Version classiqueVersion mobile

Les fortifications de Paris

 | 
Marie Charvet

Première partie. Supprimer puis aménager les fortifications : la construction des sens communs

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Le discours sur les fortifications de Paris présente un invariant entre 1882 et les années 1910 : la question relève de la régénération nationale par l’intermédiaire de l’hygiène. Le problème connaît cependant une reformulation : du souci d’offrir de l’espace aux Parisiens, on passe à la volonté de piloter la croissance urbaine.

  • 1 L. Murard et P. Zylberman, Le Petit Travailleur infatigable, op. cit., p. 74.
  • 2 C. Gide, préface à G. Benoit-Lévy, La Cité-Jardin, op. cit., p. VI.

2Le sort de l’enceinte apparaît alors comme un des lieux privilégiés où observer la naissance de l’urbanisme. Selon L. Murard et P. Zylberman, l’urbanisme apparaît quand on cesse d’aborder les problèmes de la ville sous l’angle du seul logement1. La conversion, chez les réformateurs sociaux, est entamée dès le début du xxe siècle. Dans la préface d’un ouvrage de Georges Benoit-Lévy consacré aux cités-jardins, Charles Gide écrit : « [Les] sociétés philanthropiques ou coopératives de maisons ouvrières ne réussiront jamais à modifier définitivement les conditions de l’habitation humaine. C’est la ville qu’il faut bâtir avant de bâtir la maison2. »

  • 3 L. Murard et P. Zylberman, Le Petit Travailleur infatigable, op. cit., p. 67.
  • 4 L. Murard et P. Zylberman voient dans ces pionniers des « désurbanistes ». Ibid., p. 24.

3Pour que cette conversion soit possible, il faut que s’efface, au moins partiellement, la « phobie du contact3 » des pionniers de l’habitat ouvrier4, ce qui est le cas. Déjà, chez Benoit-Lévy, l’acharnement à proscrire les contacts de voisinage a disparu :

  • 5 G. Benoit-Lévy, La Cité-Jardin, op. cit., p. 60.

« Il est certain que l’homme devient meilleur en prenant contact avec l’homme, il est certain, lorsque chaque famille, au lieu de rester enfermée sous son toit à médire de la vie en général et de la vie de son voisin en particulier, se trouve constamment en rapport avec ses concitoyens, que de cordiales relations s’accomplissent5. »

  • 6 La cité-jardin construite pour le personnel de l’usine Lever.
  • 7 G. Benoit-Lévy, La Cité-Jardin, op. cit., p. 74.

4Dans le cadre civilisé et civilisateur de la cité-jardin, même les relations entre filles et garçons, cauchemar des pionniers de l’habitat ouvrier, sont envisagées sereinement : « [Les] girls de Sunlight6 […] préfèrent les promenades nocturnes au bras de celui à qui plus tard elles associeront leur vie. Et c’est encore là une des plus belles associations7. » Sans doute cette sérénité est-elle possible quand on a affaire à une population déjà civilisée par l’habitat : rien de plus chaste que ces promenades vespérales qui conduisent directement les jeunes gens au mariage.

5Avec la cité-jardin, la conversion n’est cependant que partielle : il s’agit toujours de construire une ville idéale à la campagne et non de s’accommoder du fait urbain. Au fil de leur réflexion sur l’enceinte, les hommes du Musée social, de champions de l’habitation à bon marché, achèvent leur mutation en croisés de l’« aménagement rationnel des villes ». Lors de la réunion de la Sorbonne, le député A. Ribot fait part de son scepticisme quant aux cités-jardins :

  • 8 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Ribot », op. cit., p. 225.

« On nous fait voir ces Cités-Jardins qui sont le paradis terrestre restauré […] donner à l’ouvrier non seulement la maison, mais encore ce qui en est l’accessoire nécessaire, ce qui est la santé pour les enfants, le jardin, oui, cela est possible, cela est nécessaire ; mais croire que nous allons arrêter tout à coup ce mouvement, qui porte les populations vers Paris, vers Londres, vers New York ; j’avoue que je suis un peu sceptique8! »

  • 9 Ibid., p. 226.

6Il s’agit alors de prendre acte de l’existence des grandes villes et de s’en accommoder : « [Il] faut nous résigner à voir grandir les villes indéfiniment et à les rendre habitables9. » L’apparent paradoxe qu’est l’évacuation totale des logements à bon marché des projets du Musée social pour l’enceinte témoigne de cette conversion : il s’agit d’exercer une action sur la ville elle-même.

  • 10 J.-C. N. Forestier, Grandes villes et systèmes de parcs, op. cit., p. 6.

7La nécessité d’aménager les fortifications bientôt désaffectées n’explique pas seule ce tournant. Forestier tient déjà, en 1906, des propos proches de ceux de Ribot. Il reprend bien l’affirmation suivante, qu’il attribue à Rousseau : « L’haleine de l’homme est mortelle à ses semblables. Cela n’est pas moins vrai au propre qu’au figuré. Les villes sont le gouffre de l’espèce humaine10… » Cependant, la référence à Rousseau n’a pour vocation que d’introduire la remarque suivante :

  • 11 Ibid., p. 7.

« Le remède serait de fuir les grandes villes et de retourner à la campagne. Peut-être y viendra-t-on quelque jour, mais aujourd’hui l’organisation sociale exige ces groupements énormes. À leurs dangers, à leurs inconvénients il est possible d’apporter des palliatifs, sinon un remède, et les municipalités peuvent tenter d’éviter, en partie, des conséquences qui sont vraiment redoutables, encore faut-il le faire avec méthode11. »

8Le débat sur l’enceinte, dont la disparition devrait permettre d’expérimenter en grandeur réelle l’« aménagement rationnel des villes », est l’occasion de parachever la conversion à l’urbanisme.

9Le passage de l’hygiénisme à l’urbanisme ne constitue d’ailleurs pas une rupture totale : pour la section, les espaces libres permettent de poursuivre la campagne, entreprise au moins depuis un demi-siècle, contre l’entassement et l’obscurité, ces pourvoyeurs de toutes les pathologies urbaines. La filiation est d’ailleurs revendiquée, comme le montrent les éloges adressés à Juillerat. De même, la dimension nationale de l’hygiénisme se retrouve chez les apôtres de l’urbanisme : l’« aménagement rationnel des villes » relève toujours de la régénération nationale.

10Le renouvellement de problématique s’accompagne d’un renouvellement des acteurs. Les réformateurs sociaux et architectes-urbanistes de la Section d’hygiène succèdent aux édiles parisiens comme porteurs du discours légitime sur les fortifications. Discours légitime et non unique : les édiles continuent à s’occuper de l’enceinte au début du xxe siècle. Cette constatation invite à se pencher sur les acteurs et sur leurs stratégies. Comment certains groupes parviennent-ils à un moment donné à s’imposer comme détenteurs du discours légitime sur l’enceinte ? Au-delà, quels intérêts ont-ils à s’emparer de la question ?

11La réponse permettra de préciser le rôle du débat sur le sort des fortifications dans l’apparition de l’urbanisme. Ce débat est apparu comme une lentille à travers laquelle observer le passage de l’hygiénisme à l’urbanisme. Ne serait-il pas aussi le creuset dans lequel s’opère cette transmutation ? Une étude focalisée sur les discours incite à répondre par la négative, ne serait-ce qu’à cause de l’antériorité de certains propos sur la nécessité de s’accommoder du fait urbain. Cependant, avant de trancher, il faut s’intéresser aux conditions d’émission et de réception des discours. Le débat peut alors apparaître comme le lieu où s’opère la conversion d’un certain nombre d’acteurs aux principes de l’« aménagement rationnel des villes », ou au moins comme l’occasion d’affirmer publiquement le ralliement à ces principes.

Notes

1 L. Murard et P. Zylberman, Le Petit Travailleur infatigable, op. cit., p. 74.

2 C. Gide, préface à G. Benoit-Lévy, La Cité-Jardin, op. cit., p. VI.

3 L. Murard et P. Zylberman, Le Petit Travailleur infatigable, op. cit., p. 67.

4 L. Murard et P. Zylberman voient dans ces pionniers des « désurbanistes ». Ibid., p. 24.

5 G. Benoit-Lévy, La Cité-Jardin, op. cit., p. 60.

6 La cité-jardin construite pour le personnel de l’usine Lever.

7 G. Benoit-Lévy, La Cité-Jardin, op. cit., p. 74.

8 « Compte rendu de la réunion en faveur des espaces libres […] Ribot », op. cit., p. 225.

9 Ibid., p. 226.

10 J.-C. N. Forestier, Grandes villes et systèmes de parcs, op. cit., p. 6.

11 Ibid., p. 7.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search