Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Troisième partie. Le temps des soldats-citoyens (1800-1867)

Chapitre I. Le camp et la cité sous le nouveau régime (1799-1815)

Texte intégral

La poursuite d’une voie originale

  • 1 A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et le 1er Empire », Revue d’Études militaires, 1e (...)

1En accédant au pouvoir, Bonaparte découvre dans l’héritage révolutionnaire bien des ébauches auxquelles il donne une forme définitive non sans les avoir reforgées au préalable selon ses desseins personnels. Rien de tel pour la conscription puisque la loi Jourdan était une institutionnalisation des expériences révolutionnaires. Cependant, en captant cet héritage, il va l’infléchir à son profit, au point d’être accusé de le trahir. Du moins l’assertion commune à beaucoup d’historiens est que, dès le Consulat, on passe d’une armée nationale à une armée de métier corrigée par la conscription, alors qu'à partir de 1791, on était passé de l’armée de métier à celle de la nation1.

  • 2 A. Crépin, « Le 18 brumaire, une étape dans la constitution d’une armée nouvelle », Annales Histor (...)

2Pour nuancer cette assertion, il convient de noter en premier lieu que Bonaparte ne fait que parachever un processus enclenché avant lui. Le renversement des rôles respectifs assignés à la cité et au camp avait eu lieu avant brumaire qui ne fut pas le premier épisode au cours duquel les soldats intervinrent dans les affaires de la cité. Il est vrai qu’ils croyaient intervenir en tant que citoyens – et leurs généraux les en avaient persuadés – tant ils jugeaient que, désormais, ils incarnaient seuls l’idéal de la citoyenneté2. Aussi bien les néo-jacobins que les révisionnistes en attendaient le salut politique. D'ailleurs, le vœu des auteurs néo-jacobins de la loi Jourdan selon lequel l’armée ne devait pas constituer une caste particulière isolée de la nation était démenti par les faits, c’est-à-dire les actes des armées du Directoire.

3En second lieu, Bonaparte consolide plutôt qu’il ne crée une armée nouvelle qui certes n’était déjà plus l’armée de l’an II dominée par la figure du citoyen soldat. Mais on rappellera que celle-ci n’était pas pour autant l’armée nation, sinon dans une vision mythique forgée ultérieurement.

4En troisième lieu, en dépit de tous les dévoiements qu’il fit subir à la loi Jourdan au fur et à mesure de son règne et qui finiront par rendre la conscription très impopulaire ou plutôt qui contribueront à la formation de la légende noire d’une institution universellement honnie, il conserve la physionomie originale de cette armée. Celle-ci n’est plus une armée de métier au sens où on l’entendait sous l’Ancien Régime mais elle est l’armée nationale « à la française » dont nous avons retracé l’émergence à la faveur de l’ébranlement révolutionnaire, le dix-huit brumaire représentant une étape essentielle de sa constitution.

  • 3 A. Crépin, « Le camp et la cité à l’époque du Consulat », Colloque d’Amiens, La paix d’Amiens, 200 (...)
  • 4 A. Meynier, op. cit.
  • 5 Arch. nat., AF IV* 1135, Récapitulation et répartition des forces de terre de la République au 1er(...)
  • 6 SHAT, 1 M 1948, carton n° 12, Arrêté des Consuls du 18 vendémiaire an X sur l’organisation de l’ar (...)
  • 7 Arch. nat., op. cit.
  • 8 SHAT, 1 M, dossier n° 12, Arrêté des Consuls du 1er vendémiaire an XII sur l’organisation de l’arm (...)

5C’est en effet à une restructuration de l’armée et à une réorganisation de la conscription que Bonaparte procède au commencement du Consulat. Restructuration de l’armée en concomitance avec une diminution des effectifs accélérée par les perspectives de la paix généralisée qui se poursuit cependant après la rupture de celle-ci3. Avant même que ne se réduise le nombre des soldats au sein des bataillons, il diminue au sein des demi-brigades d’infanterie. Les quatre-cent vingt-huit bataillons de floréal an VIII sont ramenés à trois-cent quatre-vingt-cinq en fructidor an VIII4. En vendémiaire an X, l’effectif théorique atteint 385 020 hommes mais seuls 324 477 hommes sont sous les drapeaux5, c’est alors que Bonaparte décide d’établir l’armée sur pied de paix à 345688 hommes et à 518 175 hommes sur pied de guerre6. À la fin de l’an X, les effectifs se stabilisent à 340 000 environ7 et ne cessent de décroître même après la rupture de la paix d’Amiens : de 254 000 hommes en frimaire an XI, ils s’abaissent à 230 000 hommes en fructidor. Ils ne remontent qu’en vendémiaire an XII lorsqu’un arrêté des Consuls porte l’armée sur pied de paix à 390 000 hommes et sur pied de guerre à 444 312 hommes8.

  • 9 A. Meynier, op. cit.
  • 10 G. Lefebvre, Napoléon, Paris, P.U.F., 1965, coll. « Peuples et civilisations », tome xiv, p. 197.

6En même temps se produit une « épuration » de l’armée léguée par la Révolution qui n’est pas seulement dictée par des soucis d’économie : dès l’an IX, on songe à relever les réquisitionnaires de 1793 et, le 8 brumaire an X, un congé absolu est accordé au huitième de l’effectif des troupes et au cinquième de celui des sous-officiers mais d’abord aux réquisitionnaires qui ont fait cinq campagnes puis à ceux qui en ont fait quatre. En réalité, le septième – soit 46 000 hommes – en bénéficia9. Certes, on renvoie des hommes qui n’ont pas encore accompli les dix ans de service leur donnant droit à une pension mais il y a aussi la volonté de se débarrasser d’éléments « fatigués ou suspects10 ».

7Toutefois, Bonaparte n’entend pas non plus se priver de l’irremplaçable expérience de soldats aguerris et les soldats de l’an II, tout comme les conscrits enrôlés sous le Directoire, peuvent se réengager. La spécificité de l’armée réside, en effet, dans l’amalgame de « vieux » soldats et des forces vives que représentent les jeunes conscrits appelés par les levées consulaires, même si le contingent exigé est modeste. Le Premier Consul comprend tout le parti qu’il peut tirer – et qui ne se limite pas à leur nombre – d’hommes appelés à combattre en tant que citoyens.

  • 11 A. Crépin, op. cit.

8Il faut souligner que le profil de cette armée qui mêle des réengagés – finissant par devenir des professionnels – et un flux annuel de conscrits – fût-il quantitativement faible – est celui de l’armée d’une bonne partie du xixe siècle. Sous le Consulat, le prélèvement du contingent opéré sur une classe d’âge équivaut à celui des dernières années de la Restauration, environ le quart de celle-ci. Une bonne partie des conscrits reste indéfiniment sous les drapeaux, dans le premier cas parce que la guerre est permanente et qu’aucune limite n’est prévue quant à la durée du service, dans le second cas, parce que la durée de service est limitée mais longue et qu’ils ne peuvent plus se réadapter à la vie civile. Quoi qu’il en soit, les auteurs de la loi militaire de 1818, qui prétendront fonder un nouveau système par réaction explicite aux abus de la conscription napoléonienne, s’inspireront – sans l’avouer – de la loi Jourdan et ne seront pas éloignés de l’œuvre du Premier Consul. Mais leurs motivations seront tout autres, la faiblesse des effectifs étant notamment destinée – entre autres – à rassurer l’Europe et la conjoncture des monarchies censitaires étant une longue période de paix, alors que Bonaparte forge un instrument de guerre et que la réduction des effectifs n’est qu’un faux-semblant11 et la mise à profit d’une période de trêve.

  • 12 Ibidem.
  • 13 Arch. nat., AD XVIII B, Bulletin des lois n° 27, germinal-fructidor an X n° 209, Arrêté des Consul (...)
  • 14 A. Crépin, « Les sous-préfets et les problèmes de la conscription », A. Lottin, A. Crépin, J.- M. (...)
  • 15 B. Ciotti, op. cit, tome i, p. 337-338.

9En même temps, le Premier Consul rend plus systématique l’organisation de la conscription. L’arrêté du 18 thermidor an X est significatif à cet égard. La loi qui lève le contingent est du ressort du Corps Législatif12. Elle est automatiquement suivie quelques mois après d’un ou de plusieurs arrêtés qui, eux, émanent des Consuls et concernent la mobilisation des conscrits. Une loi du 28 floréal an X avait décidé une levée sur les classes de l’an IX et de l’an X. Il n’y avait pas eu, en effet, de levée en l’an IX. L’arrêté du 18 thermidor an X consécutif à cette loi13 accentue la mainmise du pouvoir central sur les opérations. Une dépossession des pouvoirs que les conseils municipaux et les conseils généraux détenaient, en particulier en matière de répartition du contingent, est engagée : l’expérience du Directoire avait montré combien les premiers étaient peu fiables. En revanche, les préfets, dont on sait qu’une des missions essentielles était d’être des pourvoyeurs d’hommes14, et les sous-préfets, outre les tâches qui leur incombaient déjà en la matière, se voient attribuer un rôle de contrôle a posteriori des actes des conseils. En reprenant ce que le Directoire avait esquissé après la première levée et surtout pendant la troisième par l’instauration des jurys de révision15, l’arrêté crée aussi une institution durable, le conseil de recrutement qui devient ensuite le conseil de révision.

  • 16 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit., p. 171.

10C’est aussi au cours de la levée de l’an X que sont pérennisées, en fait sinon en droit, des pratiques appelées elles aussi à perdurer, le tirage au sort et le remplacement dont nous avons vu l’émergence dès la seconde levée directoriale. Elles rompent avec l’esprit égalitaire de la loi Jourdan. Il faut reconnaître que Bonaparte n’a pas inventé le remplacement et qu’il a même cherché à l’encadrer pour éviter qu’il ne se transforme en pur et simple commerce d’hommes. Après la levée en masse qu’avait été de fait la troisième levée du Directoire, la loi du 17 ventôse an VIII qui organisait la première levée consulaire l’avait rétabli. Un arrêté du 8 floréal an X, avant même le fameux arrêté du 18 thermidor, l’élargit et son champ d’application est encore étendu par les décrets du 8 nivôse an XIII et du 8 fructidor an XIV sans que jamais il se réduise à un simple marché entre le remplaçant et le remplacé16.

11Enfin, par la levée de l’an X est introduite la notion de réserve. En fait, elle n’est qu’un biais en vue d’une mobilisation différée qui est rendue effective par des arrêtés consulaires ultérieurs. Même en ajoutant les hommes de l’active à ceux de la réserve, l’impôt du sang reste mesuré, quoique le prélèvement sur une classe d’âge se monte alors au quart de celle-ci. Mais c’est surtout le premier signe d’un infléchissement du système, bien qu’on puisse considérer la mesure comme une entorse toute relative à la loi. La multiplication de ces entorses puis l’apparition d’abus flagrants jointes à l’augmentation des effectifs donnent corps à la théorie selon laquelle l’armée est redevenue l’instrument d’un despote qui se permet en la matière ce que même un monarque absolu ne pouvait faire ; selon laquelle aussi, l’armée serait de nouveau coupée de la nation.

12La reprise de la guerre ne fait pas tout d’abord bondir la courbe conscriptionnelle. Le contingent annuel demeure de 30 000 hommes, de 60 000 si on additionne la réserve. Mais il passe à 80 000 hommes à partir de l’an XIV jusqu’à 1810 et à 120 000 hommes en 1811, 1812 et 1813. L’Empereur semble avoir renoncé à la « force de frappe » que le Premier Consul avait forgée, au profit des « gros bataillons » qui deviennent pour longtemps synonymes de force conquérante et d’instrument d’une guerre permanente. C'est pourquoi, pendant une bonne partie du xixe siècle, les partisans du service universel et obligatoire en temps de paix qui, nécessairement, entraînerait l’augmentation des effectifs sous les drapeaux, auront fort à faire pour lutter contre le discrédit qui entache les gros bataillons.

  • 17 J. Lovie et A. Palluel-Guillard, L’épisode napoléonien (1799-1815) Aspects extérieurs, Nouvelle Hi (...)
  • 18 A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et le 1er Empire », Revue d’Études militaires, 1e (...)
  • 19 J. Lovie et A. Palluel-Guillard, op. cit., p. 157.
  • 20 G. Lefebvre, op. cit., p. 529 ou A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et le 1er Empire (...)
  • 21 A. Meynier, op. cit.

13Les effectifs sont de 450 000 hommes quand l’Empereur entre en guerre contre l’Autriche, 580 000 hommes en novembre 1806 et 650 000 hommes après les levées de 1808. À la Grande Armée s’ajoutent en effet les armées « secondaires » dont celle d’Espagne17. Après Wagram, Napoléon aurait disposé de 410 000 hommes pour la seule armée d’Allemagne mais, avec les troupes d’Espagne et les garnisons italiennes, de 850 000 hommes18. L’armée d’invasion de la Russie est évaluée à 400 000 hommes par certains historiens qui précisent que 300 000 hommes sont retenus en Espagne19, à plus de 700 000 hommes par d’autres20 : ainsi A. Meynier parvient-il à un total de plus d’un million d’hommes21.

  • 22 A. Crépin, op. cit., p. 31.
  • 23 Ibidem, p. 32.

14Il y a plus grave que cette croissance des effectifs, ce sont les procédés utilisés pour les atteindre. En l’an XIV, au demeurant, ce n’est plus le Corps Législatif qui fixe le contingent mais le Sénat, et à travers lui l’Empereur22. L’an XIV est aussi un tournant en ce sens que les conscrits de cette classe sont levés avant d’avoir vingt ans comme le prescrivait la loi. Ils ne sont pas mobilisés pour autant, ils le seront à l’âge légal mais ensuite c’est la mobilisation elle-même qui s’effectue avant vingt ans, le délai ne cessant de s’allonger : il s’en faudra de vingt-et-un mois pour les plus jeunes conscrits de la classe de 1808, de vingt-deux mois pour ceux de 1809. L’année 1808 voit un nouveau pas vers l’illégalité puis, à partir de cette date, à la levée annuelle s’ajoutent des levées appelées extraordinaire en septembre 1808, supplémentaire en avril 1809 et complémentaire en août 1809. Une accalmie dans le fonctionnement de la « machine conscriptionnelle » se produit ensuite mais en mars 1812 a lieu une levée des cohortes du premier ban de la Garde nationale, destinées en fait à combattre sur les champs de bataille. L’année 1813 voit se succéder cinq appels en moins d’un an, pour lesquels Napoléon demande plus d’hommes qu’au cours des six ans antérieurs, et surtout de façon rétroactive, s’adressant à des conscrits qui avaient atteint la trentaine et pouvaient se croire définitivement libérés23.

15Pour autant, s’il manipule l’héritage de la Révolution, il n’y renonce pas, bien au contraire. On pourrait avancer le paradoxe suivant : la façon même dont il abuse de la loi Jourdan, transformant la nation en un vivier inépuisable d’où il tire de nouvelles forces, renforce les liens entre la cité et le camp puisqu’un flux sans cesse renouvelé part de la première vers le second. D’ailleurs, les combattants de la Grande Armée se jugent les héritiers des soldats de l’an II par leur rejet de l’Ancien Régime et des « despotes » qui l’incarnent maintenant en Europe, haine qui ne relève pas uniquement de l’image d’Epinal. Napoléon obtient d’eux ce que Louis XIV n’aurait pas obtenu – ni même exigé – de ses propres soldats, nouvelle illustration de la plus grande efficacité de l’État contemporain par rapport à l’État d’Ancien Régime. En transformant les sujets en citoyens, l'État contemporain fait jouer chez eux des ressorts qui n’existaient pas chez les professionnels de la guerre, amplifie les motivations qui les animent et, en fin de compte, décuple ses propres forces jusqu’à un point que l’État ancien ne pouvait envisager.

  • 24 R. Dufraisse, La France napoléonienne. Aspects extérieurs 1789-1815, Nouvelle Histoire de la Franc (...)
  • 25 A. Meynier, op. cit., 1er juin 1934.
  • 26 Ibidem, 1er septembre 1934.

16Il est significatif que ce processus trouve ses limites quand il ne semble plus émaner de l’Etat-nation. En effet, l’Empereur ne demande plus seulement les effectifs dont il a besoin à la France mais aux pays conquis. Cela permet en premier lieu d’alléger le fardeau conscriptionnel qui pèse sur les Français, en second lieu d’étendre le modèle d’une armée de conscription à une partie de l’Europe, directement dans le cas des pays annexés et départementalisés, indirectement dans le cas des pays vassaux. L’amalgame de l’armée de la Révolution – entendu au sens géographique et culturel – connaît une nouvelle extension : dans la Grande Armée, des bataillons de Belges côtoient au sein d’un même régiment des bataillons de Piémontais et de « vieux » Français. La proportion des étrangers et celle des nouveaux Français ne cesse d’augmenter : les seconds sont 14 % en 1808, 24 % en 181324. Après Wagram, sur 850 000 soldats on compte 650 000 Français du Grand Empire et seulement 420 000 soldats de l’ancienne France25. L’armée de la campagne de Russie ne compte dans ses rangs que le tiers de « vieux Français »26. Mais ainsi celle-ci devient une « cohue » hétérogène et l’instrument de guerre perd son efficacité.

L’armée de Napoléon Bonaparte, un modèle pour la cité

17Cette armée, il entend dès le Consulat, lui donner un rôle de guide de la nation qui n’aurait jamais pu être dévolu à une armée professionnelle mais qui nécessite une armée de type mixte où se côtoient vieux soldats et jeunes conscrits.

  • 27 A. Crépin, « Le camp et la cité à l’époque du Consulat… », op. cit.

18Ce projet volontariste émane du Premier Consul mais s’inscrit aussi dans le renversement des rôles déjà à l’œuvre sous le Directoire. Quand Bonaparte fait distribuer des armes d’honneur aux soldats, généralisant la pratique qu’il avait instaurée à l’armée d’Italie, honore-t-il le citoyen qui combat pour sa patrie ou le militaire27 ? En fait, ce n’est pas tant par la place prééminente qui serait maintenant accordée à l’armée dans la société qu’autour des valeurs dont elle est dépositaire désormais que s’effectue le renversement. Le plus « civil des généraux » instaure en effet une dictature personnelle, non une dictature militaire. Il ne gouverne pas pour l’armée et n’entend pas faire de celle-ci une caste particulière – même s’il assure à ses officiers une place au sein du monde des notables – non plus qu’un rouage de son mode de gouvernement.

  • 28 C. Ducourtial, La Légion d’honneur d’après le texte de L. de Bonneville de Marsangy, Éditions Neuf (...)

« J’ai prédit à des militaires […] que jamais le gouvernement militaire ne prendrait en France à moins que la nation ne fût abrutie par cinquante ans d’ignorance […] Ce n’est pas comme général que je gouverne mais parce que la nation croit que j’ai les qualités civiles propres au gouvernement », dit-il au début du Consulat28.

19Le principe – révolutionnaire – de la suprématie du pouvoir civil sur le pouvoir militaire est maintenu quand bien même ce pouvoir civil est aux mains d’un despote. Ce principe n’est pas infirmé quand la détermination des effectifs passe sous sa coupe et ne relève plus d’une assemblée élue. Quant à la conscription, toutes ses opérations sont de l’entière responsabilité des préfets, représentants du pouvoir civil.

  • 29 J.-P. Bertaud, « La gloire et l’honneur », M. Biard (dir.), ive Colloque européen de Calais, Termi (...)
  • 30 J. Tulard, Napoléon et la noblesse d’Empire, Paris, Tallandier, 1986, p. 35.
  • 31 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie…, op. cit.
  • 32 Id., « Ethique de la guerre et mystique de la paix…», op. cit., p. 174.

20Cette entreprise de militarisation, qu’il ne faut pas confondre avec la diffusion d’une culture de guerre et qui s’adresse d’abord et avant tout aux élites, se fonde sur un idéal où doivent fusionner l’honneur guerrier, la vertu civique et l’utilité sociale. Cette nouvelle éthique n’est pas exclusivement militaire et intègre les valeurs de la Révolution. En un sens, Bonaparte est plus proche de la Révolution que du Directoire qui avait remis l’accent sur le seul héroïsme militaire. Toutefois, du temps des Jacobins, cet idéal qui pouvait aussi bien s’adresser à chacun qu’au combattant stricto sensu était diffusé par la société toute entière29. Cette éthique doit imprégner les institutions nouvelles, avant tout celles qui s’adressent à la jeunesse, particulièrement celle des futurs notables : elle est enseignée dans les lycées et les prytanées. Elle se matérialise – ou devrait se matérialiser – par le projet, formulé le 29 ventôse an IX, de l’érection d’une colonne dans chaque département où seraient inscrits les noms des soldats les plus braves30. Elle explique l’attitude du Premier Consul puis de l’Empereur face à la franc-maçonnerie. Certes, il existe indéniablement chez lui une volonté de contrôle d’autant que l’opposition au Concordat a été sensible dans ses rangs, particulièrement chez les militaires. Mieux, l’importance grandissante de l’élément militaire au sein des loges civiles permet une osmose entre l’armée et l’administration. Mais, dans la tentative des loges militaires de surmonter la contradiction entre les valeurs maçonniques et la pratique de la guerre et de faire du combattant le maçon par excellence, il retrouve ses propres visées31, à moins que les militaires maçons ne se soient pliés aux siennes ! Il convient de rappeler que la moitié des officiers décorés de la Légion d’honneur appartenait à la maçonnerie32.

  • 33 C. Ducourtial-Rey, article « Légion d’Honneur », Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, p. 105 (...)

21En effet, cette éthique s’incarne dans les membres de la Légion d’honneur qui n’est pas initialement une simple décoration mais un ordre, même si Bonaparte se garde tout d’abord d’utiliser ce terme trop chargé d’une connotation d’Ancien Régime. Au-delà de l’aspect cynique des déclarations qu’on lui prête sur les « hochets qui mènent les hommes », il fonde un véritable projet de société sur la Légion d’honneur, masse de granit au même titre que le lycée et le Code civil. Ce projet explique la création de quinze cohortes qui ne sont pas de simples subdivisions territoriales, mais tout à la fois centres de rayonnement du nouvel ordre et de rassemblement des légionnaires. Ceux-ci devaient être aussi bien des civils que des militaires, nouveau témoignage de cette volonté de fusion des valeurs traditionnelles reposant sur l’honneur et des valeurs nouvelles fondées sur l’utilité sociale. C’est le dévouement à l’intérêt général plus que le talent personnel, fût-il brillant, qui primait, qu’il soit mis en oeuvre sur un champ de bataille ou ailleurs. De ces conceptions, la devise « Honneur et Patrie » était un autre signe et le serment prêté par les légionnaires s’adressait à la République, à ses lois et aux principes de la Révolution, la liberté et l’égalité33.

  • 34 J.-P. Bertaud, La vie quotidienne des soldats de la Révolution, 1789-1799, Paris, Hachette, 1985, (...)
  • 35 Arch. nat., AF IV 1115, Rapport fait aux Consuls par le ministre de la Guerre, 7 brumaire an IX, s (...)

22La place des anciens soldats est repensée à la lumière de cette éthique. C’est d’abord leur destin matériel et leur réintégration dans la société qui préoccupent le régime et son chef. En effet, le problème de cette réinsertion ne se pose pas seulement à partir de 1815. Si l’armée nouvelle permet une incontestable promotion sociale en son sein, il n’en va pas forcément de même pour ses membres qui la quittent et reviennent dans la société civile. Le milliard des vétérans toujours promis – encore en 1798 où le maximum du montant que pouvait espérer chacun avait été fixé à 1 500 francs34 – mais jamais appliqué doit faire place à des mesures plus modestes mais plus réalisables. Le Premier Consul recommande aux autorités locales de prendre comme gardes-champêtres « les sans-grade » qui ne sont pas pensionnés. Pour ceux qui sont pensionnés, trois-cents compagnies de vétérans nationaux sont créées, ce qui est une manière d’utiliser des individus dont on craint par ailleurs qu’ils ne se marginalisent. « Le premier effet des victoires qui ont affermi la République est de diminuer le nombre de ses ennemis et de rendre oisive une partie des forces employées à les vaincre » constate le ministre de la Guerre en l’an IX35. Il propose donc que les militaires recevant un traitement de réforme ou de retraite soient appelés au maintien de l’ordre.

  • 36 Ibidem.

« La plupart des ces braves […] familiarisés aux travaux guerriers sont étrangers à ceux d’une paisible industrie et gémissent du repos auquel ils sont condamnés. Cependant la force publique en activité est souvent insuffisante dans plusieurs départements pour assurer l’exécution des lois et le respect de l’autorité ; pour y suppléer, on arrache à leurs foyers, à l’Agriculture, aux Arts, des pères de famille industrieux souvent étrangers aux armes, pour en composer des colonnes mobiles, d’un service aussi peu utile que leur institution est imparfaite, et on laisse dans l’inaction des milliers de braves qui reçoivent une solde de la République et qui ne demandent pas mieux que de la servir36. »

  • 37 A. Crépin, op. cit.
  • 38 Ibidem.

23Bien mieux, le régime semble prêt à accorder à ces anciens soldats un rôle de courroie de transmission de la nouvelle éthique qu’il souhaite promouvoir37. Non sans contradiction d’ailleurs : déjà, le ministre de la Guerre se demande s’il « convient » (de fait s’il est prudent) d’armer les militaires réformés ou retirés dans les grandes communes, surtout à Paris38. Au même moment, le général Lacuée, envoyé en mission avec d’autres conseillers d’État pour s’enquérir – entre autres – de l’état de l’opinion publique, notamment face à l’armée et à la conscription, critique l’inefficacité des compagnies de vétérans et juge qu’il faut en supprimer les deux tiers. Il estime néanmoins que les anciens militaires ont un rôle à tenir, selon d’autres formes.

  • 39 Arch. nat., AF IV 1013, Mission de Lacuée, 1re division, an IX.

« Ils [les vétérans] ont éminemment les vices des vieux soldats, mal tenus, adonnés au vin, difficiles à commander, servant à peu d’objets et assez mal […] Les réduire à cent compagnies serait un acte plein de sagesse qui rendrait des bras à l’agriculture, aux arts et aux métiers […] parce qu’il donnerait dans beaucoup de villages des idées libérales et militaires39. »

  • 40 I. Woloch, op. cit., p. 232-233.

24Dans la même lignée s’inscrit le projet des camps de vétérans qui s’esquisse en l’an XI40. Situés dans les pays nouvellement conquis de Rhénanie et du Piémont, ils sont destinés non à ce que les vétérans se réintègrent dans la société française mais participent à l’intégration des populations annexées ou en voie de l’être. On peut aussi y voir une nouvelle incarnation du mythe du soldat laboureur.

  • 41 J. Tulard, op. cit., p. 43.
  • 42 T. Lentz, Le Consulat, Paris, Fayard, 1999, p. 399.
  • 43 J. Tulard, op. cit., p. 50.

25Cette tentative de militarisation de la société rencontra bien vite des limites qui furent d’abord financières. « L’intendance ne suivait pas ». L’érection des monuments n’eut jamais lieu. Les cohortes de la Légion d’honneur demeurèrent des coquilles vides. Des biens avaient été affectés à chacune d’entre elles, qui, faisant de l’ordre le plus riche propriétaire foncier après l’État, devaient lui permettre d’être l’initiateur d’une rénovation agricole et de fonctionner pour ses membres comme une sorte de sécurité sociale, par la mise en place d’hospices et de pensions. Ils s’avérèrent non rentables et un décret du 28 février 1809 supprima l’administration des cohortes. En fait, l’échec financier était patent avant l’Empire41. La Légion d’honneur « ne fut plus » qu’une décoration individuelle. Un immense prestige lui demeurait attaché mais elle ne put remplir la mission que Bonaparte lui avait assignée initialement, d’autant qu’elle ne fut pratiquement accordée qu'à des militaires. Lorsqu’elle l’était à des civils, elle récompensait une notabilité déjà existante42. Enfin, l’Empereur, plutôt que de s’appuyer sur une élite dont il avait dessiné les contours originaux quand il était Premier Consul, préféra créer sa propre noblesse43.

  • 44 I. Woloch, op. cit., p. 230.

26Il existe aussi un écart important quand on considère la place accordée aux anciens soldats entre les principes affichés et la réalité, ce qui peut conduire à une altération de l’image du militaire, sinon de l’armée, et empêcher son osmose avec la population. Le régime voulait en faire des modèles mais sa politique restrictive a pu compromettre leur réinsertion et conduire à ce que certains deviennent des éléments marginaux et antisociaux44.

  • 45 Ibidem, p. 103.
  • 46 Arch. nat., AF IV 1159, Tableau du 7 brumaire an IX.
  • 47 Ibidem, Projet relatif aux traitements de réforme, 19 thermidor an x.
  • 48 I. Woloch, « War widows pensions », op. cit.

27On a vu que le renvoi des réquisitionnaires répondait à une mesure d’économie, même si elle ne fut pas seulement cela. Mais il y avait la masse de tous ceux qui avaient droit à une pension dont le versement fut effectué avec un retard systématique au début du Consulat. En l’an IX, en tenant compte des invalides, des veuves de guerre, des vétérans et de tous ceux qui recevaient une « retraite », c’est 92 000 pensions de toute nature qui auraient dû être payées45 et le ministère de la Guerre évaluait le seul arriéré à neuf millions trois cent quatre mille francs46. Les généraux commandant les divisions et les ordonnateurs se font l’écho des plaintes qui émanent de pratiquement toutes les divisions. Il n’est donc pas étonnant qu’en l’an X le général Lacuée adresse au Premier Consul un rapport sur les traitements de réforme. Il se dit convaincu que le Trésor Public ne peut continuer à payer des sommes aussi énormes et que les règlements ont été abusivement interprétés47. Ce rapport reçoit l’approbation de Bonaparte, que traduit la loi de floréal an XI. Celle-ci diminue le montant des pensions sauf celles qui sont versées en raison de blessures pour lesquelles il n’y a pas possibilité de fraude. Elles ne sont plus accordées qu’aux veuves de guerre dont les époux sont morts sur le champ de bataille ou sont décédés dans les six mois qui ont suivi leurs blessures48. Dans ces conditions, un rapport de l’an XI qui déplore l’afflux des invalides pensionnés demandant leur réadmission à l’hôtel des Invalides reconnaît cependant :

  • 49 Arch. nat., AF IV 1153, Vétérans, Invalides, Hôtel national des militaires invalides, Rapport du 3 (...)

« [D’un autre côté], il est de toute impossibilité qu’un militaire estropié puisse vivre avec une modeste pension de cent ou cent cinquante francs ainsi que la plus grande partie est réglée49. »

  • 50 I. Woloch, French veteran from Revolution to Restoration… op. cit., p. 232-236.

28Quant aux camps des vétérans, ils ne furent qu’un palliatif et l’expérience, fort mitigée quant à ses résultats, fut abandonnée par l’Empereur en 180650.

  • 51 N. Petiteau, « Les mariés de l’an 1810 en Vaucluse : mannes impériales et réalités sociales », Pro (...)

29Les linéaments du sort des vétérans avaient été fixés sous le Consulat, l’Empire ne fait que confirmer une situation fort peu ressemblante avec la magnificence de l’épopée impériale, bien éloignée par ailleurs de celle qui est faite aux officiers retraités. Rien ne montre mieux la distorsion entre le rôle que les anciens soldats sont censés jouer et un sort beaucoup moins glorieux que l’épisode du mariage des vétérans en 1810 ordonné par l’Empereur, à l’occasion de son union avec Marie-Louise. Les épouses des six mille vétérans recevraient un domaine : générosité apparente qui retomba souvent à la charge des communes, générosité bien limitée quant à la somme versée ; cette somme de six cents francs ne permit nullement, sauf dans quelques cas, une promotion sociale51. Au demeurant, ni les candidates ni les candidats ne se précipitèrent et le nombre des mariages n’atteignit pas celui qui avait été ordonné. On est amené à penser que le rôle imparti aux anciens soldats n’était plus que celui de figurants au service de la propagande du régime.

30Mais la tentative de militarisation échoue avant tout devant les réalités d’une société trop diverse et trop mouvante pour se couler uniformément dans le moule conçu par Napoléon Bonaparte.

Nation belliciste, société pacifiste ?

  • 52 Voir, par exemple, Arch. nat., F1c III Corse 9 et F1c III Orne 12.
  • 53 Ibidem, F1c III Ardèche 9, Le préfet de l’Ardèche au ministre de l’Intérieur, le 5 frimaire an XIV
  • 54 Ibid., F1c III Loiret 9, Le préfet du Loiret au ministre de l’Intérieur, Orléans, le 8 décembre 18 (...)
  • 55 Ibid., F1c III Ariège 8, Copie du procès-verbal du maire de Foix, 2 janvier 1806.
  • 56 Ibid., F1c III Aisne 12, Le préfet au ministre de l’Intérieur, Laon, 3 janvier 1806.
  • 57 Ibid., F1c III Ardèche 9, Le préfet au ministre de l’Intérieur, Privas, 5 frimaire an XIV.
  • 58 Ibid., F 1c III Loiret 9, Le préfet au ministre de l’Intérieur… op. cit.
  • 59 Ibid., F1c III Bouches-du-Rhône 10, Le sous-préfet du 2e arrondissement des Bouches-du-Rhône au mi (...)

31Une fois de plus apparaît la dichotomie entre la nation et la société, entre l’opinion et les mentalités. L’opinion peut momentanément s’enflammer pour les triomphes de l’armée. Ce « militarisme populaire » qui n’est le fait ni de toutes les régions ni de toutes les couches sociales, s’exprime à travers les fêtes qui célèbrent les victoires savamment mises en scène par le régime. Elles sont de plus en plus ritualisées, laissant peu de place à la spontanéité ou à la liesse populaire, ainsi l’anniversaire de la bataille d’Austerlitz fêté dans certains départements pratiquement jusqu’à la fin de l'Empire52, en même temps que l’anniversaire du couronnement de l’Empereur. Il convient de remarquer qu’elles ne sont pas des fêtes militaires à proprement parler. Autorités civiles, administratives, judiciaires, côtoient leurs homologues militaires et les détachements de gendarmerie, de la Garde nationale et les troupes, dans les cortèges qui se rendent dans les églises des chefs-lieux des départements pour y entendre un Te Deum. Le même cérémonial est reproduit dans les autres grandes communes avec le concours des autorités locales53 et parfois dans les plus petites54. La cérémonie religieuse n’est pas précédée par un défilé militaire proprement dit, elle est annoncée la veille ou l’avant-veille par des salves d’artillerie auxquelles se mêlent les sonneries de cloches55. Elle est suivie éventuellement d’un banquet réservé aux officiels mais qui peut être associé à une distribution de pain ou d’argent aux indigents56. Elle se termine en général par des illuminations57 et une représentation théâtrale58. C’est surtout Austerlitz puis son anniversaire qui donnent lieu à de telles fêtes. Mais il arrive que Iéna et même Eylau soient l’occasion de commémorations dans certains départements, sans que jamais celles-ci ne revêtent l’éclat d’Austerlitz59.

  • 60 A. Crépin, op. cit.
  • 61 Arch. nat., AF IV 1090, 7e Division, 21 brumaire an X, Grenoble.

32Mais la paix est tout autant célébrée que les triomphes sur les champs de bataille. Certes, l’annonce des préliminaires de paix avec l’Angleterre, prélude d’une paix générale que l’opinion peut croire définitive, est opportunément couplée avec la commémoration du dix-huit brumaire. Cependant le soulagement qu’elle éprouve et qui transparaît dans les comptesrendus des préfets et les rapports des généraux de division60 n’est pas simple effet de propagande, même s’ils s’empressent de montrer que la « joie universelle », « l’allégresse », « l’enthousiasme » se muent en reconnaissance envers le gouvernement et surtout le Premier Consul61.

  • 62 Ibid., F1c III Calvados 10, Procès-verbal de la célébration de la fête de la paix générale dans le (...)

33Enthousiasme et reconnaissance de commande peut-être, puisque c’est en exécution d’un arrêté des Consuls du 12 vendémiaire an X que, dans la plupart des départements, les préfets arrêtent un cérémonial qui est à peu près semblable à celui des fêtes qui célébreront les victoires ultérieures62.

  • 63 Ibid., F1c III Ardèche 10, 9 frimaire an X, Poème de Victorin Sabre de Vals, adressé au ministre.
  • 64 Ibid., F1c III Aisne 12, an X, Fête religieuse et civique de la paix célébrée dans l’église parois (...)

34Mais les discours prononcés par les autorités locales, les poèmes écrits à l’occasion et qui, eux, ne sont pas tous de commande63, chantent la gloire du Premier Consul, non pas celle qu’il a acquise sur les champs de bataille mais celle qui s’attache à son œuvre de « pacification ». Le prix auquel la paix est acquise n’est pas ignoré. Dans une commune de l’Aisne, Etreilles, la fête de la Paix est suivie quelques jours plus tard d’une messe solennelle pour les militaires morts à l’armée depuis la Révolution. « Peuvent- ils être oubliés » ? s’interroge le compte-rendu64.

  • 65 Ibid., F1c III Corse, Le préfet de Liamone au ministre de l’Intérieur, Ajaccio, 3 janvier 1806. F (...)
  • 66 Ibid., F1c III Orne, le préfet au ministre de l’Intérieur, Alençon, 4 décembre 1809.

35On dira que jamais plus ce moment ne se représentera mais l’aspiration à la paix s’exprime même lors des fêtes données à l’occasion des victoires, dont le compte-rendu est pourtant soigneusement élaboré par les préfets, tout comme ils en ont réglé avec minutie le déroulement : l’allégresse populaire est liée au fait que ces victoires semblent le prélude d’une paix prochaine65. Le 4 décembre 1809, l’Orne fête tout à la fois l’anniversaire du couronnement, celui d’Austerlitz et celui de la Paix66. En 1807, à Rouen, les officiels sont « débordés » par la population à l’annonce de la paix de Tilsit.

  • 67 Journal de Rouen n° 208, 1807, cité par Kobo Seigan « La propagande pour la conscription, l’armée (...)

« Des danses se sont formées naturellement dans différents quartiers de la ville. En général, ce jour, qui n’était destiné selon les apparences qu’à une cérémonie publique, est réellement devenu un jour de fête à laquelle tous les rangs, toutes les classes ont pris part67. »

  • 68 A. Crépin, op. cit.
  • 69 Voir J. Imbert qui évalue la proportion des hommes enlevés à leur activité habituelle à 3 % de ceu (...)
  • 70 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public… op. cit., livre II, p 222 sq. et p. 401 sq.
  • 71 W. Serman J.-P. Bertaud, op. cit., p. 135.

36Si la nation peut se laisser emporter par le souffle de la guerre, la société, elle, est consciente du poids de la guerre même s’il n'est plus celui qui a accompagné la mobilisation de l’an II. Si les mentalités demeurent rétives devant le fait militaire, la société ne peut cependant l’ignorer, ne serait-ce qu’à cause de la ponction opérée en son sein par l’armée nouvelle inventée par la Révolution et consolidée par le Consulat. Il est vrai qu’au moment de la paix d’Amiens, il y a seulement un soldat pour 136 habitants68 mais, en 1806, un sur 50, ce qui représente 2,01 % de la population69. Ces chiffres englobent tous ceux qui ont été appelés par les levées successives et qui se trouvent encore sous les drapeaux à un moment donné, en l’occurrence, celui du recensement de 1806. La comparaison du poids démographique des levées consulaires et impériales avec celui des levées de la Révolution et du Directoire tourne en faveur de « l’Ogre de Corse » : en Seine-et-Marne, par exemple, les appels de la Révolution ont touché 4,5 % de la population en trois ans (mais le pourcentage a pu monter jusqu’à 10 % dans certains départements), 1,57 % en moins d’un an lors de la conscription directoriale mais seulement 1,20 % de l’an VIII à l’an XIV et 3,3 % de 1806 à 1812. Certes pour la seule année 1813, l’impôt du sang aurait représenté 3 % de la population mais il n’est pas sûr que les exigences de l’Empereur aient été satisfaites. En 1814, 1,07 % est touché70. Encore s’agit-il d’un bon département conscriptionnel auquel il était demandé un peu plus que les autres. Dans l’ensemble, les historiens évaluent à 7 % le poids total de la conscription consulaire et impériale71.

  • 72 A. Crépin, op. cit., livre II, p. 408-512.

37Plus significatif est le prélèvement sur une classe d’âge : du quart de celle-ci, il bondit à 32 % sur celle de 1812, 35 % sur celle de 1813, si on ne tient compte que de la levée ordinaire ; mais, avec les levées « extraordinaires » que multiplie l’Empereur, c’est pour la classe de 1807 qu’est dépassée la barre des 30 % que les historiens pensaient n’avoir jamais été franchie. La ponction tourne désormais autour de 35 % et elle aurait peut-être atteint 63 % pour la classe de 1812 en raison des levées à répétition de la terrible année 181372.

  • 73 Ibidem, p. 688-689.
  • 74 A. Meynier, Une erreur historique, les morts de la Grande Armée et des armées ennemies, Paris, Pre (...)
  • 75 J. Houdaille, « Le problème des pertes de guerre », Annales Historiques de la Révolution Française(...)

38Le poids de la guerre, c’est aussi le poids de la mort. Les controverses persistent entre historiens quant à la réalité de l’hécatombe d’autant que les disparitions d’hommes ne correspondent pas toujours à des décès73. Mais il apparaît que, si le niveau de la mobilisation napoléonienne n’atteignit pas celui des conflits mondiaux du xxe siècle, notamment celui de la guerre de 14-18, les combattants des guerres impériales coururent beaucoup plus de risques sur le champ de bataille. Si le cinquième de la population fut appelé à combattre en 1914-191874, 24,5 % des mobilisés périrent, alors qu’ils furent 38 % dans ce cas pendant la période 1800-181575.

  • 76 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 145.

39Pourtant ce n’est pas la guerre dévoratrice d’hommes qui fut le seul obstacle à l’enracinement de la conscription. Malgré le va-et-vient entre la cité et le camp, persiste une déliaison entre l’armée et la société, inévitable d’ailleurs puisque Napoléon n’entendait pas faire du peuple français tout entier, conformément au vœu de celui-ci, un peuple de soldats. L’éloignement des champs de bataille pendant une guerre expansionniste entraîne aussi un déracinement inéluctable des combattants indéfiniment maintenus sous les drapeaux. Le courant qui va de la cité au camp est beaucoup plus fort que celui qui mène du camp à la cité. Cet éloignement empêche par ailleurs l’officier de jouer pleinement son rôle de « médiateur de l’honneur » dans la société civile76, particulièrement au sein des notables : élite militaire et élite civile restent relativement hermétiques l’une à l’autre. Dans ce cas précis, il aura manqué du temps à Napoléon Bonaparte qui envisageait d’ailleurs d’agir sur les générations suivantes, alors que, dans d'autres cas, c’est faute de moyens ou par changement de cap que ses desseins sont restés inachevés.

  • 77 A. Ruggiero, « La présence de l’armée, ses conséquences dans le département des Alpes-Maritimes de (...)
  • 78 Arch. nat, AF IV 1010, Mission du conseiller d’État Lacuée an IX.

40Mais, entre les troupes stationnées à l’intérieur et la population les rapports ne sont pas toujours idylliques77. Il est significatif que, dans les comptes-rendus de mission effectués par les conseillers d’État en l’an IX et en l’an X, une rubrique soit prévue touchant les plaintes portées par les habitants contre les corps et (ou) les individus qui les composent, même si cette rubrique reste la plupart du temps vide ou mentionne que le comportement des troupes est bon et jugé comme tel par l’opinion78. Mais à Caen, par exemple, éclatent en l’an X des incidents assez graves pour que la municipalité se sente obligée de donner une fête de « réconciliation » en l’honneur de la 43e demi-brigade qui, au moment de son éloignement de la ville ordonné par une mesure militaire, s’était fait insulter par des habitants. Au discours du maire qui se félicite du retour dans la cité de la demi-brigade, le commandant répond par des formules révélatrices du fossé d’incompréhension qui peut s’élever et les raisons de ce fossé.

  • 79 Ibid., F1c III, Calvados 10, Procès-verbal de la fête à l’occasion du retour de la 43e demi-brigad (...)

« Des hommes qui depuis dix ans achètent, par tant de sacrifices, le bonheur de la République, un corps qui compte autant de victoires que de combats […] devait s’attendre, en rentrant sur le territoire qu’il a défendu, à trouver des soins hospitaliers et la reconnaissance publique. Il trouva cependant dans vos murs une populace effrénée qui, dirigée par quelques brigands, osa l’insulter […] Assurez les habitants de Caen, citoyen maire, que le vœu le plus cher de la demi-brigade que j’ai l’honneur de commander est de rétablir entre elle et les citoyens ces liens d’amitié et de bonne intelligence qui n’auraient pas dû cesser d’exister79. »

  • 80 B. Blocquet, Origine et développement du camp de Boulogne 1803-1805, Mémoire de maîtrise sous la d (...)
  • 81 A. Crépin « Le Nord et le Pas-de-Calais face à la conscription : de la rébellion anti-étatique à l (...)

41Les rapports entre les soldats du camp de Boulogne et les habitants connurent aussi bien des accrocs, même si ceux-ci tirèrent profit de la présence de ceux-là80. En tout cas, l’installation du camp de Boulogne ne suscita pas de sursaut en ce qui concerne l’acceptation de la conscription81.

  • 82 G. Bodinier, « Du soldat républicain à l’officier impérial. Convergences et divergences entre armé (...)

42Il est vrai aussi que le fait que l’armée serve peu – ou pas – au maintien de l’ordre diminue considérablement les occasions de friction. Pour ce faire, le régime a recours à la police et la gendarmerie mais non à la Garde nationale, institution que Napoléon Bonaparte laisse péricliter tant elle correspond peu à sa tentative de militarisation, sauf à la « ressusciter » en 1809 et 181282 comme réservoir d’effectifs à envoyer sur les champs de bataille.

Notes

1 A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et le 1er Empire », Revue d’Études militaires, 1er juin 1933, 21e année, n° 5, p. 15-31.

2 A. Crépin, « Le 18 brumaire, une étape dans la constitution d’une armée nouvelle », Annales Historiques de la Révolution Française, 1999, n° 4, p. 663-676.

3 A. Crépin, « Le camp et la cité à l’époque du Consulat », Colloque d’Amiens, La paix d’Amiens, 2002, à paraître.

4 A. Meynier, op. cit.

5 Arch. nat., AF IV* 1135, Récapitulation et répartition des forces de terre de la République au 1er vendémiaire an x.

6 SHAT, 1 M 1948, carton n° 12, Arrêté des Consuls du 18 vendémiaire an X sur l’organisation de l’armée.

7 Arch. nat., op. cit.

8 SHAT, 1 M, dossier n° 12, Arrêté des Consuls du 1er vendémiaire an XII sur l’organisation de l’armée.

9 A. Meynier, op. cit.

10 G. Lefebvre, Napoléon, Paris, P.U.F., 1965, coll. « Peuples et civilisations », tome xiv, p. 197.

11 A. Crépin, op. cit.

12 Ibidem.

13 Arch. nat., AD XVIII B, Bulletin des lois n° 27, germinal-fructidor an X n° 209, Arrêté des Consuls de la République du 18 thermidor an X.

14 A. Crépin, « Les sous-préfets et les problèmes de la conscription », A. Lottin, A. Crépin, J.- M. Guislin (dir.), Colloque des Universités d’Arras et de Lille III, 2000, Intendants et préfets dans le Nord et le Pas-de-Calais (xviie-xxe siècle), Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 193-206. Le décret du 8 fructidor an XIII les laissera seuls maîtres de la répartition du contingent.

15 B. Ciotti, op. cit, tome i, p. 337-338.

16 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit., p. 171.

17 J. Lovie et A. Palluel-Guillard, L’épisode napoléonien (1799-1815) Aspects extérieurs, Nouvelle Histoire de la France contemporaine, Paris, Le Seuil, 1972, coll. « Points Histoire », tome v, p. 157.

18 A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et le 1er Empire », Revue d’Études militaires, 1er juin 1934, 22e année, n° 5, p. 9-23.

19 J. Lovie et A. Palluel-Guillard, op. cit., p. 157.

20 G. Lefebvre, op. cit., p. 529 ou A. Meynier, « L’armée en France sous le Consulat et le 1er Empire », Revue d’Études militaires, 1er septembre 1934, 22e année, n° 8, p. 7-19.

21 A. Meynier, op. cit.

22 A. Crépin, op. cit., p. 31.

23 Ibidem, p. 32.

24 R. Dufraisse, La France napoléonienne. Aspects extérieurs 1789-1815, Nouvelle Histoire de la France contemporaine, tome V, Paris, Le Seuil, 1999, coll. « Points Histoire ».

25 A. Meynier, op. cit., 1er juin 1934.

26 Ibidem, 1er septembre 1934.

27 A. Crépin, « Le camp et la cité à l’époque du Consulat… », op. cit.

28 C. Ducourtial, La Légion d’honneur d’après le texte de L. de Bonneville de Marsangy, Éditions Neuf, 1970, p. 51.

J.-P. Bertaud « Napoléon, l’armée et la dictature », Histoire, n° 30, janvier 1981, p. 46-54.

29 J.-P. Bertaud, « La gloire et l’honneur », M. Biard (dir.), ive Colloque européen de Calais, Terminée la Révolution, 2001, Bulletin des Amis du Vieux Calais, 2002, p. 73-79.

30 J. Tulard, Napoléon et la noblesse d’Empire, Paris, Tallandier, 1986, p. 35.

31 J.-L. Quoy-Bodin, L’armée et la franc-maçonnerie…, op. cit.

32 Id., « Ethique de la guerre et mystique de la paix…», op. cit., p. 174.

33 C. Ducourtial-Rey, article « Légion d’Honneur », Jean Tulard (dir.), Dictionnaire Napoléon, p. 1054-1061.

34 J.-P. Bertaud, La vie quotidienne des soldats de la Révolution, 1789-1799, Paris, Hachette, 1985, p. 302.

35 Arch. nat., AF IV 1115, Rapport fait aux Consuls par le ministre de la Guerre, 7 brumaire an IX, sur les moyens de rendre utiles au maintien de l’ordre et à l’exécution des lois tous les militaires qui jouissent d’un traitement de réforme ou de retraite.

36 Ibidem.

37 A. Crépin, op. cit.

38 Ibidem.

39 Arch. nat., AF IV 1013, Mission de Lacuée, 1re division, an IX.

40 I. Woloch, op. cit., p. 232-233.

41 J. Tulard, op. cit., p. 43.

42 T. Lentz, Le Consulat, Paris, Fayard, 1999, p. 399.

43 J. Tulard, op. cit., p. 50.

44 I. Woloch, op. cit., p. 230.

45 Ibidem, p. 103.

46 Arch. nat., AF IV 1159, Tableau du 7 brumaire an IX.

47 Ibidem, Projet relatif aux traitements de réforme, 19 thermidor an x.

48 I. Woloch, « War widows pensions », op. cit.

49 Arch. nat., AF IV 1153, Vétérans, Invalides, Hôtel national des militaires invalides, Rapport du 3 pluviôse an XI.

50 I. Woloch, French veteran from Revolution to Restoration… op. cit., p. 232-236.

51 N. Petiteau, « Les mariés de l’an 1810 en Vaucluse : mannes impériales et réalités sociales », Provence historique, fascicule 195-196, 1999, p. 397-410.

Lendemains d’Empire Les soldats de Napoléon dans la France du xixe siècle, Paris, La Boutique de l’Histoire, 2003, p. 190 sq.

52 Voir, par exemple, Arch. nat., F1c III Corse 9 et F1c III Orne 12.

53 Ibidem, F1c III Ardèche 9, Le préfet de l’Ardèche au ministre de l’Intérieur, le 5 frimaire an XIV.

54 Ibid., F1c III Loiret 9, Le préfet du Loiret au ministre de l’Intérieur, Orléans, le 8 décembre 1806.

55 Ibid., F1c III Ariège 8, Copie du procès-verbal du maire de Foix, 2 janvier 1806.

F1c III Corse 9, Le préfet de Liamone au ministre de l’Intérieur, Ajaccio, 2 janvier 1806.

56 Ibid., F1c III Aisne 12, Le préfet au ministre de l’Intérieur, Laon, 3 janvier 1806.

57 Ibid., F1c III Ardèche 9, Le préfet au ministre de l’Intérieur, Privas, 5 frimaire an XIV.

F1c III Ariège 8, Copie du procès-verbal du maire de Foix… op. cit.

58 Ibid., F 1c III Loiret 9, Le préfet au ministre de l’Intérieur… op. cit.

59 Ibid., F1c III Bouches-du-Rhône 10, Le sous-préfet du 2e arrondissement des Bouches-du-Rhône au ministre de l’Intérieur, Aix, 11 décembre 1806.

F1c III Orne12, Le préfet au ministre de l’Intérieur, Alençon, 17 novembre 1806 et 9 février 1807

L’Orne célèbre aussi Friedland, Wagram et même les victoires remportées en Espagne : le Préfet au ministre de l’Intérieur, 20 juillet 1807, 9 janvier 1809 et 7 août 1809.

60 A. Crépin, op. cit.

61 Arch. nat., AF IV 1090, 7e Division, 21 brumaire an X, Grenoble.

7e Division, 20 brumaire an X, Périgueux.

62 Ibid., F1c III Calvados 10, Procès-verbal de la célébration de la fête de la paix générale dans le bourg d’Argences, 18 brumaire an x.

63 Ibid., F1c III Ardèche 10, 9 frimaire an X, Poème de Victorin Sabre de Vals, adressé au ministre.

F1c III Loiret 9, Fête du 18 brumaire célébrée à Beaugency.

F1c III Orne 12, Discours prononcé le 18 brumaire an X à Argentan par Barbot de l’Isle, receveur de l’enregistrement.

64 Ibid., F1c III Aisne 12, an X, Fête religieuse et civique de la paix célébrée dans l’église paroissiale d’Etreilles.

65 Ibid., F1c III Corse, Le préfet de Liamone au ministre de l’Intérieur, Ajaccio, 3 janvier 1806. F 227 Nord, Circulaire du secrétaire général de préfecture aux maires, Lille, 3 nivôse an XIV.

66 Ibid., F1c III Orne, le préfet au ministre de l’Intérieur, Alençon, 4 décembre 1809.

67 Journal de Rouen n° 208, 1807, cité par Kobo Seigan « La propagande pour la conscription, l’armée et la guerre dans le département de la Seine Inférieure du Directoire à la fin de l’Empire » Mélanges Bertaud… op. cit., p. 271-281.

68 A. Crépin, op. cit.

69 Voir J. Imbert qui évalue la proportion des hommes enlevés à leur activité habituelle à 3 % de ceux qui étaient en âge de travailler et 4 % de l’ensemble des hommes du pays. « Les militaires aux armées en 1806 » Mélanges C. Jacquemyns, Institut de Sociologie, Université libre de Bruxelles, 1968.

70 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public… op. cit., livre II, p 222 sq. et p. 401 sq.

71 W. Serman J.-P. Bertaud, op. cit., p. 135.

72 A. Crépin, op. cit., livre II, p. 408-512.

73 Ibidem, p. 688-689.

74 A. Meynier, Une erreur historique, les morts de la Grande Armée et des armées ennemies, Paris, Presses universitaires, 1930.

75 J. Houdaille, « Le problème des pertes de guerre », Annales Historiques de la Révolution Française, numéro spécial, La France à l’époque napoléonienne, 1970, p. 46-59.

G. Carrot dit qu’« un soldat parti était presqu’un soldat mort », « Le recrutement militaire à Grasse, de la fin de l’Ancien Régime à 1814 », Actes du 101e Congrès national des Sociétés savantes, Lille, 1976, tome iii, p. 251.

76 W. Serman, J.-P. Bertaud, op. cit., p. 145.

77 A. Ruggiero, « La présence de l’armée, ses conséquences dans le département des Alpes-Maritimes de l’an II à l’an X », M. Cubells (dir.), La Révolution Française : la guerre et la frontière, op. cit., p. 155-166.

78 Arch. nat, AF IV 1010, Mission du conseiller d’État Lacuée an IX.

AF IV 1015, Mission du général Sainte Suzanne, floréal an x.

Mission du conseiller d’État Thibaudeau, an IX.

AF IV 1016, Mission conseiller d’État, de Fourcroy, et du conseiller d’État Français de Nantes, an IX.

AF IV 1019, Mission du conseiller d’État Fourcroy, pluviôse et ventôse an x.

79 Ibid., F1c III, Calvados 10, Procès-verbal de la fête à l’occasion du retour de la 43e demi-brigade célébré à Caen, le 30 brumaire an x.

80 B. Blocquet, Origine et développement du camp de Boulogne 1803-1805, Mémoire de maîtrise sous la direction d’A. Crépin, Université d’Artois, 1994.

81 A. Crépin « Le Nord et le Pas-de-Calais face à la conscription : de la rébellion anti-étatique à la délinquance », op. cit.

82 G. Bodinier, « Du soldat républicain à l’officier impérial. Convergences et divergences entre armée et société », Histoire militaire de la France, op. cit., tome iii, chap. xii, p. 299.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search