Version classiqueVersion mobile

Le bagne de Brest

 | 
Frédérique Joannic-Seta

Introduction

Entrées d'index

Géographique :

France

Texte intégral

1L’histoire du bagne de Brest commence par l’arrivée en mai 1749 d’un petit millier de forçats venus de Marseille, conséquence directe de l’ordonnance de réunion du corps des galères de France à celui de la Marine. En théorie, cet acte, en date du 27 septembre 1748, ne devait guère changer le mode de vie des condamnés qui resteraient avant tout des galériens, des hommes enchaînés à leur banc et tirant la rame quand le temps permet la sortie de leurs bâtiments. Pourtant l’ordonnance du 27 septembre 1748, qui s’inscrivait a priori dans une politique de continuité, a constitué l’acte de naissance non officiel du bagne, que l’on pouvait voir poindre au travers de certains articles volontairement ambigus.

2Le plus important d’entre eux reste sans nul doute celui qui met la force de travail pénale au service des arsenaux de la Marine, en l’occurrence de Brest et de Toulon, au détriment de Marseille, ville trop connotée comme cité galérienne. Cela constitue une véritable nouveauté dans la mesure où, à Marseille, les galériens, hors du service à bord, pouvaient être employés par des particuliers ou effectuer des petits travaux comme du tricotage, mais non participer aux activités du port. À partir de 1749, et jusqu’à la fin de notre période, on pourra observer la part sans cesse croissante des forçats dans les tâches dédiées à la vie du port militaire, numériquement comme qualitativement, alors que parallèlement on assisterait à la quasi disparition de toute leur activité maritime, d’autant plus logique à Brest du fait de l’inadéquation des galères à l’Atlantique. Déjà, avec cette ordonnance de 1748, on sent la mutation du galérien, l’homme qui expie sa faute sur une galère, en forçat, condamné promis aux travaux de force.

3De même, le processus qui a été décrit par M. Zysberg pour les périodes 1680-1715 s’accélère : si, au début du règne de Louis XIV, le recours à la peine des galères s’expliquait par un besoin de main d’œuvre bon marché, au xviiie siècle, c’est désormais le maintien des galères qui est justifié par le besoin d’employer une population de condamnés qu’il faut bien punir. De cause de la peine, les galères en sont devenues la conséquence dès ce début de siècle. Le bagne confirme ce qui n’est déjà plus une tendance, mais bien une réalité. Nous verrons que le coût du bagne est énorme : un forçat entretenu par l’État revient au même prix qu’un journalier employé au port, à la différence que la Marine pouvait se permettre de licencier ce dernier en période d’inactivité. Au cours de cette deuxième moitié du xviiie siècle, le bagne prend conscience de soi en tant que machine à punir, qu’instrument de justice, et non plus en tant que pourvoyeur de main d’œuvre. Tous les régimes qui suivront, république, ou empire, auront désormais le souci de trouver des activités à leurs condamnés, en métropole comme en outremer, activités qui allient la volonté d’une rentabilisation de cette coûteuse main d’œuvre et le besoin de l’exemplarité de la peine.

4La période que nous avons choisie d’étudier est aussi à replacer dans son temps, le siècle des Lumières. Si les philosophes ont du mal à s’affranchir de la peine des galères stricto sensu et imaginent toujours les condamnés ramant sur des navires désormais fantômes, le xviiie siècle marque bien une période de réflexion sur la pénalité et donc par conséquent sur la peine des galères, qui reste toutefois secondaire dans les discussions par rapport à la peine de mort. Se dégagent à cet instant quelques idées maîtresses dont le xixe siècle marquera l’aboutissement. L’idée de l’exemplarité de la peine, tout d’abord, dont le lent processus de la chaîne en constitue une excellente illustration. Elle fera d’ailleurs partie des raisons qui poussent les acteurs révolutionnaires à vouloir multiplier sur toute l’étendue du territoire les institutions carcérales. Déjà, après 1748, les forçats ne sont plus cantonnés au seul port de Marseille, mais aussi envoyés à Brest, Toulon et bientôt Rochefort ou Lorient, démultipliant les lieux de détention, mais aussi les routes d’accès qui y mènent et les populations concernées par le passage de la chaîne. Deuxième idée, celle de la rédemption par le travail. Cette idée généreuse s’accompagne d’un corollaire, la réforme des bagnes de Louis XVI, visant à assurer une moralité dans les bagnes en séparant les forçats guérissables des incurables, première prise de conscience étatique de la nécessité d’assurer aux anciens forçats des chances de se réinsérer dans la société à leur libération. Enfin, dernière idée, celle de l’utilité pour la société des travaux forcés. Seul le manque d’infrastructures d’accueil empêchera la Révolution d’en faire profiter plus largement les citoyens, par l’intermédiaire de travaux tels que l’assèchement des marais, et laissera les forçats au seul service de la Marine.

5La période de 1749 à 1800 correspond donc bien à une période transitoire, une période de mutation où émerge une institution carcérale d’un nouveau type. Beaucoup d’éléments antérieurs vont se maintenir et pendant ces cinquante ans, le bagne sent indubitablement encore la galère : le terme de « peine des galères », qui perdure, la composition des rations fournies aux forçats, l’organisation du personnel de surveillance, la conception architecturale même du bagne, les brimades physiques qui punissent les écarts du galérien, l’organisation bien huilée de la chaîne qui conduit ces hommes à leur lieu d’expiation, ont été directement empruntés au monde des galères. Mais, dans le même temps, une nouvelle institution se dégage de son passé pour acquérir sa propre envergure : le passage au travail pour le port et non plus à la mer, le changement de la pénalité due au code de 1791, l’évolution aussi de la perception de la finalité du bagne par les contemporains, en constituent les principales étapes, que nous détaillerons ici.

6Ce travail s’inscrit enfin dans la continuité des ouvrages récents sur l’histoire de la pénalité. Dès 1975, Michel Foucault, en publiant Surveiller et punir, avait mis particulièrement l’accent sur l’économie des châtiments et l’exemplarité des peines, dont la lente circulation de la chaîne constitue l’un des meilleurs exemples. Nos forçats sont aussi les héritiers directs des galériens d’André Zysberg, mais aussi les condamnés décrits par Nicole Castan au xviiie siècle en Languedoc. De même, la pénalité telle que décrite pour le xixe siècle par M. Perrot et J.-G. Petit, découle directement de la philosophie des Lumières et des expériences pratiques menées au cours de notre période.

7Cette étude se propose donc, à travers l’exemple brestois, de reconstituer l’échelon manquant entre le temps des galères, qui s’achève en 1748, et le temps des travaux forcés, de montrer le fonctionnement administratif et humain de cette machine à pourrir, d’offrir, enfin, un contrepoint pratique à l’examen théorique de la peine telle que l’a reconstituée M. Vigié. Au travers de la vie quotidienne des forçats brestois et de leurs gardiens, qui peut pourtant paraître immuable, c’est le bagne du xixe siècle qui émerge progressivement et empiriquement, espace de transgression qui punit et avilit sans jamais oser guérir.

© Presses universitaires de Rennes, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search