Version classiqueVersion mobile

Les îles bretonnes

 | 
Karine Salomé

Première partie. La découverte des îles

Chapitre 1. Les lectures classiques

Texte intégral

1Les lectures des îles qui se dessinent au cours du xviiie siècle ne peuvent être envisagées sans prendre en compte la manière dont les contemporains des xvie et xviie siècles perçoivent l’espace insulaire. Il importe en effet de démontrer l’évolution des perceptions et des appréciations, la pérennité et le renouvellement des lectures de l’espace, la constance et la transformation des images.

L’île, entité terrestre

L’inconstance des îles

  • 1 Jacob C., L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, (...)
  • 2 « Insulaires », Cartes et figures de la terre, Paris, Centre G. Pompidou, p. 470-475 ; « Insulaire (...)
  • 3 Thevet A., Description des principales îles, Bibliothèque nationale, Ms fr 17174.
  • 4 Lestringant F., « Insulaires », op. cit., p. 472.
  • 5 Lecoq D., « Au-delà des limites de la terre habitée. Des îles extraordinaires aux terres antipodes (...)

2Au cours des xve et xvie siècles, l’île est perçue comme un espace ambigu radicalement autre, dont la nature hybride transparaît notamment dans les cartes des xve et xvie siècles qui recourent à une couleur différente pour les dépeindre. « Essence de la discontinuité1 », ce fragment du globe est difficilement saisissable du fait de l’imperfection des instruments de mesure et peut, par conséquent, disparaître d’une carte à l’autre et se prêter ainsi à toutes les métamorphoses. Rappelons à cet égard l’importance fondamentale des atlas composés exclusivement d’îles, imaginaires ou réelles, dont Franck Lestringant a mis en évidence la fonction épistémologique2. Ces isolarii, à l’exemple du Grand insulaire de André Thevet, fleurissent du xve au xviiie siècle et présentent des îles « inconstantes et mal asseurées3 » à la localisation fluctuante et aux dénominations variables. Si les atlas composent avec l’insuffisance des techniques et des savoirs, ils permettent dans le même temps à la science géographique de se constituer. L’insularisation du monde donne en effet l’illusion d’une appréhension exhaustive de la terre, à laquelle des limites identifiables et rassurantes sont assignées. L’île de Thulé fait ainsi figure de bordure septentrionale. En outre, l’espace insulaire compose une unité saisissable et « transparente4 », un objet de connaissance aisément circonscrit qui annonce les explorations à venir et anticipe, par la fiction, les nouveaux territoires. Fragmentant le réel et permettant par conséquent sa domination, l’isolario autorise une intégration progressive de la nouveauté. Dès lors, en dépit de leur étrangeté, les îles « sont aux avant-postes de la terre ferme et de l’humanité5 ».

  • 6 Broc N., la géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Bibliothèque nationale, 1980, p. 166.

3Les représentations de l’île s’inspirent encore timidement, au cours du xviie siècle, de la géographie imaginaire, empreinte de « fantaisie, d’imprécision et d’incertitude6 », caractéristique de la Renaissance. Cependant, à mesure que les connaissances océanographiques progressent, les atlas perdent de leur pertinence et de leur utilité. Les publications se font dorénavant plus rares. Les contemporains n’éprouvent plus le besoin d’assigner des limites insulaires au monde, ni de disposer de jalons reconnaissables. La quête d’unité exige de mettre un terme à un monde décomposé, constitué d’une multitude d’îles et par conséquent d’une abondance de singularités. L’île dès lors n’obéit plus à une utilisation instrumentale et perd en quelque sorte sa fonction de dire et révéler le monde.

L’entité terrestre

  • 7 Marin L., De la représentation, Paris, Seuil, 1994, p. 96.
  • 8 La science de la géographie divisée en trois partie qui expliquent les divisions, les universalite (...)
  • 9 Géographie générale, Paris, Vincent Lottin, [1681], 1755, p. 181-184.
  • 10 Op. cit., p. 182-187.

4Les îles composent désormais des objets d’étude que les géographes et les hydrographes s’emploient à identifier et à nommer. La définition du terme ne recèle ainsi aucune ambiguïté et tranche avec l’image hybride de terres « médiatrices » situées « à l’ourlet du monde7 ». Selon le père François dont l’ouvrage intitulé La science de la géographie, paru en 1652, fait autorité, il est possible de parler de territoire insulaire lorsque « l’étendue de la terre environnée d’eau n’est en si grande quantité et largeur, que requiert l’amplitude d’un continent8 ». La nature même de l’espace insulaire s’impose désormais comme une évidence terrestre, stable, qui ne suscite donc guère d’interrogations, ni d’inquiétudes. Les érudits et les savants s’attachent ainsi à définir une nomenclature, à opérer des classements, à suggérer des regroupements, soit par taille tel Varénius9, soit par climat tel le père François10.

  • 11 Op. cit., p. 188.

5La question de l’origine des îles ne retient guère l’attention. L’importance des Anciens dans l’élaboration du savoir se révèle à cet égard primordiale. Pomponius Mela, Pline ou encore Hérodote et Sénèque sont constamment invoqués dans les explications qui paraissent encore balbutiantes. Varénius se hasarde ainsi à différencier plusieurs modes de constitution des îles11. Certaines seraient la conséquence de l’accumulation de sable, d’autres proviendraient d’une rupture violente initiée par la mer, d’autres enfin auraient fait irruption à la surface après avoir été détachées du fond de la mer. Globalement, les hypothèses et les suggestions l’emportent sur les certitudes et les affirmations. Dans le cadre d’un savoir largement déterminé par l’Antiquité, les îles familières sont les îles de la Méditerranée, et plus spécifiquement l’archipel de la mer Egée, dont l’évocation s’avère incontournable. Au sein de cet ensemble, Santorin cristallise l’attention des contemporains, fascinés tant par sa configuration volcanique que par sa création subite.

  • 12 Op. cit., p. 188.
  • 13 Ibidem, p. 187-188.
  • 14 2 août 1677, p. 102-104.
  • 15 Le mythe des îles flottantes perdure au cours du xviiie siècle dans la littérature. L’œuvre de E. (...)
  • 16 Op. cit., p. 166.

6Soulignons enfin la persistance, au xviie siècle, de croyances héritées de l’Antiquité et relayées sous la Renaissance. Il s’agit notamment des îles flottantes dont l’existence n’est guère contestée par les géographes. Le père François rapporte avoir vu sur un lac proche d’un bourg dénommé Oret, situé entre Bayonne et Bordeaux, une « isle couverte d’excellents pâturages, laquelle flotte sur l’eau, et va où le vent la porte12 ». Non sans réserve, il suggère que le caractère flottant et mouvant des îles puiserait son origine dans une composition spécifique, à savoir « une matière légère ou spongieuse », ou dans la présence d’arbres dont les racines se seraient attachées au fond de la mer13. Un article paru dans le Journal de Trévoux, en 1677, abonde dans le même sens et évoque les errements de quelques îles formées de bois et de racines14. En dépit des précautions dont les auteurs s’entourent et des réserves qu’ils formulent, il semble bien que l’existence d’îles flottantes relève pour les contemporains de l’ordre du vraisemblable et du probable15. Rappelons également la persistance de l’énigme de la « Frisland » signalée par Numa Broc16. Cette île, qui apparaît sur les portulans italiens au xive siècle et correspond vraisemblablement à l’Islande, suscite bon nombre d’interprétations et d’affabulations, ce jusqu’au xviiie siècle.

  • 17 Lestringant F., « L’insulaire de Rabelais », Écrire le monde à la Renaissance. 15 études sur Rabel (...)
  • 18 Cité par Delumeau J., Une histoire du paradis, le jardin des délices, Paris, Fayard, 1992, p. 152.
  • 19 Ibidem, p. 158.
  • 20 Cité par Broc N., op. cit., p. 225.
  • 21 Lanavère A., « Les îles dans Télémaque », Études corses, études littéraires, Paris, Éd. du Cerf, 1 (...)

7Il n’en demeure pas moins que l’île s’impose comme une évidence géographique qui se départit progressivement de sa dimension imaginaire. Désormais, les rémanences mythiques relèvent de la littérature. Les xvie et xviie siècles se caractérisent en effet par les multiples rêveries d’un âge d’or qui consacrent largement l’importance des îles fortunées. Dans la longue tradition de l’Odyssée, Rabelais dépeint un archipel d’îles allégoriques et burlesques, au sein duquel Pantagruel et Gargantua découvrent, lors de leurs déambulations, des sociétés exemplaires et vertueuses17. Dans la même lignée, l’Utopie de Thomas More offre, en 1518, un ailleurs idyllique, qui regroupe cinquante-quatre cités, vastes et magnifiques, couvertes de jardins luxuriants et d’une beauté incomparable18. Ronsard propose quant à lui, en 1555, le tableau d’un ailleurs insulaire où la beauté et la fertilité de la nature répondent à la prévalence de la paix et de la justice19. Citons également l’île dépeinte, en 1611, dans La tempête de Shakespeare. À la fois proche et lointaine, réelle et enchantée, elle offre le spectacle d’une communauté pure, dont les vertus sont inspirées de Montaigne, mais qui se révèle ambivalente car « peuplée de monstres20 ». Rappelons enfin l’archipel méditerranéen que Fénelon propose dans Télémaque. Lieux de l’apprentissage moral et de l’initiation à la sagesse politique, de l’expérience de la solitude et de la pénitence, les îles présentent des visages ambivalents21.

8Partiellement dépourvue de sa dimension imaginaire, cantonnée désormais dans la littérature, considérée comme un espace fondamentalement terrestre, l’île n’en suscite pas moins des sentiments contradictoires, partagés entre répulsion et fascination.

Utilité des îles, reflets du chaos

  • 22 François Le Père J., op. cit., p. 177.

9Au xviie siècle, en effet, l’utilité des îles est soulignée par quelques géographes, empreints d’un humanisme dévot, qui, à l’exemple du père François, dressent avec minutie la liste des qualités qui rendent les îles « recommandables », parmi lesquelles leur nombre considérable, leur superficie importante, leurs richesses multiples, leurs situations bénéfiques qui permettent aux marins de « se délivrer de la continuelle agitation de la mer pour jouir du repos de la terre22 ».

  • 23 The theory of the earth, London, W. Kettilby, 1684.
  • 24 Le territoire du vide…, op. cit., p. 13.
  • 25 Burnet T., op. cit., p. 128. Cité par Corbin A., op. cit., p. 14.
  • 26 C’est le cas notamment de Whiston W., A new theory of earth from its original to the consummation (...)

10Dans le même temps, au cours du xviie, s’affirme une lecture de l’île qui doit beaucoup aux représentations que proposent les théories de la terre. L’importance fondamentale de ces théories, et principalement de l’ouvrage de Thomas Burnet23, dans la perception et l’appréciation classiques du littoral a été amplement soulignée par Alain Corbin24. Selon Burnet, en effet, la configuration de la terre résulte du déluge et ne présente guère de similitudes avec le globe antédiluvien, doux et régulier, dénué de montagnes entaillées et dépourvu de cavités rocailleuses. Par conséquent, le littoral propose le « plus effroyable spectacle offert par la nature25 ». Perçu comme une ruine inesthétique et un chaos désordonné, il fait naître des sentiments de crainte et de répulsion. D’autres théories de la terre, bien qu’apportant quelques nuances, retiennent globalement le même schéma explicatif et abondent dans le sens d’une appréciation négative du rivage26.

  • 27 Op. cit., p. 130.
  • 28 Ibidem.

11Au sein de ces cosmologies, les îles occupent une place infime. Loin de constituer le cœur explicatif de l’histoire du monde, elles n’en sont que des témoins secondaires. Elles trouvent en effet leur origine dans le déluge qui a présidé à la configuration du globe. Par conséquent, leur nature ne recèle aucune ambiguïté. Thomas Burnet établit à cet égard une distinction. Prolongeant en cela les géographes humanistes, il estime que certaines îles résultent de phénomènes déjà amplement soulignés, à savoir les amas sablonneux, le fractionnement de promontoires ou de larges portions de terre, les tremblements de terre ou encore l’émergence de volcans. Cependant les véritables îles sont issues de la catastrophe diluvienne dont elles redoublent la violence dans la mesure où elles proviennent de la démolition des trois ou quatre masses premières préalablement déchiquetées par le déluge. Issues des continents dont elles sont en quelque sorte « les enfants27 », les îles ne peuvent donc que rappeler un processus incessant de fractures violentes, de bouleversements effroyables. Dès lors, la localisation des îles obéit au hasard du cataclysme et présente un aspect anarchique. Les îles elles-mêmes composent des ruines inesthétiques, des vestiges chaotiques dispersés à la surface de la mer. Les qualifications auxquelles recourt Burnet soulignent la configuration atroce des espaces et la violence des origines : « [elles] gisent comme des morceaux arrachés du reste du corps », elles forment des « lambeaux28 », suffisamment élevés toutefois pour ne pas s’abîmer dans la mer. Les îles sont ainsi perçues comme des pourtours déchiquetés qui prolongent les côtes continentales et suscitent une répulsion semblable à l’aversion qu’inspire le littoral dans son ensemble. Insérées dans l’économie générale du globe, elles n’en recèlent pas moins des caractéristiques qui invitent à détourner le regard et ne peuvent que heurter le besoin d’ordre qui caractérise le xviie siècle.

Approches des îles bretonnes

12Au cours du xviie siècle, les visites des îles bretonnes restent rares. À l’aune des intérêts qui gouvernent le voyage classique, à savoir la reconnaissance des lieux antiques et l’éducation des jeunes gens, ces îles ne peuvent guère retenir l’attention. Pour autant, les contemporains ne les ignorent pas. Les rares sources laissent entrevoir des regards qui oscillent entre la préoccupation de préserver des postes stratégiques, la découverte anxieuse de sociétés inquiétantes et, plus rarement, l’admiration de la beauté de l’espace.

Les forteresses isolées

  • 29 Les exemptions de fouages et autres impôts sont périodiquement reconduites, notamment par les État (...)

13Dès le Moyen Âge, l’intérêt stratégique des îles bretonnes a été perçu, comme l’attestent les privilèges que les seigneurs laïques ou religieux octroient aux habitants en échange de leur engagement à défendre leur territoire. Soumises de manière répétée aux assauts ennemis, les îles doivent, en effet, être en mesure de repousser les attaques et de protéger par conséquent le continent29. Se dessine ainsi la volonté de fortifier les îles et, tout d’abord, Belle-Île. Cédée en 1572 à la Maison Gondi, l’île connaît les premiers travaux qui visent à édifier une forteresse. Lorsque Fouquet fait l’acquisition de l’île, il continue l’ouvrage et permet l’établissement d’une première enceinte, d’une caserne et d’un arsenal.

  • 30 Lebègue R., « Saint-Amant et l’homme marin de Belle-Isle », Annales de Bretagne, 1961, tome LXVIII (...)
  • 31 L’histoire de Conan Meriadec qui fait le premier règne de l’histoire générale des souverains de la (...)
  • 32 Ibidem, p. 234-235.

14Par conséquent, les descriptions de l’époque mettent en avant l’importance stratégique des îles. Dans une lettre adressée à un conseiller du roi, Henri de Gondi livre, en mars 1636, un tableau de son domaine dont il s’attache à valoriser la richesse et la sûreté. Énumérant les quelques havres qui autorisent l’abordage, il souligne le caractère inaccessible de l’île et consacre de longs paragraphes à dépeindre le château, le fort ou encore les bastions établis30. Ces préoccupations sont partagées par Toussaint de Saint-Luc qui s’emploie, en 1664, à promouvoir l’histoire de la Bretagne et la qualité de la province31. Il dresse à cette occasion un inventaire des côtes, des ports et des îles dont il signale tant les qualités que les défauts. Batz, remarque-t-il, n’est « aucunement fortifiée [et] est exposée au pillage des corsaires », Ouessant ne dispose que « d’une ou deux entrées » qu’il convient de protéger, Belle-Île se distingue par son importance, la « seureté de ses ports » et ses « trois bons ancrages, ports ou descentes32 ».

Les « sauvages du dedans33 »

  • 33 Certeau M. de, « Une France sauvage », Certeau M. de, Julia D., Revel J., Une politique de la lang (...)

15En dépit de leur utilité stratégique incontestée, les îles bretonnes paraissent renfermer des populations inquiétantes et barbares dont l’approche suscite une appréhension certaine.

  • 34 Itinéraire en Bretagne en 1636, Nantes, Société des Bibliophiles bretons, 1910.
  • 35 Ibidem, p. 93.
  • 36 Ibid.

16En 1636, Dubuisson-Aubenay accompagne, en tant que gentilhomme d’escorte, un maître des requêtes dans sa tournée administrative en Bretagne. De septembre à novembre, il visite la province et se rend à Groix au mois d’octobre. Ses notes de voyage renferment des précisions sur la topographie militaire, la géographie, les populations ou encore les richesses naturelles, qui témoignent d’une grande curiosité et d’un souci d’exactitude34. Lors de son séjour à Groix, il se trouve en présence d’une peuplade dont les caractéristiques physiques éveillent le souvenir de sauvages. Il dépeint ainsi « les femmes, fort laides et à grandes tétaces pendantes35 ». Dans le même temps, il laisse affleurer une certaine admiration pour ces hommes qui « se portent bien et vivent quatre-vingts ans36 ». Ces quelques lignes suggèrent l’ambivalence d’une peuplade qui trouve une expression exacerbée dans les récits de missions.

  • 37 Voir Croix A., Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours, Paris, Messidor, 1984 et Minois G (...)

17Au cours du xviie siècle, la Bretagne constitue en effet une province d’élection pour les missions d’évangélisation, menées notamment par les membres de la Compagnie de Jésus. Les îles bretonnes sont loin d’être délaissées et recueillent un quart des pastorales maritimes37. Sein, Ouessant, Molène, Batz et Bréhat font l’objet d’au moins 13 missions au cours du siècle. Ce chiffre relativement élevé s’explique notamment par la volonté de quadriller le territoire par le biais de la répétition des actions apostoliques. Les îles du Morbihan, en revanche, suscitent un moindre intérêt. Les traces de missions sont rares à Belle-Île et inexistantes dans les cas de Groix, Houat et Hoëdic.

  • 38 Voir la traduction de certains passages par Daniel T., « Les missions de Julien Maunoir à Ouessant (...)
  • 39 Paris, Éd. Anisson.
  • 40 La vie de Monsieur Le Nobletz, prestre et missionnaire de Bretagne, Paris, F. Muguet, 1666.

18Les missions qui sont menées dans les îles du Finistère et des Côtes d’Armor sont l’œuvre de deux jésuites, Michel Le Nobletz et Julien Maunoir. Le premier parcourt Batz et Ouessant entre 1608 et 1610, visite Sein en 1615. Le second se rend à plusieurs reprises, entre 1640 et 1683, à Ouessant, Molène, Sein, Batz et Bréhat. Maunoir a composé un récit de ses missions, dont nous avons connaissance par sa publication dans le Journal latin des missions. Certains extraits, traduits et copiés, composent la source majeure à partir de laquelle les biographes ont relaté la vie du missionnaire38. Boschet, dans l’évocation du Parfait missionnaire ou la vie du R. P. Julien Maunoir publiée en 1697, y fait de larges emprunts39. Julien Maunoir serait, d’autre part, l’auteur d’une vie manuscrite de Le Nobletz, que Verjus utilise dans le portrait qu’il dresse du missionnaire en 166640. Dès lors, ces textes proposent des images cohérentes des îles qui traduisent, à bien des égards, les attentes et les aspirations des missionnaires.

  • 41 Verjus P., op. cit., p. 192.
  • 42 Ibidem, p. 131.
  • 43 Cité par Cabantous A., Le ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime xvie-xixe siècl (...)

19L’attention qui est portée aux îles bretonnes s’inscrit dans un contexte d’instruction des campagnes, longtemps réputées chrétiennes, mais dont l’ignorance et la tiédeur religieuse inquiètent au xviie siècle. Les îles offrent ainsi le spectacle de terres particulièrement délaissées. Sein est en effet dépourvue de desservant pendant de longues périodes. En 1613, elle est privée de curé depuis plus de vingt ans. En outre, l’instruction des prêtres laisse parfois à désirer. Le Nobletz juge ainsi le curé d’Ouessant ignorant41. Seules Batz et Bréhat bénéficient en fait de la présence d’un prêtre digne de ses fonctions et ce de manière continue. Dès lors, la crainte que les points fondamentaux de la doctrine ne soient pas connus, que les repères moraux fassent défaut déterminent le déplacement dans les îles. Selon Le Nobletz, les habitants d’Ouessant « ne scavoient pas mesme répondre à cette question, combien il y a de Dieux42 ». Soulignons enfin que les îles font figure de terres radicalement autres. Avant de s’y rendre, Le Nobletz proclame : « Adieu, monde, je te déteste de tout mon cœur, et je te déclare une guerre immortelle43 ».

  • 44 Voir Croix A., op. cit.

20Ces missions, dont le déroulement ne présente guère de singularité par rapport aux actions effectuées sur le continent44, donnent lieu à des récits qui s’emploient à relater la réussite de l’apostolat, insistant sur les difficultés rencontrées, soulignant les résistances et les hésitations des populations, avant de mettre en évidence la conversion exceptionnelle des insulaires. Or, au gré de ces témoignages qui comportent tous les topoi du genre, se glissent quelques notations sur la population et l’espace insulaires. Les missionnaires rapportent ainsi des pratiques relatives à l’alimentation ou à l’organisation sociale et signalent notamment les travaux des champs qui sont dévolus aux hommes. L’intérêt de ces rares remarques se révèle toutefois limité dans la mesure où la volonté de propager la foi ne prédispose ni à une observation méthodique, ni à une tentative d’explication et de compréhension. De fait, l’attention se tourne vers les seuls éléments qui recèlent une utilité pour l’œuvre apostolique. En outre, les observations sont subordonnées à la constitution de tableaux, qui se veulent édifiants et qui se révèlent particulièrement élaborés dans le cas des îles de Sein et d’Ouessant.

  • 45 Boschet R. P., op. cit., p. 125.
  • 46 Op. cit., p. 112.
  • 47 Cabantous A., Les côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France 1680-1830, Pa (...)

21L’île de Sein est en effet décrite comme l’archétype de la barbarie qu’il est possible de décliner en différentes figures. Les Sénans se voient, en premier lieu, qualifiés de naufrageurs à « l’humeur barbare et cruelle45 ». Surnommés à cette époque les « Démons de la mer », ils accomplissent des actes qui se révèlent contraires aux principes chrétiens et dont Dubuisson-Aubenay livre un tableau dans les termes suivants : « des gens sauvages qui courent sus aux naufragans, vivant de leurs débris et allumans des feux en leur isle, pour faire faire naufrages aux passans le raz46 ». Rappelons à cet égard qu’Alain Cabantous estime « très improbable [la] présence de naufrageurs volontaires sur les côtes françaises au temps de la modernité classique47 ». Par conséquent, cette réputation paraît constituer un lieu commun que les contemporains ressassent, citant sans cesse les quelques lignes que le géographe de l’Antiquité, Pomponius Mela, a consacrées à l’île et dans lesquelles il use de cette appellation de « Démons de la mer ».

  • 48 L’astrée, Paris, Gallimard, [1607-1628], 1984, 4e partie.

22Le deuxième visage de la barbarie découle du premier, mais relève du domaine religieux. Puisant là encore dans les notations de Mela, relayées notamment par Honoré d’Urfé48, les missionnaires et les biographes n’ont de cesse de signaler l’existence passée d’un oracle, qui aurait délivré les messages d’une divinité gauloise à travers la bouche d’une prêtresse. Impli-citement, ils établissent une filiation entre ces druidesses et les insulaires, dont ils supposent l’adhésion au paganisme et de fait le rejet des principes chrétiens.

  • 49 Op. cit., p. 125.

23La barbarie se lit également dans la désorganisation sociale. La misère et les difficultés matérielles des insulaires sont incontestables au xviie siècle. Toutefois, les précisions que les missionnaires livrent quant à l’alimentation des insulaires invitent à s’interroger sur leur humanité. Des racines et de l’eau salée constituent autant d’éléments qui ne sont pas généralement destinés aux hommes et suggèrent ainsi une forme de régression au rang de l’animal. L’apparence physique des insulaires conforte le tableau de la sauvagerie. « [Ils] n’avoient rien d’hommes que la figure », peut-on lire dans le récit de Boschet49.

  • 50 Lebec E., op. cit., p. 46.

24La perception de l’espace insulaire abonde dans le sens de cette inhumanité. La configuration de l’île de Sein suscite en effet des interrogations et éveille des sentiments d’incompréhension et de crainte. Recourant à la thématique classique des fureurs de la mer, Maunoir présente ainsi les abords de l’île : « l’écueil de Scylla et le tourbillon de Charybde, autrefois si redoutés des marins, sont en fait bien moins dangereux que ne l’est ce passage50 ».

  • 51 Boschet R. P., op. cit., p. 124.
  • 52 Ibidem, p. 127.

25L’île même se caractérise par une hybridité, une inversion qui effraie : à la lisière entre la terre et la mer, elle rappelle l’engloutissement possible, car « on craint à toute heure d’estre entièrement submergé51 », et s’apparente à un navire dont le naufrage est redouté à tout moment. À cet égard, il est intéressant de souligner que les missionnaires présentent le phénomène de l’érosion comme une atteinte à la création de Dieu. Dès lors, ils proposent un parallèle intéressant entre la dégradation physique de l’espace et la déchéance de la société, oublieuse des principes religieux : « La mer mangeant toujours les terres qu’elle mouïlle et la ferveur du christianisme venant à diminuer, cette isle n’avoit plus, ni son ancienne étendüe, ni son ancienne sainteté52 ». Se dessine ainsi la conception d’un temps qui corrompt la société et l’éloigne de l’idéal des premiers âges chrétiens.

  • 53 Ibid., p. 124-125.
  • 54 Verjus P., op. cit., p. 191.

26L’aspect intérieur de l’île ajoute au sentiment d’une inversion de la nature. Les missionnaires mettent en évidence la stérilité effrayante de l’île : « l’on n’y voit ni arbres, ni fruits, ni herbes, ni bestiaux 53 ». L’image d’une contre-nature, fort éloignée du modèle de la terre nourricière, sur laquelle l’homme ne parvient pas à apposer son empreinte, ne peut que conforter l’association entre l’homme et l’animal. De plus, l’absence de toute créature vivante rejoint les interrogations sur la nature même des habitants et pose la question de leur humanité. Avant même le développement du thème de l’homme de granit à l’extrême fin du xviiie siècle, on sent déjà poindre une correspondance entre espace et homme, entre aridité du territoire et rudesse des habitants, entre « la barbarie du lieu » et « le naturel et les mœurs des habitants54 ». Dès lors, l’attachement que les insulaires portent à leur île suscite une incompréhension et donne lieu à des parallèles, notamment avec les poissons, qui abondent dans le sens de l’animalité.

  • 55 Notamment Le Grand A., La vie des saints de Bretagne, Paris, Librairie Perron, [1680], 1837.
  • 56 Delumeau J., Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, PUF, 1971, p. 237.
  • 57 Verjus P., op. cit., p. 138. L’auteur propose un tableau de l’île de Sein à bien des égards compar (...)

27L’île de Sein concentre donc différentes figures de la barbarie. Batz éveille également, bien que la description soit plus succincte, les mêmes traits d’une humanité inquiétante. Rappelons à cet effet que le récit vise à mettre en valeur le caractère exemplaire de l’action apostolique et invite par conséquent à en exagérer les difficultés. Les missionnaires s’inscrivent en quelque sorte dans la continuité des saints qui se sont rendus dans les îles, tel saint Pol à Batz, et dont les récits hagiographiques, publiés sous la forme des Vies des Saints, connaissent un grand succès au xviie siècle55. Par conséquent, « les missionnaires et leurs biographes ne manquent pas d’affirmer qu’ils ont affaire à de véritables païens56 » et d’insister ensuite sur les qualités morales retrouvées grâce à leur pastorale. Si l’efficacité des missions est incontestable, on ne peut manquer de souligner l’emphase qui préside à la description de la vertu rétablie. À Batz, des « mœurs plus saintes et plus réglées » triomphent, « aucun désordre, aucun soupçon d’impureté, ny aucun péché scandaleux » ne règnent dans cette « terre sainte57 ». Les îles présentent désormais l’exemple de sociétés utopiques, régénérées sous l’effet de l’apostolat et organisées selon les principes de l’Église primitive, qui constitue l’idéal mythique au xviie siècle et dont les missionnaires vantent la concorde et l’austérité.

  • 58 Verjus P., op. cit., p. 140.
  • 59 Certeau M. de, Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique. Doctrine et histoire, Paris, Be (...)

28Les îles se caractérisent donc par leur exemplarité. À maintes reprises, Verjus déplore que les habitants du continent « n’avoient pas de si heureuses dispositions que les insulaires58 ». Les îles se prêtent ainsi à une sorte de mise en scène de la métamorphose et de la réversibilité des mœurs. Comme les campagnes, elles présentent « l’ambivalente signification d’être diaboliques […] et d’être les réserves “naturelles” de recommencement pour l’Église59 ».

29Au sein de cet ensemble, l’île d’Ouessant exacerbe l’image d’une terre parfaite et offre la particularité de constituer une société vertueuse, avant même que l’action apostolique ne débute. Lorsque Julien Maunoir se rend dans l’île, il dresse le constat suivant.

  • 60 Boschet R. P., op. cit., p. 91-92.

« Le commerce n’y avait pas introduit les vices des négociants ; on n’y connoissoit ni le larcin, ni la mauvaise foy ; la pureté semblait s’y estre mise à l’abri de la corruption universelle ; les jeunes gens y estoient chastes jusque dans leurs paroles […] ; un travail dur et continuel y entretenoit l’innocence et la santé, et en bannissoit la pauvreté ; telle qu’on y voyoit plusieurs personnages âgées de cent ans […]. Ils vivoient dans une parfaite union, et l’équité estoit si naturelle qu’au commencement de ce siècle, ils ignoroient encore ce qu’estoit que procès, que procureurs, et que juges […]. Le seul vice dont ils ne pouvoient se garantir, estoit l’ignorance de leurs devoirs, en matière de religion […]60 ».

  • 61 Notamment ceux de P. Boyer, à Cayenne, en 1654 et de Gabriel Sagard, en 1632, cités par Atkinson G (...)

30Cette description, loin d’être originale, présente bien des points communs avec les récits des missions réalisées outre-mer61. Rappelons que les comptes-rendus de missions, notamment les Lettres indiennes, rencontrent à partir du xvie siècle un grand succès et offrent des exemples de réalisation d’utopie chrétienne dans lesquels peuvent puiser les missionnaires pour dépeindre « les Indes d’ici ». Cette expression, employée à partir des années 1560 pour qualifier les campagnes françaises, répond à la nécessité de valoriser l’apostolat des missionnaires, mais abonde également dans le sens d’une assimilation des ruraux métropolitains et des « sauvages » d’outre-mer.

  • 62 Cité par Daniel T., op. cit., p. 229.
  • 63 Lebec E., op. cit., p. 35.
  • 64 Daniel T., op. cit., p. 229.
  • 65 Le paradis perdu, poëme héroïque traduit de l’anglois, Paris, Ganeau, [1667], 1743.

31De fait, les qualités morales des insulaires, leur austérité exemplaire, leur simplicité et la communauté des biens offrent l’illustration des vertus de l’Église primitive. L’innocence de ce peuple, préservé de la corruption de la société et naturellement bon, laisse s’épanouir le rêve d’une nature antérieure à la Chute. Les métaphores du Paradis sont à cet égard éloquentes. Outre l’abondance de richesses qu’il signale, Maunoir suggère que « la tentation d’Ève n’aurait pas eu lieu ici : il n’y a ni arbres (et, si l’on en transplante un du continent, il meurt aussitôt), ni serpents62 ». L’accent est mis également sur l’isolement de l’île, située à « l’extrémité du monde63 », protégée de toute influence corruptrice grâce aux difficultés de navigation et d’abordage qui imposent « d’escalader en rampant un rocher très élevé qui domine les constructions64 ». La figure de l’ascension ne peut manquer de rappeler l’élévation morale qui rapproche de Dieu. Suggérant l’image de l’enclos providentiel, Maunoir s’inscrit implicitement dans la continuité des représentations héritées du Moyen Âge qui placent le paradis dans une île. Il convient à cet égard de rappeler que le paradis a longtemps été localisé au Moyen Âge en Orient, mais aussi dans une île. Le voyage de Saint-Brandan, relaté au viie et viiie siècle, puis à nouveau au xiie siècle, abonde dans le sens d’un paradis insulaire, doté des attributs de l’éden. Même si les époques classique et moderne rompent avec ces croyances, l’image de l’île paradis perdure sous la forme de motifs littéraires stéréotypés, à l’exemple du Paradis perdu de Milton dans lequel l’aspect hostile des rochers abrupts tranche avec le sommet accueillant et riant, le jardin délicieux et charmant65. Signalons également la corrélation entre l’île et la montagne qui transparaît à la lecture de ces descriptions et qui conforte cette représentation paradisiaque. L’île, par définition, est montagneuse.

  • 66 Certeau M. de, Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique…, op. cit., col. 1005.

32Dès lors, Ouessant, mais aussi les autres îles à propos desquelles les missionnaires signalent plus timidement l’absence de bêtes vénéneuses semblent porter en germe, à un plus haut degré, « la Vérité divine66 » que les campagnes renferment. La ferveur religieuse des insulaires contraste ainsi avec la défiance des populations continentales.

33À travers les récits de missions, les îles offrent le visage d’un Autre ambivalent qui exacerbe les caractéristiques rurales. En dépit des vertus retrouvées dont les missionnaires s’emploient à vanter la perfection, elles suscitent des images contrastées qui sont amplement relayées par la suite. Ouessant, l’île forteresse et vertueuse, s’oppose à l’île de Sein dont la nature hostile et hybride s’accorde avec la barbarie du peuple. Batz et Bréhat offrent, en revanche, des figures peu tranchées et résument l’ambivalence des populations rurales.

Les signes timides d’un émoi paysager

34Dans les quelques sources dont on dispose, se dessinent des regards qui traduisent une certaine admiration à l’égard de Belle-Île.

  • 67 Cité par Lebègue R., op. cit., p. 222-223.

35Le duc de Retz dresse, en 1636, la liste des curiosités naturelles que l’île renferme. Il évoque ainsi, en des termes qui restent peu lyriques, la présence de trois cavernes « bien fort étranges » dont il précise la profondeur et la largeur, décrit la forme générale, évoque les difficultés d’accès67. Ces cavités, situées dans leur majorité sur les côtes méridionales de l’île, suscitent à l’évidence une fascination dont il est toutefois difficile d’apprécier les fondements. Elles inspirent a priori au visiteur le sentiment d’être confronté à des objets naturels d’autant plus singuliers qu’ils invitent à pénétrer dans les profondeurs de la terre et à prendre conscience des limites entre l’élément liquide et l’entité tellurique. Mais la gamme affinée des émotions reste insaisissable.

  • 68 Ibidem, p. 224.
  • 69 « Le contemplateur », Les oeuvres de Saint-Amant, Rouen, J. Boulley, 1651.

36Rappelons toutefois que la mer conserve encore sa dimension inquiétante qui rejaillit vraisemblablement sur les bordures côtières de l’île. Le duc de Retz rapporte en effet, avec conviction, le récit d’un Bellilois qui atteste de la présence d’un homme poisson. Ce témoin certifie avoir vu dans la partie septentrionale de l’île, à la pointe des Poulains, assis sur un rocher, une sorte de monstre dont le « corps paroissoit de la grosseur d’une barique de vin […], les cheveux [allaient] jusque sur les épaules fort gros et blanchatres68 ». Le duc de Retz relate ensuite les événements qui se sont déroulés après cette apparition. Le lendemain, le capitaine de l’île fait armer des chaloupes pour tenter de l’attraper. Pris dans un filet, l’homme poisson parvient à s’échapper et se montre ensuite pendant une quinzaine de jours dans des lieux inaccessibles, avant de disparaître. Le poète Saint-Amant, qui séjourne dans l’île en compagnie du duc de Retz alors en exil, fait part également de cet épisode et décrit un monstre, au corps couvert d’écailles, pourvu des attributs marins que sont le cor et l’écharpe de perles69. Si le thème du monstre marin n’est en rien spécifique à l’île, il témoigne cependant de la persistance de certaines croyances qui font de la mer un espace peuplé d’êtres étranges et inquiétants.

  • 70 Corbin A., op. cit., p. 31.
  • 71 Les œuvres de Saint-Amant, op. cit.

37Plus original, en revanche, est le regard admiratif que Saint-Amant porte sur Belle-Île. Ce dernier appartient au groupe de poètes baroques dont Alain Corbin a souligné l’importance dans la lecture du rivage au début du xviie siècle70. Saint-Amant séjourne en effet à deux reprises, en 1617 et vers 1627, plusieurs mois dans l’île. Deux œuvres, La solitude et Le contemplateur71, relatent les occupations, les rêveries du poète et présentent des descriptions de l’île qui se révèlent d’une grande richesse.

38À Belle-Île, en effet, Saint-Amant s’adonne à des promenades, dévale les falaises escarpées et arpente les grèves, s’assied sur une roche élevée pour contempler la mer et s’amuse de l’écho dans une grotte, se livre à des parties de pêche et de chasse, s’attarde dans un cabaret de Sauzon. Il se rend notamment dans la partie septentrionale de l’île, la pointe des Poulains, dont il admire la beauté.

39Le vrai spectacle est celui de la mer dont le poète loue la majesté. L’attention se porte sur les métamorphoses de la mer, les variations de couleur et de lumière, les mouvements de flux et de reflux.

  • 72 « La solitude », Les oeuvres de Saint-Amant, op. cit.

Tantôt, l’onde brouïllant l’arene,
Murmure et frémit de courroux,
Se roullant dessus les cailloux
Qu’elle apporte et qu’elle r’entraîne
Tantôt elle est allé en ses bords,
Que l’ire de Neptune outrage, […]
Tantôt la plus claire du monde,
Elle semble un miroir flottant […]72.

  • 73 Corbin A., op. cit., p. 32.
  • 74 Bailbé J., « Les paysages chez Saint-Amant », Cahiers de l’association internationale des études f (...)

40De fait, « l’incessante métamorphose, la magie des reflets, la réfraction du milieu aérien par le miroir aquatique, qui suggère la réversibilité de l’univers, comblent l’attente d’individus aptes à saisir dans le spectacle de la nature ce qui pose le monde comme un jeu d’illusions73 ». La tendance baroque du poète se lit également dans l’exubérance des couleurs, dans la « vision minutieuse qui isole un détail, sans embrasser le panorama74 ». Les tableaux, organisés en séquences successives, usent des conventions héritées de l’Antiquité. La mer est peuplée de Tritons qui s’ébattent, le vent suggère l’évocation convenue d’Aquilon, la nature reflète la présence de Saturne.

  • 75 « Le contemplateur », op. cit.
  • 76 Ibidem.
  • 77 Corbin A., op. cit., p. 32.

41La contemplation depuis le « sommet d’une roche nue75 » s’accompagne d’un échange avec la nature et nourrit une réflexion orientée vers les mystères du monde, vers le souvenir du déluge et de ses « tristes effets76 ». De même, le lever du soleil sur la mer suggère l’annonce du Jugement. La description de la mer se mêle ainsi à la méditation. Signalons que la constitution d’un « milieu féerique77 » donne l’impression d’une abstraction dissociée de l’espace insulaire.

  • 78 « Le contemplateur », op. cit.

42Au cours de son séjour, le poète savoure également les promenades solitaires et s’accommode de sa retraite. Il se laisse parfois surprendre par la nuit et ressent la peur « d’estre seul parmi les ténèbres78 ». Saint-Amant se révèle ainsi à bien des égards précurseur de par l’attention qu’il prête au spectacle de la mer, la sensibilité qui émane du tableau, les postures et les attitudes qu’il adopte, l’empreinte maritime présente dans l’image de l’île. Les sentiments admiratifs ne sont toutefois guère relayés par la suite. L’émotion et la sensibilité que les visiteurs éprouvent à la fin du xviiie siècle face à la nature puisent dans des registres différents.

***

43Au xviie siècle, les îles bretonnes sont donc loin d’être délaissées. Les traces parcellaires qui ont pu être collectées laissent entrevoir des regards, parfois profondément novateurs, qui nourrissent, à bien des égards, les représentations que les contemporains du xviiie siècle ont de ces espaces insulaires.

Notes

1 Jacob C., L’empire des cartes. Approche théorique de la cartographie à travers l’histoire, Paris, Albin Michel, 1992, p. 272.

2 « Insulaires », Cartes et figures de la terre, Paris, Centre G. Pompidou, p. 470-475 ; « Insulaires de la Renaissance », Préfaces, 1987-1988, n° 5, p. 94-98.

3 Thevet A., Description des principales îles, Bibliothèque nationale, Ms fr 17174.

4 Lestringant F., « Insulaires », op. cit., p. 472.

5 Lecoq D., « Au-delà des limites de la terre habitée. Des îles extraordinaires aux terres antipodes », Lecoq D., Chambard A., Terres à découvrir, terres à parcourir, Paris, Publications universitaires de Paris 7, p. 37.

6 Broc N., la géographie de la Renaissance (1420-1620), Paris, Bibliothèque nationale, 1980, p. 166.

7 Marin L., De la représentation, Paris, Seuil, 1994, p. 96.

8 La science de la géographie divisée en trois partie qui expliquent les divisions, les universalitez et les parties du globe terrestre, Paris, J. Hardy, 1652, p. 137. Le dictionnaire de Furetière abonde dans le même sens.

9 Géographie générale, Paris, Vincent Lottin, [1681], 1755, p. 181-184.

10 Op. cit., p. 182-187.

11 Op. cit., p. 188.

12 Op. cit., p. 188.

13 Ibidem, p. 187-188.

14 2 août 1677, p. 102-104.

15 Le mythe des îles flottantes perdure au cours du xviiie siècle dans la littérature. L’œuvre de E. G.Morelly, Naufrage des îles flottantes ou Basiliade du célèbre Pilpai, en 1753, en est l’illustration.

16 Op. cit., p. 166.

17 Lestringant F., « L’insulaire de Rabelais », Écrire le monde à la Renaissance. 15 études sur Rabelais, Postel, Bodin et la littérature géographique, Caen, Paradigme, 1993, p. 159-161.

18 Cité par Delumeau J., Une histoire du paradis, le jardin des délices, Paris, Fayard, 1992, p. 152.

19 Ibidem, p. 158.

20 Cité par Broc N., op. cit., p. 225.

21 Lanavère A., « Les îles dans Télémaque », Études corses, études littéraires, Paris, Éd. du Cerf, 1989, p. 357.

22 François Le Père J., op. cit., p. 177.

23 The theory of the earth, London, W. Kettilby, 1684.

24 Le territoire du vide…, op. cit., p. 13.

25 Burnet T., op. cit., p. 128. Cité par Corbin A., op. cit., p. 14.

26 C’est le cas notamment de Whiston W., A new theory of earth from its original to the consummation of all things, London, Roberts, 1646.

27 Op. cit., p. 130.

28 Ibidem.

29 Les exemptions de fouages et autres impôts sont périodiquement reconduites, notamment par les États de Bretagne. ADIV, 1 F 800, 1 F 802, 1 F 805, 1 F 823.

30 Lebègue R., « Saint-Amant et l’homme marin de Belle-Isle », Annales de Bretagne, 1961, tome LXVIII, n° 2, p. 216-220.

31 L’histoire de Conan Meriadec qui fait le premier règne de l’histoire générale des souverains de la Bretagne gauloise, dite armoricaine, avec la première partie des recherches générales de cette province, Paris, C. Calleville, [1664], rééd. 1880.

32 Ibidem, p. 234-235.

33 Certeau M. de, « Une France sauvage », Certeau M. de, Julia D., Revel J., Une politique de la langue. La Révolution française et les patois, Paris, Gallimard, 1975, p. 144.

34 Itinéraire en Bretagne en 1636, Nantes, Société des Bibliophiles bretons, 1910.

35 Ibidem, p. 93.

36 Ibid.

37 Voir Croix A., Les Bretons, la mort et Dieu de 1600 à nos jours, Paris, Messidor, 1984 et Minois G., « Les missions dans les îles bretonnes dans la première moitié du xviie siècle », Foi chrétienne et milieux maritimes (xve-xxe siècles). Colloque du 23-25 septembre 1987 au Collège de France, Paris, Publisud, 1989, p. 19-36.

38 Voir la traduction de certains passages par Daniel T., « Les missions de Julien Maunoir à Ouessant », Les Cahiers de l’Iroise, 1975, n° 3, p. 133-135, ainsi que Lebec E., Miracles et sabbats. Journal du père Maunoir. Missions en Bretagne, 1631-1650, Paris, Les Éditions de Paris, 1997.

39 Paris, Éd. Anisson.

40 La vie de Monsieur Le Nobletz, prestre et missionnaire de Bretagne, Paris, F. Muguet, 1666.

41 Verjus P., op. cit., p. 192.

42 Ibidem, p. 131.

43 Cité par Cabantous A., Le ciel dans la mer. Christianisme et civilisation maritime xvie-xixe siècles, Paris, Fayard, 1990, p. 75.

44 Voir Croix A., op. cit.

45 Boschet R. P., op. cit., p. 125.

46 Op. cit., p. 112.

47 Cabantous A., Les côtes barbares. Pilleurs d’épaves et sociétés littorales en France 1680-1830, Paris, Fayard, 1993, p. 41.

48 L’astrée, Paris, Gallimard, [1607-1628], 1984, 4e partie.

49 Op. cit., p. 125.

50 Lebec E., op. cit., p. 46.

51 Boschet R. P., op. cit., p. 124.

52 Ibidem, p. 127.

53 Ibid., p. 124-125.

54 Verjus P., op. cit., p. 191.

55 Notamment Le Grand A., La vie des saints de Bretagne, Paris, Librairie Perron, [1680], 1837.

56 Delumeau J., Le catholicisme entre Luther et Voltaire, Paris, PUF, 1971, p. 237.

57 Verjus P., op. cit., p. 138. L’auteur propose un tableau de l’île de Sein à bien des égards comparable.

58 Verjus P., op. cit., p. 140.

59 Certeau M. de, Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique. Doctrine et histoire, Paris, Beauchesne, 1974, tome 8, col. 1005.

60 Boschet R. P., op. cit., p. 91-92.

61 Notamment ceux de P. Boyer, à Cayenne, en 1654 et de Gabriel Sagard, en 1632, cités par Atkinson G., Les relations de voyage au xviie siècle, Paris, Champion, 1927, p. 38. Le rapport entre missions lointaines et missions intérieures au xviie siècle a fait l’objet d’études, parmi lesquelles celles de Venard M., « Vos Indes sont ici. Missions lointaines et (ou) intérieures dans le catholicisme français de la première moitié du xviie siècle », Les réveils missionnaires en France, du Moyen Âge à nos jours (xiie-xxe siècles), Paris, Beauchesne, 1984, p. 83-90.

62 Cité par Daniel T., op. cit., p. 229.

63 Lebec E., op. cit., p. 35.

64 Daniel T., op. cit., p. 229.

65 Le paradis perdu, poëme héroïque traduit de l’anglois, Paris, Ganeau, [1667], 1743.

66 Certeau M. de, Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique…, op. cit., col. 1005.

67 Cité par Lebègue R., op. cit., p. 222-223.

68 Ibidem, p. 224.

69 « Le contemplateur », Les oeuvres de Saint-Amant, Rouen, J. Boulley, 1651.

70 Corbin A., op. cit., p. 31.

71 Les œuvres de Saint-Amant, op. cit.

72 « La solitude », Les oeuvres de Saint-Amant, op. cit.

73 Corbin A., op. cit., p. 32.

74 Bailbé J., « Les paysages chez Saint-Amant », Cahiers de l’association internationale des études françaises, mai 1977, n° 29, p. 36.

75 « Le contemplateur », op. cit.

76 Ibidem.

77 Corbin A., op. cit., p. 32.

78 « Le contemplateur », op. cit.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search