Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre IX. Les besoins essentiels à la vie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Logés dans ce bagne conçu et construit tout exprès pour eux par Choquet de Lindu, les forçats reçoivent également de la part de la Marine nourriture et habillement. Strictement distribués selon des règlements immuables, ils suffisent à peine, pour nous, à assurer le minimum d’entretien exigible par humanité envers des criminels, certes, mais aussi des prisonniers soumis à des travaux de force épuisants.

La nourriture

La composition des rations

2On doit distinguer principalement trois sortes de rations :

  • la ration de mer, qui est reçue par les forçats les jours de fatigue, se compose de 30 onces de pain1, 4 onces de fèves crues assaisonnées d’une pinte d’huile pour cent hommes, soit huit onces de fèves cuites, et deux tiers de pinte de vin, mesure de Paris ;
  • la ration de port est donnée aux forçats demeurés inactifs ; la composition en est la même que la précédente à la différence du vin qui leur est refusé puisqu’il constitue la rétribution du travail accompli ;
  • enfin, les rations les plus équilibrées sont sans doute celles versées aux scrofuleux et aux invalides : 24 onces de pain, une demi-livre de viande avec des légumes verts ou secs et deux tiers de pinte de vin2.
  • 3 AN Mar. G 232 (2), p. 14-15.

3À ces trois rations principales, on peut ajouter celle définie par le mémoire anonyme de 1755 comme donnée aux forçats embarqués, formée de 4 onces de fèves, deux tiers de pinte de vin et soit 26 onces de biscuit, soit 22 onces de biscuit et 2 onces de fromage de Hollande ou de gruyère3.

  • 4 AN Mar. D225, fol. 480

4De plus, les forçats, à leur arrivée, reçoivent aussi huit onces de viande en plus de la ration de mer4.

  • 5 A. Zysberg, Les galériens. Vies et destins de soixante mille forçats sur les galères de France 168 (...)
  • 6 B. Carrière et G. Emon, Population et administration pénitentiaire à Brest dans la première partie (...)

5Cette nourriture était distribuée aux galériens depuis 16795 ; on la retrouvera identique dans les écuelles des bagnards du xixe siècle6 ! L’alimentation s’avère très déséquilibrée : peu de légumes, de fruits ou de viande, soit un régime pauvre en protéines ou en vitamines et riche en glucides, mais relativement correct sur le plan calorique…

6Quelques tentatives ont été cependant menées pour apporter des modifications. Il nous a semblé intéressant de relater en premier lieu une initiative de Robert, commissaire général du port de Brest, qui aurait voulu remplacer la ration de mer consentie aux forçats de service par une solde de 5 à 6 sols par jour, comme il l’a vu pratiquer à Toulon. Pour lui, cette mesure aurait été d’une part dans le sens du confort de la chiourme puisque :

« 3/4 de vin par jour ne peuvent guère susbstanter un homme de fatigue et qui, d’ailleurs, ne peut gagner de l’argent. Des journées de 5 à 6 sols font au contraire à la fin de chaque semaine une petite somme au moyen de laquelle le forçat peut acheter un peu de viande, des herbes, du tabac et mille autres petites bagatelles qui lui sera nécessaire. »

  • 7 SHMB 1 E 526, fol. 61-62.
  • 8 SHMB 1 E 97, fol. 164-165.

7D’autre part, cette mesure permettrait de favoriser les comes qui ont perdu beaucoup d’avantages depuis Marseille. En effet, une bonne part des forçats profitaient de cet argent pour le dépenser à la taverne des comes et « ce dernier objet n’est pas un des moins essentiels7 ». Si Rouillé marque son attention à cette proposition, il n’en demeure pas moins qu’il préfère réserver sa décision pour en débattre auparavant avec Hocquart et d’Héricourt8. Une bien gentille manière de refuser, en somme…

  • 9 SHMB 1 E 220, fol. 159-162

8De même, en 1785, Castries note une différence de traitement notable entre les forçats de Toulon, à ses yeux trop bien soignés par rapport à ceux de Brest. Il propose pour uniformiser leurs conditions de vie de distribuer 8 onces de viande au lieu de fèves quatre fois par semaine, en plus du sol par jour pour les forçats de fatigue ; ainsi, « on doit espérer que les forçats étant mieux nourris travailleront davantage ; qu’ils seront moins souvent malades et que par conséquent les journées d’hôpital seront moins nombreuses. » En outre, les incurables devraient recevoir la même ration que celle des condamnés de fatigue avec une ration de vin, tout en veillant à ce que les malades « n’augmentent par la facilité qu’ont les médecins de donner des certificats d’invalidité ». Enfin, le secrétaire d’État se penche sur le cas des boulimiques, ces galériens atteints de « faim canine », et demande soit qu’on en diminue le nombre, soit qu’on essaie de les mettre à la ration commune9. On ne sait pas si et combien de temps cet ensemble de mesures fut appliqué.

  • 10 La loi du 10 juillet 1793 accorde aux équipages le biscuit à discrétion mais les fournitures appar (...)

9Gaspard Monge tenta aussi d’améliorer l’alimentation. À partir du 1er janvier 1793, on donne désormais 7,5 onces de pain et un tiers de pinte de vin supplémentaire. Or, dès le 26e jour de fonctionnement, Redon constate que l’augmentation de vin, « inutile et dangereuse », n’est qu’un moyen de plus pour s’enivrer, ce qui cause du désordre dans les salles. Quant au pain supplémentaire, il est « en pure perte pour la République » car il n’est pas consommé par le forçat qui « dès qu’il l’a reçu […] [le] vend sur l’esplanade où se fait la distribution des travaux aux femmes d’ouvriers » pour s’acheter du vin ; non seulement plus de 14600 livres de pain ont fait l’objet de ce trafic, mais un tiers des forçats est livré à l’ivresse. En conclusion, l’ordonnateur juge ce changement « onéreux pour l’État, sans profit réel pour la santé du forçat, contraire aux intérêts de la discipline et propre seulement à provoquer des événements désastreux », en particulier, les protestations des matelots que l’on ne traite pas aussi bien10.

  • 11 SHMB 1 E 569, fol. 151-154

10L’ordonnateur cherche alors des mesures de remplacement. Il rejette ainsi la possibilité d’augmenter les fèves, car les hommes en abandonnent déjà une bonne partie sur les quatre onces distribuées ; Redon ne s’étonne d’ailleurs guère de ce dégoût car « sans variété, les meilleurs mets deviennent insipides et fatiguants »… Il propose de porter les rations à 30 onces de pain frais, une demi-livre de viande cuite avec deux onces de légumes tous les quatre jours au lieu des fèves et deux tiers de pinte de vin pour les forçats de fatigue, « nourriture saine, nourrissante, capable d’entretenir leurs forces et qu’ils recevraient avec joie ; on n’aurait point à craindre que les marins en conçussent de la jalousie et le forçat, consommant sa ration, ne se livrerait plus à un commerce11. »

  • 12 Nom républicain de la Société des Amis de la Constitution. E. Monange et P. Henwood, Brest, un por (...)
  • 13 SHMB 1 E 569, fol. 164-165.

11Hélas, dès le 17 avril 1793, cette proposition ne convient plus : les troubles intérieurs, qui agitent le pays et font de Brest une sorte d’enclave patriotique entourée de chouans, ont suspendu la plupart des opérations de commerce, en particulier celui des bestiaux. La rareté, conjuguée avec la dévaluation de l’assignat, entraîne une augmentation considérable des prix de la viande de boucherie. Or le comité de sûreté et de défense générale des Amis de la liberté et de l’égalité12, voulant prévenir la disette, demande de réduire à deux jours gras l’alimentation des forçats, soit une économie de quatre bœufs. Craignant pour la tranquillité des chiourmes, l’ordonnateur refuse de se risquer à prendre cette décision seul et propose en contrepartie du fromage, des pois et des salaisons de retour13… Il semblerait donc que l’on soit revenu aux rations du début du siècle.

12Après 1800, les tentatives pour changer l’alimentation des chiourmes n’apparaissent guère plus efficaces. La commission réunie à Paris en 1832 pour remplacer les légumes secs par des verts puis l’étude de 1835 pour distribuer de la viande deux jours par semaine n’aboutirent guère plus que les efforts évoqués ici.

La distribution de la nourriture

13Si peu variée qu’elle fût, cette nourriture devait être consommée en qualité égale par ceux qui y avaient droit. Confection et distribution se faisaient en théorie en présence du personnel administratif chargé de cette surveillance, ce qui n’empêchait pas les fraudes.

  • 14 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

14À en croire le Mémoire en forme de règlement, l’écrivain chargé du bagne doit se rendre tous les jours au bagne avant la distribution des rations qu’il fera faire en sa présence et « il fera mettre dans la chaudière les fèves pour la soupe, de même que l’huile et le sel pour l’assaisonnement, prendra garde que le bois destiné pour la cuisson ne soit point diverty à d’autres usages et s’il reçoit des plaintes fondées sur la mauvaise qualité de pain ou autres vivres, il en informera sur le champ le commissaire ayant le détail des vivres qui en rendra compte à l’intendant14 ».

  • 15 SHMB 1 L 7, fol. 33v-34
  • 16 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

15Il appartient aussi à ce commis de gérer les rations retranchées. En effet, on considère que les forçats ou Turcs qui travaillent en ville ou en baraque gagnent de quoi assurer leur entretien ; le roi se décharge donc de leur nourriture, « non seulement par la nécessité de ménager les fonds […] mais encore parce qu’il n’est pas juste qu’en même temps qu’elle veut bien permettre que ces forçats et Turcs usent de cette liberté, elle pourvoie à cette subsistance, pendant qu’ils gagnent suffisamment pour se nourrir et de se procurer encore quelqu’épargne15 », d’autant que l’on sait que ces forçats se hâtent de revendre à leurs camarades le pain que le Roi paye si cher ! En conséquence, l’écrivain vérifie chaque jour avec l’écrivain principal du bagne si les déclarations de sortie des argousins sont conformes avec la revue de la chiourme présente en galère. Il dresse tous les quinze jours un état du montant des rations retranchées, dont l’écrivain principal fait le contrôle à partir des déclarations journalières. Tout cela donne lieu à un état général, visé par le commissaire et l’intendant16.

  • 17 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 27-28.

16Un autre problème de la distribution des rations que doivent régler les écrivains repose sur la nécessité de pouvoir « panacher » ration de mer et ration de port. Selon l’usage à Toulon, les forçats sortis le matin mais pas l’après-midi reçoivent un tiers de vin et on leur donne les deux tiers de pinte de vin quand ils sont sortis le matin et un minimum de une à deux heures l’après-midi. De même, le forçat blessé reçoit toute sa ration de vin mais son compagnon de chaîne, uniquement ce qui lui revient ; les forçats qui ont travaillé en ville et en baraque seulement le matin reçoivent la ration ordinaire ; les forçats destinés pour la fatigue en dehors de leur tour ne perçoivent que la moitié de la ration de mer17.

17On peut imaginer que les écrivains de Brest ont pris des mesures équivalentes.

  • 18 AN Mar. DD2741, fol. 2.

18Malgré la surveillance des écrivains sur la distribution de la nourriture, les fraudes demeurent et Defossé dénonce le non-respect des quantités données aux forçats : « j’ai fait changer les mesures dont se servaient les agents du munitionnaire […]. Je ferai remarquer seulement que je foulais aux pieds quantité de fausses mesures, je fis cesser l’introduction de l’eau dans le vin de ces malheureux et plusieurs de ces agents furent renvoyés du service d’après des preuves évidentes de malversation18. »

La qualité

19Si la quantité s’avère souvent mal respectée, la qualité n’apparaît pas non plus toujours à la hauteur. Une anecdote survenue en 1749 montre bien que la qualité des produits fournis passe largement après d’autres critères de choix.

20Le 26 mai 1749, le directeur des vivres du port de Brest demande à fournir du vin de Saintes aux forçats de fatigue, s’appuyant sur le fait que c’est celui qu’on donne aux équipages à l’arsenal et que le vin de Saintonge coûte plus cher que celui de Provence « et que, par conséquent, le munitionnaire perdrait sur le prix de la ration des forçats qui n’est que de 8 sols 3 deniers ». Attendant la réponse du ministre, le directeur des vivres continue encore à argumenter :

  • 19 SHMB 1 E 526, fol. 47-49.

« Les forçats de service dans le port doivent être comparés aux équipages à la mer ; ainsi il convient d’autant mieux de leur donner du meilleur vin que c’est la seule chose qu’on leur accorde pour les substanter. D’ailleurs les matelots à la cayenne ont de la viande tous les jours gras fixés par le marché du munitionnaire et les jours maigres de la mélasse et du fromage et les forçats n’ont jamais que de la soupe faite avec des fèves et du pain19. »

  • 20 SHMB 1 E 97, fol. 137-152.

21La réponse ne se fait pas attendre. Le 7 juin 1749, Rouillé apprend à Robert qu’il a reçu de la compagnie des vivres à Paris un mémoire allant dans le sens du directeur des vivres de Brest, demandant que le vin de Saintonge soit distribué à la fois dans les rations et à la taverne du bagne. Mistral, s’appuyant d’une part sur l’habitude de donner du vin de Bordeaux et, d’autre part, sur le moindre coût de ce dernier, appuie la distribution de celui-ci. Tout bien pesé, Rouillé est d’avis « dans un commencement d’établissement comme celui-ci […] de n’admettre que du vin de Saintonge pour les forçats ». Selon lui, on ne doit pas s’appuyer, comme le fait Mistral, sur les tarifs du munitionnaire dont le traité prendra fin bientôt. De plus, « [celui-ci] trouvera à Brest sur le moindre prix des bleds de Bretagne la compensation du prix plus fort des vins de Saintonge avec les bleds et les vins de Provence mais si on le forçait à donner du vin de Bordeaux, il y a tout lieu de juger que l’on ne pourrait se dispenser de lui accorder quelque indemnité ». De toutes façons, ce choix du vin de Saintonge n’a rien de définitif et pourra être remis en question lors du prochain traité. De plus, il pourrait être avantageux de faire consommer par les forçats les 350 barriques de vin blanc de Bordeaux et les 416 barriques de vin rouge de Saintonge provenant de la vendange de 1747 que le munitionnaire avait été chargé d’acquérir en prévision d’armements qui n’ont pas eu lieu en fin de compte. Faire boire ces vins par les condamnés plutôt que de les transformer en eau-de-vie diminuerait d’autant l’indemnité à verser au munitionnaire sur ce chapitre20.

  • 21 SHMB 1 E 526, fol. 62.
  • 22 SHMB 1 E 97, fol. 165.
  • 23 SHMB 1 E 526, fol. 61.

22La discussion autour du vin de la ration de fatigue fut donc âpre et aboutit au choix des crus de Saintonge. Mais qu’en pensent les forçats, après tout les principaux intéressés ? Robert nous le raconte : « les forçats qui avoient travaillé refusèrent leur ration de vin ; l’un d’eux murmura si hautement que je fus obligé de lui faire donner la bastonnade21. » Rouillé surenchérit alors : « je ne conçois pas que les forçats de travail ayant refusé leur ration en vin sans y avoir été excité […]. Il faut avoir une attention toute particulière à tascher de découvrir qu’elles peuvent être les véritables causes de semblables complots22. » Et si cette cause de complot était tout simplement la qualité du vin de Saintonge « qui de tous tems fut reconnue mauvaise23 » ?

23Par la suite, les inspections effectuées au bagne par les officiers de Marine en vertu de l’article 410 de l’ordonnance du 27 septembre 1776 offrent des renseignements précieux.

  • 24 AN Mar. B3638.
  • 25 AN Mar. B3638, fol. 122-122v.

24Dans la majorité des cas, les visiteurs se trouvent satisfaits de la nourriture octroyée. Le 20 janvier 1777, Belleville a « vérifié la ration du forçat que nous avons trouvée exacte quant au poids, beaucoup de gravier dans le pain, le reste des vivres bons24 ». On pourrait répéter comme une longue litanie les soupirs de contentement poussés dans la plupart des cas par ces officiers. Parfois, l’un de ceux-ci demande aux comes de s’écarter et, comme par miracle, les langues des forçats se délient et les plaintes pleuvent : « l’on nous en porta sur la qualité de pain qui nous parût pas réellement tout à fait si beau que le traité des vivres du mois de mars 1774 paraît le régler où il est dit à l’article pain qu’il sera de pur froment sans son ; il nous paraît qu’il n’en était pas exactement épuré25. »

  • 26 AN Mar. B3638, fol. 364.

25Pour le chevalier de Schautz en décembre 1777, si la nourriture se trouve de qualité correcte, c’est surtout l’eau qui manque, malgré la citerne du bagne26.

  • 27 SHMB 3 A 1, non fol.
  • 28 SHMB 3 A 1, non fol.
  • 29 SHMB 3 A 2, non fol.

26En 1780, Thiessé se plaint de l’huile rance utilisée pour la cuisson des légumes27 ; en septembre, la situation ne s’améliore pas malgré les instructions ministérielles28. Mais le plus souvent, c’est le pain qui est dénoncé comme contenant du gravier29.

27La nourriture octroyée aux forçats, quoique substantielle, s’avère donc de qualité tout à fait médiocre, résultant d’une part de la réutilisation pour l’alimentation du bagne de vivres de retour des grands armements de la Marine, mais aussi des économies réalisées sur ce chapitre par le munitionnaire fournisseur des vivres.

Coût et fourniture des vivres

28La nourriture, chapitre de dépense le plus important pour le bagne, est payée directement à Paris au munitionnaire de la Marine en fonction du traité passé entre lui et l’État. On note là aussi une certaine concurrence entre les entrepreneurs. Ainsi, la fourniture des chiourmes à partir du 1er janvier 1776 a été disputée entre la compagnie de Jean-Baptiste Damiace et celle de Claude Fay dont voici les tarifs comparés :

Tarifs comparés de Damiace et de Fay pour la nourriture des chiourmes

Tarifs comparés de Damiace et de Fay pour la nourriture des chiourmes
  • 30 SHMB 1 L 9, fol. 80-81v.
  • 31 AN Mar. A1130, pièce 7.
  • 32 SHMB 1 L 9, fol. 184.
  • 33 AN Mar. D225, fol. 480.

29La compagnie Damiace, après avoir été agréée par la Marine dans un premier temps30, a vu échapper ce traité puisque le 13 février 1776, le marché a été conclu par le Roi avec Claude Fay d’abord pour les années 1776 et 177731. Le 13 décembre de cette dernière année, « Sa Majesté étant satisfaite du service actuel dudit munitionnaire […] a prorogé et proroge l’exécution dudit traité sous le nom de Claude Fay pendant trois années consécutives à partir du 1er janvier 1778 », se réservant « de fixer les prix des rations32 ». Si on ne connaît pas les éventuels nouveaux tarifs pratiqués par Claude Fay entre 1778 et 1780, on sait, par contre, pour les années 1782 et 1783, les tarifs pratiqués sont ceux qui avaient été proposés par la compagnie de Jean-Baptiste Damiace pour 177633.

30Dans la majorité des cas, les forçats ne se contentent pas, heureusement, de la simple ration du Roi, qui nourrit sans engraisser, et savent chercher ailleurs des compensations à ce régime peu varié.

Les améliorations de l’ordinaire

  • 34 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

31Les salles où sont enfermés les forçats contiennent toutes une cuisine et une taverne protégées par de fortes grilles en fer. En théorie, le vin doit être d’une qualité contrôlée par l’administration et doit être moins cher que celui vendu en ville, ne serait-ce qu’en raison de son exonération des Devoirs. De toutes façons, les forçats ne devraient pas, suivant les ordonnances, avoir goûté à ce dernier puisqu’il est prévu que « les forçats ou Turcs qui entreront dans les maisons ou cabarets malgré les pertuisaniers et qui leur feront quelque violence seront condamnés à vie s’ils le sont à temps, et s’ils l’étaient à vie, ils auront les oreilles coupées34 ».

  • 35 SHMB 1 E 526, fol. 48.

32Le commerce du vin consommé dans les tavernes du bagne semble très réglementé et n’est pas sans occasionner des difficultés. Dès le 26 mai 1749, le Sr Sabatier, directeur de la Ferme des Devoirs à Brest, envoie un mémoire pour empêcher les comes de tenir cantine dans le bagne, vendant aux forçats du vin qui aurait échappé aux taxes. Il suggère cependant un accommodement, en proposant aux comes de se fournir chez les Fermiers35. Rouillé repousse immédiatement cette prétention qui

« Ne paraît pas être fondée en ce que l’on ne doit point regarder comme vente en détail le débit du vin dans les bagnes. D’ailleurs, lors de la passation du dernier traité de la Ferme des Devoirs, on ignorait qu’il dut venir des forçats à Brest et leur arrivée n’influe en quoi que ce soit au débit ordinaire des vins à Brest et dans la province et ne doit point donner lieu à des représentations d’indemnités de leur part aux États. »

  • 36 SHMB 1 E 97, fol. 137-152.

33Les comes doivent donc continuer à se fournir en vin près du munitionnaire, auquel, d’ailleurs on serait obligé de verser une indemnité si les comites continuaient d’acheter aux fermiers. En cas d’inconvénient dans cette pratique, il sera toujours à temps d’y pourvoir. Quant aux problèmes de contrebande qui pourraient résulter de cet arrangement, « toutes les ordonnances concernant la police des bagnes et galères y sont précises et s’il était nécessaire de prendre de nouvelles précautions pour cela à Brest, les Fermiers des devoirs peuvent les demander36 ». Les tavernes des comes sont en outre approvisionnées également en vin de Saintonge, choisis parmi les moins forts, afin de ne pas faire de différence entre le vin reçu par le forçat de fatigue et celui acheté au bagne.

  • 37 SHMB 1 E 97, fol. 183.

34En attendant, le Sr Sabatier ne se prive pas de multiplier les recommandations sur cette distribution de vins aux condamnés, que Rouillé, plus conciliant désormais, daigne trouver « très nécessaires sans préjudicier au service37 ». La situation ne semble en réalité se calmer qu’au moment où l’intendant Hocquart promulgue une ordonnance tenant compte à la fois des réclamations de Rouillé et du mémoire de Sabatier. Cet acte a l’avantage de mettre clairement sous les yeux de chacun ses obligations respectives. Il est prescrit en premier lieu que l’un des comes sera chargé de faire « déclaration de la quantité et de la qualité des dites boissons ». Sabatier obtient aussi quelques droits puisque Hocquart permet :

« Audit Sabatier et ses commis de faire telle liste qu’ils estimeront bon être dans l’étendue du bagne, baraques et environs en se faisant accompagner ou par un des sergents pertuisaniers ou un des argousins de garde à l’entrée du bagne auxquels nous enjoignons à ce faire à la première réquisition sans qu’il soit besoin d’une permission expresse de nous jusqu’à nouvel ordre ; pourront les dits commis y dresser les procès verbaux de contravention si aucune y est commise contre les droits du Fermier en y appelant M. Mistral, commissaire de la Marine, ou un des écrivains du bagne pour y être présent. »

  • 38 Ibidem.
  • 39 SHMB 1 E 171, fol. 371.
  • 40 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 41 Ibidem.
  • 42 Ibid.

35Par la suite, le principe, exposé par l’ordonnance du 11 mai 1688, selon lequel les comes tirent leur vin du munitionnaire38, est battu en brèche à Brest, où ils se fournissent directement auprès des marchands, comme Béranger, adjudicataire en septembre 176639. Les bas-officiers du sifflet doivent également vendre le vin, cidre, bière et eau-de-vie au prix fixé par l’intendant et ne débitent que du vin de qualité40. En outre, la consommation est limitée à une pinte de vin mesure de Paris par jour et par forçat41 et il « leur est défendu de distribuer aucune des boissons destinées pour les forçats aux habitants de la ville, n’y d’en transporter dans leur maison, pas même de donner à boire et à manger aux dits habitants dans les bagnes sous peine de punition42 ».

36Le respect de ces instructions nous semble douteux, car, après tout, ces avantages ont été concédés aux comes avant tout pour les attacher à leur poste ; on peut imaginer que, tant que l’ivresse ne pousse pas à bout des forçats cherchant l’oubli dans le vin, l’administration devait se montrer peu regardante sur la quantité réelle de vin vendu aux condamnés…

  • 43 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1978, p. 127.

37Les galériens, qui mettent donc une partie de leur pécule dans la consommation de ces alcools, peuvent également ajouter quelques douceurs à leur régime alimentaire auprès de la cuisine où le fougonnier, forçat cuisinier, débite les aliments pour le plus grand profit du fournisseur des vivres de la Marine. Là aussi, en théorie, les tarifs des différentes denrées alimentaires sont exposés et contrôlés par l’administration de la Marine. En 1819, on peut y trouver, selon le commissaire Louvel, des œufs, du fromage, des légumes, en particulier des pommes de terre, des ragoûts43. De quoi changer de la nourriture insipide !

38Les trafics, auxquels se livrent les forçats du fait de l’existence de ces tavernes, comme la vente de pain à leur camarade ou aux femmes d’ouvriers, permettant de se procurer quelques sous pour s’acheter du vin ou autre douceur, doivent être légion ! Il en résulte que l’on ne meurt pas d’inanition au bagne et aucun visiteur, apitoyé parfois par l’aspect misérable des forçats, n’a particulièrement insisté sur leur aspect décharné, même si on peut imaginer que le climat de violence fait que les forts mangent sans doute plus à leur faim que les faibles…

Le repos

  • 44 H. Dein, « Le bagne de Brest », Revue de Paris, 1839, n° 1, p. 261.

39Si « la sanctification du repos est la seule que l’on connaisse au bagne44 », les conditions de couchage des forçats n’en rebutent pas moins les visiteurs.

  • 45 900 livres sont prévues en 1784 pour leur réparation et entretien. AN Mar. D51.
  • 46 A. Choquet de Lindu, Description du bagne, Malassis, 1759, p. 2.

40Les forçats sont allongés sur les taulas45, que Choquet de Lindu définit comme des « lits de camps de quatorze pieds en carré », permettant d’accueillir dix hommes46. Ils ne disposent donc que d’un espace large d’environ cinquante centimètres. Cette exiguïté peut déjà constituer un obstacle au sommeil du condamné le moins regardant au confort. Mais, en outre, les galériens restent enchaînés toute la nuit, puisque leur chaîne est enfilée sur le ramas, longue tige de fer qui fait toute la largeur du taulas au bas de celui-ci. La longueur de cette attache leur permet cependant de se rendre jusqu’aux latrines aménagées dans l’épaisseur du mur entre chaque banquette.

  • 47 P. Henwood, op. cit., p. 138.

41De plus, le capot d’herbage, pièce d’étoffe fournie avec le trousseau des forçats à leur arrivée au bagne, est la seule amélioration matérielle dont ils jouissent ; le xixe siècle apportera un certain confort avec la délivrance du serpentin, petit matelas d’étoupe. L’administration le supprimera cependant en 1822 comme nid à vermine et cache idéale pour, par exemple, de l’argent ou de petites limes. La chiourme se révoltera dans la nuit du 15 au 16 novembre de cette même année. Ce n’est qu’en 1840 que les condamnés retrouveront leur serpentin47 !

42Malgré ces conditions spartiates, les forçats dorment presque du sommeil du juste. H. Dein s’en étonnera :

  • 48 Cité par P. Henwood, op. cit., p. 140.

« Les salles sont éclairées par la lueur blafarde de quelques réverbères suspendus à la voûte. Là, dans chaque salle, sept cents êtres humains sont couchés pêle-mêle, […] non seulement enfermés entre murs et grilles, mais encore enchaînés deux à deux et en outre par une grande chaîne qui les tient tous ensemble ; on ne prend pas tant de précautions avec les bêtes féroces […]. Là, le crime dort et ronfle. Cependant il y a des rêves atroces, de poignantes insomnies et quelquefois on entend le remords du parricide interrompre cet affreux silence48. »

43Cette description moralisatrice, bien de son époque, dépeint pourtant à la perfection l’atmosphère de la nuit au bagne, que seuls éclairent les fanaux.

L’habillement

44Si la nourriture, en raison de l’échec des mesures destinées à lui apporter des améliorations, ne varie guère au cours de la période étudiée, l’habillement au contraire connaîtra des modifications qui révèlent l’évolution de la conception des chiourmes de la part des dirigeants.

La composition

45Le mémoire de 1755 sur les chiourmes nous apprend que :

  • 49 AN Mar. G 232 (2), p. 13.

« L’habillement du forçat se distingue en robe d’été et robe d’hiver ; la robe d’été consiste en deux chemises, deux caleçons, un bonnet de laine rouge et une paire de bas faite de quelque forte étoffe comme droguet de fil ou de cordillat. Elle se donne tous les ans. La robe d’hiver est composée d’une casaque d’une étoffe de laine rouge appelée froc ou cordillat doublée de toile et d’un capot gris ou brun de bure ou d’herbage. Elle se donne tous les deux ans49. »

  • 50 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

46Tout ce trousseau est fourni pour la première fois au forçat le jour de son entrée en galère ; le renouvellement se fait au mois d’octobre pour la robe d’hiver et au mois de juin pour celle d’été, suivant la fréquence exposée ci-dessus50.

  • 51 AN Mar. G 232 (2), p. 14.

47À cet équipement, il faut ajouter en outre les gilets distribués à Brest dès la fin de 1749 pour protéger les forçats du climat pluvieux de la ville bretonne ; ces vareuses ont coûté 3 livres 10 sols pièce et, en 1755, elles n’ont pas été renouvelées. Il est vrai qu’elles sont destinées exclusivement aux forçats de fatigue51.

48Il faut noter également que l’habillement décrit ici est celui distribué à la majorité des galériens, à savoir les droits communs. Le trousseau des déserteurs ou autres condamnés pour délits militaires comporte quelques différences de couleur puisque le bonnet et la casaque, normalement rouges, prennent la teinte brune alors que la culotte reste rouge.

  • 52 B. Pech, le début du bagne de Toulon 1748-1789, mém. de maîtrise, Histoire, 1974, p. 118.
  • 53 E. Monange et P. Henwood, Brest, un port en révolution 1789-1799, Ouest-France, 1989, p. 106.

49Plus précisément, le caleçon est conçu pour pouvoir s’enfiler ou se changer sans pour autant devoir ôter les chaînes : il est fendu latéralement et fermé par des boutons. En outre, chaque bonnet porte une plaque de fer blanc comportant le numéro de matricule de son propriétaire. Ce couvre-chef connaîtra une véritable destinée révolutionnaire puisque, supprimé du fait de sa trop grande ressemblance avec le bonnet phrygien, il sera rétabli par la suite quand ce dernier perdra sa popularité52. Certains iront même jusqu’à affirmer que la vogue de ce couvre-chef révolutionnaire vient du retour triomphal des soldats de Châteauvieux à Paris après leur incarcération au bagne de Brest53 !

  • 54 B. Pech, loc. cit.

50Ce trousseau est accompagné d’une paire de souliers dont il semble qu’à Brest, dans un premier temps au moins, elle ait été également réservée aux forçats de fatigue. Chaque chaussure se compose d’un dessus en cuir de vache avec une courroie et d’un dessous constitué de fortes semelles en cuir de bœuf54.

Entretien et renouvellement

51Si la fréquence des renouvellements du trousseau est fixée par ordonnance, il arrive malgré tout que l’usure en vienne à bout avant les délais impartis. Les comes et les sous-comes sont particulièrement responsables de l’état des robes :

  • 55 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

« Ils feront tous les dimanches après la messe en présence de l’écrivain la visite de la robe des chiourmes dont ils seront particulièrement responsables, remplaceront à leurs dépens ce qui s’en trouvera perdu et ils observeront de n’envoyer de la galère à l’hôpital aucun forçat sans y faire porter en même temps toutes les robes qui seront remises au gardien des robes et enregistrées sur son registre pour leur être rendues à la sortie55. »

  • 56 Ibidem.

52Il est par ailleurs précisé que « celles qui pourraient être perdues en campagne ou dans le port par des accidents imprévus et inévitables […] seront remplacées sur ordre de l’intendant sur un certificat de l’écrivain56 ».

53Il n’en reste pas moins que les comes, responsables sur leurs deniers de la robe des galériens, devaient se venger douloureusement sur les malheureux qui avaient eu le malheur de faire un accroc à leur chemise…

  • 57 B. Carrière et G. Emon, op. cit., t. II, p. 110.
  • 58 M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 112.
  • 59 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 4.
  • 60 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 223.

54L’entretien s’avère on ne peut plus rudimentaire : il semble qu’il n’ait existé qu’à partir de 1808 des forçats blanchisseurs, chargés de laver le linge57. Pour Bourdet-Pleville, ils faisaient leur lessive dans les latrines, utilisant l’urine comme produit détersif, pratique qui ne serait supprimée qu’en 1825 avec l’instauration du savon58. Cette affirmation paraît sujette à caution quand on sait que Choquet de Lindu avait prévu l’installation dans la cour des baraques de lavoirs pour les galériens59. Malgré tout, la plupart des forçats devaient traîner, au retour de la fatigue, avec des guenilles humides et sales… La Restauration et la Monarchie de Juillet tenteront d’apporter quelques améliorations en distribuant trois chemises au lieu de deux, une paire de chaussures avec des guêtres et, pour l’hiver, un pantalon de laine et un gilet de molleton avec l’obligation pour les forçats de changer de linge une fois par semaine le jour de la lessive60.

  • 61 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 62 Ibidem.

55Si les comes sont personnellement responsables de l’état matériel de la robe des galériens, de multiples interdictions sont proférées pour éviter la vente de ces effets, propriété exclusive du Roi. Le règlement du 14 avril 1700 prévoit ainsi la bastonnade aux forçats qui auraient contrevenu à cette interdiction. En outre, « au cas qu’étant libérés ou ayant ménagé leur ancienne robe, ils se trouvent dans le cas d’en pouvoir vendre légitimement, ils en feront leur déclaration à l’écrivain de la galère qui leur en devra payer la valeur sur l’estimation qui en sera faite au contrôle par ordre de l’intendant et les dites robes seront déposées ensuite au garde-meuble de l’hôpital et destinées aux usages qui seront jugés convenables61 ». Quant aux bourgeois et habitants de la ville rendus coupables de cet achat, ils sont passibles de 300 livres d’amende62.

  • 63 AN Mar. DD2741, fol. 2v.

56Et comme toutes les interdictions sont faites pour être enfreintes, il arrive que ce soit les surveillants qui dirigent le trafic des robes des galériens. Défossé rapporte ainsi le cas d’un « bas-officier, logé dans le fond d’une salle, [qui] achetait l’habillement des forçats qu’il faisait teindre en violet et ensuite convertir en habillement de paysants (sic) pour les vendre au marché ». Rendu chez lui, on « trouve quantité de casaques nouvellement teintes et à côté trois forçats œuvrant ces habillements en patteaux et en surtouts ». Délogé du bagne, le bas-officier, chargé de famille, percevra pourtant une rente de 100 livres par an pour se loger63.

  • 64 Ibidem.

57Défossé nous rapporte d’autres abus concernant cette fois les souliers des forçats : « sur la chaussure de la chiourme seulement, j’ai opéré chaque année un bénéfice de plus de 25 000 livres ; il ne serait pas difficile de prouver qu’avant que je fusse chargé du détail du bureau des chiourmes, les apprentis canonniers, les pertuisaniers, les ouvriers, les portefaix et autres achetaient à très bas prix des souliers de forçats qui coûtaient à l’État en ce temps 5 livres 10 sols la paire64. »

58Ces fraudes apparaissent d’autant plus répréhensibles que le coût de l’habillement de la chiourme reste important !

Coût et fourniture

Tarifs des différents adjudicataires de l’habillement pour la période 1765-1780

Tarifs des différents adjudicataires de l’habillement pour la période 1765-1780

59Le tableau ci-dessus nous permet de nous rendre compte du coût des différentes pièces d’habillement, d’un fournisseur à l’autre.

60On y voit une tendance naturelle à chercher l’augmentation globale des bénéfices de la part des entrepreneurs. Cependant, si, d’un côté, ils tentent de faire croître le prix de tel ou tel article, pour maintenir des prix compétitifs, ils sont aussi obligés de revoir leurs demandes à la baisse sur d’autres objets, en compensation : Antoine Raby fils procède en 1777 à une diminution sur le prix des bas de droguet et celui des bonnets mais augmente celui du capot. Par contre, en janvier 1775, on constate une augmentation générale des effets fournis par l’association Barré, Baron, Duplessis et Clermont entre le marché de mars 1773 et celui de janvier 1775.

61À la fin de chaque marché, la Marine propose aux différents entrepreneurs de reprendre l’adjudication. Chacun, pour permettre au secrétaire d’État à la Marine de choisir sur pièces, doit remettre les tarifs qu’il propose d’établir et un échantillon des étoffes qu’il utilisera. Dans beaucoup de cas, l’adjudicataire précédent conserve partiellement ou totalement le marché comme, par exemple, la dame Barré d’octobre 1765 à novembre 1777. La Marine cherche cependant à faire descendre les prix et proteste à chaque augmentation, comme le montrent les plaintes du secrétaire d’État à la Marine, Peirenc de Moras, en 1757 :

  • 65 SHMB 1 L 7, fol. 207v.

« Je vous ay déjà marqué que ce n’était qu’avec beaucoup de peine que je me déterminais à consentir aux augmentations de dépenses que l’on me proposait. C’est par cette raison que je ne vous envoie point avec mon approbation l’adjudication que vous avez passée au sieur Raby neveu pour la fourniture de froc ou mouye rouge pour cazaques ou gillets de forçats. J’aurais souhaité que vous m’expliquiez les raisons qui ont fait porté (sic) à 3 livres 10 sols l’aune le prix de cette étoffe n’étant ci devant qu’une livre 13 sols ou 16 sols65. »

  • 66 SHMB 1 E 161, fol. 233.

62Le secrétaire d’État intervient aussi parfois dans le mode de fabrication que propose l’adjudicataire. Ainsi, le 17 août 1761, Berryer se plaint de la somme de 194 livres dépensée pour faire teindre en rouge les 1 552 bonnets de laine blanche des forçats : « cette dépense ne doit point être à la charge du Roi, puisque, par l’adjudication que vous avez passée le premier may dernier, le sieur Le Léal s’est engagé à fournir sur le pied de 13 sols 6 deniers pièce le bonnet de laine rouge66. »

  • 67 SHMB 1 L 11, fol. 227.

63Sous la Révolution, on continue de procéder par adjudication en sélectionnant le meilleur rapport qualité-prix, avec parfois beaucoup d’ennuis pour trouver des prix corrects. En l’an VII, Bruix, face au « défaut de concurrent portant la chaussure à 7 F 30 centimes ce qui serait très onéreux aux intérêts de la République […] approuve en conséquence le parti que vous avez pris de faire continuer à la citoyenne Quentin sa fourniture de souliers au prix de 4 F 7567 ». Cet exemple permet en outre de voir que les forçats n’avaient pas l’exclusivité de la confection des souliers au bagne.

  • 68 SHMB 1 E 208, fol. 581.
  • 69 SHMB 1 E 169 fol. 41.
  • 70 SHMB 1 E 201, fol. 413.
  • 71 SHMB 1 E 184, fol. 163.
  • 72 SHMB 1 E 186, fol. 559.

64Les fournisseurs des étoffes disposent de la part du gouvernement de passeports d’exemption de droits pour leur marchandise. C’est à travers ces derniers que l’on peut retracer l’origine géographique des tissus : Treillard, marchand de Valence et adjudicataire pour 1780-1781, fait venir les chemises et les caleçons de Laval68, la bure ou herbage provient traditionnellement d’Avignon69, le droguet pour les bas a souvent pour origine Condé-sur-Noireau70, les toiles sont tirées de Rouen71 et le froc rouge de Beauvais72

65Si l’on se reporte aux seules indications données dans la correspondance au sujet des passeports, ont été envoyés à Brest entre 1774 et 1779 un minimum de 13 200 aunes de froc, 3 6315 aunes de bure, 7 000 de droguet et 3 000 bonnets…

  • 73 SHMB 3 A 92, n° 91.6.

66Tout ne se passe pas forcément bien et il arrive que la Marine rencontre des difficultés avec un fournisseur comme c’est le cas en 1781 avec Treillard. Le conseil de Marine s’y intéresse lors de la séance du 24 novembre 1781. À cette date, en vertu du traité signé le 15 mars 1780, ont déjà été livrés 6 685 3/4 aunes de bure, 6 329 3/4 aunes de moui et 1 973 bonnets. Toutes les étoffes ont été jugées inférieures en qualité à l’échantillon mais « les 2 987 1/4 aunes de moui reçues en mai était si fort au dessous de l’échantillon qu’on appela les sieurs Baron et Branda, négociants, pour en faire l’estimation. Le résultat fut de diminuer de 6 sols par aune pour 941 1/2 aunes et de 7 sols par aune pour 2 045 3/4 aunes73. »

67En conséquence de cette fourniture non conforme au traité,

  • 74 SHMB 3 A 2.

« Il n’a pas cru qu’on puisse avoir égard à la demande du sr Treillard vu le peu de satisfaction qu’on a eu de ses fournitures. Et considérant que, soit la mauvaise qualité, soit la mauvaise teinte de ses étoffes en a fait rebuter beaucoup, ce qui, d’un côté, lui a occasionné des pertes dont le Roi n’est pas garant et, de l’autre, a laissé une partie de la chiourme sans habits, le conseil se référant à l’avis de la commission a estimé qu’il convenait de ne plus le charger de ce service et de demander au sr Regnault qui offre la fourniture de mouye à un prix avantageux ceux auxquels il pourrait traiter pour le reste de l’habillement de la chiourme74. »

  • 75 Mise en place par arrêt du conseil du roi du 18 octobre 1758, elle avait pour but de réduire les d (...)
  • 76 BnF Mss., Fr. 11335, fol. 149-150.

68Dans l’ensemble pourtant, il semblerait que la Marine traite plutôt bien les fournisseurs pour la chiourme, puisque, dans les archives de la commission de liquidation des dettes de la Marine75, nous n’avons trouvé que le seul La Peyze, avocat du Roi de la sénéchaussée de Brest, créditeur pour 21 455 livres 4 sols de fourniture en « toiles de toutes espèces pour draps, matelas, paillasses, chemises, caleçons de forçats et de serpillière » et 1 406 livres 2 sols 3 deniers de bois de construction76.

  • 77 AN Mar. D225, fol. 480.

69Au total, pour les deux années 1782 et 1783, l’habillement des chiourmes se répartit comme suit77 :

Le changement de 1782-1783

  • 78 Cf. chapitre suivant.

70La répartition des forçats en classe78 selon le type de crimes qu’ils ont commis entraîne des distinctions qui doivent apparaître à l’œil nu, par des associations de couleur.

71Il est fixé le 5 janvier 1783 que :

  • 79 AN Mar. A1132, pièce 4.

« Les criminels condamnés à vie continueront à porter l’habillement et le bonnet rouge, ceux condamnés à terme porteront aussi l’habillement rouge mais le bonnet vert, les faux-sauniers, contrebandiers, braconniers et autres de cette classe porteront l’habit vert et le bonnet rouge, ceux condamnés à terme auront l’habillement et le bonnet vert, les déserteurs et autres condamnés à vie pour délits militaires continueront à porter l’habit et le bonnet brun, ceux condamnés à terme porteront aussi l’habit brun mais le bonnet gris.
« On donnera aux condamnés à vie de chaque classe des plaques rondes pour les numéros, celles des condamnés à terme seront arrondies par le haut et coupées par le bas carrément79. »

72Cet établissement entraîne pour le port la nécessité de renouveler une partie de l’habillement de la chiourme, lourde dépense qui fait suite à celles, colossales, de la guerre d’Amérique.

  • 80 AN Mar. B3739, fol. 87v-88.

73Or Prévost de Langristin en profite pour faire renouveler l’ensemble des vêtements à la fois, aussi bien pour ceux qui doivent effectivement en changer cette année que pour ceux qui « par un abus très ancien, […] ont dénaturé leurs robes en convertissant leurs capots et leurs casaques en veste et culotte ». Prévost propose en outre d’accorder aux forçats « une culotte en mouye rouge pareille à la casaque ainsi qu’on la donne aux déserteurs, ces malheureux n’ayant qu’une culotte de grosse toile qui ne les met même pas à l’abri de l’air », pensant que la dépense occasionnée serait compensée par les économies sur les maladies80.

  • 81 Lebeau, Code pénal maritime…, Guilleminet, an XI, p. 122-144.

74La Révolution et la suppression des galères à perpétuité mettent fin à ce code des couleurs. En l’an II, on distingue cependant les forçats condamnés à 9 ans et plus parce qu’ils portent un bonnet brun au lieu d’être vert81.

75Au terme de ce chapitre, on ne peut qu’être frappé par le soin méticuleux apporté par l’administration des chiourmes au choix de ses fournisseurs, tant en habillement qu’en produits alimentaires. Ce soin s’accompagne le plus souvent d’une réflexion menée par les dirigeants brestois sur les besoins de leur chiourme, avec laquelle un contact direct permet de connaître les réels besoins et les éventuelles recommandations. Toutefois, les forts coûts occasionnés par ces chapitres de dépenses entraînent souvent l’impossibilité pour l’intendant et ses subordonnés de se laisser aller à plus de compassion et d’adoucissements de la vie quotidienne des forçats.

Notes

1 Parfois remplacé par le biscuit non consommé des armements comme en 1783. AN Mar. B2425, fol. 8v.

2 AN Mar. D225, fol. 480.

3 AN Mar. G 232 (2), p. 14-15.

4 AN Mar. D225, fol. 480

5 A. Zysberg, Les galériens. Vies et destins de soixante mille forçats sur les galères de France 1680-1748, Seuil, 1987, p. 118.

6 B. Carrière et G. Emon, Population et administration pénitentiaire à Brest dans la première partie du xixe siècle : le bagne 1800-1850, th. de 3e cycle, Histoire, 1972, p. 131.

7 SHMB 1 E 526, fol. 61-62.

8 SHMB 1 E 97, fol. 164-165.

9 SHMB 1 E 220, fol. 159-162

10 La loi du 10 juillet 1793 accorde aux équipages le biscuit à discrétion mais les fournitures apparaissent insuffisantes pour qu’on puisse la respecter. E. Taillemite, L’histoire ignorée de la Marine française, Perrin, 1988, p. 283.

11 SHMB 1 E 569, fol. 151-154

12 Nom républicain de la Société des Amis de la Constitution. E. Monange et P. Henwood, Brest, un port en révolution 1789-1799, Ouest-France, 1989, p. 135.

13 SHMB 1 E 569, fol. 164-165.

14 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

15 SHMB 1 L 7, fol. 33v-34

16 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

17 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 27-28.

18 AN Mar. DD2741, fol. 2.

19 SHMB 1 E 526, fol. 47-49.

20 SHMB 1 E 97, fol. 137-152.

21 SHMB 1 E 526, fol. 62.

22 SHMB 1 E 97, fol. 165.

23 SHMB 1 E 526, fol. 61.

24 AN Mar. B3638.

25 AN Mar. B3638, fol. 122-122v.

26 AN Mar. B3638, fol. 364.

27 SHMB 3 A 1, non fol.

28 SHMB 3 A 1, non fol.

29 SHMB 3 A 2, non fol.

30 SHMB 1 L 9, fol. 80-81v.

31 AN Mar. A1130, pièce 7.

32 SHMB 1 L 9, fol. 184.

33 AN Mar. D225, fol. 480.

34 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

35 SHMB 1 E 526, fol. 48.

36 SHMB 1 E 97, fol. 137-152.

37 SHMB 1 E 97, fol. 183.

38 Ibidem.

39 SHMB 1 E 171, fol. 371.

40 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

41 Ibidem.

42 Ibid.

43 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1978, p. 127.

44 H. Dein, « Le bagne de Brest », Revue de Paris, 1839, n° 1, p. 261.

45 900 livres sont prévues en 1784 pour leur réparation et entretien. AN Mar. D51.

46 A. Choquet de Lindu, Description du bagne, Malassis, 1759, p. 2.

47 P. Henwood, op. cit., p. 138.

48 Cité par P. Henwood, op. cit., p. 140.

49 AN Mar. G 232 (2), p. 13.

50 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

51 AN Mar. G 232 (2), p. 14.

52 B. Pech, le début du bagne de Toulon 1748-1789, mém. de maîtrise, Histoire, 1974, p. 118.

53 E. Monange et P. Henwood, Brest, un port en révolution 1789-1799, Ouest-France, 1989, p. 106.

54 B. Pech, loc. cit.

55 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

56 Ibidem.

57 B. Carrière et G. Emon, op. cit., t. II, p. 110.

58 M. Bourdet-Pleville, Des galériens, des forçats, des bagnards, Plon, 1937, p. 112.

59 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 4.

60 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 223.

61 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

62 Ibidem.

63 AN Mar. DD2741, fol. 2v.

64 Ibidem.

65 SHMB 1 L 7, fol. 207v.

66 SHMB 1 E 161, fol. 233.

67 SHMB 1 L 11, fol. 227.

68 SHMB 1 E 208, fol. 581.

69 SHMB 1 E 169 fol. 41.

70 SHMB 1 E 201, fol. 413.

71 SHMB 1 E 184, fol. 163.

72 SHMB 1 E 186, fol. 559.

73 SHMB 3 A 92, n° 91.6.

74 SHMB 3 A 2.

75 Mise en place par arrêt du conseil du roi du 18 octobre 1758, elle avait pour but de réduire les dettes de ce département.

76 BnF Mss., Fr. 11335, fol. 149-150.

77 AN Mar. D225, fol. 480.

78 Cf. chapitre suivant.

79 AN Mar. A1132, pièce 4.

80 AN Mar. B3739, fol. 87v-88.

81 Lebeau, Code pénal maritime…, Guilleminet, an XI, p. 122-144.

Table des illustrations

Titre Tarifs comparés de Damiace et de Fay pour la nourriture des chiourmes
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17267/img-1.png
Fichier image/png, 3,1k
Titre Tarifs des différents adjudicataires de l’habillement pour la période 1765-1780
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17267/img-2.png
Fichier image/png, 6,9k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search