Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Cinquième partie. Le difficile avènement du service personnel obligatoire (1867-1872)

Chapitre III. De l’avant-garde de la Nation à l’arche sainte

Texte intégral

L’ultime rempart

1Ce que Napoléon III n’avait pas réussi à faire, ses adversaires conservateurs qui s’étaient pourtant opposés vigoureusement à la loi Niel commencèrent à l’accomplir aux commencements de la iiie République. Il ne s’écoula pas cinq ans entre le vote de la loi Niel et le vote d’une nouvelle loi militaire. Mais ces cinq années furent décisives, qui virent le double traumatisme des désastres de 1870, entraînant la chute du régime impérial, et de la Commune. Ces événements donnèrent une impulsion déterminante à l’instauration du service personnel et une force irrésistible aux courants qui le prônaient au point que même ceux qui le refusaient auparavant s’y rallièrent. Les défaites de l’Empire paraissaient avoir sonné le glas d’une armée redevenue de fait une armée professionnelle, les défaites de la jeune République ruinaient définitivement les attentes mises dans les levées improvisées. Il n’est pas jusqu’aux combats livrés par les Communards et perdus par eux qui ne semblèrent mettre fin aux espoirs placés dans une armée citoyenne que pouvait représenter la Garde nationale.

  • 1 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit., p. 206.
  • 2 P. Buffotot, op. cit.
  • 3 A. Mitchell, Victors and vanquished : The german influence on army and church in France after 1870(...)

2En réalité, ce sont des mythes qui avaient été mis à mal, plus que des faits. Ni les levées de volontaires ni la levée en masse de la Révolution n’avaient eu la spontanéité qu’on leur prêtait. C’est d’ailleurs sous la pression des circonstances que Gambetta avait dû improviser. Quand il fut à la tête de la Délégation de Tours, il lui manqua ce qu’avaient eu ses prédécesseurs de la Révolution, du temps et, par conséquent, un nombre suffisant de vieux soldats pour s’amalgamer avec les volontaires de la jeune République1. L’échec militaire de la Commune ne fut pas l’échec du concept de milice, la garde nationale de Paris n’étant pas une milice mais une « armée utopique »2 que Cluseret, délégué de la Guerre, puis Rossel qui lui succéda, tentèrent en vain de « militariser »3.

  • 4 J. Ch. Jauffret ne répertorie pas moins de 122 ouvrages, sans compter les pétitions. Parlement, Go (...)
  • 5 Journal Officiel, 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2372 sq.

3La Commune n’était pas encore vaincue que, le 17 mai 1871, l’Assemblée ordonna la formation d’une commission de quarante-cinq membres qui se consacreraient à une réorganisation militaire. La formation de cette commission suscite une floraison d’ouvrages. Aucune loi militaire n’avait encore soulevé autant d’intérêt. Comme auparavant, la plupart de ces écrits émanent des militaires mais les civils ne dédaignent pas de s’exprimer4. Dès le 19 août suivant, le rapporteur Chasseloup-Laubat remit la première partie de son rapport et, le 12 mars 1872, la totalité5. Les préoccupations des auteurs de la future loi n’étaient pas seulement ou exclusivement tournées vers la revanche. Après la « fête impériale » et « l’apocalypse » de la Commune, il y eut, dans toutes les familles d’esprit, un immense désir que la nation se redresse et plus encore qu’elle se régénère. Mais chacune de ces familles donnait à ce désir une tonalité particulière et les conservateurs – légitimistes ou orléanistes – qui dominaient l’Assemblée conduisirent ce courant de fond sur une pente conservatrice.

  • 6 G. Gugliotta, Un officier du corps d’État-major, le général de Cissey, (1810-1882), Thèse d’État s (...)

4De ce redressement et de cette régénération, l’armée va devenir l’instrument privilégié. Il est frappant de constater que l’armée de Napoléon III n’est pas vilipendée pour les défaites, bien au contraire, mais que la responsabilité en est imputée au régime impérial. C’est le seul point sur lequel s'accordent l’Assemblée et Thiers qui s’arc-boute au modèle de l’armée de métier. Les valeurs dont on découvre que l’armée impériale les incarnait ne sont pas ou plus mises en doute. Bien plus, elle apparaît comme l’unique refuge de ces valeurs que la société a oubliées. Oubli qui explique la défaite et le « juste » châtiment de cette société légère, égoïste, matérialiste, indisciplinée, traversée de passions mauvaises, autodestructrices dont l’envie. Le rapport de la commission d’enquête sur les origines de la Commune remis le 15 mars 1872 va dans ce sens6 : ce sont donc paradoxalement les défaites qui mènent à la conception de l’armée arche sainte, modèle pour une société qui doit se transformer, école de discipline morale et sociale.

  • 7 J.-Ch. Jauffret, op. cit., p. 53 et p. 162.
  • 8 A. Crépin, op. cit., p. 202 sq.
  • 9 R. D. Challener, The French theory of the nations in arms (1866-1939), New-York, Columbia Universi (...)

5Mais précisément, ces valeurs doivent pouvoir se diffuser largement dans le corps social. Or, l’armée telle qu’elle existait sous le Second Empire est jugée incapable de cette imprégnation, non à cause de la mauvaise volonté de ses membres, mais en raison de ses structures. C’est là l’origine de la profonde opposition qui existe entre les tenants du pouvoir législatif et celui qui détient le pouvoir exécutif. Pour Thiers, tout est de la faute du précédent régime, pour les membres de l’assemblée de 1871, l’Empereur déchu n’a pas su modifier l’héritage des monarchies censitaires tel qu’il était organisé par les lois de 1818…et de 1832, dont Thiers s’était toujours fait le thuriféraire. C’est ce qui transparaît aussi à la lecture d’un autre rapport, celui de l’amiral Jauréguiberry, consacré aux causes de la défaite et publié dès le 3 mai 1871 au Journal officiel7. Ses structures l’ont en effet mise à part de la société, et aussi le fait qu’elles reposaient sur un contingent restreint. Ce n’est donc pas seulement par imitation de la Prusse, encore que l’Assemblée soit impressionnée par la rapidité avec laquelle cette nation peut déployer des effectifs importants, mais pour des raisons idéologiques, que la majorité accepte les gros bataillons, le service personnel et la suppression du remplacement mais ce ralliement se fait dans une optique conservatrice, qui commence à dissocier les notions de Patrie et de Révolution voire de République ; cette dichotomie et cette conception conservatrice de la nation armée, on les pressentait dans une série d’articles de la Revue des Deux Mondes parus alors que la guerre n’était pas encore terminée8. La nation en armes était également dissociée des masses censées être désordonnées9.

  • 10 J.-Ch. Jauffret, op. cit, p. 289.
  • 11 Ibidem, p. 103 sq.

6Aussi le 20 juillet 1871, la sous-commission de recrutement avança dans son avant-projet de loi, le principe que tout Français de vingt à quarante ans devrait le service militaire sans possibilité de remplacement10. Les auteurs des ouvrages publiés à l’occasion du débat allaient quasiment tous dans le même sens, même si certaines pétitions réclamaient le maintien du remplacement11. La culpabilité engendrée par les défaites de 1870-1871 faisait maintenant trouver choquant, au point de vue social et moral, et pas seulement militaire, que l’on ne prenne pas sa part du fardeau commun et que l’on se dérobe moyennant argent à l’accomplissement d’un devoir que l’on ne concevait pas cependant comme uniforme surtout quant à sa durée.

L’armée, école de conservation et de régénération sociale

  • 12 A. Mitchell, op. cit., p. 22.

7La discussion s’ouvre le 27 mai 1872, dans une France vaincue et encore occupée partiellement comme en 1818 lors du débat consacré à la loi Gouvion-Saint-Cyr. La similitude de l’atmosphère qui prévaut lors du vote de chacune des deux lois ne tient pas seulement aux circonstances. On la retrouve dans la hauteur de vues à laquelle s’élèvent les parlementaires et aussi dans la charge idéologique dont le débat de 1872 est porteur. Trois tendances étaient aux prises : celle de la majorité de l’Assemblée, celle de l’exécutif en la personne de Thiers, qui, en décembre 1871, avait rédigé un projet allant à l’encontre du courant dominant mais ne le déposa pas12, celle des républicains. Ceux-ci menaient un jeu complexe car, d’une part, ils se savaient trop minoritaires pour imposer dans cette assemblée conservatrice leurs vues égalitaires en matière de durée du service et, d’autre part, ils voulaient éviter une épreuve de force avec Thiers, qui le pousserait à abandonner le pouvoir en laissant le champ libre aux partisans d’une restauration monarchique. Gambetta était donc enclin au compromis : il estimait d’ailleurs que c’est seulement quand les républicains seraient au pouvoir que des lois véritablement républicaines pourraient être votées. Il y avait peut-être aussi le désir d’éviter la surenchère à laquelle la loi Niel avait donné lieu. Les historiens rappellent au demeurant que le programme de Belleville de 1869 prônait l’abolition de l’armée permanente mais non le désarmement. Lors du vote de la loi Niel, les républicains du Second Empire avaient eu la même position et les Communards également tant, depuis le 2 décembre 1851, l’armée permanente était devenue indissociablement synonyme d’armée professionnelle voire d’armée de coup d’État. L’armée de la République, quand elle serait enfin aux mains des républicains, serait-elle une armée improvisée ? Les échecs de la jeune République, lorsque Gambetta avait dirigé la Défense nationale lui interdisaient désormais d’emprunter une telle voie.

8Les commencements du débat montrèrent qu’il était encore des conservateurs, tel monseigneur Dupanloup, pour ne pas dissocier l’imposition à tous du devoir militaire et l’état de barbarie. Après avoir pris la précaution oratoire d’affirmer qu’il n’était pas opposé au service obligatoire et qu’il lui paraissait beau et grand de voir toute la jeunesse d’un pays se lever pour défendre la patrie, selon lui synonyme du foyer et des autels, d’honneur et de civilisation, il déplore que la France soit obligée de faire comme la Prusse qui a le service obligatoire comme elle a l’instruction obligatoire. Cela n’en fait pas d’elle pour autant la première nation du monde car cela reviendrait à dire que les vainqueurs ont toutes les vertus.

  • 13 Journal Officiel, 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3595 sq.

« Il m’est impossible de compter pour rien, l’esprit, le coeur, l’âme, le caractère, la bonté, la délicatesse, la générosité, le désintéressement : voilà ce qui fait une première nation du monde […] J’ai peine à croire que nos vainqueurs sont un peuple modèle […] parce qu’ils sont venus à bout, à force de frais, de faire de leur pays, un arsenal et un camp. Mais enfin, ils l’ont fait et nous sommes condamnés à le faire comme eux. Je me permets de penser que, quand la Prusse s’y est condamnée elle-même et y a condamné les autres, elle n’a rendu service ni au monde ni à elle-même […] Je comprends la nécessité, je ne l’admire pas. C’est là, il le faut avouer un progrès étrange de civilisation […] Je n’admire pas une nation qui se jette toute entière sur une autre et je me souviens d’une parole prononcée par le président de la République [Thiers] dans l’Assemblée nationale en 1848 lorsqu’il s’écriait : “Une société où tout le monde serait soldat deviendrait bientôt une société barbare”13. »

  • 14 Crainte qui n’était pas chimérique. J.-F. Grivaux note qu’après la guerre de 1870, l’armée bénéfic (...)

9Certes, monseigneur Dupanloup redoute peut être un transfert de sacralité14 au profit de la Patrie et de l’armée mais on trouve encore plus de virulence dans le discours de Belcastel lorsqu’il propose un amendement visant à instaurer la substitution, forme moins « voyante » du remplacement, et par là, croit son auteur, plus acceptable pour les parlementaires.

  • 15 Journal Officiel, 15 juin 1872, n° 163, séance du 14 juin 1872, p. 4012 sq.

« Faut-il regarder l’armement d’un peuple tout entier prêt à en exterminer un autre comme l’idéal de la fraternité ? Faut-il regarder la caserne comme une école supérieure au foyer domestique et comme le temple de l’ordre social nouveau? Faut-il donc regarder la confiscation de millions de bras au profit de manœuvres stériles et dévastatrices, la confiscation de tant de bras destinés par la Providence à travailler et à produire, comme l’idéal de la liberté ? Mais, puisque la conscription […] frappe la nation française depuis la proclamation des droits de l’homme et au nom de son affranchissement -tant il est vrai que le génie révolutionnaire se ment toujours à lui-même- il est juste, il est chrétien, il est indispensable que cet impôt pèse également sur tous si c’est une charge, qu’il glorifie également tous les citoyens si c’est une gloire […] puisque, depuis la proclamation du dogme de la fraternité, l’Europe est inondée de folles armées comme d’avalanches […] Eh bien ! Que tout citoyen soit soldat […] Puisque la discipline morale est tellement abaissée parmi nous et l’esprit de révolte si envahissant que l’on regarde la discipline matérielle comme un espoir et comme un frein pour la dissolution morale, eh bien soit ! Place à la verge de fer et que la consigne supplée la vertu! Puisque la mollesse croissante des mœurs appelle comme un remède désespéré une vie forte et dure, organisons des camps et des manœuvres15. »

  • 16 Ibidem, 8 juin 1872, n° 156, séance du 7 juin 1872, p. 3836 sq.

10Toutefois, il pense qu’il faut sauvegarder d’autres intérêts, ceux de la religion, de la famille, de la liberté et c’est pourquoi il propose un amendement en ce sens qui conduit, en fait, à une armée de métier. Cet amendement, repoussé à une très large majorité, ne fait que révéler l’isolement des adeptes de celle-ci. Fidèle à ses conceptions, Thiers fait chorus : « Mais quand y a-t-il eu la nation armée ? Les peuples barbares ont la nation armée et ils n’ont pas à s’en louer beaucoup16. »

  • 17 Ibid., 5 juin 1872, n° 153, séance du 4 juin 1872, p. 3759 sq.
  • 18 Ibid., 13 juin 1872, n° 161, séance du 12 juin 1872, p. 3958 sq.
  • 19 J.-Ch. Jauffret, op. cit, p. 169.
  • 20 Journal Officiel, 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.
  • 21 Ibidem.

11Mais il est des conservateurs pour lui répliquer, et pas seulement ceux du centre gauche tout entier favorable à l’adoption du service obligatoire. Emile Keller, alors représentant du territoire de Belfort, juge qu’il ne constitue pas un retour à la barbarie mais un retour à la justice et aux devoirs du patriotisme17. D’autres se placent sur un terrain plus général. Le pasteur de Pressenssé dit que la loi ne prépare pas la guerre, car, dans ce cas, elle serait une loi de barbarie ; au contraire, rendant la guerre plus difficile, elle est une loi de civilisation et, surtout, elle présente, outre un côté militaire, un côté moral puisqu’elle étend à tous le devoir de servir la Patrie dans l’armée18. En effet, c’est une véritable éthique du service militaire, on pourrait même dire une mystique, que fondent les partisans de la loi19. Il y a chez certains un renversement de pensée, consécutif aux défaites. Le rapport l’affirme d’emblée : « Les grands désastres renferment de grands enseignements20 ». Ce renversement de pensée est parfois un bouleversement et ce n’est pas seulement à l’encontre des républicains que sont fustigées « les fausses théories de la paix universelle21 ».

  • 22 Ibid.

« Elle [la commission] sait […] qu’il est pour une nation des moments critiques où elle doit se replier sur elle-même […] Se recueillir et chercher sa voie pour ne pas se laisser entraîner sur la pente où un peuple dégénère et descend […] C’est donc le service militaire personnel que nous entendons prescrire […] Ce principe ne doit donc pas nous surprendre puisqu’il est la base de toutes les lois de recrutement. Mais la commission l’a adopté dans la perspective de considérations plus élevées que celle de mettre à la disposition du pays un nombre considérable d’hommes22. »

  • 23 Ibid., 1er juin 1872, n° 149, séance du 31 mai 1872, p. 3662 sq.

12En réaction au matérialisme supposé du second Empire, est développée une idéologie du sacrifice dont l’accomplissement du service peut être le vecteur. Le vicomte de Meaux, au demeurant plus résigné qu’adepte de la future loi, va même jusqu’à parler « d’expiation de nos désastres antérieurs23 ». Le remplacement élevé à la hauteur d’un droit avait fini par « énerver » l’esprit public. Le général Billot, alors président de l’Union républicaine, le répète.

  • 24 Ibid., 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3595 sq.

« Il y a quelque chose de plus noble et de plus grand que la pensée et la parole, c’est le sacrifice jusqu’à mourir pour son pays. Voilà ce qui doit dominer la parole, ce qui doit dominer la pensée car c’est le sacrifice qui grandit l’homme, c’est le sacrifice qui grandit le citoyen; et c’est parce que c’est par le sacrifice seulement que l’homme s’élève au-dessus des intérêts matériels que je veux que tous les citoyens français soient astreints au service militaire24. »

  • 25 Ibid., 29 mai 1872, n° 146, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.
  • 26 Ibid., 13 juin 1872, n° 161, séance du 12 juin, p. 3958 sq.
  • 27 Ibid.

13Le remplacement, dont pourtant les conservateurs ou leurs devanciers idéologiques, du moins les orléanistes, furent les ardents défenseurs, présente désormais un double inconvénient. D’une part, en en faisant un corps à part, il empêche l’armée de remplir la mission qu’ils lui assignent maintenant ; les généraux qui ont de la sympathie pour la République comme Billot font naturellement chorus. Tous, quelles que soient leurs préférences idéologiques, insistent, tel le général Guillemaut, sur le fait que l’armée doit représenter la nation toute entière et s’identifier à elle et, ainsi, ne pas être composée uniquement des déshérités de la fortune et de l’intelligence25. Il ne faut pas le remplacement, disent avec plus de force encore le colonel de Chadois et Octave de Bastard ; le premier parce qu’« après tous nos désastres, le service obligatoire est notre seule conquête et notre seule espérance […] Avec le service obligatoire, l’armée sera à l’image de la Nation, elles se matérialiseront l’une par l’autre26 ». Le second parce qu’il ne faut pas briser « l’union intime » de la nation avec l’armée qui ne doit pas être une classe isolée de celle-là mais son émanation27. D’autre part, le remplacement brise l’ordre que ces conservateurs voulaient instaurer et qui ne se résume pas pour eux au classique maintien de l’ordre car il est à la fois conservation et régénération. Ils s’approprient la conception de la démocratie qu’avaient avancée les bonapartistes autoritaires quand ils défendaient la loi Niel et qui était fondée sur les principes d’autorité et de hiérarchie.

  • 28 A. Crépin, op. cit., p. 202.

14Cette appropriation, on la percevait dans les articles de La Revue des Deux Mondes28. Elle est encore plus manifeste dans le rapport où la hantise de la Commune s’ajoute au souvenir de la débâcle militaire.

  • 29 Journal Officiel, 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

« Alors que tant de détestables doctrines viennent s’étaler devant le pays, cherchant à diviser toutes les couches de la société – car il n’y a réellement plus de classes –, alors que tant de détestables doctrines veulent séparer ce qu’elles appellent « les riches » et « les pauvres » […] c’est une belle réponse à leur faire que de dire : « Le remplacement est supprimé, tout Français doit le service militaire […] ce que nous recherchons […] c’est la réunion, c’est le rapprochement dans les rangs de l’armée de tous les éléments de ces diverses classes ». C’est là, selon nous, une nécessité sociale qui s’impose à notre pays, alors même que la défense de notre sol ne nous le commanderait pas impérieusement29. »

15Elle l’est également dans les discours des parlementaires favorables à la loi. Le général Guillemaut approuve son esprit

  • 30 Ibidem, 29 mai 1872, n° 146, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.

« lorsque tous auront été imbus de cet esprit d’union, de solidarité qui a toujours été et qui sera toujours celui du soldat, l’ordre social sera solidement établi et il le sera d’autant mieux qu’il sera défendu par tous ceux qui auront intérêt à le faire30 ».

16Il existe aussi obscurément l’idée que, pour être confortés, les avantages donnés par la position que l’on occupe dans la hiérarchie sociale, qui n’est plus une hiérarchie des ordres mais de l’argent, ne doivent plus apparaître comme des privilèges.

  • 31 Ibid.

« Tout le monde se plaît à reconnaître que le premier devoir qui incombe au citoyen est celui de défendre son pays. Or, un devoir ne s’aliène pas, ne se délègue pas, ne se vend pas. La loi ne doit donc pas laisser au riche la faculté de s’en affranchir à prix d’argent31. »

  • 32 Ibid., 14 juin 1872, n° 162, séance du 13 juin 1872, p. 3988 sq.

17Le colonel de Chadois pense que la question du remplacement a été unanimement tranchée. Le pacte qui consiste à aller dire à son voisin moins fortuné de supporter à sa place les dangers du rude métier des armes, est désormais condamné par toutes les consciences. « S’il y a une planche de salut pour cette société si tourmentée par tant de révolutions, elle est dans le mélange de toutes les classes32. »

  • 33 Ibid., 29 mai 1872, n° 146, séance du 27 mai 1872, p. 3573 sq.

18Pour certains, il y a encore réciprocité de l’influence que peuvent exercer l’une sur l’autre l’armée et la société. Il faut donc faire entrer dans les rangs ceux qui ont l’instruction que seules la richesse et l’aisance donnent aujourd’hui, estime le général Guillemaut33. Le rapport le concède : le service personnel relèvera le niveau moral de l’armée dans laquelle entreront les hommes que leur situation place dans les classes aisées de la société et le niveau moral de la société recevant à son tour les hommes que l’armée aura améliorés. Mais, très vite, il en vient à dire que l’exemplarité est du côté de l’armée et qu’elle y existe déjà, même s’il faut que l’armée s’ouvre. Dans une armée où règne la discipline, toutes les classes sont confondues, la hiérarchie, loin d’être un perpétuel objet de jalousie, fait naître au contraire un véritable respect d’autant que, plus les institutions d’un pays sont fondées sur la démocratie, plus il lui faut l’obéissance aux supérieurs qui est la discipline militaire.

  • 34 Ibid. 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

« L’armée est la grande école du pays ! Que les générations qui s'y succèdent y viennent donc puiser des sentiments de patriotisme, de discipline et d’honneur et la nation recevra une éducation virile qui ne sera pas sans influence sur ses destinées […] Ce programme, ce n’est pas nous qui l’avons imaginé, c’est la force des choses, c’est notre situation en Europe, c’est avant tout l’état intérieur de notre société qui nous l’ont imposé […] [Vous savez] quel est l’état intérieur du pays, à quelles passions subversives il est en butte ; quelles funestes doctrines on cherche à répandre dans nos populations, enfin quelles divisions on tâche de faire naître entre tous les rangs de la société […] La pensée qui nous a constamment dirigés […] c’est surtout notre situation intérieure qui nous l’a inspirée. Dans tous les cas, il n’en était pas d’autres [moyens] pour résister au mal qui menace de plus en plus de désagréger tous les éléments de notre société ; il n’en était pas d’autres pour relever dans tous les cœurs, le sentiment de la Patrie, dans tous les esprits, le sentiment de la discipline, dans toutes les âmes, les pensées du dévouement34. »

  • 35 Ibid., 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3595 sq.
  • 36 Ibid., 28 mai 1872, n° 145, séance du 27 mai 1872, p. 3548 sq.

19En somme, une utopie est en train de se construire au point que monseigneur Dupanloup craint qu’en faisant de l’armée une école, on n’en vienne à fermer les autres35. Le général Trochu, qui se rallie conditionnellement à la loi, accuse ses auteurs d’inverser l’ordre des choses ; la discipline des armées est la conséquence naturelle de la discipline des mœurs, ici c’est de la reconstitution de la discipline militaire que l’on espère la discipline sociale. Mieux vaudrait réformer l’éducation nationale36.

  • 37 Selon les termes de R. Girardet, op. cit., p. 171.

20Les républicains s’inquiètent aussi mais, à l’utopie de l’officier « prêtre », ils substituent celle de l’officier « instituteur » qui correspond à leur propre modèle de la démocratie37. À propos de la discipline, une violente passe d’armes oppose Denfert-Rochereau, qui craint qu’on en reste à l’obéissance passive, à ceux qui redoutent qu’en contestant celle-ci, on autorise la « désobéissance active ». Denfert-Rochereau leur réplique :

  • 38 Journal Officiel, 29 mai 1872, n° 14, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.

« C’est principalement dans les relations de l’école, de l’enseignement, de l’instruction, que se trouve la conciliation de ces deux termes : obéissance de l’inférieur et développement de son initiative personnelle par le fait même de l’obéissance. Ainsi ce sont les relations de professeurs à élèves qui expriment à mon sens le caractère normal de la discipline. Dans une armée, ces relations devraient exister plus ou moins entre tous les éléments qui la constituent38. »

21Il ajoute que ces relations existent… en Prusse.

Un service personnel inégalitaire

  • 39 Ibidem., 12 juin 1 872, n° 160, séance du 11 juin 1872, p. 3932 sq.

22Comme en 1818, les principes affichés n’entrent pas pleinement dans la pratique mais, au lieu que la dangerosité de la nation armée soit contenue par le faible nombre des appels, c’est par l’organisation différenciée des « gros bataillons » que s’opère la maîtrise de la situation. Le marquis de Castellane, adversaire de la loi, n’a pas compris le déplacement de l’enjeu quand il s’écrie qu’en créant le service obligatoire, l’Assemblée donne satisfaction à ceux qui, à peine un an auparavant, s’en allaient par toute la France prêcher ces inepties ridicules de la paix universelle et de la fraternité des peuples39.

  • 40 Ibid, 6 avril 1872, n° 956, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.
  • 41 Ibid., 7 juin 1872, n° 155, séance du 6 juin 1872, p. 3807 sq.
  • 42 Ibid., 31 mai 1872, n° 148, séance du 30 mai 1872, p. 5625 sq.

23Pourtant le rapport avait affirmé qu’il ne s’agissait pas de faire des levées extraordinaires et de maintenir sous les drapeaux tous les Français pendant vingt ans40. Il existe une nette volonté de se démarquer de l’œuvre de la Révolution en confondant d’ailleurs abusivement 1792 et 1793. La légende de 1793 doit être critiquée, s’écrie Sarrette, les hommes de la Révolution ont cru qu’il suffisait d’armer un grand nombre d’hommes braves et enthousiastes pour former des armées puissantes et fortes41. La version jacobine de la nation armée est réfutée avec encore plus de force quand elle apparaît sous la figure de la Garde nationale. La légende qui l’a entourée a eu des effets plus graves que celle de 1793, la France croyait avoir une armée parce qu’elle avait des gardes nationaux, déplore le député Perrot42.

  • 43 Ibid., 12 juin 1872, n° 160, séance du 11 juin 1872, p. 3932 sq.
  • 44 Ibid., 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.
  • 45 Ibid., 7 juin 1872, n° 155, séance du 6 juin 1872, p. 3807 sq.
  • 46 Ibid., 8 juin 1872, n° 156, séance du 7 juin 1872, p. 3836 sq.
  • 47 Ibid., 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.
  • 48 J.-Ch. Jauffret, op. cit., p. 291.

24La majorité de l’Assemblée devait aussi répondre aux appréhensions du marquis de Castellane qu’elle partageait peut être encore. Il faut craindre, avançait celui-ci, le « droit au fusil » pour une grande quantité d’hommes que l’on ne pourrait armer en temps de paix et qui, en temps de guerre, réclameraient des armes pour soi-disant défendre leurs chaumières, en réalité pour défendre leurs idées. « Pour donner satisfaction à ce sot préjugé qui s’appelle la levée en masse, craignons de faire du service obligatoire un instrument de désordre et de gâchis des armées régulières43. » Or, non seulement les conservateurs ne veulent pas de masses inorganisées ou de foules révolutionnaires mais ils demeurent persuadés des bienfaits de la longue durée. Ils reprennent la fameuse opposition entre instruction militaire et éducation militaire. Le rapport répète une fois de plus que c’est la seconde qui demande le plus de temps car si, dans une société déjà hiérarchisée et disciplinée, elle est faite d’avance, ce n’est pas le cas dans la société française44. Sarrette renchérit : si les temps modernes ont révélé que le nombre était un facteur décisif de victoire, il faut se garder d’imiter les hommes de la Révolution qui ont confondu l’instruction et l’éducation. Seule celle-ci donne à une armée la cohérence et l’esprit de corps nécessaires et, en somme, l’esprit militaire. Une armée nombreuse sans organisation suffisante ne sera jamais qu’une agglomération d’hommes45. Par ailleurs, à leurs yeux, la longue durée à le mérite de faire émerger au sein de l’armée un nombre suffisant de sous-officiers. L’insuffisance de ceux-ci était un problème récurrent soulevé dès les débats des monarchies censitaires. Certes, la majorité de l’Assemblée ne suit pas Thiers qui s’obstine au cours d’un « baroud d’honneur » à ne s’intéresser qu’à la seule qualité obtenue par une éducation militaire de longue durée, voire à prétendre que le véritable nombre, c’est la qualité. « Si j’étais maître des destinées de mon pays, c’est six ans, c’est sept ans, c’est huit ans, que je demanderais46. » Or le rapport affirme d’emblée qu’on se demande pourquoi il faudrait plus de temps aux soldats français qu’aux autres soldats d’Europe pour se former, alors que leur intelligence est au moins égale. Les cinq ans de la loi de 1868 ont paru un maximum à ne pas dépasser47. L’avant-projet de loi avait d’abord songé à quatre ans, la commission, quand elle rend son rapport, évoque cinq ans dans un geste de bonne volonté envers Thiers48.

25Mais pouvait-on imposer cinq ans à tous et en particulier aux fils des élites, sans parler de l’impossibilité budgétaire de cette mesure ? Cela avait été un acte de courage, de la part des notables qui peuplaient l’Assemblée, d’avoir supprimé le remplacement dont l’abolition fut votée à l’unanimité moins une voix, bien que des adversaires de la loi aient tenté de le réintroduire sous une forme plus subtile. Nous avons vu plus haut la logique qui conduisit ces hommes à une telle mesure. Mais ainsi ils étaient inévitablement amenés à réintroduire l’inégalité pour concilier des intérêts qu’ils savaient opposés. En fait, ils se trouvaient en accord avec le général Ducrot, opposé à la loi, sur la conception de l’égalité :

  • 49 Journal Officiel, 2 juin 1872, n° 156, séance du 7 juin 1872, p. 3595 sq.

« L’égalité est une bien belle chose, j’en suis très partisan, surtout de l’égalité qui s’obtient en élevant les niveaux inférieurs à hauteur des niveaux supérieurs. Mais j’avoue que je suis l’adversaire de l’égalité qui s’obtient en abaissant les niveaux supérieurs à hauteur des niveaux inférieurs. Je ne veux pas surtout de cette égalité qui s’obtient à la manière de Tarquin, c’est-à-dire en abattant les têtes qui dépassent le niveau général49. »

  • 50 Ibidem, 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3836 sq.
  • 51 Ibid., 1er juin 1872, n° 149, séance du 31 mai 872, p. 3662 sq.

26Le général Billot commente la solution qui va être adoptée : le dieu des Armées est avec les gros bataillons, et aujourd’hui, avec la rapidité de la guerre moderne et le développement de l’industrie, c’est en quelques jours que se décident les destinées des états. Il faut donc diviser le contingent en deux fractions, l’une qui formera le « noyau dur » de l’armée. Ses membres auront reçu une éducation militaire et elle deviendra une grande école où tous les éléments de la nation viendront puiser l’instruction militaire qui se donnera en peu de temps. Ces éléments deviendront les réserves50. Ainsi prennent corps les grandes lignes d’un projet qui va aboutir à une loi de compromis, une transaction, comme le reproche aux auteurs de celle-ci le républicain Jean Brunet51.

  • 52 A. Crépin, op. cit., p. 210.

27Le tirage au sort continue à déterminer la destination des appelés. Mais au lieu que les bons numéros soient dispensés de toute instruction, ils font désormais un an dès lors que l’obligation du service personnel, et non plus la seule conscription, est maintenant inscrite dans la loi. Les dispositions de ce « service à la carte52 » étaient encore plus complexes puisque, par une disposition qui ne pouvait que favoriser la jeunesse bourgeoise, certains pouvaient s’engager conditionnellement pour un an, évitant le risque des cinq ans, au prix d’une « renonciation » à la chance d’un bon numéro. Mais cet engagement conditionnel n’était permis qu’à ceux qui avaient le titre de bachelier et paieraient la somme de 1 500 francs à l’État pour frais d’équipement. Cette mesure semblait inspirée du système prussien. En réalité, elle était appliquée dans un tout autre esprit qu’en Prusse, son but essentiel étant de ménager les intérêts des élites. Parallèlement, des sursis étaient attribués, par exemple aux agriculteurs qui pouvaient justifier qu’ils étaient indispensables à la bonne marche de leur exploitation. Enfin les soutiens de famille mais aussi les futurs enseignants et les futurs ecclésiastiques des trois religions concordataires étaient dispensés de tout service.

  • 53 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 509.

28La loi marque aussi l’avènement d’une réserve nombreuse et – surtout – instruite. Les bons numéros, après avoir accompli une année voire, six mois s’ils ont acquis avant leur service une instruction militaire, restent en disponibilité pendant quatre ans au cours desquels ils sont appelés à participer à des exercices dans la réserve où ils retrouvent les mauvais numéro qui viennent d'achever leurs cinq ans. Tous se retrouvent ensuite pour cinq ans dans la territoriale et pour six ans dans la réserve de la territoriale53.

29En vain les républicains – rejoints par une minorité de conservateurs tels Keller – plaident pour un service de trois ans imposé à tous. Farcy, ancien lieutenant de vaisseau, qui avait déposé sa propre proposition de loi, proclame que tout Français doit être soldat et non plus seulement milicien et, qu’à cet égard, la seconde portion du contingent sera insuffisamment instruite pour être vraiment en état de combattre victorieusement.

  • 54 Journal Officiel, 29 mai 1872, n° 146, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.

« Puisque c’est le passage dans l’armée qui doit moraliser et élever les citoyens, il faut que tous y passent de la même manière et que chacun ne puisse en sortir que quand il aura prouvé par des examens sérieux qu’il est capable d’être citoyen français, c’est-à-dire de défendre son pays54. »

30Il regrette qu’à l’inverse la première partie du contingent soit retenue plus de temps qu’il n’est nécessaire et, comme les républicains des années quarante, assimile l’inculcation de l’esprit militaire au dressage.

  • 55 Ibidem, 1er juin 1872, n° 149, séance du 31 mai 1872, p. 3662 sq.

« Il faut craindre avant tout de faire des machines, d’hommes dont on doit plus tard exiger du dévouement et du patriotisme. Craignez donc […] de faire des routiniers plutôt que des patriotes55. »

  • 56 Ibid.

31Les modalités de la loi semblent rétablir les privilèges de telle sorte qu’en cas d’émeute, on n’aura à faire marcher pour rétablir l’ordre que les classes qui n’auront aucun intérêt à le défendre. Ceux qui feront cinq ans ne constitueront pas une armée nationale mais une armée prétorienne56.

  • 57 Ibid., 4 juin 1872, n° 152, séance du 3 juin 1872, p. 3732 sq.
  • 58 J.-Ch. Jauffret, op. cit., p. 295.

32Brunet critique la commission : après avoir proclamé le principe du service personnel obligatoire, elle ne l’a pas fait entrer dans la pratique et a cédé aux pressions provenant de l’état social, des traditions militaires, des mœurs et des habitudes57. En vain car Gambetta garde un « silence éloquent ». En défendant les trois ans pour tous, il risque d’exacerber l’opposition entre l’Assemblée et le chef de l’État, au détriment de ce dernier. Or s’il est en total désaccord avec celui-ci sur la question militaire, il sait aussi qu’il est le rempart de la république naissante. Par ailleurs, il pense que seule la république affermie pourra faire entrer en vigueur une conception républicaine de la nation armée. Aussi, lorsqu’un vote eut lieu le 8 juin sur les trois ans, il n’est pas sûr que tous les républicains aient voté pour qu’ils adviennent et ils furent repoussés par 455 voix contre 22758.

33À plusieurs reprises, Thiers s’était inquiété et même indigné de ce que les Français aient voulu servilement imiter la Prusse comme ils l’avaient fait après Rossbach. En réalité, la loi de 1872 était beaucoup plus complexe que ne l’aurait été la simple copie du modèle prussien.

Notes

1 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit., p. 206.

2 P. Buffotot, op. cit.

3 A. Mitchell, Victors and vanquished : The german influence on army and church in France after 1870, Chapel Hill, London, University of North Carolina Press, 1984.

4 J. Ch. Jauffret ne répertorie pas moins de 122 ouvrages, sans compter les pétitions. Parlement, Gouvernement, Commandement : L’armée de métier sous la IIIe République (1871-1914), Doctorat d’État sous la direction des professeurs A. Martel et G. Pedroncini, Université de Paris I, 1983, p. 103.

5 Journal Officiel, 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2372 sq.

6 G. Gugliotta, Un officier du corps d’État-major, le général de Cissey, (1810-1882), Thèse d’État sous la direction du professeur A. Martel, Université Paul Valéry Montpellier III, 1987, p. 418.

7 J.-Ch. Jauffret, op. cit., p. 53 et p. 162.

8 A. Crépin, op. cit., p. 202 sq.

9 R. D. Challener, The French theory of the nations in arms (1866-1939), New-York, Columbia University Press, 1955, p 35.

10 J.-Ch. Jauffret, op. cit, p. 289.

11 Ibidem, p. 103 sq.

12 A. Mitchell, op. cit., p. 22.

13 Journal Officiel, 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3595 sq.

14 Crainte qui n’était pas chimérique. J.-F. Grivaux note qu’après la guerre de 1870, l’armée bénéficia de la part de l’opinion d’un soutien « quasi mystique ». J.-F. Grivaux, L’armée et l’instauration de la IIIe République, Thèse de droit, Paris II, 1984, p. 14. Ce sont les mêmes accents que J.-Ch. Jauffret décèle dans les publications suscitées par la discussion de la loi. J.-Ch. Jauffret, op. cit., p. 169 sq.

15 Journal Officiel, 15 juin 1872, n° 163, séance du 14 juin 1872, p. 4012 sq.

16 Ibidem, 8 juin 1872, n° 156, séance du 7 juin 1872, p. 3836 sq.

17 Ibid., 5 juin 1872, n° 153, séance du 4 juin 1872, p. 3759 sq.

18 Ibid., 13 juin 1872, n° 161, séance du 12 juin 1872, p. 3958 sq.

19 J.-Ch. Jauffret, op. cit, p. 169.

20 Journal Officiel, 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

21 Ibidem.

22 Ibid.

23 Ibid., 1er juin 1872, n° 149, séance du 31 mai 1872, p. 3662 sq.

24 Ibid., 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3595 sq.

25 Ibid., 29 mai 1872, n° 146, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.

26 Ibid., 13 juin 1872, n° 161, séance du 12 juin, p. 3958 sq.

27 Ibid.

28 A. Crépin, op. cit., p. 202.

29 Journal Officiel, 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

30 Ibidem, 29 mai 1872, n° 146, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.

31 Ibid.

32 Ibid., 14 juin 1872, n° 162, séance du 13 juin 1872, p. 3988 sq.

33 Ibid., 29 mai 1872, n° 146, séance du 27 mai 1872, p. 3573 sq.

34 Ibid. 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

35 Ibid., 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3595 sq.

36 Ibid., 28 mai 1872, n° 145, séance du 27 mai 1872, p. 3548 sq.

37 Selon les termes de R. Girardet, op. cit., p. 171.

38 Journal Officiel, 29 mai 1872, n° 14, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.

39 Ibidem., 12 juin 1 872, n° 160, séance du 11 juin 1872, p. 3932 sq.

40 Ibid, 6 avril 1872, n° 956, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

41 Ibid., 7 juin 1872, n° 155, séance du 6 juin 1872, p. 3807 sq.

42 Ibid., 31 mai 1872, n° 148, séance du 30 mai 1872, p. 5625 sq.

43 Ibid., 12 juin 1872, n° 160, séance du 11 juin 1872, p. 3932 sq.

44 Ibid., 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

45 Ibid., 7 juin 1872, n° 155, séance du 6 juin 1872, p. 3807 sq.

46 Ibid., 8 juin 1872, n° 156, séance du 7 juin 1872, p. 3836 sq.

47 Ibid., 6 avril 1872, n° 95, Annexe n° 975, séance du 12 mars 1872, p. 2377 sq.

48 J.-Ch. Jauffret, op. cit., p. 291.

49 Journal Officiel, 2 juin 1872, n° 156, séance du 7 juin 1872, p. 3595 sq.

50 Ibidem, 30 mai 1872, n° 147, séance du 29 mai 1872, p. 3836 sq.

51 Ibid., 1er juin 1872, n° 149, séance du 31 mai 872, p. 3662 sq.

52 A. Crépin, op. cit., p. 210.

53 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 509.

54 Journal Officiel, 29 mai 1872, n° 146, séance du 28 mai 1872, p. 3573 sq.

55 Ibidem, 1er juin 1872, n° 149, séance du 31 mai 1872, p. 3662 sq.

56 Ibid.

57 Ibid., 4 juin 1872, n° 152, séance du 3 juin 1872, p. 3732 sq.

58 J.-Ch. Jauffret, op. cit., p. 295.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search