Version classiqueVersion mobile

Les fortifications de Paris

 | 
Marie Charvet

Deuxième partie. Les oppositions pratiques : acteurs et projets

Chapitre V. Le renouvellement des acteurs : esthètes et sportifs, Commission des fortifications

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A. Cottereau, « Les débuts de la planification urbaine dans l’agglomératio (...)
  • 2 G. Osti, « La Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social », op. c (...)
  • 3 Voir S. Magri, Les Laboratoires de la réforme de l’habitation (...)

1Le Musée social regroupe des membres de l’« establishment réformiste1 » d’inspiration leplaysienne qui veulent jouer le « rôle de conscience critique du patronat2 » en incitant celui-ci à des mesures sociales, seules susceptibles de remédier aux conséquences du développement industriel sur la classe ouvrière. Les fondateurs de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social ont pris une part active à l’adoption de la législation sur les habitations à bon marché. Ils entendent désormais élargir leur intervention du logement à la ville, l’urbanisme prenant le relais de l’hygiénisme au sens strict3. Ainsi s’explique leur mobilisation en 1908 sur la question des fortifications.

2Cette intervention, relativement tardive, a été précédée en 1905 par une campagne de protestation contre un projet de lotissement des terrains des fortifications longeant le bois de Boulogne. Le projet, qui remonte au début des années 1900, s’attire l’opposition d’esthètes préoccupés par la préservation des sites et de sportifs, qui se retrouvent avec les hygiénistes sur la défense des espaces libres. La mobilisation de ces intervenants pour défendre le Bois participe d’un travail de disqualification de la gestion de l’espace parisien par les élus locaux. Esthètes et partisans des espaces libres sont des amateurs éclairés qui contestent l’action des édiles au nom de la légitimité que confèrent l’excellence sociale ou (et) la compétence.

3Si la campagne de septembre 1905 s’inscrit dans une entreprise de contestation de la légitimité électorale, le sort de l’enceinte n’échappe pas pour autant aux édiles dans les années 1900. La Commission mixte des fortifications, regroupant des membres du conseil municipal de Paris et du conseil général de la Seine, fait preuve d’une intense activité au cours de cette période. Cependant le personnel en charge du sort de l’enceinte à partir du milieu des années 1900 est assez différent de celui qui en réclamait le déclassement dans les années 1880.

Sauver le bois de Boulogne :
la campagne du Figaro et l’intervention des « gens du monde »

  • 4 Cette appellation générique désigne désormais les membres de l’élite, (...)

4Dans l’affrontement entre la Ville et l’État, les édiles qui réclament une suppression hygiénique de l’enceinte se posent en représentants légitimes des intérêts de la population parisienne. Au début du xxe siècle, la disparition partielle des fortifications semble acquise et les modalités d’aménagement se précisent, près du bois de Boulogne notamment. C’est alors que se mobilisent des esthètes, des sportifs, des hygiénistes et des représentants du « Tout-Paris », qui refusent le lotissement des terrains de la zone attenants au Bois. Ces « gens du monde4 » s’expriment au nom de la légitimité que leur confère leur compétence d’artistes et d’amateurs éclairés. Cette revendication d’une légitimité liée à l’excellence sociale et à la compétence, opposable à la légitimité électorale, annonce l’intervention du Musée social.

Le projet de lotissement du Bois et la campagne de presse

  • 5 RDCM, 1905, n° 4.
  • 6 Ibid.
  • 7 RDCM, 1907, n° 121.

5Aux termes de la loi de 1898, le produit de la vente des terrains des fronts ouest et nord des fortifications doit être affecté à la modernisation du système de défense. Les négociations qui s’engagent entre l’État et la Ville, qui envisage l’achat des terrains, sont rompues en 1901, la Ville jugeant le prix exigé trop élevé : les militaires désirent en effet financer, par la vente des terrains, une enceinte de remplacement. À défaut d’un achat, la Ville cherche alors à exercer un contrôle sur l’opération de lotissement qui s’annonce. Tel est le sens de la convention de 1902, portant sur la portion d’enceinte comprise entre la porte d’Auteuil et la porte Maillot5. Pour entrer en vigueur, la convention doit être ratifiée par une loi. Elle fait l’objet d’une proposition puis d’un projet de loi, qui ne sont pas discutés : pour financer la nouvelle enceinte, il faudrait proposer les terrains à un prix si élevé qu’ils ne trouveraient pas preneur. Tout change quand en 1904 les militaires renoncent à l’ouvrage de remplacement. Rien ne s’oppose plus à la ratification de la convention et à son application6. Au même moment, Merlou, le ministre des Finances, décide d’ajouter une partie du bois de Boulogne aux terrains destinés à la vente par la convention7.

  • 8 F. Reichel, « Le Bois de Boulogne livré aux bûcherons », Le Figaro(...)
  • 9 Idem.
  • 10 Idem.
  • 11 Idem.
  • 12 F. Reichel, « Pour sauver le Bois », Le Figaro, 7 sept. (...)

6Une menace imminente pèse désormais sur ce site privilégié. Elle est révélée au public le dimanche 3 septembre 1905 par un article au titre alarmant, « le Bois de Boulogne livré aux bûcherons8 », paru en première page du Figaro. Ce texte, signé par Frantz Reichel, le chroniqueur sportif du journal, dénonce l’« acte de vandalisme9 » qui se prépare. Le démantèlement de l’enceinte, en lui-même « très utile et très bienfaisant10 », se traduira par un « effroyable massacre11 » : le long du bois de Boulogne une bande de terrains de 4 km sur 100 m sera lotie, entraînant l’abattage de 6 000 à 8 000 arbres. L’article est le premier d’une série de 16 textes consacrés au sort du Bois. Ces derniers reproduisent les lettres ou citent simplement le nom de personnalités plus ou moins connues, qui se joignent à la protestation et annoncent leur adhésion à un « Comité pour la défense du bois de Boulogne » dont l’idée à été lancée par Pierre de Coubertin12. Ils relatent aussi les péripéties de la campagne et présentent une revue des textes consacrés par d’autres journaux au sort du Bois.

7La question occupe donc une place importante dans Le Figaro, d’autant qu’aux articles qui lui sont consacrés s’ajoutent de nombreuses allusions aux arbres du Bois, en particulier dans les « Nouvelles à la Main », billets humoristiques fondés en général sur un jeu de mot approximatif :

« Dialogue des vivants :

  • Alors quoi ! c’est décidé, on va déboiser la promenade si chère aux Parisiens ?
  • Que voulez-vous, la sportomanie s’est emparée de nos édiles.
  • Allons donc ?
  • Oh ! c’était tout indiqué : après la coupe des Pyrénées, la coupe du bois de Boulogne13. »

8Ces petits textes s’inscrivent pleinement dans la campagne. Tout d’abord, plaisanter sur les arbres du Bois contribue à faire de leur sort une question d’actualité. Ensuite, pour sourire en lisant son journal, le lecteur doit en partager la ligne éditoriale. Les « nouvelles à la main » participent donc à l’imposition d’un sens commun : le projet de lotissement est stupide et criminel.

  • 14 Ces quotidiens sont mentionnés dans les revues de presse du Figaro (...)

9La campagne est très rapidement relayée par les confrères du Figaro. Successivement, La République française, La Libre Parole, Le Journal des débats, Le Petit Journal, L’Écho de Paris, Le Gaulois, Le Temps, Le Soleil, L’Éclair, Le Journal, L’Auto, Le Matin, L’Intransigeant, La Liberté, L’Aurore, La Presse, Le Soir, Le Petit Parisien, Le Petit Caporal et Le Peuple français font part à leurs lecteurs de la menace pesant sur le Bois14. La plupart de ces journaux consacrent plusieurs articles à la question. Tous, à l’exception du Soir, se font en particulier l’écho de la constitution, le 14 septembre, d’un Comité de défense du bois de Boulogne sous l’égide du Figaro. Le comité se dote du programme suivant :

  1. Demander à la presse parisienne de créer, en faveur du Bois, un mouvement de pétitionnement et de mettre en circulation dans les rédactions des « feuilles de pétitionnement15 », l’action visant la population de Paris et de la banlieue.
  2. Organiser des conférences auxquelles seraient invités à prendre part édiles, députés et sénateurs parisiens, ainsi que des personnalités des arts, des lettres, des sciences et du théâtre.
  3. Engager des démarches auprès du président de la République, du président du Conseil, de la Chambre des députés, du Sénat et du conseil municipal pour obtenir l’abandon du projet.
  4. Mettre à l’étude un projet alternatif « qui sauvegarderait l’hygiène et la beauté de Paris, dans l’intérêt de tous, riches et pauvres16 ».

10De fait, la récupération par la Ville des fortifications est la solution qui semble avoir la préférence de Reichel :

  • 17 F. Reichel, Le Figaro, 20 sept. 1905.

« Il n’y a pas de sacrifice [que le Comité de défense du bois de Boulogne] hésitera à demander à l’État pour l’hygiène et la beauté de Paris […].
Si ces terrains sur lesquels s’étendent les fortifications sont à l’État – ce qui n’est absolument pas prouvé – qu’il en fasse don à la Ville de Paris sous certaines conditions financières […].
Et si ces mêmes terrains ne sont pas à l’État – ce qui est possible, mais c’est là un mystère bien difficile à éclaircir – c’est à la ville de Paris qu’il appartiendra de revendiquer son domaine et à ses Conseillers municipaux de faire pour l’hygiène de la cité les sacrifices nécessaires17. »

11La campagne mobilise de nouveaux acteurs autour de l’enceinte, les sportifs, les esthètes et plus largement le « Tout-Paris », qui se retrouvent au sein du comité.

De nouveaux intervenants :
esthètes, sportifs et « Tout-Paris »

12Le Figaro publie les lettres de personnalités issues d’horizons variés :

  • 18 F. Reichel, Le Figaro, 12 sept. 1905. Ce type de mobilisation sur (...)

« Savants, académiciens, médecins, gens du monde, poètes, écrivains, auteurs dramatiques, peintres, sculpteurs, caricaturistes, avocats, hommes politiques, journalistes, gens de robe, de plume ou de verbe, tout ce qui compte, qui fait à Paris la loi de l’opinion, tous se dressent, se groupent dans un beau mouvement de protestation pour s’élever avec la foule parisienne et en son nom, contre les mutilations du bois de Boulogne18. »

13Qui sont ces individus qui s’associent à la campagne et quelles sont leurs motivations ?

  • 19 Sur les femmes et la campagne, voir M. Charvet, « Utilisation poli (...)
  • 20 Annuaire Didot-Bottin, op. cit. Dans dix cas, il est impossible de (...)

14D’après les déclarations de Reichel ou des intéressés eux-mêmes, on compte, parmi les correspondants du Figaro, 52 députés, sénateurs ou anciens ministres, 31 journalistes (dont 24 adhèrent en leur nom propre et 7 au nom de leur journal), 22 membres du conseil municipal de Paris, 14 comédiens, chansonniers ou artistes lyriques, 13 écrivains, 8 peintres ou sculpteurs, 6 avocats, 6 propriétaires, 4 membres de l’Institut, 4 médecins, dont 2 membres de l’Académie de médecine, 4 « artistes » sans précision et 3 architectes. Les femmes sont au nombre de 1419. Par ailleurs, on repère sans ambiguïté 172 des 242 noms cités par Reichel (soit 71,1 % de l’effectif) dans l’édition 1905 du Bottin mondain20.

Une réaction de privilégiés ?

15Les lettres traduisent parfois la réaction de privilégiés défendant les espaces où se déroule une partie de leur vie sociale. C’est d’ailleurs en partie à ce titre que la campagne est lancée, comme en témoigne l’article inaugural de Reichel :

  • 21 F. Reichel, « Le Bois de Boulogne livré aux bûcherons », Le Fi (...)

« Adieu la station du petit tramway qui conduit les sages enfants au jardin d’acclimatation ! Elle disparaîtra et les bâtisses s’édifieront pour aboutir à la hauteur du restaurant du Touring-Club, qu’elles toucheront.
À la porte Dauphine (laquelle n’existera plus), et prolongeant l’avenue du Bois, l’entrée sera désormais à quelques mètres du Pavillon Chinois […].
À la Muette, de détestables maisons de rapport non seulement encadreront le carrefour, mais elles déborderont encore de 50 à 60 mètres plus avant, pour enfermer dans leurs constructions la large et magnifique pelouse qui fait face à la Muette et au-dessus de laquelle se profilent au loin, bleutés, le mont Valérien et sa citadelle.
À Passy, à Auteuil, seules les barrières du Champ de courses – dont la porte extérieure disparaîtra – arrêteront les bûcherons. Les fenêtres des immeubles donneront sur les pistes ; les domestiques secoueront sur le Tout-Paris élégant les miettes et les débris des repas21. »

  • 22 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. (...)
  • 23 M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot, Dans les beaux (...)
  • 24 F. Reichel, Le Figaro, 13 sept. 1905.
  • 25 F. Reichel, Le Figaro, 10, 12, 13 et 18 (...)

16Reichel ne prise d’ailleurs guère les usages populaires du Bois : « Bientôt, si le destructif projet est réalisé, le bois de Boulogne, où le métropolitain déverse déjà tant de foules encombrantes et désobligeantes, ne vaudra guère plus que le bois de Vincennes22. » Quelques rares lettres témoignent de cette même indignation devant le saccage annoncé de ces lieux privilégiés de l’« entre soi23 » de l’élite. Le Comte de Cossé-Brissac, président de L’Étrier, proteste contre le lotissement en son nom et en celui de ses collègues cavaliers24. De même, quelques correspondants du Figaro se joignent à la campagne en tant que riverains du Bois25.

  • 26 F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. 1905.
  • 27 Idem.
  • 28 Depuis les années 1880, la ville de Paris multiplie les (...)

17L’interprétation de la campagne comme une réaction de privilégiés défendant leur cadre de vie se retrouve d’ailleurs dans certains courriers ou chez certains journalistes qui affirment défendre les intérêts populaires. Exprimant son adhésion au principe d’une défense des arbres, « au bois de Boulogne comme ailleurs26 », le conseiller municipal Armand Grébauval en profite pour dénoncer « la location de forêts aux riches chasseurs, par le Domaine, à l’exclusion de tous les autres promeneurs27 ». Ce coup de griffe vise les pratiques administratives permettant la perpétuation de l’« entre soi » des élites28. Ces réserves n’empêchent pas Grébauval de se joindre à la campagne. En revanche, le rédacteur des échos du Soir refuse de s’alarmer d’un projet qui ne menace que quelques privilégiés :

  • 29 Trivelin, « De l’air », Le Soir, 13 sept. 1905.

« Eh bien, n’en déplaise aux beaux monsieurs et aux belles madames, qui le matin galopent dans l’avenue des Acacias et le soir roulent aux environs des lacs en faisant leur persil, il n’y aurait aucun inconvénient à ce que le Bois fût rogné de quelques mètres si le prix de l’aliénation de cette zone pouvait permettre l’établissement en certains quartiers de vastes squares, réserves d’air pour le bon populo qui n’a ni le temps ni les moyens d’aller faire un tour au Bois29. »

  • 30 Sparklet, « Le Trottoir roulant », L’Écho de Paris, 10 sept. 1905. (...)
  • 31 Sparklet, « Le Trottoir roulant », op. cit.

18Dans son refus de défendre le Bois, le journaliste du Soir est rejoint, de façon assez paradoxale, par son confrère de L’Écho de Paris. Pour ce dernier, à la différence « des squares dans les quartiers populeux30 », le Bois procure peu d’avantages hygiéniques au Paris populaire. Les seuls usages populaires du Bois et des fortifications sont en effet condamnables : « [C’est] là que les enfants qui ont “raté la laïque” prennent leurs premières leçons de cambriolage et s’aguerrissent aux périls de l’escalade31… » Le journaliste se prononce alors pour un lotissement réservé à l’élite économique :

  • 32 Idem.

« [On voit] tout ce qu’il y aurait de beau à réaliser, à la place de ces taillis, les petits palais que les millionnaires du sucre et les artistes du million pourraient élever, avant les krachs possibles : le goût que les architectes pourraient y montrer, la fantaisie que les décorateurs apporteraient, toute l’artiste émulation dont la ville se mettrait à vivre, de la porte Maillot à la porte d’Auteuil, pendant longtemps… Certaines conditions seraient requises, les immeubles ne devraient, sous aucun prétexte, se trouver accolés ou élevés de plus de deux étages, de grands jardins les environneraient32… »

19Les ouvriers eux-mêmes y trouveraient leur compte puisque l’opération leur procurerait du travail. Ces propos traduisent d’ailleurs une certaine résignation : le temps des appropriations aristocratiques du Bois est révolu et seuls « les millionnaires du sucre et les artistes du million » sont susceptibles d’occuper les nouveaux hôtels.

  • 33 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 34 J. Maitron (dir.), DBMOF 3, op. cit., t. 15, p. 258. Voir les (...)
  • 35 Voir les lettres de Jules Auffray et d’Archdeacon, députés de (...)
  • 36 « Paris a besoin d’air », Le Petit Journal, 12 (...)

20Les animateurs de la campagne semblent conscients qu’une interprétation de leur action en termes de réflexe de caste nuit à leur cause et affirment agir au nom de l’ensemble de la population parisienne. Le Figaro ouvre largement ses colonnes aux lettres d’élus de la capitale, locaux ou nationaux, qui rappellent que l’espace menacé est utilisé par tous les Parisiens. « Notre Bois n’est pas seulement un lieu de promenade et de plaisir pour les gens fortunés. Il est devenu, grâce au Métropolitain, hospitalier à tous33 » écrit par exemple Henri Turot, édile socialiste du 18e arrondissement34. Souvent d’ailleurs, les correspondants qui se donnent pour des représentants légitimes des intérêts populaires, et en particulier les élus locaux, se prononcent pour un aménagement d’ensemble des fortifications laissant suffisamment de place aux espaces libres35. Il en va de même dans certains articles36. L’intégrité du Bois est ainsi présentée comme un enjeu local qui ne prend son sens qu’à l’échelle de la ville tout entière.

  • 37 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 38 F. Reichel, Le Figaro, 12 et 14 sept. (...)
  • 39 « Paris a besoin d’air », Le Petit Journal, 12 sept. 1905. (...)

21Reichel lui-même, qui ne recule pas devant la contradiction, se défend d’animer un mouvement de privilégiés : « Si nous plaidons la cause du Bois, ce n’est pas pour quelques privilégiés, c’est pour tous37. » Par ailleurs il se félicite de l’écho de la campagne dans la presse populaire38. Quel que soit leur lectorat, les journaux se joignant au Figaro soulignent qu’ils agissent dans l’intérêt de tous les Parisiens : le Bois, avec le développement des transports en commun, est devenu une « promenade démocratique39 ». Drumont, dans La Libre Parole, va jusqu’à affirmer que défendre le Bois, c’est avant tout défendre les intérêts populaires :

  • 40 É. Drumont, « La verdure et l’air pour Paris », La Libre P (...)

« [Ceux] qui souffriraient le moins encore de la dévastation du bois de Boulogne seraient les riches.
Grâce au développement de l’automobilisme, les privilégiés de la Fortune sont en pleine campagne en moins d’une demi-heure. Dans la saison d’été, ils quittent Paris et vont à la montagne ou à la mer.
Ceux auxquels le bois de Boulogne est le plus nécessaire sont ceux qui n’ont pas les moyens d’y aller tous les jours40. »

  • 41 D’Andigné est conservateur. E. Gay, Nos édiles. (...)
  • 42 E. Le Roy, « Les arbres du Bois », Le (...)
  • 43 Voir aussi F. Roussel, « Les fortifications et le Bois », La R (...)

22Selon Le Roy, du Journal, la mobilisation, qui transcende les clivages de classe, dépasse aussi les divisions politiques : « Sans distinction d’opinions, les conseillers municipaux font entendre leur protestation. M. d’Andigné, aussi bien que M. Turot41, se font les défenseurs du Bois, que l’on veut mutiler42. » Nombreux sont les articles qui soulignent l’unanimité politique autour de la sauvegarde du Bois43. De fait, l’unanimité de la presse est réelle. Les dissonances relevées dans L’Écho de Paris et Le Soir ne reflètent pas la ligne éditoriale de ces journaux, qui s’associent à la campagne. Les divergences portent sur l’identification des responsables. Pour les uns, édiles et fonctionnaires préfectoraux ont fait de leur mieux pour limiter les conséquences néfastes de la loi du 17 février 1898. Pour les autres, ils font preuve d’une incurie et d’une incompétence criminelles.

Les acteurs : esthètes et sportifs

23Les correspondants du Figaro proviennent d’horizons très divers. Deux types d’intervenants s’engagent cependant plus nettement : des sportifs et des esthètes, partisans entre autres de la préservation des sites, qui se retrouvent autour de la question des espaces libres.

  • 44 Renseignement aimablement communiqué par Jacques Defrance.
  • 45 É. Seidler et R. Parienté, Dictionnaire (...)
  • 46 Ibid., p. 322-233.

24La campagne est lancée et animée par Reichel. Fils d’un libraire44, Reichel est un « sportif complet45 » comme on peut l’être au début du siècle. Âgé en 1905 de 34 ans, il cumule les distinctions sportives. Avec le Racing qu’il commande, il a remporté à deux reprises le championnat de France de rugby. International de rugby, il a dirigé la sélection française aux Jeux olympiques de 1896, pendant lesquels il a aussi participé à l’épreuve du 110 m haies. Par ailleurs, il a conquis plusieurs titres de champion de France, en cross-country, boxe et cyclisme. Rien de ce qui est sportif n’est étranger à Reichel, qui pratique aussi l’équitation, la lutte, l’escrime, la gymnastique, la pelote basque, les poids et haltères, l’automobile et l’aviation46

  • 47 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. (...)
  • 48 Idem.
  • 49 F. Reichel, « Le Comité de défense du bois de Boulogne », Le F (...)

25Confier la campagne à un tel homme revient à placer la sauvegarde du Bois sous le signe du sport. D’ailleurs, l’un des premiers à répondre à l’appel du Figaro est P. de Coubertin, qui collabore aussi au journal47. Dans une lettre adressée au directeur du Figaro Gaston Calmette, Coubertin dresse un plan de campagne et se déclare prêt si nécessaire à prendre la tête des opérations : « J’aimerais voir quelqu’un d’autre se mettre à la tête du mouvement, mais si personne ne bouge, je n’hésiterai pas à le faire, au moins provisoirement. Un Comité de défense du bois de Boulogne est indispensable48. » Coubertin est d’ailleurs nommé président du Comité de défense du bois de Boulogne constitué le 14 septembre, Reichel occupant les fonctions de secrétaire général49.

26Les milieux sportifs sont donc les initiateurs de la campagne. Certaines lettres publiées par Le Figaro émanent de correspondants qui se présentent ou sont présentés par Reichel comme les représentants des intérêts du sport :

  • Henri Desgranges, « directeur rédacteur en chef de l’Auto […] sportif et puissant journal50 » ;
  • Le Comte de Cossé-Brissac, « président de l’Étrier51 » ;
  • Paul Rousseau « pour l’Union vélocipédique de France52 » ;
  • Dumont-Pallier, « qui informe [Le Figaro] que le Comité directeur de l’Automobile Club de France sera prochainement saisi de la question53 » ;
  • Paul Champ « qui adhère en son nom et apporte le concours tout entier du Comité de Paris de l’Union des sociétés françaises des sports athlétiques et de ses 15 000 membres54 ».
  • 55 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. I, p. (...)
  • 56 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. (...)

27À ces hommes, on peut adjoindre le député nationaliste et antisémite Edmond-Sébastien Archdeacon et le conseiller municipal Félix Roussel. Archdeacon est « très répandu dans les milieux sportifs, étant propriétaire d’une écurie de course réputée55 ». L’avocat, publiciste et conférencier F. Roussel, élu du 6e arrondissement, consacre une partie de ses activités au cyclisme. Entre 1893 et 1895, il est vice-président puis président du conseil de l’Union vélocipédique de France, avant de devenir directeur de cette instance. Roussel a aussi siégé à la commission des exercices physiques de l’Exposition universelle, chargée en 1894 d’étudier le programme général des concours internationaux. Au sein de cette commission, il a présidé la section de vélocipédie, pour laquelle il a également fait office de rapporteur56. Huit correspondants sur 242 appartiennent donc au monde du sport.

28Si les sportifs jouent un rôle de premier plan dans l’organisation du mouvement, ils ne lui apportent pas ses bataillons les plus fournis. Ou du moins, puisque rien n’interdit de penser qu’une partie des correspondants du Figaro touche de près ou de loin aux sports, la simple pratique sportive ne légitime l’intervention ni aux yeux de ceux qui s’y adonnent, ni pour le journal qui publie leurs lettres. Pour s’exprimer en tant que sportif, il faut exercer des responsabilités ou posséder une notoriété en la matière.

  • 57 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. (...)

29Charles Beauquier et Frantz Jourdain sont parmi les premiers à s’associer à la protestation et à faire parvenir leur adhésion au Comité de défense du bois de Boulogne57. Avec ces deux hommes, on assiste à l’intervention des esthètes.

  • 58 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. ci (...)
  • 59 J. Jolly (dir.), DPF, op. (...)

30Beauquier est l’un des animateurs du mouvement de la préservation des sites et participe à ce titre à la fondation de la Société pour la protection des paysages de France en 190158. Cet élu radical du Doubs, que l’on retrouvera à la Section d’hygiène, est né en 1833 à Besançon. Il a débuté comme critique musical, ce qui l’a amené via le journalisme à la politique. Beauquier est un personnage éclectique : critique musical, folkloriste et auteur de livrets d’opéra, il est devenu à la Chambre le champion de la protection des sites, déposant au fil des sessions une série de propositions de loi et d’amendements portant sur son sujet favori. C’est d’ailleurs cet intérêt qui l’amène à la fin des années 1900 à se préoccuper d’urbanisme et en fait à la Chambre un des pionniers de la loi sur les plans d’aménagement et d’extension des villes59.

  • 60 J. Maitron (dir.), DBMOF 3, op. cit., t. 13, p. 131.
  • 61 Les Archives biographiques (...)
  • 62 N. Evenson, Paris. Les héritiers d’Haussmann, (...)
  • 63 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. (...)

31Frantz Jourdain, né en 1847 à Anvers, est architecte. Il s’est imposé au début du siècle comme le chef de file du mouvement moderne en architecture. Comme Beauquier, Jourdain fait preuve d’éclectisme : il participe à l’organisation de différentes expositions universelles et internationales, s’intéresse à la décoration intérieure et à l’ameublement, collabore à de nombreux journaux dont Le Figaro et publie des romans. Politiquement, il témoigne de « sympathies libertaires60 » et s’est signalé par ses positions dreyfusardes61. Jourdain est aussi le fondateur en 1902 de la Société du Nouveau Paris, qui entend contrer l’influence des partisans de la sauvegarde du vieux Paris, minorité dont le respect excessif pour le passé s’oppose aux changements améliorant le sort de l’ensemble de la population62. C’est au titre de président de la Société du Nouveau Paris que Jourdain s’engage dans la campagne63.

  • 64 Idem.
  • 65 Dont le nom est orthographié Baillif. F. Reichel, Le Figaro, 8 (...)
  • 66 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905. La (...)
  • 67 F. Reichel, Le Figaro, 13 sept. 1905.
  • 68 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.
  • 69 Idem.
  • 70 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. (...)

32Beauquier et Jourdain sont bientôt rejoints par des partisans de la préservation des sites. Chez les correspondants du Figaro, on relève les affiliations suivantes : secrétaire de la Société française des fouilles archéologiques (Émile Soldi-Colbert de Beaulieu64), président du Touring-Club de France (A. Ballif65), ancien président de la Société des Parisiens de Paris (Georges Berger66), membre et vice-président de la Société pour la protection des paysages de France (Pierre de Bouchaud67 et Lucien Augé de Lassus68) et président de la Société des amis des monuments parisiens (Charles Normand69). Le Touring-Club participe du courant de la préservation des sites : il possède un comité pour la protection des sites, dont Beauquier est l’un des vice-présidents70.

  • 71 N. Evenson, Paris. Les héritiers (...)
  • 72 Le courant que représente Jourdain étant minoritaire dans la m (...)

33Les partisans de la préservation des sites poursuivent des buts différents de ceux de la Société du Nouveau Paris. La Société des amis des monuments parisiens a été créée en 1885 par Charles Normand, avec pour président Charles Garnier, l’architecte de l’Opéra, et Victor Hugo pour président honoraire. Elle regroupe des historiens de l’art et des archéologues et s’est particulièrement mobilisée contre la construction d’un métro aérien71. On assiste, sur les espaces libres, à une alliance entre esthètes aux sensibilités différentes72.

  • 73 F. Reichel, « Le Comité de défense du bois de Boulogne », Le F (...)

34Comme les sportifs, les esthètes, numériquement peu nombreux parmi les correspondants cités (huit avec Beauquier et Jourdain), sont parmi les premiers à répondre à l’appel du Figaro et exercent des responsabilités dans la campagne. L’une des deux vice-présidences du Comité pour la défense du bois de Boulogne échoit à Jourdain, la seconde revenant à G. Calmette73.

Les espaces libres ou l’hygiénisme des esthètes et des sportifs

35L’alliance des esthètes et des sportifs sur la sauvegarde du Bois est motivée par une adhésion commune au principe de la défense des espaces libres. Cependant ce consensus n’épuise pas la signification de l’engagement des esthètes au côté des sportifs dans une campagne invoquant entre autres les exigences de l’hygiène. L’hygiénisme des esthètes dépasse la question des espaces libres. La présence, chez les partisans de la préservation des sites, de défenseurs des intérêts du tourisme, qui se soucient aussi d’hygiène, témoigne de cette proximité entre esthétique et hygiène.

  • 74 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. II, p. 668-669.
  • 75 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. ci (...)
  • 76 Idem.

36En 1902 a été fondé sur l’initiative de Gabriel Bonvalot, député parisien au passé d’explorateur74, un Comité pour la conservation et la création des espaces libres, visant à obtenir une loi exigeant pour toutes les villes de France une proportion d’espaces libres déterminée. À ce « groupement des intérêts d’hygiène, de sport et d’art75 » coopèrent, du côté hygiéniste, la Fédération des ligues contre la tuberculose, la Ligue antialcoolique et La Presse médicale. Du côté sportif on trouve Le Journal de l’Auto et pour les arts la Société du Nouveau Paris et la Société pour la protection des paysages de France. Le Comité a réagi contre la Convention Ville-État de 1902 et est intervenu à ce sujet lors de la campagne pour les municipales de 1904. Son action a aussi contribué à diffuser l’expression « espaces libres » dans l’opinion76.

  • 77 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. 1905.
  • 78 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.

37Il n’est donc pas étonnant de rencontrer parmi les correspondants du Figaro Marmottan et Brynaud, respectivement vice-président du Comité de défense des espaces libres de Paris77 et secrétaire général de la société « Les Amis des arbres78 ». La campagne s’inscrit dans le mouvement en faveur des espaces libres, né au début du siècle et qui rassemblait déjà artistes, sportifs et hygiénistes. Beauquier présente d’ailleurs l’intervention de la Société pour la protection des paysages de France comme le prolongement de l’action de Bonvalot :

  • 79 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

« Depuis deux ans déjà, notre Société a fait entendre ses protestations contre les projets arboricides conçus par l’État et la municipalité. D’accord avec le Comité des espaces libres, fondé par Bonvalot, nous avons fait auprès des pouvoirs publics des démarches réitérées pour qu’on renonçât à mutiler le bois de Boulogne et le Champ de Mars comme on avait déjà mutilé l’esplanade des Invalides79. »

38L’inscription de la campagne dans la thématique des espaces libres lie hygiène et esthétique. À une exigence de beauté, pour leur propre usage mais aussi pour l’ensemble de la population, les défenseurs du Bois associent une exigence d’hygiène, à destination du tout-venant parisien.

39Au début du xxe siècle, les espaces libres sont un point de rencontre entre préservation des sites et préoccupations hygiénistes. L’organisation du tourisme en constitue un autre.

40L’action du Touring-Club témoigne de cette convergence. Le Touring-Club est impliqué dans la préservation des sites. Par ailleurs, hygiène et santé font partie de ses préoccupations. Les touristes, membres de l’élite ou des catégories simplement aisées, souhaitent bénéficier en voyage de conditions sanitaires et hygiéniques équivalentes à celles dont ils jouissent chez eux. Le Touring-Club tente de répondre à leurs attentes en les guidant dans le choix d’un hôtel ou d’une auberge. Il contribue ainsi à la diffusion de normes d’hygiène par un processus que le docteur Léon Petit expose dans La Revue universelle :

  • 80 Docteur L. Petit, « L’hygiène et le Touring-Club », La Revue u (...)

« Le Touring-Club aide beaucoup à la propagation de l’hygiène dans les hôtels et dans les auberges. […] en recommandant les établissements les mieux tenus, en mettant à l’index ceux dont les patrons sont réfractaires aux indications hygiéniques, le Touring-Club est déjà arrivé à faire réaliser certains progrès80. »

  • 81 Idem.
  • 82 Le Téléphoniste, « Allô ! Allô ! (Améliorons les hôtels) », L’ (...)

41L’action du Touring-Club relève d’autant plus d’une entreprise hygiéniste que la diffusion des normes à laquelle il contribue n’est pas censée s’arrêter aux portes des chambres d’hôtel. Tel est en tout cas l’espoir du docteur Petit. Celui-ci s’élève contre le principe de la table de nuit cachant le pot de chambre. La remarque l’entraîne assez loin du domaine de compétence du Touring-Club : « [C’est] surtout dans les chambres de malades et à l’hôpital que la table de nuit triomphe81. » Pour le médecin, les efforts hygiénistes entrepris par les hôteliers sous la pression du Touring-Club ont vocation à s’inscrire dans un mouvement concernant l’ensemble de la société, dans lequel ils pourraient jouer un rôle initiateur. La présentation par le Touring-Club d’une « chambre hygiénique en face d’une chambre antihygiénique82 » à l’exposition qui accompagne le Congrès de la tuberculose d’octobre 1905 relève de la même logique, même s’il ne s’agit encore que d’améliorer les chambres d’hôtel. Que le journal sportif L’Auto reprenne cette information est un indice supplémentaire de l’intérêt partagé des sportifs, des esthètes et des instances d’organisation du tourisme pour l’hygiène.

  • 83 Ce nom désigne sur l’affiche l’instance du Musée social qui s’ (...)
  • 84 Ibid.

42L’engagement hygiéniste du Touring-Club est durable. On le retrouve en 1908, avec l’Alliance d’hygiène sociale, la Commission d’hygiène urbaine et rurale du Musée social (nom provisoire de la future Section d’hygiène83), l’Association des cités-jardins de France et la Société pour la protection des paysages de France, parmi les cosignataires de l’affiche élaborée par R. de Clermont et proposée aux candidats aux élections municipales parisiennes84. L’intérêt des représentants du tourisme pour l’hygiène se prolonge d’ailleurs par un engagement en faveur de l’« aménagement rationnel des villes ». Cet engagement conjugue, comme la défense des espaces libres à laquelle il est étroitement lié, préoccupations hygiénistes et souci de préserver un patrimoine. Le développement du tourisme expose les sites de villégiature à des accroissements périodiques de population qui menacent leur intégrité et rendent nécessaire une planification raisonnée de leur développement. Telle est la raison pour laquelle la proposition de loi sur les plans d’aménagement et d’extension élaborée en 1912 par la Section d’hygiène comporte la disposition suivante :

  • 85 « Travaux des sections. SHUR : séance du 27 juin 1912 », op. (...)

« La même obligation [élaborer un plan] s’appliquera aux stations balnéaires, thermales, maritimes, d’altitude, sportives et autres, dont la population permanente dépassant 2 000 habitants se trouvera augmenter de 50 % et plus à certaines périodes de l’année85. »

  • 86 C. E. Curinier, DNC, op. (...)
  • 87 Idem.

43Le nom de Raoul de Clermont revient à plusieurs reprises quand il est question de l’intrication entre préservation des sites, tourisme, défense des espaces libres et hygiène. Le personnage se situe à un point de convergence entre ces différents mouvements, en ayant aussi un pied dans le monde sportif. Né en 1863, cet ingénieur agronome et juriste de formation exerce successivement les professions de diplomate et d’avocat, se consacrant en particulier aux questions agricoles et de propriété industrielle et artistique. Il est le secrétaire, à partir de 1896, de l’Association internationale pour la protection de la propriété littéraire et artistique et assure les fonctions de rapporteur, parfois combinées avec celles de secrétaire, lors de la quasi-totalité des congrès annuels de cette association entre 1896 et 1904. Par ailleurs, il est aussi membre du conseil de l’Association pour la protection de la propriété industrielle. « Amateur d’art éclairé et collectionneur réputé86 », Clermont est secrétaire-adjoint de la Société des peintres de montagne et expose ses propres aquarelles. En 1905, il devient attaché de cabinet auprès du sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts Dujardin-Beaumetz. Clermont siège aussi au conseil directeur de la Société pour la protection des paysages de France, appartient au Touring-Club et au Club alpin français87, et figure parmi les premiers membres de la Section d’hygiène, au sein de laquelle il joue un rôle actif. L’homme se situe donc bien à l’intersection entre les domaines de la préservation des sites, du tourisme et du sport, ce qui l’amène à l’hygiénisme, ce parcours présentant des analogies avec celui de Beauquier.

44La rencontre des hygiénistes et des esthètes ne se limite pas à une alliance autour des espaces libres. Le tourisme est un autre point de jonction entre hygiène et protection des sites. Ces convergences sont une des pièces du cadre dans lequel peut s’opérer une mobilisation de larges fractions des élites autour du bois de Boulogne.

Un « hygiénisme mondain » ?

45L’intrication entre préservation des sites, sport, tourisme et hygiénisme ainsi que l’ampleur du soutien à la campagne du Figaro incitent à s’interroger sur la signification de l’engagement hygiéniste des participants au mouvement de 1905.

46Il n’est pas étonnant de voir Le Figaro se lancer dans une campagne motivée en partie par l’hygiène. Le journal, comme la plupart de ses confrères, accorde une large place à l’hygiène et à la « question sociale ». Le traitement de ces informations incite à se demander si l’intérêt pour ces problèmes ne relève pas des obligations mondaines des membres du « Tout Paris » qui s’associent à la campagne de 1905.

  • 88 M. de Fleury, « Quelques conseils pour vivre vieux », Le Figar (...)
  • 89 Ibid., 1er et 4 sept. 1905
  • 90 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France, op. (...)
  • 91 « Au pays de l’alcoolisme », Le Figaro, 29 sept. (...)
  • 92 P. Juillerat, Une institution nécessaire, (...)

47Hygiène et « question sociale » occupent une place relativement importante dans Le Figaro. Au cours des mois d’août et de septembre 1905 paraît dans Le Figaro une chronique intitulée « Quelques conseils pour vivre vieux88 ». Y sont abordés des thèmes comme le « choix d’un bon logement » ou la « solidarité89 » avec un article sur les habitations à bon marché. La rubrique est tenue par le docteur Maurice de Fleury, spécialiste des maladies nerveuses90. Un problème comme l’alcoolisme retient aussi l’attention du Figaro91. Sur la « question sociale », le journal s’assure la collaboration du sénateur de la Seine Paul Strauss, qui fait autorité dans le domaine92.

  • 93 R. Blondel, « La vie médicale », « La vie médicale. La cure (...)
  • 94 R. Blondel, « Le choléra », L’Écho de Paris, 8 sept. (...)
  • 95 O. Uzanne, « La santé publique à Paris. Fiacres homicides », L (...)
  • 96 H. de Rothschild, « Pour nos enfants », Le (...)
  • 97 Il est l’auteur d’un article sur la tuberculose dans Le Matin (...)
  • 98 E. Laroche, « Pour les déments » et « Des œuvres à créer », L’ (...)
  • 99 É. Gautier, « La réhabilitation de l’eau de Javel » et « Pour (...)

48Cet intérêt n’est pas spécifique au Figaro. Il est manifeste dans la plupart des quotidiens qui s’associent, de près ou de loin, à la campagne. L’emploi d’un médecin chargé d’une chronique hygiénique et médicale est relativement fréquent. L’Écho de Paris par exemple s’assure la collaboration du docteur Raoul Blondel93, lequel intervient aussi à propos d’une question d’actualité comme l’épidémie de choléra qui sévit alors en Asie ainsi qu’en Europe centrale et de l’Est94 et dont la presse suit avec attention la progression. L’Écho de Paris dispose d’ailleurs d’un autre collaborateur attitré pour les questions d’hygiène et de santé publique, Octave Uzanne, de l’Académie de médecine95. Le Matin, de son côté, a recours aux services du docteur Henri de Rothschild96 et du docteur Maurice Letulle, spécialiste de la tuberculose qui accorde volontiers son concours à la presse97. Les quotidiens ne sont pas rares qui, même s’ils ne s’attachent pas les services d’un médecin, confient le traitement des informations relevant de l’hygiène et de la « question sociale » à un ou deux journalistes spécialisés : c’est le cas de L’Éclair, avec Ernest Laroche98, ou du Journal, avec Émile Gautier et Lucien Descaves99.

  • 100 H. Bianchon, « Le grand congrès de la tuberculose », Le Figaro(...)
  • 101 Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 632.
  • 102 P. Strauss, « La grande bataille », Le Figaro, 2 oct. 1905.
  • 103 M. Letulle, « La guerre à la tuberculose », Le (...)
  • 104 « Paris au jour le jour », Le Figaro, 2 et 3 oct. 1905 et « Paris au jour le (...)
  • 105 « À travers Paris », Le Figaro, 1er et 3 oct. 1905.
  • 106 P. Manouvry, « La vie sportive : gymnastique », Le (...)
  • 107 L. Petit, « Le Congrès international de la tuberculose », Le J (...)
  • 108 M. Letulle, « Les assises de la tuberculose », Le (...)

49L’attention accordée au Congrès international de la tuberculose qui se tient à Paris en octobre 1905 constitue un autre indice de l’intérêt de la presse pour l’hygiène et la « question sociale ». Fin septembre et début octobre 1905, Le Figaro consacre presque quotidiennement un ou plusieurs articles à cette réunion, émanant de collaborateurs faisant autorité : la plupart de ces textes sont signés Horace Bianchon100 (pseudonyme de M. de Fleury101), l’un d’entre eux est dû à Strauss102 et un autre à Letulle103. À ces articles s’ajoutent des allusions au congrès dans les différentes rubriques du journal : « Paris au jour le jour104 », « à travers Paris105 » ou « la vie sportive106 ». Le congrès fait l’objet d’une large couverture par l’ensemble des grands quotidiens. Dans Le Journal, c’est L. Petit, ce médecin qui se faisait le chantre de l’action hygiénique du Touring-Club, qui rend compte de l’événement107. De même, Le Matin fait appel aux services de Letulle108.

  • 109 Idem.
  • 110 Fabien, « Le Five o’clock du “Figaro” », Le (...)
  • 111 Grand Larousse encyclopédique, t. 2, (...)
  • 112 « Le Congrès de la tuberculose », Le Figaro, 29 sept. (...)

50Toutefois, à la différence des autres quotidiens, Le Figaro et Le Matin ne se contentent pas d’informer : ils participent à l’événement. Le Matin offre une « soirée artistique109 » aux participants au congrès. De son côté, Le Figaro organise un « five o’clock110 » pour les congressistes. Pour Le Figaro, des liens de parenté peuvent rendre compte de cet investissement : Gaston Calmette est le frère d’Albert Calmette111, professeur à la faculté de médecine et directeur de l’institut Pasteur de Lille, qui exerce des responsabilités dans l’organisation du congrès112.

  • 113 M. Letulle, « La guerre à la tuberculose », Le Figaro, 25 sept. 1905.

51Ces manifestations contribuent à faire de la réunion scientifique qu’est le congrès un événement mondain : « Paris, fidèle à sa tradition d’urbanité charmante, soucieux de sa réputation universelle d’hospitalité aimable, généreux, artiste, se prépare à recevoir dignement nos trois mille congressistes113 » écrit Letulle, qui précise qu’en plus de la réception du Figaro, trois fêtes seront données en l’honneur des participants au congrès. Lors de la réception du Figaro, des artistes se produisent devant une salle qui rassemble, outre les congressistes, des membres de la « société » parisienne. On repère en particulier des diplomates étrangers et des médecins qui apportent leur concours à la presse : H. de Rothschild, M. de Fleury et M. Letulle. Le soutien à la lutte contre la tuberculose semble participer des obligations mondaines d’une fraction des élites. Le rapprochement entre l’accueil des participants au Congrès et l’orchestration de la campagne en faveur du Bois s’impose, d’autant plus que sur les huit artistes se produisant lors du five o’clock du Figaro, deux se sont joints à la protestation contre la mutilation du Bois.

52La campagne de 1905 renouvelle doublement la question de l’enceinte. Elle consacre l’intervention de nouveaux acteurs : les « gens du monde », sportifs, esthètes et représentants des intérêts du tourisme. Elle constitue aussi un moment de redéfinition de la question dont la dimension esthétique est soulignée avec force. Les nouveaux acteurs ne se contentent pas d’opérer une reformulation de la question, leur intervention remet aussi en cause la légitimité de ces spécialistes de l’enceinte qu’étaient devenus les édiles de la capitale.

Une nouvelle légitimité :
compétence et excellence sociale

53Avec l’intervention des esthètes et des représentants des élites au sens large, le sort de l’enceinte relève désormais autant de l’esthétique que de l’hygiène. À ce double titre, il semble ne plus pouvoir être laissé aux mains des élus locaux. Les autorités sociales que sont les esthètes et les défenseurs des espaces libres se livrent, depuis le début du siècle au moins, à une critique systématique de la gestion édilitaire des espaces parisiens, sur laquelle ils réclament un droit de regard au nom de la légitimité que confèrent l’excellence sociale et la compétence, censées primer sur la légitimité électorale.

La disqualification des édiles

  • 114 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. ci (...)
  • 115 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 116 Idem.

54Depuis le début du siècle, Société pour la protection des paysages de France, Comité pour la conservation et la création des espaces libres et Société du Nouveau Paris multiplient les protestations contre les décisions des élus et des fonctionnaires de la Seine. Le Comité pour la conservation et la création des espaces libres a déjà manifesté son opposition au projet de lotissement de l’enceinte inclus dans la convention Ville-État en 1902. L’adoption de la taxe sur les jardins, l’aliénation d’une partie du Champ de Mars, le morcellement du parc de la Muette, les engrillagements des forêts autour de Paris et la vente de Bagatelle suscitent aussi son indignation. La Société pour la protection des paysages de France réclame, elle, la transformation des forêts entourant Paris en « parcs nationaux114 ». Les tenants de la préservation des sites s’allient parfois avec les partisans des espaces libres, comme lorsqu’il s’est agi de protester contre le projet de mutilation du Champ de Mars115. De son côté, la Société du Nouveau Paris a tenté à plusieurs reprises de contrer les décisions de l’administration parisienne, en particulier lors de la vente des terrains du marché du Temple, en juillet 1905116. Ces protestations relèvent d’une mise en question des types de légitimité détenus par les représentants élus des Parisiens et par les membres de l’administration préfectorale. Il faut replacer la campagne du Figaro dans cette contestation. La campagne fournit aux esthètes, aux partisans des espaces libres et aux sportifs l’occasion de contester la légitimité des élus et fonctionnaires locaux à opérer des choix en matière d’urbanisme.

  • 117 Idem.
  • 118 Idem.

55L’origine des décisions désastreuses contre lesquelles s’élèvent les « gens du monde » résiderait dans l’incompétence des élus locaux et dans le désintérêt des élus nationaux. Jourdain fustige « le vandalisme de l’administration et la veulerie du public117 » : « Notre malheureux Paris est submergé par les laideurs […]. L’État, qui bâcle en cinq heures, à la Chambre, le budget des Beaux-Arts, s’en désintéresse complètement et le conseil municipal n’y entend rien118. » Jourdain ne s’en prend d’ailleurs pas seulement à l’incompétence des élus. Le mal a des racines plus profondes. La logique élective elle-même paralyse les édiles :

  • 119 Idem.

« Nous n’avons pas, en réalité, de Conseil municipal, mais des conseillers municipaux, ce qui n’est pas du tout la même chose. Aucune vue d’ensemble, aucun plan général pour l’embellissement de la cité ; chacun, dans son quartier, se préoccupe de contenter l’électeur et se moque absolument de ce qui se passe dans l’arrondissement voisin119. »

  • 120 Idem.

56Pour les esthètes, l’élection est par essence incapable de désigner des responsables susceptibles de traiter efficacement les questions d’esthétique. Pour Jourdain, confier aux élus de responsabilités en matière d’urbanisme, c’est se condamner à voir les intérêts locaux passer avant ceux de l’agglomération. Beauquier exprime la même défiance envers les institutions élues : « Nous sommes bien loin en France […] d’avoir cette conception intelligente de ce que doit être une agglomération urbaine120. » L’intervention des esthètes et des champions des espaces libres participe donc d’une entreprise plus large de disqualification des élus locaux. Elle inaugure ainsi une redistribution des cartes en ce qui concerne l’enceinte : les édiles ne sont plus les seuls défenseurs des intérêts des Parisiens face à l’État central.

57La critique n’atteint pas les seuls édiles. Elle s’étend à cet autre responsable de l’urbanisme parisien qu’est l’administration préfectorale. Coubertin stigmatise l’action de l’administration et réclame pour les Parisiens un droit de regard sur les initiatives des fonctionnaires :

  • 121 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. (...)

« Notre administration aspire décidément à détenir le record de l’ineptie. En tous les cas, il faut que ses gestes, si souvent malencontreux, soient surveillés ; en cette affaire, c’est aux habitants des arrondissements de prendre l’initiative, et de faire ensuite appel à l’unanimité des Parisiens121. »

58La solution proposée (un contrôle direct de la population sur l’administration, court-circuitant les instances élues) témoigne d’ailleurs aussi d’une défiance à l’égard des édiles.

59De même que les conseillers municipaux, aveuglés par le souci d’assurer leur réélection, sont incapables de prendre des décisions cohérentes en matière d’urbanisme, les fonctionnaires préfectoraux sont prisonniers d’une logique financière à court terme. Telle est en tout cas l’explication avancée par certains des participants à la campagne, comme l’écrivain Henri Bataille, pour rendre compte de l’incurie administrative :

  • 122 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905. « Seule » est soulign (...)

« S’ils ont besoin d’argent, pour leurs bureaux, qu’ils vendent la Morgue, les quatre pieds de la Tour Eiffel, les bronzes de toutes les statues dont ils ont déshonoré Paris, mais bon dieu de bon sang ! qu’ils ne touchent pas à cette parure sacrée qui constitue notre seule suprématie hygiénique et esthétique, le charme, le miracle, la gloire et la santé de Paris122… »

  • 123 L’expression figure dans une nouvelle à la main qui fait allus (...)

60La contestation de la légitimité électorale se double donc d’une remise en cause de la légitimité administrative. Les « vandales municipaux123 », élus ou fonctionnaires, sont confondus dans la même réprobation.

La revendication d’un droit à
l’intervention des autorités sociales

61La contestation de la légitimité électorale s’accompagne de la revendication d’un droit à intervenir au nom d’une autre légitimité, fondée sur le goût ou la compétence. Les édiles étant par définition incompétents, il revient aux gens de goût de les remplacer. Jourdain appelle ainsi de ses vœux la création d’un « Comité permanent » regroupant « spécialistes de la beauté » et « gens du monde », qui exercerait un droit de regard sur les décisions des édiles :

  • 124 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

« Comment empêcher cette douloureuse indifférence ? Mais en formant une sorte de Comité permanent qui donnerait son avis et opposerait son veto aux décisions fantaisistes et malsaines du Conseil municipal, au point de vue esthétique. […]
Qu’à côté de ces spécialistes de la beauté, on groupe des directeurs de journaux, des industriels, des gens de théâtre, des mondains, des femmes élégantes, et nous arriverons, soyez-en certains, à délivrer Paris du cauchemar qui le déshonore : plus de monuments grotesques, plus de bâtisses ignobles, plus de statues ridicules, plus de fêtes crapuleuses et surtout plus d’attentats criminels comme celui que vous venez de signaler […]124. »

  • 125 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. (...)

62L’opinion selon laquelle l’esthétique parisienne ne peut être abandonnée aux élus et fonctionnaire locaux est assez largement partagée par les correspondants du Figaro : le chansonnier Fursy affirme que « tant que la mise en scène de Paris ne sera pas confiée à des artistes125 », les déprédations continueront.

  • 126 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 127 Idem.

63Il s’agit alors de déposséder de leur pouvoir de décision les représentants élus de la population parisienne au profit d’un autre type de représentants, caractérisés par le goût et l’excellence sociale ainsi que par une certaine compétence en matière d’esthétique urbaine. Ces attributs sont d’ailleurs liés. L’excellence sociale est au principe du goût ; de même, l’appartenance à l’élite, avec les loisirs qu’elle suppose, permet de s’investir dans la préservation des sites (comme dans le sport ou l’organisation du tourisme) et donc de revendiquer une compétence en la matière. Les participants à la campagne s’expriment alors « avec la foule parisienne et en son nom126 » et se considèrent plus à même de le faire que les « Tartempion127 », comme dit Jourdain, désignés par le suffrage universel.

  • 128 F. Reichel, Le Figaro, 9 sept. 1905.

64Le ton parfois très polémique et même violent du courrier adressé au Figaro ne doit cependant pas faire illusion. Les animateurs de la campagne cherchent avant tout à obtenir un droit de regard sur les décisions des édiles. Il ne s’agit pas tant d’entrer en conflit avec le conseil municipal et la préfecture de la Seine que de faire accepter aux responsables locaux, élus et fonctionnaires, une mise sous tutelle pour le bien de tous. « Si dans la querelle nos conseillers municipaux doivent intervenir, quelques unes des plus hautes, des plus écoutées, des plus respectées personnalités parlementaires n’hésiteront pas à se joindre carrément au mouvement128 » écrit Reichel dès le 9 septembre.

  • 129 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905.
  • 130 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. (...)

65La revendication d’un droit de regard des élites sur des décisions engageant le bien-être physique (avec l’hygiène) et moral (avec l’esthétique) de toute une collectivité s’accompagne d’une réflexion sur les modalités de l’action collective. Si « la foule parisienne » est incapable de désigner par l’élection des édiles compétents, elle retrouve un rôle dans la bataille susceptible de s’engager entre défenseurs du Bois et État : « [Il] ne se peut pas que le Gouvernement et ses administrations ignorent tout ce qu’ont d’électoralement menaçant les protestations dont Le Figaro se fait l’écho129 » affirme Reichel. Cette menace réintroduit le recours au principe électoral, mais sous une forme nouvelle : la foule, menée par ses guides légitimes, constitue un levier puissant et efficace. Le vote n’est alors plus qu’un moyen d’action de masse parmi d’autres : l’auteur dramatique Paul Bilhaud propose par exemple « que tous les Parisiens qui protestent s’engagent à déduire de leur feuille de contribution un franc par arbre supprimé130 » pour contraindre l’État à renoncer au lotissement. Il ne faut pas surestimer le poids de la suggestion de l’auteur dramatique, qui n’est pas un animateur de la campagne. La proposition est cependant intéressante : elle participe d’une réflexion sur l’action collective, conçue comme une mobilisation des citoyens sur un mot d’ordre et selon des modalités dictés par les détenteurs d’une autorité naturelle.

66Esthètes et sportifs contestent la légitimité des élus et des fonctionnaires locaux. Mais leur intervention n’épuise pas le sens de la campagne, qui rassemble des acteurs très divers, réunis sur le seul refus de l’amputation du Bois. Tous ces acteurs ne sont pas, et de loin, engagés dans une entreprise de délégitimation des édiles, auxquels on ne peut pas attribuer l’entière responsabilité du projet.

Des responsabilités partagées : édiles ou État ?

67Élus et fonctionnaires locaux ne portent pas l’entière responsabilité de la situation. Les terrains menacés appartiennent à l’État, qui a décidé leur mise en vente, et la critique n’épargne pas les hommes d’État et les fonctionnaires nationaux. Ce partage des responsabilités rend d’ailleurs possible le ralliement d’un nombre non négligeable d’édiles à la campagne. Les correspondants du Figaro, à commencer par Jourdain, stigmatisent avec la même vigueur les autorités nationales et locales. L’avocat André Lechopié place sur le même plan la mutilation du Bois et d’autres décisions administratives absurdes, prises au niveau national :

  • 131 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905.

« Nous sommes si admirablement administrés aujourd’hui, à tous les degrés ! Ce sont les mêmes qui nous font des pièces de 5 sous qui ressemblent à des pièces de 20 sous et des timbres-poste d’un sou que l’on confond avec ceux de 3 sous131. »

68Cependant, si les responsabilités sont partagées entre acteurs locaux et nationaux, le partage varie selon le degré d’engagement dans la campagne et selon la proximité avec les institutions où se prennent les décisions engageant le sort de Paris. Par ailleurs, la position du Figaro sur le partage des responsabilités s’infléchit pendant la campagne.

  • 132 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.
  • 133 Idem.

69Une première attitude consiste à confondre dans une même condamnation les échelons local et national. L’ineptie administrative serait partagée par les fonctionnaires locaux et nationaux. Quand le compositeur William Salabert invite à « oppos[er] vigoureusement à la levée de ronds-de-cuir qui se prépare, la menace de nos poings fermés132 », on ne sait s’il vise les fonctionnaires de la préfecture ou ceux du ministère des Finances. Sans doute d’ailleurs les confond-il dans sa dénonciation. La stupidité foncière de l’administration nationale se double, comme dans le cas de l’administration locale, d’une âpreté au gain l’incitant à faire fi des intérêts hygiéniques et esthétiques de la capitale. Pour le député parisien Maurice Spronck, l’affaire du Bois n’est qu’« un exemple de la tendance administrative à faire de l’argent en vendant des terrains pour la construction133 ». Mais au-delà de la stigmatisation indistincte de l’ensemble des acteurs engagés depuis deux décennies dans le règlement du sort de l’enceinte, tous les participants n’opèrent pas le même partage des responsabilités.

  • 134 F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. (...)

70Les dénonciations de l’administration locale les plus vives émanent des participants les moins engagés dans la campagne, qui se contentent d’écrire au Figaro et n’occupent pas de responsabilité élective ou administrative. Il s’agit fréquemment d’artistes, dont les courriers, placés sous le signe de la légèreté, s’articulent parfois autour d’un bon mot ou sont l’occasion d’effusions poétiques. L’irresponsabilité, au sens fort, des intervenants rend possibles toutes les outrances dans une condamnation qui englobe fonctionnaires locaux et nationaux. Colette, par exemple, propose de pendre Bouvard, le directeur du Service des promenades de la préfecture de la Seine, « à un arbre134 ». À l’autre extrémité de l’échelle dans la virulence de la dénonciation des responsables locaux, on trouve les conseillers municipaux, qui expriment leur indignation devant le projet de lotissement mais en rejettent l’entière responsabilité sur le Gouvernement, dédouanant non seulement l’assemblée dont ils sont membres mais aussi l’administration préfectorale. Comme dans les années 1880, édiles et fonctionnaires de la Seine font front commun contre l’État au sujet de l’enceinte.

  • 135 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. 1905.
  • 136 Idem.

71La frontière entre la responsabilité du niveau municipal et celle du niveau gouvernemental est donc mouvante. Non seulement tous les intervenants ne la situent pas au même endroit mais elle se déplace au fil de la campagne. La position du Figaro, très critique envers les fonctionnaires locaux au départ, s’infléchit assez rapidement. Le 6 septembre, Reichel se montre très sévère pour l’administration préfectorale : « le fol, le criminel projet » a germé « dans l’un des bureaux de l’Hôtel de ville135 ». Le journaliste s’indigne en particulier devant la volonté administrative de minimiser l’ampleur du projet, un de ses interlocuteurs lui ayant affirmé que seuls « quelques arbres136 » seront abattus.

  • 137 Idem.

72Pourtant, dès le 6 septembre, Reichel rend hommage à l’honnêteté de Bouvard, dont il cite l’interview parue dans Le Petit Journal : « Le distingué directeur des promenades, lui, a été franc. Il a reconnu l’exactitude de l’abominable forfait qui se tramait137. » Reichel devient ensuite très clair dans le partage des responsabilités. Dès le 9 septembre, la responsabilité est clairement attribuée à l’État :

  • 138 F. Reichel, Le Figaro, 9 sept. 1905.

« M. Bouvard a dû lutter près de deux ans avec le ministère des Finances pour obtenir que le Domaine – implacable – acceptât d’apporter au plan primitif des modifications qui, sans rien sauver de la superficie ni des arbres du bois de Boulogne, devaient lui enlever, du moins à l’exécution, sa désespérante uniformité138. »

  • 139 F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. 1905.
  • 140 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905.

73Les principaux coupables sont dès lors identifiés : « rapacité du budget de l’État139 » et « fonctionnaires du Domaine de l’État140 ».

  • 141 « Les fortifications et le Bois de Boulogne », Le Petit Jo (...)

74L’impuissance des fonctionnaires et élus locaux atténue leur responsabilité. Le Figaro s’oriente rapidement vers une position assez favorable à l’échelon local, qu’il s’agisse des fonctionnaires qu’il tendrait à absoudre ou des conseillers municipaux dont il accueille les lettres avec bienveillance. L’évolution tient sans doute à la volonté de rallier un public plus large que les « gens du monde ». En refusant de rejeter l’entière responsabilité de la mutilation du Bois sur les fonctionnaires locaux, Le Figaro évite de s’aliéner les édiles, alliés de la préfecture de la Seine sur la question de l’enceinte. Au-delà, il s’agit de ménager la « foule » parisienne, en ne se coupant pas de la presse populaire, qui se joint très rapidement à la protestation : Le Petit Journal est un des premiers quotidiens à reprendre l’information parue le 3 septembre dans Le Figaro141.

75La campagne consacre une reformulation de la question de l’enceinte. Si la dimension hygiénique est toujours présente, il ne s’agit plus seulement de desserrer le tissu urbain en supprimant des fortifications comme dans les années 1880-1890. On réclame maintenant la création d’espaces libres sur les terrains libérés. La dimension esthétique du problème se trouve également renforcée. La mobilisation des esthètes et des sportifs marque aussi l’émergence d’un nouveau type de légitimité, liée à l’excellence sociale et à la compétence, qui s’oppose à celle que confère l’élection. Les autorités sociales ne cherchent d’ailleurs pas tant à entrer en conflit avec les édiles et les fonctionnaires qu’à leur faire accepter un droit de regard sur les décisions urbanistiques engageant l’avenir de Paris. En cela la campagne annonce l’intervention du Musée social. Par ailleurs, elle intervient à un moment où le personnel municipal en charge de l’enceinte connaît un renouvellement sans précédent.

Les espaces libres au conseil municipal

76L’intervention des « gens du monde » fragilise la position que les édiles occupaient depuis près d’un quart de siècle, celle de représentants légitimes des intérêts de la population parisienne sur la question de l’enceinte. De quelles ressources les élus locaux disposent-ils pour contrer cette entreprise de délégitimation ? La contestation se jouant en partie au moins sur le
terrain de l’excellence sociale, il faut se pencher sur le capital social que détiennent les édiles. Au-delà, quelles stratégies ces derniers mettent-ils en œuvre pour défendre le type de légitimité dont ils sont porteurs ?

La Commission des fortifications

77Le conseil municipal compte au nombre de ses commissions spéciales une Commission des fortifications, à laquelle s’adjoignent parfois quelques conseillers généraux de la Seine pour former une Commission mixte des fortifications. Suite aux élections municipales de 1904, les deux commissions sont renouvelées, ce qui se traduit par un bouleversement sans commune mesure avec les changements constatés en 1900 et en 1908, le taux de rotation ne s’expliquant pas par une non-réélection des anciens membres.

  • 142 Liste de MM. les membres du Conseil municipal (...)

Commission municipale des fortifications142.

  • 143 RDCM, 1905, n° 4 et 1907, n° 24 (Brousse) ; (...)

78Le bouleversement de 1904 est à peu près contemporain de l’éveil de l’intérêt des « gens du monde » pour l’enceinte. Il convient de s’intéresser aux positions respectives de ces nouveaux acteurs et des édiles chargés du sort de l’enceinte. Sont retenus ici Paul Brousse, Fortuné d’Andigné, Adolphe Chérioux et Louis Dausset, les membres de la Commission municipale des fortifications les plus actifs, signataires entre 1905 et 1912 d’au moins un des douze rapports concernant l’enceinte143. À l’exception de Brousse ces hommes appartiennent depuis peu à la commission et chacun occupe une position particulière par rapport aux nouveaux intervenants dans le débat.

Brousse : un « vétéran précurseur »

  • 144 M. Halbwachs, La Politique foncière des (...)

79Paul Brousse siège depuis 1887 au conseil, où il est un des champions du déclassement de l’enceinte. En février 1889, il obtient le renouvellement de la Commission des fortifications, en sommeil depuis le milieu des années 1880. L’année suivante, il accède à la présidence de la commission, qu’il conserve jusqu’à son départ du conseil municipal en 1906, suite à son élection à la Chambre. Vétéran du combat pour la suppression de l’enceinte, Brousse, parmi les socialistes, est aussi un précurseur. Qu’un possibiliste réclame la disparition des fortifications n’est pas étonnant : celle-ci permettrait à la Ville de récupérer des espaces suffisants pour mener une véritable politique foncière. Néanmoins l’intérêt de socialistes comme Maurice Halbwachs ou Albert Thomas pour l’enceinte est très postérieur, puisqu’il se produit après la mobilisation des « gens du monde » et même après celle des réformateurs sociaux144.

  • 145 PVCM, 1901, 18, 21 et 23 janv. ; 1902, (...)
  • 146 PVCM, 1901, 13 juil. et 30 déc. ; 1902, (...)
  • 147 PVCM, 1902, 18 janv.

80En tant que président de la commission, Brousse participe aux négociations entre la Ville et l’État et s’en fait l’historien devant ses collègues. Pour lui, il s’agit d’obtenir la disparition de l’enceinte, présentée comme une mesure d’hygiène, et son aménagement sous contrôle municipal. En 1901 il se prononce donc pour l’achat de la partie nord-ouest des fortifications contre 162 millions, avant de se ranger à l’avis de la commission, qui trouve le prix exigé trop élevé145. Brousse est aussi l’un des artisans de l’accord de 1902, qui soulève en 1905 l’indignation des « gens du monde146 ». Dans l’affaire, il se veut réaliste : on ménage les intérêts esthétiques de Paris en obtenant de l’État qu’il fasse concorder le lotissement des terrains avec le plan de la Ville147.

  • 148 « M. Brousse, Président du Conseil municipal et la fédération (...)
  • 149 Montécourt, « Échos de partout », La République française, 6 (...)
  • 150 Ibid., 2 sept. 1905 ; G. Davenay, (...)
  • 151 L. Latapie, « Perinde ac cadaver », La République française, 2 (...)
  • 152 L’accusé et ses juges » (H. Rochefort) et « Cas de M. Paul Bro (...)

81En 1905 Brousse est un homme en vue. Président du conseil municipal depuis mars, il est confronté à un dilemme lors de la visite en France du roi d’Espagne Alphonse XIII. Doit-il agir en leader politique, et refuser tout contact avec le souverain ibérique, ou en représentant officiel de la capitale, et accueillir le royal visiteur à l’Hôtel de Ville ? Brousse opte pour la seconde solution, ce qui lui vaut des ennuis avec son Parti et les honneurs de la presse. En septembre 1905, Brousse ainsi que Lefèvre, Lajarrige, Heppenheimer148 et Turot149, ses collègues au conseil municipal, sont blâmés par le conseil fédéral du PSU. L’affaire est largement commentée par les journaux qui se joignent à la campagne du Figaro. Ces derniers approuvent la décision de Brousse150 même si, pour certains, l’incident témoigne du danger qu’il y a à confier des responsabilités à des socialistes151 et si Rochefort, dans L’Intransigeant, se refuse à toute compassion pour l’édile blâmé par ses amis politiques152.

  • 153 RDCM, 1902, n° 1.

82Tel est l’homme qui a cosigné, pour la Commission des fortifications, le rapport sur le projet d’accord de 1902. L’autre auteur est Chérioux, qui s’exprime en tant que membre de la 3e Commission (voirie de Paris ; travaux affectant la voie publique)153. Chérioux est un des nouveaux membres de la commission désignée en 1904. Au-delà de cette commune appartenance, tout le sépare de Brousse.

Chérioux : un technicien suiviste ?

  • 154 M. Prévost et J.-C. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biogr (...)
  • 155 Idem.

83Chérioux est un entrepreneur de travaux publics du 15e arrondissement. Il entre au conseil en 1895, comme représentant du quartier Saint-Lambert, après deux tentatives infructueuses. Cette ancienneté le distingue des autres membres de la commission, tous élus, sauf Brousse, en 1900 ou plus tard. Jusqu’à son décès en 1935, il est constamment réélu. Ce notable local, « président ou membre honoraire de la plupart des sociétés de son quartier154 », qui deviendra Commandeur de la Légion d’honneur, représente plusieurs fois la ville de Paris à l’étranger. Il s’investit aussi dans la préparation d’expositions : il est directeur général de l’Exposition des arts décoratifs de 1925 et directeur adjoint de l’Exposition coloniale de 1931155.

  • 156 Idem.

84Au conseil, Chérioux se montre très actif, en particulier dans les domaines touchant à la gestion des espaces urbains. Au cours de sa longue carrière d’édile, il préside la 3e Commission, la Commission des fortifications et le jury des concours et façades de Paris. Il est l’auteur de rapports sur l’aménagement du Champ de Mars, la destruction de la Galerie des Machines, l’ouverture de la ligne métropolitaine nord-sud et la création du Parc des expositions à la porte de Versailles. Il est aussi à l’origine de la transformation du matériel d’enlèvement des ordures ménagères et du nettoiement156.

  • 157 Liste de MM. les membres du Conseil (...)
  • 158 RDCM, 1907, n° 121 et 1908, n° (...)

85La présence de Chérioux à la Commission des fortifications, préparée par son rôle dans la conclusion de l’accord de 1902, s’inscrit logiquement dans son activité d’élu. Il y acquiert rapidement des responsabilités : vice-président de la commission désignée en 1904, il remplace Brousse à la présidence en 1907157. En 1907 et 1908, il rédige les deux rapports portant sur les offres du ministre des Finances J. Caillaux, qui propose de céder les parties ouest et nord de l’enceinte à la Ville contre 90 puis 64 millions158. Au nom de la commission, il se prononce à deux reprises pour l’acceptation des offres ministérielles mais n’est pas suivi par le conseil.

  • 159 RDCM, 1907, n° 121.

86Les deux rapports rédigés par Chérioux portent principalement sur des points techniques, comme le détail des pourparlers entre le préfet de la Seine et le ministre des Finances, et ne s’attardent pas sur l’hygiène et l’esthétique. Chérioux se sent néanmoins tenu d’adopter le vocabulaire des « gens du monde », notamment quand il s’agit de prendre acte des bonnes dispositions gouvernementales159. L’édile s’adapte à la reformulation de la question de l’enceinte sans y participer. En cela il diffère de Brousse que son intérêt ancien pour les fortifications incite à prendre en considération la dimension hygiénique de l’aménagement des terrains libérés, avec ce que cette dimension implique de neuf à l’aube du xxe siècle, de F. d’Andigné, investi dans la préservation des sites, et de L. Dausset, qui s’empare de l’enceinte pour tenter de se faire une place parmi les « gens du monde ».

D’Andigné : un esthète au conseil municipal

  • 160 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. 1, p. 371-372.

87Avec Fortuné d’Andigné, préservation des sites et espaces libres font leur entrée à la Commission des fortifications. Contrairement à Brousse et à Chérioux, d’Andigné est socialement proche des milieux où se recrutent esthètes et partisans des espaces libres. Issu d’une ancienne famille de militaires et de notables, fils d’un général qui est aussi député, petit-fils de député, d’Andigné s’engage sur les traces paternelles mais la républicanisation des institutions qui suit l’accession des radicaux au pouvoir met fin à sa carrière d’officier de cavalerie. Par solidarité avec l’un de ses supérieurs, il démissionne, sans doute lors de l’« affaire des fiches ». Il n’est alors âgé que d’une trentaine d’années mais ne semble pas s’être tourné vers une autre profession. La politique, au niveau local, l’occupe désormais. En 1904 d’Andigné se présente aux élections municipales ; son programme conservateur séduit le quartier de la Muette, qui lui reste fidèle jusqu’à la fin de ses jours. D’Andigné ne faillit pas à la tradition familiale, puisqu’il devient député en 1932, trois ans avant son décès. Au conseil, il est inscrit au Groupe républicain municipal160.

  • 161 F. d’Andigné, « L’agrandissement du bois de Boulogne. Démoliti (...)
  • 162 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. 1905.
  • 163 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 277-278.

88En 1905, d’Andigné s’associe à la campagne de défense du Bois en rédigeant un article pour L’Écho de Paris161 et en écrivant au Figaro162. Il défend certes le cadre de vie de ses électeurs, qui est aussi le sien, mais son intérêt pour la protection des sites est plus profond, comme le prouve son caractère durable : en 1911 on le retrouve à la Commission du Vieux Paris163.

89Cette dernière a été créée en 1897, sur une initiative de Lamouroux, soutenu par 46 de ses collègues. Lamouroux réclamait la création d’une instance chargée :

  • 164 PVCM, 1897, 15 nov.

« […] de rechercher les vestiges du vieux Paris, d’en dresser l’inventaire, de constater leur état actuel, de veiller dans la mesure du possible à leur conservation, de recueillir les épaves de ceux qu’il serait impossible de conserver, de suivre au jour le jour les fouilles qui pourraient être entreprises et les transformations de Paris jugées nécessaires, au point de vue de l’hygiène, de la circulation et des nécessités du progrès et d’en fixer les images authentiques ; en un mot, de tenir les Parisiens, par l’intermédiaire de leurs élus, au courant de toutes les découvertes intéressant l’histoire de Paris et son aspect pittoresque164. »

90Ces préoccupations sont celles des « gens du monde », dont l’édile sollicite la collaboration :

  • 165 Ibid.

« [La commission] devra comprendre des conseillers municipaux, élus par leurs collègues, des chefs de service de l’administration et des techniciens pris, autant que possible, dans ces réunions d’érudits, de chercheurs et de fervents de l’histoire parisienne, qui ont fondé les sociétés rayonnant sur tout Paris ou s’adressant à certains quartiers de la Ville165. »

  • 166 Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 207 et 509.

91La Commission du Vieux Paris rassemble des édiles et des personnalités extérieures. Parmi ces dernières, deux se sont jointes à la campagne de 1905 : Normand, architecte et président de la Société des amis des monuments parisiens, et Augé de Lassus, auteur dramatique166 et vice-président de la Société pour la protection des paysages de France. La commission partage les préoccupations les animateurs de la campagne de 1905, comme le montre le vœu suivant, portant sur un projet d’implantation d’une exposition des sports et d’un autodrome à Bagatelle, adopté à l’unanimité en avril 1905 :

  • 167 RDCM, 1905, n° 25.

« Qu’il ne soit donné suite par le Conseil municipal de Paris à toute proposition qui tendrait à changer le caractère essentiel du bois de Boulogne, notamment en y installant une exposition quelconque, et que M. le Préfet de la Seine veuille bien indiquer au Conseil municipal les inconvénients multiples qui résulteraient de l’adoption de projets élaborés en ce sens167. »

  • 168 « Travaux des sections. SHUR : séance du 20 janvier 1911 », AM (...)

92On peut ainsi rendre compte du rôle de F. d’Andigné au sein de la Commission des fortifications par son appartenance au monde des esthètes, qui l’amène à s’intéresser aux espaces libres. Cette double appartenance le conduira d’ailleurs à la Section d’hygiène du Musée social168. Chez d’Andigné, comme chez Beauquier et Clermont, l’engagement hygiéniste est né de l’intérêt pour la préservation des sites.

  • 169 RDCM, 1908, n° 76 et n° 168.

93Bien que membre de la section, d’Andigné n’assiste à aucune des réunions. Il n’en est pas moins un allié précieux : en 1908 il se fait l’avocat du projet d’aménagement de la section169 face au projet concurrent élaboré par Dausset. L’existence d’un tel projet ne doit pas surprendre : l’intervention des « gens du monde » puis des réformateurs sociaux ne consacre pas l’effacement des édiles.

Dausset, un prétendant

  • 170 J. Jolly (dir.), DPF, op. (...)

94Louis Dausset est un agrégé de Lettres, né à Tarbes en 1866. Révoqué en 1900 suite à son entrée en politique lors de l’affaire Dreyfus, il est un des fondateurs du Groupement de la patrie française avec François Coppée et Jules Lemaître. Un mois après sa révocation, il se présente aux élections municipales dans le 3e arrondissement de Paris. Élu, il représente le quartier des Enfants-Rouges jusqu’en 1920. Ses tentatives pour utiliser son quartier comme tremplin pour une carrière nationale échouent : en 1902 et en 1906 il se présente sans succès à la députation dans le 3e arrondissement sous l’étiquette « nationaliste ». Il lui faut attendre l’après-guerre pour accéder à un mandat national : en 1920 il est élu au Sénat sur la liste d’Union nationale. Il y siègera jusqu’en 1927. Politiquement, il est d’ailleurs presque rentré dans le rang : membre du Parti républicain, démocratique et social, il s’inscrit au groupe de l’Union démocratique et radicale. Du polémiste d’extrême droite, Dausset ne conserve que l’antisémitisme : il se signale par une intervention au sujet de « l’invasion de certains quartiers de Paris par des réfugiés juifs d’Orient [qui] compromettent la santé physique de la population170 ».

  • 171 Ibid., p. 1248-1250.
  • 172 P. Bourdieu, Questions de sociologie, (...)

95Au sein des assemblées locales, Dausset préside nombre de commissions importantes, dont la Commission mixte des transports en commun, la Commission de contrôle du gaz et celle des expositions. En 1908, il est rapporteur général du budget de la ville de Paris et ses rapports sont commentés dans la presse171. Dausset s’empare de la question de l’enceinte à un moment où, l’affaire Dreyfus retombée, il est difficile de persévérer dans la construction d’une carrière politique sur les seuls thèmes du nationalisme et de l’antisémitisme et où sa position d’édile lui vaut une certaine notoriété. Rien d’étonnant alors à ce qu’il tente d’utiliser cette position (le seul capital dont il dispose) pour intervenir dans un débat qui mobilise des acteurs beaucoup plus prestigieux. La publicité même que confèrent ces derniers à la question des fortifications incite Dausset à présenter son projet. Dausset trouve un adversaire en d’Andigné. Cet affrontement traduit une opposition plus profonde. D’Andigné, issu d’une famille de notables, élu du 16e arrondissement, est membre de droit du monde des esthètes et des partisans des espaces libres, tandis que Dausset fait figure de « prétendant172 », au sens où l’entend P. Bourdieu, à l’accès au champ politique, mais aussi plus largement à l’élite que constituent les « gens du monde » et les réformateurs sociaux.

96Le renouvellement de la Commission des fortifications amène aux affaires des édiles qui développent des thèses proches de celles des esthètes et des défenseurs des espaces libres, la parenté des discours se doublant chez d’Andigné d’une proximité sociale. Les membres de la commission participent donc pour certains à la reformulation du problème et pour les autres l’accompagnent. C’est en partie cette situation qui permet aux édiles de résister à l’entreprise de délégitimation engagée par les « gens du monde » puis par les réformateurs sociaux.

Les édiles et la campagne du Figaro

97La mobilisation contre la menace pesant sur le Bois, présentée comme le résultat de l’incurie des représentants élus de la population parisienne, ne laisse pas les édiles indifférents. Nombre d’entre eux se joignent à la protestation en écrivant au Figaro. Par ailleurs, si la campagne s’inscrit dans une entreprise de mise en cause de la légitimité électorale, certains élus locaux semblent épargnés et se voient reconnaître une certaine compétence.

Des édiles au secours du Bois

  • 173 Froment-Meurice (7 sept.), Henri Turot (7 sept.), (...)

98Parmi les participants à la campagne figurent 22 conseillers municipaux parisiens173, soit plus du quart de l’assemblée locale qui compte 80 membres. L’effectif est important, d’autant qu’on ne connaît que les correspondants mentionnés par Reichel. Or rien ne permet d’affirmer que celui-ci n’opère pas une sélection des lettres lui parvenant, en particulier en fonction de la notoriété de leur auteur.

  • 174 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 175 Quentin-Bauchart, Escudier et Deville.
  • 176 Quentin-Bauchart, Billard, Jousselin, Dausset, Deville et Bell (...)
  • 177 Turot et Roussel.

99Le contenu du courrier des édiles est assez homogène. L’interview accordée au Figaro par Froment-Meurice174 en reflète assez bien le ton : condamnation du projet de lotissement mais refus d’en voir attribuer la responsabilité aux édiles et à l’administration préfectorale, l’État étant désigné comme le principal coupable175, et affirmation que le conseil municipal, dont l’accord est nécessaire, parera à la menace pesant sur le Bois176. Par ailleurs certaines lettres soulignent le caractère « démocratique » de la promenade à préserver177.

  • 178 E. Gay, Nos édiles, op. cit. Les 22 édiles n’ont pas la même n (...)
  • 179 Ibid., p. 66.

100Il s’agit de dégager la logique présidant à la participation à la campagne de ces élus locaux ou au moins à leur sélection par Reichel. L’interrogation la plus immédiate porte sur la couleur politique des édiles en question. Dans Nos édiles178, Ernest Gay consacre une notice biographique à chacun de ses collègues du conseil. On repère ainsi cinq membres du Groupe républicain municipal, conservateur (d’Andigné, Dausset, Deville, Escudier et Oudin), trois royalistes (Froment-Meurice, Lambelin et Rendu), un bonapartiste (Quentin-Bauchart) et un membre du Groupe radical socialiste (Tantet) dont Gay précise que, « sur beaucoup de points, il se rapprocherait du Groupe républicain municipal179 ». Par ailleurs, Bellan est membre du groupe des Droits de Paris et Turot est socialiste. 9 des 11 édiles dont l’affiliation politique est explicite sont donc des conservateurs.

101On peut aussi s’intéresser aux positions dans les grands débats politiques du début du siècle, affaire Dreyfus et statut des Églises. Les édiles favorables à l’Armée et contre la séparation sont majoritaires : respectivement 13 et 12 sur 22. Les correspondants de Reichel ne déparent pas dans le conseil municipal conservateur et nationaliste élu en 1904. Ils en représentent même la quintessence (sur l’ensemble du conseil Gay mentionne 26 anti-dreyfusards et 7 membres du Groupe républicain municipal).

102En ce qui concerne les activités exercées par les participants à la campagne, on note la surreprésentation des « avocats », « publicistes » et « hommes de lettres » selon la taxinomie de Gay :

  • 180 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 181 Comme Galli, Grébauval, Lambelin et Quentin-Bauchart.
  • 182 Comme Quentin-Bauchart.
  • 183 La rubrique « gens de lettres » regroupe les individus présent (...)

103Le poids des gens de plume est renforcé quand on tient compte, au-delà de la désignation comme « homme de lettres » ou « publiciste », des auteurs d’un ou de plusieurs ouvrages (9 sur 22) ou des collaborateurs à un ou plusieurs organes de presse (11 sur 22). La participation à la campagne, ou au moins le fait d’être cité par Reichel, semble en partie motivée par une proximité avec les milieux de la littérature et du journalisme. Un indice est fourni par la présence de Turot, l’homme qui, selon Reichel, « parle pour la foule180 ». Ce socialiste cumule en compensation les attributs qui le rendent proche des milieux littéraires. Membre de la Société des gens de lettres181 et du Cercle de la critique182, l’homme a eu onze duels depuis son entrée en politique au début des années 1890. Par ailleurs son activité de reporter a fait de lui un grand voyageur. Turot est très proche, par ses façons d’être et son mode de vie, de ses collègues situés à l’autre extrême de l’échiquier politique ainsi que du « Tout-Paris » qui prend la défense du Bois. On peut en effet rapprocher la prééminence des hommes de plume parmi les 22 édiles du nombre assez élevé de journalistes et d’écrivains chez les correspondants du Figaro. Ces derniers sont respectivement 31 et 13 si l’on s’en tient aux indications de Reichel mais beaucoup plus (33 journalistes ou publicistes et 38 hommes ou femmes de lettres) d’après le Bottin mondain183.

104Au-delà des caractéristiques politiques et sociales, on distingue parfois une logique guidant la participation à la campagne.

105Cette dernière ne semble pas motivée par un intérêt particulier pour l’enceinte, comme en témoigne la faible représentation de la Commission des fortifications, dont deux membres seulement (Dausset et d’Andigné) se joignent à la protestation, soit un sixième, alors que sur l’ensemble du conseil, le taux de participation se monte à plus d’un quart. Dausset et d’Andigné occupent d’ailleurs des positions bien particulières par rapport aux milieux orchestrant la campagne. Une appartenance passée ou future à la commission ne prédispose pas non plus à la participation : sur les 22 édiles, seuls six ont appartenu à la commission entre 1900 et 1908. En revanche, la participation s’explique parfois par une communauté d’intérêts, se doublant sans doute d’une proximité sociale, avec les milieux en pointe dans la protestation contre le lotissement du Bois ou encore avec ceux qui s’empareront de la question de l’enceinte trois ans plus tard.

  • 184 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.
  • 185 F. Reichel, Le Figaro, 9 sept. 1905.
  • 186 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. (...)

106Pour certains édiles, comme d’Andigné, la participation à la campagne s’explique par la proximité avec les esthètes. En tout cas c’est en ces termes qu’elle est présentée par Reichel. Froment-Meurice est « le dévoué conseiller municipal, qui, avec une inlassable activité, s’attache tant à faire respecter les splendeurs de la capitale184 » et Quentin-Bauchart est « un des plus sûrs, un des plus fidèles défenseurs des intérêts artistiques de Paris185 ». Ces édiles appartiennent, ou appartiendront pour d’Andigné, à la Commission du Vieux Paris. Il en est de même pour Dausset et Galli186.

  • 187 Ibid., p. 113-114.
  • 188 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. (...)
  • 189 RDCM, 1908, n° 46.

107La participation à la campagne peut aussi s’expliquer par la proximité avec les réformateurs sociaux et les hygiénistes qui s’empareront des fortifications en 1908. Roussel appartient à la Section juridique du Musée social187. Rendu sera un élément actif de la Section d’hygiène188 et se fera le relais des thèses qu’elle développe auprès des édiles, en particulier en matière d’aménagement de l’enceinte189, sans d’ailleurs appartenir à la Commission des fortifications.

  • 190 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 129-130 et J. Jolly (dir.), D (...)
  • 191 B. Marchand, Paris. Histoire d’une ville, (...)
  • 192 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. (...)
  • 193 Ils n’apparaissent qu’une seule fois dans les comptes rendus d (...)

108Rendu est avocat. Né en 1847, il est issu d’une lignée de notables : son père et son grand-père furent respectivement un jurisconsulte célèbre et l’un des organisateurs de l’Université impériale. Leur fils et petit-fils touche au journalisme (en 1899 il devient directeur politique du Soleil) et publie de nombreux ouvrages d’histoire et de droit. Il s’intéresse aussi aux problèmes économiques et sociaux et écrit dans Le Messager de Paris et Le Moniteur industriel. Élu pour la première fois à l’Hôtel de ville en 1896 par le quartier Saint-Thomas d’Aquin, il y siège pendant 37 ans190. Au conseil, ce monarchiste s’occupe en particulier d’hygiène et d’assistance : il est à l’origine de la reconnaissance par la municipalité de l’existence des îlots insalubres191. Rendu siège aussi au conseil de surveillance de l’Assistance publique et préside le comité des Dames patronnesses des hôpitaux ainsi que la Commission des crèches. Par ailleurs, il est nommé fin 1904 au conseil d’administration de la Société philanthropique192. En 1908, il arrive donc à la Section d’hygiène avec un important capital de savoir-faire et de relations. Il y sera rejoint par Escudier et d’Andigné, deux autres participants à la campagne, l’appartenance de ces derniers semblant toutefois purement nominale193.

109Pour six élus (d’Andigné, Dausset, Grébauval, Levée, Deville et Pannelier), la participation à la campagne peut être rapportée à un investissement édilitaire dans la résolution du problème de l’enceinte (appartenance présente, passée ou future à la Commission des fortifications). Dans cinq cas, la mobilisation s’explique par une communauté d’intérêts avec les esthètes, évaluée par l’appartenance à la Commission du Vieux Paris (d’Andigné encore, Dausset, Froment-Meurice, Galli et Quentin-Bauchart). Enfin, quatre correspondants du Figaro (Roussel, qui appartient aussi aux milieux sportifs, Escudier, d’Andigné et surtout Rendu) témoignent d’une proximité avec les milieux réformateurs. Par ailleurs, la participation, ou du moins le fait d’être cité par Reichel, semble aussi déterminée par une proximité sociologique avec les correspondants du Figaro.

110Les édiles font entendre leur voix dans le concert de protestations et Le Figaro prend acte de cette participation, qui contribue peut-être à infléchir le sens de la campagne (insistance sur le caractère « démocratique » du Bois, souci de ne pas accabler les fonctionnaires municipaux…) Cependant les élus locaux ne se voient pas accorder de place particulière : leur soutien est bienvenu mais non sollicité, ce qui est logique puisque leur compétence et même parfois leurs intentions sont mises en cause. Il existe cependant des exceptions : Brousse et d’Andigné, ainsi d’ailleurs que Roussel et Froment-Meurice, se voient accorder une tribune pendant la campagne, comme si la presse, sinon les milieux animant la campagne, leur reconnaissait une compétence spéciale.

Brousse et d’Andigné : des édiles compétents194 ?

  • 194 Il s’agit de comparer la place reconnue par la presse à deux é (...)

111P. Brousse et F. d’Andigné, l’élu de longue date des Épinettes et le nouveau représentant du quartier de la Muette, le leader socialiste et l’ancien officier. Deux hommes que tout sépare et à qui pourtant, pour des raisons d’ailleurs différentes, la presse reconnaît une certaine légitimité quand il s’agit de l’enceinte.

  • 195 F. Reichel, Le Figaro, 20 sept. 1905.

112La qualité d’expert « ès fortifications » de Brousse est reconnue par la presse, mais avec quelques réticences. Comme Bouvard et Forestier, le président de la Commission des fortifications est sollicité par Le Figaro. Reichel consacre une partie de son article du 20 septembre aux « déclarations que M. Paul Brousse a faites au représentant du Figaro195 ». Cependant il est loin de reconnaître à Brousse une légitimité pleine et entière, comme en témoigne la façon dont il rapporte ses propos. Reichel commence par une citation au style indirect, faisant part à ses lecteurs du satisfecit que Brousse s’auto-décerne sans y apporter sa caution :

  • 196 Idem.

« Après avoir rappelé qu’il avait été déjà rapporteur de la question, qu’il avait proposé au Conseil le rachat des terrains du Point-du-Jour à Pantin, et que c’est aux efforts méritoires et aux sacrifices de la Ville qu’on doit les amendements notables apportés au premier projet inique de l’État, le Président Brousse a continué […]196. »

  • 197 P. Delay, « Le Bois de Boulogne menacé », L’Écho de (...)

113Si Le Figaro n’admet qu’avec réticence la compétence et la légitimité de Brousse, il en va différemment pour L’Écho de Paris, auquel l’édile accorde aussi une interview197. Contrairement à Frantz Reichel, Paul Delay reconnaît la compétence de Brousse et la légitimité de son intervention :

  • 198 Idem.

« Au sujet du bois de Boulogne et de l’usage que l’État prétend faire des terrains occupés par les fortifications qui le longent, aucune opinion n’était peut-être plus précieuse à recueillir que celle de M. Brousse.
Président du Conseil municipal et apportant dans l’exercice de ses fonctions une impartialité à laquelle tout le monde rend hommage, M. Brousse est à la fois le président et le rapporteur de la commission des fortifications au conseil municipal à peu près depuis que cette commission existe.
Tous les rapports faits sur cette question à l’Hôtel de Ville, et quelques-uns sont très volumineux, ont été rédigés par M. Brousse198. »

114Brousse tient des propos différents dans L’Écho de Paris et dans Le Figaro. Dans Le Figaro, il s’efforce de dégager la responsabilité des édiles :

  • 199 F. Reichel, Le Figaro, 20 sept. 1905.

« [Si] l’État songeait toujours à construire plus loin hors Paris un nouveau mur d’enceinte […], le Conseil municipal protesterait immédiatement, avec la dernière énergie.
Puisque l’on désire aujourd’hui que le projet, tel qu’il a été conçu, ne soit pas exécuté, c’est sur l’État et les Chambres qu’il importe de faire pression.
Si la Chambre ne votait pas le projet de convention, l’État, propriétaire des terrains des fortifications, resterait maître d’en disposer à sa guise.
Il faudrait demander à l’État de faire cette fois à la Ville des conditions acceptables.
Alors la Ville reprendrait son premier projet, qui compte non plus la construction de maisons se continuant sur une ligne continue, mais l’établissement de parcs et de promenades. Ces jardins serviront aux ouvriers habitués à se rendre sur les fortifications actuelles et permettront de ménager autour de Paris une ceinture d’air répondant aux exigences de l’hygiène. En s’arrêtant à cette dernière solution, on ne diminuerait pas le bois de Boulogne, on l’augmenterait199. »

115Dans L’Écho de Paris, Brousse retrace l’histoire récente des discussions entre la Ville et l’État, un peu comme il le fait pour ses collègues du conseil, tout en condamnant la rapacité de l’État :

  • 200 P. Delay, « Le Bois de Boulogne menacé », L’Écho de Paris, 21 (...)

« Désireux avant tout de tirer de l’argent de la démolition des fortifications, l’État établissait, en 1900, un projet concernant leur désaffectation le long du bois de Boulogne. Tous ces terrains étaient voués au lotissement […]. Cette combinaison était aussi horrible qu’avantageuse pour les deniers publics.
Le conseil municipal intervint, et comme il ne pouvait payer à l’État le prix qu’il demandait des terrains : 90 millions, nous cherchâmes à l’Hôtel de Ville un moyen de corriger ce projet suspendu au-dessus de nos têtes comme une épée de Damoclès, et de le rendre plus acceptable.
Le 14 février 1902, nous acceptions une convention, reposant sur les principes suivants :
[…] Les maisons à élever sur les terrains des fortifications comportaient plusieurs servitudes destinées à donner à ces nouveaux quartiers un aspect agréable et riant200. »

116Brousse revendique la responsabilité des décisions du conseil au nom du réalisme, même si celles-ci paraissent malheureuses aux animateurs de la campagne :

  • 201 Idem.

« Si l’État veut exécuter cette convention, nous ne pouvons pas la renier, puisque nous l’avons signée. Vous dire qu’elle m’enchante en tous points serait exagéré, mais devant l’imminence du danger qui nous menaçait, nous avons cru sage de faire la part du feu201. »

117Le décalage entre les deux interventions peut être rapporté aux différences dans le degré de légitimité que Reichel et Delay reconnaissent à Brousse.

  • 202 F. d’Andigné, « L’Agrandissement du Bois de Boulogne », op. ci (...)

118Malgré les réticences du Figaro, Brousse est crédité d’une certaine compétence et d’une certaine légitimité. Tout d’abord, il est un interlocuteur obligé, même pour Le Figaro. Ensuite, il n’est pas indifférent que L’Écho de Paris lui décerne un brevet d’honorabilité. Ce quotidien s’engage en effet dans la campagne avec une certaine énergie : cinq articles y traitent de la question, dont le premier est signé de F. d’Andigné202.

  • 203 F. d’Andigné, « L’Agrandissement du Bois de Boulogne », op. ci (...)

119D’Andigné fait lui aussi figure d’homme « compétent » en matière de fortifications. Dans L’Écho de Paris, il s’exprime, comme Brousse, en qualité d’édile : il signe « F. d’Andigné, Conseiller municipal203 » et conclut son exposé par un rappel de son activité municipale. Cependant, les interventions de Brousse et de l’élu de la Muette présentent des différences, indices d’une reconnaissance par L’Écho de Paris de deux types de notoriété et de compétence.

120Une première nuance est repérable dans la présentation des intervenants : si tous deux s’expriment en tant qu’édiles, d’Andigné ne mentionne pas ses liens avec la Commission des fortifications, alors que pour Delay l’appartenance de Brousse à la commission est un des fondements de la légitimité de son intervention. Brousse est sollicité en tant que spécialiste de l’enceinte alors que la compétence reconnue à d’Andigné semble plus générale.

121On relève aussi une différence de fonds : les deux édiles n’opèrent pas le même partage des responsabilités entre État et préfecture de la Seine. Brousse attribue à l’État l’origine du projet menaçant le Bois. En revanche, pour d’Andigné, l’administration locale est au moins aussi coupable que l’État, les deux comparses faisant preuve de la même âpreté au gain :

  • 204 Idem.

« L’administration préfectorale a déjà établi un projet pour l’emploi de ces terrains [terrains de l’enceinte entre la porte de Suresnes et la porte Maillot]. Après entente avec le gouvernement, car ils appartiennent à l’État, ceux-ci seraient voués au lotissement dans leur entier. […] Étant donné l’emplacement de tout premier ordre où cette opération se passerait, nul doute que la Ville de Paris et l’État n’y trouvent de fructueuses recettes pour leur budget extraordinaire.
[…]
Or, dans le projet établi par les services d’architecture de la Ville de Paris, tout le terrain de l’enceinte fortifiée qui touche le Bois de Boulogne est voué au lotissement. Le Bois serait par conséquent diminué de cent quinze mille mètres carrés204. »

  • 205 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

122Les lettres d’édiles révèlent un souci de d’absoudre le conseil municipal mais aussi l’administration locale, l’État étant présenté comme le seul coupable. La confusion dans une même réprobation des fonctionnaires de la Seine et de l’État émane plutôt de correspondants plus éloignés des responsabilités édilitaires : un esthète comme Jourdain englobe dans un même mépris niveaux local et national, les élus étant cependant plus visés que les fonctionnaires205. Est-ce à dire que d’Andigné, qui égratigne la Ville sans préciser s’il vise les élus ou les fonctionnaires, se comporte plus en « homme du monde » qu’en édile ? Sa proximité sociale avec le « Tout-Paris » ainsi que les préoccupations qu’il partage avec les esthètes peuvent le laisser croire.

123L’accueil réservé aux deux édiles par L’Écho de Paris diffère également, d’Andigné étant privilégié sur plusieurs points. Tout d’abord, il est sollicité dès le début de la campagne, puisqu’il rédige le premier des articles que L’Écho de Paris consacre à la menace pesant sur le Bois ; en revanche, l’interview de Brousse ne paraît que le 21 septembre. Les deux hommes ne disposent pas non plus du même espace : l’article de F. d’Andigné est beaucoup plus long que l’interview de P. Brousse. Enfin, avec le choix de la formule, article plutôt qu’interview, d’Andigné, à la différence de Brousse, se voit accorder un statut de collaborateur.

  • 206 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. 1905. Il faut toutefois relati (...)

124On peut rapprocher ces différences de l’implication des deux édiles dans la campagne : contrairement à Brousse, d’Andigné figure parmi les correspondants de Reichel, même si Le Figaro fait peu de cas de sa protestation (sa lettre n’est pas citée, et son nom est écorché en L. d’Andigné206). Les différences relevées semblent aller dans le même sens que la proximité de F. d’Andigné avec les animateurs de la campagne : proche des esthètes, celui-ci bénéficie aussi dans la presse d’une reconnaissance plus large que son collègue.

125Au-delà de ce qui les sépare, Brousse et d’Andigné se voient reconnaître par les nouveaux intervenants une certaine compétence et donc une certaine légitimité. Les fondements de cette reconnaissance sont différents dans les deux cas : proximité sociale avec les membres de l’élite alliée à un intérêt pour l’esthétique des villes pour d’Andigné, reconnaissance d’une capacité à s’élever au-dessus d’intérêts immédiats chez le technicien particulièrement engagé dans le règlement du sort de l’enceinte qu’est Brousse. De même que, militant socialiste, Brousse a prouvé qu’il pouvait agir en tant que représentant officiel de la ville de Paris, en tant que président de la Commission des fortifications il révèle sa capacité à s’élever au-dessus des préoccupations strictement financières et électorales qui seraient, selon les animateurs de la campagne, le lot commun des élus locaux.

Fortifications et espaces libres

126Les travaux de la Commission des fortifications de 1904, qui compte deux édiles « compétents » au sens où l’entendent les animateurs de la campagne, ainsi qu’un prétendant à l’accès à l’élite, Dausset, témoignent d’ailleurs de préoccupations esthétiques et hygiéniques proches de celles des défenseurs du Bois.

Le programme de 1906

  • 207 RDCM, 1906, n° 93.

127En 1906, d’Andigné rédige, au nom de la Commission des fortifications, un programme d’aménagement de la partie de l’enceinte désaffectée par la loi de 1898207. S’il existe une communauté de préoccupations et de références entre édiles et animateurs de la campagne, elle ne peut manquer d’apparaître dans ce projet, en raison de l’espace qu’il vise, qui englobe les terrains du Bois, et de la personnalité de son rédacteur. Le programme concerne les fronts ouest et nord des fortifications, s’étirant sur un peu plus de 5 km, de la Basse-Seine à la porte de Villiers. En ce qui concerne les modalités techniques et financières de l’opération, la Commission des fortifications semble plutôt timorée. L’idée d’un achat global des terrains par la Ville est abandonnée, le contrôle municipal s’exerçant au niveau de l’affectation des terrains à des usages distincts, usages fortement déterminés par la localisation. Cette timidité s’explique sans doute par le fait que cette acquisition d’ensemble, bien que souhaitable, ne semble pas réalisable : la commission poursuit dans la ligne inaugurée par la convention Ville-État de 1902.

  • 208 Ibid.
  • 209 E. Hénard, Études sur les transformations de (...)
  • 210 RDCM, 1906, n° 93.

128D’Andigné découpe la partie de l’enceinte concernée en quatre portions, redevables de traitements différents. La première comprend la boucle du Point-du-Jour, de la Seine à la porte Molitor. Sur cette bande de 330 m, la Ville abandonnerait toute prétention : « Cette portion n’ayant qu’une valeur secondaire dans notre projet, nous […] laisserons l’État agir au mieux de ses intérêts208. » La deuxième portion longe le bois de Boulogne. En 1906, cet espace est investi d’une haute charge stratégique et symbolique. Indépendamment de la mobilisation de 1905, les terrains militaires longeant le Bois sont considérés au début du xxe siècle comme redevables d’un traitement spécial, censé préserver les qualités d’un site exceptionnel. Tel est le sens de l’aménagement particulier prévu en 1903 par Hénard209. Par ailleurs, cette partie des fortifications jouit d’un statut juridique particulier. Si les autres terrains occupés par l’enceinte ont été achetés à des particuliers, les terrains longeant le Bois ont été offerts à l’État par Louis-Philippe. La servitude, elle, s’exerce sur un espace appartenant à la Ville depuis que Napoléon III a fait don du Bois à la capitale en 1852. Sur ces terrains, la Ville a planté des arbres qui ont été coupés en 1870, la zone ayant ensuite été replantée. Depuis cette date, les 101 hectares boisés de la zone font partie intégrante du Bois210. Dans le projet de 1906, le caractère exceptionnel du site et son statut particulier déterminent l’aménagement proposé et les modalités financières de sa réalisation. Les terrains situés entre les portes d’Auteuil et de Passy serviraient à agrandir le Champ de courses. Le reste reviendrait gratuitement à la Ville qui l’affecterait à l’agrandissement du Bois. La prétention municipale à récupérer cet espace est justifiée par le statut de ce dernier. L’État l’a reçu pour une affectation spéciale, l’enceinte. Si celle-ci disparaît, les terrains qu’elle occupe doivent réintégrer le Bois, propriété de la Ville depuis 1852.

129Commission des fortifications et animateurs de la campagne de 1905 sont sur la même longueur d’onde : le long du Bois, les fortifications sont vouées à la promenade ou aux activités « sportives ». D’Andigné semble un des relais par lesquels se diffuse ce sens commun. Dans L’Écho de Paris, il tirait du statut juridique des terrains longeant le Bois des conclusions assez semblables quant à leur utilisation et affirmait que le conseil municipal s’était rangé à son avis.

  • 211 Ibid.
  • 212 Ibid.

130Au-delà du Bois, une troisième portion s’étend sur 335 m entre les portes de Neuilly et des Ternes. La commission réserve aussi cet emplacement aux sports. D’Andigné propose d’y installer le Palais des sports dont la nécessité est unanimement reconnue mais dont l’emplacement fait l’objet de discussions. Il rejette les autres emplacements proposés : Issy, le Champ de Mars et Vincennes, cette dernière localisation à l’est de Paris n’étant pas satisfaisante, dans la mesure où « une loi […] pousse fatalement les populations vers l’Ouest211 ». La portion d’enceinte entre les portes de Neuilly et des Ternes, « situé[e] au cœur de l’industrie sportive à Paris212 », est d’ailleurs particulièrement intéressante : le Palais des sports pourrait être relié à l’autodrome de Sartrouville en projet. La réalisation serait confiée à une société, qui achèterait les terrains directement à l’État.

  • 213 RDCM, 1905, n° 25.
  • 214 Ibid.
  • 215 Ibid. Si Massard et la Commission des (...)

131Au conseil municipal, l’idée de profiter de la démolition de l’enceinte pour doter Paris d’un Palais des sports n’est d’ailleurs pas neuve. Elle a été développée par Émile Massard, dans une « proposition tendant à la construction d’un palais des sports et de l’agriculture sur l’emplacement situé entre la porte d’Asnières et la porte de Courcelles213 » déposée en avril 1905. Comme d’Andigné, Massard refuse les sites du Champ de Mars ou de Vincennes. Les deux projets partagent aussi le souci de préserver les abords du Bois : Massard exclut l’idée d’y implanter son palais. Invoquant un vœu de la Commission du Vieux Paris et une pétition de la Société des Parisiens de Paris, qui « répond aux désirs de tous les artistes et de tous les Parisiens de voir respecter Bagatelle et le bois de Boulogne214 », il rejette le site de Bagatelle. Quant aux terrains de l’enceinte bordant le Bois, ils ne se prêtent pas non plus à la réalisation du projet : « L’emplacement situé à droite de la porte Maillot est trop petit ; celui situé à gauche nécessiterait la destruction d’un grand nombre d’arbres du bois de Boulogne215. » La référence, quelques mois avant la campagne du Figaro, aux souhaits des artistes et l’expression d’une sensibilité au sort des arbres du Bois mérite d’être notée : la communauté de vue entre certains élus locaux et les défenseurs du Bois a commencé à s’élaborer avant la campagne. Le renouvellement de la Commission des fortifications en 1904 et la participation massive des édiles à la campagne le laissaient d’ailleurs supposer.

132Enfin, la dernière portion d’enceinte visée par le programme de 1906, s’étendant sur 300 m de la porte des Ternes à la porte de Villiers, pourrait accueillir le nouvel hôpital Beaujon, dont le transfert est à l’étude depuis une dizaine d’années. L’hôpital occuperait à la fois les terrains de l’enceinte et de la zone, achetés par la Ville. D’Andigné ajoute d’ailleurs que l’État n’a pas à se montrer exigeant, les terrains militaires concernés lui ayant été cédés gratuitement par Louis-Philippe.

  • 216 Ibid.

133Le programme de 1906 montre que la commission partage les préoccupations des esthètes et des sportifs. Le bois de Boulogne apparaît comme un espace réservé à la promenade et aux sports et toute menace contre son intégrité est perçue comme un sacrilège : la réalisation du projet de lotissement des terrains de l’enceinte longeant le Bois « serait un crime contre Paris216 ». Cette position n’est d’ailleurs pas à mettre uniquement à l’actif de la campagne de 1905 mais résulte de l’élaboration progressive, au début des années 1900, d’un sens commun autour de la notion d’espaces libres.

  • 217 RDCM, 1906, n° 93.

134Le choix des références opéré par d’Andigné témoigne de cette élaboration d’un sens commun sur les espaces libres, dont la campagne de 1905 ne constitue qu’un moment. Parmi les documents cités figurent le Bulletin de la Société pour la protection des paysages de France et un article de Marmottan, du Comité de défense des espaces libres de Paris. D’Andigné mentionne aussi son article de septembre 1905 dans L’Écho de Paris. Par ailleurs, il invoque abondamment l’autorité de Benoit-Lévy, Forestier, Hénard et Souza, futurs membres de la Section d’hygiène217.

  • 218 Ibid.

135Il n’est alors pas étonnant que le rapport s’ouvre par une longue dissertation sur les espaces libres. La parenté avec le discours des futurs membres de la section est évidente. D’Andigné mentionne la prise de conscience tardive en France de la nécessité des espaces libres, « poumons des villes218 », ainsi que la pénurie nationale en la matière, à laquelle l’aménagement de l’enceinte permettrait de remédier :

  • 219 Ibid.

« La désaffectation, partielle ou totale […] de l’enceinte fortifiée nous offre, à point nommé, le remède qui nous permettra de résoudre le problème. […] Il faudra donc […] dans les parties désaffectées, conserver, autant que possible, la quantité d’espaces libres qui manquent à Paris219. »

136D’ailleurs, ajoute l’édile, de nombreuses villes françaises et étrangères ont transformé leurs fortifications en espaces libres. L’aménagement d’une partie de l’enceinte en espaces libres s’intègre d’ailleurs chez d’Andigné, qui se réclame de Forestier, dans une réflexion plus large sur l’articulation des parcs, jardins et terrains de jeu dans la capitale.

  • 220 Il n’y a pas trace d’une discussion de ce rapport dans les PVC (...)

137Le programme de 1906 témoigne chez les membres de la Commission des fortifications d’une communauté de vue avec les animateurs de la campagne de 1905, mais aussi avec la future Section d’hygiène. Cependant, il n’apprend rien sur l’état d’esprit de l’ensemble des édiles, dans la mesure où il n’est pas discuté par le conseil, du moins pas en séance publique220. Il faut donc se pencher sur les séances au cours desquelles est abordée de près ou de loin la question de l’enceinte.

Les fortifications : un espace voué à la beauté,
à l’hygiène et aux sports ?

  • 221 PVCM, 1906, 9 av. et 1907, 13 mars et (...)

138Entre la campagne du Figaro et la mobilisation du Musée social, la question des fortifications revient trois fois devant le conseil221. Les discussions laissent apparaître un paradoxe : si les édiles semblent adhérer massivement à la thématique hygiénico-sportivo-esthétique développée par les défenseurs du Bois, cette dernière n’est pas mobilisée quand il est question d’un règlement d’ensemble du sort de l’enceinte.

  • 222 PVCM, 1906, 9 av.

139Le 9 avril 1906, le conseil est amené à se prononcer sur le projet de vœu suivant : « Le Ministre de la Guerre est invité à […] faire cesser les locations des glacis des fortifications de Paris et à les laisser, comme par le passé, libres au public parisien222. » La location à des cultivateurs est combattue au nom d’un usage populaire des fortifications, à la fois hygiénique et sportif, que ne renieraient pas certains participants à la campagne de 1905 :

  • 223 Ibid.

« [Les] arrondissements excentriques bordés par les fortifications vont voir disparaître ces promenades si nécessaires aux classes laborieuses, qui n’ont pas les ressources suffisantes pour prendre le chemin de fer pour aller à la campagne, faire le traditionnel déjeuner sur l’herbe ; ainsi disparaîtrait le seul moyen qu’elles aient à leur disposition de s’offrir cet agrément en respirant un air plus pur et en se donnant de l’exercice.
[…]
Des sociétés de sport qui ne peuvent s’offrir de terrains appropriés à leurs manœuvres viennent s’y livrer à tous les exercices physiques si utiles au développement du corps, et qu’on ne saurait trop encourager pour le grand bien de nos jeunes conscrits qui […] sont hélas trop souvent ajournés pour faiblesse de constitution, et ce, au détriment de la puissance et de l’organisation de notre armée223. »

140Ainsi s’exprime Victor Pannelier, signataire du projet de vœu avec 11 de ses collègues. La discussion qui suit, au terme de laquelle le vœu est adopté, témoigne d’une unanimité sur la nécessité de l’air pur et sur l’inconséquence de l’armée qui, pour une somme dérisoire, met en danger la santé de ses futurs soldats.

  • 224 Sous réserve toujours que Reichel ait publié les noms de tous (...)
  • 225 E. Gay, Nos édiles, op. cit.

141Ce vœu semble révéler, chez une fraction du conseil dépassant largement la Commission des fortifications et les correspondants du Figaro, une sensibilité à la nécessité de l’air pur et de l’exercice physique. Sur 12 signataires du projet de vœu, seuls deux ont fait parvenir leur protestation au Figaro224, alors que cette participation était le fait de plus du quart des édiles. Politiquement, les signataires sont d’ailleurs très différents des participants à la campagne de 1905225.

142Socialement aussi, les signataires du vœu se démarquent des participants à la campagne. Alors que les avocats représentaient près du tiers des édiles protestant contre le lotissement du Bois, un seul des signataires exerce cette profession. De même, si plus de la moitié (13 sur 22) des correspondants du Figaro collaborent à un ou plusieurs organes de presse ou ont publié un ou plusieurs ouvrages, seuls trois signataires sont dans cette situation, soit un quart de l’effectif.

  • 226 RDCM, 1907, n° 24.
  • 227 PVCM, 1907, 13 mars.
  • 228 RDCM, 1907, n° 121, discuté le 31 (...)

143Pour les édiles, toutes tendances confondues, l’enceinte seraient donc un espace privilégié pour des pratiques hygiéniques et sportives ? Le traitement réservé aux travaux de la Commission des fortifications laisse songeur. La plupart du temps, les rapports ne sont pas vraiment discutés. Le programme de 1906 n’est même pas évoqué en séance publique. La proposition de Brousse « relative à la création d’espaces libres à réserver sur la Rive Droite de Paris226 » est renvoyée sans discussion à l’administration et à la 3e Commission du conseil227. Seul un rapport portant sur l’achat d’une partie de l’enceinte donne lieu à un échange, au cours duquel les références aux sports, à l’hygiène et aux espaces libres sont d’ailleurs très rares228.

  • 229
  • 230 Mémoire du Préfet de la Seine au Conseil (...)

144Le texte en question, dû à Chérioux, présente les propositions de Caillaux, relatives à une cession de l’enceinte à la Ville. En décembre 1907, la commission est saisie d’un mémoire du préfet de la Seine lui faisant connaître le résultat des tractations qui se sont poursuivies entre Ville et État229. Le préfet propose aux édiles d’adopter le principe de l’achat de l’enceinte entre la Seine et la porte de Pantin, répondant ainsi favorablement à une proposition de Caillaux. Fin 1907, Commission des fortifications, administration préfectorale et Gouvernement semblent parvenus à un accord sur le principe d’un achat de l’enceinte par la Ville. Les discussions portent alors sur le prix des terrains. Caillaux estime celui-ci à 110 millions, qui pourraient être ramenés à 90 millions en raison des délais de livraison. Pour le préfet, la Ville ne peut consacrer plus de 64 millions à l’opération230.

  • 231 RDCM, 1907, n° 121.

145Dans son rapport, Chérioux prend acte des « dispositions conciliantes231 » de Caillaux et indique que la Commission des fortifications est disposée à apporter une réponse rapide aux propositions ministérielles. Il propose donc le projet de délibération suivant :

  • 232 Ibid.

« Art. 1er. L’Administration est invitée à poursuivre ses négociations et à soumettre le plus tôt possible au Conseil municipal un projet de traité définitif portant cession à la ville de Paris des terrains à provenir des fortifications désaffectées entre la Seine et la porte de Pantin.
[…]
Art. 3. L’Administration est également invitée à prendre les mesures nécessaires et à se mettre d’accord avec l’État en vue d’obtenir que les propriétaires des terrains compris dans la zone de servitude militaire soient astreints à payer à la Ville une indemnité correspondant à la moitié de la plus-value résultant pour leurs immeubles du dégrèvement de la servitude232. »

  • 233 PVCM, 1907, 31 déc.
  • 234 Liste de MM. les membres du Conseil (...)
  • 235 J. Maitron (dir.), DBMOF 3, op. cit., t. 14, p. (...)

146Le rapport vient devant le conseil le 31 décembre 1907. Le projet de délibération est adopté après un bref échange au cours duquel deux points seulement sont abordés. La première intervention émane de Duval-Arnould, qui demande si l’adoption du projet de délibération implique l’acceptation du principe d’une construction sur l’enceinte. L’édile se contente d’ailleurs de la réponse négative de Chérioux. La suite de l’échange porte sur les projets d’agrandissement du port de la Villette et d’élargissement et de prolongement du canal de l’Ourcq. Paris et Landrin déposent la proposition suivante, renvoyée à l’administration sans plus de discussion : « M. le Préfet de la Seine est invité à s’entendre au plus tôt avec l’État pour réaliser la création des bassins projetés par l’agrandissement du port de la Villette, le prolongement et l’élargissement du canal de l’Ourcq233. » Paris n’intervient pas ici en tant que membre de la Commission des fortifications, au sein de laquelle il siège depuis 1904234, mais comme élu de la Villette235.

147Au terme d’une discussion rapide, les conclusions de la commission sont adoptées sans scrutin et sans que soit abordée, sauf par Duval-Arnould, la destination des terrains de l’enceinte et en particulier leur éventuel maintien en espaces libres conforme à l’orthodoxie hygiénico-sportivo-esthétique à laquelle semble adhérer le conseil. Pour les édiles, un débat technique sur le rachat de l’enceinte n’est sans doute pas le lieu où faire des professions de foi hygiénistes.

148Dans les années 1900, la question de l’enceinte subit une redéfinition. La suppression des fortifications n’est plus une simple mesure édilitaire réclamée par les élus de la capitale au nom des intérêts hygiéniques de leurs mandants. Avec l’intervention des « gens du monde » pour défendre le bois de Boulogne, le sort de l’enceinte s’intègre à la problématique des espaces libres, un des points de convergence, avec le tourisme, de préoccupations sportives, esthétiques et hygiéniques. À ce titre la question ne peut plus être abandonnée aux édiles. Telle est la position des animateurs de la campagne de 1905 qui font de la contestation du projet de lotissement partiel du Bois un moment fort d’une entreprise de délégitimation des élus locaux. Confrontés à cette mise en question de leur légitimité, ces derniers ne sont d’ailleurs pas dépourvus de ressources.

149La Commission des fortifications a connu un profond renouvellement en 1904 et accueille des hommes avec lesquels doivent compter les « gens du monde ». C’est en particulier le cas du spécialiste « ès fortifications » qu’est P. Brousse et de F. d’Andigné, très proche, socialement et par ses centres d’intérêt, des individus qui prennent la défense du Bois au nom des espaces libres en 1905. Ces deux édiles se voient d’ailleurs reconnaître une certaine compétence par la presse qui orchestre la protestation, alors même que la contestation de l’action édilitaire repose sur la revendication d’une légitimité fondée sur une compétence spécifique aux « gens du monde », amateurs éclairés aux larges vues, compétence faisant par essence défaut aux édiles, obnubilés en outre par les préoccupations électorales locales. Les travaux de la Commission des fortifications témoignent d’ailleurs d’une communauté de vue avec les nouveaux intervenants.

150Les ressources dont disposent les édiles pour contrer l’entreprise de délégitimation dont ils font l’objet ne se limitent d’ailleurs pas à la présence d’un personnel « compétent » à la Commission des fortifications. Les élus locaux se joignent en nombre à la campagne. Cette participation est l’indice d’une adhésion aux principes hygiénico-esthétiques défendus par les animateurs du mouvement de septembre 1905. De fait, non seulement il existe au Conseil municipal des îlots où se retrouvent des édiles en phase avec les « gens du monde » (comme la Commission du Vieux Paris), mais le conseil adhère globalement au principe d’une vocation des fortifications à des usages hygiénico-sportifs. Pourtant, ces préoccupations s’expriment plus dans l’affirmation des grands principes que dans le traitement effectif de l’enceinte.

  • 236 J.-P. Gaudin, « Robert de Souza et “l’étude pratique d’esthéti (...)

151La participation des édiles à la campagne de 1905 contribue à en infléchir le sens : la dénonciation de l’incurie édilitaire se fait plus discrète et se double d’une stigmatisation de la rapacité gouvernementale. Impuissants plus qu’incompétents et mal disposés, les conseillers municipaux seraient plus à plaindre qu’à blâmer, à aider qu’à combattre. Alliant ainsi remise en cause de la légitimité de l’intervention édilitaire en matière d’esthétique urbaine et tentative de mise sous tutelle des élus locaux, la démarche des « gens du monde » annonce celle du Musée social. La Section d’hygiène rassemble en effet des « amateurs » et des « spécialistes » de la gestion des espaces urbains236, la légitimité de son intervention étant fondée sur la rencontre de ces deux types de compétence. Il s’agit en effet pour les membres de la section de mettre leur compétence au service de la population parisienne, d’où la nécessité de mobiliser édiles et opinion publique.

Notes

1 A. Cottereau, « Les débuts de la planification urbaine dans l’agglomération parisienne », Sociologie du travail, 1970, n° 4, p. 362-392. Citation p. 131.

2 G. Osti, « La Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social », op. cit., p. 60. Voir aussi J. Horne, « Le libéralisme à l’épreuve de l’industrialisation : la réponse du Musée social », C. Chambelland (dir.), Le Musée social en son temps, op. cit., p. 13-25, voir p. 14-17. P. Ardaillou nuance fortement, pour Siegfried, ce caractère intéressé de l’engagement réformateur. P. Ardaillou, « Foi protestante, action sociale et convictions républicaines : Jules Siegfried », ibid., p. 75-101, voir p. 86-87.

3 Voir S. Magri, Les Laboratoires de la réforme de l’habitation populaire en France, op. cit., p. 63-104.

4 Cette appellation générique désigne désormais les membres de l’élite, esthètes et sportifs mobilisés en 1905 contre le lotissement des terrains de la zone longeant le bois de Boulogne.

5 RDCM, 1905, n° 4.

6 Ibid.

7 RDCM, 1907, n° 121.

8 F. Reichel, « Le Bois de Boulogne livré aux bûcherons », Le Figaro, 3 sept. 1905.

9 Idem.

10 Idem.

11 Idem.

12 F. Reichel, « Pour sauver le Bois », Le Figaro, 7 sept. 1905. En septembre 1905, Reichel rédige une série d’articles ainsi intitulés. Désormais, lorsqu’un de ces articles est cité, seule la date est mentionnée.

13 Le Masque de Fer, « Nouvelles à la Main », Le Figaro, 9 sept. 1905. « Le Masque de Fer » est un pseudonyme commun à J. Cardane et Huret. Annuaire Didot-Bottin (Bottin Mondain), 1905, Paris, p. 638.

14 Ces quotidiens sont mentionnés dans les revues de presse du Figaro ou des journaux cités par Le Figaro. Ils ont été dépouillés sur le mois de septembre 1905.

15 F. Reichel, « Le Comité de défense du bois de Boulogne », Le Figaro, 15 sept. 1905.

16 Idem.

17 F. Reichel, Le Figaro, 20 sept. 1905.

18 F. Reichel, Le Figaro, 12 sept. 1905. Ce type de mobilisation sur un enjeu architectural ou urbain n’est pas une première. En 1887, un « comité des trois cents » fait paraître dans Le Temps une lettre adressée à Alphand, dans laquelle « écrivains, peintres, sculpteurs, amateurs passionnés de la beauté, jusqu’ici intacte de Paris », protestent contre l’érection de la tour Eiffel. N. Evenson, Paris. Les héritiers d’Haussmann, op. cit., p. 144.

19 Sur les femmes et la campagne, voir M. Charvet, « Utilisation politique des compétences et qualités féminines : les femmes au secours des “espaces libres” au début du xxe siècle », F. Lejeune (dir.), Paroles de femmes, Nantes, Goubault Imprimeur, 2003, p. 35-46.

20 Annuaire Didot-Bottin, op. cit. Dans dix cas, il est impossible de distinguer le correspondant d’éventuels homonymes.

21 F. Reichel, « Le Bois de Boulogne livré aux bûcherons », Le Figaro, 3 sept. 1905.

22 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. 1905.

23 M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot, Dans les beaux quartiers, Paris, PUF, 1989, p. 39.

24 F. Reichel, Le Figaro, 13 sept. 1905.

25 F. Reichel, Le Figaro, 10, 12, 13 et 18 sept. 1905.

26 F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. 1905.

27 Idem.

28 Depuis les années 1880, la ville de Paris multiplie les concessions à des sociétés sportives dans le Bois. J.-M. Derex, Histoire du bois de Boulogne, Paris, L’Harmattan, 1997. Voir p. 189.

29 Trivelin, « De l’air », Le Soir, 13 sept. 1905.

30 Sparklet, « Le Trottoir roulant », L’Écho de Paris, 10 sept. 1905. Sparklet est le pseudonyme de Flamant. Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 638.

31 Sparklet, « Le Trottoir roulant », op. cit.

32 Idem.

33 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

34 J. Maitron (dir.), DBMOF 3, op. cit., t. 15, p. 258. Voir les lettres de Maurice Binder, député de Paris (8 sept. 1905), « un groupe de protestataires » (8 sept. 1905), G. Huet, ancien maire de Neuilly (10 sept. 1905), Félix Roussel, conseiller municipal (14 sept. 1905), Ferdinand Buisson (20 sept. 1905) et Maurice Spronck, député de Paris (26 sept. 1905).

35 Voir les lettres de Jules Auffray et d’Archdeacon, députés de Paris (14 sept. 1905), qui replacent le sort du Bois dans le cadre d’un aménagement d’ensemble de l’enceinte.

36 « Paris a besoin d’air », Le Petit Journal, 12 sept. 1905 ; P. Delay, « Le Bois de Boulogne menacé ! », L’Écho de Paris, 15 sept. 1905 ; « Le Bois de Boulogne », L’Éclair, 15 sept. 1905 ; C. Génat, « La question des fortifications », Le Temps, 20 sept. 1905 et H. Le Boulanger, « Pour le peuple de Paris », Le Peuple français, 28 sept. 1905.

37 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

38 F. Reichel, Le Figaro, 12 et 14 sept. 1905.

39 « Paris a besoin d’air », Le Petit Journal, 12 sept. 1905. Voir aussi : « Les fortifications et le Bois de Boulogne », Le Petit Journal, 5 sept. 1905 ; E. Le Roy, « Les arbres du Bois », Le Journal, 8 sept. 1905 ; H. Rochefort, « Le Mutilé », L’Intransigeant, 10 sept. 1905 ; « Échos de Partout », Le Petit Journal, 14 sept. 1905 ; « Pour le bois de Boulogne », Le Petit Caporal, 18 sept. 1905 ; J. B. L., « La mutilation du bois du Boulogne », La Libre Parole, 9 sept. 1905 ; J. Frollo, « Les arbres de Paris », Le Petit Parisien, 14 sept. 1905. J. Frollo est le pseudonyme collectif des journalistes du Petit Parisien. Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 365.

40 É. Drumont, « La verdure et l’air pour Paris », La Libre Parole, 21 sept. 1905.

41 D’Andigné est conservateur. E. Gay, Nos édiles. 1904-1908, Paris, La Nouvelle Revue française, non daté, p. 227-228.

42 E. Le Roy, « Les arbres du Bois », Le Journal, 8 sept. 1905.

43 Voir aussi F. Roussel, « Les fortifications et le Bois », La République française, 25 sept. 1905 ; P. Delay, « Le Bois de Boulogne menacé ! », L’Écho de Paris, 9 et 15 sept. 1905 ; « Paris a besoin d’air », Le Petit Journal, 12 sept. 1905 ; J. Frollo, « Les arbres de Paris », Le Petit Parisien, 14 sept. 1905 et H. Martin, « Pour les arbres », Le Soir, 15 sept. 1905.

44 Renseignement aimablement communiqué par Jacques Defrance.

45 É. Seidler et R. Parienté, Dictionnaire illustré des sports, Paris, Seghers, 1963, p. 232.

46 Ibid., p. 322-233.

47 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. 1905.

48 Idem.

49 F. Reichel, « Le Comité de défense du bois de Boulogne », Le Figaro, 15 sept. 1905.

50 F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. 1905.

51 F. Reichel, Le Figaro, 13 sept. 1905.

52 F. Reichel, Le Figaro, 18 sept. 1905.

53 Idem.

54 F. Reichel, Le Figaro, 20 sept. 1905.

55 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. I, p. 390.

56 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 113-114.

57 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

58 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. cit., p. 182.

59 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. II, p. 511-512.

60 J. Maitron (dir.), DBMOF 3, op. cit., t. 13, p. 131.

61 Les Archives biographiques contemporaines, Paris, Direction et Administration, 1906-1917 (6 séries). Voir 2e série, p. 34-35.

62 N. Evenson, Paris. Les héritiers d’Haussmann, op. cit., p. 124.

63 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

64 Idem.

65 Dont le nom est orthographié Baillif. F. Reichel, Le Figaro, 8 sept. 1905.

66 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905. La Société des Parisiens de Paris milite pour la préservation des sites. En avril 1905, elle adresse au conseil municipal une pétition contre la création d’une exposition des sports et d’un autodrome à Bagatelle, domaine qu’elle souhaite voir conservé en l’état. RDCM, 1905, n° 25.

67 F. Reichel, Le Figaro, 13 sept. 1905.

68 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.

69 Idem.

70 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

71 N. Evenson, Paris. Les héritiers d’Haussmann, op. cit., p. 116.

72 Le courant que représente Jourdain étant minoritaire dans la mobilisation de 1905 et les propos de Jourdain différant peu de ceux d’esthètes plus conservateurs, les termes d’esthètes et de partisans de la préservation des sites sont employés indifféremment ici.

73 F. Reichel, « Le Comité de défense du bois de Boulogne », Le Figaro, 15 sept. 1905.

74 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. II, p. 668-669.

75 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. cit., p. 184.

76 Idem.

77 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. 1905.

78 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.

79 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

80 Docteur L. Petit, « L’hygiène et le Touring-Club », La Revue universelle, 1904, p. 170.

81 Idem.

82 Le Téléphoniste, « Allô ! Allô ! (Améliorons les hôtels) », L’Auto, 27 sept. 1905.

83 Ce nom désigne sur l’affiche l’instance du Musée social qui s’empare de la question de l’enceinte. R. de Clermont et F. Cros-Mayrevieille, « La campagne électorale municipale de 1908 », op. cit., p. 198-199.

84 Ibid.

85 « Travaux des sections. SHUR : séance du 27 juin 1912 », op. cit., p. 428.

86 C. E. Curinier, DNC, op. cit., t. V, p. 382-383.

87 Idem.

88 M. de Fleury, « Quelques conseils pour vivre vieux », Le Figaro, 10, 15, 19 et 23 août, 1er, 4 et 25 sept. 1905.

89 Ibid., 1er et 4 sept. 1905.

90 A. Carol, Histoire de l’eugénisme en France, op. cit., p. 81.

91 « Au pays de l’alcoolisme », Le Figaro, 29 sept. 1905.

92 P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. cit. En septembre 1905, Strauss donne au Figaro un article sur la participation des établissements scolaires aux œuvres d’assistance. P. Strauss, « L’école du bien », Le Figaro, 20 sept. 1905. C. Topalov voit dans Strauss un exemple de représentant des « couches nouvelles » investi dans la réforme sociale. C. Topalov « Patronages », C. Topalov (dir.), Laboratoires du nouveau siècle, op. cit., p. 357-396. Voir p. 382.

93 R. Blondel, « La vie médicale », « La vie médicale. La cure thermale », « La vie médicale. Les rayons X » et « La vie médicale. Dégénérescence », L’Écho de Paris, 7, 15, 21 et 27 sept. 1905.

94 R. Blondel, « Le choléra », L’Écho de Paris, 8 sept. 1905.

95 O. Uzanne, « La santé publique à Paris. Fiacres homicides », L’Écho de Paris, 14 sept. 1905.

96 H. de Rothschild, « Pour nos enfants », Le Matin, 20 sept. 1905.

97 Il est l’auteur d’un article sur la tuberculose dans Le Matin du 19 mars 1905. P. Juillerat, Une institution nécessaire, op. cit., p. 16. Voir aussi « Les assises de la tuberculose », Le Matin, 22 sept. 1905. À l’occasion du Congrès de 1905, Letulle donne aussi un article au Figaro : « La guerre à la tuberculose », Le Figaro, 25 sept. 1905.

98 E. Laroche, « Pour les déments » et « Des œuvres à créer », L’Éclair, 14 et 20 sept. 1905.

99 É. Gautier, « La réhabilitation de l’eau de Javel » et « Pour les Cent Kilos » (sur l’obésité), Le Journal, 7 et 15 sept. 1905 ; L. Descaves, « La peur » (sur l’épidémie de choléra) et « C’est pour l’enfant », Le Journal, 10 et 15 sept. 1905.

100 H. Bianchon, « Le grand congrès de la tuberculose », Le Figaro, 24 sept. 1905, « Le congrès de la tuberculose », Le Figaro, 28 et 30 sept. 1905, et « Au congrès de la tuberculose », Le Figaro, 3 oct. 1905.

101 Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 632.

102 P. Strauss, « La grande bataille », Le Figaro, 2 oct. 1905.

103 M. Letulle, « La guerre à la tuberculose », Le Figaro, 25 sept. 1905.

104 « Paris au jour le jour », Le Figaro, 2 et 3 oct. 1905 et « Paris au jour le jour : informations », Le Figaro, 1er et 2 oct. 1905.

105 « À travers Paris », Le Figaro, 1er et 3 oct. 1905.

106 P. Manouvry, « La vie sportive : gymnastique », Le Figaro, 2 oct. 1905.

107 L. Petit, « Le Congrès international de la tuberculose », Le Journal, 28 sept. 1905.

108 M. Letulle, « Les assises de la tuberculose », Le Matin, 22 sept. 1905.

109 Idem.

110 Fabien, « Le Five o’clock du “Figaro” », Le Figaro, 3 oct. 1905.

111 Grand Larousse encyclopédique, t. 2, Paris, Larousse, 1979, non paginé.

112 « Le Congrès de la tuberculose », Le Figaro, 29 sept. 1905.

113 M. Letulle, « La guerre à la tuberculose », Le Figaro, 25 sept. 1905.

114 R. de Souza, « Les espaces libres. Résumé historique », op. cit., p. 184.

115 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

116 Idem.

117 Idem.

118 Idem.

119 Idem.

120 Idem.

121 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. 1905.

122 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905. « Seule » est souligné dans la lettre.

123 L’expression figure dans une nouvelle à la main qui fait allusion au souci de profit à court terme des édiles et fonctionnaires parisiens. Le Masque de Fer, « Nouvelles à la Main », Le Figaro, 8 sept. 1905.

124 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

125 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. 1905.

126 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

127 Idem.

128 F. Reichel, Le Figaro, 9 sept. 1905.

129 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905.

130 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.

131 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905.

132 F. Reichel, Le Figaro, 26 sept. 1905.

133 Idem.

134 F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. 1905.

135 F. Reichel, « Sauvons les arbres du Bois », Le Figaro, 6 sept. 1905.

136 Idem.

137 Idem.

138 F. Reichel, Le Figaro, 9 sept. 1905.

139 F. Reichel, Le Figaro, 10 sept. 1905.

140 F. Reichel, Le Figaro, 11 sept. 1905.

141 « Les fortifications et le Bois de Boulogne », Le Petit Journal, 5 sept. 1905.

142 Liste de MM. les membres du Conseil municipal par ordre alphabétique et par quartiers précédée du Bureau du Conseil municipal et suivie de la composition des bureaux et des commissions du Conseil municipal et des commissions administratives, n° 87, 1er fév. 1900 ; n° 100, 8 nov. 1904 ; n° 101, 12 janv. 1905 ; n° 103, 20 juin 1905 et n° 111, 25 juil. 1908, Paris, Imprimerie municipale.

143 RDCM, 1905, n° 4 et 1907, n° 24 (Brousse) ; 1906, n° 93 et 1908, n° 76 et n° 168 (d’Andigné) ; 1907, n° 121, 1908, n° 39 et 1912, n° 160 (Chérioux) ; 1908, n° 73 et n° 91, 1909, n° 110 et 1912, n° 130 (Dausset).

144 M. Halbwachs, La Politique foncière des municipalités [1908], dans Classes sociales et morphologie, présentation de V. Karady, Paris, Minuit, p. 117-198 et A. Thomas, « Espaces libres et fortifications », Les Cahiers du socialiste, n° 4, 1908. Je remercie Efi Markou pour la recherche documentaire sur Thomas et sur L’Humanité.

145 PVCM, 1901, 18, 21 et 23 janv. ; 1902, 18 janv.

146 PVCM, 1901, 13 juil. et 30 déc. ; 1902, 18 janv.

147 PVCM, 1902, 18 janv.

148 « M. Brousse, Président du Conseil municipal et la fédération socialiste », Le Petit Journal, 22 sept. 1905.

149 Montécourt, « Échos de partout », La République française, 6 sept. 1905.

150 Ibid., 2 sept. 1905 ; G. Davenay, « Censurés ! », Le Figaro, 22 sept. 1905 et « M. Brousse, Président du Conseil municipal et la fédération socialiste », op. cit.

151 L. Latapie, « Perinde ac cadaver », La République française, 21 sept. 1905 ; « Informations politiques », L’Éclair, 21 sept. 1905 et G. Davenay, « Censurés ! », op. cit.

152 L’accusé et ses juges » (H. Rochefort) et « Cas de M. Paul Brousse », L’Intransigeant, 17 et 23 sept. 1905.

153 RDCM, 1902, n° 1.

154 M. Prévost et J.-C. Roman d’Amat (dir.), Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 1933-2001 (19 tomes), t. 8, p. 1015.

155 Idem.

156 Idem.

157 Liste de MM. les membres du Conseil municipal, op. cit., n° 103, 20 juin 1905 et n° 111, 25 juil. 1908.

158 RDCM, 1907, n° 121 et 1908, n° 39.

159 RDCM, 1907, n° 121.

160 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. 1, p. 371-372.

161 F. d’Andigné, « L’agrandissement du bois de Boulogne. Démolition de l’enceinte et réclamation de la Ville », L’Écho de Paris, 6 sept. 1905

162 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. 1905.

163 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 277-278.

164 PVCM, 1897, 15 nov.

165 Ibid.

166 Annuaire Didot-Bottin, op. cit., p. 207 et 509.

167 RDCM, 1905, n° 25.

168 « Travaux des sections. SHUR : séance du 20 janvier 1911 », AMS, fév. 1911, p. 32-36. Voir p. 32.

169 RDCM, 1908, n° 76 et n° 168.

170 J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. IV, p. 1249.

171 Ibid., p. 1248-1250.

172 P. Bourdieu, Questions de sociologie, Paris, Minuit, 1984, p. 113-120.

173 Froment-Meurice (7 sept.), Henri Turot (7 sept.), Quentin-Bauchart (9 sept.), Armand Grébauval (10 sept.), Levée (10 sept.), Paul Escudier (11 sept.), Eug. Billard (11 sept.), L. (sic) Jousselin (11 sept.), Dausset (12 sept.), V. Pannelier (12 sept.), Henri Galli (13 sept.), Deville (13 sept.), Ed. Sohier (13 sept.), Félix Roussel (14 sept.), Ambroise Rendu (14 sept.), L. (sic) d’Andigné (14 sept.), G. Méry (18 sept.), Bellan (18 sept.), Le Menuet (18 sept.), Roger Lambelin (20 sept.), Ch. Tantet (26 sept.) et Adrien Oudin (26 sept.), auxquels on peut ajouter Squeville, conseiller général de Vincennes (14 sept.).

174 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

175 Quentin-Bauchart, Escudier et Deville.

176 Quentin-Bauchart, Billard, Jousselin, Dausset, Deville et Bellan.

177 Turot et Roussel.

178 E. Gay, Nos édiles, op. cit. Les 22 édiles n’ont pas la même notoriété et ne sont pas promis au même avenir. Ils ne figurent donc pas tous dans les mêmes dictionnaires biographiques, contemporains ou postérieurs, d’où le choix de s’en tenir à cette unique source, malgré son caractère lacunaire et partial. (Gay appartient à la majorité nationaliste du conseil, voir sa notice, rédigée par son collègue P. Bosc, p. 282-283).

179 Ibid., p. 66.

180 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

181 Comme Galli, Grébauval, Lambelin et Quentin-Bauchart.

182 Comme Quentin-Bauchart.

183 La rubrique « gens de lettres » regroupe les individus présentés par le Bottin mondain comme « homme (ou femme) de lettres », « littérateur » ou « auteur dramatique ». Les doubles appartenances à la catégorie des journalistes et à celle des gens de lettres sont fréquentes.

184 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

185 F. Reichel, Le Figaro, 9 sept. 1905.

186 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 31.

187 Ibid., p. 113-114.

188 A. Cormier, Extension, limites, espaces libres, op. cit., p. 144.

189 RDCM, 1908, n° 46.

190 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 129-130 et J. Jolly (dir.), DPF, op. cit., t. VIII, p. 2823 (notice du fils de Rendu, député de Haute-Garonne entre 1919 et 1924).

191 B. Marchand, Paris. Histoire d’une ville, op. cit., p. 230.

192 E. Gay, Nos édiles, op. cit., p. 129-130.

193 Ils n’apparaissent qu’une seule fois dans les comptes rendus des réunions de la section, comme excusés. « Travaux des sections. SHUR : séance du 11 novembre 1909 », op. cit., p. 388 (Escudier) et « Travaux des sections. SHUR : séance du 20 janvier 1911 », op. cit., p. 63 (d’Andigné).

194 Il s’agit de comparer la place reconnue par la presse à deux édiles spécialement concernés par l’enceinte. C’est pourquoi l’interview de Froment-Meurice dans Le Figaro et l’éditorial de Roussel dans La République française sont laissés de côté. F. Roussel, « Les Fortifications et le Bois », La République française, 25 sept. 1905.

195 F. Reichel, Le Figaro, 20 sept. 1905.

196 Idem.

197 P. Delay, « Le Bois de Boulogne menacé », L’Écho de Paris, 21 sept. 1905.

198 Idem.

199 F. Reichel, Le Figaro, 20 sept. 1905.

200 P. Delay, « Le Bois de Boulogne menacé », L’Écho de Paris, 21 sept. 1905.

201 Idem.

202 F. d’Andigné, « L’Agrandissement du Bois de Boulogne », op. cit. Les autres articles sont dus à P. Delay : « Le Bois de Boulogne menacé », L’Écho de Paris, 9, 15, 19 et 21 sept. 1905.

203 F. d’Andigné, « L’Agrandissement du Bois de Boulogne », op. cit.

204 Idem.

205 F. Reichel, Le Figaro, 7 sept. 1905.

206 F. Reichel, Le Figaro, 14 sept. 1905. Il faut toutefois relativiser la portée de cette coquille. D’Andigné n’est pas le seul à voir son nom écorché, c’est aussi le cas entre autres de Ballif, le président du Touring-Club, ou de la journaliste T. Harlor dont le nom devient Harlot. F. Reichel, Le Figaro, 8 et 7 sept. 1905.

207 RDCM, 1906, n° 93.

208 Ibid.

209 E. Hénard, Études sur les transformations de Paris, fascicule 2, op. cit.

210 RDCM, 1906, n° 93.

211 Ibid.

212 Ibid.

213 RDCM, 1905, n° 25.

214 Ibid.

215 Ibid. Si Massard et la Commission des fortifications s’accordent sur les emplacements à éviter, ils diffèrent quant au lieu d’implantation. L’emplacement proposé par Massard, situé plus au nord que celui de la commission, n’est d’ailleurs pas inclus dans l’espace visé par le programme de 1906.

216 Ibid.

217 RDCM, 1906, n° 93.

218 Ibid.

219 Ibid.

220 Il n’y a pas trace d’une discussion de ce rapport dans les PVCM de 1906 et de 1907.

221 PVCM, 1906, 9 av. et 1907, 13 mars et 31 déc.

222 PVCM, 1906, 9 av.

223 Ibid.

224 Sous réserve toujours que Reichel ait publié les noms de tous ses correspondants.

225 E. Gay, Nos édiles, op. cit.

226 RDCM, 1907, n° 24.

227 PVCM, 1907, 13 mars.

228 RDCM, 1907, n° 121, discuté le 31 décembre 1907. PVCM, 1907, 31 déc.

229

230 Mémoire du Préfet de la Seine au Conseil municipal, 9 déc. 1907, cité dans RDCM, 1907, n° 121.

231 RDCM, 1907, n° 121.

232 Ibid.

233 PVCM, 1907, 31 déc.

234 Liste de MM. les membres du Conseil municipal, n° 99, 25 juil. 1904.

235 J. Maitron (dir.), DBMOF 3, op. cit., t. 14, p. 208.

236 J.-P. Gaudin, « Robert de Souza et “l’étude pratique d’esthétique urbaine”. Spécialisation et professionnalisation au début de l’urbanisme de plan en France », séminaire Aux origines des politiques urbaines modernes en Amérique latine, 1900-1950, Rio de Janeiro, août 1994.

Table des illustrations

Légende Commission municipale des fortifications142.
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17326/img-1.png
Fichier image/png, 23k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17326/img-2.png
Fichier image/png, 17k
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17326/img-3.png
Fichier image/png, 19k

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search