Version classiqueVersion mobile

Les fortifications de Paris

 | 
Marie Charvet

Deuxième partie. Les oppositions pratiques : acteurs et projets

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 J.-L. Cohen et A. Lortie, Des fortifs au périf, op. cit., p. 13.

1Des partisans de l’autonomie municipale aux urbanistes de la Section d’hygiène, les fortifications sont constituées en enjeu par des acteurs très divers. Depuis les années 1880, leur sort a fait couler beaucoup d’encre, mais les modalités de leur aménagement ne sont arrêtées qu’en 1919. Des nombreux projets en présence, l’immense majorité finit dans des cartons, à tel point que J.-L. Cohen et A. Lortie voient dans l’enceinte un « cimetière de projets1 ». Faut-il pour autant parler d’échec pour les acteurs qui se sont mobilisés sur la question des fortifications ?

2La question vaut pour Guyot et les partisans de l’autonomie communale, qui n’obtiennent aucune satisfaction concrète. Elle peut aussi être posée au sujet de la Section d’hygiène qui finit par se rallier à l’aménagement proposé par un édile. Dans ce dernier cas, on peut répondre par la négative : à la fin des années 1900, les élus locaux parisiens, Dausset en tête, ont intégré la problématique de l’« aménagement rationnel des villes ». Cependant une nuance s’impose. Ce ralliement ne peut pas être mis entièrement à l’actif du Musée social, même si celui-ci a contribué à l’accélérer. Parmi les édiles, les socialistes possibilistes n’ont pas attendu l’engouement pour les « espaces libres » pour réclamer un aménagement de l’enceinte répondant aux exigences de ce qu’on n’appelait pas encore l’« aménagement rationnel des villes ». On rencontre également au conseil municipal des « gens du monde » ou des membres du « Tout-Paris » qui se sont joints à la campagne du Figaro, comme d’Andigné et certains de ses collègues.

3Il faut cependant aussi tenir compte des rentabilités internes de la mobilisation en faveur du déclassement puis de l’aménagement des fortifications. En réclamant une suppression hygiénique de l’enceinte, Guyot et le Groupe de l’autonomie communale contribuent à la structuration du champ politique municipal, sans sortir en apparence de leurs attributions d’édiles interdits de « politique » : la question est présentée comme relevant de l’hygiène et non de la « politique ». De même, pour la Section d’hygiène, la rentabilité d’un engagement en faveur de l’aménagement de l’enceinte ne se mesure pas à la seule aune de ses rapports de conflit et de coopération avec les édiles. En se saisissant en 1908 des fortifications, le Musée social recueille l’héritage des « gens du monde » : les espaces libres sont maintenant l’affaire de gens sérieux comme les hygiénistes, les réformateurs sociaux et les futurs urbanistes. Dans la légitimité mixte revendiquée par les partisans des « espaces libres », faite de compétence et d’excellence sociale, le premier terme tend désormais à prendre le dessus.

4Au tournant des années 1900-1910, les fortifications occupent une place considérable dans les travaux et les discussions de la section. Or il s’agit d’une période cruciale pour l’urbanisme, en passe de se constituer comme ensemble de savoirs et de techniques et comme corps de professionnels. Le sort de l’enceinte apparaît ainsi comme un des creusets dans lesquels s’élabore l’urbanisme, à partir d’apports émanant d’acteurs variés : hygiénistes et réformateurs sociaux mais aussi « gens du monde » qui, pour certains, ont rejoint la section.

Notes

1 J.-L. Cohen et A. Lortie, Des fortifs au périf, op. cit., p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search