceux qui tiennent le parjure à ce point pour rien, qu’ils peuvent être conduits à jurer pour manger un jour à leur faim ou pour quelque petit pécule, et qu’ils ne craignent absolument pas de perdre leur âme. »

  • 47 Concilia aevi Karolini, tome I /1, éd. Albert Werminghoff, Hanovre, 1906, p. 291 (n° 38, chap. 34)
  • 48 cf. Jean-Claude Hocquet, « Le pain, le vin et la juste mesure à la table des moines carolingiens » (...)
  • 49 Raymond Delatouche, « Regards sur l’agriculture aux temps carolingiens », JS 1977, p. 73-100.

30Qu’il s’agisse de l’expression d’un préjugé ou de l’observation de pratiques habituelles, il n’en est pas moins significatif que la première chose dont les petites gens sont censées vouloir se mettre à l’abri, c’est la faim47. L’étude des rations alimentaires, bien délicate48, ne peut pas être tentée pour l’ensemble de la population du haut Moyen Âge. Les famines sont toutefois un phénomène inhérent aux modes de production agricole et à l’économie des sociétés anciennes. Indépendamment des grandes famines, les disettes en période de soudure sont notamment fréquentes. Il faut donc se montrer prudent lorsqu’on explique l’existence des famines durant le haut Moyen Âge par un rendement particulièrement mauvais des récoltes. Les calculs des rendements carolingiens ont été établis d’après des documents d’interprétation difficile, et il semble bien qu’il faille sérieusement revoir à la hausse les rendements de l’agriculture de cette époque49.

Le peuplement

  • 50 Cf. le commentaire de S. Lebecq sur les diverses estimations, dans Contamine et alii 1993, p. 20.
  • 51 Steuer 1982, p. 59 sqq. et p. 502-503.
  • 52 Cette décision est évoquée dans deux capitulaires datant de 829 (n° 186, chap. 7 ; n° 193, chap. 7 (...)

31Nous ignorons quel était le nombre d’habitants en Europe50. De même que l’estimation du nombre de la population globale est délicate, le calcul des taux de densité de population est incertain. Le pluriel s’impose ici, en raison des variations qui existaient indéniablement d’un endroit à l’autre (les vallées étaient par exemple plus densément peuplées en raison des facilités de déplacement qu’offraient les cours d’eaux). Mais dispose-t-on de données assez abondantes et fiables pour passer aux chiffres ? L’exploitation des nécropoles est particulièrement discutable51. Quant aux sources écrites, elles ne sont pas plus loquaces, en dépit des apparences. Une décision de Louis le Pieux lors du plaid réuni à Worms en 829 montre que les questions démographiques ne laissaient pas le pouvoir central indifférent lorsqu’il s’agissait d’estimer le nombre de personnes mobilisables en cas de levée de l’ost : les missi devaient enquêter dans chaque centaine ou viguerie et transmettre à l’empereur les estimations, comté par comté52 – on ignore s’il y eut des suites.

Les défrichements : l’expression d’un essor démographique ?

  • 53 Jean-Pierre Devroey, « Les méthodes d’analyse démographique des polyptyques du Haut Moyen Âge », A (...)
  • 54 Synthèse des informations démographiques des polyptyques par S. Lebecq, dans Contamine et alii 199 (...)

32L’évocation de mancipia et de leur famille dans les actes de donation aux églises ne permet pas un dénombrement des exploitants. L’analyse des polyptyques s’avère tout aussi délicate53. Seuls trois polyptyques fournissent des données démographiques précises (le polyptyque d’Irminon à Saint-Germain-des-Prés, le polyptyque de Marseille et celui de Saint-Remi de Reims). Mais à l’intérieur d’un même document, l’homogénéité des informations ne règne pas, car les divers brefs (un terme technique désignant un inventaire, une description) n’ont pas été réalisés d’après les mêmes critères. On peut donc simplement se livrer à un calcul du nombre d’habitants par manse, qui varie parfois selon la superficie des terres qui en dépendent. Généralement, on constate que 5 à 8 personnes en moyenne vivaient sur une exploitation54.

  • 55 Pierre Riché, « Problèmes de démographie historique du haut Moyen Âge » (ve-viiie siècles), Annale (...)
  • 56 Toubert 1986, p. 342.
  • 57 Lohrmann 1 990.
  • 58 Pierre Bonnassie, « La croissance agricole du haut Moyen Âge dans la Gaule du midi et le nord-est (...)
  • 59 Christopher Dyer, « Les problèmes de la croissance agricole du haut Moyen Âge en Angleterre », dan (...)

33L’historien du haut Moyen Âge en est donc réduit à établir simplement des tendances, se fondant principalement sur des renseignements d’ordre plus qualitatif que quantitatif55. L’impression qui ressort est celle d’une augmentation de la population au cours du ixe siècle, qui correspond à une phase d’essor économique (à un rythme qui varie selon les lieux, il se pourrait ainsi que la population ait doublé en certains domaines sur l’espace d’environ un siècle56). Les choses semblent d’autant plus facilement évoluer, dans telle ou telle région, qu’on a des sources écrites à leur propos ! Dans la moitié septentrionale de la Gaule, les défrichements sont attestés dès le viie siècle ; ils étaient organisés par les grands monastères nouvellement fondés. On peut néanmoins se demander si ces mises en valeur de terres sur lesquelles il fallait imprégner sa marque sont l’expression d’un « frémissement » démographique ou d’une concentration différente de la main d’œuvre. Les témoignages de la croissance sont beaucoup plus unanimes lorsqu’on avance un peu dans le temps. Elle est manifeste au viiie siècle en Germanie57 et au ixe siècle en Septimanie et en Catalogne, où la documentation devient alors beaucoup plus abondante – une approche archéologique permet toutefois d’observer un développement plus précoce58. Une tendance similaire peut être observée en Angleterre59.

  • 60 Yoshiki Morimoto, « Sur les manses surpeuplés ou fractionnaires dans le polyptyque de Prüm : phéno (...)

34C’est ainsi que l’existence de manses fractionnaires, attestée par le polyptyque de Prüm, est actuellement interprétée comme l’expression d’une hausse démographique et d’un dynamisme gestionnaire au cours du ixe siècle, conduisant à une transformation du manse peut-être moins par fractionnement de manses surpeuplés (si l’on considère que le manse convient à la subsistance d’une famille d’exploitants, un amoindrissement des ressources serait en contradiction avec la tendance à l’essor que connaît l’époque carolingienne) que par la création de nouvelles entités dont le caractère encore inachevé serait pris en compte par l’auteur du polyptyque60.

  • 61 Sur ce qui suit, cf. Lohrmann 1 990. Comme le note Wickham 1989, p. 180, Eginhard s’installa en un (...)
  • 62 A ce propos, cf. Higounet 1 989.
  • 63 André Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France (fin du viiie – dé (...)

35En Germanie, la région entre Main et Neckar (l’Odenwald, au sud-est de Francfort, où Eginhard fonda Steinbach et Seligenstadt), fut mise en valeur au cours du viiie et du ixe siècle, grâce à quatre établissements ecclésiastiques : l’église cathédrale de Worms et les abbayes d’Amorbach, de Fulda, et de Lorsch, dont l’action fut prépondérante61. Il semblerait que ce soit là, à cette époque, que furent conçus les Waldhufendörfer, ces « villages de manses forestiers » caractérisés par les parcelles qui partent des habitations alignées le long de la route et qui sont typiques de la colonisation ultérieure62. On trouve de nombreuses mentions de Bifangs, c’est-à-dire de domaines sur lesquels le responsable du défrichement avait pleine propriété, à l’instar de l’aprision, un mode de mise en valeur qui a profondément marqué l’histoire économique et sociale du sud de la Gaule et de la Catalogne de la fin du viiie siècle au xe siècle63. En dépit de
l’intensité du phénomène, les défrichements en Germanie furent une entreprise de longue haleine. Dans la Wetterau (la plaine qui s’étend entre les massifs du Taunus et du Vogelsberg, au nord de Francfort), une région fort riche où les villae romaines furent un temps florissantes, la reconquête semble avoir commencé assez tôt ; ce qui n’empêche qu’on trouve encore de nombreuses mentions de défrichements en cette région dans les actes de Fulda, au début du ixe siècle. Les toponymes, auxquels sont associés le souvenir du travail de défrichement (rode) ou le nom de celui à qui appartenait le domaine, témoignent de cette activité : Rodenhusen, Rodoheim, Richarteshusen, etc.

  • 64 Feller 1998, p. 342.
  • 65 Analyse de S. Lebecq dans Contamine et alii 1993, p. 61-62.

36Si les grands établissements monastiques contribuèrent indéniablement aux défrichements et à la mise en valeur des terres, ils n’étaient aucunement les seuls responsables de ce mouvement dont ils se contentaient parfois de récolter les fruits. C’est par exemple, en Italie, le cas du domaine d’Ocretano, dont la mise en valeur connut son apogée vers 870, au moment précis où il entra dans le patrimoine de l’abbaye de Casauria64. De même, dans l’Audomarois, la structure du domaine de Moringhem, décrite dans le polyptyque de Saint-Bertin, suggère qu’au moment de la rédaction du bref, l’ensemble du village venait de passer (peut-être en bloc) dans la dépendance de l’abbaye près de laquelle il se trouvait65.

Peuples et territoires

37Au terme d’une migration de plusieurs siècles qui les a conduits de Scandinavie en Pannonie, les Lombards viennent clore les migrations de peuples germaniques qui marquèrent si profondément la fin de la période antique : ils s’installent définitivement en Italie en 568-569, sous la conduite d’Alboin (il s’agit d’une véritable conquête armée).

  • 66 Bartholomé Bennassar (éd.), Histoire des Espagnols, tome I, Paris 1985 ; Collins 1989.
  • 67 Collins 1986.

38La période à laquelle est consacré cet ouvrage peut, à petite échelle (c’est-à-dire à l’échelle de l’Europe occidentale), être considérée comme une période de stabilité des peuples : il n’y a plus guère de modification géopolitique significative avant l’intégration des Scandinaves en divers territoires d’Europe occidentale dans le dernier quart du ixe siècle et au début du xe siècle – si l’on excepte les raids ponctuels des Sarrasins en Méditerranée, des Vikings (qui, après avoir regagné leurs terres chaque hiver, prirent l’habitude d’hiverner dans la vallée de la Loire ou de la Seine), et de Hongrois (surtout en Germanie, à partir de la fin du ixe siècle). Cette apparente stabilité de l’Occident ébranlée uniquement au viiie siècle par la conquête arabe de la majeure partie de la péninsule ibérique66 (711) – lourde de conséquences pour l’histoire espagnole et, dans une moindre mesure et à moyen terme seulement, pour celle du sud du royaume franc – ne doit pas faire illusion : les « remues de peuples » continuent. C’est le cas à l’est, entre le vie et le ixe siècle : citons l’installation des Slaves jusque dans les vallées du Main et du Danube, la formation du royaume bulgare, la venue des Hongrois dans la région du lac Balaton autrefois occupée par les Avars. C’est également le cas en Europe occidentale, mais à plus grande échelle que tout à l’heure, par exemple dans la zone de contact entre le royaume wisigothique et le royaume franc : au cours de la seconde moitié du vie siècle, sous la pression militaire exercée par le roi Léovigild, les Basques, à l’origine établis dans la haute vallée de l’Ebre et les monts Cantabriques, franchirent les Pyrénées et s’opposèrent au pouvoir franc dans les années 580. Au début du viie siècle, les rois mérovingiens réussirent à imposer aux Basques le paiement d’un tribut recognitif de leur suprématie. Il n’empêche que le territoire de ce peuple (à l’origine de la Gascogne) devait longtemps former une zone relativement hermétique à l’influence franque67.

  • 68 Bonne synthèse récente sur les migrations barbares : Pohl 2002.
  • 69 Goffart 1980.
  • 70 Rouche 1979 ; Collins 1983.

39Parler de « royaume franc », de « royaume wisigothique » ou de « royaume lombard » ne signifie pas pour autant que le territoire était entièrement peuplé par ces ethnies. Bien au contraire. Ce sont des peuples constitués seulement de quelques dizaines de milliers d’individus qui « envahirent » l’Empire romain68 – en fait, ils furent souvent accueillis aux termes d’un traités ; s’ils ne furent pas installés sur une terre, du moins en touchèrent-ils les revenus fiscaux69. Le conditions dans lesquelles, au titre d’un foedus faisant d’eux des « fédérés », les Wisigoths s’installèrent en Aquitaine et dans la péninsule ibérique sont à cet égard exemplaires70.

  • 71 Dominique Iogna-Prat, Constructions chrétiennes d’un espace politique, MA 107 (2001), p. 49-69 – l (...)
  • 72 Cette interdiction est formulée dans l’Admonitio generalis de 789 (capitulaire n° 22, chap. 64) et (...)
  • 73 Patrick Amory, « The meaning and purpose of ethnic terminology in the Burgundian laws », EME 2 (19 (...)
  • 74 Michel Rouche, « La crise de l’Europe au cours de la deuxième moitié du viie siècle et la naissanc (...)

40L’histoire de la Gaule du vie siècle est marquée par un processus d’assimilation, de fusion entre la population gallo-romaine et les Francs – processus dans lequel les élites ont rapidement donné le ton. Au vie siècle, le « royaume des Francs » désigne les régions placées sous l’autorité des rois mérovingiens ; au viiie siècle, tout le monde est assurément réputé franc : l’expression franci homines désigne alors tout simplement les hommes libres. Cela n’excluait pourtant pas qu’on ait toujours conscience du fait que certains territoires formaient une entité (ou qu’on éprouve quelque sentiment d’attachement à sa propria patria71). À cet égard, le cas des Burgondes est particulièrement intéressant. Bien que le royaume burgonde fût partagé durant quelques années après sa conquête, la dévolution de l’ensemble de ce territoire à Gontran (561-592), l’un des fils de Clotaire Ier, contribua à en maintenir la cohésion. Charlemagne apporte la preuve de la conscience qu’on avait encore à la fin du viiie siècle de l’entité que formait le territoire burgonde, défini par sa loi ou ses pratiques juridiques. À deux reprises, dans ses capitulaires, le roi des Francs interdit de faire prêter serment par de jeunes enfants sicut Guntbodingi faciunt : comme le font « ceux de Gondebaud » – autrement dit : ceux qui vivent sous la loi de Gondebaud72. De fait, en dépit de la forme géminée sous laquelle se présente la législation de ce roi, la territorialité du droit semble avoir prévalu très tôt73. La création de royaumes dont l’administration fut confiée aux fils du souverain carolingien (Aquitaine et Italie attribuées respectivement à Louis le Pieux et à Pépin en 781, Bavière attribuée à Lothaire en 814) témoigne aussi de la cohérence de certaines entités territoriales cristallisées à la faveur des bouleversements de la seconde moitié du viie siècle74.

  • 75 Patrick Wormald, « Bede, the Bretwaldas and the Origins of the Gens Anglorum », dans Wormald et al (...)
  • 76 Gasparri 1997, p. 103 sqq. Plus largement, cf. Fontaine 2000.

41Le cas de l’Angleterre est également particulièrement intéressant, puisqu’on passe, au cours de la période qui nous intéresse, de la diversité de royaumes anglo-saxons à la conception d’un territoire « anglais ». Le catholicisme romain et le pouvoir supérieur du bretwalda (vu certes à travers le prisme des réalités politiques du viiie siècle) jouèrent un rôle essentiel75. La conversion au catholicisme contribua aussi grandement à la formation d’une identité espagnole, constituée des trois éléments fondamentaux que sont le roi, le peuple et la patrie76. Ainsi, à partir de 633 (quatrième concile de Tolède), le serment de fidélité au roi vise à garantir l’intégrité du territoire et la sauvegarde du peuple des Goths (pro patria gentisque Gothorum statu).

  • 77 Dietrich Claude, « Remarks about relations between Visigoths and Hispano-Romans in the seventh cen (...)

42L’utilisation des données de l’archéologie funéraire pour cartographier la répartition de populations en fonction de critères ethniques est utile ; elle illustre notamment l’acculturation des populations77 – c’est ainsi qu’un siècle avant l’abandon des « cimetières en rangées », les Wisigoths, imitant les membres de l’élite qui avaient franchi le pas plus tôt, abandonnèrent la pratique des dépôts funéraires vers 570-580 (soit dit en passant, c’est également à peu près à ce moment que la fusion linguistique semble avoir eu lieu).

  • 78 Guy Halsall, « The Viking Presence in England ? The Burial Evidence Reconsidered », dans Hadley & (...)

43Néanmoins, l’interprétation ethnique des fouilles de nécropoles s’avère délicate, voire contestable. Prenons le cas de l’implantation scandinave dans l’Angleterre anglo-saxonne78. Lorsqu’on étudie les tombes considérées comme typiques des pratiques scandinaves, on constate certes une concentration au nord et à l’est (essentiellement en Northumbrie et en East Anglie), mais on est frappé par la disproportion entre le nombre de sépultures scandinaves et l’importance supposée de la population. Certes, en certains endroits, des pratiques peuvent être rapprochées de ce qui se fait dans le monde scandinave, comme c’est par exemple le cas à Ingleby (au sud-est de Nottingham, nécropole de Heath Wood), où l’on a trouvé trace du recours à l’incinération, de même qu’à Hesket-in-the-Forest (au sud de Carlisle, début du xe siècle). En revanche, d’autres tombes ne peuvent pas être considérées comme scandinaves au simple motif qu’on y procéda à des dépôts d’armes. D’aucuns qualifient ainsi un peu rapidement de « scandinave » une tombe orientée où se trouve une épée anglo-saxonne – par exemple, dans le cimetière de Wensley (dans la région d’York). Il vaudrait mieux, indépendamment de toute approche ethnique, réfléchir aux raisons sociales du recours à ce mode d’inhumation, archaïque et ostentatoire. On peut alors avancer l’hypothèse qu’il participe d’une volonté d’affirmation d’un pouvoir (le pouvoir qu’avait le défunt, les droits de la famille) dans une société en pleine mutation. En effet, l’essentiel de ces tombes « scandinaves » date de la génération autour de 900 – c’est tard si l’on se place du point de vue de l’arrivée des Vikings, mais cela correspond à une période de changements sociaux en Angleterre, du fait de leur implantation durable.

L’installation en terre étrangère

  • 79 Traduction par Simon Keynes & Michael Lapidge, Alfred the Great. Asser’s Life of King Alfred and o (...)
  • 80 Un recueil d’études fondamental à propos de ce territoire : Hadley & Richards 2000 ; sur l’install (...)
  • 81 Angenendt 1984, p. 260 sq. ; Depreux 2000, p. 145 sq.

44Le traité de Saint-Clair-sur-Epte par lequel Charles le Simple accorda au Normand Rollon la région de Rouen (911), si important au regard de l’histoire de France, n’est pas le premier exemple de l’établissement de Vikings réglé de manière légale. Ainsi, à une date qui se situe entre 878 et 890, Alfred le Grand et son filleul, le chef viking Guthrum, baptisé (à l’issue d’une défaite militaire) sous le nom d’Æthelstan (en soi, un signe, sinon d’acculturation, du moins d’adaptation : le moyen de se faire accepter comme un roi « anglo-saxon »), conclurent une paix (fri∂) dont on conserve le texte en vieil anglais79. Cet accord établi par les rois et leurs conseillers (les witan qui constituent l’assemblée politique, le witenagemot) et scellé par serments réglait les relations entre les deux peuples désormais voisins – un territoire était en effet reconnu aux Vikings : l’East Anglie, à l’origine de ce territoire où s’applique désormais la loi scandinave, le Danelaw80. La conversion des chefs danois et leur baptême formaient le préalable à leur installation en territoire chrétien, voire créaient (à leurs yeux du moins) des droits. C’est ce qu’illustrent, en 882, les démêlés de Charles le Gros avec le Danois Godefroi, qui épousa la sœur de Lothaire II, Gisèle. Godefroi revendiqua un territoire de Frise autrefois tenu du pouvoir franc par un de ses parents, Harold, vassal et filleul de Louis le Pieux81. Il y eut donc des installations ponctuelles de Danois, qui rencontraient finalement moins d’opposition à l’affirmation de leur autorité dans le monde franc et ses marges que chez eux (c’est manifeste dans le cas de Harold, qui était venu chercher un soutien politique et militaire à la cour carolingienne). Dans l’Angleterre d’Alfred, on changeait tout simplement d’échelle.

  • 82 Hlawitschka 1960 ; Andrea Castagnetti, « Teutisci » nella « Langobardia » carolingia, Vérone 1995. (...)
  • 83 Jarnut 1 996.
  • 84 Renato Bordone, « Un’attiva minoranza etnica nell’alto medioevo : gli Alamanni del comitato di Ast (...)
  • 85 Feller 1998, p. 558.
  • 86 Donald A. Bullough, « Leo, qui apud Hlotharium magni loci habebatur, et le gouvernement du Regnum (...)

45Quant à l’histoire de l’Italie, elle offre un bel exemple d’une installation en terre étrangère essentiellement circonscrite au milieu aristocratique. La conquête du royaume lombard par Charlemagne, en 774, ouvrit la voie à un remplacement des cadres politiques par des gens venus du nord des Alpes : en particulier des Francs et des Alamans82. Il s’agit là d’une évolution lente et inégale selon les endroits. Au milieu du ixe siècle, ceux qu’on commence à désigner comme des theodisci83 (des Allemands) sont somme toute encore peu nombreux. En certains endroits, comme en Piémont, Francs et Alamans occupent une place majeure84 ; ailleurs, comme dans les Abruzzes, leur nombre est moins important, même s’ils jouent un rôle indéniable dans l’organisation du pouvoir85. Ainsi que l’illustre l’histoire d’un certain Aio, une fois les troubles de la conquête passés, les membres de l’aristocratie lombarde purent continuer de jouir de leurs biens et de leurs prérogatives, qui furent toutefois grignotées peu à peu. En effet, Aio avait fui chez les Avars lors d’une révolte ayant suivi de peu la conquête franque : tous ses biens furent confisqués, mais il les recouvra en 799. L’administration du royaume fut bien évidemment confiée à des personnes sinon toutes franques, du moins sûres – ce que prouve le destin du comte Léon, d’origine italienne, dans la première moitié du ixe siècle86. Mais dans l’ensemble, on peut dire que les Francs firent main basse sur les fonctions de comtes et de gastalds.

  • 87 Ce diplôme du 1er décembre 811 est traduit par Olivier Guyotjeannin, Le Moyen Âge (ve-xve siècle), (...)
  • 88 Laurent Feller, « L’organisation de l’espace abruzzais entre ixe et xiie siècles », dans Hubert 20 (...)

46Alors qu’il y eut en Italie un flux récurrent de personnes originaires du nord des Alpes, à partir de 774, la situation fut sensiblement différente en Saxe, où l’on observe une assimilation rapide de l’aristocratie locale. Lorsqu’il y eut colonisation, les différences entre les populations « franques » et « saxonnes » étaient assez mineures pour que leur perception s’estompe rapidement, une fois disparue la dimension politique de l’appartenance au peuple franc par le ralliement des aristocraties saxonnes. Le mélange des populations est illustré par un diplôme de Charlemagne en faveur d’un comte, qui était le fils d’un Saxon rallié au pouvoir franc, Amalung87. Ce Saxon avait tenté de s’implanter en un lieu de la région de Kassel « où habitaient des Francs et des Saxons », mais il ne fut pas accepté. C’est pourquoi « il se rendit… au lieu-dit Waldisbecchi entre Weser et Fulda et s’y appropria (porprisit sibi) une partie de la forêt appelée Bocchonia, qu’il laissa à sa mort à son fils Benit ». Ce dernier demanda à l’empereur de lui confirmer la propriété de cette porpriso, « bivanc dans leur langue ». Le Bifang (appelé ici bivanc) est la forme germanique de l’aprision. Les sources carolingiennes présentent les Hispani responsables des défrichements de Catalogne et de Septimanie comme des immigrants, mais il n’est pas certain que le déplacement géographique fût, en ce qui les concerne, beaucoup plus grand que dans le cas d’Amalung. L’essentiel en la matière était probablement la redistribution des cartes. Somme toute, c’est ce qu’on observe dans les défrichements réalisés dans les Abruzzes à la fin du viiie siècle, dont témoigne par exemple le conflit entre Saint-Vincent au Volturne et des petits propriétaires de la région de Peltuinum-Aveia-Incerulae, dont une liste établie en 787 précise la superficie des terres concernées88.

Contacts et zones d’influence

  • 89 Freise 1978, p. 1007 sqq. et p. 1061 sqq.
  • 90 Traduction par C. H. Talbot, dans Thomas F. X. Noble & Thomas Head (éd.), Soldiers of Christ. Sain (...)
  • 91 Leonid S. Chekin, « Christian of Stavelot and the Conversion of Gog and Magog. A Study of the Nint (...)

47Il serait faux de croire que le haut Moyen Âge est une période de faible mobilité. Au contraire : les hommes se déplaçaient, comme l’illustre le cas d’un moine de Fulda de la première moitié du ixe siècle, le scribe Isanbraht, qui était d’origine « norique » (comprenons : bavaroise), mais qui était né dans le sud de l’Aquitaine ; il n’était pas le seul à venir de loin (les Bavarois, notamment, semblent avoir été assez nombreux à Fulda89). Grâce à la Vie de sainte Lioba († vers 782), rédigée vers 838, on sait qu’il y avait également un moine d’origine italienne dans cette abbaye ; il est évoqué à propos de la venue à Fulda d’un malade espagnol ( !), qui visitait les lieux saints de Gaule, d’Italie et de Germanie (Rodolphe de Fulda, l’auteur de cette Vie, note que le prêtre Firmand pouvait comprendre la langue du pèlerin venu de la vallée de l’Ebre, ce qui n’était apparemment pas le cas de tous les moines de la communauté90). De même, les biens et les informations circulaient. C’est ainsi que Christian, moine de l’abbaye de Stavelot, avait appris non seulement le baptême du tsar Boris (en 865), mais aussi – probablement par l’intermédiaire de personnes ayant fréquenté les milieux romains ou bénéventains – la conversion des Khazars au judaïsme (dont la date est controversée). Vers 870, il en fait mention dans son commentaire de l’Evangile selon Matthieu91. Dans l’Ardenne du haut Moyen Âge, d’aucuns s’intéressaient donc au destin de peuples lointains, jusqu’aux environs de la mer Caspienne !

  • 92 cf. par exemple Ian Wood, « The frontiers of Western Europe : Developments east of the Rhine in th (...)
  • 93 Grégoire de tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, tome I, Paris, 1963, p. 188 (IV, 9)
  • 94 A ce propos, cf. Depreux 2000, p. 135.

48Les échanges prenaient diverses formes, diplomatiques et politiques autant que commerciales92. Les mariages princiers sont bien connus. Par exemple, dans le second quart du vie siècle, le roi lombard Wacho avait eu deux filles de sa seconde femme, Austreguse, une Gépide : l’une, Wisegarde, épousa le roi franc Théodebert Ier († 547) et l’autre, Wuldetrade, épousa le fils de ce dernier, Théodebald. À sa mort, en 555, « le roi Clotaire [Ier] recueillit son royaume en prenant Wuldetrade, son épouse, dans son propre lit. Mais gourmandé par les évêques, il la délaissa pour la donner au duc Garivald93 », le duc des Bavarois – on tient là un magnifique exemple de cette connexion franco-lombardo-bavaroise qui est une donnée fondamentale de l’histoire politique du haut Moyen Âge. On peut aussi évoquer la venue en Gaule de Brunehaut et de sa sœur, Galeswinthe, dont le destin fut bien moins heureux que celui de l’épouse de Sigebert Ier ; Venance Fortunat évoque d’ailleurs son départ d’Espagne dans un poème particulièrement pathétique, où il décrit le déchirement provoqué par la séparation des siens et la peur de celle qui se prépare à l’exil94.

  • 95 Röckelein 2002, p. 138 et p. 260 sqq.

49Les translations de reliques permettent également d’observer l’existence de certains réseaux d’échanges. Les contacts entre la Saxe et la partie occidentale du royaume des Francs étaient particulièrement intenses entre la fin du viiie siècle et la fin du ixe siècle : presque un tiers des saints alors transférés en Saxe (une soixantaine) vinrent de cette région et de Lotharingie (une vingtaine vinrent au contraire de Rome). La plupart des reliques transportées jusqu’en Saxe le furent sur le principe du don, s’appuyant sur – et renforçant tout à la fois – les relations familiales entre les patrons des établissements concernés. C’est ainsi que des saints originaires de Francie occidentale furent transférés, sous le règne de Charles le Chauve, depuis la Champagne (Pusinna et Liuttrude) et la Bourgogne (Marsus, un saint romain qui fit station à Auxerre) jusqu’à Herford et Corvey. Ces translations étaient fondées sur les rapports familiaux entre les Ekbertides et les descendants du duc Welf, qui étaient parents avec Charles le Chauve par sa mère, Judith95.

  • 96 Düwel et alii 1985 ; Düwel et alii 1987 ; Hodges & Bowden 1998 ; Hansen & Wickham 2000 ; Mccormick(...)
  • 97 Claude 1985.
  • 98 Simon T. Loseby, « Marseille and the Pirenne Thesis, I : Gregory of Tours, the Merovingian kings, (...)

50Les échanges commerciaux durant le haut Moyen Âge on récemment fait l’objet d’un réexamen complet, qui montre qu’on doit moins parler d’un resserrement de l’économie ou d’une limitation des échanges, que d’un déplacement géographique, un glissement vers l’Europe du Nord-Ouest96. Les dispositions prises « au sujet des négociants d’outre-mer » dans la législation des rois wisigothiques est un indice de la présence en Espagne de marchants du Levant, mais la navigation dans la partie occidentale de la Méditerranée connaît indéniablement un déclin vers la fin du viie siècle97 ; le cas de Marseille est à cet égard exemplaire98. Ce déclin des activités portuaires ne signifie pas pour autant qu’on n’importe plus d’objets de luxe venant du bassin oriental de la Méditerranée ou qu’on ne se rend plus à Rome : simplement, on préfère désormais la voie de terre, à l’origine de la via Francigena attestée pour la première fois en tant que telle en 876 et bien connue en ce qui concerne le Moyen Âge central.

  • 99 Léon Levillain, « Etudes sur l’abbaye de Saint-Denis à l’époque mérovingienne. IV : Les documents (...)
  • 100 Stéphane Lebecq, « The role of the monasteries in the systems of production and exchange of the Fr (...)
  • 101 Toubert 1990, p. 85.

51L’un des événements tant économiques que politiques et sociaux était, à n’en point douter, la foire ou le marché. Parmi les foires médiévales de Saint-Denis (foire de Saint-Matthias en février, foire du Lendit en juin et foire de Saint-Denis en octobre), deux seulement datent du haut Moyen Âge (la foire du Lendit, attribuée à Charles le Chauve, ne date que du xie siècle) : la première fut instaurée par Dagobert Ier, qui « concéda à ce saint lieu et aux frères qui y servent Dieu et les saints martyrs le marché annuel qui se tient près du monastère après la fête de ces très excellents martyrs » (9 octobre), selon les termes des Gesta Dagoberti rédigés au début du ixe siècle (le diplôme est perdu, mais l’authenticité de ce privilège n’est pas douteuse). Quant à la foire de Saint-Matthias (24 février), elle commémore la dédicace, en 775, de l’église construite par Fulrad et dédiée en présence de Charlemagne, qui en avait financé la construction. Cette foire pourrait remonter à cette époque ; la commémoration liturgique de cette fête n’est toutefois attestée qu’à partir du ixe siècle99. Les foires monastiques se développèrent essentiellement au ixe siècle (citons néanmoins, en 775, la foire d’Alise-Sainte-Reine accordée à l’abbaye de Flavigny). Les grandes manifestations, comme la foire au vin de Saint-Denis, n’excluaient pas la tenue de marchés dans d’autres domaines de l’abbaye100. Les deux étaient complémentaires. Comme le note P. Toubert à propos du ixe siècle, « on ne peut plus admettre aujourd’hui l’idée selon laquelle il aurait existé… deux niveaux commerciaux distincts, voire antagonistes : celui des campagnes aux “horizons sans débouchés”, avec ses marchés domaniaux, et celui des villes avec ses marchés épiscopaux approvisionnés par une production artisanale de qualité et par ses raccordements exclusifs aux axes du grand commerce » car « les structures du commerce lointain n’étaient en rien incompatibles avec l’utilisation par ses agents des réseaux du commerce intérieur : voies de circulation, étapes, nœuds d’échanges101 ».

  • 102 Excellente synthèse dans Lebecq 1998.
  • 103 Michel Rouche, « L’héritage de la voirie antique dans la Gaule du haut Moyen Âge (ve-xie siècle) » (...)
  • 104 Thomas Szabó, « Antikes Erbe und karolingisch-ottonische Verkehrspolitik », dans Fenske et alii 19 (...)
  • 105 Wilhelm Störmer, « Fernstraße und Kloster. Zur Verkehrs- und Herrschaftsstruktur des westlichen Al (...)

52Le fait qu’on privilégiait les voies d’eau pour le transport des marchandises pondéreuses n’était pas nouveau au haut Moyen Âge ; le recours aux voies fluviales fut néanmoins désormais généralisé102. L’éclatement de l’ancien système romain au profit de réseaux desservant mieux certains centres de pouvoir nouveaux ne signifie pas pour autant le déclin rapide de la voirie romaine, qui fut entretenue. Le nom de Brunehaut associé à certaines chaussées garde peut-être la trace de ces réparations aux temps mérovingiens103. La chose est bien connue pour les Carolingiens, qui semblent avoir redécouvert en Italie que la restauration des routes et des ponts était une « antique coutume » qui permettait la réquisition d’hommes des environs pour y travailler au profit de tous104. Notons cependant, à propos du viiie siècle, que la concentration des biens des monastères bavarois de Benediktbeuren, Scharnitz-Schlehdorf et Schäftlarn le long des routes romaines est un argument en faveur du maintien de ces dernières dans un état satisfaisant105.

  • 106 Jean-Pierre Devroey, « “Ad utilitatem monasterii”. Mobiles et préoccupations de gestion dans l’éco (...)
  • 107 Stoclet 1993.

53Les grands établissements monastiques disposaient de relais. Les acquisitions foncières d’abbayes comme Saint-Denis ou Saint-Martin de Tours étaient commandées par des impératifs économiques, visant à diversifier l’approvisionnement106 – voire politico-économiques, visant, par exemple, au contrôle des matières premières (gisements de fer et d’argent, salines). C’est ce souci qui guida l’abbé de Saint-Denis, Fulrad, dans sa politique foncière en Alsace ou en Valteline107.

  • 108 Werner 1982.
  • 109 Kuchenbuch 1978, p. 43 sqq.

54La dispersion des biens monastiques est le reflet de l’histoire de l’établissement concerné. Dans le cas de Prüm, la dotation initiale dans le massif de l’Eifel, faite lors de la fondation (en 721) par Bertrade et son fils, apparentés à la puissante famille mosellane d’Irmina d’Oeren et des Pippinides108, fut complétée par des biens sis en Neustrie (dans la région d’Angers, du Mans et de Rouen) dans la seconde moitié du viiie siècle, à la faveur de l’installation par Pépin le Bref d’un nouvel abbé, Assuer, et de moines originaires de Meaux. Pépin, qui avait épousé la petite-fille de la fondatrice de Prüm, prit alors le monastère sous sa protection et lui assura une position éminente qui ne s’est pas démentie durant toute la période carolingienne. Qui plus est, l’attribution à l’abbaye, par Louis le Pieux, d’une grande partie de la forestis de Saint-Goar favorisa l’emprise de Prüm sur une partie de la vallée du Rhin109.

La frontière

  • 110 Un recueil d’études sur les tendances récentes de l’historiographie de la frontière : Pohl et alii(...)
  • 111 Olberg 1991, p. 150.
  • 112 Lex Baiwariorum, éd. Ernst Von Schwind, Hanovre, 1926 (MGH Leges, 5/2), p. 402 (12, 8).
  • 113 Jean-Pierre Brunterc’h, « Maine ou Anjou ? Histoire d’un canton entre Loir et Sarthe (viie-xie siè (...)

55On se sert de repères pour marquer la frontière110. Le terme allemand moderne signifiant « frontière » (Grenze) en garde étymologiquement le souvenir : il vient d’un mot slave (granica) qui signifiait à l’origine un arbre, le chêne, servant à marquer une limite. C’est ainsi que, pars pro toto, l’élément en est venu à désigner le tout111. Dans les campagnes, les finages sont délimités grâce à des signes placés sur les arbres, sur les hauteurs ou le long des cours d’eaux. Ces marques sont mentionnées dans la Loi des Bavarois à propos des conflits survenant en raison de l’absence de signes ou de leur caractère « peu visible », selon la formulation qu’on lit dans la rubrique annonçant l’exposé de ce qu’il convient de faire en tel cas112. On pourrait citer de nombreuses chartes prenant tel point élevé ou telle rivière comme repère pour délimiter un bien. Parfois, les toponymes rappelaient également à tout un chacun qu’il atteignait les limites d’une circonscription, comme c’est le cas du terme même de fines, qui a donné aussi bien Fains que Fismes – mais les limites de circonscription peuvent évoluer113

  • 114 Dierkens 1985, p. 319.
  • 115 Sur le tracé de cette frontière, cf. Davis 1991, p. 47-54.

56La « forêt Charbonnière » offre un bel exemple d’espace boisé servant de frontière : elle délimitait en effet l’Austrasie de la Neustrie selon un axe sud-ouest/nord-est suivant le cours méridional de la Sambre, puis celui de la Dyle114. Cette forêt servait également de limite entre les diocèses de Cambrai et de Tongres-Maastricht-Liège. Mais il ne faut pas se méprendre : « frontière » n’est pas synonyme d’espace infranchissable ; une frontière n’est rien de plus qu’une limite de territoire. En l’occurrence, la forêt Charbonnière ne constituait pas un obstacle au passage, puisque deux routes romaines, conduisant de Bavai vers la Meuse et le Rhin, la traversaient. Rappelons à cet égard que la frontière établie dans le traité de paix entre Alfred le Grand et Guthrum à la fin du ixe siècle est, précisément, une frontière formée de voies de communications : on y cite trois cours d’eaux (Tamise, Lea, Ouse) et une route romaine, connue sous le nom de Watling Street115.

  • 116 Barbier 2000 ; Dierkens 2000.

57La frontière n’est donc pas quelque chose de répulsif – c’est au contraire un lieu sur lequel on s’installe, pour le contrôler (et/ou pour jouer sur plusieurs tableaux). Certains monastères furent en effet fondés en des lieux frontaliers : c’est le cas de l’abbaye de Montier-en-Der, fondée en Perthois116. En effet, le Perthois se trouvait aux confins de l’Austrasie et de la Neustrie au viie siècle ; il constitua un pagus frontalier lors des partages de Verdun (843), de Meersen (870) et de Ribemont (880).

  • 117 Eginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. Louis Halphen, Paris, 1938, p. 23 (chap. 7).

58Les partages carolingiens, qui se multiplient au cours du ixe siècle en fonction des aléas politiques, sont des partages linéaires ; ou plutôt (comme c’était déjà le cas aux temps mérovingiens) ils constituent des lots de comtés aux limites connues de tous. Les frontières à l’intérieur du monde franc étaient donc bien délimitées. Était-ce la même chose pour les frontières avec les peuples voisins ? Eginhard semble avoir eu une idée fort claire de la façon dont courait la frontière entre le royaume de Charlemagne et le territoire saxon (même si la chose est moins évidente pour l’historien). Ce qui frappe ici, c’est seulement l’opposition entre la plaine et les endroits difficilement franchissables117 :

« Le tracé des frontières entre notre pays et le leur mettait […] chaque jour la paix à la merci d’un incident : presque partout en plaine, sauf en quelques points où de grands bois et des montagnes forment une séparation nette, elles étaient le théâtre de scènes constantes de meurtres, de rapines et d’incendies, se répondant de part et d’autre. »

  • 118 Matthias Hardt, « Hesse, Elbe, Saale and the frontiers of the Carolingian Empire », dans Pohl et a (...)
  • 119 Günther Fehring, « The archaeology of early Lübeck : the relation between the Slavic and German se (...)

59La frontière avec les Saxons était en réalité ponctuée de fortifications : il s’agit de forts réutilisés (certains sont des sites protohistoriques) ou construits sur l’ordre de Charlemagne, d’abord dans le territoire des Hessi (par exemple : le Glauberg, le Christenberg [ !] ou Büraburg), puis plus au nord : le long du cours de l’Elbe (par exemple : à Höhbeck ou à Magdebourg, dont la première mention date de 805, dans un capitulaire énumérant les lieux de contrôle du négoce avec les Slaves). Ce système de fortifications n’est pas sans rappeler le limes romain118. Signalons toutefois que la construction de forts n’était pas l’apanage des héritiers de la civilisation romaine : la situation politico-militaire tourmentée aux confins des territoires danois, slave et franc conduisit les Obodrites à fortifier le site de Liubice (Alt Lübeck), situé 4 km au nord de la future ville hanséate du xiie siècle119 (d’après les données dendrochronologiques, le site fut fortifié en 817, peut-être à la suite de la destruction, en 808 par le Danois Godefrid, de l’emporium de Reric qu’il aurait remplacé).

  • 120 Alois Schmid, « Bayern und Italien vom 7. bis zum 10. Jahrhundert », dans Beumann & Schröder 1987, (...)
  • 121 Walter Pohl, « Frontiers in Lombard Italy : the Laws of Ratchis and Aistulf », dans Pohl et alii, (...)

60Un exemple de frontière bien gardée est fourni par d’autres montagnes que celles auxquelles Éginhard faisait allusion : la chaîne des Alpes (ce qui ne veut pas dire qu’il n’existait pas de solides traditions de relations de part et d’autre des montagnes, comme l’histoire de l’Italie et de la Bavière le prouve120). Les cluses des Alpes étaient en effet pourvues de postes de contrôle frontaliers ; à plusieurs reprises, les passages des Alpes furent fermés. Le roi lombard Ratchis (744-749) prit des mesures pour renforcer le contrôle exercé par les clusarii (on met toutefois leur efficacité en doute). En revanche, il ne fut jamais question de contrôler le passage vers Rome ou Ravenne au point de le bloquer – les voies de circulation étaient par trop multiples121.

  • 122 Olberg 1991, p. 146.

61On associe souvent l’idée de frontière à celle d’espace-tampon, la « marche ». On rencontre le terme de marca dans les sources du haut Moyen Âge pour désigner la frontière d’un espace politique (c’est par exemple le cas dans le Pacte et la Loi des Alamans122). Précisément, les « marches » sont des régions de commandement militaire parfois fort vastes qui
défendent les confins du royaume. Charlemagne en établit à l’ouest (le fameux Roland tombé en 778 à Roncevaux était « préfet de la frontière [limes] de Bretagne » selon le témoignage d’Éginhard), au sud (la marche d’Espagne), et à l’est. L’histoire de l’Europe centrale (Mitteleuropa) est en fait celle de la recomposition permanente des territoires de l’ouest vers l’est au fil de leur intégration à l’Empire – c’est un aspect essentiel de l’histoire ottonienne qui commence bien plus tôt ; dans la seconde moitié du ixe siècle, la « marche orientale » de Carloman et de son fils, Arnulf de Carinthie, le prouve éloquemment. Quant au royaume anglo-saxon de Mercie, il tire son nom du fait qu’il se trouvait à la « frontière » (mierce). Cette désignation s’explique par la proximité du Pays de Galles, où étaient cantonnés les Bretons.

  • 123 Sur ce qui suit, cf. Joachim Herrmann, Spuren wechselseitiger Beeinflussung von slawischem und frä (...)

62L’idée de zone-tampon convient à la zone de contact avec les Slaves : il y a des villages slaves, et des villages germaniques, le tout sous l’emprise plus ou moins forte du souverain franc. La progression franque chez les Slaves (eux-mêmes installés parfois depuis peu) fut loin d’être régulière123. Si l’on admet que les fortifications de forme circulaires sont slaves alors que celles de forme rectangulaire révèlent une influence franque (qui se faisait elle-même le relais des traditions romaines), on est amené à constater qu’en terre slave, peu de constructions furent réalisées selon le modèle franc durant le haut Moyen Âge (à la différence du Moyen Âge central). Lorsque tel était le cas (un bon exemple est fourni par le fort de Kessel à Kretzschau-Groitschen, près de Zeitz – à une soixantaine de km à l’est d’Erfurt), on suppose qu’il s’agissait de la résidence d’une famille d’aristocrates slaves ralliés au pouvoir franc (en l’occurrence, une famille sorbe). L’histoire du fort de Berlin-Spandau illustre le caractère précaire de telles implantations. On a ainsi retrouvé des traces d’un fort qui pourrait dater (au cours du viiie siècle) d’une tentative de contrôle par des Francs de cette agglomération slave en un lieu stratégique : à l’endroit où la Spree se jette dans la Havel, un affluent de l’Elbe (il est possible que des raisons économiques entrent en jeu, puisque qu’on pouvait se rendre par voie d’eau de ce lieu à Magdebourg, attestée en 805 comme un poste douanier pour les marchands négociant en pays slave). L’implantation franque de Berlin-Spandau fut néanmoins détruite par le feu dans la première moitié du ixe siècle.

  • 124 Asser’s Life of king Alfred…, éd. William H. Stevenson, Oxford 1904,, p. 12 (c. 14).
  • 125 Campbell et alii 1982, p. 120 ; Donald Bullough, Offa’s Dyke, dans LMA 6, col. 1368.

63À propos des types de frontières, il serait faux d’établir une dichotomie en fonction des traditions des peuples et de l’identité des voisins. L’Angleterre offre un magnifique exemple de frontière linéaire avec le mur (Offa’s Dyke : un remblai de terre accompagné d’un fossé dont la dénivellation pouvait atteindre 18 m) élevé le long de la frontière galloise (ce n’est en aucun cas un rempart contre la barbarie : les Bretons sont des chrétiens) à la fin du viiie siècle. Selon le témoignage d’Asser, le roi Offa « ordonna de construire une grande palissade (vallus) entre la Bretagne et la Mercie, de la mer à la mer124 », c’est-à-dire de l’estuaire de la Severn jusqu’à la mer d’Irlande. On pourrait invoquer le précédent du mur d’Hadrien, mais ce genre de remblai est attesté dès l’âge du Bronze Ancien125.

  • 126 Hermann Hinz, Danewerk, dans LMA 3, col. 534-535.
  • 127 D’après la traduction de Georges Tessier, Charlemagne, Paris 1967, p. 178.

64De même, un mur fut érigé à la frontière méridionale du Jutland, à l’initiative des Danois, le « Danewerk ». Les analyses dendrochronologiques ont permis d’établir que la première phase de construction de cette fortification remonte à l’année 737. Une nouvelle construction, qui ne s’avère d’ailleurs pas la dernière, est attestée en 808 par les sources écrites126 : l’auteur des Annales royales relate que le roi danois Godefrid, qui disputait à Charlemagne le contrôle des populations slaves entre la Baltique et le cours inférieur de l’Elbe, « résolut d’entourer d’un retranchement toute la frontière de son royaume qui regarde la Saxe, de telle sorte qu’à partir du bras de mer oriental qu’ils appellent Ostarsalt (“l’eau salée de l’est”, c’est-à-dire la mer Baltique) jusqu’à l’Océan occidental, toute la rive nord de l’Eider dût se trouver garnie d’une enceinte (munimentum valli), dans laquelle il ne réserva qu’une seule porte pour que les chariots et les cavaliers pussent entrer et sortir127 ». Business is business : n’oublions pas que l’emporium de Haithabu se trouve à une bonne vingtaine de km au nord de l’Eider !

Les formes d’occupation du sol

65Durant le haut Moyen Âge, l’évolution du rapport entre les villes et les campagnes amorcée au Bas-Empire s’est poursuivie. Le chef-lieu de cité garde un prestige certain, du fait notamment que l’évêque y réside, mais la ville exerce de moins en moins son « rôle-pivot » (N. Gauthier) de la vie publique et économique dans le territoire de la civitas (les Lombards semblent ici faire exception et avoir perpétué les traditions romaines) – qu’on parle désormais (selon le contexte) de « diocèse » ou de pagus (qu’on ne peut traduire par « comté » qu’au prix d’une simplification parfois source d’erreur). D’autres sites apparaissent, en fonction des nouvelles donnes économiques. Quant aux vici anciens, ces agglomérations secondaires semblent connaître un renforcement relatif de leur importance, à la fois du point de vue économique et ecclésiastique.

  • 128 Nancy Gauthier, « Conclusions », dans Brogiolo et alii 2000, p. 371- 386 (citations : p. 378 sq.). (...)
  • 129 Balzaretti 2000.

66L’évolution des rapports entre la ville et son territoire est concomitante de celle de la société dans son ensemble128 : « les liens spatiaux entre ville et territoire sont devenus des liens sociaux entre puissants et dépendants ». Ce changement bouleverse le cadre géographique de la vie institutionnelle dès le Bas-Empire, au profit d’une autre spatialisation du pouvoir (beaucoup plus dépendante des familles aristocratiques et de leurs fondations pieuses – les monastères d’Italie du Nord contribuèrent ainsi éloquemment à la diffusion d’une influence urbaine dans les campagnes129). Comme l’observe N. Gauthier à propos du haut Moyen Âge, « si l’on peine à trouver la trace et les étapes de la dislocation des liens qui unissaient la ville à son territoire, c’est parce que ces liens s’étaient effacés des esprits avant même de disparaître des institutions ».

  • 130 Fournier 1962.

67Contrôle de l’espace et maîtrise du peuplement sont liés. La hiérarchisation des diverses agglomérations et la densité du peuplement des campagnes varie quelque peu d’une région à l’autre, mais également à l’intérieur d’un territoire cohérent. C’est par exemple le cas en Basse-Auvergne130 : il existe une différence manifeste entre, d’une part, la vallée de l’Allier, où l’essentiel de la population continue de vivre dans les vici et les domaines de l’époque gallo-romaine, et, d’autre part, les Varennes et les zones de montagne, où l’habitat semble rare et beaucoup plus dispersé. Or c’est là que se joue le redémarrage économique et démographique – apparemment au ixe siècle (la médiocrité de la documentation pour les viie et viiie siècles ne permet d’observer le phénomène de peuplement qu’à partir du ixe siècle, alors qu’il avait peut-être commencé plus tôt). La grande propriété ne règne toutefois pas de manière exclusive : l’intérêt de cette région méridionale consiste en ce qu’elle offre un schéma de développement autre que celui promu par le régime domanial particulièrement important dans les régions septentrionales et mieux connu (pour des raisons d’ordre essentiellement archivistique).

Autour de la maison

  • 131 Ruth Schmidt-Wiegand, « Haus und Hof in den Leges barbarorum », dans Beck & Steuer 1997, p. 335-35 (...)
  • 132 Ruth Schmidt-Wiegand, « Sali. Die malbergischen Glossen der Lex Salica und die Ausbreitung der Fra (...)
  • 133 Dietrich Claude, « Haus und Hof im Merowingerreich nach den erzählenden und urkundlichen Quellen » (...)
  • 134 Etat de la question voici une génération : Chapelot & Fossier 1980. Depuis, l’archéologie rurale a (...)

68La maison et sa curtis forment un tout, non seulement économique, mais également juridique : c’est un espace dont l’accès est réservé131. Le mot « salle », qui fait aussi partie du vocabulaire juridique132, témoigne de l’entité que forme la halle où hommes et bêtes cohabitent : la « salle » est une métonymie de la « maison ». En dépit de leur importance dans la vie de tous les jours (ou peut-être parce que, précisément, leur omniprésence est banale), la maison et son enclos sont assez peu décrits dans les sources narratives133. C’est donc essentiellement vers l’archéologie qu’il faut se tourner134.

  • 135 Village au temps de Charlemagne, 1988, p. 119.
  • 136 Important corpus documentaire sur l’habitat en Irlande dans Hilary Murray, « Documentary evidence (...)
  • 137 Richter 1996, p. 33.
  • 138 Gian Pietro Brogiolo, « Towns, forts and the countryside : archaeological models for Northern Ital (...)
  • 139 Henri Galinié, « L’entre-deux : les terres noires des cités », dans Beaujard 2002, p. 97-105.
  • 140 La campagne de fouilles en cours à proximité de l’église Saint-Julien de Tours et menée sous la di (...)

69L’habitat rural est essentiellement un habitat en bois (dont les trous de poteaux gardent trace), mais il était possible de réutiliser en partie des structures antiques, comme c’est par exemple le cas au Thillay (Gonesse). Néanmoins, c’est essentiellement pour la construction de leurs églises que les habitants des villages au nord de Paris réutilisèrent les vestiges gallo-romains135. En Irlande136 (en particulier à l’ouest de l’île), certaines maisons de bois étaient construites sur pilotis, au-dessus d’eaux stagnantes. On connaît environ 250 de ces crannogs (dont le nom vient de crann, qui signifie « bois »). Leur construction nécessitait un savoir faire particulier137. La maison de bois n’était toutefois pas l’apanage du monde rural : on la trouve également en ville. Ainsi, les fouilles effectuées à Brescia à proximité de S. Giulia ont permis de mettre à jour 15 maisons datant de la fin du vie ou de la première moitié du viie siècle, parmi lesquelles on trouve de petites habitations de bois138. En fait, le recours au bois ou aux matériaux végétaux semble à ce point typique de la ville du haut Moyen Âge que la présence de « terres noires » (produites par la décomposition de ces matériaux) dans les stratigraphies signale généralement à l’archéologue qu’il a affaire à la phase d’occupation du sol datant de cette époque139 (mais la manière dont les sites sont fouillés ne permet généralement pas de dire s’il s’agit d’un habitat ou de terres mises en culture140).

L’habitat rural et le village

  • 141 Zadora-Rio 1995.

70L’étude des communautés rurales et la définition même de leur existence est un défi que les sociétés du haut Moyen Âge lancent à l’historien – quelle que soit la nature des sources qu’il exploite141.

  • 142 Etienne Hubert, « Quelques considérations sur l’organisation de l’espace, la propriété foncière et (...)

71Le cadre essentiel de la vie rurale était défini par le lieu de vie et l’endroit dont dépendaient les habitants de ce lieu. Prenons l’exemple d’une dépendance de l’abbaye de Farfa, le casale Talianus (dans la vallée du Turano). Ce casale dépendait du finage (fundus) d’Offianus, lui-même dépendant de la curtis de Corneto, dont le centre était constitué par la « celle » S. Maria de Corneto. Cette curtis était elle-même sise dans la massa Torana, « qui constituait un ensemble inorganique de propriétés foncières distribuées autour du centre antique de Tore, sans doute occupé jusqu’au ixe siècle ». Au fil de ses acquisitions, l’abbaye de Farfa remembra les biens entrés dans son patrimoine, mais ces subtilités de gestions importaient certainement peu pour les gens du casale Talianus : la seule chose qui comptait, c’est qu’ils devaient apporter leurs redevances à la « celle » de Corneto, pour laquelle ils effectuaient également des corvées142.

  • 143 Village au temps de Charlemagne 1988, p. 138 sqq.

72L’examen conjoint de la documentation écrite et des données archéologiques permet de cerner assez précisément quel était le cadre de vie de la société rurale, notamment dans la région parisienne143. On observe une correspondance assez étroite entre les noms de villae dépendant de Saint-Denis et les villages dont ces villae sont le premier signe. Il s’agit d’agglomérations plus ou moins lâches dont dépend un finage et qui forment des paroisses. Le fait qu’une villa dépende entièrement ou pas du même seigneur, c’est-à-dire qu’elle forme un domaine ou qu’elle soit possédée « en divis » avec d’autres seigneurs laïques ou ecclésiastiques n’avait apparemment pas d’influence sur l’entité que représentait la villa ou sur la communauté que formaient ses habitants. La villa était divisée en manses (les termes peuvent varier selon les endroits : on parle ainsi d’area à Fulda, de curtilis à Lorsch ou à Wissembourg), comprenant bâtiments d’exploitation (le logis et les dépendances agricoles) et les bâtiments annexes (ateliers ou fours, par exemple). Les parcelles étaient de tailles très inégales (de quelques dizaines d’ares à plusieurs hectares).

  • 144 Voici quelques orientations bibliographiques à ce propos : Fabre et alii 1996 ; Gisela Ripoll & Ja (...)
  • 145 Elisabeth Zadora-Rio, « Les terroirs médiévaux dans le Nord et le Nord-Ouest de l’Europe », dans J (...)
  • 146 Anne Nissen Jaubert, « Ruptures et continuités de l’habitat rural du haut Moyen Âge dans le nord-o (...)
  • 147 Hodges 1989, p. 26.

73Les formes de l’habitat rural et la manière dont elles sont appréhendées dépendent pour beaucoup de la situation des sites étudiés par rapport à l’occupation romaine (par exemple, dans la continuité des villae ou bien au-delà du limes), mais varient aussi selon les références culturelles et scientifiques des chercheurs144. Parmi les questions essentielles concernant les structures socio-économiques des campagnes, on compte assurément celle du parcellaire145 et celle de la fixation de l’habitat. La mobilité de ce dernier est considérée par certains historiens comme l’expression du fait qu’on ne peut pas parler de village ; en réalité, elle touche moins à la
structure de la communauté qu’au mode d’exploitation de la terre146. Il est possible que la volonté des seigneurs fonciers de mettre leurs domaines en bon ordre et de les bien gérer, combinée à une augmentation de la population ainsi qu’à une évolution des modes d’exploitation, ait conduit à la fixation de l’habitat. Or avant cette phase, comme le montrent par exemple les fouilles de Vorbasse (Danemark) et de Peelo (Pays-Bas), qui permettent de suivre l’évolution d’un habitat rural durant tout le premier millénaire, les lieux d’habitation évoluent certes sur plusieurs centaines de mètres, mais toujours au sein d’un même finage : il semble que ces déplacements soient essentiellement liés à la volonté des exploitants de se rapprocher des terres nouvellement mises en culture. Il s’agit d’un mode d’exploitation délibérément voulu, puisque dans le même temps, on observe une remarquable constance dans certains lieux centraux, comme à Gudme. Point n’est d’ailleurs besoin de se tourner vers ces lieux centraux : ainsi, le village de Mucking (Essex) offre un exemple de permanence de l’habitat entre le ive et le viie siècle, en dehors même de la structure d’une villa147.

  • 148 Richter 1996, p. 32-33.
  • 149 Charles-Edwards 2000, p. 146

74L’Irlande du très haut Moyen Âge ne connaissait ni village, ni ville ; l’habitat était dispersé148. La majeure partie de la population vivait dans des lieux délimités par un fossé et clos de palissades, les ráth. Selon les endroits, le mur était de pierre ; on parlait alors de caisel (qui vient du latin castellum, de même que Cashel, le seul centre de pouvoir royal – en l’occurrence, le siège du pouvoir de la province de Munster – dont le nom soit d’origine latine149). Il s’agissait moins de se défendre que d’empêcher la fuite du bétail. Grâce à l’archéologie aérienne, environ 30 000 sites de ce genre ont été repérés en Irlande ; la majorité d’entre eux furent construits entre le ive et le xe siècle. Dans ce périmètre d’au moins 10 m de diamètre s’élevaient la maison d’habitation et les dépendances. Il y avait également des sites beaucoup plus importants ; certains font 100 m de diamètre (on parle alors de dún).

Des centres urbains

  • 150 Sur l’héritage romain, cf. Nancy Gauthier, « From the ancient city to medieval town : continuity a (...)
  • 151 Henri Galinié, « Emergence ou ré-émergence des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe, viie-xe sièc (...)

75Il est assez courant de doser le degré d’urbanité d’un site à l’aune de la civilisation romaine150 et de parler de site « proto-urbain » pour désigner un lieu de concentration humaine (dont la structure est parfois difficile à percer) autre qu’une cité. Cette expression désigne ainsi une « ville en puissance autour d’éléments non urbains : monastère, palais, place de transit, marché ». Or la notion de site « proto-urbain » est contestée par certains archéologues : « un site est ou n’est pas urbain » car « c’est le concept de l’urbain qui change », à charge pour le haut médiéviste d’en définir les caractéristiques pour l’époque qu’il étudie151.

  • 152 Clarke & Simms 1985 ; Demolon et alii 1 994.
  • 153 Weidemann 1986, p. 168 sqq.
  • 154 Nancy Gauthier, « La topographie chrétienne entre idéologie et pragmatisme », dans Brogiolo & Ward (...)

76L’étude des villes est essentiellement conditionnée par l’apport des fouilles archéologiques152. Parfois, les sources écrites peuvent néanmoins s’avérer particulièrement précieuses, comme dans le cas du testament de l’évêque Berthramn en ce qui concerne Le Mans153. C’est la confrontation des informations que recèlent ces deux types de sources qui préside à l’élaboration d’une topographie chrétienne des cités, des origines jusqu’au viiie siècle154.

  • 155 Ward-Perkins 1988.
  • 156 Simon T. Loseby, « Power and towns in Late Roman Britain and Early Anglo-Saxon England », dans Rip (...)
  • 157 Ward-Perkins 1984, p. 198.
  • 158 Simon Coupland, « The Vikings in Francia and Anglo-Saxon England to 911 », dans Mckitterick 1995, (...)
  • 159 Walter Janssen, « The rebirth of towns in the Rhineland », dans Hodges & Hobley 1988, p. 47-51 ; I (...)
  • 160 Sur l’attitude des gens du haut Moyen Âge à l’égard des ruines antiques, cf. Bonnie Effros, « Monu (...)

77En dépit d’un déclin manifeste, les cités ne furent pas désertées ; la continuité d’occupation des villes en Italie est en particulier bien connue155 – en revanche, la situation en Angleterre était assez différente (en témoigne le nombre de sièges épiscopaux établis en des lieux n’ayant pas été urbanisés par les Romains156). Divers éléments monumentaux continuaient à marquer le paysage, à commencer par les murs des cités. Le récit de Grégoire de Tours relatif à l’échec du duc franc Cedinus lors de la campagne militaire ordonnée en 590 par Childebert II en Italie du Nord et le long siège de Pavie par Charlemagne en 773-774 montrent que les murs des cités, du moins en Italie, furent entretenus157. En Gaule, les murs servirent parfois de carrière pour la construction d’autres édifices ; toutefois, Charles le Chauve ordonna leur restauration en plusieurs endroits (comme à Tours ou à Orléans) lorsque, dans les années 860, il organisa la défense contre les Vikings158. Permanence de l’occupation humaine ne signifie pas pour autant continuité d’un site, comme l’illustre le cas de Xanten : la ville médiévale se développa au sud de la Colonia Ulpia Traiana, qui fut abandonnée159. Durant le haut Moyen Âge, on vénéra dans ces ruines les
martyrs de la Légion Thébaine160, à l’origine de la collégiale Saint-Victor… et du nom de la ville, attesté depuis la fin des années 830 (Xanten = Ad Sanctos).

  • 161 Halsall 1995, p. 214 sqq.
  • 162 Sur Londres, cf. Alan Vince, « The economic basis of Anglo-Saxon London », dans Hodges & Hobley 19 (...)
  • 163 Patrick Wallace, « The archaeology of Viking Dublin », dans Clarke & Simms 1985, p. 103-145 ; Anng (...)

78Le contexte politique a pu jouer un rôle sensible dans le déclin ou l’essor des villes ; ainsi, le rang de « capitale » dont jouit Metz à l’époque mérovingienne ne fut certainement pas pour rien dans sa prospérité161. L’importance économique des sites urbains de l’Europe du Nord-Ouest est aussi indéniable162. C’est notamment le cas en dehors du monde romain – citons ainsi l’exemple de Dublin163, comptoir fondé par des Vikings en 841, pour s’y abriter durant l’hiver (la ville tire toutefois son origine du site fortifié que les Scandinaves y érigèrent en 917) – mais aussi à l’intérieur ou sur ses marges.

  • 164 Ulf Näsman, « Exchange and politics : the eighth-early ninth century in Denmark », dans Hansen & W (...)
  • 165 Stéphane Lebecq, « Pour une histoire parallèle de Quentovic et Dorestad », dans Duvosquel & Dierke (...)

79Au sud du monde scandinave, Ribe (début du viiie siècle – milieu du ixe siècle) et Haithabu, qui s’impose au début du ixe siècle, sont des sites urbains à vocation essentiellement commerciale dont le développement, les infrastructures et le contrôle de l’arrière-pays nécessitaient l’intervention du pouvoir royal danois, en réponse à la pression politique exercée de la part des Francs164. Les places commerciales que sont les vici, dont certains toponymes gardent le souvenir (citons l’exemple d’Ipswich, en East Anglie, dont l’existence est attestée à partir du début du viie siècle), ont connu un remarquable essor en Europe du Nord-Ouest durant le haut Moyen Âge. Quentovic, un site majeur qui fut un centre privilégié de perception du tonlieu sous le règne de Louis le Pieux (ce dont témoigne le « précepte des marchands » de 828), reste encore en partie une énigme. En revanche, on connaît bien son pendant165, Dorestad (Wijk bij Duurstede).

  • 166 W. J. H. Verwers, « Dorestad : a Carolingian town ? », dans Hodges & Hobley 1988, p. 52-56.

80Les fouilles réalisées à Dorestad ont révélé l’existence d’une soixantaine de maisons longues (de 20 à 30 m de long sur 6 m de large) alignées le long de l’ancien cours du Rhin Tortueux, non loin du castrum romain de Levefanum. On y a trouvé de nombreux témoignages d’activités artisanales et commerciales. Cet emporium, dont l’importance fondamentale est également bien attestée par les sources écrites, a connu l’apogée de son activité entre les environs de 750 et de 830. Les Vikings étaient bien conscients de l’importance économique majeure de ce site (importance qui n’est certes pas proportionnelle au nombre d’habitants, qu’on estime cependant à 2000 aux plus beaux jours de l’emporium) : il fut plusieurs fois leur cible dans le second tiers du ixe siècle166.

  • 167 Hodges 1989, p. 80 sqq.

81Le cas de Hamwic (Southhampton), sur la rive de l’Itchen au sud du castrum de Clausentum, est assez particulier167. Ce site de 45 ha fut occupé de la fin du viie siècle au milieu du ixe siècle (peut-être son importance avait-elle déjà commencé de décliner vers le milieu du viiie siècle). On n’y trouve aucun système de défense et les clôtures des lots, assez légères, semblent n’avoir pas eu d’autre fonction que de délimiter les propriétés. Les maisons (de 12 m de long sur 4 à 5 m de large), plusieurs fois reconstruites au même endroit, sont semblables à celles trouvées dans les sites ruraux de cette époque, mais les trous de poteaux témoignent de constructions moins soignées. On estime la population de Hamwic à environ 4 000 à 5 000 personnes ; mais on y a retrouvé proportionnellement peu de tombes. La plupart des maisons comportent des traces d’artisanat (métallurgie, travail de l’os et, dans une moindre mesure, céramique). La présence de céramique carolingienne en plus de la céramique de facture locale et, surtout, la forte concentration de sceattas trahissent l’activité importante de Hamwic. Est-ce à dire qu’il s’agissait d’une ville occupée par des marchands et des artisans tout au long de l’année ? Il se pourrait qu’on ait en réalité affaire à un site de foire d’été, où les grands propriétaires laïques et ecclésiastiques d’Angleterre disposaient de parcelles sur lesquelles leurs gens venaient s’adonner à l’artisanat et au commerce durant la belle saison.

  • 168 Hélène Noizet, « Les basiliques martyriales au vie et au début du viie siècle », RHEF 87 (2001), p (...)
  • 169 Stéphane Lebecq, « Le devenir économique de la cité dans la Gaule des ve-ixe siècles », dans Lepel (...)
  • 170 Pietri 1983 ; Henri Galinié, « Tours de Grégoire, Tours des archives du sol », dans Gauthier & Gal (...)

82À l’intérieur de l’ancien monde romain, c’est bien souvent le dynamisme des suburbia (où se trouvent de nombreuses communautés religieuses desservant des basiliques à l’origine funéraires168) plus que l’activité intra muros qui a sauvé les cités169. Un fort bel exemple est offert par le cas de Tours170, où le vicus christianorum du temps de Grégoire, où les pèlerins convergent vers le tombeau de saint Martin, se développe de manière concurrentielle à l’ouest des murs de la cité pour s’ériger en « Martino-pole », elle-même dotée de murs au début du xe siècle. Ce centre religieux est aussi un centre économique important qui acquiert son autonomie juridique au cours du ixe siècle.

  • 171 Dieter Hägermann, « Grundherrschaft und städtischer Besitz in urbarialen Quellen des 9. Jahrhunder (...)
  • 172 Dieter Hägermann & Andreas Hedwig, Das Polyptychon und die Noticia de areis von Saint-Maur-des-Fos (...)

83Les grands établissements monastiques « ruraux » (il n’était pas rare que les personnes vivant en leurs murs et à proximité immédiate se comptent par centaines : il s’agissait donc parfois de réels villages, voire de petites villes) contribuèrent aussi au dynamisme économique des villes : leur patrimoine foncier n’était pas constitué que de grands domaines ruraux, mais aussi de biens sis en milieu urbain, destinés aux activités artisanales et commerciales171 – c’est explicitement le cas des fabricae de Mayence mentionnées dans les actes de Fulda. L’un des documents les plus intéressants (mais difficile d’interprétation) est l’inventaire des biens parisiens de l’abbaye des Fossés172 (Notitia de areis sancti Petri Fossatensis monasterii que sunt in Parisii civitate).

  • 173 Lebecq 1983, tome I, p. 237 sqq.
  • 174 Nancy Gauthier, « Le paysage urbain en Gaule au vie siècle », dans Gauthier & Galinié 1997, p. 49- (...)
  • 175 Jean-Charles Picard, « L’espace religieux dans la ville médiévale (viiie-xiiie siècles), dans Demo (...)

84Il arrive aussi qu’on observe une spécialisation de certains quartiers : quartiers de marchands, tels les Frisons173 installés parfois à l’intérieur des murs (à Worms ou à Mayence) ou bien en dehors (à York ou à Cologne), mais aussi groupe épiscopal et quartier canonial. Dès l’Antiquité tardive, la zone dans laquelle se trouve la cathédrale est profondément marquée par la construction de tout un ensemble d’édifices religieux (notamment le baptistère) et de la domus de l’évêque, où tout le clergé cathédral pouvait être accueilli174. L’installation des chanoines auprès de la cathédrale et l’obligation d’y résider datent toutefois de l’époque carolingienne175 : amorcées par Chrodegang de Metz, elles furent généralisées en 816. Il était désormais au moins nécessaire de disposer d’un réfectoire et d’un dortoir, puis d’une salle capitulaire. Néanmoins, les chanoines ne se plièrent que rarement à une vie commune stricte ; bien souvent, ils habitaient des maisons individuelles, formant un quartier bien délimité (mais absolument pas exclusif).

  • 176 Lebecq 1983, tome II, p. 346-348.

85Or, peut-on déjà parler de quartiers, regroupant des habitants qui partagent la même identité, le même destin ? Peut-être… Citons, par exemple, le règlement de l’évêque de Worms Thietlach (891-914), qui décrit précisément les parties des murs de la ville devant être entretenues par les habitants des divers quartiers176 : preuve d’un souci de défense de la cité en une période où les Hongrois sévissent ; preuve également d’une organisation de la ville en quartiers formant une entité ayant certaines obligations au sein de la cité.

86Quels que soient les critères que l’on retient pour décrire et analyser le phénomène urbain durant le haut Moyen Âge, un élément majeur de la topographie urbaine exprime, plus que tout autre, le passage de la période antique au Moyen Âge : c’est l’entrée des morts en ville.

De l’exclusion des défunts à la communauté des vivants et des morts

  • 177 Lorans 2000.

87Le rapport à la mort et aux morts évolue au cours du haut Moyen Âge. Les pratiques funéraires changent177 ; d’une certaine manière, elles ont tendance à s’uniformiser et à devenir moins ostentatoires, plutôt qu’à se « christianiser » (n’oublions pas que le christianisme fut déclaré religion officielle et exclusive de l’Empire romain à la fin du ive siècle et que les rois barbares, au milieu du vie siècle, étaient tous chrétiens – ce qui ne signifie pas, bien évidemment, que les diverses populations, notamment les populations rurales, étaient complètement converties ou acculturées).

Soulagement des morts ou consolation des vivants ?

  • 178 Sur ces derniers, cf. Joachim Werner, « Bewaffnung und Waffenbeigabe in der Merowingerzeit », dans (...)
  • 179 Saint Augustin, La Cité de Dieu, traduction de Louis Moreau revue par Jean-Claude Eslin, vol. 1, P (...)
  • 180 Jean-Paul Jacob & Jean-Régis Mirbeau-Gauvin, « Du don au mort à la rédemption. Evolution du dépôt (...)
  • 181 Michael Borgolte, « Gedenkstiftungen in St. Galler Urkunden », dans Schmid & Wollasch 1984, p. 578 (...)

88La disparition des dépôts funéraires178 peut être interprétée de diverses manières : expression d’une conception chrétienne de la mort, qui suppose une certaine humilité, mais peut-être aussi déclin de la nécessité d’affirmer une identité ethnique ou guerrière, ou bien simplification de la mise en scène accompagnant la mise en terre (si les biens ne servent en rien au défunt chrétien, le sacrifice qu’en font les héritiers pourrait bien être un message à destination des vivants, témoins de la cérémonie) parce qu’on n’en a plus besoin comme élément de distinction sociale – comme l’affirmait déjà saint Augustin dans la Cité de Dieu179 : « soin des funérailles, choix de la sépulture, pompes de l’enterrement, tout cela : consolation des vivants plutôt que soulagement des morts ». Aucune des hypothèses formulées ci-dessus n’en exclut une autre : les donations généreuses au clergé pour l’entretien de la memoria du défunt, qui participent d’une économie du Salut180, peuvent être aussi considérées comme un élément de substitution, un signe de richesse finalement plus visible et durable (c’est ainsi que les héritiers tenant en précaire un bien donné à un établissement ecclésiastique pouvaient être astreints de payer le cens annuel au jour anniversaire de la mort du donateur181).

  • 182 Paxton 1990 ; Mclaughlin 1994 ; Treffort 1996.
  • 183 Steuer 1982, p. 397 sq.

89Nous reviendrons plus tard sur les manifestations et les enjeux de la memoria durant le haut Moyen Âge. Rappelons ici simplement que les travaux mettant en évidence l’évolution des pratiques funéraires sont nombreux. Ce qu’on appelle la « christianisation de la mort » est un
phénomène désormais bien étudié182 : il s’exprime notamment par la préparation du corps, par l’élaboration d’une liturgie des morts (un ensemble de prières concernant les défunts au moment du trépas, lors de l’inhumation et ensuite), et par un mode particulier d’inhumation. L’archéologie funéraire révèle en effet l’abandon, au cours du viie siècle, des vastes cimetières « en rangée » en faveur de cimetières plus restreints, généralement établis à proximité immédiate d’une église. Déjà, l’orientation des tombes dans les vastes nécropoles pouvait être l’indice qu’on avait affaire à des chrétiens – ou du moins, que les défunts ou les membres de leur famille avaient manifesté une préoccupation d’ordre eschatologique, avant qu’il ne s’agisse peut-être plus que d’un phénomène de mode. On s’adapte en effet aux usages, comme le suggèrent certaines sépultures de Saint-Ulrich et Sainte-Afra d’Augsbourg (milieu du viie siècle), où il se pourrait que des personnes probablement originaires de Bourgogne ou de Gaule du Sud aient cherché à adopter les usages funéraires alors en vigueur dans la population au sein de laquelle ils vivaient183.

  • 184 Fixot & Zadora-Rio 1994 ; Galinié & Zadora-Rio 1996 ; Gisela Cantino Wataghin, « The ideology of u (...)

90L’inhumation ad sanctos, près de l’église, est indéniablement l’expression d’une conception chrétienne de la mort… et des progrès de l’encadrement ecclésiastique des populations : cimetière chrétien et paroisse vont en effet de pair184. Désormais, les morts ne sont plus exclus de la sphère des vivants : ces derniers s’établissent auprès d’eux et le cimetière devient un lieu de la vie sociale. Désormais, on inhume même les défunts dans les cités, une profanation qui aurait fait frémir d’horreur un Romain.

La tombe comme testament

  • 185 Scheibelreiter 1983, p. 245 sq.

91Le choix du lieu de sépulture, lorsque le défunt ou les membres de son entourage en ont la possibilité, s’avère loin d’être neutre. Ainsi, la sépulture de certains évêques185 hors de leur église cathédrale ou de la basilique accueillant traditionnellement la dépouille des prélats peut être révélatrice de leur attachement à leur famille (tel Agilbert de Paris et Ebrégisile de Meaux, inhumés à Jouarre) ou à la communauté monastique qu’ils avaient fondée (tel Willibrord à Echternach ou Boniface à Fulda).

  • 186 Bernhard Kötting, « Die Tradition der Grabkirche », dans Schmid & Wollasch 1984, p. 69-78, aux p. (...)
  • 187 Michael Borgolte, « Stiftergrab und Eigenkirche. Ein Begriffspaar der Mittelalterarchäologie in hi (...)

92La sépulture à l’intérieur de l’église fit l’objet d’avis divergents au sein de la Chrétienté du haut Moyen Âge occidental, sauf en ce qui concerne les évêques186. Ce qui était jugé comme naturel pour eux fut accordé aux prêtres et toléré pour certains pieux laïcs. Mais pour ces derniers, l’inhumation à l’intérieur de l’église n’allait pas de soi, sauf peut-être pour les « fondateurs » d’églises privées, et encore… Cette expression est loin de s’avérer heureuse car, bien souvent, rien ne permet de préciser le lien qui unissait la personne inhumée dans l’église et cette dernière. À cet égard, le témoignage des sources écrites s’avère plus pertinent que l’analyse des données archéologiques187. Un bel exemple est offert par la documentation de Saint-Gall, qui permet d’observer comment un bien de la famille des Alaholfides (Zell, sur le Danube), donné en 790 à l’abbaye de Saint-Gall par le comte Berthold (II) et son épouse, Gersinde, changea de nom : dans la charte de 790, il est appelé Rammesauwa ; mais une quinzaine d’années plus tard, il est désigné comme Perahtoltescella (c’est-à-dire : la « celle » de Berthold).

  • 188 Bonnie Effros, « Beyond cemetery walls : early medieval funerary topography and Christian salvatio (...)
  • 189 Bullough 1983, p. 200.

93La place de la sépulture joue indéniablement un rôle important, qui exprime dans la terre le statut au ciel de l’âme du défunt188. Une charte de Freising datant de 821 nous permet d’approcher les tensions qui pouvaient exister à propos de l’inhumation d’un laïc à l’intérieur d’une église et la part de concessions que le clergé pouvait faire. Un parent de l’évêque Hitto avait donné son hereditas à l’église Saint-Martin de Nörting. À sa mort, toute sa parentèle noble se retrouva dans cette église pour y procéder à ses funérailles. La dépouille fut introduite dans l’église, on y célébra le service des défunts, puis la donation fut confirmée sur l’autel en présence de tous – mais finalement, le corps fut reconduit à l’extérieur pour être inhumé hors de l’édifice189.

  • 190 Angenendt 1994, notamment p. 75.

94Une forme de sépulture chrétienne peut être tout à la fois considérée comme expression d’humilité et signe de distinction : l’inhumation au seuil des sanctuaires. L’inhumation dans la porticus des églises, dont le cas de Charles Martel à Saint-Denis est loin d’être unique, peut s’avérer un moyen de se rappeler au bon souvenir des vivants fréquentant le sanctuaire, mais elle est surtout l’expression d’une forme de piété conjuguée à une dimension pénitentielle, alors même que l’inhumation dans l’église est contestée. Cette inhumation pouvait s’avérer temporaire, dans l’attente d’une inhumation près de l’autel – qu’il s’agisse du délai nécessaire pour l’achèvement de l’église (comme dans le cas de saint Fursy, mort vers 650, pour qui Erchinoald fit construire l’église de Péronne) ou qu’il s’agisse d’une période d’expiation : certains saints, tel Germain (à Saint-Vincent/Saint-Germain-des-Prés) ou Walburge (à Monheim), n’appréciaient en effet guère d’être piétinés par les fidèles190.

  • 191 Borgolte 1989, notamment p. 94 et p. 101.
  • 192 Paolo Delogu, « The rebirth of Rome in the 8th and 9th centuries », dans Hodges & Hobley 1988, p. (...)

95Quant aux papes, on observe que leur inhumation à Saint-Pierre du Vatican, qui est une pratique quasiment constante du début du vie siècle (Symmaque, † 514) au début du xe siècle (Anastase III, † 913), connaît un changement « abrupt » au début du viiie siècle : les sépultures ne sont plus placées au seuil de la basilique, mais à l’intérieur de l’église. Ce changement peut être considéré comme l’expression d’une volonté d’affirmation de la papauté191, dont témoigne par ailleurs la politique de construction monumentale et de mécénat alors menée à Rome par les papes192.

Le rythme de la vie sociale

  • 193 Annales Fuldenses sive annales regni Francorum orientalis, éd. Friedrich Kurze, Hanovre 1891, p. 1 (...)
  • 194 E. Kaufmann, « Ding », dans HRG 1, col. 742-744. Sur la conception très concrète du temps dans les (...)

96La notion de temps est fondamentale dans le récit historique : le calcul du temps conditionne la manière dont on ordonne les événements. Ce lien entre « comput » et « narration » est exprimé par le continuateur de Ratis-bonne, l’auteur d’une variante des Annales de Fulda193 : au cours du récit relatif à l’année 884, il évoque des événements ayant eu lieu en cette année dont il « rend compte » (ceterum vero instanti anno, quo ista conputamus…). Conter et compter partagent en effet la même origine. Le temps s’avère aussi un élément essentiel de la vie sociale. Un autre exemple étymologique en apporte éloquemment la preuve : le mot lombard thinx signifie « assemblée judiciaire » tout comme le viel-anglais bing ; or ces mots viennent d’une racine indo-germanique (*tenkos) qui a donné tempus en latin194.

Le calendrier liturgique

  • 195 Sur le rapport entre « liturgie et temps », cf. Bradshaw 1995, p. 209 sqq.
  • 196 Georges Declercq, Anno Domini. Les origines de l’ère chrétienne, Turnhout 2000.
  • 197 Hunter Blair 1990, p. 259 sqq. ; Borst 1999, p. 38 sqq.

97La liturgie chrétienne195 a profondément marqué la vie politique et sociale du haut Moyen Âge. La date de nombreuses fêtes liturgiques dépend de celle de Pâques ; la méthode de calcul établie par Denys le Petit vers le début du vie siècle a conditionné à la fois les usages liturgiques et le calcul du millésime196. La diffusion du comput pascal et l’intérêt manifesté aux temps carolingiens pour les questions qui s’y rapportent durent beaucoup aux missionnaires anglo-saxons ; en la matière, Bède le Vénérable peut passer pour le maître à penser de l’Europe carolingienne197.

  • 198 Albrecht Graf Fink Von Finckenstein, « Fest- und Feiertage im Frankenreich der Karolinger », dans (...)
  • 199 Van Dam 1985, p. 288.
  • 200 Hans-Werner Goetz, « Der kirchliche Festtag im frühmittelalterlichen Alltag », dans Altenburg et a (...)

98Le respect du repos dominical fut sans cesse ordonné au cours du haut Moyen Âge198 – mais cette règle fut apparemment souvent enfreinte. Dès le début du vie siècle, les évêques du monde franc interdirent le travail lors des jours de grande fête (Noël, Pâques, Ascension, Pentecôte) et le dimanche, qui devrait être un jour où l’on s’abstient de toute activité profane : à propos d’une femme qui avait mis au monde un enfant difforme et avait reconnu l’avoir conçu la nuit d’un dimanche, Grégoire de Tours observe qu’il y a assez de jours dans la semaine pour s’adonner au sexe – en revanche, on ne doit pas souiller le dimanche, qui est un jour réservé aux prières199. Aux prières et aux réjouissances, car les jours de « fête » liturgique sont aussi des jours de « fête » tout court200.

  • 201 Luce Pietri, « Calendrier liturgique et temps vécu : l’exemple de Tours au vie siècle », dans Le t (...)

99On connaît assez bien le calendrier liturgique en usage à Tours à la fin du vie siècle. Les fêtes de saint Martin attiraient grand monde à Tours : non seulement des réjouissances populaires étaient organisées le 4 juillet et le 11 novembre, mais on profitait également de l’occasion pour prendre certaines décisions d’ordre politique201.

  • 202 Hans Martin Schaller, « Der heilige Tag als Termin mittelalterlicher Staatsakte », DA 30 (1974), p (...)
  • 203 Philippe Depreux, « Wann begann Kaiser Ludwig der Fromme zu regieren ? », MIÖG 102 (1994), p. 253- (...)
  • 204 Sierck 1995.

100En effet, les actes politiques majeurs qui pouvaient faire l’objet d’une préparation minutieuse n’avaient bien souvent pas lieu n’importe quel jour, mais lors de grandes fêtes religieuses. Ce phénomène, bien connu pour le Moyen Âge central202, est également attesté pour les temps qui précèdent, notamment l’époque carolingienne : c’est ainsi que Pépin le Bref reçut le pape Etienne II à Ponthion le 6 janvier 754, c’est-à-dire le jour de l’Epiphanie ; la fête de la Purification de la Vierge (la Chandeleur, fêtée le 2 février) fut un moment souvent choisi par Louis le Pieux pour réunir l’assemblée d’hiver203 (qui plus est, c’était le jour de son avènement impérial). Le choix du jour participe donc des modes de communication et de mise en scène de la vie publique204, mais il s’avère aussi l’expression d’une prise en compte, dans le domaine politique, de la sacralisation du temps.

Les heures du jour

  • 205 Goetz 1986, p. 25.
  • 206 Alice L. Harting-Correa, « Walahfrid Strabo’s Libellus de exordiis et incrementis quarundam in obs (...)
  • 207 Borst 1999, p. 48 sq.

101Saint Benoît contribua beaucoup à rendre le calcul des heures habituel : il était indispensable à la célébration des offices. On se servait de cadrans solaires, de chandelles dont on savait le temps qu’elles mettaient à brûler, voire d’horloges hydrauliques. Charlemagne en reçut une du calife Harun al-Rashid, en 807 ; elle fit sensation à la cour205. C’est durant le haut Moyen Âge que se répandit également l’usage de la cloche pour marquer le temps. N’en déplaise à Walahfrid Strabon, qui lui reconnaît une origine italienne en se fondant sur une étymologie fantaisiste206, la cloche (dont le nom sert encore aujourd’hui à exprimer l’heure en anglais : clock) fut probablement importée d’Irlande et du monde anglo-saxon, par l’intermédiaire des missionnaires venus sur le continent aux viie et viiie siècles207.

  • 208 Riché 1973, p. 41.

102Dans les monastères, le cours du soleil déterminait le déroulement de la journée (et de la nuit, où l’on chantait vigiles) ; d’une manière moins sophistiquée, c’était bien évidemment aussi le cas pour les paysans. L’alternance du jour et de la nuit était assurément l’élément principal rythmant alors la vie des hommes. La période d’obscurité pouvait être vécue comme un temps particulièrement angoissant – nombreux étaient ceux qui renonçaient aux luminaires, par souci d’économie ou par crainte de l’incendie. La pénombre était favorable aux forces maléfiques : c’est souvent la nuit que les démons venaient persécuter les hommes208.

Notes

1 Traduction en allemand dans Goetz 1986, p. 26.

2 Riché 1973, p. 40.

3 Citation d’après Riché 1976, p. 82.

4 Dierkens 1984, p. 21.

5 Thegan, Die Taten Kaiser Ludwigs Astronomus, Das Leben Kaiser Ludwigs, éd. et trad. Ernst Tremp, Hanovre, 1 995 (818 : c. 31, p. 388 ; 837 : c. 58, p. 518 sqq. ; 838 : c. 59, p. 528 ; 840 : c. 62, p. 544). Sur l’observation du mouvement des astres, cf. Alfred P. Smyth, « The Solar Eclipse of Wednesday 29 October AD 878 : Ninth-Century Historical Records and the Findings of Modern Astronomy », dans Roberts et alii 1997, p. 187-210.

6 Stéphane Lebecq, « Les saints anglais et le milieu marin. Contribution de quelques textes hagiographiques à la connaissance du milieu littoral dans l’Angleterre du début du Moyen Âge », Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Comptes-rendus des séances de l’année 1995, p. 43-56 (citation p. 47).

7 Maximilian Diesenberger, « Wahrnehmung und Aneignung der Natur in den Gesta abbatum Fontanellensium », dans Christoph Egger & Herwig Weigl (éd.), Text – Schrift – Codex. Quellenkundliche Arbeiten aus dem Institut für Österreichische Geschichtsforschung, Vienne, 2000, p. 9-33 (la matière de cet article est beaucoup plus large que ne l’indique son titre).

8 Felix’s Life of saint Guthlac, éd. et trad. Bertram Colgrave, Cambridge 1956, p. 88 (c. 25).

9 Maria-Elisabeth Brunert, « Fulda als Kloster in eremo. Zentrale Quellen über die Gründung im Spiegel der hagiographischen Tradition », dans Schrimpf 1996, p. 59-78.

10 Hubert Mordek, « Die Hedenen als politische Kraft im austrasischen Frankenreich », dans Jarnut et alii 1994, p. 345-366.

11 Dieter Vogellehner, « Les jardins du haut Moyen Âge (viiie-xiie siècles) », dans Jardins et vergers en Europe occidentale (viiie-xviiie siècles), Auch, 1989, p. 11-40 (citation p. 31). Le poème de Walahfrid est édité, commenté et traduit en allemand dans Hans-Dieter Stoffler, Der Hortulus des Walahfrid Strabo. Aus dem Kräutergarten des Klosters Reichenau, Sigmaringen 1996.

12 Stéphane Lebecq, « L’homme au péril de l’eau dans les plaines littorales des anciens Pays-Bas au début du Moyen Âge », dans Bartolomé Bennassar (éd.), Les catastrophes naturelles dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, 1996, p. 27-42, à la p. 35.

13 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, tome II, Paris, 1963, p. 41 (VI, 25).

14 Cette décision est connue par un capitulaire de 821 (n° 148, chap. 10).

15 Lebecq 1996, p. 182 sqq.

16 Richter 1996, p. 58.

17 Wickham 1 989. Sur la couverture forestière, cf. Charles Higounet, « Les forêts de l’Europe occidentale du ve au xie siècle », dans Agricoltura 1966, p. 343-398.

18 Wickham 1989, p. 183 sqq.

19 Jean Verdon, « Recherches sur la chasse en Occident durant le haut Moyen Âge », RBPH 56 (1978), p. 805-829 ; Régine Hennebicque, « Espaces sauvages et chasses royales dans le nord de la Francie », viie-ixe siècles, RN 62 (1980), p. 35-57.

20 Ewig 1963, p. 530.

21 Die Urkunden der Merowinger, éd. Theo Kölzer, tome I, Hanovre 2001, p. 206 (n° 81).

22 René Noël, « Moines et nature sauvage dans l’Ardenne du haut Moyen Âge (saint Remacle à Cugnon et à Stavelot-Malmédy) », dans Duvosquel & Dierkens 1991, p. 563-597.

23 Barbier 2000, p. 55.

24 Josef Semmler, « Der Forst des Königs », dans id. (éd.), Der Wald in Mittelalter und Renaissance, Düsseldorf, 1991, p. 130-147.

25 Dierkens 1985, p. 319.

26 Wickham 1989, p. 164.

27 Gockel 1970, p. 72 sqq.

28 Karl Bosl, « Pfalzen, Klöster und Forste in Bayern. Zur Organisation von Herzogs- und Königsgut in Bayern », Verhandlungen des Historischen Vereins für Oberpfalz und Regensburg 106 (1966), p. 43-62.

29 Karl Bosl, « Pfalzen und Forste », dans Heimpel 1963, p. 1-29, aux p. 23 sqq.

30 Clemens Dasler, Forst und Wildbann im frühen deutschen Reich. Die königlichen Privilegien für die Reichskirchen vom 9. bis zum 12. Jahrhundert, Cologne, 2001.

31 Lex Salica. 100 Titel-Text, éd. Karl August Eckhardt, Weimar 1953, p. 166 (titre 52).

32 Cf. infra p. 250 sq.

33 Claus Dobiat, « Die Jagd in merowingischer Zeit », dans Franken 1996, tome II, p. 720-722.

34 Capitularia regum Francorum, éd. Alfred Boretius & Victor Krause, tome II, Hanovre, 1890, p. 4 (n° 185).

35 Jean-Noël Biraben & Jacques Le Goff, « La peste dans le haut Moyen Âge », Ann. ESC 24 (1969), p. 1484-1510.

36 Richter 1996, p. 57.

37 Bède le Vénérable, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, trad. Olivier Szerwiniack et alii, tome I, Paris, 1999, p. 191 (3, 27).

38 Richter 1999, p. 24 sq.

39 Grégoire de Tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, tome I, Paris, 1963, p. 215-216 (IV, 31).

40 Paul Diacre, Histoire des Lombards, trad. François Bougard, Turnhout 1994, p. 38 (II, 4).

41 A ce propos, cf. Mirko D. Grmek (éd.), Histoire de la pensée médicale en Occident, tome I, Paris, 1995.

42 Sur ce qui suit, cf. Touati 1998, notamment p. 86 (saint Martin) ; p. 88-89 (Romain, Radegonde et Grégoire de Tours) ; p. 105-106 (hérésie) ; p. 232-235 (sources normatives).

43 Richter 1999, p. 24.

44 Pierre Bonnassie, « Consommation d’aliments immondes et cannibalisme de survie dans l’Occident du haut Moyen Âge », Ann. ESC. 1989, p. 1035-1056, notamment p. 1037 (animaux impurs) ; p. 1042 (citation du Pénitentiel de Théodore) ; p. 1044 (cycles des famines et farines de substitution) ; rééd. dans Bonnassie 2001, p. 143-168. Traduction des Annales Mosellani (p. 1047) revue d’après le texte latin : MGH SS 16, p. 498.

45 Aucun des textes pénitentiels associés au nom de l’archevêque de Canterbury n’est de lui, cf. Thomas Charles-Edwards, « The Penitential of Theodore and the Iudicia Theodori », dans Lapidge 1995, p. 141-174.

46 C’est ce que pense Michel Rouche, « La faim à l’époque carolingienne : essai sur quelques types de rations alimentaires », RH 250 (1973), p. 295-320.

47 Concilia aevi Karolini, tome I /1, éd. Albert Werminghoff, Hanovre, 1906, p. 291 (n° 38, chap. 34).

48 cf. Jean-Claude Hocquet, « Le pain, le vin et la juste mesure à la table des moines carolingiens », Ann. ESC 1985, p. 661-686, et la réponse de Michel Rouche, ibid., p. 687-688.

49 Raymond Delatouche, « Regards sur l’agriculture aux temps carolingiens », JS 1977, p. 73-100.

50 Cf. le commentaire de S. Lebecq sur les diverses estimations, dans Contamine et alii 1993, p. 20.

51 Steuer 1982, p. 59 sqq. et p. 502-503.

52 Cette décision est évoquée dans deux capitulaires datant de 829 (n° 186, chap. 7 ; n° 193, chap. 7).

53 Jean-Pierre Devroey, « Les méthodes d’analyse démographique des polyptyques du Haut Moyen Âge », Acta Historica Bruxellensia 4 (1 981), p. 71-88 ; rééd. dans Devroey 1 993 (n° V). Sur le calcul de la densité de population, cf. également G.M. Schwarcz, « Village populations according to the polyptyque of the abbey of St. Bertin », JMH 11 (1 985), p. 31-41.

54 Synthèse des informations démographiques des polyptyques par S. Lebecq, dans Contamine et alii 1993, p. 58-59.

55 Pierre Riché, « Problèmes de démographie historique du haut Moyen Âge » (ve-viiie siècles), Annales de démographie historique 1966, p. 37-55.

56 Toubert 1986, p. 342.

57 Lohrmann 1 990.

58 Pierre Bonnassie, « La croissance agricole du haut Moyen Âge dans la Gaule du midi et le nord-est de la péninsule ibérique : chronologie, modalités, limites », dans Croissance agricole, p. 13-35 ; rééd. dans Bonnassie 2001, p. 169-197 (avec un complément bibliographique faisant notamment allusion à la thèse de Laurent Schneider sur le peuplement en Languedoc).

59 Christopher Dyer, « Les problèmes de la croissance agricole du haut Moyen Âge en Angleterre », dans Croissance agricole, p. 117-130.

60 Yoshiki Morimoto, « Sur les manses surpeuplés ou fractionnaires dans le polyptyque de Prüm : phénomènes marginaux ou signes de décadence ? », dans Mornet 1995, p. 409-423.

61 Sur ce qui suit, cf. Lohrmann 1 990. Comme le note Wickham 1989, p. 180, Eginhard s’installa en un endroit déjà exploité depuis longtemps.

62 A ce propos, cf. Higounet 1 989.

63 André Dupont, « L’aprision et le régime aprisionnaire dans le Midi de la France (fin du viiie – début du xe siècle) », MA 71 (1965), p. 179-213 & p. 375-399 ; Josep M. Salrach, « Défrichement et croissance agricole dans la Septimanie et le nord-est de la péninsule ibérique », dans Croissance agricole 1990, p. 133-151. Pour une mise en perspective plus large, cf. Lewis 1 965 ; sur le cadre juridique établi par les Carolingiens en faveur des Hispani, cf. Depreux 2001.

64 Feller 1998, p. 342.

65 Analyse de S. Lebecq dans Contamine et alii 1993, p. 61-62.

66 Bartholomé Bennassar (éd.), Histoire des Espagnols, tome I, Paris 1985 ; Collins 1989.

67 Collins 1986.

68 Bonne synthèse récente sur les migrations barbares : Pohl 2002.

69 Goffart 1980.

70 Rouche 1979 ; Collins 1983.

71 Dominique Iogna-Prat, Constructions chrétiennes d’un espace politique, MA 107 (2001), p. 49-69 – l’auteur se réfère notamment aux travaux de Thomas Eichenberger, Patria. Studien zur Bedeutung des Wortes im Mittelalter (6. – 12. Jahrhundert), Sigmaringen 1991.

72 Cette interdiction est formulée dans l’Admonitio generalis de 789 (capitulaire n° 22, chap. 64) et reprise dans le capitulaire de Francfort promulgué en 794 (n° 28, chap. 45).

73 Patrick Amory, « The meaning and purpose of ethnic terminology in the Burgundian laws », EME 2 (1993), p. 1-28.

74 Michel Rouche, « La crise de l’Europe au cours de la deuxième moitié du viie siècle et la naissance des régionalismes », Ann. ESC 1986, p. 347-360.

75 Patrick Wormald, « Bede, the Bretwaldas and the Origins of the Gens Anglorum », dans Wormald et alii 1983, p. 99-129.

76 Gasparri 1997, p. 103 sqq. Plus largement, cf. Fontaine 2000.

77 Dietrich Claude, « Remarks about relations between Visigoths and Hispano-Romans in the seventh century », dans Pohl & Reimnitz 1998, p. 117-130.

78 Guy Halsall, « The Viking Presence in England ? The Burial Evidence Reconsidered », dans Hadley & Richards 2000, p. 259-276.

79 Traduction par Simon Keynes & Michael Lapidge, Alfred the Great. Asser’s Life of King Alfred and other contemporary sources, Londres 1983, p. 171-172. Cf. pour le commentaire : Paul Kershaw, « The Alfred-Guthrum Treaty : Scripting Accomodation and Interaction in Viking Age England », dans Hadley & Richards 2000, p. 43-64.

80 Un recueil d’études fondamental à propos de ce territoire : Hadley & Richards 2000 ; sur l’installation des Vikings en Angleterre, cf. Simon Keynes, « The Vikings in England », dans Sawyer 1997, p. 48-81.

81 Angenendt 1984, p. 260 sq. ; Depreux 2000, p. 145 sq.

82 Hlawitschka 1960 ; Andrea Castagnetti, « Teutisci » nella « Langobardia » carolingia, Vérone 1995. Présentation synthétique dans Bosl 1982, p. 57 sqq.

83 Jarnut 1 996.

84 Renato Bordone, « Un’attiva minoranza etnica nell’alto medioevo : gli Alamanni del comitato di Asti », QFIAB 54 (1 974), p. 1-57.

85 Feller 1998, p. 558.

86 Donald A. Bullough, « Leo, qui apud Hlotharium magni loci habebatur, et le gouvernement du Regnum Italiae à l’époque carolingienne », MA 67 (1 961), p. 221-245.

87 Ce diplôme du 1er décembre 811 est traduit par Olivier Guyotjeannin, Le Moyen Âge (ve-xve siècle), tome I des Archives de l’Occident, sous la direction de Jean Favier, Paris 1992, p. 186-187.

88 Laurent Feller, « L’organisation de l’espace abruzzais entre ixe et xiie siècles », dans Hubert 2000, p. 243-269, aux p. 250 sq.

89 Freise 1978, p. 1007 sqq. et p. 1061 sqq.

90 Traduction par C. H. Talbot, dans Thomas F. X. Noble & Thomas Head (éd.), Soldiers of Christ. Saints and Saints’ Lives from Late Antiquity and the Early Middle Ages, University Park (Pennsylvanie) 1995, p. 255-277, à la p. 276 (chap. 23).

91 Leonid S. Chekin, « Christian of Stavelot and the Conversion of Gog and Magog. A Study of the Ninth-Century Reference to Judaism among the Khazars », Russia mediaevalis 9 (1997), p. 13-34.

92 cf. par exemple Ian Wood, « The frontiers of Western Europe : Developments east of the Rhine in the sixth century », dans Hodges & Bowden 1998, p. 231-253

93 Grégoire de tours, Histoire des Francs, trad. Robert Latouche, tome I, Paris, 1963, p. 188 (IV, 9).

94 A ce propos, cf. Depreux 2000, p. 135.

95 Röckelein 2002, p. 138 et p. 260 sqq.

96 Düwel et alii 1985 ; Düwel et alii 1987 ; Hodges & Bowden 1998 ; Hansen & Wickham 2000 ; Mccormick 2001 ; Bruand 2002.

97 Claude 1985.

98 Simon T. Loseby, « Marseille and the Pirenne Thesis, I : Gregory of Tours, the Merovingian kings, and “un grand port”« dans Hodges & Bowden 1998, p. 203-229 ; id., « Marseille and the Pirenne Thesis, II : “ville morte”«, dans Hansen & Wickham 2000, p. 167-193.

99 Léon Levillain, « Etudes sur l’abbaye de Saint-Denis à l’époque mérovingienne. IV : Les documents d’histoire économique », BECh 91 (1930), p. 5-65 (traduction p. 10).

100 Stéphane Lebecq, « The role of the monasteries in the systems of production and exchange of the Frankish world between the seventh and the beginning of the ninth centuries », dans Hansen & Wickham 2000, p. 121-148.

101 Toubert 1990, p. 85.

102 Excellente synthèse dans Lebecq 1998.

103 Michel Rouche, « L’héritage de la voirie antique dans la Gaule du haut Moyen Âge (ve-xie siècle) », dans L’homme et la route en Europe occidentale au Moyen Âge et aux Temps modernes, Auch, 1982, p. 13-32, aux p. 23 sqq.

104 Thomas Szabó, « Antikes Erbe und karolingisch-ottonische Verkehrspolitik », dans Fenske et alii 1984, p. 125-145.

105 Wilhelm Störmer, « Fernstraße und Kloster. Zur Verkehrs- und Herrschaftsstruktur des westlichen Altbayern im frühen Mittelalter », ZBLG 29 (1 966), p. 299-343.

106 Jean-Pierre Devroey, « “Ad utilitatem monasterii”. Mobiles et préoccupations de gestion dans l’économie monastique du monde franc », dans Dierkens et alii 1993, p. 224-240 ; pour un exemple particulier, cf. Hélène Noizet, « Le centre canonial de Saint-Martin de Tours et ses domaines périphériques en Val de Loire (ixe-xe siècle) », ABPO 109 (2002), p. 9-33.

107 Stoclet 1993.

108 Werner 1982.

109 Kuchenbuch 1978, p. 43 sqq.

110 Un recueil d’études sur les tendances récentes de l’historiographie de la frontière : Pohl et alii, 2001.

111 Olberg 1991, p. 150.

112 Lex Baiwariorum, éd. Ernst Von Schwind, Hanovre, 1926 (MGH Leges, 5/2), p. 402 (12, 8).

113 Jean-Pierre Brunterc’h, « Maine ou Anjou ? Histoire d’un canton entre Loir et Sarthe (viie-xie siècles) », dans Media in Francia 1989, p. 61-84.

114 Dierkens 1985, p. 319.

115 Sur le tracé de cette frontière, cf. Davis 1991, p. 47-54.

116 Barbier 2000 ; Dierkens 2000.

117 Eginhard, Vie de Charlemagne, éd. et trad. Louis Halphen, Paris, 1938, p. 23 (chap. 7).

118 Matthias Hardt, « Hesse, Elbe, Saale and the frontiers of the Carolingian Empire », dans Pohl et alii 2001, p. 219-232.

119 Günther Fehring, « The archaeology of early Lübeck : the relation between the Slavic and German settlement sites », dans Clarke & Simms 1985, p. 267-287.

120 Alois Schmid, « Bayern und Italien vom 7. bis zum 10. Jahrhundert », dans Beumann & Schröder 1987, p. 51-91.

121 Walter Pohl, « Frontiers in Lombard Italy : the Laws of Ratchis and Aistulf », dans Pohl et alii, 2001, p. 117-141.

122 Olberg 1991, p. 146.

123 Sur ce qui suit, cf. Joachim Herrmann, Spuren wechselseitiger Beeinflussung von slawischem und fränkisch-deutschem Befestigungsbau, dans : Lübke 1998, p. 111-125.

124 Asser’s Life of king Alfred…, éd. William H. Stevenson, Oxford 1904,, p. 12 (c. 14).

125 Campbell et alii 1982, p. 120 ; Donald Bullough, Offa’s Dyke, dans LMA 6, col. 1368.

126 Hermann Hinz, Danewerk, dans LMA 3, col. 534-535.

127 D’après la traduction de Georges Tessier, Charlemagne, Paris 1967, p. 178.

128 Nancy Gauthier, « Conclusions », dans Brogiolo et alii 2000, p. 371- 386 (citations : p. 378 sq.). Pour une étude de cas, cf. Frans Theuws, « Maastricht as a centre of power in the early middle ages », dans Jong et alii 2001, p. 155-216.

129 Balzaretti 2000.

130 Fournier 1962.

131 Ruth Schmidt-Wiegand, « Haus und Hof in den Leges barbarorum », dans Beck & Steuer 1997, p. 335-351. Les lois barbares ne semblent pas établir de distinction entre les exploitations isolées dans le cadre d’un habitat dispersé et l’agglomération villageoise : le seul cadre que ces textes connaissent est celui de la maison et de son enclos, cf. Eadem, « Das Dorf nach den Stammesrechten des Kontinents », dans Jankuhn et alii 1977, p. 408-443.

132 Ruth Schmidt-Wiegand, « Sali. Die malbergischen Glossen der Lex Salica und die Ausbreitung der Franken », Rheinische Vierteljahrsblätter 32 (1968), p. 140-166 ; rééd. dans Pietri 1973, p. 490-530.

133 Dietrich Claude, « Haus und Hof im Merowingerreich nach den erzählenden und urkundlichen Quellen », dans Beck & Steuer 1997, p. 321-334.

134 Etat de la question voici une génération : Chapelot & Fossier 1980. Depuis, l’archéologie rurale a été profondément renouvelée par de nombreuses fouilles, mais cet ouvrage de synthèse n’a toujours pas été remplacé. On dispose toutefois d’un ensemble d’études fondamental : Lorren & Périn 1995. Présentation des tendances récentes par Patrick Périn, « Settlements and cemeteries in Merovingian Gaul », dans Mitchell & Wood 2002, p. 67-98 ; cf. également Pesez 1998.

135 Village au temps de Charlemagne, 1988, p. 119.

136 Important corpus documentaire sur l’habitat en Irlande dans Hilary Murray, « Documentary evidence for domestic buildings in Ireland c. 400-1 200 in the light of archaeology », Medieval Archaeology 23 (1 979), p. 81-97.

137 Richter 1996, p. 33.

138 Gian Pietro Brogiolo, « Towns, forts and the countryside : archaeological models for Northern Italy in the early Lombard period (AD 568-650) », dans Brogiolo et alii 2000, p. 299-323, à la p. 314.

139 Henri Galinié, « L’entre-deux : les terres noires des cités », dans Beaujard 2002, p. 97-105.

140 La campagne de fouilles en cours à proximité de l’église Saint-Julien de Tours et menée sous la direction d’Henri Galinié et d’Elisabeth Lorans (UMR 6575, Archéologie et Territoires) devrait notamment contribuer à préciser les critères d’analyse des « terres noires ».

141 Zadora-Rio 1995.

142 Etienne Hubert, « Quelques considérations sur l’organisation de l’espace, la propriété foncière et la géographie du peuplement dans la vallée du Turano (ixe-xiiie siècle) », dans Hubert 2000, p. 143-166, aux p. 146 sqq. (citation : p. 146 sq.).

143 Village au temps de Charlemagne 1988, p. 138 sqq.

144 Voici quelques orientations bibliographiques à ce propos : Fabre et alii 1996 ; Gisela Ripoll & Javier Arce, « The transformation and end of Roman villae in the West (fourth-seventh centuries) : problems and perspectives », dans Brogiolo et alii 2 000, p. 63-114 ; Etienne Hubert, « Introduction », dans Hubert 2000, p. 1-25, où il est fait notamment référence aux fouilles de la British School at Rome sur le site de Casale San Donato ; Peter Donat, « Zur Entwicklung germanischer Siedlungen östlich des Rheins bis zum Ausgang der Merowingerzeit », Zeitschrift für Archäologie 25 (1991), p. 149-176. Le contexte culturel dans lequel travaillent les chercheurs a bien évidemment aussi une incidence sur leur appréhension du phénomène urbain, cf. les remarques pertinentes de Stéphane Lebecq, « Entre les invasions et le grand essor du xie siècle : vrai ou faux départ de la croissance urbaine dans l’espace rhéno-mosan », dans Les petites villes en Lotharingie, Luxembourg 1992, p. 21-40 (à la p. 23).

145 Elisabeth Zadora-Rio, « Les terroirs médiévaux dans le Nord et le Nord-Ouest de l’Europe », dans Jean Guilaine (éd.), Pour une archéologie agraire à la croisée des sciences de l’homme et de la nature, Paris, 1991, p. 165-192.

146 Anne Nissen Jaubert, « Ruptures et continuités de l’habitat rural du haut Moyen Âge dans le nord-ouest de l’Europe », dans Frank Braemer, Serge Cleuziou & Anick Coudart (éd.), Habitat et Société, Antibes, 1999, p. 519-533.

147 Hodges 1989, p. 26.

148 Richter 1996, p. 32-33.

149 Charles-Edwards 2000, p. 146

150 Sur l’héritage romain, cf. Nancy Gauthier, « From the ancient city to medieval town : continuity and change in the early middle ages », dans Mitchell & Wood 2002, p. 47-66.

151 Henri Galinié, « Emergence ou ré-émergence des villes dans le Nord-Ouest de l’Europe, viie-xe siècle », dans Demolon et alii 1994, p. 9-16, à la p. 15.

152 Clarke & Simms 1985 ; Demolon et alii 1 994.

153 Weidemann 1986, p. 168 sqq.

154 Nancy Gauthier, « La topographie chrétienne entre idéologie et pragmatisme », dans Brogiolo & Ward-Perkins 1999, p. 195-209.

155 Ward-Perkins 1988.

156 Simon T. Loseby, « Power and towns in Late Roman Britain and Early Anglo-Saxon England », dans Ripoll & Gurt 2000, p. 319-370 (carte p. 351).

157 Ward-Perkins 1984, p. 198.

158 Simon Coupland, « The Vikings in Francia and Anglo-Saxon England to 911 », dans Mckitterick 1995, p. 190-201, à la p. 198.

159 Walter Janssen, « The rebirth of towns in the Rhineland », dans Hodges & Hobley 1988, p. 47-51 ; Ingo Runde, « Xanten (II) », dans LMA, col. 398-399.

160 Sur l’attitude des gens du haut Moyen Âge à l’égard des ruines antiques, cf. Bonnie Effros, « Monuments and memory : repossessing ancient remains in early medieval Gaul », dans Jong et alii 2001, p. 93-118.

161 Halsall 1995, p. 214 sqq.

162 Sur Londres, cf. Alan Vince, « The economic basis of Anglo-Saxon London », dans Hodges & Hobley 1988, p. 83-92. Sur le nord-ouest du continent, cf. Verhulst 1996 ; Verhulst 1999. Sur l’importance des relations de part et d’autre de la mer du Nord et de la Manche, cf. Stéphane Lebecq, « England and the Continent in the sixth and seventh centuries : the question of logistics », dans Gameson 1999, p. 50-67.

163 Patrick Wallace, « The archaeology of Viking Dublin », dans Clarke & Simms 1985, p. 103-145 ; Anngret Simms, « The Vikings in Ireland : the urban contribution – with particular reference to Dublin », dans Nilsson & Lilja 1996, p. 50-78.

164 Ulf Näsman, « Exchange and politics : the eighth-early ninth century in Denmark », dans Hansen & Wickham 2000, p. 35-68.

165 Stéphane Lebecq, « Pour une histoire parallèle de Quentovic et Dorestad », dans Duvosquel & Dierkens 1991, p. 415-428.

166 W. J. H. Verwers, « Dorestad : a Carolingian town ? », dans Hodges & Hobley 1988, p. 52-56.

167 Hodges 1989, p. 80 sqq.

168 Hélène Noizet, « Les basiliques martyriales au vie et au début du viie siècle », RHEF 87 (2001), p. 329-355 ; Jacques Biarne, « L’influence des monastères sur le paysage urbain en Occident (ive-viie siècle) », dans Beaujard 2002, p. 123-134.

169 Stéphane Lebecq, « Le devenir économique de la cité dans la Gaule des ve-ixe siècles », dans Lepelley 1996, p. 287-309.

170 Pietri 1983 ; Henri Galinié, « Tours de Grégoire, Tours des archives du sol », dans Gauthier & Galinié 1997, p. 65-80 ; Henri Galinié, « Reflections on early medieval Tours », dans Hodges & Hobley 1988, p. 57-62.

171 Dieter Hägermann, « Grundherrschaft und städtischer Besitz in urbarialen Quellen des 9. Jahrhunderts (Saint-Maur-des-Fossés, Saint-Remi de Reims und Saint-Amand-les-Eaux) », dans Duvosquel & Dierkens 1991, p. 355-365.

172 Dieter Hägermann & Andreas Hedwig, Das Polyptychon und die Noticia de areis von Saint-Maur-des-Fossés, Sigmaringen 1990.

173 Lebecq 1983, tome I, p. 237 sqq.

174 Nancy Gauthier, « Le paysage urbain en Gaule au vie siècle », dans Gauthier & Galinié 1997, p. 49-63, aux p. 52 sqq.

175 Jean-Charles Picard, « L’espace religieux dans la ville médiévale (viiie-xiiie siècles), dans Demolon et alii 1994, p. 115-124, à la p. 117.

176 Lebecq 1983, tome II, p. 346-348.

177 Lorans 2000.

178 Sur ces derniers, cf. Joachim Werner, « Bewaffnung und Waffenbeigabe in der Merowingerzeit », dans Ordinamenti 1968, tome I, p. 95-108 ; plus largement, sur l’évolution des pratiques funéraires comme expression des changements sociaux, cf. Guy Halsall, « Burial, Ritual and Merovingian Society », dans Hill & Swan 1998, p. 325-338.

179 Saint Augustin, La Cité de Dieu, traduction de Louis Moreau revue par Jean-Claude Eslin, vol. 1, Paris, 1994, p. 51 (I, 12).

180 Jean-Paul Jacob & Jean-Régis Mirbeau-Gauvin, « Du don au mort à la rédemption. Evolution du dépôt funéraire du Bas-Empire à l’apparition du don pro anima », TRG 48 (1980), p. 307-327.

181 Michael Borgolte, « Gedenkstiftungen in St. Galler Urkunden », dans Schmid & Wollasch 1984, p. 578-602, à la p. 591.

182 Paxton 1990 ; Mclaughlin 1994 ; Treffort 1996.

183 Steuer 1982, p. 397 sq.

184 Fixot & Zadora-Rio 1994 ; Galinié & Zadora-Rio 1996 ; Gisela Cantino Wataghin, « The ideology of urban burials », dans Brogiolo & Ward-Perkins 1999, p. 147-180.

185 Scheibelreiter 1983, p. 245 sq.

186 Bernhard Kötting, « Die Tradition der Grabkirche », dans Schmid & Wollasch 1984, p. 69-78, aux p. 76 sqq.

187 Michael Borgolte, « Stiftergrab und Eigenkirche. Ein Begriffspaar der Mittelalterarchäologie in historischer Kritik », Zeitschrift für Archäologie des Mittelalters 13 (1985), p. 27-38, spécialement p. 36.

188 Bonnie Effros, « Beyond cemetery walls : early medieval funerary topography and Christian salvation », EME 6 (1997), p. 1-23.

189 Bullough 1983, p. 200.

190 Angenendt 1994, notamment p. 75.

191 Borgolte 1989, notamment p. 94 et p. 101.

192 Paolo Delogu, « The rebirth of Rome in the 8th and 9th centuries », dans Hodges & Hobley 1988, p. 32-42 ; id., « Solium imperii – Urbs ecclesiae. Roma fra la tarda antichità e l’alto medioevo », dans Ripoll & Gurt 2000, p. 83-108 ; Thomas F. X. Noble, « Topography, celebration, and power : the making of a papal Rome in the eighth and ninth centuries », dans Jong et alii 2001, p. 45-91.

193 Annales Fuldenses sive annales regni Francorum orientalis, éd. Friedrich Kurze, Hanovre 1891, p. 112.

194 E. Kaufmann, « Ding », dans HRG 1, col. 742-744. Sur la conception très concrète du temps dans les sociétés barbares, cf. Gourevitch 1983, p. 96 sqq.

195 Sur le rapport entre « liturgie et temps », cf. Bradshaw 1995, p. 209 sqq.

196 Georges Declercq, Anno Domini. Les origines de l’ère chrétienne, Turnhout 2000.

197 Hunter Blair 1990, p. 259 sqq. ; Borst 1999, p. 38 sqq.

198 Albrecht Graf Fink Von Finckenstein, « Fest- und Feiertage im Frankenreich der Karolinger », dans Schieffer 1990, p. 121-129.

199 Van Dam 1985, p. 288.

200 Hans-Werner Goetz, « Der kirchliche Festtag im frühmittelalterlichen Alltag », dans Altenburg et alii 1991, p. 53-62.

201 Luce Pietri, « Calendrier liturgique et temps vécu : l’exemple de Tours au vie siècle », dans Le temps chrétien de la fin de l’Antiquité au Moyen Âge, iiie-xiiie s., Paris 1984, p. 129-141.

202 Hans Martin Schaller, « Der heilige Tag als Termin mittelalterlicher Staatsakte », DA 30 (1974), p. 1-24.

203 Philippe Depreux, « Wann begann Kaiser Ludwig der Fromme zu regieren ? », MIÖG 102 (1994), p. 253-270.

204 Sierck 1995.

205 Goetz 1986, p. 25.

206 Alice L. Harting-Correa, « Walahfrid Strabo’s Libellus de exordiis et incrementis quarundam in observationibus ecclesiasticis rerum. A Translation and Liturgical Commentary », Leyde 1996, p. 62 (chap. 5).

207 Borst 1999, p. 48 sq.

208 Riché 1973, p. 41.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search