Version classiqueVersion mobile

Les îles bretonnes

 | 
Karine Salomé

Première partie. La découverte des îles

Chapitre 2. Le regard de l’ordre

Texte intégral

1Au cours du xviiie siècle, les îles bretonnes deviennent l’objet d’une attention grandissante, à la croisée d’enjeux symboliques et utilitaires. Comme l’ensemble du royaume, elles suscitent une quête d’informations qui, dans la lignée du « miroir du prince » destiné, au Moyen Âge, à conjuguer savoir et apologie de la puissance temporelle, vise tant à délimiter l’exercice de la souveraineté et à s’approprier le territoire qu’à en valoriser la magnificence. L’ampleur que revêt cette recherche de connaissances mérite d’être soulignée. Elle se traduit par l’instauration de différents « services » chargés d’explorer le royaume et d’en rapporter des descriptions précises. Sous l’égide de Colbert, les intendants sont invités dès la fin du xviie siècle à mener les premières enquêtes à l’échelle du royaume. Divers corps sont parallèlement créés parmi lesquels les ingénieurs géographes, hydrographes ou encore ingénieurs des Ponts et Chaussées. Des bureaux de cartographie, enfin, sont mis en place.

  • 1 Voir Le Pourhiet-Salat N., La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vinc (...)

2Les îles sont d’autant plus « explorées » que, progressivement affranchies de la domination de seigneurs généralement absentéistes, elles sont intégrées au domaine royal par le biais d’échange comme Belle-Île en 1719 ou d’achat à l’exemple d’Ouessant en 1764. Elles sont, en outre, comme le littoral dans son ensemble, perçues comme un lieu conflictuel, soumises à un dispositif réglementaire qui vise à contrôler les franges maritimes du royaume, à savoir l’instauration des amirautés et du système des classes, l’obligation du guet et de la garde. Les impératifs stratégiques, enfin, rendent leur connaissance d’autant plus nécessaire. Les menaces de guerre et les opérations ennemies qui se répètent dans la deuxième moitié du xviie siècle puis dans la seconde partie du xviiie siècle érigent en effet la Bretagne au rang de province militaire de premier ordre et placent désormais les îles au cœur du dispositif de défense1.

  • 2 Les mémoires et correspondances consacrés à Belle-Île sont rassemblées dans l’ouvrage Vauban à Bel (...)

3Dès lors, administrateurs et ingénieurs parcourent les îles bretonnes et évaluent leurs capacités tant défensives que productives. Ils rapportent leurs pratiques et livrent les résultats de leurs enquêtes dans de nombreux mémoires. Les déplacements restent rares à la fin du xviie siècle. On peut citer le chevalier de Clerville, ingénieur militaire qui se rend à Ouessant en 1664, ou Colbert de Croissy qui parcourt Bréhat, Groix et Belle-Île en 1665. À l’exception de Vauban qui visite Houat, Hoëdic, Belle-Île et Ouessant, entre 1683 et 1689, dont il livre des descriptions précises2, les comptes rendus sont généralement sommaires, limités à quelques remarques insérées parmi d’autres au fur et à mesure de l’étude linéaire des différents points côtiers du littoral.

4Après une période de très net ralentissement des visites dans la première partie du xviiie siècle, lié à la disparition provisoire de la menace ennemie, les agents du roi se rendent à nouveau dans les îles, et ce de manière beaucoup plus massive. De 1771 à 1785, six à douze ingénieurs géographes travaillent en permanence dans les îles, du mois de mai au mois d’octobre. Les rapports conservés dans les « Mémoires et Reconnaissances » du Service Historique de l’Armée de Terre et dans les différents fonds des Archives nationales montrent une augmentation manifeste. De 1680 à 1699, les agents ont livré 11 tableaux des îles, 6 de 1700 à 1749, 33 de 1750 à 1769, 29 de 1770 à 1789.

  • 3 Si l’on prend en considération les mémoires et rapports, conservés au SHAT et aux Archives nationa (...)

5Parallèlement, l’attention s’approfondit, comme l’atteste le contenu étoffé des mémoires. Les notations expéditives laissent la place à des observations plus complètes. Désormais, des chapitres spécifiques sont consacrés aux îles. Belle-Île, qui suscite l’attention la plus soutenue en raison de son importance stratégique, donne lieu à de multiples mémoires qui lui sont exclusivement voués et dont le nombre excède largement les études relatives aux autres îles bretonnes3.

6Au sein de cet ensemble considérable de documents pour la plupart manuscrits et voués au secret, il convient d’accorder une attention particulière aux rapports rédigés par les ingénieurs, qui, sous des abords austères et répétitifs, se révèlent d’une grande richesse, présentant avec précision l’espace dans ses composantes physiques, proposant des aménagements, rapportant des pratiques. Rappelons à cet égard qu’il paraît difficile de définir, avec précision, les fonctions de ces agents. La multiplication de leur nombre à partir de 1667 s’accompagne en effet d’une certaine confusion qu’illustrent les diverses dénominations utilisées : ingénieur des camps et des armées, ingénieur ordinaire ou encore ingénieur géographe. Au milieu du xviiie siècle, le corps tend toutefois à se structurer. S’impose alors une distinction entre l’ingénieur géographe, voué à l’étude de la topographie, et l’officier du Génie, chargé des constructions militaires. Il n’en demeure pas moins que certains ingénieurs géographes s’emploient à des levés « stratégiques », et ce jusqu’en 1777, date à laquelle ces derniers sont officiellement rattachés au Génie. Leurs modes d’appréciation comportent donc bien des ressemblances. Il en est de même de la finalité défensive de leur visite. Outre les représentants du roi, les autorités religieuses prêtent une attention soutenue aux populations insulaires dont elles s’inquiètent tant de leur situation que de leur comportement.

  • 4 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, sieur de Kerhuel, commis de l’Amirauté.
  • 5 En février 1747, le représentant de l’Amirauté parvient, au bout de plusieurs jours, à embarquer s (...)

7Il convient de signaler que, aux yeux de ces représentants du pouvoir politique et religieux, le séjour dans les îles semble généralement relever de la contrainte. Les liaisons avec le continent se caractérisent en effet par leur irrégularité et leur dangerosité. Quelques îles telles que Belle-Île et Groix bénéficient, dans les années 1750, d’un service relativement suivi, assuré par des maîtres de barques insulaires. Il en est de même de Bréhat, desservie par trois bateaux de passage à la fin du xviiie siècle, et d’Ouessant. Dans les autres îles, les communications se révèlent plus aléatoires. Elles le sont d’autant plus lorsqu’un continental souhaite passer dans l’île. Pour se rendre à Sein, les autorités administratives doivent ainsi se mettre en quête d’une embarcation, à l’exemple d’un commis de l’Amirauté, qui, en février 1724, pénètre dans une taverne fréquentée par les insulaires, à Audierne4. Quand il n’y a pas de bateau, il faut alors se rendre à Lescoff, près de la pointe du Raz, et faire des signaux en direction de l’île pour que les insulaires envoient une barque5. Il en est de même à Houat et Hoëdic, pour lesquelles un feu allumé sur la côte signifiait la nécessité de faire parvenir une embarcation.

  • 6 ADF 1 B 2149.

8La traversée se révèle parfois impossible. En 1711, le gouverneur d’Ouessant entreprend de se rendre dans l’île afin de percevoir les droits seigneuriaux dus par les insulaires. Il embarque au Conquet le 2 janvier, mais doit s’arrêter à Molène en raison du mauvais temps et de l’obscurité. Le lendemain, le bateau arrive à moins d’une lieue de la côte ouessantine mais doit faire demi-tour en raison d’une mer particulièrement agitée6. Il parvient en fait à débarquer dans l’île le 7 janvier, cinq jours après son départ. Outre leur incertitude, les traversées se caractérisent également par leur longueur.

  • 7 Extrait du mémoire de Le Gallen, Histoire des seigneurs et du spirituel de Belle-Île, Bibliothèque (...)

9En 1759, l’évêque de Vannes, Mgr Bertin, se rend à Belle-Île. Il embarque à 4 heures du matin à Auray et arrive à 10 heures du soir dans l’île7.

  • 8 SHAT Article 8 Places abandonnées Ouessant. « Rapport sur la visite de l’isle d’Ouessant par M. Le (...)
  • 9 L’épisode est connu grâce à un mémoire de 1803, SHAT Article 8 Places abandonnées Ouessant « Notes (...)

10La visite de l’île ne peut dès lors être placée que sous le signe de la contrainte. Lorsque la durée du déplacement s’allonge de manière imprévue, l’île revêt rapidement une dimension carcérale, perceptible à travers quelques remarques. En 1756, retenu durant sept jours à Ouessant en raison du mauvais temps, le duc d’Aiguillon, dont le rôle est fondamental dans l’organisation défensive des îles et plus généralement de la Bretagne, parle de « séjour forcé8 ». Il s’accorde toutefois des moments de détente et se rend dans la petite île de Keller, située à proximité de la côte septentrionale d’Ouessant afin de chasser les lapins. L’îlot, quasi-désert, devient là encore le cadre d’une épreuve qui annonce, d’une certaine manière, la robinsonnade du XIXe siècle. Le vent empêche, en effet, pendant trois jours, le duc d’Aiguillon de regagner Ouessant. Ce dernier et ses compagnons « épuisèrent leurs provisions de bouche avant la fin de leur captivité et furent réduits à partager celles d’un pauvre pâtre qui habite l’île pendant la belle saison9 ».

  • 10 SHAT MR 1085 « Belle-Île, 11 novembre 1683 ».
  • 11 AN MAR D2 56 « Vivres, Belle-Isle en mer, 19 mai 1786 ».
  • 12 Roche D., La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 21.

11De rares visiteurs, cependant, se laissent tenter par le voyage. Ils restent très peu nombreux. En 1683, Vauban constate l’absence de visiteurs à Belle-Île10. Un mémoire rédigé en 1786 constate de même que « le triste séjour [de l’île] n’engage pas les curieux11 ». Les quelques traces de ces déplacements concernent les auteurs de dictionnaires animés par « l’encyclopédisme géographique12 », tout au moins une partie d’entre eux. Ces ouvrages apparaissent comme les héritiers des chorégraphies, qui mêlent descriptions provinciales et éloge. Ils prolongent également le genre des Merveilles et des Délices qui fleurissent à la Renaissance et empruntent aussi aux itinéraires et aux abrégés qui constituent la littérature de voyage à l’époque classique.

  • 13 Nouvelle description de la France dans laquelle on voit le nouveau gouvernement général de ce roya (...)

12Les géographes prêtent attention aux ressources du territoire, n’hésitant pas à recourir aux informations des rapports rédigés par les administrateurs : Piganiol de la Force reproduit partiellement dans la première édition de La nouvelle description de la France, parue en 1718, le mémoire composé par l’intendant Bechameil de Nointel en 1697 à l’issue de son voyage en Bretagne13. Ogée, ingénieur lui-même, propose une description de la

  • 14 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, dédié à la nation bretonne, Na (...)
  • 15 L’édition de 1754 est la plus riche. Nouvelle description de la France dans laquelle on voit le go (...)
  • 16 Roche D., op. cit., p. 22.
  • 17 Ibidem.

13Bretagne et fait appel aux notes de Detaille, ancien ingénieur des Ponts et Chaussées, marié à une Belliloise et nommé Major de la citadelle de Belle-Île, pour composer la notice consacrée à cette île14. La multiplication et la réédition des dictionnaires, à l’exemple de la Description de Piganiol, éditée à deux reprises en France en 1718 et 1754, ainsi qu’en 1719 15 en Hollande, témoignent du succès rencontré par ce genre d’ouvrage qui « puise aux sources administratives et fait […] entrer dans le capital culturel de l’honnête homme le souci économique et statistique16 ». Ces dictionnaires se révèlent d’autant plus riches que les domaines envisagés sont multiples : outre les institutions et les ressources économiques, ils introduisent l’histoire et les mœurs, mentionnent les curiosités naturelles et les monuments, cherchent à promouvoir un « pittoresque documentaire17 ».

  • 18 « Territoire », Territoires, 1983, n° 1, p. 3.

14Se dessinent, ainsi, des approches des îles qui se révèlent à bien des égards comparables. Le regard se porte, de manière approfondie, sur l’espace, les bordures côtières, ainsi que sur la population insulaire. Il concourt à proposer une image cohérente des îles et à mettre en scène un territoire, dans le sens défini par Marcel Roncayolo, à savoir un lieu qui « relève d’abord de la géographie politique et de l’institution18 ».

L’île rempart

15Le regard que les visiteurs et les agents du roi portent sur les îles bretonnes s’inscrit dans la lecture classique du littoral, héritée de l’Antiquité, qui vise principalement à évaluer les capacités défensives de ce dernier. Cette appréciation implique une attention nouvelle à l’espace ; elle induit un jugement, gratifiant ou disqualifiant, sur l’environnement et suggère une fonctionnalisation de ce dernier. L’étude puise donc son intérêt moins dans l’originalité du regard que dans son application à l’espace insulaire, dans l’observation et l’interprétation qu’il suppose.

Les usages des îles

  • 19 AN MAR B3 85, lettre du 25 juin 1694 par Phelypeaux.

16Il convient de rappeler, dans un premier temps, l’évolution du rôle qui est dévolu aux îles au sein du système de défense à l’époque moderne. Dès le Moyen Âge, on l’a vu, l’intérêt stratégique des îles a été perçu. Toutefois, c’est seulement à la fin du xviie siècle, à la suite des menaces et des offensives répétées, anglaises et hollandaises, que les agents du roi commencent à s’interroger véritablement sur la fonction des îles et sur les constructions militaires à établir. Contrairement au littoral continental dont la fortification s’impose avec évidence, les îles suscitent des hésitations sur leur utilité et la nécessité de les mettre en état de défense. Les rapports de la fin du xviie siècle sont émaillés de notations qui traduisent des incertitudes à leur égard, telle « en quoy elle peut estre nuisible ou utile au service du Roy19 ». De fait, les autorités redoutent que l’établissement de fortifications ne renforce l’attraction que les îles exercent sur l’ennemi. Dès lors, la fonction attribuée aux îles consiste à former de simples bases de ravitaillement, vouées à se protéger par leurs propres moyens. L’empreinte matérielle défensive reste par conséquent faible. Mis à part la citadelle de Belle-Île, édifiée à l’instigation de Fouquet et agrandie dans la deuxième moitié du xviie siècle sous l’égide de Vauban, les constructions effectuées dans les îles bretonnes se résument à deux tours érigées respectivement à Houat et Hoëdic en 1690, détruites en 1746. Signalons également le fanal établi à Ouessant en 1699, allumé toutefois de façon épisodique en raison du manque de combustible. L’accalmie relative des années 1690-1730 rend la militarisation des îles moins urgente et leur confère une importance moindre. En revanche, la recrudescence des pillages, la multiplication des attaques et des occupations à partir des années 1740-1750 convainquent les autorités de leur utilité stratégique et de la nécessité d’une politique de fortification désormais systématique. Le siège de Belle-Île par les Anglais de 1761 à 1763 ne fait que conforter l’urgence d’aménagements conséquents.

17Au sein du système de défense, les îles acquièrent désormais un rôle de grande ampleur. Elles figurent parmi les points essentiels du littoral, qu’il convient de protéger en priorité au même titre que les grands ports ou les arsenaux. Cette importance militaire et territoriale nouvellement reconnue se matérialise par la construction, dans la plupart des îles, d’un cordon sécuritaire, composé de batteries, de redoutes, de corps de garde et de retranchements. Toutefois, à l’exception de Belle-Île et de son imposante citadelle, les fortifications restent globalement limitées et nombre d’entre elles restent au stade du seul projet.

  • 20 Nordmann D., Frontières de France : de l’espace au territoire, xvie-xixe siècles, Paris, Gallimard (...)
  • 21 SHAT MR 1085 « Belle-Île, 11 novembre 1683 ».

18Les îles bretonnes sont donc considérées comme les remparts du royaume. On peut, dans un certain sens, considérer que la reconnaissance fonctionnelle des îles au xviiie siècle parachève la délimitation des frontières maritimes, définies dès le xvie siècle de manière précoce20. L’assimilation est ainsi énoncée de manière explicite dès 1685 par Vauban, à propos de Belle-Île, avant d’être relayée par la suite, amplifiée et appliquée aux autres îles : « Belle-Île doit être considérée comme une frontière très importante de ce royaume21 ».

  • 22 Bertho C., op. cit., p. 66.
  • 23 Guillemet D., « Cartes et plans de Belle-Île-en-mer aux xviie-xviiie siècles. Représentations de l (...)
  • 24 Bourguet M.-N., Déchiffer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris (...)

19Parallèlement à la reconnaissance du rôle défensif est affirmée l’appartenance des îles au royaume. La définition juridique et politique constitue à l’époque moderne la première qualification de l’espace et « tient lieu d’environnement géographique22 ». D’emblée sont ainsi rappelés dans les mémoires ou les notices du xviiie siècle les réseaux de pouvoir qui enserrent les îles. À partir de la fin du xviie siècle et du xviiie siècle est également précisé le mode de rattachement au royaume, entérinant ainsi l’insertion des îles dans le domaine royal et l’anticipant parfois. De plus, dans les paragraphes qui sont consacrés au passé des îles, les auteurs des dictionnaires géographiques, dont le but premier est d’inscrire l’histoire dans l’espace, mais aussi les agents royaux rappellent les noms et les titres des seigneurs ecclésiastiques ou laïques successifs. Ils soulignent les relais de pouvoir, disqualifient ou dissimulent certains « propriétaires ». Les notices que rédige Nicolas de Fer pour compléter ses cartes relatives à Belle-Île et composées en 1692 et 1704 occultent « l’épisode Fouquet » et laissent à penser que ce dernier ne détient plus l’île23. Elles présentent de fait l’entrée dans le royaume comme un mouvement naturel et inéluctable. Cette chronologie de l’appartenance est l’illustration de la « généalogie du territoire, formée par l’action de la royauté24 », qui vise à démontrer l’emprise du pouvoir monarchique et que l’on retrouve notamment dans le cas de la Bretagne.

  • 25 AN MAR G 154 Mémoire sur Belle-Isle-en-mer, anonyme.

20Dès lors, la dénomination « île » s’efface souvent derrière la fonction de rempart, de barrière, de place de guerre ou encore de poste. Cette fonctionnalisation de l’espace est loin d’être spécifique aux îles, si ce n’est toutefois la généralisation de l’utilité défensive à l’ensemble de l’espace insulaire. L’île entière est en effet considérée comme une place forte, d’où des modalités d’attention approfondies. La distribution des fonctions s’affine cependant à partir des années 1750 et dessine une hiérarchie entre les îles. Belle-Île est la plus importante. Suffisamment haute pour servir de repère, elle constitue, en outre, « le rempart des côtes de la Bretagne 25 ». À un moindre degré, Groix protège le port de Lorient. Ouessant trouve avant tout son utilité dans la fonction de fanal, de point de reconnaissance pour les vaisseaux qui se trouvent à l’entrée de la Manche. Bréhat et Batz défendent respectivement Paimpol et Roscoff. Les petites îles, enfin, situées à proximité de plus grandes, sont affectées à la protection de ces dernières : Houat et Hoëdic constituent des postes voués à la défense de Belle-Île ; l’intérêt de Molène se conçoit comme relais des informations transmises par Ouessant. Seule Sein, en raison des difficultés d’accès, semble justifier un intérêt non par sa position, mais par la qualité de ses hommes.

  • 26 AN MAR D2 25 « Mémoire du Sieur Marchais. Points de reconnaissance établis ou à établir depuis Sai (...)

21La reconnaissance fonctionnelle établit de fait une continuité naturelle entre les îles et le continent. Au cours du xvie siècle et de la première moitié du xviie siècle, les îles composent des points excentrés, situés aux marges du territoire, or elles sont dorénavant envisagées comme des prolongements terrestres du royaume, des « avant terres » en quelque sorte, dont la localisation obéit à une logique utilitaire. La position des îles ne se caractérise pas, en effet, selon les seules latitude et longitude, mais en référence aux lieux stratégiques qui leur font face sur le continent, à savoir les ports, les estuaires et les rivières. Ouessant annonce ainsi « l’entrée de la Manche et le port de Brest », Belle-Île « l’embouchure de la rivière de Nantes et la baye de Quiberon26 ». Chaque île est ainsi dotée de son pendant continental et s’inscrit, en quelque sorte, dans une vaste solidarité maritime et fluviale.

  • 27 ADIV C 1053 Lettre du subdélégué Kersaul, 6 août 1782.

22Dans ce cadre, les ingénieurs soulignent les multiples relations entre les îles et le continent, mettent en avant les va-et-vient permanents de navires. Le subdélégué de Paimpol signale ainsi en 1782 « les rapports continuels entre Bréhat et les autres postes27 ». À l’inverse, dans l’ensemble des mémoires consultés, l’isolement n’est que très rarement suggéré. Ingénieurs et administrateurs semblent ignorer la notion d’isolat mise en avant par les tenants d’un primitivisme insulaire.

  • 28 « Mémoire sur Belle-Île par Vauban, 30 mars 1683 », cité dans Vauban à Belle-Île, 300 ans de forti (...)

23Il convient de souligner que le même mode d’appréciation détermine les regards qui sont portés sur l’ensemble des îles du royaume. Attestant d’une réflexion sur le rôle spécifique des îles et sur la continuité territoriale qui unit ces dernières au continent, Vauban met en parallèle Belle-Île et Ré, ainsi qu’Oléron. Il estime en effet que l’occupation des trois îles par l’ennemi aurait des conséquences semblables, notamment sur le commerce28.

  • 29 Voir notamment l’étude du champ lexical proposée par Vandroy M.-A, « La loi et le rivage d’après l (...)

24La vocation défensive de l’île n’empêche pas toutefois une certaine ambiguïté. Rappelons que le littoral dans son ensemble doit répondre à deux impératifs, à savoir accueillir les navires et combattre les attaques ennemies, constituer à la fois un lieu de refuge et un lieu de défense. Le préambule de l’ordonnance de 1681 insiste ainsi sur la nécessité de multiplier les ports afin de faciliter le commerce et parallèlement assurer la protection des côtes29. Dès lors, les îles doivent pareillement correspondre à ces exigences à première vue contradictoires, mais qui impliquent des critères d’appréciation communs et héritent notamment de la théologie naturelle dont il convient de rappeler l’importance dans la perception renouvelée de l’espace insulaire.

L’écho de la théologie naturelle

  • 30 Corbin A., op. cit., p. 34-45.
  • 31 Op. cit., p. 28.

25À partir de la fin du xviie siècle se dessine une lecture des îles dont la théologie naturelle, qui se déploie à partir des années 1690 et propose une interprétation radicalement différente des théories de la terre à l’égard du spectacle de la nature, et notamment du littoral30, offre une expression amplifiée. Si certains géographes du xviie siècle, empreints d’un humanisme dévot, à l’exemple du père François, envisagent la terre comme « le noble effet de l’art divin 31 » et proclament l’importance des îles, la théologie naturelle conforte et approfondit l’utilité et la légitimité de l’espace insulaire.

  • 32 An essay toward a natural history of the earth and terrestrial bodies, London, R. Wilkin, 1695, p. (...)
  • 33 La grandeur de Dieu dans les merveilles de la nature, Paris, Desaint et Saillant, 1744, p. 61.
  • 34 Ibidem, p. 62.

26Aux yeux de ces savants, la terre, dans sa configuration présente, ne représente pas une ruine difforme issue du déluge, mais constitue une œuvre divine, dont la beauté reflète la bonté du créateur. Il en résulte une vision du monde apaisante et ordonnée, où chaque élément du globe voit son existence justifiée. Dans ce cadre, l’île n’est plus la conséquence du hasard, mais s’inscrit dans le projet divin. John Woodward rappelle ainsi que les îles ne proviennent pas du morcellement de portions de continent mais qu’elles existent depuis le déluge32. Dulard abonde dans le même sens et estime que le « bouleversement du globe de la Terre, opéré par le Déluge, est la vraie cause qui les a produites33 ». Les opinions énoncées par les géographes du xviie siècle n’en sont pas pour autant complètement remises en cause. Dans une note, Dulard précise qu’il ne rejette pas la thèse selon laquelle une île de petite étendue et située à proximité du littoral aurait pu être arrachée d’un continent ou formée à partir d’une portion de terrain située au fond de la mer, et ce à la suite d’un tremblement de terre violent34. Néanmoins, il refuse de croire que des îles très éloignées du continent et dont la superficie est conséquente, à l’exemple de Cuba, puissent avoir été détachées du continent.

  • 35 L’existence et la sagesse de Dieu manifestées dans les œuvres de la création, Autrecht, G. Broedel (...)
  • 36 Études de la nature, tome 1, Œuvres complètes, Paris, Mequignon, Maruis, 1818, p. 214.

27Dès lors, la localisation des îles obéit, comme le souligne John Ray, traduit en 1714, à une régularité exemplaire et permet de maintenir un équilibre entre la mer et les terres continentales. Les espaces insulaires servent « à se contrebalancer, l’eau coulant entre eux35 ». L’explication la plus complète quant à l’utilité de l’île est proposée par Bernardin de Saint-Pierre qui illustre la résurgence périodique de l’interprétation providentialiste à partir des années 1750. Selon ce dernier, l’île appartient en effet à l’organisation générale du monde dont elle constitue un rempart. Par conséquent, les îles « n’ont rien d’un ouvrage de hasard36 ». Leur localisation et la manière dont elles sont protégées de la mer constituent autant de preuves d’un projet divin initial. Leurs contours, dépeints dans les théories de la terre comme des ruines déchiquetées et atroces, présentent ainsi une architecture ordonnée et éveillent le parallèle avec les montagnes visibles et cohérentes.

  • 37 Op. cit., p. 260.
  • 38 Op. cit., p. 214.
  • 39 Ibidem, p. 221.

28En outre, les îles ne composent plus les débris des continents. Elles recèlent, au contraire, une cohérence qui se révèle à bien des égards harmonieuse. Selon Dulard, elles « rassemblent dans leur sein des cités, des campagnes, des fleuves, des forêts, des pics, des montagnes : spectacle varié dont les yeux sont frappés37 ». L’image d’une entité qui rassemble tous les éléments de la nature est approfondie par Bernardin de Saint-Pierre qui introduit non seulement le sentiment d’une harmonie, mais aussi d’un changement d’échelle. À ses yeux, chaque île a « ses campagnes, ses vallées, ses collines […] qui sont proportionnées à son étendue38 ». Dès lors, l’île compose « un petit continent en abrégé39 », un microcosme qui laisse percer l’idée d’une singularité. Elle constituerait ainsi une forme de doublon du monde, de résumé de la terre, qui n’est pas sans suggérer l’image du paradis. La théologie naturelle participe donc à faire des îles des entités cohérentes qui renferment un spectacle digne d’admiration et d’engouement. Elle guide, en outre, le regard vers l’architecture des bordures érigées au rang de rempart et la diversité de cette totalité de la nature. Il est bien évidemment difficile d’apprécier avec précision l’influence de ces conceptions, qui néanmoins rejoignent et déterminent vraisemblablement les modalités de perception et d’appréciation des îles.

  • 40 Histoire naturelle générale et particulière avec la description du Cabinet du roi, Paris, Impr. ro (...)

29Signalons enfin que l’île cesse d’être parée de ses dernières composantes imaginaires. En 1749, Buffon propose, dans la théorie de la terre qu’il développe dans son Histoire naturelle, une analyse, largement reprise dans la notice que l’Encyclopédie consacre aux îles. Il rappelle que les espaces insulaires trouvent leur origine dans l’accumulation lente de limons, dans le retrait des mers ou plus rarement dans les tremblements de terre et les irruptions volcaniques. Il conteste, en revanche, la possible existence des îles flottantes, qu’il estime ridicule40.

Mesures

  • 41 Belle-Île est ainsi décrite par un ingénieur : « une côte presque inaccessible, tant à cause de la (...)
  • 42 AN MAR D2 56 « Observations sur les isles de Belle-Isle, Hoat, Hedik et Groa par M. Le Beuf, ingén (...)
  • 43 Briffaud S., op. cit.

30Ingénieurs et observateurs admirent ainsi les espaces d’une certaine étendue, visibles de loin et permettant aux navigateurs d’adapter leur route en conséquence. Dès lors, ils se livrent à une évaluation la plus complète possible de l’île, dont ils envisagent avec minutie la superficie. Ils vantent également les îles hautes qui suggèrent l’image de forteresses imprenables41. Se dessinent ici les schémas d’appréciation entrevus dans la théologie naturelle, selon lesquels l’île ne peut constituer un espace indistinct de la mer, mais doit en être foncièrement l’opposé, c’est-à-dire composer un élément fondamentalement terrestre. Dans ce cadre, les ingénieurs et les visiteurs dans leur ensemble s’émerveillent des œuvres de la Nature qui a disposé le long du littoral insulaire des remparts naturels proportionnels aux dangers qui leur font face : « Il semble que la nature ait formé exprès des escarpements de rochers pour rendre cette Isle [Belle-Île] inaccessible à peu près partout et ne laisser que quelques ouvertures ou ports abordables42 ». Dès lors, les contemporains louent les escarpements, se satisfont de points côtiers déchiquetés, hérissés de rochers. Le mode d’appréciation rejoint finalement le schéma de la montagne, où hauteurs et escarpements se conjuguent pour susciter l’exaltation. La terminologie à laquelle recourent les ingénieurs rappelle à cet égard les descriptions des Pyrénées ou des Alpes43.

  • 44 AN MAR G 154 « Mémoire sur la garde côte de Belle-Isle-en-mer par le duc d’Aiguillon, avril 1754 »

31En regard de ces exigences, Belle-Île se révèle exemplaire car elle correspond pleinement aux critères requis. D’une « élévation prodigieuse 44 », elle est suffisamment déchiquetée pour prévenir les invasions, tout en autorisant l’accès des navires. Dans une moindre mesure, Groix et Ouessant présentent également le visage rassurant d’un espace naturellement fortifié. À l’inverse, l’île rocher et l’île sable empêchent toute reconnaissance aisée de la part des navires et rendent l’accostage périlleux. Elles ne peuvent, en outre, que suggérer une disparition prochaine, un engloutissement possible et rappeler une indétermination inquiétante, une contre-nature située aux confins de la terre et de la mer. Les descriptions de Sein et de

  • 45 AN MAR 3 JJ 106 « Mémoire sur les côtes de Basse-Bretagne depuis Brest jusqu’à Saint-Brieuc par Fr (...)
  • 46 SHAT MR 1092 « Notes sur la partie de la côte au sud de la baye de Douarnenez depuis le petit port (...)
  • 47 AN MAR 3 JJ 106 « Visite des côtes de Bretagne par M. de Cursay, 1755 ».

32Batz regorgent de terminologies à connotation négative, telles « médiocrement haute 45 », « grand rocher plat46 », « écueil47 ».

  • 48 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 11 novembre 1683 ».
  • 49 AN MAR G 153 « Observations faites pendant les tournées de M. le Duc d’Aiguillon en Bretagne sur l (...)

33Signalons que des sentiments comparables d’angoisse et de répulsion entourent la perception des grottes, qui apparaissent comme des lieux incertains, à mi-chemin entre la surface et les profondeurs telluriques, entre la terre et l’abîme. De fait, perdurent les représentations de l’époque classique, qui définissent le littoral comme l’héritier du chaos et par conséquent le dépeignent sous les traits de ruines effrayantes. Vauban emprunte d’une certaine manière aux deux modes de représentation : tout en admirant l’art de la Nature, il s’alarme de « la coste toute caverneuse et horrible à voir48 » qui jalonne Ouessant. En 1756, le duc d’Aiguillon signale la présence de deux grottes à Groix, dont il rappelle « l’horrible bruit49 » que produit la mer en courroux.

34Les îles n’offrent donc pas toutes le même intérêt et n’éveillent pas la même admiration. Néanmoins, les pratiques se révèlent comparables d’une île à l’autre.

L’observation méthodique des contours

  • 50 Op. cit., p. 250.

35Les visiteurs arpentent en effet les rivages des îles et s’emploient à apprécier leur qualité défensive. Ils ne font à cet égard que reproduire une pratique déjà éprouvée le long des littoraux continentaux. Ogée s’attache ainsi à décrire les multiples batteries qui jalonnent les bordures de Belle-Île50. Les ingénieurs se livrent également à ces reconnaissances, de manière bien évidemment plus approfondie et surtout systématique. Dans leur cas, il s’agit moins de dresser le tableau des réalisations, comme le font les géographes, que d’envisager les constructions et les aménagements nécessaires. À travers les mémoires, il est donc possible de cerner les formes que revêt la confrontation avec le terrain et la place que cette dernière occupe dans la constitution du savoir.

36À la fin du xviie siècle, les explorations paraissent sommaires. Les mémoires ne rapportent en effet que la visite de quelques ports, et non des contours dans leur intégralité. Seul Vauban se livre à une reconnaissance dont l’exhaustivité annonce les pratiques de la majorité des ingénieurs dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

  • 51 SHAT MR 1093 « Reconnaissance faite par M. Le Comte de Jumilhac des batteries, corps de garde des (...)
  • 52 AN MAR 3 JJ 106 Lettres des sieurs Razaud et Chazelles, 6 décembre 1690.

37Rappelons tout d’abord que la durée de séjour de ces agents est variable. En 1779, un ingénieur se rend à Bréhat. Dans l’après midi, il passe en revue les principaux points abordables, examine les batteries en place, s’entretient avec le commandant de la milice de l’île, avant d’embarquer le lendemain matin. Le compte rendu qu’il rédige atteste d’une reconnaissance relativement superficielle des côtes51. Les séjours plus longs, en revanche, d’une durée parfois de plusieurs mois, déterminent une attention approfondie. Les journées sont en effet consacrées à l’arpentage minutieux des côtes, à la composition de cartes ainsi qu’à des entretiens avec les populations et les autorités locales, destinés à parfaire la connaissance des lieux. L’ingénieur hydrographe De Chazelles expose ainsi le déroulement de son séjour à Belle-Île, en 1690, non sans laisser poindre une certaine monotonie : « Nous nous appliquons à bien connaître ce port et sa rade […]. Nous continuons d’employer les beaux jours au travail sur la coste et les mauvais à disposer nos cartes et nos mémoires52 ».

  • 53 Lettre du 19 février 1689, cité dans Vauban à Belle-Île, op. cit., p. 163.

38Les ingénieurs s’emploient ainsi à suivre consciencieusement la ligne du rivage, initiant, semble-t-il, cette pratique dans les îles. Vauban expose avec précision la conduite suivie au cours de ce qui apparaît comme la première exploration méthodique, tout au moins la première qui est relatée avec force détails. Il accomplit « la visite de tous les ports et échouages de Belle-Île dont j’ai fait le tour presque deux fois, et je pourrais même dire à pied quoiqu’elle ait onze lieues de circuit à la tourner par tous les caps et les anses53 ». Les ingénieurs de la deuxième moitié du xviiie siècle ne font que reproduire cette pratique. En 1775, l’ingénieur hydrographe Beauveau rapporte, avec précision, le contenu de son travail :

  • 54 AN MAR 10 JJ 503 Lettre de Beauveau, 25 mars 1775.

« Je suis la côte en la longeant et je lève le plan à part, c’est-à-dire que si elle est fautive sur nos cartes, je redresse les erreurs, qui sont généralement assez rares sur le gisement des terres. J’examine tous les dangers détachés de la côte, je sonde sur eux et entre eux, je m’assure si c’est possible de passer entre ces batteries et entre elles et la côte54 ».

39Loin d’être spécifique aux îles, cette reconnaissance des bordures côtières comporte néanmoins quelques singularités. La réalité géographique de l’île, d’une part, impose un parcours circulaire, qui tranche avec l’itinéraire linéaire du continent et conforte l’ingénieur dans son impression de connaître et de dominer un espace dans sa totalité. L’attention, d’autre part, se révèle plus aiguisée. L’île constituant une place forte isolée, les menaces ennemies étant par conséquent redoublées, les ingénieurs envisagent les infimes circonvolutions des contours, évaluent les moindres ports et les plus petits mouillages susceptibles d’être soumis à des incursions étrangères.

  • 55 SHAT MR 1092 « Notes sur la partie de la côte au sud de la baye de Douarnenez… », op. cit.
  • 56 AN MAR 3 JJ 160 « Isles de Belle-Isle, d’Houac et d’Hedic, par Pommereau, 1759 ».

40Dans le cadre de ce quadrillage du territoire insulaire et de son balisage stratégique, les ingénieurs précisent les distances d’une anse à l’autre, décomposent la côte en une succession de mouillages dont ils définissent la forme et l’accessibilité. Après avoir jaugé les qualités des bordures, ils délaissent fréquemment ces dernières et orientent leur regard vers les profondeurs afin d’évaluer la hauteur des côtes, d’estimer les volumes et de caractériser les fonds. L’observation se double d’une interprétation qui vise à classer les éléments selon une grille d’appréciation organisée d’après un principe de dualité : côtes hautes/basses, escarpées/non escarpées, fonds sain/sablonneux. Les qualificatifs employés renvoient généralement à la seule caractérisation utilitaire, dont l’appréciation esthétique reste difficilement décelable, à l’exemple de « belle entrée55 » ou, à l’inverse, « mauvais sable56 ».

41De fait, à la lecture des rapports, prévaut une impression de morcellement, que renforcent la répétition des termes et la sécheresse du vocabulaire. La décomposition des contours de l’île de Groix est à cet égard exemplaire :

  • 57 AN MAR D2 56 « Reconnaissance des isles d’Ouessant, de Groa et de Belle-Isle par M. de La Rozière, (...)

« Le Grand Sable […] est une plage qui est au Sud-Sud-est de l’isle sur environ 600 toises de longueur et la seule où l’ennemi puisse former une entreprise de conséquence […]. Le Port Mené ou Mélite est une petite anse. Le fond y est de sable et les deux côtés sont escarpés […]. Le Port de Loqueltas ou de Saint-Gildas : […] il y a dans le fond deux petits échouages de sable […]. Ce port est défendu par une batterie57 ».

42Les côtes apparaissent ainsi comme une succession d’incisions, d’encoches, qui sont autant de modes d’accès aux îles et renvoient par conséquent à la dimension fondamentalement terrestre de l’espace insulaire.

  • 58 AN MAR G 153 « Tableau général géographique des côtes de la province de Bretagne… », op. cit.

43Dans ce cadre, les ingénieurs s’attardent logiquement sur les anses utiles et dédaignent les parties du territoire insulaire qui ne présentent aucun intérêt stratégique, voire économique. La côte occidentale de Belle-Île, bordée par la Mer Sauvage et tant vantée au siècle suivant, ne donne ainsi lieu qu’à des jugements généralement dépréciatifs et ne retient guère l’attention. Dans une remarque lapidaire, D’Aiguillon reconnaît certes que la côte est « suffisamment fortifiée par la nature », mais il ajoute « d’ailleurs les ports qu’elle contient sont extrêmement dangereux58 ».

44Se dessine ainsi une hiérarchie de l’espace qui place à son sommet les ports accessibles mais bien défendus et qui divise les contours insulaires en grands ensembles plus ou moins utiles. Les ingénieurs s’emploient, en effet, à recomposer le savoir fragmenté et à livrer une interprétation plus générale, esquissant des regroupements, définissant des contrastes au sein des bordures insulaires, à l’exemple de Belle-Île divisée en plusieurs parties :

  • 59 AN MAR D2 56 « Reconnaissance des isle d’Ouessant, de Groa… par M. de La Rozière », op. cit.

« Toute la côte depuis Loc-Maria en remontant jusqu’à la pointe de Penamen devient de plus en plus à pic et escarpée […], elle continue à l’être quoique avec moins d’élévation depuis cette pointe jusqu’au port Mélite où elle devient plus basse jusqu’à la pointe de Bazeau. Elle est alors tout à fait basse jusqu’au port Manec ou Locmaria59 ».

  • 60 SHAT MR 1093 « Reconnaissance faite par M. Le Comte de Jumilhac des batteries… », op. cit.

45Cette exploration linéaire s’accompagne d’une approche plus globale, qui préfigure la vision panoramique du xixe siècle. Les ingénieurs se mettent en quête de collines, de buttes qui permettent non seulement d’observer les mouvements lointains des navires, mais aussi d’éprouver les limites naturelles de l’île et par conséquent les bornes du pouvoir. À Bréhat, le comte de Jumilhac se satisfait de l’éminence qui s’offre à lui car « on découvre de là tout ce qui se passe à la mer60 ».

  • 61 Vauban utilise ce terme à Belle-Île, SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit. Il en (...)

46Pour qualifier ces hauteurs, telles les collines qui surplombent le port de Le Palais, les visiteurs recourent parfois au terme de montagne61. Ils expriment de la sorte, outre l’imprécision du vocabulaire, leur difficulté à qualifier les contrastes et, semble-t-il, la volonté d’exacerber les moindres variations du relief. Ils rappellent enfin l’assimilation, définie notamment par la théologie naturelle, de l’île et de la montagne. Il n’en demeure pas moins que l’association de ces deux approches, à la fois précise et globale, ne présente, là encore, guère d’originalité et se retrouve dans les procédures d’appréciation d’autres espaces, telles les montagnes. Tout au plus, il est probable que la délimitation des îles prend une dimension singulière en raison de la réalité géographique même de l’île. Elle se révèle en effet plus aisée, mais aussi plus dramatique en raison de la fragilité même de l’espace soumis à la présence menaçante de la mer et aux invasions ennemies possibles.

  • 62 Le Beuf estime ainsi à propos d’Ouessant : « L’isle n’est pas aussi inabordable qu’on la croit, ma (...)

47L’arpentage, l’observation et l’interprétation qui s’ensuit constituent donc un moyen de connaissance et d’appropriation du territoire. De sa confrontation minutieuse avec le terrain, l’ingénieur retire une certaine légitimité. Il se pose comme détenteur de la vérité et fondateur d’un savoir. Les rapports sont ainsi émaillés de remarques qui laissent à penser que cet ingénieur, figure de la modernité, corrige les erreurs d’appréciation de ses prédécesseurs mais aussi des insulaires et appose un jugement qui fait foi62. Il participe à rendre intelligible un environnement mal connu, à l’insérer dans le champ de l’utile.

Modelage

  • 63 En 1753, le duc d’Aiguillon propose de faire creuser un vallon au niveau du fort Saint-Nicolas, à (...)
  • 64 AN MAR G 53 « Tableau général géographique des côtes de la province de Bretagne », op. cit.
  • 65 D’Aiguillon estime ainsi que la coupure « est déjà commencée par la nature », Ibidem.

48La reconnaissance des contours s’accompagne d’une volonté d’aménagement. Outre l’établissement de redoutes et d’autres fortifications, les ingénieurs cherchent à modeler les contours, proposant selon les cas d’accroître ou d’atténuer les escarpements côtiers63, de détacher même certaines parties rocheuses jugées inutiles. En 1753, le duc d’Aiguillon suggère de séparer la pointe des Poulains, qui devient un haut lieu touristique de Belle-Île au cours du xixe siècle, du reste de l’île64. Les agents du roi s’emploient ainsi à façonner, à modeler cet espace « brut » jugé malléable qu’il s’agit de domestiquer. Ils accomplissent en quelque sorte un perfectionnement de l’œuvre de la nature65.

La grandeur du royaume

  • 66 L’image de l’île forteresse est particulièrement forte dans le cas des petites îles inhabitées. Le (...)

49Comme dans le cas du littoral dans son ensemble, l’exploration des bordures insulaires vise donc, parallèlement à l’exigence défensive, à contempler la puissance et la magnificence du royaume. La lecture des projets d’aménagement proposés par les ingénieurs se révèle particulièrement éloquente à cet égard. Les mémoires donnent l’impression que les bordures insulaires sont doublées par une ligne militarisée abstraite qui prolonge le caractère terrestre et naturellement protecteur de l’île66. Plus généralement, du fait de son territoire aisément circonscrit, de l’assimilation de ce dernier à une place forte, l’île offre, plus que le littoral, le sentiment d’une domination absolue de l’espace et fait naître une admiration redoublée pour la grandeur du royaume.

  • 67 Nombre de mémoires ont été rédigés au cours du siège et dans les années qui ont suivi ce dernier.

50La visite et la contemplation s’enrichissent également du souvenir des dangers du passé. Les représentations modernes du littoral s’inspirent en effet des vues portuaires hollandaises qui mettent en scène des combats navals et confèrent aux franges maritimes une dimension tragique. De fait, l’appréciation des îles suscite l’évocation d’une histoire qui relate les attaques ponctuelles et les occupations prolongées, les défaites et les victoires. Au sein de ce passé militaire, le « siège » de Belle-Île par les Anglais, de 1761 à 1763, constitue bien évidemment le fait le plus important. Sa durée, les conséquences économiques et stratégiques, mais aussi la remise en cause de la certitude en la sécurité et l’atteinte à l’image de la puissance monarchique expliquent le retentissement de cet épisode, qui devient un élément incontournable, systématiquement invoqué, par les agents du roi et plus généralement par les contemporains67.

  • 68 Corbin A., op. cit., p. 213-215.

51L’ensemble de ces procédures est rassemblé et, semble-t-il exacerbé, dans la visite du port. L’admiration de la beauté monumentale, qui puise ses racines dans l’antiquité et dont la prégnance a été soulignée68, s’ajoute à l’évaluation des capacités défensives, à la contemplation de la grandeur du royaume et au rappel des événements dramatiques. Cette visite ne présente là encore guère d’originalité et reproduit la démarche classique et commune sur le littoral continental. Seul le port de Belle-Île, le seul digne de ce nom au sein des îles bretonnes, donne lieu à cette reconnaissance esthétique, politique et stratégique. Les objets et les procédures d’attention conjuguent alors admiration des fortifications, principalement de la citadelle et observation des mouvements de navires.

52La gravure d’Ozanne, La citadelle et l’entrée du havre du Palais, exécutée en 1776, se révèle à cet égard éloquente. Dans la tradition des « Ports de France » de Vernet, elle offre l’archétype du point de vue portuaire dans l’une des rares représentations iconographiques des îles bretonnes à l’époque moderne. Au premier plan figure la batterie de la Ramonette constituée d’un mur en arc de cercle. Aux côtés des gardes et des canons se trouvent des promeneurs et des pêcheurs. L’arrière-plan est constitué de la citadelle, imposante et monumentale, qui surplombe le port et la ville, encaissés et à peine visibles. Les navires représentés évoquent, selon les conventions de composition, une activité économique florissante. La prépondérance de la chose militaire se lit à travers l’importance concédée aux constructions défensives. En revanche, l’île en tant qu’objet géographique naturel, retient peu l’attention, les promontoires s’effacent devant les fortifications, les éléments côtiers situés entre la pointe de la Ramonette et le port de Le Palais sont placés en retrait. La disposition des éléments, enfin, s’organise autour d’une symétrie entre le premier et le second plan. Il s’opère, en quelque sorte, un jeu de renvois, une mise en abyme, dans lequel les constructions de la batterie font écho aux autres fortifications. Le point de vue choisi dirige le regard du spectateur, à l’image de celui des promeneurs figurés au premier plan, vers la magnificence des fortifications, vers le spectacle d’un port actif et sécurisé. Le titre même souligne la fonction didactique, « apologétique » et œuvre tant à la connaissance du royaume qu’à la célébration de sa grandeur (voir annexe 2).

  • 69 Des gravures anglaises, composées entre 1761 et 1763, conservées au Musée de la Citadelle Vauban, (...)

53Le Palais, comme tant d’autres ports du littoral, se prête ainsi à la constitution d’un point de vue, composé à partir du littoral à l’exemple de la représentation d’Ozanne ou depuis une hauteur située à l’intérieur de l’île69. Il suscite quelques pratiques, parmi lesquelles les promenades sur les collines qui permettent d’avoir une vue globale ou encore les visites des redoutes qui autorisent l’observation enthousiaste de la grandeur et la monumentalité des fortifications.

  • 70 Op. cit., p. 248-249.

54Parfois, la contemplation du port glisse vers l’admiration de la ville, dont la visite s’intègre dans le voyage classique. Le fait urbain occupe une place importante dans l’appréciation d’un territoire. Les auteurs des dictionnaires géographiques introduisent ainsi la description de Belle-Île, soit par un rappel historique, soit par la mise en évidence de la ville. Rappelons que Le Palais est la seule ville parmi les îles bretonnes. Elle connaît un fort développement au cours du xviie siècle. Sa population passe d’environ 2 700 habitants en 1572 à 5 100 vers 1680, avant de se stabiliser. Dès lors, les visiteurs, notamment les géographes, plus que les agents du roi, s’emploient à souligner son intérêt et sa majesté. Ogée présente ainsi le spectacle d’une maîtrise absolue de l’espace, à travers l’évocation de la citadelle, des magasins, des jetées, des canaux qui incarnent les figures privilégiées de l’architecture, de la régularité et de l’ordre. La géographie laisse la place à la géométrie. La ville, le port et la citadelle se confondent dans une exaltation de la monumentalité et de la représentation du pouvoir politique. La visite s’oriente également vers l’inventaire des curiosités, démarche que l’on retrouve dans le cas des ports bretons et plus généralement du littoral. Ogée précise l’existence d’une fontaine, qui constitue, à ses yeux, la seule curiosité digne de retenir l’attention des voyageurs. Il évoque également le château Fouquet, suggérant ainsi l’empreinte de l’histoire sur le territoire70. Visiteurs et agents du roi portent donc un regard sur les îles qui n’est guère original et reproduisent des procédures déjà observées sur le littoral.

55La reconnaissance stratégique, l’admiration de la grandeur de la monarchie et la contemplation des beautés monumentales participent à donner du sens à l’espace, désormais intelligible, ordonné et domestiqué. Les pratiques qui allient exploration minutieuse et approche globale ne font que refléter des modalités du parcours que l’on retrouve le long des bordures continentales ou même dans le cas d’autres espaces géographiques. La spécificité insulaire réside dans une appréciation plus fine, dans la circularité de l’itinéraire. De fait, il s’agit plus d’une différence de degré que de nature.

Annexe 2 : La citadelle et l’entrée du havre du Palais à Belle-Île, par Ozanne, 1776 © Bibliothèque nationale de France

Annexe 2 : La citadelle et l’entrée du havre du Palais à Belle-Île, par Ozanne, 1776 © Bibliothèque nationale de France

L’inventaire des richesses

  • 71 Cette volonté d’inventaire se retrouve dans les îles de la Manche. Festa G., « Manche et permanenc (...)

56Outre la reconnaissance et l’aménagement des côtes, agents du roi et visiteurs se livrent à un inventaire des ressources, tant agricoles qu’humaines, et prolongent ainsi l’approche comptable initiée lors de l’évaluation des contours71. Cette recherche s’inscrit dans la découverte générale du royaume caractéristique de la fin de l’époque moderne. Elle obéit également à la volonté d’une exploitation rationnelle du territoire insulaire et à la nécessité d’exercer un contrôle sur les hommes.

57Comme dans le cas de l’examen des bordures côtières, les premiers mémoires, rédigés par les agents du roi dans les années 1680-1690, se caractérisent par leur aspect sommaire, à l’exception bien évidemment des rapports de Vauban. Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, en revanche, l’attention s’approfondit et s’oriente, non plus vers le seul compte rendu chiffré des productions agricoles et le dénombrement des hommes, mais vers l’observation et l’analyse minutieuses du territoire et de ses possibilités, vers l’examen des conditions de vie et des qualités des populations insulaires. Une évolution comparable peut être constatée à propos des visiteurs dans leur ensemble et notamment des géographes. Signalons enfin que Belle-Île, là encore, retient particulièrement les regards et se révèle exemplaire.

Le réservoir

  • 72 Luginbülh Y., op. cit., p. 69.

58Dans leur évaluation comptable des ressources productives, les agents du roi et les visiteurs dans leur ensemble portent un regard sur les îles qui est largement déterminé par leur conception de la « belle nature ». À l’époque moderne prévaut en effet une vision téléologique de la nature qui définit cette dernière comme créée pour l’homme et au service de ce dernier. La belle nature se doit d’être apprivoisée et domestiquée. Elle se veut productive, ordonnée et saine, elle satisfait à l’exigence de variété, à l’image de l’idéal qu’incarne le jardin d’Eden72 Dans ce cadre, où les interactions sont intimes entre utilité, beauté et salubrité, les théories physiocratiques confortent le code esthétique pour ériger au rang de modèle la campagne virgilienne.

  • 73 Cérino C. Sociétés insulaires, guerres maritimes et garnisons : Belle-Île-en-mer au siècle de Loui (...)

59Dès lors, les contemporains s’enthousiasment pour les espaces qui permettent l’autosuffisance. Dans le cas des îles, cette exigence est d’autant plus impérative que ces dernières connaissent un isolement, certes relatif, et doivent par conséquent constituer des bases de ravitaillement indépendantes. L’ensemble du territoire insulaire représente à la fois une place forte et un arrière-pays au service de cette dernière. Les problèmes d’approvisionnement sont en effet récurrents et se posent avec acuité à Belle-Île, lorsque le bon fonctionnement des services qui visent à subvenir aux besoins de la population, mais surtout de la garnison, est entravé par des expéditions ennemies73.

  • 74 AN MAR G 153 « Observations faites pendant les tournées de M. le Duc d’Aiguillon », op. cit.

60L’autarcie est donc fortement recherchée et célébrée. Nombre d’administrateurs vantent régulièrement les mérites de Belle-Île, de Groix ou d’Ouessant qui, à certaines périodes, parviennent à satisfaire leurs besoins et, excellence suprême, à exporter le surplus de produits agricoles. D’Aiguillon précise ainsi que Ouessant vend de l’orge sur le continent74. À l’inverse, Sein, Batz ou Molène sont dépréciées. Leurs ressources, limitées à quelques produits, sont estimées à trois ou quatre mois de consommation. Si les capacités réduites de ces îles sont incontestables, il convient toutefois de signaler cette appréciation stéréotypée que l’on retrouve d’une île à l’autre. Quelles que soient toutefois les ressources, les administrateurs cherchent à rendre les îles plus productives. Ils se font ainsi l’écho de représentations, qui, tout en acceptant une conception providentialiste de la nature, estiment que l’homme est un agent géographique et peut, à ce titre, contribuer à vivifier la nature.

61Les îles sont en effet conçues comme des réservoirs. Les visiteurs et agents du roi évaluent et jugent l’espace qui s’offre à leurs yeux à l’aune de ces exigences et selon les critères suivants : espace fertile ou stérile, cultivé ou laissé en friche, productif ou improductif. Ils livrent ainsi des descriptions qui glissent rapidement vers des tableaux stéréotypés, à l’exemple de l’évocation d’Ouessant en 1756 :

  • 75 AN MAR D2 56 « Observations sur l’état actuel de cette isle… par M. Le Beuf », op. cit.

« Elle fournit du grain abondamment pour la subsistance de ses habitants […]. Les habitants y cultivent aussi des légumes seulement pour leur consommation. Il y a des pâturages qui nourrissent des moutons et des vaches […]. Il n’y a aucune espèce de bois […]75 ».

  • 76 En 1778, deux tableaux différents sont ainsi proposés par un ingénieur et le commissaire des guerr (...)

62Il est possible de trouver, d’un observateur à l’autre, des avis parfois contradictoires, les uns évaluant de manière positive le territoire insulaire, les autres jugeant sa production insuffisante76. Toutefois, en dépit de divergences d’estimation, les propos s’inscrivent dans un même système d’appréciation. Il convient à cet égard de rappeler que, comme dans le cas des bordures côtières, la description se situe à mi-chemin entre examen minutieux et apologie de la monarchie triomphante. Dès lors, le tableau proposé se révèle plus ou moins flatteur selon les intentions de son auteur.

  • 77 « La Révolution française et la perception de l’espace national : fédérations, fédéralisme et stér (...)

63Outre cette comptabilité des ressources, les visiteurs et principalement les agents du roi se livrent également à une observation précise de la physionomie même des espaces insulaires et des possibilités productives du sol. La plaine incarne le modèle idéal. Cette surface plane, ouverte et par conséquent bien desservie, appartient au champ de la Culture, selon la classification établie par Mona Ozouf77. Elle suggère une nature entièrement vouée à l’agriculture et par conséquent au service de l’homme dont elle favorise la présence et le développement. Le vallon suscite également une admiration certaine et suppose l’association de l’agriculture et de l’élevage.

  • 78 Piganiol, op. cit., p. 335.
  • 79 Sur les saisons : La Soudière M. de, Au bonheur des saisons. Voyage au pays de la météo, Paris, Gr (...)

64Les contemporains s’émerveillent devant les plaines cultivées de Groix ou d’Ouessant. Ils vantent surtout Belle-Île, qualifiée de belle et d’agréable, dont les plaines fertiles, entrecoupées de coteaux et de vallons, s’approchent le plus de l’idéal78. Les géographes décrivent avec emphase le spectacle de cet éternel printemps, ou plutôt du pré-printemps79, semblable à celui de l’Eden.

  • 80 Rappelons que Belle-Île connaît une crise entre 1745 et 1762, et plus généralement un profond boul (...)

65Toutefois, et même dans le cas de Belle-Île, administrateurs et visiteurs ne peuvent que déplorer l’imperfection du tableau qui s’offre à leurs yeux80. Il convient à cet égard de souligner les difficultés qu’éprouvent ces observateurs à comprendre, à interpréter et à qualifier les espaces insulaires.

  • 81 SHAT MR 991 « Mémoire concernant les côtes de Bretagne depuis le Poitou jusqu’à la Normandie, 1763 (...)

66Certaines expressions témoignent de leur embarras face à ces îles qui paraissent revêtues d’une certaine ambiguïté. Un ingénieur perçoit ainsi Belle-Île comme une « grande plaine mais mal cultivée81 ».

67De fait, les îles semblent brouiller les classifications établies. Nombre d’entre elles constituent des surfaces planes qui tendent à former des plaines, mais parallèlement leur taille limitée rompt avec l’idée d’une circulation aisée et d’une étendue infinie. Elles présentent, d’autre part, le paradoxe de ne pas être couvertes de cultures et de comporter, au sein d’un élément dit « sain » que représente la plaine, des espaces « malsains » telles les landes.

68Dès lors, les îles sont définies principalement par leurs écarts à la norme. L’espace clos, qui fascine l’esthétique classique, autorise un inventaire dont la facilité et l’illusion d’une exhaustivité possible réjouissent les visiteurs. Ces derniers s’emploient donc à préciser les manques, à souligner l’inachèvement, usant d’une rhétorique que l’on peut qualifier de restrictive.

  • 82 Thomas K., Dans le jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque mode (...)
  • 83 ADIV C 1053 Lettre de l’avocat au Parlement Besné de la Hauteville à l’Intendant de Bretagne, 10 a (...)

69L’absence d’arbres, commune à de nombreuses îles, est notamment relevée avec force. Le caractère systématique des remarques dans les mémoires s’explique en premier lieu par l’utilité de ces végétaux qui se révèle d’autant plus grande dans les îles, car les arbres protègent les cultures du vent, mais aussi par leur importance dans le modèle de la belle nature et par leur dimension symbolique car ils incarnent la civilisation et le pouvoir82. Les visiteurs soulignent toutefois abondamment la présence du goémon, plante « réservée par la providence pour dédommager83 » de la rareté du bois et qui sert tant d’engrais que de mode de cuisson et de chauffage. L’attention prêtée à cette espèce végétale marine rappelle que cette dernière est considérée comme une richesse, que la législation s’emploie par conséquent à contrôler. L’Ordonnance de la Marine de 1681 précise en effet les droits en matière d’exploitation, définit les périodes de fauche, confirme le libre ramassage du goémon épave. Par leurs remarques, les observateurs dessinent donc l’image d’une nature, définie comme une totalité organique harmonieuse, où l’absence d’un élément est compensée par un autre. Cette image d’une nature providentialiste prend un relief d’autant plus grand que l’île est éloignée et doit finalement compter avant tout sur ses propres ressources.

  • 84 Sur la perception des landes sous l’Ancien Régime, Bourguet M.-N., « L’image des terres incultes : (...)
  • 85 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.

70La présence de landes est également relevée. Perçues comme l’archétype de la nature brute, sans profit pour l’homme, voire hostile à ce dernier, associées à la stérilité et à la sous-productivité, voire à l’insalubrité, ces dernières n’inspirent que de la répulsion aux agents du roi et aux visiteurs84. Vauban n’hésite pas à les qualifier de « déserts85 », soulignant ainsi l’infertilité de ces terres et sa conséquence immédiate, à savoir le dépeuplement. Les landes sont en effet considérées comme un obstacle au développement des hommes, un préjudice au bon fonctionnement de la société, le signe même du désordre social qui règne dans les îles. Elles sont d’autant plus décriées dans ces dernières qu’elles occupent une partie des plaines et brouillent ainsi les divisions classiques qui distinguent la nature vouée à la culture agricole et la nature improductive.

71La critique qui entoure leur présence témoigne de l’incompréhension, voire de l’ignorance du système de gestion adopté dans la plupart des îles. Les landes permettent en effet d’équilibrer l’occupation agricole des terres au sein d’un espace limité et de pallier le manque de fourrages. L’organisation se révèle particulièrement complexe. À Belle-Île, les landes occupent environ 40 % de la superficie du territoire et répondent à des utilisations différenciées. Certaines terres renferment des pâturages voués à l’élevage ; d’autres sont couvertes de landes rases qui fournissent, selon leur nature, de la litière, des graines d’ajoncs permettant de nourrir les animaux, des débris végétaux pour le fumier ou le chauffage. Or, les agents du roi comme les visiteurs confondent landes et friches. Ils les associent de manière indifférenciée au désordre, à une mauvaise utilisation de l’espace et réclament avec force leur disparition.

  • 86 MR 1094 « Isles d’Houat et d’Hoedic par M. Gautier de Kerveguen, 1784 ».

72Dans la même lignée est dénoncée la présence d’un marais à Hoëdic, qui constitue, là encore, l’incarnation de cette nature imparfaite et malveillante, car insalubre, située à l’intersection de deux éléments généralement distincts, à savoir l’eau et la terre86.

  • 87 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.

73Par conséquent, les observateurs condamnent moins l’aridité du territoire, rarement évoquée, que son inculture. Ils proposent des projets qui visent à rendre les îles productives et conformes à l’idéal de beauté qu’est le jardin, voire le microcosme mis en évidence par la théologie naturelle. Vauban suggère ainsi l’image de l’île parfaite, « fertile en bled et en pâturages […], avec quantité de bestiaux, beaucoup de terres, partout de l’eau douce, une grande facilité de commerce et beaucoup de pesche et de chasse87 ». Belle-Île semble se prêter le mieux à la modélisation. Ogée se laisse à rêver d’un paysage exemplaire :

  • 88 Op. cit., p. 247.

« Cette isle renferme des plaines immenses, susceptibles de la plus belle culture : elles sont coupées par environ cent vallons qui forment des prairies naturelles, qu’un peu d’art rendrait du plus grand rapport. […] Les coteaux sont nuds et sans espèce de rapport. On pourrait, à la fois, les rendre utiles et agréables, en y semant du bois, en y plantant des vignes et en y faisant des prairies artificielles, suivant leurs diverses expositions88 ».

74Les projets prennent, semble-t-il, une dimension particulière dans les îles car ces dernières autorisent l’illusion d’une domination complète sur un espace aux limites circonscrites.

  • 89 Op. cit., p. 362-366.

75Les îles sont donc envisagées comme les autres campagnes du royaume. Le poids de l’image agrarienne conduit les visiteurs à gommer tout autre secteur économique. La pêche à la sardine, qui se développe au cours du xviiie siècle, en premier lieu à Belle-Île, avant de connaître un essor considérable à Groix à partir des années 1730, fait l’objet de rares mentions qui se contentent généralement d’évoquer la quantité de poissons exportée et le nombre d’hommes engagés dans le métier. L’activité en elle-même est très rarement précisée. Seuls les géographes, tel Piganiol, consacrent de longs paragraphes à la pêche à la sardine, détaillant les déplacements saisonniers des bancs de poissons et exposant les modalités de la pêche ainsi que les procédés de conservation89. Ils illustrent ainsi les nouvelles orientations de la géographie, désormais plus humaines que purement économiques et politiques, et témoignent de la fonction didactique du port dont la visite se trouve enrichie par ce nouveau centre d’intérêt. Toutefois, la pêche reste globalement déconsidérée car elle détourne les hommes de l’activité première qu’est l’agriculture.

76Soulignons que la quête de connaissance et la volonté d’appropriation imposent une décomposition qui seule autorise l’intelligibilité. Comme dans le cas des pourtours côtiers, les agents du roi et les visiteurs divisent, classent en fonction des critères connus, avant de proposer un jugement d’ensemble. Ils parviennent ainsi à faire entrer dans la norme les éléments géographiques et productifs. Ils proposent, par conséquent, une image domestiquée des îles qu’ils présentent comme des terroirs, totalement distincts des pourtours rugueux et côtiers, et dont ils mettent en exergue l’aspect fondamentalement terrestre, contribuant de la sorte à gommer toute incertitude quant à la nature même des îles.

77Le regard qui est porté sur l’espace intérieur des îles ne présente donc guère d’originalité par rapport aux campagnes littorales. Les procédures d’un inventaire qui se veut exhaustif sont toutefois affinées. L’exigence productive se révèle, en effet, plus impérative et les projets d’intervention comportent de fait l’impression d’un remodelage complet.

La reconnaissance des hommes

  • 90 À la crainte du dépeuplement s’ajoute l’angoisse que les habitants ne quittent leur ville. En 1714 (...)

78La même logique comptable préside à l’approche des insulaires, la densité constituant le premier critère d’appréciation d’un territoire à l’époque moderne. Elle vise à parfaire la connaissance du royaume et à déterminer le caractère utile et gouvernable de ses sujets. Cette attention particulière qui est portée aux hommes s’inscrit également dans un contexte d’inquiétude vis-à-vis d’un possible dépeuplement du pays. Sur le littoral, la baisse de vitalité suscite une anxiété particulière car la crise des effectifs s’ajoute à la crainte d’une fécondité amoindrie de la mer90.

79Les îles bretonnes exacerbent encore cette crainte. Certaines d’entre elles ont été abandonnées, le plus souvent partiellement, et ce pour des durées plus ou moins longues au cours des xviie et xviiie siècles. C’est le cas notamment de Groix dont une partie des habitants trouve refuge sur le continent à la suite d’une expédition hollandaise en 1674. Belle-Île connaît une situation comparable durant l’occupation anglaise de 1761 à 1763. Nombre d’insulaires se rendent sur le continent mais la plupart d’entre eux reviennent s’installer dans l’île au terme du siège. Les incidences stratégiques et économiques de ces départs revêtent bien évidemment une acuité particulière dans le cas des îles qui sont invitées à se suffire à elles-mêmes dans ces deux domaines. Dès lors, agents du roi et visiteurs, animés par une même volonté d’inventaire, vont à la rencontre des populations insulaires dont le caractère inquiétant, hérité du siècle passé, tend à s’estomper à partir des années 1760-1770.

  • 91 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.
  • 92 SHAT Article 8 Places abandonnées Ouessant, « Rapport sur la visite de l’île d’Ouessant par M. Le (...)

80Les habitants des îles suscitent en effet inquiétude et méfiance pendant une grande partie du xviiie siècle, prolongeant d’une certaine manière l’angoisse, tout au moins l’appréhension, qui gouverne leur approche au xviie siècle. Certains observateurs éprouvent l’impression d’avoir sous les yeux le tableau d’une population qui vit en dehors de la civilisation et confine à l’animalité. Vauban dépeint ainsi les demeures belliloises, « malheureuses petites chaumières, bâties de boue et de crachats, ressemblant plutôt à des étables à cochons qu’à des demeures de chrétiens91 ». En 1756, le duc d’Aiguillon qualifie de « huttes92 » les maisons ouessantines.

  • 93 ADIV C 2673 Lettre anonyme vers 1730.

81De fait, les insulaires sont décrits parfois comme des « demi-hommes [qui] semblaient les gens de tout le royaume les plus grossiers et les plus sauvages93 ». Dans une lettre qu’il adresse à sa femme en 1778, Ignace de Courtec, officier commandant un détachement à Locmaria, à Belle-Île, dresse le tableau suivant :

  • 94 Lettre du 20 juin 1778, citée dans Belle-Isle histoire, 1991, n° 2.

« Nous n’avons que le curé et le vicaire avec qui nous pouvons parler, les autres ont de la peine de nous comprendre et nous eux. Ils parlent le bas breton qui est un langage que personne ne comprend. […] Les femmes y sont si horriblement laides qu’il faut une forte résolution pour les regarder. […] Les hommes et les femmes y sont presque sauvages94 ».

82Cette perception des populations insulaires semble largement partagée. En 1747, inquiet du dépeuplement des îles et notamment de Houat et Hoëdic, l’évêque de Vannes invite le pape à faire preuve d’indulgence vis-à-vis des interdictions de mariage pour cause de parenté et justifie ainsi la légitimité de son intervention :

  • 95 ADM 1 Mi 214 Lettre de l’Évêque de Vannes au pape, 1747.

« Le caractère de ces insulaires et leur manière de vivre est si contraire aux moeurs des habitants du continent du même évêché qu’il n’y en a point qui veuillent s’allier avec un insulaire. Le petit nombre de familles qui habitent dans chaque isle fait qu’ils sont presque tous parents aux degrés prohibés ou qu’ils sont dans le cas de parenté spirituelle95 ».

  • 96 Les descriptions s’apparentent en effet aux propos tenus à l’égard des populations de bien d’autre (...)

83Le propos de l’évêque laisse affleurer la perception que les autorités, mais aussi les populations continentales ont des îles et de leurs habitants. À cet égard, il convient de souligner que les visiteurs ne font que reproduire les représentations du peuple qui prévalent à l’époque moderne, en exacerbant sa figure incertaine et inquiétante96. L’impression prévaut en outre que les agents du roi se méfient de la trop grande proximité avec la nature qui maintient les insulaires, produits de la nature qu’ils n’ont pas su dompter, à la limite de la civilisation, voire de l’humanité.

  • 97 Le receveur de Belle-Île explique ainsi les différentes techniques utilisées. ADIV C 5123 Réponse (...)
  • 98 Chapitre 3, première partie.

84L’observation s’accompagne d’une enquête succincte sur les mœurs qui vise plus à évaluer les ressources des hommes et les moyens utilisés pour pallier le manque de certains produits qu’à dépeindre l’exotisme. Les administrateurs s’attachent ainsi à relever les modes de cuisson des aliments et de chauffage des habitations qui ont pour point commun de recourir tous deux au goémon97. Dans un contexte où le souverain tente de réglementer l’exploitation de cette algue et où l’autosuffisance s’impose de manière impérative, il s’agit moins de décrire les particularités ethnologiques que de souligner l’inculture des terres. Seuls certains, notamment les auteurs de dictionnaires géographiques, se livrent à une recherche approfondie qui s’inscrit dans une quête des origines, étudiée ultérieurement98.

  • 99 La répartition des tâches se révèle généralement moins tranchée sur le littoral continental, comme (...)

85Dans le cadre de ce relevé des usages et des pratiques susceptibles d’influer sur la mise en valeur des îles, la plupart des visiteurs relèvent avec force la répartition inhabituelle des tâches qui réserve aux femmes la culture de la terre tandis que les hommes s’adonnent à la pêche. Cette organisation, que l’on trouve également sur le littoral continental, acquiert dans les îles une grande visibilité, ce qui explique le caractère systématique des notations et la critique virulente de la part de leurs auteurs99. Considéré comme la cause première de la mauvaise culture des terres, le partage des activités est assimilé à une inversion sexuelle des rôles qui remet en cause l’ordre social.

  • 100 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.

86Il convient de rappeler à cet égard la perception négative de la pêche, considérée au moins jusqu’au milieu du xviiie siècle comme une activité de prédation qui détourne l’homme de la première richesse, la terre, et de l’activité noble qu’est l’agriculture. Vauban décrit avec mépris le comportement des Bellilois « qui sont adonnez à la pesche qui ne les fatigue que très peu, leur donne du plaisir, les remplit d’espérance, les occupe agréablement, ce qui leur fait perdre une partie de leur temps100 ». On retrouve ici les accusations de paresse et de nonchalance portées à l’encontre des Bretons et plus généralement de cette France indolente dont les intendants dressent la carte à la fin du xviie siècle.

  • 101 Les remarques sont empruntées à Dominique Guillemet, Les îles de l’Ouest…, op. cit., p. 209-218.

87Les contemporains semblent également désorientés par l’absence de hiérarchie visible. Les petites îles laissent en effet entrevoir une composition sociale relativement homogène101. À Sein ou à Houat, la hiérarchie sociale est peu marquée, de rares propriétaires de barques, occupant souvent la fonction de syndics et détenant également un magasin, se distinguent faiblement de la masse des pêcheurs-agriculteurs. Les îles plus grandes, comme Ouessant, connaissent une situation plus contrastée. Un petit nombre de familles « fortunées », composées de capitaines ou de maîtres de barques, se démarque de la majorité de la population de matelots et de petits paysans. Aux yeux des visiteurs, ces clivages restent vraisemblablement minimes, en regard des contrastes et de l’ostentation affichée des grandes villes ou, à un niveau moindre, de la hiérarchie plus tranchée de Le Palais qui compte, comme de nombreuses villes littorales, aux côtés des gens de mer, des marchands et artisans, une petite et moyenne bourgeoisie vouée à l’armement et au négoce, ayant généralement des fonctions administratives. Le dénombrement de 1766 fait apparaître une élite d’une vingtaine à une trentaine de familles de négociants armateurs, soit 10 % de la population, parmi lesquelles figurent le receveur Le Bescond de Kermarquer, le général Bigarré ou encore Detaille, commandant des gardes-côtes de l’île.

  • 102 AN MAR D2 22 « Mémoire et description de la coste du nord de la Bretagne depuis Pont-Orson jusqu’à (...)

88Dès lors, les visiteurs s’emploient à classer les habitants, à esquisser une hiérarchie et recomposer ainsi un ordre social conforme aux attentes. Ils s’empressent de souligner la présence de bourgeois à Belle-Île. Dans les petites îles, ils cherchent à traduire, selon les critères généralement adoptés, les infimes contrastes qui existent. Un ingénieur signale de la sorte la présence à Bréhat « d’espèces de bourgeois utiles aux étrangers102 ».

  • 103 Corvol A., « Environnement et violences », Cahier d’Études Environnement, Forêt et Société, xvie-x (...)

89À cette image d’incertitude, voire de désordre social, s’ajoute la crainte de conflits. L’île apparaît en effet comme un lieu de tensions possibles, de remises en cause éventuelles de l’autorité au même titre que le littoral dans son ensemble, les landes ou encore les forêts103. Dans un contexte où le pouvoir royal tente d’asseoir son autorité sur les franges maritimes par le biais de l’établissement des Amirautés et la réglementation de l’exploitation des richesses marines, les îles donnent l’impression, aux yeux des visiteurs, de rendre l’exercice du pouvoir plus aléatoire encore que sur le littoral de par leur éloignement et leur isolement relatif. Les autorités administratives, on l’a vu, ne peuvent pas toujours rallier les îles en raison du mauvais temps. Les représentants de l’Amirauté, appelés à se rendre sur les lieux de naufrage afin d’enquêter sur des pillages éventuels, se trouvent ainsi confrontés aux contraintes de déplacements spécifiques aux îles et à l’incapacité d’exercer un contrôle rapide. Il s’écoule souvent plusieurs jours avant que les représentants légaux ne puissent se rendre sur place. À leur arrivée, ils ne peuvent souvent que constater l’absence de toute trace de navire.

  • 104 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, op. cit.

90Les insulaires, en outre, parviennent dans certains cas à prévenir la visite des autorités, refusant le passage dans l’île, empêchant les représentants du pouvoir de se rendre sur le continent. C’est le cas de Pierre de l’Abbaye, commis de l’Amirauté qui, en 1724, souhaite passer dans l’île, puis en partir, sans succès104.

  • 105 Sur le continent, la situation se révèle à bien des égards comparable. Touze V., Les populations l (...)

91Rappelons, à cet égard, que les îles dépendent de pouvoirs de nature diverse. Certaines appartiennent à des seigneuries laïques, telles Groix et Bréhat, ainsi que Belle-Île et Ouessant jusqu’à leur rattachement au royaume. D’autres relèvent de seigneuries ecclésiastiques. C’est le cas de Batz, Sein, Houat et Hoëdic. Les îles sont, en outre, soumises à l’autorité de l’Église. Leurs littoraux, enfin, sont placés sous le contrôle des Amirautés. Or, en dépit de cet enchevêtrement de pouvoirs, le contrôle se révèle lâche et la présence des autorités timide105. Les seigneurs laïques et ecclésiastiques se caractérisent en effet par leur absentéisme. De fait, seule Belle-Île abrite un commandant de place, un commissaire aux classes, un subdélégué, des autorités judiciaires et un commis de la Ferme générale. Nombre d’îles, en revanche, ne comptent guère de représentants des différentes autorités. Outre les représentants de la Ferme des tabacs et des devoirs, sont présents à Groix un sénéchal, un notaire et deux sergents, à Ouessant deux notaires à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle. Dans les plus petites îles, un même homme occupe souvent la fonction de commis aux classes et de représentant de la Ferme des tabacs et des devoirs.

92Dès lors, l’impression que les insulaires sont peu respectueux du droit établi semble prévaloir. Prépondérante dans la première moitié du xviiie siècle, elle tend à devenir plus timide dans la seconde partie du siècle et puise amplement dans des pratiques qui évoluent au cours du siècle.

  • 106 Pour une période légèrement postérieure, Virginie Allanioux démontre l’existence de la contrebande (...)

93Pendant la première partie du xviiie siècle, des actes de nature diverse abondent dans le sens de contournements de la loi. La contrebande de tabac, particulièrement importante à Belle-Île et soupçonnée dans bien d’autres îles, en offre une illustration106. Le pillage des navires conforte également ce non-respect des règles et mérite une attention approfondie.

94L’usage du littoral est codifié par l’Ordonnance de la Marine de 1681 qui confirme la réglementation en vigueur et rappelle notamment le rôle protecteur du souverain à l’égard des navires et de leurs équipages. Les populations côtières sont ainsi invitées à porter secours aux naufragés. Le droit de bris, en revanche, est partiellement remis en cause car les particuliers sont dans l’obligation de restituer la majeure partie des marchandises sauvées et ne peuvent en conserver qu’un tiers. Par conséquent, les représentants de l’Amirauté s’emploient à contrôler les actions de sauvetage le long des littoraux, à mettre en évidence l’existence de pillages et à recouvrer les biens détournés.

  • 107 Coindet S., Les paroisses littorales face aux naufrages dans l’Amirauté de Cornouailles (1721/1740 (...)
  • 108 Theurkauff M.-C., Peigne E., Naufrageurs et pilleurs sur les côtes de Cornouaille au xviiie siècle(...)
  • 109 Les côtes barbares…, op. cit., p. 134.

95Les dossiers établis par les autorités judiciaires, qui renferment les différentes étapes de l’enquête et du procès, permettent d’entrevoir les actes commis par les populations littorales. Ils se révèlent particulièrement éloquents dans le cas de l’île de Sein, dont les abords dangereux rendent la navigation périlleuse et les échouages fréquents. Entre 1723 et 1733, la moitié des naufrages donne lieu à des pillages107. La proportion importante de ces derniers s’accorde, même si elle l’excède, avec le nombre des rapines établi pour l’Amirauté de Cornouaille108. Comme le souligne Alain Cabantous, les insulaires ne sont pas les seuls à profiter de l’éloignement des autorités109.

  • 110 ADF B 4338.

96S’il est peu probable que les îliens de Sein aient été des naufrageurs, il est en revanche avéré que ces derniers agissent de façon à rendre le naufrage inéluctable. En 1726, Le Parker, un navire rempli de blé et de farine, menace de s’échouer. Après s’être rendu compte de l’insignifiance des avaries, les habitants s’emparent du bateau, coupent les drisses et lacèrent les voiles afin de forcer l’échouement110.

  • 111 Cabantous A., Les côtes barbares…, op. cit.
  • 112 Ibidem, p. 202.

97Quelle que soit, cependant, la cause du naufrage, les insulaires se livrent, comme les populations du littoral, au pillage dont le déroulement, depuis l’annonce de l’avarie possible jusqu’au partage du butin, a été amplement étudié111. Ces maraudes nourrissent le sentiment d’être confrontés à des populations menaçantes. Au xviiie siècle, en effet, « le citadin, policé, ne se reconnaît plus dans les manifestations prédatrices et sauvages qui se déroulent à quelques lieux des cités portuaires. Tout en profitant de l’événement, la ville feint de l’ignorer dans la mesure où la barbarie du pillage relève désormais d’une autre culture, agressive, presque primitive dont la pratique mérite châtiment112 ».

  • 113 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, op. cit.
  • 114 Ibidem.
  • 115 Cité par Cabantous A., Les côtes barbares…, op. cit., p. 65.
  • 116 Ibidem, p. 64.

98La gamme des attitudes que les insulaires adoptent vis-à-vis des représentants de l’Amirauté, de l’insulte à l’agression physique, renforce encore l’image de sociétés profondément irrespectueuses des lois. En 1724, à la suite du pillage de La Sarah, le représentant de l’Amirauté cherche à rassembler les biens que les insulaires se sont appropriés. Dans son rapport, il relate que l’un des hommes soupçonnés « se fout de nous » et qu’un autre profère des injures113. Les menaces accompagnent parfois les attitudes dédaigneuses. À l’occasion du même naufrage, des femmes avisent les gardes venues les arrêter qu’elles « les massacreraient à coups de cailloux114 ». Les intimidations se transforment parfois en brutalités physiques. À la recherche des effets volés à bord du Jeune Abraham, en 1735, Pierre de l’Abbaye reçoit de la part d’une femme « un coup d’une grosse pierre sur l’os du genou115 ». Rappelons que loin d’être spécifiques aux îles, injures, bravades et autres agressions composent « l’arsenal habituel des révoltes paysannes116 ».

  • 117 ADF B 4350 Lettre de Kerhuel, 1er février 1740.

99Dès lors, les représentants des autorités proposent une image inquiétante des insulaires. En 1740, Pierre de l’Abbaye qualifie les Sénans de « gens insatiables et se moquant de tous les ordres117 ». La crainte de la rébellion invite les agents à la prudence, comme l’attestent les propos suivants :

  • 118 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, sieur de Kerhuel, janvier 1724.

« Connaissant le mauvais caractère du dit Tymeur, nous n’avons voulu nous risquer à nous opposer crainte de faire soulever toute l’isle118 ».

  • 119 ADF B 4350 Lettre du capitaine du navire à l’armateur, 4 décembre 1739.
  • 120 Ibid., Interrogatoire du passager Nicolas Rapault, 13 décembre 1739.

100La perception des autorités mérite cependant d’être nuancée. Dans les récits de naufrage, une dichotomie se fait jour entre d’une part les capitaines qui estiment de pas avoir bénéficié d’une aide suffisante, et par conséquent dressent un tableau négatif des insulaires, et d’autre part les passagers qui témoignent à ces derniers une certaine reconnaissance. En 1739, le naufrage de L’Ange Raphaël donne lieu à deux versions contradictoires qui rendent l’appréhension du réel difficile. Dans une lettre qu’il adresse à son armateur, le capitaine qualifie les îliens de « bande de voleurs », « qui nous font mourir de faim, et étant presque tous nus car nous n’avons pu sauver aucune de nos hardes119 ». Les passagers donnent une interprétation différente de l’événement, qui tempère quelque peu l’image négative des insulaires et vante la qualité de leur accueil120. Il n’en demeure pas moins que les autorités soulignent généralement la mauvaise volonté des insulaires. En 1759, un ingénieur dépeint ainsi l’habitant de Groix :

  • 121 SHAT MR 1096 « Mémoire concernant l’isle de Groix et sa défense ».

« Étant peu accoutumé à obéir, il a de la peine à le faire ponctuellement, la punition d’argent est la seule qui puisse l’y obliger121 ».

  • 122 ADCA 20 G 811 Lettre du Parlement au général de la paroisse de Bréhat, 11 août 1767.

101Dans le même esprit, un administrateur suggère en 1767, à travers l’exemple de Bréhat, que les îles sont des espaces de non droit, dans lesquelles les voleurs et les malfaiteurs bénéficient de l’indifférence bienveillante des insulaires et trouvent ainsi un asile assuré. Il rappelle notamment, sans qu’il soit possible d’établir la véracité de ses dires, qu’un certain nombre d’indigents sont « à couvert de leurs vols » dans l’île122.

  • 123 AN B3 478 Lettre du Commissaire aux classes, Clairambault, 8 décembre 1749.
  • 124 SHAT Lorient 1 E4 48. Cité par Le Pourhiet-Salat N., La défense des îles bretonnes…, op. cit., p. (...)

102La crainte de la soustraction au droit se trouve renforcée par l’appréhension de la subversion et de la dissidence, qui se fonde sur les refus ostensibles des insulaires de se soumettre à la loi et principalement d’accepter les levées de matelots auxquelles les îles sont assujetties. En 1749, les habitants de Groix protestent contre une levée de matelots dans l’intérêt de la Compagnie des Indes et menacent de quitter l’île. Le Commissaire aux classes, Clairambault, interprète cet avertissement comme un « défaut de subordination » et ajoute que les habitants « préféreront toujours leur interrest particulier au bien du service du Roy123 ». Le problème se pose en des termes voisins en 1754. La réponse de l’administration obéit à la même logique, à savoir « il faut leur faire comprendre qu’ils ne sont pas dispensés du service des vaisseaux du roi124 ».

  • 125 ADIV C 1404 Rapport du Subdélégué de Belle-Isle-en-mer, 20 mai 1775.
  • 126 Cabantous A., Les citoyens du large…, op. cit., p. 57-58.

103De fait, administrateurs et ingénieurs dénoncent le manque d’attachement des habitants à leur île, leur promptitude à quitter cette dernière et, par extension, l’absence de loyauté envers le royaume. Ils assimilent, notamment sous l’expression d’ « émigrations nuisibles125 », les départs des jeunes gens qui s’installent sur le continent et les absences des hommes naviguant au long cours. Rappelons que le métier de marin au long cours inspire à l’époque moderne suspicion et effroi car il est synonyme d’instabilité et d’insoumission, contrairement au métier de pêcheur qui tend à bénéficier dans la deuxième moitié du xviiie siècle d’une image positive126.

  • 127 AN MAR B3 207 Lettre de Roger, 8 août 1712.

104Les matelots cristallisent en effet les craintes. Le commandant des classes de Belle-Île les considère comme des hommes indisciplinés et fourbes qu’il convient d’intimider127. Outre l’insoumission, les autorités appréhendent également la possible trahison des matelots. La loyauté des marins ouessantins est ainsi mise en cause par le duc d’Aiguillon :

  • 128 SHAT Article 8 Places abandonnées. Ouessant. « Rapport sur la visite de l’isle d’Ouessant par M. L (...)

« Il est à craindre que parmy les matelots prisonniers en Angleterre, il ne s’en trouve quelques uns qui enseignent aux Anglais une routte qu’ils ont heureusement ignorée jusqu’à présent. […] La plus grande partie [d’entre eux] ne regarderoit pas comme un grand malheur de passer sous une domination qui les exempteroit du service de mer, des impôts sur le vin, sur le tabac […]. Je craindrais fort que ces mêmes gens si déterminés pour deffendre leurs biens ne fissent pas aussy bonne contenance si les Anglais vouloient réellement s’emparer de leur isle. […] La différence de la religion est la seule chose qui les retient encore. Il ne faut pas compter sur eux128 ».

  • 129 Les levées restent relativement modérées à Belle-Île et à Groix, notamment pour maintenir une popu (...)

105En dépit de ces remarques, les insulaires semblent avoir un comportement qui n’est guère plus séditieux que celui des populations littorales dans leur ensemble. Le déroulement des levées de matelots à Belle-Île abonde dans ce sens. Les cas d’insoumission restent rares au xviiie siècle, ne serait-ce qu’en raison de l’exemption de fait dont bénéficie l’île129. Il n’en demeure pas moins que les discours empreints de défiance à l’égard des matelots s’appliquent aux insulaires dans leur ensemble. Certaines îles, en effet, voient leur population masculine presque entièrement vouée à la navigation au long cours, à l’exemple d’Ouessant. Dès lors, marins et îliens sont envisagés comme un tout homogène.

  • 130 ADF B 2149 Cour royale de Brest et de Saint-Renan, janvier 1711.

106Rappelons également que les révoltes sont rares dans les îles. Le seul cas paraît être le fait d’Ouessant dont les habitants s’opposent en 1711 au gouverneur, nommé par le marquis de Rieux afin de recouvrer les rentes dues depuis plus de quinze ans130. Après avoir menacé le gouverneur et s’être rendus à Brest pour plaider leur cause, les habitants obtiennent satisfaction. Cet épisode nourrit à l’évidence la crainte de la rébellion au cours du xviiie siècle.

107En revanche, il est des événements qui se révèlent spécifiques à l’île, à savoir la sécession politique qui exacerbe cette crainte de la dissidence. Les îles apparaissent en effet comme le lieu où seigneurs et administrateurs peuvent matérialiser leur rêve de puissance et de grandeur. Vauban ironise sur les dénominations employées à Belle-Île pour qualifier les divers éléments qui composent le territoire et qu’il attribue à la seule volonté du seigneur de l’île, Fouquet :

  • 131 « Les accès par où l’on peut aborder Belle-Isle et ce qu’on y peut faire de mieux pour la mettre e (...)

« La vanité de ses premiers seigneurs n’ayant pas trouvé de quoi se satisfaire de la possession pure et simple d’une île […], il a fallu pour la contenter exagérer sur les noms des parties remarquables qui méritent distinction, et en inventer de plus magnifiques que ceux dont on est accoutumé de se servir. C’est pourquoi n’ayant pas qualifié sa principale habitation du nom de ville, parce qu’elle était fort éloignée de l’être, on l’a nommée Bourg-du-Palais […] ; bourgs, les trois paroisses qui en dépendent, où il n’y a pas plus de sept ou huit méchantes maisons à l’entoure de chaque clocher ; villages, toutes les métairies de l’île, où il n’y a le plus souvent qu’un ménage ; forêt, un espace de terre dans le milieu de l’île où il ne croît que des landes, et où l’on n’a jamais vu un arbre si gros que le doigt, pas même un buisson ; et enfin port, tous les endroits par où on peut aborder l’île qui, hors ceux de Sauzon et du Palais, ne sont que de mauvais petits échouages de sable […]131 ».

108Il dénonce ainsi l’orgueil et la vanité de Fouquet qui conduisent à une mise en scène d’un territoire doté d’une puissance illusoire et qui visent à constituer un royaume en réduction.

  • 132 AN MAR B3 100 Lettre du 28 juin 1697.
  • 133 AN MAR B3 538 Lettre de M. de Guidy, 13 septembre 1758.
  • 134 Ibidem, lettre du 27 décembre 1758.

109Dans la même lignée, les correspondances du Secrétariat d’État à la Marine livrent plusieurs cas d’administrateurs ou de particuliers, gagnés par le songe politique. À Belle-Île, en 1697, un bourgeois de Port-Louis suscite, par ses extravagances, l’inquiétude de l’intendant qui conclut à la nécessité de lui faire quitter l’île132. En 1758, à Groix, le commandant de l’île se voit reprocher son « despotisme133 ». Selon le commandant de la Marine à Port-Louis, il exerce « ses caprices dans l’île de Groix au point qu’il y bouleverse tout134 ». À travers ces deux exemples se dessine une image récurrente qui fait des îles des souverainetés en puissance, difficilement contrôlables et potentiellement hostiles au royaume, au lieu d’en être l’émanation.

110À partir des années 1760-1770, les figures de la dissidence tendent à s’effacer et laissent s’épanouir une image globalement positive. Cette perception renouvelée accompagne l’emprise grandissante du pouvoir royal exercé par les différentes autorités présentes, tels les commis de l’Amirauté, les représentants de la Ferme ou encore le subdélégué dans le cas de Belle-Île. Elle se fonde également sur une modification des actes et des attitudes, dont le recul des pillages à Sein constitue le meilleur exemple.

  • 135 La part des pillages par rapport aux naufrages est de 44,4 % entre 1723 et 1732, elle est de 33,3  (...)
  • 136 Les deux premières hypothèses sont respectivement le fait de H. Bourde de la Rogerie et M.-C. Theu (...)
  • 137 Les côtes barbares…, op. cit., p. 225-227.
  • 138 Le duc d’Aiguillon fournit des vivres à partir de 1762, mesure prolongée jusqu’en 1790, et fait co (...)

111Entre 1770 et 1790, neuf bâtiments font naufrage dans les environs de l’île. Seul l’un d’entre eux est pillé. Loin d’être spécifique à l’île, la régression des activités prédatrices traduit une évolution générale que l’on peut notamment constater dans l’Amirauté de Cornouaille135. Désormais, les insulaires comme les populations du littoral revendiquent un tiers des biens sauvés, et ce en conformité avec l’Ordonnance de 1681. Attribué un temps à l’œuvre moralisatrice du clergé, à une répression exemplaire et au respect grandissant des lois par les Sénans136, l’effacement tangible de la pratique relève avant tout, selon Alain Cabantous, du désenclavement progressif des régions, du poids croissant de la souveraineté royale qui enserre les îles dans un faisceau de contrôles par le biais notamment du quadrillage militaire et, enfin, de l’environnement pastoral137. De fait, le comportement des insulaires se modifie profondément à l’égard des pillages à partir des années 1760. Or, dans le même temps, l’île suscite un intérêt croissant et bénéficie d’aides en nature138.

  • 139 Coindet S., op. cit., p. 75.

112Subsistent, certes, quelques remarques qui suggèrent parfois les difficultés rencontrées pour faire appliquer la loi. En 1789, l’Amirauté met en garde ses représentants à l’égard des habitants de Sein et les enjoint à renoncer à une enquête approfondie en cas d’une résistance trop virulente139.

  • 140 Les insulaires s’illustrent en effet dans un certain nombre d’actions, notamment pour les Belliloi (...)
  • 141 À propos notamment de Belle-Île. ADIV 1 F 1862 « Mémoire sur Belle-Isle, anonyme, vers 1770 ». Dès (...)

113Désormais, toutefois, les réserves sont dépourvues de toute allusion à des formes de sécession politique. Au contraire, les observateurs louent avec insistance la loyauté des insulaires140. La rencontre de ces hommes suscite l’évocation des épisodes héroïques au cours desquels les habitants ont fait la preuve de leur courage et de leur dévouement au Roi. La description de Groix devient ainsi indissociable de la mention de l’offensive hollandaise, en 1696, au cours de laquelle le curé invite, en raison de l’absence des hommes engagés sur les vaisseaux du roi, les femmes et les vieillards à se déguiser en soldats, à s’armer de faux et de piques, à chevaucher des vaches et à se placer sur les hauteurs de l’île afin de créer l’illusion d’une armée. Le stratagème se révèle efficace car les vaisseaux ennemis détournent leur route. Or cet épisode fait l’objet d’abondantes narrations à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle qui ne manquent pas de mettre en exergue la hardiesse et la bravoure des insulaires. De semblables récits parsèment les mémoires administratifs et les notices des dictionnaires géographiques consacrées aux autres îles bretonnes141. Ces actes de courage, qui s’expliquent notamment par l’importance de la part des femmes dans les populations des îles, composent rapidement des stéréotypes qui donnent l’impression d’une histoire des îles uniformisée et présentent les insulaires comme l’incarnation de la loyauté.

  • 142 AN MAR B3 423 Lettre du commissaire aux classes de Belle-Île, 24 mars 1744.
  • 143 La remarque tend en effet à se glisser dans les mémoires consacrés à l’île de Sein à partir des an (...)

114Parallèlement, l’excellence professionnelle des pêcheurs et des matelots est mise en évidence. L’idée même d’une vocation se dessine timidement à travers le constat que les jeunes naviguent dès leur plus jeune âge142. L’image des insulaires semble donc se distinguer des représentations des Bretons, dont les administrateurs notent la mauvaise humeur et l’entêtement. La méfiance relative aux matelots au long cours qui subsiste tempère toutefois quelque peu cette exemplarité. Soulignons enfin que certains agents du roi esquissent une image de sauveteurs et vantent notamment le courage et la bravoure des Sénans qui se portent au secours des bâtiments143.

115Cette observation des hommes dépasse la seule logique de l’inventaire et comporte également une visée interventionniste, inséparable de la volonté de remodeler le territoire insulaire. La pauvreté est, en effet, amplement soulignée et dénoncée par les administrateurs qui y voient un signe de désordre social et politique.

  • 144 En 1753, le duc d’Aiguillon se lance ainsi dans une diatribe à l’encontre des droits seigneuriaux (...)

116Les îles connaissent, dans leur grande majorité, une misère qui s’explique notamment par la faiblesse des ressources agricoles et par les incursions répétées des armées étrangères et les ravages qu’elles entraînent. L’ampleur du phénomène est cependant difficile à circonscrire avec précision, dans la mesure où les données chiffrées sont enjeux d’argumentations et de légitimations. Selon les finalités de leurs décomptes, les agents du roi tendent à atténuer ou au contraire à exagérer l’importance de la misère dans les îles144. Les insulaires, quant à eux, mettent en avant leur condition difficile. À l’occasion de l’enquête sur la mendicité réalisée en 1774 à la demande de l’évêché de Léon, les curés des îles de Sein, Molène, Ouessant et Batz soulignent la pauvreté extrême de leur paroisse respective. Le prêtre d’Ouessant dresse le tableau suivant de la population :

  • 145 L’enquête, conservée à l’Évêché de Quimper (12 AA 3) a été publiée par Roudaut F., Collet D., Le F (...)

« Le nombre de pauvres […] est d’environ trois cents qui ensemble composent un bon quart de la paroisse vis-à-vis des habitants aisés, si tant est que l’on puisse parler d’habitants aisés des gens qui ne peuvent se nourrir que de pain d’orge encore cuit sur le foyer sous la cendre des mottes de terre brûlées, qui n’ont autre chose pour faire chauffer la soupe que du fumier détrempé et séché au soleil ou du goémon sec145 ».

117Dès lors, les chiffres que proposent ces prêtres étonnent par leur importance. La qualification de « mendiants » suscite également des interrogations. Utilisée aussi par les administrateurs, cette dénomination recouvre vraisemblablement une condition sociale, une mendicité très différente de celle de l’errant de la grande ville, inconnu et redouté.

  • 146 En 1774, le montant de la capitation versée par Ouessant, Batz et Molène est respectivement de 93, (...)

118Il n’en demeure pas moins que les îles figurent parmi les paroisses les plus pauvres de leur diocèse146. Belle-Île connaît une situation spécifique : l’extrême misère des habitants est aggravée par le siège de 1761-1763. Dans l’ensemble des îles, ce sont généralement, les veuves, les orphelins et les vieillards qui constituent les classes pauvres des sociétés insulaires, comme le précise l’enquête de 1774.

  • 147 ADIV C 1053 Lettre au Commissaire des États, 17 mai 1776.

119Il convient de souligner à cet égard que les agents du roi refusent de reconnaître toute singularité insulaire. Mettant en avant la continuité territoriale et la solidarité stratégique qui unissent les îles au continent, ils gomment, comme on l’a vu, l’isolement de ces dernières. En 1776, un représentant des États de Bretagne estime que Bréhat n’a « ni plus ni moins de besoins que les autres communes147 ». Certes, l’île de Bréhat est située à proximité du continent, ce qui justifierait les propos, mais d’une part la traversée constitue une entrave au xviiie siècle et, d’autre part, des considérations semblables sont soutenues à l’égard des autres îles bretonnes. Il convient donc de prendre en compte la nature et le contexte de ces déclarations. Il s’agit généralement de refus que les agents du roi opposent à des requêtes formulées par les insulaires et qui visent à obtenir des exemptions d’impôts ou des aides de nature diverse. Dans cette logique, une réponse négative passe par la dénégation de toute validité de la demande et donc de toute singularité insulaire. De très rares administrateurs, en relation « directe » avec les populations des îles, reprennent parfois à leur compte les arguments de ces dernières et évoquent la petite taille ou l’isolement des îles comme éléments pouvant conduire à un appui particulier. Transmettant la requête des habitants de Bréhat aux autorités qui lui sont supérieures, l’intendant concède en 1776 une certaine particularité à la condition insulaire :

  • 148 Ibidem.

« J’ai l’honneur de vous observer que séparés du continent, ils méritent des égards par leur position, que leur isle n’ayant que trois lieues de tour, ils sont exposés à des tempêtes et à des ouragans très fréquents qui endommagent leurs maisons et détruisent souvent leurs récoltes148 ».

120Néanmoins, ces arguments sont rarement relayés par les ministres et les secrétaires d’État.

  • 149 SHAT Article 8 Places abandonnées. Ouessant « Rapport sur la visite de l’isle d’Ouessant par M. Le (...)

121Aux yeux des observateurs, plusieurs facteurs expliquent en fait cette misère. La distribution inhabituelle des tâches qui réserve l’agriculture aux femmes constitue l’une des explications. La féodalité est également mise en cause. Elle est présentée, selon les conceptions caractéristiques de la fin de l’époque moderne, comme oppressive, synonyme d’injustice et d’arbitraire, obstacle enfin au plein épanouissement du pouvoir royal. Il est ainsi reproché aux seigneurs laïques et religieux de ne pas permettre aux paysans d’être propriétaires de leurs terres et d’appliquer une fiscalité trop lourde, invitant ainsi les rares agriculteurs à renoncer à leur activité et à quitter l’île. Les ingénieurs soulignent que les insulaires ne sont pas propriétaires de leurs champs, n’éprouvent que peu d’attachement à l’île et donc sont peu préoccupés par sa défense. De même, le duc d’Aiguillon établit un lien entre pression fiscale et désordre social dans la mesure où les hommes se détournent de la culture de la terre pour s’adonner à la pêche149.

  • 150 Bourguet M.-N., Déchiffrer la France…, op. cit., p. 30.

122Dès lors, les agents du roi ébauchent des projets d’intervention et de réorganisation tant de la société que du territoire insulaire. La finalité est de quadriller et de recomposer l’espace, de fonder un ordre social en introduisant la propriété foncière et en faisant naître l’attachement à la terre afin de favoriser la sédentarité des insulaires. L’idéal du pouvoir royal est en effet de bénéficier de « sujets nombreux, laborieux, soumis […], [d’]un royaume prospère, bien administré150 ». Plus généralement, les agents rejoignent les conceptions prédominantes à l’époque moderne qui cherchent à établir des relations harmonieuses entre les hommes et la nature.

123La propriété est donc présentée comme le seul moyen possible pour rendre aux îles leur richesse. Un mémoire anonyme consacré à Belle-Île dans la deuxième moitié du xviiie siècle est à cet égard explicite :

  • 151 SHAT MR 1096 « Observations sur l’isle de Belle-Isle, ses productions, ses ressources locales pour (...)

« Rien ne touche plus un habitant de pouvoir faire l’acquisition d’un bien dans le pays qu’il habite, flatté de l’espérance d’y parvenir, il en chérit plus le pays et s’y attache davantage, le besoin de procurer des habitans à Belle-Île doit déterminer sa Majesté à leur donner cette satisfaction de pouvoir avoir un bien à eux. La saine politique le demande151 ».

  • 152 En 1778, Necker s’interroge sur l’opportunité de procéder à un afféagement des terres. AN MAR B3 6 (...)
  • 153 ADIV C 5157 Mémoire d’Isambert sur les Acadiens, 30 mars 1765.
  • 154 EV Vannes « Observations sur Belle-Île, relatives à son rétablissement, à celuy de sa culture et d (...)

124Des propositions d’afféagement sont ainsi formulées à l’égard d’Ouessant152, mais surtout de Belle-Île. À l’issue de l’occupation anglaise en 1763, l’île est dans une situation catastrophique engendrée par le blocus, les prélèvements effectués sur les hommes et les subsistances, le pillage et les dévastations. Près d’un quart des villages est détruit, 60 % des bâtiments d’exploitation sont hors d’usage, les habitants ont perdu leurs instruments de culture et leur cheptel, une partie d’entre eux s’est réfugiée sur le continent. Les administrateurs, à l’exemple d’Isambert, inspecteur du domaine, aspirent donc au « rétablissement de l’île, sa cultivation, son abondance et sa population153 ». Ils cherchent à remplacer ce qui a été détruit, mais aussi à réorganiser le territoire. À leurs yeux, il faudrait établir des maisons à leur place initiale et « beaucoup d’autres sur tout le long de la côte, dans les ports, et même ailleurs au milieu de l’île et partout 154 ». La société doit également faire l’objet d’une recomposition. En 1763, un mémoire spécifie les différentes catégories de populations qui sont invitées à peupler l’île :

  • 155 Ibidem.

« Il faudrait à Belle-Île quelques 10 000 personnes, des cultivateurs et au moins le même nombre pour la pesche et le commerce sur mer […] Deux classes, en sorte que les laboureurs n’allassent point à la mer et que les navigateurs ne se mélassent que de naviguer155 ».

  • 156 ADM 2 J 59 Fonds Galles. Mémoire anonyme, xviiie siècle.
  • 157 ADIV C 1430 États du mouvement de la population dressés par les subdélégués avec leurs observation (...)

125Un autre mémoire se révèle plus précis encore sur la composition idéale de la société belliloise. Quatre classes doivent peupler l’île, à savoir les commerçants, les laboureurs, les pêcheurs et les ouvriers156. La réalisation de l’afféagement, en 1766, qui profite aux paysans bellilois, suscite des remarques enthousiastes de la part des administrateurs. En 1785, le subdélégué de l’île, le général Bigarré constate, avec satisfaction, les progrès de l’agriculture qu’il attribue à l’acquisition des terres par les insulaires157.

126Rappelons que la répartition des terres concerne également les Acadiens, établis dans l’île à l’issue de la guerre de Sept ans. Ces nouveaux colons font l’objet de louanges continuelles, car ils rompent, aux yeux des administrateurs, avec l’inertie et l’indolence des insulaires.

  • 158 ADM 2 J 59 Fonds Galles « Mémoire relatif à Belle-Isle quant à sa deffense, may 1763 », anonyme.

127À travers l’exemple de la remise en ordre de Belle-Île et notamment de la sédentarisation, temporaire pour une partie d’entre eux, des Acadiens, l’île apparaît comme un territoire vacant, un support privilégié au modelage d’un territoire. Les termes de « colonie » et de « pays neuf » qui sont employés pour la qualifier sont à cet égard éloquents. Un mémoire rédigé en 1763 développe la conception suivante : « Belle-Île doit être regardée comme une nouvelle colonie. Cette isle dans l’état présent est susceptible de la forme qu’on voudra lui donner158 ».

128Un projet se révèle particulièrement intéressant et révélateur des représentations des îles. Il affine cette perception de l’île comme pays vacant. Au cours des années 1774 et 1775, l’intendance de Bretagne mène une enquête afin de trouver un lieu idéal susceptible d’accueillir des mendiants emprisonnés à l’hôpital Bicêtre. L’attention se porte vers les îles bretonnes qui offrent, aux yeux des administrateurs, le double avantage de disposer de terres vacantes et de permettre une surveillance aisée.

  • 159 ADIV C 1294 Lettre du directeur de Bicêtre, 25 décembre 1775.

129Groix et Belle-Île apparaissent dans un premier temps comme les plus propices à ce projet, car grandes, fertiles et éloignées ; Batz, en revanche, est très vite écartée en raison de sa superficie modeste et de sa proximité du continent. Le choix final se porte sur Groix. L’administration sollicite alors un examen approfondi quant à la population de l’île159.

  • 160 Fougère E., « La mer, les murs. À propos d’une nouvelle de G. Baudoux. Introduction à l’insularité (...)
  • 161 Peyras J., « L’île et le sacré dans l’Antiquité », L’insularité, thématique et représentations. Ac (...)

130Ce projet, dont la réalisation reste inconnue, faute d’avoir trouvé les éléments de réponse dans les archives, démontre l’image de l’île comme terre vierge à cultiver et à mettre en valeur. S’énonce également la perception de l’île prison, qui constitue l’extension logique de la fonction de forteresse. Rappelons que la législation confère, aux cours des xviie et xviiie siècles, un rôle central aux îles qui deviennent les pivots du système de surveillance et de répression160. Belle-Île, mais aussi le château d’If et l’île de Ré s’inscrivent ainsi dans le prolongement de l’antiquité romaine, dont les îles constituaient autant de lieux d’exil pour ceux que la société plaçait au ban de l’humanité161. Par conséquent, l’île associe des images parfois ambivalentes de refuge, de colonie malléable et de prison.

131Les îles deviennent donc des objets d’observation, de mesure, d’interprétation et d’expérience. La cartographie adopte le même point de vue et renchérit dans la promotion d’un territoire historicisé et utile.

L’appropriation cartographique

132L’étude des représentations des îles à l’époque moderne invite à accorder une attention particulière à la cartographie, qui participe à leur appropriation et à leur maîtrise, constitue un support d’expression particulièrement intéressant des modes de perception et conduit à l’élaboration d’images.

133Les premières représentations cartographiques des îles bretonnes sont, comme dans le cas de la France dans son ensemble, l’œuvre de la Renaissance. S’intéressant aux côtes et aux routes maritimes, elles proposent une image fantaisiste des îles. La carte d’Oronce Fine, en 1553, dispose ainsi sur le pourtour du littoral breton un cordon régulier d’îles, situées à égale distance du continent, de forme circulaire et de taille excessive, accueillant en leur sein des îlots imaginaires (voir annexe 3).

134La finalité de ces cartes, destinées principalement à guider le navigateur, fait en sorte que l’espace insulaire en lui-même retient peu l’attention et se contente finalement d’être visible, à défaut d’être lisible. La présence des îles importe plus que leur topographie réelle et leur essence.

  • 162 Pelletier M., « Cartographie et pouvoir sous les règnes de Louis XIV et Louis XV », Lecoq D., Cham (...)

135À partir de la fin du xviie siècle, en revanche, les représentations cartographiques des îles connaissent une modification profonde. La monarchie se lance alors dans une politique cartographique d’envergure, dont la carte de Cassini, exécutée au cours du xviiie siècle à l’aide du système de la triangulation, constitue l’emblème. La cartographie constitue en effet une entreprise indispensable à l’exercice de la souveraineté, délimitant rigoureusement l’espace, offrant à la fois « une mémoire des lieux » et « un objet de réflexion » pour les projets civils ou militaires162, permettant enfin une mise en scène du pouvoir.

  • 163 Le nombre de cartes consacrées aux îles bretonnes et conservées à la Bibliothèque nationale est de (...)

136Les impératifs stratégiques en déterminent toutefois grandement l’exécution et expliquent l’attention précoce portée aux littoraux, notamment bretons. Le premier atlas maritime français, Le Neptune françois, édité à trois reprises entre 1693 et 1773, constitue l’une des œuvres majeures des ingénieurs à l’époque moderne. Les îles font donc rapidement l’objet de représentations cartographiques précoces et abondantes, dont l’exécution correspond logiquement à la chronologie « militaire ». Sans prétendre à l’exhaustivité, il est possible de retracer une évolution à partir des œuvres cartographiques conservées à la Bibliothèque nationale. Les premières cartes consacrées exclusivement aux îles apparaissent dans les années 1680-1690, se raréfient dans la première moitié du xviiie siècle avant de se multiplier à partir des années 1750163.

Annexe 3 : Carte d’Oronce Fine, 1553 © Bibliothèque nationale

Annexe 3 : Carte d’Oronce Fine, 1553 © Bibliothèque nationale

137Les îles bretonnes ne suscitent pas toutes, cependant, la même attention. L’œuvre cartographique s’accorde avec l’importance stratégique et politique reconnue à l’île. Belle-Île est l’île la plus représentée. Groix et Ouessant donnent lieu à une quantité de cartes moindre. Les autres îles n’ont droit qu’à des travaux non seulement moins nombreux, mais également plus sommaires. Au sein de ce dernier groupe, Bréhat se distingue par la cartographie importante qu’elle suscite, mais elle est le plus souvent envisagée dans le cadre global du littoral « continental » et rarement figurée de manière individuelle.

138Il convient au préalable de rappeler les différentes sortes de cartes qui existent. Les ouvrages des hydrographes proposent les premières reconnaissances des îles à la fin du xviie siècle. Ils présentent cependant l’inconvénient de négliger, logiquement, l’espace situé au-dessus du niveau de la mer et, de fait, offrent un intérêt moindre dans l’étude des représentations du territoire. Les ingénieurs géographes, chargés des relevés en temps de paix comme en période de guerre, livrent souvent des cartes et des plans, en complément de leurs mémoires. Certaines, manuscrites, sont vouées au secret, d’autres en revanche sont destinées à l’impression à l’exemple des œuvres contenues dans le Neptune françois. Les ingénieurs des camps et des armées, enfin, dressent également des plans des places fortes, plus rarement des cartes. Leurs réalisations présentent l’intérêt de rendre plus grande encore l’abstraction militaire qui entoure les îles.

139En dépit de natures divergentes, ces cartes et plans contribuent à définir les îles comme des entités identifiables, reconnaissables, offertes au regard dans leur intégralité. Elles dépassent souvent la seule finalité descriptive et participe à l’apologie du souverain.

Combler le « vide »

140Il convient de retracer, dans un premier temps, l’évolution des représentations cartographiques des îles. Comme c’est le cas pour d’autres espaces, les premiers travaux qui leur sont consacrés à la fin du xviie siècle se caractérisent par l’absence de méthode géométrique dans le relevé, par l’utilisation de signes qui ne relèvent d’aucune convention. La disposition de l’île au sein de la carte obéit souvent au point de vue du navigateur, la présentant, en vision oblique, au premier plan par rapport au continent situé en arrière-plan et soulignant ainsi la fonction de reconnaissance qu’elle occupe pour les bâtiments qui naviguent au large. L’orientation répond également parfois à la perspective du stratège, l’île est alors proposée au second plan, telle une base avancée, et la partie basse de la carte est occupée par les contours de la « terre ferme ». C’est notamment le cas du plan consacré à Batz (voir annexe 4). Selon la finalité retenue, le port principal de l’île doit faire face aux dangers venant de la grande mer ou au contraire s’orienter vers le littoral.

141Quel que soit l’usage attendu de la carte, l’attention se concentre sur les contours, dont il s’agit de reconnaître et de présenter les multiples indentations. Le tracé se révèle souvent imprécis et offre une image déformée des îles, conférant une dimension disproportionnée à certaines de leurs parties. La carte consacrée à Groix et exécutée en 1694 réduit ainsi de manière considérable la pointe des Chats, située au sud-est de l’île (voir annexe 5). De même, en 1659, Daigremont propose la partie occidentale de Belle-Île considérablement diminuée et arrondie (voir annexe 6). En outre, la représentation des côtes fait appel soit à des cercles dont la répétition donne l’impression d’amas rocheux indistincts, soit à des hachures qui tendent à leur conférer une hauteur que ces côtes n’ont pas.

142L’espace intérieur fait l’objet d’une précision moindre. Les cartes les plus sommaires ne mentionnent que les buttes, les moulins ou les églises, utilisés comme points de repères par les navires. Certaines font figurer les vallons dans une perspective stratégique, car ces derniers autorisent, d’une certaine manière, la pénétration dans l’île. Leur taille et leur forme sont généralement exagérées, les hachures et les ombres peinent à restituer les variations du relief. Daigremont, précédemment évoqué, présente ainsi une île profondément entaillée, composée d’une succession de « trouées ». Les éléments qui relèvent de l’organisation humaine sont plus rarement mentionnés. Lorsqu’ils sont représentés, les villages sont répartis de manière fantaisiste et exposés sous la forme figurative. Les chemins et les routes sont d’une taille disproportionnée sans rapport avec la réalité. La carte de Daigremont offre ainsi l’impression de larges avenues joignant les différentes extrémités de Belle-Île. Quelques champs, distribués de manière aléatoire, complètent la présentation et semblent répondre à la volonté de remplir un espace encore inexploré et mal connu.

Annexe 4 : Plan de Batz et de Roscoff, fin xviie siècle © Bibliothèque nationale

Annexe 4 : Plan de Batz et de Roscoff, fin xviie siècle © Bibliothèque nationale

Annexe 5 : Carte particulière de Groix, 1694 © Bibliothèque nationale

Annexe 5 : Carte particulière de Groix, 1694 © Bibliothèque nationale

Annexe 6 : Plan de Belle-Isle par le Sieur Daigremont, 1659 © Bibliothèque nationale

Annexe 6 : Plan de Belle-Isle par le Sieur Daigremont, 1659 © Bibliothèque nationale

143Aux côtés de ces éléments qui visent à traduire le mieux possible la configuration des îles, sont disposés des signes décoratifs qui occupent une place non négligeable. Subsistent, des décennies passées, les conventions de composition qui peuplent la mer de navires au large de Belle-Île ou de Bréhat. Apparaissent, également, des marques symboliques, tels des blasons, des personnages de la mythologie, qui concourent au prestige de l’œuvre. La carte de Bréhat, élaborée en 1678, s’avère à cet égard exemplaire : le titre et les armoiries occupent près d’un quart de la carte (voir annexe 7). La représentation se soucie donc plus de montrer avec évidence les pouvoirs en place que de personnaliser véritablement l’espace naturel.

  • 164 Art de lever les plans, Paris, Jombert, 1763.

144Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, les modalités de la représentation cartographique et l’image qui en découle connaissent une évolution fondamentale. Les règles et les conventions de composition sont progressivement fixées et participent grandement à orienter la carte vers l’abstraction. Nombre de manuels, à l’exemple de celui de Dupain de Montesson164, diffusent ainsi ces nouvelles exigences.

145Les cartes sont dorénavant orientées en longueur, vers le nord. Cette exposition atteste d’un changement radical de perspective. Les îles ne sont plus considérées en fonction du point de vue du stratège ou du navigateur, non en référence au littoral, mais elles sont envisagées pour elles-mêmes, pour l’espace qu’elles proposent. La précision et la richesse de l’information tranchent également avec la période précédente. Les contours sont dessinés avec minutie. Les figurés, désormais codifiés et composés non de signes, mais de plus en plus de symboles, distinguent les côtes à falaises des plages sablonneuses. L’estompage et la perspective cavalière restituent la hauteur des côtes. Une nomenclature abondante désigne les anses, les ports, les moindres rochers et achève ainsi d’enserrer l’île dans une bordure discursive intelligible.

146L’espace intérieur connaît une profusion d’informations semblable. Le relief est précisé dans sa quasi-totalité, les variations et les contrastes sont soulignés, l’échelle est globalement respectée. Les maisons, les champs et les chemins, présentés désormais à l’aide d’un code géographique non figuratif, obéissent à une localisation plus exacte et à des proportions plus fidèles à la réalité. Certains travaux renferment toujours quelques interprétations erronées, exagérant l’importance de landes ou de bois. En dépit de ces imperfections, la carte de Condé, consacrée à Groix, illustre cette recherche de la « réalité », cette volonté d’un inventaire qui se veut exhaustif et qui peut être assimilé à une entreprise encyclopédique (voir annexe 8).

Annexe 7 : Plan de l’isle de Bréhat par Collin, 1666 © Bibliothèque nationale

Annexe 7 : Plan de l’isle de Bréhat par Collin, 1666 © Bibliothèque nationale

147Les modalités de représentation, la sélection et l’organisation des données contribuent en tout cas à composer un espace, doté de caractéristiques géographiques propres et dont l’individualité est reconnue. Toutefois, la vision proposée n’est pas neutre et cherche à satisfaire des fins esthétiques et « apologétiques ».

La mise en scène

  • 165 La carte a pour titre : Marquisat et gouvernement de Belle-Île, divisé en ses quatre paroisses, 17 (...)
  • 166 Guillemet D., Insularité et archaïsmes. Paysans et seigneurs à Belle-Île-en-mer vers 1660-1760, Th (...)

148La cartographie vise moins en effet à présenter un espace qu’un territoire. Les titres des cartes mettent ainsi en avant l’appartenance administrative et rappellent l’appropriation monarchique. L’œuvre de Nicolas de Fer, est à cet égard éloquente. Les structures internes du pouvoir sont, dans le cas de Belle-Île uniquement, mentionnées et inscrites avec évidence165. La délimitation des quatre paroisses qui composent l’île est ainsi tracée de manière quasi systématique. Enfin, et toujours dans le cas exclusif de Belle-Île, les cartes accueillent de longues notices historiques, qui rappellent les principaux événements politiques de l’île et sont disposées de part et d’autre de la carte, enserrant l’île dans une chronologie des pouvoirs. La carte de Beaurain illustre de manière exemplaire le procédé (voir annexe 9). La notice contribue à historiciser l’espace et parachève la « territorialisation » de l’île. La carte prend ainsi une dimension de portrait et de narration, discours et image se répondent et se complètent pour présenter « l’image de la royauté à l’œuvre166 ». La finalité « apologétique » se manifeste avec évidence : au prestige du passé fait écho la majesté de l’environnement.

149De fait, la représentation du territoire vise à démontrer la grandeur et la magnificence du royaume. Les proportions harmonieuses des contours satisfont à l’image de la forteresse, à savoir des côtes hautes, ni vertigineuses et inaccessibles, ni sablonneuses et incertaines. L’impression est renforcée par la forte empreinte des constructions militaires, réellement établies ou dont l’élaboration est prévue. Ce cordon défensif qui double les contours naturels de l’île suggère une puissance militaire souvent illusoire. La carte de Beaurain est entourée de vignettes reproduisant les plans de la citadelle et des batteries. Il convient à ce propos de distinguer les cartes et les plans des agents du Génie, qui portent une attention exclusive à l’utilité stratégique de l’île. La sélection des données « militaires » débouche sur une image fragmentaire de l’île, où les seules informations résident dans un tracé des côtes sur lesquels les batteries et la portée de ces dernières sont figurées. Dès lors l’île devient une abstraction militaire et développe à l’extrême l’illusion de force.

Annexe 8 : Carte de l’isle de Groix, par Condé, an III © Bibliothèque nationale

Annexe 8 : Carte de l’isle de Groix, par Condé, an III © Bibliothèque nationale

Annexe 9 : Carte topographique ou description très particulière de l’isle de Belle-Isle, divisée en ses quatre paroisses, 1761, par Beaurin © Bibliothèque nationale

Annexe 9 : Carte topographique ou description très particulière de l’isle de Belle-Isle, divisée en ses quatre paroisses, 1761, par Beaurin © Bibliothèque nationale

150La fonction « apologétique » conduit également à proposer un espace parfaitement domestiqué, modelé et ordonné. À travers les deux cartes consacrées à Groix et Belle-Île, exécutées respectivement par Condé et Beaurain, la conception de la belle nature s’exprime avec force et gomme, contrairement aux mémoires, les imperfections des espaces insulaires. La présentation ordonne la diversité des éléments, établit une régularité et une symétrie. Elle laisse transparaître la propriété et l’ordre social. Les villages sont tous organisés de la même façon : composés de maisons entourées de cours et de jardinets, ils sont parcourus par des chemins rectilignes qui se croisent perpendiculairement et qui sont bordés d’arbres, disposés à intervalles réguliers. Le parcellaire, dont les figurés géométriques triangulaires sont répétés à l’infini, obéit à l’idéal de production et de variété. Une gamme de couleurs souligne la présence de cultures diverses et suggère l’image d’une grande plaine fertile et bien utilisée. Il est à ce propos intéressant de noter que l’image productive énoncée avec force se révèle en contradiction avec la notice de Beaurain qui accompagne la carte et qui précise que la moitié seulement du terroir est mise en culture. De même, l’absence d’arbres, abondamment regrettée dans les mémoires, ne se ressent pas à la vision des cartes.

151Les procédés de représentation cartographique ne peuvent que conduire à distinguer les bordures et l’espace intérieur, le rempart et la plaine, mais elles s’attachent dorénavant à lier les deux objets. Les chemins permettent, au-delà du quadrillage et de la maîtrise de l’espace qu’ils expriment, de vanter les facilités de circulation et les interactions entre les éléments géographiques et humains : villages, champs et côtes semblent s’inscrire dans une totalité harmonieuse et équilibrée. La carte témoigne ainsi de la symbiose qui prévaut entre la nature, la société et l’État. Elle énonce avec force l’emprise de l’homme sur l’environnement, qu’il est capable de maîtriser, et plus généralement la puissance du souverain.

  • 167 Félibien, cité par Tocanne B., L’idée de nature en France dans la seconde moitié du xviie siècle. (...)
  • 168 Ibidem, p. 346. Catherine Bousquet-Bressolier précise à ce propos les deux sens du terme « vérité  (...)
  • 169 Cité par Bousquet-Bressolier C., « L’idée de nature des Classiques et la cartographie des côtes (f (...)
  • 170 Antoine Picon retrouve cette volonté d’embellir la nature et de montrer l’emprise de l’homme dans (...)
  • 171 Marouby C., Utopie et primitivisme. Essai sur l’imaginaire anthropologique à l’âge classique, Pari (...)

152La représentation cartographique comporte également une dimension esthétique, soulignée par Bernard Tocanne et Catherine Bousquet-Bressolier auxquels nous empruntons les remarques suivantes. Selon les conventions du classicisme, la carte doit embellir l’espace et non pas offrir une « copie servile167 ». « Représenter la nature, c’est faire subir à la nature brute que fournit l’expérience tout un travail d’élaboration grâce auquel l’illusion de la réalité pourra aussi donner le sentiment de la beauté, mettre la vérité « sous un beau jour » selon le mot de Boileau, par des processus complexes de choix et de correction168 ». Se pose ainsi le problème de l’articulation entre l’exactitude du tracé, le respect du vrai et l’aspiration au Beau. Certains manuels, tel l’ouvrage de Dupain de Montesson, suggèrent ainsi de « travailler la campagne169 », en humanisant le paysage, l’habillant de monticules et de chemins. La carte appartient en fait au domaine de l’imitation, de la métamorphose et de l’illusion. Les « œuvres » consacrées à Groix et Belle-Île, précédemment citées, illustrent pleinement cette recherche esthétisante par la qualité graphique de leur exécution. Elles constituent une forme de reconnaissance du paysage, même si ce n’est pas l’espace insulaire lui-même qui est perçu, dans sa globalité, comme beau, mais la traduction de cet espace. La cartographie favorise donc une illusion paysagère, déjà perceptible dans les projets d’aménagements formulés par les ingénieurs170. L’île s’approche dès lors de la perfection du jardin, de l’idéal d’une « totalité close et fermée171 ».

153La cartographie contribue donc à fixer les composantes géographiques de l’espace insulaire, qu’elle rend intelligible. Toutefois, loin d’être objective, elle demeure très largement asservie à une finalité « apologétique » et esthétique. Il s’agit de démontrer l’empreinte de l’homme, du pouvoir et de suggérer un idéal paysager.

***

154Agents du roi et visiteurs envisagent donc peu à peu les îles bretonnes comme des territoires, qui font partie intégrante du royaume et sont, à ce titre, enserrées dans un faisceau de continuités administratives, politiques, historiques. Ils appliquent dès lors la même grille d’appréciation, qui vise à évaluer les capacités défensives et productives d’un espace, qui cherche à apposer et démontrer la marque de l’homme et du pouvoir sur la nature. Fondateurs d’un savoir sur les îles, ils mettent en avant l’image de terroirs utiles, domestiqués, d’autant plus valorisés que protégés par les côtes assimilées à des remparts. Le regard qui est porté sur les insulaires répond aux mêmes impératifs. L’homme est envisagé comme agent économique, participant à la richesse du royaume par ses contributions fiscales et l’exploitation de la terre. Il est également loué comme acteur politique, effectuant le guet et répondant scrupuleusement aux levées.

155Dans ce cadre se dessine une hiérarchie des îles, qui promeut profondeur historique, grande taille, fortification importante, ville conséquente, forte densité et richesse. Belle-Île apparaît comme l’île presque parfaite en considération de ces critères qui visent finalement à dessiner un monde en réduction. À l’inverse, les petites îles telles Molène, Batz, Houat ou Sein, représentent un intérêt moindre aux yeux des visiteurs qui leur concèdent toutefois une certaine fonctionnalité.

156Il convient de souligner que ces visiteurs ne formulent jamais de manière explicite la singularité des îles. Toutefois, ils attribuent à ces dernières des fonctions ou des images que l’on ne retrouve pas sur le littoral continental. De même, les procédures d’attention et les pratiques se révèlent approfondies, affinées. Les agents du roi se ravissent de la possibilité d’un inventaire exhaustif. Ils explorent méthodiquement les contours des îles dont ils examinent scrupuleusement les infimes circonvolutions et ils paraissent en quelque sorte les initiateurs de ce genre de parcours.

Notes

1 Voir Le Pourhiet-Salat N., La défense des îles bretonnes de l’Atlantique des origines à 1860, Vincennes, Service historique de la Marine, 1983.

2 Les mémoires et correspondances consacrés à Belle-Île sont rassemblées dans l’ouvrage Vauban à Belle-Île, 300 ans de fortification côtière en Morbihan, Congrès de l’association Vauban, Le Palais, Éd. Gondi, 1990.

3 Si l’on prend en considération les mémoires et rapports, conservés au SHAT et aux Archives nationales, consacrés exclusivement aux îles bretonnes entre 1680 et 1789, la répartition est la suivante : Belle-Île 25 mémoires, Ouessant 12, Groix 8, Houat et Hoëdic 5, Bréhat 3, Sein et Batz 2, Molène 1.

4 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, sieur de Kerhuel, commis de l’Amirauté.

5 En février 1747, le représentant de l’Amirauté parvient, au bout de plusieurs jours, à embarquer sur une chaloupe et à gagner Sein où un naufrage s’est produit. ADF B 4358.

6 ADF 1 B 2149.

7 Extrait du mémoire de Le Gallen, Histoire des seigneurs et du spirituel de Belle-Île, Bibliothèque franciscaine, cité par Guillemet D., Les îles de l’Ouest, de Bréhat à Oléron, du Moyen Âge à la Révolution, La Crèche, Geste éditions, 2000, p. 138.

8 SHAT Article 8 Places abandonnées Ouessant. « Rapport sur la visite de l’isle d’Ouessant par M. Le duc d’Aiguillon, 29 mai 1756 ».

9 L’épisode est connu grâce à un mémoire de 1803, SHAT Article 8 Places abandonnées Ouessant « Notes sur l’île d’Ouessant et sur la cazerne défensive entourée d’une redoute qu’on propose d’y construire, sous la direction de Riverieulx, 23 octobre 1803 ».

10 SHAT MR 1085 « Belle-Île, 11 novembre 1683 ».

11 AN MAR D2 56 « Vivres, Belle-Isle en mer, 19 mai 1786 ».

12 Roche D., La France des Lumières, Paris, Fayard, 1993, p. 21.

13 Nouvelle description de la France dans laquelle on voit le nouveau gouvernement général de ce royaume, Paris, Delaulne, 1718.

14 Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, dédié à la nation bretonne, Nantes, Vatar, 1778-1780, tome 2.

15 L’édition de 1754 est la plus riche. Nouvelle description de la France dans laquelle on voit le gouvernent général de ce royaume, celui de chaque province en particulier, et la description des villes, maisons royales, châteaux et monuments les plus remarquables, Paris, C. Nicolas, Poirion, 1754, tome VIII.

16 Roche D., op. cit., p. 22.

17 Ibidem.

18 « Territoire », Territoires, 1983, n° 1, p. 3.

19 AN MAR B3 85, lettre du 25 juin 1694 par Phelypeaux.

20 Nordmann D., Frontières de France : de l’espace au territoire, xvie-xixe siècles, Paris, Gallimard, 1998.

21 SHAT MR 1085 « Belle-Île, 11 novembre 1683 ».

22 Bertho C., op. cit., p. 66.

23 Guillemet D., « Cartes et plans de Belle-Île-en-mer aux xviie-xviiie siècles. Représentations de l’espace et espaces de représentations », Le Bouëdec G., Chappé F., (dir.), Actes de la Table ronde. Centre de recherche sur les sociétés littorales du Ponant, Université Rennes II, Université Bretagne sud, 1996, p. 124-133.

24 Bourguet M.-N., Déchiffer la France. La statistique départementale à l’époque napoléonienne, Paris, Éd. des Archives contemporaines, 1988, p. 288.

25 AN MAR G 154 Mémoire sur Belle-Isle-en-mer, anonyme.

26 AN MAR D2 25 « Mémoire du Sieur Marchais. Points de reconnaissance établis ou à établir depuis Saint-Jean de Luz jusqu’à l’île d’Ouessant, 1770 ».

27 ADIV C 1053 Lettre du subdélégué Kersaul, 6 août 1782.

28 « Mémoire sur Belle-Île par Vauban, 30 mars 1683 », cité dans Vauban à Belle-Île, 300 ans de fortifications…, op. cit., p. 139. En outre, certains ingénieurs ébauchent des rapprochements entre les îles bretonnes et les îles anglo-normandes.

29 Voir notamment l’étude du champ lexical proposée par Vandroy M.-A, « La loi et le rivage d’après l’ordonnance de 1681 et le commentaire de Valin », Le Bouëdec G., Chappé F., (dir.), Représentations et images du littoral, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 55-63.

30 Corbin A., op. cit., p. 34-45.

31 Op. cit., p. 28.

32 An essay toward a natural history of the earth and terrestrial bodies, London, R. Wilkin, 1695, p. 52.

33 La grandeur de Dieu dans les merveilles de la nature, Paris, Desaint et Saillant, 1744, p. 61.

34 Ibidem, p. 62.

35 L’existence et la sagesse de Dieu manifestées dans les œuvres de la création, Autrecht, G. Broedelet, 1714, p. 246.

36 Études de la nature, tome 1, Œuvres complètes, Paris, Mequignon, Maruis, 1818, p. 214.

37 Op. cit., p. 260.

38 Op. cit., p. 214.

39 Ibidem, p. 221.

40 Histoire naturelle générale et particulière avec la description du Cabinet du roi, Paris, Impr. royale, 1774-1777 ; L’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers, Paris, Briasson, 1755.

41 Belle-Île est ainsi décrite par un ingénieur : « une côte presque inaccessible, tant à cause de la hauteur prestigieuse de côte, l’escarpements de rochers que des rochers dont elle est hérissée », AN MAR B4 89, 1760.

42 AN MAR D2 56 « Observations sur les isles de Belle-Isle, Hoat, Hedik et Groa par M. Le Beuf, ingénieur, vers 1760 ».

43 Briffaud S., op. cit.

44 AN MAR G 154 « Mémoire sur la garde côte de Belle-Isle-en-mer par le duc d’Aiguillon, avril 1754 ».

45 AN MAR 3 JJ 106 « Mémoire sur les côtes de Basse-Bretagne depuis Brest jusqu’à Saint-Brieuc par Froger, 1702 ».

46 SHAT MR 1092 « Notes sur la partie de la côte au sud de la baye de Douarnenez depuis le petit port de Hedik jusqu’à la pointe de Croisan, sur la baye des Trépassés et l’extremité du cap Cizain nommé la pointe du Raz, sur le passage du Raz et l’isle de Sein, par M. Chauchard, 1777 ».

47 AN MAR 3 JJ 106 « Visite des côtes de Bretagne par M. de Cursay, 1755 ».

48 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 11 novembre 1683 ».

49 AN MAR G 153 « Observations faites pendant les tournées de M. le Duc d’Aiguillon en Bretagne sur les villes, bourgs, villages de cette province et les isles qui en dépendent, 1753, 1754 et années suivantes ».

50 Op. cit., p. 250.

51 SHAT MR 1093 « Reconnaissance faite par M. Le Comte de Jumilhac des batteries, corps de garde des dittes batteries, corps de garde d’observation et des signaux de la côte de Bretagne depuis la bouche d’Erquy jusqu’à la rivière de Morlaix, 1779-1781 ».

52 AN MAR 3 JJ 106 Lettres des sieurs Razaud et Chazelles, 6 décembre 1690.

53 Lettre du 19 février 1689, cité dans Vauban à Belle-Île, op. cit., p. 163.

54 AN MAR 10 JJ 503 Lettre de Beauveau, 25 mars 1775.

55 SHAT MR 1092 « Notes sur la partie de la côte au sud de la baye de Douarnenez… », op. cit.

56 AN MAR 3 JJ 160 « Isles de Belle-Isle, d’Houac et d’Hedic, par Pommereau, 1759 ».

57 AN MAR D2 56 « Reconnaissance des isles d’Ouessant, de Groa et de Belle-Isle par M. de La Rozière, 1770 ».

58 AN MAR G 153 « Tableau général géographique des côtes de la province de Bretagne… », op. cit.

59 AN MAR D2 56 « Reconnaissance des isle d’Ouessant, de Groa… par M. de La Rozière », op. cit.

60 SHAT MR 1093 « Reconnaissance faite par M. Le Comte de Jumilhac des batteries… », op. cit.

61 Vauban utilise ce terme à Belle-Île, SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit. Il en est de même du duc d’Aiguillon, en 1753, à propos de la même île. AN MAR G 153, op. cit. L’assimilation entre l’île et la montagne est particulièrement développée dans le cas des petites îles inhabitées, telles les Sept-Îles. En 1742, un ingénieur évoque « une montagne haute » pour désigner l’Île aux Moines, SHAT Places abandonnées Sept-Îles, « Mémoire de Parrocel, 12 avril 1742 ».

62 Le Beuf estime ainsi à propos d’Ouessant : « L’isle n’est pas aussi inabordable qu’on la croit, mais elle n’est pas aussy inaccessible que disent les gens du paÿs », AN MAR D2 56, « Observations sur l’état actuel de cette isle et sur ce qu’il est nécessaire d’y faire pour la mettre en état de défense, 1756 ».

63 En 1753, le duc d’Aiguillon propose de faire creuser un vallon au niveau du fort Saint-Nicolas, à Groix, afin d’établir un port, AN MAR G 153 « Tableau général des côtes de la province… », op. cit. À l’inverse, en 1756, Le Beuf propose d’escarper une partie de la côte d’Ouessant, entre Lampaul et la pointe de Pern. De fait, « pétarder quelques endroits [permettrait] de l’escarper encore plus qu’elle ne l’est naturellement », op. cit. Cette politique est reprise en 1770 par La Rozière qui propose « d’escarper quelques parties abordables » d’Ouessant. AN MAR D2 56, op. cit.

64 AN MAR G 53 « Tableau général géographique des côtes de la province de Bretagne », op. cit.

65 D’Aiguillon estime ainsi que la coupure « est déjà commencée par la nature », Ibidem.

66 L’image de l’île forteresse est particulièrement forte dans le cas des petites îles inhabitées. Les cartes montrent un tracé du fort qui coïncide parfaitement avec les contours des îles. SHAT Places abandonnées, Les Glénan.

67 Nombre de mémoires ont été rédigés au cours du siège et dans les années qui ont suivi ce dernier.

68 Corbin A., op. cit., p. 213-215.

69 Des gravures anglaises, composées entre 1761 et 1763, conservées au Musée de la Citadelle Vauban, à Belle-Île, abondent dans ce sens. Elles témoignent de la précocité des Anglais dans les représentations iconographiques des îles.

70 Op. cit., p. 248-249.

71 Cette volonté d’inventaire se retrouve dans les îles de la Manche. Festa G., « Manche et permanence historique : les îles anglo-normandes dans la conscience des Lumières », Studies on Voltaire and the 18th century, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, p. 81-95. Cette approche n’est toutefois pas spécifique aux îles et se retrouve dans le cas d’autres points du littoral.

72 Luginbülh Y., op. cit., p. 69.

73 Cérino C. Sociétés insulaires, guerres maritimes et garnisons : Belle-Île-en-mer au siècle de Louis XV, thèse de doctorat d’État, Université de Rennes II, 2001.

74 AN MAR G 153 « Observations faites pendant les tournées de M. le Duc d’Aiguillon », op. cit.

75 AN MAR D2 56 « Observations sur l’état actuel de cette isle… par M. Le Beuf », op. cit.

76 En 1778, deux tableaux différents sont ainsi proposés par un ingénieur et le commissaire des guerres de Belle-Île, le premier positif, le second plus nuancé. SHAT MR 1093, « Mémoire local et militaire sur Belle-Isle, son objet sur les fortifications de la citadelle, les deffenses de la côte, le nombre de troupes nécessaires pour la deffendre et enfin la manière de les disposer dans l’île pour la garantir d’une descente, par Decaux » et AN MAR D2 56 « Mémoire sur l’établissement des vivres dans la place de Belle-Isle-en-Mer, avec des observations sur les ressources locales pour les subsistances et sur la nécessité de réunir tout la partie des vivres dans un seul emplacement, par M. de Lasserre, 1778 ».

77 « La Révolution française et la perception de l’espace national : fédérations, fédéralisme et stéréotypes régionaux », L’École de la France. Essais sur la Révolution, l’utopie et l’enseignement, Paris, Gallimard, 1984, p. 30.

78 Piganiol, op. cit., p. 335.

79 Sur les saisons : La Soudière M. de, Au bonheur des saisons. Voyage au pays de la météo, Paris, Gresset, 1999.

80 Rappelons que Belle-Île connaît une crise entre 1745 et 1762, et plus généralement un profond bouleversement du système agricole.

81 SHAT MR 991 « Mémoire concernant les côtes de Bretagne depuis le Poitou jusqu’à la Normandie, 1763 ».

82 Thomas K., Dans le jardin de la nature. La mutation des sensibilités en Angleterre à l’époque moderne (1500-1800), Paris, Gallimard, 1985.

83 ADIV C 1053 Lettre de l’avocat au Parlement Besné de la Hauteville à l’Intendant de Bretagne, 10 août 1778.

84 Sur la perception des landes sous l’Ancien Régime, Bourguet M.-N., « L’image des terres incultes : la lande, la friche, le marais », Corvol A., La nature en Révolution, 1750-1800, Paris, L’Harmattan, 1993, p. 15-29 et Ozouf-Marignierm.-V., « L’environnement vu par les notables locaux à la fin du xviiie siècle », Robic M.-C., (dir.), Milieux et environnement : pratiques et représentations du rapport homme-nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 1992, p. 57-88.

85 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.

86 MR 1094 « Isles d’Houat et d’Hoedic par M. Gautier de Kerveguen, 1784 ».

87 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.

88 Op. cit., p. 247.

89 Op. cit., p. 362-366.

90 À la crainte du dépeuplement s’ajoute l’angoisse que les habitants ne quittent leur ville. En 1714, Clairambault estime nécessaire d’aider les habitants de Lorient et de Port Louis car il craint que ces lieux « ne deviennent déserts », « plusieurs de leurs habitants ont esté obligés d’en sortir pour s’établir ailleurs ». AN MAR B3 222, 17 et 21 mai 1714. À noter que cette idée de « sortir » d’un lieu n’est pas spécifique aux îles.

91 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.

92 SHAT Article 8 Places abandonnées Ouessant, « Rapport sur la visite de l’île d’Ouessant par M. Le duc d’Aiguillon », op. cit.

93 ADIV C 2673 Lettre anonyme vers 1730.

94 Lettre du 20 juin 1778, citée dans Belle-Isle histoire, 1991, n° 2.

95 ADM 1 Mi 214 Lettre de l’Évêque de Vannes au pape, 1747.

96 Les descriptions s’apparentent en effet aux propos tenus à l’égard des populations de bien d’autres localités. Voir notamment La découverte de la France au xviie siècle, Paris, CNRS, 1980.

97 Le receveur de Belle-Île explique ainsi les différentes techniques utilisées. ADIV C 5123 Réponse de Le Bescond de Kermarquer aux questions du Commissaire des Domaines, vers 1759.

98 Chapitre 3, première partie.

99 La répartition des tâches se révèle généralement moins tranchée sur le littoral continental, comme le souligne Alain Cabantous, Les citoyens du large…, op. cit., p. 155.

100 SHAT MR 1085 « Belle-Isle, 19 novembre 1683 », op. cit.

101 Les remarques sont empruntées à Dominique Guillemet, Les îles de l’Ouest…, op. cit., p. 209-218.

102 AN MAR D2 22 « Mémoire et description de la coste du nord de la Bretagne depuis Pont-Orson jusqu’à la rivière de Morlaix, par le chevalier Mazin », op. cit.

103 Corvol A., « Environnement et violences », Cahier d’Études Environnement, Forêt et Société, xvie-xxe siècles, Paris, IHMC, 1991, n° 3.

104 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, op. cit.

105 Sur le continent, la situation se révèle à bien des égards comparable. Touze V., Les populations littorales face aux pouvoirs. Refus des pouvoirs dans le golfe du Morbihan au xviiiesiècle, Mémoire de DEA d’histoire, Université de Rennes II, 2000.

106 Pour une période légèrement postérieure, Virginie Allanioux démontre l’existence de la contrebande dans les îles du Morbihan. Or, elle s’exerce à des niveaux guère différents du littoral. Les naufrages, les avaries et la contrebande dans les Amirautés de Vannes et de Lorient de 1782 à 1792, Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Bretagne Sud, 1997.

107 Coindet S., Les paroisses littorales face aux naufrages dans l’Amirauté de Cornouailles (1721/1740- 1770/1790), Mémoire de maîtrise d’histoire, Université de Bretagne Sud, 2001.

108 Theurkauff M.-C., Peigne E., Naufrageurs et pilleurs sur les côtes de Cornouaille au xviiie siècle, Mémoire de maîtrise, Université de Paris X, p. 131.

109 Les côtes barbares…, op. cit., p. 134.

110 ADF B 4338.

111 Cabantous A., Les côtes barbares…, op. cit.

112 Ibidem, p. 202.

113 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, op. cit.

114 Ibidem.

115 Cité par Cabantous A., Les côtes barbares…, op. cit., p. 65.

116 Ibidem, p. 64.

117 ADF B 4350 Lettre de Kerhuel, 1er février 1740.

118 ADF B 4336 Rapport de Pierre de l’Abbaye, sieur de Kerhuel, janvier 1724.

119 ADF B 4350 Lettre du capitaine du navire à l’armateur, 4 décembre 1739.

120 Ibid., Interrogatoire du passager Nicolas Rapault, 13 décembre 1739.

121 SHAT MR 1096 « Mémoire concernant l’isle de Groix et sa défense ».

122 ADCA 20 G 811 Lettre du Parlement au général de la paroisse de Bréhat, 11 août 1767.

123 AN B3 478 Lettre du Commissaire aux classes, Clairambault, 8 décembre 1749.

124 SHAT Lorient 1 E4 48. Cité par Le Pourhiet-Salat N., La défense des îles bretonnes…, op. cit., p. 181.

125 ADIV C 1404 Rapport du Subdélégué de Belle-Isle-en-mer, 20 mai 1775.

126 Cabantous A., Les citoyens du large…, op. cit., p. 57-58.

127 AN MAR B3 207 Lettre de Roger, 8 août 1712.

128 SHAT Article 8 Places abandonnées. Ouessant. « Rapport sur la visite de l’isle d’Ouessant par M. Le duc d’Aiguillon », op. cit.

129 Les levées restent relativement modérées à Belle-Île et à Groix, notamment pour maintenir une population sur place. Par conséquent, les résistances sont elles aussi plus rares. Zerathe P., « Les résistances aux Classes dans le “grand Ouest” au xviiie siècle », Le Bouëdec G., Chappé F. (dir.), Pouvoirs et littoraux du xve au xxe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 1999, p. 623-629.

130 ADF B 2149 Cour royale de Brest et de Saint-Renan, janvier 1711.

131 « Les accès par où l’on peut aborder Belle-Isle et ce qu’on y peut faire de mieux pour la mettre en état de résister aux descentes, 12 février 1689 », Vauban à Belle-Île, 300 ans de fortification…, op. cit., p. 163.

132 AN MAR B3 100 Lettre du 28 juin 1697.

133 AN MAR B3 538 Lettre de M. de Guidy, 13 septembre 1758.

134 Ibidem, lettre du 27 décembre 1758.

135 La part des pillages par rapport aux naufrages est de 44,4 % entre 1723 et 1732, elle est de 33,3 % pour la période 1763-1777 et de 11,5 % entre 1778 et 1791. Cabantous A., Les côtes barbares…, op. cit., p. 223.

136 Les deux premières hypothèses sont respectivement le fait de H. Bourde de la Rogerie et M.-C. Theurkauff, op. cit.

137 Les côtes barbares…, op. cit., p. 225-227.

138 Le duc d’Aiguillon fournit des vivres à partir de 1762, mesure prolongée jusqu’en 1790, et fait consolider la digue, car l’île avait été inondée en 1756.

139 Coindet S., op. cit., p. 75.

140 Les insulaires s’illustrent en effet dans un certain nombre d’actions, notamment pour les Bellilois pendant la guerre de Sept ans. Cérino C., op. cit.

141 À propos notamment de Belle-Île. ADIV 1 F 1862 « Mémoire sur Belle-Isle, anonyme, vers 1770 ». Dès la fin du xviie siècle, un rapport tient des propos comparables à propos de Batz AN MAR B3 72, 14 juillet 1692.

142 AN MAR B3 423 Lettre du commissaire aux classes de Belle-Île, 24 mars 1744.

143 La remarque tend en effet à se glisser dans les mémoires consacrés à l’île de Sein à partir des années 1770. C’est le cas dans un mémoire de 1777 SHAT MR 1092 « Notes sur la partie de la côte au sud de la baye de Douarnenez depuis le petit port de Kervedic jusqu’à la pointe de Croisan, 22 mai 1777 ».

144 En 1753, le duc d’Aiguillon se lance ainsi dans une diatribe à l’encontre des droits seigneuriaux et condamne, en 1753, la pauvreté des Groisillons. AN MAR G 153 « Tableau général… », op. cit. L’année suivante, il se contente de signaler la modestie de leur existence. AN MAR G 153 « Observations faites pendant les tournées de M. le duc d’Aiguillon… », op. cit.

145 L’enquête, conservée à l’Évêché de Quimper (12 AA 3) a été publiée par Roudaut F., Collet D., Le Floch J.-L., 1774 : les recteurs léonards parlent de la misère, Quimper, Société archéologique du Finistère, 1988, p. 104.

146 En 1774, le montant de la capitation versée par Ouessant, Batz et Molène est respectivement de 93, 147 et 18 livres.

147 ADIV C 1053 Lettre au Commissaire des États, 17 mai 1776.

148 Ibidem.

149 SHAT Article 8 Places abandonnées. Ouessant « Rapport sur la visite de l’isle d’Ouessant par M. Le duc d’Aiguillon », op. cit.

150 Bourguet M.-N., Déchiffrer la France…, op. cit., p. 30.

151 SHAT MR 1096 « Observations sur l’isle de Belle-Isle, ses productions, ses ressources locales pour les subsistances, avec les propositions pour construire un établissement qui réunisse toute la partie des vivres, des magasins considérables, vers 1778-1780 ».

152 En 1778, Necker s’interroge sur l’opportunité de procéder à un afféagement des terres. AN MAR B3 659, lettre du 9 mars 1778.

153 ADIV C 5157 Mémoire d’Isambert sur les Acadiens, 30 mars 1765.

154 EV Vannes « Observations sur Belle-Île, relatives à son rétablissement, à celuy de sa culture et de la population et au renouvellement de son gouvernement et de son commerce, tous objets qui en contribuant à sa félicité et à sa sûreté, contribuant en même temps au bien et à la sureté de la province et de l’État, 20 juin 1763 ».

155 Ibidem.

156 ADM 2 J 59 Fonds Galles. Mémoire anonyme, xviiie siècle.

157 ADIV C 1430 États du mouvement de la population dressés par les subdélégués avec leurs observations, Belle-Île-en-mer, 1783.

158 ADM 2 J 59 Fonds Galles « Mémoire relatif à Belle-Isle quant à sa deffense, may 1763 », anonyme.

159 ADIV C 1294 Lettre du directeur de Bicêtre, 25 décembre 1775.

160 Fougère E., « La mer, les murs. À propos d’une nouvelle de G. Baudoux. Introduction à l’insularité pénale », Boyer P. (dir.), La mer, espace, perception et imagination dans le Pacifique sud, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 117-122.

161 Peyras J., « L’île et le sacré dans l’Antiquité », L’insularité, thématique et représentations. Actes du colloque international de Saint-Denis de la Réunion, avril 1992, Paris, L’Harmattan, 1995, p. 27-35.

162 Pelletier M., « Cartographie et pouvoir sous les règnes de Louis XIV et Louis XV », Lecoq D., Chambard A., (dir.), Terres à découvrir, terres à parcourir, Paris, Publications universitaires de Paris 7, 1996, p. 117.

163 Le nombre de cartes consacrées aux îles bretonnes et conservées à la Bibliothèque nationale est de 30 entre 1680 et 1699, 7 entre 1700 et 1749, 30 entre 1750 et 1789.

164 Art de lever les plans, Paris, Jombert, 1763.

165 La carte a pour titre : Marquisat et gouvernement de Belle-Île, divisé en ses quatre paroisses, 1705.

166 Guillemet D., Insularité et archaïsmes. Paysans et seigneurs à Belle-Île-en-mer vers 1660-1760, Thèse de doctorat d’histoire, Université de Poitiers, 1987, p. 28.

167 Félibien, cité par Tocanne B., L’idée de nature en France dans la seconde moitié du xviie siècle. Contribution à l’histoire de la pensée classique, Paris, Klincksieck, 1978, p. 343.

168 Ibidem, p. 346. Catherine Bousquet-Bressolier précise à ce propos les deux sens du terme « vérité » aux xviie-xviiie siècles. Le mot désigne d’une part « la cohésion de l’ensemble des objets représentés à l’image d’une nature parfaite » et d’autre part « la vraisemblance de l’imitation qui permet d’atteindre la cohérence », L’œil du cartographe et la représentation géographique du Moyen Âge à nos jours, Paris, CTHS, 1995, p. 95-96. La vérité renvoie donc tant à la réalité qu’à l’illusion.

169 Cité par Bousquet-Bressolier C., « L’idée de nature des Classiques et la cartographie des côtes (fin du xviie siècle-fin du xviiie siècle) », Bulletin du comité français de cartographie, 1991, n° 130, p. 14.

170 Antoine Picon retrouve cette volonté d’embellir la nature et de montrer l’emprise de l’homme dans les cartes des élèves des Ponts-et-Chaussées, « Cartographie et aménagement du territoire. Les cartes des élèves des Ponts-et-Chaussées à la fin du xviiie siècle », Bousquet-Bressolier C. (dir.), L’œil du cartographe…, op. cit., p. 107-124.

171 Marouby C., Utopie et primitivisme. Essai sur l’imaginaire anthropologique à l’âge classique, Paris, Seuil, 1990, p. 38.

Table des illustrations

Titre Annexe 2 : La citadelle et l’entrée du havre du Palais à Belle-Île, par Ozanne, 1776 © Bibliothèque nationale de France
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-1.png
Fichier image/png, 1,6M
Titre Annexe 3 : Carte d’Oronce Fine, 1553 © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-2.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Annexe 4 : Plan de Batz et de Roscoff, fin xviie siècle © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Annexe 5 : Carte particulière de Groix, 1694 © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-4.png
Fichier image/png, 1,4M
Titre Annexe 6 : Plan de Belle-Isle par le Sieur Daigremont, 1659 © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-5.png
Fichier image/png, 1,5M
Titre Annexe 7 : Plan de l’isle de Bréhat par Collin, 1666 © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-6.png
Fichier image/png, 2,0M
Titre Annexe 8 : Carte de l’isle de Groix, par Condé, an III © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-7.png
Fichier image/png, 2,1M
Titre Annexe 9 : Carte topographique ou description très particulière de l’isle de Belle-Isle, divisée en ses quatre paroisses, 1761, par Beaurin © Bibliothèque nationale
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17345/img-8.png
Fichier image/png, 2,2M

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search