Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre IV. Le bagne, espace de vie

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1Après un court séjour à Pontanézen, les forçats sont installés dans le bagne construit spécialement pour eux dans l’arsenal brestois. Dans un premier temps, pendant la période de construction qui s’étale de mai 1749 à décembre 1751, ils furent logés dans la corderie basse. Leur installation dans le nouveau bâtiment marque un tournant dans l’histoire des galères, car c’est la première fois que l’on conçoit, puis bâtit, un édifice destiné dès le départ à renfermer 2 000 prisonniers, offrant à la fois aux surveillants des possibilités de garde facilitées, et aux forçats, des conditions de vie voire de confort presque décentes. Le plan de cet édifice doit tout à son architecte, Antoine Choquet de Lindu, et servira de référence quand le port de Toulon décidera de ne plus loger ses prisonniers sur les galères.

L’architecte Antoine Choquet de Lindu

  • 1 A. Boulaire, « la Marine royale à Brest au xviiie siècle », Association bretonne et union régional (...)

2Choquet de Lindu « fit de Brest un instrument complet, capable de répondre à tous moments aux ordres de Versailles, de construire ou d’armer les vaisseaux nécessaires à sa politique1 ». En celui que l’on pourrait qualifier de bâtisseur de l’arsenal de Brest, nous pourrions nous contenter de voir l’auteur du bagne. Mais ce serait réduire le rôle de ce personnage, majeur dans l’histoire de l’arsenal de Brest.

Sa vie et sa carrière

  • 2 Celui-ci décède en 1731. B. Cros, « Antoine Choquet de Lindu, bâtisseur de l’arsenal de Brest au x (...)
  • 3 « Le bagne vu par son architecte », Cahiers de l’Iroise, 1980, n° 3, p. 129.

3Il naît le 7 novembre 1712 à Brest, d’une famille d’origine normande, en l’occurrence de Nicolas Choquet2, écrivain du roi et receveur des droits de l’amiral, et de Catherine Le Maugin3, issue d’une lignée qui compte plusieurs commissaires aux classes. Dès sa venue au monde, on peut donc dire que son destin, dirigé vers l’administration de la Marine, est tracé.

  • 4 B. Cros, « Antoine Choquet de Lindu, bâtisseur de l’arsenal de Brest », Bulletin de l’Académie du (...)
  • 5 AN Mar. C766.
  • 6 Ibidem.

4Il suit en fait un cursus inverse de celui de son frère aîné, Jean Joseph, qui commence par faire des études scientifiques avant de se tourner vers la plume. Élève de la Marine en 1721, puis écrivain en 1727, celui-ci devient commissaire en 17464. Il occupe ensuite le poste de contrôleur général à La Hougue en 1756 puis à Rochefort en 17575. En 1767, on le retrouve commissaire général à Port-Louis, poste qu’il occupe en 17656.

  • 7 Né à Toulon en 1701, il construit le Saint-Louis en 1722. Il effectue une tournée en Angleterre et (...)
  • 8 Bnf Mss., Nouv. Acq. Fr. 9411, fol. 3.

5Antoine, quant à lui, rentre comme élève écrivain en 1734, recommandé sans doute par son oncle maternel, René Le Maugin, qui le met sous les ordres de Blaise-Joseph Ollivier7, alors chargé des constructions navales mais aussi des bâtiments civils. C’est une lourde tâche pour cet ingénieur qui profita certainement des goûts et des dispositions de son subordonné. Ce dernier est nommé sous-ingénieur en 1743 après avoir servi pendant cinq ans comme écrivain8. Ollivier lui délègue petit à petit ses attributions de l’arsenal. Quand il meurt en 1746, c’est donc naturellement Choquet qui lui succède comme ingénieur en chef.

  • 9 AN Mar. B3466, fol. 68.
  • 10 B. Cros, « Antoine Choquet de Lindu, bâtisseur de l’arsenal de Brest », Bulletin de l’Académie du (...)

6Marié le 22 avril 17489 avec Marie-Laurence Mellier, fille du contrôleur des actes, il aura onze enfants entre 1749 et 1769. Sur les sept filles, deux épouseront des officiers de Marine. L’un des fils, Victor-Antoine, commencera en 1778 une carrière d’ingénieur des bâtiments ; sa mort prématurée, en 1786, met fin à ce qui aurait pu être une lignée de grands ingénieurs de la Marine. Choquet, devenu en 1758, Choquet de Lindu, écuyer, ne peut alors compter que sur trois neveux Bigonnez pour reprendre le flambeau10.

7Sur l’initiative de Bigot de Morogues, il participe en 1752 à la création de l’Académie de Marine de Brest.

  • 11 Frézier est connu par ses relations de voyage, ses travaux d’architecture et en particulier un tra (...)
  • 12 SHMB 1 L 8, fol. 126.

8En 1763, quand Choiseul se trouve simultanément à la tête des départements de la Guerre et de la Marine, ce qui s’accompagne de la fusion entre les ingénieurs du Génie et de la Marine, Choquet de Lindu, contrairement à la plupart de ses collègues au service des arsenaux, laissés pour compte, est nommé ingénieur en chef des bâtiments « destinés au service de la Marine à Brest […] sous les ordres cependant de M. Frézier11 […] ; [Choiseul] imagine que ce témoignage de confiance [le] flattera d’autant plus que le traitement [dont il jouit] et qui est beaucoup plus considérable que celui qui est attribué aux officiers du corps du Génie pourvus du grade d’ingénieur en chef continuera de [lui] être conservé en entier12 ». Il obtiendra en outre le grade de capitaine d’infanterie.

9Mais, si Choquet de Lindu s’entend bien avec Frézier, il supporte mal l’autorité du successeur de celui-ci, Larcher. En 1767, il est rayé du corps du Génie. Son frère, alors commissaire général à Port-Louis, intervient de façon touchante pour défendre son parent et l’honneur de sa famille :

  • 13 AN Mar. C766.

« Vous avez eu la bonté, Monseigneur, d’accorder des grâces à mon frère : persuadés de ses talents et de sa probité, vous l’avez chargé de la Direction de la continuation des travaux aussi immenses qu’essentiels pour l’agrandissement du port et de l’arsenal de Brest. Il avait le grade de capitaine d’infanterie et l’uniforme d’ingénieur dans le temps qu’il était sous les ordres d’un directeur du Génie. Il vient d’être dépouillé du grade militaire et de l’uniforme d’ingénieur dans le moment où par vos bontez vous le rendez, Monseigneur, plus utile au service. C’est peut-être un préjugé dans les hommes de se croire déshonoré quand on leur ôte et leur grade et les marques d’appartenir à un service militaire : cette dégradation énerve le courage, l’amour-propre se trouve humilié et l’un et l’autre perdent de leur force pour soutenir le zèle. J’ai l’honneur de vous supplier très humblement, Monseigneur, d’effacer la honte que peut ressentir mon frère et qui rejaillit sur moi, vu la place que j’occupe, en lui accordant un grade militaire dans la Marine pour le remettre au ton de considération et d’authorité que ses fonctions exigent13. »

  • 14 Ibidem

10En novembre 1767, Choquet de Lindu est alors rétabli comme ingénieur en chef de la Marine avec le grade de capitaine de brûlot, avec effet rétroactif jusqu’en avril 1767, date où il est rayé du Génie14.

  • 15 ADF B 1493.
  • 16 ADF B 1690.
  • 17 Appelée aussi forme du Troulan, en raison de l’anse où elle a été creusée, elle est aujourd’hui oc (...)
  • 18 L. Delourmel, op. cit., p. 69.

11Le 30 mai 1761, il a acquis auprès de François-Bernard-Louis Lemaire, vérificateur des douanes de Bretagne une maison sise à Brest15, sans doute la même que celle dont il fait l’aveu le 5 janvier 176416, comme d’une maison noble située derrière le parc du roi et le vieux bassin de Brest17. Celle-ci est jugée dangereuse pour la sécurité des constructions et de l’arsenal ; la Marine l’échange donc en 1784 contre 42 000 livres et un logement en ville. Cette demeure est peut-être la maison établie au 13 rue Jean Macé, dont la construction remonte à 176818.

  • 19 Nous avons retenu cette date de 1782 à la lumière de la pension de 4 000 livres accordée le 14 jan (...)

12Retiré du service en 178219, Antoine Choquet de Lindu décède à Brest le 7 octobre 1790.

Son œuvre

13On estime à 4400 m2 la superficie de terrain couverte par les établissements et édifices qu’il a construits dans le port de Brest. Il est donc inutile d’insister sur la considérable somme de travail effectuée. Nous nous contenterons ici d’évoquer les réalisations les plus marquantes.

14Outre le bagne, on peut citer ses premières constructions qui font suite aux incendies de Noël 1742 et du 30 janvier 1744, comme le magasin général, la corderie haute ou la prison de Pontaniou.

15On doit surtout parler des trois formes de Pontaniou : commencées en 1742 par Ollivier, seules avaient été réalisées les fondations et les élévations correspondantes à la chambre des portes des deux premières formes, à la mort de celui-ci en 1746. Le manque de fonds fait arrêter les travaux la même année et la construction du bagne retarde leur reprise. En 1753, Choquet de Lindu se les voit confier. Il effectue à ce sujet un voyage à Paris en compagnie de Beaussier de l’Isle, capitaine du port, pour y rencontrer Rouillé qui rapporte en ces termes les décisions prises :

  • 20 SHMB 1 A 5, fol. 103.

« Il a esté décidé que le Sr Choquet suivroit entièrement les plans qu’il a remis pour les formes de Pontaniou, si ce n’est qu’il établira cinq pommes plus bas la platte-forme des portes, le heurtoir et la platte-forme de la chambre de celle qui sera placée du costé des forges, sans rien changer à la hauteur du fonds de la rigotte […], [les plans sont à peu près conformes à celui de la forme de Brest], il y a seulement de différences que dans les nouvelles formes il sera establi deux banquettes au lieu d’une, affin d’avoir plus de facilité pour accorer les frégates, et qu’il sera fort vu un nouvel ovale dans la partie du milieu de chaque forme pour donner toutes facilités nécessaires au calfatage des vaisseaux qui ont leur fonds relevé20. »

  • 21 A. Choquet de Lindu, Description des trois formes du port de Brest, bâties, dessinées et gravées e (...)

16De ce travail achevé à la mi-756, Choquet de Lindu laisse une Description des trois formes du port de Brest, bâties, dessinées et gravées en 175721.

  • 22 AN Mar. C766.

17On peut également parler de « la bâtisse de huit corps de casernes avec un pavillon d’extrémité et un autre au centre formant avant-corps, dans lequel il devait y avoir un beau vestibule pour monter la garde ; mais n’étant point fini en 1765, on l’a mutilé pour y faire des logements aux troupes », construit entre 1757 et 1761, de la caserne aux matelots édifiée entre 1768-1770, d’ « une boulangerie de 14 fours, dans le parc des vivres, voûtée et l’établissement de 11 autres fours dans le grand magasin au vin » entre 1768 et 1770. Il contribue aussi à l’aménagement de Keravel en construisant « les trois grands corps de logis des magasins de Keravel qui contiennent 44 magasins particulier (voûtés) pour les vaisseaux et aux étages les salles de garniture, du cordage et celle aux voiles ». Il participe également « au curement de la rivière de Penfeld de 500 toises de longueur à prendre depuis les tours en montant, pour y mettre des gros vaisseaux à flot22 ».

  • 23 A. Boulaire, op. cit., p. 241-242.

18Enfin, une autre œuvre, plus inhabituelle pour un ingénieur de la Marine, mais qui montre l’étendue de ses possibilités, est la construction du théâtre de Brest. Le choix de Choquet de Lindu s’explique pour une grande part par le fait que ce bâtiment fut financé par des retenues effectuées pendant deux ans sur les soldes des officiers de Marine. Celles-ci sont fonction de leur grade. Ainsi, un capitaine de vaisseau se voit prélever 4 livres par mois contre 1 livre pour un garde. Inauguré le 7 décembre 1766, en présence du duc de Praslin, cette construction fut longtemps considérée comme jouissant de l’une des meilleures acoustiques de France. Le relevé des dépenses se monte pour ce bâtiment à 27 2387 livres 9 sols et 7 deniers23.

  • 24 Hoeffer, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec le (...)
  • 25 B. Cros, op. cit., p. 198.

19En bref, même si l’on a pu qualifier ses réalisations de « travaux sinon élégants, du moins solides et parfaitement adaptés à leur destination24 », il est incontestable pourtant que l’œuvre de Choquet de Lindu a fait de l’arsenal un ensemble cohérent, marqué par le grand classicisme des lignes qu’il sait imprimer à ses bâtiments. Nous verrons surtout avec l’exemple du bagne la modernité, voire le côté visionnaire de l’ingénieur, chez qui on retrouve ce style épuré qui correspond bien à l’utilité des édifices. Malheureusement, « son œuvre bâtie pour défier des siècles ne lui survivra pas deux cent ans25 », intégralement détruite par la seconde guerre mondiale.

  • 26 AN Mar C766.

20La reconnaissance vient bien tard pourtant dans la carrière de Choquet. Estimant sans doute que les efforts que Choquet de Lindu déploie pour le service du roi méritent récompense, Laporte sollicite la croix de Saint-Louis pour le Brestois : « Il est constant que si cette grâce peut être méritée par des services autres que les services militaires, M. de Lindu peut y avoir des droits. Les trois formes de Pontaniou, le bagne sont des ouvrages de génie, et il en a exécuté depuis trente ans un nombre tel que l’on peut dire que les deux tiers du port de Brest ont été faits par cet ingénieur26. »

  • 27 SHMB 1 L 41, fol. 36.

21Ce n’est qu’en septembre 1785 que Choquet obtiendra, ultime récompense, la croix de Saint-Louis reçue des mains du Comte d’Estaing pour ses « services utiles autant que nombreux dans l’espace de 48 années, de ce qu’[il] y a ajouté depuis le repos honorable qu’[il] a obtenu en 178227 ».

22Enfin pour mieux marquer l’estime dont jouit Choquet, il n’est qu’à se rappeler les termes employés par Hector à sa mort :

  • 28 Cité par A. Boulaire, op. cit., p. 120.

« J’ai l’honneur de vous rendre compte que M. Choquet Lindu, qui a servi pendant 41 années au port de Brest, en qualité d’ingénieur en chef des bâtiments civils et de capitaine de brûlot, vient de mourir emportant des regrets justement mérités par tout ce qu’il a fait au port de Brest dont presque tous les édifices sont son ouvrage, et dont plusieurs sont marqués au coin du génie, tels que les trois bassins de Pontaniou, l’ingénieuse couverture de l’un, le bagne et le magasin général. Toutes les corderies ont été édifiées par lui. Je pense qu’il est de mon devoir, Monsieur, de mettre sous vos yeux qu’il est peu de citoyens qui aient aussi bien mérité de sa patrie et dont autant d’objets méritent les bienfaits28. »

La construction du bagne

23Ouvre majeure de Choquet de Lindu, le bagne a nécessité de la part de son architecte une grande réflexion en amont, pour choisir l’emplacement, comme pour adapter le bâtiment au terrain et aux nécessités de la garde.

Le choix de l’emplacement

  • 29 SHMB 1 E 96, fol. 339.

24Dès le 25 août 1748, Maurepas songe à établir à Brest un bagne à terre pour loger les forçats, acceptant la proposition de l’intendant Bigot de La Mothe de l’établir « dans le fond de l’anse de Pontaniou où était l’ancienne manufacture des toiles à voiles29 ».

  • 30 SHMB 1 E 526, fol. 132.

25Dans les faits, la réflexion sur l’établissement du bagne ne commence réellement qu’un an après, en août 1749, quand Choquet et les autres ingénieurs du port se concertent avec le personnel venu de Marseille et, en particulier, avec le commissaire Mistral, pour décider d’un emplacement correspondant à la fois aux besoins de ce service particulier et aux possibilités de l’arsenal de Brest. Le 20 août 1749, Hocquart écrit à Rouillé : « nous avons mis […] sur le tapis différents projets pour l’établissement d’un bagne, nous venons de les discuter après avoir visité les lieux, j’espère bientôt être en état de vous proposer un bon party ». L’intendant exige en outre de la part des différents intervenants qu’ils présentent plans et mémoires pour les faire parvenir au ministre30.

26Cinq emplacements sont projetés alors et montrés au secrétaire d’État en septembre 1749. Choquet en présente quelques-uns dans son mémoire sur le bagne :

  • 31 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.

« Les uns le voulaient au milieu du port sans songer à examiner si l’étendue qu’il exige s’y trouvait ; les autres à l’extrémité du port au pied des montagnes, sans envisager si les eaux et autres commodités indispensables pouvaient s’y rencontrer ; l’on fut même jusqu’à le proposer près des hangars hors de l’enceinte de la ville à l’extrémité des glacis, ce qui eût été contre les règles les plus simples de la fortification ; et le peu de secours qu’on aurait pu lui donner en cas pressé eût porté à la révolte des gens qui ne peuvent recouvrer leur liberté que par ce moyen ; d’ailleurs le trajet qu’ils auraient eu à faire pour se rendre à leurs travaux enlevait la moitié du tems qu’il pouvaient y employer31. »

27Choquet, qui trouve visiblement que les projets de ses confrères manquent de réalisme, propose, quant à lui, deux emplacements, tous deux situés sur la rive gauche de la Penfeld. Nous pouvons voir à la fois leur emplacement exact et la forme générale que l’ingénieur veut leur imprimer sur le plan conservé au Service historique de la Marine de Vincennes.

28Chaque bagne, où qu’il soit placé, est accompagné d’un mur de clôture. Le premier projet place le bâtiment sur des terrains appartenant à des particuliers, qu’il faudrait donc acheter, derrière la corderie haute, à proximité de l’hôpital de la Marine. La seconde proposition situerait le bagne à l’emplacement de la montagne de Keravel : les économies réalisées sur l’achat de terrains seraient alors employées à l’excavation de cette falaise, dont les forçats pourrait d’ailleurs se charger. Adjacent au magasin général, le bagne aurait alors une forme coudée, suivant la boucle de la rivière. Le plan, réalisé par Choquet le 1er septembre 1749, est envoyé avec les mémoires et dessins des autres ingénieurs à Versailles.

  • 32 SHMB 1 E 144, fol. 519.
  • 33 A. Choquet de Lindu, loc. cit.

29Le secrétaire d’État à la Marine se détermine alors avec l’accord du Roi « pour l’emplacement qui se trouve derrière la corderie dont l’estimation faite par le Sr Choquet monte à 316531 livres, y compris les terreins à acheter afin de réserver celui au bas de la montagne de Keravel pour les magasins qui pourront être nécessaires dans la suite pour le service du port32 ». Le choix de cet emplacement présente de multiples avantages pour les forçats, à en croire Choquet : « là, ils ont un frein dans leur révolte, une ressource dans leur maladie et des eaux en abondance, sans ôter sur les rivages du port un emplacement beaucoup plus essentiel à des magasins d’un usage fréquent aux armements33. »

30Rouillé marque également son accord pour la construction d’ » un mur de clôture depuis le bagne jusqu’au bout de la montagne de Keravel du côté du magasin général pour ôter toute communication de l’arsenal avec la ville ». Dans cette même lettre, le ministre commence en outre à régler le programme de construction : conscient que l’hiver est trop proche pour entamer les travaux sur le champ, il conseille à Choquet d’établir au plus vite les devis pour procéder aux adjudications, « parce que les entrepreneurs pourront toujours se pourvoir à l’avance des matériaux dont ils auront besoin ». Quant aux bois, on utilisera ceux de l’arsenal. En outre, Choquet doit dresser les plans des terrains à acheter aux particuliers. Enfin, Rouillé prévoit aussi la dépense qu’occasionnera la construction du bagne :

  • 34 SHMB 1 E 144, fol. 519.

« Je regarde que l’ouvrage pourra être fort avancé l’année prochaine s’il n’est de même entièrement fini et il s’agira par conséquent d’un fonds de 300 000 livres pour ce seul objet. Je ne puis prendre une somme plus forte que 100 000 livres sur les fonds des fortifications maritimes de manière qu’il s’agira de prendre les 200 000 livres restant sur la Marine par forme d’emprunt dont le remboursement sera fait à la Marine par les fortifications maritimes en 1751 et 175234. »

La construction

  • 35 SHMB 1 E 144, fol. 525.

31Si les travaux ne commencent réellement qu’en janvier 1750, l’arsenal de Brest s’organise en fait dès la fin 1749. En octobre, on trouve ainsi des forçats occupés aux excavations de la montagne de Keravel. Si, pour lors, les pierres extraites servent au lestage des vaisseaux ou pour les particuliers qui font bâtir à Brest, « il sera bon que l’on prenne encore de cette montagne pour construire le bagne d’autant plus qu’elle se trouve à portée et cela diminuera l’excavation qu’il y aurait à faire lorsqu’il s’agira d’y faire des magasins35 ».

  • 36 « Un coin de Brest », Bulletin de la Société académique de Brest, 2e sér., t. XIV, 1888-1889, p. 1 (...)
  • 37 SHMB 1 E 144, fol. 531-533.

32Il s’agit ensuite d’acheter les terrains sur lesquels la Marine compte établir le bagne. Le 24 décembre 1749, Rouillé reçoit l’état estimatif des terrains à acquérir, ainsi qu’un plan dessiné par Choquet sur le même sujet le 22 novembre 1749. Le terrain le plus important, appartenant au Sr Nicolas-Joseph L’Écuyer, marchand à Brest, est décrit ainsi : « sur sa portion étaient quelques petites maisons, des jardins, trente-trois arbres d’ormeaux et deux chesnes, le tout évalué à 8 357 livres 10 sols36 » et est acheté le 22 décembre 1749. Le Roi décide en outre d’acquérir la maison du Sr Simon car « sa proximité du dernier endroit [le bagne] pouvait occasionner des évasions si elle était occupée par des particuliers ». Ces diverses acquisitions permettent de laisser une « lisière de 15 toises de large depuis le mur de clôture jusqu’à la rue de la caserne dans toute la longueur du bagne ». Mais cette expropriation ne se fait pas sans heurts et les anciens propriétaires multiplient les récriminations, ce à quoi Rouillé répond fermement : « quant aux représentations que font les propriétaires de ces terreins sur les frais qu’ils seront obligés de faire pour replacer leurs fonds, on ne peut que s’en tenir à l’estimation qui en a été faite sur le pied du denier 20 ». Ce même 24 décembre, le ministre se félicite aussi que Hocquart ait réussi à faire abaisser le prix de la main-d’œuvre pour la charpente, le fer et la menuiserie. Reste le coût de la maçonnerie toujours trop élevée au goût du dirigeant37.

  • 38 L. Le roc’h-morgère, Un intendant de la Marine à Brest, Gilles Hocquart 1749-1765, th. École des C (...)

33Le creusement des fondations du côté nord est commencé à la fin janvier 1750. Pour financer le début des travaux, 10 000 livres ont été prêtées par le trésorier de la Marine à celui des fortifications. Hocquart fait en outre venir des ouvriers de l’extérieur pour accélérer l’activité du chantier : 60 tailleurs de pierre arrivent de Saint-Malo et Granville, payés 30 sols par jour, et 20 maçons de Saint-Brieuc, pour un salaire de 24 sols par jour. Au total, les entrepreneurs disposent de 350 ouvriers, dont 50 forçats. Encore ce chiffre pourra-t-il être doublé quand on aura suffisamment de brouettes pour eux ! Les résultats ne se font pas attendre : en février, le quart des fondations de la façade est déjà achevé38.

  • 39 SHMB 1 E 98, fol. 97.

34Parallèlement des contestations s’élèvent en février quant au choix des menuisiers. Rouillé signale en effet le 21 février à Hocquart qu’il a reçu le mémoire d’un menuisier, du nom de Montclair, qui a la velléité de remplacer sur le chantier Simon Roussel. « Cet ouvrier se fonde pour demander cette préférence sur ce qu’il a quitté un établissement à Paris pour se rendre à Brest, sollicité par le Sr Choquet, qui lui faisait espérer de le charger des ouvrages de menuiserie des fortifications maritimes et sur la perte que lui a occasionnée son déplacement39. » Quelle que soit la véracité de ses affirmations, Montclair fut débouté.

  • 40 SHMB 1 E 144.
  • 41 SHMV. DD2691, p. 55.

35À la mi-mars, la diminution des pluies permet d’accélérer la construction, répondant en cela aux attentes du secrétaire d’État à la Marine qui ne désespère pas de voir l’ouvrage terminé pour la fin de 175040. 600 hommes sont alors au travail. Choquet fait venir des pierres de Plouarzel mais, quand il faudrait 800 gabarrées de pierre, il n’y en a en fait que 12 bâtiments pour les transporter. L’ingénieur s’occupe également de la citerne qui doit approvisionner en eau le bagne. Le 17 août, pour ce faire, il achève un Plan d’un terrein à acheter pour placer la citerne du bagne41 qu’il joint à la lettre du même jour adressée par Hocquart à Rouillé. Ce dernier donne ordre rapidement d’acheter ce terrain de 67 cordes carrées, beaucoup plus grand que nécessaire, qui était resté à L’Écuyer après l’achat du reste de sa propriété pour le bagne proprement dit. Cette citerne est établie au-delà de la rue que Choquet appelle rue de l’hôpital et qui prendra par la suite le nom de rue des Jésuites.

  • 42 SHMB 1 E 144, fol. 537.
  • 43 L. Le Roc’h-Morgère, op. cit.
  • 44 SHMB 1 E 144, fol. 137.
  • 45 On trouve celui-ci présent à Brest du 1er mai 1721 au 18 germinal an IV. Cf. « Un coin de Brest », (...)
  • 46 SHMB 1 E 144, fol. 547. En réalité, si nous nous fondons sur les quelques photographies de ce tymp (...)

36Les problèmes financiers ralentissent bientôt les travaux : dès le 26 mai 1750, il est décidé de remettre à 1751 la construction du mur de clôture pour fermer l’arsenal42. La situation s’aggrave en septembre, quand le caissier du trésorier général informe l’intendant que sur les 262 000 livres prévues pour 1750, il ne pouvait lui en remettre que 187 00043. Pourtant le ministre approuve en même temps le marché pour la main-d’œuvre de 56 taulats44. En octobre, la charpente est posée sur la moitié du bâtiment ; Choquet espère encore pouvoir accueillir la chaîne de mai 1751 dans le nouveau bagne. Il confie en outre à Pierre Philippe Lubet45, maître sculpteur de l’arsenal, le soin de réaliser le tympan du fronton du pavillon médian. Pour cela, il utilise 3 600 pieds cubes de pierre dite de Caen, une sorte de calcaire dur facile à tailler, à 23 livres le cent de pierres cubes. Rouillé, consulté à ce sujet par Choquet, qui lui envoie le plan de l’élévation du pavillon médian, répond qu’ « il suffira d’y mettre les armes du Roy avec un cartouche simple qui sera néanmoins étendu autant que les pierres pourront le permettre46 ».

  • 47 SHMB 1 E 144, fol. 549.

37Le menuisier Roussel décède malheureusement en 1750, obligeant Hocquart à faire travailler à l’économie sur la charpente du pavillon central, car aucun autre ouvrier ne veut se charger de cette tâche aux tarifs proposés par le défunt. Au même moment, Rouillé accepte d’interrompre pour l’hiver la construction du canal qui doit approvisionner le bagne en eau, se félicitant que « par les soins du Sr Choquet, on aura une fois plus d’eau à ce bagne que l’on avoit compté et que les quatre fontaines qui servaient ci-devant à l’aiguade des bateaux de la rade ont été rétablies et donneront beaucoup d’eau47 ».

  • 48 SHMB 1 E 144, fol. 551.

38Dès novembre, il ne reste cependant plus d’argent en caisse : Hocquart emprunte alors 15 000 livres dans la caisse de la Marine, puis à nouveau 16 000 livres en décembre, compensées par un acompte de 20 000 livres versé par le trésorier général des fortifications. Rouillé s’avoue cependant toujours content de l’évolution du bagne : les charpentes sont avancées au point que l’on se met à chevronner. 30 maçons et 50 tailleurs de pierre sont encore employés à la maçonnerie. Choquet propose en outre de « faire conduire un tuyau depuis la citerne du bagne jusqu’au quay de la corderie au moyen duquel on pourra fournir en deux heures toute l’eau nécessaire à un bateau en armement48 ».

  • 49 SHMB 1 E 526, fol. 39-41.
  • 50 Seul le rez-de-chaussée pourrait les accueillir, non sans inconvénients d’ailleurs. Rouillé décide (...)
  • 51 SHMB 1 E 144, fol. 163.

39Malgré tous les efforts déployés à Brest, les travaux prennent du temps. En outre, pendant les fêtes de Noël, 12 des 36 tuyaux de plomb destinés à la conduite des eaux ont été volés dans la cour de l’hôpital, soit une perte de 500 à 600 livres49. Il ne peut être question de loger les forçats de la chaîne de mai dans un bâtiment inachevé50, pas plus que de les installer à la corderie déjà pleine. On envisage alors de loger les nouveaux sur dans la galère l’Amazone, alors en cours de finition51

  • 52 AN B3502, fol. 183v.
  • 53 AN B3502, fol. 199.

40Les travaux se poursuivent en 1751. En février, 100 forçats sont occupés à déblayer la terre sur les côtés du port et des casernes. À la mi-février, on travaille à couvrir le bagne et en mars on demande encore 20 maçons et tailleurs de pierre. En juin, la moitié du bâtiment jusqu’au pavillon médian est achevé ainsi que le plancher du grenier. Les demandes de fonds ne ralentissent pas pour autant : Hocquart se plaint le 2 juillet 1751 d’un « vuide de 313 393 livres 15 sols 3 deniers qui [le] met absolument hors d’état de soutenir le service. M. Choquet l’ingénieur [lui] a demandé encore ce matin de faire avancer de la caisse 15 000 ou 18 000 livres pour le payement des ouvriers du bagne outre les 18 000 livres porté de l’extrait »52. À nouveau, Hocquart écrit au ministre le 20 août 1751 : « je viens encore de faire payer aux entrepreneurs du bagne une somme de 18 200 livres en lettres de change sur M. de Selle, le commis du trésorier des fortifications […] ; [il] ne manquera pas de remettre au Sr Le Bel ces lettres pour comptant et de cette façon, tout languit53. »

  • 54 BnF Mss. NAF 10575, fol. 267.
  • 55 SHMB 1 E 144, fol. 633.
  • 56 SHMB 1 E 145, fol. 9.

41Si en juillet 1751, 280 forçats sont encore employés au déblai, le 18 décembre, les condamnés sont enfin installés dans le nouveau bagne. Ils y occupent trois salles, la quatrième étant destinée à accueillir la chiourme des chaînes de 175254. Choquet reçoit à cette occasion une gratification de 1 000 livres55. Rouillé met cependant une restriction au bon achèvement de cet ouvrage : « il est à propos de continuer à faire préparer les greniers ou galetas pour pourvoir y loger les pertuisaniers ». Hocquart doit également s’occuper du déménagement des baraques des forçats à établir dans la cour du bagne56 : on commence peu de temps après à démonter celles établies devant la corderie pour les remonter…

  • 57 C’est le serrurier Brûlé qui a été chargé de toute la ferrure du bagne. Envoyé à Brest dès le mois (...)
  • 58 SHMB 1 E 526, fol. 365.

42Enfin, le 20 décembre 1751, on procède à la remise en état de la corderie basse évacuée par les forçats : on enlève les épontilles qui soutenaient le plancher et les grillages des fenêtres. Les taulats en pin sont jugés irrécupérables, même en les faisant détruire par les charpentiers du port : ils seront vendus à un particulier. Le fer des grilles57 sera remis au magasin et permettra de remplacer les 4 à 500 milliers de fer employés dans le bagne neuf. Quand au plancher, il faudra le refaire pour réhabiliter la corderie et lui rendre sa fonction originelle58.

L’aspect du bagne

43Pour comprendre l’aspect du bagne, aujourd’hui détruit, il faut se rapporter essentiellement au mémoire de son architecte, Antoine Choquet de Lindu.

  • 59 A. Choquet de Lindu, Description du bagne pour loger à terre…, Malassis, 1759, p. 1.
  • 60 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.

44Pour Choquet de Lindu, « le bagne est donc proprement une prison qui n’est différente des autres que par l’état des malheureux qui l’habitent destinés à l’esclavage et aux chiourmes de galères59 ». L’architecte organisa son plan de façon à « parvenir à maintenir aisément la police, à éviter l’évasion des forçats et leur fournir les besoins indispensables à la vie60 ». D’où l’aspect extérieur du bâtiment, qui se présente comme un parallélogramme de 130 toises de longueur sur sept de largeur, interrompu en son centre par un pavillon et terminé en ses extrémités par deux autres. « Son élévation est très simple, on peut même assurer qu’elle n’a pas tout le caractère qu’on aurait pu donner à un pareil établissement », assure un mémoire anonyme. On compte deux étages, sans compter les greniers et les caves sur lesquels nous reviendrons.

  • 61 AN Mar. DD2 740, fol. 1.
  • 62 AN Mar. G 232 (2), fol. 2.

45L’accès au bagne se fait par le pavillon central, saillant d’environ 4 pieds sur le mur, du côté du port. On accède à la porte d’entrée principale par un « double perron de 16 toises de longueur sur 2 de large dont le pallier est élevé de 10 pieds au dessus du terre plain du dehors ». on franchit alors une porte de fer de 9 pieds puis une forte porte d’entrée en bois qui permet d’arriver à un vestibule de 36 pieds de longueur sur 24 de largeur avec un corps de garde, qui peut abriter 30 hommes, et un autre destiné à l’officier commandant la troupe61. Ce vestibule du rez-de-chaussée donne accès à des caves sous les salles permettant le stockage des provisions journalières des forçats ; le fournisseur de vin pour les tavernes de la chiourme peut également y entreposer quelque 700 barriques de vin. L’établissement de ces caves a été permis par « la situation du bagne bâti sur le penchant d’une montagne62 ».

  • 63 AN Mar. DD2 740, fol. 1.

46En face de la porte d’entrée, dans le vestibule du rez-de-chaussée, se trouve l’escalier qui permet de monter aux salles des condamnés. Il a « 9 pieds de largeur, [est] établi entre deux murs d’esquif, qui forment trois rampes, dont la première conduit à un demi pallier de 6 pieds de largeur, au milieu duquel est une porte qui conduit dans la cour ; aux extrémités de ce pallier sont les deux autres rampes qui mènent au vestibule du 1er étage63 ».

47Là, on voit un corridor continu de 120 pieds de longueur sur 12 de largeur, qui distribue plusieurs pièces : au centre, « le bureau du commissaire et le bureau général, le logement de l’écrivain principal, une chambre de justice et une sale (sic) pour la distribution des vivres avec une chambre pour le sergent-major des pertuisaniers et le corps de garde des pertuisaniers ». Chaque corridor qui donne accès aux salles où sont enfermés les forçats est fermé par une forte porte de bois, comportant un petit guichet grillé de fer et par une seconde, également de fer. On trouve les logements des comes et des argousins entre les deux.

  • 64 AN Mar. G 232 (2), fol. 1v.

48Le vestibule du second étage est distribué de la même façon qu’au premier, accueillant les logements de l’écrivain, des aumôniers et des chirurgiens64.

  • 65 A. Choquet de Lindu, Description du bagne pour loger à terre…, Malassis, 1759, p. 3.

49Ces deux vestibules abritent un autel monté sur roulettes, que l’on dispose au pied de l’escalier, ce qui permet de dire la messe en laissant les forçats dans leurs salles65.

  • 66 AN Mar. DD2 740, fol. 1v.

50Aux extrémités du bagne, les pavillons nord et sud, de 33 pieds de longueur, saillants de 4 pieds sur le mur extérieur du principal corps de bâtiment, abritent à chaque étage deux appartements dont le seul accès se fait par les salles. Ils sont occupés par les sous comes et sous argousins. « Dans les entresols, on a pratiqué des ouvertures en forme de sabord qui ont vue sur les salles : ces ouvertures sont toujours armées de bouches à feu en cas de révolte de la part des condamnés : les mêmes dispositions ont lieu à chaque bout des salles ; ces pièces sont tellement placées que tous les points de chaque salle sont soumis à l’active de leur feu ». Entre ces appartements ont été pratiqués deux réduits de 5 pieds de largeur servant de cachots66.

  • 67 Ibidem, fol. 2v. Selon le mémoire de la série G, il faut distinguer les galetas où sont casernés l (...)

51C’est également à partir des extrémités que l’on peut avoir accès aux greniers. Au début de l’existence du bagne, ceux-ci servent exclusivement de casernes aux pertuisaniers. En 1784, après l’installation de ces derniers dans la maison Mingant, l’une des deux salles accueille les forçats infirmes et scrofuleux ; l’autre renferme « les objets nécessaires à l’habillement de la chiourme » et un atelier pour les tailleurs et les cordonniers67.

  • 68 Ibid., fol. 1v.

52La partie la plus importante du bagne reste cependant les salles où sont enfermés les forçats. On en compte 4, soit deux par étage de part et d’autre du vestibule du premier et du second niveau. « Chacune de ces salles est coupée en deux par un mur de quatre pieds d’épaisseur, qui passe dans le milieu de la largeur. » Le mur de refend est coupé de 14 pieds en 14 pieds par le passage de 5 pieds de large et son milieu « aboutit directement au milieu de la porte d’entrée à une distance de 10 pieds de la grille, ce qui forme un passage dont le plan est trapézoïde et est fermé à son extrémité supérieure par une voûte d’arête biaise68 ».

  • 69 Ibid.

53Ces murs sont « fermés à leur extrémité supérieure par des plattes bandes en pierres de taille, et au-dessus de chacun de ces passages on a ménagé une lunette de même largeur sur 4 pieds de hauteur, permettant à la fois de faire circuler l’air et de visiter les conduits quand ils ont besoin de réparations69 ».

  • 70 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.
  • 71 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 3.
  • 72 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.

54Car c’est en effet dans l’épaisseur de ce mur que l’architecte a choisi de pratiquer des latrines. Les forçats attachés à leur taulat pour la nuit peuvent malgré leur chaîne s’y rendre et on évite ainsi qu’ils « infect [ent] l’endroit par leurs ordures mises dans des baquets qu’on leur donn [e] pour cet effet et qu’on vuid [e] tous les matins, ce qui occasionn [e] très souvent des maladies épidémiques ». Ces latrines sont donc « en forme de niche, de deux pieds de profondeur, sur deux pieds et demi de large et un robinet dans une autre niche faite dans le jambage de la porte des latrines70 ». Pour alimenter le bagne en eau, Choquet utilise pour le premier étage une source éloignée de 500 toises de la ville. Le reste du bâtiment reçoit l’eau de la citerne71. Les eaux usées, quant à elles, sont évacuées par un égout qui passe sous les murs de refends de chaque salle. Les différentes canalisations se rejoignent sous le premier vestibule pour gagner la mer72.

  • 73 Ibid.

55Toujours dans le souci de rendre les conditions de vie plus acceptables, chaque salle, longue de 50 toises, comporte une cuisine et une taverne. Ces deux réduits voûtés, de 14 pieds de largeur sur 17 de longueur au centre de la salle, sont séparés l’un de l’autre par le mur de refend et sont fermés à clé par de « fortes grilles en fer, dans le milieu desquelles on a pratiqué un guichet pour faire la distribution des vivres à l’heure fixée pour les repas ». La taverne assure à la fois la distribution du vin des rations et de celui que l’on peut acheter auprès des comes et des sous comes73.

  • 74 Ibid, fol. 2.

56Pendant la nuit, les forçats sont étendus sur les taulats, établis de part et d’autre des trumeaux du mur de refend. Ces banquettes de bois ont 15 pieds carrés : « ils contiennent chacun 20 hommes, c’est-à-dire dix de chaque côté, les hommes étant couchés tête à tête ». Les pertuisaniers de garde circulent dans la salle en faisant le tour par un corridor de 6 pieds de largeur : « cette distance entre les côtés des lits, et les murs collatéraux est suffisante pour empêcher les condamnés de rester trop longtemps contre ces murs qui, malgré leur bonne construction et leur grande épaisseur, seraient sujets à être fréquemment percés pour tenter leur évasions74. »

  • 75 Ibid.
  • 76 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 3.

57Pour assurer toujours cette bonne surveillance, ces salles, de 18 pieds de hauteur sous les poutres, sont éclairées de 16 fenêtres de chaque côté, grillées « en fer maillé de quatre pouces ». Les appuis en sont placés à 6 pieds 6 pouces au-dessus du sol75. À cet éclairage naturel, on doit ajouter qu’ « à un des deux écoinçons de chaque fenêtre, et à la hauteur de 7 pieds, sont des fanaux avec des lampes, auxquels ils ne peuvent atteindre et qui éclairent […] pendant toute la nuit76 ».

  • 77 AN Mar. G 232 (2), p. 2.
  • 78 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 4.
  • 79 AN Mar. DD2 740, fol. 2v.

58Voilà donc l’environnement quotidien des forçats. Cependant, leur vie ne se limite pas au seul intérieur du bagne. Ils peuvent se rendre dans la cour derrière le bagne. Celle-ci comporte à chacune de ses extrémités un lavoir de 24 pieds sur 8 pour les forçats, « dont l’eau courante tombant dans l’aqueduc pratiqué sous les murs de refend des sales, entraîne avec elle dans le port toutes les ordures et préserve le bagne des mauvaises odeurs77 ». On trouve également au milieu de cette cour une fontaine, des latrines publiques, dont les lunettes sont grillées, et les baraques des forçats. Ceux-ci y vendent les produits de leur artisanat aux habitants de la ville « pour lesquels on a ménagé à un des angles une porte où est posté le corps de garde des pertuisaniers78 ». Complètent cet ensemble la forge du bagne, où le maître forgeron dirige les chaloupiers, forçats chargés des chaînes du bagne, et le logement du commissaire des chiourmes, dont « le jardin de cette maison n’est séparé du bagne que par un mur de clôture dans lequel est une porte pour procurer au commissaire seulement la facilité de communiquer secrètement avec le bagne79 ».

Aménagements et réparations

Les projets d’aménagements en 1782

59L’organisation spatiale des salles du bagne connaîtra peu de changements au cours du xviiie siècle. En réalité, ce n’est qu’en 1782, au moment où le roi décide de partager les forçats en quatre classes, que se posent de multiples problèmes conséquents à cette décision. La répartition en quatre sections des condamnés entraîne sur le plan pratique une division de ceux-ci selon leur classe dans les quatre salles du bagne :

  • 80 AN Mar. D51.

« Il serait à désirer que l’on ne trouvait pas plus de difficultés dans le local du bagne pour séparer entièrement des criminels ceux qui y sont détenus pour des causes moins graves. Mais comme il se trouve dans ce moment 728 contrebandiers et 2 519 criminels, il ne parait pas au premier abord que des quatre salles, on puisse en réserver une qui ne contiennent que ces contrebandiers en y comprenant ceux condamnés, soit à vie soit à temps80. »

  • 81 Ibidem.
  • 82 Ibid..

60La solution proposée par le commissaire Saint-Pern-Gourel serait de séparer des autres criminels les 44281 impotents, ce qui entraîne un second problème : celui de leur trouver un local. Or les greniers sont déjà occupés par les pertuisaniers. On pourrait aussi les confier à des hôpitaux de charité. Mais la solution qui remporte les suffrages à Brest aboutirait à la création d’une « nouvelle maison de force ». Et Saint-Pern-Gourel d’appuyer cette proposition : « en créant un établissement pour ces malheureux on pourrait les rendre moins inutiles qu’ils ne sont ; il n’y aurait qu’à les employer à des travaux sédentaires, ce qui est presque impossible dans le moment82. »

  • 83 Ibid.

61Prévost de Langristin donne plus de détails sur les travaux qu’il faudrait faire, penchant pour la « modique dépense d’un hangar fermé par un léger parpin ou cloison en brique à portée du bagne83 ».

62Lorsque le ministre fait part à ce dernier de la décision définitive de Louis XVI de procéder à la répartition en classes des forçats, le 5 janvier 1783, il approuve également le projet de hangar, avec une petite restriction cependant :

  • 84 AN Mar. A1132, pièce 4.

« J’adopte volontiers le parti que vous proposez d’établir pour eux un hangar fermé à portée du bagne puisque la dépense ne doit pas en être considérable. On y trouvera l’avantage de pouvoir employer ces forçats à des travaux sédentaires. Cependant, vous n’ordonnerez pas cet établissement avant que de m’en avoir adressé le devis84. »

  • 85 AN Mar. B3739, fol. 87-89.
  • 86 AN Mar. D225, fol. 472.
  • 87 AN Mar. B3739, fol. 87-89.

63À la réception de ces instructions, Prévost de Langristin met au travail le nouvel ingénieur en chef du port de Brest, Blondeau, qui a succédé à Antoine Choquet de Lindu. Deux emplacements seront retenus, que le commissaire général présente le 5 février 1783. Le premier se trouve en face du bagne du côté de la porte du port : « cet hangard dans cet emplacement ne gênerait en rien ; la chaussée qui conduit de la porte du port à l’hôpital incendié conservait encore 18 pieds dans la partie la plus étroite. » Le devis s’en élève à 34 491 livres 18 sols et 8 deniers85. Le hangar se présenterait comme un parallélépipède de 210 pieds de long sur 46 de large et pourrait contenir 550 forçats86 L’autre solution consisterait à l’établir en lieu et place de la maison et du jardin du commissaire des chiourmes. Si l’établissement paraît meilleur, car il procurerait dans l’enceinte même du bagne une salle pour servir d’hôpital aux forçats, il présente cependant un coût beaucoup plus élevé, de 92 393 livres 9 sols et 4 deniers87, sans tenir compte du relogement du commissaire, et surtout, il écarterait le commissaire du bagne, en l’éloignant de l’inspection qui lui est confiée…

  • 88 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 144-145. Sous l’Empire, les invalides seront (...)

64Nous ne savons pas ce que fut la réaction du ministre en recevant à la fois ces deux lettres et les trois plans réalisés par Blondeau. Il semblerait que la nécessité de l’achat de la maison Maingant à la fin de 1783, en permettant l’établissement d’une caserne pour les pertuisaniers, ce qui libère les greniers, ait pu faire abandonner le projet. On peut également envisager l’éventualité, avancée par M. Henwood88, que les forçats invalides soient logés à Pontanézen, dont le terrain a été acquis en 1779 et qui accueille les chaînes sans doute à partir de 1784.

Les réparations

  • 89 AN Mar. B3637, fol. 96.

65Les visites du bagne, organisées par le conseil de Marine et assurées par un officier du port de Brest, nous donnent des renseignements périodiques sur l’évolution du bâtiment. Ainsi, l’inspection faite le 28 février 1778 par M. de Belle-fille nous apprend que « les planchers du bagne ont besoin de très fortes réparations mais cependant rien ne périclite ; et comme cette réparation sera un objet de dépense assez considérable, je pense qu’il faut la remettre à un tems où l’on sera moins chargé de travaux indispensables89 ».

  • 90 AN Mar. D225, fol. 383.

66Mais les travaux à effectuer pour le maintien en état de ce bâtiment sont cependant le plus souvent négligés au profit d’autres tâches dans l’arsenal. Ainsi, la liste des ouvrages projetés pour les bâtiments civils de Brest en 1778, fait état au chapitre 7 d’une demande faite depuis longtemps d’une « réunion d’eau pour augmenter la source du bagne ». Cette dépense qui monterait, selon les estimations à 29347 livres et 9 sols, porte en regard la mention « attendra » du ministre Sartines90.

  • 91 AN Mar. B3741, fol. 9.

67Suite à ce genre de réponse, il est intéressant de noter que la plupart des officiers de la Marine négligent de faire part des réparations que le bagne exigerait dans leur compte-rendu de visite au conseil de Marine. Au mieux, nous trouvons la mention « on ne néglige point de s’occuper des petites réparations que la saison exige91 ».

  • 92 Parmi les inconvénients du système d’écoulement des eaux établi par Choquet de Lindu, il ne faut p (...)
  • 93 AN Mar. B3769.
  • 94 AN B3791, fol. 19.

68Pourtant, il semble que dès cette époque des infiltrations d’eau occasionnent de multiples dégâts92. Conscient de cette situation, Bernard de Marigny, chargé alors de la visite et qui fut l’un des officiers les plus consciencieux que nous ayons rencontré à ce poste, suggère à l’intendant de faire réparer les canaux qui conduisent l’eau au second étage du bagne93. La situation semble encore se détériorer et, suite à l’inspection du chevalier de Guilleaumanche, le ministre ne « doute point que M. de Beaupréou n’ait fait procéder aux réparations qu’exigent les deux salles basses du bagne94 ».

  • 95 SHMB 1 K 7 (5).
  • 96 AN Mar. BB11, fol. 87.

69La Révolution française trouve le bagne dans un état de dégradation passablement avancé. Le chapitre 3, portant sur les réparations courantes de l’avant-projet des dépenses pour les bâtiments civils de 1790, prévoit d’ailleurs 10 000 livres pour « l’entretien urgent du bagne95 ». Mais, là encore, on retarde les travaux qui semblent pourtant indispensables : le conseil de Marine, avant de commencer les réparations, décide en effet de nommer une commission pour vérifier le bien-fondé de celles-ci… et on n’en entend plus parler96.

  • 97 AN Mar. BB24, fol. 230.
  • 98 AN Mar. BB310, fol. 171.
  • 99 AN Mar. BB310, fol. 179.

70En 1792, le ministre Lacoste avertit Redon de Beauprou de ne pas procéder cette année aux travaux nécessaires mais de les porter sur l’état de 179397. Pourtant les visites de Desloges en avril 1792 et de Kerillian en septembre 1792 avaient montré pour l’une la nécessité de « parer aux incommodités majeures résultant de l’état des planchers98 » et du besoin de « grandes réparations ». En septembre 1792, les travaux semblent un peu avoir commencé puisque « M. l’ordonnateur civil a annoncé qu’il avait destiné les ouvriers nécessaires pour accélérer le travail indispensable de ces bâtiments99 ».

71Enfin, le bagne est compté au nombre des « grosses réparations » pour l’avant projet de dépenses pour les bâtiments civils pour 1793. 66759 livres sont alors accordées « pour voûter en briques et paver le premier étage du bagne dont les poutres et le plancher sont pourris », l’ensemble des opérations devant se faire sur deux ans pour la somme totale de 133518 livres. Il est temps car en août 1793, l’état du bagne apparaît catastrophique :

  • 100 AN Mar. DD2741.

« Il est impossible de jeter les yeux sur ce service sans de vives inquiétudes pour l’avenir ; en effet, les salles menacent ruine et sont prêtes à crouler parce que les ministres se sont toujours refusés à permettre dans les temps les réparations jugées nécessaires et instamment demandées par le port. En les renvoyant à des temps moins difficiles, une dépense à laquelle on craignait de se livrer, on l’a beaucoup augmentée et je ne dois pas hésiter de le dire, elle deviendrait excessive si on devait encore remettre à s’occuper de travaux aussi pressants ; il en résulterait en outre un embarras inquiétant pour le placement momentané des forçats100. »

72Les observations dressées par l’ingénieur ordinaire des bâtiments civils Camus sont tout aussi pessimistes et remettent en question certains des choix de Choquet de Lindu :

  • 101 AMB 4 I 2.1.

« Le bagne malgré les réparations considérables qu’on est obligé d’y faire journellement présente aujourd’hui un danger si imminent qu’il est à craindre que le plancher du 1er étage ne vienne à s’enfoncer en grand. De plus, les lambourdes du rez-de-chaussée étant posées sur terre sont absolument pourries.
« Cet accident provient de l’arrangement intérieur de cet édifice au milieu duquel on a mis pour la facilité du service la distribution des eaux et les latrines.
« Si lors de sa construction, on avait pris le parti qu’on propose aujourd’hui qui est de voûter et paver le 1er étage, paver le rez-de-chaussée, on aurait épargné au moins 400 000 livres en réparations depuis.
« L’établissement de cet édifice qui serait encore comme neuf et beaucoup plus salubre par la facilité qu’on aurait eu de laver de tems en tems les salles101. »

73Le même Camus dresse aussi à la même date un tableau comparatif de l’aperçu de la dépense à faire pour réparer le rez-de-chaussée, voûter et paver le premier étage. Selon lui, réparer les planchers reviendrait pour chaque côté à 93 361 livres 10 sols, soit au total 18 6723 livres, contre 255 563 livres pour les voûtes et les pavés. On constate une différence de 68840 livres entre les deux projets ; pourtant la préférence de Camus va sans hésiter à la solution la plus onéreuse car :

  • 102 Ibidem

« La différence en plus du projet de voûter paraît d’abord considérable, mais si l’on fait attention aux réparations annuelles qu’occasionnent les planchers en bois dans un bâtiment de cette nature, ainsi qu’à la mauvaise odeur qui s’imprègne dans les bois, on verra que le projet voûté détruit des inconvénients, d’ailleurs les poutres qui en sortiront dont les bouts seulement sont pourris payeront à elles seules une partie de cette différence102. »

  • 103 SHMB 1 E 252, fol. 763.
  • 104 AN Mar. DD2787, pièce 1. Il est à noter que de nombreux projets de restauration de ce bagne seront (...)

74Même si un arrêté du comité de Salut public est transmis aux représentants du peuple près les côtes de Brest et de Lorient « portant ordre de procéder à la réparation du bagne de Brest et de remettre pour cet objet à la disposition de l’ingénieur en chef une somme de 250 563 livres103 », il ne semble pas que le projet de voûter les salles ait abouti. En effet, en 1819, on fait à nouveau état de la nécessité de changer les poutres de bois des planchers dans les salles hautes104.

75Telles sont les limites de l’établissement de Choquet de Lindu ; certes :

  • 105 AN Mar. DD2740.

« Le bagne de Brest a sans contredit mérité les applaudissements qu’il a obtenu lors de sa construction ; mais comme il est impossible de donner à un édifice d’un genre absolument nouveau tout le degré de perfection qu’on ne peut obtenir qu’avec le temps, on ne doit pas s’étonner des deffaults qu’on y reconnait actuellement105. »

76Il faut aussi reconnaître que cet établissement accueillait une moyenne de 2 000 hommes, d’où des dégradations évidentes que le manque d’entretien probable du bâtiment ne devait pas combattre.

77Fruit de la réflexion du seul ingénieur Antoine Choquet de Lindu, le bagne de Brest, bâtiment d’un genre nouveau en France, présente donc des défauts que l’on peut attribuer aux matériaux de médiocre qualité, choisis pour des motifs d’économie, ou à l’utilisation de planchers de bois, là où il aurait fallu préférer des voûtes de pierre. Tel qu’il est, il reste cependant le bâtiment le plus salubre qui s’offre aux condamnés de l’époque. Les forçats de Toulon ne disposent alors que de vieilles galères transformées en pontons. Il faudra attendre 1782 pour qu’ils puissent bénéficier d’un local en dur. Et puis, il ne nous faut pas juger avec nos yeux du xxe siècle. Malgré les émanations pestilentielles et les canalisations bouchées, l’eau courante devait présenter pour les galériens du xviiie siècle un luxe inouï…

Notes

1 A. Boulaire, « la Marine royale à Brest au xviiie siècle », Association bretonne et union régionaliste. Comptes-rendus, procès-verbaux, mémoires, 1985, t. 94, p. 42.

2 Celui-ci décède en 1731. B. Cros, « Antoine Choquet de Lindu, bâtisseur de l’arsenal de Brest au xviiie siècle », Cols Bleus, 1991, n° 2110, p. 10.

3 « Le bagne vu par son architecte », Cahiers de l’Iroise, 1980, n° 3, p. 129.

4 B. Cros, « Antoine Choquet de Lindu, bâtisseur de l’arsenal de Brest », Bulletin de l’Académie du Var, 1988, n° 156, p. 196.

5 AN Mar. C766.

6 Ibidem.

7 Né à Toulon en 1701, il construit le Saint-Louis en 1722. Il effectue une tournée en Angleterre et en Hollande en 1737, d’où il en tire un traité de construction navale Remarques sur la Marine des Anglais et des Hollandais faites sur les lieux en l’année 1737. Il est ensuite nommé à Brest où il meurt le 20 octobre 1746. B. Cros, « Les formes de Pontaniou dans l’arsenal de Brest », Neptunia, 1986, n° 162, p. 37.

8 Bnf Mss., Nouv. Acq. Fr. 9411, fol. 3.

9 AN Mar. B3466, fol. 68.

10 B. Cros, « Antoine Choquet de Lindu, bâtisseur de l’arsenal de Brest », Bulletin de l’Académie du Var, 1988, n° 156, p. 197.

11 Frézier est connu par ses relations de voyage, ses travaux d’architecture et en particulier un traité de la coupe des pierres ; nommé directeur des fortifications pour la Bretagne en 1739, il meurt à Brest en 1773 à 91 ans. L. Delourmel, Histoire anecdotique de Brest à travers les rues, p. 63.

12 SHMB 1 L 8, fol. 126.

13 AN Mar. C766.

14 Ibidem

15 ADF B 1493.

16 ADF B 1690.

17 Appelée aussi forme du Troulan, en raison de l’anse où elle a été creusée, elle est aujourd’hui occupée par la forme Tourville. A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, éditions de la Cité, 1989, p. 120.

18 L. Delourmel, op. cit., p. 69.

19 Nous avons retenu cette date de 1782 à la lumière de la pension de 4 000 livres accordée le 14 janvier 1782 par Louis XVI à Choquet de Lindu qui est attaqué par la maladie et se retire alors du service (AN Mar. C766) et non celle de 1784 avancée par P. Levot (P. Levot, Bibliographie bretonne, Cauderan et Dumoulin, 1857, p. 351).

20 SHMB 1 A 5, fol. 103.

21 A. Choquet de Lindu, Description des trois formes du port de Brest, bâties, dessinées et gravées en 1757 par M. Choquet,… Imprimerie de R. Malassis, 1757, 19 p. et 12 p. de pl. in-fol.

22 AN Mar. C766.

23 A. Boulaire, op. cit., p. 241-242.

24 Hoeffer, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours, avec les renseignements bibliographiques et l’indication des sources à consulter, 1855-1866, p. 379.

25 B. Cros, op. cit., p. 198.

26 AN Mar C766.

27 SHMB 1 L 41, fol. 36.

28 Cité par A. Boulaire, op. cit., p. 120.

29 SHMB 1 E 96, fol. 339.

30 SHMB 1 E 526, fol. 132.

31 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.

32 SHMB 1 E 144, fol. 519.

33 A. Choquet de Lindu, loc. cit.

34 SHMB 1 E 144, fol. 519.

35 SHMB 1 E 144, fol. 525.

36 « Un coin de Brest », Bulletin de la Société académique de Brest, 2e sér., t. XIV, 1888-1889, p. 108.

37 SHMB 1 E 144, fol. 531-533.

38 L. Le roc’h-morgère, Un intendant de la Marine à Brest, Gilles Hocquart 1749-1765, th. École des Chartes, 1983, p. 411.

39 SHMB 1 E 98, fol. 97.

40 SHMB 1 E 144.

41 SHMV. DD2691, p. 55.

42 SHMB 1 E 144, fol. 537.

43 L. Le Roc’h-Morgère, op. cit.

44 SHMB 1 E 144, fol. 137.

45 On trouve celui-ci présent à Brest du 1er mai 1721 au 18 germinal an IV. Cf. « Un coin de Brest », loc. cit.

46 SHMB 1 E 144, fol. 547. En réalité, si nous nous fondons sur les quelques photographies de ce tympan, celui-ci aurait porté effectivement les armes royales mais aussi, en quelque sorte, celles des forçats : les chaînes…

47 SHMB 1 E 144, fol. 549.

48 SHMB 1 E 144, fol. 551.

49 SHMB 1 E 526, fol. 39-41.

50 Seul le rez-de-chaussée pourrait les accueillir, non sans inconvénients d’ailleurs. Rouillé décidera donc de laisser sécher convenablement la batisse pendant l’été et de n’y loger les forçats que plus tard. SHMB 1 E 144, fol. 171-172.

51 SHMB 1 E 144, fol. 163.

52 AN B3502, fol. 183v.

53 AN B3502, fol. 199.

54 BnF Mss. NAF 10575, fol. 267.

55 SHMB 1 E 144, fol. 633.

56 SHMB 1 E 145, fol. 9.

57 C’est le serrurier Brûlé qui a été chargé de toute la ferrure du bagne. Envoyé à Brest dès le mois de février 1745, il recevait en mars le titre de maître serrurier avec des appointements de 600 livres par an. AN Mar. D51.

58 SHMB 1 E 526, fol. 365.

59 A. Choquet de Lindu, Description du bagne pour loger à terre…, Malassis, 1759, p. 1.

60 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.

61 AN Mar. DD2 740, fol. 1.

62 AN Mar. G 232 (2), fol. 2.

63 AN Mar. DD2 740, fol. 1.

64 AN Mar. G 232 (2), fol. 1v.

65 A. Choquet de Lindu, Description du bagne pour loger à terre…, Malassis, 1759, p. 3.

66 AN Mar. DD2 740, fol. 1v.

67 Ibidem, fol. 2v. Selon le mémoire de la série G, il faut distinguer les galetas où sont casernés les pertuisaniers des greniers où les forçats font sécher leur linge en hiver et où le munitionnaire met les grains.

68 Ibid., fol. 1v.

69 Ibid.

70 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.

71 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 3.

72 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 2.

73 Ibid.

74 Ibid, fol. 2.

75 Ibid.

76 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 3.

77 AN Mar. G 232 (2), p. 2.

78 A. Choquet de Lindu, op. cit., p. 4.

79 AN Mar. DD2 740, fol. 2v.

80 AN Mar. D51.

81 Ibidem.

82 Ibid..

83 Ibid.

84 AN Mar. A1132, pièce 4.

85 AN Mar. B3739, fol. 87-89.

86 AN Mar. D225, fol. 472.

87 AN Mar. B3739, fol. 87-89.

88 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 144-145. Sous l’Empire, les invalides seront installés à bord du Marengo, vaisseau hors d’état transformé en ponton flottant, avant d’être placés dans les combles du bagne.

89 AN Mar. B3637, fol. 96.

90 AN Mar. D225, fol. 383.

91 AN Mar. B3741, fol. 9.

92 Parmi les inconvénients du système d’écoulement des eaux établi par Choquet de Lindu, il ne faut pas oublier le fait que l’égout est soumis au vent de sud-ouest à marée basse, quand l’ouverture du canal central est à découvert, ce qui provoque des émanations qui refoulent dans les salles. À cela on peut ajouter que les immondices qu’on y jette bouchent les tuyaux d’écoulement des eaux usées…

93 AN Mar. B3769.

94 AN B3791, fol. 19.

95 SHMB 1 K 7 (5).

96 AN Mar. BB11, fol. 87.

97 AN Mar. BB24, fol. 230.

98 AN Mar. BB310, fol. 171.

99 AN Mar. BB310, fol. 179.

100 AN Mar. DD2741.

101 AMB 4 I 2.1.

102 Ibidem

103 SHMB 1 E 252, fol. 763.

104 AN Mar. DD2787, pièce 1. Il est à noter que de nombreux projets de restauration de ce bagne seront envisagés mais il faudra attendre avril 1837 pour que la situation évolue réellement.

105 AN Mar. DD2740.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search