Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre XIII. Les relations avec la ville

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 H. Dein, « le bagne de Brest », Revue de Paris, 1839, n° 1, p. 259.

1Au xixe siècle, Henri Dein considérait que « le bagne exploitait le port et la ville ; la ville et le port exploitaient le bagne1 ». Nous allons ici essayer de juger la véracité de cette assertion quant aux rapports qu’entretiennent la cité et l’institution pénitentiaire qui y est installée sous l’autorité de la Marine. En effet, si le bagne apparaît comme un lieu ouvert, où les Brestois peuvent se rendre, notamment pour acheter les productions des forçats dans les baraques, il arrive aussi que les condamnés soient employés au service de particuliers ou de la communauté de ville. Certains continuent par contre à regretter en leurs murs des galériens, qui, comme à Marseille, ont obtenu des privilèges qui font d’eux des concurrents déloyaux des artisans bretons.

Les forçats au service de la ville

2Les forçats peuvent être mis de deux façons au service de la ville, en étant employés par des particuliers ou en étant confiés par la Marine à la communauté de ville.

Les forçats au service des particuliers

  • 2 A. Zysberg, Les galériens, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, (...)
  • 3 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

3Cette pratique est déjà attestée à Marseille au xviie siècle : on trouve ainsi des forçats joueurs de violon ou de hautbois qui font de la musique dans les cabarets, des domestiques ou différents artisans : tisserands, teinturiers, potiers, pelletiers, cartonniers ou marbriers, par exemple2. L’article 27 de l’ordonnance de réunion de 1748 ne fait donc que la proroger et déclare que « il sera permis aussi aux fabricants et artisans des villes où il y aura des galères de prendre des forçats pour travailler chez eux, aux conditions qui leur seront prescrites et aux soumissions usitées pour la sûreté des dits forçats3 ».

  • 4 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 5 Ibidem.
  • 6 Ibid.

4Ceux-ci ne sont alors plus nourris par la Marine, les sommes que leur donnent leurs employeurs devant suffire à leur entretien4. Les patrons brestois doivent en outre verser à la Marine une caution de 600 livres par forçat, qu’ils raccompagnent chaque soir au bagne. Ils sont jugés personnellement responsables des évasions qui pourraient survenir chez eux et peuvent faire l’objet d’une enquête dans ces circonstances pour évaluer leur degré de complicité5. Enfin, afin de préserver la santé des forçats, certains travaux leur sont interdits, comme par exemple de traîner des charrettes, porter des barres, monter sur des toits ou des échafaudages. L’employeur est susceptible de 50 livres d’amende si le sergent des pertuisaniers constate ce manquement à la soumission6.

  • 7 SHMB 1 E 144, fol. 46.

5Dès le 26 août 1749, Rouillé s’était félicité « que les maîtres artisans de la ville commencent à se servir des forçats7 ».

  • 8 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

6Le seul chiffre dont nous disposons à ce sujet date du 19 juin 1750 : seuls quatre sur les 1411 forçats sont employés au service des particuliers brestois8, soit un nombre très faible. Il faut cependant remarquer qu’on se situe là seulement un an après l’arrivée des forçats à Brest, donc à une époque où les citadins conservent encore une certaine méfiance à l’égard de ce genre de travailleurs.

  • 9 SHMB 1 E 198, fol. 601.
  • 10 SHMB 1 E 202, fol. 451 et BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 271.

7Nous avons relevé quelques autres exemples. En 1778, par exemple, un marchand de cuir, Maton, sollicite la présence du forçat cordonnier Jean-Claude Ducharannes en septembre, puis de François Poitelle en octobre9. L’année suivante, le marquis de La Galissonière, n’ayant pu obtenir la libération de son protégé le forçat Dominique Martin, se propose comme caution pour qu’un Brestois l’engage comme cuisinier10.

  • 11 SHMB 1 E 568, fol. 223.

8Les employeurs doivent cependant justifier d’un réel besoin. Le sieur Grimaud, marchand convoyeur, se voit refuser le forçat Pierre Pouzacy, car il ne le réclame que pour adoucir son sort11.

  • 12 ADF 8 L 110.

9Le cas de Goueslard est un peu à part. Celui-ci était en effet chargé de l’instruction de jeunes Brestois, notamment de « trois des enfants du citoyen Desbordes, négociant, et autres auxquels [il] donnoi [t] des leçons de mathématiques et d’hydrographie ». Il disposait dans le bagne, grâce à la protection du sous-come Reysson, d’une petite chambre mansardée où il donnait ses leçons et laissait ses livres. Soupçonné de délation par ses camarades, ces derniers interviennent pour lui faire perdre ses privilèges, même si, comme il le fait remarquer, il rend « plus de services à la République en instruisant la jeunesse qu’en allant aux travaux du port12 ». Ce cas, s’il échappe évidemment à la définition du forçat cautionné et se rendant en ville pour travailler dans l’atelier de son employeur, nous a paru intéressant car il montre l’évolution de la perception des forçats par les Brestois qui n’hésitent plus à mener leurs enfants au bagne pour les faire instruire par un condamné ! Il est vrai que voir des forçats procéder à l’aménagement du cours Dajot ou se dévouer lors de l’épidémie de 1757-1758 avait pu faire réfléchir nos Bretons.

Les forçats au service de la communauté de ville

  • 13 AMB 4 I 2.1.
  • 14 Ibidem.
  • 15 Ibid.

10Le nombre de forçats employés au service de la ville reste peu important : le 13 messidor an II, on compte deux condamnés employés au balayage en ville, sans plus de précision13, le 24 germinal an II, 36 sont utilisés à la maison des représentants pour la commune et 10 à l’hôpital de la ville14. Le 3 février 1792, six couples avaient été en outre prêtés par la Marine à la municipalité pour paver un établissement public15.

11Cet emploi concerne finalement un nombre limité de personnes puisqu’il reste subordonné aux besoins du port en main d’œuvre, comme le montre l’exemple de l’aménagement du cours Dajot.

L’aménagement du cours Dajot

  • 16 P. Levot, Histoire de la ville et du port de Brest. Tome III : la ville depuis 1681. Bachelin-Defl (...)

12L’initiative vient du commandant de la Marine, le comte de Roquefeuil, du chevalier d’Argens, commandant de la ville et du château, et de Dajot, directeur des fortifications de Bretagne. Le but était d’aménager une promenade sur les remparts de la ville. Le terrain appartenait au roi et la commune avait voté le 24 juin 1769 un crédit de 3 000 livres pour cet embellissement16. Quant à l’intendant, il était chargé de fournir le « secours des forçats pour le remuage des terres ».

  • 17 M. Bernard, La municipalité de Brest de 1750 à 1790, Champion, 1915, p. 244.

13Les travaux tardent, du fait d’abord du manque de fonds, entraîné par la construction en parallèle de la tour de l’église Saint-Louis et, surtout, par les frais supplémentaires occasionnés à la ville. En effet, le Sr Labiche, possesseur de terrains proches, s’estime lésé ; or, caution du fermier des octrois, il doit à ce titre 6 258 livres à la ville et s’empresse de céder son terrain contre la remise de sa dette17… Commencé en juillet 1769, on constate un ralentissement du chantier à partir de 1775, qui ne sera achevé qu’en l’an IX.

  • 18 AMB 4 I 2.1.
  • 19 Ibidem.

14Nous ne retrouvons trace de l’emploi des forçats à cette tâche qu’en l’an III où 20 couples y sont utilisés18. En l’an VI, 15 couples de condamnés sont prêtés mais la ville doit fournir cinq hommes pour les escorter19.

15Preuve que la mise à disposition des forçats à la ville reste secondaire par rapport aux travaux de l’arsenal dans l’esprit des dirigeants de la Marine, Boucher refuse ce secours en l’an IV en ces termes :

  • 20 Ibid.

« J’ai destiné avec bien du plaisir toutes les fois que le service a pu me le permettre des forçats pour les travaux du cours Dajot. Je ne perds pas de vue qu’ils peuvent coopérer aux agréments de mes concitoyens ; mais la grande réduction qu’éprouve le service des mouvements en forçats depuis que 60 gardes des chiourmes sont en arrestation me prive de satisfaire à vos vues et à mes inclinations. […] Aussitôt que l’on augmentera les forçats aux mouvements du port, j’en ferai passer à la promenade Dajot sous les ordres du sous-come Lanusçon que vous m’avez désigné20. »

16Lors de l’épidémie de 1757-1758, la Marine fera montre d’une plus grande générosité.

L’épidémie de 1757-1758

17Cet épisode, l’un des plus dramatiques de l’histoire de Brest au xviiie siècle, aurait pu être traité à de nombreux endroits, car il concerne aussi bien l’emploi des forçats dans l’arsenal que leur rôle comme servant d’hôpital. Il est présenté ici car c’est sans doute la première fois où la ville assiste à une sortie massive des condamnés du port, dans une tâche qui était déjà celle des galériens pendant la peste de Marseille.

  • 21 J.-P. Goubert, « Environnement et épidémies : Brest au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des (...)
  • 22 Cité par P. Keissner, « Études historiques sur Chardon de Courcelles, premier médecin du port de B (...)
  • 23 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 137.
  • 24 Cité par P. Keissner, op. cit., p. 34.

18Cette maladie, un typhus exanthématique, naît outre-Atlantique à Louisbourg et se développe au sein de l’escadre de Dubois de La Mothe, de retour vers l’Europe. Quand le Bizarre et le Célèbre entrent en rade le 4 novembre 1757, suivis des autres navires le 21, on compte déjà 4 000 malades21. Hocquart est rapidement débordé par l’ampleur de l’épidémie. Dans un premier temps, il a recours aux forçats pour le désarmement et la désinfection des bateaux : le 21 novembre 1757, « on employait maintenant des forçats pour aider au désarmement22 ». Les condamnés chargés de nettoyer les navires travaillent avec des vêtements spéciaux qu’ils enlèvent avant de rentrer au bagne où on leur a assigné un quartier particulier. De plus, « il sera fourni à chaque forçat une gousse d’ail par jour et un coup d’eau-de-vie tous les matins23 ». La situation s’avère désespérée au port où, le 2 janvier 1758, le commandant de la Marine Duguay constate que « il ne reste que 100 couples de forçats et 100 marins tout au plus24 », contre plusieurs milliers d’hommes auparavant.

  • 25 Cité par A. Dupuy, « l’épidémie de l’année 1757 : documents inédits sur l’histoire de Brest au xvi (...)
  • 26 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la Cité, 1989, p. 204.

19Le manque d’hommes incite Hocquart à préconiser l’utilisation de 58 condamnés, choisis parmi les déserteurs ou les faux-sauniers, dans les hôpitaux supplémentaires contre la promesse de leur accorder la liberté à la fin de l’épidémie. C’est ce que signale le maire Depréville-Martret à l’intendant de Rennes Le Bret25. Il est vrai que cette épidémie montre cruellement le manque d’infrastructures : les malades sont répartis dans les neuf hôpitaux de secours de Brest et les sept de Recouvrance : l’hôpital, les casernes de Recouvrance, les deux chapelles des couvents des Carmes et des Capucins, le séminaire des Jésuites et l’hôtel des gardes de la Marine sont mobilisés26.

  • 27 Cité par A. Dupuy, « la Bretagne au xviiie siècle », Bulletin de la Société académique de Brest, 1 (...)

20Malheureusement, l’épidémie gagne la ville et en particulier le quartier de Recouvrance, peuplé des marins et ouvriers de l’arsenal où règne « une si grande saleté qu’elle y forme une espèce de cloaque qui ne peut être que très nuisible à la santé27 ». La communauté de ville appelle alors la Marine au secours. Celle-ci met à sa disposition des forçats pour transporter les malades dans les hôpitaux :

  • 28 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 125.

« On délogea dans les deux quartiers trente malades qu’on transporta aux hôpitaux. On en aurait transporté le double si on avait pu avoir des porteurs ; on est obligé de se servir de huit couples de forçats qui ne purent pas en faire davantage parce que là où deux porteurs suffiraient, il faut quatre forçats parce qu’ils sont enchaînés deux à deux28. »

  • 29 Cité par P. Keissner, op. cit., p. 47.
  • 30 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 135-136.

21Un arrêté municipal du 30 janvier 1758 confirme cette utilisation29. En outre, suite à l’ordre de Le Bret de procéder à la désinfection des maisons touchées par la maladie, les forçats sont à nouveau mobilisés30.

  • 31 J.-P. Goubert, loc. cit.
  • 32 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 127.

22L’épidémie s’apaise en mars 1758. Elle aurait fait environ 3483 morts dans les hôpitaux de la Marine, sans compter les forçats et 5 000 à 7 000 décès parmi la population civile31. Les condamnés payèrent largement leur dû puisque, au 13 février 1758, on compte déjà 500 morts et encore 784 malades32.

  • 33 P. Roger, « Quand Brest abritait le bagne », Cahiers de l’Iroise, 1961, n° 1, p. 31.

23Si la Marine porta financièrement la plus grande partie du coût de cette épidémie, la ville versa aussi 353 livres de gratification aux forçats, soit 10 sols pour 706 journées33.

Les forçats, une concurrence déloyale ?

  • 34 A. Zysberg, op. cit., p. 141.
  • 35 A. Zysberg, op. cit., p. 142.

24Déjà à Marseille, il existait un problème de concurrence entre les perruquiers libres et les artisans forçats. Pendant près de 30 ans, les syndics de cette maîtrise, créée en novembre 1691, luttèrent contre ces derniers. En 1715, ils envoyèrent même un huissier pour saisir les cheveux entreposés dans les baraques des galériens. Après avoir obtenu un arrêt en leur faveur34, ils arrivent à un compromis, selon lequel les forçats sont autorisés à coiffer les Marseillais mais il leur est défendu toute occupation en ville que ce soit pour la préparation ou la vente35.

  • 36 SHMB 1 L 7, fol. 29v-30.

25Cette circonstance était connue à Brest où le contrôleur de la Marine avait enregistré le 14 mai 1749 l’arrêt du conseil d’État du 9 octobre 1703 qui donnait autorisation « aux forçats de ses galères de faire des perruques dans leur baraque sur le port de la dite ville en la manière ordinaire à la condition toutefois de ne se servir pour faire les dites perruques d’aucun homme de liberté36 ».

26À Brest, ce sont surtout les cordonniers qui entrent dans un conflit avec les forçats qui dure jusqu’à la Révolution.

Le cas des cordonniers

  • 37 E. Vo-Duc-Hanh, « la corporation des cordonniers de Brest », Revue d’histoire du droit français et (...)

27La corporation brestoise des cordonniers avait vu ses statuts réformés en 1699. Elle est ouverte aux seuls individus de sexe masculin, à l’exception des veuves, catholiques, de bonnes mœurs avérées, libres de service militaire et domiciliés dans le périmètre urbain. Dirigée selon trois principes de masculinité, de collégialité et d’électivité, elle est composée de trois organes : l’assemblée des 79 maîtres, au sein de laquelle on élit annuellement, au scrutin uninominal et à la pluralité des voix, le conseil des Douze et le collège des Prévôts. Elle assume deux rôles principaux : défense du monopole et gestion financière. Cette corporation procédurière va se ruiner en revendications de justice contre les forçats37.

  • 38 A. Corre, « Règlement de police pour la ville de Brest au mois de juin 1754 », Bulletin de la Soci (...)

28Déjà en 1754, les artisans brestois présentent leurs premières revendications. Le règlement de police de la ville de Brest de juin 1754 défend « à tous les habitans de quelque qualité et condition qu’ils puissent être d’acheter au bagne aucune espèce de marchandise que ce soit à peine de 6 livres d’amende et de confiscation des marchandises qui pourront être saisies hors dudit bagne ». De même, les Brestois surpris à revendre les œuvres des forçats encourent une peine de 20 livres d’amende38.

  • 39 M. Bernard, op. cit., p. 28-29.

29On peut toutefois douter du respect de ce règlement : le moindre coût des marchandises de la chiourme, assurée déjà de la clientèle de la Marine, explique que de nombreux Brestois préfèrent s’approvisionner dans la cour des baraques qu’auprès des maîtres. Ceux-ci perdent un procès en 1759, qui leur coûte 9869 livres et les oblige à vendre leur bannière à la paroisse de Ploumoguer39.

30La situation s’aggrave en 1771-1772, comme en témoignent les délibérations de l’assemblée des maîtres.

  • 40 AMB HH 20, fol. 107v-108v.

31Le 1er mai 1771, celle-ci se plaint que « par une contravention intolérable, les forçats travaillent au bagne de ce port, y font un travail considérable et vendent le tout en ville au détriment de la communauté40 ». En conséquence, ils font appel à l’intendant de Marine pour que défense soit faite aux condamnés de faire ou de vendre des souliers en ville, ainsi qu’aux pertuisaniers de les aider dans cette entreprise.

  • 41 Ibidem.

32Le 24 mai 1771, les maîtres font part de l’échec de leur démarche auprès de Ruis-Embito. Il faut se mettre d’ailleurs à la place de celui-ci, qui risque une révolte des forçats, soutenue par les pertuisaniers, s’il retire aux galériens leur privilège… Les cordonniers décident alors de porter leur plainte auprès du juge de police, M. Kerbrezancabon, pour coups et blessures infligés par les forçats : « il s’agi (sic) d’une saisie qu’on a voulu faire sur un forçat qui vendait des souliers à Recouvrance. Il a été maltraité par les forçats et le pertuisanier qui étoient armés de bâtons ; ce fait s’est passé le huit de ce mois. Il est essentiel de mettre pour une bonne fois ordre à toutes ces contraventions41. »

33Il faut attendre l’année suivante pour que cette plainte porte ses fruits. En 1772, les maîtres cordonniers présentent aux juges royaux de Brest une longue requête. Les artisans se plaignent avant tout d’être les seuls à payer les taxes liées à leur métier, privilège financier jugé important pour les forçats : « les baraques s’érigent pour ainsi dire en universités et il me semble qu’ils veuillent s’arroger par la force le privilège de faire et de vendre les souliers à l’exclusion de ceux mêmes qui en payent des maîtrises. Une longue possession les a enhardis dans le désordre ». De plus, la situation devient d’autant plus critique, à en croire les cordonniers, que les condamnés utilisent la violence pour braver le règlement des corporations : « c’est au grand jour, c’est le fer à la main, c’est par une espèce de guerre civile qu’ils entendent frayer un chemin libre à leurs contraventions publiques ». Les plaignants s’offusquent surtout de la différence de traitement entre eux, honnêtes gens contraints de payer pour exercer leur métier, et les condamnés :

« Il suffira donc d’avoir les fers aux pieds, de s’être signalés par quelques scélératesses notoires, de s’être attiré l’indignation du souverain, de s’être mis en l’état de mort infâme pour avoir gratuitement ces mêmes prérogatives que les honnêtes gens, que les citoyens, que les membres utiles de la République n’achètent qu’avec des sommes considérables gagnées par la sueur de leur front. »

34En conséquence, ces avantages financiers « leur attire [nt] une foule d’acheteurs et les maîtres cordonniers grevés par toutes sortes de charges tant royales que municipales restent oubliés dans le coin de leurs boutiques désertes ».

  • 42 ADF B 2433.

35Les cordonniers demandent en définitive dans cette requête qu’il soit fait défense aux forçats de vendre ou faire vendre leurs souliers en ville à peine de 3 livres d’amende pour les acheteurs et les porteurs42.

  • 43 AMB HH 20, fol. 115.

36Suite à cette longue supplique, le siège royal de police rend un règlement le 21 juillet 1772. Il donne raison aux cordonniers et leur accord toutes leurs requêtes concernant les forçats43.

  • 44 Cahiers de doléance de la ville de Brest, éd. par A. et P. Henwood, Centre de recherche bretonne e (...)

37Là encore, on peut douter de la bonne application de ce texte, qui ne varie guère par rapport aux mesures prises dès 1754 par la communauté de ville. Les cahiers de doléances de la cité, rédigés donc 17 ans plus tard, nous le prouvent. Or, à cette époque, l’intendant Redon de Beaupréou avait fait supprimer les baraques, sans éteindre la concurrence. Les menuisiers aussi marquent leur désapprobation vis-à-vis de l’emploi de leurs collègues forçats au service des officiers du port : « ces messieurs font encore plus de scandale. Pour ne point être soupçonné de fraude et de friponnerie, font sortir de vos atelier (sic) des ouvrages faite et parfaite (sic) par les forçats de la chiourme ; nous ignorons ci (sic) ses meubles et effets sont pour eux ou pour en faire profits44. »

38On retrouve en 1789 les revendications des cordonniers :

  • 45 ibidem.

« Disant que malgré l’ordonnance de la destruction des baraques des ouvriers du bagne qui faisaient un tort considérable aux ouvriers de la ville, il s’y commet encore des abus préjudiciables à la communauté des maîtres cordonniers ; qu’il s’y fait dans l’intérieur dudit bagne des ouvrages de cordonnerie et autres pour le public ce qui fait manquer des ouvrages à plusieurs membres de la dite communauté chargés de taxes et de corvées. En conséquence, elle demande qu’on abolisse les travaux des forçats qui ne doivent être employés qu’aux travaux du royaume45. »

39Malgré cette opposition qui dure de 1749 à 1789, et se prolonge peut-être même après, le port continue à défendre ses forçats et si l’intendant ferme les baraques vers 1785, il ferme aussi les yeux sur les commerces pratiqués au bagne !

Le mémoire de Hocquart : la réponse à ces plaintes

40En décembre 1754, l’intendant Hocquart rédige un mémoire destiné à l’intendant de Rennes où il tend à montrer les avantages du bagne pour la ville, en minimisant les concurrences que celui-ci exerce. Il répond à la demande du comte de Saint-Florentin, mis au courant des problèmes. Ce rapport est précoce dans l’histoire de l’établissement, mais il expose la position qui sera maintenue pendant la période étudiée.

41Hocquart commence par rappeler l’ordonnance de 1700 qui prescrit de ne laisser aucun forçat oisif et de leur apprendre un métier, ainsi que l’arrêt du 9 octobre 1703, évoqué ci-dessus.

42On compte à cette date 2 200 forçats, dont peu exercent une concurrence avec les Brestois. En effet, on y distingue :

  • un perruquier, qui coiffe les bas-officiers et les pertuisaniers, donc du personnel venu de Marseille qui n’a jamais constitué la clientèle des Bretons. Ces derniers utilisent d’ailleurs des galériens à « tresser des cheveux et à faire des coiffes de perruques profitant ainsi du double avantage d’avoir ces ouvrages à bon marché et de vendre toujours les leurs au même prix » ;
  • deux forgerons forçats, qui assistent les Brestois débordés et plutôt content de cette aide ;
  • un forçat chirurgien qui n’assume que quelques saignées ;
  • un forçat graveur, sans beaucoup de travail, son état « n’excitant point la confiance » ;
  • neuf forçats tailleurs travaillant surtout pour les robes de chambres pour les malades, les civils assurant le vêtement des condamnés ;
  • six forçats menuisiers, surtout au service du roi ;
  • 90 forçats cordonniers. Hocquart veut bien reconnaître que, sur ce plan, les Brestois ont quelques motifs de plainte. Il se lance dans des calculs un peu tendancieux pour en diminuer toutefois l’impact : sur les 26 100 paires de chaussures confectionnées par les condamnés, 21 000 seraient utilisées au bagne, 3 000 seraient achetées par les cordonniers et donc seulement 2 100 paires par le public…
  • 46 M. Bernard, op. cit., p. 28.

43Hocquart dégage aussi les avantages de la présence du bagne à Brest : un gain annuel de 200 000 livres pour le port, en remplaçant les journaliers à 14 sols par des forçats, une dépense annuelle de 40 000 livres de la part des 300 employés du bagne, environ 19 000 livres pour l’habillement des galériens qui profitent à la région, les 22 000 livres que les condamnés reçoivent de leur famille et dépensent localement, les gains des habitants qui vendent cher à la chiourme et lui achètent bon marché46

  • 47 SHMB 1 E 526, fol. 87.

44Ces arguments continuèrent sans doute à être développés sous l’Ancien Régime. Certes, ils nous apparaissent très partiaux, car émanant de l’intendant de la Marine. Ainsi, si l’arsenal gagne sans aucun doute à utiliser les forçats plutôt que les journaliers, ceux-ci, souvent des paysans en mal de moisson, restent désœuvrés et dépensent de fait beaucoup moins. Autant de perdu pour la ville ! En juillet1749, l’emploi des forçats permet de renvoyer 50 paysans qui servaient comme journaliers aux constructions et aux radoubs des vaisseaux47.

45Toutefois, Hocquart ne mentionne pas l’utilisation des condamnés par la ville, ce qui aurait constitué pour lui un argument de plus…

  • 48 H. Dein, op. cit., p. 288.

46En conclusion, on peut dire que la ville profite bien du bagne : prêt de forçats à moindre coût, retombées partielles de l’argent dépensé par le roi pour leur entretien, achat de souliers à moindre coût,… Mais les avantages que Brest tire de la présence de la chiourme sont largement compensés par les pertes qu’affirment subir certaines communautés, comme celle des cordonniers qui se ruine à vouloir interdire les commerces des forçats. On doit dire, en définitive, qu’en période d’activité du port, la présence de nombreux forçats, et les retombées que cela implique, n’empêche pas le recrutement de journaliers ou d’ouvriers spécialisés : port et ville profitent donc pleinement du bagne. Par contre, au xixe siècle, période marquée par une moindre activité portuaire et une crise économique, les bagnards entravent le développement économique de la ville en exerçant une concurrence déloyale sur les ouvriers libres. En 1839, H. Dein écrit que « la présence du bagne enlève certainement à quinze cents familles les moyens d’existence48 ».

Notes

1 H. Dein, « le bagne de Brest », Revue de Paris, 1839, n° 1, p. 259.

2 A. Zysberg, Les galériens, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Seuil, 1987, p. 135.

3 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

4 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

5 Ibidem.

6 Ibid.

7 SHMB 1 E 144, fol. 46.

8 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

9 SHMB 1 E 198, fol. 601.

10 SHMB 1 E 202, fol. 451 et BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 271.

11 SHMB 1 E 568, fol. 223.

12 ADF 8 L 110.

13 AMB 4 I 2.1.

14 Ibidem.

15 Ibid.

16 P. Levot, Histoire de la ville et du port de Brest. Tome III : la ville depuis 1681. Bachelin-Deflorenne, 1865-1875, p. 133.

17 M. Bernard, La municipalité de Brest de 1750 à 1790, Champion, 1915, p. 244.

18 AMB 4 I 2.1.

19 Ibidem.

20 Ibid.

21 J.-P. Goubert, « Environnement et épidémies : Brest au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1974, n° 4, p. 735.

22 Cité par P. Keissner, « Études historiques sur Chardon de Courcelles, premier médecin du port de Brest », Bulletin de la Société académique de Brest, t. XXVII, 1901-1902, p. 8.

23 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 137.

24 Cité par P. Keissner, op. cit., p. 34.

25 Cité par A. Dupuy, « l’épidémie de l’année 1757 : documents inédits sur l’histoire de Brest au xviiie siècle », Bulletin de la Société académique de Brest, 1881-1882, t. VII, p. 442.

26 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la Cité, 1989, p. 204.

27 Cité par A. Dupuy, « la Bretagne au xviiie siècle », Bulletin de la Société académique de Brest, 1885-1886, t. II, p. 120.

28 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 125.

29 Cité par P. Keissner, op. cit., p. 47.

30 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 135-136.

31 J.-P. Goubert, loc. cit.

32 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9495, fol. 127.

33 P. Roger, « Quand Brest abritait le bagne », Cahiers de l’Iroise, 1961, n° 1, p. 31.

34 A. Zysberg, op. cit., p. 141.

35 A. Zysberg, op. cit., p. 142.

36 SHMB 1 L 7, fol. 29v-30.

37 E. Vo-Duc-Hanh, « la corporation des cordonniers de Brest », Revue d’histoire du droit français et étranger, 1975, n° 1, p. 182-183.

38 A. Corre, « Règlement de police pour la ville de Brest au mois de juin 1754 », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1894, t. XXI, p. 88, articles 25 et 26.

39 M. Bernard, op. cit., p. 28-29.

40 AMB HH 20, fol. 107v-108v.

41 Ibidem.

42 ADF B 2433.

43 AMB HH 20, fol. 115.

44 Cahiers de doléance de la ville de Brest, éd. par A. et P. Henwood, Centre de recherche bretonne et celtique, 1990, p. 61.

45 ibidem.

46 M. Bernard, op. cit., p. 28.

47 SHMB 1 E 526, fol. 87.

48 H. Dein, op. cit., p. 288.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search