Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre XIV. Sortir du bagne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Pour les forçats, la vie s’écoule donc lentement au bagne, ponctuée par le travail au port, les heures de détente et les distributions de rations immuables. Malgré les aménagements que l’administration du bagne autorise, afin de pouvoir prévenir d’éventuelles révoltes, le seul soutien des forçats dans leur épreuve reste l’espoir de pouvoir en sortir pour reprendre une vie normale au sein d’une famille enfin réunie. Trois voies de départ s’offrent aux condamnés : la première, la plus extrême, touche bien des forçats terrassés par les maladies et les efforts violents qu’on leur demande. Pour la plus grande partie des condamnés, pour les plus sages, il suffira d’attendre sa libération ou une grâce. Mais pour les impatients, les condamnés à vie, seule reste possible l’évasion, avec toutes les incertitudes qu’elle comporte.

De la maladie à la mort

Les soins

  • 1 H. Lauvergne, Les bagnards, Millon, 1991, p. 13.
  • 2 M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 103.

2Le docteur Lauvergne, médecin du bagne de Toulon, considère au xixe siècle que « les forçats étaient soignés décemment et proprement, sans doute mieux que les ouvriers de l’arsenal et les équipages de la flotte1 » et de fait, Bourdet-Pleville, l’un des historiens du bagne, affirme que c’est « seulement au début du xixe siècle que le service de santé du bagne prit, si l’on peut dire, conscience de lui-même2 ». Les forçats de Brest au xviiie siècle bénéficiaient tout de même des soins intelligents dispensés par des hommes de valeur comme Chardon de Courcelles.

L’organisation des soins

  • 3 SHMB 1 L 7, fol. 12 et sq.

3Le Règlement à observer dans l’hôpital des chiourmes de Toulon3, reçu et enregistré au contrôle de la Marine de Brest, nous révèle l’organisation du service de santé pour les forçats.

  • 4 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 5 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

4Chaque jour, le chirurgien du bagne fait deux visites dans ce bâtiment pour s’assurer de l’état de santé des galériens ; les malades sont envoyés à l’hôpital avec un billet signé de celui-ci. Les personnes atteintes de « maladies légères et chirurgicales qui n’exigent point la ration de malade » sont soignées au bagne4 par le barberot, forçat « un peu entendu dans la chirurgie qui suit le chirurgien pendant ses visites pour prendre les notes et faire les seignées (sic) momentannées (sic)5 ».

  • 6 SHMB 1 L 7, fol. 12 et sq.

5À l’arrivée des forçats à l’hôpital, leur nom est noté sur le registre que tient l’écrivain de ce détail, qu’il fait viser mensuellement par le commissaire chargé de l’hôpital. Ce commis tient également registre des meubles, des linges et des consommations qu’on y fait. Il se charge aussi de dresser le rôle mensuel des rations distribuées à l’hôpital et la liste trimestrielle des remèdes utilisés et des journées d’infirmiers pour en faire le payement. L’écrivain doit en outre enregistrer les robes dont les forçats font dépôt à leur entrée dans l’établissement6.

  • 7 Ibidem.

6Les soins sont assurés en priorité par le médecin ordinaire qui fait à sept heures et demie et à trois heures la visite des malades, suivi de l’élève chirurgien, du chef des infirmiers et de l’apothicaire. Il doit également assister au moins une fois par semaine aux pansements que le chirurgien fait aux blessés pour juger de l’évolution de la plaie7. Ainsi, et malgré la présence d’un chirurgien major, l’essentiel des soins appartient au chirurgien ordinaire, le plus présent au côté des forçats et chargé des soins quotidiens.

  • 8 Ibid.

7Quant aux infirmiers, ils sont responsables tant de l’entretien de la salle et des effets confiés aux forçats que de la nourriture à donner à ceux-ci8.

  • 9 Ibid.
  • 10 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 144.

8L’hôpital des chiourmes de Brest dispose en outre de forçats servant d’infirmiers. Si leur existence apparaît déjà dans le règlement de 1749, qui, en échange de leurs soins, leur donne le droit de manger à la table commune du personnel et de dormir dans les combles de l’hôpital9, il semblerait que le port de Brest ne les destine à cet usage qu’à partir de la terrible épidémie de 1757. Leur efficacité est largement reconnue puisque de 56 en 1757, ils passent à 150 en 182010. En l’an VI, le commissaire correctionnel de Toulon fera d’ailleurs un bouillant plaidoyer pour défendre le rôle des forçats à l’hôpital :

  • 11 SHMV Mss. 7, fol. 55-57.

« Peu d’hommes libres se chargeraient du service des forçats dans les tribunaux maritimes. […] Que l’on emploie, à la bonne heure, dans les hôpitaux civils des infirmiers libres. Mais n’espérons pas en trouver qui veuillent se prêter de même au service des hôpitaux où règne plus qu’ailleurs une contagion infecte. En général, depuis la perte de ces femmes accoutumées à braver l’aspect des maux les plus hideux pour obéir aux devoirs d’un état fondé sur la piété la plus tendre et la plus désintéressée, nous sommes loin de pouvoir attendre les mêmes secours de la part d’aucune classe d’hommes. Tout infirmier libre estime sa vie au delà de son devoir au lieu que tout forçat considère un malade bien au dessus de lui. Le malheureux seul compatit naturellement aux malheureux11. »

  • 12 H. Bourde De La Rogerie, « Les voyageurs en Bretagne. Le voyage de Mignot de Montigny en Bretagne (...)
  • 13 SHMB 1 L 7, fol. 12 et sq.
  • 14 Ibidem.

9Selon le témoignage de Mignot de Montigny, les forçats sont enchaînés à leur lit12. Les officiers qui ont inspection sur l’hôpital doivent de plus veiller à ce que « les lits des malades et […] les bois des lits et couvertures soient lavés au moins tous les six mois, les matelas rebattus et la paille des paillasses renouvelée de tems en tems et [à ce] que l’on ouvre les fenêtres pour purifier l’air le plus souvent qu’il se pourra13 ». Les argousins sont chargés de veiller en temps ordinaire à la bonne fermeture des issues de la salle des malades, avec d’autant plus de soins qu’ils répondent pour caution des forçats évadés14.

  • 15 SHMB 1 E 175, fol. 327.

10Les forçats bénéficient également des soins constants et attentifs des religieuses de la Charité depuis 1768. En effet, des différends avaient éclaté entre les religieux de la Charité et la Marine au sujet du service de la police intérieure, d’où le non renouvellement du marché avec ceux-ci. Ce sont les religieuses de la Charité qui furent chargées de leur succéder car « la réputation générale dont elles jouissent, les témoignages constants de leur zèle et de leur vertu dans le service de l’hôpital de Rochefort dont elles sont chargées semblent répondre que celui de Brest ne peut être en de meilleures mains ». On leur octroie donc 36 livres par an pour l’entretien des habits15 et la fourniture des aliments, remèdes, lits et autres secours sur la période du 1er janvier 1769 jusqu’au 31 décembre 1777.

11La situation se complique en 1776 ; les religieuses se plaignent d’avoir peu de malades et beaucoup de frais. Choiseul avait en effet lancé une grande opération d’économie sur les séjours des forçats à l’hôpital du bagne en faisant soigner les galeux directement au bagne ; « mais comme il s’est trouvé plusieurs forçats dont la gale était rebelle au traitement superficiel bien ou mal observé qu’on leur faisait au bagne, il fut ordonné que dans ces cas les galeux seraient admis à l’hôpital, c’est-à-dire quand leurs maladies exigent des bains, beaucoup de remèdes, linges et autres secours dispendieux. » De même en 1772 les incurables, donc les scrofuleux et estropiés, sont soignés aux frais du roi au bagne jusqu’au moment où :

« Le temps et la négligence qui se glissent dans ce service, le défaut de linge et de propreté rendant leurs maladies plus graves en sorte que le traitement en est des plus dispendieux pour la qualité du linge qu’ils consument en charpie, par les linceuls et matelas qu’ils pourrissent à cause des abondantes suppurations qu’ils éprouvent. »

  • 16 SHMB 1 E 191, fol. 193-199.
  • 17 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la Cité, 1989, p. 191.
  • 18 SHMB 1 E 204, fol. 619.

12Enfin, depuis novembre 1775, les gonoréens ne sont plus admis à l’hôpital16. Il ne reste donc pour les religieuses que les maladies graves nécessitant des soins coûteux qu’elles ne peuvent plus compenser par des maux plus bénins. Leurs réclamations portent leurs fruits… mais pas dans le sens qu’elles espéraient puisque les sœurs de la Sagesse en 177717, puis un nommé Perruchot, entre le 1er avril 1780 et le 31 mars 1786, se trouvent chargés de l’entreprise de l’hôpital avec pour mission, pour le second, de fournir la nourriture, soit 16 onces de viande, 20 onces de pain blanc et une chopine de vin rouge de Bordeaux, de changer les lits au moins tous les quinze jours et de débourser 40 sols pour l’enterrement de tout forçat, ouvrier ou journalier18.

  • 19 A. Boulaire, loc. cit.
  • 20 Histoire de Brest, Privat, 1976, p. 159.

13La place des religieuses au sein de l’hôpital reste importante puisque les sœurs de la Sagesse recommencent à prodiguer leurs soins en 1785 jusqu’à la fin du bagne de Brest19. Reconnues d’une certaine façon d’utilité publique, les sœurs de la Sagesse en charge de l’hôpital maritime seront contraintes au port de l’habit séculier en septembre 1792 mais resteront à Brest20.

  • 21 AN Mar. B3616, fol. 190.
  • 22 AN Mar. D225, fol. 480.

14L’examen des conflits qui ont éclaté entre les entrepreneurs chargés de la fourniture des hôpitaux et la Marine nous permet d’aborder le problème du coût des soins. Il est difficile à estimer ; quelques témoignages nous renseignent sur des points précis. En 1780, par exemple, nous savons qu’il est dû à Guérin, chirurgien ordinaire de la Marine, la somme de 594 livres pour le traitement de 196 forçats guéris de la galle pendant les six derniers mois de 177421. À nouveau, le tableau des débours pour la chiourme, dressé en 1784 par le commissaire Saint-Pern-Gourel, nous donne des chiffres précis pour 1782 et 1783. En 1782, il a été dépensé 45 002 livres 10 sols et 6 deniers pour le traitement des forçats, réparties en 43 376 livres 18 sols de journées d’hôpital, 803 livres 12 sols et 6 deniers pour les 944 blessés dans les salles et 1 625 livres 12 sols et 6 deniers pour les 547 galeux soignés dans les salles. On peut y ajouter les 115 livres 4 sols de savon pour la barbe dont les barberots se servent, contribuant par le rasage à protéger les forçats du typhus, les 552 livres pour payer les enterrements des 276 forçats décédés à l’hôpital et 14 503 livres 4 sols et 9 deniers pour les rations des invalides et des scrofuleux, soit un total général de 60 172 livres, 19 sols et 3 deniers22.

15Ces sommes ne mentionnent pas non plus les frais d’entretien des salles où sont enfermés les forçats. Installés dans un premier temps à l’hôpital maritime, l’incendie de celui-ci va obliger l’intendant à trouver une autre solution.

L’hôpital

16Avant 1776, les forçats malades sont soignés au rez-de-chaussée de l’hôpital de la marine :

« Cet hôpital est composé de deux longues salles parallèles, l’une dite salle Saint-Louis contre le pied du rempart qui a 89 toises de longueur sur 23 pieds de largeur et se termine au cimetière distant du mur d’enceinte de cet hôpital de 10 toises. L’autre salle dite Saint-Jean et Saint-Jean-de-Dieu [est] du coté de la corderie haute […]. Il y a trois salles de traverse dites Saint-Nicolas, Saint-Claude et Saint-Hubert. »

  • 23 AN mar. D223, fol. 218-218v.

17Les forçats sont soignés dans les salles Saint-Nicolas, qui abritent 62 lits et 20 couchettes au milieu de la pièce, et Saint-Louis, où se trouvent 220 lits que l’on peut augmenter de 11 en serrant les lits, et de 82 couchettes au milieu de ceux-ci23.

  • 24 AN Mar. B182, fol. 119.

18Or, le 19 novembre 1776, un feu se déclare dans cet hôpital : « [il] se manifesta dans un grenier au dessus de la salle de l’hôpital de la Marine affectée aux forçats malades. Le vent était si violent que le feu fit les progrès les plus rapides ; malgré les secours les mieux entendus, l’hôpital fut consommé en moins de quatre heures. » Heureusement, « il n’est péri dans les flames (sic) que quelques forçats malades dont il n’a pas été possible de briser les chaînes24 ». Mais l’incendie risque de gagner les bagnes et corderies voisins qu’il faut évacuer avant que les forçats, terrorisés, ne se révoltent pour s’enfuir. Un Brestois nous a laissé le récit de cette évacuation :

  • 25 ADF 100 J 1666.

« 40 à 50 forçats malades ont été brûlés dans leur salle. Ceux du bagne s’énervent à l’aspect du danger et, pour les tranquilliser, on fut obligé de leur permettre de se rendre dans la cour d’où on les conduisit par bandes au château. Ces bandes étaient escortées de soldats bien armés et prenaient différents chemins pour se rendre à la citadelle ; là on fit assoir tous les forçats sur la place ; ils étaient entourés de soldats prêts à faire feu sur ceux qui auraient voulu se lever. Ils furent fort tranquilles. Comme la nuit fut très froide, un grand nombre en a tombé malades, plusieurs en sont morts. Avant de faire sortir les forçats du bagne, on avait fermé les portes de la ville25. »

  • 26 Celui-ci restera d’origine inexpliquée. Quelques journaliers de la corderie en profiteront pour es (...)
  • 27 SHMB 1 E 542, fol. 201-208.
  • 28 B. et G. Carrière, « Santé et hygiène au bagne de Brest au xixe siècle », Annales de Bretagne et d (...)

19Le feu est enfin maîtrisé26, mais il faut encore placer l’ensemble des malades qui y étaient établis pour leur donner les soins urgents. Le 2 décembre, 150 à 200 hommes sont établis dans les hôpitaux de la ville, 30 vénériens chez un entrepreneur et les 200 forçats malades dans les greniers du bagne. Ces dispositions paraissent toutefois provisoires et il faut trouver une solution avant le retour prochain de l’escadre de du Chaffault ; on risque de plus un nouvel incendie en laissant les forçats malades dans les combles. Laporte transforme alors l’ancien séminaire en hôpital et installe les forçats dans une partie de la manufacture à voile27. Ils y disposent de deux salles de plain-pied au premier étage comprenant 54 lits pour les blessés et 115 pour les fiévreux28.

  • 29 L. Delourmel, Histoire anecdotique de Brest à travers ses rues, Champion, 1923, p. 96.

20Ce n’est qu’en 1822 que le comte de Clermont-Tonnerre posera la première pierre du nouvel hôpital de la Marine, destiné à remplacer les baraques en bois, édifiées en 1778 sur l’emplacement de l’ancien hôpital29. Des salles y seront réservées aux forçats.

Le cas particulier des invalides et des convalescents

  • 30 SHMB 1 E 183, fol. 97.

21Aux premiers temps de l’installation brestoise, les forçats atteints de maladies incurables sont soignés à l’hôpital, ce qui sous-entend qu’ils sont nourris à vie à la ration des malades sans qu’on ne puisse jamais en tirer un travail quelconque, d’où une perte sèche pour le Roi. En 1772, Bourgeois de Boynes considère donc que l’hospitalisation de ces galériens constitue une dépense inutile puisqu’ils n’y sont pas guéris et que, sitôt rentrés au bagne, ils reprennent la route du dispensaire. Il est donc décidé de les maintenir au bagne avec une ration particulière composée de 24 onces de pain frais, une demi-livre de bœuf, une chopine de vin et des herbages et racines pour 6 deniers. Cette nourriture est fournie par le munitionnaire pour 10 sols, à quoi il faut ajouter les 3 deniers pour l’entretien des paillasses de vieille toile garnie de paille, soit une économie certaine par rapport aux 20 sols que coûte la ration d’hôpital30. Testanière se félicite de cette mesure en 1775 :

  • 31 SHMB 1 E 189, fol. 161-162.

« Cet arrangement-là est d’une grande économie pour le Roi puisque les 53 scrophuleux (il y en a aujourd’hui 63 qui font encore une épargne de 4 livres 17 sols 6 deniers et ensemble de 32 livres 9 deniers) qui sont au bagne ne coûtent que 27 livres 3 sols 3 derniers au lieu que s’ils étaient à l’hôpital, ils en coûteraient 53 livres. Partant, il résulte un bénéfice de 25 livres 16 sols 9 deniers par jour pour le Roi31. »

  • 32 AN Mar. DD2740, fol. 2.

22La libération des greniers du bagne par les pertuisaniers permettra de les y installer32.

  • 33 SHMB 1 E 216, fol. 127.
  • 34 P. Henwood, op. cit., p. 144.

23Quant aux invalides, il semble qu’ils aient été aussi gardés d’abord à l’hôpital. En 1783, le ministre expose à Brest l’expérience qui est en cours à Toulon, qui est de rentrer les invalides au bagne en leur donnant une ration à 11 sols 7 deniers, soit 5 sols de plus que la ration ordinaire. Castries veut étendre cette mesure à Brest et à Rochefort en créant un local particulier33. Installés dans un premier temps à Pontanézen, les invalides sont par la suite placés sur le Marengo, sous l’Empire, avant de se retrouver en 1813 dans les combles du bagne34.

24Le cas des convalescents est plus simple :

  • 35 SHMB 1 E 189, fol. 161-162.

« L’usage a toujours été de les garder à l’hôpital jusqu’à leur parfait rétablissement c’est-à-dire qu’on ne les renvoie dudit hospital qu’après les avoir gardés trois ou quatre jours à la ration pour leur faire prendre des forces et arrivés au bagne, on a l’attention de ne les envoyer à la fatigue que 10 ou 12 jours après pour ne pas les exposer à retomber malades35. »

25Les forçats, qu’ils soient installés dans l’hôpital maritime ou dans la manufacture des toiles à voile, disposent donc des mêmes soins que les matelots, même s’ils ne peuvent échapper à une surveillance sévère. Les connaissances médicales insuffisantes de l’époque, qui s’ajoutent à la faiblesse des forçats, ne permettent pas toujours de guérir les malades assistés des sœurs de la Charité.

Les morts

26En dehors des accidents du travail, dont nous avons déjà parlé, on meurt beaucoup plus de maladie que de vieillesse. Le climat pluvieux, le renfermement et la concentration humaine créent des terrains rêvés pour la propagation des virus. L’alimentation mal équilibrée fait le reste. Pour les forçats à peine arrivés, s’ajoute la fatigue du voyage.

Les causes

27Les études menées par le docteur Montgrand, dont la thèse de médecine porte sur le bagne de Brest du point de vue médical entre 1846 et 1852, permettent d’éclairer les causes de mortalité pour le xixe siècle. L’équivalent n’existe pas pour le xviiie siècle mais l’absence de changement notable dans la vie quotidienne du forçat, nourriture, habillement, travail, conditions climatiques, nous permet de supposer qu’on meurt de la même façon pendant ces deux périodes. Montgrand comptabilise donc entre 1846 et 1852 :

  • 36 P. Henwood, op. cit., p. 146.

Maladies attestées au bagne de Brest au xixe siècle36

Maladies attestées au bagne de Brest au xixe siècle36
  • 37 Tuberculose pulmonaire.

28Note 3737

  • 38 Insuffisance cardiaque s’accompagnant de poussées d’hypertension qui provoquent une hémorragie cér (...)

29Note 3838

  • 39 Maladie infectieuse de la plèvre.

30Note 3939

  • 40 Épanchement au niveau de l’abdomen, dû à une insuffisance cardiaque, à une cirrhose ou à la malnut (...)

31Note 4040

  • 41 Hydropisie généralisée.

32Note 4141

33On note surtout la prépondérance des maladies d’origine pulmonaire, phtisie, pneumonie, pleurésie, asthme, dues au travail extérieur dans un climat pour le moins humide, ainsi qu’à la conservation sur soi des vêtements mouillés après le labeur. L’apopléxie peut s’expliquer par les efforts violents que l’on demandait aux forçats de fatigue.

34À ces maladies, il faut ajouter le scorbut qui existe de façon endémique en raison d’une carence évidente en vitamine C des forçats, ainsi que de nombreuses maladies de peau. On trouve aussi des déficiences du système osseux, comme les caries ou les arthrites, et des maladies vénériennes comme la gonorrhée. Les forçats ne sont pas non plus à l’abri des épidémies comme le typhus ou au xixe siècle, le choléra. Il ne faut pas oublier non plus les accidents du travail.

  • 42 BNF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, p. 220.

35Peu, paradoxalement, cherchent à échapper à cette vie par le suicide, preuve à la fois de l’extraordinaire faculté d’espérance de l’homme et de conditions matérielles acceptables. Nous n’avons trouvé que le cas de « Jean-Baptiste Le Rouget, forçat, n° 3315, condamné à Paris par jugement du présidial le 21 février 1769 sans dire pourquoi et suivant le rôle du procureur général pour infraction de basse escroquerie et vols de chevaux en récidive, aux galères à vie, qui s’était étranglé et la tête suspendue ayant une petite corde au col ». Découvert par César Bœuf, premier argousin, et Jean-Baptiste Bal, come de la salle Saint-Antoine, le décès est constaté ce même 21 mars 1776 par le chirurgien du bagne, Guérin, et le sous commissaire chargé du détail du bagne. Ce dernier interroge alors Bal qui déclare que le candidat au suicide n’avait pas voulu se rendre ce jour-là à la fatigue et que l’argousin, chargé de faire la ronde, « ne l’avait plus vu jusqu’au moment qu’on venait de le trouver étranglé et pendu ». Les forçats René Laize, Jean Méhat et Étienne Houitte, son camarade de chaîne, confirment les dires de l’argousin42

Quantité et période

  • 43 AN Mar. D225, fol. 480.
  • 44 B. Et G. Carrière, op. cit., p. 361.

36En 1782, Saint-Pern-Gourel comptabilise, sur un total de 2 976 forçats, 276 morts dans les hôpitaux, soit 9,3 % de la chiourme ; en 1783, on ne trouve plus que 146 morts sur 2 986 forçats soit 4,9 %43. Cette différence peut s’expliquer par la fin de l’effort de guerre entre les deux années ; le travail demandé aux forçats de fatigue dans l’arsenal paraît moindre en 1783, marqué par la signature de la paix, qu’en 1782. Pour la période 1822-1837, le taux de mortalité s’avère heureusement encore plus bas : 3,07 % à Brest alors qu’il est de 5,34 % à Toulon à la même époque44.

  • 45 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, des bagnes et des prisons, Privat, 1991, (...)

37Ce taux uniforme ne doit pas nous faire oublier que les forçats ne bénéficient pas tous des mêmes chances de survie : le galérien d’origine rurale résiste beaucoup moins bien à la chiourme que celui d’origine urbaine. Ce fait a provoqué au siècle dernier la surprise du docteur Chassinat qui conclut sur les effets bénéfiques de l’air frais et iodé que prenaient les citadins à Brest. C’est sans oublier que les urbains, qu’ils soient de classe aisée on non, exercent souvent des métiers d’art ou d’artisanat qui les mènent à travailler pour leur propre compte. Ils sont aussi suffisamment lettrés pour occuper quelque poste privilégié au sein du bagne, alors que les ruraux, en majorité sans culture et sans profession, si ce n’est celle de laboureur, se retrouvent chargés des corvées les plus pénibles, qui usent donc l’organisme beaucoup plus rapidement45.

  • 46 A. Zysberg, Les galériens, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, (...)

38De plus, on peut considérer, comme à l’époque des galères, que le taux de mortalité est beaucoup plus important à l’arrivée au port. À cette époque, 6 % des galériens meurent dans les trois mois de leur arrivée, 4 % entre trois et cinq mois, 6 à 7 % entre six mois et un an. 20 % des forçats décèdent donc dans la première année de leur condamnation, 8 à 10 % dans la seconde et 5 à 6 % dans la troisième46.

39En étudiant le taux de mortalité sur le total des forçats arrivés la même année, on peut y voir une nette amélioration des chances de survie au bagne entre 1752, où 52 % des forçats quittent le bagne par décès, et la période révolutionnaire où ils ne sont que 10 à 11 %. On peut aussi y voir une gestion plus exacte des peines qui conduit à libérer les forçats à terme échu et non plus au bon vouloir du Roi et… une meilleure connaissance du bagne et de ses environs qui facilite les évasions !

  • 47 P. Henwood, op. cit., p. 149.
  • 48 C. Laurent, « Les musées de l’hôpital maritime de Brest », Cahiers de l’Iroise, 1963, n° 2, p. 87- (...)

40Quoi qu’il en soit, les corps des forçats morts ne sont pas encore libérés des contraintes du bagne ; les cadavres sont autopsiés pour la plus grande joie des élèves de l’École de chirurgie. Celle-ci, fondée à Brest en 1740 et disposant d’une mine inépuisable de sujets, fait de remarquable progrès47. Au xixe siècle, les crânes des galériens, dont les plus représentatifs sont conservés au musée de l’hôpital maritime48, font les délices des amateurs de phrénologie.

Les évasions

41Si la mort constitue l’un des moyens de quitter l’enfer du bagne, il est inutile de préciser que ce n’est pas celui qui est plébiscité le plus souvent par les forçats. Tout leur être tend vers une liberté qu’une grâce ou une libération à la fin de leur temps leur rendra peut-être. Mais pour les impatients, la seule solution consiste à forcer son destin en cherchant une manière de s’évader. Alors,

  • 49 F. Vidocq, Mémoires…, Cercle du bibliophile, 1968, p. 129.

« Tout se rapporte à cette pensée ; elle poursuit le détenu pendant ces journées que l’oisiveté rend si longues, pendant ces soirées d’hiver qu’il doit passer […] livré aux tourments de son impatience. Entrez dans quelques prisons que ce soit, vous entendrez des éclats d’une joie bruyante […] ; mais les yeux ne rient pas, ils restent fixes, hagards : cette gaité de convention est toute factice dans ses élans désordonnés, comme ceux du chacal qui bondit dans sa cage pour en briser les barreaux49 »,

nous confie Vidocq, le spécialiste de l’évasion. Nous allons voir que si les fuites des forçats se succèdent à une fréquence qui laisse bien mal augurer de la perfection de la surveillance, la majorité d’entre elles, malgré la préparation qu’on a pu y consacrer, se soldent par des échecs.

La préparation

42On pourrait imaginer qu’il existe deux façons de s’évader, la première, après avoir mûrement réfléchi et réglé les moindres détails, la seconde, en profitant d’un instant de distraction et de relâchement de la part du personnel de surveillance. Mais cette seconde solution semble peu courue car partir ainsi à l’aventure, sans déguisement, ni plan, accroît les risques de se faire attraper avant d’avoir pu respirer l’air de la liberté… Une préparation sans faille reste souvent le secret d’une évasion réussie et nécessite complices et matériel.

Les complicités internes

43Les complices se recrutent le plus souvent dans l’enceinte même du port. On peut les diviser en trois groupes :

44Les autres forçats :

45On n’oublie pas que l’accouplement, qui unit nuit et jour, deux galériens a avant tout pour but de prévenir les évasions en créant des divergences d’intérêt entre les deux hommes, l’un condamné à temps qui a tout bénéfice à attendre sagement sa libération et l’autre, à vie, qui n’a plus rien à perdre.

  • 50 SHMB 1 E 168, fol. 107.

46Tous les moyens semblent bons pour convaincre ce compagnon plus fortuné de tenter l’aventure, argent, complicité réelle, talents de persuasion et, bien sûr, violence. Ce dernier argument de poids peut, s’il est prouvé, fournir au forçat ainsi convaincu des circonstances atténuantes en cas de reprise. C’est le cas de Jacques Moreau dont il fut avéré qu’il n’avait fui que poussé par son camarade de couple. Considérant à la fois la contrainte exercée sur ce forçat et le motif de sa condamnation initiale, le faux saunage, le roi acceptera qu’il soit déchargé de peine et qu’il soit porté sur le rôle de libération des forçats quand son temps sera achevé50. Sans doute Moreau en fut-il quitte pour la bastonnade ou pour un temps de double chaîne.

  • 51 SHMB 1 L 9, fol. 6 et sq.

47À suivre son compagnon de malheur, le galérien risque en effet très gros, en l’occurrence la perpétuité puisque « tout forçat qui sera repris après s’être voulu évader sera condamné aux galères perpétuelles s’il est condamné à temps ; et en cas qu’il le soit à perpétuité, il aura des oreilles coupées » selon le règlement du 14 avril 170051.

  • 52 BNF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 213.

48C’est la mésaventure qui arrive à Thomas Robert, au matricule n° 14144, âgé d’environ 40 ans. Au mois de novembre 1771, « contraint par les menaces et les voyes de fait de son camarade envers lui (et d’un soldat commis à leur garde gagné par celui-ci) de s’éloigner des travaux, il suivit son camarade à travers champs et parvient ainsi chez ses parents en la paroisse de Montenay près Laval ». Robert fut reconnu comme forçat évadé un jour qu’il se rendait dans cette dernière ville. Transféré à Brest, il voit sa condamnation de six ans de galères transformée en une peine de perpétuité et « tous ses biens meubles et immeubles acquis moins la somme de 200 livres d’amende52 ».

  • 53 On peut sans doute ranger au rang de ces compagnons discrets un forçat qui, employé avec l’évadé à (...)
  • 54 Le règlement du 14 avril 1700 prévoit la bastonnade pour tout forçat surpris à limer sa chaîne pui (...)

49La complicité du camarade de chaîne peut se réduire à fermer les yeux au bon moment. Le coupable risque alors une punition corporelle immédiate53, mais il évite de se voir condamner pour une plus longue peine et de passer pour un délateur auprès du reste de la chiourme54 !

  • 55 C’est vraiment en toute connaissance de cause de ce bouche à oreille des bonnes adresses que Blute (...)

50Le compagnon d’accouplement n’est pas le seul forçat à apporter sa complicité. S’il faut rester discret dans ses intentions, les bons plans s’échangent, ainsi que les adresses de personnes susceptibles de fournir un accueil silencieux55.

  • 56 SHMB 1 E 224, fol. 701.

51Les forçats perruquiers peuvent fournir quelques-unes de leurs œuvres pour cacher la « boule » nue des galériens. Il existe en outre un trafic de faux papiers de libération, qui n’est pas sans risque. Jean-Pierre Buffet, convaincu de fabrication de faux congés militaires, certificats de services et soupçon de fabrication de timbres est pendu en 1786. Jacques Gillot, François Masson et Jean-Baptiste François d’Aymée, repris en possession de ces pièces, sont condamnés à perpétuité avec obligation d’assister au supplice de Buffet. Un an de double chaîne est infligé en plus aux deux premiers56

52Les pertuisaniers :

  • 57 SHMB 1 E 216, fol. 389.

53D’autres complices en puissance se recrutent parmi les pertuisaniers. Nous avons trouvé de nombreux cas de ces gardes qui désertent en compagnie de leurs prisonniers. Ils participent également contre espèces sonnantes et trébuchantes à la confection du trousseau civil du condamné, comme celui-là, qui fut envoyé aux galères pendant trois ans pour avoir procuré les hardes de son uniforme au forçat Rabusse57.

54Les autres :

  • 58 Encore dans ce cas peut-on hésiter entre naïveté et complicité. SHMB 1 E 149, fol. 51.

55Enfin, toujours dans le port, les galériens peuvent parfois compter sur les ouvriers de l’arsenal, qu’ils côtoient à longueur de journée de travail. Ces derniers fournissent également des vivres, des renseignements, des habits pour la fuite mais surtout des outils pour se déferrer : une information judiciaire sera ainsi menée contre un menuisier qui a prêté une lime à des forçats « sous prétexte d’affilier leur scie58 ».

  • 59 AN Mar. BB250, fol. 168.

56Plus rarement, les forçats trouvent appui auprès du chirurgien de la Marine… Mais l’affaire exposée relève de motivations plus politiques que de droit commun. Le ministre de la police générale transmet ainsi en l’an VIII une note de l’un de ses agents à Cafarelli, alors préfet maritime. Il semblerait qu’un dénommé Pourcel, chirurgien de marine sur un vaisseau à trois ponts alors en rade de Brest, « s’occupe à faire évader du bagne des chouans et autres ». Nous n’avons trouvé aucun autre écho à cette sombre histoire, qui se double d’espionnage, puisque l’homme aurait envoyé en Angleterre des renseignements sur le nombre et la force des bâtiments armés alors à Brest59

Les complicités externes

  • 60 B. Pech, Les débuts du bagne de Toulon 1748-1789, mém. de maîtrise, 1974, p. 182.

57Les complicités externes sont non moins importantes pour réussir les évasions. Là aussi, les forçats peuvent compter sur d’anciens compagnons légalement libérés et dûment munis de congés en règle, qui font parvenir ces papiers à leurs anciens compagnons d’infortune. Mais cette aide reste limitée, d’abord du fait de l’interdiction faite aux forçats libérés de résider à la proximité du bagne, et ensuite du fait qu’eux-mêmes, en cas de perte, sont passibles de deux ans de chaîne60. Leur aide se limite alors souvent à faire passer des renseignements.

  • 61 SHMB 1 E 199, fol. 367.

58Le rôle des familles peut apparaître tout aussi limité, du fait d’une certaine honte à assister ces rebuts de la société et surtout de l’interdiction qui est faite aux femmes de galériens de résider en ville. Cependant, on peut rencontrer quelques cas qui font augurer le non-respect de cette mesure. En 1778, par exemple, Jacques Henry Le Texier et Jean-Baptiste Poitra bénéficient de l’aide du beau-frère de l’un des deux hommes, Navarre, domestique du capitaine John, Bostonien, qui leur fournit hardes et faux passeports. Le coupable restera six mois en prison à Brest avant d’en être banni61

  • 62 BNF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 211 et sq.
  • 63 SHMB 1 E 537, fol. 24.
  • 64 BNF Mss., op. cit. Cette anecdote met en valeur la difficulté pour les forçats qui ont réussi à se (...)

59Plus compromettante est la complicité qui lie le forçat Aubin Tesnières et sa mère Anne Follet. Le 16 septembre 1767, Gaspard, sous-commissaire chargé du détail du bagne, constate « la saisie faite par Benoist Cuzen, come, à la rentrée de la fatigue sur led. André Le Roux d’un petit sac de toile qui renfermait une mauvaise veste de toile grise et un mauvais chapeau enveloppé d’environ une livre de coton à filer62 ». Après interrogatoire, il apparaît que le forçat avait acheté auprès de Tesnières ce parfait équipement du petit évadé, lequel Tesnières avait chargé sa mère de ces achats contre la somme de six livres à partager entre nos deux trafiquants. La mère nie évidemment avoir fait passer autre chose que du coton. Clugny conclut qu’il convient de « faire faire les recherches les plus exactes pour découvrir s’il n’y aurait pas à Brest quelqu’autre femme dont les fils et les maris seraient aux galères afin de les faire mettre hors de la ville ainsi qu’il a toujours été pratiqué jusqu’à présent par une simple loi de police63 ». Suite au procès instruit sur la plainte de Kerniezu, sous-commissaire chargé du contrôle du port, à la requête de Jacques Yves Le Coat, sieur de Saint-Haouen, procureur du Roi de la Prévôté de Marine, Anne Follet fut reconnue coupable. Le 13 octobre 1767, la mère du forçat fut « fustigé [e] de verges dans tous les carrefours de Brest et de Recouvrance ayant devant elle un carton portant ces mots : “fournisseur de hardes aux forçats pour s’évader” et marquée d’une fleur de lys à l’épaule droite à la place publique. » Bannie en outre à perpétuité à dix lieues à la ronde des ports français, elle doit quitter Brest64.

  • 65 SHMB 1 E 569, fol. 28-30.

60C’est sans conteste pour éviter d’avoir à en arriver à de telles extrémités qu’Alain Jaenne, François Perrot, Jean Kervol et François Kerberennez furent transférés à Rochefort, ce qui permettait d’éviter les contacts avec leur famille65.

  • 66 Qu’il soit externe ou interne, le complice risque beaucoup à aider un forçat candidat à l’évasion. (...)

61Pour le forçat, qui, par des complicités externes ou internes66, a réussi à se procurer vêtements civils, faux papiers et adresse d’accueil, la longue préparation du départ n’est pas achevée. Il lui faut encore procéder à son déferrement.

Le déferrement

  • 67 B. Pech, op. cit., p. 189.

62Pour cette opération, on peut procéder de deux façons. La première consiste à scier un maillon et tenter de l’ouvrir avec sa force musculaire. Cette méthode sous entend que le galérien garde sa manille à la cheville, ce qui le rend facilement identifiable. Une autre technique, la plus éprouvée, consiste à « substituer un axe creux et une clavette amovible à l’axe massif et la clavette rivée de la manille67 », soit en travaillant la tête de fer en forme de vis, soit en divisant la clavette en deux pièces dont la jonction est faite dans l’épaisseur du fer.

  • 68 P. Henwood, op. cit., p. 158.

63Quelle que soit la méthode utilisée par le candidat à l’évasion, elle nécessite du fer de rechange, que l’on obtient souvent par larcin dans le port ou auprès des chaloupiers, forçats forgerons chargés des fers du bagne. Si le cas d’un prêt d’une lime par un ouvrier du port a déjà été évoqué, on peut penser que les forçats disposaient aussi de leur propre matériel. Nous n’avons pas trouvé trace de la « planque » ou « bastringue » attestée au xixe siècle, qui consiste en un étui cylindrique de petite dimension que le forçat cache dans son rectum et dans lequel il enferme scie, lime microscopique, et parfois un peu d’argent68, mais nous pouvons envisager son existence au xviiie siècle.

64Le forçat, de toute façon, a tout intérêt à se débarrasser au plus vite de sa chaîne car l’allure du galérien tend rapidement à une certaine forme de claudication résultant de l’habitude de « tirer » la jambe porteuse du poids de la chaîne.

Les évasions

Étude quantitative

65Les registres d’évasions ont disparu à Brest, ce qui empêche de produire pour le bagne de cette ville l’équivalent des travaux de Bernadette Pech sur Toulon, à partir de ce genre de documents.

66À nouveau, c’est la correspondance qui a fourni les chiffres des évasions. La période 1788-1793 s’est révélée assez complète par le système de déclaration tous les quinze jours du nombre de fuyards par l’intendant ou par son successeur : il ne nous en manque souvent qu’une à deux par an, ce qui donne des chiffres assez fiables. Les périodes antérieures se sont trouvées assez irrégulières et difficilement vérifiables. Nous préférons donc les laisser de côté. Quant à la période an II-an III, elle est marquée par une certaine irrégularité de la source.

  • 69 A. Zysberg, « Naissance du bagne », Histoire des galères, du bagne et des prisons, Privat, 1991, p (...)

67On préfèrera donc pour la période antérieure à 1788 se référer aux observations de B. Pech sur le bagne de Toulon. On y constate une augmentation brusque des évasions au cours des années 1775-1780 pour culminer en 1778 avec quelque 500 tentatives69, cette montée en flèche résultant de l’utilisation croissante de la main d’œuvre pénale dans le port pendant la guerre d’Amérique. Ce phénomène doit donc être valable pour Brest, de par sa position stratégique, encore plus marquée par ce conflit que Toulon.

Évolution des évasions et des reprises en nombre d’hommes entre 1788 et l’an VII

Évolution des évasions et des reprises en nombre d’hommes entre 1788 et l’an VII

68Le nombre important des tentatives d’évasion doit tout d’abord être noté. Il concerne entre 93 et 281 hommes et représente chaque année 5 à 10 % de la population pénale. Le taux de reprise apparaît globalement régulier par rapport au nombre de forçats qui s’échappent ; selon ce graphique, le retour au bagne solde entre le tiers et la moitié de ces fuites. Mais on doit apporter deux restrictions à cette estimation. Tout d’abord, il ne faut pas oublier que ce chiffre de reprise correspond à une capture du forçat immédiate ou au moins dans l’année. De plus, si les déclarations d’évasions forment une série quasi complète sur la période proposée, ce n’est pas le cas des pièces de reprise. Seuls, les chiffres proposés pour l’an VII sont un récapitulatif annuel donné tel quel dans la correspondance : on voit là que moins d’un quart des évasions réussissent, chiffre qu’il faut sans doute étendre de façon générale. L’augmentation massive du nombre d’évasions et donc de reprises entre 1789 et 1790 constitue le troisième aspect. Les chiffres de la période révolutionnaire restent globalement beaucoup plus hauts. Cette figure met donc bien en évidence la désorganisation de cette période de changement, pendant laquelle les mutineries des pertuisaniers se sont multipliées, avant que Jeanbon Saint-André ne fasse la réforme de ce corps en l’an II. Cette augmentation du nombre d’évasions, particulièrement remarquable pour 1790-1793, est d’autant plus impressionnante que parallèlement, comme nous l’avons constaté, le chiffre total de la chiourme diminue.

69Afin de comparer l’importance quantitative des évasions par rapport aux autres modes de sortie du bagne, nous produisons ici le tableau dressé par M. Le Roux. Les chiffres représentent le pourcentage de départ des forçats entrés sur une même année.

  • 70 Tiré de A. Le Roux, Le bagne de Brest sous la Révolution 1789-an III, mémoire de maîtrise 1978.

Mode de sortie du bagne par année d’entrée du forçat, exprimé en pourcentage70

Mode de sortie du bagne par année d’entrée du forçat, exprimé en pourcentage70

70Là aussi, nous constatons l’augmentation des évasions pendant la période révolutionnaire. En effet, les tranches 1792 et, surtout, 1793 sont marquées par un fort pourcentage de ce mode de sortie. En 1793, on constate même que pour un forçat profitant d’une libération légale, deux s’enfuient… Ce phénomène se retrouve en l’an III. L’importance des évasions par rapport aux libérations ou aux décès confirme donc la restriction faite sur le chiffre total des fuites présenté ci-dessus pour la période entre l’an II et l’an VII. Celui-ci avait semblé faible ; il faut sans doute le considérer comme proche de celui de 1792.

  • 71 SHMB 1 E 240, fol. 119.

71En 1791, Fleurieu explique la recrudescence des évasions par « l’esprit d’insubordination qui règne dans la compagnie des pertuisaniers » et insiste sur l’importance de régénérer cette troupe71. Plus précis, le préposé en chef du bagne Turpin présente dans un rapport à l’agent maritime les raisons qui expliquent cette recrudescence :

  • 72 ADF 8 L 110.

« Les grands mouvements du port que la guerre occasionne, la nécessité de diviser les forçats destinés à la fatigue des travaux, les chaînes brisées qu’on est obligé de donner pour accélérer les travaux dans quantité d’ateliers, la facilité avec laquelle les forçats se procurent des déguisements soit de leurs parents ou autres connaissances, ouvriers du port, matelots, soldats et autres refluants à Brest […], l’avantage de la saison actuelle à l’abri des feuillages et à la faveur de la verdure […], le défaut d’organisation de la compagnie des gardes chiourmes72. »

72Cet exposé montre la parfaite connaissance du monde des chiourmes par le préposé en chef du bagne. Il met particulièrement en valeur l’importance que revêt le travail pour un forçat qui songe à fuir, car ce n’est qu’à l’occasion de son labeur qu’il profite de moments d’inattention de ceux qui le gardent ou d’assistance de la part des ouvriers qu’il côtoie.

73La véracité des informations de Tulpin mérite d’être vérifiée. Le graphique suivant précise donc le nombre d’évasions par saison sur la période 1788-1793.

Évolution saisonnière des évasions entre 1788 et 1793

Évolution saisonnière des évasions entre 1788 et 1793

74Effectivement, nous constatons la nette prépondérance de la période chaude, qui semble être le moment choisi en priorité par les forçats pour prendre la clé des champs. On note d’ailleurs un écart très régulier d’une trentaine d’hommes en 1791 et 1793. Cette différence n’apparaît cependant pas aussi importante que semblent le faire croire les intendants aux ministres : moins de 20 hommes de différence en 1790 ! Mais, cette année semble exceptionnelle, de même que 1788, marquée aussi par une quasi égalité des quatre trimestres de l’année et surtout un plus fort taux d’évasions pendant la période froide. Redon s’en félicite d’ailleurs :

  • 73 SHMB 1 E 569, fol. 19.

« On ne peut attribuer qu’à la plus exacte surveillance des pertuisaniers le petit nombre d’évasions actuelles en comparaison que celles que les forçats se permettaient dans les mois d’été des années précédentes et surtout aux approches de la moisson où ils trouvent l’espérance et la facilité de se cacher dans la hauteur des bleds. Souvent ces évasions se montaient à 70 et 80 dans ce mois des années précédentes73… »

  • 74 SHMB 1 E 569, fol. 75.

75La hauteur des blés sera à nouveau invoquée pour expliquer au contraire la forte proportion d’évasion en 1790, alors que cette année n’est pas particulière caractérisée par une évasion estivale74.

76En définitive, si la saison entre en ligne de compte, elle ne semble pas un élément particulièrement prépondérant, l’évasion restant avant tout le fruit de l’occasion.

77On ne fuit pas non plus de n’importe quel endroit de l’arsenal. On note la très nette majorité des évasions lors des travaux du port et lors de tâches de plein air : constructions ou bassins neufs. Le fort taux de tentatives à partir des vaisseaux laisse entendre une tacite complicité des ouvriers qui travaillent au coude à coude avec les galériens. Au contraire, on ne s’évade pas ou peu des ateliers fermés et surtout du bagne : seulement un évadé s’y est risqué.

  • 75 SHMB 1 E 569, fol. 26.

78Pendant le xviiie siècle, nous avons pourtant rencontré plusieurs cas d’évasions spectaculaires à partir du bâtiment. Ainsi, en 1788, « un complot entre les condamnés à la double chaîne » aboutit à l’évasion de 16 hommes dont 6 sont repris rapidement ; les détenus avaient pour ce faire scié un des barreaux de la fenêtre de leur salle, en disposant plusieurs d’entre eux de façon à cacher leur activité75.

  • 76 SHMB 1 E 569, fol. 328-329.

79En l’an VI, trois forçats s’évadent de la salle la « Fermeté » du bagne, après avoir limé un maillon de la chaîne qui les retenait au taulas, en profitant de la quasi inoccupation de la salle du fait de la faiblesse des chiourmes et des réparations qu’on y faisait. Les trois compères entassent bancs et taulas dans le fond de la salle, forcent le plafond et gagnent le grenier supérieur du pavillon nord, au-dessus du logement des sous-officiers de la troupe. Ayant fait là un trou dans la toiture, ils descendent dans la rue avec un filet et des cordages76.

  • 77 AN Mar. B3719.

80Enfin, dernier exemple et certainement le moins ragoûtant, en 1782, 14 forçats s’évadent en passant par le conduit des latrines du bagne qui communique avec la manufacture des voiles. Sept d’entre eux y sont arrêtés77.

81Mais ne nous trompons pas. Si ces évasions ont droit à un récit détaillé dans la correspondance, c’est bien en raison de leur caractère exceptionnel. Même si le bagne n’est pas un bâtiment inviolable, s’en évader demande cependant des trésors d’ingéniosité. Il vaut beaucoup mieux se faire la belle par le port.

Quelques exemples

  • 78 SHMB 1 E 144, fol. 41-43.
  • 79 SHMB 1 E 144, fol. 45-47.

82La première évasion semble s’être déroulée dans la nuit du 30 au 31 juillet 1749, quand cinq forçats infirmiers s’évadent de la salle Saint-Louis de l’hôpital par « un trou qu’ils ont fait à travers le mur, lesquels au moyen d’une corde, ont descendu par un rempart ». Deux se cassent une jambe dans cette étape et deux autres seront repris par les soldats garde-côtes le lendemain, ce qui vaudra à ces derniers une gratification de 60 livres. Cette première évasion touchera surtout le quotidien des forçats infirmiers, puisque Rouillé approuve la décision de Hocquart « qu’on ne se serve plus pendant la nuit seulement de forçats infirmiers et que ce service-là soit rempli pendant ce tems par quatre infirmiers de l’hôpital des équipages, lesquels gens de liberté en servant les malades pourront encore aider les gardiens à veiller les actions des forçats78 ». Également, la reprise des deux forçats évadés sera l’occasion d’un véritable tumulte de sympathie en ville, qui nécessite l’intervention des officiers de la sénéchaussée. Le besoin de juger, tant les forçats évadés que les Brestois, qui, par leur agitation, pouvaient être accusés de favoriser la fuite des condamnés, décider le secrétaire d’État à envoyer à Hocquart un arrêt d’attribution sur ce point79.

  • 80 SHMB 1 E 568, fol. 183.

83En 1762, des forçats s’emparent d’une chaloupe occupée par des pertuisaniers. L’embarcation remorquait un chaland chargé de boulets à transporter au fer à cheval. Les pertuisaniers sont surpris : « ils devaient avoir autant moins de sujet de se défier de leur dessein que l’on était à portée d’un corps de garde toujours prêt, ou qui doit l’être, à prêter main forte. » Or ce dernier ne le fit pas et quand un détachement de troupes arrive sur les lieux avec trois argousins et des pertuisaniers, les forçats ont déjà pris les devants : « il est naturel de penser que l’amour de la liberté et la crainte d’être repris une fois à terre de l’autre côté de la rade leur firent faire du chemin et dans le cas que la lassitude les en empêche, il leur était également facile de se cacher dans les bleds ou dans les bois taillis ou les genêts. » L’intendant se refuse à soupçonner de complicité les argousins qui se retrouvent à payer 24 amendes mais il ne s’étonne pas de cette évasion massive vue la disette des pertuisaniers. De plus, selon lui, l’accouplement ne donne plus de si bons résultats depuis que le secrétaire « estime d’un plus grand bien de ne point remettre dans la société la plus-part de ceux qui auraient été ci-devant dans le cas d’obtenir leur liberté80 ».

  • 81 SHMB 1 E 164, fol. 253.

84En mars 1763, ce sont 26 forçats qui s’évadent de l’hôpital ; cette fuite est due à une « négligence blâmable » de la sentinelle, de l’argousin et des pertuisaniers que l’on met en prison. Il est désormais précisé aux religieux de la Charité qu’on ne leur fournira plus de servants s’ils ne les enchaînent pas pour la nuit81.

  • 82 SHMB 1 E 568, fol. 253.

85Enfin, en août 1764, le port de Brest assiste au « coup le plus hardi que ces forçats aient pu entreprendre à la vue et pour aussi dire sous le feu d’un corps de garde ». Le patron d’une chaloupe, avec à son bord 40 forçats, s’absenta pour se rendre à bord du Brillant. Inutile de dire que les condamnés profitèrent de l’occasion pour prendre la poudre d’escampette, non sans faire au passage quelques violences aux pertuisaniers chargés de les contenir82.

  • 83 AN Mar. A199, pièce 44.

86Suite à ce nouvel exploit, assez mal perçu, et on le comprend, par le port et Versailles, le Roi promulgue en ordonnance quelques-unes des mesures proposées par Hocquart. Les deux premiers articles sont d’ailleurs la réponse administrative à cette provocation puisqu’ils insistent sur la conduite aux ateliers des forçats destinés pour la fatigue par les bas officiers, qui doivent les suivre sur les chaloupes et « dans le cas où le capitaine de port détacherait dans des chaloupes un certain nombre de forçats qui, faute de bas officiers des galères, ne pourraient être accompagnés […] il sera établi un officier marinier sur l’exactitude duquel on pourra compter pour tenir lieu de come ou de sous-come83 ».

87Il serait inutile de poursuivre cette énumération, chaque évasion constituant une occasion unique de tromper le dispositif de surveillance. Par contre, il faut nous intéresser à la véritable chasse à l’homme qui se met en place à l’annonce de l’évasion d’un forçat et les conséquences administratives qu’elle implique.

Les conséquences de l’évasion

88Toute évasion entraîne une réaction immédiate de la part du port ; commence alors une chasse à l’homme à laquelle participent les argousins comme certains particuliers…

La chasse à l’homme

89Les argousins :

  • 84 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

90Après que les argousins aient constaté l’évasion et effectué les perquisitions nécessaires, ils en avertissent le commissaire et l’écrivain qui font part de l’événement à l’intendant84.

  • 85 SHMB 1 L 7, fol. 38v.
  • 86 Encore faut-il signaler que le roi a déjà réduit cette amende initialement de 400 livres à 200 le (...)
  • 87 SHMB 1 E 144, fol. 77.
  • 88 SHMB 1 E 144, fol. 83.

91Dans un premier temps, c’est un détachement constitué d’argousins et de sous-argousins qui mène la poursuite : la reprise immédiate leur permet d’éviter le payement de l’amende de 200 livres qu’ils doivent débourser collectivement85. Par contre, si c’est un soldat ou un particulier qui ramène l’évadé, c’est sur la solde des argousins qu’est prélevée la récompense. Mais, en raison de la fréquence des fuites des forçats, le pécule amassé par les argousins est vite entamé. Ils multiplient donc les demandes auprès du roi pour en être dispensés. Ainsi, Rouillé transmet-il à Hocquart la décision royale de dispenser les argousins des 200 livres86 encourues pour la fuite des forçats les 30 juillet et 26 septembre 1749, tout en faisant remarquer que « cette grâce qui leur a été accordée dans ce commencement d’établissement à Brest ne saurait tirer à conséquence pour l’avenir ». Grâce à la clémence royale, il ne reste donc à payer que 361 livres 3 sols pour « les frais qui ont été faits pour la capture et conduite des trois autres forçats évadés qui ont été repris87 ». Par contre, les amendes à verser pour les évasions des 24 octobre et 5 novembre sont maintenues, de même que celle de 15 livres imposée à Antoine Audry, sous argousin, pour avoir bu avec l’un des forçats évadés de l’hôpital88.

92Les particuliers :

  • 89 SHMB 1 L 7, fol. 24.
  • 90 AN Mar. A199, pièce 44.
  • 91 SHMV DD515, fol. 28-30.

93Il est en effet prescrit depuis l’ordonnance du 7 mai 1692 que soit distribuée aux personnes qui raccompagnent au bagne un forçat en rupture de ban la somme de 30 livres89 ; cette pratique reste en vigueur à Brest, avec une augmentation de cette somme à 60 livres attestée en 176490. La Révolution la raffine puisque en l’an V, la récompense passe à 30 F en numéraire pour une capture hors les murs, 15 F dans la ville et 6 F dans le port91.

94Tous sont prévenus par le son du canon qui déchire le ciel de Brest à chaque évasion, si fréquent qu’on a pu le qualifier de « tonnerre de Brest ». Il est établi sur proposition de Hocquart et de Roquefeuil en 1764 :

  • 92 AN Mar. A1 99, pièce 44.

« Il sera placé sur le rempart de Brest du côté du Valon qui avoisine le bagne un canon de 24 dont il sera tiré deux coups à peu de distance l’un de l’autre au moment de l’évasion d’un jusque à quatre forçats et trois coups pour un plus grand nombre d’évadés afin que les habitants voisins avertis par ces coups de canon puissent aller à la poursuite desdits forçats, les arrêter et ramener au bagne92. »

  • 93 SMHV DD515, fol. 28-30.

95Il semblerait que ces coups de canon aient été supprimés puis rétablis en l’an V, en raison des « plaintes fondées […] des ministres de l’Intérieur et de la Police générale sur les désordres auxquels donnent lieu les fréquentes évasions des forçats93 ».

  • 94 F. Vidocq, op. cit., p. 267.
  • 95 « Variétés. Un Landivisien assassiné par deux forçats évadés en 1784 », Cahiers de l’Iroise, p. 16 (...)

96Vidocq garde d’ailleurs un souvenir assez fort des paysans bretons qui entouraient Brest : « je vis en effet beaucoup de gens armés de fusils ou de faux courir la campagne, battant soigneusement le buisson et jusqu’aux moindres touffes de genêt. Quelques laboureurs paraissent même devoir emporter des armes par précaution, car j’en vis plusieurs quitter leur attelage avec un fusil qu’ils tiraient d’un sillon94. » L’ancien forçat insiste d’ailleurs sur la rapacité de ces paysans qu’il présente un peu comme de sombres brutes prêtes à vendre père et mère, et à plus forte raison un forçat, pour quelques livres. S’il est évident que l’appât du gain les pousse à tenter cette capture, il faut également envisager que les galériens sont source de désordres, vols ou pire, et qu’il y a également une part d’autodéfense de leur part. Certains ont peut-être en tête l’histoire de Pierre Gueguen, de Kerroux en Landivisiau, qui tenta d’intercepter deux évadés. L’un de ceux-ci lui plongea un coup de couteau dans la poitrine, le tuant net ce 15 mars 178495.

  • 96 SHMB 1 E 256, fol. 237.

97La situation se complique sous la Révolution avec les liens que nouent certains forçats évadés et les chouans. Ainsi, Guermeur et Guezno, représentants du peuple auprès des armées des côtes de Brest et de Cherbourg, se plaignent en l’an III que « des forçats qui s’évadent en grand nombre de Brest se réunissent aux brigands répandus dans ces contrées et qu’on présume de voir principalement attribuer à ces brigands auxiliaires des vols et assassinats qui désolent ces départements » et s’étonnent de la facilité d’évasion des galériens96. Après avoir lui aussi déploré la formation de groupes de forçats et de vagabonds qui se rangent « sous le drapeau du Royalisme bien digne, sans doute, d’avoir de pareils défenseurs », Truguet compose un tableau dramatique de la situation :

  • 97 SHMB 1 E 261, fol. 887-889.

« Le cultivateur […] effrayé de la facilité avec laquelle ils s’échappent des fers aime mieux laisser dépouiller ses voisins après lui que de témoigner contre ces monstres, craignant de voir se réaliser les menaces qu’ils font journellement d’incendier ou d’égorger leur dénonciateur97. »

  • 98 SHMB 1 E 569, fol. 278.

98En l’an V, le commissaire du directoire exécutif va plus loin encore et accuse « la troupe connue sous le nom d’armée de France [de] se répand [re] dans le port et favorise [r] l’évasion de ceux qu’ils ont été à porter de connaître98 ».

  • 99 Cité par P. Henwood, op. cit., p. 164.

99Républicains ou royalistes, les forçats s’avèrent avant tout ennemis de l’ordre, ce qui explique la réaction des laboureurs que décrit Vidocq. Par contre, les gitans dont parle Alhoy99, installés aux alentours du bagne et spécialisés dans la capture des galériens, semblent beaucoup moins susceptibles d’excuses. Aucune trace n’a pu en être relevée sur la période 1749-1800.

100La maréchaussée et la gendarmerie :

  • 100 En 1783, M. de Caradeuc, procureur général du parlement de Rennes, informe le ministre que plusieu (...)
  • 101 AN Mar. D225, fol. 480.
  • 102 AN Mar. B3616, fol. 192v.

101Prévenus par le canon ou par leurs curés100, les paysans ne suffisent pas toujours à assurer la reprise des forçats. Le dernier secours reste la maréchaussée, prévenue par les signalements envoyés depuis Paris et Brest. Mais le règlement financier se complique alors, car en plus des récompenses, il faut ajouter les frais de conduite au bagne. Ils se montent à 10 572 livres 14 sols et 9 deniers en 1782 et l’année suivante à 15 123 livres 18 sols et 4 deniers101. Par exemple, les cavaliers de la maréchaussée de Quimper Louis Praud et Jacques Arnoult perçoivent 212 livres pour perquisition, capture et conduite du forçat Cabon. La somme s’élève à 243 livres 10 sols pour les cavaliers de la maréchaussée de Lamballe102.

  • 103 SHMB 1 E 569, fol. 62-64.

102Chaque capture de leur part donne lieu à un interrogatoire du forçat repris. La pièce est transmise au ministre pour reconnaissance du fuyard et pour constatation de la capture. Le galérien dûment identifié est ensuite conduit au bagne le plus proche, suivant l’exemple du forçat Volard. Condamné à perpétuité le 28 octobre 1768 par le parlement de Rouen, il s’évade des travaux du port de Brest le 11 juin 1779. Il est arrêté le 26 décembre 1781 et transféré à la prison d’Orbec. Il y est interrogé par la maréchaussée de Falaise à laquelle il affirme avoir purgé sa peine. Après vérification sur les registres de Versailles, il est envoyé à Toulon le 7 septembre 1783 où Malouet ne trouve pas le signalement correspondant. La procédure par recollement et confrontation demasquera sa véritable identité103.

103Toute reconnaissance de forçat évadé passe donc par l’envoi à Versailles du compte-rendu d’interrogatoire de la maréchaussée. Celui-ci ne constitue qu’une part infime de la paperasserie auquel donne lieu toute fuite.

Les conséquences administratives

104Les formalités :

105Parallèlement à la recherche immédiate du forçat, le port dresse le procès-verbal d’évasion accompagné du signalement. Celui-ci est envoyé au secrétaire d’État à la Marine et plus précisément au Bureau de la matricule générale. En cas de reprise du forçat, un nouveau numéro lui sera attribué et un procès-verbal de reprise sera composé par le bureau des chiourmes de Brest. Cet organisme, dépendant du commissaire des chiourmes, dresse aussi des certificats d’évasion, dont on garde copie, pour faire payer aux argousins l’amende qu’ils encourent.

106De même, le bureau du bagne tient un registre des procès-verbaux de reprise et d’évasion des forçats et des Turcs.

107Toutes ces pièces serviront lors du procès fait au forçat évadé.

108Le procès :

109Les procès sont menés devant le tribunal de l’amirauté, dont les archives ont disparu. On ne peut donc se référer qu’à la correspondance qui montre les jugements rendus par l’intendant.

110Les tentatives d’évasion sont sanctionnées le plus souvent par la bastonnade, ce qui est conforme au règlement. Nous avons rencontré six cas dont un puni de 60 coups et l’autre de 50.

  • 104 SHMB 1 E 569, fol. 28-30.
  • 105 SHMB 1 E 231, fol. 269.

111Les condamnés à vie sont punis, selon les ordonnances, de la perpétuité ; nous en avons trouvé 71 cas dans la correspondance dont deux assortis de la double chaîne. Sous la Révolution, la peine est considérablement adoucie, puisque réduite à trois ans de fers supplémentaires, ce qui explique pour une grande part les 13 cas de forçats soumis à ce châtiment. À ces sanctions, en accord avec les textes, il faut noter la relative indulgence des juges dans certains cas, qui prennent parfois en compte des motifs de condamnation initiale : ainsi, les militaires sont souvent contraints d’effectuer le double de leur temps104, de même que l’on note plusieurs forçats, condamnés pour un autre motif que le vol, n’être astreints qu’à un supplément de 6 ans105.

112Quant aux condamnés à vie qui s’évadent, la peine énoncée contre eux par le Mémoire en forme de règlement est l’essorillement. Nous n’avons trouvé nulle part trace du maintien, ou de l’abolition, de cette pratique barbare en cette deuxième moitié du xviiie siècle. On peut imaginer que la double chaîne était la punition la plus commune.

  • 106 SHMB 1 E 569, fol. 92-93.

113En définitive, on peut dire que s’évader du bagne relevait de l’ordinaire du forçat, qui la tentait au moins une fois au cours de sa détention. L’intendant met le plus souvent en cause la négligence des pertuisaniers, leur « esprit coupable, […] l’ivrognerie, l’insubordination, l’abandon absolu de tous les devoirs106 » mais la volonté des forçats à retrouver la liberté leur donne souvent des idées ingénieuses. Ce but les aide à vivre et les pousse à s’entraider. Mais si s’évader reste facile, ne pas être repris prouve, seul, la réussite de la fuite. Pour quitter le bagne, le moyen le plus simple demeure encore d’attendre sa libération.

La libération officielle

114Dans la majorité des cas, les forçats sont libérés à l’échéance de leur terme. Pour les condamnés à vie ou pour les galériens à temps qui souhaitent abréger la durée de leur séjour à Brest, il reste encore la possibilité d’obtenir une grâce royale, entreprise certes plus difficile mais qui représente le dernier recours légal. La libération ne met cependant pas fin au contrôle royal sur les forçats. Ces derniers étant libérés sans plus de qualification qu’avant leur incarcération, ils risquent de récidiver. Le Roi, mais aussi les officiers municipaux des villes où ils séjournent désormais exigent de pouvoir encore surveiller leurs déplacements.

La libération à l’échéance du terme

  • 107 SHMB 1 E 144, fol. 83.
  • 108 SHMB 1 E 144, fol. 165.

115Les premières libérations sont aussi l’occasion pour le secrétaire d’État de faire d’utiles mises au point. Lors du déferrement de huit forçats ayant fini leur terme durant le dernier quartier 1749, il mentionne ainsi de les relâcher par détachements. Il précise également le sort des forçats maintenus au bagne malgré l’échéance de leur terme : « la plupart seront retenus pour des raisons particulières qui font regarder ces forçats comme gens qu’il serait dangereux de remettre dans la société civile, je vous envoyerai incessamment à ce sujet les apostilles nécessaires pour que les registres se trouvent en règle107. » La décision qui nous a semblé la plus importante est celle prise à la fin de 1750. L’usage était en effet jusqu’alors d’envoyer les rôles des libérations seulement à quartier échu, ce qui donnait lieu de détenir deux ou trois mois de plus les forçats en galère. Le secrétaire d’État décide alors de faire expédier les rôles à l’avance « pour rendre à ces forçats une justice plus exacte et en même temps éviter la dépense inutile que cette détention occasionne108 ».

  • 109 AN Mar. G 232 (2), pièce 36.

116La rédaction, tous les trois mois, par le bureau des chiourmes d’un rôle des forçats à élargir marque le commencement du processus de libération. Après avoir été visé par l’intendant, celui-ci est envoyé au ministre, qui le confronte avec le rôle dressé à Versailles par le Bureau de la matricule générale. Le secrétaire d’État renvoie ensuite les ordres définitifs du roi, à la fois à l’intendant et au commandant de la Marine109. On se rappelle que depuis 1751, officiellement pour assurer une gestion plus exacte des peines, officieusement pour faire des économies sur les rations en libérant plus rapidement les forçats, il avait été décidé de faire rédiger ces rôles à l’avance et non plus à quartier échu.

  • 110 A. Zysberg, « Naissance du bagne », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 182.

117Les forçats de Louis XV bénéficient donc d’une situation bien meilleure que les galériens de Louis XIV qui étaient retenus aux galères tant que le roi avait besoin d’eux ! Ce n’est en effet qu’en 1715 que le conseil de Marine exige que les galériens condamnés à temps soient libérés à l’échéance de celui-ci, passant ainsi de « l’arbitraire le plus complet […] à un mécanisme mieux contrôlé par le pouvoir central qui respecte la durée des sentences et dont les règles de fonctionnement sont définies de façon explicite110 ».

  • 111 SHMB 1 L 7, fol. 33.
  • 112 Cité par B. Pech, op. cit., p. 213.
  • 113 SHMB 1 E 175, fol. 643.

118Il faut cependant modérer notre enthousiasme quant aux justes libérations du temps de Louis XV. Certains forçats restent encore au bagne après échéance de leur condamnation. Ce sont tout d’abord ceux qui sont condamnés « sans dire le temps ». Seul le cas des contrebandiers de tabac est prévu, qu’on ne peut garder plus de trois ans aux galères s’il y a omission de la durée de la condamnation111. La libération est surtout refusée depuis 1723 aux hommes dangereux pour la société civile, coupables de faux, d’empoisonnement, de fausse monnaie ou de récidive112. Il faut attendre 1768 pour que l’on mette fin à cette mesure injuste et que l’on procède à la libération immédiate des forçats qui en avaient pâti. À Brest, 70 condamnés sont ainsi détachés de la chaîne, 11 qui ont fini leur temps en 1762, 26 en 1763 et 33 en 1764. Ils sont élargis par petits groupes avec obligation de soumission113.

  • 114 A. Zysberg, op. cit., p. 183.
  • 115 AMB 4 I 2.3.
  • 116 AMB 4 I 2.1.
  • 117 SHMB 1 E 176, fol. 213.

119Si, en effet, tous les forçats à temps peuvent désormais quitter le bagne à expiration de leur durée de condamnation, certains sont soumis à l’obligation de mentionner leur lieu de résidence avant leur départ. Une copie de cette déclaration est envoyée à la maréchaussée du lieu de retraite qui vérifie l’arrivée effective du forçat. Celui-ci doit même de son propre chef se présenter à cette autorité à partir de 1777114. La Révolution ne met pas fin à ce contrôle qui est confirmé par l’ordonnance du 29 prairial an II115. S’y ajoute alors une feuille de route qui, sous couvert de délivrer les vivres et le logement aux forçats libérés, leur impose de fait un lieu d’étape pour chaque soirée jusqu’à leur arrivée à l’endroit qu’ils ont déclaré116. Toujours est-il que cette obligation de tenir compte des soumissions oblige les commis de la Marine à dresser à partir de 1768 deux types de rôle de libération, ceux avec ou sans soumission. Ainsi, en 1769, sur les 62 hommes libérés pour le premier quartier, 36 doivent fournir une soumission117.

  • 118 SHMB 1 E 177, fol. 227.

120Déferré, après avoir fait sa soumission ou non, le forçat reçoit alors son congé. L’absence de ce document au cours d’un contrôle lui vaut un retour au bagne immédiat pour deux ans. Il devient en effet suspect d’avoir vendu à un forçat évadé des papiers en règle. Plus dramatique est l’histoire du forçat Germain Macrou. Celui-ci est arrêté et ramené au bagne pour non présentation de son congé « parce que cet homme, qui a donné des marques d’imbécillité, l’avait déchiré ». Conscient que la délivrance d’un second congé ne résoudrait rien et vaudrait au roi de payer à nouveau les frais de conduite au bagne, le ministre approuve qu’on l’y maintienne jusqu’à ce que l’un de ses parents le réclame pour en prendre soin118.

121La mesure de 1768 ne prévoyant que la libération exacte de tous les condamnés à temps, pour les autres le seul espoir reste d’obtenir une grâce.

Les grâces

122On peut bénéficier d’une grâce à plusieurs titres : sur intervention d’un haut personnage, sur recommandation du personnel du port qui appuie la demande du forçat, ou au cours de grâce collective comme les amnisties. S’ajoute aussi la possibilité du versement d’une somme d’argent.

123Le moyen le plus efficace reste encore de bénéficier de quelque puissante protection. La majorité est constituée de forçats d’origine étrangère qui sollicitent les autorités dirigeantes de leur pays d’origine. Le roi accorde alors sa grâce contre la promesse de sortir de France. On constate l’importance des demandes de ce genre venues des cantons suisses ou des états allemands comme la régence électorale de Trèves ou le margrave de Baden-Baden. On trouve aussi des Français célèbres, comme Buffon, conseiller au parlement de Dijon ou La Rochefoucault qui laissent aller leur bon cœur…

  • 119 SHMB 1 E 177, fol. 231.
  • 120 SHMB 1 E 171, fol. 43 et 75.

124Ce moyen n’est cependant pas toujours efficace et l’évêque du Léon se voit ainsi refuser la grâce de René Mathias Thomas Dubois, ancien soldat de l’artillerie de marine condamné pour désertion. Il est vrai que ce dernier n’est au bagne que depuis six mois119. La libération n’est pas passée loin, non plus que de Abraham Isaac, un juif, dont le baron de Gleichen avait obtenu la libération au nom du roi du Danemark. Malheureusement, il est victime d’une homonymie avec un forçat dont seul le lieu de naissance diffère ; natif d’Altona et non d’Amsterdam, le malheureux est ramené au bagne120.

125Faute de trouver une relation haut placée, le forçat doit se résoudre à plaider sa cause lui-même. Il rédige ou fait rédiger un placet qui est confié à l’intendant qui le transmet au ministre. Celui-ci en fait alors part au roi. L’avis de l’intendant ou du commissaire des chiourmes s’avère alors prépondérant pour juger si le forçat mérite ou non sa liberté. Entrent également en ligne de compte le délit initial et le métier d’origine des forçats. Ainsi, les soldats bénéficient souvent de cette mesure à condition qu’ils promettent de se réengager dans l’armée. Par exemple, en 1772, Bourgeois de Boynes accepte d’accorder au nom du roi la liberté à quatre forçats pour cause de désertion à condition qu’ils servent le reste de leur vie dans les troupes royales à Saint-Domingue. Le ministre se propose même d’étendre cette mesure à tous les autres volontaires :

  • 121 SHMB 1 E 183, fol. 445.

« Si, parmi les autres condamnés aux galères pour le même fait de désertion, pour contrebande ou pour braconnage, il s’en trouvait quelques-uns d’âge, de taille et de force à pouvoir espérer d’en tirer des services utiles, vous pourriez leur faire proposer de prendre de pareils engagements, mais vous observerez de faire faire ces propositions avec assez de circonspection et de secret pour qu’on ne puisse pas soupçonné (sic) que je vous ai donné aucun ordre à ce sujet121. »

  • 122 SHMB 1 E 569, fol. 31.
  • 123 SHMB 1 E 233, fol. 177.

126Certains réussiront même à sortir du bagne grâce à leur nom de famille. C’est le cas de Philippe Corneille qui revendique sa parenté avec l’illustre auteur. Cette considération, ajoutée à l’âge de son père et à sa propre jeunesse, lui font obtenir sa grâce122. Corneille obtient même 200 livres pour se procurer des vêtements et pour pourvoir aux frais de sa route123.

  • 124 SHMB 1 E 221, fol. 135.

127Les grâces obtenues par des forçats sur leur seule requête et même accompagnée de tous les certificats de bonne conduite de la part des commis du bagne, restent cependant rares. De nombreuses lettres se soldent ainsi par un refus, motivé souvent par le délit initial du galérien. C’est la cas de Boulard, qui, coupable de 4 vols successifs avec fausses clés et malgré l’aide qu’il a apportée au bagne, se voit refuser sa liberté car « ce serait un très mauvais service de rendre à la société que d’y mettre un homme aussi coupable124 ».

  • 125 SHMB 1 E 220, fol. 141.
  • 126 SHMB 1 E 220, fol. 221.

128Les forçats peuvent aussi profiter de mesures collectives. On peut citer par exemple l’amnistie du 10 janvier 1785 pour les déserteurs du Corps royal de la Marine condamnés pour ce seul délit. Ces soldats reçoivent une veste, un gilet, une chemise, un bonnet, une culotte et des bas, en plus d’une conduite de 3 sols par livre125. Cette mesure est étendue aux troupes des colonies le 6 février 1785126.

  • 127 SHMB 1 A 5, fol. 151.
  • 128 En 1777, le forçat de Rochefort, Dominique Jacquemin, libéré alors qu’il est âgé de 57 ans, caduc, (...)

129Les forçats « incapables par leur âge et leurs infirmités de rendre des services utiles dans le port » profitent parfois aussi de libérations communes, comme en juin 1753 où 22 d’entre eux sont élargis. Cette mesure est cependant limitée aux forçats condamnés pour désertion, déguisement de nom en s’enrôlant et autres délits militaires n’intéressant pas la subordination127. Ce genre de libération nous laisse d’ailleurs bien à penser de la clémence royale qui libère des impotents quasiment incapables de se livrer à un quelconque travail, ne leur laissant pour leur subsistance que la mendicité128.

  • 129 Archives parlementaires de 1787 à 1860, société d’imprimerie et librairie administrative et des ch (...)

130La Révolution, au moment de la discussion du Code pénal, se pose la question du maintien de cette grâce, et des grâces en général, au cours de la séance du 4 juin 1791. Un membre de l’assemblée estime que le droit de grâce appartenait au souverain ; comme la nation devient souveraine, il faudrait donc garder le droit de grâce au profit de la nation. Cette position semble minoritaire : Pétion de Villeneuve affirme par exemple que « demander si l’on accordera au roi le droit de faire grâce, c’est demander si […] il est libre au pouvoir exécutif de s’élever au dessus de cette loi, de mettre sa volonté particulière au dessus de la volonté générale ». Quant à Le Peletier de Saint-Fargeau, il estime que le « droit de grâce entre les mains d’un ministre a toujours été et sera toujours l’instrument arbitraire de la faveur ». Les abolitionnistes, suite, entre autres, à ces deux interventions, l’emportent et l’article selon lequel « l’usage de tous actes tendant à empêcher ou à suspendre l’exercice de la justice criminelle, l’usage des lettres de grâce, de rémission, d’abolition, de pardon et commutation de peine sont abolis129 » est adopté. L’une des portes de sorties du bagne se ferme alors aux condamnés.

131Que le forçat sorte du bagne grâcié ou normalement libéré, les conditions de vie restent difficiles pour lui, dans une société qui se méfie de ces hommes marqués par les galères.

L’après-bagne

  • 130 SHMB 1 L 7, fol. 30v.
  • 131 SHMB 1 E 569, fol. 28.

132Les forçats libérés ne peuvent habiter ni Paris, ni aucun lieu où le roi réside, ni les villes abritant des bagnes, sous peine de renvoi aux galères130. Quelques-uns, reconnus pour leur utilité à Brest, obtiennent la permission d’y demeurer. C’est le cas, par exemple de Nicolas Pierronnet, dont les ambassadeurs de Typon-Sultan ont négocié la grâce. Comme « il y a plus de 25 ans qu’il a la confiance des chefs du magasin général pour la coupe des cuirs et la confection des ouvrages en ce genre », l’intendant appuie fortement la demande de ce bon cordonnier de continuer à travailler pour le service de l’arsenal de Brest131. Peu bénéficient cependant de ce genre de faveur…

  • 132 ADF B 2199.
  • 133 Ibidem.

133Beaucoup se retrouvent ainsi mis sur les routes, sans lieu où se rendre, sans plus d’argent qu’à leur entrée au bagne. Pour subsister, ils retombent dans la délinquance. Par exemple, Pierre Closse, condamné le 24 octobre 1757 pour vol et effraction de ban, est surpris le 2 juillet 1770 : « avec une pierre [il] cherchait à forcer un tronc qu’il avait arraché dans l’église des Sept-Saints, et comme cet homme a déjà été forçat et n’a obtenu du bagne que depuis quinze jours, il est à craindre que si on laissait ce nouveau crime impuni, il pourrait en commettre d’autres132 », il est traduit devant la sénéchaussée de Brest. Le procureur Bergevin demandera, le 4 août 1770, 5 ans de galères, la marque V sur l’épaule droite et une amende de 10 livres133.

  • 134 SHMB 1 E 194, fol. 323.
  • 135 SHMB 1 E 195, fol. 33

134La Marine semble tout à fait consciente des défauts de ce système, dénonçant « les excès auxquels les forçats qui obtiennent la liberté s’abandonnent en se rendant dans le lieu où ils ont été déclaré vouloir se fixer ». Elle reconnaît toutefois que ces délits viennent « de ce que les forçats libérés étant privés de tout secours lorsqu’ils sortent du port où ils ont été détenus, il n’est pas étonnant que plusieurs d’entre eux recommencent à voler ». Sartine propose donc en 1777 de leur accorder une conduite proportionnelle au chemin qu’ils doivent faire pour rentrer chez eux. La moitié en serait versée à leur départ et le restant par les officiers de maréchaussée. Le ministre considère cette dépense raisonnable, « attendu qu’au lieu de leur délivrer les robbes d’été et d’hyver aux forçats qui doivent être mis en liberté peu de tems après, il lui sera donné 6 livres au lieu de la robe d’été et 10 livres pour celle d’hyver, ce qui sera imputé sur la conduite à leur payer à raison de 2 livres par lieue134 ». Le 29 août, Laporte fait remarquer que ces secours, insuffisants pour les forçats, constitueraient une dépense importante pour la Marine et qu’en outre, les galériens brestois n’ont jamais donné lieu à des plaintes. La proposition est abandonnée135.

  • 136 SHMB 1 E 219, fol. 97 et 1 L 10, fol. 162.

135En 1784, Castries reprend cette idée ; jugeant insuffisantes les aumônes que les forçats reçoivent sur la route, il estime « injuste de ne rendre un homme à la société que pour l’exposer, au moment même où l’on brise ses fers, à une misère certaine ou à commettre de nouveaux délits ». Il ordonne de distribuer une somme de douze livres aux forçats sans ressources136.

  • 137 AN Mar. A1119, pièce 24.

136Cette mesure tardive ne suffit pas à rendre confiance aux bonnes gens ; on peut penser que nombre de villes établissent, à l’instar de Lyon, des règlements très stricts pour l’accueil des forçats en leur cité. Lyon proteste ainsi contre la présence de ces hommes : « sans domicile, sans profession, sans fortune et sans aucun moyen honnête de subsister, ces forçats, ces malfaiteurs se répandent sous toutes sortes de déguisements et de noms supposés dans toute la ville, dans les faubourgs, les spectacles, les cafés et cabarets, les promenades et les voitures publiques. » Pour assurer un meilleur contrôle de ces nouveaux habitants, les forçats doivent présenter leur congé sous 24 heures et ont besoin d’une permission pour sortir de leur ville ; ceux qui ont vécu ailleurs ont un mois pour se mettre en règle, et doivent solliciter une permission de logement qui ne leur est accordée qu’après prise d’information suffisante. Tout ceci s’ajoute aux règles habituelles que doivent respecter les forçats lyonnais, en particulier de se présenter à la maréchaussée137.

137Le cas de Lyon est un peu particulier, sa taille et sa proximité de Toulon en faisant un repaire idéal pour les forçats en rupture de ban, mais il traduit bien les multiples vérifications auxquelles le forçat libéré doit se soumettre. Il s’avère difficile de refaire sa vie avec toutes ces contraintes, de trouver un emploi stable, ce qui explique les nombreuses récidives.

138En définitive, contrairement à l’époque des galères où plus de 51 % des hommes décèdent pendant le temps de leur peine, les forçats de la deuxième moitié du xviiie siècle quittent surtout le bagne grâce à une libération dans les règles. Il faut bien voir que cette évolution se comprend moins par une amélioration de la vie quotidienne que par une gestion plus exacte des peines ; on rédige d’abord les rôles de libération au début des quartiers et, à partir de 1768, le roi fait procéder à l’élargissement automatique des forçats à leur terme, quel qu’ait été le délit initial. Enfin, il faut noter une plus grande proportion d’évasions à Brest qu’à Marseille qui peut s’expliquer en grande partie par l’emploi des forçats à l’arsenal, principal lieu de fuite ; l’importance du nombre des évasions est toutefois tempérée par celle des reprises.

139En dernier lieu, il faut remarquer les difficultés de réinsertion du forçat, évadé ou légalement libéré, dans la société. Marqué à jamais dans sa chair, traînant derrière lui une chaîne fantôme, l’ancien condamné se voit refuser l’entrée de certaines villes et d’autres, à l’instar de Lyon, le soumettent à des conditions de séjour draconiennes. Machine à pourrir plutôt que machine à guérir, le bagne fait le forçat. Celui-ci, en liberté, ne peut parfois que mettre à profit ses années passées à l’école du crime.

Notes

1 H. Lauvergne, Les bagnards, Millon, 1991, p. 13.

2 M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 103.

3 SHMB 1 L 7, fol. 12 et sq.

4 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

5 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

6 SHMB 1 L 7, fol. 12 et sq.

7 Ibidem.

8 Ibid.

9 Ibid.

10 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 144.

11 SHMV Mss. 7, fol. 55-57.

12 H. Bourde De La Rogerie, « Les voyageurs en Bretagne. Le voyage de Mignot de Montigny en Bretagne en 1752 », Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, 1925, t. VI, p. 275-276.

13 SHMB 1 L 7, fol. 12 et sq.

14 Ibidem.

15 SHMB 1 E 175, fol. 327.

16 SHMB 1 E 191, fol. 193-199.

17 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la Cité, 1989, p. 191.

18 SHMB 1 E 204, fol. 619.

19 A. Boulaire, loc. cit.

20 Histoire de Brest, Privat, 1976, p. 159.

21 AN Mar. B3616, fol. 190.

22 AN Mar. D225, fol. 480.

23 AN mar. D223, fol. 218-218v.

24 AN Mar. B182, fol. 119.

25 ADF 100 J 1666.

26 Celui-ci restera d’origine inexpliquée. Quelques journaliers de la corderie en profiteront pour essayer d’en faire porter la responsabilité aux forçats, hypothèse que Marchais et d’Orvilliers rejettent : « il est connu ici qu’ils se plaignent très souvent, et particulièrement lorsqu’on est obligé de les renvoyer, que les moyens de subsistance leur sont enlevés par la chiourme ». SHMB 1 E 542, fol. 211. De nombreuses mesures furent prises pour éviter que pareil sinistre ne se reproduise : trois règlements seront promulgués entre 1777 et 1784 pour établir des pompes à incendie dans l’arsenal, limiter le nombre de feux pendant la nuit et organiser les secours en cas d’incendie. SHMB, 1 L 9 fol. 166-168, 1 L 10, fol. 157-161v et 1 L 10, fol. 179-181v.

27 SHMB 1 E 542, fol. 201-208.

28 B. et G. Carrière, « Santé et hygiène au bagne de Brest au xixe siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1981, t. 88, p. 356.

29 L. Delourmel, Histoire anecdotique de Brest à travers ses rues, Champion, 1923, p. 96.

30 SHMB 1 E 183, fol. 97.

31 SHMB 1 E 189, fol. 161-162.

32 AN Mar. DD2740, fol. 2.

33 SHMB 1 E 216, fol. 127.

34 P. Henwood, op. cit., p. 144.

35 SHMB 1 E 189, fol. 161-162.

36 P. Henwood, op. cit., p. 146.

37 Tuberculose pulmonaire.

38 Insuffisance cardiaque s’accompagnant de poussées d’hypertension qui provoquent une hémorragie cérébrale.

39 Maladie infectieuse de la plèvre.

40 Épanchement au niveau de l’abdomen, dû à une insuffisance cardiaque, à une cirrhose ou à la malnutrition.

41 Hydropisie généralisée.

42 BNF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, p. 220.

43 AN Mar. D225, fol. 480.

44 B. Et G. Carrière, op. cit., p. 361.

45 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, des bagnes et des prisons, Privat, 1991, p. 226.

46 A. Zysberg, Les galériens, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Seuil, 1987, p. 348.

47 P. Henwood, op. cit., p. 149.

48 C. Laurent, « Les musées de l’hôpital maritime de Brest », Cahiers de l’Iroise, 1963, n° 2, p. 87-91.

49 F. Vidocq, Mémoires…, Cercle du bibliophile, 1968, p. 129.

50 SHMB 1 E 168, fol. 107.

51 SHMB 1 L 9, fol. 6 et sq.

52 BNF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 213.

53 On peut sans doute ranger au rang de ces compagnons discrets un forçat qui, employé avec l’évadé à travailler à la mine dans les excavations de Keravel, n’a « point eu connaissance des moyens que l’autre employait pour scier sa chaîne dont la longueur laissait entre eux un assez grand intervalle rempli par d’autres forçats qui lui ôtaient la vue de son camarade ». SHMB 1 E 535, fol. 10v.

54 Le règlement du 14 avril 1700 prévoit la bastonnade pour tout forçat surpris à limer sa chaîne puis trois heures de suspension à une antenne en cas de récidive et « les forçats qui l’auront favorisée ou qu’ils auront su sans le déclarer auront pareillement la bastonnade ». SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

55 C’est vraiment en toute connaissance de cause de ce bouche à oreille des bonnes adresses que Bluteau demande une perquisition par les sergents de ville chez la citoyenne Reniée. Suite à l’évasion d’un forçat de l’hôpital brûlé, on soupçonne en effet « qu’il est retiré dans la rue de Keravel chez la femme d’un autre forçat employé au même hospice ». ADF 8 L 110.

56 SHMB 1 E 224, fol. 701.

57 SHMB 1 E 216, fol. 389.

58 Encore dans ce cas peut-on hésiter entre naïveté et complicité. SHMB 1 E 149, fol. 51.

59 AN Mar. BB250, fol. 168.

60 B. Pech, Les débuts du bagne de Toulon 1748-1789, mém. de maîtrise, 1974, p. 182.

61 SHMB 1 E 199, fol. 367.

62 BNF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 211 et sq.

63 SHMB 1 E 537, fol. 24.

64 BNF Mss., op. cit. Cette anecdote met en valeur la difficulté pour les forçats qui ont réussi à se procurer des habits de les cacher à la fois des fouilles des argousins et des jalousies des camarades. Vidocq avait trouvé une idée originale pour les dissimuler : « j’avais collé sur mes habits de matelot, à l’endroit de la poitrine, une vessie peinte en couleur de chair. » F. Vidocq, op. cit., p. 262.

65 SHMB 1 E 569, fol. 28-30.

66 Qu’il soit externe ou interne, le complice risque beaucoup à aider un forçat candidat à l’évasion. Le règlement du 14 avril 1700 prévoit ainsi que « ceux qui seront trouvés coupables d’avoir favorisé les évasions en fournissant aux forçats ou Turcs des habillements, couteaux ou autres ferrements pour limer leurs chaînes ou qui les auront cachés dans leur maison après s’être évadés seront condamnés aux galères pour trois ans ». SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

67 B. Pech, op. cit., p. 189.

68 P. Henwood, op. cit., p. 158.

69 A. Zysberg, « Naissance du bagne », Histoire des galères, du bagne et des prisons, Privat, 1991, p. 181.

70 Tiré de A. Le Roux, Le bagne de Brest sous la Révolution 1789-an III, mémoire de maîtrise 1978.

71 SHMB 1 E 240, fol. 119.

72 ADF 8 L 110.

73 SHMB 1 E 569, fol. 19.

74 SHMB 1 E 569, fol. 75.

75 SHMB 1 E 569, fol. 26.

76 SHMB 1 E 569, fol. 328-329.

77 AN Mar. B3719.

78 SHMB 1 E 144, fol. 41-43.

79 SHMB 1 E 144, fol. 45-47.

80 SHMB 1 E 568, fol. 183.

81 SHMB 1 E 164, fol. 253.

82 SHMB 1 E 568, fol. 253.

83 AN Mar. A199, pièce 44.

84 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

85 SHMB 1 L 7, fol. 38v.

86 Encore faut-il signaler que le roi a déjà réduit cette amende initialement de 400 livres à 200 le 2 avril 1749, « étant informé que par la distribution des chiourmes dans les différents ports où il y a des arsenaux de Marine, les argousins qui auront moins de profit qu’à Marseille ne pourraient supporter une amende aussi forte ». AN Mar. A184, pièce 34.

87 SHMB 1 E 144, fol. 77.

88 SHMB 1 E 144, fol. 83.

89 SHMB 1 L 7, fol. 24.

90 AN Mar. A199, pièce 44.

91 SHMV DD515, fol. 28-30.

92 AN Mar. A1 99, pièce 44.

93 SMHV DD515, fol. 28-30.

94 F. Vidocq, op. cit., p. 267.

95 « Variétés. Un Landivisien assassiné par deux forçats évadés en 1784 », Cahiers de l’Iroise, p. 167.

96 SHMB 1 E 256, fol. 237.

97 SHMB 1 E 261, fol. 887-889.

98 SHMB 1 E 569, fol. 278.

99 Cité par P. Henwood, op. cit., p. 164.

100 En 1783, M. de Caradeuc, procureur général du parlement de Rennes, informe le ministre que plusieurs recteurs de paroisses autour de Brest l’avaient contacté pour proposer leur service en cas d’évasion « non seulement leurs paroissiens à se tenir sur leur garde mais qu’ils feraient circuler la nouvelle de l’évasion dans les paroisses les plus éloignées ». SHMB 1 E 217, fol. 173.

101 AN Mar. D225, fol. 480.

102 AN Mar. B3616, fol. 192v.

103 SHMB 1 E 569, fol. 62-64.

104 SHMB 1 E 569, fol. 28-30.

105 SHMB 1 E 231, fol. 269.

106 SHMB 1 E 569, fol. 92-93.

107 SHMB 1 E 144, fol. 83.

108 SHMB 1 E 144, fol. 165.

109 AN Mar. G 232 (2), pièce 36.

110 A. Zysberg, « Naissance du bagne », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 182.

111 SHMB 1 L 7, fol. 33.

112 Cité par B. Pech, op. cit., p. 213.

113 SHMB 1 E 175, fol. 643.

114 A. Zysberg, op. cit., p. 183.

115 AMB 4 I 2.3.

116 AMB 4 I 2.1.

117 SHMB 1 E 176, fol. 213.

118 SHMB 1 E 177, fol. 227.

119 SHMB 1 E 177, fol. 231.

120 SHMB 1 E 171, fol. 43 et 75.

121 SHMB 1 E 183, fol. 445.

122 SHMB 1 E 569, fol. 31.

123 SHMB 1 E 233, fol. 177.

124 SHMB 1 E 221, fol. 135.

125 SHMB 1 E 220, fol. 141.

126 SHMB 1 E 220, fol. 221.

127 SHMB 1 A 5, fol. 151.

128 En 1777, le forçat de Rochefort, Dominique Jacquemin, libéré alors qu’il est âgé de 57 ans, caduc, sans ami ni parents, sans ressource, demandera comme une grâce de pouvoir rentrer au bagne de Brest, ce que Sartine voudra bien approuver ; en 1755, Thomas Denisot avait déjà fait cette demande. SHMB 1 E 195, fol. 361.

129 Archives parlementaires de 1787 à 1860, société d’imprimerie et librairie administrative et des chemins de fer, 1887, tome XXVI, p. 734 et sq.

130 SHMB 1 L 7, fol. 30v.

131 SHMB 1 E 569, fol. 28.

132 ADF B 2199.

133 Ibidem.

134 SHMB 1 E 194, fol. 323.

135 SHMB 1 E 195, fol. 33

136 SHMB 1 E 219, fol. 97 et 1 L 10, fol. 162.

137 AN Mar. A1119, pièce 24.

Table des illustrations

Titre Maladies attestées au bagne de Brest au xixe siècle36
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17272/img-1.png
Fichier image/png, 5,2k
Titre Évolution des évasions et des reprises en nombre d’hommes entre 1788 et l’an VII
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17272/img-2.png
Fichier image/png, 12k
Titre Mode de sortie du bagne par année d’entrée du forçat, exprimé en pourcentage70
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17272/img-3.png
Fichier image/png, 5,1k
Titre Évolution saisonnière des évasions entre 1788 et 1793
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17272/img-4.png
Fichier image/png, 4,7k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search