Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les sociétés occidentales du milieu du VIe à la fin du IXe siècle

 | 
Philippe Depreux

Introduction. Les sociétés en Europe durant le haut Moyen Âge

Texte intégral

  • 1 Enrico Zanini, Le Italie bizantine. Territorio, insediamenti ed economia nella provincia bizantina (...)
  • 2 Otto Gerhard Oexle, « Soziale Gruppen in der Ständegesellschaft : Lebensformen des Mittelalters un (...)

1Parler « des » sociétés et non de « la » société lorsqu’on entend étudier les formes de la vie sociale dans des espaces aussi différents que l’Irlande, l’Espagne wisigothique, la Gaule franque ou l’Italie lombarde semble aller de soi – c’est ainsi qu’on peut même parler des Italie byzantines1. Ce pluriel s’avère également adéquat au sein même d’un territoire, car les éléments constitutifs de la société d’alors sont des groupes de personnes ayant certes des rapports entre eux, mais vivant également au sein de « leur » monde. L’idée de groupe prime alors sur le statut des personnes, et il faut garder à l’esprit qu’on parle en fait de « groupes de nobles » lorsqu’on évoque la « noblesse », de « communautés de moines » lorsqu’on parle de « monachisme2 ».

2En ce qui concerne le cadre de vie (les formes d’habitat, la topographie) et le rapport à la mort et aux morts, l’approche archéologique s’avère d’un apport fondamental. L’interprétation de ces données n’a pas grand sens si l’on ne peut se référer sans cesse aux plans et relevés qui l’étayent, ce qui suppose un corpus documentaire dont l’ampleur et la technicité du commentaire interdisent qu’on les reproduise dans cet ouvrage et qu’on les discute ici. Par conséquent, les développements relatifs à ces thèmes consisteront essentiellement en une présentation de la bibliographie récente, avec laquelle il est indispensable de se familiariser par un contact direct. Il n’est d’ailleurs pas possible, de manière plus générale, de rendre ici compte de tous les travaux récents et de toutes les tendances historiographiques, dont la bibliographie citée n’est (en dépit de son ampleur relative) qu’un pâle reflet. Il s’agit par conséquent de choix, qui ont vocation à sensibiliser le lecteur (en premier lieu : l’étudiant) à certains aspects de l’historiographie récente lorsqu’il s’agit d’appréhender les sociétés du haut Moyen Âge.

3Ce livre est conçu comme un diptyque dont le gond serait constitué du chapitre médian, qui traite de la question centrale (et bien délicate à maints égards) de la place de l’individu dans la société. Les quatre premiers chapitres visent à cerner les contextes (spatiaux, sociaux, mentaux) dans lesquels les hommes et les femmes du haut Moyen Âge évoluaient, alors que les derniers chapitres sont destinés à présenter brièvement les tendances récentes de l’historiographie et les principaux thèmes dont le traitement constitue un enjeu pour la compréhension des règles de la vie sociale. Par conséquent, les chapitres qui forment les deux parties de ce livre sont conçus de manières différentes : les premiers offrent une réflexion sur les divers niveaux et les diverses échelles de la vie sociale ; les derniers visent à introduire à quelques thèmes essentiels de l’étude des sociétés du haut Moyen Âge. Les chapitres de cette partie sont notamment conçus pour aider les étudiants dans la poursuite de leur réflexion. Ils sont intentionnellement courts : ce sont des instruments de travail – alors qu’on dispose de nombreux ouvrages sur la plupart des thèmes évoqués ; ils devraient simplement permettre de cerner l’ampleur des champs d’investigation qu’embrasse une approche des rapports sociaux durant le haut Moyen Âge. C’est à dessein qu’il est fait abondamment référence à la littérature étrangère : la recherche est, de fait, une entreprise à laquelle participent des historiens de traditions diverses, de sensibilités variées, de langues différentes – tous contribuent à leur manière à la connaissance des sociétés passées.

  • 3 Patrick Laurence, « Europa et Ecclesia. La notion d’Europe chez les écrivains chrétiens de langue (...)
  • 4 Pierre Riché, « L’idée d’Europe sous les Carolingiens (viiie-xe siècles) », ibid., p. 149153.
  • 5 Patrick Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement dans la représentation de l’espace géographi (...)
  • 6 Cf. l’article bibliographique de Matthew Innes, « Franks and Slaves c. 700-1000 : the problem of E (...)

4Les lettrés de l’Antiquité tardive ne concevaient pas que le mot « Europe » ne fût pas associé au christianisme et ne désignât pas la Chrétienté3. Par conséquent, l’exclusion du monde musulman semble assez naturelle – d’un point de vue romano-franc, somme toute assez étranger au destin de la péninsule ibérique (si ce n’est par l’amorce ou le soutien de la « reconquête »). Au viiie et au ixe siècle, le terme d’« Europe » désigne désormais « un ensemble politique » constitué autour des deux pôles que sont le monde carolingien et la papauté4 – ce sentiment trouve son expression même dans la conception géographique de l’époque5. Or l’histoire du haut Moyen Âge est caractérisée par une séparation progressive des destins de l’Orient et de l’Occident (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas de contacts) ; l’incompréhension prédomine – qu’elle se traduise, en fonction du moment et du lieu, par une indifférence, une provocation, ou une rivalité. L’enjeu de la conversion des Bulgares et des Moraves, dans la seconde moitié du ixe siècle, en est une illustration. De par l’impact qu’eurent les Vikings sur les populations de l’ouest de l’Europe, leur prise en compte semble naturelle ; pour une raison similaire, il s’avère difficile de ne pas intégrer dans la réflexion les Slaves vivant aux confins du monde franc, voire en son sein : on ne saurait concevoir l’histoire de la partie orientale du royaume des Francs sans eux6 – nous aurons l’occasion d’en donner quelques exemples.

5Il s’agit donc ici d’une étude des rapport sociaux au terme des mouvements de populations qui ont bouleversé l’ordre romain, au moment où se constitue la Chrétienté occidentale autour du catholicisme. Alors que les Francs se sont désormais imposés au nord des Alpes et des Pyrénées, confinant les Wisigoths à la péninsule ibérique et à la Septimanie, d’autres peuples germaniques achèvent leurs migrations : installés en Grande Bretagne depuis un siècle environ, les Anglo-Saxons poursuivent leur progression vers l’ouest, poussant certaines populations bretonnes à l’exil ; en 568, les Lombards s’établissent en Italie, qu’ils ne dominent qu’en partie. Le ralliement de l’ensemble des populations chrétiennes au catholicisme, consommé au viie siècle, et le détachement de Rome du monde byzantin conférèrent une certaine cohésion à l’Europe occidentale, sous l’influence ou la domination directe du pouvoir franc. Les limites de cet espace évoluèrent : si l’on constate un resserrement au sud (en raison de l’intégration de la majeure partie de l’Espagne au monde musulman au début du viiie siècle, qui suscite rapidement un mouvement de reconquête), on observe aussi un élargissement au nord et à l’est, lié en particulier aux entreprises missionnaires ; à cet égard, l’intégration de la Saxe au monde franc est exemplaire. Les relations commerciales jouèrent aussi un rôle décisif, notamment à propos de l’entrée en contact des Scandinaves avec les sociétés occidentales ; les raids vikings en Angleterre et dans l’Empire franc marquèrent profondément l’histoire de l’Occident et servirent de catalyseurs de l’évolution des sociétés occidentales au cours du ixe siècle.

  • 7 Le règne d’Alfred le Grand occupe une place toute particulière dans le développement de l’unité an (...)

6En ce qui concerne l’histoire sociale au Moyen Âge, il va sans dire que les bornes chronologiques n’ont de sens qu’en tant qu’elles sont relatives. L’étude des sociétés entre le milieu du vie siècle et la fin du ixe siècle procède ainsi par exclusion : on a affaire à un espace qui n’est, peu ou prou, plus soumis aux grands mouvements de populations qui ont affecté l’Empire romain durant les deux siècles qui précèdent ; on abandonne ces sociétés alors même qu’elles commencent à prendre quelques couleurs« nationales » (encore fort ténues7) et, surtout, avant qu’elles ne deviennent réellement « féodales ». De part et d’autre de l’Antiquité romaine et du Moyen Âge classique, les siècles auxquels ces pages sont consacrées forment, somme toute, un « entredeux » assez cohérent – l’origine du petit port de Sandwich, sur les côtes du Kent, remonte d’ailleurs au viie siècle !

Notes

1 Enrico Zanini, Le Italie bizantine. Territorio, insediamenti ed economia nella provincia bizantina d’Italia (vi-viii secolo), Bari, 1998.

2 Otto Gerhard Oexle, « Soziale Gruppen in der Ständegesellschaft : Lebensformen des Mittelalters und ihre historischen Wirkungen », dans Otto Gerhard Oexle & Andrea von Hülsenesch (éd.), Die Repräsentation der Gruppen. Texte – Bilder – Objekte, Göttingen, 1998, p. 944.

3 Patrick Laurence, « Europa et Ecclesia. La notion d’Europe chez les écrivains chrétiens de langue latine du iiie au vie siècle », dans Rémy Poignault & Odile Wattel-de Croizant (éd.), D’Europe à l’Europe. I. Le mythe d’Europe dans l’art et la culture de l’Antiquité au xviiie siècle, Tours, 1998, p. 103-115.

4 Pierre Riché, « L’idée d’Europe sous les Carolingiens (viiie-xe siècles) », ibid., p. 149153.

5 Patrick Gautier Dalché, « Tradition et renouvellement dans la représentation de l’espace géographique au ixe siècle », SM 24 (1983), p. 121-165 ; rééd. Gautier Dalché 1997 (n° IV).

6 Cf. l’article bibliographique de Matthew Innes, « Franks and Slaves c. 700-1000 : the problem of European expansion before the millenium », EME 6 (1997), p. 201-216.

7 Le règne d’Alfred le Grand occupe une place toute particulière dans le développement de l’unité anglaise ; par ailleurs, les historiens allemands se plaisent à chercher le début de leur histoire vers le premier quart du xe siècle. Avec la Reconquista, l’histoire espagnole avait néanmoins commencé dès le viiie siècle.

© Presses universitaires de Rennes, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540