Version classiqueVersion mobile

Guérande au Moyen Âge

 | 
Alain Gallicé

Chapitre IV. Les hommes et la société

Texte intégral

1Appréhender la société du pays guérandais à la fin du Moyen Âge est une opération ambitieuse en raison de l’état de la documentation. Les réformations des feux, essentiellement la réformation générale des années 1426-1430, éclairent l’histoire démographique du terrouer. D’autres sources, surtout fiscales, permettent d’envisager de tracer à grands traits la conjoncture démographique du pays guérandais jusque dans les années 1540, mais elles ne permettent guère de préciser les mouvements démographiques.

2Les groupes sociaux apparaissent mieux. La diversité du clergé est remarquable à Guérande : l’existence d’une collégiale implique la présence de représentants d’une élite ecclésiastique de chanoines, et la création au début du xve siècle du couvent Saint-Yves établit une communauté dominicaine ; chanoines et dominicains se juxtaposent au bas clergé séculier de curés et de chapelains présents dans les paroisses. La noblesse est appréhendée grâce à la réformation menée parallèlement à celle générale des feux, à des décisions ducales d’anoblissements, et enfin à diverses déclarations qui permettent d’en envisager une classification ; ces mêmes sources sont autant d’informations sur les lignages, les alliances. Quant aux autres catégories sociales, elles sont moins bien informées. La société urbaine, surtout celle du Croisic, sera réservée pour le chapitre suivant. Les sources se révèlent moins parcimonieuses en ce qui concerne l’histoire des comportements et des mentalités à laquelle introduisent aussi bien les lettres de rémission, les registres de la confrérie Saint-Nicolas de Guérande, des testaments qui sont riches en enseignements sur la vie religieuse mais encore sur la vie quotidienne, intellectuelle et la criminalité.

Les hommes

Étude démographique

  • 1 ADLA, B 2988, f° 14 v° ; ibid., B 12838/2, f° 334 v° ; P. Contamine, dans L’économie médiévale, Pa (...)

3La réformation générale des feux indique qu’à Guerrande souloit avoir anciennement 348 feuz. Cette indication doit se rapporter à la mention d’une enquête relative au nombre des contribuables au fouaige réalisée le 29 mars 1392. La mention des feux d’évêque dans cette enquête est intéressante puisqu’il est seigneur de la ville de ses faubourgs. Ce chiffre est de 156 feux fiscaux, 48 % du total de la paroisse, mais il doit être amputé des possessions périurbaines et extérieures du prélat, et majoré de trois exemptions pour pauvreté, et des feux relevant du duc en ville et dans les faubourgs. Le pourcentage des feux urbains doit être quelque peu inférieur à la valeur citée. Si l’on admet que dès alors un feu fiscal équivaut à 3 feux réels, la paroisse de Guérande comprend 1044 feux réels. Il est impossible d’en déduire par l’application d’un simple coefficient un chiffre de population tant celui est variable selon les lieux et les temps. Mais à titre d’hypothèse, indiquons qu’avec une valeur de 3 à 4 personnes par feu réel, valeur qui correspond à une période difficile, on atteint un chiffre compris entre 3 100 et 4 200 habitants pour la paroisse, et pour la ville et ses faubourgs autour de 1 400 à 1 800 habitants en 1392. Soit pour une superficie de 11 ha 40 concernant la ville close actuelle, une densité qui s’établirait entre 100 à 130 habitants à l’hectare ; c’est une valeur relativement faible, mais elle fait suite à une mortalité, et est proche des valeurs basses données pour certaines villes bretonnes. Cette faible densité est corroborée par la discontinuité de l’habitat dans la ville close1.

  • 2 J. Le Goff, « Ordres mendiants et… », p. 930-931 ; H. Martin, Les ordres mendiants…, p. 64-65.

4Dans la bulle pontificale du 19 mars 1404, par laquelle Benoît XIII autorise la fondation du couvent Saint-Yves, sont exposés des arguments à attribuer aux frères prêcheurs eux-mêmes. Ils expriment le calcul qui préside à toute fondation mendiante et qui aboutit à une « évaluation rationnelle de leur infrastructure matérielle ». Parmi les arguments avancés, deux conditions sont soulignées : plus de 3 000 habitants pour la paroisse et une circulation conséquente des hommes liée au commerce. Il est tentant de rapprocher ce chiffre du précédent. Les quelque 3 000 habitants et plus correspondraient alors aux 348 feux fiscaux2.

  • 3 R. Blanchard, Lettres…, n° 1660.

5L’ordonnance du 9 janvier 1426 pour la réformation générale des feux prévoit d’envoyer des commissaires à ceuls qui les demanderoint et ne les auroint euz, afin de savoir la diminucion des feux qui par mortalité ou autrement sera entrevenu esd. paroaises3. Rédigé le 20 novembre 1427, l’article concernant Guérande – la ville étant soumise au fouage, l’enquête concerne l’ensemble de la paroisse – établit que :

Guerrande ou souloit avoir anciennement IIICXL VIII feuz compté VIIXXXVI feuz d’evesque. Enquise par les dessurdits, lesquelx raportent que à present ilz sont demourans en ladite parroesse, XXIIII nobles personnes, II ennobliz, I sergent du duc, CVIII pouvres et VICXXXIX contribuans compté IIICXXXV contribuans du duc, IICIIIIXXVII contribuans d’evesque, XIII de Monfort et IIII de Rocheffort, ramenez à durer pour deux ans a XIXXVI feuz compté VIXXfeuz du duc, C feuz d’evesque et VI feuz de Montfort et de Rocheffort, somme XIXXVI feuz. Rabat VIXXII feuz.

  • 4 ADLA, B 2998, f° 14 v° ; ADM, 9 J 6 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 549-550.

6Parallèlement, une enquête concerne la noblesse. Réalisée par les mêmes commissaires, elle donne pour la ville et ses faubourgs, 24 nobles et 2 anoblis. Difficile de préciser à partir de là la population urbaine. Si les 100 feux fiscaux d’évêque, correspondant à 287 feux contribuants, concernent en partie la ville, comment répartir entre ville et plat pays les 108 feux réels indiqués comme pauvres (14 %) ? Les difficultés socio-économiques ont dû s’accompagner de migrations qui ont gonflé les faubourgs, mais dans quelle proportion ? En outre, on ignore l’importance des feux d’ecclésiastiques. Aussi la mention la plus intéressante est-elle celle du rabat qui s’élève à 56 unités pour les feux fiscaux d’évêque (-36 %). C’est un repli de même ordre qu’enregistre l’ensemble de la paroisse où les feux fiscaux passent de 348 en 1392 à 226 en 1427, soit -122 unités (-35 %). Si ces chiffres prennent en compte la montée du nombre des exempts, ils expriment surtout une diminution de la population fiscale4.

  • 5 ADLA, B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19, Escoublac, Guérande, Saint-André-des-Eaux, Saint-Lyphard, Sa (...)

7Pour le pays guérandais, les informations provenant de la réformation générale des feux sont incomplètes, les données manquent pour Batz et Mesquer5.

Feux anciens et feux fiscaux d’après la réformation des feux (1426-1430) en pays guérandais

Feux anciens et feux fiscaux d’après la réformation des feux (1426-1430) en pays guérandais
  • 6 Ibid., E 213/5, f° 20 v°, ibid., E 213/8, f° 1 v°, ibid., E 213/6, f° 2 v°, (mais 26 1/2 feux, le (...)

8Ces données peuvent être complétées. Mesquer apparaît en 1473-1476 avec une valeur de 26 2/3 feux. Pour Batz, il est précisé qu’au compte du fouage commencé en novembre 1512 et rendu en juillet 1514, la paroisse est inscrite pour 172 2/3 feux, les nobles figurant pour 11 1/2 feux. Ces valeurs des feux fiscaux peuvent être acceptées comme des estimations fiables correspondant à des recensions anciennes. À Batz, une réformation est attestée dont l’un des signataires est Guillaume de La Roche commissaire lors de réformation générale en 1427-1428 en particulier à Guérande, mais également en 1454 lors d’une enquête sur la noblesse à Assérac. Certes, l’utilisation des chiffres de feux fiscaux inscrits au registre de la réformation, dans lequel des opérations de recensement menées jusqu’en 1443 figurent, est restée longtemps à la base de la levée du fouage, mais en étant souvent affectées de provisions, aussi est-il imprudent d’assimiler ces chiffres aux données de la réformation générale6.

  • 7 ADIV, 1 F 422 ; ADLA, G 270 ; ibid., 114 J, Le Croisic, 20 ; ibid., B 577, f° 88.

9Une hiérarchie des paroisses se dégage : Guérande, Batz, Saint-Nazaire, Escoublac, Piriac, Saint-André-des-Eaux, Mesquer, Saint-Molf et Saint-Lyphard. Cette hiérarchie a-t-elle par la suite évoluée ? Le 8 juin 1552 dans une declaracion des clochers de l’évêché de Nantes, les valeurs d’imposition font apparaître Batz devant Guérande, Piriac devant Escoublac, Mesquer et Saint-Molf sur le même plan, Saint-Nazaire et Saint-Lyphard gardant le même rang. Quelle valeur accorder à ce document dont ferait état la taxe levée au titre décimes en 1554 ? La bulle qu’obtient Le Croisic en 1501, le crédite de 4 000 habitants, ce qui pourrait appuyer une telle possibilité. Cependant, dans le document de 1552, Guérande figure pour 36 L t au titre de la collégiale et 25 L t pour les Jacobins, et Batz pour 72 L t dont 35 L pour Le Croisic. La collégiale n’a-t-elle pas obtenu quelques avantages particuliers ? Le 22 juin 1551, les manans et habitans de la ville de Guérande font état de lettres patentes leur faisant modération sur ce qu’ils ont à payer au titre de l’emprunt à la façon de la cotisation qui a esté faite sur ceulx du Croaisic. Guérande semble bénéficier avec retard de mesures que la situation croisicaise paraît exiger. Il est difficile de conclure, mais la montée en puissance du Croisic et de Piriac au cours du début du xvie siècle est certaine7.

10La sénéchaussée de Guérande, au moment de la réformation générale s’inscrit pour 800 feux fiscaux, si l’on retient pour Batz et Mesquer les valeurs données à des dates postérieures, et sans y inclure Pénestin. À 3 feux réels par feu fiscal, on obtient 2 400 feux réels. Il convient d’y ajouter les exemptés nobles, métayers et sans doute l’ensemble des feux pauvres, soit environ 260 feux réels auxquels il faut ajouter ceux de Batz et Mesquer, et les ecclésiastiques. Au terme de ces calculs assez hypothétiques, le total de feux réels reste un peu inférieur à 3 000. Si l’on suit l’estimation prudente de 3 à 4 personnes par feu en période de crise, la population totale du pays guérandais serait un peu supérieure à 10 000 habitants vers 1427, la paroisse de Guérande en regoupe environ le tiers, mais la ville et ses faubourgs sans doute 15 %.

  • 8 J. Kerhervé, L’État…, p. 547-548.

11La densité moyenne de feux fiscaux au km2 s’établit à 2,4. Sur la carte dressée pour la Bretagne, le pays guérandais apparaît comme une des zones les plus densément peuplées du littoral sud de la Bretagne, évoquant les régions du littoral nord. Par paroisse, on obtient pour Batz, 10 feux ; Piriac, 5,2 ; Saint-Nazaire, 2,9 ; Escoublac, 2,3 ; Guérande, 2,1 ; Mesquer 1,6 ; Saint-André-des-Eaux, 1,4 ; Saint-Molf, 1,1 ; Saint-Lyphard, 0,5. L’opposition entre la côte et l’intérieur est marquée. L’avantage côtier est d’autant plus net que la paroisse est petite, plus littorale, comme c’est le cas de Batz et de Piriac. L’avantage de Batz est encore à mettre en rapport avec les marais salants, plus présents qu’ils ne le sont alors dans les paroisses d’Escoublac et de Saint-Nazaire (qui inclut Pornichet). Guérande et Mesquer, qui gardent le contact avec la mer et possèdent des marais salants, participent à un deuxième ensemble. Guérande paraît dans une situation moyenne, son étendue et sa position la faisant participer aux différents milieux du pays guérandais. Dans le détail, à Guérande, les densités doivent diminuer au fur et à mesure que l’on s’éloigne et du littoral et de la ville8.

  • 9 ID., ibid., p. 551.

12L’ampleur des rabats révèle celle de la crise. Le repli moyen est d’un tiers, les différentes valeurs s’inscrivant entre -47 % à Escoublac et -19 % à Piriac. À part Saint-Molf (-24 %), toutes les valeurs sont proches du tiers, tant à Saint-André-des-Eaux, Saint-Nazaire, Guérande et Saint-Lyphard. Cependant, le recul de la population fiscale est plus important que celle de la population réelle car il prend en compte la baisse des contribuants et l’appauvrissement de la population. Mais la diminution de la population est bien réelle. Elle est à rapprocher de ce que l’on constate pour le duché, pour la période allant de 1395 à 1426, au minimum moins 25 %, le phénomène étant plus marqué à l’est qu’à l’ouest. Elle est supérieure à celle enregistrée dans l’évêché de Nantes, et comparable à celle dans les paroisses du nord de la Loire9.

  • 10 ADLA, E 74/8, f° 2 ; G. Bois, La grande dépression médiévale : xive-xve siècles. Le précédent d’un (...)

13Le contexte de crise peut être précisé. Le 26 décembre 1332, il fait allusion à des distributions de grains des greniers du communal aux pauvres. L’épisode ne peut être daté, mais paraît un indice des déséquilibres qui affectent l’Occident. L’épidémie est présente. Deux mentions contenues dans un registre de la confrérie Saint-Nicolas de Guérande attestent de sa présence en 1356 et 1361. Guérande est touchée par « la seconde peste » qui affecte l’Occident. Mais la ville peut échapper aux effets d’une mortalité signalée par ailleurs, ainsi le 11 mars 1413 Thomas Rochart, devant rendre l’hommage au duc en raison de la mortalité et pestilance qui règne, est-il dirigé pour ce faire à Guérande10.

  • 11 Ibid., B 12838/2, f° 334 v°, ibid., E 74/14, f° 85 ; G. Lesquen et G. Mollat, « Mesures… », p. 518 (...)

14La succession de difficultés interdit toute reprise durable. Une enquête en 1392 est justifiée par une demande des Guérandais de voir leur imposition diminuée en raison du numbre de genz qui estoint mors. À la fin du xive siècle, il est fait état d’une grande diminution des revenus de la collégiale Saint-Aubin. La valeur du seigle en 1407 enregistre une hausse de 20% par rapport à 1406. Des baillées de frosts du domaine ducal au Croisic et à Escoublac, en juin 1411 et en mars 1412, sont faites avec engagement pour le preneur de faire des reparacions qui paraît évoquer une déprise. La confirmation des privilèges de Nantes, le 19 septembre 1420, décrit un pays nantais desgarni de blez où les vivres sont moult chiers, et où la crainte est vive qu’il y ait une grant famine ; cette situation est mise en rapport avec la sterilité de blé derroyne, le passage des armées alant et s’en retournant du siege de Chastoceaux, le ravitaillement de l’armée qui a détourné les circuits existants et l’interdiction de faire venir des blés de basse Bretagne. Aussi, une lettre ducale du 5 octobre 1420, qui déclare que la production céréalière du pays guérandais n’assure l’alimentation que de 10% de sa population, doit exprimer une situation structurelle, découlant à la fois de l’importance des surfaces salicoles et d’un contexte difficile. Dans un aveu du 3 novembre 1423 concernant la ville de Guérande, l’importance du nombre des noms précédés de la mention hoirs de… (25 sur 38 occurrences) exprime certainement les résultats d’une mortalité récente. Le tout s’inscrit en 1421-1422, sur fond de crise monétaire : dans un compte du bailliage de Soursac en Mesquer, le terme de mi-août 1421 distingue les versements en monnaie de gros s’élevant à 45 s et le parsus à bonne monnaie, la crise ayant porté le gros à 20 d, au terme de janvier 1422, à 2 d, qui est la valeur du decri du 13 décembre 1421. Cette conjoncture déprimée est confirmée par la mention d’une enquête du 23 juin 1428 concernant Escoublac, Guérande, Saint-André-des-Eaux, Saint-Molf et Saint-Nazaire, et d’une autre ordonnée le 23 mars 1430 qui vise Piriac et Saint-Molf. S’agit-il de répondre à une contestation des chiffres établis par la première enquête ? Ou de prendre en compte une dégradation de la situation démographique à l’image de ce que l’on constate en Bretagne où l’année 1430 est un temps fort de la mortalité ? La lenteur de la réalisation du couvent des dominicains est un indice supplémentaire donnant corps à la seconde hypothèse : on peut penser que le minimum démographique jugé nécessaire à la vie de l’établissement est remis en cause par le marasme général contraignant les frères à ralentir les travaux11.

  • 12 AP Guérande, vol. I, f° 12 v°, 13 v° ; ADLA, B 2988, f° 13 v°-14 ; A. Denifle, La désolation…, t. (...)

15Ensuite, des informations éparses permettent de dessiner à grands traits les éléments d’une conjoncture changeante mais dominée par des difficultés. Celles-ci se répètent chaque année entre 1436 et 1439 : en mai 1436 à Guérande, le registre de la confrérie Saint-Nicolas mentionne une mortalité ; le 2 novembre 1436, Escoublac voit ses feux fiscaux diminués de 10 (-15 %) ; le 14 mai 1437, Saint-André-des-Eaux obtient rabat de 4 feux fiscaux (-11 %) pour mortalité ; en 1438, l’épidémie sévit à Batz où un vœu entraîne la décision de réédifier un édifice dédié à la Vierge : la chapelle Notre-Dame-du-Mûrier ; en mai 1439 à Guérande, le dîner des confrères de Saint-Nicolas reste en suspens12.

  • 13 ADLA, B 12839/2, f° 330-330 v°, 337-337 v° ; ibid., E 213/2, f° 3.

16Ensuite, les informations sont plus isolées. Le 1er juin 1442 à Saint-Molf, une enquête est ordonnée en raison de la diminucion et pauvreté des paroissiens. Les commissaires sont à Escoublac en 1443. Le 7 avril 1448, commission est donnée pour faire rapport des feux de Saint-Nazaire qui le 2 juin 1472 ne figure plus que pour 132 feux fiscaux (-21 %)13.

  • 14 Ibid., E 164/10 ; ibid., B 1456, f° 133 v°-138 v°, 156-162 ; ibid., H 296 ; R. Blanchard, Lettres…(...)

17Les paroisses du pays guérandais ne paraissent pas parmi celles qui obtiennent le renouvellement de leurs provisions dans les années 1453-1457. Mais en 1460, la requête de Pierre Spinolle, pour obtenir un rabat de 10 000 L sur le prix de la ferme de la prévôté de Nantes et de la recette ordinaire de Guérande, invoque la sterilité de vins, blez et saulx. Il convient de faire la part de l’exagération puisque sur place des arrentements de vigne ont lieu. L’état d’avancement des travaux du couvent Saint-Yves peut à nouveau être sollicité : après 1442, ce qui a été obtenu du duc ne sera que maintenu, c’est un indice qu’à partir les années 1450 la conjoncture est moins difficile14.

  • 15 ADLA, 1 E 538 ; ibid., G 38, f° 12-13, 21-21 v°.

18Il est délicat de tirer parti des chiffres d’affermage des grains provenant des dîmes levées en août 1448 et août 1449 : le chiffre de 1449 pour le froment s’inscrit en baisse de 5 % et celui du seigle de 10 % pour les paroisses de Guérande et de Piriac. Les prix du froment en juillet, en période de soudure, qui s’inscrivent en hausse de 15 % par rapport à ceux d’octobre 1448, attestent d’une situation qui n’est pas catastrophique15.

  • 16 J. Kerhervé, L’État…, p. 55 ; B. Chevalier, « Histoire urbaine en France, xe-xve siècle », dans L’ (...)

19On retrouve dans le terrouer l’évolution qui caractérise le duché. J. Kerhervé, pour les 30 années qui suivent la réformation du duché, évoque un recul de 20 % de la population, donnée que l’on peut accepter sans pouvoir établir d’éventuelles phases, même si les années 1436-1439 paraissent particulièrement délicates. Quoi qu’il en soit, dans le pays guérandais comme ailleurs, on doit se situer à un étiage dans les années 1440-1450. Ensuite si le creux de la vague est passé, les alertes et les crises subsistent16.

  • 17 ADLA, B 3, f° 16 v°, 35 v°, 41, 135, 170 v°-171.

20Une enquête aboutit le 25 octobre 1463 dans toutes les paroisses du pays guérandais, à l’exception de Saint-Lyphard, à l’obtention de rabats : Guérande, 100 L ; Batz, 60 L ; Piriac, 50 L ; Saint-Nazaire, 30 L ; Escoublac, 16 L ; Mesquer, 12 L ; Saint-Molf, 10 L ; Saint-André-des-Eaux 10 L ; au total, 288 L, soit 42 % de ce qui est accordé aux paroisses de l’évêché de Nantes, donnée qui révèle l’ampleur de la crise. Puis, le 25 septembre 1464, les huit paroisses reçoivent des rabats équivalant du tiers ou du quart de ce qui a été précédemment octroyé, signe que les difficultés persistent. Enfin, le 4 décembre 1464 seule Guérande figure pour un rabat de 15 L. Ce dernier est justifié par le cours et pestilence de maladie et concerne des paroisses qui ne sont pas encore repopulees. Le pays guérandais subit les effets de la peste, qui ravage la Bretagne de 1461 à l’hiver 1463, et de la mauvaise récolte de 146217.

  • 18 Ibid., B 6, f° 111-112 v° ; ibid., E 213/2, f° 3, ibid., E 213/4, f° 10, 15 v°.

21La situation se rétablit dans les années suivantes. Mieux, en janvier et mai 1466, le terrouer n’est pas touché par de nouvelles mesures de réduction fiscale. Cela n’exclut pas des problèmes ponctuels. Saint-Nazaire voit le 3 juin 1468 sa contribution réduite du quart, en raison de la mortalité. En 1472, elle est encore concernée, avec Mesquer et Saint-Molf dont la contribution est réduite d’un quart en raison de la guerre ou de la mortalité18.

  • 19 Ibid., B 7, f° 21-21 v°, 41-41 v° ; ibid., E 213/5, f° 20 v°, 22 v° ; ibid., E 213/8, f° 1 v°-2, i (...)

22Les années 1472-1477 sont marquées par des difficultés qui n’affectent qu’en partie notre région – Guérande, Escoublac et Saint-Lyphard ne figurent sur aucune liste de rabat –, et qui peuvent être, dans le cas de Batz à la fin 1472 et au début 1473, particulièrement marquées. Elles sont soulignées par les plaintes exprimées par Roland de La Noé et Guillaume Juzel, fermiers des ports et havres du comté de Nantes et de la recette ordinaire de Guérande à compter du 1er octobre 1470 : ils font état de guerre et hostilité, ainsi que de la peste, afin d’obtenir un rabat le 20 janvier 1473. Le 3 mars 1473, c’est le tout du fouaige qui est remis pour Batz, puis le 22 novembre 1473 un rabais d’un sixième est accordé sur le fouage à Mesquer, Saint-Molf, et Saint-André-des-Eaux. Le pays guérandais participe à une « cuvette » de l’évolution démographique du pays nantais. À nouveau, en novembre 1475, novembre 1476 et mars 1477, des réductions de fouages sont accordées pour Mesquer, Saint-Nazaire et Saint-André-des-Eaux19.

  • 20 ADLA, G 632, f° 10 v°-11 ; A. Croix, Nantes…, p. 160-164.

23Le compte de la fabrique de Batz pour 1478-1479 mentionne 50 inhumations. Le fait que la mortalité ne touche pas un nombre important de membres d’une même famille conduit à conclure à l’absence d’épidémie, et permet d’envisager une certaine accalmie. Celle-ci, selon A. Croix, prélude à un « dôme » démographique, rendant « possible » d’envisager l’hypothèse d’une reprise démographique entre 1480 et 149020.

  • 21 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 500 ; ADLA, B 12, f° 124 v° ; ibid., B 51, f° 21 v°, 31 ; Ibid., (...)

24Impossible d’apprécier l’impact démographique de la guerre d’Indépendance. Mais la peste qui, de septembre à décembre 1488, touche largement la Bretagne, épargne le pays guérandais. Le deport du quart du soulday obtenu le 18 juin 1490 par Saint-Nazaire, Escoublac et Saint-Andrédes-Eaux, de même que l’engagement du roi Charles VIII, le 6 mai 1491, d’exempter de fouage les citez, villes, villaiges, paroesses justifié par la grans et estresme pouvreté du pays, s’inscrivent dans un contexte politique. Quoiqu’il en soit, la reprise ne paraît pas avoir été compromise. Une bulle du 4 octobre 1501, accordée aux habitants du Croisic, fait état d’une population en forte augmentation et d’un chiffre de population de 4 000 habitants. S’il est difficile de souscrire à ce chiffre, les estimations postérieures donnent à penser qu’il n’est pas dénué de valeur, même s’il paraît un peu fort, à cette date, pour exprimer l’ensemble de la population croisicaise, c’est-à-dire de la ville et de ses villages21.

  • 22 Ibid., G 38, f° 3-22 ; ibid., B 14, f° 116 v° ; A. Croix, Nantes…, p. 159-160.

25L’année 1501, à Guérande, est marquée par les effets d’une épidémie. La persistance de la mortalité se révèle dans la commission d’enquête obtenue le 16 septembre 1503 par les habitants du faubourg Saint-Michel. À cette date les difficultés semblent assez largement présentes dans le pays nantais22.

  • 23 ADLA, G 38, f° 3-22 ; AP Guérande, vol. I, f° 38 ; ADLA, 1 Mi ec 32 (R 1) ; A. Croix, Nantes…, p. (...)

26Pour le pays guérandais, après 1503 un rétablissement s’amorce. Quelques alertes ensuite, en particulier en mai 1510 à Guérande où est signalé un ancomecemant de peste dans une maison, ne semblent pas remettre en cause un développement démographique. Au Croisic, les chiffres des conceptions pour la période 1510-1516, sont situés à un niveau relativement élevé – entre 188, pour 1510-1511, et 223 en 1515-1516, les autres valeurs se situent autour de 200, avec une hausse continue entre 1512 et 1516, de tels chiffres ne se retrouvent au Croisic qu’épisodiquement entre 1525 et 1528 d’une part, 1536 et 1539 d’autre part, et ensuite entre 1542 et 1550. Ainsi la période 1504-1515 marque-t-elle une reprise démographique au Croisic et dans le pays guérandais23.

  • 24 ADLA, E 299, f° 3 v°, 8, 9 ; ibid., B 22, f° 37 v°, 142 v° ; M. Mollat, Le commerce maritime norma (...)

27Cependant, les problèmes réapparaissent entre 1515 et 1523. La dureté de l’hiver 1513-1514 à Herbignac prélude à une grande stérilité des feyns au printemps 1514. Le 13 mars 1515, un mandement révèle une mortalité à Assérac, alors que le 23 août 1515 la levée du fouage suscite des difficultés à Guérande. Le 22 décembre 1515, des expéditions de blé à partir de la Normandie vers Le Croisic sont signalées. Ces problèmes se retrouvent dans l’interdiction faite d’exporter des blés en 1515, 1516 et 1517, cette dernière année 1517 s’annonçant comme d’une grande sterilité. En septembre 1523, les états de Bretagne se prononcent pour une moindre imposition de fouage en raison de la povreté du pays et la charge qu’ilz ont eue en la sterilité qui est ou pays à raison de l’indisposition du temps. Le gel « gâta tous les grains semés » en novembre 1523, dans le pays nantais. Entre 1518-1519 et 1522-1523 les conceptions au Croisic sont en recul : elles se situent entre 123, en 1522-1523 et 172, en 1519-1520, les autres valeurs étant autour de 15024.

  • 25 ADLA, 1 Mi ec 32 (R 1), A. Croix, Nantes…, p. 115, 118-120, 140, 159-160, 256, 322 ; ADLA, B 34, f (...)

28En 1525-1526, les conceptions au Croisic retrouvent un niveau élevé, avec une valeur de 201, mais l’embellie dure peu : en février 1531, la famyne touche l’évêché de Nantes où rôde la peste. Au Croisic, les conceptions sont à la baisse : d’abord lentement, 1526-1527 et 1527-1528, (autour de 190), 1528-1529 (181) et 1529-1530 (170) ; puis le mouvement s’accélère brutalement à partir de 1530-1531 (141), le point le plus bas étant atteint en 1531-1532 (107) et 1532-1533 (104) : soit la moitié du nombre de naissances de 1525-1526. La remontée s’amorce lentement, signe de difficultés qui durent jusqu’en 1535 (1533-1534, 136 conceptions ; 1534-1535, 161, 1535-1536, 169), puis plus fortement pour retrouver les valeurs antérieures en 1536-1537 (214). La crise de 1531-1532 a pour facteur déterminant la mauvaise récolte dans le pays nantais. Le fait que Le Croisic, qui en tant que port dispose de moyens matériels, soit affecté souligne la gravité du phénomène. Aux difficultés frumentaires s’ajoute l’épidémie. Une lettre de rémission du 13 novembre 1532 évoque la présence de la peste à Piriac ; une autre du 19 novembre 1533, d’une contagyon à Saint-Nazaire. Le pays guérandais, à l’image du pays nantais, connaît alors un creux démographique25.

  • 26 ADIV, 1 F 1978 ; A. Croix, Nantes…, p. 159-160 ; AP Guérande, vol. I, f° 54 v° ; ADLA, B 573, f° 3 (...)

29La situation se rétablit ensuite : une licence, accordée le 12 mars 1539 à Jean de Robien, capitaine du Croisic, de faire transporter 100 tx de grains hors du royaume, est justifiée par la grande abondance de grains qui existe en Bretagne. Néanmoins, si le pays nantais connaît une accalmie entre 1537 et 1544, le pays guérandais connaît des difficultés. L’épidémie est signalée à Guérande en mai 1538, et le 6 octobre 1539, les contributiffs à fouaige de Guérande font état de leur pauvreté. Surtout, Le Croisic enregistre une forte baisse : le chiffre des conceptions entre 1537 et 1540 (184, 193, 148) s’inscrit en repli par rapport à 1536-1537 (214). Ensuite les années sont contrastées jusqu’en 155026.

  • 27 ADLA, 14 JJ, Le Croisic, 37, f° 28 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1451.

30Cette étude démographique dégage des évolutions. Pour Guérande, la crise du bas Moyen Âge se prolonge jusque dans les années 1440-1450. Ensuite la reprise est périodiquement remise en cause en particulier en 1462-1464, 1472-1477, 1501-1503, 1513-1525, 1531-1535. Deux estimations concernant le terrouer peuvent attester du renversement de la conjoncture. Le 28 août 1532 dans le renouvellement des privilèges du Croisic, il est indiqué que le territoire de Guérande ne fournit que la centiesme partie de ce qui necessaire pour l’aliment du peuple tant resident que affluant, alors qu’en 1420 la proportion indiquée était du dixième. L’ampleur de l’augmentation de la population est exagérée, mais il n’en demeure pas moins que la population a vu son chiffre croître, alors que dans le même temps une spécialisation plus poussée vers la production de sel est envisageable27.

  • 28 A. Higounet-Nadal, dans Histoire de la population française, dir. J. Dupâquier, Paris, 1988, t. I, (...)

31Ces évolutions correspondent aux schémas généraux, aussi est-il tentant de reprendre les ordres de grandeur des variations de population qu’ils décrivent. Vers les années 1540, les chiffres de population retrouvent les valeurs les plus élevées d’avant la phase de repli. Pour les villes, le redressement amorcé lentement à partir de 1440 – niveau d’étiage grossièrement inférieur aux deux tiers de celui de 1330 – connaît une remontée foudroyante entre 1470 et 1490, puis se continue par une longue tendance à la hausse non démentie jusque dans les années 1570. Mais deux nuances sont à apporter à ce schéma général. L’une est bretonne : dans le duché, la croissance démographique est nette dans les deux premiers tiers du xvie siècle, et après une stagnation à la fin du siècle, elle se poursuit dans les deux premiers tiers du xviie siècle, base de l’« âge d’or de la Bretagne ». L’autre est croisicaise : le mouvement des conceptions pour les deux derniers tiers du xvie siècle traduit une stagnation globale du chiffre de la population28.

  • 29 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 259 ; C. Estienne, La guide…, p. 134-135.

32Guérande aurait 3 000 à 4 000 habitants au milieu du xve siècle et 4 000 habitants à la fin du xve siècle. Aussi, à la fin du Moyen Âge, Guérande se place-t-elle derrière le groupe de tête des villes bretonnes, Nantes (14 000 habitants), Rennes (13 000), à la suite de Dinan (5 500 à 5 000), Vannes (5 000), Morlaix (4 000 à 5 000), Vitré ou Quimper (4 000 à 4 500), Fougères (4 000), et devant Guingamp (3 500), Lamballe (1 700), Saint-Pol (1 700), Brest (1 200), Châteaubriant (1 100) et Auray (1 000). Il faut entendre 4 000 habitants pour la paroisse de Guérande, la ville et faubourgs ne doivent rassembler que la moitié de ce chiffre. Dans le pays guérandais, Le Croisic, ville et villages, doit se situer un peu au dessous de 4 000 habitants, la ville elle-même étant qualifiée de petite ville dans La guide des chemins de France de 155329.

Les familles et les mouvements migratoires

  • 30 ADLA, 1 Mi ec 32 (R 1) ; ibid., (A), f° 54.

33Les registres des baptêmes du Croisic sont précieux. Un premier livre rédigé en français couvre la période de 1508 au début 1525 ; un deuxième, en latin, commence en août 1525. Leur contenu se limite à l’indication du nom de l’enfant, de celui des parents et de ceux des parrains et marraines. L’enregistrement pour certaines années est incomplet, c’est le cas en 1508, 1509, 1510, 1512, 1517, 1518, 1520, 1524, 1525, certaines pages sont illisibles, des noms sont difficiles à déchiffrer et parfois n’est mentionné que le prénom de la femme. Ce sont autant de problèmes à une exploitation statistique. Cependant, pour la période de 1508 à 1542, plus de 2 600 familles apparaissent, les deux tiers d’entre elles ne semblent avoir eu qu’un enfant baptisé, 17 % deux, 8 % trois, 4 % quatre, moins de 2 % cinq ou six, 1 % plus de sept, le maximum pourrait être 10, nombre atteint dans 2 cas. Le modèle de la grande famille n’est pas absent, les durées entre les baptêmes enregistrés se situent alors entre 17 mois et 31 mois. Ce modèle se rencontre plutôt dans les familles de notables ou disposant d’une certaine aisance. Ces pourcentages sont révélateurs de la mobilité de la population caractéristique des villes et sans doute plus encore des ports. Ils traduisent également la mortalité qui touche les couples. Les veuvages sont suivis de remariages comme celui le 3 juillet 1513 de Catherine Cabelguen femme en tierczes nopces d’Olivier Éon qui est marraine d’un petit-fils de son mari30.

  • 31 A. Croix, Nantes…, p. 93-94.

34Le mouvement annuel des conceptions au Croisic est à rapprocher de ce que l’on constate dans les paroisses portuaires. La courbe établie pour 1526-1600 par A. Croix s’abaisse au printemps et à l’été, la dépression de mars se creuse jusqu’à un minimum étale sur trois mois de juin à août. Ensuite, la courbe s’élève de façon marquée pour se placer à ses valeurs les plus élevées d’octobre à février, avec des pointes en octobre. Janvier, novembre et février sont affectés d’un léger tassement. Cette courbe est à mettre en rapport avec l’activité maritime du Croisic, et sa liaison avec Nantes qui reçoit du sel avant tout d’octobre à décembre, puis de février à mars. Ce trafic n’impose pas d’absence prolongée, n’interrompt pas la vie de famille : ainsi octobre, novembre, décembre et janvier sont-ils marqués par un maximum de conceptions. Février et mars traduisent l’influence des pratiques religieuses, en l’occurrence le Carême. Les mois de printemps et d’été consacrés plus nettement au trafic hauturier ont des effets inverses sur les conceptions. Ainsi le poids des phénomènes économiques rend-il compte de l’essentiel du mouvement saisonnier des conceptions et l’influence de la religion ne s’y marquerait que pour un seul mois31.

  • 32 ADLA, B 3, f° 46 v°-47 ; ADV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 28 v°-31 v° ; ADLA, B 31, f° 33 ; ibid., B 27, (...)

35L’âge au mariage est connu dans quelques cas de famille de la moyenne et petite noblesse. Pour les filles, il est bas : 12 ans ; pour les garçons, il est un peu plus élevé, 16 ans. Le contrôle familial des alliances est fort, mais le libre choix n’est pas méconnu. Dans des milieux plus populaires, Jean Glévian, 24 ans en mai 1522, pêcheur n’est pas marié, ni Blanche Le Rigolaine de Mesquer, 18 ans le 1er janvier 1534, attestant d’un âge au mariage sans doute plus élevé32.

  • 33 Ibid., E 74/14 ; ibid., B 22, f° 104 v°.

36Les données sur les mouvements migratoires sont très rares. La déclaration d’identité des témoins lors de l’enquête de 1417 permet de distinguer sur les 30 déposants, 7 personnes qui déclarent ne pas être originaires de Guérande. Certains semblent être venus pour y exercer une fonction administrative, tels Guillaume Fregnet, Pierre Gouere ou maître Yves de Henlées connus comme officier de justice. Guillaume Jarno y est pour vendre du vin à la foire. Guillaume Rivière et Roland Salaun sont des nobles. La source porte sur des notables. À ceux-ci doivent être rapprochés les chanoines. Mais en raison de la pratique du cumul, des responsabilités que certains exercent au service de l’État, il est propable qu’ils soient peu présents sur place. D’autres spécialistes peuvent venir d’horizons lointains, comme l’illustre en juin 1515, Jean du Pommier, le premier médecin connu à Guérande, originaire de Normandie33.

  • 34 Ibid., B 3, f° 6 v°-7 ibid., B 28, f° 169-171 ; ibid., B 29, f° 153-154 v° ; ibid., E 74/14, f° 21 (...)

37Quelques actes révèlent des migrations plus populaires. Des ouvriers du textile sont mentionnés : le 11 janvier 1464, un texier de basse Bretagne meurt dans la juridiction d’Heinleix ; en septembre 1523, Pierre Roland, natif de Plélan (évêché de Rennes), compagnon couturier est signalé au Croisic ; une lettre de rémission du 20 septembre 1525 fait apparaître d’autres texiers, Yves Bihen, 26 ans, natif de Plozéve (évêché de Cornouaille), travaillant au Croisic, Guillaume Kerlan et son frère, natifs de Plouédern près de Landerneau et résidant à Piriac. Cette venue de tisserands de basse Bretagne semble refléter un courant ancien puisque dans une enquête de 1417 il est en est cité un, de Quimper, hantant la ville de Guérande34.

  • 35 ADIV, 1 F 1125, f° 22-28 ; J. Bernard, Navires…, t. III, p. 18 ; ADLA, B 12, f° 64 v° ; ibid., B 2 (...)

38L’attractivité du port du Croisic inclut une toute autre dimension. L’immigration y est plus importante et correspond à une zone de départ plus large. Des marins viennent y trouver des embarquements, tel Jean de Maranne de Saint-Étienne-de-Luce (évêché de Saintes) âgé de 27 ans en 1529. Des marchands non bretons s’y établissent : bayonnais, comme Saubat de Lissaragua en 1475 ; espagnols, tels Alonso del Carralo en janvier 1490 et sans doute Ferrandus Rodrigues vers 1540 ; yrlandais, le 31 janvier 1515. Le registre des baptêmes du Croisic porte mention de personnes des parties d’Ecosse : le 14 octobre 1515, Jouan Maquitrec réside au Croisic, il est l’époux d’Étiennette Viault ; l’importance du personnage est soulignée par la présence au baptême de son fils de trois parrains et deux marraines dont noble damoiselle Aliette Droillart. D’autres apparaissent comme parrains : le 26 novembre 1516, Jacques Brun ; le 7 février 1520, Louis Marchlande et Thomas Tampson ; le 19 octobre 1527, Jacques Brandon de Ybernia ; le 18 juin 1534, Guillaume Ouiral de partibuz Irlandie ; le 22 février 1543, Jean Maclanche, Scotius de Kercombly. À citer encore, les 3 janvier et 25 mai 1515, Robert Dighton et Jean Red ; et le 26 août 1529, Vatier Scot. L’étude de G. Buron concernant le peuplement et la population du pays guérandais à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes pour la paroisse de Batz, menée surtout à partir des patronymes d’origine extraits des registres de baptêmes, prend appui sur les noms relevés au début du xvie siècle. Ces noms fixés depuis un certain temps – même si des surnoms viennent parfois se substituer au nom – sont un marqueur pertinent des origines géographiques. Une telle étude révèle plus le brassage d’ensemble de la population que de courants migratoires particuliers. À ces dates, ils sont plus révélateurs des zones de départ anciennes que des zones d’arrivée récentes35.

  • 36 É. Port, « Alain Bouchard, chroniqueur breton », AB, 36, 1924-1925, p. 517-522 ; ADLA, B 21, f° 23 (...)

39À l’inverse, des marins croisicais peuvent faire partie d’équipage de navires non croisicais, tel Antoine Picart en 1471, ou Michel Jamet condamné dans le Léon le 30 octobre 151336.

  • 37 G. Villais, « Un document… », p. 10-11, ADLA, G 38, f° 5 v°-8 ; ibid., E 74/14, f°, 78-81 v°, 85.

40La comparaison des noms contenus dans les deux aveux rendus par les seigneurs de Lesnérac pour leur fief urbain de Guérande, l’un le 3 novembre 1423 et l’autre le 14 janvier 1501, ne révèle que deux noms communs sur une quarantaine au total, il s’agit de deux familles nobles. L’idée d’un renouvellement de la population de la ville sur un siècle pourrait trouver à s’étayer si l’on était sûr que la disparition des noms ne décelait pas aussi l’insuffisance de notre documentation. Cependant, ce qu’une enquête de 1411 rapporte de l’occupation d’une maison va dans le sens d’une mobilité et d’un renouvellement rapide, cinq occupants s’y succèdent sur une trentaine d’années37.

La société

Le clergé

41Il est difficile de préciser l’importance numérique du clergé. Une hiérarchie se dessine entre un haut clergé présent à Guérande en raison de la collégiale Saint-Aubin et le bas clergé séculier des différentes paroisses, et le monde plus divers des réguliers.

  • 38 A. Longnon, Pouillés…, p. 261, 264-265 ; AM Nantes II, 126/5 ; ADLA, G 301.

42Le chapitre est constitué de quatorze chanoines au début du xive siècle, mais de douze à la fin de celui-ci. Notre documentation reste fragmentaire. Il n’existe qu’une liste complète des douze chanoines datant de la fin du xive siècle ou du début du xve siècle. Sur place, par le jeu des dispenses, le chapitre est rarement réuni dans sa totalité. Le 28 août 1489, les huits chanoines présents sont dits chapitrans et leur chapitre faisans, la campanne sonnée, ce qui atteste une présence réelle selon les formes canoniques38.

  • 39 Ibid., B 1450 ; AP Guérande, vol. I, f° 52, 55 v° ; ADLA, B 1462 ; ibid., B 1493, f° 66 v° ; ibid.(...)

43La dignité principale est celle de prévôt (annexe 12). On connaît aussi des chantres : en octobre 1476 Alain Pineau ; en octobre 1516 Jacques Cadoret ; en mai 1522 Louis Gueux ou Gueulx, teneur de Saint-Aubin ; en mai 1526 et en janvier 1533 Olivier Deno ; en 1541 Bizien Le Marec. La maison de la chantrerie est citée le 20 décembre 1534. Le 6 octobre 1487, est mentionné un prieur du chapitre en la personne d’Yves Chesnays prêtre39.

  • 40 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, passim ; J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 355.

44Le caractère incomplet de la documentation rassemblée ne permet pas de mener une étude sociale des chanoines de Guérande. Quelques personnages importants se distinguent. Ils font carrière et pour eux un canonicat est un bénéfice parmi d’autres, temporairement occupé ; l’obtention d’autres fonctions les oblige à abandonner leurs prébendes – à moins d’obtenir une dispense d’incompatibilité –, comme l’illustrent les exemples de ceux qui occuperont des fonctions épiscopales : Hervé de Keroulay (à Tréguier), Bernard du Peyron (à Nantes), Pierre Piédru (à Saint-Brieuc puis Saint-Malo), Guillaume de Malestroit (à Nantes), Jean Prigent (à Saint-Brieuc), Raoul de La Moussaye (à Dol) ; Alain de Kerguiziau fait carrière dans l’administration ducale, et Jacques Clate mène une brillante carrière universitaire40.

  • 41 G. Lesquen et G. Mollat, « Mesures… », p. 172-174, 518-519, 524 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les (...)

45D’autres figures d’envergure moindre sont au service du duc, Guérande est pour eux un bénéfice parmi d’autres, ainsi pour Jean Berthou, Jacques de Pont-l’Abbé, Guillaume Le Marhec, Guillaume Le Chevrier, Robert Ruallo, Michel André, Jean de Bogier, Alain de Quelen. D’autres sont présents en curie tels Pierre Le Clerc, Bernard de Coëtlogon, Yves Chohan ou Yves Coyer41.

  • 42 ADLA, B 121, f° 190 v°, ibid., E 75/5 ; ibid., G 301 ; ibid., G 297 ; Rosmorduc (de), Noblesse…, t (...)

46On trouve encore des hommes dont l’implication est plus locale. Les listes des chanoines présents les 14 février 1472 et le 28 août 1489 attestent d’un recrutement nobiliaire, principalement de cadets de familles, où figurent des noms de familles possessionnées dans le Vannetais : Philippe Le Gourvinec, Olivier de Peillac, Olivier du Boaisjagu, Pierre de Bodéan, Henri et Thébaud de Callac, Pierre de Tréguz. Seul Yves Le Guiriec est d’une famille du terrouer. Par la suite, un apport encore plus local se précise, avec Jean de Kerpoisson en 1505, Rolland Deno en 1513, François Rogon en 1518, Guillaume de Carné en 1522, Olivier Deno en 1526, Jacques de Kercabus en 1527, tous cadets de la noblesse du pays guérandais42.

  • 43 Ibid., B 13, f° 108 v° ; ADM, 93 J 441-442 ; ADLA, B 26, f° 207 v° ; ibid., B 27, f° 268 v°, ibid.(...)

47Une autre évolution se dessine avec des cumuls de bénéfice qui ne se limitent plus à une chapellenie de la collégiale mais qui s’étendent à l’échelle du terrouer : Thébaud de Callac est en 1491 recteur de Mesquer ; Sevestre Chohan en 1506 prieur de Piriac ; Olivier Deno en 1521 recteur de Saint- Molf et prieur de Saillé ; Guy Drouillart vicaire et prieur de Batz en 1522 et 1530 ; Olivier Bonnet recteur de Mesquer en 1525 ; Guillaume de Carné obtient en 1531 maintenue sur la vicairie de Batz. Ce dernier, frère de Tristan, illustre la position acquise dans le pays guérandais par cette famille au début du xvie siècle43.

48Des « dynasties » semblent se constituer avec Henry et Thébaud de Callac, Yves et Silvestre Chohan et encore Roland et Olivier Deno. L’impression prévaut d’un recrutement faisant appel de plus en plus à des cadets de familles nobles présentes au niveau régional et local. Cependant, des non nobles sont attestés : ils sont de Guérande comme Alain Pineau et Jacques Cadoret ; Guillaume Juhel mentionné en 1511 est originaire de Donges.

  • 44 Ibid., G 386.

49L’examen du testament de ce dernier, du 15 novembre 1511, apporte son lot d’informations. Outre une sensibilité religieuse, un attachement à sa famille, à sa paroisse d’origine, à son lieu de naissance et peut-être une fierté particulière d’être chanoine, on apprend qu’une de ses nièces, deux de ses neveux et un petit Abraham demeurent avec lui, qu’il dispose de deux chambrières dont une à Donges, et un serviteur. Un autre de ses neveux, Guillaume, est en cour de Rome. Il dispose de livres : Decretales, une Bible qu’il lègue à son neveu Guillaume et une autre qu’il attribue à l’église de Donges. Il ordonne 400 messes, fonde une chapellenie dans l’île d’Assatz à Donges dans une chapelle qu’il a fait faire de nouveau, auquel il affecte 12 L t de rente, et il meuble la demeure du chapelain ; il fonde un anniversaire dans la collégiale Saint-Aubin doté de 60 L t, il distribue encore à des membres de sa famille – trois nièces, trois neveux, deux petits-neveux – le reste de ses biens meubles à ses parents et à des proches – le petit Abraham, deux chambrières et son serviteur – 78 L t et divers biens, lits, robes, linceulx, livres. Il destine encore deux orseulx d’argent et 8 L t au chapitre de Nantes. Il fait état de 568 L t qui lui sont dues – 500 L t par Robert et Jean d’Espinay, évêques de Nantes et 68 L t par son servant dans la cure de Vezin44.

  • 45 Ibid., G 301 ; ibid., G 38, f° 21 : ibid., B 27, f° 44.

50Nous ne disposons pas d’informations – sinon fragmentaires – sur les ressources locales des chanoines, ni sur la valeur religieuse de ces clercs. L’appartenance de certains d’entre eux à la confrérie Saint-Nicolas de Guérande montre leur intégration au milieu local. Quelques-uns participent aussi à la vie économique en étant receveur du chapitre, Yves Le Guiriec par exemple avant décembre 1461 et encore en août 1474 ; d’autres prennent des fermes locales, Thébaud de Callac en 1505 ; voire plus importante : Olivier Bonnet est fermier des régaires de l’évêque de Nantes à Guérande45.

  • 46 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 364-365 ; AP Guérande, vol. I, f° 51.

51À la collégiale, le bas clergé se complète d’un sacriste et d’un choriste. Le sacriste est un clerc affecté à la garde du trésor – Pierre Moysan l’est avant 1372 et Pierre Labbé, avant le 15 décembre 1417 ; il s’agit d’une dignité supplémentaire pour des personnages déjà pourvus en bénéfices. Un choriste est signalé le 9 mai 1528 en la personne de Jacques Caillo46.

  • 47 ADLA, B 1489 (A), f° 50 v°-52, ibid., 1489 (B), f° 55 v°-57 v° ; ibid., B 1490, 66 v°-69 v°, ibid. (...)

52À Guérande, le bas clergé se compose des vicaires perpétuels qui desservent les trois cures de Saint-Aubin, de Notre-Dame-la-Blanche, de Saint-Michel. À leurs côtés, les chapelains sont très nombreux, notamment affectés aux chapellenies des églises de la ville. Les rentiers ducaux, de 1452 à 1541, en donnent une liste quasi immuable de 19 noms. Les seuls changements sont la mention en 1499 d’une création, alors qu’en 1541, deux chapellenies Notre-Dame n’apparaissent plus n’en former qu’une. Cette liste ne tient compte que des chapellenies possessionnées dans le domaine ducal. L’enquête fait apparaître des mentions de chapellenies servies en la collégiale : des Cinq Plays, Notre-Dame du Puy, Saint-Aubin nouvel, Saint Esprit, Saint-Georges, Saint-Gracien, Saint-Jacques, Saint-Jean, Saint-Nicolas, Saint-Yves, Sainte-Croix, Sainte-Madeleine ; et des actes de fondations : en 1405, une seconde chapellenie Saint-Nicolas ; le 16 septembre 1458, Pierre de Carné, archidiacre de Quimper, reçoit du pape la faculté d’ériger une chapellenie en la collégiale avec union de celle de Saint-Michel qu’il posséde au faubourg de Vannes ; le 18 janvier 1476, Sainte-Catherine ; le 15 octobre 1484, Saint-Just ; le 7 juin 1502, Sainte-Catherine ; le 22 avril 1515, chapellenie de Saint-René et de Saint-Michel ; le 18 février 1525, Sainte-Catherine attribuée à Tristan de Carné ; le 17 mai 1538, Saint-Sébastien ; soit au total une vingtaine. A celles-ci s’ajoutent celles de l’église Notre-Dame-la-Blanche (Saint-Yves, Saint-Georges, Saint-Sébastien), et de l’hôpital Saint-Jean47.

  • 48 Ibid., B 1476, ibid., G 389 ; ibid., B 751 ; ibid., B 1457 ; ibid., B 22, f° 143 ; ibid., 47 J 4 ; (...)

53La liste doit être complétée avec les desservants des chapelles des faubourgs : à Saint-Michel, la chapellenie Notre-Dame et trois autres indiquées en 1560 ; à la Trinité, celle de la Trinité ; à Saint-Laurent, celle de Saint-Laurent. S’y ajoutent, les chapellenies de chapelles de certains villages : à Careil (Saint-Just), Saillé, Clis (Sainte-Catherine), La Madeleine, Bréca, Brandu ; et celles des chapelles de manoirs, comme celle de la Conception de Notre-Dame fondée par Michel Le Pennec à Lauvergnac et celle de Sainte-Brigitte à Bréhet48.

  • 49 Ibid., G 386, f° 4 ; ibid., G 303 ; ibid., E 641 ; BM Nantes, ms fr 2954, II (4), ADLA B 1493, f° (...)

54Des chapelains peuvent se trouver sans charge, d’autres assistent des ecclésiastiques, tel Jean Vallée, clerc de Thébaud de Lesnérac, et d’autres encore doivent être maîtres d’écoles ou précepteurs. Des chapellenies peuvent être cumulées : en 1501, Jean Baye est desservant des chapellenies Notre-Dame, de la Trinité et de Saint-Yves servies respectivement dans la chapelle de Lauvergnac, au bourg de Batz et à Piriac. L’affermage, pratique autorisée par les statuts de Nantes dès 1320 et subordonnée à l’accord de l’évêque, est illustré le 30 mars 1513 avec Vincent Le Bagouze qui prend à ferme le vicariat de Batz pour trois ans et un paiement de 540 ducats ; en 1541, Rolland Madic est fermier pour la chapellenie Saint-Gracien49.

  • 50 ADLA, 1 J 134, f° 1 v°-2.

55Ces chapelains, on en dénombre plus de 130 pour la période étudiée dans la paroisse de Guérande et ce chiffre est un minimum, possèdent des livres religieux : le compte de la fabrique de Batz pour un an commencé le 5 mars 1575 note une Bible léguée par Yves Le Louez, un bréviaire et une Legende (sans doute la Légende dorée de J. de Voragine) par dom Bonabés Enes, et des Decretales en imprissions par Yves Gouazo50.

  • 51 Ibid., G 389, ibid., G 303, ibid., B 1510, f° 1482 ; ibid., G 303 ; ibid., G 386.

56Certains d’entre eux apparaissent engagés dans des opérations d’achat de rentes. Thébaud de Lesnérac achète 9 L 13 s 4 d de rentes en 7 opérations dans le pays guérandais entre le 6 juillet 1464 et le 29 décembre 1474. Il fonde le 18 janvier 1476 une chapellenie de deux messes hebdomadaires dotée de tous les biens qu’il a acquis dans la paroisse de Guérande, soit 15 œillets de salines, 5 L 8 s de rente, 16 hommées de vigne et la maison où il demeure. Son clerc, Jean Vallée, fonde le 7 juin 1502 quatre anniversaires et une chapellenie de deux messes hebdomadaires qu’il dote de biens acquis – 7 œillets, des terres, 3 L 4 s, un boisseau d’avoine et une geline de rente –, une petite maison couverte d’ardoise avec son pourpris dans la ville de Guérande, un autre œillet de marais, un jardin. Il distribue certaines sommes d’argent aux membres de sa famille, soit 10 francs, renonce à une créance de 19 L 5 d, accorde 22 L 3 s 4 d au chapelain de la chapellenie Sainte-Catherine dont auparavant il était chapelain et encore ordonne qu’il soit versé 6 L à chacun de ses exécuteurs testamentaires, le reste devant être employé à prier Dieu. L’ensemble dénote une très honnête aisance. Celle-ci peut être illustrée encore par le testament de Guillaume Juhel du 15 novembre 1511 qui dote la chapellenie qu’il crée de ce que l’on peut considérer comme l’équipement domestique satisfaisant pour un chapelain : un grand lit, garni de 2 paires de linceulx, une couverture rouge et blanche, un coffre, une table, un banc, 4 escabelles, un dressouer, 4 écuelles d’étain, 2 plats d’étain, 2 chandeliers de cuivre, 3 chasubles et autres ornements et des livres51.

  • 52 Ibid., B 14, f° 57 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 366 ; ADLA, B 751, ibid., B 1462, (...)

57Pour la collégiale Saint-Aubin – plus de 120 chapelains sont connus – le milieu social des chapelains est ouvert. Nombreux sont les chanoines disposant d’une chapellenie. Certaines sont pourvues en cour de Rome, ainsi en faveur de Guillaume de Saint-André, prêtre, bachelier en décret, qui reçoit en 1371 la chapellenie de Sainte-Madeleine. Une autre origine sociale se révèle avec des noms de cadets d’une vingtaine de familles de la petite ou de la moyenne noblesse. À leurs côtés figurent des noms de famille de milieu aisé de Guérande, Pierre Catella, chapelain en mai 1471, est le fils d’un notaire, Olivier Cadoret, Julien Gaultier. Jean Vallée illustre un autre recrutement : clerc de Thébaud de Lesnérac, il est nommé chapelain de la chapellenie fondée par ce dernier, et lui-même désigne son neveu chapelain de celle qu’il fonde le 7 juin 1502. L’exemple illustre un mode habituel de nomination au profit des neveux des fondateurs, puis des patrons : la chapellenie fondée par Guillaume Groy est au patronage de Guillaume Deno qui nomme le 25 octobre 1554 comme desservant, Olivier Deno. Cette préoccupation s’accompagne de la volonté que soit nommé des hommes de bon regime et gouvernement et que la continuité du service soit assurée, Guillaume Groy précisant qu’en cas de défaut de chapelain au bout de 3 mois un nouveau devra être présenté52.

  • 53 Ibid., G 389 ; infra ; ADLA, E 1228/2, 5 ; ibid., G 581, ADM, E 5104 ; ADLA, 59 J 2, f° 4 v°.

58Pour les autres chapellenies de Guérande et du pays guérandais, le recrutement local paraît nettement, avec des cadets de petite noblesse : la chapellenie Saint-Pierre dans l’église Saint-Pierre d’Escoublac voit se succéder Thébaud de Lesnérac, Jean de Kercabus, Jean de Kerveno, Jean Calon, Guillaume Sécillon, François du Dreseuc. À Batz, on trouve des cadets de familles engagées dans le mouvement commercial. Dans les bourgs, le recrutement de paysans aisés apparaît : à Saint-Molf le 13 août 1474, Éon Guymar est soubz curé, alors que Guillaume Guymar est le même jour cité comme procureur des paroissiens ; à Saint-Lyphard, Michel Amice est chapelain d’une chapellenie créée le 13 avril 1516 par Jean Bellec, alors que Morice Amice a été receveur de Pierre de Carné ; en 1511 à Mesquer, Raoul Le Rigolaine est également chapelain, alors que cette famille se suit début le début du xve siècle et l’un de ses membres est marchand marinier53.

  • 54 Ogée, Dictionnaire…, t. I, p. 96 ; ADLA, H 603, f° 51 v° ; H. Martin, Les ordres…, p. 114-115, 126 (...)

59Le clergé régulier est présent avec les prieurés. Seul le prieuré de Batz est conventuel, disposant de six religieux selon un procès-verbal de la seconde moitié du xvie siècle. Les autres prieurés sont des prieurés simples. La présence dominicaine s’y ajoute au couvent Saint-Yves. L’effectif d’un couvent à la fin du xve siècle et au début du xvie siècle est au moins égal au nombre des religieux assemblés en chapitre, le chiffre maximum pouvant être obtenu en y ajoutant 25 à 30 % à l’effectif de l’assemblée capitulaire la plus nombreuse. En se fondant sur une liste du 30 juin 1526 où il figure treize présents, on aurait dix-huit religieux pour Guérande. Ces chiffres sont inférieurs à l’effectif des autres couvents dominicains en Bretagne où l’on compte de 20 à 34 religieux54.

  • 55 Ibid., p. 112-113, 130-134, 255-258 ; ADLA, H 603, f° 33.

60Le couvent Saint-Yves a été réformé. Le 16 septembre 1474, le maître général des dominicains missionne Péan Dollo de prendre les mesures nécessaires afin de réformer les couvents de Dinan et de Guérande, avec pouvoir de recourir si nécessaire au bras séculier. L’opération semble être rapidement menée au couvent de Guérande qui est intégré à la congrégation de Haarlem en 1476. Le 26 juillet 1483, un acte mentionne la présence de frère Étienne Durant, vicaire des couvents resformez de l’ordre de sainct Dominicque en Bretagne. Après 1514, les couvents français relevant de la congrégation de Hollande sont regroupés dans le cadre d’une congrégation gallicane dont le chapitre général de 1521 a lieu à Nantes, et dont un frère de Guérande, Jacques Fougères, est vicaire général55.

  • 56 ADLA, G 297 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 262 ; ADLA, G 747. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 311

61Dans la paroisse de Guérande, vivent sans doute quelque 80 ecclésiastiques, environ 2 % de la population, ce qui correspond au pourcentage habituel des villes bretonnes. Mais la place réelle du clergé dans la ville se marque encore par la présence des possessions ecclésiastiques : hôtel de la Prévôté, maison prebendale, chantrerie, maisons des chapellenie : neuf sont attestées en ville et une dans les faubourgs, et autres biens. Et encore par son poids politique, le chapitre est représenté par des députés aux états de Bretagne et au synode du diocèse de Nantes ; sans oublier le poids financier : en 1478, le chapitre de Guérande achète pour 1464 L, 122 L de rente au vicomte de Rohan56.

La noblesse

  • 57 ADLA, B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19 ; ADM, 9 J 6. A. Gallicé, « La noblesse dans le pays guéranda (...)

62Les recensements généraux et d’autres concernant la noblesse faisant suite à l’ordonnance du 9 janvier 1426 ne fournissent que des résultats incomplets pour le pays guérandais ; nous n’avons pas d’informations sur les paroisses de Batz et Mesquer, et l’exploitation de la documentation pose problème à Guérande, Saint-Molf et à Saint-Nazaire57.

63À Guérande, la réformation de la noblesse enregistre : pour la ville de Guérande, 12 nobles et un anobli ; en la rue de Saillé es faubourg, 2 ; en la rue de Bizienne, un ; en la rue de Saint-Michel es faubourg, 9 et un anobli ; et en la frairie de Saillé, 21 : auxquels s’ajoute un sergent du duc ; soit au total 45 nobles, 2 anoblis et un sergent. Or la réformation générale le 20 novembre 1427 ne mentionne que 24 nobles, 2 anoblis et un sergent. L’ampleur de la différence conduit à envisager une erreur d’enregistrement et il convient de retenir le chiffre donné par la réformation de la noblesse.

64À Saint-Nazaire, la réformation générale en novembre 1427 mentionne 9 nobles et celle de la noblesse, 13 dont un est dit se portant noble, un autre est mort et un autre encore ne demeure plus sur place. On retiendra un total de 11 nobles. À Saint-Molf, 8 nobles sont recensés dans la réformation générale, celle de la noblesse en février 1426 en donne l’identité et indique que la qualité de noblesse de 3 d’entre eux est contestée par les paroissiens. Pour les autres paroisses, la réformation de la noblesse enregistre à Escoublac en septembre 1426 5 nobles et un sergent du duc exempt ; à Saint-André-des-Eaux, 8 ; alors qu’il ne figure aucun noble à Saint-Lyphard, ni à Piriac où est sont enregistrés 2 sergents, l’un du duc et l’autre de Campsillon, exempts de fouage.

  • 58 J. Kerhervé, L’État…, p. 558-560 ; ID., « Introduction : des nobles en général aux nobles de Breta (...)

65Au total, on compte 79 feux nobles et anoblis, en tenant compte des 4 cas de noblesse contestée mais sans y inclure les 4 sergents, correspondant à 67 familles nobles. Ils représentent 4 % des feux réels, valeur inférieure à la moyenne du duché (4,8 %), mais supérieure à celle de l’évêché de Nantes (2 %). La moyenne s’établit à 11,2 feux nobles par paroisse, mais les différences locales sont fortes : au-dessus de la moyenne du terrouer se placent Saint-Molf (9,6 %), Saint-André-des-Eaux (7,2 %), Guérande (5,9 %) ; à la moyenne, Escoublac (4 %) ; au-dessous, Saint-Nazaire (2,3 %), Piriac et Saint-Lyphard (0 %). Saint-Molf et Saint-André-des-Eaux, par leur valeur relative, et Guérande, par sa valeur absolue, évoquent certaines zones du nord de la péninsule. Cette forte présence, l’opposition entre l’ouest et l’est, et les cas particuliers que sont Piriac et Saint-Lyphard, sont délicats à expliquer. Faut-il penser à une origine ancienne d’une partie au moins de ces familles qui pourrait se rattacher une migration bretonne plus étalée dans le temps qu’on ne l’a cru ? Ou envisager les besoins de la défense côtière58 ?

  • 59 ADM, 9 J 6, Escoublac ; BM Nantes, ms fr 1823, f° 31-31 v°.

66Les renseignements donnés par les autres réformations ne concernent que deux paroisses. À Escoublac, l’enquête réalisée en mars 1454 mentionne 6 nobles. Pour Batz, le recensement de 1513 indique 16 lieux ou feux nobles59.

  • 60 J. Kerhervé, l’État…, p. 574-575.

67Les exemptions de fouage et anoblissements, considérés comme un des droits royaulx et duchaulx dont se réclament les Montforts, se font par lettres dont il convient de distinguer celles d’affranchissement et celles d’anoblissement. À plus ou moins longue échéance, le résultat peut être le même, la franchise étant pour certains une étape menant à la noblesse. Selon les cas, les lettres concernent un individu, un individu et ses biens fonciers ou encore des biens roturiers possédés par un privilégié. Elles traduisent dans ce cas une préoccupation financière, mais plus fondamentalement la volonté d’affirmer un statut et, par le partage noble concernant l’ensemble des biens, assurer dans de meilleures conditions la continuation du lignage60.

  • 61 ADLA, B 128/8, M. Jones, Recueil…, n° 773 ; ADLA, B 1458 ; ibid., B 125/35, R. Blanchard, Lettres…(...)

68Un premier cas de figure concerne des familles nobles locales ou possessionnées dans le terrouer à la suite d’un mariage dont les biens roturiers deviennent désormais des héritages tenus noblement à foy et à rachat, et le plus souvent sellon fie d’assise. On compte une vingtaine de lettres qui datent surtout du règne de Jean V. Elles concernent Denis Baye (1er mars 1391) ; Jean du Dreseuc (mars 1417) ; Olivier de Carné (24 février 1425) ; Gilles Le Gentil (24 février 1425) ; Jacquet de La Touche (11 novembre 1432) ; Jean Baye (24 décembre 1432) ; Jean Le Pennec (15 avril 1433) ; Denis Jollan (24 juin 1433) ; Guillaume du Dreseuc (16 août 1451) ; Laurent Couppegorge, à cause de sa femme, veuve Raoul de Kerveno (8 mai 1455). Les diaux ducaux ajoutent à cette liste les affranchissements obtenus par Pierre de Lhospital sr d’Escoublac ; les Le Comte sr de Careil ; Pierre de la Pommeraye sr de Henleix ; les Bazvallen ; les Du Verger ; Pierre de Muzillac. L’affranchissement peut porter des biens jusqu’alors soumis à plus de 10 L de rente (Guillaume Le Gentil), s’accompagner de l’autorisation d’édifier un moulin (Jean Baye) ou une garenne (Jean Le Pennec), alors que certains heritaiges anoblis peuvent demeurer despartiz comme partieulx entre héritiers comme avant la décision ducale (Jean Le Pennec)61.

  • 62 Ibid., B 129/238 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2402 ; ADLA, B 4, f° 33 v° ; ibid., B 1492.

69La proximité ducale apparaît déterminante pour : Pierre Richard, valet de chambre du duc, qui obtient le 23 février 1440 une exemption de fouage confirmée le 19 février 1440 en faveur de son fils, bouteiller du duc ; Olivier Le Moël reçoit le 28 mars 1466 un affranchissement qu’il doit à l’entregent de Jean Carrays, autre valet de chambre du duc, qui a épousé Guyonne Le Moël. Mais les affranchissements de terre peuvent être encore liés à des achats de rentes, ainsi en mai 1489 à la suite d’une opération organisée par le pouvoir ducal à laquelle souscrivent surtout des nobles : 22 des 30 acheteurs (73 %) réalisant 88 % des achats62.

  • 63 Ibid., B 127/122, ibid., B 129/227, R. Blanchard, Lettres…, n° 469, 1810, 2263, 2407, 2442-2443 ; (...)

70Les anoblissements d’individus peuvent être illustrés par les lettres dont ont bénéficié : Jean Jouan le 24 juillet 1428 ; Jean Quelo, son fils Éon et leur principal héritier, le 29 avril 1437. Dans les arguments justifiant leur accès à la noblesse, on trouve : l’évocation du père, c’est-à-dire la lignée ; le gouvernement noble, c’est-à-dire un style de vie, des relations, le service militaire, en particulier sur mer ; la capacité à s’équiper militairement, c’est-à-dire un certain niveau de fortune. À ces cas, il convient d’ajouter ceux d’Hervé et Jean Le Bosec dont il est ordonné le 22 mars 1407 qu’ils ne doivent pas être taxés car ils ont corps et vesseaux dans une certaine armée, et dont la famille est ensuite considérée comme noble. Le service armé est essentiel parmi les éléments tout à la fois juridiques, sociologiques et idéologiques qui fondent la noblesse. C’est ainsi que son accomplissement est souligné pour l’anobli Jean Rialen et pour Guillaume Le Guiriec et Perrot Lohan dont la noblesse était contestée. C’est sans doute encore au service militaire maritime qu’il convient de rapporter les anoblissements de Guillaume Gegou (Jego) de Batz en 1461, et de Mahé Le Gliff le 23 juin 1468. On ne peut pas se prononcer pour Jean Rialen et Macé de Boaisbran, déjà cités, ou encore Jean Savary de Saint-André-des-Eaux exempté de fouage le 6 mars 1440. Quant à l’anoblissement dont aurait bénéficié, le 30 août 1440, Jean Gaultier, sr de Trouvay, il s’agit d’une confusion faite avec Mathurin Gaultier, qui n’est pas guérandais, et qui reçoit une exemption de fouage à cette date, puisque Jean Gaultier, le guérandais, est soumis en 1536 à la taxe des francs-fiefs63.

  • 64 P. Contamine, La noblesse…, p. 68 ; M. Nassiet, Noblesse…, p. 91-92, 103.

71Ainsi, la noblesse guérandaise est-elle au xve siècle une catégorie ouverte : 10 entrées avérées. Les données incomplètes pour 1426 interdissent de calculer un pourcentage pour le pays guérandais, mais il est inférieur aux 12 % obtenus en ne tenant compte que des nobles connus en 1426. Il apparaît relativement élevé par rapport à celui établi par M. Nassiet qui avance le chiffre de 350 anoblis entre 1420 et 1488, soit 4,4 % sur un total estimé de 7 940 familles nobles en 1426. Cette importance relative peut être rapprochée de la dualité militaire du terrouer associant défense terrestre et maritime, 7 cas étant à relier au Croisic64.

  • 65 ADM 9 J 6, Herbignac ; ADLA, B 121, f° 194 v°-195 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 237-238.

72À cette liste de familles nobles et anoblies, s’ajoutent les noms des Du Verger, Kercabus bien implantés dans le terrouer, et d’autres relevés dans une liste de vassaux de l’évêque de Nantes le 14 février 1472. Au-delà, il faut prendre en compte les nobles non originaires du pays guérandais qui possèdent des seigneuries ou des biens et en particulier des salines, et des chanoines de la collégiale Saint-Aubin de Guérande65.

73Au total, le nombre des familles nobles en rapport avec le pays guérandais s’établit autour du double de ce que nous avons calculé à partir des chiffres des réformations de 1426.

  • 66 ADLA, B 25, f° 210-212 ; ibid., B 17, f° 27 v°, ibid., B 27, f° 212 v° ; Rosmorduc (de), La nobles (...)

74Au début du xvie siècle, la distinction de la noblesse reste un lieu commun. Robert de La Pommeraye, le 15 décembre 1520, différencie entre les hommes de villaige et gentilshommes. Les affranchissements restent recherchés : au Croisic en 1508, Jean Le Talruz, Pierre Labbé et Jean Goaschet prétendent être exemptés de fouage ; les prétentions à la noblesse de certains suscitent des contestations, comme en attestent les cas de Guillaume Gouëre sr de Reneguy et de Guillaume de Sécillon66.

  • 67 J. Gallet, La seigneurie…, p. 133-141 ; M. Nassiet, Noblesse…, p. 47-53 ; ID., « Fidélités et pers (...)

75Un autre élément de différenciation de la noblesse est le revenu. J. Gallet distingue une haute noblesse, une moyenne noblesse dont les revenus s’échelonnent entre 200 et 800 L pour se situer le plus souvent entre 500 et 800 L, une petite noblesse dont les revenus moyens se placent autour de 40-50 L, et au-dessous une noblesse pauvre. M. Nassiet précise cette classification en s’appuyant sur les revenus nobles. La petite noblesse correspondrait, à la fin du xve siècle, à des déclarations situées entre 15 à 80 L, 20 à 30 L permettant de vivre convenablement, et la noblesse pauvre au-dessous de 12 L, sans qu’il soit possible d’assigner une limite précise puisque la situation réelle dépend des tenures roturières possédées et des activités exercées67.

  • 68 Careil (Le Comte, Du Boays sr de Baulac) ; Cabeno (Talguern), Crénegan (Jollan, Kercabus) ; du Bla (...)

76Pour le pays guérandais, l’absence de compte rendu de montres est très préjudiciable. On peut solliciter les aveux ou les minus, mais cette source ne manque pas de faiblesses car elle ne concerne pas toutes les seigneuries68.

  • 69 ADLA, 1 J 128/5 ; Rosmorduc (de), La noblesse…, t. III, p. 240.

77D’autre part, par seigneurie, nous ne disposons souvent que d’une seule déclaration. Ceci interdit d’établir une hiérarchie chronologiquement cohérente et de prendre en compte des évolutions. La valeur du domaine, sauf rares exceptions, nous reste inconnue, et l’estimer, en raison des imprécisions concernant les superficies et de la grande variété des valeurs des biens le composant, est hypothétique. Le revenu du fief a un caractère théorique – il n’est pas fait état des frosts –, et incomplet puisque la valeur des biens tenus à foi, hommage et rachat ne sont pas indiqués sauf pour Campsillon. Les revenus banaux, en raison de l’absence de compte, sauf exception, nous restent ignorés. L’appréciation du niveau réel de richesse doit encore prendre en compte les revenus provenant de biens relevant d’une ou de plusieurs seigneuries du pays guérandais, Escoublac Campsillon, Ranlieuc, régaires de l’évêque de Nantes, Saint-Nazaire…, pour lesquelles les informations restent fragmentaires. En dépit de ces difficultés, un essai de classification peut être proposé69.

  • 70 A. Gallicé, « La noblesse… », tableau.

78L’écart des revenus est considérable (annexe 13). Si les hauts (1 %), moyens (7 %), et faibles revenus (autour de 15 %) sont en nombre limité, la petite noblesse forme une cohorte imposante, plus de 75 %. Dans ce dernier groupe se détache un fort contingent de seigneuries assurant à leurs possesseurs une aisance certaine, plus de 45 % dégagent entre 80 et 200 L de revenu. Le pays guérandais est donc doté d’un ensemble humain disposant d’une réelle capacité d’investissement qui en fait un élément moteur de la mise en valeur du pays guérandais. Rapportée à la superficie du terrouer, son importance quantitative s’explique par les possibilités de revenus liées aux vignes et surtout aux salines70.

  • 71 G. Guillaume, Les Rieux. Une famille de la haute noblesse bretonne aux xive et xve siècles, Thèse, (...)

79Ce tableau ne rend compte pour beaucoup que d’une partie de leurs revenus. Des seigneuries sont aux mains de familles non originaires du pays guérandais. C’est le cas des seigneuries les plus prestigieuses, celles dotées d’une haute justice : Assérac, Campsillon, Escoublac, Henleix-Rochefort, La Mothe-Alman, Quilfistre, Saint-Nazaire, Tréambert, et à un moment de leur histoire Marsaint et Trévecar, les exceptions étant Cleuz et Ust. Elles appartiennent à la haute noblesse ou à une noblesse riche largement possessionnée en d’autres lieux : les seigneuries des Rieux dégagent 13 000 L de revenu brut ; les Madeuc du Guémadeuc, Rieux sr de Châteauneuf, Rohan du Gué-de-l’Isle, déclarent plus de 1 400 L de revenu noble. C’est le cas encore, mais à un moindre titre, des d’Avaugour (en 1481, 400 L), Carné (600 L), Du Fresnay, Du Pont, Lhospital (600 L en 1464 à Bains), Lindereuc (300 L), Muzillac, Rieux sr de Châteauneuf, Saint-Gilles, Sesmaisons, Volvire, et encore à un niveau inférieur de richesse des Coëtsal (200 L), Du Tertre (10 L), Quilfistre sr de Trémoar (200 L), Talguern, Thébaud, Thouet71.

  • 72 ADLA, E 287/1 ; ibid., B 1459 ; M. Nassiet, « Dictionnaire… », n° 259.

80À l’inverse, des familles nobles du pays guérandais ont acquis des seigneuries hors de celui-ci, tels les Baye, Du Dreseuc, Du Verger, Le Pennec, Ust. Jacques du Verger sr de Trégrain en Assérac déclare avant 1495 plus de 160 L de rente ; Michel Le Pennec, avant 1495 plus de 112 L en Assérac ; et Ust, 1 500 L de revenu noble72.

  • 73 P. Contamine, La noblesse…, p. 62, 84 ; M. Nassiet, Parenté…, p. 47-48.

81Trente-cinq pour cent des familles figurant dans la réformation de la noblesse de 1426-1427 se retrouvent vers 1540. En élargissant l’enquête aux familles nobles connues dans le pays guérandais, on obtient 40 %, une valeur qui correspond à celle des seigneuries restées aux mains d’une même famille. Ces chiffres sont en accord avec ceux enregistrés par ailleurs, faisant état d’une disparition de la moitié des lignages nobles par siècle. Compte tenu des difficultés démographiques du début du xve siècle, et que souvent les seigneuries changent de propriétaire à la suite de succession ou du mariage de l’héritière avec un noble non originaire du terrouer, il faut conclure au maintien du milieu nobiliaire guérandais73.

  • 74 P. Contamine, La noblesse…, p. 58-59, 112-114. P. Charbonnier, « La crise de la seigneurie à la fi (...)

82Pour l’expliquer, on peut certes envisager un régime démographique particulier à la noblesse, mais les deux principaux facteurs sont, d’une part, le maintien de ses droits fonciers et seigneuriaux et d’autre part, de son assise foncière. Pour les petites seigneuries, le domaine, plus que le fief, est source de revenus, d’autant plus que nous sommes dans l’« autre France », celle qui n’a pas connu l’effondrement des revenus seigneuriaux entre 1410/1420 et 1440/145074.

  • 75 ADLA, 1 E 713, ADM, E 5104 ; ibid., E 52, passim ; ADLA, 198 J 97, ibid., B 1456 ; ibid., E 1229/1 (...)

83Les nobles sont attentifs à la gestion de leurs biens comme en témoigne, leur présence lors des vendanges ou lors de la reddition des comptes, les procès entamés pour obtenir le paiement d’arrérages, les saisies effectuées à la suite du non-paiement des cens suivies de nouvelles baillées qui imposent des travaux de remise en valeur – en septembre 1460, le preneur s’engage à consacrer 30 L pour construire dans les 3 ans sur la maziere, une meson et estaige –, la réfection périodique des rentiers. Le développement des métairies participe de la même volonté, alors que certains nobles s’engagent dans la production : par exemple en 1563 pour la seigneurie de Lesnérac, du bétail est de la maison, hors mestarye. Cependant, l’éloignement des seigneurs peut être préjudiciable à la tenue des constructions : les châteaux de Campsillon et d’Escoublac en 1540 et 1544 sont déclarés ruyneulx75.

  • 76 ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 8-11, 24-26 ; ADLA, 2 E 1250, f° 132 v°-136, ibid., E 631.

84La volonté de préserver le domaine apparaît lors des dotations constituées pour les filles ou les cadets. Ainsi la dot de Jeanne de Carné, le 29 décembre 1422, est-elle assise sur la terre de Soursac à Mesquer, mais si cela s’avère insuffisant le complément ne pourra pas être trouvé dans le domaine de Crémeur ; dans le contrat de mariage du 9 mai 1475 entre Pierre de Carné et Anne de Goulaine, il est exclu que la piece de Cremeur soit gagée. La défense du patrimoine passe encore par le jeu du retrait féodal76.

  • 77 Ibid., 1 E 123 ; ibid., E 1228/1, f° 24-24 v° ; ADM, E 52, passim.

85La petite noblesse pratique les prêts. Des circuits peuvent être distingués. L’un est alimenté en espèces monétaires, un autre voit s’échanger des biens et des services, ce qui n’exclut pas des formes intermédiaires. Ces dernières apparaissent peu : en août 1525, Catherine Bobiron et Gilles Guellec pour faire face à une dette de 11 L, en raison d’un prest, vente et livraison de blez consenti par Julien de Saint-Martin sr de Kerpondarmes, s’engagent à payer un surcens et G. Guellec à seiz le boays pour la faczon d’une cherre à porter. Ce cas et un autre – en août 1523 le même seigneur dispose d’une créance de 11 L prenant en compte la valeur de deux bœufs – témoignent de l’endettement paysan qui peut, au moins dans le second cas s’interpréter comme un achat à crédit de bêtes de labour, donc comme un investissement. On trouve surtout trace de prêts consentis en argent sous forme de rentes constituées portant un intérêt de 5 %, les versements se faisant parfois en nature, sous forme mixte, mais plus le plus souvent en argent – le 23 février 1476, Éon du Dreseuc verse 10 L et fournit un cheval pour l’achat d’une rente. Les nobles font affaire entre eux, mais aussi avec des paysans77.

  • 78 ADLA, G 38, 9 v°-12, 20 v° ; ADV, 3 H 1/782 ; supra, p. 120-123.

86La solde en cas de levée d’hommes par le duc procure également des rentrées d’argent. Autre ressource : l’affermage de certaines recettes locales comme celui réalisé par François Baye et Jean Calon entre 1501 et 1506 qui prennent à ferme des granges des régaires de l’évêque de Nantes. Des associations peuvent se constituer, ainsi, le 1er juin 1538, entre Nicolas Thébaud, procureur royal de Guérande, et Michel Lelou, marchand de Nantes, pour la commanderie de Faugaret. D’autres afferment ou sousafferment des recettes ducales, en particulier celle du Domaine78.

  • 79 ADLA, B 129/238, R. Blanchard, Lettres…, n° 2402 ; ADLA, B 2964 ; ibid., B 22, f° 46 v°, ibid., B (...)

87L’activité commerciale n’est pas inconnue, tant au niveau local – Pierre Richard reçoit en 1440 une franchise sur la vente de vin au détail en son hôtel jusqu’à six pipes par an – qu’au niveau du commerce maritime. La tradition des nobles possesseurs de navires, représentée à la fin du xive siècle avec Éon de Lesnérac et Jean Malor, ne semble se perpétuer que dans le cas de la noblesse croisicaise au début du xvie siècle avec Jean Gastinel, ce qui n’exclut pas des actions ponctuelles comme avec Pierre Kerguisec, Pierre Cramezel79. L’exercice de certains offices seigneuriaux ou ducaux, de la profession d’avocat ou de notaire sont également sources de revenus. Les places sont accessibles à des hommes qui savent écrire et possèdent la qualité de prud’homme, alors que la fonction n’est pas source de dérogeance. D’autres encore font partie de l’hôtel ducal. Pour les cadets, l’Église est une possibilité. Si les nobles n’apparaissent pas à la tête de paroisse – le patronage laïque étant inconnu dans le pays guérandais –, ils sont parfois chanoines de Saint-Aubin de Guérande et plus souvent chapelains.

  • 80 A. Gallicé, « La noblesse… », tableau.

88L’étude des alliances repose sur une documentation très incomplète et imprécise : il est parfois impossible de distinguer entre mariage et remariage, aîné et cadet et plus encore aînée et cadette. Les alliances se font avant tout à l’intérieur du même groupe social et très largement au niveau local. Elles révèlent l’enchevêtrement des parentés et une certaine homogamie. Cependant, des mariages unissant des familles nobles plus éloignées ne sont pas ignorés80.

  • 81 ADLA, B 1480.

89Des alliances unissent encore des familles nobles et d’autres qui cherchent à accéder à ce statut : par exemple, les trois filles de Guillaume Briend, assujetti à la taxe de francs-fiefs en 1536, ont pour époux Guy de Trévelec, Yves Morio et Roland Sécillon. Au Croisic, des mariages entre des marchands mariniers et des familles de la petite noblesse locale ne sont pas rares à la fin du xve siècle, nous y reviendrons81.

  • 82 Ibid., B 762 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 5 ; ibid., 2 Ec, de Carné, 8, f° 28 v°-31 v°, 32-33.

90Pour les familles implantées dans le pays guérandais et possessionnées hors de celui-ci, les alliances se développent dans un autre cadre. Dans le cas des Carné, le pays guérandais a une importance. Païen de Carné qui, au début du xve siècle entre en possession de Crémeur par son union avec Raoulline Melo, marie certains de ses enfants dans le terrouer : Olivier, l’aîné, épouse Jeanne de Cleuz ; Jeanne, Gilles Le Gentil sr de Soursac. Il faut ensuite attendre le début du xvie siècle et le renforcement de la présence des Carné dans le pays guérandais pour retrouver des alliances familiales dans celui-ci : Marc épouse Gillette de Rohan, héritière de Marsaint82.

  • 83 ADLA, E 1228/4 ; ibid., H 603, f° 14 ; Rosmorduc (de), La noblesse…, t. III, p. 239 ; ADLA, 2 E 13 (...)

91La valeur des dots n’est connue qu’imparfaitement. Le chiffre de 30 L de rente est le plus courant : pour Jeanne de Lesnérac et Olivier du Dreseuc avant 1460 ; pour le mariage de la fille d’Antoine Sorel et et du fils aîné du sr de Bogat en 1508 ; pour Jeanne Deno et Guyon Thouet en 1523. Mais des valeurs différentes ne sont pas exclues : inférieures, 18 L, pour Marguerite de Kerpoisson et Pierre de Larloc en 1491 ; ou supérieures : 35 L, pour Jeanne d’Ust et Pierre de Kercabus vers 1540 ; 50 L, en 1422 pour Jeanne de Carné et Gilles Le Gentil ; 100 écus, pour Éonnette du Dreseuc et Jean Calon avant 1451. Des sommes élevées accompagnent des mariages unissant des lignages relevés : 130 L, pour Olive de La Chapelle et Jean Malor en 1382 ; 100 L, pour Anne de Goulaine et Pierre de Carné en 1475 ; 62 L, pour Françoise Eder et Claude Le Pennec sr du Bois-Jollan en 152383.

  • 84 Ibid., E 1228/4 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 18 v°-20 v°, ADLA E 1227/1.

92Les dots, dont le paiement est souvent source de problèmes, sont parfois affectées à l’élargissement de l’assise territoriale des seigneuries dans la zone d’origine de celles-ci : ainsi, 10 des 60 L de la dot de Jeanne de Peillac sont assignées par Rolland de Carné au terrouer de Guérande ; le 7 mars 1459, Jamet Godart rappelle que lors du mariage de sa fille aînée Jeanne avec Jean de Lesnérac, il a engagé jusqu’à 2 000 L, au titre de la dot de sa fille, pour raquitter des terres aliénées par les prédécesseurs de Jean84.

  • 85 Ibid., E 1227/4-6, R. Blanchard, Lettres…, n° 2117 ; ADLA, E 1169.

93Il n’en demeure pas moins que des seigneuries changent de mains et que la hiérarchie établie évolue. Spectaculaires sont quelques gros transferts comme celui de la vente de la seigneurie d’Escoublac liée au paiement de la rançon de Lancelot Goueon en 1433-1434 : la transaction s’élève à 1 800 écus ; ou celle de Campsillon en 1514. Elles illustrent l’existence d’un marché auquel participent des familles extérieures au pays guérandais85.

  • 86 Ibid., 47 J 2.

94Certaines seigneuries changent de mains en raison de l’endettement de leurs possesseurs. C’est le cas de Lauvergnac qui passe en 1466 de Bonabès Le Jancour à Michel Le Pennec, et de Lesnérac, de Jean Lesnérac à Olivier du Dreseuc. Les familles ne manquent pas alors d’entamer des procès pour prodigalité afin que le mal usant ne puisse continuer à dilapider le patrimoine familial86.

  • 87 Ibid., B 1481 ; ibid., B 1460 ; ibid., B 1455, ibid., B 1459 ; ibid., G 762, ibid., 1 E 684, f° 12 (...)

95Enfin, phénomène important, les biens d’une héritière passent par son mariage à son époux, ainsi Mohonnac en 1406 de Tiphaine de Châteaulou à Jean de Branguen ; Trémelu en 1413 de Jeanne de Carnac à Pierre de Béac ; le Haut-Lessac en 1421 d’Aliette de Lusangé à Marie de Kaervarin et Jean de Saint-Gilles ; Crémeur après 1423 de Raoulline Melo à Paien de Carné ; Henleix après 1476 de Gillette de Rochefort à Jean de Rohan sr du Gué-de-l’Isle ; Tréveday et la Porte-Marsen après 1479 de Jeanne de Marsen à Jean de Lindereuc ; Trévecar et Beaulieu après 1527 de Françoise de Trévecar à Jacques de Guémadeuc ; Marsaint de Guillemette Malor à Pierre de Rohan sr de Trogallet, puis de Gillette de Rohan après 1506 à Marc de Carné ; Careil après 1525 de Marguerite Le Comte à Guillaume du Boays de Baullac ; la Mothe-Alman après 1539 de Jeanne Gastinel à François de Guémadeuc, un cadet ; La Touche après 1539 de Marie Hillary à Guy de Quenechquivillic. D’autres successions ont également leur importance : Raoulline Melo, épouse de Paien de Carné, hérite de son frère en 1413 ; le 23 mai 1475, Jean de Branguen, de sa sœur ; le 15 septembre 1535, Jeanne de Tréguz de Jacques du Chastel, pour Bissin87.

  • 88 N. Travers, Histoire…, t. I, p. 428, dom Morice, Preuves…, t. I, 1499-1500, ADLA, E 131, f° 202 v° (...)

96À l’intérieur du terrouer, certaines familles s’affirment. Dans leur ascension, le service du duc est déterminant. Il est militaire dans le cas des Du Verger qui fournissent au moment de la guerre de Succession deux capitaines de Guérande, et dont les représentants apparaissent ensuite impliqués dans l’administration du terrouer : Jacques du Verger est connu comme alloué du duc en 1462, puis son fils après 1475. C’est encore le cas des Baye : Denis Baye est cité comme châtelain de Suscinio, le 5 février 1393, et il prête serment comme capitaine du Croisic avec Jean de La Boessière, le 26 décembre 1397 ; ses successeurs servent à l’Hôtel des duchesses, ce qui leur vaut argent, cadeaux et privilèges. Un siècle plus tard avec Guillaume Calon, l’engagement militaire est également récompensé : à côté d’avantages matériels, il est investi de certains offices, après la guerre, il est capitaine des francs archers et des élus de l’évêché de Nantes, et sa fille, qui est son héritière, épouse François Godelin sr de Chavaignes dont l’un des parents, Regnaud, est connu comme sénéchal de Nantes88.

  • 89 J. Kerhervé, Catalogue…, p. 92-94 ; A. Gallicé, « Inventaires… », p. 17-18.

97Les offices de finances ouvrent à des réussites importantes. Jean du Dreseuc est argentier du duc avant 1385. Sa famille est possessionnée à Guérande et Saint-Molf. Dans les années 1460-1470, la réussite d’Olivier du Dreseuc est à souligner : sr de La Haye-de-Maure en Lavau, il épouse Jeanne de Lesnérac, et il rachète à Jean de Lesnérac sa seigneurie de Lesnérac89.

  • 90 ADLA, B 1478 ; ibid., E 557 ; ibid., 198 J 96, 103-109 ; ibid., 1E 684, f° 6-12. J. Kerhervé, Cata (...)

98Au début du xve siècle, la famille d’Ust illustre une autre forme de réussite qui la conduit à la gestion centrale des finances. Sa seigneurie, en Saint-André-des-Eaux, témoigne de son ascension : le 18 avril 1461, le domaine est multiplié par quatre par rapport à la fin du xive siècle alors que les rentes en denier du fief enregistrent une augmentation de 20 %. La famille possède bientôt les seigneuries de la Ville-au-Febvre et de la Ville-Josse. La documentation conserve traces d’opérations menées comme l’achat en juillet 1428 pour 200 écus de rente et de terre90.

  • 91 A. Gallicé, « Une trajectoire sociale : Michel Le Pennec (1452-1495) », BSAHNLA, à paraître.

99Dans la seconde partie du siècle, la remarquable réussite de Michel Le Pennec se suit de 1452, date du décès de son père, à sa mort intervenue le 7 juillet 1495, date de sa propre mort. Son père, Jean Le Pennec, est connu entre 1436 et 1439 comme receveur ordinaire de Guérande, il quitte cette fonction au moment où les fermiers de la prévôté de Nantes mettent la main sur la recette ordinaire de Guérande. Le lien est établi et M. Le Pennec prend, dès 1452 avec Jeannot Spinolle, la ferme des ports et havres du comté de Nantes, qu’il exploite à 5 reprises, alors qu’en 1468 en association, il afferme la prévôté de Nantes et l’ordinaire de Guérande. Ses possibilités financières lui permettent d’acquérir les seigneuries : Redunel, Lauvergnac, Lerryo, Caden, Kerveren et Bohurel, ainsi que des terres à l’entour pour lesquelles il engage plus de 12 000 L. Le plus gros investissement est réalisé à Assérac, Férel, Herbignac et Nivillac, mais l’acquisition de Lauvergnac est socialement essentielle : M. Le Pennec qui, par la possession de l’héritage paternel est sr de Kerdour, se fait dénommer sr de Lauvergnac. Il se rend propriétaire d’œillets de saline (372) ; de baules dont certaines lui sont concédées par le duc ; de terres ; de rentes pour plus de 2 500 L. Au total, ce sont plus de 18 000 L qui sont employées en achat. Ceux-ci s’amorcent à partir des années 1460 et se poursuivent sans discontinuer jusqu’en 1495. Les années 1460-1466 sont essentielles, nul doute que les bénéfices engrangés lors de l’exercice des fermes ducales ont permis le financement des opérations. L’ascension du personnage se lit dans les registres des montres : le 2 mai 1472, il est représenté par un homme d’arme, accompagné d’un page et d’un jusarmier, et il lui est demandé un autre cheval ; le 4 septembre 1481, par un homme en arme monté, avec deux archers en brigandine, un coutillier et un page – ce qui le place dans une fourchette de revenus comprise entre 800 et 1 000 L de revenu noble – et il s’engage pour les prochaines montres à équiper deux archers supplémentaires. Cette réussite lui ouvre les portes de la cour et de l’hôtel de la duchesse Isabeau d’Écosse dont il est en 1480 maître d’hôtel, son fils Jean étant écuyer. Après la mort de Jean, son frère Claude déclare en 1528 que la succession peut être estimée à 1 400 L et sa part personnelle à 500 L ; ce qui laisse à Tristan Le Pennec, l’héritier de Jean, un revenu de 900 L. Le compte de tutelle et de curatelle rendu le 19 septembre 1528 par C. Le Pennec au nom de T. Le Pennec, pour la période de la mi-août 1516 à la mi-1528, soit 12 ans, comprend l’essentiel des revenus de la seigneurie de Lauvergnac en Nivillac, des revenus possédés dans les paroisses d’Herbignac, Assérac, Guérande, Piriac, Saint-Molf et Mesquer, Saint-Nazaire et ceux des salines, mais ne compte pas ceux des manoir, métairie et terres de Lauvergnac, de biens à Guérande et à Piriac, ni des moulins de Saint-Sébastien et Trescallan, laissés pour l’entretenement de T. Le Pennec. La charge déclarée en denier est de 12 895 L 10 s 2 d, soit 1 174 L 12 s 6 d par an. De ce revenu théorique, il faut retrancher certaines sommes et en ajouter d’autres, mais à cette date les revenus bruts de la seigneurie dépassent 1 000 L. Des alliances plus prestigieuses s’ouvrent : Jean Le Pennec, le fils aîné de Michel épouse Marie de Pontbriend, puis leur fils Jean, Jeanne de Saint-Gilles, et le fils de ces derniers, Tristan, s’unit à Jacquette Chauvin ; son oncle Claude à Françoise Eder91.

  • 92 D. Le Page, Finances…, p. 594-595 ; infra, p. 359.

100Le début du xvie siècle voit l’affirmation des Pineau, et de Jean Gastinel sur lequel nous reviendrons92.

  • 93 ADLA, 2 E 1349, J. Kerhervé, « L’impôt direct… », p. 193, 203-205 ; ADLA, B 2, f° 44 v° ; ADM, E 5 (...)

101Certains représentants d’autres familles locales ont été associés à ces réussites : Guillaume de Kerpoisson est receveur du fouage en l’évêché de Nantes deçà la Loire pour la recette du fouage ordonné le 1er janvier 1445, alors que Jean d’Ust est receveur général du fouage ; Jean de Cleuz, Guillaume et Jean Le Bosec, et Jouan sont cités en 1462 comme les associés guérandais de Michel le Pennec, alors que Philippe de Fresnay est sous-fermier de la recette ordinaire de Guérande93.

  • 94 ADLA, B 11, f° 242 v° ; ibid., B 1469 ; F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, Rennes, 1909, p. 19 (...)

102Les carrières judiciaires sont illustrées par une branche de la famille Calon. Jean Calon est en 1488 maître des requêtes. François Calon sr de La Porte est docteur en droit. Établi à Angers auprès de son oncle, Henri de Kerverec, chanoine de Saint-Pierre de Vannes, docteur régent à l’université d’Angers, il lui succède vers 1535. Dès 1510, il est conseiller aux Grands Jours, et en 1531, conseiller au parlement. Installé à Angers, il est révélateur d’une autre époque : la réussite au service du roi implique un engagement à l’extérieur du pays guérandais94.

Les autres catégories sociales

  • 95 ADLA, B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19 ; ibid., B 1472. J. Kerhervé, L’État…, p. 569-573.

103Pour connaître les autres catégories sociales, la première source d’information reste la réformation générale de 1426-1430. Les pauvres représentent 10 % des feux réels et 12 % des feux contribuants dans le terrouer de Guérande. C’est un taux supérieur à la moyenne bretonne (8,4 %) et à celle du diocèse de Nantes (7,2 %). Cependant, les différences sont considérables : Escoublac, Saint-Lyphard et Saint-Molf ignorent la pauvreté fiscale ; Saint-André-des-Eaux (3,6 % des feux réels) et Saint-Nazaire (4 %) ont des valeurs au-dessous de la moyenne guérandaise. En revanche, Guérande (108 feux pauvres, soit 14 %) et surtout Piriac (64, soit 26 %), enregistrent de fortes proportions d’indigents. Un extrait d’un compte de la seigneurie de Campsillon, commencé le 16 avril 1415, confirme cette réalité puisqu’il rabat des rentes imposées à des pouvres hommes. Faut-il envisager des difficultés localisées ou des phénomènes migratoires particuliers vers des lieux réputés plus ouverts à l’emploi et où l’assistance pourrait être mieux organisée95 ?

  • 96 ADLA, G 632, 12 v° ; ibid., H 603, f° 40-40 v°.

104La pauvreté réelle apparaît peu dans nos sources. Le compte de fabrique de Batz, pour 1478-1479, enregistre 50 inhumations, mais seulement 16 versements au titre de la meilleure robe des décédés ; la différence (68 %) est justifiée par le fait qu’ils n’avoint que une robe et estoint pauvres. Le sort des personnes âgées sans soutien de famille peut être illustré avec Alain Morel qui en raison de sa viellesse et debilleté à gaingner donne le 17 septembre 1535 son corps et ses biens – une maison couverte de ros et jardin, une pièce de pré et 18 planches de vignes – au couvent Saint-Yves afin que, dans le residu de sa vie, les religieux l’alimentent comme déjà ils le font depuis un an96.

  • 97 Ibid., B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 564 ; ADM, 9 J 6, Saint-Lyphard ; (...)

105Autre catégorie sociale : les métayers. Il n’en est pas mentionné à Guérande, ni à Piriac, on en rencontre un à Escoublac, un à Saint-Lyphard, 2 à Saint-Molf, 4 à Saint-Nazaire. Seul Saint-Molf, avec 2,4 % des feux réels, se rapproche du pourcentage relevé dans le diocèse de Nantes (2,8 %) qui reste inférieur à la moyenne bretonne (4,6 %). Pour Saint-Lyphard, la réformation de la noblesse note un povre métayer employé au rang des contributifs. La constitution de métairies est attestée le 2 avril 1486 à Saint-Molf où une exemption en faveur d’un métayer est acceptée par les paroissiens à la condition de ne pas labourer d’autres terres que celles de la métairie et de ne pas tenir taverne. Le 20 octobre 1487 à Guérande, Guillaume Calon se voit accorder une exemption de fouages pour trois maisons afin de composer une métairie ; le 15 décembre 1487, à Saint-Nazaire, Pierre Molle bénéficie d’une même exemption en un lieu appelé la Ville es Moles. Au-delà de ces indications, les divers aveux rendus par les seigneurs montrent la multiplication des métairies au cours au cours du xve siècle97.

  • 98 Ibid., G 38, f° 44, 50 ; ibid. E 198/30.

106De la vie des travailleurs, notre information se résume le plus souvent à quelques mentions de salaires, en particulier ceux d’ouvriers du bâtiment ; mais ce ne sont pas les plus représentatifs car le bâtiment n’est pas la première activité urbaine et les manœuvres sont parmi « les plus pauvres parmi les pauvres ». Aux artisans s’ajoutent des varlets et des servants, des apprentis. L’apprentissage peut être long dans certaines activités : par exemple en 1463, Geffroy Marqueraye, âgé de 23 ans, déclare demeurer à Guérande depuis environ dix ans à y aprandre la pratique d’agent administratif98.

  • 99 Ibid., 1 E 713 ; ibid., 1 E 538 ; ibid., G 38 ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1156-1157 ; ADLA, G 6 (...)

107En ce qui concerne les salaires, l’impression prévaut d’une certaine stabilité. Pour le travail de la vigne, en 1422, les salaires journaliers apparaissent diversifiés : de 2 s pour bêcher ; 1 s 8 d, pour lever les vignes, clore et haier et encore bigner, esmonder les ousiers ; 1 s 4 d pour tailler ; et 1 s pour raier, deschauser, cueillir les sarments, fendre les onziers, et le même salaire pour les femmes employées à la vendange. Un extrait de compte de 1448 ou 1449 indique un salaire de 20 d par journée et despens pour des hommes employés à charger des fûts de vin. Un de 1454 concernant les régaires de Guérande fait état de la préparation de 97 fustz de pipe par 15 charpentiers gagnant oultre leur despance, 2 s 6 d, par jour, la despance s’établissant à 1 s par homme et par jour, sans le vin qui est pris dans la maison de mondit seigneur ; deux hommes occupés à venter et remuer les blés stockés gagnent 20 d et pour les mesurer lorsqu’ils sont livrés aux marchands, 2 s 6 d par jour ; des manœuvres employés à charger et décharger des fûts de vin reçoivent 20 d par jour. Ces chiffres sont à comparer à ceux cités dans la constitution de Jean V publiée en 1424 ; celle-ci donne pour : un charpentier commun, 20 d, un maître charpentier, 2 s, un ouvrier de bras, 15 d et pour ses despens, 15 d, soit 2 s 6 d. Les rémunérations des charpentiers guérandais en 1454 sont supérieures à cette norme de 10 d (50 %), peut-être convient-il de prendre en compte l’approche de la vendange où l’appel de main d’œuvre est plus grand et peut se traduire par une poussée momentanée des salaires ou d’envisager quelques « tiraillements » comme en 1455-1456, à Nantes. Plus tard, à Batz en 1478-1479, les maçons ont pour salaire et despens : l’un 3 s 9 d, les autres 3 s ; et les serviteurs, 2 s 4 d ; les charpentiers, salaire et despens : un 4 s, les autres 3 s 4 d ; pour les couvreurs : 2 s 11 d, salaires et despens ; le transport de pierre est facturé 15 d par journée ; celui de la chaux en utilisant des mules, 2 s. Le 28 mai 1482, un maçon, reçoit 3 s 4 d. Entre 1500 et 1506, les ouvriers engagés dans des travaux de couverture touchent 2 s 6 d salaire et despens, outre ung pot de vin par chacun jour au prix de 5 d, à rapprocher du salaire des maçons employés en 1500 au Croisic, 2 s 6 d et son servant 1 s 8 d. Entre 1500 et 1506, d’après le compte d’Antoine Sorel le coût de la main d’œuvre s’établit souvent à 3 s pour les charpentiers et les menuisiers, et les relieux employés pour préparer les fûts, despens compris pour ces derniers, alors que les quatre hommes occupés à curer les étables de la maison épiscopale – manœuvres de bras – gagnent 2 s 6 d pour journée et despens, et les manutentionnaires, 1 s 8 d. Une indication intéressante a trait aux salaires féminins : 1 s 8 d par jour salaire et despens pour une main d’œuvre non spécialisée employée au moment des vendanges. Ils sont moitié moindre (55 %) de ce qui est donné aux hommes de métiers spécialisés, mais par rapport à la main d’œuvre masculine non spécialisée, la différence porte sur les despens, comptés pour les femmes dans leur salaire et non pour les hommes99.

  • 100 ADLA, G 303 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 2 v°.

108À ces rémunérations peuvent s’ajouter quelques libéralités. Michelle Rocher, la servante de Jean Vallée, se voit donner après juin 1502 l’usufruit d’un jardin, une sarge persee à tapisserie, une couette, 4 linceulx. Elle pourra, après le décès de J. Vallée, demeurer 40 jours dans la maison et y profiter des provisions. Tristan de Carné en 1536 ordonne qu’il soit payé à quelques gens de bras et oupvriez jusqu’à 100 s100.

109Les salaires n’ont de sens qu’en regard des prix des produits de consommation. Ceux-ci sont assez mal connus en pays guérandais et toute comparaison est difficile en raison de l’origine différente des chiffres – prix du marché ou de l’appreciement –, du fait que la nature des produits n’est pas toujours précisée, que la variété des mesures rend illusoire toute comparaison, et que l’absence de mercuriale fait qu’il est difficile de préciser la signification de chiffres isolés.

  • 101 ADLA, 1 E 538 ; ibid., E 1228/4 ; ibid., G 38, f° 48 v°.

110Pour le froment, en octobre 1448, la mine est vendue 40 s ; et en juillet 1449, 46 s (+15 %). Le 6 octobre 1498, une mine de rente est appréciée 50 s. À Guérande en 1506, une truellée de froment baillée à un pasticier est comptée 10 s, soit 80 s la mine. Sans doute faut-il dans ce dernier cas envisager un prix « détaillant101 ».

  • 102 Ibid., G 38 ; ibid., 1 E 538 ; ibid., B 1480, ibid., E 299, f° 16-16 v°, ibid., E 299, f° 18.

111Pour le seigle, au prix du marché sont vendus, à Guérande en 1406, 82 mines à 20 s l’unité, et en 1407, 80 à 24 s (+20 %) : faut-il envisager une récolte moins favorable et des ventes qui se maintiennent grâce à des stocks constitués ? Ou des récoltes médiocres successives ? En octobre 1448, la mine est vendue 26 s à Guérande et appréciée 26 s 8 d à Saint-Nazaire. À Saint-Lyphard, les appreciements d’un boisseau de seigle s’élèvent en août 1459 à 8 s 4 d, le 5 novembre 1501 à 12 s 6 d, et le 20 avril 1515, la vente est faite à 14 s 6 d102.

  • 103 Ibid., E 1228/4 ; ibid., E 299, f° 16-16 v° ; ADM, E 5104 ; ADLA, E 299, f° 18. J. Gallet, La seig (...)

112Pour l’avoine, une truellée de rente le 6 octobre 1498 est estimée à 2 s 6 d, un boisseau le 5 novembre 1501 à 4 s 7 d, alors que l’on trouve le 13 novembre 1505 une truellée appréciée 5 s, le 12 novembre 1506 3 s 9 d, et le 20 avril 1515 7 s 2 d. Si les trois premiers chiffres sont relativement stables, le quatrième, en baisse, traduit une meilleure récolte, et le dernier en nette progression (+60 %) doit être attribué à une production déficitaire. L’information manque pour illustrer la hausse générale des prix qui marque le xvie siècle et s’affirme à partir de 1525-1535103.

  • 104 ADLA, E 299, f° 6 v° ; ibid., 59 J 2 ; ibid., E 1228/1 ; ibid., E 1228/4 ; ADM, E 5104 ; ADLA, E 2 (...)

113Pour les volailles, le 15 janvier 1459 une poule est appréciée à 8 d, en 1460 un chapon 20 d, une géline 10 d, voir 12 d. Ce sont des valeurs que l’on retrouve ensuite sans changement jusqu’en 1515. Les brebis de Bernard Guéguan en juillet 1392 sont évaluées 2 s mais le 5 novembre 1501 un mouton couillu l’est à 5 s, un porc gras 30 s parce que l’on doit le bailler megre. En 1504, un bœuf est vendu à un boucher de Piriac pour 4 L et en 1523, deux couples de bœufs le sont, l’un pour 11 L, l’autre pour 8 L104.

  • 105 Ibid., E 206/4 ; ibid., 59 J 15 ; ibid., G 38, f° 26, 47 v°, 48 v°.

114Pour les produits alimentaires, l’avitaillement de navires en juin 1386 donne quelques enseignements sur le prix du pain, 3 d l’unité ; des fouasses, 3 s la douzaine ; du vin, 3 francs la pipe ; des chatriz, 6 s l’unité ; alors que 14 coustés de char sallée valent 2 francs. Dans un paiement le 25 avril 1500, une pipe de vin breton est remise pour une valeur de 40 s. En 1500-1506, un pot de vin de Gascogne vaut 14 s et 12 livres de gresse de bœuf employées en cuisine, 8 s 4 d, et une pelle de grenier 20 d105.

  • 106 Cartulaire de Montonac…, p. 126-128.

115Le reste de la société nous reste largement caché. Et pourtant, dans l’aveu rendu en janvier 1557 par René de Théhillac à propos de la foire qui s’ouvre à Théhillac le 3 mai, on apprend la levée d’un droit de 4 d sur les folles femmes gayes et folles qui se abondonnent de leur corps à tenir bordeau à ladite foire106.

116La bourgeoisie nous reste inconnue. À Guérande, il est impossible de préciser ce que signifie le mot bourgeois, sinon qu’il exprime la conscience d’une condition sociale différenciée et d’une hiérarchie sociale. Le milieu des notaires non noble y participe. Sur les 185 noms de familles relevés dans l’intra-muros, pour la période étudiée, on dénombre 66 notaires dont une trentaine d’entre eux sont nobles. Il s’y ajoute des hommes engagés dans des activités commerciales pour qui les revenus monétaires sont un élément important.

  • 107 ADLA, 198 J 72, ibid., 2 E 1249, f° 30, ibid., B 126 D, f° 4-4 v°, ibid., B 1492, f° 3 v°, ibid., (...)

117Quelques familles apparaissent. Jean et Guillaume Blédigo résident dans la ville close, ils mènent une politique d’achat de biens dans la seconde partie du xve siècle ; Jean, connu dans les années 1460, fonde une chapellenie Notre-Dame ; Guillaume, sans doute son fils, est un notable : le 20 mai 1489, il est parmi ceux qui reconnaissent le caractère profitable et utille de la vente de rente au terrouer de Guérande au cours de laquelle il rachète 55 s 4 d de rente en versant 253 L 11 s 10 d. Il posséde plusieurs maisons rue de Saillé et des oeillets de salines. Il est peut-être à rapprocher d’un personnage engagé dans le commerce de vin à partir de Royan. Quoi qu’il en soit, Guillaume meurt sans héritier. La famille Cadoret se suit au cours du xve siècle : les héritiers de Jean Cadoret sont cités dès 1423 ; elle réside dans la ville close, Jean Cadoret est noté marchand le 23 décembre 1472 et arrente alors une maison pour 2 L. Dans une autre famille, Guillaume Briend réside en ville rue de Saillé et tient une autre maison près du Pilori, il pourrait être à rapprocher d’un notaire dont l’activité se suit de 1515 à 1521, connu encore comme bourcier et commis du chapitre ; il se constitue par achat un patrimoine remarquable, le minu rendu le 21 octobre 1532 fait état de la moitié du manoir de Bois-Nozay, de 190 œillets, dont 118 qui ont été acquis, et de 15 L 1 d de rente. Au titre de la taxe de franc fief, ses héritiers en 1536 doivent verser 583 L 6 s 2 d. Cette réussite lui vaut le titre de sr du Bois-Nozay, d’être procureur, puis abbé de la confrérie Saint-Nicolas en 1516 ; ses filles uniques héritières sont alliées à des nobles locaux ; il décède le 27 mars 1532. Autre notable, Jean Gaultier est également soumis à la taxe de franc-fief, il est imposé pour 104 L 3 s 3 d ; il est donné sr de Trouvay, et il est abbé de la confrérie Saint-Nicolas en 1513-1515. Nous avons déjà rencontré Roland et Guillaume Gaultier et Pierre Deniel107.

118Les déclarations ordonnées par les lettres patentes du 10 mai 1535 au titre de la taxe des francs-fiefs rendent compte de la montée des gens de bas estat et non estraits de noble generation tenant et possedans fiefs et terres nobles. Pour le pays guérandais, il ne figure qu’un manoir, celui de Bois-Nozay en Saint-Lyphard, valant 5 L de rente, passé aux héritiers de Guillaume Briend.

  • 108 ADIV, C 3266 ; ADLA, B 3022, f° 5 v°-6, 24-27 v°, 39 v°-45 v° ; AP Guérande, vol. I, f° 40 v° ; AD (...)

119D’autres achats de terres nobles sont recensés dont la valeur est exprimées en valeur en rente : Jean Gaultier déclare la maison, métairie de Trovray (120 journaux), et une maison dans la ville de Guérande, le tout valant 21 L de rente ; Guyon Guilloré, une maison appelée Trélan (5 L) et 22 œillets ; Jacques Le Gruyer du Croisic des œillets, un moulin et trois maisons en ce lieu, celle de la Porte-Calon acquise par échange avec Mathurine Calon d’une valeur de 200 L, celle du Fay acquise par échange, et celle de la Porte-Maro prise à rente, ces deux dernières valant chacune 200 écus ; Yves Morio, procureur de Perrine Pineau sa mère, tutrice et garde de Claude Quelo, la maison de Kerdrian (10 L) ; Jean Quelo, l’hebergement noble de Trélan (6 L) et 19 œillets. Mais l’essentiel des déclarations concerne des rentes et surtout des œillets de saline – 526 y sont enregistrés. Les sommes versées au titre de cette taxe s’échelonnent entre 583 L 6 s 2 d et 2 L 1 s 8 d. La forte présence des Croisicais – ils déboursent 1616 L, soit 55 % des versements du pays guérandais – et de leur investissement dans les salines, apparaissent d’autant plus qu’aux noms cités, les déclarations qui font suite à l’édit de Moulins du 13 février 1538 permettent d’ajouter ceux de : Marie Bouchart veuve Jean Le Roy, Pierre Guilloré, Raoullet Karahès, Pierre Pen, Jean Ponnabat, Jean Le Pourceau, Guillaume Tilly108.

  • 109 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 320-321, 328-331 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 882-885 ; J.-L. Sarrazin, (...)

120Au total, si on réserve l’exemple croisicais sur lequel nous reviendrons, la montée bourgeoise reste réduite et les transferts de propriété qui l’accompagnent sont d’ampleur limitée. Les opérations se résument à un grignotage et les patrimoines constitués paraissent hétérogènes et dispersés. Ces achats bourgeois ont été mis en rapport avec la prudence d’hommes soucieux de disposer de garanties dans un monde incertain, avec une mentalité qui privilégie l’épargne, la rente, dans un contexte économique étroit où la circulation monétaire demeure restreinte et le crédit rare, avec la force de la tradition et encore la respectabilité sociale qu’apporte la possession de la terre. Pour les Croisicais, l’importance des achats d’œillets de marais, effectués souvent auprès de vendeurs nobles, correspond aux possibilités offertes par le marché des biens, et à un calcul économique : le sel étant le produit qui alimente les expéditions à partir du terrouer109.

Comportements et mentalités sociales

L’honneur et les solidarités

  • 110 C. Gauvard, De grace especial. Crime et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, p. 6 (...)

121Les comportements et les mentalités sont connus notamment grâce aux lettres de rémission. Celle obtenue le 31 mai 1522 par Jean Glévian, 24 ans, pouvre subgect, demeurant au bourg de Piriac est riche d’enseignements. Il soupçonne son voisin, dom Pierre Oustin, de hanter et avoir habitacion avec une femme mariée. Un dimanche, il surprend le couple et jetant deux pierres afin de faire cesser le péché, il s’écrie « ha maistre prebre faut il que vous facez cela ». Le soir P. Oustin réagit, donnant plusieurs coups d’épée il tranche même le bonnet de J. Glévian qui s’enfuit. Le lundi, ce dernier s’en alla en mer et raconte l’épisode. Le dimanche suivant, après la messe dominicale, avec les autres il dîne et il s’eschauffe fort de vin. Ensuite rencontrant le prêtre, et craignant d’être agressé par lui, il s’arme d’un bâton et lui assène un coup sur le côté de la tête. P. Oustin est pansé par le barbier mais dans la nuit il décède. La lettre s’efforce d’établir les causes du décès : défaut de soin ? Conséquence des crises d’epilencie ou de mal Sainct-Jehan dont le prêtre souffrait ? L’accent est mis sur le défaut de pansement, expliqué par le fait que la femme avec qui P. Oustin avait été surpris est la sœur germaine du barbier, ce qui conduit à présumer qu’il avoit voulloir et eust peü estre plus content de la fin dudit dom Pierres que de la continuation du peché, scandal et diffame de sa sœur qu’il luy redondoit et à ses affaires faisoit grant deshonneur. Parmi les autres arguments avancés pour justifier la rémission, P. Oustin est présenté comme grand scandaleux, ayant subtroit filles et femmes de bien et de gens de bien de ladite paroisse, de ce fait celles-ci ont perdu leurs mariages et avantaiges, sans qu’il en ait été blâmé, et des gens de bien ont eté en danger de faire quelques meurtres sur luy, lesdites femmes ou leurs parans. Alors que J. Glévian est bon savant marinier… bien vivant de son métier et assistant sa mère, pouvre femme veuve et ses frères et sœurs. La nature du document invite bien sûr à une lecture prudente. Le fait que le prêtre apparaisse intégré à la vie sociale, la convivialité de la taverne, l’excès de la consommation de vin, la rumeur, une vie de proximité où l’on peut épier son voisin, le recours aux armes, l’attention à la renommée sont autant d’éléments à relever. La description positive de J. Glévian qui accomplit ce qui correspond à son « état » professionnel et familial est également remarquable. L’importance sociale de cette notion d’estat se retrouve dans une autre lettre de rémission obtenue le 21 avril 1526 par Pierre Rochereul, notaire, qui est dit fréquentant en toutes bonnes compaignies de gens de justice, gentilhommes, marchands et autres et par eux aymé en bon estime aultant que homme de son estat. Plus profondément, le document donne des indications sur les mentalités. Il révèle une opinion qui se tait, qui veut éviter le scandale, mais est-ce parce qu’un prêtre est compromis ? Ou bien plutôt parce que l’honneur des familles est engagé ? Le long développement sur les arrière-pensées prêtées au barbier, le fait que le nom de la maîtresse du prêtre ne soit pas mentionné ni celui du barbier, conduisent à privilégier la seconde explication. Ainsi, le document révèle la place tenue par l’honneur dans les rapports sociaux et comme élément moteur de la violence110.

  • 111 ADLA, E 1229/1 ; ibid. B 34, f° 221 v°-222 ; ibid., B 28, f° 107-108 v° ; infra, p. 271.

122Les solidarités ont également pour cadre la famille. L’accord passé après transaction le 1er juillet 1533 entre Tristan Le Pennec et son tuteur Claude Le Pennec est destiné à obvier et esviter à tout proceix et procède de l’amour et unyon qui doit exister entre oncle et neveu. Étienne Corgnan est pris en 1532 en apprentissage par le mari de sa tante, peut-être faut-il penser à un orphelin placé. Jean Le Corre, 40 ans en 1529, pouvre homme de labeur, devenu foul, incensé et furielx, qui par lunees court les champs, a quitté son village de Coispéan pour aller vagabonder, avant d’être reconnu et ramené. La cour de Guérande lui donne comme curateur son frère, Guillaume qui l’entretient le mieulx qu’il povoit. La solidarité familiale va au-delà du drame qui éclate un dimanche de Carême : une querelle, des coups, Guillaume est blessé, un de ses fils meurt peu après ; cependant une lettre de rémission est demandée par les parens et amys consanguins : ici comme ailleurs la meilleure thérapie face à la folie reste la cohésion de la famille. Ces solidarités familiales se retrouvent dans la défense des intérêts des lignages donnant lieu parfois à des violences111.

  • 112 ADLA, B 25, f° 210-212.

123Les solidarités verticales apparaissent également. Le 15 décembre 1520, Pierre Couronné, homme estaiger de Robert de La Pommeraye sr de Heinlex, demande à ce dernier, rencontré inopinément alors que trois hommes le conduisent en prison à Guérande, secours et aide comme à son seigneur, ce que fait R. de La Pommeraye en déclarant : « il est mon homme, je le meneroy avecques moy et en respondray à justice », et le ramenant avec lui le met dans la plus forte chambre d’où il s’évade112 !

124Les confréries expriment d’autres solidarités.

La confrérie Saint-Nicolas de Guérande

  • 113 AP Guérande. Manquent les années, 1423, 1425, 1427-1428, 1433, 1436, 1452-1453, 1455-1457, 1461, 1 (...)

125La confrérie Saint-Nicolas de Guérande est connue par des registres de comptes : le premier comprend les statuts définis en 1350, et le début du deuxième commence en mai 1524. Si les statuts sont écrits avec beaucoup de soin, comme en témoigne la réalisation de quelques lettrines et l’usage de la couleur pour tracer certaines lettres, il n’en va pas de même pour le reste du document. Des feuillets ont été ajoutés. Les premiers portent des noms souvent rayés et parfois inscrits en double. À partir de 1422, des comptes rendus sont plus ou moins étendus, consacrés à la reddition des comptes, à la nomination des responsables. Ils donnent souvent la liste des entrants dont le nombre n’est pas toujours accompagné des noms. Au total, les registres, surtout le premier, donnent une impression de désordre113.

  • 114 Luco, « Organisation de l’ancien personnel ecclésiastique du diocèse », BSPM, 1874, p. 202. B.-A. (...)

126D’après les statuts, l’établissement de la confrérie est due à une assemblée de confrères réunis le 9 mai 1350. La date de sa création pourrait être antérieure, car il est fait mention d’un montant d’amende de 12 d t, une unité monétaire qui n’a plus cours à Guérande à ce moment de la guerre de Succession. Le nom du prêtre Éon de Léon est une indication, mais elle est difficile à situer. Faut-il le rattacher à une famille bretonne, on connaît un chanoine de Vannes de ce nom en 1280, ou plutôt penser à un chanoine de Guérande, Rilico de Léon, pour qui le futur roi de France Philippe V obtient un canonicat le 6 septembre 1316114 ?

127Les premiers feuillets sont consacrés aux statuts qui sont incomplets. On y trouve un calendrier des manifestations qui marquent la fête du patron de la confrérie. Les confrères doivent faire dire vêpres devant l’autel Saint-Nicolas à la collégiale Saint-Aubin la veille de la fête du saint. Le lendemain matin, ils font chanter une messe à note à l’autel et le soir les vêpres. Après la messe du matin, ils vont à cheval hors de la ville le plus coitement que ils pourroint et ils reviennent avec des branches de foilles et de flours. Ils ont encore à faire hystoires d’anciennes choussez pour esbatement avant aller digner à la maison de la confrérie, rue de Saint-Michel. Le jour suivant les confrères font chanter une messe de requiem à note. Toutes ces solempnitez religieuses sont accomplies par le chapelain de la chapellenie et le curé de la confrérie. Tous doivent compter avec les procureurs de l’année et fere chapitre à la maison de la confrérie comme bon leur semblera, le jour qu’ils voudront, mais une fois l’an.

128À ces premières dispositions s’ajoutent tout au long de l’année des devoirs funéraires envers les confrères décédés. La confrérie possède un bieau drap de soye et du luminaire qui sont utilisés le jour de la sépulture. Chaque confrère doit faire chanter une messe de requiem, donner un d et estre au service du défunt jusqu’à sa mise en terre, en le veillant le soir précédant l’inhumation jusqu’au covre feu. Ils font dire vigiles de morts sur le corps qu’ils vont chercher et qu’ils portent tous ensemble à l’église. Le non-accomplissement de ces trois obligations – veiller, aller chercher le corps, être au service du corps – est passible d’amendes. Il est possible de se dispenser de la veillée à condition d’envoyer un clerc qui dira un psautier sur le corps du défunt.

129Le devoir de charité apparaît. En cas d’absence d’un confrère, son écuelle et plus encore la gresse qui demourra au boef ampres le digner, toute la viande, le pain et relef, le tout rassemblé par le bedeau, seront donnés aux povres, pour Dieu.

130D’une manière plus profonde, les confrères doivent s’engager par foy et par serment de se entreaimer, se entreporter foy et leauté, se entrefaire bon samblent et signe de congnoissance et ils ne devront pas panser ne faire l’un à l’autre mal, ennuy, ne domage, ne estre l’un contre l’autre en plest, ne autrement o nulle personne quelle qu’elle soit, saufve seingnorie et lignage, dont nulle alliance ne se fait. Ils se entredevent… garder et deffandre l’un l’autre en toz cas à vivre et à morir contre estranges, saufve seingnorie et lingnage. Un tel programme, qui se place dans un contexte de respect des obligations vassaliques, exige un engagement moral et appelle à une formation. Les statuts n’en prennent pas moins en compte la réalité et une procédure de pacification est prévue en cas de non respect de ces prescriptions. Les opposants devront venir devant l’esleü lequel, après délibération du conseil ou des douze des plus souffisanz, devra faire bonne accordance. Si cela n’est pas possible, ils pourront alors procéder en justice. Le cas des clercs fait l’objet de prescriptions particulières. En cas de riote ou contens par quoy il y eust sanc sur un clerc, l’esleü, qui ne peut absoudre les agresseurs, peut les mettre à acort et les envoyer à leur juge pour estre absous. Il est encore précisé que s’il y a avocat ou pledeour en la confrérie, il doit assurer conseil sans demander salaire, sauf deux à trois mesures du meillour vin. La confrérie ne peut éviter ni le déclenchement des querelles, ni totalement les apaiser. Les liens de solidarité créés ne sont pas comparables à ceux du sang ou de l’alliance.

131Les femmes en sont exclues, ce qui est à mettre en rapport avec une certaine accentuation de la moralisation ou à l’origine cléricale de cette confrérie. Ceux qui désirent entrer en la confrérie viennent le lendemain de la fête du saint patron et se présentent devant l’esleü, les procureurs et les frères pour prêter serment. Ils acquittent un droit d’entrée fixé par l’esleü et les procureurs selon l’estat des entranz les uns plus les autres moins. Ils offrentun jalon du meilleur vin et un pain. Si l’un des confrères vient à mourir sans s’être acquitté de son droit d’entrée, il ne peut bénéficier du luminaire de la confrérie, et les confrères ne sont pas tenus ni de le veiller, ni de le servir à moins que l’entrée ne soit payée par ses amis. Les confrères ont encore à fournir leur escot pour le repas annuel. Ils sont encore appelés à des versements pour les messes dites lors des obsèques des confrères. Ils sont tenus de participer à tous les actes où la confrérie est représentée. Seuls peuvent être excusés de leur absence au dîner ceux sont qui sont malades ou hors du pays ; mais ils doivent verser leur escot et peuvent, s’ils envoient chercher leur écuelle, disposer de leur part. La convivialité est une obligation et ceux qui noiseront lors du repas ou ensuite avant d’être sortis de l’ostel ont à fournir un jalon dou meilleur vin à tous.

132La responsabilité de chacun est engagée envers la confrérie. Elle est d’abord financière. Les absences aux messes sont sanctionnées d’une amende de 12 d t pour chaque deffaut. La non-participation à la « cavalcade » hippique est passible de l’amende. En cas d’absence au repas, l’escot devra être acquitté. Si l’un des confrères refuse de payer, l’esleü peut le tauxer comme il l’entend. Les procureurs sont dotés du pouvoir de prendre, de leur autorité sans avoir recours aux sergents ou à la justice, ce qui resterait dû par les anciens procureurs, par les entrants, ou encore par ceux dont les amendes restent impayées, s’ils ont chatel ou meuble en la confrérie. Le produit des amendes est affecté à la confrérie. La responsabilité est encore morale : si l’un des confrères refuse de payer l’amende, il est réputé parjure. L’adhésion engage totalement l’individu qui s’oblige sur ses biens et son honneur.

133La confrérie désigne trois procureurs qui ont à appareiller le lieu où se tient le dîner et qui querront à digner les confrères. Désignés pour un an, ils esleront leurs successeurs parmi les frères. Ils tiennent les comptes. Leur reddition se fait au moment où les anciens procureurs quittent leur fonction et où les nouveaux sont mis en place. Ils doivent verser immédiatement aux nouveaux procureurs ce qui apparaîtra avoir été plus reçu que mis. Les statuts évoquent la présence d’un esleü que les comptes nomment abbé. Un bedeau est choisi parmi les confrères. Il prévient les confrères lors du décès d’un des leurs, reçoit les chausses et les souliers du mort ou 5 s, il baille les noez après le repas et transmet aux frères ce que l’esleü lui commande.

134L’analyse des statuts montre l’importance du repas, des manifestations religieuses qui marquent la fête du saint patron et, avec elles, la part d’affirmation identitaire de la confrérie, de convivialité, d’intégration sociale. Elle traduit aussi l’importance de ce qui a trait aux obsèques des confrères et des messes en l’honneur des morts, et avec eux la recherche de la communauté des vivants et des morts dans le cadre d’une religion des œuvres fondée sur la communion des saints et d’une « comptabilité de l’au-delà » que souligne encore la présence de plusieurs listes de défunts. Elle montre la précision des procédures de pacification. Ces statuts sont une leçon de charité, une exigence de fraternité et ils participent d’une volonté de formation, cette dernière s’adressant sans doute plus à ceux qui sont à la tête de la confrérie.

  • 115 AP Guérande, vol. I, f° 1, 17 v°, 58 ; C. Vincent, « Lieux de piété et lieux de pouvoir à Poitiers (...)

135La volonté de faire hystoires d’anciennes choussez est notable, et il est tentant de lui associer la présence de rimes intercalées dans le registre faisant allusion à des événements du passé guérandais. Sur le même folio qu’un compte rendu du 10 mai 1379, les écritures des vers et du compte-rendu étant semblables, ce qui semble les dater, on lit : l’an mill IIIct XLI an si morit le bon duc Jahan/l’an mill IIIct quarente et dous fut ars Guerrande des Espaingneux/l’an mill IIIct soixante et quatre vuit monsr Charlles se abatre […]/ […] en la bataille par Bretons gens[…]/l’an mill 111ct soixante et dous alerent plousours à repous ; puis au bas de la page et d’une écriture différente qui est plus récente : l’an M CCC II foiz XL fust… Guerrande/l’an M CCC IIII vins et I furent Francois Bretons a un/la pez fust feste en Guerrande ; marris en furent les gens de/Yrlande ; l’autre annotation a trait à des épidémies qui en 1356 et 1362 affectent la ville. Il convient d’envisager la manifestation d’une conscience du passé plutôt que d’un aspect festif auquel le rapprochement avec la cavalcade fait penser. Celle-ci a donné lieu à diverses appréciations. Or, le 10 mai 1532, l’abbé évoque les frariens allant querir le may, incitant à y voir une fête de mai dont l’existence est attestée sous des formes différentes en Bretagne au Moyen Âge115.

136Les confrères cooptés doivent prêter serment de faire et garder les statuz de ladite confrarie. Des 102 noms inscrits en 1381, on peut rapprocher la cinquantaine de confrères qui cotisent en 1404 et 1405 et les chiffres connus de ceux qui dînent. Ces derniers oscillent entre 42 en 1441 et 94 en 1451.

137L’étude des entrées dans la confrérie Saint-Nicolas montre une attractivité qui ne se dément pas. La moyenne pour les 80 années dont le recrutement est connu s’établit à 6 entrées par an. Les valeurs oscillent entre zéro en 1498 et 23 en 1492 : cette dernière année est particulière car la confrérie ne s’est pas réunie entre 1487 et 1491 au moment des troubles. Pour 36 années, le recrutement est inférieur à 5 confrères ; pour 26, il se situe entre 5 et 9 ; pour 12, entre 10 et 14 ; pour 4, entre 15 et 19, et pour 2, il est supérieur à 20.

138Le recrutement est avant tout guérandais : sur les 193 familles connues comme résidantes dans la ville close, 96 d’entre elles ont donné un ou plusieurs confrères à la confrérie, et les faubourgs en fournissent 19.

139Socialement, le droit d’entrée, 6 L de cire, crée une sélection. La confrérie a conscience de la position sociale de ses membres. Le 10 mai 1532, l’abbé rappelle que selon les anciennes ordonnances ordonnées o l’advis des frariens que il ne sera auculne personne en la frarie qu’il ne soit honeste personne bien capable, que les frariens seront honestement montés à cheval bien acoustrez de selles et brides à querir le may. Le recrutement exclut les couches sociales inférieures.

140En 1381, la présence de familles de la noblesse guérandaise (25 occurrences) est remarquable, tout autant que les 12 mentions de dominus qui attestent d’une tonalité noble marquée, alors que des membres connus comme officiers de l’évêque ou du duc révèlent une confrérie en liaison avec les pouvoirs. Les clercs sont également représentés avec au moins 2 chanoines, un vicaire, 2 prieurs et encore 5 mentions de magister. La présence d’Olivier de Clisson, en 1381, sans doute en raison du traité, souligne la position particulière de la confrérie dans la ville.

141L’étude prosopographique entre 1381 et 1540 porte sur 682 noms. Dans cette liste, figurent en rang serré les nobles de la ville et des environs dont le nombre des occurrences s’établit à 288 (46 %). Cette surreprésentation de la noblesse se lit encore dans le nombre de famille dont les membres figurent tout au long de la période envisagée. On dénombre 103 membres du clergé dont 22 chanoines et 22 chapelains de la collégiale. Si l’on prend en compte les professions, celle de notaire apparaît en premier avec 96 occurrences (15 %), ce qui est à mettre en rapport avec la présence de la noblesse. Cependant, d’autres activités sont représentées et l’on compte un doridier, un coutelier, un pastior, deux pintiers, un peletier, un marchand, un métayer. Seul un nombre limité de cas de familles roturières fournissent plusieurs confrères à la confrérie : Chesnays, Cadoret, Blédigo, Deniel, Le Baron, Le Fauchour, Lescripvaing, Riou, Thomas.

142Le recrutement des abbés et des procureurs est très ciblé. Pour les abbés, sur les 35 noms connus entre 1404 et 1540, 4 sont des chanoines auxquels s’ajoute un prêtre et un chapelain. Les autres sont des nobles du pays guérandais dont certaines familles, parfois de branches différentes, occupent à plusieurs reprises la fonction : les du Verger fournisent 5 abbés, les Du Dreseuc 4, les Baye et Deno 3, les Du Chastel 2, soit 19 occurrences (54 %). Cinq d’entre les abbés sont connus comme officiers ducaux de justice dont deux alloués. Deux noms évoquent deux familles en ascension : Guillaume Briend et Jean Gaultier.

143Sur les 189 noms connus de procureurs, 29 familles bien implantées dans le pays guérandais en totalisent 99 (52 %). On dénombre 123 procureurs d’origine noble (65%). Les hommes d’Église fournissent 36 procureurs dont 10 sont des chanoines, un est prieur et 12 sont chapelains exerçant à Guérande, c’est dire que le plus souvent les procureurs sont deux laïcs, même si la présence d’un laïc et d’un homme d’Église est une figure ordinaire, il n’y a qu’en 1514-1515 que les deux procureurs sont des ecclésiastiques. Ceux-ci peuvent être originaires du pays guérandais comme en témoigne la présence de Pierre de Kerguz, prieur de Batz, et avant lui du prieur de Saillé ou de Jean Gervot, recteur de Saint-Lyphard. Ce dernier atteste également d’une ouverture sociale. Les mêmes évolutions se constatent avec les laïcs ou à côté de 6 notaires ou de noms apparentés à des notaires non nobles, on trouve 3 personnes engagées dans les affaires : Guillaume Blanchet, pintier ; Jean Cadoret, orfèvre ; Jean Trimau l’aîné, sans doute à rapprocher d’un marchand de Clis ; quant à Roland Gaultier, il est connu comme marchand, miseur de la ville ; fonction exercée encore par Pierre Reczac. Enfin, Thomas Le Grain est geôlier et chargé d’ouvrir et de fermer la cohue.

144L’assemblée générale se tient le 9 mai, jour de la fête patronale, parfois à une autre date en mai, exceptionnellement en dehors de ce mois. La pratique est établie de désigner les responsables et d’accueillir les nouveaux membres ce jour-là, la reddition des comptes se faisant ensuite, mais celle-ci est parfois différée. D’autres réunions non statutaires se déroulent hors de la maison de la chapellenie, parfois à la collégiale mais le plus souvent dans une maison particulière située en ville.

145Hormis en 1378-1379 et 1379-1380 où figurent trois procureurs, il est toujours question de deux procureurs et d’un abbé. Un bedeau est cité en 1404. L’existence d’un chassepou est mentionnée dès 1379, et en mai 1502 un des entrants est créé chassepou qui doit être l’équivalent de bedeau. Les procureurs, désignés pour un an, ne sont pas renouvelables, sauf exception en 1436 et 1439 à la suite d’épidémies, et entre 1486 et 1492 en raison des guerres. L’abbé peut être prolongé dans sa dignité, de même que le chassepou.

146L’abbé a en garde les statuts et les livres de comptes, il est choaesi et esleü du consentement des confrères et il prête serment. C’est toujours un ancien procureur. Les procureurs sont désignés à l’issue du repas par la baillee des chapeaulx faite par les procureurs sortant de charge. Leur rôle est précisé en mai 1516 : à leur charge statutaire de préparer le disner pour le prix ordonné, s’ajoute celle de recevoir tous les revenus provenant des maroys et autres heritaiges, ainsi que les cires des entrants et le restatz provenant des anciens procureurs, toutes choses dont ils auront à rendre compte à l’abbé et aux procureurs qui leurs succédent. L’abbé paraît également doté d’une responsabilité financière. Leurs comptes sont rendus à leur sortie de charge. Chacun semble responsable d’un budget, ce qui n’est plus le cas après le 9 mai 1516 où il est décidé que l’abbé ne se avance à faire aucune recepte desdits revenuz ou temps avenir, ne qu’il soit subgict à aucun compte.

147La confrérie peut revoir ses statuts. Il faut pour cela que les confrères soient réunis pour deliberer des affaires et que la décision soit prise, nulle ne le contrariant, par statut et ordonnance. Le 9 mai 1516, suite à l’assemblée convoquée pour discuter des négoces et affaires, l’abbé statue et ordonne de l’advis et deliberation des confrères. Le 9 mai 1518, on modifie le droit d’entrée, et le 9 mai 1531, on ordonne que le service des frères décédés se fasse par les seuls chapelains institués confrères.

148À partir du 10 mai 1424, le droit d’entrée s’établit à 6 L de cire sauf cas particulier, mais le 9 mai 1518, il est décidé que le versement se fait en monnaie, soit 25 s.

149Selon une délibération du 9 mai 1435, le luminaire et la cire peuvent être baillés à d’autres qu’aux confrères s’il est payé 5 s par livre de cire, le drap mortuaire peut être prêté moyennant le paiement de 5 s. À cette source de revenus, s’ajoutent ceux provenant de dons, le 10 mai 1496, Pierre Millet verse un écu ; de legs, par exemple en 1437 de 35 L de cire ; des revenus d’un œillet de marais et de rentes constituées, le 30 avril 1478 la confrérie acquiert 20 s de rente à Jean du Darun pour 12 L. Des ventes ponctuelles peuvent avoir lieu, ainsi le 10 mai 1462 une vieille huge est cédée pour 6 L aux procureurs de la fabrique de Guérande. Il est parfois fait appel à la contribution des confrères, comme en 1404 où l’on lève une taillee pour l’achat d’un drap, et en 1405 pour la création de la chapellenie.

150Au chapitre des dépenses, mentionnons l’achat d’un drap bel et honneste ordonné en 1404 ; d’autres suivent à des dates inconnues : en mai 1431, il est indiqué la réception de deux draps, l’un noir l’autre d’or ; en 1440, il est fait état d’un drap de soie, d’un drap de noir et d’un livre qui est celui où se trouve les statuts et le nom des frères ; en 1444, on trouve deux vieux draps, l’un d’or et l’autre de brunete ; en 1446, deux draps de soie, un drap noir. En 1432, est mentionnée l’acquisition d’une huge et deux claveures à Nantes pour y placer la cire, les procureurs en gardant une clé et l’abbé l’autre.

151Des exclusions sont prononcées : le 9 mai 1435, est rayé dom Laurent Prévost, vacabond, qui a renonczé à la confrérie ; le 10 mai 1481, ce sont quatorze frères qui sont cassez par l’abbé et les autres frères pour n’avoir aucunement obei aux status ne servy à la confrarie. Des rappels au règlement sont connus : le 9 mai 1503, un statut et ordonnance permet à l’abbé de citer devant l’official de Guérande les confrères dans les huit jours qui suivent l’absence au service rendu pour un frère décédé ; le 12 mai 1517, les deux procureurs sont contraints à payer une amende pour deffault d’avoir servir à boire à plusieurs confrères venus tester le vin de ladite feste et pour certaines insolences, rebellion ; le 11 mai 1534, il est demandé aux procureurs de contraindre les debteurs à payer, et les deux procureurs de l’année n’ayant pas comparu, ils sont condamnés à verser 60 s d’amende. Simples mises au point, ou signe d’une certaine désaffectation ?

  • 116 C. Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, xiie-xve siècle, Paris, 1994, p. (...)

152L’implication paroissiale se renforce. En 1405, il est décidé que chacun des confrères doit payer un écu d’or pour l’aumantacion d’une chappellanie à une messe par semaine à l’autel Saint-Nicolas. On peut penser qu’initialement le chapelain assurait les messes de la fête annuelle et des funérailles des membres et qu’alors s’ajoute une messe hebdomadaire. La chapellenie, qui est d’ordinaire une affaire privée et individuelle, a comme la confrérie une préoccupation de recherche du salut, aussi le glissement de l’une vers l’autre est-il fréquent. Des relations existent avec la fabrique, et le 6 décembre 1473, la reddition du compte se fait à la collégiale ainsi qu’en 1510 et 1518. Le 10 mai 1541, 15 s t sont donnés pour une viltre. Confrérie d’intercession, la confrérie Saint-Nicolas est un instrument d’intégration à la vie civile, un moyen d’accès à une certaine notoriété ou respectabilité. Dans un monde où, selon A. Vauchez, « la liberté se définit comme l’incorporation à un ordre collectif et où l’affirmation des droits de l’individu passe par celle du groupe auquel il se rattache, tout le problème est de faire corps et d’accéder par-là à une existence reconnue », la confrérie devient un corps intermédiaire. Ses membres participent à une élite reconnue où figurent avant tout des hommes d’Église, des notaires et des nobles et peu de représentants des milieux économiques116.

  • 117 ADLA, G 304 ; ibid., H 603, f° 31-31 v° ; ibid., B 1459, ibid., B 1478 ; ibid., E 1227/6.

153D’autres confréries existent à Guérande, ainsi que le mentionnent les statuts de la confrérie Saint-Nicolas ; mais seule est mentionnée le 19 octobre 1410 la confrérie des prêtres du chœur de Saint-Aubin. Elle est à rapprocher d’une confrérie des chapelains de Saint-Guenolé de Batz, dite du Saint-Sacrement, citée en 1460. Pour le pays guérandais, d’autres mentions existent : le 6 novembre 1396, celle la confrarie Nostre Damme dans la ville de Saint-André-des-Eaux ; et le 14 janvier 1426 à Escoublac, une confrairie de Saint Jehan117.

La place des enfants et des femmes

  • 118 A. de La Borderie, J. Daniel, R. P. Perquis et D. Tempier, Monuments originaux de l’histoire de sa (...)

154L’attention envers les enfants apparaît dans l’enquête de canonisation de saint Yves menée en 1330, Blanche, originaire de Guérande, âgée de 40 ans et épouse de Jean Raoul, témoigne qu’après avoir accompli des travaux pénibles qu’alors qu’elle était enceinte, elle resta cinq jours sans ressentir la présence de l’enfant, éprouvant alors le sentiment qu’il était mort. Elle se voue au saint et va en pèlerinage à son tombeau. Et là, à peine entrée dans l’église de Tréguier, elle sent l’enfant vivre et remuer, son ventre en grossissant fait craquer l’ardillon de la ceinture qui tient son ventre. Deux mois plus tard, elle accouche d’un fils. L’épisode révèle l’attention portée à l’évolution de la grossesse, l’angoisse des femmes, la volonté que l’enfant formé soit baptisé. Dans le procès de canonisation de Vincent Ferrier, lors des dépositions faites à Guérande en février 1454, Jean Jollan relate que sa nièce âgée de 4 ans fut prise de douleurs et de fièvre. Les signes de la mort se manifestant – froideur, raideur, respiration difficile –, il recommanda l’enfant à maître Vincent et s’engagea à visiter chaque année son tombeau et à faire don de 2 d par an. L’enfant revint à la vie118.

  • 119 ADLA, B 24, f° 152-153 v° ; ibid., B 14, f° 43.

155Les devoirs des parents envers leurs enfants apparaissent dans la lettre de rémission obtenue le 29 juin 1518 par Pierre Potier, pouvre homme de labeur dont l’évasion de prison est expliquée par la présence devant la prison de sa femme et de ses cinq enfants qui, lui ayant remontré leur indigence et souffrance et faisant cry et lamentacions peteables, suscite chez le père grant pitié et desplaisir, car ils n’ont de quoy vivre fors du labeur de leur père. Il faut croire à un véritable sentiment de la famille dont il est fait état le 22 mars 1503 lors de la désignation des tuteurs des quatre enfants de Jean Le Rouxeau et de Catherine Job : Allenette Layc, leur grand-mère maternelle, faisant valoir qu’en ligne paternelle personne n’est si solvable et ayent si parfait amour naturelle ausdits myneurs119.

  • 120 Ibid., 2 E 1350 ; ibid., B 24, 152-153 v° ; ADM, E 52, f° 123 ; ADLA, E 643.

156Dans les milieux de la noblesse et dans les milieux de robe, une préoccupation est de faire poursuivre des études aux enfants. Dans un compte de tutelle de 1478, dom Pierre Kerpoisson fait valoir les frais engagés à ce sujet sans en préciser la somme, tant ceux qui auront à apprécier les comptes doivent savoir ce que représentent de telles dépenses. Pour les plus basses catégories, l’analphabétisme règne et de Pierre Potier, il est dit qu’il n’est pas homme lectré, ne saichant lire, ne escripre. À cette différence sociale, en ajoute celle qui tient les filles loin des écoles. Dans le compte de tutelle déjà cité, P. Kerpoisson évoque pour les deux garçons les dépenses occasionnées par plus de huit années où ils ont été tenuz aux escoles, alors que pour leurs sœurs ne sont retenus que les frais vestimentaires. Des exceptions sont connues, ainsi Marie de Pontbriand à la fin du xve siècle sait signer, et en 1472 à Pontchâteau, frère Pierre Regnaud, mestre d’escolle, reçoit une somme pour ecolage et pencion de Jean et Catherine de Boualle120.

  • 121 Ibid., B 34, f° 221 v°-222.

157Une lettre de rémission du 13 novembre 1532 permet d’entrevoir dans les conditions de formation dans les milieux populaires. Jean Bernier reçoit Étienne Corgnan, 14 ans au moment des faits, pour le nourrir et l’instruire dans le métier de couturier. Au retour d’un déplacement, J. Bernier estime qu’il faut corriger Étienne de quelques faultes et maulvayses conditions dont il usoit. Étienne commencza à murmurer, arrogantement parler, ce dont s’irrite J. Bernier qui, courrocé, lui donne un soufflet par matiere de chatiment. Tombé à terre, Étienne ne cessant de murmurer, J. Bernier y va d’un coup de pied. L’adolescent décède peu après. En négatif, apparaissent les principes d’une saine éducation : le père doit doulcement trecter et nourryr l’enfant ; il doit veiller à sa formation et instruction afin d’en faire un homme de bien de son mestier ; intervenir face à la mauvaise conduite des gens de sa famille ; corriger les enfants sans avoir volonté de faire mal, la violence gratuite étant interdite121.

  • 122 ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 28 v°-31 v° ; ADLA, B 31, f° 33 ; ibid., B 3, f° 46 v°-47.

158Les contrats de mariage conclus par leurs parents pour leurs enfants en bas âge sont réservés à l’accord des futurs époux, au moins dans les lignages nobles, comme en atteste en 1506 l’exemple de Marc de Carné et de Gillette de Rohan dont les parents induirontz et persuaderontz au mariage convenu leurs enfants lorsque leur âge permettra l’alliance. Pour les orphelins ou orphelines, l’accord des autorités de justice et des parents est nécessaire. Ces interventions permettent la défense des intérêts du lignage. Celle-ci apparaît le 14 avril 1464 dans l’opposition manifestée par les parents de l’héritière de Guillaume Boudi au projet de mariage envisagé par son tuteur au prétexte qu’elle serait mariée à moins suffisant pour elle122.

  • 123 Ibid., B 3, f° 93 v° ; ibid., B 7, f° 2-2 v°.

159Le droit des mineures et des orphelines placées sous la sauvegarde du duc est l’objet de rappels fréquents et d’actions de la part du pouvoir. Le 28 juillet 1464, l’enlèvement de la fille de Macé Le Fauhé par Pierre du Chastel et autres fait contre le gré de la fille, la volonté de la mère et en l’absence du père, suscite la création d’une commission d’enquête pouvant ajourner les coupables devant le Conseil, alors que l’ordre est donné de restituer l’enfant sous peine de 500 écus d’amende. Le 5 janvier 1473, commission est donnée en faveur de Jean de Kerguisec et de son neveu Pierre, proches parents lignagners de Yvonne de Kermelec fille mineure et heritiere de Pierre Kermelec, contre Ernaud Lescaudron accusé d’avoir usé d’abus et faulx donné entendre afin d’établir qu’il est du lignage de la mineure qu’il a retirée à soy et d’avoir pris tous ses biens meubles, lectres et enseignement ; ordre est donné que la jeune fille soit mise en seüre garde avec interdiction de conclure un mariage pendant ladite garde qui pourrait porter préjudice à elle et à sa postérité123.

  • 124 Ibid., E 1228/1 ; ibid., 47 J 2 ; ibid., B 1484 ; ibid., E 1229/1 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 265 (...)

160Des droits sont reconnus aux femmes. La femme dispose de ses biens propres, ce qui peut l’amener à refuser un arrangement réalisé par son mari sous réserve de son acceptation, comme le fait le 5 août 1422 Jeannette du Dreseuc. On lui reconnaît le droit de s’obliger sur ses biens. Elle répond en justice des délits dont elle est accusée, porte l’accusation quand elle est victime, et peut mener une action contre un frère pour prodigalité, par exemple, le 20 octobre 1472 Perrine Le Jancour contre son frère aîné. En l’absence de son mari, elle peut être administratrice ; c’est ainsi qu’est qualifiée, le 24 novembre 1480, Catherine de Launay, épouse de Guillaume Calon sr de Ville-James, qui rend un minu à la suite du décès de Jean Calon, son beau-père. Elle peut être nommée curatrice de son mari, comme Marie de Pontbriend dont l’époux Jean Le Pennec est reconnu imbécile et qui le 28 septembre 1495, peut se prévaloir de l’accord des parents de Jean. Devenue veuve, la femme est sous la sauvegarde du duc. Elle dispose d’un douaire et, pour celle qui en est pourvue, des biens ou des revenus constituant sa dot. En l’absence d’enfants, la moitié des acquêts réalisés pendant le mariage (les conquests) lui revient par heritaige, et selon l’usement de Nantes l’autre moitié en usufruit – la jouissance de cette part devant être abandonnée en cas de remariage, comme il est précisé le 23 octobre 1494. La femme peut assumer la tutelle ou la curatelle de ses enfants. Devenue veuve, la femme a à répondre, le cas échéant, aux convocations de justice : le 1er décembre 1537, la femme de Guillaume Cavalen l’aîné est présente avec d’autres paludiers pour déposer au sujet de l’affaire des revenus des salines du domaine concédées à Tristan de Carné124.

  • 125 Ibid., B 3 f° 93 v°, ibid., B 8, f° 81-82 v° ; ibid., B 36, f° 97-97 v°.

161Les femmes peuvent être au cœur de certaines querelles, victimes ou parties prenantes, voire inspiratrices. Dans l’affaire rapportée dans une lettre de rémission du 1er juillet 1534, Colline Moraud conspire et machine meurtre de son mari Yvon Le Faye ; Blanche Le Rigolaine, alertée par du bruit et pensant que Colline bat son mari comme souvent avoit acoustumé, surprend deux hommes en train d’étrangler le mari avec un linge, alors que l’épouse met d’autres linges sur sa bouche pour l’empêcher de crier. Surpris, les assassins menacent Blanche de la jeter dans un puits et l’obligent à devenir leur complice en les aidant à porter le corps du mari pour s’en débarrasser dans le puits125.

  • 126 Ibid., B 29, f° 153-153 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2685.

162Enfin, l’insertion professionnelle des femmes n’est évoquée que par des allusions discrètes : on connaît une tavernière et il est évoqué une manœuvre féminine. Il convient d’isoler la mention d’une recluse à Guérande en 1430 à qui le duc fait don de 45 s pour une robe126.

La vie religieuse

  • 127 ADLA, B 116, f° 26 v°-27 v° ; ibid., E 1228/5 ; ibid., E 1169 ; ibid., E 217/23 ; ibid., B 24, f° (...)

163L’importance de l’Église et du sacré dans le terrouer de Guérande est soulignée par la forte présence des croix qui montre une appropriation chrétienne de l’espace. L’Église est au cœur de la vie sociale et publique comme en témoignent des déclarations concernant la paroisse communiquées lors du prône, des affaires évoquées et les bannies criées à la grande-messe ; le recours au serment sur les reliques ou le corpus Domini ; la permanence du droit d’asile dont disposent les établissements religieux ; le souci de l’État de veiller à ce que le tiers des revenus des bénéficiers soit consacré à l’entretien des bâtiments ecclésiastiques ; la faiblesse du nombre des enfants illégitimes ; la rareté des abandons d’enfants et le mouvement des conceptions ; la condamnation du blasphème qui pour les autorités judiciaires est un élément à charge déterminant, ainsi le 21 avril 1526 Guillaume Belorge est dit-il renyeur de Dieu, et le 19 novembre 1533 Guillaume Vincent grant jureur et blasphemateur de Dieu par dirision de son humanité et autrement127.

  • 128 Ibid., G 632, f° 3 v°-6, 10-11.

164Les cérémonies religieuses ponctue la vie quotidienne. Le compte de la fabrique de Saint-Guénolé de Batz pour 1478-1479, qui enregistre les offrandes en faveur de cette église et de Notre-Dame-du-Mûrier, montre l’importance des cérémonies de Pâques (17 % des offrandes totales à Saint-Guénolé, 23 % à Notre-Dame), de la Pentecôte, de la Toussaints, des fêtes du calendrier liturgique et surtout de celles dédiées à la Vierge (16 % des offrandes à Saint-Guénolé, 29 % à Notre-Dame). L’usage d’inhumer dans l’église à Batz s’accompagne d’un paiement de 40 s, alors que le coût tombe à 20 s hors les murs (76 % des inhumations)128.

  • 129 Ibid., G 632, f° 3 v°-6 ; ibid., B 29, f° 153.

165Les processions, pardons et pèlerinages paraissent peu dans la documentation locale. Le compte de la fabrique de Saint-Guénolé de Batz de 1478-1479 mentionne par deux fois la procession de Guerrande, pour une date située entre la fête du Sacre et avant le jour de la nativité de Saint-Jean-Baptiste (24 juin), et une autre le dernier dimanche de mai. Le 10 août 1525, le dimanche de la Saint-Laurent en la chapelle de Saint-Laurent est tenue une assemblée, c’est-à-dire en pays gallo un pardon pour obtenir la rémission de ses péchés et gagner des indulgences129.

  • 130 P. J. Geary, « L’humiliation des saints », AÉSC, 1979, p. 27-42 ; P. Audin, « Un exemple de surviv (...)

166Peut-on rapporter au Moyen Âge, les cultes connus par des documents postérieurs ? Ceux de Saint-Corneli à la Chapelle-des-Marais invoqué pour la guérison des bovins ; à un saint protecteur des récoltes à Escoublac ; des eaux à la fontaine de Saint-Gobrien à Mesquer qui a la réputation de guérir des coliques et à celle de Saint-Marc près de Saint-Nazaire invoquée contre la fièvre et les maux d’yeux ; des cultes rendus à des pierres comme à la chapelle Saint-Goustan au Croisic ? Certaines de ces pratiques paraissent anciennes. Un des usages signalés à la fontaine de Saint-Gobrien évoque l’humiliation des saints : si la guérison ne se fait pas, la statuette du saint est plongée dans la fontaine jusqu’à la guérison, selon l’idée qu’un contrat est passé entre le demandeur et le saint et que si l’une des parties contractantes estime que l’autre ne tient pas ses engagements, elle peut la rappeler à l’ordre, voire prendre des mesures pour la contraindre à accomplir son devoir. Certains y ont vu des pratiques païennes christianisées. Cependant, les dépositions au procès de canonisation de saint Yves en 1330 appellent à beaucoup de prudence : les sources et fontaines n’y apparaissent jamais placées sous l’égide d’un saint éponyme, d’autre part il n’y a pas continuité dans l’espace entre les sites antiques et les sites médiévaux, et pour le culte des eaux la création sacrale est très présente. Aussi doit-on parler de syncrétisme entre les vertus thaumaturgiques des sources et des saints plutôt que de survivance du paganisme130.

  • 131 A. de La Borderie, J. Daniel, R. P. Perquis et D. Tempier, Monuments…, p. 253-257, 262-263 ; J.-P. (...)

167L’attraction des lieux importants de pèlerinage, même éloignés du pays guérandais, est manifeste. Dans l’enquête de canonisation de saint Yves en 1330, figurent des témoins qui évoquent des cas concernant des Guérandais : à celui de Blanche déjà évoqué, s’ajoute celui de Nicolas, paralytique et perclus des mains, des bras et des jambes ne pouvant ni marcher, ni même se nourrir lui-même. Jacob, recteur de Mesquer, rapporte que son clerc, affecté d’une fièvre continue pendant huit jours ou environ, se voua à saint Yves, l’invoqua, puis se fit transporter devant une statue du saint dans l’église de La Chapelle-Launay où il recouvra la santé. Jacob fait également état du cas de son clerc Guillaume qui, par suite d’une maladie grave, perdit la parole dans l’église et devint si faible qu’il dut se faire porter pour rentrer chez lui. Il se voua à saint Yves, et trois semaines après, s’étant placé devant l’image du saint, il fut guéri. Le caractère exceptionnel de ce miracle est à souligner. Il illustre le courant qui au cours du xiiie siècle voit les images des saints récents se multiplier et acquérir une large autonomie, pour en faire des instruments importants de diffusion des cultes ; ce courant annonce une évolution qui se réalise au xive siècle selon laquelle on peut se vouer à un saint devant un tableau ou une statue de celui-ci considérés alors comme un substitut de son tombeau. L’image du saint est considérée comme contenant une puissance, comme si le saint l’habitait. On pense alors qu’il existe un rapport physique entre l’observateur et l’objet observé et que, de ce fait, s’établit un phénomène réciproque entre celui qui regarde et l’objet regardé. Une « énergie » passe de l’un à l’autre par le regard du saint se transmet une force sacrale au profit de l’adorateur. Cette force peut être accentuée lors de la contemplation pieuse et devenir plus efficace. On peut penser que l’impact de ces miracles a contribué à la diffusion du culte du saint à qui des chapelles et chapellenies sont consacrées dans le pays guérandais131.

  • 132 Supra, p. 65, 185, 190 ; J.-C. Caraës, « Bulles papales et lettres d’indulgences en Pays guérandai (...)

168Autre aspect de la religiosité médiévale : les indulgences participent de la religion des œuvres. À Guérande, en 1372 et 1515, certaines sont données en faveur de la collégiale, et en 1436 pour les dominicains. D’autres concernent Saint-Nazaire, Batz et le Croisic. Des indulgences et pardons de portée plus générale peuvent être distribués avec l’accord des autorités. Parfois, les sollicitations sont plus directes et sont une véritable imposition : le 2 janvier 1454, 5 d par écuelle sont levés dans toutes les paroisses du duché pour pouvoir aux frais du procès de canonisation de Vincent Ferrier132.

  • 133 Ibid., B 3, f° 119 v° ; ibid., B 9, f° 54-55 v° ; ibid., B 24, f° 151 ; ibid, B 25, f° 121, ibid., (...)

169S’inscrivant dans une même logique, des dons pour la croisade sont sollicités, et éventuellement détournés de leur affectation. Ainsi, le 27 août 1464, commission est donnée aux officiers de Guérande d’ouvrir en présence des gens d’Église et des bourgeois les coffres et boetes ordonnez pour la croisade, d’en faire l’inventaire et d’envoyer vers le duc les sommes collectées. Le 2 mai 1480, c’est frère Jean, commandeur de Faugaret, que le duc autorise à présenter grans pardons et indulgences accordés par le pape afin de financer une action en raison du grant danger que les Turcs font peser sur les hospitaliers. Le 28 juin 1518, sauvegarde est donnée aux prêcheurs députés pour l’indulgence de la croisade ; le 20 juillet 1520, est mentionnée une commission pour faire les comptes de decimes, jubilés et croesades levés en Bretagne ; à nouveau, le 4 septembre 1533, est levée une décime pour la croisade. On ignore tout de l’accueil fait à de telles initiatives133.

  • 134 Sermonum S. Vincentii pars tertia quae De Sanctis appelari consuevit, Impress. Lugduni apud Jacobu (...)

170L’un des plus célèbres prédicateurs du xve siècle est saint Vincent Ferrier. En Bretagne, son apostolat, en Bretagne, se développe durant 14 mois, du 3 février 1418, jour où il entre à Nantes, jusqu’à sa mort intervenue à Vannes le 5 avril 1419. De Theix, qu’il quitte le 30 mars 1418, le dominicain gagne le pays guérandais pour se rendre à Rennes où il est le 20 avril. Il prêche à Guérande, peut-être au Croisic, et à Pont-d’Arm. À Guérande, il prononce un sermon sur la foi le 8 avril. Il faut attribuer deux miracles à l’impact de ce passage et à la notoriété ensuite acquise par le culte de maître Vincent. À la guérison de la fille de Guillaume Kercabus, s’ajoute un miracle dont les bénéficiaires sont des marins du Croisic. Maurice Gilles, âgé de 24 ans, maître d’un navire appelé Marie de Guérande, témoigne qu’un mercredi de 1452, vers une heure de l’après midi, venant d’Espagne et naviguant par temps de brouillard, il voit surgir un navire anglais armé en guerre qui cherche à s’emparer de son bateau. L’équipage guérandais se voue à maître Vincent, une brise de vent soudaine leur permet de parcourir les 20 lieues qui le séparent de Saint-Gilles. De retour au Croisic, les marins vont en procession jusqu’à Vannes et font des offrandes134.

  • 135 ADLA, G 632, f° 14.

171Autre exemple du succès de la prédication au xve siècle : la popularité des Mendiants fait que les habitants ont recours à eux aux temps forts de l’année liturgique, comme à Batz en 1478 où il est fait appel au prieur du couvent Saint-Yves, François Dignan qui tout au long du quaresme derroin prêche la passion et resurrecion135.

  • 136 ADIV, 2, Ec, de Carné, 8 ; ADLA, G 300, 303-304, 386, 581 ; ibid., H 603, f° 12 v°-14, 19 v°-21, 3 (...)

172Les testaments livrent une série d’indications, tout en rendant compte d’un milieu urbain où la culture écrite domine. Ils sont de forme classique avec les préliminaires habituels : l’invocation, la mention de l’état de santé du testateur qui gît au lict de malladye, l’affirmation qu’il est sain d’esprit ou de bon propos et en bon memoire, les considérations banales sur le caractère transitoire de la vie terrestre où l’homme est à la mercy de Dieu et l’inéluctabilité de la mort et l’incertitude de son heure. La volonté de ne pas mourir intestat est affirmée et l’objectif du testament rappelé : prendre toutes dispositions pour l’avenir du corps et biens temporelz que Dieu a presté en ce monde au mourant et pour le salut de son âme. On se recommande à Dieu, on sollicite des intercesseurs, les saints et la court cellestielle. Le sort du corps, que la mort separe de l’ame, est pris en compte et les conditions de l’inhumation sont précisées ; par exemple, Antoine Sorel, le 10 mai 1508, demande sept torches et sept beguins pour ceux qui les portent ainsi que ses écussons, et que le grand autel de Saint-Aubin, ceux de Sainte-Véronique et de Notre-Dame-de-Pitié soient tendus de bograins. Les indications concernant les messes, la fondation d’anniversaires ou de chapellenies font l’objet de développements précis. Des aumônes sont distribuées aux églises, aux pauvres pour qui des messes sont parfois ordonnées ; ainsi, Jean Baye en 1456 demande-t-il que soit donné 5 d ou du pain de la valleur au choix de ses exécuteurs testamentaires à chacun qui les vouldra prendre, et de faire dire des messes jusqu’à 100 s pour les travailleurs qui ont été à edifier aux marais ou autrement et qui n’auroint esté assez contents ; de son côté, A. Sorel, demande que 12 L en pain soient distribuées le jour et le lendemain de l’enterrement ; Guillaume Juhel affecte deux mines de froment, une le jour de l’enterrement et l’autre de jour de son service ; et le 15 novembre 1511, Jean Bellec, prêtre de Saint-Lyphard, 120 doubles aux pauvres. Des développements particuliers concernent la liquidation des dettes, le règlement des affaires de famille et de divers problèmes en suspens : dettes ou engagements non honorés, contentieux à apurer, dédommagement envers un associé lésé par un contrat. L’acte se termine par la désignation des exécuteurs testamentaires, chargés d’accomplir les obligations concernant les vivants et des morts. À ce canevas classique, les testaments d’ecclésiastiques ajoutent quelques formules. Celui de G. Juhel, chanoine de la collégiale de Saint-Aubin, rédigé le 15 novembre 1511, fait état de la miserable vie de ce monde – qu’il désigne comme une vallee de misere –, de son désir de parvenir à celle qui est sans fin ou tout bien abonde, de son espoir de salvationcomme paouvre et tres humble chrestien, vroy fils de son redempteur et sauveur. Dieu est désigné comme le benoist pere, celuy qui l’a formé. G. Juhel renonce à l’ennemy d’enfer et attend le moment où le plaisir de Dieu sera que son décès advienne. À propos de son inhumation, il souhaite que son corps qui de terre est venu soit baillé et rendu à la terre. Le testament de J. Bellec nomme Dieu Pere createur et redempteur, formule que l’on retrouve, dans celui du prêtre Guillaume Groy, le 8 octobre 1526136.

  • 137 AP Guérande ; ADLA, H 603, f° 2-3 v°, 12 v°-13, 30 v° ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 1-1 v°.

173Les cérémonies funéraires s’accompagnent de « fastes mortuaires ». La confrérie Saint-Nicolas dispose de draps. Le 28 avril 1543, il est fait état des bongrains de draps de soye et de velours que les religieux de Saint-Yves ont reçus à la suite des obsèques de Pierre du Verger. La plupart des fidèles sont inhumés dans l’église paroissiale qui est la leur, ce que quelques-uns justifient : Thephaine Le Boteuc demande le 19 mars 1485 à être enterrée dans l’église où repose son fils ; Antoine Sorel là où se trouvent son père et sa mère. La possession d’un enfeu privatif matérialise d’une façon éclatante cette volonté, et Tristan de Carné en 1536 fait part de sa volonté d’être inhumé dans sa chapelle de Crémeur en l’église Saint-Aubin, auprès de sa première femme137.

  • 138 ADM, 3 H 8, p. 15-16, 137-138, 159-160, 165-169 ; ibid., 3 H 2, f° 77-82, 87 ; dom Morice, Preuves (...)

174L’importance de la religion funéraire se manifeste dans les fondations. L’attraction des monastères traditionnels est manifeste dans la seconde moitié du xive siècle, pendant laquelle les moines de Prières reçoivent diverses donations : en 1362, Jeanne, fille de Jean Gaudin, avec l’accord de son mari, Éon Le Sausse donne 10 L de rente ; à la Noël 1368, Pierre de Serent, père de Jean, donne l’emplacement où est construit le moulin Manah ; en 1373, Agnès du Chastel, veuve de Jean de Comenan, lègue 83 aires de marais pour un service annuel le jour de sa mort ; le 31 mai 1402, Jean Richard, de l’isle de Batz, pour deux messes hebdomadaires et un anniversaire solennel donne les prés qu’il possède à Méan, son domaine de Clis, une rente de 5 L 14 s ; le 9 février 1409, ce sont les héritiers de Perrot Verreau de la paroisse de Guérande qui, pour le service d’une messe hebdomadaire, lèguent 13 aires de marais. Passé le début du xve siècle, la documentation ne conserve le souvenir de cessions pour être participant aux prières des religieux qu’à Saint-Molf où le monastère acquiert en 1484-1485 le Bois-de-la-Cour. Dans le testament de Gillette de Rochefort rédigé le 21 août 1510 au manoir de Henleix, le lieu de sépulture choisi est l’abbaye de Blanche-Couronne où se trouvent ses predecesseurs. À cette date, les établissements réguliers anciens ne jouent plus qu’un rôle réduit dans l’encadrement de la mort138.

  • 139 Supra, p. 189-190 ; ADLA, E 212/19, f° 12 v° ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 266.

175La pastorale mendiante s’impose, dans le pays guérandais avec le couvent Saint-Yves qui bénéficie de nombreuses fondations (annexe 14). La première donation privée apparaît tardivement pour un établissement dont la création remonte à la première décennie du xve siècle. Il bénéficie dans la première partie du xve siècle d’une attention ducale constante à laquelle s’ajoutent ensuite des dons ponctuels, 100 L en 1502, et le 20 mai 1508, une franchise pour 40 pipes de vin de la vallée de la Loire pour les 6 ans à venir139.

  • 140 H. Martin, Les ordres…, p. 234-235, 270, 382-383.

176On connaît 23 fondations privées en tenant compte des amplifications de donations faites par les héritiers. L’importance des années 1472-1475 – dates où deux bulles permettent aux Mendiants d’accepter des donations – apparaît, après ces dates les donations sont plus rapprochées. Le début xvie siècle est la période où elles sont les plus importantes. Socialement, l’absence d’ecclésiastiques est notable. La part des nobles est remarquable (74 %). D’autres impliquent des personnes résidant au faubourg Bizienne, et une dernière concerne une habitante du Croisic, Thephaine Le Boteuc, veuve Le Borléon. Elle est sans doute une descendante de Guillo Le Bourléon maître d’un navire signalé le 22 février 1385. Elle dispose de disponibilités financières et manifeste une grande piété personnelle. À Guérande, on ne constate pas la poussée bourgeoise qui, dans le reste de la Bretagne pour les autres couvents dominicains, contrebalance, voire surpasse le nombre des donations nobles, dès avant les années 1525. La relative faiblesse de la bourgeoisie de la ville en est une explication, ainsi que l’attractivité de l’église paroissiale et des chapelles, renforcée dans la paroisse Saint-Aubin par la présence d’une collégiale140.

  • 141 ADLA, B 1489 (A), f° 51 v°-52 ; ibid., B 1489 (B), f° 19 ; ibid., B 1490, f° 67, 69 ; ibid., B 751 (...)

177La collégiale est le lieu d’un certain nombre de fondations (annexe 15). À cette première liste, on peut ajouter le nom d’autres chapellenies attestées par le dial ducal de 1452 et dont les fondateurs sont connus : Notre-Dame, Jean de Saint-Gilles ; Notre-Dame, Geffroy Le Laisir ; Sainte-Catherine, Guillaume du Dreseuc ; Sainte-Catherine, Jean Le Gallic ; Saint-Georges, Hervé du Fresnay ; Saint-Nicolas, Éon de Léon ; Sainte-Croix, Guillaume Geffroy ; et une autre créée par Guillaume Sochard. D’autres sources citent des chapellenies : Notre-Dame de Pitié fondée par Yves Chesnays ; Saint-Aubin nouvel par les frères de la confrérie du collège du chœur de Saint-Aubin ; Saint-Hilaire par François de Saint-Aubin ; Saint-Jean par François Deno ; Saint-Louis par le sr de Beaulieu ; Notre-Dame par Jean Blédigo, et une encore par Dominique Rusciquel. Cette liste paraît être minimale141.

178Pour la collégiale, aux donateurs nobles, 14 cas sur 28 (50 %) – s’ajoutent des chanoines (14 %), des chapelains (14 %), un archidiacre, un bourgeois et deux confréries.

  • 142 Ibid., G G 304 ; ibid., G 389 ; ibid., 47 J 4 ; ibid., G 301 ; ibid., B 1489 (A), f° 99 v° ; ibid.(...)

179Les chapelles guérandaises ne sont pas oubliées : le 8 octobre 1526, le prêtre Guillaume Groy demande à être inhumé à la chapelle Saint-Jean où il crée une chapellenie. Une chapellenie Notre-Dame et de Saint-Antoine, mentionnée le 9 juin 1560, est associée au sr de Beaulieu et doit être localisée dans la chapelle Saint-Michel. Les chapelles privées font encore l’objet de fondations : ainsi le 7 juillet 1495, une chapellenie est créée par Michel Le Pennec à Lauvergnac ; le 13 juillet 1512, par Jean Le Postec à la chapelle Sainte-Brigitte à Bréhet. Les autres églises paroissiales du pays guérandais sont également le lieu de fondations : à Batz, chapellenies de la Trinité fondée par Jean Le Pennec, du Saint-Sacrement par les chapelains de Saint-Guénolé, Notre-Dame par Thephaine Le Boteuc, Saint-Jacques par Jacob Le Laisour ; à Escoublac par Éon de Lesnérac ; à Piriac, le 27 novembre 1414 ; à Saint-Lyphard, le 13 novembre 1516 par le prêtre Jean Bellec. Cette liste est minimale. Les visites pastorales dont les registres sont connus pour 1563 et 1564 ajoutent d’autres chapellenies sans date précise de fondation. À cela, s’ajoutent des donations diverses : le compte de fabrique de Batz, le 5 mars 1575, comporte une liste de dons de chapes, de pièces de tapisseries, de chasubles, de calices, d’images, de tasses, de coupes, de touailles142.

180Le couvent Saint-Yves dispose d’une zone d’influence plus large et d’un spectre social plus diversifié. Anniversaires et créations de chapellenies restent l’apanage de la noblesse locale. Les femmes, notamment les veuves, sont représentées avec onze noms. Cependant, les fondations de messes quotidiennes avec création de chapellenies restent le fait d’une minorité, et l’obit solennel avec vigiles, messe chantée et procession sur la tombe, l’exception. Beaucoup d’anniversaires ne consistent qu’en un nombre important de services avec diacre et sous-diacre.

  • 143 Ibid., H 603, f° 19 v°, 13 ; ibid., G 386.

181À côté du service ordinaire pour les morts, des chapellenies et des anniversaires, des messes individuelles sont demandées. Les testateurs associent différents lieux avec parfois un nombre important de services : 1 000 messes pour Jean Baye en 1456 dans les églises Saint-Yves, Saint-Aubin, Saint-Michel et Saint-Just ; 500 pour Antoine Sorel à Saint-Aubin, Saint-Michel et au couvent Saint-Yves ; 400 pour le chanoine Guillaume Juhel, à Saint-Aubin, au couvent Saint-Yves, au couvent des frères mineurs de Savenay et à l’église Saint-Martin de Donges, paroisse dont il est originaire143.

  • 144 Ibid., H 603, f° 19 v°-20 ; ibid., H 431 ; ibid., G 301. C. Vincent, « Y a-t-il une mathématique d (...)

182Les fondateurs se soucient d’eux-mêmes et de leurs parents, des amys et predecesseurs trespassez, et successeurs, d’être en prieres de nostre mere saincte Eglise et d’augmenter le service divin. En juin 1456, Le testament de Jean Baye mentionne toutes les ames estans en purgatoire. Le mot n’apparaît dans notre documentation que dans ce testament. Cependant, la logique qui soutient les demandes des messes et des chapellenies montre que la notion de purgatoire est intégrée, et avec elle l’idée de communion des saints et une très nette conscience de la solidarité des vivants et des morts. Pour Jean Le Postec en 1512, outre le salut de son âme, il s’agit de se descharger d’aucunes choses que ses pere et mere luy avoient baillé en charge touchant le fait de leurs consciences et en l’acquit d’icelle144.

  • 145 ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 1-2, 4.

183Le nombre des services demandé est proportionnel au niveau social. Tristan de Carné ordonne, en 1536, 240 messes pour sa première femme et sa sœur Anne, et 120 à la mémoire de quelques serviteurs de son père et de lui-même dont il ne se souvient plus des noms, 200 autres en l’église de Questembert. Il consacre 200 L à une fondation qu’avait promis de faire son père, 200 autres à des messes et services pour prier Dieu pour ceux à qui il aurait fait tort et dont il n’a connaissance à present, et il crée une chapellenie de deux messes en la chapelle de Crémeur en la collégiale Saint-Aubin où se trouve son tombeau145.

  • 146 ADLA, B 27, f° 133-136 v° ; ibid., G 539 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 328-330, 820-824 ; N. Tra (...)

184Une évolution des mentalités par rapport aux clercs et à leur façon de vivre est décelable au début du xvie siècle. La lettre de rémission accordée en 1522 à Jean Glévian, le montre, face au prêtre débauché, en opposition avec sa mère, qui le tencza d’avoir parlé. Les fidèles sont d’abord attentifs aux capacités religieuses de leurs desservants : un épisode à Piriac en atteste. Le 15 septembre 1555 devant la plus sayne et maire partye des paressiens, le recteur Pierre Bertho constate que Yves Jean, chapelain de la chapellenie Saint-Sébastien, est vieulx et caducque et doit être remplacé, ce qui est accepté. Mais un certain contrôle de la vie privée des clercs s’est s’amorcé à la suite de décisions des synodes : en mai 1479, un article interdit aux clercs la fréquentation des femmes suspectes, repris par les statuts de mai 1499 enjoignant aux ecclésiastiques de réformer leurs mœurs ; le 24 janvier 1534, neuf mandements sont adressés aux neuf évêques bretons afin que soit publiée la bulle condamnant les clercs ne vivant pas cléricalement146.

  • 147 A. Vauchez, dans L’Histoire médiévale…, p. 155.

185Les registres des baptêmes du Croisic témoignent de la régularité des visites pastorales et font apparaître que la pratique générale concernant le nombre des parrains et marraines s’impose dans la seconde décennie du xvie siècle. Les testaments connus montrent des prêtres tenant un discours religieux plus étoffé que le commun des testateurs. Les qualités intellectuelles des dominicains se mesurent à leurs titres de lecteur, voire de docteur. Le bilan, en dépit du système de la commande et de la pratique de l’affermage, traduit au cours de la seconde moitié du xve siècle une certaine affirmation de la discipline147.

  • 148 ADLA, B 26, f° 120-120 v° ; H. Martin, dans Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, R (...)

186Le débat reste ouvert entre les tenants d’une christianisation superficielle et ceux d’une christianisation en profondeur de la Bretagne vers 1500. La première thèse s’appuie sur divers arguments : cultes syncrétiques encombrés de superstitions, pratiques festives, etc. ; la mention de sorcier employée le 25 juin 1521 à propos de Jean Mousset, furtiff du Croisic, renverrait à ces croyances populaires. Mais rien ne prouve l’existence d’un système de croyances ou de pratiques « souterraines » ou lié à « une culture folkorique », c’est-à-dire d’un ensemble de pratiques et de croyances reflétant un système d’interprétation du monde et d’action symbolique sur lui. La seconde thèse, au contraire, souligne les progrès intervenus sur deux siècles qui font qu’à l’aube des Temps modernes le « commun » des Bretons connaît l’essentiel du message chrétien, et que l’osmose est plus profonde entre le catholicisme et la société. L’exemple guérandais montre que les xive et xve siècles sont les siècles des « chrétiens conformes » participant à une religion du « faire », extravertie et festive, tandis que la pratique de l’examen de conscience se répand avec celle de la confession148.

La vie quotidienne

  • 149 ADLA, E 557, f° 10 v°-11 ; ibid., B 32, f° 40-42 ; ibid., B 1460 ; F. Lebrun, « Le charivari et sa (...)

187La vie profane n’apparaît qu’au travers de mentions éparses de manifestations collectives où s’expriment les solidarités. Des quintaines sont courues à Guérande et dans le pays guérandais : à Saint-Nazaire le jour de l’Ascension, à cheval pour les nobles, sur l’eau pour les roturiers, les femmes devant le dimanche de la Pentecôte à l’issue des vêpres une chanson à dancer et donner un baiser au prévôt ou à son lieutenant. On y joue à la soule. Le saut des poissonniers est signalé dès le 12 avril 1431, date à laquelle le seigneur de Trévali déclare posséder le droit et devoir sur chacune parsonne qui achatent poysson pour revendre en ladite paroysse de Guerrande, à estre poyé au lendemain de Pasques… un jalon de vin et un pain ou la valour, ou faire un sault de sur le pont en la dove. Ce saut des poissonniers est une revanche déguisée en fête contre les commerçants qui ont profité pendant plusieurs jours des usages religieux aux dépens des privations de leurs concitoyens. Le charivari existe, il est condamné en 1431 par le concile provincial de Tours tenu à Nantes. Il est fait allusion à Saint-Nazaire à des chansons à dancer que l’on peut rapprocher de la mention d’une dance tenue mardi des feriez de la Pentecoste 1524 près de la maison de Colline Moraud à Guérande jusqu’aux environs de minuit, heure à laquelle les danseurs et sonneurs se séparent. Lors de la fête de la confrérie Saint-Nicolas de Guérande, les manifestations – cavalcade et hystoires – doivent revêtir une signification sociale forte, le recrutement de la société regroupant la maire et plus saine partie de la population149.

  • 150 Sécillon (de), « Les premières… », p. 191-199 ; Caillo, Notes…, p. 76-78 ; ADLA, G 38, f° 48 v°.

188L’entrée de l’évêque suit un cérémonial déjà évoqué. C’est l’occasion d’une fête collective que l’on retrouve lors des joyeuses entrées des souverains, seule celle d’Anne en 1488 étant attestée. Les préparatifs, l’ampleur des dépenses engagées en 1506 à Guérande pour l’entrée de l’évêque, seigneur de la ville de Guérande, montrent toute l’importance que les Guérandais accordent à l’événement. Les frais de préparation s’élèvent à 3 L 11 s 8 d, ceux de réception à 153 L 2 s 4 d, auxquels il convient d’ajouter 10 s pour une truellée de froment baillee à un pâtissier qui fit des pasticeries, tortes et mestier, 8 s 4 d pour 12 L de graisse de bœuf pour mettre lesdits pastez ; et encore 10 s pour le transport de la tapisserie de l’évêque, 6 L 7 s 6 d pour compenser le préjudice dû aux pertes et 12 L 10 s pour les frais de voyage et de séjour du receveur à Nantes ; soit au total 176 L 1 s 6 d, c’est-à-dire 28 % des ressources moyennes annuelles que l’évêque de Nantes tire de sa seigneurie des régaires en pays guérandais. Il s’agit d’une manifestation qui tout à la fois renouvelle le lien entre le seigneur et ses sujets d’une part, et, d’autre part, contribue à renforcer la prise de conscience communautaire de la ville. Elle s’inscrit dans le cadre d’un dialogue qui permet la continuité des privileges, voire l’obtention de nouveaux. C’est à l’occasion d’une joyeuse entree qu’en 1488, Guérande obtient une exemption de fouage, et le Croisic l’annulation d’une levée d’emprunt150.

189À ces moments de fêtes s’opposent des moments d’angoisse où la ville paraît en émoi. C’est le cas lors des négociations du premier traité de Guérande en 1365, et plus encore lors des épidémies où, là comme ailleurs, la fuite est pratiquée, et bien évidemment lors d’évènements militaires comme en 1342, 1344 et 1489. Enfin, des moments de colère s’expriment lors de véritables émeutes populaires comme en connaît Le Croisic en 1540.

Délinquance et criminalité au pays guérandais

  • 151 ADLA, B 8, f° 171, ibid., 198 J 103 ; ibid., B 575, f° 138 v° ; ibid., B 22, f° 229 ; ibid., B 23, (...)

190De très nombreuses procédures ont pour origine : les fréquents retards de paiement suivis souvent d’accords et parfois de saisies de biens meubles, les contestations de ventes, de contrats passés, la nomination des tuteurs et curateurs et ensuite l’examen des comptes de tutelle, les dots, leur fixation, les affaires de succession, de droit naturel, de douaire, de premesse, l’enjeu que représente la garde des jeunes filles orphelines et heritieres, la défense des biens menacés par prodigalité151.

  • 152 Ibid., 28 J 55 ; ADML, H 3412 ; ADLA, B 16, f° 133 ; ibid., B 17, f° 60 v° ; ibid., B 32, f° 131 v (...)

191Des procès concernent les droits seigneuriaux ; par exemple, en 1499, Nicolas de Coesmes sr de Saint-Nazaire, qui prétend faire faire les bannies en la paroisse de Saint-André, s’oppose à Jean d’Ust ; le 29 septembre 1482, Jean Cordennec d’Escoublac est poursuivi par le prieur du lieu pour n’avoir pas suivi le ressort d’un moulin. D’autres procédures concernent des chapellenies ou des prééminences dans les églises. La collégiale de Guérande est concernée à plusieurs reprises : le 7 novembre 1506, Antoine Sorel obtient des lettres de maintenue touchant certaines armoiries ; le 4 juin 1508, Henri du Verger et Jean du Dreseuc un mandement de reintegrande en la possession de certaines armes ; le 17 août 1530, Françoise de Trévecar, pareille mesure et une enquête sur ceux qui se sont rendus coupables d’excès, puis le 12 mars 1533, licence… de faire savoir arestz aux paroissiens de Saint-Aubin, concernant certaines apposicions d’ecuczons en une vitre ; le 16 juillet 1533, Pierre du Verger sr de Châteaulou se voit reconnaître une prééminence d’église. De tels conflits se rencontrent à Saint-André-des-Eaux, après le 1er janvier 1471 Jean de Saint-Gilles sr du Pordo obtient maintenue sur un enfeu ; à Saint-Pierre d’Escoublac, le 7 décembre 1473 Jean de Lesnérac affirme avoir entre les 4 piliers du clocher un enfeu et sepulture, ce qui est contesté par Jean de Trévecar et autres ; à Piriac, le 29 juillet 1508 Jean Pineau reçoit une reintegrande generale pour certains écussons de ses armes, et à Saint-Nazaire le 23 juin 1513 une contestation concerne la tombe de Jean d’Ust152.

  • 153 ADM, 3 H 2 ; ADLA, B 3, f° 32 v°, 43 v°-44 ; ibid., B 24, f° 152-153 v°, 161-163 ; ibid., B 19, f° (...)

192L’escroquerie apparaît avec l’usage de faux en écritures, la volonté de certains d’échapper au paiement du fouage ; d’autres fraudent le devoir d’issue, et d’autres encore leurs proches, alors que d’autres s’approprient une partie du domaine public. Les vols, qui peuvent être le fait d’enfants, sont fréquents. Le 10 novembre 1535, le procureur de Guérande obtient mandement dirigé aux juges de Rennes à propos de crimes et mallefices contre une personne détenue prisonnière à Rennes. Une affaire d’adultère doublée de la rupture d’une croix est signalée en 1482 ; le coupable soumis à l’amende doit quitter Guérande avec défense d’y revenir sous peine de 100 marcs d’amende153.

  • 154 M. Jones, Recueil…, n° 156 ; ADLA, B 3, f° 93 v° ; ibid., B 3, f° 95 v°, 100 ; ibid., B 27, f° 133 (...)

193La violence est présente. Elle peut parfois concerner des hommes d’Église, des femmes, mais elle semble affecter surtout les hommes agissant en groupe, en particulier dans des affaires d’héritage où s’exprime les solidarités des lignages. Ainsi le 2 août 1464 Olivier du Plessix fait état de l’intrusion de Pierre Le Gentil et plusieurs autres, tant de jour que de nuyt dans le manoir de Soursac où ils ont rompu les fermeüres, prins et gecté les biens y estans et fait plusieurs autres exceis. L’emprise du vin, au vu des lettres de rémission, peut conduire à la tragédie, mais il ne faut pas en surestimer l’importance tant l’état d’ébriété apparaît comme une circonstance atténuante du crime. La peur qui faist esmouvoir le sang pousse à des réactions de défense. La colère qui courrouze et eschauffe conduit à l’affrontement. Il peut s’agir parfois d’un cas de légitime défense de la part d’un homme de bon rest et governement dont on note l’absence d’antécédent, de villain cas, blasme, ne reproche, et en l’absence de toute préméditation, de haygne preconsceüe, seule la mauvaise fortune et la possession d’une arme conduisent à l’affrontement tragique. L’honneur outragé est un moteur de la violence, il justifie que l’on réplique à celui qui a porté le premier coup, surtout s’il a agi par haine. Cette violence est souvent contenue par les témoins, ainsi, le 20 septembre 1525 Yves Bihen, qui s’efforce de tirer sa rapiere contre Guillaume Kerlan, est saisi au corps par gens à luy incongnuz. L’assassinat prémédité n’apparaît qu’une fois, avant le 1er juillet 1534, avec l’élimination du mari par son épouse et ses deux complices154.

  • 155 Ibid., G 38, f° 30 v°-32 v°, 42, 49, second cahier, f° 37 v° ; ADS, 1 E 870, f° 87-87 v°, ADLA, B (...)

194Le compte tenu par Antoine Sorel donne une liste d’exécutions de justice, entre novembre 1500 et l’été 1502. La criminalité est le fait des hommes, 9 cas sur les 10 cités, et consiste essentiellement en des vols, 8 cas de furt et larcin. Le compte fait encore état d’un vol par effraction et d’une escroquerie commise par un clerc. Quatre exécutions capitales apparaissent, deux par an, pour des affaires de furt ou de larcin traduisant le durcissement de la justice à l’encontre du vol. Si l’on relève encore que le compte tenu pour la seigneurie de Saint-Nazaire pour 1515-1516 fait état de deux pendaisons pour malefices et furt, et que dans l’affaire Le Rigolaine, les deux assassins du mari sont exécutés, ainsi que Colline Moraud, l’épouse et instigatrice du meurtre, tant il est vrai que pour la femme, tuer son mari est faire preuve de l’odium capitale, il apparaît que les registres de la chancellerie ne sont qu’une source imparfaite : un dépouillement des registres ne fait apparaître pour le pays guérandais aucun vol et onze meurtres entre 1508 et 1538155.

  • 156 Ibid., B 16, f° 136-137, ibid., B 29, f° 58-60 v°, 153-154 v°.

195Apparemment, en ce début du xvie siècle, la répression se fait plus sévère, alors qu’au Moyen Âge la priorité est donnée à la réparation. La gehene et question peuvent être employées : le 11 novembre 1506, Ernault Berche, emprisonné à Guérande, qui nie un vol de vache et sa revente à un boucher de Piriac, craint qu’elles ne lui soient appliquées ; Yves Bihen emprisonné pour meurtre est enferré de gros fers156.

  • 157 Ibid., B 21, f° 230 v° ; ibid., B 26, f° 120-120 v°.

196Peu de cas où sont engagés des gens du terrouer hors de celui-ci sont connus. Relevons dans le Léon la condamnation avant le 30 octobre 1513 de Michel Jamet, né au Croisic, à être fustigé par un jour de marché et avoir une oreille coupée pour avoir abandonné une nef de La Rochelle sans la permission du capitaine et encore la présence, dans les prisons de Brest le 25 juin 1521, de Philippe Kermeur et Morice Soric pouvres compagnons mariniers du Croisic, à la suite d’une rixe dans une taverne au Conquet ayant entraîné la mort de Jean Mousset fuitiff pour plusieurs cas157.

La vie intellectuelle

  • 158 Ibid., B 1450.

197La vie intellectuelle est dominée par deux figures que l’on donne pour originaires du pays guérandais : Guillaume de Saint-André et Alain Bouchart. Des études récentes ont largement précisé leur œuvre et leur pensée. L’intérêt des proverbes cités dans leurs œuvres a été souligné ainsi que ceux figurant dans celle de Jean Meschinot qui pourrait aussi avoir des liens avec le pays guérandais : dans un aveu de la châtellenie d’Escoublac de 1476, est mentionné Jehan Meschinot et sa femme, fille de Pierre de Kermelec, alors que les Meschinot sont liés au manoir de Kerpondarm, mais s’agit-il bien du sr des Mortiers ? Des développements généraux, reprenant ce qui a été écrit des hommes et des œuvres, nous éloigneraient de notre sujet. Il est plus intéressant de revenir sur quelques aspects particuliers158.

  • 159 G. de Saint-André, C’est…, v. 1106-1113, 1529-1534, 2371-2374, 3358-3383, 3374-3377, 3390-3497 ; B (...)

198La tradition fait de G. de Saint-André un homme d’Église, pourvu avant 1389 de la charge de scolastique de Dol, ayant baptisé la deuxième fille de Jean IV. Si P. Le Baud n’établit pas de lien entre le scolastique et le chroniqueur, dom Lobineau le fait. Or G. de Saint-André dédie son œuvre à son fils et confie son épouse, alors âgée, à la recommandation de son fils. La rédaction de sa chronique est à placer avant 1384. Elle semble avoir été commencée vers 1381. Doit-on envisager l’existence de deux homonymes, un laïc et un clerc, peut-être père et fils ? Ou faire entrer le chroniqueur tardivement dans les ordres, après sa rédaction ? La première hypothèse semble s’imposer. J. Kerhervé observe encore que le riche portrait que G. de Saint-André dresse de Jean IV, le fait qu’il expose la complexité du problème breton et l’évolution des mentalités, en fait un proche du duc, au fait des questions juridiques et même financières. Aussi le considère-t-on comme un noble du pays guérandais sans doute originaire de Saint-André-des-Eaux. Son œuvre évoque des épisodes de l’histoire locale, la richesse du pays guérandais, le froment et le vin, les ressources en poissons, le sel, les belles nefs, et son attachement aux Montforts, sans que l’on puisse trouver une évocation précise du cadre géographique. Il fait parler les Guérandais et donne d’eux une appréciation personnelle lors de l’épisode qui les oppose à Olivier de Clisson. Sur place, le nom de G. de Saint-André n’apparaît qu’en 1371 comme celui d’un chapelain d’une chapellenie de Sainte-Madeleine, bénéfice dont il fut privé car il se l’était fait conférer par le pape d’une façon indue, in forma pauperi159.

  • 160 J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, p. 327-328. É. Port, « Alain Bouchard… », p. 496-527, 68-101 ; (...)

199A. Bouchart est donné comme natif de la paroisse de Batz. É. Port en fait un parent de l’amiral Nicolas Bouchart, mais n’attribue qu’à la tradition qu’il soit considéré comme son petit-fils. Pour cet auteur, le chroniqueur est le fils d’Alain Bouchard, receveur ordinaire de Guérande en 1431-1433. Il serait sans doute cet Alain Bouchard qui exerce comme notaire en 1471, et aurait quitté le pays guérandais peu après à la suite une affaire de piraterie, pour se rapprocher de son « frère » Jacques. Ce dernier, considéré depuis le xviie siècle comme le frère de l’historien, doit être identifié à un bourgeois de Rennes, plusieurs fois député aux états de Bretagne – ce qui n’exclut pas une originaire croisicaise. D’autre part, la date de la mort du chroniqueur, avant 1531, et le nom connu de sa femme font que l’on ne peut pas l’identifier à Alain Bouchart, fils de Jean Bouchart sr de Kerbouchart, ce dernier vivant à Batz encore en 1533, et qui pourrait être le… petit fils du chroniqueur ( ?) si l’on accepte que ce dernier est né à Batz160 !

  • 161 A. Bouchart, Grandes…, t. I, p. 84-85 ; P. Le Baud, Chroniques…, t. I, p. 91, 107 ; Peyron, « Frag (...)

200Cette origine explique que le pays guérandais prend place dans l’ouvrage d’A. Bouchart. Le chapitre IV, intitulé comment Brutus et Ygnogen sa femme passerent la mer et descendirent en la riviere de Loire à Sainct Nazare, relate que Brutus et Corineus, arrivés à l’entree de la riviere de Loire où à présent est Sainct Nazare, y ficherent leurs encres et y furent par.VII. Jours à l’encre, avant d’aller combattre les Aquitains au pays de Retz. La mention de Saint-Nazaire est une addition au texte de Geoffroy de Monmouth et à celui de P. Le Baud qui se contente d’évoquer l’embouchure de la Loire. Pour C. de La Lande de Calan, A. Bouchart « en bon Guérandais » a tenu à « faire jouer un rôle important à son pays natal » et il ne reprend pas une tradition locale. A. Bouchart ignore un détail rapporté par « un éloge » anonyme daté du xve siècle qui propose pour le Croisic une étymologie troyenne ainsi rédigée selon la traduction proposée par l’abbé Peyron : « Le Croysic, qui devrait se traduire en latin petite Troie et les habitants de ce port que nous appelons an Croysiguec, c’est-à-dire petits Troyens ». Le sermon prononcé à la mort d’Anne relate l’histoire de l’hermine trouvée à Troisic, à present nomé en Bretaigne, Le Croisic, cette étymologie troyenne est reprise par B. d’Argentré. A. Bouchart ignorait-il cette étymologie ? Ou a-t-il considéré qu’elle était mal fondée161 ?

  • 162 A. Bouchart, Grandes…, t. I, p. 334, 348-348, t. III, p. 210, 212 ; La Chronique de Nantes…, p. 42 (...)

201Le pays guérandais réapparaît lors de l’épisode de l’evesque Gillart qui se retira en la ville de Guerrande qui est pres de la ville du Croesic et illec tint son siege cathedral ; et à l’ayde des habitans de Croesic et de Guerrande tint et possida tout le temps de sa vie partie de l’evesché de Nantes. Pour ces évènements qu’il convient de dater de 851-856, A. Bouchard se réfère à la chronique de Nantes, source déjà utilisée par P. Le Baud ; mais chez A. Bouchart, Britannis, les Bretons, deviennent les habitants du Croesic et de Guerrande. Il raconte comment les Normans furent miraculeusement combatuz devant la ville de Guerrande. Il fait débarquer les Normands au havre du Croesic qui estoit lors ville close. Mais, pour le grand bruyt qui estoit de ces Danoys Normans, les habitans du Croesic abandonnerent leur ville et se retyrerent avecques tous leurs biens en la ville de Guerrande qui est à une grande lieue d’illec ; et par ce moyen entrerent facilement les payens Normans dedens la ville du Croesic, laquelle ils bruslerent et en abatirent les murs et clostures et de la tyrerent en Guerrande. La victoire finale est l’œuvre des habitans du Croesic et de Guerrande dynamisés par l’apparition d’ung chevalier tout armé. Pour cet évènement – qui est peut-être légendaire – daté de 919, le chroniqueur reprend le corps du récit des Miracles de saint Aubin, déjà exploité par P. Le Baud, mais il y ajoute un développement croisicais162.

  • 163 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 55-56, 83, 92-93, 96, t. III, p. 212, 232, 235-236, 239-240.

202Lors de la Guerre de Succession, A. Bouchart rapporte qu’en 1342 Louis d’Espagne et son armée tirerent en Guerrande où ilz trouverent moult grande resistance, car ceulx du Croisic se y estoient retirez parce que au Croisic n’y avoit lors chasteau ne ville : leur ville avoit esté abatue, long temps avoit, par les Dannoys Normans. Guérande est assiégée bien longuement. Prise d’assaut, la ville est pillée ; la population, hommes, femmes et enfans, massacrée, les temples détruits. De là, l’armée se retire au Croisic où ilz ne trouverent aucune resistence ; et lors y avoit au havre du Croisic plusieurs naves de divers pays lesquelz ils deschargerent, et se misdrent dedans messire Loys d’Espaigne avec ses Espaignolz et Genevoys qui estoient de cette armée jusques à.VII. mil gens de guerre. A. Bouchart suit J. Le Bel ou J. Froissart, mais à nouveau il introduit une incise croisicaise, alors que ses sources ne citent que Garlande. Cette façon de faire se retrouve avec le récit concernant l’offensive menée en 1344 par Charles de Blois ; A. Bouchard est le seul à affirmer que Le Croisic offre si bonne resistance qu’il n’y peult riens faire et ne s’i voulut arrester. Les Croisicais peuvent désormais apparaître seuls. En 1364, venus avec ung bon nombre de navires du havre du Croisic, sous le commandement de messire Nicolas Bouchart, admiral de Bretaigne, ils assiègent Auray par mer. Le jour de la bataille, les gens d’armes qui la mer gardoient avecques leur admiral descendent à terre et se joignent à ceulx qui en l’ost estoient, dont il fut moult fortiffié. Ensuite, A. Bouchart suit J. Froissart, mais quelques développements originaux sont à nouveau à relever : le renfort de Jean Chandos vient par terre pour J. Froissart, mais par mer pour A. Bouchart, sensible à la dimension maritime qui valorise Le Croisic et Nicolas Bouchart ; après la victoire, c’est en la ville du Croisic que se retira le comte de Montfort où il ordonne à son amiral qu’il fist faire quelque chasteau et forte place au Croisic, ce que ledit messire Nicolas Bouchart fist faire bien voulentiers, pource qu’il estoit natif dudit Croisic ; et y fist edifier le chasteau qui encores à present y est ; et encore par un hommage rendu aux Croisicais : ceulx du Croisic avoient moult bien conforté le conte de Montfort en son grant affaire, soubz la conduite du dessusdit admiral, de navires et de gens. Car jamais ceulx du party de Bloys ne les peurent gaigner ne conquerir. Le récit peut alors reprendre et Jean IV gagner Guérande, qui est pres du Croisic, où il reste quelque peu de temps avant de gagner Jugon. Pour le traité de Guérande de 1365, notre auteur suit le récit de J. Froissart et G. de Saint-André, mais sans évoquer l’attitude des Guérandais, et il donne à tort, comme lieu de signature de ce traité Notre-Dame-la-Blanche, par confusion avec le lieu de signature du second traité de Guérande163.

203Ainsi, A. Bouchart se rattache-t-il à un illustre ancêtre croisicais. Si rien dans son œuvre ne précise les liens entre Nicolas Bouchart et lui, une parenté est attestée : dans l’édition de 1514, figure un écusson d’argent à trois dauphins de sable qui correspond aux armes des Bouchart de Kerbouchart à Batz, qui atteste d’une parenté. Il s’ancre dans un terroir dont il s’est employé à exalter les vertus militaires, les hommes et leur dévouement au duc qui suscite en retour l’attention de ce dernier. Il met en perspective l’histoire du Croisic. La ville a des origines aussi anciennes que celle de Guérande, mais la destruction de sa forteresse par les Normands la place dans la dépendance de sa voisine. En 1342, il présente Le Croisic comme le lieu où se trouve le port. La construction d’un château crée une nouvelle ville, et assure l’émancipation définitive du Croisic par rapport à sa voisine. L’amiral Nicolas Bouchart, qui symbolise la nature maritime du site et les vertus de ses habitants, devient le « refondateur » du Croisic. Il est compagnon de Jean de Montfort. C’est une histoire monfortiste qui s’écrit et s’inscrit fortement dans l’histoire locale.

  • 164 ID., ibid., t. II, p. 131, 454, 479, t. III, p. 240, 276.

204Pour le retour d’Angleterre de Jean IV, A. Bouchart suit le récit de J. Froissart, mais alors que ce dernier indique à tort le port de Guerrande comme lieu de débarquement, notre chroniqueur retient, ce qui est tout aussi faux, Le Croisic. Les Croisicais sont encore évoqués lors des événements de Nantes du 7 avril 1484 où quelque nombre de baleniers et navires du port du Croisic et autres parties de Bretaigne se précipitent vers le château devant lequel des canons sont pointés, et encore lors du repli du duc de Vannes vers Nantes en 1487164.

  • 165 ADLA, 1 Mi ec 32, (R 1) (B), f° 244 v°, Alain Le Mauguen et Alain Antoine ; f° 257, Yvon Tanguy et (...)

205Les registres de baptêmes du Croisic portent des mentions remarquables : mercatores in Villa troiana, le 3 décembre 1541 ; mercatores ac cives Troiam oppedi, le 7 octobre 1542 ; cives et marcator troiano oppidi, le 10 octobre 1542. Elles ne semblent pas devoir être reliées à l’œuvre d’A. Bouchart, mais plutôt à un environnement culturel : en août 1518 pour l’entrée du roi François Ier et de la reine Claude à Nantes, un tableau vivant est présenté où figurent deux personnages troyens, Francus et Brutus, dont le roi et la reine seraient les descendants. Ces mentions sont à mettre en rapport avec l’étymologie troyenne proposée pour le mot Croisic. Sontelles le signe de la volonté du prêtre de manifester son érudition voire son patriotisme ? Le fait qu’elles ne concernent qu’un public ciblé d’honesti viri et de mercatores indique le bagage culturel de ceux-ci165.

  • 166 Dom Morice, Preuves…, t. III, 83-84, sous une date fautive ; M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 108 (...)

206Ce qu’impliquent ces mythiques origines troyennes conduit à s’interroger sur l’expression de l’identité bretonne dans le pays guérandais. Un événement de 1456 a été relevé. Des envoyés de l’archevêque de Tours, soupçonnés d’être au service du roi, etoient de jour en jour menassez de gestéz en la mer ou envoiéz équipper en ladite mer et monstréz ou le doy, disant les uns aux autres, velà les François : « maudit soit-il qu’il les espargnera ; car s’ils s’en retournent et sont délivréz, se sera grant inconveniant qui aient passé à cent ans en Bretaigne ». Ils ont le sentiment que les Guérandais n’ont ni amour ne creence au Roy, et qu’en leurs parolles le ravaloient et tous ceulx de son parti, et eslievent les Anglois. On a voulu y voir une des « démonstrations bruyantes du patriotisme breton ». Il convient d’adopter une attitude très prudente et de replacer l’épisode dans le cadre d’un mouvement qui insiste sur les pouvoirs du prince qui se veut maître chez lui, et exprime l’opposition à l’intervention des représentants du roi ; cette politique avait conduit dès 1315 le duc de Bretagne, Jean III, à obtenir la limitation des cas susceptibles d’appel au parlement de Paris. Au milieu du xve siècle, le contexte est propice à des affaires analogues au cours desquelles s’exprime une forte hostilité envers l’intervention des agents du roi en Bretagne. La réception des actes pontificaux qui ne peuvent être mis à exécution qu’après l’accord du duc relève de la même préoccupation, celle-ci étant rappelée encore le 17 août 1450166.

  • 167 G. de Saint-André, C’est…, v. 293-308, 1309-1312, 2818-2836, 3320-3333.

207L’appréciation de l’événement doit tenir compte de ce contexte juridictionnel, de la volonté des ducs de voir respecter leurs prérogatives par le pouvoir royal, et encore des sentiments populaires qui différencient les nations bretonne et française par des caractères moraux qui fondent l’altérité et une certaine supériorité. Surtout, s’exprime la conception qu’ont les hommes de l’époque de la souveraineté, le sentiment de loyalisme qu’elle génère, et son caractère sacré car, pense-t-on, la Providence a confié au prince pour l’éternité la mission de gouverner un peuple et de veiller sur ses destinées. C’est cette sacralisation du souverain qui fait encore que la responsabilité des mauvaises décisions est reportée d’une façon systématique sur les mauvais serviteurs167.

208D’un point de vue politique, on peut relever l’adhésion des Guérandais au camp monfortiste pendant la guerre de Succession, leur présence aux côtés de Jean IV à son retour d’Angleterre, leur engagement en 1420, et à Nantes, en 1484, si l’on suit le récit d’A. Bouchart, pour la défense du duc, puis dans les combats de la guerre d’Indépendance. Mais en contrepoint, il faut évoquer 1373, et surtout les événements de la fin du xve siècle marqué par la division profonde du pays guérandais entre partisans de Jean de Rieux et de la duchesse Anne ; cette division débouche sur un court affrontement où se trouvent face à face des Croisicais et des Guérandais, alors que 1491 voit le ralliement précoce de Croisicais au roi. Autant d’éléments qui ne cadrent pas avec un nationalisme inflexible, une francophobie inaltérable, ni avec un loyalisme irréductible. Le jeu des intérêts, en l’occurrence les liens commerciaux avec Nantes, a dû peser de tout son poids.

  • 168 ADLA, E 198/30 ; ibid., B 121 f° 90 v° ; P. Contamine, « Bretagne et France à la fin du Moyen Âge  (...)

209Il convient également de prendre en compte les liens de fidélité et les tiraillements qui en résultent. L’attachement au duc apparaît dans des époques moins troublées, par exemple lors de l’affaire des sauf-conduits en juin 1463 où les marchands des parties de Guérande qui avoint veü en Engleterre plusieurs sauf conduit du duc de Bretaigne pendant es fenestres pour vendre, dont ils s’en esmerveilloint et tenoint que s’estoint honte d’ainsy les y envoyer par ce que les Angloys disoint que le duc n’avoit de quoy vivre fors à leur vendre ses armes. En février 1472, les Guérandais présents à l’assemblée convoquée par le duc suivent son parti dans sa querelle avec Amaury d’Acigné leur seigneur. D’autre part, si la distinction existe bien entre Bretagne et France, Français et Bretons, l’opposition n’est pas absolue. P. Contamine a réagi à la formule énoncée par G. A. Knowlson, « si l’on accepte à l’avance que la Bretagne était au xve siècle un royaume indépendant le reste suit », et propose de lui substituer « si l’on admet que les Bretons et les Français ne se considéraient pas comme de simples étrangers les uns par rapport aux autres, le reste suit ». Cet état d’esprit anime Péan Gaudin sr de Martigné qui répond en 1470 à l’interpellation du roi Louis XI : « vous autres Bretons, vous êtes Anglais ou Bourguignons », par cette profession de foi : « nous sommes et serons bons Bretons et bons Français ». L’idée que le roi est suzerain de leur prince et souverain du royaume est présente. Sur place, la présence du pouvoir supérieur du roi est rappelée en certaines occasions, comme le montre une lettre de rémission accordée par le roi en décembre 1385. Aux Guérandais, emprisonnés à La Rochelle, qui font valoir pour leur défense que le fret de leur navire était constitué de sel, et que voguant vers l’Espagne, une tempête les avait déroutés sur Bayonne où ils furent contraints d’acheter des marchandises, le procureur du roi réplique que : c’est de leur voulenté que ces sujets du roi ont gagné Bayonne – le temps était bel et acceptable et meilleur pour aller en Espaigne qu’à Bayonne, et au travers de Bayonne, ils furent trouvez par certains marins de Bayonne à qui ils affirmèrent aller à Bayonne – et que c’était du froment qu’ils ont vendu dans un port tenu par les Angloys noz ennemis, sans licence et congé du roi. L’acte accompli allant à l’encontre des ordonnances royales, et étant préjudiciable à nos sujets, les Guérandais sont déclarés delinquants contre nous et notre maiesté royale, et coupables de commerce avec l’ennemi. Peut-on parler de collaboration avec un ennemi du roi ? Oui, si on la définit comme une désobéissance aux ordres du roi. Mais l’affaire semble d’ordre économique : les Guérandais maintenant des relations commerciales bien établies, les circuits et les besoins sont connus, la contrebande peut se développer168.

  • 169 J. Kerhervé, « Nantes. Capitale des ducs de Bretagne », dans Nantes et la Bretagne…, p. 78.

210Une des occasions essentielles où se manifeste ces liens est le service militaire. Sur terre, il renvoie aux nobles et aux anoblis. Sur mer, il concerne des maîtres et des capitaines de navires. Ce service militaire est accompli le plus souvent au profit du pouvoir ducal. À la fin du xve siècle, les choses sont plus complexes. Les nobles guérandais liés à Gilles de La Claretière, capitaine de Guérande, et au sire de Rieux basculent dans le camp rebelle ; ce choix partage parfois des familles, comme en témoigne celle des Calon. Les Croisicais se placent au service de Jean de Rieux, puis des Français en lutte contre le pouvoir ducal. Ces choix engagent, certes, des intérêts immédiats, mais aussi une certaine conception politique et la notion de souveraineté. À la fin du Moyen Âge, ils se font dans un contexte politique défavorable au pouvoir ducal qui est sur la défensive, et dont on peut espérer obtenir en retour des avantages. Ainsi en 1487, en pleine débâcle de l’armée bretonne qui abandonne Vannes, les Croisicais savent monnayer leur intervention et obtiennent des lettres d’exemption limitant le poids des charges pesant sur la ville que la situation difficile dans laquelle se trouve le duc avait contribué à alourdir. Un pouvoir local s’affirme et prend conscience de ses possibilités d’action. Il sait se faire entendre en 1488 auprès d’Anne de Bretagne et par la suite pour mener un jeu plus personnel auprès du roi. Ainsi le pays guérandais, apparaît-il « tiraillé entre des tentations contradictoires169 ».

  • 170 ID., « Entre conscience… », dans Identité…, p. 242.

211Impossible d’apprécier la position du pays guérandais face au rattachement à la France – mais le sentiment loyaliste fait des sujets du prince des sujets héréditaires de leur prince légitime. Impossible de savoir s’ils participent à l’« immense soulagement de la paix ». Impossible de savoir s’ils sont proches à ce moment de ce qui est au cœur de l’œuvre d’A. Bouchart, c’est-à-dire de l’affirmation d’une identité culturelle d’une province désormais réunie au royaume. Mais vers 1540, les mentions des origines troyennes relevées dans les registres participent de celle-ci170.

212Le pays guérandais connaît de fortes densités humaines, plus marquées dans la zone côtière et celle des marais salants, puis vers l’intérieur là où la vigne prend une certaine ampleur. Villes et bourgs structurent l’ensemble. L’évolution de la population suit le rythme général et la région semble sortir lentement de la crise à partir des années 1440-1450. Les crises successives, tout particulièrement celles de 1462-1463, ne remettent pas durablement en cause la reprise.

213La diversité sociale du terrouer est grande. La présence de la collégiale Saint-Aubin à Guérande implique la présence d’un haut clergé, souvent d’origine extérieure au pays guérandais. La fin du xve et le début du xvie siècle voient le recrutement s’ouvrir aux familles locales, surtout à celles de la noblesse guérandaise. Le spectre social est plus ouvert en ce qui concerne le bas clergé et plus encore les desservants des chapellenies. L’existence du couvent Saint-Yves à Guérande est un vivier de prédicateurs. La haute et la moyenne noblesse, détentrice des grandes seigneuries locales, est également possessionnée au dehors. Peu présente sur place, elle est représentée par des officiers du pays guérandais. Le cas des Carné, au début du xvie siècle, illustre une évolution nouvelle, celle d’une famille qui développe son implantation locale en patrimonialisant les fonctions de capitaine de Guérande. En revanche, une petite noblesse nombreuse, très souvent aisée et capable d’initiatives, retire des revenus substantiels des marais salants et de vignes. Les anoblissements, avant tout liés au service armé, sont en nombre limité, mais attestent du caractère ouvert que garde encore la noblesse, même si les lignages anciens attentifs à maintenir leur rang par toutes sortes de moyens limitent les conquêtes des terres nobles par la bourgeoisie. Les autres catégories sociales restent moins bien connues. Mais tout un monde de travailleurs vivant dans des conditions difficiles se dessine dans la documentation.

214L’honneur est une vertu cardinale. Les solidarités au cœur de la vie sociale expliquent le succès de la confrérie Saint-Nicolas, confrérie d’intercession, instrument d’intégration à la vie civile, véritable corps intermédiaire. La religion, qui imprègne tous les actes de la vie privée et sociale, apparaît conformiste. En revanche, la richesse intellectuelle du terrouer et la place de ses historiographes dans la vie culturelle du duché autorisent à poser la question de la formation d’une identité culturelle bretonne et des sentiments contradictoires qui animent la population du pays guérandais dans les moments tragiques de la fin de l’indépendance.

215Au total, une documentation qui, malgré ses lacunes permet de faire revivre la société d’un petit pays dont il convient d’étudier les activités économiques.

Notes

1 ADLA, B 2988, f° 14 v° ; ibid., B 12838/2, f° 334 v° ; P. Contamine, dans L’économie médiévale, Paris, 1993, p. 336 ; A. Derville, « La population du Nord. II : de 1384 à 1549 », RN, 81, 1999, p. 82 ; J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 256, 260, qui retient 1 000 habitants pour la ville close de Guérande.

2 J. Le Goff, « Ordres mendiants et… », p. 930-931 ; H. Martin, Les ordres mendiants…, p. 64-65.

3 R. Blanchard, Lettres…, n° 1660.

4 ADLA, B 2998, f° 14 v° ; ADM, 9 J 6 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 549-550.

5 ADLA, B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19, Escoublac, Guérande, Saint-André-des-Eaux, Saint-Lyphard, Saint-Nazaire, 20 novembre 1427 ; Piriac, 1er mars 1428.

6 Ibid., E 213/5, f° 20 v°, ibid., E 213/8, f° 1 v°, ibid., E 213/6, f° 2 v°, (mais 26 1/2 feux, le 2 juin 1472, ibid., E 213/4, f° 10, 15 v°) ; ibid., 14 JJ, Le Croisic, 37 ; ibid., B 12838/2, f° 514 ; ADM, 9 J 6.

7 ADIV, 1 F 422 ; ADLA, G 270 ; ibid., 114 J, Le Croisic, 20 ; ibid., B 577, f° 88.

8 J. Kerhervé, L’État…, p. 547-548.

9 ID., ibid., p. 551.

10 ADLA, E 74/8, f° 2 ; G. Bois, La grande dépression médiévale : xive-xve siècles. Le précédent d’une crise systémique, Paris, 2000 ; AP Guérande, vol. I, f° 17 v°, 58 ; ADLA, B 1483.

11 Ibid., B 12838/2, f° 334 v°, ibid., E 74/14, f° 85 ; G. Lesquen et G. Mollat, « Mesures… », p. 518 ; ADLA, G 38 ; ibid., B 682 ; S. de La Nicollière-Teijero, Privilèges de la ville de Nantes, Nantes, 1883, p. 32, R. Blanchard, Lettres…, n° 1451 ; G. Villais, « Un document… », p. 10-11 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 205-208 ; ADLA, B 12838/2, f° 330-331.

12 AP Guérande, vol. I, f° 12 v°, 13 v° ; ADLA, B 2988, f° 13 v°-14 ; A. Denifle, La désolation…, t. I, p. 122, A. Bourdeaut, La chapelle Notre-Dame-du-Mûrié, Nantes, 1935, p. 20. Le patronage de cette chapelle est à rapprocher d’un culte consacré aux « Vierges d’arbres » et est donc Notre-Dame-du-Mûrier.

13 ADLA, B 12839/2, f° 330-330 v°, 337-337 v° ; ibid., E 213/2, f° 3.

14 Ibid., E 164/10 ; ibid., B 1456, f° 133 v°-138 v°, 156-162 ; ibid., H 296 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2543.

15 ADLA, 1 E 538 ; ibid., G 38, f° 12-13, 21-21 v°.

16 J. Kerhervé, L’État…, p. 55 ; B. Chevalier, « Histoire urbaine en France, xe-xve siècle », dans L’Histoire médiévale en France. Bilan et perspectives, Paris, 1991, p. 39.

17 ADLA, B 3, f° 16 v°, 35 v°, 41, 135, 170 v°-171.

18 Ibid., B 6, f° 111-112 v° ; ibid., E 213/2, f° 3, ibid., E 213/4, f° 10, 15 v°.

19 Ibid., B 7, f° 21-21 v°, 41-41 v° ; ibid., E 213/5, f° 20 v°, 22 v° ; ibid., E 213/8, f° 1 v°-2, ibid., B 8, f° 42. A Croix, Nantes et le pays nantais au xvie siècle. Étude démographique, Paris, 1974, p. 115.

20 ADLA, G 632, f° 10 v°-11 ; A. Croix, Nantes…, p. 160-164.

21 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 500 ; ADLA, B 12, f° 124 v° ; ibid., B 51, f° 21 v°, 31 ; Ibid., 114 J, Le Croisic, 20.

22 Ibid., G 38, f° 3-22 ; ibid., B 14, f° 116 v° ; A. Croix, Nantes…, p. 159-160.

23 ADLA, G 38, f° 3-22 ; AP Guérande, vol. I, f° 38 ; ADLA, 1 Mi ec 32 (R 1) ; A. Croix, Nantes…, p. 256.

24 ADLA, E 299, f° 3 v°, 8, 9 ; ibid., B 22, f° 37 v°, 142 v° ; M. Mollat, Le commerce maritime normand à la fin du Moyen Âge, Paris, 1952, p. 326 ; ADLA, B 22, f° 135 v°, 194 v°, 199, ibid., B 23, 166 v° ; C. LA Lande de Calan, Documents…, p. 46-47 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 280 ; ADLA, 1 Mi ec 32 (R 1) ; A. Croix, Nantes…, p. 256.

25 ADLA, 1 Mi ec 32 (R 1), A. Croix, Nantes…, p. 115, 118-120, 140, 159-160, 256, 322 ; ADLA, B 34, f° 222 ; ibid., B 35, f° 265.

26 ADIV, 1 F 1978 ; A. Croix, Nantes…, p. 159-160 ; AP Guérande, vol. I, f° 54 v° ; ADLA, B 573, f° 306 ; ibid., 1 Mi ec 32 (R 1), A. Croix, Nantes…, p. 256.

27 ADLA, 14 JJ, Le Croisic, 37, f° 28 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1451.

28 A. Higounet-Nadal, dans Histoire de la population française, dir. J. Dupâquier, Paris, 1988, t. I, p. 372-373, 382 ; J.-N. Biraben, D. Blanchet, A. Blum, dans ibid., t. II, p. 149-161 ; B. Chevalier, Les bonnes villes…, p. 27-30 ; R. Fossier, « Aperçus sur la démographie médiévale », 118e CNSHS, 1993 (1995), p. 18 ; Kerhervé, Histoire de la Bretagne et des pays celtiques, Morlaix, n. éd, 1987, t. II, p. 81-82 ; A. Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993.

29 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 259 ; C. Estienne, La guide…, p. 134-135.

30 ADLA, 1 Mi ec 32 (R 1) ; ibid., (A), f° 54.

31 A. Croix, Nantes…, p. 93-94.

32 ADLA, B 3, f° 46 v°-47 ; ADV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 28 v°-31 v° ; ADLA, B 31, f° 33 ; ibid., B 27, f° 133-136 ; ibid., B 36, f° 97-97 v°.

33 Ibid., E 74/14 ; ibid., B 22, f° 104 v°.

34 Ibid., B 3, f° 6 v°-7 ibid., B 28, f° 169-171 ; ibid., B 29, f° 153-154 v° ; ibid., E 74/14, f° 21 v°.

35 ADIV, 1 F 1125, f° 22-28 ; J. Bernard, Navires…, t. III, p. 18 ; ADLA, B 12, f° 64 v° ; ibid., B 22, f° 221 ; ibid., 1 Mi ec (R 1) (A), f° 83, 89, 96 v°, 119, 146 v°, (B), f° 33, 61, 129, 262. G. Buron, « Le peuplement et la population du Pays guérandais à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes : l’apport de l’onomastique ».

36 É. Port, « Alain Bouchard, chroniqueur breton », AB, 36, 1924-1925, p. 517-522 ; ADLA, B 21, f° 230 v°.

37 G. Villais, « Un document… », p. 10-11, ADLA, G 38, f° 5 v°-8 ; ibid., E 74/14, f°, 78-81 v°, 85.

38 A. Longnon, Pouillés…, p. 261, 264-265 ; AM Nantes II, 126/5 ; ADLA, G 301.

39 Ibid., B 1450 ; AP Guérande, vol. I, f° 52, 55 v° ; ADLA, B 1462 ; ibid., B 1493, f° 66 v° ; ibid., G 298 ; ibid., G 747.

40 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, passim ; J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 355.

41 G. Lesquen et G. Mollat, « Mesures… », p. 172-174, 518-519, 524 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, passim ; N. Vaucelle, Catalogue…, p. 207, 243.

42 ADLA, B 121, f° 190 v°, ibid., E 75/5 ; ibid., G 301 ; ibid., G 297 ; Rosmorduc (de), Noblesse…, t. III, p. 240 ; AP Guérande, vol. I, f° 43 v°, 50, vol. II, f° 3 v° ; ADLA, B 27, f° 265.

43 Ibid., B 13, f° 108 v° ; ADM, 93 J 441-442 ; ADLA, B 26, f° 207 v° ; ibid., B 27, f° 268 v°, ibid., B 32, f° 5, 45 v° ; AP Guérande, vol. I, f° 55 v° ; ADLA, B 33, f° 138 v°.

44 Ibid., G 386.

45 Ibid., G 301 ; ibid., G 38, f° 21 : ibid., B 27, f° 44.

46 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 364-365 ; AP Guérande, vol. I, f° 51.

47 ADLA, B 1489 (A), f° 50 v°-52, ibid., 1489 (B), f° 55 v°-57 v° ; ibid., B 1490, 66 v°-69 v°, ibid., B 1491, 56-58 v°, ibid., B 1493, 66 v°-70 v° ; ibid., 1 E 259, ibid., G 302, ibid., G 304, ibid., B 24, f° 271 v°, ibid., B 1450, ibid., B 32, f° 182, ibid., E 641, ibid., B 1460, ibid., B 751 ; AP Guérande, vol. I, f° 58 v°, B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les papes…, p. 666, ADLA, G 303-304, ibid., H 431, ADIV, 2 E c, de Carné, 8, f° 4 ; ADLA, G 304, ibid., B 17, f° 94 ; ibid., G 300.

48 Ibid., B 1476, ibid., G 389 ; ibid., B 751 ; ibid., B 1457 ; ibid., B 22, f° 143 ; ibid., 47 J 4 ; ibid., G 301.

49 Ibid., G 386, f° 4 ; ibid., G 303 ; ibid., E 641 ; BM Nantes, ms fr 2954, II (4), ADLA B 1493, f° 67 v°. E. Martène, Thesaurus navus anecdotorum, t. IV, Paris, 1717, col. 953.

50 ADLA, 1 J 134, f° 1 v°-2.

51 Ibid., G 389, ibid., G 303, ibid., B 1510, f° 1482 ; ibid., G 303 ; ibid., G 386.

52 Ibid., B 14, f° 57 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 366 ; ADLA, B 751, ibid., B 1462, ibid., B 1462 ; ibid., B 1460 ; ibid., G 304 ; ibid., G 303 ; ibid., G 300.

53 Ibid., G 389 ; infra ; ADLA, E 1228/2, 5 ; ibid., G 581, ADM, E 5104 ; ADLA, 59 J 2, f° 4 v°.

54 Ogée, Dictionnaire…, t. I, p. 96 ; ADLA, H 603, f° 51 v° ; H. Martin, Les ordres…, p. 114-115, 126-127.

55 Ibid., p. 112-113, 130-134, 255-258 ; ADLA, H 603, f° 33.

56 ADLA, G 297 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 262 ; ADLA, G 747. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 311.

57 ADLA, B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19 ; ADM, 9 J 6. A. Gallicé, « La noblesse dans le pays guérandais (vers 1400-vers 1540) », Enquêtes et documents, 2003, à paraître.

58 J. Kerhervé, L’État…, p. 558-560 ; ID., « Introduction : des nobles en général aux nobles de Bretagne en particulier », dans Noblesses de Bretagne du Moyen Âge à nos jours, Actes de la journée d’étude tenue à Guingamp, le 22 novembre 1997, dir. ID., Rennes, 1999, p. 15 ; M. Nassiet, Noblesse…, 1993, p. 73-74.

59 ADM, 9 J 6, Escoublac ; BM Nantes, ms fr 1823, f° 31-31 v°.

60 J. Kerhervé, l’État…, p. 574-575.

61 ADLA, B 128/8, M. Jones, Recueil…, n° 773 ; ADLA, B 1458 ; ibid., B 125/35, R. Blanchard, Lettres…, n° 1616 ; ADLA, B 127/160, ibid., B 1484, R. Blanchard, Lettres…, n° 1617 ; ADLA, B 128/258, R. Blanchard, Lettres…, n° 2056 ; ADLA, B 125/8, R. Blanchard, Lettres…, n° 2064 ; ADLA, B 127/165-167, R. Blanchard, Lettres…, n° 2077 ; ADLA, B 127/120, ibid., B 1469, R. Blanchard, Lettres…, n° 2085 ; ADLA, B 126/65 ; ibid., B 125/53 ; ibid., B 1489 (A), f° 7, 11-11 v°, 55-55 v° ; ibid., B 1489 (B), f° 14 v°-15.

62 Ibid., B 129/238 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2402 ; ADLA, B 4, f° 33 v° ; ibid., B 1492.

63 Ibid., B 127/122, ibid., B 129/227, R. Blanchard, Lettres…, n° 469, 1810, 2263, 2407, 2442-2443 ; ADM, 9 J 6, Guérande, Saint-Molf ; ADLA, B 12838/1, f° 296 ; ibid., B 6, f° 122 v° ; ibid., B 129/254 ; ibid., B 3022, f° 44-44 v°. J. Kerhervé, L’État…, p. 562-563 ; P. Contamine, La noblesse au royaume de France de Philippe le Bel à Louis XII. Essai de synthèse, Paris, p. 21-38, 45.

64 P. Contamine, La noblesse…, p. 68 ; M. Nassiet, Noblesse…, p. 91-92, 103.

65 ADM 9 J 6, Herbignac ; ADLA, B 121, f° 194 v°-195 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 237-238.

66 ADLA, B 25, f° 210-212 ; ibid., B 17, f° 27 v°, ibid., B 27, f° 212 v° ; Rosmorduc (de), La noblesse…, t. IV, p. 545.

67 J. Gallet, La seigneurie…, p. 133-141 ; M. Nassiet, Noblesse…, p. 47-53 ; ID., « Fidélités et perspectives dynastiques dans la noblesse bretonne lors de la crise de succession (1470-1491) », dans Noblesses de Bretagne…, p. 109-115 ; ID, Parenté, noblesse et États dynastiques, xve-xvie siècle, Paris, 2000, p. 120-125 ; Y. Coativy, « La noblesse léonarde au xve siècle », BSAF, 1996, p. 307-316.

68 Careil (Le Comte, Du Boays sr de Baulac) ; Cabeno (Talguern), Crénegan (Jollan, Kercabus) ; du Blanc (1527, Le Gliff, Du Dreseuc) ; Irlan ; Kerjan (Pineau) ; Kerven (Du Coëdic) ; La Tréballe (Le Clerc) ; Le Bois de la Cour (Cleuz, abbaye de Prières), Léchet (Calon, Le Gentil) ; Le Rosec ; Marlan (Ust) ; Marsen (Marsen, Lindereuc) ; Prat ; Pucel (Kervasic, Coëcas) ; Quelen (1480, du Chastel) ; Regnaudin (Guyet) ; Senon (Du Dreseuc) ; Ville-au-Chat (Sesmaisons) ; Villejames (Calon).

69 ADLA, 1 J 128/5 ; Rosmorduc (de), La noblesse…, t. III, p. 240.

70 A. Gallicé, « La noblesse… », tableau.

71 G. Guillaume, Les Rieux. Une famille de la haute noblesse bretonne aux xive et xve siècles, Thèse, dactyl., Nantes, 2000, p. 285 ; M. Nassiet, « Fidélités… », p. 114 ; R. de Laigue, La noblesse bretonne aux xve et xvie siècles. Réformations et montres, p. 54, 86, 425, 580, 633, 642 ; M. Nassiet, « Dictionnaire des feudataires des évêchés de Dol et de Saint-Malo, en 1480 », BAAB, 1991, n° 415.

72 ADLA, E 287/1 ; ibid., B 1459 ; M. Nassiet, « Dictionnaire… », n° 259.

73 P. Contamine, La noblesse…, p. 62, 84 ; M. Nassiet, Parenté…, p. 47-48.

74 P. Contamine, La noblesse…, p. 58-59, 112-114. P. Charbonnier, « La crise de la seigneurie à la fin du Moyen Âge vue de l’autre France », 117e CNSS, 1992, p. 111-122.

75 ADLA, 1 E 713, ADM, E 5104 ; ibid., E 52, passim ; ADLA, 198 J 97, ibid., B 1456 ; ibid., E 1229/1, f° 31 v° ; ibid., B 11, f° 9 v° ; ibid., E 1228/1, f° 15 v°-16 v° ; ibid., B 1450.

76 ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 8-11, 24-26 ; ADLA, 2 E 1250, f° 132 v°-136, ibid., E 631.

77 Ibid., 1 E 123 ; ibid., E 1228/1, f° 24-24 v° ; ADM, E 52, passim.

78 ADLA, G 38, 9 v°-12, 20 v° ; ADV, 3 H 1/782 ; supra, p. 120-123.

79 ADLA, B 129/238, R. Blanchard, Lettres…, n° 2402 ; ADLA, B 2964 ; ibid., B 22, f° 46 v°, ibid., B 8, f° 153 v°, J. Bernard, Navires…, t. III, p. 124.

80 A. Gallicé, « La noblesse… », tableau.

81 ADLA, B 1480.

82 Ibid., B 762 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 5 ; ibid., 2 Ec, de Carné, 8, f° 28 v°-31 v°, 32-33.

83 ADLA, E 1228/4 ; ibid., H 603, f° 14 ; Rosmorduc (de), La noblesse…, t. III, p. 239 ; ADLA, 2 E 1350 ; ibid., 198 J 126 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 5 ; ADLA, E 1288/4 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 114 v°-115, f° 24-26 ; ADLA, 59 J 19.

84 Ibid., E 1228/4 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 18 v°-20 v°, ADLA E 1227/1.

85 Ibid., E 1227/4-6, R. Blanchard, Lettres…, n° 2117 ; ADLA, E 1169.

86 Ibid., 47 J 2.

87 Ibid., B 1481 ; ibid., B 1460 ; ibid., B 1455, ibid., B 1459 ; ibid., G 762, ibid., 1 E 684, f° 12 v° ; ibid., B 1460 ; ADLA, H 603, f° 52 ; J. Trévedy, « Les derniers seigneurs de Guémadeuc », BSÉCN, 1888, p. 174 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 28 v°-31 v°, ADLA, 2 E 813 ; ibid., B 1482 ; ibid., B 1460 ; ibid., B 1454 ; ibid., B 1479 ; ibid., B 1455.

88 N. Travers, Histoire…, t. I, p. 428, dom Morice, Preuves…, t. I, 1499-1500, ADLA, E 131, f° 202 v°, ibid., B 682, f° 1 ; ibid., E 211/3, M. Jones, Recueil…, n° 917, ADLA, E 135/18, A. Gallicé, « La noblesse… » ; ADLA, B 11, f° 7 v°, 9 v°, 255 v°, ibid., E 209/23, f° 21 v°, 209/24, f° 16 v° ; dom Morice, Preuves…, t. III, 889 ; ADLA, B 19, f° 34 ; ibid., B 31, f° 133 v° ; dom Morice, Preuves…, t. III, 1046.

89 J. Kerhervé, Catalogue…, p. 92-94 ; A. Gallicé, « Inventaires… », p. 17-18.

90 ADLA, B 1478 ; ibid., E 557 ; ibid., 198 J 96, 103-109 ; ibid., 1E 684, f° 6-12. J. Kerhervé, Catalogue…, p. 59-60.

91 A. Gallicé, « Une trajectoire sociale : Michel Le Pennec (1452-1495) », BSAHNLA, à paraître.

92 D. Le Page, Finances…, p. 594-595 ; infra, p. 359.

93 ADLA, 2 E 1349, J. Kerhervé, « L’impôt direct… », p. 193, 203-205 ; ADLA, B 2, f° 44 v° ; ADM, E 52, p. 43, 46.

94 ADLA, B 11, f° 242 v° ; ibid., B 1469 ; F. Saulnier, Le Parlement de Bretagne, Rennes, 1909, p. 190-191.

95 ADLA, B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19 ; ibid., B 1472. J. Kerhervé, L’État…, p. 569-573.

96 ADLA, G 632, 12 v° ; ibid., H 603, f° 40-40 v°.

97 Ibid., B 2988, f° 12, 13 v°-14 v°, 19 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 564 ; ADM, 9 J 6, Saint-Lyphard ; ADLA, E 1228/5 ; ibid., B 11, f° 9 v°, 88 v°.

98 Ibid., G 38, f° 44, 50 ; ibid. E 198/30.

99 Ibid., 1 E 713 ; ibid., 1 E 538 ; ibid., G 38 ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1156-1157 ; ADLA, G 632, 15 v°, 16 v°-17 v°, 20 v°, 22 ; ibid., 14 JJ, Le Croisic, 37 ; ibid., G 38, f° 24 v°, 50, 48, 42 v°, ibid., E, dépôt Le Croisic, CC 11. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 280.

100 ADLA, G 303 ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 2 v°.

101 ADLA, 1 E 538 ; ibid., E 1228/4 ; ibid., G 38, f° 48 v°.

102 Ibid., G 38 ; ibid., 1 E 538 ; ibid., B 1480, ibid., E 299, f° 16-16 v°, ibid., E 299, f° 18.

103 Ibid., E 1228/4 ; ibid., E 299, f° 16-16 v° ; ADM, E 5104 ; ADLA, E 299, f° 18. J. Gallet, La seigneurie…, p. 295 ; M. Nassiet, Noblesse…, p. 116.

104 ADLA, E 299, f° 6 v° ; ibid., 59 J 2 ; ibid., E 1228/1 ; ibid., E 1228/4 ; ADM, E 5104 ; ADLA, E 299, f° 18 ; ibid., B 1462 ; ibid., E 299, f° 16-16 v° ; ibid., E 299, f° 18 ; ibid., B 16, f° 136-137 ; ibid., 1 E 123/1.

105 Ibid., E 206/4 ; ibid., 59 J 15 ; ibid., G 38, f° 26, 47 v°, 48 v°.

106 Cartulaire de Montonac…, p. 126-128.

107 ADLA, 198 J 72, ibid., 2 E 1249, f° 30, ibid., B 126 D, f° 4-4 v°, ibid., B 1492, f° 3 v°, ibid., G 38, f° 7-8, G. Musset, « La coutume de Royan au Moyen Âge », Recueil de la Commission des arts et monuments historiques de la Charente-Inférieure, 16, 1904, p. 454-455, ADLA, B 575, f° 162 v°-165 ; ibid., G 762, AP Guérande, vol. I, ADLA, 47 J 87, ibid., 198 J 75 ; ibid., G 38, f° 5 v°, ibid., 198 J 72, ibid., H 431, ibid., E 1228/1, f° 21, ibid., G 38, f° 13, ibid., B 1480, ibid., B 3022, f° 45-45 v°, AP Guérande, vol. I, f° 40 v°, 45 ; ADLA, B 3022, f° 44 v°-45, AP Guérande, vol. I, f° 37, 45 ; supra, p. 138, 148.

108 ADIV, C 3266 ; ADLA, B 3022, f° 5 v°-6, 24-27 v°, 39 v°-45 v° ; AP Guérande, vol. I, f° 40 v° ; ADLA, B 1445-1446, ibid., B 1465, ibid., B 1476, ibid., B 1484. D. Le Page, Finances…, p. 85-91.

109 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 320-321, 328-331 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 882-885 ; J.-L. Sarrazin, « Nantes et son espace économique à la fin du Moyen Âge », dans Nantes dans l’histoire, coord. Alain Croix, Nantes, 1991, p. 41-53, p. 43 ; B. Chevalier, Les bonnes villes…, p. 141-142.

110 C. Gauvard, De grace especial. Crime et société en France à la fin du Moyen Âge, Paris, 1991, p. 61-75 ; ADLA, B 27, f° 133 v°-136 ; ibid., B 30, f° 77 v°-80 v°. A. Gallicé, « Le meurtre du prêtre Pierre Oustin, à Piriac, en mai 1522 », CPG, 42, 2002, p. 57-60.

111 ADLA, E 1229/1 ; ibid. B 34, f° 221 v°-222 ; ibid., B 28, f° 107-108 v° ; infra, p. 271.

112 ADLA, B 25, f° 210-212.

113 AP Guérande. Manquent les années, 1423, 1425, 1427-1428, 1433, 1436, 1452-1453, 1455-1457, 1461, 1463, 1465, 1468, 1470-1472, 1474, 1476, 1478-1480, 1484, 1485, 1486-1491, 1493, 1497, 1501, 1505, 1512, ensuite figure chaque année. Pour 1425, 1434, ne sont cités que les noms des procureurs. Édition des statuts, J. Jégou, « La noble et très ancienne confrérie monseigneur saint Nicolas de Guérande », RBV, 1874, (2), p. 7-12. A. Gallicé, « La confrérie Saint-Nicolas de Guérande des origines à 1540 », ABPO, à paraître.

114 Luco, « Organisation de l’ancien personnel ecclésiastique du diocèse », BSPM, 1874, p. 202. B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 232.

115 AP Guérande, vol. I, f° 1, 17 v°, 58 ; C. Vincent, « Lieux de piété et lieux de pouvoir à Poitiers entre le xiiie siècle et le xve siècle : la confrérie du corps de ville dite aussi du cent », dans La religion civique à l’époque médiévale et moderne (Chrétienté et Islam), Rome 1995, p. 442 ; F. Jégou, « La noble… », 1874, p. 106 ; 1875, p. 347-348.

116 C. Vincent, Les confréries médiévales dans le royaume de France, xiie-xve siècle, Paris, 1994, p. 145-169 ; J.-M. Matz, « La confrérie Saint-Nicolas dite des « bourgeois d’Angers » du xive au xvie siècle », Cristianesimo nella storia ricerche storiche esgetiche teologiche, 12, 1991, p. 80 ; A. Vauchez, « Jalons pour une historiographie de la sociabilité », dans Les laïcs au Moyen Âge. Pratiques et expériences religieuses, Paris, 1987, p. 117-118.

117 ADLA, G 304 ; ibid., H 603, f° 31-31 v° ; ibid., B 1459, ibid., B 1478 ; ibid., E 1227/6.

118 A. de La Borderie, J. Daniel, R. P. Perquis et D. Tempier, Monuments originaux de l’histoire de saint Yves, Saint-Brieuc, 1887, p. 253-257, 262-263, J.-P. Le Guillou, Saint-Yves. Ceux qui l’ont connu témoignent. Ceux qu’il a guéris racontent. Enquête de canonisation, 1989, p. 138 ; P.-H. Fages, Procès…, p. 255-256.

119 ADLA, B 24, f° 152-153 v° ; ibid., B 14, f° 43.

120 Ibid., 2 E 1350 ; ibid., B 24, 152-153 v° ; ADM, E 52, f° 123 ; ADLA, E 643.

121 Ibid., B 34, f° 221 v°-222.

122 ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 28 v°-31 v° ; ADLA, B 31, f° 33 ; ibid., B 3, f° 46 v°-47.

123 Ibid., B 3, f° 93 v° ; ibid., B 7, f° 2-2 v°.

124 Ibid., E 1228/1 ; ibid., 47 J 2 ; ibid., B 1484 ; ibid., E 1229/1 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2654 ; ADLA, H 603, f° 14 v°-17 ; ibid., B 573, f° 14 v°.

125 Ibid., B 3 f° 93 v°, ibid., B 8, f° 81-82 v° ; ibid., B 36, f° 97-97 v°.

126 Ibid., B 29, f° 153-153 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2685.

127 ADLA, B 116, f° 26 v°-27 v° ; ibid., E 1228/5 ; ibid., E 1169 ; ibid., E 217/23 ; ibid., B 24, f° 152-153 v° ; ibid., B 20, f° 105 ; ibid., 1 Mi ec 32, (R 1) (B), f° 163 v° ; ibid., B 30, f° 77 v°-80 v°, B 35, f° 265-266.

128 Ibid., G 632, f° 3 v°-6, 10-11.

129 Ibid., G 632, f° 3 v°-6 ; ibid., B 29, f° 153.

130 P. J. Geary, « L’humiliation des saints », AÉSC, 1979, p. 27-42 ; P. Audin, « Un exemple de survivance païenne à l’époque contemporaine : le culte des fontaines dans la France de l’Ouest et du centre-Ouest », ABPO, 87, 1980, p. 685-686 ; J.-C. Cassard, « Les lieux humides, espaces de vie et de miracles à la fin du Moyen Âge », Kreiz, 8, 1997, p. 76. Y. Desmet, « Le culte des eaux dans le nord de la Gaule pendant le haut Moyen Âge », RN, 1998, p. 25-27.

131 A. de La Borderie, J. Daniel, R. P. Perquis et D. Tempier, Monuments…, p. 253-257, 262-263 ; J.-P. Guillou, Saint Yves…, p. 137-138, 147 ; G. P. Marchal, « Jalons pour une histoire de l’iconoclasme au Moyen Âge », AHSS, 1995, p. 1139-1140.

132 Supra, p. 65, 185, 190 ; J.-C. Caraës, « Bulles papales et lettres d’indulgences en Pays guérandais aux xve et xvie siècles », BSAHNLA, 1989, p. 84-88 ; ADLA, 14 J 8/109.

133 Ibid., B 3, f° 119 v° ; ibid., B 9, f° 54-55 v° ; ibid., B 24, f° 151 ; ibid, B 25, f° 121, ibid., B 26, f° 65 v°, Actes François Ier…, t. VII, n° 636, p. 58-59.

134 Sermonum S. Vincentii pars tertia quae De Sanctis appelari consuevit, Impress. Lugduni apud Jacobum Myt. Anno domini M. CCCCC XXXIX, die III mensis januarii, f° 239 ; P.-H. Fagès, Procès…, 239-240, p. 255-256 ; H.Martin, « Les Bretons et leurs prédicateurs à la fin du Moyen Âge », MSHAB, 1990, p. 41, 45, 50 ; J.-C. Cassard, « Le légat… », p. 330-331.

135 ADLA, G 632, f° 14.

136 ADIV, 2, Ec, de Carné, 8 ; ADLA, G 300, 303-304, 386, 581 ; ibid., H 603, f° 12 v°-14, 19 v°-21, 30 v°-32, 40-40 v° ; ibid., H 431 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 894-895.

137 AP Guérande ; ADLA, H 603, f° 2-3 v°, 12 v°-13, 30 v° ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 1-1 v°.

138 ADM, 3 H 8, p. 15-16, 137-138, 159-160, 165-169 ; ibid., 3 H 2, f° 77-82, 87 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 894-895.

139 Supra, p. 189-190 ; ADLA, E 212/19, f° 12 v° ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 266.

140 H. Martin, Les ordres…, p. 234-235, 270, 382-383.

141 ADLA, B 1489 (A), f° 51 v°-52 ; ibid., B 1489 (B), f° 19 ; ibid., B 1490, f° 67, 69 ; ibid., B 751 ; ibid., G 304 ; ibid., B 1450 ; ibid., G 304 ; ibid., 1 E 260, f° 6 ; ibid., 2 E 1249, f° 30 ; ibid., E 1228/2.

142 Ibid., G G 304 ; ibid., G 389 ; ibid., 47 J 4 ; ibid., G 301 ; ibid., B 1489 (A), f° 99 v° ; ibid., H 603, f° 31 ; ibid., B 751 ; AP Batz ; ADLA, G 44/2, f° 26-27 ; ibid., G 539 ; ibid., G 581 ; ibid., G 44/1-2 ; ibid., 1 J 134.

143 Ibid., H 603, f° 19 v°, 13 ; ibid., G 386.

144 Ibid., H 603, f° 19 v°-20 ; ibid., H 431 ; ibid., G 301. C. Vincent, « Y a-t-il une mathématique du salut dans les diocèses du Nord à la veille de la Réforme », RHÉF, 1991, p. 139-149.

145 ADIV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 1-2, 4.

146 ADLA, B 27, f° 133-136 v° ; ibid., G 539 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 328-330, 820-824 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 171, 244-246 ; ADLA, B 36, f° 11 v°.

147 A. Vauchez, dans L’Histoire médiévale…, p. 155.

148 ADLA, B 26, f° 120-120 v° ; H. Martin, dans Fastes et malheurs de la Bretagne ducale, 1213-1532, Rennes, 1982, p. 369-371 ; ID., Mentalités médiévales xie-xve siècle, Paris, 1996, p. 247-252.

149 ADLA, E 557, f° 10 v°-11 ; ibid., B 32, f° 40-42 ; ibid., B 1460 ; F. Lebrun, « Le charivari et sa condamnation dans la France de l’Ouest au xve siècle », ABPO, 1979, p. 487-489 ; ADLA, B 36, f° 97.

150 Sécillon (de), « Les premières… », p. 191-199 ; Caillo, Notes…, p. 76-78 ; ADLA, G 38, f° 48 v°.

151 ADLA, B 8, f° 171, ibid., 198 J 103 ; ibid., B 575, f° 138 v° ; ibid., B 22, f° 229 ; ibid., B 23, f° 182 ; ibid., B 14, f° 43, 64 ; ibid., E 1227/1 ; ibid., B 14, f° 103 ; ibid., B 34, f° 137 v° ; ibid., B 35, f° 188 v° ; ibid., B 37, f° 73 ; ibid., B 7, f° 2-2 v° ; ibid., B 18, f° 232-232 v°.

152 Ibid., 28 J 55 ; ADML, H 3412 ; ADLA, B 16, f° 133 ; ibid., B 17, f° 60 v° ; ibid., B 32, f° 131 v°, ibid., B 35, f° 61, 174 ; ibid., B 12838/2, f° 383 v° ; ibid., B 7, f° 158 v°-159, ibid., B 17, f° 97 ; ibid., B 21, f° 115 v°, 132.

153 ADM, 3 H 2 ; ADLA, B 3, f° 32 v°, 43 v°-44 ; ibid., B 24, f° 152-153 v°, 161-163 ; ibid., B 19, f° 103 v° ; ibid., B 2, f° 93, 122 v° ; ibid., B 37, f° 168 v° ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 179.

154 M. Jones, Recueil…, n° 156 ; ADLA, B 3, f° 93 v° ; ibid., B 3, f° 95 v°, 100 ; ibid., B 27, f° 133 v°-136 ; ibid., B 29, f° 58 v°-60 v°, 153-154 v° ; ibid., B 30, f° 77 v°-80 v° ; ibid., B 36, f° 41-42 v°, 47 v°-48, 97-97 v°.

155 Ibid., G 38, f° 30 v°-32 v°, 42, 49, second cahier, f° 37 v° ; ADS, 1 E 870, f° 87-87 v°, ADLA, B 36, f° 97-97. v°.

156 Ibid., B 16, f° 136-137, ibid., B 29, f° 58-60 v°, 153-154 v°.

157 Ibid., B 21, f° 230 v° ; ibid., B 26, f° 120-120 v°.

158 Ibid., B 1450.

159 G. de Saint-André, C’est…, v. 1106-1113, 1529-1534, 2371-2374, 3358-3383, 3374-3377, 3390-3497 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 366. J. Kerhervé, « Aux origines d’un sentiment national : les chroniqueurs bretons à la fin du Moyen Âge », BSAF, p. 183, 204-205.

160 J.-P. Leguay, La ville de Rennes…, p. 327-328. É. Port, « Alain Bouchard… », p. 496-527, 68-101 ; J. Kerhervé, « Aux origines… », p. 202-203 ; M.-L. Auger dans A. Bouchart, Grandes…, t. III, p. 19-23.

161 A. Bouchart, Grandes…, t. I, p. 84-85 ; P. Le Baud, Chroniques…, t. I, p. 91, 107 ; Peyron, « Fragment d’un éloge de la Bretagne au xve siècle », BSAF, 15, 1888, p. 171, 181 ; É. Port, « Urbs Trojana », Le fureteur breton, X, 55, 1919, p. 1-6 ; B. D’argentré, L’Histoire…, Livre 1, chap. 15.

162 A. Bouchart, Grandes…, t. I, p. 334, 348-348, t. III, p. 210, 212 ; La Chronique de Nantes…, p. 42-43.

163 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 55-56, 83, 92-93, 96, t. III, p. 212, 232, 235-236, 239-240.

164 ID., ibid., t. II, p. 131, 454, 479, t. III, p. 240, 276.

165 ADLA, 1 Mi ec 32, (R 1) (B), f° 244 v°, Alain Le Mauguen et Alain Antoine ; f° 257, Yvon Tanguy et Guillaume Conan, Aubin Le Roy ; É. Port, « Urbs… », p. 1-6.

166 Dom Morice, Preuves…, t. III, 83-84, sous une date fautive ; M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 108 ; M.-T. Caron, Noblesse…, p. 101, dom Morice, Preuves…, t. II, 603-631 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 10-12.

167 G. de Saint-André, C’est…, v. 293-308, 1309-1312, 2818-2836, 3320-3333.

168 ADLA, E 198/30 ; ibid., B 121 f° 90 v° ; P. Contamine, « Bretagne et France à la fin du Moyen Âge : le temps de Jean V, de Charles VII et de Jeanne d’Arc », BSAHNLA, 1991, p. 85 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 209 : AN, JJ 127, n° 283 ; Gauvard, Claude, « Résistants et collaborateurs pendant la guerre de Cent Ans : le témoignage des lettres de rémission », 111e CNSS, 1986, p. 130-132.

169 J. Kerhervé, « Nantes. Capitale des ducs de Bretagne », dans Nantes et la Bretagne…, p. 78.

170 ID., « Entre conscience… », dans Identité…, p. 242.

Table des illustrations

Titre Feux anciens et feux fiscaux d’après la réformation des feux (1426-1430) en pays guérandais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17240/img-1.png
Fichier image/png, 56k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search