Version classiqueVersion mobile

Défendre la France

 | 
Annie Crépin

Deuxième partie. La voie française vers une armée nationale (1791-1798)

Chapitre II. La Nation dans le camp (1793-an II)

Texte intégral

Réquisitions et levée en masse

1La Révolution ouvrit l’ère d’une guerre nouvelle que Guibert et d’autres avec lui avaient pressentie et dans laquelle les protagonistes de ces gigantesques bouleversements n’entrèrent que contraints et forcés. Si ces universalistes finirent par inventer une première forme de service obligatoire et personnel et par l’imposer à des masses réticentes, ce fut seulement sous la pression de circonstances exceptionnelles.

  • 1 A. Crépin, La conscription en débatop. cit., p. 21.
  • 2 Arch. nat., ad xviii b, Convention, tome 113, séance du 24 février 1793.

2Cette guerre nouvelle fut une guerre totale, d’abord par les effectifs qu’elle mit en jeu à un niveau jamais atteint jusque-là. Après Valmy, les troupes françaises étaient passées à la contre-offensive puis à la conquête de la Belgique et de la rive gauche du Rhin avec 400 000 hommes. Mais la déperdition des effectifs – ils tombent en deux mois à 220 000 hommes – due notamment au départ des volontaires de 1791 qui pensaient avoir achevé leur tâche, et surtout la formation de la première coalition qui rendait encore plus cruciale la crise des effectifs, amenèrent la Convention à ordonner une nouvelle levée. Tout comme leurs devanciers, les membres de la nouvelle assemblée reculèrent devant l’instauration du service obligatoire qui leur paraissait impossible à envisager même en temps de guerre. Pourtant le volontariat avait montré ses limites. D’où la « cote mal taillée1 » que représenta la levée des 300 000 hommes ordonnée le 24 février 17932.

  • 3 Les volontaires n’avaient que trois jours pour se faire inscrire sur les registres. Voir B. Ciotti (...)

3La loi faisait encore appel aux volontaires mais le volontariat n’était plus qu’un principe et la Convention ne se faisait guère d’illusions sur la réponse des Français à cet appel3. Elle mettait en réquisition les célibataires et veufs sans enfants de 18 à 40 ans, disposition qui n’était pas sans rappeler l’ancienne milice. Il ne s’agissait encore nullement de service universel puisque, sur l’ensemble des requis, n’étaient prélevés « que » 300 000hommes.

4Il ne s'agissait pas non plus de service égalitaire. Le remplacement était autorisé et de nombreux cas d’exemption étaient prévus, d’abord pour incapacité physique, puis en faveur des employés des administrations, des officiers municipaux et des ouvriers dont le travail était jugé indispensable à la bonne organisation matérielle et financière de la guerre.

5Il ne s’agissait pas enfin d’un service personnel car l’obligation était collective, ce qui renouait aussi avec les principes de la milice. À chaque commune était assigné un contingent ; en fait, c’est au niveau national que le nombre d’hommes à fournir avait été fixé, département par département, sauf pour la Corse, en fonction de la population de chacun. Chaque département devait ensuite les répartir entre ses districts, chaque district faisant de même entre les communes de son ressort. De ce chiffre était déduit le nombre d’hommes déjà donnés mais sans qu'on parvienne à une grande exactitude d’autant que n’entraient en ligne de compte que les volontaires et non les soldats de ligne recrutés depuis 1789. C'est pourquoi certains départements qui avaient déjà beaucoup donné furent encore fortement sollicités.

6Ces approximations vont alimenter les réclamations des municipalités et les récriminations de leurs administrés. Le trait le plus saillant de la loi était que désormais le contingent fixé n’était plus celui qu’il était souhaitable d’atteindre mais celui qu’il était obligatoire de lever. Les ruraux ne pouvaient plus échapper au fardeau commun et les départements les plus apathiques devant le volontariat ne pouvaient plus se dérober, même si le tribut à verser était encore peu précis Le prélèvement peut paraître modeste à l’aune des guerres du xxe siècle. Il ne semblait pas tel aux contemporains eu égard à l’expérience de la milice que la loi du 24 février rappelait mais dont le poids avait été moins lourd.

  • 4 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit publicop. cit., tome i, p. 386 sq.

7Une des ambiguïtés de cette loi qui n’en manquait pas devait avoir des conséquences fort lourdes. La Convention, se défaussant de ses responsabilités, laissa à chaque commune le soin de déterminer le mode selon lequel seraient choisis parmi les requis ceux qui partiraient. Dans la pratique, ce furent parfois les requis qui déterminèrent eux-mêmes ce mode. Le tirage au sort n’engendra pas trop de problèmes, bien que, même dans un département comme la Seine-et-Marne où il fut adopté dans la majorité des communes, il fut manifestement truqué dans certains cas4. Mais quand le mode adopté fut la désignation, celle-ci donna lieu à de nombreux règlements de compte qui traduisaient à leur façon les résistances que rencontra la levée dans nombre de départements, et qui devaient déclencher la guerre civile dans l’Ouest. Il est permis de penser pourtant que la levée des 300 000 hommes n’y fut que le catalyseur d’un mécontentement qui tenait à des causes plus profondes et de surcroît multiples.

8La levée des 300 000 hommes vaut mieux que sa réputation. Si elle ne donna que la moitié des hommes qui étaient attendus et qu’elle ne les donna que fort lentement, puisque, dans certains départements, elle ne s’acheva pas avant l’été 1793, ces hommes, avec les volontaires de 1791 et 1792 qui étaient restés et avec les soldats de l’armée de ligne en pleine transformation, permirent la contre-offensive qui sauva la Révolution à partir de l’année 1794, alors que les requis de la levée en masse n’avaient pas encore rejoint les drapeaux.

  • 5 A. Crépin, ibidem, tome i, p. 381 sq.

9À trop se focaliser sur les troubles, quelquefois très graves, qui éclatèrent et dégénérèrent en « petites Vendées » dans un certain nombre de départements, par exemple dans les départements de montagne, ceux du Massif Central en particulier, mais aussi dans ceux de l’intérieur, la Haute- Marne notamment, et quelquefois dans ceux des frontières tels le Nord et le Pas-de-Calais, on oublie l’exemple de ceux où la levée se déroula tant bien que mal. Mais leur cas est lui-même éclairant quand on examine les conditions qui furent nécessaires à un relatif succès. Ainsi en Seine-et- Marne où il y eut encore des volontaires mais où il y eut aussi des hommes qui s’absentèrent lors du tirage au sort ou se marièrent puisque c’était un moyen légal d’échapper à la levée. La contrainte fut également utilisée par les célibataires à l’encontre de ceux que la loi exemptait, notamment les jeunes officiers municipaux qu’ils forcèrent à tirer au sort5. Il y eut enfin et surtout des « arrangements ». Encore bien davantage que les volontaires de 1792, ceux qui tombèrent au sort en 1793 n’acceptèrent le verdict des urnes que moyennant une aide financière et matérielle en leur faveur ou en celle de leur famille. Par ailleurs, des hommes furent « achetés ». La frontière entre les uns et les autres nous paraît difficile à tracer. Elle est, au contraire, fort claire pour les municipalités et les administrations des districts et du département.

  • 6 Ibid., p. 492.

10Celles-ci blâment les premières pour « l’achat » d’hommes mais encouragent les souscriptions et les collectes qui se multiplient pour les requis. Les municipalités elles-mêmes se défendent d’encourager le mercenariat et démontrent qu’elles moralisent ce qui pourrait être perçu comme une transaction financière exigée au surplus sous la pression de ceux qui tiraient au sort. Les hommes achetés, disent-elles, sont étrangers à la commune, alors que les bénéficiaires des collectes sont les hommes de la communauté qui partent verser leur sang pour défendre les biens et les personnes de ceux qui restent. Cet argument est à usage interne. Il s’adresse aussi bien à ceux qui partent – ils ne se battront pas uniquement pour de l’argent – qu’à ceux qui restent – leur contribution financière est un moyen de participer à la levée, devoir civique auxquels tous doivent contribuer sous différentes formes6.

  • 7 Ibid., p. 390.

11En somme, il s’agit d’une forme communautaire de remplacement. En effet, et c’est une constante paradoxale que nous retrouverons tout au long de l’histoire de la conscription, le remplacement qui semble à nos esprits contemporains le phénomène le plus inégalitaire qui soit ne sera jamais remis en question par les masses populaires, du moins par les ruraux. Certains y virent un moyen de survie économique. Il est significatif que des jeunes gens absents lors du tirage au sort dans leur commune se soient fait engager comme remplaçants dans d’autres communes. Certes, quand le remplacement est pratiqué sous une forme individuelle, il n’est pas accessible à tous, même si des artisans et des petits propriétaires y ont recours, s’endettant ainsi pour le reste de leur vie. Il semble accentuer le privilège de la richesse, déjà sensible pour certaines catégories d’exemptés qui sont aussi des catégories sociales, celles des notables, et faire croire que la levée des 300 000 hommes pèse sur les pauvres et non sur les riches. Cette perception a joué dans la révolte des départements de l’Ouest. Ce privilège fut parfois dénoncé en Seine-et-Marne mais pourtant, davantage que le remplacement lui-même, fut condamnée la corruption qu’auraient exercée « les riches » sur les autorités pour que leurs fils ne partent pas7.

  • 8 Id., « Le Nord et le Pas-de-Calais face à la création de l’armée nationale 1791-an II », Revue du (...)

12L’agitation suscitée par la levée des 300 000 hommes apparut si forte à la Convention qu’elle décida, le 9 mars 1793, d’envoyer deux de ses représentants dans chaque département. Il était trop tard pour certains, mais il convient de distinguer les troubles suivant leur durée, leur intensité, leur nature et ne pas tirer de conclusion générale à l’échelle d’un département. Une fois de plus, c’est le canton qui s’avère le niveau d’analyse le plus pertinent. Bien que le refus de la levée par certains cantons ne fasse pas tâche d’huile, il vaut cependant à l’ensemble du département une réputation de région difficile : ce fut le cas pour le Pas-de-Calais et le Nord. Ils seront considérés désormais pour vingt ans comme appartenant au camp des « mauvais » départements8.

  • 9 B. Ciotti, op. cit., tome ii, p. 392.
  • 10 A. Crépin, « Le Nord et le Pas-de-Calais… », op. cit.

13Il faut aussi distinguer les campagnes des villes qui ne furent pas exemptes « d’émotions »9. Dans les campagnes, on ne se révolte pas contre la loi du 24 février parce qu’on est anti-révolutionnaire. C’est parce qu’on résiste à son application qu’on devient anti-révolutionnaire, voire contrerévolutionnaire ou plutôt manipulé par des contre-révolutionnaires. Encore le processus, si ses prémisses sont un peu partout semblables et s’enracinent dans un terreau de désillusions sociales et religieuses, n’aboutit pas, sauf dans l’Ouest, à une révolte générale. Les racines sociologiques des troubles sont elles-mêmes diverses. Les réticences, parfois violentes, devant les appels peuvent provenir aussi bien de métayers censés écouter docilement leurs maîtres nobles que de petits propriétaires patriotes dont les assemblées de la Révolution et, du moins jusqu’à une date récente, les historiens eux-mêmes ont oublié que leur départ est une catastrophe pour leur terre parce qu'elle risque de mettre fin à son exploitation. Ainsi, dans le département du Nord, les paysans du Cambrésis, qui avaient éradiqué les armes à la main les derniers restes de féodalité et avaient manifesté ainsi un comportement révolutionnaire, n’étaient pas prêts à défendre les frontières pendant un temps indéterminé, et à se battre pour une cause plus abstraite qui risquait de leur faire perdre les fruits de leur lutte10.

14La levée des 300 000 hommes était bâtarde par ses dispositions et tenait autant au passé qu’elle annonçait l’avenir. Pour instaurer la levée en masse, il fallut la tournure tragique de la guerre, presque six mois de défaites ininterrompues pour la République à partir de Neerwinden et toutes les frontières forcées par la coalition, une situation intérieure quasi désespérée, les Montagnards étant aux prises avec la guerre de Vendée et les révoltes fédéralistes, mais aussi l’invention d’une nouvelle forme de citoyenneté.

  • 11 A. Crépin, article « Levée des 300.00 hommes, Levée en masse », Dictionnaire historique de la Révo (...)
  • 12 J.-P Bertaud, La Révolution arméeop. cit., p. 115.

15Elle fut précédée de tâtonnements qui semblent comme d’ultimes hésitations de l’Assemblée telles les levées spéciales destinées à la lutte aux frontières ou à l’encontre de la Vendée. Elles sont spéciales en ce sens que les hommes demandés ne l’étaient parfois que pour un court laps de temps et elles affirment toutes le volontariat de principe mais, de fait, réquisitionnent des hommes dans le style de la levée des 300 000 hommes. Les départements décidèrent quelquefois de mesures plus avancées que celles de la Convention. Ainsi l’Hérault qui, le 19 avril, prit un arrêté destiné à faciliter l’application de la loi du 24 février. Cet arrêté créait un comité nommé par les commissaires de la Convention sur proposition des autorités locales. Il ferait une désignation personnelle et directe des requis. Il ne fut pas suivi bien qu’il fût approuvé par la Convention. C’est aussi du mouvement sans-culotte parisien qu’émana la première conception de la levée en masse. Les Montagnards et le Comité de Salut Public étaient d’ailleurs réticents car ils craignaient l’inefficacité d’une masse sans instruction ni équipement. C’est sous la pression populaire qu’ils acceptèrent ce « mouvement tumultuaire » mais ils le réorganisèrent. Le 29 juillet, la revendication en fut présentée aux Jacobins, reprise le 4 août par la Commune, le 7 août par les délégués des assemblées primaires des départements venant à Paris pour l’acceptation de la constitution, le 16 août par les délégués des quarantehuit sections parisiennes11. Le même jour, la Convention l’accepta. Danton avait sauvé le projet12 en l’infléchissant et le Comité de Salut Public en définit les modalités à partir du rapport de Barère du 23 août.

  • 13 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit., p. 23.

16Dans les vœux des sections et des clubs de Paris, il y avait encore trace du mythe du soulèvement spontané d’une nation entière. Le mot « masse » correspondait à la mentalité des sans-culottes, plus à leur vision unanimiste qu’au chiffre des effectifs13. L’effort envisagé par eux avait un aspect provisoire, il s’agissait de donner un « coup de main momentané » à l’armée. Il était égalitaire, selon la perception de l’égalitarisme qu’avait le peuple des villes, celui de « l’échoppe et de la boutique », et qui est aujourd’hui la nôtre dans le domaine de la défense nationale mais qui n’était pas nécessairement celle des ruraux formant la très grande majorité de la population française.

  • 14 Arch. nat., AD XVIII B, Convention, tome 119, séance du 23 août 1793.

17Le décret du 23 août14 transforma cette « utopie » en réquisition. La réquisition s’adresse d’abord à tous les jeunes gens de dix-huit à vingt-cinq ans, célibataires et veufs sans enfants, et elle a pour objectif le champ de bataille. Il n’existe plus de contingent assigné à la commune. Les citoyens sont appelés à titre personnel. Dans ces conditions, le remplacement n’est plus admis mais l’exemption existe encore, ne serait-ce que pour les hommes mariés des classes d’âge correspondantes et pour ceux qui travaillent aux fabrications de guerre ou qui conduisent les charrois militaires. Il ne s’agit cependant que d’une ébauche de service militaire obligatoire. Les Conventionnels eux-mêmes ne conçoivent ce décret que comme une mesure d’urgence imposée par une situation d’exception, une mesure de Terreur destinée à sauver la République, qu’il est hors de question d’appliquer en temps de paix. Rien ne dit dans le décret du 23 août – et ce sera l’origine des problèmes rencontrés par le Directoire en matière d’effectifs– qu’un renouvellement régulier sera assuré et, que chaque année, une nouvelle classe d’âge viendra remplacer la plus ancienne sous les drapeaux.

Nation armée, armée nation, armée nationale

18Le décret du 23 août 1793 ne concerne pas qu’une catégorie d’âge particulière. Il mobilise tous les Français et même les Françaises, en prescrivant aux hommes mariés de forger les armes et transporter les subsistances, aux femmes de servir dans les hôpitaux, aux enfants de confectionner des pansements pour les blessés. Il n’est pas jusqu’aux vieillards qui, dans une formule célèbre, et dans un style qui nous paraît aujourd’hui grandiloquent, ne soient requis de se faire porter sur les places publiques pour « exciter le courage des guerriers, prêcher la haine des rois et l’unité de la République. »

  • 15 G. Best, op. cit., p. 65.

19On ne sait si les « vieillards » obéirent aux prescriptions du décret mais les effets de cette mobilisation qui n’était plus seulement celle des jeunes gens en âge et en état de combattre mais celle de la nation toute entière sont perceptibles à travers les aspects nouveaux que revêt l’effort de guerre, voire le sens nouveau qui lui est donné. Certes, s’il avait toujours existé, il prend alors une ampleur inégalée, premier degré de ce que G. Best appelle la « nationalisation de la guerre15 » : multiplication des collectes et des souscriptions puis taxes forcées, annonce de secours versés aux familles des défenseurs de la Patrie, réquisitions d’habits, d’armes, de chevaux, en faveur de ceux qui partent aux frontières. Ces réquisitions se succèdent depuis la levée des 300 000 hommes et suscitent parfois des réticences plus fortes chez les ruraux que le départ de leurs fils.

  • 16 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit publicop. cit., tome i, p. 539 sq.

20Mais ce qui est nouveau, c’est que les Montagnards exigent, et parfois obtiennent, que cette mobilisation matérielle ne soit pas seulement acceptation passive d’un processus inéluctable en temps de guerre mais participation active à un devoir civique. Cet aspect culmine de la façon la plus significative dans la fabrication révolutionnaire – à tous les sens du terme– du salpêtre16, tâche dévolue non à des spécialistes ou à des professionnels mais à des civils.

  • 17 M. Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, coll. « Bibliothèque des Hist (...)
  • 18 L. Bergeron, « Evolution de la fête révolutionnaire. Chronologie et typologie », Annales Historiqu (...)
  • 19 J.-P. Bertaud, Guerre et société en France de Louis xiv à Napoléon… op. cit., p. 158.

21Pour autant, cette nationalisation de la guerre transforme-t-elle la cité toute entière en camp ? En fait, l’armée, qui comptera 800 000 hommes quand les requis auront rejoint les frontières, est l’avant-garde de la cité, le miroir de celle-ci, non son « arche sainte ». On sait quelle « faux » le pouvoir civil fit planer alors au-dessus de la tête des généraux, quand il ne la fit pas tomber, expression paroxystique de sa suprématie sur le pouvoir militaire mais qui relève encore du domaine politique. À la croisée du champ idéologique, de celui des mentalités et de celui des sensibilités, il faut examiner la place de l’armée dans la fête révolutionnaire et l’image du soldat à laquelle elle se réfère ou plutôt se demander à quelle image du rôle de celui-ci au sein de la nation elle renvoie. La fête révolutionnaire est multiforme17. Même dans ses aspects les plus élaborés et les plus officiels mais qui, précisément, sont conçus comme une pédagogie du citoyen, elle ne réserve pas une place particulière – au sens d’une mise à part – à l’élément militaire. Certes, il est présent et, parfois, fortement présent. Dès les premiers mois de 1790, une fête révolutionnaire officielle se « cherche », qui donne une importance croissante aux démonstrations militaires18. Les soldats sont participants et acteurs des fêtes, ne serait-ce que par le biais de leur musique19.

  • 20 Id., La Révolution armée… op. cit., p. 205-209.

22Mais il faut noter que ces démonstrations accordent un rôle aussi important à la Garde nationale, dont nous savons qu’elle n’est pas, surtout à cette date, l’armée stricto sensu. Cette participation – pour forte qu’elle soit tant quantativement que qualitativement – est davantage celle du citoyen combattant que celle du soldat. Même lorsque les fêtes célèbrent une victoire, notamment la reprise de Toulon, mais ce ne sont pas les plus nombreuses tant s’en faut, c’est le triomphe de la nation révolutionnaire qui est l’objet de la fête, non celui de l’armée en tant que telle, c’est le citoyen combattant qui est honoré plus que le militaire20.

23Parmi ces fêtes, il faut réserver une place à part aux prémisses d’un culte des soldats morts au combat qui n’est pas nécessairement initié d’en haut et s’accompagne parfois de l’érection de monuments en leur honneur. Ce culte s’adresse aux combattants et, en fait, aux « martyrs » de la liberté et de l’égalité beaucoup plus qu’à des militaires. Ainsi l’atteste l’oraison funèbre prononcée le 20 août 1793 à la Ferté-sous-Jouarre pour deux citoyens de cette commune qui venaient de périr aux frontières. Le maître d’école qui prononce ce discours le souligne :

  • 21 Brias, maître d’école à la Ferté-sous-Jouarre, Discours funèbre du citoyen Maciest fils mort au ch (...)

« Sous le règne des rois […] un orateur chargé de faire l’oraison funèbre d’un général d’armée vantait les exploits du défunt mais ne parlait point des cruautés qu’il exerçait souvent sur ces respectables soldats, victimes de ses caprices. Il venait mentir à la face des autels. Gagnait-il une bataille ? Il la rapportait à son prétendu héros et le soldat, ce malheureux qui, souvent à lui seul et en l’absence du général, a battu l’ennemi et gagné la bataille, était mis dans l’éternel oubli. Mais, aujourd’hui, citoyens, chacun a droit à la reconnaissance de la Patrie et ce serait blesser l’égalité que de ne parler que des généraux et passer sous silence ces généreux soldats dont les uns quittent père et mère, d’autres leurs femmes et leurs enfants, par amour seul de la Patrie21. »

24Ainsi au cœur de la fête révolutionnaire se manifeste, non pas l’union entre la nation et l’armée, comme on a pu le dire des 14 juillet célébrés par la IIIe République lorsqu’elle fut aux mains des républicains, mais l’unanimité de la nation au sein de laquelle sont indissolublement liés des citoyens dont le combat revêt des formes différentes et ne se déroule pas nécessairement sur un champ de bataille.

  • 22 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 58.

25En même temps, on peut voir dans l’abolition par la Convention des ordres et des décorations et dans son refus d’accorder des récompenses individuelles aux militaires, tout aussi bien le rejet de ce qui rappelait l’Ancien Régime et la féodalité que la hantise de faire de l’armée une caste particulière. Le soldat doit devenir un citoyen modèle – et les Jacobins s’y emploient – non le modèle du citoyen. La vertu qui est exigée de lui n’est pas purement guerrière, elle doit aussi bien se déployer dans la lutte aux frontières que dans la lutte interne à la cité, l’une prolongeant l’autre, d’autant que la Patrie n’est pas seulement un territoire géographique mais le lieu politique où la liberté et l’égalité sont advenues. Ce ressort de la vertu sur lequel veulent jouer les hommes de l’an II se distingue de celui de l’honneur, terme qu’ils proscrivent de leur vocabulaire car il leur paraît la motivation des sujets d’une monarchie absolue, et qui est associé pour eux à la fois à la féodalité et au despotisme. Il est vrai que les tenants de la Contre-Révolution s’emparent de l’honneur22. Ne peut-on penser cependant qu’en épurant la notion d’honneur de ses connotations antérieures et de tout ce qu’elle comporte aussi d’attachement ou de glissement vers la gloire personnelle, les Jacobins cherchent une synthèse nouvelle avec la notion de liberté ? L’honneur ne serait plus désormais celui de la personne mais celui du citoyen ou plutôt celui de la cité. N’y a-t-il pas là aussi une transmutation de l’héroïsme hérité de la chevalerie en vertu civique et sa fusion avec l’utilité sociale héritée des Lumières ? L’épithète civique accolée au terme de vertu était devenue d’ailleurs un pléonasme.

  • 23 T. Hippler, « Service militaire et intégration nationale pendant la Révolution Française », Annale (...)

26Non sans contradictions eu égard à la liberté elle-même, que nous avons décelées dans les conceptions de ceux qui prônaient le service militaire obligatoire et que leurs adversaires dénonçaient avant même la Révolution, puis lors du débat à la Constituante. Si Athènes l’avait alors emporté sur Sparte, Sparte risquait maintenant de l’emporter sur Athènes. Le devoir de défense devient une des facettes de la citoyenneté, voire sa quintessence, il devient même le droit suprême du citoyen mais ne risque-t-il pas d’être antagoniste avec ses autres droits, avec la liberté elle-même ? Peut-être est-ce précisément dans la définition de la liberté – comme nous l’avons dit plus haut – que résident les contradictions, à tout le moins les paradoxes qui accompagnent cette première ébauche de service obligatoire. Ces paradoxes sont objet de réflexion pour les philosophes et les sociologues, pour les penseurs de la liberté individuelle et de l’autonomie et des rapports de celles-ci avec la formation du lien social. Ils le sont aussi pour ceux qui analysent dans la lignée de Foucault les rapports de l’État et du pouvoir avec l’individu et le processus d’acculturation – d’aucun dirons le contrôle et la domestication – du second par le premier à l’époque moderne et contemporaine23.

  • 24 A. Ehrenberg, op. cit., p. 24 et p. 166. L'auteur note le parallélisme de cette démarche avec la p (...)
  • 25 Ibidem., p. 42.

27Promue école des citoyens par les Jacobins, l’armée devient aussi et de façon indissociable un instrument de citoyenneté et, dans le long terme, de socialisation et de civilisation, lors d’une étape cruciale de la redéfinition des rapports de l’État et de l’individu. On sait qu’à la fin du xviiie siècle, de la réflexion sur la tactique idéale avait surgi une réflexion sur la citoyenneté, qui tentait de penser ensemble initiative et obéissance considérées non plus comme antagonistes mais devant se renforcer l’une l’autre24. L’État, parce qu’il veut se confondre avec la Nation, instaure de nouveaux rapports politiques avec l’individu. En fin de compte, la puissance de celui-là est décuplée dans la mesure où il s’appuie sur la puissance de celui-ci. Mais, si la soumission de l’individu à l’État passe par son initiative intelligente, son autonomie n’est pas affranchissement de toute règle et, dans cette perspective, sa liberté n’est pas le « bon plaisir ». Le pouvoir, quant à lui, n’est pas solitaire ou livré à lui-même mais parcelle de la souveraineté collective. Il fait que chacun est son propre maître tout en étant dans la dépendance mutuelle de tous les autres, il fait que l’État est le serviteur de chacun en même temps que tous sont au service de l’État25. Il serait simpliste de ne voir dans ce nouveau type de rapports qu’une ruse de l’État qui, plus intelligent que celui de l’Ancien Régime, asservirait sous couleur de libérer.

  • 26 J.-P. Bertaud, « Enquête sur les volontaires de 1792… », op. cit.

28Mais on ne saurait dissimuler l’ambiguïté qui sous-tend l’œuvre militaire des Jacobins à travers l’instauration d’une « nouvelle » discipline, et l’éducation du soldat. Créée par les citoyens et à leur demande, si on considère les conditions dans lesquelles fut décrétée la levée en masse, l’armée nouvelle devient le lieu de leur régénération nécessaire où se forment « les citoyens nouveaux » qu’il faut donc éduquer et modeler. Reprenant les vœux des militaires philosophes, les hommes politiques de la Convention transforment l’armée en « laboratoire » avant même l’avènement des Montagnards26. Mais ce « laboratoire » ne fait pas pour autant de l’armée un lieu distinct de la société. Les éducateurs furent les représentants en mission, incarnation du pouvoir civil. L’éducation qu’ils dispensèrent, même sous son aspect strictement politique – mais on sait qu’elle allait bien au-delà, ne fut pas simple propagande en faveur des hommes au pouvoir. En effet, pour autant qu’on puisse saisir leurs véritables sentiments à travers leur correspondance, les soldats témoignent de leur attachement à la Révolution, éventuellement dans sa version jacobine, non aux hommes qui prétendaient l’incarner ni même aux factions qui tentèrent de se disputer leurs faveurs.

  • 27 Id., Guerre et société en France… op. cit., p. 39.
  • 28 T. Hippler, « Service militaire et intégration nationale… », op. cit.

29La discipline avait été passablement malmenée par les troubles qui avaient agité l’armée en 1790 et 1791. En la rétablissant, les représentants en mission s’efforcent de montrer qu’il ne s’agit pas du retour à l’obéissance passive que les tyrans exigeaient de leurs « satellites » mais de l’avènement de celle qu’exigeait la défense d’une cité nouvelle. L’instruction pour tous les grades de l’infanterie de 1794, qui reprend les vues de Guibert27, est fondée sur l’idée que les exercices imposés aux combattants doivent faire appel à leur intelligence et non s’apparenter à un dressage. On voit qu’espace de politisation, l’armée devint aussi une école au sens propre du terme qui fit progresser, à un degré qu’il faudrait pouvoir mesurer, l’instruction de ses membres. La discipline risquait aussi d’être mise à mal par l’existence des clubs au sein même de l’armée. Les Montagnards les interdirent. On pourrait observer dans cette mesure le désir de contenir l’influence des sans-culottes au sein des troupes. On pourrait aussi y voir, selon T. Hippler28, l’opposition entre l’aspiration à la démocratie directe des sans-culottes, leur vision du peuple comme masse en insurrection, et celle des Montagnards : un peuple n’est pas une foule, fût-elle révolutionnaire, le peuple ne se constitue que par la vertu, sinon il n’est qu’une masse informe et un facteur de déstabilisation sociale. Or, la vertu se forme par la discipline.

  • 29 R. Blaufarb, op. cit.

30Pour autant, si l’armée n’eut pas le droit d’être délibérante, il fut permis aux soldats, en dehors de leur service, de participer aux séances des sociétés populaires des villes où ils se trouvaient ou de correspondre avec celles de leur commune d’origine. Ils votèrent lors du référendum sur la constitution de 1793. Si la démocratie directe fut écartée, l’élection fut maintenue partiellement pour l’accès aux grades et la constitution des conseils d’administration29.

  • 30 A. Crépin, « Armée et citoyenneté en France de Valmy à Verdun », Revue Histoire et Défense Les Cah (...)

31Ainsi, la nationalisation de la guerre aboutit à la nation armée mais non à l’armée nation au moins dans l’acception que lui a donnée le mythe. Cette distinction n’est pas de pure rhétorique. En d’autres termes, la levée en masse n’abolit pas totalement la frontière qui séparait le devoir de défense du service militaire. Cette distorsion sera l’axe majeur du débat autour de la conscription jusqu’au xixe siècle et même jusqu’à la IIIe République et encore au-delà30.

Citoyens soldats, armée de l’amalgame et société

32Autant dire que l’armée de l’an II n’est pas une armée de partisans. La guerre révolutionnaire qu’elle mène n’est pas l’insurrection spontanée que les sans-culottes voyaient dans la levée en masse, le camp ne disparaît pas en tant que tel au sens où il serait « partout et nulle part. » Si en principe la nation est toute entière mobilisée, elle n’est pas toute entière dans le camp. Il existe, à cette « apogée » de la crise, un va-et-vient permanent entre la cité et l’armée mais rien ne dit qu’il est destiné à se perpétuer en temps de paix ni quelle forme il prendrait alors. Le lien entre citoyenneté et armée se noue autour de la défense assumée par des hommes qu’on peut appeler désormais des citoyens-soldats. Armée nationale indéniablement mais plus au sens où on l’entendait encore en 1789 voire en 1791.

33Cette armée de citoyens-soldats est celle de l’amalgame. L’armée de Valmy était hétérogène, juxtaposant des bataillons de volontaires (encore y avait-il de notables différences entre ceux de 1791 et ceux de 1792) et l’armée de ligne. En même temps, les soldats de métier se rapprochaient par leur expérience politique et par leur origine sociale des enrôlés de 1791 et de 1792. L’amalgame où nous retrouvons à l’œuvre Dubois-Crancé fut voulu pour des raisons techniques, la volonté de donner plus de cohérence et partant plus d’efficacité sur le plan militaire aux forces de la République, il le fut aussi et surtout pour des raisons politiques.

  • 31 J.-P. Bertaud, La Révolution armée… op. cit., p. 96.

34Le projet que Dubois-Crancé, élu député des Ardennes à la Convention, présenta à l’assemblée le 7 février 1793 répondait à la nécessité de mêler soldats de métier et volontaires et de surmonter l’opposition, dont nous savons aujourd’hui qu’elle ne correspond pas tout à fait à la réalité, entre les premiers, perçus comme compétents mais indifférents au sort de la République et les seconds, jugés comme animés par le patriotisme le plus pur mais peu instruits. Dubois-Crancé, soutenu par les Montagnards proposa une unification « harmonieuse ». Plutôt que de disperser les volontaires dans les régiments de l’armée de ligne, ce qui aurait fait s’évanouir l’esprit qui les animait et qu’ils devaient insuffler à l’armée toute entière, plutôt que de créer des unités entièrement nouvelles où les volontaires auraient submergé par leur nombre les combattants professionnels, ce qui aurait empêché ceux-ci de transmettre leur expérience et aurait, au surplus, pris du temps, Dubois-Crancé projetait l’amalgame par l’embrigadement, c’est-à-dire la juxtaposition d’unités déjà existantes, deux bataillons de volontaires et un bataillon de ligne, au sein d’une unité nouvelle, la demi-brigade31. Cette juxtaposition s’accompagnerait de l’unification de la discipline, une discipline nouvelle censée émaner de la volonté générale, d’une unification de la solde et des conditions d’avancement dans lesquelles, nous l’avons vu, l’élection jouerait un rôle.

  • 32 Arch. nat., AD XVIII B, Convention, tome 113, séance du 21 février 1793.

35Le plan de Dubois-Crancé ne fut adopté que partiellement le 21 février 179332. Si l’unification fut acceptée par la Convention, l’embrigadement fut suspendu et ne fut vraiment réalisé qu’à partir de la fin du printemps 1793 quand l’évolution de la situation militaire rendit plus que jamais nécessaire la cohésion des forces disparates. Elles étaient encore plus hétérogènes depuis que venaient les rejoindre les requis de la levée des 300 000hommes qui n’étaient ni volontaires ni engagés professionnels.

  • 33 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 159.

36L’amalgame réalisé autour de valeurs civiques rendit tangible l’unité nationale sur le plan politique. Dans ce lieu de socialisation que fut l’armée, il commença aussi à l’incarner sur le plan culturel et social, bien que cette visée ne fût pas prioritaire. La plus petite unité d’un bataillon de volontaires, la compagnie, rassemblait en effet les hommes d’un même canton. La demi-brigade juxtaposa des citoyens de toutes origines géographiques et sociales. Encore la fusion s’accentua-t-elle à partir de l’été 1793, avec l’obligation pour chaque compagnie d’être constituée d’un tiers de soldats de ligne33. Non seulement l’amalgame permit de surmonter l’esprit de corps inhérent à une armée de métier mais aussi les particularismes régionaux. En effet, le brassage rendait nécessaire le recours à la langue française. Il rendit possible un équilibre, sans cesse recherché ensuite aux xixe et xxe siècle, entre l’attachement à la petite patrie et celui qu’il fallait créer envers la grande.

  • 34 Toujours selon les termes de G. Best, op. cit., p. 65.
  • 35 I. Woloch, « War widows pensions », Societas, volume vi, automne 1976, p. 235-254.
  • 36 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne… op. cit., tome i, p. 577 sq. et p. (...)

37La « militarisation du fait national34 » n’entraîna pas pour autant la militarisation de la société et il faut souligner ici une dichotomie constamment observable ultérieurement, dont les Jacobins, dans leur volonté de constituer un peuple, étaient d’ailleurs fort conscients. La levée en masse suscita des résistances ou des réticences. C’est que l’égalitarisme de la levée en masse s’accordait parfaitement aux conceptions des sans-culottes, citadins, artisans et compagnons mais paraissait formel à la grande majorité des ruraux. On a vu de quel poids pesaient les contraintes économiques sur les levées de volontaires, a fortiori sur celle des 300 000 hommes, et quelle conséquence terrible pouvait avoir le départ d’un fils pour les petits propriétaires. Les Montagnards tirèrent les leçons des difficultés de leurs devanciers en donnant une ampleur inégalée aux mesures sociales ébauchées par la Convention dès l’automne 1792. Cette politique en faveur des familles des défenseurs de la Patrie, d’abord limitée à certaines d’entre elles, fut étendue à toutes et élargie à tous les membres, parents certes mais aussi épouses, enfants, frères et sœurs, si le soldat était leur soutien. Elle fut aussi assortie de mesures en faveur des veuves35. Elle fut la condition indispensable de la réussite de la levée en masse qui, si elle se heurta à l’insoumission, ne suscita pas de révolte ouverte. La tâche d’établir les listes des ayant-droit et de verser des secours fut confiée dans chaque commune à des citoyens dénommés commissaires vérificateurs et distributeurs qui s’en acquittaient sous l’égide des sociétés populaires. Elle fut aussi un aspect de la nationalisation de l’effort de guerre et une matérialisation de la nation en armes, celle qui ne se trouvait pas sur un champ de bataille. Cette politique devait survivre à l’an II et se poursuivre jusqu’à l’an V, bien que le système connût une paralysie progressive36.

  • 37 I. Woloch, The French veteran from the Revolution to the Restoration, Chapel Hill, University of N (...)

38Il reste à s’interroger sur la place qui fut reconnue dans cette société à l’ancien soldat et déjà sur l’accueil réservé à celui qui revenait de la guerre. Il n’avait pas encore eu le temps d’être déraciné mais les Montagnards se préoccupent de sa réinsertion dans la société civile : il eut priorité pour être employé dans la gendarmerie et pour trouver un emploi dans l’administration. Il pouvait revenir blessé et le rôle de l’Hôtel des Invalides fut considérablement accru et démocratisé37. D’une façon générale, la politique montagnarde dans ce domaine témoigne d’une grande hauteur de vues et d’une cohérence marquée par le sceau de l’égalitarisme. Ainsi le voit-on dans le système des pensions. Certes, il avait été esquissé par l’Ancien Régime mais comme un ensemble de faveurs et non comme un devoir national et les cahiers de doléances puis les mémoires envoyés par les officiers au moment du débat de 1789 en avaient réclamé l’élargissement et la systématisation. Ils furent entendus par la Convention mais l’accès à la propriété au moyen de « milliard des vétérans » gagé sur les biens nationaux demeura un mythe, faute que les Conventionnels aient eu le temps de l’accomplir. Si l’ascension sociale au sein de l’armée de l’an II fut indéniable, la promotion du combattant revenu dans la société civile le fut moins.

  • 38 D. Julia, article « Instruction Publique Education Nationale », Dictionnaire historique de la Révo (...)

39La militarisation de la société ne s’observe pas non plus en direction des jeunes générations. Dans la confrontation voire l’affrontement entre les projets éducatifs des hommes de la Convention, on saisit pourtant la volonté de régénération et de formation d’un homme nouveau, particulièrement sensible dans celui de Le Peletier De Saint-Fargeau, défendu par Robespierre et inspiré par le modèle ou le mythe de Sparte. Il subit d’âpres critiques et fut abandonné. L’expérience des « cours révolutionnaires », ponctuelle et restreinte à un petit nombre d’individus, fut d’abord liée à la défense nationale et à la mobilisation générale de la nation. Le 14 pluviôse an II, il fut décidé que des adultes venus de tous les districts se rendraient à Paris pour y recevoir des cours sur la fabrication des poudres et du salpêtre puis, à leur retour, transmettraient leurs connaissances à leurs concitoyens pour ensuite assurer la bonne marche des fameux ateliers révolutionnaires de salpêtre déjà évoqués. Mais ces « cours révolutionnaires » pouvaient être un laboratoire éducatif et furent directement à l’origine de l’École de Mars. Cette fois, c’étaient des jeunes gens de seize à dix-huit ans originaires de toute la France qui recevraient, près de la capitale, une instruction militaire. Certes, dans l’esprit de Barère, il s’agissait de former des défenseurs de la Patrie. Il présenta le projet en prairial an II au nom du Comité de Salut Public. Mais n’y avait-il pas aussi la volonté d’étendre ce type de formation à l’ensemble de la jeunesse masculine ? En tout cas, la « société civile » reprit ses droits. Lorsqu’au bout de quatre mois, on proposa aux élèves de continuer leur instruction dans une caserne, ils refusèrent avec énergie38.

  • 39 Voir T. Hippler, Citizenship and discipline… op. cit.

40Enfin, de ces limites de la militarisation de la société et d’une situation somme toute ambivalente parce que le va-et-vient entre la société et l’armée empêchait leur fusion, les soldats eux-mêmes témoignent à leur manière dans leur correspondance. D’abord parce qu’ils se considérèrent longtemps comme des citoyens soldats avant d’être des militaires. Ensuite parce que, s’ils s’éprouvent parfois comme avant-garde d’un peuple régénéré, ils avouent aussi connaître les passions et les intérêts de la société –d’aucuns diraient la « populace » – au sein de laquelle ils aspirent à revenir. Enfin et surtout parce que, lorsqu’on a souffert pour la patrie dans sa propre chair et vu mourir les autres pour elle, on ne considère plus de la même façon certaines abstractions, comme les poilus de 14-18 le découvriront aussi. Cela ne signifie pas pour autant que ceux qui se sont engagés volontairement renient ce qui les a poussés à partir. On a vu d’ailleurs que d’autres, enrôlés contraints et forcés, devinrent au camp de sincères républicains. Mais cela veut dire qu’ils éprouvent jusqu’à l’extrême la complexité d’une réalité qui ne se laisse pas enfermer dans des formules abstraites ni dans une fusion simplificatrice qui abolirait la distance entre la cité et le camp39.

Notes

1 A. Crépin, La conscription en débatop. cit., p. 21.

2 Arch. nat., ad xviii b, Convention, tome 113, séance du 24 février 1793.

3 Les volontaires n’avaient que trois jours pour se faire inscrire sur les registres. Voir B. Ciotti, op. cit., tome i, p. 129.

4 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit publicop. cit., tome i, p. 386 sq.

5 A. Crépin, ibidem, tome i, p. 381 sq.

6 Ibid., p. 492.

7 Ibid., p. 390.

8 Id., « Le Nord et le Pas-de-Calais face à la création de l’armée nationale 1791-an II », Revue du Nord, tome lxxv, janvier-mars 1993, p. 41- 57.

9 B. Ciotti, op. cit., tome ii, p. 392.

10 A. Crépin, « Le Nord et le Pas-de-Calais… », op. cit.

11 A. Crépin, article « Levée des 300.00 hommes, Levée en masse », Dictionnaire historique de la Révolution Française… op. cit., p. 673.

12 J.-P Bertaud, La Révolution arméeop. cit., p. 115.

13 A. Crépin, La conscription en débat… op. cit., p. 23.

14 Arch. nat., AD XVIII B, Convention, tome 119, séance du 23 août 1793.

15 G. Best, op. cit., p. 65.

16 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit publicop. cit., tome i, p. 539 sq.

17 M. Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Paris, Gallimard, 1976, coll. « Bibliothèque des Histoires ».

18 L. Bergeron, « Evolution de la fête révolutionnaire. Chronologie et typologie », Annales Historiques de la Révolution Française, n° 221, juillet-septembre 1975, n° spécial « La fête révolutionnaire », p. 375 -384.

19 J.-P. Bertaud, Guerre et société en France de Louis xiv à Napoléon… op. cit., p. 158.

20 Id., La Révolution armée… op. cit., p. 205-209.

21 Brias, maître d’école à la Ferté-sous-Jouarre, Discours funèbre du citoyen Maciest fils mort au champ de bataille le 15 juillet dans les vignes de Thouars, prononcé dans l’église de La Ferté sous Jouarre, 20 août 1793.

22 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 58.

23 T. Hippler, « Service militaire et intégration nationale pendant la Révolution Française », Annales Historiques de la Révolution Française., n° 329, juillet-septembre 2002, p. 1-16.

Citizenship and discipline… op. cit.

24 A. Ehrenberg, op. cit., p. 24 et p. 166. L'auteur note le parallélisme de cette démarche avec la pensée pédagogique des Lumières, notamment celle de J.-J. Rousseau.

25 Ibidem., p. 42.

26 J.-P. Bertaud, « Enquête sur les volontaires de 1792… », op. cit.

27 Id., Guerre et société en France… op. cit., p. 39.

28 T. Hippler, « Service militaire et intégration nationale… », op. cit.

29 R. Blaufarb, op. cit.

30 A. Crépin, « Armée et citoyenneté en France de Valmy à Verdun », Revue Histoire et Défense Les Cahiers de Montpellier, n° 39, 2000, p. 5-13.

31 J.-P. Bertaud, La Révolution armée… op. cit., p. 96.

32 Arch. nat., AD XVIII B, Convention, tome 113, séance du 21 février 1793.

33 J.-P. Bertaud, op. cit., p. 159.

34 Toujours selon les termes de G. Best, op. cit., p. 65.

35 I. Woloch, « War widows pensions », Societas, volume vi, automne 1976, p. 235-254.

36 A. Crépin, Levées d’hommes et esprit public en Seine-et-Marne… op. cit., tome i, p. 577 sq. et p. 611 sq.

37 I. Woloch, The French veteran from the Revolution to the Restoration, Chapel Hill, University of North Carolina Press, 1979.

38 D. Julia, article « Instruction Publique Education Nationale », Dictionnaire historique de la Révolution Françaiseop. cit., p. 575-581.

39 Voir T. Hippler, Citizenship and discipline… op. cit.

A. Forrest, Napoleon’s men The soldiers of the Revolution and Empire, London and New-York, Hambledon and London, 2002.

© Presses universitaires de Rennes, 2005

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search