Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre IIII. L’arrivée à Brest

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 M. Foucault, Surveiller et punir, naissance de la prison, Gallimard, 1975, p. 14 et 111.

1Arrivés au bagne, les forçats sont enrôlés et perdent leur nom au profit d’un numéro. La réception des condamnés au bagne relève d’un véritable cérémonial d’appropriation du corps du galérien par l’État et le Roi, alors que le trajet, au vu et su de tous, appartient plus à l’économie des châtiments, à la volonté du monarque de montrer la punition et d’en faire l’exécution1, ou du moins une partie, devant un public plus vaste que celui de la seule ville qui accueille le bagne.

Chiffres des arrivées

2La figure de la page suivante décrit l’évolution de l’importance de la chaîne de Paris, à partir de la correspondance échangée par le secrétaire d’État à la Marine et son intendant dans le port de Brest. Quand un chiffre manquait, ce qui est arrivé à quatre reprises, il a été estimé en partant du nombre de forçats rassemblés à Paris, fourni par les registres d’écrous de la tour Saint-Bernard, et en tenant compte de la part que représentent ces condamnés sur le total des hommes parvenus à Brest, d’une part sur l’ensemble de la période étudiée, soit un pourcentage de 26,32 %, et d’autre part, plus précisément, sur les tranches de cinq ans correspondantes, ce qui a donné un nombre approximatif de 295 hommes pour la chaîne de mai 1760, de 492 pour celle de mai 1761, de 556 et 211 pour celles de mai 1777 et septembre 1780.

3Le premier point observé est l’alternance de chaînes importantes et de plus faibles, ce qui s’explique pour les périodes 1749-1769 puis 1778-1790 par la différence d’importance de parcours entre ces deux chaînes. De même, dans la période 1770-1777, les chaînes les plus importantes restent avant tout celles qui drainent la population venant des prisons de Lorraine, la chaîne dite de la grande boucle les réunissant à la chaîne de Paris proprement dite à Chateaubriant.

Évolution du nombre des forçats arrivés par la chaîne

Évolution du nombre des forçats arrivés par la chaîne

4L’évolution du nombre des arrivées est marquée par une certaine constance jusqu’en 1760 environ, puis connaît une grande augmentation dans les années 1760-1775, ce qui correspond pourtant à une période où moins de chaînes sont envoyées sur Brest. Celles-ci sont incontestablement plus importantes, les prisons de Lorraine fournissant d’ailleurs une grande part des condamnés. Ceci est peut-être à mettre en rapport avec les désertions de l’armée à la fin de la guerre de sept ans.

5Après 1777, on constate une nette diminution, constante mais irrégulière, du nombre des hommes arrivés jusqu’à obtenir les chiffres très bas des années 1790-1792, marqués sans doute par l’évolution de la pénalité. Les chiffres recommencent à augmenter à partir de l’an III, les problèmes politiques, économiques et militaires de la Révolution pouvant occasionner de nombreux envois pour le bagne.

État sanitaire des forçats à l’arrivée

6Le nombre important d’hommes arrivés par ces chaînes ne doit pas dissimuler les morts et les maladies qui en résultent. Le voyage pénible fait de plus suite à un séjour en prison plus ou moins long qui affaiblit considérablement les organismes. Si tous les convois ne sont pas marqués comme une épidémie du type de celle de 1768, le phénomène reste suffisamment remarquable pour qu’à partir des années 1780, les forçats fassent une halte au lazaret de Pontanézen avant d’entrer au bagne.

Les maladies en chiffres

  • 2 SHMB, 1 E 231, fol. 497.
  • 3 SHMB 1 E 202, fol. 1.
  • 4 SHMB, 1 E 535, fol. 100v.

7La figure présentée ci-dessous montre l’état sanitaire des forçats à leur arrivée à Brest de 1749 à 1799. Celle-ci a été établie à partir de la correspondance de l’intendant et du ministre : du fait de l’éparpillement de ce type de source, les chiffres de certaines chaînes sont manquants. S’ajoute aussi dans ce cas le problème de savoir quel est l’état réel des forçats qui n’apparaît souvent pas clairement. Ainsi la chaîne de mai 1788 est qualifiée comme étant dans un très bon état, pourtant elle a compté deux morts2. De même, la chaîne de juin 1779 est présentée par Laporte comme comportant un très grand nombre de malades, sans précision de l’ordre de grandeur, ce qui se traduit sur notre graphique par la dépression sur la période 1779-1783 qui ne correspond pas à la réalité3. De plus nous avons fait porter dans le nombre de malades à la fois les forçats atteints en route et ceux au moment de l’arrivée : c’est surtout ce dernier chiffre qui s’avère difficile à établir car il évolue rapidement. Ainsi pour la chaîne arrivée à Brest le 13 juin 1767, sont comptabilisés 4 morts en route et 38 malades à l’arrivée mais quelques jours après, on dénombre 234 malades et 19 morts4. En définitive, seul le nombre de morts est donc comptabilisé exactement par les intendants à l’arrivée des chaînes, tandis qu’ils se contentent d’une évaluation qualitative des malades, d’où la difficulté de donner des chiffres précis. Ceux proposés restent de toute manière des minima par rapport à la réalité.

État sanitaire des chaînes à leur arrivée à Brest, cumulé sur cinq ans

État sanitaire des chaînes à leur arrivée à Brest, cumulé sur cinq ans

8Tout d’abord, la courbe des morts est marquée par une relative stabilité pendant les quinze premières années. Puis on constate une très nette augmentation du nombre des décès, dû pour la tranche 1764-1768 à l’épidémie soignée à Tréberon. La période suivante est marquée par une diminution, qui reste cependant relative et qui correspond sans doute à une période de saturation en hommes de la chaîne, puisque comparativement le nombre de décès augmente plus vite que le nombre de forçats arrivés. À partir de 1774, on remarque une diminution du nombre de morts, qui se stabilise tout en continuant à décroître très progressivement autour de 1,5 à 2 % de morts, ce qui peut apparaître comme le résultat de meilleurs soins donnés aux condamnés à Pontanézen comme sur la route. Il faut noter que la courbe du nombre des morts et celle du pourcentage des décès par rapport à l’importance de la chaîne suivent une évolution pratiquement parallèle sur toute notre période.

9L’évolution du nombre de malades est plus difficile à suivre. Il y a certainement une moindre prise en compte de la maladie au début de notre période : le chiffre d’aucun malade paraît suspect quand on connaît l’état d’affaiblissement des forçats à leur arrivée au port. Plus que l’état réel des condamnés, les chiffres de 1749-1763 traduisent plus probablement un certain désintérêt de l’institution sur ce problème. Au contraire la période 1764-1768 est caractérisée par un très grand nombre de forçats atteints : il ne faut pas là non plus nous tromper : ces chiffres mettent surtout en évidence l’épidémie de 1768. Mais à partir de cette date, on note une plus grande précision de la comptabilité des malades, avec une stabilisation autour de 10 à 20 % de malades par chaînes, ce qui traduit une réalité tout à fait plausible.

10Au total, sur les 79 chaînes étudiées ici, 42 ont comporté des morts : 498 défunts ont été relevés au cours de la correspondance, ce qui fait une moyenne de 6,3 hommes sur l’ensemble des chaînes et de 11,85 décédés sur ces 42 chaînes. Il faut noter qu’il est extrêmement rare de trouver des morts isolées ; au contraire on peut trouver des nombres très élevés, ce qui met bien en évidence le phénomène épidémique évident pour des hommes entassés pendant des mois dans des prisons.

  • 5 SHMB, 1 E 569, fol. 250.

11De même, nous avons dénombré 29 chaînes comportant des malades pour un total d’environ 2232 hommes. Les maladies invoquées sont surtout des maladies de peau, gale ou teigne, des fièvres, dites parfois putrides, des dysenteries ou des maux d’origine vénérienne. Pour remédier à ces affections, les administrateurs ne sont jamais dépourvus d’idée. Par exemple, le comité de salubrité navale du port de Brest approuve la coupe des cheveux des condamnés à leur sortie de prison mais demande que l’on veille à leur distribuer un bonnet de laine car si « elle ne l’était que d’un chapeau ou d’un mauvais bonnet, l’impression de chaleur ou du froid pourrait être nuisible à la santé5 ».

  • 6 SHMB 1 L 7, fol. 12.
  • 7 SHMB 1 L 8, fol. 37.

12Dans les premiers temps, les forçats sont accueillis, à leur arrivée à Brest, directement au bagne et reçoivent pendant trois jours la ration des malades, composée d’ « une livre de viande, dont une demie livre de bœuf et demi livre de mouton, sans poule et lorsqu’il sera jugé convenable par le médecin d’en mettre une de sept en sept malades, il ne sera plus livré qu’une demie livre de viande avec des herbages et trois onces de ris ou de la soupe à ceux que le médecin jugera à propos, vingt-trois onces de pain et trois quart de pinte de vin6 ». Cette situation ne dure en fait que jusqu’en 1760 où le ministre Berryer, sans doute effrayé par le coût de ces rations, transmet à l’intendant Hocquart les ordres du roi qui sont que « à l’arrivée d’une chaîne on admette à l’hôpital que ceux qui sont malades et qu’il soit fourni aux autres que la ration ordinaire qui leur est réglée, on se contentera seulement de les dispenser pendant quelques jours après leur arrivée des travaux de l’arsenal afin qu’ils puissent se remettre de la longue route qu’ils auront faite7 ». Cependant si cette mesure permet d’offrir quelques jours de réconfort aux forçats, elle ne protège ni le bagne ni la ville d’éventuelles épidémies.

  • 8 SHMB 1 E 533, fol. 1.

13De plus, à l’arrivée de la chaîne suivante, il reste encore souvent des malades de la précédente. Ainsi, le 29 juillet 1761, on trouve 194 malades appartenant à la chaîne de mai 1761 mais aussi 77 de celle de juin 1760 dont une bonne partie, heureusement, tendant à la convalescence8.

14Les années 1765-1770 voient une augmentation du nombre des forçats mais parallèlement on constate une augmentation du nombre des malades, qui n’est pas sans rapport avec de l’exiguïté des prisons et des risques de contagion. En juin 1767, arrive une chaîne de 558 hommes sans compter les 4 morts en route et on note 38 forçats malades. Mais le 6 juillet 1767,

  • 9 SHMB 1 E 535, fol. 100v.

« La plus grande partie d’entre eux passe successivement à l’hôpital. Il y en a actuellement 234 non compris les 109 anciens et malgré les soins que l’on y prend pour leur traitement, il en est mort 30 depuis cette époque dont 19 de la nouvelle chaîne qui n’ont pu résister au mauvais air qu’ils ont respiré dans les prisons où ils ont été détenus et aux suites des fatigues de la route9. »

15Mais c’est surtout l’épidémie de 1768 qui marque les esprits…

Un exemple d’épidémie : la chaîne de mai 1768

  • 10 SHMB, 1 E 536, fol. 263-264.
  • 11 Celui-ci mentionne 240 malades dont beaucoup à la dernière extrémité. Cette maladie « d’une nature (...)

16Dès le passage à Rennes, le commissaire à la suite des chaînes, Bailly, signale le mauvais état de cette troupe de 655 hommes. L’intendant, en accord avec les officiers de santé du port et de la ville, prévoit le 10 juin 1768 de ne pas recevoir la chaîne à Brest et « même de l’écarter de la ville afin d’éviter les accidents fâcheux qui pourraient en résulter […]. Je me suis en conséquence décidé à faire passer à l’île de Tréberon quoique l’établissement pour les malades qui y est pratiqué ne puisse contenir qu’environ 150 malades ». Pour remédier à cet inconvénient, il fait installer des tentes composées de vieilles toiles de vaisseaux, y fait passer aussi des matelas et des remèdes de l’hôpital qui fournit en plus des chirurgiens et un médecin. Gaspard, sous commissaire chargé de la police et du détail de l’hôpital, est en outre envoyé sur l’île10. Le 13 juin, la réception du procès-verbal11 de Savary, médecin envoyé au-devant de la chaîne, ne rassure guère. Les portes de la ville sont fermées pour éviter tout contact avec la population. Pour la même raison, l’intendant fait destiner 100 couples de forçats du bagne pour transporter les malades sur les bateaux plats, qui seront parfumés à leur retour. Testannière, commissaire des chiourmes, rejoint Gaspard pour diriger les établissements. À deux heures et demi, les deux tiers des forçats sont embarqués : on trouve quatre morts sur les charrettes et trois autres condamnés expirent pendant l’embarquement, ce qui porte le nombre de morts à quarante-six depuis Rennes.

  • 12 SHMB 1 E 537, fol. 95.

17Testannière reçoit des instructions extrêmement détaillées qui concernent à la fois la nourriture et la garde. Les aliments frais sont pris à Brest tous les deux jours, deux bœufs sont cependant amenés sur l’île pour les cas de mauvais temps. La garde est assurée par des bas-officiers des galères qui reçoivent une ration et demie, pour lesquels deux canonnières sont destinées et qui ont la police sur cinquante soldats du détachement auxquels on donne la ration simple. Il est de plus prévu que les morts soient transportés sur la petite île de Trébéron, distincte de l’île principale ; les malades graves bénéficient d’un lit où ils sont enchaînés ; quant aux convalescents, ils sont gardés deux semaines après leur guérison avant de pouvoir gagner le bagne12.

  • 13 Peut-être le typhus.
  • 14 SHMB 1 E 537, fol. 97v.

18Le 15 juin 1768, il reste 600 forçats sur l’île dont la moitié sont atteints de « l’espèce de maladie [qui] […] n’est autre chose que des fièvres putrides et vermineuses13 et quelques dissenteries14 ». Le 22 juin, s’il reste 386 hommes sur l’île dont 250 très malades, déjà 200 hommes ont été menés sur Brest. L’état devient stationnaire à partir du 29 juin ; le 11 juillet, il reste 259 malades à Trébéron et le personnel est atteint à son tour puisque 2 soldats, un pertuisanier et un infirmier décèdent. Cependant l’épidémie régresse à partir de cette date. On ne compte en effet plus qu’un à deux morts par jour pour trois à quatre auparavant. Les forçats sont rapatriés définitivement le 9 août 1768 sur le bagne.

19En se fondant sur les estimations de mortalité journalière de Testannière, on peut estimer que cette épidémie fit entre 88 et 120 morts parmi les forçats entre le 14 juin, date de l’arrivée à Trébéron, et le 15 juillet 1768, à partir duquel plus aucun mort n’est mentionné dans la correspondance. À ces chiffres, il faut ajouter les 53 morts sur la route ou pendant l’embarquement et les morts parmi le personnel soignant, soit environ 6 hommes, soit un total minimum de 147 à 179 décès. Outre l’aspect humain, cette épidémie a coûté 23060 livres 17 sols à la Marine, sans compter les nombreux passages entre Tréberon et Brest.

Pontanézen

20Des épidémies de cette ampleur sont cependant rares, le nombre constant de forçats atteints de fièvre à leur arrivée ne signifiant pas toujours une mortalité importante. Souvent le simple repos offert suffit à remettre d’aplomb les condamnés. Cependant le souvenir de ces événements ou d’épidémies comme celle survenue en 1757-1758 au retour de l’escadre de Louisbourg ou celle d’août 1778 qui toucha l’escadre de d’Orvilliers, a sûrement dû peser lourd dans la décision d’accueillir les forçats dans un premier temps au dehors de la ville. Dans les années 1778 s’ajoute aussi le problème de soigner les nombreux blessés résultant des combats navals à un moment où Brest se trouvait privé d’hôpital maritime du fait de l’incendie de celui-ci en 1776.

  • 15 P. Levot avance les années de 1780 ou 1781 pour l’achat de la terre de Pontanézen. P. Levot, Histo (...)
  • 16 SHMB 1 E 240, fol. 249. Celui-ci a pour but de décider de l’utilisation des terres non occupées pa (...)
  • 17 SHMB 1 E 218, fol. 305.
  • 18 F. Vidocq, op. cit., p. 237-238.

21Ce n’est en fait qu’en 177915 que le roi acquiert la terre de Pontanézen, située à environ une demie lieue de la ville, pour y établir un hôpital pour le service de la Marine. Celui-ci fut « construit tôt après », le département de la Marine prenant « le terrein nécessaire pour qu’il fut bien aisé et pour que les convalescents puissent s’y promener à l’aise, [terrain qui] fut clos d’une forte muraille16 ». Pourtant, il semblerait que les premiers occupants des trois salles qu’on y construisit aient été les matelots, victimes des combats menés au cours de la guerre d’indépendance américaine. La première mention que nous ayons trouvée de l’utilisation pour les chaînes de Pontanézen date de 1784, date à laquelle le marquis de Castries félicite Langristin : « le parti qu’[il a] pris de faire séjourner ces galériens à Pontanézen pendant quelques temps est très sage. Quoiqu’il ne s’y soit trouvé que quinze hommes à mettre à l’hôpital, il étoit essentiel de prévenir les maladies dont les autres condamnés pouvaient avoir contracté le germe dans les prisons et de les mettre promptement en état d’être employé aux travaux du port17 ». Vidocq nous présente le dépôt de « Pont-à-Lézen » comme un lazaret d’où, lui a-t-on dit, il est facile de s’évader ; lui-même n’y arrivera pas, arrêté par « les murs qui formaient l’enceinte [qui] n’avaient pas moins de quinze pieds d’élévation18 ». C’est là la seule indication sur la disposition de l’hôpital de Pontanézen dont nous disposons, les plans de Vincennes datant de 1856, soit bien après notre période et l’utilisation du lieu par les forçats.

  • 19 SHMB 1 E 569 fol. 130-131.

22Après 1784, l’habitude se prend donc d’accueillir les forçats à Pontanézen, dont « l’isolement ne laisse rien à craindre pour la ville et dont l’exposition offre l’avantage d’obtenir une guérison plus prompte, l’air étant plus épuré ». Après le temps de quarantaine et en raison des coûts de transport des vivres, habillement et agents d’administration ou de garde, n’y font, en fait, un séjour long que les fiévreux. Les vénériens et les galeux qui nécessitent un traitement long sont en effet soignés directement au bagne19.

  • 20 B. et G. Carriere, op. cit, p. 25.

23En 1826, l’accueil à Pontanézen est abandonné au profit d’une réception qui se fait directement au bagne. Bruno et Geneviève Carrière proposent plusieurs explications : on peut en effet invoquer le coût de cet accueil, le manque de place, la nécessité d’en faire un hôpital pour les seuls « libres » ou tout simplement l’amélioration sanitaire des chaînes20.

La réception au bagne

  • 21 H. Lauvergne, Les forçats, Millon, 1981, p. 13.
  • 22 SHMB, 1 L 7, fol. 6 et sq., art 8.
  • 23 Ibidem.

24Que les condamnés arrivent au bagne directement ou qu’ils passent d’abord par Pontanézen, la procédure d’entrée au bagne reste la même : « l’entrée au bagne suit un véritable cérémonial, comme un rite d’initiation par lequel l’État s’approprie, à temps ou à perpétuité le corps du condamné21 ». Le commissaire des chiourmes, le contrôleur de la Marine sont là pour accueillir les forçats et pour les passer en revue. Le conducteur remet les rôles des forçats qui sont confrontés à ceux envoyés par ailleurs par les procureurs généraux des parlements. Il est ensuite procédé à l’appel et à la vérification d’identité en comparant les condamnés aux signalements qui les accompagnent. Les deux officiers de plume reçoivent aussi les « plaintes que pourraient faire [les forçats] sur le conducteur et ses gardes et en rend [ent] compte à l’intendant22 » ; de plus, l’argent des condamnés est remis au contrôle pour éviter que ces derniers ne disposent de plus de vingt-cinq livres23.

  • 24 Selon le règlement cité ci-dessus, le registre de la matricule doit être tenu en double exemplaire (...)
  • 25 G. et B. Carrière, op. cit., p. 27.

25Par ces contrôles, ils vérifient que la liste des forçats non remis au port pour cause de mort, d’évasion ou de maladie correspond à la réalité. Tous ces pointages vont permettre aux écrivains du bureau des chiourmes de dresser trois listes : une pour le paiement du conducteur, une pour le bureau de la matricule générale à Paris, et une qui sert pour la visite médicale. Ce n’est qu’après la réception dans les bagnes des numéros attribués aux nouveaux forçats que ceux-ci seront définitivement inscrits dans les registres des matricules des ports24. Il faudra attendre le 26 octobre 1840 pour que le bagne puisse donner directement le numéro sans avoir recours à la matricule générale25. Irrégulièrement la Marine procède à l’élaboration d’une nouvelle matricule afin de pouvoir attribuer à nouveau les numéros libérés par la mort, la libération ou l’évasion de forçats ; sur notre période, nous en avons relevé quatre, ouvertes en 1749, en 1760, en 1772 et enfin en 1800. Celles-ci sont très précises, comportant à la fois le signalement physique des forçats, mais aussi leur profession, âge, parents, origine géographique, motifs et durée de la condamnation,… et sont complétés en cours de l’exécution de la peine par différentes mentions, allant de l’évasion au décès en passant par d’éventuels forfaits commis au bagne.

  • 26 SHMB, 1 E 569, fol. 144 et 145.
  • 27 SHMB, 1 E 569, fol. 354-359.

26La Révolution française va compliquer toutes ces opérations et faire se multiplier les griefs des commissaires des chiourmes et de leurs successeurs. On remarque en effet un certain laisser-aller dans les tribunaux. Pour la chaîne de septembre 1792, l’ordonnateur se plaint que beaucoup de sentences soient incomplètes ou informes ; il peut manquer par exemple la mention du jour de l’exposition, « mention bien essentielle puisque par le décret du 6 octobre 1792 sur le remplacement provisoire de la peine des galères par celle des fers, c’est de cette époque que l’on doit compter la durée des peinnes (sic) prononcées par les tribunaux » et d’ajouter qu’il est donc « urgent de demander au ministre de la Justice qu’il veuille recommander aux tribunaux ou aux directeurs des juges de ne plus se borner à l’avenir à expédier des extraits de sentences ou seulement des rôles mais bien des copies fidelles (sic) des jugements en y joignant toujours un signalement exact de chaque condamné26 ». Mais les abus ne cessent pas : sur la chaîne arrivée le 24 nivôse an VI et composée de 335 hommes, on compte un condamné qui n’a pas subi l’exposition, deux dont le jugement n’a pas été joint, deux soumis à plusieurs condamnations, un condamné à de la détention et que l’on ne peut retenir pour une peine de fers, un pour lequel il n’est pas mentionné le temps déjà passé en prison, un dont la durée de condamnation n’est pas la même sur les différents papiers et enfin soixante et un condamnés pour lesquels où il n’est pas fait mention de la date de l’exposition, soit 69 forçats pour lesquels on constate des irrégularités ou des négligences27. Le jour où ce rapport est envoyé au ministre, l’ordonnateur, excédé, écrit également au bureau du contentieux de la Marine qui, le 18 germinal an VI, étudie les abus de la conduite des chaînes. Il note les problèmes survenus dans les sentences, remarquant que « c’est au ministre de la Justice à examiner ces irrégularités, à faire exécuter les jugements et recommander au ministre de l’Intérieur chargé des chaînes que copie et acte des jugements parviennent au port où sont destinés les forçats » et regrette la période où les forçats ne dépendaient que de la Justice et de la Marine :

  • 28 SHMV, Ms. 7, fol. 33v.

« Lorsque la conduite des chaînes était sous la surveillance du ministre de la Marine, les ordres étaient combinés entre les commissaires des chiourmes et les commissaires des chaînes. Cette correspondance utile de deux agents liés par le même intérêt, marchant sous la même ligne et sous les mêmes ordres établissait un ensemble de mesures exactes, promptes et qui remplissaient bien leur objet : alors on n’admettait les condamnés au bagne que lorsqu’ils étaient de la chaîne et on ne comprenait dans la chaîne que d’après la teneur des papiers requis pour entrer au bagne. Depuis que ces deux parties sont divisées, l’ensemble est détruit ; de là une foule d’inconvénients graves tendant à faire rentrer dans le ministère de la Marine la conduite des chaînes qui en a toujours fait partie jusqu’à l’époque du gouvernement révolutionnaire28. »

27Aucun témoignage ne permet d’augurer une meilleure gestion des chaînes après cette séance.

  • 29 Cité par P. Henwood, op. cit., p. 35.

28Après ces vérifications, les chaloupiers déferrent les nouveaux venus, opération non moins impressionnante et tout aussi dangereuse que celle effectuée au départ de la chaîne comme nous le confirme Gilles Villeneuve : « Jamais nous n’avons pu voir sans frémir couper ces colliers de fer que les condamnés portent au cou. Le forçat, assis, pose la tête sur un billot, et là, un ciseau à froid frappé par une massue chasse le boulon rivé qui fermait le collier29. »

  • 30 H. Lauvergne, op. cit., p. 14.
  • 31 Le comité de salubrité navale du port s’opposera par sa lettre expédiée le 18 fructidor an IV au m (...)

29Puis les forçats sont rasés par les barberots, forçats barbiers. Cette mesure est à la fois une nouvelle marque d’infamie en un temps où le port de la perruque est de règle dans la bonne société mais aussi une véritable mesure d’hygiène « à cause des poux et de la teigne, mesure de reconnaissance aussi, prévenant l’évasion, la tête dépouillé de sa chevelure devient la “boule”, représentation même du galérien ou du bagnard30 ». Les forçats sont ensuite baignés. Enfin les habits portés en cours de route sont brûlés ou vendus à des fripiers31 et les forçats se voient remettre leur trousseau.

  • 32 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

30Les forçats sont ensuite répartis suivant leur état physique entre invalides, rebutés et bon pour la vogue. Ces derniers sont eux-mêmes classés en trois groupes de telle façon que « la première classe comprendra les hommes de haute taille, forts et robustes, propres pour être vogue avant et apostis ; la deuxième comprendra ceux d’une moindre taille et force propres pour être tiercerols et quarterols et la troisième comprendra tous les autres forçats propres seulement pour les basses vogues32 ». Cette mesure, qui marque la volonté de garder une répartition des forçats propre à faire voguer des navires, disparaîtra avec les dernières galères.

  • 33 P. Zaccone, op. cit., p. 24.

31Par la suite, les chaloupiers mettent à la cheville la manille, sorte d’anneau fermé par un boulon et terminé par la clavette à laquelle la chaîne sera attachée. Une patarasse, étoffe imbibée d’huile d’olive, est appliquée les premiers jours entre le fer et la cheville pour éviter les blessures. Quelques jours plus tard, les forçats sont accouplés. En associant un condamné à temps avec un condamné à vie, en se fondant sur le principe, que le premier, dont l’intérêt est de finir tranquillement son temps, empêchera de s’évader le second qui, lui, a avantage à quitter le bagne par ses propres moyens, la Marine s’est en fait, pour des résultats tout relatifs, aliéné une part de l’opinion publique au xixe siècle. Pour Zaccone, « c’était un supplice ajouté à un supplice que cette obligation dans laquelle se trouvait le condamné de vivre côte à côte de celui dont souvent la plus violente antipathie l’écartait […]. Il est douloureux de penser à l’influence que peut avoir sur un camarade faible le mauvais traitement d’un accouplé plus fort, plus cruel ou plus pervers33. » Ce mauvais accouplement sera effectivement source de conflits entre les forçats ainsi associés.

Autres moyens de parvenir au bagne

32Si la majorité des forçats parvient au bagne par le moyen des chaînes, qui participent à l’économie des peines, offrant à la population le spectacle de la justice royale, une partie d’entre eux pour des motifs d’ordre pratique parviennent de façon plus dispersée, et donc irrégulière, raison pour laquelle peu d’éléments subsistent sur eux.

  • 34 AN Mar. B3617, fol. 246v.
  • 35 SHMB 1 E 570, n° 723.

33Le premier cas concerne les soldats déserteurs condamnés par les conseils de guerre des colonies : ainsi, le 10 juillet 1775, arrive à Brest la corvette l’Étourdi en provenance de Martinique, à bord de laquelle « il y a aussi quatre hommes de troupes de la colonie condamnés aux galères perpétuelles par le conseil de guerre34 ». De même, Louis Bourges, forçat, condamné aux fers, arrive de Cayenne sur la frégate la Syrene en l’an VIII35.

  • 36 SHMB 1 E 170, fol. 17.

34Autre exemple, les possibilités des prisons bretonnes d’envoyer directement leurs condamnés sur le bagne sans attendre le passage de la chaîne, en particulier quand celle-ci est destinée pour les autres ports : ainsi Rennes envoie 8 condamnés sans attendre la chaîne de mai en les faisant passer de maréchaussée en maréchaussée, suivant la procédure suivie pour ramener les forçats évadés36.

35Enfin, dernière possibilité, le cas de la chaîne de Guyenne, dont nous avons déjà étudié l’organisation plus haut. Nous en avons noté 7 de 1749 à 1756 soit un total de 648 hommes, qui arrivent par mer.

36L’arrivée au bagne constitue donc pour le forçat une nouvelle épreuve, une étape qui marque pour lui la perte de son identité, par l’attribution d’un numéro de matricule décidé depuis Versailles, et de son intimité, puisqu’il devra désormais subir un compagnon de chaîne. Une fois les épreuves de la route apaisées, les éventuelles maladies traitées, plus d’ailleurs dans l’optique d’éviter les épidémies nuisibles au bon fonctionnement du port, que par réel souci humanitaire, le forçat est mis au service de la Marine qui l’emploiera désormais selon ses besoins.

Plan du port de l'arsenal de marine de Brest avec une partie de la ville. (BNF, Carte et plans,Fonds du service hydrographique de la Marine, cliché Rcc 11286.)

Extrait des registres du bureau des chiourmes du port de Brest. BNF, Manuscrits occidentaux, N.A.F. 10575, f° 311.)

Extrait du plan du port de Brest depuis l'hôpital de la Marine jusques au magasin général pour faire connître deux emplacements où l'on pourrait établir un bagne, par A. Choquet de Linqu, 1er septembre 1749. (SHMV DD2691, p. 48.)

Profil du bagne en long en quatre parties, par A. Choquet de Lindu. BNF, Estampes et photographie, H121163.)

Élévation du pavillon central du bagne et des avant-corps (SHMV DD27025-II,p. 27a.)

Plan du premier étage du bagne … par Blondeau, 4 février 1783. (AN mar. D225.)

Maquette de la galère La Bretonne. (© Musée de la Marine 3 MG 6, cliché PH 15368.)

Signalement du forçat Nicolas Masseron. (BNF, Manuscrits occidentaux, N.A.F. 10575, f° 310.)

Congé du forçat. ADF, 8L110.)

Notes

1 M. Foucault, Surveiller et punir, naissance de la prison, Gallimard, 1975, p. 14 et 111.

2 SHMB, 1 E 231, fol. 497.

3 SHMB 1 E 202, fol. 1.

4 SHMB, 1 E 535, fol. 100v.

5 SHMB, 1 E 569, fol. 250.

6 SHMB 1 L 7, fol. 12.

7 SHMB 1 L 8, fol. 37.

8 SHMB 1 E 533, fol. 1.

9 SHMB 1 E 535, fol. 100v.

10 SHMB, 1 E 536, fol. 263-264.

11 Celui-ci mentionne 240 malades dont beaucoup à la dernière extrémité. Cette maladie « d’une nature putride et contagieuse dont la cause doit être attribuée au long séjour que le plus grand nombre de ces malheureux on fait dans des prisons malsaines joints aux pluies continuelles qu’ils ont essuyées depuis leur sortie de Rennes » a déjà atteint dix gardes « presque subitement dans les écuries où les malades étaient rassemblé ». SHMB, 1 E 537, fol. 94v, Morlaix, 10 juin 1748.

12 SHMB 1 E 537, fol. 95.

13 Peut-être le typhus.

14 SHMB 1 E 537, fol. 97v.

15 P. Levot avance les années de 1780 ou 1781 pour l’achat de la terre de Pontanézen. P. Levot, Histoire de la ville et du port de Brest. Tome II le port depuis 1681, G. Monfort, 1972, p. 187.

16 SHMB 1 E 240, fol. 249. Celui-ci a pour but de décider de l’utilisation des terres non occupées par l’hôpital, qui sont à charge de la Marine et réputées impropres à l’agriculture. Le 25 juin, ces terrains sont adjugés pour 5 000 livres à Duplessis. SHMB 1 E 241 fol. 251.

17 SHMB 1 E 218, fol. 305.

18 F. Vidocq, op. cit., p. 237-238.

19 SHMB 1 E 569 fol. 130-131.

20 B. et G. Carriere, op. cit, p. 25.

21 H. Lauvergne, Les forçats, Millon, 1981, p. 13.

22 SHMB, 1 L 7, fol. 6 et sq., art 8.

23 Ibidem.

24 Selon le règlement cité ci-dessus, le registre de la matricule doit être tenu en double exemplaire dans les ports, une confectionnée au contrôle de la Marine et l’autre par le commissaire des chiourmes, qui s’ajoutent à la matricule générale, conservée à Versailles et qui rassemble l’ensemble des forçats des bagnes français.

25 G. et B. Carrière, op. cit., p. 27.

26 SHMB, 1 E 569, fol. 144 et 145.

27 SHMB, 1 E 569, fol. 354-359.

28 SHMV, Ms. 7, fol. 33v.

29 Cité par P. Henwood, op. cit., p. 35.

30 H. Lauvergne, op. cit., p. 14.

31 Le comité de salubrité navale du port s’opposera par sa lettre expédiée le 18 fructidor an IV au ministre Truguet à cette vente, qui, selon eux, est surtout le fait des conducteurs, pour prévenir d’éventuelles maladies. Le ministre répondra par une lettre adressée à l’ordonnateur de la marine le 7 vendémiaire an V, déclarant que l’avis lui semble sage et qu’il le transmet au ministre de la Justice dont c’est le ressort. Visiblement, ce ne fut pas appliqué puisque l’on continue à faire du commerce autour des hardes des forçats. SHMB, 1 E 569, fol. 250 et 1 E 263, fol. 39.

32 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

33 P. Zaccone, op. cit., p. 24.

34 AN Mar. B3617, fol. 246v.

35 SHMB 1 E 570, n° 723.

36 SHMB 1 E 170, fol. 17.

Table des illustrations

Titre Évolution du nombre des forçats arrivés par la chaîne
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-1.png
Fichier image/png, 115k
Titre État sanitaire des chaînes à leur arrivée à Brest, cumulé sur cinq ans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-2.png
Fichier image/png, 11k
Légende Plan du port de l'arsenal de marine de Brest avec une partie de la ville. (BNF, Carte et plans,Fonds du service hydrographique de la Marine, cliché Rcc 11286.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-3.png
Fichier image/png, 831k
Légende Extrait des registres du bureau des chiourmes du port de Brest. BNF, Manuscrits occidentaux, N.A.F. 10575, f° 311.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-4.png
Fichier image/png, 670k
Légende Extrait du plan du port de Brest depuis l'hôpital de la Marine jusques au magasin général pour faire connître deux emplacements où l'on pourrait établir un bagne, par A. Choquet de Linqu, 1er septembre 1749. (SHMV DD2691, p. 48.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-5.png
Fichier image/png, 773k
Légende Profil du bagne en long en quatre parties, par A. Choquet de Lindu. BNF, Estampes et photographie, H121163.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-6.png
Fichier image/png, 997k
Légende Élévation du pavillon central du bagne et des avant-corps (SHMV DD27025-II,p. 27a.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-7.png
Fichier image/png, 399k
Légende Plan du premier étage du bagne … par Blondeau, 4 février 1783. (AN mar. D225.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-8.png
Fichier image/png, 319k
Légende Maquette de la galère La Bretonne. (© Musée de la Marine 3 MG 6, cliché PH 15368.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-9.png
Fichier image/png, 770k
Légende Signalement du forçat Nicolas Masseron. (BNF, Manuscrits occidentaux, N.A.F. 10575, f° 310.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-10.png
Fichier image/png, 704k
Légende Congé du forçat. ADF, 8L110.)
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17261/img-11.png
Fichier image/png, 875k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search