Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Chapitre I. De Marseille à Brest…

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

  • 1 Cité par A. Zysberg, Les galériens. Vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France, S (...)
  • 2 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

1En 1670, Colbert affirme qu’ « il n’y a point de puissance qui marque mieux la grandeur d’un prince que celle des galères et lui donne plus de réputation parmi les estrangers1 ». L’ordonnance du 27 septembre 1748 considère par contre en préambule « qu’il était du bien d [u] service de réunir le corps des galères à celui de la Marine, pour ne former à l’avenir qu’un seul corps de la Marine2 ». Quatre-vingt ans séparent ces deux déclarations ; en filigrane, on peut y voir évoluer la considération des dirigeants français sur ces bâtiments. En effet, les galères, reflet de la gloire du Roi-Soleil sur les mers du Levant, sont devenues des bateaux à bord desquelles pourrit une chiourme qui, depuis 1710, ne tire plus la rame. Cette situation constitue le contexte de la très ambigüe ordonnance de réunion de 1748 qui crée le bagne de façon sous-jacente. La formation de l’établissement brestois en résulte directement, de même que le transfert nécessaire des forçats vers le port du Ponant.

L’ordonnance de réunion de 1748 : justification et application

2Directement issue de la réorganisation menée par Louis XIV et Colbert, le corps des galères de France obéit en 1748 à une double hiérarchie : celle, administrative, de l’intendant des galères de France, distinct de l’intendant de la Marine, et celle, militaire, du général des Galères, bien différencié de l’Amiral de France. De même, un corps spécifique de commandement existe, calqué sur celui des officiers rouges, comprenant, par ordre hiérarchique, des chefs d’escadre, des capitaines, lieutenants, sous-lieutenants et enseignes.

3Différence notable par rapport à la Marine, on compte en outre à bord des galères des bas-officiers des galères, chargés pour les ordinaires, comme le rémolat, de l’entretien du navire, et pour les extraordinaires du service à la mer. Il faut y ajouter les divers hommes de rang, soldats, matelots ou argousins, ces derniers étant spécifiquement dévolus à la garde des galériens.

4Le corps des galères est installé depuis 1665 à Marseille dont le port s’est aggrandi pour faire face à l’accroissement de la flotte, sensible jusqu’en 1700. Abri des galères, Marseille constitue aussi le lieu essentiel de vie des galériens qui sont occupés à des menus travaux sur les navires, tiennent de petits commerces sur le port ou travaillent pour des entrepreneurs marseillais.

5L’ordonnance de 1748 bouleversera ce corps bien organisé et solidement implanté dans la cité phocéenne.

La justification de l’ordonnance du 27 septembre 1748

6Les raisons de cette ordonnance peuvent être classées en deux groupes : tout d’abord, les raisons ponctuelles, c’est-à-dire la mort du dernier général des Galères. Celle-ci entraîne rapidement la promulgation d’un texte officiel que les raisons intrinsèques, à savoir la quasi inutilité de ces bâtiments dépassés, avaient fait tenir prêt.

Jean-Philippe d’Orléans, dernier général des galères

  • 3 Louis-Victor de Rochechouart, comte puis duc et maréchal de Vivonne, reste titulaire du poste jusq (...)
  • 4 Selon A. Zysberg, en effet, à part deux ou trois exceptions, tous les capitaines de galères appart (...)
  • 5 Cité par A. Zysberg, « L’arsenal des galères de France à Marseille 1600-1715 : la splendeur des ga (...)
  • 6 AN Mar. D51.
  • 7 A. Zysberg, Les galériens, Vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France, Seuil, 198 (...)
  • 8 Jean-Baptiste-Louis, duc d’Anville, avait obtenu en 1724 la survivance de la charge de son père. D (...)
  • 9 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1.

7En 1718, Jean-Philippe, chevalier d’Orléans, bâtard légitimé du Régent, devient général des Galères de France, poste considéré comme de moindre importance militaire depuis le départ en 1680 du duc de Vivonne3, frère de la marquise de Montespan, et dernier général à conduire en mer les galères. Or, contrairement à toutes attentes, ce jeune homme de 16 ans se prend de passion pour des bâtiments pourtant alors en triste état. Il apprend les règles de la navigation et va même jusqu’à se faire élire Grand Prieur de France, car pour lui les galères riment avec l’ordre de Malte4. Cette volonté de faire survivre les galères envers et contre tout lui vaut rapidement l’admiration et le dévouement des officiers de ce corps, pourtant déjà désabusés quant à l’utilité et donc au devenir de leurs chers navires : « Il y a près de quatre-vingt ans, Monseigneur, qu’il n’y a eu aucun capitaine de galères tué à la guerre5 », soupire le major de Bombelles dès 1705. Le fils du Régent use alors de son influence à la fois sur son père et sur le jeune roi, son cousin, et arrive à maintenir un peu artificiellement la vie des galères à Marseille. Il reçoit des fonds qui sont employés à la construction des 16 galères dénombrées en 17496. Il ne peut cependant organiser beaucoup d’armements du fait du manque de crédit. Les journaux du chevalier d’Harancourt mentionnent cependant deux campagnes en 1719, une en 1724, 1727, 1731-1732. On peut y ajouter quelques armements pendant la guerre de succession d’Autriche7. Mais la mort d’abord du duc d’Anville8, lieutenant général des galères, en 1746 après l’échec de Louisbourg, et surtout celle, survenue le 16 juin 1748, du chevalier d’Orléans permettent au roi de réunir le corps des galères de France à celui de la Marine, décision projetée depuis longtemps et que la présence du chevalier empêchait d’aboutir. L’entretien des galères à Marseille n’était poursuivi que « par considération pour le général des galères et pour le corps des officiers des galères9 », semblerait-il.

Des motifs sérieux pour la promulgation de l’ordonnance

8À la mort du chevalier d’Orléans, le roi peut se pencher à nouveau, et cette fois librement, sur le devenir des galères : la prise en compte, d’une part, de leur archaïsme et de leur coût d’entretien et, d’autre part, les besoins en hommes des arsenaux de la Marine, qui verraient d’un bon œil la reconversion à leur profit de cette main-d’œuvre pénale qui n’est plus utile aux galères, décident du devenir de celles-ci.

  • 10 A. Zysberg, op. cit., p. 341.
  • 11 A. Zysberg, « L’arsenal des galères de France à Marseille 1660-1715, la splendeur des galères du R (...)

9Écartées des campagnes, les galères servent surtout au xviiie siècle aux transports de personnages importants. Ainsi, en 1731, elles sont armées pour conduire à Civitavecchia le duc de Saint-Aignan, ambassadeur de France à Rome10. Un mémoire de 1750 précise par ailleurs que leur seule utilisation est de croiser sur les côtes contre les Barbaresques et de les faire servir avec des vaisseaux pour soutenir les galiotes à bombes. En fait, même au temps de Louis XIV, les galères n’ont guère servi qu’à prévenir Marseille d’incursions barbaresques ou à châtier l’insolente République de Gênes, qu’elles allèrent bombarder en mai 1684. On peut ajouter que les galères furent très appréciées pour le transport du ravitaillement ou pour celui des troupes, leur faible tirant d’eau leur permettant d’approcher d’assez près les côtes et d’assurer ainsi une bonne couverture de feu. En cours de bataille, elles peuvent servir à remorquer des bateaux démâtés, soit ennemis qu’elles capturent, soit amis qu’elles écartent du combat. Pas totalement dépourvues d’intérêt, donc, mais loin aussi d’être strictement indispensables car, même sous Louis XIV, « il y eu une éclatante disproportion entre la puissance des galères de France et leur quasi inutilité sur le plan militaire11 ».

  • 12 Lourd de 130 kg, celui-ci fait 12 mètres de long et nécessite 5 hommes pour le manier. R. Burlet e (...)
  • 13 L’aiguade est plus précisément la corvée en eau, qui consiste à remplir 500 barils d’eau, soit un (...)

10En effet, ces bâtiments apparaissent dépassés et limités. Le plat-bord à 1,5 mètre de la ligne de flottaison, propice au déferlement des flots sur le pont, la maigreur de la quille, les risques de briser l’aviron12 empêchent de faire sortir les galères par temps un peu houleux, une des raisons pour lesquelles celles-ci ne peuvent guère s’écarter des côtes. Autre motif qui les condamne à pratiquer le cabotage, le problème du ravitaillement et en particulier celui en eau, l’aiguade13, car il faut près d’un litre d’eau par forçat et par heure de travail…

  • 14 M. Vigié, Les galériens du Roi, Fayard, 1985, p. 47.
  • 15 B. Pech, Le début du bagne de Toulon, mém. de maîtrise, histoire, 1974, p. 9.

11Mais surtout les galères ne supportent pas la comparaison avec les vaisseaux de ligne. Ainsi, alors que le Royal Louis en 1692 dispose de 112 pièces d’artillerie14, une galère n’est équipée que de cinq pièces, une de 36, deux de 8 et deux autres de 4, disposées à l’avant dans la conille, seul endroit du bord permettant de les y loger. On peut y ajouter 12 pierriers sur les lisses des plats-bords15. L’ensemble reste cependant bien insuffisant et déséquilibré. De plus, les vaisseaux sont dotés d’une voilure cinq à six fois supérieure à celle des galères, d’où une plus grande facilité de manœuvre, à condition qu’il y ait du vent.

  • 16 AN Mar. D51.
  • 17 Ce chiffre de seize n’est avancé que dans cette source ; dans les autres, comme dans la bibliograp (...)
  • 18 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1.

12L’arsenal des galères de France à Marseille rassemble donc des bâtiments d’une utilité forte contestable et qui ne seraient vraiment menaçants qu’organisés en une forte escadre. Or, d’après le mémoire de Le Boucher16, en 1749, seules huit des seize17 galères sont en état de prendre la mer. Beaucoup trop cependant pour la Marine au regard de leur réelle utilité : « le nombre de 15 galères qui étaient entretenues au port de Marseille était entièrement inutile et […] il suffirait d’en conserver 5 au plus pour tous les services auxquels les galères peuvent être destinées dans la Méditerranée18. »

  • 19 P. Masson, op. cit., p. 441-442.

13Au problème de l’utilité des galères, déjà très controversée en 1748, s’ajoute celui de leur coût. L’importance des guerres sous le règne de Louis XIV explique aisément que ce poste budgétaire ait été largement plus élevé que les autres, mais, en 1713, la France entre dans une période de près de quarante ans de paix quasiment ininterrompue ; le coût des galères est ressenti alors d’autant plus cruellement. Le budget de 1748 s’élève à 1 590 000 livres dont 761 295 livres pour le personnel, 513 080 livres pour l’entretien des forçats et enfin de 226 222 livres pour celui des bâtiments19. L’argument économique a certainement pesé dans la balance, d’autant que la réunion des galères à la Marine permettait la répartition des forçats dans les ports et arsenaux de marine :

  • 20 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1v.

« l’on a envisagé que par cet arrangement il y aurait une économie considérable dans les dépenses dont la Marine est chargée par rapport aux forçats, tant à cause des dépenses nécessaires pour la constitution d’un département de la Marine à Marseille lequel n’aurait plus lieu que parce que l’on retirerait plus d’utilité du travail des forçats, lesquels seraient employés […] dans les arsenaux de la Marine à la place des journaliers qui sont payés de 14 à 20 sols par jour. Une autre économie ou diminution de dépense qui a été prévue lorsque ce projet a été proposé est celle du plus bas prix de la ration tant des forçats à terre et à la mer que des matelots et soldats sur les vaisseaux20. »

  • 21 Ce terrible hiver fit 3 000 morts parmi les forçats, pour une mortalité ordinaire de 400 à 500 hom (...)
  • 22 A. Zysberg, op. cit., p. 331.
  • 23 Cité par M. Vigié, op. cit., p. 160.
  • 24 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1v.

14La dernière raison de la suppression du corps des Galères de France est la situation paradoxale d’une diminution globale du nombre des galériens dont la plupart n’ont jamais tiré la rame. Il faut se rappeler déjà que le grand hiver de 1709-1710 a décimé fortement la chiourme marseillaise21. À cela s’ajoute le peu de campagnes menées au début du xviiie siècle et le fait qu’au cours de celle-ci, « ce n’est plus la masse des forçats qui navigue mais un échantillon de rameurs d’élite qui composent désormais la chiourme d’active, tandis que les deux tiers de la population galérienne demeurent au port de Marseille22 ». On comprend alors aisément qu’ « une grande partie de criminels condamnés ne sont pas propres à la fatigue de la rame ». Dès les années 1710, les galériens, dont Colbert avait prescrit le recrutement aux cours de justice du royaume, de main-d’œuvre auparavant indispensable au mouvement des galères et donc obligatoirement rassemblée à Marseille, sont devenus la justification du maintien de ces bateaux pour de simples motifs de répression de la criminalité. Comme le dit Bouchard, « la plus grande utilité que [les galères] apportent, c’est qu’elles servent comme d’un enfer à tourmenter les méchants23 ». Or dans ce cas, pourquoi les maintenir dans le seul port phocéen, alors que des arsenaux en plein développement, mais dépendants de la Marine, ont un besoin pressant de journaliers bon marché ? Pourquoi aussi, dans ce contexte, dépenser du temps et de l’argent à former des galériens à la rame alors que l’on sait pertinemment que les galères, certes victorieuses à Lépante en 1571, ont depuis perdu leurs lauriers ? « Ce serait [en effet] prendre une peine inutile que de commencer à former à ce service ceux qui ne doivent pas le continuer24… »

15Le souci de la rentabilité de la main-d'œuvre pénale a certainement dû rentrer en ligne de compte autant que le problème des galères et le souci budgétaire dans la décision de promulgation de l’ordonnance :

  • 25 Ibidem.

« C’est par ces considérations tant de la réduction effective des chiourmes en hommes propres pour la vogue que du service dépendant des vaisseaux dont les galères sont seulement susceptibles que Sa Majesté s’est déterminée à supprimer la charge de général et celle de lieutenant général des galères en réunissant d’ailleurs le corps des officiers de galère à celui des officiers de la Marine25. »

L’application de l’ordonnance du 27 septembre 1748

16On peut voir dans ce texte important pour l’histoire de la Marine l’empreinte de Maurepas, secrétaire d’État chargé de ce département depuis 1723. Celui-ci s’est montré un ministre actif qui a stimulé les constructions navales avec l’aide de Duhamel de Monceau et renforcé la formation scientifique des officiers de la Marine. Il a aussi favorisé des expéditions comme celle de Bouguer et de La Condamine au Pérou en 1735. Il a surtout contribué à améliorer l’équipement portuaire de la France

17L’ordonnance de 1748 comprend trois types de mesures, les premières concernant le personnel, les secondes, sur les galères elles-mêmes, et les dernières, sur la chiourme. On verra que l’apparente réunion à la Marine cache en fait la suppression des galères, que l’on voit déjà poindre à travers quelques articles.

La reconversion du personnel des galères

18La première mesure portée par cette ordonnance consiste en la suppression des charges de général et de lieutenant général des galères, rendues vacantes par la mort de leurs derniers titulaires.

  • 26 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq. Les citations suivantes, sauf exception mentionnée, sont extraites du (...)
  • 27 B. Pech, op. cit., p. 16.

19Les officiers des galères, nobles d’épée, sont incorporés dans le corps de la Marine dans lequel « ils seront employez indistinctement à l’avenir dans les ports et à la mer, tant sur les vaisseaux que sur les galères sans être affectés à aucun port ny à aucun bâtiment en particulier26 ». Premier changement pour des officiers qui sont amenés à quitter leur base séculaire… L’ordonnance résoud également le problème de la préséance entre ces deux corps aujourd’hui réunis : si les grades et brevets des officiers des galères sont reconnus, cependant, ces hommes « prendront rang […] immédiatement après ceux des vaisseaux de même date, de même grade et ils serviront sous les mêmes dénominations que dans la Marine, de chefs d’escadre des armées navales, capitaines, lieutenants et enseignes de vaisseau ». Mesure difficile à admettre pour les orgueilleux nobles provençaux dont quelques-uns se démettront27

20On retrouve moins d’états d’âme chez les officiers de port et de plume qui sont assimilés sans problème dans la Marine, occupant le même genre de postes sous la même dénomination que dans les galères.

21Les bas-officiers des galères, quant à eux, prennent aussi un rang égal et des dénominations équivalentes dans la Marine. Les seuls comes, sous-comes, argousins, sous-argousins et pertuisaniers gardent leur nom et leurs fonctions.

22Par contre, sont supprimées les compagnies des gardes de l’étendard, dont les hommes sont alors replacés dans la compagnie des gardes du pavillon, ainsi que les compagnies franches des galères, remplacées par dix-huit compagnies franches de la Marine, comptant chacune cinquante hommes. Les mariniers de rame sont eux supprimés sans retour ; en cas d’armement des galères, il est désormais prévu de faire appel à de simples matelots.

  • 28 AN Mar. A184, pièce 64.

23À ces mesures prises par l’ordonnance, une autre est associée, exprimée dans un édit du roi, qui supprime les deux offices de trésoriers généraux des galères, tenus alors par Etienne-Pierre Cornette et François Orceau des Arennes, mais porte création parallèlement de deux charges de trésoriers généraux des colonies françaises d’Amérique, en détachant ces postes des trésoriers de la Marine. Il est en particulier prévu que les provisions des offices abolis seront remises au Contrôleur général des Finances, que le remboursement sera assuré par versement d’une rente mais que les trésoriers « ne pourront recevoir le remboursement des finances de leurs offices qu’après l’entière reddition, apurement et correction de leurs comptes, lesquels lesdits Trésoriers généraux des galères sont tenus de faire faire au plus tard dans le dernier décembre 175128 ».

24Tout est donc prévu dans cette ordonnance pour que la reconversion totale du personnel des galères soit assurée avant même la suppression des galères, dont le devenir est également abordé dans ce texte.

L’application pour les galères

25Désormais intégrées à la Marine, les galères arborent désormais des pavillons de même forme et de même couleur que les vaisseaux, à savoir le blanc de la monarchie française. En outre, « celles qui seront armées prendront la mer avec les autres vaisseaux, selon le rang des officiers qui les commanderont ». Par contre, les galères dans les ports, désarmées, sont confiées aux officiers de port, à moins qu’elles ne servent de lieu d’habitation pour les forçats. Dans ce cas, elles sont assimilées à des bagnes et dépendent donc des intendants de la Marine.

26La volonté de continuer à armer les galères semble être affirmée clairement, puisque les modalités en sont précisées et qu’à défaut d’armement, il est prévu d’exercer les chiourmes durant un mois, pendant les mois de juin à septembre. Dans ce cas, les galères restent placées sous la responsabilité des officiers de port.

27On touche là l’un des points fortement ambigus de cette ordonnance. On peut en effet se demander pourquoi faire tant d’efforts pour incorporer les ressources humaines du corps des galères de France et continuer dans un même temps à entretenir des galères, sans plus d’activité, d’ailleurs, qu’auparavant. Cette ambiguïté ne doit pas nous faire douter de la finalité de cette ordonnance qui a bel et bien pour objectif la liquidation pure et simple des galères, leur armement et les exercices de ces vaisseaux n’étant pratiquement maintenus que pour justifier la peine dite des galères qui ne survivra guère à la lente destruction par le temps de ces bâtiments anachroniques.

Vers le bagne : les mesures pour la chiourme

  • 29 Ces termes correspondent à la place du rameur sur le banc : le vogue-avant est le premier, souvent (...)

28Par cette ordonnance, le service des chiourmes est orienté dans deux grandes directions : le service à la mer et celui du port. « Le principal service des chiourmes devant être au surplus celui de la mer, veut Sa Majesté que chaque année, si les circonstances le permettent, il soit armé quelques galères dans chacun des ports où elles seront distribuées afin d’entretenir dans ce service les anciennes chiourmes et d’y former les nouvelles. » L’importance du service à la mer est fortement affirmée par cet article et confirmée par le fait que les chiourmes sont dispensées du travail à l’arsenal pendant le mois d’exercice des galères. De plus, même si l’on ne répartit plus les forçats par équipages, on continue à préconiser un classement orienté vers la propulsion des galères, puisque les forçats et les Turcs sont divisés en trois classes, une pour la vogue, soit les vogue-avant, les tiercerols, les quarterols et les basses vogues, une deuxième pour les rebutés et la dernière pour les invalides29.

29Mais, parallèlement, et c’est là un autre aspect ambigu de cette ordonnance, de nombreux articles créent de fait le bagne à terre en organisant la vie des forçats, non plus seulement à bord des galères, mais aussi à terre avec leur travail dans le cadre de l’arsenal. On trouve en germe les principaux éléments de la vie des forçats au bagne puisque sont abordés ainsi les problèmes de la nourriture, du logement ou du rôle de l’intendant sur les chiourmes.

30Ainsi, l’article 11 prévoit que « les chiourmes seront gardées à terre dans les bagnes, salles de force et autres lieux qui seront destinez pour les renfermer ». Les galères ne sont désormais plus utilisées pour le logement des forçats qu’en cas de défaut de bagne ou d’autre établissement à terre et, même dans ce cas, l’intendant ou son ordonnateur et non les officiers du port ont le premier rôle pour la gestion des chiourmes :

« Les intendants et les ordonnateurs auront la police des bagnes et salles de force et ils préposeront les commissaires, écrivains, comites, sous-comités, argousins, sous-argousins, pertuisaniers et autres bas-officiers nécessaires pour la faire observer dans tous ses points. »

31L’aspect de la nourriture ne connaît pas vraiment de modification car les forçats sont alimentés « à la même ration que sur les galères ».

32C’est surtout le développement du travail de l’arsenal qui marque la rupture avec le temps des galères, car, à Marseille, les forçats ne travaillaient guère pour la Marine, sinon peut-être à la manufacture du bagne. En effet, il est décidé que les forçats seront employés toutes les deux semaines aux travaux de fatigue des arsenaux, qu’ils pourront être prêtés à des particuliers, soit dans le cadre d’un travail en ville, soit pour le fonctionnement d’une manufacture dans le style de celle existant à Marseille, véritable bagne avant le bagne. Il est prévu en outre que les forçats pourront continuer à vendre les produits de leur artisanat dans des baraques, y compris les jours où ils ne seront pas destinés pour la fatigue, à condition de pouvoir payer cinq sols à un compagnon de peine pour les remplacer.

33Tous les éléments constitutifs de la vie du bagne sont déjà là, qui marqueront le déroulement de l’existence des forçats après la disparition des galères. Ceux-ci seront répartis dans les deux bagnes de Brest et Toulon, où l’on aura à cœur de respecter ces prescriptions jusqu’à construire d’autres galères pour effectivement exercer les chiourmes, alors même que l’intendant Hocquart pensait déjà que le rôle principal des forçats se jouait dans l’arsenal même et non sur la mer.

34En définitive, si les galères sont des bâtiments dépassés, pouvant certes garder une certaine utilité, indubitablement, leur histoire est derrière elle et cela, depuis près de cinquante ans. Or l’anachronisme des galères entraîne forcément un moindre financement des armements et donc une chiourme moins bien formée à la rame, cercle vicieux que seule l’influence du chevalier d’Orléans avait pu pour un temps briser. La mort de celui-ci n’a pu qu’aboutir à l’inévitable suppression de corps des galères de France, déguisée en acte de réunion à celui de la Marine, les demoiselles de Lépante mettant cinquante ans à pourrir lentement dans les darses de Toulon.

Chronique d’une mort annoncée : les dernières galères françaises

35Même si le corps des galères de France disparaît de fait après la promulgation de cette ordonnance, les bâtiments vont survivre quelques années entre Marseille et Toulon, même si on n’en construira plus en Méditerranée.

  • 30 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol 3.

36Dans un premier temps, quelques forçats et galères restent à Marseille, afin de ne pas déstabiliser l’économie de la cité phocéenne, dont une partie reposait sur la présence des forçats, vente de vêtements, de nourriture, utilisation des galériens par des particuliers comme journaliers mais surtout pour continuer à faire fonctionner la manufacture : « on ne pourra arriver à cet arrangement définitif [le partage des chiourmes entre les ports] qu’à la fin de 1750 ou même en 1751 […] par rapport au traité de la manufacture de bagne de Marseille qui n’expire qu’au premier octobre 175030. »

  • 31 B. Pech, op. cit., p. 23.

37Par la suite, l’arsenal de Marseille continue à vivre de l’envoi de quelques chaînes de Paris et surtout du transfert de Toulon, sur les ordres de Choiseul, de sept galères placées sous le commandement d’un capitaine de vaisseau et dont l’administration est confiée sur place au commissaire de Marine ayant le département des classes31. Cet archaïsme ne prend fin qu’en 1781 quand :

  • 32 AN Mar. D51.

« La chambre de commerce de Marseille ayant représenté que les galères y gênaient beaucoup les bâtiments marchands, on les renvoya toutes à Toulon le 11 octobre 1781 avec leur chiourme au nombre de 518 forçats et il ne reste actuellement à Marseille que la galère de dépôt qui sert de corps de garde à l’entrée du port, c’est la seule qui puisse indiquer que les galères y étaient anciennement32. »

  • 33 A. Zysberg, « Splendeur et misères des galères de France », Quand voguaient les galères, Ouest-Fra (...)

38L’antique cité se détournait elle aussi de ses vieilles compagnes… Sur Toulon subsistent quelques galères qui sortent toujours jusqu’en 1760, date à laquelle les vieux bâtiments cessent de quitter l’arsenal. En 1789, il en reste encore quatre, que le nouveau régime débaptise33. La dernière, la Ferme, disparaît des états en 1814.

39La mort fort opportune du chevalier d’Orléans a donc permis la publication de l’ordonnance du 27 septembre 1748, dont la promulgation avait été retardée par égard pour le général des galères mais que l’inutilité de ces bâtiments rendait inévitable à plus ou moins long terme. Cet acte royal qui crée de fait le bagne sans jamais le dire entraînera une redistribution de la chiourme entre les deux plus grands arsenaux militaires de la France, Brest et Toulon.

Le choix de Brest

40Dès le départ, le site de Brest s’est imposé par son importance sur le plan défensif comme par son rôle stratégique. Ce dernier point permet d’expliquer que, de tous temps, les autorités politiques, quelles qu’elles soient, ont été le moteur du développement de ce port. De sa création par les Romains à son véritable lancement, sur l’initiative de Richelieu et surtout de Colbert et de son fils, de multiples mesures ont permis de soutenir l’expansion de ce site privilégié. Mais c’est le xviiie siècle, et le rôle prépondérant de la Royale, qui assoit définitivement l’importance de Brest.

41Dans ce cadre, l’implantation du bagne, répondant en priorité au besoin d’occuper les condamnés, nous apparaît aussi, dans le choix de son implantation dans le site finistérien, comme l’une des multiples initiatives de développement du port brestois.

La ville

  • 34 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la Cité, 1989, p. 18.
  • 35 A. Boulaire, op. cit., p. 22.

42Brest, port de commerce et de course au xvie siècle, où sept vaisseaux seront armés en 1501 pour soutenir Louis XII en Italie34, demeure cependant à la fin du siècle un « site maritime de faible importance dont le seul intérêt tenait en la protection qu’offrait le château, l’un des plus puissants de Bretagne35 » et dont certains éléments remontent à l’occupation romaine. Elle ne devient vraiment un port important qu’avec les efforts de Richelieu et de Colbert.

  • 36 E. Taillemite, L’histoire ignorée de la Marine française, Perrin, 1988, p. 53.

43À son arrivée au gouvernement, Richelieu comprend la nécessité de doter le royaume de France d’une marine puissante et soumise au pouvoir central ; il élabore alors le premier véritable programme naval français en 1626, date qui marque la naissance de la Royale. Il fait approuver par l’Assemblée des notables un projet de construction de quarante-cinq bâtiments, mais l’absence d’arsenaux oblige Richelieu à avoir recours à des chantiers privés36. Cet effort de construction de navires doit cependant s’accompagner de l’aménagement de ports militaires.

  • 37 A. Boulaire, op. cit., p. 24.
  • 38 Histoire de Brest, sous la direction d’Yves Le Gallo, Privat, 1976, p. 91.

44Après la suppression des amirautés par l’Édit de Saint-Germain de 1626, le Grand maître et surintendant de la Navigation envoie dès 1629 Louis Le Roux d’Infreville faire une visite d’inspection des ports français37. Brest, l’un des quatre sites sur lesquels Richelieu porte son regard, accueille alors un chef d’escadre, un commissaire général et un capitaine de port. Charles de Combout, marquis de Coislin, est nommé gouverneur de la ville. Sous leur impulsion, sont jetées les bases d’une plus vaste infrastructure portuaire, puisque l’on bâtit une corderie, deux forges, le magasin général et différents ateliers. Le port reste modeste même si son budget augmente : en 1635, Brest reçoit trois à quatre fois plus de fonds que les autres ports du Ponant, et en 1636, on y compte 16 vaisseaux ou frégates38.

45La mort de Richelieu et de Louis XIII, l’arrivée au pouvoir de Mazarin diminuent les crédits du port, qui passent de 50 000 livres par an en 1646-1647 à 17 000 livres en 1655-1658.

  • 39 Op. cit., p. 92.

46C’est Colbert qui réveille à nouveau la ville, surtout quand il devient secrétaire d’État à la Marine en 1669. Véritable réorganisateur de la Marine, il affirme sa volonté de faire construire quelque quarante vaisseaux dans le port du Ponant. Il mène pour cela une politique de grands travaux, secondé par Duquesne, commandant de la Marine, et par le commissaire du Seuil. Celle-ci se traduit en 1676 par la construction d’une nouvelle corderie, de boutiques, de hangars, de chantiers de construction, de quais de pierre sèche sur les deux rives de la Penfeld. On commence à creuser la forme de Brest, établie dans l’anse du Troulan, en 1681. Quant à Seignelay, il fait mener d’importants travaux d’aménagement sur les rives de la Penfeld39.

  • 40 Op. cit., p. 67.
  • 41 Op. cit., p. 94.

47Parallèlement, autour de l’activité du port, la ville se développe. Les besoins en hommes pour faire fonctionner l’arsenal attirent de multiples ruraux qui s’y installent : la ville de Brest connaît alors une importante croissance démographique qui porte le nombre de ses habitants à 15 000 en 171540. Les activités économiques se développent pour et autour du port car « le commerce [de Brest] est lié aux besoins des chantiers navals et des armements des vaisseaux de guerre41 ».

  • 42 Op. cit., p. 92.

48Mais Brest ne peut devenir un port militaire digne de ce nom que bien défendu. Il faut notamment mettre en place des défenses au niveau du Goulet, porte de la rade. Vauban effectue pour ce faire deux séjours à Brest. En 1683, le Morvandeau commence par transformer le château, l’adaptant aux nécessités guerrières de l’époque : les toits du donjon et des tours laissent la place à des plates-formes où l’on installe de la grosse artillerie. De même, Vauban établit à l’entrée de la rade des batteries à feux croisés. Brest est ainsi protégé de toutes incursions ennemies dans la rade, comme celle des Espagnols en 1593. Il perce de deux portes les fortifications préexistantes autour de la ville. En 1694, il remodèle les grands axes de la cité, créant ainsi la rue de Siam42. Déjà en 1681, les lettres patentes de Louis XIV, réunissant les deux quartiers de Brest et Recouvrance de part et d’autre de la Penfeld, avaient consacré l’importance de la cité du Ponant, sous l’autorité de la communauté de ville et de la Marine.

49Cependant, port et ville connaissent un certain déclin à partir de la fin xviie siècle, du fait des difficultés économiques. Mais c’est surtout la longue période de paix qui succède au traité d’Utrecht qui ralentit durablement l’activité de la ville car, comme le constate en 1784 l’ingénieur des Ponts et Chaussées Bernard,

  • 43 Cité dans op. cit., p. 101.

« La guerre est le seul temps où elle fleurisse. Tandis que les provinces gémissent de ce fléau cruel, Brest et s’embellit et s’enrichit par l’affluence de ceux qui s’y rendent, par ses armements continuels, par la circulation vive, rapide, des espèces, par l’abord continuel des denrées et des effets commerciales, par les échanges mutuels que nécessite la réunion d’un très grand nombre d’hommes43. »

50Dans ce port, né avant tout de la volonté royale, développé par les besoins stratégiques, mais dont l’activité dépend entièrement des fonds que le pouvoir veut bien lui accorder, l’implantation du bagne, destiné, en même temps qu’à écarter de la société des criminels indésirables, à fournir une main-d’œuvre bon marché, se comprend aisément.

51L’histoire de Brest explique ainsi pour une part le rôle que pourra jouer le bagne en son sein. L’état de l’arsenal, muni de l’essentiel des infrastructures indispensables pour jouer son rôle de premier port militaire de France, mais nécessitant d’incessants travaux d’entretien ou de reconstruction de bâtiments détruits par le temps ou les accidents, explique les besoins en journaliers.

Le port

  • 44 A. Testu, Voyage en France, Mame, 1883, p. 250.

52Si la situation du port de Brest, à la pointe de l’Europe, à mi-chemin de la Manche et de l’Atlantique, apparaît remarquable, il offre de plus les multiples avantages que lui procure sa rade, « immense bassin de plus de trente-six kilomètres, [qui] communique avec la mer par une embouchure nommée Goulet. Ce passage, dont la largeur ne dépasse pas seize cent mètres, offrirait néanmoins une entrée assez facile, s’il n’était parsemé d’écueils, dont le plus redouté des marins est la roche Mingant44. » Ce site semble cependant facile pour celui qui veut y entrer ou qui désire le bloquer, mais en sortir demande plus de métier du fait des vents dominants à l’Ouest. Il dispose également de bons fonds, de 10 à 12 mètres de profondeur, largement suffisants pour les vaisseaux du xviiie siècle.

  • 45 Seul l’aménagement du Porstrein, destiné pour le commerce, autour de 1859-1866 permettra de remédi (...)

53Le port, implanté dans la Penfeld, petite ria, nécessite encore en 1749 de nombreux aménagements. Au quotidien, la rivière sinueuse s’envase fréquemment, d’où l’importance du curage. Cependant, le problème essentiel de ce port reste son exiguïté. En effet, outre que la Marine doit partager un port déjà insuffisant pour elle seule avec les commerçants45, la Penfeld est bordée de part et d’autre par d’abruptes falaises. La seule solution sera la politique d’excavation de la montagne de Keravel puis des Capucins, menée par Antoine Choquet de Lindu. Là aussi, qui d’autre que la main-d’œuvre pénale pouvait mener à bien ce travail de force permettant de dégager des espaces considérables ?

  • 46 L. LE Roc’h-Morgere, loc. cit.

54Le port de Brest se présente cependant en 1749 comme un espace déjà bien équipé : sur la rive gauche, côté de Brest, on dénombre machine à mâter, poudrière, boulangerie, magasin de salaisons, forme de Brest, magasin général et les deux corderies. À Recouvrance, on note un atelier de menuiserie, un de peinture, le magasin aux mâts, une nouvelle poudrière et la cayenne des matelots. Beaucoup de ces bâtiments résultent des efforts de remise en état du port après les deux incendies de Noël 1742 et de 174446.

55À ces dégâts inestimables, s’ajoutent le manque de fonds mais aussi le laisser-aller du vieil intendant Bigot de La Mothe, âgé de 81 ans. L’arrivée de la chiourme permettra de mener à bien de multiples travaux, de seconder, voire de remplacer les journaliers dans les travaux de lestage et de délestage des navires, d’autant plus qu’elle concorde avec la nomination de l’énergique Gilles Hocquart, qui mettra à profit les circonstances, en l’occurrence la Guerre de Sept ans, pour essayer de redynamiser son port.

Le transfert des forçats de Marseille à Brest

56Si le trajet entre Toulon et Marseille est suffisamment court pour ne pas susciter l’inquiétude des dirigeants de la Marine, celui en direction de Brest nécessite, par contre, une organisation précise, aussi bien sur le choix du mode de transport que sur les problèmes du ravitaillement et de l’escorte qu’il convient de joindre à ce détachement d’hommes dangereux pour la société. Dès le 9 octobre 1748, on envisage donc différentes solutions, mais ce n’est qu’à la fin mai 1749 que les forçats rejoindront leur nouveau port d’attache.

L’organisation du transfert jusqu’au départ des gabares de Brest

57La volonté de Maurepas de faire transférer les forçats à Brest en alliant faible coût et grande sécurité, afin d’éviter débordements ou évasions, amène celui-ci à envisager dans un premier temps l’emploi de galères. Par la suite, c’est l’idée de remonter le canal du Midi avec des navires appropriés puis d’embarquer les forçats à Bordeaux sur des gabares qui prévaut. Ce choix du mode de transport s’accompagne de mesures destinées à assurer aussi bien la fourniture des vivres et des fonds ainsi que les hommes nécessaires pour escorter cet encombrant convoi.

L’idée de l’utilisation des galères

58Pour faire migrer des galériens, naturellement, la première idée qui vient à l’esprit des dirigeants de la Marine est d’utiliser les galères. Il est donc projeté au départ, le 9 octobre 1748, de faire un armement de quatre galères de Toulon à Brest pour y conduire 1 000 forçats.

59Dans cette optique, seuls mille forçats, choisis parmi les rameurs, donc au sein des condamnés à vie, seraient conduits de Marseille à Brest, chiffre dont on prévoit l’augmentation par apport de chaînes dans ce dernier port. On espère ainsi arriver au nombre de 2 000 forçats dans cet arsenal.

  • 47 SHMB 1 E 96, fol. 325-326.

60Le 9 octobre 1748, Maurepas écrit donc à Bigot de La Mothe pour lui faire part de ce projet, lui annonçant un départ des condamnés prévu pour avril 1749 et une arrivée en Bretagne en juillet-août. Pour les abriter du « climat pluvieux de Brest » qui empêchera les forçats de loger en hiver sur les galères, il émet l’hypothèse de « se servir de vieux vaisseaux pour les abriter. Il n’y aura autre chose à faire à ces vieux vaisseaux que de démolir leur second pont, de joindre les deux gaillards par un toit, d’établir des taulats sur le premier pont et enfin de griller les sabords47. »

  • 48 SHMB 1 E 96, fol. 405.

61Mais avant que les premières mesures n’aient été prises pour ce départ, le ministre fait marche arrière, prudemment d’abord, en écrivant à Bigot de La Mothe : « comme le projet de faire passer l’année prochaine quatre galères de Provence à Brest n’est pas absolument décidé, je ne vous demande point de porter aucun article de dépense dans votre projet à cette occasion parce que si le cas arrive, on prendra dans le temps les mesures qui seront nécessaires en conséquence48. »

  • 49 AN Mar. B2338, fol. 11.

62Le 13 janvier 1749, Maurepas donne une nouvelle preuve de la déchéance des galères en annonçant simultanément à Orves et à d’Héricourt l’abandon de ce projet. Ces deux derniers ont certainement fait part au secrétaire d’État des difficultés techniques et du coût de l’opération ; en conséquence, Maurepas envisage de « faire conduire [les forçats] à Bordeaux sur le canal de Languedoc et de là sur des flustes et autres bâtiments jusqu’à Brest » et de demander à d’Héricourt un avis détaillé sur cette nouvelle proposition49.

  • 50 AN Mar. B2338, fol. 19.

63En outre, le secrétaire d’État à la Marine demande à l’intendant général des galères de prévenir Mistral, commissaire, de se rendre à Brest, sa future affectation, en compagnie de quelques bas-officiers « affin de diriger les établissements qui sont à faire dans ce port à cette occasion ». Comme déjà le projet de construire deux galères à Brest est bien avancé, le ministre exige en outre que le « sr Renoir cadet qui est apostillé sur vos listes pour passer à Brest s’y rend [e] en même temps que le sr Mistral et qu’il se fit accompagner de quelques charpentiers et autres ouvriers au fait de la construction des galères ». Il ajoute également que, comme les forçats ne sont plus destinés à se rendre à Brest sur ces bâtiments, il n’est plus nécessaire de n’y envoyer que des hommes forts mais qu’au contraire, on peut les prendre dans les trois classes50.

À la recherche de l’organisation du transfert

  • 51 AN Mar. B2338, fol. 47.

64Au vu du désir de Maurepas de faire passer les forçats par le canal du Midi, Orves se met en contact avec d’Héricourt car « comme cet envoi de Marseille à Agde ne peut se faire que sur des tartanes, [il en a] écrit à d’Héricourt étant d’ailleurs plus à portée que [lui] d’être instruit des précautions qu’on avait autrefois prises pour faire passer des chiourmes à Rochefort51 ». Le ministre, là aussi, va récuser ce procédé dans une longue lettre adressée à d’Héricourt :

  • 52 Ibidem.

« Il ne doit point être question de suivre en cette occasion ce qui s’est pratiqué en 1701 pour le passage d’un pareil nombre de forçats qui, après avoir été conduits à Bordeaux par le canal de Languedoc, se sont rendus à Rochefort où ils ont trouvé des galères sur lesquelles ils ont armé pour aller à Dunkerque. Il s’agissait pour lors d’un armement réel de galères et l’armement complet tant en bagages et équipement qu’en hommes de manœuvre et troupes en faisait partie au lieu qu’il y a autre chose à considérer dans le moment présent que la simple conduite de 1 000 forçats avec les bagages qui leur sont absolument nécessaires, sans aucun armement de galères52. »

65Maurepas ajoute en outre une liste d’instructions qui seront suivies scrupuleusement : dans un premier temps, il refuse de faire escorter les forçats par les quatre compagnies franches de la Marine qui doivent se rendre à Rochefort pour y passer une année de garnison. De même, il ne veut pas faire appel à un capitaine des chaînes.

  • 53 Bâtiment de charge et de transport, de forme variée allant du simple bateau au navire à trois mâts (...)

« Parce qu’il ne s’agit point d’une marche par terre et il doit être aisé à des argousins et comes de se charger de la sûreté de cette conduite avec seulement des pertuisaniers, vue que les forçats peuvent être enchaînés sur les tartanes qui les conduiront à Agde, sur les bateaux d’Agde à Bordeaux et ensuite sur les flustes et gabares53 du Roy qui les passeront à Brest. »

66Inutile de préciser que charger le personnel habituel des galères de ce transport présente aussi une économie non négligeable en regard des tarifs des entrepreneurs.

67Cependant, de fait, l’organisation de ce transfert s’inspire très fort de celle de la chaîne traditionnelle, puisque l’un des bas-officiers doit remplir pour les étapes par terre les fonctions de capitaine des chaînes, n’ayant sous ses ordres que cinquante à soixante pertuisaniers, quitte à engager d’autres hommes en cours de route.

68Pour le détail du trajet, les forçats doivent donc s’embarquer sur des tartanes nolisées à Marseille, changer de bateaux sur le canal de Languedoc pour partir de Bordeaux à bord de gabares du roi. « Il y aura à observer de mectre des tentes de toiles à la suite du bagage des forçats pour s’en servir sur les bateaux du canal affin que les forçats puissent y rester de nuit comme de jour. »

69Quant aux vivres, il est établi que les tartanes emporteront quinze jours sur le pied de la ration de mer pour les forçats et sur le pied de la ration et de la ration et demi des vaisseaux pour bas-officiers et autre personnel. Les gabares de Brest emporteront, elles aussi, les vivres nécessaires pour la traversée.

  • 54 Parallèlement, le port de Marseille semble vouloir tirer un trait sur son passé de port d’accueil (...)

70Outre ces mesures visant au transport des hommes et des bagages les plus essentiels, le ministre n’oublie toujours pas qu’il va falloir construire deux galères à Brest, préoccupation qui reste bizarrement toujours présente… Maurepas annonce donc à cet effet qu’il va destiner « une fluste pour porter à Brest les bois courbeaux qui seront rassemblés à Marseille pour la construction d’une galère54 et que cette fluste serait chargée de plus de quelques agrets de galères avec des gros bagages concernant les 1 000 forçats ».

71Cette lettre de Maurepas s’avère donc très intéressante pour notre propos car elle fixe dans ses grandes lignes les modalités du transfert des forçats de Marseille à Brest. Par la suite, la Marine réglera au fur et à mesure les différents points de détail qui apparaîtront.

La mise en marche du processus

72Le 7 mars, partent de Paris de multiples lettres destinées aux différents protagonistes de ce transfert, qui reprennent toutes les mêmes éléments.

73La lettre adressée à Bigot de La Mothe traite essentiellement de l’aménagement des gabares à destination de Bordeaux. En premier lieu, comme les forçats ne quitteront pas Marseille avant que les gabares ne soient arrivées à Bordeaux, il convient que celles-ci partent au plus tôt, les aménagements pour accueillir les condamnés ne s’y affectant donc qu’à Bordeaux en attendant les galériens. Il faut donc à cet effet « embarquer à Brest beaucoup de planches choisies parmi celles que vous avez de plus mauvaises par rapport à leur proportion défectueuse ainsi que quelques bois longs en chesne et en sapin de ce qui est de rebus et de cloux de toutes sortes ».

74Le ministre fixe, de plus, à cinq ou six le nombre de bâtiments nécessaires car « une gabare ordinaire peut contenir 200 [hommes] puisqu’il ne s’agit pour placer des forçats que de les ranger enchainés sur des taulats ou lits de camps », d’où ce chiffre de cinq gabares, outre celle aménagée en hôpital sur laquelle seront embarqués un aumônier et un chirurgien.

75En plus de ces deux hommes, le personnel chargé de ces bâtiments devra se constituer, sur chaque gabare, de dix soldats commandés par un capitaine d’armes ou un sergent et sous l’autorité d’un officier de port désigné par le chevalier de Camilly. La garde est complétée par l’équipage, auquel on aura pris soin de distribuer des armes et des pistolets ; on pourra également compter sur les bas-officiers des galères embarqués à destination de Brest.

  • 55 SHMB 1 E 97, fol. 35-37.

76Les vivres sont prévus pour « quatre mois par chaque gabare en rations et rations et demi de Marine sur le pied de l’armement au départ de Brest et de plus pour deux mois en rations de forçats à la mer sur le pied de 1 00055 ».

77La missive adressée à Héricourt aborde surtout le problème du voyage en amont. On lui annonce d’abord de ne faire partir les forçats de Marseille qu’après s’être assuré de l’arrivée des bâtiments à Bordeaux ; « de cette manière, les bateaux du canal arrivant à Bordeaux, les forçats seront embarqués de bord à bord sur les gabares du roi et partiront tout de suite pour Brest sans qu’on puisse tomber dans les inconvénients qu’envisage M. de Rostan, soit pour loger les forçats à Bordeaux, soit pour y retenir les malades, soit pour les fournir de vivres ». Lui est également recommandé de suivre les avis de Dallerat, qui conseille de ne pas changer de bâtiments à Toulouse ; de toutes façons, cette question sera débattue à Montpellier entre Jordanis, chargé de ce transfert, Arnaud et le subdélégué général de l’intendance de Languedoc.

  • 56 AN Mar. B2338, fol. 77.

78Maurepas s’accorde avec son intendant pour destiner un détachement de soldats de la Marine en plus des pertuisaniers déjà mentionnés, suite sans doute aux représentations de d’Héricourt qui ne fait pas confiance aux archers que l’on pourrait recruter en cours de route. Maurepas communique au comte de Maleuvrier la demande en hommes que d’Héricourt estime à « deux capitaines d’armes, quatre sergents et cinquante et un soldats », en laissant cependant la liberté à ce dernier de recruter un nombre plus important d’ici au départ, en cas de besoin. Le ministre laisse également à son subordonné le choix de faire partir les forçats en un ou deux détachements, alternative certes fortement entravée par la remarque par laquelle il observe « que les vents qui seront bons pour le départ de la première division, si vous en établissez deux, il se trouverait peut-être de l’inconvénient à suivre le parti de ne pas expédier le tout à la fois56 ».

79Le problème des vivres entre Marseille et Bordeaux est réglé par une lettre adressée au munitionnaire de la Marine, lui demandant de

  • 57 AN Mar. B2338, fol. 80.

« Faire fournir à Marseille pour 15 ou 20 jours de vivres suivant ce que M. d’Héricourt le déterminera sur les tartanes qui porteront à Agde les forçats dont il s’agit. […] La route de Marseille à Bordeaux sera vraisemblablement plus longue que de quinze à vingt jours mais M. Jordanis qui accompagnera cette conduite fera acheter par économie ce qui sera nécessaire au delà des vivres embarqués à Marseille, et pour opérer votre décharge, il arrêtera un rolle de consommation du même nombre de jours de fournitures des vivres qu’il en aura été pris à Marseille57. »

  • 58 AN Mar. B2338, fol. 77.

80Cette lettre complète les instructions données à d’Héricourt qui précise que les vivres non consommés par Jordanis entre Marseille et Agde serviront pour le cas où l’on ne trouverait pas assez de vivres frais au cours des étapes sur le canal et que ce dernier « ménagera le tout de manière à ne pas faire ses achats sur la route que relativement aux quantités qui manqueront au delà de ce qui aura été de trop après l’arrivée à Agde58 ».

  • 59 AN Mar. B2338, fol. 79.

81Toutes ces instructions sont également envoyées à des personnages aussi divers que le comte de Maleuvrier, chargé de fournir les hommes de l’escorte, en lui précisant « qu’il est fort important que le choix des officiers soldats qui seront à la teste des petits détachements divisés sur les diverses tartanes et barques du canal tombe sur ceux qui sont les plus sages et les plus expérimentés59 ».

  • 60 AN Mar. B2338, fol. 81.

82Le Nain, intendant de Languedoc, quant à lui, est surtout informé au sujet des barques à fournir : « il s’agira selon toutes les apparences de quelques ordres de votre part tant pour avoir les meilleures barques de la Garonne qu’il sera possible de trouver et pour leur faire faire route avec diligence sur le canal que pour faire fournir des vivres dans quelques endroits60. »

83Ces mises au point faites par le ministre, les vrais préparatifs commencent.

La préparation des gabares à Brest

  • 61 SHMB 1 E 97, fol. 47-48.

84Tout d’abord, à Brest, on s’active pour la préparation des gabares. Le 10 mars 1749, Maurepas se félicite de l’arrivée dans ce port de « plusieurs gabarres du roi venant de différents endroits » et il recommande « d’accélérer le peu d’arrangements qui sont à faire à Brest pour mettre ces gabarres en état de remplir la destination qui leur a été donnée », espérant au surplus qu’elles seront bientôt prêtes à partir61.

85De son côté, Bigot de La Mothe procède au choix des bâtiments pour cette mission et considère, après avoir pris conseil auprès des officiers de port :

« Qu’il en fallait six des plus grandes, non compris celle qui servira à y établir un hôpital, à savoir la Carpe, la Sarcelle, la Fauvette, la Macreuse, la Marne et l’Esturgeon pour l’embarquement des dits forçats et l’Aloze pour servir d’hôpital ; on ne pourra embarquer que 200 forçats sur les deux premières et 150 sur chacune des quatre dernières, ce qui fait la quantité de 1 000 ».

  • 62 SHMB 1 E 526, fol. 5-6.

86L’intendant, en accord avec le chevalier de Camilly, désigne Claveau pour prendre le commandement de l’opération, « officier très sage et lequel étant provençal se fera mieux entendre » ; celui-ci est payé comme un lieutenant de port armé, s’embarque sur la Carpe, qui est armée sur le pied ordinaire, ce qui permet à l’officier d’avoir une table. Il est assisté de l’écrivain Gaulette, « garçon entendu et appliqué ». Pour le reste de l’équipage, Bigot de La Mothe décide de ne « rien changer de l’armement qu’elles ont actuellement à l’exception qu’il faut nécessairement trois hommes de plus par chaque gabare, savoir un commis des vivres, un matelot charpentier et un autre calfat ». Afin de soutenir, en cas d’émeute, les soldats choisis par Rosily et commandés par un capitaine d’armes, il fait distribuer, suivant les instructions du ministre, des armes, sabres et pistolets. Enfin, Bigot de La Mothe propose et obtient l’utilisation des 10 000 planches rebutées de la fourniture de M. Michel, à raison de 50 livres le grand cent composé de 124 planches62.

87L’utilisation de ces bâtiments n’est pas sans poser des problèmes pratiques. Bigot de La Mothe s’inquiète du fait que les gabares ainsi mobilisées pour le transfert des forçats ne puissent assurer leur service ordinaire, tout en coûtant beaucoup plus cher qu’à l’accoutumée. Maurepas le rassure en lui conseillant d’ « augmenter le nombre des barques de Rhuis qui sont frettées pour […] apporter [du bois] de Nantes à Brest et vous verrez qu’il est possible d’[y] faire […] le moins d’interruption qu’il sera possible ». Quant au coût, si l’augmentation est inévitable, elle ne sera pas très forte selon le ministre d’autant que les vivres ne tomberont pas sur le budget consacré aux armements.

  • 63 Cité par P. Henwood, « Quand Brest accueillait ses premiers forçats… », Cahiers de l’Iroise, 1980, (...)

88Il ne reste plus aux gabares qu’à partir. Mises en rade le 28 mars, elles y seront immobilisées par des souffles contraires jusqu’au 11 avril, date à laquelle « les vents s’étant rangés hier du costé du nord, M. Claveau en a profité et il a appareillé sur le champ avec les sept gabares qu’il commande63 ».

Les derniers préparatifs à Marseille

  • 64 AN Mar. B2338, fol. 118.

89Parallèlement, les préparatifs continuent à Marseille et Toulon. Suite aux conseils de d’Héricourt, le secrétaire d’État accepte de changer ses dispositions concernant la fourniture des vivres. En effet, puisque l’intendant général des galères préfère « charger le munitionnaire de faire fournir par ses correspondants sur la route depuis Agde jusqu’à Bordeaux les vivres qui seront nécessaires que de faire distribuer aux forçats ceux que l’on aura débarqués des tartanes parce qu’il y aura moins d’embarras et qu’au lieu de biscuit et de viande salée, on aura du pain frais et de la viande fraîche », le ministre conseille donc à d’Héricourt d’avertir le munitionnaire de Marseille pour qu’il prenne ses dispositions en conséquence64.

  • 65 AN Mar. B3484, fol. 180-181.

90D’Héricourt reçoit en outre l’état des officiers, bas-officiers et ouvriers passant à Brest avec les forçats : Mistral est destiné pour y occuper le poste de commissaire des chiourmes dans ce port, secondé par les écrivains Durand, Vaisse, Chaillan et Testannière. Ce personnel administratif est accompagné du constructeur de galères Renoir et de son élève Faucillon, qui seront chargés de construire les deux dernières galères françaises à Brest. On peut y ajouter trois comites, cinq sous-comités de proue, quatre sous-comités de misaine, trois argousins, cinq sous-argousins, deux sergents de pertuisaniers et trente-quatre pertuisaniers ; ils formeront l’ossature du personnel de surveillance du bagne de Brest, d’autant plus précieux, que, formés par l’expérience, ils seront chargés d’initier les nouveaux hommes, recrutés avec combien de difficultés sur Brest ! Ce personnel doit être complété par sept charpentiers, deux rémolats, deux barrillats et cinq calfats, formés eux aussi à la construction des galères65.

  • 66 AN Mar. B2338, fol. 137.

91La rencontre entre Jordanis, commissaire des chaînes, le subdélégué général de l’intendance de Languedoc et les directeurs du canal du Midi apporte d’autres changements par rapport aux instructions initiales. Comme il serait trop compliqué de faire descendre de Toulouse à Agde les bateaux sur lesquels Dallerat avait proposé de faire embarquer les forçats, il a été convenu de substituer à « ces bateaux douze barques du canal pour monter jusqu’à Toulouse » et d’écrire à Dallerat pour « s’assurer d’un petit nombre de bateaux pour descendre de Toulouse à Bordeaux en observant de les faire couvrir de planches affin de préserver les forçats des injures de l’air66 ».

  • 67 AN Mar. B3483, fol. 5-7.
  • 68 AN Mar. B2338, fol. 143.

92Il est ensuite fait choix des hommes de l’escorte, dont un état est envoyé par le chevalier de Pilles au secrétaire d’État à la marine67, qui en avertit en outre le comte d’Argenson68. Ainsi, sous les ordres de deux capitaines d’armes, Louis Trotabas, commandant, de la compagnie de Chaumont, et Pierre Chabert, son second, de la compagnie de Gostro, on trouve quatre sergents, huit caporaux et quarante-quatre soldats, soit un total de cinquante-huit hommes.

  • 69 AN Mar. B3483, fol. 5-7.

93Enfin, d’Héricourt donne ses dernières instructions au commissaire des chiourmes Jordanis : celui-ci reçoit 10 000 livres pour pourvoir aux dépenses de la route. Il dispose aussi, au cas où la somme s’avérerait insuffisante, de lettres de change sur M. de Selles, trésorier de la Marine, à faire valoir auprès des receveurs généraux des Fermes. Il lui est confié les copies des marchés passés avec les patrons des tartanes, qu’il finira de payer à Agde ; il procédera de même avec les patrons à Toulouse puis à Bordeaux. Il doit en outre tenir quittance des autres parties de dépenses et établir un état certifié de celles qui n'excèdent pas 50 livres. Ce compte sera présenté à l’intendant de Brest et le trésorier de la Marine de ce port le fera entrer dans son compte général, afin d’en décharger Jordanis69.

  • 70 AN Mar. B3480, fol. 30.

94En dernier lieu, Orves annonce qu’il fera prendre un détachement d’environ vingt hommes, moitié sur la compagnie de Massilien et moitié sur celle de Castellane-Saint-Seurs pour les embarquer sur la flûte la Seine, chargée de porter à Brest les bois de gabaris et la « palamente » de la galère à construire, ainsi que le gros attirail de la chiourme70.

95Fin avril, Marseille et Toulon sont donc fin prêts pour entamer le transfert des forçats vers Bordeaux, en attendant la nouvelle de l’arrivée des gabares dans cette ville, qui donnera le signal de départ de l’opération.

À Brest, en attendant les forçats

96Très tôt, les autorités de la Marine prennent conscience des problèmes pratiques engendrés par le transfert des forçats de Marseille à Brest pour ce dernier port. Le plus important reste sans conteste celui d’établir un logement conforme à la fois aux impératifs de la surveillance et aux nécessités de la vie. Se pose également le problème de former le personnel brestois aux besoins de la chiourme afin d’aménager le meilleur établissement possible pour l’accueil des forçats.

  • 71 AN Mar. B2338, fol. 19.
  • 72 SHMB 1 E 526, fol. 5.

97Comme le dit Maurepas, « il faut faire à l’avance [à Brest] divers préparatifs pour leur logement et pour leur service dont on n’a aucune idée dans ce port71 », d’où la volonté que les aménagements dans le port de Brest se fassent sous la direction de Mistral, commissaire des chiourmes à Marseille. L’annonce de l’arrivée de celui-ci semble apporter un véritable soulagement à l’intendant brestois Bigot de La Mothe qui affirme, le 17 mars, vouloir attendre le commissaire pour établir les taulats selon ses desiderata72.

  • 73 SHMB 1 E 526, fol. 12.
  • 74 SHMB 1 E 526, fol. 18.

98L’intendant prend quand même des initiatives : il décide dès le 28 mars de faire construire six chaloupes pour le transport des forçats au sein de l’arsenal, « plates et tirant peu d’eau pour aborder facilement à terre pour l’embarquement et le débarquement des dits forçats73 ». Les dépenses pour celles-ci et pour l’établissement du bagne sont prises sur les 125 110 livres du chapitre 8 des dépenses, concernant les chiourmes, « affin de ne point mettre en retard les constructions et autres ouvrages du port si les ouvrages qui ont rapport aux chiourmes sont faites par les ouvriers du port74 ».

  • 75 SHMB 1 E 97, fol. 73.

99Le secrétaire d’État à la Marine, s’il ne peut qu’approuver la construction des six chaloupes, recommande cependant de s’en tenir là pour le moment : « il sera tems de les faire construire lorsque les forçats seront arrivez à Brest, et que l’on aura déterminé plus particulièrement quels sont les ouvrages auxquels ils pourront être employez75. »

  • 76 L’arsenal de Brest compte en effet en 1 749 deux corderies ; la première, dite corderie basse, est (...)
  • 77 SHMB 1 E 97, fol. 87.

100Mais le point essentiel reste évidemment l’aménagement d’un local pour l’accueil des forçats. On se rappelle que Maurepas avait proposé au départ de les installer dans de vieux vaisseaux hors d’usage, dont le second pont aurait été démoli et dont les gaillards auraient été joints par un toit. Mais Bigot de La Mothe fit alors remarquer les inconvénients de cet établissement, notamment par rapport au climat de Brest et à la dépense qu’il occasionnerait, et proposa l’utilisation de la corderie basse76 à cet effet, d’autant que la corderie haute, en l’absence de grands mouvements, suffisait largement pour les besoins du port. L’intendant envisageait, plus précisément, de destiner le bas de la corderie à l’accueil des forçats en réservant le premier étage pour filer et servir de magasins aux fers. Si l’utilisation de cet atelier agrée à Maurepas, celui-ci récuse par contre l’aménagement proposé : « cet arrangement ne parait pas pouvoir être suivi en ce que le bas de la corderie est absolument trop humide pour y coucher des hommes lesquels n’ont même pas de paille sous leur taulat ou lits de camp, ce qui leur occasionnerait des maladies de manière qu’il parait indispensable de prendre le premier étage de cette corderie pour y coucher les forçats. » Maurepas ajoute également la nécessité de construire les taulats pour cinq hommes de front : en effet, pour éviter aux forgerons de Brest, déjà chargés des grilles des fenêtres de la corderie, d’avoir à fabriquer de nouvelles chaînes pour les 1 000 forçats, il faut adapter les taulats aux « anneaux ou maillons auxquels sont attachés les chaines pour la route [qui] ont été pris sur des galères sensibles qui n’ont que cinq hommes par banc ». Maurepas préconise également l’ouverture de quelques fenêtres du côté de la montagne pour donner de l’air dans le bagne77.

  • 78 SHMB 1 E 526, fol. 26.
  • 79 SHMB 1 E 97, fol. 98.

101Le 10 avril, arrivent à Brest l’écrivain Vaisse, le constructeur Renoir et son élève Faucillon, ainsi que le comite Niggio et l’argousin Vincent. Ils sont conduits le 12 à la corderie basse par le capitaine du port Beaussier et l’architecte Choquet. Suite à leurs remarques, Robert peut juger que « les dispositions […] [lui] ont paru d’un si long travail que nous avons jugé devoir y faire mettre la main dès aujourd’hui et sans attendre M. Mistral ». Choquet désigne des maçons pour façonner le grillage des fenêtres, les murs de refends et l’établissement, au milieu de la corderie, des cuisines et des latrines. Ces travaux l’obligent d’ailleurs à surseoir les travaux des fortifications projetés pour cette année. Sous la direction de Renoir, les charpentiers de Marseille et une quarantaine de Brestois épontillent et bouchent les fenêtres du côté du mur, établissent les soubassements et dressent les lits de camp78. Maurepas s’avère conscient du retard qu’occasionne dans le port le travail des charpentiers occupés à la confection des taulats. Il ne voit cependant « d’autres changements dans le projet que d’avancer un peu moins tant les trois vaisseaux le Formidable, l’Illustre et l’Opiniastre que les deux autres vaisseaux qui doivent encore être mis sur les chantiers lorsque le Soleil royal et l’Amphion auront été lancés à l’eau79 ».

  • 80 SHMB 1 E 526, fol. 33.

102Maurepas reste cependant en deçà des réalités et Robert, ce même 21 avril, lui annonce sa décision de faire une adjudication de la main-d’œuvre des taulats. En effet, on lui a fait observer que « les 150 taulats nécessaires pour les forçats ne pourraient être travaillés par nos ouvriers sans beaucoup de frais, que l’atelier de la menuiserie étant fixé à 30 hommes, ils ne sauraient […] procurer ces taulats que dans un très long terme » et encore, en suspendant de nombreux travaux du port80.

  • 81 SHMB 1 E 526, fol. 34.
  • 82 SHMB 1 E 97, fol. 108.

103Les travaux avancent régulièrement dans la corderie basse : le 25 avril, presque toutes les fenêtres sont barrées et maçonnées, les latrines seront bientôt faites ; les épontilles, grâce auxquelles on fortifie le premier étage, ont été mises en place et on projette sous peu de procéder à l’établissement des cuisines81. Ces travaux sont approuvés le 29 avril par Mistral. Rouillé accepte d’ailleurs le 5 mai 1749 le marché passé avec le Brestois Noël Nédellec pour la main-d’œuvre de 150 taulats à livrer avant la fin du mois82.

  • 83 Pendant ce mois, les travaux de la corderie emploieront 3 contremaîtres, 108 charpentiers, 5 perce (...)
  • 84 SHMB 1 E 526, fol. 41.

104Le 14 mai, les travaux83 sont presque achevés dans la corderie : le grillage, la maçonnerie et la charpente du premier étage sont terminés et les cuisines le seront sous une semaine. De plus, on est en train de clore la communication avec le rez-de-chaussée, le corps de garde est établi aux deux bouts et à l’entrée, le lavoir et les taulats sont mis en place84.

  • 85 SHMB 1 E 526, fol. 42.

105Le 19 mai, Robert considère que la corderie est en état de recevoir les forçats ; 108 taulats sont montés, pouvant accueillir 1 080 hommes85. Enfin, le 23 mai 1749, le commissaire général retire du bagne la majorité des charpentiers, congédie les surnuméraires et répartit les autres entre le Dauphin royal et la mâture pour l’Amphion.

  • 86 SHMB 1 E 526, fol. 40.
  • 87 SHMB 1 E 526, fol. 93.
  • 88 SHMB 1 E 526, fol. 26.

106Un autre problème à régler pour l’accueil est l’aménagement d’un lieu de soins pour la chiourme. Cette volonté de lutter contre la maladie se manifeste déjà par la décision de distribuer des souliers et des vareuses aux galériens. Confectionnées en toile de doublage, celles-ci reviennent au Roi à 4 livres 11 sols pièce. « Le forçat de service en prendra une pour aller au travail et la quittant en rentrant il se trouvera avec des hardes sèches pour la nuit et hors de danger d’être atteint de fluxions de poitrines ». 500 en sont commandées ; quant aux souliers, les 400 paires de restant de la campagne de M. le duc d’Anville seront destinés aux forçats86. Pour soigner les condamnés, Maurepas, après examen du plan de l’hôpital de Brest, choisit d’utiliser la salle Saint-Louis « inoccupée en l’absence de grand mouvements, où l’on peut facilement établir des cloisons pour empêcher la communication avec les autres salles87 ». Robert, quant à lui, s’affirme plus favorable à l’établissement de l’hôpital du bagne au-dessus de l’ancienne étuve, en communication avec la corderie par un pont88. Quel que soit le choix que Mistral fera à son arrivée, des réparations considérables seront nécessaires, à la fois à cause de leur mauvais état et pour la sûreté des chiourmes.

  • 89 SHMB 1 E 526, fol. 37.

107Le 29 avril, Mistral fait remarquer la nécessité de garder le dessus de l’étuve pour y installer les taulats supplémentaires pour les forçats dont le nombre doit atteindre 1500. L’utilisation de la salle Saint-Louis comme salle pour les forçats malades est désormais inévitable mais « cette salle ayant par sa position un costé très malsain, nous n’en prendrons que les deux tiers et nous remplacerons l’autre tiers par la salle Saint-Nicolas, ce qui fournit 168 lits. En cas d’un plus grand nombre de malades, nous pouvons établir dans ces salles 42 couchettes et alors nous aurons de quoi mettre 210 hommes89. »

108Là aussi les travaux avancent rapidement puisque le 19 mai 1749, 182 lits sont montés dans les salles Saint-Louis et Saint-Nicolas.

109Désormais, tout est prêt pour recevoir les forçats.

Le voyage des forçats de Marseille à Brest

110La mise en rade des gabares donne le signal du début du transfert des forçats. Mais de multiples difficultés le rendront plus long et surtout plus meurtrier que prévu : manque de vent au départ de Brest, qui entraîne un retard dans le déroulement de l’opération, gabares qui se séparent entre Bordeaux et Brest, chirurgien embarqué sur une gabare qui n’est pas celle hôpital…

  • 90 SHMB 1 E 97, fol. 97.

111Le 21 du même mois, Maurepas peut se déclarer « bien aise d’apprendre le départ pour Bordeaux des gabares qui y sont allées chercher les forçats que M. d’Héricourt y fera passer de Marseille90 ».

112Ce retard occasionne bien des désagréments à d’Héricourt qui écrit le 18 avril 1749 pour se plaindre de n’avoir :

  • 91 AN Mar. B3484, fol. 179.

« Aucune nouvelle de l’arrivée à Bordeaux des gabares ; cela est d’autant plus fâcheux que les vents sont ici à l’est depuis très longtemps et qu’il est à craindre qu’ils ne passent ensuite au nord-ouest avec la même constance, ce qui s’opposerait au départ des tartanes d’ici et retarderait également cette opération. Les patrons de ces tartanes ont déjà fait des demandes en indemnités qu’il sera juste de leur accorder au moins pour la subsistance des équipages depuis le 15 de ce mois91. »

  • 92 AN Mar. B3483, fol. 9.
  • 93 AN Mar. B3484, fol. 210.

113Cette incertitude, heureusement, ne dure pas et dès le lendemain, 19 avril, d’Héricourt reçoit un courrier l’informant de l’arrivée des gabares à Bordeaux. Le 20, les forçats et le détachement de soldats réglé par le comte de Maleuvrier prennent place à bord des tartanes. Le chevalier de Pilles, commandant de la Marine à Marseille, marque cependant son inquiétude quant aux vents : « Il est à désirer que le vent de norrois qui règne depuis quelques jours permette aux tartanes sur lesquelles le tout a été embarqué de se mettre en route92. » Les craintes du marin s’avèrent vaines et, le 25 avril, d’Héricourt peut annoncer que « les chiourmes destinées pour Brest sont parties hier à l’entrée de la nuit par un fort beau tems qui les avait mis ce matin hors de vue. Il n’est mort aucun forçat depuis leur embarquement et il n’y a que dix ou douze malades sur la tartane servant d’hôpital ». Il se félicite également de l’attitude de Jordanis, marque son intention de signaler ce départ à MM. de Rostan, Arnaud et Dalleret et enfin avertit Villeblanche d’envoyer au plus vite la flûte de Toulon ; pour en faciliter le départ, il s’apprête à « faire charger les bois de constructions sur des allèges ». Il joint en outre à cette lettre le rôle des mille forçats choisis pour se rendre à Brest93.

  • 94 AN Mar. B2338, fol. 178.
  • 95 AN Mar. B2338, fol. 190.
  • 96 SHMB 1 E 97, fol. 121-122.

114Le voyage semble se dérouler normalement de Marseille à Agde, où les forçats, conformément aux mesures précédentes, changent de moyen de transport. Le seul problème rencontré entre Agde et Toulouse, d’après la correspondance, est celui de la couverture des bateaux : en l’absence de planches pour assurer celle-ci, Rouillé jugera que les ponts dont on couvre les navires sont suffisants94. Le 4 mai, les forçats arrivent à Toulouse où ils embarquent le 5 sur des bateaux de la Garonne95. Le 17 mai, le secrétaire d’État à la Marine annonce à Robert que les gabares sont parties le 11 du port de Bordeaux avec, à leur bord, les mille forçats. Il espère que les travaux menés à Brest pour leur accueil et, notamment l’aménagement de la corderie basse, sont arrivés à leur terme96.

  • 97 AN B3484, fol. 255 et 268.

115Parallèlement, le 23 mai 1749, la flûte la Seine quitte Marseille avec à son bord « 22 caisses ou malles contenant les hardes desdits bas-officiers, 43 coffres contenant des outils pour divers métiers appartenant aux forçats suivant les inventaires qui en ont été faits », mais aussi 26 ballots de capots, 3 ballots de chemises, 3 ballots de caleçons, 13 ballots de casaques, 3 ballots de bas et 1 ballot de bonnets. Elle contient en outre le matériel nécessaire à la construction des galères97.

116Le 25 mai, entre huit et neuf heures du soir, quatre gabares, l’Aloze, la Marne, l’Esturgeon et la Fauvette entrent en rade de Brest. Il manque trois bâtiments à l’appel ; en effet, les gabares « étaient parties le 16 de Royan d’un vent de sud mais les vents ayant sauté dans la nuit au sud-ouest et à l’ouest-sud-ouest, ces quatre gabares furent séparées de M. Claveau et vinrent mouiller à Belle-Isle », alors que, pendant ce temps, la Carpe, avec à son bord le lieutenant de port commandant l’expédition, et la Macreuse relâchaient à l’île d’Aix. Quant à la Sarcelle, « il y a apparence qu’elle aura gagné l’Isle-Dieu ». Et Robert d’ajouter qu’il ne doute pas de l’arrivée de ces trois dernières au vu des vents favorables.

  • 98 SHMB 1 E 526, fol. 47-48.

117En attendant les nouvelles des gabares perdues, le 26, on commence à débarquer les forçats. L’Aloze, bateau-hôpital, confié à la garde de l’écrivain ordinaire Durand, abrite ainsi 55 à 60 malades, dont 10 dangereusement atteints98. Bizarrement, le chirurgien ne se trouvait pas à bord et d’Héricourt, contacté par son ancien commis décrit ainsi la situation à bord :

  • 99 AN B3484, fol. 291.

« Cet écrivain, qui est un garçon fort sage et fort actif, se trouve embarqué sur la gabare servant d’hôpital et me marque qu’il s’y trouve seul et sans chirurgien, ni aumônier avec 65 malades, n’ayant qu’un simple frater qui est malade lui-même et incapable de rendre aucun service aux malades auprès de qui il est obligé de servir de chirurgien et d’aumônier de rendre souvent les derniers devoirs99. »

  • 100 SHMB 1 E 526, fol. 50.

118Le 30 mai, on comptabilise au total, sur les quatre gabares arrivées, dix morts et 130 malades installés immédiatement à l’hôpital. On espère que cinquante d’entre eux pourront en sortir le lendemain pour avoir de la place pour accueillir les condamnés des trois dernières gabares. On a justement des nouvelles de celles-ci : « un patron pêcheur vient d’assurer [à Robert] que M. Claveau était mouillé à Camaret avec les deux autres gabares ; ainsi [il] compte qu’il en appareillera avec le flot et qu’il sera mouillé après-midi dans la rade100. »

  • 101 SHMB 1 E 526, fol. 52

119Ce n’est que le 2 juin que Robert peut confirmer à Rouillé l’entrée dans le port des trois gabares restantes. Mistral et Jordanis procèdent alors à l’appel des forçats qui se trouvent être au complet. L’arrivée des navires a augmenté le nombre de malades : « nous en avons aujourd’hui 253 à l’hôpital. Les fièvres putrides commencent à se communiquer dans le bagne et je fais griller le reste de la salle Saint-Louis. Je vais presser cette besogne, prévoyant que nous aurons pendant quelques temps un nombre de malades plus considérable que notre hôpital du bagne n’en peut contenir », rapporte Robert101.

  • 102 SHMB 1 E 97, fol. 137.

120La situation ne semble cependant pas inquiéter le secrétaire d’État à la Marine qui déclare qu’ « il n’est pas surprenant qu’il y ait eu beaucoup de malades parmi la chiourme mais il est à présumer que par les secours qu’on leur donne à Brest, la plus grande partie se rétablira promptement ». Par ailleurs, il s’affirme tout à fait satisfait de la conduite tant de Jordanis et des écrivains chargés du convoi que de Mistral ou de Claveau102.

  • 103 SHMB 1 E 526, fol. 56-57.

121Cependant, contrairement à ces espérances, l’épidémie ne s’affaiblit pas. Le 9 juin, le nombre de 350 malades est atteint, au point que l’on fait munir de fers les fenêtres de la salle Saint-Louis de l’hôpital, déjà remplie de souffrants. Robert ajoute qu’« il y a lieu de croire que les 1 000 hommes passeront par l’hôpital, ayant conservé l’impression de mauvais air qu’ils ont respiré dans les galères. Les bas-officiers n’en ont pas été exempts et le nommé Pic, argousin, est mort le 6 de ce mois ». Parmi les morts, on compte aussi le forçat Jean Riffaulx, qui n’aura pas vécu suffisamment pour profiter de la grâce envoyée par le Roi. Pour soulager les convalescents, attaqués par les miasmes des galères, quoi de mieux alors que de « faire travailler une centaine de forçats dans l’espoir que le grand air pourra leur faire du bien103 » ?

  • 104 SHMB 1 E 526, fol. 58.
  • 105 SHMB 1 E 526, fol. 63.
  • 106 SHMB 1 E 526, fol. 68.
  • 107 SHMB 1 E 526, fol. 71.
  • 108 SHMB 1 E 526, fol. 82.

122Cette solution n’améliore guère la situation ; le nombre de morts est préoccupant puisqu’aux 43 premiers décès, se sont ajoutés 33 autres morts, soit un total de 76 depuis le départ de Marseille. En outre, si 373 forçats sont soignés à l’hôpital, on compte également 50 malades dans le bagne même, au point qu’ « il ne reste […] qu’un seul expédient […], c’est d’établir au bagne pour les convalescents une chaudière séparée et dont ils seront nourris comme à l’hôpital ». Les forçats ne sont pas, d’ailleurs, les seuls atteints : Mistral, commissaire des chiourmes, garde le lit depuis deux jours et Gaulette, écrivain chargé sur la Carpe des effets embarqués, a reçu la veille les derniers sacrements104… Le 16 juin, la maladie se propage parmi les pertuisaniers105 mais le 20 juin, enfin, la maladie décroît et on espère sauver à la fois Mistral et Testannière106 ; le 23 juin, Robert demande pour Gaulette, rétabli, le brevet d’écrivain principal107. Enfin, le 11 juillet, Robert décide de supprimer la chaudière établie dans le bagne puisque ne restent que 20 malades108.

123Par l’ordonnance de 1748, Louis XV et son ministre Maurepas avait donc scellé le destin des galériens. Transférés de Marseille vers Toulon ou vers Brest, voyage ô combien plus meurtrier, ils s’apprêtaient à devenir des forçats, à quitter la mer pour le port, la rame pour les outils du journalier ou de l’ouvrier. Pourtant, sur le papier tout au moins, leur vie quotidienne ne changerait pas : mêmes rations, même habillement, ce qui marque la volonté de continuité du souverain dans la manière de traiter les criminels de son royaume. Déjà la chaîne, qui assurait le transfert de ces derniers de leur lieu de condamnation ver leur lieu de punition, se réorganisait vers les nouvelles destinations choisies.

Notes

1 Cité par A. Zysberg, Les galériens. Vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France, Seuil, 1987,p. 376

2 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq.

3 Louis-Victor de Rochechouart, comte puis duc et maréchal de Vivonne, reste titulaire du poste jusqu’à sa mort en 1688. Connaissant bien son métier et attentif à remplir parfaitement les devoirs de sa charge, il n’en demeure pas moins mal aimé de nombre d’historiens de la Marine. A. Zysberg, « Splendeurs et misère des galères du roi-soleil », Quand voguaient les galères, Ouest-France, 1990, p. 202.

4 Selon A. Zysberg, en effet, à part deux ou trois exceptions, tous les capitaines de galères appartenaient à l’ordre de Malte entre 1680 et 1700. A. Zysberg, Les galériens, vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France, Seuil, 1987, p. 399.

5 Cité par A. Zysberg, « L’arsenal des galères de France à Marseille 1600-1715 : la splendeur des galères du Roi-Soleil », Neptunia, 1985, n° 159, p. 31.

6 AN Mar. D51.

7 A. Zysberg, Les galériens, Vies et destins de 60 000 forçats sur les galères de France, Seuil, 1987, p. 324 et 345.

8 Jean-Baptiste-Louis, duc d’Anville, avait obtenu en 1724 la survivance de la charge de son père. Dépourvu de talent, il quitte les galères pour la Marine. A. Zysberg, « Splendeurs et misère des galères du roi-soleil », Quand voguaient les galères, Ouest-France, 1990, p. 208.

9 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1.

10 A. Zysberg, op. cit., p. 341.

11 A. Zysberg, « L’arsenal des galères de France à Marseille 1660-1715, la splendeur des galères du Roi-Soleil », Neptunia, 1985, n° 159, p. 31.

12 Lourd de 130 kg, celui-ci fait 12 mètres de long et nécessite 5 hommes pour le manier. R. Burlet et A. Zysberg, « Mais comment pouvait-on vivre et voguer sur les galères du Roi-Soleil ? », Quand voguaient les galères, Ouest-France, 1990, p. 167.

13 L’aiguade est plus précisément la corvée en eau, qui consiste à remplir 500 barils d’eau, soit un poids de 30 tonnes pour 25 000 litres. Les 4/5 en seront consommés par la chiourme. R. Burlet et A. Zysberg, op. cit., p. 156.

14 M. Vigié, Les galériens du Roi, Fayard, 1985, p. 47.

15 B. Pech, Le début du bagne de Toulon, mém. de maîtrise, histoire, 1974, p. 9.

16 AN Mar. D51.

17 Ce chiffre de seize n’est avancé que dans cette source ; dans les autres, comme dans la bibliographie, on trouve plus facilement le chiffre de quinze galères.

18 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1.

19 P. Masson, op. cit., p. 441-442.

20 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1v.

21 Ce terrible hiver fit 3 000 morts parmi les forçats, pour une mortalité ordinaire de 400 à 500 hommes, soit le tiers de la chiourme. A. Zysberg, Les galériens. Vie et destin de 60 000 forçats sur les galères du roi, Seuil, 1987, p. 352.

22 A. Zysberg, op. cit., p. 331.

23 Cité par M. Vigié, op. cit., p. 160.

24 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol. 1v.

25 Ibidem.

26 SHMB 1 L 6, fol. 299 et sq. Les citations suivantes, sauf exception mentionnée, sont extraites du même texte.

27 B. Pech, op. cit., p. 16.

28 AN Mar. A184, pièce 64.

29 Ces termes correspondent à la place du rameur sur le banc : le vogue-avant est le premier, souvent Turc, c’est lui qui impose le rythme. Il est suivi par l’apostis, le tiercerol et le quarterol. Sur les galères ordinaires, la basse-vogue se résume au quinterol. Par contre la Réale, qui abrite le général des galères, et la Patrone, bâtiment du lieutenant général des galères, ont en plus un sexterol et un septerol. Le rebuté est un galérien qui, s’il ne peut manier la rame, par manque de force par exemple, peut encore être utile à l’arsenal. Par contre, l’invalide n’est plus d’aucune utilité.

30 BnF Mss., Nouv. Acq. Fr. 9402, fol 3.

31 B. Pech, op. cit., p. 23.

32 AN Mar. D51.

33 A. Zysberg, « Splendeur et misères des galères de France », Quand voguaient les galères, Ouest-France, 1990, p. 221.

34 A. Boulaire, Brest au temps de la Royale, Éditions de la Cité, 1989, p. 18.

35 A. Boulaire, op. cit., p. 22.

36 E. Taillemite, L’histoire ignorée de la Marine française, Perrin, 1988, p. 53.

37 A. Boulaire, op. cit., p. 24.

38 Histoire de Brest, sous la direction d’Yves Le Gallo, Privat, 1976, p. 91.

39 Op. cit., p. 92.

40 Op. cit., p. 67.

41 Op. cit., p. 94.

42 Op. cit., p. 92.

43 Cité dans op. cit., p. 101.

44 A. Testu, Voyage en France, Mame, 1883, p. 250.

45 Seul l’aménagement du Porstrein, destiné pour le commerce, autour de 1859-1866 permettra de remédier à cet inconvénient. L. Le Roc’h-Morgere, « Notes sur l’administration du port de Brest », Études d’histoire maritime. 107-108e congrès des sociétés savantes, CTHS, 1984, p. 136.

46 L. LE Roc’h-Morgere, loc. cit.

47 SHMB 1 E 96, fol. 325-326.

48 SHMB 1 E 96, fol. 405.

49 AN Mar. B2338, fol. 11.

50 AN Mar. B2338, fol. 19.

51 AN Mar. B2338, fol. 47.

52 Ibidem.

53 Bâtiment de charge et de transport, de forme variée allant du simple bateau au navire à trois mâts ou de trois à six cents tonneaux.

54 Parallèlement, le port de Marseille semble vouloir tirer un trait sur son passé de port d’accueil des galères : d’Héricourt, le 24 février 1749, demande à mettre des affiches pour la vente des deux plus vieilles galères que le conseil de construction vient de condamner [AN Mar. B3484, fol. 107]. Peu avant le départ des forçats, les galères la Perle et la Gloire sont annoncées pour la vente ainsi que la Patache de Saint-Jean et autres bâtiments. AN Mar. B3484, fol. 138.

55 SHMB 1 E 97, fol. 35-37.

56 AN Mar. B2338, fol. 77.

57 AN Mar. B2338, fol. 80.

58 AN Mar. B2338, fol. 77.

59 AN Mar. B2338, fol. 79.

60 AN Mar. B2338, fol. 81.

61 SHMB 1 E 97, fol. 47-48.

62 SHMB 1 E 526, fol. 5-6.

63 Cité par P. Henwood, « Quand Brest accueillait ses premiers forçats… », Cahiers de l’Iroise, 1980, n° 3, p. 125.

64 AN Mar. B2338, fol. 118.

65 AN Mar. B3484, fol. 180-181.

66 AN Mar. B2338, fol. 137.

67 AN Mar. B3483, fol. 5-7.

68 AN Mar. B2338, fol. 143.

69 AN Mar. B3483, fol. 5-7.

70 AN Mar. B3480, fol. 30.

71 AN Mar. B2338, fol. 19.

72 SHMB 1 E 526, fol. 5.

73 SHMB 1 E 526, fol. 12.

74 SHMB 1 E 526, fol. 18.

75 SHMB 1 E 97, fol. 73.

76 L’arsenal de Brest compte en effet en 1 749 deux corderies ; la première, dite corderie basse, est aussi la plus ancienne et fut construite avec beaucoup de lenteur puisque, entre l’escarpement du rocher sur lequel elle est établie et l’édification proprement dite, les travaux s’étalèrent de 1686 à 1709. La seconde, dite par opposition « corderie haute », fut commencée en 1745 par Ollivier et achevée en 1747 par Choquet de Lindu. Leurs façades, parallèles aux quais, sont exposées à l’Ouest. P. Levot, Histoire de la ville et du port de Brest. Tome II : le port depuis 1681, Bachelin-Deflorenne, 1865-1875, p. 8, 101 et 246.

77 SHMB 1 E 97, fol. 87.

78 SHMB 1 E 526, fol. 26.

79 SHMB 1 E 97, fol. 98.

80 SHMB 1 E 526, fol. 33.

81 SHMB 1 E 526, fol. 34.

82 SHMB 1 E 97, fol. 108.

83 Pendant ce mois, les travaux de la corderie emploieront 3 contremaîtres, 108 charpentiers, 5 perceurs, 12 menuisiers et 34 journaliers. De ces 162 hommes, il ne restera que 53 ouvriers en juin. SHMB 3 E123.

84 SHMB 1 E 526, fol. 41.

85 SHMB 1 E 526, fol. 42.

86 SHMB 1 E 526, fol. 40.

87 SHMB 1 E 526, fol. 93.

88 SHMB 1 E 526, fol. 26.

89 SHMB 1 E 526, fol. 37.

90 SHMB 1 E 97, fol. 97.

91 AN Mar. B3484, fol. 179.

92 AN Mar. B3483, fol. 9.

93 AN Mar. B3484, fol. 210.

94 AN Mar. B2338, fol. 178.

95 AN Mar. B2338, fol. 190.

96 SHMB 1 E 97, fol. 121-122.

97 AN B3484, fol. 255 et 268.

98 SHMB 1 E 526, fol. 47-48.

99 AN B3484, fol. 291.

100 SHMB 1 E 526, fol. 50.

101 SHMB 1 E 526, fol. 52

102 SHMB 1 E 97, fol. 137.

103 SHMB 1 E 526, fol. 56-57.

104 SHMB 1 E 526, fol. 58.

105 SHMB 1 E 526, fol. 63.

106 SHMB 1 E 526, fol. 68.

107 SHMB 1 E 526, fol. 71.

108 SHMB 1 E 526, fol. 82.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search