Version classiqueVersion mobile

Les fortifications de Paris

 | 
Marie Charvet

Première partie. Supprimer puis aménager les fortifications : la construction des sens communs

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 R.-H. Guerrand, Les Origines du logement social en France, Paris, Les Éditions ouvrières, 1967, p. (...)
  • 2 L. Murard et P. Zylberman, « La cité eugénique », L. Murard et P. Zylberman (dir.), L’Haleine des (...)

1Au xixe siècle, une fraction des élites développe une sensibilité aux questions d’hygiène, cette sensibilisation étant, entre autres, liée au développement des statistiques comme mode d’appréhension du réel1. Au cours du dernier quart du xixe siècle, le mouvement hygiéniste se structure. Si l’organisation s’opère au niveau européen, l’hygiénisme se veut national : les militants mettent en œuvre « un programme national de santé2 ». Une partie du travail des hygiénistes français consiste alors à mettre en évidence un certain « retard français ».

  • 3 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959, p. 72-112.

2Si les statistiques, qui permettent la comparaison des performances en matière de mortalité et de morbidité, ne sont pas étrangères à cette perspective comparatiste, l’étude de l’hygiénisme français doit aussi tenir du contexte national du début de la IIIe République. La période, marquée par le souvenir récent de la chute du Second Empire, de la défaite devant la Prusse et de la Commune, incite à la remise en question : il s’agit de diagnostiquer les raisons ayant rendu possible la défaite et d’y remédier3. La remarque éclaire sous un autre jour le comparatisme des hygiénistes français : dans les années 1870-1880, hygiène et régénération nationale ont partie liée.

  • 4 P. Arnaud, Le Militaire, l’écolier, le gymnaste. Naissance de l’éducation physique en France (1869 (...)
  • 5 RDCM, 1882, n° 78.

3L’analyse du débat sur les fortifications de Paris peut éclairer la façon dont ces deux thématiques s’articulent. Ce débat est en effet un des lieux de jonction, au même titre que les discussions sur l’éducation physique par exemple4, entre préoccupations hygiéniques et souci de régénération nationale. Tout d’abord, sa naissance, au début des années 1880, est à peu près contemporaine de l’organisation du mouvement hygiéniste et d’emblée, au conseil municipal de Paris, les partisans du démantèlement de l’enceinte se placent sur le terrain de l’hygiène5. Ensuite, ceux qui réclament la disparition d’un ouvrage militaire après une défaite s’exposent à l’accusation de faire peu de cas de la défense de la capitale. Leur force consiste alors à retourner l’accusation, en faisant de la suppression de l’enceinte un élément du dispositif de régénération nationale que le régime républicain entend mettre en place. C’est ici qu’intervient l’argumentation hygiéniste : la disparition des fortifications créera des conditions de vie hygiéniques, qui rendront possible la préparation des hommes à la guerre.

4L’analyse peut aussi contribuer aux recherches sur l’émergence de l’urbanisme au sein du courant réformateur. En raison de la durée pendant laquelle le problème reste pendant (posé au début des années 1880, il n’est résolu, provisoirement d’ailleurs, qu’en 1919) et de sa nature (comment disposer d’un espace urbain à intégrer à la ville ?), le sort de l’enceinte fournit un poste d’observation privilégié pour observer la transmutation de l’hygiénisme en urbanisme. La démarche permettra, entre autres, de mettre en évidence ce qui dans l’urbanisme est redevable à la dimension nationale de la thématique hygiéniste.

  • 6 Le discours des hygiénistes ayant fait l’objet de nombreuses analyses (voir en particulier L. Mura (...)

5Utiliser le sort des fortifications comme une lentille à travers laquelle observer le passage de l’hygiénisme à l’urbanisme passe par une analyse des discours. Sur la période 1880-1920, la question mobilise deux types d’acteurs : les édiles de Paris et les réformateurs sociaux rassemblés au sein de la Section d’hygiène urbaine et rurale du Musée social. Un dépouillement des Rapports et documents et Procès-verbaux des séances du conseil municipal de Paris, ainsi que des textes rédigés dans le cadre de la section a donc été entrepris. Ces documents ont ensuite été rapportés à trois types de discours : le discours d’un écrivain populaire, Jules Verne, qui synthétise sous forme romanesque certaines des préoccupations et même des obsessions de ses contemporains, en particulier en ce qui concerne la régénération nationale après la défaite, le discours savant des géographes et celui des hygiénistes6.

6Dans la mesure où il s’agit de mettre en évidence les inflexions d’un discours, le plan chronologique s’impose. Le premier chapitre présente les conditions intellectuelles dans lesquelles s’opère le « coup de force » des partisans de la suppression des fortifications, ainsi que leur argumentation. L’inscription du sort de l’enceinte dans le débat sur la régénération nationale illustre la façon dont l’hygiénisme s’insère dans la thématique du relèvement national.

7Les deux chapitres suivants portent sur la façon dont, alors que s’éloigne le spectre de la défaite de 1870, la dimension nationale n’est pas évacuée. Le chapitre ii est consacré à la volonté, invoquée par tous les intervenants, d’offrir de l’espace aux Parisiens. Édiles et réformateurs sociaux partagent la même phobie de l’entassement et entendent, par la suppression puis par l’aménagement de l’enceinte, résorber un déficit d’espace. La permanence de ce souci confirme l’ancrage hygiénique de la question, l’entassement dans les grandes villes, avec ses conséquences sur la santé et sur la moralité, étant l’un des maux constamment dénoncés par les hygiénistes.

8Au-delà du souci partagé de combler un manque d’espace, les solutions présentées diffèrent. À la Section d’hygiène, le déficit d’espace est interprété comme la conséquence de l’absence d’un « aménagement rationnel des villes ». Avec l’apparition de la thématique de l’« aménagement rationnel des villes » sur le terreau de l’hygiénisme, les fortifications sont investies d’une dimension nouvelle : leur aménagement constitue l’une des dimensions clés d’un plan concernant l’ensemble de l’agglomération parisienne. Le chapitre iii montre comment le sort de l’enceinte s’intègre dans l’argumentation en faveur d’une législation sur les plans de ville développée par la section.

9Cette première partie accorde une attention particulière aux références à l’étranger, très fréquentes à propos des fortifications. Dans ces références, l’Allemagne occupe une place de premier plan : le débat sur l’enceinte participe de la réévaluation des institutions françaises à l’aune allemande entreprise au lendemain de la défaite. Cependant, avec les réformateurs sociaux, les exemples se diversifient et leur utilisation se complexifie : on passe de l’invocation rituelle du déclassement des fortifications des villes allemandes à une analyse critique des réalisations étrangères en matière d’« aménagement rationnel des villes ». Si l’inscription de la question de l’enceinte dans les thématiques, liées, de l’hygiénisme et de la régénération nationale se perpétue pendant près de quatre décennies, c’est au prix d’une réinterprétation.

Notes

1 R.-H. Guerrand, Les Origines du logement social en France, Paris, Les Éditions ouvrières, 1967, p. 202-221 et L. Murard et P. Zylberman, L’Hygiène dans la République, Paris, Fayard, 1996.

2 L. Murard et P. Zylberman, « La cité eugénique », L. Murard et P. Zylberman (dir.), L’Haleine des faubourgs, Recherche n° 29, Fontenay-sous-Bois, 1978, p. 423-453, citation p. 425-426. Voir aussi C. Charle, Histoire sociale de la France, Paris, Seuil, 1991, p. 294-295.

3 C. Digeon, La Crise allemande de la pensée française (1870-1914), Paris, PUF, 1959, p. 72-112.

4 P. Arnaud, Le Militaire, l’écolier, le gymnaste. Naissance de l’éducation physique en France (1869-1889), Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1992, p. 122-127 et E. Weber, préface à P. Arnaud, Les Athlètes de la République, Toulouse, Privat, 1987, p. 13-17.

5 RDCM, 1882, n° 78.

6 Le discours des hygiénistes ayant fait l’objet de nombreuses analyses (voir en particulier L. Murard

et P. Zylberman, L’Hygiène dans la République, op. cit.), sont surtout utilisées ici des sources de seconde

main.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search