Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre II. La chaîne

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1À l’affectation des forçats à Brest en 1749, s’était rapidement posée la question de l’acheminement des chaînes sur ce bagne. Jordanis, déjà chargé du transfert de Marseille à Brest s’était alors vu confier le soin de gagner Rennes à petites étapes pour organiser le futur plan de route des chaînes. Si l’on avait évoqué à cette occasion la possibilité d’utiliser la voie fluviale entre Orléans et Nantes, le parcours adopté par la chaîne par la suite nous montre que cette solution avait rapidement été écartée

  • 1 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 214.

2Et, de fait, parmi toutes les épreuves qui attendent les condamnés à la peine des galères, le voyage de la chaîne, « processus de regroupement et d’acheminement des forçats vers les ports et arsenaux de la Marine de guerre1 » n’est pas la moins dure, même si le temps et quelques réformes royales ont amélioré les conditions du trajet. La création d’un personnel de contrôle, comme le commissaire et le chirurgien à la suite des chaînes, permettent, au moins dans les textes, d’éviter les débordements, ou au contraire les manquements, des conducteurs. Outre la fatigue, la maladie, voire la mort, sont parfois au rendez-vous, même si, pour les entrepreneurs, un décès de condamné entraîne forcément un manque à gagner.

  • 2 A. Zysberg, loc. cit.

3La chaîne, pourtant, résulte d’une organisation très bien huilée qui met en rapport de nombreux personnages éloignés les uns des autres par leurs fonctions comme par leur lieu d’exercice professionnel, du procureur général du Parlement de Paris à l’intendant de la Marine du port de Brest, en passant par l’intendant de Rennes, l’officier de la maréchaussée de Quimper ou le subdélégué de Lamballe. Un énorme travail de bureau préside donc à tout départ de chaîne. Cette « machine à cent têtes portant chacune l’infamant collier de fer2 » nécessite aussi la collaboration de la population le long d’un trajet immuable. Peu de forçats échappent à ce terrible voyage, que la création de voitures cellulaires abolira…

La formation de la chaîne

4La formation de la chaîne commence au moment du marché passé avec un entrepreneur privé qui fournit un conducteur des chaînes et des gardes pour escorter cet encombrant convoi. Elle se poursuit par la désignation, par le roi, d’un commissaire, chargé de veiller au respect de ce contrat sur la route, et d’un chirurgien qui porte les premiers secours. Elle nécessite ensuite le rassemblement des forçats aussi bien au commencement de la chaîne, à Paris dans notre cas, que le long du trajet, opération qui exige une préparation précise. Elle s’achève au moment du départ, marqué pour les forçats par le terrible ferrement.

Le personnel

Le capitaine des chaînes

  • 3 Celle-ci est fixée à 500 livres par évasion dans le traité passé le 20 août 1783 avec Couturier et (...)
  • 4 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

5La conduite des chaînes se fait par un marché passé entre le secrétaire d’État et un entrepreneur privé après appel d’offres, marché renouvelé tous les cinq ans, semble-t-il. L’entrepreneur choisit alors le conducteur de son choix, souvent d’ailleurs des anciens bas-officiers des galères ou des membres de sa propre famille, puisque Condé et Vié travaillent pour le compte de leur mère. Le traité, qui change à chaque nouveau marché, fixe très précisément les obligations relatives à l’entreprise : fourniture de vêtements, de nourriture, amende encourue en cas d’évasions3, trajet à suivre… C’est également à l’entrepreneur d’assumer le payement des gardes qui escortent la chaîne. Ceux-ci doivent être, selon le règlement du 18 février 16864 au nombre de dix, plus deux argousins pour cent hommes.

  • 5 Cité par M. Vigié, 8 000 forçats à Paris, théorie et pratique de la peine des galères au xviiie si (...)

6Au moment du départ, les conducteurs reçoivent du roi la commission qui fait d’eux les capitaines de la chaîne à part entière ; ils se présentent ensuite auprès du Parlement pour prêter serment, promettant de « bien et fidèlement faire la conduite des forçats condamnés aux galères, de les traiter avec humanité, et d’en rapporter certificat des officiers de la Marine aux Procureurs Général (sic) du royaume5 ».

  • 6 SHMB 1 E 215, fol. 849.
  • 7 En l’an III, elle reçoit 18 000 livres pour « conduite, nourriture et habillement » de la chaîne p (...)
  • 8 Dans le cas de cette chaîne, l’habitude est de la confier, non à un conducteur, mais à un archer d (...)
  • 9 Ibidem.
  • 10 AN Mar. E 128, fol. 109-110 et 121.
  • 11 AN Mar. D2 25, fol. 480.

7L’entrepreneur reçoit une somme forfaitaire par forçat amené jusqu’au port, qui, elle aussi, est fixée par le contrat : ainsi, par le marché passé le 20 août 1783, Couturier et Mariton s’engagent pour un prix, réputé plus avantageux que celui proposé auparavant par les frères Prévost, de 80 livres par homme6, tarif qui est augmenté à 90 livres par tête par le marché passé en décembre 1792 par Monge avec Mariton et la citoyenne Vié7. Tout, pourtant, n’est pas à charge de la Marine puisque la Ferme générale paye la moitié des conduites des faux-sauniers et autres contrebandiers. On peut également citer le cas de la chaîne de Guyenne8 où les habits sont réglés par le receveur des amendes du parlement de Bordeaux9… La somme à charge pour la Marine reste cependant importante. Ainsi, la comptabilité de ce département pour l’année 1770 porte que, sur le budget de Paris, ont été versées aux sieurs Prévost et Dupuy 23000 livres en acompte de la chaîne qu’ils ont remise à Brest cette année-là, à quoi il faut ajouter 59930 livres 11 sols et 4 deniers de payement. En outre, les conducteurs ont obtenu 7712 livres « pour indemnité en considération de la cherté survenue dans les vivres qu’ils ont fournis aux galériens10 » soit un total général de 90 642 livres 11 sols et 4 deniers pour 572 hommes. En 1782, les deux chaînes de mai et d’octobre ont coûté 64480 livres 5 sols et 6 deniers et pour la seule chaîne de mai 1783, 14 552 livres 15 sols, pour respectivement 771 et 223 hommes ; encore Saint-Pern-Gourel, commissaire des chiourmes à Brest et auteur de ce mémoire, ne porte-t-il pas les appointements des commissaires à la suite des chaînes et du chirurgien, qui lui sont inconnus11.

  • 12 Ce n’est ainsi que sur le versement d’une pension de 1 200 livres à la veuve Condé sur le bénéfice (...)
  • 13 Le terme de « marchandise » employé selon Vidocq par le capitaine Vié pour parler des forçats est (...)
  • 14 A. Zysberg, Les galériens. Vies et destin de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, S (...)
  • 15 SHMB 1 E 569, fol. 22-24.
  • 16 SHMB 1 E 248, fol. 779.

8On peut aussi se demander qu’elle est la marge bénéficiaire de l’entrepreneur sur ces sommes. Sans doute s’y retrouve-t-il bien, car la conduite des chiourmes reste un marché envié12, les occasions d’augmenter leurs gains aux détriments des forçats13 ou de la population ne devant pas manquer. On peut ainsi considérer, pour le règne de Louis XIV, que « les 30 à 40 livres que le Roi leur versait pour chaque condamné parvenu vivant au port ne représentaient sans doute qu’une rémunération accessoire, au moins suffisante pour récupérer les frais du voyage. Quant au gain principal, il était constitué par tous les trafics qui se déroulaient aux dépens des forçats, et parfois aussi au détriment de la population des villages et des bourgs où passait la chaîne14. » Certes, depuis, la somme forfaitaire a augmenté mais l’habitude de chercher des gains supplémentaires demeure. Nous pouvons par exemple citer le cas de Couturier qui tente en 1788 de se faire rembourser ses pertes par la Marine. Ayant compté sur un plus grand nombre de forçats, il avait acquis dans cette perspective une quantité de paille et de vivres trop importante et qui s’est, selon lui, gâtée en route ; pour la même raison, il soutient avoir engagé un trop grand nombre d’hommes. L’enquête prouva qu’en fait Couturier n’avait que les 45 hommes réglementaires et non les 55 annoncés ; de plus, la Marine considéra que des vêtements en ballots et de la paille emballée de la même façon ne pouvaient être à ce point abîmés alors que les effets confiés aux forçats étaient certes en mauvais état mais pas totalement pourris15. En 1792, ce sera avec Mariton et la veuve Vié et non plus avec Couturier que la Marine passera marché16.

  • 17 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, xiii-xxe siècles, Pri (...)

9En 1793, le conseil exécutif de la Marine émet l’hypothèse de faire appel à la gendarmerie, ce qui suppose l’accord du ministre de la Justice. Faute de réponse de la part de celui-ci, le système qui a fait ses preuves fut maintenu17.

10Sur l’ensemble de la période 1749-1800, le choix des conducteurs des chaînes s’opère donc par adjudication. Ce procédé présente l’inconvénient de faire des forçats le gagne-pain de ces commerçants d’un genre particulier. L’attitude de certains capitaines essayant d’augmenter leur marge bénéficiaire explique que le Roi désigne un commissaire des chaînes pour les surveiller.

Le commissaire à la suite des chaînes

  • 18 Cette mesure, accompagnée de la création du chirurgien à la suite des chaînes et précédée par le r (...)
  • 19 Sauf mention contraire, les citations suivantes sont issues de AN Mar. A1112, pièce 8.

11Pour éviter les abus propres au système, le Roi désigne à partir de 1700 un commissaire à la suite des chaînes pour accompagner les forçats jusqu’à leur destination18. Le Mémoire du Roy pour servir d’instruction au sieur Lecomte, commissaire des chaînes, […]19 nous apprend quelles sont ses fonctions, consistant globalement à faire respecter le règlement de 1686.

  • 20 Le poids de la chaîne s’avère un problème. M. Vigié parle de la volonté de Bégon de la limiter à 4 (...)

12Dans un premier temps, il doit veiller à l’état matériel des forçats : faire examiner les malades avec le chirurgien et décider éventuellement de les laisser en route, vérifier que les condamnés soient correctement vêtus « pour qu’il n’y ait rien à craindre pour leur santé jusqu’à leur arrivée à Brest », s’assurer que « la chaîne ne soit ni trop légère, parce qu’elle est plus facile à rompre, ni trop pesante parce qu’elle fatigue trop les condamnés et que ceux d’une même hauteur, autant que faire se pourra, soient attachés ensemble, à fin que le poids20 soit plus également partagé ».

13Son rôle est aussi de veiller à ce que soit distribuée une nourriture correcte aussi bien pour la qualité que pour la quantité et à ce que le couchage se fasse dans des conditions décentes.

14Il exerce ensuite un rôle de surveillance vis-à-vis des gardes, engagés par l’entrepreneur sans que le Roi ou son administration ne puisse intervenir : il vérifie que le nombre de surveillants est proportionnel à l’importance de la chaîne, quitte à le faire compléter par des cavaliers de la maréchaussée. Pour ce faire, il se fait remettre par le conducteur une liste de ce personnel pour éventuellement en faire la revue. C’est lui également qui peut donner son accord pour congédier les gardes inutiles. Il veille à ce que toute punition infligée aux forçats le soit avec son accord et sur les représentations motivées du conducteur ou des gardes et, de plus : « Sa Majesté lui permet de faire au surplus tout ce qu’il estimera nécessaire tant pour la sûreté de la dite conduite que pour prévenir les désordres dont elle est susceptible, remédiant par sa vigilance et son exactitude à ce qui pourrait se faire de contraire aux intentions de Sa Majesté. »

15Le commissaire assure également un rôle de « relation publique » auprès des populations : il est le garant du bon règlement des conflits qui peuvent éclater sur la route entre les habitants et le conducteur, obligeant les premiers à respecter les ordres donnés localement par l’intendant de la province et le second à payer aux prix fixés à l’avance les denrées nécessaires.

16Enfin, il est avant tout le représentant sur la route de l’administration du secrétaire de la Marine et joue un véritable rôle de comptable afin d’assurer le payement du nombre exact de condamnés arrivés au port, sans contestation possible du conducteur ; avant le départ, il assiste à la fouille et garde avec lui l’argent des forçats quand cette somme dépasse les six livres. Celle-ci sera restituée en fonction de la liste qu’il a dressée. Il s’assure que soient remis au capitaine de la chaîne les extraits de jugement, comportant la cause et le temps de la condamnation ; il comptabilise les malades incapables de poursuivre, en remettant aux administrateurs des hôpitaux où ils sont laissés un billet qui constate la date du dépôt ; il note scrupuleusement les remèdes employés en route par le chirurgien pour le faire rembourser au retour.

17Ce commissaire occupe donc une place importante lors du trajet de la chiourme. Encore faut-il, pour qu’il soit réellement efficace, qu’il ne s’entende pas avec le capitaine et le chirurgien au détriment des forçats.

  • 21 AN Mar. C7172.

18Le dossier personnel de Pierre Philippe Le Boucher21 permet de retracer la carrière d’un commissaire à la suite des chaînes. Né à Versailles en 1724, il entre au bureau des classes de la Marine au début 1745, avec des appointements de 600 livres. Passé ensuite au bureau des pêches en 1749, il obtient en 1750 un brevet d’écrivain ordinaire de la Marine, poste qu’il occupe au Havre. Il passe ensuite au dépôt de la Marine, où il fait quinze mois de dépouillement, pour lequel il perçoit 870 livres, puis au bureau des armements et de la police des ports. Il est chargé le 5 mai 1762 du détail des chiourmes, poste qu’il occupe jusqu’en 1792. Ce n’est cependant qu’en janvier 1774, fort de son expérience des bagnes, qu’il obtient une commission à la suite des chaînes avec des appointements de 1 200 livres, son fils étant chargé de s’occuper du bureau quand il escorte la chiourme. Doyen des commis des bureaux de la Marine en 1784, il quitte le service en 1792. Sa pension est réduite de 4 800 à 3 000 livres en germinal an III et il meurt le 6 mars 1813.

19Ceci constitue donc un parcours exemplaire pour ce petit commis de la Marine, chargé pendant 30 ans de travailler à un poste ingrat. Sans doute n’a-t-il été que fort peu consolé de son abnégation par l’ordre de Louis XVI, conférant aux commissaires des chaînes un « uniforme qui les distingue dans l’exercice de leur fonction », tant il est vrai que l’habit fait le moine et que l’uniforme ajoute un surcroît d’autorité. Celui-ci est composé :

  • 22 AN Mar. G 240, n° 76.

« [d’] un habit et drap gris de fer foncé avec un collet rabattu, revers et parements de drap écarlate et doublure de serge écarlate, veste et culotte de drap écarlate, et pour ornement un galon d’or uni de huit lignes de large qui bordera le collet, les revers et l’habit, pareil galon sur les manches et sur les poches, six boutonnières d’or trait sur les revers, trois sur les manches et trois sur les poches, boutons d’or en limaçon, boutonnières d’or trait à la veste et à la culotte, chapeau bordé d’un galon d’or uni22. »

Le chirurgien à la suite des chaînes

  • 23 Ainsi, en 1770, le chirurgien Lesné touche 1 395 livres 10 sols « pour ses appointements des six p (...)

20Personnage plus discret dans les textes, le chirurgien à la suite des chaînes est cependant un homme important dans la vie quotidienne de la chaîne. Sa présence n’empêche pas toutefois la mortalité chez des hommes déjà affaiblis par le régime des prisons. Le brevet est créé en 1700, accompagné d’appointements de 600 livres par an, auxquels s’ajoutent les éventuelles gratifications et le remboursement par le Roi des remèdes utilisés pendant le trajet23. Le chirurgien assiste à la visite que fait le capitaine avant le départ pour juger des prisonniers en état de faire le voyage, il les soigne évidemment en cours de route et prend, conjointement avec le commissaire, la décision de laisser les souffrants dans des hôpitaux rencontrés sur le chemin.

Le rassemblement

21Le rassemblement des forçats sur le trajet de la chaîne constitue la deuxième étape de la formation de celle-ci. Les condamnés sont réunis dans des prisons où ils subissent des conditions de vie extrêmement dures et où la promiscuité favorise la propagation de la moindre maladie ; les nombreux éléments disponibles sur la prison de la Tournelle en font un bon exemple. C’est de ce château Saint-Bernard que partent les galériens vers les trois bagnes de Brest, Toulon et Rochefort.

22Pour la Marine, il faut aussi convoyer les forçats rassemblés dans les différentes prisons du royaume sur le trajet de la chaîne. La formation de ces chaînons secondaires nécessite une préparation administrative très importante. En outre, il convient aussi de s’assurer auprès de la population des vivres et des voitures, ce qui ne se fait pas toujours sans heurts.

Le cas de Paris

23La vie quotidienne dans les prisons :

  • 24 M. Vigié, op. cit., p. 110-111.

« [Les prisons du Roi] offraient une vision dantesque et pourtant celles de la Ferme générale épouvantaient encore plus les contemporains. […] Dans les faits, le délabrement des bâtiments, leur insalubrité, leur exiguïté faisaient du séjour une épreuve toujours atroce, souvent fatale24. »

  • 25 A. Zysberg, Les galériens. Vie et destin de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Se (...)
  • 26 M. Vigié, 8 000 forçats à Paris. Théorie et pratique de la peine des galères. Th. EHESS, 1982, p. (...)

24Dans l’attente de leur départ pour le bagne, les forçats étaient entassés au gré des possibilités de chaque lieu : conciergerie des parlements comme à Rennes ou à Bordeaux, geôles de la Ferme à Saumur ou Angers, où les contrebandiers étaient emprisonnés aux frais de celle-ci… Les prisons sont nombreuses et les conditions de vie varient de l’une à l’autre. La tour Saint-Bernard en constitue un exemple intéressant et ce, pour de multiples raisons : tout d’abord sa localisation à Paris, point de départ de la quasi-totalité des chaînes pour Brest, le fait que selon l’enquête de 1717, son régime se soit étendu à des prisons provinciales comme celle de Dijon25, que Jean Marteilhe nous ait laissé le témoignage de son passage et enfin que la Tournelle ait été le centre d’accueil le plus important des forçats avec une moyenne annuelle de 189 hommes sur la période 1748-1789, selon les études de M. Vigié26.

  • 27 M. Vigié, op. cit., p. 342.
  • 28 M. Vigié, Les galériens du Roi 1661-1715, Fayard, 1985, p. 123.

25De 1632, date à laquelle saint Vincent de Paul, horrifié par les conditions de vie des galériens, obtient l’attribution du château de la Tournelle pour cet usage jusqu’à 1792, moment où il est abandonné en raison de son état matériel pour Bicêtre, le dépôt parisien des forçats se situe dans le quartier très animé de la place Maubert. Pourtant, paradoxalement, cette situation centrale dans le Paris de l’époque n’a pas favorisé les évasions : on n’en compte que 3 réussies entre 1740 et 1791 pour seulement 10 tentatives27. Les galériens sont installés dans une grande salle en contrebas de la cour du château, attachés par le cou à une poutre du plafond, ce qui les oblige à adopter une position mi-assise, mi-couchée, si l’on en croit Marteilhe, système qui semble disparaître sous Louis XV au profit d’une grande chaîne qui réunit les galériens entre eux. Le lever a lieu à 7 heures, de la Toussaint à Pâques et est suivi par le nettoyage, effectué par les forçats. Après la messe, a lieu la distribution de la ration, consistant en une livre et demie de pain et une demi-livre de viande les jours gras ou, les jours maigres, un hareng, deux œufs durs et une soupe d’herbes. Tout ceci forme une nourriture, certes peu équilibrée et accusant un très net déficit en vitamines, ce qui explique les gales dont sont souvent atteints les forçats à leur arrivée à Brest, mais qui ne suscite pas le mécontentement de Marteilhe à « une époque où tous les Français contemporains ne disposaient pas de ces quelques calories quotidiennes28 ». La prière du soir se fait à 16 heures et le coucher à 17 heures. Cette prison, prise en charge par le Procureur général du Parlement, secondé par l’un de ses douze substituts, qui y est en permanence employé, et le receveur charitable des biens des condamnés aux galères, occupe en outre un concierge et six gardes en 1753.

26Dès octobre 1790, le comité de la mendicité présidé par le duc de La Rochefoucault-Liancourt envisage de détruire le château de la Tournelle dont les multiples petites réparations effectuées au xviiie ne pouvaient cacher le délabrement. Ce sera suivi d’effets puisque le dernier forçat enfermé à la Tour Saint-Bernard, du nom de la porte triomphale voisine, y entre le 3 août 1792.

  • 29 Il semblerait que la première chaîne à partir de Bicêtre le fasse le 1er octobre 1793 en direction (...)
  • 30 Cité par M. Vigié, 8 000 forçats à Paris au xviiie siècle. Théorie et pratique de la peine des gal (...)
  • 31 F. Vidocq, op. cit., p. 206.

27Les forçats parisiens sont dès lors rassemblés à Bicêtre29, ancien hôpital général fondé par Louis XV au sud-est de la capitale, dont l’isolement permet en outre d’éviter de faire circuler les forçats dans Paris. Les condamnés y sont enfermés dans une des salles du quartier dit de la force. Sous l’Ancien Régime, Bicêtre avait déjà accueilli les forçats gravement malades de la Tournelle ; Mirabeau le visitant, déclare : « Je savais comme tout le monde que Bicêtre était à la fois un hôpital et une prison. Mais j’ignorais que l’hôpital eût été construit pour engendrer des maladies et la prison pour enfanter des crimes30. » Vidocq décrit l’édifice comme « un vaste bâtiment quadrangulaire, renfermant diverses constructions et plusieurs cours, qui toutes ont un nom différent : il y a la grande cour où se promènent les détenus, la cour des cuisines, la cour des chiens, la cour de correction, la cour des fers31. » Le grand changement y résidait surtout dans la plus grande liberté de mouvements dont pouvaient jouir les condamnés mais ils y restaient tout aussi longtemps, attendant que la prochaine chaîne soit prête à prendre le départ…

28La répartition des chaînes au départ de Paris :

29Les registres d’écrous de la tour Saint-Bernard permettent de suivre l’évolution de la répartition des chaînes au départ de Paris sur la période 1749-1792. Le résultat de ces recherches a été traduit en deux graphiques. Tout d’abord, la répartition des chaînes partant de Paris donne un très net avantage à Brest, qui attire 57 des 87 chaînes, soit les deux tiers des départs de la capitale. Au contraire, Rochefort n’a bénéficié que de 2 chaînes. Il est vrai qu’il démarre avec un très net retard puisque le bagne n’y a été implanté qu’en 1767. Toulon n’en a attiré que 9 ; dans le même temps, Marseille, direction initiale, sous Louis XIV, de toutes les chaînes de Paris et d’ailleurs, continue à en accueillir 19, alors que le corps des galères de France a été réuni à la Marine depuis septembre 1748 et qu’en théorie, cette cité ne devrait plus héberger de forçats.

Destination des chaînes au départ de Paris

Destination des chaînes au départ de Paris

30En traduisant ces chiffres en nombre d’hommes destinés pour chacun des trois ports, on obtient un résultat sensiblement égal. Il traduit peut-être même encore plus le rôle de Brest comme port privilégié pour les chaînes de Paris puisque 72 % des forçats, soit 5 364 hommes, emprisonnés à la tour Saint-Bernard s’y rendent contre 19 % à Marseille, 7 % à Toulon et 2 % à Rochefort.

31C’est le second graphique portant l’évolution de la répartition de ces chaînes à travers le temps, par période de cinq ans, qui révèle le mieux les efforts et la volonté royale de développer tel ou tel bagne selon les époques.

Répartition des chaînes par port, cumulée sur cinq ans

Répartition des chaînes par port, cumulée sur cinq ans

32Dans le cas de Brest, on constate donc un départ important avec neuf chaînes ; la situation se maintient à huit chaînes avant de redescendre en se stabilisant pendant vingt ans à raison de quatre ou cinq chaînes, puis de connaître un nouveau départ dans les années 1782-1789, où l’on retrouve le niveau de huit ou neuf chaînes.

  • 32 L. Le roc’h-Morgere, Un intendant de la Marine à Brest : Gilles Hocquart 1749-1765, th. ENC, 1983.

33Les dix premières années témoignent incontestablement, de la part du département de la Marine, d’une volonté de « lancer » le bagne de Brest. Ce port n’a en effet reçu que 1000 des anciens galériens en 1749 ; encore faut-il enlever à ce chiffre les forçats morts pendant le transport. Or le port a besoin d’un accroissement de cette main-d’œuvre afin, paradoxalement, de justifier la présence de celle-ci, pour construire le bagne ou faire voguer les galères qu’il est alors prévu de construire. De plus, les années 1755-1759 sont marquées à Brest par un effort de guerre qui, selon Louis Le Roc’h-Morgère32, s’essouffle vers 1759. Le nombre de forçats a certainement été maintenu pour accroître la main-d’œuvre journalière à moindre coût dans l’unique de ces trois ports donnant sur l’Atlantique.

  • 33 AN Mar. G 232 (2), p. 13.

34Au contraire, les années 1760-1769 sont marquées par une répartition quasi-égale entre Brest, Marseille et Toulon. On voit apparaître à la fin de cette période la première chaîne à destination de Rochefort. Par la suite, ce bagne sera essentiellement alimenté par la chaîne de Guyenne, qui dessert les généralités de Bordeaux, Toulouse, Pau, Montauban, Limoges et La Rochelle33, et que l’on ne voit plus arriver à Brest à partir de cette période selon la correspondance.

35À nouveau, dans les années 1780-1784, avec l’engagement de la France dans la guerre d’indépendance américaine, qui marque l’apogée de l’activité du port de Brest, on voit le nombre de chaînes augmenter pour ce port. Comme nous l’avons vu, c’est également une époque où les forçats réussissent à être salariés, exerçant une activité en rapport avec leur métier d’origine, et ne sont plus seulement employés à des travaux de force.

  • 34 Celle-ci dessert les généralités de Lyon, Montpellier, Grenoble et Aix. Ibidem.

36Parallèlement, on constate que les ports de Méditerranée reçoivent moins d’hommes, même si Marseille, qui continue à entretenir des galériens, draine presque la moitié des chaînes sur 1765-1779 avant de disparaître définitivement. Quant à Toulon, il part en 1749 d’un nombre de forçats plus important, car cette ville est plus proche du port des galères de France. De plus, et surtout, un recrutement local, assuré par les chaînes de Guyenne ou de Lyon34, lui assure déjà certainement un fort apport, qui la dispense d’une arrivée régulière d’hommes de Paris.

Les préparatifs de la route

37La préparation administrative :

38Le départ de la chaîne demandait de la part des commis du secrétariat de la Marine une longue préparation. Si les chaînes partaient de Paris à date fixe dans l’année, soit le 25 mai et le 10 septembre, sauf jour de fête religieuse, la destination pouvait différer comme nous l’avons vu.

  • 35 M. Vigié, op. cit., p. 296.

39Il faut tout d’abord achever de rassembler les forçats sur Paris. Quelques jours avant le grand départ, le capitaine des chaînes doit donc amener à la Tournelle les chaînons en provenance de Soissons et d’Amiens, soit environ 60 % des hommes qui partiront de Paris35.

  • 36 M. Vigié, op. cit., p. 343.

40Le travail le plus important consiste surtout en l’abondante correspondance administrative qui doit avertir aussi bien les procureurs généraux que les intendants des généralités traversées. « Plusieurs centaines de lettres à écrire en plusieurs exemplaires, autant à recevoir. La chancellerie du Procureur général est entièrement mobilisée pour cette activité pendant environ deux semaines36. » Les procureurs des parlements de province doivent donc tenir leurs forçats prêts au départ, les rassembler dans les prisons sur la route ou, dans le cas contraire, organiser les chaînons qui les y conduiront.

  • 37 M. Vigié, op. cit., p. 145.
  • 38 AN Mar. A185, pièce 27.

41C’est aussi le moment où il faut marquer les prisonniers… Instituée par la déclaration du 4 mars 1724, la flétrissure relève à la fois du souci pratique de pouvoir identifier les forçats évadés, en un temps où les casiers judiciaires et les fichiers anthropométriques n’existaient pas, et également de la volonté de dissuasion de l’Ancien Régime : « En s’ajoutant à la peine des galères, la flétrissure indique que la souffrance, pour être infamante, doit être moralement et socialement permanente et pour cela elle doit être visible37. » Les trois lettres GAL doivent marquer tous les condamnés, qu’ils soient envoyés au bagne à temps comme à vie. Pour ne pas être « privé souvent, par une exécution trop prompte, de la faculté de faire éprouver les effets de notre indulgence et de notre équité à ceux des condamnés aux galères dont nous croyons devoir adoucir la peine », le Roi précise, notamment pour le parlement de Rouen dont les officiers font preuve d’un zèle particulier, que les condamnés aux galères ne seront flétris que « avant que d’y être conduits, sans néanmoins qu’elle puisse leur être appliquée que quinze jours au plus tôt avant leur départ38 ».

  • 39 SHMB, 1 E 569, fol. 361.

42Bien sûr, le secrétaire d’État à la Marine prévient aussi l’intendant de la Marine dans le port de destination de la chaîne, pour que celui-ci puisse préparer les effets à fournir aux nouveaux arrivants et prendre les mesures nécessaires pour les loger. Ne pas prévenir ce personnage a parfois occasionné des désagréments : en l’an VI, Brest se plaint de ne pas avoir été prévenu de l’arrivée de 695 condamnés, car le transport des vivres et de la nourriture demande un effort considérable. De plus, on ne dispose que de 767 casaques et de 362 capots et il faut transférer sur Pontanézen 30 gardes-chiourmes, ce qui « diminuera de plus de 100 couples pour la fatigue courante de ce port le nombre de forçats39 ».

  • 40 ADF 10 L 160.
  • 41 ADF 20 L 12.

43Il est vrai que, pendant la période révolutionnaire, l’organisation de la chaîne s’alourdit d’autant plus qu’elle met en présence trois ministères au lieu de deux. En effet, les condamnés dépendent du Garde des Sceaux jusqu’à la formation de la chaîne, qui les fait passer sous la tutelle du ministère de l’Intérieur. Celui-ci les remet ensuite dans les ports, c’est-à-dire sous l’autorité du ministre de la Marine. Cette situation sera source de soucis supplémentaires, du fait du manque de coordination qui survient à de multiples reprises. Cependant, le principe de l’abondante correspondance préparatrice se maintient : ainsi La Luzerne contacte-t-il le président et le procureur général syndic du directoire du département du Finistère à l’avance pour lui demander le nombre d’hommes des prisons de Quimper à faire transférer sur Morlaix, les frais autrefois assurés par les provinces passant aux départements40. De même, quelques années plus tard, le ministre de l’Intérieur prévient l’administration centrale du département du Finistère pour lui recommander de veiller à ce que la chaîne soit bien exemptée des droits de passage : « comme c’est un service public dont rien ne doit entraver la marche, je vous invite à donner aux préposés à la recette de la taxe d’entretien des routes sur celle de Belle-Île-en-Terre par Morlaix et Landerneau les ordres nécessaires pour que les voitures qui transporteront les condamnés et l’escorte qui les accompagnera puissent passer exempts de tous droits », à charge cependant pour les autorités du Finistère de verser la somme due dans la caisse du receveur général de l’arrondissement41.

44Les obligations de la population :

  • 42 J. Bazin, « Bruits de chaîne à Landerneau », Amphitrite, 1978, n° 11, p. 31.
  • 43 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 29.

45L’un des autres aspects de la préparation du passage de la chaîne consiste à assurer l’approvisionnement, le couchage et le transport en cours de route. Pour cela, les intendants de province sont également avertis par l’administration centrale de faire mettre tout ceci à la disposition des conducteurs sur le ressort de leur généralité. L’intendant assure le relais des ordres auprès des maires, échevins et syndics des lieux de passage sous la surveillance des subdélégués. Ainsi la ville de Landerneau est requise par Le Bret de trouver pour le 13 juin 1762 à 3 heures du matin « 12 charrettes moissonnières dûment attelées de chevaux ou de bœufs pour le transport des malades et bagages et 6 chevaux de tirage avec deux chevaux de selle pour aller à Brest42 ». À nouveau, la même paroisse doit fournir pour septembre 9 charrettes garnies de paille et 6 chevaux de tirage avec deux chevaux de selle43.

  • 44 Reproduit par P. Henwood, op. cit., p. 23.
  • 45 ADI-et-V C 135.

46Mais la résistance de la population est bien connue, ce qui est dû pour une grande part à l’hostilité vis-à-vis des forçats mais aussi à l’attitude des conducteurs qui rechignent malgré la présence du commissaire des chaînes à payer les « quarante sous par lieue, y compris le retour, pour chaque voiture portant un poids de quinze cens livres ; de vingt-six sous huit deniers, aussi par lieue et compris le retour, pour chaque voiture portant un poids de huit à douze cens livres ; et de vingt-cinq sous d’un logement à l’autre, et cinq sous par lieue d’indemnité, pour chaque cheval de selle, de trait et de bât44 », suivant le règlement du 1er juillet 1768 et l’ordonnance du 15 août 1770. Pour obliger les habitants à assumer la fourniture des charrettes, les intendants multiplient les ordonnances, comme celle du 12 mai 1775, promulguée par l’intendant de Bretagne Caze de La Bove45. Le service des charretiers pour la chaîne tient lieu de celui dû pour le transport des bagages des troupes et se fait par tour de rôle et de rang, « suivant le contrôle établi pour la marche des troupes par l’ordonnance de notre prédécesseur [Dupleix de Bacquencourt] du 26 avril 1773 ». À défaut de participation, sont prévues des amendes allant de 50 livres pour les syndics, trésoriers ou marguilliers des paroisses « qui auront manqué de faire trouver le nombre de voitures et chevaux requis », à 10 livres pour « chaque charretier qui aura refusé de marcher ou qui ne se sera pas trouvé aux lieu, jour et heure indiqués, ladite somme applicable au profit des voituriers qui auront fait le service pour eux ; à peine en outre d’être responsable des frais du retardement de ladite chaîne », voire à des peines de prison… De même 10 livres d’amende peuvent être exigées d’un charretier commandé qui n’aura pas attendu l’arrivée de la chaîne.

  • 46 Ibidem.
  • 47 Ibid.
  • 48 Ibid.

47Dans les faits, les textes, pourtant répétés plusieurs fois, restent souvent lettres mortes. Nous pouvons citer un cas de désobéissance lors du passage de la chaîne de mai 1775, soit moins d’un mois après la promulgation de l’ordonnance de Caze de La Bove. L’affaire commence par le refus du nommé Laurent Berhault de fournir une de ses charrettes « quoiqu’il en ait trois et surtout une neuve pour la conduite des galairiens (sic) du dernier passage de Broons à Lamballe46 », moyennant quoi celui-ci tombe sous la peine des dix livres d’amende. Berhault demande alors le 8 août 1775 le report de l’ordonnance de l’intendant rendue contre lui. La requête est renvoyée le 30 janvier 1776 à Julien Harmonie, trésorier de la paroisse de Sévignac, dont est originaire Berhault, et au général de celle-ci, qui se réunissent après la grande messe le 25 février 1776 pour délibérer sur cette question. La réponse est unanime : « on en a été informé […] qu’il en a une troisième faite depuis peu d’années par Jan-Marie Chevallier, charon, laquelle est bonne et très en état de servir47 » et le général requiert logiquement le débouté de Berhault avec défense de récidive, cinq personnes attestant la contravention. Le subdélégué de Lamballe, le chevalier Boullaire de La Villemoizant, abonde dans le sens de la paroisse. Débouté une première fois le 22 mars 1776, Berhault repose cependant une nouvelle requête. Le subdélégué est alors commis par l’intendant le 2 avril pour faire la visite au domicile du plaignant. Celui-ci lui montre alors deux charrettes ayant toutes deux le bras droit du limon cassé. « Luy ayant remontré que sans voiture, il ne pouvait faire son labourage, nous a déclaré avoir une autre charrette servante (sic) à conduire du marnais qu’il nous a fait voir et icelle visitée, nous l’avons criée bonne dans toutes ses parties48. » En conclusion, Boullaire écrit à l’intendant pour lui faire part de son impression défavorable :

  • 49 Ibid.

« Je crois que cet acte ne vous laissera aucun doute sur la conduite de Berhault dont l’humeur et la chicanie sont le principe. […] Des charrettes moissonnières seraient véritablement beaucoup plus commodes pour cette conduite mais comme beaucoup de fermiers laboureurs n’en ont pas, l’on est forcé de se servir des charrettes ordinaires et telles que les cultivateurs des lieux les possèdent. […] [Berhault] était donc en faute de ne pas la conduire à Broons pourquoi je pense que sa dernière requête n’est pas mieux fondée que la première et qu’il doit en être débouté avec condamnation des frais auxquels elle a donné lieu49. »

48Berhault, qui continue cependant à considérer que ses charrettes n’étaient pas aptes au service des chaînes, et que de toutes manières, les Corault, autres habitants de Sévignac, n’avaient pas fourni de chevaux pour les atteler, est effectivement définitivement débouté et condamné aux frais le 3 mai 1776.

49Tout autant que le goût du procès qui animait nos ancêtres, cette anecdote illustre bien la résistance des habitants sur le passage des chaînes. Landerneau, dernière étape avant d’arriver à Brest, est également systématiquement mise à contribution. Elle est aussi le théâtre d’un des incidents typiques que peut connaître la chaîne et qui contribue à maintenir l’hostilité des populations contre elle, d’autant que, dans ce cas, le commissaire des chaînes et donc le secrétaire d’État à la Marine se range du côté du capitaine. Ainsi le conducteur de la chaîne de juin 1787, particulièrement agitée, demande le 14 juin 1787 au maire de Landerneau, M. de Chalupt d’Asserat, l’autorisation de loger provisoirement les forçats dans la halle, suscitant l’opposition de celui-ci pour deux raisons : la première, que la halle appartient au duc de Rohan, seigneur de Landerneau et que, de plus, « l’intérêt public ne permet pas de souffrir l’entrée des forçats dans l’endroit où se vendent la viande et autres comestibles ». Les forçats s’y précipitent cependant. Les excuses du capitaine de la chaîne, « sur le fait qu’il n’est plus maître de chaîne qui s’était déjà révoltée en cours de route […], que la chaîne y avait été introduite en attendant de pouvoir la loger dans les écuries et qu’on y eut arrangé la paille nécessaire et qu’on avait pu trouver que ce matin […], qu’il fera sortir les forçats dès que la paille sera prête », ne pourront empêcher l’expulsion des forçats grâce à l’intervention du subdélégué. Le maire, suite à cet incident, adresse ses plaintes au ministre qui répond le 22 juillet 1787, les jugeant :

  • 50 J. Bazin, op. cit., p. 32.

« mal fondées et particulièrement celles relatives aux vols auxquels les marchands ont pu être exposés de la part des forçats et des gardes. Les recherches que le commissaire de chaîne a faites pour s’en assurer et y mettre ordre ne laissant rien à désirer à cet égard. […] Je ne puis être que très mécontent du peu d’égard que vous avez eu ainsi que le subdélégué pour le commissaire de la chaîne. Je n’ai pas aperçu dans votre façon de procéder le zèle que vous auriez dû montrer pour le service du roi50. »

  • 51 ADF 26 L 181.
  • 52 ADF 20 L 12 (2).
  • 53 Ibidem.

50Dans ce domaine non plus, la Révolution ne cessera de demander des secours à la population sur le passage de la chaîne. Ainsi, lors du passage de la chaîne en l’an III à Morlaix, la municipalité prévenue par le directoire du district prend « notte de tenir la grande salle de la maison commune prête pour leur gîte, de commander huit voitures pour leur route51 ». Ceci constitue cependant déjà un progrès pour la population morlaisienne car encore en 1791, les forçats étaient logés dans une des auberges de Morlaix. Le directoire du département du Finistère lors de sa séance du 16 avril 1791 avait cependant arrêté que « considérant que les auberges du Grand Monarque, de Saint-Laurent et de Bourbon sont les seules susceptibles de loger commodément la chaîne des galériens, considérant aussi que ce logement ne doit être une corvée pour des citoïens (sic) », les trois auberges abriteraient les galériens à tour de rôle. L’autre sollicitation qui se développe à l’époque révolutionnaire est le recours aux gardes. Pour la chaîne de septembre 1792, le capitaine Mariton requiert donc la première section des grenadiers, soit un officier, un sergent, sept grenadiers et un tambour pour la somme de 22 livres 10 sols et pour la conduite de Mortagne au Mesle-sur-Sarthe, la quatrième section des chasseurs, soit un sous-lieutenant, un caporal, douze chasseurs et un tambour pour 33 livres 15 sols, sans oublier les volontaires de Saint-Maurice52. Mais, toujours, les difficultés pour se faire payer demeurent : les gens de l’escorte de Mortagne envoient encore des demandes de payement le 15 décembre 1792 aux autorités du district de Brest, puis à celles du département de Finistère qui finit par les renvoyer auprès de l’ordonnateur civil de la marine à Brest53

Le départ de la chaîne

  • 54 M. Vigié, Les galériens du roi 1661-1715, Fayard, 1985, p. 442.
  • 55 F. Vidocq, op. cit., p. 225.

51Enfin vient le moment du départ. Le matin, les forçats sont rassemblés dans la cour du château de la Tournelle puis de Bicêtre car, si « le cérémonial du départ de la chaîne de la Tour Saint-Bernard se perpétua identique de Colbert à la Révolution54 », on pourrait dire qu’il ne varie guère non plus pendant la période révolutionnaire. Là, les condamnés sont passés en revue par le capitaine des chaînes qui cherche les éventuels « chevaux de retour », récidivistes particulièrement durs à surveiller. On lui signale aussi les forçats dangereux. Il reçoit les différents papiers pour sa route, dont les rôles des forçats qu’il prend en charge et dont le nombre augmentera au fur et à mesure de l’avancée de la chaîne. On lui remet aussi les signalements, les extraits de condamnation, mais également les expéditions du Roi pour se faire connaître ou les passeports pour les exemptions de droit. Après l’appel, les forçats sont à nouveau fouillés pour éviter qu’ils ne cachent des limes, ou autres objets permettant une éventuelle évasion, ou de l’argent qui pourrait servir à corrompre les gardes. On remet ensuite aux forçats leur costume de route, soit le vêtement qu’ils possédaient à leur arrivée mais « lacérés d’une manière particulière, afin de prévenir les évasions : on ôte, par exemple, aux chapeaux le bord et le collet aux habits55 », soit, en cas de mauvais état patent, le costume fourni par les entrepreneurs.

  • 56 Cette revue médicale se fait dans cette forme depuis l’arrêt du Parlement d’août 1665. M. Vigié, « (...)
  • 57 Nous avons compté seulement 159 malades écartés du départ de la chaîne au moment où le rassembleme (...)
  • 58 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 27.
  • 59 Cité par M. Vigié, 8 000 forçats à paris au xviiie siècle. Théorie et pratique de la peine des gal (...)
  • 60 F. Vidocq, op. cit., p. 225.

52Puis à lieu la visite médicale assurée, en présence du capitaine des chaînes de deux commissaires du parlement de Paris et d’un substitut du procureur général56, par le chirurgien des chaînes afin de déterminer les galériens incapables de surmonter la fatigue de la route. Ils sont en fait peu nombreux à être écartés57. Il faut dire que cette visite est la plupart du temps purement formelle. Les protestations sous Louis XIV de Nicolas Arnoul qui se plaint qu’on lui envoie des forçats inutilisables : « ce sont des piliers d’hospital qui coûtent bien de la dépense et que j’ay peyne à régler58 » restent toujours d’actualité un siècle plus tard. Ceci n’a d’ailleurs rien d’étonnant quand on sait que la visite de 130 hommes s’effectue en une demi-heure59 ! Vidocq, lui aussi, remarque la légèreté de cette tournée : « Nous sommes tous déclaré bons, quoique plusieurs d’entre nous se trouvent dans un état déplorable60. » Inutile de dire donc que pour être dispensé du départ, il faut se trouver quasiment à l’agonie…

  • 61 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 19-20.
  • 62 F. Vidocq, op. cit., p. 226. Comme le dit Victor Hugo dans le Dernier jour d’un condamné, « C’est (...)

53Mais c’est surtout l’épreuve du ferrement qui marque les esprits et qui est décrite ainsi par Jean Marteilhe : « On nous enchaîna par le col, deux à deux, avec une grosse chaîne de la longueur de trois pieds, au milieu de laquelle il y avait un anneau rond […]. On nous fit tous mettre à la file, couple devant couple ; alors on passa une grosse chaîne dans tous ces anneaux, si bien que nous nous trouvâmes tous enchaînés ensemble61. » Le principe, afin de faire supporter au mieux le poids de la chaîne, est d’accoupler deux condamnés de même taille, un vieillard avec un homme robuste, un condamné à vie avec un condamné à temps. Le témoignage de Vidocq, un siècle après, est plus précis mais assez ressemblant. L’épreuve a lieu pour celui-ci dans la cour des fers de Bicêtre. « Au milieu d’eux [les argousins] était une grande caisse de bois, contenant les fers qui servent successivement à toutes les expéditions de même genre. On nous fit approcher deux à deux, en ayant soin de nous appareiller par rang de taille, au moyen d’une chaîne de six pieds réunie aussitôt au cordon de vingt-six condamnés, qui, dès lors, ne pouvaient plus se mouvoir qu’en masse ; chacun tenait à cette chaîne par la cravate, espèce de triangle en fer, qui s’ouvrant d’un côté par un boulon-charnière, se ferme de l’autre avec un clou rivé à froid. C’est là la partie périlleuse de l’opération : les hommes les plus mutins ou les plus violents restent alors immobiles ; car, au moindre mouvement, au lieu de porter sur l’enclume, les coups leur briseraient le crâne, que frise à chaque instant le marteau62. »

54Rasés, ce qui constitue une mesure d’hygiène élémentaire, les forçats sont ensuite laissés à eux-mêmes ; ils peuvent alors recevoir leurs parents et amis une dernière fois mais peu se déplacent… Certains des « chevaux de retour » entament une chanson pour se donner du courage ; on s’échange des conseils et des informations sur le futur lieu de détention.

  • 63 V. Hugo, Les misérables, Gallimard, 1951, p. 926.
  • 64 V. Hugo, op. cit., p. 927.
  • 65 Cité par G. Blond, « Quand la Marine administrait les bagnes », Neptunia, 1958, n° 49, p. 13.
  • 66 F. Vidocq, op. cit., p. 235.

55À sept heures le lendemain matin, la chaîne s’ébroue enfin et prend le chemin du bagne. « Vingt-quatre sur chaque voiture, douze de chaque côté, adossés les uns aux autres, faisant face aux passants, les jambes dans le vide, ces hommes [les forçats] cheminaient ainsi ; et ils avaient derrière le dos quelque chose qui sonnait et qui était une chaîne et au cou quelque chose qui brillait et qui était un carcan. Chacun avait son carcan mais la chaîne était pour tous63. » De nombreux cordons viendront se joindre en cours de route à cette chaîne maîtresse, suscitant essentiellement la curiosité des populations urbaines : « Une foule sortie d’on ne sait où et formée en un clin d’œil, comme cela est fréquent à Paris, se pressait des deux côtés de la chaussée et regardait. On entendait dans les ruelles voisines des cris de gens qui s’appelaient et les sabots des maraîchers qui accouraient pour voir64. » En effet, dans les grandes villes, le passage de la chaîne constitue une véritable fête, « spectacle bien odieux65 » alors que dans les villages, la crainte des fripons l’emporte largement… Vidocq rapporte à ce propos que le cordon qui voyageait à pied dévalisa en route un épicier qui ne garda « ni un pain de sucre, ni une livre de savon » et ce, en présence des gardes qui ont fermé les yeux « puisque c’était à eux que les forçats devaient s’adresser pour vendre leur capture66 ».

Le trajet de la chaîne

56Le trajet de la chaîne suit un parcours immuable, traversant les mêmes villes ou villages entre Paris et Brest. La nourriture distribuée, le mode de transport et les vêtements fournis sont tout autant marqués par cette continuité entre le temps des galères et celui des bagnes.

Le parcours géographique

57Le trajet est choisi de façon à desservir toutes les prisons des généralités traversées, soit directement, soit en amenant des chaînons à des points de rassemblement fixés à l’avance.

58Le parcours ne varie guère d’une année à l’autre. Le croquis suivant présente la route de Paris à Brest, ainsi que la chaîne de la grande boucle qui rejoint la première à Rennes :

Trajet des chaînes pour Brest

Trajet des chaînes pour Brest
  • 67 AN Mar. G 232 (2), p. 12-13.

59La seconde carte montre les généralités en fonction de la chaîne qui les dessert, établie à partir du Mémoire anonyme sur les chiourmes67.

60Elle met en avant le caractère saisonnier du rassemblement des forçats de Champagne, Lorraine et Bourgogne. Elle présente aussi une différence par rapport au trajet proposé d’après le document du fonds de Joly de Fleury, puisqu’elle fait desservir les généralités de Tours, Orléans, Poitiers, Bourges, Moulins et Riom directement par la chaîne de Paris alors que le parcours de la chaîne exposé ci-dessus semble les faire rattacher à la grande boucle.

Distribution des chaînes par généralité

Distribution des chaînes par généralité

Les conditions de vie

  • 68 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

61Les conducteurs choisis par le roi sont tenus de respecter certaines règles vis-à-vis des forçats, fixées par le règlement du 18 février 168668. Ces principes, mis en place au temps des galères, quand trois convois partaient pour Marseille, la chaîne de Paris, de Bretagne et de Guyenne, restent valables entre 1749 et 1800 puisque le règlement fait partie des nombreux textes enregistrés au Contrôle de la Marine du port de Brest lors de la création du bagne. Divers points y sont abordés, mode de transport, nourriture ou habillement.

Le mode de transport

  • 69 Il n’y avait dans ce cas qu’environ 500 kilomètres qui étaient parcourus par voie de terre, puisqu (...)

62Pour éviter les abus qui font mourir un grand nombre de galériens, perte insupportable pour le Roi qui les a nourris en prison et qui espérait rentabiliser leur travail en compensation, il est prévu d’employer au maximum des possibilités les voies navigables. Cependant si cette mesure s’est avérée importante pour des chaînes partant de Paris pour Marseille69, le trajet de la chaîne pour Brest s’est toujours effectué sur terre. Dans ce cas, il est prévu d’utiliser des charrettes :

  • 70 SHMB, 1 L 7, fol. 21 et sq.

« En cas qu’ils soient obligés de les mener par terre, Sa Majesté veut que lesdits conducteurs les fassent porter sur des charrettes et qu’ils s’adressent pour en avoir le nombre aux maires, consuls, échevins et habitants des lieux où ils passeront auxquels Sa Majesté enjoindra de les faire fournir à des prix raisonnables suivant l’usage des lieux70. »

  • 71 AN Mar. G 232 (2), pièce 30.

63Cette mesure a provoqué de tout temps des remous parmi la population malgré les obligations édictées par l’intendant de Bretagne. Il est vrai qu’elle est mal respectée : il ne faut pas oublier que les entrepreneurs ont tout intérêt à rogner sur les dépenses de route pour augmenter leur marge bénéficiaire. Il continue donc d’être d’usage de faire marcher le plus possible les condamnés pour économiser sur la location des charrettes. Seuls les malades ont le droit de voyager en voiture. Si le règlement du 23 septembre 1693 considère que « les conducteurs seront obligés d’avoir une charrette couverte de toile cirée qui suivra la chaîne et sera destinée uniquement pour porter les malades, outre celles nécessaires pour porter les autres forçats incommodés et qui ont de la peine à marcher71 », quatre-vingts ans plus tard, cette décision demeure souvent lettre morte. Ainsi, dans le Mémoire du Roy pour servir d’instruction au sieur Lecomte, commissaire des chaînes en date du 23 avril 1774, le commissaire des chaînes doit toujours observer que :

  • 72 AN Mar. A1112, pièce 8, p. 2.

« L’envie d’épargner des charrettes n’engage pas les conducteurs à les faire marcher plus vite qu’ils ne peuvent […]. Il déterminera journellement avec le chirurgien qui accompagne la chaîne, le nombre de charrettes qui devront être employées le lendemain à porter les malades et les condamnés trop fatigués pour pouvoir marcher et veillera à ce que les chartiers dont les voitures auront été employées soient exactement payés72. »

  • 73 F. Vidocq, op. cit., p. 235 et P. Zaccone, Histoire des bagnes depuis leur création jusqu’à nos jo (...)

64Il semblerait que ce soit seulement vers les années 1795 que l’usage s’établisse de faire voyager tous les forçats sur des charrettes même si les témoignages de F. Vidocq et de P. Zaccone concordent pour affirmer que le conducteur fait marcher quelques forçats volontaires en échange d’une ration plus importante73.

  • 74 B. Et G. Carriere, Population et administration pénitentiaire à Brest : le bagne 1800-1858, th. De (...)

65Ce mode de trajet ne changera en fait que par l’ordonnance du 9 décembre 1836 qui met en place les voitures cellulaires, confiées à l’entreprise de Guillot et fils par un marché passé le 11 avril 183774.

La nourriture des forçats de la chaîne

  • 75 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

66Pour supporter cette longue route, le règlement de 1686 prévoit qu’il sera distribué journellement aux forçats en bonne santé « 2 livres de pain, demie livre de pois ou fèves avec un peu d’huile, beurre ou graisse et chopine de vin ou cidre mesure de Paris ». Quant aux malades, ils obtiendront « des bouillons d’une demie livre de viande par homme avec du ris, pruneaux, œufs, suivant l’état auquel seront lesdits malades75 ». Cette mesure avait été cependant modifiée pour la chaîne de Paris le 23 septembre 1693 car les,

  • 76 AN Mar. G 232 (2), pièce 30.

« pois, fèves et autres pareils légumes que les conducteurs leur donnent ordinairement ne sont pas une assez bonne nourriture pour leur faire supporter la fatigue qu’ils ont dans une si longue route et que même ceux qui tombent malades ne reçoivent pas les secours nécessaires pour les soulager et les rétablir76 ».

67Il était alors prévu de distribuer chaque jour à chaque condamné « 2 livres de pain, chopine de vin pur, mesure de Paris, moitié le matin, moitié le soir et demie livre de viande fraîche pour faire potage avec des herbes ou légumes. Et le soir il sera donné à chacun deux œufs ou 2 onces de bon fromage. » Pour les malades, « il [leur] sera fait un pot à part […], avec une demie livre de viande et une poule de six en six malades ainsi qu’il se pratique pour les forçats sur les galères ».

  • 77 AN Mar. A1112, pièce 8, p 4-5.

68Pour ce faire, le conducteur des chaînes emploie un cuisinier qui devance la chaîne pour préparer la ration. Là aussi, comme le montre le Mémoire pour servir d’instruction au sieur Lecomte, commissaire des chaînes, il est du ressort du commissaire des chaînes de veiller au respect de l’ordonnance de 1686, « d’abord après le repas, il tiendra la main à ce que le conducteur fasse partir la marmite avec le cuisinier pour aller faire disposer le repas suivant dans l’endroit qui lui sera désigné à fin qu’à l’arrivée de la chaîne, elle trouve la soupe prête77 ».

  • 78 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

69Dans la chaîne, comme au bagne, les forçats disposant d’argent ont la possibilité d’améliorer leur ordinaire en achetant des denrées supplémentaires sur le passage de la chaîne ou auprès des gardes78.

L’habillement

70Les forçats doivent également avoir un habillement décent qui leur permette de supporter les changements de temps. Or au vu des conditions de vie difficiles dans des prisons malsaines et humides, comme celles de Paris ou de Rennes, le roi ordonne :

  • 79 Ibidem.

« Aux procureurs généraux des parlements de faire fournir à chacun d’eux qui, par pauvreté ou par longue détention dans les prisons, se trouveront sans habit un bonnet rouge, une paire de souliers, deux chemises, un haut de chausse et une chemisette et à l’égard de ceux qui auront les hardes nécessaires pour leur usage, fait défense Sa Majesté aux geôliers, gardes et conducteurs de les dépouiller ni de souffrir qu’ils les vendent dans la route79. »

  • 80 Cité par M. Vigié, op. cit., p. 312.

71Notons que le règlement de 1686 ne semble plus être appliqué dans cette forme exacte puisque, entre 1749 et 1800, c’est l’entrepreneur qui fournit les hardes aux forçats dénudés : ainsi en 1778, les frères Prévost facturent 48 paires de souliers à 3 livres 10 sols, 48 surraults à 3 livres 10 sols, 48 chemises à 2 livres 15 sols, 48 chapeaux à 2 livres 5 sols, 48 culottes à 2 livres 5 sols et 48 paires de guêtres à 1 livre 2 sols pour les forçats qu’ils ont amenés de Soissons à Paris80.

Le repos

  • 81 F. Vidocq, op. cit, p. 234.

72Il se fait le plus souvent dans des écuries, où le conducteur a fait disposer de la paille, qui, en théorie au moins, doit être fraîche. Les conditions sont très dures pour ces hommes qui retrouvent l’entassement des prisons et la gêne des fers : « l’étable offrait au surplus, dans ce moment, un des spectacles les plus hideux qu’on puisse imaginer : d’une part, cent vingt hommes parqués comme de vils animaux, roulant des yeux égarés, d’où la douleur bannissait le sommeil. […] Quelques minces chandelles, attachées aux murs noircis de l’étable, faisaient une lueur rougeâtre sur cette scène de désolation, dont le silence n’était troublé que par de sourds gémissement, ou par le retentissement des fers81. »

Abus, révoltes et évasions de la chaîne

  • 82 AN Mar D5 1.
  • 83 ADI-et-V C 135.
  • 84 Ibidem.
  • 85 Ibid.

73Loin d’être des enfants de chœur, les forçats étaient escortés par des gardes qui ne l’étaient pas plus ! Ce sont, selon Le Boucher père, « des gens de toute espèce qu’ils [les entrepreneurs] ramassent dans Paris ; ils ont bien encore de la peine à s’en procurer de bons ; la plupart s’enivrent en route et désertent avec habit et armure et très souvent avec l’argent donné par avance par les conducteurs pour leur subsistance82 ». Pour preuve de ce manque de conscience professionnelle, nous pouvons citer le cas d’un marin molesté en cours de route par six gardes qui avaient accompagné la chaîne arrivée à Brest le 4 juin 1764. Cette affaire est remontée jusqu’à l’intendant de Bretagne Le Bret puis au ministre. Le procès-verbal des 17 et 18 juin 1764, dressé par le sénéchal de Montauban, Jacques Jan de La Haimelinaye, fait état que le marin « avait des poussereaux extraordinairement étraints et serrés sur les poulces ». Les gardes, en effet, après avoir bu avec lui, l’avaient accusé de vol et tentaient de lui faire rendre le produit de son larcin « en le maltraitant à coups de gaule ou baston, coups de pieds ou de poings sur la tête et le visage et autres parties de son corps83 ». Or rien ne fut trouvé sur le matelot. De plus, on retrouva à quelques jours de là un « homme, les menottes aux mains, bras, cuisses et jambes liées avec des cordes et culottes déboutonnées et qui est fort mal84 ». Prévost, consulté sur la moralité de ses gardes, les défendit pourtant en déclarant que « ces gardes qui sont employés ordinairement en Bretagne à recueillir les galériens des environs pour les réunir au passage de la chaîne sont connus pour d’honnêtes gens à qui M. le Procureur général du parlement de Rouen donne sa confiance85 ».

  • 86 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

74Inutile donc de douter de la violence, parfois d’ailleurs nécessaire face à des forçats prêts à s’évader, dont usent et abusent les gardes de la chaîne malgré le règlement de 1686 qui fait « défense aux conducteurs et gardes de frapper les condamnez à coups de bout de fusil, de bâton ou de marteau, mais en cas de désobéissance, les pourront châtier à coups de corde ou de nerfs de bœuf sauf à eux en cas de rébellion seulement de se servir de leur armes86 ».

  • 87 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 262.
  • 88 AN Mar. G 232 (2), pièce 30.

75De nombreuses révoltes parsèment l’histoire de la chaîne qui conduit au bagne. Dès 1759, une sédition éclate dans la chaîne de Paris qui arrive le 11 juin à Brest. Visiblement la faute ne semble pas être du côté des forçats puisque Hocquart ordonne un plus ample informé et que le Roi accepte de surseoir à la procédure. Les forçats impliqués ne furent condamnés qu’à la double chaîne pendant un temps réduit87. Pourtant l’ordonnance du 4 octobre 1702 prévoyait que « tout condamné attaché à la chaîne qui frappera ou blessera le commissaire, conducteur, argousins, ou autres préposés à leur garde sera mis au conseil de guerre à son arrivée à Marseille et condamné à mort88 ».

  • 89 SHMB, 1 E 532, fol. 99.

76En 1758, le commissaire à la suite des chaînes, Crest, face à des forçats « extrêmement mutins et séditieux », doit prendre « huit gardes et une brigade de la maréchaussée pour les contenir et leur en imposer, que ce secours n’est pas suffisant pour les intimider et qu’il ne se passe point de jour sans qu’il ne soit dans le cas de faire tirer sur ces mutins89 ». Il est même obligé de faire venir à Belle-Île un détachement de 50 hommes du régiment de Folligny alors en garnison à Brest.

77En juin 1787, l’intendant fait porter la responsabilité de la sédition des forçats sur le manque de sérieux des gardes :

« On apprendra que l’examen sérieux de la procédure a démontré que cette accusation était non seulement exagérée mais que même le trouble dont il a été fourni des preuves convictives n’est principalement dû qu’aux propres désordres des conducteurs de la chaîne et au défaut de discipline et de bonne police de la part des chefs […] ils ont donné de justes sujets de plaintes contre eux aux condamnés. »

78Ainsi il a été refusé aux forçats les objets dont ils avaient un besoin pressant le long de la route ; au contraire, les vivres étaient de mauvaise qualité et le « coucher sur d’anciennes litières de chevaux à peine recouvertes de paille fraîche ». Ceci explique pour Hocquart la contravention commise par les forçats à l’encontre de l’ordonnance du 4 octobre 1702. De plus, un « autre abus qui peut avoir les suites les plus funestes c’est qu’on permet aux gardes de ne pas charger leurs fusils afin qu’ils puissent les revendre plus cher dans leur neuf » ; dans cette affaire en outre, les chefs, bien qu’instruits depuis Rennes des protestations des forçats, n’avaient pas pris de précautions.

  • 90 SHMB, 1 E 569, fol. 6-7.
  • 91 SHMB 1 E 227, fol. 583.

79La révolte éclata alors à Quédillac le 7 juin 1787. Le galérien Gautier, déferré sans précautions « sous le prétexte d’une enflure à la jambe non constatée », prit la clé des champs ; les gardes se mirent alors à tirer sur lui, « circonstance qui […] a excité la prétendue révolte qui selon les faits prouvés au procès ne parait avoir été qu’un mouvement naturel à plusieurs des condamnés de se soustraire aux coups de feu dont ils se sont vus charger à cet instant90 », ce qui fit 3 blessés, outre Gautier pour lequel on demandera à l’arrivée un châtiment exemplaire, d’autant qu’il a déjà été marqué trois fois et condamné par indulgence aux galères perpétuelles et « véritable auteur de la révolte91 ».

80En fait, la sédition des forçats, autant que les risques purement physiques encourus, pose surtout le problème de l’évasion. La correspondance de l’intendant et du ministre de la Marine permet d’établir un graphique illustrant l’évolution du nombre des évasions. Les chaînes venant de Paris et celles originaires de Guyenne ont été prises en compte.

81Il apparaît au regard de cette courbe que le nombre des évasions réussies reste peu élevé au regard de l’importance humaine des chaînes : le total proposé de 48 évasions sur 50 ans et surtout sur 26474 hommes ne représente que 0,18 % ! Ceci témoigne du métier consommé des capitaines et de leurs gardes, même si on voit apparaître des périodes d’évasions plus importantes, comme 1779-1783. Il faut noter par ailleurs que, parmi celles-ci, 24 sur 48 se produisent entre 1789 et 1799, ce qui atteste à nouveau d’une période de désorganisation temporaire des chaînes pendant la période révolutionnaire. La continuité établie dans le métier de conducteur permet cependant de limiter le phénomène dans des proportions tout à fait raisonnables.

Évolution du nombre des évasions sur la chaîne cumulée sur 5 ans

Évolution du nombre des évasions sur la chaîne cumulée sur 5 ans

82Cependant, jamais une chaîne n’a connu autant d’évasions à la fois que celle qui arrive à Pontanezen le 21 juin 1793 à 2 heures, composée de 330 hommes sans compter les 7 morts atteints de fièvres putrides et de dysenterie et les 20 évadés :

« Plus de 200 colliers coupés attestent les efforts que ces condamnés n’ont cessé de faire pour s’évader. L’esprit de révolte que cette chaîne a montré doit d’autant moins surprendre qu’elle est en majorité composée d’hommes très forts, très vigoureux et qu’il se trouve des individus instruits, possédants des talents, ayant joué divers rôle dans la Révolution connaissant les lois et l’art malheureux d’en faire le palladium de leur scélératesse. »

  • 92 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 218.
  • 93 SHMB 1 E 569, fol. 168-171.

83Dès la nuit du 4 au 5 juin, deux forçats s’échappent de chez le citoyen Delilée, maire et aubergiste de Pré-en-Pail ; après la première tentative de mutinerie le 16 juin à Lamballe, les forçats exigent le 17 de disposer de bottes de foin, c’est pendant ce temps que les colliers sont coupés. Il faut alors faire appel à la garde nationale92 car, se donnant alternativement comme des victimes de l’aristocratie ou de la démocratie, les forçats ont réussi à se procurer des couteaux profitant également de « l’intérêt que leur montrent la plupart des municipalités et des corps administratifs, sans doute par un sentiment de commisération bien louable en lui-même mais bien dangereux pour ces effets93 »…

84Victimes de la vindicte populaire, ou aidés comme ici par des mouvements de solidarité au sein des bourgades traversées, les forçats ont parcouru environ 600 kilomètres à pied pour arriver au bagne où ils seront bientôt rattachés. Leur condamnation les accompagne, de façon aussi implacable que les conducteurs, profiteurs de ce triste système. À ce stade du voyage, les forçats ont toutefois conservé leur identité ; arrivés à Brest, on ne les connaîtra plus que par un numéro de matricule.

Notes

1 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 214.

2 A. Zysberg, loc. cit.

3 Celle-ci est fixée à 500 livres par évasion dans le traité passé le 20 août 1783 avec Couturier et Mariton AN Mar D5 1, p. 5. Dans le traité passé le 23 mars 1755 entre Machault, Prévost et Condé, elle était fixée à 1 000 livres par homme. SHMB 1 E 148, fol. 493.

4 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

5 Cité par M. Vigié, 8 000 forçats à Paris, théorie et pratique de la peine des galères au xviiie siècle, th. EHESS, 1982, p. 343.

6 SHMB 1 E 215, fol. 849.

7 En l’an III, elle reçoit 18 000 livres pour « conduite, nourriture et habillement » de la chaîne partie de Bicêtre le 9 messidor. A. Zysberg, loc. cit., p. 217.

8 Dans le cas de cette chaîne, l’habitude est de la confier, non à un conducteur, mais à un archer du parlement de Bordeaux. Ainsi, Lefort passe un marché avec M. de Rostan le 19 mars 1754. De plus, le moment du départ dépend du seul procureur du parlement de Bordeaux qui fait partir, par mer pour Brest et par le canal du midi pour Toulon, les forçats quand ceux-ci sont trop nombreux dans les prisons. AN Mar. G 232 (2), p. 11.

9 Ibidem.

10 AN Mar. E 128, fol. 109-110 et 121.

11 AN Mar. D2 25, fol. 480.

12 Ce n’est ainsi que sur le versement d’une pension de 1 200 livres à la veuve Condé sur le bénéfice de l’entreprise que le duc de Choiseul réussit à l’écarter, elle et son fils, de la conduite des chaînes pour y placer Dupuy. Dossier de Condé, AN Mar. C7 71. Par ailleurs, la veuve Vié, qui a obtenu le marché en décembre 1792, est considérée comme « l’une des plus riches propriétaires de Paris ». SHMV, Ms. 7, fol. 33v.

13 Le terme de « marchandise » employé selon Vidocq par le capitaine Vié pour parler des forçats est sur ce point bien révélateur de l’aspect purement mercantile de ces transports humains. F. Vidocq, Mémoires de Vidocq, chef de la police de sûreté, Cercle de la bibliophilie, 1968, p. 224.

14 A. Zysberg, Les galériens. Vies et destin de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Seuil, 1987, p. 34.

15 SHMB 1 E 569, fol. 22-24.

16 SHMB 1 E 248, fol. 779.

17 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, xiii-xxe siècles, Privat, 1991, p. 217.

18 Cette mesure, accompagnée de la création du chirurgien à la suite des chaînes et précédée par le règlement de 1686, révèle, selon M. Vigié, un « souci d’organiser une pénalité méthodique et rationnelle. Tout cela aussi part de la compréhension que l’État a de son propre intérêt, mais ce faisant, le système punitif de l’absolutisme français prend de l’avance sur les mentalités de son époque ». M. Vigié, Les galériens du Roi 1661-1715, Fayard, 1985, p. 149.

19 Sauf mention contraire, les citations suivantes sont issues de AN Mar. A1112, pièce 8.

20 Le poids de la chaîne s’avère un problème. M. Vigié parle de la volonté de Bégon de la limiter à 40 kilogrammes et ajoute que « le trajet de Paris à Marseille avec des chaînes pesant plusieurs dizaines de kilos constituait, même dans de bonnes conditions climatiques, une épreuve physique à laquelle beaucoup de forçats affaiblis par la détention ne résistaient pas ». M. Vigié, op. cit., p. 145.

21 AN Mar. C7172.

22 AN Mar. G 240, n° 76.

23 Ainsi, en 1770, le chirurgien Lesné touche 1 395 livres 10 sols « pour ses appointements des six premiers mois 1770 à 600 livres par an et pour le prix des remèdes qu’il a fourni aux galériens remis à Brest en mai 1770 ». AN Mar. E 128, fol. 110.

24 M. Vigié, op. cit., p. 110-111.

25 A. Zysberg, Les galériens. Vie et destin de 60 000 forçats sur les galères de France 1680-1748, Seuil, 1987, p. 18.

26 M. Vigié, 8 000 forçats à Paris. Théorie et pratique de la peine des galères. Th. EHESS, 1982, p. 295.

27 M. Vigié, op. cit., p. 342.

28 M. Vigié, Les galériens du Roi 1661-1715, Fayard, 1985, p. 123.

29 Il semblerait que la première chaîne à partir de Bicêtre le fasse le 1er octobre 1793 en direction de Rochefort, forte de 246 hommes. APP AB 340.

30 Cité par M. Vigié, 8 000 forçats à Paris au xviiie siècle. Théorie et pratique de la peine des galères, th. EHESS, 1982, p. 361.

31 F. Vidocq, op. cit., p. 206.

32 L. Le roc’h-Morgere, Un intendant de la Marine à Brest : Gilles Hocquart 1749-1765, th. ENC, 1983.

33 AN Mar. G 232 (2), p. 13.

34 Celle-ci dessert les généralités de Lyon, Montpellier, Grenoble et Aix. Ibidem.

35 M. Vigié, op. cit., p. 296.

36 M. Vigié, op. cit., p. 343.

37 M. Vigié, op. cit., p. 145.

38 AN Mar. A185, pièce 27.

39 SHMB, 1 E 569, fol. 361.

40 ADF 10 L 160.

41 ADF 20 L 12.

42 J. Bazin, « Bruits de chaîne à Landerneau », Amphitrite, 1978, n° 11, p. 31.

43 P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 29.

44 Reproduit par P. Henwood, op. cit., p. 23.

45 ADI-et-V C 135.

46 Ibidem.

47 Ibid.

48 Ibid.

49 Ibid.

50 J. Bazin, op. cit., p. 32.

51 ADF 26 L 181.

52 ADF 20 L 12 (2).

53 Ibidem.

54 M. Vigié, Les galériens du roi 1661-1715, Fayard, 1985, p. 442.

55 F. Vidocq, op. cit., p. 225.

56 Cette revue médicale se fait dans cette forme depuis l’arrêt du Parlement d’août 1665. M. Vigié, « Des forçats à Paris : la tour Saint-Bernard au xviiie siècle », Montagne Sainte-Geneviève et ses abords, janvier 1987, n° 282, p. 13.

57 Nous avons compté seulement 159 malades écartés du départ de la chaîne au moment où le rassemblement se faisait à la tour Saint-Bernard, soit seulement 2,6 % de cette population. Sur la même période, on compte 236 morts dans cette même prison, soit 3,83 %.

58 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 27.

59 Cité par M. Vigié, 8 000 forçats à paris au xviiie siècle. Théorie et pratique de la peine des galères, th. EHESS, 1982, p. 360.

60 F. Vidocq, op. cit., p. 225.

61 Cité par A. Zysberg, op. cit., p. 19-20.

62 F. Vidocq, op. cit., p. 226. Comme le dit Victor Hugo dans le Dernier jour d’un condamné, « C’est un moment affreux où les plus hardis palissent ». Cité par P. Henwood, Bagnards à Brest, Ouest-France, 1986, p. 26.

63 V. Hugo, Les misérables, Gallimard, 1951, p. 926.

64 V. Hugo, op. cit., p. 927.

65 Cité par G. Blond, « Quand la Marine administrait les bagnes », Neptunia, 1958, n° 49, p. 13.

66 F. Vidocq, op. cit., p. 235.

67 AN Mar. G 232 (2), p. 12-13.

68 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

69 Il n’y avait dans ce cas qu’environ 500 kilomètres qui étaient parcourus par voie de terre, puisque les forçats descendaient la Saône à partir de Chalon, puis le Rhône jusqu’à Avignon, la dernière partie du voyage se faisant à nouveau à pied. A. Zysberg, op. cit., p. 24.

70 SHMB, 1 L 7, fol. 21 et sq.

71 AN Mar. G 232 (2), pièce 30.

72 AN Mar. A1112, pièce 8, p. 2.

73 F. Vidocq, op. cit., p. 235 et P. Zaccone, Histoire des bagnes depuis leur création jusqu’à nos jours, Bunel, 1869, p. 22.

74 B. Et G. Carriere, Population et administration pénitentiaire à Brest : le bagne 1800-1858, th. De 3e cycle, université de Bretagne occidentale, 1979, p. 29. Cette mesure fut alors diversement appréciée : ainsi, dans un article de l’Armoricain du 11 juillet 1837, il est déclaré : « Moralement, c’était là un détestable système vu qu’ils étaient privés de société et des distractions de la foule, ce qui leur avait rendu [le voyage] excessivement pénible et ennuyeux. » Cité par B. et G. Carriere, op. cit., p. 36.

75 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

76 AN Mar. G 232 (2), pièce 30.

77 AN Mar. A1112, pièce 8, p 4-5.

78 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

79 Ibidem.

80 Cité par M. Vigié, op. cit., p. 312.

81 F. Vidocq, op. cit, p. 234.

82 AN Mar D5 1.

83 ADI-et-V C 135.

84 Ibidem.

85 Ibid.

86 SHMB 1 L 7, fol. 21 et sq.

87 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 10575, fol. 262.

88 AN Mar. G 232 (2), pièce 30.

89 SHMB, 1 E 532, fol. 99.

90 SHMB, 1 E 569, fol. 6-7.

91 SHMB 1 E 227, fol. 583.

92 A. Zysberg, « Les travaux forcés », Histoire des galères, bagnes et prisons, Privat, 1991, p. 218.

93 SHMB 1 E 569, fol. 168-171.

Table des illustrations

Titre Destination des chaînes au départ de Paris
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17260/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Titre Répartition des chaînes par port, cumulée sur cinq ans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17260/img-2.png
Fichier image/png, 3,9k
Titre Trajet des chaînes pour Brest
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17260/img-3.png
Fichier image/png, 137k
Titre Distribution des chaînes par généralité
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17260/img-4.png
Fichier image/png, 316k
Titre Évolution du nombre des évasions sur la chaîne cumulée sur 5 ans
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17260/img-5.png
Fichier image/png, 3,3k

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search