Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Sixième partie. Le temps des citoyens-soldats, triomphe de la République et de la démocratie (1873-1913)

Chapitre III. Armée de caserne, armée de milice, armée de la démocratie

Texte intégral

Incarner la démocratie ou « faire de l’armée l’expression complète de la démocratie1 »

  • 1 Selon les termes du député Gervais, Journal Officiel, 27 mai 1904, Chambre des députés, séance du (...)

1Le débat sur le service militaire et l’armée idéale ne cessa pas en effet après la loi de 1889, focalisé sur le temps passé en caserne qui paraissait le seul champ où pouvait se mettre en pratique l’égalité. Dès 1898, le sénateur Rolland déposa une proposition de loi ayant pour objet la réduction du service à deux ans. L’affaire Dreyfus exacerba la discussion. Beaucoup plus que l’affaire Boulanger, elle éveilla ou réveilla la méfiance des républicains envers l’encadrement de cette armée dont ils voulaient faire un des principaux outils de républicanisation. La loi fut votée sans que soient prises en compte les réticences de l’État-major à son encontre. L'avis de celui-ci fut volontairement ignoré. Pout autant, les radicaux parvenus au pouvoir n’envisagent pas l’abolition de l’armée de caserne qu’il s’agissait de républicaniser davantage, d’abord en transformant l’état d’esprit des officiers. On connaît à cet égard les projets et les mesures du général André et aussi les procédés discutables qu’il utilisa et qui menèrent à l’affaire des fiches. Dans une perspective plus élevée, le rapport de 1904 affirme :

  • 2 Ibidem, Documents parlementaires, Annexe n° 1553, séance du 3 mars 1904, p. 141 sq.

« Le minimum que nous puissions demander aujourd’hui à notre corps d’officiers est de se trouver en état de loyalisme absolu vis-à-vis du gouvernement de la République ; mais ce serait une abdication que de renoncer pour l’avenir à lui inspirer les mêmes sentiments d’ardent amour de la République que professe l’immense majorité de la nation2. »

  • 3 Ibid.
  • 4 Ibid., 18 mars 1905, Chambre des députés, séance du 17 mars 1905, p. 949 sq.

2Mais c’est aussi en poussant à terme son universalisation que la républicanisation pouvait être achevée. Cela supposait la suppression des dispenses mais corrélativement le raccourcissement de la durée du service à deux ans si on voulait l’imposer à tous. En juin 1902, Rolland déposa à nouveau sa proposition qu’il avait modifiée en fonction des observations faites par la commission sénatoriale. Soumise à deux délibérations du Sénat en 1902 et 1903, elle est examinée ensuite en 1904 par la Chambre des députés, après un rapport de Maurice Berteaux, président de la commission. Il devait d’ailleurs laisser son nom à la loi après être devenu ministre de la Guerre à la suite de la démission du général André3. Après une nouvelle discussion au Sénat en janvier 1905, elle est votée par la Chambre le 17 mars 19054.

3Les thèmes du débat de la loi de 1889 ressurgissent, défendus parfois par les mêmes protagonistes. L’âpreté des joutes parlementaires est cependant plus forte. L’affaire Dreyfus est encore toute proche dans les esprits, la formation du gouvernement de défense républicaine, l’avènement du bloc des gauches et l’émergence d’un nouveau nationalisme marquent une nouvelle étape de la vie politique ; ce qui donne un autre éclairage à la traditionnelle opposition entre esprit militaire et esprit de défense nationale. Les partisans de l’armée de métier n’ont pas renoncé d’ailleurs à celle-ci tout en préférant parler maintenant d’armée professionnelle. Plusieurs d’entre eux tels le vicomte de Montfort et le comte de Treveneuc en 1902 au Sénat ou Cuneo d’Ornano en 1904 à la Chambre des députés, présentent des contreprojets qui visent à faire encadrer les recrues n’accomplissant qu’un an ou dix-huit mois de service par des engagés et réengagés ; seuls vrais soldats selon eux car seuls animés de l’esprit militaire.

4Deux conceptions de la discipline s’affrontent dont l’opposition est encore avivée par le souvenir des récentes luttes civiles. Le comte de Goulaine, royaliste, dit à ses collègues sénateurs qu’il ne songe pas à nier la capacité du sentiment civique à cimenter une armée.

  • 5 Ibid., 20 juin 1902, Sénat, séance du 19 juin 1902, p. 831 sq.

« Mais […] il faudrait laisser aux soldats le sentiment militaire. Ce n’est pas un sentiment qui court le monde : aujourd’hui on laisse distribuer aux soldats des brochures qui ne leurs parlent que de leurs droits, quand ils n’exaltent pas l’indiscipline. Si jamais le sentiment de révolte qui souffle aujourd’hui dans les masses pénètre les moelles de l’armée, je vous laisse le soin de conclure […] Croyez-vous qu’il suffise pour former une armée d’apprendre à un soldat à charger son fusil, à sceller son cheval, à tourner à droite ou à gauche au commandement ? Il est bien plus important de développer en lui l’esprit d’ordre, de discipline, de lui donner quelque confiance en ces chefs. Il faut qu’il s’élève au-dessus de l’horizon fermé d’où l’on a vue ni sur le passé ni sur l’avenir, qu’il atteigne les sommets où ne montent pas les clameurs des partis en lutte5. »

5Et le sénateur de Lamarzelle de définir une fois de plus ce qu’est l’esprit militaire, mais le contexte politique donne une nouvelle résonance à cette définition :

  • 6 Ibid.

« Vous voulez des soldats sans esprit militaire, des officiers sans esprit militaire. Dans votre rapport, vous dites que les officiers comme les soldats devraient être des « citoyens mobilisables » […] Vous semblez considérer que la disparition de l’esprit militaire est une conséquence de l’évolution militaire […] L’esprit militaire, c’est la soumission dans le service, absolue, irraisonnée, aux ordres. L’esprit militaire, c’est non seulement la discipline matérielle mais la discipline morale, c’est-à-dire l’abdication de la volonté à l’égard de n’importe quel chef6. »

6Presque trois ans plus tard, l’amiral de Cuverville le répète :

  • 7 Ibid., 31 janvier 1905, séance du 30 janvier 1905, p. 42 sq.

« Si, depuis quelques années, le niveau intellectuel a sensiblement monté, facilitant ainsi dans certaines conditions l’instruction proprement dite, par contre le niveau moral a considérablement baissé. Pour acquérir cet esprit il faut du temps […] au jeune Français qui apporte au régiment des habitudes d’indépendance et de critique incompatibles avec l’obéissance passive. Cet esprit de discipline et de sacrifice, entamé par les mœurs actuelles, ne peut plus être en France qu’un produit factice auquel il faut […] plus de temps que n’en donnera le service de deux ans7. »

7Les partisans du projet leur répliquent vigoureusement, et d’abord Rolland au Sénat.

  • 8 Ibid., 21 juin 1902, séance du 20 juin 1902, p. 846 sq.

« S’il n’est autre que le sentiment du devoir et de sa dignité joint au patriotisme et à la confiance en ses chefs, pourquoi employer cette épithète de militaire ? Pourquoi appeler vertus militaires le courage, le dévouement, l’abnégation, l’endurance et la fermeté ? Ce sont là des vertus civiques dont tout citoyen a l’occasion de faire preuve aussi bien en temps de paix qu’en temps de guerre. Pourquoi n’y aurait-il pas aussi les vertus universitaires, judiciaires, agricoles ? Quand on est un bon citoyen et qu’on appartient à une famille et qu’on est passé par une école qui a su développer ces sentiments, on a l’esprit militaire8. »

8Le rapport de Berteaux le confirme avec force : l’armée de métier risque de devenir par la force des choses distincte du pays.

  • 9 Ibid., Documents parlementaires, Annexe n° 1553, p. 141 sq.

« L’armée de métier, c’est la constitution d’un État dans l’État. La liberté a toujours beaucoup à craindre de cette conception de la défense nationale. Séparée par des préjugés, et on pourrait dire par des prétentions de toutes sortes, l’armée de métier peut devenir entre les mains d’un homme ambitieux et habile un instrument de domination et d’oppression9. »

9Devant les députés, le radical Gervais, représentant de la Seine et spécialiste des questions militaires, le redit :

  • 10 Ibid., 27 mai 1904, Chambre des députés, séance du 26 mai 1904, p. 1142 sq.

« Comme l’armée doit de plus en plus se confondre avec la nation, à peine doit-elle s’en distinguer par sa discipline. La transformation qui s’opère dans les méthodes de la guerre se combine avec l’évolution qui se produit au point de vue politique et social10. »

  • 11 Ibid., 31 mai 1904, séance du 30 mai 1904, p. 1200 sq.

10Paul Gouzy, également radical, tout autant féru de l’organisation de la nation armée et qui sera rapporteur lors du vote ultime, renchérit. Il insiste sur la nécessité de voter cette loi et même d’autres qui amèneront la fusion complète entre la nation et l’armée « et qui supprimeront cette mentalité étrange qui a donné lieu dans ces derniers temps à de si singuliers scandales et à des jugements contre lesquels proteste la conscience11 ». Le député socialiste Gérault-Richard conclut lui aussi aux bienfaits de ce projet qui ouvre pour l’armée l’ère du « civilisme ».

  • 12 Ibid., séance du 16 mars 1905, p. 923 sq.

« Il faut introduire dans les cadres et parmi les hommes de troupe un esprit nouveau. Il faut introduire dans la caserne les mœurs du civil […] On ne saurait conduire les soldats de deux ans comme les reîtres et les mercenaires. La discipline répressive doit être remplacée par une discipline morale où la confiance réciproque, l’esprit de solidarité, la conscience du devoir civique remplaceraient les rigueurs et les craintes aux yeux des citoyens armés pour défendre la liberté12. »

11Le général André, ministre de la Guerre, avait déjà lancé à l'encontre des détracteurs du projet :

  • 13 Ibid., 2 juillet 1902, Sénat, séance du 1er juillet 1902, p. 911 sq.

« Le coude à coude [composante de l’esprit militaire selon les adversaires des deux ans], nous ne l’aurons, nous ne pourrons l’avoir, que lors que le soldat simpliste sera convaincu que l’égalité est le principe fondamental de la loi du recrutement13. »

  • 14 Ibid., 27 juin 1902, séance du 26 juin 1902, p. 875 sq.

12Accusés d’affaiblir les forces de défense, les radicaux répliquent en effet qu’une armée démocratique sera beaucoup plus efficace car elle sera plus homogène au point de vue de la formation militaire mais surtout morale des hommes qui la composeront. L’armée ne doit pas être seulement l’instrument de la République mais celui de la démocratie. Cela suppose un service rigoureusement égalitaire et que soient effacées les distinctions qui, par le biais des dispenses notamment, empêchaient « l’union » des soldats. Freycinet, alors président de la commission du Sénat, dit qu’il s’honore d’avoir fait voter la loi de 1889 mais qu’elle tombe en ruines car elle semble encore trop contradictoire avec l’idéal poursuivi depuis 1870, qui est la nation armée et qu’il distingue, pour répondre à ses adversaires, de la « multitude armée ». « Si le service militaire est le premier et le plus grand devoir du citoyen, cette obligation doit être remplie par tous dans les mêmes conditions14. » Et un an plus tard, il repète :

  • 15 Ibid., 13 juin 1903, séance du 12 juin 1903, p. 993 sq.

« J’avoue que, pour ma part, dans un pays de suffrage universel, j’ai beaucoup de peine à comprendre l’inégalité du service militaire car, si le suffrage universel est le premier droit du citoyen, le service militaire est son premier devoir. Ce droit et ce devoir sont corrélatifs, ils sont inséparables de la personne du citoyen, ils l’ennoblissent et l’honorent15. »

13Le rapporteur Rolland l’affirmait déjà :

  • 16 Ibid., 21 juin 1902, séance du 20 juin 1902, p. 846 sq.

« Messieurs, dans une démocratie telle que la nôtre, une armée nationale dans la véritable acceptation du terme doit être […] exclusivement composée d’hommes tous également assujettis pendant un temps rigoureusement égal pour tous aux mêmes exigences, aux mêmes devoirs, aux mêmes sacrifices16. »

  • 17 Ibid., 22 juin 1904, Chambre des députés, séance du 21 juin 1904, p. 1564 sq.

14Devant les députés, Raiberti, représentant radical des Alpes-Maritimes et rapporteur du budget de l’Armée en 1902, redira que la future loi oblige à trancher définitivement entre une organisation qui est celle de l’avenir –la nation armée – et une autre – l’armée de métier – qui a fait son temps « parce qu’elle ne répond plus aux exigences d’une démocratie égalitaire comme la nôtre17 ». Son collègue Gervais, quelques semaines auparavant, avait conclu de l’évolution politique et sociale de la France au nouveau rôle que celle-ci assignait maintenant à l’armée :

  • 18 Ibid., 27 mai 1904, séance du 26 mai 1904, p. 1142 sq.

« L’armée, dans sa forme primitive, a été un élément antisocial, puis, dans sa forme moderne elle a été un élément extérieur à la société et, avec la République, elle a cessé de former une société dans la société pour constituer un organe, une fonction de la démocratie. On trouve encore des survivances de ces passions barbares dans l’armée moderne et l’armée actuelle elle-même et ce sont ces dernières manifestations de mœurs condamnées que nous voulons faire disparaître. Par conséquent, l’objet essentiel aujourd’hui, c’est de faire de l’armée l’expression complète de la démocratie18. »

  • 19 Ibid., Documents parlementaires, Annexe n° 1553, p. 141 sq.
  • 20 Ibid., 20 juin 1902, Sénat, 19 juin 1902, p. 831 sq.
  • 21 Ibid., 1er février 1905, séance du 31 janvier 1905, p. 59 sq.

15Un second thème corrélatif à celui de la démocratie prend un nouveau relief dans les discours des parlementaires radicaux, il s’agit de l’armée école, dont on a vu les conséquences pratiques pour ceux qui accomplirent leur service après 1905. Mais il s’agissait de bien davantage que de l’instruction scolaire ou militaire et, une fois de plus, était relancée l'opposition entre instruction et éducation. Le rapport de Berteaux posait comme principe « que l’officier devait être désormais un instructeur et un éducateur et, pour cela, repousser l’esprit de caste et ne pas se croire d’une essence supérieure au citoyen qu’il aurait à commander19 ». Les adversaires de la loi rétorquèrent avec ironie : quel sera le rôle de ce « corps enseignant » ? Les officiers ne seront plus que des maîtres d’équitation et d’escrime20. Berteaux, devenu ministre de la Guerre dut préciser qu’il n’avait jamais dit ni écrit que l’armée du temps de paix n’avait qu’un but, celui d’être une école d’instruction militaire ; il réaffirma qu’elle avait pour but principal d’être l’école militaire du citoyen et qu’elle devait être aussi un cadre dans lequel tous les Français viendraient s’instruire successivement en temps de paix et s’incorporer simultanément en temps de guerre21.

16En effet, les auteurs de la loi de 1905 voulaient donner un rôle accru aux réserves par le biais de l’armée école. En cela, ils se rapprochaient des socialistes. Jean Jaurès le dit :

  • 22 Ibid., 3 juin 1904, Chambre des députés, séance du 2 juin 1904, p. 1245 sq.

« Il est bon qu’un grand peuple libre qui veut être prêt, sans aucun esprit d’agression, à défendre son intégrité et sa liberté ne limite pas lui-même, d’abord dans ses lois, l’effort qu’au jour du péril il accomplirait. Il est bon qu’il y ait, derrière cette première armée mobilisée, toute la profondeur des réserves se confondant avec la nation22. »

  • 23 Ibid., 13 juin 1903, Sénat, séance du 12 juin 1903, p. 993 sq.

17Bien que les radicaux prennent soin de présenter les deux ans comme une barrière infranchissable en dessous de laquelle on ne saurait descendre (mais les auteurs de la loi de 1889 avaient fait de même pour les trois ans), les adversaires du projet prédisent qu’on est sur la pente fatale qui conduit inéluctablement aux milices. Les conservateurs traditionnels s’élèvent contre « la caserne pour tous », la fausse égalité et le nivellement qu’elle entraîne car ils jugent que cet égalitarisme est préjudiciable aux dispensés qui sont en même temps soutiens de famille « Vous […] avez entendu promener partout une sorte de farouche niveau égalitaire devant lequel ne trouvent grâce ni l’intérêt de l’État ni les droits acquis ni la misère23 », déplore le vicomte de Montfort et, devant les députés, le lieutenant-colonel Rousset s’exclame :

  • 24 Ibid., 21 juin 1904, Chambre des députés, 2e séance du 20 juin 1904, p. 1533 sq.

« On nous dit : tout le monde doit passer par la caserne. Et voilà le grand mot lâché ! La caserne, c’est le but unique est aussi le remède évident au malaise dont nous souffrons ! Vous considérez comme une nécessité absolue d’y faire passer tout le monde d’une façon uniforme et également prolongée24. »

18Curieusement, les nationalistes ne se réjouissent pas de ce passage généralisé à la caserne et ils font chorus avec les conservateurs pour y dénoncer le résultat d’un complot « concerté » entre radicaux et socialistes. Au-delà d’une certaine limite, il n’y a plus d’armée possible, prophétise le vicomte de Montfort.

  • 25 Ibid., 4 juin 1903, Sénat, séance du 3 juin 1903, p. 903 sq.

« Cette limite, grâce à Dieu, nous ne l’avons pas franchie encore […] Et si une dame malfaisante qu’on appelle la politique peut parfois l’égratigner de ses dents crochues, l’armée est un pur granit qu’elle ne saurait jamais entamer profondément et détruire. Mais il est néanmoins évident que nous marchons peu à peu vers cette limite au-delà de laquelle cette conception de l’armée qui est la nôtre aujourd’hui sera remplacée par une organisation basée sur une conception différente qu’on appellera encore une armée […] mais qui non seulement n’en méritera pas le nom mais qui sera hors d’état d’en remplir les devoirs pour notre défense aussi bien au dedans qu’au dehors […] les affirmations de Monsieur Jaurès et de toute l’école socialiste qui vous déclarent très nettement que le service de deux ans est bien la dernière étape sur la route des milices ne doivent, en conscience, vous laisser aucun doute à cet égard25. »

19Et Mézières, qui appartient pourtant au centre-gauche de renchérir :

  • 26 Ibid., 13 juin 1903, séance du 12 juin 1903, p. 993 sq.

« Écoutez le langage de cette fraction socialiste de la Chambre, maîtresse absolue des destinées du ministère : elle ne cache pas qu’elle attend cette loi avec impatience parce qu’elle la considère comme l’arme la plus redoutable qu’on puisse lui mettre entre les mains pour détruire chez nous l’armée permanente26. »

  • 27 Ibid., 3 juin 1904, Chambre des députés, séance du 2 juin 1904, p. 1245 sq.
  • 28 Ibid., 27 mai 1904, séance du 26 mai 1904, p. 1142 sq.
  • 29 Ibid.

20Effectivement, faute que le contreprojet de Vaillant ait été adopté, Jaurès lui-même espéra que la loi des deux ans serait le prélude d’une mutation plus profonde. La loi ne serait qu’un moment de l’évolution vers un but plus lointain et plus élevé. C'est la création de milices qui correspond à ce but, qui est le système de la nation armée, du peuple armé. Les milices ne sont pas faites pour affaiblir ou diminuer la puissance défensive de la France, elles sont faites pour donner à l’armée le maximum de sa puissance qui réside dans la nation elle-même27. Les adversaires du projet et des socialistes ne manquèrent pas de placer ces derniers devant les contradictions qu’ils croyaient déceler chez eux. Faire accomplir deux ans de service à tous, n’était-ce pas pousser à l’extrême l’encasernement des Français voire leur militarisation, que les socialistes prétendaient repousser ? « Le service militaire obligatoire a eu pour mobile essentiel et primordial la préoccupation d’assurer l’ordre et en particulier l’ordre moral […] Ainsi, je m’étonne qu’étant donné que ce service obligatoire et personnel a été institué pour ainsi dire contre vous, vous vouliez aujourd’hui le pousser à son extrême limite et lui donner le dernier mot de ce qu’il peut donner28 », ironise le lieutenant-colonel Rousset et Guyot de Villeneuve s’exclame à sa suite à l’adresse de l’extrême gauche : « Vous êtes dans le moule des bourgeois29 ».

  • 30 Ibid., 7 juin 1904, séance du 6 juin 1904, p. 1284 sq.
  • 31 Patrice Buffotot, op. cit., p. 51.

21C’est en partie pour surmonter ces contradictions que Jaurès voulut répondre par la rédaction au cours des six années suivantes de L’armée nouvelle, publiée en 1910. Une partie des socialistes, et d’abord Jaurès, avaient fait le choix de soutenir en 1905, le dessein des radicaux de réformer l’armée de caserne en la démocratisant. Il y avait aussi chez eux la volonté de ne pas bloquer la situation mais comme l’avait prédit Vaillant en invoquant lui aussi l’exemple d’Athènes : « À Athènes, la milice était l’expression de la démocratie victorieuse […] Le jour où nous serons vraiment en démocratie, la milice en sera l’expression militaire30. » Les socialistes révolutionnaires ne croyaient pas à la réussite du dessein des radicaux et Jaurès lui-même finit par en douter31.

  • 32 Selon les termes de R. D. Challener, op. cit., p. 66.
  • 33 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 560.
  • 34 R.D. Challener, op. cit., p. 50.
  • 35 J.-Ch. Jauffret, « L’épée… », op. cit., p. 6.

22En effet, si la loi de 1905 amena une plus grande uniformisation du service militaire des Français, la conception de l’armée-école et de l’officier « grand frère » plutôt qu’agent disciplinaire32 fut remise en question. Il est vrai que des officiers républicains eux-mêmes regrettaient que l’armée soit considérée comme une école de citoyenneté, avant même de l’être comme un instrument de combat. Ainsi, ni les contraintes du service ni les rigueurs de la discipline ne furent sensiblement adoucies33. En revanche, la notion de nation armée n’était pas condamnée par ce mouvement. Au contraire, elle s’accordait avec les vues de l’État-major qui l’appréciait sous son aspect quantitatif et non sous son aspect démocratique34, elle s’accordait aussi avec les vues des théoriciens, celles de Foch en particulier qui va transposer bientôt, mais pas avant 1910-1911, le concept de force morale, chèr à Ardant du Picq, en « école d’énergie »35.

  • 36 « Toute L’armée nouvelle… implique que la nation soit une valeur et sa défense un souci légitime » (...)
  • 37 P. Buffotot, op. cit., p. 53.

23Précisément Jaurès accuse ceux qui ont mis en pratique la loi de 1905, d’avoir travesti la nation armée. Par son ouvrage, il a d’ailleurs le mérite de donner aux socialistes un corps de doctrine bien éloigné de l’image antimilitariste que leurs adversaires leur accolaient en les confondant avec les seuls hervéistes36. En fait, Jaurès écrivit en républicain qui voyait dans le socialisme la continuation inéluctable de son républicanisme. Comme les républicains des années quarante, l’essence véritable de la nation armée lui paraissait résider dans la réserve, qu’il accusait l’État-major de négliger dans sa stratégie offensive et même de mépriser37. Il proposait donc la disparition de l’armée de caserne, maintenant irréformable et qui n’était plus adaptée ni à la nation ni à la société en ce sens qu’elle ne permettait pas l’intégration de la classe ouvrière.

  • 38 J.-J. Becker, « La conception jaurésienne des milices », Jaurès et et la défense… op. cit., p. 83.
  • 39 P. Buffotot, op. cit., p. 55.
  • 40 J.-J. Becker, « La conception jaurésienne… », op. cit., p. 85.

24En annexe de son ouvrage, il publie la proposition de loi qu’il a déposée en ce sens le 14 novembre 1910. Il prône une organisation sur le modèle suisse, bien qu’il ne prononce pas le mot de milice tant il était soucieux de la démarquer de l’image d’armée improvisée dont elle était devenue synonyme38. Non sans que de nouvelles contradictions ne surgissent. Jaurès transforme involontairement la société française en nouvelle Sparte. Puisque l’armée de milice ne devait pas être improvisée, les Français devaient s’y préparer dès l’âge de dix ans et y adhérer tout au long de leur vie, du moins accepter des périodes d’entraînement jusqu’à trente-quatre ans39. Par ailleurs, le projet comportait un point faible qu’il reconnaissait lui-même comme tel, l’absence d’une couverture permanente aux frontières. Surtout, cette « armée de milices », étant la quintessence de la nation armée ne pourrait servir qu’à la défensive et en aucun cas être utilisée en vue d’une politique d’agression ou de conquête ; En effet, derrière cette doctrine, il y avait chez Jaurès la préoccupation de la paix. Il oubliait, ce faisant, que la France était une grande puissance coloniale40.

« Creuser le sillon de la démocratie41 »

  • 41 Selon les termes de Jaurès, Journal Officiel du 18 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 17 (...)

25Une ultime fois, Jaurès allait avoir l’occasion de défendre sa conception de l’armée idéale, à tout le moins du rôle des réservistes, lorsque les deux ans furent remis en cause en 1913. L’État-major avait difficilement accepté la loi de 1905. Par ailleurs, la stratégie de l’offensive à outrance avait ses préférences. Or la réussite de celle-ci supposait des effectifs très nombreux disponibles immédiatement comme on le voit dans le plan XVII adopté en avril 1911 par le conseil supérieur de la Guerre. L’auteur en était le général Joffre, chef d’État-major général depuis 1911. La disparité démographique croissante entre la France et l’Allemagne rendait encore plus flagrante l’infériorité numérique de l’armée française par rapport à l’armée allemande. Or, en janvier 1913, l’Allemagne prit des dispositions qui accrurent encore les effectifs de son armée. Le 6 mars 1913, le gouvernement Briand déposa un projet qui revenait aux trois ans.

26Le vote de la loi donna lieu à une joute parlementaire passionnée qui, à la fois, répéta – quelquefois par la bouche des mêmes hommes – les arguments entendus en 1905, voire en 1889 et représenta la quintessence d’un débat séculaire faisant ressurgir avec une vigueur nouvelle les notions antagonistes autour desquelles s’était polarisée l’histoire des rapports entre armée, nation et société. La connotation péjorative de certains termes fut bien entendu attribuée à « l’autre camp » : esprit de défense contre militarisme, bellicisme contre aspiration à la paix, liberté et même honneur opposés à la servitude et à l’embrigadement, régression vers une barbarie antinomique des progrès de la civilisation. Une fois encore, les enjeux idéologiques l’emportèrent sur l’enjeu « technique » qu’était de fait l’allongement du temps passé sous les drapeaux, bien que bon nombre de partisans de la future loi aient aussi considéré ce point comme une question de vie ou de mort. Le ministre de la Guerre, Étienne, le proclame devant les députés :

  • 42 Journal Officiel, 7 mars 1913, Chambre des députés, 2e séance du 6 mars 1913, p. 815 sq.

« Il y a quelque chose qui […] gouverne et détermine les élans individuels et collectifs d’une grande et noble démocratie comme la nôtre, c’est sa volonté bien arrêtée de vivre forte et libre et de rester maîtresse de ses destinées42. »

27Devant le Sénat, le général Mercier le redit :

  • 43 Ibidem, 2 août 1913, Sénat, 2e séance du 1er août 1913 p. 1293 sq.

« C’est un sacrifice très lourd demandé aux Français mais il faut leur poser la question ainsi : pour la France, il s’agit d’être ou de ne pas être, pour les Français, de faire trois ans sous le képi national ou deux ans sous le casque à pointe43. »

  • 44 Ibid., 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

28L’atmosphère polémique qui avait entouré la remise en cause de la loi de 1905 se prolonge dans les chambres. Plusieurs orateurs opposés à cette remise en question dénoncent avec véhémence le contexte dans lequel elle a lieu et les pressions nationalistes exercées sur le gouvernement. Le député républicain socialiste, Victor Augagneur lui reproche ainsi qu’à celui qui l’a précédé d’avoir « joué » sur le patriotisme des populations, d’avoir exercé des pressions sur l’opinion publique et engagé une campagne effrénée notamment par le biais de la presse. À l’origine du rétablissement des trois ans, affirme-t-il, il existe des raisons avouées, la nécessité de l’instruction et de l’encadrement des réserves mais aussi des raisons inavouées et dissimulées, les vieilles rancunes contre la loi de 1905, la défiance envers les réserves et l’attachement à l’armée de métier ou de caserne44. Le radical Thalamas (qui avait été en butte aux attaques des étudiants nationalistes quand il enseignait au Lycée Condorcet puis en Sorbonne), vitupère contre une loi de circonstance.

  • 45 Ibid., 4 juin 1913, Chambre des députés, séance du 3 juin 1913, p. 1673 sq.

« Qu’y a-t-il d’imprévu dans le fléchissement de la natalité ? Qu’y a-t-il d’imprévu dans les extensions du système militaire allemand ? […] Je le reconnais, il y a eu un imprévu : notre expédition au Maroc qui a fait un trou terrible dans nos ressources de mobilisation45. »

  • 46 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, séance du 17 juin 1913, p. 1988 sq.
  • 47 Ibid., 24 juin 1913, Chambre des députés, séance du 23 juin 1913, p. 2108 sq.

29Jaurès estime qu’on falsifie l’histoire quand on prétend que la loi de 1905 a été votée dans une atmosphère de paix et dans l’illusion que celle-ci serait définitive et que c’est le changement de conjoncture qui rendrait nécessaire une autre loi. Il rappelle que la loi de 1905 a été votée entre Fachoda et Tanger46. Outre la campagne du Maroc, le député Mistral insinue qu’une des origines du projet est « le patriotisme » des grands constructeurs de matériel de guerre, inspirateurs selon lui de la campagne de presse47. On voit que la polémique est prolongée par ceux qui l’avaient dénoncée initialement.

  • 48 Ibid., 7 mars 1913, Chambre des députés, 2e séance du 6 mars 1913, p. 815 sq.

30Dès que le ministre de la Guerre présente le projet, une escalade verbale se produit à la Chambre des députés. Vaillant et Jaurès dénoncent une « folie », un « acte criminel », un « coup mortel porté à la France et à la République ». Comme la droite réplique par « Vive la France ! » et aussi par « À bas la Commune ! », les socialistes, par des exclamations qui vont crescendo, s’écrient : « Vive la République ! » puis « À bas la réaction, à bas l’Empire ! » et Vaillant, établissant un lien significatif entre des notions diverses, finit par proclamer « À bas la guerre48 ! ». Mais il est tout aussi significatif qu’à ces exclamations ait été opposée celle de « Vive la France ! ». Les orateurs se livrèrent à de véritables assauts de patriotisme, voire à une surenchère derrière laquelle se profilaient des visions antagonistes de la nation française. Après avoir dénoncé devant les sénateurs « l’atmosphère d’excitation belliqueuse » qui entoure la discussion, Herriot avance :

  • 49 Ibid., 6 août 1913, Sénat, séance du 5 août 1913, p. 1309 sq.

« Je ne sais pas exactement combien il faut de temps pour mettre un réserviste sur pied de guerre mais je sais bien désormais qu’il a suffi de quelques discours […] pour donner des allures presque guerrières à la plus pacifique de toutes les assemblées […] Le patriotisme, pour être sincère, doit être un sentiment sévère, pudique, un peu secret. Il y a des patriotismes de parade, il y a aussi, hélas ! des patriotismes de spéculation49. »

31En vain, Étienne s’efforce-t-il de dépassionner la discussion en la plaçant sur le terrain théoriquement objectif des effectifs et en affirmant qu’il ne s’agit que d’adapter la loi de 1905, non de la désavouer.

  • 50 Ibid., 7 mars 1913, Chambre des députés, séance du 6 mars 1913, p. 815 sq.

« Mais la formule par quoi se traduit en fait la vie d’un peuple, le devoir militaire des citoyens, n’a rien d’intangible ni d’absolu […] Le souci de sa sécurité qui doit primer toute autre considération exige un effort en rapport avec le but à atteindre et cet effort n’est autre que le relèvement de nos effectifs par la prolongation de la durée du service actif […] [Le législateur de 1905] avait, en effet, laissé le gouvernement juge de l’heure et des circonstances où s’imposerait l’obligation de maintenir provisoirement sous les drapeaux une classe libérable ou même d’y rappeler la dernière classe libérée. Ce que l’article 33 de la loi de 1905 envisageait comme devant résulter de circonstances exceptionnelles nous apparaît aujourd’hui, dans l’état de nos effectifs et de la situation générale de l’Europe, comme une nécessité permanente à laquelle doivent répondre non plus des mesures de circonstance mais un effort continu et conscient du pays50. »

32En vain le député Veillat, partisan – au demeurant mesuré – de la loi, dit-il ouvertement :

  • 51 Ibid, 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

« Ce que nous voulons, ce n’est pas une armée bonne, une armée meilleure, une armée idéale, ce que nous voulons, c’est une armée qui nous permette de lutter dans les circonstances actuelles avec l’Allemagne et de repousser son offensive51. »

  • 52 En réalité, comme l’ont montré les travaux de.J.-J. Becker, 1914, Comment les Français sont entrés (...)
  • 53 Journal Officiel, 1er août 1913, Sénat, séance du 31 juillet 1913, p. 1264 sq.
  • 54 Ibidem, 8 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 7 juillet 1913, p. 2470 sq.

33En vain d'abord parce que l’extrême gauche n’est pas loin de soupçonner un complot dans ce projet. Il serait le résultat non seulement de l’expédition du Maroc et des pressions des capitalistes mais aussi le fruit d’un accord secret avec l’allié russe52 ; et d’entrevoir un prétexte dans la crainte d’une attaque brusquée de l’armée allemande, annoncée par les auteurs de la loi comme leur principale motivation. Les députés socialistes rétorquent que l’attaque brusquée ne se déroulerait pas avant le sixième ou le septième jour et qu’elle ne passerait pas inaperçue. Même le sénateur radical Gouzy s’interroge : quarante-huit heures après la déclaration de guerre, 800 000Allemands, et ne serait-ce même que 400 000, pourraient-ils envahir notre territoire53 ? En fait, ironise Brizon devant les députés, c’est le projet de loi qui est une attaque brusquée de la réaction54. Il serait cependant simpliste de prétendre que le projet opposait l’extrême droite nationaliste et les républicains. La gauche républicaine était elle-même divisée et la ligne de fracture passait au sein des radicaux : certains votèrent la loi, Clemenceau au premier chef.

  • 55 Ibid., 4 juin 1913, Chambre des députés, séance du 3 juin 1913, p. 1673 sq.
  • 56 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

34En vain enfin car même à travers ces considérations et même à travers les arguments chiffrés, s’affrontent une fois de plus des conceptions différentes de l’armée idéale et même du soldat idéal. Les représentants de la nation française de 1913 évoquent encore à ce moment-là les figures de l’Antiquité et les mythes qu’elle a légués, derrière lesquels se devinent des modèles plus contemporains. Reinach, thuriféraire de la loi, affirme : « Nous ne sommes pas une république de Salente isolée dans le temps et dans l’espace. Nous ne sommes pas plus la France de 1902 ou de 1903 que nous ne sommes l’Angleterre55 ». Au Sénat, De Trévenneuc qui veut le retour aux trois ans affirme, sans d’ailleurs distinguer Sparte d’Athènes : « la Grèce et Rome ne se sont maintenues que par les armes56 ».

  • 57 Ibid., 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1935 sq.
  • 58 Petit neveu de Benjamin Constant, il avait eu une carrière diplomatique qui l’avait amené à travai (...)

35Mais, sans forcément en référer à Athènes, ceux qui s’élèvent contre l’allongement du service craignent qu’il n’entrave le développement matériel et intellectuel du pays. Le socialiste Colly s’exclame : « Pour que vive la France militaire, on est en train de tuer la France industrielle, la France commerciale et la France intellectuelle57 ». Le sénateur d’Estournelles de Constant58 retourne contre eux un argument utilisé par les nationalistes, la préférence nationale qui devrait être accordée au travail des Français. Ce thème apparaît plusieurs fois dans le discours des socialistes, notamment dans celui de Bracke.

  • 59 Journal Officiel, 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

« S’il s’agit d’avoir autant d’hommes à la caserne que peut en mettre l’Empire allemand, nous n’en avons pas fini ! On nous dit qu’il faut se garder ; certes mais, pour se garder, il faut vivre. Or, la loi des trois ans entrave la production, contribue à la dépopulation de la France et – fait auquel les nationalistes devraient être sensibles – avive la concurrence avec les ouvriers étrangers qui viennent prendre la place des Français retenus par le service militaire59. »

36D’Estournelles de Constant craint que les Français ne se préparent à une défaite économique, faute d’argent, faute de bras, faute de cerveaux. Dans les campagnes françaises, la main d’œuvre devient rare, on a recours aux étrangers. C’est la même situation dans l’industrie. De plus, la loi sera désastreuse pour le développement intellectuel de la France.

  • 60 Ibidem, 2 août 1913, Sénat, 1re séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

« Quand donc la jeunesse française a-t-elle été plus vaillante, plus entreprenante, plus aventureuse ? Quand l’avons-nous vue [sic] prodiguer plus généreusement, en temps de paix, son ardente passion de servir la Patrie, et, au-delà même de la Patrie, le progrès, la civilisation ? Faites le compte des jeunes existences françaises consacrées […] aux conquêtes de la navigation aérienne et sous-marine, aux explorations, aux découvertes les plus intrépides […] Mais, parce que la France est prête à tous les sacrifices, il ne faut pas abuser de sa générosité et l’arrêter dans son travail quotidien, en l’appelant à consacrer un effort inutile en vue d’un péril exagéré60. »

37En effet, le choix à faire entre les trois ans ou les deux ans devient un choix de civilisation à l’occasion duquel les orateurs dénoncent le bellicisme ou le pacifisme « aveugle » de leurs adversaires.

  • 61 Ibid., 8 août 1913, Sénat, séance du 7 août 1913, p. 1369 sq.

« La France démocratique […] si résolue qu’elle puisse être à continuer son œuvre historique de civilisation humaine, si attachée qu’on l’imagine à la paix universelle, n’est pas d’un idéalisme si imprévoyant qu’elle s’expose à ne plus être pour assurer aux autres le bénéfice de ses principes. D’abord, elle veut vivre, et vivre à l’abri de sa seule puissance organisée », affirme Gervais61.

38Au cours de cette avant-guerre, c’est une autre avant-guerre qui est évoquée, celle de 1870, et les républicains du centre et de la droite qui vont voter les trois ans fustigent l’attitude qui fut celle de leurs devanciers du Second Empire et leur responsabilité dans les défaites consécutives à la discussion sur la loi Niel. C'est pour mieux critiquer en fait l’extrême gauche qui refuse le projet actuel de 1913 ainsi que l’idéal des milices qu’elle s’obstine à présenter. À la Chambre des députés, Barthou, président du Conseil, cite longuement les paroles « de repentir » qu’aurait tenues Jules Ferry à Bordeaux :

  • 62 Ibid., 27 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 26 juin 1913, p. 2224 sq.

« Quand on vit dans la servitude […] on se console dans la recherche de l’absolu. En est-il une preuve plus manifeste que les idées qui avaient cours alors sur la guerre et sur l’armée ? Vous souvient-il que, sous l’Empire, nous ne disions pas beaucoup de bien du militarisme ? Vous rappelez- vous ces vagues aspirations vers le désarmement général, ce détachement manifeste du véritable esprit militaire, cette tendance à la création d’une sorte de garde nationale universelle qui caractérisaient la démocratie d’alors ? Ces idées-là eurent des partisans. Plusieurs d’entre nous les ont professées […] s’y sont laissé prendre. Mais je vous le demande, en est-il un seul aujourd’hui qui n’ait été converti par les événements ? Le pays a vu la guerre de 1870, il a tourné le dos aux utopies périlleuses et décevantes62. »

  • 63 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1293 sq.

39Au Sénat, le rapporteur Paul Doumer s’écrie à l’adresse de d’Estournelles de Constant : « Croyez-vous que votre croisade pacifique ait détourné les chances de guerre ? On ne s’est jamais battu autant !63 ». Et, à la Chambre des députés, le rapporteur avait déjà affirmé :

  • 64 Ibid., 13 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 12 juin 1913, p. 1883 sq.

« Nous ne pouvons dire, comme l’Empire disait « l’Empire, c’est la paix », « la République c’est la paix » et, si nous ne nous sentons pas ce droit, c’est que malgré les aveugles et les partisans de la guerre à tout prix, il faut croire à la guerre toujours possible. La loi de deux ans ne nous permet plus de parer à toute éventualité64. »

  • 65 Ibid., 27 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 26 juin 1913, p. 2224 sq.

40La discussion rebondit sur une parole « de regret » censée avoir été prononcée par Jules Ferry et rapportée comme les précédentes citations par le président du Conseil. « Le pays restitue aujourd’hui – c’est-à-dire à partir de 1871 – aux vertus militaires le rang qu’elles doivent occuper dans les vertus civiques, c’est-à-dire le premier65 ».

  • 66 Ibid., 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1913 sq.
  • 67 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 17 juin 1913, p. 1988 sq.
  • 68 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

41Tandis que les uns voient dans le retour aux trois ans un risque de « caporalisation » de la nation, tel Colly66, et un plagiat du militarisme allemand contraire au génie français, tels Jaurès qui aurait préféré qu’on « creuse le sillon de la démocratie »67 et Bracke68, les autres reprochent à ceux qui souhaitent le maintien des deux ans de vouloir militariser la société. En effet, ces derniers pensent qu’on est loin de l’application totale et complète de la loi de 1905 et qu’en particulier, on a négligé l’article 94 qui prévoyait l’organisation d’une préparation militaire.

42Le député radical de la Savoie, Félix Chautemps, déplore que l’institution des sociétés de préparation militaire ne soit pas véritablement réalisée et qu’on n’ait pas construit de camp d’instruction.

  • 69 Ibid., 4 juin 1913, Chambre des députés, séance du 3 juin 1913, p. 1673, sq.

« Nous mettrions en pratique le vieil adage de l’esprit sain dans un corps sain. Nous obtiendrions ainsi une série d’avantages pour les individus, pour la race et pour la nation, du point de vue militaire. Si vous apportez cette organisation au pays, vous auriez les recrues instruites et les réserves toujours prêtes dont vous avez besoin. Votre armée active pourrait devenir alors une sorte d’académie militaire de la nation, une sorte de corps de perfectionnement et d’application69. »

  • 70 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, 2e séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

43Se plaçant sur un plan plus général, le député socialiste Paul-Boncour estime que le salut des sociétés modernes réside dans cette nécessité, où les met la nation armée, d’aller verser dans les couches profondes de la nation ces sentiments de désintéressement, de sacrifice et de subordination à quelque chose qui survit à leurs membres et les dépasse70. Curieusement d’ailleurs, ces mêmes hommes s’élèvent avec vigueur contre la vision des nationalistes d’une société travaillée par les forces dissolvantes de l’égoïsme et de l’intérêt personnel.

  • 71 Ibid., 3 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 2 juillet 1913, p. 2361 sq.

44Leurs adversaires leur rétorquent que toute tentative de rendre obligatoire une instruction dispensée en dehors de la caserne se solde par un échec ; ainsi Louis Dubois71 et Veillat :

  • 72 Ibid., 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

« Certes Jaurès propose des milices et son système est fort intéressant mais ils suppose que la préparation militaire s’applique à l’ensemble de la nation, à tous les enfants, à tous les jeunes gens. On ne peut méconnaître que la pratique de certains exercices militaires avant et après le service soit de nature à augmenter la force de la nation armée mais je craindrais fort que cette rigueur fût bien vite insupportable à la nation et que cela apparût aux familles et aux jeunes gens comme une obligation bien plus lourde que de faire trois ans72. »

  • 73 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.
  • 74 Ibid., 3 juin 1913, Chambre des députés, séance du 2 juin 1913, p. 1648 sq.

45La question d’une année supplémentaire de service cristallise les vieilles méfiances envers l’esprit militaire. « On ne veut pas faire des soldats, on veut faire des militaires73 », reproche Bracke aux auteurs du projet. « Enfin, l’esprit de discipline et l’idée du devoir militaire sombreraient irrémédiablement dans l’inutile désœuvrement de la troisième armée qui raviverait un antimilitarisme éteint par l’action bienfaisante du service à court terme », craint Chautemps qui rappelle que les jeunes Français sont prêts aux sacrifices héroïques mais répugnent à la vie de caserne. Il ajoute : « Les Français aiment consentir leur discipline et en comprendre les raisons ; ils n’ont aucun goût pour l’obéissance passive : c’est l’honneur de notre race74. » Le socialiste Étienne Rognon, qui aimerait que la durée du service soit ramenée à dix-huit mois et présente en ce sens un contreprojet, proclame que, pour vaincre, il ne suffit pas de connaître le métier militaire, il faut poursuivre un idéal, poursuivre surtout une œuvre de libération et d’affranchissement.

  • 75 Ibid., 20 juin 1913, Chambre des députés, séance du 19 juin 1913, p. 2056 sq.

« Quand, au contraire, un homme n’est qu’une machine servile, faisant un métier qu’il n’examine même pas, qu’il n’étudie pas […] cet homme ne possède pas la force de résistance nécessaire, ni l’entrain au combat voulu […] En augmentant la durée du service, vous en arrivez fatalement à faire que, dans cette armée de métier, une grande quantité d’hommes n’aient plus ce même idéal et qu’ils considèrent qu’ils ont un métier à accomplir et pas autre chose75. »

46Paul-Boncour poursuit :

  • 76 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

« Il y a entre les deux armées [la française et l’allemande], cette différence que chez nous l’initiative individuelle compense largement cette discipline mécanique que donne la longue habitude du rang […] Je me demande si, chez les partisans de la loi, il n’y a pas ce sentiment qu’il y a quelque chose qui ne peut s’acquérir que par la prolongation du service et que ce quelque chose s’appelle l’esprit militaire76. »

47Ceux qui s’apprêtent à voter le projet défendent cet esprit militaire inséparable de la longueur du service. Devant le Sénat, Maujan, qui siège dans les rangs de la gauche démocratique, affirme :

  • 77 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

« Je ne rappellerai pas le mot fameux “Dieu est du côté des grands bataillons” mais je citerai le mot de Guibert qui dit que “la bataille n’est pas une boucherie mais une bataille morale”. Il faut une armée de premier choc, puisque la guerre moderne sera courte, égale en nombre à l’armée allemande et supérieure en qualité. En raison de la “surpopulation” de l’Allemagne, le nombre sera obtenu par l’incorporation de trois contingents au lieu de deux allemands. La qualité sera obtenue par l’instruction […] Cette instruction sera d’autant meilleure que le temps passé sous les drapeaux sera plus long77. »

  • 78 Ibid., 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1935 sq.

48Aussitôt ressurgit la vieille hantise de l’armée de métier qui ne saurait être le bras armé d’une France républicaine et démocratique. Ainsi, s'interroge Albert Thomas, comment l’esprit républicain, l’esprit démocratique pourrait-il subsister dans « l’armée de trois ans » qui est une survivance de l’armée de métier78 ? La représentation que s’en font les politiques – et pas seulement ceux de la gauche et de l’extrême gauche – demeure tellement négative, voire antinationale que les députés et sénateurs favorables à la loi soulignent le fait que ni trois ans de caserne ni même une armée permanente ne font l’armée de métier. Aux sénateurs, Boudenoot, viceprésident de la commission de l’armée, rappelle :

  • 79 Ibid., 1er août 1913, Sénat, séance du 31 juillet 1913, p. 1264 sq.

« L’armée nationale n’est pas les milices ni l’armée de métier. Nous renforçons la loi de 1905 sur les points où elle a montré des faiblesses. Ce n’est pas en consacrer la faillite d’autant que ces lacunes et ces faiblesses ne proviennent pas du principe de la loi mais de causes indépendantes de ce principe […] nous ne précédons pas l’Allemagne, nous ne faisons que la suivre79. »

49Peine perdue ! C’est à de véritables accusations de trahison de la République que s’exposent les partisans du retour aux trois ans, les uns parce que, selon leurs adversaires, ils sont depuis toujours antirépublicains, les autres parce qu’ils se font les complices des premiers. À la Chambre des députés, Chautemps affirme de la future loi :

  • 80 Ibid., 3 juin 1913, Chambre des députés, séance du 2 juin 1913, p. 1648 sq.

« Elle est attentatoire à la République parce qu’elle consacre victorieusement les efforts hostiles qu’ont menés sans discontinuer les officiers de l’État-major contre le principe même de la nation armée qui est inscrit dans la loi de 1905. C’est par surcroît l’armée abêtie, passive et prête à tout dans la main de chefs, ennemis décidés de la République80. »

  • 81 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

50Au Sénat, d’Estournelles de Constant voit dans le projet une condamnation de l’œuvre militaire de la iiie République, mais, bien plus encore, « la condamnation systématique portée contre la Révolution d’abord, contre la République de 1848 ensuite, contre l’opposition enfin qui combattit le Second Empire et dont le seul tort fut de ne pas être, hélas, assez forte et assez nombreuse81 ».

51Le nœud de la question réside dans l’originalité de l’organisation militaire française et le fait qu’elle puisse être un modèle et même le seul modèle. D’abord parce qu’elle ne peut être que défensive et qu’aucune tentation belliciste ne saurait la traverser. Le sénateur socialiste Flaissières fait remarquer que dans l’histoire de la France, la gloire confondue avec les batailles a conduit le pays à des défaites… glorieuses.

  • 82 Ibid.

« Si le peuple français oublieux de son bon sens et de sa raison avait le malheur de se laisser aller à poursuivre ce rôle glorieux et historique, notre pays s’exposerait fatalement aux mêmes hasards réservés aux nations conquérantes […] Il ne faut pas qu’il persiste à croire qu’il ne se couvrira de gloire qu’à la condition d’intervenir avec les armes dans les circonstances les plus diverses82. »

52En somme, avec les trois ans, le gouvernement conseille, d’un cœur léger, une sorte de recul vers la barbarie. « D’un cœur léger », ces termes renvoient à une expression devenue tristement célèbre prononcée en 1870. À ce propos, les adversaires des trois ans font justice des légendes qui ont accompagné les défaites de 1870-1871. Certes, les réservistes de cette époque n’ont pas sauvé la France. Mais le sénateur Gouzy rappelle :

  • 83 Ibid., 1er août 1913, Sénat, séance du 31 juillet 1913, p. 1264 sq.

« On dit que réservistes de 1870 ont sauvé l’honneur mais n’ont pu sauver le pays. Ne comparons pas les réservistes de 1870 avec ceux qui ont fait leurs deux ans et les grandes manœuvres ! Nous abandonnons, en fait pour de mauvaises raisons, la vraie loi militaire, celle de la nation armée, pour revenir à l’armée de métier qui, pas plus que les réservistes, n’a sauvé le pays en 187083. »

53En second lieu, l’armée de la République et de la démocratie ne saurait se réduire à une gendarmerie dont on voudrait lui faire jouer le rôle. Ici perce l’amertume que le maintien de l’ordre assuré par l’armée a suscitée et suscite encore chez les socialistes.

  • 84 Ibid., 9 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 8 juillet 1913, p. 2497 sq.

« Nous ne voulons pas d’une armée qui s’illustre comme se sont illustrées les armées du Second Empire, dans les batailles à l’intérieur, dans la bataille de Ricamarie par exemple. Nous ne voulons pas d’une armée se couvrant de gloire en remportant sur l’ennemi de l’intérieur, sur le paysan, sur l’ouvrier en grève, ces grandes victoires qu’on appelait La Ricamarie sous l’Empire, qu’on a appelées sous la République, Fourmies, Narbonne etc. Non, nous ne voulons pas de l’armée embusquée contre le peuple, contre le socialisme, prête aux coups d’état politiques comme au 2 décembre et prête à la répression sanglante comme en juin 1848 », proclame Brizon84.

  • 85 Ibid, 4 juillet 1913, Chambre des députés, 2e séance du 3 juillet 1913, p. 2415 sq.

54Pour être un modèle, l’armée doit être en union intime avec la société et, loin de s’enfermer dans l’illusion de sa supériorité, elle doit en adopter les traits républicains et démocratiques. Les orateurs hostiles au projet voient dans les trois ans un prétexte pour défaire à nouveau des liens qui sont, selon eux, la condition même de l’efficacité de la défense de la France. « Pour la première fois depuis vingt-cinq ans […] vous allez voter une grande loi militaire en séparant la France de la République85 », déplore le député radical-socialiste André-Hesse.

55Bracke est plus incisif et plus accusateur :

  • 86 Ibid, 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 191, p. 2334 sq.

« On cherchait une occasion pour avoir une armée séparée de la nation, de cette nation dont on a peur, parce que l’armée séparée de la nation, c’est le moyen de favoriser le militarisme, c’est-à-dire la prépondérance de l’élément militaire dans la politique intérieure. En effet, ce n’est que comme citoyen, c’est parce qu’il est citoyen, que le soldat se trouve sous l’habit militaire et non seulement il ne peut pas perdre cette qualité, mais encore il doit avoir à chaque instant le sentiment que c’est en tant que citoyen qu’il est sous l’habit militaire, qu’il apprend à manier le fusil, qu’il prend sa part de l’action collective pour la préparation de la défense nationale, qu’il obéit à la discipline nécessaire86. »

  • 87 Ibid, 21 juin 1913, Chambre des députés, séance du 20 juin 1913, p. 2071 sq.
  • 88 Ibid, 3 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 2 juillet 1913, p. 2361 sq.

56« L’armée doit être rapprochée de la nation, le pays doit vivre avec l’armée. Il faut qu’il y ait une communion de pensée entre l’armée et les citoyens et que l’armée ne soit pas isolée du reste de la nation87 », recommande Rognon. Quelques jours plus tard, Émile Laurent s’exprime également en des termes puisés au vocabulaire religieux, nouvelle preuve du caractère complexe de l’antimilitarisme supposé des socialistes et qui en dit long sur le fait que la représentation de « l’arche sainte » n’est pas l’apanage des nationalistes. Simplement, cette représentation n’est pas associée aux mêmes réalités. Pour les socialistes à la Jaurès, elle ne peut être arche sainte que si elle est la « nation en actes » pour ne pas dire la « nation en armes ». Laurent rappelle que la loi de 1905 souhaitait que la nation et l’armée ne formassent plus qu’un seul et même corps dirigé par une seule et même âme88.

57C’est la forme idéale que doit revêtir la nation armée qui est en jeu. Beaucoup, et Jaurès tout le premier, ne cachent pas désormais leurs préférences pour une milice qui serait l’incarnation la plus pure de la nation armée et présentent des contreprojets en ce sens. Ainsi Vaillant et Jaurès, le 17 juin 1913, proposent la suppression de l’armée permanente dans les trois ans [sic] et l’armement général du peuple sous forme de milice qu’on ne saurait caricaturer en l’assimilant à la Garde nationale des anciennes monarchies censitaires. Vaillant défend cette organisation :

  • 89 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, 1re séance du 17 juin 1913, p. 1973 sq.

« Il fallait rechercher l’organisation militaire qui répondait le mieux à la garde des libertés publiques en même temps qu’à la défense de l’intégrité nationale […] L’évolution des institutions militaires correspond à l’évolution des institutions civiles pour tous les pays qui suivent la voie démocratique […] Telle que nous la concevons, la milice sert aussi bien la garde des libertés que la garde des frontières […] Déjà, dans l’évolution démocratique, nous sommes arrivés avec la loi de 1905, au commencement d’une armée de réservistes, c’est-à-dire que, par la réduction du service militaire […] les barrières qui séparent la nation de l’armée sont peu à peu effacées, renversées […] mais ces barrières ne disparaissent de façon complète que dans une milice qui est la nation elle-même, organisée par l’armement et l’éducation militaire de l’intégralité des citoyens […] Nous disons que ce n’est pas par la discipline à la caserne, c’est par la conscience de son devoir familial, de son devoir civique et de son devoir patriotique que combat et que combattrait le citoyen suisse, que combat et que combattrait le citoyen français devenu un milicien, resté un citoyen en même temps qu’il serait devenu un soldat89. »

  • 90 Ibid., 2 et 3 juillet 1913, Chambre des députés, séances du 1er et 2 juillet 191, p. 2334 sq. et p (...)

58Faute d’être suivis sur l’instauration des milices, les opposants aux trois ans « se rabattent » sur la défense de la loi de 1905 ou plutôt sur les potentialités qu’elle recèle et qui n’ont pas été exploitées, comme ils l’ont déjà prétendu à propos de l’instruction militaire. Thalamas et Laurent constatent que la loi qui organisait le service à court terme a été appliquée avec la mentalité et le désir du service à long terme, qu’elle a été coulée dans de vieux moules, ce qui l’a étiolée et abâtardie90. Jaurès le dit plus ouvertement :

  • 91 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 17 juin 1913, p. 1988 sq.

« Nous avons voté la loi de 1905, les uns comme une institution définitive, les autres – mes amis et moi-même – comme une étape, un mouvement nécessaire vers une organisation plus populaire encore […] Il aurait fallu, en ce qui concerne l’encadrement des réserves, que la loi de 1905 fût appliquée, que toutes les promesses qu’elle contient en germe soient développées91. »

  • 92 Ibid.
  • 93 Ibid., 24 juin 1913, Chambre des députés, séance du 23 juin 1913, p. 2108 sq.
  • 94 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, 2e séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

59Dans une telle perspective, les réserves sont plus que jamais portées au pinacle et d’autres contreprojets qui proposent le raccourcissement de la durée du service à dix-huit mois, tel une seconde proposition de Jaurès92, à vingt mois, tel celui de Briquet93, ou à trente mois, celui de Messimy et Paul-Boncour, vont en ce sens94. Louis Tissier s’exclame :

  • 95 Ibid., 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

« La vérité est que nous nous trouvons en face de deux théories, de deux systèmes : les uns veulent une armée professionnelle ; ils considèrent les réserves, c’est-à-dire la nation armée et préparée à la guerre, comme une quantité secondaire pour la défense du pays. C’est l’armée des gouvernements provisoires, c’est l’armée des gouvernements d’agression […] Quant à nous, nous croyons que l’armée doit être surtout une école militaire où les citoyens se préparent à la défense de la patrie. Nous croyons que des réserves instruites, bien encadrées et bien commandées, rendent inviolable la nation qui les possède95. »

  • 96 Ibid. 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1935 sq.
  • 97 Ibid., 19 juin 1913, Chambre des députés, 1re séance du 18 juin 1913, p. 2003 sq.

60Vaillant et Jaurès jugent déplorable la méfiance qui entoure les réserves et croient en connaître les causes. Le premier affirme : « Vous vous méfiez d’une armée de réservistes parce que vous la trouvez déjà trop citoyenne, trop près de la nation, trop peu sûre pour vous contre le prolétariat que vous voulez contenir96 ». Le second se livre à un vibrant éloge des réserves : « Vous disiez que les réserves étaient l’élite de l’armée », s’exclame-t-il à l’adresse des auteurs de la loi. Interrompu par le rapporteur Paté : « À condition qu’elles soient entraînées et encadrées », il rétorque : « Si elles sont l’élite de l’armée, ce sont elles qui encadreront vos soldats de caserne97 ».

61Enfin, il prononce ces paroles prophétiques qui, d’une certaine façon, vont se retourner contre lui et annoncent l’Union sacrée.

  • 98 Ibid.

« Ces réserves, n’avez-vous pas confiance en elles ? […] Je demande que nous, démocratie, nous, France républicaine, nous, pour qui la levée en masse et l’organisation de la nation armée sont une tradition d’histoire et je dirais presque une tradition de famille, je demande que, nous, qui ne sommes pas voués à l’aventure des guerres dynastiques, qui pouvons nous permettre de n’avoir d’autres guerres que celles que nous soutiendrons pour l’indépendance du pays, je demande que, nous, par conséquent, qui à l’heure du péril pourrons dire à tous les citoyens de France, à des millions de citoyens de France : ce n’est pas pour un monarque, ce n’est par pour une caste, ce n’est pas pour une aventure, ce n’est même pas pour une vanité superficielle, c’est pour la vie, c’est pour l’indépendance de la nation que nous vous demandons de vous dresser, je vous demande si vous ne pouvez pas faire à vos concitoyens la même confiance que le monarque de Prusse fait à ses sujets ? […] Et voilà pourquoi […] je vous demande de réfléchir profondément à l’intérêt qu’il y a, dès aujourd’hui, à marquer pour le pays […] qu’il faut une armée qui repose, non pas sur la permanence de la caserne, mais sur la permanence de la nation elle-même, constamment éduquée, constamment entraînée98. »

  • 99 Ibid., 26 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 25 juin 1913, p. 2175 sq.

62André Lefèvre ironisa : « Monsieur Jaurès dit qu’il nous offre « la nation en armes », je dis qu’il nous offre « la nation avec des armes99 ».

  • 100 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 553.

63La loi fut votée par les députés, le 19 juillet, par 358 voix contre 204 et par 254 voix contre 37 au Sénat, le 7 août 1913. Une preuve supplémentaire que la société française n’était pas militarisée ni militariste, encore moins unanimiste, est apportée par les violents remous que suscita le débat. Des manifestations socialistes et syndicalistes éclatèrent et surtout des mouvements de soldats qui se voyaient inopinément imposer une rallonge du service. Ces mouvements eurent lieu dans des villes de garnison de l’Est frontalier mais aussi dans la caserne parisienne de Reuilly et, à Rodez, ils faillirent tourner à la mutinerie100.

64À peine votée, la loi de 1913 subit le sort de ses devancières. Remise en cause, elle fut, avec l’impôt sur le revenu, au cœur de la campagne pour les législatives de 1914. Les gauches jaurésiennes et vaillantistes, c’est-à-dire la SFIO et le parti radical, l’emportèrent très largement parce qu’il semblait qu’une fois revenues au pouvoir, elles allaient rétablir les deux ans. En fait, les programmes des candidats étaient plus ambivalents qu’il n’y paraissait. De toutes façons, les circonstances historiques allaient empêcher tragiquement la reprise du débat.

Notes

1 Selon les termes du député Gervais, Journal Officiel, 27 mai 1904, Chambre des députés, séance du 26 mai 1904, p. 1142 sq.

2 Ibidem, Documents parlementaires, Annexe n° 1553, séance du 3 mars 1904, p. 141 sq.

3 Ibid.

4 Ibid., 18 mars 1905, Chambre des députés, séance du 17 mars 1905, p. 949 sq.

5 Ibid., 20 juin 1902, Sénat, séance du 19 juin 1902, p. 831 sq.

6 Ibid.

7 Ibid., 31 janvier 1905, séance du 30 janvier 1905, p. 42 sq.

8 Ibid., 21 juin 1902, séance du 20 juin 1902, p. 846 sq.

9 Ibid., Documents parlementaires, Annexe n° 1553, p. 141 sq.

10 Ibid., 27 mai 1904, Chambre des députés, séance du 26 mai 1904, p. 1142 sq.

11 Ibid., 31 mai 1904, séance du 30 mai 1904, p. 1200 sq.

12 Ibid., séance du 16 mars 1905, p. 923 sq.

13 Ibid., 2 juillet 1902, Sénat, séance du 1er juillet 1902, p. 911 sq.

14 Ibid., 27 juin 1902, séance du 26 juin 1902, p. 875 sq.

15 Ibid., 13 juin 1903, séance du 12 juin 1903, p. 993 sq.

16 Ibid., 21 juin 1902, séance du 20 juin 1902, p. 846 sq.

17 Ibid., 22 juin 1904, Chambre des députés, séance du 21 juin 1904, p. 1564 sq.

18 Ibid., 27 mai 1904, séance du 26 mai 1904, p. 1142 sq.

19 Ibid., Documents parlementaires, Annexe n° 1553, p. 141 sq.

20 Ibid., 20 juin 1902, Sénat, 19 juin 1902, p. 831 sq.

21 Ibid., 1er février 1905, séance du 31 janvier 1905, p. 59 sq.

22 Ibid., 3 juin 1904, Chambre des députés, séance du 2 juin 1904, p. 1245 sq.

23 Ibid., 13 juin 1903, Sénat, séance du 12 juin 1903, p. 993 sq.

24 Ibid., 21 juin 1904, Chambre des députés, 2e séance du 20 juin 1904, p. 1533 sq.

25 Ibid., 4 juin 1903, Sénat, séance du 3 juin 1903, p. 903 sq.

26 Ibid., 13 juin 1903, séance du 12 juin 1903, p. 993 sq.

27 Ibid., 3 juin 1904, Chambre des députés, séance du 2 juin 1904, p. 1245 sq.

28 Ibid., 27 mai 1904, séance du 26 mai 1904, p. 1142 sq.

29 Ibid.

30 Ibid., 7 juin 1904, séance du 6 juin 1904, p. 1284 sq.

31 Patrice Buffotot, op. cit., p. 51.

32 Selon les termes de R. D. Challener, op. cit., p. 66.

33 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 560.

34 R.D. Challener, op. cit., p. 50.

35 J.-Ch. Jauffret, « L’épée… », op. cit., p. 6.

36 « Toute L’armée nouvelle… implique que la nation soit une valeur et sa défense un souci légitime », M. Agulhon, « La pensée de J. Jaurès et la défense nationale », Jaurès et la défense nationale, Actes du colloque de Paris, 1991, Bulletin de la société d’études jaurésiennes, n° 130, p. 49.

37 P. Buffotot, op. cit., p. 53.

38 J.-J. Becker, « La conception jaurésienne des milices », Jaurès et et la défense… op. cit., p. 83.

39 P. Buffotot, op. cit., p. 55.

40 J.-J. Becker, « La conception jaurésienne… », op. cit., p. 85.

41 Selon les termes de Jaurès, Journal Officiel du 18 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 17 juin 1913, p. 1988 sq.

42 Journal Officiel, 7 mars 1913, Chambre des députés, 2e séance du 6 mars 1913, p. 815 sq.

43 Ibidem, 2 août 1913, Sénat, 2e séance du 1er août 1913 p. 1293 sq.

44 Ibid., 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

45 Ibid., 4 juin 1913, Chambre des députés, séance du 3 juin 1913, p. 1673 sq.

46 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, séance du 17 juin 1913, p. 1988 sq.

47 Ibid., 24 juin 1913, Chambre des députés, séance du 23 juin 1913, p. 2108 sq.

48 Ibid., 7 mars 1913, Chambre des députés, 2e séance du 6 mars 1913, p. 815 sq.

49 Ibid., 6 août 1913, Sénat, séance du 5 août 1913, p. 1309 sq.

50 Ibid., 7 mars 1913, Chambre des députés, séance du 6 mars 1913, p. 815 sq.

51 Ibid, 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

52 En réalité, comme l’ont montré les travaux de.J.-J. Becker, 1914, Comment les Français sont entrés dans la guerre, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 1977, les milieux industriels français tenaient à la paix, garante de bonnes affaires, et le rôle privilégié accordé à l’infanterie dans une guerre courte ne leur assurait pas les commandes qu’une stratégie privilégiant l’artillerie leur aurait données. Par contre, l’allié russe pouvait être favorablement impressionné par l’augmentation des forces françaises.

53 Journal Officiel, 1er août 1913, Sénat, séance du 31 juillet 1913, p. 1264 sq.

54 Ibidem, 8 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 7 juillet 1913, p. 2470 sq.

55 Ibid., 4 juin 1913, Chambre des députés, séance du 3 juin 1913, p. 1673 sq.

56 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

57 Ibid., 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1935 sq.

58 Petit neveu de Benjamin Constant, il avait eu une carrière diplomatique qui l’avait amené à travailler avec les frères Cambon. Il avait souhaité un rapprochement franco-allemand et avait quitté la carrière diplomatique pour mieux œuvrer à l’avènement d’une ère de conciliation. Il joua un rôle certain dans les conférences de La Haye.

59 Journal Officiel, 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

60 Ibidem, 2 août 1913, Sénat, 1re séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

61 Ibid., 8 août 1913, Sénat, séance du 7 août 1913, p. 1369 sq.

62 Ibid., 27 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 26 juin 1913, p. 2224 sq.

63 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1293 sq.

64 Ibid., 13 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 12 juin 1913, p. 1883 sq.

65 Ibid., 27 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 26 juin 1913, p. 2224 sq.

66 Ibid., 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1913 sq.

67 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 17 juin 1913, p. 1988 sq.

68 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

69 Ibid., 4 juin 1913, Chambre des députés, séance du 3 juin 1913, p. 1673, sq.

70 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, 2e séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

71 Ibid., 3 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 2 juillet 1913, p. 2361 sq.

72 Ibid., 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

73 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

74 Ibid., 3 juin 1913, Chambre des députés, séance du 2 juin 1913, p. 1648 sq.

75 Ibid., 20 juin 1913, Chambre des députés, séance du 19 juin 1913, p. 2056 sq.

76 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

77 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

78 Ibid., 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1935 sq.

79 Ibid., 1er août 1913, Sénat, séance du 31 juillet 1913, p. 1264 sq.

80 Ibid., 3 juin 1913, Chambre des députés, séance du 2 juin 1913, p. 1648 sq.

81 Ibid., 2 août 1913, Sénat, séance du 1er août 1913, p. 1282 sq.

82 Ibid.

83 Ibid., 1er août 1913, Sénat, séance du 31 juillet 1913, p. 1264 sq.

84 Ibid., 9 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 8 juillet 1913, p. 2497 sq.

85 Ibid, 4 juillet 1913, Chambre des députés, 2e séance du 3 juillet 1913, p. 2415 sq.

86 Ibid, 2 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 1er juillet 191, p. 2334 sq.

87 Ibid, 21 juin 1913, Chambre des députés, séance du 20 juin 1913, p. 2071 sq.

88 Ibid, 3 juillet 1913, Chambre des députés, séance du 2 juillet 1913, p. 2361 sq.

89 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, 1re séance du 17 juin 1913, p. 1973 sq.

90 Ibid., 2 et 3 juillet 1913, Chambre des députés, séances du 1er et 2 juillet 191, p. 2334 sq. et p. 2361 sq.

91 Ibid., 18 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 17 juin 1913, p. 1988 sq.

92 Ibid.

93 Ibid., 24 juin 1913, Chambre des députés, séance du 23 juin 1913, p. 2108 sq.

94 Ibid., 2 juillet 1913, Chambre des députés, 2e séance du 1er juillet 1913, p. 2334 sq.

95 Ibid., 10 juin 1913, Chambre des députés, séance du 9 juin 1913, p. 1785 sq.

96 Ibid. 17 juin 1913, Chambre des députés, séance du 16 juin 1913, p. 1935 sq.

97 Ibid., 19 juin 1913, Chambre des députés, 1re séance du 18 juin 1913, p. 2003 sq.

98 Ibid.

99 Ibid., 26 juin 1913, Chambre des députés, 2e séance du 25 juin 1913, p. 2175 sq.

100 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 553.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search