Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre XII. … Aux forçats

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.
  • 2 SHMB 1 E 526, fol. 370.

1L’ordonnance de réunion de 1748 prévoit dans son article 25 que les forçats « seront employés de deux semaines l’une et à tour de rôle, aux travaux de fatigue des arcenaux (sic), suivant les ouvrages auxquels ils pourront être destinés1 ». Nous avons déjà eu l’occasion d’insister sur l’importance de cet article qui, pour la première fois, met les forçats au service de l’arsenal, activité originale par rapport à Marseille. Ce texte prescrit toutefois le maintien de l’activité au service des galères des condamnés. Pourtant, dès 1751, Hocquart considère comme dépassé ce rôle de galérien : « le grand objet de la chiourme est le service et les travaux du port2. » Il reprend d’ailleurs par cette phrase les buts affichés par Maurepas quant à l’utilisation des forçats pour la Marine :

  • 3 SHMB 1 E 97, fol. 59-61.

« Après l’arrivée des forçats à Brest, vous aurez des diminutions considérables de dépenses sur les journaliers, chalouppiers, scieurs, forgerons et autres ouvriers dont les forçats pourront remplir une partie et sans augmentation de fonds pour le curage du port, vous y trouverez en y employant des forçats à faire beaucoup plus d’ouvrages qu’il n’est projeté. […] On doit envisager que tous les mouvements du port s’y feront avec beaucoup plus d’œconomie que par le passé3. »

2La déclaration de Maurepas va d’ailleurs beaucoup plus loin que celle de Hocquart puisqu’elle définit le rôle que les forçats pourront jouer à l’avenir dans le port, non pas uniquement journaliers destinés aux seuls travaux de force, mais aussi ouvriers qualifiés, employés en fonction de leur compétence initiale. De fait, nous verrons dans ce chapitre les différents volets de l’activité des forçats au sein de l’arsenal, en étudiant dans un premier temps les nouvelles activités des forçats, qui tranchent avec l’époque des galères, c’est-à-dire leur rôle comme travailleurs de force, mais aussi comme ouvriers bientôt salariés. Nous verrons aussi que, survivance de la période précédente, quelques privilégiés disposent d’emplois de faveur ou de baraques, où ils vendent le produit de leur labeur aux Brestois.

Le travail de force

  • 4 AN 352 A.P. (5), p. 119.
  • 5 L. de Mautort, « Brest en 1779 », extrait des Mémoires du chevalier de Mautort, publié dans Cahier (...)

3Le chevalier de Bonnard, visitant Brest au début des années 1780, s’exclame : « la nature avoit fait la rade de Brest mais le port a été conquis sur la nature par le tems et le travail à force d’hommes et d’argent4. » En effet, en 1779, le chevalier de Mautort laisse une description d’un arsenal grouillant d’activité, que stimule la guerre d’Amérique : « on ne se fait pas d’idée juste, sans l’avoir vu, de l’immensité de tous ces bâtiments, du nombre de personnes qui y sont employées et de l’activité qui y régnait alors5. » Dans ce contexte, on peut se demander quel est le rôle des forçats, travailleurs de force au sein de ce mouvement perpétuel, qui ils sont, ce qu’ils font et si le port apprécie leur labeur à juste valeur.

Les galériens, travailleurs de force

4En théorie, tous les forçats doivent au roi une semaine de corvée dans l’arsenal tous les quinze jours. Pour assurer une répartition équitable de la peine,

  • 6 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

« Il sera formé dans le bureau des chiourmes tous les vendredis de chaque semaine des listes par numéros seulement de tous les forçats qui devront y servir la semaine suivante, sur la demande qui sera faite de la quantité nécessaire par le capitaine ou les officiers de port à l’intendant qui visera ces mêmes listes après qu’elles auront été vérifiées par le commissaire des chiourmes6. »

  • 7 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

5Dans la réalité, seuls participent à la fatigue les forçats sans qualification car les condamnés dotés de fonds personnels ou employés soit au service de particuliers, soit utilisés par le port comme forçats ouvriers, disposent de la possibilité légale d’y échapper. L’ordonnance de 1748 prévoit en effet que « les forçats ouvriers dans les baraques et ceux travaillant en ville ne pourront être exempts de la fatigue de l’arsenal à leur tour sur le rôle qu’en payant un autre forçat pour remplir leur service et ce paiement sera fixé au moins à cinq sols7 ». De fait, en raison de cette législation, l’essentiel des travaux de fatigue repose donc sur les forçats d’origine paysanne, dont les compétences professionnelles ne trouvent pas place au sein de l’arsenal ou de la ville, ou sur les mendiants ou les vagabonds. Notons pour terminer que les invalides échappent aussi aux travaux de force.

  • 8 Lebeau, Code pénal maritime…, p. 122-144.

6La réforme de 1783 cherchera à distinguer les forçats récupérables pour la société et ceux définitivement tombés dans la délinquance ; elle prévoiera donc de confier les travaux les plus pénibles à cette dernière classe. Il ne semble pas que cette volonté royale ait été respectée. Par contre, pendant la Révolution, Jeanbon Saint-André demande que « les forçats de la première classe [condamnés à moins de 9 ans de fers] [soient] employés aux travaux dans l’intérieur des ateliers et à bord des vaisseaux en armement et désarmement ; les autres, aux constructions, à l’épuisement des bassins, aux excavations, charrois et curage des ports8. » On trouve là l’origine de la distinction du xixe siècle entre grande et petite fatigue, seuls les forçats éprouvés passant de la première à la seconde et bénéficiant donc de travaux moins pénibles.

  • 9 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 123.
  • 10 B. Et G. Carrière, « être forçats à Brest au xixe siècle », Cahiers de l’Iroise, 1980, n° 3, p. 14 (...)

7Les forçats se lèvent à cinq heures en été et à six heures en hiver, mais ce n’est qu’une heure plus tard qu’ils quittent le bagne. En été, ils le regagnent une première fois entre 11h30 et 13 heures, avant de rentrer définitivement à 18 heures. Par contre, en hiver, les forçats effectuent une journée continue qui se termine à 16 heures. Seul le dimanche est marqué par un certain adoucissement des horaires, puisque la journée se termine à 14 heures9. En fait, les forçats travaillent moins que les ouvriers libres puisque, avant de gagner leur atelier, ils subissent une visite des fers, qui dure facilement une heure. En 1823, une commission estime d’ailleurs que le temps de labeur des galériens ne représente que 8/10e de celui des employés libres de l’arsenal10.

  • 11 On compte 18 maillons pour les forçats de fatigue, 36 pour les tailleurs de pierre et 72 pour les (...)
  • 12 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 13 SHMB 1 E 532, fol. 199.
  • 14 AN Mar. DD2740, pièce 312.

8Une fois les chaînes vérifiées, dont la longueur varie d’ailleurs en fonction de la tâche à accomplir11, les forçats sont répartis en fonction des demandes du capitaine de port ou des officiers de port, formulées auprès de l’intendant12. Une concurrence se crée entre les divers services du port pour employer un maximum de forçats. Par exemple, en 1758, faute de gens de mer, les galériens sont employés aux armements : il ne peut donc être question de les détourner pour procéder aux déblais des hangars de la tonnellerie13. En mai 1792, Trouillé se plaint qu’il ne reste que 20 couples de forçats destinés à la batterie de la Rose, pouvant servir à grand-peine au service des maçons, extraction et transport de sable, au chargement et déchargement des déblais, alors que 40 couples ont été retirés des travaux des bâtiments civils pour passer aux travaux du port. Trouillé le regrette fortement : « ce secours nous est d’autant plus nécessaire que si nous continuons à en être privé, nous nous trouverons dans l’impossibilité non seulement de remblayer la plate-forme (sic) et le parapet de cette batterie, mais encore de pouvoir continuer les excavations nécessaires à l’établissement de la rampe qui doit y conduire14. »

  • 15 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

9Commandés par escouade de 10 hommes, sous la direction d’un pertuisanier et accouplés par deux, les forçats se rendent au poste qui leur est assigné pour accomplir l’une des multiples tâches qui leur sont dévolues15.

Les travaux de force

  • 16 AN Mar. B170, fol. 70.
  • 17 SHMB 3 E1119.

10L’absence de traitement perçu par les forçats caractérise la corvée bimensuelle, à l’exception peut-être des 48 cl de vin supplémentaires qui leur sont accordés. De façon extraordinaire, l’intendant demande une gratification pour les galériens. Ainsi, en août 1766, Clugny fait remarquer que « comme les forçats sont censez journalliers du port, il paraitrait également juste de leur accorder quelque chose, on estime qu’en donnant 20 sols à chacun de ceux qui ont été employés à la fatigue, cette dépense pourra se monter à environ 1800 livres ». Choiseul-Praslin refuse de souscrire à cette proposition16. Par contre, en janvier 1780, 180 couples de forçats perçoivent 2 sols pour avoir travaillé cinq soirées à délester les vaisseaux le César et le Languedoc, de même que 100 autres pour celui du Saint-Esprit17. Ces mesures restent le plus souvent exceptionnelles et les galériens travaillent la plupart du temps pour le seul bénéfice du port.

  • 18 M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 81.

11Mis à part le délestage, quelles sont les tâches confiées aux forçats ? Selon Bourdet-Pleville, la fatigue « consistait en des corvées épuisantes réclamées par les divers services de l’arsenal18 ». On peut citer le vidage des bassins de carénage, leur nettoyage, le maniement des ancres, le lestage des vaisseaux, les halages, les travaux de mâtage et de démâtage, le curage du port mais surtout le transport des bois au sein de l’arsenal. La gravure de Nicolas Ozanne présentée dans cet ouvrage illustre en particulier cette dernière activité.

  • 19 SHMB 1 E 545, fol. 62.
  • 20 SHMB 1 E 545, fol. 109.

12Plus précisément, les forçats peuvent être chargés de démolition, comme celle du vaisseau l’América en 178519 ou même d’un édifice entier : en 1787, Redon de Beaupréou quitte avec plaisir l’intendance sombre, humide et malsaine, d’autant plus que l’espace libéré permet l’aménagement d’une longue cale et d’un hangar à matelot. « La démolition de l’hôtel ne coûtera rien au roi parce qu’elle sera faite avec économie par des forçats20. »

13Également, les forçats continuent d’être intéressés au curage du port en 1763. Il reste alors 15 000 toises cubes à enlever en octobre. Comme il faut achever ce travail de longue haleine au plus vite, Filley, lieutenant général des armées du roi et directeur des fortifications, propose alors l’emploi journalier de :

  • 21 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9411, fol. 7-8.

« 50 couples de forçats faisant 100 hommes, tirés de la fatigue, 12 ouvriers pour les conduire et régler le travail. Ces forçats seraient en outre affectés au transport des décombres dans les navires qui auraient besoin de lest, ce qui arrive tous les jours et, par là, l’on épargnerait petit à petit un transport de déblay qui serait très coûteux s’il fallait porter au loin dans la rade21. »

  • 22 SHMB 1 K 1 (a), n° 31.
  • 23 SHMB 1 E 526, fol. 178-182.

14Le transport des déblais constitue donc un travail volontiers confié aux forçats, chargés de l’entretien et du nettoyage du port. En l’an IV, la chiourme se voit confier le déblai de 50 toises cubes de terre pour les fondations de la batterie d’école projetée pour remplacer celle de la pointe22. Qui dit déblai, dit aussi excavations. Or, les forçats participèrent de façon très active aux travaux d’élargissement du port de Brest, par exemple au minage de la montagne de Keravel, derrière le bagne. Dès le 22 septembre 1749, on retrouve un détachement de 20 forçats occupés à cette tâche, « qui n’occasionnent d’autres nouvelles dépenses qu’un supplément de ration23 ».

  • 24 SHMB 1 E 534, fol. 151.
  • 25 SHMB 1 E 545, fol. 273.

15En 1764, Choquet de Lindu obtient aussi à cet effet 400 forçats24. De même, en 1789, Redon de Beaupréou se félicite que les « excavations [du Parc-au-duc] se font par des forçats et coûtent infiniment moins que si des ouvriers libres y étaient employés et que, par conséquent, on fait beaucoup plus d’ouvrage par ce procédé avec beaucoup moins de fonds25 »…

16Ces quelques exemples nous montrent l’étendue des possibilités d’emploi des forçats de fatigue dans le port. Leur nombre s’avère impressionnant. Dès le 11 juin 1749, ce sont 196 hommes que l’on retrouve au travail, répartis selon les ordres du capitaine de port Beaussier de l’Isle, de la manière suivante : 50 forçats sont occupés à gratter les vaisseaux pour les mettre en état d’être résinés, 40 à débarquer le charbon de terre venu de Nantes, 30 à porter et à peser les fers venant de La Charité, 30 à visiter les chaînes et câbles d’amarrage du port, 30 à embarquer les canons et les ancres pour Le Havre et enfin 16 forçats sont employés à la garniture.

  • 26 AMB 4 I 2.1.
  • 27 Ibidem.
  • 28 AN B3790, fol. 168.

17En messidor an II, sur les 2 004 hommes qui constituent la chiourme brestoise, on en compte déjà 408 rien qu’aux mouvements du port, pour un total de 754 galériens au service du port26 ! De même, en germinal de la même année, 500 forçats sont utilisés pour le service des mouvements du port27. En juillet 1788, on trouve, au total, 2 048 forçats de fatigue et 254 ouvriers forçats pour 4 107 ouvriers libres de l’arsenal28.

  • 29 SHMB 1 E 150, fol. 69.

18Ce nombre important de forçats employés pour les travaux du port entraîne le renvoi de 300 à 400 paysans journaliers en 175629.

  • 30 SHMB 1 E 538, fol. 9v.
  • 31 SHMB 1 E 569, fol. 9.
  • 32 SHMB 1 E 275, fol. 145.

19Si les tâches confiées aux forçats s’avèrent pénibles, mais sans plus, l’activité de l’arsenal leur est parfois funeste… En 1769, une barque contenant 20 couples de forçats s’échoue sur de grosses pierres de taille. Voulant la repousser avec un aviron, un soldat fait se retourner la barque trop lourdement chargée qui fait couler avec elle 16 forçats30… Accident non moins grave, en janvier 1788, « une sorte de pont destiné au lestage des vaisseaux du roi ayant défoncé, 39 couples sont tombés à la mer et […] 13 hommes d’entre eux ont péri malgré le secours prompt qu’on leur a porté31 ». Nombreux paraissent les forçats qui se noient dans la Penfeld, alourdis et gênés par le poids de leur chaîne. Mais ce genre d’accident devait arriver tout aussi souvent aux ouvriers libres du port. Un dragueur tombe ainsi à l’eau en fructidor an VI. Il est heureusement sauvé par un forçat, Jean-Claude Polard, qui obtient en conséquence une dispense de travaux pénibles pendant les 10 mois qu’il lui reste encore à purger à Brest32.

La vision du port des travaux de force, entre besoin et productivité

  • 33 SHMB 1 E 98, fol. 183.
  • 34 SHMB 1 E 526, fol. 161.

20Le travail, imposé à des condamnés par la force, est-il productif ? Cette main d’œuvre pénale constitue aussi pour le ministre le prétexte pour diminuer les fonds envoyés à Brest ; ainsi le chapitre qui regarde les journées d’ouvriers et ouvrages à faire pour 1750 est réduit à 900 000 livres car « vous avez à Brest toute cette année les secours des chiourmes pour les travaux de main d’œuvre, ce qui devrait de beaucoup en diminuer les dépenses33 ». Nous citerons également ces quelques mots de l’intendant en mai 1751 : « toutes les premières opérations d’armement se font aujourd’hui sans que nous n’ayons presque de matelots, nouvelle preuve de l’utilité des chiourmes34. »

  • 35 M. Bourdet-Pleville, op. cit., p. 94.
  • 36 B. et G. Carrière, op. cit., p. 142.
  • 37 SHMB 1 E 529, fol. 115.

21Parallèlement, un observateur déclare que « souvent telle besogne qui serait faite en un jour par 12 ouvriers ou matelots ne l’est pas en quatre jours par 50 forçats35 ». La pratique dite de la relève est attestée au xixe siècle : sur cent hommes affectés le même jour à un travail donné, seule la moitié travaille, pendant que l’autre se repose36. Cette coutume, établie spontanément par les forçats, n’est pas attestée au xviiie siècle. L’intendant vitupère tout de même contre la lenteur des forçats de fatigue en 1755 : « quelque secours que nous puissions tirer de la chiourme pour les ouvrages de fatigue, leurs opérations sont toujours un peu lentes », au point que Hocquart prévoit de confier le lestage et délestage des navires à l’entrepreneur Marsin37.

22En 1772, le problème de la rentabilité des forçats préoccupe particulièrement Bourgeois de Boynes. Il demande à Ruis-Embito de

  • 38 SHMB 1 E 183, fol. 311.

« Faire fournir avec le plus d’exactitude qu’il sera possible d’un côté les états des frais qu’occasionne annuellement la conduite des condamnés aux galères, leur nourriture, leur habillement, leur garde et leur entretien dans le port ainsi que la dépense qui se fait pour eux à l’hôpital en médicaments et en journées ; et d’un autre côté d’apprécier, autant qu’il se pourra, l’œconomie qui peut résulter également pendant le cours d’une année des travaux auxquels ils sont employés eu égard au nombre de journaliers qu’ils remplacent et dont ils épargnent la paye38. »

  • 39 SHMB 1 E 183, fol. 405.

23Le ministre relance son intendant dès le 23 septembre car « un préalable nécessaire est d’être convaincu qu’il ne serait pas avantageux d’en être absolument débarrassé39 »…

24Les inquiétudes du ministre ne sont pas partagées par les intendants qui réclament, dans de multiples lettres, un nombre croissant de forçats de fatigue.

  • 40 SHMB 1 E 529, fol. 78-86.

25En 1755, 1 200 forçats de fatigue travaillent dans le port de Brest, or il faudrait déjà ce nombre rien que pour les bassins, en plus des hommes employés aux immenses déblais de la troisième forme de Pontaniou. Les besoins paraissent tels que Hocquart réclame la prochaine chaîne, d’autant qu’on ne fait, selon lui, quasiment aucun usage des galériens à Toulon40.

  • 41 SHMB 1 E 544, fol. 161.
  • 42 AN Mar. B3662.

26En 1776, la diminution de la chiourme oblige l’intendant à engager des journaliers libres : « il en résulte une augmentation considérable dans les grandes dépenses, surtout dans celles des constructions parce qu’à défaut de journaliers, on est quelquefois obligé de faire mouvoir des pièces de bois par les charpentiers41. » La situation ne s’améliore pas en 1779 puisque les charpentiers continuent à hisser les pièces de bois à bord des vaisseaux du fait de la disette en forçats42.

  • 43 AN Mar. BB3134, fol. 233v.

27En l’an IV, la direction des mouvements du port envoie à Paris un tableau éloquent, qui traduit bien l’immense utilisation de la main-d’œuvre pénale dans le port de Brest. Il apparaît alors qu’il manque 60 couples pour nettoyer les quais, 30 pour arranger les ancres et les magasins, 20 pour ramasser les boulets et 200 pour mâter, démâter et délester les bâtiments43 !

  • 44 SHMB 1 E 259, fol. 129.

28Même si ces chiffres exagèrent un peu les besoins, ils n’en sont pas moins représentatifs du manque d’hommes pour la fatigue en l’an IV. En vendémiaire de la même année, le représentant du peuple Champeaux, pour pallier cette disette, avait dû autoriser l’emploi des forçats astreints à la double chaîne44 !

29Mais le meilleur plaidoyer en faveur de l’utilisation des forçats pour la fatigue des arsenaux reste celui-ci :

  • 45 SHMV Mss. 7, fol. 55v-56.

« Admettons que des journaliers libres supportent les dégoûts inséparables de leur service, il est certain du moins qu’ils n’en supporteront pas la fatigue. Il est dans un port un genre de travaux qui ne peuvent être faits que par des forçats. Creuser des fondations. Lester ou délester des vaisseaux, tirer des pontons à terre ; transporter des vases, des tonneaux, des mâts, des boulets ; être toujours prêt nuit et jour à subvenir aux besoins urgents, aux malheurs imprévus, tels que l’incendie ou le naufrage. Tout cela se fait avec des forçats et ne peut se faire qu’avec eux. Est-il un homme libre, par exemple, qui grimpât comme eux dans les roues dont le poids de leurs chaînes accélère si bien les mouvements ? En est-il qui comme eux sait aussi bien faire mouvoir à Toulon les pompes du bassin ? Non, vous ne trouverez personne qui concoure avec tant d’adresse, d’ensemble et de célérité aux rudes travaux des ports.
« Ce n’est qu’en dérobant à l’agriculture ou aux ateliers des villes beaucoup de bras qu’on remplacerait les condamnés aux fers. À peine seraient-ils au fait des travaux qu’ils succomberaient à la fatigue ; et ceux qui les remplaceraient, effrayés d’avoir un pareil sort apporteraient une maladresse qui les exposerait à périr sur la place ou à surcharger les hôpitaux. Enfin, des journaliers libres coûteraient vingt fois plus et fournirait à nombre égal trois fois moins de travaux45. »

30Si ce texte exagère la valeur des forçats de fatigue, il montre cependant combien ils sont bien implantés désormais au sein des arsenaux et combien on sait en tirer profit. Si leur travail peut paraître inférieur à celui des ouvriers libres, c’est sans doute parce qu’ils agissent sous la contrainte. Le prêt des forçats aux entrepreneurs de la Marine constitue une autre façon de rentabiliser la présence des condamnés.

Le prêt des forçats aux entrepreneurs de la Marine

  • 46 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

31Le 27 septembre 1748, l’ordonnance de réunion prévoit dans son article 26 qu’ » il continuera d’être accordé des forçats pour les manufactures utiles à la Marine, établies et à établir dans les différents ports46 ».

32Cette mesure fait référence au bagne-manufacture où les forçats marseillais étaient employés par des entrepreneurs. Il constituait d’ailleurs le seul endroit où les condamnés travaillaient de façon indirecte pour l’arsenal phocéen. Il faut bien distinguer ce prêt de celui aux particuliers de la ville. Dans le premier cas, traité ici, les forçats sont pris au nombre des condamnés désignés à la fatigue ; ils restent donc au service du port, qui tire toutefois des avantages financiers comparables à ceux perçus pour les galériens employés en ville.

33Cette pratique se développe aussi à Brest, suivant l’exemple de Guignen, chargé du curage du port. Ce travail avait été entamé en 1 749 et on avait déjà retiré 1 076 gabarées avant l’emploi des galériens pour cette tâche. Comme le dit Hocquart,

  • 47 SHMB 1 E 526, fol. 95.

« Nous attendons pour occuper les forçats à ce travail que M. Beaussier et Duhamel aient imaginé quelque expédient pour empêcher le prompt dévirement de la grande roue de ces machines après que la cuillère est vidée dans les gabarres, la célérité de ce dévirement ne manquerait pas de faire estropied des hommes enchaînés ensembles dans les dites roues à moins que de les coupler par l’impossibilité où ils seraient de se décharger, j’ay vu des hommes libres passer plusieurs fois avec une rapidité étonnante du bas de la roue au sommet, ce qu’on tâchera d’éviter47. »

  • 48 SHMB 1 E 526, fol. 121.

34En août, Beaussier prend l’initiative de faire essayer à certains forçats la manœuvre de la machine à curer : « plusieurs d’entre eux ont été employés à de semblables travaux à Marseille et assurent qu’on sera content de leur travail. Nous en essayerons après avoir tâché de vaincre la prévention qu’ont nos Bretons de ne vouloir pas travailler avec les forçats au même atelier48. » Visiblement, l’épreuve a dû être jugée largement satisfaisante quand on regarde les clauses du marché conclu par la Marine avec l’entrepreneur De Guignen, le 5 septembre 1749. Le traité passé auparavant, le 1er avril 1741, prévoyait des tarifs de 9 livres 3 sols par gabare pour le curage par deux tours à la galiote jusqu’à la machine à mater et de dix livres 3 sols par gabare entre la machine à mater et la pointe, réalisé par des hommes fournis par l’entrepreneur. Désormais,

  • 49 SHMB 1 E 526, fol. 162-163.

« Par le nouveau marché, le Roy est tenu de fournir au même De Guignen 24 forçats pour chacune des deux grandes machines et 12 seulement pour celle à tenaille, auxquels il sera tenu de payer 3 livres pour chaque gabarre de vases enlevées et transportées sur les 9 livres 10 sols qui lui seront payées par pareil enlèvement depuis les susdites tours jusqu’à la machine à mater ainsi que sur les 8 livres 10 sols depuis cette machine jusqu’à l’entrée du port. Il se trouvera par ce moyen tout balancé 26 sols par chaque gabarée d’économie et 60 rations de forçats de moins au bagne lorsque les trois machines travailleront49. »

  • 50 AN Mar. B2401.

35En octobre 1773, autre exemple, Bourgeois de Boynes et Ruis-Embito prennent des dispositions pour l’entreprise de 30 cales. Ils prévoient ainsi pour les 10 premières la nécessité de l’établissement de 10 ponts pour embarquer les déblais, de 50 bateaux à clapet, de 210 gabariers, 80 maçons, 40 tailleurs, 116 manœuvres, de 60 000 barriques de possolane, des ardoises et de charpentiers. Pour faire les excavations de Keravel, il faut 1320 hommes. 600 forçats sont mis à la disposition de l’entrepreneur, 400 immédiatement et les 200 plus tard, soit issus de la chaîne suivante, soit transférés depuis Rochefort50. Le travail des forçats sera payé à prix faits,

  • 51 AN Mar. B3606.

« L’ingénieur donnant le cubage des masses, l’entrepreneur payant les déblais qui seront exécutés, le tout évalué et signé d’eux pour être rapporté au bagne, afin que le commissaire en cette partie puisse exercer la police avec toute la connaissance des moyens que le travail aura procuré aux forçats et qu’en même temps, il puisse rendre compte des plaintes des dits forçats, s’il y a lieu d’y faire attention51. »

36Ce prêt de condamnés s’explique par l’économie que le roi en tire. En effet, pendant les jours de travail, la nourriture et une partie de l’entretien passe à charge de l’entrepreneur. La Marine peut, autre solution, négocier des tarifs plus bas avec ce dernier.

  • 52 Elle sera ensuite transformée au xixe siècle en caserne des gardes-chiourmes avant de passer au se (...)
  • 53 AN Mar. B3600, fol. 28-32.

37Autre illustration de cette pratique, la manufacture des toiles à voile est dans la tradition du bagne manufacture de Marseille. Commencée en 1763 et achevée l’année suivante, elle s’adosse au mur de clôture du bagne52. Un Mémoire sur les avantages qu’il y a à entretenir la manufacture de toiles à voiles établie au port de Brest de 1772 nous montre que cet établissement permet tout d’abord d’employer les femmes d’ouvriers. 125 métiers y sont alors installés. Si cette manufacture coûte 7 376 livres 5 sols et 9 deniers au roi, il fait toutefois 3 000 livres d’économie par rapport aux toiles tirées d’Angers ou de Beaufort. Mais surtout, le bénéfice pourrait être amélioré par l’emploi des forçats, choisis parmi les condamnés à vie : « six mois au plus suffisent pour y former un homme médiocrement intelligent. » La Marine continuerait à leur donner la ration ordinaire mais l’entrepreneur leur verserait un sol 6 deniers contre les 5 sols par aune de toile dus aux ouvriers libres. Le prix de la toile serait alors, pour les 51 000 aunes achetées annuellement, de 8 925 livres, soit en retirant le prix des rations, une économie substantielle de 5 312 livres et 10 sols au profit du roi53

  • 54 AN Mar. B3679.
  • 55 ADF 8 L 110.

38Les avis restent pourtant partagés sur le maintien de la manufacture, d’autant que l’entrepreneur Duplessis n’a livré pour 1 779 que 33 000 aunes contre les 118 000 prévues. De plus, sur les 132 métiers à tisser que le bâtiment peut accueillir, seuls 54 sont montés. Les forçats s’y montrent pourtant bien présents puisqu’ils en occupent 47 en 178054. Leur travail est apprécié au point que le forçat Le Roi, au service de cet établissement comme contremaître drapier, obtient la permission de rester après sa libération55.

  • 56 SHMB 1 E 568, fol. 111-112.
  • 57 Dès 1783, un terrain avait été acquis pour la construction de cet établissement mais il avait fall (...)

39La Révolution poursuit dans cette voie. Ainsi, en l’An V, le citoyen Audran propose de former « un établissement d’imprimerie de fonderie de caractère et de relieure (sic) pour le service de la Marine de Brest », qui permettrait de réaliser une économie de 40 000 livres. Audran prévoit d’employer « des forçats tant à l’impression qu’à la fonte des caractères et à la reliure56 ». Ce projet ne semble cependant pas connaître de suite. En l’an VI, Pleville-Le Pelley écrit à Najac au sujet de la construction de l’observatoire57 :

  • 58 SHMB 1 L 11, fol. 68v.

« Pour faciliter à l’entrepreneur de se procurer les bras qui pourraient lui manquer, vous ferez insérer dans les conditions de l’adjudication qu’il lui sera fourni le nombre de forçats dont il aura formé la demande et qu’il sera à cet effet sujet à une retenue fixée d’après les prix portés par l’état estimatif pour chaque journée de main d’œuvre58. »

40Ces quelques exemples illustrent une autre façon qu’a trouvé le port de rentabiliser le travail des forçats. En mettant à la disposition des entrepreneurs la force de la main d’œuvre pénale, l’intendant pouvait envisager soit une réduction des tarifs proposés par les adjudicataires, soit le payement par ceux-ci d’une part de la nourriture et de l’entretien des forçats. L’arsenal de Brest pouvait aussi espérer une plus grande rapidité des travaux, toujours plus économique. Cependant, comme nous l’avons vu, le labeur effectué par les forçats semble insuffisant. Sans doute seraient-ils plus efficaces rémunérés.

Les forçats ouvriers

  • 59 L. De Mautort, op. cit., p. 165.
  • 60 B. Pech, Le début du bagne de Toulon 1748-1789, mémoire de maîtrise, Nice, 1974, p. 131.

41En 1779, le chevalier de Mautort remarque que « les galériens qui savent un métier ne chôment jamais et, quand ils sont rangés, ils peuvent pendant leur détention se faire un bon fonds qui leur est exactement payé à leur sortie59 ». Ce visiteur parle sans nul doute des forçats employés comme ouvriers au service de l’arsenal. Nous n’avons en effet pas trouvé trace à Brest de l’expérience menée à Toulon à partir de 1776 et qui consistait à accorder aux forçats de fatigue un salaire de 4 sols 6 deniers par jour60. On peut imaginer que l’utilisation de galériens ouvriers dans les ateliers a dispensé les dirigeants de Brest d’adopter une mesure similaire. Mais qu’en est-il de ces forçats ouvriers ?

L’apparition et le développement des forçats ouvriers

42Dès le 18 août 1749, l’intendant remarque qu’il y a dans l’arsenal 600 à 700 livres de vieux fers épais provenant de la démolition de vieux vaisseaux, qu’il faudrait trier et passer au feu pour redresser ceux encore en état de servir. Hocquart propose donc, pour ce faire, de mettre quelques forçats sous la direction d’un contremaître ; Choquet propose, dans le même ordre d’idée, de les charger de la transformation de mitraille en fer en barre, gros ou petit carillon. Concrètement, selon Hocquart,

  • 61 SHMB 1 E 526, fol. 129-130.

« Il y a au bagne 10 à 12 forgerons ; nous allons les établir avec trois feux pour un pareil ouvrage : c’est suivre nos vues que d’occuper tous ces gens-là et de tâcher à parvenir à les rendre compagnon de travail de gens libres. Je crois que vous approuverez, que je fasse payer à ces forçats ouvriers pendant les premiers jours 10 ou 12 sols par jour sans retranchement ou ration jusqu’à ce que je puisse passer avec eux comme avec les autres un forfait61. »

  • 62 SHMB 1 E 526, fol. 132.
  • 63 SHMB 3 E125 à 3 E128.

43Deux jours après, alors qu’une vingtaine de forçats sont occupés à curer le port, on retrouve effectivement ces forgerons d’un nouveau genre, employés à la conversion de la mitraille en barres de fer62. Ces forgerons forçats apparaissent en outre dans les rôles des ouvriers de l’arsenal. En septembre 1749, ils sont 13, payés 12 sols la journée alors que dans le même temps, les journaliers libres perçoivent un salaire de 15 à 24 sols par jour. En octobre, leur nombre augmente, passant à 17. Parmi eux, le contremaître est payé plus cher, 17 deniers. Ils ont tous désormais acquis le titre de « forçats forgerons ». Au nombre de 18 en novembre 1749, ils se stabilisent de décembre 1749 à février 1750 à 16, puis on les voit disparaître provisoirement des rôles63.

44Pour montrer comment se développe l’emploi des forçats ouvriers, les rôles mensuels de l’arsenal de Brest ont été utilisés en se fondant sur les deux mois de janvier et de juillet, choisis comme échantillons. Nous en avons tiré tout d’abord le graphique ci-dessous qui montre l’évolution du nombre des forçats au mois de janvier.

Évolution du nombre des forçats ouvriers au mois de janvier entre 1754 et l’an VI

Évolution du nombre des forçats ouvriers au mois de janvier entre 1754 et l’an VI
  • 64 SHMB 1 E 147, fol. 751-755.

45Ces chiffres, fondés exclusivement sur les rôles, ont leurs limites : certains d’entre-eux manquent, comme entre 1764 et 1774. De plus, certains ateliers, où la présence des forçats est attestée à une époque donnée, n’apparaissent pas dans ces registres. C’est le cas notamment en 1754 où sont cités par ailleurs des galériens boulangers ou forgerons et 28 condamnés employés à la menuiserie64. Les chiffres présentés sont donc à confronter aux chiffres réels. Ils permettent toutefois de voir une irrégularité du nombre des forçats utilisés d’une année sur l’autre. Si la période antérieure à 1774 semble marquée par beaucoup de pertes de ces rôles, on peut, après cette date, dégager deux époques principales : celle entre 1776-1788, où malgré de grandes fluctuations, le nombre se maintient au-dessus de 250 hommes, et la tranche 1789-an VI, où la présence des galériens diminue fortement jusqu’à l’an III avant d’amorcer une remontée.

46La figure suivante, qui présente l’évolution, cumulée sur cinq ans, du nombre des forçats utilisés dans les ateliers, à partir des rôles du mois de juillet, nous confirme ces différences.

Évolution cumulée sur 5 ans du nombre des forçats aux mois de juillet

Évolution cumulée sur 5 ans du nombre des forçats aux mois de juillet

47Avec les mêmes réserves que celles évoquées plus haut, ce graphique montre encore plus clairement une progression de la présence des forçats ouvriers dans les ateliers. Celle-ci connaît un apogée sur la tranche 1779-1783, qui correspond exactement à la grande période d’activité de l’arsenal de Brest pendant la guerre d’Amérique. Le retour à la paix en 1783 se traduit par un retour aux chiffres de 1774-1778. Cette période de calme, conjuguée avec la diminution globale de la chiourme, entraîne, sur la période 1789-1793, la dépression observée sur la figure. On constate enfin une nouvelle augmentation du nombre de forçats ouvriers entre l’an III et l’an VI. On peut sans doute la rapprocher du renouveau de l’activité portuaire à Brest sous le Directoire, concomitante avec le départ de l’expédition d’Irlande.

48Il y a donc un rapport très net entre le nombre de forçats ouvriers et le rôle naval de Brest. Nous ne sommes donc pas étonnés de constater que le record d’emploi de ce type de main d’œuvre ait été atteint en janvier 1779 avec 485 hommes. Notons cependant que cela ne représente qu’une part relativement peu importante de la chiourme : seulement 7 % en 1775, 11 % en 1781 et 8,5 % en 1793.

  • 65 SHMB 1 E 529, fol. 51.
  • 66 SHMB 1 E 568, fol. 90.

49Il est difficile de voir sur quels fondements s’est développé ce travail salarié des forçats. S’il était déjà dans l’intention de Maurepas d’utiliser des forçats forgerons dès 1749, nous avons l’impression d’une mise en place progressive mais surtout empirique des forçats ouvriers d’autres professions, en fonction des besoins du port. Ainsi, en 1755, du fait des travaux de mâture sur différents vaisseaux, il reste peu d’ouvriers aux voiles : en conséquence, comme le rapporte Hocquart, « j’ai d’abord essayé 10 forçats qui étaient dit-on de cette profession à Marseille ensuite 10 autres et on a été si content de leur adresse (j’en ai été moi-même témoin) que j’en ai fait destiner trente nouveaux à l’attelier65 ». Le même intendant en 1759 ajoute que c’est « la nécessité de mettre de jeunes forçats pour apprendre le métier de voilier qu’on trouve assez difficilement dans ce port [qui] fait que l’on a été obligé d’en faire choix parmi les forçats condamnés à vie66 ».

50L’avantage du système repose essentiellement sur le moindre coût de la main-d’œuvre pénale par rapport aux ouvriers libres pour une formation identique. Quand il présente les ateliers de menuiserie et de peinture en 1783, Guillot insiste sur ce point :

  • 67 AN Mar. B3739, fol. 250.

« Il n’y a que six forçats employés à la menuiserie, ce sont de très bons ouvriers payés à 7 et 8 sols par jour. Lorsque les travaux permettront de faire dans cet atelier une plus forte réduction que celle qui a lieu, je crois qu’il serait plus à propos et plus économique de congédier de préférence quelques-uns des ouvriers libres qui trouveraient facilement de l’emploi dans la ville. Le nombre des forçats de la peinture a été réduit à 20 ; ils sont occupés à broyer les couleurs et payés à 3 sols par jour, si on les congédiait, il faudrait les remplacer par des gens libres que l’on paierait au mois 20 sols par jour67. »

  • 68 SHMV Mss 7, fol. 55-57.

51Une autre justification apparaît tardivement en l’an VI dans un Avis sur la tenue des chiourmes ; ce mémoire développe en effet l’aspect humanitaire, prétextant l’émulation que peut connaître un forçat ouvrier au contact d’un ouvrier libre68. Cette raison nous semble toutefois assez secondaire par rapport aux économies réalisées par l’emploi des condamnés.

La place des forçats dans les ateliers

52On a déjà vu apparaître quelques-uns des ateliers où les forçats sont utilisés comme ouvriers salariés : forges, peinture, menuiserie, voiliers… On définira ici plus généralement les activités salariées des galériens au sein du port et le nombre de ces derniers.

53Le tableau ci-dessous porte les moyennes sur cinq ans du nombre des forçats dans chacun des ateliers de l’arsenal, obtenues à partir des rôles de l’arsenal de janvier et de juillet.

Pénétration de la main-d’œuvre pénale dans les ateliers du port

Pénétration de la main-d’œuvre pénale dans les ateliers du port
  • 69 SHMB 1 E 538, fol. 63v.

54La correspondance permet parfois d’affiner ce tableau au-delà des limites déjà exposées de la source. Ainsi, on voit que les forçats ne sont pas employés au sciage avant 1784. Or, en 1769, on sait que 4 forçats scieurs réclament une augmentation69

55Le tableau marque très nettement la pénétration progressive des forçats ouvriers dans les divers services de l’arsenal. Représentés dans seulement deux ateliers en 1749-1753, à savoir les forges et le magasin général, c’est-à-dire surtout la cordonnerie, on les retrouve dans 14 en l’an II-an VI.

56Il faut noter aussi que la répartition varie beaucoup : dans le cas de la voilerie, par exemple, on compte une présence épisodique des galériens entre 1754 et 1763, puis en 1774-1778 et en l’an II-an VI, ce qui permet de conjecturer une utilisation en fonction des besoins de l’arsenal. Par contre, les forges et la corderie sont marquées par une très grande stabilité de cet emploi. Si on peut douter, du fait de l’insuffisance de notre source, de la précision des dates de l’apparition des forçats dans les différents ateliers, par contre leur répartition reste représentative.

57On peut noter que les effectifs du magasin général restent assez stables, car il compte à la fois les cordonniers, à l’exception de la période de 1789-1793, mais aussi les maçons chargés de l’entretien de l’arsenal et de Pontaniou. Beaucoup d’ateliers toutefois sont marqués par un rôle irrégulier, comme par exemple la salle d’armes-artillerie qui passe d’une moyenne de 0,6 à 30 hommes employés en l’an II-an VI.

58On constate aussi le grand nombre des forçats employés à la mâture, où, comme billardeurs, ils oscillent entre 50 et 90 hommes.

  • 70 AN Mar. B3783, fol. 95-96.
  • 71 AN D226, fol. 159-177.
  • 72 AN Mar. DD2911.

59De même, les forges accueillent un certain nombre de galériens. Il faut cependant distinguer les forges libres, où les condamnés sont surtout utilisés comme journaliers, à l’exception de deux ou trois d’entre eux, de la forge du bagne, où l’on trouve un contremaître libre qui dirige cinq à huit forgerons forçats. Enfin, on doit surtout remarquer la prépondérance de la corderie, où on trouve des galériens espadeurs, étoupiers mais surtout goudronneurs. Cet emploi massif de la chiourme dans ce secteur d’activité, où elle donne les preuves de sa compétence, incite d’ailleurs l’intendant à encore développer son rôle. Ainsi, en 1787, Redon de Beaupréou lance le projet d’établir une corderie à Lannion afin, en temps de guerre, d’alimenter celle de Brest en fil de carets et, en temps de paix, d’espader les chanvres. Pour ce faire, l’intendant veut y envoyer un sous-come intelligent (sic), un pertuisanier et quelques couples de forçats arrivant en fin de peine. Ces derniers, payés 3 sols, feraient le même travail que des ouvriers à 30 ou 35 sols70. Le terrain idoine avait été acheté au sieur Le Briquier de Meshir pour 3800 livres le 9 novembre 178571. On dispose de peu d’éléments sur le fonctionnement effectif de cette annexe, sinon que construite par les forçats en 1789, elle est confiée à un particulier en l’an V et semble cesser son activité l’année suivante72.

  • 73 AN Mar. BB120, fol. 132-133.

60Certains ateliers apparaissent trop tardivement pour les mentionner dans le tableau. Par exemple, en l’an IX, on voit se dégager un atelier de reliure, comportant un maître relieur, aidé de deux forçats pour lesquels Cafarelli, préfet maritime, fait l’acquisition d’un assortiment de fers à dorer73

61Pour terminer, le graphique suivant présente la répartition par atelier des forçats par rapport aux ouvriers libres en prenant comme exemple le mois de juillet 1774.

Présence des forçats au sein des ateliers en 1774

Présence des forçats au sein des ateliers en 1774

62On note, d’après ce graphique, un seul atelier où les forçats ouvriers constituent la part prépondérante. Si le nombre de galériens broyeurs représente une part importante des peintres, les condamnés ne forment que 20 % des salariés des forges ou de la clouterie, deux ateliers où leur nombre reste pourtant élevé.

63La place comparative des forçats salariés apparaît donc très faible dans le port : 3,72 % en juillet 1788, ce qui n’empêche pas que les ouvriers leur reprochent souvent de leur prendre le pain de la bouche.

Ouvriers forçats et ouvriers libres

64La place des forçats ouvriers par rapport aux libres reste limitée et les salaires accordés maintiennent aussi les différences entre les condamnés et les honnêtes gens. Nous présentons ici, toujours à partir des rôles de l’arsenal, les traitements accordés aux divers membres des forges, tonnellerie, mâture et magasin général, ateliers qui connaissent le plus fort taux de représentation des forçats. Mis à part le magasin général et la mâture dont les tarifs datent de 1779, les autres salaires ont été relevés pour 1789. La comparaison globale entre ces deux dates ne recèle pas de grandes différences.

Tarifs des forges

Tarifs des forges

Tarifs de la tonnellerie

Tarifs de la tonnellerie

Tarifs de la mâture

Tarifs de la mâture

Tarifs du magasin général

Tarifs du magasin général

65On constate tout d’abord la différence faite entre les tarifs des forçats journaliers et galériens ouvriers, qui apparaît notamment pour les forges où le qualifié reçoit 10 s contre 3 s pour le journalier. De même, on note pour le tonnelier à 7 sols ou le cordonnier à 16-24 sols, la reconnaissance par la Marine de l’échelle des formations. Seuls échappent à ce schéma le forçat billardeur de la mâture ou le maçon qui touchent les mêmes 3 s que les galériens payés pour les excavations par exemple.

66On note en deuxième lieu que le forçat reste toujours le moins payé. Par exemple, un apprenti gagne plus qu’un forçat forgeron ou le journalier que le forçat de la tonnellerie.

67Ces tarifs correspondent à des forçats payés à la journée. Nous n’avons trouvé que les scieurs de long rémunérés à la tâche : les planches qui leur reviennent rapportent moins que celle des libres mais le pécule ainsi amassé reste considérable. En messidor an II, 10 scieurs forçats sont payés pour un total de 1304 livres 4 sols et 11 deniers, soit plus de 130 livres par mois !

  • 74 AN Mar., B3625, fol. 344-346.

68En 1776, un mémoire anonyme estime que les forçats ouvriers sont trop payés et que cet argent que la Marine leur verse passe directement dans les poches des bas-officiers des galères, trop heureux de les voir dépenser leur pécule en douceurs à la taverne ou à la cantine74

  • 75 M. Floch, « la vie de l’ouvrier de l’arsenal », Cahiers de l’Iroise, 1965, n° 4, p. 270.
  • 76 H. Dein, « le bagne de Brest », Revue de Paris, 1839, n° 1, p. 268.

69De plus, si les forçats restent moins bien rémunérés que les ouvriers libres, il faut noter qu’ils n’ont rien à dépenser pour leur subsistance, leur logement ou leur vêtement. Ils n’ont aucune famille à charge. En outre, les ouvriers libres reçoivent souvent leur salaire en fonction de ce que la Marine possède dans ses caisses. Jamais les forçats n’en arrivèrent après huit mois de retard de solde, à manifester chez l’intendant, avec femmes et enfants, en refusant de reprendre le travail75… D’une certaine manière, on comprend à la fois la solidarité des ouvriers libres par rapport aux forçats qui travaillent au coude à coude avec eux mais aussi une envie réciproque. Si les forçats peuvent regretter la liberté de leurs collègues, ces derniers pourraient parfois désirer la situation matérielle des forçats à l’abri de l’expulsion et sans famille à nourrir. « Mon esclavage n’a plus que trois ans de durée, le tien durera toute ta vie76 », aurait dit un forçat à un ouvrier…

Le travail des privilégiés

70Le travail des privilégiés, qu’ils soient employés aux baraques ou au service de la Marine, reste le seul déjà existant au temps des galères.

Les emplois de faveur

  • 77 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

71Certains forçats peuvent également profiter d’emplois de faveur au service du bagne, plus qu’à celui de l’arsenal. Un mémoire du 19 juin 1750 nous en donne la liste. On compte alors six forçats barbiers, chargés de raser la tête et la barbe des galériens, deux qui s’occupent de la chaudière et de la cuisson, six employés à enlever les ordures, balayer le bagne, distribuer la soupe et remplir les baquets d’eau. On trouve aussi six condamnés de piquet dans une chaloupe pour aller prendre les vivres. Enfin, un mousse de payot sert aux comes illettrés pour tenir leurs registres, traite les comptes et les courriers de ses semblables ; un barberot suit la visite du chirurgien et donne les soins les plus simples ; un sacristain assiste l’aumônier dans ses offices77.

72Par la suite, se développent en outre les chaloupiers, forçats chargés du ferrement et du déferrement de leurs camarades, les galériens servants d’hôpital, dont nous étudierons le rôle ultérieurement, les garde-bitons, auxquels on confie le soin et l’allumage des fanaux.

  • 78 SHMB 1 E 144, fol. 231.

73Le bourreau apparaît aussi comme l’un de ces forçats privilégiés. En 1751, par exemple, Jean Dallet, condamné à Agen pour vol avec effraction, se voit confier cette tâche contre 150 livres d’entretien par an et la ration de mer. Il reçoit de plus à chaque exécution un supplément, calculé comme suit78 :

Tarifs du bourreau du bagne

Tarifs du bourreau du bagne
  • 79 M.-L. Coquelin, « l’exécuteur de haute justice sous l’Ancien Régime, l’exemple breton au xviiie si (...)
  • 80 Cité par P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 132.
  • 81 L. de Mautort, op. cit., p. 166.
  • 82 P. Roger, « Quand Brest abritait le bagne », Cahiers de l’Iroise, 1961, n° 1, p. 33.

74Nous avons comparé ces « tarifs » avec ceux pratiqués par le bourreau de Dijon79. Il apparaît que ce dernier reçoit les mêmes sommes pour pendre et rouer que son confrère brestois. Le forçat exécuteur partage aussi avec lui le mépris de la société. Si les condamnés, à la limite, toléreraient la présence parmi eux d’un bourreau dans le civil qui continuerait d’exercer au bagne sa sinistre profession, le forçat qui accepte de se charger de cette besogne pour le confort matériel qu’elle apporte fait l’objet des menaces de ses camarades. Appert, contemporain du bagne, cite même le cas au xixe siècle d’un de ces bourreaux obligé de dormir dans la niche du chien pour échapper à celles-ci80. La potence se dressait dans la cour du bagne81. La municipalité de Brest ne disposant ni de personnel ni de matériel faisait d’ailleurs appel au bagne pour les exécutions, jusqu’au jour où l’incongruité de la démarche apparut aux yeux des élus brestois qui firent dorénavant venir le bourreau de Rennes82.

  • 83 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575 et SHMB 1 E 157, fol. 693.
  • 84 B. Pech, op. cit., p. 144.

75Le bourreau gagne donc bien sa vie. Il ajoute à ces gains financiers les privilèges attachés aux autres emplois de faveur, en particulier la dispense de la fatigue, accordée par exemple en 1759 aux quatre mousses de paillot, quatre coqs et huit barberots, recrutés, il est vrai, au sein des invalides83. De plus, il ne porte pas la chaîne et ne garde que la manille autour de la cheville, d’où leur surnom de « forçat chaussette ». Choisis dans un premier temps parmi les condamnés à temps les moins dangereux, ces forçats privilégiés sont, après la réforme de 1783, issus des faux sauniers et des déserteurs84.

76Ils restent toutefois peu nombreux par rapport au reste de la population carcérale.

Le travail en baraque

  • 85 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

77La chiourme marseillaise disposait déjà de ces boutiques où les galériens vendaient à la population différents objets à des prix défiant toute concurrence, au grand dam des commerçants phocéens. L’ordonnance de réunion de 1748 reconnaît ces pratiques aux forçats dispersés entre Brest et Toulon : « il pourra être établi des baraques en dehors des bagnes où les forçats pourraient travailler de leur métier et faire vendre les ouvrages qu’ils auront faits dans les bagnes et salles de force, les jours qu’ils n’auront point été destinés à la fatigue des arsenaux85. »

  • 86 SHMB 1 E 526, fol. 60.
  • 87 SHMB 1 E 526, fol. 71.
  • 88 SHMB 1 E 144, fol. 31.

78Avant même l’arrivée des condamnés à Brest, on s’était donc préoccupé de leurs baraques. En juin 1749, on ne sait pas encore exactement combien elles seront mais l’emplacement, par contre, a été choisi : « il a été jugé que le terrain qui serait plus favorable au débit des forçats est le devant de la corderie basse à prendre depuis le pavillon de l’entrée du costé de la ville jusqu’au pavillon du milieu. C’est là que se feront les baraques sur le bord du quay et fermées du costé de la mer. » L’intendant obtient la permission d’utiliser des vieilles planches et des vieux clous du port pour leur édification86. Même si la maladie qui attaque les ouvriers provençaux retarde le travail, les baraques commencent à s’élever87. Au 4 août, on en compte 34 sur le quai de la corderie. Par faveur exceptionnelle, les forçats qui s’y abriteront ne verront pas leurs rations retranchées pendant les trois premiers mois88.

  • 89 Ibidem.

79Si ces artisans particuliers n’échappent pas en théorie à la corvée de l’arsenal, ils peuvent toutefois payer un de leurs compagnons en lui donnant au moins 5 sols pour accomplir son tour de fatigue89. Cette mesure prend effet à dater du 1er janvier 1760.

  • 90 L. De Mautort, loc. cit.

80Les forçats des baraques demeurent cependant peu nombreux : le 19 juin 1750, on en compte 94 sur une population pénale de 2411 hommes, soit moins de 3,9 % de celle-ci. On trouve notamment des perruquiers, des tailleurs des chapeliers, des cordonniers, des graveurs ou des orfèvres. Mautort se souvient même de s’être servi « d’un horloger qui avait de la réputation et qui possédait une fort belle boutique au bagne même90 ».

  • 91 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 92 On peut y ajouter les risques d’incendie : en 1752, par exemple, une des baraques s’embrase à caus (...)

81Le système présente un certain nombre d’avantages. Il permet notamment d’utiliser à leur métier les forçats éprouvés. En outre, la Marine réalise une économie sur la nourriture puisque l’on retranche les rations de ces condamnés auxquels leur commerce assure suffisamment de fonds pour s’alimenter auprès des tavernes du bagne91. Toutefois, se posent aussi des problèmes de sécurité, car cette ouverture du bagne sur la ville ne peut que favoriser les évasions92. De plus, si, en apparence, les forçats exercent des activités tout à fait légales, admises par la Marine, les baraques cachent aussi des délits et de multiples trafics : fabrication de faux, recel…

  • 93 SHMB 1 E 569, fol. 305.
  • 94 En 1838 à Toulon, et sans doute à la même époque à Brest, s’ouvre le bazar du bagne, héritier de c (...)

82Les baraques, comme nous l’apprend une lettre de l’an V, sont supprimées au début de l’administration de Redon, c’est-à-dire, soit vers 1785, quand il devient intendant, hypothèse la plus probable, soit vers nivôse an III quand il accède au poste d’agent maritime93. Cette mesure permet de réduire les plaintes de la population brestoise sur la concurrence déloyale des condamnés à leur égard94.

83En définitive, on peut constater que la majorité des forçats demeurent employés à la fatigue de l’arsenal. Si l’utilisation des forçats ouvriers se développe progressivement entre 1749 et 1775 avant de connaître un apogée pendant les années de la guerre d’Amérique, cette main d’œuvre ne constitue qu’une part relativement faible de la population pénale. Son accroissement forme toutefois l’un des éléments les plus marquants de la vie des forçats à Brest au xviiie siècle. Quant aux emplois de faveur ou au travail en baraque, ils sont les seuls héritiers des galères à proprement parler puisque les travaux de fatigue systématiques apparaissent avec le bagne. Ils ne représentent toutefois qu’une faible part de la chiourme, qui pourtant crée de nombreux problèmes à la Marine, notamment du fait de la concurrence avec la ville dont nous allons avoir quelques exemples.

Notes

1 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

2 SHMB 1 E 526, fol. 370.

3 SHMB 1 E 97, fol. 59-61.

4 AN 352 A.P. (5), p. 119.

5 L. de Mautort, « Brest en 1779 », extrait des Mémoires du chevalier de Mautort, publié dans Cahiers de l’Iroise, 1964, n° 3, p. 165.

6 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

7 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

8 Lebeau, Code pénal maritime…, p. 122-144.

9 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 123.

10 B. Et G. Carrière, « être forçats à Brest au xixe siècle », Cahiers de l’Iroise, 1980, n° 3, p. 141.

11 On compte 18 maillons pour les forçats de fatigue, 36 pour les tailleurs de pierre et 72 pour les scieurs de long. P. Roger, « Quand Brest abritait le bagne », Cahiers de l’Iroise, 1961, n° 1, p. 33.

12 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

13 SHMB 1 E 532, fol. 199.

14 AN Mar. DD2740, pièce 312.

15 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

16 AN Mar. B170, fol. 70.

17 SHMB 3 E1119.

18 M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 81.

19 SHMB 1 E 545, fol. 62.

20 SHMB 1 E 545, fol. 109.

21 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9411, fol. 7-8.

22 SHMB 1 K 1 (a), n° 31.

23 SHMB 1 E 526, fol. 178-182.

24 SHMB 1 E 534, fol. 151.

25 SHMB 1 E 545, fol. 273.

26 AMB 4 I 2.1.

27 Ibidem.

28 AN B3790, fol. 168.

29 SHMB 1 E 150, fol. 69.

30 SHMB 1 E 538, fol. 9v.

31 SHMB 1 E 569, fol. 9.

32 SHMB 1 E 275, fol. 145.

33 SHMB 1 E 98, fol. 183.

34 SHMB 1 E 526, fol. 161.

35 M. Bourdet-Pleville, op. cit., p. 94.

36 B. et G. Carrière, op. cit., p. 142.

37 SHMB 1 E 529, fol. 115.

38 SHMB 1 E 183, fol. 311.

39 SHMB 1 E 183, fol. 405.

40 SHMB 1 E 529, fol. 78-86.

41 SHMB 1 E 544, fol. 161.

42 AN Mar. B3662.

43 AN Mar. BB3134, fol. 233v.

44 SHMB 1 E 259, fol. 129.

45 SHMV Mss. 7, fol. 55v-56.

46 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

47 SHMB 1 E 526, fol. 95.

48 SHMB 1 E 526, fol. 121.

49 SHMB 1 E 526, fol. 162-163.

50 AN Mar. B2401.

51 AN Mar. B3606.

52 Elle sera ensuite transformée au xixe siècle en caserne des gardes-chiourmes avant de passer au service de la pharmacie centrale de la Marine. P. Levot, Histoire de la ville et du port de Brest, Bachelin- Deflorenne, t. II, p. 145.

53 AN Mar. B3600, fol. 28-32.

54 AN Mar. B3679.

55 ADF 8 L 110.

56 SHMB 1 E 568, fol. 111-112.

57 Dès 1783, un terrain avait été acquis pour la construction de cet établissement mais il avait fallu attendre l’arrêté des représentants du peuple le 5 ventôse an III pour qu’il soit mis en place dans le jardin de l’intendant. En fait, en l’an V, le ministre Truguet préfère l’installation d’un kiosque sur le terrain de 1783. Placé sur un sol instable, le kiosque ne servit en fait que fort peu de temps, sous l’autorité de l’abbé Rochou. P. Levot, op. cit., p. 302.

58 SHMB 1 L 11, fol. 68v.

59 L. De Mautort, op. cit., p. 165.

60 B. Pech, Le début du bagne de Toulon 1748-1789, mémoire de maîtrise, Nice, 1974, p. 131.

61 SHMB 1 E 526, fol. 129-130.

62 SHMB 1 E 526, fol. 132.

63 SHMB 3 E125 à 3 E128.

64 SHMB 1 E 147, fol. 751-755.

65 SHMB 1 E 529, fol. 51.

66 SHMB 1 E 568, fol. 90.

67 AN Mar. B3739, fol. 250.

68 SHMV Mss 7, fol. 55-57.

69 SHMB 1 E 538, fol. 63v.

70 AN Mar. B3783, fol. 95-96.

71 AN D226, fol. 159-177.

72 AN Mar. DD2911.

73 AN Mar. BB120, fol. 132-133.

74 AN Mar., B3625, fol. 344-346.

75 M. Floch, « la vie de l’ouvrier de l’arsenal », Cahiers de l’Iroise, 1965, n° 4, p. 270.

76 H. Dein, « le bagne de Brest », Revue de Paris, 1839, n° 1, p. 268.

77 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

78 SHMB 1 E 144, fol. 231.

79 M.-L. Coquelin, « l’exécuteur de haute justice sous l’Ancien Régime, l’exemple breton au xviiie siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 1993, t. C, n° 1, p. 59.

80 Cité par P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 132.

81 L. de Mautort, op. cit., p. 166.

82 P. Roger, « Quand Brest abritait le bagne », Cahiers de l’Iroise, 1961, n° 1, p. 33.

83 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575 et SHMB 1 E 157, fol. 693.

84 B. Pech, op. cit., p. 144.

85 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

86 SHMB 1 E 526, fol. 60.

87 SHMB 1 E 526, fol. 71.

88 SHMB 1 E 144, fol. 31.

89 Ibidem.

90 L. De Mautort, loc. cit.

91 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

92 On peut y ajouter les risques d’incendie : en 1752, par exemple, une des baraques s’embrase à cause d’un fougon utilisé par les forçats. SHMB 1 E 145, fol. 169.

93 SHMB 1 E 569, fol. 305.

94 En 1838 à Toulon, et sans doute à la même époque à Brest, s’ouvre le bazar du bagne, héritier de ces baraques, où les visiteurs attirés par cet univers particulier acquéraient des petits souvenirs, tels les noix de coco gravées que l’on peut observer au musée de la Marine de Brest. Toutefois, on y vendait plus de babioles que d’objets de la vie courante comme les perruques ou les souliers du xviiie siècle. B. Pech, op. cit., p. 153 et P Henwood, op. cit., p. 195.

Table des illustrations

Titre Évolution du nombre des forçats ouvriers au mois de janvier entre 1754 et l’an VI
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-1.png
Fichier image/png, 11k
Titre Évolution cumulée sur 5 ans du nombre des forçats aux mois de juillet
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-2.png
Fichier image/png, 5,3k
Titre Pénétration de la main-d’œuvre pénale dans les ateliers du port
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-3.png
Fichier image/png, 11k
Titre Présence des forçats au sein des ateliers en 1774
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-4.png
Fichier image/png, 4,4k
Titre Tarifs des forges
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-5.png
Fichier image/png, 2,1k
Titre Tarifs de la tonnellerie
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-6.png
Fichier image/png, 2,1k
Titre Tarifs de la mâture
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-7.png
Fichier image/png, 2,0k
Titre Tarifs du magasin général
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-8.png
Fichier image/png, 1,9k
Titre Tarifs du bourreau du bagne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17270/img-9.png
Fichier image/png, 3,5k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search