Version classiqueVersion mobile

Les fortifications de Paris

 | 
Marie Charvet

Deuxième partie. Les oppositions pratiques : acteurs et projets

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Des années 1880 aux années 1910, l’enceinte est le support d’un discours hygiéniste à forte dimension nationaliste. Ce discours connaît cependant une évolution : on passe de l’hygiénisme au sens strict à la volonté d’utiliser les fortifications pour mettre en œuvre un « aménagement rationnel » de l’agglomération parisienne. Au renouvellement de problématique correspondent des renouvellements d’acteurs dont il s’agit ici de rendre compte, non en racontant une histoire, mais en s’attachant à certains « moments clés » : la position du problème de l’enceinte au conseil municipal de Paris dans les années 1880, la campagne de septembre 1905 contre le lotissement des terrains militaires inclus dans le bois de Boulogne et l’action des réformateurs sociaux, de leur intervention en 1908 à leur ralliement à un projet élaboré au sein du conseil municipal. Chacun de ces événements fait l’objet d’un chapitre. Pourquoi avoir choisi de privilégier, au sein d’une longue histoire, des événements isolés ? Pourquoi avoir retenu précisément ces trois événements ? Les réponses à ces questions sont liées et impliquent une réflexion sur le statut de l’événement, qui nécessite la mobilisation de modèles mis en œuvre par les historiens.

  • 1 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle [1933], t. (...)

2Ernest Labrousse conclut son Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle en dégageant les causes économiques de la Révolution1. Celle-ci résulte de la convergence de plusieurs mouvements cycliques de temporalités différentes : en juillet 1789, les cycles saisonniers ainsi que les cycles de courte et de longue durée du prix du blé passent par un maximum. L’événement est le résultat de la rencontre de séries causales, ou plus simplement d’histoires, plus ou moins dépendantes. Toutes proportions gardées, il en est de même pour les événements identifiés ici comme des « moments clés ». La constitution du sort de l’enceinte en question politique pertinente au début des années 1880 résulte de la rencontre entre l’histoire, relevant de la politique, des relations entre édiles parisiens et État central et celle de la constitution d’un sens commun hygiéniste ainsi que de ses légitimités politiques et scientifiques. La mobilisation de 1905 pour la sauvegarde du bois de Boulogne est placée sous le signe de la défense des espaces libres. Le mouvement en faveur des espaces libres se situe à la jonction de plusieurs histoires : les « gens du monde » (esthètes, sportifs et défenseurs des intérêts des touristes) y retrouvent les hygiénistes. Entre 1908 et 1912, réformateurs sociaux et futurs urbanistes de la Section d’hygiène combattent, au nom de l’« aménagement rationnel des villes », un traitement de l’enceinte élaboré par un édile. L’histoire de l’émergence de l’urbanisme croise celle de l’assemblée locale parisienne mais aussi l’histoire politique nationale, dans la mesure où il s’agit aussi pour J. Siegfried, qui fonde la section après le dépôt d’une proposition de loi sur l’aménagement des fortifications, de maintenir une position d’autorité au Parlement. S’intéresser à l’enceinte conduit à rencontrer différentes histoires, dotées d’une relative indépendance.

3Les événements naissent de la convergence de différentes histoires ou autrement dit de la rencontre d’acteurs engagés dans différents champs. Il y aurait sans doute d’autres manières de rendre compte des événements retenus ici, en faisant apparaître d’autres d’acteurs. Plus largement, l’histoire de l’enceinte entre 1880 et 1919 ne se réduit pas à trois « moments clés ». Par exemple, les militaires, par définition concernés par le sort d’un ouvrage de défense, sont absents ici.

  • 2 G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973, p. 12-13.

4Au sujet de la bataille de Bouvines, Georges Duby signale qu’il est vain de tenter de replacer un événement dans une série causale univoque et exhaustive. La remarque est valable pour un événement circonscrit dans le temps2. Elle s’applique donc aux trois « moments clés » retenus ici. A fortiori elle vaut pour une histoire qui s’inscrit dans la durée, comme celle du déclassement puis de l’aménagement des fortifications. Tout récit est sélection d’un chemin : cette affirmation, qui vaut pour les acteurs qui entreprennent de raconter l’histoire dans laquelle ils sont engagés, est aussi vérifiée dans le cas d’un travail de recherche.

  • 3 Ibid., p. 13.

5Il est ici question du déclassement et de l’aménagement de l’enceinte sous l’angle de la transmutation de l’hygiénisme en urbanisme, perspective qui a orienté le choix des événements mis en avant. G. Duby voit dans la bataille de Bouvines « un lieu d’observation éminemment favorable pour qui essaie d’ébaucher une sociologie de la guerre au seuil du xiiie siècle dans le nord-ouest de l’Europe3 ». De même, les fortifications et les mobilisations qu’elles suscitent apparaissent comme une lentille à travers laquelle observer la naissance de l’urbanisme. L’analyse des trois événements retenus ici tente de montrer que le sort de l’enceinte constitue aussi un des creusets où s’opère cette naissance.

Notes

1 E. Labrousse, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle [1933], t. II : Les prix (fin). Les revenus, Montreux, Les Archives contemporaines, 1989.

2 G. Duby, Le Dimanche de Bouvines, Paris, Gallimard, 1973, p. 12-13.

3 Ibid., p. 13.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search