Version classiqueVersion mobile

Les îles bretonnes

 | 
Karine Salomé

Troisième partie. Regards et identités insulaires

Chapitre 3. Lectures de l’espace

Texte intégral

1Le regard que les insulaires portent sur eux-mêmes est indissociable de la perception qu’ils ont de leur espace, de leur territoire et de leur paysage. Expression de la communauté insulaire, l’île acquiert en effet au cours du xixe siècle une signification renouvelée, au gré de la recomposition des règles collectives, de la multiplication des relations avec le continent, de l’augmentation du nombre de visiteurs venus admirer les beautés esthétiques de la nature.

Les territoires imbriqués

2Fragment du royaume et de la nation qu’il convient de protéger au cours du xviiie siècle et du premier xixe siècle, l’île tend à représenter un territoire communautaire, soumis à l’emprise et la gestion très stricte de la collectivité, symbole de l’unité et de la solidarité qui règnent parmi les habitants. Se superposent parfois, même à l’échelle infime des plus petites îles, des représentations qui confèrent une grande importance au village, à la paroisse ou à la commune et rendent plus complexes encore les identités territoriales.

Le territoire communautaire

  • 1 ADF 10 B 4.
  • 2 AM O Délib., 4 février 1834.
  • 3 Ibidem. Délib., 8 février 1851.
  • 4 SHM Brest 3 A 106 Lettre des habitants de Sein, 28 août 1814.

3Dans la première moitié du xixe siècle perdure une grille de lecture héritée du xviiie siècle qui évalue l’espace insulaire en fonction de ses capacités productives. L’exigence nourricière impose bien évidemment de comptabiliser, de mesurer, de juger un espace qui, en raison de son relatif isolement, doit se suffire à lui-même. Comme au siècle des Lumières, le misérabilisme est de rigueur dans les descriptions que les habitants proposent de leur île, offrant une résonance aux termes mêmes des observateurs extérieurs. Sans qu’il soit nécessaire de multiplier les exemples, quelques traits méritent d’être signalés. En premier lieu, les cahiers de doléances de Molène, Ouessant et Batz reprennent cette présentation dépréciative, signalant les terres incultes et des productions agricoles insuffisantes1. En outre, les termes utilisés se retrouvent d’une île à l’autre dans le premier tiers du xixe siècle. Ouessant est dépeinte comme une île dans laquelle règne la misère, car constituée selon les cas « d’un tiers de rochers2 » ou de « trois quarts de terres incultes3 ». Aux yeux de ses habitants, Sein est un « rocher stérile4 ». Prononcés dans le cadre de requêtes et de demandes de différentes natures, les propos ne peuvent cependant que mettre l’accent sur la misère qui règne dans l’île et ne laissent guère émerger le sentiment de fierté.

  • 5 « L’île deviendrait assurément en peu d’années la rivale des îles anglaises de la Manche pour la b (...)

4Plus intéressante en revanche est la raréfaction de cette rhétorique misérabiliste à partir des années 1830, puis sa disparition dans les correspondances et autres délibérations municipales dans la deuxième moitié du xixe siècle. L’accent est mis dorénavant non sur les insuffisances mais sur les capacités productives du territoire. La création de comices agricoles à Belle-Île et à Ouessant, respectivement en 1839 et 1861, s’accompagne d’une perception renouvelée de l’espace, dont on attend désormais des progrès5.

  • 6 ADF E dépôt Délib., 15 juin 1872.

5Rappelons que la seconde moitié du xixe siècle est une période de croissance économique. L’activité agricole connaît des progrès certains, notamment à Batz. En outre, l’amélioration des communications à partir des années 1860-1880 selon les îles rend moindres les exigences productives, d’où une fierté semble-t-il renforcée. Ce sentiment est aisément perceptible dans la description que les habitants de Batz proposent, en 1872, des îlots alentour dépeints comme des « roches incultes6 », démontrant a contrario la qualité de leur terroir. L’effacement des descriptions péjoratives puise également son origine dans le développement des activités halieutiques, à Groix et à Sein notamment. Pour ces postes avancés de pêche ayant désormais à leur disposition des richesses conséquentes, il est possible que l’agriculture perde de sa dimension impérative. Enfin, les îliens attribuent la misère de certaines îles non plus aux seules insuffisances productives du territoire, mais aux contraintes mêmes de l’espace insulaire, à savoir son éloignement.

6De fait, une autre représentation de l’île s’affirme au cours du xixe siècle. Elle envisage cette dernière comme un territoire au service de la communauté et puise son intensité accrue dans la multiplication des atteintes à l’organisation collective de ce territoire.

  • 7 Dans le cahier de Batz, il est dit « l’isle est la seule propriétaire des gouëmons qui l’entoure » (...)
  • 8 ADCA 7 M 130 Lettre du maire, 8 juillet 1815.
  • 9 Ibidem. Lettre du maire, 6 octobre 1819.

7Les bornes mêmes du territoire insulaire s’imposent dans leur évidence naturelle et ne posent guère de difficultés sauf dans le cas des îles situées à faible distance du continent, telles Batz et Bréhat, où la multitude d’îlots et de roches alentour exige une délimitation précise. Face aux demandes répétées des communes du continent qui revendiquent le droit de récolter le goémon sur les grèves des îles, à la suite des conflits incessants qui en découlent, les insulaires renouvellent les requêtes formulées au xviiie siècle, notamment dans les cahiers de doléances7, et revendiquent la propriété exclusive de leur territoire. En 1815, la municipalité de Bréhat ébauche un plan précis qui nomme et décompte les nombreux îlots situés aux alentours de l’île, témoignant bien évidemment d’une connaissance minutieuse de l’espace, mais attestant également d’une conscience territoriale aiguë. L’archipel est ainsi défini comme un tout, « une même commune et une même plage8 ». Par conséquent, les insulaires justifient leur exploitation par le rôle naturel de la mer, qui a délimité les bornes de l’archipel, et par la loi, rappelant les autorisations successives qui leur ont été accordées dans le prolongement de l’ordonnance de Colbert9. La mémoire des lois se conjugue ainsi avec le temps « immémorial » propre aux insulaires et confère à l’espace une dimension temporelle. Soulignons que la délimitation du territoire se révèle aussi précise dans le cas de l’île de Batz. Les autorités locales décident, en 1885, de louer à des continentaux un îlot situé aux alentours et l’excluent par conséquent de leur possession pleine et entière.

8Territoires aux bornes globalement établies, les îles composent également, aux yeux des insulaires, des entités cohérentes. Contrairement aux administrateurs extérieurs qui s’attachent au xviiie siècle et pendant la première moitié du xixe siècle à opposer les grèves et l’intérieur, à diviser l’espace en terres cultivables, en pâturages et en landes, les insulaires offrent une vision globale de leur territoire dont les grèves font partie intégrante. On sent poindre dans certaines descriptions l’idée d’une harmonie naturelle, esquissée par des visiteurs tel Cambry. Dans une lettre que les habitants de Bréhat adressent au préfet, il est ainsi possible de lire :

  • 10 Ibid.

« Quels droits les habitants [du continent] veulent-ils s’arroger une plante qui est l’unique ressource des habitants d’une isle ? Si la providence a fait naître cette plante marine pour dédommager les habitants de cette commune, d’un pays aride par sa nature ?10 ».

9Dès lors, la gestion du territoire se veut une jouissance sage et mesurée qui fait pendant à l’équilibre de la nature.

  • 11 AM O Délib., 6 novembre 1849.
  • 12 ADCA 7 M 130.

10Inscrite dans une temporalité indéfinie, héritée des ancêtres, l’organisation du territoire se veut le reflet de la solidarité qui unit les insulaires. Rappelons à cet égard l’existence de terres communales dans bien des petites îles dont les autorités ouessantines soulignent, en 1849, la nécessité car utiles « comme par le passé pour tous les habitants11 ». De même, les bordures côtières, tout au moins une partie d’entre elles, sont divisées et réparties de manière équitable afin que chacun puisse y faire sécher les goémons récoltés. À Bréhat, le maire évoque ainsi la division que les « ancêtres » ont mis en place dans des grèves afin d’œuvrer à la « tranquillité des habitants12 ». Dès lors, le respect des règles vise tant à assurer la solidarité de la communauté qu’à préserver les richesses de l’île.

  • 13 Thibon C., op. cit., p. 70.

11Exigu, le territoire constitue de fait une propriété précieuse, un « bien limité13 ». En conséquence, l’atteinte à ce dernier revêt un caractère de gravité. L’exploitation du goémon recueilli le long des bordures insulaires par des personnes « étrangères » à l’île constitue un thème récurrent des récriminations des pouvoirs locaux à l’encontre des communes du continent, et ce principalement à Batz et à Bréhat. Dès le xviiie siècle, les habitants de Batz déplorent l’exploitation illicite de leur goémon. Par la suite, tout au long du xixe siècle, les tensions persistent, des conflits se nouent et aboutissent parfois à des affrontements physiques. En 1815, les habitants de Bréhat se plaignent du comportement des continentaux dont la convoitise va à l’encontre d’une gestion scrupuleuse et modérée, attentive et inquiète, des ressources :

  • 14 ADCA 7 M 130 Lettre du maire, 8 juillet 1815.

« Ils arrachent et enlèvent avec avidité le gouesmon, seule ressource des habitans de l’île de Bréhat ; si ceux-ci veulent s’opposer à ce pillage, ils sont menacés et plus d’une fois leur vie a été en danger14 ».

  • 15 ADF E dépôt Délib., 22 mars 1890.
  • 16 ADF 13 U8 62 Interrogatoire de J.-F. Kerrié, 19 février 1868.
  • 17 Ibidem. Interrogatoire de O. Floch, 19 février 1868.

12Les antagonismes redoublent à partir de la fin des années 1860. L’exploitation exclusive du rivage, accordée aux riverains par l’ordonnance de 1681, est en effet partiellement remise en cause par le décret de 1868 qui autorise ces derniers à exporter une partie de leur récolte et à affermer leurs rivages. Les autorités locales des îles s’insurgent contre un texte qui remet en cause leurs droits et engendrent des « déprédations » de la part des continentaux. Le conseil municipal de Batz qualifie ces derniers de « pillards », de « barbares », animés par le seul « appât du gain15 ». La crise atteint son paroxysme lorsqu’une vingtaine d’habitants de l’île attaque violemment l’équipage d’un bateau venu du continent pour ramasser du goémon, le 3 février 1868. Les témoins interrogés, parmi lesquels l’adjoint au maire et le garde champêtre, nient toute implication. Un dénommé Kerrié, marin, répond ainsi : « Je ne vais jamais à la grève. Je me contente d’exercer mon métier de marin. Je ne sors pas de chez moi le soir16 ». Un tailleur de pierres déclare, quant à lui : « je suis tailleur de pierres et je ne m’occupe nullement des questions de goémon17 ». Cette affaire, qui dessine les stratégies mises en œuvre pour échapper à la justice, atteste de l’importance fondamentale que revêt l’exploitation du goémon et traduit l’hostilité des insulaires à l’égard des continentaux.

  • 18 ADF E dépôt Délib., 23 décembre 1822.
  • 19 AM BT Délib., 8 septembre 1871.

13L’organisation collective des terres communales tend également à être remise en cause par quelques individus, insulaires pour la plupart, qui revendiquent le droit à la propriété. Dès les années 1820-1830 à Batz et à Bréhat, les autorités municipales sont confrontées au démembrement, certes partiel, d’une partie des terres vouées à la pâture. En 1822, le conseil municipal de Batz refuse à un habitant la possibilité d’enclore un terrain appartenant à la commune, au motif que ce serait « un préjudice à la presque totalité des habitants et plus particulièrement encore à la classe indigente, à laquelle le terrein susmentionné sert de temps immémorial au séchement des goémons18 ». En 1871, le maire de Bréhat oppose le comportement solidaire des insulaires qui appliquent la vaine pâture dans l’intérêt général et l’attitude de quelques-uns qui revendiquent son abolition et font preuve, selon lui, d’égoïsme19. La solidarité nécessaire au fonctionnement de la communauté, l’inscription dans une durée indéterminée qui suffit à légitimer l’organisation adoptée composent autant d’arguments pour prévenir une privatisation des terres communes. Progressivement toutefois, dans certaines îles, la remise en cause des terres communales conduit à leur disparition, tout au moins d’une partie d’entre elles, dans le dernier tiers du xixe siècle. C’est le cas à Bréhat où le système de la vaine pâture prend fin en 1889, de Batz où les terres sont progressivement vendues ou encore de Groix dont les communaux sont cédés dans les années 1880.

  • 20 AM BT Correspondance du maire, lettre du maire, 1er mars 1872.
  • 21 ADM 3 ES 86/2 Lettre du maire, 28 mars 1831.
  • 22 AM BT Délib., 27 novembre 1880.

14L’appropriation de sentiers qui permettent aux insulaires d’accéder aux côtes fait également l’objet de reproches virulents. Les conflits de cette nature apparaissent dès les années 1820, notamment à Groix et à Batz, et se multiplient à partir des années 1870-1880 dans les autres îles, mais surtout à Bréhat et à Belle-Île, où les premières constructions de maisons destinées le plus souvent aux touristes conduisent à la mise en clôture de larges parties de terres situées à proximité de la côte et englobent par conséquent des sentiers. La remise en cause du caractère public des sentiers, qui engage tant les insulaires que les « étrangers », est assimilée par les autorités à de « grands désordres20 ». Ainsi, en 1831, le maire de Groix rappelle la nécessité de maintenir les chemins publics et, dans la mesure où un habitant empiète sur l’un des sentiers, de le rétablir tel qu’il « existait par le passé21 ». À Bréhat, en 1880, le conseil municipal reproche à un propriétaire de l’île, ancien maire de surcroît, de s’être accordé le droit de clore un terrain et souligne l’utilité de laisser « libres à la circulation publique » les « nombreux sentiers soient d’abrège, soient de communication » qui traversent l’île et qui existent de « temps immémorial22 ». À Belle-Île, les personnes « étrangères » qui font l’acquisition de terres sont l’objet de la vindicte des autorités. À maintes reprises au cours des deux dernières décennies du xixe siècle et des premières années du xxe siècle, le conseil municipal de Sauzon rappelle l’interdiction qui est faite de clôturer les sentiers qui mènent à la grève, et ce tant dans l’intérêt des insulaires que dans celui des touristes :

  • 23 ADM 3 ES 241 Délib., 11 février 1900.

« Interdire l’accès des côtes, c’est priver la majeure partie de la population belliloise de ressources nombreuses, poissons, coquillages, engrais marins ; c’est écarter de nous nombre de visiteurs qui bon an, mal an, laissent dans le pays quelques billets de mille23 ».

  • 24 ADF E dépôt Délib., 22 mars 1890.
  • 25 ADF 3 Z 59 Lettre du maire, 27 décembre 1857.

15Quelle que soit la nature du délit, la condamnation se fait véhémente et se révèle d’autant plus forte qu’il s’agit d’un étranger à l’île. Ces différentes affaires représentent en effet des atteintes au territoire, remettant en cause l’équilibre naturel qui préside à l’exploitation de ce dernier, conduisant à sa dégradation et à sa détérioration. Il est en outre reproché aux différents auteurs des délits de rompre le principe d’une gestion collective organisée au profit de tous et de porter ainsi préjudice à la communauté. Dès lors, les autorités municipales n’hésitent pas à qualifier cette privatisation de « pillage » et de « brigandage », à désigner les fauteurs de trouble sous les termes éloquents de « barbares24 ». Le sentiment de la fin d’une organisation communautaire connaît une intensité croissante dans la deuxième moitié du xixe siècle. En 1857, le maire de Batz envisage la remise en cause des terres communales comme un « bouleversement général25 ».

  • 26 ADF E dépôt Délib., 8 mai 1825.
  • 27 Ibidem, 8 mai 1842.

16Enfin, les actes commis portent atteinte à l’usage, à la tradition et contestent ce temps long, immémorial dont l’évocation suffit à légitimer une pratique. À cet égard, il convient de souligner que certaines îles mettent en exergue la singularité de leur organisation. En 1825, Batz refuse l’instauration d’une matrice cadastrale, arguant que l’île ne renferme pas les mêmes catégories de terres que le continent26. Quelques années plus tard, le pouvoir municipal persiste à revendiquer une gestion différente du territoire, en raison du morcellement extrême des terres27.

  • 28 19 mars 1900.

17Par conséquent, la remise en cause des usages territoriaux nourrit le sentiment nostalgique de la disparition prochaine de la communauté et suscite une volonté de protection. À Belle-Île, alors que se pose avec acuité le problème de la mise en clôture de grandes parties de la côte, le bulletin paroissial de l’île, La Croix de Belle-Île, proclame avec virulence la nécessité de maintenir l’intégrité du territoire et donc de la communauté sous le titre « Défendons notre île28 ».

18Se dessinent ainsi des liens ténus entre le territoire, la gestion collective de ce dernier et la longue durée d’un temps passé. Le poids de la mémoire collective, relayée par la multiplication des arrêtés municipaux, se révèle avec évidence. Le territoire est avant tout une mémoire du territoire.

19À cet égard, il convient de rappeler la densité historique et légendaire que renferme l’espace insulaire aux yeux de ses habitants. La nature des sources ne permet guère d’envisager ce thème qui, par conséquent, doit être abordé avec précaution par le biais de témoignages indirects ou tardifs. Caradec relate ainsi sa visite d’Ouessant, au cours de laquelle un Ouessantin, énumère les naufrages qui ont lieu le long de la côte déchiquetée de l’île et dont le souvenir se transmet oralement.

  • 29 Autour des îles bretonnes…, op. cit., p. 133-134.

« Un navire hollandais se perdit en 1800. Les Anciens, qui en ont entendu parler, racontent que les cadavres venaient à la plage par centaines, et on voit encore le champ carré, entouré d’un mur de pierres sèches, où on les a enterrés29 ».

  • 30 Péron F., Ouessant, l’île sentinelle, op. cit., p. 38-41.

20Cette mémoire des lieux reste pourtant difficilement envisageable. En outre, l’espace est également doté d’une dimension légendaire. Les collectes des folkloristes du xixe siècle, mais aussi les enquêtes réalisées au cours du xxe siècle démontrent le balisage minutieux de l’espace, les itinéraires privilégiés et les modalités d’évitement de certaines portions de l’île, les appréhensions et les peurs enfin qui envahissent les habitants contraints de traverser ces lieux inquiétants. À Ouessant, la côte est jalonnée de points de repère que sont la « pierre de sacrifice » à Pern, le « jeu de boules des païens » à Kadoran, sans oublier la présence des « viltansou » dans les cavernes et le long des grèves30. Il s’agit certes de récits du xxe siècle, mais qui sont sans doute en usage au siècle précédent.

  • 31 Cité par Pache J.-L., op. cit., p. 163.
  • 32 Cité par Corbin A., Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes (...)

21Rappelons enfin que le territoire communautaire est profondément christianisé. Balisé par de multiples croix, parcouru de traces qu’auraient laissé les saints lors de leurs passages, le territoire des îles s’organise autour de l’église, à l’exception toutefois de Belle-Île divisée en quatre paroisses. La sonnerie des cloches revêt alors, comme ailleurs, une importance fondamentale car elle traduit l’unité de la communauté. À Bréhat, sous la Révolution, la sonnerie est ainsi remplacée par une horloge qui suscite des contestations car elle ne couvre pas l’intégralité de l’espace et empêche par conséquent de dominer ce dernier. Les agents municipaux prennent alors la décision de faire sonner la cloche tous les jours31. La reconquête de l’unité territoriale se manifeste également avec évidence à Ouessant où une pétition réclame, en 1808, que les cloches couvrent de leurs sonneries l’ensemble de l’espace communautaire, y compris les petites îles alentour32.

22La densité religieuse, historique et légendaire de l’île s’entremêle ainsi et conforte les insulaires dans la certitude de bénéficier d’une propriété exclusive.

Les enchevêtrements territoriaux

  • 33 AM O Correspondance du maire, 14 août 1900.
  • 34 Ibidem. Correspondance du maire, 6 mars 1907.
  • 35 ADM U 546.

23Le territoire insulaire constitue donc un premier cadre dans lequel s’épanouit le sentiment identitaire. Dans les petites îles, l’usage des sobriquets concerne l’ensemble de l’espace, illustrant l’emprise de la communauté. À Ouessant, outre le dénommé Budoc précédemment évoqué, différents surnoms apparaissent au hasard des sources. Au début du xxe siècle, deux femmes sont respectivement appelées « Tête de veau33 » et « Djibouti34 » ; une belliloise est dénommée « la Tripière35 ». Différentes identités territoriales se superposent toutefois et enrichissent l’identité insulaire, la rendant plus complexe encore.

  • 36 AM BT Délib., 8 décembre 1865.
  • 37 AM O Délib., 27 décembre 1850.
  • 38 AM GX Délib., 29 novembre 1852.

24Il convient de rappeler dans un premier temps que les îles, même les plus petites, sont loin d’être perçues comme des ensembles homogènes et limités. Les autorités locales de Bréhat rappellent ainsi en 1865 que les maisons sont « assez distanciées36 ». Certes, ces propos trouvent leur justification et leur sens dans le cadre d’une requête qui vise à obtenir la nomination d’un facteur afin d’assurer une distribution satisfaisante du courrier et tend par conséquent à exacerber les distances. Il n’en demeure pas moins qu’ils démontrent une perception de l’île comme un espace dont la superficie est loin d’être négligeable. De semblables remarques peuvent être relevées dans le cas d’Ouessant, où l’expression « l’extrémité de l’île37 » utilisée lors de délibérations municipales désigne d’une part les bornes naturelles de l’île et d’autre part un territoire de grande ampleur, ou encore à Groix, dont le conseil municipal demande l’autorisation d’ouvrir plus tardivement les débits au motif que les villages sont « très éloignés38 ».

  • 39 Écomusée de Groix, op. cit., p. 146.

25Signalons à cet égard que les îles sont dans leur grande majorité sillonnées par des sentiers et des chemins cahoteux. Dans la deuxième moitié du xixe siècle, l’entretien de ce réseau permet d’améliorer les communications. Quelques routes relient, dans la plupart des îles et avant tout à Belle-Île, les points principaux que sont les ports et les bourgs. Parcourues par les insulaires, elles accueillent aussi les voitures à cheval des notables et des visiteurs. Il n’en demeure pas moins que les temps de déplacement nécessaires pour rallier un village ou le bourg restent longs, notamment dans les plus grandes îles. En outre, les insulaires, tout au moins les femmes, sont habituées à des « micro-déplacements39 ».

26Dès lors, au sein de cet espace se déclinent en abyme des sentiments d’appartenance à des territoires multiples, qui s’enchâssent les uns dans les autres, sans qu’il soit toutefois possible de discerner une hiérarchie.

  • 40 ADM 3 ES 241/12 20 janvier 1839.
  • 41 Le « mauvais voisin » est une réalité rurale. Il fait l’objet de la vindicte villageoise dans le Q (...)

27Dans les îles qui comptent plusieurs hameaux, le village constitue un cadre de référence distinct du territoire communautaire. L’organisation collective qui y règne fait naître des sentiments de solidarité et d’unité. À Belle-Île, notamment dans la commune de Sauzon, chaque village est organisé de manière précise et dispose de ses propres landes, ruisseaux et pâtures40. Le lavoir contribue également à rapprocher les villageois. Le code de l’honneur s’exerce dans un premier temps au sein de ce cercle. Dans les plus grandes îles, les sobriquets voient souvent leur usage cantonné à l’intérieur des « limites » villageoises. De même, les injures s’expriment en premier lieu dans ce cadre41. L’un des exemples emblématiques est l’altercation entre un homme d’un village de Groix qui insulte une femme du même village :

  • 42 ADM 3 ES 69/1 Déposition 7 septembre 1815.

« Il a injurié son mari qui était absent […] en annonçant à qui voulait l’entendre qu’il avait fait trois enfants à Toulon et qu’il était pourri de vérole et criait à tous ceux du village de sortir de leurs maisons pour crier vengeance sur lui et son épouse42 ».

  • 43 ADF 42 U22/5 14 décembre 1885.
  • 44 Le 20 juin 1811, une femme accuse un homme du même village de l’avoir battue. ADM 3 ES 69/1.
  • 45 ADM U 547 Interrogatoire de J. Thomas, 23 mars 1827.
  • 46 ADM 3 ES 86/4 Lettre du recteur, 2 décembre 1848.
  • 47 ADM 2U 3070 Procès verbal, 15 février 1884.
  • 48 ADF 57 U9/50 29 décembre 1908.

28Ce sont également les villageois qui font avant tout les frais des comportements insultants. À Ouessant, en 1885, un marin retraité « à l’entrée du village, a tenu les propos suivants en les proférant de toute la force de sa voix : de salots, de fatras et de vauriens contre les habitants du village43 ». Les provocations et les bagarres par conséquent concernent souvent des membres d’un même village44. Les affaires judiciaires et notamment les cas d’infanticide révèlent également l’emprise des voisins qui, généralement au courant des délits et des crimes accomplis, se font, selon leur système de valeurs, les garants du non-dit ou contribuent au contraire à la dénonciation. Le contrôle s’avère parfois pesant. En 1827, un cultivateur du village de Bertolo, dans la commune de Le Palais, que le juge de paix accuse de chercher dispute à ses voisins « depuis très longtemps », estime que « tous les gens du village m’en veulent » et de conclure : « je voudrais bien le quitter45 ». Soulignons également que les affaires de bornage, qui composent les écarts essentiels dans le fonctionnement de la société, trouvent une expression privilégiée dans le cadre villageois. Elles sont d’autant plus fréquentes dans les îles que la division des terres est extrême. Le desservant de Houat déplore ainsi les « différends qui surviennent chaque jour entre ses paroissiens à l’égard de leurs terrains si morcelés46 » en 1848 et dénonce l’impossibilité qui leur est faite de consulter le cadastre, déposé à Le Palais. Rappelons qu’empiéter sur la terre d’un autre revêt un caractère de gravité, comme l’attestent quelques affaires. En 1884, le garde champêtre dresse un procès-verbal à l’encontre d’un pêcheur de Sauzon qui a laissé paître son cheval sur le champ de blé d’une femme de la même commune47. En 1908, à Batz, un propriétaire de l’île est mis en cause pour s’être permis « sans aucun droit ni autorisation de passer plusieurs fois avec cheval et charrettes vides et chargées de goémons » sur deux parcelles appartenant à un cultivateur de l’île48. Des conflits relatifs à des problèmes de bornage ou encore de propriété apparaissent également. En 1879, deux femmes d’Ouessant s’opposent sur la possession d’une parcelle de grève utilisée pour faire sécher le goémon. L’une des deux proclame sa bonne foi avant de décider de mettre un terme à l’affaire :

  • 49 ADF 42 U 22/4 Conciliation le 22 mai 1879.

« Elle croit que la parcelle en litige entre nous m’appartient, mais ne voulant pas augmenter les frais faits jusqu’à ce jour, je préfère lui faire abandon complet de la dite parcelle49 ».

  • 50 François Ploux souligne les modalités et les finalités de l’arrangement. Il souligne l’existence d (...)

29Nombre d’affaires mettent en évidence l’importance de l’arrangement50. Les représentants de Bangor, Locmaria et Sauzon qui n’entendent pas, en 1826, contribuer à l’entretien du garde champêtre, assuré jusqu’à présent exclusivement par la commune de Le Palais, le confirment :

  • 51 AM PAL Délib., 5 mai 1826.

« La propriété de l’île étant excessivement subdivisée et enchevêtrée les unes aux autres, les dommages sont aussi fréquents qu’inévitables, mais généralement ils sont compensés à l’amiable, tandis qu’un garde champêtre, en constatant toutes les contrevenances, porterait la discorde dans les villages, le salaire et le montant des amendes accroîtraient le poids de la perte, sans diminuer le nombre de délits51 ».

30Il semble toutefois que, dans la deuxième moitié du xixe siècle, le recours à la justice se fasse plus fréquent, comme l’atteste la multiplication des affaires de ce genre, même si le système de l’arrangement perdure.

  • 52 ADF 4 U2 112 Rapport du juge de paix, 20 février 1849.
  • 53 Soulet J.-F., op. cit. et Ploux F., Les formes de conflit…, op. cit.

31L’honneur des villageois engage la dignité même du village. Dès lors, chaque hameau présente une réputation clairement établie, à l’image du hameau de Kernonen, situé dans la partie nord-ouest d’Ouessant et considéré comme « mal famé52 ». Il est probable que sa localisation « périphérique », à la limite en quelque sorte du territoire insulaire, contribue à cette image de troubles et de désordres. La force de l’identité villageoise mérite cependant d’être nuancée. Cette dernière est loin de revêtir l’importance qu’elle connaît dans le Quercy et dans les Pyrénées53 ; elle ne donne pas lieu à ces conflits entre villages où chacun tente de rétablir ou sauvegarder sa réputation.

  • 54 Les archives tout au moins n’en referment pas.
  • 55 Naudin R., op. cit.
  • 56 La paroisse de Locmaria.
  • 57 Le Palais, bulletin paroissial.

32La paroisse compose également un cadre territorial qui autorise l’expression d’une identité, ce toutefois dans le seul cas de Belle-Île qui comprend quatre paroisses. Dans les autres îles en effet, l’espace insulaire recoupe l’entité paroissiale. Si la force du sentiment paroissial se lit dans l’attachement au curé et à l’église, il convient d’emblée de souligner l’ambiguïté qui entoure cette définition identitaire à Belle-Île, dans la mesure où le territoire communal correspond au cadre de la paroisse. Rappelons à cet égard que la délimitation des communes n’a donné lieu à aucun conflit ni contestation sous la Révolution54. Il n’en demeure pas moins que la conscience d’appartenir à un ensemble distinct, paroissial avant tout mais également communal, revêt une signification certaine. Outre les qualificatifs d’usage qui fleurissent dans les délibérations et dans les correspondances municipales, tels « Palaisiens » ou « Sauzonnais », la volonté de construire une histoire propre est révélatrice. La commune de Sauzon revendique, on l’a vu, le droit de rétablir ce qu’elle estime être son nom « d’origine ». En outre, la forte endogamie qui règne à l’intérieur des circonscriptions abonde dans le même sens. Si Bangor voit 20 % des mariages, entre 1750 et 1918, impliquer un conjoint originaire des communes limitrophes et principalement de Le Palais, Sauzon et Locmaria se caractérisent en revanche par des relations très distantes. À Sauzon, au cours de la même période, 8 % des conjoints proviennent de Bangor et de Le Palais, mais moins de 1 % sont natifs de Locmaria. Il en est de même à Locmaria où 0,8 % seulement des conjoints concernent des Sauzonnais et près de 4 % viennent de Bangor et Le Palais. La mobilité reste par conséquent limitée55. Cette identité paroissiale ou communale se trouve en outre renforcée par une identité professionnelle. Sauzon, Locmaria et Bangor offrent, on l’a vu, des visages contrastés, les deux premières communes rassemblant avant tout des marins et des pêcheurs, la troisième abritant principalement des agriculteurs. L’importance de la paroisse se manifeste, enfin, dans la création d’un bulletin paroissial, à Locmaria56, à partir de 1913, et à Le Palais57, en 1908.

  • 58 Ces contrastes ville-campagne et la perception négative des ruraux se retrouvent dans le Quercy et (...)
  • 59 ADM V 596 Lettre du maire, 24 mai 1886.
  • 60 ADM 3 ES 241/1O6 Lettre du maire, 8 mars 1826.
  • 61 ADM 3 ES 9/7 Lettre du maire, 24 avril 1877.
  • 62 ADM V 596 Lettre du maire, 24 mai 1886.

33Des sentiments identitaires se dessinent également dans l’opposition entre la ville et la campagne, qui revêt une grande visibilité à Belle-Île mais qui correspond également à une réalité dans d’autres îles58. Aux yeux des autorités municipales de Le Palais, Bangor, Sauzon et Locmaria constituent des « campagnes59 ». La qualification est empreinte de mépris, de condescendance et renvoie au rapport d’autorité qui lie les trois autres communes à la ville. C’est en effet la ville de Le Palais, chef-lieu de canton, qui prend certaines décisions relatives à l’ensemble du territoire insulaire et qui revendique de manière incessante la nécessité d’appliquer les lois à l’échelle de l’île. En 1826, le maire de Le Palais rappelle ainsi à ses confrères de Sauzon, Bangor et Locmaria l’obligation de mettre fin aux déplacements des colporteurs, ce dans le but de vivre « en bons voisins » et de « favoriser la prospérité du canton60 ». En 1877, les autorités de Le Palais mettent en garde le maire de Bangor et soulignent l’interdiction de la culture du tabac61. Dans la même lignée, le conseil municipal de Le Palais redoute, en 1886, l’agitation qui pourrait résulter du mécontentement des habitants de Locmaria à l’égard de leur curé, dont les absences sont fréquentes : « comme toutes les communes rurales, celle de Locmaria nous craquerait dans les mains62 ».

  • 63 ADM 1Z 163 Lettre du maire de Bangor, 5 décembre 1831.
  • 64 ADM 3 ES 9/16 Lettre du maire, 23 juillet 1826.
  • 65 ADM U 1991.

34À l’inverse, pour les habitants de ces trois communes, Le Palais représente la ville, qui rassemble les fonctions administratives et judiciaires, renferme des « gens à l’aise63 », abrite les institutions de bienfaisance, offre peut-être le visage inquiétant mais utile de l’anonymat. En 1826, une mendiante originaire de Bangor se réfugie dans la ville de Le Palais64. Lors de son procès pour infanticide en 1826, Agnès Droual, habitant un village de Bangor et séduite par un officier de Le Palais, mentionne le fait qu’elle souhaitait se rendre dans cette commune afin d’accoucher loin de sa famille et de la laisser dans l’ignorance65.

  • 66 14 octobre 1900.
  • 67 ADM T 461 Lettre du vicaire, 2 novembre 1838.
  • 68 ADM 1Z 163 Lettre du maire, 21 août 1880.
  • 69 ADF 42 U 22/6 13 juillet 1891.

35Le contraste entre la ville et la campagne opère également à une échelle moindre. À Groix, La Croix de l’île de Groix considère que le bourg a un « air de petite ville66 ». À Sauzon, le vicaire oppose clairement le bourg « français, populeux » et la campagne qui parle breton67. En 1880, le conseil municipal de la même commune évoque un bourg consacré à la pêche alors que le reste du canton est qualifié de campagne68. En dépit de l’absence de sources à ce sujet, il est probable que des modalités de perception et de représentation se retrouvent dans d’autres îles telles Ouessant, Bréhat ou encore Batz. Le bourg compose en effet un espace circonscrit qui concentre l’administration, l’église, la justice, les commerces et regroupe les étrangers de passage. Il rassemble aussi les lieux de « perdition », où les injures répondent aux cris et aux bagarres des ivrognes. En 1891, à Ouessant, la place de l’église est ainsi le théâtre d’une rixe qui oppose un pêcheur et un marin de deux villages différents69.

  • 70 Ecomusée de Groix, op. cit.
  • 71 Voir notamment Corbin A., Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot…, op. cit.

36Par conséquent, se rendre au bourg représente, pour les femmes des villages voisins tout au moins, un périple à la fois inquiétant et attrayant, une occasion de rencontrer des parents et des connaissances, de croiser des visages inconnus, d’éprouver les différences de richesses et de professions qui distinguent les habitants du bourg des villageois. Le déplacement revêt une signification tout autre pour les hommes habitués à emprunter la route qui les mène du bourg au port ou encore pour les instituteurs et les curés amenés à parcourir l’île. Ces usages différenciés de l’île, qui ont été mis en évidence pour l’île de Groix70, conduisent non seulement à des regards contrastés sur l’espace mais aussi à des identités territoriales distinctes. Être du bourg ou être d’un village participe à l’évidence à composer des représentations de soi spécifiques, mais difficiles à circonscrire car elles recoupent des critères géographiques, professionnels, sociaux et culturels. Elles rejoignent d’une certaine manière les sentiments qui animent les villageois de Bretagne ou de Normandie lorsqu’ils se rendent dans le bourg voisin71.

  • 72 AM BT Délib., 23 décembre 1869.
  • 73 Ibidem. Délib., 8 septembre 1871.
  • 74 AM GX Délib., 9 novembre 1873.
  • 75 Ibidem.

37Il convient enfin d’évoquer des identités territoriales fondées sur des contrastes géographiques, qui tendent à diviser l’île en deux espaces distincts. Les sources restent cependant timides à ce sujet et l’on est réduit à formuler des propositions qui relèvent parfois de l’ordre du vraisemblable. À Bréhat, la vaine pâture connaît alternativement autorisation et interdiction. À partir de 1865, les parties nord et sud adoptent des organisations différentes en la matière, la première ne l’appliquant pas à l’inverse de la seconde. Les débats sont vifs entre les partisans respectifs de chaque système et se traduisent par de longs comptes rendus dans les délibérations municipales. Il est ainsi rappelé en 1869 que les habitants du sud n’ont « jamais passé le point qui réunit l’île, divisée en deux parties distinctes72 ». De même en 1871, alors que le conseil municipal cherche à rétablir la vaine pâture sur l’ensemble de l’île, telle « qu’elle se pratiquait de temps immémorial », les insulaires du nord rappellent leur refus formel de l’abolir73. Il est probable qu’existe le sentiment d’appartenir au nord ou sud de l’île, sans qu’il soit possible cependant d’en circonscrire les composantes, vraisemblablement bien différentes des clivages relevés par les adeptes du néohippocratisme. À Groix, le clivage se retrouve entre la moitié est et ouest du territoire. Les contrastes relèvent de la nature : Primiture située à l’est et Piwisi à l’ouest qui renferme des terres de moindre qualité et des friches en plus grand nombre. L’opposition se double de différences sociales et culturelles. La première, plus densément peuplée, est francisée rapidement par rapport à la seconde. En 1873, les habitants de la partie ouest déplorent que la « commune de Groix ne songe pas à améliorer le sort de leurs enfants74 ». Le conseil municipal reconnaît la légitimité de la requête formulée par la « population du bout de l’Ouest75 ». Quelques mois après, l’inspecteur primaire fait part de ce contraste :

  • 76 ADM T 232 Lettre de l’inspecteur primaire, 25 janvier 1874.

« Le Conseil municipal s’est montré très généreux vis-à-vis de la partie Est de l’île. En voyant s’élever une aussi belle maison pour l’école de Locmaria, les habitants de l’Ouest ont aussitôt manifesté leur désir de s’instruire et insistent pour avoir une école chez eux76 ».

  • 77 AP Groix Notes du recteur Le Livec.
  • 78 À Ouessant, s’ajoute une autre division qui relève des « quartiers » mais n’apparaît pas dans les (...)

38Les mariages confirment également l’opposition. Il est ainsi établi que les époux sont originaires le plus souvent d’un même hameau ou de villages proches, et de ce fait les relations entre les deux parties de l’île restent modestes. Le recteur Le Livec atteste de cet état de fait dans les années 1820 et souligne la solidarité qui existe entre les familles de chaque partie de l’île77. À Ouessant, enfin, l’opposition entre le nord et le sud, établie au xxe siècle, se nourrit entre autres de professions distinctes, mais en l’absence de sources, elle reste du domaine de l’indicible78.

  • 79 À Goulien, chaque moitié de la commune organise ses propres veillées, Pelras C., « Goulien, commun (...)

39S’entremêlent ainsi des identités territoriales somme toute classiques, que l’on retrouve dans bien d’autres régions79. Au sentiment de faire partie d’un village s’ajoute la conscience de dépendre d’une paroisse, de résider à la campagne ou à la ville, d’être du nord ou du sud, de l’est ou de l’ouest de l’île. Il est difficile de faire la part de chacune dans le regard que l’insulaire porte sur lui. Toutefois, ces identités restent modérées et ne donnent pas lieu à des affrontements ni à des conflits violents, opposant l’une et l’autre partie. On peut s’interroger, enfin, sur la conséquence du regard croissant de l’autre qui tend peut-être à estomper les contrastes intérieurs et à favoriser l’ascension d’une identité fondée exclusivement sur l’île.

Les contraintes de l’île

40Étudier les représentations que les insulaires ont d’eux-mêmes et de leur île invite à prendre en considération le regard qu’ils portent sur leur condition d’insulaire. Au cours du xixe siècle, se dessine une appréciation de l’espace qui tend d’une part à signaler la singularité d’une telle position et d’autre part à mettre en exergue les contraintes de cette dernière. En dépit des traits propres à chaque île, les représentations et leur évolution se révèlent convergentes.

L’exposé d’une condition exceptionnelle

  • 80 Ils soulignent notamment l’absence de communications régulières. ADF 10 B 4 et 10 B 19.

41Au xviiie siècle, les insulaires se définissent en premier lieu par rapport au territoire national. Rares sont les notations qui signalent une position spécifique, à l’exemple des cahiers de doléances qui témoignent d’une conscience locale précoce80. Dès les premières années du xixe siècle, en revanche, s’esquisse la perception d’une différence qui s’affirme avec ampleur à partir des années 1830.

  • 81 ADCA 7 M 130 Lettre du maire, 8 juillet 1815.

42Le sentiment d’une singularité se construit sur la dualité fondamentale qui oppose l’île et le continent. Le maire de Bréhat, dès 1815, précise que les localités sont « très différentes du continent81 ». Les délibérations municipales et les correspondances de cette île, mais aussi de la plupart des autres îles, recourent massivement à cette rhétorique, qui distingue les îles de l’ensemble des communes rurales du continent. L’utilisation même du terme « continent » atteste de cette logique de différenciation. Elle suggère également la représentation que les insulaires ont de ce dernier, à savoir un ensemble éloigné et indistinct qui leur fait face, un au-delà par rapport au centre que constitue l’île.

  • 82 AM O Délib., 10 mai 1819.

43Dans le même temps, la localisation exceptionnelle de l’île est soulignée. Dans les années 1810-1820, les requêtes de nature diverse que formulent les insulaires renferment des remarques vagues telles « une position malheureuse82 », qui se référent généralement à la situation misérable dans laquelle se trouve l’île. Or, peu à peu la terminologie évolue. « L’affreuse situation » cède la place à la « position exceptionnelle » et laisse affleurer non seulement la conscience d’une singularité et d’une particularité locale, que les administrateurs distillent également dans leurs propos, mais aussi un sentiment de fierté. La misère reste toutefois un argument fréquemment utilisé par les insulaires lors de requêtes diverses.

  • 83 AM BT Délib., 20 septembre 1832.
  • 84 AM O Délib., 6 décembre 1834.
  • 85 AM BT Délib., 17 février 1900.

44À partir des années 1830, les insulaires avancent la preuve d’une situation insolite qui suffit à légitimer l’aide demandée. Alors que le choléra se diffuse dans l’île, le maire de Bréhat évoque en 1832 la position de l’île qui, selon lui, suffit à « mériter un médecin83 ». Les autorités locales d’Ouessant usent d’un argument semblable, signalant en 1834 que les insulaires « sont nés au milieu d’une mer orageuse84 ». La formule semble devenir suffisamment éloquente pour gommer toute autre justification. À Bréhat, le conseil municipal affirme, dans la même lignée : « n’oublions pas que Bréhat est une île85 ».

  • 86 Molène signale que « le gouvernement accorde des vivres aux habitants de l’île des Saints » ADF 10 (...)

45Esquissé timidement au xviiie siècle, notamment dans certains cahiers de doléances86, le parallèle avec les autres îles devient banal. Lié à des privilèges et à des fonctions au sein du royaume, il se fonde désormais sur des conditions géographiques similaires. Dans leurs demandes répétées qui visent notamment à obtenir la présence continue d’un médecin dans leur île, les autorités de Bréhat, Ouessant et Groix ne cessent de comparer leur situation respective. En 1832, le maire de Bréhat revendique les mêmes droits que Ouessant :

  • 87 ADCA 5 M 13 Lettre du maire, 31 mars 1834.

« L’île d’Ouessant a obtenu un chirurgien de la Marine […] qui y réside de manière permanente et donne des soins continus aux indigens qui forment presque toute la population de cette isle. […] Il nous est facile de démontrer que nous sommes dans des conditions au moins aussi nécessiteuses que celles qui ont fait à nos voisins obtenir cet avantage87 ».

  • 88 ADF E dépôt Délib., 19 octobre 1888.

46Dès lors, au sein de ce système des îles, affirmer sa singularité ne consiste plus à prendre comme seule référence le continent, mais à établir son particularisme en regard des autres îles. En 1888, le maire de Batz estime ainsi que l’île constitue « une exception parmi toutes les îles » et qu’à ce titre « elle mérite plus88 ».

47Plus tardivement la désignation de l’espace devient un élément de définition de soi. Les expressions « insulaires » fleurissent dans les années 1880 et remplacent les qualifications plus vagues d’habitants, afin sans doute de mieux démontrer une identité et par conséquent une différence avec les étrangers en nombre croissant.

48La qualification politique par rapport au territoire national glisse ainsi au cours du xixe siècle vers une désignation géographique, qui envisage désormais l’île par rapport au continent. Il est intéressant de constater que, dans les deux modes de pensée qui se succèdent et s’entremêlent parfois, les représentations que les insulaires ont d’eux-mêmes sont indissociables du regard qu’ils portent sur le continent, sur ce double nécessaire qui nourrit le sentiment identitaire.

L’entrave géographique

  • 89 AM BT Délib. 25 mai 1793.
  • 90 Ibidem. Délib. 20 septembre 1832.
  • 91 Ibid. Délib. 22 août 1838.

49Pour les insulaires, la mer constitue à l’évidence un danger qui rend la traversée angoissante. L’opportunisme des revendications conduit parfois à atténuer les risques encourus. En 1793, les autorités locales de Bréhat rappellent la fonction de « port de relâche » et sollicitent la présence d’un médecin89. Quelques années plus tard, en 1832, dans un contexte de toute autre nature puisqu’il s’agit de démontrer l’inutilité d’un vicariat, l’accent est mis sur le caractère périlleux de la traversée90. Six années après, la municipalité de la même île demande à bénéficier des mesures propres aux ports de rivière et rappelle la très grande proximité du continent91. Au-delà de ces visions à première vue contradictoires, il convient de s’interroger sur la signification que revêt pour les insulaires l’élément marin. Rares sont les éléments qui abondent dans le sens d’une protection vis-à-vis de l’extérieur. Pour autant, le sentiment de sécurité n’est peut-être pas absent. En revanche, l’éloignement tend progressivement à devenir un isolement contraignant.

  • 92 AM GX Délib., 14 février 1841.
  • 93 Ibidem. Délib., 8 avril 1833.
  • 94 AM BT Délib., 20 novembre 1823.
  • 95 AM O Délib., 8 avril 1861.
  • 96 AN F1 b II Finistère Lettre des habitants de Batz, 1er mars 1828.
  • 97 ADF 4 S 205 Rapport de l’ingénieur ordinaire, 4 novembre 1871.

50Au xviiie siècle, valorisant leur utilité, les insulaires mettent en évidence les mouvements incessants de navires qui font des îles des ports de relâche d’envergure. L’appréciation de cette fonction s’estompe au cours du xixe siècle pour laisser s’épanouir le sentiment d’un isolement qui se décline dans les correspondances et les délibérations municipales à travers une terminologie variée : « éloignée92 », « séparée93 », « reléguée en mer94 », « si loin au milieu des rochers95 ». En dépit de l’effet visé, à savoir obtenir des aides matérielles ou financières conséquentes, le sentiment d’isolement se révèle avec évidence, y compris dans les îles les plus proches du continent, mais, rappelons-le, quelques kilomètres constituent des distances qui sont loin d’être négligeables au xixe siècle. Les insulaires mettent ainsi l’accent sur le caractère périlleux de la traversée. En 1815, les habitants de Batz, dénonçant la nomination d’un maire originaire de Roscoff, précisent que « le passage est parfois tellement effrayant qu’on a vu des personnes succomber à leur frayeur96 ». L’exagération est parfois relevée, à l’exemple d’un ingénieur qui dénonce, en 1871, la dramatisation des dangers par les Sénans97.

51La notion d’isolement semble toutefois revêtir des significations différentes au cours du siècle. Durant les décennies 1830-1850, les insulaires déplorent avant tout les communications interrompues, pendant des périodes plus ou moins longues, et ce en raison des mauvaises conditions météorologiques. L’attention se concentre sur les ports et les embarcadères qui, selon leur configuration, rendent aisés ou empêchent les accostages. Par conséquent, les travaux d’aménagement de ces havres sont attendus et réclamés avec virulence. Certaines îles ressentent plus que d’autres ces contraintes, à l’exemple de Sein, dont les liaisons avec le continent sont fréquemment suspendues. À l’inverse, Belle-Île dispose très tôt d’un système de communications régulières et, de fait, les reproches de cet ordre sont pratiquement inexistants.

  • 98 AM GX Délib., 3 décembre 1893.

52Dans le même temps, et de manière croissante à partir des années 1850, l’irrégularité, plus que l’interruption des communications, est ressentie comme une contrainte. C’est en effet au milieu du siècle que sont mis en place dans nombre d’îles des services de transports qui utilisent des bateaux à vapeur et proposent des relations globalement suivies. Dès lors, les retards et l’absence de liaisons journalières cristallisent les mécontentements. Les insulaires exigent des relations en nombre suffisant pour effacer la séparation avec le continent ou tout au moins la rendre supportable. Ils revendiquent par conséquent une adéquation entre les progrès techniques et leurs besoins concrets. À maintes reprises, dans les années 1880, le maire d’Ouessant déplore les retards des bateaux. De même, après avoir revendiqué des relations régulières dès 1842, les autorités de Groix aspirent à une desserte quotidienne, à l’exemple de ce qui est pratiqué à Belle-Île98.

  • 99 Ibidem, 17 novembre 1861.
  • 100 AM O Délib., 2 juillet 1852.
  • 101 Ibidem, 8 avril 1861.
  • 102 ADF 1T 79, 15 juillet 1868.
  • 103 AM S Délib., 10 juin 1904.
  • 104 AM GX Délib., 17 octobre 1852.
  • 105 AM BT Délib., 11 août 1871.
  • 106 Ibidem, 12 novembre 1879.

53Dès lors, l’éloignement des îles est perçu comme une entrave qui prive les insulaires des mêmes droits que le continent. Le maire de Groix précise ainsi en 1861 que l’île est « la seule dans le canton à […] être privée d’un service postal quotidien99 ». La situation géographique des îles empêche également les habitants de participer à la vie sociale. « Âmes séparées du reste du monde100 », les insulaires s’estiment « oubliés101 ». Ces expressions ne sont pas sans rappeler les termes employés par certains visiteurs et administrateurs. Le préfet maritime considère ainsi en 1868 que l’isolement de l’île de Sein « la tient à l’écart du progrès intellectuel et matériel réalisés sur le continent102 ». Pour autant, il reste difficile de retracer le cheminement des représentations, même si l’influence des regards extérieurs paraît primordiale. L’absence de tout déplacement revêt une dimension péjorative. Il est signalé que de nombreuses habitantes de Sein ne sont « jamais allées sur le continent103 ». La contrainte matérielle et sociale se révèle également politique. En 1850, le maire de Groix n’hésite pas à dire des insulaires qu’ils sont « jetés à l’extrémité de l’empire104 ». Dès lors affleure l’image de l’île prison qui rejoint d’une certaine manière certains regards extérieurs. La description que livrent les autorités de Bréhat est à cet égard éloquente. Rappelant qu’elles n’ont « que la mer pour limite105 », elles qualifient l’île de « cercle restreint où ses habitants sont renfermés106 ». L’éloignement devient donc un isolement.

54Les insulaires envisagent donc, et ce de manière croissante, leur position en fonction du continent ou plutôt en opposition par rapport à ce dernier. Il ne s’agit plus de signaler le poste avancé ou le prolongement du royaume, mais de mettre en évidence les différences fondamentales entre les deux espaces. L’éloignement représente désormais une contrainte dont les conséquences se révèlent intolérables à mesure que la technologie se développe. Néanmoins, la volonté de désenclavement est indissociable de la satisfaction, certes contradictoire, d’être à l’écart d’un monde que l’on perçoit comme autre.

  • 107 Le conseil de Groix estime ainsi « utile » la création d’une foire. AM GX Délib., 11 mai 1862.

55Pour autant, les insulaires n’en ignorent pas le continent et manifestent de l’intérêt pour des faits qui ne les concernent parfois qu’indirectement. Les municipalités, consultées sur la création de foires ou l’établissement de voies de chemin de fer, donnent de manière systématique leur avis107.

L’adoption des normes paysagères

56Il convient enfin de s’interroger sur la perception que les insulaires peuvent avoir des espaces que les voyageurs et les touristes érigent au rang de paysages. La difficulté de l’étude réside là encore dans la nature des sources existantes. Mis à part quelques personnalités notoires, telle Eva Jouan à Belle-Île, qui ont exprimé leur sensibilité au paysage en des termes voisins de ceux utilisés par les visiteurs, les insulaires n’expriment guère les sensations et les sentiments qu’ils éprouvent face au spectacle naturel qui s’offre à leurs yeux. Quelques bribes d’émotion affleurent toutefois.

  • 108 ADCA 1 M 278 Renseignements topographiques et statistiques sur les communes, 1822.
  • 109 ADM 3 ES 86/19 Délibération de la fabrique de Houat, 30 mars 1845.
  • 110 Ibidem.

57Jusqu’à la dernière décennie du xixe siècle, les sources restent pratiquement muettes sur une éventuelle lecture esthétique de l’espace insulaire. Les curiosités naturelles sont parfois signalées, à l’exemple de la « pierre branlante » à Bréhat dont les autorités relèvent, en 1822, la singularité, déjà amplement soulignée par les observateurs extérieurs108. En 1845, le curé de Houat précise la « belle vue109 » sur le port que lui offre son domicile, mais il s’agit là moins d’une émotion paysagère que d’une facilité à s’informer. La fenêtre permet en effet au desservant de « voir ce qu’il s’y passe110 ». À Le Palais, le souci d’aménager la ville et de l’aligner suggère une appréciation esthétique. À Groix, le recteur Le Livec fait part, dans les années 1820, de son admiration à l’égard du gouffre dénommé le Trou de l’Enfer en des termes proches des représentations des visiteurs :

  • 111 AP Groix, op. cit.

« Le Trou d’Enfer […] est un gouffre affreux, dans lequel la mer se précipite en montagne […]. Rien de plus majestueusement horrible que le coup d’œil que présente la mer en cet endroit. […] Dans ces moments de bouleversement de la nature, c’est sur ces rochers […] que nous admirons les poésies d’Ossian111 ».

58Il s’agit là toutefois du point de vue d’une personne « étrangère » à l’île et il serait hasardeux de conclure que ces représentations sont partagées par les insulaires.

  • 112 AM BT Délib., 25 mai 1872.
  • 113 Ibidem, 12 septembre 1880.
  • 114 Ibid., 26 mars 1899.
  • 115 Ibid., 19 mai 1907.

59De fait, la notion de paysage, telle qu’elle a été définie, n’apparaît dans les sources consacrées à certaines îles qu’à partir des années 1890. À Bréhat, l’émergence de qualificatifs esthétiques est à cet égard révélatrice et contraste avec le silence des années précédentes. Dans une délibération de 1872, le conseil municipal évoque, sans le moindre signe d’émotion, « les rochers dénudés » et les « rivages appauvris » qui bordent l’île112. Il s’agit toutefois de défendre les droits de la commune par rapport à l’exploitation du goémon et donc de souligner la misère extrême de l’île. En 1880, le maire rappelle les dangers de la grève du Paon, « les rochers qui la couvrent [qui] forment des précipices113 ». Les descriptions suivantes tranchent avec cette apparente cécité. Le conseil municipal signale en 1899 « le côté pittoresque de l’île114 » et hésite à accorder à une entreprise l’autorisation d’exploiter les roches de cette partie du territoire. Quelques années plus tard, les autorités locales s’émerveillent de la beauté de l’île, « avec ses îles, ses rochers, ses grèves et sa vue magnifique sur la mer115 ».

60Ces quelques éléments attesteraient de la naissance d’une conscience paysagère à l’extrême fin du xixe siècle. Pour autant, il paraît difficile d’en déduire que les habitants n’ont pas perçu le paysage auparavant. Il faut se méfier à cet égard de l’effet produit par les sources : le paysage ne peut, en effet, s’immiscer dans le cadre des décisions et des revendications municipales que dans la mesure où il soulève un problème politique ou économique.

  • 116 Petitjean E., Belle-Île-en-mer : nouveau guide pratique du touriste, Le Palais, E. Petitjean, 1903
  • 117 Cette affiche du début du xxe siècle est conservée par la Vie du Rail.
  • 118 AM PAL Délib., 19 mai 1901.

61Il n’en demeure pas moins que les insulaires, tout au moins les autorités, reprennent à leur compte les normes esthétiques définies par les voyageurs et les peintres, s’approprient une grille de lecture du paysage élaborée par des visiteurs étrangers à l’île. Les rencontres, les échanges de paroles avec les touristes, l’observation de leurs comportements ne peuvent qu’inviter à renouveler le regard sur l’espace. L’un des rares guides de voyage édités à Belle-Île reprend ainsi les sites et les itinéraires conseillés par les guides Joanne ou Conty116. Il en est de même d’une affiche proposée par le Syndicat d’initiative de l’île qui expose les hauts lieux de l’île que sont la grotte de l’Apothicairerie, les hautes falaises et le port de Le Palais117. Il reste difficile toutefois d’envisager les modalités d’appréciation, les formes que revêtent les promenades et les déambulations. En 1901, le conseil municipal de Le Palais revendique ainsi la possibilité pour ses administrés le droit d’accéder aux parties hautes des remparts qui enserrent la ville et qui ont longtemps constitué « la seule promenade » de la population118.

  • 119 ADM 3 ES 241 Délib., 11 août 1909.

62De fait, tout en reconnaissant explicitement la beauté de leur environnement, les insulaires instaurent une distance par rapport au paysage. Dans leurs discours, ils adoptent rarement une posture de contemplateurs et n’envisagent cette attitude que pour les touristes. Ils posent ainsi le principe d’une différenciation des usages de l’espace : les insulaires parcourent les côtes pour se rendre à leurs lieux de pêche ; « les étrangers viennent […] pour jouir de la vue de l’océan, […] pour respirer l’air pur de la mer, […] pour contempler nos rivages, nos grottes, nos rochers119 ».

  • 120 AM BT Délib., 17 mars 1901.
  • 121 En 1912, le conseil municipal demande le classement d’un terrain communal sur lequel se trouve « u (...)

63Les insulaires partagent en revanche la volonté de protection exprimée par des observateurs extérieurs. Les autorités locales de Bréhat se préoccupent ainsi de la destruction des rochers du Paon, exploités par une entreprise du continent, après en avoir un temps autorisé l’utilisation120. Contribuant au processus de « patrimonialisation » du paysage, les habitants des îles accompagnent, plus qu’ils ne précèdent, les mesures de protection121. Il est à cet égard intéressant de souligner que l’affirmation d’une conscience paysagère et la préoccupation patrimoniale s’accomplissent dans le même temps, alors que les administrateurs « extérieurs » apposent une exigence de conservation sur des paysages déjà consacrés. Dès lors, il est légitime de penser que l’application d’une législation favorise, au sein des insulaires, la reconnaissance de leur paysage, tout au moins son expression.

64Dans certains cas, le désir de protéger le paysage rejoint la volonté de maintenir l’intégrité du territoire insulaire. À Belle-Île, la mise en clôture de certaines portions du littoral conduit la municipalité de Sauzon à s’insurger :

  • 122 Ibidem.

« Certains propriétaires, étrangers au pays, et tout à fait indifférents au sort de la population, ont acquis divers points du littoral, les ont enclos jusqu’au niveau des hautes mers. […] Comme l’exemple est contagieux, l’usage tend à se généraliser. […] N’est-ce pas là l’accaparement sous une forme nouvelle, car, en somme, cette petite anse, cette petite plage, ces grottes, ces rochers que des générations se sont complu à considérer comme un patrimoine commun, ces sites artistiques que nos peintres et nos artistes se plaisent à placer dans leurs tableaux, n’ont-ils pas droit à quelque protection ?122 ».

  • 123 ADF E dépôt Délib., 4 juillet 1891.

65C’est moins la dégradation du paysage que l’on redoute, mais la privatisation de son accès qui relève en quelque sorte du patrimoine communal. Le conseil municipal de Locmaria redoute que les insulaires se sentent « comme prisonniers, enserrés de toutes parts au centre de leur pays sans pouvoir aller sur le bord de la mer123 ». Les usages du sol insulaire se trouvent ainsi clairement définis : d’une part, le territoire communautaire qui constitue la propriété des seuls insulaires ; le paysage, d’autre part, dont la jouissance appartient à tous mais reste de l’ordre du regard.

66Dans ces îles où le tourisme se déploie de manière précoce, à savoir Bréhat et Belle-Île, la réception d’une image paysagère magnifiée développe à l’évidence chez les insulaires une certaine fierté et contribue à renouveler la lecture de leur espace considéré désormais comme une richesse nationale. De fait, elle participe à la recomposition des identités. Rappelons à cet égard la constitution par Delaselle d’un parc, recueillant des plantes exotiques sur près de sept hectares, situés dans la partie orientale de Batz et achetés en 1906. Dans les autres îles bretonnes, en revanche, où les voyageurs se font plus rares et les conflits territoriaux sont moindres, les insulaires expriment plus timidement et tardivement cette perception esthétique de l’espace. À Batz, en 1891, le conseil municipal souligne la protection naturelle que constituent les rochers, sans toutefois évoquer leur beauté paysagère124. Signalons toutefois que l’absence de toute considération esthétique dans les délibérations ou les correspondances n’implique pas une cécité absolue des insulaires par rapport à la nature qui les entoure.

Notes

1 ADF 10 B 4.

2 AM O Délib., 4 février 1834.

3 Ibidem. Délib., 8 février 1851.

4 SHM Brest 3 A 106 Lettre des habitants de Sein, 28 août 1814.

5 « L’île deviendrait assurément en peu d’années la rivale des îles anglaises de la Manche pour la beauté et la richesse des cultures », AM O, Délib., 8 avril 1861.

6 ADF E dépôt Délib., 15 juin 1872.

7 Dans le cahier de Batz, il est dit « l’isle est la seule propriétaire des gouëmons qui l’entoure », ADF 10 B 19.

8 ADCA 7 M 130 Lettre du maire, 8 juillet 1815.

9 Ibidem. Lettre du maire, 6 octobre 1819.

10 Ibid.

11 AM O Délib., 6 novembre 1849.

12 ADCA 7 M 130.

13 Thibon C., op. cit., p. 70.

14 ADCA 7 M 130 Lettre du maire, 8 juillet 1815.

15 ADF E dépôt Délib., 22 mars 1890.

16 ADF 13 U8 62 Interrogatoire de J.-F. Kerrié, 19 février 1868.

17 Ibidem. Interrogatoire de O. Floch, 19 février 1868.

18 ADF E dépôt Délib., 23 décembre 1822.

19 AM BT Délib., 8 septembre 1871.

20 AM BT Correspondance du maire, lettre du maire, 1er mars 1872.

21 ADM 3 ES 86/2 Lettre du maire, 28 mars 1831.

22 AM BT Délib., 27 novembre 1880.

23 ADM 3 ES 241 Délib., 11 février 1900.

24 ADF E dépôt Délib., 22 mars 1890.

25 ADF 3 Z 59 Lettre du maire, 27 décembre 1857.

26 ADF E dépôt Délib., 8 mai 1825.

27 Ibidem, 8 mai 1842.

28 19 mars 1900.

29 Autour des îles bretonnes…, op. cit., p. 133-134.

30 Péron F., Ouessant, l’île sentinelle, op. cit., p. 38-41.

31 Cité par Pache J.-L., op. cit., p. 163.

32 Cité par Corbin A., Les cloches de la terre. Paysage sonore et culture sensible dans les campagnes du xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1994, p. 101.

33 AM O Correspondance du maire, 14 août 1900.

34 Ibidem. Correspondance du maire, 6 mars 1907.

35 ADM U 546.

36 AM BT Délib., 8 décembre 1865.

37 AM O Délib., 27 décembre 1850.

38 AM GX Délib., 29 novembre 1852.

39 Écomusée de Groix, op. cit., p. 146.

40 ADM 3 ES 241/12 20 janvier 1839.

41 Le « mauvais voisin » est une réalité rurale. Il fait l’objet de la vindicte villageoise dans le Quercy. Ploux F., Les formes de conflit…, op. cit., p. 86.

42 ADM 3 ES 69/1 Déposition 7 septembre 1815.

43 ADF 42 U22/5 14 décembre 1885.

44 Le 20 juin 1811, une femme accuse un homme du même village de l’avoir battue. ADM 3 ES 69/1.

45 ADM U 547 Interrogatoire de J. Thomas, 23 mars 1827.

46 ADM 3 ES 86/4 Lettre du recteur, 2 décembre 1848.

47 ADM 2U 3070 Procès verbal, 15 février 1884.

48 ADF 57 U9/50 29 décembre 1908.

49 ADF 42 U 22/4 Conciliation le 22 mai 1879.

50 François Ploux souligne les modalités et les finalités de l’arrangement. Il souligne l’existence d’une mémoire des terres. Les formes de conflit…, op. cit., p. 84.

51 AM PAL Délib., 5 mai 1826.

52 ADF 4 U2 112 Rapport du juge de paix, 20 février 1849.

53 Soulet J.-F., op. cit. et Ploux F., Les formes de conflit…, op. cit.

54 Les archives tout au moins n’en referment pas.

55 Naudin R., op. cit.

56 La paroisse de Locmaria.

57 Le Palais, bulletin paroissial.

58 Ces contrastes ville-campagne et la perception négative des ruraux se retrouvent dans le Quercy et dans le Limousin. Ploux F., Les formes de conflit…, op. cit. et Corbin A., Archaïsme et modernité en Limousin au 19e siècle, 1845-1880, Limoges, Pulim, [1975], 1999. Ils existent aussi en Bretagne. Le Guirriec B., « Le bourg et les espaces ruraux dans une commune du Sud Bigouden », Ethnologie française, 1983, tome XIII, n° 2, p. 163-170

59 ADM V 596 Lettre du maire, 24 mai 1886.

60 ADM 3 ES 241/1O6 Lettre du maire, 8 mars 1826.

61 ADM 3 ES 9/7 Lettre du maire, 24 avril 1877.

62 ADM V 596 Lettre du maire, 24 mai 1886.

63 ADM 1Z 163 Lettre du maire de Bangor, 5 décembre 1831.

64 ADM 3 ES 9/16 Lettre du maire, 23 juillet 1826.

65 ADM U 1991.

66 14 octobre 1900.

67 ADM T 461 Lettre du vicaire, 2 novembre 1838.

68 ADM 1Z 163 Lettre du maire, 21 août 1880.

69 ADF 42 U 22/6 13 juillet 1891.

70 Ecomusée de Groix, op. cit.

71 Voir notamment Corbin A., Le monde retrouvé de Louis-François Pinagot…, op. cit.

72 AM BT Délib., 23 décembre 1869.

73 Ibidem. Délib., 8 septembre 1871.

74 AM GX Délib., 9 novembre 1873.

75 Ibidem.

76 ADM T 232 Lettre de l’inspecteur primaire, 25 janvier 1874.

77 AP Groix Notes du recteur Le Livec.

78 À Ouessant, s’ajoute une autre division qui relève des « quartiers » mais n’apparaît pas dans les archives du xixe siècle. Péron F., Ouessant, l’île sentinelle, op. cit.

79 À Goulien, chaque moitié de la commune organise ses propres veillées, Pelras C., « Goulien, commune rurale du Cap Sizun (Finistère). Étude d’ethnologie globale », Cahiers du centre de recherches anthropologiques, 1966, tome 10, p. 550-561.

80 Ils soulignent notamment l’absence de communications régulières. ADF 10 B 4 et 10 B 19.

81 ADCA 7 M 130 Lettre du maire, 8 juillet 1815.

82 AM O Délib., 10 mai 1819.

83 AM BT Délib., 20 septembre 1832.

84 AM O Délib., 6 décembre 1834.

85 AM BT Délib., 17 février 1900.

86 Molène signale que « le gouvernement accorde des vivres aux habitants de l’île des Saints » ADF 10 B 4.

87 ADCA 5 M 13 Lettre du maire, 31 mars 1834.

88 ADF E dépôt Délib., 19 octobre 1888.

89 AM BT Délib. 25 mai 1793.

90 Ibidem. Délib. 20 septembre 1832.

91 Ibid. Délib. 22 août 1838.

92 AM GX Délib., 14 février 1841.

93 Ibidem. Délib., 8 avril 1833.

94 AM BT Délib., 20 novembre 1823.

95 AM O Délib., 8 avril 1861.

96 AN F1 b II Finistère Lettre des habitants de Batz, 1er mars 1828.

97 ADF 4 S 205 Rapport de l’ingénieur ordinaire, 4 novembre 1871.

98 AM GX Délib., 3 décembre 1893.

99 Ibidem, 17 novembre 1861.

100 AM O Délib., 2 juillet 1852.

101 Ibidem, 8 avril 1861.

102 ADF 1T 79, 15 juillet 1868.

103 AM S Délib., 10 juin 1904.

104 AM GX Délib., 17 octobre 1852.

105 AM BT Délib., 11 août 1871.

106 Ibidem, 12 novembre 1879.

107 Le conseil de Groix estime ainsi « utile » la création d’une foire. AM GX Délib., 11 mai 1862.

108 ADCA 1 M 278 Renseignements topographiques et statistiques sur les communes, 1822.

109 ADM 3 ES 86/19 Délibération de la fabrique de Houat, 30 mars 1845.

110 Ibidem.

111 AP Groix, op. cit.

112 AM BT Délib., 25 mai 1872.

113 Ibidem, 12 septembre 1880.

114 Ibid., 26 mars 1899.

115 Ibid., 19 mai 1907.

116 Petitjean E., Belle-Île-en-mer : nouveau guide pratique du touriste, Le Palais, E. Petitjean, 1903.

117 Cette affiche du début du xxe siècle est conservée par la Vie du Rail.

118 AM PAL Délib., 19 mai 1901.

119 ADM 3 ES 241 Délib., 11 août 1909.

120 AM BT Délib., 17 mars 1901.

121 En 1912, le conseil municipal demande le classement d’un terrain communal sur lequel se trouve « un superbe rocher ». (AM BT Délib., 29 décembre 1912). Le préfet fait alors savoir « que l’île de Bréhat tout entière a été classée », ADCA 4 T 12 Lettre du 4 janvier 1913. Cette correspondance témoigne d’une connaissance partielle de la législation.

122 Ibidem.

123 ADF E dépôt Délib., 4 juillet 1891.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search