Version classiqueVersion mobile

Guérande au Moyen Âge

 | 
Alain Gallicé

Chapitre II. Le cadre administratif

Texte intégral

1Le terrouer de Guérande est une circonscription judiciaire, militaire, religieuse, et fiscale. L’administration domaniale des régaires de l’évêque de Nantes à Guérande est connue grâce à un compte tenu par Antoine Sorel entre 1500 et 1506, type de sources dont nous ne disposons pas pour le domaine ducal et très rarement pour les seigneuries. L’administration municipale des deux villes du pays guérandais, Guérande et Le Croisic, s’ordonne selon des modèles différents. Guérande conserve de son passé féodal une organisation à l’intérieur de laquelle le duc de Bretagne et l’évêque de Nantes se partagent des pouvoirs de police et de justice. Le Croisic, en raison de son affirmation au cours du xve siècle, s’inscrit dans une problématique tout autre, aussi son étude est-elle pour l’instant réservée.

Les pouvoirs et leur emprise territoriale

La châtellenie ou sénéchaussée ducale de Guérande

  • 1 Dom Morice, Preuves…, t. III, 746. A. de La Borderie, Essai sur la géographie féodale de la Bretag (...)

2D’après un édit de novembre 1493, la sénéchaussée ducale de Guérande comprend neuf paroisses : Batz, Escoublac, Guérande, Mesquer, Piriac, Saint-André-des-Eaux, Saint-Lyphard, Saint-Molf, Saint-Nazaire1.

  • 2 ADV, 3 H 1/782 ; ADLA, B 1477 ; ibid., B 123 ; ibid., 1 E 684, f° 82.

3Notre documentation montre la connaissance que l’on a des limites, leur nature et leur caractère complexe : le 16 juin 1460, l’étier de Pont Past est mentionné comme faisant la separation du terrouer de Guerrande d’avecques le fyé de la Roche-Bernard qui relève de la sénéchaussée de Nantes ; Montoir également en partie puisque la partie de cette paroisse située en decza du pont de Mean relève de la juridiction de Guérande2.

  • 3 Ibid., E 82/28 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1380 ; ADLA, 2 E 1349, J. Kerhervé, « L’impôt direct d (...)

4Ces limites peuvent évoluer. Le 6 décembre 1419, l’abbé de Saint-Gildas-des-Bois rappelle que le duc a concédé à l’abbaye que leurs tenues du territoire de Penestin relevent de la cour de Nantes et soient exemptes de la juridiction de Guerrande. Cependant, Pénestin reste inscrit dans les rentiers ducaux et, en théorie, il dépend du terrouer de Guérande même si, dans la pratique, en 1442-1447 au moins, il est associé à Assérac dont il est une frairie. Le 13 mai 1480, Pénestin est présenté comme un fief enclavé de la paroisse d’Assérac tenu prochement de l’abbé de Saint-Gildas-des-Bois sous la juridiction de Guérande et le parsus soubz la court de Nantes3.

  • 4 J. Kerhervé, L’État…, p. 41-44, 831.

5La châtellenie de Guérande illustre le type le plus simple de châtellenie : la châtellenie recette. Elle appartient à la baillie de Nantes dont elle est une unité territoriale située dans sa dépendance4.

Le domaine ducal

  • 5 ADLA, B 1489-1491 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 418-422.

6Le domaine ducal est connu grâce à une série de rentiers. Le plus ancien connu, daté de 1452, porte la mention minu des tailles et rantes anciennes, ce qui indique qu’il a été rédigé à partir de textes antérieurs. Ceux de 1477, 1491 et 1499 sont des copies, pratique qui facilite le travail du receveur et obéit à une obligation imposée par les contrôleurs. Le registre de 1452, qui est celui sur lequel Ernaud Lescauderon… faisoit sa recette, mentionne des rentes que l’on ne trouve pas sur papier et des décisions de justice prises en faveur du receveur. Sur les registres suivants, les noms des débirentiers sont actualisés, des baillées sont prises en compte. D’autre part, tous portent des notations en marge, des signes divers et répétés, d’encres différentes – le rentier de 1477 présente même quelques citations latines, des proverbes, des dessins et une sorte de brouillon de lettre rédigé par le copiste à Mr de Kerfus, c’est-à-dire au receveur. Tous ces traits attestent qu’il s’agit de registres servant de journal, de dial, pour la perception des rentes. Ils enregistrent le nom des débirentiers et la localisation de leurs biens ; mais celle-ci se limite à une indication de paroisse ou d’une partie de celle-ci et rend toute tentative de cartographie impossible5.

  • 6 ADLA, B 1491, f° 63.

7Le domaine ducal s’étend sur dix paroisses : Batz, Escoublac, Guérande, Mesquer, Piriac, Saint-André-des-Eaux, Saint-Lyphard, Saint-Molf, Saint-Nazaire, et Assérac en raison de sa fillette de Pénestin qui ne fait l’objet d’une rubrique particulière qu’à compter de 14996.

  • 7 Ibid., B 2988, f° 13 v°-14 v° ; ibid., B 1489 (A).

8La réformation générale des feux, ordonnée en 1426, permet une approche quantitative : à Guérande, 53 % des feux fiscaux sont situés dans le Domaine ; à Saint-André-des-Eaux, 4 % ; à Escoublac, 29 % des feux contribuants ; à Saint-Nazaire, 10 %. L’examen du dial de 1452 permet de prendre en compte l’ensemble du pays guérandais : Guérande occupe près de 44 % du registre ; Batz, 35 % ; Saint-Nazaire, 8 % ; Saint-André, 4 % ; Mesquer, 3 % ; Saint-Lyphard, 2 % ; Saint-Molf, 2 % ; Escoublac, 1 % ; Piriac, 1 % ; soit près de 80 % pour Guérande et Batz7.

Les régaires de l’évêque de Nantes

  • 8 Ibid., E 74/62, f° 9 v° ; ibid., B 121, f° 194 v°-195, ibid., E 75/8.

9Le mot régaire désigne en Bretagne la juridiction temporelle qu’un évêque exerce sur un territoire et ses habitants. En 1459, l’évêque affirme que la ville de Guérande et ses faubourgs sont le fié dudit evesque fors deux ou trois maisons qui sont en ladite ville ; le 14 février 1472, l’assemblée des vassaux de l’évêque réunit ceux de la ville de Guerrande et forbourg et terres voisines et adjacentes d’icelle8.

  • 9 Ibid., B, 1479 ; ibid., B 1462 ; ibid., B 1457 ; ibid., B 1484.

10La ville et faubourgs ressortissent aux régaires hormis ce qui relève directement du duc. Le 11 novembre 1395, est mentionnée la tenue du duc en la ville de Guerrande que d’autres aveux permettent de situer rue Saint-Michel près de l’auditoire ; le 28 mars 1471, Alain et Honoré Duport déclarent deux maisons à proximité desquelles se situe celle de Guillaume Sécillon, mentionnée avec son jardin le 10 août 1495 ; à proximité encore, Pierre Deno tient du duc, le 17 janvier 1533, une masière et jardin, indiqués le 14 juin 1540 comme ferant sur la rue9.

  • 10 Ibid., H 608, f° 18 v°-30 ; ibid., B 1484 ; ibid., B 1458 ; ibid., B 1460 ; ibid., G 762 ; ibid., (...)

11Au-delà, les régaires ont une étendue variable. Au sud-est, la place des Moulins est en partie tenue de l’évêque (le moulin Baye relève de lui mais pas, le 19 mai 1540, le moulin turquoys d’Yvonne Thouet) ; au sud et au sud-ouest, le 4 décembre 1539, le manoir de la Touche, tenu du duc, marque une limite au « bout » du faubourg Bizienne. Ils s’étendent plus largement tant au nord-ouest – un aveu rendu, le 8 avril 1423, dessine un ensemble compact autour de l’herbregement de Crémeur jusqu’à la rue de Coëtpouan proche de l’enceinte urbaine –, qu’au nord et nord-ouest où un compte de la seigneurie de Beaulieu, rendu le 21 juin 1529, fait apparaître des biens situés entre le faubourg Bizienne et celui de Saint-Michel, alors qu’un compte des régaires (1500-1506) mentionne des rentes près du manoir de Beaulieu, le pré de Bréhannic au nord, celui du Corbon près du faubourg Saint-Armel et d’autres terres entre Crémeur et Léchet. Au-delà encore, des déclarations font état de terres, de vignes sur le coteau et à Saillé, d’œillets de salines ainsi que des terres au Cosquer, à Kermabon, Clis, Folhoët et Escoublac. La réformation générale des feux qui comptabilise les feux d’évêque dans les paroisses de Guérande et d’Escoublac en dénombre respectivement, 100 et 7. De la réformation de 1679-1681 se dégage l’image d’une ceinture autour de la ville, ample entre le faubourg Bizienne, en allant par le nord, jusqu’à la place des Moulins, plus réduite au sud, à quoi s’ajoutent des possessions éparses, plus nombreuses à Escoublac10.

  • 11 Ibid., E 130, f° 9, M. Jones, Recueil…, n° 503 ; ADLA, E 74/14, f° 78-85 v° ; ibid., G 762 ; ibid.(...)

12Les régaires de Guérande sont pourvus d’une haute, moyenne et basse justice. Diverses déclarations permettent de dessiner la pyramide féodale. Une enquête, en 1411, mentionne des vassaux de l’évêque et des arrières vassaux : Morice Le Codz est homme estagier de Pierre de Lhospital ; Jean de Loyeuc, de Maurice de Comenan ; Guillaume du Dreseuc et Lucas Le Baille, de Guillaume de Lesnérac. D’autres sont connus par des aveux rendus : le 8 avril 1423, par Païen de Carné dont les droits seigneuriaux comportent celui d’espaves et galloez, outre les noblesses, seigneuries et obeissances ; le 3 décembre 1423, par Guillaume de Lesnérac dont la déclaration comprend 35 rentes situées en la ville et forsbourgs, ce fief urbain est encore évoqué dans un compte de 1500-1506 qui en révèle un autre : celui de La Gaudinais ; un acte du 2 septembre 1567 fait état de l’hommage rendu à l’évêque pour la seigneurie de Beaulieu. Des aveux sont rendus à des vassaux de l’évêque, ainsi le 13 mai 1419 pour une maison tenue du sr de Trévecar. Enfin des mentions indiquent que les seigneurs de Cosquet, Kerpondarm, Léchet, Porte-Calon, Pradonnais, Trévali, Ville-James, relèvent des régaires. Ces fiefs sont tenus à foi, hommage et bail11.

Les seigneuries

  • 12 J. Gallet, La seigneurie…, p. 80, 116-117 ; ADLA, E 1228/1. M. Nassiet, Noblesse…, p. 53-55.

13La faiblesse du domaine ducal, dans certaines paroisses, est à mettre en relation avec la présence de seigneuries dotées de haute justice. Cependant, pour de nombreuses seigneuries, il n’est pas fait mention de l’existence de justice. J. Gallet a proposé d’appeler sieurs les propriétaires tenant un manoir et des terres mais ne disposant pas de droits de justice et n’ayant sur leurs hommes que les pouvoirs venant de contrats privés passés entre eux, voire quelques droits seigneuriaux. En fait, l’omission de l’indication des droits de justice dans les actes du xve siècle paraît être due à l’application de la règle le fief et la justice étaient tout un. La mention du devoir d’obeissance à la cour dans les aveux individuels – qui est un droit réel, le 21 juillet 1460, dans le règlement de la succession des parents de Jean et Jeanne de Lesnérac figurent 12 s pour l’obéissance sur les debirentiers – l’établit. Les petites seigneuries sont dotées d’un droit de basse justice12.

  • 13 ADLA, B 1450 ; ibid., B 1455 ; ibid., E 1227/4 ; ibid., B 1452 ; ibid., B 2988, f° 13 v°.

14Le territoire d’Escoublac présente deux seigneuries pourvues d’une haute justice : Escoublac et Trévecar. Escoublac dispose d’une justice à quatre potz, centrée autour de l’herbregement d’Escoublac et du bourg, elle est possessionnée en salines ; Brantonnet en est une prévôté fieffée. Le 20 novembre 1427, il est recensé 78 feux contribuants pour la seigneurie d’Escoublac, 30 pour Trévecar, alors que 49 sont du duc et 7 de l’évêque13.

  • 14 Ibid., B 1475.

15La paroisse de Mesquer relève largement de la seigneurie de Tréambert qui possède des salines dans la paroisse de Guérande et dispose d’une justice patibulaire à deux potz et d’un sep au bourg de Mesquer14.

  • 15 A. Bertrand de Broussillon, La maison…, t. III, p. 50-53 ; ADLA, B 1472 ; ibid., B 2988, f° 19 ; i (...)

16Piriac est le chef-lieu de la seigneurie de Campsillon qui est un démembrement de la baronnie de La Roche. Le 24 août 1424, Campsillon est affectée à la dot de Jeanne de Laval, fille de Jean de Montfort, comte de Laval, baron de la Roche-Bernard, lors de son mariage avec Louis de Vendôme. Très présente à Piriac – 48 feuz anciens de Piriac (64 %) relèvent de Campsillon à la fin du xive siècle –, elle possède, le 9 mai 1397, 980 hommées de vignes dans la tenue de Trébasquier, 1 894 aires de salines à Batz, des rentes à Clis, Saint-Molf et Herbignac, et encore, selon un minu du 6 janvier 1468, à Mesquer, à Brandu. Les manoirs et herbregement de Dreseuc, Lauvergnac, Trévali, Texon, Bréhet, en Guérande, de La Ville-au-Chat et Prat en Mesquer en dépendent. Le 2 mai 1540, Campsillon est déclarée dotée d’une haute justice à quatre potz15.

  • 16 R. Blanchard, Lettres…, n° 1600bis ; ADLA, B 1478.

17Saint-André-des-Eaux est le siège de la seigneurie d’Ust dotée, le 7 janvier 1425, d’un troisième pot de justice. Un aveu de la fin du xive siècle fait état, outre du domaine, de salines et de rentes levées à Saint-André (64 %), Saint-Nazaire (34 %) et Batz (1 %). Un minu du 18 avril 1461 montre un substantiel accroissement des possessions16.

  • 17 Ibid., B 1480-1481 ; ibid., B 2988, f° 14 v°.

18Une partie de la paroisse de Saint-Lyphard dépend de la seigneurie d’Assérac qui lève aussi des rentes à Saint-Molf et à Guérande où la réformation générale enregistre 13 feux contribuants d’Assérac (2 %). Cette seigneurie est un démembrement de la baronnie de La Roche ; elle dispose d’une haute justice à compter du 7 avril 140717.

  • 18 Ibid., B 1481 ; ibid., 47 J 2 ; A. Guillotin de Corson, Les seigneuries de haute Bretagne, Rennes, (...)

19Saint-Molf relève largement de la seigneurie de Quilfistre. Le 31 juillet 1480, il est déclaré des rentes et des salines à Saint-Molf, Mesquer, Guérande, des rentes à Saint-Lyphard et Piriac, un droit sur la vente des poteries à Bréca et une part des coutumes de la foire de Saint-Lyphard. De cette seigneurie relèvent les manoirs de Quilfistre, Quelen, Le Rosec18.

  • 19 ADLA, E 557 ; ibid., 1 E 684 ; ibid., B 1482 ; ibid., B 2988, f° 14-14 v° ; ADIV, 2 Ec, de Carné, (...)

20La seigneurie de Saint-Nazaire est un démembrement de la vicomté de Donges. Celui-ci fait suite au mariage, conclu en 1423, entre Charles de Coesmes, sr de Lucé, et Marguerite de Rieux, fille de Jean de Rieux et de Jeanne de Rochefort. Cete seigneurie est connue par des déclarations de vassaux et un aveu tardif du 20 avril 1564 qui cite l’emplacement d’un ancien château, des biens et des droits dans les paroisses de Saint-Nazaire, Saint-André-des-Eaux et Montoir. Elle regroupe à la fin du xive siècle 214 (80 %) des feuz anciens de Saint-Nazaire et 14 (24 %) de ceux de Saint-André-des- Eaux. De Saint-Nazaire sont vassales des seigneuries dotées de haute justice : Marsaint qui possède des terres à Saint-Nazaire, Saint-André-des-Eaux et à Careil ; Henleix-Rochefort ; et en partie La Mothe-Alman. Il s’y ajoute les seigneuries de : Avallix, Béac, Bois-Jollan, Henleix-Pommeraye, Irlan, Kerfrezour, Kerfuz, Kerpoisson, LaHaye, La Lande, La Noé, Larloc, La Tréballe, La Villeau-Febvre, La Ville-Josse, Le Len, Lerryo, Lesnérac en Escoublac, Lonffuraud, Marlan, Plexis, Ranlieuc, Reneguy, du Sable, Saint-Denac19.

  • 20 Ibid., B 1482 ; ibid., B 1455 ; ibid., B 1461 ; ibid., B 2408, f° 64-64 v°.

21D’autres seigneuries, de moindre importance, sont à relever. La seigneurie de Cleuz reçoit au cours du xve siècle une haute justice à trois potz. Certaines déclarent une moyenne justice, telles Bissin, Troffiguet et peutêtre Careil possessionnée à Guérande, Escoublac, Saint-Molf, Saint-Nazaire et Mesquer20.

  • 21 Ibid., B 1455-1462, ibid., B 1478, ibid., B 1480, ibid., 1484 ; ibid., B 1442, ibid., B 1484 ; ibi (...)

22La plupart des seigneuries ne déclarent que l’obeissance sur leurs débirentiers, auquel s’ajoute parfois la mention de droits d’espaves, galoais, succession de bastard et desherence. Elles sont nombreuses dans la paroisse de Guérande : Bogat, Cardinal, Coëdic, Coëtsal, Colveuc, Cosquet, du Verger, Jeleuzie, Kaireven, Kercabus, Kerhué, Kerroland, Lessac, Léverac, Mérionnec, Portemarzen, Renélouas, la Touche, Trémelu, Trévenagat, Trévenez. Sur la paroisse de Batz se trouvent les seigneuries de : Kerdour, Kervenel et le manoir Calon au Croisic ; à Escoublac : Keralain ; à Mesquer : Villeneuve, Tréven ; à Saint-André-des-Eaux : Brenoguen, la Ville-au-Gal, Ranlieuc (Ranlieu), dont dépendent Tréveday, Châteaulou, une partie de Lessac (Haut-Lessac) et Lessac-Chevalier, Lessac-le-Bouteiller ; à Saint-Lyphard : Coitlazaff ou Bois Nozay ; à Saint-Molf : Mouhonnac (Mohonna) ; à Saint-Nazaire : Cleuz-Sérac, Heinlex dont une partie du manoir relève du duc, la Mothe-Alman21.

23À ces seigneuries, dont le chef-lieu est situé dans le terrouer, s’en ajoutent d’autres extérieures à celui-ci, mais qui y possèdent des biens et notamment des salines.

  • 22 ADIV, 3 H 17, ibid., 3 H 92, ADLA, B 802 ; ibid., H 17-18, ibid., B 767 ; ADM, 3 H 2, p. 77-94, ib (...)

24Enfin, le terrouer renferme des seigneuries ecclésiastiques. Outre les régaires déjà évoqués, certaines abbayes disposent d’une haute justice en pays guérandais. Celle de Redon reçoit le droit de disposer de fourches patibulaires à quatre poteaux ; elle est possessionnée à Trescalan, Piriac, Batz et Mesquer et possède des œillets de saline. L’abbaye de Blanche-Couronne dispose d’un herbergement près du village de Clis, des œillets, des rentes à Guérande, Escoublac et Saint-André. Celle de Prières détient l’herbregement de Lanclis (Lancly), des salines dans les paroisses de Batz et Guérande, des rentes au Croisic, ainsi que des terres et des rentes au Bois-de-la-Cour à Saint-Molf acquises à la fin du xve siècle22.

  • 23 ADIV, 1 F 494 ; ADLA, B 790 ; ibid., H 33, ibid., H 50 ; ADM, 48 H 20 ; ADML, H 3412 ; ADLA, B 777 (...)

25D’autres abbayes sont avant tout possessionnées en oeillets de salines : Saint-Gildas-des-Bois, Melleray, Buzay, l’eglise Saint-Michel pres d’Auray – la future Chartreuse. Les prieurs d’Escoublac, Batz, Saillé, Merquel, Saint-Nazaire déclarent des biens. Les hospitaliers possèdent à Assérac la seigneurie de Faugaret dotée d’une haute justice et des biens à Batz, Escoublac, Guérande, Mesquer, Piriac, Saint-André-des-Eaux, Saint-Lyphard, Saint-Molf, Saint-Nazaire23.

26Chacune de ces seigneuries ecclésiastiques est de taille limitée. La part du domaine est importante, les possessions relativement concentrées, et la part en salines importante.

27La plupart de ces seigneuries possèdent des terres tenues à foi et hommage et à cens d’une, voire de plusieurs autres seigneuries. Il en résulte une grande complexité et un grand enchevêtrement des terres et des droits surtout dans la zone des marais salants où bon nombre de propriétaires peuvent être débirentiers de plusieurs seigneuries.

L’administration du terrouer

  • 24 Ibid., G 207, M. Jones, Recueil…, n° 45 ; ADLA, 1 E 684, f° 37 v° ; ibid., B 1472.

28Le mandement du 4 mai 1365 par lequel Jean IV, répondant aux plaintes du chapitre de Nantes selon lesquelles pendant la guerre certaines salines et rentes ont été occupez et detenuz en nostre terrouer de Guerrande et ailleurs en nostre juridicion, permet d’envisager le mot terrouer comme désignant une circonscription administrative ; le terme peut être aussi utilisé pour désigner le ressort d’une grande seigneurie : bailliage et terrouer de Saint-Nazaire, terrouer de Campsillon24.

Guérande, chef-lieu de juridiction

  • 25 Dom Morice, Preuves…, t. III, 746 ; Caillo, Notes…, p. 169 ; ADLA, E 641, f° 16 v°.

29Charles VIII rappelle en novembre 1493 qu’il n’existe qu’une juridiction dont Guérande est le chef-lieu, aussi annule-t-il la décision prise de créer une prévôté au Croisic. Le roi justifie son revirement par le fait qu’il était inadvertis de la situation, et par le risque de mangeries, pilleries et exactions, qui existe au Croisic, un lieu reboud et à part, non garni d’avocats et praticiens. Nul doute que l’argumentaire émane de Guérande. Cependant, si l’on suit un texte cité sans référence, les habitants du Croisic se pourvoient au Conseil, duquel ils obtiennent une commission. Sous le règne de François Ier, un accord est trouvé : les officiers de Guérande s’engagent à exercer la justice une fois par semaine au Croisic ; décision qui est appliquée : le 5 août 1533, assignation de justice est donnée au lieu acoustumé à faire les esplectz de justice25.

  • 26 Ibid., G 207, M. Jones, Recueil…, n° 45.

30Dès la fin de la guerre de Succession, le terrouer dispose d’une administration complète : le 4 mai 1365, le duc s’adresse au sénéchal, au receveur et à tous les autres justiciers et officiers ou à leurs lieuxtenans26.

  • 27 ID., ibid., n° 783, 1063 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 386 ; ID., ibid., n° 49 ; A. Lejeune, « Les (...)

31Plusieurs sénéchaux ducaux (annexe 1) font carrière à l’échelon du duché, et sont conseillers du duc : Robert Brochereul est sénéchal de Rennes en 1391 et chancelier en 1396 ; Guillaume Deelin, sénéchal de Rennes en 1406 ; James Le Flazne, alloué et prévôt de Nantes avant 1406 ; Guillaume de La Loherie, président de Bretagne ; Gilles Le Bel, maître des requêtes en 1457 ; fonction qu’exerce Guillaume Le Bigot27.

  • 28 R. Blanchard, Lettres…, n° 642 ; ID.,, ibid., n° 1975, B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. (...)

32Certains d’entre eux sont investis de missions : James Le Flazne est chargé le 12 mai 1407 d’enquêter sur les malversations commises par les receveurs en Bretagne bretonnante ; Guillaume de La Loherie est envoyé le 6 décembre 1431 à Rome ; Guillaume Le Bigot est l’un des arbitres désignés en 1500-1501 pour régler le contentieux opposant le vicomte de Rohan et la reine Anne touchant la terre du Gâvre et le statut des Marches communes28.

  • 29 A. Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France d (...)

33Aussi convient-il de revenir sur l’opinion classique selon laquelle, pour le royaume de France, en perdant leurs attributions financières et militaires, les sénéchaux deviennent au xvie siècle de simples personnages décoratifs. Au début du xve siècle, leur fonction est de moins en moins judiciaire, et se comprend de plus en plus dans le domaine de l’action gouvernementale. Ils exercent un rôle clé dans la transmission des décisions, ils peuvent être désignés pour des missions diplomatiques29.

  • 30 A. Bourdeaut, « Le Gâvre et ses souvenirs », BSAHNLI, 1910, p. 144 ; ADLA, B 8, f° 117 v°, J. Kerh (...)

34D’autres titulaires paraissent avoir moins d’envergure, mais leur poste s’inscrit dans un cursus : Guillaume Dandin est institué sénéchal du Gâvre en 1468 ; Jean André l’est de Loyaux, de Ploërmel et d’Ancenis au service de la maison de Rieux ; Jean des Rouxières est lieutenant de Nantes le 17 septembre 1487 ; Yves du Bésit, avant le 14 octobre 1490, est institué procureur du régaire de Vannes pendant la saisie de l’évêché, et en novembre 1490 procureur ducal de Vannes30.

  • 31 Ibid., 2 E 1250, f° 83 v°-84, ibid., B 1458.

35Il n’en va pas de même avec Michel Le Boteuc. D’origine locale, issu de la petite noblesse, d’un milieu de notaire, ce poste est le seul que l’on lui connaisse et il reste longtemps en place31.

  • 32 ADIV, 1 F 1113 ; infra, p. 111.

36Les gages du sénéchal s’établissent à 40 L peu après 1433. Le sénéchal ducal peut aussi occuper, pendant les vacances épiscopales ou lors du conflit entre le duc et l’évêque, les fonctions de sénéchal des régaires réunissant entre leurs mains toute l’autorité judiciaire dans la ville de Guérande, ce qui est, en période « normale », le cas de Guillaume Le Bigot32.

  • 33 ADIV, 1 F 1123 ; ADLA, B 1484 ; A. Gallicé, « Inventaires après décès d’un agriculteur (1392) et d (...)

37Quant aux alloués ducaux, leur implantation locale (annexe 2) est évidente pour Pierre du Quenet, Guillaume du Dreseuc, Guillaume de La Roche, Robert de La Touche, Jacques du Verger, Jacques Le Moël, Jean Pineau, Pierre Gastinel. Une exception avec Hervé de Quelennec, maître des requêtes au parlement, conseiller du roi, et enseignant de l’université de Nantes, qui demeure en Cornouaille. Après 1433, les gages de l’alloué s’élèvent à 12 L33.

  • 34 R. Blanchard, Lettres…, n° 448, J. Kerhervé, L’État…, p. 830, M. Jones, « Aristocratie… », dans L’ (...)

38Cette origine et leurs compétences favorisent le cumul à l’échelon local. Les constitutions de 1334-1341 se sont employées à limiter la possibilité pour les sénéchaux ducaux d’être au service des grandes familles seigneuriales, mais cette règle, étendue aux autres officiers de la justice ducale, n’a pas trouvé application. Cette pratique est soumise à l’accord du duc qui en fixe les limites, comme en témoigne la licence donnée le 14 mars 1407 à Guillaume du Dreseuc de faire officier par seneschalerie ou autrement des feaulx et subgets de Mgr oudit terrouer ecepté des evesques de Nantes et des barons obeissants à cette court. La volonté de contrôle est réaffirmée le 3 mars 1461 où le Conseil rappelle que tous les officiers du rang de sénéchal, alloué ou procureur doivent servir exclusivement le duc. Un autre cumul est possible lorsque le siège épiscopal est vacant, l’alloué ducal peut être alloué des régaires. Exceptionnellement, à Jacques du Verger a été confiée une mission diplomatique : il est le 29 novembre 1483 l’un des signataires de l’accord passé avec la Castille concernant les conditions de navigation34.

  • 35 AP Guérande, vol. II, f° 6 v° ; ADLA, E 1227/4 ; ibid., B 32, f° 21 v°.

39La simple mention de lieutenant est délicate à interpréter. Le 9 mai 1532, est cité un lieutenant et juge ordinaire de la court de Guerrande. Il est l’assistant du sénéchal et de l’alloué ; il peut officier en leur absence ou dans des cas particuliers, ainsi le 12 février 1530, lors d’un procès qui oppose Pierre Gastinel, alloué, et Pierre Jouan, procureur de Guérande. On retrouve l’origine locale des titulaires, la présence d’hommes ou de familles connus pour une activité de passeur à la cour et une ascendance noble (annexe 3)35.

  • 36 ADIV, 1 F 1123 ; J. Kerhervé, Catalogue…, p. 12, 119, 600 ; ADLA, E 680 ; ibid., E 198/24 ; supra, (...)

40Le procureur défend les droits et les intérêts du seigneur. Il seconde l’action du receveur dans les cours de justice. Peu après 1433, il reçoit 12 L de gages. La liste fait alterner des noms connus par ailleurs (annexe 4) : Monde Radowell, Éon Denisot, Jean Blanchet, Pierre Raboceau, Yves du Bésit, Amaury de Quenechquivillic, Jacques de Saint-Mallon, et des noms du terrouer : Martin Gouere, Jean Le Teixero, Nicolas Thébaud qui sont des membres de la petite noblesse engagée dans le monde judiciaire. Jean Calon, Pierre Jouan, Pierre Gastinel sont issus de familles connues pour leur activité maritime au Croisic. Jean Calon offre un profil nouveau en s’affirmant hors du pays guérandais : le 26 juillet 1488, il est maître des requêtes36.

  • 37 Ibid., E 1230/1 ; ibid., E 74/14, f° 54 v° ; ibid., E 198/30, cité encore en 1470, ibid., E 242/7, (...)

41On trouve encore des officiers subalternes : un commis de cour, George Chereau, qui tient, le 25 février 1525, au nom du sénéchal les plez sur semaine ; un lieutenant du procureur : Jean Prior avant 1417, Alain Guillart le 27 août 1463, Philippe Lucas le 15 octobre 150937.

  • 38 Ibid., E 74/14, f°1, 21, 73 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 247, 2691 ; ADLA, B 2, f° 72 v° ; ibid., (...)

42Le fonctionnement de la justice exige des greffiers, des clercs, des sergents. Des gardes des papiers et des sceaux sont connus : Pierre Gouere, Jean du Dreseuc, Guillo Arsal, Jean Prior, avant 1417 ; Maubruny d’Ust en mars 1406 ; Guillaume Gillet le 8 octobre 1432 ; Guillaume Coustellier se décharge de sa fonction par une lettre au chancelier, et le 6 décembre 1461 Guillaume Le Teixero est institué ; Philippe de Fresnay avant le 4 août 1487 occupe la fonction, à cette date il est destitué et remplacé par Pierre Le Laceur ; Yves du Bésit, en novembre 1490, afferme l’office pour 60 L ; Jean Laragon l’exerce le 15 mai 1500 ; La Rochière et Pierre Mouraud sont mentionnés le 14 octobre 1522 ; Helenus Baye, le 28 septembre 1530, est greffier ordinaire de la cour ; et Jean Sécillon, le 10 août 1547, est nommé par lettres patentes du roi à l’office de greffier civil et ordinaire38.

  • 39 Ibid., B 9, f° 166 v° ; ibid., G 389 ; ibid., E 74/8, f° 3 v° ; ADM, 9 J 6, Guérande, Saint-Molf.

43Les sergents sont des exécutants. Un mandement du 25 novembre 1480 concernant la juridiction de Guérande rappelle qu’ils ont à s’informer des rachats, sous-rachats, des ventes et autres droiz et adventures et par chacuns generaux plez en faire rapport au receveur. Ils signifient les amendes, sont chargés de les lever et éventuellement de procéder à des saisies. En 1332, trois sont cités : Jean Dauray, Éon de Noyal et Perrot de La Roche ; à cette date, la nouvelle réglementation limite leur nombre à deux pour le comte et deux pour l’évêque. Dans la réformation de la noblesse des années 1426-1430 sont nommés, Jean Le Flour, de Careil, et Perrot Lohan l’aîné39.

  • 40 ADLA, E 74/14, f° 78, 25 v°.

44Quelques clercs sont cités comme Jean Le Bouteiller qui assure la rédaction de l’enquête de 1411 ou Jean Le Loyeuc, clerc des délivrances communes en 141740.

  • 41 ADM, E 5106 ; ADLA, B 1520, f° 2540 ; ibid., G 32, f° 293 ; ibid., B 28, f° 124 v°. M. Jones, « Le (...)

45Autour de la barre de Guérande, gravite tout un petit monde de notaires et d’avocats. La liste en est longue : plus de 310 occurrences entre la fin du xive siècle et les années 1540, pour l’ensemble du pays guérandais. Cependant, la documentation – les signatures présentes au bas des actes – est inégale selon les époques et sans doute incomplète. Une baillee d’avocats, le 11 mars 1477, ne comporte pas moins de 22 noms. Leur présence illustre une des fonctions de la ville de Guérande. Le pouvoir contrôle la profession. Le 28 novembre 1506, le roi, reprenant des mesures antérieures, précise que l’on doit en rester au nombre des notaires et sergents institués du vivant de son prédécesseur et que les postes seront pourvus par le roi ou le chancelier. Cette mesure s’étend aux juridictions inférieures : le 26 avril 1541, le nombre des notaires de la juridiction de Crémeur est réduit ; le 14 juin 1541, le nombre des notaires exerçant dans les régaires de l’évêque est fixé à 24. La pratique de la résignation se développe : par exemple, le 8 juillet 1523, Jean Pineau, résigne entre les mains du chancelier en faveur de Yves Morio41.

  • 42 ADLA, 1 J 227/8, n° 4, ibid., 2 E 1350 ; ibid., B 21, f° 131 v°.

46La profession est occupée par des membres de la petite noblesse ou les cadets de la moyenne noblesse, sans exclure des roturiers et extraiz de basse condicion. De véritables dynasties se dessinent, ainsi des Kerpoisson exercent des charges notariales de 1399 jusqu’en 1506. Un certain niveau de connaissances et de pratique est exigé, mais ces règles peuvent être contournées : dans une lettre de rémission du 16 juillet 1513, il est fait état de Pierre de Pleumangat devenu notaire de la court du seigneur du Parc sans savoir bien fere celuy office en maniere aucune42.

  • 43 Ibid., G 38, f° 45 ; ibid., B 1455.

47La barre ducale puis royale de Guérande est de basse, moyenne et haute justice, disposant d’une justice patibulaire à deux postz, puis à quatre piliers de pierre de taille qui est commune entre la cour ducale et celle des régaires ; entre 1500 et 1506, les piliers et la carrée sont haussés de deux pieds et demi. Elle est située près de Leveno à proximité du grand chemin de Guérande à Saint-Nazaire et de la lande commune43.

  • 44 Ibid., B 8, f° 140 ; ibid. B 34, f° 222 ; ibid., B 28, f° 200 v° ; ibid., E 641, f° 9 v°, mais 3 à (...)

48La barre ducale juge en première instance au civil et au criminel des affaires qui concernent les sujets du duc de la sénéchaussée, voire de ceux des vassaux de seigneurs possessionnés dans la circonscription si le duc a décidé l’évocation de leur cause devant sa cour ou s’il est question de contrats passés entre un seigneur et ses hommes ou encore d’affaires les concernant de retrait féodal. Elle juge en premier appel des jugements rendus par les tribunaux des seigneurs vassaux du terrouer, la hiérarchie judiciaire suivant la hiérarchie féodale. Les affaires sont évoquées aux pletz sur semaine qui peuvent être présidés par l’alloué. À la cour même de Guérande, l’appel d’un officier à son supérieur hiérarchique est possible. Des affaires se règlent en présence du sénéchal aux plaids généraux qui se tiennent quatre à cinq fois par an. L’appel ressort au sénéchal de Nantes, jusqu’à la réforme de 1532, comme pour tout le comté nantais, et de là au parlement de Bretagne, et éventuellement dans les deux cas prévus par la Coutume au parlement de Paris. Pour les sentences rendues par le sénéchal des régaires, l’appel se fait aux grands jours de l’évêque, et s’il est interjeté au parlement de Bretagne, l’appelant étant passible d’une amende de 60 s au profit de l’évêque si l’appel est rejeté. En 1459, l’évêque de Nantes, Guillaume de Malestroit, prétend qu’il existe un autre degré hiérarchique avec la possibilité d’un appel de toutes les décisions du parlement de Bretagne vers le parlement de Paris ; le 28 novembre 1477, l’évêque Pierre du Chaffault revient à l’orthodoxie juridictionnelle. En raison du principe de la justice retenue, le duc peut décider l’évocation d’une cause à la cour de Nantes ou au Conseil. Des procédures de dépaysement sont connues, elles visent à dessaisir les juges locaux d’une l’affaire qui est alors confiée à une autre juridiction ; ainsi, le 16 septembre 1503, un marchand anglais obtient-il évocation au Conseil pour une affaire commerciale l’opposant à Jacques Le Gruyer et Jean Moysan obstant que oudit Guerrande il ne peult avoir la raison sur les suspects. Dans ces derniers cas, l’appel reste possible des décisions prises44.

  • 45 ID., ibid., p. 65-66 ; ADLA, B 27, f° 133 v°-136 ; ibid., B 34, f° 221 v°-222.

49Les affaires criminelles échappent à la règle d’appel de degré en degré : l’usage est que les hauts justiciers condamnaient au matin et faisaient exécuter au midy. Cependant, la rémission par le pouvoir ducal puis royal est possible : ainsi en juin 1522, Jean Glévian et encore le 13 novembre 1532, Jean Bernier, l’un et l’autre arrêtés pour meurtre et sujets de la cour de Campsillon en bénéficient45.

  • 46 Ibid., E 1227/4 ; ibid., B 24, f° 132 ; ibid., 28 J 55 ; ibid., B 25, f° 210-212 ; R. Blanchard, L (...)

50L’importance de la recherche de témoins et les discussions sur le caractère acceptable de leurs productions sont des phases importantes de la procédure. En 1499, l’usement de la cour de Guérande précise : quant homme noble produyt ses hommes de foy et qu’ils sont nobles… et principalement ceux qui tiennent maison et estage d’iceluy seigneur qui les produyt, ils ne peuvent être retenus. Cette phase peut occuper plusieurs séances des plaids sur semaine qui ont le lieu le samedi, le juge étant en chaire. On a recours aux preuves écrites – production d’accords ou aveux antérieurs – mais les témoignages oraux sont importants, ce qui, avec le jeu des defailles, conduit à l’allongement de la procédure : une contestation à propos de l’exemption de fouage réclamée par les hospitaliers en faveur de leurs tenanciers à Mesquer dure du 1er février 1478 au 16 février 1484. C’est le désir de clore la procédure et d’en limiter les frais et les tracas qui est invoqué pour justifier les transactions entre les parties dont le contenu est noté dans des actes notariés. De tels accords interrompent le cours de la justice et pacifient les rapports civils. Il existe encore des possibilités d’accords amiables préalables : un acte du 7 mars 1451 laisse à l’appréciation de deux personnes l’estimation de la dette à acquitter et en désigne une troisième pour trancher en cas de désaccord ; le 16 juillet 1471, sont évoqués des aimables compositeurs intervenus à propos d’une succession, ceux-ci sont désignés avec l’accord des parties et la cour entérine la décision prise. Cependant, tout transact peut être remis en cause devant la justice46.

  • 47 Ibid., B 24, f° 152-153 v° ; ibid., B 28, f° 107-108 v° ; ibid., B 26, f° 120-120 v°.

51Après certains forfaits, le refuge dans un lieu sacré ou la fuite qui met le coupable hors de portée de l’autorité publique, apparaissent et ouvrent la voie à des accords entre les parties. Ainsi, avant le 25 juin 1521, les parents de Philippe Kermeur (le meurtrier) et la femme et les parents de Jean Mousset (la victime) font-ils appoinct et transact qui paraît dans l’argumentaire de la défense pour l’obtention de la lettre de rémission47.

  • 48 Ibid., B 9, f° 165-167 ; ibid., B 27, f° 211 v° ; ibid., B 34, f° 105 v°.

52Le 25 novembre 1480, un mandement dénonce le mauvais fonctionnement de la justice civile et gracieuse à Guérande. Il est fait état de pluseurs fraudes et abbus commis par les clercs ordinaires et d’offices, les gardes des pappiers et les sergents. Une liste de conduites répréhensibles est dressée dont la correction appelle une série de mesures. Il devra être fait un papier cartulaire d’office et ung autre d’ordinaire de grans volumes dont les feuillets seront nombrez qui seront donnés aux clercs et gardes des papiers afin d’y enregistrer les taux, deffailles et amendes. Les clercs devront prêter serment devant les juges de se conduire loyaument. Ils devront faire le retraict des taux et amendes au mois d’août afin que ceux-ci puissent être établis par les juges et les rôles transmis aux sergents, le receveur étant appelé pour procéder à l’apurement des comptes. Les sergents s’informer des rachaz, soubz rachaz, ventes et autres droiz et adventures et en faire rapport au receveur. Les héritiers des notaires et autres détenant les merches, notes et registres des notaires décédés devront les présenter au receveur, et en cas de refus, ils seront ajournés devant le Conseil. Les notaires et passeurs devront présenter leurs registres et faire leur rapport aux prochains generaulx plez des contrats, des grez et octroiz, une fois l’an. Tous les actes passés devront être scellés. Le procureur est chargé de faire les poursuites nécessaires. La privation des offices peut être prononcée, alors que le non-respect de ces mesures tombe sous le coup de la peine de faulczonnerie et de 100 L d’amende. Ces mesures furent-elles appliquées, Les pratiques délictueuses continuent : le 14 octobre 1522, mandement est donné pour contraindre touz autres qui ont et gardent les livres et pappiers d’office à les exhiber ; le 29 mai 1532, il est fait commandement à certains notaires de passez les grés de certaine division et donaison48.

  • 49 Ibid., B 123 ; ibid., B 14, f° 34 v°, ibid., B 19, f° 62 v° ; ibid., B 24, f° 203, ibid., B 38, f° (...)

53La partialité des juges est évoquée, sans que l’on puisse savoir s’il s’agit d’une figure convenue. Un acte du 5 août 1480 émané de la chancellerie reprend des arguments de Geoffroy Le Goyc, tres bon marinier, faisant valoir que ses adversaires par moyens exquis et par fatigues veulent l’ennuyer et qu’ils sont fort aliez des juges, advocatz et notaires de ladite court de Guerrande et y ont de grans supportz et faveurs. Le 11 mars 1503, Pierre de Rosmadec en procès avec Jean Jouan, fils et héritier d’un receveur ducal, le désigne comme parent et affin de plusieurs des juges, avocatz et notaires. Parfois une enquête est ordonnée, touchant la suspeczion alleguee49.

  • 50 Ibid., B 22, f° 104 v°-106 v°, 188 ; ibid., B 25, f° 210-212.

54La rigueur judiciaire ne paraît pas être la même pour tous. D’après une lettre de rémission du 30 juin 1515, il est fait état d’un meurtre commis par le médecin Jean du Pommier, le 20 août 1514, mais il n’y a pas trace d’arrestation, ni de fuite du coupable à qui il est accordé, le 13 décembre 1515, un nouveau délai pour faire publier sa grâce. Des nobles peuvent, le cas échéant, être mis en prison, ainsi, avant le 15 décembre 1520, Robert de La Pommeraye, sr d’Heinlex, pour entrave à la justice50.

  • 51 É. Port, « Alain Bouchard, chroniqueur breton », AB, 1924, p. 517-522 ; BNF, ms fr 5503, f° 161v°- (...)

55L’application des sentences peut s’avérer difficile. Par deux fois, en 1471 et le 29 février 1540, l’application de décisions de justice concernant des affaires maritimes et ordonnant des restitutions de biens aux plaignants provoque, au Croisic de véritables manifestations. En 1471, le sergent d’armes ducal et Jean Sorel, serviteur d’André Spinolle, sont traités de maulvese et traiteuse maniere, et J. Sorel dépouillé de 10 écus, d’un signet en or et d’un diamant. En 1540, commision est donnée à Marc de Carné, capitaine de Guérande, de procéder à l’exécution de la sentence prononcée contre les maîtres pilotes qui ont dévalisé en mer des navires portugais et dont l’application, tentée une première fois, a échoué en raison d’une émotion populaire : le sénéchal de Guérande, le procureur ducal, un greffier et quatre sergents chargés de saisir des biens étant confrontés à un grant nombre de gens, tant hommes que femmes, évalué à 300 ou 400 estant tant es maisons que parmy les rues vociférant et criant « tue, tue », qui leur portent des coups de baston et de pierres et font plusieurs autres excès, insollances, forces, viollances. Les Croisicais acceptent l’exercice de la justice comme une chose légitime quitte à le contester dans la pratique, les révoltes ouvertes étant rares. Dans nos exemples, la première révolte peut être interprétée comme une réaction contre André Spinolle qui a dénoncé un accord passé, la seconde étant dirigée contre la justice ducale51.

  • 52 ADLA, E 128/19 ; ibid., B 14, f° 64 ; ibid., B 18, f° 232-232 v°, ibid., B 19, f° 62 v°, 91 v°, 15 (...)

56Au début du xvie siècle, la non-résidence du sénéchal et de l’alloué est l’objet de plaintes. Dans les remontrances, non datées, adressées à la reine, le chancelier dénonce le deffault de service de certains officiers. Il propose que les sénéchaux résident et que seul le cumul avec l’office de conseiller demeure puisqu’il s’accomplit par quartiers. Guérande n’échappe pas à ces problèmes : le 9 mai 1503, une évocation à Nantes est justifiée par le fait qu’à environ ung an que les plez de ladite court ne tindrent ; le 19 décembre 1509, les sénéchal et alloué sont dits absents sauf trois à quatre fois l’an pour les pletz generaux ; le 8 mai 1510, les causes en sont dénoncées : le sénéchal Guillaume Le Bigot réside à Saint-Brieuc et l’alloué Hervé de Quelennec dans le diocèse de Cornouaille. Le 17 août 1518, il est précisé que le sénéchal et l’alloué ne y hantent que à plez generaulx et que la justice est rendue par le lieutenant ; le 9 mai 1535, le procureur général enjoint l’alloué à venir exercer son office ; le 29 décembre 1535, il lui est fait commandement de résider oudit lieu de Guérande et d’y venir deux mois pour exercer son office sous peine de suspension52.

  • 53 Ibid., 198 J, ibid., 2 E 692 ; ibid., B 8, f° 91, ibid., B 9, f° 60, ibid., B 22, f° 37 v° ; ibid.(...)

57La fonction judiciaire de Guérande est renforcée à l’échelon local par le fait que des juridictions seigneuriales siègent à l’auditoire de Guérande. D’autre part, les officiers de justice peuvent être commissionnés pour intervenir dans les affaires qui se déroulent à proximité du terrouer ; ainsi, le 13 mai 1477, pour une affaire fiscale concernant la paroisse de Missillac dont la barre supérieure est Nantes, et encore le 13 mai 1480, puis le 13 mars 1515, dans des procès concernant Assérac. Ils peuvent être appelés avec d’autres : le 10 septembre 1462, avec ceux de Nantes pour enquêter à Donges où il est fait état de défaut de réparations au prieuré ; le 3 décembre 1464, à propos de braconnage commis dans les étangs du château de Ranrouët ; le 18 janvier 1533, pour faire appliquer une sauvegarde concernant les droits de Pierre du Verger concernant une tombe, enfeu et armoiries en l’église d’Assérac ; le 12 avril 1467, avec ceux de Vannes, ils enquêtent à propos de certains exceis au passage de La Roche-Bernard ; le 9 novembre 1473, avec ceux de Nantes et de Vannes, ils sont saisis de l’affaire d’une batue et rupture d’armes dont est victime Jean de Condest en l’église de Missillac ; le 7 juin 1508, avec ceux de Nantes, ils sont délégués pour faire appliquer une reintegrante de certaine ceinture et armoiries dans l’église d’Herbignac en faveur du sr de Tréguz53.

  • 54 Ibid., E 74/14 ; ibid., B 23, f° 241.

58À l’inverse, des enquêtes concernant des aspects de l’organisation administrative sont confiées à des commissions d’officiers extérieurs au terrouer : c’est le cas en 1417, et le 8 juillet 1517 à propos de la forme ancienne du departement des saulx dont l’information revient aux juges de Nantes ainsi que la connaissance des oppositions éventuelles54.

Guérande, chef-lieu de circonscription militaire

59La ville l’est d’un double point de vue : celui de l’administration militaire générale et celui de la défense locale pour laquelle il convient de préciser sur quoi elle s’appuie, avant de préciser la zone dépendante de Guérande, puis d’envisager la défense côtière.

  • 55 R. Blanchard, Lettres…, n° 1622 ; ADLA, B 5 f° 118bis, ibid., B 8, f° 10-11 ; dom Morice, Preuves…(...)

60Dans l’ordonnance du 20 mars 1425 pour l’armement des gens de commun, deux circonscriptions pour l’évêché de Nantes sont distinguées : le terrouer et le reste de l’évêché. Cependant, le 10 octobre 1467, et encore le 24 janvier 1477, les circonscriptions sont plus classiques avec la distinction deczà et oultre Loire. D’autres fois, la convocation s’étend à l’ensemble de l’évêché, ainsi les 6 juillet 1475, 23 mai 1480, 12 mars 148755.

  • 56 Ibid., B 6, f° 142-143 v°, ibid., B 10, f° 175-176 v° ; ibid., B 5, f° 8 ; ibid., B 6, 47 v°-49, 5 (...)

61Pour les montres des nobles, anoblis et sujets aux armes, la convocation peut s’étendre à l’évêché – les 7 août 1468 et 12 mars 1487. Mais le plus souvent, on distingue entre deczà et delà la Loire – les 16 janvier 1467, 12 mars 1468, 8 avril 1468, 28 juin 1468, 27 juillet 1471, et 2 mai 1472. Il peut s’y s’ajouter le terrouer de Guérande, les 4 novembre 1431, 10 juillet 1458, 11 août 1462, 4 septembre 1463, 6 avril 1467, en 1470, 16 août 1475, et 13 février 147756.

  • 57 Ibid., B 5, f° 61 v°, 65 v° ; dom Morice, Preuves…, t. III, 201, 282, 322, 402, ADLA, B 8, f° 4-5 (...)

62Le 5 mai 1467, sont convoquées ceulx de la juridicion de Guerrande et fiez enclavez à Guerande, cette ville étant l’un des quatre lieux de rassemblement indiqués. Parfois, l’ordre donné vise à regrouper les hommes du terrouer en un autre lieu : à Pontchâteau les 19 avril 1469, 10 janvier 1477, 23 novembre 1479, 24 mars 1480, 3 août 1480, 24 juin 1481 ; à Savenay le 3 avril 1487 ; Missillac le 3 octobre 1489. Le terrouer reste une base de mobilisation pour les hommes levés au titre du ban et de l’arrière-ban entre 1516 et 1528 où des gentilhommes du terrouer sont rassemblés à Saint- Mahé et Brest. Il arrive encore qu’ils soient associés à d’autres sujets aux armes, ainsi le 12 août 1467 avec ceux de la baronnie de la Roche-Bernard et de la vicomté de Donges pour des montres convoquées pour le 29 août à Lohéac. Enfin, Guérande peut être le point de rassemblement de contingents variés : le 9 septembre 1487, ordre est donné aux sujets aux armes des évêchés de Nantes, de Cornouaille et ceux dépendant des juges de Vannes, d’Auray et d’Hennebont d’être le jeudi suivant à Guérande ; cependant, dès le 20 septembre, ceux de Vannes, Auray et Hennebont se rassemblent à Auray57.

  • 58 R. Blanchard, Lettres…, n° 2688 ; BNF, ms fr 11542, ADIV, 1 F 629, f° 29 ; A. de Barthélémy, Mélan (...)

63Le terrouer peut être le lieu où se constituent des troupes destinées à être dépêchées en renfort : en 1431, 76 compaignons, tant arbalestriers, archers que mariniers et 13 gentilz hommes en 2 baleiniers remontent la Loire pour apporter de l’artillerie pour faire la guerre à ceux de Saint-Florent ; le 12 juin 1485, Guillaume Calon doit choaisir et assembler 800 bons corps et les mener au port de la Fosse de Nantes ; et encore lors de la guerre d’Indépendance. Le pays guérandais peut fournir des vivres pour l’armée, les 14 août 1468 et 8 avril 1487. Parfois la mobilisation est générale : le 11 août 1468, commission est donnée aux sires de Trévecar et de Théhillac d’aller au terrouer de Guérande et mectre en appareill d’armes tous les habitants de quelque estat qu’ilz soint, puissans de porter bastons, et de les conduire auprès du duc ; un mandement du 13 août 1468 précise que tous les gens de commun estat, mariniers et autres puissants de porter bastons, doivent rejoindre Redon et Châteaubriant. Il peut être fait appel à des corps de métiers : lors du siège de Nantes, des charpentiers et de la main d’œuvre sont appelés. Financièrement, les habitants sont encore sollicités par des contributions exceptionnelles58.

  • 59 Ibid., B 11, f°9, 48 v°-49, 68 v°, 79-79 v°, 148, 158 v°, 180 v°, 225, 259 v° ; ibid., B 10, f° 21 (...)

64Les évènements militaires et féodaux peuvent conduire à la définition d’une nouvelle circonscription militaire. Jean de La Verue est nommé lieutenant général au terrouer de Guérande, puis, le 25 octobre 1487, son ressort s’étend de la baronnie de la Roche-Bernard et à la vicomté de Donges, et il en est ainsi encore en 1488. Dans cette circonscription, Pierre du Chastel est institué le 2 juillet 1487 lieutenant du prévôt des maréchaux. D’autre part, Guillaume Calon est nommé le 14 août 1488 capitaine général du terrouer de Guerrande tant à la mer que à la terre. Cette situation ne va pas sans problème d’affectation des revenus : le duc fait savoir le 19 décembre 1487 qu’il n’entend pas que Jean de Chamballon jouisse de tous les revenus revenant précédemment au capitaine59.

  • 60 M. Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, 4 vol., Mayenne, 1981-1982, t. IV, p. 21 ; M (...)

65M. Planiol voit dans le pays guérandais une région militaire particulière. M. Nassiet, pour la côte nord de la Bretagne, met en relation l’importance quantitative de la noblesse avec le besoin de défense des côtes donnant naissance à toute une population de limitanei auxquels un fief a été donné. Cette hypothèse peut être reprise pour le pays guérandais60.

  • 61 ADLA, E 151/11-12, ibid., B 12838/1, f° 93, ibid., E 1169, f° 12 v°-13 ; ibid., B 12838/2, f° 386 (...)

66Autour du pays guérandais, la défense s’organise autour des châteaux : Lorieuc, lié à la vicomté de Donges ; Ranrouët, à la seigneurie d’Assérac ; la Bretesche, à la baronnie de La Roche-Bernard. Chacune de ces places dispose d’un capitaine particulier61.

  • 62 G. de Saint-André, C’est…, v. 3412-3425 ; ADLA, B 1482, f° 1.

67Dans le pays guérandais, Guérande est une ville fortifiée. À Saint-Nazaire, vers 1380, existe un chastel qui disparaît ensuite puisque, le 20 avril 1564, est évoqué l’emplacement du château et forteresse où est à présent l’église paroissiale. Le Croisic est doté d’un ensemble de défense particulier participant à la défense côtière62.

  • 63 Ibid., E 129/18-19.

68Le ressort des zones astreintes au billot, au guet et à l’obligation d’entretien des douves donne l’étendue du secteur militaire de Guérande. Le 16 novembre 1461, le billot se lève en la ville et paroisse de Guérande, et dans les paroisses de Piriac, Saint-Molf, Mesquer, Saint-Lyphard, et à Pénestin, circonscription que l’on retrouve citée ensuite63.

  • 64 R. Blanchard, Lettres…, n° 2659 ; ADLA, E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17, ibid., B 12, f° 83 v° ; ibi (...)

69Les lettres de non-préjudice obtenues le 19 juillet 1415 par Jean d’Ust, indiquent qu’à cette date Saint-André-des-Eaux et Saint-Nazaire sont incluses dans le ressort du billot de Guérande. Ce n’est plus le cas ensuite, puisque les Nazairiens s’opposent à la décision prise par Pierre II qui, en raison des eminens perilz de guerre et de l’urgence des reparacions à faire à Guérande, leur impose une contribution de 40 L. Ils font valoir qu’ils ne sont pas sujets à la garde ni à la reparacion de Guérande, qu’en temps de guerre ils ne se réfugient pas dans cette ville, qu’il leur a été imposé un guet de coste de la mer et l’armement de six archers. Pierre II, dans sa réponse le 28 novembre 1454, fait état de sa volonté de ne pas contraindre de façon perpétuelle les Nazairiens à contribuer et il les exempte du billot concernant la ville de Guérande. Anne confirme l’exemption le 28 janvier 1490. Une lettre de Louis XII, le 22 mars 1508, fait état des plaintes des paroissiens de Saint-Nazaire selon lesquelles Antoine Sorel, fermier du billot, entend faire payer des vendeurs de vin de Saint-Nazaire, prétention allant à l’encontre de l’exemption dont la paroisse s’estime dotée. Le 29 mars 1508, l’affaire est portée devant la cour de Saint-Nazaire, puis devant celle de Guérande qui confirme l’exemption. Cependant, le lieutenant de Guérande refuse d’appliquer la sentence rendue. L’affaire rebondit lorsque Bertrand Kerarays (Karaès) et Jean Sorel, sous-fermiers du devoir du billot du terrouer de Guérande, assignent en justice Jean Hervé détaillant de vin à Saint-Nazaire. Ce dernier en appelle à l’alloué. Il s’ensuit une intervention de Jean Paulmier, procureur du corps politique, qui entend conduire l’affaire car elle touchoit l’interest d’icelle paroisse, à quoi s’opposent les sous-fermiers. Aussi le mandement royal vise-t-il à ordonner à la cour de Guérande de sentencier et determiner par briefs jours64.

  • 65 R. Blanchard, Lettres…, n° 1451 ; ADLA, E 74/62, f° 10 ; ibid., B 6, f° 136 ; ibid., 47 J 2 ; AM N (...)

70Le devoir de guet, converti avant 1420 en un acens par deniers, touche cieulx qui en sont du destroit. Le 5 octobre 1420, le duc interdit une telle levée, sauf en cas de défaillance afin de fournir un remplaçant. Le guet est personnel et, ordonné raisonnablement, nulle excuse n’est autorisée en raison de la qualité des forteresses – Guérande et Le Croisic – et du nombre de ceux qui y sont soumis. L’application de cette mesure est remise en cause avant 1459, date à laquelle l’évêque de Nantes dénonce la levée dans la paroisse de Guérande d’un cens de guet s’élevant à 6 s 8 d, alors qu’il n’est pas fait de guet. En cas de danger, le guet et la garde personnels sont imposés, ainsi, le 21 juillet 1468 à ceux de la ville de Guérande et leurs circonvoisins. Le danger passé, on revient au cens de guet : le 20 mai 1469, la mention de 7 s pour un guettor paraît concerner la place de Guérande. Dans une enquête du 18 mars 1558, le devoir de guet de Guérande se monte à 5 s par chascun mesnaige et par an. Sur place, la défense se complète parfois avec une garnison installée dans la ville65.

  • 66 ADLA, B 10, f° 206 v°-207 v° ; ibid., B 11, f° 200 ; ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17, ibid., (...)

71Le 9 mai 1487, en raison de l’impossibilité de financer les travaux nécessaires à l’entretien des douves à partir des deniers ordonnés par le duc à la reparacion de la ville, le capitaine est autorisé à faire appel à ceulx qui ont accustumé à ce besongner et contribuer, c’est-à-dire à tous les habitants de Guérande et de ses faubourgs et es environs. Le 12 juin 1488, l’ordre est réitéré : les paroissiens de Guérande, Batz, Escoublac, Saint-Lyphard, Saint-André-des-Eaux, Saint-Molf, Piriac et Mesquer sont concernés, c’est-à-dire l’ensemble du terrouer moins Saint-Nazaire. Le 28 mars 1490, les capitaines estans en Guérande étant autorisés à faire appel aux habitants du terrouer, ils paraissent avoir fait appel aux Nazairiens, ce qui suscite leurs plaintes, auxquelles répondent favorablement Anne et Maximilien66.

  • 67 Ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17 ; Chronique du religieux de Saint-Denys contenant le règne de (...)

72La défense côtière comporte des éléments permanents avec les châteaux du Croisic, et temporairement de Saint-Nazaire. D’autre part, le 28 novembre 1454, est mentionné un guet de mer imposé par Pierre II aux paroissiens de Saint-Nazaire qui s’appuie sur les francs archers mis en place en 1425. Surtout, en cas de danger, des mesures sont prises. En août 1404, des milices populaires sont mentionnées : des paysans armés de bâtons, d’arcs et d’arbalètes repoussent une descente anglaise. Le 3 septembre 1462, Bertrand du Chaffault et Robert Lespervier reçoivent ordre de se transporter es costes du terrouer pour les mettre en état de défense face aux Anglais. En 1468, les mesures sont précisées : le 4 juillet, il est ordonné à tous les maîtres de navires, mariniers et autres subgitz frequentans la mer et residens esdites costes, de s’armer, s’embastonner, d’avitailler leurs navires et faire la guerre à la mer et à la terre ; le 21 juillet, il est demandé à tous ceux qui restent à terre, manans et habitans du terrouer tant bourgeoys, marchans, mariniers, laboureurs que autres de commun estat, à eulx embastonner et mectre en point d’armes chacun selon sa faculté et de faire guet et garde, ceux des costes de la mer et des environs esdites costes, tour à leur ranc et tour, et d’être présent à des montres. Une mesure générale de même objet est prise le 27 mai 1477, et encore le 15 décembre où il est ajouté qu’en cas d’alerte de faire feuz, fumees, son de campanes et autres signes afin de permettre de faire resistance. Le 28 juillet 1480, il apparaît que la garde-côte concerne tout le secteur côtier. C’est dans ce cadre que sont tenues, le 19 juin 1488, des montres des gens de baz estat des parties de Guerrande et du Croisic67.

Guérande, chef-lieu de circonscription ecclésiastique

  • 68 A. Longnon, Pouillés…, XLVII-XLIX, p. 261-265, 270, 289-290, 296, ADLA, G 112 ; Cartulaire de Redo (...)

73Le pays guérandais se place à l’intérieur de l’évêché de Nantes dans le doyenné de La Roche-Bernard. La présence du chapitre crée une situation particulière : lors de la levée des impositions ordonnées par le pape, à la fin du xive siècle, les paroisses de Guérande, Mesquer et Saint-Molf n’apparaissent pas ; seules les paroises d’Escoublac, Saint-André-des-Eaux, Saint-Lyphard et Saint-Nazaire sont soumises au denier de Saint-Pierre dû au chapitre cathédral ; chaque évêque de Nantes ne peut exercer à Guérande qu’une seule fois son droit de visite68.

  • 69 L. Maître, « Situation… », p. 498 ; ADLA, B 739, f° 1-3 v° ; ibid., G 112, A. Longnon, Pouillés…, (...)

74Pour L. Maître, dans le pays guérandais, la plupart des cures sont à la nomination et à la collation des chanoines de la collégiale Saint-Aubin de Guérande. La situation est à préciser. On trouve des vicaires perpétuels : trois à Guérande, desservant les trois paroisses du lieu, nommés chacun par le chanoine qui a en charge la paroisse ; un à Batz, à la désignation de l’abbé de Landévennec. Le droit de collation aux églises d’Escoublac, de Saint-André-des-Eaux et au prieuré d’Escoublac revient à l’abbé de Saint-Florent, et pour le prieuré de Saint-Nazaire à celui de Saint-Aubin d’Angers. Les cures de Piriac, de Saint-Lyphard et du Croisic sont à la nomination de l’ordinaire, de même que les fermiers lorsque ceux-ci existent, comme à Batz en 1525. Les chanoines de Guérande ne donnent collation qu’aux chapelains affectés au service des chapellenies dont, par l’acte de fondation, le droit de patronage est réservé au fondateur puis à ses héritiers. Ce droit de collation s’étend au pays guérandais : c’est le cas de toutes les fondations connues dans la paroisse de Guérande ; à Piriac le 27 novembre 1414 ; à Saint-Lyphard le 13 avril 1516 ; à Mesquer le 28 juillet 1549 ; à Saint-Nazaire le 28 novembre 1549. Mais il y a des exceptions : un acte de procédure, le 24 avril 1484, pour la chapellenie de Saint-Pierre d’Escoublac, évoque la collation par le grand vicaire. Les chanoines de Guérande contrôlent les fondations : le 26 mars 1496, il est rappelé que Michel Le Pennec a créé une chapellenie, lui affectant divers biens qui après prisage sont estimés à 16 L, le chapitre jugeant la somme trop faible les héritiers ajoutent des biens à la fondation69.

  • 70 Ibid., G 97 ; ibid., E 74/8, f° 2 v° ; ibid., E 74/14, f° 81 v° ; ibid., G 539 ; ibid., G 716 ; ib (...)

75Guérande dispose d’une officialité. Elle est attestée dès 1268 ; en 1332, est mentionné Alain Le Suiche comme juge de ce tribunal. Son activité apparaît peu : avant 1411 Jean Le Floch se plaint d’avoir été jugé par la cour séculière de l’évêque alors que selon lui, étant clerc, il ne relève pas d’une telle juridiction ; en 1470, l’official intervient dans une contestation concernant le droit de présentation de la chapellenie Saint-Yves de Piriac ; le 19 mars 1478, dans une affaire d’héritage liée à l’application d’un testament ; le 29 octobre 1478, le contrat concernant une rente de 122 L vendue par Jean de Rohan à la collégiale de Guérande est passé devant l’officialité ; le 21 octobre 1488, ce tribunal est saisi d’une opposition entre le prieur de Faugaret et le chapitre de Guérande ; en mai 1503, la confrérie Saint-Nicolas pourra y citer certains de ses membres qui n’auront pas suivi les statuts de la confrérie. Dans le compte d’Antoine Sorel, receveur des régaires tant de l’espirituaulité que du temporel des régaires de Guérande entre 1500 et 1506, ne figure aucune recette ni dépense au titre de l’espirituaulité. Les appels de ses jugements ressortissent à l’official de Tours, ainsi en 1470 pour l’affaire concernant le droit présentation de la chapellerie Saint-Yves de Piriac. En août 1475, face à la volonté de l’évêque de Nantes de faire examiner les appels à Nantes, les paroissiens de Saint-Aubin précisent l’étendue des prérogatives appartenant à l’évêque de Nantes et à son official d’une part, et celles des chanoines de Saint-Aubin d’autre part. L’appel possible des décisions de l’official de Guérande est maintenu à celui de Tours ; cependant, en 1494 il est fait mention d’un appel fait par Alain Quelo et Julien Madic devant le grand vicaire de Nantes, alors qu’une affaire opposant des Croisicais est portée, au début du xvie siècle, devant l’officialité de Nantes70.

  • 71 Ibid., G 716 ; AP Guérande, vol. I, f° 57 v°, 40 v°, 50 ; N. Travers, Histoire…, p. 292 ; ADLA, G (...)

76Une telle juridiction s’accompagne d’un personnel : official (Jacques Cadoret en 1503, Guillaume Sécillon en 1516, Olivier Deno en 1527), promoteur (Guillaume Sorel en 1478, Roland Deno en 1503), secrétaire, et receveur (Antoine Sorel de 1500 à 1506). Les nominations en reviennent à l’évêque de Nantes ou à son chapitre en cas de vacances du siège, ainsi le 12 janvier 1532, le chapitre de Nantes nomme-il un promoteur et un secrétaire. Autour de ce tribunal, gravite un personnel de notaires apostoliques, tels le 21 août 1510, Guillaume Le Feuvre qui est prêtre et Pierre Saquet, notaire imperial le 14 mai 149971.

Guérande, chef-lieu de circonscription fiscale

  • 72 Dom Morice, Preuves…, t. II, 1154 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1605.

77Dans les constitutions du 12 février 1425, l’article 2 interdit d’exporter sans congié hors de Bretagne, par mer ou par terre, certaines denrées et précise que le contrôle se fait dans les ports, havres et villes des entrées et yssues du duché parmi lesquels figurent Guérande et Saint-Nazaire72.

  • 73 ADLA, B 2954 ; ibid., B 2, f° 44 v° ; ibid., B 3, f° 73 ; ibid., B 6, f° 3, 135 ; ibid., B brefs e (...)

78Les taxes portuaires sont levées en 1384-1386 par un receveur particulier, Jubin Regnaud. Puis, dans le cadre des ports et havres du comté de Nantes pouvant relever de la prévôté de Nantes, un certain nombre de fermiers sont connus : le 15 mai 1462, Michel Le Pennec, Jean de Cleuz, Guillaume et Jean Le Bosec et Jouan ; le 13 juin 1464, il est rappelé que Jean Spinole, Michel Le Pennec et autres ont été fermiers pour 5 ans jusqu’au 31 juillet 1462, et le 6 janvier 1468, Gillet Dauffay, Robert Boulaye, feu Ambrois Lomelin, Gilet Dauvine et Michel Le Pennec sont cités encore à ce titre. Des sous-fermiers aidés de commis complètent le personnel au moins pendant la période 1458-1488 avec : Guillaume Le Bosec en 1458 et 1459 ; Jean André en 1464 ; Jacquet Jouan en 1466 de qui Jean Thébaut est le commis en mai 1468 ; Jean Bruchet en 1488. Pour l’année 1489, on en revient à la régie et Jean Bouchart tient un compte pour les ports et havres de Guérande, dont le receveur est Raoul Quintin le 15 octobre 1511 ; en 1518-1522, Guion Guillemin est receveur des ports et havres du Croisic. En mai 1529, le roi ordonne d’instituer dans tous les ports des contrôleurs pour certifier au vrai des revenus73.

  • 74 J. Kerhervé, L’État…, p. 90 ; ADLA, B 2988, f° 12 v°, R. Blanchard, Lettres…, n° 2590, J. Kerhervé(...)

79Le terrouer de Guérande est, depuis Jean V, une circonscription de fiscalité directe, au même titre que des pays deçà et delà la Loire. Il peut disposer d’un receveur de fouage particulier, ainsi pour les levées ordonnées en juin 1426, mars et juin 1427, avec d’Ernaud Daniel. Le 21 novembre 1490, on relève le nom de Thébaud Erault et, le 11 mars 1528, celui Jean Berthelot commis à la recette des fouages74.

  • 75 J. Kerhervé, L’État…, p. 102-108 ; ADLA, B 3, f° 168, ibid., B 4, f° 39 ; ibid., B 5, f° 86, ibid.(...)

80Lorsque les receveurs ordinaires cèdent la recette de l’impôt des vins à des fermiers, Guérande est rattachée à l’évêché de Nantes. La fraude dans le terrouer ressortit aux juges ordinaires du lieu, ainsi le 28 novembre 1464, ou encore le 5 avril 1466. Des fermiers sont connus : le 22 juin 1467, Robin Bonnami pour le terrouer de Guérande et sans doute encore le 20 janvier 1468 ; Greffin Hillary est fermier général, le 11 mars 1480, avec Jean Le Comte et Pierre Roty, Guillaume Parthenay étant sous fermier ; en 1486, Julien Le Rouxeau et Alain Le Corre le sont également de Guillaume Juzel et Guillaume Spadine ; en 1488 et sans doute 1489, on trouve Marc Le Rouxeau et Éonnet Le Faulcheur ; le 14 octobre 1490, Julien Cadoret ; et le 15 novembre 1518 Geoffroy Georges et Jean Couronné. Des fermes particulières à l’échelon de la paroisse sont mentionnées : pour Guérande avant 1467 avec Pierre du Chastel et Greffin Hillary ; et au Croisic en 148775.

Le pays guérandais : sa place dans les circonscriptions linguistiques

  • 76 G. Buron, Éléments et propositions pour l’autopsie d’un dialecte breton, 1993, dactyl. ; J.-C. Cas (...)

81Le pays guérandais est réputé de parler breton. Le maintien jusqu’à une date très récente de cette langue à Batz – jusqu’entre 1880 et 1920/1930, et des bribes ont pu en être recueillies vers 1950, 1960, voire 1970 – a été souligné et mis en relation avec la distribution des sels vers la basse Bretagne. Au procès de canonisation de saint Yves, l’un des interprètes qui vient du pays guérandais et Nicolas, l’un des miraculés de Tréguier, originaire de Guérande, doivent parler breton. Assérac est concernée par la règle de l’idiome en 1444, ce qui signifie que le français et le breton sont parlés localement, mais le prône est dit en breton. Pour C.-J. Guyonvarc’h, le glossaire breton d’Arnold von Harff, chevalier originaire de Cologne qui est à Nantes à la fin de 1499 où il recueille 46 mots et 5 courtes phrases, appartient au « sous dialecte de Batz-sur-Mer ». En 1554, Jean Fonteneau écrit que la côte entre le Croisic et Saint-Brieuc s’appelle la Basse Bretaigne. Un document du 25 novembre 1634 montre les Piriacais s’exprimant en breton. En 1636, Dubuisson-Aubenay donne pour limite la Vilaine, en précisant, plus bas vers la mer, on parle breton et français76.

  • 77 AP Guérande, vol. I, f° 17 v°, 58 ; ADLA, E 198/29 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 83-84 ; ADLA, B (...)

82Le français est aussi employé. La toponymie des faubourgs de Guérande n’offre au xve siècle que deux toponymes bretons : la place du Marhalé et la rue de Coëtpouan. Le français est la langue des actes administratifs. Il est utilisé dans les registres de la confrérie Saint-Nicolas, même pour des vers intercalés. Le 23 août 1463, la mention dans une déposition des paroles telles ou semblables de Guillaume Jouan, lieutenant du capitaine du Croisic : « ne te chailles Jehan, je gouverne tout, nous sommes bien à ung de touz costés » est du langage parlé et ne paraît pas être une traduction. Le français est-il réservé aux élites, L’épisode de 1456, lors duquel les envoyés de l’archevêque de Tours, soupçonnés d’être au service du roi, sont retenus à Guérande, où ils sont pris à parti par la population, prouve qu’on y parle français. Le 9 février 1518, sont évoqués Jean Le Triballier et son frère, du village de Kermarquer en Noyal-Muzillac venus charroyer du vin breton à Tréhiguer : ils conversent en langage breton, ce qui semble, pour ceux qui présentent leur défense, devoir être souligné en ce sens qu’ils ne comprennent pas le français. Quant au dialogue coloré inséré dans une lettre de rémission du 4 avril 1534 entre l’Écossais Jean Tampson et une tavernière de Mesquer – celle-ci refuse de porter un couple de pain blanc au sr de Tréambert en disant « je porteroys aussi bien à lui comme luy », à quoi l’Écossais réplique « ne scavoir faict pour ce qu’il avoit deux couillons au derrière », et la femme « je les te vouldroys atachez aux yeulx pour te garer de la verolle » –, sa restitution ne paraît pas être le fait d’une traduction. Jean Tampson est à rapprocher de Thomas Tampson qui le 7 février 1520 est parrain d’un enfant né au Croisic, ce qui conduit à envisager une pratique du bilinguisme, voire du trilinguisme, pratique bien attestée dans les milieux religieux, administratifs, intellectuels – A. Bouchart en atteste –, et commerciaux77.

  • 78 J.-P. Pinot, « Les origines de la carte de B. d’Argentré », Kreiz, 1, 1992, p. 214-218, B. Tanguy, (...)

83Pour B. Tanguy, la limite qui figure sur la carte placée dans l’édition de 1588 de L’Histoire de Bretaigne de B. d’Argentré exprime une réalité linguistique. Elle fait apparaître Escoublac, la ville de Guérande, Herbignac et Assérac à l’est d’une ligne qui gagne ensuite la Vilaine. Mais une partie de la paroisse de Guérande est située à l’ouest ainsi que Le Pouliguen, Le Croisic – et donc Batz –, Mesquer, Saint-Molf. On remarque qu’Assérac, concernée par la règle de l’idiome en 1444, est notée comme francophone. Erreur de tracé ou recul du breton, Cette carte a dû être dressée à partir de renseignements précis sans doute donnés par l’application de la règle de l’idiome, aussi faut-il envisager la seconde hypothèse comme recevable. Mais cette limite exprime une réalité linguistique complexe marquée par la coexistence des langues. La pertinence de l’information permet la comparaison de cette carte avec celle des toponymes en ker- et ville- : elle fait apparaître un léger recul du breton dans le pays guérandais78.

  • 79 M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 142 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 274-275 ; dom Morice, Preuves…, t (...)

84L’administration ducale a, à diverses reprises, distingué entre Bretagne bretonnante et Bretagne gallo tant pour l’administration militaire que financière ou judiciaire. Lors de la grave crise de 1420, la mobilisation du pays guérandais apparaît dans une montre où sont cités des noms que l’on retrouve peu après dans la réformation de la noblesse. Ils font partie d’une armee pour le recouvrement de la personne du duc sous la retenue du sire de Rieux qui est l’un des quatre capitaines généraux nommés dont ceux ez parties de Bretagne Galou sont les sires de Chateaubrient et de Rieux. Ainsi du point de vue militaire, le pays guérandais relève-t-il de la Bretagne gallo79.

  • 80 ADIV, 1 F 1111, M. Jones, Recueil…, n° 1359 ; ADLA, B 128/8, M. Jones, Recueil…, n° 773 ; R. Blanc (...)

85Qu’en est-il pour les autres domaines de l’administration, Les indices sont ténus. Dans un extrait de compte figure un paiement à Robert Brochereul, pour ses gages de l’année 1389 de sa fonction de sénéchal de Guérande, ordonné par Jean du Fou, receveur général en Bretaigne gallou. L’anoblissement obtenu par Denis Baye, le 1er mars 1391, est décidé au conseil ducal en présence du receveur général de Bretagne gallo. En mai 1407, James Le Flazne, sénéchal de Guérande, est nommé commissaire pour enquêter en Bretagne bretonnante parce qu’il en poste en Bretagne gallo. On peut penser que lors de la crise de 1420, les mesures ayant été prises dans l’urgence, on s’est appuyé sur des limites déjà établies, celles des évêchés. Dans une liste dressée au cours du xve siècle des évêchés de la chrétienté, celui de Nantes est in Britannia gallicana et non in Britannia Britonizante. L’impression prévaut, mais il peut y avoir eu des différences selon les domaines et selon les périodes, que le pays guérandais fait partie de la Bretagne gallo du point de vue administratif. Cette distinction ne correspond donc pas à la limite linguistique80.

  • 81 ADLA, 1 E 260, f° 7 ; C. Estienne, La guide des chemins de France de 1553, éd. J. Bonnerot, 1936, (...)

86Il est possible que l’on ait conscience en pays guérandais de n’être pas en basse Bretagne. En témoignerait une mention dans un acte rédigé en 1495 où, à propos d’Henri de Tréanna, il est indiqué qu’il est de basse Bretaygne. Enfin, La guide des chemins de 1553 doit être relue avec soin. Charles Estienne, après avoir noté que dans les évêchés de Nantes, Vannes et Saint-Brieuc, on parle indifferemment Francois et Breton, distingue une basse et une haute Bretagne séparées par le langage. Il précise que la basse Bretagne est bretonnante et qu’elle commence vers la mer au Croisil, petite ville et port de mer auquel entre la riviere qui passe à Renes. Mais ensuite, dans la description des itinéraires on trouve : pour Redon, indiquée la présence du bras de mer qui mène au Croisic ; pour La Roche-Bernard, est encore cité le bras de mer qui relie le Croisic à Redon, avec la mention la est la mutation de langage dela de l’eau. N’y a-t-il pas confusion entre Tréhiguer situé sur l’estuaire de la Vilaine et Le Croisic, Ainsi la basse Bretagne ne commence-t-elle pas au « bras de mer », c’est-à-dire à la Vilaine81,

L’administration domaniale

L’exemple du compte d’Antoine Sorel, receveur des régaires en 1500-1506

  • 82 ADLA, G 38.

87L’administration des régaires est connue grâce au compte d’Antoine Sorel, receveur de l’évêque de Nantes tant de l’espirituaulité que du temporel de Guérande pour le temps de quatre ans et demy auquel s’est ajoutée une année, ce qui fait en tout cinq années et demy, entre le 1er novembre 1500 et le 1er mai 150682.

88Ce compte comporte deux cahiers. Le premier est le compte de la rendicion qui intervient le 30 mai 1506, à la fin de l’exercice comptable. Il est prévu au terme de celle-ci de revenir sur différentes opérations et le receveur doit appurer sondit depport dans un délai d’un an. Dans le second cahier, on trouve la date du 10 avril 1507 qui correspond à celle de l’échéance prévue, mais également la demande des veuffve et heritiers dudict deffunct d’estre dechargez des desportz. Elle est prise en compte. Le second cahier s’achève sur un paragraphe où figure l’expression fait et conclut, nous sommes, alors, le 4 juin 1516. Le second cahier qui est destiné à clore l’exercice comptable considéré : il s’agit d’un apurement.

Les hommes

89L’administration domaniale comprend un sénéchal, un alloué, le procureur, le receveur, le greffier et clerc d’office. Leurs gages s’établissent respectivement à 24 L, 16 L, 10 L, 20 L, 3 L 10 s. Les titulaires sont : Guillaume Le Bigot, Jacques Le Moël, A. Sorel (procureur et receveur), Jean Rogon, greffier.

  • 83 Ibid., E 239, f° 24 ; ibid., E 74/14, 25, 28, 50, 64 v° ; ibid., B 10, B 15, f° 108 v° ; ibid., E (...)

90Nous avons déjà rencontré G. Le Bigot et J. Le Moël occupant des postes analogues dans la sénéchaussée ducale. Cette confusion établit un lien particulier entre les deux administrations. G. Le Bigot est d’origine extérieure au pays guérandais et cumule des charges extérieures au terrouer ; ces caractères se retrouvent chez le seul autre sénéchal des régaires que nous connaissons : James Le Flazne en 1417. Il n’en est pas de même pour J. Le Moël, issu du terrouer et n’exerçant de charges qu’à cet échelon. La remarque vaut pour les autres alloués connus : avant 1400 Perrot Nicolas, Jubin Regnaud, Hervé Le Durce ; vers 1400 Olivier Hebebar, Pierre Gouere ; vers 1402 Yves de Henlées ; avant 1505 Pierre Le Bouteiller qui est aussi lieutenant ducal ; fonction à laquelle lui succéde A. Sorel le 29 novembre, qui est également en juillet 1509 procureur de la seigneurie d’Assérac. La remarque s’applique aussi à J. Rogon, sr de Cadouzan. Hormis pour les sénéchaux, nous sommes en présence d’hommes issus du milieu local, de la petite noblesse et du notariat83.

  • 84 ADLA, B 14, f° 103, AP Guérande, vol. I, f° 34 v°, ADLA, H 603, f° 11 v°, ibid., G 747, ADM, E 52, (...)

91A. Sorel paraît être le seul, parmi les noms cités dans le compte, engagé dans des activités financières. Il doit être le petit-fils de Jean Sorel, rencontré au service d’André Spinolle, et le fils de Pierre Sorel et de Jeanne du Chastel. Il est qualifié d’écuyer, sr du Couëdic en 1502, et sr de la Geleusie le 5 octobre 1509. Son activité notariale se suit du 6 octobre 1487 au 20 janvier 1500. En 1502, il est lieutenant de l’abbé de la confrérie Saint-Nicolas. Le 7 novembre 1505, il obtient une maintenue pour certaines armoiries en la collégiale de Guérande. Le 22 mars 1508, il est fermier du billot du terrouer de Guérande dont son frère Jean, est sous-fermier. Son testament, rédigé le 10 mai 1508, revient sur le compte tenu pour l’évêque faict au moyns mal que j’ay peu – modestie affichée qui convient à un testament –, mais les 30 s de rente accordés à Olivier Cavalen pour un appentize de maison et ung petit jardin qu’A. Sorel a fait démolir pour en faire un pourpris pour sa maison située intra-muros à Guérande révèlent une certaine rudesse et sans doute une âpreté au gain que l’on retrouve, peut-être, dans le procès pour prodigalité qu’il intente à Anthonine du Chastel, sa tante, le 19 décembre 1509. Il meurt le 29 janvier 1510. Au total, un homme de la petite noblessse assurant responsabilités juridique et financière. Il est intégré au milieu local, sa fille est promise au fils aîné d’Alain de Bogat. Volontiers adepte du cumul, il se révèle âpre au gain. Mais les postes occupés ne donnent au personnage qu’une envergure limitée84.

  • 85 Ibid., E 74/14, f° 1 v°, 44, 84 v° ; ibid., B 1520, f° 2140 v°-2141 ; ibid., G 38, f° 1 ; ibid., G (...)

92Son profil est à rapprocher des autres receveurs connus : 1386,, du Darun ; 1389, Hervé Le Durce ; Jubin Regnaud ; avant le 6 août 1407, Jean Baye ; 1450, Guyon Le Bouteiller ; 1455, Alain Huon dont le compte est fait le 3 avril 1462 ; avant le 24 août 1469, Pierre du Chastel ; avant le 2 juin 1489, Pierre Le Bouteiller ; avant le 1er décembre 1517, Julien Le Febvre, notaire ayant affermé des granges dîmières épiscopales ; avant le 7 novembre 1529, Jean Boullard, un autre notaire ; 4 juin 1540, Jean Broerec également notaire. Seul, Olivier Bonnet, cité comme fermier des régaires le 19 mars 1522, présente un profil différent : il est un chanoine de Saint-Aubin, prieur de Merquel85.

  • 86 ADLA, G 38, f° 4, 9 v°-14, 20 v°-24, 29 v°, 30 v°, 6 ; second cahier, f° 23, 36 v°, 37 v°, 46-46 v (...)

93Le compte d’A. Sorel mentionne un homme employé à clorre et ouvrir la cohue, Thomas Le Grain, qui fait aussi office de geôlier. Autour du receveur, gravitent des collaborateurs directs, des clercs parce que la recette est de grant travaill et qu’il ne povoit faire sans ayde, deux sergents, et celui qu’A. Sorel appelle son homme qui l’accompagne dans ses déplacements à Nantes. Un second cercle de collaborateurs, ceux-ci occasionnels, apparaît avec les bourciers et commis du chapitre : Pierre Catella, Guillaume Briend, Jean Chapelle, Cardin des Raz, Jean Gégo et encore Loisel, Le Febvre, Prévost chargés du departement des sels et des vins levés au titre de la dîme. Quant à Jean Bertrain, il est une sorte de coursier. Le receveur a encore recours à une main d’oeuvre occasionnelle pour traiter les raisins de la vendange, stocker le sel et en assurer la garde, s’occuper des grains mis en grenier, entretenir la cohue et le manoir épiscopal. Il se fait accompagner à Nantes par un avocat. Enfin, il est en relation avec les fermiers qui assurent la levée d’un certain nombre de revenus seigneuriaux. La liste, quoique incomplète, comporte une vingtaine de noms. Ils paraissent rester en activité peu longtemps, seuls les deux fermiers de la coustume ancienne sont les mêmes de 1501 à 1504. Ils sont intéressés par certaines fermes et peuvent associer des fermes analogues. Leur origine sociale est variée : un chanoine, Thébaud de Callac ; des prêtres dont Jean Chapelle ; des nobles dont François Baye et Jean Calon ; des notaires dont Olivier Éon. Avant le 4 septembre 1516, Jean Veron, sellier à Guérande, prend à ferme des granges avec d’autres86.

Les revenus

94Les revenus immuables, ceux quel ne croist ne diminue, sont constitués des rentes. Celles-ci s’élèvent par an à 57 L 8 s 10 d auxquels s’ajoutent 3 gelines et 4 truellées d’avoine grosse. De cette somme doit être déduite les frosts et vacats qui se montent selon les contrôleurs à 13 L 8 s 8 d, soit 24,9 % du total des rentes : restent 44 L 2 d payées lors de cinq termes (annexe 5). La faiblesse du terme de la Saint-Michel s’explique par la proximité du terme de la Saint-Lucas. Celui de celui de Pâques est, pour le receveur, compensé par le paiement des fermes qui se fait à cette date. C’est donc en trois groupes de poids relativement égaux que se répartissent les paiements : Noël ; fin mai-début juin ; fin septembre-mi octobre.

95Ces chiffres sont théoriques. Dans le second cahier, il est accordé pour les rentes inhabitées et en main de court un rabais de 23 L 15 s 9 d, soit une somme supérieure à celles de l’exercice précédent. Ainsi les revenus des rentes, une fois défalqué l’ensemble des frosts, s’établissent-ils par an à 35 L 13 s 1 d, 4 truellées d’avoine et 3 gélines, soit un total bien maigre. Cette modestie tient à l’ancienneté des rentes et découle de leur fixité, mais leur intérêt principal réside dans l’affirmation d’une propriété éminente.

  • 87 ADLA, B 1103, f° 7 ; ibid., G 38, f° 1-1 v°, 3 v°-4, 19 v°, dernier feuillet, second cahier, f° 30 (...)

96Le devoir de huissage ou usaige porte sur aucunes maisons du fié prouche dudit regaelle. Il est de 4 d pour chacune maison qui a le cousté sur rue et de 2 d sur chacune maison qui a pignon sur rue. Le total déclaré est de 12 s 6 d. Cette faiblesse est à rapprocher de l’ancienneté de ce droit qui est attesté sous le nom de havaige en 1332, et, en 1411, sous celui de foage, alors que des parcelles anciennes ont pu être divisées et surtout des constructions nouvelles exemptées87.

  • 88 ADLA, B 1800 ; ibid., B 1511, f° 1930 ; ibid., G 38, f° 3.

97Les revenus muables désignent les fermes et tout aultres choses qui se baillent par ferme que croisent et diminuent et se payent par les quartiers de l’an, ainsi qu’ilz escheent. Les offertes concernent le septième des offrandes faites le Vendredi Saint tant dans le chœur que dans la nef de la collégiale. Leur valeur s’établit à : 6 s 6 d en 1500, 1502, 1503, 1504 ; 4 s 7 d en 1501 ; et 6 s 8 d en 150588.

  • 89 Ibid., G 38, f° 4, 20, 44 v° ; ibid., B 14, 116 v°. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 137-138 ; J.-L. S (...)

98Les prélèvements économiques muables sont constitués d’abord par les revenus des étaux de la cohue de Guérande. Ils sont affermés : 5 L 12 s 6 d en 1501 ; 7 L 5 d en 1502 ; 8 L en 1503 ; 8 L en 1504 ; 10 L 10 s en 1505. Le montant réel de la ferme doit être augmenté de 3 L dues au prevost de Guerrande par chacun au terme de Sainct-Lucas sur la cohue. Les sommes citées sont modestes : 1,2 % des revenus de la seigneurie. Leur croissance, hormis le palier de 1503-1504, est continue. Il est intéressant de comparer cette évolution à celle de l’offerte. On constate la même faiblesse pour 1501 et le même retour à des valeurs plus élevées ensuite. Cependant, la lenteur de ce rétablissement est à rapprocher d’une demande des frariens de Saint-Michel es faubourg qui font état du départ des habitants, ainsi les difficultés paraissent s’être maintenues dans les faubourgs89.

  • 90 ADLA, G 38, f° 2 v°, 3 v°, 19 v°. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 134.

99Les revenus de la coustume ancienne, plassaige et moutonnaige, rapportent 30 s en 1501 ; 40 s en 1502 ; 45 s en 1503 ; 45 s en 1504 ; 50 s en 1505. Le plassaige est une taxe levée pour placer ou vendre des marchandises. Le moutonnaige porte sur la vente des moutons. Les chiffres sont peu élevés, en rapport avec des tarifs nominaux. On retrouve une certaine variabilité, la même reprise marquée en 1502, le même palier en 1503-1504, enfin une augmentation en 1505, mais moins sensible que pour les étaux. Une somme de 5 s est citée au titre de la coustume de la foire de Guérande qui par sa stabilité paraît être une rente90.

  • 91 ADLA, 1511, f° 1931-1931 v° ; ibid., G 38, f° 3-3 v°, 21 v°.

100La dîme des agneaux est percue d’après une déclaration tardive, de 1681, à Guérande, Piriac, Mesquer, Saint-Molf et Saint-Nazaire, et il en revient à l’évêque la moitié à Guérande, le quart à Piriac, le sixième à Saint-Molf et Mesquer, le quart à Saint-Nazaire. Les chiffres pour 1501-1506 (annexe 6) se regroupent autour de deux valeurs, une haute, une basse pour chacune des paroisses, l’amplitude des variations, 20 % à Guérande et 25 % à Saint-Molf-Mesquer, étant du même ordre. Seul le chiffre de 1505 pour Guérande présente une valeur intermédiaire91.

  • 92 Ibid., G 38, f° 14 v°, 21 v°.

101Des complants sont mentionnés à Escoublac. Les revenus établissent à 3 s 4 d en 1501, 1 s 8 d en 1502, 3 s 4 d et 1503, et 4 s 2 d en 1504. Cette médiocrité trouve son explication : en 1505, le receveur indique que les vignes sont frostes. Les contrôleurs demandent de les affermer. Le recours à la ferme comme mode de gestion du domaine s’impose ici aussi et traduit une volonté de relancer l’exploitation92.

  • 93 Ibid., G 38, f° 4 v°-5, 20.

102D’autres revenus muables sont des prélèvements seigneuriaux et féodaux. Les taux et amendes concernent l’exercice de la justice contentieuse. Ils sont rabattus du septième denier – somme qui revient aux sergents – et rapportent : en 1501, 20 L 6 s 8 d ; en 1502, 25 L 5 s 10 d ; en 1503, 12 L 2 s 5 d ; en 1504, 14 L 15 s 3 d ob ; et en 1505, 10 L 5 s 4 d. Ces sommes ne sont pas négligeables. Elles présentent de fortes variations avec une baisse de 146 % entre 1502 et 1505. Leur évolution est remarquable et se traduit par un profil fort différent de ce que nous avons vu se dessiner puisque les chiffres faibles sont pour 1501 et les chiffres forts pour 1505. Ce constat s’explique par la nature des éléments en présence. Les premiers ont rapport à des activités économiques, leur faiblesse exprimant des difficultés économiques qui du point de vue social peuvent se traduire par une poussée d’actes délictueux. Ainsi, l’évolution des taux et amendes confirme-t-elle les difficultés relevées en 1501-150293.

  • 94 Ibid., G 38, f° 5.

103Les sceaulx et pappiers correspondent aux revenus de la juridiction gracieuse qui fait intervenir le tribunal en dehors de tout débat sur la demande des parties pour enregister et sceller des actes. Ces revenus ont été donnés à Jean Rogon. Les contrôleurs, pour tenir ordre de compte, font figurer une somme de 50 s par an, montant qui est justifié par le fait que J. Rogon doit faire à ses despens les proceix et enquestres d’office lorsque le cas y avient94.

  • 95 Ibid., G 38, f° 5, 20 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 479-480.

104L’évêque dispose du droit de sucession de bastards, espaves et galloaiz. Le receveur ne déclare à ce titre aucun revenu car il en n’est nulles avenu. Sans doute faut-il penser à des oublis ou à une dissimulation, pratique soulignée dans d’autres lieux95.

  • 96 ADLA, E 151 ; M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 212 ; ADLA, H 603, f° 24 v° ; dom Lobineau, Histoi (...)

105En 1276, par une convention passée entre le duc Jean 1er et ses barons, le droit de rachat remplace le droit de bail, sauf en certains lieux, en particulier dans les régaires de l’évêque de Nantes. Le droit de bail est levé, selon un acte du 3 août 1470 passé devant la court de Guérande, jucques à ce que le myneur et heritier du deffunct ait axceddé et passé les aige de vingt et un. À ce titre, le compte d’A. Sorel enregistre deux minus, faisant suite aux décès d’Éon du Dreseuc et de François du Talhouët, s’élevant par an l’un à 8 L 1 s 7 d ob, une truellée de froment, une paire de gants, un chapon ; et l’autre à 19 L 18 s 6 d, 4 chappons, 2 gélines, 2 truellées. Ces déclarations correspondent à des successions d’hommes possessionnés en d’autres lieux du terrouer ; il est envisageable que pour les héritages moyens ou faibles, il y ait arrangement avec le receveur96.

  • 97 Ibid., E 74/8, f° 4 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1286 ; ADLA, E 74/14, f° 4, 6, ibid., B 1511, (...)

106Relevons l’absence de droits : de lods et ventes, absence qui peut être liée à une exonération ou à des dissimulations ; de droit de banvin auquel prétendait l’évêque avant 1332 ; de fours et moulins, et de poids et mesures. Concernant ces derniers, l’ordonnance du 23 février 1418 a réaffirmé les règles s’appliquant à la mesure du sel dans le terrouer de Guérande, du vin et du blé dans la paroisse de Guérande : elles doivent être communes et les profits communs. A. Sorel ne faisant pas état de ces droits, il convient d’envisager que la pratique instituée au début du xive siècle visant à réserver aux seuls officiers ducaux la garde et contrôle des mesures s’est imposée après 1411, date à laquelle il est évoqué un droit de coutume ancienne consistant en un droit de saunetage et de vinaige, affermé à cette date à 31 L 15. D’autres droits seigneuriaux sont connus par d’autres sources ; ainsi en 1411, est-il cité un droit de jalonnage qui, en 1681, s’élève à trois quartiers de vins par pipe et sur le vin vendu au détail dans cinq maisons de la ville. À cette date, il est fait état encore d’un droit ancien selon lequel l’évêque peut se faire fournir par les detempteurs d’une maison de la rue Saint-Michel toutes sortes de napes et linges nécessaires pour sa table lors de sa première entrée97.

107Des revenus muables en nature s’ajoutent. Des grains proviennent des dîmes levées dans des paroisses de Guérande, Piriac, Saint-Molf et de Saint-Nazaire. En 1679, il est précisé qu’elle est à la onzième gerbe, et qu’elle est : à Piriac partagée par moitié entre l’évêque et le chapitre d’une part et le recteur d’autre part ; à Mesquer et de Saint-Molf, s’effectue le même partage mais dans la dite moitié ledit seigneur n’en a que le tiers, soit un sixième ; à Saint-Nazaire, l’évêque reçoit le quart ; à Escoublac, à l’évêque sur les terres de sa mouvance revient la totalité de la dîme. Les grains prélevés sont stockés dans des granges, entre 1501 et 1506 sont mentionnées celles de Folhouët, Saint-Michel et Tesson, Careil, Trescallan, Piriac, Mesquer et Saint-Molf.

108Si le chiffre de Folhouët est étonnement stable (annexe 7), les autres traduisent des évolutions. La production totale de 1501-1502 est légèrement supérieure au total des levées de 1503 et 1505, c’est-à-dire les meilleures que nos chiffres révèlent. Globalement, la situation n’apparaît pas mauvaise. Les difficultés enregistrées en ville, où les revenus des offertes et des étaux sont au plus bas, trouvent leur origine ailleurs, soit dans des phénomènes antérieurs, mais le revenu l’offerte de 1500 est bien orienté, soit dans les conséquences d’une épidémie que l’on sait par ailleurs être présente en pays nantais et l’hypothèse trouve ici à s’étayer. Difficile de se prononcer sur 1502, mais la dîme des agneaux se dégrade. Un creux apparaît partout pour 1504, mais il est inégal selon les lieux : -8 % pour Saint-Michel et Tesson, -36 % pour Careil. Globalement, il est de -17 % pour le blé et le seigle. Il confirme le palier noté pour l’année 1504. L’année 1505 est marquée par un rétablissement et même au-delà. Presque partout, les chiffres de 1503 sont dépassés, et parfois largement, pour le seigle (+16 % à Folhouët, +28 % à Saint-Michel et Tesson). Cela confirme bien la poussée déjà signalée pour 1505. Cependant, l’augmentation est plus faible à Piriac ; Saint-Molf et Mesquer sont stables ; et Careil connaît un léger repli qui est plus marqué à Saint-Nazaire où l’on reste un peu au-dessous du niveau de 1504. Une évolution se précise : une année 1503 meilleure que 1504, sans que cette dernière soit franchement mauvaise ; une année 1505 meilleure que 1503, et qui paraît plutôt bonne. Les différences locales restent constantes.

  • 98 Ibid., G 38, extraits, f° 12-13, 21-21 v°, 25 v°, 41 v°, 46, second cahier f° 30 ; ibid., 38 ; ibi (...)

109Pour 1503, l’ensemble des grains est apprécié au prix de 50 s la mine. Le fait que le receveur évoque les blés des trois premières années semble indiquer une seule vente que la date de l’appreciement, le 12 avril 1505, situe au printemps 1505, c’est-à-dire à une époque où, la récolte de 1504 étant pour le moins médiocre, les prix sont relativement élevés, ce qui témoigne d’une gestion soucieuse de profit. Les grains des années 1504 et 1505 sont vendus entre avril 1506 et avril 1507, ils sont appréciés à 40 s la mine. Cette valeur s’inscrit à la baisse par rapport à la précédente (-20 %). L’accumulation des stocks, les frais de location de greniers, les salaires versés aux ouvriers employés à rafraîchir les grains, les pertes que le stockage occasionnent, et encore la perspective de récoltes plus satisfaisantes conduisent les services de l’évêché à intervenir sur le marché à ce prix98.

110Le receveur se charge des vins provenant des pressoirs de Guérande et de Piriac et des paroisses de Mesquer, Saint-Molf et Saint-Nazaire. Ils proviennent des dîmes. Les chiffres des quantités reçues sont donnés par les bourciers et commis des chanoines, l’évêque n’ayant pas de pressoir à la différence des chanoines qui en disposent à Piriac et à Guérande. En 1679, la dîme des vins suit les mêmes règles de répartition que celle des grains, mais le taux de prélèvement est différent, il est au seizième pour les paroisses de Guérande, Piriac et Saint-Nazaire.

111Les ressources en vin sont importantes et très variables (annexe 8). L’année 1501 paraît correcte ; 1502 est catastrophique (-70 %) ; 1503 voit une progression spectaculaire avec un prélèvement presque multiplié par trois, soit un peu mieux qu’en 1501. L’année 1504 est une année record (+ 45 % par rapport à la récolte précédente), ce qui n’est pas le cas pour les céréales. On peut penser qu’à un printemps sans gelée a succédé un été chaud et assez sec. En ville, les fermes urbaines stagnent. Le succès du vin ne compense qu’en partie les difficultés céréalières. Enfin, 1505 est médiocre : -56 % par rapport à 1504, mais cette année est bonne du point de vue céréalier. On peut envisager des gelées de printemps. Les fermes urbaines sont au plus haut, leur rendement paraît en relation avec les productions céréalières.

  • 99 Ibid., G 38, f° 13-14, 21 v°, 43 v° ; ibid., B 1511, f° 1923 v°-1924.

112La valeur des vins portée dans le compte est celle de l’appriecement : 33 s 4 d la pipe pour 1501 et 1502 ; 16 s 8 d pour 1503 et 1504. Les valeurs varient du simple au double de 1502 à 1503, pour être ensuite stables, alors que l’ampleur de la récolte de 1504 laissait présager des prix plus bas. La vente des vins de 1501 n’intervient qu’en 1502, alors que d’ordinaire le vin est vendu dans l’année, pratique qui est celle des années 1502, 1503, 1504. Ce tableau confirme l’idée que les années de faible récolte ne sont pas forcément les mauvaises années pour la seigneurie qui, ayant des surplus à vendre, tire le meilleur parti des prix élevés99.

113Le receveur se charge des sels selon le rapport des paluyers qui ont assemblé iceulx saulx et le departement qui en a esté entre ledit receveur de mondit seigneur et partie des chanoines de Guerrande. Cette mention du departement entre l’évêque et les chanoines montre qu’ils proviennent de la levée de la dîme. En 1679, elle est prélevée dans les paroisses de Guérande, Mesquer et Saint-Molf, la part de l’évêque correspond à la moitié à Guérande et au tiers dans les deux autres lieux. Le taux de prélèvement est au seizième. Ils se mesurent en muids : 336, en 1501 ; 67 1/2, en 1502 ; 265 1/2, en 1503 ; 335, en 1504 ; 76 m en 1505 ; total, 1100 muids. Les quantités sont importantes et surtout très variables. Les évolutions évoquent celles du vin, avec des nuances. 1501 est une année un peu meilleure pour le sel que pour le vin. Quoi qu’il en soit, au vu de la dîme des agneaux et ce que l’on peut penser de la production céréalière, l’année agricole paraît satisfaisante. La faiblesse des fermes urbaines n’est imputable qu’à des difficultés présentes en ville, et l’hypothèse d’une épidémie est étayée. 1502 est catastrophique pour le sel – le chiffre est de cinq fois inférieur à celui de 1501 – et pour le vin. Il faut penser à un printemps avec des gelées suivi d’un été humide et frais. La dîme des agneaux, qui se dégrade, donne à penser à une année difficile pour l’ensemble des activités agricoles. En ville, les fermes urbaines se rétablissent, la ville repart, mais lentement, les délits restent nombreux. L’année 1503 est meilleure pour le vin que pour le sel, un printemps de qualité a fait place à un été correct. Les grains, la dîme des agneaux, au moins pour la paroisse de Guérande, sont favorables. Au rétablissement de la ville s’ajoutent les bonnes dispositions des campagnes, les fermes urbaines peuvent grimper, les taux et amendes baisser. 1504, l’année record du vin, l’est aussi pour le sel. Chaleur et sécheresse marquent le printemps et l’été. Celles-ci sont moins favorables pour les grains et l’élevage, au moins dans la paroisse de Guérande où la valeur de la dîme des agneaux régresse. Les fermes urbaines stagnent, les taux et amendes connaissent une certaine reprise : la production céréalière donne sa tonalité à l’année. 1505, année médiocre pour le vin, est mauvaise pour le sel pour lequel on retrouve le niveau de 1501. Là encore, un été pourri compromet la récolte de sel, mais le printemps mieux orienté limite les dégâts pour le vin. La production céréalière atteint son plus haut niveau, l’élevage suit, même si la situation n’est pas satisfaisante partout. Cependant à Guérande, les fermes urbaines atteignent leurs chiffres les plus élevés, les taux et amendes sont au plus bas.

  • 100 Ibid., G 38, 14 v°-18 v°, 22-22 v°, 26 v°, 45, second cahier f° 25-27, f° 51 v°, dernier feuilet ; (...)

114Pendant la durée du compte, les sels n’ont fait l’objet d’aucune vente. C’est inhabituel et A. Sorel a soin de rappeler que les receveurs reçoivent les vins et chausses de la vente, soit 12 d par livre, commission qui peut s’élever à 15 L ou 20 L qui est la plus grant partie des proufits desdits receveurs. En septembre 1506, il est fait état d’une rescription du sénéchal des régaires de Nantes enjoignant au receveur de gagner Nantes pour que les blés et les vins soient appréciés et ordre est donné à vendre des sels ce qui est fait pour une partie de ceux-ci100.

115Au total, les recettes, d’après le compte, se montent à 2 167 L 10 s 8 d ob et à 420 mines, une truellée, 3 1/2 cartaux de froment, 344 1/2 mines de seigle, 24 truellées d’avoine grosse, 13 chapons, 19 gelines, 5 paires de gants, 285 pipes et 5/6e de pipe de vin et 1 100 muids de sel. Ces chiffres sont théoriques, car celui des rentes comporte les frosts, et celui des taux et amendes n’est pas diminué du septième denier. Ils sont grossis par des comptes doubles : vins et grains figurent par leur quantité exprimée en nature et encore, pour la partie qui a été vendue, par le prix de leur apprieciement. Le second cahier chiffre le revenu total des régaires exprimé en monnaie à 3 523 L 16 s 8 d, les deports s’élevant à 311 L 7 s 11 d. Cela donne, deports déduits, 3 162 L 8 s 9 d. Les fermes urbaines ne représentent qu’une part limitée : si l’on prend en compte les rentes par deniers, le droit d’huissage, le produit des bails, les coustumes, le droit des étaux, le droit d’offerte, l’ensemble des taux et amendes, on obtient 446 L 5 s 5 d, ce qui représente 14 % des recettes totales. L’essentiel des revenus de la seigneurie provient donc du plat pays, de ses productions : grains, vin et sels.

  • 101 Ibid., G 38, second cahier, dernier feuillet non folioté, f° 51 v°. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 1 (...)

116Les 3162 L 8 s 9 d correspondent à un exercice comptable portant sur 5 années et demie. Mais l’essentiel des ressources provient des cinq récoltes de grains, vin et sel, aussi peut-on proposer, pour la seigneurie ecclésiastique des régaires de l’évêque de Nantes à Guérande, un chiffre moyen de revenu annuel autour de 630 L pour le début du xvie siècle. Une telle somme ne représente qu’une partie des revenus de cette seigneurie : certains revenus urbains sont partagés entre le duc et l’évêque ou encore l’évêque et les chanoines, et ceux venant du monde rural sont répartis entre l’évêque, les chanoines et parfois un autre partenaire. Dans ce dernier cas, la part des dîmes revenant à l’évêque peut être égale au quart, au tiers, et pour la paroisse de Guérande d’où l’essentiel des revenus tire leur origine à la moitié de celles-ci. Aussi le revenu réel de la seigneurie peut-il s’élever autour de 1 300 L, ce qui la place parmi les « grandes seigneuries bretonnes101 ».

Le domaine ducal

117Les hommes

  • 102 J. Kerhervé, Catalogue…, p. 351-364 ; D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des T (...)

118L’homme essentiel est le receveur. Les listes des titulaires connus dressées dans le cadre de travaux généraux par J. Kerhervé et D. Le Page peuvent être reproduites dans l’ensemble moyennant quelques compléments102.

  • 103 ADIV, 1 F 1123 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 153-158 ; ID., Catalogue…, p. 308-322, 356-360, 604-605  (...)

119D’après un fragment de 1433, le receveur reçoit pour gages 40 L. La recette ordinaire de Guérande est la première à être affermée. Elle l’est, dès le 1er mai 1439, aux fermiers de la prévôté de Nantes qui prennent également la recette ordinaire de Nantes. Cette formule – abandon de la régie, réunion des recettes des domaines de Guérande et de Nantes – se place dans le prolongement des mesures prises pour l’administration du douaire de Jeanne de Navarre : le 25 mars 1421 Jean Morin est trésorier et receveur général de la comté de Nantes, receveur de Nantes et de Guérande, et encore le 20 octobre 1421 ; alors que, sur place, le 24 mars 1419 et le 21 novembre 1421 Guillaume Simon est son lieutenant. Cette formule est abandonnée après 1422 lorsque Jeanne de Navarre perd le contrôle de son douaire. Son retour est lié à la personne d’André Spinolle. D’origine génoise installé à Nantes, ce marchand est fournisseur de la garde robe et créancier des ducs. En 1450, il lui est dû quelque 25 000 L. La ferme de Guérande lui est alors accordée en caution du remboursement de ses avances. Il s’ensuit un premier bail de 3 ans. On revient ensuite à la régie, mais les liens avec la prévôté sont maintenus puisque Pierre Bernard est receveur de la prévôté de 1439 à 1442, et Pierre Thomères en 1442-1443. Dès 1444, Guérande est à nouveau aux mains des Spinolle. Avec Pierre II, la régie fait un retour en force, le bail est rompu en 1450, Philibert de Kerguz étant nommé receveur. Pas pour longtemps, puisqu’en 1452 Ernaud Lescauderon se présente comme receveur et fermier, sans doute en lien avec André Spinolle qui, dès le 12 mai 1457, est mentionné comme fermier de la comté de Nantes et de Guérande. Le 1er août 1457, l’apurement des comptes des Spinolle faisant apparaître une dette de 15 000 L, la recette de Guérande, la prévôté de Nantes et les ports et havres du comté nantais leur sont affermés. Les fermiers acceptent alors un bail très élevé, de 17 000 L par an, mais 3 ans plus tard, Pierre Spinolle réclame un rabat de cette même somme. Le 5 novembre 1466, les recettes de la comté de Nantes et de Guérande sont encore associées. En 1470 et 1473, Rolland de La Noé et Guillaume Juzel sont fermiers des devoirs d’entrée des ports et havres de la comté de Nantes et de l’ordinaire de Guérande. Entre 1477 et 1489, à Guérande, sont mentionnés des sous fermiers. Le 28 décembre 1489, Pierre Thedaldy et Guyon de La Ruelle prennent à ferme la prévôté de Nantes qui comprend toujours la recette de Guérande. Cependant, le 5 novembre 1490 ils font savoir qu’ils n’ont pu jouir de leur ferme qui a été attribuée à Colinet du Marchy, aussi demandent-ils l’annulation du bail consenti à ce dernier. Le couplage prévôté de Nantes/recette ordinaire de Guérande se justifie par la complémentarité des deux recettes : le pays guérandais fournissant en sels Nantes où la recette de la prévôté est très largement alimentée par la taxation sur ce produit, ce qui explique la durée de l’association103.

  • 104 ADM, E 52, p. 43, 45-46 ; ADLA, B 8, f° 130 ; ibid., B 1465 ; ibid., E 641.

120Sur place, la recette est sous-traitée à des membres de la noblesse du pays guérandaise : par exemple, Catherine Baye, veuve de Guillaume de Fresnay, le 5 avril 1462 est soubz fermiere de Pierre Spinole et de ses associées dont Michel Le Pennec ; Pierre Kerguisec le 8 juillet 1477, où il est déclaré soubz la ferme de la recepte de la prevoté de Nantes ; P. Kerguisec, Ernaud Lescaudron, Greffin Hillary le 3 février 1480, date à laquelle un minu est rapporté au compte des fermiers de la comté de Nantes ; et encore en 1486, avec Philippe de Fresnay et François Baye – celle-ci n’est n’étant tenue que par le seul P. de Fresnay – passent contrat avec les fermiers de la prévôté et la recette de Guérande, Pierre Le Moyne et Conrat Spinolle. Ainsi la liaison avec Nantes est-elle constante pendant la plus grande partie de la seconde partie du xve siècle, sauf exception avec Philibert de Kerguz104.

  • 105 D. Le Page, Finances…, p. 114-116, 205-207 ; BNF, ms fr 8310, f° 31 v° ; ADLA, E 128/22 ; D. Le Pa (...)

121Par la suite, les autorités hésitent sur le mode de gestion des recettes ordinaires. Le cas guérandais est complexe. On trouve un receveur ordinaire : Éonnet de Vallée noté comme commis pour deux comptes, l’un fini le 30 septembre 1495, l’autre commençant le 1er octobre 1495 et s’achevant le 1er décembre 1496 ; dans les notes pour servir d’enseignement soumis à la reine peu après la mort de Charles VIII, Éonnet de Vallée est recommandé pour la recette de Guérande, sans que l’on sache s’il s’agit de le maintenir en poste ou de le rétablir. Ensuite, la recette est rattachée à la ferme de la prévôté de Nantes, c’est le cas pour 1502-1503, alors qu’en 1506, est cité un commis des fermiers de la prévôté de Nantes en la recette des rachats pour le terrouer. En 1507, on retrouve un receveur ordinaire qui est, en avril et mai 1523, Jean Pineau. Un receveur est encore mentionné en 1526 et en 1527. La famille Pineau joue alors un rôle important et établit la liaison avec la prévôté de Nantes : un de ses membres est fermier de la prévôté d’octobre 1513 à octobre 1516. Il faut envisager la présence de Jean Pineau, puis de son fils aussi prénommé Jean, ce dernier étant en poste en 1523. Pour la chambre des comptes, qui s’exprime en 1550, la famille Pineau est à la tête de la recette de Guérande jusqu’à l’institution de Mathurin Petiteau, ce que Claude Pineau, fils de Jean Pineau le jeune, réfute. Il est possible que J. Pineau l’aîné ait eu un fils Pierre employé comme commis à Guérande qui pourrait être celui que le trésorier et receveur général déclare, le 26 mars 1530, avait commis depuis 6 à 7 mois à la recette de Guérande, mais on trouve encore cité : Jean Éon qui, le 8 novembre 1533, est deffaillant pour compter de la recepte de Guérande dont il est commis ; et Jean Berthelot, le 7 août 1531. Enfin, on retrouve un receveur ordinaire avec Mathurin Petiteau105.

  • 106 ADM, E 52, p. 37, ADLA, B 14 f° 34 v°, ibid., E 1394, ibid., 2 E 1250, f° 134 v° ; ibid., B 1484 ; (...)

122Des receveurs particuliers existent, ainsi pour les lods et ventes : le 30 avril 1456, le titulaire en est Greffin Hillary ; le 13 août 1474 Jacquet Jouan ; mais le 23 février 1501, ils sont versés au receveur ordinaire. La taxe se monte à 12,5 % de la vente déclarée. Les rachats sont d’abord versés aux receveurs ordinaires qui les reçoivent par minu ou par ferme comme il apparaît le 12 février 1437. La présence d’un receveur spécifique est attestée le 21 septembre 1468 avec Jean André ; en 1479 et 1480 avec Guillaume Le Teixero ; et le 6 août 1506 avec Olivier de La Touche106.

  • 107 ADIV, 1 F 1113 ; ibid., 1 F 81, ADLA, B 1478 ; ibid., B 682. Mentions, en 1417, ibid., E 74/14, f° (...)

123L’administration de la recette ordinaire se complète par la présence d’un contrerolle. D’après un fragment de compte de 1433, il a pour gages 20 L. Plusieurs noms sont connus : Olivier Hebebar en 1389 ; Guillaume du Dreseuc en février 1404 et 1405 ; Michel Abraham entre 1412 et 1414 et encore le 18 août 1416 ; Thibault de Rochefort pour la période allant du 28 décembre 1433 au 20 avril 1436 dont le commis est Guillaume Simon. Dans l’enquête de 1417, est mentionné un lieutenant du contrerolle107.

  • 108 ADIV, 2 El, La Landelle (1), 17, il est également garde des marais ducaux.

124On connaît un forestier et garde de la garenne ducale, fonction occupée le 24 juillet 1450 par Martin de La Landelle, capitaine du Croisic. La personnalité du titulaire indique qu’il s’agit d’une charge lucrative plus que d’un emploi également réel108.

  • 109 J. Kerhervé, L’État…, p. 730-734.

125La recette a attiré des hommes extérieurs au terrouer : Monde Radowell, Jean Galivier, Henri de Tréanna, Ernault Daniel, Guillaume du Thenou, Philibert de Kerguz, peut-être Jean Gaingnot et Pierre de Kerguisec. Mais sur place les receveurs, les sous-fermiers ou les commis sont surtout des nobles implantés sur place. L’exception concerne les Pineau, mais, issus d’une famille de notaire, ils sont anoblis. Seule la prise en compte des fermiers nantais, en les considérant comme exerçant directement leurs offices, conduit à en faire une recette tenue en grande partie par des bourgeois. Sur place, ces offices sont sources pour certains d’une ascension remarquable sur laquelle nous aurons à revenir109.

Les revenus

  • 110 ADIV, 1 F 1113 ; ADLA, B 1489 (A).

126Des extraits de compte donnent : pour 1412, 362 L 2 s pour les taux et amendes. Peu après 1433, une série de charges comprennent : des gages d’officiers 140 L, soit 40 L au sénéchal, 40 L à l’alloué, 12 L au procureur, 40 L au receveur, 20 L au controlle ; des pensions 185 L, soit 85 L à l’abbé de Prières, 40 L à Maubruny d’Ust, 60 L à l’argentier, 60 L ; la réparation des salines est estimée à 200 L. Le rentier de 1452 mentionne des tailles et rentes, mais également pour Saint-Nazaire des bieins et mangiers. L’essentiel est en monnaie, mais il est des prélèvements en avoines et gelines à Saint-Nazaire et Saint-André-des-Eaux, sans compter les paires de gants blancs ou d’éperons dorés. Ces rentes ont pour assise un bien matériel : salines, vignes, terres, maisons, rotes vers la Brière. Les termes sont différenciés : la foire de Saillé pour Guérande, Careil, Saillé, Larmor et Queniquen, Clis ; la foire d’Escoublac pour Saint-Nazaire, Escoublac et Saint-André ; la foire Saint-Lucas de Guérande pour Saint-Molf, Mesquer et Saint-Lyphard ; janvier pour les bieins et mangiers de Saint-Nazaire ; août pour les avoines et gelines de Saint-Nazaire et de Saint-André. L’ensemble des rentes se monte à plus de 650 L, plus de 20 mine d’avoine, 32 gelines, une paire d’éperons dorés, 2 paires de gants et un franc or. En ne tenant compte que des rentes en denier : 45,9 % d’entre elles proviennent de Guérande, 27,2 % de Batz, 4 % de Saint-Nazaire, 2 % d’Escoublac, 1,8 % de Mesquer, 1,1 % de Pénestin, 0,8 % de Saint-Lyphard, 0,5 % de Saint-Molf, 0,2 % de Piriac110.

  • 111 Ibid., E 641 ; ibid., B 126 D ; BNF, ms fr 8310, f° 31 v°-32 ; ADIV, 1 F 1127 ; BNF, ms fr 22330, (...)

127Le 3 décembre 1486, la recette de Guérande est baillée par les receveurs de la prévôté de Nantes pour 3 ans et 2243 L 15 s, soit 747 L 17 s par an. Les lettres patentes du 9 avril 1489 font état de plus de 400 L de rente levées au terrouer. Dans le compte d’Olivier Barraud pour les années 1495 et 1496, figurent pour le terrouer de Guérande, des charges qui s’élèvent à plus de 1 166 L. Que valent les 5 000 ou 6 000 L citées par Antoine Bullioud pour 1532-1533, Peut-être inclut-il l’extraordinaire, Dans l’état de finances rédigé le 20 février 1534, le domaine de Guérande figure par estimation pour une valeur en revenant bon – c’est-à-dire pour un revenu toutes charges, gages d’officiers, assignations, frais d’entretien, dépenses de justices déduites – de 250 L t soit 1,6 % des revenus domaniaux du duché, ce qui le place au 12e rang, très loin derrière Nantes (5 500 L t). En 1535, on ne trouve plus que 200 L t, 1 % des revenus domaniaux du duché111.

128Plus intéressante est la valeur calculée à partir du premier compte de Laurent Bocoric pour deux années commencées en janvier 1548 desquelles en a eté faite une commune. Le total annuel des revenus s’établit à plus de 1 208 L et les charges à plus de 143 L (annexe 9). Le revenant bon est de 106 1/3 L et 8 d.

  • 112 ADLA, B 12871, il s’agit d’un tableau général des revenus du roi en Bretagne dressé par les trésor (...)

129L’essentiel des ressources est constitué par les revenus immuables. Les revenus muables proviennent surtout des marais salants, ce que soulignait déjà, vers 1460, une requête présentée par les fermiers. Le domaine utile se limite à un certain nombre d’œillets de salines précisément 299, le 21 octobre 1526. L’exploitation peut être affermée, ainsi le 12 avril 1523 à Jean Gastinel pour 6 ans. Cette ferme n’est tenue que 3 ans, puisqu’en 1526 le revenu des salines est concédé à Tristan de Carné et son revenu estimé alors à 300 L112.

130En 1548, Guérande se situe au 13e rang des domaines ducaux et représente 2 % de leur valeur totale, et 0,9 % des revenants bons. Il est au 4e rang pour les rentes (4,6 %), au 13e pour les revenus affermés (1,2 %), et au 20e pour le casuel (0,8 %). La répartition selon l’origine des revenus est intéressante à relever – rentes 58,8 % ; fermes 33,2 % ; casuel 7,8 % –, alors que pour l’ensemble du Domaine les fermes arrivent en tête avec 54,1 %, devant les rentes 25,4 %, et le casuel 17,7 %. Ces classements sont théoriques puisque les gabelles de la mer ne sont pas prises en compte. L’intégralité des ressources du domaine de Guérande n’apparaît pas, et comme en 1548 la part des fermes est essentielle (plus de 50 %) dans de nombreux domaines à un moment où la conjoncture est marquée par une poussée générale des prix, on ne peut que s’interroger sur la fiabilité de l’estimation.

131Ces recettes ne sont que des indications comptables. Pour les rentes, les sommes non levées du fait des anoblissements et des vacats ne sont pas défalquées. Le document exprime un état possible et maximum des recettes du domaine. Quant aux dépenses, elles sont sous évaluées.

  • 113 J. Kerhervé, L’État…, p. 516-524 ; D. Le Page, Finances…, p. 117.

132Les livres de réformation de 1533 pour Batz, et de 1541 pour Guérande mentionnent plus de 104 L de rentes affranchies (16 %) et plus de 183 L de rentes inconnues du receveur (28 %) : ainsi 44 % des revenus immuables ne sont-ils plus payés. La concession du domaine aux Spinolle ou d’une partie des revenus de celui-ci à Tristan de Carné n’a pu que favoriser un relâchement du contrôle que la période troublée de la guerre d’Indépendance a aggravé. D’autre part, cet épisode a eu des conséquences graves en raison des affranchissements de rentes et des aliénations de salines que le financement de la guerre exigea. En cela, le domaine de Guérande participe d’une évolution générale constatée dans le duché à partir des années 1450-1460. Cependant, sur place, des efforts ont été déployés pour sa mise en valeur113.

Défense, mise en valeur et usage du domaine ducal

  • 114 ADLA, E 163/1 ; ibid., B 682, ADIV, 1 F 1113 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1349 ; ADLA, B 1518, f° (...)

133Les mesures sont nombreuses pour contrôler la gestion des officiers locaux, préciser les règles, ordonner de bailler des terres frostes, mener des réformations, revenir sur les aliénations et usurpations. Avant 1385, deux baules sont concédés à Jean de Saint-Gilles, concession qui est remise en cause, le 13 janvier 1403, par les réformateurs du domaine. Des baillées, dans les années 1412-1419, se placent dans le prolongement de ce travail de remise en ordre : des terres et des places frostes, une venelle à Saillé, des biens tombés en desherance, des baules sont arrentés. Le 10 juin 1419, le duc constatant que, dans le comté nantais, il y a plusieurs terres et places frostes à faire maisons, courtillz, moulin à vent et autres ediffices, des terres froustes appelées baules convenables à faire salines, et dans la vallée de la Loire des croissemens d’isles, nomme une commission pour bailler les baules, noblement, à foi, hommage et rachat, alors que les autres biens le seront à devoir de rente. Toutefois, il n’y a pas trace connue de baillées dans le pays guérandais. Par la suite, des actes isolés apparaissent, en 1427, en 1434, 1456, 1460, 1462, 1464, après le 1er janvier 1470. Il faut attendre les 17 et 18 juillet 1475, pour connaître une série de baillées de frosts dans l’isle du Croisic portant sur 47 pièces de terres et 4 emplacements de maisons. Pour les 40 pièces de terres dont la superficie est indiquée, le total s’établit à plus de 252 journaux, 60 % des parcelles étant d’une étendue inférieure à 5 journaux ; 55 enchérisseurs et 28 preneurs sont enregistrés. Puis des mesures ponctuelles réapparaissent en 1477 et en 1480 concernant des baules. En 1527, des terres vaines et vagues auraient été arrentées au Pouliguen afin d’établir des maisons et des magasins pour ceux qui veulent commercer114.

  • 115 A. de La Gibonays, Recueil des édits, ordonnances et réglements concernant les fonctions ordinaire (...)

134Le rentier de 1452 ayant été recopié jusqu’en 1499, il apparaît que la décision de Pierre II, du 21 mai 1455, de faire la réformation du Domaine n’a pas été suivie d’effet dans le pays guérandais, ni les instructions du 25 avril 1466. Comment expliquer cette absence d’intervention en pays guérandais lorsqu’on sait que le Domaine est une source de revenus et qu’il exprime la présence ducale, Son contrôle, sa mise en valeur, sa réformation ont une forte valeur symbolique, en ce sens que le prince apparaît soucieux du bien public – sa bonne tenue est censée éviter une charge supplémentaire d’impôt pour le peuple –, et qu’il exprime son souci d’ordre et son autorité. Le 20 octobre 1541, les commissaires de la réformation désignent comme responsables les fermiers de la prévôté de Nantes qui n’ont pas réagi au non-paiement de certaines rentes, par exemple celles levées à Piriac et Pénestin qui ne sont plus payées sans doute en raison de leur faiblesse et de l’éloignement relatif. Mais l’explication donnée traduit également la préférence de la Chambre pour la régie. Une reprise en main est perceptible en 1532, à l’instance du procureur ducal qui, le 2 mars, reçoit mandement pour contraindre les héritiers des précédents procureurs et receveurs de remettre, pour les 30 années antérieures, les actes en leur possession, et le 20 avril 1532, la possibilité d’utiliser une procédure simplifiée.Les rentiers issus des livres de réformations apparaissant comme les meilleurs des instruments de défense du domaine, la réformation est demandée le 20 mars 1533 par Mathurin Petiteau. Une commission est mise en place : le 6 juillet 1533, la Chambre désigne Jean Parajau et Pierre de Callac et Jean de La Rivière. L’opération se limite à la paroisse de Batz, l’enquête étant menée des 21 au 31 août, du 4 au 13 septembre et du 13 au 26 octobre115.

  • 116 ADIV, 1 F 1127 ; D. Le Page, Finances…, p. 57-64, 137-141 ; ADLA, B 2413, f° 100 à 285 v° ; ibid., (...)

135En 1537, le rapport d’Antoine Bullioud met l’accent, pour le domaine ducal de Guérande, sur le détournement du revenu opéré par Tristan de Carné. Ce rapport et l’édit de Moulins du 13 février 1538 relancent le travail de réformation. Dans un premier temps, les prestations d’hommages sont exigées et enregistrées, puis les aveux – une soixantaine date de mai-juin 1540 – des biens tenus à foi, hommage et rachat. Enfin, les rentiers sont repris. Le 18 novembre 1539, la chambre des comptes désigne trois commissaires. Le travail est retardé en raison du danger qui c’est trouvé sur le pays. Le 15 juillet 1541, deux membres de la Chambre sont désignés comme commissaires : Pierre de Callac et Jean de La Rivière. Le 20 octobre 1541, ils rendent compte de leur travail : ils évaluent l’esligement desdites tailles et rentes qui estoient esgarees juc à la somme d’environ 166 L, comprins certaines especzes de bledz. Comparé aux autres domaines réformés, c’est en valeur absolue la somme plus élevée116.

  • 117 Ibid., E 17/13, M. Jones, Recueil…, n° 1044 ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1519 ; ADLA, B 13, f° 5 (...)

136Le domaine de Guérande a pu être assigné en douaire : Jeanne de Navarre reçoit entre autres, la ville, chasteaux et chastellanies de Guerrande et de Baz selon la nouvelle assignation faite le 26 février 1396 ; Isabeau d’Écosse est dotée par François Ier le 22 janvier 1450, entre autres, des ville, chastel et seignourie dudit Guerrande, chastel et chastellenie du Croisic, l’isle de Bas. Elle réside d’ordinaire à Suscinio qu’elle quitte en 1487 pour s’installer à Guérande117.

  • 118 ADM, 3 H 8, f° 98, M. Jones, Recueil…, n° 20 ; ADIV, 1 F 81 ; A. Bourdeaut, « Gilles de Bretagne e (...)

137Le domaine sert à l’assignation : de rentes, ainsi pour l’abbaye de Prières ; de fonds ou de dons perpétuels, des oeillets de salines sont accordées à la collégiale Saint-Michel d’Auray, à la chapellenie Saint-Gilles, ou une somme d’argent (60 L) au couvent Saint-Yves de Guérande ; de dons viagers portent sur les revenus de la clergie affectés en mars 1406 à Maubruny d’Ust, puis le 29 juillet 1418, à Alain de Kermellec, ou de ceux des sceaulx et papiers concédés en novembre 1490 à Yves du Bésit, voire du revenu des salines ducales donné à Tristan de Carné le 21 octobre 1526 ; des dons peuvent être temporaires, ainsi des oeillets de salines aux dominicains de Guérande, dons qui sont ensuite constamment reconduits. Le compte d’Olivier Barraud fait apparaître pour 1495 et 1496, 1400 L t affectées sur la recette de Guérande. D’autre dons ponctuels consistent en la remise du droit de rachat ou des lods et ventes118.

  • 119 ADLA, E 74/14, f° 9 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2658 ; ADM, 48 H 44 ; ADLA, B 19, f° 112 ; ibi (...)

138À l’inverse, le Domaine bénéficie de saisies ordonnées par le duc. Certaines portent sur des biens venus au receveur par desherance, forfaiture ou autrement, ainsi pour des œillets de salines signalés en 1417. S’y ajoutent les effets des saisies temporaires et conservatoires qui concernent par exemple : avant le 25 septembre 1414, des rentes et héritages qu’Hervé Guiomarhou a acquis au terrouer de Guérande saisis à la suite d’une dette non acquittée ; le 8 août 1460, des biens des chartreux d’Auray pour default d’obeissance ; le 1er juin 1510, de ceux de l’abbaye de Melleray ; le 26 mai 1533, des fruictz de l’abbaye de Blanche-Couronne. D’autres encore sont liées aux événements politiques : après l’attentat de 1420, les biens d’Éon de Fresnay sont confisqués ; en 1473, les seigneurie de Saint-Nazaire et de Campsillon sont saisies, leurs seigneurs n’ayant pas servi en armes ; les confiscations sont surtout nombreuses à la fin du règne de François II et au début de celui d’Anne. Elles sont suivies de dons à des fidèles du pouvoir en place : ce qui a été saisi sur Hervé Guiomarhou est concédé à Antoine Ricze, maître d’hôtel ducal ; les biens d’Éon de Fresnay sont donnés à Jean d’Ust et à Guillaume de Muzillac. À la fin du xve siècle, les biens saisis chez un membre d’une famille peuvent parfois être attribués à un autre membre de cette famille (cas des Calon), mais l’obtention de lettres de rémission conduit à la restitution des biens119.

  • 120 ADLA, B 568, f° 28 v° ; ADM, 3 H 2, f° 195 ; ADLA, B 10, f° 224-225 ; ibid., B 126/D ; ibid., B 14 (...)

139Des biens du Domaine peuvent être aliénés pour le paiement d’une dette : le 12 mars 1489, 62 œillets de la Grande-Saline sont concédés à l’abbaye de Redon pour couvrir le montant d’un emprunt fait par Anne, mais l’opération n’est pas réalisée. Des ventes peuvent intervenir, ainsi 6 L 5 s 2 d de rentes affectées à l’abbaye de Prières sont rachetées par celle-ci le 1er juin 1486. Les ventes sont nombreuses lors de la guerre d’Indépendance et sont justifiées par les nécessités de la guerre. Elles se font à condition de raquit perpétuel. Elles peuvent porter sur des biens ou des rentes : le 28 juillet 1487, 104 oeillets de salines sont vendus à la fabrique de Guérande, et le même jour 100 s de rente au chapitre de la collégiale. L’opération la plus remarquable est ordonnée par les lettres patentes du 9 avril 1489 : il est précisé que pour un s de rente, il sera versé 22 s 6 d de forte monnaie La vente a lieu du 20 au 25 mai 1489 en présence de Jean de l’Espinay, trésorier et receveur général de Bretagne. Une liste fait apparaître 30 acheteurs se rendant acquéreurs de 57 L 13 s 6 d ob de rente pour une somme de 5 218 L 13 s 11 d. Les achats s’échelonnent entre 3 s ob pour la plus faible valeur et 12 L 6 d ob de rente pour la plus élévée. Les acheteurs sont surtout des Guérandais, et la mention de Jean Jouan du Croisic n’est peut-être pas seulement destinée à le distinguer d’un homonyme tant la tension est grande alors entre les deux villes. Ce sont avant tout des nobles ou des hommes connus comme notaires ou notables de la ville de Guérande. Dans l’immédiat pour le duc le résultat reste limité. Absence de liquidités ou contexte politique défavorable, Il semble que soient respectés les prix pratiqués d’ordinaire lors de ces ventes forcées, mais le jeu de la dépréciation monétaire rend l’achat intéressant120.

  • 121 ADM, 3 H 8, f° 98-99, M. Jones, Recueil…, n° 66 ; ADLA, B 19, f° 141 v° ; ibid., B 21, f° 83 ; ibi (...)

140Certaines de ces opérations sont sources de conflits. C’est le cas pour les dons à l’abbaye de Prières dont la chronique des ordres de paiement est alimentée d’injonctions au receveur ordinaire à payer des arrérages, ainsi le 22 janvier 1366 ou entre 1510 et 1526121.

  • 122 Ibid., B 51, f° 321-322 ; ibid., B 569, f° 39 v°, ibid., B 568, f° 168 v° ; ibid., B 52, f° 72 v°- (...)

141Parfois, l’affaire prend un tout autre aspect en raison de la personnalité du bénéficiaire. Ainsi, à la suite de la concession faite le 21 octobre 1526 à Tristan de Carné de l’usufruit des 299 œillets appartenant au roi, auxquels doivent s’ajouter 55 œillets alloués aux dominicains de Guérande lorsque la concession qui leur est accordée arrivera à son terme. La valeur du don est de 300 L et ne correspond qu’à une partie du revenu du domaine de Guérande. Or le 26 mars 1530, Palamidès Gontier, trésorier et receveur général de Bretagne, interrogé au bureau de la Chambre sur le fait qu’il n’apparaît pas en charge du revenu de Guérande répond qu’il n’en avoit peu riens recevoir parce que T. de Carné en prend le tout du revenu. La Chambre rappelle que T. de Carné ne peut prétendre qu’à 300 L. L’ordonnance de réunion du domaine conduit à la saisie des biens concédés. Mais dès le 7 août 1532, Tristan de Carné obtient du roi un mandement de main levée afin que les 300 L lui soient à nouveau assignées. La mesure est renouvelée le 1er mai 1534 pour 3 ans. Dans son rapport Antoine Bullioud à la date du 25 juin 1537 demande au procureur d’engager des poursuites contre les héritiers de T. de Carné, poursuites qui n’aboutirent pas122.

Les régaires sous l’administration ducale

  • 123 Ibid., E 66 ; ibid., B 8 f° 30, ibid., B 11, f° 68 v°.

142En cas de vacance du siège épiscopal de Nantes, les régaires sont administrés par le duc. Les officiers nommés à Guérande ne sont pas les mêmes que ceux placés en d’autres lieux : ainsi, Jean de La Fontaine pour la période du 8 août 1398 au 31 janvier 1399 est-il receveur for et excepté ce qui en est au terrouer de Guerrande. Le 4 mars 1477 à la suite du décès d’Amaury d’Acigné, sont nommés à Guérande des officiers ducaux en place aux postes correspondant aux leurs : Jean André est sénéchal ; Jacques du Verger alloué ; Jean Le Teixero procureur ; Pierre de Kerguisec receveur. À la mort de Pierre du Chaffault le 11 décembre 1487, les régaires de Guérande sont à nouveau saisis123.

  • 124 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 696-703, 815-847 ; ADLA, B 2, f° 95-96 ; ibid., B 4297 (...)

143Le temporel est également mis sous séquestre lors de la longue querelle qui oppose l’évêque Guillaume de Malestroit puis son successeur Amaury d’Acigné au pouvoir ducal. Le 7 septembre 1462, François II ordonne la saisie. Des officiers ducaux sont nommés pour l’administrer : à Guérande, Jean Riou succède au receveur de l’éveque, Alain Huon, dont le compte est fait le 3 avril 1462. Un compte de J. Riou est connu pour la période du 11 septembre 1462 au 25 septembre 1465. Cet état de fait est confirmé le 6 juillet 1464 où il est précisé que le duc tient lesdits regaelles. La négociation menée pour faire lever l’interdit mis par l’évêque sur le domaine ducal du diocèse, appliqué entre le 15 novembre 1462 et le 13 janvier 1463, conduit François II à laisser le prélat lever ses dîmes de Guérande124.

  • 125 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 834 ; ADLA, B 6, f° 128-128 v° ; ibid., B 4, f° 4 v°, (...)

144B.-A. Pocquet du Haut-Jussé évoque un compromis qu’il qualifie d’« assez bizarre » : le duc gardant en sa main la régale, il interdit à l’évêque de résider à Nantes, mais ce dernier dispose de son domaine de Guérande. Il étaie son affirmation sur l’affaire Alain Huon. Ce dernier, receveur et procureur de l’évêque pour ses régaires de Guérande, après avoir refusé de rendre son compte au vicaire général, le fait devant Robert Ruallo et Jean de La Roche. Ayant été déclaré en debet et s’estimant lésé, il en appelle au pape dont il obtient une commission. Il s’en suit une longue querelle jusqu’en 1469. En fait, A. Huon est connu comme receveur des régaires pour 1455, et c’est son compte fait et non encore conclu le 3 avril 1462 qui est l’objet du litige. Le sequestre reste attesté : le 29 juin 1468, le duc s’adresse aux receveurs particuliers des revenues du regaelle de Nantes tant au païs nantoys que en Guerrande ; en avril 1470, il est mentionné lors des plectz des régaires de Guérande que le duc les tient en sa main ; le duc autorise des appels aux grans jours du regaille de Guerrande, en 1466, 1467, et 1468125.

  • 126 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes …, p. 841 ; ADLA, E 75/5, 7-8, ibid., B 121, f° 190 v°- 195 (...)

145La querelle se poursuit. B.-A. Pocquet du Haut-Jussé attribue à Pierre Landais l’initiative d’« une déclaration collective, une sorte de référendum ». Un mandement convoque les vassaux des régaires de l’évêque de Nantes. Ceux de Guérande le sont en ce lieu le 14 février 1472. Les envoyés du duc font part du projet d’envoi d’une ambassade à Rome pour demander au pape de suspendre l’évêque. Après en avoir délibéré, l’initiative est approuvée par les chanoines d’un côté et par les nobles et manants du fief des régaires de l’autre. Les chanoines, s’exprimant par la voix d’Yves Le Guiriec, déclarent qu’ils connoissent bien le duc, qu’ils demeurent dans le duché et que les ducs sont leurs seigneurs souverains, qu’à ce titre ils obéissent aux establissements et ordonnances ducales, qu’ils usent de la monnaie ducale d’or et d’argent, au prix auquel le duc lui pleist ordonner, qu’ils sont tenus d’obéir en armes au duc selon l’état et puissance de chacun, qu’ils sont sujets aux tailles, subsides et autres impositions voulues par le duc. Ce tableau des devoirs des sujets ducaux tracé, les vassaux de l’évêque précisent que les évêques doivent être obéissants au prince en raison de son temporel, qu’ils sont membres des états de Bretagne, soumis à un serment de fidélité qu’ont accepté les précédents évêques, ce qui les place sous la protection et sauvegarde du duc. L’attitude de l’évêque Amaury d’Acigné est donc condamnable, n’ayant pas de cause valable, ni pour refuser le serment, ni pour jeter l’interdit sur le diocèse. En fait, A. d’Acigné n’a agi, c’est tout notoire, que pour tollir et oster au duc l’obeissance que luy appartient par cause dudit regaire et l’atribuer à autre et par ce moyen faire fissure et division oudit pays et en l’estat et gouvernement ancien d’icelui, qui par le tems pourroit tourner à la totale subversion dudit. Dans l’affaire, A. d’Acigné s’est allié à des malveillants et hayneux et y persevere de pis en pis. L’acte précise que la ville et terrouer de Guérande sont ports et havres de mer aisibles à descente des ennemis et qu’en cette période il y a grand inconvenient au duc et sondit pays. Il est convenu de remonstrer au pape l’iniquité et mauvaiseté d’A. Acigné, les dangers cheüx par guerre ou autrement, l’interdit étant scandaleux parce qu’il oblige à enterrer en terre prophane, ce qui pourrait conduire à l’avenir à des voies de fait contre les gens d’Église. Des procureurs sont désignés, ils doivent accompagner les ambassadeurs : Jean Le Prieur, docteur en droit, et Alain de Kerguiziau, prévôt de la collégiale, délégué par le chapitre126.

  • 127 N. Travers, Histoire…, t. II, p. 154, 158 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 845 ; ADLA (...)

146L’ambassade ducale ne part pas cette année-là. Des envoyés gagnent l’Italie en décembre 1474, mais sans les procureurs désignés par les vassaux des régaires. A. d’Acigné semble avoir eu la possibilité de rentrer à Nantes au moins pour une courte durée, une bulle du 26 avril 1476 le dit résidant hors de Nantes. C’est peut-être dans ce contexte qu’il convient de situer le procès qui oppose en 1475 les paroissiens de Saint-Aubin de Guérande et l’évêque de Nantes à propos de l’officialité de Guérande. À cette date, les régaires de Guérande restent aux mains du duc comme en atteste la mention d’un compte tenu par Guillaume Le Teixero, receveur pour le duc des régaires de Guérande pour la période du 30 avril 1474 au 13 mars 1477. La disparition d’A. d’Acigné et la nomination de l’évêque Bernard du Chaffault rétablit la concorde et l’évêque reçoit la main levée sur ses régaires127.

  • 128 Ibid., B 12, f° 19 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 208-209 ; ADLA, B 11, f° 109, 123 v°, ibid., (...)

147La tension resurgit à la suite de la nomination de Robert d’Espinay recommandé par le roi Charles VIII, puis celle de Jean d’Espinay, alors qu’Anne soutient la candidature de Guillaume Guéguen. Le 30 octobre 1489, la duchesse ordonne aux juges de Guérande de faire défense au chapitre, aux gens d’Église, sous peine de saisie et de bannissement, de recevoir aucune lettre pour l’évêché de Nantes hormis celles de Guillaume Guéguen et de ne verser aucun des revenus de l’évêché à Robert d’Espinay. Les régaires restent saisis et l’appel aux grands jours de Nantes émane de l’autorité ducale : le 27 janvier 1490, la duchesse ordonnant la continuation et assignation de ceux-ci à Guérande, le siege espicopal vacant128.

  • 129 N. Travers, Histoire…, t. II, p. 244, 250 ; ADLA, B 17, f° 138, ibid. G 38, f° 1 ; AN, minutier ce (...)

148D’après N. Travers, le temporel de l’évêché est demeuré saisi pendant l’épiscopat de Robert puis de Jean d’Espinay, mais la juridiction spirituelle revient à l’évêque. Or à Guérande existe une administration au service de l’évêque. Pierre Le Bouteiller est pendant sept ans receveur de Jean d’Espinay. Le compte d’Antoine Sorel ne mentionnant qu’un compte de ce receveur conclu le 2 juin 1489, celui-ci paraît être un premier compte. Le 10 février 1497 encore, Jean d’Espinay vend à son neveu 150 muids de sel de ses salines de Guérande129.

Les seigneuries

  • 130 ADLA, 1 E 713 ; ibid., 59 J 2 ; ADM, E 5104, pour 1503-1504, 1506-1507, 1509-1511, 1517 ; ADLA, 19 (...)

149Les quelques comptes conservés ne concernent souvent que des parties de seigneuries, ainsi ceux de Jean Maderan pour le baillaige de Soursac en Mesquer tenu entre 1421 et 1423 ; de Jacquet Guégan pour ce qui dépend de la seigneurie de Tréambert commencé en août 1459 et conclu le 13 octobre 1460, et pour 1469, et 1510-1511 ; des recettes de Saint-Lyphart, de Poissevin, de Saint-Molf, et en partie de la grande recette de la seigneurie de Crémeur entre 1503 et 1517 ; de ce qui tenu des régaires par le seigneur de Beaulieu en juin 1529 ; des ressources situées dans le terrouer dans les comptes de la seigneurie d’Assérac, en 1458, 1500-1501, 1513- 1514. A cela s’ajoutent deux comptes concernant la seigneurie de Saint-Nazaire pour 1514-1516130.

  • 131 ADLA, 1 E 270.

150Le compte de Jean Maderan pour la période du 1er août 1421 au 12 août 1423 fait apparaître un ensemble de personnes : le receveur qui reçoit 8 L de gages pour ces deux années de fonction ; un sénéchal, Jean Le Bouteiller, crédité d’une livre par exercice ; et des rsonnages qui sont des envoyés du seigneur. Les revenus immuables s’élèvent pour deux ans à 81 L 9 s 1 d, plus de 9 mines d’avoine, 15 gelines. Des recettes muables, on connaît les taux et amendes, la recette apurée la première année s’élève à 3 L et la seconde année non apurée à 4 L 19 s 4 d. Au chapitre des mises, figurent cinq paiements faits par le receveur qui représentent 17 L 10 s, mais l’essentiel concerne l’exploitation de la vigne. La production de vin peut être acheminée vers Beaulieu, comme c’est le cas en 1421, mais en 1422 elle est vendue. Le froment est battu sur place puis acheminé vers Beaulieu, et l’avoine est stockée et envoyée vers Beaulieu lorsque le besoin s’en fait sentir, par exemple lors du mariage de Guillaume de Saint-Gilles ou lorsque le duc vient à Guérande en 1422131.

  • 132 ADM, 3 H 8, f° 118-119, 286, M. Jones, Recueil…, n° 156 ; ADLA, B 1472 ; ibid., B 1450 ; ibid., B (...)

151L’abbaye de Prières est représentée sur place par un gouverneur : frère Raoul le 13 juillet 1370 ; en 1497 frère Jean Duffray, alors que Bertrand de Bellouan pour 1470 à 1496 est désigné comme procureur et homme habile pour les choses guerandaises. Des prévôtés se rencontrent dans les seigneuries de Campsillon – le prévôt de Piriac est tenu de fournir sep et lieu couvert pour emprisonner et mectre en prison les delinquans, faire la recette, les exploits de justice et les bannies –, d’Escoublac et encore de Saint-Nazaire où le seigneur d’Ust est prévôt de la vicomté. Pour ces grandes seigneuries, une administration complète et une cour sont en place : pour la seigneurie d’Escoublac le 22 novembre 1503 il est fait mention des delivrances sur semaines, le 13 octobre 1509 Jean Rogon est procureur de la seigneurie ; pour Saint-Nazaire en 1514-1515 Olivier de Lanvaulx est sénéchal, Philippe Lucas, alloué, Pierre Jouan, procureur, aux gages de 5 L, le receveur Geoffroy Georges recevant 10 L ; pour Campsillon, Jean de Reneguy, châtelain receveur, apparaît à plusieurs reprises dans le dernier tiers du xve siècle. Cette administration se complète de la présence de sergents banniers et de forestiers. La vicomté de Saint-Nazaire prétend à quatre sergents exempts de fouage, trois à Saint-Nazaire (un bannier, un receveur des froments et un des deniers) et un à Saint-André. Cette présence des sergents étant un signe de seigneurie, plusieurs se sont vues conférer le privilège d’en disposer, ainsi les Carné pour leur terre de Crémeur le 25 septembre 1441. Des seigneuries de moindre importance disposent également d’un personnel administratif. Celle de Lauvergnac pour 1516-1528 est dotée d’un sénéchal de la cour de Lauvergnac en la baronnie de La Roche et d’un au terrouer de Guérande, d’un alloué, d’un procureur, d’un receveur ; le poste principal est celui de procureur : pour cette seigneurie qui ne dispose pas de haute justice et dont les possessions sont dispersées, il est un personnage-clé pour la défense des intérêts du seigneur132.

L’administration de la ville de Guérande

152Cette administration repose d’abord sur des pouvoirs partagés entre le duc et l’évêque auxquels s’ajoutent la présence d’un capitaine et la mise en place d’une administration municipale.

Le cadre féodal : les pouvoirs partagés entre le duc et l’évêque

  • 133 Ibid., E 74/8.

153Les droits de police et de justice sont en partie partagés dans la ville et pour certains éléments dans la paroisse, voire au-delà. Cette situation est ancienne : elle pourrait remonter, en partie au temps de la création du bourg de Guérande. Elle est propice à des conflits de juridiction qui sont suivis de règlements. Le premier arbitrage connu est rendu le 26 décembre 1332133.

  • 134 Dom Morice, Preuves…, t. II, 519.

154À la fin du xive siècle, les problèmes juridictionnels réapparaissent. Aux états de Rennes, en mai 1386, un appel émane du conseil ducal et concerne Pierre Hamon, homme estagier de l’évêque, à propos d’un contrat relatif à une prinse d’héritage. S’agit-il d’un cas individuel d’appel ou révèle-t-il une situation plus tendue134,

  • 135 ADLA, E 74/14, ibid., E 74/7, ibid., G 62, f° 238 v°, R. Blanchard, Lettres…, n° 1286.

155Plusieurs enquêtes ont lieu au début du xve siècle. Pour deux d’entre elles, celles du 27 juin 1411 et de 1417, les dépositions des témoins sont conservées. À ces enquêtes s’en ajoutent deux autres entre 1399 et 1402 connues par leurs simples mentions faites par certains témoins déposant en 1417. Une ordonnance ducale du 23 février 1418 statue sur l’ensemble du contentieux135.

  • 136 ADLA, 74/14, f° 18-22 v°, 72-72 v°.

156La première enquête fait suite à une initiative de Monde Radowell. Ce dernier impose que les mesures à sel soient marquées non plus aux signes du duc et de l’évêque mais seulement à celui du duc. La querelle est symbolique, ces signes sont des marques de seigneuries ; elle engage également des aspects matériels puisque la correction, les amendes et la juridiction les concernant ne sont plus que du ressort du pouvoir ducal. L’affaire est évoquée devant la duchesse de Bretagne ; le Conseil justifie la décision de Monde Radowell, considérant que l’évêque n’a que la spiritualité sur les marais comme en Saillé et Batz et ailleurs es fiez des barons. Aussi, la marque de l’évêque, une semblance de mitre ou/et une crosse, ne peut-elle plus être utilisée à côté de celle du duc, un écusson à trois hermines, que dans le fief proche de l’évêque. Face aux réclamations de l’évêque Bernard, il y a nouvelle enquête. Le droit de l’évêque est reconnu. On revient à un étalonnage commun qu’applique le garde des mesures Hervé Sarzau. Cela dure trois ans, puis le procureur ducal, Pierre de Lorme, impose à nouveau comme seul signe et contrôle ceux du duc136.

  • 137 Ibid., E 74/14, f° 78-85 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1286.

157L’enquête de 1411 fait suite à une décision de l’abbé de Pornic qui pour une maison située au faubourg Saint-Michel desavoue l’évêque en faveur du duc. Sur place, Pierre de Lorme fait valoir les droits du duc. L’enquête est conduite par James Le Flazne, sénéchal de Guérande. Les témoins produits par l’évêque le 27 juin 1411, dont seules les dépositions sont connues, attestent des droits de l’évêque sur cette maison137.

  • 138 ADLA, E 74/14, passim ; ibid., E 239 f° 24 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1286.

158L’enquête de 1417 répond aux plaintes de l’évêque qui dénonce les entreprinses et novalitez mises en place par les officiers ducaux. Elle doit établir ce qu’est le gouvernement ancien. Elle est menée par Olivier de Chamballon, sénéchal de Nantes, et Riou, procureur ducal. Si la question de la mesure du sel est à nouveau évoquée, il s’y ajoute douze articles concernant les principaux aspects de l’administration commune du duc et de l’évêque à Guérande : le règlement et l’organisation de la foire de Saint-Michel ; les assignations des vendanges ; l’étalon des mesures à vin pendant la foire de Saint-Michel ; les débats qui sourdent pendant cette foire ; la juridiction concernant les estrangers ou viatours qui commettent des délits sur le pavé de la ville, ou dans ses faubourgs ; la juridiction des cas et delis commis le samedi, jour de marché ; les mesures à blé et à vin dans la paroisse de Guérande ; la juridiction des mauvese denrées, viande, poisson et pain ; les tutelles des mineurs dans le cas où le mineur est homme de l’évêque et le tuteur à désigner l’est du duc ; la question de savoir si le duc est assujetti à la dîme sur les salines qui lui adviennent par achat ou confiscation ; la mouvance de la maison Chuygnart, et celle de la maison Michel Boudi. Pour les témoins, la plupart des questions en débat font suite aux initiatives, qu’ils datent d’entre 6 et 15 ans, du procureur ducal Pierre de Lorme. Dans chacun des cas, celui-ci agit seul au nom du duc et ne tient plus compte des agents de l’évêque. Certains évoquent l’action de Monde Radowell au sujet de la mesure du sel, de celle des blés et du vin et à propos des délits du samedi au marché. Pour trois autres questions, c’est l’action des receveurs ducaux qui est mise en cause : pour la dîme des salines, selon un témoin, c’est Jean du Quenet qui, il y a 34 ans, a refusé de payer aux fermiers de l’évêque et du chapitre de Guérande les dîmes sur les oeillets de salines nouvellement acquis au duc soit par desherence ou forfaiture ou autrement ou encore confiscation. Pour la maison Chuygnart, Jean Moysan, ayant baillé à Chuygnart certaine charge de lever certaines gabelles et n’ayant pu s’en faire payer, saisit cette maison qui est ensuite arrentée par le receveur Rusciquel au nom du duc pour une paire d’éperons dorés. Pour la maison Michel Boudi, receveur du duc, mort sans compter, le duc la fait accenser pour 10 s de rente. Ainsi, le personnage central est-il P. de Lorme. D’après d’un témoin rapportant la rumeur publique, le procureur du duc aurait agi par haine d’Olivier Hebebar, officier de l’évêque. De fait, au-delà des questions d’hommes, le problème posé est bien celui de l’exercice du pouvoir à Guérande138.

159L’ordonnance qui fait suite à cette enquête est datée du 23 février 1418. Elle reconnaît que les trois maisons dont la mouvance est débattue relèvent du fief épiscopal. Surtout, elle s’emploie à régler l’ensemble du contentieux. La mesure à sel sera merchiee du duc et de l’évêque selon un étalon gardé dans la communaulté en la ville ou ses faubourgs par un commis du duc et un de l’évêque nommés communaument, cette mesure s’appliquant à l’ensemble du terrouer de Guérande. Le profit lié à l’ajustement sera partagé. Pour les éventuelles amendes, celles frappant les gens du duc reviennent au duc, et celles affectant les hommes de l’évêque à l’évêque. Au sujet des dîmes des terres acquises ou escheües par desherance, le duc s’engage à les payer, certaines salines anciennes restant cependant exemptes. Les mesures à blés et à vin pour la paroisse de Guérande sont baillees, ajustees et visitees à la façon acoustumee, la mesure étant aux marques de l’évêque et du duc et son contrôle effectué en commun par les officiers des deux autorités. Dans la paroisse de Guérande, l’assignation des vendanges se fait assemblement selon la formule ancienne et les cas de non-respect du ressort des juges en commun. Les bannies de la foire de Saint-Michel sont faites par un même bannier, les mesures à vin utilisées dans les tavernes, les aulnes des drapiers et marchands, ajustées et contrôlées en commun ; les amendes éventuelles sont à commun prouffit ; en cas de débat durant la foire, la connaissance en est commune aux juges du duc et de l’évêque et les amendes partagées. Pour les cas, deliz et excés, perpétrés en la ville ou ses faubourgs le samedi, c’est-à-dire le jour du marché, la juridiction en est, là aussi, commune, la delivrance faite par le juge dont le sergent est le premier saisi du cas, l’autre appelé, et les amendes communes. Le contrôle de la qualité des denrées, viande et poisson en ville et dans les faubourgs est effectué en commun et les jugements faits assemblement.

  • 139 ID., ibid., n° 1286.

160L’esprit de l’ordonnance est le retour à l’usement et gouvernement anciens. Cependant, deux articles soumis à l’enquête ne trouvent pas leur expression dans l’ordonnance. Il s’agit de la juridiction des estrangiers ou viatours qui commettent des délits sur le pavé de la ville ou dans ses faubourgs. D’après les témoins, alors qu’elle était jusqu’alors exercée en commun, P. de Lorme l’a réservée aux seuls officiers du duc. Il s’agit encore de la tutelle des mineurs dans le cas où le mineur est estagier de l’évêque alors que ses parents pouvant en assurer la garde le sont du duc. P. de Lorme établit que, dans ce cas, les mineurs sont pourvus d’une tutelle uniquement par la cour du duc, allant à l’encontre de la règle ancienne selon laquelle la cour compétente était celle dont dépend le mineur. Par ces enquêtes et cette ordonnance, le duc manifeste son rôle d’arbitre et son respect des règles venues de la tradition, mais, dans deux cas particuliers, il affirme la primauté de son pouvoir judiciaire139.

161Il faut attendre 1459 pour dans nos sources voir réapparaître une tension. À cette date, l’évêque rappelle qu’il dispose d’un sénéchal à Guérande qui tient ses pletz et connaît de toutes causes criminelles et civiles, qu’il a le droit de bailler communément avec les officiers les mesures à blé et à sel, en un certain lieu, par un homme qui en réponde au duc et à l’évêque, et que les amendes éventuelles sont communes. Puis en onze articles, il présente les points faisant l’objet d’une contestation. Celle-ci porte d’abord sur l’exercice en commun de la police et de la justice : les sergents du duc ne doyvent executer seuls les actes émanés de la cour du duc sur les hommes de l’évêque, et, dans ce cas, ils doivent de plus requérir le juge de l’évêque qui a seul exercice de justice et qui agit alors par rogat, assignation devant une cour ecclésiastique. L’évêque s’élève contre la volonté des officiers du duc qui s’efforcent aucunes foiz à connaître des debatz et autres exceis qui, de jour ou de nuit, ont lieu sur le pavé ou de nuit, dans les jardins et maisons de la ville, alors que cela ressortit à l’évêque fors les jours de foire ou marché où la juridiction est commune entre le duc et l’évêque.

162Cette défense du pouvoir seigneurial de l’évêque s’exerce encore face à des décisions prises par le pouvoir ducal. À propos du billot levé en la paroisse de Guérande, l’évêque précise que le duc est tenu d’appeller l’évêque afin qu’il se consente parce que les habitants de la ville et de ses faubourgs relèvent très largement de son fief, et si les officiers du duc ont compétence à juger les hommes de l’évêque à propos de la fiscalité ducale, ils ne doivent pas par ce moyen chercher à les juger en action personnelle. Il est dénoncé encore la volonté des officiers du duc de se réserver la connaissance des debatz pouvant intervenir lors des foires de Saint-Yves d’une part, de Saint-Pierre et de Saint-Paul d’autre part. L’argument avancé par les officiers ducaux, à savoir que ce sont là des créations nouvelles, est réfuté : l’évêque fait valoir qu’elles ont lieu es fiez dudit evesque et que la forme acoustumee au temps precedent est une gestion commune qui doit être la règle pour ces foires nouvelles.

  • 140 ADLA, E 74/62, f°3, 5 v°, 9-10 v° ; ibid., E 74/63, f° 3 v°, 6 ; ibid., B 1511, f° 1529 v°. B.-A. (...)

163Enfin, l’évêque fait part d’une série de dommages subis à la suite de différentes initiatives ducales. Tout en défendant ses intérêts, il se fait le porte-parole de ses hommes. La réfection des murs de la ville s’est faite sur la terre et fié dudit evesque, ce qui les a amoindriz et a diminué ses propres rentes. La levée d’un cens de guet est dénoncée comme une charge financière sans objet réel, le guet n’étant pas assuré. Les deniers de certains billots ont été détournés puisqu’ils ont été utilisés pour payer le salaire du lieutenant, du contrerolle, du portier et pour certaines donations ducales. La taxe exigée sur les vins vendus en gros est jugée moult greveuse et suscite l’opposition des hommes de l’évêque et des gens d’Église. D’autre part, le duc Jean a créé une gabelle sur les sels vendus au terrouer de Guérande et que l’on emporte par charroi, aussi les marchands ont-ils préféré charger à Faugaret, en Assérac. C’est pourquoi, au terrouer de Guérande, alors qu’il y venait 3 000 à 4 000 charrettes, il n’en vient plus que 60 ; et l’évêque qui percevait la moitié de la coustume ancienne, soit 8 d par charrette, est lésé puisque la valeur de la ferme de cette coustume ancienne de 100 à 120 L est tombée à 20 ou 30 L. Le fait que soit mentionné pour 1411 un revenu pour la coustume ancienne de saunetage et de vinaige s’élevant à 31 L 15 s, c’est-à-dire un chiffre qui évoque celui cité par l’évêque, conduit à dater l’initiative ducale antérieurement à cette date, sans que l’on puisse préciser si la mesure est liée à la réforme de la fiscalité sur les sels intervenue en 1360. L’évêque dénonce encore la mise en place de nouvelles impositions qui affectent le commerce des sels, tant par terre, par mer et que par la Loire, ce qui diminue ses revenus ainsi que ceux de des feaulx de l’évêque et des gens d’Église ; aussi demande-t-il de les exempter de ces impositions et d’autres taxes levées en la rivière de Loire qui avaient été mises en place avec l’accord du duc et de l’évêque140.

  • 141 ADLA, G 62, f° 238 v°, 244, ibid., G 2, art 20 ; ibid., E 219/18.

164Ces récriminations sont-elles prises en compte, Dans une déclaration, le duc réitère qu’il consent à ce que l’évêque ne paie aucun devoir ou coutume sur toutes les productions provenant de ses heritages et qu’il pourra les faire voiturer, tant par terre, rivière ou par eau, dans toute l’étendue du territoire du diocèse, rappelant ainsi une mesure énoncée lors du concile de Nantes en 1264. Le 22 avril 1459, encore, intervient une transaction à propos de la mesure du sel de Guérande. Dans le renouvellement du billot du 6 novembre 1461, le mandement ducal fait état des remontrances émises par les nobles, bourgeois, manans et habitans de la ville et de la paroisse de Guérande selon lesquelles des deniers de billot ont été employés à des usages non prouffitables à la fortification de la ville, que le devoir levé sur la vente des vins en gros est de peu de valeur et difficile à appliquer. Le duc indique que les deniers ne peuvent être affectés qu’à la fortification et il supprime cette taxe. Elle est remplacée par une autre qui s’ajoute à celle levée sur la vente du vin au détail qui est maintenue. Le billot est affermé au plus offrant par le capitaine avec l’avisement des officiers ducaux et épiscopaux, des gens du chapitre, des nobles, bourgeois, manans et habitans de Guérande appelés en nombre suffisant, sans que le capitaine ou son lieutenant ne prenne le dozain denier par livre pour leurs chausses. S’il n’est pas fait écho des demandes exprimées par l’évêque – le billot renvoie au pouvoir municipal –, le texte ducal s’y réfère et précise que les mesures ont été prises o le consentement de l’évêque et le duc exprime sa volonté de ne pas porter atteinte aux franchises, libertez et immunitez de l’Eglise de Nantes. Ainsi le duc affirme-t-il, de façon habituelle mais appuyée, d’une part, le respect des règles traditionnelles et du pouvoir seigneurial et, d’autre part, corrige les abus et mauvais fonctionnements dénoncés141.

  • 142 Ibid., E 131, f° 202 v°.

165Sur place, les problèmes semblent subsister ou resurgir. Le 31 juillet 1462, le conseil ducal ordonne à Jacques du Verger, alloué de Guérande, d’enquêter sur le donné à entendre par l’évêque que ses officiers sont en possession d’être appelés en la juridiction commune avec les officiers du duc à justicier les prinsonniers ainsi prins142.

  • 143 Ibid., B 1520, f° 2141 v°.

166Après les querelles qui marquent l’épiscopat d’Amaury d’Acigné, la réconciliation entre le nouvel évêque, Pierre du Chaffault, et le duc conduit ce dernier le 18 septembre 1478 à renouveler les règlements concernant la police et la justice exercée conjointement à Guérande entre les deux administrations ducale et épiscopale, celle-ci laissant la place à la seule administration ducale lorsque les régaires passent sous le contrôle ducal143.

L’administration municipale

  • 144 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 23-34.

167En Bretagne, jusqu’à la guerre de Succession, les villes sont dépendantes de l’autorité seigneuriale à laquelle elles sont soumises. La Bretagne n’a pas connu aux xie et xiie siècles de mouvements d’émancipation urbaine. Les éléments d’explication retenus sont l’état de sous urbanisation relative du duché, le caractère moins oppressif du système féodal, un décollage relativement tardif des villes à une époque où les mouvements communaux ne sont plus d’actualité144.

  • 145 A. de La Borderie, Histoire…, t. III, p. 133-138, 151-152 ; ID., Recueil…, p. 139 ; ID., Nouveau r (...)

168De la fin du xie au xiiie siècle, et au-delà pour certaines villes, la Bretagne vit au temps des « municipalités paroissiales ». L’institution civile de la paroisse s’établirait dès les xie et xiie siècles, mais il est difficile de préciser à partir de quand les habitants des villes prennent en charge l’administration temporelle de leurs paroisses d’autant plus que le mouvement, selon les lieux, s’est réalisé à des dates différentes. À Guérande, peu de traces peuvent être trouvées de son existence avant le xve siècle. En 1206, dans la donation du domaine par Philippe Auguste, est cité un tenemento burgensium de Guerrandia quod est in Larmor ; à cette date, les paroissiens semblent disposer de biens et sans doute d’une organisation. En 1306-1308, dans des extraits d’un compte est mentionné un procureur, mais le fait qu’il soit question de dîmes conduit à penser qu’il s’agit d’un représentant de l’évêque et non des bourgeois ou de la fabrique. La mention du chapitre, dans ce même extrait, est à relever. L’établissement d’un chapitre doté d’une mense capitulaire propre venue d’un partage de revenus, qui jusqu’alors avait été aux mains du seul évêque, a dû favoriser l’émergence d’une administration particulière ayant en charge le temporel de l’église. On peut penser qu’à l’instar de ce que l’on trouve dans la plupart des centres urbains bretons à la fin du xive siècle, les habitants de la ville participent à la gestion de celui-ci. Il y a là le cadre d’une vie communautaire, d’une prise de conscience de l’appartenance à une collectivité qui sont autant de bases pour les futures municipalités145.

  • 146 AP Guérande, vol. I, f° 24 ; ADLA, G 297 ; ibid., B 10, f° 224-225 ; ibid., 198 J 72 ; AP Guérande (...)

169Quelques noms de procureurs de la fabrique sont connus : le 10 mai 1462, Guillaume de La Lande et Jean Le Barbier ; en 1475, Jean du Verger, alors que, Pierre Deniel et Gilles Le Barbier sont trésoriers ; le 11 août 1487, Gilles Bellanger et Jean Boucher. Jean Le Barbier réside près de la chapelle Notre-Dame-la-Blanche. Jean du Verger, sr du Verger, est abbé de la confrérie Saint-Nicolas en 1482 et fermier du billot en 1488 : il apparaît comme un représentant de la petite noblesse impliquée dans la vie urbaine. Pierre Deniel demeure en ville ; il possède dans le domaine ducal 5 œillets de marais salants, 2 parcs de terre, quelques vignes, et 21 s de rente ; en 1489, il verse plus de 13 L pour affranchir des rentes ; il est membre de la confrérie Saint-Nicolas ; il apparaît comme un représentant de la bourgeoisie146.

  • 147 ADLA, G 297 ; ibid., B 10, f° 224-225 ; ibid., B 28, f° 63, 86-86 v° ; ibid., B 574, f° 372 v°, R. (...)

170Leur rôle de porte-parole et de défenseur des intérêts de leur église apparaît en 1475, à propos de l’affaire du droit d’appel de l’official de Guérande. La gestion des fonds est illustrée en août 1487, lors de l’achat de 104 œillets de salines. Le versement en 1523 de 500 L t accordées par le roi pour la redifficacion de leur église, aux gens d’Eglise, bourgeois, manans et habitans de la ville de Guérande révèle le rôle classique de la fabrique dans la construction et l’entretien des bâtiments. Enfin, un acte du 24 octobre 1543 montre un autre domaine d’intervention de la fabrique, celui de la levée des impôts. À cette date, les contributiffs à fouaige de la paroisse Saint-Aubin remontrent que, du fait que certains sont plus chargés d’impôts que d’autres, des habitans ne veullent souffrir que l’esgail soyt faict sur le grant ; aussi les procureurs sont-ils contraints de payer sur les deniers de leur église : ceci montre que la législation de 1426, selon laquelle le fouage est levé dans chaque paroisse sans distinction de fié ne de seigneurie, n’est pas appliquée. En revanche, nous ignorons les ressources de la fabrique, hormis la mention de rentes sur des maisons et de biens, en particulier des oeillets de salines147.

  • 148 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 34-38, 83 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1439-1440, 1583-1584 ; M. Jon (...)

171La période de la guerre de Succession marque une évolution décisive pour la mise en place de l’administration municipale. Le conflit révèle l’importance décisive des villes. Chaque camp, affaibli par la guerre, se doit de s’assurer le plus d’appuis possibles, et les villes sont essentielles pour contrôler le territoire. D’autre part, sur place, le capitaine, qui est rouage essentiel mis en place par le duc, doit tenir compte de l’avis au moins des plus riches ou des plus compétents, car la contribution financière exigée par l’effort défensif conduit ceux-ci à s’organiser pour contrôler l’utilisation de l’argent prélevé par le prince. Les privilèges obtenus par Nantes et Guingamp illustrent cette évolution, mais d’autres villes ont pu en obtenir. Une lettre du 23 décembre 1343 du roi d’Angleterre, Édouard III, mentionne des probi homines, terme qui doit désigner les membres élus des conseils qui, comme à Nantes, secondent le capitaine ; cette lettre est destinée aux villes de Quimper, Quimperlé, et Hennebont. Le même jour, Édouard III, dans une autre lettre adressée à l’évêque de Cornouaille, nomme Guérande, Vannes, Redon ainsi que les trois villes précédemment citées. Le nom de la ville est introduit par la formule capitaneo et communitati de…, le terme « communauté » désignant l’ensemble des habitants. Parmi les six villes, trois sont sollicitées pour la levée d’une imposition et pour elles l’expression employée est : probis hominibus et communitati villae de… La tentation est forte de penser que, si Guérande, Redon et Vannes avaient été sollicitées, on aurait trouvé la même expression, reflet d’une sorte de régime « commun » ; mais cet état ne peut pas être confirmé, même si le cas de Redon ajoute à la vraisemblance de l’hypothèse148.

  • 149 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 75-78.

172La documentation concernant la vie municipale à Guérande est inexistante sous le règne de Jean IV (1365-1399). Nous pouvons penser que la réaction contre les villes, qui caractérise la première partie du règne, ne s’applique pas à Guérande dont le terrouer fait partie du domaine ducal entraînant dans sa fidélité au prince la ville qui relève d’un point de vue féodal de l’évêque de Nantes. Impossible de préciser la position de la ville face au duc dans la crise de 1373, faute d’éléments permettant d’apprécier la sigification de sa présence le 29 mars 1373. En 1379, la ville se rallie à Jean IV. Avec la seconde partie du règne de Jean IV, s’ouvre pour les villes bretonnes une période plus favorable, aussi pouvons-nous admettre que, en dépit de l’absence documentaire, les institutions municipales de Guérande peuvent dater du règne de Jean IV149.

  • 150 R. Blanchard, Lettres…, n° 1451 ; ADLA, B 121, f° 191 v° ; infra, p. 174.

173Dans la première partie du xve siècle, le pouvoir ducal est très favorable aux villes. Elles gardent un rôle militaire : en 1420, Jean V ne manque pas de souligner que Guérande est sur port de mer en perilleux avenement des ennemis, formule que l’on retrouve en 1472. Les villes représentent encore par les dons accordés, les aides et les emprunts consentis, un intérêt financier. Elles permettent encore de tenir le territoire étant des relais du pouvoir ducal. À l’intérêt bien compris du prince correspond la volonté des bourgeois. L’enceinte urbaine est certes le garant de la sécurité, mais elle est aussi un signe d’identité et d’affirmation. Elle est l’objet d’une véritable politique d’investissement permise par les impôts dont les revenus sont concédés par le duc. Leur levée par la ville conduit à la mise en place d’une administration bourgeoise, autre signe de différenciation que les privilèges, dont disposent les villes, renforcent. Ces « impôts locaux » levés sur les citadins, les faubourgs et le plat pays environnant, ainsi que la mise en place d’un service de guet et d’entretien des douves, renforcent la domination exercée par la ville sur son arrière pays150.

  • 151 R. Blanchard, Lettres…, n° 2659 ; ADLA, E 129/18 ; infra, p. 149.

174La première mention de la levée d’un billot pour Guérande figure le 19 juillet 1415 dans une lettre de non-préjudice accordée par Jean V à Jean d’Ust ; elle fait suite à une décision prise puix nagueres, sans doute au début du règne de Jean V comme en témoigne les attendus du renouvellement du billot accordé le 16 novembre 1461. Ce billot a pu être précédé puis associé un temps à un droit de cloaison levé sur le sel. Sa levée est essentielle puisqu’il implique une administration151.

  • 152 R. Blanchard, Lettres…, n° 1451.

175Pour le pays guérandais, les événements de 1420 sont déterminants. La volonté du duc de récompenser les fidélités et la demande des manans et habitans de nostre pais et terrouer de Guerrande sont à l’origine des lettres patentes du 5 octobre 1420 qui précise ses privilèges. La ville même de Guérande n’est concernée que par un article, commun avec Baz, concernant le guet qui redevient personnel152.

  • 153 J. Kerhervé, L’État…, p. 94-95, 615 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 967 ; dom Morice, Preuves…, t. II (...)

176Guérande, hormis sa participation au titre de l’aide de 1434, ne figure sur aucune autre liste connue de contribuables. Aurait-elle bénéficié d’une exemption totale de contribution volontaire ou contrainte, De fait, le dossier est à reprendre. En 1365, lors de l’extension du fouage à tout le duché, les villes n’obtiennent pas de traitement particulier. Guérande, considérée par le pouvoir comme ayant été l’apanage de Jean de Montfort et qui se montra fidèle à ce camp, a-t-elle bénéficié d’un traitement particulier, L’exemple de Vannes, qui à l’image de Guérande fut un pilier de la cause montfortiste et qui n’est exemptée qu’en 1407 en raison de la joyeuse nativité du duc en cette ville, ne plaide pas pour une telle hypothèse. À la fin du xive siècle, les villes sont imposées : en 1374, l’ordonnance prise par Charles V précisant les pouvoirs du duc d’Anjou nommé lieutenant général en Bretagne, stipule que l’impôt est perçu dans les villes sans exception ; en novembre 1392, il est fait état des rolles des fouages mis generallement es villes, et à cette date seules trois bourgades sont exemptées par décision de Jean IV : Hédé, Ploërmel, Locronan. Guérande doit suivre la règle commune. Dans l’enquête menée à Guérande en 1411, Jean Cramezel, demeurant faubourg Saint-Michel, est cité comme ayant été tailleur et esgailleur du fouage ducal sur les hommes de l’évêque. Lors de la réformation de la noblesse réalisée sans doute en 1427 à Guérande, Macé de Boaisbran, qui réside faubourg Saint-Michel, est déclaré exempté par lettres. Le faubourg est soumis à l’impôt. Le cas de l’annobly Jean Rialen, qui demeure en la ville de Guérande, donne à pense que la ville est soumise au fouage. Cela paraît confirmé par la réformation générale des feux où sont recensés deux ennobliz pour Guérande. Cependant, l’incertitude demeure : la réformation générale des feux ne retient que 24 nobles, alors que celle de la noblesse donne une liste de 45 noms. La différence pourrait s’expliquer par la prise en compte de territoires différents. Mais le classement géographique proposé dans la réformation de la noblesse, entre nobles de la ville, des faubourgs et ceux de la frairie de Saillé, ne permet pas de passer d’un chiffre à l’autre. L’impression est qu’il n’a été pris en compte dans la compilation des enquêtes de la réformation générale que du début de la liste concernant la noblesse jusqu’à la mention du sergent du duc : cette portion de liste comporte bien 24 nobles, 2 anoblis, un sergent, qui tous demeurent dans la ville et ses faubourgs. S’il en est réellement ainsi, c’est l’ensemble de la paroisse, ville et plat pays, qui est soumis au fouage153.

  • 154 Ibid., E 205/3 ; ibid., B 1484, AM Nantes, II, 120/14 ; J. Kerhervé, Catalogue…, p. 267, 515.

177Une autre pièce est à examiner. Il s’agit d’une liste non datée de souscripteurs de dons faiz en Guerrande où fut ledit Mauleon. La présence de Guillaume Simon, noté receveur de Guérande, est une indication : il est connu comme lieutenant de Jean Morin, receveur de Guérande en 1419 et 1421. Les noms des autres receveurs ducaux cités dans la liste précisent la datation : Regnault des Champs pour Saint-Aubin-du-Cormier n’est plus en poste après le 14 février 1422, et Yvon du Boais, receveur de Châteauneuf-du-Faou, ne l’est qu’après le 1er novembre 1421. Ainsi le document date-t-il de la fin 1421 ou du début 1422. Il comporte 118 patronymes. À chaque nom correspond une somme, cependant, à 6 reprises, 2 à 4 personnes se sont associées pour la fournir. Ces sommes sont des versements en pièces de monnaie. L’écu revient le plus souvent, mais on trouve des nobles, des moutonnets, florins, vieils moutons, francs et heaumets. Les versements sont variables, allant d’un quart de noble à 20 écus. Mais les versements égaux à une unité sont les plus nombreux (62 cas). Des institutions religieuses – le chapitre de Guérande, les prieurs de Batz, Saint-Nazaire et de Merquel – et des nobles y figurent. Des 48 noms figurant dans la liste de la réformation de la noblesse s’y retrouvent 5 des 12 nobles demeurant à Guérande, 5 des 9 du faubourg Saint-Michel, et un des 2 du faubourg Saint-Armel auxquels s’ajoutent 5 des 21 nobles de la frairie de Saillé. Un tiers des nobles originaires de la paroisse de Guérande y est enregistré. Enfin, figurent des personnes dont nous savons qu’elles résident dans l’intra-muros. Des habitants de la ville sont soumis à une fiscalité exceptionnelle qui ne peut être assimilée à une aide et donc n’exclut pas une fiscalité ordinaire154.

  • 155 AM Nantes, AA 22, R. Blanchard, Lettres…, n° 2160, 2133 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 615, 622.

178Le 14 août 1434, Guérande est assujettie à l’aide, imposition directe mais atténuée s’appliquant à certaines villes. À ce titre, elle figure au titre des bonnes villes et cotise pour 40 L. Elle se place au 11e rang sur 13 dans la hiérarchie des impositions au même titre que Lannion, Montfort et Quimperlé. Cette apparente faiblesse de la somme est peut-être à mettre en rapport avec une précédente levée d’une taille que l’évêque a acceptée sur les hommes de ses domaines155.

  • 156 ADLA, B 3, f° 32 v° ; ibid., 2 E 1250, f° 136, ibid., B 751 ; ibid., B 1462, ibid., B 1472 ; ibid.(...)

179Par la suite, Guérande n’apparaît plus au titre de l’aide. Est-ce parce qu’elle serait à nouveau imposée au titre du fouage, Un acte du 21 mars 1464 donne corps à cette hypothèse. À cette date, à la suite de la demande des manans et habitans de Guerrande, un mandement enjoint à six habitants de la ville de Guérande, qui prétendent être exemptés de taille et de fouage arguant qu’ils sont praticiens alors qu’ils sont gens partables issuz de bas estat, de contribuer aux impositions. La documentation confirme la résidence et le statut de certains : Guillaume Denigo, Jean Le Bourgeois et Jean Robert sont notaires156.

180Pour expliquer cette évolution, peut-être qu’il faut penser que le système du fouage – en raison de la répartition de la contribution entre ville d’une part, et d’autre part ses faubourgs et son environnement rural, riche de productions agricoles et commerciales – est plus favorable aux citadins.

  • 157 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 82 ; ADLA, E 209/23, f° 20 ; ibid., B 14, f° 116 v° ; ibid., B 16, f° (...)

181Guérande paraît avoir été soumise au fouage jusqu’à la fin du xve siècle, à l’image d’Ancenis, Auray, Clisson, Châteaugiron. Dans l’état des dettes de François II et de la duchesse Anne, rédigé peu après la mort de Charles VIII, il est fait part des remontrances des manans et habitans contributiffs à fouaige de la ville de Guerrande. Ceux-ci rappellent que la reine Anne, sans doute lors de sa joyeuse entree à Guérande à l’automne 1488, leur a accordé une exemption de fouage à condition qu’ils entretiennent une lampe ardente devant Notre-Dame-la-Blanche, dont ils demandent confirmation, ce qui peut donner à penser que la franchise n’est pas appliquée. Le 16 septembre 1503, une enquête est demandée par les frariens de la cueillette de Saint-Michel. Le fouage se perçoit toujours dans le faubourg, mais aussi en ville : un mandement de justice du 19 février 1506 fait état des manans et habitans de la ville de Guérande contributifs aux fouages, et le 4 octobre 1522 Julien Le Febvre est en procès contre les collecteurs du fouage de la ville de Guérande157.

182Au Croisic, la franchise de fouage est obtenue également assez tardivement. L’ampleur des exemptions économiques sur le trafic des sels, blés et vins accordées au terrouer de Guérande a-t-elle paru suffisante, Surtout, à Guérande la bourgeoisie, dont le nombre est limité, éprouve des difficultés à s’exprimer face aux hommes d’Église et aux nobles qui jouent un rôle important et sont par leur statut même exempts. À cet égard la différence est nette avec Le Croisic où la bourgeoisie des marchands mariniers, en nette ascension dans la seconde partie du xve siècle, sait obtenir des privilèges.

  • 158 Dom Morice, Preuves…, t. II, 1569, 1672, M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 183-186 ; A. Bouchart, (...)

183Guérande accède tardivement aux privilèges politiques. Elle n’apparaît représentée aux états qu’à partir de mai 1451, et encore à cette date les bourgeois de Garande sont-ils defaillants, alors que le chapitre de la collégiale de Guérande est représenté par Alain de Quelen dont la présence peut être interprétée comme un signe de la faiblesse de la vie municipale de Guérande. En novembre 1455, la ville est représentée par Jean du Cellier. Ce dernier est-il celui qui est institué le 27 septembre 1457 chancelier de Bretagne et qui est président de la chambre des comptes, Si tel est le cas, la ville aurait-elle voulu compter sur un officier haut placé pour se faire entendre, Guérande figure encore aux états de juin 1462, lors des sessions extraordinaires de Rennes le 26 novembre 1524, et de Nantes le 2 octobre 1539. À cette dernière date, si le chapitre de Guérande est représenté par son prévôt, la ville ne l’est pas par son procureur des bourgeois, comme en 1524, mais par Michel Le Boteuc et Nicolas Thébaud, sénéchal et procureur royaux : autre signe d’une vie municipale peu autonome158.

  • 159 R. Blanchard, Lettres…, n° 2558 ; ADLA, B 1519, f° 2068 v° ; ibid., B 102, f° 128 v°-129.

184Dans le domaine économique, nous reviendrons sur les avantages obtenus par le terrouer le 5 octobre 1420. Concernant plus particulièrement Guérande, les 15 janvier 1437 et 4 juin 1437 Jean V crée une foire franche au faubourg Bizienne, puis une foire simple de Saint-Pierre et Saint-Paul159.

  • 160 Ibid., E 129/18-19, ibid., B 8, f° 115 v° ; ibid., B 12838/2, f° 316, ibid., B 12838/1, f° 254 v°  (...)

185Les modalités de l’attribution des fermes du billot et du contrôle des comptes du miseur permettent de se faire une idée du fonctionnement des institutions municipales. La baillée est faite, selon les mandements des 6 novembre 1461, 28 octobre 1464, et 26 mai 1477, par le capitaine ou son lieutenant agissant avec l’avisement des officiers ducaux, des officiers de l’évêque, des gens du chapitre et des nobles, bourgeois, manans et habitans de la ville appelés en nombre suffisant. À la reddition des comptes doivent figurer le capitaine, des officiers ducaux, ou trois d’entre eux, dont le capitaine ou son lieutenant, un auditeur des comptes, des officiers de l’évêque, des gens du chapitre, des nobles, bourgeois, manans et habitans. Les trois éléments qui participent à l’administration apparaissent : les gens du duc, ceux de l’évêque et de la ville. Il est possible qu’après 1480, une autre procédure se mette en place. En 1482, il est ordonné que les miseurs comptent à la chambre des comptes. Cependant, le 7 juin 1508 le compte du miseur doit être ouï sur place, mais cette procédure n’est que formelle, le contrôle de la gestion restant centralisé160.

  • 161 ADLA, B 121, f° 190 v°-195.

186La place des gens de la ville est en partie précisée par un acte du 14 février 1472 où, lors de la réunion des vassaux de l’évêque, est évoquée une assemblée par maniere de commun conseil dont les présents – 109 noms cités et autres plusieurs notables gens – sont réputés être la maire et plus saine partie desdits hommes et feaulx. On est en présence d’une assemblée générale ouverte. Elle est réunie sur l’initiative ducale, et destinée à avaliser un texte proposé par le duc prenant position contre l’évêque, seigneur temporel de la ville Guérande161.

  • 162 Ibid., B 2, f° 25 v ° ; ibid., B 11, f° 255 ; ibid., E 129/18 ; ibid., B 51, f° 17-20 ; ibid., E 2 (...)

187Ainsi sur place, les décisions ducales s’imposent-elles. C’était déjà le cas le 16 mars 1462, avec la nomination par le duc d’un contrerolle de la ville ; encore le 13 août 1488, dans un contexte politiquement difficile, lorque le duc donne pouvoir à son lieutenant général dans le terrouer de Guérande de retenir avec luy, troys ou quatre des plus saiges gens du terrouer pour le conseiller. Cependant, le duc tient compte des autres pouvoirs en place : dans le renouvellement du billot du 4 novembre 1461, il dit répondre aux demandes des nobles, bourgeois et habitans de Guérande et fait état du consentement de l’évêque. Le prince peut accepter les demandes formulées, par exemple en 1493 le pouvoir royal prend acte de l’opposition manifestée à la décision prise de créer une prévôté au Croisic et annule celle-ci. Mais le pouvoir peut prendre des engagements qui ne sont pas honorés, ainsi dans le domaine financier : certaines taxes dont la levée étaient communes entre le pouvoir ducal et le pouvoir seigneurial de l’évêque semblent au bout d’un certain temps ne revenir qu’au seul duc ; c’est encore le cas pour l’exemption de fouage concédée à la ville par la duchesse Anne162.

  • 163 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 28, 97-100 ; N. Travers, Histoire…, t. I, p. 428.

188La présence d’un capitaine a de fortes incidences administratives. La guerre de Succession a généralisé une charge dont on ignore sa date de création. À Guérande, en 1343, Guillaume du Verger, lieutenant du conte dans le Guerrandois, exerce une des responsabilités majeures du capitaine, celle de diriger les travaux de défense : il fait ainsi abattre des clôtures, des arbres, des fossés et des maisons situées dans le fief de l’évêque. Ses décisions ayant été attaquées devant la cour pleniere du comte à Guérande, G. du Verger comparaît, défend son point de vue et obtient de continuer les travaux en prenant l’engagement de ne point prejudicier à l’evesque de Nantes et à son fief163.

  • 164 Dom Morice, Preuves…, t. II, 524, M. Jones, Recueil…, n° 588.

189Ce rôle du capitaine se retrouve le 19 mai 1386. Un appel de l’évêque de Nantes est examiné en parlement, le prélat s’élève contre la destruction ordonnée par Éon de Rosmadeuc d’un mur de pierre joignant la closture et fortification. Le parlement donne raison au capitaine du duc car l’evesque n’y devait pas toucher aux fortifications sans le congé de Monsieur. Les pouvoirs de contrôle et de décision du capitaine en sortent renforcés : l’évêque devra en référer désormais au capitaine. Cet épisode illustre la vigilance du pouvoir ducal à faire appliquer des règlements qui ont trait à la chose militaire, donc à la souveraineté164.

  • 165 ADLA, E 136/11 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1499-1500.

190Le serment que prête Guillaume de Lesnérac le 15 février 1390 souligne le rôle militaire du capitaine de ville. Celui-ci s’engage en touchant de sa main les saints Évangiles à être avec le duc et son fils contre tous, sans fraude ne mal engin y penser, à vouloir l’estat et honeur de la duchesse, le bien de leurs enfants, à défendre leur droiz, franchises et libertez, à rendre la dicte ville et tour lorsqu’il sera requis, à garder au duc la ville ouverte, à ne pas la translater sans son commandement, sous peine d’être déclaré parjure et desloyal chevalie, et ses armes mises à revers. Les responsabilités militaires du capitaine le conduisent à assurer l’approvisionnement en vivres et munitions, à être présent lors de l’affermage des billots et à la reddition du compte du miseur dont il assure le contrôle, à réglementer et organiser le guet, à veiller à l’entretien des fossés et des douves ; et en temps de guerre, il assure la mise en défense, puis la défense de la ville165.

  • 166 ADLA, B 10, f° 189.

191Le capitaine est aussi un administrateur civil qui joue un rôle important surtout au début du xve siècle. Il représente le duc dans la ville. Il est celui ou l’un de ceux qui détiennent les clés de la ville : le 9 mars 1487, il est ordonné à Gilles de La Claretière de les remettre à Jean de Chamballon, son successeur. D’une façon symbolique, la monumentalité du châteletlogis de la porte Saint-Michel, résidence du capitaine, souligne la présence ducale et de son représentant166.

  • 167 Dom Morice, Preuves…, t. II, 896 ; ADIV, 2 El 17, La Landelle (1) ; ADLA, E 74/62, f° 10 ; ibid., (...)

192Nous ignorons le montant de la solde de l’officier. Le revenu ne doit pas être négligeable puisqu’il est dit le 1er avril 1415 que Henri du Parc ne prend nul gage pour ce qu’il doit estre content des capitaineries qu’il a de Rennes et de Guerrande. Les revenus supplémentaires apparaissent mieux. Martin de La Landelle en 1450 est forestier et garde de la garenne du duc et des marais. En 1459, le capitaine ou son lieutenant bénéficie de la levée d’un cens de guet qui s’élève à 6 s 8 d par feu et par an, et l’évêque de Nantes donne à entendre que la taxe revient tout entière au capitaine et à son lieutenant. Ceux-ci reçoivent encore avant le 6 novembre 1461 le dozain denier par livre lors de l’adjudication du billot. D’autre part, il est fait état de dons et de paiements divers par le duc : ainsi à Jean de Chamballon, le 20 mars 1487 don d 180 L ; le 16 novembre 1489 paiement de 400 L ; puis en janvier 1490 de 750 L167.

  • 168 Ibid., 74/14, f° 11 v°.

193La liste établie des capitaines est incomplète (annexe 10). Leur durée en fonction paraît assez brève, au moins pour la première partie de notre liste. Les avènements de Pierre II et François II sont marqués par des mutations. Il n’y a que dans le cas de Martin de La Landelle où la capitainerie de Guérande et du Croisic sont réunies, mais ce pourrait être éventuellement le cas avec Jean de Serent cité dans une enquête de 1417 comme capitaine de Guérande168.

  • 169 A. de La Borderie, Recueil…, p. 139 ; ADLA, E 557 ; ibid., E 1227/1.

194Au xive siècle, les capitaines ont des attaches locales : par exemple, Guillaume du Verger dont un ancêtre est témoin de la donation en 1206 du domaine de Guérande par Philippe Auguste ; Jean Malor est sr de Marsaint, en Saint-Nazaire ; Guillaume de Lesnérac cité le 3 octobre 1360 à propos de salines et dont la famille est possessionnée à Escoublac. Au moment de la guerre de Succession, puis du retour d’exil de Jean IV, l’importance des fidélités locales est essentielle169.

  • 170 ADM, 9 J 6, Assérac ; ADLA, B 1460, ibid., B 1484 ; supra, p. 74.

195Ensuite, les capitaines de Guérande appartiennent à la noblesse bretonne, tels Tristan de La Lande, Henri du Parc, Jean de Muzillac et Robert Lespervier. Hommes bien placés à la cour, ils jouent un rôle important au gouvernement. Être capitaine de Guérande ajoute un office à une liste déjà importante. Ils sont en général peu présents sur place, mais cette absence est compensée par la présence d’un lieutenant et par le fait que certains officiers sont liés à des familles locales : Charles de La Ville-Audren est cité le 24 juin 1428 à Assérac, pour des biens appartenant à sa femme ; Jean de Muzillac est lié aux Muzillac qui tiennent les seigneuries de Trévaly et de Cleux-Sérac. Les liens personnels sont forts, et nous avons proposé d’expliquer l’importance de la dissidence de la noblesse guérandaise en 1487 en partie par la défection du capitaine de Guérande, Gilles de La Claretière170.

  • 171 Supra, p. 101-102.

196La guerre d’Indépendance remet en valeur les fonctions militaires du capitaine. Dans le pays guérandais, cela s’accompagne d’une réorganisation déjà évoquée171.

  • 172 ADLA, E 133/13 ; ADV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 89 v°-90, 96-97, 116 v° ; ADLA, B 22, f° 168 v°, ibid.(...)

197Enfin, la fonction de capitaine de Guérande devient héréditaire dans la première partie du siècle xvie siècle au profit des Carné, seigneurs de Crémeur, famille de la moyenne noblesse bretonne installée dans le pays guérandais. Cette famille joue un rôle en Bretagne et elle est présente à la cour de France. Tristan de Carné figure en janvier 1500 parmi les 50 gentilshommes de l’hôtel d’Anne. Il est le 17 octobre 1512 à la tête de la capitainerie de Brest, puis le 1er décembre 1513 de 500 hommes de pied. Il accompagne la reine d’Amboise à Lyon en 1515. Il est maître d’hôtel de la reine Claude en 1515, charge qu’il exerce encore en 1526. Le 15 novembre 1523, il est nommé capitaine d’Auray. Le 11 juillet 1530, il devient maître d’hôtel de la reine Éléonore. En 1535, il représente les états de Bretagne à la cour. Le 8 avril 1536, il rédige son testament et meurt peu après. T. de Carné sait se faire entendre et obtenir de nombreux avantages. Il obtient encore que Louis de Perreau, sr de Castillon, gentilhomme de la chambre du roi, nommé capitaine de Guérande, rétrocède cet office au profit de Marc de Carné, le fils de Tristan. Marc de Carné épouse l’héritière de la seigneurie de Marsaint. Sur place, T. de Carné affirme encore sa présence de façon symbolique, témoins tout à la fois l’érection de son tombeau dans la collégiale Saint-Aubin et, sans doute, la construction du moulin de Crémeur. Il apparaît comme un représentant de cette noblesse seconde qui s’affirme alors172.

  • 173 ADLA, 74/62, f° 10 v° ; ibid., B 11, f° 68 v°.

198Le capitaine dispose d’auxiliaires. Il est assisté d’un lieutenant. Le 24 juillet 1450, Martin de la Landelle reçoit permission de mettre un lieutenant. En 1459, celui-ci reçoit pour gages 40 L assignés sur le revenu du billot. En 1487, Pierre Legrart est lieutenant. On relève encore la présence d’un portier, signalée en 1459, qui paraît être un officier ducal et dont les gages s’élèvent à 20 L173.

  • 174 Ibid., B 121, f° 195 ; ibid., B 1472.

199Guérande n’a pas d’hôtel de ville. En février 1472, la réunion des vassaux de l’évêque se fait dans la maison de Guillaume Gouri, connu comme notaire174.

  • 175 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 85-86, 111, 119.

200Un procureur des bourgeois, dont la charge est de défendre les libertés et privilèges urbains, est présent aux états de 1524, c’est-à-dire à une date tardive, alors qu’en 1539 il laisse la place à des officiers royaux. Comme dans d’autres villes d’importance moyenne, l’officier municipal par excellence est le miseur175.

  • 176 ADLA, E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17 ; J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 119 ; Rosmorduc (de), La nobles (...)

201La mention de miseur n’apparaît qu’à partir du 28 novembre 1454, mais la fonction existe avant cette date puisqu’elle est liée à la levée du billot. Ses gages sont de 40 L. Peu de noms sont connus : Jean Jouan en 1457-1458 ; Pierre Reczac le 16 mars 1462 ; Pierre Talguern le 20 avril 1467 ; Rolland Gaultier le 14 mai 1490. Le miseur a en charge la recette des deniers municipaux, la construction et l’entretien de l’enceinte et les paiements à accomplir en faveur de certaines personnes. Sa responsabilité financière est évoquée : par exemple, le 20 avril 1467 mandement est obtenu par P. Talguern contre P. Reczac, son prédécesseur, afin que l’on enquête pour savoir si le second doit à la ville 500 écus et 39 L et voir s’il est tenu d’achever la construction d’ung pan de mur ; P. Reczac se retourne alors contre les sous fermiers pour obtenir le paiement de certaines sommes dues176.

  • 177 ADLA, B 1472, ibid., B 126/122 ; ibid., H 603, f° 26 ; AP Guérande, vol. I, f° 21, 22 v°, 26 v°, 3 (...)

202Que savons-nous de ces miseurs, J. Jouan, dont la résidence guérandaise est citée le 3 juin 1469, doit être rapproché d’une famille mentionnée au Croisic au début du siècle dont l’un des membres est exempté de fouage le 24 juillet 1428. P. Reczac habite près de la cohue et il est un temps procureur la confrérie de Saint-Nicolas à laquelle adhère aussi P. Talguern. R. Gaultier dispose d’une maison à Guérande ; le 21 mai 1489, il débourse 95 L pour s’affranchir de rentes dans le domaine ducal ; il est en 1492-1493, procureur de la confrérie Saint-Nicolas ; le 14 août 1497, il déclare tenir du duc 29 oeillets et 35 s de rentes et il est dit marchant demeurant à Guerrande. Guillaume Gaultier, sans doute son frère, est connu à Bordeaux comme affréteur d’un navire chargé de vin. Avec lui, la présence bourgeoise marchande apparaît à la tête des affaires municipales177.

  • 178 ADLA, E 74/62, f° 10 v° ; ibid., B 2, f° 25 v°, ibid., B 4, f° 95 v°.

203En 1459, est mentionné un contrerolle : ses gages sont de 20 L. Le 16 mars 1462, est institué à ce poste Jean Karahès, valet de chambre ducal, qui reçoit là une fonction honorifique et une gratification supplémentaire178.

  • 179 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 83-84, 148-149 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2659 ; ADLA, E 129/18.

204Les ressources municipales sont principalement constituées par les billots dont les premiers apparaissent en Bretagne dès la fin du xive siècle pour ne se généraliser et ne se fixer qu’au début du siècle suivant. À Guérande, il est concédé au début du règne de Jean V, les lettres de non-préjudice obtenues par Jean d’Ust le 19 juillet 1415 doivent être placées peu après cette concession. Le billot est ensuite constamment renouvelé et il est fait allusion à des mesures prises sous François Ier, Pierre II, Arthur III, et encore François II, ce dernier renouvelant pour deux ans le billot s’achevant à la Toussaints 1461. À cette date, sa quotité est au dixième sur le vin vendu au détail179.

  • 180 Ibid., E 157/5 ; ibid., E 74/60, f° 10-10 v° ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1712 ; ADLA, E 74/62, (...)

205Il paraît avoir existé un temps un droit sur le sel pour la cloaison. Ce droit est connu par une décision du sénéchal de Guérande du 12 septembre 1431. Cette taxe pourrait être celle dénoncée en 1459 par l’évêque de Nantes et consistant en un prélèvement de 3 s par livre sur la valeur des sels sur chaque charrette portant un demi muy de sel ; appliquée pendant une certaine durée, elle n’est plus levée à cette date puisque dès le 19 octobre 1457 le billot ne porte que sur les vins. En 1459, les taux d’imposition sont connus : sur le vin vendu au détail, l’apetissement est au dixième, quelle que soit l’origine du vin ; sur les vins en gros, la taxe est de 5 s sur chaque pipe de vin venant hors de ce duché, 2 s 6 d sur la pipe de vin nantais et 12 d sur celle de vin breton du pays. Le renouvellement du billot le 6 novembre 1461 prend acte des demandes des Guérandais qui font savoir que la reparation n’est pas achevée, que le devoir de 12 d sur chaque pipe de vin vendus en gros est de peu de valeur. Aussi le billot est-il prorogé pour trois ans, mais son assiette est corrigée : la taxe n’est plus levée que sur les vins vendus au détail, mais apparaît un devoir de cloison portant sur chaque cheval chargé de poisson frais, salé ou paré qui sera mené par la paroisse de Guérande hors du terrouer et qui s’élève à 20 d sur chaque charge180.

  • 181 Ibid., E 129/19-20 ; ibid., B 8, f° 115 v° ; A de La Borderie, « La cathédrale de Nantes. Document (...)

206Ces impositions sont prorogées le 28 octobre 1464 pour 6 ans. La taxe sur le poisson est précisée. Les charges taxées sont celles prises et menées de la paroisse de Piriac et des autres paroisses, et acheminées hors du terrouer. Le renouvellement se fait le 19 décembre 1470 pour six ans, puis le 26 mai 1477 pour six ans, la taxe sur les vins étant alors au vingtième. Plutôt que d’envisager un allégement fiscal, il faut songer à un nouveau mode d’imposition à l’image de ce que l’on connaît à Nantes où l’apetissement au dixième, puis au douzième, est remplacé, en raison des fraudes, par un système qui fait que le vendeur, sur chaque somme de 20 d de vin vendu au détail, paie une taxe de un denier, soit au vingtième. Le nouveau rapport, qui tient compte de l’augmentation du prix de la quarte, limite le prélèvement réel qui reste de ce fait stable. Un renouvellement intervient le 20 juin 1488, date à laquelle les revenus provenant du terrouer de Piriac sont affectés pour six ans au parachevement du cail, havre et chaussée de Piriac. Cependant, l’affectation prioritaire du billot est la fortiffication et reparacion de la ville et à l’achat d’artillerie181.

  • 182 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 158.

207Le droit de billot sur les vins et les droits de cloaison sur le poisson sont les seules ressources municipales connues. On ignore les moyens financiers dont dispose la ville à partir de ces ressources. Elles pourraient être comprises entre 950 et 1500 L dans la seconde moitié du xve siècle182.

  • 183 ADLA, B 2, f° 29 v° ; ibid., E 157/5, ADM, 9 J 6, Guérande, ADLA, E 74/47, f° 39-41 ; ibid., E 129 (...)

208Pour la levée des deniers municipaux, le système de la régie a été utilisé puisque sont attestés le 26 mars 1462 des receveurs du billot. Mais, très tôt, à Guérande, on rencontre des fermiers. C’est le cas pour le droit de cloaison en 1431 dont les fermiers cités sont outre Perrot Joudin, deux nobles, Pierre de Prieuc et Jean de Troffiguet, et un anobli, Jean Rialen. P. de Prieuc est un habitué des fermes : en 1417, il déclare avoir été pendant sept ans fermier du duc et de l’évêque pour les droits de foire. Des fermiers du droit de billot sont mentionnés en 1461, 1464, 1470, 1506, 1508. Des noms apparaissent : en 1488, Jean du Verger ; en 1506 1507, 1508, Simon Compaign et Pierre Pineau ; Antoine Sorel en 1508. Nous avons déjà rencontré J. du Verger. Les autres personnages présentent un profil bien différent : S. Compaign, sr des Métairies, est un petit noble de La Roche-Bernard, et, comme A. Sorel et P. Pineau, il est engagé dans des opérations financières183.

  • 184 Ibid., B 5, f° 83 v°, ibid., B 16, f° 26, ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 7, ibid., B 18, f° 5 v (...)

209Le 13 juin 1467 sont cités des sous-fermiers du devoir de billot chargés de la levée dans un secteur géographique particulier. C’est encore le cas en 1508-1509, avec Jean Sorel et Bertrand Karahès. Ces derniers se placent dans le cadre d’un système de levée redéfini à l’échelon du duché. La levée des billots, dès 1490 et peut-être même dès 1480 puisque les miseurs doivent compter à la chambre des comptes, devient centralisée, ce qui est encore le cas le 12 novembre 1513, date à laquelle il est fait état de Jean de Grohant, fermier général du devoir de billot de l’évêché de Nantes, sauf pour la paroisse de Batz. Mais le 1er février 1522, le roi ordonne que les travaux soient soldés par les receveurs ordinaires ou des fouages et billots plus prochains des lieux où se feraient lesdites reparations. Ce système décentralisé s’impose à compter de 1523, pour laisser en 1539 à nouveau la place à un système centralisé184.

210Le cadre administratif offre une réelle diversité, mais aussi une incontestable complexité. Le nombre important de petites seigneuries et la présence de salines qui sont des éléments du domaine de nombreuses seigneuries contribue à l’émiettement des juridictions. La tension souvent vive, qui marque les rapports entre pouvoir ducal et évêque de Nantes pendant une partie du xve siècle, pèse sur l’administration des régaires. Le recours au système de la ferme pour l’administration du domaine ducal en pays guérandais est précoce. Il contribue, par le lien établi entre la ferme de la prévôté et la recette de Guérande, à renforcer des liens avec Nantes et son port. La présence de la ville de Guérande ajoute un facteur d’évolution avec la mise en place d’une administration urbaine, largement contrôlée par le prince par l’intermédiaire de son représentant, le capitaine de ville ou son lieutenant. Guérande, avec ses administrateurs, son budget, son assemblée municipale, s’affirme tout au long du xve siècle. Cependant, à côté d’elle, Le Croisic se développe et s’affirme comme une autre ville du pays guérandais. La question des champs relationnels entre ces deux villes est posée.

Notes

1 Dom Morice, Preuves…, t. III, 746. A. de La Borderie, Essai sur la géographie féodale de la Bretagne, Rennes, p. 17, 97-98, ne retient que huit paroisses.

2 ADV, 3 H 1/782 ; ADLA, B 1477 ; ibid., B 123 ; ibid., 1 E 684, f° 82.

3 Ibid., E 82/28 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1380 ; ADLA, 2 E 1349, J. Kerhervé, « L’impôt direct dans l’évêché de Nantes au milieu du xve siècle, d’après un compte inédit », dans Bretagnes. Art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours, Brest, 1996, p. 209-210 ; ADLA, B 9, f° 60.

4 J. Kerhervé, L’État…, p. 41-44, 831.

5 ADLA, B 1489-1491 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 418-422.

6 ADLA, B 1491, f° 63.

7 Ibid., B 2988, f° 13 v°-14 v° ; ibid., B 1489 (A).

8 Ibid., E 74/62, f° 9 v° ; ibid., B 121, f° 194 v°-195, ibid., E 75/8.

9 Ibid., B, 1479 ; ibid., B 1462 ; ibid., B 1457 ; ibid., B 1484.

10 Ibid., H 608, f° 18 v°-30 ; ibid., B 1484 ; ibid., B 1458 ; ibid., B 1460 ; ibid., G 762 ; ibid., 198 J 138 ; ibid., G 38, f° 3 v°-4, 8 v°-9, 14 v° ; ibid., G 539 ; ibid., B 2988, f° 13 v°-14 v° ; ibid., B 1511, f° 1928 v°-1929.

11 Ibid., E 130, f° 9, M. Jones, Recueil…, n° 503 ; ADLA, E 74/14, f° 78-85 v° ; ibid., G 762 ; ibid., 198 J 96, pièce manquante, transcription G. Villais « Un document de première importance sur les aveux et rentes de Lesnérac », APHRN, 37, 1981, p. 10-11 ; ADLA, G 38, f° 5 v°-8 ; ibid., B 1520, f° 2141 v° ; ibid., 198 J 128.

12 J. Gallet, La seigneurie…, p. 80, 116-117 ; ADLA, E 1228/1. M. Nassiet, Noblesse…, p. 53-55.

13 ADLA, B 1450 ; ibid., B 1455 ; ibid., E 1227/4 ; ibid., B 1452 ; ibid., B 2988, f° 13 v°.

14 Ibid., B 1475.

15 A. Bertrand de Broussillon, La maison…, t. III, p. 50-53 ; ADLA, B 1472 ; ibid., B 2988, f° 19 ; ibid., 1 E 264 ; ibid., 2 E 1250, f° 1-9.

16 R. Blanchard, Lettres…, n° 1600bis ; ADLA, B 1478.

17 Ibid., B 1480-1481 ; ibid., B 2988, f° 14 v°.

18 Ibid., B 1481 ; ibid., 47 J 2 ; A. Guillotin de Corson, Les seigneuries de haute Bretagne, Rennes, 1899, t. III, p. 20, confond la seigneurie de Quilfistre tenue par Riou de Rosmadec, et le manoir vassal de Quilfistre tenu le 31 juillet 1480 par Jean de Quilfistre.

19 ADLA, E 557 ; ibid., 1 E 684 ; ibid., B 1482 ; ibid., B 2988, f° 14-14 v° ; ADIV, 2 Ec, de Carné, 23 ; ADLA, E 1227/6.

20 Ibid., B 1482 ; ibid., B 1455 ; ibid., B 1461 ; ibid., B 2408, f° 64-64 v°.

21 Ibid., B 1455-1462, ibid., B 1478, ibid., B 1480, ibid., 1484 ; ibid., B 1442, ibid., B 1484 ; ibid., B 1453 ; ibid., B 1475, ibid., B 1484 ; ibid., B 1478-1479, ibid., E 536 ; ibid., B 1480 ; ibid., B 1481 ; ibid., B 2964, ibid., B 1482.

22 ADIV, 3 H 17, ibid., 3 H 92, ADLA, B 802 ; ibid., H 17-18, ibid., B 767 ; ADM, 3 H 2, p. 77-94, ibid., 3 H 8, p. 57-58, M. Jones, Recueil…, n° 182, ADLA, B 795/1.

23 ADIV, 1 F 494 ; ADLA, B 790 ; ibid., H 33, ibid., H 50 ; ADM, 48 H 20 ; ADML, H 3412 ; ADLA, B 777 ; ibid., B 847, ibid., B 834 ; ibid., B 847 ; ADV, 3 H 1/782, 786-787, ADLA, B 906.

24 Ibid., G 207, M. Jones, Recueil…, n° 45 ; ADLA, 1 E 684, f° 37 v° ; ibid., B 1472.

25 Dom Morice, Preuves…, t. III, 746 ; Caillo, Notes…, p. 169 ; ADLA, E 641, f° 16 v°.

26 Ibid., G 207, M. Jones, Recueil…, n° 45.

27 ID., ibid., n° 783, 1063 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 386 ; ID., ibid., n° 49 ; A. Lejeune, « Les conseillers du duc de Bretagne. Le milieu des hommes de pouvoir en Bretagne au début du principat de François II, (1459-1463) », MSHAB, 1991, p. 119 ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1712 ; ADLA, B 51, f° 41-41 v°.

28 R. Blanchard, Lettres…, n° 642 ; ID.,, ibid., n° 1975, B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 480, 482, 702 ; ADLA, E 182. Un sénéchal de Guérande figure parmi les procureurs désignés, en 1394, par le conseil ducal pour négocier avec Olivier de Clisson en janvier 1394, ibid., E 166/23, M. Jones, Recueil…, n° 962 ; un autre est chargé, en 1479, de l’affaire de l’assassinat de René Keradreux mettant en cause le vicomte de Rohan, N. Travers, Histoire…, t. II, p. 173.

29 A. Demurger, « Guerre civile et changements du personnel administratif dans le royaume de France de 1400 à 1418 : l’exemple des baillis et sénéchaux », Francia, 1978, p. 153-154, 201-202.

30 A. Bourdeaut, « Le Gâvre et ses souvenirs », BSAHNLI, 1910, p. 144 ; ADLA, B 8, f° 117 v°, J. Kerhervé, Catalogue…, p. 360-361 ; ADLA, B 10, f° 267 v° ; ibid., B 13, f° 11 v°,, ibid., B 13, 56-56 v°.

31 Ibid., 2 E 1250, f° 83 v°-84, ibid., B 1458.

32 ADIV, 1 F 1113 ; infra, p. 111.

33 ADIV, 1 F 1123 ; ADLA, B 1484 ; A. Gallicé, « Inventaires après décès d’un agriculteur (1392) et d’une représentant de la moyenne noblesse (1563) du pays guérandais », ABPO, 107, 2000, p. 16-18 ; ADM, 9 J 6, Guérande ; ADLA B 1458 ; ibid., B 1484 ; ibid., B 1462 ; infra, p. 241, 359.

34 R. Blanchard, Lettres…, n° 448, J. Kerhervé, L’État…, p. 830, M. Jones, « Aristocratie… », dans L’État et les Aristocraties…, p. 147-148, ADLA, E 131, f° 133 ; ibid., B 8 f° 30 ; dom Lobineau, Histoire…, p. 738-739.

35 AP Guérande, vol. II, f° 6 v° ; ADLA, E 1227/4 ; ibid., B 32, f° 21 v°.

36 ADIV, 1 F 1123 ; J. Kerhervé, Catalogue…, p. 12, 119, 600 ; ADLA, E 680 ; ibid., E 198/24 ; supra, p. 93 ; ADLA, B 11, f° 242 v°.

37 Ibid., E 1230/1 ; ibid., E 74/14, f° 54 v° ; ibid., E 198/30, cité encore en 1470, ibid., E 242/7, f° 9 v° ; ibid., B 1482.

38 Ibid., E 74/14, f°1, 21, 73 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 247, 2691 ; ADLA, B 2, f° 72 v° ; ibid., B 10, f° 221 v° ; ibid., B 13, f° 56 ; AP Guérande, vol. I, f° 33 v° ; ADLA, B 27, f° 211 v° ; ibid., E 1380 ; ibid., B 53, f° 45-46.

39 Ibid., B 9, f° 166 v° ; ibid., G 389 ; ibid., E 74/8, f° 3 v° ; ADM, 9 J 6, Guérande, Saint-Molf.

40 ADLA, E 74/14, f° 78, 25 v°.

41 ADM, E 5106 ; ADLA, B 1520, f° 2540 ; ibid., G 32, f° 293 ; ibid., B 28, f° 124 v°. M. Jones, « Les origines et le développement du notariat en Bretagne à la fin du Moyen Âge », MSHAB, 67, 1990, p. 5-27.

42 ADLA, 1 J 227/8, n° 4, ibid., 2 E 1350 ; ibid., B 21, f° 131 v°.

43 Ibid., G 38, f° 45 ; ibid., B 1455.

44 Ibid., B 8, f° 140 ; ibid. B 34, f° 222 ; ibid., B 28, f° 200 v° ; ibid., E 641, f° 9 v°, mais 3 à 4 fois, ibid., B 25, f° 210-212, et 4 fois, ibid., E 1229/1, f° 36 v° ; ibid., B 26, f° 53 v°, ibid., B 27, f° 115 ; ibid., B 32, f° 22 v° ; ibid., B 116, f° 24-24 v° ; ibid., G 1, XXXII ; ibid., G 1, art 5, f° 1 et 3 ; ibid., E 74/20, f° 2 ; ibid., E 242/10, f° 39 ; ibid., B 19, f° 62 v° ; ibid., B 14, f° 115 ; ibid., B 14, f° 111 v°, 115 ; ibid., B 27, f° 155 v° ; J. Gallet, Seigneurs…, p. 270-271 ; A. Giffard, Les justices seigneuriales en Bretagne au xviie et xviiie siècles (1661-1791), Paris, 1903, p. 38-39, 58-62.

45 ID., ibid., p. 65-66 ; ADLA, B 27, f° 133 v°-136 ; ibid., B 34, f° 221 v°-222.

46 Ibid., E 1227/4 ; ibid., B 24, f° 132 ; ibid., 28 J 55 ; ibid., B 25, f° 210-212 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1286 ; ADV, 3 H 1/786 ; ADLA, E 1228/4 ; ibid., E 977 ; ibid., B 17, f° 60 v°, ibid., B 19, f° 151 ; ibid., B 28, f° 224.

47 Ibid., B 24, f° 152-153 v° ; ibid., B 28, f° 107-108 v° ; ibid., B 26, f° 120-120 v°.

48 Ibid., B 9, f° 165-167 ; ibid., B 27, f° 211 v° ; ibid., B 34, f° 105 v°.

49 Ibid., B 123 ; ibid., B 14, f° 34 v°, ibid., B 19, f° 62 v° ; ibid., B 24, f° 203, ibid., B 38, f° 62.

50 Ibid., B 22, f° 104 v°-106 v°, 188 ; ibid., B 25, f° 210-212.

51 É. Port, « Alain Bouchard, chroniqueur breton », AB, 1924, p. 517-522 ; BNF, ms fr 5503, f° 161v°-162.

52 ADLA, E 128/19 ; ibid., B 14, f° 64 ; ibid., B 18, f° 232-232 v°, ibid., B 19, f° 62 v°, 91 v°, 151 ; ibid., B 24, f° 182-183 ; ibid., B 37, f° 90, 188.

53 Ibid., 198 J, ibid., 2 E 692 ; ibid., B 8, f° 91, ibid., B 9, f° 60, ibid., B 22, f° 37 v° ; ibid., B 2, f° 97 v°, ibid., B 3, f° 169, ibid., B 35, f° 9 v° ; ibid., B 5, f° 41 ; ibid., B 7, f° 149 ; ibid., B 17, f° 66.

54 Ibid., E 74/14 ; ibid., B 23, f° 241.

55 R. Blanchard, Lettres…, n° 1622 ; ADLA, B 5 f° 118bis, ibid., B 8, f° 10-11 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 283, ADLA, B 9, f° 75 v° ; ibid., B 10, f° 175- 176 v°.

56 Ibid., B 6, f° 142-143 v°, ibid., B 10, f° 175-176 v° ; ibid., B 5, f° 8 ; ibid., B 6, 47 v°-49, 59 v°, 125 v°-126, ibid., E 127/4 ; ibid., 1 Mi 63 ; AM Nantes, II, 120/20, dom Lobineau, Preuves…, 1202, ADLA, B 2, f° 74-75, 82, 87 ; ibid., B 3, 125-125 v°, ibid., 1 Mi 63, ibid., E 242/7, f° 9 v°, dom Morice, Preuves…, t. III, 282 ; ADLA, B 8, f° 18, 87-87 v°, 97 v°, ibid., E 127/2.

57 Ibid., B 5, f° 61 v°, 65 v° ; dom Morice, Preuves…, t. III, 201, 282, 322, 402, ADLA, B 8, f° 4-5 v°, ibid., E 128/5, ibid., B 9, f° 40-42 v°, 68 v°-70, 114-117, ibid., 1 Mi 63 ; ibid., B 10, f° 199 v°- 201 ; ibid., B 12, f° 2 v°-3 v°, 7, 21, 30 ; ibid., E 1229/1, f° 32-32 v° ; ibid., B 5, f° 105-107, 112 v° ; ibid., B 10, f° 254, 269 v°.

58 R. Blanchard, Lettres…, n° 2688 ; BNF, ms fr 11542, ADIV, 1 F 629, f° 29 ; A. de Barthélémy, Mélanges historiques et archéologiques sur la Bretagne, Paris, 1868, p. 93, dom Morice, Preuves…, t. III, 461 ; ADLA, B 6, f° 147 v°, ibid., B 10, f° 203 v° ; ibid., B 6, f° 145, 147 v°.

59 Ibid., B 11, f°9, 48 v°-49, 68 v°, 79-79 v°, 148, 158 v°, 180 v°, 225, 259 v° ; ibid., B 10, f° 217 v°, ibid., B 11, f° 47 v°, 255 v°, 73 v°.

60 M. Planiol, Histoire des institutions de la Bretagne, 4 vol., Mayenne, 1981-1982, t. IV, p. 21 ; M. Nassiet, Pauvreté…, p. 73-74.

61 ADLA, E 151/11-12, ibid., B 12838/1, f° 93, ibid., E 1169, f° 12 v°-13 ; ibid., B 12838/2, f° 386 v° ; ibid., B 2, f° 80, ibid., B 3, f° 46-46 v°.

62 G. de Saint-André, C’est…, v. 3412-3425 ; ADLA, B 1482, f° 1.

63 Ibid., E 129/18-19.

64 R. Blanchard, Lettres…, n° 2659 ; ADLA, E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17, ibid., B 12, f° 83 v° ; ibid., B 17, f° 33.

65 R. Blanchard, Lettres…, n° 1451 ; ADLA, E 74/62, f° 10 ; ibid., B 6, f° 136 ; ibid., 47 J 2 ; AM Nantes, EE 244, f° 48 ; supra, p. 80, 82-83.

66 ADLA, B 10, f° 206 v°-207 v° ; ibid., B 11, f° 200 ; ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17, ibid., 12 JJ, Saint-Nazaire, 9, ADLA, B 12, f° 83 v°, 108.

67 Ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17 ; Chronique du religieux de Saint-Denys contenant le règne de Charles de 1380 à 1422, éd. M.-J. Bellaguet, rééd, Paris, 1994, t. III, p. 198-201 ; ADLA, B 2, f° 93 v° ; ibid., B 6, f° 127-127 v°136 ; ibid., B 8, f° 98-98 v°, dom Morice, Preuves…, t. II, 431-432 ; ADLA, B 9, f° 117-117 v° ; ibid., B 11, f° 202.

68 A. Longnon, Pouillés…, XLVII-XLIX, p. 261-265, 270, 289-290, 296, ADLA, G 112 ; Cartulaire de Redon…, p. 513-515, G. Mollat, Études…, p. 72-73, 131-133 ; ADLA, G 98 ; ibid., G 297.

69 L. Maître, « Situation… », p. 498 ; ADLA, B 739, f° 1-3 v° ; ibid., G 112, A. Longnon, Pouillés…, p. 289-290, 296, ADLA, G 40/2, ibid., G 112, f° 7, 9 ; ibid., B 29, f° 52 v° ; ibid., G 539, ibid., G 581, ibid., G 448, ibid., G 585, ibid., G 389 ; ibid., 47 J 4.

70 Ibid., G 97 ; ibid., E 74/8, f° 2 v° ; ibid., E 74/14, f° 81 v° ; ibid., G 539 ; ibid., G 716 ; ibid., G 747 ; ADV, 3 H 1/782 ; AP Guérande, vol. I, f° 57 v° ; ADLA, G 38 ; ibid., G 297, ibid., G 62, f° 6, 18, 288.

71 Ibid., G 716 ; AP Guérande, vol. I, f° 57 v°, 40 v°, 50 ; N. Travers, Histoire…, p. 292 ; ADLA, G 38 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 895, ADM, E 52, p. 128.

72 Dom Morice, Preuves…, t. II, 1154 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1605.

73 ADLA, B 2954 ; ibid., B 2, f° 44 v° ; ibid., B 3, f° 73 ; ibid., B 6, f° 3, 135 ; ibid., B brefs et comptes de ports, ibid., B 3, f° 43-44 ; ibid., B 4, f° 114 v° ; ibid., B 11, f° 184 v° ; ibid., B 4297, f° 584 ; ibid., B 20, f° 180 ; ibid., 1 Mi ec (R 1) (A), f° 130 ; ibid., B 568, f° 164-165.

74 J. Kerhervé, L’État…, p. 90 ; ADLA, B 2988, f° 12 v°, R. Blanchard, Lettres…, n° 2590, J. Kerhervé, Catalogue…, p. 355 ; ADLA, B 13, f° 95, ibid., B 568, f° 70 v°.

75 J. Kerhervé, L’État…, p. 102-108 ; ADLA, B 3, f° 168, ibid., B 4, f° 39 ; ibid., B 5, f° 86, ibid., B 6, f° 7 v° ; ibid., B 9, f° 32 v° ; ibid., B 11, f° 107 v°, f° 258 v°-259 ; ibid., B 12, f° 29 v°, 66 ; ibid., B 13, f° 11 v° ; ibid., B 24, f° 274 ; ibid., B 5, f° 87, ibid., B 11, f° 13.

76 G. Buron, Éléments et propositions pour l’autopsie d’un dialecte breton, 1993, dactyl. ; J.-C. Cassard, « Le breton dans le procès de canonisation de Yves Helori (Tréguier 1330) », dans Bretagne et Pays…, p. 364-366, 373-374 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « La règle d’idiome en Bretagne au xve siècle », Mélanges bretons et celtiques offerts à M. J. Loth, AB, hors série, 1927, p. 249-250 ; C.-J. Guyonvarc’h, « Aux origines du breton. Le glossaire vannetais du chevalier Arnold von Harff, voyageur allemand du xve siècle », Celticum, 26, 1984, p. 34-35, 86-87, 115-123 ; J. Fonteneau, La cosmographie avec l’espère et régime du soleil et du nord, éd. G. Musset, p. 155 ; C. Loyer, « La langue bretonne parlée à Piriac au xviie siècle », RPO, 1857, p. 626-629, G. Buron, « Le suffixe breton -ed dans l’onomastique guérandaise », BSAHNLA, 1998, p. 69 ; Dubuisson-Aubenay, Itinéraire de Bretagne en 1639, éd. L. Maître et P. de Berthou, Nantes, 1898, p. 176-177.

77 AP Guérande, vol. I, f° 17 v°, 58 ; ADLA, E 198/29 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 83-84 ; ADLA, B 24, f° 74 v° ; ibid., B 36, f° 47-48 v° ; ibid., 1 Mi ec (R 1) (A), f° 146 v° ; A. Gallicé, « Quelques… », p. 360-361.

78 J.-P. Pinot, « Les origines de la carte de B. d’Argentré », Kreiz, 1, 1992, p. 214-218, B. Tanguy, « La langue… », p. 21, 24 ; J.-Y. Le Moing, les noms…, p. 28-33 ; E. Vallerie, Traité…, p. 103, 137, 272, 380.

79 M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 142 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 274-275 ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1194, 1226, 1321, 1605, t. III, 538 ; ADLA, B 8, f° 67 ; Dom Morice, Preuves…, t. II, 1001, 1008 ; ADM, 9 J 6, Guérande, Saint-André-des-Eaux, Saint-Molf.

80 ADIV, 1 F 1111, M. Jones, Recueil…, n° 1359 ; ADLA, B 128/8, M. Jones, Recueil…, n° 773 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 642 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « La règle… », p. 244-245 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 36-40.

81 ADLA, 1 E 260, f° 7 ; C. Estienne, La guide des chemins de France de 1553, éd. J. Bonnerot, 1936, p. 134-135 ; 142-143.

82 ADLA, G 38.

83 Ibid., E 239, f° 24 ; ibid., E 74/14, 25, 28, 50, 64 v° ; ibid., B 10, B 15, f° 108 v° ; ibid., E 299, f° 24 v° ; ADM, E 52, passim.

84 ADLA, B 14, f° 103, AP Guérande, vol. I, f° 34 v°, ADLA, H 603, f° 11 v°, ibid., G 747, ADM, E 52, p. 132, ADLA, B 16, f° 133, ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17, ibid., H 603, f° 12 v°-14, ibid., B 18, f° 232-232 v°, ibid. E 299, f° 24 v°.

85 Ibid., E 74/14, f° 1 v°, 44, 84 v° ; ibid., B 1520, f° 2140 v°-2141 ; ibid., G 38, f° 1 ; ibid., G 762 ; ibid., B 27, f° 44, infra, p. 226.

86 ADLA, G 38, f° 4, 9 v°-14, 20 v°-24, 29 v°, 30 v°, 6 ; second cahier, f° 23, 36 v°, 37 v°, 46-46 v° ; ibid., G 762. Sur le milieu social des fermiers, J.-P. Leguay, Un réseau urbain au Moyen Âge : les villes du duché de Bretagne aux xive-xve siècles, Paris, 1981, p. 138-139 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 468-472.

87 ADLA, B 1103, f° 7 ; ibid., G 38, f° 1-1 v°, 3 v°-4, 19 v°, dernier feuillet, second cahier, f° 30 v° ; ibid., B 1511, f° 1926-1928 v° ; ibid., E 74/8. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 128-131.

88 ADLA, B 1800 ; ibid., B 1511, f° 1930 ; ibid., G 38, f° 3.

89 Ibid., G 38, f° 4, 20, 44 v° ; ibid., B 14, 116 v°. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 137-138 ; J.-L. Sarrazin, « Une urbanisation… », dans Mondes…, p. 332.

90 ADLA, G 38, f° 2 v°, 3 v°, 19 v°. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 134.

91 ADLA, 1511, f° 1931-1931 v° ; ibid., G 38, f° 3-3 v°, 21 v°.

92 Ibid., G 38, f° 14 v°, 21 v°.

93 Ibid., G 38, f° 4 v°-5, 20.

94 Ibid., G 38, f° 5.

95 Ibid., G 38, f° 5, 20 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 479-480.

96 ADLA, E 151 ; M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 212 ; ADLA, H 603, f° 24 v° ; dom Lobineau, Histoire…, p. 848 ; ADLA, G 38, f° 5 v°-9 v°.

97 Ibid., E 74/8, f° 4 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1286 ; ADLA, E 74/14, f° 4, 6, ibid., B 1511, f° 1929-1929 v°, 1931-1932 ; ibid., B 1520, f° 2142 v°.

98 Ibid., G 38, extraits, f° 12-13, 21-21 v°, 25 v°, 41 v°, 46, second cahier f° 30 ; ibid., 38 ; ibid., B 1511, f° 1923 v°-1924, 1931 v°. Mars-avril, et novembre sont les périodes les plus fréquentes pour les ventes.

99 Ibid., G 38, f° 13-14, 21 v°, 43 v° ; ibid., B 1511, f° 1923 v°-1924.

100 Ibid., G 38, 14 v°-18 v°, 22-22 v°, 26 v°, 45, second cahier f° 25-27, f° 51 v°, dernier feuilet ; ibid., B 1511, f° 1923 v° ; ibid., H 603, f° 12 v°-14 ; ibid., B 18, f° 51 v°.

101 Ibid., G 38, second cahier, dernier feuillet non folioté, f° 51 v°. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 139 ; infra, p. 234.

102 J. Kerhervé, Catalogue…, p. 351-364 ; D. Le Page, Finances et politique en Bretagne au début des Temps modernes, 1491-1517. Étude d’un processus d’intégration au royaume de France, Paris, 1997, p. 501-504. Chuygnart n’est pas receveur, il avait été chargé de certaines gabelles sous le receveur Jean Moysan, ADLA, E 74/14, f° 68 v°-69.

103 ADIV, 1 F 1123 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 153-158 ; ID., Catalogue…, p. 308-322, 356-360, 604-605 ; ADLA, B 4295, f° 4 v°-5 ; ibid., B 4297, f° 606 v°.

104 ADM, E 52, p. 43, 45-46 ; ADLA, B 8, f° 130 ; ibid., B 1465 ; ibid., E 641.

105 D. Le Page, Finances…, p. 114-116, 205-207 ; BNF, ms fr 8310, f° 31 v° ; ADLA, E 128/22 ; D. Le Page, Finances…, p. 204-205, 501-502 ; ADLA, E 219/9, ADM, E 52, p. 152 ; ADLA, B 21, f° 83, ibid., B 576, f° 67 ; ibid., B 1481 ; ibid., B 30, f° 153 v°, 219 v°, ibid., B 51, f° 333 ; ibid., B 568, f° 58 v° ; ibid., B 577, f° 31-31 v° ; ibid., B 570, f° 53, 96 v°, 188 v° ; ibid., B 573 ; ibid., B 126/D, f° 3 v°-4 v°, ibid., B 570, f° 82 v°.

106 ADM, E 52, p. 37, ADLA, B 14 f° 34 v°, ibid., E 1394, ibid., 2 E 1250, f° 134 v° ; ibid., B 1484 ; ibid., B 1460 ; ibid., B 1476 ; ADM, E 52, p. 152.

107 ADIV, 1 F 1113 ; ibid., 1 F 81, ADLA, B 1478 ; ibid., B 682. Mentions, en 1417, ibid., E 74/14, f° 44 ; le 10 juin 1419, ibid., B 689, R. Blanchard, Lettres…, n° 1349.

108 ADIV, 2 El, La Landelle (1), 17, il est également garde des marais ducaux.

109 J. Kerhervé, L’État…, p. 730-734.

110 ADIV, 1 F 1113 ; ADLA, B 1489 (A).

111 Ibid., E 641 ; ibid., B 126 D ; BNF, ms fr 8310, f° 31 v°-32 ; ADIV, 1 F 1127 ; BNF, ms fr 22330, f° 653-657, 680-683, dom Morice, Preuves…, t. III, 1011-1012 ; D. Le Page, Finances…, p. 116-117.

112 ADLA, B 12871, il s’agit d’un tableau général des revenus du roi en Bretagne dressé par les trésoriers de la province en 1583, J. Kerhervé, L’État…, p. 525 ; ADLA, E 164/10 ; ibid., B 51, f° 321-322 ; ibid., B 576, f° 67.

113 J. Kerhervé, L’État…, p. 516-524 ; D. Le Page, Finances…, p. 117.

114 ADLA, E 163/1 ; ibid., B 682, ADIV, 1 F 1113 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1349 ; ADLA, B 1518, f° 1253-1255 ; infra, p. 297-298 ; ADLA, B 2, f° 72 v°-73 v° ; ibid., B 12838/1-2, f° 244 v°, 395-395 v° ; ibid., B 682 ; ibid., B 8, f° 176-177 ; infra, p. 297-298 ; ADLA, C 62.

115 A. de La Gibonays, Recueil des édits, ordonnances et réglements concernant les fonctions ordinaires de la Chambre des comptes de Bretagne […], 2 vol., Nantes, 1721-1722, t. I, p. 10-14 ; ADLA, B 574, f° 160-161 v° ; ibid., B 34, f° 40, 79 v° ; ibid., B 568, f° 213 (223) ; ibid., B 570, f° 49 v°- 50 v° ; ibid., B 1492.

116 ADIV, 1 F 1127 ; D. Le Page, Finances…, p. 57-64, 137-141 ; ADLA, B 2413, f° 100 à 285 v° ; ibid., B 573, f° 339 v° ; ibid., B 574, f° 34, 138 v°, 160-161 v°.

117 Ibid., E 17/13, M. Jones, Recueil…, n° 1044 ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1519 ; ADLA, B 13, f° 56-56 v°.

118 ADM, 3 H 8, f° 98, M. Jones, Recueil…, n° 20 ; ADIV, 1 F 81 ; A. Bourdeaut, « Gilles de Bretagne entre la France et l’Angleterre », MSHAB, 1920, p. 54 ; ADLA, H 297 ; ibid., H 298, f° 7 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 247, 1490 ; ADLA, B 13, f° 56-56 v° ; BNF, ms fr 8310, f° 31 v°-32 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 738, 2117.

119 ADLA, E 74/14, f° 9 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2658 ; ADM, 48 H 44 ; ADLA, B 19, f° 112 ; ibid., B 123-123 v° ; ibid., G 335 ; ibid., B 7, f° 43 v°, 86 ; supra, p. 74, 79-80.

120 ADLA, B 568, f° 28 v° ; ADM, 3 H 2, f° 195 ; ADLA, B 10, f° 224-225 ; ibid., B 126/D ; ibid., B 1492 ; J. Kerherve, L’État…, p. 71, 633.

121 ADM, 3 H 8, f° 98-99, M. Jones, Recueil…, n° 66 ; ADLA, B 19, f° 141 v° ; ibid., B 21, f° 83 ; ibid., B 24, f° 160 ; ibid., B 30 f° 153 v°, 219 v°.

122 Ibid., B 51, f° 321-322 ; ibid., B 569, f° 39 v°, ibid., B 568, f° 168 v° ; ibid., B 52, f° 72 v°-74, ibid., B 570, f° 114 v°-115 ; ADIV, 1 F 1127, f° 13-14 v° ; ADLA, B 571, f° 364 v°, 377-378, ibid., B 573, f° 5, 14 v°-15, 40, 84, 104, 245 v°, 304 ; ibid., B 574, f° 100 v°.

123 Ibid., E 66 ; ibid., B 8 f° 30, ibid., B 11, f° 68 v°.

124 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 696-703, 815-847 ; ADLA, B 2, f° 95-96 ; ibid., B 4297, f° 591bis ; ibid., G 38, f°1, ibid., G 389 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 129.

125 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 834 ; ADLA, B 6, f° 128-128 v° ; ibid., B 4, f° 4 v°, 42, ibid., B 5, f° 149, ibid., B 6, f° 110 v°, 112 v°.

126 B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes …, p. 841 ; ADLA, E 75/5, 7-8, ibid., B 121, f° 190 v°- 195 v°, dom Morice, Preuves…, t. III, 234-238 ;

127 N. Travers, Histoire…, t. II, p. 154, 158 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 845 ; ADLA, G 297 ; ibid., B 4297, f° 591.

128 Ibid., B 12, f° 19 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 208-209 ; ADLA, B 11, f° 109, 123 v°, ibid., B 12, f° 39, 82.

129 N. Travers, Histoire…, t. II, p. 244, 250 ; ADLA, B 17, f° 138, ibid. G 38, f° 1 ; AN, minutier central des notaires de Paris, liasse 11, n° 3387, dans C. Béchu, F. Greffe et I. Pebay, Minutier central des notaires de Paris, minutes du xve siècle de l’étude XIX. Inventaire analytique.

130 ADLA, 1 E 713 ; ibid., 59 J 2 ; ADM, E 5104, pour 1503-1504, 1506-1507, 1509-1511, 1517 ; ADLA, 198 J 138 ; ibid., E 299 ; AMS, 1 E 870.

131 ADLA, 1 E 270.

132 ADM, 3 H 8, f° 118-119, 286, M. Jones, Recueil…, n° 156 ; ADLA, B 1472 ; ibid., B 1450 ; ibid., B 1482 ; ibid., E 539 ; ibid., E 1231/2 ; ADS, 1 E 870, f° 1, 65 ; ADLA, 2 E 1250 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2510 ; ADLA, E 1229/1, 35 v°-37.

133 Ibid., E 74/8.

134 Dom Morice, Preuves…, t. II, 519.

135 ADLA, E 74/14, ibid., E 74/7, ibid., G 62, f° 238 v°, R. Blanchard, Lettres…, n° 1286.

136 ADLA, 74/14, f° 18-22 v°, 72-72 v°.

137 Ibid., E 74/14, f° 78-85 v° ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1286.

138 ADLA, E 74/14, passim ; ibid., E 239 f° 24 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1286.

139 ID., ibid., n° 1286.

140 ADLA, E 74/62, f°3, 5 v°, 9-10 v° ; ibid., E 74/63, f° 3 v°, 6 ; ibid., B 1511, f° 1529 v°. B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 814-847.

141 ADLA, G 62, f° 238 v°, 244, ibid., G 2, art 20 ; ibid., E 219/18.

142 Ibid., E 131, f° 202 v°.

143 Ibid., B 1520, f° 2141 v°.

144 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 23-34.

145 A. de La Borderie, Histoire…, t. III, p. 133-138, 151-152 ; ID., Recueil…, p. 139 ; ID., Nouveau recueil…, p. 187 ; J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 31.

146 AP Guérande, vol. I, f° 24 ; ADLA, G 297 ; ibid., B 10, f° 224-225 ; ibid., 198 J 72 ; AP Guérande, vol. I, f° 27 v°, ADLA, B 11, f° 123 v° ; ibid., B 1462, ibid., B 1492, f° 6 v° ; AP Guérande, vol. I, f° 30.

147 ADLA, G 297 ; ibid., B 10, f° 224-225 ; ibid., B 28, f° 63, 86-86 v° ; ibid., B 574, f° 372 v°, R. Blanchard, Lettres…, n° 1660, BM Nantes, ms fr 2667/2, ADLA, B 10, f° 224-225.

148 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 34-38, 83 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1439-1440, 1583-1584 ; M. Jones, Recueil…, n° 38.

149 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 75-78.

150 R. Blanchard, Lettres…, n° 1451 ; ADLA, B 121, f° 191 v° ; infra, p. 174.

151 R. Blanchard, Lettres…, n° 2659 ; ADLA, E 129/18 ; infra, p. 149.

152 R. Blanchard, Lettres…, n° 1451.

153 J. Kerhervé, L’État…, p. 94-95, 615 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 967 ; dom Morice, Preuves…, t. II, 78-79 ; ADLA, E 166/17. Blanchard, Lettres…, n° 739, 880, 1034 ; ADLA, E 74/14, f° 78 ; ADM, 9 J 6, Guérande ; J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 82 ; ADLA, B 2988, f° 14 v°.

154 Ibid., E 205/3 ; ibid., B 1484, AM Nantes, II, 120/14 ; J. Kerhervé, Catalogue…, p. 267, 515.

155 AM Nantes, AA 22, R. Blanchard, Lettres…, n° 2160, 2133 ; J. Kerhervé, L’État…, p. 615, 622.

156 ADLA, B 3, f° 32 v° ; ibid., 2 E 1250, f° 136, ibid., B 751 ; ibid., B 1462, ibid., B 1472 ; ibid., B 1479, ibid., 2 E 1350.

157 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 82 ; ADLA, E 209/23, f° 20 ; ibid., B 14, f° 116 v° ; ibid., B 16, f° 13 v° ; ibid., B 27, f° 201 v°.

158 Dom Morice, Preuves…, t. II, 1569, 1672, M. Planiol, Histoire…, t. III, p. 183-186 ; A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 366, J. Kerhervé, « Les présidents de la Chambre des comptes de Bretagne au xve siècle », dans La France des principautés. Les Chambres des comptes, xive et xve siècles, Paris, 1996, p. 188 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 124-125 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 962-963, C. de La Lande de Calan, Documents inédits relatifs aux états de Bretagne de 1491 à 1589, Rennes, 1908, p. 6, 101.

159 R. Blanchard, Lettres…, n° 2558 ; ADLA, B 1519, f° 2068 v° ; ibid., B 102, f° 128 v°-129.

160 Ibid., E 129/18-19, ibid., B 8, f° 115 v° ; ibid., B 12838/2, f° 316, ibid., B 12838/1, f° 254 v° ; ibid., B 17, f° 66. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 94, 102.

161 ADLA, B 121, f° 190 v°-195.

162 Ibid., B 2, f° 25 v ° ; ibid., B 11, f° 255 ; ibid., E 129/18 ; ibid., B 51, f° 17-20 ; ibid., E 209/23, f° 20.

163 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 28, 97-100 ; N. Travers, Histoire…, t. I, p. 428.

164 Dom Morice, Preuves…, t. II, 524, M. Jones, Recueil…, n° 588.

165 ADLA, E 136/11 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1499-1500.

166 ADLA, B 10, f° 189.

167 Dom Morice, Preuves…, t. II, 896 ; ADIV, 2 El 17, La Landelle (1) ; ADLA, E 74/62, f° 10 ; ibid., E 219/18 ; ibid., B 10, f° 188 v°, ibid., B 12, f° 29 v°, 66.

168 Ibid., 74/14, f° 11 v°.

169 A. de La Borderie, Recueil…, p. 139 ; ADLA, E 557 ; ibid., E 1227/1.

170 ADM, 9 J 6, Assérac ; ADLA, B 1460, ibid., B 1484 ; supra, p. 74.

171 Supra, p. 101-102.

172 ADLA, E 133/13 ; ADV, 2 Ec, de Carné, 8, f° 89 v°-90, 96-97, 116 v° ; ADLA, B 22, f° 168 v°, ibid., B 25, f° 120 v° ; BNF, ms fr 21451, f° 335-336 ; Actes de François Ier…, n° 3576 ; H. SÉE, Les états…, p. 33-34 ; ADV, 2 Ec, de Carné, 8.

173 ADLA, 74/62, f° 10 v° ; ibid., B 11, f° 68 v°.

174 Ibid., B 121, f° 195 ; ibid., B 1472.

175 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 85-86, 111, 119.

176 ADLA, E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17 ; J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 119 ; Rosmorduc (de), La noblesse…, t. I, p. 430 ; ADLA, B 2, f° 25 v°, ibid., B 4, f° 95 v° ; ibid., B 5, f° 47 v°, 83 v° ; ibid., B 12, f° 120 v°. J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 86-87, 111-113, 116-119.

177 ADLA, B 1472, ibid., B 126/122 ; ibid., H 603, f° 26 ; AP Guérande, vol. I, f° 21, 22 v°, 26 v°, 30 v° ; ADLA, 47 J 2 ; ibid., B 1492, f° 4, ibid., B 1465 ; ibid., B 6, f° 110 v°, Archives historiques du département de la Gironde. Registre de la comptablie de Bordeaux, 1482-1483, transcrit par G. Ducaunes-Duval, t. 50, Paris-Bordeaux, 1915, p. 106, 128.

178 ADLA, E 74/62, f° 10 v° ; ibid., B 2, f° 25 v°, ibid., B 4, f° 95 v°.

179 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 83-84, 148-149 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 2659 ; ADLA, E 129/18.

180 Ibid., E 157/5 ; ibid., E 74/60, f° 10-10 v° ; dom Morice, Preuves…, t. II, 1712 ; ADLA, E 74/62, f° 10 v° ; ibid., E 129/18.

181 Ibid., E 129/19-20 ; ibid., B 8, f° 115 v° ; A de La Borderie, « La cathédrale de Nantes. Documents inédits », RPO, 1855, p. 34 ; ADLA, B 11, f° 210 v°.

182 J.-P. Leguay, Un réseau…, p. 158.

183 ADLA, B 2, f° 29 v° ; ibid., E 157/5, ADM, 9 J 6, Guérande, ADLA, E 74/47, f° 39-41 ; ibid., E 129/18-19-20, ibid., B 16, f° 26, ibid., B 17, f° 16, ibid., B 18, f° 5 v° ; ibid., B 11, f° 123 v°, ibid., B 17, f° 148 v°, ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire 17 ; ibid., G 225.

184 Ibid., B 5, f° 83 v°, ibid., B 16, f° 26, ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 7, ibid., B 18, f° 5 v° ; ibid., B 21, f° 239 v°. D. Le Page, Finances…, p. 41-46, 70, 145.

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search