Version classiqueVersion mobile

Les îles bretonnes

 | 
Karine Salomé

Conclusion

Texte intégral

1Fragments de continent, les îles bretonnes suscitent des représentations qui s’inscrivent dans le prolongement des visions du littoral ou de la Bretagne, mais qui rompent dans le même temps avec ces dernières. Simple reproduction de lectures appliquées en d’autres lieux côtiers, exacerbation des caractéristiques de la province bretonne, les images des îles recèlent également des singularités qui leur sont propres. S’il est en outre possible de discerner des évolutions convergentes ente les îles, il apparaît avec évidence que chacune d’entre elles dispose d’une identité spécifique fondée sur des réalités économiques et sociales contrastées, des perceptions différentes, des approches et des appréhensions diverses. Les représentations oscillent ainsi entre continuité et discontinuité, entre unité et diversité. Loin d’être innées, elles sont le fait d’héritages, de renouvellements, d’approfondissements et d’enrichissements, d’appauvrissements et d’imitations, mais aussi d’échanges. Les regards des observateurs extérieurs et des insulaires se croisent, s’entremêlent et se corrigent parfois. Attester de leur influence respective revient à signaler les quelques remarques explicites qui témoignent d’une adhésion ou d’une réprobation, d’une inflexion ou d’une confirmation, car l’ensemble relève de l’indicible. En outre, le sentiment prévaut que des pans entiers des sociétés insulaires nous échappent. Dans leurs discours, les habitants des îles donnent l’impression de partager les représentations extérieures, tout au moins de s’en approcher. Toutefois, l’expression identitaire obéit à des finalités précises de résistance, de revendication, mais aussi de promotion. Or, à travers les situations de conflits, les petits délits et les micro-événements qui se déroulent dans ces îles, se font jour des sociétés organisées autour de principes et de valeurs, de règles et de modes de gestion qui pour beaucoup restent empreints d’imprécision.

2Alors que les îles ne suscitent guère de commentaires et invitent peu au voyage au cours du xviie siècle, si ce n’est les déplacements des missionnaires œuvrant à la diffusion de la religion dans des territoires réputés perdus et lointains, les visiteurs se rendent, en nombre croissant, dans les îles au cours de la seconde moitié du xviiie siècle. Les administrateurs et les ingénieurs, qui constituent l’essentiel des voyageurs, envisagent les îles bretonnes selon des schémas hérités pour certains de l’Antiquité. La beauté des territoires passe par leur fertilité, leur utilité stratégique et leur densité. À l’aune de ces critères, la plupart des îles bretonnes se caractérisent par leur imperfection et finalement par ce qu’elles ne sont pas. Les côtes basses et les sables imprécis ne peuvent que susciter angoisse et aversion car synonymes d’engloutissement possible et d’invasions aisées. Les hautes falaises, associées à des forteresses, et les ports retranchés éveillent, en revanche, une admiration certaine car ils correspondent à la double fonction du littoral, à savoir abriter et défendre. Dès lors, les ingénieurs arpentent les bordures côtières, les décomposent et les transforment, escarpant les unes, facilitant l’accès des autres. Le terroir se doit également de répondre à des impératifs de productivité et de diversité. En raison de ses imperfections, de ses cultures insuffisantes, il nécessite, de même que les côtes, des aménagements qui visent à le modeler et à le rendre conforme aux normes du beau territoire. Les représentations cartographiques idéalisent, dans de nombreux cas, ces pays, dépeints alors comme des jardins ordonnés et verdoyants.

3Les habitants des îles sont également intégrés à cette logique fonctionnelle. Ils sont envisagés de la même manière que les populations du littoral, bien qu’exacerbant peut-être quelques caractéristiques. Indolent et dévoué à la pêche au lieu de se consacrer à la culture de la terre, susceptible de passer à l’ennemi et volontiers pilleur, l’insulaire offre progressivement, à partir des années 1770, le visage plus rassurant de marin excellent et de sauveteur exemplaire.

4Dans le même temps, de rares contemporains se laissent aller à des rêveries d’un âge d’or perdu. Si les sources restent bien minimes, les images proposées n’en demeurent pas moins primordiales et perdurent bien au-delà de l’époque moderne. Les îles offrent en effet le spectacle de populations vertueuses, sagement gouvernées, dignes des sociétés de l’Antiquité et des peuples sauvages. Plus que d’une singularité insulaire, les géographes et autres observateurs se mettent en quête d’une altérité primitive qui rassure mais qui rappelle aussi la perversion de la société. Les deux grilles de lecture de cette seconde moitié du xviiie siècle, fonctionnelle et primitiviste, conduisent à valoriser de manière inégale les îles. Si Belle-Île incarne l’espace insulaire quasi-parfait, susceptible en tout cas d’atteindre la perfection dans le domaine stratégique et productif, Ouessant et Sein, dans une moindre mesure Houat et Hoëdic constituent les lieux exemplaires de l’origine. En revanche, les autres îles, au premier rang desquelles Molène, suscitent une attention moindre.

5La période révolutionnaire et le premier xixe siècle sont marqués à la fois par une certaine permanence des approches que les visiteurs adoptent, mais aussi par leur profond renouvellement. Les voyages des îles restent profondément marginaux, mais ils se révèlent exemplaires en regard des exigences cognitives de leurs auteurs. Enserré dans des limites circonscrites, l’espace insulaire satisfait la recherche d’un savoir exhaustif et la volonté d’intelligibilité. Le goût de l’aventure et la satisfaction, illusoire, de révéler un pays percent également à travers les récits de quelques voyageurs, tel Cambry dont l’influence est considérable pendant tout le premier xixe siècle. Le souci du local invite à approfondir l’enquête ethnologique, soumise toujours toutefois à l’emprise du prisme idyllique, et à ébaucher des systèmes explicatifs au sein desquels la logique néo-hippocratique occupe une place primordiale. Les tableaux que les voyageurs dressent des îles deviennent ainsi plus complexes et se teintent d’une ambivalence, qui s’accentue pendant la Restauration et la Monarchie de juillet. Les populations insulaires éprises de liberté et dignes d’être révolutionnaires sont aussi héritières du peuple celte mythique. Dès lors, le romantisme noir brosse des portraits inquiétants des insulaires qui, dépeints sous les traits de naufrageurs et de monstres inhumains, réduits à des végétaux, des minéraux, voire à des animaux, accentuent le caractère menaçant du peuple et s’accordent avec la perception renouvelée de l’espace. La vogue de l’ossianisme et le code du sublime concourent en effet à décrire les îles du Finistère comme des lieux où règne une contre-nature, où les bordures rocheuses et l’espace intérieur s’entremêlent pour ne former qu’un. Ils contribuent également à ériger ces îles au rang de paysages qui éveillent chez les visiteurs les sentiments et les impressions convenus d’émerveillement, mais aussi d’effroi et d’angoisse face aux gouffres qui s’offrent au regard et au spectacle infini de l’océan sans limites. La fascination est d’autant plus grande que la mer exerce son œuvre et ronge peu à peu ces espaces en sursis, avivant ainsi le fantasme de l’engloutissement.

6Dans les années 1840, ces images tendent toutefois à s’estomper. Les voyageurs et les écrivains ressassent alors les lieux communs qui font des îles des symboles vertueux. Seuls les deux promeneurs romantiques que sont Flaubert et du Camp tranchent par leurs pratiques et leurs lectures du paysage. Ils adoptent à Belle-Île l’attitude, déjà banalisée et codifiée dans les îles de Grande-Bretagne, de la robinsonnade. À la recherche de solitude, en quête d’une fusion intime avec la nature, ils arpentent l’île, longent les bordures, glissent le long des falaises et parcourent les plages. Ils se plaisent à se perdre et contemplent longuement les jeux de lumières qui métamorphosent les paysages.

7À partir des années 1850 dans le cas de Belle-Île, plus tardivement dans les autres îles, les voyages se multiplient, grâce notamment à la mise en place de communications régulières et l’installation d’infrastructures hôtelières, et traduisent l’engouement que connaît la Bretagne. Les touristes entreprennent désormais des visites qui s’inscrivent dans un programme général de découverte de la province. Les étapes même du déplacement se codifient et tendent à revêtir une certaine singularité. La traversée constitue ainsi un moment incontournable que les promeneurs s’emploient à relater dans leurs récits. Elle permet en effet de rompre avec le rythme effréné des pérégrinations continentales et de restaurer une forme de soumission à la nature. Elle induit également une discontinuité dans le savoir et donne l’illusion de découvrir une terre nouvelle, qui, cachée par la brume, se dérobe en premier lieu au regard avant de montrer sa silhouette imposante.

8Pour autant, les pratiques touristiques ne recèlent, dans la majorité des cas, guère de particularités. Les visiteurs s’emploient, comme ailleurs, à reconnaître rapidement les paysages pittoresques recommandés par les guides, à admirer les amas rocheux, les hautes falaises et les ports qui éveillent chez ceux qui les contemplent le souvenir des vues d’Italie, de Norvège ou de Suède et sont désormais érigés au rang de sites emblématiques. S’ils ne sont guère originaux, ces paysages semblent toutefois suggérer un degré inégalé de beauté qui justifie dès 1907 le classement des rochers de Bréhat en vertu de la loi de protection du paysage. Les îles possèdent néanmoins la particularité de conjuguer sur une superficie limitée des spectacles grandioses et charmants. Dès lors, l’attention se fait plus fine et les visiteurs s’attachent à signaler les moindres variations des paysages. Il est, en outre, des promeneurs qui renouent avec la robinsonnade, certes épurée et vidée de son essence, et qui adoptent alors la posture héroïque de l’aventurier, épuisant leur corps et cherchant, à travers le dédale des sentiers et des vallons, à retrouver leur chemin. L’île offre ainsi la figure convenue du labyrinthe, qui, bien qu’effrayant, n’en demeure pas moins un refuge rassurant. Elle permet surtout à ces visiteurs fatigués des débordements touristiques d’avoir l’illusion de renouer avec une forme ancienne et noble du voyage.

9Les représentations des populations insulaires s’accordent avec les lectures du paysage. Simples et paisibles, détenteurs de légendes et de traditions, les habitants des îles offrent une illustration du charme des campagnes. Toutefois, les réflexions sur les races et le milieu tendent à définir un type insulaire, qui, à l’image du paysage, présente une grâce ravissante, mais aussi une beauté rude et austère. Les femmes cristallisent les regards et incarnent désormais leurs îles. La recherche de l’autre glisse ainsi vers la quête d’une singularité insulaire. Les marins et les sauveteurs constituent l’autre versant du tableau. Ces populations n’échappent pas toutefois à l’angoisse de la dégénérescence qui caractérise la fin du xixe siècle et rendent cette dernière plus tragique encore dans la mesure où elle concerne des populations qui symbolisent les derniers conservatoires.

10Dans le même temps, les insulaires proposent des représentations d’eux-mêmes qui rejoignent en bien des aspects ces lectures extérieures. À l’époque moderne, s’appropriant les modes de perception utilitaires, ils se définissent par rapport à leur fonction au sein du royaume et envisagent leur espace comme un territoire soumis à des exigences productives, d’autant plus impérieuses que l’irrégularité et la difficulté des communications empêchent parfois tout secours. Dans le cadre de requêtes, de demandes de privilèges et d’exemptions, ils tendent toutefois à exacerber le caractère misérabiliste de leur environnement. Il se dessine également au cours de cette période une conscience locale, un sentiment timide de constituer une exception fondée sur la situation géographique spécifique de l’île et dont l’expression va s’accentuant à la fin du xviiie siècle et au xixe siècle. Les cahiers de doléances témoignent ainsi de ce souci du local.

11Au cours du premier xixe siècle, les représentations insulaires ne se renouvellent guère. Dans ces sociétés profondément endogames, où l’étranger fait l’objet d’une acception incomplète, à l’exception toutefois de Le Palais, l’accent est mis sur l’identité fonctionnelle qui s’accorde avec l’adhésion aux régimes politiques, sur les insuffisances d’un territoire qui constitue également un territoire communautaire dont les règles d’utilisation paraissent relativement respectées.

12À partir des années 1850, les mutations économiques, l’amélioration des communications et l’augmentation de l’exogamie invitent à de nouveaux propos. Plus que les carences productives, les insulaires mettent en avant la singularité de leur condition qu’ils perçoivent de plus en plus sous l’angle de la contrainte. Le sentiment d’être à l’écart du progrès, l’impression d’être relégué aux marges d’un État et de ne pouvoir exercer pleinement leurs droits de Français percent parfois. Dans le même temps, les habitants soulignent, non sans une certaine fierté, l’exceptionnalité de leur position qui suffit, à leurs yeux, à justifier des dérogations à la loi. En outre, sans qu’il soit possible d’établir s’il s’agit là d’une forme de réponse aux images négatives présentées par les observateurs extérieurs, les insulaires mettent en évidence leur excellence professionnelle qui revêt une importance primordiale dans leur définition identitaire. Dans de très rares cas également, ils s’approprient les discours qui font d’eux les dépositaires de traditions spécifiques.

13À partir des années 1880, la peur de la décadence affleure. Confrontées pour certaines d’entre elles à un afflux grandissant d’étrangers et dans le cas d’Ouessant à l’installation de garnisons, accueillant pour la plupart des touristes en nombre croissant, les populations des îles éprouvent le sentiment de la fin d’une communauté. De fait, les usages communautaires sont remis en cause, la fierté de former une exception morale s’amenuise. Parallèlement, les insulaires semblent adopter et revendiquer certaines lectures extérieures. L’exemple le plus emblématique est sans conteste le paysage. Les insulaires livrent désormais des propos sur les beautés naturelles de leurs îles qui empruntent beaucoup aux modes d’appréciation des visiteurs.

14L’impression prévaut donc que représentations extérieures et intérieures se croisent et s’enchevêtrent, mais il est souvent malaisé d’en discerner les fils et on est réduit à supposer des échanges et des influences. Il convient enfin de rappeler la spécificité de chaque île au sein de ces caractéristiques générales. La nature même des sources invite à la prudence et impose de ne pas réduire les identités de chacune aux seuls propos tenus dans le cadre administratif. Les îles paraissent en effet puiser leur singularité dans les contrastes entre visibilité et complexité, identique et différent. Elles cristallisent les angoisses, les espoirs, les désirs des sociétés qu’elles livrent avec une lisibilité plus grande.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search