Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre X. La moralité

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Si le logement, la nourriture et l’habillement constituent les besoins les plus élémentaires pour la vie du forçat, celui-ci peut avoir également des besoins moins prosaïques : envie de s’évader dans sa tête pour quelques instants dans des moments de loisirs, besoin de spiritualité ou tout simplement d’affection. Les moments de la vie du forçat où celui-ci peut assouvir cet autre genre de besoin, s’avèrent encore plus rares, et donc plus précieux ; l’administration du bagne, plus par nécessité de maintenir le calme dans sa chiourme que par simple humanité, essaie à la mesure de son possible de les autoriser.

Les loisirs

Tabac et loisirs divers

2Un des petits plaisirs de la vie du forçat semble être la consommation de tabac ; or celle-ci est rapidement jugée dangereuse pour le bagne qu’un brandon mal éteint et tombé sur un des taulas risque d’enflammer. C’est pourquoi, dès le 26 août 1749, l’intendant Hocquart promulgue une ordonnance portant

  • 1 SHMB 1 L 7, fol. 63v-64.

« très expresses défenses à tous bas-officiers, soit comites, argousins, pertuisaniers, forçats et Turcs de prendre du tabac en fumée dans le bagne, dans les baraques, ni les environs, à quelques heures que ce soit, ne leur permettant d’user de tabac en fumée qu’à la fontaine du bagne, au dessus d’une baille remplie d’eau1. »

  • 2 SHMB 1 L 7, fol. 123.

3La lutte contre le tabagisme sauvage ne semble pourtant pas dissuader les forçats et Hocquart, en janvier 1751, doit aggraver la peine prévue pour eux : surpris la première fois, ils subissent alors la bastonnade et la mise à la double chaîne pendant trois mois2.

  • 3 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

4Les besoins en tabac, légalement fourni par les sous-comes, paraissent tels que, rapidement, des problèmes de contrebande de tabac émergent. Par l’ordonnance du 22 juillet 1681, la surveillance de ce trafic appartient aux comes qui « empêcheront que les forçats vendent ou débitent du tabac en contrebande ou qu’ils en aient en entrepôt dans les bagnes à peine de 300 livres d’amende au profit du fermier au payement de laquelle ils seront contraints par saisie de leur solde3 ».

5Malheureusement, cette fraude est plus difficile à punir quand ce sont ceux chargés de la réprimer qui la dirigent. Comme le dénonce Défossé,

  • 4 AN Mar. DD2741, fol. 3v.

« Depuis longtemps, il était d’usage que les sous-comités de mizaine vendissent aux forçats le tabac en poudre et à fumer, qu’en arrivait-il ? L’envie de gagner les menaient à faire une fraude d’autant plus criminelle qu’ils achetaient à très bas prix du tabac corrompu plus propre à incommoder qu’à satisfaire les malheureux forçats auxquels ils le faisaient payer aussi cher que celui du bureau des Fermes, combien de fois n’ai-je pas eu le cœur navré d’entendre les plaintes de ces malheureux : “Monsieur, me disaient-ils, nous sommes condamnés dans nos provinces aux peines des galères pour avoir vendu ou colporté du faux tabac et nous sommes obligés de subir nos peines sous des bas-officiers qui semblent vouloir les augmenter en faisant à nos yeux et dans nos demeures une fraude manifeste. La loi est-elle juste”, me disaient-ils4 ? »

  • 5 Cité par P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1978, p. 133.

6Le tabac s’accompagne aussi du jeu. Dauvin écrit en 1841 : « les pipes s’allument, les évasions se trament, les jugements se rendent ; des parties de dames, d’échecs, de trictrac, de dominos s’engagent, dont quelquefois un assassinat convenu à commettre par le perdant5. » Si cette description s’avère un peu mélodramatique et dépeint une soirée qui n’aurait pas déparé dans un roman d’Eugène Sue, on ne peut cependant sous-estimer la complicité ou la haine née autour d’un jeu de cartes, dans un monde où la moindre parole enflamme…

  • 6 R. Lecotte, Les noix de coco gravées, extrait du Bulletin de la Société archéologique « Le vieux p (...)

7La période qui s’étend du retour des forçats du travail vers 16 heures jusqu’au couvre-feu de 21 heures constitue aussi l’occasion pour les forçats de réaliser quelques babioles. On n’a pas trouvé témoignage de la vente de petits objets tels que noix de coco gravées ou petites tabatières, dont l’existence est attestée au xixe siècle6 et dont il reste encore quelques exemples au musée de la Marine de Brest.

L’activité épistolaire

  • 7 ADF 8 L 110.

8Certains dessinent, d’autres écrivent… ou font écrire par leur camarade lettré des missives pour obtenir leur libération. Les archives départementales du Finistère renferment ainsi nombre de ces suppliques, flattant les législateurs et protestant de l’innocence du forçat : par exemple, la lettre de Georges Koselin, originaire de Sélestat qui s’adresse ainsi le 3 fructidor an II : « Ô vous de qui dépend le sort des infortunés, vous qui journellement les faites renaître au centre de la liberté, vous enfin qui estes généreux que respectable, refuserez vous de me tendre une main favorable », avant de se dire évidemment « victime d’un sort arbitraire7 ».

  • 8 Ibidem.

9Certains, sous la Révolution, tentent de faire vibrer la fibre patriotique de leurs correspondants, comme Quéroy, « cré entier (sic) des Fermiers généraux », qui réclame un « décret de la sublime convention nationale8 ». Toutes les lettres se ressemblent, sans doute composées à la chaîne par le paillot, forçat écrivain, contre espèces sonnantes et trébuchantes. Sort cependant du lot un chef-d’œuvre de flatterie, l’ « épître au représentant du peuple Champeaux » composée par le forçat Legros :

  • 9 Ibid.

« Champeaux pour vous chanter que n’ai-je du Parnasse
« Les talens enchanteurs, ce feu que rien n’efface
« Pour prix de vos bontets que ne puis-je à jamais
« A la postérité retracer vos bienfaits […]9. »

  • 10 SHMB 1 E 568, fol. 152.
  • 11 SHMB 1 E 145, fol. 543-544 et 765.

10Certaines des lettres paraissent beaucoup plus machiavéliques, prêchant le faux pour obtenir liberté ou vengeance : en 1761, trois forçats écrivent pour se plaindre de n’avoir pas été libérés alors qu’ils ont servis comme infirmiers pendant l’épidémie de Louisbourg. Après contrôle de Testanière, il s’avère qu’ils n’ont « pu être employés au service des malades puisqu’il a été vérifié qu’ils étaient eux-mêmes attaqués de la maladie épidémique10 ». Au reste, cette lettre garde un caractère somme toute bon enfant. Les forçats se servent aussi de leur correspondance pour régler leurs comptes entre eux. Ainsi en 1752, les juges des gabelles de Toulouse reçoivent des lettres de menace d’un nommé Guillaume Baliban… Heureusement pour ce dernier, il est rapidement établi qu’Auret, autre galérien, en est l’auteur11.

  • 12 F. Vidocq, Mémoires de Vidocq, chef de la police de sûreté…, Cercle du bibliophile, 1968, p. 211.
  • 13 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 269.

11Plus souvent, on a affaire à ce que Vidocq appelle les « lettres de Jérusalem12 », qui consistent à faire obtenir, de manière frauduleuse, sa grâce ou de l’argent par une personne bien en cour. C’est ce qu’essaient de mettre en pratique trois forçats qui, en 1753, contactent Mme de Sabran « au sujet d’un prétendu vase rempli de pièces d’or qu’ils disent avoir trouvé avant d’être condamnés aux galères dans un mur que feüe Mme de Sabran leur faisait démolir et l’avoir caché dans la terre auprès de son château13 ». Les heureux destinataires de ce genre de courrier sont tout de même dupes une fois sur cinq si l’on en croit Vidocq…

  • 14 ADF 20 L 12.

12L’imagination des forçats n’a d’ailleurs pas de limite. La citoyenne veuve Ruffin, résidente près du couvent de Saint-Mathieu, reçoit un appel à l’aide du chevalier de Pontual, cordon de Saint-Jean, connu sous le nom de Pertuizet, qui se fait passer pour une des personnes « qui ont débarqué à Quiberon […] pour la bonne cause ». Cette lettre est transmise au commissaire du directoire auprès de l’administration municipale de Lorient qui la fait passer à son tour à celui auprès de l’administration du Finistère. Ce dernier assure le 15 thermidor an VI que « ce n’est point le chevalier de Pontual, et il a encore moins débarqué à Quiberon, c’est un scélérat forcené et un des plus mauvais sujets du bagne14 ».

  • 15 SHMB 1 E 199, fol. 146.
  • 16 SHMB 1 E 145, fol. 705.

13Certains forçats s’affirment également comme des professionnels de la correspondance illicite comme Cabusson, piqueur du marquis de Puysieulx, condamné pour vol nocturne de la cassette de son maître et qui « écrit ici à tout le monde des lettres fort extraordinaires. L’intention du Roy de qui j’ai pris les ordres est que l’on ôte à ce malheureux tout moyen d’écrire15 », ce qui ne l’empêche pas d’ailleurs de continuer16.

  • 17 ADI-et-V C 135.
  • 18 Ibidem.
  • 19 SHMB 1 E 569, fol. 2.
  • 20 ADI-et-V C 135.
  • 21 Ibidem.

14Un autre spécialiste du harcèlement épistolaire se trouve en la personne du forçat Nicolas Guillaumé. En 1787, l’intendant de Rennes, Bertrand, reçoit un mémoire dans lequel celui-ci dénonce des « faits de vexation et de rapine ». M. Bertrand transmet ces plaintes à Montmorin puisqu’il lui « paraît juste et conforme aux principes qui [le] dirigent d’approfondir les réclamations de quelque part qu’elles reviennent17 ». Le secrétaire d’État à la Marine répond qu’il charge Beaupréou d’éclaircir l’affaire, bien que « persuadé que les faits graves […] tant contre un commis employé au bagne de ce port que contre un ancien aumônier de cette maison de force sont sans fondements18 ». L’intendant de Brest, après avoir enquêté sur l’affaire, s’inquiète surtout des soupçons que cette histoire fait peser sur le commissaire des chiourmes Défossé car « il serait bien fâcheux pour le service que de pareilles imputations vinssent à le dégoûter de la place dans laquelle j’ai eu beaucoup de peine à le déterminer de se fixer ». Il demande à la fois de ne pas trop prendre en considération les mémoires des forçats et d’interdire la sortie du courrier non visé par le commissaire19. Beaupréou est non moins sévère avec Bertrand, l’accusant clairement d’ingérence dans un service dans lequel il ne connaît pas grand-chose, et lui reproche un soupçon injurieux « qui l’a conduit à envoyer au ministre et non à l’intendant le mémoire du forçat20 ». La réponse de Bertrand ne se fait pas attendre, empreinte d’une certaine gêne puisque l’intendant se « flatte au surplus que vous me rendez la justice de croire qu’un soupçon injurieux pour votre administration ne peut avoir plus d’accès dans mon esprit que le désir de vous désobliger ne peut en trouver dans mon cœur21 ».

  • 22 ADF 8 L 110.

15Mais Guillaumé ne renonce pas pour autant à sa hargne épistolaire : sous la Révolution, il envoit deux suppliques aux représentants du peuple à Brest, une au tribunal de cassation de Paris, dont le double est expédié au tribunal criminel de Haute-Marne, ainsi qu’une « réflection et moyens contre la procédure et la sentence définitive du sr Dufour, lieutenant criminel du ci-devant bailliage de Chaumont ». Ce procédé porte ces fruits puisque le tribunal criminel du département de Haute-Marne procède à la révision du procès le 5 septembre 1793 ; après examen des 34 chefs d’accusation portés contre l’huissier escroc et fabricateur de fausses lettres, sa peine est réduite à 20 ans de fers, soit encore 6 ans de bagne à purger, en vertu de l’article 15 du code pénal du 25 septembre 1791 qui décrète que « tout fonctionnaire ou officier public qui sera convaincu de s’être rendu coupable de crime de faux dans l’exercice de ses fonctions sera puni de la peine des fers pendant vingt années22 ».

16Cet huissier perdu puis sauvé par sa plume n’est pas le seul à avoir des talents… Les forçats vont même donner une comédie dans le bagne, non sans provoquer quelques remous.

La comédie des forçats

17Dans les années 1795-1796, un violent conflit éclate entre Bluteau, chef civil chargé du détail des chiourmes, et les comes. Une comédie jouée par les forçats vint mettre le feu aux poudres.

  • 23 Ibidem.

18Les multiples oppositions entre les administratifs et le personnel de surveillance en formait le contexte, avec un apogée le 1er vendémiaire an IV, date à laquelle Bluteau avait proposé le remplacement pur et simple de cette compagnie par des volontaires fournis par le commandant de la place23.

19À cette extrême agitation des gardes des chiourmes, s’ajoute le conflit qui oppose Bluteau au sous-comité de misaine Durand. L’affaire remonte au 2 vendémiaire an IV. Le forçat Lelong occupe le poste de payol dans la salle Vigilance. Or ce jour-là, on envoie celui-ci procéder à un appel général en la salle Équité, qui se déroule bien jusqu’au moment où il s’agit de contrôler sept couples de retour des travaux :

  • 24 Ibid.

« A ce moment, le citoyen Durand, sous-comité et de garde, s’est présenté et avec cette prévention née de l’insubordination, quoique son chef come présent s’y opposait disant au premier sergent qu’il n’avait point d’ordre à recevoir d’un forçat, puis s’adressant à Lelong auquel il vomit mille injures, à quoi celui-ci répondit qu’il remplissait ses devoirs. Durand termina pour dire qu’il se f… des ordres du chef24. »

20Emprisonné à Pontaniou et renvoyé hors d’accusation par la cour martiale maritime le 7, Durand s’attaque alors à la compétence de Bluteau et, pour la première fois, l’affaire de la comédie des forçats apparaît sur le tapis…

  • 25 Ibid.

21Durand accuse en effet Bluteau, en présence de cinq membres de la cour martiale maritime, d’avoir organisé un spectacle joué par les forçats ; il se dit prêt à montrer les billets qui l’attestent et dénonce la libération du forçat Legros, alors à la double chaîne, « pour lui faciliter les moyens de représenter dignement les personnages dont on voulait qu’il rappelât les glorieux exploits25 ».

22Bluteau se défend de cette accusation à la fois auprès de la cour martiale maritime mais aussi auprès du représentant du peuple, affirmant que :

« Ce fait […] est absolument calomnieux, ce n’est pas que les forçats n’ayent donné un spectacle dans un cachot situé au bout d’une des salles, dont l’entrée est au fond de la cour, mais que ce spectacle ait été organisé par moi, que j’y ai même donné mon consentement, c’est une imposture abominable qui démasque la méchanceté de son auteur. J’ignorai parfaitement tout ce qui s’est fait à cet égard jusqu’après la représentation et alors, instruit du plan et de ce qui s’était passé, j’ordonnai aux prétendus acteurs de détruire leur ouvrage, c’est-à-dire le théâtre que la négligence des comes et sous-comes à m’en instruire avait laissé établir. »

  • 26 Ibid.

23Il produit en outre un certificat du chirurgien attestant que Legros n’a été enlevé de la double chaîne que par maladie26.

  • 27 Il semblerait que le sujet de la tragédie soit la mort de César. Ibid.
  • 28 Ibid.

24La déclaration de Dubois, employé des bureaux civils de la Marine au détail des chiourmes, va dans le sens du témoignage de son chef : « traversant (sic) la cour dite des baraques, plusieurs forçats m’ont accoter (sic) pour me prier d’engager le citoyen Bluteau, chef du bagne, à leur permettre de s’assembler dans la chambre du conseil pour y repetter entre eux une tragédie27 » ; l’employé promit d’en faire la demande, à laquelle Bluteau répondit par un refus28.

25Mais les comes, mus sans doute par une solidarité de groupe, décident de porter leurs griefs auprès de la commission de la Marine et des Colonies à Paris alors que dans le même temps, fait inouï, les forçats cherchent à défendre le chef du bagne par une pétition…

  • 29 SHMV DD59.
  • 30 Ibidem.

26Les revendications des comes exposent au grand jour les rancœurs mal ravalées depuis des années. Ils exigent la fermeture de la cour aux forçats, ainsi que celle de la baraque de l’horloger, lieu de recel, la protection de l’entrée du bagne et la condamnation de la porte de l’hospice, passage des prostituées. Ils réclament également le meilleur contrôle des forçats en ville, le maintien d’un mousse de paillot par salle et la punition des forçats pétitionnaires29. Ils accompagnent ces revendications générales de la demande de révocation de Bluteau qui « n’a aucun moyen pour conduire le détail des chiourmes » et exigent le retour à ce poste de Proux dont « Genay et Saint-Pern […] peuvent attester que, pendant sa gestion, le détail allait aussi bien qu’il était possible et s’il n’en avait pas quitté, les choses n’en iraient que mieux car vous conviendrai […] qu’à chaque changement de chef dans cette partie, il en résulte une désorganisation quelque fois funeste au bien du service ». Les comes insistent en outre sur la responsabilité de Bluteau dans l’affaire de la comédie en parlant des cartes d’invitation portant son cachet30.

27Malheureusement, l’attitude des forçats qui défendent leur chef dans une pétition ne semble pas faite pour arranger les choses. Nous reprenons le récit de Legros au moment où Bluteau vient de les informer de son refus de les autoriser à répéter :

« Quelques jours après, ayant récidivé la même demande au citoyen Bluteau dans la maison dite de la cour du bagne, il nous fit réponse : « vous avez donc bien envie de jouer la comédie et bien faite-le dans la cour. Elle est assez grande », qu’ayant pris cette réponse à l’affirmative, nous cherchâmes dans la dite cour un lieu propice, qu’ayant trouvé un endroit qui n’était habité, nous nous en enparâmes jusqu’au moment où, ayant appris que nous avions donné une représentation, il nous ordonna de le détruire. »

28Le forçat Legros ajoute que, au vu des huit jours que durèrent les préparatifs dans la cour, les comes ont eu tout le temps pour en avertir le chef et que leur absence de réaction marque surtout la volonté de nuire à Bluteau. Celui-ci vint voir les préparatifs et ordonna la destruction de la scène pour le lendemain 5 heures, ce qui fut fait après la représentation à laquelle assista l’épouse du Bluteau. Legros démontre aussi la pureté de leurs intentions : « notre but était de nous rendre utiles en formant une école de mœurs pour les enfants des comes de la maison qui, pour la plupart, ne savent pas lire ; d’ailleurs, sous Robespierre, mêmes les détenus jouai des pièces républicaines ». Legros, après avoir à nouveau vanté la probité et la trop rare humanité de Bluteau, termine par un petit couplet patriotique :

  • 31 Ibid.

« Nous, enfants de la patris, nous qui, dans vingt combats, avons versé notre sang pour elle, […] nous que des jugements iniques ont dégradé mais point anéantis, nous jurons de respecter nos chefs quels qu’il soit pour le bien du service mais de ne jamais nous avilir au point d’excuser leurs fautes et de les démasquer à la face de la République, dusions nous perdre cette vie que nous conservons pour le bonheur de la France et de ses représentants31. »

  • 32 SHMB 1 E 259, fol. 429.

29Avant de trancher sur ce débat épineux, David, adjoint de la seconde division, demande à l’agent maritime Genay de l’éclairer tant sur la conduite du sous-come Durand que sur celle du chef Bluteau32. Le rapport dressé après examen de toutes les pièces révèle un dilemme.

  • 33 SHMV DD59.

« Le citoyen Bluteau paraît on ne peut pas moins propre à diriger le détail des chiourmes. Non seulement il ne pouvait autoriser le spectacle que les forçats se sont permis de donner ; mais quand même il devait prendre des mesures pour prévenir leur rassemblement qui pouvait avoir des inconvénients majeurs. D’un autre côté, on ne peut accéder à la demande que font les comites de remplacer ce fonctionnaire par le citoyen Proux aîné, sans donner un exemple dangereux33. »

  • 34 Nommé sous-commissaire de 2e classe le 1er germinal an IV, il quitte Brest pour Belle-Île avec ce (...)

30En définitive, dans cette affaire, on peut dire que les torts sont amplement partagés entre Bluteau34, certainement chef de chiourmes assez médiocre et imprudent, ou peut-être tolérant, mais confronté aux revendications croissantes de ses hommes, et les comes qui n’ont pas non plus une attitude très claire dans l’histoire… Il reste que cette anecdote illustre aussi l’existence d’une certaine vie culturelle au bagne, dont quelques-uns des détenus, huissiers, professeurs ou religieux, ont certainement une éducation mieux achevée que celle de la majorité de leurs surveillants.

La religion

  • 35 Cité par M. Le Clere, La vie quotidienne dans les bagnes, Hachette, 1973, p. 9.

31Si, comme le dit Dostovïesky, « sous un habit de forçat ou d’assassin, on peut trouver un cœur d’homme35 », il appartient surtout aux aumôniers du bagne de le soigner… à condition que le galérien soit catholique. Or on trouve aussi des Turcs et des protestants…

Le cas protestant

  • 36 A. Zysberg, Les galériens, vie et destin de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Se (...)
  • 37 A. Zysberg, op. cit., p. 104.
  • 38 A. Zysberg, op. cit., p. 106.
  • 39 B. Pech, op. cit., p. 77.
  • 40 B. Pech, loc. cit.
  • 41 B. Pech, op. cit., p. 81.

32Les travaux de M. Zysberg montrent clairement une faible présence réformée : seulement 4 % des 38 000 galériens présents à Marseille au plus fort de la répression, entre 1680 et 174836. L’évolution annuelle des condamnations aux galères pour cause de religion met également en lumière une forte diminution après la guerre des camisards37, sans pour autant cesser puisqu’on compte encore 130 condamnations au début du siècle des Lumières et une cinquantaine après 174838. L’adoucissement de l’opinion publique sur le protestantisme, la moindre nécessité de main d’œuvre pénale font que Toulon n’accueille que 76 nouveaux condamnés pour cause de religion entre 1748 et 176239, date à laquelle le parlement de Toulouse prononce les deux dernières sentences envoyant des réformés aux galères. Précisons tout de même que « il n’y eut jamais de condamnation pour simple appartenance à la Religion prétendue réformée (RPR), mais ce fut toujours pour un délit, d’importance et de nature variables, perpétué à cause de cette appartenance40 ». Il faut en outre noter que « ces galériens pour la foi » sont largement soutenus, ce qui leur vaut parfois des libérations avant terme comme Claude Chaumont, dont Voltaire négocie la grâce en 176441. Globalement, on constate donc à Toulon une nette diminution des protestants dans les rangs de la chiourme, d’autant plus notable que ce bagne draine des régions qui peuvent apparaître comme gagnées par la RPR.

  • 42 SHMB 1 E 213, fol. 519.

33On peut donc juger que si protestants il eut à Brest, ils demeurèrent fort peu nombreux et surtout représentatifs des forçats étrangers venant d’Allemagne ou des cantons suisses. En 1782, cependant, quelques années avant l’édit de Tolérance, à une époque où Toulon ne reçoit plus ce genre de condamnés, Castries demande à Guillot de vérifier si « dans le nombre des forçats actuellement existants au port de Brest, il s’en trouve qui a [ient] été condamnés aux galères pour cause de religion42 ».

Les Turcs

  • 43 Encore en 1753, le bailli du Boccage a fait l’acquisition pour le compte de Louis XV de huit homme (...)

34Les Turcs constituent une autre minorité religieuse rencontrée au bagne de Brest. Ils présentent par rapport aux précédents la différence d’être des esclaves achetés par le Roi et non des Français condamnés pour cause de religion. Ce statut leur laisse une plus grande liberté de culte. En effet, « les Turcs sont des esclaves pris en guerre ou acheptés », en général à Malte, en Espagne ou en Italie par l’ambassadeur du Roi43. Différents facteurs leur font profiter d’amélioration par rapport à l’ordinaire du galérien : l’absence de crime à expier, la crainte que leur retour au pays après évasion ne soit suivi de représailles sur les Chrétiens résidant chez eux et enfin leur utilisation pour contenir d’éventuelles révoltes des galériens et pour appliquer la bastonnade.

  • 44 Cependant les testaments seront considérés comme nuls s’ils ne sont pas reçus par les écrivains et (...)
  • 45 « On a pour lui beaucoup d’égards. Il a la liberté de coucher dans une barraque (sic), la permissi (...)
  • 46 AN Mar. G 232 (2), loc. cit.

35Ils bénéficient en conséquence d’un certain nombre d’avantages : le droit de tester44, la présence d’un cimetière et d’un imam45 à Toulon. Laissés libres dans les galères, ils ont en outre pour leur fête religieuse la permission de « s’assembler en corps sur une galère et qu’on leur prête même des ustençiles (sic) pour se préparer à manger46 ».

  • 47 SHMB 1 L 7, fol. 37v.
  • 48 AN Mar. D51, p. 18.

36Quant aux convertis au christianisme, en plus du sol par jour qu’ils reçoivent du Roi comme salaire47, on a « soin de les éloigner autant qu’il est possible de la société des autres esclaves turcs pour prévenir les désordres que les reproches sur le changement de religion n’aurait pas manqué d’occasionner entre eux et en même temps pour les empêcher de retomber dans leurs anciennes erreurs48 ».

  • 49 AN Mar. G 232 (2), p. 9.
  • 50 SHMB 1 E 568, fol. 70.
  • 51 SHMB 1 E 568, fol. 73.
  • 52 SHMB 1 E 172, fol. 413.
  • 53 SHMB 1 E 172, fol. 445.
  • 54 SHMB 1 E 172, fol. 533.
  • 55 SHMB 1 E 172, fol. 531.

37Dans le cas de Brest, à la fin juillet 1755, on compte seulement 10 Turcs pour 2 429 forçats alors qu’ils sont 157 à Toulon pour un total de 2 439 hommes49. En juin 1758, ils ne sont plus que 750 que le ministre désire élargir avec tous les autres maures présents en France51. Sans doute ont-ils été maintenus en captivité à Brest, malgré l’absence de besoin en hommes forts pour tirer la rame, rôle qui leur est ordinairement dévolu. En effet, dix ans après, Clugny reçoit l’ordre de libération, en date du 16 mai 1767, de 4 Turcs : Amet Ben Amet, Casseim Ben Mahomet, Amet Ben Casseim et Mahomet Ben Aachour52. Le 1er juin 1767, le ministre se réjouit d’ailleurs de l’arrivée dans le port de Brest de la corvette la Lunette envoyée par M. de Breugnon pour prendre en charge ces hommes auxquels on a remis auparavant quatre chemises, deux paires de bas, un habit complet de matelot, un bonnet et 30 livres en argent « afin qu’ils puissent se louer de la façon dont ils ont été traités53 ». La signature d’un « traité de paix qui assure à l’avenir de ce côté aux navigateurs françoys la liberté de la mer et du commerce », conclu avec le Maroc, permet l’échange des sujets français en esclavage contre ces Turcs du bagne de Brest54. Le Roi avait accepté auparavant de déroger à l’usage de la cérémonie de procession à Paris des esclaves rachetés des Maures et avait préféré que ces derniers soient confiés aux religieux de la Trinité et de la Merci55.

38En définitive, si l’on peut constater une réelle présence de Turcs à Brest, le nombre de ceux-ci n’a guère dû dépasser une dizaine, ce qui s’explique par la situation géographique et la quasi absence d’armements de galères en Ponant. Cette faible communauté n’a pas dû alors bénéficier d’un culte adapté comme c’était visiblement le cas à Toulon.

39S’il y a activité religieuse au bagne, elle est donc, semble-t-il, exclusivement catholique.

La majorité catholique

  • 56 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 57 A. Choquet de Lindu, Description du bagne…, Malassis, 1759, p. 3.
  • 58 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

40Le règlement du 8 décembre 1685, repris dans le Mémoire en forme de règlement, prévoit que « l’aumônier se rendra le matin et le soir dans les bagnes pour y faire les prières accoutumées, les instruire et leur administrer les sacrements, il fera le prosne tous les dimanches avant ou après la messe et le catéchisme après vêpres56 ». Si le témoignage de Jean Marteilhe nous apprend que cette cérémonie religieuse se déroulait en plein air, à bord des galères, l’équipement religieux du bagne de Brest semble limité au strict minimum. Choquet de Lindu révèle que « dans le vestibule [entre les deux salles des forçats] est un autel sur des roulettes, couvertes d’un étui, que l’on transporte au pied de l’escalier pour venir à l’enfilade des salles et y dire la Messe et officier les fêtes et dimanches, les forçats ne bougeant point de leur banc57 ». L’homme de Dieu bénéficie cependant de l’aide d’un forçat sacristin58.

  • 59 A. Choquet de Lindu, loc. cit.
  • 60 AN Mar. D51.
  • 61 SHMB 1 E 144, fol. 235.
  • 62 SHMB 1 E 144, fol. 39-40.

41On sait également que les aumôniers logent dans le pavillon central de ce bâtiment59. Traditionnellement, ils sont choisis parmi « des gens éprouvés par une longue suite des services, qui ont fait plusieurs campagnes sur les vaisseaux du Roy et dont les capitaines ont rendu plus d’une fois bon témoignage, en un mot, gens dont l’intendant est sûr et qu’il propose avec connaissance de cause60 », en l’occurrence parmi les Jésuites du Séminaire de la Marine. De façon secondaire, par exemple, il est décidé de créer un second poste d’aumônier des galères61. En accord avec le recteur du séminaire de la Marine de Brest, Hocquart décide de le choisir parmi les anciens aumôniers des vaisseaux d’un mérite reconnu et hors d’état d’aller à la mer car, « comme les fonctions des aumôniers affectés pour la chiourme demandent bien des talents et des qualités supérieures, il est par conséquent nécessaire d’avoir une attention scrupuleuse dans le choix des sujets62 ».

  • 63 Cité par M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 189.
  • 64 M. Bourdet-Pleville, loc. cit.
  • 65 P. Henwood, op. cit., p. 152.
  • 66 J. Ollivier, « Au bagne de Brest autrefois », Télégramme de Brest, 12 août 1968.

42Il semble que leur influence soit assez limitée sur une population somme toute assez peu réceptive. Comme le dit Lauvergne, « l’aumônier est moins adoré que le médecin63 », car ce dernier a le pouvoir d’envoyer les forçats à l’hôpital ! Seule peut-être l’approche de la mort crée une certaine proximité avec l’homme de Dieu64 qui a surtout un rôle de soutien moral à apporter. Il peut être parfois aussi l’intermédiaire pour demander une libération… L’Église tente parfois aussi des missions dans ce monde qu’il faut pratiquement évangéliser ; ainsi, le ministre de la Marine écrit le 8 septembre 1775 à l’intendant de Brest : « dès que vous jugez, Mr, qu’il convient de faire faire dans le bagne une mission pour l’instruction de la chiourme, je ne puis que l’approuver65. » Les efforts continueront après 1800 quand une chapelle sera aménagée, où l’abbé Musy fera installer une statue de la Vierge, don de la Reine Marie-Amélie66.

  • 67 SHMB 1 L 38, fol. 98.
  • 68 SHMB 1 E 201, fol. 571.

43Payés 700 livres67, ces aumôniers sont employés exclusivement au service du bagne : il faudra ainsi que le secrétaire d’État à la Marine sollicite pour l’abbé Bonnecamp à l’évêque de Léon « les pouvoirs de confesser les gens libres dans le bagne seulement » pour que le religieux puisse s’occuper des malades libres installés à l’hôpital du bagne après l’incendie de celui de la Marine68.

  • 69 AN Mar. D51, fol. 1.
  • 70 Ibidem.
  • 71 Ibid.

44Le seul problème qui demeure pour ces aumôniers, outre la tiédeur de la croyance de leurs ouailles, reste celui de leur dépendance vis-à-vis de leur maison religieuse. Cet aspect avait déjà été abordé à Toulon en 1751 par Mistral, Magny et Dupoiron. Il était ressorti de leurs délibérations que, dans un premier lieu, l’indépendance des aumôniers par rapport à leur ordre risquait de provoquer un relâchement dans leur sacerdoce et que « si les officiers préposés à la police des chiourmes auront l’œil à ce que la messe, les vêpres, les prônes, catéchisme et prières se fassent aux heures réglées, […] ce n’est point à eux à connaître du fond de ces choses et à s’ingérer du spirituel69 ». Mais, dans un second temps, les trois hommes jugèrent que les obligations d’un ordre s’avéreraient incompatibles avec le rôle de l’aumônier du bagne qui doit saisir « les moindres instants. Celui-ci […] n’a affaire qu’avec des malfaiteurs toujours éloignés du bien, toujours dans le cas d’avoir besoin des insinuations et du zèle d’un bon prêtre70. » Ils ajoutent à cela la nécessité d’éviter les changements continus de religieux car « jamais un aumônier amovible ne pourra s’attirer la confiance du forçat, ni même apprendre la façon de conduire des âmes auxquels le crime ne coûte rien. Il n’y a que le temps et l’expérience qui puissent accoutumer un honnête homme à vivre continuellement avec des malfaiteurs et à pénétrer dans des cœurs endurcis71. »

  • 72 SHMB 1 L 39, fol. 105.
  • 73 SHMB 1 L 39, fol. 140.
  • 74 SHMB 1 E 215, fol. 827.
  • 75 SHMB 1 E 216, fol. 443.

45L’autonomie des aumôniers par rapport à leur maison mère est donc prônée. Reste que l’avis des supérieurs est pris en compte quand il faut procéder à leur remplacement : ainsi, René Richard, choisi sur proposition du Grand Vicaire, messire de Morigny72, ou Jacques Louis Jous sur avis du supérieur du séminaire royal de la Marine, messire Foll73. Malgré cette apparente bonne entente, des problèmes de dépendance apparaissent à Brest. En effet, en 1783, suite à la demande de Guillot, deux capucins, les pères Colomb et Juttaud sont nommés aumôniers du bagne de Brest par brevet du 1er mars 1783. Mais, le 17 août, le secrétaire d’État à la Marine écrit à Guillot, en raison du renvoi de ces deux religieux malgré les « certificats des principaux préposés au bagne qui attestent leur bonne conduite et leur assiduité à remplir les fonctions de leur ministère ». Castries attend un rapport de son intendant pour confirmer ce renvoi, soupçonnant la jalousie de la communauté pour ses deux membres relevant désormais du Roi, ce qui « les rend indépendants de tout autre autorité que celle de Sa Majesté74 ». Ce n’est que suite à un entretien avec l’évêque de Léon que le ministre confirme le renvoi des deux capucins dans leur couvent75.

46En abordant ces différents aspects de la vie de l’aumônier du bagne, quelques-uns de ces personnages ont fait leur apparition : on pourrait citer en outre Hoffer, Jean Le Boullic, Bertrand Nielly, les sieurs Boully, Riou, Le Roux… L’abbé Bonnecamp semble le plus représentatif d’un aumônier du bagne de Brest.

  • 76 SHMB 1 L 40, fol. 74v.
  • 77 A.-P. Segalen, « Encore le bagne de Brest : l’abjuration d’un Jésuite en 1770 », Cahiers de l’Iroi (...)
  • 78 ADF B 1626, fol. 33.

47Joseph-Pierre de Bonnecamp naît à Vannes le 4 septembre 1707, où il est baptisé le même jour à la paroisse Saint-Salomon76. Son grand-père, Nicolas, est connu des services de la Marine puisqu’il est nommé en 1691 second médecin du Roi à l’hôpital de la Marine à Brest. Entré dans la compagnie de Jésus, employé dans les missions du Canada, Joseph enseigne l’hydrographie à Québec77. De retour en Bretagne, il est nommé aumônier du bagne en 1764. Pour obtenir ce poste, il doit cependant se conformer à l’édit royal de novembre 1764 qui confirme la dissolution de la Société de Jésus. En dépit de ses bons services, cette appartenance aux Jésuites met parfois Bonnecamp dans une situation difficile. Le 18 mars 1770, il doit comparaître devant Claude Piriou, bailli, lieutenant général civil et criminel du Siège royal de Brest, pour rendre le « serment prescrit par l’arrêt de la cour rendu le deux de ce mois. […] Il a juré et affirme d’être inviolablement fidèle au Roi, de tenir les quatre propositions de l’assemblée du Clergé de France de 1682 et les libertés de l’Église gallicane, d’abjurer le régime et l’enseignement de la dite Société […]78. »

48En 1780, Bonnecamp demande à se retirer. Laporte appuie sa demande de pension :

  • 79 AN Mar. C736, dossier de Bonnecamp, pièce 5.

« Ce prêtre qui a rendu de très bons services était au bagne depuis 1764. Il a rempli l’année dernière pendant trois mois avec beaucoup de zèle les fonctions d’aumônier de l’hôpital qui y était établi. Il est âgé de 76 ans et infirme et il ne lui est plus possible de remplir (sic) ses fonctions […]. Il propose de se retirer dans un séminaire de Paris où il pourra être reçu au moyen d’une modique pension79. »

  • 80 AN Mar. C736, dossier de Bonnecamp, pièce 6.
  • 81 Acte de sépulture de Pierre-Joseph Bonnecamp, cité par A.-P. Segalen, loc. cit.

49Bonnecamp obtient une pension de 500 livres sur les invalides le 31 mai 178080. Il décède au château de Tronjoly, en la paroisse de Gourin, le 28 mai 179081.

50Ces seize ans au service des âmes du bagne constituent sans doute une sorte de record détenu par un aumônier dont on ne peut douter l’abnégation à un des postes les plus difficiles et les plus frustrants…

Les femmes : soutiens, complices ou compagnes de débauche

51S’il semble que les femmes des forçats aient été tolérées à Marseille, où elles ont accompagné leur époux avec leurs enfants, leur présence fut de tout temps jugée suspecte par les autorités municipales. L’usage leur permet cependant de rester en la cité phocéenne. En 1704, le commandant des galères déclare :

  • 82 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 160.

« On a permis de tous temps aux femmes des forçats de travailler au devant des baraques de leur mari et MMrs les échevins ont souffert jusqu’à présent leur établissement dans cette ville ; il s’en trouve présentement quarante une suivant le rôle qui m’en a été donné. Je vérifierai au premier jour par des preuves certaines si elles sont mariées à ceux qu’elles ont déclarés82. »

  • 83 SHMB 1 E 569, fol. 27.
  • 84 SHMB 1 E 569, fol. 30.

52Des motivations familiales, mais aussi financières, expliquent l’attitude de celles-ci, car elles peuvent toujours espérer récupérer une partie du pécule constitué par leur mari. L’affection qu’elles leur portent intervient aussi et certaines tentent même d’obtenir leur libération. Ainsi, en 1788, l’épouse de Julien Legrand fait remarquer que d’autres condamnés, envoyés en même temps au bagne pour les mêmes motifs, avaient été élargis. Le certificat du commissaire des chiourmes affirme la véracité des propos de cette femme83 et le 28 novembre, Legrand est détaché de la chaîne84.

  • 85 ADF B 2176.

53Il arrive aussi que les femmes des galériens se montrent à la hauteur des méfaits de leur mari. Ainsi, dès 1752, une affaire de fausse monnaie éclate à Brest. Deux auteurs de vols nocturnes en sont accusés mais la perquisition ne donne rien. Cependant, « ayant eu avis secret qu’il y avait dans la rue de Keravel des femmes de galériens qui étaient tous les jours éprises de vin et avoient beaucoup d’argent, le remontrant soupçonna qu’elles menaient un commerce avec l’aide des forçats préjudiciable à la société ». Effectivement, dans la maison où demeure Marguerite Alexandre, épouse du forçat Jean Humbert, on découvre un petit sac contenant du matériel de fabrication et quelques pièces de fausse monnaie. Cette fouille fructueuse suscite la requête du procureur, Bergevin85. Conduite le 5 février 1752 en prison, Marguerite est interrogée ce même jour et déclare être native des environs de Montmédy, être âgée de 35 ans et résider à Brest depuis deux ans. Le 5 avril, Bergevin demande que la coupable soit pendue et étranglée sur le marché aux herbes de la ville avec confiscation de ses biens et amende de 10 livres. La sentence est confirmée le 11 avril par la cour royale de Brest.

54La réaction de la cour royale de Brest est rapide puisque dès le 5 février 1752, Bergevin démontre que :

« Une des principales causes des vols nocturnes qui se commettent en cette ville depuis longtemps provient sans doute de la facilité que les femmes de galériens ont trouvé de s’y procurer des retraites, d’où allant prendre leurs instructions au bagne, elles les communiquent à tous les malfaiteurs et les gens sans aveu. »

  • 86 ADF B 2369.

55Le procureur évoque le cas exposé ci-dessus et requiert « que défenses soient faites à tous propriétaires ou locataires de maisons de cette ville d’affermer ou sous louer des appartements ny donner aucunes retraites aux femmes des forçats de ce port à peine de cinq cent livres d’amende et de plus grande peine en cas de récidive86 ». En juin 1754, la communauté de la ville de Brest prend la même mesure :

  • 87 A. Corre, « Règlement de police pour la ville de Brest du mois de juin 1754 », Bulletin de la Soci (...)

« Faisons très expresses défenses même aux femmes, enfant ou parents des forçats détenus au bagne de venir en cette ville et à tous les habitants de leur donner retraite, sous peine d’être procédé extraordinairement vers les premiers de 50 livres d’amende, vers les habitants qui les retirent même de plus grande peine en cas de récidive87. »

  • 88 SHMB 1 E 537, fol. 24.
  • 89 Le chevalier de Mautort, présent à Brest en 1779, cite le cas d’un notaire condamné pour faux : «  (...)

56On sait que ces deux mesures furent peu respectées puisque l’on retrouve en 1767 la mère du forçat Aubin Tesnieres88, habitant à Brest, se faire la complice de son fils et du camarade de celui-ci. Mais la ville marque la volonté de se fermer à la présence des familles des galériens alors que le bagne, quant à lui, reste un lieu ouvert ; il ne semblerait pas qu’il y ait eu d’interdiction de visites et rien n’empêche de penser que les épouses de condamnés n’aient pu se mêler à la foule qui fait ses achats auprès des baraques des forçats89… à condition qu’elles le veulent.

  • 90 SHMB 1 E 568, fol. 188.

57Parfois, elles marquent un sentiment de rejet à l’égard de leur époux. Ainsi la femme de Dupont, forçat n° 3698, écrit un placet tout à fait calomnieux envers son mari, au point que Testanière, contacté par le secrétaire d’État à la Marine, doit faire une enquête pour établir que « ce malheureux n’est nullement coupable de ce dont elle l’accuse et qu’au contraire il n’a jamais donné aucun sujet de plainte depuis qu’il est au bagne90 ». Si cette solution peut nous apparaître extrême, il faut se rappeler la situation peu enviable de ces femmes de galériens, toujours mariées devant Dieu mais privées au quotidien d’un homme qui apporte au foyer l’essentiel de sa subsistance. Leur position se complique dans le cas d’épouses de forçats condamnés à vie, c'est-à-dire de morts civils, dont le Roi a acquis les biens au moment de la condamnation.

  • 91 Le divorce est instauré par la loi du 20-25 septembre 1792; sa procédure est allégée par les décre (...)
  • 92 SHMB 1 E 252, fol. 825.
  • 93 SHMV DD512, fol. 18.
  • 94 SHMV DD51, fol. 4. Déjà le 11 janvier 1796, le forçat Claude Serrière avait demandé pour sa femme (...)

58La Révolution apporte la solution en promulguant la loi sur le divorce91. La première de ces procédures date de l’an II, quand Antoinette Alexis Lecomte marque sa volonté de se séparer de son époux, Jean-Jacques Caste, forçat n° 2869092. Cette initiative sera suivie en l’an III par Marguerite Boursin et Anne Nicolas Oldet, femmes de François Charoit et de Joseph Albert Chenevier93 et d’autres… La Révolution, en permettant ces séparations, donne l’occasion aux femmes de galériens de refaire leur vie plus dignement. Elle apporte en compensation aux forçats la possibilité pour leur femme de demeurer à Brest : « les femmes de forçats ne pourraient être légalement privées de la faculté d’habiter le lieu de détention de leur époux lorsqu’elles n’ont en vue que de leur offrir les soins et consolations conciliables avec les lois et règlements sur la police des bagnes ; mais elles doivent être soumises à une surveillance particulière94. »

  • 95 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 160.
  • 96 Édifié entre 1684 et 1685, le refuge de la Madeleine abrite surtout les prostituées « repenties » (...)

59Dans les faits, la majorité des forçats sont tout de même privés de leur famille et de leur femme et recherchent ailleurs des compensations auprès des professionnelles de l’amour ou de leurs propres camarades. Si l’équivalent d’une Honorade qui, à Marseille, « men [ait] depuis longtemps une vie scandaleuse, retirant chez elle des forçats et Turcs auxquels elle fournit des occasions de débauche95 » n’est pas attesté, on doit envisager que Brest pouvait aussi offrir ce genre de consolation… La présence dans le port du refuge de la Madeleine96 en est le témoin. Parfois, ce sont même les bas-officiers eux-mêmes qui organisent la prostitution au bagne, comme le rapporte Defossé, commis au bagne en 1790 :

  • 97 AN Mar. DD2741, fol. 2v.

« Les logements du fond des salles étaient occupés par des bas-officiers dont les femmes, les filles et les domestiques étaient obligés de parcourir les salles d’un bout à l’autre au milieu des forçats et ce qu’il y avait de pire, c’était les diverses fréquentations de certains forçats baraqueurs et autres fripons dans les maisons de ces bas officiers parce qu’ils avoient du pécule et qu’ils y trouvaient tout ce qu’ils cherchaient, femmes débauchées, eau-de-vie, liqueurs, café, etc.97 »

  • 98 SHMV DD59.

60Malgré les plaintes, la situation n’évolue guère et on continue de regretter que « la porte de l’hospice qui donne dans la cour du bagne [soit] ouverte en tous temps et [que] cette issue propice aux amours clandestins des forçats a [it] souvent ménagé la furtive entrée des filles que l’on a trouvé couchées avec les infirmiers98 ».

  • 99 AN Mar. G 232 (2), p. 22.
  • 100 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

61Pourtant, les risques pris par ces prostituées paraissent grands, au moins sur le papier : l’ordonnance du 13 février 1688 prévoit que « les filles de mauvaise vie qui auront été trouvées dans les baraques de forçats ou de Turcs et convaincues d’entretenir avec eux quelques commerces scandaleux soient condamnés à avoir le nez et les oreilles coupés par l’exécuteur de la haute justice et à être menées en cet état le long du port99 ». Ce texte est cependant largement tempéré par l’arrêt du 5 octobre 1729 qui ordonne que « les femmes débauchées qui entretiendront commerce avec des forçats et généralement toutes personnes suspectes de favoriser leur évasion seront jugées par l’intendant et condamnées à telle peine afflictive ou infamante qui sera jugée convenable selon l’exigence des cas100 ». Plus que les relations entre les forçats et les prostituées, qui sont tolérées comme un exutoire propre à maintenir un certain calme dans le bagne, c’est le risque d’évasion que semblent donc redouter les autorités maritimes.

  • 101 AN Mar. G 232 (2), p. 22.
  • 102 A. Zysberg, « La naissance du bagne », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 7 (...)
  • 103 Cité par M. Le Clere, op. cit., p. 194.
  • 104 Infection sexuellement transmissible de l’urètre, due aux gonocoques et se traduisant par des brûl (...)
  • 105 SHMB 1 L 9, fol. 145-146.

62Fortement répandue au bagne, l’homosexualité est aussi admise officieusement… Si, en théorie, l’ordonnance du 19 septembre 1689 rappelle que « tout forçat ou Turc convaincu de crime de sodomie sera condamné à être brûlé vif au lieu où le supplice puisse être veu des forçats et des Turcs101 », dans la réalité, l’intendant ferme les yeux sur ce vice inhérent à tout rassemblement dans un même lieu d’individus de sexe identique. Dans ce domaine aussi, les argousins sont prêts, moyennant finances, à permettre à deux compagnons de demeurer ensemble, l’accouplement par la chaîne permettant bien des rapprochements : « comme autrefois et peut-être plus encore, sous le regard de l’argousin, la camaraderie homosexuelle s’y épanouissait à qui mieux mieux102. » Au xixe siècle, un magistrat qui visite les bagnes, Alauzet, estime que l’homosexualité concerne 75 % de la population carcérale103 ! Si ces pratiques n’apparaissent pas dans la correspondance, on peut tout de même envisager que les mesures prises pour soigner les forçats atteints de gonorrhée104 témoignent de l’existence indubitable de relations sexuelles de la chiourme avec des prostituées ou des compagnons d’infortune. Ainsi, tous les lundis, les forçats et les pertuisaniers atteints par cette maladie font l’objet d’une visite à l’hôpital par un médecin de la Marine et par le chirurgien major du port, puis ils sont confiés au chirurgien attaché au bagne. La guérison est constatée, ou non, au cours de ces visites du lundi. Il est tenu un registre pour les forçats et un pour les pertuisaniers où est fait mention du jour de la remise à l’hôpital et du jour de la guérison. De ce document est tiré tous les six mois un état visé par le commissaire des chiourmes pour le paiement des chirurgiens105.

  • 106 G. Villeneuve, Itinéraire descriptif du Finistère, Delaunay, 1828, p. 220.

63Le bagne reste donc indubitablement un lieu de turpitude, « réceptacles de tous les crimes, de tous les vices et de toutes les inclinations perverses, qui se fortifient et se développent par le contact des hommes flétris, chez lesquels tous les genres d’amour-propre sont anéantis et qui ne visent plus qu’à la triste gloire de surpasser leurs compagnons en audace et en immoralité106 »…

Une volonté d’amélioration de la moralité de la chiourme : la réforme de 1783

64Dans le contexte du bagne, les multiples trafics, la violence de ce monde renfermé sur lui-même, avaient toutes les chances de pervertir les galériens envoyés là pour ce que nous considérerions aujourd’hui comme des délits mineurs : vol d’herbage dans un champ ou faux saunage.

  • 107 Cité par M. Garçon, « les bagnes », Mercure de France, 15 janvier 1925, t. 77, p. 314.
  • 108 H. Lauvergne, Les forçats, Millon, 1991, p. 30.

65C’est surtout au xixe siècle que de nombreux écrivains se penchent sur ce problème qui est que le bagne, dans une certaine mesure, forme le bagnard. En 1823, une brochure anonyme considère que « on y entre égaré, l’on en sort coupable107 ». Quant à Hubert Lauvergne, longtemps médecin au bagne de Toulon et donc au fait des pratiques de la chiourme, il déclare que « les forçats quittent les bagnes plus pervertis que lors de leur entrée. L’innéité des penchants qui se fortifie par le contact des hommes réunis en société doit offrir dans un bagne son plus grand développement108. » Cet aspect est abondamment développé au xixe siècle et pourtant, déjà à la fin du xviiie siècle, une réforme avait été menée pour établir des barrières entre les forçats les plus criminels et les petits délinquants.

  • 109 Cité par A. Zysberg, loc. cit.

66Cette mesure est due à la fois à la volonté de traiter avec plus de miséricorde les hommes que l’on peut juger récupérables pour le monde et de mettre en place un châtiment où le travail au profit de la société rachète pour une part les pertes occasionnées à celle-ci par le crime. Plus brièvement, le but avoué de cette réforme est de « conserver à la société des hommes qu’il suffit de punir pendant un certain temps pour les ramener entièrement à leurs devoirs109 ».

67Pour commencer, le commissaire rend compte de l’état de la chiourme, qui se trouve composée de « 1 344 criminels condamnés à vie, 1175 à tems, 23 contrebandiers condamnés à vie, 522 à tems, 42 déserteurs et autres condamnés à vie pour délits militaires, 144 à tems ». Saint-Pern-Gourel propose d’établir six classes, la première, composée des criminels à vie, la seconde, des criminels à temps, la troisième des faux sauniers et autres contrebandiers ou braconniers à vie, la quatrième, les mêmes mais à temps, la cinquième, les déserteurs et condamnés à vie pour délits militaires et enfin, la dernière, les mêmes à temps. Le commissaire ajoute cependant quelques restrictions : « il serait sans doute à désirer qu’on pût séparer absolument à la chaîne les différentes classes : mais cela paraît susceptible d’inconvénients ; les condamnés à vie deviendraient entre eux exclusivement ; c’est dans cette crainte qu’on a cru aujourd’hui devoir mêler les forçats et faire enchaîner avec un condamné à vie un condamné à tems. » Saint-Pern-Gourel affirme ainsi que le galérien à vie est souvent freiné par celui à temps qui fait parfois office de délateur ; du coup, « le mélange semblerait important à continuer : toutefois, on aura l’attention de ne mettre à la même chaîne que des forçats punis pour des délits de la même espèce ou d’une espèce analogue ».

  • 110 AN Mar. D51.

68Saint-Pern-Gourel propose en outre que, en plus des différences de classe matérialisées par des habits, les criminels se voient réserver trois des quatre salles. Cette suggestion rencontre cependant deux inconvénients majeurs : la nécessité de doubler la garde dans les salles de ces forçats « plus hardis, plus actifs, ou au moins plus adroits dans leurs tentatives pour sortir d’esclavage » et celle d’établir un établissement pour les invalides, dont la création semble compromise par « les circonstances de la guerre110 ».

69L’intendant Guillot appuie les propositions de son commissaire des chiourmes, en insistant sur une observation de celui-ci :

  • 111 Ibidem.

« C’est que la distinction qui naîtra des différentes classes de forçats occasionnera nécessairement une fermentation dans l’esprit des criminels qui, si elle est sourde, n’en sera que plus dangereuse et multipliera les punitions si elle éclate. Au moins, est-il certain que les gens, aussi concentrés entre eux, soit dans l’intérieur de la maison, dont ils forment au moins les trois quarts, soit aux travaux du port, redoublèrent d’adresse et d’activité, non seulement pour se procurer la liberté mais encore pour tâcher de soustraire au nouveau degré d’humiliation dans lesquels ils viendront de tomber sans qu’aucun d’eux eût peut-être jamais pensé qu’on pût l’ajouter pour aggraver sa situation111. »

  • 112 Il est intéressant de noter que Malouet, très moderne, soulève aussi le problème de la réinsertion (...)

70Les avis de Guillot et de Malouet112, intendant de la Marine à Toulon, sont ensuite confrontés dans un mémoire du 30 décembre. Il apparaît que seul le port de Brest penche pour cette division en six classes, les autorités de Toulon préférant quatre parts, deux composées de criminels et deux de contrebandiers et déserteurs. Par contre,

« Les avis se réunissent pour ne point séparer les condamnés à vie de ceux à terme. Ceux-ci qui ne comptent qu’un certain temps d’expiation et qui craignent de s’exposer à un châtiment plus long se prêtent difficilement aux mesures que prennent les condamnés à vie pour recouvrer leur liberté. Souvent même ils sont les espions et les délateurs de ces derniers et on prévient par ce moyen une infinité de délits d’évasions. »

  • 113 Ibidem.

71En conclusion, si le ministre suivait les avis des deux ports, ce ne serait plus en quatre mais en deux classes que devrait se faire la division des forçats, « l’une composée de criminels et l’autre de déserteurs et de contrebandiers113 ».

72En définitive, Castries fait part à Prévost de Langristin de la décision finale du Roi : « [Sa Majesté] ne veut s’écarter nullement de ses vues de bienfaisance pour les malheureux sur qui elle a daigné jeter un regard favorable. En conséquence, elle m’a ordonné de nouveau de faire séparer les condamnés à tems des condamnés à vie. » Le Roi rejette ainsi les restrictions de ses intendants qui s’opposaient à cette séparation pour limiter les évasions. Le Roi considère que l’augmentation de la garde devrait y remédier, d’autant plus que la surreprésentation des criminels empêchait déjà de les accoupler systématiquement avec un contrebandier ou un déserteur. De plus, ces derniers s’évadent tout autant que les premiers.

  • 114 AN Mar. A1132, pièce 4.

73L’intendant se voit chargé de faire « diviser en quatre classes, savoir la première composée de criminels condamnés à vie, la seconde de ceux condamnés à terme, la troisième des déserteurs et contrebandiers, faux sauniers et condamnés à vie, et la quatrième de ceux de ces forçats condamnés à terme ». À chaque classe correspond une couleur de vêtements mais tous continuent à avoir la tête rasée, « objet essentiel pour la propreté ». Si Castries approuve la séparation des invalides du reste de la chiourme, par contre, la mise en place d’écriteaux sur les salles pour désigner la classe qui l’occupe lui semble inutile car « [elles] pourront être occupées successivement par les uns et par les autres. Le point essentiel est qu’il n’y ait entre eux que le moins de communication possible. » En revanche, il faut « que les condamnés à vie soient surveillés le plus exactement possible et […] employer ces criminels aux corvées les plus pénibles pour réserver les travaux les plus lucratifs et les moins fatiguants aux forçats des autres classes114 ».

74Mais l’application de cette mesure tarde à se mettre en place dans le port de Brest : Castries s’étonne le 17 octobre 1783 de ce retard :

« Je m’attendais bien qu’il occasionne quelque sensation ; mais j’ai lieu de croire qu’il n’en serait point résulté de suites aussi sérieuses si on n’avait pas donné le tems aux esprits de s’échauffer et de comploter. Ce qui me confirme dans cette opinion, c’est que cet arrangement a eu lieu à Toulon et à Rochefort sans le moindre inconvénient. »

  • 115 SHMB 1 E 216, fol. 281-283.

75Le ministre se déclare toutefois conscient des difficultés occasionnées par l’activité du port de Brest qui nécessite de plus grandes précautions qu’ailleurs : « il est donc nécessaire que vous vous concertiez sur l’emploi qu’il y aura à faire des différentes classes comme les plus suspectes, ceux des gens destinés à leur garde qui ont mérité le plus de confiance ». Castries ajoute en outre que « il n’y a qu’à donner les travaux particuliers aux criminels à vie, les réduire à la moitié de la ration s’ils sont trop difficiles et enfin leur annoncer qu’on tirera sur eux s’ils se mutinent115 ».

  • 116 AN Mar. D51.

76Malheureusement, une lettre du 27 décembre 1783 montre l’échec de cette division à Brest, car « les évasions de ces [condamnés à vie] se sont multipliées à un point d’autant plus alarmant pour la tranquillité publique qu’on a tout à craindre de cette race de criminels », et ce, malgré les exécutions de novembre dernier destinées à intimider les forçats116

  • 117 J. Valette, « Profil d’un bagnard de Rochefort ou la légende noire du bagne », La prison, le bagne (...)

77Même si cette réforme fut marquée par un échec, peut-être d’ailleurs dû à la mauvaise grâce des dirigeants brestois à la faire appliquer, elle n’en constitue pas moins le témoignage de la volonté d’humaniser le bagne et de rompre le cercle vicieux auquel le forçat est soumis pendant son séjour parmi la chiourme. Car le bagne reste avant tout empreint de brutalité et « la sociabilité du bagne est assise sur des rapports de force et de violence117 ».

Justice et contrainte

Des délits…

78Les chapitres précédents ont permis d’évoquer quelques-uns des multiples trafics auxquels se livraient les forçats au bagne : vente de leurs habits, rencontre avec les prostituées ou sodomie, ivresse. Les suivants aborderont le cas particulier des évasions, considérées par l’administration de la Marine comme un délit majeur mais comme qui ressemble somme toute, dans l’esprit du forçat, plus à un but de vie qu’à un acte délictueux. On traitera donc ici essentiellement des problèmes de vols, recels et autres escroqueries qui se pratiquent parmi les condamnés, ainsi que des actes de violence, mutilations, coups ou assassinats.

Les trafics

79Vol, recel et fabrication de faux constituent pour les forçats autant une habitude que, parfois, une nécessité pour améliorer leur quotidien. Les rapines sont nombreuses et les condamnés se méfiant les uns des autres prennent toujours le soin de cacher leurs effets ou de les garder sur eux. Mais le roi est souvent la première victime des forçats, qui s’emparent de morceaux de cuivre, d’outils et autres biens appartenant à l’État. Le cas présenté ici se double de sacrilège, ce qui augmente sa gravité. En 1779, on s’aperçoit en effet de la disparition des vases sacrés du vaisseau l’Éveillé, alors entreposés dans le coffre du Minotaure. Or, le 25 février, on retrouve les calices, patère et ciboire, que reconnaissent les orfèvres Rahier et Tourot, auprès du forçat Chavassu. Convaincu de vol, ce forçat, condamné initialement à 9 ans de galère par le parlement de Dijon, comparaît devant l’intendant et la prévôté de la Marine. Le réquisitoire du procureur du Roi, Martret de Pleville, est particulièrement dur :

  • 118 BnF Mss. Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 236.

« Je requiers pour le roi que, par jugement, au souverain et au dernier ressort, led. Chavassu, forçat, soit déclaré atteint et convaincu d’avoir le 25 février dernier volé avec effraction sur le vaisseau du roi le Minotaure un calice et patère avec un ciboire en argent provenants du vaisseau du roi l’Éveillé, en conséquence et pour réparation de ce, qu’il soit conduit tête et pieds nus, ayant la corde au col, tenant en mains une torche de 2 livres, par l’exécuteur de la haute justice devant la chapelle de l’intendance, ayant un écriteau devant et derrière portant le mot sacrilège et étant rendu et à genoux, il demandera pardon à Dieu, au roi et à la justice ; qu’il soit ensuite conduit par le même exécuteur sur un ponton placé devant le magasin général pour y avoir le poing coupé et ensuite pendu et étranglé jusqu’à ce que mort s’ensuive sur une potence qui sera dressée sur le même ponton, que led. Chavassu soit condamné en l’amende de 200 l, tous ses biens meubles et immeubles acquis et confisqués au profit du roi118. »

  • 119 AN Mar. BB18, fol. 97.

80Heureusement, tous les vols ne sont pas aussi importants et l’extrême gravité de cet acte sacrilège justifie la forte peine que le forçat Chavassu subit. On peut penser que les galériens coupables du vol de la clé du robinet à bord d’un des vaisseaux119 ne furent pas pendus pour ce délit.

  • 120 SHMB 1 E 217, fol. 665.
  • 121 SHMB 1 E 223, fol. 153.

81Par contre, on peut estimer que ce robinet était destiné à alimenter quelque commerce de fausse monnaie. Si nous n’avons pas trouvé d’autre cas à Brest que l’affaire où fut impliquée la femme Marguerite Alexandre, par contre, les cas de fabrication de faux papiers ou faux cachets paraissent relativement abondants : outre Buffet, on peut citer l’exemple de J. Vallier condamné à la perpétuité assortie de 3 ans de double chaîne « pour avoir rempli de faux congés et falsifié les signatures120 » ou Augustin Rouzet, dit Dugravier, pendu « pour avoir été dessaisi de faux cachets que pour conviction d’avoir fabriqué quatre fausses lettres miscives (sic) dont trois à dessein de s’approprier illicitement le prix de la vente des biens du nommé Potel Adrien, forçat au bagne de Brest121 ». Ces deux affaires témoignent de la vigueur des escrocs au bagne dont l’activité répond à une véritable demande commerciale de la part des forçats. Le cas de Barbens s’avère plus compliqué car ce forçat mêle à son commerce des étrangers au bagne de Brest, d’où des problèmes de compétence de juridiction dans le traitement du délit.

  • 122 Cité par G.-M. Thomas, « une officine de faux papiers au bagne de Brest en 1768 », Cahiers de l’Ir (...)

82L’histoire commence avec l’arrestation à La Rochelle de Jean-Pierre-Nicolas Cochois en 1768. Celui-ci, surnommé « Vive l’amour », ancien tambour du Régiment Royal Comtois, en avait déserté à Brest en 1764. C’est sans doute à cette occasion qu’il fit la rencontre du forçat Louis-Léopold-Casimir-César de Barbens dit « marquis de La Rochefoucault ». Ce dernier faisait partie de l’élite du bagne, comme son surnom le laisse deviner, et travaillait en baraque depuis sa condamnation à perpétuité par le parlement de Paris en 1761 pour escroquerie et imposture. Il semblerait qu’il ait monté un véritable commerce de faux papiers, fausses lettres de change, procurations ou passeports. Avec l’aide du sous-come Benoît fils, le nommé Cochois va de ville en ville, séjournant dans des hôtelleries confortables en payant avec les fausses lettres de change que Barbens continue à lui faire parvenir… Après son arrestation, il est transféré au château de Brest et comparaît devant la cour royale de Brest122.

  • 123 SHMB 1 E 176, fol. 23.

83On ne connaît pas son sort, mais cette affaire est l’occasion pour la sénéchaussée de tenter de juger un forçat et de le soustraire à son juge habituel, l’intendant. Suite à la demande des juges de faire remettre à leur autorité Barbens pour le poursuivre à l’extraordinaire, Choiseul-Praslin répond que « comme il s’agit d’un crime grave qui intéresse le plus la société, il n’y a pas d’inconvénient à le faire remettre, mais, si le jugement qui interviendra impose une peine moins forte que celle à laquelle il a été condamné, vous aurez soin […] de le faire ramener au bagne pour y achever le temps porté par l’arrest du parlement de Dijon123 ».

  • 124 AN Mar. B3679, fol. 264-265.
  • 125 La fouille des forçats, ordonnée en 1786, permet la découverte « d’un dépôt assez considérable de (...)
  • 126 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 127 SHMB 1 L 8, fol. 202.

84Autre délit portant sur les biens, le recel est non moins représenté au bagne. En 1780, l’intendant fait procéder, par l’exempt et les archers de la prévôté de la Marine, à une raffle massive de quelques soixante-dix matelots ou novices, « vagabonds dans la ville et ne se rendant pas sur les travaux du port ». Refusant de les livrer à la justice ordinaire dont il craint la clémence, il les fait enfermer dans les prisons de la Marine. En les interrogeant, « on a découvert par les dépositions de plusieurs de ces filous qu’ils ont vendu des effets volés à des forçats. Il m’a été dénoncé trois grandes tasses d’argent, six ou huit tabatières d’argent, trois ou quatre montres dont une en or. Il a été fait des perquisitions au bagne, les effets ont été retrouvés, saisis et déposés au greffe de la prévôté de la Marine124. » L’existence de ce recel révèle la richesse cachée des forçats125, malgré l’obligation qu’ils ont de déposer au contrôle les sommes de plus de 25 livres126. Cette abondance paraît telle qu’ils peuvent aussi se livrer au prêt à grande usure : Clugny doit promulguer en 1767 une ordonnance défendant « à tous forçats de prêter aucune somme sur gages, à usure ou autrement, à quelque personne que ce soit, à peine contre les contrevenants de confiscations desdits gages au profit du Roi, de perdre le montant des sommes prêtées et de punition corporelle127 ».

85L’existence même de ces vols, de cette société parallèle, explique les crimes de sang qui s’y commettent.

La violence

  • 128 SHMB 1 L 7, fol. 21.

86Toute violence est en théorie interdite au bagne, y compris contre soi puisque la mutilation est punie de mort par l’ordonnance de 1683128. En fait, elle y règne : les forçats se battent entre eux, pour se disputer quelques effets, pour asseoir leur autorité ou pour s’occuper. Quant aux bas-officiers et aux pertuisaniers, ils frappent les forçats pour se faire respecter. Tout coup donné est souvent rendu…

  • 129 SHMB 1 E 187, fol. 533.
  • 130 SHMB 1 E 570, n° 51.

87De temps à autre, on trouve le corps d’un forçat assassiné : Louis Sabatier est découvert en décembre 1774 sous un taulas, mort, avec une forte contusion sur la partie postérieure de la tête. On ne connaît pas l’assassin et les seuls punis sont les bas-officiers et pertuisaniers de garde qui subissent alors quinze jours de prison. L’intendant conclut à un accident consécutif à une dispute entre forçats129 ; peut-être les galériens ont-ils éliminé ainsi un des mouchards ? Par contre, le meurtre avec préméditation du forçat Jean-Baptiste Gabriel vaut la condamnation à mort de son auteur, Toussaint Le Gall, par la cour martiale maritime, en conformité avec les articles 16 de la loi du 16 octobre 1791 et 88 de l’ordonnance du 27 septembre 1748, qui punissent de mort le forçat qui tue son camarade. « Le Gall a été si penché de la gravité de son crime qu’il n’a jamais voulu profiter de l’appel que dans le doute on a cru pouvoir appliquer même en faveur des forçats, autre dépression dérogative de la loi du 13 thermidor dernier130. »

  • 131 SHMB 1 L 7, fol. 169v-170.
  • 132 SHMV DD522, fol. 239.
  • 133 SHMB 1 E 147, fol. 297.
  • 134 SHMB 1 L 7, fol. 169v.

88En majorité, les crimes de sang restent tout de même dirigés contre le personnel de surveillance, pour lequel la haine des forçats reste commune, bien que la mort punisse irrémédiablement tout acte de cette espèce131. Nous avons trouvé 8 cas de ce genre. On peut citer en particulier celui du come Dubut, dont le meurtrier, le forçat Jacques Boucher, est trouvé « pendu dans son cachot à l’aide d’une corde qu’il avait faite avec les fragments de sa chemise » la veille de son exécution132. Le cas d’André Wienderly témoigne d’une violence exacerbée et récidiviste. En mai 1754, ce forçat frappe le contremaître chargé de le conduire au travail des bassins de Pontaniou133. Or, peu de temps après, il frappe à nouveau, un pertuisanier cette fois. La réaction de Machault est bien plus énergique : « il est d’une conséquence infinie que les violences des forçats soient punies sévèrement surtout quand elles ont lieu en suite d’une désobéissance formelle ou d’une révolte. » Le ministre considère en outre que les voies de fait envers le contremaître méritent le même type de peine que si elles avaient été infligées à un bas-officier des galères « attendu que les contremaîtres remplissent les fonctions de sous-come qui à Marseille commandaient les travaux de l’arcenal et que, si, dans les ordonnances, il n’est point fait mention de ces bas officiers c’est pour la raison qu’ils n’y en avait point d’entretenus dans ce port134 ». La condamnation à mort constitue la conséquence logique qui frappe le forçat Wienderly poussé par une violence que l’on peut qualifier de suicidaire et donc peut-être volontaire.

  • 135 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 216v-219.

89On peut également avancer l’hypothèse du mauvais traitement infligé par le contremaître, dont sera victime le forçat Laurent Boiveau, accusé d’avoir assommé de coups de pelle le nommé Moizant, officier marinier qui dirigeait les travaux dans la cale de la frégate le Rossignol. Le forçat était si furieux qu’on avait été obligé de le lier et de le garrotter avant de le renvoyer au bagne. Interrogé, il déclarera que Moizant, sous prétexte d’un mauvais travail, l’avait envoyé d’un soufflet à terre, puis lui avait donné des coups de poing et mis le pied sur la gorge en appelant à l’aide. Le gardien avait séparé les deux protagonistes à coups de pelle… sur Boiveau, ce qui n’avait pas calmé Moizant… Excédé, le forçat s’était alors emparé de la pelle laissée par le gardien et en avait frappé l’officier marinier à la tête. Le camarade de couple mais aussi le gardien témoigneront en sa faveur. Malgré le réquisitoire du procureur du roi qui réclame la peine capitale, Ruis-Embito, le 23 octobre 1772, se contente de le faire suspendre pendant deux heures à une antenne placée sur un ponton en face de la corderie et du bagne, après amende honorable135. Bourgeois de Boynes ne peut s’empêcher de contester la sanction, qu’il juge encore trop sévère :

  • 136 SHMB 1 E 184, fol. 204-206.

« Si les juges n’avoient pas précipité leur jugement et qu’ils fussent tenus à rendre compte des circonstances particulières de l’affaire, ce forçat auroit sans doute obtenu grâce entière. […] Non seulement, il n’a pas été l’agresseur mais encore il a souffert les plus mauvais traitements de la part du contremaître et du gardien de la frégate et que ce n’est qu’après avoir été excédé de coups, terrassé et foulé aux pieds qu’il a enfin saisi une pelle garnie de fer et qu’il a donné quelques coups au contremaître qui, quoique grièvement blessé, n’en est pas mort136. »

…Et des peines

90Pour éviter la prolifération de ces crimes au-delà du supportable, l’intendant se doit donc d’appliquer un minimum de mesures coercitives.

91Le mémoire de 1755 distingue pour la période des galères l’existence de trois types de juridictions :

  • celle du conseil de guerre, chargée de connaître les crimes à bord des navires. Elle prend de fait fin avec la réunion du corps des galères à celui de la Marine ;
  • celle des intendants, qui, déjà par leur commission, ont pouvoir de justice sur tous les délits commis dans l’arsenal et par le personnel du port. Ils jugent souverainement et sans appel mais, en cas de peine afflictive, ils sont assistés de six gradués. De par ces pouvoirs, qui leur sont conférés au moment de leur prise en charge, et l’arrêt du 1er août 1741, les intendants étaient donc habilités à juger les forçats, les bas-officiers et les pertuisaniers137. L’Arrêt d’attribution à l’intendant de la Marine du port de Brest pour connaître et juger en dernier ressort les cas de meurtres ou autres crimes qui seront la suite des évasions et qui exigeront la peine de mort, en date du 16 août 1749, confère en outre à l’intendant de Brest la juridiction sur les complices d’évasion hors de l’enceinte de l’arsenal. Il est alors assisté par au moins trois officiers de la sénéchaussée de Brest, les gradués qu’il voudra appeler, un procureur du roi et un greffier qu’il peut choisir comme bon lui semble138 ;
  • Enfin, la Prévôté de la Marine pour « la fabrication, l’altération et exposition de fausse monnoye, les faux actes et billets, les incendies et les sacrilèges139 ».
  • 140 Le contrôleur de la marine prétendant parfois prendre la place de procureur du Roi, un mémoire lui (...)
  • 141 Cité par B. Pech, op. cit., p. 169.

92Dans la pratique, les forçats étaient jugés de fait par trois autorités : le commissaire, qui, mis au courant des faits par les bas-officiers des galères, tranchait dans les cas de simple police comme la désobéissance d’un forçat, l’intendant, qui, informé par le commissaire, chargeait le prévôt de la marine de l’instruction du procès et le procureur du roi140 de la prévôté de la marine du réquisitoire, se réservant le jugement final. Enfin, après 1776, le conseil de guerre retrouve son importance passée au détriment de l’intendant en vertu de l’article 101 de l’ordonnance du 4 septembre 1776, qui lui attribue « tous les crimes et délits autres que les vols commis dans l’arsenal par quiconque141 ».

93On compte différents degrés de punition :

  • 142 SHMB 1 E 569, fol. 80-82.
  • 143 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

94– la double chaîne, qui consiste en un doublement de la manille et de la chaîne, paraît une peine fatigante mais non humiliante. Elle est appliquée en général en cas de désobéissance à un supérieur142, d’ivresse143 ou de reprise après évasion. Hocquart avait obtenu sa suppression en 1750, mais, face aux évasions qui s’étaient développées et étaient devenues de plus en plus violentes, les argousins avaient multiplié les représentations pour que la double chaîne soit appliquée aux forçats à vie, attitude soutenue par l’intendant. Le 15 mars 1750, Rouillé accepta ce retour en arrière, qu’il aurait voulu supprimer, en y mettant cependant des restrictions :

« Il est cependant à observer que les ordonnances rendues contre les forçats qui s’évadent ne faisant point mention de la double chaîne, elle ne doit pas être ordonnée dans toutes les évasions de façon uniforme comme une peine encourue qui serait portée par les ordonnances mais bien comme un fait de police qui impose véritablement cette peine et qui la prescrit pour plus ou moins de temps ou pour la nuit seulement suivant les cas, les circonstances et les sujets ; ce qui devient pour lors également un acte de justice. »

  • 144 SHMB 1 E 569, fol. 88-89.

95– la suspension à une antenne de galère punit en particulier les récidives de tentation d’évasion. Mais on peut rencontrer des cas qualifiés d’ « émeutes et séditions » et d’injure au chef du bagne, avec refus d’obéissance et morsure144 ;

  • 145 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 146 SHMB 1 E 239, fol. 473.
  • 147 SHMB 1 E 569, fol. 80-82.

96– la bastonnade punit la tentative d’évasion, le vol, la vente de l’habillement, la contrebande de tabac, les blasphèmes, les coups à un autre forçat et les condamnés qui se blessent volontairement pour échapper à la fatigue145. Un forçat présenté sous un faux nom la subit également146, de même qu’un condamné à temps pour désobéissance à un supérieur147. Cette bastonnade est infligée au moyen d’une corde d’environ 10 mm sur 60 cm de longueur sur les épaules du condamné maintenu sur le « banc de justice ». Du vinaigre et du sel sont ensuite appliqués sur ses blessures, traitement qui peut paraître inhumain mais qui permet en fait de désinfecter les plaies ;

97– l’essorillement punit les récidives d’évasion chez un condamné à vie, la récidive de vol, l’entrée dans une maison ou un cabaret. Dans les faits, elle semble de moins en moins appliquée en raison de son faible pouvoir disciplinaire, par rapport au forçat à temps qui, pour le même crime, se voit condamner à vie ;

  • 148 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

98– les augmentations de peine. En majorité, la peine passe à perpétuité pour les condamnés à temps pour les mêmes délits que l’essorillement punit dans le cas de galériens à vie148 ;

  • 149 Ibidem.

99– la mort enfin punit les assassinats de forçats, les coups portés à des bas-officiers des galères ou les mutilations volontaires pour échapper à la vogue149.

100Le secrétaire d’État insiste bien sur la nécessité de l’amende honorable qui doit accompagner toute peine afflictive atteignant un forçat. Cet acte de contrition, qui n’est pas regardé comme une augmentation de peine, n’est en effet pas mentionné dans les ordonnances reçues par Hocquart, ce qui explique son oubli. Mais cet acte est « absolument nécessaire pour l’exemple » ; il est donc prescrit « dans tous les jugements de l’insérer avec les peines infligées ».

  • 150 ADF 20 L 12.
  • 151 Lebeau, op. cit, p. 67-107.

101La Révolution place dans un premier temps les forçats sous la seule autorité judiciaire du tribunal de la Prévôté de la marine mais leur refuse l’assistance d’un jury150. La cour martiale maritime se charge à partir de 1791 de cette juridiction, sous la direction d’un commissaire auditeur assisté d’assesseurs et d’un greffier. Là encore, les forçats sont jugés sans le jury, sur la poursuite du commissaire auditeur qui instruit la procédure et donne ses conclusions151.

  • 152 Lebeau, op. cit, p. 122-144.
  • 153 SHMV Mss. 7, fol. 72-74v.

102L’arrêté de Jeanbon Saint-André du 27 nivôse an II témoigne d’un adoucissement des peines : la peine de mort est appliquée uniquement pour coup à un membre du personnel de surveillance et pour émeute et sédition ou cri contre la République. L’évasion est punie d’une année de double chaîne la première fois et de trois ans supplémentaires de fers en cas de récidive. La fabrication de fausse monnaie ou de faux papiers se solde d’une année de double chaîne et les coups à un autre forçat d’un mois de cachot avec les menottes. Ces délits sont jugés par une commission spécifique, composée du commissaire auditeur, d’un employé civil et de cinq citoyens, à la majorité absolue et sans appel152. Cette commission ne dure en fait que jusqu’au 2 brumaire an IV, date à laquelle l’ordonnateur, et donc son tribunal, la cour martiale maritime, retrouve la juridiction des chiourmes153.

103En définitive, les impulsions révolutionnaires, tendant à améliorer la nourriture ou à permettre aux femmes des galériens de demeurer à Brest, ne touchent que fort peu l’existence des forçats, dont le quotidien ne change que peu après 1789. Les seules distractions de ces derniers consistent en leurs jeux, souvent violents, en attendant le couvre-feu, qui leur permet de plonger dans un sommeil réparateur.

104Surtout, le bagne nous apparaît comme un espace de transgression ; tous les moments de la vie quotidienne sont prétextes à des trafics, à la fois de la part des forçats et des gardes, parfois les premiers à mener les commerces de vêtements des galériens ou vendre les souliers fabriqués par ceux-ci illégalement. La chiourme, quant à elle, vend son pain aux femmes des ouvriers, consomme plus de vin qu’il n’est autorisé, fait circuler des lettres sous le manteau, rencontre des prostituées et se procure du tabac en fraude, pour ne parler que des petites délits quotidiens. Mais, en outre, s’organise au bagne une société parallèle, où, comme à l’extérieur, des vols et des assassinats se pratiquent, où règne une justice particulière, où les forçats forment des clans autour de l’un d’entre eux, doué d’une certaine puissance occulte. Plus qu’un lieu de punition, où le condamné pourrait se repentir et se guérir de ses tendances criminelles, le bagne constitue une véritable école de délinquance.

Notes

1 SHMB 1 L 7, fol. 63v-64.

2 SHMB 1 L 7, fol. 123.

3 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

4 AN Mar. DD2741, fol. 3v.

5 Cité par P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1978, p. 133.

6 R. Lecotte, Les noix de coco gravées, extrait du Bulletin de la Société archéologique « Le vieux papier », 1975, n° 257, 15 p.

7 ADF 8 L 110.

8 Ibidem.

9 Ibid.

10 SHMB 1 E 568, fol. 152.

11 SHMB 1 E 145, fol. 543-544 et 765.

12 F. Vidocq, Mémoires de Vidocq, chef de la police de sûreté…, Cercle du bibliophile, 1968, p. 211.

13 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 269.

14 ADF 20 L 12.

15 SHMB 1 E 199, fol. 146.

16 SHMB 1 E 145, fol. 705.

17 ADI-et-V C 135.

18 Ibidem.

19 SHMB 1 E 569, fol. 2.

20 ADI-et-V C 135.

21 Ibidem.

22 ADF 8 L 110.

23 Ibidem.

24 Ibid.

25 Ibid.

26 Ibid.

27 Il semblerait que le sujet de la tragédie soit la mort de César. Ibid.

28 Ibid.

29 SHMV DD59.

30 Ibidem.

31 Ibid.

32 SHMB 1 E 259, fol. 429.

33 SHMV DD59.

34 Nommé sous-commissaire de 2e classe le 1er germinal an IV, il quitte Brest pour Belle-Île avec ce titre dès le 7 floréal de la même année. SHMV dossier d’Eustache Ambroise Bluteau.

35 Cité par M. Le Clere, La vie quotidienne dans les bagnes, Hachette, 1973, p. 9.

36 A. Zysberg, Les galériens, vie et destin de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Seuil, 1987, p. 102.

37 A. Zysberg, op. cit., p. 104.

38 A. Zysberg, op. cit., p. 106.

39 B. Pech, op. cit., p. 77.

40 B. Pech, loc. cit.

41 B. Pech, op. cit., p. 81.

42 SHMB 1 E 213, fol. 519.

43 Encore en 1753, le bailli du Boccage a fait l’acquisition pour le compte de Louis XV de huit hommes pour 3 894 livres 9 sols et 4 deniers. AN Mar. G 232 (2), p. 4

44 Cependant les testaments seront considérés comme nuls s’ils ne sont pas reçus par les écrivains et signés par des témoins bas officiers des galères et par l’interprète. SHMB 1 L 7, fol. 38.

45 « On a pour lui beaucoup d’égards. Il a la liberté de coucher dans une barraque (sic), la permission de porter un turban et d’être vêtu à la Turque. On lui donne par ordre de l’intendant une double ration et l’on ne lui a jamais fait porter de fers. ». AN Mar. G 232 (2), p. 5.

46 AN Mar. G 232 (2), loc. cit.

47 SHMB 1 L 7, fol. 37v.

48 AN Mar. D51, p. 18.

49 AN Mar. G 232 (2), p. 9.

50 SHMB 1 E 568, fol. 70.

51 SHMB 1 E 568, fol. 73.

52 SHMB 1 E 172, fol. 413.

53 SHMB 1 E 172, fol. 445.

54 SHMB 1 E 172, fol. 533.

55 SHMB 1 E 172, fol. 531.

56 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

57 A. Choquet de Lindu, Description du bagne…, Malassis, 1759, p. 3.

58 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

59 A. Choquet de Lindu, loc. cit.

60 AN Mar. D51.

61 SHMB 1 E 144, fol. 235.

62 SHMB 1 E 144, fol. 39-40.

63 Cité par M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 189.

64 M. Bourdet-Pleville, loc. cit.

65 P. Henwood, op. cit., p. 152.

66 J. Ollivier, « Au bagne de Brest autrefois », Télégramme de Brest, 12 août 1968.

67 SHMB 1 L 38, fol. 98.

68 SHMB 1 E 201, fol. 571.

69 AN Mar. D51, fol. 1.

70 Ibidem.

71 Ibid.

72 SHMB 1 L 39, fol. 105.

73 SHMB 1 L 39, fol. 140.

74 SHMB 1 E 215, fol. 827.

75 SHMB 1 E 216, fol. 443.

76 SHMB 1 L 40, fol. 74v.

77 A.-P. Segalen, « Encore le bagne de Brest : l’abjuration d’un Jésuite en 1770 », Cahiers de l’Iroise, 1966, n° 3, p. 161.

78 ADF B 1626, fol. 33.

79 AN Mar. C736, dossier de Bonnecamp, pièce 5.

80 AN Mar. C736, dossier de Bonnecamp, pièce 6.

81 Acte de sépulture de Pierre-Joseph Bonnecamp, cité par A.-P. Segalen, loc. cit.

82 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 160.

83 SHMB 1 E 569, fol. 27.

84 SHMB 1 E 569, fol. 30.

85 ADF B 2176.

86 ADF B 2369.

87 A. Corre, « Règlement de police pour la ville de Brest du mois de juin 1754 », Bulletin de la Société archéologique du Finistère, 1894, t. XXI, p. 80-93, article 12.

88 SHMB 1 E 537, fol. 24.

89 Le chevalier de Mautort, présent à Brest en 1779, cite le cas d’un notaire condamné pour faux : « cet homme jouissait de quinze mille livres de rente et sa femme, jeune encore venait tous les ans passer un mois avec lui ». L. de Mautort, Mémoires du chevalier de Mautort, 1895, cité dans « Brest en 1779 », Cahiers de l’Iroise, 1964, n° 3, p. 166.

90 SHMB 1 E 568, fol. 188.

91 Le divorce est instauré par la loi du 20-25 septembre 1792; sa procédure est allégée par les décrets du 8 nivôse an II et 4 floréal an IV, tandis que la Convention thermidorienne la renforce à nouveau. A. Soboul, Dictionnaire historique de la Révolution française, PUF, 1989, article « famille », p. 434.

92 SHMB 1 E 252, fol. 825.

93 SHMV DD512, fol. 18.

94 SHMV DD51, fol. 4. Déjà le 11 janvier 1796, le forçat Claude Serrière avait demandé pour sa femme la permission de rester en ville « seule consolation qui [lui] restait dans [sa] cruelle position ». Son épouse, domiciliée 23 rue de la Communauté, sera autorisée à demeurer à Brest après avoir présenté un certificat de bonne vie et mœurs portant douze signatures ! Cité par J. Ollivier, « au bagne de Brest autrefois », Télégramme de Brest, 12 août 1968.

95 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 160.

96 Édifié entre 1684 et 1685, le refuge de la Madeleine abrite surtout les prostituées « repenties » et, après la Révocation, les Protestantes, sous l’autorité des sœurs de Saint-Thomas-de-Villeneuve. On les faisait travailler à l’arsenal, en particulier comme étoupières. Cet établissement, détruit par l’incendie de 1782, ne prend réellement fin qu’en 1792 avec la suppression des congrégations religieuses. A. Boulaire, Brest autemps de la Royale, de Brest à Richelieu, éditions de la cité, 1989, p. 285-289.

97 AN Mar. DD2741, fol. 2v.

98 SHMV DD59.

99 AN Mar. G 232 (2), p. 22.

100 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

101 AN Mar. G 232 (2), p. 22.

102 A. Zysberg, « La naissance du bagne », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 77.

103 Cité par M. Le Clere, op. cit., p. 194.

104 Infection sexuellement transmissible de l’urètre, due aux gonocoques et se traduisant par des brûlures urinaires.

105 SHMB 1 L 9, fol. 145-146.

106 G. Villeneuve, Itinéraire descriptif du Finistère, Delaunay, 1828, p. 220.

107 Cité par M. Garçon, « les bagnes », Mercure de France, 15 janvier 1925, t. 77, p. 314.

108 H. Lauvergne, Les forçats, Millon, 1991, p. 30.

109 Cité par A. Zysberg, loc. cit.

110 AN Mar. D51.

111 Ibidem.

112 Il est intéressant de noter que Malouet, très moderne, soulève aussi le problème de la réinsertion des galériens dans la vie civile, pour laquelle les lois sont peu adaptées car elles « indiquent plutôt la route du crime que celle d’une industrie légitime car après avoir privé le forçat pendant plusieurs années de l’emploi à son profit, de ses forces et de son tems, elles le rendent nud à ses concitoyens avec un signe de flétrissure qui éloigne leur confiance et leur secours et avec de nouveaux besoins plus pressants quelques fois que celui qui leur fit faire un premier pas dans le crime ». AN Mar. D51.

113 Ibidem.

114 AN Mar. A1132, pièce 4.

115 SHMB 1 E 216, fol. 281-283.

116 AN Mar. D51.

117 J. Valette, « Profil d’un bagnard de Rochefort ou la légende noire du bagne », La prison, le bagne et l’histoire, Méridiens-Médecine et hygiène, 1984, p. 51.

118 BnF Mss. Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 236.

119 AN Mar. BB18, fol. 97.

120 SHMB 1 E 217, fol. 665.

121 SHMB 1 E 223, fol. 153.

122 Cité par G.-M. Thomas, « une officine de faux papiers au bagne de Brest en 1768 », Cahiers de l’Iroise, 1959, n° 4, p. 206-207.

123 SHMB 1 E 176, fol. 23.

124 AN Mar. B3679, fol. 264-265.

125 La fouille des forçats, ordonnée en 1786, permet la découverte « d’un dépôt assez considérable de bijoux et d’espèces d’or et d’argent et de mitrailles, le tout évalué à environ douze mille livres ». SHMB 1 E 224, fol. 431.

126 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

127 SHMB 1 L 8, fol. 202.

128 SHMB 1 L 7, fol. 21.

129 SHMB 1 E 187, fol. 533.

130 SHMB 1 E 570, n° 51.

131 SHMB 1 L 7, fol. 169v-170.

132 SHMV DD522, fol. 239.

133 SHMB 1 E 147, fol. 297.

134 SHMB 1 L 7, fol. 169v.

135 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 216v-219.

136 SHMB 1 E 184, fol. 204-206.

137 AN G 232 (2), p. 24.

138 AN Mar. A184, pièce 51.

139 AN G 232 (2), p. 25.

140 Le contrôleur de la marine prétendant parfois prendre la place de procureur du Roi, un mémoire lui rappelle que ses fonctions se bornent à des affaires au civil et non au criminel ; de plus, l’existence même d’une charge de procureur du roi au criminel réduit à néant ces prétentions. AN Mar. D51.

141 Cité par B. Pech, op. cit., p. 169.

142 SHMB 1 E 569, fol. 80-82.

143 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

144 SHMB 1 E 569, fol. 88-89.

145 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

146 SHMB 1 E 239, fol. 473.

147 SHMB 1 E 569, fol. 80-82.

148 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

149 Ibidem.

150 ADF 20 L 12.

151 Lebeau, op. cit, p. 67-107.

152 Lebeau, op. cit, p. 122-144.

153 SHMV Mss. 7, fol. 72-74v.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search