Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Troisième partie. Le temps des soldats-citoyens (1800-1867)

Chapitre II. L’ « odieuse » conscription impériale ?

Texte intégral

Les France conscriptionnelles

  • 1 A. Crépin, « Une France plurielle devant la conscription napoléonienne », Colloque (...)
  • 2 Arch. nat., AF IV 1123, Compte général… op. cit, chap. xi.
  • 3 Ibid., F 9 240 A, Haut-Rhin, Dossier 4, Observations fournies par le préfet sur la (...)

1L’accueil réservé à la conscription démontre que la société ne veut pas toujours payer le prix des victoires qui enflamment la nation. Il prouve aussi à quel point la légende noire comme la légende dorée de la conscription sont simplistes. La France demeure plurielle dans l’espace et dans le temps. Le rendement de la conscription n'a nullement évolué en fonction du niveau de l’impôt du sang, et une courbe peut être établie qui passe par trois phases1. La première correspond à la mise en route de la « machine conscriptionnelle ». Celle-ci se heurte à de nombreuses résistances qui se prolongent jusqu’au début de l’Empire, voire en 1806. En l’an XIV, Hargenvilliers émet le souhait que la conscription soit « nationalisée2 », reprenant le terme d’une circulaire adressée en l’an XII aux préfets et sous-préfets sur les moyens à utiliser pour parvenir à ce but3. C’est donc reconnaître qu’à cette date elle ne l’est pas encore.

  • 4 A. Crépin, op. cit.
  • 5 G. Vallée, Compte général de la conscription… op. cit.

2Or, à partir de 1806, alors que l’impôt du sang s’alourdit, commence une phase de stabilisation qui ne s’achève vraiment qu’en 1812 et peut faire croire à l’adhésion envers l’institution. Les préfets, si prolixes sur les difficultés qu’ils ont rencontrées initialement, constatent leur atténuation et jugent qu’une acclimation est en train de s’opérer4. Le taux moyen d’insoumission qui était encore de 28 % sous le Consulat s’abaisse à 13 % entre 1806 et 18105.

  • 6 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public… op. cit., livre ii.
  • 7 J. Waquet, « Réflexions sur les émotions populaires et le recrutement milit (...)

3En fait, la conscription des « années sombres », surtout celle de l’année 1813, montre l’aspect superficiel de cette adhésion dans certains départements, qui n’avait encore rien de la « familiarisation » avec l’institution, souhaitée par les administrateurs à la suite de la circulaire citée plus haut. Mais ce qui importe, c’est que l’Empereur lui-même ait cru à cette adhésion, ce qui le poussa à des exigences irréalistes. Celles-ci firent ressurgir une opposition latente et firent même éclater des troubles qui s’apparentent aux « petites Vendées » de 1793 et aux émeutes du Directoire et du Consulat ; mais pas partout, car, si tous les départements s’inscrivent dans les trois phases mentionnées plus haut, ils le font, à des niveaux différents. Dans les bons départements conscriptionnels, l’expression du mécontentement n’aboutit jamais à une résistance ouverte ni même à une hausse significative de l’insoumission. Des incidents peuvent éclater, ils sont sporadiques. Si ces départements ne répondent plus aux ultimes appels de 1813, alors que les levées ordonnées au début de cette année se sont bien déroulées, c’est faute de ressources en hommes, comme le constatent les préfets, et leur fléchissement est temporaire : la levée de 1814 suscite chez eux un redressement, voire un sursaut national6. Inversement, même à la « belle époque de la conscription », le taux d’insoumission reste très fort dans les zones sensibles7 mais le rejet de l’institution n’est plus aussi ouvert qu’auparavant et emprunte des formes déguisées voire légales.

  • 8 Ils sont regroupés dans la sous série F9 150 à 251 des Archives Nationales qui contient (...)
  • 9 E. Achorn, op. cit.
  • 10 A. Crépin, « À l’épreuve des réalités locales… », op. cit.
  • 11 Arch nat., F 9 186, Gard, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 11 thermidor (...)
  • 12 Ibid., F 9 163, Bouches-du-Rhône, Dossier 2, Le préfet au Ministre de l’Intérieur, (...)

4Il y a donc aussi pluralité dans l’espace, à laquelle les préfets sont confrontés dès la première levée consulaire. Les rapports adressés par eux au ministre de l’Intérieur, qui sont une mine de renseignements8 et se prolongent jusqu’aux commencements de la monarchie de Juillet, forment un utile contrepoint à la propagande du régime : pour le tiers des départements, on n’observe pas de changements notables quant aux résultats de la conscription et un quart des départements en obtient même de moins bons que sous le Directoire9. Qu’une telle situation prouve l’inachèvement de l’unité nationale, les préfets l’affirment à l’envi : au ministre de l’Intérieur qui tance les administrateurs des départements sensibles, notamment ceux du Gard, du Loir-et-Cher et de la Dordogne, ceux-ci répliquent qu’il n’est pas vrai que tous les citoyens soient les mêmes10. Le préfet du Gard juge qu’il existe sous ce rapport une différence incalculable entre le Nord et le Midi de la République11. Celui des Bouches-du-Rhône remarque : « Vous savez que la différence est grande entre les départements du nord et ceux du sud12 ». En fait, nous savons que la « ligne de démarcation » n’est pas aussi nette et que, contrairement à ce qu’imaginent les administrateurs des départements aquitains et provençaux, la proximité du théâtre des opérations ne fait pas forcément se précipiter les conscrits sous les drapeaux, comme le montrent à la même époque les rapports des préfets du Nord et du Pas-de-Calais.

5D’ailleurs les préfets en ont l’intuition, qui loin de se borner à un constat, parviennent à une analyse d’une rare lucidité. Analyse d’autant plus remarquable que, tout en ne masquant aucun des obstacles que rencontre l’enracinement de la conscription, elle n’a pas pour seul but de disculper les administrateurs aux yeux du pouvoir central. En effet, ce sont les préfets des zones sensibles, et qui le demeurent pendant plusieurs années, qui se livrent à cet exercice. Leur démarche pionnière peut être encore aujourd’hui le point de départ d’une recherche qui conjuguerait l’histoire et d'autres sciences humaines et qui est applicable aux levées de la Révolution et à la conscription directoriale. Certains d’entre eux, en effet, raisonnent, non en termes d’opinion publique, mais en termes de mentalités et ils se font, avant la lettre, géographes, économistes, sociologues voire ethnologues ou anthropologues. Ils ouvrent ainsi la voie à leurs successeurs des monarchies censitaires qui, en pleine paix, rencontreront les mêmes difficultés. Non qu’ils ignorent le facteur politique, c’est-à- dire l’adhésion ou le refus du nouveau régime, mais ils le replacent dans une histoire à long terme, celle de la répugnance ou celle de l’acceptation envers le service militaire, sinon envers le devoir de défense.

6Le poids des déterminismes naturels est le premier facteur qu’ils mettent en avant. Le préfet de l’Ardèche l’exprime éloquemment.

  • 13 Ibid., F9 156, Ardèche, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 18 (...)

« La population de l’Ardèche est […] agricole et répandue sur un terrain qui offre mille difficultés aux agents du gouvernement, aux exécuteurs de ses lois et mille facilités aux infracteurs […] L’habitant des montagnes tient singulièrement au sol qui l’a vu naître, peut-être s’y attache-t-il en raison même des travaux durs et continuels par lesquels il lui arrache sa substance. Le besoin de bras jeunes et vigoureux fait ensuite qu’il y a une opposition sourde de la part de parents, de la population et d’un très grand nombre de fonctionnaires à l’exécution des lois de la conscription. La population de l’Ardèche est considérable mais […] dispersée sur un sol hérissé de montagnes escarpées […] et la plupart des chemins ne sont que des rampes pratiquées sur le penchant des précipices […] Ces communications sont tout à fait impraticables à certaines époques de l’année par les dégradations des neiges et des torrents. Si l’on veut bien se représenter 335 communes réparties sur le sol et la population distribuée de manière à ce que celle des villes soit à celle des communes rurales comme un est à onze, on pourra facilement se faire une idée vraie de toutes les facilités que trouve cette population à se soustraire à l’exécution des lois de police et à celles de la conscription en particulier13. »

  • 14 A. Crépin, op. cit.
  • 15 Arch. nat., F9 238 bis, Pyrénées-Orientales, Dossier 7, Le préfet au ministre de l’Inté (...)

7L’isolement naturel conduit à l’isolement humain. Cet isolement aggrave la faiblesse du réseau administratif local, talon d’Achille du fonctionnement de la conscription sous le Directoire. Mais les préfets impériaux ne peuvent totalement s'en passer en dépit de la concentration des opérations dans leurs mains et de la centralisation grandissante de l’institution. Paradoxalement, cet isolement accentue une solidarité anti-conscriptionnelle dont nous avons vu les effets dès le Directoire et qui transcende les limites administratives quand se jouxtent les cantons récalcitrants de plusieurs départements14. En effet, dans leur observation des contrastes de comportements conscriptionnels liés à des différences de conditions naturelles au sein d’un même département, les préfets appliquent la grille d’analyse que préconisent les historiens actuels de la conscription : ce n’est pas à l’échelle du département, encore moins à celui d’une région que tout se joue. Nul ne le dit plus clairement que le préfet des Pyrénées-Orientales : il se trouve devant deux zones absolument différentes, la plaine qui se conduit bien et supporte tout, la montagne qui est presque en révolte et ne supporte rien15.

  • 16 Ibid., F9 176, Dordogne, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 11 (...)
  • 17 A. Crépin, « Une France plurielle… », op. cit.

8Pourtant, la même cause ne produit pas les mêmes effets : tout département au relief « coupé » et à l’habitat dispersé n’est pas inéluctablement un mauvais département face à la conscription. À l’inverse, contrairement aux illusions de l’administrateur de la Dordogne, les plaines fertiles ne facilitent pas nécessairement le déroulement de la conscription16. C’est d’abord parce qu’ils veulent échapper à la conscription que les recrues récalcitrantes finissent par trouver des lieux d’asile et savent mettre à profit toutes les ressources géographiques et topographiques, alors que les mêmes opportunités sont dédaignées par les recrues des bons départements17.

  • 18 Arch. nat., F9 241, Rhône, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 5 nivôse (...)
  • 19 Ibidem., F9 163, Bouches du Rhône, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, (...)
  • 20 Ibid., F9 247, Seine-Inférieure, Dossier 4, Le préfet au ministre de l’Intérieur (...)

9Aussi les préfets sont-ils amenés à tenir compte des structures économiques et sociales. Elles peuvent renforcer les effets de l’isolement géographique mais elles peuvent tout aussi bien s’opposer à la réussite des levées quand bien même cet isolement n’existe pas. En effet, le préfet du Rhône avoue qu’il administre un pays où « les levées d’hommes contrarient violemment les intérêts et les habitudes des particuliers18 ». Son collègue des Bouches-du-Rhône estime que dans la région dont il a la charge, le commerce, les arts et l’agriculture annihilent « l’esprit militaire19 ». De même, la mobilité de la population dans les cantons en voie d’industrialisation de la Seine-Inférieure en fait une pépinière de réfractaires plus nombreux encore que dans les cantons agricoles20.

  • 21 G. Désert va jusqu’à dire que la spécificité de la psychologie des paysans du Calvados (...)
  • 22 J. Imbert, op. cit., p. 459.

10Quant à l’aisance – pour relative qu'elle soit – elle ne conduit pas forcément à l’acceptation de la conscription car elle peut renforcer « l’indépendance » qui mène au particularisme et est souvent attachée à la notion de ruralité. Celle-ci reste centrale, en effet, pour expliquer les difficultés de l’enracinement de l’institution21. En se basant sur le recensement de 1806, J. Imbert observe que l’Empereur demandait davantage en matière d’impôt du sang là où il savait qu’il avait quelque chance d’être obéi et qu’en conséquence, il aurait exigé – et obtenu – plus des villes que des campagnes et plus des grandes villes que des petites villes22.

11Certes, l’opposition entre les villes et les campagnes n’est pas toujours aussi tranchée, comme le prouve le cas de Bordeaux qui en l’an XI fait l’objet des doléances du commandant de division dont dépend la Gironde car elle est loin de donner l’exemple aux campagnes environnantes.

  • 23 Arch. nat., F9 189, Gironde, Dossier 5, Général de division Mathieu au ministre de la G (...)

« Puis-je vous dire que la conscription va bien tandis qu’il n’est pas encore parti un seul conscrit de Bordeaux ? Dans cette ville où résident les premières autorités civiles et militaires, on brave ouvertement les lois de la conscription. Vous trouverez sans doute étonnant qu’on envoie des garnisaires dans les campagnes et qu’on ne veuille pas en mettre à Bordeaux où la désobéissance est des plus prononcées et où il y a plus de gens aisés en état de porter cette charge23. »

  • 24 Ibidem., F9 208, Lot-et-Garonne, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, (...)

12Par ailleurs, il faut affiner la notion de ruralité trop globale et certains préfets s’y essaient, qui examinent les différences dans les structures de propriété et d’exploitation et les effets qu’elles induisent dans l’attitude face au recrutement. Ainsi le préfet du Lot-et-Garonne reconnaît que, dans la circonscription dont il a la charge, les jeunes gens issus de familles de propriétaires aisés contribuent peu ou pas à la formation du contingent. Par conséquent, celle-ci incombe aux petits agriculteurs indispensables à leur famille qui, ne pouvant avoir recours au remplacement ou à la corruption multiplient les fraudes24.

  • 25 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit, p. 173.

13Une autre situation qui ne favorise pas le recrutement est celle des départements qui, n’offrant pas assez de ressources sur place, sont des zones de migrations. Le préfet de la Haute-Loire, tout comme ceux de la Corrèze, de la Creuse et de l’Ariège, montrent que les migrations économiques, vitales pour la survie des communautés, deviennent l’occasion d’échapper à la conscription, ce qui intensifie le phénomène. Au point que les préfets des Basses-Pyrénées et de la Haute-Vienne n’osent pas répondre à la grande enquête sur les migrations périodiques lancée par le régime de 1807 à 1813 tant ils craignent de mettre en lumière les « carences » de leur action25.

  • 26 Arch. nat. F 9 184, Finistère, Dossier 6, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 23 juin (...)
  • 27 Ibidem, Dossier 8, Bulletin du 1er au 30 novembre 1813.
  • 28 J.-P. Aron, P. Dumont, E. Leroy-Ladurie, Anthropologie du conscrit français d’après les (...)

14Quoi qu’il en soit, ces conditions difficiles n’empêchent pas, quand ils ne la renforcent pas, la formation d’un patriotisme local qui rend les populations sourdes aux appels de la grande patrie. Le préfet du Finistère avoue que les déserteurs en route ont cédé « à cet amour, dont rien ne peut presque égaler le sentiment, qui pénètre les Bretons pour le sol qui les a vus naître et pour leurs parents26 […] » et, en Bretagne, lors du départ des conscrits, se déroulent des rituels de deuil27 auxquels le retour de la paix ne mettra pas fin28.

  • 29 Arch. nat., F9 202, Loir-et-Cher, Dossier 3, 6 thermidor an VIII.
  • 30 Ibidem., F9 255, Var, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 1er thermidor an (...)
  • 31 A. Crépin, « À l’épreuve des réalités locales… », op. cit.

15Dans cette perspective, le facteur politique semble n’être qu’un catalyseur ou même le fruit de données économiques et sociales qui s’enracinent dans le passé. Les préfets du Consulat se gardent, à l’inverse des commissaires du Directoire, de voir la main des prêtres et des émigrés dans tout échec de la conscription. Si les administrateurs évoquent l’attitude politique de leurs administrés, c’est pour la relativiser ou pour montrer que les luttes de partis n’ont fait qu’aggraver le refus des appels de l’État, quand elles ne sont pas prétexte à l’insoumission ou à la désertion. Certes le préfet du Loir-et-Cher remarque : « Vous sentez, dans certains cantons, combien il est difficile de faire passer l’amour de la République et l’enthousiasme là où on se battait pour le roi29 ». Mais il avoue aussi que des réfractaires rejoignent les « brigands royaux » pour échapper à tout service. Son collègue du Var explique que les haines épouvantables qui ont déchiré les partis dans son département ont eu pour résultat que ses administrés n’ont jamais fourni leur contingent depuis le commencement de la Révolution et, surtout, qu’ils ont préféré se faire « brigands » plutôt que servir30. En fait, les préfets jugent que les bandes royalistes sont constituées de ceux qui refusent d’abord d’être enrôlés avant même de refuser la Révolution31.

  • 32 Arch. nat., F9 186, Gard, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 11 thermidor (...)
  • 33 Voir par exemple F9 257, Vendée, Dossier 5, ans XIII-XV.

16Il existe même une distorsion entre l’accueil que l’on réserve au régime et celui que l’on réserve à l’institution. Les préfets du Gard et du Rhône s’étonnent du rejet de l’institution de la part d’administrés qui ont été favorables à la Révolution et à l’instauration du Consulat32. Inversement, les préfets de l’Ouest, théâtre d’une guerre civile déclenchée par les appels d’hommes et qui, pour cette raison, en avait été exempté sous le Directoire, seraient moins enclins à se plaindre quant aux résultats de la conscription consulaire et impériale que leurs collègues du Sud-Ouest aquitain33.

17L’exaltation des victoires et la propagande du régime peuvent produire un effet passager :

  • 34 Ibid., F9 208, Lot-et-Garonne, Dossier 4, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 2 (...)

« La levée de la classe de l’an XIV s’opère bien ainsi que la levée des réserves des années antérieures […] la facilité avec laquelle les opérations se sont faites, la bonne volonté des jeunes gens et le petit nombre des déserteurs doivent être attribués en cette circonstance à un élan vraiment national. La marche rapide des armées commandées par le héros, chef auguste de l’Empire, les victoires dues à son génie et tout ce que Sa Majesté ne cesse de faire pour le bonheur de la nation ont électrifié [sic] l’esprit public au-delà de toute expression. Les citoyens du Lot-et-Garonne l’ont manifesté par leur obéissance et leur enthousiasme » affirme le préfet du Lot-et-Garonne34.

  • 35 A. Crépin, « Une France plurielle face à la conscription napoléonienne… », op. cit.
  • 36 L. Bergès, La société civile contre le recrutement à l’époque de la conscription milita (...)

18En réalité, ce n’est qu’un feu de paille dans les départements médiocres. Les termes « de tout temps » ponctuent les rapports des préfets. Ils rappellent que les appels ont toujours échoué dans leur circonscription et même que le recrutement d’une armée d’Ancien Régime y a rencontré peu d’échos35. Mieux vaudrait à ce propos distinguer troupes réglées et milice. L. Bergès fait observer à juste titre pour les départements du Sud-Ouest que le gascon, bon mercenaire, est devenu un mauvais conscrit36.

19Nul mieux que le préfet de la Haute-Loire n’exprime l’enracinement durable de ces particularismes locaux qui, selon lui, ne sont cependant pas immuables, contrairement aux caractères physiques des contrées où ils ont pris naissance.

  • 37 Arch. nat., F9 204, Haute-Loire, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 10 th (...)

« Ce serait une grande erreur de placer les montagnes de la Haute- Loire dans la lignée honorable des départements que vous proposez à la reconnaissance et à l’émulation nationale. Ce pays froid, semé de forêts, coupé de gorges profondes, étranger presqu'à la civilisation, indépendant en quelque sorte depuis les dragonnades de Louis XIV, aujourd’hui dominé par tous les préjugés religieux et civils, a été de tous les temps la retraite d’un grand nombre de déserteurs, d’hommes condamnés à mort ou habitués au pillage, toujours prêts à s’insurger et à se former en bandes qui ont souvent donné à l’autorité publique les plus vives inquiétudes37. »

La conscription, instrument de civisme, école de civilisation

  • 38 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public… op. cit., livre ii, p. 301 sq.

20En se livrant à cette analyse, les préfets cherchent la voie la plus appropriée qui leur permettrait de surmonter l’insuccès des levées et qui ne peut se résumer au « tout répressif », non qu’ils dédaignent la coercition -et certains d’entre eux agissent avec une particulière brutalité à cet égard- mais ils sont conscients de ses limites. Leur analyse elle-même en démontre la vanité si la répression, ignorant les causes profondes et lointaines du refus, n’agit que sur ses effets immédiats et apparents. Le grand règlement de 1811 qui ne compte pas moins de 275 pages, subdivisées en 1275 articles, témoigne des raffinements de la répression mais aussi de l’habileté grandissante des conscrits à échapper aux mailles du filet que l’on veut resserrer de plus en plus sur eux38. Il faudra d’ailleurs les exigences irréalistes de l’Empereur en 1813 pour pousser de nouveau les conscrits de certains départements à la révolte ouverte.

  • 39 Arch. nat., F9 157, Ardennes, Dossier 6, 22 octobre 1806.

21Dans cette quête des méthodes les plus efficaces et les plus pertinentes pour amener leurs administrés à adhérer à l’institution, les propos de leurs collègues qui se trouvent à la tête des bons ou des moyens départements conscriptionnels ne leur sont d’aucun secours. En effet, ceux-ci se contentent alors d’observer « le bon esprit » ou « l’esprit militaire » des populations qu’ils ont en charge, et qu’ils disent avoir existé de tout temps lui aussi, sans voir de quels éléments ils sont une résultante ni même qu’ils sont une résultante, contrairement à ce que feront leurs successeurs des monarchies censitaires39. Au demeurant, certains d’entre eux montrent avec réalisme que cet « esprit militaire » n’a rien de « militariste » ; encore moins s’apparente-t-il à un élan belliciste.

  • 40 Ibidem.

« Je ne dirai pas à Votre Excellence que la conscription a été reçue avec allégresse, avec enthousiasme, ces rapports exagérés me paraissent indignes du gouvernement et un tort de la part de ses agents qui lui doivent la vérité exacte. Une portion nombreuse de la population ne s’arrache pas du sol qui lui est cher sans regrets, les parents ne sont point sans douleur d’aussi grands sacrifices mais j’ai vu partout une obéissance facile, une résignation entière et surtout une confiance touchante dans le Grand Monarque40 », constate le préfet de l’Aisne.

22La nature réelle de cet attachement au régime n’est d’ailleurs pas liée, elle non plus, à la tentative de militarisation de Napoléon Bonaparte. À la fin de 1813, le préfet de ce même département écrit :

  • 41 Ibid. F1c III, Aisne, Dossier 15, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 1er octobre 181 (...)

« Le département est animé d’un excellent esprit et, quoiqu’il préférât la paix, il donnera pour la guerre tous les secours qu’on peut espérer, il les donnera parce qu’il aime un gouvernement qui procure aux citoyens une tranquillité, une sécurité qu’on ne connaissait pas. Les ouvriers trouvent du travail et des moyens suffisants d’existence. Les cultivateurs, devenus la plupart propriétaires par vente et morcellement des domaines nationaux, y jouissent d’une aisance qui leur était inconnue autrefois […] les biens communaux sont extrêmement morcelés dans ce département, sont acquis presque exclusivement par cette classe qui y trouve de nouveaux moyens d’industrie et de profit41.

  • 42 A. Crépin, « A l’épreuve des réalités locales… », op. cit.

23Aussi les préfets des départements difficiles demandent un perfectionnement de la machine conscriptionnelle dans le sens d’un respect plus strict de la loi Jourdan. Comme le régime les y invite en l’an XII, ils ont la franchise de dire qu’il faut éviter les levées anticipées et demandent que la levée de la réserve ne soit pas une façon déguisée d’augmenter le contingent. Ils proposent que le niveau de l’impôt du sang demeure modeste. Ils souhaitent un fonctionnement plus égalitaire de l’institution, à tout le moins que le remplacement devienne plus accessible. Ils suggèrent de faire coïncider sentiment national et attachement à la petite patrie, en tenant compte, au moment de l’incorporation, des aptitudes et des goûts liés aux situations locales des conscrits : par exemple, les préfets de la Gironde, du Finistère, de la Charente Inférieure réclament une affectation de leurs conscrits dans la marine42.

24Le préfet de la Drôme s’écrie :

  • 43 Arch. nat., F9 179, Drôme, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 28 brumaire (...)

« L’importance de la conscription se trouvera infailliblement dégagée par cette sage mesure [un nouveau mode d’application de la loi] de toutes les impuretés qui ne l’ont que trop souillée jusque dans les détails de son exécution et qui auraient fini par la rendre odieuse, malgré la pureté de ses vues et la bonté de ses conceptions43. »

  • 44 Ibid., F9 151, Aisne, Dossier 6, Observations sur le décret impérial du 8 fructidor an (...)

25En effet, ce que souhaitent obtenir ces administrateurs, bien au-delà de résultats quantitatifs, c’est une « nationalisation » ou une « naturalisation » de l’institution, en d’autres termes son acculturation44.

26Signe d’intégration nationale, elle peut aussi en être le moteur. Dès le Consulat, lorsque le général Lacuée, au cours de sa mission de conseiller d’État, s’enquiert de l’état de l’opinion face à l’armée et à la conscription, le préfet de la Seine lui répond :

« Tous les gens qui réfléchissent ou qui sont attachés au sistème [sic] républicain regardent cette loi [la loi Jourdan] comme une des meilleures et des plus salutaires qui aient été faites depuis la révolution. Elle tend à donner à la nation un esprit militaire qui la rendra toujours respectable à toutes les puissances de l’Europe et qui la mettra à même d’exécuter tout ce que des chefs habiles lui feront entreprendre. »

27Et Lacuée approuve les propos de ce préfet qui

  • 45 Ibid., AF IV 1013, Mission de Lacuée, 1re Division, an IX.

« regarde la loi sur la conscription comme une loi vraiment nationale et propre à imprimer au peuple français un caractère de régénération. Par cette loi, tous les Français deviennent réellement les défenseurs de la Patrie, ce qui forme entre tous un lien général et un lien particulier entre chaque citoyen et l’État45 ».

28Le préfet de la Seine-et-Marne renchérit :

  • 46 Ibid.

« Quoique fasse un gouvernement, il n’empêchera pas qu’un individu ne préfère son intérêt particulier à celui général. C’est donc à ce gouvernement à le forcer, par la loi, à devenir utile à la grande famille46. »

29Sans doute, davantage que les conceptions de leurs administrés – encore que ceux-ci appartiennent à de bons départements conscriptionnels –, ces préfets traduisent-ils celles de Bonaparte lui-même. Sans doute aussi, y a-t-il dans les propos du préfet de la Seine une formule prémonitoire sur le détournement de la loi qu’opérera le Premier Consul puis l’Empereur. Ce qu’il dit de « l’esprit militaire » rejoint les visées de Bonaparte sur la militarisation de la nation et peut même s’apparenter à une culture de guerre.

  • 47 Ibid.

30Toutefois, dans ces formulations et malgré l’ambivalence de celles du préfet de la Seine, c’est la cité qui demeure le modèle pour le camp; le préfet de la Seine lui-même préconise, afin que la conscription puisse jouer son rôle, une forme de service militaire court qui ne serait pas nécessairement accompli sur le champ de bataille47. De même, dans les propos que Beugnot, préfet de Seine Inférieure, tient lors d’une fête à Dieppe donnée par l’autorité militaire :

  • 48 Cité par K. Seigan, La conscription dans le département de la Seine Inférie (...)

« La conscription […] unit par les liens les plus étroits la nation à l’armée et dorénavant l’esprit qui agira dans l’une, réagira dans l’autre. Or il est nécessaire d’entretenir dans toutes deux l’héroïsme que produit l’ancien prestige de l’honneur uni à l’amour de la Patrie48. »

31Dès le Consulat et l’Empire, les préfets sentent la nécessité d’agir sur les conditions économiques, sociales et culturelles pour permettre l’enracinement de la conscription. Inversement, l'institution peut transformer celles-ci et être non seulement signe mais facteur des progrès de la civilisation, terme qui apparaît dès l’an VIII sous la plume du préfet de la Haute- Loire cité plus haut. En quels termes l’administrateur du Finistère admoneste- t-il ses conscrits rétifs quand il s’efforce de leur montrer que la conscription n’est pas seulement un bienfait pour l’État mais aussi qu’elle peut l’être pour les Français ? Certes, de façon « terre à terre », il leur fait miroiter le partage du « trésor des vaincus », même « si cette dernière considération ne saurait être la plus puissante », mais surtout, dit-il :

  • 49 Arch. nat., F9 184, Finistère, Dossier 5, Extrait des registres de la préfecture du Fin (...)

« N’en doutez point, hommes de la campagne, la conscription est une occasion salutaire que la Providence a préparée pour vous faire participer à la civilisation du surplus [sic] de votre Patrie dans laquelle vous êtes arriérés, qui vous fera contracter des habitudes conservatrices de votre santé […] les hommes qui restent dans leurs foyers et qui ne peuvent s’instruire par les connaissances répandues dans les diverses contrées ne sont point ordinairement ceux qui améliorent leur sort. Attachés à des préjugés ridicules qui détruisent leur santé ou qui s’opposent d’une autre manière à leur bonheur, ils sont étrangers aux progrès des arts, de l’agriculture et aux jouissances des autres hommes. Victimes de l’erreur, du charlatanisme et de la mauvaise foi, ils n’ont la plupart en partage qu’une existence bien malheureuse et souvent la misère49. »

32Avec plus de hauteur de vue, Beugnot témoigne de cette volonté, non plus seulement d’améliorer la conscription par les progrès de la civilisation, mais de faire progresser la civilisation par la conscription. Il met en lumière les enjeux de la nouvelle institution sur laquelle il jette un regard de « civil » et à laquelle il assigne un rôle à la fois civique et civilisateur. Elle n’est pas seulement le creuset où se forge la force militaire de la France, elle devrait être un lieu d’instruction, d’amélioration des mœurs, de fusion des valeurs traditionnelles et nouvelles, de diffusion des Lumières. Il ne s’agit pas tant de familiariser les Français avec une forme nouvelle de recrutement qu’avec une institution qui est le reflet d’une nation et d’une société nouvelles.

  • 50 Ibidem, F9 247, Seine-Inférieure, Dossier 5, Observations sur la levée de la (...)

« La conscription est […] la première de nos institutions modernes, elle doit changer en bien ou en mal l’esprit de la nation […] Le moment n’est pas loin où il ne restera en Europe que de grands empires et la force relative se mesurera sur leur force militaire mais cette force se compose encore plus de l’esprit des soldats que de leur nombre […] Mais la nation qui saura concilier le nombre des soldats avec les progrès de l’instruction, répandre les Lumières jusqu’au milieu de camps, conservera nécessairement l’avantage : elle sera tout à la fois forte et éclairée, guerrière et civilisée50. »

Notes

1 A. Crépin, « Une France plurielle devant la conscription napoléonienne », Colloque de l'Institut Napoléon et Bibliothèque Marmottan. Armée, guerre et société à l’époque napoléonienne, 2000, Boulogne, J.O. Boudon (dir.), Paris, Éditions ; SPM, 2004, p. 13-30.

2 Arch. nat., AF IV 1123, Compte général… op. cit, chap. xi.

3 Ibid., F 9 240 A, Haut-Rhin, Dossier 4, Observations fournies par le préfet sur la circulaire du ministre de l’Intérieur du 18 pluviôse an XII.

4 A. Crépin, op. cit.

5 G. Vallée, Compte général de la conscription… op. cit.

L. Bergeron, L’épisode napoléonien Aspects intérieurs, tome vi, Nouvelle Histoire de la France contemporaine, Paris, Le Seuil, 1972, coll. « Points Histoire ».

6 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public… op. cit., livre ii.

7 J. Waquet, « Réflexions sur les émotions populaires et le recrutement militaire de 1799 à 1831 », op. cit.

« Insoumission et désertion sous le Consulat et premier Empire vues à travers les états d’arrestation », Actes du 93e Congrès national des Sociétés savantes, Tours, 1968, p. 373-380.

« La Société civile devant l’insoumission et la désertion à l’époque de la conscription militaire d’après la correspondance du ministre de l’Intérieur », Bibliothèque de l’école des Chartes, tome CXXVI, 1968.

L. Bergès, Résister à la conscription 1798-1814. Le cas des départements aquitains, Paris, CTHS, 2002.

8 Ils sont regroupés dans la sous série F9 150 à 251 des Archives Nationales qui contient aussi les rapports des commissaires du Directoire.

9 E. Achorn, op. cit.

10 A. Crépin, « À l’épreuve des réalités locales… », op. cit.

11 Arch nat., F 9 186, Gard, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 11 thermidor an VIII.

12 Ibid., F 9 163, Bouches-du-Rhône, Dossier 2, Le préfet au Ministre de l’Intérieur, 11 thermidor an VIII.

13 Ibid., F9 156, Ardèche, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 18 fructidor an XI et 21 nivôse an XII.

14 A. Crépin, op. cit.

15 Arch. nat., F9 238 bis, Pyrénées-Orientales, Dossier 7, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 26 octobre 1813.

16 Ibid., F9 176, Dordogne, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 11 thermidor an VIII.

17 A. Crépin, « Une France plurielle… », op. cit.

18 Arch. nat., F9 241, Rhône, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 5 nivôse an XII.

19 Ibidem., F9 163, Bouches du Rhône, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 6 pluviôse an XI.

20 Ibid., F9 247, Seine-Inférieure, Dossier 4, Le préfet au ministre de l’Intérieur du 23 brumaire an XII.

21 G. Désert va jusqu’à dire que la spécificité de la psychologie des paysans du Calvados tient à leur rejet de la conscription. G. Désert, « Le remplacement dans le Calvados sous l’Empire et les monarchies censitaires », Revue d’histoire économique et sociale, tome 43 n°1, 1965, p. 66 sq.

22 J. Imbert, op. cit., p. 459.

23 Arch. nat., F9 189, Gironde, Dossier 5, Général de division Mathieu au ministre de la Guerre, 18 germinal an XI.

24 Ibidem., F9 208, Lot-et-Garonne, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 27 nivôse an XI.

25 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit, p. 173.

A. Châtelain « Valeurs et faiblesses d’une source classique, l’enquête des préfets sur les migrations périodiques 1807-1813, l’exemple du département de la Seine et Marne », Bulletin d’histoire économique et sociale de la Révolution Française, 1970, p. 141-187.

26 Arch. nat. F 9 184, Finistère, Dossier 6, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 23 juin 1807.

27 Ibidem, Dossier 8, Bulletin du 1er au 30 novembre 1813.

28 J.-P. Aron, P. Dumont, E. Leroy-Ladurie, Anthropologie du conscrit français d’après les comptes numériques et sommaires du recrutement de l’armée 1819-1820, Paris, La Haye, Mouton, 1972, École pratique des Hautes-Etudes, tome xxviii, coll. « Civilisations et sociétés ».

29 Arch. nat., F9 202, Loir-et-Cher, Dossier 3, 6 thermidor an VIII.

30 Ibidem., F9 255, Var, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 1er thermidor an VIII.

31 A. Crépin, « À l’épreuve des réalités locales… », op. cit.

32 Arch. nat., F9 186, Gard, Dossier 3, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 11 thermidor an VIII.

F9 241, Rhône, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 18 thermidor an VIII

33 Voir par exemple F9 257, Vendée, Dossier 5, ans XIII-XV.

34 Ibid., F9 208, Lot-et-Garonne, Dossier 4, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 2 janvier 1806.

35 A. Crépin, « Une France plurielle face à la conscription napoléonienne… », op. cit.

36 L. Bergès, La société civile contre le recrutement à l’époque de la conscription militaire 1798-1814, Le cas des départements aquitains, Thèse sous la direction du professeur L. Barbiche, École des Chartes, Paris, 1987.

37 Arch. nat., F9 204, Haute-Loire, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 10 thermidor an VIII.

38 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public… op. cit., livre ii, p. 301 sq.

39 Arch. nat., F9 157, Ardennes, Dossier 6, 22 octobre 1806.

F9 172, Côte d’Or, Dossier 2, 6 prairial an XI et 11 novembre 1808.

F9 223, Moselle, Dossier 6, 29 septembre 1806.

F9 260, Vosges, Dossier 5, 3 octobre 1806.

F9 151, Aisne, Dossier 8, 3 avril 1808.

40 Ibidem.

41 Ibid. F1c III, Aisne, Dossier 15, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 1er octobre 1813.

42 A. Crépin, « A l’épreuve des réalités locales… », op. cit.

43 Arch. nat., F9 179, Drôme, Dossier 2, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 28 brumaire an XIV.

44 Ibid., F9 151, Aisne, Dossier 6, Observations sur le décret impérial du 8 fructidor an XIII relatif à la levée de la conscription par le sous-préfet de Soissons.

F7 3605, Nord, Le préfet au conseiller d’État chargé du 1er arrondissement de la Police générale, 28 frimaire an XIII.

F9 268, Lot-et-Garonne, Dossier 4, Le préfet au ministre de l’Intérieur, 2 janvier 1806.

45 Ibid., AF IV 1013, Mission de Lacuée, 1re Division, an IX.

46 Ibid.

47 Ibid.

48 Cité par K. Seigan, La conscription dans le département de la Seine Inférieure… op. cit., tome II, p. 332.

49 Arch. nat., F9 184, Finistère, Dossier 5, Extrait des registres de la préfecture du Finistère, Aux conscrits des réserves des ans 9, 10, 11, 12 et 13.

50 Ibidem, F9 247, Seine-Inférieure, Dossier 5, Observations sur la levée de la conscription de l’an XIII.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search