Version classiqueVersion mobile

Guérande au Moyen Âge

 | 
Alain Gallicé

Conclusion

Texte intégral

1Le pays guérandais a été très tôt mis en valeur. Le paysage porte profondément cette marque, tant par l’intensité des défrichements que par la réalisation des marais salants qui se mettent en place sans doute à partir du haut Moyen Âge. Cette période voit s’ordonner l’habitat autour d’un centre : Guérande. C’est l’époque où les immigrants bretons s’installent. L’événement conditionne une certaine occupation de l’espace et détermine une appartenance bretonne qu’exprime le maintien, en dépit d’un certain recul au cours du Moyen Âge, de la langue bretonne. Il est possible que la création d’un collège de chanoines, qui donne à Guérande une fonction religieuse et fixe en ce lieu une catégorie sociale de rang élevé, intervienne dès avant l’an mil.

2Pendant le Moyen Âge central, le pays guérandais connaît des évolutions toutes aussi fondamentales. Le marais salant atteint un premier maximum d’extension, en réponse à la croissance de l’Occident et à la demande venue du Nord. Cette spécialisation fait, qu’en raison de l’exiguïté du pays guérandais, il est nécessaire d’aller chercher ailleurs les grains nécessaires à l’alimentation des hommes. Cette nécessité de l’échange, la volonté de s’assurer ce ravitaillement sans être dépendant, conduit certains à l’organiser et à s’équiper en bateaux et navires. Une flotte est créée, disposant de capacités de transport telles que les navires peuvent se placer sur la route des vins de la Gascogne à l’Angleterre. Dès le début du xive siècle, cette flotte devient relativement importante et apparaissent alors certains noms qui marquent ensuite l’histoire du pays guérandais. Pendant les « temps féodaux », la structure administrative du terrouer s’organise. À côté de quelques grandes seigneuries disposant bientôt de vassaux, des abbayes gardent le domaine constitué grâce à des donations anciennes ou nouvelles. L’évêque de Nantes est présent, ses régaires comprennent la ville, ses faubourgs et d’autres terres à l’entour. Le domaine ducal est plus largement étendu dans les paroisses de Batz et de Guérande et, après la fondation du bourg de Guérande, le duc assume en commun avec l’évêque les pouvoirs de police et de justice dans la ville. Cette situation est à la base de conflits répétés entre les représentants des deux pouvoirs. Ce domaine ducal est affecté au début du xive siècle à la duchesse Yolande et, à sa mort, à son fils Jean de Montfort. C’est la seule possession bretonne de ce dernier. Aussi, lorsque s’ouvre la guerre de Succession, le pays guérandais représente-t-il une position stratégique importante. Cela lui vaut de subir une série d’attaques, mais surtout un renforcement des défenses. À Guérande, de meilleures murailles sont édifiées, alors qu’au Croisic un château est construit. Chaque ensemble reçoit un capitaine. Guérande n’est plus le seul centre militaire. Au moment de la paix, d’une façon symbolique, pour affirmer pleinement son droit, Jean de Montfort négocie et signe la paix à Guérande. La ville apparaît comme la capitale diplomatique de la Bretagne lors des deux traités signés en 1365 et en 1381. Guérande ne retrouvera jamais ce rôle ensuite. Fondamentalement, la guerre conduit à la redistribution des pouvoirs, le capitaine devient l’homme clé, alors que la construction des défenses exige sur place une administration municipale. Au début du xve siècle, avec l’implantation d’un couvent dominicain qui répond à une initiative des religieux appuyée par le duc, la fonction religieuse se renforce. Elle va de pair avec le développement de la fonction enseignante. Mais en ces temps de difficultés, le duc s’efforce de relancer la fonction commerciale en accordant une foire franche. La reprise économique permet au pays guérandais de se développer dans la seconde moitié du xve siècle. À Guérande, les remparts, la collégiale et quelques édifices civils transmettent d’une façon forte la trace de ces évolutions. Le pays guérandais est marqué par des densités qui, en raison de l’ancienneté de la mise en valeur et de la variété des ressources, sont fortes et plus marquées dans la zone côtière que vers l’intérieur. L’évolution de la population suit le rythme général : après la crise du bas Moyen Âge, le redressement s’amorce vers les années 1440-1450. Interrompu momentanément par des crises, il se poursuit dans la première moitié du xvie siècle. Ces fortes densités fournissent d’abord la main d’œuvre, celle qui au Moyen Âge central conduit à l’extension du vignoble et du marais salant. Une fois la crise passée, cette main d’œuvre assure la reprise des terres et des salines devenues frostes. Ces hommes sont au service d’autres qui ont les moyens de mener à bien les opérations. Le duc et un certain nombre seigneurs possessionnés dans le pays guérandais ont la volonté de valoriser leur domaine. Le duc trouve dans son entourage des personnes capables de mettre en valeur les frosts. Surtout, sur place, il est servi par une petite noblesse nombreuse et aisée qui prend des terres ou des baules lors des baillées, ou sait obtenir des concessions. Cette petite noblesse apparaît comme un élément essentiel de la mise en valeur du territoire guérandais. Ces actions, la gestion attentive de ses biens, toute une stratégie destinée à maintenir ses revenus, font que, hormis les cas de prodigalité et l’extinction biologique des familles, les lignages se maintiennent tout au long du bas Moyen Âge. La noblesse reste une catégorie ouverte, bien que les anoblissements soient limités. Quelques personnalités au service du duc, tel Michel Le Pennec, connaissent une ascension remarquable.

3Les marchands mariniers du Croisic constituent l’autre catégorie sociale dont le rôle est fondamental. Certains noms se suivent sur plusieurs générations. Enrichis par leurs activités de transporteurs, présents sur les grandes routes du commerce, ils bénéficient des gains commerciaux portant sur des produits embarqués ; ils complètent ces gains en participant parfois au convoi, aux entreprises militaires et aux activités corsaires. Ils sont à la base à la réussite croisicaise. L’affirmation du Croisic fait qu’elle est bientôt dotée de foires, puis de privilèges financiers et politiques. Cette montée en puissance aboutit à la redéfinition de rapports entre les lieux de peuplement au cœur du pays guérandais. Guérande apparaît comme une ville administrative qui sait faire face à certaines initiatives croisicaises et garder à la fin du xve siècle ses fonctions de commandement. Le Croisic, qui, de façon continue, aménage son port, renforce son rôle de ville marchande. Le dynamisme des Croisicais est patent tout au long du xve siècle et au début du xvie siècle. Ils savent suivre les évolutions nautiques, se placer sur les nouvelles routes de commerce et trafiquer de nouveaux produits, investir dans les marais, se faire concéder par le duc des baules commençant en cela à prendre le relais de la noblesse dans la mise en valeur du pays. Cependant, ce dynamisme, dès la seconde moitié du xve siècle, est moindre que celui d’autres ports d’armement, tels Saint-Pol-de-Léon et Penmarc’h. Surtout à partir du second tiers du xvie siècle, le mouvement des conceptions révèle une population croisicaise qui ne se développe plus, signe d’une économie qui stagne. Les explications sont complexes. Les facteurs structurels, telles que la présence du sel comme seul fret d’aller, l’absence d’hinterland pèsent de tout leur poids. Mais l’incapacité des marchands mariniers à dépasser le stade du micro capitalisme pour atteindre celui du capitalisme marchand, avec ce que cela suppose de capacité d’investissement et surtout de faculté à penser les relations commerciales selon des schémas nouveaux joue un rôle essentiel.

4Durant tout le bas Moyen Âge, le pays guérandais vit au rythme de l’histoire de la Bretagne et est concerné par les vicissitudes qui marquent celle-ci. Plus profondément, les comportements et les mentalités sont à l’image de ceux qui caractérisent la vie des hommes à la fin du Moyen Âge.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search