Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Quatrième partie. La conscription, la Nation, la société et le peuple français (1818-1867)

Chapitre III. Conscription et peuple

Texte intégral

Devenir français par la conscription

1D’instrument d’intégration nationale et de civilisation qu’elle était dans les projets de certains, la conscription devint un instrument de « naturalisation », s’adressant non plus seulement aux masses rurales qu’il fallait acculturer mais aussi à ceux qui, nés en France, n’étaient pas juridiquement français. Le problème naquit dans une France dont on oublie souvent qu’elle fut un grand pays d’immigration au xixe siècle et, davantage, qu’elle le fut beaucoup plus précocement qu’on ne l’imagine, dès la Restauration dans certains départements frontaliers. C’est la conscription qui révéla cet état de fait lors des premières levées qui furent appliquées en exécution de la loi de 1818. Très vite, et parfois dès 1818, les préfets du Nord, des Ardennes mais aussi ceux du Var, de la Corse, des Pyrénées-Orientales ou du Bas-Rhin appuient les doléances des conseils généraux et d’arrondissements qui se font eux-mêmes l’écho des protestations des régnicoles face à une situation qui leur apparaît injuste.

2En effet, le calcul du contingent demandé à chaque département s’effectuait en fonction de sa population globale dans laquelle étaient confondus les Français et les étrangers. Ce n’est que lors du tirage au sort et le plus souvent postérieurement, lorsqu’ils avaient tiré un mauvais numéro, que les étrangers « excipaient de leur extranéité », faisant retomber le fardeau sur les numéros suivants qui avaient pu pendant un moment se croire libérés et qui devaient partir sous les drapeaux s’ils étaient français.

  • 1 A. Crépin, « Service militaire et citoyenneté : les étrangers installés dans le Nord deviennent fr (...)

3Si le problème n’est pas encore national, il se pose de façon aiguë dans quelques départements et parfois même uniquement dans certains cantons de ces départements. Le préfet du Nord pense que le contingent du département dont il a la charge est alourdi d’un huitième par ce mode de calcul mais les cantons de Tourcoing évaluent au sixième la part supplémentaire que leur vaut la présence des étrangers dans leur circonscription1.

  • 2 Id., « Conscription citoyenneté, intégration (1818-1889) », Aux armes, citoyens ! Conscription et (...)

4C’est au point que, pour réparer ce qui est considéré comme une injustice, les préfets sollicitent l’aide du pouvoir central : ils réclament que les étrangers ne soient plus comptés dans la population en proportion de laquelle est déterminé le chiffre des appels ou alors – et surtout – qu’ils participent à la conscription. Or dès 1818, le ministre de l’Intérieur leur oppose l’article 9 du Code civil qui répute étranger celui qui est né en France mais dont le père est étranger, fût-il lui-même né en France sauf s’il a fait officiellement une déclaration en sens contraire dans l’année qui suit sa majorité2. C’est donc un argument juridique – et nullement ethnique – qui est avancé pour réfuter le souhait de ceux qui voudraient l’imposition aux étrangers du service, à tout le moins du tirage au sort.

  • 3 Id., « Service militaire, citoyenneté… », op. cit., p. 101.

5Les préfets de départements touchés par le phénomène entament donc sur un autre terrain un combat qui est également désavoué par le gouvernement. Ils tentent de refuser la radiation des jeunes étrangers des listes de tirage en espérant qu’ils se résigneront au processus jusqu’à accepter le départ consécutif au tirage d’un mauvais numéro. Par exemple, l’administrateur du Nord adresse en ce sens des circulaires aux maires, notamment à propos de jeunes gens dont le cas est litigieux ou sur la nationalité desquels l’administration n’a pas encore tranché3. Lutte vaine car, dès lors qu’ils ont tiré un mauvais numéro, les jeunes gens entament un procès à l’encontre de l’administration préfectorale qui s’obstine à les faire partir. À chaque fois, les tribunaux donnent tort à celle-ci.

  • 4 Voir par exemple Arch. nat., F1c V Bas-Rhin 4, Procès-verbaux des séances du conseil général du Ba (...)

6L’enjeu de ces controverses est fort loin de se réduire aux seuls aspects quantitatifs du problème car il aurait suffi de calculer le contingent en proportion des seuls régnicoles, voire des seuls conscriptibles. Et c’est ce que fera la monarchie de Juillet à partir de 1832 et plus nettement à partir de 1837 sans parvenir à résoudre la question. On a vu plus haut d’ailleurs que ce n’est pas cette voie dans laquelle les administrations souhaitaient que l’on s’engage. C’est l’exemption – de fait et de droit – des jeunes étrangers qui semble un privilège intolérable. Ce mot de privilège revient constamment sous la plume des préfets et des conseillers généraux et d’arrondisse ment4. Ce ne sont pas toutes les catégories d’étrangers qui sont visées et il est admis que ceux qui ne vivaient en France que depuis peu ou pour quelques années seulement échappent à la conscription. C’est au premier chef ceux qui appartiennent à ce que nous appellerions aujourd’hui la seconde génération et bien entendu à la troisième et aux suivantes qui doivent s’y soumettre.

7La démarche des autorités n’a pas lieu uniquement pour faire droit à l’égalitarisme intéressé de leurs administrés ni leur donner, par l’extension du nombre de ceux qui seraient susceptibles d’être tirés au sort et, partant, par la répartition des « risques », le maximum de chances d’échapper à l’impôt du sang, même si elle a lieu aussi pour atteindre ce but.

8Ni eux si soucieux de l’ordre ni les conseils de révision ne disent jamais qu’il serait imprudent d’ouvrir les rangs de l’armée française à des étrangers ; au contraire, ils jugent néfaste – et pas seulement injuste vis-à-vis des populations françaises – que ces étrangers, du moins les membres des catégories dont il a été question plus haut, n’accomplissent pas leur service militaire. C’est alors – et alors seulement – qu’ils deviendront « un corps étranger » au sein de la nation.

  • 5 Ibidem, séance du 25 août 1827.

« Les fils, petit-fils et arrière neveux de ceux-ci [dont on sait par ailleurs qu’ils sont fils de Françaises] suivant la condition de leur auteur, se trouveront également étrangers jusqu’à l’infini et il pourrait arriver que non seulement des familles mais la population presque entière d’une commune se trouverait étrangère au milieu du territoire et de la population française, serait une cause toujours croissante de dommage pour les nationaux soumis à la loi de recrutement, de troubles et de désunion entre les habitants d’une même commune5. »

  • 6 Ibid. F1cV Bas-Rhin 4, Procès-verbaux… op. cit., séance du 1er septembre 1829.
  • 7 Ibid., F9 228, Nord, Délibération du conseil d’arrondissement de Valenciennes, 1er juillet 1825.
  • 8 Ibid., F9 157, Ardennes, Dossier 11, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 23 septembre 1818, Doss (...)

9C’est que, précisément, pour les autorités des départements concernés et pas seulement aux yeux – évidemment partiaux – des populations au milieu desquelles ils vivent, ils ne sont plus étrangers. Il ne s’agit pas d’appeler des étrangers à la défense du territoire français, « Une telle idée ne serait pas française. », affirme le préfet du Bas-Rhin6. Il s’agit d’enrôler dans l’armée des jeunes gens pour lesquels la qualification d’étrangers n’est plus qu’une « fiction7 » même à leurs propres yeux tant qu’ils n’ont pas tiré un mauvais numéro. C’est ce qui rend inadmissible leur exemption. Ce qui redouble l’absurdité de la situation, c’est que les pères des Belges du Nord et des Ardennes, des Allemands du Bas-Rhin, des Italiens du Var, de la Corse et des Hautes-Alpes, sinon des Espagnols des Pyrénées-Orientales, ont été français dans la France impériale des cent-trente départements. C’est ce que ne manquent pas de faire valoir les préfets au cours de leur combat administratif, en tentant de faire admettre au pouvoir central qu’au moins cette catégorie particulière soit assujettie au tirage. En vain une fois de plus8.

  • 9 Ibid., F 9 170-171, Corse, Copie du mémoire adressé par le maire de Bastia au conseil de révision, (...)
  • 10 Ibid., F9 238 ter, Pyrénées-Orientales, Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 juin 1828.(...)
  • 11 A. Crépin, « Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation : la conscription, p (...)

10C’est donc à l’origine pour des raisons circonstancielles, et non en vertu d’une doctrine élaborée par une famille de pensée ou par un groupe politique, que vont être redéfinies la nationalité voire l’identité françaises. C’est au sein des assemblées locales et afin de prouver qu’on peut astreindre des « étrangers » à se soumettre à une institution française qu’on essaie de réfléchir à ce qui fait le Français et à ce qui fait le citoyen ou plutôt qu’on les juge synonymes. Ils sont français de fait avant de l’être de droit parce qu’ils sont déjà citoyens, affirment à l’envi les conseils qui se placent d’abord dans la tradition de la Révolution en opposant ses constitutions au Code civil en ce qui concerne l’accès à la nationalité française. Le maire de Bastia qui rédige un mémoire spécial à l’attention du conseil de révision de Corse, et que celui-ci transmet au ministre de la Guerre, va même jusqu’à invoquer l’édit royal de 17709. Les points communs de la loi de mai 1790 à laquelle se réfère le conseil général des Pyrénées-Orientales, des constitutions de 1791 et de 1793, de celles de l’an III et de l’an VIII, sur lesquelles le conseil de l’arrondissement d’Avesnes appuie son argumentation10, sont l’âge de vingt-et-un ans, la résidence en France, d’une durée de cinq ans en 1790 et 1791, d’un an en 1793, en l’an III et en l’an VIII, le mariage avec une Française ou la possession d’une propriété, d’une exploitation agricole, d’un commerce, en 1790, 1791 et 1793. La constitution de 1791 exigeait, en outre, une déclaration que celle de 1793 « remplaçait » par l’adoption d’un vieillard ou d’un enfant français11. Ces dispositions constitutionnelles viennent à l’appui de la conception selon laquelle la nationalité, loin d’être une abstraction juridique ou le résultat de la pure et simple volonté, repose sur des éléments tangibles qui fondent aussi la citoyenneté. Celle-ci elle-même est loin de se réduire au droit de vote.

  • 12 Arch. nat., F9 157, Ardennes, dossier 11, le préfet au ministre de l’Intérieur, 23 septembre 1818.
  • 13 Arch. nat., F1cV, Pyrénées-Orientales 3, Procès-verbaux…, sessions de 1828.
  • 14 Ibid., F9 170 - 171 Corse, Copie du mémoire, op. cit.

11Tous les citoyens sont égaux devant les charges et les impôts ; bénéficiant des mêmes droits, ils doivent aussi remplir les mêmes devoirs. Aux yeux des préfets, des membres des conseils, des maires qui adressent au ministre de l’Intérieur ou à la Chambre des députés des pétitions en ce sens, la citoyenneté réside dans la possession de droits civils, économiques et sociaux, dont ils estiment que ces étrangers jouissent au même titre que les Français : accès aux places données par le gouvernement ou salariées par l’État, admission aux séminaires et au barreau et, dans les situations les moins favorables, participation aux secours publics ou attribution d’une part des biens communaux12. Cela suffit selon le conseil général des Pyrénées- Orientales à faire des « Espagnols » de son ressort des Français. « Beaucoup d’Espagnols ont leur domicile depuis vingt ans dans le département, ils jouissent des avantages du gouvernement paternel du Roi et, par le fait, ils sont naturalisés français13. » Cette citoyenneté n’est pas, sous les monarchies censitaires, le droit de vote mais l’argumentaire n’oublie pas de noter l’exercice de droits électoraux, par exemple dans les assemblées de commerçants notables sous la Restauration et, sous la monarchie de Juillet, dans la Garde nationale où les étrangers sont même éligibles aux postes d’officiers. Le maire de Bastia s’interroge ironiquement : si on juge qu’ils ne peuvent être conscrits, ne convient-il pas de considérer les actes notariés et d’état-civil auxquels ils ont participé en tant que témoins comme nuls et non avenus14 ?

12Enfin et surtout, ce qui fait de ces jeunes gens des Français de fait, c’est leur vie commune avec les nationaux. En effet, la durée de la résidence en France est considérée comme un élément capital. Le conseil général des Pyrénées-Orientales affirme :

  • 15 Ibid., F1cV, Pyrénées-Orientales 3, Procès-verbaux…, sessions de 1826.

« Il est de toute justice que celui qui, depuis vingt ans, a abandonné son pays et adopté une nouvelle patrie par suite d’un séjour continuel, que celui qui jouit, par son domicile, des avantages des citoyens français, en supporte les charges15. »

  • 16 Arch. nat., F9 228, Nord, Dossier unique, Délibération du conseil d’arrondissement d’Hazebrouck, 1(...)

13Plus encore, c’est parce que ce « séjour » correspond aux années décisives de la formation des individus : nés en France, ils parlent la même langue que les nationaux et ont été imprégnés des mêmes et ineffaçables impressions. Nul plus que le conseil d’arrondissement d’Hazebrouck ne le résume aussi éloquemment : « Jusqu’à l’âge de la conscription, aucune dif férence n’existe entre eux et les régnicoles : même instruction, même morale religieuse, même jeux et mêmes habitudes16 ».

  • 17 R. Brubaker, « De l’immigré au citoyen », Revue des Actes de la recherche en sciences sociales, nº (...)

14Ainsi se constituent, à propos de la conscription, les fondements d’un modèle de « l’intégration à la française » qui doit davantage à la culture qu’à la nature, à l’apprentissage citoyen qu’à une donnée ethnique intangible et qui conduit, sans que cela ait été recherché initialement, à ce qu’un sociologue appellera ultérieurement « un nationalisme d’inclusion17 ». Le débat de 1831-1832 qui précède la loi Soult met en pleine lumière ce modèle et donne une dimension nationale à ses fondements. Les députés des départements concernés, qui sont situés aux frontières mais qui peuvent être aussi des régions de l’intérieur où des prisonniers du temps de Napoléon et/ou des occupants des armées alliées sont restés et ont fait souche, défendent un amendement qui stipule qu’un individu né en France de parents étrangers sera désormais dispensé de déclarer, comme le voulait l’article 9, sa volonté de devenir français. Il sera donc automatiquement français et par conséquent sujet à l’appel sans pouvoir s’y dérober. Ces députés, tels les représentants du Gard et de l’Hérault, s’empressent d’affirmer que c’est l’intérêt des Français qui les préoccupe et non une quelconque idéologie si ce n’est une idéologie égalitaire, non une définition de la nationalité, encore moins la volonté d’augmenter les effectifs de l’armée.

  • 18 Archives parlementaires, tome 71, Chambre des députés, séance du 31 octobre 1831, p. 213 sq.

« Et ce n’est point […] pour avoir quelques soldats de plus que nous soutenons cette discussion, c’est dans l’intérêt de la justice et des principes sacrés en matière d’égale répartition des charges18. »

  • 19 A. Crépin. « Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation…», op. cit., p. 14.
  • 20 Archives parlementaires, tome 71, Chambre des députés, séance du 28 octobre 1831, p. 160 sq.
  • 21 Arch. nat., F9 228, Nord, Dossier unique, 2 octobre 1825.

15Ils viennent de tous les bancs de l’assemblée et ce qui les réunit, c’est le fait d’être des élus de départements touchés par l’exemption de fait des étrangers, non l’appartenance à un même courant politique : ainsi, des indépendants, républicains ou républicanisants tels Charamaule, représentant de l’Hérault ou Marchal élu de la Meurthe, défendent l’amendement aux côtés d’orléanistes du Mouvement comme le représentant de l’Indre, Charlemagne, celui de la Lozère, Comte ou celui des Hautes- Alpes, Faure. Les plus pugnaces chefs de file de ce débat sont le conservateur Martin, député du Nord et le futur guizotiste Poulle, élu du Var. La même diversité se retrouve chez les opposants à l’amendement19. Ce qui anime ces tenants du droit du sol qui, pour eux, est un « devoir du berceau », comme le dit Faure20, ce n’est pas l’intérêt immédiat des étrangers. Leur soumission à la conscription serait même faite en réalité à leur détriment. Les parlementaires ont d’ailleurs le soin de rappeler ce qui était déploré par les préfets et les membres des conseils traduisant en cela le ressentiment des populations de leur ressort : l’exemption des étrangers en faisait de redoutables concurrents pour la main-d'œuvre française car on préférerait embaucher des ouvriers n’étant pas tenus à partir sous les drapeaux pour y servir six puis huit ans. Cela permettait de leur verser des salaires moindres21.

  • 22 Ibidem, séance du 28 octobre 1831, p. 160 sq.

16Pourtant, même à propos de « l’intérêt » des étrangers, les parlementaires s’élèvent à des considérations plus élevées. Dans cette optique, la conscription n’accélère pas une « intégration » considérée comme déjà faite, elle est l’achèvement du parcours citoyen pour celui qui ne l’est pas encore sur le plan juridique mais l’est aux yeux de la nature et de la raison, comme l’assure Charlemagne22.

  • 23 Ibid.

« Serait-il supportable qu’on pût considérer comme étrangers des jeunes gens nés en France qui ont été élevés au milieu de nous, qui n’ont d’autres langages, d’autres habitudes, d’autres mœurs que les nôtres ? […] par leur établissement en France depuis de longues années, leurs parents ont abdiqué leur patrie », conclut Martin23.

17C’est Poulle qui trouve les plus beaux accents pour défendre l’idée que ce qui fait tout à la fois le Français et le citoyen, c’est le sang versé ou qu’il pourrait verser, non le sang qu’il a reçu à sa naissance. En effet, ces députés poussent jusqu’à l’extrême les conséquences du lien intrinsèque entre citoyenneté et défense de la Patrie. Poulle se montre d’abord critique envers « ces singuliers étrangers » qui ne se disent tels que s’ils ont tiré un mauvais numéro, alors que, jusqu’à ce moment, ils n’avaient révélé aucun attachement envers la patrie de leurs ancêtres. Puis le ton change à l’égard de « ces presque Français ».

  • 24 Ibid., séance du 31 octobre 1831, p. 213 sq., cité par A. Crépin, La conscription en débat… op. ci (...)

« Pouvons-nous sérieusement donner le nom d’étranger à ce jeune homme qui est né au milieu de nous, qui n’a jamais habité et qui n’habitera jamais que la France parce que là se trouvent ses parents, ses amis, ses propriétés, son commerce, à ce jeune homme qui ne connaît d’autre langue que la nôtre, qui n’est jamais sorti de l’étroite limite de la commune où il a reçu le jour, qui n’a jamais vu peut-être un homme du pays que ses aïeux ont habité il y a plus d’un siècle ou d’un demi-siècle ? Et ce jeune homme, combattant dans les rangs de l’armée française au milieu de ses frères, de ses amis, de ses compagnons d’enfance, pourrait-il jamais être considéré comme portant les armes contre une patrie qu’il ne connaît pas24? »

18Certains avançaient en effet qu’en cas de guerre entre la France et leur patrie d’origine, ils risquaient d’être perçus comme des traîtres et non traités comme des prisonniers ordinaires.

19Il est vrai que la plupart de ceux qui refusent l’amendement ne se placent pas dans une perspective ethnique. Très rares sont les parlementaires qui, à la définition politico-culturelle de la nationalité et à ce « nationalisme englobant », opposent une définition ethnique fondée sur le droit du sang. C’est cependant aussi bien le cas du député Havin, élu de la Manche, orléaniste de gauche et futur directeur du Siècle que celui de Lamy, colonel et orléaniste de droite, représentant de la Dordogne, et du républicanisant Destutt de Tracy.

  • 25 Ibid., séance du 28 octobre 1831, p. 160 sq.

« Est-il bien prudent, bien politique de placer dans nos rangs ceux qui auront le cœur étranger ? […] Non, rien n’est bon de ce qui est contraire aux lois de la nature et les lois de la nature sont inflexibles et invariables » proclame ce dernier25.

20La nature était certes évoquée par les partisans de l’imposition de la conscription aux étrangers, mais sans qu’elle fût dans leurs discours une donnée intangible comme elle l’était aux yeux de leurs adversaires. Pour eux, ce concept englobe les liens forgés dans le pays de résidence, les affections familiales, certains des membres des seconde et troisième générations étant fils et futurs époux de Françaises, bien que ce dernier argument puisse être interprété comme venant à l’appui d’une conception ethnique de la nationalité. Cela entrait de toutes façons en contradiction avec l’économie générale de la nouvelle loi que les chambres s’apprêtaient à voter, y compris les partisans de l’amendement, et qui faisait retomber la charge du service sur les prolétaires dispensant seuls ceux qui avaient quelque chose à défendre.

21On remarquera que ce ne sont pas d’ailleurs deux conceptions de la nationalité et de l’identité françaises qui se dessinent au cours de ce débat mais trois. Un patriotisme fondé sur l’habitude paraît plus fiable aux tenants de l’amendement que lorsqu’il résulte simplement d’une manifestation de la volonté, comme c’est le cas pour les récents naturalisés. Certes une raison tactique les guide : la naturalisation de fraîche date fournit moins de conscriptibles que l’attribution automatique de la nationalité française à la seconde génération et aux suivantes. Mais leur position tient à des raisons plus profondes. Il sont égalitaristes, du moins sur ce point, et non libéraux, d’où leur revendication de l’automaticité. Ils pensent avec le maire de Bastia en 1821 qu’il ne dépend pas – ou plus – d’eux de renoncer à la qualité de Français au moment où il faut prendre sa part au devoir commun. Cette conception s’étend d’ailleurs aux Français : pas plus qu’on ne naît citoyen mais qu’on le devient, on ne naît français, fût-on né en France d’un père français, mais on le devient par un processus d’apprentissage inscrit dans la durée. Ce sera la position de Renan dans « Qu’est-ce qu’une nation? »

22Quoi qu’il en soit, l’amendement est reporté en vertu d’arguments juridiques. Une majorité de députés, qui n’appartiennent pas aux départements touchés par le phénomène, invoquent des arguments juridiques et se retranchent derrière le Code civil qu’on ne peut changer disent-ils, surtout à l’occasion d’une loi militaire.

  • 26 A. Crépin, « Conscription, citoyenneté, intégration… », op. cit., p. 139.

23Mais le problème qui n’a pas été réglé en 1832 se pose avec de plus en plus d’acuité tout au long de la monarchie de Juillet au cours de laquelle se poursuivent les récriminations des conseils généraux encore avivées par la constatation de contradictions ; les unes voulues expressément par la loi, ainsi celle organisant la Garde nationale qui admettait les étrangers alors que les gardes nationaux pouvaient combattre aux frontières même si, nous l’avons vu, cette disposition demeura à l’état de principe, les autres permises par ses silences ou ses lacunes, ainsi le régime électoral aboutissant à ce que des étrangers élisent les conseils municipaux, voire leur appartiennent. On vit même, en 1841, le maire d’une commune du Nord avouer qu’il était étranger pour faire échapper son fils à la conscription. Un député s’en indigna26 mais la situation resta inchangée car, bien qu’en 1832, il ait été recommandé aux partisans de l’automaticité de poser le problème à propos d’une loi sur la nationalité, ils s’obstinent à le poser lors des discussions sur les lois militaires, en particulier lors du long débat de 1841-1844.

  • 27 Voir par exemple F1cV Moselle 4, session de 1840, Rapport du préfet.

24Ceux qui veulent l’imposition du service militaire aux étrangers prennent des accents plus nettement xénophobes ; mais en même temps un glissement se produit dans leurs considérations. La dénonciation de la concurrence que ces étrangers représentent du fait même qu’ils sont dispensés de service se fait certes de plus en plus vive27. Mais, la conscription n’est plus seulement la fin, au double sens chronologique et volontariste, de l’apprentissage du citoyen qui n’est pas encore juridiquement français, elle devient le moyen de parachever son intégration dont ces mêmes hommes se préoccupent aussi car il n’est dans leur intention ni de renvoyer ces étrangers dans leur hypothétique patrie d’origine ni de les exclure des avantages dont ils jouissent du fait de leur séjour sur le sol français, tout en déplorant qu’ils en refusent les inconvénients.

  • 28 A. Crépin, « Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation… », op. cit.

25Cette attitude se renforce encore après 1848 qui ne résout rien. La république conservatrice revient très vite, dès 1849 en fait, à une conception plus restrictive de l’accès à la naturalisation que les quaranthuitards avaient généreusement accordée par le décret du 28 mars 1848. Mais les thuriféraires de la loi de 1849 furent aussi parmi ceux qui votèrent la loi du 7 février 1851 introduisant une certaine automaticité pour la troisième génération. On se souviendra qu’ils étaient égalitaires et non libéraux et qu’ils espéraient envoyer sous les drapeaux bien plus d’hommes que n’en aurait fournis la naturalisation. Automaticité toute relative cependant, car les jeunes gens concernés avaient toute liberté pour réclamer la qualité d’étrangers dans l’année qui suivait leur majorité ; on pouvait s’attendre à ce qu’ils le fassent en grand nombre pour se dérober au devoir de défense28.

  • 29 P. Legrand, De l’assimilation des étrangers aux nationaux en matière de recrutement, Lille, Leleux (...)
  • 30 H. Bernard, Note sur l’exemption dont jouissent les fils d’étrangers et sur l’abus qui en résulte, (...)

26Ce sont désormais les élus du Nord qui prennent la tête du combat. Le Nord est devenu le premier département d’immigration et les étrangers qui se font rayer des listes de tirage chaque année, comme ils étaient tenus de le faire depuis le règne de Louis-Philippe, représentent la moitié du chiffre national. Le député Legrand reprend dans une brochure les arguments traditionnels tendant à prouver que ces étrangers n’en sont pas ou n’en sont plus mais suggère qu’ils fassent leur service sans nécessairement recevoir la nationalité française « qu’il ne faut pas amoindrir29 ». Mais, quelques années plus tard, Bernard, membre du conseil général et président de la chambre de commerce de Lille, tout en vitupérant une fois de plus contre l’injustice faite aux nationaux, juge que le résultat positif de la soumission des étrangers au service sera, par « la vigoureuse éducation du soldat » de donner son plein effet au « pouvoir d’assimilation qui distingue la nation française30 ». Pourtant, les élus du Nord ne s’exprimeront à la Chambre qu’à l’occasion de la loi Niel.

Paix universelle et fraternité des peuples, le peuple des travailleurs et les soldats

27L’intendant militaire Barault-Roullon, un de ces auteurs qui, sous les monarchies censitaires, avaient élaboré le projet d’une armée idéale, écrit en 1853 que l’éventualité d’une guerre européenne éclatant à propos de la question d’Orient ne l’avait pas arrêté dans la publication de ses travaux car il ne parvenait pas à croire qu’elle aurait vraiment lieu.

  • 31 H. Barault-Roullon, Questions générales sur le recrutement de l’armée, mémoire à consulter, faisan (...)

« Une seule conquête, un seul besoin auxquels les rois et les nations sont conviés, c’est la paix, la diffusion du bien-être, la propagation de l’industrie et des arts, l’échange de bons procédés, la mutualité du commerce et des relations sociales, le feu des chemins de fer qui vivifie et produit et non pas celui des batailles qui énerve les peuples, les ruine et les détruit31. »

  • 32 G. Best, op. cit., p. 195.
  • 33 R. Girardet, op. cit., p. 35.

28Cette aspiration à la paix, certains la théorisent. Ils appartiennent à des courants idéologiques divergents, parfois contradictoires mais s’accordent sur le fait que le progrès proscrit la guerre et que l’armée, et avec elle le service militaire, sont condamnés à terme par la marche de la civilisation. Sur de telles positions qu’on ne peut considérer comme intégralement pacifistes ou internationalistes se retrouvent aussi bien les utilitaristes adeptes du nouvel ordre économique que les socialistes utopiques32 mais pas tous les socialistes néanmoins. La pure orthodoxie libérale, quant à elle, persiste à voir dans l’armée un lieu de dégénérescence morale et une menace pour les richesses publiques33.

29C’est ce qu’exprime de façon moins abstraite un auteur anonyme lorsque la monarchie de Juillet alors à ses débuts veut instaurer une nouvelle loi militaire.

  • 34 Quelques mots à l’occasion du projet de loi de recrutement présenté par le ministre de la Guerre à (...)

« La guerre n’est plus de notre temps ; elle ne s’accorde plus avec l’état de nos mœurs et des progrès de notre civilisation. Les gouvernements et les peuples préfèrent aujourd’hui la voie des négociations à celle des armes […] trop éclairés du reste pour nourrir encore ces préjugés nationaux ou se livrer à ces ombrageuses susceptibilités, source autrefois de tant de discorde et dont l’existence seule assurait un état d’ignorance et de barbarie34. »

30Il proteste contre le fait que le ministre veuille faire de l’armée « un centre où tout aboutisse » et s’insurge contre sa position en faveur de l’extension du service personnel.

  • 35 Ibidem, p. 10.

« Le ministre espère qu’un jour viendra où tous les citoyens sans distinction devront payer à la patrie la dette de leurs personnes. Quant à moi, je ne l’espère ni ne le désire […] S’il importe d’avoir une armée pour les cas les plus en plus rares de guerre, certes, il importe beaucoup plus d’avoir au sein des villes et des campagnes, des citoyens industrieux, moraux, habiles qui puissent augmenter le bien-être social et pousser la civilisation dans des voies nouvelles35. »

31Il repousse les restrictions envisagées pour le remplacement car il craint qu’elles n’aboutissent à envoyer à l’armée tous ceux dont l’éducation et la fortune rendent nécessaire leur maintien au sein même de la société afin de l’améliorer. Il est en effet très critique envers l’armée comme modèle social : la discipline que les officiers voudraient faire subir aux élites est une sorte de revanche qu’ils souhaiteraient exercer à l’encontre de celles-ci.

  • 36 R. Girardet, La société militaire… op. cit., p. 27.

32Jusque dans les années soixante, la mystique de la production l’emporte d’une part sur un courant romantique, continuateur de l’honneur traditionnel, d’autre part sur la mystique de l’ordre et de la régénération sociale qui gagne progressivement les milieux conservateurs36 à condition – ajouterions- nous – que leurs fils n’aient pas à en être les instruments.

  • 37 P. Ansart, Sociologie de Saint-Simon, Paris, PUF, 1970, coll. « Le sociologue », p. 152-155.
  • 38 M. Leroy, Histoire des idées socialistes en France, tome 2 : de Babeuf à Proudhon, Paris, Gallimar (...)
  • 39 V. Porteret, « Société militaire et société industrielle chez Saint-Simon et Auguste Comte », Les (...)
  • 40 R. Girardet, op. cit., p. 154.

33Pour Saint-Simon et ses épigones, la société industrielle, qui se substituera inéluctablement à la société féodale, est moralement supérieure parce qu'elle est tournée vers la production et la création et parce qu’elle substitue la coopération à la domination. Le système féodal ou militaire est non seulement un vestige de temps archaïques mais est aussi immoral37. Il faut donc que la classe militaire soit désormais réduite à un rang subalterne38. Il envisage la disparition de l’armée permanente à l’exception de quelques milliers d’hommes qui seraient le noyau de la Garde nationale destinée à la défense du territoire en vue de laquelle tous les Français doivent être armés. En même temps, il se défend de prôner la création de milices qui risqueraient d’ouvrir la voie au retour du militarisme. « Les habitants d’un pays ne deviennent pas des militaires mais sont armés39. » Il n’est pas jusqu’aux militaires que ce courant n’influe. Nous en avons vu des traces dans les propositions émises par les Français et nous avons vu combien les militaires se défendaient d’être « inutiles ». Voulant concilier ce qui semblait incompatible, des officiers saint-simoniens préconisent une armée productive en temps de paix qui soit aussi une école intellectuelle, morale et sociale. Mais cette inspiration se tarit chez les officiers du Second Empire, sauf peut-être chez Trochu40.

34Michel Chevalier développe aussi de telles visées. Même s’il est critique envers la conscription, il ne réclame pas pourtant l’abolition des armées permanentes car l’avènement de la paix lui paraît lointain. Encore en 1849, il affirme :

  • 41 M. Chevalier, « La liberté aux États-Unis », La Revue des deux Mondes, 19e année, Paris, 1849, p. (...)

« Un peuple fort dans la civilisation doit être fort par le développement de son énergie industrielle […] Il doit aussi être fort les armes à la main; ce n’est qu’à cette condition que son gouvernement est respecté au dehors et même au dedans41. »

  • 42 J. Walch, Michel Chevalier économiste saint-simonien (1806-1879), Paris, Vrin, 1975, p. 327 sq.
  • 43 V. Porteret, op. cit., p. 15.

35Mais les effectifs des armées permanentes sont excessifs et, en temps de paix, pour contrebalancer un tel gaspillage, il faut que les soldats effectuent des travaux publics à l’exemple des légions romaines42. L’armée doit être un foyer d’instruction pratique, les écoles régimentaires doivent devenir obligatoires. Bien plus, par une sorte de retournement, l’armée redevient un modèle social. Alors que Saint-Simon lui-même, ancien officier, pourfendait la sociabilité militaire comme synonyme d’obéissance passive conduisant immanquablement au despotisme43, Michel Chevalier affirme, dans son cours d’économie politique professé au collège de France à partir de 1840, qu’il faut introduire dans l’industrie certaines habitudes de l’armée : esprit de corps, hiérarchie conservatrice de l’ordre et même sens de l’honneur. En effet, l’industrie n’est pas, selon lui, le refuge de l’intérêt privé, elle est une fonction publique.

  • 44 J. Walch, op. cit., p. 334.

« Ainsi, pour inculquer à l’industrie la pensée de l’honneur, il convient d’abord de développer en elle le sentiment de l’intérêt général et du devoir collectif44. »

  • 45 C. Pecqueur, Des armées dans leurs rapports avec industrie, la morale, la liberté ou des devoirs c (...)
  • 46 Ibidem, préface, p. III.
  • 47 Ibid., p. 13.
  • 48 Ibid., p. 55-56.
  • 49 Ibid., p. 32 sq. et p. 104.

36Constantin Pecqueur, lui, s’en prend autant aux armées permanentes qu’aux armées de caserne, les deux termes étant pour lui synonymes. Elles sont responsables de la perpétuation d’un état de guerre qui entretient la barbarie. Il retrouve les accents des philosophes pour montrer que les « vertus » qu’on exige du soldat sont en réalité des vices. L’esprit de corps repose sur des traditions de brutalité, l’obéissance le conduit à la passivité, la patrie est limitée à son régiment, le pouvoir social, à son général45. Les armées soumises au régime de caserne sont une institution féodale qui exige que ses membres lui sacrifient leur liberté, leur moralité, leur dignité, l’oisiveté étant inhérente à la condition de soldats tueurs d’hommes46. Le casernement et le recrutement sont antisociaux et Pecqueur a d’ailleurs des mots forts sévères pour la conscription assimilée à une loterie. « L’existence des armées permanentes est incompatible avec les destinées pacifiques des peuples47 ». En fait, il souhaite que la Garde nationale devienne la seule force armée, à l’exemple des milices des États-Unis, à condition qu’elle retrouve son rôle véritable de force défensive tournée contre les ennemis de l’extérieur48. Le seul esprit de corps licite entre les citoyens est l’amour de la Patrie et le culte de l’honneur n’est pas autre chose que le culte du devoir. Il a déjà des accents à la Jaurès quand il affirme que l’amour du pays natal est excellent s’il n’empêche pas l’amour de l’Humanité. « L’amour de la Patrie doit être moins exclusif que conditionnel, l’esprit de nationalité doit être tempéré par le désir d’harmonie internationale49. »

  • 50 Ibid., p. 19.

37Dès lors, il ne faut plus que l’armée soit une nation militaire dans la nation civile ou plutôt séparée d’elle et Pecqueur veut des soldats utiles et productifs en temps de paix car l’armée permanente actuelle est onéreuse. « Transformer les soldats en ouvriers militaires ou en militaires ouvriers50 », tel est le titre d’une de ses propositions. L’armée permanente pourrait être alors le prélude d’associations qui prépareraient la transformation de l’organisation économique dans le sens des nouveaux principes. Ce nouveau régime devrait être le modèle d’une organisation pacifique du travail.

  • 51 Ibid., p. 214.

« Rien de plus progressif [sic] ni de plus digne d’encouragement qu’une organisation de l’armée conduite ainsi dans un esprit d’émancipation et de bonheur pour l’universalité des peuples51. »

  • 52 Ibid., Préface, p. VIII.
  • 53 Ibid., p. 6-7.

38Ailleurs, il s’écrie : malheur à l’armée si elle oublie ses véritables buts. C’est donc qu’elle en a, ou qu’elle peut en avoir et il rappelle qu’il s’agit de la liberté, de l’égalité, du dévouement au peuple52. C’est aussi par cette nostalgie ou cette espérance d’une armée idéale, dans cette volonté de concilier le patriotisme et l’universalisme, que Pecqueur se montre le précurseur de Jaurès53.

  • 54 P. Buffotot, op. cit., p. 10.
  • 55 A. Philonenko, « Proudhon ou le silence des dieux », Revue de métaphysique et morale, n° 2, avril- (...)
  • 56 Ibidem., n° 1, janvier-mars 1972, p. 67.
  • 57 Ibid., n° 1, p. 61.
  • 58 Ibid., n° 1, p. 71.
  • 59 Ibid., n° 2, p. 170 sq.

39Les proudhoniens, du moins Proudhon lui-même, ont des conceptions beaucoup plus ambivalentes. Certes, Proudhon conçoit le développement économique comme porteur de paix, et pense que le modèle du guerrier sera remplacé à terme par le modèle du travailleur54, l’héroïsme de celui-là par l’héroïsme de celui-ci55. Mais précisément il y a un héroïsme de la guerre que Proudhon célèbre dans La guerre et la paix, publié en 1861. Pour lui, l’antinomie entre la guerre et la civilisation n’existe pas et le pacifisme et le militarisme ne s’excluent pas. On ne saurait rêver à la paix perpétuelle56. Certes, la guerre est barbare et bestiale quand elle est dégradée, « pervertie » mais elle peut aussi être légitime quand elle fonde « le droit de la force » qui n’est pas le droit du plus fort. Dans ce cas, mais dans ce cas seulement, il ne peut s’empêcher de l’exalter et de se livrer à un « véritable salut à la guerre57 ». La guerre peut être source de justice dans la société, voire d’idéal et de modèle de virilité, ce qui justifie l’inégalité imposée aux femmes qui ne la font pas58. Si la guerre a dégénéré en pillages et risque même de n’être plus qu’une suite de massacres collectifs, c’est en raison du paupérisme et de la dissymétrie entre les besoins et capacités de production. La marche de l’industrie, espère Proudhon, permettra de surmonter un tel déséquilibre59.

  • 60 M. Leroy, Histoire des idées socialistes… op. cit., tome 3, D’Auguste Comte à P. J. Proudhon, Pari (...)
  • 61 V. Porteret, op. cit., p. 27.
  • 62 Ibidem.

40Mais Auguste Comte observe – et déjà Saint-Simon avant lui – que l’industrie peut favoriser la guerre, que l’extension des relations industrielles, l’abaissement des barrières qui rendent les hommes étrangers les uns aux autres, n’amènent pas immanquablement la paix, pire que la guerre elle-même peut devenir industrielle60. Auguste Comte, au demeurant, se montre plus nuancé que Saint-Simon. Il ne tarit pas d’éloges envers la conscription qui a l’avantage de noyer la « caste » militaire au sein d’une masse de citoyens « antipathiques » à la vie militaire61. Bien plus, il pense que les forces armées deviendront désormais indispensables au maintien de l’ordre… intérieur62.

  • 63 P. Buffotot, op. cit., p. 5.

41Quand, en 1866, le premier congrès de l’Internationale réclama l’abolition des armées permanentes63, l’antimilitarisme et le pacifisme ne furent pas pour autant élevés à la hauteur d’absolus ; au demeurant, le congrès demanda alors leur remplacement par des milices. Or ces milices, même dans une perspective défensive, ne risquaient-elle pas de mener une guerre totale ?

Un peuple épris de gloire, une société aspirant à la paix

  • 64 H. Barault-Roullon, op. cit., p. 14.

42Cette coexistence de conceptions, antinomiques parce qu’elles relevaient de sentiments contradictoires, on la trouvait déjà chez Barault-Roullon. Après avoir déploré la perspective d’une guerre, il affirmait que, si la guerre reprenait, elle serait menée par des peuples entiers. Bien loin de s’en effrayer, il soutenait que le peuple français, le plus guerrier, le plus enthousiaste, le plus chevaleresque, saurait défendre la civilisation contre la barbarie64.

43Mais ce sont les procureurs généraux du Second Empire qui traduisent le mieux dans leurs rapports ces oscillations des sensibilités, en deçà de toute idéologie et au-delà même de l’expression des mentalités. Tout au long du régime, et avec des nuances propres aux classes sociales, à la diversité régionale et parfois à l’appartenance partisane, ressurgit la tendance séculaire à applaudir aux victoires pourvu qu’on n’ait pas à en payer le prix ou pourvu que d’autres – quasi professionnels – en paient le prix.

  • 65 L. M. Case, French opinion on war and diplomacy during the Second Empire, Philadelphia, University (...)
  • 66 A. Crépin, « Armée, service militaire obligatoire et opinion publique… », op. cit., p. 146.

44Nous avons noté plus haut la fiabilité d’une telle source. Il convient aussi d'en reconnaître les limites. Les procureurs impériaux sont issus en général de la bourgeoisie65 et les analyses qu’ils consacrent aux réactions de l’opinion publique sont filtrées à l’aune de leur jugement personnel. Il est, par exemple, difficile de croire que l’expédition de Chine en 1860, la situation dans les Balkans ou la nécessité de l’existence d’une Prusse forte pour contenir les progrès du socialisme, eurent, même chez les élites, la résonance que les procureurs – notamment ceux de Douai et d’Amiens – leur prêtent66. Ils ne sont pas neutres mais pas serviles pour autant : au contraire, ils s’érigent parfois en donneurs de leçons vis-à-vis du pouvoir.

  • 67 L.M. Case, op. cit., p. 20.
  • 68 Arch. nat., BB 30 371, Le procureur impérial auprès de la cour d’Angers au garde des Sceaux, 18 ju (...)
  • 69 Ibid., BB 30 371, Le procureur impérial auprès de la cour d’Angers au garde des Sceaux, 6 juillet (...)
  • 70 Ibid., BB 30 384, Le procureur impérial auprès de la cour de Pau au ministre de la Justice, 10 jui (...)

45À Bordeaux, le futur Napoléon III avait dit : « l’Empire c’est la paix », aussi la guerre de Crimée pouvait représenter une première épreuve pour le régime. Certes, l’approche du conflit suscite de l’appréhension67 en particulier dans les milieux d’affaires. Mais une fois la guerre déclarée, elle demeure populaire, terme qui revient sous la plume de presque tous les procureurs, peut-être la plus populaire du règne. Les procureurs – particulièrement ceux des zones « sensibles » quant à la conscription – se félicitent du bon déroulement des levées alors que l’impôt du sang s’alourdit et que les conscrits prennent le chemin des champs de bataille et non de la caserne comme sous les monarchies censitaires68. L’année suivante encore, les procureurs tel celui d’Angers estiment que jamais le recrutement ne s’est opéré avec autant de facilité69. C’est d’ailleurs à l’occasion d’une guerre qu’ils mentionnent le fonctionnement de la conscription qui n’entrait pas dans les rubriques prédéterminées de leurs rapports. « La guerre qui eût été, il y a quelques années, une cause de perturbations graves et d’inquiétude générale, n’a altéré en rien le calme. » constate le procureur de Pau70.

  • 71 Ibid., BB 30 383, Le procureur impérial auprès de la cour de Paris au garde des Sceaux, 18 février (...)

46Les Français seraient-ils rassasiés de paix ? Il s’en faut de beaucoup. Quand la guerre est sur le point d’éclater, « après quarante ans d’une paix si féconde en progrès de toute nature, les esprits se sont émus à la pensée de l’imminence d’une guerre… », dans le ressort de Paris71. Au fur et à mesure du déroulement de la guerre, une note discordante apparaît, par exemple dans le ressort de Dijon où l’opinion publique ne se résigne pas autant que l’armée à de sanglants sacrifices.

  • 72 Ibid., BB 30 377, Le procureur impérial auprès de la cour de Dijon au garde des Sceaux, 9 juillet (...)

« Nos vœux, après quarante ans de paix, répugnent à ces hécatombes humaines. Elles [les populations] n’acceptent de la guerre que les brillants bulletins, les résultats faciles et prompts et la gloire à bon marché72. »

  • 73 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 11 janvie (...)
  • 74 Ibid., BB 30 379, Le procureur impérial auprès de la cour de Lyon au garde des Sceaux, 30 janvier (...)

47Pour quelles raisons et à quelles conditions la guerre reçoit-elle alors un soutien populaire ? Il y a indéniablement le réveil du sentiment national qui, chez les masses, se transforme en instinct de revanche contre l’humiliation des traités de 1814-1815. Dans les centres industriels, l’Alsace a souffert des événements d’Orient « mais elle s’est résignée dans son patriotisme et les exigences de l’honneur national la trouveraient prête à tous les sacrifices. Dans ce pays qui se montre si rebelle à nos mœurs et à notre langue, le sentiment de la nationalité et les devoirs qu’elle impose a planté des racines profondes73 » remarque le procureur de Colmar. Celui de Lyon note : « Si la guerre amène de grands sacrifices elle importe en compensation un certain rajeunissement dans les idées et comme une renaissance des instincts élevés74. » Cette attitude s’observe dans tous les ressorts et pas seulement dans ceux du Nord-Est de la France. Le procureur général de Nîmes ne craint pas d’affirmer :

  • 75 Ibid., BB 30 382, Le procureur impérial auprès de la cour de Nîmes au garde des Sceaux, 5 août 185 (...)
  • 76 Ibid., BB 30 387, Le procureur impérial auprès de la cour de Rouen au garde des Sceaux, 13 juillet (...)

« Le sentiment de l’honneur national si souvent froissé par la politique purement matérialiste des gouvernements précédents s’est senti satisfait par la grandeur du rôle que la loyale habileté et la courageuse énergie de l’Empereur ont su donner à la France75. »
« Telle que la guerre s’est présentée, la sécurité publique n’a pas été altérée. Chez les classes populaires, le sentiment national vibre toujours bien vivement d’autant que le gouvernement offre l’occasion de prendre contre les Russes la revanche de 181576. »

48C’est au point que les classes populaires ne distinguent pas toujours, parmi les vainqueurs de 1814-1815, l’ancien ennemi du nouvel allié.

  • 77 Ibid., BB 30 388, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, 2 févri (...)

« La vraie guerre pour les masses, celle qu’elles comprendraient le mieux, c’est la guerre continentale, elles s’étonnent même de nous voir alliés avec les Anglais qu’elles ne séparent pas bien du Russe lorsqu’on leur parle d’ennemis77. »

  • 78 Ibid., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bourges au garde des Sceaux, 28 décem (...)

49En tout cas, les instincts belliqueux se raniment et, dans le ressort de Bourges, sauf pour les familles des engagés, la guerre est un spectacle émouvant ; il est vrai qu’il se déroule loin des frontières78.

  • 79 Ibid., BB 30 378, Le procureur impérial auprès de la cour de Limoges au garde des Sceaux, 11 juin (...)
  • 80 Ibid., BB 30 378, Le procureur impérial auprès de la cour de Grenoble au garde des Sceaux, 20 juil (...)

50Dans d’autres ressorts, des considérations plus élevées apparaissent, même au sein du peuple. « L’orgueil national s’est réveillé et les masses ont compris que la France reprenait par une politique de dignité […] le rang qu’elle avait depuis longtemps perdu parmi les nations de l’Europe79. » La population du ressort de Grenoble juge que la cause de la guerre est celle de la civilisation80.

  • 81 Ibid., BB 30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Montpellier au garde des Sceaux, 29 j (...)

51Aussi cette guerre entraîne un unanimisme dont profite le régime et elle conduit même au ralliement des opposants, en tout cas elle réduit au silence des oppositions déjà bien affaiblies : la politique proprement dite est vraiment muette ou plutôt elle est toute entière dans les espoirs ou les craintes que la guerre suscite, remarque le procureur de Lyon et celui de Montpellier croit pouvoir affirmer : « La guerre a refait l’esprit public national en France. Les partis sont anéantis81 ». Celui de Toulouse constate de la même façon l’effacement des partis.

  • 82 Ibid., BB 30 388, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, 27 janv (...)

« Le grand intérêt national qui s’attache en ce moment au succès de nos armes en Orient a été aussi […] une cause puissante de ralliement, au moins de la part de tous ceux qui mettent les intérêts de la patrie avant même les misérables rancunes de l’esprit de parti82. »

52Mais la guerre est aussi acceptée dans un premier temps parce qu’elle ne perturbe pas le développement économique. La guerre n'a été populaire que parce qu’elle n’entrainait aucun sacrifice, affirme le procureur d’Agen pendant l’été 1854 et, quelques mois plus tard, il ajoute :

  • 83 Ibid., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 21 juillet 1 (...)

« L’esprit patriotique s’est réveillé avec la gloire et les dangers de notre brave armée. La France fait, pour la première fois peut-être de la vie de sa nation, une grande guerre qui ne suspend pas le mouvement des affaires, qui ne tarit aucune des sources de la fortune publique et privée et elle a lieu de s’applaudir de cette nouveauté83. »

  • 84 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Riom au garde des Sceaux, 30 juillet (...)
  • 85 L. M. Case, op. cit., p. 38.

53Surtout, on ne cesse d’attendre la paix et les lenteurs du conflit entraînent un fléchissement de l’esprit public, une impatience et une « altération des sentiments militaires » dont fait état le procureur de Riom84. Les nouvelles victoires dont la prise de Malakoff ne sont célébrées qu’en tant que promesse de la fin du conflit85.

  • 86 Arch. nat., BB 30 371, Le procureur impérial auprès de la cour d'Amiens au garde des Sceaux, 4 fév (...)
  • 87 Ibid., BB 30 377, Le procureur impérial auprès de la cour de Dijon au garde des Sceaux, 22 janvier (...)
  • 88 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Riom au garde des Sceaux, 29 janvier (...)

54Après la prise de Sébastopol, dit le procureur d’Amiens, il ne faut pas se dissimuler que les tendances de la société actuelle sont essentiellement pacifiques et que la paix est aujourd’hui populaire même si on a voulu trouver dans la campagne de Crimée une glorieuse revanche des hontes de l’invasion. Le génie guerrier de la nation et ses instincts militaires y ont trouvé leur satisfaction mais la continuation de la guerre dans la Baltique serait malaisément supportée86. Ses collègues confirment cette perception. La paix est le désir de tous même si on souhaite qu’elle soit glorieuse ; si ce n'était pas le cas, le pays accepterait la continuation du conflit, avance le procureur du ressort de Dijon87. Comme le dit éloquemment le procureur de Riom, « La guerre a été terminée heureusement au moment où les populations en exprimaient le désir88 ».

55Pourtant les administrateurs se plaisent à croire qu’une telle guerre resserrera les liens entre l’armée et la nation, du moins avec les masses rurales. Dans le ressort d’Orléans, des ovations publiques ont salué le retour des troupes de Crimée :

  • 89 Ibid., BB 30 382, Le procureur impérial auprès de la cour d’Orléans au garde des Sceaux, 22 juille (...)

« Le soldat comme l’officier sont en rentrant au sein de leur famille l’objet de témoignages pleins d’empressement, ils deviennent au milieu de vos populations agricoles les témoins d’une guerre héroïque et leur présence ravive le sentiment de nationalité qui fait les grands peuples89. »

56Les succès des armées ont profondément impressionné les populations frontalières, selon le procureur de Colmar.

  • 90 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 19 janvie (...)

« De telles impressions ne s’effacent pas en un jour […] Elles lui seraient rappelées au besoin par les valeureux soldats que la paix vient de rendre à leurs foyers, glorieux témoins à peine sortis des ambulances de Crimée et qui rapportent au sein des populations rurales dont ils sont issus de grands souvenirs marqués par de nobles cicatrices. Ces soldats mutilés reviennent tous dans leur village comblés des marques de la munificence de l’Empereur. Ils propagent, avec le récit des actions mémorables auxquelles ils ont pris part, l’amour et le respect envers le souverain qui paie si généreusement les services rendus à la France. Jamais noble pensée n’aura été plus féconde : les débris de la nouvelle armée ainsi répandus dans chaque commune feront ce qu’ont fait sous nos yeux pendant quarante ans les débris de l’ancienne90. »

  • 91 N. Petiteau, « Un groupe socioprofessionnel… », op. cit., p. 43 et Lendemains d’Empire Les soldats (...)
  • 92 F. JOB, « Les anciens militaires de la République et de l’Empire dans le département de la Meurthe (...)
  • 93 N. Petiteau, « Un groupe socioprofessonnel… », op. cit., p. 35.
  • 94 F. Job, op. cit., p. 433.
  • 95 Les historiennes aboutissent à un constat de relatif échec « La distribution effectuée, les ancien (...)

57Ces considérations ne relèvent-elle pas du vœu pieux lorsqu’on observe le sort réservé à de plus anciens soldats que les combattants de la guerre de Crimée, c’est-à-dire les vétérans de la Révolution et de l’Empire ? Une fois de plus, on mesure l’écart entre les discours et les réalités quand on étudie la place qui leur est concédée. Certes, le neveu du grand Empereur s’est montré moins négligent à leur égard que ne le fut la monarchie de Juillet. N. Petiteau juge que les deux tiers des survivants des campagnes napoléoniennes se trouvent dans un grand dénuement matériel91. Dès 1849, Louis Napoléon se préoccupe de cette situation et cherche les moyens d’y remédier : de 1850 à 1862, des recensements sont établis, des secours accordés… mais pas toujours avec une grande générosité92. Les fonctionnaires du régime eux-mêmes, du moins ceux qui ont un rang subalterne, ne s’intéressent pas beaucoup à une catégorie liée à un temps déjà ancien et à la gloire duquel ils sont plus indifférents qu’on ne le croit93. Il n’est pas jusqu’à la remise de la médaille de Sainte-Hélène créée en 1857 qui ne relève davantage de la propagande que de la volonté d’améliorer la vie des médaillés. Certes, le régime les incite à former des associations de secours mutuels, auxquelles l’État, les départements et les communes accorderaient éventuellement des subventions94. En fait, elles périclitèrent, tant les ressources propres apportées par leurs membres furent insuffisantes, alors que ces groupes répondaient à un véritable besoin. Une fois plus, le régime s’était servi des anciens soldats et n’avait pas résolu le problème de leur place dans la société95.

58Les administrateurs, quand ils évoquaient les liens entre l’armée et la nation, ne songeaient point ou guère au peuple des villes. Certains avaient d’ailleurs une vision mythique des vertus d’une armée populaire, au sens sociologique du terme, issue des « profondeurs » de la France rurale. Les campagnes sont admirables de patience, disait le procureur impérial de Dijon en pleine guerre de Crimée.

  • 96 Arch. nat., BB 30 377, Le procureur impérial auprès de la cour de Dijon au garde des Sceaux, 9 jui (...)

« Là est bien évidemment la force et la sève des empires. Appelés par une heureuse alliance à unir nos drapeaux à ceux de l’Angleterre, nation industrielle par excellence, nous ne pouvons être frappés sans un sentiment de légitime orgueil de la supériorité de notre nation comme race militaire. Cela tient certainement à la prédominance dans les rangs de notre armée de l’élément agricole96. »

  • 97 G. de Puymège, op. cit., p 67-68.
  • 98 R. Girardet, « Autour de quelques problèmes », et N. Villa, « L’iconographie militaire de la Secon (...)
  • 99 G. Best, op. cit. p. 199.
  • 100 J.-J Becker et St. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 27.
  • 101 Ibidem, p. 29.

59Rome ou Sparte contre Carthage, nous retrouverons cette opposition dans certains débats de la IIIe République. On peut aussi voir dans les réflexions qui précèdent une nouvelle facette du soldat chauvin dans une version conservatrice97, voire une résurgence du mythe du soldat laboureur. Pourtant, le peuple des villes était loin d’être hostile à l’armée en dépit du rôle répressif qu’elle jouait depuis les monarchies censitaires. Si l’illusion de l’alliance entre la « capote et la blouse » avait failli en 184898 et si le coup d’État, devant lequel l’armée fut loin d’être unanime, eut des répercussions certaines, notamment sur la pensée des républicains, comme on le voit lors du débat sur la loi Niel, les effets de ces phénomènes ne furent pas immédiats. L’observation de G. Best qui estime l’image de l’armée bien meilleure qu’elle ne le fut au xviiie siècle99 est plus juste que jamais : la popularité de l’armée est croissante, le régime prend délibérément une dimension « de fête militaire »100. Or, le peuple des villes adhère à cette « héroïsation » et à cette « esthétisation » de la guerre101 au moment de la campagne d’Italie qui, dans un laps de temps plus réduit que celui pendant lequel s’est déroulée la guerre de Crimée, cristallise les passions contradictoires qui animent les Français.

  • 102 Arch. nat., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bordeaux au garde des Sceaux, 9 (...)

60Encore une fois, l’approche de la guerre est perçue avec appréhension. Pour certaines catégories, en particulier les notables légitimistes, le facteur politique joue indéniablement mais il est des raisons plus terre à terre qui font craindre le déclenchement d’un conflit. La très grande majorité des citoyens de toutes les classes désire ardemment le maintien de la paix à cause des intérêts commerciaux et pécuniaires et par crainte du manque de bras dont souffre déjà l’agriculture, note le procureur de Bordeaux102. Même dans les régions frontalières du Nord et de l’Est,

  • 103 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 5 avril 1 (...)

« les idées de guerre qui répondent si bien aux instincts naturels de cette partie de la France n’y sont pas accueillies avec faveur. Les campagnes qui, en pleine paix, sont privées de bras, redoutent de nouvelles levées d’hommes et craignent l’aggravation des impôts. Les ouvriers craignent le tarissement de leur source de travail. Les mêmes préventions existent dans la partie saine des classes éclairées103 ».

  • 104 Ibid., BB 30 372, Le procureur impérial auprès de la cour de Besançon au garde des Sceaux, 9 avril (...)
  • 105 Ibid., BB 30 381, Le procureur impérial auprès de la cour de Nancy au garde des Sceaux, 9 avril 18 (...)

61Dans le ressort de Besançon, malgré le souvenir vivace de l'occupation des Autrichiens en 1814-1815, toutes les classes se prononcent pour le maintien de la paix104. Le procureur de Nancy porte ce jugement désabusé : la bourgeoisie, comme toute bourgeoisie de province, subordonne tout aux intérêts matériels dont elle a fait le but unique de son existence. Elle veut la paix dans tous les cas105.

62Mais une fois déclarée, la guerre provoque dans la majeure partie de l’opinion publique un revirement complet, c’est le terme qui revient le plus fréquemment dans les rapports. Le procureur de Nancy en montre les étapes :

  • 106 Ibid., 2 juillet 1859.

« L’opinion a évolué : d’abord opposée à la guerre, elle l’a ensuite acceptée franchement puis s’y est associée d’une manière plus sympathique et plus intime pour arriver plus tard à la ferveur de l’enthousiasme. Dès que le drapeau a été déployé, l’instinct militaire qui est un des traits saillants de la race lorraine a jeté avec élan la population dans le mouvement politique actuel106. »

  • 107 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Rennes au garde des Sceaux, 4 juillet (...)
  • 108 G. Best note que l’aura romantique qui s’attachait aux combattants de l’épopée révolutionnaire et (...)

63Cette dernière notation provient d’une région spécifique quant à l’attitude devant les appels d’hommes mais, dans les zones « sensibles » quant au déroulement de la conscription, les procureurs se réjouissent de la facilité avec laquelle s’est opéré le recrutement107. À Paris, le départ des troupes et plus encore leur retour le 14 août déclenchent la ferveur populaire, même s’il y entre un élément politique, l’attachement à la cause italienne. Mais précisément, celui-ci permettait de voir derrière « le traîneur de sabre » que l’on méprisait et auquel on était confronté, lors d'opérations du maintien de l'ordre, le libérateur des peuples et l’héritier du soldat de la Révolution108.

  • 109 Arch. nat., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 7 juill (...)
  • 110 Ibidem, BB 30 387, Le procureur impérial auprès de la cour de Rouen au garde des Sceaux, 20 juille (...)

64Les victoires sont surtout saluées comme les promesses d’une paix rapide. « J’ai dit que la guerre était populaire mais elle l’est surtout parce qu’elle a été provoquée, parce qu’elle est heureuse et enfin parce qu’on ne sait le terme que nos victoires semblent rapprocher », affirme le procureur du ressort d’Agen109. Dans celui de Rouen, il y aurait eu moins d’adhésion si la guerre avait été prolongée car les Normands mêlent sentiments désintéressés et intérêt positif110. Le procureur de Bordeaux laisse entrevoir une situation plus complexe : le véritable sentiment des masses, c’est une sympathie ardente pour l’armée.

  • 111 Ibid., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bordeaux au garde des Sceaux, 6 juill (...)

« Il s’y mêle bien parfois quelque impression douloureuse au récit de sanglants sacrifices par lesquels il faut acheter la victoire. J’entends souvent exprimer avec tristesse cette pensée que, dans un siècle de civilisation comme le nôtre, il faille encore revenir à ces combats immenses, à ces effroyables boucheries humaines […] Mais ce n’est que la réflexion philosophique d’un petit nombre d’esprits philosophiques plus élevés, plus éclairés, plus moraux peut-être que les autres. Quant à l’esprit des masses, il appartient tout entier aux enivrements de la victoire111. »

  • 112 Ibid., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bourges au garde des Sceaux, 5 juille (...)

65Ce sentiment n’est pas aveugle pour autant. Le procureur de Bourges reconnaît : « Chacun cède à l’enivrement de la gloire mais quand on pense aux sacrifices qu’elle a coûtés […] toutes les aspirations sont pour la paix112 ».

  • 113 Ibid.

66La militarisation du sentiment national trouve là ses limites, perceptibles également dans la distance prise avec la légende napoléonienne. Le procureur de Bourges a montré que les impressions des populations de son ressort sont mitigées. Il ajoute qu’elles comparent les pertes de Solférino, y compris celles subies par les Autrichiens, et celles des batailles du Premier Empire. « On arrive aux résultats des batailles du Premier Empire dont les résultats ont été les plus meurtriers113 ».

  • 114 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 8 juillet (...)
  • 115 Ibid., BB 30 379, Le procureur impérial auprès de la cour de Lyon au garde des Sceaux, 10 juillet (...)

67Même dans les régions du Nord-Est, le procureur de Colmar souligne le soulagement des populations à voir que l’Empereur ne s’est pas laissé entraîner par les séductions de la gloire et celui de Metz, dans un pays qui touche à la frontière, leur reconnaissance envers le souverain, qui a éloigné le fléau de la guerre européenne114. « Les victoires donneront la paix, ce premier besoin de la civilisation », jugent les classes moyennes du ressort de Lyon115.

  • 116 Ibid., BB30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 7 octobre 185 (...)
  • 117 On se souviendra qu’à Paris, déjà à la fin de la guerre de Crimée, le régime n’avait pas craint de (...)
  • 118 Arch. nat., BB30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Montpellier au garde des Sceaux, (...)

68Certes, le retour des soldats est salué par des fêtes auxquelles se mêle la foule et, dans les régions qui comptent peu de villes de garnison telles certains départements du Sud-Ouest, elles sont un vecteur pédagogique d’union avec l’armée. L’armée, c’est le peuple dans lequel elle se retrempe toujours et c’est ainsi que les masses seront attachées aux principes d’ordre et d’autorité, se félicite le procureur d’Agen116. La présence des blessés ne ternit même pas, aux dires des autorités, l’éclat des démonstrations117. Les départements du Midi sont sillonnés par de glorieux détachements précédés par leurs blessés, parés de vêtements usés au combat, fiers des lambeaux de leurs étendards. Partout, les populations se sont confondues avec les soldats en leur offrant l’hospitalité. Cela laissera des impressions durables chez les artisans et les ouvriers soustraits ainsi aux influences anarchistes118, c'est ce qu'espère le procureur de Montpellier. Mais cette « fusion » est-elle totale ? Si le spectacle des blessés ne provoque pas trop de répugnance, n’est-ce pas parce que la guerre n’implique pas encore un peuple entier dont chaque membre serait amené à verser son sang ?

  • 119 Ibid., BB 30 338, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, octobre (...)
  • 120 Ibid., BB 30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Metz au garde des Sceaux, 11 juillet (...)

69En tout cas, le 15 août 1859 fut célébré avec une pompe extraordinaire car, plus encore que la fête du vainqueur, ce fut la fête de la paix119. En fait, le sentiment national est satisfait et l’annexion de la Savoie et de Nice lui paraît une réparation suffisance des « honteux » traités de 1814-1815. L’attitude de l’Angleterre à ce moment-là ajoute à sa satisfaction car les procureurs reconnaissent unanimement que, du fait de l’anglophobie persistante, une guerre contre cette puissance est la seule que les masses désirent spontanément. Mais, le procureur de Metz affirme : « La population repousse toutes les nouvelles extensions territoriales qui ne se concilieraient pas avec le maintien de la paix120. »

  • 121 Ibid., BB 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 10 janvier 1 (...)

70Celui de Colmar analyse les facteurs qui fondent ce désir de paix. La France a acquis par la gloire de ses armées une notoriété qu’aucun succès nouveau ne saurait accroître et les énergies veulent se tourner maintenant vers la lutte du crédit et de la production qui assigne une grande tâche à l’industrie française121. Son collègue du ressort de Paris confirme ce jugement :

  • 122 Ibid., BB 30 384, Le procureur impérial auprès de la cour de Paris au garde des Sceaux, 4 mars 186 (...)

« On désire ardemment le maintien de la paix, c’est le vœu unanime des populations, c’est le vœu de toutes les classes de la société, c’est celui de l’agriculture et de l’industrie, du capitaliste comme de l’ouvrier, du pauvre aussi bien que du riche. On n’entrevoit ni intérêt ni motif pour se mêler aux luttes nouvelles qui semblent sur le point d’éclater, quelque gloire qu’il puisse en résulter pour la France et quelque droit qu’elle ait de peser sur les destinées de l’Europe […] Le pays ne demande pas cependant l’immobilité ou l’inertie. Mais la sève qui bouillonne dans les artères de la France se tourne vers les conquêtes pacifiques des arts et de l’industrie122. »

71Dans ces conditions, les procureurs ne cachent pas que la guerre du Mexique demeure incomprise et que, malgré les sympathies universelles que recueille la Pologne, un engagement armé en sa faveur serait impopulaire.

  • 123 R. Girardet, op. cit., p. 32.

72Pourtant, pour une partie des élites à partir des années soixante, « l’armée n’incarne plus seulement la religion de l’ordre mais le prestige de la conquête123 ». Mais ce prestige n’est pas assez fort pour contrebalancer le besoin impérieux de la stabilité, le refus de toute aventure que l’on paierait de ses biens ou de sa personne. Cet état d’esprit s’intensifie dans les années soixante et culmine à la veille de Sadowa. Les procureurs portent sur lui des jugements mitigés. Ils n’ont cessé de dénoncer l’apathie des masses rurales :

  • 124 Arch. nat., BB 30 375, Le procureur impérial auprès de la cour de Caen au garde des Sceaux, 8 octo (...)
  • 125 Ibid., BB 30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Montpellier au garde des Sceaux, 7 ju (...)

« Les questions extérieures ont peu de prise sur l’esprit froid et positif de nos populations préoccupées avant tout, il faut le dire, de leurs intérêts prochains et personnels124. »
« On voit avec indifférence, surtout dans nos campagnes, ce qui se passe sur la scène du monde. Le positivisme [sic] pénètre de plus en plus dans nos moeurs125. »

  • 126 Ibid., BB 30 385, Le procureur impérial auprès de la cour de Poitiers au garde des Sceaux, 6 septe (...)

73Les procureurs essaient d’analyser les composantes de cet état d’esprit : les intérêts matériels dominent les campagnes, les sympathies pour la Pologne n’empêchent pas de calculer les sacrifices en hommes et en argent que coûterait une guerre pour sa cause126. Cette sensibilité devient dominante dans toutes les classes et pratiquement dans toutes les régions. La guerre est

  • 127 Ibid., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 7 octobre 18 (...)

« repoussée par les tendances de notre temps qui sont toutes vers la paix, les relations étendues hors de nos anciennes limites, l’abaissement progressif de toutes les barrières, vers l’extension des échanges internationaux et la concorde générale127 ».

74C'est l'analyse du procureur d'Agen, celle du procureur de Toulouse la confirme :

  • 128 Ibid., BB 30 388, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, 8 juill (...)

« Le commerce et l’agriculture sont plus que jamais intéressés au maintien de la paix, le commerce par suite de l’extension de ses relations avec l’étranger, l’agriculture en partie par le même motif et plus particulièrement à cause de la rareté croissante de la main-d'œuvre et des charges qui, en temps de guerre […] menacent la propriété foncière. Enfin, il faut tenir grand compte des progrès de la fortune mobilière et des intérêts nouveaux qu’elle a créés en faveur de la paix128. »

75Leur collègue de Besançon dénonce l'état d'esprit des Français :

  • 129 Ibid., BB 30 372, Le procureur impérial auprès de la cour de Besançon au garde des Sceaux, 12 janv (...)
  • 130 Ibid., BB 30 381, Le procureur impérial auprès de la cour de Nancy au garde des Sceaux, 6 juillet (...)

« La France est dégoûtée de l’esprit de conquête, elle met sa gloire à développer pacifiquement les germes du progrès moral et de la richesse matérielle dont elle est si largement dotée129. »
« Il est un progrès qui frappe tous les esprits et qui prouve hautement la vérité du programme pacifique exprimé à Bordeaux : au lieu de l’esprit de conquête du commencement du siècle, au lieu de la propagande armée, les négociations, les concessions, les moyens de conciliation pour favoriser les rapports internationaux. Dans toutes les classes sociales, prédomine le goût de la paix, le bonheur de voir le pays progresser et fleurir dans l’agriculture, le commerce et les arts. Cette opinion est instinctive dans les campagnes et éclairée dans les classes plus relevées130. »

76Le constat du procureur de Paris est semblable à celui du procureur de Nancy :

  • 131 Ibid., BB 30 383, Le procureur impérial auprès de la cour de Paris au garde des Sceaux, 5 août 186 (...)

« Le pays est las de la guerre, rassasié d’émotions guerrières, il calcule plus froidement ce que les expéditions les plus glorieuses coûtent en hommes et en argent ; satisfait d’avoir repris dans le monde le rang et l’influence qui lui appartiennent, il craint qu’on ne dépasse le but et il désire la paix, une paix durable, avec toute la force d’une conviction réfléchie131. »

  • 132 Ibid. BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Rennes au garde des Sceaux, 12 juillet (...)
  • 133 Ibid., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Aix-en-Provence au garde des Sceaux, 7 (...)

77Lorsqu’éclate la guerre austro-prussienne, ce désir de paix va jusqu’à l’aveuglement, déplore le procureur général de Rennes132. Lui-même et ses collègues admettent que les préoccupations économiques confortent les conceptions idéologiques. Le procureur d’Aix-en-Provence démêle, aux origines de ce refus viscéral de la guerre, la répugnance qu’éprouvent envers elle les intérêts matériels et la prédominance croissante des sentiments humains – nous dirions aujourd’hui humanitaires – et pacifiques133. Son collègue de Riom le confirme :

  • 134 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Riom au garde des Sceaux, 11 juillet (...)

« Les idées d’humanité et de civilisation chaque jour plus puissantes et plus répandues, l’importance des intérêts matériels que la guerre pouvait compromettre […] font vivement désirer […] que la paix pût être maintenue134. »

  • 135 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Rennes au garde des Sceaux, 12 juille (...)

78Le procureur de Rennes ajoute que l’aisance des familles s’est considérablement accrue en Bretagne grâce à la bienfaisance du gouvernement impérial. Il y a quelques années, un agriculteur ou un ouvrier ne connaissaient d’autre placement pour ses économies qu’un dépôt à la caisse d’épargne ou l’acquisition d’un lopin de terre. Aujourd’hui, reconnaît-t-il, la plupart ont quelques coupons de rente ou quelques valeurs industrielles. Ce qui les intéresse au maintien de l’ordre mais fait qu'ils ne discernent plus les voies où se trouvent engagés la grandeur et l’avenir du pays ; si tous détestent les traités de 1815, l’annexion de Nice et de la Savoie paraît une revanche suffisante135. On constatera ainsi que la paix et la sécurité n’apparaissent plus seulement comme nécessaires à la survie mais à la croissance engendrée par le Second Empire.

79Mais, en prélude au traumatisme de 1870-1871, perce une note de désillusion.

  • 136 Ibid., BB 30 379, Le procureur impérial auprès de la cour de Lyon au garde des Sceaux, 28 juin 186 (...)

« Dans la bourgeoisie, le mécontentement et la surprise dominent. Notre siècle semblait destiné au progrès de la civilisation, aux conquêtes pacifiques de l’industrie et voilà que le droit semble avoir perdu tout son empire ! La communauté des intérêts est brutalement détruite. La solidarité des affaires est tout à coup méconnue […] Le spectacle du despotisme guerrier est affligeant et fait naître bien des réflexions […] Ces classes bénissent la paix, rêvent les progrès industriels […] L’intérêt dominant est rentier, capitaliste, commerçant136

  • 137 L. M. Case, op. cit., p. 191.

80Toutefois, même là où les intérêts de « comptoir » dominent, souvent les intérêts supérieurs s’imposent, conclut le procureur de Lyon. Cependant, il faudra une guerre tragique pour que l’on renonce à la perspective de l’instauration définitive et prochaine de la paix et pour que soit acceptée la nécessité pour chacun de se préparer à la lutte dès le temps de paix ou même en temps de paix. À la veille du désastre de 1870, le neutralisme était enraciné dans l’opinion publique française qui non seulement le soutenait mais l’avait engendré137.

Notes

1 A. Crépin, « Service militaire et citoyenneté : les étrangers installés dans le Nord deviennent français. », J.-P. Jessenne et M. Aubry (édit.), Colloque de Villeneuve-d’Ascq, 1994, L’image de l’autre dans l’Europe du Nord-Ouest à travers l’Histoire, Centre d’histoire de la Région du Nord et de l’Europe du Nord-Ouest, Villeneuve-d’Ascq, 1995, p. 99.

2 Id., « Conscription citoyenneté, intégration (1818-1889) », Aux armes, citoyens ! Conscription et armée de métier des Grecs à nos jours, M. Vaïsse (dir.), Paris, A Colin, 1998, p. 135.

3 Id., « Service militaire, citoyenneté… », op. cit., p. 101.

4 Voir par exemple Arch. nat., F1c V Bas-Rhin 4, Procès-verbaux des séances du conseil général du Bas-Rhin, session de 1829, séance du 1er septembre 1829 et F 1cV Nord 4, Procès-verbaux…, op. cit., séance du 25 août 1827.

5 Ibidem, séance du 25 août 1827.

6 Ibid. F1cV Bas-Rhin 4, Procès-verbaux… op. cit., séance du 1er septembre 1829.

7 Ibid., F9 228, Nord, Délibération du conseil d’arrondissement de Valenciennes, 1er juillet 1825.

8 Ibid., F9 157, Ardennes, Dossier 11, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 23 septembre 1818, Dossier 13, 11 mai 1826.

F9 227, Nord, Dossier 10, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 24 novembre 1818.

9 Ibid., F 9 170-171, Corse, Copie du mémoire adressé par le maire de Bastia au conseil de révision, 11 août 1821.

10 Ibid., F9 238 ter, Pyrénées-Orientales, Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 12 juin 1828.
F1c V Nord 3, Procès-verbaux…, op. cit., séance du 25 août 1827.

11 A. Crépin, « Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation : la conscription, pierre de touche du débat », Revue d’Histoire du xixe siècle, nº 18, 1999/1, p. 22.

12 Arch. nat., F9 157, Ardennes, dossier 11, le préfet au ministre de l’Intérieur, 23 septembre 1818.

F1cV, Moselle 2, Procès-verbaux…, rapport du préfet, 17 août 1826.

F1cV, Nord 4, Procès-verbaux…, séance du 25 août 1827.

Arch. Municipales, Tourcoing, H1b 251. Demande à Messieurs le président et membres de la Chambre, 10 février 1830.

13 Arch. nat., F1cV, Pyrénées-Orientales 3, Procès-verbaux…, sessions de 1828.

14 Ibid., F9 170 - 171 Corse, Copie du mémoire, op. cit.

15 Ibid., F1cV, Pyrénées-Orientales 3, Procès-verbaux…, sessions de 1826.

16 Arch. nat., F9 228, Nord, Dossier unique, Délibération du conseil d’arrondissement d’Hazebrouck, 1er juillet 1825, cité par A. Crépin, « Service militaire, citoyenneté… », op. cit., p. 143.

17 R. Brubaker, « De l’immigré au citoyen », Revue des Actes de la recherche en sciences sociales, nº 99, 1993, p. 3-25.

18 Archives parlementaires, tome 71, Chambre des députés, séance du 31 octobre 1831, p. 213 sq.

19 A. Crépin. « Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation…», op. cit., p. 14.

20 Archives parlementaires, tome 71, Chambre des députés, séance du 28 octobre 1831, p. 160 sq.

21 Arch. nat., F9 228, Nord, Dossier unique, 2 octobre 1825.

Archives parlementaires, tome 71, Chambre des députés, séance du 31 octobre 1813, p. 213 sq.

22 Ibidem, séance du 28 octobre 1831, p. 160 sq.

23 Ibid.

24 Ibid., séance du 31 octobre 1831, p. 213 sq., cité par A. Crépin, La conscription en débat… op. cit., p. 149.

25 Ibid., séance du 28 octobre 1831, p. 160 sq.

26 A. Crépin, « Conscription, citoyenneté, intégration… », op. cit., p. 139.

27 Voir par exemple F1cV Moselle 4, session de 1840, Rapport du préfet.

F1cV Var 3, session de 1842, Rapport du préfet.

F1cV, Basses- Pyrénées 2, séance du 18 septembre 1842.

28 A. Crépin, « Élargissement de la citoyenneté, limitation de la naturalisation… », op. cit.

29 P. Legrand, De l’assimilation des étrangers aux nationaux en matière de recrutement, Lille, Leleux, 1856.

30 H. Bernard, Note sur l’exemption dont jouissent les fils d’étrangers et sur l’abus qui en résulte, Lille, Lefebvre-Ducrocq, 1863.

31 H. Barault-Roullon, Questions générales sur le recrutement de l’armée, mémoire à consulter, faisant suite aux Essais sur l'organisation de la force publique présentés à sa Majesté l'empereur Napoléon III, Paris, Corréard, 1853.

32 G. Best, op. cit., p. 195.

33 R. Girardet, op. cit., p. 35.

34 Quelques mots à l’occasion du projet de loi de recrutement présenté par le ministre de la Guerre à la Chambre des députés le 11 décembre 1830 par un père de famille, Avignon, Imp. veuve Guichard aîné 1831.

35 Ibidem, p. 10.

36 R. Girardet, La société militaire… op. cit., p. 27.

37 P. Ansart, Sociologie de Saint-Simon, Paris, PUF, 1970, coll. « Le sociologue », p. 152-155.

38 M. Leroy, Histoire des idées socialistes en France, tome 2 : de Babeuf à Proudhon, Paris, Gallimard, 1950, coll. « Bibliothèque des Idées », p. 234.

39 V. Porteret, « Société militaire et société industrielle chez Saint-Simon et Auguste Comte », Les Champs-de-Mars nº 10, Cahiers du Centre d’études en sciences sociales de la Défense, Paris, La Documentation française, 2002, p. 26.

40 R. Girardet, op. cit., p. 154.

41 M. Chevalier, « La liberté aux États-Unis », La Revue des deux Mondes, 19e année, Paris, 1849, p. 97.

42 J. Walch, Michel Chevalier économiste saint-simonien (1806-1879), Paris, Vrin, 1975, p. 327 sq.

43 V. Porteret, op. cit., p. 15.

44 J. Walch, op. cit., p. 334.

45 C. Pecqueur, Des armées dans leurs rapports avec industrie, la morale, la liberté ou des devoirs civiques des militaires, Paris, Capelle, 1842, p. 2 et p. 8.

46 Ibidem, préface, p. III.

47 Ibid., p. 13.

48 Ibid., p. 55-56.

49 Ibid., p. 32 sq. et p. 104.

50 Ibid., p. 19.

51 Ibid., p. 214.

52 Ibid., Préface, p. VIII.

53 Ibid., p. 6-7.

P. Buffotot, Le socialisme français et la guerre. Du soldat citoyen à l’armée professionnelle (1871-1998), Bruylant, Bruxelles, 1998.

54 P. Buffotot, op. cit., p. 10.

55 A. Philonenko, « Proudhon ou le silence des dieux », Revue de métaphysique et morale, n° 2, avril-juin 1972, p. 178.

56 Ibidem., n° 1, janvier-mars 1972, p. 67.

57 Ibid., n° 1, p. 61.

58 Ibid., n° 1, p. 71.

59 Ibid., n° 2, p. 170 sq.

60 M. Leroy, Histoire des idées socialistes… op. cit., tome 3, D’Auguste Comte à P. J. Proudhon, Paris, Gallimard, 1954, coll. « Bibliothèque des Idées », p. 120.

61 V. Porteret, op. cit., p. 27.

62 Ibidem.

63 P. Buffotot, op. cit., p. 5.

64 H. Barault-Roullon, op. cit., p. 14.

65 L. M. Case, French opinion on war and diplomacy during the Second Empire, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 1954, p. 13.

66 A. Crépin, « Armée, service militaire obligatoire et opinion publique… », op. cit., p. 146.

67 L.M. Case, op. cit., p. 20.

68 Arch. nat., BB 30 371, Le procureur impérial auprès de la cour d’Angers au garde des Sceaux, 18 juillet 1854.

BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bourges au garde des Sceaux, 17 juin 1854.

BB 30 378, Le procureur impérial auprès de la cour de Limoges au garde des Sceaux, 11 juin 1854.

69 Ibid., BB 30 371, Le procureur impérial auprès de la cour d’Angers au garde des Sceaux, 6 juillet 1855.

70 Ibid., BB 30 384, Le procureur impérial auprès de la cour de Pau au ministre de la Justice, 10 juillet 1854.

71 Ibid., BB 30 383, Le procureur impérial auprès de la cour de Paris au garde des Sceaux, 18 février 1854.

72 Ibid., BB 30 377, Le procureur impérial auprès de la cour de Dijon au garde des Sceaux, 9 juillet 1855.

73 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 11 janvier 1855.

74 Ibid., BB 30 379, Le procureur impérial auprès de la cour de Lyon au garde des Sceaux, 30 janvier 1855.

75 Ibid., BB 30 382, Le procureur impérial auprès de la cour de Nîmes au garde des Sceaux, 5 août 1854.

76 Ibid., BB 30 387, Le procureur impérial auprès de la cour de Rouen au garde des Sceaux, 13 juillet 1854.

77 Ibid., BB 30 388, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, 2 février 1854.

78 Ibid., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bourges au garde des Sceaux, 28 décembre 1854.

79 Ibid., BB 30 378, Le procureur impérial auprès de la cour de Limoges au garde des Sceaux, 11 juin 1854.

80 Ibid., BB 30 378, Le procureur impérial auprès de la cour de Grenoble au garde des Sceaux, 20 juillet 1854.

81 Ibid., BB 30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Montpellier au garde des Sceaux, 29 janvier 1855.

82 Ibid., BB 30 388, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, 27 janvier 1855.

83 Ibid., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 21 juillet 1854 et 21 janvier 1855.

84 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Riom au garde des Sceaux, 30 juillet 1855.

85 L. M. Case, op. cit., p. 38.

86 Arch. nat., BB 30 371, Le procureur impérial auprès de la cour d'Amiens au garde des Sceaux, 4 février 1856.

87 Ibid., BB 30 377, Le procureur impérial auprès de la cour de Dijon au garde des Sceaux, 22 janvier 1856.

88 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Riom au garde des Sceaux, 29 janvier 1856.

89 Ibid., BB 30 382, Le procureur impérial auprès de la cour d’Orléans au garde des Sceaux, 22 juillet 1856.

90 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 19 janvier 1857.

91 N. Petiteau, « Un groupe socioprofessionnel… », op. cit., p. 43 et Lendemains d’Empire Les soldats de Napoléon…, op. cit., p. 100 sq.

92 F. JOB, « Les anciens militaires de la République et de l’Empire dans le département de la Meurthe en 1857 », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 245, juillet-septembre 1981, p. 430.

93 N. Petiteau, « Un groupe socioprofessonnel… », op. cit., p. 35.

94 F. Job, op. cit., p. 433.

95 Les historiennes aboutissent à un constat de relatif échec « La distribution effectuée, les anciens militaires furent abandonnés à leur sort » selon F Job, op. cit., p. 435 « Le neveu de l’Empereur […] a bien davantage soigné son image de marque qu’il n’a remédié à la détresse sociale dans laquelle se trouvaient ces hommes » selon N. Petiteau, « Un groupe socioprofessionnel… », op. cit., p. 44.

96 Arch. nat., BB 30 377, Le procureur impérial auprès de la cour de Dijon au garde des Sceaux, 9 juillet 1855.

97 G. de Puymège, op. cit., p 67-68.

98 R. Girardet, « Autour de quelques problèmes », et N. Villa, « L’iconographie militaire de la Seconde République », L’armée et la Seconde République…, op. cit., p. 8 et p. 26.

99 G. Best, op. cit. p. 199.

100 J.-J Becker et St. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 27.

101 Ibidem, p. 29.

102 Arch. nat., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bordeaux au garde des Sceaux, 9 avril 1859.

103 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 5 avril 1859.

104 Ibid., BB 30 372, Le procureur impérial auprès de la cour de Besançon au garde des Sceaux, 9 avril 1859.

105 Ibid., BB 30 381, Le procureur impérial auprès de la cour de Nancy au garde des Sceaux, 9 avril 1859.

106 Ibid., 2 juillet 1859.

107 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Rennes au garde des Sceaux, 4 juillet 1859.

Voir aussi BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Riom au garde des Sceaux, « Les populations ont prodigué leur or et leur sang. » 11 juillet 1859.

108 G. Best note que l’aura romantique qui s’attachait aux combattants de l’épopée révolutionnaire et napoléonienne rejaillit sur la recrue devenue un quasi professionnel au xixe siècle, op. cit., p. 198-199.

109 Arch. nat., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 7 juillet 1859.

110 Ibidem, BB 30 387, Le procureur impérial auprès de la cour de Rouen au garde des Sceaux, 20 juillet 1859.

111 Ibid., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bordeaux au garde des Sceaux, 6 juillet 1859.

112 Ibid., BB 30 374, Le procureur impérial auprès de la cour de Bourges au garde des Sceaux, 5 juillet 1859.

113 Ibid.

114 Ibid., BB 30 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 8 juillet 1859.
BB 30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Metz au garde des Sceaux, 11 octobre 1859.

115 Ibid., BB 30 379, Le procureur impérial auprès de la cour de Lyon au garde des Sceaux, 10 juillet 1859.

116 Ibid., BB30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 7 octobre 1859.

117 On se souviendra qu’à Paris, déjà à la fin de la guerre de Crimée, le régime n’avait pas craint de faire figurer les blessés à la tête du défilé des troupes victorieuses mais portant l’uniforme dans l’état où l’avaient laissé les batailles. J.-J. Becker et S. Audoin-Rouzeau, op. cit., p. 29.

118 Arch. nat., BB30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Montpellier au garde des Sceaux, 11 octobre 1859.

119 Ibid., BB 30 338, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, octobre 1859.

120 Ibid., BB 30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Metz au garde des Sceaux, 11 juillet 1860.

121 Ibid., BB 376, Le procureur impérial auprès de la cour de Colmar au garde des Sceaux, 10 janvier 1861.

122 Ibid., BB 30 384, Le procureur impérial auprès de la cour de Paris au garde des Sceaux, 4 mars 1861.

123 R. Girardet, op. cit., p. 32.

124 Arch. nat., BB 30 375, Le procureur impérial auprès de la cour de Caen au garde des Sceaux, 8 octobre 1863.

125 Ibid., BB 30 380, Le procureur impérial auprès de la cour de Montpellier au garde des Sceaux, 7 juillet 1864.

126 Ibid., BB 30 385, Le procureur impérial auprès de la cour de Poitiers au garde des Sceaux, 6 septembre 1863.

127 Ibid., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Agen au garde des Sceaux, 7 octobre 1863.

128 Ibid., BB 30 388, Le procureur impérial auprès de la cour de Toulouse au garde des Sceaux, 8 juillet 1864.

129 Ibid., BB 30 372, Le procureur impérial auprès de la cour de Besançon au garde des Sceaux, 12 janvier 1864.

130 Ibid., BB 30 381, Le procureur impérial auprès de la cour de Nancy au garde des Sceaux, 6 juillet 1861 et 6 octobre 1862.

131 Ibid., BB 30 383, Le procureur impérial auprès de la cour de Paris au garde des Sceaux, 5 août 1863.

132 Ibid. BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Rennes au garde des Sceaux, 12 juillet 1866.

133 Ibid., BB 30 370, Le procureur impérial auprès de la cour d’Aix-en-Provence au garde des Sceaux, 7 juillet 1866.

134 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Riom au garde des Sceaux, 11 juillet 1866.

135 Ibid., BB 30 386, Le procureur impérial auprès de la cour de Rennes au garde des Sceaux, 12 juillet 1866.

136 Ibid., BB 30 379, Le procureur impérial auprès de la cour de Lyon au garde des Sceaux, 28 juin 1866.

137 L. M. Case, op. cit., p. 191.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search