Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre VIII. Présentation de la société pénale

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 A. Zysberg, Les galères de France et la société des galériens 1660-1748, th. État, lettres et scie (...)

1Pour connaître parfaitement le nombre de forçats, aussi bien que leur origine géographique, leur âge ou la nature de leur crime et de leur punition, leur situation familiale comme leur aspect physique, le mieux aurait été de procéder à un dépouillement informatique des énormes registres de matricule conservés au Service Historique de la Marine de Brest et aux Archives nationales. Ce travail aurait demandé beaucoup de temps, du matériel adapté, notamment sur le plan informatique, pour des résultats somme toute limités. En effet, l’équivalent de ce travail a été mené au sein du CNRS sous la direction de M. Zysberg pour la période 1670-1748 ; les conclusions en ont été partiellement publiées dans les Annales et exhaustivement dans sa thèse1. Si on ajoute à cette étude, essentielle pour notre propos, les recherches qui ont été menées par M. Vigié sur une portion tout à fait représentative de la population pénale entre 1748 et 1792, puisqu’il s’agit des forçats détenus à la Tournelle, ainsi que les échantillonnages réalisés par M. Le Roux et M. et Mme Carrière au cours de leurs travaux respectifs, on peut juger que le dépouillement envisagé ci-dessus ne révolutionnerait guère l’histoire de la pénalité au xviiie siècle. On se contentera ici de faire une synthèse des travaux mentionnés. Nous y ajoutons cependant des chiffres tirés de nos propres recherches, notamment pour tout ce qui concerne les effectifs de la chiourme. Nous commencerons par évaluer le total de la population pénale en le comparant avec celui des autres bagnes contemporains avant de nous intéresser aux forçats eux-mêmes à travers leurs crimes, leur métier ou leur âge.

Présentation chiffrée de la chiourme brestoise

Le bagne de Brest en chiffres

  • 2 AN Mar. D225, fol. 480.

2Le nombre des forçats présents au bagne de Brest à un moment donné est relativement malaisé à estimer. Les dirigeants de l’établissement breton donnent l’impression de ne pas le savoir eux-mêmes : Saint-Pern-Gourel en 1783 fournit un chiffre en se fondant sur le nombre des rations retranchées2… On trouve également quelques indications dans la correspondance de l’intendant quand celui-ci se plaint du manque de bras pour les travaux du port.

  • 3 Statistique des bagnes, Imprimerie nationale, 1846.

3Les seuls éléments qui permettent de bien percevoir l’évolution mensuelle et même annuelle sont constitués par les « balances des chiourmes », confectionnées de façon mensuelle par les écrivains de chaque bagne et compilées sur l’ensemble des établissements français par les commis du Bureau général de la matricule. La période 1772-1775, seule conservée, sera analysée ici. En outre, la Statistique des bagnes3 ne commence qu’en 1772, date à laquelle elle fournit le chiffre général à l’échelon de l’ensemble de la France. Les ports ne sont distingués qu’à partir de l’an VI ; on dispose alors de séries continues jusqu’à la transportation en Guyane.

Évolution de la chiourme brestoise

4Le graphique et le tableau ci-dessous mettent en valeur l’évolution de la population pénale au bagne de Brest entre 1749 et 1800. Les chiffres sont issus de la correspondance de l’intendant.

Effectifs du bagne de Brest entre 1748 et 1800

Effectifs du bagne de Brest entre 1748 et 1800
  • 4 B. Carriere et G. Emon, Population pénitentiaire à Brest dans la première partie du xixe siècle. L (...)

5Pour compléter le manque de données pour certaines années, M. et Mme Carrière proposaient de s’appuyer sur les chiffres globaux donnés par la Statistique des bagnes et de considérer que la chiourme brestoise, comme au xixe siècle, constituait 40 % des effectifs totaux4. La vérification à partir des chiffres réels a démontré l’inadéquation de ce coefficient pour le xviiie siècle.

6En tout cas, les chiffres donnés ci-dessus permettent quelques constatations. En 1749-1750, on se trouve visiblement dans la période d’installation des forçats : les 851 forçats de 1749 sont les nouveaux arrivants originaires de Marseille. Leur nombre augmente par apport régulier des chaînes jusqu’en 1751 environ.

7La période 1751-1775 est marquée par une relative stabilité du nombre de forçats ; le nombre de 2 300 constitue un chiffre de roulement. Il correspond à une période d’utilisation active des forçats dans l’arsenal, mais sans généralisation de leur rôle au sein du port. L’intendant apprend à les faire travailler comme main d’œuvre journalière. On note une légère augmentation du nombre des forçats à Brest, qui se retrouve à l’échelon national entre 1771 et 1775.

8C’est surtout la période 1781-1787 qui se caractérise par un très fort accroissement de la chiourme brestoise, qui dépasse à plusieurs reprises les 3 000 hommes, variant entre 2 976 et 3 299, soit un tiers de plus que n’en peut contenir le bagne de Choquet de Lindu. Parallèlement, on note une diminution globale de la chiourme française qui descend à 5 300 forçats environ. Cette augmentation en hommes du bagne de Brest, sans équivalent en France, est évidemment le résultat de l’effort de guerre d’Amérique et de l’utilisation massive des forçats, non plus seulement comme simples journaliers, mais aussi comme ouvriers à part entière. Il faut attendre la fin de la Révolution pour que Brest connaisse à nouveau pareil affluence.

9En effet, la période qui s’étend de 1787 à l’an II se caractérise par une diminution très nette de la chiourme et donc du nombre d’hommes à Brest. On peut y voir les résultats de la fin de la guerre mais surtout les adoucissements de la pénalité, avec de multiples libérations au début de la période révolutionnaire : libération des politiques, des criminels dits d’Ancien Régime, c’est-à-dire des faux sauniers ou autres contrebandiers, des étrangers. Mais ces libérations ne représentent qu’un petit nombre d’hommes. La diminution est aussi le résultat de la promulgation du Code civil avec les hésitations lors de la mise en place de la peine des fers, d’où un moindre apport en hommes, mais surtout de la fin de la peine des galères à perpétuité, qui concernait une part importante de la population pénale.

10L’an III est marqué à nouveau par une légère augmentation, conséquence à la fois de la crise politique et économique, entraînant une recrudescence du vagabondage et du brigandage, et de la guerre. Le léger fléchissement en l’an IV n’efface pas le mouvement général à l’augmentation comme en l’an VII où Brest reçoit 30 % de forçat en plus en un an. On peut y voir les conséquences de la pacification de l’ouest et des difficultés françaises à Toulon. Ralliée aux Anglais, même reconquise par les Français, elle apparaît suspecte. On peut surtout y ajouter l’effervescence militaire qui relance Brest comme port de guerre bien placé pour les expéditions vers l’Angleterre ou l’Irlande. Cette activité retrouvée de l’arsenal breton explique aussi le besoin en forçats.

Étude des mouvements mensuels

  • 5 AN Mar. D51.

11Cette étude s’appuie sur la table récapitulative des mouvements de la chiourme entre 1772 et 1775 conservée aux Archives nationales5.

12Le graphique suivant montre l’évolution mensuelle de l’ensemble de la chiourme brestoise.

Évolution mensuelle du nombre des forçats entre janvier 1772 et juin 1775

Évolution mensuelle du nombre des forçats entre janvier 1772 et juin 1775

13Cette figure met en évidence une augmentation de la chiourme par palier. En effet, on constate une diminution régulière de la chiourme pendant 11 mois de l’année, puis une remontée brusque en juin de chaque année. Cette dernière correspond à l’ « injection » que constitue l’arrivée de la chaîne en provenance de Paris. L’augmentation de la chiourme doit, en effet, beaucoup plus à cet accroissement massif qu’à un mouvement naturel de conservation des présents et d’augmentation régulière par les forçats repris, les apports régionaux ou coloniaux.

14De cette courbe, nous pouvons déduire la durée moyenne de présence au bagne. Sur une année en effet, de juin 1772 à mai 1773, les effectifs de la chiourme passent de 2 385 à 2 144, soit une perte de 243 condamnés ; cela se traduit par un taux de remplacement annuel de plus de 11 %. Il est toutefois évident que le chiffre avancé dépend de la base de départ.

Comparaison avec les autres bagnes

15Si la Statistique des bagnes montre clairement l’importance du bagne de Toulon au xixe siècle, il apparaît aussi que celui de Brest a pris, à de multiples reprises, l’avantage sur son alter ego méditerranéen au xviiie siècle. La Révolution donnera, dans un premier temps, l’avantage à Toulon pour ensuite à nouveau favoriser la cité du Ponant.

Les bagnes d’Ancien Régime

16Le tableau ci-dessous regroupe les effectifs des différents bagnes au cours de quelques années de l’Ancien Régime.

Effectifs comparés des bagnes français sous l’Ancien Régime

Effectifs comparés des bagnes français sous l’Ancien Régime
  • 6 Ibidem.

17Notes 66

  • 7 Ibid.

18Notes 77

  • 8 AN Mar. D225, fol. 480.

19Notes 88

  • 9 AN Mar. D51.

20Notes 99

21On constate en premier lieu la différence de répartition des 5 599 forçats au bagne au 1er janvier 1772. Les deux séries de chiffres proviennent toutes deux de sources officielles, ce qui nous indique que les commis du xviiie siècle avaient bien du mal à évaluer la population pénale que renfermaient les bagnes. Les chiffres de la série (1), qui proviennent de la balance des chiourmes, nous ayant toujours paru en deçà de ceux fournis par d’autres sources, nous préférons les laisser de côté, d’autant que les 406 forçats présents à Rochefort selon la série (2) concordent plus avec les 463 présents en 1782 que les 1450.

22De création plus tardive que Brest et Toulon, puisqu’il apparaît en 1767, le bagne de Rochefort restera toujours plus petit quant au nombre de ses détenus. On peut sans douter rapprocher cette infériorité numérique à l’intérêt stratégique moins évident de la ville de Rochefort face aux autres cités que constituent Toulon, l’arsenal méditerranéen, et Brest, entre Manche et Atlantique.

23C’est donc entre ces deux derniers bagnes que se partage la grande majorité des forçats, 92 % en 1772. Quelle que soit la série prise en compte pour cette année, on note une presque égalité entre ceux-ci. Par contre, en 1782 et en 1787, et sans doute entre ces deux dates, le bagne de Brest représente presque le double de celui de Toulon. On peut facilement en déceler la raison. La France participe alors à la guerre d’Amérique. L’essentiel des départs de vaisseaux s’effectuant de Brest, le pouvoir a logiquement développé en conséquence l’arsenal ouvert sur l’Atlantique ; les effectifs de sa chiourme s’accroissent en conséquence.

24En conclusion, si Toulon, dans les premiers temps du bagne et du fait de sa proximité avec Marseille, a accueilli une chiourme plus nombreuse que Brest, le roi fit sans doute en sorte d’établir une certaine égalité de ces deux populations en répartissant les chaînes dans cette optique. La guerre d’Amérique, en créant des besoins plus urgents dans la cité du Ponant que dans celle du Levant, consacrait Brest comme plus grand bagne français à la fin de l’Ancien Régime. Nous allons voir que la Révolution, après lui avoir dénié ce rôle dans un premier temps, le lui rendit rapidement par la suite.

Les bagnes révolutionnaires

  • 10 Op. cit.

25Le tableau ci-dessous représente la population comparée des bagnes révolutionnaires, soit les trois créés sous l’Ancien Régime, auxquels s’ajoutent les trois nouveaux, entre l’an VI et l’an VIII, d’après la Statistique des bagnes10

Effectifs comparés des bagnes révolutionnaires

Effectifs comparés des bagnes révolutionnaires

26La période de l’an VI à l’an VIII correspond à une époque de reprise de la condamnation à la peine des fers. Nous avons vu que le début de la Révolution avait été marqué par une diminution fort sensible du nombre des détenus dans les bagnes de la Marine. En l’an VI, les chiffres de l’Ancien Régime sont à nouveau atteints.

27En l’an VI, on retrouve d’ailleurs un phénomène inverse à celui de 1787, à savoir un bagne de Toulon plus important que celui de Brest. Mais si ce dernier atteint les chiffres de Toulon en 1787, ce second port ne retrouve pas les chiffres d’alors de la cité bretonne.

  • 11 Statistique des bagnes, op. cit., p. 6.

28On assiste également à une redistribution totale de la chiourme au profit des petits bagnes nés de la Révolution : Nice tout d’abord, apparu en 1792. La Statistique des bagnes nous apprend que les condamnés qui y étaient détenus avaient été dirigés en 1793 vers Toulon, à l’exception de quelques-uns qui apparaissent en l’an VI et en l’an VII, avant que le décret du 9 brumaire n’y affecte les condamnés pour désertion, ce qui se traduit par les 220 condamnés en l’an VIII au lieu des 38 l’année auparavant11. La création du bagne de Lorient tire son origine d’une décision du comité de Salut Public du 1er frimaire an III ; il est ouvert en fructidor an IV pour une population militaire. L’augmentation parallèle du nombre de forçats détenus à Brest et de ceux de Lorient révèle l’absence de concurrence existant entre ces deux établissements et l’importance conjointe de leurs deux arsenaux. Nous ne connaissons pas les chiffres pour Le Havre, pourtant fondé dès l’an IV ; en l’an VIII, il n’accueille que 33 condamnés pour délits militaires.

29L’inversion de la situation entre Toulon et Brest entre l’an VI et l’an VII constitue un phénomène particulièrement intéressant. Nous avons déjà insisté sur le rôle de la pacification de l’ouest pour asseoir la position de Brest en cette fin de Révolution, puisque c’est dans ce dernier bagne que l’on envoie les prisonniers des guerres de Vendée ou les rescapés de la chouannerie, et, au contraire, la perte de prestige de Toulon, la traîtresse, qui lui vaut cette diminution de chiourme. L’an VIII marque le maintien à Brest de la population carcérale. Toulon, pardonnée, retrouve elle aussi ses chiffres antérieurs.

30La suprématie de Brest, si l’on en croit toujours la Statistique des bagnes, se maintient jusqu’en 1809, date à laquelle Toulon reprend le dessus jusqu’en 1836, où les deux bagnes s’équilibrent.

  • 12 C. Hocquet, « Rochefort : le bagne des prêtres », Bagnes et galères, n° 472 d’Historia, p. 60-62.

31En conclusion, la répartition des forçats sous la Révolution est d’abord caractérisée par l’augmentation des chiourmes françaises entre l’an VI et l’an VIII de plus de 2 000 hommes, mais aussi par l’apparition de nouveaux bagnes. Toulon et Brest continuent d’occuper une place centrale dans le paysage pénitentiaire français, alors que Rochefort, le troisième bagne datant de l’Ancien Régime, voit sa population augmenter en accueillant notamment les prêtres réfractaires12.

Présentation humaine de la chiourme brestoise

32La population pénale regroupe des individus aux crimes, aux peines, aux origines professionnelles et géographiques totalement variés. Il faut pourtant les répartir suivant différents critères afin de dégager le profil type du forçat, si tant est qu’on puisse le définir.

33Comme il l’a été expliqué plus haut, différentes études ont été utilisées :

  • les recherches de M. Zysberg sur la population pénale de 1748, qui portent sur 3 997 forçats13 ;
  • celles de M. Vigié sur les 8 000 forçats détenus à la Tournelle entre 1748 et 179214 ;
  • celles de M. Le Roux, qui a analysé les matricules de Brest sur la période 1789-an III, en proposant également l’année 1752 comme point de repère. Ce chercheur a choisi de s’appuyer sur les destinées des forçats par année d’entrée15 ;
  • celles de M. et Mme Carrière, dont les études portent sur la période 1800-185816.

Âge, situation familiale et origine géographique

Âge

34L’étude de la répartition des forçats par âge, toutes périodes confondues, s’avère sensiblement homogène. Nous nous sommes donc contentés de produire ici à titre d’exemple la pyramide des âges des forçats en 1748.

Pyramide des âges en 1748

Pyramide des âges en 1748

35La première constatation que l’on puisse faire est la relative jeunesse de cette population pénale puisque 54,9 % des forçats ont moins de 30 ans. On peut y voir en partie le résultat de la délinquance militaire qui se situe dans ces tranches d’âge.

36Cependant, on note aussi une présence relativement stable des hommes mûrs, c’est-à-dire les 30-50 ans, 38,6 %.

37Les plus de 50 ans sont beaucoup moins représentés au bagne, 6,4 %. Plutôt que la clémence des juges ou le respect des déclarations royales qui prescrivent de n’envoyer au bagne que des hommes robustes, on doit y voir le résultat de la mortalité plus forte dans cette classe d’âge en général et dans les bagnes en particulier ; les personnes âgées devaient être les premières victimes des prisons et de la chaîne.

Situation familiale

38Les matricules nous permettent aussi d’évaluer le taux de nuptialité parmi les forçats.

39On peut noter tout d’abord le faible taux d’hommes mariés parmi les classes les plus jeunes, soit les moins de 30 ans, seulement 28 %. Ce résultat n’est guère étonnant quand on sait que l’âge moyen du mariage oscille entre 25 et 27 ans à cette époque ; de plus, nous avons déjà émis l’hypothèse d’un nombre important de militaires dans cette classe d’âge.

40Par contre, si, après 30 ans, et même après 25 ans, le taux de célibat diminue, il reste cependant encore fort avec 40 % de célibataires entre 35 et 39 ans. Les forçats ne se marient guère, en effet, du fait d’une grande mobilité avant leur condamnation, à rapprocher de celle des soldats. On ne retrouve des taux conformes à la nuptialité générale qu’après 45 ans.

41Malgré cette différence avec la population française dans son ensemble, on note tout de même une majorité d’hommes mariés sur l’ensemble des classes d’âge. Or, en 1811, on constate en effet 61,61 % de célibataires pour seulement 34,83 % d’hommes mariés. C’est sans doute le résultat d’une population jeune mais aussi de la confirmation de la tendance déjà observée ci-dessus.

L’origine géographique

42Les résultats sont assez prévisibles, comme le laisse supposer la manière dont est organisée la chaîne. La partie nord de la France fournit l’essentiel de la population pénale, puisque le sud pour des raisons évidentes de proximité est dirigé vers Toulon ou Rochefort après sa création.

43Ainsi, en 1 789, 4 % sont originaires de Paris, 7,5 % du reste de l’Île-de-France, 7 % d’Artois-Picardie, 11,5 % de Champagne-Lorraine, 17 % de Bourgogne et Franche-Comté, 13 % de Normandie, 12 % de Bretagne, 4,5 % de Maine-Anjou-Touraine, 4 % d’Alsace. 10,5 % seulement proviennent d’autres régions : on peut y voir le résultat des transferts pour des raisons de sécurité d’un bagne à l’autre, dans le cas de proximité de la famille du bagne par exemple, ou des reprises de forçats qui sont alors dirigés vers le bagne le plus proche.

44Le taux des étrangers s’avère intéressant à souligner. M. Vigié l’estime à 3,63 % de la population pénale présente à Paris entre 1748 et 1790 ; ils proviennent essentiellement des états autrichiens, allemands, des cantons suisses ou des Provinces Unies, pour la plupart soldats des régiments étrangers en France.

45On retrouve ce pourcentage d’étrangers à Brest en 1791, 1792 et en l’an III. Il est, par contre, beaucoup plus élevé en 1789, soit 9 %, et surtout en 1790, où il atteind 19 %, gonflé par l’arrivée des soldats de Châteauvieux, dont nous avons déjà évoqué l’épopée. Ce n’est qu’en juillet 1790 qu’il sera interdit de les recevoir dans les bagnes français.

46En définitive, le forçat type nous apparaît jusqu’ici comme un homme relativement jeune originaire du Nord de la France et sans doute marié, même si le taux de nuptialité des galériens est inférieur à la normale sur une même tranche d’âge.

Catégories socio-professionnelles

Catégories socio-professionnelles des forçats brestois

Catégories socio-professionnelles des forçats brestois

47Afin de comprendre l’origine sociale des forçats, il faut constater d’abord que les catégories choisies ici entraînent de multiples inexactitudes ; il est difficile en effet de dégager les différences entre un compagnon et un maître, qui ne disposent pourtant pas de la même fortune. De même, les vignerons, les laboureurs n’ont pas le même poids dans toutes les régions de France. Différents métiers sont également malaisés à définir et à classer.

48Ensuite, il faut marquer les divergences entre les travaux de M. Zysberg, qui ne prennent pas en compte les militaires à la différence de ceux de M. Le Roux qui les mentionnent.

49En 1748, on note une très nette prépondérance des forçats issus de l’artisanat et du négoce, avec le rôle important des métiers du tissu et de l’habillement qui regroupent presque un condamné sur quatre. Par contre, on remarque un quasi égalité entre les galériens venus des classes paysannes, près de 30 %, ce qui représente peu dans un monde où les agriculteurs sont évalués à 75 à 80 % de la population française, et les « petits métiers » ou « sans état » des villes, victimes habituelles des crises.

50On ne retrouve absolument pas cette division d’après les chiffres des forçats entrés à Brest en 1752 : la quasi disparition des paysans, le doublement des « sans métiers », qui atteignent 59 %, et la diminution à 32 % du peuple de l’artisanat ne semblent guère s’expliquer.

51Les chiffres présentés par M. Le Roux pour les années révolutionnaires paraissent beaucoup plus plausibles. La disparition de la classe paysanne se confirme, que l’on doit rapprocher de la fin des punitions pour faux saunage ou autres contrebandes, délits habituels de cette frange de la population. Au contraire, l’augmentation des petits métiers des villes s’explique par les difficultés économiques de ces années, que la dévaluation des assignats n’améliore guère dans ce début de Révolution. Les vols, les faux se multiplient, touchant en majorité cette classe toujours à mi-chemin entre petit travail et mendicité pure et simple.

52En outre, quelle que soit la période, on constate une inexistence des groupes supérieurs, rassemblant les notaires, chirurgiens ou bourgeois.

53Enfin, on note une diminution des militaires entre 1789 et 1793 puis leur augmentation à partir de 1793 qui correspond à une reprise en main de l’armée par le gouvernement révolutionnaire.

54En définitive, deux phases distinctes apparaissent nettement : la période antérieure à 1748, où la population agricole et celle des petits métiers des villes représentent l’équivalent des professions artisanales urbaines, et celle postérieure, où les laboureurs sont beaucoup moins évoqués, au contraire du petit peuple des cités que les difficultés économiques transforment en délinquants.

Les peines

Les délits

55On retrouve assez peu de grands délinquants au bagne : les assassins se voyaient facilement condamner à mort. On rencontrera à Brest plus de petits voleurs, faussaires de piètre envergure et faux sauniers que d’assassins sanguinaires.

Délits commis par les forçats brestois

Délits commis par les forçats brestois

56Le tableau ci-dessus représente la répartition des crimes en fonction des années, en pourcentage.

57Les délits qui envoyaient à cette époque un homme au bagne sont nettement dominés par les crimes contre les biens. Le nombre des contrebandiers reste important, puisqu’il concerne près d’un cas sur quatre en 1748. Un forçat sur dix doit être accusé de désertion ou de crime relatif à cet état. Enfin, on note assez peu de crimes de sang et d’atteinte à l’ordre familial. Les atteintes à l’ordre public sont plus nombreuses, représentant 10 % en 1748.

58Sur la durée, nous constatons trois point essentiels :

  • un maintien de la proportion des crimes de sang ou d’atteinte à l’ordre familial, ainsi qu’une stabilité des délits sexuels, qui oscillent entre 5 à 13 % ;
  • une diminution, entre 1748 et 1789, de l’atteinte à l’ordre public, constante sur la période révolutionnaire, à l’exception de 1790, qui voit arriver les émeutiers de 1789. On peut y voir la moindre punition de la mendicité par la peine des galères et la liberté de culte. Quant aux discours séditieux, la Terreur savait les faire oublier plus sûrement qu’en employant la peine des fers ! On note aussi une chute indubitable des condamnations pour contrebande et délits forestiers pendant la Révolution : de 58,2 % en 1752, ils n’atteignent plus que 11,8 % en 1789 et 1,2 % l’année suivante avant de disparaître des registres. Nous avons déjà vu antérieurement le sort qu’avait fait subir la Révolution à ce qu’elle considérait comme des crimes d’Ancien Régime ;
  • enfin, l’augmentation relative des vols, filouteries et faux, due pour une part à la diminution des autres types de délit, mais aussi à la dureté des temps et à la tentation que devaient constituer les assignats pour les faussaires ! Il faut aussi parler des soldats, qui n’apparaissent pas dans notre tableau après 1748. Les guerres en font augmenter le chiffre.
  • 17 AN Mar. D51.

59En conclusion, nous devons insister sur la nette domination des détenus de droit commun au bagne. Un mémoire de 1782 affirme d’ailleurs qu’à cette époque l’établissement de Brest renferme 1 050 contrebandiers pour 2 088 criminels et seulement 161 militaires17.

Durée de la condamnation

60Si la hiérarchie des peines est fixée par l’ordonnance criminelle de 1670, leur durée est laissée sous l’Ancien Régime à l’arbitraire des juges, qui font souvent preuve de clémence. Ce ne sera plus possible avec la promulgation du Code pénal en 1791 qui fixe précisément la durée des peines, d’où une plus grande sévérité dont les juges ne peuvent s’affranchir. Cependant, il faut distinguer le cas du faux-saunage et de la contrebande de tabac, où la durée de la peine dépend du montant de l’amende que le coupable n’a pas pu payer. Tout ceci explique que, contrairement à ce qu’on pourrait croire et à ce que prescrivait Colbert quand la peine des galères consistait encore à tirer la rame, les peines courtes dominent.

61Au cours de l’Ancien Régime dominent les peines de moins de 9 ans, entre 1748 et 1789, puisqu’elles concernent 74,65 % des peines sur l’ensemble de cette période. On voit cette catégorie diminuer à la veille de la Révolution, puisqu’elle ne représente plus que 47 % des peines, et ce, au profit des peines dites moyennes, entre 9 et 20 ans, et de la perpétuité. Celle-ci justement ne représente que 22 % environ des cas sous l’Ancien Régime.

62La situation change sous la Révolution du fait de la nouvelle pénalité : la disparition des galères à perpétuité se traduit par l’augmentation des peines moyennes, qui représentent 51,7 % des peines en 1793. Par contre, si les peines courtes se maintiennent à une forte proportion, qui atteint 61,9 % en l’an II, elles restent nettement en deçà de leur niveau d’Ancien Régime.

63Il faut remarquer cependant que ces durées de peine sont celles auxquelles les forçats sont astreints au moment de leur condamnation ; elles ne correspondent pas forcément à la durée réelle de présence au bagne puisqu’un évadé risque la perpétuité en cas de reprise.

64Ces quelques chiffres nous obligent à reconsidérer le bagne, qui n’était pas un repaire d’assassins comme la tradition romantique a voulu le faire croire, et la perpétuité ne sanctionnait pas tous les délits. Cela dit, en regard de notre système judiciaire contemporain, les peines semblent largement disproportionnées aux délits.

Rapport entre les catégories socioprofessionnelles et les délits.

65Nous disposons sur ce point des recherches de M. Zysberg, portant sur les forçats marseillais de 1748. L’évolution de la représentation des différentes catégories pendant la période révolutionnaire nous indique que cette étude reste valable sur l’ensemble de la période que nous avons choisie d’étudier. Le tableau ci-joint met en valeur les rapports entre les peines et les catégories socioprofessionnelles.

Correspondances catégories socioprofessionnelles et délits

Correspondances catégories socioprofessionnelles et délits

66On peut noter la forte représentation des paysans condamnés pour contrebande, près de quatre sur dix. Il s’agit évidemment beaucoup plus de faux saunage que de contrebande de faux tabac qui concerne une partie beaucoup plus large de la société. Si le vol apparaît important dans cette classe rurale, à peu près égal à la contrebande, il reste moins spécifique des délits commis par les paysans, classe où l’on retrouve le plus fort taux de contrebande, qu’il faut aussi considérer ici comme un fait social.

67Remarquons ensuite que les petits marchands ou colporteurs présentent une criminalité non moins typée, tournée à 50 % vers le vol et petit larcin, souvent nécessaire pour assurer leur repas quotidien.

68Quant au monde des ateliers, il est touché par le vol, mais aussi par les délits nécessitant une plus grande connaissance, comme la fabrication de faux ou fausse monnaie. Les crimes de sang y semblent également plus représentés que dans les autres groupes.

69Enfin, nous pouvons rapprocher les crimes des sans métiers et des états inconnus, caractérisés par une plus grande violence et de nombreux délits militaires.

70En définitive, nous distinguerons au bagne trois grands types de forçats :

  • le paysan, déjà établi dans la vie, marié, père de famille. Il est d’un âge supérieur à la moyenne des forçats et est souvent condamné pour contrebande.
  • les hommes effectuant des petits métiers et les sans états, population jeune et souvent urbaine, vivant en dehors de la cellule familiale. Cette liberté leur permet de joindre l’armée : les délits militaires y sont donc fréquents, de mêmes que les vols et le vagabondage.
  • enfin, la criminalité du monde des ateliers et de l’artisanat, comprenant des célibataires de 25 à 40 ans, condamnés pour vol mais aussi faux ou tout autre délit demandant qualification.

Deux forçats sortant du commun : Bourbon et Bazile

71En dehors des statistiques générales et pour concrétiser un peu la société pénale, nous avons choisi de présenter deux forçats sortant du commun : Bazile et Bourbon. Rien de comparable entre ces deux forçats. L’un porte un nom qui intrigue ses contemporains et dont le galérien se sert pour obtenir des adoucissements de sa condition. Quant au second, il trouve sa consolation dans la nourriture. Plus exactement, il avale tout ce qui lui tombe sous les yeux. Tous deux ont laissé trace dans les archives et si aucun des deux ne correspond vraiment au profil type du forçat tel que décrit ci-dessus, ils n’en sont que plus remarquables.

Le forçat Bourbon

72Deux visiteurs ont laissé à quelques années d’intervalle le témoignage de sa présence au bagne de Brest. Le premier dans le temps est le chevalier de Bonnard, précepteur des enfants du duc d’Orléans, qui s’y rend au début des années 1780. Il nous parle d’un forçat détenu au bagne depuis 1757 et que ses fonctions d’écrivain dans les bureaux ont protégé des travaux du port. Depuis le voyage du prince de Montbarey, il dispose d’une chambre particulière dans les combles du bagne et est bien traité et nourri. Le bas-officier introduit les visiteurs avec une sorte de respect envers son prisonnier. Ceux-ci se trouvent en face d’un :

  • 18 AN 352 AP (5), p. 122.

« Homme de 72 ans, d’une figure ordinaire, qui a eu des yeux vifs, vêtu d’une redingote, assis sur son lit, d’où il se leva pour nous recevoir, ayant une flûte et des livres, parmi lesquels est une Bible. Il nous dit qu’il s’appelait Bourbon d’Autriche, qu’il était fils de la reine d’Espagne qui était morte en France et qu’elle lui avait elle-même appris qu’il était son fils en 1731 au Luxembourg, qu’il avait été élevé en Franche-Comté avec des gouverneurs, qu’il avait porté la croix de Malthe ; que l’argent ne lui avait pas manqué pendant bien longtemps ; […] que l’on l’avait arrêté et condamné sous le prétexte qu’il avait fait de fausses lettres de change18. »

73Bourbon, s’il nie cette accusation, se déclare volontiers bien coupable d’autres forfaits et se trouve justement puni. Ses liens familiaux avec le roi lui valent d’ailleurs une ration d’invalide et de multiples autres adoucissements. Cette rencontre laisse bien songeur Bonnard qui conclut « quand même toute cette histoire serait un roman, il serait toujours extraordinaire de trouver aux galères un homme qui porte un blason ».

  • 19 J. Charpy, « Un Bourbon au bagne de Brest au xviiie siècle », Cahiers de l’Iroise, 1971, n° 1, p. (...)

74En 1787, lors de sa visite au bagne, l’avocat Julien Loysel rencontre lui aussi Bourbon et en fait un récit proche de celui de Bonnard. Il décrit aux environs de la chambre de Bourbon un « terrain entouré d’une grille de fer, de la hauteur d’un plancher à l’autre […] lequel terrain servait de promenade à ce forçat ». Celui-ci a alors 80 ans et sa cécité l’empêche désormais de lire mais non de jouer de la flûte. Il tient le même discours qu’au chevalier de Bonnard, avec la bonne éducation qui frappe tous ses visiteurs. Julien Loysel termine son récit en déclarant : « on avait vu au bagne des hommes de haut parage et peut-être y avait-il encore : mais Bourbon était traité d’une manière particulière, ce qui donne beaucoup à penser sur la qualité de sa personne19. »

Le forçat Bazile

75Bazile, deuxième forçat atypique, apparaît beaucoup moins distingué.

76Tous les éléments dont on dispose proviennent du rapport d’autopsie de ce forçat. Celui-ci avait d’abord servi dans les troupes de la Marine où il passait pour un homme d’un grand appétit et d’une demi-imbécillité qui ne s’améliore pas lors de son séjour au bagne, où il est envoyé pour vie errante, vagabondage et vol en juin 1773. Les chirurgiens qui l’examinent à l’hôpital se plaignent de ne pas comprendre de quoi il est atteint. Bazile parle de « douleurs d’entrailles sans fièvre, de constipation, d’oppression et quelque fois de douleurs à la jambe gauche, qui lui faisaient jetter des cris que l’on regardait comme des grimaces et une feinte qu’il faisait pour se faire ôter la chaîne. Il avait de tems en tems des vomissements accompagnés de douleurs et ce qu’il vomissait était noirâtre ». Si le forçat avale les aliments liquides, les aliments solides en revanche ne peuvent être ingurgités. Peu avant de mourir, il se plaint en désignant son sternum d’avoir « mille diables de choses dans le ventre qui font tout [s] on mal ».

77Bazile décède le 10 octobre 1774. À ce moment, les médecins ne lui connaissent comme antécédents médicaux qu’une tumeur athéromateuse sous la mâchoire inférieure et plusieurs maladies vénériennes.

78Fournier procède le lendemain à l’autopsie. Le soulèvement du poumon gauche laisse voir un épanchement d’une petite quantité de sérosités. L’ouverture du bas-ventre réserve des surprises au chirurgien ordinaire : « au tact, on sentit à travers les tuniques de l’estomach grand nombre de corps étrangers ». Fournier préfère appeler des témoins ; Testanière, Courcelles, Voisin, le chirurgien aide-major, trois chirurgiens de la Marine, plusieurs officiers et une cinquantaine de seconds aides et élèves chirurgiens assistent à l’ouverture l’après midi du 11.

79On découvre alors dans l’intestin du forçat nombre d’objets extraordinaires : une portion de barrique de 19 pouces de longueur sur un pouce de largeur, cinq morceaux de bâton de genêt, huit morceaux de bois de chêne, quatre morceaux de sapin, cinq de bouleau, plusieurs cuillères ou cuillerons d’étain, des morceau de tuyau d’entonnoir, des bouts de cuir et de verre, des clous, un briquet, une pipe… Un véritable inventaire à la Prévert ! « Tous ces articles au nombre de 52 pièces ont donné une livre dix onces et demie, poids de marc et les mesures en ont été prises avec un pied du roi. »

80Malgré tous ces objets ingérés, les médecins ne noteront aucune autre altération qu’un petit point de gangrène, de la taille d’un écu. On remarque aussi l’élargissement de la cavité du pharynx et l’usure des dents.

81On interroge ses compagnons, tant dans l’artillerie de marine, que dans les prisons ou au bagne. Tous confirment la voracité du forçat et sa folie. Ils ajoutent que Bazile vendait son pain pour avoir du tabac en poudre, qui était son mets préféré. Ils l’ont vu également gratter la chaux des murailles pour la manger avec ce qu’il récupérait dans les ordures, trognons de choux crus ou boutons de guêtres.

  • 20 AN Mar. C720.

82Les médecins conclurent à la folie20.

83En conclusion, on peut remarquer que Bourbon échappe à la typologie que nous avons définie plus haut, puisqu’il semblerait, de par son éducation en tout cas, appartenir aux groupes supérieurs minoritaires. Par contre, Bazile correspond bien à ces hommes en marge de la cellule familiale, sans doute ici en raison de son imbécillité, qui trouvent refuge dans un temps au sein de l’armée pour ensuite vivre de larcins. Ce genre de condamné est l’un des plus typiques avec les paysans condamnés pour faux saunage, que la Révolution fait disparaître. Tout aussi représentatif, on trouve l’homme issu d’un atelier urbain, relativement lettré, qui se livre à des délits plus élaborés comme des escroqueries et des faux, ou à des vols de plus haute envergure que ceux que Bazile dut commettre pour satisfaire son insatiable voracité.

Notes

1 A. Zysberg, Les galères de France et la société des galériens 1660-1748, th. État, lettres et sciences humaines, EHESS, 1986.

2 AN Mar. D225, fol. 480.

3 Statistique des bagnes, Imprimerie nationale, 1846.

4 B. Carriere et G. Emon, Population pénitentiaire à Brest dans la première partie du xixe siècle. Le bagne 1800-1858, th. de 3e cycle, 1979, p. 158.

5 AN Mar. D51.

6 Ibidem.

7 Ibid.

8 AN Mar. D225, fol. 480.

9 AN Mar. D51.

10 Op. cit.

11 Statistique des bagnes, op. cit., p. 6.

12 C. Hocquet, « Rochefort : le bagne des prêtres », Bagnes et galères, n° 472 d’Historia, p. 60-62.

13 A. Zysberg, « La société des galériens au milieu du xviiie siècle », Annales, économie, société, civilisations, 1975, n° 1, p. 64.

14 M. Vigié, Huit mille forçats à Paris : théorie et pratique de la peine des galères, th. de doct., histoire, EHESS, 1982, 441 p.

15 A. Le Roux, Le bagne de Brest sous la Révolution 1789-an III, mém. de maîtrise, histoire, 1978, 2 vol.

16 B. Carrière et G. Emon, op. cit

17 AN Mar. D51.

18 AN 352 AP (5), p. 122.

19 J. Charpy, « Un Bourbon au bagne de Brest au xviiie siècle », Cahiers de l’Iroise, 1971, n° 1, p. 75-77.

20 AN Mar. C720.

Table des illustrations

Titre Effectifs du bagne de Brest entre 1748 et 1800
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-1.png
Fichier image/png, 116k
Titre Évolution mensuelle du nombre des forçats entre janvier 1772 et juin 1775
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-2.png
Fichier image/png, 97k
Titre Effectifs comparés des bagnes français sous l’Ancien Régime
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-3.png
Fichier image/png, 3,3k
Titre Effectifs comparés des bagnes révolutionnaires
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-4.png
Fichier image/png, 3,7k
Titre Pyramide des âges en 1748
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-5.png
Fichier image/png, 4,5k
Titre Catégories socio-professionnelles des forçats brestois
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-6.png
Fichier image/png, 16k
Titre Délits commis par les forçats brestois
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-7.png
Fichier image/png, 7,2k
Titre Correspondances catégories socioprofessionnelles et délits
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17266/img-8.png
Fichier image/png, 8,3k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search