Version classiqueVersion mobile

Les îles bretonnes

 | 
Karine Salomé

Deuxième partie. La curiosité en éveil observation et contemplation

Chapitre 2. Paysages

Texte intégral

1À partir de la fin du xviiie siècle, les voyageurs qui se rendent dans les îles s’affranchissent de la seule visée utilitariste et confèrent à l’espace différentes significations, qui relèvent tant du domaine esthétique, historique et légendaire que scientifique. Enchevêtrées pendant la première moitié du xixe siècle avant de se dissocier dans la deuxième partie du siècle, ces différentes lectures ont en commun de proposer la vision d’un espace profondément naturel.

Les vestiges de l’abîme

  • 1 Corbin A., op. cit., p. 115-116.

2À partir de la fin du xviiie siècle, le regard qui est porté sur les îles bretonnes s’enrichit d’une fascination pour les origines du monde qui définit, dès les années 1750, le littoral comme l’un des lieux privilégiés, au même titre que la montagne, dans la lecture du passé et qui érige les bordures côtières au rang d’ » archives de la terre1 ».

3Cette quête est loin de revêtir une grande ampleur, en comparaison notamment de l’attention et des démarches que suscitent les petites îles britanniques à l’exemple de Staffa. Peu de voyageurs, en effet, se rendent, au cours du premier xixe siècle, dans les îles bretonnes dans le seul but d’étudier la configuration du littoral et d’en examiner les diverses strates. Toutefois, au hasard des visites, certains se livrent à des observations, qu’ils consignent dans leurs ouvrages sous la forme de notations rares et éparses, et s’interrogent sur le passé et l’évolution tant de la structure terrestre que des îles. Les « antiquaires » passent également de considérations relatives au temps historique à des observations concernant une temporalité géologique « autre ».

4Quelques naturalistes, enfin, emploient une partie de leur temps et de leurs déplacements à de semblables préoccupations.

5En dépit de son caractère limité, cette fascination à l’égard des origines du globe contribue à promouvoir et à renouveler l’intérêt porté aux îles, plus spécifiquement à leurs contours. Comme sur le continent, les pratiques se trouvent enrichies par la traque de signes destinés à confirmer ou infirmer les thèses défendues. L’espace insulaire confère néanmoins une dimension singulière à cette recherche. Suggérant par son apparence même sa possible disparition, il aiguise de fait la conscience de l’éphémère qui préside à la lecture du rivage.

6Dans la deuxième moitié du xixe siècle, la timide consécration géologique des îles bretonnes s’accompagne d’une attention aux singularités naturelles, végétales et animales qu’elles renferment et qui se révèlent parées également de cette dimension de vestiges dont la collecte s’avère impérieuse.

L’usure du globe

  • 2 Ibidem.

7L’appréciation des îles bretonnes ne peut être envisagée sans évoquer les nombreuses théories de la terre, qui attribuent un rôle déterminant à la mer dans la création et la configuration du globe, conférant au littoral un rôle privilégié dans la compréhension de ce dernier2.

  • 3 C’est notamment l’avis de Hutton, en 1795, qui propose une Théorie de la terre. Voir Hooykaas, Con (...)

8Pour la majorité des contemporains du xviiie siècle, le Déluge explique les formes du relief terrestre, et ce en dépit des multiples invraisemblances qui jalonnent le récit biblique et qui donnent lieu à des interprétations savantes contradictoires. Au fil du siècle, d’autres facteurs d’explication sont avancés et tendent à estomper le déterminisme majeur du cataclysme divin. La nature se voit ainsi reconnaître un rôle de création qui s’exerce de manière ininterrompue et qui discrédite toute nécessité de recourir au déluge3.

9Toutefois, l’imaginaire biblique reste présent dans les esprits. Jusque dans les années 1830 prévaut le catastrophisme dont l’audience redouble en France au lendemain de la Révolution et qui concilie souvent déluge et événements violents récents. L’accent est mis, en effet, sur des catastrophes de nature diverse, inondations ou éruptions volcaniques, qui ont entraîné le soulèvement soudain de continents entiers et la submersion parallèle de territoires immenses, laissant au globe son aspect présent.

  • 4 Principes de géologie, Paris, Langlois, [1830], 1845-1848.
  • 5 Voir Porter R., The making of geology. Earth science in Britain, 1660-1815, Cambridge University P (...)

10À partir du deuxième tiers du xixe siècle, en revanche, la conception actualiste triomphe et rend dérisoire le recours aux phénomènes de convulsions. À la suite notamment de la publication de l’ouvrage de Lyell en 18304, l’œuvre lente, insensible qu’exerce la nature est affirmée avec force. La configuration de la terre s’explique donc par des facteurs qui existaient dans les premiers temps et qui agissent encore, avec une intensité égale, parmi lesquels l’érosion. La géologie scientifique impose dorénavant de recourir à des temporalités immenses qui allongent de manière considérable le temps historique et humain et qui constituent un phénomène majeur dans l’évolution des représentations5.

  • 6 Histoire physique de la mer, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1725.
  • 7 Buache P., Considérations géographiques et physiques sur les nouvelles découvertes au nord de la g (...)

11Au sein de ces différentes conceptions, évoquées brièvement, l’île n’occupe qu’une place infime et marginale. De fait, depuis les théories de la terre du xviie siècle et la théologie naturelle, elle constitue un élément qui, loin d’être au cœur de l’explication, permet de s’interroger sur l’origine du littoral, et plus généralement du monde, et d’en révéler l’organisation. Rappelons à cet égard que les diverses théories développent la thèse, à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, d’une continuité géographique qui justifie la disposition du littoral par un ordonnancement général du monde. Marsigli souligne ainsi la symétrie qui caractérise la disposition des montagnes et des fonds marins6. Dans sa lignée, Buache définit l’existence de montagnes qui jalonnent le globe, tant à la surface qu’en profondeur. Les îles forment ainsi les sommets émergés de ce qui forme la charpente du globe7. Dans ce système qui se veut global, elles constituent les traces d’une cohésion et d’une cohérence terrestres.

12Il est certes difficile d’apprécier, à sa pleine mesure, le savoir scientifique des visiteurs qui se rendent dans les îles bretonnes. Toutefois le regard qu’ils portent sur l’espace insulaire paraît empreint de ces conceptions diverses et s’en fait l’écho timide. Il semble vain également de tenter une généalogie des modalités d’appréciation, car les lectures s’enchevêtrent, se succèdent, se contredisent. En outre, une même personne peut être amenée à considérer l’espace insulaire à travers plusieurs « systèmes » de représentation, et ce selon le moment ou l’intention.

  • 8 Op. cit., tome 2, p. 251.

13Il convient de souligner que l’origine même des îles n’est pas au cœur des préoccupations. Rappelons que dès le xviie siècle, les théories de la terre présentent les îles comme des fragments du continent, dispersés par le déluge de manière hasardeuse à la surface de la mer. La théologie naturelle suggère, quant à elle, une essence commune aux îles et au continent. De fait, dans la deuxième moitié du xviiie siècle, il est clairement établi aux yeux des contemporains que les îles sont de même nature que le continent, dont elles ont été détachées. Cambry reprend cette certitude, affirmant que Sein « autrefois faisoit partie [du Raz]8 ».

  • 9 Op. cit., p. 259.

14En revanche, les interrogations subsistent quant à la cause et à la nature de cette séparation. En fait, ce n’est pas l’île même, en tant qu’objet géographique, qui intéresse, mais la portion de littoral comprise entre l’île et le continent, et dont la disparition suscite hypothèses et controverses. Esquissée par Ogée, la question est balayée au motif qu’il n’est pas lui-même scientifique et qu’il réserve la réponse aux « physiciens9 ». Ces interrogations perdurent au cours du xixe siècle, comme l’atteste la réflexion de Brousmiche en 1831 :

  • 10 Op. cit., p. 17.

« Ces îles ont-elles anciennement fait partie du continent ? Sont-elles un produit de quelques convulsions de la nature ? […] Mais l’histoire depuis des temps reculés est muette sur ce point qui restera longtemps sans être éclairci10 ».

  • 11 Essai sur les antiquités du Morbihan, Vannes, Galles aîné, 1825, p. 280.
  • 12 Ibidem, p. 281.
  • 13 Bouet A., « La baie d’Audierne », tome 3, p. 156.

15À partir de la fin du xviiie siècle, toutefois, certains visiteurs avancent des explications et les accompagnent parfois d’une observation concrète et rigoureuse de l’espace insulaire. On retrouve bien évidemment l’emprise du schéma biblique qui se révèle manifeste à la lecture de certains textes. Mahé, chanoine de la cathédrale de Vannes, condamne ainsi de manière virulente Cambry et plus généralement les géologues modernes qui « se hâtent de donner à nos continents une antiquité effroyable11 ». Il conçoit que les flots aient pu causer la séparation des îles, qu’un affaissement de la terre ait pu se produire, mais il estime que ces phénomènes n’ont pu se produire qu’à « une époque de médiocre antiquité, sans qu’on en ait conservé le souvenir, parce que les Gaulois n’écrivoient pas l’histoire12 ». Il présente une conception ambiguë, loin d’être marginale à l’époque, qui semble concilier le texte biblique et des théories diluviennes catastrophistes. Pendant une grande moitié du xixe siècle, les représentations insulaires restent empreintes de ces conceptions catastrophistes, qui recourent au thème du déluge ou l’ignorent selon les cas. Un article paru dans La France maritime en 1837 suggère ainsi que l’île de Sein trouve son origine dans « une séparation convulsive13 », dont l’époque reste cependant inconnue.

  • 14 Op. cit., tome 1, p. 115.

16Dans le même temps, d’autres voyageurs contemplent dans les îles bretonnes le produit d’une usure du littoral et de la terre, la conséquence d’une évolution lente et inachevée. Dès lors, s’impose un rapport différent à l’espace, d’autant que la relation au temps se trouve également renouvelée et enrichie par la longue durée géologique. Les îles constituent par conséquent non des ruines immuables, mais des témoins en perpétuel mouvement qui attestent d’un processus encore à l’œuvre. Cambry soutient cette thèse, non sans contradiction. Adhérant à la conception d’un temps long, d’une durée quasi-éternelle du globe, il n’hésite pas à recourir parallèlement à un temps historique. Il rapporte ainsi, sans les critiquer, les propos d’un vieillard de l’île de Batz qui affirme « que du tems de saint Pol, c’est-à-dire il y a des siècles […] on passoit de l’île à la terre sur une tête de cheval14 ». Quelques décennies plus tard, Fréminville abonde dans le même sens. Il se laisse envahir par le vertige de l’infini lors de son déplacement à Sein, témoignant de cette confusion intime qui unit, dans le premier xixe siècle, le savoir et l’émotion :

  • 15 Op. cit., p. 174-175.

« Une chaîne d’écueils non moins redoutables s’étend entre cette suite d’îles et d’îlots, prolongement antique du continent, mais que la main puissante du temps et les efforts continuels des flots de l’océan en ont successivement séparé. L’imagination s’effraie, se perd dans la supputation du nombre incommensurable d’années qu’il a fallu pour que la mer rongeât, brisât et détruisît le granit primordial qui joignait entre elles et unissait au continent les îles de Molène, de Béniguet et d’Ouessant. Leur isolement est l’ouvrage de mille siècles peut-être !15 ».

17Dans ce cadre, prolongeant la vision de l’époque moderne qui ne conçoit les îles que par rapport à la terre ferme, le regard se tourne vers le continent, vers le gouffre qui sépare les îles de la grande terre. Les visiteurs adoptent la vision panoramique qui permet, et ce de manière tout à fait classique, une saisie globale de ces éléments naturels désormais divisés et qui en autorise ainsi la compréhension. Ils recherchent notamment les traces qui attesteraient d’une extension ancienne du littoral et par conséquent de sa désagrégation. Les moindres îlots qui affleurent, mais aussi les archipels acquièrent le statut de balises déchiffrables qui rendent intelligibles la nature. Bréhat et les nombreuses petites îles environnantes attestent ainsi de l’existence d’un socle autrefois plus étendu. De même, Ouessant et la multitude d’îles et d’îlots qui sont situés de manière quasi linéaire entre elle et le continent, parmi lesquels Molène, démontrent avec évidence, aux yeux des contemporains, l’usure de la surface terrestre. Sein enfin, de par sa configuration, éveille le sentiment d’être confronté à un archipel et au phénomène d’érosion. Les îles revêtent ainsi, en regard du littoral continental, une dimension singulière et exemplaire. Elles constituent la seule et l’ultime trace de l’étendue première de la grande terre et de son usure. Elles offrent, en outre, une lecture aisée de la terre, rendant son histoire intelligible, car sensible, réelle, concrète.

  • 16 Op. cit., tome 2, p. 78.

18Certains visiteurs se livrent également à la recherche et à l’observation de lignes directrices qui président à l’ordonnancement des éléments et attestent d’une continuité. Cambry estime que l’île d’Ouessant « par une suite d’îlots, de bancs de sable et de rochers, s’unit à la côte du Conquet et de Saint-Mathieu16 » et forme une chaîne. Dès lors, l’île ne constitue plus une ruine ou un vestige, mais une construction fondamentalement terrestre.

19Les îles bretonnes suscitent donc un certain intérêt en raison de leur statut de témoins, ruines nées du déluge ou d’un cataclysme violent, vestiges privilégiés de l’usure de la terre. L’observation de l’espace insulaire s’accompagne par conséquent d’une fascination pour le temps long, indéfini du globe et par conséquent de l’origine de la terre. En outre, la perception de deux temporalités distinctes esquisse le dessin d’une nature indépendante de l’homme, sur laquelle ce dernier n’a pas d’emprise.

  • 17 Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, Paris, Hachette, 1876-1883, tome 1, p (...)
  • 18 Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, tome 2, Paris, Hachette, 1877, p. 602.

20Dans la deuxième moitié du xixe siècle, le thème de la séparation des îles ne suscite plus guère d’interrogations. Il semble établi, aux yeux des contemporains, que cette dernière résulte de la conjonction de plusieurs facteurs, à savoir l’érosion et l’effondrement ou l’ennoyage du littoral. Des controverses perdurent toutefois à propos de l’époque de la séparation. Le géographe Desjardins s’interroge sur le temps qui a été nécessaire à la dissociation d’Ouessant par rapport au continent. Défendant l’idée d’une séparation établie bien avant l’époque romaine17, il s’oppose à Elisée Reclus, selon lequel certaines îles n’ont été coupées du continent qu’à un moment faisant partie de la période historique18.

  • 19 Journal des débats, 14 septembre 1891.

21Dans le même temps, l’origine des îles donne lieu à des figures stéréotypées, qui suggèrent, à travers l’image des ruines, la violence, voire la mort, et s’accordent ainsi avec la description d’un paysage triste et inquiétant. La littérature et les guides de voyage de la fin du xixe siècle usent des métaphores, tels les « lambeaux de terre19 », et soulignent l’action destructrice de l’océan qui ronge peu à peu le littoral.

L’émiettement des contours

  • 20 Op. cit., tome 1, p. 101.

22À partir des années 1840, le triomphe des conceptions actualistes et la conviction d’un monde en constante évolution qui en résulte incitent les visiteurs à orienter leur regard vers les contours des îles. L’attention portée aux bordures ne constitue pas un fait nouveau. D’une part, les ingénieurs du Roi se livrent, au cours du xviiie siècle, à un examen minutieux. D’autre part, certains visiteurs relaient la fascination éprouvée pour l’espace indéfini que forme le rivage, où la limite entre l’élément terrestre et le milieu marin se brouille. Cambry observe ainsi avec étonnement l’existence de fontaines remplies d’eau douce à Batz qui, en dépit des marées qui les recouvrent, conservent leur « pureté20 ».

23Cette attention prêtée aux contours acquiert un autre sens au milieu du xixe siècle. Il s’agit désormais de contempler la nature à l’œuvre, de lire l’histoire présente et future du globe. Outre leur statut de témoins du passé, les îles deviennent dès lors des vestiges du présent, en sursis et amenés à disparaître dans le futur, qui offrent donc un résumé de la généalogie de la terre. Les visiteurs relèvent ainsi avec insistance l’effritement progressif de l’espace insulaire et mettent en exergue les transformations infimes. À deux reprises, Bachelot de la Pylaie se rend à Sein. En 1846, il éprouve des difficultés à reconnaître l’île :

  • 21 Op. cit., p. 6.

« L’Océan empiète si fort de l’île de tous côtés, que les anciens ont vu des jardins sur le plateau granitique disparaître […]. Il y en avait également sur celui qui rattachait le sol du bourg au rocher nommé le Guerveur, et qui ont été emportés depuis mon premier voyage : on aperçoit encore les débris de leur clôture21 ».

  • 22 La vierge de Groa, poème précédé d’une notice sur l’île de Groix, suivi d’autres poèmes, Paris, La (...)
  • 23 Histoire de Belle-Île-en-mer, Nantes, Impr. de V. Forest, 1852, p. 133.

24Les visiteurs s’emploient à observer des bouleversements géologiques dont la visibilité et l’imminence réjouissent. Alexis de Saint-Michel signale des rochers de Groix sur le point de s’effondrer22, Chasle de la Touche note que la Mer sauvage gagne du terrain et fait tomber des morceaux de falaise à Belle-Île23. Comme le littoral, les îles bretonnes offrent la possibilité d’admirer les métamorphoses ininterrompues d’une terre dynamique, en quelque sorte vivante.

  • 24 L’ingénieur des Ponts et Chaussées, Mengin, rapporte cette lutte. Ports maritimes de France. Notic (...)
  • 25 Op. cit., p. 6-7.
  • 26 Raz de Sein, diverses légendes sur la ville d’Is (françaises et bretonnes), études sur l’affaissem (...)

25Elles présentent également le spectacle de l’affrontement des éléments, au sein desquels l’homme tente de préserver son existence. Nombre de voyageurs rapportent le combat que livrent les Sénans, édifiant une jetée afin de rendre moindres les effets des hautes marées, symboles en quelque sorte de la lutte qui oppose les sociétés historiques à la longue durée géologique24. Cet affrontement revêt toutefois une dimension singulière. L’effritement continu des bordures insulaires rappelle en effet à chaque instant la possible disparition des îles et rend plus aiguë la conscience du caractère éphémère de la condition humaine. Bachelot de la Pylaie affirme ainsi que Sein n’existera plus dans les deux siècles à venir25. Près de cinquante ans après, en 1896, Boulain rédige une monographie sur la même île et s’interroge : « qui sait par quel cataclysme […] l’île est-elle destinée à disparaître un jour ?26 ». La littérature se fait le relais de cette inquiétude qui évolue vers le stéréotype et s’accorde avec l’image morbide de certaines îles. En 1896, Charles de La Pacquerie envisage l’avenir d’Ouessant en ces termes :

  • 27 Op. cit., p. 107.

« Bien des siècles passeront, bien des tempêtes s’abattront sur l’île. Peu à peu ses bords diminueront rongés par les flots ; […] rocher abrupt, désert, Ouessant n’apparaîtra plus au navigateur que comme un point au milieu de l’océan verdâtre27 ».

  • 28 1829, tome II, p. 32.
  • 29 Molène est décrite comme « à demi noyée, [elle] gît semblable à un grand radeau échoué », Aubert C (...)

26Cette crainte, empreinte d’une certaine jouissance, de la disparition prolonge le fantasme d’engloutissement, déjà présent à l’époque classique et particulièrement évoqué à propos de Sein dont la configuration suggère une submersion possible. Au cours du xviiie siècle et du premier tiers du xixe siècle, les contemporains soulignent de manière récurrente la menace de la mer, qui complète l’image inquiétante des îles. Un article paru dans Le navigateur, en 1829, évoque « [les rivages] profondément déchirés et comme rongés par les flots qui semblent menacer d’engloutir l’île entière28 ». L’île fascine par sa fragilité, que souligne la métaphore du bateau, voire du radeau, abondamment utilisée par les voyageurs dans la deuxième moitié du xixe siècle29.

  • 30 Op. cit.
  • 31 Op. cit.

27Ces préoccupations et ces fantasmes déterminent les visiteurs à prêter une attention soutenue et minutieuse aux contours des îles, et non plus à l’ensemble vaste qui inclut ces dernières et le littoral. Dès lors, si elle constitue toujours un moyen privilégié dans la perception de l’effritement côtier, la vision panoramique s’accompagne d’une observation des moindres roches, des infimes traces de fragmentation. Armand de Quatrefages illustre la conjugaison des deux approches. Après avoir cherché en vain une butte qui lui aurait permis d’envisager de façon globale le tracé des limites naturelles, il arpente consciencieusement les contours de Bréhat, reproduisant les pratiques déjà codifiées en d’autres points du littoral30. Trois décennies plus tard, Escard entreprend une visite méthodique de Hoëdic et se met en quête d’un monticule qui lui livre le secret de la constitution géologique de l’île31. Les voyageurs reprennent ainsi à leur profit des démarches initiées dès le xviiie siècle, qui visent, de la même façon, à rendre l’espace intelligible, mais auxquelles ils confèrent une finalité renouvelée.

  • 32 Corbin A., op. cit., p. 116.
  • 33 Op. cit, p. 98.

28Le regard s’attache ainsi avec minutie sur les formes, les volumes, les hauteurs. Les visiteurs distinguent, individualisent et promeuvent dès lors des éléments qui sont à leurs yeux exemplaires. Ils privilégient les contours particulièrement déchiquetés, brisés, sur lesquels l’affrontement entre la mer et la terre se déroule avec force. Les hautes falaises curieusement ne retiennent guère l’attention et ne provoquent pas l’examen studieux des multiples strates empilées qu’elles suscitent dans des îles telle Wight ou le long du littoral32. Les amas rocheux, en revanche, figurent parmi les hauts lieux de la quête géologique. La pointe du Paon, à Bréhat, acquiert à cet égard le statut d’objet géographique remarquable. Selon Quatrefages, elle représente un modèle quant à l’action de l’érosion et offre le spectacle parfait de la nature à l’œuvre33. De même, en 1852, Saint-Genis éprouve une certaine satisfaction à déceler, dans les rochers gigantesques qui jalonnent Ouessant, l’origine de l’île :

  • 34 Notice sur Ouessant, Brest, Le Fournier aîné, 1852, p. 4.

« Perpétuellement battue par les flots, rongée par leur action incessante, par le mouvement continuel du flux et du reflux, par le souffle impétueux des vents, [l’île] a été dépouillée, déchiquetée et profondément entamée partout où la nature compacte de la roche offrait moins de résistance aux efforts destructeurs de l’océan34 ».

29Les îlots bénéficient également de cette attention. À Ouessant, la petite île de Keller, ou même le rocher de Corse, situé dans la baie de l’île, sont mis en évidence car ils attestent de l’effritement de l’île. De même, les îlots situés autour de Bréhat deviennent signes de l’amenuisement progressif de cette dernière, et non plus seulement du littoral dans son ensemble. Ils offrent les preuves démultipliées, les exemples sans fin d’une évolution naturelle et permettent ainsi de donner du sens à ce dédale de « débris ». L’appréciation géologique rejoint la valorisation esthétique. Elle crée, conforte ou relaie, sans qu’il soit possible de démêler les liens enchevêtrés, l’admiration pour un paysage estimé pittoresque.

  • 35 « Excursion géographique interuniversitaire en Bretagne. 2e journée : l’île de Bréhat », Annales d (...)
  • 36 « Excursion géographique en Basse-Bretagne. 1. Rennes-Morlaix. 3e journée : l’île de Bréhat et les (...)
  • 37 Ibidem.
  • 38 C’est notamment le cas de Vallaux C., La Basse-Bretagne. Essai de géographie humaine, Paris, Corne (...)
  • 39 Op. cit., p. 23.

30À partir des années 1890, on assiste à une dissociation des approches et des pratiques. Les géologues se livrent à des excursions spécifiques, à l’exemple de Lecatonnoux35 et de Martonne36, qui se rendent tous deux à Bréhat, respectivement en 1905 et 1906, à cette seule fin. Ils s’affranchissent dorénavant de toute approche esthétique. De Martonne reconnaît certes la beauté du paysage de Bréhat qui s’offre à lui, mais il privilégie le spectacle qu’offre la marée basse, car beaucoup plus « instructif37 ». Généralement, les scientifiques retiennent les sites déjà distingués par les savants du premier xixe siècle et qui sont devenus depuis des hauts lieux du tourisme, à l’exemple de Bréhat, mais, ils s’emploient dorénavant à scruter les traces de l’érosion, à déceler les interactions des différents facteurs que sont le climat, l’hydrographie et le relief, à mettre en parallèle les configurations de différentes îles38. Les îles deviennent par conséquent des entités géographiques reconnues dans leur spécificité. Rappelons que la notion d’insularité émerge à partir des années 1860 et invite à déterminer les caractéristiques communes aux îles. Les pratiques scientifiques sont par conséquent affinées. Le parcours se révèle plus analytique. De Martonne suit ainsi les côtes afin d’observer « pas à pas le travail de démantèlement qui s’accomplit39 », compare les anses et leur aspect plus ou moins arrondi.

  • 40 La Bretagne, op. cit., p. 419.
  • 41 Op. cit., p. 59.
  • 42 Îles bretonnes, op. cit., p. 9.

31Parallèlement, les visiteurs, les touristes, relayés par la littérature, empruntent ou transforment les phénomènes d’érosion en figures stéréotypées. Ils promeuvent une image violente, qui complètent les figures déjà entrevues de la séparation brutale des îles. Ils renforcent de fait l’aspect déchiqueté des contours que valorisent les codes esthétiques. Geffroy parle à propos de Sein d’une île « lapidée par la mer40 », Eudel admire « les énormes blocs fouillés, déchiquetés, décharnés41 » de la pointe des Poulains, à Belle-Île. L’imminence, voire le caractère instantané, de la catastrophe, rend le spectacle encore plus fascinant et ajoute au caractère pittoresque des paysages. Le Braz dépeint à Belle-Île « des morceaux de falaises fraîchement détachés, mais restés encore en suspens, des glissements de terre herbeuse, près de s’écrouler, des entailles qui vont s’élargissant entre d’énormes blocs et la terre dont ils se séparent peu à peu42 ».

32À l’égard de la géologie, les îles bretonnes tendent ainsi à constituer des lieux exemplaires. Même si l’attention qui est portée à leur configuration reste timide, elle concourt néanmoins à éveiller ou à conforter l’intérêt que les contemporains portent aux îles, à valoriser les contours et ajouter du sens aux masses rocheuses. L’espace insulaire renvoie de fait à une dimension temporelle, suggérant, comme le littoral mais avec une plus grande acuité semble-t-il, le passé, le présent, mais aussi l’avenir du monde.

L’île laboratoire

  • 43 Cette attitude n’est pas spécifique aux îles bretonnes. À la fin du xviiie siècle et au début du x (...)

33La dimension temporelle se révèle également manifeste dans l’approche des naturalistes, des géographes ou des botanistes, qui envisagent l’espace insulaire sous l’angle du réceptacle de vestiges singuliers en sursis43.

  • 44 Seul subsiste le récit de son déplacement à Sein, op. cit.
  • 45 Op. cit.
  • 46 Voyage à Belle-Île, Nantes, Impr. Mellinet, 1855. Citons également Lloyd J., Flore de l’Ouest de l (...)

34Dès la deuxième moitié du xviiie siècle, la singularité de la vie animale est signalée par certains géographes qui évoquent la présence d’une race de chevaux nains à Ouessant. C’est toutefois au cours du xixe siècle que quelques naturalistes se rendent dans les îles bretonnes, à l’exemple de Bachelot de La Pylaie qui porte un intérêt certain aux îles. En 1818, il explore Ouessant, Molène et l’archipel qui les entoure. À deux reprises, il se rend à Sein, en 1822 puis en 1846. Il visite également Belle-Île et fait un long séjour à Houat et Hoëdic44. Dans la même lignée, Quatrefages parcourt Bréhat dans les années 185045, Moriceau explore Belle-Île en 185446.

  • 47 Il évoque ainsi la présence d’un rat noir, op. cit., p. 107.
  • 48 Op. cit., p. 164.

35Animés par la volonté de découvrir la flore et la faune insulaires, ces naturalistes se rendent d’autant plus volontiers dans les îles que ces dernières recèlent, à leurs yeux, des espèces disparues sur le continent, mais aussi des variétés singulières. À cet égard, les savants sont souvent émerveillés par la variété et la diversité de la flore qui trouvent leur origine dans la clémence du climat. Le myrte et le figuier, qui poussent avec facilité à Bréhat, suscitent ainsi une surprise constante. L’attention se porte également sur la faune insulaire, à l’exemple de Quatrefages qui signale la présence de races animales déjà disparues sur le continent et dont la raréfaction laisse penser à une prochaine extinction47. Dès lors, ces voyageurs adoptent des pratiques qui consistent non seulement dans une observation méticuleuse, mais aussi dans la collecte de trophées. Quatrefages consigne avec fierté les dessins, les notes et les animaux conservés dans le formol qu’il s’apprête à exhiber48.

  • 49 Op. cit., p. 106-109.

36À partir des années 1850, la seule observation s’enrichit d’une réflexion sur les lois de la nature. Dans la lignée de Buffon et de Linné, Quatrefages s’emploie à déceler une logique dans la nature des espèces qu’il découvre à Bréhat. Déçu en effet par le nombre limité de plantes qui lui est donné à observer, gardant en mémoire la richesse de la flore de Chausey, il s’attache à comprendre la différence qui existe entre les deux îles et applique la théorie de Linné selon laquelle la variété des espèces dépend de la superficie de l’espace49.

  • 50 « Une excursion botanique aux îles de Molène, d’Ouessant et de Sein », Bulletin de la Société bota (...)
  • 51 « Étude botanique sur l’archipel de Bréhat », Compte rendu de l’Association française pour l’avanc (...)

37L’idée que les îles seraient des réceptacles privilégiés d’espèces singulières s’enrichit des recherches de Humboldt et de Ritter, qui soulignent l’importance des interactions entre les domaines minéraux, géologiques et botaniques, et des études de Darwin qui mettent en exergue l’importance de l’environnement et dégagent la notion d’endémisme. L’espace insulaire fait alors figure de laboratoire naturel particulièrement prisé, tant par la singularité de la flore et de la faune qu’il renferme, que par la visibilité des lois de la nature, la clarté des interactions et des influences qu’il propose. Les études restent toutefois relativement modestes. Elles s’orientent principalement vers les dissemblances et les convergences décelables au sein des îles. En 1875, Thiebaut met ainsi en évidence l’existence d’une même flore à Molène, Ouessant et Sein, ce en raison d’une constitution géologique semblable, mais dont il reconnaît néanmoins le manque de singularité50. De fait, la quête d’originalité est parfois contrariée. En 1899, Camus exprime la déception qu’il a ressentie lors de sa visite de Bréhat face à un manque de richesses naturelles qu’il attribue à une trop grande proximité de l’île par rapport au continent51. Les naturalistes et les botanistes éprouvent cependant une certaine satisfaction à composer un savoir qui se veut exhaustif. Leurs pratiques, enfin, ne présentent guère de spécificité. Arpentant les bordures côtières, ils visitent les criques, se hissent sur les parties les plus élevées de la côte, s’enfoncent dans les marécages, sillonnent les chemins et les lieux intérieurs.

38Les îles composent donc des laboratoires de la nature qui renferment des vestiges singuliers et dans lesquels les lois de la nature se lisent avec aisance. Ils restent encore, au début du xxe siècle, peu visités et exploités.

Lectures paysagères

  • 52 Notamment dans « Le paysage occidental. Rétrospective et prospective », Le Débat, histoire, politi (...)
  • 53 Corbin A., L’homme dans le paysage, Paris, Ed. Textuel, 2001, p. 11.
  • 54 Roger A., op. cit., p. 14.
  • 55 Marcel O., « Le paysage comme objet philosophique », Géographie et cultures, 1995, n° 13, p. 4. Ra (...)

39Aux côtés de ces différents regards qui sont portés sur l’espace s’ébauche à la fin du xviiie siècle une lecture qui relève de la délectation et de l’approche sensible. Les îles tendent désormais à être perçues et appréciées comme des paysages, dont la beauté suscite émotion et admiration. À cet égard, Alain Roger a souligné la différence fondamentale entre le pays, c’est-à-dire un socle naturel dépourvu de toute considération d’ordre esthétique, et le paysage, c’est-à-dire l’esthétisation du pays52. Le paysage est donc « une manière de lire et d’analyser l’espace, de se le représenter, […] de le schématiser afin de l’offrir à l’appréciation esthétique, de le charger de significations et d’émotions53 ». Il est par conséquent indissociable de sa représentation « artialisée » qui fournit au regard « des modèles de vision, des schèmes de perception et de délectation54 ». Son étude se révèle de ce fait complexe : « Objet de sensibilité, de savoirs, et avant cela horizon de vie, le paysage est une de ces réalités à échelles multiples à l’intérieur de laquelle une grande diversité de niveaux de sens, une complexité multiforme de réalités, de valeurs, de gestes et de vécus coexistent pour interférer, se connecter ou s’exclure55 ».

40Dès lors, il convient d’envisager comment les territoires insulaires deviennent des paysages consacrés, selon quels modèles esthétiques et quelles figures. Les regards sont indissociables des parcours de l’espace, eux-mêmes largement soumis aux modalités du voyage dans les îles. Rappelons à ce propos que la plupart des visiteurs se rendent dans les îles après avoir parcouru la Bretagne. L’appréciation par conséquent n’est pas neutre et se construit en référence, par rapport à ce qui a été vu, même si la traversée vise dans la deuxième moitié du xixe siècle à effacer, de manière illusoire, le savoir préétabli.

41Il faut, en outre, se garder de croire en une « invention » du paysage des îles bretonnes à partir des dernières années du xviiie siècle. Dès l’époque moderne, les agents du roi, notamment les cartographes, les géographes et de rares voyageurs soulignent les qualités de certaines îles. Toutefois, à l’aune de critères productifs et défensifs, les îles représentent généralement des territoires imparfaits que les agents du roi s’emploient à façonner, escarpant les contours ou les atténuant selon les circonstances, invitant à la plantation d’arbres ou à la réorganisation des cultures. Dans ce cadre, le paysage insulaire relève de l’ordre du possible et obéit à un idéal du beau qu’exprime notamment la cartographie. Rares sont les perceptions qui divergent de ces images prépondérantes. À partir de la fin du xviiie siècle, en revanche, l’appréciation devient admiration d’un espace tangible, érigé progressivement au rang de haut lieu paysager.

Le néant sublimé

  • 56 Le territoire du vide…, op. cit., p. 141-158.
  • 57 Cité par Corbin A., Ibidem, p. 144.
  • 58 Ibid., p. 146.

42À l’extrême fin du xviiie siècle, se porte sur les îles bretonnes un nouveau regard qui emprunte largement au « modèle » paysager du sublime dont Alain Corbin a mis en évidence le rôle fondamental dans l’approche du littoral56. Le sublime rompt, en effet, dans les premières décennies du xviiie siècle, avec la répulsion qu’inspire la démesure de l’océan et tranche avec la volonté de domestication, empreinte de crainte et parfois de dégoût, des rochers irréguliers et des rivages linéaires considérés comme une nature primitive. Désormais, le spectateur, à l’exemple d’Addison, ressent du plaisir à éprouver une « agréable stupeur » devant l’océan calme et apaisé, puis à se laisser envahir par « l’exquise horreur » que lui inspire la tempête57. Il se plaît à admirer une nature dénuée de toute trace d’intervention humaine et divine, à éprouver le « vertige de l’illimité58 » et l’effroi des profondeurs. Les sensations, l’imagination l’emportent désormais sur la méditation.

  • 59 Recherches philosophiques sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, Paris, Vrin, [1757], 1 (...)
  • 60 Ibidem, p. 97.

43La gamme des émotions est précisée et codifiée par Edmund Burke en 1757, qui s’attache à mettre en exergue dans son essai théorique les divergences fondamentales entre les « idées du sublime et du beau59 », deux concepts qui relèvent, selon lui, non d’une différence de degré mais véritablement de deux natures contradictoires. Le beau suscite du plaisir, de la douceur et de l’apaisement. Le sublime, en revanche, inspire des émotions intenses, dont l’auteur précise avec minutie la gradation : l’étonnement anime dans un premier temps le spectateur ; la crainte et la stupéfaction s’emparent ensuite de lui ; la terreur, enfin, sensation absolue et ultime, envahit son esprit car le sublime vise au dépassement de soi, l’âme doit être subjuguée et remplie par « quelque degré d’horreur60 ».

  • 61 Ibid., p. 117.

44Dans ce cadre, l’immensité de l’océan, les paysages confus et chaotiques se révèlent exemplaires. La tempête, expression de la puissance et de l’énergie de la nature, est érigée au rang de figure privilégiée. Le thème de la tempête se trouve ainsi profondément renouvelé par ce code esthétique. Largement traitée et diffusée par les peintres, notamment hollandais, la tempête traduit, au xviie siècle, le conflit dramatique qui oppose les hommes aux éléments, suggérant à tout instant la possible disparition des premiers. Or, l’idée d’une manifestation de la colère de Dieu s’efface progressivement au profit de l’image d’une nature impitoyable et effroyable, indifférente à l’égard de l’homme. La contemplation ne peut dès lors être distante. Elle implique, au contraire, effort et labeur de la part du regard qui doit sans cesse « parcourir la vaste étendue de ces corps avec une rapidité extrême61 ».

  • 62 Brosse M., La littérature de la mer en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis (1829-1870), L (...)
  • 63 Thévenot-Totem M.-H., op. cit., Bain M., op. cit.

45Cette fascination pour les paysages sublimes est enrichie par la vogue de l’ossianisme qui contribue également à renouveler l’approche de la nature en premier lieu en Grande-Bretagne, puis en France à partir des années 1760, au cours desquelles les écrits du poète sont traduits. La nature âpre, monotone, hostile des régions septentrionales, composée de récifs et de landes, perpétuellement enveloppée de brouillards et habitée par les tempêtes, forme dorénavant, par le prisme de ces œuvres, une nature nouvelle et poétique. Elle constitue un paysage qui tend à prévaloir sur l’idéal de l’Arcadie et s’accorde avec la répulsion que les contemporains éprouvent à l’égard du soleil. C’est donc à travers ces schèmes de perception et d’appréciation que l’Europe du Nord est désormais envisagée. L’Atlantique constitue « la mer ossianique par excellence62 ». Les visiteurs découvrent l’Écosse, et plus spécifiquement les îles écossaises, sous cet angle, admirant le déploiement des flots sombres contre les rochers, se laissant envahir par la rêverie face au spectacle grandiose et triste qui se déploie sous leurs yeux63.

46C’est dans leur capacité à suggérer une nature sublime et ossianique que certaines îles bretonnes sont désormais abordées comme des paysages. Dans la mesure où il existe désormais la possibilité de mettre en image ces îles, tout au moins certaines de leurs parties, elles suscitent, certes tardivement, admiration et intérêt pour les formes naturelles qu’elles abritent, elles inspirent des émotions dépourvues de toute recherche bucolique et impliquent des pratiques renouvelées de l’espace insulaire. Cambry, et dans une moindre mesure, La Vallée semblent être les premiers à proposer une telle lecture des îles bretonnes dans les dernières années du xviiie siècle et à admirer le spectacle de la mer, les gouffres et les grottes comme des paysages sublimes.

  • 64 Op. cit., tome 1, p. 115.
  • 65 Voyage à l’isle de France, à l’isle de Bourbon, au cap de bonne espérance, Paris, Merlin, 1773, le (...)

47Cambry s’enthousiasme en effet pour le spectacle infini de l’océan, « l’étendue sans bornes64 », la majesté terrible de la mer dont la variété et le mouvement incessant de flux et de reflux retiennent son attention. Depuis le promontoire, le voyageur peut embrasser le panorama sublime qui se déroule sous ses yeux, se mêler au paysage par le biais d’une véritable symbiose, reproduisant ainsi des attitudes codifiées. Il convient de souligner toutefois que, dès le milieu du xviiie siècle, les îles figurent dans des vues paysagères « globales ». Depuis Port-Louis où il attend le départ du navire qui le mène vers l’Isle de France, Bernardin de Saint-Pierre décrit « l’Isle de Groi couverte de brume, la pleine mer fort agitée ; au loin, de gros vaisseaux à la cape, des pauvres chasse-marées à la voile entre deux lames65 ». Située sur la ligne d’horizon, l’île compose alors l’un des points de repère du spectacle, qui s’inscrit en fait dans la continuité des vues portuaires. Cambry prolonge ce point de vue et admire le paysage qui s’offre à ses yeux depuis la pointe du Raz, lieu sublime par excellence.

  • 66 Op. cit., tome 2, p. 247.

« La vue de la pointe du Raz est sublime, surtout au coucher du soleil ; l’île de Sein, le prolongement des rochers qui la défendent, qui se perdent à l’horizon, a plus de sept lieues de distance ; la pointe de la Chèvre élevée, d’un blanc éblouissant […] et la mer immense, agitée par les vents du soir, forment un spectacle sans bornes66 ».

  • 67 Ibidem, tome 1, p. 26.

48En outre, l’île constitue désormais un support d’élaboration paysagère. Depuis l’île de Sein, Cambry contemple le spectacle suivant : « les rochers prolongés de la pointe de l’ouest, le mouvement des navires à la voile dans le lointain, les changements subits de l’atmosphère, le lever, le coucher du soleil : les spectacles toujours nouveaux, toujours sublimes, [qui] enchanteroient ici l’ami de la nature, et de ses immenses tableaux67 ».

  • 68 Sur le panorama, Briffaud S., « Le panorama. Naissance d’un paysage idéal (18e-19e siècles) », Évo (...)

49Dans la continuité des ingénieurs qui cherchent à connaître et à dominer l’espace par le biais d’une vision « totale », Cambry grimpe au sommet d’une butte de Batz, non pour envisager l’île dans sa globalité ou définir ses limites naturelles, mais admirer le paysage qui s’offre au regard. L’ascension, si toutefois le terme n’est pas trop présomptueux, voit ainsi sa finalité pervertie. Cambry propose en effet une forme de transfiguration de la vue panoramique68. À l’occasion d’un entretien, les « notables » de Batz lui signalent les différents points du littoral. Égrenant les noms des localités, précisant les constructions militaires qui jalonnent le littoral continental, les insulaires confèrent au panorama la fonction d’instrument de connaissance, d’appréhension d’une totalité, voire l’illusion d’une appropriation. Cambry place ainsi dans le regard des habitants les préoccupations des administrateurs qui veillent à ce que toute embarcation soit visible depuis le poste avancé de surveillance que représente l’île. Au terme de l’inventaire, organisé de manière rigoureuse par plans successifs, la majesté du paysage surgit et s’impose au voyageur. Abandonnant toute référence géographique, délaissant les diverses dénominations utiles, ignorant la perspective, Cambry se laisse submerger par le seul spectacle de la confusion des éléments naturels, de leurs mouvements, de leurs formes et de leur consistance. Le paysage apparaît comme une révélation, mais également comme un acte de création, d’interprétation qui nécessite l’abandon de l’analyse et du raisonnement au profit de l’envahissement des émotions et des sensations. L’homme n’a plus, dès lors, le pouvoir d’assigner du sens aux objets géographiques et se retrouve seul, dépourvu de tout repère, impuissant et soumis aux forces de la nature.

  • 69 Op. cit., tome 1, p. 114-115.

« Je m’occupai plus des notions certaines que je pouvois acquérir dans ce conseil des pêcheurs et des sages, que du théâtre sublime que j’avois sous les yeux. Quel spectacle immense cependant ! Quelle variété ! Ces flots qui se déploient en écume sur ces brisans prolongés dans la mer ; ces monts lointains, ces caps, ces promontoires ; là le bruit sourd et majestueux des vagues, l’air traversé par le vol des goëlans, le tonnerre qui retentit dans la profonde grotte du Serpent, le silence de la nature dans l’intervalle du flux et du reflux, l’étrange cri de tant d’oiseaux de mer ; je ne sais quel sentiment, quelle exaltation dépendante de la majesté de ce spectacle, des souvenirs qu’il a fait naître, de l’étendue sans bornes qu’il présente…69 ».

50De fait, la confrontation entre la terre et la mer fascine les voyageurs qui recherchent l’effroi, le vertige et qui trouvent dans le gouffre un lieu exemplaire qui leur permet de s’abandonner à ces sensations. La profondeur, en effet, frappe plus que l’élévation. La Vallée se plaît à arpenter les côtes en longeant les gouffres, à affronter les éléments dont il souligne la lutte violente. Il dépeint de manière conventionnelle l’opposition entre l’océan et la côte, faisant appel aux sentiments stéréotypés d’orgueil, de fierté et de bravoure des flots, conférant au littoral son rôle de point d’articulation, de rencontre et de lutte entre les éléments. Il recourt également à la métaphore classique et banale de l’oiseau, qui, par l’évocation de la fragilité de l’animal, rend plus aiguë encore la perception de l’affrontement et renforce le vertige :

  • 70 Ibidem, tome 1, p. 107.

« Rien n’arrête les flots qui viennent se briser contre cette côte […]. Il est bien rare que la mer n’y présente en tous tems le spectacle horrible et pompeux des tempêtes. En effet, la côte coupée à pic et d’une élévation prodigieuse semble avoir semé des immenses débris qui s’en seroient détachés […]. C’est sur ce vaste tapis de rochers qui s’étend au loin que les flots d’un Océan, errans libres et fiers […] viennent dérouler leurs énormes volutes, et pressentir la barrière de grais où l’Eternel plaça les limites de leur orgueil. Indignez, ils franchissent avec fracas les premières entraves à leur fureur […]. A travers les mugissements et le fracas horrible, simulacre des tempêtes, [la vague] arrive enfin au pied de la côte. C’est là qu’en effet, on croit la voir redoubler d’efforts pour engloutir la terre […]. O contraste atterrant ! […], le frêle oiseau [un navire], ce jouet animé du caprice des vents, […] y roule sur les flancs des vagues en furie et semble la colombe d’Anadiomène qui navigue en paix sur l’écume des mers70 ».

  • 71 Op. cit., tome 1, p. 105.

51Le spectacle de la mer menaçante fait naître des émotions et des sensations d’autant plus intenses que les éléments s’entremêlent, brouillent les oppositions classiques et annoncent l’imminence du chaos. Ciel et mer semblent ainsi se confondre dans une sorte d’harmonie voulue par l’Éternité ou l’Éternel, selon le vocable de l’époque révolutionnaire qui désigne un ordre divin supérieur, et former deux étendues immenses, deux vastes abîmes. Mais surtout, la délimitation entre la terre et la mer paraît devenir floue. Si les côtes élevées de Belle-Île parviennent à soutenir les assauts répétés des flots, les bordures de Batz peinent à faire face et paraissent sur le point de disparaître. Redoutant que « la terre [ne] s’abîme71 » dans l’océan, Cambry laisse libre cours au fantasme de l’engloutissement, qui prend un relief particulier à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle. Les contours côtiers des îles perdent donc leur dimension de forteresses terrestres, de remparts protecteurs du riche terroir et forment désormais des supports incertains qui invitent à orienter le regard vers la mer et ses mouvements perpétuels et conflictuels, vers la ligne d’horizon dont ils constituent en quelque sorte une partie.

52Les grottes figurent également parmi les lieux inévitables des paysages du septentrion. La Vallée entreprend ainsi la visite de plusieurs cavernes, à Belle-Île, qu’il trouve « infiniment curieuses » et dont il livre la description suivante :

  • 72 Op. cit., p. 42.

« Leurs voûtes irrégulières s’abaissent ou s’élèvent au hasard, la lumière paroît y suivre leurs contours avec mystère […]. Rien n’est aimable comme la fraîcheur qui règne sous ces grottes ; rien de pittoresque comme les échappées de mer que l’on aperçoit à travers leurs ouvertures. Un sable doux et brillant tapisse leurs planchers ; on croit marcher sur l’albâtre pulvérisé. Une sorte de volupté religieuse s’empare des sens alors qu’on y pénètre. […] Mais la scène change. Le moindre son frappe-t-il d’écho […] ? Alors les oiseaux dont vous profanez la retraite s’élèvent, s’envolent avec un bruit affreux. Leurs cris percent les voûtes, leurs ailes froissent en tumulte le grais raboteux […], ils vous entourent, ils vous assiègent et la terreur qui les poursuit les ramène vingt fois autour de l’importun […]. Tout à l’heure c’étoit la grotte enchanteresse où Didon soupiroit près d’Enée : maintenant c’est la caverne voisine des rivages du Styx72 ».

53Cette évocation laisse transparaître un schème d’appréciation qui ne se révèle guère original. Dans un premier temps, La Vallée se délecte de la physionomie de la grotte, dont il souligne la dimension architecturale. Il met ainsi en évidence la solennité religieuse qui en émane et recourt aux métaphores convenues de « voûtes » ou d’ » albâtre ». Il exprime les sentiments apaisés de délectation et d’émerveillement respectueux qui s’éveillent face à cette construction naturelle emplie de lumière. Toutefois, on assiste, dans un second temps, à une inversion des perceptions et des sensations. L’admiration cède la place à l’effroi, qu’inspirent les mouvements désordonnés et les cris perçants des oiseaux affolés. Les métaphores convenues de l’Antiquité sont alors invoquées pour souligner le profond bouleversement des émotions : à la Néréide et Didon succède la figure incontournable de la mort qu’est le Styx.

  • 73 Cité par Corbin A., Le territoire du vide…, op. cit., p. 154. Cette visite rappelle également cell (...)
  • 74 Ibidem.

54Les procédés de description se révèlent très proches de l’évocation, par Thomas Pennant, de la grotte de Fingal, à Staffa, qui représente le « chef-d’œuvre de ce gothique de la mer73 ». La grotte constitue cet espace ambivalent, à la fois protecteur et dangereux, refuge et labyrinthe ténébreux qui s’avance vers les profondeurs insondables de l’île. « Les hautes arcades », « le profond silence du lieu », puis le chaos sonore provoqué par « le violent bruissement des ailes de pigeons74 » composent des images et des épisodes stéréotypés dont la concordance avec l’évocation de La Vallée est troublante, sans qu’il soit néanmoins possible de retracer avec certitude les sources d’inspiration. On retrouve également la même gamme des émotions, de la contemplation émue à la jouissance de l’effroi.

55De fait, la vue n’est plus le seul sens mobilisé par les voyageurs. Face au spectacle de l’océan, qui s’offre à son regard depuis l’île de Batz, Cambry sollicite alternativement la vue et l’ouïe, avant que l’émotion ne s’empare de lui et n’appose un terme à toute réflexion. Le chaos et le silence se succèdent, s’enchevêtrent et s’ajoutent au tableau inquiétant des flots déchaînés. Le sublime implique, en effet, l’envahissement des sens, la possession entière du spectateur, qui ne parvient guère à caractériser ce qu’il ressent. La Vallée traduit l’égarement et l’exaltation que lui inspire le gouffre par l’usage d’oxymores. Seule l’analogie, à laquelle recourt Cambry, permet finalement d’expliquer le trouble éprouvé :

  • 75 Op. cit., tome 1, p. 115.

« Je ne sais quel sentiment, quelle exaltation dépendante de la majesté de ce spectacle, des souvenirs qu’il a fait naître, de l’étendue sans bornes qu’il présente… Tous ces objets vous pressent en masse ; il en résulte une émotion matérielle indéfinissable, que je n’éprouvai que sur les rives de la mer, ou près du sommet du Mont-Blanc, au col de Balme ou sur l’Albis, dans les montagnes de la Suisse75 ».

  • 76 Ibidem, tome 2, p. 78.

56Cette analogie permet d’associer le spectacle qui se déploie à un modèle paysager, à le classer selon des normes esthétiques. Cambry qualifie ainsi les points de vue qui s’offrent à ses yeux depuis Ouessant de « plus grands, plus mélancoliques que pittoresques76 ». Ces modèles esthétiques suggèrent des normes émotionnelles. D’une certaine manière, la comparaison permet à Cambry de justifier la légitimité de ses impressions.

57Le spectacle de la mer qui se déploie avec intensité depuis un promontoire ou un gouffre, mais aussi les grottes sont ainsi érigés au rang de spectacles grandioses et sublimes. Ces paysages des îles n’offrent guère de spécificité par rapport aux compositions du littoral continental. Tout au plus une différence de degré est-elle énoncée parfois. De fait, représentations et attitudes ne font que reproduire et relayer ce que les visiteurs des îles britanniques ont formulé et codifié dès le milieu du xviiie siècle. Les voyageurs ne laissent transparaître que des émotions convenues et relativement émoussées. À l’exemple de La Vallée, ils restent en retrait face au déchaînement des éléments naturels et ne s’abandonnent que partiellement à l’emprise des sensations.

  • 77 Ibid., tome 1, p. 102.
  • 78 Ibid., tome 2, p. 258.

58Dans le même temps, l’espace insulaire est perçu à travers des critères d’appréciation renouvelés. Cambry se livre ainsi à l’inventaire classique des ressources, désignant Batz comme une plaine, soulignant ses diverses productions agricoles, en bref l’envisageant comme un territoire utile77. Mais, par le truchement de courtes remarques insérées au fur et à mesure de la description, il dessine un paysage empreint d’une nature profondément poétique. Il s’affranchit en effet des perspectives dévalorisantes et prête attention à une nature jusqu’à présent ignorée qu’il contribue en quelque sorte à créer. Il relève notamment l’existence de diverses espèces végétales, de « quelques fougères, quelques bouquets de lande78 » à Sein.

  • 79 Ibid., tome 2, p. 252.
  • 80 Op. cit., p. 40.
  • 81 Op. cit., tome 1, p. 102.

59De fait, les voyageurs érigent l’espace insulaire au rang de nature brute et primitive. Cambry précise ainsi qu’à Sein, les « terres sont entièrement dépouillées79 ». À propos de Belle-Île, La Vallée rompt également avec l’image de terroir fertile et souligne avec force son aridité80. L’île forme en fait une contre-nature où la norme devient extraordinaire. Un sentiment de surprise s’empare de Cambry lorsqu’il découvre un « fossé couvert de tamarisques81 » au sein de l’île de Batz. Le paysage inverse donc les caractéristiques communes de la nature et plus généralement de la vie. Sein est décrite dans les termes suivants :

  • 82 Ibidem, tome 2, p. 258.

« Ne cherchez dans cette île ni fleurs, ni fruits, ni cette multitude d’oiseaux faits pour animer la nature. Il y règne d’affreuses tempêtes, une humidité continuelle, une éternelle mélancolie. Les brouillards, les frimats s’y promènent habituellement en tourbillons comme les sables dans l’Afrique82 ».

  • 83 Barthélémy G., Fromentin et l’écriture du désert, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 14.

60La comparaison suggère la sauvagerie plus que l’exotisme. Elle contribue à mettre en relief l’aridité des îles, à confirmer leur caractère morne et triste dans la mesure où les sables renvoient au désert, qui est, au xixe siècle, « marqué par une sorte de sauvagerie ou de désolation83 ».

  • 84 Op. cit., tome 1, p. 100.

61La naturalisation de l’espace insulaire s’accompagne d’une attention particulière à l’égard des curiosités rocheuses que ce dernier renferme. Dans la partie Est de Batz, Cambry signale la présence de rochers qui, selon lui, figurent parmi les « plus bisarrement groupés, plus anguleux et plus brisés84 » qui lui aient été donnés à voir. Il étend donc son regard au-delà des seuls lieux productifs reconnus et s’attache à des parties de l’île généralement dédaignées et occultées. Il introduit par conséquent au sein de l’espace insulaire une part minérale, étrange et chaotique, auparavant rejetée sur les bordures côtières des îles. Ainsi, de même qu’elles sont définies dans leur ensemble comme arides et mornes, les îles deviennent, partiellement certes, des entités rocheuses, dont la fragilité s’accorde avec le fantasme de l’engloutissement.

62Aux yeux de ces voyageurs en quête de spectacles sublimes, l’île forme par conséquent un ensemble où le paysage grandiose et horrible de la mer et des gouffres s’accorde avec la nature aride et minérale de l’espace intérieur. Il s’esquisse ainsi un lien, une symbiose entre les deux parties de l’île généralement envisagées au cours du xviiie siècle en terme de dualité. Les bordures côtières ne relèvent plus de l’extérieur, voire des confins du territoire insulaire, mais tendent à se mêler et former une même entité naturelle, un même paysage dont la grandeur sauvage est admirée. Soulignons toutefois que, hormis la côte sauvage et les grottes de Belle-Île, mis à part certains panoramas, le paysage reste encore incertain et imprécis. Il s’agit plus d’une atmosphère insaisissable et inquiétante qui fait naître chez ceux qui l’éprouvent des impressions et des émotions intenses, parmi lesquelles l’effroi et la mélancolie chère à Ossian. En outre, la logique de l’inventaire perdure et impose, aux côtés de ces représentations paysagères héritées du sublime, l’image d’un territoire productif et utilitaire dont on évalue les capacités et les insuffisances.

  • 85 Bertho C., La naissance des stéréotypes régionaux…, op. cit., p. 140.

63Il convient également de noter que les regards qui sont portés sur les îles bretonnes, de même que les attitudes qu’ils induisent, ne comportent guère de spécificité. On retrouve, en effet, les diverses composantes, quoique amoindries, de l’esthétique du sublime qui contribue à dessiner, pour la première fois, une image cohérente de la Bretagne85. Les îles s’insèrent dans ce tableau qui met en scène les rochers sauvages, le brouillard permanent, la tempête incessante. Quelques nuances méritent d’être toutefois avancées. Molène ne suscite pas de lecture sensible ; de même, le paysage aride de Belle-Île est à peine esquissé.

  • 86 La diffusion de ces représentations reste difficile à apprécier.
  • 87 Girault de Saint-Fargeau reproduit ainsi le texte de Cambry à propos de Batz, op. cit., p. 28-29. (...)

64Le rôle fondamental des deux voyageurs, de leurs écrits, dans la construction d’un regard, qui perçoit dans les îles une nature sublime et non plus un territoire utilitaire à modeler, mérite enfin d’être souligné86. Cette lecture perdure pendant une large moitié du xixe siècle et notamment pendant les années 1820-1830. Les descriptions de Cambry et de La Vallée sont, en effet, largement reprises tant par les premiers guides pittoresques que par la littérature87.

  • 88 Delouche D., Les peintres de la Bretagne avant Gauguin, Thèse de doctorat, Université de Rennes II (...)
  • 89 Ibidem.

65La peinture témoigne également, quoique timidement, de cette lecture du paysage. La découverte picturale de la Bretagne dans les années 1830 renferme de très rares œuvres consacrées aux îles bretonnes88. L’une des premières, semble-t-il, est le fait de Théodore Gudin qui, dans la Tempête composée en 1831, représente l’affrontement violent entre la terre et la mer, censé se dérouler à Belle-Île, bien que rien n’indique précisément la localisation. Le peintre emprunte aux conventions classiques, usant de l’emphase, recherchant l’effet, traduisant par les couleurs et les matières, un goût baroque. Mais, il fait preuve dans le même temps d’une certaine originalité par le sujet même du tableau qui propose un paysage primitif et solitaire aux couleurs discrètes et aux mouvements surabondants89.

  • 90 Paris, E. Bourdin, 1844, p. 3.
  • 91 Corbin A., Le territoire du vide…, op. cit., p. 265.
  • 92 « Les îles des Saints et d’Ouessant », La France maritime, 1835, tome 2, p. 321.
  • 93 Ibidem, p. 322-323.

66Au cours des premières décennies du xixe siècle, le romantisme relaie et renforce cette fascination pour la nature sauvage à travers l’image noire de la Bretagne et de la mer en général. Les contemporains célèbrent, en effet, les régions solitaires et tristes, où le brouillard et le vent envahissent les côtes et les rochers, et qui constituent les répliques idéales du paysage dépeint dans René. Jules Janin proclame ainsi dans l’introduction de son ouvrage, La Bretagne historique, pittoresque et monumentale, vouloir rendre hommage à Chateaubriand90. Dès lors, les îles sont soumises à une dramatisation, à une exacerbation de leur dimension minérale qui s’accorde avec le « pathétique des rivages91 », habités par des peuples inquiétants et jalonnés de naufrages. Dauvin renchérit dans le sens d’une nature autre, granitique et aride, fondamentalement triste. Sein est, de manière désormais stéréotypée, décrite comme un « rocher de granit », « d’une désolante stérilité92 ». Ouessant renferme, quant à elle, « un pays […] désolé, […] empreint de ces beautés sombres et sauvages […]. Les vents et les tempêtes grondent toute l’année avec une excessive violence […] [Elle est] d’une désespérante aridité. […] Paysage inculte et morne qu’animent seuls d’une apparence de vie quelques troupeaux abandonnés à eux-mêmes93 ».

67Les îles composent ainsi des ensembles sans vie, qui suggèrent une certaine poésie et laissent s’épanouir une mélancolie, empreinte néanmoins de frayeur. Leur altérité minérale, leur végétation réduite à quelques landes s’accordent désormais avec la tension incessante qui régit la confrontation entre la mer et la terre et offre une illustration des paysages ossianiques. Vérusmor propose une description de Batz, dans laquelle la nature aride et rocheuse de l’île rehausse le spectacle de l’océan et semble ne former qu’un avec ce dernier :

  • 94 Op. cit., p. 219.

« Une terre sablonneuse, aride, pierreuse ; une végétation pauvre et toujours flétrie ; point d’arbres ; des fougères, des mousses, de maigres pâturages qui nourrissent à peine les bestiaux qui les paissent […] ; ces rochers brisés, cette nature orageuse, […] ce désert constamment battu par les vents et les flots94 ».

68À l’image de la Bretagne et des autres contrées septentrionales, les îles bretonnes se prêtent à cet épanouissement d’une altérité naturelle et d’une sauvagerie des lieux, qui éveille des impressions et des émotions intenses. Les textes sont toutefois peu diserts à cet égard. Rares sont les ouvrages qui traduisent cette esquisse paysagère. Généralement, ils démontrent dans le même temps l’étiolement de l’esthétique du sublime et la banalisation d’attitudes désormais dénaturées.

  • 95 Op. cit., p. 32.

69L’ouvrage que consacre Alexis de Saint-Michel à Groix est à cet égard révélateur. L’auteur livre une description attendue de la côte « sauvage » de l’île, recourant à de longues citations d’Ossian, évoquant le « vaste gouffre, d’un aspect aride, où la mer turbulente se précipite en montagne […], en ressort majestueusement, et soudain s’y refoule plus impétueuse et plus effrayante. […]95 ». Il dépeint la gamme des impressions qui évolue et croît progressivement de l’exaltation à la frayeur. Toutefois, il ne s’agit plus de rapporter l’attitude du voyageur mais du spectateur en général. Dès lors, la mise en scène de l’effroi instaure une distance et glisse vers l’injonction :

  • 96 Ibidem, p. 33.

« D’ici l’observateur ému voit de loin se former la vague. Elle est d’abord insensible et ressemble à la fougue naissante des passions : elle approche, s’accroît […] s’irrite, s’élance contre le rocher qu’elle assigne de toute sa furie. Les cheveux de l’homme se hérissent, la vue se trouble, ses genoux tremblent, il est étourdi par le bruit horrible […] ; il croit que le chaos va renaître… L’énorme lame s’est anéantie, et n’a pas même ébranlé la roche sur laquelle il frissonne96 ».

  • 97 Op. cit., p. 142.

70Peu à peu, les paysages sublimes tendent ainsi à devenir des curiosités naturelles incontournables que les guides pittoresques signalent au même titre que les monuments ou autres édifices. Les émotions perdent également de leur sens, la fusion entre le spectateur et la nature s’estompe au profit d’une contemplation plus distante. À l’exemple de Quatrefages, les visiteurs célèbrent désormais « le spectacle sublime de la création qui nous ramène au Créateur97 ».

71L’esthétique du sublime joue donc un rôle fondamental dans l’approche sensible de l’espace, distinguant les gouffres, les panoramas et les spectacles de confrontation entre terre et mer, soulignant, comme dans le cas de la Bretagne, la prééminence des spectacles grandioses et violents. Seules les îles bretonnes susceptibles d’éveiller des émotions intenses sont célébrées et la description du paysage s’insinue alors entre les inventaires des richesses productives, les études défensives et la recherche, souvent déçue, de curiosités diverses.

  • 98 Op. cit., p. 67.
  • 99 AP Groix. Rapport du docteur Lestrohan.
  • 100 SHAT MR 1236 « Mémoire historique et statistique sur Belle-Île-en-Mer par Magnin, 1846 ».
  • 101 ADM 1 J 368 « Coup d’oeil sur l’île de Belle-Île-en-Mer, par CFG Fehr, capitaine au 4e bataillon c (...)
  • 102 SHAT MR 1236 « Mémoire sur Belle-Île-en-Mer par Alfred de Boisadeffre, lieutenant de l’état-major, (...)

72À l’inverse, nombre d’entre elles n’inspirent qu’indifférence et mépris. Vérusmor constate ainsi avec amertume que Houat ne renferme « rien de remarquable98 ». Le médecin Lestrohan estime que Groix « n’est certainement pas l’île enchantée de Calipso. La terre est sans ombrage, le vallon sans fleurs, l’oiseau sans mélodie99 ». Plus généralement, nombre de voyageurs, empreints d’exigences utilitaires, ressentent de l’insatisfaction, de la réticence, voire la répugnance. Les officiers chargés de la reconnaissance militaire des îles sous la Restauration et la Monarchie de Juillet soulignent les imperfections d’une « campagne nue », dépourvue d’arbres et dont les vallons ont un « aspect peu riant100 ». Dès lors, les grottes et certaines parties côtières sont réduites au rang de curiosités naturelles, d’accidents curieux qui parsèment le territoire et suscitent l’attention, au même titre que les vestiges monumentaux. En poste à Belle-Île pendant un an, un capitaine d’un bataillon colonial fait part de son ennui. À ses yeux, les promenades sont « bornées101 » et se résument à visiter les côtes rocheuses et le port de l’île. Rappelons que certains contemporains voient dans les hautes falaises belliloises des « affreux précipices102 » dont ils détournent le regard. Il convient de souligner à cet égard que plusieurs systèmes d’appréciation s’entremêlent parfois. Les visiteurs évaluent en effet les îles, selon les cas et les moments, d’après des critères d’accessibilité et de production ou par rapport aux codes du sublime. S’il admire la splendeur admirable des côtes belliloises, La Vallée demeure sceptique quant aux qualités esthétiques des autres parties de l’île :

  • 103 Op. cit., p. 39.

« Un petit port que l’on appelle Le Palais, car la petitesse humaine a souvent des mots plus grands que les choses. Ce Palais, proprement dit, est un assemblage de bicoques de pêcheurs et de quelques maisons de commerçants en poisson103 ».

73Beaucoup plus rarement, en revanche, les contemporains envisagent les îles selon le modèle paysager du pittoresque, tout au moins tel qu’il s’esquisse dans la première moitié du xixe siècle.

L’esquisse pittoresque

74Dans les années 1840-1850, la topographie insulaire digne de susciter l’admiration s’enrichit et les lieux relevant du sublime font l’objet d’une interprétation renouvelée, qui relève d’une délectation pittoresque largement banalisée depuis le xviiie siècle et dont il convient de retracer à grands traits les origines et les principes.

75Le terme pittoresque apparaît au cours du xviiie siècle et désigne ce qui produit un effet de peinture, ce qui est digne d’être peint. Dès lors, en Grande-Bretagne tout d’abord et en Europe continentale par la suite, les voyageurs cherchent dans l’espace une forme de beauté susceptible de s’inscrire dans le cadre d’un tableau et de produire un bon effet. Les campagnes couvertes de prairies et de forêts sont en premier lieu célébrées, avant que le rivage ne fasse à son tour l’objet d’éloges.

  • 104 Trois essais sur le beau pittoresque, Paris, Éd. du Moniteur, [1792], 1982, p. 142.

76L’évocation de William Gilpin s’avère à cet égard indispensable, tant par la codification du paysage pittoresque qu’il propose que par les modalités de jouissance qu’il suggère. Dans ses Trois essais sur le beau pittoresque, publiés en 1792, il rappelle la satisfaction que procure la recherche de la variété et de la multiplicité des points de vue. « L’œil pittoresque […] préfère la nature dans sa simplicité104 », tels les vallons, les montagnes vus dans leur variation et dans leurs contrastes. La rudesse des formes est appréciée. Les chaos rocheux et les promontoires sont insérés dans le cadre des compositions. Loin de s’opposer radicalement au sublime qu’il intègre, le pittoresque commande toutefois des émotions qui visent à la sérénité de l’âme, en suggérant notamment le sentiment du divin. La quête pittoresque invite à concilier de manière incessante l’analyse du détail et les impressions générales, à choisir avec attention les observatoires privilégiés, à opérer un tri au sein de l’environnement, à guetter l’instantané et attendre le moment propice pour profiter des meilleurs effets de lumière.

77De rares signes attestent des balbutiements d’une lecture pittoresque de l’espace insulaire dans les dernières années du xviiie siècle et la première moitié du xixe siècle. Quelques lithographies proposent ainsi des littoraux rocheux bordés par des flots agités. C’est notamment le cas d’une œuvre, intitulée L’entrée du port de Palais, qui compose une image originale du port de Belle-Île (voir annexe 11). Au premier plan figure une colline verdoyante sur laquelle des promeneurs déambulent nonchalamment, contemplant une plage paisible où reposent des embarcations et admirant Le Palais, présenté comme un village fortifié dont la ressemblance avec son aspect réel laisse songeur. La grandeur monumentale et militaire du port, de la citadelle et de la ville, exacerbée au xviiie siècle, a été gommée au profit d’une représentation qui obéit parfaitement aux règles du pittoresque et allie panorama maritime apaisé, dimension champêtre et bourgade agréable.

  • 105 La Bretagne catholique. Description historique et pittoresque, Paris, Périsse frères, 1856, p. 181

78Il convient à cet égard de signaler l’interprétation renouvelée des panoramas. Les voyageurs, en effet, contemplent non plus l’infinie étendue de la mer, angoissante et sublime, mais des tableaux où les îles composent, dans un chatoiement de lumières, des points d’appui agréables et charmants pour un regard désormais apaisé. Depuis la presqu’île de Quiberon, Buron souligne la poésie du spectacle qui s’offre à ses yeux, à savoir la mer « semée d’îles lointaines, à demi noyées dans les vapeurs roses du couchant, ou faisant étinceler leurs facettes de granit dans l’azur des flots, comme des bouquets de diamants enchâssés dans un fond d’émeraudes105 ».

  • 106 Op. cit., p. 131.
  • 107 Ibidem.
  • 108 Hugo V., Les travailleurs de la mer, Paris, Gallimard, [1866], 1975.

79L’évolution des représentations est également perceptible dans l’approche de Flaubert et du Camp, à l’occasion de leur visite de Belle-Île. Ces deux voyageurs consacrent l’avènement de la lumière, de la variété et du charme. Venus contempler les rochers de l’île, ils s’enthousiasment pour les grottes dont ils admirent, à l’instar de La Vallée, l’architecture composée de « grandes ogives106 ». Ils sont fascinés par les multiples lumières qui en parent les pans, par la variété de « leurs teintes, de leurs formes, leurs grâces, leurs fantaisies grandioses », par les reflets vaporeux du soleil couchant107. Le spectacle de la grotte n’inspire plus guère d’effroi, mais fait naître des sentiments d’allégresse. Les matières, les formes, les couleurs se fondent ainsi pour présenter un paysage poétique, fascinant, semblable à la description qu’ils livrent de la grotte de Morgat. En bien des points, la composition rappelle la grotte de Douvres dépeinte par Gilliat108.

Annexe 11 : L’entrée du port de Palais © Bibliothèque nationale

Annexe 11 : L’entrée du port de Palais © Bibliothèque nationale

80L’abîme exerce toujours une fascination. Les deux voyageurs se contentent néanmoins d’éprouver le vide par l’ouïe, jetant des cailloux et écoutant les bruits provoqués. Novateur également est l’intérêt qu’ils portent à la grève et au paysage qui s’y déploie. Ils orientent ainsi leur regard vers la haute falaise qui s’élève, monumentale, au-dessus d’eux.

  • 109 Op. cit., p. 125-126.

« [La falaise] était haute, si haute qu’on en avait presque peur quand on levait la tête. Elle nous écrasait dans sa placidité formidable et elle nous charmait pourtant ; car on la contemplait malgré soi et les yeux ne s’en lassaient pas109 ».

81Le spectacle de la mer présente dorénavant ce même visage charmant. Les mouvements des flots ne relèvent pas d’un affrontement violent, mais offrent une impression de jeu, de légèreté, où les sonorités agréables répondent aux courbes harmonieuses :

  • 110 Ibidem.

« [Les vagues] écumaient dans les roches, à fleur d’eau, tourbillonnaient dans les creux, sautaient comme des écharpes qui s’envolent, retombaient en cascades et en perles, et dans un long balancement ramenaient à elles leur grande nappe verte. […] L’eau faisait mille clapotements, mille jets110 ».

82La lumière vespérale leur offre l’apogée du parcours. Flaubert et du Camp admirent alors la beauté du spectacle maritime qui s’offre à leurs yeux et rêvent d’une fusion intime avec la nature. L’attention prêtée à la lumière se traduit également par la jouissance éprouvée face à la transfiguration d’un même paysage, qui, à la nuit tombée, invite à la fantasmagorie et renferme désormais des ombres rocheuses jugées inquiétantes.

83Le chatoiement des lumières, la profusion des matières et des formes, la sollicitation des sens procurent une sensation d’allégresse et d’extase. Ils s’accordent avec cette volonté de fusion intime avec la nature, précédemment évoquée, et impliquent l’errance. Les voyageurs alternent ainsi les points de vue relativement vastes et l’observation minutieuse des infimes éléments, car il s’agit de puiser aux racines même de la nature, d’observer les moindres brindilles qui la composent, de savourer une œuvre conçue pour eux seuls et de se laisser surprendre. Le paysage relève de fait plus de l’esquisse que d’une véritable composition organisée selon des perspectives hiérarchisées. Le bonheur des sens et l’expérience sensualiste priment sur les sentiments d’admiration et l’attitude contemplative.

84Flaubert et du Camp dépeignent donc un paysage qui, d’une certaine manière, relève du pittoresque. La fascination pour les grottes, les promontoires ou les falaises, l’attention aiguisée et la recherche incessante de nouveautés ne font que relayer des thèmes et des attitudes initiés dès le xviiie siècle. Le charme, la variété d’un paysage apaisé et lumineux tranchent également avec les sombres images de la nature que propose le sublime. Il n’en demeure pas moins qu’il s’agit là d’une lecture singulière tant par la profusion des éléments naturels décrits que par la richesse des sensations éprouvées.

85De fait, au cours du premier xixe siècle, le paysage insulaire se révèle discontinu. Parsemé de curiosités naturelles, l’espace n’invite pas à une consécration esthétique globale.

Le déploiement paysager

86La deuxième moitié du xixe siècle retient de cet héritage des compositions paysagères stéréotypées et invite à une contemplation admirative, dorénavant dénuée de toute quête morale et de recherche perpétuelle de nouveautés. L’attitude esthétisante devient la norme et s’applique tardivement aux îles, plus encore qu’à la Bretagne dans son ensemble, dans les années 1860 et surtout dans les années 1880, promouvant aux côtés des chaos rocheux assiégés par des flots houleux des paysages colorés et charmants. Les visiteurs adoptent désormais une attitude touristique convenue qui vise à accumuler les beaux points de vue. L’image paisible de la province s’accorde, rappelonsle, avec les représentations d’un peuple breton pieux et simple dont les insulaires sont l’une des illustrations. Les îles bretonnes tendent donc à être reconnues, dans l’intégralité de leur espace, comme des paysages.

87Cette consécration esthétique des îles se révèle concordante avec leur découverte touristique qui semble favoriser sa promotion, tout en l’entérinant. Désormais, le paysage constitue l’un des buts principaux, et parfois même la finalité exclusive du déplacement. Rappelons que les guides n’inventent pas le paysage, mais ils relaient des représentations qu’ils participent à promouvoir, codifient des sentiments et des attitudes, contribuent à instaurer des normes de consommation esthétique.

  • 111 Jacqueline Duroc souligne ainsi la relative importance des œuvres inspirées par les îles au Salon (...)

88La peinture offre également, dans un synchronisme presque parfait, des représentations convergentes et concourt, par conséquent, à influencer les modalités de l’appréciation. Les thèmes paysagers occupent, en effet, une place prépondérante au sein des œuvres consacrées aux îles, parmi lesquelles avant tout Belle-Île, Bréhat et Ouessant. Signalons que nombre de ces œuvres rencontrent un succès certain lors des salons, à partir des années 1860111. Selon les cas, il est possible de déceler l’antériorité de la peinture, qui propose des paysages apaisés avant que les guides de voyage ne relaient ces images dans les décennies suivantes. C’est notamment le cas de l’île de Houat, dont les qualités esthétiques sont mises en évidence par les compositions de Henri Moret dans les dernières années du xixe siècle alors que les voyageurs regrettent, dans le même temps, sa monotonie et dénoncent son aspect misérable. À l’inverse, Bréhat semble considérée par certains visiteurs comme un beau paysage dès les années 1840. La peinture, quant à elle, ne s’empare du sujet qu’à partir des années 1860 et surtout des années 1880. Par la suite, cependant, dans la dernière décennie du xixe siècle, et ce dans la plupart des îles, l’attention est concordante et paraît, parfois, s’enrichir mutuellement. Voyageurs, touristes et artistes éprouvent des sentiments à bien des égards similaires d’une île à l’autre, érigent au rang de spectacle des figures paysagères proches et adoptent des pratiques comparables.

Figures et sites

  • 112 Op. cit., p. 85.
  • 113 Ce processus a été souligné par Chamborédon J.-C., « La naturalisation de la campagne : une autre (...)

89La quête de beaux paysages qui anime les visiteurs lors de leurs déplacements dans les îles incite ces derniers à se livrer à une sélection, à s’affranchir de ce qu’ils considèrent comme laid et à effacer les préoccupations utilitaires de leur champ de vision. Les activités économiques sont ainsi soigneusement occultées. Lorsqu’elles sont relevées, elles sont soumises à une interprétation qui vise à les insérer dans le cadre d’un tableau, à l’exemple des flottilles de pêche qui, au large du port de Le Palais, offrent à Paul Eudel le spectacle de « voiles rouges, dont César parlait déjà dans ses Commentaires, [et qui] font des taches sur l’azur de la mer112 », complétant ainsi le panorama. Dans le même esprit, les rares travaux agricoles qui retiennent l’attention éveillent le souvenir des compositions de Millet. Soulignons d’autre part que les visiteurs prêtent une attention très distraite à la dimension stratégique des îles. La réorganisation du système de défense, liée à l’amélioration certes toute relative des moyens de transport, confère, en effet, à ces dernières un rôle moindre et atténue par conséquent les exigences d’autosuffisance et les impératifs militaires. On assiste donc à un processus de naturalisation113 de l’espace qui contribue à délaisser les terroirs productifs, à gommer les traces d’un territoire historicisé et stratégique et à consacrer des paysages naturels.

  • 114 Guillet F., Genèse et épanouissement d’une image régionale en France : la Normandie, 1750-1850, Th (...)
  • 115 Les cartes postales présentent une répartition comparable. Entre 1898 et 1940, 86 % des 2 590 cart (...)

90La reconnaissance esthétique impose, comme dans tout autre espace géographique, l’omission de larges parties des îles et la promotion de certains points de vue. Les campagnes ne retiennent ainsi guère l’attention. Certains voyageurs, on l’a vu, relèvent hâtivement, au hasard des déplacements effectués pour rejoindre les côtes, des scènes champêtres dignes des grands peintres. D’autres s’attardent quelque peu à contempler les chemins bordés d’arbres, les prairies verdoyantes, qui éveillent en eux le souvenir des paysages normands ou suisses. Il convient à cet égard de rappeler que certaines îles connaissent, dans la deuxième moitié du xixe siècle, une relative prospérité dans le domaine agricole et voient leur aspect même évoluer, par le biais notamment du reboisement. Le parallèle établi démontre en tout cas la fortune du modèle paysager de la moyenne montagne dont la Suisse constitue l’archétype et qui est évoqué dans maints lieux, notamment en Normandie114. Plus généralement, l’analogie, que l’on retrouve tout au long des descriptions à propos de bien d’autres paysages, permet d’ancrer ces derniers dans le champ du connu, du reconnaissable et par conséquent elle autorise et légitime la consécration esthétique. Elle vise également, dans le même temps, à suggérer le dépaysement et l’exotisme. L’une des qualités, mais aussi l’une des conditions d’existence d’un paysage réside, en effet, dans sa capacité à suggérer un ailleurs proche. Il n’en demeure pas moins que, généralement, les espaces ruraux des îles n’inspirent qu’une indifférence pétrie d’ennui. Les œuvres que Monet réalise à Belle-Île sont particulièrement révélatrices des attentes et des attitudes des visiteurs. Sur trente-neuf toiles composées par le peintre, seules trois d’entre elles ont pour thème des paysages ruraux115.

  • 116 Yung E., Sous le ciel breton, Genève, SA des Arts graphiques, 1903, p. 53.
  • 117 « Mme Sarah Bernhardt à Belle-Isle », sans date, ADIV 4 J 4241.
  • 118 Cette analogie est établie par T.-M. Caradec à propos de Groix et d’Ouessant, op. cit. et par Ardo (...)

91À l’inverse, les voyageurs s’attardent sur les landes et les bruyères, soulignant, dans la lignée des thèmes ossianiques, le paysage âpre et brut mais néanmoins poétique des îles. Batz recèle ainsi aux yeux de certains « le charme des pays vierges et simples116 », dont l’austérité se révèle suggestive. Un article de presse consacré aux séjours de Sarah Bernhardt à Belle-Île fait dire à la tragédienne qu’elle aime « la terre sauvage, âpre et douce, de granit et de landes117 ». La végétation rase, dépréciée au xviiie siècle car synonyme d’absence de culture, devient même exotique et suggère l’image de la Norvège118.

  • 119 Parmi les peintres qui ont représenté les villages, signalons Maxime Maufra à Belle-Île, Henri Mor (...)
  • 120 Op. cit., p. 252.

92Soulignons enfin que les habitations n’attirent guère le regard. Insérées tardivement dans certaines œuvres picturales119, elles sont rarement mentionnées par les guides ou les récits de voyage. Caradec fait figure d’exception lorsqu’il évoque les « petites maisons blanches120 » de Belle-Île. Il exprime ainsi une attention qui relève d’une recherche de beautés charmantes et simples, mais s’inscrit aussi dans une quête de folklore.

  • 121 Corbin A., Le territoire du vide…, op. cit., p. 217.
  • 122 Ardouin-Dumazet, op. cit., tome 3, p. 285.
  • 123 Grignon G., Voyage à Belle-Île-en-mer, puis à Lorient et retour à Nantes par Vannes, Auray et la R (...)
  • 124 Caradec T.-M., op. cit., p. 262. Les peintres, tels J. Puy et M. Maufra, proposent également des r (...)

93De fait, les visiteurs extraient ce qu’ils considèrent comme les beaux points de vue, à savoir avant tout des figures paysagères littorales et maritimes. L’admiration que les voyageurs éprouvent face au port n’est pas nouvelle. À l’époque moderne, le seul port digne du nom est Le Palais, dont les agents du roi et les rares voyageurs célèbrent la majesté et la puissance à l’image de la grandeur du royaume. Au xixe siècle, il constitue toujours un lieu obligé des visites, un tableau incontournable au sein des descriptions, mais il revêt dorénavant une dimension autre. Le Palais voit ainsi ses activités économiques et militaires estompées, ses diverses installations occultées, ses nombreux attributs d’urbanité réinterprétés dans le sens du pittoresque. De fait, « l’approfondissement des thèmes portuaires121 », qui se déploie à partir des années 1840, c’est-à-dire le glissement de l’attention vers les monuments et les abords de la rade, ainsi que l’importance de l’évocation historique, s’épanouissent dans l’approche des îles bretonnes, même si elles dérivent rapidement vers la seule contemplation d’un site dont les qualités paysagères sont soulignées avec emphase. Les uns admirent la promenade ombragée des ormeaux, les autres relèvent le caractère « exquis122 » de la ville, d’autres enfin savourent la vue d’une « ville coquette, [d’] un port pittoresque et charmant123 ». Il en est de même du port de Sauzon qui devient, sous la plume des voyageurs, « une petite ville coquette, élégante et fleurie124 ».

94Dès lors, c’est depuis le navire qui l’achemine vers l’île que le visiteur prend la pleine mesure de la beauté du paysage. Le port se révèle au regard entouré par une ville disposée en amphithéâtre et encerclé par des collines en surplomb, dont l’une d’elles porte la citadelle. Arrivés au port, les promeneurs, tout au moins certains d’entre eux, gravissent les hauteurs environnantes pour jouir du meilleur point de vue, reproduisant ainsi des pratiques codifiées et banalisées depuis le xviiie siècle. Plus rarement, les fortifications surélevées de la citadelle se prêtent à une telle recherche. La promenade se veut agréable et tranquille, loin des efforts répétés et harassants des premiers voyageurs en quête de pittoresque. Seule prime désormais la contemplation admirative. Le regard plonge alors vers le port en contrebas, avant de s’orienter vers la mer et la ligne d’horizon. Il souligne les perspectives, ordonne les éléments selon des plans successifs, remarque les jeux de lumières et de formes, tout en s’abandonnant finalement à une sorte de flânerie.

  • 125 Ardouin-Dumazet, op. cit., tome 3, p. 286.

« L’œil erre sur de profonds vallons aux pentes couvertes de grands arbres, sur la petite ville du Palais avec sa marine animée et ses quartiers en amphithéâtre, sur le Coureau et, par delà la péninsule étroite de Quiberon, le Morbihan et ses îles, puis au large, baignées dans la lumière vaporeuse, Houat, Hoëdic et les roches qui leur font cortège. Il est peu de panoramas maritimes plus beaux que celui-là125 ».

  • 126 Fouquet A., Guide des touristes et des archéologues dans le Morbihan, Vannes, A. Gauderan, 1854, p (...)
  • 127 Voyage au royaume de Naples, Paris, Perrin, [1788], 1997.
  • 128 Demartini A.-E., op. cit.
  • 129 Op. cit., p. 262.

95S’esquisse ainsi un tableau dont la composition rappelle des vues portuaires déjà largement codifiées. Dès lors, le spectateur ne peut que ressentir le sentiment de reconnaître des paysages consacrés. Le parallèle est timidement esquissé avec la Normandie, mais il se révèle plus fréquent avec la Provence et les pays de la Méditerranée. Les récits et les guides de voyages sont ponctués de remarques qui perçoivent dans Le Palais une ville toute méridionale126. L’archétype de la vue portuaire invoqué n’en demeure pas moins la baie de Naples. Dès le xviiie siècle, Vivant Denon a mis en exergue le « théâtre » qui se déploie sous son regard, les promenades qui bordent les demeures étagées au sein du cirque naturel127. Cette représentation est relayée tout au long du xixe siècle, notamment par Chateaubriand et Madame de Staël, et se révèle constamment évoquée lorsqu’il s’agit de décrire et d’admirer la beauté d’une baie, à l’exemple du port d’Ajaccio avec lequel les guides de voyage suggèrent le rapprochement128. De fait, à l’occasion de son périple dans les îles bretonnes, Caradec ne peut s’empêcher d’invoquer le prestigieux modèle129. Les sentiments recherchés confinent ainsi au plaisir, à des impressions agréables et charmantes.

96Outre ces compositions portuaires qui trouvent leur pleine expression dans les havres de Belle-Île, le regard s’oriente vers les côtes et les falaises, bordées par des flots plus ou moins agités, qui font l’objet d’une appréciation esthétique et éveillent des sentiments admiratifs. Les visiteurs prêtent désormais attention aux multiples indentations du littoral, contemplent la variété des formes et la beauté des différentes bordures envisagées selon les conventions du genre. La recherche se veut parfois exhaustive et s’accorde avec la volonté de circonscrire l’espace insulaire. Gustave Grignon relève ainsi, en 1860, la multiplicité des paysages côtiers de Belle-Île :

  • 130 Op. cit., p. 11.

« Certains rivages sont farouches et sombres, telle la mer sauvage, la pointe des Poulains […] ; d’autres fois, c’est l’aspect le plus sauvage, le plus effrayant, telles les côtes de la grande Grotte […] ; les côtes fleuries […] des Grands sables […] [où] tout est gai, tout est souriant130 ».

  • 131 Le Braz A., op. cit., p. 88.
  • 132 Caradec T.-M., op. cit., p. 263.

97De fait, les touristes contemplent avec plaisir les côtes aux pentes douces, aux courbes arrondies et aux contours encadrés par des vallons verdoyants, « tapissés de prairies baignées de ruisseaux131 » qui inspirent à certains le sentiment d’admirer la « grâce virgilienne132 ». Le charme réside dans l’interpénétration entre la terre et la mer qui, avec douceur, borde le rivage. Là encore, la recherche du dépaysement invite à établir un parallèle avec les fjords de Norvège, qui figurent parmi les stéréotypes paysagers. La contemplation se veut rapide. Les promeneurs et les touristes ne s’attardent guère et ne jettent, semble-t-il, qu’un regard rapide. La peinture s’empare plus tardivement de ces thèmes, à l’exemple de Henri Moret qui propose une vision riante de Houat dans les années 1890, des très rares oeuvres de Monet ou encore des tableaux de Maufra consacrés à des endroits doux et calmes de Belle-Île.

98Les voyageurs dédaignent en revanche les côtes basses, situées au ras de l’océan, auxquelles ils dénient toute qualité esthétique. La pointe des Chats, à Groix, forme ainsi une sorte de plate-forme qui s’avance dans la mer, or elle fait l’objet de très rares attentions, généralement peu élogieuses. Il en est de même dans les autres îles où les bordures très basses sont le plus souvent ignorées, à l’exemple de la pointe sud-ouest d’Ouessant. Plus généralement, les petites îles jugées trop au ras de l’eau, telles Molène, Hoëdic ou encore Sein, ne reçoivent guère d’éloges quant à la beauté de leur paysage.

99Ce sont en fait les paysages jugés grandioses et sauvages qui retiennent avant tout l’attention. Dans une lettre qu’il adresse à Henri Moret, Victor Roux-Champion exprime sa satisfaction :

  • 133 Cité par Belbéoch H., Clifford F., Belle-Île en art, s.l., auteur-éditeur, 1991, p. 28.

« Tu pourras trouver à 25 mètres de la côte la plus épouvantable que tu puisses rêver, des rochers de couleur merveilleuse, de caractère très beau, mais tu n’auras pas le petit port agréable avec les canots de pêche, ici c’est le sauvage dans toute sa beauté et son vide133 ».

  • 134 Joanne, op. cit., 1896, p. 405.

100Les spectacles grandioses suscitent en effet les sentiments admiratifs les plus forts. La littérature de voyage renferme souvent des jugements tels « la côte la plus déchiquetée est la plus intéressante134 ». Quelle que soit l’île, la finalité des parcours et des itinéraires vise à contempler ces tableaux.

101Au sein de cet ensemble imposant et majestueux, les amas rocheux figurent au rang des paysages particulièrement recherchés. Ils prolongent l’attirance pour la verticalité, initiée dès le xviiie siècle avec la fascination du gouffre, mais ils la renouvellent et l’inversent, orientant désormais le regard vers les hauteurs et non plus vers les profondeurs. Dès le milieu du xixe siècle, le basculement, le glissement du regard s’esquissent dans certaines œuvres. Flaubert et Maxime du Camp semblent être parmi les premiers à inverser les perspectives, descendant sur la grève pour admirer, depuis ses bases, les hautes falaises majestueuses de Belle-Île. L’oeuvre de Penguily-L’Haridon consacrée à cette même île développe une thématique semblable. Les petites mouettes présentent ainsi, en 1859, la plage de Port-Donnant à Belle-Île, isolée, encadrée par des falaises déchiquetées dont la verticalité ascendante est soulignée. À son égard, Maxime du Camp livre une critique qui laisse poindre, comme dans sa relation de voyage, l’admiration qu’il éprouve à l’égard des hauteurs rocheuses :

  • 135 Cité par Belbéoch H., Clifford F., op. cit., p. 42.

« Un des plus curieux et des plus plaisants tableaux qu’on puisse voir. Sous un ciel bleu, marqué çà et là de quelques nuées grisâtres, une anse sablonneuse et fraîche s’arrondit devant une mer glauque d’une inconcevable vérité de couleur ; de chaque côté, la falaise pierreuse s’étend et au milieu s’élève un grand rocher gris au pied duquel verdoie une petite flaque d’eau. […] Du reste il y a peu de choses en France qui soient aussi belles que les rochers de Belle-Île en mer et je m’étonne que les peintres n’aillent pas y étudier plus souvent la nature dans l’une de ses plus grandes manifestations135 ».

  • 136 Pays d’Ouest, op. cit., p. 260.

102Les voyageurs érigent ainsi progressivement au rang de spectacle le paysage minéral grandiose et imposant. Une lithographie reproduite dans L’Illustration en 1871 dépeint une arche qui serait située à Ouessant. Exacerbant la hauteur et le volume de l’édifice, introduisant une part de gigantisme par la représentation d’un promeneur à la taille minuscule, elle illustre la fascination des contemporains pour les bordures côtières (voir annexe 12). Les tableaux de Monet qui représentent les « aiguilles » de Port Coton ou les rochers de Port Domois, qualifiés de « cathédrales136 » par Gustave Geffroy, abondent dans le même sens.

  • 137 Op. cit., p. 12.

103Les visiteurs regardent avec une admiration particulière les amoncellements de roches. L’enthousiasme est d’autant plus fort qu’il découle d’une attente certaine. Le parcours qu’entreprennent les promeneurs, mais aussi les touristes, s’avère être une lente progression vers l’apothéose que représentent les paysages grandioses. Dès lors, ces spectateurs prêtent une attention minutieuse, aiguisée, aux métamorphoses du paysage, à la transfiguration graduelle d’un paysage végétal qui glisse vers le domaine minéral. Caradec confère ainsi à une infime partie de l’île de Bréhat la dimension de résumé de l’île, conciliant charmant et grandiose sur une superficie minime, et décline l’image du microcosme137. En outre, cet acheminement vers le sauvage reproduit, d’une certaine manière, le déroulement de la traversée, elle aussi passage du spectacle agréable d’une mer apaisée au spectacle impressionnant des flots déchaînés. Bien qu’avertis, les visiteurs se laissent néanmoins surprendre par la majesté du tableau qui s’offre à leurs yeux. Cette mise en scène de la surprise, ce dévoilement par étapes s’accordent avec la volonté et l’illusion de découvrir une terre jusqu’alors peu connue qu’incarne l’île. Rappelons enfin que les récits de voyage et les guides ne se révèlent guère diserts sur les postures adoptées, les attitudes choisies. Tout au plus est-il permis de supposer le ralentissement, voire l’interruption de la marche ou l’arrêt de la voiture, qui permet aux visiteurs de décrire avec emphase une architecture hiératique de la démesure et du chaos.

  • 138 Ibidem, p. 97.

« Si Dante eût rencontré ces roches sur sa route, il en eût fait sans doute le vestibule de son enfer. Tous ces brisants s’entassent, montent les uns sur les autres dans un fouillis indescriptible. Chaos sans fin d’aiguilles aiguës, de rasoirs à lames tranchantes, de glaives levés en signe de menace. Variété de formes extraordinaires, parmi lesquelles on croit voir passer, en procession macabre, des squelettes gigantesques de mammouths et d’éléphants138 ».

104À l’impression générale d’une monumentalité majestueuse, à une vision globale, s’ajoute la satisfaction de l’analyse méticuleuse. Les visiteurs changent alors d’échelle, guettent les figures, isolent et détaillent les moindres éléments de ce qui s’apparente à une composition architecturale. Par le biais de métaphores et de personnifications, les observateurs dépeignent ainsi la côte septentrionale de Bréhat :

  • 139 Ibid., p. 12.

« Dans un lointain vaporeux, les rochers rouges, une des curiosités de l’île, dressent leurs silhouettes tragiques. Autour de nous, ce ne sont que des formes bizarres et tourmentées, sculptées par le vent âpre du nord. Voici un castel gothique flanqué de ses tourelles et zigzagué de ses mâchicoulis […]. Tout à côté, on dirait le festonnement élégant, et les caprices enjolivés d’un château de la Renaissance. La nature s’est plu à réunir, à côté des aspects les plus sévères, les détails les plus délicats : des guipures d’une finesse de toile d’araignée, des rosaces d’une gracieuse harmonie139 ».

  • 140 Delouche D., op. cit., p. 751.

105La peinture exprime également cette attirance pour les amoncellements minéraux grandioses et sauvages. Österlind représente l’île de Bréhat comme noyée dans une mer de rochers. Emmanuel Lansyer propose une vue de la pointe de Pern, à Ouessant, où les rochers gigantesques imposent une verticalité impressionnante à une nature âpre et triste. Les pics déchiquetés, les blocs dantesques traduisent « un délire monumental, non exempt de romantisme140 ».

Annexe 12 : La France pittoresque. La pointe d’Ouessant © Bibliothèque nationale

Annexe 12 : La France pittoresque. La pointe d’Ouessant © Bibliothèque nationale
  • 141 Les voyageurs, tel Bourrit, dépeignent dès la fin du xviiie siècle les hautes montagnes comme des (...)
  • 142 Cité l’article « Sarah Bernhardt au fort des Poulains. Belle-Île-en-Mer », op. cit.

106La dimension architecturale conférée aux amas rocheux n’est pas sans rappeler les descriptions des hautes montagnes qui, aux xviiie et xixe siècles, cherchent à déceler et à traduire un ordonnancement logique dans les chaos apparents des faces141. Plus généralement, la montagne se prête à un rapprochement fréquent dans l’approche du littoral insulaire, et ce depuis l’époque moderne. Certains n’hésitent pas, dans une métaphore révélatrice, à qualifier le fort de Sarah Bernhardt, situé à la pointe des Poulains et transformé en demeure, de « nid d’aigle142 ».

107Toutefois, il semble que la fascination procède dans le même temps de l’incompréhension que ressent le spectateur devant le caractère inintelligible du paysage. En 1855, campé devant la Mer sauvage, Louis Lazare dresse le constat suivant :

  • 143 Op. cit., p. 68.

« Généralement les lois de sa formation sont déductibles de la roche. Mais que penser devant ces angles bizarres, ces brusques arêtes, ces assises tourmentées qui tantôt surplombent les flots, tantôt descendent vers eux par degrés gigantesques, et prolongeant sous les eaux leurs reliefs capricieux, sèment au loin la mer de crêtes aiguës143 ».

  • 144 Op. cit., p. 97.

108Près de quarante après, Caradec exprime un sentiment comparable à Ouessant, soulignant le fait « [qu’]on cherche en vain la ligne générale qui préside à leur arrangement144 ». Cette impression d’une inintelligibilité s’accorde en fait avec la volonté et la recherche d’inédit qui président à la découverte des îles.

109De fait, le regard contemple avec une certaine frayeur les blocs rocheux dont les moindres entailles, les infimes échancrures rappellent des processus violents et suggèrent des métaphores guerrières.

  • 145 Le Braz A., Îles bretonnes…, op. cit., p. 15.

« Il y a là des fragments de remparts éboulés, des donjons restés aux trois-quarts debout, d’immenses agrégats de schistes, couturés, blessés, mutilés, érigeant des moignons, des profils déchiquetés, bravant, à demi-vaincus déjà, cette mer qui, depuis des siècles, les heurte de ses béliers liquides145 ».

  • 146 Caradec T.-M., op. cit., p. 261.
  • 147 Op. cit., tome 3, p. 302.

110D’une île à l’autre, les visiteurs et les touristes s’enthousiasment ainsi pour les monumentalités rocheuses, pour les « horreurs impressionnantes146 ». Le caractère rongé et déchiqueté des roches est d’autant mis en exergue qu’il rappelle l’usure incessante des contours insulaires, l’œuvre continuelle de la nature qui travaille et sculpte les rocs. La fusion entre le minéral et l’aquatique retient notamment l’attention. Décrivant les rochers de la pointe des Poulains à Belle-Île, Ardouin-Dumazet use de métaphores qui suggèrent les mouvements de la houle : « les rochers prennent toutes les formes, se creusent d’arcades, se hérissent en obélisques147 ». Le paysage semble donc revêtir une double nature, à la fois terrestre et maritime, unie dans une sorte de symbiose. Soulignons que les approches, les sentiments se révèlent rapidement redondants. Les descriptions offrent des images qui conviennent tant à la pointe du Paon de Bréhat qu’à la pointe de Pern, à Ouessant.

  • 148 Les 3 affiches proposées par les compagnies de chemin de fer à la fin du xixe siècle et dans les p (...)
  • 149 Delouche D., op. cit., p. 638.

111Outre ces amoncellements rocheux déchiquetés, les hautes falaises exercent une fascination certaine. Leur contemplation est généralement indissociable du spectacle de la confrontation entre la terre et la mer, hérité des lectures sublimes et ossianiques. Le tableau du combat constitue, selon les interprétations classiques à nouveau invoquées, la manifestation de la colère de Dieu ; il rappelle la lutte des Titans. Depuis le promontoire, le touriste contemple ainsi le contraste entre les blocs rocheux hiératiques et le mouvement incessant des flots dont le mugissement rend le spectacle plus grandiose encore148. Il convient de souligner la singularité des œuvres picturales consacrées aux îles, qui tout en présentant des thèmes proches des récits ou des guides de voyage, proposent une interprétation originale. Les tableaux de Monet se caractérisent ainsi par le choix de représenter un espace restreint, coupant et isolant des pans rocheux, mais aussi par des compositions simples où les formes du relief apparaissent avec netteté et les horizontales sont représentées par des lignes rigides. Loin de l’emphase baroque de Gudin qui cherchait à faire naître l’effroi, le peintre s’attache à traduire les apparences, « mêlant, dans la clarté la plus grande, les trois éléments, mer, roc et air par le tourbillonnement de la touche149 ». Les courbes de la mer, les contours des rochers se confondent, se superposent et s’enchevêtrent. La variété et la densité des couleurs traduisent les jeux de lumières.

112L’influence de la peinture en général sur les modes de perception des contemporains est difficile à saisir. Il n’en demeure pas moins que la lecture renouvelée du paysage qu’offre Monet semble avoir trouvé un certain écho auprès de deux voyageurs. Geffroy et Le Braz évoquent ainsi, non sans admiration, le séjour du peintre à Belle-Île et les œuvres qu’il y a composées. Face aux paysages qui ont donné lieu à des représentations picturales, ils en offrent une description qui semble relever plus de l’analyse du tableau, de l’explication de la création artistique, que de la seule contemplation de la nature. Ils donnent l’impression de vouloir retrouver l’œuvre dans le paysage et dépeindre le motif tel que Monet l’a composé. Geffroy relate ainsi :

  • 150 La Bretagne, op. cit., p. 335.

« J’ai vu là, pendant un mois, toutes les beautés de la lumière sur la mer et sur les rochers, un espace d’une exquise pureté […]. J’ai vu les jeux de la mer, l’assaut des vagues par rangs pressés, leur arrivée haute et rigide, leur écroulement contre la falaise, leur poudroiement de vapeur d’eau, leur écume furieuse qui saute parfois au-dessus de la falaise, et s’en vient, portée par le vent, jusque dans les champs150 ».

  • 151 Op. cit., p. 59.

113La confrontation des éléments au sein d’un gouffre suscite également l’intérêt. À Batz, le Trou de l’Enfer, dans lequel s’entrechoquent les éléments, se révèle incontournable dans l’itinéraire. Rares toutefois sont les voyageurs et les touristes qui goûtent, à l’exemple de Caradec, de sensations de frayeur face à une « profondeur impressionnante151 ».

  • 152 Geffroy G., La Bretagne, op. cit., p. 374.
  • 153 Ardouin-Dumazet, op. cit., tome 3, p. 303.

114Les grottes retiennent aussi l’attention. Dévalant les falaises, les touristes s’emploient à visiter les anfractuosités les plus connues de Belle-Île. Ébauchée par La Vallée, la dimension architecturale des grottes éveille toujours des sentiments admiratifs. Les récits et les guides de voyage font état, en des termes très voisins des procédés rhétoriques de La Vallée, de « dômes et d’ogives152 », « d’aiguilles et de pyramides153 ». Ils suggèrent l’atmosphère religieuse qui y règne. Là encore, des parallèles sont établis avec Naples, mais aussi la Réunion. Désormais, toutefois, les touristes cherchent moins à se délecter de la fraîcheur ténébreuse des roches ou à goûter des bains agréables. Ils s’emploient avant tout à contempler le spectacle de la confrontation de la terre et de la mer qui prend une dimension singulièrement forte au sein des espaces caverneux.

  • 154 Le Braz A., Îles bretonnes…, op. cit., p. 22.

« A l’intérieur de la grotte […] la mer montante y résonne avec un bruit d’orgues indicible. La vague entre et se choque en une étreinte farouche avec celle qui redescend. C’est un fouettant d’écume liquide, des blancs merveilleux courent sur des verts d’une délicatesse adorable154 ».

  • 155 Ibidem, p. 25.
  • 156 « Impressions de voyage. Ouessant et Molène », op. cit., p. 156.
  • 157 Demartini A.-E., op. cit., p. 495.

115Il convient enfin d’évoquer le dernier motif paysager admiré des contemporains, à savoir le spectacle de la mer. L’île donne à voir, dans la lignée du sublime, l’immensité et la variété de l’océan. Certes, depuis les années 1850, les voyageurs et les touristes éprouvent un certain engouement à contempler des panoramas variés où la mer est parsemée d’îlots et se révèle encadrée par des côtes rocheuses. Il semble toutefois que l’émotion provienne de plus en plus, notamment à partir des années 1880, de la mer seule et « de son prestige impressionnant155 ». L’île offre en fait une perception magnifiée de l’étendue marine, elle permet d’apprécier mieux qu’ailleurs le degré d’immensité de l’océan. L’Hermite de Saint-Gonvel fait à cet égard figure de précurseur. Insatisfait des sinuosités de la côte qui bornaient l’horizon, il se rend, en 1851, à Ouessant pour « admirer la mer dans sa magnificence et mieux en mesurer l’espace156 ». L’expression « panorama maritime », fréquemment employée à la fin du xixe siècle dans les récits et les guides de voyage, illustre l’entrée de la mer dans les images des îles, que l’on constate également dans le cas de la Corse157. Le regard, dirigé à l’époque moderne vers la dimension terrestre de l’île, s’oriente désormais vers l’océan et présente l’île comme une synthèse, une harmonie entre la terre et la mer.

  • 158 Quatrefages A. de, op. cit., p. 14.

116À cet égard, il convient de souligner la singularité du panorama offert depuis le phare. Dès les années 1830, le phare apparaît comme un édifice qui prolonge, en l’excentrant, la monumentalité du port et dont la visite s’avère indispensable au même titre que les fortifications ou les bâtiments urbains. Sa verticalité impressionne car elle tranche avec l’horizontalité dominante des îles. L’élégance de la construction, symbole du progrès technique et de la maîtrise des hommes, est alors soulignée. Progressivement, au cours des années 1860, le phare s’insère dans le paysage. Il tend désormais à être admiré non pour sa seule majesté, mais comme le prolongement tellurique des rochers, à l’image du Créach qui se mêle aux amas rocheux de la pointe de Pern ou du phare de Bréhat qui émerge « de ce chaos fantastique comme l’une de ces fleurs gigantesques de l’Inde158 ».

117Dans le même temps, le phare devient lui-même support d’un paysage. De manière convenue, on l’a vu, les voyageurs se hissent au sommet de l’édifice afin de bénéficier d’un panorama, qui dévoile un paysage d’une nature et d’un sens différents du spectacle qui s’offre depuis un promontoire. Le spectateur savoure la beauté de l’île, de ses falaises ainsi que l’immensité de la mer, dont il prétend toutefois saisir la globalité et non extraire seulement une partie. Loin de rechercher le vertige, il adopte une attitude contemplative distante, que le phare dicte par sa hauteur même.

  • 159 Les témoignages d’un paysage sonore restent en effet rares. Citons Claude Anet à Ouessant qui évoq (...)

118La posture adoptée depuis le sommet du phare constitue en quelque sorte l’emblème des attitudes et des sentiments partagés par les visiteurs lorsqu’ils parcourent les îles. Il reste toutefois difficile de retracer ces attitudes, de dépeindre avec précision les impressions. La codification, voire la banalisation des sentiments ressentis face aux paysages, est telle qu’il paraît inutile de les mentionner dans les guides et les récits de voyage. L’observation se veut lointaine, la contemplation distante. Le visiteur confère à la vue une place prédominante et sollicite rarement l’ouïe, si ce n’est pour enregistrer les mugissements et les grondements de l’océan159. Refusant l’emprise des sens, il décline une confrontation trop personnelle avec la nature. Anatole Le Braz renonce à regarder plus longtemps le mouvement violent des vagues à l’assaut de la grotte de l’Apothicairerie :

  • 160 Îles bretonnes…, op. cit., p. 22.

« Cela devient trop impressionnant. Je m’en vais. Il y a des sublimités qui sont au-delà de la capacité des sensations humaines160 ».

119À Ouessant, La Pacquerie fuit des sensations qu’il juge insoutenables :

  • 161 Op. cit., p. 4.

« Le vertige me saisit, mes oreilles ne perçoivent qu’un roulement épouvantable, douloureux, qui crispe mes nerfs. Aussi je me retire, regrettant que la nature humaine ne puisse supporter plus longtemps la magnificence sauvage de ce spectacle sublime161 ».

120L’effroi tend ainsi à devenir une simple convention rhétorique qui consiste à qualifier les paysages de grandioses et inquiétants, sinistres et superbes, sans pour autant éprouver véritablement le promeneur et le touriste.

  • 162 Cette attention scrupuleuse se retrouve toutefois dans les presqu’îles, telle Quiberon et dans les (...)

121Dans les îles, les visiteurs paraissent aussi prêter une attention plus soutenue à la variété des paysages, à la gamme des spectacles qui se succèdent, depuis les côtes riantes jusqu’aux amas rocheux, des vallons verdoyants à la lande rase. Ils admirent les infimes contrastes, les moindres variations qui confèrent aux îles le statut de microcosme. L’attention se fait minutieuse, plus précise semble-t-il que sur le continent ; le regard guette la végétation, les cultures, le relief qui bouleversent de manière progressive le paysage162. L’errance, la jouissance de l’espace à laquelle certains s’adonnent, les invitent à se livrer à une contemplation plus longue, plus fine encore. Les marches lentes autorisent la disponibilité du regard, l’acuité de l’attention, la faculté de l’observation. Les guides touristiques, en revanche, qui invitent à une reconnaissance rapide, signalent plus rarement ces métamorphoses graduelles du paysage. L’île de Bréhat se révèle à cet égard exemplaire. Dans la perspective néo-hippocratique, Quatrefages souligne dès 1854 le contraste entre la partie méridionale de l’île, riante et fleurie, et la portion septentrionale plus aride et sauvage.

  • 163 Op. cit., p. 94-95.

« Dès qu’on a dépassé la chaussée de Vauban […], le paysage change brusquement ; tout devient plus sévère, plus âpre. Les rochers sont plus nombreux, plus élevés […]. La végétation est moins active, les moissons moins belles […]. Au-delà des dernières maisons du village, l’empire de l’homme semble cesser pour céder la place aux deux éléments, l’air et l’eau, qui se disputent cette terre désolée163 ».

  • 164 Les pontons anglais ou le mort vivant, Paris, Librairie nouvelle, 1858.

122Nombre de voyageurs, mais aussi d’écrivains relaient le contraste à l’exemple de Lecomte, qui consacre, dans son roman, quelques paragraphes à la description de l’île et oppose la première moitié de l’île digne, selon lui, d’un paysage du Lorrain et la seconde qui rappelle les paysages sublimes de Salvator Rosa164.

  • 165 Îles bretonnes…, op. cit., p. 63.

123Les promeneurs soulignent également, peut-être de manière plus précise que sur le continent, les changements de temps, les variations de lumières et de couleurs qui déterminent une métamorphose du paysage. Se déplaçant longuement dans l’île, certains sont surpris par le mauvais temps qui transfigure le spectacle de la nature. À Belle-Île, Le Braz admire la beauté riante de Port Donant jusqu’à ce que le ciel gris le transforme en « sinistre fjord165 ». Ces mêmes promeneurs prêtent attention à la brume et à la féerie qu’elle contribue à créer. Dans son roman, Les filles de la pluie, prix Goncourt en 1912, Savignon dépeint les longues promenades du personnage principal au cours de son séjour prolongé dans l’île d’Ouessant. Ce dernier contemple l’île depuis le port de Lampaul et admire la métamorphose du paysage :

  • 166 Op. cit., p. 57.

« Des vapeurs plus denses s’accumulaient dans les profondeurs de la baie. […] L’île entière flotte dans cette atmosphère cotonneuse. […] La forme et la grandeur réelle du précipice étaient abolies. […] On croyait reconnaître des plaines, des vallées profondes, des forêts. Il y avait comme une fantasmagorie dans ces aspects changeants dus au jeu mouvant des couches vaporeuses planant sur les bancs de récifs couverts d’algues166 ».

124Le spectacle prend fin lorsque la brume s’épaissit et efface les formes fantastiques et merveilleuses.

125Ce sont également ces visiteurs qui s’appliquent à contempler les couchers de soleil et les nuances colorées qu’ils apportent, qui se livrent à des expéditions nocturnes et se laissent alors envahir par l’effroi. Lorsqu’il se rend à la pointe de Pern la nuit, La Pacquerie éprouve une frayeur qui rompt avec les sentiments convenus d’une délectation esthétique distante. L’éclat blafard de la lune ajoute au caractère fantastique et sinistre du paysage, suggérant des formes, dévoilant des figures inquiétantes :

  • 167 Op. cit., p. 104.

« Les roches, si étranges le jour, prenaient des allures effrayantes dans cette lumière blanche de la lune. On aurait dit qu’ils allaient marcher, se jeter sur le visiteur nocturne, l’écraser et l’entraîner dans les flots. […] Des monstres moitié poissons, moitié reptiles s’ébattaient dans les flots tièdes167 ».

126Ce sont enfin ces voyageurs qui prêtent attention aux effets des rayons fugaces des phares qui font émerger de l’ombre les éléments du paysage. La lumière technique qu’incarne le phare fait ainsi irruption dans une nature dépourvue de toute emprise humaine.

  • 168 « Navigations morbihannaises (Chez les Groisillons) », op. cit., p. 429.
  • 169 Op. cit., p. 255.

127Il convient enfin de souligner que l’admiration des paysages des îles implique un rapport complexe à la connaissance. Les visiteurs cherchent avant tout à contempler ce que les guides prescrivent et à retrouver, on l’a vu, des modèles paysagers déjà consacrés. Ils recourent à l’analogie qui permet d’identifier les composantes du spectacle. La moyenne et la haute montagne sont fréquemment invoquées, à l’exemple de la Suisse, des Pyrénées ou de la Savoie, pour qualifier respectivement les vallons et les hautes falaises. Les comparaisons s’élargissent à des espaces plus lointains. La Méditerranée constitue ainsi un modèle fréquemment cité, à travers ses multiples déclinaisons : la côte méridionale de Bréhat rappelle le golfe de Naples, sa végétation évoque l’Ionie, son village la Provence et les îles grecques. Il en est de même pour le port de Le Palais, à Belle-Île ou le village de Batz. Les paysages plus accidentés, en revanche, éveillent le rapprochement avec le Septentrion et les fjords de Norvège : le port Saint-Nicolas de Belle-Île, le port du Stiff à Ouessant, la partie septentrionale de Bréhat sont décrits ainsi. S’immiscent également, plus tardivement, des comparaisons avec les colonies qui sont liées à la constitution des empires. Le Braz n’hésite pas à évoquer l’Algérie à propos de Groix168, Daudet qualifie de « douar169 » le village de Houat. Les îles apparaissent par conséquent comme la concentration miniaturisée de paysages exotiques, parfois empreints d’une dimension sauvage qui fait écho au primitivisme des habitants. Elles composent un ailleurs proche et lointain tout à la fois. Il convient à cet égard de souligner l’absence de références aux paysages de la Bretagne. Certes, les touristes qui se rendent dans les îles connaissent la province et pour beaucoup l’ont parcourue. Le regard qu’ils portent sur les paysages des îles est dès lors empli de ces références. Mais les représentations des îles ne semblent pas se construire, tout au moins de manière précise, par rapport à la Bretagne.

  • 170 Op. cit., p. 132.
  • 171 Op. cit., p. 68.
  • 172 Op. cit., tome 4, p. 158.

128De fait, ce recours à l’analogie permet de souligner l’étrangeté, il autorise ce rapport complexe entre identifiable et méconnaissable, reconnu et inédit, identique et exceptionnel, qui préside à la découverte des îles. Nombre de visiteurs éprouvent, en effet, le sentiment de contempler des paysages singuliers, car d’une beauté inégalée, d’un degré plus élevé en quelque sorte que sur le continent. Yung estime ainsi qu’à Batz, « les récifs sont encore plus déchirés et plus extraordinaires qu’ailleurs170 ». La Pacquerie juge n’avoir rien vu « de plus curieux, de plus imposant171 » que les rochers d’Ouessant. La quête incessante d’inédit implique parfois la déception, à l’exemple d’Ardouin-Dumazet qui déclare qu’il n’y a « rien de curieux172 » dans le village de Groix.

  • 173 Citée par Duroc J., op. cit., p. 82.
  • 174 Geffroy G., Pays d’Ouest, op. cit., p. 240.
  • 175 Eudel P., op. cit., p. 53.
  • 176 Op. cit., p. 12-13.
  • 177 Ibidem, p. 311.

129Plus généralement, les îles désorientent leurs visiteurs. Monet rappelle dans une lettre que le paysage de Belle-Île l’invite à modifier sa façon de faire173. Les qualifications habituelles s’avèrent, en effet, inopérantes. Certains contemporains ne parviennent pas à retrouver dans les ports et les villes les caractéristiques habituelles. Le Palais apparaît comme une « idée […] d’une bourgade de pêche174 », la sortie de la ville « n’en est pas une175 ». Les descriptions laissent poindre l’égarement que ressentent les voyageurs face à ce qu’ils considèrent comme profondément singulier et qu’ils contribuent, dans le même temps, à présenter comme tel. Caradec évoque le « décor paradoxal » de Bréhat, souligne « les fantasmagories étranges176 » de ses roches, avant de conclure que les îles bretonnes dans leur ensemble sont « étrangement pittoresques » et de révéler son désarroi face à leur poésie « inexplicable177 ». De fait, la contemplation esthétisante du paysage rejoint l’approche des îles qui induit des relations complexes entre ce qui est connu et inconnu, ce qui est identifié et inédit.

  • 178 Op. cit., tome 4, p. 292.
  • 179 Monmarché M., Excursions en France. Bretagne, Touraine, Auvergne, Pyrénées, Paris, Impr. Moreau, n (...)

130Il convient de remarquer qu’à partir des années 1880, dans le contexte des réflexions sur l’insularité, des parallèles sont esquissés entre les îles et suggèrent ainsi l’existence de paysages qui seraient spécifiquement insulaires. Devant les falaises déchiquetées d’Ouessant, Ardouin-Dumazet se livre à une arithmétique de l’esthétique et estime que les côtes et les rochers « dépassent en splendeur les côtes sauvages d’Yeu et de Belle-Île178 ». Cette logique comptable conduit à l’élaboration d’une hiérarchie des îles qui consacre l’exemplarité de Belle-Île, considérée comme la plus pittoresque des îles et érigée au rang de « perle de l’océan179 ». Il paraît toutefois difficile de parler de la constitution d’un type paysager insulaire, à l’exception peut-être des vallons bellilois qui, à plusieurs reprises, sont érigés au rang de modèle paysager, doté de caractéristiques propres. Les paysages des îles présentent tout au plus la singularité d’offrir une gamme variée et contrastée de figures littorales et maritimes, d’osciller constamment de manière ambivalente entre le caractère charmant et la dimension grandiose, de jouer, enfin, sur le rapport à la connaissance.

  • 180 Op. cit.
  • 181 Au pays de la mer : Ouessant (l’île de l’épouvante), Paris, A. Messein, 1904.
  • 182 Ibidem, p. 26.

131Rappelons également le rôle singulier que la littérature attribue au paysage. Généralement les descriptions composent des pauses narratives qui confèrent à ce dernier la fonction de décor. Alibert180 et Sabatier181 évoquent les beautés sauvages et grandioses d’Ouessant, les panoramas « merveilleux » qui s’offrent au regard, reprenant ainsi les sites consacrés. Toutefois, dans certains cas, le paysage devient une composante active de la narration, il s’accorde à l’issue du récit et agit sur les personnages. Sabatier dépeint la pointe de Pern, à l’aide des qualificatifs suivants « l’horreur du lieu », « la pointe fatale », « les tombeaux182 » qui confèrent à cet espace une dimension prédictive. Dès lors, le paysage annonce la mort et participe à la dramatisation.

132Il convient de souligner enfin que la consécration paysagère des îles n’obéit ni à un processus linéaire et homogène, ni à une même intensité d’une île à l’autre. L’étude des descriptions, mais surtout des notices des guides touristiques consacrées aux îles, et en premier lieu des guides Joanne qui traduisent, au fil de leurs rééditions, l’évolution des regards, se révèle à cet égard instructive et permet d’entrevoir des généalogies distinctes, des impressions et des attitudes différenciées.

  • 183 Op. cit.
  • 184 Itinéraire général de la France. Bretagne, Paris, Hachette, 1873.
  • 185 Ibidem, p. 583.
  • 186 Op. cit.

133Belle-Île paraît avoir suscité la première et de manière la plus intense des sentiments admiratifs à l’égard de l’ensemble de son territoire dès les années 1840, même si ces derniers sont massivement exprimés surtout à partir des années 1880. Les voyageurs mettent en exergue la beauté des côtes sauvages et rocheuses dans la première moitié du xixe siècle, avant de souligner les qualités esthétiques des ports et le charme des côtes moins déchiquetées. Les peintres consacrent la primauté de cette île qui figure parmi les plus représentées dans les œuvres picturales. Les qualifications négatives qui parcourent nombre d’ouvrages du premier xixe siècle s’estompent progressivement. Les premières éditions des guides Joanne, datées de 1867183 et 1873184, relèvent encore de la logique de l’inventaire économique et soulignent que l’île est bien cultivée, que l’activité halieutique est développée. L’existence de vallons, dépourvus de qualificatifs d’ordre esthétique, est mentionnée. Certains lieux sont déjà signalés pour leur qualité paysagère, telle la pointe des Poulains et plus généralement l’ensemble de la côte qui borde la Mer Sauvage, mais aussi la ville de Le Palais. Toutefois, ils paraissent composer des curiosités, des interstices paysagers qui parsèment de manière ponctuelle le territoire. Les guides enfin n’omettent pas de dresser la liste des principales localités, dont ils évaluent l’intérêt. Le village de Locmaria suscite le commentaire suivant : « rien à dire185 ». À l’inverse, l’édition de 1896186 gomme désormais les aspects productifs, efface les jugements dépréciatifs et présente les principaux paysages dignes d’attention : Sauzon et son joli vallon, le magnifique promontoire des Poulains, la grotte de l’Apothicairerie et ses arcades, la Mer Sauvage, le phare.

  • 187 Voir notamment « Souvenirs d’enfance et de jeunesse », Œuvres complètes, Paris, Calmann-Lévy, 1948 (...)

134Bréhat semble avoir fait l’objet d’une reconnaissance également précoce en comparaison des autres îles. Dès les années 1840, les visiteurs soulignent la beauté des paysages qu’ils comparent à des modèles prestigieux, invoquant les oeuvres de Salvator Rosa ou du Lorrain. Les guides Joanne restent en revanche timides à l’égard de ces spectacles et se contentent de signaler, jusqu’en 1893, les contrastes spatiaux que le touriste est invité à discerner. Dans le même temps, certains voyageurs regrettent l’aspect monotone de l’île. À l’inverse, la deuxième moitié des années 1890 voit la consécration esthétique de Bréhat dont on loue le caractère riant, fleuri, charmant, la majesté des roches et la splendeur du spectacle sauvage aux abords du phare du Paon. À l’exemple de Renan187 qui célèbre la grandeur et la poésie de l’île, les touristes admirent désormais sa magnificence.

  • 188 Op. cit., p. 223.
  • 189 Op. cit., p. 245.
  • 190 Conty, Bretagne Ouest. Îles anglaises, Paris, Office des guides Conty, 6e édition, p. 243.
  • 191 Joanne, op. cit., 1873, p. 288.
  • 192 Sur la mise en scène morbide des paysages, voir Chauvaud F., « Représentations morbides de la forê (...)
  • 193 Yung E., op. cit., p. 131.

135La reconnaissance unanime et globale se révèle beaucoup plus tardive à l’égard d’îles comme Groix, Batz ou Ouessant. Pendant la majeure partie du siècle, ces îles n’inspirent qu’indifférence et aversion. Caradec juge que Groix ne forme qu’un « plateau isolé188 ». Les premières éditions des guides Joanne consacrés à la Bretagne se révèlent plus sévères encore à l’égard de Batz, soulignant en 1896 que rien « ne justifie […] l’habitude qu’on a de la visiter189 ». Ouessant, enfin, éveille le même regard négatif. Dans les années 1890, les guides et les récits sont ponctués de remarques telle l’île n’a « aucun attrait190 ». Seules quelques grottes, de rares plages et des roches singulières sont signalées au titre de curiosités naturelles. À l’inverse, à partir des années 1890, l’ensemble de ces espaces insulaires est désormais défini comme beau et digne d’admiration. Ouessant connaît ainsi une véritable consécration esthétique. La plage, la « jolie baie de Lampaul191 » offrent des paysages charmants qui contrastent avec les côtes déchiquetées dont la majesté, le caractère sauvage et la dimension sublime sont amplement soulignés. Rappelons toutefois la singularité des paysages ouessantins qui composent des décors dans les récits de la fin du xixe siècle et recèlent par conséquent une dimension morbide et inquiétante192. Les paysages de Groix éveillent, de même, les comparaisons convenues avec les fjords norvégiens ou les campagnes de l’Arcadie. Le Trou de l’Enfer est loué pour son caractère grandiose. Néanmoins, l’emphase reste timide car Groix souffre de la comparaison avec Belle-Île. S’ils conviennent de la splendeur des côtes déchiquetées de l’île, les visiteurs ne manquent pas de rappeler que ces dernières se révèlent d’une beauté moindre en regard des falaises belliloises. Batz, enfin, suscite plutôt des impressions que des paysages clairement établis. Les visiteurs savourent, sans livrer plus de précision, ce pays austère, « vierge et simple193 ». Les peintres en offrent des interprétations où prédominent les mouvements des vagues, les contours incertains et pâles des côtes. Certains voyageurs se hasardent à dessiner un rapprochement avec la végétation méridionale. Néanmoins, le sentiment prévaut d’un paysage imprécis, indéfini.

  • 194 Caradec T.-M., op. cit., p. 287.

136Les îles de Houat, Hoëdic et Molène ne suscitent pas, en revanche, de sentiments comparables. Elles ne semblent pas, en effet, répondre aux critères de beauté. Les deux premières, en outre, souffrent, plus encore que Groix, de la comparaison avec Belle-Île. Elles sont généralement perçues tout au long du siècle comme incultes, « mornes et tristes194 ». Réduites de manière péjorative à des bancs de sable, elles semblent toutefois inspirer à de rares visiteurs une certaine mélancolie, voire susciter l’exotisme. Au sein de ces deux îles jugées dépourvues de charme, Houat reçoit néanmoins de rares compliments. Elle est considérée comme plus gaie, plus riante. Molène éveille, quant à elle, non une déception semblable, car il n’existe pas de véritables attentes quant à sa beauté, mais une certaine indifférence. Les quelques visiteurs qui s’y rendent ne prêtent guère attention à son espace, dont la seule qualité reconnue est de constituer un support à la contemplation de vastes panoramas maritimes. Le village inspire parfois des sentiments contradictoires, les uns remarquant sa gaieté et sa propreté, les autres soulignant son aspect morne. En conséquence, ces trois îles n’invitent guère à parcourir leur espace.

  • 195 Le Goffic C., Gens de mer. Sur la côte, Paris, A. Colin, 1897, p. 134.

137Il reste enfin à souligner les représentations paysagères tout à fait singulières que fait naître l’île de Sein. Cette dernière, en effet, n’est jamais qualifiée de belle. En revanche, les visiteurs soulignent son aridité, sa tristesse et sa monotonie. Ils la présentent, dans la lignée lointaine de l’ossianisme, comme une île sinistre, un lieu étrange et sauvage qui s’accorde avec la fascination à l’égard de la mort qui se déploie à la fin du xixe siècle et satisfait la mélancolie des quelques visiteurs. La dimension tragique de certains paysages prime donc sur le caractère pittoresque du port ou du village, dont de très rares spectateurs signalent « les beaux quais195 ». Seuls les panoramas maritimes confèrent une impression de charme et de beauté. Les peintres néanmoins ne représentent que très rarement les paysages de Sein.

  • 196 Voir Bertho-Lavenir C., « La géographie symbolique des provinces, de la Monarchie de Juillet à l’e (...)
  • 197 A. Micoud met en évidence cette élaboration de lieux exemplaires, Des hauts lieux. La construction (...)

138En dépit de ces généalogies différenciées, de ces rythmes variés, la consécration esthétique de la plupart des espaces insulaires aboutit à la constitution de sites, c’est-à-dire de lieux nommés, localisés, associés à des paysages désormais consacrés. Comme dans bien d’autres contrées, dans un contexte où se dessinent des modèles régionaux196, les sites deviennent les emblèmes des îles et permettent, à leur seule évocation, d’identifier les localités. La plupart des îles voit ainsi s’élaborer progressivement la liste des hauts lieux197 indispensables, dont l’image est amplement diffusée par les guides de voyages, la peinture, les cartes postales et, dans le cas seulement de Belle-Île, les affiches touristiques. À Belle-Île, les touristes, on l’a vu, partent de Le Palais et se dirigent vers la pointe des Poulains, la Mer sauvage, la grotte de l’Apothicairerie, le phare, le port de Sauzon avant de rallier Le Palais. À Bréhat, l’itinéraire obéit à une même progression vers les spectacles grandioses. Depuis le port situé dans la partie méridionale de l’île, les visiteurs se dirigent vers le nord afin d’observer le sémaphore et d’admirer la pointe du Paon. À Ouessant, c’est la partie septentrionale qui attire, avec notamment la pointe de Pern, le phare du Créach, mais aussi, plus rarement, le port du Stiff et d’Arland qui permet d’envisager, dans un panorama, l’archipel de Molène et le continent. Depuis le port et le bourg de Lampaul, les visiteurs se rendent dans ces différents lieux de l’île. À Groix, le parcours se révèle plus incertain. Seul le Trou de l’Enfer constitue un site recherché, rallié depuis le bourg de l’île. Il en est de même à Batz qui ne comprend pas véritablement de site emblématique, si ce n’est le phare et le Trou du Serpent, situés tous deux dans la partie occidentale de l’île et que les guides recommandent comme lieux d’excursion. À Sein, seul le phare, à l’extrémité occidentale de l’île, compose un site jugé digne de visite. Les petites îles de Houat, Hoëdic et Molène, enfin, dépourvues de véritables sites, n’inspirent pas d’itinéraires précis. Par conséquent, il paraît souvent difficile de retracer les parcours empruntés dans ces dernières îles.

139Il convient de souligner la relative fixité des sites dans certains cas. Définis dès la fin du xviiie siècle comme des paysages sublimes, les grottes et la Mer Sauvage de Belle-Île notamment figurent toujours au xixe siècle comme des spectacles grandioses. L’interprétation, en revanche, s’est renouvelée ; les sentiments ont évolué. Signalons également que la plage ne semble guère retenir l’attention. Les guides ne soulignent que rapidement la présence de belles plages à Bréhat ou encore à Belle-Île. Toutefois, si l’on considère la diffusion de la pratique balnéaire dans de nombreuses îles, comme le suggèrent certains récits de voyage, il paraît difficile de conclure à l’absence de regards admiratifs sur les plages.

140Dès lors, les touristes tendent de plus en plus à percevoir le paysage comme une juxtaposition de sites représentatifs, décomposés, classés et hiérarchisés. Nombre d’entre eux parcourent en effet l’espace insulaire de manière rapide, allant de site en site, à la recherche du meilleur angle de vue pour retrouver les descriptions des guides. Ils empruntent les itinéraires que les guides prescrivent et qui les invitent à suivre une progression du charmant vers le grandiose. Selon la durée de l’excursion ou du séjour, l’avancée est plus ou moins linéaire et rapide, le nombre de sites visités plus ou moins étoffé. Rapidement, les injonctions des guides s’effacent. Désormais, la pratique touristique et l’attitude contemplative sont suffisamment codifiées et banalisées pour que le voyageur n’éprouve pas le besoin d’avoir des indications précises. Rappelons, à cet égard, que les visiteurs se révèlent peu éloquents sur leurs sentiments et leurs impressions. Ils cherchent avant tout à ressentir une délectation agréable et distante, un plaisir visuel qui s’exprime dans une rhétorique convenue. Par conséquent, le balisage émotionnel de l’espace paraît pauvre.

  • 198 À ce sujet, Matagne P., « La protection des paysages en France au xixe siècle », La nature. Cahier (...)
  • 199 Corbin A., L’homme dans le paysage, op. cit., p. 165.
  • 200 ADCA 4 T 12 Rapport du Vice-président de la Société pour la protection des paysages au préfet des (...)
  • 201 Ibidem.

141Dans les dernières années du xixe siècle, une nouvelle lecture enrichit l’admiration pour les paysages des îles. La volonté de protection de la nature198, qu’incarne la loi de 1906, s’empare en effet des îles, tout au moins pour la période qui nous concerne, de Bréhat qui constitue l’un des premiers lieux à avoir bénéficié de ces dispositions, dès 1907. Rappelons que la politique de préservation des paysages, plus précisément des monuments naturels, s’inscrit dans la continuité de la préoccupation relative aux monuments pittoresques et correspond à l’essor du régionalisme et du nationalisme. « Laisser se dégrader les sites pittoresques, alors que le lien social est conçu comme un lien géographique, serait, pour l’État, laisser déprécier un élément majeur de l’identité nationale199 ». L’attention précoce prêtée à Bréhat s’explique vraisemblablement par la dégradation et la destruction des rochers qui résultent de l’exploitation de carrières de pierres et menacent la partie septentrionale de l’île, et notamment la pointe du Paon. En outre, l’idée se dessine que les îles abritent une nature authentique particulièrement bien préservée et qu’il convient de sauvegarder. Dès lors, le paysage revêt la dimension d’un vestige. L’île est ainsi considérée comme « le joyau le plus précieux de l’écrin du littoral200 ». En 1908, le vice président de la Société de protection des paysages de France fait part au préfet de son indignation quant à l’extraction de pierres dans le haut lieu que compose la pointe du Paon, et ce en face du banc de repos du Touring Club201. La conscience patrimoniale n’invite donc pas à modifier les représentations de la nature, mais elle s’applique aux sites grandioses déjà reconnus et participe ainsi à promouvoir leur consécration. De fait, en voulant protéger ces paysages, elle cherche finalement à conserver une forme de regard sur ces mêmes paysages. Elle contribue également à décliner en abyme les beautés naturelles, décelant au sein des îles, érigées elles-mêmes au rang de paysages exceptionnels, des portions particulièrement dignes d’attention.

142Ainsi, la lecture de l’espace insulaire connaît globalement la même évolution que l’appréciation de la Bretagne. Distingué parce que sublime dès la fin du xviiie siècle, le paysage revêt une dimension charmante et riante, mais aussi grandiose à partir des années 1850-1860 dans le cas de Belle-Île et de Bréhat, dont la consécration paysagère se révèle synchrone avec la province, à partir des années 1880-1890, plus tardivement, pour les autres.

143D’une île à l’autre, on assiste à une homogénéisation des modes de perception et d’appréciation, à une unification de l’espace considéré comme beau dans sa globalité. Quand les administrateurs prêtaient une attention soutenue au terroir, les visiteurs du xixe siècle tendent à détourner les regards et distinguer, extraire, admirer des figures paysagères, avant tout littorales et maritimes. Seul l’accent mis sur la dimension insolite des spectacles ainsi que l’attention plus ou moins minutieuse selon les parcours choisis paraissent traduire une certaine singularité insulaire. Les visiteurs oscillent ainsi entre analogie et logique de différenciation, entre recherche de l’exceptionnel et identification du semblable. Désormais, les amoncellements rocheux, les pourtours côtiers rejetés aux confins du territoire deviennent les emblèmes des îles. Ils sont repris tout au long du xxe siècle, à l’exemple des sites de Monet qui inspirent nombre de peintres jusque dans les années 1950-1960. Les contemporains admirent des paysages déshumanisés, considérés comme naturels à l’issue, en quelque sorte, d’un processus culturel. Signalons enfin que les visiteurs perçoivent le paysage de Belle-Île indépendamment de toute considération à l’égard de la population. Dans le cas de Bréhat, les infimes contrastes hérités du néo-hippocratisme perdurent, mais le site principal qu’est la pointe du Paon tend à devenir autonome. Groix s’apparente également à ces deux îles par cette « construction » relativement distincte du paysage. En revanche, Ouessant, Sein, parfois Batz et Houat tendent à suggérer aux touristes des paysages en harmonie avec la vision que ces derniers ont des populations insulaires.

La concordance légendaire

144À la contemplation esthétique s’ajoute, à partir des années 1850, une fascination pour les légendes qui inclinent à donner du sens à l’espace et au paysage. Dès l’époque moderne, l’histoire contribue à promouvoir un territoire, en attestant de sa plus haute Antiquité. Or, si la quête d’un passé légendaire induit une valorisation semblable, elle s’accompagne également d’une articulation, d’une imbrication entre un lieu et une forme définie de narration. Se dessinent ainsi des relations différenciées et successives entre territoire et histoire, espace et légende.

  • 202 « L’invention du Val sans Retour. Genèse d’un paysage », Du folklore à l’ethnologie en Bretagne. 1(...)
  • 203 Ibidem, p. 39.

145Il s’agit donc d’envisager le processus de construction d’une topographie légendaire, dans une optique comparable à la démarche adoptée par Marcel Calvez à propos du Val sans Retour202. Ce dernier met en évidence le rôle fondamental de la légende qui transfigure la vallée, « l’extrait de la banalité des espaces et en fait un lieu consacré, apte à une pratique touristique203 ». Il convient également de définir la fonction de cette lecture dans la constitution du paysage : d’une part, la recherche de légendes conduit à élaborer et à mettre en scène un paysage de manière à ce qu’il soit en conformité avec l’arrière-plan mythique ; cette quête, d’autre part, s’ajoute aux modalités esthétiques d’appréciation de l’espace et invite à de nouvelles pratiques.

Les signes de l’Antiquité

  • 204 Notice de l’ancienne Gaule tirée des monumens romains, Paris, Desaint et Saillant, 1760.
  • 205 Op. cit.

146Dans un premier temps, il importe d’évoquer les liens qui unissent histoire et espace à l’époque moderne. Rappelons que les géographes et les historiens cherchent moins à retracer le savoir des Anciens qu’à démontrer l’ancienneté d’une province, c’est-à-dire sa connaissance par les hommes de l’Antiquité, et par conséquent son intérêt. Les îles bretonnes, au même titre que les autres localités de la Bretagne, sont ainsi extraites de l’insignifiance par l’écriture du passé et par l’inscription de ce dernier dans leur territoire. Dans le cadre de leurs recherches consacrées à la Gaule antique et à ses monuments, romains pour l’un, gaulois pour l’autre, D’Anville204 et Robien205 mettent en avant la connaissance des îles sous l’Antiquité. Ils fondent leurs propos sur les ouvrages des géographes grecs et romains, à savoir principalement Pline et Pomponius Mela, mais aussi L’itinéraire maritime attribué à Antonin, qui constituent leurs seules sources et suffisent à légitimer l’attention. Sein fait l’objet d’une attention relativement soutenue en raison de la présence d’un oracle, mentionné par Pomponius Mela et dont les hommes de l’époque moderne ne remettent en cause la véracité des dires. La seule incertitude concerne en fait la divinité honorée, les uns suggérant un culte en l’honneur de Cérès, les autres inclinant plutôt vers la vénération de Proserpine.

147Historiens et érudits s’emploient donc à retrouver la correspondance entre les îles contemporaines et les localités désignées dans les textes. La localisation de la mythique Thulé appelle à plusieurs interprétations, parmi lesquelles le commentaire proposé par Robien qui confère cette lointaine ascendance à Ouessant. De même, l’identification des « Veneticae insulae », signalées par Pline, suscite différentes explications.

  • 206 Ibidem, p. 46.
  • 207 Peyras J., op. cit.

148L’évocation de l’Antiquité invite, en outre, à des représentations renouvelées des îles, tout au moins à la prise en compte d’une certaine singularité. Robien consacre ainsi un chapitre spécifique aux « îles de l’océan armoricain206 » à l’époque antique, qui rompt avec les considérations habituelles, étudiant les îles au fur et à mesure de l’examen du littoral. De fait, sous l’Antiquité, les îles revêtent une dimension particulière. La mythologie grecque privilégie l’espace insulaire abritant les domaines des dieux, servant d’asile et de lieu d’initiation. À l’inverse, Rome s’emploie à gommer toute différence qui porterait atteinte à un ensemble politique qui se veut clos. L’île représente une possible altérité et donc n’a pas lieu d’être207. Il n’en demeure pas moins que les îles, en dépit des représentations contradictoires qu’elles suscitent selon les civilisations, sont empreintes d’une certaine spécificité sous l’Antiquité. La lecture des textes ne peut donc que conduire les hommes modernes à esquisser une singularité, sans toutefois le formuler de manière explicite.

  • 208 Op. cit., p. 46.

149Outre le recours aux textes antiques, l’étymologie constitue, de manière tout à fait classique, l’attestation d’un passé lointain. L’analogie pratiquée entre les désignations établies sous l’Antiquité et les dénominations usitées à l’époque moderne suffit à en faire la confirmation. D’Anville, mais plus généralement l’ensemble des contemporains se contente de mentionner les appellations antiques. Robien se résout à admettre la concordance qui existe entre « Uxantus » et « Ouessant », seule « preuve de son ancienneté208 ». L’histoire imprègne donc le nom de l’île, plus que son espace. Elle relève ainsi plus du domaine du signe que de celui de la trace.

  • 209 Schnapp A., La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993.
  • 210 La Sauvagère M. de, Recueil d’antiquités dans les Gaules, Paris, Herissant, 1770, p. VI.

150Au xviiie siècle, toutefois, les antiquaires et historiens se mettent dorénavant en quête d’indices qui attesteraient de ce passé glorieux. La pratique des fouilles, amorcée à partir de la fin du xviie siècle et qui acquiert au xviiie siècle une certaine légitimité, confère dorénavant au sol le statut de réceptacle d’éléments interprétables209. Les vestiges sont désormais érigés au rang d’objets de connaissance qu’il convient de sauver « des ravages du temps210 ».

151La Sauvagère et Robien figurent parmi les premiers à visiter de façon méthodique la Bretagne, notamment les sites de Carnac et de Locmariaquer. Les mégalithes sont alors considérés pour l’un comme des vestiges romains, interprétés par le second comme des monuments gaulois. Dans les îles, les recherches se révèlent moins fructueuses. La plupart d’entre elles n’offrent en effet ni monument, ni même le moindre objet. Seule Belle-Île renferme un camp attribué aux Romains et quelques pièces de monnaie. Le regard se porte alors non sur l’espace insulaire, mais sur les « ruines » qu’il abrite. La Sauvagère analyse ainsi avec précision la composition du « camp romain », décrit l’aspect des retranchements et s’attache à retracer le déroulement du combat qui a opposé les Romains aux Vénètes.

  • 211 Op. cit., p. 240.

152Les îles sont donc valorisées par cette projection de l’histoire sur leur territoire. Des lieux précis sont désignés comme cadres d’événements singuliers et, de ce fait, distingués : le camp des Romains, précédemment cité, qui confère une certaine importance à la partie nord-ouest de Belle-Île, mais aussi le Trou du Serpent, à Batz. Ogée rapporte, en effet, un épisode de la vie de saint Pol, qu’il emprunte vraisemblablement aux vies des saints. Ce dernier aurait chassé de l’île un serpent ou un dragon, qui tourmentait les habitants et l’aurait précipité dans un trou de forme ovale, qui subsiste le long de la côte au nord-ouest de l’île211.

153Les îles constituent donc des cadres dans lesquels sont projetés des faits historiques. Seules certaines portions de leur espace se révèlent particulièrement distinguées et valorisées.

Les hauts lieux du sacré

  • 212 Mona Ozouf a montré le caractère novateur, mais aussi les composantes traditionnelles du questionn (...)
  • 213 Voir Guiomar J.-Y., « La Révolution française et les origines celtes de la France », Annales histo (...)

154À partir de la fin du xviiie siècle, la recherche de traces antiques dans les îles bretonnes s’estompe au profit de la quête du celtisme, esquissée dès le milieu du xviiie siècle notamment dans les dictionnaires géographiques. La celtomanie s’épanouit en effet au cours de cette période. Fondée en 1805 par Jacques Cambry, Eloi Johanneau et Mangourit, l’Académie celtique illustre cet engouement. Elle met en place un programme de recherche de grande envergure, qui vise notamment à enregistrer les antiquités celtiques et gauloises212. La Bretagne constitue la terre celtique par excellence et représente par conséquent le lieu privilégié dans la recherche des origines de la nation213. L’intérêt accru accordé aux dolmens et autres « monuments » rend plus forte l’attraction de la province. Après l’équivalence établie entre celte et gaulois, tend en effet à prévaloir la coïncidence entre celte et breton au début du xixe siècle.

  • 214 Le Roux F., La civilisation celte, Rennes, Ouest France, 1978, p. 399.
  • 215 Op. cit., p. 272.

155La celtomanie conduit également à valoriser plus particulièrement les îles bretonnes. Rappelons à cet égard que la civilisation celte érige les îles au rang de « réservoir de sacralité214 ». Mahé rappelle ainsi que « les Celtes avoient un goût particulier pour les îles, et qu’ils aimoient à y exercer leur culte215 ».

  • 216 « L’île de Saine », Lycée armoricain, 1825, tome 6, p. 293-301.

156De fait, l’une des préoccupations principales des érudits, bretons pour la plupart, et des voyageurs, à l’exemple d’Édouard Richer, est de définir la localisation des îles celtes. Les contemporains prêtent cet héritage à plusieurs îles bretonnes, qui, dès lors, ne composent plus des lieux quelconques, mais des espaces privilégiés, empreints d’une densité historique, voire mythique. Les sources antiques, à l’exemple de l’ouvrage de Pomponius Mela, sont réinterprétées. Richer définit l’oracle de Sein non plus comme un lieu dédié à des divinités romaines, mais dorénavant hanté par des prêtresses ou druidesses, gauloises et celtes, les deux éléments étant confondus216.

157L’étymologie constitue toujours l’un des axes fondamentaux de la recherche historique. Il ne s’agit plus, toutefois, de définir la seule analogie entre les dénominations contemporaines et anciennes, mais de retrouver le sens même du nom. En outre, aux traductions latines ou grecques, s’ajoute désormais une interprétation des qualificatifs qui se veut « celtique ».

  • 217 Op. cit.
  • 218 Ibidem, p. 322.
  • 219 Fréminville C. de, Antiquités de la Bretagne, Brest, Lefournier et Deperiers, 1827-1837, tome 2, p (...)

158L’île de Sein est ainsi l’objet de plusieurs commentaires. L’explication classique, à savoir que le nom proviendrait des saints qui auraient évangélisé les îles au cours du Haut Moyen Âge, trouve une certaine limite à partir des années 1820-1830. Dauvin rappelle certes cette désignation, mais dans le but de mieux souligner le contraste entre un passé chrétien et le comportement des habitants, qui se livrent, selon lui, à des activités de naufrageurs contraires aux principes de la Bible217. Le terme de l’Antiquité latine, Sena, continue d’être mentionné, mais de nouvelles qualifications apparaissent, à savoir « l’île des Sept Sommeils218 » et « l’île des vieillards », c’est-à-dire des druides219.

  • 220 Op. cit., tome 2, p. 73.
  • 221 Mémoires relatifs à la Marine, Paris, Laurens, an VIII.
  • 222 Fréminville C. De, Antiquités de la Bretagne, op. cit., p. 95.

159Dans le même temps, le nom d’Ouessant est doté d’une interprétation celte. Cambry, le premier semble-t-il, cite le nom « Eussa », sans en livrer toutefois le sens220. Thévenard221, relayé par Fréminville et Dauvin dans les années 1830, définit par la suite ce terme comme provenant du dieu celte, Heuz, connu pour sa colère et sa cruauté, et désignant par extension « l’île de l’Épouvante ». Le nom de Groix, quant à lui, trouverait son origine dans « l’île des Sorcières222 ».

160Cette étymologie s’accorde avec l’image des îles qui est proposée à cette époque, à savoir une population d’origine celte, à la fois inquiétante et digne d’admiration, habitant un espace soumis au déchaînement des éléments. Les dénominations sont largement reprises au cours du xixe siècle, principalement dans le cas d’Ouessant, où elle correspond alors aux représentations qui prévalent à la fin du siècle et dressent le tableau d’une île aux abords dangereux, sur laquelle plane l’ombre de la mort.

  • 223 Ibidem, p. 94.

161Parallèlement, l’étude implique la recherche d’empreintes matérielles, objets ou constructions diverses, qui pourraient être attribués à la civilisation celte et poursuit la pratique des fouilles engagée dès le xviiie siècle. L’archéologie vise désormais non plus à la seule observation, mais s’emploie à définir une typologie, à esquisser des théories qui prêtent à débat, à dessiner une chronologie qui s’inscrit dans une longue durée et rejoint ainsi les interrogations sur l’histoire du globe. Les objets changent également de statut. Sociétés savantes et érudits leur confèrent une dimension historique, ils les érigent au rang de vestiges d’une civilisation spécifique et les considèrent comme des monuments dignes de retenir d’attention. Rappelons que l’inventaire se révèle indissociable du sentiment d’une disparition inéluctable et par conséquent de la volonté d’enrayer cette destruction, qui animent l’archéologie depuis son commencement. Dès les années 1830, Fréminville souligne la disparition à Sein d’un dolmen, dont les habitants se servaient pour abriter des munitions et qui a été détruit lors d’une descente des Anglais à l’époque révolutionnaire223.

  • 224 Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Vannes, A. Cauderan, 1847.
  • 225 Ibidem, p. 493.

162Parmi les fouilles d’envergure, il convient de citer l’action entreprise par Thévenard qui découvre, à Ouessant, des ruines appartenant, selon lui, à un temple celte. Soulignons également les travaux de Mahé, qui signale des vestiges celtes à Groix, ou encore de Cayot-Delandre, qui entreprend un inventaire des monuments du Morbihan dans les années 1840224. Les interprétations se révèlent parfois divergentes et donnent matière à débats. Cayot-Delandre se révèle ainsi critique à l’égard de Mahé, selon lequel les restes de fortifications situées à Groix correspondent à un monument sacré. Il estime, en effet, qu’il s’agit là d’ouvrages militaires, dépourvus de toute signification religieuse225. Il n’en demeure pas moins que nombre de vestiges sont interprétés comme des antiquités celtiques et l’accent est mis sur leur dimension sacrée.

  • 226 Le guide du voyageur…, op. cit., p. 175.
  • 227 « La Gaule maritime », 1834, tome 1, p. 218.

163Il convient de souligner que l’absence de vestiges dans certaines îles ne permet pas de conclure à l’absence d’une civilisation celte. Les érudits présupposent en effet que toutes les îles ont bénéficié d’une attention particulière de la part des Celtes. Fréminville affirme, par exemple, avec certitude que l’île d’Ouessant a accueilli, à une époque lointaine, des monuments, même s’il n’en reste aucune trace226. De fait, l’ensemble des îles se voit attribuer l’existence passée d’un collège de druidesses. Un article de la France maritime rappelle ainsi les fonctions « divines » de Sein, mais aussi d’Ouessant et d’Aurigny227.

164Outre la valorisation de l’ensemble des îles qu’elle implique, cette quête se révèle également intéressante par la relation à l’espace qu’elle ébauche. Les archéologues et les historiens s’emploient désormais à vérifier la véracité de leurs hypothèses par l’observation de la localisation et de la configuration de l’espace insulaire. Ils conjuguent donc signification étymologique, interprétation des textes antiques, prise en compte du facteur géographique et recherche de vestiges monumentaux.

  • 228 « De l’île de Sein, du Menez-Bré, des Britones, des Britanni et des braies gauloises », Le lycée a (...)
  • 229 Antiquités de Bretagne, op. cit., tome 2, p. 95.

165La localisation probable d’un oracle celte fait ainsi naître une polémique, qui tend à remettre en cause la primauté de l’île de Sein. Elle oppose notamment, au cours des années 1820, Athénas228, érudit breton, à Richer, l’un privilégiant l’île de Sein, l’autre estimant que seule Noirmoutier est susceptible d’avoir été un lieu sacré. Fréminville prend part au débat et réfute la thèse du premier, arguant d’une part que l’étymologie renvoie à l’île des druides, non des druidesses, et d’autre part que Sein ne peut prétendre à cette fonction divine. Son aspect jugé désolé et médiocre ne s’accorde pas, en effet, avec la magnificence qui sied généralement à un territoire consacré. Il suppose par conséquent que Groix serait l’île des druidesses229.

  • 230 C’est le cas de Cambry J., op. cit., tome 2, p. 248.
  • 231 Op. cit., p. 296.
  • 232 Op. cit., p. 67.

166Les érudits et les voyageurs se laissent alors à rêver d’un paysage imaginaire conforme à l’histoire et au passé sacré des îles. Ils imaginent des îles accueillant en leur sein des villes florissantes230, couvertes de forêts magnifiques, ainsi que le précise Richer, suggérant un spectacle sublime : « c’étaient les noirs rochers, les collines désertes, les bruyères solitaires, les bois profonds, et ces côtes retentissantes du bruit des vents et sans cesse battues d’un océan sauvage231 ». Cette représentation rejoint le paysage imaginaire de l’époque des saints, évoqué beaucoup plus timidement. Vérusmor dépeint l’aspect supposé de Houat au temps où l’île servait de lieu de retraite solitaire : « elle était alors couverte de bois et inhabitée232 ». De fait, l’observation de l’espace fait suite à une construction imaginaire préalable. Les dénominations successives particulièrement suggestives, les légendes

167empreintes de merveilleux qui accompagnent l’évocation de Sein ne peuvent que conduire le voyageur à ressentir de la déception face à l’espace « réel » qui s’offre à ses yeux, mais aussi à éprouver et peut-être savourer, le contraste saisissant entre un passé glorieux et un présent inquiétant.

168La celtomanie a donc renouvelé l’intérêt qui est porté aux îles, soulignant leur dimension sacrée et esquissant une singularité insulaire. Ces îles composent désormais les hauts lieux de la religion celte. Toutefois, le rapport à l’espace reste le plus souvent lointain, ce dernier n’étant généralement pas pris en compte ou gommé au profit d’un paysage imaginaire.

Conformité paysagère

  • 233 Voir Guiomar J.-Y., La nation entre l’histoire et la raison, Paris, La Découverte, 1990.

169Au cours du xixe siècle, se dessine, toutefois, une topographie légendaire qui reflète l’harmonie établie entre l’espace, ou plutôt le paysage, et les faits passés qui inclinent vers le mythe. Rappelons, en effet, que l’histoire est peu à peu dissociée de la légende. À partir des années 1850-1880, la celtomanie tend à s’amoindrir. La civilisation celte est progressivement dissociée de la Préhistoire et s’affranchit de cette dimension imaginaire233. Elle est désormais reconnue dans sa singularité, considérée comme un peuple circonscrit dans l’espace et dans le temps, intégrée au sein de la chronologie générale.

  • 234 « L’île de Sein ou Sizun », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1882, tome 9, p. 18

170Il convient de souligner que l’attention portée à l’archéologie redouble à partir des années 1870-1880, comme en témoignent les orientations des nombreuses sociétés savantes, telle la Société archéologique du Finistère ou la Société polymathique du Morbihan, qui incitent à entreprendre des recherches approfondies dans leurs départements respectifs, et ce dans des domaines aussi variés que l’histoire, les coutumes, les légendes ou l’archéologie. Les interprétations passées sont donc reprises et commentées, enrichies des découvertes récentes et parfois contestées. Audran remet en cause la thèse qui interprétait certaines pierres présentes à Sein comme les traces d’un temple païen et estime qu’il s’agit de « bassins et rigoles [qui] se forment naturellement sur les grandes roches granitiques234 ».

  • 235 « L’île de Sein aux temps préhistoriques », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 189 (...)

171L’analyse se veut dorénavant plus précise. Elle conduit à distinguer et à caractériser des monuments jusqu’alors confondus ; elle invite également à reprendre les textes antiques et à en livrer des interprétations renouvelées. Il convient de souligner que c’est également au cours de cette période d’enregistrement et d’études minutieuses que les historiens et les archéologues dénoncent l’ampleur des destructions et mettent en cause principalement les pratiques des insulaires. Dans le cadre de son étude sur l’île de Sein, Le Carguet souligne le vandalisme des habitants qui « [en 1872], sous prétexte de trésors cachés, se ruèrent sur toutes les buttes, tous les dolmens, tous les menhirs de l’île, éventrant tout, rasant tout, brisant tout, dispersant tout en pure perte pour la science et sans profit pour eux235 ».

  • 236 Op. cit., p. 490.

172L’histoire, d’autre part, est désormais clairement distincte de la légende. Dans la plupart des îles, à l’exception de Sein, elle se résume finalement à dresser l’inventaire des vestiges caractéristiques de chaque époque, sans esquisser le moindre rapport à l’espace. Dans une logique strictement chronologique sont évoqués les épisodes successifs. Cayot-Delandre révèle cette perspective linéaire à propos de Groix lorsqu’il signale : « longtemps après, on retrouve cette île mentionnée dans l’histoire236 ». La recherche historique se développe désormais sans considération à l’égard de la localité. Seuls certains épisodes font l’objet d’une relation romanesque et trouvent alors un ancrage territorial, à l’exemple des trois mousquetaires qui trouvent refuge, selon le roman d’Alexandre Dumas, dans une grotte de Belle-Île. En revanche, la quête de légendes, valorisée par les folkloristes, adoptée par la littérature, initie une mise en relation intime entre le récit imaginaire et l’espace ou le paysage. L’île de Sein présente, à cet égard, la singularité de susciter l’identification globale la plus aboutie et la plus précoce entre histoire mythique et espace. Érudits, voyageurs, écrivains puis touristes participent à l’élaboration, à la reconnaissance et à la promotion de cette symbiose spatiale et temporelle.

  • 237 Op. cit., tome 2, p. 244.

173Divers facteurs participent à construire cette unité. L’histoire, en premier lieu, contribue, comme on l’a vu, à distinguer Sein des autres îles et à mettre en évidence, en quelque sorte, une prédestination sacrée. Le texte de Pomponius Mela, déjà amplement évoqué, suscite certes des commentaires et des interprétations divergents au cours du siècle, mais les quelques lignes consacrées à la présence passée d’un oracle suffisent à conférer une primauté à Sein. À cet élément s’ajoutent les divers témoignages recueillis qui abondent dans le sens d’un environnement géographique lui-même empreint de sacralité. Dès le xviie siècle, la pointe du Raz est présentée par les missionnaires comme un lieu inquiétant, synonyme de naufrages. Les voyageurs et écrivains des xviiie et xixe siècles perpétuent cette image, décrivant, tel Cambry, « la baye des Trépassés, l’enfer de Plogoff, […] les cris des morts et des noyés qu’on peut encore entendre dans l’île de Sein237 ». En outre, à la fin du xviiie siècle et dans le premier tiers du xixe siècle, les contemporains font de l’île le berceau de Merlin. L’évocation de cet épisode correspond à une période au cours de laquelle les romans de la Table Ronde et plus généralement les récits du Moyen Âge suscitent un intérêt nouveau. Elle participe à renforcer, pendant un temps donné, la densité historique et s’ajoute à l’image du sanctuaire celtique. L’évocation de Taylor et Nodier est à cet égard éloquente :

  • 238 Voyages pittoresques et romantiques de l’ancienne France, op. cit., p. 3.

« L’île de Sein, cette île des mystères du druidisme, ce berceau de l’enchanteur Merlin, ce sombre asile des vierges fatidiques dont la voix soulevoit ou apaisoit, à leur gré, la fureur de l’océan238 ».

  • 239 Voyage en Bretagne, Paris, Comptoir de la Librairie de Province, 1859.
  • 240 Op. cit.

174L’étymologie, mais aussi les quelques vestiges monumentaux retrouvés confortent également cette dimension sacrée. À cet égard, les thèses sont parfois contradictoires. Fréminville notamment, relayé par la suite par Vallin239 et Mengin240, signale l’absence de traces. À l’inverse, certains, tel Audran, soulignent la présence de quelques menhirs.

  • 241 Une annotation précise la concordance. Les Martyrs ou le triomphe de la religion chrétienne. Œuvre (...)
  • 242 Les Bretons, Paris, Masgana, 1845.
  • 243 Velléda. Poème, Paris, Didier, 1869.
  • 244 Pseudonyme de Le Goffic C., Velléda, poésie, Morlaix, Impr. A. Chevalier, 1882.
  • 245 Les vieilles femmes de l’île de Sein, Paris, A. J. Killian, 1826.
  • 246 Les druidesses de Sène, Rennes, T. Hauvespre, 1857.
  • 247 Contes des îles, Paris, Impr. Noblet, 1877, p. 111-159.
  • 248 L’hermite en province ou observations sur les moeurs et les usages français au commencement du xix(...)

175La littérature, enfin, se révèle fondamentale. Elle parachève cette image d’île sacrée et contribue à faire entrer l’histoire dans le domaine du mythe. L’épisode de Velléda, relaté dans l’épopée des Martyrs de Chateaubriand, constitue un élément primordial, amplement repris lors de la moindre évocation de l’île. Le récit met en scène Velléda la druidesse, seule survivante des neuf vierges habitant l’île de Sayne, et ne fait ainsi que confirmer la phrase de Pomponius Mela. Or, une identification est établie avec Sein241. La description confère alors à l’île une image fantastique et romantique. Par la suite, Brizeux242, mais aussi d’autres auteurs, tels Penquer243 et Capekerne244 reprennent plus tardivement, dans la seconde moitié du xixe siècle, le thème de Velléda sous la forme de poèmes ou de romans, étoffant les allusions à l’île de Sein. L’histoire s’entoure ainsi d’une dimension romanesque, elle glisse vers la légende et trouve désormais un cadre précis, clairement défini. Rappelons d’autre part qu’au-delà même du thème de Velléda, la littérature relaie cette représentation qui définit Sein comme l’île des druidesses ou des sorcières. Bonnelier245 et Botherel246 mettent respectivement en scène des vieilles femmes cruelles, lointaines descendantes des prêtresses, et des druidesses aux pouvoirs mystérieux. Plus que l’intrigue, les deux auteurs cherchent avant tout à définir un cadre propice à leurs romans historiques et rendent plus évidente encore l’adéquation entre l’espace et son passé antique. Paul Féval propose également la fille d’un prêtre des îles dans le conte « Anne des îles247 ». Jouy dépeint quant à lui une île habitée par « les nymphes, les fées, les magiciens248 ».

176De fait, dès les premières décennies du xixe siècle, est ébauché un rapport complexe entre une histoire de plus en plus romanesque ou mythique et une localité. Sein exerce dès lors une fascination en raison de ce passé glorieux, qui constitue par conséquent un obstacle à l’appréhension de la réalité. Parallèlement, l’attraction provient également du contraste entre le prestige reconnu de l’oracle et l’aspect misérable de l’île. Les érudits et les voyageurs soulignent avec force la contradiction entre la grandeur passée et la vision misérable qui s’offre à leurs yeux.

  • 249 Cambry J., op. cit., tome 2, p. 246. Botherel décrit le même contraste entre « la plage de sable a (...)

« L’île de Sein, qui dans les tems les plus reculés, fut un lieu de féerie, de nymphes, de dryades, et qui n’est à présent qu’une plage de sable misérable, aride et dépouillée249 ».

177Le paysage de Sein inspire une certaine répulsion et suscite dans le même temps une certaine attirance, car ce paysage jugé sinistre rappelle finalement l’image de mort et d’austérité qui entoure l’évocation de l’oracle.

  • 250 Paris, Dillet, 1861, p. 30.
  • 251 Paris, A. Mame, 1898, p. 192.

178Outre cette fascination des contrastes, les voyageurs et les écrivains s’attachent, à partir des années 1860 surtout, à transfigurer le lieu afin qu’il compose le cadre attendu des légendes et ébauchent ainsi une symbiose entre récit et paysage. La représentation des abords de l’île de Sein est à cet égard révélatrice. Perçus comme dangereux, ils sont présentés à travers le prisme du passé prestigieux. La Landelle évoque, dans l’une de ses nouvelles consacrées aux Enfants de la mer, « les nuits brumeuses, les courants, les rochers, les vents furieux », « [les] sifflets de la tempête, […] le chant sinistre des sorcières celtiques250 ». Dans son roman intitulé Le bateau des sorcières, dans lequel il relate l’histoire d’un pêcheur du continent, amoureux d’une Sénane qui se révèle être la fille d’une sorcière, Toudouze met en scène l’île « désolée et farouche, qui, dans sa ceinture d’écume neigeuse, dans son enveloppe de tempêtes et de vapeurs énigmatiques, fait corps avec la tumultueuse Atlantique251 ».

  • 252 Brizeux A., op. cit., « chant VI ».
  • 253 Cayot-Delandre, op. cit., p. 20.
  • 254 Le Braz A., op. cit., p. 223.
  • 255 Geffroy G., La Bretagne, op. cit., p. 418.
  • 256 De Rennes à Brest, à Saint-Nazaire, à Rennes et à Napoléonville, itinéraire descriptif et historiq (...)

179Une image globale et cohérente se dessine ainsi au cours du xixe siècle. Dessinée dans les grandes lignes dès les premières décennies du siècle, elle s’enrichit d’une harmonie, d’une fusion, entre passé et espace dans la deuxième moitié du siècle. L’île de Sein compose dorénavant l’incarnation même du sanctuaire celtique, habité par des druidesses, entouré de mystère. Elle est « l’île sacrée, l’île druidique, l’île des sept sommeils252 », « l’île féerique et mystérieuse253 ». Elle compose « une terre sacrée254 », « légendaire255 ». Ces dénominations deviennent souvent sa seule caractérisation. Nombre de guides de voyage, à l’exemple de l’ouvrage de Pol de Courcy, la désignent ainsi256.

  • 257 Op. cit., p. 257.

180De fait, l’île légendaire forme désormais un site touristique à visiter. Cette image constitue l’un des buts de la visite. À l’occasion de son séjour en Bretagne, dans les années 1880, Mme de Lalaing aurait souhaité se rendre dans l’île, mais le mauvais temps rend la traversée impossible. Dans son récit, qui a pour ambition de composer un guide de voyage, elle exprime sa déception car « [elle] avait beaucoup entendu parler de cette île mystérieuse, antique demeure de ces célèbres druidesses dont Velléda fut la dernière257 ».

181L’île de Sein présente donc l’exemple d’une topographie légendaire, où l’espace et le paysage dans son ensemble coïncident avec le récit mythique. Les autres îles bretonnes offrent un processus comparable, mais à une autre échelle. Aux yeux de certains visiteurs, principalement les folkloristes, plus rarement les touristes, certains lieux précis, délimités, ponctuels se dessinent comme imprégnés de légendes.

182Parmi ces espaces, il est possible de citer le Trou du Serpent à Batz, la pointe du Paon à Bréhat qui permet aux jeunes filles de s’interroger sur leur avenir, la pointe de Pern à Ouessant habitée de korrigans et parcourue par les morts errants. Dans une moindre mesure, certains rivages de la côte septentrionale d’Ouessant et des bordures de la Mer Sauvage à Belle-Île, ou encore les îlots de Bréhat, peuplés de revenants, composent également des lieux légendaires. Or, les voyageurs s’emploient désormais à jauger la validité d’un récit à l’aune de la configuration même du lieu.

  • 258 Op. cit., tome 1, p. 101.

183Cette démarche est esquissée par Cambry dès la fin du xviiie siècle. Ayant relevé, sans doute dans l’ouvrage d’Ogée, l’existence du Trou du Serpent à Batz, il s’emploie à mesurer ce dernier et à vérifier la vraisemblance de l’événement258. Par la suite, les visiteurs s’attachent à mettre en évidence une adéquation, une symbiose entre l’espace, le paysage et la légende.

184La légende dicte ainsi le regard qui est porté sur le paysage, voire contribue à élaborer ce dernier. Les érudits projettent, sur un espace qui ne correspond pas à leurs attentes, un paysage « historique », voire mythique, désormais révolu. De fait, l’histoire implique une nouvelle lecture et confère du sens à des espaces, qui ne répondent pourtant pas aux codes esthétiques. Édouard Richer en donne l’illustration éclatante à travers la description qu’il fait de Noirmoutier, particulièrement révélatrice de cette transfiguration imaginaire que connaissent par la suite les îles bretonnes :

  • 259 Op. cit., p. 272.

« [Par l’histoire], un rocher stérile, témoin des hauts faits des temps passés, attire encore sur lui les regards et les respects de l’univers […]. Le voyageur trouve un charme nouveau dans la contemplation de la nature. […] Le passé, vivant dans les débris, suffit pour enchanter le présent259 ».

185La sacralité paraît ainsi légitimer l’intérêt porté aux îles. L’évocation de légendes suffit à transfigurer l’espace. Caradec se rend à l’extrême fin du xixe siècle à Batz et se hâte auprès du Trou du Serpent. Son sentiment premier est la déception à la vue de ce qu’il considère comme un « misérable gouffre ». Dans un second temps, l’action de saint Pol lui revient en mémoire et confère au paysage une beauté certaine :

  • 260 Op. cit., p. 59.

« C’est le privilège des légendes de prêter leur poésie à tout ce qu’elles touchent… A l’évocation de Pol Aurélien et du conte Guytur, ces aspects de roches sauvages, cette levée de caps, ressemblant à l’étrave des navires de granit, cette rumeur étrange de la mer agitée composent une symphonie impressionnante260 ».

186Parallèlement, la vision du paysage suscite l’évocation de légende. À Ouessant, Le Braz admire le chaos rocheux de la pointe de Pern, qui éveille en lui le souvenir de récits collectés précédemment.

  • 261 « Traditions populaires de l’île d’Ouessant », Bulletin archéologique de l’association bretonne, 1 (...)

« Un temple comme Dieu seul s’entend à les édifier. Veltaz, dit la légende, vécut prosterné devant l’infini. On montre la plate-forme qui lui servait de lit, la source miraculeuse, tapie dans une anfractuosité où il avait coutume de boire, la stèle fruste où il grimpait pour s’entretenir avec les oiseaux, avec les nuages enfin, dans une crique, au bas du sanctuaire, la roche écumante qui fut sa barque et sur laquelle il aborda, un matin béni, aux rivages inhospitaliers de l’île261 ».

  • 262 Péron F., Des îles et des hommes…, op. cit., p. 230.

187Une topographie légendaire se dessine ainsi. Certains paysages font naître l’évocation de récits « mythiques » ou, au contraire, prennent sens à la suite de cette évocation. Dans le cas de l’île de Sein ou dans les différents lieux précis des autres îles bretonnes, on constate le même processus, relevé par Marcel Calvez à propos du Val sans Retour. La cohérence, l’unité entre la localité et le récit se fondent sur l’exhumation et la réactivation du passé, s’appuient sur des éléments historiques, monumentaux, littéraires, que différents acteurs, érudits, voyageurs, écrivains ou touristes participent à mettre en valeur. Il est intéressant, d’autre part, de relever la coïncidence entre les sites paysagers, obéissant aux codes esthétiques, et les hauts lieux légendaires. Le paysage acquiert ainsi une dimension temporelle, ou plutôt atemporelle. Il s’inscrit dans une sorte d’éternisation, d’immuabilité et devient une forme de conservatoire de « l’esprit des lieux262 ». Les mesures de protection visent toutefois à sauvegarder les paysages, telle la pointe du Paon, en raison de leur seule beauté, et non de leur force mythique. Il convient enfin de souligner que cette dimension légendaire n’implique pas des pratiques et des aménagements. Elle ne donne pas lieu, par exemple, à la mise en place d’itinéraires, comme dans le cas du Val sans Retour. Seule l’île de Sein invite au déplacement, mais là encore la visite ne comprend pas de circuits précis.

Notes

1 Corbin A., op. cit., p. 115-116.

2 Ibidem.

3 C’est notamment l’avis de Hutton, en 1795, qui propose une Théorie de la terre. Voir Hooykaas, Continuité et discontinuité en géologie et en biologie, Paris, Seuil, 1970.

4 Principes de géologie, Paris, Langlois, [1830], 1845-1848.

5 Voir Porter R., The making of geology. Earth science in Britain, 1660-1815, Cambridge University Press, 1977.

6 Histoire physique de la mer, Amsterdam, aux dépens de la Compagnie, 1725.

7 Buache P., Considérations géographiques et physiques sur les nouvelles découvertes au nord de la grande mer appelée vulgairement la mer du sud, Paris, Ballard, 1753.

8 Op. cit., tome 2, p. 251.

9 Op. cit., p. 259.

10 Op. cit., p. 17.

11 Essai sur les antiquités du Morbihan, Vannes, Galles aîné, 1825, p. 280.

12 Ibidem, p. 281.

13 Bouet A., « La baie d’Audierne », tome 3, p. 156.

14 Op. cit., tome 1, p. 115.

15 Op. cit., p. 174-175.

16 Op. cit., tome 2, p. 78.

17 Géographie historique et administrative de la Gaule romaine, Paris, Hachette, 1876-1883, tome 1, p. 316.

18 Nouvelle géographie universelle. La terre et les hommes, tome 2, Paris, Hachette, 1877, p. 602.

19 Journal des débats, 14 septembre 1891.

20 Op. cit., tome 1, p. 101.

21 Op. cit., p. 6.

22 La vierge de Groa, poème précédé d’une notice sur l’île de Groix, suivi d’autres poèmes, Paris, Lavocat, 1822, p. 32.

23 Histoire de Belle-Île-en-mer, Nantes, Impr. de V. Forest, 1852, p. 133.

24 L’ingénieur des Ponts et Chaussées, Mengin, rapporte cette lutte. Ports maritimes de France. Notice sur le port de l’île de Sein et ses abords, Paris, Impr. nationale, 1879, p. 16.

25 Op. cit., p. 6-7.

26 Raz de Sein, diverses légendes sur la ville d’Is (françaises et bretonnes), études sur l’affaissement progressif du littoral, monographie de l’île de Sein (relation de voyage), Quimper, A. Kerangal, 1893, p. 25.

27 Op. cit., p. 107.

28 1829, tome II, p. 32.

29 Molène est décrite comme « à demi noyée, [elle] gît semblable à un grand radeau échoué », Aubert C. F., Le littoral de la France, Paris, V. Palmé, 1885, tome 2, p. 417.

30 Op. cit.

31 Op. cit.

32 Corbin A., op. cit., p. 116.

33 Op. cit, p. 98.

34 Notice sur Ouessant, Brest, Le Fournier aîné, 1852, p. 4.

35 « Excursion géographique interuniversitaire en Bretagne. 2e journée : l’île de Bréhat », Annales de Bretagne, 1906, tome 21, n° 3, p. 260-271.

36 « Excursion géographique en Basse-Bretagne. 1. Rennes-Morlaix. 3e journée : l’île de Bréhat et les environs de Paimpol », Bulletin de la Société scientifique et médicale de l’Ouest, 1904, tome 133, p. 293-334.

37 Ibidem.

38 C’est notamment le cas de Vallaux C., La Basse-Bretagne. Essai de géographie humaine, Paris, Cornely, 1905 et De Martonne, op. cit.

39 Op. cit., p. 23.

40 La Bretagne, op. cit., p. 419.

41 Op. cit., p. 59.

42 Îles bretonnes, op. cit., p. 9.

43 Cette attitude n’est pas spécifique aux îles bretonnes. À la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, les voyageurs, tels Necker de Saussure et Milne-Edwards, se rendent dans les petites îles britanniques et les îles anglo-normandes pour enregistrer leurs spécificités naturelles. Corbin A., op. cit., p. 135-138.

44 Seul subsiste le récit de son déplacement à Sein, op. cit.

45 Op. cit.

46 Voyage à Belle-Île, Nantes, Impr. Mellinet, 1855. Citons également Lloyd J., Flore de l’Ouest de la France, Nantes, J. Forest, 1854 et Gadeceau E., Essai de géographie botanique sur Belle-Île-en-mer, Nantes, l’auteur, 1903.

47 Il évoque ainsi la présence d’un rat noir, op. cit., p. 107.

48 Op. cit., p. 164.

49 Op. cit., p. 106-109.

50 « Une excursion botanique aux îles de Molène, d’Ouessant et de Sein », Bulletin de la Société botanique de France, 22 janvier 1875, tome XXII, p. 26-32.

51 « Étude botanique sur l’archipel de Bréhat », Compte rendu de l’Association française pour l’avancement des sciences. Congrès de Boulogne-sur-Mer, 1899, p. 457.

52 Notamment dans « Le paysage occidental. Rétrospective et prospective », Le Débat, histoire, politique, société, mai-août 1991, n° 65, p. 14-28.

53 Corbin A., L’homme dans le paysage, Paris, Ed. Textuel, 2001, p. 11.

54 Roger A., op. cit., p. 14.

55 Marcel O., « Le paysage comme objet philosophique », Géographie et cultures, 1995, n° 13, p. 4. Rappelons à cet égard la bibliographie infinie relative au paysage et les approches différentes, tant des géographes, des urbanistes que des sociologues et des historiens qui mettent l’accent sur la relation culturelle de l’homme à l’espace.

56 Le territoire du vide…, op. cit., p. 141-158.

57 Cité par Corbin A., Ibidem, p. 144.

58 Ibid., p. 146.

59 Recherches philosophiques sur l’origine de nos idées du sublime et du beau, Paris, Vrin, [1757], 1990.

60 Ibidem, p. 97.

61 Ibid., p. 117.

62 Brosse M., La littérature de la mer en France, en Grande-Bretagne et aux États-Unis (1829-1870), Lille, Université de Lille III, 1983, p. 177.

63 Thévenot-Totem M.-H., op. cit., Bain M., op. cit.

64 Op. cit., tome 1, p. 115.

65 Voyage à l’isle de France, à l’isle de Bourbon, au cap de bonne espérance, Paris, Merlin, 1773, lettre première, « de l’Orient, 4 janvier 1768 ».

66 Op. cit., tome 2, p. 247.

67 Ibidem, tome 1, p. 26.

68 Sur le panorama, Briffaud S., « Le panorama. Naissance d’un paysage idéal (18e-19e siècles) », Évolution et représentation du paysage de 1750 à nos jours, Actes du colloque de Montbrison, Montbrison, Festival d’histoire de Montbrison, 1997, p. 458-472.

69 Op. cit., tome 1, p. 114-115.

70 Ibidem, tome 1, p. 107.

71 Op. cit., tome 1, p. 105.

72 Op. cit., p. 42.

73 Cité par Corbin A., Le territoire du vide…, op. cit., p. 154. Cette visite rappelle également celle qu’entreprend Samuel Johnson à Abedeen, où la contemplation est empreinte d’une certaine appréhension, op. cit., p. 20.

74 Ibidem.

75 Op. cit., tome 1, p. 115.

76 Ibidem, tome 2, p. 78.

77 Ibid., tome 1, p. 102.

78 Ibid., tome 2, p. 258.

79 Ibid., tome 2, p. 252.

80 Op. cit., p. 40.

81 Op. cit., tome 1, p. 102.

82 Ibidem, tome 2, p. 258.

83 Barthélémy G., Fromentin et l’écriture du désert, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 14.

84 Op. cit., tome 1, p. 100.

85 Bertho C., La naissance des stéréotypes régionaux…, op. cit., p. 140.

86 La diffusion de ces représentations reste difficile à apprécier.

87 Girault de Saint-Fargeau reproduit ainsi le texte de Cambry à propos de Batz, op. cit., p. 28-29. Il en est de même de La France maritime, 1837, tome 4, p. 247-250.

88 Delouche D., Les peintres de la Bretagne avant Gauguin, Thèse de doctorat, Université de Rennes II, 1975, reproduction Lille III, 1978.

89 Ibidem.

90 Paris, E. Bourdin, 1844, p. 3.

91 Corbin A., Le territoire du vide…, op. cit., p. 265.

92 « Les îles des Saints et d’Ouessant », La France maritime, 1835, tome 2, p. 321.

93 Ibidem, p. 322-323.

94 Op. cit., p. 219.

95 Op. cit., p. 32.

96 Ibidem, p. 33.

97 Op. cit., p. 142.

98 Op. cit., p. 67.

99 AP Groix. Rapport du docteur Lestrohan.

100 SHAT MR 1236 « Mémoire historique et statistique sur Belle-Île-en-Mer par Magnin, 1846 ».

101 ADM 1 J 368 « Coup d’oeil sur l’île de Belle-Île-en-Mer, par CFG Fehr, capitaine au 4e bataillon colonial, an 1814 ».

102 SHAT MR 1236 « Mémoire sur Belle-Île-en-Mer par Alfred de Boisadeffre, lieutenant de l’état-major, 20 janvier 1828 ».

103 Op. cit., p. 39.

104 Trois essais sur le beau pittoresque, Paris, Éd. du Moniteur, [1792], 1982, p. 142.

105 La Bretagne catholique. Description historique et pittoresque, Paris, Périsse frères, 1856, p. 181.

106 Op. cit., p. 131.

107 Ibidem.

108 Hugo V., Les travailleurs de la mer, Paris, Gallimard, [1866], 1975.

109 Op. cit., p. 125-126.

110 Ibidem.

111 Jacqueline Duroc souligne ainsi la relative importance des œuvres inspirées par les îles au Salon des Indépendants. Entre 1884 et 1918, elle décompte 147 œuvres ayant pour thème Bréhat, 98 relatives à Belle-Île, 16 consacrées à Groix et 10 à Ouessant. Au Salon d’Automne, à partir de 1903, les îles sont assez bien représentées, quoique de manière irrégulière. op. cit.

112 Op. cit., p. 85.

113 Ce processus a été souligné par Chamborédon J.-C., « La naturalisation de la campagne : une autre manière de cultiver les « simples » ? », Cadoret A. (dir.), Protection de la nature : histoire et idéologie, de la nature à l’environnement. Colloque de Florac, 1985, Paris, L’Harmattan, 1985, p. 138-151. Il est également évoqué dans le cas de la Provence, Chamborédon J.-C., Méjean A., « Récits de voyage et perception du territoire, la Provence », Territoires, 1985, n° 2, p. 1-105.

114 Guillet F., Genèse et épanouissement d’une image régionale en France : la Normandie, 1750-1850, Thèse de doctorat d’histoire, Université de Paris 1, 1998.

115 Les cartes postales présentent une répartition comparable. Entre 1898 et 1940, 86 % des 2 590 cartes postales consacrées à Belle-Île représentent des paysages maritimes Guillemet D. « Les représentations de l’espace de Belle-Île-en-mer. De la côte spectacle à l’occultation des espaces ruraux et des représentations paysannes (xviie-xxe siècles) », Le Bouëdec G., Chappé F., (dir.), Représentations et images du littoral, op. cit., p. 25-46.

116 Yung E., Sous le ciel breton, Genève, SA des Arts graphiques, 1903, p. 53.

117 « Mme Sarah Bernhardt à Belle-Isle », sans date, ADIV 4 J 4241.

118 Cette analogie est établie par T.-M. Caradec à propos de Groix et d’Ouessant, op. cit. et par Ardouin-Dumazet à l’égard de Bréhat, tome 5, op. cit. Le parallèle n’est pas novateur. Dès les années 1830, le fjord norvégien constitue un modèle pittoresque. Han d’Islande de Hugo contribue à promouvoir l’exemplarité des paysages de Norvège.

119 Parmi les peintres qui ont représenté les villages, signalons Maxime Maufra à Belle-Île, Henri Moret dans la même île et à Houat, Émile Boussu et Henri Rivière à Bréhat, Utrillo à Ouessant.

120 Op. cit., p. 252.

121 Corbin A., Le territoire du vide…, op. cit., p. 217.

122 Ardouin-Dumazet, op. cit., tome 3, p. 285.

123 Grignon G., Voyage à Belle-Île-en-mer, puis à Lorient et retour à Nantes par Vannes, Auray et la Roche-Bernard, Nantes, A. Guéraud, 1860, p. 6.

124 Caradec T.-M., op. cit., p. 262. Les peintres, tels J. Puy et M. Maufra, proposent également des représentations du port de Sauzon.

125 Ardouin-Dumazet, op. cit., tome 3, p. 286.

126 Fouquet A., Guide des touristes et des archéologues dans le Morbihan, Vannes, A. Gauderan, 1854, p. 129.

127 Voyage au royaume de Naples, Paris, Perrin, [1788], 1997.

128 Demartini A.-E., op. cit.

129 Op. cit., p. 262.

130 Op. cit., p. 11.

131 Le Braz A., op. cit., p. 88.

132 Caradec T.-M., op. cit., p. 263.

133 Cité par Belbéoch H., Clifford F., Belle-Île en art, s.l., auteur-éditeur, 1991, p. 28.

134 Joanne, op. cit., 1896, p. 405.

135 Cité par Belbéoch H., Clifford F., op. cit., p. 42.

136 Pays d’Ouest, op. cit., p. 260.

137 Op. cit., p. 12.

138 Ibidem, p. 97.

139 Ibid., p. 12.

140 Delouche D., op. cit., p. 751.

141 Les voyageurs, tel Bourrit, dépeignent dès la fin du xviiie siècle les hautes montagnes comme des « monts décharnés, déchirés […], crevassés, fracturés ». Nouvelle description des glacières et glaciers de Savoye, Genève, P. Barde, 1785, p. 68-69. En outre, ils recourent aux métaphores convenues telles « obélisques », « pyramides ». Voir Rabut E., Vellozi M.-C., « Images et imaginaire de la montagne », Imaginaires de la haute montagne, Grenoble, Glénat, 1987, p. 79. La recherche des chaos rocheux est présente dès les premières années du xixe siècle dans les petites îles de Grande-Bretagne. Corbin A., Le territoire du vide…, op. cit., p. 169.

142 Cité l’article « Sarah Bernhardt au fort des Poulains. Belle-Île-en-Mer », op. cit.

143 Op. cit., p. 68.

144 Op. cit., p. 97.

145 Le Braz A., Îles bretonnes…, op. cit., p. 15.

146 Caradec T.-M., op. cit., p. 261.

147 Op. cit., tome 3, p. 302.

148 Les 3 affiches proposées par les compagnies de chemin de fer à la fin du xixe siècle et dans les premières années du xxe siècle et consacrées à Belle-Île mettent ainsi en valeur les hautes falaises de la Mer Sauvage. Voir notamment Cariou W., L’image de la Bretagne à travers l’affiche de tourisme, 1890-1940, Mémoire de maîtrise, Université de Bretagne occidentale, 1994.

149 Delouche D., op. cit., p. 638.

150 La Bretagne, op. cit., p. 335.

151 Op. cit., p. 59.

152 Geffroy G., La Bretagne, op. cit., p. 374.

153 Ardouin-Dumazet, op. cit., tome 3, p. 303.

154 Le Braz A., Îles bretonnes…, op. cit., p. 22.

155 Ibidem, p. 25.

156 « Impressions de voyage. Ouessant et Molène », op. cit., p. 156.

157 Demartini A.-E., op. cit., p. 495.

158 Quatrefages A. de, op. cit., p. 14.

159 Les témoignages d’un paysage sonore restent en effet rares. Citons Claude Anet à Ouessant qui évoque « le silence » qui plane dans l’île, troublé seulement « par ce que chuchote la mer aux rochers, par le cri rauque d’une hirondelle de mer […], par l’éternel bêlement d’un mouton sur les falaises », op. cit., p. 349 et 351.

160 Îles bretonnes…, op. cit., p. 22.

161 Op. cit., p. 4.

162 Cette attention scrupuleuse se retrouve toutefois dans les presqu’îles, telle Quiberon et dans les « pointes », comme celle du Raz.

163 Op. cit., p. 94-95.

164 Les pontons anglais ou le mort vivant, Paris, Librairie nouvelle, 1858.

165 Îles bretonnes…, op. cit., p. 63.

166 Op. cit., p. 57.

167 Op. cit., p. 104.

168 « Navigations morbihannaises (Chez les Groisillons) », op. cit., p. 429.

169 Op. cit., p. 255.

170 Op. cit., p. 132.

171 Op. cit., p. 68.

172 Op. cit., tome 4, p. 158.

173 Citée par Duroc J., op. cit., p. 82.

174 Geffroy G., Pays d’Ouest, op. cit., p. 240.

175 Eudel P., op. cit., p. 53.

176 Op. cit., p. 12-13.

177 Ibidem, p. 311.

178 Op. cit., tome 4, p. 292.

179 Monmarché M., Excursions en France. Bretagne, Touraine, Auvergne, Pyrénées, Paris, Impr. Moreau, non paginé.

180 Op. cit.

181 Au pays de la mer : Ouessant (l’île de l’épouvante), Paris, A. Messein, 1904.

182 Ibidem, p. 26.

183 Op. cit.

184 Itinéraire général de la France. Bretagne, Paris, Hachette, 1873.

185 Ibidem, p. 583.

186 Op. cit.

187 Voir notamment « Souvenirs d’enfance et de jeunesse », Œuvres complètes, Paris, Calmann-Lévy, 1948, tome II, p. 769-782.

188 Op. cit., p. 223.

189 Op. cit., p. 245.

190 Conty, Bretagne Ouest. Îles anglaises, Paris, Office des guides Conty, 6e édition, p. 243.

191 Joanne, op. cit., 1873, p. 288.

192 Sur la mise en scène morbide des paysages, voir Chauvaud F., « Représentations morbides de la forêt au xixe siècle », Corvol A., Arnould P., (dir.), La forêt, perceptions et représentations, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 367-372.

193 Yung E., op. cit., p. 131.

194 Caradec T.-M., op. cit., p. 287.

195 Le Goffic C., Gens de mer. Sur la côte, Paris, A. Colin, 1897, p. 134.

196 Voir Bertho-Lavenir C., « La géographie symbolique des provinces, de la Monarchie de Juillet à l’entre-deux-guerres », Ethnologie française, juillet-septembre 1998 tome 18, n° 3, p. 276-282 et « La fragmentation de l’espace national en paysages régionaux, 1801-1900 », Le paysage et ses grilles. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle, Paris, L’Harmattan, 1996, p. 29-40. Voir aussi Thiesse A.- M., Écrire la France. Le mouvement littéraire régionaliste de langue française entre la Belle Epoque et la Libération, Paris, PUF, 1991.

197 A. Micoud met en évidence cette élaboration de lieux exemplaires, Des hauts lieux. La construction sociale de l’exemplarité, Paris, CNRS, 1991.

198 À ce sujet, Matagne P., « La protection des paysages en France au xixe siècle », La nature. Cahiers de la revue de théologie et de philosophie, 1996, n° 18 et Veitl P., « L’étatisation du paysage français. La loi du 21 avril 1906 sur la protection des sites et des monuments naturels de caractère artistique », Journées d’études SHIP, Grenoble, 30-31 mai 1996.

199 Corbin A., L’homme dans le paysage, op. cit., p. 165.

200 ADCA 4 T 12 Rapport du Vice-président de la Société pour la protection des paysages au préfet des Côtes-du-Nord, 12 août 1908.

201 Ibidem.

202 « L’invention du Val sans Retour. Genèse d’un paysage », Du folklore à l’ethnologie en Bretagne. 1er colloque d’ethnologie bretonne, Riec-sur-Belon, 27-29 octobre 1988, Brasparts, Éd. Beltan, p. 39-48.

203 Ibidem, p. 39.

204 Notice de l’ancienne Gaule tirée des monumens romains, Paris, Desaint et Saillant, 1760.

205 Op. cit.

206 Ibidem, p. 46.

207 Peyras J., op. cit.

208 Op. cit., p. 46.

209 Schnapp A., La conquête du passé. Aux origines de l’archéologie, Paris, Carré, 1993.

210 La Sauvagère M. de, Recueil d’antiquités dans les Gaules, Paris, Herissant, 1770, p. VI.

211 Op. cit., p. 240.

212 Mona Ozouf a montré le caractère novateur, mais aussi les composantes traditionnelles du questionnaire de l’Académie celtique. « L’invention de l’ethnographie française : le questionnaire de l’Académie celtique », Annales ESC, mars-avril 1981, p. 210-230.

213 Voir Guiomar J.-Y., « La Révolution française et les origines celtes de la France », Annales historiques de la Révolution française, 1992, n° 1, p. 63-85.

214 Le Roux F., La civilisation celte, Rennes, Ouest France, 1978, p. 399.

215 Op. cit., p. 272.

216 « L’île de Saine », Lycée armoricain, 1825, tome 6, p. 293-301.

217 Op. cit.

218 Ibidem, p. 322.

219 Fréminville C. de, Antiquités de la Bretagne, Brest, Lefournier et Deperiers, 1827-1837, tome 2, p. 95.

220 Op. cit., tome 2, p. 73.

221 Mémoires relatifs à la Marine, Paris, Laurens, an VIII.

222 Fréminville C. De, Antiquités de la Bretagne, op. cit., p. 95.

223 Ibidem, p. 94.

224 Le Morbihan, son histoire et ses monuments, Vannes, A. Cauderan, 1847.

225 Ibidem, p. 493.

226 Le guide du voyageur…, op. cit., p. 175.

227 « La Gaule maritime », 1834, tome 1, p. 218.

228 « De l’île de Sein, du Menez-Bré, des Britones, des Britanni et des braies gauloises », Le lycée armoricain, 1823, tome 2, p. 184-193.

229 Antiquités de Bretagne, op. cit., tome 2, p. 95.

230 C’est le cas de Cambry J., op. cit., tome 2, p. 248.

231 Op. cit., p. 296.

232 Op. cit., p. 67.

233 Voir Guiomar J.-Y., La nation entre l’histoire et la raison, Paris, La Découverte, 1990.

234 « L’île de Sein ou Sizun », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1882, tome 9, p. 18.

235 « L’île de Sein aux temps préhistoriques », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1897, tome 24, p. 363.

236 Op. cit., p. 490.

237 Op. cit., tome 2, p. 244.

238 Voyages pittoresques et romantiques de l’ancienne France, op. cit., p. 3.

239 Voyage en Bretagne, Paris, Comptoir de la Librairie de Province, 1859.

240 Op. cit.

241 Une annotation précise la concordance. Les Martyrs ou le triomphe de la religion chrétienne. Œuvres romanesques et voyages, Paris, Gallimard, [1809], 1986.

242 Les Bretons, Paris, Masgana, 1845.

243 Velléda. Poème, Paris, Didier, 1869.

244 Pseudonyme de Le Goffic C., Velléda, poésie, Morlaix, Impr. A. Chevalier, 1882.

245 Les vieilles femmes de l’île de Sein, Paris, A. J. Killian, 1826.

246 Les druidesses de Sène, Rennes, T. Hauvespre, 1857.

247 Contes des îles, Paris, Impr. Noblet, 1877, p. 111-159.

248 L’hermite en province ou observations sur les moeurs et les usages français au commencement du xixe siècle, Paris, Pillet, 1817-1827, p. 251.

249 Cambry J., op. cit., tome 2, p. 246. Botherel décrit le même contraste entre « la plage de sable aride » et la forêt mystérieuse dans laquelle se trouvent les prêtresses, op. cit., p. 13.

250 Paris, Dillet, 1861, p. 30.

251 Paris, A. Mame, 1898, p. 192.

252 Brizeux A., op. cit., « chant VI ».

253 Cayot-Delandre, op. cit., p. 20.

254 Le Braz A., op. cit., p. 223.

255 Geffroy G., La Bretagne, op. cit., p. 418.

256 De Rennes à Brest, à Saint-Nazaire, à Rennes et à Napoléonville, itinéraire descriptif et historique, Paris, Hachette, 1865.

257 Op. cit., p. 257.

258 Op. cit., tome 1, p. 101.

259 Op. cit., p. 272.

260 Op. cit., p. 59.

261 « Traditions populaires de l’île d’Ouessant », Bulletin archéologique de l’association bretonne, 1895, tome 14, p. 193.

262 Péron F., Des îles et des hommes…, op. cit., p. 230.

Table des illustrations

Titre Annexe 11 : L’entrée du port de Palais © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17350/img-1.png
Fichier image/png, 1,9M
Titre Annexe 12 : La France pittoresque. La pointe d’Ouessant © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17350/img-2.png
Fichier image/png, 2,0M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search