Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre VI. Les surveillants

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Sous les ordres de l’intendant de la Marine et du commissaire des chiourmes, on trouve le personnel de surveillance. Il est chargé d’accompagner les forçats aux travaux du port comme de les garder au bagne. Il peut aussi les escorter en ville où les condamnés se rendent pour leurs affaires personnelles. Leur rôle s’avère donc très complet mais à chaque grade correspond une tâche particulière. Comment s’organise la hiérarchie du personnel de surveillance et quelles sont les fonctions qui se rapportent à chacun ? Comment s’effectue le recrutement et quelle carrière peuvent-ils envisager au service des chiourmes ? Quels avantages tirent-ils de leur travail et ces derniers sont-ils également mérités ?

La hiérarchie des surveillants et les fonctions qui s’y rapportent

2On doit distinguer parmi les surveillants les bas officiers ordinaires des chiourmes, à savoir les comes et sous-comes, d’une part, et les argousins et sous-argousins, d’autre part, de ce que l’on peut considérer comme les hommes de troupe, les pertuisaniers. À chaque grade correspond une fonction bien précise au service du bagne, héritière pour une part non négligeable des attributions du temps des galères.

Les comes et les sous-comes

3Les comes occupent les grades les plus élevés dans le monde de la chiourme. Parfois ils sont aussi appelés bas-officiers de sifflet, survivance des galères au temps où ils dirigeaient les manœuvres en mer, ce qui faisait d’eux l’équivalent des officiers mariniers. Ils sont chargés de la police intérieure des chiourmes. Plus précisément :

  • 1 AN Mar. G 232 (2), p. 15-16.

« leurs principales fonctions dans les ports sont de veiller sur les forçats, de les faire châtier, d’affecter à la distribution des vivres ; de visiter les habillements, d’être présents à la rentrée et à la sortie des chiourmes de corvée ; de faire tenir les forçats décemment pendant l’office divin ; de ne souffrir ni femme, ni enfants, ni animaux dans les bagnes ou sur les galères ; de faire réparer et nettoyer les dits bagnes et galères, ainsi que les bancs, les taulats, les câbles1,… »

  • 2 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 3 Ibidem.
  • 4 Ibid.

4Le Mémoire en forme de règlement de 1749 reprend les mêmes points. Obligés de demeurer au bagne dans les salles où ils sont affectés, à raison d’un come par pièce, ils ne peuvent quitter leur poste qu’avec une permission expresse du commissaire des chiourmes2. Ils sont d’abord chargés d’un rôle d’entretien et de gestion dans leur salle : ils font nettoyer chaque jour les salles, veillant qu’il n’y soit « nourri aucuns bestiaux, volailles ou autres choses capables d’engendrer de l’ordure et de causer de l’infection3 ». Ils sont en outre personnellement responsables des habits de la chiourme, dont ils font la visite tous les dimanches après la messe, et ils remplacent les robes perdues4.

  • 5 Ibid.

5Les comes sont chargés d’infliger les châtiments aux forçats dans les cas de simple police. Pour ce faire, ils doivent se servir de la latte et du gourdin, et non du bâton, « à peine d’être cassés et de 400 livres d’amende pour l’achat d’un Turc à la place du forçat qu’ils auront mis hors d’état de servir par de mauvais traitements5 ».

  • 6 Ibid.

6Ils ont aussi comme rôle de « ne souffrir aucun forçat fainéant », d’en avertir l’écrivain pour qu’il puisse en dresser la liste et que le commissaire les destine plus particulièrement à la fatigue6.

  • 7 Ibid.

7Enfin, on leur confie le soin d’empêcher les forçats de se livrer à la contrebande du tabac7.

8Pour remplir ces attributions, ils sont assistés par deux catégories de subordonnés. Par ordre de grade décroissant, on trouve les sous-comités de proue et les sous-comités de misaine, chargés de les suppléer en cas d’absence. Ces bas-officiers tirent leur nom de leur place sur les galères : le premier se trouvait donc à la proue, tandis que le second se tenait auprès du mât de trinquet, autrefois appelé de misaine. Ces distinctions paraissent archaïques à Brest où les sous-comes eurent fort peu l’occasion de les mettre en valeur et sont conservées surtout pour maintenir une hiérarchie au sein de ce que l’on pourrait appeler le « corps des comes ».

9Leur salaire reste en accord avec ces différences de grade : le come est payé 600 livres par an, tandis que le sous-come de proue touche 360 livres et celui de misaine, 240 livres.

10Sous leurs ordres, on trouve les argousins et sous-argousins.

Les argousins et sous-argousins

11Le mémoire de 1755 donne de l’argousin une définition assez curieuse, les qualifiant « d’espèce d’entrepreneurs » qui veillent sur les forçats en tirant d’eux le droit d’échelle, qui consiste en un sol par jour par forçat déferré, tout en s’engageant à payer une amende fixée le 2 août 1749 à 200 livres par forçat évadé. Cette mesure devait être l’instrument d’une meilleure surveillance, ce qui explique leur rôle, ainsi défini par ce même mémoire :

  • 8 AN Mar. G 232 (2) p. 18.

« Les soins principaux des argousins sont donc de garder les forçats et Turcs ; de les ferrer et déferrer, de visiter souvent les chaisnes des brancades, celles des chaussettes, fers et menilles ; d’ôter les outils qui pourraient servir aux forçats à se déferrer et les habits dont ils pourraient se déguiser8. »

  • 9 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

12Ils doivent visiter deux fois par jour et pendant la nuit, à différentes heures, les clavettes, menilles et brancades. Ils vérifient que les forçats ne cachent ni armes ni vêtements, ce dont ils feront déclaration au commissaire des chiourmes. Ils sont en outre chargés de mettre les forçats à la double chaîne sur ordre écrit de l’intendant. En rapport avec leur droit d’échelle, ils font aussi les déclarations des rations retranchées9.

  • 10 Ibidem.

13Ils sont également responsables des entrées et sorties des forçats de leurs salles. Il faut en particulier une permission du commissaire pour qu’un galérien puisse quitter le bagne les dimanches et jours de fête. Quant à la chiourme destinée pour la fatigue, elle ne peut sortir qu’après le coup de canon de la Diane. Les forçats qui se livrent au travail pour leur propre négoce ne sont déferrés qu’en dernier. De même, les forçats doivent rentrer avant le coucher du soleil. Chaque mouvement hors ou vers le bagne entraîne de la part des argousins une vérification des fers des galériens ; à cette occasion, les surveillants s’assurent que les condamnés ne portent pas sur eux des effets volés dans l’arsenal, des outils tels limes ou couteaux, des armes ou des vêtements10.

  • 11 Ibid.
  • 12 Ibid.

14Ils veillent de plus à ce que les forçats nouveaux venus ne soient pas immédiatement placés en baraque. Ils prennent soin que nulle personne libre ne mange ou ne boive avec les galériens11. Enfin, ils assurent à tour de rôle avec deux pertuisaniers la surveillance de nuit. Ils ont soin en conséquence d’allumer les fanaux un peu avant la nuit et ne les éteindront qu’au coup de canon du matin12.

15Pour remplir toutes ces obligations, les argousins perçoivent 600 livres de solde et les sous-argousins, 360.

Les pertuisaniers

  • 13 Ils tirent leur nom de la pertuisane, sorte de hallebarde, qu’ils portent aux grands jours. AN Mar (...)
  • 14 AN Mar. G 232 (2), p. 20.
  • 15 Le commissaire des chiourmes Saint-Pern-Gourel reconnaît cette différence entre le soldat et le pe (...)

16« Les pertuisaniers13 paraissent devoir être moins regardés comme des milices que comme des journaliers payés à la solde du Roy et assujettis à une discipline pour garder les chiourmes dans les bagnes et galères, et pour les escorter lorsqu’elles sortent14 » affirme le mémoire anonyme de 1755. Cette définition a le mérite de poser le problème de l’ambiguïté de ce corps, recruté et traité sur le plan militaire, sans l’être réellement, puisque les hommes ne reçoivent point d’engagement15. Elle donne également en peu de mots le rôle exact des pertuisaniers.

  • 16 SHMB 1 L 8, fol. 150v-151.

17Le Mémoire en forme de règlement est moins précis sur le rôle de ces hommes puisqu’il ne parle, à ce sujet, que des couples à escorter en ville. On sait toutefois que les pertuisaniers gardent les forçats sur les lieux de travail à raison d’un pertuisanier pour 5 couples de forçats16. Quant aux règlements de 1760 et 1765, ils s’intéressent beaucoup plus aux aspects disciplinaires de ce corps qu’à leur rôle dans l’arsenal.

  • 17 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575.

18Au sein des pertuisaniers, il faut distinguer les hommes de troupes, des sergents, chargés de les surveiller. Nous avons vu que le secrétaire d’État à la Marine avait créé un intermédiaire entre ces deux groupes en mettant en place les premiers sergents des pertuisaniers. Ainsi, le 21 juillet 1750, Mistral, commissaire des chiourmes, fait parvenir à Versailles un mémoire dans lequel il affirme que, si les pertuisaniers atteignent 100 hommes, il sera impossible que deux sergents suffisent au maintien de l’ordre, au regard d’abord de la complexité du service des postes dans le bagne et ensuite, du problème posé par « l’anse du moulin à poudre, hors l’enceinte, [qui] nécessite à elle seule beaucoup de surveillance, la plus grande partie des forçats s’y trouvant employés au sciage et à l’arrangement des bois sciés ». Le commissaire propose donc d’établir quatre caporaux pertuisaniers « dont un journellement de garde à l’anse, un pour le côté de Brest, un pour le côté de Recouvrance, le quatrième restant avec les pertuisaniers de garde au bagne pour les forçats non à la fatigue ». Les sergents, déchargés d’une partie de leur travail, seraient par cette mesure mieux à même de tout surveiller. Mistral ajoute en outre que cette création de quatre caporaux constituerait un surcroît de dépense limité, puisque s’élevant à 216 livres par an. Cette somme se répartit de la façon suivante : 3 livres d’augmentation mensuelle pour les pertuisaniers nommés caporaux ainsi que 3 livres supplémentaires pour les sergents. Mistral va jusqu’à imaginer la façon vestimentaire de distinguer les caporaux des sergents : « ces derniers ayant un galon d’argent autour des parements du juste-au-corps et des brandebourgs d’un même galon, on propose de mettre un simple galon d’argent autour des parements du juste au corps des premiers17. »

19Rouillé, conscient des difficultés que soulève là Mistral, répond, après examen des mémoires, le 21 octobre 1751. Il affirme sa volonté d’augmenter le nombre de sergents et d’établir des sujets intermédiaires entre ceux-ci et leurs hommes. Reste le choix du nom qu’ils porteront :

  • 18 Ibidem.

« Le titre de cap qu’on proposait de donner aux officiers pertuisaniers intermédiaires entre les sergents et les pertuisaniers ne paraît pas convenir à cette troupe où il est nécessaire d’inspirer de l’émulation et un peu d’une espèce de gloire que le service qu’ils remplissent semble exiger plus que tout autre, surtout à Brest où ce service est plus dédaigné qu’il ne l’était à Marseille malgré la forte somme et les émoluments particuliers qu’ils ont […]. On pensait d’abord que le titre d’aspesade pourrait bien mieux convenir que celui de cap mais ce premier est autant affecté au militaire que celui de caporal, peut-être augmenterait-il par de mauvaises plaisanteries le ridicule qu’en a déjà que trop la troupe des pertuisaniers. La crainte où l’on est que le titre de caporal ne cause quelque émeute avec les soldats paraît s’éclipser si l’on veut réfléchir que cette troupe n’a aucune dispute avec ceux-ci depuis son établissement en ce port […]. On pense en outre que si l’on pouvait inspirer à cette troupe le même esprit et y mettre la même discipline que dans le militaire, le service en serait mieux rempli. Le pertuisanier serait moins brutal, moins méprisé et plus exact à ses gardes18. »

  • 19 SHMB 1 E 144, fol. 205.

20Le 21 juin 1751, le ministre n’est toujours pas fixé : il attend encore l’avis de Hocquart car le terme de caporal semble ne pas convenir. La qualité des pertuisaniers recrutés sur place ne s’améliore d’ailleurs toujours pas, au point que Rouillé écrit à Villeblanche pour lui demander de faire passer une vingtaine de pertuisaniers provençaux de Toulon à Brest19.

21Ce n’est en fait que le 9 décembre 1751 que le roi, sur les conseils de Hocquart et de Villeblanche, prend sa décision, demandant qu’il soit établi dans chaque port :

« Un sergent major des pertuisaniers à la solde de 25 livres par mois pour veiller à la discipline générale, deux premiers sergents à 21 livres par mois, chacun tant pour seconder le premier dans ses fonctions que pour veiller sur les pertuisaniers auxquels la garde des forçats pour la fatigue aura été confiée, et six sergents à 18 livres chacun par mois, pour être distribués dans le port et employés à garder, ainsi que les autres pertuisaniers, les forçats sur les travaux et veiller en même temps sur la conduite d’un certain nombre de pertuisaniers. »

  • 20 SHMB 1 L 7, fol. 133v-134.

22Le recrutement des sergents se fera au sein des hommes de ce corps ou, à défaut, « dans les officiers soldats de la Marine en ayant attention de préférer parmi ceux qui sont jugez à propos à ce service ceux qui seront dans un cas prochain de demander leur demi solde20 ».

  • 21 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.
  • 22 AN Mar. D225, fol. 480. Cette somme n’est pas celle touchée effectivement par les pertuisaniers. E (...)

23En 1760, les salaires tiennent compte des différences de rang puisque le sergent major touche 25 livres mensuelles, les deux premiers sergents, 21 livres, les six sergents de poste, 18 livres et les hommes de troupe, 12 livres21. En 1784, Saint-Pern-Gourel marque même une différence entre des pertuisaniers de haute paye, à 12 livres 10 sols, de ceux à basse paye, à 12 livres mensuelles22.

  • 23 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.
  • 24 SHMB 1 L 8, fol. 188-188v.

24Le rôle du sergent major apparaît comme clairement défini : il a « inspection sur les autres sergents et les pertuisaniers ; il veille particulièrement à l’entretien de leur habillement et armes ». Il tient en outre un rôle exact de tous les pertuisaniers pour en suivre les mouvements et les destiner à tour de rôle pour être de corvée au port ou au bagne au cours de la nuit. Il effectue d’ailleurs des rondes aussi bien le jour que la nuit pour vérifier que les sergents comme les pertuisaniers remplissent consciencieusement leurs devoirs23. Le sergent major reste cependant subordonné aux ordres des argousins et sous argousins24.

  • 25 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

25Si le rôle du sergent major est donc bien connu, celui des autres sergents reste plus obscur dans les textes. On sait toutefois qu’ils ont « parmi les pertuisaniers les mêmes fonctions que ceux des troupes ont parmi les soldats ». Ils sont également chargés de veiller à ce que les forçats prêtés aux habitants des villes ne sont point employés à « traîner des charrettes, à porter à la barre, à monter sur les toicts ou des échaffauts25 ». On peut imaginer que le rôle de ces sergents reste avant tout de surveillance sur ses troupes.

  • 26 AN Mar. D225, fol. 480.

26Il faut ajouter, à en croire Saint-Pern-Gourel, la présence d’un cap de pertuisaniers, institué en 1783. Sa « création était indispensable, vu le petit nombre des sergents et leur éloignement fréquent des escouades qui s’écartent avec les forçats dans les missions différentes. Le cap doit toujours être en ronde ». Payé 55 livres par mois26, nous n’en avons trouvé trace nulle autre part ailleurs.

27À chaque grade correspond donc une tâche bien définie au sein de la surveillance de la chiourme. L’échelle hiérarchique, complexe, peut toutefois se gravir, du poste de pertuisanier à celui de come.

Nombre et recrutement ; carrière

28Les intendants connaissent de grandes difficultés de recrutement pour les métiers que nous venons de définir, en particulier au niveau de l’engagement des pertuisaniers. Ceux-ci semblent peu payés pour exercer une activité risquée et méprisée par la population. Engagés dans ce corps, peu auront la chance de faire carrière en devenant bas-officiers des chiourmes, tant cette profession est marquée par les protections familiales.

Le recrutement

  • 27 SHMB 1 L 7, fol. 24 et sq.
  • 28 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.
  • 29 AN Mar. G 232 (2), p. 20.

29Pour devenir pertuisanier, les candidats à l’enrôlement doivent remplir certaines conditions. En 1695, le Règlement général sur les pertuisaniers impose qu’ils soient choisis « de la même tournure que les soldats des galères et âgés depuis vingt ans jusqu’à cinquante ans27 ». Cette mesure est d’ailleurs reprise par le règlement du 13 août 1760, qui ajoute l’interdiction de recevoir tout homme qui aura un parent forçat sur les galères28. Dans la réalité, le mémoire anonyme sur les chiourmes de 1755 souligne que « la peine que l’on a eu à compléter ces sortes de compagnies et à les recruter a empêché de s’astreindre strictement à cette règle29 ».

  • 30 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

30Présentés par un argousin, ils sont engagés par le commissaire des chiourmes et enrôlés par celui des revues pour une période minimum de trois ans. Si les pertuisaniers s’engagent sous un faux nom, ils sont passibles de trois ans de galères30.

  • 31 AN Mar. B3484, fol. 180-181.

31Cependant le recrutement de qualité s’avère difficile à assurer aux environs de Brest, ce que Hocquart avait attribué dans un premier temps à la méconnaissance des Bretons de ce nouveau métier. Il faut dans un premier temps se rappeler qu’une partie, peu importante d’ailleurs, du personnel de surveillance de Marseille est passée à Brest avec les forçats, avec une augmentation de traitement pour compenser les pertes qu’ils auraient à subir. Ainsi un état dressé par Maurepas nous apprend le transfert de trois comites, Niggio, Dalest et Cuzen, dont les appointements passent de 360 à 600 livres par an, cinq sous-comités, Niggio fils, Jean Bal, Jean Turc, Durand et P. Bourdon, qui voient leur traitement augmenter de 216 à 360 livres, et trois sous-comités de misaine, Étienne Roubaud, Pierre Charpin et Jean-Baptiste Meisson, payés non plus 180, mais 240 livres par an. Pour les argousins, sont transférés à Brest Vincent, Honoré, Pierre Roubaud et Joseph Chauvet, payés 600 livres, accompagnés de cinq sous-argousins, Honoré Baro, Honoré Camatte, Jacques Bourdon, Antoine Audry et Paul Bau, à 360 livres. Enfin, en ce qui concerne les pertuisaniers, on assiste au départ pour Brest de deux sergents : César Trétout et Bernard Gavary, à 180 livres, avec sous leurs ordres 34 hommes à 144 livres31. Tous ces hommes forment ainsi l’ossature du personnel de surveillance du bagne de Brest.

  • 32 SHMB 1 E 144, fol. 47.

32Cependant, au début du bagne, ce noyau d’hommes s’avère difficile à renforcer malgré les appels à recrutement lancés dans toute la Bretagne, au point que Rouillé accepte de « donner un engagement de 12 à 15 livres avec une conduite de 20 livres par jour ainsi que les commissaires de Saint-Malo et de Nantes […] l’ont demandé ». Et le secrétaire d’État d’espérer « qu’à l’avenir, on trouvera dans la ville les sujets nécessaires pour ce service parce que l’habitude de voir des forçats détruira les idées que le peuple a aujourd’hui là dessus32 ».

  • 33 SHMB 1 E 144, fol. 56.

33Ces mesures semblent porter leurs fruits : au 27 septembre, on est en effet passé de 34 à 60 pertuisaniers. Encore Hocquart demande-t-il d’augmenter ce chiffre à 80 afin de pouvoir utiliser une plus grande partie de la chiourme aux travaux du port. Rouillé approuve cette demande, de même que l’adjudication pour 80 habits de pertuisaniers33.

  • 34 AN Mar. B3625, fol. 344-346.

34Certes, on trouve toujours suffisamment d’hommes, attirés par la prime d’engagement mais leur qualité laisse fortement à désirer ! En 1776, un mémoire anonyme affirme en effet qu’ » il est très vrai que les Bretons ne sont nullement propres à ce service34 ». Les mesures se multiplient alors pour essayer de développer le recrutement, dont l’augmentation de la prime d’engagement.

35La séance du conseil de Marine du 19 mars 1785, tout en constatant que « le traitement proposé pour les bas-officiers des pertuisaniers est plus considérable que celui dont jouissent les bas-officiers des troupes du roi », remarque en outre que :

  • 35 AN Mar. B3769, fol. 89.

« La différence que l’opinion publique met dans ces deux services a rendu de tout temps les recrutements de la compagnie des pertuisaniers difficiles et il a pensé qu’attendu le petit nombre de ces bas officiers l’augmentation de solde serait un médiocre accroissement de dépenses et pourrait devenir un moyen de se procurer suffisamment des sujets propres à ce service35. »

  • 36 SHMB 1 E 569, fol. 276.

36Les difficultés de recrutement ne s’atténuent pas sous la Révolution, à une époque où les Français, entraînés par leur patriotisme, s’engagent plus volontiers dans les troupes du pays. Le corps des pertuisaniers paraît en effet le parent pauvre de cet enthousiasme. En l’an V, l’ordonnateur note que « les moyens de recruter sont presque nuls dans les circonstances actuelles et on ne peut dissimuler que tant que les cadres des bataillons offriront quelque placement, le Français préférera le sentier de l’honneur qu’ils parcourent au service monotone, sédentaire et presque toujours avili qu’offre l’état de garde-chiourme36 ».

  • 37 AN Mar. C338 et C339.

37Même si le recrutement n’est pas à la hauteur des espérances des intendants ou des commissaires des chiourmes, il permet tout de même de combler les besoins en hommes du corps des pertuisaniers. On dispose encore des enrôlements et signalements des pertuisaniers de la Marine aux Archives nationales. On peut s’intéresser plus particulièrement aux 241 hommes engagés entre 1749 et 1754 afin de dégager le profil type du pertuisanier au début de sa carrière37. Les certificats portent de nombreuses mentions, de la date de l’enrôlement au métier du père.

38On trouve une population jeune, ce qui semble normal pour ce genre d’engagement militaire, comme le montre la pyramide des âges des pertuisaniers à leur engagement.

Pyramide des âges des pertuisaniers engagés entre 1749 et 1754

Pyramide des âges des pertuisaniers engagés entre 1749 et 1754

39Notons que les ordonnances ne sont pas respectées en ce qui concerne l’âge de l’enrôlement, puisque que l’on compte six hommes de plus de 50 ans dont un de 57 et un de 55. De même, on compte aussi cinq hommes de moins de vingt ans.

40Cette grande jeunesse du corps des pertuisaniers implique un faible taux de nuptialité, puisqu’on ne compte que 22,55 % d’hommes mariés pour 77,44 % célibataires.

41Les certificats d’enrôlement mentionnent aussi leur origine géographique. Sans entrer dans le détail, on note une très nette majorité de Bretons, 154 sur les 223 dont le lieu de naissance est mentionné, soit 69 % ; le plus grand nombre provient de l’évêché de Saint-Pol-de-Léon et de Tréguier. On y apprend en outre si le pertuisanier a déjà été au service du roi. Pour des durées diverses, on compte 20,64 % qui ont fait un service à terre et 18,21 % par mer.

42L’étude du métier du père permet de déterminer l’origine socioprofessionnelle du pertuisanier : on doit noter la très nette prépondérance des métiers agricoles (27 %), même si celle-ci semble faible par rapport aux classes rurales de l’époque, et à quasi égalité du petit artisanat urbain (29,74 %), mais somme toute assez peu de militaires ou de pertuisaniers alors que les bas-officiers de la chiourme se recrutent beaucoup dans les mêmes familles.

43Les certificats d’enrôlement nous ont permis en outre de déterminer les motifs de départ du service de ces hommes engagés entre 1749 et 1754.

Motifs de cessation de service des pertuisaniers

Motifs de cessation de service des pertuisaniers

44Ce tableau met en valeur la difficulté de trouver des hommes valables, puisque moins de la moitié des pertuisaniers engagés sont congédiés alors que dans le même temps 27 % désertent et que l’on compte quelques condamnés aux galères, différents renvois et des hommes livrés à la justice. Il faut noter en outre que parmi les congédiés, 24 % le sont avant la fin de leurs trois ans d’engagement ce qui nous permet de douter de la valeur du recrutement. On remarque aussi que 10 % des pertuisaniers engagés décèdent au cours de leur service, ce qui témoigne des risques du métier.

La carrière

  • 38 SHMB 1 L 8, fol. 188-188v.

45Passer sergent, d’abord sergent de poste, puis premier sergent avant de devenir sergent major constitue la première promotion d’un pertuisanier. Pour ce faire, l’ordonnance de 1765 distingue un groupe de trente hommes, formé des « plus anciens ou meilleurs sujets de la compagnie » qui perçoivent déjà un sol de plus par jour que les pertuisaniers ordinaires, et qui forment le réservoir dans lequel on puise les sergents. Ce sont les argousins qui sont chargés de désigner les hommes susceptibles de recevoir les grades supérieurs au sein de ce groupe, sachant que le sergent major doit être tiré lui-même des sergents des pertuisaniers. La proposition des argousins ne devient effective qu’après agrément de l’intendant et enregistrement par le commissaire de la Marine ayant le détail des chiourmes38.

  • 39 AN Mar. A193, pièce 20.

46À défaut de pertuisaniers capables de remplir les fonctions de sergents, ces derniers sont pris parmi d’anciens soldats de la Marine qui ont obtenu leur congé39. La Marine dispose ainsi d’un bon débouché pour son personnel incapable de reprendre la mer.

47Très rares sont donc les pertuisaniers qui réussissent à gravir ce premier échelon : sur les 241 hommes étudiés ci-dessus, nous n’en avons relevé que 5 qui aient eu de l’avancement : un est devenu sergent au bout de 1 an, un au bout de 2 et un autre au bout de 3 ans. Un quatrième devient sous-argousin au bout de 13 ans et enfin le dernier gardien de porte après 9 ans de service.

  • 40 SHMB 1 L 7, fol. 24.

48Pour atteindre le premier degré des bas-officiers des galères, soit sous-argousin, le pertuisanier doit être, selon le règlement de 1695, choisi « entre les plus sages et les plus appliqués par le […] commissaire avec les deux plus anciens argousins et celui de la galère dont la place de sous-argousin est à remplir après toutes fois qu’ils auront été agréez par l’intendant40 ». La procédure est la même pour devenir argousin, issu des sous-argousins.

  • 41 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

49Pour accéder au poste de sous-come de misaine, sous-come de proue puis come, la procédure est légèrement différente puisque les argousins candidats sont proposés à l’intendant par le capitaine de port et le commissaire du bureau des classes et armements41.

  • 42 Ou seille. Seau en bois, muni de deux oreilles percées d’un trou dans lequel on passe un cordage.
  • 43 Résidu de la distillation du goudron servant à recouvrir les coutures calfatées pour en assurer l’ (...)
  • 44 SHMB 3 A 92.

50En l’absence de prétendants dignes de remplir les postes de come ou sous-come à pourvoir, il est toujours possible d’avoir recours à des officiers mariniers qui doivent alors produire une caution. C’est, pour la Marine, la possibilité de pouvoir donner un emploi à ses officiers qui, sans avoir démérité, sont incapables de reprendre la mer. C’est le cas par exemple de Gabriel Le Roux, proposé en 1776 comme sous-comité surnuméraire. Celui-ci, âgé de 33 ans, et marin depuis 1768, avait déjà fait plusieurs campagnes tant au service de particuliers que sur les vaisseaux du roi où il avait obtenu le rang de second maître, avant qu’une incommodité résultant d’un seilleau42 de brai43 bouillante ne l’empêche de continuer le service en mer44.

  • 45 AN Mar. D223, fol. 173v.

51La fréquence de ces mouvements, mais surtout les nécessités d’assurer la solde, obligent en outre le bureau du contrôle de la Marine à tenir régulièrement « douze rolles en forme servants de décharge au trésorier pour la solde des sergents pertuisaniers destinez pour la garde des chiourmes et du bagne ; au pied de ces rolles sont mises les ordonnances de l’Intendant et les certificats du contrôleur des payements qui leur ont été faits en sa présence45 ».

  • 46 Quand celui-ci est proposé pour remplacer François Le Blond, sous-comité de misaine, décédé en pos (...)

52On peut noter plusieurs faits marquants dans la carrière des bas-officiers. Dans un premier lieu, quelques dynasties perdureront au cours du xviiie siècle. Les Niggio en constituent un exemple, dont le père, comite, pousse dans la carrière ses deux fils Jean-François46 et Dominique qui atteindront respectivement les gardes de sous-comité de misaine et de come. La famille Bourdon est non moins révélatrice. Le père, Pierre, venu à Brest en 1749 en tant que sous-come de proue, finit sa carrière comite à Rochefort et donne l’exemple à ses fils Guillaume et Pierre qui seront tous deux comites à Brest. Mais aucune n’égale la famille Cuzen, puisqu’on ne compte pas moins de 6 bas-officiers des galères : le père, Benoît, arrive à Brest en 1749 en tant que comite, poste qu’il occupe jusqu’à sa retraite en juillet 1777. Il laisse derrière lui son fils Joseph-Marie, sous-come de misaine, qui part à Marseille en 1766, Jean-Baptiste, qui est sous-come de proue quand il passe à Toulon en novembre 1777, Victor, sous-come de proue, qui passe à Rochefort en septembre 1773, Philippe, sous-comité de misaine qui passe à Rochefort et enfin Benoît qui devient sous-comité de misaine à 16 ans en septembre 1773 !

  • 47 AN Mar. G 232 (16).

53Le deuxième point qui apparaît déjà ci-dessus est une certaine mobilité des bas-officiers des galères. Nous pouvons avancer quelques explications. Il faut se souvenir des arrivées massives de Marseille en 1749 de comes originaires de Provence et des appels au secours du port de Brest qui n’arrive pas à trouver des officiers respectueux de leurs devoirs. À cela s’ajoute la nécessité de former le personnel de Rochefort à la création de ce bagne. À cet égard, le cas de Jean-Baptiste Reysson est assez significatif : sous-come de misaine en 1742 à Marseille, il passe avec ce grade à Brest en 1749 où il devient sous-come de proue en juillet 1751. Il passe à Rochefort en 176647 avant de revenir à Brest en 1774.

Le nombre

Les pertuisaniers

  • 48 SHMB 1 E 152, fol. 403.
  • 49 SHMB 1 E 568, fol. 40-41.
  • 50 SHMB 1 L 7, fol. 207v.

54On dispose de quelques chiffres, insuffisants, mais qui permettent d’établir le peu de variation numérique de ce corps. En 1757, le nombre de 150 hommes prévus par les ordonnances est augmenté de 10 personnes, suite à une correspondance active entre l’intendant et le ministre. En 1757, en effet, Peirenc de Moras s’était étonné de voir la compagnie composée de 151 hommes et, tout en remarquant qu’il « puisse être avantageux d’engager les sujets de bonne volonté qui se présentent dans un temps où il doit être difficile de recruter », il exige que l’intendant prenne les mesures ad hoc pour réduire cette compagnie aux 150 hommes prévus48. Respectant les ordres du ministre, Hocquart fait toutefois remarquer la nécessité, en l’absence de matelots, de distribuer les forçats dans les divers chantiers et ateliers du port. Or, « en suivant les règles établies d’un pertuisanier sur 5 couples, il nous en manquerait trente deux » : il demande donc l’augmentation de 20 hommes de ce corps49. Moras finit par céder et accorde le 4 août 1757 un accroissement de 10 pertuisaniers, soit un total de 160 hommes, étant entendu que l’on repassera au chiffre antérieur dès que la situation le permettra50.

  • 51 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.
  • 52 SHMB 1 L 8, fol. 188-188v.

55Visiblement celle-ci s’améliore puisque le règlement du 13 août 1760 fixe la compagnie à 140 hommes, dont un sergent major, 2 premiers sergents et 6 sergents de poste51. Face à l’accroissement de la chiourme, ce chiffre est porté à 160 dont 8 sergents de poste en octobre 176552. On imagine un chiffre de 300 hommes dans les années 1780 si le nombre des pertuisaniers suit l’évolution de la population pénale.

Les bas officiers des galères

  • 53 SHMB 1 L 7, fol. 118v-120.
  • 54 AN Mar. D51.

56En 1749, arrivent à Brest 3 comes, 5 sous-comes de proue, 9 sous-comes de misaine, 4 argousins et 6 sous-argousins53. Si nous n’avons pas d’éléments pour ces deux dernières catégories, nous savons en revanche que seul le nombre des sous-comités de misaine a évolué en 1751, puisqu’il est passé à 4. La situation réelle ne se trouve pas tout à fait au niveau de celle souhaitée par Mistral qui espérait un come, un sous-come de proue et deux sous-comes de misaine par salle54.

  • 55 AN Mar. G 232 (2), p. 17 et 19.

57En 1755, le mémoire anonyme sur les chiourmes fait état de 4 comes, 5 sous-comes de proue et 8 sous-comes de misaine pour 5 argousins et 12 sous-argousins55.

  • 56 ADF 8 L 110.

58On retrouvera des chiffres peu différents au début de la période révolutionnaire, avec 6 comes, 9 sous-comes de proue et 21 sous-comes de misaine56.

Droits et devoirs des garde-chiourmes

59À la solde s’ajoutent de multiples avantages en nature ou en argent : droit de tenir taverne, nourriture, habillement ou logement, autant de procédés attractifs qui ont pour but de motiver une certaine fidélité des surveillants à leur travail. Malgré ces efforts de la Marine, rappelons les difficultés de recrutement d’un personnel qualifié, source de nombreux abus, en particulier de violence, désertion et d’ivrognerie.

Les avantages

Les ressources liées au grade

  • 57 AN Mar. B3135, fol. 160.

60Au premier rang des gratifications liées à la fonction, on trouve les diverses possibilités pour les surveillants d’augmenter leur pécule annuel sur le dos des forçats. À chaque grade correspond en effet une prérogative. Un règlement de Toulon57 nous apprend le partage des recettes entre les différents bas-officiers des galères : le produit des cantines est partagé pour les deux tiers entre les comites, quelle que soit leur affectation dans le port, et pour le tiers restant entre les sous comes de proue.

  • 58 AN Mar. G 232 (2), p. 16.

61De plus, les revenus de la vente du vin aux forçats sont partagés entre les comes et les sous-comes de proue, à raison de 40 sols de revenu par millerole de vin consommé par les condamnés. Héritière du temps des galères, cette pratique présente plusieurs avantages, dans un premier temps de dissuader les forçats d’aller consommer en ville un vin qui leur sera proposé pour un prix plus élevé, puisque non dégrevé des Devoirs ; dans un second temps, de les encourager à pratiquer un métier qui leur donnera l’argent nécessaire pour le dépenser à la taverne58. On peut y ajouter que la Marine, en procurant ces revenus supplémentaires aux comes, sans que cela ne lui coûte rien, espère ainsi encourager leur fidélité et rendre le métier plus attractif.

  • 59 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

62La consommation est limitée à une pinte de vin mesure de Paris par jour et par forçat ; les comes restent responsables des excès qui pourraient découler d’une vente plus importante. De plus, il leur est strictement défendu de servir à boire aux habitants de la ville ou autres personnes étrangères à la chiourme59.

  • 60 AN Mar. G 232 (2), p. 17.

63Quant aux sous-comes de misaine, laissés hors de ce bénéfice, ils ont le droit en revanche de vendre aux galériens de l’eau-de-vie et du tabac60.

  • 61 SHMB 1 E 568, fol. 163.

64Les argousins et sous-argousins se partagent le droit d’échelle, qui consiste en une taxe d’un sol par jour dont les forçats doivent s’acquitter pour être déferrés aussi bien pour rester au bagne que pour se rendre à un travail salarié. Seuls les condamnés désignés pour la fatigue échappent à ce payement. Si cette somme procure aux argousins un accroissement de leur solde non négligeable, elle est fortement grevée par l’amende de 200 livres qu’ils doivent verser à chaque évasion. Face à l’augmentation du nombre de celles-ci, le secrétaire d’État à la Marine tentera de rêtreindre cette faculté de déferrement des argousins en 1762. Le 7 janvier, Choiseul exige en effet que ne soient libérés dans les salles du bagne que les forçats strictement nécessaires au service, tels ceux chargés du nettoyage ou de la distribution des rations par exemple. Il conseille en outre de faire tourner souvent les forçats déferrés pour éviter qu’ils ne conçussent des projets dans cette sorte de liberté61.

  • 62 SHMB 1 E 568, fol. 165.
  • 63 SHMB 1 E 568, fol. 169.

65Cette mesure provoque des récriminations immédiates de la part des argousins « qui peuvent mériter quelques égards en ce qu’il ne leur serait pas possible de subvenir aux frais dont ils sont tenus en différents cas, s’ils n’avoient quelques rétributions qui les en dédommageât et l’est dans cette vue que pour les indemniser des frais d’évasion, de poursuites et de reprises des forçats ». Or de tout temps, les argousins ont eu le privilège de déferrer 20 % des condamnés non désignés pour la fatigue. Ils font valoir qu’il ne leur sera plus possible de tenir leurs engagements avec le roi si le taux de déferrement passe à 10 %62. Cet argument est pris en compte puisque, dès le 24 février, Hocquart accuse réception de la lettre de Choiseul qui décide de laisser les choses en état, espérant que « ces bas officiers se rendront dignes d’une telle grâce par l’attention qu’ils apporteront à l’avenir à se bien acquitter de leurs fonctions63 ».

66En définitive, on peut constater que les avantages liés à la fonction d’argousin restent nettement moins lucratifs que ceux des comes, accordés sans contrepartie. Cet état de fait explique sans doute pourquoi la solde d’un argousin est plus élevée que celle d’un sous-come de proue qui lui est pourtant hiérarchiquement supérieur.

  • 64 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

67Enfin, les pertuisaniers ne bénéficient que des sommes versées par les forçats pour les accompagner en ville, à savoir 5 sols du couple pour la journée et 3 sols pour la demi-journée64.

  • 65 AN Mar. G 232 (2), p. 38.

68Les notes concernant la chiourme jointe à la lettre de Hocquart nous donnent une idée précise de ces différents émoluments. En 1750, le produit du déferrement est partagé également entre les 2 argousins, qui gagnent déjà 50 livres, 4 sous-argousins, à 30 livres, et 6 pertuisaniers mousses à 12 livres chacun en plus du pain. Le 4 novembre 1750, 242 forçats ont demandé à être déferrés soit au bagne, soit pour aller en baraque, soit pour travailler au profit d’un entrepreneur. Ceci forme une taxe totale de 12 livres 2 sols. Après partage, chaque argousin perçoit 3 livres 6 deniers, les sous-argousins, 15 sols 1 denier et les pertuisaniers 10 sols 1 denier. Chaque forçat qui va en ville donne 3 sols aux pertuisaniers, qui ont déjà leur solde et trente onces de pain. « [Ces derniers] y vont à tour de rôle et ces trois sols sont partagés aux sergents pertuisaniers et pertuisaniers ainsi qu’un autre sol que chaque forçat paye lorsqu’il va travailler quand ils marchent de dix en dix hommes pour le compte des entrepreneurs et qui peut monter pour chaque sergent et pertuisanier par mois à 36 sols, au plus, tout en partage également ». Enfin, comme les forçats consomment chaque mois 60 barriques de vin, qui produisent chacune un bénéfice de 5 livres pour les comes et les sous-comes, les 3 comes gagnent sur ce marché 50 livres chacun, en plus de leurs 50 livres de salaire, et les sous comes de proue doublent également leurs gains de 30 livres, soit 60 livres par mois65.

69Ces gains réalisés légalement sur le dos des forçats sont donc souvent tout aussi importants que le salaire même des bas-officiers des chiourmes.

L’habillement

  • 66 Toile de chanvre ou de lin formant un tissu très serré et donc très solide. Larousse du xixe siècl (...)
  • 67 Il est revenu à Toulon en 1754 à 61 livres 6 sols et 8 deniers par homme. AN Mar. G 232 (2), p. 22

70Selon les archives, seuls les pertuisaniers sembleraient disposer d’un uniforme. Celui-ci est donné tous les trois ans et se compose d’un « justaucorps de drap bleu doublé de serge rouge avec un parement de drap rouge garni de boutons d’étain, d’une veste de moui rouge doublée de toile, d’une culotte de peau jaune, de deux paires de guêtres de coutil66, d’un chapeau bordé d’argent faux, d’une paire de souliers, de 2 chemises, d’une cravate noire, d’une cocarde, d’un ceinturon façon d’élan67 ». Les sergents, quant à eux, disposent du même uniforme, à la différence que :

  • 68 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

« Le sergent major aura un double galon d’argent fin sur les poches et sur les manches, les deux premiers sergents auront un simple galon d’argent fin sur les manches avec des brandebourgs de même galon et les sergents de poste seulement des brandebourgs d’argent fin sur les manches. Tous ces sergents auront une épée au lieu de sabre et un chapeau bordé d’argent fin, le sergent major ainsi que les deux premiers sergents une paire de bas écarlates au lieu de guêtres68. »

  • 69 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

71Cet uniforme est financé par un prélèvement journalier sur leur salaire d’une somme de 2 sols 6 deniers à chaque sergent major, de 2 sols 3 deniers aux premiers sergents, de 2 sols aux sergents de poste et un sol 6 deniers aux pertuisaniers. Placé entre les mains du trésorier de la Marine, ce pécule constitue la masse des pertuisaniers69.

  • 70 AN Mar. B3557, fol. 263.
  • 71 SHMB 1 E 151, fol. 245.
  • 72 SHMB 1 E 568, fol. 32-33 et 34.
  • 73 SHMB 1 E 205, fol. 239.

72En 1760, le total en est de 2645 livres 7 sols 6 deniers, montant qui ne varie guère puisqu’en 1762, il est de 3 219 livres 19 sols70. L’achat de cet habillement se fait de la même manière que pour les forçats, par adjudication d’un marché, souvent auprès des mêmes entrepreneurs : la Marine avait ainsi proposé l’affaire à des marchands de Paris qui pouvaient faire des offres moins élevées que celles des Brestois mais qui, à la différence de ces derniers, ne possédaient pas encore les étoffes nécessaires71. Elle chargea en définitive la veuve Collet, Brestoise, de cette fourniture en 1756, après que la négociante ait consenti à des rabais de 4 à 5 % sur les tarifs initialement annoncés72. Baron aura lui aussi le marché pour 600 aunes de coutil pour les guêtres et 18 000 boutons de métal blanc73.

  • 74 Très grosse étoffe de laine à grains, tendue et apprêtée à chaud comme le drap. Larousse du xixe s (...)

73Les entrepreneurs chargés de ces fournitures sont aussi soumis à dépôt des échantillons comme pour les marchés à destination des forçats ; ils reçoivent en échange des passeports pour bénéficier d’exemption de droits de passage. Ainsi Claude Felip en 1778 obtient-il un laissez-passer pour 1036 aunes de cadis refoulé74 pour la doublure des vêtements des pertuisaniers, ce qui le protège des prétentions du receveur des fermes de Bordeaux.

  • 75 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

74Cet habillement est obligatoirement restitué à la mort d’un pertuisanier par sa veuve ou ses enfants qui, en échange, perçoivent 15 livres sur la masse si l’homme décède au cours de la première année de son équipement et au pro rata de cette somme pour les années suivantes75.

La nourriture

75À l’habillement s’ajoute la nourriture donnée par la Marine aux surveillants des chiourmes.

  • 76 AN Mar. G 232 (2), p. 21.
  • 77 AN Mar. D51.
  • 78 SHMB 1 E 537, fol. 80.
  • 79 AN Mar. D225, fol. 480.

76Les pertuisaniers reçoivent tous les jours un pain de 30 onces de la même qualité que celui des chiourmes et, les jours d’armement, bénéficient de la ration et demie, payée 10 sols la ration par le roi76. Cette somme est à revoir à la baisse en 1783, où elle n’est plus fixée qu’à 6 sols 11 deniers. Quant au pain, il revient à 4 sols 8 deniers par jour77. Au total, la subsistance des pertuisaniers se monte à 1975 livres 4 sols pour octobre 176778, soit un total de 21 998 livres 4 sols pour 1782 et 22 801 livres 6 sols pour 178379.

  • 80 Ibidem.

77Les sous-comités de misaine, eux aussi, reçoivent du pain, à raison de 2 sols 9 deniers la ration, soit un total de 1279 livres 6 sols 11 deniers en 178280.

Pensions et retraites

  • 81 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.
  • 82 SHMB 1 E 537, fol. 10v.

78Les règlements sont assez précis concernant les retraites des pertuisaniers. Il est ainsi prévu que « les sergents et les pertuisaniers qui seront estropiés ou deviendront invalides dans le service ou qui auront bien servi pendant 20 ans seront admis à la demi-solde pour en jouir le reste de leur vie81 ». C’est ainsi que le roi fixe à 20 livres par mois la demi solde accordée au sergent major des pertuisaniers, Jean Pros, à compter du 1er août 176782.

  • 83 SHMB 1 L 10, fol. 15v.
  • 84 AN Mar. B3723, fol. 5.
  • 85 AN Mar. B3722, fol. 345 bis.

79Les bas-officiers des galères et leur veuve peuvent aussi en bénéficier à titre exceptionnel : la veuve de l’argousin Jean Langier perçoit ainsi une pension de 200 livres sur le fonds des invalides à partir de juillet 178083. Quand celle de Toussaint Ricard, sous-come de proue et père de deux enfants en bas âge, obtient une pension de 100 livres84, l’intendant explique les raisons de ces largesses : « ce sera un motif d’encouragement pour les gens de la maistrance de la chiourme de voir que, quand ils succombent aux fatigues de leur état, leur veuve et leurs enfants ne sont pas dévoués au plus profond abandon et à la misère qui en est inséparable85. »

  • 86 SHMB 1 L 40, fol. 120..

80Les comes Louis Durand et Benoît Cuzen perçoivent en outre une pension à vie de 600 livres sur les invalides86, sans que nous puissions généraliser cette pratique.

Le logement

81Dans le bagne dessiné par Choquet de Lindu, les logements des bas-officiers des galères étaient situés dans les pavillons des extrémités. Ils n’en bougeront pas pendant toute l’existence de cette institution. Nous nous intéresserons donc ici spécifiquement au logement des pertuisaniers et à l’aménagement de leur caserne à la fin de l’Ancien Régime.

  • 87 A. Choquet de Lindu, Description pour loger à terre les galériens et les forçats de l’arsenal de B (...)

82Dans un premier temps, les pertuisaniers étaient en effet logés directement dans le bagne. Selon Choquet de Lindu, « les greniers qui règnent au-dessus des salles s’étant trouvés vastes et commodes, on y a ménagé les casernes des pertuisaniers qu’on aurait pu mieux établir si on les avait exigées dès le commencement du projet87 ». Le partage de ce logement avec les autres bas-officiers des galères présentait un avantage évident pour le service, en cas d’évasion ou de mouvement dans les chiourmes notamment. Mais rapidement se pose un problème de place dû à l’augmentation de la taille de la compagnie des pertuisaniers. Le problème du logement devient rapidement critique mais mieux loger ces hommes ne doit pas aller à l’encontre du bien du service…

  • 88 AN Mar. D226, fol. 111.
  • 89 AN Mar. D226.
  • 90 Ibidem.

83Le 12 novembre 1783, M. de Langristin, ordonnateur de la Marine, pose le problème au marquis de Castries et suggère l’achat de la maison du sénéchal de Landerneau, M. de Maingant. Celle-ci, déjà louée pour le service de la Marine, est située rue du bagne avec un retour sur la rue de la communauté et dépend de la paroisse Saint-Louis. La réponse ne tarde pas et arrive le 5 janvier 1784 entre les mains de l’intendant Guillot qui apprend que le roi « a bien voulu consentir et donner son approbation à un arrangement si utile au bien du service et si propre à prévenir les évasions des forçats et à établir sur un bon pied les compagnies des pertuisaniers88 ». Guillot est cependant chargé d’envoyer au plus vite un plan et un devis de cette maison, ce qui est fait dès le 30 janvier 1784. Le plan est l’œuvre de Blondeau, ingénieur en chef des constructions et bâtiments civils de la Marine, et est daté du 10 janvier 1784 ; ce relevé représente le rez-de-chaussée de la Maison Maingant en précisant l’existence sur une partie de celle-ci d’un étage, d’un vaste grenier et sur l’autre partie de deux étages et d’un plus petit grenier. Quant au devis, également signé par Blondeau, il se présente sous la forme d’un toisé extrêmement précis : en définitive, la maison est estimée à 50 993 livres 2 sols et 4 deniers auxquelles il faut ajouter « le quart en sus accordé au propriétaire en forme d’indemnité pour pouvoir se procurer ailleurs le fond d’un revenu égal à celui dont il sera évincé89 », soit un total de 63741 livres 7 sols et 11 deniers que Guillot réussit à arrondir en 60 000 livres payables en lettre de change à quatre usances. L’intendant pousse fortement le ministre à l’achat et veut « procéder le plus tôt possible à l’établissement de la cazerne des pertuisaniers qu’[il] voit avec les plus grandes inquiétudes logés en partie dans les greniers du bagne, ce qui nous expose aux plus grands dangers pour le feu90 ». On n’est pas si loin de l’incendie qui a ravagé l’hôpital !

  • 91 AN Mar. B2426, fol. 51.

84Malheureusement cette somme de 60 000 livres semble encore trop élevée pour le ministre. Il faut rappeler qu’à la sortie de la guerre d’indépendance américaine, la France est lourdement endettée et cherche de l’argent par tous les moyens… Castries répond dès le 14 février 1784 : « Je n’avais pas lieu de penser que le prix de cette maison pour laquelle on paye seulement un loyer de 2000 livres serait porté aussi haut […]. Il deviendrait onéreux pour le service surtout dans les circonstances actuelles de faire une pareille acquisition91. » Il propose donc de demander à Maingant de renouveler le bail et de disposer la maison pour accueillir les pertuisaniers.

  • 92 AN Mar. D51.
  • 93 Ibidem.

85Ce refus attriste tout autant Guillot que Maingant qui envoie une lettre à Blondeau et qui défend habilement sa cause… et son portefeuille. Le sénéchal de Landerneau fait remarquer qu’avant 1778 le bail pour sa maison était de 3 600 livres. Mais, en raison des travaux qu’il avait fallu faire pour aménager le bâtiment qui autrefois comportait des forges en hôpital pour les galeux et les vénériens, le bail était passé à 2 000 livres. Maingant ajoute : « Je me prêtais en bon serviteur du roi pour le bien du service quoique naturellement Sa Majesté eût dû seule les réparations […]92. » Si le roi veut continuer à louer cette maison, il devra donc subir une augmentation qui portera le bail à 4 080 livres ; s’il y renonce, Maingant demande qu’on lui rende sa demeure en l’état. Et il fait remarquer de plus que « s’[il] avait été libre de disposer de ces biens pendant la guerre, il en eût tiré pour magazin pour le commerce 9 000 à 10 000 livres par an93 ».

  • 94 Ibid.

86Suite à ces demandes du propriétaire, l’intendant fait établir deux devis : le premier porte sur les dépenses nécessaires pour remettre la maison en l’état et s’élève à 3 396 livres 12 sols et 5 deniers. Le second, qui monte à 8 803 livres 2 sols et 3 deniers, établit les fonds à débloquer pour la transformation en une caserne pour les pertuisaniers. La lettre de Maingant et les deux devis94 sont envoyés au ministre pour qu’il tranche… Visiblement, cette question demande réflexion puisque Prévost de Langristin doit relancer le ministre le 29 septembre 1784 pour connaître son intention. Il fait valoir que :

  • 95 AN Mar. D226, fol. 107.

« S’il faut rendre [la maison] au propriétaire, ce ne pourra être qu’après avoir fait des réparations considérables et des changements nécessaires ; si votre intention est que le roi continue de la tenir à loyer, le sieur Maingant demande qu’il soit porté à 4080 livres. Comme dans les circonstances actuelles, elle ne peut servir à aucun usage, ce sera une dépense annuelle qui tombera en pure perte95. »

  • 96 AN Mar D2 26, fol. 190-201.

87Ces représentations semblent avoir trouvé un certain écho à Versailles puisqu’on trouve dans les archives le contrat de vente de cette maison. Celui-ci est passé le 4 mai 1785 devant maître Gérard, notaire du roi à Brest, entre « Louis Anne Prévost de Langristin, ordonnateur de la marine à Brest, et Jean-François Maingant, sénéchal de la juridiction et principauté de Léon à Landerneau, agissant en son privé et dame Jeanne-Jacquette Humblot son épouse » pour la somme de 48 000 livres pour le fonds et édifices et 12 000 livres pour dédommagement96.

  • 97 AN Mar. B3770, fol. 71.
  • 98 AN Mar. B3770, fol. 72.

88Le roi n’en a pourtant pas fini de payer pour la maison Maingant… Dès la fin du mois de mai 1785, un autre rentier, le sieur Le Lée, défend les droits de sa femme sur le fonds où est établi l’édifice et affirme que Maingant lui payait annuellement 280 livres 15 sols. Il fait valoir qu’estimé à 8 420 livres, ce fonds ne pourrait lui valoir que 5 165 livres de remboursement « qui [lui] serait une perte réelle, vue (sic) qu’il [lui] serait impossible de [lui] faire en terre avec cette somme 200 livres de rente97 ». En réponse à cette plainte et « en raison de l’espèce de contrainte que le roi exerçait envers [lui] dans l’éviction de cette rente98 », Langristin accepte de prêter une oreille favorable aux récriminations de Le Lée sitôt que celui-ci lui aura envoyé ces titres. Le roi doit également faire face à une augmentation du prix des transformations de la maison Maingant. En effet, le devis prévu à 8 803 livres 2 sols et 3 deniers passe à 16 806 livres 17 sols et 2 deniers du fait de l’accroissement du nombre de pertuisaniers nécessitant la construction d’un second étage.

  • 99 SHMV DD2691, fol. 59 et 60.
  • 100 Dans le bagne, les cachots des pertuisaniers étaient situés dans les pavillons des extrémités.
  • 101 AN Mar. DD2740.

89Les plans, approuvés par le conseil de Marine le 21 mai 178599, permettent d’avoir une idée de l’organisation interne de cette nouvelle caserne des pertuisaniers. Blondeau prévoit d’établir au rez-de-chaussée et au premier niveau quatre cachots dans l’extrémité du bâtiment donnant sur la rue Richet100 et quatre grandes salles comportant chacune dix lits, les deux étages pouvant loger 240 hommes. À cela, on envisage d’adjoindre un second palier, disposé de la même façon, qui accueillerait 120 pertuisaniers de plus. En outre, l’extension sur la maison voisine offre 8 pièces supplémentaires de 20 pieds 6 pouces sur 20 pieds 3 pouces, dont trois sont réservées aux sergents, soit une augmentation de 75 hommes et une capacité totale de cette caserne de 435 pertuisaniers. Une description de l’an VIII la présente « un parallélogramme de 20 toises de longueur sur 4 de largeur ; son élévation est composée d’un rez-de-chaussée et de deux étages formant en tout quinze chambres qui contiennent environ 27 hommes chacunes101 ».

  • 102 AN Mar. DD2148.

90Quoi qu’il en soit, cette caserne présente pour les pertuisaniers un certain progrès dans leur vie quotidienne. En effet, installés un peu en dehors du bagne, ils peuvent un peu plus prendre leurs distances avec la chiourme, même si la population brestoise continue à confondre dans un même mépris les criminels et ceux qui les gardent. Installés de façon mitoyenne, il leur est possible d’assurer leur service sans retard et d’intervenir rapidement en cas de problème. Pour l’intendant, le problème d’un feu dans les greniers du bagne s’écarte en même temps qu’il assure de meilleures conditions de vie à ses hommes… même si le gouvernement n’est pas au bout de ses peines ! En 1793, la maison Maingant fera encore parler d’elle puisque la veuve Le Lée écrit au ministre que « depuis le 31 décembre 1791 le Trésorier de la Marine a cessé de lui payer le montant [de sa rente] et que même on la menace de la rembourser de cet objet102 ».

91En définitive, si le casernement des pertuisaniers a pour objectif de maintenir une certaine discipline au sein de ce corps passablement agité, les nombreux avantages accordés aux bas-officiers des galères ont plutôt pour but de s’attacher des hommes strictement indispensables au bien du service. Il est vrai que le métier de ces derniers reste dur et méprisé, d’autant que les pertuisaniers, toujours prompts à dérober ou à déserter, n’améliorent pas la vision que l’on peut avoir du personnel de surveillance des chiourmes.

Les avatars du métier : entre ivrognerie et désertion

  • 103 SHMB 1 E 128, fol. 91.

92Le 1er août 1750, le come François Marie Niggio, natif de Gênes, reçoit une médaille d’or au moment de son départ en retraite en considération de ses talents et de son zèle103, preuve qu’il existe des bas officiers des galères dont le service est considéré comme irréprochable.

93Cet exemple ne doit cependant pas être l’arbre qui cache la forêt : la majorité des surveillants sont remarquables par leur indiscipline et le manque de respect des devoirs qui leur incombent.

  • 104 SHMB 1 E 169, fol. 501.

94Ceci explique la multiplicité des ordonnances sur la compagnie des pertuisaniers. Ainsi, au règlement général des chiourmes du 16 février 1695, succèdent l’ordonnance du 14 avril 1700, celle du 27 mai 1740, le règlement du 13 août 1760 et l’ordonnance du 1er octobre 1765. Cette succession rapide de textes réglementaires nous permet de douter de leur réelle efficacité, même si en novembre 1765, Choiseul se félicite que « les pertuisaniers so [ie] nt plus soutenus et tranquilles dans leurs fonctions qu’ils ne l’étaient auparavant104 ».

95Les problèmes semblent réels, qu’une lettre de 1791 énumère sous le titre des Délits et crimes qui se commettent par les pertuisaniers :

« Abandon des couples qui leur sont confiés, commerce avec les forçats, conduite des forçats employés aux travaux du port en ville sans ordre de leur chef, désobéissance et révolte envers leur chef, désertion avec faux congés, désertion avec armes, engagement sous faux noms et faux papiers, évasion des forçats causées par négligence, introduction des forçats dans les cabarets et maisons suspectes, ivrognerie étant de service, manque à l’appel, manque à la garde et aux travaux, mariage clandestin, recelage des effets volés par les forçats, vente de leur uniforme et butin, vente de liqueurs fortes dans le port, cazerne et bagne, vol dans le bagne, dans le port, vol de chambrée. »

96Ne pouvant pas détailler tous ces délits, on se contentera d’en mentionner ici les principaux, ivrognerie, vol, violence et surtout désertion.

  • 105 SHMB 1 E 569, fol. 92.
  • 106 SHMB 1 E 569, fol. 51.
  • 107 AN Mar. B3605, fol. 230.

97L’ivrognerie, inhérente à ce corps, nous semble extrêmement répandue. Redon de Beaupréou s’en désole d’ailleurs en 1791, qui affirme que « l’ivrognerie, l’insubordination, l’abandon absolu de tous les devoirs caractérisent cette compagnie et le mépris général qui s’ensuit ne laisse plus d’espérance de réformation105 ». Nous n’avons trouvé au cours de nos dépouillements que quelques cas d’abus de boissons, représentatifs certes, mais ne traduisant pas proportionnellement l’ampleur du phénomène que nous dépeint ci-dessus l’intendant. Ainsi, le pertuisanier Jean-Marie Cadiou subit un mois de prison et doit verser 5 livres d’amende pour « raison d’avoir entré dans un cabaret avec deux forçats confiés à sa garde et d’y avoir bu avec eux de l’eau-de-vie ». À la même époque, François Glerdaint est attaché un an à la chaîne de la caserne des pertuisaniers pour voie de fait sur son sergent en état d’ivresse106. Quant au sous-argousin Jean Arbat, dit Pied-ferme, « point propre pour le service, ivrogne, sans conduite et incorrigible », il est congédié107.

  • 108 SHMB 1 L 7, fol. 24 et sq.
  • 109 AN Mar. A193, pièce 20.
  • 110 Cité par A. Henwood, « le garde-chiourme brestois au xixe siècle », Cahiers de l’Iroise, 1980, n° (...)
  • 111 Cité par A. Henwood, loc. cit.

98Les ordonnances sont pourtant sévères pour prévenir ce genre de délit : 3 ans de galère sont prévus pour un pertuisanier qui entre avec des forçats au cabaret selon l’article 19 du règlement du 16 février 1695108. Cette peine est réduite par celui du 13 août 1760 aux 5 livres d’amende et au mois de chaîne que subit Cadiou en 1789109. Rien n’enraye pourtant ce phénomène, ni les ordonnances citées, ni la grande réforme du 16 juin 1820 qui organise la compagnie des gardes-chiourmes. On continue après cette date de procéder en ville à l’arrestation de ces soûlards110. Il en est même un « que son état d’ivresse empêchait de se mouvoir » que les forçats qu’il était chargé de garder ramenèrent au bagne111.

99Outre l’ivrognerie, les pertuisaniers se livrent avec non moins d’assiduité au vol au sein de l’arsenal. Ainsi, Jean Tual dérobe 25 louis à l’écrivain Testanière. Il est arrêté à Roscoff peu de temps après, avec seulement 17 louis en poche. Il sera jugé rapidement.

  • 112 SHMB 1 E 568, fol. 131-132.
  • 113 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 233.
  • 114 SHMB 1 E 216, fol. 353.
  • 115 SHMB 1 E 217, fol. 239.
  • 116 SHMB 1 E 204, fol. 27.

100En février 1761, la première affaire concernant les forçats et les pertuisaniers qu’instruit Bergevin, procureur du roi, en remplacement de Nicolas de Lezardent, est celle de Hervé Quélennec, dit la roche. Celui-ci a dérobé 5 laines de draps de lit dans la chambre 70 du bagne et les a revendues à deux Brestois, Louis Le Roux et sa femme. Le Brun ajoute que « quoique l’objet de ce vol soit fort médiocre par la valeur, je l’ai jugé assez important par rapport à la circonstance du local où il a été commis, à la qualité des coupables et à la fleur de lys dont chacune des laines de drap était empreinte112 ». On ne connaît pas la peine qui fut infligée à Quélennec, mais on peut penser que ce dernier fut condamné aux galères à vie, à l’exemple de son collègue Michel Clédin, dit l’Aimable. Celui-ci est accusé de vol avec effraction dans la baraque du forçat Jean-Philippe Hurtel de Landel de 9 paires de souliers neuves, alors que le pertuisanier était en faction dans la cour du bagne. Suite à la demande de maître Alain Yves Martret de Pléville, procureur du roi de la Prévôté de Marine et de la commission souveraine des chiourmes, Guillot le condamne aux galères à vie113. Pour d’autres surveillants, le bannissement à perpétuité de Brest, précédé de trois jours d’exposition au carcan, sanctionne le vol de deux peaux de veau et de morceaux de cuir appartenant au roi114, de même que celui de vol de cuivre115. Si les pertuisaniers sont majoritairement les auteurs des larcins, les bas-officiers se livrent aussi à ces méfaits, à l’instar de Roger Cléach, sous-comité de misaine. Ce dernier, convaincu de vol, est arrêté ; le ministre exige de le faire rayer des listes, « attendu qu’un pareil sujet ne peut plus rester au service116 ».

101La violence représente l’un des abus les plus fréquents chez les pertuisaniers, comme chez les bas-officiers des galères, situation que déplore Defossé en 1790 :

  • 117 AN Mar. DD2741.

« Certains des bas-officiers de galères frappaient les forçats à grands coups de bâtons, comme s’ils eussent frappés sur des bettes (sic) féroces […] vous en trouverez qui sont tout mutilés des coups qu’ils ont reçus de quelques uns de ces messieurs, l’un a l’œil sorti de son orbite, l’autre a eu le bras cassé, celui-ci le crâne offensé, celui-là des côtes enfoncées, un autre qui rend ses extrémités par le ventre117. »

  • 118 SHMB 1 E 235, fol. 513.
  • 119 SHMB 1 E 526, fol. 261.

102Defossé fait là un bien triste constat des moyens dont disposent les bas-officiers pour se faire respecter, ou, à tout le moins, pour être craints des forçats… Malheureusement, cette violence s’exerce aussi à l’encontre des pertuisaniers eux-mêmes, comme le montre le cas de cet homme condamné à un an de cachot pour avoir frappé son sergent118. Les surveillants ne sont pas non plus de reste quand il s’agit de violence : un pertuisanier est arrêté pour avoir frappé de coups de couteau un vitrier brestois, l’avoir volé et laissé pour mort au bord de la mer. Transféré à la prison du château, il sera jugé par la police ordinaire119.

  • 120 AN Mar. A193, pièce 20.
  • 121 SHMB 1 E 225, fol. 39.
  • 122 SHMB 1 E 144, fol. 127.
  • 123 SHMB 1 E 144, fol. 189-191.

103L’indiscipline tant regrettée par l’intendant, qui règne aussi bien parmi les pertuisaniers que parmi les bas-officiers des galères, repose surtout sur les trop nombreux abandons de poste, que ce soit assoupissement pendant les factions ou désertion pure et simple. Pourtant, les ordonnances sont sévères sur chacun de ces points : le règlement du 13 août 1760 prévoit ainsi que le pertuisanier qui quitte son poste avant la relève encoure un an de chaîne et trois ans de galères en cas de récidive. Celui que l’on trouve endormi à son poste ne risque quant à lui que quinze jours de chaîne et 5 sols d’amende, sachant que cette punition sera doublée en cas de récidive120. Le pertuisanier Colin, coupable d’avoir quitté son poste, sera pourtant puni plus sévèrement que ne le prévoit ce texte, puisqu’il devra subir 13 mois de chaîne et 5 livres d’amende121. Le 5 décembre, déjà, Hocquart se renseigne sur les mesures à prendre, suite à la désertion de deux pertuisaniers. Rouillé le renvoie alors au règlement du 1er août 1731 qui règle la compétence de l’intendant sur le chapitre de la justice, et, en particulier, à l’article 3 qui donne à l’intendant la connaissance de tous les délits commis à l’arsenal. Il lui confirme sa suprématie sur le conseil de guerre, l’ordonnance du 27 mai 1740 ne parlant de celui-ci que pour les délits commis hors de l’arsenal. Rouillé rappelle également l’ordonnance du 27 septembre 1748 qui étend plus loin le pouvoir en matière de justice de l’intendant. Ainsi, en juillet 1750, Claude Thomas, pertuisanier déserteur, est arrêté à Alençon122. À nouveau, en mars 1751, deux pertuisaniers déserteurs sont traduits en jugement par contumace. Dans ce cas, d’ailleurs, il est constaté que l’un des deux hommes est âgé de moins de 20 ans. Le ministre rappelle donc à cette occasion qu’il faut veiller au respect des limites d’âge. Il note en plus la différence qu’il doit y avoir entre un jugement rendu par contumace, qui doit respecter la rigueur des ordonnances, et celui fait en présence des coupables, qui prend en compte les circonstances du délit123.

  • 124 SHMB 1 L 7, fol. 37.
  • 125 SHMB 1 E 568.
  • 126 De même que pour la reprise d’un forçat évadé, celle-ci se voit rembourser des frais de conduite d (...)
  • 127 SHMB 1 E 568, fol. 215.

104En fait, les pertuisaniers ne se contentent pas de quitter leur poste pour un temps limité ; beaucoup désertent malgré les fortes peines prescrites par l’ordonnance du 27 mai 1740, qui condamne aux galères perpétuelles tout pertuisanier déserteur124. C’est par exemple la peine infligée à Renaud Perrot dit fleur d’épine en 1758125. Il faut cependant noter que cette peine des galères à perpétuité est prononcée systématiquement par contumace mais le pertuisanier repris par la maréchaussée126 est, toujours selon le même texte, rejugé et peut espérer cette fois bénéficier de la clémence de ses juges. C’est ainsi que le nommé Nicolas Dudrehau, dit sans regret, est annoncé comme très graciable car ce laboureur de profession, marié, six enfants, n’a habité le bagne que 24 heures, et ce, sans recevoir ni pain, ni habillement127.

  • 128 SHMB 1 E 569, fol. 1.

105Il semblerait que ce ne soit qu’en 1786 que le régime se soit assoupli pour les pertuisaniers déserteurs. L’ordonnance du roi du 1er juillet, relative à la désertion des troupes de terre, limite la peine à 3 ans de prolongation de service, en cas de retour volontaire, en vertu de l’article 11 du titre 2, et à 10 tours de baguette par 100 hommes, 6 ans de prolongation de service et la privation de tout congé durant cet intervalle en cas de désertion confirmée128.

  • 129 SHMB 1 E 201, fol. 485.

106Mais si l’ivrognerie y règne, si les désertions se multiplient, c’est sans doute tout autant dû au caractère des hommes engagés qu’à un métier sans doute extrêmement difficile, pour lequel les pertuisaniers et les bas officiers risquent parfois leur santé mentale, à l’instar de Pierre Diard, sergent de la compagnie des pertuisaniers que son état de démence a mis en retraite après 31 ans de service, avec 25 livres d’appointements par mois129.

  • 130 AN Mar. B3701, fol. 96-97.

107On ne compte plus non plus les surveillants frappés ou tués par les forçats, voire par d’autres soldats… Ainsi, le 31 mars 1781, un soldat du corps royal de la Marine en faction devant la porte du bagne assassine le pertuisanier Roland-Joachim Roux. Le meurtrier invoqua que « ce pertuisanier étant ivre le traita de camarade, que sur sa représentation de ne pas l’être d’un pertuisanier et de passer son chemin, cet homme l’apostropha, [le traitant] de J…-F… et de coquin ». Considérant là dessus que la victime avait eu un geste vers son sabre, « le factionnaire l’atteignit d’un coup de la bayonnette qu’armait son fusil dans l’aisselle gauche et l’en fit tomber mort sur la place130 ».

108Cette anecdote met en valeur le manque total de respect des soldats vis-à-vis du personnel des chiourmes, puisque personne, au cours du procès, ne semble s’étonner qu’un membre du corps royal de la Marine tue un pertuisanier sous le prétexte que ce dernier avait pu le traiter de camarade !

  • 131 SHMB 3 A 1.
  • 132 SHMB 1 E 240, fol. 119.

109En définitive, tous ces faits nous confirment la mauvaise opinion méritée des bas officiers et des pertuisaniers, déjà ressentie au xviiie siècle. Le Mémoire sur les forçats du port de Brest de 1776 n’épargne guère que les comes : « on ne peut avoir grande confiance dans les argousins, gens très occupés de leurs intérêts, encore moins sur les pertuisaniers qui, après les forçats, sont l’espèce d’hommes la plus méprisable131. » Les administrateurs sont tous d’accord pour se plaindre de ces hommes, à l’instar de Fleurieu qui regrette les nombreuses évasions de mars 1791, qu’il impute à « l’esprit d’insubordination qui règne dans la compagnie des pertuisaniers. […] Il serait très important de régénérer cette troupe qui paraît s’être écartée de ses devoirs132. » Seul Jeanbon Saint-André tentera d’y remédier en l’an II par une réforme très controversée.

Notes

1 AN Mar. G 232 (2), p. 15-16.

2 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

3 Ibidem.

4 Ibid.

5 Ibid.

6 Ibid.

7 Ibid.

8 AN Mar. G 232 (2) p. 18.

9 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

10 Ibidem.

11 Ibid.

12 Ibid.

13 Ils tirent leur nom de la pertuisane, sorte de hallebarde, qu’ils portent aux grands jours. AN Mar. D225, fol. 480. Au quotidien, les pertuisaniers sont armés d’un sabre et les sergents d’une épée. SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

14 AN Mar. G 232 (2), p. 20.

15 Le commissaire des chiourmes Saint-Pern-Gourel reconnaît cette différence entre le soldat et le pertuisanier, « points soldats à bien dire, plutôt journalier qui se loue à long terme ». AN Mar. D225, fol. 480. On peut aussi noter que le soldat est moins payé que le pertuisanier puisque le premier ne touche que 9 livres mensuelles. Les pertuisaniers ont en effet vu leur solde portée à 12 livres par une lettre de Maurepas le 20 mars 1741. AN Mar. G 232 (2) p. 21.

16 SHMB 1 L 8, fol. 150v-151.

17 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575.

18 Ibidem.

19 SHMB 1 E 144, fol. 205.

20 SHMB 1 L 7, fol. 133v-134.

21 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

22 AN Mar. D225, fol. 480. Cette somme n’est pas celle touchée effectivement par les pertuisaniers. Entre la capitation et les retenues sur la solde afin de financer les uniformes, somme versée sur la masse des pertuisaniers, sont retenues, 45 livres pour les sergents majors, 40 livres 10 sols aux premiers sergents, 36 livres aux sergents de poste et 30 livres 12 sols pour les hommes de troupe.

23 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

24 SHMB 1 L 8, fol. 188-188v.

25 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

26 AN Mar. D225, fol. 480.

27 SHMB 1 L 7, fol. 24 et sq.

28 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

29 AN Mar. G 232 (2), p. 20.

30 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

31 AN Mar. B3484, fol. 180-181.

32 SHMB 1 E 144, fol. 47.

33 SHMB 1 E 144, fol. 56.

34 AN Mar. B3625, fol. 344-346.

35 AN Mar. B3769, fol. 89.

36 SHMB 1 E 569, fol. 276.

37 AN Mar. C338 et C339.

38 SHMB 1 L 8, fol. 188-188v.

39 AN Mar. A193, pièce 20.

40 SHMB 1 L 7, fol. 24.

41 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

42 Ou seille. Seau en bois, muni de deux oreilles percées d’un trou dans lequel on passe un cordage.

43 Résidu de la distillation du goudron servant à recouvrir les coutures calfatées pour en assurer l’étanchéité.

44 SHMB 3 A 92.

45 AN Mar. D223, fol. 173v.

46 Quand celui-ci est proposé pour remplacer François Le Blond, sous-comité de misaine, décédé en poste, Hocquart appuie sa nomination en affirmant qu’il a « été élevé parmi la chiourme ». SHMB 1 E 568, fol. 157.

47 AN Mar. G 232 (16).

48 SHMB 1 E 152, fol. 403.

49 SHMB 1 E 568, fol. 40-41.

50 SHMB 1 L 7, fol. 207v.

51 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

52 SHMB 1 L 8, fol. 188-188v.

53 SHMB 1 L 7, fol. 118v-120.

54 AN Mar. D51.

55 AN Mar. G 232 (2), p. 17 et 19.

56 ADF 8 L 110.

57 AN Mar. B3135, fol. 160.

58 AN Mar. G 232 (2), p. 16.

59 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

60 AN Mar. G 232 (2), p. 17.

61 SHMB 1 E 568, fol. 163.

62 SHMB 1 E 568, fol. 165.

63 SHMB 1 E 568, fol. 169.

64 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

65 AN Mar. G 232 (2), p. 38.

66 Toile de chanvre ou de lin formant un tissu très serré et donc très solide. Larousse du xixe siècle, t. 5, p. 411.

67 Il est revenu à Toulon en 1754 à 61 livres 6 sols et 8 deniers par homme. AN Mar. G 232 (2), p. 22.

68 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

69 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

70 AN Mar. B3557, fol. 263.

71 SHMB 1 E 151, fol. 245.

72 SHMB 1 E 568, fol. 32-33 et 34.

73 SHMB 1 E 205, fol. 239.

74 Très grosse étoffe de laine à grains, tendue et apprêtée à chaud comme le drap. Larousse du xixe siècle, t. 3, p. 49.

75 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

76 AN Mar. G 232 (2), p. 21.

77 AN Mar. D51.

78 SHMB 1 E 537, fol. 80.

79 AN Mar. D225, fol. 480.

80 Ibidem.

81 SHMB 1 L 8, fol. 44v-46v.

82 SHMB 1 E 537, fol. 10v.

83 SHMB 1 L 10, fol. 15v.

84 AN Mar. B3723, fol. 5.

85 AN Mar. B3722, fol. 345 bis.

86 SHMB 1 L 40, fol. 120..

87 A. Choquet de Lindu, Description pour loger à terre les galériens et les forçats de l’arsenal de Brest, R. Malassis, 1759.

88 AN Mar. D226, fol. 111.

89 AN Mar. D226.

90 Ibidem.

91 AN Mar. B2426, fol. 51.

92 AN Mar. D51.

93 Ibidem.

94 Ibid.

95 AN Mar. D226, fol. 107.

96 AN Mar D2 26, fol. 190-201.

97 AN Mar. B3770, fol. 71.

98 AN Mar. B3770, fol. 72.

99 SHMV DD2691, fol. 59 et 60.

100 Dans le bagne, les cachots des pertuisaniers étaient situés dans les pavillons des extrémités.

101 AN Mar. DD2740.

102 AN Mar. DD2148.

103 SHMB 1 E 128, fol. 91.

104 SHMB 1 E 169, fol. 501.

105 SHMB 1 E 569, fol. 92.

106 SHMB 1 E 569, fol. 51.

107 AN Mar. B3605, fol. 230.

108 SHMB 1 L 7, fol. 24 et sq.

109 AN Mar. A193, pièce 20.

110 Cité par A. Henwood, « le garde-chiourme brestois au xixe siècle », Cahiers de l’Iroise, 1980, n° 3, p. 153.

111 Cité par A. Henwood, loc. cit.

112 SHMB 1 E 568, fol. 131-132.

113 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 233.

114 SHMB 1 E 216, fol. 353.

115 SHMB 1 E 217, fol. 239.

116 SHMB 1 E 204, fol. 27.

117 AN Mar. DD2741.

118 SHMB 1 E 235, fol. 513.

119 SHMB 1 E 526, fol. 261.

120 AN Mar. A193, pièce 20.

121 SHMB 1 E 225, fol. 39.

122 SHMB 1 E 144, fol. 127.

123 SHMB 1 E 144, fol. 189-191.

124 SHMB 1 L 7, fol. 37.

125 SHMB 1 E 568.

126 De même que pour la reprise d’un forçat évadé, celle-ci se voit rembourser des frais de conduite d’un déserteur au bagne. C’est ainsi, par exemple, que le Sr de Broc, exempt, et Pierre des Fontaines, cavalier de la maréchaussée de Morlaix, reçoivent 416 livres 10 sols pour « perquisition, capture et conduite du dit lieu à Brest du nommé Yves Tosse dit la victoire, pertuisanier déserteur ». AN Mar. B3616, fol. 191v.

127 SHMB 1 E 568, fol. 215.

128 SHMB 1 E 569, fol. 1.

129 SHMB 1 E 201, fol. 485.

130 AN Mar. B3701, fol. 96-97.

131 SHMB 3 A 1.

132 SHMB 1 E 240, fol. 119.

Table des illustrations

Titre Pyramide des âges des pertuisaniers engagés entre 1749 et 1754
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17264/img-1.png
Fichier image/png, 2,9k
Titre Motifs de cessation de service des pertuisaniers
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17264/img-2.png
Fichier image/png, 5,7k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search