Version classiqueVersion mobile

Guérande au Moyen Âge

 | 
Alain Gallicé

Introduction

Texte intégral

1Le pays guérandais est doté d’une forte originalité qui a suscité les expressions de terrouer de Guérande au Moyen Âge, puis de presqu’île guérandaise. Il offre une grande variété de milieux qui se succèdent sur une superficie limitée et conduisent à valoriser, selon les lieux, telles ou telles productions ou activités. Les initiatives des hommes ont fait, que tôt dans l’Histoire, le pays guérandais apparaît comme un monde plein. Il s’organise, à partir du haut Moyen Âge, autour d’une ville-centre – Guérande – qui dispose de fonctions d’échange et de commandement. Mais les nuances sont réelles. Les activités dominantes de tel ou tel milieu ont contribué, lentement, à façonner des ensembles sociaux aux caractéristiques particulières. Elles ont encore, en raison de leur rythme de développement spécifique, concouru à des évolutions remarquables. Parmi celles-ci, le mouvement commercial au Croisic conduit à la formation d’un milieu de mariniers marchands dynamiques qui, en se positionnnant localement, affirme la personnalité du Croisic face à Guérande.

2Des approches érudites de la fin du xixe et du début du xxe siècles, sources de compilations ultérieures, aux synthèses spécialisées visant une période donnée ou encore à l’étude des monuments-clefs de l’Histoire, Guérande et son pays ont suscité une abondante bibliographie. La ville est d’abord le lieu où sont signés les traités de 1365 et de 1381, et, en cela, elle se place au cœur de l’histoire médiévale bretonne. Les statuts de la confrérie Saint-Nicolas servent d’exemples dans les travaux consacrés aux organisations de ce type, tout comme la bulle autorisant la fondation du couvent Saint-Yves, en 1404, qui exprime des éléments décisionnels pour les dominicains du lieu d’implantation de leurs couvents. Les productions du terrouer, le vin et surtout le sel, et le commerce qui en découle ont retenu l’attention des historiens qui ont suivi la trace d’une flotte engagée dans le commerce roulier.

  • 1 J.-P. Leguay, « Les villes bretonnes au Moyen Âge. Bilan d’une vingtaine d’années de recherches », (...)
  • 2 Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest : des origines à la fin du Premier Empi (...)

3Cependant, le cadre administratif, l’enceinte urbaine, l’économie et la société urbaine guérandaise et croisicaise, la vie sociale et les mentalités, le monde rural, les rapports entre la ville et la campagne restaient à découvrir. Aucune tentative de synthèse, pour la période du bas Moyen Âge, n’avait été tentée ; J.-P. Leguay note, en 1988, que Guérande « mérite mieux que la brève mais nécessaire mise au point de quatre pages d’H. Touchard1 ». Ce dernier en mettant en rapport Guérande, le pays guérandais, Le Croisic, le mouvement général du commerce du sel, l’évolution de la flotte locale replacée dans un cadre général, donne des pistes qu’il convient de suivre, celles de la vision globale, d’une ville replacée au cœur d’un « pays » et dans l’évolution générale de la Bretagne et du monde atlantique. Il appelle à une prise en compte de facteurs locaux, régionaux et internationaux, et à l’examen d’un jeu complexes d’interactions. Cependant, H. Touchard place son approche dans une problématique de rupture qui repose sur le cadre chronologique retenu pour l’évolution du commerce breton. Or, les études récentes tendent à repousser dans le temps le moment du déclin de la flotte bretonne. Cette problématique de la « grandeur et décadence » doit être réexaminée à la lumière de celle des champs relationnels qui offre des perspectives nouvelles plus opératoires2.

4La documentation pour la période qui va du milieu du xive siècle au milieu du xvie siècle est abondante et variée : aveux, minus, actes de la pratique, testaments, registres des baptêmes pour Le Croisic, registres de comptes. Ces derniers sont cependant en nombre limité, et ne forment pas de séries continues, aussi l’étude des évolutions manque-t-elle de bases chiffrées. Autre handicap, l’absence d’archives municipales, hormis un compte de miseur tardif pour le Croisic. Pour pallier ces insuffisances, il fallait rassembler le plus d’informations possibles. Les dépôts d’archives locaux et bretons ont été visités ; les actes officiels, les registres de la chancellerie ducale puis royale ont été dépouillés. Les relations commerciales du pays guérandais avec l’extérieur se développant dans un espace maritime englobant toute la façade atlantique, la Manche, la mer du Nord, puis au-delà, lors des navigations sur les voies nouvelles ouvertes au début des Temps modernes, les sources publiées relatives à ces espaces ont été étudiées. Si les fouilles archéologiques, du fait de leur rareté, ont peu apporté d’enseignements, l’archéologie du bâti a été sollicitée, de même que l’étude des plans cadastraux anciens. Tout ce qui ce qui pouvait être porteur d’indices – ainsi la toponymie – a été traité comme source.

5Le projet initial conduisait à établir une histoire globale d’une ville et de son pays. La documentation fit apparaître la nécessité d’effectuer des choix et d’ordonner le propos selon une approche thématique. Le plan retenu s’efforce de concilier ces exigences. La présentation géographique du pays guérandais et de la trame historique du bas Moyen Âge imposent une mise au point initiale. Sauf à dissoudre le propos dans un « océan événementiel », il ne peut être question de retracer le détail de l’histoire locale ; aussi le choix a été fait d’insister sur les moments où Guérande et son pays ont constitué des enjeux majeurs de l’histoire de la Bretagne : lors de la guerre de Succession, puis de celle d’Indépendance. L’étude ensuite est conduite dans un cadre thématique en commençant par les structures administratives. Les cadres connus, on se devait de consacrer à la ville-centre du terrouer l’attention qu’elle mérite et de tenter de restituer le paysage urbain des derniers siècles médiévaux sans oublier de poser la question de ses relations avec le port voisin du Croisic : telle est la troisième ambition de ce travail. Elle prélude à une approche de la société urbaine et rurale qui prend en compte à la fois la dimension démographique et la diversité des conditions sociales. La recherche se clôt sur un panorama de l’économie contrastée d’un terrouer, interface de la terre et de la mer, où Le Croisic occupe une place grandissante que ne compromettent pas encore les redéploiements consécutifs aux Grandes Découvertes.

  • 3 A. Gallicé, Guérande et le pays guérandais du milieu du xive au milieu du xvie siècle, Thèse, 3 vo (...)

6Cet ouvrage est l’édition remaniée d’une thèse conduite sous la direction de Jean Kerhervé. Au terme du parcours, c’est avec gratitude que je remercie Jean Kerhervé à qui je rends un chaleureux hommage. L’aide et la sympathie manifestées par Dominique Le Page, Michel Nassiet et Gildas Buron m’ont été également précieuses. Il me faut encore remercier Jean-Christophe Cassard, Jean-Luc Sarrazin, André Chédeville, Guy Saupin, Annie Antoine, Jean-Pierre Leguay, Henri Touchard, sans oublier Christian Bouvet pour son aide amicale3.

7La fréquentation des centres d’archives m’a permis d’apprécier la compétence, et la constante disponibilité de leurs personnels. De telles remarques s’appliquent encore à l’équipe du Centre de recherches sur l’histoire du monde atlantique, et à celle du Centre de recherche bretonne et celtique à laquelle j’exprime une reconnaissance toute particulière.

Figure 1 : Le pays guérandais

Figure 1 : Le pays guérandais

Notes

1 J.-P. Leguay, « Les villes bretonnes au Moyen Âge. Bilan d’une vingtaine d’années de recherches », MSHAB, 65, 1988, p. 317-318 ; H. Touchard, « Grandeur et décadence de Guérande à la fin du Moyen Âge », CPG, 16, 1969, p. 4-7.

2 Les champs relationnels en Europe du Nord et du Nord-Ouest : des origines à la fin du Premier Empire, dir. S. Curveiller, 1993, Balinghem, 1994.

3 A. Gallicé, Guérande et le pays guérandais du milieu du xive au milieu du xvie siècle, Thèse, 3 vol. dactyl., Brest, 2000.

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Le pays guérandais
URL http://books.openedition.org/pur/docannexe/image/17236/img-1.png
Fichier image/png, 104k

© Presses universitaires de Rennes, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search