Version classiqueVersion mobile

Guérande au Moyen Âge

 | 
Alain Gallicé

Chapitre I. Le pays guérandais. Présentation géographique et historique

Texte intégral

1Cette présentation géographique dégage les potentialités d’un milieu qui a été, très tôt, mis en valeur. Le haut Moyen Âge est essentiel : il voit la naissance de la ville de Guérande, l’immigration bretonne et la création des marais salants. Tous ces éléments apparaissent nettement à l’époque carolingienne grâce à la documentation offerte par le Cartulaire de Redon. Le Moyen Âge central est marqué par la réorganisation des pouvoirs, mais le domaine public des comtes carolingiens se retrouve en large partie dans le domaine ducal. Les sources permettent de préciser l’administration de ce domaine, et surtout la mise en valeur du territoire qui est remarquable au temps de l’expansion de l’Occident avec le développement de deux productions spéculatives, la vigne et plus encore le sel, sources d’activités commerciales, tout particulièrement maritimes, fondement d’une flotte guérandaise. Nous brosserons les étapes de la mise en valeur. Puis, nous dresserons le cadre dans lequel s’inscrit l’histoire du pays guérandais à la fin du Moyen Âge. Un tel propos présente un double écueil : écrire une chronique à caractère anecdotique ; reprendre en résumant les grandes lignes de l’histoire de Bretagne. Le choix a été de privilégier deux périodes : celle d’entre 1342 et 1381, pendant laquelle le pays guérandais est un enjeu stratégique, une base montfortiste, et, le lieu où sont signés les traités de 1365 et 1381 ; et celle des derniers temps de l’indépendance marqués par les demandes répétées d’un pouvoir aux abois, et l’ampleur des divisions.

Présentation géographique

2Le terme de presqu’île guérandaise est employé pour désigner le territoire qui est le cadre de notre étude (figure 1). Si géographiquement ce terme est incorrect, il exprime une réalité naturelle puisque l’eau cerne un ensemble d’étendue limitée : estuaire de la Loire au sud-est ; océan Atlantique, au sud et à l’ouest ; étier de Pont-d’Arm qui se prolonge par les marais de Pompas et d’Arbourg, au nord ; zone marécageuse de la Brière, au nord-est.

3Ainsi se trouve délimité un ensemble de 35 km sur 12 qui se rattache aux autres terres, d’une part, par le « cordon vaseux » coupé par la vallée du Brivet qui longe la Loire, d’autre part, par l’« isthme » de Saint-Lyphard, seuil rocheux de 2 km de large, qui sépare le Mès et les marais d’Arbourg d’un côté, et la Brière de l’autre.

4Du sud-ouest au nord-est, se succèdent des ensembles orientés de l’ouest-nord-ouest à l’est-sud-est. La Grande-Côte est une côte à falaises pouvant atteindre 8 à 15 m d’altitude qui s’étend de la pointe de Penchâteau à celle du Croisic sur 12 km. Elle appartient à un bloc basculé qui s’enfonce doucement vers le nord-nord-est. En arrière du rivage, ce bloc présente une partie émergée de largeur réduite, de 200 m à 2 km, formée de trois îlots granitiques soudés par des atterrissements et des dunes.

5Au-delà, une partie plus basse, qui correspond à une gouttière tectonique, s’enfonce doucement au-dessous du niveau de la mer. Si la baie du Pouliguen et la rade du Croisic restent des zones submergées, le remblaiement s’est développé en arrière des flèches de sable et des dunes de Pen- Bron formant la Grande-Falaise de direction nord-sud, et la plage de La Baule. Le colmatage de cette zone d’où émergent quelques saillants reste incomplet. Les flèches de sable ne formant pas un tombolo double, l’océan pénètre par l’étier du Pouliguen, et à hauteur du Croisic par un goulet dans le Grand-Traict et le Petit-Traict qui forment un large estran où se trouvent des points de mouillage près des buttes de Pô. Enfin, au pied et tout le long du Sillon-de-Guérande se trouve une zone colmatée.

6Dominant cette dernière, l’escarpement rectiligne du Sillon-de-Guérande se poursuit de Piriac à Saint-Nazaire. Il culmine à proximité de Guérande à 61 m. Ce coteau appartient à un bloc basculé vers le nord-nord-est qui forme le « plateau » de Guérande. Ce revers du coteau, légèrement vallonné, parsemé de quelques buttes, est constitué de roches anciennes qui forment au niveau de Guérande un dôme d’altitude légèrement plus élevée. Il plonge doucement vers le nord. Enfin, les marais de La Brière s’étendent sur 20 000 hectares, parsemés d’îles, dominés par les hauteurs du Sillon-de-Bretagne.

  • 1 J. Gras, dans Marais salants. Connaissances des richesses naturelles de la Loire-Atlantique, BSSNO (...)

7Au total, la structure évoque un « grand escalier aux marches contrariées », qui se continue sous la mer par une autre marche, dont le chenal du Nord est la partie basculée, et les bancs du Four, de la Banche et de la Lambarde le sommet (figure 2). Cet ensemble de relief dérive de jeux de failles créant des blocs basculés en direction du nord-est1.

Figure 2 : Profil et coupe de Pontchâteau à l’océan

Figure 2 : Profil et coupe de Pontchâteau à l’océan
  • 2 L. Visset, 8 000 ans en Brière, Rennes, 1990, p. 42-46.

8La position de la ligne de rivage est conditionnée par le niveau de la mer. Après avoir atteint un niveau proche de l’actuel, il y a 30 000 ans – niveau bas-normanien – la mer a régressé. Puis, il y a 18 000 ans, débute la trangression flandrienne. La remontée de la mer se fait selon un mode oscillatoire comportant une suite d’épisodes transgressifs et régressifs jusqu’à la fin de la période gallo-romaine au terme de laquelle le niveau s’élève pour atteindre l’actuel, ce dernier mouvement correspondant à la transgression dunkerquienne. Depuis, le fonctionnement continu des marais salants atteste que le niveau de la mer est resté stable2.

  • 3 J. Gras, dans Marais…, p. 23-24 ; G. Buron, « Pour une analyse historique du paysage salicole guér (...)

9La question de la ligne de rivage se présente sous deux aspects. Le premier est lié à la position des dunes. Dès l’époque normanienne, s’élaborent des flèches qui forment les bases des constructions réalisées au Flandrien et surtout depuis le Moyen Âge. Ces dunes se sont déplacées. Le cordon littoral de La Turballe à Pen-Bron, perpendiculaire aux vents dominants, n’a pas offert à l’action du vent un important approvisionnement en sable, à la différence de celui du Pouliguen à Pornichet allongé dans la direction des vents d’ouest dont les dunes ont pu migrer plus nettement vers l’est à la hauteur d’Escoublac. Des documents se font l’écho de cette avancée des sables. Traditionnellement, il est relevé que, du côté de Trescalan, des salines du village de Brenazil, situées près de la forest de Pen-Bron ont été, après le xve siècle, submergées par les sables. D’autres mentions sont plus probantes : la garenne du duc, où l’on chasse en 1490, est dite couverte par le sable en janvier 1548 ; le 4 mai 1563, la Saline-Neuve située près de cette garenne est dite en partie froste. L’accumulation des sables est également évoquée au Croisic : le 20 juillet 1505, le port est en dangier d’etre perdu du fait de la submersion du sable qui comble le chenal ; le 20 août 1532, des travaux sont jugés nécessaires en raison des sables. Ces déclarations venant en appui de demandes de renouvellement de billot sont sujettes à caution. Mais le problème paraît bien réel : l’interdiction de jeter sables et lest est régulièrement renouvelée ; dans un procès-verbal d’enquête d’août 1561, il est dit que le quai de la Croix a été, il y a 4 ans, rehaussé pour empescher le grand de la mer de couvrir lesdits cails et qu’au Pouliguen, avec l’impetuosité du vent de la mer, le sable gecté en si grande abondance s’accumule et peut monter bien souvent à plus de la hauteur des premiers estages de maisons bâties depuis 25 ou 30 ans. Le livre de réformation de 1533 mentionne, à Batz, une maison perdue et gaignee avecques le sable ; et celui de 1541, à Escoublac, un ancien moulin à vent, tout rompu et tout les environs dudit moulin gaigné o le sable de la mer. Si l’impetuosité du vent de la mer renvoie aux tempêtes et à leurs effets amplificateurs, la situation semble s’être dégradée dans les secteurs les plus exposés aux vents d’ouest3.

  • 4 A. VigariÉ, « Milieu naturel et occupation humaine dans les marais de Guérande. Applications de la (...)

10Un autre aspect de la question est posé par l’examen de la flèche de Pen-Bron (figure 3). Elle a une forme globale qui n’est pas en accord avec celles usuellement constatées et découlant du jeu normal des courants littoraux. D’autre part, le Petit-Traict possède le plus vaste bassin versant, et il a été plus important que le Grand-Traict et capable d’une action plus vigoureuse. Deux explications à cette situation peuvent être proposées. Selon la première, le Petit-Traict aurait coupé un temps en deux la flèche de sable et se serait jeté directement dans la mer. L’ouverture aurait pu se faire à la suite d’une succession de tempêtes. Les buttes du Pô seraient alors ce qui reste de la partie sud d’un massif dunaire. La seconde hypothèse fait appel à un sapement latéral des dunes par l’étier. La première paraît vraisemblable, elle permet, en partie, d’expliquer que l’ancien chemin submersible qui joignait le Croisic à Guérande et qui figure encore sur la carte de Cassini, ait de nos jours disparu – victime du renforcement d’activité du Grand-Traict mais également de la mise en place, au xixe siècle, de la jetée du Tréhic – et la présence d’un mouillage aux buttes du Pô. C’est là qu’il convient de placer le port de la Garenne ou du Pau, cité à Guérande qui, si l’on accepte cette première hypothèse, aurait été relié directement à la mer par un pertuis, et pas seulement par le Grand-Traict comme de nos jours. De plus, la stabilité de la pointe de Pen-Bron ne manque pas de surprendre ; il convient d’envisager un point d’enracinement qui pourrait être celui constitué par les pierres de lest des navires, dont le dépôt en ce lieu n’est attesté qu’assez tardivement, alors que des travaux qui visent à améliorer le chenal d’accès au Grand-Traict et au port du Croisic sont connus dès le début du xvie siècle. Il est tentant d’envisager une évolution des conditions portuaires au détriment de Guérande et en faveur du Croisic. Cependant, l’impossibilité de dater les choses fait que l’on ne peut pas envisager de chercher dans de tels phénomènes un facteur d’explication au fait, qu’à la fin du Moyen Âge, les navires qui auparavant étaient déclarés de Guérande le sont désormais du Croisic4.

Figure 3 : La zone des marais salants de Guérande

Figure 3 : La zone des marais salants de Guérande
  • 5 J. Renard, Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise, 1975, Les Sable (...)

11Rien dans nos sources ne permet d’envisager l’étude du climat qui règne au bas Moyen Âge. On peut le supposer très proche de ce que nous connaissons de nos jours, c’est-à-dire une variante de climat tempéré océanique breton. Sur le littoral, son élément le plus original est sa tonalité aquitaine, son aspect de « midi anticipé », marqué par des précipitations très moyennes, une relative sécheresse de printemps et d’été, et un ensoleillement relativement élevé qui peut se prolonger à l’automne. Ces caractères s’estompent rapidement vers l’intérieur. La variabilité du temps est forte. Surtout, d’une année à l’autre, la succession est possible entre de beaux étés, lorsque la présence de l’anticyclone des Açores établit un type de temps stable, beau et sec, et des « étés pourris », lorsque le passage des perturbations apporte, avec l’instabilité du temps, la faiblesse de l’ensoleillement, le recul des températures et la pluie5.

  • 6 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge, contribution à l’histoire des variations climatiqu (...)

12Selon les schémas généraux, la période 1340-1540 se place entre deux dégradations. La première située au xive siècle, dont le premier quart connaît des hivers plus rudes, avant que survienne un adoucissement important, mais de brève durée. Les printemps sont marqués ensuite par un refroidissement spectaculaire qui culmine vers 1340-1350. Quant aux étés, pendant la première moitié du siècle, ils sont affectés par une grande pluviosité. La seconde dégradation se situe après 1550, lorsque s’amorce un petit âge glaciaire6.

13Un tel cadre définit un ensemble aux limites inscrites dans le paysage : un pays dont la réalité semble s’être imposée très tôt aux hommes (figure 4).

  • 7 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiatique et civile de Bretagne, 3 vo (...)

14Les étendues d’eau qui en constituent les limites sont de nature différente. La Brière est un obstacle à la circulation. Si des passages vers l’intérieur existent, leur franchissement est parfois difficile : en 1456, des envoyés sont retardés, à Montoir, par une très mauvaise et dangereuse pree qui estoit alors pleine de maree. Aussi les communications intérieures contournentelles la Brière, au nord, par le Sillon-de-Bretagne. La voie Nantes-Vannes s’établit hors du pays guérandais. Par l’estuaire de la Loire, et celui de la Vilaine, la circulation s’organise selon des axes qui relient la mer à des ports situés tout au long de ces estuaires jusqu’à Nantes pour la Loire et Redon pour la Vilaine. Si au Moyen Âge, ces deux villes ne « commandent » pas à ces voies, sur celles-ci s’organisent des complexes portuaires animés par des avant-ports dont l’activité est largement en relation avec Nantes d’une part, et Redon d’autre part, marchés urbains et surtout ports de rupture de charge en relation avec l’intérieur. Ainsi le pays guérandais apparaît-il comme gêné dans ses relations terrestres avec l’intérieur, et à l’écart de deux voies organisées sur ses marges. Cependant, il dispose d’un contact avec l’océan, de havres et de sites portuaires7.

15L’inachèvement des tombolos permet à la mer de pénétrer, créant ainsi des possibilités d’abri pour les navires, des sites d’échouage, voire de mouillage. Autant d’éléments qui donnent à la région une ouverture vers l’extérieur et le commerce international. Aux navires de Gênes, Venise ou Florence reliant la mer du Nord, Bruges et l’Angleterre, qui passent très au large mais peuvent faire escale à Nantes à la fin du Moyen Âge, s’ajoutent les navires du Nord, anglais, flamands, hanséatiques et bientôt hollandais qui viennent en convoi chercher le vin et le sel, et encore une navigation de cabotage qui anime les ports et les havres de la façade atlantique.

Figure 4 : Atouts et contraintes du territoire au Moyen Âge

Figure 4 : Atouts et contraintes du territoire au Moyen Âge

16Le pays guérandais n’offre cependant pas de sites d’escale importants. En raison de la proximité des ports et avant-ports des estuaires de la Loire et de la Vilaine, les ports guérandais dont les relations avec l’intérieur posent problème, ne sont pas des ports importants de transit. En définitive, l’ouverture sur la mer est l’affaire des hommes du pays guérandais eux-mêmes dont l’activité commerciale s’alimente des ressources locales et d’armement à partir de la flotte constituée sur place.

  • 8 J.-C. Hocquet, Sel de la terre, Paris, 1989, p. 15 ; B. Chevalier, « L’alimentation carnée à la fi (...)

17Un autre élément remarquable des données naturelles est la succession de milieux variés aux possibilités de productions différenciées. La zone côtière et ses sites portuaires suscitent la pêche, la navigation, le commerce maritime, la construction et les réparations navales, sans exclure la possibilité de culture. Dans la zone basse intérieure, dans une partie des paroisses de Batz, Guérande et Escoublac et, autour de l’étier de Pont-d’Arm, dans les paroisses de Mesquer, Saint-Molf et Assérac, les espaces plats, aux sols imperméables, d’argile mêlée d’un peu de sable, accessibles aux plus hautes mers et pouvant être vidangés à marée basse, ont été convertis très largement en marais salants. La technique utilisée est solaire. La faiblesse des pluies estivales, l’ensoleillement prolongé et les vents réguliers permettent à l’eau de s’évaporer et au sel de se cristalliser. Ces exigences climatiques expliquent que cette technique n’est guère opérationnelle plus au nord – elle est également utilisée au Moyen Âge dans la péninsule de Rhuys –, et J. Bodin, en 1568, indique pour limite, le quarante septiesme degré, en fait le 48e. Aussi les marais salants du pays guérandais ont-ils une situation remarquable, proche, pour les gens du Nord. Or au Moyen Âge, la demande est forte. Le sel trouve son emploi le plus important dans la conservation des aliments : à côté du charnier traditionnel, l’usage est de saler la viande légèrement pour la conserver quelques jours. Comme condiment, la distinction est faite entre sel fin qui prend place sur la table, et gros sel utilisé pour les cuissons. Ce dernier est également employé dans l’agriculture, la verrerie, la poterie, la métallurgie, et encore la pharmacopée, la médecine, la liturgie, la magie, pour l’embaumement des corps. Au Moyen Âge central, la demande a fortement augmenté avec l’essor démographique et le développement de la pêche aux harengs dans la Manche et la mer du Nord. Dans le pays guérandais, des terres ont été données au sel. La spécialisation a été progressive, et le marais salant atteint alors un premier maximum d’extension. C’est là un choix des hommes. Mais faute de place, ils n’ont pas pu, à la différence des hommes du Marais breton-vendéen, développer un secteur vivrier. Les paludiers, ou plutôt d’autres hommes de la terre, se sont tournés vers la mer pour écouler la production, et en retour ramener dans les meilleures conditions ces céréales que le pays guérandais ne produit qu’en quantité insuffisante. Si on ajoute que les possibilités de production de sel et de vin ainsi que celles d’accueil des flottes venues en convoi sont moindres qu’aux environs de la baie de Bourgneuf, on peut admettre, tout en se gardant de verser dans un déterminisme simpliste, que le milieu, ses atouts et ses contraintes contribuent à expliquer l’existence d’une flotte guérandaise, caractéristique qui distingue le pays guérandais de la région de la baie de Bourgneuf8.

18Le coteau, orienté au sud et où le jeu de la pente optimise les conditions climatiques, est favorable à la culture de la vigne que l’on trouve également à l’entour. La position en latitude favorise les vins blancs mais explique l’irrégulatité des productions : un gel au printemps, une fin d’été et un début d’automne peu ensoleillés, frais et humides, sont autant d’éléments qui peuvent compromettre la vendange.

  • 9 J. Renard, Les évolutions…, p. 126-128.

19Le revers du coteau est une zone de culture et d’élevage. Les sols sont de valeur limitée. Leur pauvreté en chaux interdit aux plantes d’utiliser la potasse potentiellement présente. La décomposition de la matière organique se fait mal, ce qui conduit à un processus d’acidification. Le déficit sensible des précipitations lors de la période végétative, la possibilité de gel au printemps et plus encore l’humidité de l’hiver sur des sols riches en silice, peu profonds, où la circulation de l’eau se fait mal, détrempe parfois les sols en mars, et sont, autant d’éléments gênant pour la culture. Tout ceci explique les façons culturales où landes et jachères sont présentes sur de grandes surfaces alors qu’une culture intensive ne se développe que sur quelques bonnes parcelles bien fumées, d’une part près des villages, d’autre part, proches du littoral grâce à l’appoint du goémon. De son côté, l’élevage bénéficie des terres basses et humides – les noés –, et des prés-marais. Quant à la Brière, elle est riche de ses roseaux, de ses prés, de ses poissons et de sa tourbe9.

  • 10 ADLA, E 207/2.

20Entre ces productions variées se sont établis des échanges. En voici une illustration : les 10, 11 et 12 novembre 1379, un compte enregistre pour un séjour à Guérande, la consommation de poissons et crustacés qui viennent de la zone côtière (merlans, vieilles, plies, chevres – crevettes) et des marais salants (mulets, anguilles) ; de vin breton qui vient du coteau ; de beurre, lait, œufs, oignons, pommes, poires, châtaignes, herbe, fleurs, viande de bœuf, poules, chatriz, avoine et foin pour les chevaux, qui sont des productions du revers du coteau ; de motes, c’est-à-dire de la tourbe de la Brière. Ces échanges ont exigé très tôt un marché, élément favorable à l’éclosion et au développement d’une ville. Guérande est située dans son pays en position assez centrale, légèrement en retrait du coteau, dans la partie la plus élevée du sillon. Le site offre des avantages défensifs et des possibilités d’extension. La ville domine son plat pays, et bénéficie de ces milieux aux productions différenciées10.

  • 11 J. Bernard, Navires…, p. 53.

21Dans la liste des ressources locales, il convient d’isoler le vin et plus encore le sel qui sont des bases du commerce international médiéval. Ces productions spéculatives, associées à la présence de ports et d’une flotte, ouvrent le pays guérandais sur l’extérieur et lui donnent un aspect remarquable. On peut distinguer au Moyen Âge, d’une part, des ports littoraux riches en navires et marins, mais pauvres en fret, et, d’autre part, des grands ports de commerce placés sur des cours d’eau, pauvres en navires et marins, mais riches de fret et de débouchés intérieurs. Ainsi le pays guérandais présente-t-il une zone littorale riche en ports, navires, marins et en fret d’aller, aux débouchés intérieurs limités11.

Le pays guérandais jusqu’à l’an Mil

Les époques anciennes12

  • 12 La bibliographie est importante, J. L’helgouach, « Économie et occupation du territoire en pays gu (...)

22Le paléolithique est très peu représenté. La faiblesse des densités humaines et les variations du niveau de la mer, qui ont fait disparaître des sites placés en avant du rivage actuel, l’expliquent. Pour le mésolithique, surtout après le viie millénaire, les découvertes d’outillage microlithique attestent d’une fréquentation constante du pays par des populations de chasseurs et pêcheurs. Leurs campements se situent vers les versants proches des zones humides, cours d’eau ou marais. En revanche, la Brière et ses environs se révèlent pour le néolithique d’une richesse archéologique remarquable. La culture apparaît tôt : le vieux sol de Dissignac a livré des semences de blé tendre, d’orge et des grains de pois datées entre 5000 et 4700 av. J.-C. qui sont, à ce jour, les dates les plus anciennes connues en Armorique. Avec l’agriculture, les groupes humains se sédentarisent, attirés par les sols fertiles, épais mais légers. Les analyses palynologiques attestent un défrichement qui pourrait être à l’origine de structures agricoles ouvertes dans les îles. Pour les ve et ive millénaires, les poteries, les perles et l’architecture monumentale des cairns montrent l’étroite liaison culturelle avec les actuels Morbihan et Finistère, et plus largement avec l’espace atlantique de la Normandie aux Charentes.

23Entre 2500 et 2300 av. J.-C., en bordure de la Loire, des cordons de vase se forment, isolant la Brière qui devient une cuvette fermée. La végétation des prés disparaît et laisse la place à une forêt. À partir de 2300 av. J.-C., le niveau de l’eau douce augmente lentement en arrière des cordons de vase. Le marécage se constitue. Les arbres meurent et disparaissent sous l’eau, et la tourbe se forme. Seules les zones les plus élevées restent émergées. Les conséquences sur l’habitat sont considérables : certains sites sont submergés, d’autres devenus trop exigus sont abandonnés, alors que certains se maintiennent et d’autres se créent. La région a perdu de son importance : les allées couvertes caractéristiques du néolithique final en Bretagne y sont rares, voire absentes. La vie humaine se concentre au plus près de l’estuaire, le pays guérandais paraît isolé.

24Cet isolement se renforce à l’âge du bronze (de 1700 à 800 av. J.-C.), période pour laquelle les découvertes archéologiques se situent au plus près de la Loire qui est l’axe d’introduction d’objets métalliques achevés. L’estuaire participe à une communauté atlantique qui s’étend du Portugal aux Îles britanniques. La région offre des gisements d’étain – les alluvions de Piriac et Pénestin ont pu être exploités –, de plomb et d’or à Crossac. Les relations intérieures existent : au Bronze final, des influences rhénanes inspirent la fabrication locale des épées dites de Saint-Nazaire. Parmi les sites d’habitat, il faut surtout citer Penhoët découvert lors du creusement du port de Saint-Nazaire. Sur le littoral, des fours à piliers sont utilisés pour l’exploitation du sel marin, activité qui a pu contribuer à créer des particularismes socio-économiques.

  • 13 G. Buron, « De l’origine des marais salants guérandais », BSAHNLA, 1990, p. 9-20 ; Le sel gaulois. (...)

25L’âge du fer (de 700 à 50 av. J.-C.) est dominé par la présence du site de Penchâteau au Pouliguen. Les fouilles ont révélé une activité métallurgique avec la présence d’un four bronzier daté de 450 av. J.-C. La fonction de ce site est difficile à préciser d’autant plus qu’elle a pu évoluer pendant les quatre siècles de son utilisation. Sur le littoral, l’exploitation des sels se développent, et les techniques de production évoluent. Des indices d’exportation vers des zones de consommation existent. Les nombreux sites s’établissent soit sur des falaises, soit sur les anciens estrans. Leur position souvent en arrière du rivage et la technique ignigène contribuent à un défrichement important13.

  • 14 C. Devals, « Un panorama archéologique de Guérande, des Gaulois à l’époque mérovingienne. Premiers (...)

26Les fouilles les plus récentes soulignent une forte présence gauloise – le pays guérandais appartient à la cité des Namnètes mais paraît soumis à la puissance commerciale des Venètes – tout particulièrement aux environs de la ville de Guérande. Faut-il envisager une « explosion démographique » pour les deux derniers siècles avant l’ère chrétienne ? La présence de structures plus importantes que celle de simples villages et le site de Penchâteau ont amené certains à reposer le problème de Corbilo et à localiser ce lieu en pays guérandais. À tort : ce grand port composé de plusieurs sites ne peut être assigné à un emplacement particulier14.

La période gallo-romaine15

  • 15 La bibliographie est importante, M. Provost, Carte archéologique de la Gaule : la Loire-Atlantique(...)

27La présence romaine fait suite à la bataille navale livrée contre les Vénètes en 56 av. J.-C. qu’un certain nombre d’érudits ont placé, à tort, en pays guérandais. Celui-ci trouve place dans la cité de Nantes dont la limite avec celle de Vannes s’établit sur la Vilaine. Il présente une forte densité d’établissements romains dont le caractère aggloméré au pied du coteau à Clis, et sur son revers aux alentours du moulin de Beaulieu, à l’est de Guérande, est à relever. L’importance du site de Clis et les incertitudes de la localisation de Portus-Brivates ont fait que, très tôt, a été proposé de situer ce port à Clis qui serait alors un vicus portuaire. Cependant, le nom de Portus-Brivates suggère un cours d’eau franchi par un pont et donc une autre localisation.

28L’importance de Clis a été mise en relation avec l’exploitation du sel. Il n’existe aucune trace de cuves à garum à l’image de ce que l’on trouve sur la côte finistérienne. La pêche et production du sel restent des activités secondaires pour les populations locales, mais elles attestent une spécialisation. L’activité de base reste l’agriculture. L’exploitation de matières premières se poursuit : étain à Piriac et Pénestin. La période voit s’établir les voies romaines : les liaisons avec l’extérieur ont été précisées, il apparaît qu’elles ne pénètrent pas le site actuel de Guérande.

  • 16 G. Aubin, dans La Loire-Atlantique de la Préhistoire à nos jours, dir. F. Abbad, Saint-Jean d’Ange (...)

29La fin du iie siècle est marquée par des difficultés : certains sites sont abandonnés. Elles sont surmontées et la « renaissance sévérienne » est attestée à Clis. La seconde moitié du iiie siècle connaît une crise majeure qui est suivie au début du ive siècle, pour le pays guérandais, d’un redémarrage économique et commercial, mais les difficultés vont réapparaître après 350-360. La défense des côtes s’organise. La Notitia dignitatum en donne un descriptif sommaire et cite le lieu de Grannona. Ce mot a été rapproché de Guérande. La logique même de la rédaction du texte, l’absence de vestiges archéologiques probants sur le site de cette ville excluent une telle localisation. Cela n’interdit pas d’envisager une présence militaire et Piriac pourrait avoir été, au bas Empire, un castrum romain, c’est-à-dire un des lieux fortifiés d’un pagus s’étendant au pays guérandais16.

Aux origines de la ville de Guérande

  • 17 A. Gallicé, « Guérande : configuration urbaine et plan de ville », CPG, 36, 1995, p. 24.

30Le christianisme apparaît dans la seconde partie du ive siècle. Son développement s’affirme à l’époque de l’évêque Eumérius, et plus encore de son successeur Félix (549-582). C’est à cette présence chrétienne que se rattache les premiers documents probants concernant le site de la ville actuelle de Guérande17.

  • 18 L. Maître, « Les origines du temporel des évêques de Nantes et de la collégiale de Saint-Aubin à G (...)

31En 1899, L. Maître découvre dans l’axe de la collégiale Saint-Aubin de Guérande, sous le dallage à l’extrémité du chevet, « la maçonnerie d’un édicule de forme circulaire qu’on pendrait pour une abside, si les murs en étaient plus épais ». La construction lui apparaît avoir les apparences d’un piscine. Il exhume également des tombeaux en calcaire coquillier auquels s’ajoute un sarcophage en granite trouvé auparavant en un autre lieu de la collégiale et qu’il date de l’époque mérovingienne. Il conclut à la présence d’une habitation civile utilisée pour l’érection d’un premier oratoire. Pour H. Quilgars, le matériel des murs est d’époque mérovingienne. Évoquant d’autres substructions signalées sous le sol de la collégiale, il affirme l’existence d’une église et d’un baptistère, idée depuis largement reprise. C’est faire fi des remarques de L. Maître qui signale que ce qui évoque une piscine est rempli de sable jusqu’à 4 m de profondeur de sable et qu’il aurait été difficile d’y conserver de l’eau, « les murs ayant 0,30 m d’épaisseur sans aucun revêtement de ciment » – aussi peut-être faut-il songer à un puits. En fait, H. Quilgars, tout à son idée que Guérande est une fondation bretonne, une ville créée par Waroc, place en ce lieu l’édifice cultuel nécessaire à celle-ci. Si le sarcophage en granite doit être attribué au Moyen Âge central, les sarcophages en calcaire coquillier sont mérovingiens : ils attestent que Guérande est à placer dans la zone gallo-franque18.

  • 19 P. Quentel, « La Britania-in-Paludibus de l’Anonyme de Ravenne », Sonderdruck aus Beiträge zur nam (...)

32L’Anonyme de Ravenne, du viie-viiie siècle, cite Ebris-Chris comme étant une ville située dans la Britania-in-Paludibus. Ce lieu doit être rapproché de Clis, lieu qui ne donne pas naissance à une paroisse – à moins d’admettre un déplacement du chef-lieu. L’examen de la carte indique que Guérande est une paroisse primitive. Elle devait englober les communes actuelles de Batz, Le Pouliguen, Le Croisic – qui au bas Moyen Âge ne forment qu’une paroisse –, Saint-Lyphard et vraisemblablement Saint-Molf et Mesquer19.

  • 20 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, éd. A. de Courson, 1868, p. 370 ; J.-M. Matz, « Le ca (...)

33L’existence d’une paroisse de Guérande laisse supposer la présence antérieure d’un vicus. Les reliques de saint Aubin, attestées en 854, ont été sans doute obtenues, en 556, au moment de la translation du sarcophage du saint. La présence de reliques justifie la construction d’une basilique qu’il convient de rapprocher d’une indication des Miracula Albini, rédigés au xie siècle mais à partir de sources du ixe ou du début du xe siècle, qui évoquent également un « bourg très populeux ». C’est autour de cette basilique et de son cimetière qu’il convient d’envisager, dès les viie et viiie siècles, une concentration progressive des hommes, associant l’espace funéraire, l’édifice cultuel et l’habitat pour donner naissance à un vicus20.

  • 21 N.-Y. Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Breta (...)

34Le réseau paroissial du pays guérandais s’appuie encore sur Saint-Nazaire, vicus et siège d’une paroisse primitive qui englobe Pornichet et sans doute Saint-André-des-Eaux et Escoublac. La paroisse de Piriac semble être née de la présence d’un castrum, sa dédicace à saint Pierre paraît d’époque mérovingienne21.

  • 22 Gloria Martyrum, M.G.H. SRM 60, p. 79-80 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 63.

35La légende du baudrier d’or – un peu après 577, dans la basilique de Saint-Nazaire, un guerrier breton s’en empare, et sortant à cheval, il est précipité sur le linteau du portail, ce qui provoque sa mort – atteste de la présence bretonne que suggère encore une ambassade de l’évêque d’Orléans, Namatius, auprès de Waroc, en 58822.

  • 23 Ibid., p. 36, 64, 191 ; J.-C. Cassard, « Nantes, de la découverte des Bretons, à l’insertion dans (...)

36L’immigration bretonne est à dater de la seconde partie du vie siècle. Elle se place dans le nouveau contexte des relations entre Bretons et Francs qui se dégradent après 558. Waroc (vers 577-vers 595) impose son pouvoir dans l’est du Vannetais et en pays guérandais – on a voulu placer la cour de Waroc à Lesguiriac, en Piriac, mais une telle identification pose des problèmes d’évolution linguistique –, repousse des armées franques, et lance des razzias vers le Rennais et le Nantais. Cette avancée bretonne a été mise en relation avec une « évidente croissance démographique », mais on peut également envisager la venue de contingents insulaires conduisant à une extension du territoire contrôlé par les Bretons à partir du Vannetais23.

  • 24 B. Tanguy, « La limite linguistique dans la péninsule armoricaine à l’époque de l’émigration breto (...)

37Les toponymes en tré- précisent cette avancée des Bretons qui, contournant Saint-Nazaire, foyer gallo-romain, s’établissent au nord de la Loire sans dépasser Lavau. À l’intérieur de cette zone, une toponymie gallo-romaine ou ayant connu une évolution romane n’est pas exclue – ainsi Saillé –, ni même la présence de noms d’origine germanique. Ainsi s’esquisse l’idée d’une « cohabitation » de peuplement, non exempte de heurts : les toponymes en lis- en sont le signe, ils sont liés à une expansion bretonne ayant la forme d’une colonisation militaire. L’absence de toponymes en plou- plaide pour une immigration bretonne relativement tardive et pour la permanence des structures territoriales gallo-romaines. Le pays guérandais devenu bretonnant reste sous la domination des rois mérovingiens, la limite s’établissant sur la Vilaine24.

  • 25 ID., « Quelques perspectives sur le peuplement et les paysages du comté nantais au haut Moyen Âge  (...)

38À partir des ve-vie siècles, en toile de fond de ces événements qui fondent la personnalité bretonne du pays guérandais, d’importantes évolutions se produisent. Les effets de la trangression marine font que l’eau de mer pénètre en Brière méridionale, la colonisation agricole gagnant les zones environnantes. Surtout, il convient de placer alors l’apparition des marais salants solaires, source d’un « véritable décollage économique » et sans doute d’une « croissance démographique25 ».

  • 26 J.-C. Sarrazin, « Le littoral poitevin (xie-xiiie siècle). Conquête et aménagement », ABPO, 1992, (...)

39Les premiers documents incontestables concernant les salines du pays guérandais sont des actes du ixe siècle contenus dans le Cartulaire de Redon, alors qu’au sud de la Loire, ils datent du viie siècle. En l’absence d’éléments probants, plusieurs hypothèses ont été exprimées : si celle d’une création bretonne a eu peu de notoriété, comme celle qui incline pour une origine saxonne, il n’en est pas de même de la thèse d’une origine romaine26.

  • 27 A. Martin et R. Kerviler, BSAHNLI, 1874, p. 160-161 ; L. Maître, Guérande et la contrée guérandais (...)

40Pour certains, les Romains ont employé des aires dallées de briques, ce que contestent d’autres pour qui les salines romaines sont établies sur l’argile. Pour G. Buron, les marais guérandais « ont pu être expérimentés dès le second siècle de notre ère, le quatrième au plus tard », l’originalité technique constituée par le couple « aderne/œillet » s’expliquant par la rencontre de la rationalisation d’un savoir-faire des peuples celtiques ou « nordiques » et de l’autorité d’administrateurs romains, plutôt que par un transfert de technologie de la Méditerranée vers l’Atlantique. Le système guérandais, tout en présentant de grandes similitudes avec celui des marais de Venise disparus à la fin du Moyen Âge, a été développé par les Bretons et ne s’est guère modifié depuis le ixe siècle. Ces conclusions s’appuient sur des arguments archéologiques et surtout linguistiques. Relevons quelques-uns d’entre eux : les citernes de Trémondet, datées d’époque gallo-romaine, mises en relation avec une industrie liée au sel ; l’activité des agents de la cadastration romaine vérifiée par l’existence d’un parcellaire antique qui s’inscrit dans le prolongement de la voie reliant Guérande à Batz et quadrille cette dernière commune ; le mot tremet rattaché à modius, unité de surface agraire égale au tiers du iugerum, et à une procédure de contrôle de la production de sel, l’aire de stockage ayant été assise sur les bases d’une unité de surface ; le mot scanne emprunté par les Bretons vers le ve siècle – et qui désigne dans le marais guérandais une rangée d’œillets dans une lotie, l’appellation étant relevée pour la première fois, le 24 juin 1460 – et rapproché de scamnum, bande de terre plus longue que large tracée d’est en ouest sur les terres affermées par l’État romain, forme que l’on retrouve dans une vingtaine de salines et de ce fait interprétées comme d’anciennes concessions d’administrateurs romains à une époque où les zones de productions de sel sont considérées comme relevant du domaine public. Chacun de ces arguments prête le flanc à la critique. Les citernes de Trémondet sont d’époque moderne. La régularité des parcellaires liée à la cadastration romaine ne peut être que remise en cause tant il est établi désormais que le second âge du fer est une phase déterminante dans la structuration des parcellaires. Le sens donné au mot tremet est contesté par N.-Y. Tonnerre. Enfin l’interprétation du mot scamnum pose problème : la scamnotio in centuriis ne renvoie pas à une forme de parcellaire mais à une forme de limitation. D’une façon plus générale, l’existence de salines romaines reste discutée. L’archéologie ne semble déceler à l’époque romaine, tant en Armorique que sur les côtes atlantiques du Maroc, qu’une simple amélioration des techniques ignigènes permettant une évaporation plus rapide grâce à l’usage de fours plus grands27.

  • 28 P. Galliou et M. Jones, Les anciens Bretons, Paris, 1991, p. 87-91 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p (...)

41L’idée que l’exploitation des sels se fait sous contrôle d’État est également à réexaminer. En Gaule Belgique, et sans doute dans d’autres régions de la Gaule, le sel reste produit dans le cadre des tribus, alors que le développement des productions de salaisons est à mettre en relation avec des initiatives d’entrepreneurs étrangers à la région. L’affirmation que les techniques ne sont guère modifiées depuis le ixe siècle doit être nuancée, le mot comeradur n’étant pas antérieur à l’an mil. La convergence de vocabulaire entre les salines de l’Adriatique et celles de l’Atlantique, qui n’est nulle part ailleurs aussi forte, indique que des liens se sont maintenus entre les deux ensembles, et qu’ils sont le fait des Bretons auxquels on peut ajouter les Irlandais, même si on a des indices plutôt que des preuves attestant de tels contacts : présence de troupes bretonnes en Illyricum, les Irlandais fréquentant l’estuaire de la Loire au vie siècle et au début du viie siècle, et fondant Bobbio qui possède bientôt des salines à Commachio. Aussi convientil d’envisager une mise au point graduelle par expérimentations empiriques menées sur place, ce qui n’exclut pas des influences extérieures. Le niveau de la mer qui se fixe après la transgression du ve siècle donne une date basse pour le début de l’établissement des marais salants actuels sans exclure la possibilité d’expérimentations antérieures dans des zones de nos jours recouvertes par la mer28.

  • 29 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 146 ; B. Tanguy, « Marais, étangs et zones humides dans la nomencla (...)

42Les marais dans le monde romain appartiennent à la puissance publique, mais jouissent d’un statut particulier favorisant l’exploitation privée. Le mot paludier – le mot breton palud s’applique aux marais littoraux et aux vasières herbues ainsi qu’aux marais salants, le terme ayant connu dans le pays guérandais une spécialisation pour ne se référer qu’aux marais salants – qui désigne l’exploitant dans le marais de Guérande, semble attester de ce statut particulier29.

  • 30 Cartulaire de Redon…, p. 370 ; B. Tanguy, dans Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, Renn (...)

43Le toponyme Guérande sous sa forme Uuenran, employée en 854, associe le terme ran qui désigne un lot de terre – le fait qu’il soit en rapport avec la brace (l’épeautre) qui est en recul, s’y référer comme étalon au ixe siècle donne à penser que le ran est en rapport avec la colonisation bretonne des vie-viie siècles – et uuen signifiant blanc, mais qui peut désigner la couleur, l’état de friche pour un champ, voire la terre défrichée ou encore exprimer un caractère « saint, sacré ». Certains auteurs ont privilégié tel ou tel sens du qualificatif, alors que d’autres ont voulu faire dériver ce mot d’une forme gauloise30.

  • 31 G. Buron, « De l’origine… », p. 33-34. Le lieu de naissance du saint et qu’il ait parlé breton pos (...)

44La question a été reprise récemment. Le sens de « béni, sacré » a été mis en rapport avec la présence d’une église et d’un cimetière, mais également avec le nom d’Aubin, dont le pays de Guérande est un des lieux retenus pour la naissance du saint, et qui a pour racine albinus. Ainsi Uuenrann désignerait-il, le « Pays d’Aubin », un « Pays Blanc ». Pour d’autres, le gaulois *Vindo-Randa, éventuellement influencé par varenna, pourrait expliquer le mot breton Gwenn Ran traduisant le mot gaulois, chaque mot continuant ensuite son existence, l’un en breton, l’autre en gallo-roman31.

  • 32 E. Vallerie, Traité de toponymie historique de la Bretagne, 3 vol., Le Relecq Kerhuon, 1995, t. II (...)

45À cette dernière interprétation, s’opposent des arguments linguistiques. La forme française ne saurait dériver de la bretonne puisque dans celle-ci -randa aboutit à -rann. Ceci donne à supposer que la forme française procède directement d’un gaulois *Uindoranda, hypothèse irrecevable : il aurait fallu rencontrer, entre les formes en -an ou -ann et la forme Guarranda relevée en 1070, la forme latinisée, si *Werrande avait été en usage chez les romanisants du secteur entre le ixe et le xie siècle. De plus, il n’y a pas d’exemple de (w) initial dans un toponyme gaulois qui ait donné Gu- en français. Ainsi, bien que la terminaison -and suggère une origine gauloise, l’élément initial Guer-, pour certains, prouve que le nom a été emprunté par les romanisants à des bretonnants. Ce n’est, peut-être, que par analogie avec les toponymes français si nombreux qui se terminent par –rande qu’a été forgée, sans doute au xie siècle, la latinisation pseudo-savante *Guerranda, à partir du breton *Gwerann, qui est la source de la forme française. Mais dans ce cas, la forme écrite aurait eu une incidence déterminante sur la forme parlée. Certes, on relève l’existence d’une forme *Werrande dans la saga nordique attribuée à Snorri Sturlusson (1178-1241) qui cite Varrande, qualifié de comptoir ou ville marchande, mais Varrande est située par la Saga en Poitou (Peituland). Quoi qu’il en soit, il faut conclure au caractère breton du nom. Quant au sens à donner à guen, il reste à déterminer32.

L’époque carolingienne

  • 33 J.-P. Brunterc’h, « Géographie… », p. 12-13, 43 ; J.-C. Cassard, « Ermentaire, les Poitevins et le (...)

46À la fin du viiie siècle, l’autorité du roi franc s’exerce sur la Bretagne. Sous Charlemagne, Nantes devient la capitale de la Marche de Bretagne. La crise de l’Empire, après 830, modifie les données. En mai 831, Nominoë reçoit un missaticum. Le pays guérandais en est peut-être exclu avant 851 puisqu’il appartient au comté nantais. Cependant, le récit d’Ermentaire situe Batz en 837-838, et les Miracles de saint Aubin, écrits au xie siècle mais conservant la trace d’une réalité plus ancienne, Guérande dans le Vannetais. Le pays guérandais est inclus dans la « seconde » marche implantée à l’embouchure de la Loire et commandé, en 841, par Renaud, comte d’Herbauge. La mort de ce dernier en 843 ouvre la question de la dévolution du comté de Nantes qui conduit Nominoë à adopter une politique offensive33.

  • 34 La Chronique de Nantes (570 environ-1049), publiée avec une introduction et des notes, éd. R. Merl (...)

47Pour asseoir sa souveraineté, il remplace les évêques acquis à la cause de Charles le Chauve en avril 849 au concile provincial de Coët Louh. En 850, Nominoë et Lambert, son allié, s’installent à Rennes et à Nantes. Gislard, un clerc du Vannetais, devient évêque de Nantes en remplacement d’Actard. Le traité d’Angers en octobre 851 concède à Érispoë, fils et successeur de Nominoë, les comtés de Nantes et de Rennes, la vicaria de Retz et les insignes royaux. La logique de cet accord conduit au rétablissement d’Actard comme évêque de Nantes. La Chronique de Nantes indique que Gislard s’installe alors à Aula Quiriaca, relève son siège à Guérande, et exerce des fonctions épiscopales pendant cinq ans entre la Vilaine, l’Erdre, le Semnon et la Loire, « méprisant » les censures ecclésiastiques jusqu’à sa mort. La comparaison des dates a conduit certains à envisager la présence de Gislard dans le pays guérandais dès 847, d’autres à admettre l’existence d’un évêché dont Guérande est le chef-lieu et qui a l’appui des Bretons installés dans cette zone, ce que d’autres contestent. Le témoignage de la Chronique de Nantes est trop partial pour être accepté. Il est indéniable que Gislard occupe un temps le siège de Nantes. Mais l’accord de 851 le concerne-t-il ? Pour A. Giry, l’affaire de la réintégration d’Actard au détriment de Gislard n’est traitée que lors de l’assemblée de 856. Le passage de la Chronique de Nantes selon lequel Gislard s’installe à Aula Quiriaca, qui « est appelé Guérande par les Bretons eux-mêmes qui occupent encore ce lieu », n’est sans doute qu’une allusion à une résidence où il s’est installé (Aula Quiriaca), entre 851 et 856, tant que le problème du siège nantais n’est pas réglé34.

  • 35 La Chronique de Nantes…, p. 78-79 ; Cartulaire de Redon…, p. 19-22, 57, 64, 71-72, 74-75, 78, 181- (...)

48Quant à l’allusion à Guérande – qui est bien distinct de l’Aula Quiriaca –, dont la Chronique de Nantes dit qu’elle est une paroisse du diocèse de Nantes, elle est à lier à une affaire qui porte sur la délimitation des évêchés de Nantes et de Vannes. Celle-ci s’établit sur une ligne qui part de Saint-Nazaire, resté soumis à Nantes, pour gagner le cours inférieur du Brivet, puis de l’Isac jusqu’à la confluence de celui-ci avec la Vilaine qui est ensuite la limite entre les deux évêchés. D’après la Chronique de Nantes, cette situation se prolonge jusqu’à la fin du ixe siècle, l’évêque de Nantes, Foucher (896-907), rétablissant son autorité jusqu’à la Vilaine. Le fait que ce prélat n’est pas cité dans le Cartulaire de Redon et la rareté des documents concernant le xe siècle interdit toute opinion précise. Cependant, l’examen des mentions d’évêques dans les actes du Cartulaire de Redon révèle que dès 840 on se réfère à Avessac à l’évêque de Vannes. Pour le pays guérandais un acte de 854 mentionne l’évêque de Vannes ; d’autres de 857 et 859, utilisent une désignation double – évêque de Nantes et de Vannes –, en 859, également, alors que d’autres en 859, puis en 861, 862, 866, 870 ne nomment que l’évêque de Vannes, avant que ne figure en 1063-1076 que le seul évêque de Nantes. En 971 encore, l’évêque de Vannes donne aux religieux de Saint-Aubin d’Angers la saline Cohfort à Saillé. Une copie d’un privilège accordé par Quiriac, évêque de Nantes en 1073 au profit de l’abbaye Saint-Florent montre que le clergé de Nantes a conscience de l’ancienne appartenance du pays guérandais au Vannetais puisqu’il est spécifié que l’église d’Escoublac est en pays breton – une autre copie portant in pago Nannetico. À cette date, l’annexion de la région par le Nantais est en cours. Il faut penser que l’essentiel pour la Chronique de Nantes est cette question de limites et que l’épisode Gislard a été utilisé pour établir les droits de l’évêque de Nantes sur Guérande35.

49Certains érudits ont lié la présence de la collégiale Saint-Aubin de Guérande à l’épiscopat de Gislard. La tradition rapportée par A. Bouchart en fait une fondation du roi Salomon. Une autre fondée sur la naissance d’Aubin dans le pays guérandais, attribue à la dévotion manifestée par Salomon envers saint Aubin la mise en place d’un chapitre de chanoines réguliers. Certains ont cru trouver une confirmation de ces données dans l’observation d’une base de colonne – connue par un dessin – repérée lors de travaux au xixe siècle, sous un pilier du chœur en face de la sacristie, dont le décor a été daté du viie ou viiie ou encore du début du ixe siècle. Cette datation de cette base de pilier doit être réexaminée. Sa forme est à rapprocher de celles découvertes dans la crypte de la cathédrale Saint-Pierre de Nantes datées des vingt dernières années du xie siècle, mais ici le parti est différent puisqu’on ne retrouve pas de tores superposés mais un décor.

  • 36 A. Gallicé, « Le pays guérandais à… », p. 84-85 ; L. Maître, « Les origines… » ; H. Quilgars, « Gé (...)

50D’autre part, il faut attendre 1142-1147 pour qu’un acte nous mette en présence des chanoines de la collégiale de Guérande36.

  • 37 Ibid., G 297.

51On ne peut écarter la leçon de la tradition. Le fait qu’au bas Moyen Âge, la collégiale soit considérée en honneur, dans le diocèse de Nantes, comme venant immédiatement après le chapitre de la cathédrale, atteste d’une origine ancienne et sans doute prestigieuse sans que l’on puisse préciser si celle-ci est d’époque carolingienne ou se place au xie-xiie siècles37.

  • 38 A. Gallicé, « Le pays guérandais à… », p. 84-85.

52Une quinzaine d’actes du ixe siècle du Cartulaire de Redon concernent le pays guérandais. Pour Guérande, il est fait état des reliques de saint Aubin présentes dans l’église, devant laquelle est un lieu ouvert ; les Miracles de saint Aubin, quant à eux, mentionnent un vicus et une magnifica basilica. L’île de Batz est citée dans le récit d’Ermentaire qui indique la présence d’une église, d’un prêtre parlant breton et donc d’une communauté bretonne vers 83738.

  • 39 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 119 ; A. Gallicé, « Le pays guérandais à… », p. 91.

53Le Cartulaire de Redon renseigne également sur les hommes. Plus d’une centaine sont cités. Ce nombre rapproché de celui des toponymes en tré- – le mot treb désignant dans la zone bretonne, un lieu habité et cultivé, un hameau, le foyer fondamental de la vie rurale au haut Moyen Âge – conduit à la conclusion que, pour l’époque, le pays guérandais connaît une densité de population importante. C’est peut-être même la plus forte densité du Vannetais et du Nantais qu’il conviendrait de mettre en rapport avec le développement des marais salants. Il n’est pas cité de machtiern pour Guérande. Il faut admettre que le territoire appartient aux princes bretons qui y sont possessionnés – tant Érispoé que Pascuueten, comte de Vannes. Cette situation correspond à la volonté des princes de contrôler le littoral, et s’inscrit dans le cadre juridique concernant des paluds telle qu’il s’est précisé au ve siècle39.

  • 40 A. Chédeville, dans La Bretagne des saints et des rois, Rennes, 1984, p. 168, 174-175.

54L’époque carolingienne est décisive du point de vue religieux. Le maillage de l’espace rural devient systématique. Les dédicaces d’église sont des indices importants, celles à saint Pierre indiquent très largement des fondations carolingiennes. C’est le cas d’Escoublac qui paraît être un démembrement de Saint-Nazaire. La faiblesse du nombre de créations pourrait s’expliquer par la contestation de juridiction entre les évêques de Nantes et de Vannes dans cette zone. Le culte des saints les plus célèbres de la Gaule reste fort, et l’étude de la répartition des patronages de paroisses relève un groupe de ce type de saints centré sur l’estuaire et la Brière, ce qui pourrait être le signe d’une reconstruction. La présence de quelques patronages Anglo-Saxons n’est cependant pas à exclure, ainsi à Saint-Molf. Des chapelles sont connues dans l’île de Batz et à Escoublac. Quant à l’abbaye de Redon, les donations qu’elle reçoit renforcent ses positions dans le pays guérandais40.

  • 41 J. Renaud, Les Vikings et les Celtes, Rennes, 1992, p. 119-146 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 27 (...)

55Avec les invasions normandes, le pays guérandais connaît un siècle d’épreuves. Les Normands sont signalés pour la première fois à Noirmoutier en 799. En juin 843, après s’être rassemblés à Batz, ils s’emparent de Nantes. En 853, Nantes est prise de nouveau, et les Normands s’installent dans l’île de Betia à proximité de la ville. On entre dans une nouvelle phase, celle de l’installation permanente. Redon est menacé en 854. Le comte de Vannes est un temps prisonnier, peut-être à la suite d’une opération menée dans le pays guérandais. En 855, des Vikings installés en pays guérandais ravagent la région de Bordeaux, attaquent Poitiers. En avril 856, ils remontent la Loire et gagnent Orléans. Le début du règne de Salomon est marqué par un court répit, mais les Normands hivernent toujours à l’embouchure de la Loire et en pays guérandais. Après 867, Salomon, réconcilié avec Charles le Chauve, a pour mission de défendre le littoral de Bretagne et du Cotentin, mais son action semble peu efficace et la basse Loire reste une des bases d’expédition des Normands. Après l’assassinat de Salomon en 874, la guerre de succession, qui s’ouvre en Bretagne et dans laquelle les Normands interviennent un temps comme alliés de Pascuueten – dont un acte concerne le pays guérandais en 876 –, ajoute à la confusion. Les attaques reprennent en 878, 879 et en 880, la région de Vannes est dévastée et Judicaël, fils de Gurwant, se heurte aux Scandinaves installés dans le pays guérandais. La réconciliation intervenue entre les chefs bretons permet de rétablir la situation. La Bretagne entre 890 et 907, sous Alain le Grand, connaît un répit. Sa mort en 907 ouvre une nouvelle guerre de succession, occasion pour les Normands de mener le plus fort de leurs assauts. On entre dans la troisième phase marquée par un début de colonisation normande de 907 à 937. Les sources insistent sur les ravages subis. Les Miracles de saint Aubin évoquent des Guérandais, selon la traduction de P. Le Baud, ayans aucuns chiefs, ducs, princes ou gouverneurs en terre qui pugnast pour leur tuicion et deffense. Dans ce contexte, où il conviendrait de faire la part de l’exagération, l’épisode du « miracle » qui aurait eu lieu à Guérande en 919 – l’invocation par les Guérandais à saint Aubin provoque l’intervention surnaturelle d’un chevalier qui leur permet de repousser les Normands –, serait une des rares victoires remportées par les Bretons. Mais le récit est d’autant plus suspect qu’il fait référence au modèle biblique du combat entre David et Goliath. Il n’est pas à écarter à condition d’y voir le résultat de rivalités internes entre bandes normandes appuyées par des forces bretonnes. À cette date, Rögnvaldr débarque à Nantes, et dès 920 il est maître de la Bretagne, avant de recevoir le Nantais. Un éphémère État normand de la Loire se constitue. Alain Barbetorte, victorieux des Vikings, se réinstalle à Nantes en 937. Par la suite, quelques raids scandinaves sont signalés : en 960, l’évêque de Nantes, Gautier est conduit à Guérande où ses ravisseurs attendent une rançon. Il convient cependant de pas retenir la prise de Guérande en 1015 que certains envisagent à partir d’une traduction fautive d’une saga nordique41.

  • 42 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 275-278, 336 ; O. Jeanne-Rose, « Ports, marchands et marchandises : (...)

56Dresser un bilan est difficile. La basse Loire est incontestablement la région la plus touchée en Bretagne. Nantes est un temps abandonnée et une partie des murailles détruite, les campagnes des bords de la Loire ont été vidées de leurs habitants. Doit-on pour le pays guérandais accepter l’idée d’un pays totalement ruiné ? En 876, l’abbaye de Redon reçoit une donation de Pascuueten. Le « miracle » de 919 pourrait, en invoquant la protection divine, justifier un sort moins désastreux qu’ailleurs. Les travaux les plus récents qui soulignent l’intérêt des Normands envers les produits commerciaux, le vin et plus encore le sel, et leur probable implication dans des échanges régionaux dès le ixe siècle au moins, excluent l’idée d’une dévastation complète d’une région capable de leur offrir de telles ressources. Ils soulignent, également l’absence de volonté de développer un cadre administratif ou une activité commerciale organisée, et une rupture majeure : celle de voies fréquentées depuis la protohistoire qui reliaient les divers rameaux du peuple breton et la désorganisation des anciennes communications42.

  • 43 Cartulaire de Landévennec, éd. A. de La Borderie, Rennes, 1888, XXV, p. 156-158 ; rédaction entre (...)

57Dans le prolongement de l’épisode normand, il faut faire état de la donation par Alain Barbetorte à l’abbaye de Landévennec, en récompense de l’action accomplie par l’abbé Jean, de toute l’île de Batz avec ses dépendances et son église. L’installation des moines conduit à la création d’un prieuré conventuel et à sa dédicace à saint Guénolé. Cette donation rappelle que le duc dispose de biens en pays guérandais43.

Le pays guérandais aux xie et xiie siecles

  • 44 H. Guillotel, « Les origines du bourg. Une étape de la redistribution des pouvoirs ecclésiatiques (...)

58Le pays guérandais est affecté pendant le siècle qui s’ouvre après la mort d’Alain Barbetorte (937-952) par la crise des structures politiques et religieuses héritées de la période carolingienne que le duc – qui contrôle le Poher, le Vannetais et le Nantais – a voulu rétablir. Vers l’an mil, le comte de Nantes est affaibli, mais il garde le monopole de la puissance publique. Les évêques conservent une grande partie de leurs biens et de leurs pouvoirs. Au-delà de l’an mil, la crise aboutit à l’effondrement de la puissance publique et à l’affaiblissement du pouvoir épiscopal. Les premiers châteaux apparaissent, tel, au nord du pays guérandais, celui de La Roche-Bernard. Le conflit qui oppose le comte de Nantes, Mathias, à sa demi-sœur Judith qui a épousé, en 1026 ou 1027, le comte de Cornouaille Alain Canhiart, conduit à un nouvel affaiblissement du pouvoir comtal marqué par l’installation du vicomte de Nantes à Donges44.

  • 45 Dom Morice, Preuves…, t. I, 348 ; Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers, éd. A. Bertrand (...)

59Vers 1050, le pays guérandais apparaît définitivement amarré au Nantais tant du point de vue civil que religieux, la limite entre Nantais et Vannetais s’établissant sur la Vilaine. La donation de la saline Cohfort à Saillé en 971, en présence du comte Hoël, montre que le fils naturel d’Alain Barbetorte tient le pays guérandais, alors qu’au ixe siècle les comtes de Vannes étaient possessionnés dans la région. En 1091, le châtelain de La Roche-Bernard est cité dans l’entourage du comte de Nantes. D’autre part, la donation de l’église d’Escoublac par Rouaud du Pellerin à l’abbaye de Marmoutier, souscrite par l’évêque de Nantes Airard en 1050, témoigne que le pays guérandais relève alors du diocèse de Nantes45.

  • 46 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 273, 290-291, 350-352 ; J. Quaghebeur, « Stratégie lignagère et pou (...)

60La généalogie d’Alain Barbetorte explique, du point de vue civil, ce passage. Il est fils de Matuedoi, comte de Poher, qui a épousé une fille d’Alain le Grand, frère et successeur de Pascuueten mort en 876, sans enfants. Le comté de Vannes, possession personnelle d’Alain le Grand, est partagé à sa mort, et Alain Barbetorte reçoit des biens en pays guérandais. D’autres passent à un autre des héritiers d’Alain le Grand, Orscant, évêque de Vannes de 970 à 992 qui en 971 fait don de la saline Cohfort qu’il tient à titre héréditaire46.

  • 47 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 336-339, 345-349 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 912 ; A. de La Borde (...)

61Le second tiers du xie siècle voit une profonde transformation des structures de commandement. À partir des années 1035-1040, les possesseurs de châteaux s’affirment, et le comté de Nantes se disloque en unités politiques et militaires plus petites : les seigneuries châtelaines. Le château de La Roche-Bernard est mentionné en 1035, et son seigneur dispose de terres dans le pays guérandais : en mai 1239, Josselin II donne à l’abbaye de Blanche-Couronne une saline, située à Trévali, puis partant à la croisade, il confirme les religieux dans la possession d’autres salines et d’un moulin dont ils jouissaient du temps de Josselin Ier. Entre 1040 et 1070, les châteaux de Donges dont le vicomte tient des terres à Saint-Nazaire, et de Pont-Château sont signalés. Ces châteaux ont été construits sur l’ordre des détenteurs de la puissance publique47.

  • 48 ADLA, H 132/1, 11, A. de La Borderie, « Inventaire… » p. 324 ; ID., Recueil…, p. 37-38, 51-52 ; A. (...)

62À Guérande, un vicarius représente le pouvoir ducal. Le mot fait partie du vocabulaire institutionnel carolingien. Une telle présence, en la personne de Geoffroy mentionné dans un acte daté d’entre 1064-1079, implique l’existence d’un château dont la date de construction reste ignorée. Ensuite sont cités : Rouaud dans une charte passée sous le comte de Nantes, Hoël (1066-1084) – confirmée par le duc Alain Fergent –, et encore cité en 1086 ; puis Geoffroy, et encore Berard, fils de Geoffroy, pour 1142-1147. Notre documentation ne permet pas d’établir une liste précise de vicaires. La filiation n’est attestée que pour Berard. Leur présence est signe de l’emprise directe du prince sur le pays guérandais qui ne connaît pas de châteaux privés : il convient d’écarter l’idée traditionnellement admise d’une famille de Guérande devenue maîtresse du Domaine. L’émiettement du pouvoir reste limité. Il faut y voir un signe de la solidité de l’influence carolingienne48.

  • 49 J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1 (...)

63La charte de Louis le Gros, de 1123, qui énumère les propriétés des évêques de Nantes dont certaines sont passées aux mains de laïcs au ixe siècle ou au début du xe siècle permet d’avoir une idée du temporel épiscopal entre 936 et 986. Le lieu « Cariacum avec tout son territoire et tout son finage ainsi que l’île adjacente d’Aduneta » a donné lieu à discussions. Certains y ont vu Piriac et l’île Dumet, mais il doit s’agir plutôt d’une résidence, située sur les bords de la Loire, des évêques de Nantes à l’époque de Félix (549-582). Le pays guérandais n’apparaît pas dans ce texte : faut-il en conclure qu’à ces dates, entre 936 et 986, les évêques de Nantes n’ont aucun droit à faire valoir dans cette région ? Rappelons qu’en 971, l’évêque de Vannes, Orscant, fait donation de la saline Cohfort sise à Saillé. La généalogie de cet évêque témoigne de l’appropriation de l’évêché de Vannes par des descendants d’Alain le Grand dont des biens personnels ont contribué à accroître la mense épiscopale de l’Église de Vannes qui dispose ainsi un temps de biens dans le pays guérandais. Ces biens deviennent la possession de l’Église de Nantes lorsque celle-ci contrôle le pays guérandais. Ils sont à l’origine des régaires de l’évêque de Nantes à Guérande49.

  • 50 H. Guillotel, « La pratique… », p. 4-26, 30-40 ; R. Blanchard, « Airard et Quiriac, évêques de Nan (...)

64La création d’un deuxième archidiaconé dans l’évêché de Nantes correspond à la reprise en main par l’évêque de Nantes d’une région qui lui avait échappé depuis une longue période. La présence de deux archidiacres est mentionnée pour la première fois le 1er novembre 105050.

  • 51 A. de La Borderie, Recueil…, p. 37-38 ; Cartulaire de Redon…, p. 324-325.

65Notre information sur l’aristocratie aux xie-xiie siècle est très limitée. L’élite désignée sous le nom de nobiles, nobilissimi ou encore curiales, est constituée des domini qui tiennent les châteaux autour du pays guérandais, à Donges, La Roche-Bernard et Pont-Château. Une autre catégorie apparaît avec le mot miles qui désigne des combattants à cheval. Entre 1030 et 1080, le succès même du mot atteste de la formation du groupe social spécifique des chevaliers. Dans la première moitié du xiie siècle, miles est d’un emploi plus rare, il distingue certains hommes engagés dans l’activité militaire – les milites – ou exprime une idée de dépendance. À la fin du xie siècle, Bernard de Guérande est qualifié de miles, devenu moine de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers, il fait don de certains de ses biens à celle-ci. Pour 1114-1139, Geoffroy de Guérande est un nobilissimus miles51.

  • 52 Ibid., p. 323-324, 389-390 ; H. Guillotel, « Les cartulaires de l’abbaye de Redon », MSHAB, 1985, (...)

66L’avènement de la dynastie de Cornouaille qui s’impose à la tête du comté nantais dès 1054, et à celle du duché en 1066, marque un tournant pour l’histoire du pays guérandais. L’axe méridional, Nantes-Quimper, devient essentiel et, forts d’un domaine cohérent, les ducs renforcent leur autorité. Certes, les débuts sont médiocres : par exemple le duc Hoël doit accepter la constitution de la seigneurie châtelaine de Donges. Mais dans la seconde partie du règne d’Alain Fergent, la haute Bretagne joue un rôle déterminant dans la vie politique du duché. Le duc Conan III, vers 1125, réussit à soumettre la vicomté de Donges dont le château est détruit et le vicomte déshérité. L’autorité renforcée du pouvoir ducal en pays guérandais apparaît au travers de plusieurs éléments. Un acte faux de 1112, par lequel le duc Alain Fergent exempte de la taille les hommes de l’abbaye de Redon demeurant à Guérande et à Piriac, ne peut se justifier que si son successeur, Conan III, censé confirmer l’acte, tient le pays guérandais ; David Follic est receveur pour le duc des cens et coutumes à Guérande, et, à la suite d’une donation par le duc Conan III et sa mère Ermengarde au prieuré de Montonac, également receveur de la dîme de leurs moulins de Saillé ; Main de Guérande apparaît plusieurs fois dans l’entourage ducal dans des actes concernant le Nantais, le fait qu’il soit qualifié de serviens du duc le situe comme étant un officier de second rang52.

  • 53 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 387.

67Si on examine la carte du domaine ducal au milieu du xiie siècle, le pays guérandais se place dans ses possessions littorales qui se suivent de manière discontinue jusqu’à l’Odet. Nantes, devenue résidence principale du duc, et Redon, dont l’abbaye est liée au pouvoir, tiennent les axes de pénétration que sont la Loire et la Vilaine. Quant aux ouvertures terrestres du pays guérandais, elles passent par la seigneurie de La Roche-Bernard d’une part, et celle de Donges d’autre part, qui sont dans la dépendance du duc de même que la seigneurie de Pont-Château qui tient un des tronçons de l’axe Nantes-Quimper. Une telle situation est favorable aux relations extérieures du pays guérandais alors que le duc Conan III, lors du concile de Nantes de 1127, fait approuver la suppression du droit de bris qui favorise le trafic maritime53.

68Après la mort de Conan III, intervenue en 1148, la Bretagne connaît une crise majeure qui affecte le pays guérandais. En 1158, Henri II Plantagenêt obtient du roi de France, Louis VII, le titre de « sénéchal de Bretagne », puis contraint Conan IV à lui céder le Nantais. Ainsi confirme-t-il l’abbaye de Redon dans ses possessions en pays guérandais et dans la Mée. En 1166, il oblige Conan IV à abdiquer et exerce directement le pouvoir en Bretagne, suscitant une série de révoltes ; dans celle de 1177 figure le baron Jarnogon de La Roche-Bernard. Aussi, en 1181, Henri II se résout-il à marier son fils Geoffroy à Constance de Bretagne et à lui laisser le pouvoir. Cette domination exercée par les Plantagenêts, qui marque l’aboutissement d’un long processus par lequel la Bretagne se lie de aux régions de la vallée de la Loire, trouve des appuis parmi les clercs, les chevaliers et plus encore les villes sensibles aux possibilités commerciales qui s’ouvrent à elles. Elle ne peut que profiter au pays guérandais, qu’avantage également la stabilisation et le renforcement institutionnels.

  • 54 ADLA, H 151/1 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 671-672 ; P. Marchegay, « Chartes nantaises du monastè (...)

69Le pays guérandais est concerné par l’application de la réforme grégorienne qui prend de l’ampleur avec l’évêque Quiriac, frère du duc Hoël. Il s’agit d’obtenir la restitution des biens et des revenus ecclésiastiques que les laïcs se sont appropriés et d’affirmer les droits du pouvoir épiscopal. Les évêques s’emploient à se réserver les églises qui ont fait l’objet d’une restitution, à contrôler celles possédées par les ordres monastiques, et le recrutement du clergé séculier. Airard obtient de Rouaud du Pellerin la restitution des églises qu’il possède ou qui relèvent de lui avec leurs oblations et leurs dîmes dans plusieurs lieux dont Saint-Nazaire et Escoublac. Quant à l’abbaye de Saint-Florent qui détient l’église d’Escoublac en 1073, elle n’est astreinte qu’au paiement de la redevance synodale, et en 1080, la dîme de Merac et la coutume sont restituées au prieur d’Escoublac. En 1103, Benoît, évêque de Nantes, confirme Saint-Aubin d’Angers dans la possession de l’église de Saint-Nazaire et dans cette paroisse, de celle de Saint-Jean. À Escoublac et Saint-Nazaire, l’évêque intervient lors la nomination des desservants54.

  • 55 N.-Y. Tonnerre, dans Le diocèse de Nantes, dir. Y. Durand, p 40-41.

70De 1147 à 1180, l’évêque de Nantes est Bernard d’Escoublac. Issu de la noblesse du pays guérandais, il est chanoine de la cathédrale de Nantes, archidiacre de Nantes avant de devenir moine cistercien puis évêque55.

  • 56 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 449-450.

71La mise en place des structures ecclésiastiques s’achève. L’évêché compte deux archidiaconés – Nantes et Outre-Loire –, et trois doyennés : Retz, Nantes ou Chrétienté, la Mée. Au cours du xiiie siècle, le doyenné de la Mée devient un archidiaconé – celui d’Outre-Loire disparaissant – divisé en deux doyennés : Châteaubriant et La Roche Bernard, le pays guérandais trouvant place dans ce dernier56.

  • 57 ADLA, G 211, ibid., H 19 ; ibid., H 57 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 710-711, 785-786, 801, 821 ; (...)

72La situation politique évolue après la mort de Richard Cœur de Lion, intervenue en 1199. Dans un premier temps, Constance, appuyée sur des fidèles parmi lesquels André de Vitré et Judicaël de Guérande, dirige le duché. Judicaël se retrouve ensuite dans l’entourage de Guy de Thouars que Constance épouse, en octobre 1199, ce qui contribue à resserrer les liens avec la France de Philippe Auguste. On a vu en Judicaël un bourgeois enrichi par l’exploitation des salines, un marchand : le 15 juin 1214, il reçoit de Jean sans Terre à Blaison en Anjou un sauf conduit pour aller commercer en Angleterre. Il devient conseiller attitré de la maison ducale, un des plus proches familiers de la duchesse Constance, prêtant sur gages aux grands seigneurs. En fait, la documentation le situe à Nantes où il a une maison, des biens et où il exerce la fonction de prévôt, à la fin du xiie siècle57.

73Les événements s’accélèrent après 1202. Jean sans Terre est condamné, et la commise de ses fiefs continentaux et de ses possessions françaises prononcée. Ces biens sont transférés à Arthur qui est assassiné en 1203. En Bretagne, à Vannes, une assemblée des barons et des évêques – parmi lesquels figure l’évêque de Nantes jusqu’alors fidèle aux Plantagenêts – affirme sa fidélité à Guy de Thouars et désigne comme héritière Alix. La Bretagne passe de la domination des Anglo-Angevins à celle du roi de France.

Administration ducale, économie et société en pays guérandais au temps de l’expansion de l’Europe (xie siècle-début xive siècle)

Le domaine ducal de Guérande et ses maîtres aux xiiie et xive siècles

  • 58 A. de La Borderie, Recueil…, p. 138-140.

74L’agitation des barons poitevins et l’attitude de Guy de Thouars amènent, en mai 1206, Philippe Auguste à réagir. Après son entrée solennelle à Nantes, il enlève le gouvernement de la Bretagne à Guy de Thouars pour l’exercer en personne. Pour conforter dans leur loyauté certains de ses fidèles, le roi distribue des terres du domaine ducal. Ainsi André de Vitré et Eudon de Pontchâteau se partagent-ils la châtellenie de Guérande. André reçoit Quéniquen et Larmor, toute la partie qui est sous la route de Guérande à Saint-Nazaire jusqu’à la mer avec Batz, sauf Saillé et un tenement aux bourgeois de Guérande. Eudon est gratifié de ce qui au-dessus de la route de Guérande à Saint-Nazaire, avec le bourg de Guérande et Saillé, et les autres dépendances du domaine. La ville n’est pas concernée par ce partage. Le fait que l’évêque de Nantes appose son sceau et que l’archidiacre de Nantes soit parmi les témoins révèle l’intérêt que le diocèse prête à ces décisions, intérêt qui s’explique par la présence des régaires dont il dispose à Guérande58.

  • 59 ID., ibid., p. 154 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 821.

75L’échec de la tentative de Jean sans Terre en Poitou conduit le roi de France à restituer le gouvernement du duché dès 1207 à Guy de Thouars. Le domaine ducal de Guérande est reconstitué, mais certaines terres ne reviennent pas immédiatement au duc. En 1212, dans la dot constituée par Alix, héritière de Bretagne, en faveur de sa sœur Catherine en vue de son mariage avec André III de Vitré, sont confirmées à ce dernier les possessions reçues par André II du père d’Alix à savoir Livré et Guérande. Cependant, Guérande ne paraît plus dans la confirmation par Guy de Thouars de cette dot59.

  • 60 ID., ibid., t. I, 846-847, 935-939 ; ADLA, E 126/1 ; ibid., E 236, f° 22 ; J. Levron, « Pierre Mau (...)

76En 1214, Pierre Mauclerc dispose du domaine de Guérande. À cette date, il l’engage pour dédommager l’évêque de Nantes. Il le reprend dès 1216, mais doit, selon une transaction élaborée à Rome en janvier 1220, verser une somme d’argent à l’évêque de Nantes. Le duc semble avoir voulu se dérober, et il provoque une enquête sur la taxe levée sur les sels. Le pays guérandais est concerné par la querelle qui s’envenime à partir de 1234 à propos du droit de régale. En juillet 1263, dans le douaire envisagé pour Blanche de Navarre, Guérande figure parmi les fiefs qui pourrait lui être assigné60.

  • 61 ADLA, E 132 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1112.

77Au xiiie siècle, le duché se dote d’une nouvelle puissance militaire. Aux châteaux s’ajoutent les enceintes urbaines. Les exemples proches du Gâvre, de Nantes sont bien connus. Il convient d’ajouter la porte Vannetaise de Guérande qui, en dépit d’une datation rapportée à 1343, doit être replacée au début du xiiie siècle. L’armée est réorganisée. Le Livre des Ostz, rédigé en 1294, qui indique les services militaires dus au prince, souligne la division et l’affaiblissement des obligations militaires calculées en fonction de l’importance des fiefs. Pour le pays guérandais, on ne trouve que : Monsour Geuffrey de Guerrande recongnut que il doit un chevalier d’ost pour tout son fié, e se presentera pour soi ; mes il dit que se n’estoit chevalier, il fera le service en tel point comme il seroit61.

  • 62 Y. Renaudin, Les domaines des ducs de Bretagne. Leur administration du xiie au xve siècle, Thèse, (...)

78Guérande se situe dans la baillie de Nantes. Du sénéchal de la baillie dépendent des prévôts, des receveurs, des juges, des alloués et des sergents. La fonction principale du sénéchal est d’ordre judiciaire et peu à peu les fonctions financières lui échappent. Pour la période 1262-1265, on trouve comme sénéchal de Guérande, Jean Le Clerc, qui exerce au temps où Renier de Seint-Liz est sénéchal de Nantes. Pour 1265-1267, le sénéchal particulier de Guérande disparaît et fait place à un sénéchal de Nantes, Guérande et de la Mée en la personne de Rivallon du Temple, qui est désigné comme sénéchal de Nantes et de Guérande en 1273-1275. Cette évolution s’explique par un effort de centralisation. Dans un autre fragment, Rivallon du Temple compte pour la recette de Guérande où apparaît Alain Le Bouteiller qui a été à tort considéré comme receveur de Guérande, alors qu’il faut le considérer comme le receveur d’une partie des recettes – sans doute les sceaux de navigation –, comme Jean Rogon l’est pour les coutumes. Des receveurs de Guérande existent peut-être avant 1288 avec Pierre Torz, sûrement en 1288 avec Berard Bestenc, et en 1288-1289 avec Guillaume de Cahorz. La recette de Guérande est alors indépendante, cette décentralisation visant à rapprocher l’officier administrateur de la terre administrée62.

  • 63 ADLA, E 74/8, f° 1 v° ; BNF, ms fr 11549, f° 154 ; Y. Renaudin, Les domaines…, p. 62, 80-81, 178.

79Un arbitrage intervenu le 26 décembre 1332 évoque un sénéchal de Guérande. À cette date, le domaine de Guérande est tenu par Jean de Montfort qui dispose sur place d’une administration. La mention en 1348 de Guillaume Derien comme sénéchal de Guérande répond au même souci, ce qui remet en cause l’opinion admise selon laquelle la réunion du ressort de Guérande à celui de la sénéchaussée de Nantes aurait duré jusqu’en 137363.

  • 64 AN, JJ 48, f° 2 v°-4 ; Inventaires et documents, registres du trésor des chartes, t. I, registre d (...)

80La présence à la tête du domaine ducal de Guérande des Montforts est à souligner. Elle fait suite au second mariage du duc Arthur II, contracté en 1294, avec Yolande de Dreux, et aux mesures prises concernant la duchesse et les enfants nés de cette union, soit un fils Jean – le futur Jean de Montfort – et cinq filles. En mai 1312, l’acte de confirmation par le roi de la convenance du 12 juillet 1311 rappelle l’engagement du duc selon lequel la part de succession devant revenir aux enfants nés ou à naître est fixée à 8 000 L à asseoir, si nécessaire, sur le domaine ducal de Guérande. Peu après, en avril 1313, Arthur II étant mort, un accord est passé entre le duc Jean III et la duchesse Yolande selon lequel 7 000 L sont affectées au douaire dont le remanant éventuel peut être assis en Guerrande. En février 1315, un nouvel accord est conclu, toujours ratifié par le roi : l’assiette des rentes destinées aux enfants de Yolande et d’Arthur étant insuffisante, Jean III la complète en partie avec des revenus gagés sur le domaine de Guérande. Celui-ci étant tenu en douaire par Yolande, elle reçoit en gage les prévôtés et fermes de Nantes et Champtoceaux afin de verser la contre valeur de cette terre à ses enfants, et pour en récupérer les arrérages64.

  • 65 B. D’argentré, L’Histoire de Bretaigne, des Roys, Ducs, Comtes et Princes d’icelle […], Rennes, 15 (...)

81Ainsi le domaine de Guérande est-il un élément du douaire de Yolande, mais il est également engagé pour garantir les sommes promises par Jean III aux enfants de la duchesse douairière. Toutefois, le duc dispose d’un délai pour récupérer la terre engagée. B. d’Argentré rapporte qu’Arthur aurait donné à Jean de Montfort la terre et seigneurie de Guérande, racheptable dedans cinq ans. Le duc n’ayant pas été en mesure d’exercer ce droit, à la mort de sa mère intervenue en 1322, Jean de Montfort tient le domaine de Guérande, et un acte du 26 décembre 1332 indique que les terres de Guerrande et de Baaz et de Saillé et appartenances d’icelles appartiennent à Jehan de Bretaigne, conte de Montfort65.

  • 66 BNF, ms fr 22338 f° 117-181 ; ADIV, 1 F 620, f° 70, 73 v°-74 ; M. Jones, « Some Documents relating (...)

82Le pouvoir ducal a cherché à garantir les sommes promises à la descendance de Yolande sur des terres non bretonnes, mais il n’a pas pu tenir cet engagement. Ainsi la présence de Jean de Montfort à la tête du domaine de Guérande fait-elle suite aux vicissitudes d’application d’accords financiers. C’est l’opinion exprimée par certains témoins lors de l’enquête ordonnée en 1341 par le roi pour le jugement de la succession du duché de Bretagne : maître Éon de Rougé déclare qu’il a ouy dire que la terre de Guerrande fut baillee à la mere dudit comte de Montfort lors duchesse de Bretaigne pour cause de certaine somme d’argent que l’on luy debvoit ; Geoffroy Le Voyer précise que l’on tint communement au païs que le comte de Montfort eut la terre de Guerrande en telle maniere que en vendant dedans cinq ans 12 000 livres ledit duc la pouvoit recouvrer. Aussi la position exprimée en 1341 par Jean de Montfort pour faire valoir ses droits au duché paraît-elle très orientée puisqu’il évoque partage et apanage66.

  • 67 ID., ibid., t. 1, 935-939. Les chiffres donnés pour 1208 et 1231 englobent l’ensemble des régaires (...)

83Nous disposons de données chiffrées concernant le domaine de Guérande au xiiie siècle. En 1214, il est engagé par le duc à l’évêque de Nantes pour le paiement d’une somme de 550 L. Dans des extraits de registres de la chambre des comptes de 1262, les recettes du domaine – redditus – s’établissent à 405 L 19 s. C’est un chiffre important comparé aux 127 L 19 s de celui de Nantes, aux 55 L 10 s du Gâvre. Cela traduit l’importance territoriale du domaine et la valeur de ses productions : 331 muids de sels restés sur la Grande-Saline, 223 tx de vin, 14 mines de froment et 2 d’avoine indiqués en debet. Les recettes de justice – explecta –, s’élèvent à 144 L : c’est moins que celles enregistrées pour le domaine de Nantes, 285 L, mais plus que pour ceux de Rennes, 88 L 13 s. Pour les recettes extra balliviam, recettes extraordinaires ou casuelles comme celles liées à l’exercice du droit de bail, on relève pour Guérande 55 L 7 s 8 d, pour Nantes 605 L 18 s 5 d et pour Rennes 223 L 14 s. Ces deux dernières séries de chiffres sont par définition variables et donc délicates à comparer, d’autant qu’avec le droit de bail sont également pris en compte les arrérages. Cependant, la hiérarchie qui s’établit est le reflet des conditions démographiques et sociales des domaines ducaux. Elles placent Guérande après Nantes, Guérande avec un revenu de 605 L 6 s 8 d représente 63 % de celui de Nantes67.

  • 68 A. de La Borderie, Recueil…, p. 218-219 pour 1265. La rédaction est de 1266, B.-A. Pocquet du Haut (...)

84Dans un fragment de compte portant sur l’année 1265, Alain Le Bouteiller se charge des droits de sceaux liés à la navigation soit 95 L 10 s, qui n’apparaissaient pas dans le précédent extrait, auxquels s’ajoutent pour le domaine de veteri aresto (report du compte précédent) 209 L 14 s et 305 L, soit un total de 683 L 11 s 6 d68.

  • 69 Y. Renaudin, Les domaines…, p. 295, 299, 320, 339-340, 363-364.

85D’autres fragments de comptes des années 1263-1267, ont été édités par Y. Renaudin. Dans le fragment II, la recette prenant en compte reddita et explecta s’élève à 294 L 7 s 6 d auquel s’ajoutent des arrérages s’élevant à 144 L 8 s, le total, 438 L 15 s 6 d, est apparemment incomplet. Dans le fragment III, les recettes du domaine de Guérande figurent pour 247 L, les recettes de justice pour 16 L 9 s, et il est mentionné un premier total de 288 L 9 s, qui est comparable au chiffre précédent mais inférieur aux chiffres de 1262. Il s’ajoute une recette provenant de deux bails, l’un de 6 L 8 s 6 d, et surtout celui du vicomte de Donges s’élevant à 576 L 4 s 6 d, ce qui donne un total de 864 L 13 s 6 d, outre encore, de veteri aresto, 16 L 10 d. Les mises sont comptées 196 L. Le bilan s’établit à 686 L 13 s. Le fragment V donne pour la recette 29 L 18 s. Le fragment VIII fait figurer pour la recette du domaine de Guérande la somme de 104 L à laquelle s’ajoutent les recettes de justice, d’un montant inconnu, mais également les revenus de baillées, de bails et de ventes pour un total de 250 L 10 s 3 d. Le fragment X donne pour les coutumes de Guérande la somme de 107 L 6 s, pour la recette ordinaire 131 L 8 s 4 d, auxquelles s’ajoutent les recettes de justice qui s’élevent à 111 L 11 s 8 d, et des arrérages pour 94 L 14 s, au total 356 L 8 s 6 d. Les mises sont de 147 L 9 s69.

86Il est difficile de mettre en relation ces chiffres. Cependant, il apparaît que le chiffre donné pour 1262 est élevé. Peut-être intégre-t-il des recettes provenant de droits particuliers – coutumes, droits de navigation – qui ont pu en d’autres temps faire l’objet de paragraphes séparés en raison de l’existence de receveurs particuliers. Quoi qu’il en soit, l’importance économique relative de ce domaine est à souligner.

  • 70 Extraits du 8 septembre 1267 à 1275, dom Morice, Preuves…, t. I, 1006-1010. Pour 1300 et 1303, A. (...)

87Les autres extraits de comptes du duché concernant le xiiie et le début du xive siècle ne donnent pas d’indications générales. Aussi la valeur estimée du domaine de Guérande citée en 1317-1318 dans la réalisation du douaire de Yolande est-elle intéressante. Elle est de 1000 L t70. Mais l’évolution de la valeur de la monnaie rend difficile la comparaison.

Le bourg de Guérande

  • 71 A. de La Borderie, Recueil…, p. 138-140 ; A. Chédeville, « La « guerre des bourgs ». Concurrence c (...)

88Un acte de 1206 mentionne un bourg de Guérande. Le fait que le roi en dispose indique qu’à cette date il est partie intégrante du Domaine. On peut penser à une création ducale à rapprocher de la mention déjà signalée d’un vicarius donc d’un château qui pourrait à l’origine de ce bourg. A. Chédeville, reprenant la question du rôle joué dans la création des bourgs par les seigneurs et les moines, souligne que, pour peupler un bourg, les seigneurs cherchent à attirer des hommes venant d’autres bourgs seigneuriaux en leur offrant un statut et des conditions de vie qu’ils jugent meilleures. Cela ne peut que susciter des réactions chez les seigneurs dépossédés. C’est là que se situe l’intérêt de la présence des moines. Les seigneurs lésés ne pouvent justifier une expédition menée contre eux et s’opposer à un don fait aux moines qui, eux, ne peuvent s’opposer aux fondateurs. La chronologie confirme l’hypothèse : les fondations de bourgs monastiques auprès des châteaux coïncident avec des périodes de faiblesse du pouvoir princier – le bourg de Saint-Nazaire créé en 1082-1106 en est un exemple. Après cette date, les conditions sont différentes : l’essor démographique fait qu’il n’y a plus à débaucher des hommes ; il existe déjà un tissu de bourgs ; les grands établissements monastiques traditionnels ont perdu de leur dynamisme ; les seigneurs enfin ne sont plus disposés à partager leur pouvoir ; et, à mesure que son pouvoir grandit, le prince apparaît comme capable d’en assurer la protection. C’est dans cette phase qu’il faut situer la création du bourg de Guérande, celle d’Hennebont en 1200, et, dans un autre contexte, celles Saint-Aubin-du-Cormier et Le Gâvre71.

89Si on en juge par l’extension d’autres bourgs, l’étendue du bourg de Guérande pourrait être aux environs d’un demi hectare. Il s’agit d’une agglomération liée au pouvoir de commandement. La fonction religieuse est présente : sans doute convient-il d’associer à ce bourg l’église Notre-Dame-la-Blanche qui paraît avoir été le siège d’une paroisse urbaine. Mais l’essentiel est la fonction économique et surtout commerciale avec la présence d’un marché, d’une foire : la rue de l’Ancien-Marché-aux-Grains peut y être associée. Ainsi se dessine un bourg qui s’étend de l’église Notre-Dame-la-Blanche jusqu’à cette rue.

Les pouvoirs dans la ville de Guérande

90Un arbitrage rendu, le 26 décembre 1332, permet de préciser l’exercice des pouvoirs dans la ville de Guérande. Il fait suite à des plaintes réciproques formulées par Jean de Bretagne, comte de Montfort, qui tient le domaine ducal de Guérande, et par l’évêque Daniel Vigier, sr des régaires dans lesquels se situe la ville de Guérande. Par leurs arrêts, qui font référence à des accords antérieurs, les arbitres se prononcent sur certaines questions en litige, et mettent en place des mesures qui organisent l’administration commune de la ville. L’évêque de Nantes renouvelle son engagement de fournir une maison où chacune des parties puisse tenir ses pletz et assises, selon la coutume qui a cours dans la communaulté – le mot désigne les hommes et les lieux dépendant des deux pouvoirs –, et où le premier installé puisse parachever sans empeschement. Il est indiqué que la porte aura une claveüre à deux clefs dont chescun desdiz conte et evesque aura une clef, et que le sénéchal du comte tenant ses termes et assises dans la maison des héritiers Gorion à Saint-Michel ne pourra tenir qu’un plez par semaine, à moins qu’il y ait cas exigeant breve delivrance. Un pilori communal pourra être édifié en un lieu de la communauté à despens communs, en remplacement du précédent troncié par Guillaume du Dreseuc qui ensuite a fait creuser un puits pour le commun profit de la ville avec l’assentiment de l’évêque et de la duchesse Yolande. Les distributions à partir des greniers du communal en faveur des pouvres gens ne pourront se faire qu’avec l’accord des gens de l’évêque et de ceux du comte. Il sera possible aux juges du comte mais égalementà ceux de l’évêque, selon que les uns ou les autres sont les premiers requis et donc se trouvent en charge du dossier, de monnayer en la communautées biens meubles en raison d’acas récusant des faits accomplis par des hommes de la communauté ou des fez dehors de celle-ci. Une copie sera faite par les deux parties des acas faiz par raison de la communauté afin de faire deducion des ungs es aultres et de les partir par me entreulx. Les gens de l’évêque ne pourront sceller les mesures que pour la dîme due à l’évêque, et non pour celle due au chapitre, et en ce qui concerne le mortuaige dû au chapitre les gens de l’évêque ne pourront intervenir que pour les hommes qui relèvent de sa cour temporelle. La merche de la mesure du sel, le moat, sera gardée en la communaulté et apposée communaument par un homme du duc et un de l’évêque avec la marque du comte et de l’évêque comme il est acoustumé.

91Il est précisé que les faits antérieurs ne porteront en rien préjudice pour l’avenir à l’une ou à l’autre partie, ni le fait que l’official Alain Le Suiche ait fait bannir nul de ladite ville ne fust si hardi de meptre vin en taverne si il ne fust aseüré par les gens de l’evesque, c’est-à-dire soumis à un droit ; ni l’initiative des hommes du comte qui ont fait seuls étalonner certaines mesures à sel. L’arbitrage fait cesser les adjournemens et remutz et esplez concernant des individus.

92Les arbitres ne se prononcent pas sur certains points : le droit de banvin que prétend avoir l’évêque à Guérande ; les actions des gens du comte visant à traire les hommes hors de la communaulté et à les poursuivre tant en action personnelle que criminelle, ou encore à justicier en la communaulté des hommes de hors ; et enfin le fait que les gens du comte ont prinse corporelle es personnes de la communauté même pour cause civile alors que, pour ceux de l’évêque, la mise en prison ne s’impose qu’en cas criminel et en forfait. Sur ces matières non ordonnees, il est dit que chacun fera comme acoustumé au temps passé.

  • 72 ADLA, E 74/8, copie sans doute rédigée en 1459.

93Cette volonté de restaurer l’ordre ancien participe de l’époque. Cela n’exclut pas quelques évolutions. Selon la pratique ancienne rappelée par l’évêque, le comte n’a le droit qu’à un sergent, en la ville de Guérande en la communauté, or il en dispose de trois ; il est accordé que le comte et l’évêque auront chacun un sergent en la communauté et un en leur vavasserie72.

  • 73 N. Travers, Histoire…, t. I, p. 381-385.

94La communaulté paraît s’étendre à l’espace urbain. Ainsi l’exercice des pouvoirs dans la ville est-il partagé, sans que l’on puisse préciser l’origine de cette situation, ni les étapes et les querelles successives qui ont ponctué sa mise en œuvre. L’indication de la destruction du pilori révèle une période de forte tension. Quant aux plaintes exprimées en 1271 par l’évêque, où il est dénoncé les agissements de certaines personnes qu’il a excommuniées mais qui ont le soutien du sénéchal ducal, elles sont liées à des querelles portant sur la levée de droits seigneuriaux et de la dîme dans le domaine ducal de Guérande73.

  • 74 G. Mollat, « L’institution de la Prévôté dans l’église collégiale de Saint-Aubin de Guérande », BS (...)

95La réorganisation du chapitre de la collégiale de Guérande est à placer à cette époque. L’évêque Daniel Vigier (1305-1337) obtient une bulle, du pape Clément V, le 13 juillet 1312, lui donnant commission d’instituer une prévôté pour l’église Saint-Aubin de Guérande, de nommer un prévôt parmi les chanoines, et d’assurer l’existence de cette charge en lui unissant l’une des chapellenies dont la collation appartient au chapitre74.

La mise en valeur du territoire

  • 75 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 411, 417-421 ; J.-L. Sarrazin, « Le littoral… », p. 127 ; ID., « Le (...)

96Pour la Bretagne méridionale si aucun défrichement de grande ampleur n’apparaît, la conquête des zones marécageuses dans la baie de Bourgneuf et au nord de l’estuaire de la Loire sont deux exemples remarquables de conquête d’espaces donnés à l’agriculture. Les aménagements concernant le sud Loire sont connus. Ils répondent largement à des préoccupations commerciales : l’élevage pour le marais de Buzay ; et plus encore le sel dans la baie de Bourgneuf où la colonisation entamée dès le haut Moyen Âge s’accélére à partir de 1050, le xiie siècle étant un temps fort d’un effort qui se poursuit jusqu’au début du xive siècle75.

  • 76 G. Buron, « De l’origine… », p. 56 ; ID., « La microtoponymie… », p. 159-160 ; ID., « Pour une ana (...)

97Quant au marais salant du pays guérandais, pour lequel les documents écrits n’ont pas la même richesse, il faut penser à une concordance de développement et faire du Moyen Âge central une période décisive de la mise en valeur. Les règles simples fondées sur la morphologie des salines – les salines les plus petites et les plus éloignées de la mer sont les plus anciennes ; et les plus grandes et les proches de la mer les plus récentes – sont à rejeter. Il n’y a pas eu défrichement linéaire et des salines ont été édifiées à partir de vasières et de dépendance de salines déjà existantes. Les différences morphologiques sont le reflet de la diversité sociale de ceux qui ont contribué à la mise en place des marais salants : les vassaux les plus puissants reçoivent du duc des lots plus importants et construisent les salines les plus étendues. La petite aristocratie, voire quelques non nobles se contentent de terres moins étendues situées soit en avant des zones en cours d’aménagement, soit dans des zones déjà conquises. Les étiers et les évolutions de l’alluvionnement ont dû avoir leur influence qu’une cartographie pourrait faire apparaître. Surtout les réflexions de J.-L. Sarrazin à propos de la mise en valeur du littoral poitevin permettent de prendre en compte un autre agent de la mise en valeur. L’aménagement de ce littoral, du xie au xiiie siècle, ne résulte d’aucune entreprise collective, mais d’une multitude d’initiatives où s’entremêlent les besoins des abbayes, les intérêts des seigneurs qui trouvent, par le jeu des taxes levées, les moyens de satisfaire leurs besoins croissants en numéraire, et la pression d’une paysannerie en quête de terres. Cette dernière est fondamentale, elle permet la création et la mise en valeur, et il en résulte un fractionnement de l’exploitation76.

  • 77 ADLA, H 75, ibid., B 1508, f° 87-87 v°, ibid., B 1515, f° 2135-2135 v° ; dom Morice, Preuves…,t. I (...)

98L’enquête toponymique menée par G. Buron ouvre des horizons ; ses apports dégagent les étapes de la mise en valeur, mais les toponymes en rapport avec l’espace cultivé sont parfois de datation délicate, aussi les mentions de salines restent-elles essentielles. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut relever des salines faisant l’objet de donations ducales ou autres aux abbayes de Melleray, de Blanche-Couronne, de Prières, de Saint-Gildasdes-Bois ; des salines en activité, d’autres en frost, et d’autres encore baillées pour être mise en activité. Leur cartographie fait apparaître un domaine largement étendu avançant parfois aux extrémités de la zone mise en exploitation à la fin du Moyen Âge. Si on accepte l’idée que les trois-quarts du marais de Batz-Guérande sont en activité à la fin xve siècle par rapport au xixe siècle qui voit le marais occuper son maximum d’extension, force est de souligner l’importance des aménagements du Moyen Âge central77.

  • 78 Cartulaire de Montonac…, p. 68 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 150-152, 434-435.

99En ce qui concerne la zone en bordure de la Brière, la création de la chapelle de Bréca (vers 1169-1170) est une indication. Cependant, le diagramme palynologique de la Crôle au nord de la Brière montre qu’il n’y a pas de défrichement important, et il faut penser que le niveau de peuplement atteint assez tôt un palier78.

  • 79 B. Tanguy, « La langue bretonne au pays de Guérande », Ar men, 25, février 1990, p. 23.

100Ailleurs dans le pays guérandais, la croissance démographique s’accompagne d’un mouvement de colonisation rurale et de densification de l’habitat. La toponymie est riche d’enseignements. En zone bretonne, les toponymes en Ker- parfois Car-, qui désignent un domaine rural ou une exploitation paysanne, sont significatifs, mais leur création, qui commence à se manifester au ixe-xe siècle et dont l’emploi se généralise au xe siècle, pour être bien établi au début du xie siècle, se poursuit jusqu’à la période contemporaine, aussi leur étude appelle-t-elle à beaucoup de prudence. Dans la zone romane, les toponymes d’une part en -ière, -erie, -ais, et d’autre part La Ville-, Ville-es-, La Ville-au- sont révélateurs. Ils sont signe d’un habitat dispersé d’exploitations individuelles dont le nom a gardé le souvenir du premier propriétaire79.

  • 80 A. Gallicé, « Quelques éléments à porter au dossier de la langue bretonne en pays guérandais », BS (...)

101Le pays guérandais ne connaît pas les noms en -ière et -erie. Les toponymes en Ker- sont particulièrement nombreux à l’ouest d’une ligne qui se suit d’Escoublac à la Brière et passe la Vilaine entre Férel et Nivillac. Ceux en La Ville-es- se concentrent autour de Saint-Nazaire, où ils forment un échantillon important. Les toponymes en La Ville-au- sont moins représentés – on admet qu’ils sont plus récents que ceux en La Ville-es – ainsi que ceux en La Ville-. En Bretagne, la concentration de ce type de toponymes est maximale entre la « ligne Loth » et la limite linguistique moderne. Elle s’explique par l’identité Ker-/Ville- dans une zone où la langue bretonne a reculé. Les deux types de formation étant identiques, tant en ce qui concerne l’ordre des mots que le sens du premier élément, ils sont interchangeables, et ils ont pu, dans certains cas, se substituer aux précédents, et parfois les ont traduits. Cette imbrication fait qu’il convient de considérer ces toponymes comme des formes romano-bretonnes présentes dans une zone mixte où prédomine le français, mais où les réflexes de la langue bretonne semblent s’être maintenus jusque vers le xvie siècle. On ne peut accepter une évolution simplement chronologique qui correspondrait au recul du breton. Faut-il songer à une résurgence du substrat local ou à un phénomène de mode ou encore à une mise en valeur qui s’est accompagnée d’une immigration de colons de langue romane ? La densité respective des deux formations permet de tirer des conclusions dans le domaine linguistique. Là où dominent les noms en Ker-, nous sommes dans la zone bretonnante ; là où dominent les noms en Ville-, dans une zone mixte où prédomine le français. Comme ces formations se sont multipliées et pour la plupart fixées entre le xie et le xiie siècles, la limite mise en évidence remonte à cette époque. Cependant, l’exemple de l’est du Morbihan où certains noms en Ville- ont été forgés aux xve-xvie siècles pour désigner de nouveaux établissements montre que ce toponyme ne peut être pas utilisé comme indice certain d’une colonisation des xiie-xiiie siècles80.

  • 81 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, 2002.

102Quoi qu’il en soit, la région a vu naître le village éclaté à l’image des régions de l’Ouest. Des sites venus du haut Moyen Âge se perpétuent (toponymes en Tré-), et avec eux une certaine dispersion. Au temps de l’expansion, de nouveaux habitats sont créés sous forme d’écarts (certains toponymes en Ker- ou Ville-). Le hameau et les groupes de fermes dominent, cependant la zone des marais, où l’habitat se fixe sur des îles d’étendues limitées, présente des hameaux plus importants81.

  • 82 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 436 ; dans la plus ancienne liste des paroisses du diocèse de Nante (...)

103Autre signe de cette croissance démographique, la création de nouvelles paroisses, mais le mouvement traduit encore une volonté d’encadrement des populations par l’Église. Saint-André-des-Eaux est détachée d’Escoublac avant 1287. Certaines paroisses étendues sont démembrées : Guérande, aux xie et xiie siècles, perd ses territoires périphériques : Saint-Molf, Mesquer, Saint-Lyphard et Batz deviennant des paroisses. Cependant, Guérande garde une superficie importante : la création de trèves a dû éviter un éclatement trop marqué, et, d’autre part, la présence du chapitre de la collégiale a dû jouer un rôle82.

  • 83 Mise au point et bibliographie, B. Tanguy, « Le culte de Saint-Jean-Baptiste et l’implantation tem (...)

104La présence des ordres militaires est un autre signe. Elle illustre également leur implantation le long des côtes, peut-être pour tenir les itinéraires vers Saint-Jacques. Dans la charte apocryphe qui donne les possessions templières à la fin du xiiie siècle figurent des fours et des moulins à Mesquer ainsi que la moitié des droits sur la foire de Saint-Lyphard. Dans la charte apocryphe qui donne la liste de ce que possèdent les hospitaliers à la fin du xiiie siècle sont mentionnés des biens à Assérac et à Guérande où leur domus a été mise en rapport, à tort, avec la chapelle Saint-Jean83.

  • 84 A. Dufief, Les cisterciens en Bretagne aux xiie et xiiie siècles, 1978, Rennes, 1997, p. 194-211.

105Les prieurés sont encore un indice de cette croissance. Citons ceux de : Batz dépendant de l’abbaye de Landévennec ; Escoublac de Saint-Florent de Saumur ; Merquel en Mesquer, de Saint-Gildas-de-Rhuis ; Saillé dont l’origine repose sur des donations anciennes et relevant de Saint-Aubin d’Angers, ainsi que celui de Saint-Nazaire ; Pénestin dépendant de Saint-Gildas-des-Bois84.

106Il est difficile de donner une vue précise de la mise en valeur des terroirs nouveaux et impossible de chiffrer l’importance de l’essor démographique. Pour le Nantais, c’est après 1050, et même plutôt 1070, que la colonisation agricole commence pour se prolonger tardivement jusqu’au xiiie siècle. Elle contribue à l’avènement d’un monde plein. Surtout, le mouvement n’a pas été uniforme. Pour le pays guérandais, les transformations les plus importantes ont pour cadre la zone des marais salants, et sans doute la zone du coteau avec la vigne. Dans ces deux cas, l’intérêt commercial a dû être un précoce et puissant stimulant qui conduit à une spécialisation plus affirmée et à une densification du peuplement accrue. La zone agricole entre coteau et Brière connaît une mise en valeur plus diffuse. Enfin, la bordure de la Brière n’a connu au mieux qu’une croissance limitée. Les inégalités de peuplement se renforcent.

  • 85 D. Pichot, « Encellulement et villages de l’Ouest français (xie-xiiie siècle) », dans Mondes de l’ (...)

107L’époque voit se réaliser le processus d’« encellulement » : aux xie et xiie siècle, le cadre de la vie rurale devient celui de la seigneurie. Elle peut se limiter à une simple domination foncière. La seigneurie banale, partielle ou complète, moins fréquente, est aux mains de la partie supérieure de l’aristocratie dont le pouvoir se renforce. La situation du pays guérandais est complexe. Le domaine ducal est assez vaste ; la vicomté de Donges dispose de terres qui s’étendent jusqu’à Saint-Nazaire et au-delà ; la baronnie de La Roche-Bernard est possessionnée à Piriac et détient des salines ; les abbayes de Redon, de Prières, l’évêque dans ses régaires disposent de pouvoirs banaux ; tout cela n’exclut en rien des petites seigneuries aux mains de familles dont les lignages se prolongent parfois jusqu’au bas Moyen Âge et même au-delà, tels Ust, Kerpoisson, Bogat85.

  • 86 Cartulaire de Redon…, p. 324-325 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 459-460.

108Pas de trace d’alleutiers dont il n’est plus fait mention à partir de 1050 pour l’ensemble du Nantais. Quant au servage, des traces pourraient subsister : l’acte passé entre 1114 et 1139 par lequel Geoffroy de Guérande donne à l’abbaye de Redon 30 muids de sel et deux hommes avec leurs terres atteste de liens étroits de ces hommes avec la terre. Mais dans la grande majorité des cas, les paysans sont des tenanciers libres. Ils exploitent des censives et doivent aux seigneurs, maîtres des terres, des redevances en argent et en nature, des corvées qui contribuent à la mise en valeur de la réserve, et encore des mangiers. La mise en place de la seigneurie banale conduit à un alourdissement des charges pesant sur les exploitants. Cependant, l’amélioration de la productivité qui en résulte et surtout l’extension des surfaces cultivées compensent, et pour certains bien au-delà, ce surcroît de charges. La condition paysanne se différencie, évolution qui se renforce au fil des temps86.

  • 87 ADLA, H 132/1 ; A. de La Borderie, « Inventaire analytique… », p. 325-326 ; H. Guillotel, Les acte (...)

109L’innovation technique la plus apparente est le moulin qui est mentionné dès 1064-1072 à Donges. Sans doute introduit par la Loire, il se propage rapidement. Un acte de 1116-1148, évoque des moulins à Saillé ; un autre de 1239, rappelle que Josselin Ier, vers 1130-1150, a accordé un moulin à l’abbaye de Blanche-Couronne ; en 1219, une transaction avec les templiers en révèle l’existence à Mesquer. Les premiers moulins sont à eau. Des moulins à marées existent également. L’utilisation de l’énergie éolienne est plus tardive87.

  • 88 J.-C. Hocquet, « L’évolution des techniques salinières. La modernisation jadis et aujourd’hui », C (...)

110La question d’une évolution des techniques salicoles a été posée par J.-C. Hocquet. À l’en croire, les sauniers ont progressivement mis au point, de manière empirique, la cristallisation fractionnée des chlorures sous l’action du soleil et du vent. Entre l’an mil et le début du xive siècle, ils divisent le grand bassin initial en une série de petits bassins. Ils éliminent les vases en suspension dans la vasière, puis le carbonate de calcium et le sulfate de calcium dans le cobier. Ils peuvent alors introduire la saumure dans les bassins de cristallisation pour récolter les sels dans l’eau, ce qui suppose qu’ils comprennent qu’il ne faut pas que toute l’eau s’évapore sinon le magnésium précipite, endommageant la récolte. Rien sur place ne semble affirmer ou infirmer cette hypothèse88.

  • 89 Cartulaire de Redon…, p. 283 ; Cartulaire de Montonac…, p. 47-48 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, «  (...)

111La période voit la montée en puissance de deux productions spéculatives. Dès la fin du xie siècle, la vigne paraît plus présente. La culture se concentre autour des zones urbaines et des secteurs favorisés par les échanges, dont le pays guérandais. Ce développement est à mettre en relation avec l’essor des foyers de consommation, les bourgs et les sites urbains. La production de sel est bien sûr d’une toute autre importance et est géographiquement plus localisée. Impossible d’en apprécier l’importance, mais il est fait état de la production concernant la Grande-Saline, du quart des paludiers, de la dîme levée par le chapitre et le prieur de Batz, c’est-à-dire d’aspects structurels que nous retrouverons89.

  • 90 P.-R. Giot, H. Morzadec, « La poterie onctueuse », dans Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne, (...)

112Les productions artisanales sont mal connues. Elles ne couvrent pas les besoins. L’importation de céramique « onctueuse » venant par cabotage des ateliers de Cornouaille, retrouvée sur de nombreux sites du pays guérandais, en atteste ; cette poterie paraît être un produit d’échange contre le sel90.

  • 91 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 496-498, 520-542.

113Dès la seconde partie du xie siècle, les signes de la reprise du commerce dans le Nantais sont patents et l’essor est rapide comme en témoigne le développement de la ville de Nantes. Vers l’intérieur des terres, les activités commerciales bénéficient du développement des voies de communications qui s’organisent en réseaux91.

  • 92 Cartulaire de Redon…, p. 262 ; J.-P. Brunterc’h, « Geoffroy Martel, Conan II et les comtes bretons (...)

114Quant à l’activité maritime, vers 1040-1050, des signes d’animation sont à noter dans la baie de Bourgneuf. Il est tentant de penser qu’il en est de même pour le pays guérandais. Les informations concernant le trafic sur la Loire font état d’exemptions portant avant tout sur les sels – dont une partie est de Guérande –, alors que les liens avec l’abbaye de Redon impliquent des relations par la Vilaine. Plus précisément, le rédacteur d’une notice rédigée entre 1040 et 1044 en faveur des moines de Marmoutier note les propos tenus par Aimon Dorelle qui est monté sur un navire de Saint-Martin qui vient de Guérande avec un chargement de sel, et l’a conduit de Champtoceaux à Tours. Des donations en faveur des abbayes de Redon et de Melleray attestent encore de contacts, et des liens existent entre le pays guérandais et Saint-Aubin d’Angers, Saint-Florent, Prières et Landévennec, abbayes qui possèdent des prieurés dans le pays guérandais. La mention en 1232-1267 d’envoi de sel vers Suscinio pourrait indiquer que les marais salants ne sont pas encore établis – ou ne sont qu’en cours d’installation – dans la péninsule de Rhuys. Plus largement, les côtes de Bretagne méridionale s’animent, et celles de Bretagne septentrionale peuvent être atteintes par le sel guérandais. Un vaste cabotage se met en place et son l’essor est net au cours du xiie siècle. Une navigation à plus grand rayon d’action est attestée ; les Bretons sont acteurs en tant que marins de ce commerce atlantique. Cette place acquise apparaît bien dans les rôles d’Oléron qui évoquent la navigation depuis Bordeaux jusqu’aux îles britanniques, et dont la rédaction paraît antérieure à la fin du xiie siècle92.

  • 93 A. de La Borderie, Histoire de Bretagne, 6 vol., Rennes-Paris, 1896-1912, t. III, p. 148-151 ; B. (...)

115El-Edrisi, géographe officiel du roi de Sicile, Roger II, décrit, en 1154, les principales villes de Bretagne et dresse la première carte connue de la péninsule. A. de La Borderie a attiré l’attention sur ce texte dont la traduction a été revue. Raïs est présentée comme « une ville prestigieuse, bien peuplée, où se trouvent un chantier de construction et un port bien abrité et beaucoup de marchés où s’échangent des marchandises », située à 50 milles de Nantes et à 60 de Redon. Certains y ont vu Le Croisic ; mais Raïs ne peut désigner qu’une ville du Pays-de-Retz qu’il est impossible de localiser93.

  • 94 M. de La Roncière et M. Mollat, Les portulans. Cartes marines du xiiie au xviie siècle, Paris, car (...)

116Guérande apparaît dans l’Atlas de Petrus Vesconte qui, vers 1321, dresse la carte des côtes de France, d’Angleterre et d’Irlande. Sur ce portulan figure Garanda (Guérande), l’estuaire de la Loire, San-Sanazar (Saint-Nazaire) et Nantes, au large les îles de l’Abaya (Noirmoutier) et Bellila (Belle-Île ?), et au sud de l’estuaire Berné et Gallera94.

  • 95 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 537-538 ; M.-A. Laredo Quesada, « L’Espagne et l’Océan à la fin du (...)

117La domination des Plantagenêts a contribué à l’intensification des échanges. Cependant, pour le Nantais, les liaisons avec l’Angleterre ne sont attestées qu’assez tardivement. Au cours du xiiie siècle, les horizons s’élargissent. La Bretagne s’intègre dans le circuit des échanges occidentaux en étant en contact avec l’Angleterre, l’Aunis, la Guyenne, la Castille, et dès 1276, les sel de la Baie sont cités dans une ordonnance de douane à Hambourg95.

  • 96 J. Duplessy, « Le trésor de Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique) », BSAHNLA, 1984, p. 51-53 ; A. de L (...)

118Pour la fin du premier quart du xiiie siècle, quelques conclusions peuvent être tirées du trésor monétaire découvert à Piriac qui, enfoui vers 1220-1223, contient un minimum de 418 pièces. Elles sont avant tout bretonnes (72 %), surtout originaires de l’atelier de Rennes (44 %), et un degré moindre de celui de Nantes (20 %). Les échanges du pays guérandais restent d’ampleur régionale, avec une orientation plus forte vers le bassin de Rennes, alors que la Baie de Bourgneuf est à l’origine d’échanges plus actifs et plus tournés vers la Loire. Dans les fragments de compte de la recette ducale pour 1265, la vente de 50 sceaux de demi-marc et de 22 de salvacione prouve l’intégration du pays guérandais au commerce atlantique96.

119Très intéressants sont les renseignements fournis par les registres de la grande coutume des vins de Bordeaux pour les années-récoltes 1306-1307, 1307-1308, 1308-1309. Les Bretons sont très présents, comme rouliers des mers, dans le transport des vins vers l’Angleterre. L’importance de la basse Loire est remarquable, ainsi que celles de Saint-Malo et de Guérande. Le tonnage exprimé en pourcentage des navires bretons est toujours supérieur à leur importance numérique également calculée en pourcentage. Cependant, la basse Loire fortement engagée dans le trafic avec Bordeaux est capable en cas de besoin de mobiliser un certain nombre de petits porteurs ; Saint-Malo, en cas de besoin, de mobiliser des gros porteurs affectés ordinairement à d’autres lignes. Guérande peut mobiliser des navires – c’est le cas en 1306-1307 et 1308-1309 par rapport à 1307-1308 – mais ne peut pas dépasser un certain seuil quantitatif. Pour l’année 1308-1309, le compte de la grande coutume des vins de Bordeaux enregistre exceptionnellement les vins chargés à Libourne. Dans ce port, la flotte guérandaise est au deuxième rang par le tonnage moyen (127 tx) derrière Saint-Malo.

120La ventilation de l’ensemble des navires selon leur tonnage est intéressante. Elle fait apparaître la flotte guérandaise comme intermédiaire entre celle de la basse Loire et celle de Saint-Malo. Un tiers des navires guérandais ont moins de 100 tx et deux-tiers plus de 100 tx. Les unités inférieures à 60 tx sont peu présentes (10 %), un seul navire dépasse les 180 tx (3 %). La répartition se fait quasiment à part égale entre les trois catégories 60-100 tx, 100-140 tx, 141-187 tx. Au total, une flotte différenciée d’où sont absents les plus gros porteurs.

121En ce qui concerne la fréquentation mensuelle, les Bretons sont présents avant tout pendant deux périodes : octobre-novembre d’une part, en novembre ils sont exclusivement à Libourne ; et surtout de février-mai où ils gagnent surtout Bordeaux. Les Guérandais ont un comportement intermédiaire entre celui des marins de Saint-Malo et ceux de la basse Loire. S’ils ne négligent pas la première période, l’essentiel de leur activité se fait lors de la seconde période, concentrant leurs efforts sur février-mars (56 %). Sur les 9 navires guérandais enregistrés en octobre-novembre, 8 interviennent une autre fois dans l’année, et leurs tonnages, sauf pour 2 d’entre eux, sont supérieurs à 120 tx. Le reste de la flotte présente pendant la seconde période ajoute aux unités précédentes des navires de capacité plus variée et dont le tonnage moyen est inférieur. Les informations connues pour la fin du xive siècle montrent que l’automne est la saison la plus importante pour le transport du sel guérandais, et qu’alors l’essentiel des navires locaux y sont employés. S’il en est ainsi dès le début du xive siècle, seuls quelques personnages, disposant de moyens plus importants, peuvent se porter sur d’autres marchés. Il s’agit d’Arnaud Layton et d’Aubin de Pizit (alias Bichi, Bissi) ; à un niveau supérieur avec des navires d’un tonnage supérieur à 120 tx, de Nicolas Le Botot (Le Botec), Bernard Cosetmant alias Costaman, Daniel Le Peneck (le Pennec), Raoul Thomas ; enfin à un niveau encore supérieur, de la famille Calon qui dispose de deux navires. Ils auraient, eux seuls, les possibilités d’une ébauche de spécialisation, hypothèse renforcée par le nom porté par les deux navires des Calon, la Vinetière. Le printemps, si l’on en juge par ce que l’on sait pour les périodes postérieures, voit la reprise du commerce du sel ; avant celle-ci les marins du pays guérandais sont disponibles pour d’autres trafics, ensuite ils se font rares en Gironde.

  • 97 J.-C. Cassard, « Les marins bretons à Bordeaux au début du xive siècle », ABPO, 86, 1979, p. 379-3 (...)

122L’image qui se dessine est celle d’une flotte guérandaise engagée avant tout dans le transport du sel. Elle est disponible à certains moments de l’année pour d’autres trafics, et ce plus ou moins selon l’importance des récoltes locales. On peut penser que l’année 1308-1309, année record pour la récolte du vin dans le Bordelais a pu être une année très favorable – été sec, automne ensoleillé – pour les productions du pays guérandais. Seule une minorité de maîtres de navires ont les moyens d’être présents pendant l’année entière sur plusieurs types de marchés97.

  • 98 ADLA, H 133 ; A. Oheix, Essai…, p. 124-127, 207 ; G. Nahon, « Le crédit et les juifs dans la Franc (...)

123L’importance de l’activité commerciale est encore soulignée par la création des bourgs, à Guérande et Saint-Nazaire, et par la présence de juifs. Une rue de la Juiverie existe à Guérande et au Croisic. Un acte du 19 mars 1235 cite deux juifs de Guérande, Creisson et Bonostru, à propos d’un accord intervenu avec le prieur de Notre-Dame de Donges par lequel ce dernier est déclaré exempt de toute dette envers les deux prêteurs juifs. L’acte indique encore qu’un sénéchal des juifs nommé Triscant est chargé des droits des juifs de Nantes et de Guérande. Triscant doit être un officier épiscopal, les juifs étant placés sous la juridiction des évêques, l’accord conclu, en 1222, entre Pierre Mauclerc et l’évêque de Nantes déclarant que le duc accorde que l’évêque ait sur les juifs résidant en son fief la même juridiction qu’eurent sur eux ses prédécesseurs. À Guérande, la rue de la Juiverie est à placer dans les régaires. Les juifs guérandais ne constituent pas une communauté. On ignore l’ampleur de la créance, l’importance de leur activité, ils doivent être engagés dans des affaires diverses et des prêts de faible importance qui ne sont pas dirigés vers le monde paysan. Les juifs sont chassés du duché en 1240. Le crédit passe alors aux Lombards et aux Cahorsins : Guillaume de Cahorz est receveur de la recette de Guérande en 1288-128998.

  • 99 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale. État de l’enquête », AÉSC(...)

124L’absence de couvent mendiant en pays guérandais est à relever. En Bretagne, pour le xiiie siècle, la hiérarchie des villes ne se traduit pas dans le nombre des couvents mendiants, les religieux ayant négligé de vieilles cités pour se porter de préférence sur des villes en train de croître. Pour le xive siècle, les créations gagnent des petites villes situées dans des zones touchées par l’économie d’échange. Aussi leur absence à Guérande interroge, d’autant plus qu’à Bourgneuf un couvent franciscain est fondé en 1332, et que Beauvoir, en Poitou, dispose au début du xive siècle de deux couvents mendiants, l’un dominicain et l’autre trinitaire. Faut-il penser pour le pays guérandais, à un développement économique encore relativement limité ? À une croissance et une urbanisation moins marquées que dans la baie de Bourgneuf ? Ou encore à un projet différé en raison des difficultés qui s’accumulent à partir des années 1340 ? Sans doute faut-il tenir compte de la présence sur place du chapitre de la collégiale qui « occupe la place », et à l’absence d’une volonté politique comparable à celle de Gérard de Machecoul à Bourgneuf, ou encore au fait que les Mendiants sont sensibles aux ressources des campagnes, c’est-à-dire aux capacités de ravitaillement, or si l’on juge par la situation exposée en 1420 par les Guérandais la région est largement déficitaire en céréales99.

Guérande et le pays guérandais au cœur de l’histoire bretonne aux xive et xve siecles

La guerre de Succession et le premier traité de Guérande : 1342-1365

  • 100 Chronographia regum. Francorum, éd. D. Morainville, Paris, 1893, t. II, p. 195.

125L’exécution de l’arrêt de Conflans, rendu le 7 septembre 1341, conduit à l’intervention des troupes françaises en faveur de Charles de Blois. La prise de Nantes où Jean de Monfort est arrêté, en novembre 1341, est suivie d’opérations militaires dans le Nantais en particulier en direction Guérande et au-delà de Redon. Le sursaut montfortiste, impulsé par Jeanne de Flandre, se traduit par la contre-attaque d’une petite armée de Bretons et de Flamands qui reprennent ces deux places100.

126La reprise des opérations militaires au printemps 1342, d’abord dominées par le siège d’Hennebont levé fin juin, voit l’armée française mener campagne et s’emparer de plusieurs places bretonnes dont Guérande. J. Le Bel montre Louis d’Espagne, nommé peu auparavant amiral de France, quittant le siège d’Hennebont pour rejoindre les troupes de Charles de Blois. Il reçoit l’ordre d’assiéger Dynant, sur sa route, il s’empare du Conquest, puis de Dynant avant de gagner,

une moult grosse et forte ville séant sur mer, qu’on nomme Garlande, et l’assiega par terre. Si trouva assez pres grande quantité de vasseaulx et naves plaines de vins, que marchans avoient la amené pour vendre ; si eurent tantost lesdis marchans vendu leur vin et furent mal payez. Lendemain ledit messire Loys fist prendre toute ces naves, et ens monter gens d’armes, Espagnolz et Gennevois, et assaillit-on la ville par mer et par terre ; et ne se deffendi guères longuement, car assez tost elle fut prise à force, et toute robee et exillee, et mis à l’espee petis et grands, femmes et enfans, et cinq esglises arses et violees, dont ledit messire Loys fut grandemant couroussé, et en fit pour ce pendre quatorze qui avoient ce fait.

127Ce texte est repris dans un premier temps, à quelques détails près, par J. Froissart, mais il n’en va plus de même dans le manuscrit de Rome, dernière rédaction du Livre I des Chroniques de Froissart. Guérande, qui est assiégée par terre,

  • 101 J. Le Bel, Les vrayes chroniques, éd. M.-L. Polain, Bruxelles, 1863, p. 295-300 ; J. Froissard, Ch (...)

n’estoit pas adonc trop fort fremee, et est uns havenes de mer, uns des bien hantés de toute Bretagne, et ville durement riche. Si trouvèrent li François au havene de Garlande auquns vassiaux, ens es quels il i avoit des vins de Poito et de Saintongle et de la Rocelle, et gisoient la à l’ancre pour estre vendu ; il furent pris et levé, et en traist on hors des vassaus biaucop. Et furent cargiet sus chars et envoiiet en l’oost devant Auroi, et en retinrent une partie pour euls pour lors pourveances. La ville de la Garlande fu assallie et conquise par force, car il n’i avoit que les hommes de la ville, et si est une ville de grant garde ; si fu violee et toute robee, et i trouverent grant avoir. Et i ot cinq eglises arse dont Lois d’Espagne, qui estoit conduisieres de l’oost, fu durement courouchiés, et fist pendre ceuls qui le feu i avoient bouté. La orent li François grant conquest, car la ville estoit durement riches et pris de bons marceans pour euls ranconner101.

  • 102 G. T. Diller, Attitudes chevaleresques et réalités politiques chez Froissart, Genève, 1972, p. 63- (...)

128Deux aspects de ces textes ont été couramment soulignés : celui de la richesse de Guérande et celui de la violence déployée ; aspects qu’il convient de relativiser tant ils relèvent du stéréotype. Surtout, les variantes exprimées par le manuscrit de Rome méritent attention : il n’y a plus trace d’un massacre total de la population, ce qui remet en cause la portée de l’événement. Au-delà de cette différence majeure, d’autres apparaissent. Guérande est présentée comme une ville qui n’est pas adont trop fort fremee, état à rapprocher d’un acte de 1343 qui fait état de travaux de fortifications. Seule une partie du vin a été déchargée des navires et acheminée vers Auray en l’oost or Auray est assiégé par Charles de Blois à partir de juin, d’autre part, la présence de navires encore chargés – les mouvements de la flotte anglaise ayant pu contrarier leur navigation, elle est à Brest dès le 20 mai, à Hennebont, fin juin – convient mieux que l’indication de vin déjà vendu sur place. La ville est assiégée seulement par terre, ce qui répond aux données topographiques. Il est précisé encore que la défense est le fait des seuls hommes de la ville. La sanction que prend Louis d’Espagne est associée seulement à l’incendie des églises. Le nombre de ceux qui sont exécutés n’est pas précisé. Les marchands sont soumis à rançon. L’impression prévaut de connaissances plus justes, d’événements mieux replacés dans leur contexte. On a montré que J. Froissart dans le manuscrit de Rome résume souvent ses textes antérieurs, s’ouvre à des analyses et à des commentaires abandonnant la vision plus chevaleresque qui était jusqu’alors la sienne, et se montre plus attentif à la complexité du monde. Ces évolutions sont en partie liées à des informations nouvelles qui permettent de renouveler celles reprises à J. Le Bel. J. Froissart est venu en Bretagne, au moins à Nantes, postérieurement aux évènements de la guerre de Succession, où il s’est renseigné auprès des hérauts d’armes et des témoins. Ainsi la leçon du manuscrit de Rome est-t-elle la plus satisfaisante. Pour cet épisode, traditionnellement mentionné sous le nom de sac de Guérande, d’autres sources peuvent être sollicitées. Elles attestent d’événements militaires, mais il est difficile de tirer parti des lettres d’indulgence que Grégoire XI, en 1372, accorde en faveur de la collégiale Saint-Aubin en raison des réparations importantes à effectuer et de la nécessité de renouveler les calices, livres de chants et ornements dispersés du fait des guerres, ou encore de la mention contenue dans le registre de la confrérie Saint-Nicolas de Guérande sur la page d’un procès-verbal de 1379, et d’une écriture similaire : l’an mil IIIcquarente et doux fut ars Guerrande des Espaigneux102.

  • 103 J. Froissard, Chroniques…, éd. S. Luce, t. II, p. 388-389 ; ID., ibid., éd. G. T. Diller, p. 539-5 (...)

129Guérande prise, d’après J. Froissart, Louis d’Espagne, utilisant les navires capturés sur place, prend la mer et gagne Quimperlé. À Hennebont, Gautier de Mauny, qui est à la tête des renforts anglais, sitôt la nouvelle de la prise de Guérande connue, mobilise nefs et barges et balengiers et avec 400 hommes d’armes et 1 000 archers rallient Guérande. Sur place les maisons et les eglises fumoient dou feu que li François i avoient fait. Ils entendent les plaintes des habitants : « Ha ! chier signour, li larron nous ont ars et pris et desrobé le nostre, et s’en vont selonch la marine ». Alors, sans issir de lors vassiaux, ils repartent à la poursuite de la flotte de Louis d’Espagne qu’ils vont surprendre à Quimperlé. Que retenir de ce « véritable petit roman d’aventure tout à fait incroyable » ? Il montre, pour le moins, que le camp Montfort accorde un intérêt tout particulier à Guérande, et que l’opération menée en 1342 par les Franco-Bretons contre cette ville se limite à un simple coup de main103.

  • 104 R. Blanchard, « Le pays de Rays et ses seigneurs pendant la guerre de Cent ans (1341-1372) », BSAH (...)

130La flotte de Louis d’Espagne, si l’on suit J. Froisart, reparaît un temps à Guérande après avoir repoussé une action de Robert d’Artois sur Beauvoir et avoir été rejetée vers le sud par la tempête. Louis d’Espagne ayant établi le contact avec Charles de Blois, qui est à Rennes, reprend la mer et on le retrouve ensuite croisant entre Bretagne et Angleterre104.

  • 105 N. Travers, Histoire…, t. I, p. 428 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1439-1440.

131Le pays guérandais est, en 1343, dans le camp de Jean de Montfort. Guillaume du Verger, lieutenant du comte dans le Guerrandois, fait abattre plusieurs clotures, arbres, fossés et maisons, creuser des fossés, fermer de meilleures murailles la ville, et le 23 décembre 1343, Édouard III s’adresse à ses partisans en Bretagne parmi lesquels figurent le capitaine et la communauté de Guérande105.

  • 106 M. Jones, Recueil des actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretag (...)

132À partir d’avril 1344, les Franco-Bretons reprennent l’offensive. En août, l’armée de Charles de Blois est devant Guérande. Est-ce « pour le puéril plaisir de se parer des dépouilles, c’est-à-dire de l’apanage de son rival » ? En fait, Guérande occupe une position stratégique située entre Loire et Vilaine, axes de communications essentiels d’une part, et, d’autre part, entre Nantes tenue par Charles de Blois, Vannes aux mains des Anglo-Bretons, et La Roche-Bernard fief de Jean de Lohéac qui d’abord fidèle au parti Montfort passe du côté des Franco-Bretons. De plus, l’intérêt présenté par la Loire et les zones salicoles proches de son embouchure est renforcé à un moment où il est envisagé par l’amiral de France des actions navales pour contrarier le ravitaillement en sel de l’Angleterre et où commence à se mettre en place la gabelle en France. Il faut encore tenir compte de la situation qui oppose une Bretagne du Nord acquise à la cause Penthièvre et une du Sud à celle des Montforts que les Blésistes s’efforcent de segmenter. En 1342, l’intervention de Robert d’Artois dans la baie de Bourgneuf montre que les Anglo-Bretons ont pris conscience de ces données. L’offensive des Franco-Bretons, en 1344, contre Guérande s’inscrit dans le même contexte106.

  • 107 AM Nantes, ms fr 1696, dom Morice, Preuves…, t. I, 1457 ; ADLA, 103 J 217, M. Jones, Recueil des a (...)

133Le siège de Guérande de 1344 paraît avoir réussi puisque, le 23 février 1346, le roi de France fait don à Alain de Rohan d’une rente de 500 L en et de la terre de Guérande confisquée à feu Jean de Montfort pour lèsemajesté. Sur place, les choses sont plus complexes. En effet, le 17 février 1345, Charles de Blois prescrit aux Nantais des mesures de sécurité et ordonne que les Gerrandoys n’enteront point en nostre ville de Nantes sy ilz ne peuvent montrer par fait appert qu’ilz sont amis et bien veillans de nostre dite ville. Il s’agit de demander aux Guérandais un engagement clair, alors qu’ils fréquentent Nantes en raison du commerce du sel107.

  • 108 G. Salaün, « L’atelier monétaire de Guérande (vers 1342-1365) », CPG, 41, 2001, p. 11 ; Y. Renaudi (...)

134Au cours de l’année 1346, le pays guérandais se situe dans le camp montfortiste. Dès cette date, des monnaies sont frappées à Guérande au nom des Montforts ; en 1348 est mentionné un sénéchal de Guérande, Guillaume Derien, identifiable au sénéchal de Vannes en charge d’une cour d’appel dont le ressort s’étend à tout le territoire sous contrôle anglo-breton. Le 4 janvier 1351, Raoul Caours passe un accord avec le roi de France par lequel il s’engage à lui fournir entre autres places fortes, Guérande, engagement qui restera lettre morte, et en 1352, Guérande ne figure pas dans la liste des villes représentées à l’assemblée de Dinan réunie par Jeanne de Penthièvre ; le 14 septembre 1355, Guérande et l’isle de Baas, commandées respectivement par les capitaines Jean du Verger et Nicolas Burchard (Bouchart), sont nommées dans un mandement du roi d’Angleterre. Cette présence de deux capitaines souligne l’intérêt statégique du pays guérandais qui occupe un poste avancé au sud-est des possessions anglo-bretonnes108.

  • 109 M. Jones, Recueil des actes de Charles…, n° 154.

135Le pays guérandais présente pour le camp breton une autre valeur rappelée, le 1er mars 1353, dans le traité envisagé entre Édouard III et Charles de Blois afin de régler les termes de la libération de ce dernier ainsi que ceux du mariage projeté de son fils avec Margaret, fille du roi anglais, où il est stipulé que 1 000 des 7 000 L assignées par an à Jean de Montfort le seraient sur toute la terre que son piere tynt en Guerrande109.

  • 110 ID., Recueil…, n° 2, 6, 28, 33 ; ID., Ducal Brittany, 1364-1399. Relations with England and France (...)

136Par la suite, différents actes – en 1357, 1360, 1363, 1364 – attestent que le pouvoir est exercé localement au nom de Jean de Montfort qui, depuis 1358, apparaît comme capitaine de Guérande dans les comptes présentés par le trésorier anglo-breton. Un acte de 1360 est à souligner : des taxes sur le sel sont imposées pour la construction d’une forteresse dans la paroisse de Batz, en fait au Croisic. Si cette date est avérée – le contexte militaire y incite, au lendemain de la trêve de Bordeaux, le 24 juin 1359, la guerre reprend, Suscinio est pris par les Franco-Bretons, Redon un temps par les Anglo-Bretons –, cette mesure montre la volonté des montfortistes de renforcer leurs positons. Cet attachement du pays guérandais à la cause montfortiste est remarquable ; en cela, il est fidèle au maître du domaine ducal de Guérande dans lequel sont possessionnés la plupart des seigneurs locaux, et non à celui de la ville qui est l’évêque de Nantes110.

  • 111 G. de Saint-André, C’est le libvre du bon Jehan, duc de Bretaigne, éd. E. Charrière, Paris, 1839, (...)

137Le 22 juin 1462, Jean de Montfort est placé officiellement par le roi d’Angleterre à la tête du duché. En avril 1363, une armée constituée à Guérande se porte au secours de Bécherel assiégée par les Franco-Bretons, et, le 25 juin 1363, Pierre Malour (Malor) tente de prendre Nantes par surprise. Ce nom se retrouve en pays guérandais qui est une base montfortiste d’opérations pour des troupes bretonnes auxquelles s’ajoutent des soldats anglais sous le commandement de William Latimer. Une trêve est conclue, le 12 juillet 1363, à Évran. Des otages sont échangés pour la garantir. Une partie de ceux donnés par les Franco-Bretons sont envoyés à Guérande111.

  • 112 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 82 ; G. de Saint-André, C’est…, v. 1098-1108 ; A. Bouchart, Grand (...)

138Les opérations militaires reprennent en juillet 1364 à l’initiative de Jean de Montfort. En août 1364, Auray est assiégée par terre et par mer par bon nombre de navires du havre du Croisic que avoit amenez messire Nicolas Bouchart… admiral de Bretaigne. Les Franco-Bretons mobilisent, et, à la proposition de Jean de Montfort d’établir la paix sur la base du compromis d’Évran, ils font savoir qu’après l’avoir défait, ils iront se venger de ceulx de Guerrande et destruire la ville et chasteront ses vilains qui sont haïs de toutes gens. L’épisode décisif est la bataille d’Auray, le 29 septembre 1364. D’après A. Bouchart, lorsque les Anglo-Bretons ont la certitude de ne rien craindre par mer, les Croisicais conduits par Nicolas Bouchart se joignent au reste de l’armée qui en est moult fortifiee. Charles de Blois trouve la mort sur le champ de bataille. Des versions apparues tardivement, et donc peu crédibles, attribuent sa mort à un Lesnérac du pays de Guerrande : une première, diffusée par le camp Penthièvre, fait mourir Charles de Blois après qu’il se soit rendu sur ordre de Jean de Montfort ; une autre tradition, familiale celle-ci, fait état d’un serment de Jean de Lesnérac et d’une bataille rangée112.

  • 113 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 92-93 ; M. Jones, Recueil…, n° 42-43 ; ADLA, E 92/1, ibid., E 242 (...)

139D’après A. Bouchart, après sa victoire Jean de Montfort gagne Le Croisic et Guérande, ville où il se trouve pour la conclusion du traité signé dans la collégiale Saint-Aubin. Guérande est alors la capitale diplomatique du duché où sont présents des représentants de chaque camp breton, ainsi que ceux du roi de France, et du roi anglais. Pourquoi ce choix ? G. de Saint-André rappelle qu’en période de Carême, il convient que les seigneurs assemblez de toutes parts et de tous costés puissent trouver merluz et plaises et qu’à Guérande trouverent tres grant foueson de toute maniere de poisson. L’explication est un peu courte ! La position française exprimée dans les pouvoirs donnés à l’archevêque de Reims et au maréchal de Boucicaut pour traiter de la paix en Bretagne, et conclure entre la duchesse de Bretagne et le comte de Montfort, tire la leçon de la défaite militaire et replace l’affaire dans un contexte breton. Le rapport de forces étant du côté de Jean de Montfort, il choisit Guérande et non Vannes où il semble avoir plus souvent séjourné. Ce choix s’impose si l’on se rappelle que Guérande a été présentée en 1341 comme l’apanage de Jean de Montfort et donc un élément justifiant ses prétentions au duché. En signant la paix à Guérande, est souligné, de façon symbolique, le fondement légal de la position des Montforts qui aux yeux de leurs partisans a été confirmée de façon éclatante par la victoire d’Auray présentée comme un jugement de Dieu : Dieu vouloit/Que Jean eust tout son droit113.

  • 114 G. de Saint-André, C’est…, v. 1519, 1528-1568 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1584-1585, M. Jones, R (...)

140G. de Saint-André fait état lors des conférences de paix, de négociations, de positions à l’origine divergentes entre les Français – Parton Bretaigne par moitié – et de Jean de Montfort – J’auroy mon droit de point en point. Or le Vendredi Saint tout fut despecié. Le blocage vient de Jean de Montfort. Si à cette date, il est assuré de la direction du duché – question réglée à son avantage puisqu’un acte du 3 novembre 1364 lui accorde un délai pour présenter l’hommage, ce qui corrrespond à une reconnaissance de Jean de Montfort comme duc de Bretagne par le roi de France –, sa volonté est de limiter au maximum la part laissée aux Penthièvre, et il est possible que le nouveau duc à partir de Guérande se dispose à attaquer Nantes où Jeanne de Penthièvre se trouve114.

  • 115 G. de Saint-André, C’est…, v. 1559-1580 ; J. Kerhervé, « Entre conscience nationale et identité ré (...)

141G. de Saint-André poursuit : Lors se print le peuple à crier/Et humblement à supplier. Jean IV est sensible à ses manifestations et la négociation reprend. La pression exercée se maintient : L’en alloit à genoilz grant erre/pour Dieu prier et Dieu requerre ; Chaicun prioit dévotement/Que Dieux le meist hors de torment. Le duc de son peuple eust grand pitié ; Si recommencza le treichié. Rien ne permet de préciser le lieu et la nature des « cris », ni de dire qui est ce peuple. Cependant, la tentation est de donner à l’événement un caractère guérandais. G. de Saint-André explique les événements d’une facon simple et forte : Qu’ilz eussent païz deresnasvant/Car la guerre longuement/ avoit duré par mauvoistié/Vingt et trois anz, c’estoit ! Cela conduit à envisager l’existence d’une opinion publique attentive au déroulement de la conférence. Mais l’intervention « populaire » dans le récit de G. de Saint-André prend une toute autre signification lorsque l’on se rappelle le moment, la Semaine Sainte, et lorsque l’on prend en compte le projet de l’auteur. Les processions y trouvent place. Elles n’ont rien de subversives : elles s’adressent à Dieu dont on sollicite l’intercession. Surtout la renonciation, le Vendredi Saint, de Jean IV à ses exigences pour assurer la paix rend une formidable valeur symbolique. Le chroniqueur, en évoquant le temps de la passion/Oquel Jhesu-Crist receut mort ; Et opour ainsi soy porta/Que son sang nous racheta, ébauche un rapprochement qui fait que Jean IV, par son renoncement à une partie de ce qu’il estime être ses droits, d’une certaine manière, « rachète » son peuple. D’autre part, si on admet qu’il y a chez l’auteur la volonté de greffer l’identité bretonne sur la dynastie des Montforts et de créer un sentiment dynastique fort, l’épisode établit l’image d’un prince choisi par Dieu et attentif aux attentes de son peuple115.

  • 116 H. Denifle, La désolation…, t. II, p. 744, G. de Lesquen et G. Mollat, « Mesures… », 1904, p. 518- (...)

142Traditionnellement, il est fait appel à des documents d’origine religieuse pour dresser le bilan de ces 23 années de guerre. Le pays guérandais est concerné par de telles mesures : des lettres d’indulgence sont accordées, en 1372, en faveur de la collégiale Saint-Aubin ; l’église paroissiale de Saint-Nazaire est dite, en 1373, détruite et ruinée à cause des guerres ; le livre de compte du collecteur apostolique de la province de Tours, Guy de La Roche conserve, en 1365, une liste d’arrérages des paiements de l’annate où figurent les chanoines de Guérande, la chapellenie Sainte-Catherine de la collégiale Saint-Aubin, les paroisses de Piriac et Saint-Lyphard ; dans une autre liste qui fait suite à des mesures prises par le pape Urbain V, en 1369, on y relève les recteurs de Piriac, de Saint-Lyphard, le prieur de Batz ; une troisième liste d’arrérages, dressée par Jean Berthou, chanoine de Guérande, et fournie aux collecteurs apostoliques en 1405, fait apparaître les chanoines de Guérande, les églises de Saint-Nazaire, de Saint-Lyphard, de Saint-André, de Saint-Molf et de Piriac. La répétition des textes pendant plusieurs décennies interdit de tout attribuer à une cause unique. En fait, les destructions dues à la guerre semblent avoir été exagérées et les difficultés constatées doivent être aussi considérées comme l’un des aspects de la dépression qui frappe l’Occident116.

  • 117 ADLA, E 1227/1, ibid., G 207, M. Jones, Recueil…, n° 45 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1594 ; R. Bl (...)

143Peut-on attribuer à cette époque et à ses vicissitudes les frosts signalés dans la saline Grande-Reguarides, le 3 septembre 1360 ? Les relations avec Nantes ont dû connaître des phases de tensions : des salines et rentes du chapitre de Nantes ont été, à une date inconnue, occupez et detenuz ; ce qui n’a pu qu’entraver le commerce des sels acheminés par la Loire. Cependant, le fait que ces frosts soient pris à rente par Nicolas Bouchart et que des salines du chapitre de Nantes soient rendues sans demande de réparation montrent que l’exploitation n’a pas connue d’arrêt définitif. Surtout, la fiscalité de guerre a dû peser de tout son poids. Le système des rançons, caractéristique de la zone d’influence anglaise, est appliqué au pays guérandais ; il consiste en la taxation de paroisses incluses dans le district d’une ville de garnison, chacune ayant à verser une somme tous les ans, à Pâques et à Noël. Les programmes de fortification engagés à Guérande et au Croisic sont financés des taxes levées à la sortie des sels, en particulier sur les marchands étrangers. Ce fait, qui dure jusqu’en 1420, désavantage le pays guérandais par rapport à la baie de Bourgneuf. La guerre terminée, les possessions ducales du pays guérandais ont servi à récompenser des services rendus (par exemple, au bénéfice de Jean de Saint-Gilles) ou à solder certains engagements financiers, ainsi la rancon levée sur l’isle de Bas est-elle, après la signature du traité de Guérande, versée à Guy de Rochefort. Nul doute que le pays guérandais ait été affecté par de multiples difficultés. Cependant, un bilan équilibré conduit à prendre en compte d’autres éléments. Les agents du pouvoir ducal sont attentifs à la mise en valeur du domaine : Jean Moysan baille deux baules à Jean de Saint-Gilles pour faire des salines. L’insécurité des échanges maritimes a favorisé la diffusion des sels par Redon vers certaines régions intérieures. Il est probable que l’attachement du pays guérandais au camp Montfort a favorisé des relations avec l’Angleterre. En outre, le terrouer a probablement bénéficié des difficultés éprouvées par d’autres : ainsi en 1358 quant à Bourgneuf il est impossible de faire la récolte des sels à la suite de l’invasion anglaise. Il est probable encore que le statut « d’apanage » du pays guérandais, le fait que les capitaines nommés soient originaires du pays, et que Jean de Montfort en ait été un temps capitaine aient eu pour résultat une exploitation du pays moins féroce que dans d’autres régions bretonnes117.

  • 118 Cahorz (Caours) est le nom d’un receveur à la fin du xiiie siècle, supra ; une maison Jacob Le Cao (...)

144Le sort de quelques individus peut être ajouté au dossier. Le Croisicais le plus connu de cette période est Nicolas Bouchard devenu admiral de Bretaigne, et le Guérandais est Raoul Caours. D’abord lié à Jean de Montfort, R. Caours obtient le 31 décembre 1344 une lettre de rémission du roi de France à la demande de Charles de Blois. Il n’y a pas de preuves qu’il passe au service de Charles de Blois. Le 17 janvier 1347, à Calais, Édouard III le nomme lieutenant dans les Marches entre la Bretagne et le Poitou. Il reçoit 1 500 écus afin de constituer une troupe de 100 hommes d’armes et de 200 archers. Quatre navires sont mis à sa disposition pour retourner au Pays de Retz, et il reçoit une commission spéciale pour négocier la soumission de Nantes. Il capture, en 1347, Louis de Thouars, un des capitaines français. Il est mentionné dans la trêve conclue le 28 septembre comme allié du roi d’Angleterre. Le 9 août 1348, il lui est versé 1 000 L sterling en terres acquises ou sur le point de l’être en Pays de Retz ou en Poitou. R. Caours passe encore un contrat avec Édouard III, par lequel il s’engage à soutenir la cause anglaise en Bretagne et Poitou à ses frais, mais à ceux du roi s’il devait intervenir ailleurs. Il est précisé que le roi obtiendrait tous les châteaux, villes ou terres pris par R. Caours ainsi que la moitié des rançons et qu’il pourrait disposer des prisonniers les plus importants. Dans la trêve entre la France et l’Angleterre signée le 13 novembre 1348, il figure au côté des capitaines anglais parmi les juges et gardiens des trêves en Bretagne désignés par ce camp. Le 14 juin 1350, R. Caours est encore cité comme allié du roi d’Angleterre. Il change alors de camp, peut-être à la suite d’un conflit personnel avec Walter Bentley, le nouveau mari de Jeanne de Belleville, et engage la lutte contre ses anciens alliés. En 1350, il commande à Auray. C’est de là, qu’en août, il surprend Thomas Dagworth, alors lieutenant du roi d’Angleterre. En septembre, il est à nouveau dans le Pays de Retz où il passe une convention avec le roi de France selon laquelle il doit opérer la remise de diverses places. Il bénéficie à cette date d’une lettre de rémission du roi et d’une rente de 200 L. Le 4 janvier 1351, un nouvel accord est passé avec Jean le Bon, R. Caours s’engage à lui fournir Vannes, Guérande, Quimper et d’autres places fortes. À la fin de l’année 1351, il enlève Noirmoutier aux Anglais. Il est capturé peu après par Maciot de Mareuil, bourgeois de Nantes devenu corsaire. Le 25 février 1352, des lettres de rémission et une rente de 200 L sont proposées aux agresseurs à condition qu’un accord intervienne pour la libération des prisonniers et que l’île de Noirmoutier revienne au roi. R. Caours meurt en captivité avant juillet 1354. Il illustre ce que sont les lieutenants et capitaines au service des rois dans cette guerre. Il prend des initiatives et surtout passe des contrats avec le prince qui sont autant de sources de profit. Recevant une aide limitée en hommes et en argent, il mène une action faite d’une suite de coups réussis, gages du renouvellement des contrats qui l’ont lié à un camp, puis pour des raisons personnelles d’intérêt à un autre. Son aventure s’inscrit dans un court laps de temps et s’achève sans qu’il s’implante dans la région où il a exerçé son activité118.

  • 119 ADLA, E 43 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 364-365.

145On peut aussi évoquer le sort de Jean et Pierre Moysan, deux frères, prêtres et bénéficiers de la collégiale Saint-Aubin. Sans que l’on en sache la cause, ils sont à la fin de la guerre de Succession en butte aux poursuites des officiers ducaux. Leurs biens sont saisis et Jean Moysan emprisonné. Le 5 juin 1364, le pape demande sa libération. Libéré, il gagne Avignon où il apparaît, le 3 juin 1372, comme chapelain du siège apostolique et secrétaire du duc. Son frère Pierre reste à Guérande où il est sacriste de la collégiale. Il se plaint d’avoir été lésé dans la jouissance de ses bénéfices, et, le 23 janvier 1371, le pape intervient en sa faveur. Il est assassiné peu après. L’affaire reste mystérieuse, le meurtre est perpétré en pleine nuit, les assassins n’ont pas pu être arrêtés, et l’intervention du pape, le 9 février 1374, mandant à l’évêque de Nantes de les excommunier reste lettre morte. B.-A. Pocquet du Haut-Jussé évoque un crime politique, la « haine des Guérandais » et les « ruines morales » résultats de la guerre de Succession119.

Les événements de 1373 à 1381 et le second traité de Guérande

  • 120 ADIV, 18 H 2, M. Jones, Recueil…, n° 219 ; J. Froissart, Chroniques…, éd. G. T. Diller, t. IV, p. (...)

146En 1373, intervient la rupture entre le duc et le roi de France, et en Bretagne la population se soulève contre Jean IV. Ce dernier est présent à Guérande, le 29 mars 1373, où est passé sur le sol breton le dernier mandement ducal connu de l’année 1373. Les ralliements au camp français sont nombreux. Bertrand du Guesclin intervient à la tête d’une armée et Guérande lui ouvre ses portes. La date est difficile à préciser, mais le sud-est de la Bretagne n’est pas un objectif prioritaire des Franco-Bretons : Nantes n’est approchée qu’en dernier lieu au cours du mois d’août120.

  • 121 G. de Saint-André, C’est…, v. 2371-2379.

147En décembre 1373, des navires guérandais chargés de sel sont mentionnés à Bordeaux où Jean IV, au lendemain de sa participation à la chevauchée du duc de Lancastre, reçoit le montant de la vente de leurs cargaisons. Bordeaux n’est pas une destination habituelle pour le sel guérandais. Faut-il y voir une action concertée à partir de la Bretagne pour venir en aide au duc qui connaît de graves problèmes financiers, et peut-être destinée à le rapatrier ? Mais Guérande ne figure pas alors parmi les places fidèles au camp Montfort, aussi est-il préférable d’envisager la remise par les autorités anglaises de navires guérandais ayant été pris sur mer, voire des ralliements individuels121.

  • 122 Dom Morice, Preuves…, t. II, 101-102, 103-104 ; F. Delisle, Mandements de Charles V, n° 1570, p. 7 (...)

148La situation nouvelle paraît acceptée. Au début 1376, dans les montres faites à Vannes par Olivier de Clisson figurent des hommes d’armes du pays guérandais – Guillaume du Dreseuc, Éon de Lesnérac ; et à l’hiver 1378-1379, les barges du capitaine Jean de Biscaye et de Nicolas Bouchart se portent au-devant des Anglais. Mais J. de Saint-Paul indique que les Guérandais tiennent le parti Montfort peut-être en écho à l’opinion publique122.

  • 123 G. de Saint-André, C’est…, v. 3082-3083, 3130-3137, 3193-3195 ; B. D’argentré, L’Histoire…, livre (...)

149Avec la proclamation de la commise du duché de Bretagne le 18 décembre 1378, les événements se précipitent. Le duc débarque à Saint-Servan le 3 août 1379. Malor l’assure du soutien de Guérande, et B. d’Argentré, qui le nomme Malot, précise qu’il est capitaine de Guérande et que cette ville et son pays sont les premiers qui mescogneurent ledit de Clisson et recogneurent le duc. Ce passage dans le camp Montfort courrouce Olivier de Clisson qui, en tant que garde de la ville et du païs de Nantes, puis lieutenant du roi de France a autorité sur le pays guérandais. Guérande devient un objectif pour l’armée française. Aussi Jean IV est-il présent à Guérande, entre le 10 et le 14 novembre 1379, où il rencontre Perrot Lesnérac et Jean Malor, au moment où court la trêve conclue le 17 octobre 1379123.

  • 124 A. de La Borderie, Histoire…, t. IV, p. 57-58 ; G. de Saint-André, C’est…, v. 3346-3383. La confus (...)

150Traditionnellement, est mentionnée, à la fin de 1379, une opération d’Olivier de Clisson contre Guérande, les Guérandais le contraignant à battre en retraite et menant la contre-attaque lui font subir des pertes à Blain et à Pont-Château, sur ses terres. L’épisode s’appuie sur le témoignage de G. de Saint-André qui évoque des préparatifs, à Nantes, d’Olivier de Clisson et le serment passé de détruire Guérande ce qu’on pense réussir dans un mois. Mais le chroniqueur écrit : De bien loign fort les menaczoit : C’estoit tout quantqu’il en faisoit/Car Guerrandois pilloint sa terre/Et lui faisoint diverse guerre. On menace de passer à l’action et l’on y renonce. Ce renoncement est attribué par G. de Saint-André au manque d’hommes dont O. de Clisson dispose face à des Guérandais qui en lour païs sont trop divers. Il ne faut donc retenir que des actions menées par les Guérandais avant la trêve d’octobre et une tension entretenue par les déclarations ou des rumeurs. Le prétendu siège guérandais de 1379 est lié à une confusion : A. de La Borderie rapportant les vers de G. Saint-André, écrit De Nantes fist engins descendre, ce qui implique une action puisqu’un peu auparavant il est noté Pour aler Guérande destruire, or la leçon est À Nantes fist engins descendre. Cette confusion a pour effet de ruiner la construction échafaudée par l’historien à propos du projet d’alliance anglo-bretonne de mars 1380. O. de Clisson agit dans la logique de « temporisation » de la politique adoptée par Charles V envers la Bretagne. S’il semble adopter un langage qui traduit ses inclinations personnelles – Louis d’Anjou, Bertrand du Guesclin, et sans doute le roi souhaitent l’apaisement, mais les légistes, soutenus par O. de Clisson, sont partisans d’une politique plus brutale –, il opte pour une solution prudente d’attente bien dans la ligne du caractère du personnage124.

  • 125 G. de Saint-André, C’est…, v. 3384-3495.

151En juin 1380, une flotte espagnole est signalée à l’embouchure de la Loire. Sa venue fait suite à l’alliance signée, le 4 février 1380, entre la France et la Castille aux termes de laquelle le roi de Castille doit armer une flotte pour deux expéditions – une en l’été, l’autre en hiver – contre les ennemis de la France. La flotte se rend à La Rochelle afin de prendre les instructions du roi, d’où elle gagne la basse Loire. G. de Saint-André relate l’épisode : la flotte est composée de 19 galères et de 2 vigns (lins, navires plus légers). Le pays guérandais se mobilise ; la liaison est établie avec Vannes où se trouve le duc qui dépêche sur place Guillaume du Chastel et promet des renforts dans les trois jours ; les Espagnols n’osent pas descendre à Saillé, ni au Croisic ; ils se placent au large de Saint-Nazaire où le château est commandé par Jean d’Ust ; des émissaires sont échangés. Sur le constat que le lieu est bien envitaillé, embataillé en canons, artillerie, hommes et vivres, l’amiral espagnol est dissuadé d’attaquer le château ; il met ses navires hors de portée des canons de la place ; deux galères sont dépêchés à Nantes. Cependant, sur le littoral, les Espagnols veulent débarquer, ils sont repoussés par les Guérandais, puis par Guillaume du Chastel et 16 compaignons ; les Espagnols gagnent ensuite Rhuys, puis ils mettent le cap sur l’Espagne125.

  • 126 A. La Borderie, Histoire…, t. IV, p. 60.

152G. de Saint-André présente l’expédition espagnole comme une grande chevauchée destinée à mener grant guerre et dont le but est de gaigner Bretaigne/par la puissance du roy d’Espagne. De fait, dans le cadre de l’alliance franco-castillanne, la préoccupation des Espagnols est d’établir le contact avec Nantes et Olivier de Clisson qui a rassemblé hommes et matériel ; les forces espagnoles, en nombre limité, ne pouvant être que d’appoint. La politique de Charles V conduit à la non-intervention. Les descentes espagnoles ne sont que des entreprises destinées à trouver du ravitaillement – ce sont vilains tous mors de faim disent les Guérandais –, facilement contenues par des forces bretonnes qui ne s’engagent pas sur mer se contentant d’un rôle défensif afin de pas donner de motifs à une réaction du roi. L’épisode n’a donc pas l’importance que lui accorde A. de La Borderie126.

153Les négociations menées à Paris avec le roi de France débouchent, le 15 janvier 1381, sur un accord qui est ratifié par le duc en la chapelle Notre- Dame-la-Blanche, le 4 avril 1381. C’est le second traité de Guérande. Il y a volonté de revenir dans le lieu même où avait été signé le traité de 1365. Pour Jean IV, cela confirme les droits des Montforts. Pour les seigneurs bretons qui avaient constitué une ligue, en 1379, pour le retour du duc, cela conforte le droit ducal de Bretagne. Pour la France, ce second traité se superpose au premier dans un contexte moins défavorable.

  • 127 G. de Saint-André, C’est…, v. 3638-3705 ; AN, J 242, n° 574, ADLA, E 92/6, 13, dom Morice, Preuves (...)

154G. de Saint-André évoque à Guérande en ce début d’avril, la présence d’une grant compaignie/de prelaz, de chevalerie – plus de cent chevaliers – qui faisoint moult belle chière et où aler, venir on ne povoit/tant de gens de bien y avoit. Le 6 avril, le traité est ratifié par différents personnages. Dans une des listes figurent des chevaliers, des écuyers et il est fait mention des bourgeois de Guérande. Dans le rôle d’armes du traité sont cités parmi les sires et chevaliers, Jean Malor, Guillaume de Trévecar, et parmi les écuyers, Alain du Verger qui sont des seigneurs du pays guérandais. Le 11 avril 1381, est passé l’accord secret par lequel Jean de Rohan et onze autres nobles bretons promettent de soutenir le duc si le roi ne remplit pas les termes du traité et de demander par écrit que le duc soit dispensé de servir contre les Anglais127.

155Après 1381, le pays guérandais profite de la paix ducale que brisent brutalement la guerre franco-bretonne et l’invasion de l’armée royale. La fin du règne de François II est marquée par de profondes divisions qui affectent le pays guérandais, à qui le pouvoir fait largement appel.

Guérande et le pays guérandais aux derniers temps de l’indépendance du duché

Guérande à la fin du règne de François II

  • 128 B. D’argentré, L’Histoire…, livre 12, chap. CCCCXXXII ; A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 474-475 ; (...)

156Au lendemain de la venue, en janvier 1487 à Nantes, de Louis d’Orléans, – dans cette Bretagne devenue la retraite ordinaire des princes quand ils étaient en désaccord avec les roys –, certains seigneurs bretons estiment qu’une telle présence expose le duché à une action de la France et qu’elle les prive de leur audience auprès du duc. Aussi, à Châteaubriant au début mars 1487, se réunissent autour de Françoise de Dinan et de Jean de Rieux plus d’une soixantaine de seigneurs, dont près d’un tiers des noms connus sont du pays guérandais où proches de celui-ci. Un accord est conclu avec des envoyés français prévoyant une intervention militaire, alors que des émissaires du duc, dont Pierre du Chaffault, l’évêque de Nantes, passent aux conjurés128.

  • 129 Ibid, B 10, 199 v°-201, 203 v°, 204 v°, 206 v°-207 v°, 209 -210.

157Le duc réagit. Le pays guérandais est sollicité : le 2 avril, des montres sont ordonnées pour ceux de Guérande à Savenay ; le 3 avril, ceux qui doivent servir en armes de se tenir prêts, pour le 20 avril ; le 5 avril, des vivres doivent être envoyées à l’armée ; le 11 avril, 290 L sont versées à Guillaume Calon pour armer 400 combattants du terrouer ; le 9 mai, les habitants de Guérande et des environs sont appelés à contribuer au nettoyage des douves où des troupes de garnison y sont placées ; le 30 mai, l’artillerie de Guérande est envoyée à Vannes où l’armée ducale se replie129.

  • 130 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 479, dom Morice, Preuves…, t. III, 538, dom Lobineau, Histoire…, (...)

158Après la prise de Ploërmel, le 1er juin, Vannes est menacée. De Nantes, le prince d’Orange envoie Alain Le Gliff au Croisic qui réquisitionne trois navires, alors que des hommes d’armes sont mobilisés autour de Guillaume Calon. Cette intervention permet au duc et son entourage de quitter Vannes. De là, selon A. Bouchart, la flotte gagne le Croisic où le duc et les autres princes et seigneurs se refraischirent ung jour ou deux, puis Nantes. Mieux établi est le repli d’Isabeau d’Écosse qui quitte Suscinio pour s’installer à Guérande, peut-être conduite par Pierre Le Pennec et Pierre Le Bouteiller et escortée d’hommes d’armes levés dans le pays guérandais. L’engagement des Croisicais est payé de retour et les habitants de la paroisse de Batz obtiennent, le 7 juin, une franchise de fouages, d’aides, dons et emprunts, parce que se sont franchement et de bon vouloir mys sur et exposez en armes, ainsi qu’une commission aux officiers de Guérande de faire tout incontinent les réparations nécessaires au Croisic130.

  • 131 Ibid, B 10, f° 215 v°, 217 ; AM Nantes, CC 101, f° 14 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 538 ; dom Lo (...)

159Après la prise de Vannes, Nantes est assiégée par les Français entre le 15 juin et le 6 août 1487. Le pays guérandais est à nouveau sollicité : le 15 juin, il est ordonné à Jacques Jouan et à Jean Bouchart et autres du Croisic de réunir tous les navires et bateaux o passaige d’entre Saint Nezaire et de les mener au Croisic ou à Nantes ou dans tout lieu qu’ils jugeront plus convenable ; le 27 juin, mandement est adressé aux officiers de Guérande d’envoyer à Nantes 25 charpentiers, 25 maçons et 100 personnes tant a piz que appesle ; le 28 juin, il est enjoint à l’alloué de Guérande, à Jacques Jouan, et autres du Croisic de mettre à la mer trois navires pour résister aux entreprises de navires normands venus à Belle-Île ; et le compte tenu par Guillaume Juzel fait état de plus de 2 122 L versées pour des hommes du pays guérandais. À Nantes, les « Guerrandois se distinguèrent à ce siège par un zèle et un courage extraordinaire ; ils s’y rendirent au nombre de cinq cents, tous résolus d’exposer leur vie pour le Duc. On leur fit donner des hocquetons marquez chacun d’une croix de drap noir selon l’ancien usage de la nation bretonne » ; leur engagement dans la plaine de Bièce leur vaut « des louanges et des récompenses131 ».

  • 132 ADLA, B 10, f° 224-225 ; ibid., 1 J 134, f° 4 v°.

160L’effort consenti est également financier : le 28 juillet, commission est donnée de vendre et transporté à tiltre de vente, o condition de raquit, des salines, maroys, rentes par deniers du domaine de Guérande ; le 11 août, est ratifiée la vente de 104 oeillets de salines à la fabrique de Guérande, et d’une rente de 5 L au chapitre de Saint-Aubin de Guérande ; le même jour, ordre est donné à Guillaume Juzel, trésorier général, et à Guillaume Thomas, trésorier de l’Épargne, de remettre des joyaux de l’Épargne aux paroissiens de Batz en gage de 200 écus qu’ils ont prêtés, au duc132.

  • 133 Ibid., B 10, f° 223-223 v°, 249-250.

161Les divisions demeurent : le 9 août, il est ordonné aux officiers de Guérande de s’informer sur les habitans de Guerrande et du Croysic qui ont fait des proclamations au nom du duc, sans en avoir reçu mandement et de les emprisonner. Des lettres patentes, le 26 août, prescrivent une enquête au sujet de plusieurs cas, crimes, delitz de lez majesté, ingratitude, rebellion, desobeissance pour avoir suyvy le party des François ; cette enquête concerne : Guillaume et Pierre André, Jean Bateau, François et Alain Baye, Alain et Guillaume de Bogat, Jean Calon, les deux Léonet de Cleuz, Jacques et Philippe Coterel, Guillaume du Boays, Jean du Boschet, François du Talhouët, Philippe de Fresnay, Philippe Guihart, Alain Guillart, Guillaume de Kercabuz et son fils Jean, Pierre de Kerguisec, Amaury de Kerpoisson, Jean Le Bouteiller, Jean Le Gliff, Pierre Le Tresle, Alain Quelo, Jean de Muzillac, sr de Trévaly, Pierre et Guillaume Talguern, Gilles de Tréguz, Jean de Trévecar, Jean du Verger ; leurs biens, par mandement du 26 août, sont confisqués et leur arrestation ordonnée133.

  • 134 Ibid., B 10, f° 189 ; M. Jones, « Aristocratie, faction et État dans la Bretagne du XVe siècle », (...)

162L’implication dans le camp rebelle de la noblesse du pays guérandais ou proche de celui-ci est forte. Elle paraît s’être renforcée par rapport à la réunion de mars 1487 à Châteaubriant, puisque des noms nouveaux apparaissent : Guillaume et Pierre André, Jean Bateau, Baye, Jean Calon, Jacques et Philippe Coterel, Philippe Guihart, Alain Guillart, Pierre Le Tresle, Alain Quelo, Pierre et Guillaume Talguern ; auxquels il convient d’ajouter des noms connus par ailleurs de seigneurs victimes de mesures de confiscations – Jean Champion – ou de pardon – Guillaume Champion, Alain Layc, Alain de Léverac, Pierre Madic, Jean Savari – ce qui porte le total à 38 noms. Cela conduit à poser la question des liens qu’entretiennent les seigneurs avec le pouvoir et de préciser les notions de vassalités et de sujétion. À la fin du Moyen Âge, si le prince s’appuie sur la notion de sujet, celle de vassal ne disparaît pas, et les princes tirent argument des deux pour mieux se faire obéir. Outre les liens vassaliques directs, les nobles lors des montres choisissent un capitaine parmi ceux désignés par le prince. Les rapports des nobles, entre eux, demeurent régis par les règles de l’ancien contrat vassalique. Cependant, la notion de fidélité utile tend à l’emporter, conduisant certains à chercher une protection supérieure. Dans ces choix, les rapports de force et les intérêts privés interfèrent. Dans le contexte guérandais, la présence de Jean de Rieux, sr d’Assérac, a dû entraîner les nobles d’Herbignac, d’Assérac et du pays guérandais pour lequel il faut penser encore à l’influence de Gilles de La Claretière qui a été capitaine de Guérande, fonction dont il est destitué le 9 mars 1487134.

  • 135 ADLA, B 10, f° 221 v°, f° 243 v°-244 ; ibid., B 11, f° 6, 7 v°, 10, 14 v°, 45, 85 v°-86, 118.

163Des charges et surtout des biens confisqués sont distribués aux loyalistes : dès le 18 mai, au profit de Guillaume Calon ; le 4 août, de Pierre Le Laceur ; le 24 août, d’Yves du Bésit ; le 26 août, d’Éon Sauvage ; de Guillaume de Soupplainville qui reçoit les biens de François de Coesmes, sr de Saint-Nazaire ; le 30 septembre, d’Éonnet de Vallée ; le 4 novembre, de Jacques de Moczar ; le 2 janvier 1488, de Jean de La Pommeraye, sr d’Heinleix135.

  • 136 Ibid, B 10, f° 221, 229 v°, 254 v°, 259 v°, 275 ; ibid., B 11, f° 17, 40 v°, 41 v°, 81, 82-83 v° ; (...)

164Ce vaste transfert de biens est bientôt remis en cause. Ceux qui se rallient reçoivent des lettres de rémission. Entre le 12 août et le 29 décembre 1487, ce sont 25 nobles du pays guérandais et de ses proches environs qui sont rétablis dans leurs droits. Le 28 décembre, la réconciliation se fait au plus haut niveau avec le sire de Rieux, ses officiers, serviteurs et adhérez qui rentrent en grâce136.

  • 137 ADLA, B 10, f° 254-254 v°, 267 v°-268 ; ibid., B 11, f° 9, 47 v°.

165C’est peut-être dans une volonté de reprise en main que, le 9 septembre, les sujets aux armes, nobles, franc-archers et bons corps des évêchés de Nantes, de Cornouaille, de Vannes sont convoqués pour le jeudi suivant à Guérande, mais cette décision s’inclut dans un contexte plus général de mobilisation des forces. D’autre part, la décision, prise le 13 septembre de destituer le comte de Laval de sa charge de gouverneur du sire de La Roche, conduit à une réorganisation de militaire : le 25 octobre, Jean de La Verue est institué lieutenant général du duc pour le terrouer de Guérande, la baronnie de La Roche-Bernard et la vicomté de Donges137.

  • 138 Ibid., B 11, f° 7, 48 v°-49, 68 v°, 113.

166Il est à nouveau fait appel aux forces locales : le 19 octobre, Guillaume Callon doit rassembler 300 combattants des parties de Guérande et du Croisic et les conduire à Redon ; le 27 novembre, Jean de La Verue et Jean de Chamballon, capitaine de Guérande, reçoivent l’ordre de mener tous les nobles et sujets aux armes – hormis 12 gentilshommes retenus à la garde de la ville – en renfort de la compagnie du prince d’Orange ; l’ordre est renouvelé le 9 décembre, alors que, le 11 décembre, René de Kerboullart et Jean Dureau sont chargés de lever 1 000 à 1 200 hommes au terrouer de Guerrande. La répétition des mesures indique qu’elles ne sont satisfaites, et commission donnée, le 16 février 1488, de faire enquête au sujet de ceux qui n’ont pas rejoint l’ost en armes et de les faire emprisonner138.

  • 139 Ibid., B 11, f° 78-79 v°, 87, 113, 116, 158 v° ; ibid., B 574, f° 130 v°.

167La flotte est mobilisée : le 11 décembre 1487, il est demandé de mettre sur la mer… les plus grands navires du Croisic équipés de 140 combattants, d’être en mer pendant un mois environ le port et havre de Morbihan, et de garder l’entrée de Vannes, d’Auray et la côte, venant en appui de trois autres navires et leurs barques avec 720 hommes placés sous le commandement de François de Lesquellen. La réconciliation de Jean de Rieux avec le duc donne un nouveau élan. Le 5 janvier 1488, ce sont touz les capitaines, marchans, maistres, contremaistres et carzonniers et parsonniers et touz autres gens de mer et frequentans du Croisic et Guerrande qui doivent se mettre en armes, avec grant nombre de gens et charge d’artillerie à un moment où les troupes bretonnes se préparent à agir contre Vannes ; le 13 février, Jacques du Verger reconnaît avoir reçu de Gérardin de Billy 300 L à valloir sur les vitailles de certains vesseaulx, et le 18 février, il doit faire mettre à la mer deux navires ; le 24 février, il est chargé de tailler et esgailler 900 L, sur les paroissiens de Batz, nécessaires pour avitailler, pour un mois, certain numbre de navires du Croisic équipés de 210 hommes. Les soldes versées témoignent de l’effort accompli : le 30 mars 1488, 1 100 L sont distribuées à des Croisicais139.

  • 140 Ibid., B 11 f° 10 v°, 38 v° ; 52, 66, 112, 123, 145 v°, 163-163 v°, 165-166 v°, 170 ; ibid., E, de (...)

168Ceux-ci, déjà appellés à la défense de la côte du Morbihan et à participer au ravitaillement de Vannes et de Nantes, voient leur théâtre d’opérations s’élargir : le 29 mars 1488, un mandement de excuse d’aller et veager en l’ost et armée du duc est accordé pour ceste foiz seullement à seize demourans du Croisic à condition qu’ils participent en armes par mer sur les frontieres du Poytou. Cette mesure est sans doute la réponse à la menace que des Olonnais font peser sur l’entrée de la Loire dont les Nazairiens déclarent avoir subi grandes pilleries et oppressions. Mais le rayon d’action des Croisicais est plus grand et les registres de la chancellerie enregistrent, à partir de l’année 1487, des bavures de l’action croisicaise dont sont victimes : le 31 août et 8 novembre, des Anglais ; le 26 octobre, un navire espagnol ; le 16 novembre, Jean de La Motte dénonce certaines pilleries dont il a été victime ; les 28 novembre et 21 avril, des marchands de La Rochelle. Le 12 février 1488, une enquête est ordonnée à propos d’autres pilleries commises par certaines gens des parties du Croisic en l’île de Boign. En réponse, le duc leur enjoint, le 28 février 1488, de s’engager avant de prendre la mer à non piller, ne prendre viollentement sur mer ne ailleurs sur nulz ne aucuns subgits du duc140.

  • 141 Ibid., B 11, f° 158 v°, 180 v°, 190-192 v°, 200, 202.

169L’avance française conduit à de nouvelles mesures. Le 14 avril 1488, Jean de La Verue doit réunir les forces de Guérande, de Batz, du Croisic et de la baronnie de La Roche-Bernard, ne laissant sur place que ce qui nécessaire à la garde du pays et de la coste, et conduire le parsus a l’ost. Le 13 mai, commission lui est donnée ainsi qu’à Guillaume Calon de choisir au quartier du Croisic le plus grand nombre de combattants, au moins 600, et les amener à Nantes où des renforts se regroupent. Le 3 juin, les montres des évêchés de Nantes et de Vannes sont convoquées pour le 12 juin à Malestroit. Le 12 juin, ordre est donné aux paroissiens de Guérande, Batz, Escoublac, Saint-Lyphard, Saint-André, Saint-Molf, Piriac, Mesquer de curer les douves de Guérande. Le 19 juin, des montres des gens de baz estat sont ordonnées dans les parties de Guérande et du Croisic141.

  • 142 Ibid., E 641.

170La bataille décisive a lieu, le 28 juillet, loin du pays du pays guérandais, à Saint-Aubin-du-Cormier. Des nobles du pays guérandais participent à cette bataille dont le retentissement est considérable : le 11 mars 1491, devant les plez sur semaine à Guérande est évoquée la présence de Guillaume du Boays à la rencontre entre l’ost et armée des Bretons et l’ost et armee des Francoys et que a icelle y eust grant occision de peuple et effusion de sangc142.

  • 143 Ibid., B 11, 243 v°, 249, 254 v°-255 v°, 256 v°, 258-258 v°, 259 v° ; ibid., E 209/34 ; Caillo, No (...)

171Le pays guérandais participe aux ultimes efforts, militairement, tant sur terre – le 30 juillet 1488, ordre est donné à Jean de La Verue de choisir 200 combattants au terrouer de Guérande et de les envoyer en garnison à Redon –, que sur mer, l’armement de trois navires étant ordonné. Certains semblent avoir répondu à la décision du duc de mettre en gage ses joyaux. La levée de l’emprunt de 1488 s’applique au pays guérandais : le 9 août, commission est donnée à Jean de La Verue, Pierre de Vay et Pierre Le Gentil, d’en visoner l’esgail. Le 14 août, ordre est donné de fere tailler au terrouer de Guerrande et d’entre (blanc) et Villaigne, 10 000 L ; le 17 août, mandement est adressé aux prévôts et chapitre de la collégiale de Guérande de contribuer à l’armement de trois navires ; le 21 août encore, Jean de La Verue et Jean des Rouxières sont commissionnés à ce propos. Sur cette somme, 3 500 L sont à payer par Le Croisic. Cette mobilisation s’accompagne de mesures plus politiques : le 13 août, pouvoir est donné à Jean de La Verue de retenir avec luy troys ou quatre des plus saiges gens du terrouer de Guerrande pour le conseiller et autres commissaires du duc ; le 14 août, Guillaume Calon est nommé capitaine général du terroir de Guerrande tant à la mer que à la terre143.

  • 144 A. de La Borderie, Complot breton de M. CCCC. XCII, Nantes, 1884, p. 82-87 ; ADLA, B 11 f° 6.

172La reddition de Saint-Malo, le 14 août 1488, conduit le gouvernement breton à entamer des négociations. Le 19 août, est signé le traité du Verger. François II meurt peu après, le 9 septembre. Au beguin participent un certain nombre de personnages liés au pays guérandais : Jean de Chamballon, capitaine de Guérande, Guillaume Calon, Jean Calon, Alain Bouchart, Pierre Le Pennec, un autre Jean Calon, et encore Guillaume de Soupplainville lequel fut delivré de Guerrande, ce dernier ayant obtenu, le 24 septembre 1487, la seigneurie de Saint-Nazaire confisquée par le duc144.

Le siège de Guérande de 1489

  • 145 Caillo, Notes…, p. 76-78 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 611, 665, 724, dom Lobineau, Histoire…, p (...)

173En septembre 1488, la cour ducale, fuyant l’épidémie, gagne Guérande et la duchesse Anne fait une joyeuse venue en la ville et terrouer de Guerrande. Celle-ci est évoquée dans un acte du 26 novembre 1488 par lequel les habitants du Croisic obtiennent l’exemption de l’emprunt forcé d’août. C’est à Guérande que les envoyés français prennent contact avec le gouvernement breton, et en réponse une ambassade est dépéchée vers le roi. Anne est encore à Guérande le 30 septembre, avec les 50 Allemands de son escorte commandés par Stephen Kereux. L’exercice du pouvoir est attesté par un sceau fait à Guérande que G. de May a engravé de nouveau. Ce séjour guérandais est de courte durée, peut-être limité à la seule seconde quinzaine du mois de septembre. Anne va ensuite s’installer, après un passage à Vannes, un temps à Redon où sa présence est attestée dès le 13 octobre145.

  • 146 Ibid., B 12, f° 146-146 v° ; ibid., E 157/25.

174Au début 1489, l’armée française passe à l’action. À partir de Vannes reprise le 19 février, des reconnaissances sont poussées jusqu’à la Vilaine. Le passage du fleuve est envisagé à Rieux ou es environs. Les objectifs supposés des Français sont Nantes, Redon et Guérande, et des troupes étant au quartier de Muzillac envisagent de s’emparer de bateaux pour franchir la rivière et se rendre au pays de Guérande pour le piller, mais la présence sur l’autre rive des troupes bretonnes fait échouer le projet146.

175À ce moment, une nouvelle donnée politique prend toute sa place. Le choix matrimonial de Jean de Rieux en faveur d’Alain d’Albret est refusé par la duchesse appuyée par le chancelier, Philippe de Montauban, et Dunois. La rupture est effective, le 24 janvier 1489, lorsque Rieux destitue Philippe Montauban.

  • 147 B. D’argentré, L’Histoire…, livre 12, chap. CCCCLVII ; dom Lobineau, Histoire…, p. 795-800 ; A. de (...)

176Si l’on suit B. d’Argentré et dom Lobineau, l’armée française, avertie des divisions bretonnes, fait mouvement sur Redon. Menacée, Anne envisage de se rendre à Nantes ou au Croisic. Elle demande la protection de Jean de Rieux. Ce dernier tardant à répondre, elle s’avance jusqu’à Savenay où Jean de Rieux est convoqué. Ce dernier gagne Nantes où il répand le bruit que Dunois a résolu de livrer la duchesse et Nantes aux Français, et qu’il convient de lui interdire d’entrer à Nantes. Jean de Rieux se rend ensuite à Guérande où il fait diffuser les mêmes rumeurs. Son but est de faire que l’opinion publique en vienne à soutenir le projet mariage qu’il envisage pour Anne. Il n’est pas suivi : la plupart des Guérandais s’indignent que l’on veuille marier la duchesse contre son gré et approuvent les habitants de Nantes qui s’exposent au péril d’une guerre civile plutôt que de manquer à leurs devoirs. Anne refuse de se soumettre aux conditions que Jean de Rieux prétend lui imposer pour entrer à Nantes. Elle gagne alors Rennes où, le 10 février 1489, elle est couronnée. Deux autorités constituées se font alors face en Bretagne. C’est dans ce contexte de guerre civile que Jean de Rieux, informé de la présence à Guérande du chancelier, Philippe Montauban, du trésorier général, Jean de L’Espinay, et de plusieurs autres officiers ducaux, assiège la ville147.

  • 148 ADLA, B 568, f° 28 v° ; AM Nantes, CC 102, f° 42 ; ADLA, B 126 D ; ibid., B 1492 ; B 12, f° 148-14 (...)

177Les événements et leurs dates sont à préciser. Anne, le 12 mars 1489, concède à l’abbaye de Redon, en dédommagement d’un emprunt forcé qu’elle a imposé, 62 œillets dans la Grande-Saline. La non-application de cette mesure est à rapporter à la présence de Jean de Rieux, attestée à La Roche-Bernard, en avril. Le 9 avril, Anne donne ordre aux officiers de Guérande d’aliéner une partie du Domaine afin de financer l’effort militaire breton aux côtés des hommes d’armes anglais dont l’arrivée à Guérande est évoquée par d’autres sources. Cette décision est mise en application, du 20 au 25 mai 1489, en présence de Jean de l’Espinay. La présence de Pierre de Kerguisec qui fait acte d’achat, le 21 mai, est intéressante puisque selon dom Lobineau, il est exécuté après le siège de Guérande. Le 21 mai, les camps ne sont pas encore constitués. C’est peu après cette date qu’il convient de placer le siège de Guérande. Jean de Rieux réagit à un acte qui met en cause le pouvoir qu’il exerce en tant que tuteur de la duchesse, et le contrôle qu’il exerce, à partir de Nantes, sur le pays guérandais, ce qu’Anne condamne en dénonçant ces gens qui prenoint et destrousoint toutes manieres de gens, feussent heraults, chevaucheurs, marchans ou autres, passant par lesdictes mectes, sur intencion de vuyder lesdits quartiers d’icelles gens, à ce que en bonne seürté on peust vivre148.

  • 149 Ibid., B 12, f° 148 v° ; AM Nantes, CC 102, f° 26 v° ; ADLA, E 1014.

178Les assaillants sont des gens de guerre de Nantes, des nobles, bourgeoys, manans et habitans du Croisic et d’autres paroisses de l’évêché de Nantes et d’ailleurs – les liens entre Nantes et Le Croisic sont alors bien établis, le 25 mars, des bourgeois du Croisic sont reçus par la ville de Nantes. Un autre acte ducal stigmatise les habitants du Croisic et des environs eslevez et insurgez commettant plusieurs rebellions et desobeissanceseduisant et subournant pluseurs de noz autres subgets à suyvre leur voulloir, et qui, persévérant dans leur mauveix, felon et desloial courage, se sont mis en armes en grande commocion et assemblee de peuple, disposant d’artillerie et aultres bastons de traict et autres choses requises pour assaillir et faire la guerre de ennemis à ennemis149.

  • 150 Dom Morice, Preuves…, t. III, 824, ADLA, B 19, f° 34, ibid., B 12, f° 59, 91 v°, 168 ; ibid., B 14 (...)

179Sur place, les loyalistes s’organisent : le chancelier Montauban emprunte de l’argent à des gentilhommes et bourgeois de Guérande ; Guillaume Calon engage 42 oeillets de salines pour soutenir l’action ; une maison et ediffices es forsbourgs proche de la porte Saint-Michel sont détruits dans un but défensif. Anne dépêche des secours parmi lesquels figurent Dunois, Jacques Guibé, lieutenant du prince d’Orange, Gilles de Condest, capitaine des archers de la garde, Jean de Louan, capitaine des gens de guerre du duc d’Orléans, une partie des Allemands qui sont en Bretagne et d’autres troupes. Cette mobilisation montre l’importance de l’enjeu de l’événement : des hauts officiers loyalistes assiégés, c’est le pouvoir ducal qui est bafoué et menacé. La présence dans le parc d’artillerie de Rennes d’une petite coulleuvrine nommée deesses de Nantes prise par ceulx de Rennes lors faisans la guerre à ceulx de Nantes témoigne d’un engagement militaire au cours duquel des prisonniers sont faits, et qui se prolonge par des exactions dont est victime G. Calon dont des maisons et biens sont pillés et ses bois coupés. Cependant, le mot de guerre employé dans les actes traduit plus les enjeux politiques de l’affrontement que sa violence réelle150.

  • 151 Dom Lobineau, Histoire…, p. 800 ; ADLA, B 12, f° 10, 40 ; ibid., B 1014 ; ibid., E 209/24, f° 16 v (...)

180D’après dom Lobineau, Anne, restée maîtresse de la ville, voulant faire un exemple, fait preuve de beaucoup de dureté : Pierre de Kerguisec, Jean Perceval, Jean l’Évêque sont décapités. Des poursuites sont engagées, des sanctions sont prises contre ceux qui sont accusés de felonie et crime de lese majesté ; les fidèles sont récompensés : don à Yves du Bésit, sénéchal de Guérande, des biens de Philippe de Fresnay, d’Alain Quelo, et de ceux de Jean de Lohan ; don au bâtard de Luppe de ceux de Guillaume Le Rousic et Guillaume Jehannot, deux nobles d’Herbignac ; Lorans Maczault, secrétaire du duc, reçoit les biens de Thébaud de La Noé et de dom Jean de Branguen, sr de Châteaulou ; Guillaume Calon reçoit les offices de maître d’hôtel et de vice-amiral ; quant à Philippe de Montauban, il bénéficie, le 16 avril 1489, des droits qu’Anne a sur la seigneurie de Saint-Nazaire. Ces mesures traduisent un véritable climat de guerre civile151.

  • 152 Ibid., B 12, f° 2 v°, 11, 29, 61 ; 83 v° (ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 7), 108, 114 v° ; ibid (...)

181La duchesse place une garnison à Guérande qui est attestée le 8 octobre 1489. Les forces restent mobilisées : les montres de ceux de Guérande sont ordonnées, le 3 octobre, à Missillac. Des militaires y sont dépêchés : le 14 novembre, les gens d’ordonnance du sire de La Bouvardière ; le 9 janvier 1490, 40 hommes menés par le capitaine des francs-archers de l’évêché de Rennes. Les fortifications sont entretenues : avant le 27 janvier 1490, les capitaines et officiers de Guérande réquisitionnent les habitants de Saint-Nazaire pour la beche des foussés et des douves et leur ordonnent de contribuer aux mises de la reparacion de la ville ; le 28 mars, commission est donnée aux cappitaines estans à Guérande de faire les travaux nécessaires concernant les douves. Cette présence militaire se prolonge : le 24 avril 1490, interdiction est faite aux gens de guerre de Guerrande de non prendre aucun apatilz, ne vivres sur les paroissiens de Saint-Nazaire sans les payer ; le 17 octobre, Georges Humbrech fait le voyage à Rennes pour obtenir le paiement des Allemands en garnison à Guérande – le compte tenu par Jean de l’Espinay faisant état de 100 bas Almans en Guérande et de 40 lacays sous leur capitaine Perrot Duvoys152.

  • 153 ADLA, B 12, f° 25, 29 v°.

182L’autorité de la duchesse s’exerce sur place : le 9 novembre, congié et seürté sont donnés à Guillaume et Jean Kercabuz pour conduire certains procès devant le conseil ; le 16 novembre, ordre au trésorier général à Marc Le Rouxeau et à Éonnet Le Faulcheur, sous-fermiers de l’impost en l’an derroin ou terrouer de Guérande, de payer 400 L à Jean de Chamballon, capitaine de Guérande153.

  • 154 AM Nantes, CC 102, f° 36 v°, 40 v° ; ADLA, B 12, f° 32, 58 v°, 64 v°, 85, 114, 147 v°, 149 v°.

183Mais qu’en est-il du Croisic ? Le port reste en contact avec Nantes où des messagers sont envoyés les 9 et 23 juillet 1489. Jean de Rieux, qui persiste dans sa rébellion, fait affermer le devoir d’impost des vins vendus, pour l’année commençant le 15 novembre 1489, dans plusieurs paroisses de l’évêché de Nantes dont Le Croisic. Mais le 23 novembre 1489, Anne reinstitue Gilles de Condest comme capitaine du Croisic. Son autorité s’exerce alors : le 6 janvier 1490, congé est accordé à Alonso del Carralo (A. de Careille) pour amener à Rennes des vins et autres marchandises ; le 12 janvier, une évocation de cause est donnée en faveur de Gilles de Condest à l’encontre d’A. de Careille, marchand espagnol, demeurant au Croisic ; le 27 janvier, 100 L sont à verser à G. de Condest pour son office de capitaine du Croisic. Les relations n’en restent pas moins exemptes de problèmes comme en témoigne cette seürté accordée le 18 avril 1490 à 12 ou 15 personnes des habitans du Croisic pour venir à Rennes devers la duchesse et son conseil154.

  • 155 Ibid., B 12, f° 34 v° ; dom Lobineau, Histoire…, p. 806 ; A. Dupuy, Histoire de la réunion de la B (...)

184Les troubles persistent aux abords du pays guérandais. Le 28 novembre 1489, 20 francs archers de la baronnie de La Roche sont envoyés à la Bretesche avec ordre de ne laisser entrer personne sans l’accord de la duchesse. À la fin novembre 1489, Jean de Rieux fait attaquer à Herbignac des Allemands, membres d’un corps d’auxiliaires que le sire de La Bouvardière conduit à Guérande. Au-delà, Nantes et une partie du Nantais échappent toujours à l’autorité d’Anne : le 17 novembre, défense est faite aux subjetz de la juridiction de Nantes de non delivrer ne s’entre faire ajourner à Nantes ; le 20 novembre, interdiction est faite aux francs esleüz de l’évêché de Nantes d’aller en garnison à Nantes ; le 27 janvier 1490, la tenue des grans jours des régaires de l’évêché de Nantes, le siège episcopal vacant, est assignée à Guérande pour le 15 février155.

  • 156 Ibid., B 12, f° 2 v°, 21, 30, 90 v°, 176 ; ibid., B 13, f° 38-40 ; 90 v° ; AP Guérande, vol. I, f° (...)

185Ce contexte explique la confusion qui règne dans le pays guérandais : les montres qu’Anne convoque, le 3 octobre 1489 pour le 15, sont repoussées, le 6 novembre, de 8 jours, puis à nouveau le 17 novembre jusqu’au 10 décembre ; Pierre Thedaldy et Guyon de La Ruelle rappellent qu’ils ont pris, en décembre 1489, la prévôté de Nantes et la recette ordinaire de Guérande, pour trois ans commençant le 1er janvier 1490, mais qu’il n’ont pu entrer en possession de leur ferme ; les grands jours de l’évêque font l’objet d’une nouvelle assignation, le 9 février 1490 ; le 4 septembre 1490, commission est donnée à Olivier Le Boteuc et Guy Talguern d’enquêter sur certains cas commis contre la duchessse par Jacques du Verger. La vie sociale est perturbée : le registre de la confrérie Saint-Nicolas de Guérande indique que les procureurs institués en 1486 servirent 5 ans – et non pas un an comme d’ordinaire – en raison des guerres156.

  • 157 Dom Morice, Preuves…, t. III, 617-627 ; C. Giry-Deloison, « Henri VII et la Bretagne : aspects pol (...)

186Face à la menace française, la diplomatie bretonne est active. Guérande est citée dans le traité d’alliance conclu, le 10 février 1489 à Redon, avec Henri VII, dans une liste de cinq villes, dont deux peuvent être prise en gage par le roi d’Angleterre. Au début mars, le bruit se répand que des troupes anglaises arrivent et qu’un millier d’hommes ont débarqué à Guérande – il semble que des renforts annoncés à Guérande et à Morlaix, ceux-ci n’ont débarqué qu’à Morlaix. C’est l’amorce d’une contre-offensive bretonne. Le traité de Francfort, signé le 22 juillet 1489 – ratifié par la Bretagne le 3 décembre où il est publié le 13 –, clôt cette phase militaire157.

  • 158 Dom Morice, Preuves…, t. III, 628, date corrigée par A. de La Borderie, « Choix… », p. 251-252 ; A (...)

187La dissidence de Jean de Rieux se durcit : le 26 mars 1490, il s’affirme décider à choquer ceux de Rennes. Une armée ducale se constitue pour laquelle le prince d’Orange, le 6 avril 1490, fait appel à des nobles du pays de Guérande. La mobilisation se poursuit : le 4 juin 1490, seize mandements sont adressés aux maîtres de navires pour avitailler leurs navires et se tenir prêts à veaiger et resister aux malveillants ; et dix autres concernent les nobles et les sujets aux armes. Les montres sont assignées, celle de l’évêché de Nantes est convoquée Redon. Les négociations engagées avec les dissidents aboutissent. L’accord est entériné par l’ordonnance du 9 août. Jean de Rieux retrouve des fonctions officielles, en particulier, en décembre 1490, il est institué capitaine du Croisic158.

188Le traité de Francfort est prolongé, en juillet 1490, par celui d’Ulm, accepté par la Bretagne. Les négociations se poursuivent avec Henri VII, Maximilien d’Autriche et Ferdinand de Castille. Une ligue pour la défense de la Bretagne contre le roi de France est mise en place le 27 octobre 1490. Elle est renforcée par le mariage entre Anne et Maximilien, célébré par procuration à Rennes, le 19 décembre 1490. La France ne peut que réagir.

  • 159 ADLA, B 13, f° 110.

189En attendant, on exécute les clauses du traité d’Ulm. Le 25 janvier 1491, mandement est donné de choisir des navires et de contraindre les paroissiens dudit lieu de Guerrande et la baronnye de La Roche-Bernard à poier l’avitaillement pour le passage du comte de Salinas et de ses troupes espagnoles. Dans le même temps, Alain d’Albret négocie avec la France et propose de livrer Nantes. Dans la nuit du 19 au 20 mars 1491, il entre à Nantes avec des troupes françaises. Charles VIII, le 4 avril 1491, y fait une entrée solennelle, d’où il agit comme successeur légitime de François II159.

  • 160 Dom Morice, Preuves…, t. III, 697 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 214 ; ADLA, B 123 ; ibid., E, (...)

190Deux pouvoirs à nouveau s’affrontent. Le pays guérandais redevient un enjeu. C’est pendant le séjour du roi à Nantes, en avril 1491, qu’il convient de placer la venue de Raoul Martin, du Croisic, qui apporte nouvelles au roi que les habitans d’icelle ville se voulaient reduire en son obéissance. En écho, le 18 avril, Maximilien et Anne confirment aux manants et habitans du Croisic leur exemption de fouages ; puis le 19 avril, ils font droit à la demande des paroissiens de Saint-Nazaire d’etre franchiz et exemptez d’aller becher es douves de Guérande, renouvelant l’exemption contre la volonté du capitaine de Guérande qui prétendait les y contraindre160.

  • 161 Ibid., E 182/44, f° 8, ; AM Nantes, EE 159/10, ADLA, B 16, f° 73 v°-74 ; BNF, ms fr 21501, f° 410, (...)

191Des mouvements militaires sont signalés à partir de Nantes : le 1er mai, des fourriers du roi se présentent au château du Gâvre à qui les clés sont remises ; cette troupe a également pour objectif Guérande ; de l’artillerie – 2 canons, 120 boulets – est peut-être acheminée de Nantes au Croisic. Impossible de savoir s’il y a affrontement, mais le pays guérandais passe sous le contrôle des troupes françaises. Les documents français font état, le 14 juillet 1491, à Guérande, d’une montre de 136 hommes, des gens à pied, passée sous l’autorité de leur capitaine Georges de Chantrezac ; garnison encore présente le 16 septembre. Le 15 juillet, maître du pays, Charles VIII, à la demande des gens d’Eglise, nobles, bourgeois et habitans du Croisic et de l’Isle de Baz, confirme les privilèges du terrouer de Guérande. Mais Le Croisic qui joue sa propre carte obtient des avantages supplémentaires. À une date inconnue, mais avant novembre 1493, le roi accorde une prévôté au Croisic. Ce nouvel équilibre qui semble s’établir entre les deux villes du pays guérandais est éphémère : Guérande réagit en obtenant, en novembre 1493, que la mesure soit rapportée161.

192Le Croisic paraît, lors du siège de Guérande comme en 1491, se ranger derrière Nantes et s’opposer à Guérande. Cette attitude traduit l’affirmation du port et une prise en compte d’intérêts particuliers. Les relations du Croisic avec Nantes sont celles du pays guérandais avec la Loire, voie de pénétration du sel en France. Ces préoccupations commerciales ont certainement pesé dans les choix politiques. Les événements révèlent également une autre logique : celle du pouvoir. Pour s’exercer, celui-ci s’appuie sur les villes closes où siègent des autorités administratives permettant le contrôle du territoire : c’est à Guérande que sont placées les garnisons destinées à assurer l’exercice du pouvoir.

193La juxtaposition de différents milieux sur le petit territoire qu’est le pays guérandais est remarquable. Leur mise en valeur a notamment contribué à développer deux productions commerciales : le vin et surtout le sel. Dans la zone littorale, la création des marais salants, qui a façonné des paysages originaux, a été un formidable moteur de développement et un facteur d’ouverture. Cette spécialisation, qui répond en large partie à la demande extérieure, a posé rapidement le problème du ravitaillement du pays guérandais en denrées vivrières, en particulier en céréales. Elle a contribué à la création d’une flotte guérandaise dont le fret de départ est avant tout le sel. Les relations vers l’intérieur sont moins bien assurées. La Brière est un obstacle placé à une faible distance de la côte. La présence des estuaires de la Vilaine et de la Loire favorise la création de ports qui s’échelonnent le long de la basse vallée de ces cours d’eau et fait du port de fond d’estuaire, Redon d’une part, Nantes d’autre part, le lieu de rupture de charge par excellence entre transports maritimes et transports fluviaux ou terrestres. Le pays guérandais manque d’hinterland et de possibilités d’accroître la gamme des produits que ces ports échangent.

194Cependant, ces limites potentielles du pays guérandais sont de peu de poids au Moyen Âge central. Cette période est décisive, elle marque un essor et une affirmation remarquable qui font du pays guérandais un monde dynamique, à rapprocher des marais voisins du sud de la Loire.

195Les princes bretons sont possessionnés en pays guérandais. Par leurs donations, ils ont contribué à doter les abbayes d’un important patrimoine foncier. Mais ils ne sont pas les seuls maîtres des lieux : l’étude des structures administatives du terrouer se propose de le montrer.

Notes

1 J. Gras, dans Marais salants. Connaissances des richesses naturelles de la Loire-Atlantique, BSSNOF, numéro spécial, 1980, p. 19-23.

2 L. Visset, 8 000 ans en Brière, Rennes, 1990, p. 42-46.

3 J. Gras, dans Marais…, p. 23-24 ; G. Buron, « Pour une analyse historique du paysage salicole guérandais », ABPO, 104, 1997, p. 31-34 ; ADLA, B 13, f° 56-56 v°, ibid., B 12871, ibid., H 17 ; Caillo, Notes sur Le Croisic, Nantes, n. éd., 1869, p. 142, ADLA, E, dépôt Le Croisic, CC 13 ; Caillo, Notes…, p. 262, 266 ; ADLA, B 1492, f° 63, ibid., B 1493, f° 104.

4 A. VigariÉ, « Milieu naturel et occupation humaine dans les marais de Guérande. Applications de la méthode des scénarios aux complexes écologiques », Cahiers nantais, p. 14, 18-22 ; ADLA, E 206/4, ibid., B 62, f° 142 ; Caillo, Notes…, p. 278.

5 J. Renard, Les évolutions contemporaines de la vie rurale dans la région nantaise, 1975, Les Sablesd’Olonne, p. 110-125.

6 P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen Âge, contribution à l’histoire des variations climatiques de 1000 à 1425, d’après les sources narratives de l’Europe occidentale, Paris, 1987, p. 805-808.

7 Dom Morice, Mémoires pour servir de preuves à l’histoire ecclésiatique et civile de Bretagne, 3 vol., Paris, 1742-1746 (désormais, Preuves…), t. III, 82, pour l’année 1464. L’épisode est à placer en 1456, B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes et les ducs de Bretagne. Essai sur les rapports du Saint-Siège avec un État, Paris, 1928, t. II, p. 706-708.

8 J.-C. Hocquet, Sel de la terre, Paris, 1989, p. 15 ; B. Chevalier, « L’alimentation carnée à la fin du xve siècle : réalités et symboles » dans Pratiques et discours alimentaires à la Renaissance, 1979, (1982), p. 197 ; M.Mollat, « L’Europe et l’Océan au Moyen Âge », dans L’Europe et l’Océan au Moyen Âge. Contribution à l’histoire de la navigation, Nantes, 1988, p. 11-13 ; J.-C. Cassard, Les Bretons et la mer, Rennes, 1997, p. 73 ; R. Blanchard, Lettres et mandements de Jean V, duc de Bretagne, de 1402 à 1442, Nantes, 1889-1895, n° 1451.

9 J. Renard, Les évolutions…, p. 126-128.

10 ADLA, E 207/2.

11 J. Bernard, Navires…, p. 53.

12 La bibliographie est importante, J. L’helgouach, « Économie et occupation du territoire en pays guérandais », CPG, 30, 1986-1987, p. 13-21 reste la référence à actualiser avec les Bilan scientifique de la région des Pays de la Loire, passim.

13 G. Buron, « De l’origine des marais salants guérandais », BSAHNLA, 1990, p. 9-20 ; Le sel gaulois. Bouilleurs de sel et ateliers de briquetages à l’âge de fer, dir., M.-Y. Daire, Saint-Malo, 1994.

14 C. Devals, « Un panorama archéologique de Guérande, des Gaulois à l’époque mérovingienne. Premiers résultats de la carte archéologique détaillée de la commune », CPG, 42, 2002, p. 29-32.

15 La bibliographie est importante, M. Provost, Carte archéologique de la Gaule : la Loire-Atlantique, Paris, 1988 ; ID., Le val de Loire dans l’Antiquité, Paris, 1993 sont les références ; C. Devals, « Un panorama… », p. 32-34.

16 G. Aubin, dans La Loire-Atlantique de la Préhistoire à nos jours, dir. F. Abbad, Saint-Jean d’Angely, 1984, p. 96-97 ; P. Galliou, L’Armorique romaine, Rennes, 1983, p. 151-153, 243-275.

17 A. Gallicé, « Guérande : configuration urbaine et plan de ville », CPG, 36, 1995, p. 24.

18 L. Maître, « Les origines du temporel des évêques de Nantes et de la collégiale de Saint-Aubin à Guérande », BAAB, 1899, p. 181-183 ; H. Quilgars, « Géographie historique du pays de Guérande du vie siècle au xe siècle », BAAB, 1910, p. 122-131.

19 P. Quentel, « La Britania-in-Paludibus de l’Anonyme de Ravenne », Sonderdruck aus Beiträge zur namenforschung Jahrgang, 15, 1964, p. 153-156.

20 Cartulaire de l’abbaye de Redon en Bretagne, éd. A. de Courson, 1868, p. 370 ; J.-M. Matz, « Le calendrier et le culte des saints : l’abbaye Saint-Aubin d’Angers (xiie-début xvie siècle) », RMa, 7, 1996, p. 134-135 ; Acta sanctorum, 1er mars, t. I, p. 62 ; M. Lauwers, « Le cimetière dans le Moyen Âge latin. Lieu sacré, saint et religieux, AHSS, 1999, p. 1047-1072.

21 N.-Y. Tonnerre, Naissance de la Bretagne. Géographie historique et structures sociales de la Bretagne méridionale (Nantais et Vannetais) de la fin du viiie à la fin du xiie siècle, Angers 1994, p. 189-191.

22 Gloria Martyrum, M.G.H. SRM 60, p. 79-80 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 63.

23 Ibid., p. 36, 64, 191 ; J.-C. Cassard, « Nantes, de la découverte des Bretons, à l’insertion dans la Bretagne, ve-début xiiie siècle », dans Nantes et la Bretagne, quinze siècle d’histoire, Nantes, 1996, p. 40.

24 B. Tanguy, « La limite linguistique dans la péninsule armoricaine à l’époque de l’émigration bretonne », ABPO, 1980, p. 445-446, 460-461 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 50, 63-65, 146.

25 ID., « Quelques perspectives sur le peuplement et les paysages du comté nantais au haut Moyen Âge », BSAHNLA, 131, 1996, p. 46-48.

26 J.-C. Sarrazin, « Le littoral poitevin (xie-xiiie siècle). Conquête et aménagement », ABPO, 1992, p 117-118 ; H. Quilgars, « Géographie… », p. 156 ; Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, n. éd. A. Marteville et P. Varin, Rennes, 1843, p. 325.

27 A. Martin et R. Kerviler, BSAHNLI, 1874, p. 160-161 ; L. Maître, Guérande et la contrée guérandaise. Géographie, origines, antiquités, Nantes, 1894, p. 48-61 ; ADLA, B 1484 ; G. Buron, « De l’origine… », p. 22, 39-41, 56-57 ; ID., « La microtoponymie du marais salant guérandais », NRO, 1993, p. 76-78 ; ID., Bretagne des marais salants, 2 vol. Morlaix, t. 1, p. 30-53 ; C. Chouquer, dans Les formes des paysages, Paris, 1996, t. 1, p. 8 ; ID., L’étude des paysages. Essais sur leurs formes et leur histoire, Paris, 2000, p. 36-38 ; P. André, « Un atelier de salaisons chez les Vénètes d’Armorique », RÉA, 94, 1992, p. 43 ; A. Hesnard, « Le sel des plages (Cotta et Tahadart, Maroc) », MÉFRA, 1998, p. 167-192.

28 P. Galliou et M. Jones, Les anciens Bretons, Paris, 1991, p. 87-91 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 143-144, 189 ; J.-C. Cassard, Les Bretons et…, p. 95.

29 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 146 ; B. Tanguy, « Marais, étangs et zones humides dans la nomenclature toponymique en Bretagne », Kreiz, 8, 1999, p. 34.

30 Cartulaire de Redon…, p. 370 ; B. Tanguy, dans Cartulaire de l’abbaye Saint-Sauveur de Redon, Rennes, 1998, p. 67.

31 G. Buron, « De l’origine… », p. 33-34. Le lieu de naissance du saint et qu’il ait parlé breton posent problème, J.-P. Brunterc’h, « Géographie historique et hagiographique : la vie de saint Mervé », MÉFRMA, 95, 1983, p. 13 ; H. Guillotel, « Le dossier hagiographique de l’érection du siège de Tréguier », Bretagne et Pays celtiques. Langues, histoire, civilisation, Saint-Brieuc-Rennes, 1992, p. 223, 226.

32 E. Vallerie, Traité de toponymie historique de la Bretagne, 3 vol., Le Relecq Kerhuon, 1995, t. II, p. 392-394 ; G. Buron et G. Le Duc, « Onomastique guérandaise, III, Guérande », CPG, 37, 1996, p. 32-33 ; R. Boyer, La Saga de saint Olaf tirée de la Heimskringla de Snorri Sturlusson, p. 36-37 ; B. Tanguy, « Guérande, terre bénie ? », Bretagne magazine, 14, 2001, p. 14.

33 J.-P. Brunterc’h, « Géographie… », p. 12-13, 43 ; J.-C. Cassard, « Ermentaire, les Poitevins et les Bretons », BSAF, 130, 2001, p. 342-343.

34 La Chronique de Nantes (570 environ-1049), publiée avec une introduction et des notes, éd. R. Merlet, Paris, 1896, p. 41-43 ; A. Gallicé, « Le pays guérandais à l’époque carolingienne », BSAHNLA, 135, 2000, p. 82-83 ; A. Giry, « Sur la date de deux diplômes de l’église de Nantes et de l’alliance de Charles le Chauve avec Érispoë », AB, 1898, p. 501.

35 La Chronique de Nantes…, p. 78-79 ; Cartulaire de Redon…, p. 19-22, 57, 64, 71-72, 74-75, 78, 181-182, 279-280, 369-370 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 348, 440 ; ADML, H, 3714, f° 43 v°-44 v ; ibid., H 3715, f° 37 v°-38.

36 A. Gallicé, « Le pays guérandais à… », p. 84-85 ; L. Maître, « Les origines… » ; H. Quilgars, « Géographie… », p. 132 ; R. Grand, L’art roman en Bretagne, Paris, 1958, p. 41 ; D. Eraud, « Nantes (Loire-Atlantique). Crypte », dans Le paysage monumental autour de l’an mil, Paris, 1987, p. 605-606 ; P. Guigon, Les églises du haut Moyen Âge en Bretagne, Rennes, 1994, t. I, p. 139 ; ADLA, H 132/11.

37 Ibid., G 297.

38 A. Gallicé, « Le pays guérandais à… », p. 84-85.

39 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 119 ; A. Gallicé, « Le pays guérandais à… », p. 91.

40 A. Chédeville, dans La Bretagne des saints et des rois, Rennes, 1984, p. 168, 174-175.

41 J. Renaud, Les Vikings et les Celtes, Rennes, 1992, p. 119-146 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 270-275 ; J.-C. Cassard, Vikings en Bretagne,Morlaix, 1986, p. 32 ; Acta Sanctorum, Vita Sancti Albini, t. I, p. 62-63 ; P. Le Baud, Croniques et Ystoires des Bretons, éd. C. de La Lande de Calan, Nantes, t. III, p. 141-143 ; La Chronique de Nantes…, p. 112 ; R. Couffon, « À quelles dates Dol et Guérande ont-elles été ravagées par Olaf Haraldson ? » MHSAB, 1949, p. 25-33 ; supra.

42 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 275-278, 336 ; O. Jeanne-Rose, « Ports, marchands et marchandises : aspects économiques du littoral poitevin, ixe-xiie siècle », dans Les sociétés littorales du Centre Ouest atlantique de la Préhistoire à nos jours, Poitiers, 1996, p. 126 ; J. Renaud, Les Vikings…, p. 144-145 ; J.-C. Cassard, Les Bretons et…, p. 65-66.

43 Cartulaire de Landévennec, éd. A. de La Borderie, Rennes, 1888, XXV, p. 156-158 ; rédaction entre 944 et 952, H. Guillotel, « Les origines de Landévennec », dans Landévennec et le monachisme breton dans le haut Moyen Âge, Daoulas, 1985, (1986), p. 102 et W. Davies, « Les chartes du cartulaire de Landévennec », ibid., p. 85-95.

44 H. Guillotel, « Les origines du bourg. Une étape de la redistribution des pouvoirs ecclésiatiques et laïques aux xie et xiie siècles », ABPO, 84, 1977, p. 541-545.

45 Dom Morice, Preuves…, t. I, 348 ; Cartulaire de l’abbaye de Saint-Aubin d’Angers, éd. A. Bertrand de Broussillon, Paris, 1903, t. II, p. 381, qui le nomme à tort évêque de Rennes ; A. de La Borderie, Recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xie, xiie, xiiie siècles), Rennes, 1888, p. 58-59 ; H. Guillotel, « La pratique du cens épiscopal dans l’évêché de Nantes », Le Moyen Âge, 1974, p. 5-49.

46 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 273, 290-291, 350-352 ; J. Quaghebeur, « Stratégie lignagère et pouvoir politique en Cornouaille au xie siècle », MSHAB, 1991, p. 11.

47 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 336-339, 345-349 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 912 ; A. de La Borderie, « Inventaire analytique des titres des prieurés de Marmoutier situés dans l’évêché de Nantes », BSAHNLI, 1866, p. 324-328, 1867, p. 35-36.

48 ADLA, H 132/1, 11, A. de La Borderie, « Inventaire… » p. 324 ; ID., Recueil…, p. 37-38, 51-52 ; A. Oheix, Essai sur les sénéchaux des origines au xive siècle, Paris, 1913, p. 137.

49 J.-P. Brunterc’h, « Puissance temporelle et pouvoir diocésain des évêques de Nantes entre 936 et 1049 », MSHAB, 1984, p. 31, 34, 42, 45 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 63.

50 H. Guillotel, « La pratique… », p. 4-26, 30-40 ; R. Blanchard, « Airard et Quiriac, évêques de Nantes (1050-1079) », RBV, 1895 (1), p. 171-176, 246.

51 A. de La Borderie, Recueil…, p. 37-38 ; Cartulaire de Redon…, p. 324-325.

52 Ibid., p. 323-324, 389-390 ; H. Guillotel, « Les cartulaires de l’abbaye de Redon », MSHAB, 1985, p. 35, 45 ; le faux est destiné à obtenir de Henri II la confirmation des possessions et des droits de l’abbaye à Guérande et dans l’ensemble de la Mée ; il est datable de 1158 ; ID., « Administration et finances ducales en Bretagne sous le règne de Conan III », MSHAB, 1991, p. 31, 34 ; Cartulaire de Notre-Dame de Montonac. Prieuré augustin en la paroisse de Nivillac, diocèse de Nantes, éd. P. de Berthou, p. 70-71 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 560.

53 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 387.

54 ADLA, H 151/1 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 671-672 ; P. Marchegay, « Chartes nantaises du monastère de Saint-Florent près de Saumur de 1070 envirton à 1186 », BSAHNLI, 1877, p. 72-74, 80-82 ; L. Maître, « Situation du diocèse de Nantes au xie et au xiie siècle » AB, 1910-1911, 1912, p. 356, 358-359, 513-515 ; R. Blanchard « Airard… », p. 330-331 ; ADML, H 3409 ; A. de La Borderie, Recueil…, p. 68 ; N. Travers, Histoire civile, politique et religieuse de la ville et du comté de Nantes, 3 vol., Nantes, 1836-1841, t. I, p. 292-293.

55 N.-Y. Tonnerre, dans Le diocèse de Nantes, dir. Y. Durand, p 40-41.

56 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 449-450.

57 ADLA, G 211, ibid., H 19 ; ibid., H 57 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 710-711, 785-786, 801, 821 ; A. de La Borderie, Recueil…, p. 129-131, 133-134, 137-138, 140-143 ; A. Bertrand de Broussillon, La maison de Laval (1020-1605), Paris, t. V, n° 3227 ; ADLA H 23/1 ; A. Oheix, Essai…, p. 148-149.

58 A. de La Borderie, Recueil…, p. 138-140.

59 ID., ibid., p. 154 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 821.

60 ID., ibid., t. I, 846-847, 935-939 ; ADLA, E 126/1 ; ibid., E 236, f° 22 ; J. Levron, « Pierre Mauclerc, duc de Bretagne », MSHAB, 1933, p. 232 ; 1934, 264, 305-306 ; B.-A., Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 75-87, 100-156 ; ADLA, E 16, f° 7 ; ibid., E 17/1-5 ; dom Morice, Preuves…, t. 1, 987-988.

61 ADLA, E 132 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1112.

62 Y. Renaudin, Les domaines des ducs de Bretagne. Leur administration du xiie au xve siècle, Thèse, dactyl., Paris, 1957, p. 53, 178, 299, 339-340, 363-364 ; B.-A., Pocquet du Haut-Jussé, « Le plus ancien comptes du duché, 1262 », MSHAB, 1946, p. 57 ; ADM, 3 H 1, f° 720, ibid., 3 H 2, f° 69, ibid., 3 H 9 ; ADIV, 1 F 73 ; Cartulaire de Montonac…, p. 100, 104 ; A. de La Borderie, Recueil…, p. 218-219, 289, 291, 296-297, 307-308 ; ID., Nouveau recueil d’actes inédits des ducs et princes de Bretagne (xiiie et xive siècles), Rennes, 1902, p. 78-79, 94-95.

63 ADLA, E 74/8, f° 1 v° ; BNF, ms fr 11549, f° 154 ; Y. Renaudin, Les domaines…, p. 62, 80-81, 178.

64 AN, JJ 48, f° 2 v°-4 ; Inventaires et documents, registres du trésor des chartes, t. I, registre de Philippe le Bel, n° 1692, p. 332 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1233-1234 ; dom Lobineau, Histoire de Bretagne, 2 vol., Paris, 1707, t. I, p. 296 ; AN, J 241 A, n° 25 ; ibid., JJ 49, n° 13, f° 6-7 v° ; Inventaires et…, t. I, registre de Philippe le Bel, n° 1933, p. 393 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1237-1241 ; AN, JJ 50, n° 140, f° 90 v°-92. Autres accords : novembre 1317 et 23 décembre 1322, AN, JJ 56, n° 478, f° 207-207 v° ; ADLA, E 17/8.

65 B. D’argentré, L’Histoire de Bretaigne, des Roys, Ducs, Comtes et Princes d’icelle […], Rennes, 1582, livre 4, chap. CLXXXVIII, chap. CLXXX ; ADLA, E 74/8, f° 1.

66 BNF, ms fr 22338 f° 117-181 ; ADIV, 1 F 620, f° 70, 73 v°-74 ; M. Jones, « Some Documents relating to the Disputed Succession to the Duchy of Brittany, 1341 », Royal Historical Society, Camdem Miscellany, 24, 1972, p. 1-78 ; ID., « Nantes au début de la guerre civile de Bretagne », dans Villes, bonnes villes, cités et capitales. Études d’histoire urbaine (xiie-xviie siècle), Tours, 1989, p. 117 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1418.

67 ID., ibid., t. 1, 935-939. Les chiffres donnés pour 1208 et 1231 englobent l’ensemble des régaires de l’évêque de Nantes, ADLA, E 67/1 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Le plus ancien… », p. 55, 68.

68 A. de La Borderie, Recueil…, p. 218-219 pour 1265. La rédaction est de 1266, B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Le plus ancien… », p. 50.

69 Y. Renaudin, Les domaines…, p. 295, 299, 320, 339-340, 363-364.

70 Extraits du 8 septembre 1267 à 1275, dom Morice, Preuves…, t. I, 1006-1010. Pour 1300 et 1303, A. de La Borderie, Nouveau recueil…, p. 76-87, 90-105, on relèvera la mention de 4 646 muids de sel, p. 79, 10 avril 1300 ; AN, JJ 56, n° 478, p. 207-207 v°.

71 A. de La Borderie, Recueil…, p. 138-140 ; A. Chédeville, « La « guerre des bourgs ». Concurrence châtelaine et patrimoine monastique dans l’ouest de la France (xie-xiie siècles) », dans Campagnes médiévales : l’homme et son espace. Études offertes à Robert Fossier, Paris, 1995, p. 504-512. La grande période de fondation des bourgs se situe entre 1050 et 1150 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance …, p. 502-510.

72 ADLA, E 74/8, copie sans doute rédigée en 1459.

73 N. Travers, Histoire…, t. I, p. 381-385.

74 G. Mollat, « L’institution de la Prévôté dans l’église collégiale de Saint-Aubin de Guérande », BSAHNLI, 43, 1902, 119-121.

75 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 411, 417-421 ; J.-L. Sarrazin, « Le littoral… », p. 127 ; ID., « Le sel et l’aménagement du littoral poitevin (xiiie siècle-début xvie siècle) », dans Les sociétés littorales…, p. 145-146.

76 G. Buron, « De l’origine… », p. 56 ; ID., « La microtoponymie… », p. 159-160 ; ID., « Pour une analyse historique du paysage salicole guérandais », ABPO, 104, 1997, p. 38-39 ; ID., Bretagne…, t. I, p. 56-63 ; J.-L. Sarrazin, « Le littoral… », 1992, p. 121-122, 127.

77 ADLA, H 75, ibid., B 1508, f° 87-87 v°, ibid., B 1515, f° 2135-2135 v° ; dom Morice, Preuves…,t. I, 912, ADLA, H 2/31 ; ADM, 3 H 8, p. 4, dom Morice, Preuves…, t. I, 952-953, ADLA, E 78 ; ADIV, 3 H 92 ; Y. Renaudin, Les domaines…, p. 339 ; G. Buron, « La microtoponymie… », p. 63, 161 ; ID., « Pour un atlas historique des marais de Guérande », Aestuaria, 2, 2001, p. 41-65.

78 Cartulaire de Montonac…, p. 68 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 150-152, 434-435.

79 B. Tanguy, « La langue bretonne au pays de Guérande », Ar men, 25, février 1990, p. 23.

80 A. Gallicé, « Quelques éléments à porter au dossier de la langue bretonne en pays guérandais », BSAF, 130, 2001, p. 356-363 ; B. Tanguy, « La langue… », p. 23. Sur le recul du breton, A. de Courson, Cartulaire…, p. XC ; J. Loth, « Les langues romane et bretonne en Armorique », RC, 1907, p. 377 ; J.-Y. Le moing, Les noms de lieux bretons de haute Bretagne, Spezed, 1990, p. 30-41, 278-279 ; E. Vallerie, Traité…, p. 103, 272, 137, 380 ; ID., « les terminaisons -ou et -o dans la toponymie bretonne », BSAF, 130, 2001, p. 434 ; A. Chédeville, dans La Bretagne féodale…, p. 306-310 ; W. Davies, « A note on ville names and settlement development in the Morbihan », dans Mondes…, p. 146.

81 D. Pichot, Le village éclaté. Habitat dans les campagnes de l’Ouest au Moyen Âge, Rennes, 2002.

82 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 436 ; dans la plus ancienne liste des paroisses du diocèse de Nantes connue par une charte de janvier 1288, A. Longnon, Pouillés de la province de Tours, Paris, 1903, p. xlvii, 259-260, ne figurent ni Guérande, Mesquer et Saint-Molf.

83 Mise au point et bibliographie, B. Tanguy, « Le culte de Saint-Jean-Baptiste et l’implantation templière et hospitalière en Bretagne », dans Saint-Jean-du-Doigt. Des origines à Tanguy Prigent, 1999, Brest, 2001, p. 162-163, 167-168.

84 A. Dufief, Les cisterciens en Bretagne aux xiie et xiiie siècles, 1978, Rennes, 1997, p. 194-211.

85 D. Pichot, « Encellulement et villages de l’Ouest français (xie-xiiie siècle) », dans Mondes de l’Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales, Rennes, 1998, p. 445-456 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 452.

86 Cartulaire de Redon…, p. 324-325 ; N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 459-460.

87 ADLA, H 132/1 ; A. de La Borderie, « Inventaire analytique… », p. 325-326 ; H. Guillotel, Les actes des ducs de Bretagne (944-1148), Thèse, dactyl., 1973, p. 251-255, 491-492 ; G. Comet, Le paysan et son outil. Essai d’histoire technique des céréales (France, viiie-xve siècle), 1992, Rome, p. 391-396, 448-451.

88 J.-C. Hocquet, « L’évolution des techniques salinières. La modernisation jadis et aujourd’hui », Courrier du CNRS, 69-70, 1987, p. 38-40 ; J.-L. Sarrazin, « Le sel… », dans Les sociétés…, p. 149-150.

89 Cartulaire de Redon…, p. 283 ; Cartulaire de Montonac…, p. 47-48 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, « Le plus ancien… », p. 61 ; Y. Renaudin, Les domaines…, p. 363-364, n° 20-21 ; A. de La Borderie, Recueil…, p. 296-297 ; ID., Nouveau recueil…, p. 79, 94, 187 ; ADLA, H 2/31.

90 P.-R. Giot, H. Morzadec, « La poterie onctueuse », dans Ateliers de potiers médiévaux en Bretagne, DAF, 55, 1996, p 114-125.

91 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 496-498, 520-542.

92 Cartulaire de Redon…, p. 262 ; J.-P. Brunterc’h, « Geoffroy Martel, Conan II et les comtes bretons Eudes et Hoël de 1055 à 1060 », dans Mondes…, p. 317-318 ; Cartulaire de Redon…, p. 324-325 ; ADLA, H 175 ; Y. Renaudin, Les domaines…, p. 363-364 ; J. Darsel, « Contribution de la Bretagne à l’élaboration d’un droit de la mer », BPH, 1966, p. 4.

93 A. de La Borderie, Histoire de Bretagne, 6 vol., Rennes-Paris, 1896-1912, t. III, p. 148-151 ; B. Tanguy, « Du Loonois du Roman de Tristan au Leones d’Idrisi ; Douarnenez, patrie de Tristan ? », BSAF, 117, 1988, p. 137.

94 M. de La Roncière et M. Mollat, Les portulans. Cartes marines du xiiie au xviie siècle, Paris, carte, n° 6, et p. 199-201.

95 N.-Y. Tonnerre, Naissance…, p. 537-538 ; M.-A. Laredo Quesada, « L’Espagne et l’Océan à la fin du Moyen Âge », dans L’Europe et L’Océan…, p. 119 ; S. Abraham Thisse, « Le commerce des Hanséates de la Baltique à Bourgneuf », ibid…, p. 131.

96 J. Duplessy, « Le trésor de Piriac-sur-Mer (Loire-Atlantique) », BSAHNLA, 1984, p. 51-53 ; A. de La Borderie, Recueil…, p. 218-219.

97 J.-C. Cassard, « Les marins bretons à Bordeaux au début du xive siècle », ABPO, 86, 1979, p. 379-397 ; J.-P. Trabut-Cussac, « Quelques données sur le commerce du vin à Libourne autour de 1300 », AM, 1963, p. 15-20.

98 ADLA, H 133 ; A. Oheix, Essai…, p. 124-127, 207 ; G. Nahon, « Le crédit et les juifs dans la France du xiiie siècle », AÉSC, 1969, p. 1127 ; ADLA, E 126/2 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 914 ; A. de La Borderie, Nouveau recueil…, p. 78-79.

99 J. Le Goff, « Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale. État de l’enquête », AÉSC, 1970, p. 942-946. H. Martin, Les ordres mendiants en Bretagne vers 1230-vers1530, Paris, 1975, p. 25, 43-44, 53-55, 104-106 ; J.-L. Sarrazin, « Un exemple d’urbanisation limitée : les agglomérations de la baie de Bourgneuf à la fin du Moyen Âge (xiiie-xve siècle) » dans Mondes…, p. 331-332 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1451.

100 Chronographia regum. Francorum, éd. D. Morainville, Paris, 1893, t. II, p. 195.

101 J. Le Bel, Les vrayes chroniques, éd. M.-L. Polain, Bruxelles, 1863, p. 295-300 ; J. Froissard, Chroniques, éd. S. Luce, Paris, 1870, t. II, p. 157-158, 384, 387-388 ; éd. G. T. Diller, t. II, p. 223 ; J. Froissard, Chroniques. Début du premier livre. Édition du manuscrit de Rome Reg. Lat. 869, éd. G. T. Diller, 1972, p. 536-537.

102 G. T. Diller, Attitudes chevaleresques et réalités politiques chez Froissart, Genève, 1972, p. 63-64, 159-161 ; M. Jones, « The breton civil war », dans The creation of Brittany. A late medieval state, London, 1988, p. 197-198 ; M. Zink, « Froissart : de l’apogée mortel au déclin vivant », Apogée et déclin, Paris, 1993, p. 129-134 ; G. de Lesquen et G. Mollat, « Mesures fiscales exercées en Bretagne par les papes d’Avignon à l’époque du Grand Schisme d’Occident », AB, 19, 1904, p. 518 ; H. Denifle, La désolation des églises, monastères, hôpitaux en France vers le milieu du xve siècle, Paris, 1899, t. II, p. 744 ; AP Guérande, vol. 1, f° 17 v°.

103 J. Froissard, Chroniques…, éd. S. Luce, t. II, p. 388-389 ; ID., ibid., éd. G. T. Diller, p. 539-540 ; J.-C. Cassard, « La place des événements maritimes dans la guerre de Succession de Bretagne », dans Bretagnes. Art, négoce et société de l’Antiquité à nos jours, Brest, 1996, p. 451.

104 R. Blanchard, « Le pays de Rays et ses seigneurs pendant la guerre de Cent ans (1341-1372) », BSAHNLI, 1897, p. 88-89 ; J. Froissard, Les chroniques…, éd. A. C. Buchon, t. I, 167-168, 174-175.

105 N. Travers, Histoire…, t. I, p. 428 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1439-1440.

106 M. Jones, Recueil des actes de Charles de Blois et Jeanne de Penthièvre, duc et duchesse de Bretagne (1341-1364). Suivi des actes de Jeanne de Penthièvre (1364-1384), Rennes, 1996, n° 30, 32 ; A. de La Borderie, Histoire…, t. III, p. 485.

107 AM Nantes, ms fr 1696, dom Morice, Preuves…, t. I, 1457 ; ADLA, 103 J 217, M. Jones, Recueil des actes de Charles…, n° 70.

108 G. Salaün, « L’atelier monétaire de Guérande (vers 1342-1365) », CPG, 41, 2001, p. 11 ; Y. Renaudin, Les domaines…, p. 80-81, 178, qui place à tort G. Derien dans le camp blésiste ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1475-1476 ; AN, J 637, n° 2 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 486-1487, 1499-1500.

109 M. Jones, Recueil des actes de Charles…, n° 154.

110 ID., Recueil…, n° 2, 6, 28, 33 ; ID., Ducal Brittany, 1364-1399. Relations with England and France during the reign of Duke John IV, 1970, p. 17 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1451, A. Bouchart, Grandes croniques de Bretagne, éd. M.-L. Auger et G. Jeanneau, dir. B. Guenée, 3 vol., Paris, 1986 et 1998, t. II, p. 92-93, place cette construction en 1364.

111 G. de Saint-André, C’est le libvre du bon Jehan, duc de Bretaigne, éd. E. Charrière, Paris, 1839, v. 755-759, 932 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 114 ; ADLA, E 119/11, M. Jones, Recueil…, n° 101 ; J. de Saint-Paul, Chronique de Bretaigne, éd. A. de La Borderie, Nantes, 1881, p. 14.

112 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 82 ; G. de Saint-André, C’est…, v. 1098-1108 ; A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 84-85 ; Dom Morice, Preuves…, t. I, 156, A. de La Borderie, Histoire…, t. III, p. 591-592, B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 346 ; R. de L’estourbeillon, « Le serment de Jean de Lesnérac, meurtrier de Charles de Blois », BAAB, 1895, p. 38-39.

113 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 92-93 ; M. Jones, Recueil…, n° 42-43 ; ADLA, E 92/1, ibid., E 242/11, f° 5 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1584, 1587-1588, A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 95 ; M. Jones, « Guillaume, sire de Latimer et la Bretagne : un nouveau témoignage (1365) », Charpiana, Rennes, 1991, p. 264 ; G. de Saint-André, C’est…, v. 1501-1502, 1529-1536 ; M. Jones, Recueil…, p. 54 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1418.

114 G. de Saint-André, C’est…, v. 1519, 1528-1568 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1584-1585, M. Jones, Recueil…, n° 40 ; N. Travers, Histoire…, t. I, p. 436.

115 G. de Saint-André, C’est…, v. 1559-1580 ; J. Kerhervé, « Entre conscience nationale et identité régionale dans la Bretagne à la fin du Moyen Âge », dans Identité régionale et conscience nationale en France et en Allemagne du Moyen Âge à l’époque moderne, 1993 (1997), p. 236-237.

116 H. Denifle, La désolation…, t. II, p. 744, G. de Lesquen et G. Mollat, « Mesures… », 1904, p. 518-159, 524, 526, 528, G. Mollat, Études et documents sur l’histoire de Bretagne (xiiie-xvie siècles), Paris, 1907, p. 68-69, 77-78, 226-231, 233, 237-238 ; J.-C. Cassard, « Les villes dans la guerre de Succession », MSHAB, 76, 1998, p. 104-107.

117 ADLA, E 1227/1, ibid., G 207, M. Jones, Recueil…, n° 45 ; dom Morice, Preuves…, t. I, 1594 ; R. Blanchard, Lettres…, n° 1451 ; ADLA, E 163/1, avant 1375 ; R. Blanchard, Cartulaire des sires de Rays, 1160-1449, Archives du Poitou, t. XXVIII, 1898, p. xxix.

118 Cahorz (Caours) est le nom d’un receveur à la fin du xiiie siècle, supra ; une maison Jacob Le Caours est citée pour 1406-1408, ADLA, G 38 ; AN, Trésor des chartes, JJ 75, n° 154, f° 78-78 v° ; ibid., JJ 80, n° 6, 8-9, f° 2, 5 ; ibid., JJ 81, n° 145bis, f° 82 v° ; ibid., J 636, n° 26 ; P. Guérin, Trésor des chartes pour le Poitou, t. 2 et 3, Archives historiques du Poitou, t. 13, p. XXXVII,-XXXIX, t. 17, p. 26-32, 105-107 ; Grandes Chroniques, éd. J. Viard, t. IX, p. 296, G. Peyronnet, « Les sources documentaires anglaises de l’histoire médiévale de Bretagne », AB, 1989, p. 309 ; R. Blanchard, « Le pays… », p. 102. M. Jones, « Sir Thomas Dagworth et la guerre civile en Bretagne au xive siècle : quelques documents inédits », ABPO, 1980, p. 634-635, ID., « Les capitaines anglo-bretons et les marches entre la Bretagne et le Poitou de 1342 à 1373 », 111e CNSS, 1986, Paris, 1988, p. 363-367.

119 ADLA, E 43 ; B.-A. Pocquet du Haut-Jussé, Les Papes…, p. 364-365.

120 ADIV, 18 H 2, M. Jones, Recueil…, n° 219 ; J. Froissart, Chroniques…, éd. G. T. Diller, t. IV, p. 256, avant le 6 juillet, A. de La Borderie, Histoire…, t. IV, p. 25-30, entre le 28 juillet et le 6 août, G.Minois, Du Guesclin, Paris, 1993, p. 410-414 ; ADLA, E 152/7, M. Jones, Recueil…, n° 224.

121 G. de Saint-André, C’est…, v. 2371-2379.

122 Dom Morice, Preuves…, t. II, 101-102, 103-104 ; F. Delisle, Mandements de Charles V, n° 1570, p. 781 ; J. de Saint-Paul, Chronique…, p. 32.

123 G. de Saint-André, C’est…, v. 3082-3083, 3130-3137, 3193-3195 ; B. D’argentré, L’Histoire…, livre 6, chap. CCLXXXXI, CCXCII ; ADLA, E 225/10 ; M. Jones, Recueil…, n° 319 ; ADLA, E 207/2.

124 A. de La Borderie, Histoire…, t. IV, p. 57-58 ; G. de Saint-André, C’est…, v. 3346-3383. La confusion n’est pas faite par J. de Saint-Paul, Chronique…, p. 39 ; F. Autrand, Charles V, le Sage, Paris, 1994, p. 823-824.

125 G. de Saint-André, C’est…, v. 3384-3495.

126 A. La Borderie, Histoire…, t. IV, p. 60.

127 G. de Saint-André, C’est…, v. 3638-3705 ; AN, J 242, n° 574, ADLA, E 92/6, 13, dom Morice, Preuves…, t. II, 273-275, M. Jones, Recueil…, n° 361, 363-364 ; M. Pastoureau, « Le rôle d’armes du second traité de Guérande (1381) : une « photographie » de l’héraldique bretonne à la fin du xive siècle », BSAF, 1976, p. 119, 121, 136.

128 B. D’argentré, L’Histoire…, livre 12, chap. CCCCXXXII ; A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 474-475 ; Dom Lobineau, Histoire…, p. 765, ADLA, B 11, f° 40 v°.

129 Ibid, B 10, 199 v°-201, 203 v°, 204 v°, 206 v°-207 v°, 209 -210.

130 A. Bouchart, Grandes…, t. II, p. 479, dom Morice, Preuves…, t. III, 538, dom Lobineau, Histoire…, p. 767, 776-777 ; la destination paraît être Nantes, ADLA, E 209/23. f° 27-27 v° ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 194-195 ; ADLA, B 131, ibid., B 10, f° 211.

131 Ibid, B 10, f° 215 v°, 217 ; AM Nantes, CC 101, f° 14 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 538 ; dom Lobineau, Histoire…, p. 770.

132 ADLA, B 10, f° 224-225 ; ibid., 1 J 134, f° 4 v°.

133 Ibid., B 10, f° 223-223 v°, 249-250.

134 Ibid., B 10, f° 189 ; M. Jones, « Aristocratie, faction et État dans la Bretagne du XVe siècle », dans L’État et les Aristocraties (France, Angleterre, Ecosse), xiie-xviie siècle, 1986 (1989), p. 141-152 ; M. Le Méné, ibid., p. 385-387 ; M.-T. Caron, Noblesse et pouvoir royal en France, xiiie-xive siècle, Paris, 1994, p. 211-212 ; M. Nassiet, Parenté, noblesse et États dynastiques. xve-xvie siècles, Paris, 2000.

135 ADLA, B 10, f° 221 v°, f° 243 v°-244 ; ibid., B 11, f° 6, 7 v°, 10, 14 v°, 45, 85 v°-86, 118.

136 Ibid, B 10, f° 221, 229 v°, 254 v°, 259 v°, 275 ; ibid., B 11, f° 17, 40 v°, 41 v°, 81, 82-83 v° ; dom Morice, Preuves…, t. III, 567-569, 575-577.

137 ADLA, B 10, f° 254-254 v°, 267 v°-268 ; ibid., B 11, f° 9, 47 v°.

138 Ibid., B 11, f° 7, 48 v°-49, 68 v°, 113.

139 Ibid., B 11, f° 78-79 v°, 87, 113, 116, 158 v° ; ibid., B 574, f° 130 v°.

140 Ibid., B 11 f° 10 v°, 38 v° ; 52, 66, 112, 123, 145 v°, 163-163 v°, 165-166 v°, 170 ; ibid., E, depot de Saint-Nazaire, 17.

141 Ibid., B 11, f° 158 v°, 180 v°, 190-192 v°, 200, 202.

142 Ibid., E 641.

143 Ibid., B 11, 243 v°, 249, 254 v°-255 v°, 256 v°, 258-258 v°, 259 v° ; ibid., E 209/34 ; Caillo, Notes…, p. 76-78.

144 A. de La Borderie, Complot breton de M. CCCC. XCII, Nantes, 1884, p. 82-87 ; ADLA, B 11 f° 6.

145 Caillo, Notes…, p. 76-78 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 611, 665, 724, dom Lobineau, Histoire…, p. 791-792, ADLA, E 237/3, AM Nantes, CC 102, f° 22 v°-23, L.Maître, « Le gouvernement de la Bretagne sous la duchesse Anne deux fois reine de France d’après les mandements de la chancellerie, 1489-1513 », AB, 1917, p. 189, ADLA, B 12, f° 8 ; ibid., B 51, f° 118-118 v°.

146 Ibid., B 12, f° 146-146 v° ; ibid., E 157/25.

147 B. D’argentré, L’Histoire…, livre 12, chap. CCCCLVII ; dom Lobineau, Histoire…, p. 795-800 ; A. de La Borderie, « Choix de documents inédits sur le règne de la duchesse Anne en Bretagne », BSAIV, 6, 1868, p. 303, place le siège en juin 1489.

148 ADLA, B 568, f° 28 v° ; AM Nantes, CC 102, f° 42 ; ADLA, B 126 D ; ibid., B 1492 ; B 12, f° 148-148 v°.

149 Ibid., B 12, f° 148 v° ; AM Nantes, CC 102, f° 26 v° ; ADLA, E 1014.

150 Dom Morice, Preuves…, t. III, 824, ADLA, B 19, f° 34, ibid., B 12, f° 59, 91 v°, 168 ; ibid., B 1493, f° 38 v° ; ibid., E 216/13, f° 1, éd. A. de La Borderie, Complot…, p. 123 ; ADLA, E 209/24, f° 16 v°.

151 Dom Lobineau, Histoire…, p. 800 ; ADLA, B 12, f° 10, 40 ; ibid., B 1014 ; ibid., E 209/24, f° 16 v°. La seigneurie de Saint-Nazaire avait été, le 16 avril 1489, attribuée à Nicolas Péan, ibid., B 12, f° 42 v°.

152 Ibid., B 12, f° 2 v°, 11, 29, 61 ; 83 v° (ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 7), 108, 114 v° ; ibid., B 13, f° 2 ; ADIV, 1 F 1118, D, ibid., 1 F 664 ; dom Morice, Preuves…, t. III, 724.

153 ADLA, B 12, f° 25, 29 v°.

154 AM Nantes, CC 102, f° 36 v°, 40 v° ; ADLA, B 12, f° 32, 58 v°, 64 v°, 85, 114, 147 v°, 149 v°.

155 Ibid., B 12, f° 34 v° ; dom Lobineau, Histoire…, p. 806 ; A. Dupuy, Histoire de la réunion de la Bretagne à la France, 2 vol., Paris, 1880, t. II, p. 193 ; ADLA, B 12, f° 30, 31 v°, 82.

156 Ibid., B 12, f° 2 v°, 21, 30, 90 v°, 176 ; ibid., B 13, f° 38-40 ; 90 v° ; AP Guérande, vol. I, f° 30.

157 Dom Morice, Preuves…, t. III, 617-627 ; C. Giry-Deloison, « Henri VII et la Bretagne : aspects politiques et diplomatiques », 1491. La Bretagne terre d’Europe, Brest 1992, p. 237.

158 Dom Morice, Preuves…, t. III, 628, date corrigée par A. de La Borderie, « Choix… », p. 251-252 ; ADLA, B 12, f° 123, 125 v°, 138 v°-140 ; ADM, E 55, p. 3.

159 ADLA, B 13, f° 110.

160 Dom Morice, Preuves…, t. III, 697 ; N. Travers, Histoire…, t. II, p. 214 ; ADLA, B 123 ; ibid., E, dépôt 7, Saint-Nazaire, 17.

161 Ibid., E 182/44, f° 8, ; AM Nantes, EE 159/10, ADLA, B 16, f° 73 v°-74 ; BNF, ms fr 21501, f° 410, ibid., ms fr 25782, f° 799, ADIV, 1 F 668 ; ADLA, E, dépôt Le Croisic, AA 2 ; ibid., 14 JJ, Le Croisic, 37, f° 12-27 ; ibid., B 51, f° 17-20, dom Morice, Preuves…, t. III, p. 746.

Table des illustrations

Titre Figure 2 : Profil et coupe de Pontchâteau à l’océan
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17237/img-1.png
Fichier image/png, 65k
Titre Figure 3 : La zone des marais salants de Guérande
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17237/img-2.png
Fichier image/png, 98k
Titre Figure 4 : Atouts et contraintes du territoire au Moyen Âge
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17237/img-3.png
Fichier image/png, 107k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search