Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre V. Le bagne, espace institutionnel

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1La hiérarchie administrative se compose d’officiers de plume au service du port. On trouve en premier lieu l’intendant de la Marine, auquel sa commission donne pouvoir de justice, police et finances sur le port et l’arsenal. L’ordonnance de réunion lui reconnaît ces mêmes droits sur la chiourme, que les réformes de la Marine décidées entre 1749 et 1789 lui confirmeront. Il a notamment sous ses ordres le commissaire des chiourmes, vrai responsable du bagne à l’échelon du port, lui-même secondé par les écrivains, répartis entre le bureau des chiourmes et le bureau du bagne et chargés de la confection des différentes pièces nécessaires pour la bonne gestion de cet établissement pénitentiaire.

L’administration

L’intendant de la Marine

2Dès le début du règne personnel de Louis XIV, l’intendant est le premier personnage au sein des arsenaux de la Marine royale. La réunion du corps des galères de France à celui de la Marine ajoute à ce grand commis les responsabilités qui étaient celles de l’intendant général des galères. Même si la réalité du pouvoir est exercée par le commissaire des chiourmes, il reste cependant l’interlocuteur du ministre.

Les pouvoirs de l’intendant sur les chiourmes

  • 1 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.
  • 2 Ibidem.

3L’ordonnance du 27 septembre 1748 stipule que les « intendants ou ordonnateurs auront la police des bagnes et salles de force et [qu’] ils préposeront les commissaires, écrivains, comités, sous-comités, argousins, sous-argousins, pertuisaniers et autres bas-officiers nécessaires pour la faire observer dans tous ses points1 ». Seules les sentinelles postées à la porte du bagne recevront leurs instructions du commandant de la Marine, de concert avec l’intendant2. Le rôle de celui-ci se trouve ainsi confirmé sur le plan administratif au sein des arsenaux accueillant la chiourme. Le Mémoire en forme de règlement, compilation de textes antérieurs sur les galères et d’articles nouveaux résultant de la réunion, composé sans doute à l’initiative de Maurepas, ne reviendra pas sur cet aspect, qui semble évident à tous.

4Par contre, le mémoire anonyme sur les chiourmes de 1755 explicite le rôle de l’intendant comme responsable des chiourmes du port de Brest :

  • 3 AN Mar. G 232 (2), p. 23.

« Il semble que l’attention principale des intendants doit être de tirer des chiourmes toute l’utilité possible dans l’emploie et la distribution qu’ils en font pour les travaux du port, en ménageant toutefois la santé des forçats, et d’apporter d’ailleurs la plus grande économie dans toutes les parties de ce service.
« C’est aux intendants à faire touts (sic) les règlements, dispositions, répartition et destination de sujets, en un mot touts (sic) les arrangements qui peuvent concourir tant à cette économie qu’au bien de la police intérieure et à la réformation des abus qui se glissent journellement dans ce service. […] On pense même qu’on doit s’en remettre entièrement à la prudence et à l’expérience des intendants sur touts (sic) les petits objets3. »

  • 4 SHMB 1 E 144, fol. 56.

5En fait, l’ordonnance de 1748 donne à l’intendant les mêmes compétences sur la chiourme que sur le reste de l’arsenal. Nommé par commission intendant de justice, police et finance, il a de ce fait le pouvoir de juger tous les employés de l’arsenal et en particulier les forçats, contre lesquels il est seul à pouvoir porter un jugement sur un délit dépassant les cas de simple police. Il juge aussi les pertuisaniers, sauf si le délit commis par ces derniers relève de la contrebande, ce qui les fait passer sous l’autorité du Prévôt de la Marine, ou de crime, qui appartient au juge ordinaire. Sa compétence financière lui donne latitude pour l’emploi des fonds, comme ordonnateur : c’est lui par exemple qui signe les marchés de fourniture pour les chiourmes, après approbation des conditions de celui-ci par le roi. Enfin, l’intendant dispose de pouvoirs de police sur les forçats. À ces décisions royales, s’ajouteront les mesures rendues par l’intendant lui-même, comme par exemple celle pour empêcher la contrebande de vin dans le bagne et l’autre pour interdire de fumer ailleurs qu’au-dessus d’un point d’eau, que le secrétaire d’État voulut bien approuver pour le roi4. Dirigeant le détail des chiourmes, auquel il place un de ses commis comme commissaire, il peut réglementer. Il conclut en outre les traités pour l’approvisionnement de celle-ci et doit faire envoyer les balances régulièrement au ministre.

6L’intendant dispose donc d’un vrai pouvoir sur les galériens du port de Brest même si la réalité de l’administration repose pour une grande part sur le commissaire à la charge de ce détail. En contrepartie de ces attributions, l’intendant doit faire respecter l’autorité du roi au sein de cette population particulière. Le Mémoire du Roy pour servir d’instruction à M. Clugny de Nuis nous apprend ce que le roi attend de son intendant en ce qui concerne la chiourme.

  • 5 AN Mar. C769, dossier de Clugny, fol. 31-32.

7À son arrivée en poste, Clugny doit se faire remettre un état des bas-officiers par le commissaire des chiourmes ; il lui est recommandé de veiller particulièrement à la régularité des pertuisaniers « sur lesquels il y a d’autant moins à compter qu’ils sont pour la plupart dans le cas d’être surveillés eux-mêmes ». Clugny se voit fixer comme objectif de faire baisser le nombre des évasions et « après s’être fait rendre compte des causes qui peuvent y avoir donné lieu, [il] prendra les plus justes mesures pour arrêter un désordre dont les suites sont des plus dangereuses et des plus contraires à la sûreté publique ». On lui recommande, surtout pour éviter les évasions fréquentes, d’empêcher les trop grandes accointances des forçats avec les soldats de la garnison et les habitants de la ville. On lui conseille enfin de prendre au plus vite connaissance des règlements sur la chiourme et d’appliquer strictement les peines qui y sont mentionnées5.

8Les différentes réformes des arsenaux ne changent presque rien quant à la direction des chiourmes.

L’évolution des pouvoirs de l’intendant

9L’ordonnance promulguée le 15 avril 1689 donnait à l’intendant de larges pouvoirs au sein de l’arsenal, dans trois domaines principaux, l’approvisionnement, le recrutement et les finances, lui conférant à la fois un rôle d’ordonnateur et de comptable. Outre des fonctions en matière de justice sur tous les délits commis dans l’enceinte du port ou par des personnes en dépendant, il avait l’autorité sur les officiers d’artillerie chargés des munitions à terre et sur les officiers du port, responsables soit des bâtiments civils, soit des bateaux. La hiérarchie dépendant de l’intendant est présentée dans l’organigramme ci-dessous. Cette ordonnance établissait donc clairement la prépondérance de la plume sur l’épée.

Hiérarchie d’une intendance de la Marine d’après l’ordonnance de 1689

Hiérarchie d’une intendance de la Marine d’après l’ordonnance de 1689
  • 6 A. Dupont, Les arsenaux de la Marine de 1689 à 1910. Leur organisation administrative, Berger-Levr (...)

10Quand il promulgue l’ordonnance de 1765, Choiseul rééquilibre les pouvoirs au profit d’un officier d’épée, le commandant de la Marine, puisqu’il lui confie la présidence du conseil de construction, la garde, l’entretien et la sûreté des vaisseaux dans le port, ainsi que leur armement et désarmement ; il place en outre sous ses ordres tous les officiers de marine et d’artillerie présents dans le port6.

  • 7 M. Verge-Franceschi, La marine française au xviiie siècle, Sedes, 1989, p. 147.
  • 8 E. Taillemite, L’Histoire ignorée de la Marine française, Perrin, 1988, p. 179-181.

11L’ordonnance du 27 septembre 1776, accompagnée des circulaires des 5 et 6 novembre de la même année, transforme radicalement l’organisation des ports et marque la réduction des pouvoirs de l’intendant7. Elle sépare en effet les attributions au sein de l’arsenal. Le commandant de la Marine, assisté du directeur général de l’arsenal, est chargé de la « disposition, direction et exécution des travaux » et dirige les trois directions des constructions, du port et de l’artillerie. L’intendant ne s’occupe plus que de la gestion comptable de l’argent et des matériaux. Les deux personnages se retrouvent sur le même pied au sein du conseil de Marine, l’ancien conseil de construction du temps de Colbert. En cas de désaccord, la décision appartient au ministre. De plus, les contrôleurs sont désormais placés sous la tutelle directe du secrétaire d’État à la Marine8. L’organigramme ci-dessous montre la répartition des tâches au sein de l’arsenal en septembre 1776.

Hiérarchie d’une intendance de la Marine après l’ordonnance de 1776

Hiérarchie d’une intendance de la Marine après l’ordonnance de 1776
  • 9 A. Dupont, op. cit., p. 38 et sq.

12Les travaux du port demandent désormais la collaboration de différents services. Ainsi, la décision vient du commandant de la Marine qui transmet l’ordre au Directeur général. Celui-ci fait appel à ces subordonnés, les trois directeurs du port, qui estiment le nombre d’ouvriers et de forçats nécessaires. Ces états sont portés au conseil de Marine, après approbation du directeur général. Le conseil a entre-temps examiné les plans, fait dresser les devis. Toutes ces pièces sont alors rendues au commandant de la Marine qui les transmet à l’intendant pour qu’il fasse les levées en hommes et en fonds prescrites. On voit par là que ce dernier a perdu la décision des travaux et est réduit au simple rôle de fournisseur en hommes et en fonds dans ce domaine9.

13En ce qui concerne les chiourmes, on note en fait peu de changements. Il semble que l’on considère déjà à cette époque les forçats comme des journaliers, d’un genre certes particulier. Les forçats restent sous l’autorité du seul intendant. Par contre, les attributions du conseil de Marine en matière de bâtiments civils entraînent celui-ci à envoyer régulièrement des officiers de Marine inspecter le bagne et les hôpitaux de la Marine, assurant ainsi une fonction d’inspection sur le commissaire des bagnes.

14Dans l’ensemble, les chiourmes restent donc sous l’autorité de l’intendant et la personnalité de celui-ci peut influer sur sa vie quotidienne.

Quelques intendants

  • 10 L. Le roc’h-Morgere, « Un intendant de la Marine à Brest : Gilles Hocquart 1749-1765 », École nati (...)
  • 11 AN Mar. C7143, dossier de Hocquart, pièce 26.

15Hocquart apparaît comme le premier intendant brestois confronté aux chiourmes. D’origine champenoise, fils d’un intendant de la marine10, Hocquart rentre dans la Marine en 1706 comme écrivain. Petit commissaire en 1718, il devient commissaire ordinaire en 1720, nommé en 1723 à Rochefort avant de passer comme contrôleur en 1724 à Bordeaux. En 1729, il se rend au Canada en qualité de commissaire général faisant office d’intendant, dont la commission lui est donnée en 1731. Ce n’est qu’en 1749 qu’il devient intendant de Brest11 où il reste jusqu’en 1765. Hocquart occupe donc ce poste pendant les 16 premières années de la chiourme brestoise ; c’est lui qui est chargé de poser les principes de ce nouvel établissement. Il promulgue de multiples ordonnances pour assurer son autorité et celle de ses successeurs : interdiction de fumer, relation avec les fermiers des Devoirs, mesures pour empêcher les évasions…

16Clugny lui succède de 1765 à 1770 après avoir été intendant à Saint-Domingue. Il trouve un port déjà accoutumé à sa chiourme, qu’il se contente d’administrer sur le modèle de Hocquart. L’intendance de son successeur Ruis-Embito, chevalier profès des ordres de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de Saint-Lazare-de-Jérusalem, entre 1770 et 1776, est surtout marquée par la création du bagne de Rochefort en 1767, formé en grande partie d’anciens forçats brestois.

  • 12 AN Mar. C7165, dossier de Laporte.
  • 13 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la cité, 1989, p. 92-95.

17Arnaud de Laporte lui succède à sa mort en 1776. Il connaît déjà les chiourmes pour avoir été contrôleur à Brest de 1766 à 1770, avant d’être nommé ordonnateur à Bordeaux en 177112. Sous son intendance, on assiste surtout au développement du rôle des forçats au sein de l’arsenal. Cette tendance à utiliser les galériens comme ouvriers se poursuit sous Guillot, intendant à Brest de 1781 à 1785, date à laquelle Redon de Beaupréou lui succède13.

18En définitive, si le rôle de Hocquart a été certainement prépondérant pour assurer dès son installation à Brest une bonne gestion de la chiourme, en passant les premiers marchés, en dirigeant les travaux de construction du bagne, celui de ses successeurs a été moins visible. Héritant d’un établissement pénitentiaire qui a déjà seize ans d’habitudes, ils n’ont plus qu’à en assumer la gestion quotidienne, ce qu’ils délèguent en grande partie au commissaire des chiourmes.

Le commissaire des chiourmes

19Le commissaire des chiourmes dirige l’un des détails de l’arsenal, à rang égal avec le commissaire chargé des approvisionnements par exemple.

20Son rôle est présenté par les quinze premiers articles du Mémoire en forme de règlement de 1749. Il rend compte à l’intendant de ses multiples activités. Sa première occupation est de faire tenir le grand registre extrait de la matricule générale indiquant le numéro, les noms et crimes des nouveaux condamnés. Il prend garde à ce qu’un rôle équivalent soit rempli pour les bas-officiers de la chiourme. Il surveille la bonne application du règlement par ces derniers. Il remet aux écrivains qu’il a sous son autorité les rubriques de la matricule, les modèles de registres. Il signe l’expédition des pièces que l’intendant doit envoyer au secrétaire d’État à la Marine à dates fixes.

  • 14 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

21Outre ce rôle purement administratif, le commissaire doit effectuer à dates régulières des visites au bagne, notamment à l’arrivée de toute nouvelle chaîne afin d’en faire la revue et recevoir éventuellement les plaintes des forçats. Il assiste en plus aux visites par les médecins et chirurgiens de la Marine des galériens invalides et rebutés. Conjointement avec le contrôleur, il en signe le rôle, qui doit être envoyé tous les mois de décembre à Versailles14.

  • 15 AN Mar. G 232 (2), p. 14.

22On peut en outre ajouter que le commissaire des chiourmes fait faire une fois par semaine en sa présence la visite des tenues des galériens15. Il est aussi responsable de la qualité de la nourriture distribuée aux forçats. Principal intermédiaire entre les bas-officiers et les écrivains, d’une part, et l’intendant d’autre part, c’est lui que l’on vient prévenir en cas d’évasion ou de tumulte au bagne. Il peut appliquer d’ailleurs des peines, telles que la bastonnade en cas de refus d’obéissance d’un des forçats. Il contrôle les pertuisaniers, veillant à limiter les mouvements dans ce corps que la Révolution rendra particulièrement remuant.

  • 16 AN Mar. D225, fol. 480.

23En définitive, pour Saint-Pern-Gourel, l’un des occupants de ce poste, il est le véritable chef du bagne, puisqu’il en a la police et en dirige la comptabilité. Ses fonctions sont même étendues aux prisonniers anglais, logés au bagne en temps de guerre16. Le fait qu’il cumule cet emploi avec celui de commissaire chargé des hôpitaux lui ajoute d’autres responsabilités. Il doit notamment visiter l’hôpital des forçats afin de s’assurer que ceux-ci sont bien nourris et soignés, et ce, tout en respectant les règles de sécurité que doivent appliquer les argousins de garde. Il tient compte journellement du nombre de galériens qui y entrent et fait tenir registre des jours où les forçats sont restés malades en y portant les causes médicales.

  • 17 SHMB 1 L 7, fol. 110v-118.
  • 18 SHMB 1 L 9, fol. 171-172.
  • 19 AN Mar. D225, fol. 480.

24Le commissaire du bagne dispose d’une maison, séparée du bagne par la cour des baraques, dont la proximité lui permet de se rendre rapidement dans ce bâtiment en cas de problèmes tels qu’une émeute. Ses appointements se montent à 1 800 livres, dans le cas de Mistral17 en 1749. Ceux de Saint-Pern-Gourel, par contre, s’élèvent en 1 777 à 3 500 livres18. Cette somme est revue à la baisse pendant la guerre d’Amérique puisque le même commissaire ne déclare plus que 2 125 livres pour 1782 et 1783, qui comprennent à la fois les appointements du commissaire et les frais de bureau19.

25On a vu apparaître au cours de cette évocation quelques-uns des commissaires qui ont occupé ce poste sous l’Ancien Régime. Il est assez difficile de retracer leur succession. D’une part, le courrier concernant les chiourmes est adressé en majorité à l’intendant. D’autre part, on ne dispose pas de revues annuelles du personnel administratif du port de Brest. Enfin, quand on a les noms, les dossiers de personnel n’apportent souvent que peu d’éléments utilisables. Par exemple, les états de service ne mentionnent souvent que les dates des commissions ou des brevets d’écrivains sans nous renseigner sur la période de travail consacré aux chiourmes. On ne retrouve en réalité d’éléments précis que pour le commissaire des chiourmes Testanières.

  • 20 AN Mar. C7318, dossier de Jean-François Testanières.
  • 21 Ibidem.
  • 22 Ibid.
  • 23 Ibid.

26Né à Simiane, viguerie d’Apt en Provence, le 18 février 1714, de François Testanières et de Jeanne des Ferres20, Jean-François Testanières entre comme élève écrivain des galères le 30 août 1734. Écrivain des galères en mai 1736, il est destiné dans un premier temps au magasin général sous les ordres du commissaire général M. de Montgrand qu’il suit en 1738 à la police du bagne-manufacture. Destiné en 1742 au bureau des fonds, il passe en 1743 à celui des troupes, chargé des galères la Hardie et la Brave. Armé sur la première en 1744 et en 1745, il est au retour chargé en outre de l’Éclatante et de la tenue de la grande balance au magasin général. Il est à nouveau armé lors des campagnes de 1746 et 1747. En 1749, il est employé successivement au détail de plusieurs galères et au magasin général sous les ordres de l’écrivain principal. Choisi pour accompagner les forçats à Brest, son attitude lors du voyage lui vaut de la part de Jordanis « un compte très avantageux du zèle qu [’il] avai [t] montré en cette occasion ». Chargé de faire la revue des forçats, il contracte à la corderie les fièvres malignes dont ils sont atteints. Il met quatre mois à se rétablir d’une maladie qui l’a mené aux portes de la mort21. Sur les recommandations de M. de Romieu et du comte de Guerchy, il obtient le grade d’écrivain principal, comme « bon sujet, fort assidu et très au fait du détail de la chiourme, [qui] pourra se rendre capable des détails de la Marine »22. Il devient alors chef du bureau des chiourmes. En 1755, il reçoit un ordre du roi pour faire office de commissaire, dont il reçoit le titre en 175723.

27Testanières semble faire preuve de la même conscience professionnelle à ce dernier poste qu’à celui d’écrivain. Ceci n’empêche pas les calomnies de pleuvoir sur lui à l’occasion de l’évasion du forçat Cabusson. Le 17 juillet, Hocquart défend son subordonné :

  • 24 SHMB 1 E 568, fol. 153.

« Je n’ai rien négligé pour tâcher de découvrir le vrai mais dans toutes les recherches que j’ai pu faire, la conduite de ce commissaire m’a paru nette et hors de tout reproche sinon de s’être trop facilement rapporté aux soins et à la vigilance des argousins qu’il y a tout lieu de croire avoir été gagnés par les libéralités, les caresses et les insinuations dudit Cabusson24. »

  • 25 SHMB 1 E 568, fol. 156.
  • 26 AN Mar. C7318, dossier de Jean-François Testanières.
  • 27 Ibidem.
  • 28 Ibid.

28Le 2 novembre 1761, le ministre rendra justice au commissaire des chiourmes, conscient que « dans le détail dont il est chargé, environné d’une multitude de scélérats ou de gens perdus d’honneur, il était assez difficile de se mettre à l’abri de leurs calomnies surtout quand il se comporte comme il le fait avec eux avec la sévérité que la sûreté de la chiourme et le bon ordre exigent25 ». Parti en retraite à la fin de 1776, après toute une vie au service des chiourmes, il garde ses 3 000 livres d’appointements annuels comme pension26. Celle-ci s’ajoute à la gratification de mille livres, donnée pour l’indemniser de la perte de ses effets lors de l’incendie de l’hôpital au cours duquel les portes de sa maison ont été enfoncées. Cet homme « aurait pu faire fortune s’il n’eût été exactement honnête homme », dit-on de lui27. La Révolution reconnaîtra également l’excellence de ses services en lui accordant une pension de 3000 livres, comme récompense nationale, le 20 juillet 1792. Elle est convertie le 27 germinal an IX en solde de retraite de 2 775 francs28.

  • 29 AN Mar. C7211, dossier de Jean-Louis-Roch Mistral.

29Si le dossier de Testanières, conservé aux Archives nationales, s’avère suffisamment complet pour pouvoir retracer sa carrière dans les grandes lignes, celui de son prédécesseur, Jean-Louis Roch Mistral, ne concerne en effet que le rôle de celui-ci en tant que commissaire général et ordonnateur du port du Havre, dont il devient intendant en 178729.

  • 30 SHMB 1 L 41, fol. 234 bis et 249.

30Nous ne disposons malheureusement de guère plus de renseignements sur le successeur en 1777 de Testanières, Saint-Pern-Gourel, qui semble rester à la tête du détail des chiourmes et des hôpitaux jusqu’à la Révolution et occuper à nouveau ce poste en brumaire an II, sous le titre de chef civil des bureaux civils du bagne et des hôpitaux30, avant de céder la place à Tulpin en prairial an II.

31Pendant la période « Ancien Régime » du bagne de Brest qui dure 40 ans, seuls trois commissaires se chargeront du bagne alors que six intendants se succèdent à la direction du port. Cette pérennité garantit un bon service et une parfaite connaissance des chiourmes, qu’ils partagent avec leurs écrivains.

Les écrivains des chiourmes

32Les attributions des écrivains sous les ordres du commissaire des chiourmes sont également fixées dans les articles 20 à 33 du Mémoire en forme de règlement.

  • 31 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.
  • 32 Ibidem.
  • 33 Ibid.
  • 34 Ibid.
  • 35 Ibid.

33La première tâche de chacun de ces commis de la Marine est d’assurer l’inspection quotidienne du bagne : il s’y rend tous les matins pour prendre connaissance des mouvements du bagne et ordonne la distribution des rations selon la revue31. Il est aussi chargé de faire mettre dans la chaudière les fèves pour la soupe ; il prend garde que le bois destiné pour la cuisson soit utilisé à bon escient et reçoit les plaintes sur la nourriture32. Il vérifie à différentes heures de la journée si le nombre de forçats présents au bagne correspond à la déclaration de sortie33. En cas de violence entre les galériens ou les bas-officiers des chiourmes, il fait appeler le chirurgien et joint au rapport de celui-ci son propre procès-verbal qu’il remet ensuite au commissaire des chiourmes34. Il vérifie surtout si les différents protagonistes sont attentifs à remplir leurs devoirs, que ce soit l’aumônier, les comes35.

  • 36 Ibid.

34Les écrivains du bagne sont habilités à recevoir les testaments des forçats auxquels le roi a accordé le droit de tester, à savoir les condamnés à temps, assistés de deux témoins. Il fait pour cet effet l’inventaire des objets à remettre aux héritiers36.

35Mais le principal rôle des écrivains chargés du bagne concerne l’élaboration des nombreux papiers administratifs qui servent à la comptabilité des chiourmes, tant en hommes qu’en fonds. Nous disposons de deux documents conservés aux Archives nationales qui montrent l’étendue de ce travail.

36Il faut distinguer, au moins en 1750, le bureau des chiourmes de celui du bagne.

37Le bureau du bagne est placé sous la direction de Testanières, alors écrivain principal, sous les ordres du commissaire des chiourmes Mistral. Il est en particulier chargé des pièces de gestion courante, qui serviront pour la confection de synthèses au bureau des chiourmes. Ce travail consiste en :

« Un registre égal à la matricule qu’on tient au bureau des chiourmes où sont enregistrés les noms, numéros, âge, classe, condamnations, crimes et tems des condamnations de tous les forçats et turcs qui sont au bagne, un autre pour les robes que l’on distribue tous les ans aux forçats, un autre pour les rations qu’on fournit aux pertuisaniers, forçats et turcs et pain qu’on donne aux sous-comités de mizaine, un autre pour les journées d’hôpitaux des forçats malades, un autre pour les rations retranchées aux forçats et turcs travaillant en ville ou en baraque, un autre pour les journées de sous-comités de travail dans le port, un autre pour la charge des effets appartenant au Roy et dont les argousins sont chargés, un autre où l’on enregistre tous les ordres de demande qu’on fait pour le bagne, un autre contenant le signalement de tous les bas-officiers du bagne, un autre pour ceux des sergents des pertuisaniers et pertuisaniers, un autre où l’on enregistre les procès-verbaux de désertion des pertuisaniers, un autre pour ceux d’évasion et de reprise des forçats et des turcs.
« Journellement il dresse les ordres de demande des choses nécessaires pour le bagne, suit les mouvements sur tous ces registres et dresse un extrait de la répartition des forçats travaillants dans le port, en baraque, en ville, malades, à l’hôpital et restant dans le bagne qui est remis à l’Intendant. »

  • 37 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

38En outre, à la fin de chaque quinzaine, on y dresse un extrait des rations retranchées aux forçats pendant cette période et celui de la répartition journalière de ceux-ci. À la fin de chaque mois, il dresse l’état des rations fournies pendant le mois aux pertuisaniers, forçats et Turcs, le rôle des journées des sous-comités. Enfin, tous les trimestres, il établit l’état des rations fournies au bagne pour en demander les fonds37.

39Le travail effectué au bureau des chiourmes, à cette même date sous la direction des écrivains Prévost de Pressigny et Chaleau, nous apparaît comme non moins extraordinaire, mais représentatif d’une époque qui ne connaît pas les techniques du fichier et recopie en permanence les matricules selon les modes d’accès que l’on veut utiliser. En effet, on tient dans ce service :

« la matricule des forçats, celle pour les turcs, un registre pour les signalements et condamnations des forçats, un autre pour le signalement des turcs, un autre pour le classement qu’on fait tous les ans des forçats et des turcs, un autre pour les forçats condamnés à tems, un autre pour les forçats rebutés, un autre pour les journaliers, un autre pour les forçats rebutés et invalides pour pouvoir à la fin de l’année faire l’état de leur entretien que les fermiers généraux remboursent au Roy, un autre pour les forçats condamnés à la double chaîne, un autre pour les décharges que l’on donne aux capitaines des chaînes et autres conducteurs, un autre pour enregistrer les ordres du Roy, pour la liberté des forçats et des turcs, un autre pour enregistrer les édits, ordonnances, règlements, déclarations et lettres du ministre portant décision sur le fait des chiourmes, vingt trois autres registres, chacuns étiquetés d’une lettre de l’alphabet pour servir de rubrique et pouvoir trouver le numéro et conséquemment le signal d’un forçat dont on a que le nom et le surnom.
« Journellement, on y dresse les décharges de conduite et certificats pour payement de nourriture aux capitaines des chaînes et autres qui amènent de nouveaux condamnés dans le port ; on y prend sur des cayers l’extraits des arrêts et sentences de ces mêmes condamnés et leur signalements. On y garde ces numéros envoyés par le ministre pour ces mêmes condamnés et pour lors on se sert de ces cayers ci-dessus mentionnés pour enregistrer dans les registres de signalements dont il a été parlé ci-devant les signalements et condamnations des dits nouveaux forçats suivant le rang des numéros envoyés. On y garde les extraits mortuaires du commissaire de l’hôpital, des forçats morts et autres procès-verbaux de mort, les procès-verbaux d’évasion des forçats et ceux de reprise, les jugements rendus par M. l’intendant sur le fait des chiourmes.
« On y dresse des certificats d’évasion pour faire payer aux argousins l’amande (sic) de 200 livres qu’ils encourent pour l’évasion de chaque forçat ou turc, on garde des copies de ces certificats ; les certificats de vie des forçats et les extraits mortuaires que l’on demande. »

40À cette longue et fastidieuse énumération, il faut ajouter tous les mois la table des changements, la balance, le signalement des nouveaux forçats et de ceux qui ont été libérés, le tout envoyé au ministre. Le munitionnaire reçoit quant à lui un état de la revue des chiourmes pour le compte des rations à payer.

  • 38 AN Mar. G 232 (2), pièce 36.

41Chaque trimestre, le bureau des chiourmes établit en outre le rôle des forçats dont le temps est expiré. Enfin, chaque année, on dresse trois états qui correspondent aux trois classes dans lesquelles les forçats sont répartis, à savoir bons pour la vogue, invalides et rebutés. On fait aussi un état des Turcs devenus Chrétiens auxquels le Roi a octroyé le sol par jour. Enfin, on réalise deux états, « l’un pour les neuf premiers mois et l’autre pour les trois derniers pour faire rembourser au Roy par les fermiers généraux l’entretien des forçats faux-sauniers, rebutés et invalides, [sachant que l’]on use de cette division de mois par rapport aux comptes des fermiers généraux dont l’année commence au premier octobre38 ».

  • 39 SHMB 1 L 7, fol. 110v-118.

42Ce travail important nécessite l’emploi de 7 écrivains et d’un élève écrivain39, d’après la revue du port de l’année 1750. On doit y ajouter le mousse de paillot, titre donné au forçat qui sert aux écritures. Il reste représentatif d’une époque où rien n’est laissé au hasard.

43En bref, que ce soient les écrivains, le commissaire des chiourmes ou l’intendant, les différents membres du personnel administratifs du port de Brest ont accompli avec cœur les occupations qui leur revenaient. Malgré la réforme de 1776, l’arsenal a pu profiter de leur stabilité à leur poste respectif, et donc de leur connaissance des hommes comme des institutions. Testanière nous apparaît aussi comme l’exemple du commissaire des chiourmes conscient de ses responsabilités et remplissant scrupuleusement les devoirs qui lui incombent. Toute cette infrastructure précise a un coût, dont nous allons voir ici l’importance relative parmi les dépenses globales occasionnées par la présence du bagne.

Le coût du bagne

44L’utilisation des forçats comme journaliers dans l’arsenal, qui devait en théorie permettre au roi de faire des économies sur la main-d’œuvre, a fortement motivé la création du bagne. Cependant, l’entretien des galériens suppose aussi une dépense pour leur nourriture, leur habillement, leur logement ou leur surveillance. Il nous importe de déterminer à combien elles se montent et ce qu’elles représentent par rapport aux fonds accordés à l’ensemble de l’arsenal de Brest par l’État.

La répartition des dépenses du bagne

  • 40 AN Mar. D225, fol. 480.

45On dispose pour évaluer la répartition des dépenses du bagne, du très complet Tableau de la chiourme40, dressé le 22 décembre 1784 par le commissaire du bagne, Saint-Pern-Gourel. Les dépenses de Brest se montent pour 1782 à un total de 819 850 livres 3 sols 10 deniers pour 2 976 hommes. On en déduit un coût moyen par forçat de près de 275 livres 9 sols et 10 deniers. Cependant cette moyenne ne comprend pas les éventuels salaires que le forçat ouvrier peut gagner dans un des ateliers de l’arsenal et que le roi rémunère ; ce chiffre traduit donc exactement le coût d’un forçat dans un état d’inactivité. Il ne varie d’ailleurs guère l’année suivante où il est de 279 livres 15 sols et 2 deniers pour les 2 986 forçats alors présents à Brest.

46Ce récapitulatif d’une extrême précision a permis de constater tout d’abord que les dépenses d’entretien des forçats, s’élevant à 605 304 livres, constituent près des trois quarts des fonds octroyés par le secrétaire d’État à la Marine, contre un quart pour les frais d’administration et de surveillance, se montant à 214 543 livres.

Répartitions des dépenses d’entretien des forçats en 1782

Répartitions des dépenses d’entretien des forçats en 1782

47Le graphique ci-contre montre la répartition des frais alloués à l’entretien des forçats.

48La nourriture apparaît comme le principal chapitre de dépense pour la chiourme, puisqu’elle s’élève à 415 586 livres. Si on les ajoute aux 134 240 livres allouées à l’habillement, on constate que presque les deux tiers des frais généraux sont employés pour les galériens. Par contre, les débours pour les sépultures ou pour la propreté représentent une part infime de ceux-ci. Il faut en outre noter la faible part que représentent les sommes versées pour le logement, à peine 9 809 livres 14 sols et 5 deniers. Ceci s’explique par le fait qu’elles ne constituent que les frais d’entretien courant du bagne, comme le changement des taulas, par exemple. Rappelons également que les grands mouvements que connaît Brest en 1782 ont dû faire reporter les réparations de cet établissement à une période plus faste pour les bâtiments civils.

49La seconde figure montre la ventilation des dépenses d’administration et de surveillance en 1782.

Répartition des dépenses d’administration et de surveillance en 1782

Répartition des dépenses d’administration et de surveillance en 1782

50Deux secteurs de dépenses principaux apparaissent. Les frais de garde en constituent le premier, avec 84 149 livres, ce qui représente aussi bien les salaires des 12 argousins et 279 pertuisaniers que leur logement ou leur nourriture, soit une somme moyenne de 289 livres environ par tête et par an, proche des 275 livres nécessaires pour les forçats. Quant aux 64 480 livres employées pour la conduite des chaînes, elles ont été nécessaires pour l’acheminement à Brest de deux convois. Parallèlement, on constate des débours pour la police subalterne, soit les frais occasionnés pour les salaires et entretien des comes, d’un montant de 12 247 livres 6 sols et 11 deniers. Il faut y ajouter les dépenses de la direction des travaux, c’est-à-dire les 21 230 livres de journées de comes ou de caps de forçats, payées séparément. On trouve ensuite des dépenses mineures et sensiblement égales, entre 6 000 et 10 000 livres pour l’entretien des fers, l’administration, les procédures criminelles ou les évasions. Par contre, l’entretien du gardien établi à la porte du bagne ne constitue qu’une très faible dépense.

51Il semblerait d’ailleurs que le prix de revient annuel d’un forçat pour le roi ait été revu à la hausse en 1782. Un mémoire anonyme de 1776 l’estime en effet à 200 livres chacun, ce que l’auteur de ce rapport trouve encore trop important pour la lie de l’humanité :

« [Les forçats] sont 6 000 et coûtent 1 200 000 livres. C’est sur le pied de 200 livres chacun : les soldats d’infanterie de la Marine ne coûtent pour solde, habillement, armes, réparation, chauffage, hôpitaux et pour tout ce qu’il peut y avoir de plus réel dans la plus value du pain que 161 livres 17 sols par tête. Or les galériens n’ont pas besoin d’être mieux nourris que les soldats et en effet ne le sont pas mieux. Leur vêtement se réduit à une grande culotte, un mauvais gilet et une culotte de laine, ils n’usent ni bas, ni souliers, ni guêtres, ni habits, ni chapeaux, ni cocardes, ni poudre, ni pommade, ni rubans de guerre, ni fusils, ni gibernes ni buffleterie, il ne faut acheter ni entretenir pour eux rien de tout cela. En passant leur dépense totale pour un quart de moins que celle des soldats ou pour 120 livres par homme, on leur accordera donc tout ce que doivent et peuvent dépenser des galériens presque nus, ce ne sera pour les 6 000 que 720 000 livres. »

  • 41 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9416, fol. 167-168.

52L’auteur de ce mémoire, s’il semble estimer à un prix tout à fait plausible le coût du galérien pour le roi, et s’il se montre bon serviteur à l’égard de celui-ci en lui proposant une économie totale sur le budget de la Marine de 1 764 489 livres, ignore sans doute la réalité du bagne. Il nous paraît évident que l’habillement ne constitue pas le secteur à diminuer en priorité dans une ville comme Brest où la pluie a vite fait d’élimer le costume du travailleur de plein air. De plus, ce genre d’économie mesquine risque au mieux d’augmenter les maladies au bagne, et donc les frais qui en découlent, et, au pire, de déclencher une révolte de la part des forçats mécontents, d’autant plus facile que notre brillant économiste propose aussi de diminuer de moitié les traitements des bas-officiers des chiourmes, sous prétexte que les galères ne vont plus en mer41 !

  • 42 SHMB 1 E 190, fol. 377.

53Pourtant à peu près au moment où cette relation est portée à la connaissance du ministre, celui-ci fait part de son contentement à Ruis-Embito pour la « nouvelle preuve du zèle et des soins que vous apportés à toutes les parties du service dont l’administration vous est confiée ». En effet, l’état général des dépenses de la chiourme pour 1775 montre une économie par jour et par forçat de 8 sols et 19 vingtième de deniers puisqu’on est passé d’une dépense journalière sur la période 1749-1774 oscillant entre 5 sols 10 deniers et 6 sols 8 deniers, à un coût moyen de 5 sols un vingtième de deniers. Si cette économie peut nous sembler négligeable, elle a tout de même permis au roi une économie totale de 44 286 livres et 19 sols42.

Les dépenses de la chiourme au sein de l’arsenal

54Afin d’évaluer les dépenses de la chiourme au sein de l’arsenal, nous avons utilisé ici les « extraits du projet arrêté par le roi des dépenses variables à faire dans ses ports pendant l’année 17.. » que l’on trouve partiellement dans la correspondance avec l’intendant conservée aux Archives nationales. Nous en avons tiré la courbe présentée ci-dessous qui montre la répartition de ces fonds entre 1767 et 1771.

Répartition des fonds accordés à Brest entre 1767 et 1771

Répartition des fonds accordés à Brest entre 1767 et 1771

55Nous constatons surtout la faible importance des chiourmes par rapport à l’ensemble des autres détails, 8,9 % du total en 1767 et en 1768, 9,7 % en 1770 puis 13,5 % en 1771. Il faut cependant rappeler que ce tableau ne comporte que les dépenses variables de chaque année : on n’y trouve donc que les fonds pour la nourriture des forçats et des pertuisaniers et le vêtement des premiers, ou dans le cas de 1768, les crédits exceptionnels en raison de l’épidémie qui a décimé la chiourme. Par contre, on n’y compte pas tout ce qui se rapporte au personnel d’encadrement, administratifs comme surveillants, ce qui pourrait nous faire revoir à la hausse les chiffres proposés.

56Cette figure met également en évidence la stabilité des fonds accordés aux chiourmes qui tournent toujours à peu de choses près autour de 400 000 livres, ce qui traduit évidemment la stabilité des effectifs de cet établissement, qui restent à cette époque de l’ordre de 2 500 hommes, alors même que les autres dépenses de l’arsenal fluctuent beaucoup.

57Il n’en reste pas moins que l’approvisionnement constitue le principal chapitre des dépenses variables de l’arsenal, évoluant alors que les journées d’ouvriers, qui forment un chapitre beaucoup plus réduit, demeurent stables.

  • 43 AN Mar. B2393, fol. 53.

58Par ailleurs, il faut noter que les chiffres présentés ci-dessus constituent la somme des fonds directement payés sur le port et ceux pris sur le budget de Paris : ainsi, en 1770, sur les 4 210 739 livres, 2 175 101 sont payables à Brest et le reste, soit 2 035 638, à Paris. En ce qui concerne plus particulièrement les chiourmes, la grande majorité des dépenses est réglée sur Paris puisque c’est l’État qui règle directement le munitionnaire de la Marine pour les vivres qu’il a fourni aux chiourmes, somme évaluée cette année à 316 425 livres. Le Roi paye en outre les 27 925 livres de peaux pour les souliers des forçats. Par contre, leur vêtement, pour un total de 59 082 livres, et les 6 532 livres pour diverses marchandises sont à retirer sur le port43.

59Si on prend en compte les dépenses de la chiourme entre 1762 en utilisant les deux sources déjà citées, à savoir le tableau de Saint-Pern-Gourel et les extraits des dépenses variables du port de Brest, on obtient la figure suivante :

Dépenses des chiourmes entre 1762 et 1783

Dépenses des chiourmes entre 1762 et 1783

60Cette courbe traduit avant tout une augmentation des dépenses entre 1762 et 1782, les deux derniers chiffres constituant approximativement le double des autres sommes avancées. On peut y voir tout d’abord la différence entre des projets budgétaires, donnés avant 1775, et des dépenses réelles (1782 et 1783). On peut aussi l’expliquer par l’augmentation de la chiourme, qui passe d’environ 2 200 à 3 000 hommes, ou par les efforts réalisés pour le bien-être des forçats. Mais le facteur d’explication qui nous semble le plus plausible, et qui n’exclue pas les autres, tient au fait que les deux derniers nombres prennent aussi en compte toutes les dépenses occasionnées pour la garde, ce qui justifie sans doute cette différence. Il faut considérer comme fait le plus important cette augmentation que l’on voit poindre entre 1762 et 1772, suivant en cela les progrès de la chiourme, de même que la légère diminution des sommes octroyées pour la période 1772-1775 correspond elle aussi à un léger fléchissement des effectifs.

  • 44 SHMB 1 E 569, fol. 172-173.

61Nous ne disposons malheureusement pas de chiffres sur l’époque révolutionnaire. Il aurait été pourtant intéressant de disposer de quelques éléments pour voir notamment l’impact du code civil sur les fonds accordés à ce chapitre. Nous savons toutefois que de 1789 à 1792, le total des dépenses s’élève à 3 258 105 livres 8 sols 7 deniers, soit une moyenne annuelle de 814 526 livres 7 sols et 1 denier 3/4, somme qui est comparable à celle avancée par Saint-Pern-Gourel. Mais, dès le 12 juillet 1793, l’ordonnateur civil regrette pour l’année en cours une grande augmentation, « presque du double du tau (sic) ordinaire », qu’il impute au discrédit des assignats, à la rareté des denrées et des munitions, à l’effort d’amélioration de la nourriture de la chiourme, à la prolongation du séjour des chaînes dans les hôpitaux et enfin aux augmentations de traitement déterminées par de nouvelles lois ou accordées par les représentants du peuple44.

62En définitive, il faut d’abord souligner que l’étude des dépenses de la chiourme à Brest s’avère assez difficile, du fait de l’absence de sources continues et uniformes qui cache peut-être une certaine désorganisation des services sur ce point : la comptabilité de la Marine conservée aux Archives nationales dans la série E ne fait que confirmer ce malaise. On ne peut en effet y discerner clairement que les soldes des pertuisaniers et leurs engagements ainsi que les dépenses des chiourmes au port, le tout se montant à 100 000 livres environ, soit une somme inférieure à celles que nous avons proposées, même en ne prenant en compte que les sommes envoyées à Brest.

63Néanmoins, nous insisterons sur la part régulière mais peu importante des fonds octroyés par le roi pour la chiourme par rapport aux autres dépenses de l’arsenal, et sur la nette importance dans ce budget des sommes octroyées pour l’entretien proprement dit des forçats, et notamment de la nourriture et de l’habillement.

64Enfin, il faut noter que le prix de revient d’un forçat s’élève mensuellement à environ 23 livres, soit à peu de choses près celui d’un journalier employé au service de l’arsenal. Quoi qu’en disent les intendants et les secrétaires d’État à la Marine, l’utilisation des chiourmes dans les ports ne constitue pas une économie pour celui-ci, d’autant qu’on peut renvoyer un journalier quand on y manque de travail alors qu’on reste astreint à l’entretien des condamnés même en temps de moindre activité navale. Si la Marine conserve les chiourmes, c’est donc surtout par nécessité de rentabiliser au mieux une population pénale inévitable, plutôt que pour les économies qu’elles lui procurent.

Notes

1 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

2 Ibidem.

3 AN Mar. G 232 (2), p. 23.

4 SHMB 1 E 144, fol. 56.

5 AN Mar. C769, dossier de Clugny, fol. 31-32.

6 A. Dupont, Les arsenaux de la Marine de 1689 à 1910. Leur organisation administrative, Berger-Levrault, 1913.

7 M. Verge-Franceschi, La marine française au xviiie siècle, Sedes, 1989, p. 147.

8 E. Taillemite, L’Histoire ignorée de la Marine française, Perrin, 1988, p. 179-181.

9 A. Dupont, op. cit., p. 38 et sq.

10 L. Le roc’h-Morgere, « Un intendant de la Marine à Brest : Gilles Hocquart 1749-1765 », École nationale des chartes, positions de thèse…, 1983, p. 124.

11 AN Mar. C7143, dossier de Hocquart, pièce 26.

12 AN Mar. C7165, dossier de Laporte.

13 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la cité, 1989, p. 92-95.

14 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

15 AN Mar. G 232 (2), p. 14.

16 AN Mar. D225, fol. 480.

17 SHMB 1 L 7, fol. 110v-118.

18 SHMB 1 L 9, fol. 171-172.

19 AN Mar. D225, fol. 480.

20 AN Mar. C7318, dossier de Jean-François Testanières.

21 Ibidem.

22 Ibid.

23 Ibid.

24 SHMB 1 E 568, fol. 153.

25 SHMB 1 E 568, fol. 156.

26 AN Mar. C7318, dossier de Jean-François Testanières.

27 Ibidem.

28 Ibid.

29 AN Mar. C7211, dossier de Jean-Louis-Roch Mistral.

30 SHMB 1 L 41, fol. 234 bis et 249.

31 SHMB 1 L 7, fol. 6 et sq.

32 Ibidem.

33 Ibid.

34 Ibid.

35 Ibid.

36 Ibid.

37 AN Mar. G 232 (2), pièce 37.

38 AN Mar. G 232 (2), pièce 36.

39 SHMB 1 L 7, fol. 110v-118.

40 AN Mar. D225, fol. 480.

41 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9416, fol. 167-168.

42 SHMB 1 E 190, fol. 377.

43 AN Mar. B2393, fol. 53.

44 SHMB 1 E 569, fol. 172-173.

Table des illustrations

Titre Hiérarchie d’une intendance de la Marine d’après l’ordonnance de 1689
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17263/img-1.png
Fichier image/png, 9,6k
Titre Hiérarchie d’une intendance de la Marine après l’ordonnance de 1776
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17263/img-2.png
Fichier image/png, 7,2k
Titre Répartitions des dépenses d’entretien des forçats en 1782
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17263/img-3.png
Fichier image/png, 86k
Titre Répartition des dépenses d’administration et de surveillance en 1782
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17263/img-4.png
Fichier image/png, 150k
Titre Répartition des fonds accordés à Brest entre 1767 et 1771
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17263/img-5.png
Fichier image/png, 212k
Titre Dépenses des chiourmes entre 1762 et 1783
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17263/img-6.png
Fichier image/png, 111k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search