Version classiqueVersion mobile

Les fortifications de Paris

 | 
Marie Charvet

Conclusion générale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 B. Ménager, « Les affrontements politiques et sociaux (1851-1914) », L. Tr (...)
  • 2 Cette remarque vaut peut-être aussi pour l’étranger, comme le laissent sup (...)
  • 3 J.-P. Gaudin, L’Avenir en plan, op. cit., p. 11 et 31-36.

1Paris n’est pas la seule ville française à envisager la disparition de ses fortifications à la fin du xixe siècle. C’est – entre autres – aussi le cas de Lille : le démantèlement total de l’enceinte de la métropole du Nord est réclamé pour la première fois en 1890, par le Conseil d’arrondissement de Lille, et comme à Paris la question n’est réglée qu’en 19191. Le déclassement des enceintes fortifiées occupe d’ailleurs une place centrale dans l’émergence de l’urbanisme français2, comme le note J.-P. Gaudin qui s’intéresse à la « mémoire perdue3 » de l’urbanisme d’après-guerre. La récupération de vastes espaces libérés par la disparition des ouvrages militaires offre aux futurs urbanistes l’occasion de réfléchir à un « aménagement rationnel des villes » et éventuellement de le mettre en œuvre. L’utilisation des débats sur les fortifications de Paris comme une lentille à travers laquelle observer ce qui se situe en amont de la réflexion urbaniste avait donc a priori des chances de se révéler féconde.

  • 4 Pour B.Ménager, La Dépêche, qui relaie ces protestations, défend en fait l (...)

2Le projet impliquait de suivre l’objet « fortifications de Paris » sur la durée, des premières demandes de suppression dans les années 1880 aux réflexions des réformateurs sociaux et des futurs urbanistes au tournant des années 1900-1910. Ce faisant, il est apparu que le sort de l’enceinte en particulier, et des espaces urbains en général, constituait un enjeu pour d’autres groupes que les futurs urbanistes en cours de professionnalisation. Sont ainsi apparus les « gens du monde », au détour d’une mobilisation pour défendre l’intégrité du bois de Boulogne. Esthètes, sportifs et représentants des intérêts du tourisme (il s’agit parfois des mêmes individus) se retrouvent sur le thème des espaces libres au début du siècle. Ce type de mobilisation n’est d’ailleurs pas d’une singularité parisienne : en 1899, le projet de déclassement de la place de Lille déposé par le ministre de la Guerre s’attire l’opposition des esthètes et des partisans des espaces libres. Les défenseurs du patrimoine archéologique s’élèvent – avec succès – contre le projet de destruction de la citadelle de Vauban et la disparition de la promenade que constituent les fortifications suscite des protestations4.

3Avec le mouvement en faveur des espaces libres, il est bien question d’« aménagement rationnel des villes ». En la matière les « gens du monde » ont précédé les réformateurs sociaux, comme en témoigne le caractère relativement tardif de la mobilisation du Musée social sur la question des fortifications de Paris. Avec la création de la Section d’hygiène en 1908, celui-ci recueille un héritage, dont il se proclame le détenteur légitime : tel est le sens du « Résumé historique » de R. de Souza, qui rejoint la section alors qu’il fait lui-même partie de ces « gens du monde » soucieux d’« aménagement rationnel des villes ». Une des conditions de possibilité du coup de force des réformateurs sociaux est peut-être l’existence au début du siècle de ce qu’on peut appeler un « hygiénisme mondain ».

  • 5 J.-P. Gaudin, L’Avenir en plan, op. cit., p. 25-103.
  • 6 J.-P. Gaudin, « Robert de Souza et l’étude pratique d’esthétique urbaine » (...)

4Les « gens du monde » sont évacués de la mémoire professionnelle des urbanistes, alors que les recherches sur la naissance de l’urbanisme font apparaître le rôle des hygiénistes et des réformateurs sociaux5. En tant qu’individus, des « hommes du monde » peuvent apparaître dans l’histoire de la profession (comme Souza chez J.-P. Gaudin). Cependant leur présence est analysée dans une autre optique : il s’agit par exemple de mettre en évidence les logiques de professionnalisation des urbanistes. L’appartenance de Souza à cet ensemble aux limites floues que forment les « gens du monde » est alors interprétée comme une absence d’inscription dans un réseau professionnel : l’esthète est un « amateur » par opposition aux « spécialistes » et la légitimité qu’il invoque est celle du sens commun et de l’autorité des notables6.

5Suivre sur la durée un objet comme les fortifications de Paris apporte donc des enseignements sur l’environnement dont sont issus les urbanistes. Celui-ci est beaucoup plus large que les recherches sur l’histoire de la réforme sociale ne le laissent supposer. La démarche permet aussi d’enrichir les découvertes d’une recherche conçue en termes d’histoire d’une profession. En particulier, l’analyse de la campagne de 1905 en faveur du bois de Boulogne permet d’approcher ces « amateurs » que sont les « gens du monde », plus difficilement repérables que les « spécialistes », et de mettre en évidence les logiques sociales qui sous-tendent leur intérêt pour l’« aménagement rationnel des villes ».

6Le choix de suivre les débats sur le déclassement puis sur l’aménagement des fortifications de Paris sur la durée, même en procédant par coupes, a des conséquences méthodologiques, à l’origine d’autres découvertes.

7En 1889 le socialiste possibiliste P. Brousse relance la question du déclassement des fortifications au conseil municipal. En septembre 1905, le même individu accorde deux interviews, au Figaro et à L’Écho de Paris. Une douzaine d’années séparent ces événements, où Brousse apparaît dans deux champs différents : au milieu de ses collègues de l’assemblée locale en 1889 et dans le cadre d’une campagne de presse en 1905 (Brousse s’exprime bien en tant qu’édile dans Le Figaro et dans L’Écho de Paris, mais le public auquel il s’adresse est le lectorat des quotidiens mobilisés pour préserver l’intégrité du bois de Boulogne).

8En septembre 1905, le conseiller municipal Louis Dausset fait parvenir une lettre de protestation contre le projet de mutilation du Bois, comme 21 de ses collègues. Deux ans et demi plus tard, il compte au nombre des candidats aux élections municipales parisiennes acceptant de contresigner l’affiche proposée par la Section d’hygiène. Le même individu, une fois réélu, s’investit dans le règlement du sort de l’enceinte en proposant un projet d’aménagement qui entre en concurrence avec celui que défend la section.

9Comment rendre compte de ces présences multiples, plus ou moins espacées dans le temps ?

10Raisonner en termes d’itinéraires peut s’avérer fécond. La visibilité de Brousse dans la campagne de 1905, axée sur la défense des espaces libres, s’explique en partie par son engagement de longue date en faveur d’un règlement hygiéniste du sort de l’enceinte, qui fait de lui un « vétéran précurseur ». Brousse s’autoproclame expert « ès fortifications » et se voit, en partie au moins, reconnaître ce statut par la presse. Cette prétention s’appuie entre autres sur un travail de réflexion et d’écriture analysé dans la première partie du présent ouvrage.

11De même, l’intervention, en 1908, de Dausset peut s’expliquer par sa trajectoire politique. Entré en politique à l’occasion de l’affaire Dreyfus, Dausset a rapidement vu s’éloigner les perspectives d’une carrière nationale. Sa proposition de 1908 sur l’aménagement de l’enceinte participe de la même logique que le soin qu’il accorde à sa tâche de rapporteur du budget municipal. Dans les deux cas, il s’agit de se constituer un capital de notoriété qui donnerait un second souffle à une carrière politique en panne. En revanche, en septembre 1905 Dausset ne fait que satisfaire aux obligations incombant à un certain type d’élu (nationaliste, homme de presse). De même, la signature qu’il appose sur l’affiche du Musée social participe des multiples obligations d’un candidat en campagne.

12Ces exemples illustrent l’intérêt d’un raisonnement en termes de trajectoires. Ils en soulignent aussi les limites. La prise en compte des itinéraires individuels permet de rendre compte de la présence, plus ou moins marquée, de Brousse ou de Dausset sur différentes scènes mais laisse de côté ce qui se joue entre les acteurs présents sur une même scène. L’étude des différents champs dans lesquels évoluent les individus est à même d’éclairer ce point aveugle. En revanche, elle laisse de côté la pluralité des positions simultanées ou, comme dans les exemples développés ici, successives.

13La définition de l’objet amenait à combiner les deux approches. Étudier la façon dont sur la durée un objet urbain était constitué en enjeu pertinent par différents groupes impliquait de naviguer entre différents champs, dans lesquels rien n’empêchait que se retrouvent les mêmes individus. La combinaison des deux démarches permet d’éclairer le paradoxe apparent que constitue la victoire remportée à la fois par les édiles, le projet d’aménagement élaboré au sein du conseil finissant par l’emporter, et par les réformateurs sociaux, les élus locaux parisiens faisant leur la problématique de l’« aménagement rationnel des villes ». Seule la prise en compte des appartenances multiples (que met en évidence l’analyse des trajectoires), alliée à un travail sur le fonctionnement de champs en interdépendance, permet de rendre compte de ce paradoxe. Dausset ne peut songer à utiliser les fortifications pour se constituer un capital dans le champ politique local et national que dans la mesure où, dans les années 1900, les prises de positions sur cet enjeu engagent deux types de légitimité : excellence sociale et compétence. Pour expliquer l’intérêt de l’édile à défendre un aménagement de l’enceinte maximisant la part d’espaces libres, il est donc nécessaire d’invoquer et la mobilisation des « gens du monde » en 1905 et celle des réformateurs sociaux trois ans plus tard.

Plan de Paris d’après Fernand Bournon, Paris Atlas [1900], Paris, Librairie Larousse, 1989, p. xv et xviii-xix.

Notes

1 B. Ménager, « Les affrontements politiques et sociaux (1851-1914) », L. Trenard et Y.-M. Hilaire (dir.), Histoire de Lille, Paris, Perrin, 1999, p. 53-85. Voir p. 83-85.

2 Cette remarque vaut peut-être aussi pour l’étranger, comme le laissent supposer les nombreuses références des membres de la Section d’hygiène à l’aménagement des anciennes enceintes en Belgique et en Allemagne.

3 J.-P. Gaudin, L’Avenir en plan, op. cit., p. 11 et 31-36.

4 Pour B.Ménager, La Dépêche, qui relaie ces protestations, défend en fait les intérêts des propriétaires inquiets des conséquences sur les loyers d’un lotissement de l’enceinte et des commerçants qui craignent une perte de dynamisme du centre-ville. B. Ménager, « Les affrontements politiques et sociaux », op. cit., p. 83. Le rapprochement avec l’interprétation que donnait Hénard des motivations de la Ligue pour les espaces libres s’impose.

5 J.-P. Gaudin, L’Avenir en plan, op. cit., p. 25-103.

6 J.-P. Gaudin, « Robert de Souza et l’étude pratique d’esthétique urbaine », op. cit.

Table des illustrations

Légende Plan de Paris d’après Fernand Bournon, Paris Atlas [1900], Paris, Librairie Larousse, 1989, p. xv et xviii-xix.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17329/img-1.png
Fichier image/png, 3,4M

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search