Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Conclusion

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Espace progressivement détaché des galères, le bagne, aussi paradoxal que cela puisse paraître, semble en définitive un lieu ouvert, que les condamnés quittent sous l’escorte des pertuisaniers pour faire leurs affaires en ville ou que les visiteurs fréquentent, se mêlant aux Brestois venus faire leurs emplettes dans les baraques de la cour du bagne. La situation matérielle de la chiourme, nourrie, logée, sans famille à charge et quelquefois salariée, n’apparaît pas, à tout prendre, pire que celle d’un journalier de l’arsenal ou d’un matelot de la Royale. Et si, au xixe siècle, on continue à mourir plus au bagne qu’en prison, beaucoup de condamnés aiment mieux un séjour à Brest que l’enfermement dans la cellule d’une prison de type philadelphien, à l’exemple de cet ancien bagnard, envoyé dans une prison suisse et qui regrettait amèrement cette amélioration de situation : « A Toulon, on travaillait dur, ça c’est vrai, mais on buvait ferme et l’on pouvait causer et rire tout son saoul. »

2On est loin donc de l’image du bagne romantique, sombre endroit de perversion, où les crimes futurs sont préparés par les pires scélérats, tandis que d’autres cherchent leur salut dans la piété et le remords. Nous l’avons vu, point de meurtriers à Brest au xviiie siècle, peu de violeurs, de coupables de crimes de sang, mais essentiellement des droits communs, petits voleurs à la tire, escrocs de piètre envergure et faux sauniers trop pauvres pour racheter l’amende aux fermiers généraux. L’image de Jean Valjean, condamné pour avoir volé du pain pour nourrir ses sœurs, correspond mieux à la réalité. Il est vrai que Victor Hugo, qui avait fait quelques emplettes aux baraques du bagne de Brest, avait pu s’imprégner de l’endroit.

3Quant à la Rédemption que peut offrir le bagne au coupable soudain perpétré de son crime, n’y pensons pas. Certes, la lueur divine, par la présence de deux aumôniers, peut venir à l’esprit des infortunés, mais nous avons vu la faible influence des ministres de la religion catholique sur leurs ouailles, dont une partie, petit peuple des villes, a pu être touchée par le scepticisme ambiant au xviiie siècle.

4Si le forçat du xviiie siècle, qui a acquis une identité propre par rapport au galérien au cours de notre période, n’évolue pas dans un contexte strictement identique à celui du bagnard du xixe siècle, on peut toutefois noter que la place qu’ils occupent globalement au sein de la société se ressemble. Aux yeux de ses contemporains, le forçat, même après avoir purgé sa peine, demeure un paria, dont on se méfiera à jamais et qui sera toujours le bouc émissaire tout trouvé. La marque infamante qu’il porte à l’épaule est le symbole de son impossibilité à se défaire de son passé de criminel. Obligé de déclarer son lieu de résidence à sa libération, de se signaler aux autorités locales, l’ancien forçat est un personnage connu auquel il n’est pas fait grâce du moindre anonymat. Le bagne du xviiie siècle comme celui du xixe siècle ne prépare nullement à la réinsertion dans une société qui ne veut plus de ces criminels et s’en méfie, peut-être à juste titre d’ailleurs.

5En effet, il est difficile de ne pas voir dans cette institution pénitentiaire une machine à pourrir, bien plus qu’une machine à guérir. Des criminels occasionnels, faux-sauniers et autres coupables de délits dits d’Ancien Régime, y côtoient en permanence des malfaiteurs de plus grande envergure, des hommes à la fois coupables de plus grands méfaits et plus endurcis. Aucune différence n’est réellement faite, malgré la réforme initiée par Louis XVI, pour séparer les forçats définitivement perdus et ceux qui ont une chance de retrouver le droit chemin. Au contraire, le bagne apparaît comme un espace de transgression où l’on entre parfois bien peu coupable, à nos yeux en tout cas, mais dont on sort à coup sûr criminel. Tout dans l’institution semble fait pour privilégier les petits trafics du quotidien. Les emplois protégés permettent à certains condamnés de se construire une petite aisance matérielle sous la protection de l’administration, qui a besoin d’eux comme intermédiaire avec la chiourme. Les forçats qui travaillent en ville ou au port peuvent aisément tisser des liens frauduleux avec l’extérieur, monter des entreprises de recels ou de contrebande. La possibilité même de pouvoir améliorer son ordinaire avec les « friandises » vendues à la taverne du bagne constitue en soi la porte ouverte aux exactions des plus forts sur les plus faibles. Pourtant, toutes ces mesures ont été, semble-t-il, décidées comme autant de soupapes de sécurité pour maintenir un minimum de liberté dans la chiourme et par là même contenir les éventuelles révoltes des forçats.

6La société, consciente de la réalité de son bagne, donnera en conséquence peu de chances de mener une vie honnête à l’ancien forçat et celui-ci sera de fait condamné à retomber dans ses coupables errements. Le nombre de récidivistes s’explique donc facilement.

7Pourtant, si globalement le forçat devient à jamais un marginal redouté et listé par chaque localité qui le voit arriver, à Brest, il semble que le forçat soit mieux perçu. Tant qu’il demeure à Brest, il est vrai, le bagnard reste un condamné encadré par ses surveillants, malgré tous les réserves qu’on a pu signaler sur le travail des pertuisaniers.

8Il a une existence reconnue sur le plan économique, même s’il apparaît parfois comme un concurrent, et constitue une main d’œuvre peu chère que la ville comme le port ont appris à exploiter et à rentabiliser, que ce soit pour des travaux importants, telle la construction du cours Dajot, ou des travaux plus particuliers, quand un forçat est loué à un entrepreneur par exemple. La présence même du bagne apporte une activité économique, autour de la fourniture de vivres, d’habillement, et de la présence de gardes vivants sur le pays.

9Le forçat brestois est aussi reconnu sur le plan social, et ce d’autant plus qu’il existe une grande perméabilité entre le bagne et le reste de la ville. Les Brestois viennent faire quelques achats aux baraques du bagne, comme ils partagent le travail de l’arsenal avec les forçats, que ce soit dans le cadre de travaux de force ou dans les ateliers. Paradoxalement aussi, les Brestois savent reconnaître une certaine culture à quelques forçats, souvent condamnés pour faux, qui sont parfois suffisamment lettrés pour devenir des sortes de précepteurs recherchés, à l’exemple du forçat Goulard. Enfin, le rôle des forçats dans l’épidémie de Louisbourg, où les condamnés, comme lors de la peste de Marseille, étaient chargés des soins et du transport des morts, a sans doute fait beaucoup pour améliorer l’image de la chiourme dans la cité du Ponant. Ainsi, paradoxalement, dans l’endroit où l’exemplarité de la peine devrait être la mieux ressentie, c’est peut-être là que la connaissance du bagnard est la plus achevée et l’attitude la moins inamicale, toutes proportions gardées.

10Pour Brest, le départ des derniers forçats en 1858 marquera le retour des journaliers en masse à l’arsenal, privé de sa main d’œuvre carcérale, et la fin d’une période où le souci d’insécurité, dû à une forte concentration en criminels, était lié à une activité économique rentable autour du bagne.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search