Version classiqueVersion mobile

Les fortifications de Paris

 | 
Marie Charvet

Deuxième partie. Les oppositions pratiques : acteurs et projets

Chapitre VI. De l’hygiénisme à l’urbanisme : la Section d’hygiène

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À l’échelle de l’espace occupé par les fortifications, la campagne de 1905 porte sur un enjeu restreint, mais sa portée dépasse le sort des 40 hectares menacés de lotissement. Il s’agit d’un moment décisif dans le renouvellement des acteurs qui traitent du sort de l’enceinte au nom des intérêts des Parisiens : les édiles sont désormais confrontés à la concurrence des « gens du monde ». Depuis le début des années 1900, ces derniers ont engagé une entreprise de délégitimation des élus locaux, opposant à la légitimité électorale celle que confère la compétence de l’homme de goût et de l’amateur éclairé, et la menace pesant sur le Bois leur fournit une occasion de poursuivre cette entreprise.

  • 1 G. Osti, « La Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social », op. c (...)
  • 2 J. Horne souligne l’hétérogénéité sociale et professionnelle des membres d (...)

2La création de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social, son intervention dans la campagne pour les élections municipales de 1908 et l’organisation par ses soins d’une conférence sur les espaces libres le 5 juin de la même année s’inscrivent dans la même logique. L’intervention des réformateurs sociaux est fondée sur l’affirmation d’une compétence, ou plutôt de compétences variées. Les fondateurs de la section, à commencer par son président Jules Siegfried, ont joué un rôle de premier plan dans l’adoption de la loi de 1894 sur les habitations à bon marché1. Ils souhaitent désormais élargir leur domaine d’intervention de l’habitation à la ville. La mobilisation sur la question de l’enceinte est alors fondée sur la revendication d’une compétence spécifique : celle de spécialistes de la « question sociale ». Mais la section n’accueille pas seulement des vétérans de la bataille pour les hbm. On y rencontre aussi des membres de l’administration municipale, des architectes et des esthètes (ces affiliations n’étant pas exclusives), porteurs de compétences variés. On retrouve d’ailleurs des participants à la campagne de 1905 parmi les organisateurs de la conférence de juin 1908 et à la Section d’hygiène2. Quelle est alors la parenté entre ces deux moments cruciaux dans le processus menant à l’aménagement des fortifications ? Quelles sont les continuités et les ruptures entre l’action de la Section d’hygiène et la campagne orchestrée par Le Figaro ?

3En 1908, la section se lance dans un combat pour un aménagement des fortifications laissant une large part aux espaces libres. Pour faire prévaloir ses positions, elle doit se constituer en groupe de pression (ce qu’elle fait en 1908), mais il lui faut aussi disposer de relais au sein des institutions auxquelles la décision reviendra en fin de compte. Avec Siegfried, la section dispose d’une tribune à la Chambre. Dans la mesure où elle compte parmi ses membres des fonctionnaires de la préfecture de la Seine, elle peut faire entendre sa voix auprès de l’administration. En revanche, la mobilisation des élus locaux et de l’opinion publique ne va pas de soi. Il s’agit ici de présenter cette tentative de mobilisation et les réactions qu’elle suscite chez les édiles.

4L’affrontement entre les édiles et la section ainsi que sa résolution par l’adoption du projet émanant du conseil municipal sont révélateurs du type d’influence qu’entendent exercer les réformateurs sociaux. Pour ces derniers, il s’agit plus de faire reconnaître le principe de l’« aménagement rationnel des villes » que d’imposer le traitement de l’enceinte ayant leur préférence. Cette remarque invite à s’arrêter sur la dimension spécifiquement urbaine de l’objet de la présente recherche. Orchestrée par les sportifs et les esthètes, la mobilisation de 1905 s’était faite sur un dénominateur commun : les espaces libres. Le sort des terrains longeant le Bois n’était donc pas uniquement un enjeu esthétique mais relevait aussi de l’hygiène, comme la question de l’enceinte depuis les années 1880. Les espaces libres ne sont cependant qu’un des points de rencontre entre préoccupations esthétiques et hygiénistes, le tourisme en est un autre. Il s’agit maintenant de s’intéresser à la signification d’une convergence entre hygiénisme et esthétique sur un enjeu spécifiquement urbain : le sort des fortifications.

De la campagne du Figaro à la réunion de la Sorbonne

5La Section d’hygiène du Musée social regroupe des « amateurs » éclairés, comme les esthètes et les défenseurs des espaces libres, et des « spécialistes ». Parmi ces derniers, on compte des architectes et des fonctionnaires municipaux qui depuis le début du siècle ont entamé une réflexion sur l’aménagement des villes (Forestier, Hénard, Bechmann…), ainsi que des hommes plus jeunes, les futurs professionnels de l’urbanisme. Tous participeront à l’élaboration des lois d’urbanisme après la première guerre mondiale. En 1908, Ville et État sont près de parvenir à un accord sur le prix de l’enceinte, dont la cession à la Ville, qui pourrait en user librement, semble imminente. Sur l’avis de Siegfried, la section décide alors de se consacrer en priorité à la question des fortifications. Si la mobilisation de 1908 s’inscrit dans la continuité, revendiquée d’ailleurs, du mouvement de septembre 1905, elle marque aussi un certain nombre de ruptures.

Le passage du relais des espaces libres

  • 3 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale d (...)
  • 4 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] », o (...)

6Lors de la campagne électorale de mai 1908, la Section d’hygiène propose aux candidats d’apposer leur signature sur une affiche présentant un schéma d’aménagement de l’enceinte3. Quelques semaines plus tard, elle organise une réunion sur le thème des espaces libres à la Sorbonne4. Ces actions témoignent d’une continuité avec la campagne de 1905 : la section se voit confier le relais de la cause des espaces libres par ces vétérans que sont les « gens du monde », lesquels s’étaient investis deux ans et demi auparavant dans la campagne du Figaro.

L’inscription dans la thématique des espaces libres

  • 5 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

7La mobilisation de la section sur la question des fortifications est placée sous le signe des espaces libres. Lors de la campagne électorale, la section cherche à « attirer l’attention des candidats sur l’importante question du déclassement des fortifications de Paris, qu’elle voudrait voir remplacer non pas par des hautes et tristes maisons de rapport, mais par des parcs, des avenues spacieuses, de riantes promenades5 ». L’affiche proposée aux candidats comporte l’exhortation suivante :

  • 6 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électora (...)

« Sauvons nos Espaces libres
Sauvons nos fortifications6 [.] »

  • 7 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […]  (...)

8La réunion du 5 juin est elle aussi placée sous le signe des espaces libres. Alors qu’il y est surtout question de l’enceinte, l’intitulé est beaucoup plus large : il s’agit d’une « réunion en faveur des espaces libres7 ».

  • 8 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. ci (...)
  • 9 Ibid., p. 181.
  • 10 Ibid., p. 182-184.

9La section présente d’ailleurs son action comme la continuation du mouvement lancé par les esthètes et les sportifs au début du siècle. Dès 1908, R. de Souza, dans un article au titre révélateur (« Les espaces libres. Résumé historique8 »), situe la création récente de la section et son intervention sur la question de l’enceinte dans la suite des protestations des militants de la préservation des sites, qu’il présente comme des réactions à une série d’« attentats9 » contre les espaces libres parisiens. Souza rappelle ainsi la campagne menée en 1894 par la Société des amis des monuments parisiens contre la mutilation de l’esplanade des Invalides, la création de la Société pour la protection des paysages de France en 1901 et la protestation qu’élève immédiatement cette dernière contre la taxe municipale sur la propriété non bâtie. Il continue en récapitulant les activités de la société. Dès 1902, celle-ci s’est mobilisée contre le projet de loi visant à la ratification de la convention Ville-État sur le lotissement de l’enceinte et contre l’aliénation du Champ de Mars. La mobilisation se poursuit par des protestations contre le morcellement du parc de la Muette et les engrillagements des forêts autour de Paris (en 1903), contre la vente de Bagatelle (en 1904) et des remparts de Bayonne, puis contre le lotissement du marché du Temple. Souza s’intéresse aussi au Comité pour la conservation et la création des espaces libres de Bonvalot. Selon Souza, le comité a contribué à renforcer l’hostilité générale contre la convention de 1902 ainsi que les désaccords entre la Ville et l’État sur les fortifications. Précédant le Musée social, il a également esquissé une campagne contre tout lotissement des terrains militaires à l’occasion des élections municipales de 190410.

  • 11 Il s’agit peut-être aussi de justifier le caractère tardif de (...)

10Souza tente d’imposer une lecture téléologique de l’histoire de la mobilisation des élites en faveur des espaces libres et de l’esthétique urbaine. Cette histoire est en effet présentée comme une préparation à la création de la Section d’hygiène, qui en constitue le nécessaire aboutissement. L’effet de cette opération est double : en s’affirmant comme la continuatrice d’une tradition, la section se donne le moyen de récupérer une partie du capital de légitimité et de notoriété de la Société pour la protection des paysages de France et du Comité pour la conservation et la création des espaces libres, mais elle entreprend aussi de dévaloriser partiellement ce capital détenu par des précurseurs avec lesquels elle entre en concurrence. L’action des esthètes et des défenseurs des espaces libres ne vaut en effet plus que par son caractère de propédeutique à l’intervention de la section11.

L’adoubement de la section par les champions des espaces libres

  • 12 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électora (...)

11La section a d’autant moins de difficulté à se donner pour la continuatrice des esthètes et des défenseurs des espaces libres que ces derniers lui accordent l’investiture. L’affiche proposée aux candidats parisiens est le fruit d’une collaboration entre anciens et nouveaux intervenants. Elle est signée par la Commission d’hygiène urbaine et rurale du Musée social, l’Alliance d’hygiène sociale et l’Association des cités-jardins de France, mais aussi par le Touring-Club et la Société pour la protection des paysages de France12.

  • 13 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)
  • 14 Idem.
  • 15 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., p. 136.

12Avec l’intervention de Beauquier à la Sorbonne, les esthètes acceptent de remettre le sort des fortifications entre les mains des réformateurs sociaux. Par sa présence, le député du Doubs apporte caution de la Société pour la protection des paysages de France à l’action du Musée social. Quant à son discours, il est placé sous le signe de la modestie. En tant que « député provincial », Beauquier commence par expliquer qu’il se sent tenu de « justifier [sa] présence ici comme défenseur de l’hygiène et de la beauté de Paris13 », avant d’expliquer qu’il ne s’exprime qu’au titre de président de la Société pour la protection des paysages de France, celle-ci ayant vocation à s’intéresser à l’esthétique de la capitale. Par rapport aux autres orateurs, Beauquier se signale par la brièveté de son allocution, se contentant de présenter l’action de sa société, en faveur de laquelle il demande la « protection14 » des assistants. Par la voix de Beauquier, une fraction des esthètes à l’œuvre en 1905 accorde sa bénédiction à la section et accepte de s’enrôler sous sa bannière, quitte à accepter un effacement relatif. Beauquier, qui en juin 1908 renonce à occuper longuement la tribune, rejoindra en effet la section15.

13Se posant en continuateurs d’une histoire dont ils constituent le point culminant, les fondateurs de la section entendent récupérer une partie de la légitimité et de la notoriété que se sont acquises les esthètes et les défenseurs des espaces libres avec lesquels, qu’ils le veuillent ou non, ils entrent en concurrence. L’entreprise semble d’ailleurs couronnée de succès. Ces remarques n’épuisent cependant pas le sens de l’action de la section, dont les membres travaillent aussi à faire reconnaître une légitimité qui leur est propre. Cette reconnaissance est en effet nécessaire aux réformateurs sociaux pour imposer les normes de l’« aménagement rationnel des villes ».

Des « entrepreneurs de normes16 » ?

  • 16 Expression forgée à partir de la notion d’« entrepreneur de morale (...)

14Par certains côtés, l’action de la section en 1908 rappelle la mobilisation de 1905 : avec l’intervention dans la campagne électorale, il s’agit de ne pas laisser les édiles décider seuls du sort des fortifications. Avec la réunion du 5 juin, il s’agit de s’imposer comme un interlocuteur obligé dans le débat sur l’aménagement de l’enceinte. Ces deux moments présentent cependant de nettes différences avec l’entreprise de délégitimation des élus et de revendication d’un droit de regard sur leurs décisions engagée depuis le début du siècle par les « gens du monde ».

La campagne électorale des réformateurs sociaux17

  • 17 La campagne est décrite par deux membres de la section. R. de (...)

15La participation à la campagne électorale de 1908 relève d’une logique assez proche de la mobilisation pour la défense du Bois, en particulier au niveau des relations que la section entend nouer avec les élus parisiens. Cependant la section innove par rapport aux « gens du monde » : les compétences et les réseaux d’échanges de services mobilisés se sont élargis et diversifiés.

  • 18 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., (...)
  • 19 J.-P. Gaudin, « Robert de Souza et “l’étude pratique d’esthéti (...)
  • 20 Ibid.

16En mai 1908, la section propose aux candidats d’apposer leur signature sur une affiche présentant un schéma d’aménagement de l’enceinte, qui reprend un projet conçu par Hénard : 9 grands parcs (occupant une partie des fortifications et de la zone) également répartis sur le pourtour de la capitale seraient reliés par un boulevard circulaire. La section dépêche aussi de jeunes avocats à la Cour d’appel dans les réunions électorales, avec mission d’y soulever la question des espaces libres. On repère une certaine parenté avec la campagne de 1905 en ce qui concerne les acteurs. L’affiche proposée aux candidats a été élaborée par Clermont, cet homme qui se situe au point de jonction entre les sportifs, les esthètes et les défenseurs des intérêts du tourisme. Clermont mobilise les relations que lui confèrent ses inscriptions multiples : il obtient l’adhésion du Touring-Club, de la Société pour la protection des paysages de France, de l’Alliance d’hygiène sociale et de l’Association des cités-jardins de France, les deux premiers de ces groupements ayant d’ailleurs participé à la campagne de 1905. Deux des autres membres de la section spécialement investis dans la campagne électorale s’intéressent à la protection des sites. L’avocat Cros-Mayrevieille appartient à la Société pour la protection des paysages de France et est l’auteur d’un ouvrage intitulé De la protection des Monuments historiques ou artistiques, des sites et des paysages18. Quant à Souza, qui « a reçu une formation de lettres et d’histoire de l’art [et qui] vit, semble-t-il, pour partie de sa plume en collaborant à de nombreux journaux et revues mais aussi en bénéficiant de l’aisance familiale19 », c’est une figure typique de l’« amateur » au sens ou l’entend J.-P. Gaudin20.

  • 21 Le souci d’impliquer les jeunes représentants des classes (...)
  • 22 A. Cormier, Extension, limites, espaces (...)

17La parenté avec la mobilisation 1905 est indéniable. Le Musée social revendique une légitimité, concurrente de celle que confère l’élection, fondée sur la compétence et sur l’excellence sociale. Excellence sociale en devenir de ces 14 jeunes21 avocats à la Cour d’appel, comme Cros- Mayrevieille22, dépêchés par la section pour intervenir dans les réunions électorales. Compétence, liée à l’excellence sociale, des membres de la section investis dans la campagne électorale. Cependant, l’éventail des compétences mises en avant est plus large que lors de la campagne du Figaro.

  • 23 En 1929, Risler est promu Grand Officier de la Légion d’honneu (...)
  • 24 M.-J. Dumont, Le Logement social à Paris, op. cit., p. (...)
  • 25 Ibid., p. 159.
  • 26 A. Cormier, Extension, limites, espaces (...)
  • 27 J.-P. Gaudin, L’Avenir en plan, op. cit., p. (...)

18Avec Risler, l’engagement hygiéniste et réformateur apparaît comme conférant une légitimité opposable à celle qu’apporte l’élection23. On peut rapprocher la présence de Risler de l’aval sollicité auprès de l’Alliance d’hygiène sociale et de l’Association des cités-jardins de France pour l’affiche proposée aux candidats. En 1905, les représentants de l’hygiénisme et de la réforme sociale n’apparaissaient qu’en filigrane, à travers la défense des espaces libres. Ils revendiquent maintenant une compétence spécifique les autorisant à parler de l’enceinte. Avec Rey, lauréat en 1905 du concours de la fondation Rothschild24, les architectes et futurs professionnels de l’urbanisme revendiquent aussi une légitimité à intervenir sur cette question. Rey, comme Risler d’ailleurs, appartient à l’Association générale des hygiénistes et techniciens municipaux25. Il n’est pas le seul professionnel de la section à participer à la campagne électorale. Hénard et Forestier ont formé les avocats délégués dans les réunions électorales. À la différence de Rey, Hénard et Forestier sont des fonctionnaires de l’administration municipale. Hénard est architecte de la ville de Paris26, tandis que l’architecte-paysagiste Forestier, qui a commencé sa carrière comme adjoint d’Alphand27, occupe depuis 1889 le poste de conservateur du bois de Boulogne. Depuis le début du siècle, ces deux hommes poursuivent une réflexion sur ce qui deviendra l’urbanisme : Forestier est l’auteur en 1906 d’un ouvrage intitulé Grandes villes et systèmes de parcs, tandis que Hénard a commencé en 1903 à publier ses Études sur les transformations de Paris. Au-delà de la proximité avec les sportifs et les esthètes, l’appartenance aux milieux réformateurs et la compétence spécifique professionnelle sont avancées comme les fondements d’une légitimité à guider les choix des édiles en matière de gestion des espaces urbains.

19Quelles que soient les compétences invoquées, le suffrage est simplement censé venir appuyer les propositions émises par des individus ou des groupes qui s’estiment fondés à s’exprimer au nom de l’« opinion publique » :

  • 28 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électora (...)

« La Section d’hygiène […] eut l’heureuse idée de saisir cette occasion [la campagne électorale] pour attirer l’attention des candidats aux charges municipales sur la question des espaces libres et pour leur montrer, au cours des réunions électorales, que l’opinion publique s’en préoccupait activement et avec le désir réel d’aboutir28. »

20La similitude est nette avec l’entreprise de délégitimation des édiles engagée depuis le début du siècle par les « gens du monde ».

  • 29 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)
  • 30 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

21La parenté entre l’intervention du Musée social et la campagne du Figaro ne s’arrête pas là : le souci de pallier l’incompétence des élus en leur proposant, ou en leur imposant, des solutions se double parfois d’une remise en cause du principe de l’élection. Le 5 juin, l’avocat Henri Robert attribue le laxisme dont bénéficient les débits de boissons à la logique électorale : « [Les] marchands de vin, grands électeurs auxquels personne n’ose toucher, pullulent dans Paris […]29. » Comment ne pas rapprocher ces propos de ceux de Jourdain qui, dans Le Figaro, stigmatisait des conseillers municipaux préoccupés uniquement par leur réélection et incapables d’appréhender ce qui dépasse le cadre de leur arrondissement30 ?

22La campagne par affiches est une réussite. Presque tous les candidats auraient accepté d’apostiller l’affiche et donc d’en passer par les conditions du Musée social. Cette action est suivie quelques semaines plus tard d’une réunion sur le thème des espaces libres. Là encore, il s’agit de s’imposer comme un interlocuteur obligé dans le débat sur l’aménagement de l’enceinte.

La réunion de la Sorbonne

  • 31 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)
  • 32 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

23En juin 1908, la Section d’hygiène, « avec le concours d’un certain nombre de sociétés dont le but est analogue au sien31 », organise une réunion sur le thème des espaces libres dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne. Pour les hygiénistes du Musée social, il s’agit de confirmer devant l’opinion leur intérêt pour les fortifications et de montrer que tous les responsables de la gestion et de l’aménagement de l’espace parisien devront désormais, pour reprendre les mots d’un des intervenants, « compter avec [eux]32 ». Les organisateurs agissent en « entrepreneurs de normes » comme d’autres se conduisent en « entrepreneurs de morale ». Le but est de faire de la conservation et de l’accroissement des espaces libres un impératif auquel ne peuvent se dérober ceux qui ont la charge des villes, et en particulier ceux à qui reviendra l’aménagement des fortifications de Paris. La démonstration de force est d’autant plus nécessaire que le Musée social intervient tardivement dans le débat sur le sort de l’enceinte. Dans cette stratégie d’affirmation de puissance et d’imposition de nouvelles normes de gestion urbaine, différents éléments interviennent.

  • 33 M. Letulle, « La guerre à la tuberculose », Le (...)
  • 34 C. Prochasson, Les Années électriques, 1880-1910, Paris, La Découverte, (...)

24Le choix d’un lieu prestigieux pour la réunion est en lui-même significatif. Le grand amphithéâtre de la Sorbonne est un des cadres convoités par les organisateurs de congrès en tout genre (la séance de clôture du Grand Congrès de la tuberculose d’octobre 1905 se déroule au même endroit33). Ces manifestations commencent à se multiplier à partir des années 1880, en particulier dans les sciences sociales, disciplines nouvelles qui visent autant à fournir les moyens d’une intervention sur le social qu’à la connaissance34. Le rapprochement est d’ailleurs tentant : les organisateurs de la réunion aspireraient-ils à une légitimation par la science ? Le choix des intervenants n’est en tout cas pas innocent. Les hommes qui se succèdent à la tribune sont en effet porteurs de différents types de légitimité.

  • 35 A. Cormier, Extensions, limites, espaces libres, op. cit., (...)
  • 36 « Travaux des sections. SHUR : séance du 27 novembre 1913 », o (...)
  • 37 J. Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État providen (...)
  • 38 Ibid., p. 20 et 24.
  • 39 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op (...)
  • 40 Le Musée social, Paris, Arthur Rousseau (...)

25Six orateurs interviennent au cours de la réunion : Jules Siegfried, Georges Risler, le docteur Landouzy, Henri Robert, Charles Beauquier et Alexandre Ribot. À l’exception peut-être de Robert, ces hommes entretiennent des liens plus ou moins étroits avec le Musée social. Siegfried préside le Musée social depuis sa fondation et il en dirige successivement plusieurs sections, dont la Section d’hygiène entre 1908 et 191335. Risler est un membre actif de la section, à la tête de laquelle il succédera à Siegfried36 (en 1911, il siège au Grand Conseil du Musée social37). Landouzy, lui aussi, est membre du Grand Conseil, ainsi que de la Section d’hygiène, depuis 191138. Beauquier appartient aussi à la section, sans doute depuis le début39. Quant à Ribot, c’est un des présidents d’honneur du Musée social en 191140. Chacun des orateurs apporte à la cause des espaces libres et au projet d’aménagement de l’enceinte défendu par le Musée social un type de légitimité lié à la position qu’il occupe dans la sphère où il exerce son activité principale. Le cas est particulièrement net pour Beauquier, par la voix duquel les esthètes cautionnent l’action du Musée social, mais on peut rendre compte de la présence des autres intervenants d’une façon analogue.

  • 41 R.-H. Guerrand, « Jules Siegfried, la “Société française des (...)
  • 42 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. VIII, p. 2844.
  • 43 Ibid., t. VIII, p. 2844 et (...)
  • 44 Ibid., t. VIII, p. 2844.

26Siegfried et Ribot sont des hommes publics qui ont exercé des responsabilités politiques importantes. Maire puis député du Havre, Siegfried est un des promoteurs de la loi sur les habitations à bon marché de 189441. Ribot, député du Pas-de-Calais, a été ministre des Affaires étrangères et à deux reprises président du Conseil dans les années 189042. Deux hommes politiques donc, et presque contemporains (Siegfried est né en 1837, Ribot en 184243) mais deux parcours politiques différents. Si la carrière nationale de Siegfried débute relativement tard (à 48 ans) et s’inscrit dans le prolongement de son action de grand notable local, Ribot est un véritable professionnel de la politique : député à 36 ans, il est constamment réélu, à la Chambre puis au Sénat, et occupe à de nombreuses reprises des fonctions ministérielles44.

  • 45 Ribot est l’auteur de deux ouvrages portant sur des thèmes rel (...)
  • 46 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)
  • 47 Idem.

27Comme Siegfried, Ribot est engagé dans le mouvement réformateur, mais cet engagement n’a ni la même signification ni la même intensité chez les deux hommes. Chez Siegfried il s’agit d’une option qui a orienté toute sa carrière, de maire puis de député, alors que pour Ribot la présence au sein de certaines institutions réformatrices n’est qu’une dimension parmi d’autres de sa carrière politique45. La forme de l’engagement des deux hommes au Musée social témoigne de cette différence : Ribot n’y occupe qu’une place honorifique tandis que Siegfried participe personnellement au travail des sections. Leur présence à la réunion n’a donc pas le même sens. Ribot, « homme d’État glorieux entre tous46 » selon Robert, est censé conférer à la manifestation une légitimité quasi gouvernementale. Siegfried, lui, est présent comme représentant d’un courant, la réforme sociale, dont il est l’une des plus grandes figures. La présence de Risler s’explique, comme celle de Siegfried, par l’engagement réformateur. Risler intervient au titre de véritable spécialiste : Robert fait l’éloge de son « rapport intéressant par sa précision, sa documentation, sa concision47 ».

  • 48 C.-E. Curinier, DNC, op. (...)
  • 49 J.-L. Cohen et A. Lortie, Des fortifs au (...)
  • 50 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)
  • 51 C.-E. Curinier, DNC, op. cit., t. V, p. 225.
  • 52 « Le Congrès de la tuberculose », Le (...)
  • 53 C.-E. Curinier, DNC, op. (...)

28La présence du docteur Landouzy, membre de l’Académie de médecine depuis 189448 et doyen de la faculté de médecine de Paris49, apporte une caution scientifique à la réunion et à la cause des espaces libres, caution explicitement revendiquée : selon Robert, Landouzy « a fait entendre de langage de la Science50 ». Landouzy lui-même déclare s’exprimer au nom de l’Association centrale française contre la tuberculose et ses propos portent pour l’essentiel sur la nécessité des espaces libres dans la lutte contre la maladie. Landouzy, qui s’est imposé comme l’un des spécialistes français de la tuberculose, est tout à fait à même d’apporter à la réunion une légitimité scientifique. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur la phtisie et participe à un certain nombre d’instances destinées au traitement de ce qui, pour les hygiénistes, plus qu’une simple maladie, est un véritable fléau social : commission permanente des Congrès pour l’étude de la tuberculose ou Association internationale contre la tuberculose51. On rencontre naturellement Landouzy au Congrès de la tuberculose d’octobre 1905 (il y préside la première sous-section de la quatrième section52). Par ailleurs, il siège également aux comités d’admission des Expositions universelles de 1889 et 190053, ce qui témoigne de sa proximité avec les milieux réformateurs.

  • 54 « Tribunaux », La République française, 13 sept. 1905 et « À t (...)

29La présence d’Henri Robert est plus difficile à interpréter. Il s’agit d’un avocat qui bénéficie d’une notoriété suffisante pour que la presse rende compte, de façon plus ou moins élogieuse, de ses activités54. Sans doute la présence de Robert est-elle censée inscrire la réunion de la Sorbonne dans ces activités relevant de l’« hygiénisme mondain », dont les manifestations entourant le Congrès de la tuberculose constituent un autre exemple. Le registre de son discours le laisse supposer. L’avocat adopte un ton plus badin, plus léger, que les autres intervenants. Il ne recule ni devant les épanchements personnels et sentimentaux, ni devant la plaisanterie :

  • 55 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

« Ces fortifications, je les aime beaucoup, je suis un de leurs voisins, – j’habite boulevard Pereire – je vais quelquefois me promener le long du boulevard Berthier et du boulevard Gouvion-Saint-Cyr. Leur destruction me causera quelque ennui ; elle me causerait une grande peine si on devait les remplacer par des murailles de pierre plus élevées, car les fortifications actuelles sont la campagne des malheureux, la villégiature des pauvres, ceux-ci ont grâce à elles l’illusion d’être loin de Paris, de la ville qui les surchauffe pendant l’été ; c’est la Suisse au petit pied, mais elle a cet avantage de ne pas être déshonorée par le funiculaire ; quand il pleut, cela fait un lac ; et les sommets neigeux ne sont représentés que par les petits papiers blancs que les promeneurs abandonnent le dimanche, après le déjeuner55. »

30Et Robert de réclamer, en cas de disparition de l’enceinte, son remplacement par des espaces libres.

  • 56 Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 309.
  • 57 F. Reichel, Le Figaro, 12 sept. (...)

31Les propos de Robert présentent une parenté avec certaines lettres adressées au Figaro, qui invoquaient une expérience personnelle (l’auteur dramatique56 Max Dearly, par exemple, s’élevait contre le lotissement du Bois « au nom des souvenirs d’enfance57 »). La position de l’avocat par rapport aux intervenants sérieux (hommes d’État et spécialistes de la « question sociale », esthète, savant) est homologue à celle des membres du « Tout-Paris » par rapport à Jourdain, Beauquier ou Coubertin pendant la campagne du Figaro. À l’homologie des positions répond une parenté dans la distribution des rôles. Les membres du « Tout-Paris » stigmatisaient en termes violents l’action des édiles et des fonctionnaires. De même, Robert se charge de brocarder l’absence à la réunion des conseillers municipaux nouvellement élus et même de contester la légitimité électorale. Dans les deux cas, le ton badin contribue à rendre acceptable la violence de la dénonciation.

32Robert n’est d’ailleurs pas le seul des intervenants à jouer sur le registre mondain. Beauquier conclut son discours par un compliment galant :

  • 58 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

« C’est cette société [la Société pour la protection des paysages de France] que, protecteur, je recommande à votre protection, car nous avons encore besoin d’être protégés, surtout par vous, Mesdames, et si je m’adresse spécialement à vous, c’est que lorsqu’il s’agit de beauté, c’est pour ainsi dire une question qui vous est personnelle58. »

  • 59 « Les espaces libres dans les grandes villes […] Risler », op. (...)
  • 60 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

33Les femmes sont donc présentes à la réunion. La manifestation, qui rassemble plus de 2 000 personnes59, relève sans doute pour une part de l’« hygiénisme mondain » qu’on a vu à l’œuvre en septembre 1905 et lors du Grand Congrès de la tuberculose. Même Risler s’adresse au « Tout-Paris », « [lui] demandant d’[…] apporter [à la section] une force et une autorité nouvelles qui [lui] permettent d’obtenir pour la population parisienne : plus de bien-être, plus de moralité, moins de mortalité60 ».

  • 61 Pour les esthètes, cet adoubement suivi d’un retrait est symbo (...)
  • 62 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

34S’emparant tardivement de la question de l’enceinte, le Musée social doit se faire une place sur un terrain encombré. Pour atteindre cet objectif, sa stratégie est double. D’une part, la Section d’hygiène travaille à se faire reconnaître comme l’héritière légitime des esthètes et des défenseurs des espaces libres. Sa plus grande réussite consiste alors à obtenir des ancêtres dont elle se réclame l’acceptation de cette revendication. La section fait ainsi d’une pierre deux coups : non seulement elle récupère un capital de légitimité, mais elle accroît sa visibilité puisque les esthètes
acceptent de s’effacer à son profit61. D’autre part, elle s’affirme comme la détentrice d’une légitimité qui lui est propre, en tant qu’organe des réformateurs sociaux. Dans cette double stratégie, la réunion de la Sorbonne, avec les différents orateurs qu’elle mobilise, joue un rôle central. Concluant son allocution, Siegfried exprime l’espoir que la manifestation « provoquera dans l’opinion publique un courant en faveur des idées que [le Musée social] défend » et que la « propagande [de la section pourra] amener le Conseil municipal et les autres autorités compétentes à résoudre largement et sainement cette question des espaces libres, qui se pose tout naturellement à propos de la suppression des fortifications62 ».

35À côté de ces visées externes explicitement revendiquées, il ne faut pas négliger les objectifs de rentabilité interne aux milieux s’estimant fondés à s’exprimer au sujet de l’enceinte et même au Musée social. L’affirmation de l’existence des effets externes de l’action de 1908 constitue d’ailleurs une des dimensions de la rentabilité interne. Il n’est que de constater le nombre de références à la campagne électorale et à la réunion de la Sorbonne dans les publications ultérieures du Musée social et l’insistance sur les effets de ces actions. Début 1909, Risler fait part à ses collègues d’une discussion à la Chambre :

  • 63 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op (...)

« Tous les orateurs qui ont pris la parole ont préconisé, sans aucune exception, la création d’espaces libres, parcs et terrains de jeux.
Personne, aujourd’hui, n’oserait plus demander que l’emplacement des fortifications soit couvert de maisons, et l’on peut maintenant considérer comme certain que ce magnifique espace libre sera réservé63. »

  • 64 Idem.
  • 65 Idem.

36Risler, qui voit là l’indice d’« un profond changement […] dans l’esprit public64 », s’interroge : « N’avons-nous pas le droit de penser que l’action de la Section d’hygiène urbaine et rurale a été pour beaucoup dans ce revirement65 ? » L’évolution concerne d’ailleurs toutes les couches de la société. Selon Risler encore, l’intervention dans la campagne électorale de 1908 a eu un retentissement particulier sur les milieux populaires :

  • 66 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Risler », op (...)

« [L]’effet fut particulièrement frappant. Il ne s’est pas démenti depuis, car je lisais, il y a quelques jours, dans un petit journal socialiste, un article défendant fort bien nos idées ; il était signé d’un des ouvriers qui avaient collé nos affiches66. »

37Les membres de la section se perçoivent donc bien comme des « entrepreneurs de normes ».

  • 67 M. Rebérioux, « Un milieu socialiste à la veille de la grande (...)
  • 68 Lettre de R. Hertz à A. Thomas, entre le 21 et le 24 fév. 1908

38C’est d’ailleurs ce qu’ils sont. L’intérêt que les socialistes développent pour les espaces libres et les fortifications dans les années 1900 peut être imputé au Musée social et, moins directement, aux « gens du monde ». En 1908 Robert Hertz fait parvenir à Albert Thomas, l’un des chefs de file du socialisme municipal à tendance réformiste67, un article de la Revue du Touring-Club, pour lui « faire honte68 » :

  • 69 Ibid. Sur les relations entre les (...)

« Il est absolument scandaleux (je parle sérieusement) que L’Humanité n’ait (à ma connaissance) pas encore dit un mot de cette vitale question des fortifs […].
Allez-vous laisser cela aux sportifs, ou aux Benoit-Lévy du Musée social […]69 ? »

39Ce rappel à l’ordre a peut-être incité en 1908 Thomas à consacrer au sort de l’enceinte un des Cahiers du socialiste :

  • 70 A. Thomas, Espaces libres et fortifications, (...)

« Mais il n’en est pas moins navrant de voir l’œuvre, si importante pour l’avenir de la classe ouvrière, des maisons salubres et à bon marché abandonnée aux initiatives timides des philanthropes et des conservateurs à la Picot, ou la revendication d’espaces libres et de terrains de jeu formulée seulement par les esthètes et les artistes de la Société de protection des paysages de France ou les sportsmen du Touring-Club70. »

  • 71 Le dépouillement porte sur le mois de septembre 1905.
  • 72 L’Humanité ne rend toutefois pas compte (...)

40L’émergence d’un intérêt pour le sort de l’enceinte chez les socialistes est d’autant plus remarquable que L’Humanité ne s’était pas jointe à la campagne de 190571. L’action du Musée social incite donc effectivement certains milieux politiques à constituer les espaces libres et les fortifications en enjeu politique72. L’incitation fonctionne d’ailleurs sur le mode de l’émulation et non de la révérence.

41Continuatrice des « gens du monde » pour le vocabulaire et la thématique, la section l’est aussi dans sa tentative de mise sous tutelle des édiles, même si les compétences opposées à la légitimité électorale se sont diversifiées. L’intervention dans la campagne électorale est un succès : d’après Clermont et Cros-Mayrevieille, la plupart des candidats ont signé l’affiche qui leur était proposée, reconnaissant implicitement que se plier aux amicales injonctions des réformateurs sociaux présentait une utilité électorale. Et pourtant, la section ne parvient pas à imposer aux édiles l’aménagement de l’enceinte qu’elle estime conforme aux impératifs de l’« aménagement rationnel des villes ». Il s’agit de rendre compte de cet insuccès, en montrant que, dans le conflit entre détenteurs de la légitimité que confère la compétence, « amateurs » ou « spécialistes », et détenteurs de la légitimité électorale, les seconds sont capables de stratégies autonomes.

Des édiles capables de stratégies autonomes

42L’intervention du Musée social constitue une tentative de mise sous tutelle des édiles, conviés à approuver un projet d’aménagement de l’enceinte à l’élaboration duquel ils n’ont pas pris part. Si, lors de la campagne électorale, les candidats acceptent les conditions des réformateurs sociaux, cette docilité ne préjuge en rien de l’avenir. Les modalités de la participation des édiles, nouvellement élus ou réélus, à la réunion de la Sorbonne sont révélatrices de ce qui dans l’acceptation massive de l’affiche du Musée social ne relève que du contexte électoral. Les travaux de la Commission des fortifications et les débats au conseil municipal témoignent, eux, du degré auquel la Section d’hygiène pèse sur le traitement édilitaire de l’enceinte.

Les édiles et la réunion de la Sorbonne :
le refus de la mise sous tutelle

  • 73 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale d (...)

43Les édiles sont très peu nombreux à se rendre à la réunion de la Sorbonne. Cette absence contraste avec l’accueil favorable réservé à la section lors de la campagne électorale (parmi les signataires de l’affiche, on relevait le nom de Dausset73). À l’occasion de la réunion, les élus locaux, et au premier chef les membres de la Commission des fortifications, manifestent leur intention de conserver leur autonomie par rapport aux réformateurs sociaux. Les rares édiles présents ne le sont pas par hasard.

  • 74 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)
  • 75 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 1 (...)
  • 76 Ibid., p. 49-50.

44Selon Robert, trois conseillers municipaux seulement assistent à la réunion, Paul Escudier, Ambroise Rendu et François Froment-Meurice. Par ailleurs, seuls Fortuné d’Andigné et Gabriel Bertrou auraient jugé utile d’excuser leur absence par une lettre74. Ces édiles se situent à droite de l’échiquier politique municipal. Comme F. d’Andigné, l’avocat P. Escudier siège au Groupe républicain municipal75. Rendu et Froment-Meurice sont royalistes. Quant à l’avocat d’affaires Gabriel Bertrou, c’est un ami de Paul Déroulède et de Marcel Habert, entré en politique en défendant ses amis devant les Assises de la Seine puis devant la Haute Cour. Il a été élu au conseil en 1900 sur une candidature anti-dreyfusarde76.

  • 77 Ibid., p. 49.
  • 78 Ibid., p. 89 et p. 161.

45À l’exception de Bertrou, élu du 2e arrondissement77, ces hommes sont les représentants de quartiers « bourgeois » dont les habitants ne sont pas menacés de façon aussi vitale que ceux des quartiers populaires par le manque d’espaces libres. Escudier représente le quartier Saint-Georges, Froment-Meurice le quartier de la Madeleine78, Rendu le quartier Saint-Thomas d’Aquin et d’Andigné le quartier de la Muette. La présence d’élus des quartiers aisés n’a rien d’étonnant. La peur de la contamination par la maladie qui se développe au cœur des espaces où vivent et travaillent les classes laborieuses peut constituer un mobile chez ceux qui s’engagent dans l’action réformatrice ou l’encouragent. Une autre considération peut intervenir dans cet engagement. L’insalubrité n’engendre pas seulement la maladie, elle est aussi porteuse d’un autre danger : le danger révolutionnaire ou socialiste. Les classes laborieuses sont à double titre des classes dangereuses. Cette préoccupation est d’ailleurs présente chez Ribot, à qui les dispositions législatives censées aider les ouvriers à accéder à la propriété inspirent les commentaires suivants :

  • 79 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

« Ah ! je sais bien qu’on nous a accusé de faire du socialisme, et j’entendais avec inquiétude Me Henri Robert dire tout à l’heure qu’il n’y a pas de bon socialisme. Je lui en demande pardon ! celui que nous faisons là est du bon socialisme, parce que, au lieu de pousser à la division des classes et à la guerre civile, il fait des propriétaires, c’est-à-dire de bons Français qui tiendront une place plus grande et plus digne dans la famille française, qui ne seront ni des parias ni des déshérités79. »

  • 80 E. Gay, Nos édiles, op. cit., (...)

46D’Andigné, Escudier et Rendu sont membres de la section. Si les premiers n’assistent à aucune des séances, Rendu est très assidu. La proximité institutionnelle avec les réformateurs sociaux se double d’une proximité dans les préoccupations. D’Andigné et Escudier se déclarent favorables au principe de la mutualité80. Quant à Rendu, sa présence à la section rejoint un engagement en faveur des œuvres charitables et de l’hygiène.

47Par ailleurs, d’Andigné et Froment-Meurice ont participé assez activement à la campagne de 1905, Rendu et Escudier se contentant d’une lettre de protestation. En revanche, seul d’Andigné est impliqué de près, comme membre de la Commission des fortifications, dans le traitement édilitaire de l’enceinte et cette appartenance n’est pas le seul élément qui le rattache à cet enjeu, puisqu’il s’intéresse aussi à la préservation des sites. Les caractéristiques des édiles présents à la réunion incitent à voir dans l’action du Musée social la continuation, pour une part du moins, de l’entreprise de contestation de la légitimité électorale des « gens du monde ».

  • 81 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robe (...)
  • 82 Idem.

48À l’exception de F. d’Andigné, les membres de la Commission des fortifications ne se manifestent pas, bien que comme tous les édiles ils aient été « convoqués81 » à la réunion. Il s’agit en effet d’une véritable convocation et c’est sans doute là que le bât blesse. Les édiles ne sont pas invités à prendre la parole mais à approuver les discours des orateurs. Ces hommes qui lors des élections ont accepté de faire leur le projet de Hénard ne jugent alors pas nécessaire de se rendre à la réunion. Cette absence s’explique aussi en partie par le calendrier électoral. Une fois élus, les ex-candidats ne sont plus obligés d’en passer par les conditions de ceux qui pourraient détenir les clefs de leur élection. Telle est en tout cas l’interprétation de Robert : « Ils ont été convoqués tous les 80, seulement ils sont encore dans tout l’enivrement et dans toute la joie du succès, ils viennent d’être réélus, ils oublient un peu qu’il faut compter avec nous82. » Ces propos contiennent sans doute une part de vérité, mais l’absentéisme des édiles constitue aussi un rejet de la tutelle proposée par les réformateurs sociaux.

  • 83 RDCM, 1907, n° 24.
  • 84 PVCM, 1901, 18 janv.

49Cependant le refus de passer sous les fourches caudines du Musée social ne signifie pas que les édiles qui se soucient du sort de l’enceinte ne prennent pas en considération les espaces libres et l’esthétique. Le conseil municipal est sensible à ces questions, comme l’indique la nomination dès 1904 d’un personnel nouveau à la Commission des fortifications. La désignation de F. d’Andigné, bien avant l’intervention du Musée social, est révélatrice. De même, le maintien de Brousse à la tête de la commission est l’indice d’un ancrage de la question du côté de l’hygiène. Comme le remarque Brousse en 1907, la volonté municipale de parvenir à un aménagement hygiénique de l’enceinte ne relève pas de l’effet de mode : « Et toujours le Conseil et ses représentants manifestèrent l’intention d’en [les fortifications] transformer la plus grande partie en parcs de verdure, en “espaces libres” suivant le mot à la mode83. » Il ne s’agit pas d’une reconstruction a posteriori : Brousse réclame depuis les années 1890 la suppression de l’enceinte afin d’offrir de l’espace à la population parisienne. En 1901 déjà, il défendait un projet d’achat partiel en invoquant la possibilité de réserver ce qu’il n’appelait pas encore des « espaces libres » sur les terrains acquis par la Ville, usant d’arguments très proches de ceux qu’emploient les membres de la section pour défendre le projet Hénard ou même l’« aménagement rationnel des villes84 ». Brousse est donc bien un « vétéran précurseur ».

50Dans ces conditions, en conférant une importance accrue au sort de l’enceinte, l’action du Musée social contribue à relancer le débat au sein du conseil. Dans le conflit entre réformateurs sociaux et élus locaux, ces derniers disposent d’une marge de manœuvre supérieure à celle que leurs adversaires-partenaires leur reconnaissent. En effet, chez certains édiles la légitimité électorale se double de celle que confère la compétence. De plus, la visibilité que confère aux fortifications l’intervention de la Section d’hygiène accroît les gratifications auxquelles peuvent s’attendre ceux qui s’y intéressent. Ce n’est que dans la mesure où la question occupe le devant de la scène et où les bénéfices espérés par ceux qui la régleront sont élevés qu’un « prétendant » comme Dausset peut surgir. Loin de consacrer l’effacement des édiles, l’intervention des réformateurs sociaux contribue à l’émergence de stratégies autonomes au sein de l’assemblée locale.

La surenchère en matière d’espaces libres : le projet Dausset

  • 85 PVCM, 1908, 6 juil.
  • 86 RDCM, 1908, n° 39.
  • 87 « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. c (...)

51La Section d’hygiène intervient dans une atmosphère d’urgence : depuis 1907 les négociations entre la Ville et l’État se sont accélérées. Même si le 6 juillet 190885 le conseil municipal rejette la proposition de Caillaux (cession à la Ville des fortifications entre la Seine et le canal Saint-Denis contre 64 millions86), le sort de l’enceinte semble en passe d’être rapidement résolu. Qu’il s’agisse du dépôt par Siegfried, le 14 janvier 1908, d’une proposition de loi reprenant pour la partie ouest et nord des fortifications le projet de Hénard87 ou de l’organisation de la réunion de la Sorbonne, il s’agit de faire vite. Cette mobilisation marquée par l’urgence a des répercussions au conseil municipal, ne serait-ce que parce que les réformateurs sociaux disposent de relais parmi les édiles. Il n’est donc pas étonnant que naisse au sein du conseil un projet d’aménagement concurrent.

La réunion de la Sorbonne et le conseil municipal

52Absents lors de la réunion de la Sorbonne, les édiles n’ignorent pas pour autant les thèmes qui y ont été développés. Dès le 29 juin 1908, Rendu présente à ses collègues un rapport qui se fait l’écho de la manifestation et leur soumet un projet de vœu directement inspiré des travaux de la section :

« Le Conseil
Émet le vœu :
Que l’État cède gratuitement à la ville de Paris le sol de ses fortifications désaffectées aux charges et conditions suivantes :

  • La ville de Paris remboursera à l’État, sur le prix des terrains qu’elle sera autorisée à aliéner, une somme de 14 millions ;
  • La superficie à aliéner devra représenter une valeur suffisante pour indemniser l’État, pour faire les frais de viabilité d’une vaste promenade circulaire desservant la périphérie, pour aménager cinq parcs d’une contenance de 15 à 20 hectares et divers terrains destinés aux jeux des enfants, pour construire un hôpital, établir un cimetière et édifier des écoles de plein air sur des points et pour une somme totale à déterminer ;
  • Dans les parties aliénées, des servitudes se rapportant à l’hygiène générale pourront être constituées sur les propriétés ; […]88. »

53Rendu s’inspire de la proposition de loi Siegfried de janvier 1908, dont les deux premiers articles comportent les dispositions suivantes :

  • 89 J. Siegfried, « Les espaces libres à Paris », op. cit., p. (...)

« Article premier. – Les terrains des fortifications désaffectées de Paris […] seront remis par l’État à la ville de Paris, à charge pour elle de procéder […] à la création d’un boulevard circulaire de 70 mètres de largeur et à l’aménagement d’au moins quatre parcs de 15 à 20 hectares chacun et d’autant de squares et jardins de un à deux hectares de superficie pour les jeux populaires. La zone boisée en bordure du bois de Boulogne sera également réservée.
Art. 2. – Le surplus des terrains, composé des îlots susceptibles d’aliénation et qui ne pourra dépasser le tiers de la surface totale, sera vendu. La ville de Paris remettra à l’État la moitié du produit de ces aliénations89. »

  • 90 PVCM, 1908, 29 juin.

54Sur la demande de Rendu, sa proposition est renvoyée à la Commission des fortifications90. Lors de la discussion du 6 juillet 1908, qui se clôt par le rejet des offres de Caillaux, Rendu renouvelle son vœu du 29 juin. Il revient à la charge le 10 juillet, de façon encore plus explicite puisqu’il mentionne le nom de Siegfried, avec un nouveau projet de vœu, pour lequel il demande l’urgence :

  • 91 Ibid., 10 juil.

« Le Conseil
Émet le vœu :
Que le Parlement adopte la proposition de M. Siegfried et d’un grand nombre de ses collègues, aux termes de laquelle l’État cède à la ville de Paris le terrain des fortifications à la charge pour celle-ci de créer un boulevard circulaire de 70 mètres de largeur et d’aménager un certain nombre de parcs et de squares pour les jeux populaires.
Le surplus des terrains, à concurrence du tiers, devant être vendu au profit de la Ville et de l’État pour moitié91. »

55En 1908, Rendu, jouant de sa double appartenance, se conduit bien en relais de la section auprès du conseil.

  • 92 RDCM, 1908, n° 46.

56Les démarches de Rendu sont bien accueillies. Les deux projets de vœu sont adoptés sans scrutin ni discussion. Rendu souligne d’ailleurs que son premier vœu, « sanctionné par l’opinion publique92 », a été contresigné par la plupart des édiles. S’il ne précise pas les noms de ses soutiens, on connaît les 14 cosignataires du vœu du 10 juillet. La personnalité de ces signataires est révélatrice des appuis dont les réformateurs sociaux disposent au sein du conseil.

57La présence, aux côtés de Rendu, de Bertrou et d’Escudier est logique. Il convient plutôt de s’étonner de l’absence de F. Froment-Meurice et surtout de F. d’Andigné, qui sera l’adversaire le plus acharné de la solution concurrente à celle du Musée social, présentée par L. Dausset. Par ailleurs, plus d’un tiers des signataires (5 sur 14) se recrutent encore parmi les participants à la campagne de 1905, chiffre d’autant plus remarquable que le conseil a connu un renouvellement entre temps. On peut donc supposer que les édiles voient dans l’action du Musée social la poursuite de celle des esthètes et des sportifs.

  • 93 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. II, p. 795-796.
  • 94 Liste de MM. les membres du Conseil (...)

58L’appartenance à la Commission des fortifications ne semble pas, en revanche, inciter à soutenir le Musée social, ce qui est cohérent avec l’absentéisme lors de la réunion de la Sorbonne. La stature des membres de la commission qui cosignent le vœu incite toutefois à nuancer cette affirmation. Adolphe Chérioux en est un des membres les plus actifs. Quant à Frédéric Brunet, s’il ne siège à la commission que depuis son arrivée au conseil en 1907, son statut est particulier. Il doit son élection à la démission de Brousse, élu à la Chambre93. Remplaçant Brousse, dont il est le disciple politique, dans son mandat, Brunet prend aussi sa place à la Commission des fortifications. Désigné directement par la commission (alors que les autres membres sont nommés par les différentes commissions permanentes du conseil), il accède rapidement à la vice-présidence94. Le nouvel élu des Épinettes semble destiné à remplacer en tout son prédécesseur.

59C’est dans cette assemblée où le Musée social est loin d’être dépourvu de partisans que, fin 1908, émerge, au nom des espaces libres, un projet d’aménagement de l’enceinte totalement différent.

Un projet municipal

  • 95 PVCM, 1908, 4 nov.
  • 96 RDCM, 1908, n° 73.

60Le 4 novembre 1908, Dausset présente au conseil un projet d’aménagement pour les fortifications95. La Ville achèterait l’enceinte proprement dite, qui serait lotie, et la zone serait transformée en espaces libres. La servitude, qui s’exerce sur des terrains appartenant à des particuliers, serait maintenue jusqu’à l’expropriation de ces derniers. L’espace occupé par la zone serait annexé à la capitale96. Avec cette proposition, il s’agit de contrer à la fois la proposition de Caillaux (vente partielle des fortifications à la Ville) et le projet de la Section d’hygiène.

  • 97 Lettre du ministre des Finances au préfet de la Seine du 13 ma (...)
  • 98 RDCM, 1908, n° 39.

61Dausset présente sa proposition comme une solution alternative au projet d’achat des fronts ouest et nord de l’enceinte, ajourné en juillet 1908. Pour dégager le sens de la proposition de Dausset, il convient de mettre en évidence le sens de cet ajournement. En mars 1908, Caillaux fait savoir au préfet de la Seine que l’État est disposé à céder à la Ville la partie de l’enceinte désaffectée par la loi de 1898 contre 64 millions97. Un projet de convention Ville-État, dont Chérioux, qui préside la Commission des fortifications, fait part à ses collègues du conseil98, est rédigé en ce sens.

62La Ville aurait-elle obtenu entièrement satisfaction ? La commission est divisée, ses membres n’accordant pas tous la même importance aux points sur lesquels le ministre ne s’est pas rallié aux exigences de la Ville. Le désaccord le plus important concerne la levée de la servitude : selon Caillaux, il serait illégal de fixer entre la Ville et l’État les conditions de la disparition de la servitude, celle-ci étant liée à l’existence de l’enceinte, ainsi que de réclamer une indemnité aux zoniers. Administration municipale et État se sont cependant accordés pour appliquer la loi de 1807 qui permet de récupérer la plus-value auprès des riverains bénéficiaires de travaux d’utilité publique.

63Malgré ses divisions, la commission se prononce pour l’adoption de la convention. Pour Chérioux, la nécessité de ménager l’hygiène et la beauté de la capitale et le prix exigé militent en faveur de cette décision :

  • 99 Ibid.

« Si [le conseil] accepte la convention, la Ville devient propriétaire des terrains, et peut en disposer aux mieux des intérêts de la population […].
Sinon, l’État pourra vendre les emplacements à des particuliers, à des sociétés qui pourraient y élever les constructions les plus gênantes, les plus nuisibles au développement sanitaire de Paris, les plus antiesthétiques.
Devant ce danger et le prix modéré, la Commission des fortifications a approuvé la Convention […]99. »

64La commission essaie en fait de faire la part du feu, comme en témoigne l’avertissement que Chérioux adresse au conseil :

  • 100 PVCM, 1908, 6 juil.

« La responsabilité que vous allez prendre sera lourde. Prenez garde, car l’État peut vendre demain, parcelle par parcelle et à sa fantaisie, ses terrains à des particuliers qui les utiliseront à leur convenance, et vous le regretterez, mais il sera trop tard, le vote qu’on sollicite de vous en ce moment100. »

  • 101 Ibid.
  • 102 Ibid.
  • 103 C.-E. Curinier, DNC, op. (...)

65Le rapport de Chérioux vient à l’ordre du jour le 6 juillet 1908. Il est d’abord discuté en comité secret, la discussion se concluant par l’ajournement. Les adversaires de l’ajournement demandant un réexamen du rapport en séance publique, le projet de convention fait l’objet d’un scrutin en bonne et due forme et est de nouveau rejeté, par 42 voix contre 26101. En votant l’ajournement, contre l’avis de la Commission des fortifications et du préfet102, le conseil refuse un règlement isolé du sort d’une partie de l’enceinte. Tel est le sens de la remarque du socialiste André Lefèvre, élu du quartier de la Sorbonne103 :

  • 104 PVCM, 1908, 6 juil.

« Ce vote ne signifie pas que le Conseil municipal repousse indéfiniment et absolument l’achat des fortifications mais qu’il ajourne la question […] et que le Conseil municipal est prêt à poursuivre la discussion de cette question si elle n’est pas envisagée isolément, car elle n’est pas la seule qui intéresse à la fois l’État et la ville de Paris104. »

  • 105 Chassaigne-Goyon et Quentin-Bauchart sont bonapartistes, Galli (...)

66Tel est aussi le sens de la proposition déposée le 6 juillet par Chassaigne-Goyon, Quentin-Bauchart, Henri Galli et César Caire, adversaires politiques de Lefèvre105 :

  • 106 PVCM, 1908, 6 juil.

« Le Conseil,
Résolu en principe à acquérir les fortifications mais estimant que la question des voies et moyens propres à réaliser l’opération ne saurait être tranchée au pied levé en fin de session et décidé en tout cas à solutionner dans son ensemble l’affectation des disponibilités de l’emprunt de 1869,
Délibère :
L’administration est invitée à saisir le Conseil, dès la rentrée, d’un mémoire d’ensemble visant à la fois l’acquisition des fortifications et les grands travaux de voirie dont l’exécution s’impose sur Paris, avec indication des combinaisons financières propres à réaliser diverses opérations dans un délai aussi réduit que possible106. »

67En fait, il semble que les édiles refusent l’échange immédiat d’une portion des fortifications contre 64 millions. Pour la majorité du conseil, on peut encore obtenir de l’État qu’il baisse ses prix, en incluant la cession de l’enceinte dans des négociations plus globales.

68L’ajournement du projet est cependant susceptible d’une autre interprétation, suggérée par un article d’A. Thomas dans L’Humanité :

  • 107 A. Thomas, « Contre les espaces libres, le Conseil municipal d (...)

« [La majorité du conseil] a estimé que les travailleurs parisiens du xviie et du xviiie n’avaient pas encore fourni assez de victimes à la tuberculose.
[…]
Elle a pensé enfin que si l’État, revenant sur sa décision, et fatigué des atermoiements de la Ville, vendait les terrains aux marchands de biens, il n’y aurait pas grand mal.
[…]
Que les spéculateurs intriguent, que les marchands de terrains se remuent. La poire mûrit. Encore quelques mois, ils pourront la cueillir. Ils pourront enserrer la ville de nouvelles et hideuses casernes ; ils pourront étouffer Paris.
Et Paris ne protestera pas ! Son budget sera équilibré107. »

  • 108 Trois membres de la commission votent l’ajournement (Ranvier, (...)

69Dausset est le seul membre de la Commission des fortifications à s’abstenir108. En juillet 1908, il envisage déjà de présenter son propre projet (c’est chose faite début novembre et il lui faut le temps de rédiger sa proposition). Il a donc intérêt à l’ajournement et de toute façon ne peut se prononcer pour l’acceptation de l’offre de Caillaux sauf à paraître totalement incohérent. Mais Dausset appartient aussi à la Commission des fortifications et il lui faut se ménager le soutien de ses collègues, qui en majorité souhaitent conclure avec Caillaux. L’abstention est alors la meilleure solution.

  • 109 RDCM, 1908, n° 39.

70Dausset présente en effet sa proposition comme une solution alternative au rachat partiel de l’enceinte. Dans les deux textes qu’il présente fin 1908, l’édile détaille les défauts du projet de convention. La première objection concerne le coût de l’opération pour la Ville, 64 millions, auxquels s’ajoutent le service d’un intérêt de 3 % (l’État accordant un crédit sur 20 ans à la Ville)109 et un certain nombre de dépenses (nivellement des terrains désaffectés, viabilisation des voies de lotissement dont seule une partie serait à la charge des riverains, aménagement des emplacements non construits et reconstruction de la barrière d’octroi). Dausset évalue les dépenses globales à 120 millions. En regard, les recettes prévues sont très aléatoires :

  • 110 RDCM, 1908, n° 91.

« En effet, les immeubles édifiés sur les terrains de la zone militaire, redevenue libre, jouiraient d’une situation singulièrement favorable, puisqu’ils échapperaient à la perception des taxes d’octroi sur les matériaux de construction et aux diverses charges qui grèvent si lourdement les immeubles parisiens. De la sorte, leurs propriétaires pourraient offrir, moyennant des loyers très avantageux, des locaux spacieux et confortables qui ne manqueraient pas de séduire, au détriment de Paris, nombre d’amateurs, alléchés en outre par la perspective d’éviter une partie des impositions que subit la population métropolitaine110. »

  • 111 Ibid.

71Le projet Dausset écarte ce danger, puisque la zone est expropriée, transformée en espaces libres et annexée à Paris. Par ailleurs, pour Dausset, il est illusoire de compter récupérer la plus-value auprès des zoniers dont les biens bénéficieront de la transformation de leur environnement : le Conseil d’État s’est toujours montré réticent à l’égard des demandes municipales en la matière et les zoniers peuvent objecter que leurs terrains ont subi depuis la construction de l’enceinte une telle dépréciation qu’ils ne font que récupérer leur dû. Même si le principe d’une récupération était accepté, l’État empocherait les deux tiers de gains de toute façon « décevants111 ».

72La faible rentabilité de l’opération motive en partie la seconde critique de Dausset. Pour rentrer dans ses frais, la Ville serait contrainte de réduire les espaces libres à la portion congrue :

  • 112 Ibid.

« Avec le projet primitif, Paris risque de s’enfermer à jamais dans une nouvelle ceinture, bien pire que l’enceinte fortifiée actuelle. […] Il ne resterait plus que trois ou quatre parcs, en dehors du bois de Boulogne et du bois de Vincennes ; mais des maisons innombrables seraient là, derrière la grille d’octroi, et ne disparaîtraient plus jamais112. »

73Enfin, Dausset reproche au projet gouvernemental de ne concerner qu’une fraction de l’enceinte :

  • 113 Ibid.

« [Ce] projet ne résout qu’une partie de la question, contrairement aux vœux unanimes de la population parisienne et aux intérêts légitimes des quartiers périphériques : il est essentiel, pour l’embellissement et l’assainissement de Paris, d’en finir avec le mur d’enceinte113. »

  • 114 Ibid.
  • 115 RDCM, 1908, n° 73.

74D’ailleurs, « l’accord sera plus facile entre la Ville et l’État si les pourparlers s’engagent pour la vente de la totalité des fortifications114 ». Dans son plaidoyer pour une opération d’ensemble, Dausset invoque aussi les impératifs de la justice : « Il serait injuste que le conseil municipal réserve pendant des années tous ses efforts à l’aménagement du morceau des fortifications voisinant les 16e, 17e et 18e arrondissements115. » Pour Dausset, rien n’empêche d’ailleurs de procéder par étapes, si l’administration préfectorale hésite à mettre sur le marché l’ensemble des terrains.

  • 116 « Procès-verbaux des séances. SHUR : séance du 11 novembre (...)

75Se donnant comme une solution alternative à l’achat partiel de l’enceinte, le projet Dausset constitue aussi une réaction aux idées du Musée social. Il entre en effet en concurrence avec la proposition de loi Siegfried de janvier 1908 qui reprend, pour la partie nord-ouest de l’enceinte, les dispositions du projet Hénard. L’enceinte serait remise gratuitement à la Ville, à charge pour celle-ci d’y établir un boulevard circulaire, des squares et quatre parcs s’étendant aussi sur la zone. Pour financer l’aménagement, la Ville pourrait aliéner un tiers des terrains reçus. La servitude serait levée et la zone rattachée à la capitale116.

  • 117 RDCM, 1908, n° 73.
  • 118 Ibid.
  • 119 Ibid.

76Pour Dausset, la proposition Siegfried présente un vice rédhibitoire : elle prévoit la remise gratuite de l’enceinte à la Ville par l’État. Or, selon Dausset qui cite le député Chastenet, le Parlement n’acceptera pas cette solution. Par conséquent, « la proposition de loi Siegfried ne ferait […] que retarder les négociations117 ». Au contraire, avec le projet de Dausset, il s’agit d’aboutir à une convention Ville-État comportant « l’acquisition, en un seul et unique lot, de la totalité de l’enceinte fortifiée, sous réserve de procéder par étapes successives au paiement du prix d’achat et aux opérations d’aménagement118 ». Le projet Dausset présente une autre différence avec la proposition Siegfried : il concerne l’ensemble de l’enceinte et non la seule portion désaffectée par la loi de 1898. Le choix de Siegfried est cohérent avec sa position de député : les débats à la Chambre portent sur l’espace concerné par la loi de 1898. Dausset, lui, agit en édile souhaitant répondre « au vœu de la population parisienne qui réclame des espaces libres, non seulement sur une partie privilégiée, mais sur l’ensemble du périmètre de la ville119 ».

77La proposition Dausset constitue donc bien une solution concurrente à celle de la Section d’hygiène. Au conseil municipal, Dausset trouve d’ailleurs un adversaire en d’Andigné. Quelles sont alors les stratégies mises en œuvre par l’édile pour s’imposer face à des adversaires alliant compétence et excellence sociale ?

Espaces libres et « aménagement rationnel des villes » :
des thématiques partagées

  • 120 J. Jolly (dir.), DPF, op. (...)
  • 121 RDCM, 1908, n° 68.

78En 1908, Dausset présente une proposition et une note consacrées à l’enceinte. Au titre de rapporteur du comité du budget du conseil municipal, il est aussi l’auteur d’un document qui lui valu une certaine notoriété120 et dont une partie est consacrée aux « grands travaux121 ». Le vocabulaire, les thématiques et les références mobilisées par Dausset permettent de saisir sa position par rapport aux « gens du monde » et aux réformateurs sociaux au moment où il engage la lutte avec la section.

  • 122 RDCM, 1908, n° 91.

79Comme les « gens du monde », Dausset voit dans le sort de l’enceinte une « importante affaire qui intéresse à un […] haut point l’hygiène et la beauté de Paris122 ». Parmi les « gens du monde » mobilisés en 1905, les sportifs occupaient les premiers rangs. Pour eux, les fortifications, au-delà de la bordure même du Bois, ont une vocation sportive, comme en témoigne un article de Paul Champ :

  • 123 P. Champ, Les Sports, 20 sept. 1905. Cité dans « Journaux de c (...)

« Du Point-du-Jour à la porte Maillot le mur des fortifications va tomber […] D’immenses terrains vont de ce fait être libres, qu’il s’agit de préserver de l’édification projetée de vastes maisons de rapport. Les sociétés athlétiques, toutes, ou presque toutes, à la recherche de terrains de sport, ont un intérêt supérieur à protester au moins autant que les habitants de Paris contre la diminution de l’air respirable et contre le massacre des arbres du bois de Boulogne. Une occasion se présente, unique, pour elles, d’adresser pétitions sur pétitions au Conseil municipal de Paris, à cette fin de se faire réserver tout au moins des emplacements suffisants pour leurs exercices et jeux en plein air123. »

  • 124 RDCM, 1908, n° 91.
  • 125 Ibid.
  • 126 Ibid.
  • 127 B. Marchand, Paris. Histoire d’une ville, op. cit., p. 185.
  • 128 « Travaux des sections. SHUR : séance du 18 février 1914. Rapp (...)

80Dausset adhère au principe d’une vocation sportive de l’enceinte. Il envisage d’y implanter le Palais des sports « depuis si longtemps réclamé par les grandes associations d’épreuves physiques124 ». Cet équipement est en effet nécessaire « pour encourager notre jeunesse à développer sa vigueur, et aussi pour favoriser certaines industries très spéciales125 ». L’édile prévoit aussi la création de « surfaces d’atterrissage et de hangars sur le périmètre de la zone aux quatre coins de Paris126 », répondant à un vœu du comité de la Ligue nationale aérienne. Cette dernière disposition est très sérieuse : selon Bernard Marchand, dans les années 1900, l’opinion « commençait à rêver de transports aériens dans la capitale127 ». On retrouve d’ailleurs une réflexion sur les infrastructures nécessaires à ce nouveau moyen de transport au sein de la section128.

  • 129 RDCM, 1908, n° 73.

81Dès le milieu des années 1900, la thématique des espaces libres, développée par les « gens du monde », a pénétré le conseil municipal. Dausset ne fait pas exception. Son projet vise « la création d’espaces libres, de parcs et de boulevards129 ». C’est d’ailleurs en partie au nom des espaces libres que l’édile s’élève contre le projet de convention de 1908. La parenté avec les réformateurs sociaux ne s’arrête pas au vocabulaire. On retrouve chez Dausset un argumentaire présent chez les orateurs de la réunion la Sorbonne. L’édile voit dans l’enceinte un de rares espaces libres encore à la disposition du peuple de Paris :

  • 130 Ibid.

« [Si] peu esthétiques, si incommodes, si inutiles que soient ces talus et ces fossés, ils n’en constituent pas moins une sorte de promenade, où faute de mieux, deux cent mille Parisiens viennent les soirs d’été et les dimanches, quand le ciel est clément, se reposer de leur labeur sur le maigre gazon, respirer plus à l’aise que dans leurs logements étroits et dans leurs ateliers si souvent malsains130. »

  • 131 Ibid.
  • 132 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

82Pour Dausset, « si les fortifications n’étaient désaffectées qu’en vue d’un lotissement, mieux vaudrait le maintien de la situation actuelle pour la santé publique131 ». De même, Robert, après avoir décrit sur un mode ému l’usage populaire des fortifications, cette « Suisse au petit pied », ajoutait : « Je voudrais, si on les démolit, qu’elles fussent au moins remplacées par des grands espaces libres132. »

  • 133 RDCM, 1908, n° 73.
  • 134 RDCM, 1908, n° 91.
  • 135 Ce qui chez Landouzy correspond au taux général de mortalité t (...)

83Dausset voit dans les espaces libres un moyen privilégié de combattre la tuberculose : « [Rien] ne vaut les espaces libres contre les épidémies, la tuberculose, l’alcoolisme133. » Comme les réformateurs sociaux, il invoque les statistiques et rapproche densité de population et mortalité tuberculeuse : dans les quartiers de la périphérie peu dotés en espaces libres (Plaisance, Grenelle et Javel) la mortalité tuberculeuse se monte à 50 pour 10 000, contre 11 pour 10 000 seulement pour les Champs-Élysées134. Landouzy lui-même, dont la présence à la réunion de la Sorbonne place l’aménagement de l’enceinte sous le signe de la lutte contre la maladie, cite des chiffres proches de ceux qu’invoque l’édile135.

  • 136 RDCM, 1908, n° 91.
  • 137 Ibid.

84Dausset souligne la détérioration de la situation parisienne : en 1787 les « espaces plantés136 » occupaient à Paris 391 hectares pour une surface totale de 3 390 hectares, contre 137 pour la même surface au début du xxe siècle. En un siècle, Paris aurait donc perdu « les deux tiers de ses jardins137 ». Là encore, le rapprochement avec l’argumentation développée au Musée social s’impose. En 1908, avant la proposition Dausset, Hénard écrivait :

  • 138 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Hénard », op (...)

« La surface de Paris en 1789 […] était de 3 390 hectares. Les espaces plantés en occupaient 391 hectares, soit un peu plus d’un dixième. Aujourd’hui, la surface correspondante n’en possède plus que 137.
Paris, depuis cent ans, a donc perdu les deux tiers de ses jardins138. »

85Les chiffres avancés par l’édile répondent à ceux de l’architecte. Il en est de même pour le vocabulaire. Si Dausset ne s’est pas inspiré de Hénard, les deux hommes ont puisé à la même source.

  • 139 RDCM, 1908, n° 91.
  • 140 Ibid.

86On retrouve aussi chez Dausset l’idée que cette évolution défavorable est spécifiquement française (l’édile se livre en particulier à un rapprochement entre la croissance de la population et celle des espaces libres pour Paris et Londres pendant les vingt dernières années139) et que l’aménagement de l’enceinte permettra d’y remédier. Et Dausset de passer en revue les réalisations étrangères dont la France devrait s’inspirer. Il rend en particulier hommage à la politique des grandes villes américaines : « [Les] États-Unis ont merveilleusement compris l’importance que pouvaient avoir pour la vie et la prospérité tant morale que matérielle de la cité, des réservoirs d’air pur qui retiennent les habitants, et attirent les populations suburbaines140. » D’où l’exhortation à ne pas se laisser distancer par l’étranger et même par les autres villes françaises qu’on retrouve chez le rapporteur du budget municipal qu’est aussi Dausset :

  • 141 RDCM, 1908, n° 68.

« Est-ce que Vienne n’a pas démoli ses fortifications, pour les transformer en ce merveilleux ring bordé de parcs, de palais, de monuments qui en font une promenade unique. […] Bruges-la-Morte, elle-même, s’éveille […] grâce à l’achèvement du canal qui la relie à la mer et remplacera son ancien port, grâce à la démolition de ses remparts141. »

87Ou encore, pour la France :

  • 142 Ibid.

« [Toutes] les villes qui prospèrent, Lille, Nancy, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Le Havre, Lyon, Saint-Étienne, Roubaix, Tourcoing, exécutent des travaux sans nombre, abattent de vieux quartiers, élargissent d’anciennes rues, en percent de nouvelles, établissent des réseaux de tramways infiniment supérieurs aux nôtres, créent des jardins, des hôpitaux, des monuments publics, démolissent les remparts qui gênent l’expansion de la cité142. »

  • 143 RDCM, 1908, n° 73.

88L’éclectisme des références présente une nette parenté avec l’argumentation développée à la Section d’hygiène. Comme ses adversaires, Dausset entend démontrer que Paris ne peut demeurer à la traîne d’un « mouvement universel143 ». Dès 1908 Dausset partage donc avec la section un sens commun au sujet des espaces libres, qu’il s’agisse de l’utilité de ces derniers contre la tuberculose et l’alcoolisme, du retard accumulé par la capitale ou du recours aux statistiques.

  • 144 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)
  • 145 RDCM, 1908, n° 73.
  • 146 Ibid.

89Dausset ne se contente pas de partager avec les membres de la section et les « gens du monde » un sens commun en matière d’espaces libres. Dès 1908 la thématique de l’« aménagement rationnel des villes » est présente en filigrane dans son discours, même s’il n’emploie pas l’expression. Comme Risler, pour qui l’enceinte constitue « [la] dernière réserve d’air salubre144 » de Paris, Dausset voit dans les fortifications la « dernière réserve d’air naturelle qui s’offre à nous145 » et s’oppose au lotissement des terrains libérés par leur disparition. En effet, celui-ci contraindrait à brève échéance à exproprier des terrains bâtis pour créer des espaces libres. La nécessité de prévoir l’avenir, de faire des « réserves » – à la base de l’idée de plan d’aménagement et d’extension – est donc présente chez Dausset146. Il ne s’agit pas d’une affirmation de circonstance. Ce souci se retrouve dans le rapport que l’édile rédige en 1908 au nom du Comité du budget :

  • 147 RDCM, 1908, n° 68.

« Il importe même que nous ne nous en tenions pas pour ces travaux aux stricts besoins de la génération actuelle. Des administrateurs prévoyants et vraiment économes des deniers publics sont obligés de penser à l’avenir normal de la cité et doivent s’efforcer de rendre plus aisée la tâche de leurs successeurs, en adaptant dès à présent aux nécessités futures tous les organes de la vie publique147. »

  • 148 RDCM, 1908, n° 73.

90Comme les membres de la section, Dausset raisonne en termes d’agglomération et non à l’échelle municipale : l’aménagement de l’enceinte constitue « une opération de salubrité publique, pour le bien des trois millions sept cent mille habitants qui, avec les communes de banlieue, forment l’agglomération parisienne148 ». Il convient de réserver des espaces libres en quantité suffisante pour cette population et de veiller à leur répartition :

  • 149 RDCM, 1908, n° 91.

« Sans doute Paris possède-t-il de magnifiques parcs à ses portes : mais ces deux morceaux de forêts, s’ils constituent une ressource de promenade quotidienne des plus précieuses pour la population riche et oisive et pour celle des arrondissements contigus, ne profitent guère, en dehors du dimanche, aux trois-quarts de l’agglomération parisienne, en raison de la distance à parcourir pour y accéder. Ce n’est donc pas deux ou trois squares que nous devons tracer sur l’emplacement des fortifications, mais une ceinture continue de parcs, de jardins, de terrains de jeux et de promenades149. »

  • 150 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Hénard », op (...)

91Ces préoccupations se rencontrent aussi à la section. En 1908, Hénard présente un projet pour Paris comprenant la création de neuf grands parcs intra-muros, système complété par une série de jardins plus petits et par des parcs sur l’emplacement de l’enceinte et de la zone. Cette disposition présenterait l’avantage suivant : « [Chaque] habitant […] ne serait éloigné au maximum que d’un kilomètre des grands parcs et de 500 mètres des jardins ou squares150. »

92Dès 1908, Dausset partage donc un certain nombre de sens communs, non seulement avec les « gens du monde » (nécessité des espaces libres, vocation sportive des fortifications et dimension esthétique de leur aménagement), mais aussi avec les réformateurs sociaux qui se sont emparés de l’enceinte pour faire prévaloir l’« aménagement rationnel des villes ». Ce partage repose sur une communauté de références avec les membres de la section, comme le montrent entre autres les chiffres invoqués par Dausset.

93Dausset se pose alors en rival de la Section d’hygiène, tout en reprenant à son compte la thématique et le vocabulaire que celle-ci a recueillis auprès des « gens du monde » ou qu’elle développe en son sein. Il s’agit pour l’élu local de battre les élites sur leur propre terrain, en surenchérissant en matière d’espaces libres mais aussi d’« aménagement rationnel des villes ». À cette fin, Dausset se montre très sélectif dans le choix de ses références.

94En 1908, l’édile se réclame de la seule autorité des hygiénistes, auxquels il attribue la prise de conscience de la nécessité des espaces libres et de l’« aménagement rationnel des villes » :

  • 151 RDCM, 1908, n° 73.

« Entre temps, une évolution singulière s’était faite dans les esprits. […] Les hygiénistes avaient démontré la nécessité absolue pour les cités importantes de développer leurs espaces libres en rapport avec l’accroissement de leur population, et aussi de prévoir l’avenir en aménageant des réserves d’air, où des arbres épureraient l’atmosphère viciée et où le peuple pourrait venir se délasser et charger ses poumons d’oxygène151. »

  • 152 RDCM, 1908, n° 91.
  • 153 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. (...)

95En 1908, l’unique référence aux réformateurs sociaux chez Dausset est des plus obliques. Parmi les documents joints à son second texte152, Dausset présente trois photographies « communiquées » par l’Association des cités-jardins de France, fondée en 1907 par deux membres du Musée social, Georges Benoit-Lévy et Charles Gide153.

  • 154 RDCM, 1907, n° 24.
  • 155 RDCM, 1893, n° 22.

96L’omission des travaux de la section ne peut être que volontaire. D’une part, Dausset a signé l’affiche élaborée par le Musée social pour les élections de 1908. D’autre part, les édiles, et en particulier les membres de la Commission des fortifications, ne peuvent ignorer les travaux de Hénard sur les transformations de Paris, mentionnés par d’Andigné dans son rapport de 1906. La référence aux seuls « hygiénistes » relève donc d’un choix. Dausset semble refuser de se reconnaître tributaire des esthètes, des sportifs ou des réformateurs sociaux. On peut rapprocher cette attitude de celle de Brousse, qui affirmait que les édiles n’avaient pas attendu un effet de mode pour penser à créer des espaces libres154 mais qui invoquait l’autorité des hygiénistes depuis les années 1880155.

97Se posant en adversaire du traitement des fortifications élaboré par la Section d’hygiène, Dausset n’en partage pas moins avec les membres de la section une communauté de références et un sens commun en matière d’espaces libres et d’« aménagement rationnel des villes ». L’affrontement entre les deux projets concurrents ne peut alors se dérouler que sur ces deux terrains. Il s’agit maintenant de rendre compte de cet affrontement et de sa conclusion.

L’« aménagement rationnel des villes »
aux dépens de l’« aménagement rationnel » des fortifications ?

  • 156 P. Brisset, La Zone de Paris et la loi du 19 avril 1919, op. cit., (...)

98Dans la partie engagée fin 1908, le Musée social semble disposer des meilleures cartes. La Section d’hygiène a été reconnue par les « gens du monde » comme une héritière légitime et ses membres, dans leur diversité, peuvent invoquer la légitimité que confèrent l’excellence sociale et la compétence. Dausset aura pourtant gain de cause : en 1912, l’État et la Ville signent une convention inspirée de son projet. Cette convention, adoptée par le conseil municipal l’année suivante, est ratifiée par une loi en 1919156.

L’opposition municipale au projet : d’Andigné contre Dausset

99Au conseil, le principal adversaire de Dausset est d’Andigné, esthète et membre de la Commission des fortifications. C’est à ce dernier titre que d’Andigné s’exprime, comme en témoignent ses attaques ciblées sur l’aspect financier du projet Dausset. Cependant d’Andigné mobilise aussi son statut d’« homme du monde » contre le projet de son collègue.

Un coût excessif ?

100Dans son rapport au nom du Comité du budget de 1908, Dausset présente son projet comme une aubaine, à terme, pour les finances municipales :

  • 157 RDCM, 1908, n° 68.

« Sur toute la surface des terrains désaffectés, des voies seront tracées, des immeubles de rapport seront construits qui, après avoir payé à la Ville un tribut considérable sous forme de droits d’octroi sur les matériaux pendant la période de construction intense qui suivra la désaffectation et la vente des terrains, continueront ensuite à acquitter des droits de voirie importants et à accroître notablement les produits de l’exploitation des eaux, du gaz et de l’électricité ; la zone même, entièrement réservée aux espaces libres, sera louée à des concessionnaires comme le sont actuellement le bois de Boulogne et le bois de Vincennes et deviendra ainsi la source de produits importants157. »

  • 158 RDCM, 1908, n° 91.

101Dans l’immédiat, l’opération se soldera peut-être par un déficit de quelques millions, mais la proposition de Caillaux est encore moins avantageuse. Elle impliquerait une dépense de 120 millions pour des recettes aléatoires. Les pertes seraient alors inacceptables, « puisque l’opération se réduirait à peu de choses près à une spéculation de terrains, sans profit sérieux pour la ville de Paris158 ». Cependant, dans les textes présentant son projet, Dausset adopte une position défensive : c’est sur ce point que d’Andigné l’attaque.

  • 159 RDCM, 1908, n° 76. D’Andigné ne cite (...)
  • 160 Ibid.
  • 161 RDCM, 1908, n° 91.

102Pour d’Andigné, le rachat de la zone serait très onéreux. La valeur des terrains zoniers est comprise entre 30 et 200 F le m2. La zone couvrant 8 291 250 m2, son achat reviendrait à 1 659 750 000 F selon l’estimation la plus haute159, dépense que la vente des terrains militaires ne couvrira pas. En effet la Ville sera obligée de mettre ces terrains sur le marché en une seule fois et ceux-ci ne trouveront pas acquéreur, du moins au prix qu’elle espère en tirer160. Dausset conteste ces conclusions, le désaccord principal portant sur le prix de la zone. Pour Dausset, le raisonnement de F. d’Andigné est vicié : celui-ci s’intéresse aux terrains compris entre Auteuil et la porte de Neuilly, dont il estime le prix à 200 F le m2, et généralise son évaluation à toute la zone. Pour Dausset, cette estimation est trop élevée, même pour l’ouest parisien. L’hypothèse basse que son adversaire ne mentionne qu’en passant, soit 30 F le m2 en moyenne pour l’ensemble de la zone, est beaucoup plus réaliste161.

  • 162 Ibid.
  • 163 RDCM, 1908, n° 168.

103Pour démontrer la faisabilité de son projet, Dausset dresse le bilan de l’opération sur l’espace concerné par les propositions de Caillaux, entre le Point-du-Jour et le canal Saint-Denis. L’enceinte reviendrait à la Ville moins cher que les 64 millions exigés par Caillaux. En effet, Ville et État s’accorderaient sur un prix global pour l’enceinte, chaque portion coûtant à la Ville un prix proportionnel à sa surface, indépendamment de sa localisation. Or la somme exigée par l’État correspond à une section de l’enceinte jouxtant des terrains d’une valeur très élevée. Au sujet du prix de la zone, Dausset est beaucoup plus modéré que d’Andigné. La surface de la zone concernée est de 2 850 000 m2, dont 1 420 000 m2 à exproprier seulement. En effet, la Ville possède déjà les 864 000 m2 inclus dans le bois de Boulogne. Par ailleurs Dausset renonce à l’expropriation de la zone entre les avenues de Neuilly et du Roule : les terrains étant bâtis, l’opération serait trop onéreuse. Enfin, le cimetière des Batignolles et l’emprise des chemins de fer du Nord et de l’Ouest resteront en dehors de l’opération. Dausset évalue le prix des terrains restants à 60 F le m2 en moyenne. La dépense ne dépasserait alors pas 85 millions162. D’Andigné, qui conteste cette somme en se fondant sur les exemples de transactions fournis par Dausset lui-même, parvient à 126 et non à 85 millions163.

  • 164 Le Livre foncier de Paris (deuxième partie). (...)

104Le Livre foncier164 de 1901 donne le prix moyen au m2 du terrain dans les 80 quartiers de Paris. On peut considérer que le prix du terrain dans les quartiers périphériques fournit une approximation de celui des terrains de la zone. Or la moyenne des prix moyens pour les 25 quartiers périphériques est de 100,7 F le m2. D’Andigné semble donc plus près de la réalité que Dausset.

  • 165 RDCM, 1908, n° 168. Soulig (...)

105Pour d’Andigné, le projet Dausset, « parfait, mais en théorie165 », pêche par son irréalisme financier. D’Andigné défend donc les propositions de Caillaux. En conclusion de sa première note de 1908, il propose au conseil d’inviter le préfet de la Seine :

  • « À reprendre la discussion au sujet de la désaffectation de l’enceinte entre la Seine et la Villette ;
  • À engager des pourparlers pour acquérir les terrains de la zone permettant d’entourer Paris de parcs de 9 à 12 hectares ;
  • La perception des droits provenant de la plus-value accordée aux zoniers suite de la suppression de la servitude serait employée à l’achat, l’entretien et l’agrandissement de ces parcs166. »

106Si d’Andigné est favorable à une opération partielle, c’est par souci de réalisme :

  • 167 RDCM, 1908, n° 168.

« Il faut sérier la question et commencer par le commencement, à savoir le bois de Boulogne. Ensuite, la partie située entre la porte de Neuilly et le canal Saint-Denis. Le reste se fera tout seul. […] Agir autrement revient à éterniser la question. Or, le temps c’est de l’argent, et plus on attendra, plus ça coûtera cher167. »

  • 168 J. Siegfried, « Les espaces libres à Paris », op. cit., p. 76 (...)
  • 169 « Les espaces libres à Paris. […] Hénard », op. (...)

107Comme Rendu et la Section d’hygiène, d’Andigné envisage la création de parcs occupant à la fois les fortifications et la zone. Il est toutefois moins exigeant pour leur superficie. Siegfried dans sa proposition de loi et Rendu en juin 1908 réclament des parcs de 15 à 20 hectares168. D’Andigné s’en tient aux superficies proposées par Hénard en 1908169.

  • 170 RDCM, 1908, n° 39.

108D’Andigné mentionne enfin l’utilisation de « droits provenant de la plus-value accordée aux zoniers par suite de la suppression de la servitude militaire ». La récupération d’une partie de la plus-value enregistrée par les zoniers constituerait en effet une part non négligeable des recettes de la Ville en cas d’adoption des offres de Caillaux. Le projet de convention présenté par Chérioux en juillet 1908 prévoit le partage « [des] indemnités de plus-value, que les lois et règlements en vigueur pourront permettre d’exiger des propriétaires des immeubles voisins de l’enceinte à déclasser170 », sur la base de 70 % pour l’État et de 30 % pour la Ville. Les « lois et règlements en vigueur » renvoient à la loi de 1807 qui permet la récupération de la plus-value auprès des riverains de travaux d’utilité publique. Il s’agirait ici de récupérer auprès des zoniers une partie de la plus-value que l’aménagement de l’enceinte conférerait à leur bien. Les zoniers bénéficieraient doublement de l’opération : leurs terrains profiteraient des aménagements sur leurs abords et surtout, libérés de la servitude non aedificandi, ils deviendraient des terrains à bâtir.

109Dausset ne croit pas que la loi de 1807 soit applicable, ce qui constitue un argument supplémentaire en faveur de l’expropriation de la zone et de son aménagement en espaces libres, ces derniers étant d’ailleurs indissociables. Il s’agit en effet d’obtenir une expropriation pour cause d’utilité publique et seule la création d’espaces libres répond à cette exigence :

  • 171 RDCM, 1908, n° 91.

« Toute autre conception serait contraire aux principes de notre droit public en matière de propriété individuelle, et l’autorité supérieure, qui refuse aux communes en matière d’opération de voirie le droit d’exproprier les parcelles situées en dehors des alignements, dès qu’elles apparaissent susceptibles de recevoir une construction, s’opposerait sans aucun doute à laisser déclarer d’utilité publique l’acquisition de terrains dont une partie quelconque devrait être revendue à des particuliers171. »

  • 172 Ibid.
  • 173 Ibid.

110L’expropriation ne léserait pas les zoniers. Parmi ceux-ci, Dausset distingue deux catégories. Les plus nombreux sont ceux qui ont hérité de leur terrain : « Ceux-ci sont vraiment intéressants puisque, sans la servitude non aedificandi qui les grève, ils eussent pu tirer un meilleur parti de leur bien172. » Ces propriétaires ont intérêt à l’expropriation qui leur garantira un « prix normal173 », alors que si toute la zone était mise sur le marché en même temps leur bien subirait une dépréciation. Les autres ont acheté des terrains en spéculant sur la levée prochaine de la servitude :

  • 174 Ibid.

« [Il] serait tout à fait inadmissible que, pour répondre aux ambitions de certains zoniers, il fallût renoncer à réaliser une œuvre d’intérêt général aussi indiscutable que le déclassement total des fortifications et l’annexion de la zone militaire174. »

  • 175 RDCM, 1908, n° 168.
  • 176 Ibid.

111D’Andigné, lui, ne croit pas en la possibilité d’exproprier la zone. L’utilité publique n’existe pas dans l’affaire et il faudrait une loi pour régler la question. Or pour d’Andigné « une telle loi serait arbitraire, et soulèverait un tollé général, chez les intéressés et chez les hommes de bon sens […]. Les 2 000 zoniers protesteront et une telle mesure, dont le but est de déprécier des propriétés qui le sont déjà depuis 67 ans, ne sera pas votée par le Parlement175 ». D’Andigné se pose en défenseur des zoniers, face à un adversaire qui réclame le maintien de la servitude jusqu’à l’expropriation de la zone, ce qui serait une « confiscation des droits essentiels inhérents à la propriété176 ». L’expropriation ne protège en rien les intérêts des zoniers, qui ne la réclament d’ailleurs pas :

  • 177 Ibid.

« La sollicitude de M. Louis Dausset pour les zoniers est inutile : ceux-ci ne demandent que le dégrèvement de leur servitude. Le reste les regarde. Une fois libérés, ils s’arrangeront librement, sans avoir à témoigner de reconnaissance : ils ont subi pendant 67 ans une loi qui leur a été à charge. Nul ne peut les y retenir une heure au-delà du moment où la servitude militaire a été reconnue inutile. La Ville n’a pas à s’occuper des zoniers, ni à faire les frais de leurs spéculations177. »

  • 178 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op (...)

112D’Andigné rejoint ici Hénard, qui se fait l’écho des protestations des zoniers réunis en une Ligue de la banlieue contre le projet d’expropriation de la zone178.

113Au nom des intérêts des zoniers, Dausset et d’Andigné prônent des solutions différentes. Plus largement, d’Andigné défend l’orthodoxie financière contre le champion des espaces libres. En ce qui concerne ces derniers, Dausset est mieux placé : son projet apporte à Paris plus d’espaces libres que les offres de Caillaux ou même que la proposition Siegfried.

La logique financière contre les espaces libres

  • 179 RDCM, 1908, n° 91.
  • 180 RDCM, 1909, n° 110.
  • 181 Hénard et Dausset sont d’accord sur ce chiffre. E. Hénard, « L (...)
  • 182 RDCM, 1909, n° 110.

114Selon Dausset, son projet « doterait Paris d’une ceinture d’emplacements libres de plus de 500 hectares, très bon marché179 », alors qu’avec l’opération proposée par Caillaux, on se contenterait de revendre les terrains « après y avoir aménagé parcimonieusement quelques squares [ce qui aboutirait] à étouffer définitivement Paris en le privant du réservoir d’air qui l’entoure180 ». Le projet du Musée social s’expose à des critiques similaires : il ne dote Paris que de 168 ha d’espaces libres181. Et Dausset s’étonne de voir « Hénard, auteur de vastes conceptions, souvent bien intéressantes pour la beauté de Paris, envisager la question des espaces libres à créer sur l’emplacement de l’enceinte sous un angle aussi restreint182 ». D’Andigné est donc dans une situation paradoxale. Ce partisan de la préservation des sites, proche des réformateurs sociaux, s’élève contre un projet se donnant pour l’application des principes prônés par ces deux groupes d’acteurs, en particulier au sujet du rôle des espaces libres contre la tuberculose et de la nécessité de s’inspirer de l’étranger. Le souci de réalisme financier explique cette attitude. D’Andigné semble d’ailleurs plus réaliste que Dausset dans ses estimations. Sa position est cependant difficilement tenable. Quels sont alors ses points d’ancrage ?

115L’inconfort de la position de F. d’Andigné tient en partie au consensus sur l’utilité des espaces libres contre la tuberculose. L’édile ne conteste pas les chiffres de la mortalité tuberculeuse fournis par Dausset, mais rejette l’explication qu’avance ce dernier :

  • 183 RDCM, 1908, n° 168.

« Ces quartiers excentriques [Grenelle, Javel, Plaisance, les Grandes-Carrières], ceux du 15e arrondissement notamment, ont une proportion d’espaces libres plus grande, en réalité, que celui des Champs-Élysées, tout étonnant que cela paraisse, en raison des chantiers, des jardins, des marais, etc. Ce qui amène la tuberculose dans ces quartiers, c’est l’encombrement des lieux habités, ce qui n’est pas la même chose. L’habitant des Champs-Élysées dispose de vastes appartements, alors que la population du 15e arrondissement vit à l’étroit dans des logements insuffisants comme superficie183. »

  • 184 P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. (...)
  • 185 RDCM, 1908, n° 168.

116D’Andigné prend le contre-pied du sens commun développé notamment au Musée social, se rangeant plutôt à l’avis de Juillerat, le responsable du Casier sanitaire des maisons, qui attribue la tuberculose aux « maisons funèbres, [aux] îlots meurtriers184 » et non au manque d’espaces libres. Il se contente cependant d’une simple affirmation, sans référence à une autorité scientifique. D’ailleurs il semble bien qu’on ait affaire à un argument ad hoc, au service du réalisme financier. D’Andigné conclut en effet ses propos relativisant l’utilité des espaces libres par la remarque suivante : « Si on suivait M. Dausset, il faudrait commencer par ces quartiers défavorisés. C’est évidemment impossible185. »

Les arguments de l’« homme du monde » et de l’esthète

117La contestation du rôle des espaces libres ne constitue ni l’essentiel ni même un point fort de l’argumentation de F. d’Andigné. Pour dévaloriser le projet Dausset, l’édile mobilise un capital extra-municipal : son statut d’esthète et d’« homme du monde ».

  • 186 RDCM, 1908, n° 91. Dausset ajoute qu’il (...)

118Un des axes de résistance de F. d’Andigné réside dans son intransigeance d’« homme du monde » sur l’intégrité du bois de Boulogne. Dausset n’exclut pas le lotissement des fortifications longeant le Bois : « Les exigences financières de l’État n’ont pas permis de prévoir dans le projet l’incorporation au bois de Boulogne de la totalité des terrains de l’enceinte qui y touchaient186. » Cependant cet espace est redevable d’un traitement particulier. Le projet dégagera un îlot de 50 000 m2 entre les portes d’Auteuil et de Passy, qui pourra servir à agrandir le Bois ou le champ de courses d’Auteuil. Dausset insiste surtout sur la servitude qui s’appliquera aux terrains lotis :

  • 187 Ibid.

« On ne pourra édifier le long du Bois que des petits hôtels ou des cottages entourés de jardins et d’une hauteur maxima à déterminer ; cette clause de nature à rassurer les habitants des immeubles en bordure du bois de Boulogne pourrait contenter les plus exigeants. Les riverains actuels des boulevards dits militaires, au lieu du glacis et du fossé dénudé des fortifications, apercevraient des jardins plantés d’arbres et des constructions élégantes […]187. »

119D’Andigné en revanche refuse tout lotissement, en se réclamant des espaces libres et de la campagne de 1905 :

  • 188 RDCM, 1908, n° 168.

« Pour ce qui est des constructions élégantes et des jardins plantés d’arbres offerts aux riverains de la zone militaire, tous les riverains leur préféreront le vrai Bois.
[…] Il est scandaleux, au moment où tout le monde réclame des espaces libres nécessaires, de penser à en supprimer. La campagne pour les espaces libres ne servirait donc à rien188 ? »

  • 189 Ibid.

120La seule dérogation envisagée par d’Andigné concerne un usage sportif, d’ailleurs conforme aux intérêts financiers de la capitale : « Nous n’acceptons que l’exception faite des 55 000 mètres affectés à l’agrandissement du Champ de courses d’Auteuil […]189. »

121D’Andigné mobilise aussi son statut d’esthète pour s’opposer plus largement au projet Dausset. C’est en tant qu’homme de goût qu’il brocarde la vision idyllique que Dausset tente de faire partager à ses collègues. Dausset mentionne les équipements que pourraient accueillir la zone et l’enceinte, en particulier au-delà du canal Saint-Denis, là où les terrains sont moins chers :

  • 190 RDCM, 1908, n° 91.

« [On] pourrait plus facilement construire des maisons ouvrières, aménager des jardins ouvriers, disposer des piscines, créer, comme à Vienne et dans certaines villes allemandes, d’immenses parcs avec des terrains de jeux, des salles de danse et de réunion, des restaurants à bon marché, des cafés populaires où le prix des consommations serait réglementé et leur qualité rigoureusement contrôlée, des endroits, en un mot, où les travailleurs viendraient, à peu de frais, se reposer et se recréer toute la journée du dimanche avec leur famille190. »

122Rien de tout cela ne séduit l’homme de goût qu’est d’Andigné :

  • 191 Ibid., n° 168.

« Nous ne ferons pas miroiter devant vous les immenses parcs, les terrains de jeu, les salles de danse ! – on danse encore sur l’herbe ? – les cafés populaires avec liqueurs de marque contrôlées, les comptoirs en zinc nickelés, surmontés de zanzibars de choix et aseptiques, les bistrots innocents, bref, un Éden en perspective […].
C’est un vrai paradis terrestre où il ne manque que des serpents ou, si nous en croyons le goût du jour, des satyres.
À une époque positive comme la nôtre, cet âge d’or n’est pas tentant191. »

123En 1908 d’Andigné se fait l’avocat non pas tant du projet du Musée social que des propositions ministérielles auxquelles s’est ralliée la Commission des fortifications. Il reviendra ensuite à la Ville, devenue propriétaire d’une partie de l’enceinte, d’aménager celle-ci en s’inspirant des réflexions de la Section d’hygiène. Au conseil, d’Andigné joue de son capital de légitimité « extra-municipal » : au-delà du réalisme financier, il invoque ses qualités d’« homme du monde », d’esthète et de défenseur des espaces libres pour s’opposer au prétendant qu’est Dausset.

Les réformateurs sociaux :
l’« aménagement rationnel des villes » contre les espaces libres ?

  • 192 RDCM, 1909, n° 110.

124En 1909, Dausset s’étonne des critiques auxquelles son projet est en butte. Ses adversaires les plus virulents se recruteraient curieusement chez les édiles « les plus atteints d’“agoramanie”192 » :

  • 193 Ibid.

« Ces théoriciens des espaces libres qui croient en toute sincérité qu’ils auront vaincu la tuberculose le jour où seraient agrandis le square du Temple et celui des Innocents, me reprochent de vouloir faire “trop grand” et de créer un désert autour de Paris193. »

  • 194 P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. cit., p. 15 et 8 (...)
  • 195 RDCM, 1908, n° 68.

125La pique vise Lefèvre qui, en tant qu’édile, s’est en particulier intéressé à la prévention de la tuberculose194 et qui rejette le principe d’un programme de grands travaux financé par un emprunt, défendu par Dausset195.

  • 196 « Travaux des sections. SHUR : séance du 16 janvier 1913 », AMS, a (...)
  • 197 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. ci (...)
  • 198 RDCM, 1909, n° 110.
  • 199 Ibid.

126Le « désert autour de Paris » renvoie aussi à une critique émanant de la Section d’hygiène, dont les membres invoquent l’« aménagement rationnel des villes » contre la surenchère en matière d’espaces libres engagée par Dausset. Il ne suffit pas d’accroître les espaces libres, encore faut-il que ceux-ci soient rationnellement distribués. Sous ce rapport Dausset s’expose à la critique. Selon Risler, son projet remplace les fortifications par un « mur formé de casernes de sept étages plus désastreux au point de vue hygiénique et esthétique que les remparts actuels relativement bas et recouverts de gazon196 ». Quant à l’anneau continu d’espaces libres, pour Bechmann, il « constituera un vrai désert197 ». Dausset, qui entretient des contacts avec la section198, a connaissance des objections adressées à son projet, qui « mettrait autour de Paris une bande d’isolement d’entretien coûteux, d’une surveillance difficile, refuge des malfaiteurs et où on ne pourrait dessiner des parcs coquets et utiles, ce ruban s’opposant au développement normal de la cité, empêchant tout contact entre le Paris ancien et le Paris futur199 ». Il entreprend donc de les réfuter.

  • 200 Ibid.
  • 201 Ibid.
  • 202 Ibid.

127Dausset repousse l’accusation de monotonie adressée à l’anneau de parcs créés par son projet : il est possible de conférer un aspect varié à la zone, tout en l’adaptant « aux nécessités diverses de l’hygiène et du sport200 ». D’ailleurs, la monotonie n’existe que dans l’esprit de ses détracteurs : les promeneurs ne verront pas l’ensemble de la zone. Les parcs, plus nombreux que ceux que prévoit Hénard, assureront la variété des sites et des aspects. Par ailleurs, la zone est suffisante pour « dessiner des parcs intéressants201 » : les Tuileries et le parc Monceau font moins de 200 m dans leur plus grande largeur. Dausset réfute aussi l’affirmation selon laquelle l’anneau d’espaces libres isolerait Paris de la banlieue. Son projet ne s’oppose pas au développement naturel de Paris, le développement urbain n’étant pas radial par essence : « On omet d’ajouter que les agglomérations constituées le long de ces rayons s’étendent peu à peu, finissent par se rejoindre, si bien que l’extension des villes continue à se réaliser concentriquement202. » D’ailleurs les espaces libres n’ont jamais formé de barrières infranchissables entre les différentes parties d’une agglomération. La Seine n’a pas empêché la capitale de se développer sur ses deux rives. Paris et sa banlieue se sont rejoints malgré l’enceinte et la zone, et les Champs-Élysées ou le parc Monceau ne séparent pas les habitants des immeubles se faisant face. Quant aux dangers pour la sécurité publique que présenteraient les espaces libres entourant Paris, ils sont exagérés. Les parcs, qui pourront être clos de grilles, seront loués à des sociétés concessionnaires qui en assureront la surveillance.

Les forces mobilisées par Dausset :
la Ligue pour les espaces libres

128Dausset semble avoir rallié sans difficulté les édiles à son projet. Dans son allocution d’ouverture de la première session ordinaire de 1909, Pierre Lampué, le doyen d’âge du conseil, se lance dans une description idyllique de la capitale transfigurée par la réalisation du projet Dausset :

  • 203 PVCM, 1909, 29 mars.

« À la place des vilaines murailles des fortifications qui entourent Paris, on voyait un beau parc ininterrompu où les arbres, les arbustes et les fleurs faisaient à notre ville une ceinture de santé et de beauté aussi ; songez à ces 35 kilomètres de pelouses, avec ponts rustiques, cascatelles et ruisselets, toute une série de paysages au pastel203. »

  • 204 E. Gay, Nos édiles, op. cit., (...)
  • 205 RDCM, 1909, n° 110.

129Ces propos témoignent d’un consensus. S’exprimant au titre de doyen d’âge, Lampué ne peut prendre position sur des sujets controversés. Inscrit au Groupe radical-socialiste204, il est d’ailleurs un adversaire politique de Dausset. Dès 1909 le conseil semble donc avoir accepté le projet Dausset. Cette acceptation tient sans doute au succès extra-municipal de l’édile, qui tente de se rallier les autorités sociales mobilisées en faveur des espaces libres depuis le début du siècle. En 1909 Dausset affirme que l’idée de créer des espaces libres sur la zone « a été accueillie avec une faveur générale dans tous les milieux où l’on a quelque souci d’améliorer les conditions de vie de la population parisienne205 ». Quelles sont ces instances rassemblées autour du projet Dausset et comment le ralliement s’opère-t-il ?

La conversion de Doumer

  • 206 La Ligue pour les Espaces libres, l’Assainissement et les Spor (...)
  • 207 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op (...)
  • 208 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op (...)

130Dans l’adoption du projet Dausset, le député Paul Doumer, ancien président de la Chambre, ancien ministre et ancien gouverneur de l’Indochine, joue un rôle de premier plan206. Dausset use de sa position de rapporteur général du comité du budget du conseil municipal pour proposer un projet d’aménagement de l’enceinte. La même logique incite Doumer à intervenir sur cette question. En 1909 Doumer est le rapporteur général du budget de la Chambre et à ce titre il propose de confier l’examen de la proposition de loi Siegfried à une commission extra-parlementaire regroupant des délégués de la Chambre, du Sénat, du conseil municipal et de l’administration des Finances207. Nommé président de cette instance, Doumer lui assigne pour mission de parvenir à un compromis entre les deux projets en concurrence208.

  • 209 RDCM, 1905, n° 4.

131L’intérêt de Doumer pour l’enceinte est ancien. En 1902, alors qu’il présidait la Commission des crédits, il a rencontré Brousse pour discuter du projet de loi légalisant la convention Ville-État de 1902. D’après Brousse, Doumer s’est fait entre 1902 et 1904 l’interprète des objections municipales209. Défenseur des intérêts municipaux peut-être, champion de l’esthétique urbaine et des espaces libres sûrement pas. Fin 1902, la Société pour la protection des paysages de France proteste auprès de Doumer contre le lotissement de l’enceinte prévu par le projet de loi :

  • 210 Bulletin de la Société française pour la (...)

« [Si] la convention entre l’État et la Ville de Paris est approuvée, les conséquences irréparables en seront désastreuses pour la beauté de Paris, pour le renom de sa splendeur, pour la prospérité matérielle de son développement.
Nous croyons devoir tout d’abord exprimer le vif regret que l’idée même de la convention présentée ait pu être conçue, alors que toutes les grandes villes d’Europe n’ont démoli leurs fortifications que pour les remplacer par des promenades publiques ou des avenues monumentales210. »

132Au début des années 1900, Doumer est encore pour les esthètes un interlocuteur qu’il s’agit de convertir. Quelques années plus tard, il s’engage en faveur d’un aménagement de l’enceinte laissant une part maximale aux espaces libres.

La Ligue pour les espaces libres

  • 211 « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », o (...)
  • 212 RDCM, 1909, n° 110.
  • 213 Ibid.
  • 214 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op (...)

133En février 1909 est créée une Ligue pour les espaces libres, l’assainissement et les sports sous l’impulsion de la Chambre de propriétaires. Paul Doumer en est le président et Léopold Mourgues, le directeur de la Chambre syndicale des propriétés immobilières de la ville de Paris, le secrétaire général211. Selon Dausset, la ligue, constituée « en dehors de toute préoccupation d’ordre politique ou financier212 », rassemble rapidement « toutes les grandes sociétés de sports ou de tourisme, aussi bien que les groupements les plus importants de commerçants, d’artistes, d’architectes, ou même de simples contribuables [ainsi que d’] éminentes personnalités du monde scientifique et littéraire213 ». À la Section d’hygiène, la perception de la ligue et de ses intentions est tout autre. Pour Hénard, la ligue n’a été fondée que pour défendre des intérêts des propriétaires fonciers parisiens. Sous couvert d’un combat pour les espaces libres, elle veut éviter que la mise sur le marché des terrains de la zone entraîne une baisse du prix des terrains à Paris214.

  • 215 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. 4.

134Qu’en est-il alors de la ligue et de ses objectifs ? La Ligue pour les espaces libres, l’assainissement et les sports, dont le nom entretient la confusion avec le Comité pour la conservation et la création des espaces libres de Bonvalot, qu’elle compte d’ailleurs parmi ses membres215, se donne pour l’héritière des animateurs de la campagne de 1905 et des hygiénistes :

  • 216 Ibid., p. 16.

« Sous son drapeau se sont groupés : toutes les sociétés sportives […] ; toutes les chambres syndicales se rapportant à l’industrie du bâtiment : propriétaires, architectes, entrepreneurs ; les sociétés constituées pour la défense de l’hygiène et de la santé publique ; des groupements formidables de commerçants et d’industriels216. »

135Les termes sont très proches de ceux que Dausset emploie pour décrire les soutiens dont il dispose.

  • 217 Ibid.

136La liste des 101 membres du comité directeur de la Ligue est reproduite dans un opuscule intitulé Déclassement des fortifications et conversion de la zone en espaces libres217. Pour chacun des membres, le texte mentionne l’affiliation à une ou plusieurs instances ou (et) les titres légitimant la présence dans le comité, où on retrouve certains des participants à la campagne de 1905, avec les précisions suivantes :

  • Ballif, président du Touring-Club de France ;
  • Charles Beauquier, député, président de la Société pour la protection des paysages de France ;
  • Georges Benoit-Lévy, secrétaire général de la Société des cités-jardins ;
  • Frantz-Jourdain, président du Nouveau Paris, président du Syndicat de la presse artistique ;
  • Docteur Letulle, secrétaire général du Congrès international de la tuberculose ;
  • Charles Normand, président de la Société des amis des monuments parisiens ;
  • Allouard, président des « Parisiens de Paris » ;
  • Bléteau, président du Groupement indépendant des intérêts généraux du 5e arrondissement ;
  • Paul Champ, vice-président de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques218.

137La ligue recruterait-elle dans les mêmes cercles que la campagne du Figaro ? Avant toute analyse, une remarque s’impose. Les différences entre la liste des participants au mouvement de 1905 et celle des membres du comité directeur de la ligue s’expliquent partiellement par leurs principes de constitution. Envoie qui le souhaite sa lettre au Figaro (en supposant toujours que Reichel n’ait pas opéré une sélection des correspondants qu’il cite) tandis que la composition du comité directeur de la ligue résulte de choix beaucoup plus réfléchis. Un autre élément rend la comparaison difficile : si, pour le comité, chaque nom est accompagné d’une notice, il n’en va pas de même pour tous les noms cités par Reichel. Ne sont donc pris en compte ici que les correspondants pour lesquels le journaliste a fourni quelques indications, soit 192 individus. Le rapprochement entre les deux listes révèle alors des différences significatives entre les deux populations ou du moins entre les principes de légitimité invoqués.

138Les activités professionnelles des individus figurant dans ces deux listes sont très différentes :

  • 219 Députés et anciens députés, sénateurs et anciens sénateurs, mi (...)

139Note 219219

  • 220 Hors professeurs de médecine, regroupés avec les médecins.

140Note 220220

  • 221 Ou fonctionnaires municipaux et hors enseignants et scientifiq (...)

141Note 221221

  • 222 Max-Vincent figure au comité directeur comme ancien membre du (...)

142Les édiles, y compris Dausset, sont absents du comité directeur de la ligue, alors qu’ils ont participé à la campagne de 1905222. De même, les parlementaires, qui constituent plus du quart des correspondants du Figaro, ne représentent qu’un dixième des membres du comité directeur. Par ailleurs, les hommes de presse, très présents en septembre 1905, sont très peu nombreux à la ligue. La forme du mouvement de 1905 explique sans doute la forte participation des journalistes.

143Médecins, enseignants et savants, avocats et serviteurs de l’État sont proportionnellement et même en valeur absolue plus nombreux au comité directeur de la ligue que chez les défenseurs du Bois. On peut rendre compte de cette différence en s’intéressant, non plus aux professions des individus, mais aux principes de légitimité invoqués pour rendre compte de leur présence, c’est-à-dire à l’appartenance à tel ou tel groupement, systématiquement mentionnée pour le comité. Par ordre décroissant, les affiliations les plus fréquentes des membres du comité sont les suivantes :

  • 223 Langlois, qui écrit au Figaro « au nom du président (...)

144Note 223223

  • 224 Y compris Desgranges, « Directeur rédacteur en chef de L’Auto  (...)

145Note 224224

  • 225 L’appartenance au monde des affaires, de l’industrie ou de l’a (...)

146La défense des intérêts commerciaux ou industriels, presque jamais mentionnée en septembre 1905225, est très souvent invoquée pour rendre compte de la présence au comité directeur de la ligue. Les groupements cités sont très divers, de la Chambre syndicale des charcutiers de Paris à l’Union des syndicats patronaux des industries textiles de France.

147La défense de la propriété parisienne n’était que très rarement revendiquée chez les correspondants du Figaro, dont cinq seulement sont désignés comme « propriétaires ». En revanche, le comité directeur de la ligue compte cinq dirigeants de la Chambre syndicale des propriétés immobilières de la ville de Paris, auxquels on peut ajouter Joseph Guérin, le directeur de La France immobilière. Enfin, le comité se signale par une présence forte des instances de défense des intérêts locaux, affiliation presque inconnue en septembre 1905.

148La comparaison semble donner raison à Hénard pour qui la ligue ne vise qu’à défendre les intérêts des propriétaires parisiens. Il faut cependant rester prudent, ne serait-ce qu’en raison des procédures très différentes présidant à la sélection des populations comparées. D’autres éléments incitent d’ailleurs à penser que les affirmations de Hénard n’épuisent pas toute la signification de la mobilisation au sein de la ligue. Les affiliations des membres du comité directeur répondent aux principes de légitimité mis en avant en septembre 1905. L’appartenance à une instance de défense des intérêts sportifs, esthétiques et touristiques ou à une organisation hygiéniste est même plus fréquente que chez les correspondants du Figaro. La composition du comité semble répondre à des impératifs de sérieux absents en septembre 1905, comme en témoigne la présence plus forte des médecins, des professeurs et savants, des commis de l’État, des architectes, ainsi que l’apparition des ingénieurs et la disparition des hommes de presse et des femmes.

149Le but de la ligue est de promouvoir un aménagement de l’enceinte et de la zone conforme au projet Dausset :

  • 226 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. (...)

« Le projet de M. Louis Dausset […] servait les intérêts les plus sacrés de l’agglomération de quatre millions d’âmes que forment Paris et sa banlieue immédiate.
Aussi, presque spontanément, se constitua-t-il une Ligue pour les espaces libres, l’assainissement et les sports dont le but, hautement avoué, était de faire triompher les principes contenus dans ce projet226. »

  • 227 RDCM, 1909, n° 110.

150Selon Dausset, outre la Ligue pour les espaces libres, le Syndicat général de la banlieue parisienne et l’Association des cités-jardins de France adhèrent à son projet. Le Congrès national de l’assainissement et de la salubrité de l’habitation a émis le vœu que « le terrain des fortifications soit aménagé pour sa plus grande partie en parcs, et que la zone soit transformée en espaces libres227 ». Quant à la Société de médecine publique et de génie sanitaire, elle se serait prononcée pour le projet Dausset dès mars 1909.

  • 228 Ibid.
  • 229 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 230 RDCM, 1909, n° 110.
  • 231 « Travaux des sections. SHUR : séance du 16 janvier 1913 », op (...)

151Sollicitant l’adhésion des autorités sociales mobilisées en faveur des espaces libres, Dausset envisage aussi de recourir à leur compétence, en particulier pour tracer les futurs parcs de la zone. En 1909, il déclare « s’en rapporte[r] au Service technique des promenades, guidée au besoin par une commission de gens compétents, pour éviter la monotonie des futurs espaces libres228 ». Dausset ne refuse donc pas l’intervention des « spécialistes de la beauté229 » pour lesquels Jourdain réclamait un droit de regard. La constitution d’une ligue ne comportant que des personnalités extérieures au conseil municipal relève peut-être de la même logique. Il faut cependant nuancer les affirmations triomphantes de l’édile au sujet des « hautes et précieuses adhésions230 » que recueille son projet. D’après Parenty, de la Section d’hygiène, la Société de médecine publique a refusé d’approuver le projet Dausset231. Il s’agit maintenant d’analyser la façon dont la section en est venue à accepter l’aménagement de l’enceinte proposé par Dausset et soutenu par la Ligue pour les espaces libres.

La Section d’hygiène,
la Ligue pour les espaces libres et le projet Dausset

Le ralliement discret de la Section d’hygiène au projet Dausset

  • 232 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op (...)
  • 233 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op (...)
  • 234 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op (...)
  • 235 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. 5-11.

152À la section, la ligue est perçue comme une machine de guerre au service des propriétaires fonciers parisiens. Telle est en tout cas l’opinion de Risler232 et surtout de Hénard233, dont l’attitude très critique s’explique aisément : Hénard est l’un des membres de la section les plus impliqués dans la question de l’enceinte, puisqu’il est l’auteur du projet initial, matrice de toutes les variantes ultérieures défendues par la section. Les initiateurs de la ligue semblent avoir fait preuve d’une certaine maladresse à l’égard de la section. Le 14 janvier 1909, Risler annonce à ses collègues la création de la ligue au cours d’une réunion provoquée par la Chambre des propriétaires. Il ajoute que parmi les membres de la section seuls Forestier et Souza ont été convoqués à cette réunion et qu’ils n’ont d’ailleurs pas été atteints par la convocation. Et Risler de s’« étonn[er] que ni les autres membres de la Section d’hygiène, ni les orateurs de la Sorbonne n’aient été invités234 ». Les relations ne s’engagent donc pas sous les meilleurs auspices. Pourtant, des contacts s’établissent. On retrouve d’ailleurs des membres de la section au comité directeur de la ligue235.

153Pour rendre compte du ralliement d’une partie au moins de la section au projet défendu par la ligue, il faut revenir sur la tentative de conciliation entre les deux projets concurrents entreprise sous l’égide de Doumer.

  • 236 RDCM, 1909, n° 110.
  • 237 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op (...)
  • 238 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op (...)
  • 239 Idem.
  • 240 Ibid., p. 250.

154Le 1er juillet 1908, la Chambre a été saisie de la proposition de loi Siegfried, concernant la partie nord-ouest des fortifications236, dont Doumer a proposé de confier l’examen à une commission extra-parlementaire. Sur la demande de Siegfried, quelques membres de la section s’ajoutent à cette commission237. La commission extra-parlementaire, que Siegfried appelle « Commission officieuse des espaces libres238 », se réunit à trois reprises au printemps 1909, sous la présidence de Doumer. D’après Siegfried, elle a pour objet de tenter une transaction entre le projet de la Section et celui de Dausset239. À cet effet Bechmann rédige un projet concernant l’ensemble de l’enceinte et un résumé des principes inspirant Doumer. D’après Bechmann, Doumer est favorable à un aménagement largement inspiré des idées de Dausset mais faisant une part plus large encore aux espaces libres. Conformément au projet Dausset, la zone serait transformée en une « bande ininterrompue de jardins avec terrains de jeux qui remplaceraient avantageusement les talus de l’enceinte bastionnée pour servir de promenade aux populations des quartiers de la périphérie240 ». En revanche, les fortifications ne seraient pas entièrement loties :

  • 241 Idem.

« La Ville serait […] autorisée à se couvrir d’une part des dépenses ainsi engagées par la revente d’une certaine proportion des anciens terrains militaires, avec faculté d’y bâtir sous certaines conditions restrictives de la surface occupée par les bâtiments, de la hauteur des constructions, de manière à sauvegarder à la fois l’esthétique et l’hygiène.
Le surplus des anciens terrains militaires devrait servir à élargir par places la bande de verdure créée sur la zone de servitude de manière à former des parcs de plus grande étendue. On réserverait notamment les terrains en bordure du Bois de Boulogne241. »

155Le « projet Doumer » constitue donc une synthèse, maximisant la quantité d’espaces libres, entre le projet du Musée social et celui de Dausset.

  • 242 RDCM, 1909, n° 110.

156C’est à cette solution que se rallie la Ligue pour les espaces libres quelques mois plus tard, en octobre 1909, sous l’impulsion de Doumer242 :

  • 243 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. (...)

« M. Louis Dausset […] a réclamé l’aménagement intégral en espaces libres de la zone militaire […].
M. Paul Doumer et notre Ligue, allant plus loin, proposent l’aménagement en espaces libres non seulement de la zone militaire, mais aussi d’une partie très importante des fortifications […]. Onze parcs disposés autour de Paris occuperaient à la fois les terrains de la zone militaire et les terrains correspondants des fortifications243. »

  • 244 « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », o (...)

157Cette décision ne semble d’ailleurs pas faire l’unanimité au sein de la ligue : d’après Hénard, Mourgues s’est prononcé contre tout lotissement de l’enceinte dans un article paru dans le Journal de la Chambre des propriétaires le 16 septembre 1909, quelques semaines avant le ralliement de la ligue à la combinaison proposée par Doumer244.

158Fin 1909, quatre projets sont donc en concurrence : le projet du Musée social, le projet Dausset, celui de Doumer et de la ligue et enfin la solution proposée par Mourgues. La section est partie prenante dans deux de ces projets : celui du Musée social évidemment mais aussi celui de Doumer, qui reprend une partie des propositions du Musée social et dont Bechmann a rédigé pour la section une présentation, suite aux réunions de la « Commission officieuse des fortifications ».

  • 245 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op (...)

159En 1909, l’enceinte revient deux fois à l’ordre du jour des séances de la Section d’hygiène, révélant des divergences de vue245. Certains membres de la section sont bien disposés à l’égard de la ligue et du projet Doumer. Rey, dès l’annonce de la constitution de la ligue, souhaite que la section reçoive Mourgues. Par la suite, il se déclare favorable à l’examen du projet de la Chambre des propriétaires. Forestier, Clermont et Risler, eux, semblent séduits par la quantité d’espaces libres prévus par le projet Doumer. Les adversaires du projet de la « Commission officieuse » émettent différentes objections. Parenty se fait l’écho des protestations des communes de banlieues contre le projet Dausset. Hénard conteste le projet Doumer au nom du réalisme financier. Quant à Bechmann, il s’élève contre le maintien de la zone en espaces libres en invoquant l’« aménagement rationnel des villes ». Toutefois, quelques mois plus tard, il ne mentionne plus qu’un seul inconvénient du projet Doumer, son coût.

  • 246 « Travaux des sections. SHUR : séance du 16 janvier 1913 », op (...)

160La question des fortifications stricto sensu ne revient plus à l’ordre du jour de la section avant la rédaction de la convention de 1912, qui reprend les termes du projet Dausset. Le 16 janvier 1913, Risler rappelle à ses collègues que la section s’est ralliée au projet Dausset car celui-ci augmente les espaces libres de la capitale, d’où « un surcroît de bien être et de beauté très appréciable246 ». Les publications périodiques du Musée social n’expliquent pas comment s’est opéré ce ralliement. Il faut donc interroger d’autres sources : brochure de la Ligue pour les espaces libres et documents émanant du conseil municipal.

161Onze membres de la Section d’hygiène siègent au comité directeur de la ligue. Certains ont pris la défense de la synthèse proposée par Doumer (Forestier, Clermont, Rey). Cependant même Hénard, très critique envers les motivations de la ligue, siège au comité. Aucun des membres de la section ne figure toutefois ès qualités sur la liste reproduite dans Déclassement des fortifications et transformation de la zone en espaces libres. Beauquier, Clermont et Souza sont cités en tant que président et membres du comité directeur de la Société pour la protection des paysages de France. Benoit-Lévy figure au comité comme secrétaire général de la Société des cités-jardins (sic) et Marié-Davy comme secrétaire général de la commission permanente des Congrès internationaux d’assainissement et de salubrité de l’habitation. Bonnier est mentionné comme président de la Société des architectes diplômés par le gouvernement et Rey comme architecte DG, lauréat de l’Institut et membre de la Société centrale des architectes. Forestier est cité au titre de conservateur des promenades de Paris, Guérin comme directeur de La France immobilière et Muzet comme président du Syndicat général du commerce et de l’industrie. Quant à Hénard, il préside un certain « Comité des fortifications ». L’appartenance au Musée social est délaissée au profit d’autres principes de légitimité : légitimité de l’esthète, de l’hygiéniste, de l’architecte et du défenseur des intérêts de la propriété, du commerce et de l’industrie. On peut donc parler d’un ralliement « discret » des réformateurs sociaux à un projet initié par un édile.

Les « édiles apprivoisés »

  • 247 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] (...)

162Tout se passe comme si les réformateurs sociaux acceptaient de ne pas avoir « fortifications gagnées247 » comme disait Landouzy. Il faut dire qu’entre temps l’idée d’un « aménagement rationnel des villes » s’est imposée au conseil municipal.

  • 248 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit.
  • 249 PVCM, 1909, 31 déc.
  • 250 PVCM, 1910, 5 et 31 déc., 1911, 8 (...)

163L’adversaire du Musée social qu’est Dausset au sujet des fortifications se mue en allié sur la question de l’« aménagement rationnel des villes ». Dans cette évolution, achevée avant 1912, l’Association des cités-jardins de France joue un rôle particulier, ce qui n’a rien d’étonnant, des liens durables semblant exister entre Dausset et l’association dont Benoit-Lévy est le secrétaire général. Dans la première proposition Dausset, les documents émanant de l’Association des cités-jardins constituent la seule référence aux travaux des réformateurs sociaux. L’exemplaire de Déclassement des fortifications et conversion de la zone en espaces libres conservé à la bibliothèque administrative de l’Hôtel de ville de Paris porte la dédicace manuscrite suivante : « À Monsieur Louis Dausset, en souvenir de sa belle campagne des Fortifications248. » La signature, difficilement déchiffrable, semble être celle de Benoit-Lévy, l’un des membres de la section qu’on retrouve au comité directeur de la Ligue pour les espaces libres. De fait, de bonnes relations existent entre l’Association des cités-jardins et le conseil municipal, Dausset participant à leur entretien. Depuis 1909, le conseil subventionne l’association. En 1909, la subvention est accordée sur la demande de Brunet249. Les années suivantes c’est Dausset qui en obtient le renouvellement250.

  • 251 PVCM, 1910, 9 déc.
  • 252 PVCM, 1911, 10 nov.
  • 253 PVCM, 1911, 22 déc.

164La situation n’a rien d’exceptionnel. Comme les réformateurs sociaux, hygiénistes, sportifs et esthètes ne dédaignent pas de s’adresser aux édiles pour obtenir un soutien financier. En 1910, Landouzy dépose une pétition « sollicitant une subvention à l’occasion du Congrès de médecine de langue française251 ». L’année suivante, la Société pour la protection des paysages de France, par l’intermédiaire de Froment-Meurice, « sollicit[e] une subvention au compte rendu du Congrès international pour la protection des paysages252 » tandis que l’Automobile Club de Seine-et-Oise se voit accorder 500 F pour organiser un concours de pare-boue253. En ces occasions, réformateurs sociaux, hygiénistes et « gens du monde » sont les obligés des édiles. La relation de patronage que souhaite établir le Musée social est inversée.

  • 254 PVCM, 1910, 31 janv.

165Il n’en va pas toujours de même. Afin d’organiser un concours pour établir le « plan d’extension » de Paris, Dausset réclame en 1910 la création d’« une commission composée d’artistes, d’architectes, d’ingénieurs, de membres du Conseil municipal et de fonctionnaires254 », disposition d’ailleurs approuvée par ses collègues. Une telle commission ressemblerait, tout en laissant plus de place aux édiles et aux fonctionnaires, à celle que Risler appelait de ses vœux l’année précédente :

  • 255 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Risler », op (...)

« Il faut […] que Paris ait son plan d’extension, et que ce plan soit dressé en dehors des visées électorales étroites et des dissensions administratives, par un petit nombre d’hommes, spécialistes passionnés pour ces questions d’hygiène et d’esthétique urbaines, décidés à ne pas épargner leur peine et à aboutir rapidement255. »

166La commission que réclame Dausset aurait d’ailleurs vocation à accueillir entre autres des membres de la section. L’idée même du concours répond aux vœux de cette dernière. Les édiles semblent donc disposés à partager avec les réformateurs sociaux, mais aussi avec les « gens du monde » (« artistes »), la responsabilité de l’urbanisme parisien, comme ils étaient déjà soucieux d’associer ces derniers aux recherches sur l’histoire de la capitale à la fin du xixe siècle.

  • 256 RDCM, 1908, n° 68.

167Plus largement, les élus locaux reconnaissent un rôle d’initiateurs aux réformateurs sociaux, comme en témoigne leur mobilisation en 1910 autour de la proposition de loi sur l’expropriation pour cause d’insalubrité déposée par Siegfried. Au tournant des années 1900-1910, la question des grands travaux est à l’ordre du jour au conseil municipal. En mars 1908, le conseil a été saisi d’un mémoire du préfet de la Seine, comportant selon Dausset « des projets qui intéressent au plus haut point l’hygiène et la santé de Paris, tels que la lutte contre la tuberculose, la création de réservoirs d’air, l’assainissement d’îlots insalubres256 ». C’est dans ce contexte que le conseil est amené à s’intéresser à une initiative des milieux réformateurs. En 1904, Siegfried a déposé une proposition dont Juillerat résume ainsi l’esprit :

  • 257 P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. (...)

« Partant du principe que “nul ne doit s’enrichir de sa faute”, le projet Siegfried déclare qu’en cas d’expropriation pour cause d’insalubrité l’indemnité à allouer au propriétaire ne peut être supérieure à la valeur vénale courante de l’immeuble et ne comprendra jamais d’indemnité pour le fait de dépossession257. »

  • 258 PVCM, 1910, 28 nov.
  • 259 Ibid., 21 nov.
  • 260 Ibid., 28 nov.

168D’après Lemarchand, du conseil municipal, l’idée a été bien accueillie par l’opinion même si elle est restée lettre morte. Siegfried revient à la charge en 1908, ave une nouvelle proposition. Entre temps, la Commission permanente de la tuberculose du ministère de l’Intérieur s’est saisie de la question. Sur un rapport de Juillerat, elle adopte un nouveau projet, permettant l’expropriation pour insalubrité dans des conditions moins onéreuses pour les villes, que Siegfried substitue à sa proposition primitive258. Le 21 novembre 1910, les édiles adoptent « un vœu tendant au vote par le Parlement d’une loi portant expropriation pour œuvre de salubrité publique259 ». Quelques jours plus tard, Lemarchand, « à la veille d’une période de grands travaux très coûteux pour la ville de Paris », invite ses collègues à émettre le vœu « que le Parlement vote, sans retard, la proposition de loi déposée par M. Jules Siegfried en 1904 et relative à l’expropriation d’utilité publique pour cause d’insalubrité260 ». L’épisode témoigne d’une reconnaissance par les édiles de l’action des réformateurs sociaux. Au sujet de l’« aménagement rationnel des villes », on assiste à une évolution du même ordre, dans laquelle Dausset joue un rôle de premier plan.

  • 261 RDCM, 1908, n° 68.

169Dès 1908, Dausset a intégré la problématique de l’« aménagement rationnel des villes » à son projet pour l’enceinte. Il ne s’agit pas d’une démarche de circonstance, comme en témoigne l’intérêt qu’il accorde à la question dans son Rapport général présenté au nom du Comité du budget261. Cet intérêt persiste au-delà de 1908, Dausset mettant à profit ses fonctions de rapporteur général du budget pour faire prévaloir les principes d’un « aménagement rationnel » de l’agglomération parisienne.

170En janvier 1910, Dausset demande à ses collègues d’adopter plusieurs dispositions annexées au rapport général sur le projet de budget de 1911, parmi lesquelles figure le projet de délibération suivant :

  • 262 PVCM, 1910, 31 janv.

« Le Conseil,
[…]
Considérant qu’il importe d’établir un plan d’extension pour le développement de Paris et des communes suburbaines limitrophes, tant au point de vue de la circulation que de l’esthétique et de l’hygiène,
Délibère :
M. le Sénateur, Préfet de la Seine, est invité à constituer une commission […] chargée d’élaborer les conditions du concours à établir pour dresser le plan d’extension de Paris et des communes limitrophes262. »

  • 263 RDCM, 1912, n° 95.
  • 264 Dausset présidera le Comité supérieur de l’aménagement et de l (...)

171Dès 1910 la notion de « plan d’extension » est donc présente chez Dausset. En 1912 ce dernier, qui est toujours rapporteur général du Comité du budget, consacre un chapitre de son rapport au « développement de Paris263 ». Il y expose des idées très proches de celles de la Section d’hygiène. L’adhésion de Dausset à l’idée d’un « plan d’extension » de la capitale est donc précoce et durable264. Elle n’attend pas la conclusion de la bataille pour l’aménagement de l’enceinte. C’est sans doute ce qui rend possible le ralliement du Musée social au projet Dausset.

  • 265 PVCM, 1911, 28 déc.
  • 266 Ibid.
  • 267 Ibid.

172L’avocat de l« aménagement rationnel des villes » au conseil n’est pas isolé. Parmi les activités du Service des travaux historiques de la ville de Paris, on recense un « enseignement de l’histoire de Paris, professé par l’Inspecteur des travaux historiques265 ». En 1910-1911, les cours ont porté sur les thèmes suivants : « les espaces libres à Paris au xviie siècle » et « l’évolution urbaine à Paris266 ». Par ailleurs, le budget municipal comprend des dépenses pour le renouvellement de l’indemnité à Marcel Poëte pour son cours sur l’histoire de Paris, pour les honoraires des auteurs de l’histoire générale de Paris, pour les travaux de dépouillements documentaires et bibliographiques relatifs à l’histoire de Paris et pour l’histoire de Paris
pendant la Révolution et l’époque contemporaine. Ces dépenses sont à la fois l’indice et le vecteur de la diffusion d’une « culture générale urbanistique » chez les édiles, dont les racines sont d’ailleurs assez anciennes : en 1911, l’enseignement sur l’histoire de Paris est entré dans sa neuvième année267. L’intérêt pour l’histoire de l’urbanisme de la capitale est donc antérieur à l’intervention du Musée social dans le débat sur l’enceinte, comme en témoigne d’ailleurs la création dès 1897 de la Commission du Vieux Paris.

173On ne peut donc pas créditer le Musée social de l’émergence des préoccupations urbanistiques au conseil. Son action n’est cependant pas sans effet. Elle consolide l’intérêt édilitaire pour les espaces libres et l’esthétique urbaine en accroissant les gratifications, présentes depuis la mobilisation des « gens du monde », accordées aux élus s’emparant de ces questions. Elle oriente aussi les préoccupations des édiles vers l’enjeu mieux défini qu’est l’« aménagement rationnel des villes ». L’échec du Musée social est relatif : il perd la manche que constitue l’aménagement de l’enceinte mais, dans la mesure où la thématique de l’« aménagement rationnel des villes » pénètre le conseil municipal, il a gagné la partie, ou du moins a contribué à la gagner.

174Ces réflexions incitent à nuancer l’idée que les réformateurs sociaux se font de l’efficacité de leur action d’« entrepreneurs de normes » hygiéniques et urbanistiques. S’ils ont, avec les « gens du monde », incité les socialistes à faire des espaces libres en général et des fortifications en particulier un enjeu, ils ne semblent pas avoir fait véritablement œuvre d’« entrepreneurs de normes » à l’égard des édiles parisiens. La mobilisation, tardive, du Musée social a au mieux contribué marginalement à diffuser la thématique des « espaces libres » auprès des élus locaux. Le travail était déjà fait.

175Une fraction au moins des édiles semble d’ailleurs n’avoir même pas attendu les « gens du monde » et le « Tout-Paris » pour prendre en compte les impératifs de l’hygiène et de l’esthétique tels que les conçoivent les autorités sociales mobilisées pour défendre le bois de Boulogne en 1905. Sans doute les élus parisiens du début du siècle touchent-ils par trop de points au « Tout-Paris » pour que la campagne du Figaro soit nécessaire pour les sensibiliser aux espaces libres.

  • 268 L’urbanisme se reconnaît d’ailleurs comme l’héritier de l’ense (...)

176Quels sont alors les effets de la mobilisation des réformateurs sur l’enceinte ? La rentabilité de cette mobilisation est avant tout interne au milieu de la réforme sociale en général et au Musée social en particulier. L’aménagement des fortifications semble jouer un rôle clé dans la conversion des hygiénistes et des réformateurs sociaux au principe de l’« aménagement rationnel des villes » ou autrement dit à l’urbanisme. Présenté depuis les années 1880 comme une question d’hygiène, le sort de l’enceinte possède aussi une dimension esthétique, confirmée par la campagne de 1905. La rencontre de ces deux types de préoccupations au sujet d’un espace à aménager fait des fortifications un des lieux où s’élabore la transmutation de l’hygiénisme en urbanisme268.

177Ce n’est qu’en tenant compte de cet effet interne aux milieux réformateurs de la mobilisation sur l’enceinte qu’on peut en dégager les éventuels effets sur les élus locaux. La conversion de Dausset à l’« aménagement rationnel des villes » ne peut être entièrement attribuée au Musée social. Dès 1908 la thématique est présente chez l’édile. Cependant, en réclamant un aménagement de l’enceinte conforme aux impératifs de l’« aménagement rationnel des villes », les réformateurs sociaux, qui ont recueilli l’héritage des « gens du monde », ont accru les gratifications auxquelles pouvaient s’attendre les édiles qui s’intéressaient à l’enceinte dans cette perspective. Le Musée social a ainsi sans doute accéléré le ralliement d’ensemble des élus locaux, au-delà de Dausset, à l’idée d’un « aménagement rationnel » de la capitale.

Notes

1 G. Osti, « La Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social », op. cit., p. 61.

2 J. Horne souligne l’hétérogénéité sociale et professionnelle des membres du Musée social et la diversité des intérêts qu’ils poursuivent. J. Horne, « L’antichambre de la Chambre : le Musée social et ses réseaux réformateurs, 1894-1914 », C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 121-140. Voir p. 123-124 et p. 129-134.

3 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale de 1908 », op. cit., p. 197.

4 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] », op. cit.

5 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Siegfried », op. cit., p. 203.

6 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale de 1908 », op. cit., p. 198.

7 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] », op. cit.

8 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. cit.

9 Ibid., p. 181.

10 Ibid., p. 182-184.

11 Il s’agit peut-être aussi de justifier le caractère tardif de la mobilisation du Musée social, le sort de l’enceinte préoccupant les défenseurs des espaces libres depuis 1902 au moins, d’après Souza lui-même.

12 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale de 1908 », op. cit., p. 198.

13 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Beauquier », op. cit., p. 223.

14 Idem.

15 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., p. 136.

16 Expression forgée à partir de la notion d’« entrepreneur de morale » développée par H. S. Becker. H. S. Becker, Outsiders, op. cit., p. 171-187.

17 La campagne est décrite par deux membres de la section. R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale de 1908 », op. cit.

18 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., p. 138.

19 J.-P. Gaudin, « Robert de Souza et “l’étude pratique d’esthétique urbaine” », op. cit.

20 Ibid.

21 Le souci d’impliquer les jeunes représentants des classes dirigeantes est une constante au Musée social. S. Elwitt, « Social Reform and Social Order in Late Nineteenth-Century France : The Musée Social and its Friends », French Historical Studies, vol. II, printemps 1980, p. 431-451.

22 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., p. 138.

23 En 1929, Risler est promu Grand Officier de la Légion d’honneur, en récompense de « trente-cinq années de collaboration aux œuvres sociales ». « M. Georges Risler, Grand Officier de la Légion d’honneur », RMMS, août 1929, p. 348-340. Citation p. 348.

24 M.-J. Dumont, Le Logement social à Paris, op. cit., p. 158.

25 Ibid., p. 159.

26 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., p. 140.

27 J.-P. Gaudin, L’Avenir en plan, op. cit., p. 58.

28 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale de 1908 », op. cit., p. 197.

29 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 221.

30 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

31 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Siegfried », op. cit., p. 201.

32 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 216.

33 M. Letulle, « La guerre à la tuberculose », Le Figaro, 25 sept. 1905.

34 C. Prochasson, Les Années électriques, 1880-1910, Paris, La Découverte, 1991.

35 A. Cormier, Extensions, limites, espaces libres, op. cit., p. 131.

36 « Travaux des sections. SHUR : séance du 27 novembre 1913 », op. cit., p. 43-44.

37 J. Horne, Le Musée social. Aux origines de l’État providence, Paris, Belin, 2004, voir p. 20.

38 Ibid., p. 20 et 24.

39 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit., p. 246.

40 Le Musée social, Paris, Arthur Rousseau éditeur, 1911, voir p. 17.

41 R.-H. Guerrand, « Jules Siegfried, la “Société française des habitations à bon marché” et la loi du 30 novembre 1994 », C. Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps, op. cit., p. 157-173.

42 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. VIII, p. 2844.

43 Ibid., t. VIII, p. 2844 et 3009-3310.

44 Ibid., t. VIII, p. 2844.

45 Ribot est l’auteur de deux ouvrages portant sur des thèmes relevant de la réforme sociale : La Réforme de l’enseignement et L’Utilité des caisses de crédit immobilier pour favoriser l’accession de la propriété aux ouvriers, idem. De même, il préside en 1906 une séance du Congrès international des jardins ouvriers. « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Landouzy », op. cit., p. 211. Par ailleurs, il a écrit au Figaro en septembre 1905. F. Reichel, Le Figaro, 9 sept. 1905.

46 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 215.

47 Idem.

48 C.-E. Curinier, DNC, op. cit., t. V, p. 225.

49 J.-L. Cohen et A. Lortie, Des fortifs au périf, op. cit., p. 94.

50 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 215.

51 C.-E. Curinier, DNC, op. cit., t. V, p. 225.

52 « Le Congrès de la tuberculose », Le Figaro, 29 sept. 1905.

53 C.-E. Curinier, DNC, op. cit., t. V, p. 225.

54 « Tribunaux », La République française, 13 sept. 1905 et « À travers Paris », Le Figaro, 30 sept. 1905.

55 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 218.

56 Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 309.

57 F. Reichel, Le Figaro, 12 sept. 1905.

58 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Beauquier », op. cit., p. 224.

59 « Les espaces libres dans les grandes villes […] Risler », op. cit., p. 368.

60 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Risler », op. cit., p. 210.

61 Pour les esthètes, cet adoubement suivi d’un retrait est symbolisé par la brièveté de l’allocution de Beauquier le 5 juin 1908. En ce qui concerne les défenseurs des espaces libres, le Comité pour la création et pour la préservation des espaces libres ne peut pas donner toute sa mesure sur la question de l’enceinte en raison de la dégradation de l’état de santé de Bonvalot. R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. cit., p. 184.

62 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Siegfried », op. cit., p. 203.

63 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op. cit., p. 55.

64 Idem.

65 Idem.

66 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Risler », op. cit., p. 368.

67 M. Rebérioux, « Un milieu socialiste à la veille de la grande guerre : Henri Sellier et le réformisme d’Albert Thomas », K. Burlen (dir.), La Banlieue Oasis, op. cit., p. 27-36. Voir p. 28.

68 Lettre de R. Hertz à A. Thomas, entre le 21 et le 24 fév. 1908.

69 Ibid. Sur les relations entre les socialistes et le Musée social, voir J. Horne, « L’antichambre de la Chambre : le Musée social et ses réseaux réformateurs », op. cit., p. 122-123.

70 A. Thomas, Espaces libres et fortifications, op. cit., p. 4.

71 Le dépouillement porte sur le mois de septembre 1905.

72 L’Humanité ne rend toutefois pas compte de la réunion de la Sorbonne.

73 R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale de 1908 », op. cit., p. 197.

74 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 216.

75 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 161-162.

76 Ibid., p. 49-50.

77 Ibid., p. 49.

78 Ibid., p. 89 et p. 161.

79 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Ribot », op. cit., p. 228.

80 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 162.

81 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 216.

82 Idem.

83 RDCM, 1907, n° 24.

84 PVCM, 1901, 18 janv.

85 PVCM, 1908, 6 juil.

86 RDCM, 1908, n° 39.

87 « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 389.

88 RDCM, 1908, n° 46.

89 J. Siegfried, « Les espaces libres à Paris », op. cit., p. 76-77.

90 PVCM, 1908, 29 juin.

91 Ibid., 10 juil.

92 RDCM, 1908, n° 46.

93 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. II, p. 795-796.

94 Liste de MM. les membres du Conseil municipal, n° 110, 14 oct. 1907 et n° 111, 25 juil. 1908.

95 PVCM, 1908, 4 nov.

96 RDCM, 1908, n° 73.

97 Lettre du ministre des Finances au préfet de la Seine du 13 mars 1908. RDCM, 1908, n° 39, annexe n° 6.

98 RDCM, 1908, n° 39.

99 Ibid.

100 PVCM, 1908, 6 juil.

101 Ibid.

102 Ibid.

103 C.-E. Curinier, DNC, op. cit., t. II, p. 302-303 et E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 109-110.

104 PVCM, 1908, 6 juil.

105 Chassaigne-Goyon et Quentin-Bauchart sont bonapartistes, Galli et Caire anti-dreyfusards. E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 89-90, p. 145-146, p. 149-150 et p. 157-158.

106 PVCM, 1908, 6 juil.

107 A. Thomas, « Contre les espaces libres, le Conseil municipal débute », L’Humanité, 7 juil. 1908.

108 Trois membres de la commission votent l’ajournement (Ranvier, Lajarrige et Navarre). Chez Lajarrige, élu de la Villette, le vote est motivé par une question d’intérêt local : l’exclusion du projet de convention de la portion d’enceinte entre le canal Saint-Denis et la porte de Pantin s’oppose à la réalisation rapide des projets de création du nouveau port de la Villette et d’élargissement du canal de l’Ourcq. RDCM, 1908, n° 39 et E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 325.

109 RDCM, 1908, n° 39.

110 RDCM, 1908, n° 91.

111 Ibid.

112 Ibid.

113 Ibid.

114 Ibid.

115 RDCM, 1908, n° 73.

116 « Procès-verbaux des séances. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 389. Proposition de loi reproduite dans J. Siegfried, « Les espaces libres à Paris », op. cit., p. 76-77.

117 RDCM, 1908, n° 73.

118 Ibid.

119 Ibid.

120 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. IV, p. 1248-1250.

121 RDCM, 1908, n° 68.

122 RDCM, 1908, n° 91.

123 P. Champ, Les Sports, 20 sept. 1905. Cité dans « Journaux de ce matin », Le Journal, 20 sept. 1905.

124 RDCM, 1908, n° 91.

125 Ibid.

126 Ibid.

127 B. Marchand, Paris. Histoire d’une ville, op. cit., p. 185.

128 « Travaux des sections. SHUR : séance du 18 février 1914. Rapport de M. Schloesing sur le mémoire du Préfet de la Seine relatif au plan d’extension de Paris – 1re partie : problème de la circulation », op. cit., p. 206.

129 RDCM, 1908, n° 73.

130 Ibid.

131 Ibid.

132 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Robert », op. cit., p. 218.

133 RDCM, 1908, n° 73.

134 RDCM, 1908, n° 91.

135 Ce qui chez Landouzy correspond au taux général de mortalité tuberculeuse constitue pour Dausset le chiffre maximal, atteint dans les quartiers les moins favorisés. À ceci près, Dausset procède de la même façon que Landouzy pour prouver le rôle sanitaire des espaces libres. « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Landouzy », op. cit., p. 212.

136 RDCM, 1908, n° 91.

137 Ibid.

138 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Hénard », op. cit., p. 191. Ces chiffres sont mobilisés à plusieurs reprises à la section et au conseil. On les retrouve par exemple chez Rendu, qui combine les deux appartenances. « Travaux des sections. SHUR : séance du 20 janvier 1911. Emprunt de la ville de Paris – Insuffisance des crédits pour les espaces libres. Exposé d’A. Rendu, conseiller municipal de Paris », op. cit., p. 68.

139 RDCM, 1908, n° 91.

140 Ibid.

141 RDCM, 1908, n° 68.

142 Ibid.

143 RDCM, 1908, n° 73.

144 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Risler », op. cit., p. 204.

145 RDCM, 1908, n° 73.

146 Ibid.

147 RDCM, 1908, n° 68.

148 RDCM, 1908, n° 73.

149 RDCM, 1908, n° 91.

150 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Hénard », op. cit., p. 193.

151 RDCM, 1908, n° 73.

152 RDCM, 1908, n° 91.

153 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., p. 136 et 140.

154 RDCM, 1907, n° 24.

155 RDCM, 1893, n° 22.

156 P. Brisset, La Zone de Paris et la loi du 19 avril 1919, op. cit., p. 35.

157 RDCM, 1908, n° 68.

158 RDCM, 1908, n° 91.

159 RDCM, 1908, n° 76. D’Andigné ne cite que les chiffres correspondant à l’évaluation la plus haute.

160 Ibid.

161 RDCM, 1908, n° 91.

162 Ibid.

163 RDCM, 1908, n° 168.

164 Le Livre foncier de Paris (deuxième partie). Notice sur le cadastre municipal. Valeur en capital des propriétés bâties et non bâties en 1901. Tableaux statistiques et graphiques. Renseignements généraux, Paris, Imprimerie Chaix, 1901.

165 RDCM, 1908, n° 168. Souligné par l’auteur.

166 RDCM, 1908, n° 76.

167 RDCM, 1908, n° 168.

168 J. Siegfried, « Les espaces libres à Paris », op. cit., p. 76 et RDCM, 1908, n° 46.

169 « Les espaces libres à Paris. […] Hénard », op. cit.

170 RDCM, 1908, n° 39.

171 RDCM, 1908, n° 91.

172 Ibid.

173 Ibid.

174 Ibid.

175 RDCM, 1908, n° 168.

176 Ibid.

177 Ibid.

178 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit., p. 251 et « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 388.

179 RDCM, 1908, n° 91.

180 RDCM, 1909, n° 110.

181 Hénard et Dausset sont d’accord sur ce chiffre. E. Hénard, « Les espaces libres à Paris. Les fortifications remplacées par une ceinture de parcs. II Rapport technique », MDMS, 1909, p. 79 et RDCM, 1909, n° 110.

182 RDCM, 1909, n° 110.

183 RDCM, 1908, n° 168.

184 P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. cit., p. 63.

185 RDCM, 1908, n° 168.

186 RDCM, 1908, n° 91. Dausset ajoute qu’il « expose ici une conception toute personnelle ».

187 Ibid.

188 RDCM, 1908, n° 168.

189 Ibid.

190 RDCM, 1908, n° 91.

191 Ibid., n° 168.

192 RDCM, 1909, n° 110.

193 Ibid.

194 P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. cit., p. 15 et 81.

195 RDCM, 1908, n° 68.

196 « Travaux des sections. SHUR : séance du 16 janvier 1913 », AMS, av. 1913, p. 110-115. Citation p. 110.

197 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit., p. 251.

198 RDCM, 1909, n° 110.

199 Ibid.

200 Ibid.

201 Ibid.

202 Ibid.

203 PVCM, 1909, 29 mars.

204 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 105-106.

205 RDCM, 1909, n° 110.

206 La Ligue pour les Espaces libres, l’Assainissement et les Sports (désormais LELAS), Déclassement des fortifications et conversion de la zone en espaces libres, Paris, Pierre Roger et Cie, non daté, p. 16.

207 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op. cit., p. 59.

208 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit., p. 247 et « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 391.

209 RDCM, 1905, n° 4.

210 Bulletin de la Société française pour la protection des paysages de France, oct.-déc. 1902. Cité dans R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. cit., p. 83-184.

211 « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 390.

212 RDCM, 1909, n° 110.

213 Ibid.

214 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit., p. 251.

215 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. 4.

216 Ibid., p. 16.

217 Ibid.

218 Ibid., p. 2-11.

219 Députés et anciens députés, sénateurs et anciens sénateurs, ministres et anciens ministres.

220 Hors professeurs de médecine, regroupés avec les médecins.

221 Ou fonctionnaires municipaux et hors enseignants et scientifiques.

222 Max-Vincent figure au comité directeur comme ancien membre du conseil municipal et comme vice-président et délégué du Touring-Club. LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. 9.

223 Langlois, qui écrit au Figaro « au nom du président du Cercle agricole ». F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.

224 Y compris Desgranges, « Directeur rédacteur en chef de L’Auto ». F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. 1905.

225 L’appartenance au monde des affaires, de l’industrie ou de l’agriculture est cependant mentionnée pour quatre correspondants de Reichel. F. Reichel, Le Figaro, 18 et 26 sept. 1905.

226 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. 15.

227 RDCM, 1909, n° 110.

228 Ibid.

229 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

230 RDCM, 1909, n° 110.

231 « Travaux des sections. SHUR : séance du 16 janvier 1913 », op. cit., p. 111.

232 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op. cit., p. 60.

233 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit., p. 251 et « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 391.

234 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op. cit., p. 60.

235 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. 5-11.

236 RDCM, 1909, n° 110.

237 « Travaux des sections. SHUR : séance du 14 janvier 1909 », op. cit., p. 59.

238 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit., p. 247.

239 Idem.

240 Ibid., p. 250.

241 Idem.

242 RDCM, 1909, n° 110.

243 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit., p. 18.

244 « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 392.

245 « Travaux des sections. SHUR : séance du 10 juillet 1909 », op. cit. et « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit.

246 « Travaux des sections. SHUR : séance du 16 janvier 1913 », op. cit., p. 111.

247 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Landouzy », op. cit., p. 214.

248 LELAS, Déclassement des fortifications, op. cit.

249 PVCM, 1909, 31 déc.

250 PVCM, 1910, 5 et 31 déc., 1911, 8 déc.

251 PVCM, 1910, 9 déc.

252 PVCM, 1911, 10 nov.

253 PVCM, 1911, 22 déc.

254 PVCM, 1910, 31 janv.

255 « Les espaces libres dans les grandes villes. […] Risler », op. cit., p. 371.

256 RDCM, 1908, n° 68.

257 P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. cit., p. 84.

258 PVCM, 1910, 28 nov.

259 Ibid., 21 nov.

260 Ibid., 28 nov.

261 RDCM, 1908, n° 68.

262 PVCM, 1910, 31 janv.

263 RDCM, 1912, n° 95.

264 Dausset présidera le Comité supérieur de l’aménagement et de l’organisation générale de la région parisienne après la première guerre mondiale. R. Payre, À la recherche de la « science communale ». Les « mondes » de la réforme municipale dans la France de la première moitié du vingtième siècle, thèse de doctorat de science politique, université Grenoble II Pierre Mendès France, Institut d’études politiques, déc. 2002, p. 223-224.

265 PVCM, 1911, 28 déc.

266 Ibid.

267 Ibid.

268 L’urbanisme se reconnaît d’ailleurs comme l’héritier de l’ensemble de ces courants. Le géographe F. Schrader, proche des urbanistes de la section, écrit en 1917 : « De cet ensemble de conditions défectueuses, constatées soit par les hygiénistes, soit par les urbanistes, soit par les historiens régionaux, est née, sans concert préalable, la science urbaniste. » F. Schrader, « L’évolution des cités. À propos d’ouvrages récents (P. Geddes, Agache, Auburtin, Redont, E. Cacheux) », Annales de géographie, vol. 26, 1917, p. 1-14. Voir p. 5. Schrader constitue d’ailleurs un exemple de ce passage à l’urbanisme : assez éloigné de l’institution universitaire, il se passionne pour la préservation des sites et appartient au Club alpin français. V. Berdoulay, L’École française de géographie, op. cit., p. 171-173.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search